Vous êtes sur la page 1sur 3

Université Ibn Zohr, Ecole Supérieure de Technologie- Laâyoune,

Filière Génie Agrobiologique,

Contrôle continu de Biochimie Métabolique


20 Mai 2019

Exercice I

La variation d'énergie libre standard (ΔG°) et la variation d'enthalpie standard (ΔH°) de la


réaction d'inactivation thermique de la ribonucléase, à 30°C et à pH 2.5, sont respectivement :

ΔG° = 0,9 kcal/mol


ΔH° = 57 kcal/mol

Calculer la variation d'entropie standard de cette réaction ?

Exercice II

1) Définir ce qu’est une enzyme ?


2) Définir ce qu’est un coenzyme ?
3) Quels sont les 3 types de réaction catalysée par les enzymes ? Indiquer les 3 types
d’enzymes correspondantes ?
4) A quoi est due la spécificité d’une enzyme ?
5) C’est quoi une énergie d'activation ou l'énergie libre d'activation (∆G *) ?
A l’aide d’un diagramme bien illustré expliquer comment les enzymes augmentent la
vitesse de la réaction en diminuant la valeur de l’Energie libre d'activation (∆G*).

Exercice III

Dans des levures en aérobiose, le rapport des concentrations intracellulaires [ATP]φ/[ADP]φ = 10.

On considère la réaction de la glycolyse catalysée par la phosphoglycérate kinase :

1,3-diphosphoglycérate + ADP <=====> 3-phosphoglycérate + ATP

Quel doit être le rapport des concentrations [3-phosphoglycérate]φ / [1,3-diphosphoglycérate]φ


pour que la réaction soit thermodynamiquement spontanée dans le sens de la synthèse du 1,3-
diphosphoglycérate ?

Données :

o T = 25°C
o ΔG°'(hydrolyse 1,3-diphosphoglycérate) = - 12 kcal.mol-1
o R = 8,32 J.°K-1.mol-1

Pr. NEFFA MOUNSEF 1


Université Ibn Zohr, Ecole Supérieure de Technologie- Laâyoune,
Filière Génie Agrobiologique,
Contrôle continu de Techniques d’analyses Physicochimique
20 Mai 2019

Exercice
On s’intéresse à la réaction des ions cuivrique Cu2+ en solution aqueuse basique (de pH contrôlé) avec
une espèce anionique appelée EDTA et symbolisée par la formule Y4‐.
L’équation de la réaction est la suivante : Cu2+ + Y4‐= CuY2‐
On a représenté ci‐dessous les spectres d’absorption d’une solution (Cu2+ (aq); SO42‐ (aq)) (courbe
rose) et d’une solution (CuY2‐ (aq); SO42‐ (aq)) (courbe bleue). Les spectres ont été réalisés sur
des solutions de concentration c0 = 5,0 × 10‐2 mol, placées dans des cuves de largeur λ = 1,0
cm. Seules les espèces Cu2+ et CuY2‐ sont colorées.

Courbe rose Courbe bleu

1. Déterminer la longueur d’onde correspondant au maximum d’absorption λm. Quelle est la


couleur correspondante ?
2. De quelle couleur apparaît la solution ?
3. Déterminer la valeur de l’absorbance maximale Amax. En déduire le coefficient

d’absorption molaire de Cu2+, noté εCu, à la longueur d’onde λm.

4. Quelle est la valeur de l’absorbance de la solution de CuY2‐ à la longueur d’onde λm


déterminée précédemment ?
5. En déduire la valeur du coefficient d’absorption molaire de CuY2‐, noté εY, à la
longueur d’onde λm.

Pr. NEFFA MOUNSEF 2


6. On envisage d’ajouter progressivement une solution d’ions Y4‐ à une solution d’ions Cu2+.
Le dispositif expérimental est représenté ci‐contre.

Dans l’erlenmeyer, comment évoluent les concentrations en ions Cu2+ et en ions CuY2‐,
respectivement notées cCu et cY, lorsque l’on ajoute les ions Y4‐?
7. Montrer que le volume V de la solution de Y4‐ versé est égal à V0, et que la
concentration cY est égale à C0/2.

8. Que vaut alors la concentration cCu?


9. On prélève un échantillon de la solution de l’erlenmeyer et on la verse dans la cuve d’un

spectrophotomètre de longueur l pour en mesurer l’absorbance Aλm à la longueur


d’onde λm. Donner l’expression de l’absorbance Aλm en fonction de cCu et cY.
Calculer cette absorbance pour un volume V de solution de Y4‐ versés V = 0, puis pour V = V0.

Pr. NEFFA MOUNSEF 3