Vous êtes sur la page 1sur 55

DEPARTEMENT DE PHYSIQUE

Filière : Sciences de la matière physique


Parcours : Mécanique énergétique
PROJET DE FIN D’ETUDES

Intitulé :

LE CHAUFFE-EAU SOLAIRE
Présenté par :

BHAM SARA

HAMROUDEN HAMZA
JUIN 2018

Encadré par :
• Pr. RTIBI Ahmed

Soutenu le 25/06/2018 devant le jury :


• K. Guerraoui, PES, FSR
• M. Cherraj, PH, FSR
• A. Rtibi, PA, FSR
• M. Belcadi, Docteur en physique, FSR
• A. Ammari, Docteur en physique, FSR
Remerciement

Avant d’entamer ce rapport, nous aimerons bien exprimer toutes nos


reconnaissances à l’équipe pédagogique de la faculté des sciences de Rabat et à
ceux qui ont contribué de près ou de loin à l’accomplissement de ce travail, plus
particulièrement le professeur Monsieur A.Rtibi notre encadrant, pour l’intérêt
qu’il porte au sujet, ses remarques pertinentes et ses précieuses directives qui ne
cesse de nous apporter pour la réalisation de ce travail.
Sommaire
Liste des figures ……………………………………………………………………………………...

Liste des tableaux……………………………………………………………………………………..

Nomenclature ………………………………………………………………………………………...
Introduction général ………………………………………………………………...........1
Chapitre I : APPROCHE THEORIQUE SUR LES CHAUFFES EAUX- SOLAIRES
Introduction …………………………………………………………………………………....8
I. Rappels sur les éléments d’échanges thermiques…………………………………………….8
1. Transfert de chaleur par conduction……………………………………………………...8
2. Transfert de chaleur par convection……………………………………………………...8
3. Transfert de chaleur par rayonnement……………………………………………………9
II. Principe de base : Effet de serre.....................................................................................…....9
III. Production d’eau chaude sanitaire par énergie solaire ................................................…...10
1. Composants d’un chauffe-eau solaire thermique :… .................................................…..10
1.1. Ballon de stockage….................................................................................................11
1.2. Capteur solaire………………………………………………………………...........11
2. Fonctionnement ………………………………………………………………................12
IV. Système d'appoint au chauffage ………………………………………………………....12
V. Principe de fonctionnement d’un capteur solaire plan thermique………………………...14
1. Définition du capteur solaire plan……………………………………………………....14
2. Fonctionnement d’un capteur solaire plan……………………………………………...15
3. Techniques des panneaux solaires thermiques…………………………………….........16
VI. Offre technologique des chauffe-eau solaire : …………………………………………..16
VII. Rendement du capteur ………………………………………………………………….17
VIII. Conclusion………………………………………………………………………………20
Chapitre II: SONDAGE SUR L’UTILISATION DES CHAUFFES - EAUX
CONVENTIONNELS CLASSIQUES ET SOLAIRES
Introduction ………………………………………………………………………………….21
I. Présentation de la situation problème ……………………………………………………...21
II. QUESTIONNAIRE……………………………………………………………………….24
III. Présentation des résultats de sondage…………………………………………………….26
1. Analyse des résultats du sondage ……………………………………………………..26
2. Tableau : Types de chauffe-eaux utilisés par les habitants…………………………….27
3. Figure : Types de chauffe-eaux utilisés par les habitants ……………………………..27
IV. Conclusion ……………………………………………………………………………….28
Chapitre 3 : DIMENSIONNEMENT ET PRIX DES CHAUFFE-EAU SOLAIRES
Introduction…………………………………………………………………………………..29
I. Généralités sur le dimensionnement d’un chauffe-eau solaire …………………………….29
1. L’ensoleillement et le climat de la région……...................................................................29
2. Le choix de la bonne orientation et inclinaison………………………………………......31
3. La taille et l’emplacement du ballon d’un chauffe-eau solaire :………………………….33
3.1. La taille du ballon…………………………………………………………………….33
3.2. L’emplacement du ballon………………………………………………………..........33
4. Types de capteur………………………………………………………………………….34
5. Energie d’appoint …………………………………………………………………….......37
6. La consommation quotidienne et le nombre d’utilisateur :……………………………….39
6.1. La consommation quotidienne……………………………………………………….39
6.2. Le nombre d’utilisateur…………………………………………………………........40
7. Prix des composants des systèmes………………………………………………………..40
II. Conclusion………………………………………………………………………………....45
Conclusion générale……………………………………………………………………..46
Référence bibliographique et web graphique ……………………………………………….49
Liste des figures :
Figure(1) : Eolienne offshore ………………………………………………………………………….3
Figure(2) : Fonctionnement de la géothermie………………………………………………………….4
Figure (3) : Effet de serre…………………………………………………………………….10
Figure (4) : Ballon de stockage……………………………………………………………….11
Figure (5) : Les composants d’un chauffe-eau solaire ……………………………………….12
Figure (6) : Modèle de fonctionnement d’un chauffe-eau solaire …………….......................13
Figure (7) : Système d’appoint d’un chauffe-eau solaire……………………….....................14
Figure (8) : Capteur solaire plan……………………………………………………………...15
Figure(9) : Chauffe-eau solaire SIGUR……………………………………………………...16
Figure(10) : Capteur solaire…………………………………………………………………..17
Figure(11) : Représentation de la courbe de rendement associée…………………………….19
Figure(12) : Rendement de chaque type de capteur…………………………………………. 19

Figure(13) : Chauffe-eau à gaz……………………………………………………………… 22


Figure(14) : Chauffe-eau solaire……………………………………………………………...23
Figure(15) : Chauffe-eau Électrique………………………………………………………….23
Figure(16) : Type de chauffe-eaux utilisés par les habitants………………………………27
Figure(17) : Le climat au Maroc……………………………………………………………………29
Figure(18) : L’orientation vers le sud………………………………………………………...32
Figure(19) : Chauffe-eau solaire thermosiphon………………………………………………34
Figure(20) : Capteur à tube sous vide………………………………………………………..35
Figure(21) : Capteur plan vitré ………………………………………………………………36
Liste des tableaux :
Tableau 1-II : Comparaison entre les chauffe-eaux conventionnels classique et solaire…….24
Tableau 2-II : Type de chauffe-eaux utilisés par les habitants……………………………….27
Tableau 3-III : La consommation quotidienne de l’eau chaude sanitaire…………………….39
Tableau 4-III : Le nombre d’utilisateur de l’eau chaude sanitaire …………………………..40
Nomenclature :

Symbole Désignation Unité

λ Conductivité thermique (W/ (m.K))

Flux de chaleur échangé par


conduction entre deux systèmes
𝑄𝑐𝑑,𝑖−𝑗 W
d’indice i et j

Coefficient d’échange

ℎ𝑐, i−𝑗 thermique par convection entre W/m2.K


deux systèmes d’indice i et j

𝑇𝑖 / 𝑇j Température d’un corps K


d’indice i/j

Flux de chaleur échangé par


convection entre deux
𝑄𝑐,𝑖−𝑗 W
systèmes d’indice i et j

l’émittance

Mo monochromatique du corps (W.m-3)


noir
Introduction générale

Le marché des énergies et plus particulièrement les énergies renouvelables est parmi les
préoccupations majeures des recherches scientifiques au Maroc. D’autre part les
problématiques liées aux besoins énergétiques élevés, ainsi que la protection de
l’environnement, seront les grandes questions du XXI siècle [1].
Dans ce cadre, il nous a été demandé de mener une étude sur les chauffes eau solaires qui
fonctionnent à base d’une énergie propre et abondante.
Le chauffe eau solaire est parmi les applications les plus intéressantes de l’énergie solaire, en
effet, l’historique de l’énergie solaire utilisée pour la production de l’eau chaude a commencé
dès la fin du XIX siècle et c’est en 1891 à Baltimore au Maryland (Etats unis) que le premier
chauffe eau solaire a vu le jour.
La situation géographique du Maroc favorise fortement le développement et l’épanouissement
de l’utilisation de l’énergie solaire. Vu l’importance de l’intensité du rayonnement solaire
reçu ainsi que la durée de l’ensoleillement qui peut dépasser les dix heures par jour pendant
plusieurs mois, le Maroc peut couvrir certains de ses besoins en énergie solaire. Mais
malheureusement il n’en couvre que 2% en eau chaude produite par l’énergie solaire.
Malgré les recherches continus dans le domaine des énergies renouvelables, les applications
de l’énergie solaire restent très limitées.la principale raison à notre avis est d’ordre
économique .L’autre inconvénient est lié fortement au manque d’information sur les
avantages énormes que peut apporter l’utilisation d’une telle énergie.
Pour surmonter ces contraintes et permettre à l’énergie solaire d’occuper la place qu’elle
mérite dans le contexte énergétique national, le gouvernement marocain devra mettre en
œuvre une stratégie qui permettra la généralisation de l’utilisation de l’énergie solaire pour la
production de l’eau chaude. Cette stratégie consiste à subventionner et donner les aides
nécessaires pour l’acquisition des chauffes eau solaires ,et à mener une grande campagne
d’information et de sensibilisation via les médias pour faire connaitre aux citoyens marocains
les avantages aussi bien économiques qu’environnementaux que présente l’utilisation de cette
forme d’énergie.
Dans l’utilisation de l’énergie solaire, la faible densité de l’énergie et la fourniture instable de
cette dernière est dû aux variations des conditions climatiques. La plus grande part de
recherche est consacrée généralement au développement du chauffe eau solaire du point de
vue rendement thermique. Il convient en effet de savoir que chaque mètre carré du sol, qu’il
fasse beau ou qu’il pleuve, reçoit par jour, en moyenne sur un an, entre 3 et 5kwh. Cette
énergie devra être exploitée au lieu de la laisser se dissiper inutilement. C’est le rôle du
capteur que le chauffe eau solaire possède, qui est simple dans son principe et élaboré dans sa
technique, et dont on peut améliorer le rendement du chauffe eau solaire.
Parallèlement à cette étude qui est articulée spécifiquement sur les chauffes eau solaire, nous
vous rappelons que le Maroc a réalisé des projets de grande envergure des énergies
renouvelables qui sont des énergies inépuisables. Elles sont issues des éléments naturels : le
soleil, le vent, les chutes d’eau, les marées, la chaleur de la Terre, la croissance des
végétaux… On qualifie les énergies renouvelables d’énergies “flux” par opposition aux
énergies “stock”, elles-mêmes constituées de gisements limités de combustibles fossiles
(pétrole, charbon, gaz, uranium). Contrairement à celle des énergies fossiles, l’exploitation
des énergies renouvelables n’engendre pas ou peu de déchets et d’émissions polluantes. Ce
sont les énergies de l’avenir. Mais elles sont encore sous-exploitées par rapport à leur
potentiel puisque ces énergies renouvelables ne couvrent que 20% de la consommation
mondiale d’électricité [2].
Différents type d’énergies renouvelables :
• Energie photovoltaïque
L’énergie photovoltaïque se base sur l’effet photoélectrique pour créer un courant
électrique continu à partir d’un rayonnement électromagnétique. Cette source de lumière peut
être naturelle (soleil) ou artificielle (une ampoule). L'énergie photovoltaïque est captée par
des cellules photovoltaïques, un composant électronique qui produit de l'électricité lorsqu'il
est exposé à la lumière. Plusieurs cellules peuvent être reliées pour former un module solaire
photovoltaïque ou un panneau photovoltaïque. Une installation photovoltaïque connectée à un
réseau d'électricité se compose généralement de plusieurs panneaux photovoltaïques, leur
nombre pouvant varier d'une dizaine à plusieurs milliers [3].
• Energie éolienne
L’activité solaire est la principale cause des phénomènes météorologiques. Ces derniers
sont notamment caractérisés par des déplacements de masses d’air à l’intérieur de
l’atmosphère. C’est l’énergie mécanique de ces déplacements de masse d’air qui est à la base
de l’énergie éolienne. L’énergie éolienne consiste ainsi, à utiliser cette énergie mécanique.
Des voiliers ont été utilisés dès l’Antiquité, comme en témoigne la Barque solaire de Khéops.
Jusqu’au milieu du XIXe siècle, l’essentiel des déplacements nautiques à moyenne et longue
distance se sont faits grâce à la force du vent. Un dérivé terrestre n’ayant un usage que sportif
a été rendu possible par les techniques modernes : le char à voile. L’énergie éolienne a aussi
été vite exploitée à l’aide de moulins à vent équipés de pales en forme de voile, comme ceux
que l’on peut voir aux Pays-Bas, ou encore, ceux mentionnés dans Don Quichotte. Ces
moulins utilisent l’énergie mécanique pour actionner différents équipements. Les moulins des
Pays-Bas actionnent directement des pompes dont le but est d’assécher ou de maintenir secs
les polders du pays. Les meuniers utilisent des moulins pour faire tourner une meule à grains.
Aujourd’hui, ce sont les éoliennes qui prennent la place des moulins à vent. Les éoliennes
transforment l’énergie mécanique en énergie électrique, soit pour l’injecter dans un réseau de
distribution, soit pour être utilisée sur place (site isolé de réseau de distribution). Pour
résoudre le problème d'espace, elles sont de plus en plus souvent placées en mer [4] :

Figure(1) : Eolienne offshore


Un grand nombre d'éoliennes installées dans un endroit venteux peuvent rivaliser avec une
centrale électrique, pourvu que les éoliennes soient suffisamment espacées. En optimisant la
disposition d'une ferme éolienne, on atteint des puissances totales de 1 à 3 MW/km2. C'est
bien inférieur au rendement surfacique des cellules photovoltaïques, mais légèrement
supérieur à celui des plantes par photosynthèse. Sans oublier que l'énergie éolienne est une
énergie mécanique et qu'elle peut donc être convertie en énergie électrique avec très peu de
pertes. Il faut environ 1.000 grandes éoliennes de 3 MW de puissance nominale, avec un rotor
de 80 à 90 mètres de diamètre, pour remplacer une centrale conventionnelle de 1.000 MW en
régime continu [5].
L'éolien se développe également à l'échelle individuelle. Le petit éolien est généralement
utilisé pour produire de l'électricité, qui sera consommée directement sur place. De nombreux
problèmes sont apparus pour des éoliennes installées en zones bâties sans étude préalable
sérieuse sur les vitesses de vent et les turbulences [6]. L'Association Française des
Professionnels du Petit Éolien (AFPPE) [7] déconseille les installations sur les sites
improductifs trop turbulents, en pignon ou en toiture.
Des concepts d'éolienne aéroportée sont à l'étude pour aller chercher les vents d'altitude, plus
puissants, plus réguliers : Magenn[8], Kite Gen, et Skywindpower[9] conçus pour s'élever à
300, 1 200 ou 5 000 m avec l'espoir de produire jusqu'à 100 fois plus d'électricité qu'une
éolienne actuelle.
• Energie hydraulique
L'énergie hydraulique fournit au début du XXIe siècle 16 % de la production totale
d’électricité dans le monde. Pour l'avenir, il reste un potentiel annuel de plusieurs milliers de
térawatts-heure qui peut encore être aménagé de façon rentable. L'hydroélectricité représente
aussi, grâce à ses capacités de stockage de l'eau dans les réservoirs une très importante
contribution à la sécurité d'approvisionnement et à la sûreté des systèmes électriques vis-à-vis
des aléas d'indisponibilités d'ouvrages, de pics de consommation imprévus, ou de défaillance
des énergies renouvelables intermittentes [10].
Depuis l’invention de l’électricité l'énergie mécanique peut être transformée en énergie
électrique ; l'hydroélectricité est après la biomasse, la deuxième énergie renouvelable : selon
l'Agence internationale de l'énergie, elle fournit 2,4 % de l'énergie primaire produite dans le
monde en 2014 (contre 1,8 % en 1973), sur un total de 14,1 % d'énergies renouvelables
(12,4 % en 1973).
• Géothermie
La géothermie est l’exploitation de la chaleur stockée dans le sous-sol. L’utilisation
des ressources géothermales se décompose en deux grandes familles : la production
d’électricité et la production de chaleur [11]. Le principe consiste à extraire l’énergie
géothermique contenue dans le sol pour l’utiliser sous forme de chauffage ou pour la
transformer en électricité. Dans les couches profondes, la chaleur de la Terre est produite par
la radioactivité naturelle des roches du noyau et de la croûte terrestre : c’est l’énergie
nucléaire produite par la désintégration de l’uranium, du thorium et du potassium [12].

Figure(2) : Fonctionnement de la géothermie


• Energie solaire.
Cette dernière est la plus dominante et aussi la plus facilement exploitable. De par la
diversité de son utilisation et l’intérêt qu’elle porte à travers le monde, cette forme d’énergie a
connu un grand essor ces dernières années. Toutefois, le prix élevé de cette énergie par
rapport au prix des énergies non renouvelables représente un handicap face à l’expansion de
son utilisation. L’énergie solaire peut être mise au service d’une diversité d’applications,
listées ci-après :
Chauffage solaire des locaux : Les installations sont semblables aux chauffe-eau solaires mais
de plus grandes dimensions, car le chauffage des locaux demande généralement bien plus
d’énergie. Contrairement au besoin en eau chaude sanitaire, le besoin en chauffage solaire des
locaux dépend des saisons. Certaines installations de chauffage solaire utilisent des capteurs à
air.
Solaire passif: L’objectif du solaire passif est la conception et la construction des bâtiments
qui, grâce à l’énergie solaire, restent chauds en hiver et frais en été. En hiver, les rayons du
soleil réchauffent l’intérieur des bâtiments à travers le vitrage des portes et des fenêtres. En
été, au contraire, des stores maintiennent la fraîcheur. On parle de solaire « passif » pour
indiquer qu’il n’y a aucun transfert actif de chaleur au moyen de pompes, de vannes ou
d’électricité [13].
L’optimisation des dispositifs solaires est parmi les solutions recommandées afin de renverser
la tendance actuelle et voir l’utilisation de l’énergie solaire se répandre davantage dans le
monde. L’utilisation de l’énergie solaire la plus simple et la plus directe, est la production
d’eau chaude sanitaire. C’est aussi l’une des plus anciennes, comme plusieurs dispositifs de
chauffe-eau-solaires ont été inventés depuis les débuts du XXème siècle jusqu’à nos jours,
plus performants les uns que les autres. Cette énergie solaire parvient à la surface de la terre
sous forme de rayonnement, est la source de toute vie sur terre. Elle nourrit les plantes grâce à
la photosynthèse, elle génère de la chaleur (que l’on peut capter), elle peut être convertie en
électricité. Toute surface éclairée par le rayonnement solaire en absorbe une partie et se
réchauffe. Une surface peinte en noir absorbe davantage d’énergie. Placée dans une boîte
fermée par une vitre et correctement isolée, cette surface dissipe moins de chaleur dans l’air
ambiant. On peut alors utiliser la chaleur ainsi emmagasinée pour chauffer l’eau chaude
sanitaire (utilisée pour la toilette, la lessive, le nettoyage et la cuisine), mais aussi l’eau des
piscines ou les bâtiments. On peut même utiliser la chaleur solaire pour le refroidissement. La
quantité d’énergie solaire disponible varie selon les saisons et n’est pas toujours fiable et
constante, car le temps change d’un jour à l’autre. Mais, il est fort heureusement possible de
stocker l’énergie solaire afin de pouvoir en disposer même en l’absence de soleil. Les capteurs
solaires peuvent être de simples capteurs plans non vitrés, des coffres ou des tubes vitrés ou
des systèmes complexes de miroirs. Ils sont généralement installés sur les toits des bâtiments,
mais peuvent également être fixés à des murs ou des parois verticales ou à des balustrades ou
posés à même le sol. Ils sont généralement orientés dans une direction fixe, mais peuvent
également être montés sur des systèmes dits « de poursuite » leur permettant de suivre la
course apparente du soleil. Le rayonnement réchauffe la plaque sombre de l’absorbeur du
capteur solaire, qui transfère la chaleur à un fluide (air, eau, ou autre). Un circuit dit
« primaire » achemine ce fluide ainsi préchauffé jusqu’au ballon d’eau chaude, généralement
situé à l’intérieur d’un bâtiment mais aussi, parfois, fixé directement sur le capteur [14]. Les
trois parties de fonctionnement d’un système de chauffage solaire sont : la captation, le
stockage et la distribution. La captation est la partie essentielle pour la conversion de l’énergie
solaire. Elle est représentée par le capteur solaire. C’est ce dernier qui transforme l’énergie
solaire en quantité de chaleur qu’il transmet au fluide caloporteur circulant dans son
absorbeur. Vu le rôle important que joue le capteur solaire dans la conversion de l’énergie
solaire en énergie thermique, plusieurs recherches ont été menées sur l’étude du capteur
solaire plan dans le but d’améliorer son rendement instantané qui représente la performance la
plus caractéristique [15]. Plus de 3 millions de m² de capteurs solaires étaient déjà installés en
Europe en juillet 2006 et pas uniquement dans les pays méditerranéens ! L’Allemagne et les
pays scandinaves en sont très équipés, tandis qu’au Maroc le gisement solaire est très
important mais peu exploité. Néanmoins, une certaine croissance du marché de l’énergie
solaire commence à se faire sentir. En fait ce secteur est très promoteur pour peu qu’une
politique convenable de soutien à son développent soit mise en place. Le rendement
instantané d’un capteur plan varie avec sa géométrie, ses paramètres de construction et les
paramètres externes comme le rayonnement, la température ambiante...etc. l'objectif de notre
travail est de mettre en évidence les avantages uniques et divers de l’énergie solaire et
d’encourager la majorité des gens à l’utiliser en raison des apports économiques et
sécuritaires.
Le présent travail inclut trois chapitres.
Dans le premier chapitre on rappelle quelques lois et définitions sur les modes de transferts
thermique inclut les transferts par convection, conduction et rayonnement, ensuite on donne
quelques généralités sur le chauffe-eau solaire et ses composantes, puis on s’intéresse sur les
systèmes d’appoints de ce dernier.
Le deuxième chapitre présente un sondage sur l’utilisation des chauffe-eaux
conventionnels, classiques et solaires au Maroc.
Le troisième chapitre porte sur le dimensionnement d’un chauffe-eau solaire et ses prix.
Chapitre I
APPROCHE THEORIQUE SUR LES CHAUFFES-EAU SOLAIRES

Introduction
De nos jours l’eau chaude sanitaire individuelle ou collective est encore obtenue par
chaudière à gaz ou électricité avec ballon de stockage. Ces derniers peuvent faire appel à des
sources polluantes comme des centrales à charbon ou potentiellement dangereuses comme les
centrales nucléaires. Mais ces deux systèmes ne profitent pas de l’énergie non épuisable que
nous fournit le soleil, donc il faut penser à un système qui profite de l’énergie solaire, le
meilleur exemple c’est le chauffe-eau solaire.
Ce présent chapitre contient un bref rappel sur les modes de transfert thermique, des
généralités sur les chauffe-eau solaires, leurs composants et son fonctionnement, ensuite la
dernière partie est consacrée au capteur solaire plan thermique et son rendement.

I. Rappels sur les éléments d’échanges thermiques


Transfert thermique c’est tout simplement un échange de chaleur entre deux systèmes de
températures différentes.
Ces transferts de chaleur peuvent avoir lieu selon trois modes de transferts thermiques : la
conduction, la convection et le rayonnement.

1. Transfert de chaleur par conduction :


C’est le transfert de chaleur d’un endroit à l’autre dans un milieu, sans déplacement
significatif de matière, sous l’influence d’une différence de température. [16]
En tout point d’un milieu s’applique une équation dite équation de chaleur qui traduit le
mécanisme local du transfert, elle lie les grandeurs suivantes : la température T, le temps t et
les variables d’espace (x, y, z). D’un milieu sous l’influence d’un gradient de température,
sans mouvements macroscopique.
La théorie de la conduction se base sur la formule de FOURIER :
𝑄𝑐𝑑,−𝑗 = 𝛅Q=-λ.gradT.dA.dt [17]
λ: conductivité thermique (W/(m.K)).
𝛅Q : l’énergie chaleur transférée.
2. Transfert de chaleur par convection :

Le transfert de chaleur par convection s’effectue dans les milieux fluides (gaz ou liquide),
plus précisément dans les échanges thermiques entre une paroi et un fluide en mouvement.
Suivant la nature du mécanisme qui provoque le mouvement du fluide on distingue :
➢ La convection naturelle (libre) : ou le mouvement du fluide est dû à l’action
simultanée des différences des températures qui existe dans le milieu.
➢ La convection forcée ou le mouvement du fluide : est induit par un moyen
mécanique (pompes, ventilateur, etc.…).
Donc la convection implique le transport de la chaleur par partie d’un fluide qui se mélange
avec autre partie. [18]
Mécanisme régi par la loi de Newton (1642-1727) [19]:
𝑄𝑐,−𝑗 =𝛅Q= ℎ𝑐,𝑖− 𝑗. (Tj–Ti).dS.dt
h(W.m-2.K-1)

3. Transfert thermique par rayonnement


3.1-Notions de base sur le rayonnement solaire
Le rayonnement solaire est un rayonnement thermique qui se propage sous la forme
d’ondes électromagnétiques. Il produit à la lisière, mais en dehors de l’atmosphère terrestre,
un éclairement énergétique à peu près constant et égal à 1370 W/m2. Mais l’atmosphère
dissipe une partie du rayonnement solaire par diffusion moléculaire, par réflexion diffuse sur
les aérosols atmosphériques ou encore par absorption sélective par les gaz de l’atmosphère.
Ainsi, l’atténuation du rayonnement solaire dépend de l’épaisseur de l’atmosphère traversée,
celle-ci dépendant à son tour de la latitude du lieu considéré et du temps.
Le rayonnement solaire se présente sous la forme d’un faisceau à peu près parallèle. Seule une
partie du rayonnement direct traverse l’atmosphère et atteint le sol, le reste est diffusé. Ce
rayonnement diffus, lorsqu’il atteint le sol terrestre [20]. Semble ainsi provenir de l’ensemble
des directions de la voûte céleste. À la surface de la terre, le rayonnement solaire global est la
somme des rayonnements direct et diffus. Une surface exposée reçoit ainsi du rayonnement
direct et diffus, mais elle reçoit en plus une partie du rayonnement global réfléchi par les
objets environnants [21].
La loi de Stefan-Boltzmann(1879) :
Fournit l’émittance totale du rayonnement d’un corps noir, en fonction de sa température
absolue [22]:
Mo = φ= σT4(W/m2)
L’émittance totale d’un corps gris s’écrit : M=ε.σ.T4
II. Principe de base : Effet de serre
L’effet de serre est un phénomène naturel qui permet à la terre de retenir la chaleur solaire
dans l’atmosphère et de maintenir une température acceptable pour entretenir la vie sans cela
la température de la terre serait d’environ -18°C
L’atmosphère absorbe et réfléchit une partie des rayonnements solaires modifiant ainsi
l’équilibre thermique. [23]

Figure (3) : Effet de serre [24]

III. Production d’eau chaude sanitaire par énergie solaire :


Un chauffe-eau solaire est un dispositif qui capte une énergie gratuite non polluante et
renouvelable du soleil pour la restituer dans l’eau chaude sanitaire de la salle de bains ou la
cuisine, ce dernier est composé essentiellement d’un capteur ou panneaux solaire ainsi d’un
réservoir de stockage appelé ballon de stockage.
1. Composants d’un chauffe-eau solaire thermiques :

Le chauffe-eau solaire est composé de deux éléments principaux :

➢ Le ballon de stockage.

➢ Les capteurs solaires (les panneaux solaires thermiques, le plus souvent disposés sur
le toit).
1.1. Le ballon de stockage :
Le ballon de stockage est une cuve métallique, contient des serpentins, qui cèdent des
calories du fluide caloporteur à l’eau froide du ballon pour obtenir de l’eau chaude.
Le caractère discontinu de l’énergie solaire empêche une utilisation directe de l’eau chaude
provenant du champ de capteurs. Pour cela l’utilisation d’un réservoir de stockage bien isolé
est nécessaire, ce réservoir constitue une des composants essentiels d’une installation
solaire.
Un bon réservoir est caractérisé par une bonne stratification thermique (permettant d’avoir
un gradient de température élevé entre le haut et le bas du réservoir), et une bonne isolation.
La qualité de l’isolation du ballon de stockage revêt une grande importance. L’isolation doit
être dotée d’une protection extérieure antirouille, laquelle sera résistante aux effets des
intempéries et les rayons solaires. [25]

Figure(4) : Ballon de stockage d’un CES

1.2. Capteur solaire :


Un capteur solaire thermique est un dispositif destiné à récupérer une partie de l’énergie
des rayons solaires et la convertir en chaleur. Son principe est basé sur trois phénomènes
physiques :
• Effet de corps noir : La couleur noire absorbe la chaleur du soleil, c’est pour cette raison que
les capteurs sont de couleur noir.
• Effet de serre ; La chaleur captée tend à ressortir via des infrarouges, il faut alors les piéger
• Effet isolant ; il faut conserver la chaleur captée [26]
Figure(5) : Les composantes d’un chauffe-eau solaire

2. Fonctionnement :
Le principe de fonctionnement du chauffe-eau solaire est simple :
Il consiste à convertir l’énergie des rayons solaires absorbée par les capteurs en chaleur
puis transportée vers le ballon. Ce transfert est exécuté au moyen d’un liquide caloporteur,
qui circule à l’intérieur des tubes des capteurs, se chauffe et se fait transporter grâce à une
pompe, que l’on appelle aussi circulateur qui permet de diriger le fluide vers le ballon de
stockage, par ailleurs cette chaleur portée par le fluide caloporteur se restitue par un
échangeur, une sorte des serpentins qui cèdent ces calories à l’eau contenue dans le ballon.
Finalement, l’accumulation c’est lorsque l’eau chaude est puisée dans le ballon de stockage,
elle est immédiatement remplacé par la même quantité d’eau froide, ce dernier sera chauffé à
son tour. Puis il remonte vers le capteur. Une énergie d’appoint permet de chauffer en
permanence l’eau en l’absence du soleil.
Figure(6) : Modèle du fonctionnement d’un chauffe-eau solaire
IV. Système d’appoint au chauffage :
Le système de chauffage d'appoint est nécessaire pour pouvoir disposer d'eau chaude
même pendant les périodes de faible ensoleillement. Il est possible de s'en passer, mais cela
conduit à une installation plus importante, principalement d'un réservoir beaucoup plus gros,
puisqu'il doit être capable de fournir de l'eau chaude durant des périodes grises. Un système
de chauffage d'appoint, de type chaudière à gaz ou électrique, est une solution intéressante
d'un point de vue économique. Il existe alors trois possibilités pour placer ce chauffage
d'appoint :
- Directement en série à la sortie de l'accumulateur d'eau chaude. Celui-ci se déclenche alors
de manière automatique lorsque l'eau à la sortie de l'accumulateur est trop froide. Il faut une
grande puissance instantanée pour chauffer l'eau au passage à la demande, le gaz correspond
au mieux à un tel fonctionnement [27]. En effet, avec l'électricité, on arrive très vite à la limite
imposée par l'abonnement, mais le principe à des avantages en termes de rendement si on
place le chauffe-eau instantané au plus près de la consommation.
- Avec un échangeur de chaleur secondaire dans l'accumulateur, afin de chauffer l'eau de
celui-ci, ce qui évite un fonctionnement intermittent à chaque demande d'eau. Cette solution
est cependant interdite dans certains pays (en Espagne par exemple), car elle nuit à l'efficacité
de l'apport solaire (celui-ci étant d'autant plus important que l'eau dans le réservoir est froide).
- Un contrôleur intelligent (sonde) doté d'une minuterie serait souhaitable pour rendre le
système autonome.
- Avec un échangeur de chaleur associé ou placé dans un deuxième réservoir monté en série
avec le premier et alimenté par ce dernier. Cette manière de chauffer l'eau par le système
d'appoint ne nuit pas à l'efficacité du système de chauffage solaire mais augmente les
déperditions par les surfaces plus importantes des réserves ce qui oblige à une légère
augmentation de la surface de captage. Dans le cas d'un échangeur de chaleur associé, le
deuxième réservoir peut être une bouteille mélangeuse et l'échangeur, un échangeur à plaque.
[28]

Figure(7) : Système d’appoint d’un chauffe-eau solaire

V. Principe de fonctionnement d’un capteur solaire plan thermique et ses


techniques :
Il n’est pas rare que les gens confondent les panneaux solaires photovoltaïques et les
panneaux solaires thermiques. Et pourtant, ces deux installations n’ont rien à voir.
La technologie photovoltaïque permet la production d’électricité grâce au rayonnement
solaire et elle est beaucoup plus complexe. La technologie des panneaux solaires thermiques
est, quant à elle, beaucoup plus simple puisqu’il s’agit simplement d’une récupération de
chaleur. En effet, un panneau solaire thermique se présente tout simplement sous la forme
d’une surface qui va capter le rayonnement solaire afin de chauffer ce que l’on appelle
un fluide caloporteur. C’est ce fluide qui va transmettre sa chaleur à l’eau pour alimenter
votre douche, vos robinets ou même votre système de chauffage central.
1. Définition de capteurs solaires plan :
Les capteurs solaires plan sont constitués d’un coffre rigide dont la partie supérieure laisse
entrer le soleil. Ce dernier retient la chaleur comme une petite serre et permet
de faire chauffer des tubes en cuivre.
Figure(8) : Capteur solaire plan
2. Fonctionnement des capteurs solaires plans:
Dans les capteurs thermiques, le liquide circule dans des tubes soudés sur une plaque noire
appelée absorbeur. Pour obtenir un meilleur rendement, l'ensemble est placé dans une boîte
vitrée isolante afin d'obtenir une couche d'air isolante. Avec un bon ensoleillement, et si la
température ambiante n'est pas trop basse, un simple réseau de tubes à ailettes peut constituer
un panneau avec un bon rendement. L'absorbeur est chauffé par le rayonnement solaire et
transmet sa chaleur à l'eau qui circule dans les tubes.
Les premiers absorbeurs étaient peints en noir mat afin de capter un maximum d'énergie
lumineuse. Mais la peinture noire mate a souvent l'inconvénient d'avoir
une émissivité importante dans l'infrarouge. Ce qui provoque un rayonnement plus élevé
depuis l'absorbeur. Ce rayonnement réchauffe la vitre, qui dissipe une partie de cette énergie à
l'extérieur, par convection et rayonnement. Ce phénomène augmente les déperditions et nuit
au rendement. C'est pourquoi il est intéressant d'utiliser des absorbeurs traités au chrome (par
exemple), qui émettent un rayonnement infrarouge beaucoup plus faible. On parle de surfaces
sélectives, elles absorbent bien le rayonnement visible où se situe la grande partie de l'énergie
provenant du Soleil (un corps noir à haute température), mais réémettent peu dans
l'infrarouge (rayonnement de l'absorbeur, corps à relativement basse température).
Si l’eau ne circule pas, la température interne au capteur monte jusqu’à ce que les
déperditions soient égales à l’énergie reçue, ce qui peut entraîner l’ébullition de l’eau. Cette
température peut être très élevée en été, l’après-midi, quand les besoins de chauffage sont déjà
couverts. On appelle température de stagnation la température de l’absorbeur dans cette
situation.

3. Techniques des panneaux solaires thermiques :


• Il existe principalement trois types de panneaux solaires thermiques :
- Les capteurs plans non-vitrés de l'eau circule dans un tube absorbeur, généralement peint en
noir et à l'air libre
- Les capteurs plans vitrés un fluide caloporteur circule dans un tube absorbeur, à l'intérieur
d'un caisson, vitré sur la face exposée au soleil et isolé sur les autres. Ces capteurs, à la fois
simples et performants, peuvent être auto-construits [29]..

VI. Offre technologique des chauffe-eau solaire : Description de Chauffe-eau solaire


SIGURD Technologie:
Le chauffe-eau solaire thermosiphon t160-t200-t300 de SIGURD technologie est un
système capable de répondre à tous les besoins, son installation est sûre, simple et rapide. Le
système est composé d'un accumulateur à double émaillage avec vase d'expansion interne
assurant la sécurité du système (anode au magnésium et isolation polyuréthane. Le châssis est
à double usage, il peut être utilisé sur deux types de supports, toits plats et inclinés. Le support
du ballon est universel et permet de soutenir des ballons de 150, 200 et 300 Litres. Le panneau
solaire calibre de haute technologie bénéficie des certifications iso 9001 -2008 [30] .

Figure(9): Chauffe-eau solaire SIGUR


VII. Rendement du capteur :

Figure(10) : Capteur solaire


Le rendement d'un capteur est le rapport entre la chaleur utile (Q3) transmise au fluide et le
rayonnement solaire incident (E0) :
n = Q3 / E0
Cette chaleur utile Q3 est définie par le bilan des apports solaires utiles et des pertes
thermiques :
Q3 = E0 - E1 - Q2 - Q1 [MJ]
Les apports solaires utiles : E0 - E1 [MJ]
Ils représentent la part du rayonnement solaire réellement absorbée par le capteur. Ils
dépendent des propriétés optiques du capteur (telles que l'absorptivité de l'absorbeur et
la transmissivité du vitrage).
Ils s'expriment selon la relation : E0 * ατ [31]
Avec :

α : facteur d'absorption de l’absorbeur.

τ : facteur de transmission du vitrage.


Les pertes thermiques : Q1 + Q2 [MJ]
Dépendant des propriétés d'isolation thermique du capteur, elles sont définies par la relation:
Qth = K* ∆T
Avec :

• K [W/m²K] : coefficient de déperdition thermique du capteur.


• ∆T : T°capt - T°amb.
Le rendement d'un capteur : n = Q3/E0
n = ατ- (K*∆T / E0)

L’efficacité d’un capteur dépend donc de ses caractéristiques thermiques (diminution des pertes)
et optiques (augmentation des apports solaires utiles).

Courbe de rendement normalisé :


La norme européenne (EN 12975) définit le rendement d’un capteur sur la base de
trois paramètres permettant de qualifier le comportement thermique du capteur : son
rendement optique n0, et deux coefficients de déperdition thermique a1 et a2.

• Rendement optique n0 :
Le rendement optique n0 représente le rendement maximum du capteur lorsque la température
du fluide est à température ambiante (pas de pertes thermiques). Il s'agit donc de la partie
maximale de l'énergie solaire qui peut être captée. Mesuré dans des conditions standardisées
de test (spectre AM 1,5, 1 000 W/m², perpendiculaire au capteur), il dépend des propriétés du
vitrage et de sélectivité de l’absorbeur. Cette relation est établie comme suit : n0 = ατF
Avec :

α : facteur d'absorption de l’absorbeur, compris entre 0,9 et 0,96.

τ : facteur de transmission du vitrage, compris entre 0,88 et 0,91.

F: facteur de rendement du capteur, compris entre 0,92 et 0,97.

Exemple de rendement optique pour différents types de capteurs :

* 75-85 % capteur plan ;


* 90-95 % capteur non vitré ;
* 75-85 % tube sous vide à absorbeur sur cuivre ;
* 50-70 % tube sous vide à absorbeur sur verre.

• Coefficients de déperdition thermique


Les coefficients de déperdition thermique dépendent de la qualité d’isolation des capteurs :
a1 [W/m². K] : coefficient linéaire de transfert thermique, généralement compris entre 1,2 et 4.
a2 [W/m². K²] : coefficient quadratique de transfert thermique, généralement compris entre
0,005 et 0,015.
Conformément à la norme, le rendement du capteur est alors donné par la formule suivante.
n = n0 - (a1*∆T / E0) - (a2* ∆T² / E0) [31] ;
Avec :
E0 : 1 000 W/m².
∆T = T°capt - T°amb

Figure(11) : Représentation de la courbe de rendement associée. (Exemple avec un n0=0.8 ;


a1= 4 [W/m². K]; a2 = 0.015 [W/m². K²]) [32] .

Comparaison entre les différents types des capteurs solaire :

Figure(12) : Rendement de chaque type de capteur


Résultats :
On remarque que quand la surface utile G (W/m2) augmente le rendement de son rôle
augmente en fonction de la différence entre le milieu extérieure et la vitre.
Par rapport à leur surface hors tout (la surface totale occupée par le capteur), les capteurs
tubes ont leurs surfaces d'entrées (les absorbeurs à l'intérieur des tubes) très petites mais très
protégées et très isolées par les tubes sous vide, les capteurs plans ont une grande surface
d'entrée d'absorbeurs mais isolée seulement par le fond et les côtés.

VIII- Conclusion :
Les chauffes eau solaires sont composées essentiellement d’un capteur solaire et d’une cuve
de stockage. Ils sont destinés pour la production de l’eau chaude sanitaire. Selon la capacité
d’utilisation, on trouve les chauffes eau solaires à circulation naturelle (thermosiphons) pour
une utilisation individuelle et les chauffes eau solaires à circulation forcée pour une utilisation
collective ou industrielle. Leurs performances dépendent essentiellement de la capacité de
captation de l’énergie solaire par le capteur et de la transmettre au fluide caloporteur. Pour
cela, une étude sur les performances des capteurs solaires ainsi sur les paramètres influençant
leurs rendements est primordiale pour une meilleure utilisation et une meilleure conception, et
malgré ces avantages les gens utilisent encore de différents types de chauffe-eaux telle que
électrique et surtout à gaz.
Chapitre II :
SONDAGE SUR L’UTILISATION DES CHAUFFE-EAUX CONVENTIONNELS,
CLASSIQUE ET SOLAIRES

Introduction :

L’utilisation d’eau chaude sanitaire est essentiels dans notre vie quotidienne on la voit
aujourd’hui omniprésente dans tous les bâtiments collectifs tels que les hôtels, les hôpitaux,
les cités universitaires, les cliniques….. , et dans les logements individuels.
La plus part de ces bâtiments résidentiels utilise le chauffe-eau à gaz, pour la production de
l’eau chaude sanitaire suite au prix du gaz qui est très abordable, dans notre pays. Malgré cela,
le chauffe-eau au gaz reste la principale cause, de la mort de plusieurs personnes dans leurs
bains par asphyxie annuellement, et de l’émission du gaz carbonique dans l’atmosphère.
Suite à ce grand problème qui touche à la sécurité humaine, certaines populations ont pris
l’initiative en interrompant définitivement sa relation avec le chauffe-eau au gaz en le
remplaçant par le chauffe-eau électrique, qui malgré sa performance en matière de sécurité le
cout de sa consommation électrique est très élevé.
Pour parer à ces problèmes de sécurité pour les chauffe-eaux à gaz, d’une part, et le cout élevé
de la consommation de l’énergie électrique du chauffe-eau électrique d’autre part, nous
proposons l’utilisation du chauffe-eau solaire qui présente les avantages suivants :
➢ L’utilisation d’une énergie propre et gratuite.
➢ Economie d’énergie.
➢ Possède une grande sécurité.

I. Présentation de la situation problème :

Le décès, dernièrement à Rabat, d’une femme par asphyxie au gaz butane relance le débat
sur le risque d’utilisation des chauffe-eaux à gaz et les mesures de sécurité à mettre en place.
Selon des autorités locales, une quadragénaire est décédée, jeudi dernier à Rabat, par asphyxie
au gaz butane émanant d'un chauffe-eau. La victime, âgée de 43 ans, a rendu l'âme à son
arrivée à l’hôpital Ibn Sina, alors que son fils âgé de 10 ans reçoit toujours les soins
nécessaires dans le même établissement. La même semaine, les réseaux sociaux ont fait
circuler l’annonce du décès d’une jeune mariée victime d’une asphyxie au gaz butane. En ce
temps froid, on note une hausse des accidents liés à l’utilisation des chauffe-eaux à gaz, et
parfois, ce sont des familles entières qui succombent à cause de ce tueur sournois qui a été à
l’origine du décès d’une douzaine de personnes en moins d’un mois [33].
Selon le Centre antipoison du Maroc (CAPM), l’intoxication au monoxyde de carbone au
niveau national reste fréquente, grave et souvent non reconnue. Elle constitue un problème de
santé publique. En effet, les dernières statistiques du CAPM font état de 2.962 cas
d’intoxication par les gaz notifiés en 2016. Ces intoxications surviennent plus en milieu
urbain et surtout à domicile. La circonstance accidentelle prédomine dans 98,8% des cas. Les
régions les plus touchées par ce type d’intoxication, Fès-Meknès arrive en tête, suivies par les
régions de Tanger, Tétouan-Al Hoceïma et Marrakech-Safi. Pour la Fédération nationale des
associations du consommateur au Maroc, il y a plusieurs facteurs responsables de ce genre
d’intoxication, mais ces accidents, souvent mortels et généralement causés par une fuite de
gaz de chauffe-eau, peuvent être évités si l’on respecte certaines règles [34].

.
Figure(13) : Chauffe-eau à gaz

C’est pour cela le chauffe-eau solaire, électrique restent le bon choix pour la sécurité
humaines mais on peut trouver des contraintes qui stipule en côté économique.
Analyse économique :
Une installation de CES est un bien dont l’une des particularités est sa durée de vie
particulièrement longue (20 ans). Contrairement à l’idée que certains utilisateurs ont sur son
investissement qu’il trouve énorme, l’utilisation des CES sur toute sa durée de vie permet de
retrouver son investissement au bout de quelques année sans toutes fois susciter des
investissements supplémentaires énormes. Par contre l’utilisation d’un chauffe-eau électrique
favorise les dépenses énormes sur la facture électrique [35].
Pour persuader les utilisateurs d’eau chaude de l’économie d’énergie qu’ils peuvent réaliser
sur leurs consommations énergétiques habituelles, une étude de cas réalisée dans un centre de
santé ou les besoins en eau chaude se font énormément ressentir est proposée.

Figure(14) : Chauffe-eau solaire Figure(15) :Chauffe-eau


Électrique

Voici une comparaison generale entre les chauffe-eau conventionnels classique et


solaire :

Types de
Solaire Gaz Electrique
chauffe-eaux

Des panneaux solaires


sont positionnés sur le
Une résistance électrique
toit
L'appareil est chauffe
ou dans le jardin.
équipé d'un l'eau stockée dans le ballon.
Ils captent l'énergie
Fonctionnement brûleur gaz qui Les
des rayons du soleil.
chauffe l'eau modèles à accumulation
Elle est ensuite
à la demande. peuvent
utilisée pour chauffer
fonctionner en heures creuses.
l'eau
du ballon.

Capacité 200 à 400 litres Max 50 litres 50 à 300 litres


Les panneaux solaires Installation simple.
A proximité du
peuvent être installés Branchement
point de puisage
sur le toit ou posés électrique et sur arrivée d'eau
Nécessite un
dans le jardin. froide.
Installation raccordement au
Le chauffe-eau Attention : l'appareil doit être
gaz
s'installe en lieu et installé à
et une évacuation
place de moins de 8m des points de
des gaz brûlés
votre ancien appareil. puisage.

S'installe très facilement


Utile une énergie
Plusieurs capacités sont
100% gratuite
disponibles pour
Compatible avec la Le gaz est moins
Avantages répondre aux différents
RT 2012 cher que l'électricité
besoins.
Eligible aux aides
Peut fonctionner sur les heures
financières
creuses.

Ne convient que
Plus adapté aux Consomme beaucoup
Inconvénients pour un petit
régions ensoleillées d'énergie
puisage
Un entretien annuel
Nettoyage des
est obligatoire Aucun entretien particulier,
panneaux solaire
(comme pour une toutefois, le groupe
Entretien Vérification de la
chaudière gaz). Il de sécurité doit être vérifié
pression du liquide
faut être raccordé au régulièrement.
caloporteur
gaz de ville.

Prix moyen
9000-20000 DHs 2500 - 7000 DHs 1000 - 3000 DHs
(avec pose)

Tableau(1) : Comparaison entre les chauff-eau conventionnels classique et solaire


[36]

II. Questionnaire :
Dans le cadre d’une étude menée sur l’utilisation des différents types des chauffe-eaux. Nous
vous prions de bien vouloir consacrer quelques minutes de votre temps, pour répondre à ces
questions.
Merci pour votre collaboration.

1-Êtes-vous ?
o Locataire
o Propriétaire
2-Quel est votre statut socioprofessionnel ?
o Employé
o Retraité(e)
o Commerçant
o Sans emploi
o Autre :

3 Quelle genre d’installation thermique (chauffe-eau) utiliser dans votre domicile ?


o Chauffe-eau solaire
o Chauffe-eau électrique
o Chauffe-eau à gaz
4-Si vous avez choisi le chauffe-eau à gaz, c’est pour son :
o Prix réduit de la consommation du gaz
o Chauffage instantané
o Prix réduit de l’entretien et la maintenance
o Autres :
5-Si vous avez choisi le chauffe-eau électrique, c’est pour :
o Sa grande sécurité
o Faible entretien et maintenance
o Disponibilité des pièces de rechange
o Autres :
6-Quelles sont vos raisons de choix des chauffe-eau solaires?
o La réduction de la facture énergétique
o Pour améliorer votre confort et sécurité
o Pour le respect de l’environnement
o Autres :
7-Pourquoi mainteniez-vous l’utilisation du chauffe-eau à gaz, malgré le risque majeur
d’asphyxie qu’il présente et qu’il peut entrainer la mort des personnes ?

8-Pourquoi utilisez-vous le chauffe- eau électrique malgré le prix élevé de la consommation


d’énergie et pourquoi vous ne prévoirez pas le remplacer par un chauffe-eau solaire ?
9-Pourquoi ne pensiez-vous pas à l’utilisation du chauffe-eau solaire, malgré la fiabilité et la
performance qu’il présente en matière de sécurité et d’économie ?

10-Quelle sont les causes principales qui vous empêchent d’installer un chauffe-eau solaire
dans votre logement ?
o Le cout d’acquisition très onéreux
o Le cout d’installation et la mise en service est élevé
o Le cout des pièces de rechange est élevé
o Manque d’information

11-Que proposiez-vous, pour que l’utilisation du chauffe-eau solaire soit généralisée chez
toutes les résidences marocaines ?

12-Si vous trouverez une subvention d’état, est-ce que vous auriez l’intérêt d’utiliser le
chauffe-eau solaire prochainement ?
o Oui
o Non

III-Présentation des résultats du sondage


1. Analyse des resultats du sondage
D’âpres la recherche qu’on a menée sur le terrain, il est clairement remarquable que
l’utilisation du chauffe-eau à gaz est très dominante, et cela est dû aux prix de la
consommation du gaz qui est très réduite tandis que l’utilisation du chauffe-eau solaire est
focalisée chez les personnes qui résident dans des villas.
La chose la plus importante qu’on a remarqué est que les gens qui utilisent les chauffe-
eaux électriques ont déjà vécus des incidents d’asphyxie causés par le chauffe-eau à gaz en les
obligeant pour des raisons de sécurité à le remplacer par le chauffe-eau électrique malgré le
cout élevé de la consommation de l’énergie électrique .
On a trouvé quelques utilisateurs qui sont intéressés par le chauffe-eau solaire et qui sont
convaincu des avantages de ce dispositif au terme de confort, sécurité et spécialement la
réduction de la facture énergétique par contre son cout d’acquisition et d’installation plus la
mise en service est très élevé ce qui les empêchent à l’installer.

1.1. Tableau : Type des chauffe-eaux utilisé par les habitants


L’étude menée sur l’utlisation des chauffe-eaux basé sur 50 personnes.

Le porcentage de l’utilisation
de chaque type des chauffe-
Types des chauffe-eaux Nombre d’utilisateurs
eaux

Gaz 40 80%

Electrique 8 16%

Solaire 2 4%

Tableau(2) : Type de chauffe-eaux utilisés par les habitant

1.2. Figure :Type des chauffe-eaux utilisé par les habitants.

Pourcentage d'utilisation de chaque type de


chauffe-eau
4%

16%
Gaz
Eléctrique
80%
Solaire

Figure(16) : Type de chauffe-eaux utilisés par les habitants


IV-Conclusion
Dans notre societé on peut trouver encore des milliers des résidences qui utilisent des
chauffe-eaux à gaz malgré le risque majeur d’asphyxie qu’il présente tout en le preferant par
son prix réduit de consommation, une telle opportunitée financière qui ne s’applique pas au
chauffe eau électrique et au début de l’installation du chauffe-eau solaire . ce dernier malgré
son cout élevé de son installation,il reste le meilleur moyen de chauffage d’eau tout en utilsant
une energie propre et gratuite,.
Compe tenue de ce qui precède et pour encourager les personnes à utilser le chauffe-eau
solaire ,nous proposons une subvension de la société dont le but de lutter contre les emissions
nocives des gaz polluants et la preservation de l’environnement , d’autre part les médias
peuvent jouer un rôle principale pour sensibiliser l’énsemble d’utilisateur sur les avantages de
ce dispositif et de publier les differents modes d’installation, de dimensionnement (la taille, le
choix de la bonne orientation et inclinaison et les prix convenables……).
Chapitre III :
DIMENSIONNEMENT ET PRIX DES CHAUFFE-EAUX SOLAIRES

Introduction
Le Maroc contient une grande richesse d’énergie solaire naturelle vu sa situation
géographique, ce qui nous permet de penser à utiliser des chauffe-eaux solaires où il faut se
baser sur plusieurs principes pour avoir une bonne production de l’eau chaude sanitaire.
Dans ce chapitre on va aborder à la généralité de dimensionnement d’un chauffe-eau solaire
telle que les types de capteur, le choix de la bonne orientation et inclinaison, la taille du ballon
et son emplacement et finalement les prix de chauffe-eau solaire.
I- Généralités sur le dimensionnement d’un chauffe-eau solaire :
1. L’ensoleillement et le climat au Maroc :

[37]
Figure(17) : Le climat au Maroc
Le Maroc est caractérisé par une variabilité spatiale et temporelle des précipitations très
marquante. Le nord-ouest est en moyenne, plus arrosé que le reste du Royaume. Et même sur
cette région, le cumul moyen annuel de précipitations varie considérablement. Par exemple, il
peut atteindre plus de 800 mm sur les reliefs, alors qu’il ne dépasse pas les 300 mm sur les
plaines avoisinantes.
Le Maroc est un pays de la zone subtropicale du Nord-Ouest africain. Il est caractérisé par un
climat très différent selon les régions. En effet, les zones littorales bénéficient d’un climat
tempéré, alors que le climat est désertique dans le sud et l’est du pays. Le climat marocain
comporte beaucoup de nuances : méditerranéen au Nord, océanique à l’Ouest, continental à
l’intérieur des terres et saharien au Sud. Le climat varie aussi en fonction des saisons.
Les régions côtières :
▪ Le printemps dans les régions côtières est caractérisé par un soleil bien présent avec une brise
marine qui rafraîchit l’atmosphère. Le mois de mars est bien arrosé près de la méditerranée et
du Nord atlantique. Les pluies sont moins importantes en allant vers le sud.
▪ Pendant l’été l’ensoleillement atteint 9 à 10 heures avec un beau temps sur les régions
côtières. Les températures atteignent leurs sommets pendant l’été. Cette saison est considérée
la plus sèche de toute l’année. En fin d’été, le sud est soumis aux vents forts de sud à sud-est,
chauds, secs et chargés de sable, le « Chargui » et l’ «Arifi », alors que la façade atlantique
connaît des vents de nord-est à nord-ouest assez doux.
▪ En automne, la majorité de la côte atlantique est soumise à un vent fort de nord-ouest. Les
températures sont agréables et les pluies réapparaissent à cette période, elles sont plus
fréquentes en novembre.
▪ La saison de l’hiver connaît un ensoleillement moyen de 5 à 6 heures par jour. Les
températures sont relativement douces. Janvier est considéré le mois le plus froid. Cette saison
est la plus pluvieuse, surtout au pied du Rif ainsi que de Tanger à Kenitra. Sur le reste de la
façade atlantique, les pluies sont de moins en moins fortes en descendant vers le sud.
Les hauts plateaux et montagnes, du Rif à l’Atlas :
▪ Le printemps sur ces régions est caractérisé par des températures assez élevées, malgré des
petits matins un peu frais accompagnés de gelées. Quelques pluies orageuses apportent encore
régulièrement un peu d’eau, ou de neige en haute montagne.
▪ En période d’été, la chaleur est souvent étouffante sur les hauts plateaux, mais parfois
tempérée avec de violents orages isolés. En montagne, l’atmosphère reste plus agréable avec
des nuits fraîches.
▪ Pendant la saison de l’automne, le climat sur les hauts plateaux est agréable, malgré la
présence de quelques pluies orageuses. En montagne, les premières gelées apparaissent début
novembre.
▪ L’hiver est froid et très humide sur ces régions. C’est la période de réserve en eau nécessaire à
l’irrigation pour les saisons suivantes.

Le désert du Sahara :
▪ Pendant le printemps, les nuages et les pluies sont de plus en plus rares, et les températures
sont assez élevées.
▪ L’été dans le désert saharien connaît un climat très chaud et très sec.
▪ Par contre l’automne est plus humide. Des averses orageuses se manifestent près du relief.
Tandis que les températures restent élevées avec une baisse sensible en cours de nuit.
▪ En hiver, l’ensoleillement moyen est de 5 à 6 heures par jour. Les températures peuvent avoir
des écarts très important en cours des journées. Durant ces trois mois, les pluies sous forme
d’orage violent restent très rares.
Le climat marocain est en majorité aride. Deux exceptions sont enregistrées : l’extrême nord
où le climat est subhumide, et la région d’Ifrane où le climat est humide. Plus on se dirige
vers le sud et le sud-est du Maroc, plus le climat est aride.
2. Positionnement et inclinaison du chauffe-eau solaire
Le positionnement et l'orientation d'une installation solaire peuvent être plus ou moins
difficiles à optimiser. La première question étant de savoir si on doit avantager une saison sur
une autre.
En général, il faut privilégier la saison froide, car c'est là que le besoin de l’eau chaude
sanitaire est plus grand.
Par contre l'optimisation d'un chauffe-eau solaire selon une saison est moins importante car
l'eau chaude sanitaire est consommée toute l'année. Cependant un chauffe-eau de taille
raisonnable, orienté pour le soleil d'hiver arrivera sûrement à fournir de l'eau chaude le reste
de l'année.
Dans le cas d'un camping qui utilise l’eau chaude seulement en été, l’optimisation de l’énergie
solaire permet de sous-dimensionner les capteurs au prix d'un apport en hiver doublement
réduit par le faible nombre de capteurs, et par la mauvaise optimisation de l'inclinaison. [38]
2.1. Orientation des panneaux solaires
L’orientation des panneaux solaires est importante pour capter au mieux le soleil et
produire un maximum d’énergie, donc un bon rendement de l’installation. Il faudra privilégier
l’orientation au sud qui est celle qui reçoit le plus d’énergie solaire au cours d’une journée.
D’après le schéma dessous, vous verrez que plus vous vous éloignez du sud, plus votre
production en sera affectée. On passe de 100 % plein sud à moins de 60% plein est ou plein
ouest. [39]

Figure(18) :L’orientation vers le sud

Panneaux orienté est/ouest :


Pour optimiser une installation en autoconsommation, il est tout à fait envisageable
d’orienter ses panneaux est/ouest. Dans ce cas-là, on va profiter du soleil du matin jusqu’au
soir et « lisser » la production sur la journée au lieu d’avoir un gros pic de production en début
d’après-midi. D’ailleurs, il faut rappeler que pour l’autonomie énergétique, le but n’est pas de
produire au maximum mais au contraire, de produire en adéquation avec les besoins.
2.2. Inclinaison des panneaux solaires :
L’inclinaison des panneaux est importante pour optimiser l’irradiation du rayonnement
direct et diffus reçu par les capteurs. Par exemple en hiver dans l’hémisphère nord, le soleil
est bas par rapport à l’horizon ; à ce moment-là, pour obtenir le meilleur rendement il faudra
Privilégier un grand angle à 60°. Au printemps le meilleur angle est à 45°, et au contraire, en
été l’angle optimal est à 20° !
Donc pour avoir la meilleure production d’eau chaude sanitaire sur l’année entière il faut
choisir la bonne inclinaison donc le bon angle. [40]
En solaire thermique : On cherche à produire plus de chaleur l’hiver et moins de chaleur
l’été. Donc on va chercher à avoir une inclinaison optimale l’hiver, la plus proche possible des
60°.
Ex : Inclinaison de 34° est recommandé à Casablanca et Rabat, alors qu’une inclinaison de
30° serait suffisante à Agadir. Il faut également veiller à orienter les panneaux vers le sud tout
en évitant les zones d’ombre (autres habitations, végétations).

3. La taille et l’emplacement du ballon de stockage d’un chauffe-eau solaire


3.1. La taille du ballon de stockage
Une fois la surface de capteurs connue, on utilise la règle suivante pour dimensionner le
ballon solaire: 1 m2 de capteur = 50 litres de stockage Dans tous les cas, le volume du ballon
solaire ne doit pas dépasser les besoins journaliers. Ces règles simples permettent:
➢ D’utiliser de manière optimale les apports solaires par rapport aux besoins ;
➢ D’empêcher la prolifération des lésionnelles par une stagnation prolongée de l’eau
stockée
➢ De limiter les surchauffes estivales.
➢ D’avoir un bon compromis entre le coût de l’installation, le taux de couverture et la
productivité annuelle (Pour pouvoir bénéficier d’une subvention régionale cette
dernière doit être supérieure à 450 kWh/ m2 .an). [41]

3.2. L’emplacement du ballon de stockage


L’emplacement du ballon de votre chauffe-eau solaire est non seulement une question
primordiale pour obtenir un bon rendement de son installation, mais aussi un sujet qu’on
passe souvent à la trappe.
On installe le ballon là où il y a de la place : sous les combles, au sous-sol, dans le garage,
dans la chaufferie. S’il doit y avoir une règle, cette règle essentielle est de réduire autant que
possible la distance entre les capteurs et le ballon, mais également entre le ballon et les
différents points de puisage dans la maison.
Plus le ballon de stockage de l’eau chaude est éloigné des panneaux solaires, et plus les
pertes thermiques ne seront pas importantes le long du circuit.
Au démarrage le matin, ou lorsque le soleil est voilé, il faudra réchauffer une plus grande
quantité de fluide caloporteur, ce qui va ralentir l’activité d’une production efficace d’eau
chaude, parfois jusqu’une dizaine de minutes. Cela peut être particulièrement limitant, lors
des journées de demi-saison (printemps, automne), où l’ensoleillement est parfois très
intermittent. [42]
Dans le cas d’une installation dépourvue d’une pompe de circulation (thermosiphon), le
ballon devra impérativement se trouve plus haut que les capteurs qui, étant sur le toit, ne
laissent que peu de marge de manœuvre pour placer le stockage dans les combles.
Dans ce cas précis, on veillera à placer les capteurs le plus bas possible, vers le bord du toit, et
l’on accrochera le ballon sur un support dans le haut des combles (possible dans le cas d’un
toi pentu).

Figure(19) :Chauffe-eau solaire thermosiphon


Un toit avec peu de pente ne sera pas un bon support pour un chauffe-eau de ce type.
Avantage de cette installation, la distance entre les capteurs, et le ballon, sera assez courte.
Dans le cas d’une installation à auto vidange, c’est l’inverse qui se produit, le ballon doit être
plus bas que les capteurs. Là encore, c’est possible de mettre le ballon dans les combles si le
toit est pentu (en plaçant les capteurs sur le haut du toit), impossible pour un toit avec peu de
pente, dans ce cas on installera le ballon dans un local de la maison, mais la distance du
circuit des capteurs au ballon sera plus longue.
4. Types de capteurs
Il existe différents types de capteurs solaires thermiques selon le type d’application
considéré, la nature de l’élément caloporteur utilisé et le niveau de température qu'ils
permettent d'atteindre. [43]
Le type d’application peut aller du chauffage d’une piscine avec un capteur léger, à
une centrale solaire thermodynamique produisant de l’électricité. Le fluide caloporteur peut
être de l’air, de l’eau, un mélange antigel, un fluide à changement de phase, ou encore une
huile possédant une température de vaporisation élevée pour les applications nécessitant de
hautes températures.
À travers le monde, la grande majorité des installations sont utilisées pour produire de l'eau
chaude sanitaire pour des maisons individuelles. Fin 2012, 78 % des installations en services
étaient dédiées à cet usage. Les capteurs solaires sont aussi utilisés pour des systèmes
combinés (eau chaude sanitaire et chauffage de bâtiment), pour le chauffage de piscines, pour
des centrales de chauffage solaire, pour des procédés industriels ou encore pour de
la climatisation solaire.
Les capteurs à fluide caloporteur liquide (aussi appelé abusivement capteurs à eau) se
répartissent en trois familles :
Les capteurs à tubes sous vide
Le fluide caloporteur circule à l'intérieur d'un tube sous vide simple ou double. Le vide
améliore l’isolation contre les pertes en convection, par rapport au capteur précédent.
Deux principes sont rencontrés : le premier principe est le même que pour les capteurs
plans vitrés, le fluide caloporteur parcourt le tube en aller et retour pour recueillir la
chaleur ; le second est plus poussé technologiquement, il fait appel à un caloduc,
utilisant un second fluide caloporteur restant dans le tube.

[44] Figure(20) : Capteur à tube sous vide


Les capteurs plans vitrés
le fluide caloporteur, très souvent de l’eau mélangée à
un antigel alimentaire, de type mono-propylène glycol,
passe dans un serpentin plaqué en sous face d’une
feuille absorbante, le tout placé derrière une vitre, dans
un caisson isolé de laine minérale et/ou de mousses
composites polyuréthanes (polyisocyanurate) ; la vitre
est transparente à la lumière du soleil mais opaque aux
rayons infrarouges de l’intérieur, ce qui piège la
chaleur .

Figure(21) : Capteur plan vitré

Les capteurs plans non-vitrés


C’est le modèle le plus simple, le plus économique mais le moins performant. Il est
généralement constitué d’une simple plaque métallique ou en plastique sur laquelle
sont placé plusieurs tubes contenant le fluide caloporteur. ces capteurs non vitrés ne
sont pas isolés sur la face avant, c’est pour cela qu’ils rependent mieux à des
applications à basse température (<30°)
5. Energie d’appoint
Le choix de l’énergie d’un chauffe-eau d’appoint à un chauffe-eau solaire détermine le
choix du ballon de stockage. Quelques incompatibilités matérielles peuvent se présenter lors
d’une installation sur un chauffe-eau existant.
Voici une liste des différentes énergies possible en appoint d'un chauffe-eau solaire, avec les
avantages et les inconvénients pour chacune d'entre-elle, ainsi que des commentaires.

Appoint électrique

L'appoint électrique nécessite la mise en place d'un ballon avec un


échangeur "circuit capteurs" (A) en partie basse et une résistance
électrique (B) en partie haute.

Avantage de l’appoint électrique


• Investissement faible,
• fonctionnement par thermostat programmable très simple.

Inconvénient de l'appoint électrique


• Coût élevé de l'énergie électrique,
• irrationalité de l'utilisation de l'électricité pour le chauffage

Appoint avec une chaudière à gaz

L’appoint "chaudière à gaz" nécessite l'installation d'un ballon avec un


échangeur "circuit capteurs" (A) en partie basse et un échangeur "circuit
chaudière" (C) en partie haute.
Avantages de l'appoint "chaudière à gaz"
• Généralement, l'appoint fait partie d'un ensemble rationnel de chauffage et de
fourniture d'eau chaude sanitaire,
• le chauffe-eau solaire permettra des économies d'énergie primaire (gaz) importantes,
surtout avec une chaudière gaz à condensation.

Inconvénients de l'appoint "chaudière à gaz"


• Investissement plus important dû à la nécessité d'un ballon avec deux échangeurs ainsi
que la complexité relative des contrôles et de la programmation de la chaudière,
• besoin de maintenir la chaudière allumée pour une utilisation occasionnelle en été.

Appoint avec une chaudière à fioul ou à bois

Pour l'appoint "chaudière à fioul ou à bois" : il faut un ballon avec un


échangeur "circuit capteurs" (A) en partie basse et un échangeur
"circuit chaudière" (C) plus une résistance électrique en partie haute.

Avantages d'un appoint avec une chaudière à fioul ou à bois


• L'appoint fait partie d'un ensemble rationnel de chauffage et de fourniture d'eau
chaude sanitaire,
• avec une chaudière bois, le chauffage de l'eau ne dépend que des énergies locales
pendant l'hiver.
• l'appoint supplémentaire électrique permet l'arrêt de la chaudière en été et
généralement, la consommation électrique sera très faible.
Inconvénients d'un appoint avec une chaudière à fioul ou à bois
• Investissement plus important dû au ballon avec deux échangeurs ainsi que la
complexité relative des contrôles et de la programmation de la chaudière.

6. La consommation quotidienne de l’eau chaude sanitaire d’un chauffe-eau solaire et


le nombre d’utilisateurs
6.1. Consommation quotidienne
L’eau, source de plaisir, de joie de vivre et de bien-être et, en ce qui nous concerne, l’eau
chaude est une commodité qui va de soi. Que ce soit pour une douche ou pour un bain de
mousse relaxant, mais également à la cuisine ou dans les activités professionnelles, la
production fiable d’eau chaude est absolument indispensable.
Pour la consommation d’eau chaude quotidienne, il est important que la contenance et la
source d’énergie du chauffe-eau soient bien ajustées aux besoins individuels!
Une technique parfaitement au point pour vous, cela signifie le plus haut niveau de qualité et,
par conséquent, confort et hygiène lors de la consommation quotidienne d’eau chaude.
Valeurs indicatives générales pour la consommation d’eau chaude : La contenance d’un
chauffe-eau est déterminée par les besoins quotidiens. Hygiène, santé et joie de vivre sont
étroitement liées avec les exigences en matière de confort et par conséquent avec une certaine
consommation d’eau chaude. La consommation d’eau chaude se situe dans une fourchette
entre 10 et 120 litres par jour, ceci en fonction des habitudes de chacun. Nombreux et variés
sont les facteurs dont dépend l’alimentation en eau chaude qui influencent l’endroit et l’heure
de production ainsi que la quantité fournie. Ci-dessous, les besoins en eau chaude dans un
ménage selon des valeurs empiriques moyennes:

Application Quantité d’eau 40° C en litres Energie utile en KWh

Se laver les mains 2 - 5 0,07–0,17

Se laver les cheveux 5 - 15 0,17–0,52

Faire la vaisselle (1évier) 13 - 20 0,45–0,70

Douche 30 - 50 1,00–1,70

Bain 120 – 150 4,20–5,20

[45] Tableau(3) : La consommation quotidienne


6.2. Le nombre d’utilisateur
Avec un nombre de journées d’ensoleillement qui peut aller jusqu’à 300 jours par an, soit
quasiment le double de la moyenne en Europe, le Maroc ne profite pas encore suffisamment
des opportunités offertes par l’énergie solaire, notamment dans la production de chaleur.
Le tableau ci-dessous résume le nombre d’utilisateur d’eau chaude sanitaire d’un chauffe-eau
solaire :
Pour un Surface de Volume de Energie Energie
ménage de : capteurs stockage produite économisée

2 à 3 personnes Env. 4 m² Env. 200 l Env. 1 200 Env. 1 600


kWh/an kWh/an

4 à 5 personnes Env. 5 m² Env. 300 l Env. 1 600 Env. 2 200


kWh/an kWh/an

6 à 7 personnes Env. 7 m² Env. 400 l Env. 2 300 Env. 3 100


kWh/an kWh/an

Tableau(4) : Le nombre d’utilisateur


7. Prix des chauffe-eau solaire
Le chauffe-eau solaire permet de réduire nos factures d'énergie (fuel, gaz, électricité...) liées
à la production d'eau chaude. Il s'agit d'un investissement, mais le prix à l'achat peut être
réduit grâce au crédit d'impôt et aux aides régionales. Dans tous les cas, le chauffe-eau solaire
est rentabilisé en quelques années et qui vous permettra de réaliser des économies d'énergie.
Voici quelques exemples des chauffe-eaux solaires et leur prix :
A)

Imperial Chauffe-eau solaire 200L [46]


Détails du produit
• Chauffe-eau solaire 200 Litre PRIX : 10500 DHs
• 8 ans de garantie

Description :
Chauffe-eau solaires
Nouvelles solutions d'efficacité énergétique avec le soleil
Pourquoi FIRST METAL?
FIRST METAL est un leader des secteurs de la haute technologie et de la production. Il offre
à ses clients dans le monde entier des produits et services dans de nombreux domaines.

Caractéristiques :
DÉTAILS DU PRODUIT :
• Chauffe-eau solaire 200 Litre
• 8 ans de garantie
• Rayonnement solaire optimal
• INOX
• Qualité premium
B)

[47]
Chauffe-eau solaire 100L
Détails du produit :
• 1 ballon 100L PRIX : 6334DHs
• 10Tubes sous vide
• Structure galvanisée
Description :
• 1 ballon 100L
• 10 Tubes sous vide
• Structure galvanisée
Caractéristiques :
DÉTAILS DU PRODUIT
• 1 ballon 100L
• 10Tubes sous vide
• Structure galvanisée
: C)

[48]
Chauffe-eau Solaire Economy 160 L 1x2m²

Détails du produit :
• Marque ECONOMY
• Dimensions : 160 L 1x2m² PRIX : 8700 DHs
• Couleur : Argenté
Description :
Chauffe-eau solaire marque ECONOMY d'origine grec circuit fermé complet avec un
panneau et antigel, produit complet.
Caractéristiques :
DÉTAILS DU PRODUIT
• Marque ECONOMY
• Dimensions : 160 L 1x2m²
• Couleur : Argenté
D)

[49]
Chauffe-eau solaire (delpaso solar) Eco 400 litres
PRIX : 17970 DHs

Description :
La conception et la fabrication robotique nous permet de fabriquer des panneaux solaires
avec prix très compétitifs. Très avancés techniquement, nos panneaux solaires de nouvelle
génération combinent parfaitement l'esthétique, la résistance et la performance. Ils sont très
légers, (profil plié en aluminium avec une unique union) avec absorbeur soudé au laser, ce qui
permet pour un maximum esthétique et performance. Garantie 10 ansons produits sont aux
normes européennes et de hautes technologies à des prix très avantageux défiants toutes
concurrences. Tous nos appareilles sont automatiquement accompagnés d’une garantie de dix
ans assurés par le service après-vente
Caractéristiques :
• UGS/UVC (Unité de Vente Consommateur) : DE887HL06QLE9NAFAMZ-2101919
• Composition : aluminium
• Durée de garantie : 120 mois

E)

[50]
Ariston Chauffe-eau Solaire - KAIROS THERMO CF - 150L

PRIX : 12 400 Dhs


Description :
SOLAIRE TERMIQUE
La Qualité garantie
EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE CERTIFIÉE
Les capteurs solaires de la marque Ariston affichent des niveaux d’efficacité maximum et sont
conformes à la norme EN 12975. Ils ont tous fait l’objet de tests extrêmement rigoureux
réalisés dans des centres de recherche accrédités. Les nouveaux produits ont ainsi pu obtenir
les certificats de qualité Solar Key mark et P-ICIM.
ECONOMIE
Un foyer de 6 personnes consomme, en moyenne, 300 litres d’eau chaude par jour.
Grâce à son rendement très élevé, le coût d’un chauffe-eau solaire Ariston est amorti après 4
ans d’utilisation.
Il vous permet de profiter de l’eau chaude gratuite pour une période supérieure à 8 ans.
Plus durable et plus sûr.
Le verre spécial renforcé à haute transparence qui compose les capteurs Ariston reflète au
minimum les rayons incidents du soleil, perdant ainsi très peu d’énergie.
L’énergie solaire absorbée est en outre retenue grâce à la surface prismatique qui crée un «
effet de serre » à l’intérieur du capteur.
Le rendement maximal s’accompagne de la sécurité du verre renforcé dont la résistance à la
grêle a été testé et avérée.
Caractéristiques :
• Le système Kairos Thermo Direct présente l’avantage
• d’une installation rapide, grâce à ses raccords
• hydrauliques très simples à utiliser
• Pas de stress thermique grâce au raccord Oméga
• Surface prismatique hautement transparente qui
• Garantit la réduction des rayons de réflexion
• Le ballon en acier avec un traitement d’émaillage à base de titane exclusif, l’anode en
magnésium et le circuit hydraulique en cuivre garantissent au système
• Sa haute fiabilité, sa résistance à la corrosion et sa très longue durée de vie
II- Conclusion
Dans ce chapitre, on a identifié les paramètres de base essentiels à tenir en compte, pour un
dimensionnement optimal du chauffe-eau solaire.
Nous avons aussi signalé l’utilité du ballon de stockage de l’énergie captée qui permet de
pallier le caractère discontinu de l’énergie solaire. Par ailleurs, nous avons indiqué la position
optimale qu’il faut donner aux panneaux solaires qui est en fait :
➢ Son orientation, ou azimut, c'est-à-dire l’angle qu’il fera avec l’axe nord sud dans le
plan horizontal.
➢ Son inclinaison, c'est-à-dire l’angle qu’il fera avec le plan horizontal.
Ces paramètres sont généralement ceux qui permettent d’optimiser la production des
panneaux solaires pendant les mois les moins ensoleillé qui sont dimensionnés à base de ces
mois.
Conclusion générale

L’utilisation de l’énergie solaire est l’un des axes prioritaires de recherche au Maroc, qui
dispose d’un gisement solaire important.
L’étude que nous venons de présenter, nous a permis d’approfondir et d’enrichir nos
connaissances sur les systèmes solaires et précisément les chauffe-eaux solaires, qui
fonctionnent selon un principe simple et efficace, consistant à convertir les rayons
électromagnétiques du soleil, en une énergie calorifique qui serait transmise à un fluide
caloporteur et ce pour des besoins domestiques ou pour des procédés industriels
Notre travail comporte trois grandes axes :
Le premier axe porte sur l’étude théorique des chauffe-eaux solaires,et de ses composants,
ainsi que leur principe de fonctionnement.
Le deuxième axe porte sur le dimensionnement du chauffe eau et les critères principaux qui
determinent son rendement ,qui sont basés géneralement sur le choix de la bonne orientation
et sur l’inclinaison des panneaux solaires , ainsi que sur l’emplacement adéquat du ballon de
stockage.
Le trosième axe porte sur le résultat d’une enquète qu’on a menée sur le terrain,et qui nous a
donnée une idée globale sur les raisons principales qui empêchent les gens à utiliser le
chauffe-eau solaire. Comme il a été remarqué , la majorité des personnes utilise le chauffe-eau
à gaz pour des raisons économiques.
On a saisie cette occasion pour convaincre les gens à s’orienter vers l’utilisation des chauffe-
eaux solaires et faire confiance à ce mode d’exploitation , vue les avantages qu’ils apportent
en matière de sécurité et d’environement ainsi qu’une consomation gratuite de l’énergie
solaire.
Enfin, nous souhaitons que ce travail qui a demandé beaucoup d’effort et de temps donnera au
consommateur une idée géneral sur les chauffe-eaux solaires , et nous espérons que les futurs
promotions le trouvent utile et pratique.
Référence bibliographique et web graphique

[1] Claude Ronneau, « ÉNERGIE, POLLUTION DE L’AIR ET DÉVELOPPEMENT


DURABLE » .Chapitre 2. Une brève histoire de l’énergie, livre, pages : 49-79.
[3] [4] Anne Labour et Michel Villoz « ENERGIE SOLAIRE PHOTOVOLTAÏQUE »,3ème
édition année 2009, livre, pages : 5 à 21.
[5] PIERRE MANIL (ingénieur et chercheur) L’énergie éolienne : Dossier – L’énergie sous
toutes ses formes, https://www.futura-sciences.com/sciences/dossiers/physique-energie-sous-
toutes-formes-1876/page/9/.
[10] GINOCCHIO Roger, VIOLLET Pierre-Louis, « L’énergie hydraulique »
2éme Edition .Chapitre 2 : Étude des ressources naturelles et chapitre 3 : Structure d'un
aménagement hydroélectrique. Livre ,03-2012, Pages : 10-50.
[14] [15] Chris Laughton, « EAU CHAUDE SOLAIRE : Conception et installation des
chauffe-eau solaires », livre. Mai 2012, pages : 1-2.
[16] [17] Jean Taine, Franck Enguehard et Estelle Lacona, « Transferts thermiques », 5ème
édition 2014, livre, page 8.
[18] [19] Jean Taine, Franck Enguehard et Estelle Lacona, « Transferts thermiques », 5ème
édition 2014, livre, page 11.
[20] [21] Jean Taine, Franck Enguehard et Estelle Lacona, « Transferts thermiques », 5ème
édition 2014, livre, page 76.
[22] Catherine Freydier, « Rapide présentation des notions de base sur le rayonnement
thermique ».INP TOULOUSE ENM METEO France. 6 juin 2012 Page : 4.
[23] Jean Taine, Franck Enguehard et Estelle Lacona, « Transferts thermiques », 5ème
édition 2014, livre, page 96.
[25] Chris Laughton, « Eau chaude solaire : Conception et installation des chauffe-eau
solaires » », livre .Mai 2012, page 106.
[26] UNIVERSITE DE LORRAINE : « Etude de performances d’un capteur solaire plan à
eau » (2015-2016) Mémoire de master 2.
[27] [28] Chris Laughton, « Eau chaude solaire : Conception et installation des chauffe-eau
solaires », livre. Mai 2012, page 136.
[29] Chris Laughton, « Eau chaude solaire : Conception et installation des chauffe-eau
solaires », livre. Mai 2012, page 40.
[34] Souad Badri, « Intoxications au monoxyde de carbone, un danger mortel ». Article du
journal Le Matin ,28 Janvier 2018.
[35] BIKOÏ FREDERIC ANGE, « Etude technico-économique et environnementale des
chauffe-eau solaires en climat tropical ». Mémoire pour l’obtention du master d’ingénierie en
génie énergétique 2010.
[41] J.Bernard, « Energie solaire : Calcule et optimisation », Paris : Ellipse, livre,2004.

[2] https://www.edfenr.com/lexique/energies-renouvelables/
[6] Association française des professionnels du petit éolien, 26 septembre 2012
http://afppe.org/index.php/petit-eolien/petites-eoliennes-en-zone-baties
[7] http://afppe.org/index.php/accueil
[8] https://eoliennes-aeroportees.jimdo.com/types-d-%C3%A9oliennes/magenn-rotor-system/
[9] http://www.skywindpower.com/
[11] http://www.energies-renouvelables.org/energie_geothermie.asp
[12] http://www.eigenschenk.de/
[13] Le Point Economie http://www.lepoint.fr/economie/le-boom-du-solaire-va-porter-l-
essor-des-energies-renouvelables-d-ici-a-2022--04-10-2017-2161949_28.php
[30] https://fr.wikipedia.org/wiki/Capteur_solaire_thermique#Fonctionnement
[31] http://outilssolaires.com/installation/chauffe-eau-solaire/capteurs-sous-vide+a99.html
[32] https://www.solostocks.ma/vente-produits/chauffe-eaux-thermos/chauffe-eaux-
solaires/chauffe-eau-solaire-sigurd-technologie-1541337
[33] https://www.energieplus-lesite.be/index.php?id=16734#c20923
[36] https://www.mychauffage.com/blog/comparatif-chauffe-eaux
https://www.avito.ma/
[37] http://www.marocmeteo.ma/?q=fr/climat_maroc
[38] http://dictionnaire.sensagent.leparisien.fr/Chauffe-eau%20solaire/fr-fr/
[39] [40] https://dualsun.fr/2014/12/quelle-inclinaison-et-quelle-orientation-du-panneau-
solaire-choisir/
[42] http://www.lepanneausolaire.net/ou-installer-ballon-solaire-stockage.php
[44] http://outilssolaires.com/installation/chauffe-eau-solaire/energies-appoint+a97.html
[45] TIPPS Edition 16.21 08/2016
http://domotec.ch/fr/wp-content/uploads/sites/2/2014/09/tipps_16-21-f.pdf
[46] [47] [48] [49] [50] JUMIA https://www.jumia.ma/imperial-chauffe-eau-solaire-200l-
17788436.html?utm_source=cake&utm_medium=affiliation&utm_campaign=15823&utm_te
rm=

Vous aimerez peut-être aussi