Vous êtes sur la page 1sur 16

CHAPITRE 6 ETUDE DE L’INFRASTRUCTEUR

1. Les Fondation

1.1.Introduction :

On appelle fondation, la partie d'un ouvrage reposant sur un terrain d'assise auquel sont
transmises toutes les charges permanentes et variables supportées par cet ouvrage au sol
dans les meilleures conditions et sans moindre risque d’instabilité ou de fissures probables,
elles constituent donc la partie essentielle de l’ouvrage puisque de leur bonne conception et
réalisation découle la bonne tenue de l’ensemble.

Les éléments de fondation transmettant les charges au sol, soit directement (cas des
semelles reposant sur le sol ou cas des radiers), soit par l'intermédiaire d'autres organes (cas
des semelles sur pieux par exemple).

Ils existent plusieurs types de fondations et le choix se fait selon des différents critères :

 La nature de l’ouvrage à fonder (pont, bâtiment industrielle,…….)


 La nature du terrain : connaissance du terrain par sondage et définition des
caractéristiques.
 Le site : urbain, compagne, montagne, bord de mère.
 La mise en œuvre de fondation : terrain sec, présence d’eau……,
 Le coût des fondations : facteur important mais non décisif.

1.2.Fonction des fondations

Elles doivent reprendre les charges supportées par la structure et les transmettre au
sol dans de bonnes conditions de façon à assurer la stabilité de l'ouvrage.
Différentes fonctions des fondations :

1.3.Différents type de fondations

Il existe quatre catégories de fondations :


 Les fondations superficielles :

Lorsque les couches de terrain capables de supporter l'ouvrage sont à faible profondeur :
semelles isolées sous poteaux, semelles filantes sous murs, radiers

[122]
CHAPITRE 6 ETUDE DE L’INFRASTRUCTEUR

 Les fondations profondes:


Lorsque les couches de terrain capables de supporter l'ouvrage sont à une grande
profondeur: puits, pieux.

 Les fondations spéciales:


Colonnes ballastées : Il s'agit de colonnes de pierres ou de graves ciments que l'on intègre
dans le sol et sous des semelles isolées par exemple.
 Les fondations surfaciques ou radier :
L'emploi d'un radier se justifie lorsque la contrainte admissible à la compression du sol
est faible, que le bon sol est situé en trop grande profondeur, les autres types de fondations
transmettraient au sol des contraintes trop élevées, l'aire totale des semelles est supérieure à
la moitié de l'aire du bâtiment, les charges apportées par l'ensemble du bâtiment ne risque
pas d'entraîner des tassements différentiels incompatibles.
Types de fondations superficielles courants On distingue :

Figure 22

[123]
CHAPITRE 6 ETUDE DE L’INFRASTRUCTEUR

 Les semelles filantes :


généralement de largeur B modeste (au plus quelques mètres) et de grande longueur
L (L/B > 10 pour fixer les idées) ;
 les semelles isolées :
dont les dimensions en plan B et L sont toutes deux au plus de quelques mètres ; cette
catégorie inclut les semelles carrées (B/L = 1) et les semelles circulaires (de diamètre B)
 les radiers ou dallages :
de dimensions B et L importantes ; cette catégorie inclut les radiers généraux

1.4.Choix de type de fondation

Le choix du type de fondation repose essentiellement sur une étude détaillée du


sol qui nous renseigne sur la capacité portant de ce dernier. Le résultat de cette étude
est :

 La contrainte admissible du sol est σsol = 2,5 bars.

 Caractéristiques du sol :

Pc  Pression de consolidation.

C c  Coefficient de compressibilité.

E  Module oedométrique.

E 0  Module de déformation.

C u  Cohésion.

u  L’angle de frottement.

Figure 23

[124]
CHAPITRE 6 ETUDE DE L’INFRASTRUCTEUR

 Dimensionnement des semelles :

Si on néglige les semelles filantes sous les voiles ; nous avons calculé la surface
totale des semelles isolées sous le poteau le plus sollicité.
𝑁
SS ≥ 𝜎
𝑠

Avec : N = NG+NQ ( σsol =3 bars = 300 KN/m2 ).


 S : est la contrainte admissible du sol.

- A partir de logiciel

Combinaison N(KN) M(KN,m)


G+Q 1718,57 17,44
1,35G+1,5Q 2359,39 24,21
0,8G+E 1122,07 46,71
G+Q+E 2532,45 39,18
Tableau -37-
N = 2532,45 KN
2532,45
Alors : B.L= =8,44 m2
300
Sbat = 330,87 m2.
177,27 / 330,87 = 0,53> 0.5 de la surface totale du bâtiment.

 La surface totale des semelles dépasse 50% de la surface d’emprise du bâtiment ; cela
nous conduit à opter pour un mode de fondation dont la modalité d’exécution du coffrage
et du ferraillage est facile a réaliser : c’est le radier générale

1.5.Les radiers

C’est une fondation superficielle occupant la totalité de la surface de la construction


ou débordant largement l’emprise du bâtiment par console et dalle extérieur.
Le radier permet d’avoir une surface maximal de répartition des charges, ce qui
entraîne une pression de contacte minimale, il peut être utilisé pour enjamber des zones
faible et compressible, qui aurait été dangereuse pour les semelles isolées .Il permet
également des économies substantielle dans d’élaboration des projets de la construction .la
solution d’un radier permet de réduire certains désordres ultérieurs a craindre en raison des
tassements éventuels.

[125]
CHAPITRE 6 ETUDE DE L’INFRASTRUCTEUR

Figure 24

1.5.1. Calcul du radier :

0.5m 25.55m 0.5m

0.5m

12.95m

0.5m

Surface du radier : 330.87 m2

Surface de débord : 38.50 m2

Surface totale : 369.37 m2

Largeur du radier : B= 13.95m

Longueur du radier : L =26.55m

[126]
CHAPITRE 6 ETUDE DE L’INFRASTRUCTEUR

1.5.2. Pre dimensionnement du radier :

- Condition forfaitaire :

L 565
h   56,5cm on prend Ht=60cm
10 10

- Condition de la rigidité :

Pour que le radier soit considéré comme étant rigide il faut que :
2lmax
le   3,12m

l max
: La distance entre deux poteaux.
1

le  4 E I 4
: Longueur élastique du radier donnée par la formule : le   
 Kb 

E: module d'élasticité du sol est pris égale à E = 3,21 .106 t/m2


bh3
I: inertie d'une bande de 1m de largeur : I 
12
K: coefficient de raideur du sol, pour les sols de moyenne résistance il est 4000 t/m3.
b: largeur de section (bande de 1m)
Donc :
48 K lmax 4 48  4000  5, 654
h3   h 3

 4E  4  3, 21106
 h  237,5cm

- Caractéristiques géométriques du radier :


 Centre de gravité :

La forme de radier est rectangulaire alors le centre de gravité est confondue avec l’inter
section des diagonales du radier (x, y) = ( 12.77 ; 6.47 )

 L’inertie du radier :

BL3 13.95  (26.55)3


I xx    21756.78m4 .
12 12
[127]
CHAPITRE 6 ETUDE DE L’INFRASTRUCTEUR

LB 3 26.55  (13.95)3
I yy    6006.29m 4 .
12 12

 La capacité portante :

u  120 c  N   1,43

Nq =2.97

Nc =9.29
qu    D
q ad  D 
Fs

B B
q u  0,5  B  N   (1  0.2 )    D  N q  CN c (1  0.3 )
L L

Avec : B =13.95 m

L =26.55 m

D =2 m
13.95 13.95
qu  0,5  20 13.95 1.43  (1  0.2 )  (18  0.8  1.2  20)  2.97  100  9.29 (1  0.3 )
26.55 26.55

qu =1075.135 kn/m2
1075.135  (18  0.8  20  1.2)
qad  (18  0.8  20  1.2)   383.98kn / m 2
3

 Charges verticales sur radier :

Nstr=2532,45 KN

NG=1484.17 KN : charges permanentes due au superstructure.

NQ=262.07 KN : charges d’exploitation due au superstructure.

Nradier=poid de la dalle +poids du sol (remblai)

Nradier= 0.6x369.37 x25+1.77x369.37x18 =17308.67KN

 Combinaison des charges :

combinaison 0,8G+E G+Q+E ELU G+Q


N(Kn) 34858,4522 48863,2923 66758,9786 48863,2923
Tableau -38-
[128]
CHAPITRE 6 ETUDE DE L’INFRASTRUCTEUR

 Vérification de renversement :
la Vérification de renversement est faite sous la combinaison (0,8G +E).

 Moment de renversement :
M R   Fi ( H i  D)

Fi : force sismique au niveau i.


D : l’encastrement du radier.
Hi : le niveau du point d’application de Fi par rapport au niveau 0-0.
- Sens x :

MRx= 619,80426 (32,97)+557,823834(29,91)+ 484,707856 (26,85)+ 424,119383


(23,97)+ 349,672768 (20,73)+ 291,393979 (17,67)+233,115178(15,61) +172,761472
(11,55) +114,722105 (8,49) +53,2991653 (5.43)=79595.38 KN.m
- Sens y :

MRy=79595.38 KN.m

 Moment de stabilité :0.8G+E

NT = 34858,4522KN
NT  Lx 34858, 4522  26.55
M sx    462745.953 KN .m
2 2

N T  Ly 34858, 4522 13.95


M sy    243137.71KN .m
2 2

M sx
f RX   5.81  1 vérifier.
M Rx
M sy
f Ry   3.05  1 vérifier.
M Ry

 Vérification de non soulèvement:


La stabilité des fondations constitue un facteur important de la bonne retenue de l’ouvrage,
c’est pour cette raison qu’on doit faire la vérification de non soulèvement sous la
combinaison la plus défavorable selon D.T.R.B.E
MR l
On doit vérifier que : e0  
N 4

[129]
CHAPITRE 6 ETUDE DE L’INFRASTRUCTEUR

La combinaison la plus défavorable 0,8G  E  :


N=34858,4522KN
M Rx
=79595.38 KN.m

Sens x :

79595.38 Lx 26.55
ex= =2.83m ;   6.63m
34858, 4522 4 4

lx
ex=2.83m<  6.63  ok
4

Sens y :
79595.38 ly 13.95
ey=  2.83m   3.49m
34858, 4522 KN ; 4 4

ly 9.7
ey=2.83m<   3.49 m ok
4 4

- Vérification des contraintes sous le radier :

Le radier est soumis à :

1-Effort normal N
2-Un moment de renversement due à la force sismique.
G+Q+E:

N=48863,2923Kn S = 369.37 m2

MRX = 79595.38 Kn .m IY=6006,29m4

MRY =79595.38 Kn .m IX=21756,78m4

Sens X:
N M RX  X
x    X et Y des valeurs a lg ébrique 
S IY

 1  384.78Kn / m 2
 2  37.14 Kn / m 2

[130]
CHAPITRE 6 ETUDE DE L’INFRASTRUCTEUR

On doit verifier que :


3 1   2
 moy    sol  q ad
4

3  384.78  37.14
 moy   252.3 KN / m 2  2.52bars  3bars
4 …. Vérifiée

Sens Y:

N M Ry  Y
 
S IX

1  155.97 KN / m2

 2  108.60 KN / m 2

On doit verifier que:


3 1   2
 moy    sol
4

3(155.97)  107.45
 moy   143.84 KN / m 2  1.43 bars  3bars verifier
4

[131]
CHAPITRE 6 ETUDE DE L’INFRASTRUCTEUR

1.5.3. Le radier :

Le radier sera calculé comme une dalle soumise a une charge uniforme P .

La distance a prendre en compte est entre nus d’appuis.


lx 5.65  0.3
   1,1
l y 5,15  0,3

  0,4 : La dalle est portée selon deux directions.

Pour chaque direction on prend une bande de 1m chargée par une charge uniforme Pi.
 i 1   i
Pi   i moy  1m /  i moy 
2

Dans le calcul de la dalle en prend le panneau le plus sollicité (12).


94.91  169.7
 xmoy   132.31KN / m 2  px  132.31 1m  132.31KN / m
2

155.97  137.14
 ymoy   146.55KN / m 2  p y  146.55  1m  146.55KN / m
2

1.5.3.1. Détermination des sollicitations : (d’après BAEL 99 modifié)

SENS X :ELU
1
x 
8  (1  2,4   3 )

 y   2  [1  0,95  (1   ) 2 ]  0.25

  xu  0, 029
  1,1  
  yu  1,19

Les moments sur appuis et en travées :

Ma =0.5M0 appui intermédiaire

Mt =0.75M0 travée intermédiaire

[132]
CHAPITRE 6 ETUDE DE L’INFRASTRUCTEUR

M xu   xu  p u  l x
2

M yu   yu  M xu

Sens X Sens Y

Px(kn/m) Mx(kn,m) My(kn,m) Py(kn/m) Mx(kn,m) My(kn,m)

132.31 122,48 145,75 146.55 112,72 134,13

Tableau -39-

43.72KN.
0,3MY

109.31 KN.m
0,75MY

0,5MY 72.87KN.
0,5Mx 0,5Mx m
0,75Mx
61.24KN. m 61.24KN. m

+ m
91.86KN.

M wx  M ex
Il faut vérifier que : M tx   1,25M xy
L

M wx  M ex 61.24  61.24
Sens x  M tx   1, 25M x  91.86   153.1  153.1 …ok
2 2

M wy  M ey 72.87  43.72
Sens y  M ty   1, 25M y  109.31   169.60  169.60 ….ok
2 2

M tx 91.86
M ty   109.31   22.96kn.m
4 4

[133]
CHAPITRE 6 ETUDE DE L’INFRASTRUCTEUR

1.5.3.2. Ferraillage de la dalle a ELU et ELS :

Le ferraillage est calculé par les formules de flexion simple


Mu
u  u lim  f  f e   u lim  0,391 / f e  400 MPa
bd 2 f bu

Mu
Si  u  0,1  As 
0,93df su

Si 
0,104   u  0,186  As  1  1  2 bd  f bu
f su
 u
bdfbu
f su

 u : donné par le tableau (BAEL99 modifier 09 I. P.122)

Si 0,186   u   u lim  As   u
bdfbu
f su

 u  1  1  2 
bdfbu
Si  u lim   u  0,667  As   u
f su

 ,   : sont donnés par le tableau (09 II. P.123)

bdfbu
As   u
f su

M(Kn,m) μ Acal(cm2) Amin(cm2)


Mox(Knm) Mg=61,24 0,014 3,51 6.52
122.48 Md=61.24 0,014 3,51 6.52
Mt=91,86 0,022 5,25 6.52
Moy(Knm) Mg=72.87 0,017 4,17 6.52
145.75 Md=109.31 0.026 6,25 6.52
Mt=43,72 0,010 2,5 6.52
Tableau -40-
Pour chaque sens X ou Y :

Sur travée :on choisit :6T12(A= 6.79cm2) avec un espacement de 15cm.

Sur appui :on choisit : 6T12(A= 6.79cm2) avec un espacement de 15cm.

[134]
CHAPITRE 6 ETUDE DE L’INFRASTRUCTEUR

1.5.4. Calcul du tassement :

Le calcul du tassement se fait sous charges réelles supportées par la fondation en admettant
que le sol.

A un comportement pseudo élastique.

Il faut que le tassement total de la couche ST ne dépasse pas le tassement admissible S


Prévu par le règlement S =20cm

ST = S i

 zimoy  hi
Si =  
E0

E0 : module de déformation de la couche.

hi : épaisseur de la couche.
 =0.8

 zimoy : Contrainte moyenne du au surcharge.

 zi  K (q  D) Avec :q = бmoy/y = 132.31 KN/m2

2Z L
K=f ( , )  au centre du radier
B B

Pzi   i hi

Pzi : contrainte due au poids propre du sol.

hi= (0.4  0.5) B = (0.4 5.65  0.5  5.65)  hi = (2.26m ,2.82m)

On prend hi forfaitairement : hi =2m


Hi Z K q-Δd Бzi Бzimoy Pzi 0.2Pz Eo Si
couche (m) (m) (KN/m2) (KN/m2) (KN/m2) i (KN/m2) (m)
2 0 0.1 120.3 21.29 13.05 40 8 3717 0.005
1 2 2 0.0 120.3 4.81 7.21 80 16 3717 0.040
2 2 4 0.0 120.3 9.62 12.02 120 24 3717 0.013
3 2 6 0.1 120.3 14.43 16.83 160 32 3717 0.021
4 2 8 0.1 120.3 19.24 21.65 200 40 3717 0.030
5 2 10 0.2 120.3 24.06 24.06 240 28 3717 0.040

Tableau -41-
[135]
CHAPITRE 6 ETUDE DE L’INFRASTRUCTEUR

ST  Si  0.14m  14cm

ST = 14cm< [ S ] = 20cm

1.5.5. Ferraillage des longrines:

Les points d’appuis du même bloc doivent être solidarisés par un réseau bidirectionnel des
longrines ou tout dispositif tendant à s’opposer aux déplacements relatifs de ces points
d’appuis dans le plan horizontal.

Les démentions minimale de la section transversale des longrines sont :

( 25 x 30 ) Cm pour les sites,2 .

Pour notre cas on adopte (30x 40) cm2

Les Longrines ou les dispositifs équivalents doivent être calculés pour résister à la traction
sous l’action d’une force (F) égale à :

La force de l’élément le plus chargée verticalement dans la structure.

F  N / α  20 Kn avec

N : la valeur maximale des charges verticaux de gravité apportées par les points d’appui
solidarisés.

α : coefficient fonction de la zone sismique et de la catégorie de site considérée.

D’après le RPA 2003 (tableau 10.1) on à :

α =12 Donc F=1308.8 / 12=109.07 Kn > 20 Kn …….… Ok

1.5.5.1. Les armatures longitudinales

A=F / s =109.07 / 348.103=3.14 Cm2

Amin=0.6 % bxh =0.006x30x40=7.2 Cm2

Donc on adopte : ( 8 T 12 )=9.04 Cm2

[136]
CHAPITRE 6 ETUDE DE L’INFRASTRUCTEUR

1.5.5.2. Les armatures transversales

Elles seront constituées par double cadre de Ø8 dont l’espacement ne doit pas dépasser le
minimum de ( 20 Cm ; 15Øl) avec Øl=1.2cm

Donc St  Min ( 20 Cm : 18 Cm ) Soit St=15 Cm

3T12

2cadreф8
40
2T12

3T12
30

Figure 25

1.5.5.3. La dalle flottante :

La dalle flottante repose sur le sol .On doit prévoit entre les longrines et la dalle flottante un
joint étanche de 12 cm d’épaisseur.

La dalle a une épaisseur de 10 cm, son ferraillage est donné forfaitairement par des nappes
de treillis soudés de ф6, et un espacement de 20 cm,(Ts 6x20x20).

[137]