Vous êtes sur la page 1sur 6

BETON 2 Chapitre VI (Compression simple « calcul des poteaux ») Meguenni K.

COMPRESSION SIMPLE
« calcul des poteaux »

VI. 1 INTRODUCTION
Une pièce en béton armé est sollicitée en compression simple lorsque l’ensemble des forces extérieures agissant à
gauche d’une section droite se réduisent, au centre de gravite de la section, à une force unique N (effort normal)
perpendiculaire au plan de la section et dirigée vers la droite.

Dans une poutre en béton armé ( poutre, colonne, pieu, …) sollicitée en compression simple, le centre de gravite des
armatures est confondu avec celui du béton seul.

A
N G G

B

VI. 2 LONGUEUR DE FLAMBEMENT D’UN POTEAU- ELANCEMENT
VI. 2. 1 Longueur de flambement
La longueur de flambement « lf »( depend de la longueur de l’élément lo et du type de liaison) est prise égale à :

 Cas des poteaux isolés :

l
0

I1 Dalle
 Cas des poteaux dans un bâtiment à étages multiples : e
Poutre
 0.7 l0 si les extrémités du poteau sont :
I2
- soient encastrées dans un massif de fondation, l0
- soient assemblées à des poutres ayant au moins la même Dalle
raideur ( EI) que le poteau;
Poutre
 l0 dans tous les autres cas.
I1
On note « lo » la distance entre les faces supérieures de deux planchers l0 I0
consécutifs ou entre la jonction avec la fondation et la face supérieure Poteau
du premier plancher.

(2018/2019__________________________________________________________________________________________1
BETON 2 Chapitre VI (Compression simple « calcul des poteaux ») Meguenni K.
VI. 2. 2 Elancement « λ »
l I
 Cas général : λ= f avec : i=
i B

i : rayon de giration
I : moment d’inertie de la section transversale ( béton seul)
B : aire de la section transversale

VI. 3 JUSTIFICATION DE CALCUL


Le calcul des poteaux est toujours conduit à l’E.L.U (Le BAEL n’impose aucune hypothèse à l’E.L.S).
On désigne par : A’: aire de la section totale des armatures
B : aire de la section droite du poteau

VI. 3. 1 Détermination de la section d’acier


a / Armatures longitudinales

La section B et l’effort normal ultime NU sont connus ;


B r .fbc
 Nu -
La section « A’ » des armatures comprimées est donnée par : A’  0.9
0.85 σ S10
Nu :effort normal ultime
Br : section réduite du béton

D’après le B.A.E.L, pour des raisons d’imperfection d’exécution, on place à la place de B une aire de béton réduite Br

fbc : résistance du béton ( les charges étant appliquées après 90 jours ).

0.85 avec : b=1.15 : situation accidentelle


f = f
bc γ b c28
b=1.5 : situation durable

s10 : contrainte correspondant à l’allongement maximal s = 10‰ de l’acier


fe
σ = avec : s=1 : situation accidentelle
s10 γs
s=1.15 : dans les autres cas

 : coefficient , supérieur à l’unité est, pris égal à :

1+ 0.2( /35)2 pour   50


= 0.85/α =
0.85 (2/1500) pour 50 <   70

Si  > 70, on ne peut calculer le poteau par la méthode forfaitaire.

b / Pourcentage d’armatures minimum

B.A.E.L exige : As min  max ( 4.u; 0.2% B )


R.P.A exige : As min = 0.7%. B en Zone I
As min = 0.8%. B en Zone IIa
As min = 0.9%. B en Zone IIb et III

(2018/2019__________________________________________________________________________________________2
BETON 2 Chapitre VI (Compression simple « calcul des poteaux ») Meguenni K.
c / Pourcentage d’armatures maximum

B.A.E.L exige : As max  5% B


R.P.A exige : As max = 4%. B en dehors de la zone de recouvrement
As max = 6%. B dans la zone de recouvrement

 Alors pour les armatures longitudinales nous avons trois cas :

1. As min < As calculé <Asmax on ferraille avec As calculé


2. As calculé < As min on ferraille avec As min
3. As calculé > As max on augmente la section du béton et on recalcule As

d/ Armatures transversales
Les armatures transversales doivent maintenir des armatures longitudinales pour empêcher leur flambement.

1
φt > φl φl : diamètre de la plus grosse armature longitudinale
3
φ t < 12 mm

 Espacement entre deux cadres « St »


→ En zone courante
B.A.E.L exige :
R.P.A exige :
40 cm St ≤ 15  en Zone I et IIa
St ≤ min a + 10 cm
15 φlmin St ≤ Min (b1/2 ; h1/2 ; 10l) en Zone IIb et III

→ En zone de recouvrement ou nodales


B.A.E.L exige : Au moins trois (03) nappes d’armatures transversales.

3 nappes au moins su lr : lr = 0.6 ls

R.P.A exige : St ≤ Min (10, 15 cm ) en Zone I et IIa


St ≤ 10 cm en Zone IIb et III

 Dans la zone nodale : Les cadres et les étriers doivent être fermés par des crochets à 135° ayant une longueur
droite de 10 t minimum.

e/ Dispositions constructives
 Les armatures doivent être reparties le long des parois.
Sections polygonales : au moins une barre dans chaque angle
Sections circulaires : au moins 6 barres régulièrement réparties
 Pour les sections rectangulaires (a < b ) la distance maximale « c » de 2 barres voisines doit respecter :
B.A.E.L exige : c ≤ min { ( a+ 10 cm ) ; 40 cm }

R.P.A exige : c < 25 cm en Zone I et IIa


c < 20 cm en Zone IIb et III
(2018/2019__________________________________________________________________________________________3
BETON 2 Chapitre VI (Compression simple « calcul des poteaux ») Meguenni K.

VI. 3. 2 Détermination de la section du béton


L’effort normal ultime NU est connu, on cherche B puis et A;
β.N u
La section « B » du béton est donnée par : Br 
f
bc + o.85. A' σ
0.9 S10
B
r
On choisit comme hypothèse, pour dimensionner le poteau: A’/Br = 1%

VI. B. 3. 3 Evaluation forfaitaire de l’effort normal résistant

Les sections A’ et B sont connues, on cherche l’effort normal ultime NU que peut supporter le poteau à l’E.L.U.
On s’assura que la section d’acier A’ respecte la section minimale : A’  max ( 4.u; 0.2% B )

1  Br . fbc 
L’effort normal ultime « NU » vaut : NU   + o.85 A'σ S10 
β  0.9 

ETUDE EXPERIMENTALE
Considérons les 4 types de poteaux suivants et étudions leur rupture sous chargement de compression centrée
croissant. Les poteaux sont définis par:
Poteau n°1 : Béton seul
Poteau n°2 : Béton et armatures longitudinales
Poteau n°3 : Béton, armatures longitudinales et transversales
Poteau n°4 : Béton, armatures longitudinales et transversales à espacements réduits

La rupture du poteau 1 non armé est brutale. Elle survient sans qu’il soit possible de la prévenir. Dès que la contrainte de
certaines fibres de béton est supérieure à la contrainte limite de traction du béton, une fissure se crée et se propage
instantanément.
Si on arme maintenant le béton avec des armatures longitudinales (poteau n°2), on observe à la rupture un flambement
brutal des armatures. La charge de ruine de ce poteau est de plus inférieure à celle du premier. Il ne suffit donc pas de placer
seulement des armatures longitudinales pour obtenir un comportement ductile du poteau.
Le poteau n°3 est armé d’armatures longitudinales et transversales. Lors de l’augmentation progressive de la charge, on
observe l’apparition de fissures au niveau des armatures transversales,
puis un effritement du béton aux mêmes endroits. Lorsque la contrainte dans les cadres devient trop importante, les cadres se
rompent. Cette rupture est en général brutale mais cette fois on observe une progression continue de l’état de fissuration. Le
comportement de ce poteau est donc ductile.
Les armatures transversales du poteau n°4 sont moins espacées que pour le poteau n°3. Le comportement observé jusqu’à
la ruine est du même type que précédemment. Cette fois, les cadres frettent plus les armatures longitudinales.

(2018/2019__________________________________________________________________________________________4
BETON 2 Chapitre VI (Compression simple « calcul des poteaux ») Meguenni K.

Calcul des armatures longitudinales d’un poteau à l’état limite ultime

Effort normal à l’E.L.U : Nu


Longueur de flambement : lf
Section du poteau : a,b ou D
Materiaux : fc28 , fe

I
i=
B

l non Méthode forfaitaire


λ = f 70 non applicable
i

oui
oui non
λ 50

= 0.85/α =1+ 0.2( /35)2 = 0.85/α =0.85 (2/1500)

Type de
section

Br = (a-2)(b-2) Br = II (D-2)2/4

B r .fbc
N u -
A’sCalculé 0.9
0.85 σ S10

B.A.E.L : As min  max ( 4.u; 0.2% B )


R.P.A : As min = 0.7%. B en Zone I
As min = 0.8%. B en Zone IIa
As min = 0.9%. B en Zone IIb et III

B.A.E.L : As max  5% B
R.P.A : As max = 4%. B en dehors de la zone de recouvrement
: As max = 6%. B dans la zone de recouvrement

A’s≥ max ( A’sCalculé ; As min B.A.E.L ; As min RPA )

Choix des armatures


(2018/2019__________________________________________________________________________________________5
BETON 2 Chapitre VI (Compression simple « calcul des poteaux ») Meguenni K.

Dimensionnement des poteaux suivant le

R.P.A 2003

 COFFRAGE : les dimensions de la section transversale


des poteaux doivent satisfaire les conditions suivantes :
 Min (b1, h1)  25 cm en zone I et IIa
 Min (b1, h1)  30 cm en zone IIb et III
 Min (b1, h1)  he/20
 1/4 < b1/h1 < 4

he
Pour les poteaux circulaires, le diamètre D devra satisfaire A A
les conditions ci-dessous:
 D  25 cm en zone I
 D  30 cm en zone IIa
 D  35 cm en zone IIb et III
 D  he/15

h1
b1

 FERRAILLAGE A-A

Armatures longitudinales: Les armatures longitudinales doivent être à haute adhérence, droites et sana
crochets :
 Leur pourcentage minimal sera de : 0.7% en zone I
0.8% en zone IIa
0.9% en zone IIb et III

 Leur pourcentage maximal sera de : 4.0% en zone courante


6.0% en zone de recouvrement
 Leur diamètre minimum est de 12 mm

 La longueur minimale des recouvrements est de : 40  en zone I et IIa


50  en zone IIb et III
Armatures transversales: L’espacement des armatures transversales «St » est déterminé comme suit :
 Dans la zone nodale : St ≤ Min (10, 15 cm ) en zone I et IIa
St ≤ 10 cm en zone IIb et III
 Dans la zone courante : St ≤ 15  en zone I et IIa
St ≤ Min (b1/2 ; h1/2 ; 10l) en zone IIb et III
 Les cadres et les étriers doivent être fermés par des crochets à 135° ayant une longueur droite de 10 t
minimum.

(2018/2019__________________________________________________________________________________________6