Vous êtes sur la page 1sur 14

 

 
Organisation des Nations Unies pour le Développement Industriel 
Bureau de Représentation pour l´Océan Indien à Antananarivo 
(Comores, Madagascar, Maurice, Seychelles) 
 
 
 
 
 
 
NOTE D´INFORMATION  
L´INDUSTRIE A MADAGASCAR EN 2008 
 
 
 
Anjaratiana RAZAFINDRIANIAINA 
Stagiaire ONUDI Madagascar 
 
Sous la direction de 
Patrick GILABERT 
Représentant de l’ONUDI 
 
Documentation arrêtée au 31 décembre 2008 
 

 
 
 

1
 
 
 
AVERTISSEMENT 
 
L´Organisation des Nations Unies pour le Développement Industriel ne peut en aucun cas être tenues 
responsables de l’utilisation et de l’interprétation  de l’information contenue  dans cette publication 
qui  vise  à  informer  et  non  à  délivrer  des  conseils  personnalisés.  Les  opinions  exprimées  dans  ce 
document sont celles des auteurs et ne sont pas nécessairement celles de l’Organisation des Nations 
Unies pour le Développement Industriel. Les informations contenues dans le présent document ont 
été actualisées en fin décembre 2008. Elles sont fournies à titre informatif et susceptibles d’évoluer 
dans  le  temps.  Le  lecteur  intéressé  est  invité  à  prendre  contact  avec  les  différents  producteurs  ou 
prestataires des services concernés en vue d’affiner l’information recherchée. 

2
 
 
 
SOMMAIRE 
 
1. Le contexte socio‐économique général 
 
1.1.   Madagascar :  Un  PMA  (Pays  Moins  Avancé)  ayant  réalisé  des  progrès  ces  derniers 
années 
1.2.   La  bonne  performance  économique  ne  suffit  pas  à  réduire  la  vulnérabilité 
économique de Madagascar 
 
 
2. La performance de l’industrie Malgache  
 
2.1.   Le poids de l’industrie dans l’économie  
2.2.   Evolution de la production industrielle 
2.3.   La production par branche 
 
2.3.1. L’industrie agro‐alimentaire 
2.3.2. Les industries manufacturières : cas des entreprises franches 
2.3.3. Le secteur minier : l'industrie extractive 
 
3. Les problèmes du secteur industriel 
 
4. Les stratégies et politiques industrielles  
 
 

3
 
 
1. Le contexte socio‐économique général  
 
1.1. Madagascar :  Un  Pays  Moins  avancé  mais  ayant  réalisé  des  progrès  ces 
derniers années 
 
Selon les critères établis par le CNUCED, Madagascar est encore classé dans la catégorie de 
Pays  Moins  Avancés  (PMA)1.  En  effet,  Madagascar  est  dans  le  groupe  des  pays  à  faible 
revenu  selon  le  rapport  sur  la  compétitivité  mondiale  « 2007‐2008 »  avec  un  PIB  par 
habitant  de 350  dollars  E.U.  La  majorité  de  sa population,  soit  70  %,  vivent  en  dessous  du 
seuil international de la pauvreté. Les ménages ruraux sont les plus touchés par la pauvreté, 
avec un taux de 77% contre 44% pour le milieu urbain. Leurs conditions de vie se dégradent 
et les écarts de développement entre milieu rural et milieu urbain ne cessent de se creuser. 
Plusieurs indicateurs témoignent l’existence de fortes disparités entre le ces deux milieux. En 
outre, près du tiers des Malgaches ont une espérance de vie inférieure à 40 ans tandis que 
30 % des adultes de plus de 15 ans sont analphabètes;  et plus de 55% de la population n’ont 
pas d’accès à l’eau potable et à l’électricité2. 
 
Cependant,  ces  dernières  années,  la  situation  économique  du  pays  s’est  améliorée  et  ceci 
avait  un  impact  réel  sur  le  niveau  de  développement  humain.  En  effet,  compte  tenu  des 
efforts  faits  par  le  gouvernement  pour  la  réalisation  des  Objectifs  du  Millénaire  pour  le 
Développement  (OMD),  le  pays  a  basculé  dans  la  catégorie  des  pays  à  développement 
humain moyen, soit un indice de  0,533 (143ème sur 177) pour 2007/2008 contre 0,499 en 
2005.  
 
De plus, le taux de croissance du PIB passait de 4,6% en 2005, à 4,9% en 2006 et à 6,5 % en 
2007. Pour cette année 2008, celui‐ci s’élève à 7,2%. Les Investissements Directs Etrangers 
(IDEs) contribuent de manière très significative à cette croissance de telle sorte que le pays 
reçoit d’importants flux d’IDEs ces dernières années. En effet, après un triplement  en 2006, 
le  flux  d’IDEs  a  triplé  de  nouveau  en  2007  pour  atteindre  997  M  USD ;  ce  qui  place 
Madagascar  au  88ème  rang  mondial  des  pays  récipiendaires3.  En  Afrique,  la  grande  île  se 
trouve  dans  le  top  10  des  pays  récipiendaires.  Elle  est    classée  4ème    en  Afrique 
Subsaharienne,  juste  derrière  la  Tunisie.    En  outre,  les  IDEs  représentent  17.5%  du  PIB  en 
2007, soit le double de celle de 2006. Ces flux massifs d’IDEs sont principalement concentrés 
dans le secteur minier à l’instar des industries extractives telles que les sociétés QIT Minerals 
Madagascar  S.A.  (QMM)  dans  la  région  d’Anosy,  et  Sheritt  International  dans  la  région  de 
Moramanga. 
 
Cette croissance économique a été surtout tirée par les performances de quelques secteurs 
de  l’économie   tels  que  l’expansion  des  investissements  dans  les  mines,  les  activités 
industrielles en zone franche, la construction, les services financiers, de télécommunications 
mobiles et de transport.  

                                                            
1
 Rapport CNUCED 2008 : Cette année, les pays moins avancés  sont 49. Les trois critères sont : Pays à faible 
niveau de revenu (inférieur à 900 dollars), faiblesse du capital humain, vulnérabilité économique   
2
 APD : document de synthèse 2006 « l’APD à Madagascar » 
3
 www.banque‐centrale.mg/ 
4
 
Il  est  important  de  noter  que  les  services  assurent  53.07%  du  PIB  tandis  que  le  secteur 
primaire  (agriculture,  la  pêche,  l’élevage  et  la  sylviculture)  y  participe    pour  33.86%.  La 
contribution du secteur manufacturier est la plus faible à 13.07 %4.   
 
Grâce  à  une  politique  monétaire  prudente  et  à  la  maîtrise  du  déficit  budgétaire  (4,5%  du 
PIB), la croissance économique est accompagnée par une maîtrise de l’inflation qui part de 
11,4% en 2005, à 10,8% en 2006 et à 8.3% en 2007. Elle devrait passer à 8.1% en 20085. 
 
1.2.  La  bonne  performance  économique  ne  suffit  pas  à  réduire  la  vulnérabilité 
économique de Madagascar 
 
En dépit d’une croissance économique annuelle supérieure à 6%, l’économie de la grande île 
est  encore  vulnérable à  cause  de  l’instabilité  de  la  production  agricole,  l’instabilité  des 
exportations de biens et de services, le déficit de la balance de paiement et surtout le faible 
dynamisme du secteur industriel et des services modernes. 
 
Instabilité de la production agricole 
 
L’agriculture (avec la pêche et la forêt) est une branche importante de l’économie malgache, 
représentant  27%  du  PIB  en  2007,  employant  plus  de  78%  de  la  population  active,  et 
assurant  plus  de  70%  des  revenus  d’exportations.  Cependant,  l'environnement  de  la 
production agricole du pays est caractérisé par l'existence d'un potentiel de risque élevé dû 
notamment à des cataclysmes naturels (les cyclones, les sécheresses, les inondations) et des 
maladies phytosanitaires. Ceci est dû d’une part à la position géographique de l’île et d’autre 
part aux carences institutionnelles et au manque d’infrastructures. De plus, la majorité des 
paysans pratique encore des techniques de production traditionnelle et le monde rural est 
caractérisé  par  une  large  agriculture  de  subsistance.  Ce  qui  constitue  un  obstacle  à  son 
développement et menace son niveau de compétitivité.  
 
Instabilité des exportations et  déficit de la balance de paiement 
 
Les pays pauvres sont extrêmement dépendants des exportations de matières premières, et 
Madagascar  n’y  fait  pas  exception.  Les    litchis, la  vanille,  le  café,  le  poivre,  le  girofle  et  les 
crevettes constituent, jusqu’à récemment les premiers pourvoyeurs de devises pour le pays. 
En 2005, les exportations malgaches  enregistrent une baisse sensible (suite notamment à la 
fin  des  accords  multifibres  et  à  la  chute  des  prix  des  produits  primaires).  Et  en  terme 
d’efficience  du  marché  des  biens  et  services,  Madagascar  est  classé  105ème    pays    sur  130 
Nations6.  Cette  situation  est  due  par l’existence  des  monopoles,  par  l’insuffisance  de  la 
concurrence et aussi par  la non sophistication des acheteurs.  

                                                            
4
 Source : www.awex.be/ fiche pays : situation économique de Madagascar 
5
 Source : Banque centrale de Madagascar, décembre 2007 
6
 www.doingbisiness.org/  
5
 
 
La faiblesse de l’exportation explique le déficit chronique de la balance commerciale et  la 
forte dépendance vis à vis  de l’aide financière internationale sous la forme de dette. Mais 
ces  deux  dernières  années,  le  déficit  de  la  balance  commerciale    s’explique  par 
l’augmentation des importations liées aux IDEs.  
 
Faible dynamisme du secteur industriel 
 
Le secteur industriel malgache n’est pas encore important dans l’économie car en 2007, sa 
production  ne  représente  que  13,07%  du  PIB7.  Et  il  s’agit  principalement  des  outputs  des 
branches agro‐alimentaires, bois et dérivés, textile/habillement et l’industrie métallique.  
 
A  Madagascar,  les  industries  sont  handicapées  par  de  nombreux  obstacles  tels  que  la 
carence  en  matière  de  technologie,   l'insuffisance  énergétique,  le  non  renouvellement  des 
outils  de   production,  la  difficulté  d'accès  aux  financements  et  technologies ainsi  que 
d'autres problèmes liés à la normalisation des produits  et la non maîtrise des procédures et 
règles sur les marchés.   
 
En  outre  le  secteur  industriel  est  très  peu  diversifié.  Le  pays  offre  donc  une  grande 
opportunité de s’ouvrir à l’amélioration des tissus industriels et l'élargissement des activités 
du secteur vers d'autres branches. C’est pour cette raison que, depuis  quelques années, les 
politiques d’ouverture  et de promotion des investissements privés adoptées à Madagascar 
ont réorienté progressivement l’économie nationale vers le secteur secondaire. 
 
Suite  à  cette  nouvelle  orientation,  la  présente  note  essaie  donc  de  décrire  l’état  actuel  de 
l’industrie à Madagascar, la performance et les problèmes qui entravent le développement 
des tissus industriels ainsi que les stratégies de développement industriel pratiquées dans le 
pays.  
 
 
2. La performance de l’industrie Malgache  
 
2.1. Le poids de l’industrie dans l’économie 
 
Tous  les  économistes  reconnaissent  le  rôle  moteur  que  joue  l’industrie  dans  le 
développement  d’un  pays.  L’histoire  économique  des  pays  développés  et  des  pays 
émergents  montre  bien  que  le  secteur  industriel  contribue  énormément  à  la  création  
d’emploi, à l’investissement et aux exportations. En outre, l’industrie est le lieu principal des 
innovations  technologiques  et  des  gains  de  productivité  et  elle  exerce  un  effet 
d’entraînement  puissant  sur  l’ensemble  des  activités  économiques,  en  particulier  par  ses 
consommations  intermédiaires.  Elle  peut  également  avoir  un  rôle  stratégique  en  termes 
d’indépendance. Même si la part des services dans l’économie s’accroît, une industrie solide 
est nécessaire à un équilibre vertueux de la balance commerciale et de la croissance.  
                                                            
7
Déclaration du ministre malgache de l'Economie, du Commerce et de  l'Industrie, Ivohasina Razafimahefa, lors 
de la célébration de la journée de l'industrialisation en Afrique (21 Novembre 2007) 

6
 
Ainsi,  l’importance  de  l’industrie  doit  être  évaluée  sur  un  périmètre  correspondant  à 
l’ampleur de son impact économique réel.  
 
L’économie  malgache  est  marquée  par  un  dualisme  sectoriel,  c'est‐à‐dire  par  le  contraste 
entre  un  développement  rapide  du  secteur  industriel  (qui  est  de  petite  taille)  dans  les 
milieux  urbains,  et  le   secteur  rural  traditionnel,  caractérisé  par  une  large  agriculture  de 
subsistance qui fait vivre la grande majorité des Malgaches. Le secteur industriel y est peu 
dynamique car le pays affiche même un recul. En effet, selon le classement de l’ONUDI,  le 
pays avait un indice de performance industriel de 0.087 (soit 105ème sur 118 pays) en 1998 ; 
mais la position s’est détériorée en 2003, avec un indice de 0.024, soit 119ème sur 120 pays8. 
Jusqu’à la fin des années 1990, le secteur industriel malgache demeurait à un stade quasi‐
stationnaire  et  n’arrivait  ni  à  élargir  la  gamme  de  produits  que  Madagascar  exporte  ni  à 
satisfaire les besoins de la population locale. Cette dernière tend à acheter plus des produits 
manufacturés à l’étranger.  
 
Malgré cela, suite aux efforts de promotion des investissements privés et des IDEs entrepris 
par  l’Etat,  le  secteur  industriel  malgache  a  repris  le  chemin  de  la  croissance  ainsi  que  le 
montre sa part croissante dans le PIB depuis 1997 (voir tableau 1). Et cette performance est 
surtout attribuée au dynamisme des Entreprises Franches (EF).  
 
Tableau 1 : Evolution de la part du secteur secondaire dans le PIB 
  
Année    1997  1999  2001  2003  2005  2007 
Part du secteur             
secondaire dans le PIB  12.4  12.5  13.5  14.1  14.3  15.6 
Source : Direction des Synthèses Economiques, INSTAT 
 
Entre 1995 et 1999, les EF ont connu une croissance de 20% par an, leur contribution au PIB 
du secteur secondaire est passée de 4,5% à 7,1% entre ces deux périodes. En 2001, les EF 
industrielles  sont  à  l’origine  de  10,3%  du  PIB  du  secteur  secondaire  mais  sa  part  a  baissé 
enregistré  une  baisse  de  2,5  points  en  2002  suite  à  la  crise  politique9.  A  la  reprise  des 
activités en 2003, elles affichaient une forte croissance de 76%. 
 
Le secteur minier (en particulier les industries extractives) malgache est également en forte 
croissance.  A  part  les  deux  grands  projets  miniers,  le  nombre  de  demandes  de  permis 
d'exploration / exploitation minière déposées auprès du ministère de l'Énergie et des Mines 
(MEM) augmente chaque année. 
 
 

                                                            
8
 Voir ONUDI, Industrial Development Scoreboard‐ 2007 Update 

 
9
 Cette baisse est causée par la crise socio‐économique de 2002 
7
 
L’évolution la production industrielle 
 
En 2005, l’INSTAT a fait des enquêtes auprès des industries malgaches pour connaître leurs 
perceptions  sur  la  tendance  du  secteur  industriel.  En  effet,  d’après  cette  enquête,  plus  de 
36% des industries enquêtés  affirment qu’elles sont en dégradation tandis que 23% sont en 
situation de stagnation. Un peu plus du quart seulement ont connu une croissance réelle10.   
 
      Tableau 2: Tendance du secteur industriel (en%) 
 
Croissance  Relance  Dégradation  Stagnation sans  Stagnation  Total 
relance   avec relance 
27.0  18.0  36.6  6.7  16.4  100 
Source : enquête entreprise 2005‐ INSTAT 
 
Durant cette même, le secteur industriel malgache a enregistrée une croissance de 3%, et la 
pu  créer  16  %  de  la  richesse  du  pays.  Par  comparaison,  les  secteurs  primaire  et  tertiaire 
créent respectivement les 29 % et 55 % des valeurs ajoutées du pays. 
 
En 2007, le secteur industriel  a connu un taux de croissance annuel de 3% et on a recensé 
plus  de  10  000  entreprises  (dont  8000  entreprises  individuelles)  qui  font  travailler  près  de 
200  000  personnes,  soit  une  taille  moyenne  de  22  personnes  par  industrie11.  Toutefois  la 
contribution de ce secteur au PIB reste à 15%.  
 
Tableau 3: Taux de croissance de la production industrielle de Madagascar (2000 à 2008) 
 
Année  2000  2001  2002  2003  2004  2005  2006  2007  Est° 
2008 
Taux de       5  3  3  3  3  3  3  3  6 
croissance 
en % 
Source : index mundi : économie de Madagascar  http://indexmundi.com/ 
 
Pour  2008,  le  taux  de  croissance  de  la  production  industrielle  est  estimé  à  6%.  Le 
gouvernement malgache compte accroître le nombre des industries de 10% par an dans le 
but  de  contribuer  à 17%  du  PIB  en  2012.  L’objectif  est  de  rendre  le  secteur  industriel  plus 
compétitif pour qu’ils offrent plus d’emplois, et contribuent au développement économique 
du pays. 
 

                                                            
10
 INSTAT : Rapport d’enquête sur les entreprises à Madagascar : année 2005  
11
  Source : Madagascar en bref, www.consulatmad.org/ 
8
 
La production par branche 
 
Le  secteur  industriel  malgache  comprend  plusieurs  branches  d’activités  et  les  plus 
performantes, c'est‐à‐dire avec un taux de croissance supérieur à 6%, sont au nombre de 12, 
ainsi que le montre le tableau 4. Cependant les branches qui offrent une bonne perspective 
sont l’agro‐alimentaire, les textiles et habillement, et l’industrie extractive.  
 
Tableau 4 : Taux de croissance de la production industrielle par branche  
 
Branches  Taux de croissance de la 
production industrielle 
Fabrication des produits alimentaires   11.88% 
Fabrication de textiles et articles d’habillements  11.72% 
Edition et imprimerie et reproduction supports enregistrés  11.14% 
Extraction des minerais métalliques  6.43% 
Industrie du bois  9.15% 
Industrie extractive  5.64% 
Industries de cuirs et chaussures  6.06% 
Distribution de gaz, d’eau et électricité  7.47% 
Fabrication des produits minéraux non métalliques  6.21% 
Fabrication  d’articles  en  caoutchouc  et  en  matières  8.53% 
plastiques  7.54% 
Fabrication de meubles, activité de fabrication   4.80% 
Fabrication de produits à base de tabac  4.42% 
Autres activités extractives  4.52% 
Fabrication  d’ouvrages  en  métaux  (sauf  machines  et  4.54% 
matériels) 
Fabrication de machines et Appareils électriques  
Source : MECI : Rapport économique et financier 2007‐2008, Novembre 2008‐ INSTAT/DSE 
                                                                                               
L’industrie agro‐alimentaire 
 
Madagascar  dispose  des  potentialités  agricoles  énormes.  L’agroalimentaire  pourrait  donc 
devenir  le  moteur  du  développement  industriel.  C’est  la  raison  pour  laquelle  le 
gouvernement  la  considère  comme  une  branche  prioritaire  de  l’économie.  En  2005,  elle 
représente  plus  de  30%  et  40%  du  chiffre  d’affaires  et  de  la  valeur  ajoutée  du  secteur 
industriel  en  200512.  L’essentiel  des  industries  transforment  les  produits  agricoles.  Ce  sont 
principalement les industries de boissons qui créent 34% des valeurs ajoutées de la branche, 
les sucreries pour 28% et les minoteries/féculeries pour 17%. La création des zones franches 
favorise  la  reprise  de  certaines  activités,  comme  la  conserverie  de  thon  à  Antsiranana;  la 
filature et le tissage du coton ou du sisal.  
 
Suite aux différentes politiques et stratégies de promotion de l’agrobusiness, cette branche a 
connu  la  plus  forte  croissance  des  branches  du  secteur  industriel  malgache  en  2007 
(11.88%).  
 
                                                            
12
 Source : éco austral www.ecoaustral.com/ 
9
 
Les industries manufacturières : cas des entreprises franches 
 
Le  secteur  industriel  malagache  a  connu  un  dynamisme  sans  précédent  depuis  la  mise  en 
place  du  régime  de  zone  franche  industrielle  au  début  des  années  1990.  Les  entreprises 
opérant  sous  ce  régime  bénéficient,  en  effet,  d’importants  avantages  fiscaux  et  d’autres 
incitations. Le nombre de ces entreprises franches industrielles passait de 12 en 1990 à 191 
en  2000  et  elles étaient  à  l’origine de  la  forte croissance  du  secteur  industriel  au cours  de 
cette période (5% en moyenne). Elles représentent près du tiers du PIB industriel et 30% des 
exportations  industrielles  en  2003.  Elles  sont  également  la  branche  la  plus  créatrice 
d’emplois avec près de 80 000 employés en 200413. Ce chiffre est passé à 120 000 en 2007. 
La réduction du volume des exportations malgaches combinée à l’augmentation du taux de 
chômage suite à la crise politique de 2002 démontre le rôle important de la Zone Franche 
dans l’économie du pays. 
 
Selon l’Economic Development Board of Madagascar (EDBM). Les EF sont surtout orientées 
vers  la  production  de  vêtements  comme  les  pull‐overs,  les  t‐shirts  ainsi  que  les  articles  de 
prêt‐à‐porter  masculin  et  féminin14.  En  effet,  64%  des  EF  enregistrées  s’opèrent  dans  les 
textiles  et  habillement  (voir  figure  1).  La  dynamique  du  secteur  est    déterminée  par  les 
accords  commerciaux  bilatéraux  ou  multilatéraux.  Il  s’agit  surtout  de  profiter  de  l’accès 
préférentiel au marché des pays développés dans le cadre de l’Accord Multi‐Fibre et de la loi 
Américaine  sur  les  opportunités  et  la  croissance  en  Afrique  (AGOA).  A  l’heure  actuelle, 
Madagascar est devenu le deuxième pays plus grand exportateur des produits d’habillement 
dans la région de l’Afrique Subsaharienne,  et les exportations vers les USA ont augmenté de 
10% entre 2005 et 2006, grâce à l’AGOA15. 
 
Figure 1 : Les branches performantes du secteur industriel  
 

 
Source : EDBM 2008 
 
 

                                                            
13
 http://www.ambamad.sn/enbref.htm: situation économique de Madagascar 
14
 Source : EDBM 2008 
15
 Source : EDBM 2008 
10
 
Le secteur minier :  
 
En 2007, Madagascar a enregistré une croissance économique de 7,2% grâce à d’importants
investissements dans le secteur minier. Ainsi, ce secteur joue un rôle très important dans les
performances économiques de ces dernières années. Bien qu’il ne représente que 4 % du PIB
en 2005, le gouvernement envisage de ramener ce chiffre à 30% d’ici 2011 (MAP,
engagement n°6, défi n°7), compte tenu de la bonne perspective et de la forte potentialité du
pays dans ce domaine.
 
Madagascar  dispose  de  richesses  minérales  importantes,  dispersées  sur  l’ensemble  du 
territoire.  De  nombreux  gisements  ont  été  identifiés  et  les  possibilités  d’exploitation  se 
déclinent comme suit : 
 
Minerais  industriels  :  la  chromite,  le    graphite,  quartz,  ilménite,  nickel,  mica  phlogopite  ou 
mica  brun,  les  sables  de  plages,  zircon  et  monazite,  fer,    le  quartz  de  fonte  et  piézo‐
électrique, le charbon 
 
Pierres  d’ornementation  :  labradorite,  cristal  de  roche,  rhodonite,  marbre,  cordiérite, 
célestite,  béryl  vitreux,  quartz,  tourmaline  opaque,  corindon,  ammonite,  aragonite,  bois 
silicifié, etc. ; 
 
Pierres fines : rubis, saphir, émeraude, aigue‐marine et autres béryls, etc. ; 
 
Or. 
 
Un code minier et une Loi sur les Grands Investissements Miniers (LGIM) ont été alors mise 
en place pour assurer le développement de ce secteur. Déjà en 2007, l’industrie extractive 
enregistrait un fort taux de croissance de 5.64%, mais pendant le premier semestre 2008, ce 
taux est de 23.60% par rapport à celle de la même période de l’année 2007.16 
 
A l’heure actuelle, quatre grands projets miniers ont vocation à soutenir le développement 
économique du pays : 
 
QMM : projet ilménite de Fort Dauphin 
Sheritt Ambatovy : projet nickel‐cobalt près de Tamatave à Ambatovy 
Madagascar Resources : Projet Sables Minéralisés (titane) de Tuléar 
Projet uranium 
 
Il est important de noter qu’à l’exception de ces grandes exploitations industrielles intégrées 
à  l’économie  nationale,  les  activités  minières  concernent  surtout  une  multitude  de  petits 
exploitants du secteur informel. 
 

                                                            
16
 MECI, Conjoncture économique au cours du premier semestre 2008. Octobre 2008 
11
 
Le secteur minier malgache emploie 10% de la population active17. Pourtant, les conditions 
dans  lesquelles  travaillent  les  exploitants  miniers  demeurent  très  précaires  à  Madagascar, 
surtout  dans  la  région  d’Ilakaka  et  Sakaraha.  Tout  d’abord,  les  salaires  sont  de  l’ordre  de 
3000  Ariary  par  jour.  De  plus,  ces  travailleurs  ne  bénéficient  d’aucun  équipement  de 
protection environ 100 personnes y trouvent la mort chaque année 18.  
 
3. Les problèmes du secteur industriel  
 
Nombreux  sont  les  obstacles,  cités  par  les  industriels  malgaches,  qui  entravent  le 
développement  de  ce  secteur.  Selon  le  Syndicat  des  Industriels  de  Madagascar  (SIM), 
l’environnement économique et social actuel ne favorise pas le développement soutenu des 
industries malgaches. Ces industries (grandes, moyennes et petites) souffrent de carence en 
ressources  technologiques,  de  déficience  en  ressources  énergétiques,  de  lacunes  en 
ressources méthodologiques et humaines, de l’étroitesse et de la faiblesse du marché, des 
procédures d’importation et d’exportation, des taxes et redevances trop élevées. A ceux‐ci 
s’ajoutent  les coûts élevés des facteurs de production, l’insuffisance des intrants locaux tant 
en qualité qu’en quantité, les problèmes liés à la normalisation de la qualité des produits, et 
les difficultés d’accès aux crédits 19.  
 
Ainsi, en dépit des performances prometteuses, le secteur industriel malgache est encore 
fragile et n’est pas très compétitif.  Le climat et l’environnement des affaires ne favorisent 
pas le développement des industries existantes et ralentit l’émergence de nouvelles unités.  
 
 
4. Les stratégies et politiques industrielles  
 
Conscient de ces obstacles, la forte perspective du secteur industriel et de son rôle moteur 
en  matière  de  développement,  le  gouvernement  de  Madagascar  a  adopté  la  politique 
d’ouverture de marché (au niveau mondial et surtout au niveau régional pour renforcer le 
commerce  et  l’industrie  nationale.    Le  pays  a  élaboré  et  est  en  train  d’étudier  la  mise  en 
place    des  mesures  adéquates  pour  renforcer  et  améliorer  la  production  des  industries 
nationales.  
 
Cette  volonté  s’est  matérialisée  par  « Lettre  de  politique  industrielle »,  conjointement 
élaboré par Le Ministère de l’Economie, du Commerce et de l’Industrie, l’Organisations des 
nations  Unis  pour  le  Développement  industriel  (ONUDI)  et  le  syndicat  des  industries  de 
Madagascar (SIM). Cette lettre présente les politiques industrielles à adopter dans le Pays.  
 

                                                            
17
  Conférence  internationale  sur  les  richesses  minières  en  sept  2006  ‐  initiée  par  Conférence  des  travailleurs 
malgaches, le BIT et la Friedrich Ebert Stiftung 
18
 Des études menées, par la Fondation Frederich Ebert et le Comité National du travail, sur les lieux. 
19
 Syndicat des Industriels de Madagascar 
12
 
Les  recommandations  majeures,  pour  un  développement  industriel  durable  sont mise  en 
place des mesures afin de:  
 
• améliorer l’environnement des affaires 
• promouvoir les investissements (locales, privés et étrangers) 
• stimuler le développement des entreprises locales 
• renforcer l’intégration du pays sur le marché (mondial et régional) 
 
La  mise  en  place  de  l’EDBM,  des  Centres  d’Extension  Régionale  pour  Développement 
Industriel et du Commerce (CERDIC), des services d’appui  institutionnel pour la promotion 
des exportations, de la Métrologie, Normalisation, Essaie et contrôle de Qualité (MNEQ), de 
la  restauration  et  la  mise  à  niveau  industrielle,  des  outils  financiers  et  du  système 
d’innovation industrielle, sont parmi les mesures identifiées. 
 
 
Conclusion 
 
Actuellement, les industries malgaches ont connu récemment une forte croissance mais elles 
sont encore fragiles et peu dynamiques. Nombreux sont les obstacles à leur développement 
et le gouvernement ne ménage pas des efforts pour lever ces obstacles car les perspectives 
de  développement  industriel  sont  bonnes.  En  plus,  le  pays  dispose  d’autres  avantages  tels 
que la grande potentialité agricole, une main d’œuvre jeune et compétitive, proximité des 
marchés régionaux (COMESA, SADC, COI). 
 
Ces dernières années, à la différence des autres pays africains, Madagascar a enregistré une 
bonne performance dans les domaines des industries orientées vers l'exportation. 
 
Toutes fois des efforts sont nécessaires pour améliorer les climats des affaires à Madagascar 
pour permettre ce développement industriel.  
 
 

13
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Contact :  
Représentation de l’ONUDI à Antananarivo pour l’Océan Indien, (Comores, Madagascar, Maurice, Seychelles), 
Bâtiment Ariane 5, Zone Galaxy Andraharo, rue du Dr Raseta, route de Majunga, BP 1348, Antananarivo 101, 
Madagascar 
Téléphone : (261) 20 23 365 40/43 ‐ Télécopie : (261) 20 23 365 45 
Courriel : office.madagascar@unido.org ‐ internet : www.unido.org/office/madagascar 
 

14
 

Vous aimerez peut-être aussi