Vous êtes sur la page 1sur 116

DEDICACE1

Je me présente Mhémdi Hamza Je dédie ce travail à

Mes parents CHARGUIA & CHEDLI


Qui représentent pour moi le symbole de la bonté par excellence et l’exemple du
dévouement qui n’a pas cessé de m’encourager et de prier pour moi. Rien au monde ne vaut
les efforts fournis jour et nuit pour mon éducation et mon bien être. Ils ont fait plus que des
parents puissent faire pour que ses enfants suivent le bon chemin dans leur vie et leurs études.

Mon frère ABELWAHEB


Qui m'a supporté durant ces dernières années. Ses sacrifices, son soutien moral et
matériel, sa gentillesse sans égal, son profond attachement m'ont permis de réussir ce PFE.

Mes sœurs IBTISSEM & SIHEM &CHEDIA et les maris de mes sœurs NABIL & KAIS et la
femme de mon frère IMEN
Je leurs dédie ce travail avec tous mes vœux de bonheur, de santé et de réussite.

A mon Cher binôme : Balhoudi Mohamed ali


Pour son soutien moral, sa patience et sa compréhension tout au long de ce projet.

Tous mes amis


Qui était mon fidèle accompagnant dans les moments les plus délicats de ma vie. Je
leur dédie ce travail avec tous mes vœux de bonheur, de santé et de réussite.

Tous ceux qui me sont chers, ceux qui ont sacrifié leur vie pour moi, une vie si pleine
d’amour et de dévouement ; et qui ont fait de moi ce que je puisse être aujourd’hui et demain
DEDICACE2

Je me présente Balhoudi Mohamed Ali Je dédie ce travail à

A mon adorable mère : Jamila Balhoudi


Pour les heures pleines de bonheur et de tendresse. Pour les chaudes larmes qui hantent
ma mémoire. Pour l’ampleur de tes sacrifices.
Pour toi ma chère maman qui mis l’avenir de tes enfants en première et les jouissances de la
vie terrestre en dernier. Vous êtes ce que j’ai de plus cher au monde et je vous jure qu’aucun
mot, ni expression ne saurait exprimer tout mon amour et toute ma gratitude.
Merci de faire l’impossible pour moi.
A mon cher père : Habib Balhoudi
Pour le lourd sacrifice afin de voir sa famille unie et heureuse, il a donné sa belle vie.
Pour tous les moments où tu n’as jamais épargné le moindre effort pour nous aider et nous
encourager.
Merci à vous d’être toujours présent pour faire mon bonheur

A mon frère et ma sœur : Ala & Nour


Merci d’être toujours à mes côtés, par votre présence, par votre amour, pour donner
du goût et du sens à notre vie de famille. « Que Dieu vous garde »

A la Famille : Balhoudi et Louzi


A Mes grands-pères ; mes grands-mères, mes oncles, mes tantes, mes cousins et mes
cousines. Votre confiance en moi, vos encouragements, vos prières sont ce qui m’a poussé et
me pousse toujours à suivre la voie de l’excellence, rêver et à réaliser mes rêves.

A mon Cher binôme : Hamza Mhémdi


Pour son soutien moral, sa patience et sa compréhension tout au long de ce projet.

A mes chers amis, A tous ceux que j’aime et ceux qui m’aiment, sous peine de ne pas
mentionner une personne, ce travail est dédicacé à tous les gens qui m’ont encouragé. Merci.
RESUME

Le présent travail s’inscrit dans le cadre d’un projet de fin d’études, consacré à l’étude
d’exécution de 191 logements répartis sur un bâtiment (12 étages) superficie d’environ 2236m²
situé sur le site de l’ancienne usine Lesieur Bordeaux.
Ce projet a été proposé par le bureau d’études FAZ PROJECT à Tunis. L’étude de ce
projet porte essentiellement sur la conception et au calcul des structures en béton armé. Dans
un premier temps, l’étude consiste à effectuer les fonds du plan, les hypothèses, la conception,
la modélisation du bâtiment à l’aide du logiciel GRAITEC ARCHE Ossature et la descente de
charges à la main. Ensuite, on passe au pré-dimensionnement des éléments principaux de la
structure : poutres, poteaux, dalles, poutre voile … selon le règlement EUROCODE.

ABSTRACT

This dissertation present a graduation project for the civil engineering study. We work
on a building with 12 floors which contains 191 housing. This project will be in the site of the
old factory Lesieur Bordeaux on a surface of 2236 m2. Our subject was been proposed by the
design office FAZ PROJECT in Tunis. The main goal of this study is the design and calculation
of reinforced concrete structures. We start by doing the background of the plan, hypotheses,
design and modeling of the building using GRAITEC ARCHE Ossature. Besides we find the
load-lowering by hand. After that, we make the pre-dimensioning of all principal elements of
the structure as: beams, columns, slabs, beam sailing ... This work respect the EUROCODE
regulation.

‫تلخيص‬

‫ شقة موزعة على دراسة‬191 ‫ مخصصة لتنفيذ‬،‫هذا العمل هو جزء من مشروع التخرج‬
.‫ تقع على موقع المصنع السابق ليسيور بوردو‬²‫ م‬2236 ‫ طابقا) مساحتها حوالي‬12( ‫بناء‬.
‫ تتركز دراسة هذا‬.‫) في تونس‬.‫تم اقتراح هذا المشروع من قبل مكتب الدراسات (فاز بروجكت‬
‫ تتألف الدراسة من تحديد أسس‬،‫ في البداية‬.‫المشروع على تصميم وحساب الهياكل الخرسانية المسلحة‬
‫ نذهب إلى البعد المسبق‬،‫ بعد ذلك‬.‫المسقط والفرضيات والتصميم ونمذجة المبنى ونزول األحمال باليد‬
...‫ السقف‬،‫ األعمدة‬،‫ الحزم‬:‫للعناصر الرئيسية للهيكل‬
REMERCIEMENT

Au terme de ce travail, je tiens à exprimer ma profonde gratitude à notre cher professeur


et encadrant M. Khorcheni Mohamed pour son suivi et pour son énorme soutien, qu’il n’a
cessé de nous prodiguer tout au long de la période du projet.
Je tiens à remercier également mon encadrant au sein de bureau M. Aymen Bachraoui
pour le temps qu’elle a consacré et pour les précieuses informations qu’elle m’a prodiguées
avec intérêt et compréhension.
J’adresse aussi mes vifs remerciements aux membres des jurys pour avoir bien voulu
examiner et juger ce travail.
Mes remerciements vont à tout le personnel que j’ai contacté durant mon stage au sein de bureau
d’étude FAZ-Project, auprès desquelles j’ai trouvé l’accueil chaleureux, l’aide et l’assistance
dont j’ai besoin.
Je ne laisserai pas cette occasion passer, sans remercier tous les enseignants et le
personnel de l’Ecole Nationale d’ingénieurs de Gabes ENIG, et particulièrement ceux de la
section génie civil pour leur aide et leurs précieux conseils et pour l’intérêt qu’ils portent à ma
formation.
Enfin, mes remerciements à tous ceux qui ont contribué de près ou de loin au bon déroulement
de ce projet.
SOMMAIRE

INTRODUCTION ..................................................................................................................................... 15
CHAPITRE I : PRESENTATION DU PROJET .............................................................................................. 16
I. Présentation de l’entreprise ...................................................................................................... 16
II. Implantation et description du site ........................................................................................... 16
Présentation du projet .......................................................................................................... 17
Description architecturale ..................................................................................................... 18
Dilatation – Contreventement .............................................................................................. 18
Stabilité au feu....................................................................................................................... 19
Etude de site / sensibilité ...................................................................................................... 19
Caractéristiques mécaniques ................................................................................................ 21
CHAPITRE II : ÉTUDE STRUCTURALE ...................................................................................................... 26
I. Conception ................................................................................................................................ 26
II. Fonds du plan ............................................................................................................................ 26
III. Plan du coffrage..................................................................................................................... 28
IV. Choix de la conception structurale........................................................................................ 29
Choix du type du plancher..................................................................................................... 29
Choix des poutres .................................................................................................................. 29
Choix du système porteur ..................................................................................................... 29
V. Descente des charges ................................................................................................................ 30
Saisie ...................................................................................................................................... 30
Modélisation.......................................................................................................................... 30
Calcul DDC ............................................................................................................................. 30
CHAPITRE III : CARACTÉRISTIQUES DES MATÉRIAUX ET HYPOTHESES DE CALCUL ............................... 33
I. Béton ......................................................................................................................................... 33
Résistance caractéristique à la compression du béton ......................................................... 33
Résistance de calcul pour la compression ............................................................................. 33
Résistance à la traction.......................................................................................................... 33
Module « sécant » de déformation instantanée ................................................................... 34
Retrait (EC2, 3.1.4)................................................................................................................. 34
II. Les aciers ................................................................................................................................... 34
Limites d’élasticité ................................................................................................................. 34
Contrainte de calcul............................................................................................................... 35
Module d’élasticité ................................................................................................................ 35
III. Hypothèses supplémentaires pour les états limites de service (ELS) ................................... 35
Limitation de la contrainte de compression du béton (EC2 7.2(2)) ...................................... 35
Limitation de la contrainte de traction de l’acier (EC2 7.2(5)) .............................................. 35
IV. Evaluation des charges (NF-EN 1991-1-1) ............................................................................. 36
Charges permanentes ........................................................................................................... 36
Charge d’exploitation ............................................................................................................ 36
CHAPITRE IV : ÉTUDE D’UNE DALLE PLEINE .......................................................................................... 37
I. Introduction ............................................................................................................................... 37
II. Plan de situation ........................................................................................................................ 37
III. Pré dimensionnement et charges de calcul .......................................................................... 37
Portée de calcul ..................................................................................................................... 37
L’épaisseur de la dalle ........................................................................................................... 38
IV. Calcul des sollicitations.......................................................................................................... 38
Evaluation des charges .......................................................................................................... 38
Combinaisons fondamentales ............................................................................................... 38
Calcul des sollicitations.......................................................................................................... 39
V. Armatures longitudinales .......................................................................................................... 40
Calcul des sections d’acier ..................................................................................................... 40
Vérification des travées ......................................................................................................... 42
VI. Calcul des armatures de renfort ............................................................................................ 43
Dans le sens x ........................................................................................................................ 43
Dans le sens y ........................................................................................................................ 43
VII. Vérification de l’effort tranchant .......................................................................................... 44
Sollicitations .......................................................................................................................... 44
Vérification ............................................................................................................................ 44
VIII. Vérification a l’ELS ................................................................................................................. 45
Limitation de contrainte de compression ............................................................................. 45
Limitation de la flèche ........................................................................................................... 45
IX. Dispositions constructives ..................................................................................................... 46
Aciers inferieurs..................................................................................................................... 46
Aciers supérieurs : (longueur d’ancrage) .............................................................................. 49
X. Ferraillage de la dalle ................................................................................................................ 50
CHAPITRE V : POUTRE VOILE ................................................................................................................. 51
I. Introduction ............................................................................................................................... 51
II. Plan de situation ........................................................................................................................ 51
III. Evaluation de charges............................................................................................................ 51
IV. Caractéristiques de la poutre voile........................................................................................ 52
V. Tirant principal .......................................................................................................................... 53
Effort de traction ................................................................................................................... 53
Aciers principaux inférieurs ................................................................................................... 53
VI. Bielles primaires .................................................................................................................... 53
Effort de traction dans la bielle horizontale .......................................................................... 53
Effort de compression dans la bielle inclinée ........................................................................ 53
Vérification des contraintes dans le nœud d'appui .............................................................. 53
VII. Tirant secondaire ................................................................................................................... 55
Effort de traction ................................................................................................................... 55
Armatures secondaires horizontales ..................................................................................... 55
Armatures verticales ............................................................................................................. 55
VIII. Ferraillage poutre voile ......................................................................................................... 56
CHAPITRE VI : ETUDE D’UNE POUTRE ................................................................................................... 57
I. Introduction ............................................................................................................................... 57
II. Plan de situation ........................................................................................................................ 57
III. Détermination des charges ................................................................................................... 57
IV. Pré-dimensionnement de la section ..................................................................................... 60
V. Calcul des sollicitations.............................................................................................................. 61
Choix de la méthode.............................................................................................................. 61
Cas des chargements ............................................................................................................. 62
Moment fléchissant............................................................................................................... 63
Étude de poutre a deux travée .............................................................................................. 70
Effort Tranchant .................................................................................................................... 72
VI. Calcul du ferraillage ............................................................................................................... 75
Armatures longitudinales ...................................................................................................... 75
Armatures transversales ....................................................................................................... 78
VII. Vérification de la flèche ......................................................................................................... 80
VIII. Schéma de ferraillage ............................................................................................................ 82
CHAPITRE VII : ETUDE D’UN POTEAU .................................................................................................... 83
I. Introduction ............................................................................................................................... 83
II. Plan de situation ........................................................................................................................ 83
III. Descente des charges ............................................................................................................ 83
IV. Longueur de flambement ...................................................................................................... 84
V. Choix Armatures longitudinales ................................................................................................ 85
Élancement ............................................................................................................................ 85
Effets de second ordre .......................................................................................................... 85
Vérification de l’état limite de stabilité de forme ................................................................. 85
Excentricité à prendre en compte ......................................................................................... 86
Armatures longitudinales ...................................................................................................... 87
Pourcentage minimale d’armatures ...................................................................................... 88
Pourcentage maximale d’armatures ..................................................................................... 88
VI. Choix des armatures transversales ....................................................................................... 88
Espacement en zone courante .............................................................................................. 88
Espacement en Zone de recouvrements ............................................................................... 88
Longueur de recouvrement ................................................................................................... 88
VII. Schéma de ferraillage ............................................................................................................ 89
CHAPITRE VII : CALCUL DES FONDATIONS............................................................................................. 90
I. Introduction ............................................................................................................................... 90
II. Etude de fondation superficielle ............................................................................................... 90
Choix des dimensions ............................................................................................................ 90
Détermination de Facteur de portance Kp............................................................................ 90
Capacité portante unitaire qult............................................................................................... 92
Capacité portante admissible d’une semelle ........................................................................ 92
Contrainte référentielle......................................................................................................... 93
Conclusion ............................................................................................................................. 93
III. Etude de la fondation profonde ............................................................................................ 93
Charge limite correspondante à la rupture du sol Qu........................................................... 93
. Détermination des charges admissibles sous différentes sollicitations .............................. 97
Détermination des charges limites........................................................................................ 98
Vérification des charges ........................................................................................................ 98
Détermination de nombre de pieux par appui...................................................................... 98
Ferraillage du pieu ................................................................................................................. 99
Enrobage.............................................................................................................................. 100
Plan de ferraillage................................................................................................................ 100
IV. Semelle sur un pieu ............................................................................................................. 101
Introduction ......................................................................................................................... 101
Hypothèse et Calcule ........................................................................................................... 101
Dispositions constructives ................................................................................................... 102
Cages de ferraillage ............................................................................................................. 103
Notre Exemple : ................................................................................................................... 103
CHAPITRE IV : CALCUL DE LA PISCINE .................................................................................................. 105
I. Etude de la piscine................................................................................................................... 105
Localisation de la piscine ..................................................................................................... 105
Exigences techniques à satisfaire ........................................................................................ 106
Hypothèse et Calcul des sollicitations ................................................................................. 107
Méthode de calcul ............................................................................................................... 108
Dimensionnement de la piscine .......................................................................................... 109
Sollicitions sur ROBOT et ferraillage : .................................................................................. 112
CONCLUSION GENERALE ..................................................................................................................... 114
Liste des Figures

Figure 1: Vue d’ensemble du projet EMBLEM sur le l’ilot P2 ..................................................... 17


Figure 2: Modélisation virtuel de projet....................................................................................... 17
Figure 3: Site de projet .................................................................................................................. 19
Figure 4: Extrait de la carte géologique au 1/50.000ème ........................................................... 20
Figure 5: Extrait de la carte du gonflement d’argile .................................................................... 20
Figure 6: Extrait de la carte d’inondation ..................................................................................... 20
Figure 7: Extrait de la carte de remontées de nappe .................................................................. 21
Figure 8: Mise en œuvre d’une paroi parisienne ......................................................................... 22
Figure 9: Façade Nord du bâtiment Highbay A1 .......................................................................... 23
Figure 10 : Façade EST du bâtiment Highbay A1 ......................................................................... 24
Figure 11: Façade Ouest du bâtiment Highbay A1 ...................................................................... 24
Figure 12: Coupe 1 du bâtiment Highbay A1 ............................................................................... 25
Figure 13: Coupe 3 du bâtiment Highbay A1 ............................................................................... 25
Figure 14: Exemple de fond de plan de R+11 .............................................................................. 27
Figure 15: Exemple de plan du coffrage de R+11 ........................................................................ 28
Figure 16: Maquette de projet ..................................................................................................... 31
Figure 17: Vue 1 en perspective de la structure extraite de l’ARCHE-OSSATURE. .................... 31
Figure 18: Vue 2 en perspective de la structure extraite de l’ARCHE-OSSATURE. .................... 32
Figure 19: Panneau de dalle étudié .............................................................................................. 37
Figure 20: Moments dans la dalle ................................................................................................ 39
Figure 21: Méthode forfaitaire ..................................................................................................... 40
Figure 22: Diagramme des moments à l'ELU ............................................................................... 41
Figure 23: Diagramme des moments à l'ELS ................................................................................ 41
Figure 24: Emplacement des aciers de renfort dans les réservations. ....................................... 43
Figure 25: Valeurs de Cd pour les poutres et les dalles. ............................................................. 48
Figure 26: Ferraillage du panpneau de dalle (calcul manuel) ..................................................... 50
Figure 27: Position de la poutre voile étudiée ............................................................................. 51
Figure 28: Poutre voile .................................................................................................................. 52
Figure 29: Modélisation de la poutre voile. ................................................................................. 52
Figure 30: Détail du nœud sur appuis(schéma de voûte) ........................................................... 53
Figure 31: Détails-inclinaison des bielles...................................................................................... 54
Figure 32 : Armatures PV .............................................................................................................. 56
Figure 33: Schéma de la poutre étudiée ...................................................................................... 57
Figure 34: Schéma équivalent de la poutre avec les charges équivalentes des Moments
fléchissant ...................................................................................................................................... 62
Figure 35: Cas de charge 1 : CCCC ................................................................................................ 62
Figure 36: Cas de charge 2 : DDDD ............................................................................................... 62
Figure 37: Cas de charge 3 : CDCD ............................................................................................... 63
Figure 38 : Cas de charge 4 : DCDC............................................................................................... 63
Figure 39: Cas de chargement pour moment maximal en travée 3 et travée 1 ........................ 66
Figure 40: Cas de chargement pour moment minimal en travée 1 et travée 3......................... 67
Figure 41: Courbe enveloppe des moments à l'ELU .................................................................... 69
Figure 42 : Courbe enveloppe des moments à l'ELS.................................................................... 69
Figure 43: Deux partie de poutre ................................................................................................. 70
Figure 44: Poutre avec les charges équivalentes des moments fléchissant .............................. 70
Figure 45: Cas de charge 1 : CC..................................................................................................... 70
figure 46 : Cas de charge 2 : DD .................................................................................................... 70
Figure 47: Cas de charge 3 : CD. ................................................................................................... 71
Figure 48: Cas de charge 4 : DC .................................................................................................... 71
Figure 49: Courbe enveloppe des moments à l'ELU .................................................................... 72
Figure 50: Courbe enveloppe des moments à l'ELS .................................................................... 72
Figure 51: Schéma de calcul de la poutre avec les charges équivalentes de l’effort tranchant 73
Figure 52: Diagramme des efforts tranchants ............................................................................. 74
Figure 53: Organigramme de calcul de ferraillage selon l’Eurocode .......................................... 75
Figure 54: Organigramme pour déterminer les armatures d’effort tranchant verticales ......... 78
Figure 55: Organigramme d’évaluation des flèches .................................................................... 80
Figure 56: Plan du ferraillage de la poutre ................................................................................... 82
Figure 57: Localisation du poteau P02 ......................................................................................... 83
Figure 58: Longueurs de flambement .......................................................................................... 84
Figure 59: Plan du ferraillage du poteau étudié .......................................................................... 89
Figure 60: définition de la pression limite nette équivalente ..................................................... 94
Figure 61: Courbe de frottement latéral qs=f(pl*) ...................................................................... 96
Figure 62: Plan du ferraillage du pieu étudié ............................................................................. 100
Figure 63: Semelle sur un pieu ................................................................................................... 102
Figure 64: Débords minimum ..................................................................................................... 102
Figure 65:Cage de ferraillage en panier ..................................................................................... 103
Figure 66: Plan ferraillage su semelle ......................................................................................... 104
Figure 67: Position de la piscine au niveau du 5ème étage ...................................................... 105
Figure 68: Position de la piscine au niveau du 5ème étage (4.75x15.85x1.5) ......................... 106
Figure 69: Coupe transversale de la piscine............................................................................... 107
Figure 70: Figure récapitulative des moments en travées et sur appuis en KN.m .................. 109
Figure 71: Modélisation de la piscine sur Robot........................................................................ 112
Figure 72: Valeurs des Moments Mxx à l’ELS ............................................................................ 112
Figure 73: Valeurs des Moments Myy à l’ELS ............................................................................ 112
Figure 74: Plan du ferraillage de la grande paroi de la piscine ................................................. 113
Figure 75 : Plan du ferraillage du Fond de la piscine ................................................................. 113
Liste des Tableaux

Tableau 1: Description sommaire des lots ................................................................................... 16


Tableau 2: Tableau récapitulatif sur la sensibilité de notre projet ............................................. 21
Tableau 3: L’interprétation des forages et des essais ................................................................. 22
Tableau 4: Une synthèse non technique résumant les informations à notre disposition......... 23
Tableau 5: Propriétés des armatures compatibles avec l’Eurocode béton................................ 35
Tableau 6: Tableau épaisseur minimale de la dalle ..................................................................... 38
Tableau 7: Moments initiales suivant x et y ................................................................................. 39
Tableau 8: Détermination des coefficients μx, μy ....................................................................... 39
Tableau 9: Les moments à l'ELU et à l'ELS de la dalle.................................................................. 40
Tableau 10: Calcul des sections d’acier pour chaque appui et travée ....................................... 42
Tableau 11: Valeurs de base du rapport portée/hauteur utile pour les éléments en béton
armé, en l'absence de l'effort normal de compression. (Tableau-7.4 NF EN 1992-1-1) ........... 46
Tableau 12: Valeur des coefficients α1 α2 α3 α4 α5. .................................................................. 48
Tableau 13: Charges uniformément réparties équivalents ......................................................... 58
Tableau 14: Charges équivalentes ................................................................................................ 59
Tableau 15: Charges permanentes et d’exploitation par mètre linéaire ................................... 59
Tableau 16: Pré-dimensionnement de la section de la poutre ................................................... 60
Tableau 17: Correction des charges permanentes et d’exploitation par mètre linéaire .......... 61
Tableau 18: Moments fléchissant sur appuis due aux charges réparties (t.m) ......................... 65
Tableau 19: Moments maximaux en travées à L’ELU et à L'ELS ................................................. 67
Tableau 20: Moments minimaux en travées à L’ELU et à L'ELS .................................................. 69
Tableau 21: Moments fléchissant sur appuis (t.m) ..................................................................... 71
Tableau 22: Moments maximaux en travées à L’ELU et à L'ELS ................................................. 72
Tableau 23: Résultats de calcul des efforts tranchants ............................................................... 74
Tableau 24: classes d’exposition................................................................................................... 76
Tableau 25: caractéristiques de dimensionnement .................................................................... 76
Tableau 26: Tableau récapitulatif d’Armatures longitudinales ................................................... 77
Tableau 27: Tableau récapitulatif ................................................................................................. 79
Tableau 28: Tableau récapitulatif des flèches ............................................................................. 81
Tableau 29: Dimensions des poutres et du poteau. .................................................................... 84
Tableau 30: Détermination de la classe du sol ............................................................................ 90
Tableau 31: Valeurs du facteur de portance Kp .......................................................................... 91
Tableau 32: Les différentes couches de sondage SP3 ................................................................. 92
Tableau 33: Détermination de la classe du sol ........................................................................... 95
Tableau 34: Choix de la courbe de frottement latéral ................................................................ 96
Tableau 35: Détermination des épaisseurs et de Qsi .................................................................. 97
Tableau 36: Détermination des charges de fluage en compression et en traction ................... 97
Tableau 37: Charges admissibles .................................................................................................. 97
Tableau 38: Charges Limites ......................................................................................................... 98
Tableau 39: Récapitulation et comparaison des charges ............................................................ 98
Tableau 40: nombre de pieux par appui ...................................................................................... 98
Tableau 41: Tableau pour la section d’armature longitudinale .................................................. 99
Tableau 42: Tableau pour les diamètres conseillés des armatures transversales ................... 100
Tableau 43: moments en travées et sur appuis pour une charge P ......................................... 108
Tableau 44 : Valeurs des coefficients Ka, Kb, K'a et K'b ............................................................ 108
Tableau 45: Tableau récapitulatif des moments en travées et sur appuis .............................. 108
Tableau 46 : Valeurs Des contraintes de calcul des aciers à l’ELS ............................................ 109
Tableau 47: Tableau récapitulative des quantités d’acier aux travées et aux appuis de la
piscine .......................................................................................................................................... 111
Etude d’un immeuble R+12 à bordeaux

INTRODUCTION

Les cours dispensés à l’école visent à former des ingénieurs polyvalents et


opérationnels, capables d’une part de concevoir une réponse adaptée à l’évolution des besoins
des hommes et des structures et d’autre part de proposer des solutions spécifiques à des
problèmes concrets. Cela ne pourra se faire que par une bonne symbiose entre la connaissance
théorique déjà reçue à l’école et la pratique relevant du milieu professionnel. Ainsi pour
découvrir cette facette pratique, l’entreprise nous a proposés des sujets. C’est dans ce cadre que
s’inscrit notre projet de fin d’étude intitulé « Etude structurale d’un bâtiment sous-sol +
RDC+12 étages à usage d’habitation.
Le présent rapport illustre les différents étapes et démarches, aussi bien conceptuelles
qu’analytiques, pour aboutir à l'étude de construction du projet en question. Elles sont listées
comme suit :

. Définition des hypothèses des calculs et évaluation des charges appliquées


. Réalisation de la conception.
. Modélisation de la structure à l’aide du logiciel Arch-Ossature.

. Calcul des éléments de structures en béton armé : dalles, poutres, poutres voile, selon le
règlement Eurocode 2.
. Etude de fondation
. Etude d’une piscine
. Réalisation des plans de coffrage et de ferraillage des éléments calculés.

MHEMDI Hamza BALHOUDI Mohamed Ali


15
Etude d’un immeuble R+12 à bordeaux

CHAPITRE I : PRESENTATION DU PROJET

I. Présentation de l’entreprise

FAZ Project est une société totalement exportatrice dans le domaine du bâtiment en
sous-traitance du marché français. Fondée en 2013 par des ingénieurs français situé à Mont
plaisir sont seul client est LEGENDRE France qui est une entreprise de construction spécialisé
en plusieurs domaines spécialement une usine de préfabrication des éléments en béton, une
usine d’acier, une entreprise de construction et un bureau d’études des structures en béton armé.
J’ai effectué plusieurs tâches pendant ma période de projet de fin d’étude au sein de l’équipe de
coffrage pour la préparation des plans pour faire la conception du projet et avec le pôle d’étude
qui est le responsable d’établir les plans d’exécution et de ferraillage des éléments de structure.

II. Implantation et description du site


Le projet se situe sur le site de l’ancienne usine Lesieur Bordeaux. Il s’étend sur une
superficie d’environ 15700 m2 et comprend 7 bâtiments (allant de R+1 à R+11+combles). Il
s’agit de la construction d‘environ 259 logements collectifs et d’environ 253 logements
étudiants avec des commerces et parkings au sous-sol. Il comprendra également en partie
centrale, une placette végétalisée ainsi qu’une sente piétonne traversant sur un axe Nord/Sud
établissant la liaison entre le Quai de Bacalan et le Quai Armand Lalande et une sente piétonne
traversant sur un axe Est/Ouest établissant la liaison entre le Quai du Sénégal et la future voirie
rétrocédée.

L’ilot est divisé en plusieurs lots :


Lots Noms attribués
A1 HIGHBAY (63 logements + 128 logements étudiants)
A2 CITYSIDE (44 logements + 22 places de parking)
B3-B4 RIVERSIDE (77 logements) + commerces + parking au sous-sol
C GARDENSIDE (67 logements + commerces + 199 places de parking)

B1 LOFTSIDE (32 logements étudiants)


B2 LE LEVAIN : Foyer Jeunes Travailleurs (102 logements étudiants environ)
Tableau 1: Description sommaire des lots

MHEMDI Hamza BALHOUDI Mohamed Ali


16
Etude d’un immeuble R+12 à bordeaux

Le terrain se trouve dans un ancien quartier industrialo-portuaire en reconversion. Son


altimétrie est comprise entre 4,20 mNGF et 5,47 mNGF.
La localisation de la zone d’étude en coordonnées Lambert II étendu est la suivante :
X : 371 578 m
Y : 1 988 781 m

Figure 1: Vue d’ensemble du projet EMBLEM sur le l’ilot P2

Présentation du projet

Notre projet consiste sur la conception et l’étude de la superstructure et l’infrastructure


l’ilot A1 appelé également HIGHBAY. Le bâtiment est sur une superficie d’environ 2236 m².
Ce bloc est constitué d’un cœur d’ilot, un bloc de 12 étages (d’hauteur totale de 40 mètres),
d’un R+10(d’hauteur totale de 31 mètres), R+8 (d’hauteur totale de 26 mètres), R+6(d’hauteur
totale de 20 mètres), R+4 (d’hauteur totale de 15 mètres) et R+3 (d’hauteur totale de 12 mètres).
Ces six blocs seront posés sur un sous-sol commun.

Figure 2: Modélisation virtuel de projet

MHEMDI Hamza BALHOUDI Mohamed Ali


17
Etude d’un immeuble R+12 à bordeaux

Description architecturale

*Sous-sol : (hauteur sous-plafond différent 3.45m et 3.16m différence de niveau)


- Une rampe, de pente de 5% de deux voies (descente et montée)
- 78 places de parking de dimensions environ 5m x 2.2 m dont 4 places pour handicapes,
- 3 escaliers avec SAS escalier,
- Local de maintenance
- 3 ascenseurs (double accès) avec 1 sas,
-différent épaisseur de dalle 23cm et 30cm
*Un Rez-de-chaussée :
Comprend des locaux à usage variables : Stockage, laverie, salle petit déjeuner,
salle de sport, lingerie, archives, locaux vélos, local Mixener, 2 locaux transformateur,
halls d’entrée, 2 locaux déchets étudiants ,8 escaliers avec 6 SAS escalier, une rampe de
pente 6.375%, 6 ascenseurs …
La charge d’exploitation de ces locaux respectera les normes Eurocode en vigueur
L’ossature est essentiellement constituée de :
-de poutres et poteaux en béton armé, de section et de géométrie variables,
-de voiles verticaux en béton armé, épaisseur selon calculs (structure et
acoustique), constituant les refends de la structure,
-façades en béton armé de 30cm en façades.
-les planchers sont constitués de dalles en béton armé d’épaisseur variable
-hauteur sous-plafond variable (4.22m, 5.52m,3m,3.32m,2.25m),
*Les autres étages :
Ces étages ont presque une architecture identique, Il comprend chaque étage :
-Séjour/cuisine, chambres, salles de bains, salles d’eau, dégagement,
circulations, Loggia, local technique,5 escaliers, 6 ascenseurs
-hauteur sous-plafond 2.45m
-épaisseur de dalle du plancher 20cm

Dilatation – Contreventement

Les joints de dilatation sont nécessaires dans les structures de grande longueur afin
d’éviter les efforts des retraits empêchés, la distance entre ces joints n’excédant pas :
-25 m dans les départements voisins de la méditerranée. (Notre cas)
- 30 m à 35 m dans les régions de l’Est, les Alpes et le massif central.
- 40 m dans la région parisienne et les régions du nord.

MHEMDI Hamza BALHOUDI Mohamed Ali


18
Etude d’un immeuble R+12 à bordeaux

Le bâtiment comporte trois joints de dilation qui le sépare en 4 blocs. Les stabilités
transversales et longitudinales des bâtiments sont assurées par les murs et les cages d’escaliers
et d’ascenseurs réalisés en béton armé faisant office de noyaux rigides. La stabilité horizontale
du bâtiment est assurée par l’effet diaphragme de la dalle béton de chaque niveau, reliée aux
murs en béton armé. Les efforts de vent transitent alors dans les élévations jusqu’aux fondations
de l’ouvrage.

Stabilité au feu

Classement des bâtiments zones à usage d’habitation :


Bâtiment A1 : 3eme famille B pour la partie en R+10 maximum et 4eme famille au-delà de R+10
3eme famille B : SF 1 h
4eme famille : SF 1h30
Parcs de stationnement : Les parois des parcs de stationnement seront SF 2h et les planchers
seront CF 2h

Etude de site / sensibilité

Figure 3: Site de projet

*Situation géologique

D’après la carte géologique de BORDEAUX, la succession des terrains devrait être la suivante :

- Alluvions de la Garonne (Argiles des Mattes et tourbes puis sable et graviers)

- Substratum oligocène

MHEMDI Hamza BALHOUDI Mohamed Ali


19
Etude d’un immeuble R+12 à bordeaux

Figure 4: Extrait de la carte géologique au 1/50.000ème

*Sensibilité au retrait /gonflement des sols argileux


Le terrain est situé en zone d’aléa moyen.

Figure 5: Extrait de la carte du gonflement d’argile

*Sensibilité au risque d’inondation

Le terrain est situé dans un secteur situé sous moins d’un mètre d’eau en cas de crue
centennale d’après le plan du PPRI de la commune. Le projet devra se conformer au PPRI.

Figure 6: Extrait de la carte d’inondation

MHEMDI Hamza BALHOUDI Mohamed Ali


20
Etude d’un immeuble R+12 à bordeaux

*Sensibilité aux remontées de nappe


Risques de crues, Débordements et Remontées de nappe
Le terrain est situé en zone de sensibilité de nappe sub-affleurante.

Figure 7: Extrait de la carte de remontées de nappe

Tableau 2: Tableau récapitulatif sur la sensibilité de notre projet

Caractéristiques mécaniques

Les sondages ont montré la présence de terrains alluvionnaires présentant des


caractéristiques mécaniques insuffisantes pour fonder le projet superficiellement. Des
fondations profondes traversant les formations alluvionnaires et descendues dans le substratum
carbonaté sont nécessaires.
Agressivité de l’eau : XA1. D’après la norme NF 206-1, cela correspond à une eau d’agressivité
chimique faible. Les fondations devront être dimensionnées en C30/37.
*Type de pieux retenus
Pieux forés à la tarière creuse. Pieux de classe 2 et de catégorie 6. Les pieux
travaillant à la traction sous sollicitation sismique devront être armés toute hauteur.
L’entreprise titulaire du présent lot devra adapter le dimensionnement des armatures en
fonction des efforts à reprendre. Selon les sections d’acier à mettre en place, certains
diamètres de pieux devront être adaptés voir doublés et/ou triplés. L’interprétation des
forages et des essais est fournie en annexe

MHEMDI Hamza BALHOUDI Mohamed Ali


21
Etude d’un immeuble R+12 à bordeaux

Tableau 3: L’interprétation des forages et des essais

* Niveau bas
Au droit de l’ensemble des bâtiments, les sols au niveau des terrassements seront
essentiellement constitués par des terrains remaniés et/ou évolutifs. Les planchers bas
seront traités en planchers portés dimensionnés pour reprendre les sous-pressions
hydrostatiques jusqu’à la cote retenue.
* Soutènements
Le secteur étant relativement plat, nous avons étudié deux coupes.
Conformément aux préconisations du bureau d'étude structure, nous étudions la mise en
œuvre d’une paroi parisienne qui servira de soutènement en phase provisoire

Figure 8: Mise en œuvre d’une paroi parisienne

MHEMDI Hamza BALHOUDI Mohamed Ali


22
Etude d’un immeuble R+12 à bordeaux

Tableau 4: Une synthèse non technique résumant les informations à notre disposition

Figure 9: Façade Nord du bâtiment Highbay A1

MHEMDI Hamza BALHOUDI Mohamed Ali


23
Etude d’un immeuble R+12 à bordeaux

Figure 10 : Façade EST du bâtiment Highbay A1

Figure 11: Façade Ouest du bâtiment Highbay A1

MHEMDI Hamza BALHOUDI Mohamed Ali


24
Etude d’un immeuble R+12 à bordeaux

Figure 12: Coupe 1 du bâtiment Highbay A1

Figure 13: Coupe 3 du bâtiment Highbay A1

MHEMDI Hamza BALHOUDI Mohamed Ali


25
Etude d’un immeuble R+12 à bordeaux

CHAPITRE II : ÉTUDE STRUCTURALE

I. Conception

La phase de conception est la plus délicate dans l’étude d’une construction d’un ouvrage.
En effet, c’est tout l’esprit d’ingénierie qui entre en jeu afin de fixer la structure la plus adéquate,
le premier pas consiste donc à trouver une conception simple et réalisable tout en respectant les
détails et les contraintes architecturales. Pour cela, le dimensionnement des éléments porteurs
et le choix de la structure optimale dépendront de plusieurs facteurs, tels que :

La stabilité (stable dans son ensemble et dans chacun de ses éléments)

Le respect des plans architecturaux pour conserver l’aspect fonctionnel et esthétique du
bâtiment et avoir le confort et le bien-être des usagers.

L’aptitude à l'utilisation pour laquelle elle a été prévue (commercial, administratif ou


habitation), compte tenu de sa durée de vie envisagée et de son coût.

Les méthodes de construction et les procédés d’exécution.

Les matériaux choisis et leurs provenances

II. Fonds du plan


C’est un plan contrairement de l’architecture ou on projette de bas vers le haut pour voir les
composants des structures et les empreintes des charges qui sont sur le plancher.
Il doit être propre des calques inutiles et des dessins de menuiseries de sanitaires il ne doit pas
être encombrant pour établir un principe de structure correcte Pour dessiner le fond de plan on
doit suivre ces recommandations suivantes :
-On dessine le système porteur : les voiles, les linteaux et les limites des planchers y compris
les terrasses et les balcons pour chaque étage.
- On superpose les voiles supérieurs des étages successifs en se basant sur l’angle intérieur de
la cage d’ascenseur. Puis, on vérifie la superposition des voiles intérieurs /façades et on dessine
le tracé sup des porteurs verticaux de l’étage supérieur.
-On indique les épaisseurs de dalles et les niveaux bruts/finis des planchers.
-On implante les gaines et les ouvertures données par l’archi.
-On réalise un plan des charges : localiser les charges (logements, terrasses, balcons,) par des
hachures et on indique dans un tableau les valeurs de ces charges

MHEMDI Hamza BALHOUDI Mohamed Ali


26
Etude d’un immeuble R+12 à bordeaux

Figure 14: Exemple de fond de plan de R+11

MHEMDI Hamza BALHOUDI Mohamed Ali


27
Etude d’un immeuble R+12 à bordeaux

III. Plan du coffrage

IL s’agit de placer nos poutres et poteaux qui transmettent les charges des planchers
jusqu’aux fondations. Les résultats définitifs d’une étude de conception prennent la forme des
plans et de devis dûment scellés et signés par l’ingénieur et émis aux fins de la construction.
Généralement cette phase se fait à la main en traçant les poutres sur un plan en papier tout en
respectant l’aspect architecturale du bâtiment car notre rôle est de donner une solution réalisable
pour concrétiser ce défi architectural et d’augmenter le plafond des défis.

Figure 15: Exemple de plan du coffrage de R+11

MHEMDI Hamza BALHOUDI Mohamed Ali


28
Etude d’un immeuble R+12 à bordeaux

IV. Choix de la conception structurale

Choix du type du plancher

Tous les planchers sont des dalles pleines qui sont caractérisés par les avantages suivants :
Possibilité de noyer les réseaux dans l’épaisseur de la dalle.
Gain du temps et réduction du coût de la main d’œuvre.
Adapte au Forme irrégulière.
Meilleur résistance au feu.
Pour des raisons d’acoustique, les épaisseurs minimales des dalles sont définies comme suit :
20 cm entre appartements.
23 cm entre parking et appartements.
En arrivant à la dalle de PH-1, la structure porteuse devient essentiellement poteau-poutre
donc toute descente de charge amenée par les voiles des étages sera transmise aux poteaux par
des poutres ce qui revient à limiter leurs retombées pour avoir une hauteur libre sous obstacles
de 220cm. Toutes les poutres ont été dimensionnées par ARCHE poutre avec une stabilité au
feu de 2h.

Choix des poutres

Parfois, les exigences architecturales imposent la non utilisation des retombées par endroit.
Pour cela on adopte la mise en place des bandes noyées dont la hauteur ne dépasse pas
l’épaisseur de la dalle

Choix du système porteur

Tous les murs en étages courants sont des murs porteurs. Le système établi est un système
voiles et non poteau-poutres. Ce choix est imposé par le bureau d’études et les plans
architecturaux comme le type de construction le plus connue en France est le système voiles.
Dans les bâtiments courants l’épaisseur d’un voile varie de 16 cm à 30 cm pour des raisons
acoustiques.
L’utilisation du système constructif à voile peut apporter aussi des avantages économiques :
La masse élevée des voiles permet un bon isolement acoustique.
Une construction en voiles est souvent plus économique qu’une construction à
poutres et poteaux, puisque les murs remplacent à la fois les poteaux, les poutres et les
cloisons ce qui économise ainsi les aciers et surtout la main d’œuvre.
Ils présentent une bonne résistance aux forces horizontales et limitent bien les
déformations latérales puisqu’ils sont des éléments infiniment rigides dans leur plan

MHEMDI Hamza BALHOUDI Mohamed Ali


29
Etude d’un immeuble R+12 à bordeaux

V. Descente des charges

Cette partie se fait à l’aide du logiciel de modélisation et de calcul ARCHE et qui


comporte 3 niveaux :
-saisie
-modélisation
-calcul DDC

Saisie

Une fois la conception structurale déterminée au niveau du logiciel de numérisation des


plans AutoCAD, on commence à tracer les axes des éléments de structure (voiles, poutres,
poteaux) par des lignes dans un calque qui sera nommée 01 pour les voiles et un autre calque
nommé 02 pour les poutres et des points dans un calque 03 pour les poteaux. Ensuite ce fichier
sera enregistré sous format DXF pour pouvoir l’exporter vers le programme GRAITEC.

Modélisation

Dans cette phase le logiciel va détecter les anomalies de structure dues à la mauvaise
saisie (éléments des structures superposer) ces anomalies sont des erreurs qui vont apparaitre
en rouge et se sont des défauts à réparer impérativement si non on ne peut pas passer à la DDC
et des avertissements qui vont apparaitre en vert que l’on peut ignorer.

Calcul DDC

Une fois le modèle est bien fait on peut passer à la descente des charges pour pouvoir
l’exploiter par la suite dans le calcul des éléments à travers les différents modules de ferraillage
(arche poutre, voile, dalle...).

MHEMDI Hamza BALHOUDI Mohamed Ali


30
Etude d’un immeuble R+12 à bordeaux

Figure 16: Maquette de projet

Figure 17: Vue 1 en perspective de la structure extraite de l’ARCHE-OSSATURE.

MHEMDI Hamza BALHOUDI Mohamed Ali


31
Etude d’un immeuble R+12 à bordeaux

Figure 18: Vue 2 en perspective de la structure extraite de l’ARCHE-OSSATURE.

MHEMDI Hamza BALHOUDI Mohamed Ali


32
Etude d’un immeuble R+12 à bordeaux

CHAPITRE III : CARACTÉRISTIQUES DES MATÉRIAUX ET


HYPOTHESES DE CALCUL

I. Béton

Résistance caractéristique à la compression du béton

L’EC2 permet d’utiliser des bétons de 12 à 90 MPa de résistance sur cylindres. Le béton
couramment utilisé en bâtiment a une résistance de 25 MPa, rarement 40, voire 50 pour certains
éléments très sollicités tel que poteau ou voile de contreventement. Cette valeur notée 𝑓𝑐𝑘,
correspond à une valeur caractéristique de la résistance à 28 jours. Elle permet de déterminer
les autres caractéristiques mécaniques des bétons

fck=25 MPa
Résistance de calcul pour la compression
𝑓𝑐𝑘
fcd=αcc× 𝛾𝑐

Avec αcc =1 : Valeur recommandée et à utiliser pour l’Annexe nationale française pour
bâtiments.
1.5 𝑐𝑎𝑠 𝑔é𝑛é𝑟𝑎𝑙𝑒
γc = {
1.2 𝑐𝑎𝑠 𝑎𝑐𝑐𝑖𝑑𝑒𝑛𝑡𝑒𝑙𝑙𝑒

25
fcd=1× 1.5 = 16.7 MPa

Résistance à la traction

La résistance moyenne à la traction du béton à 28 jours 𝑓𝑐𝑡𝑚 est donnée par :


fctm=0.3(fck)2/3 = 2.56 MPa

Elle permet de déterminer la résistance caractéristique 𝑓𝑐𝑡𝑘,0.05(fractile 5%) et la résistance


caractéristique 𝑓𝑐𝑡𝑘,0.95 (fractile 95%)

*fctk0.05=0.7 fctm=1.792 MPa

*fctk0.95=1.3 fctm=3.328 MPa

MHEMDI Hamza BALHOUDI Mohamed Ali


33
Etude d’un immeuble R+12 à bordeaux

La valeur à introduire dans les calculs dépend du type de problème à résoudre :

* fctm pour calculer les déformations de la structure.

*fctk,0.05 : pour calculer les effets des actions indirectes avant fissuration (par exemple
Pourcentage minimal d’armatures).

*fctk,0.95 : pour calculer la contrainte ultime d’adhérence et le moment de fissuration.

Module « sécant » de déformation instantanée

Pour une contrainte de courte durée d’application (t < 24 h) on adopte dans les calculs un

« Module sécant » ou « module de déformation instantanée » égal à :

𝑓𝑐𝑚 0.3
Ecm=22000( )
10

fcm= fck+8 MPa


Or fcm= Résistance moyenne à la compression du béton à 28j
Ecm= 31500 MPa
Retrait (EC2, 3.1.4)

Dans les bâtiments, les effets de la température et du retrait peuvent être négligé Si (EC2,
2.3.3 et AN), des joints espacés de djoint sont prévus :

djoint ≤ 25 m : départements proches de la Méditerranée


djoint ≤ 30 à 35 m : Est, Alpes et massif central
djoint ≤ 40 m : région parisienne et Nord,
djoint ≤ 50 m : Ouest de la France

II. Les aciers

Limites d’élasticité

EC2 retient 3 types d’acier :


• Classe A : acier à ductilité normale εuk ≥ 2,5% (laminé à froid ou Tréfilé)

• Classe B : acier à haute ductilité εuk ≥ 5% (laminé à chaud)

• Classe C : acier à très haute ductilité εuk ≥ 7,5%


Les aciers retenus sont conformes à la norme EN 10080. Ce sont les B500A ou les B500B à
500 MPa de limite élastique ; la limite élastique est notée :
fyk = 500 MPa

MHEMDI Hamza BALHOUDI Mohamed Ali


34
Etude d’un immeuble R+12 à bordeaux

Tableau 5: Propriétés des armatures compatibles avec l’Eurocode béton

Contrainte de calcul

L’Eurocode 2 retient pour la justification des sections une résistance de calcul égale à :
𝑓𝑦𝑘
fyd= 𝛾𝑠

1.15 𝑐𝑎𝑠 𝑔é𝑛𝑒𝑟𝑎𝑙𝑒


𝛾𝑠 = {
1 𝑐𝑎𝑠 𝑎𝑐𝑐𝑖𝑑𝑒𝑛𝑡𝑒𝑙𝑙𝑒
fyd = 435 MPa
Module d’élasticité

Le module d’élasticité est pris égal à : Es = 200000 MPa

III. Hypothèses supplémentaires pour les états limites de service (ELS)

Limitation de la contrainte de compression du béton (EC2 7.2(2))

Pour éviter l’apparition de fissures longitudinales, la contrainte de compression du béton


est limitée sous la combinaison caractéristique des charges à :

𝜎̅𝑐 = K1×fck
K1=0.6 : Valeur recommandée et à utiliser pour l’Annexe nationale française.
𝜎̅𝑐 = 15 MPa
Limitation de la contrainte de traction de l’acier (EC2 7.2(5))

Pour éviter une ouverture de fissures excessive, on limite la contrainte de traction sous la
combinaison caractéristique des charges dans les aciers σst à :

𝜎̅𝑠 = K3×fyk
K3=0.8 : Valeur recommandée et à utiliser pour l’Annexe nationale française.
𝜎̅𝑠 = 400 MPa

MHEMDI Hamza BALHOUDI Mohamed Ali


35
Etude d’un immeuble R+12 à bordeaux

IV. Evaluation des charges (NF-EN 1991-1-1)

Charges permanentes

* Circulations et les halles : G = 250 Kg/m2 + pp


* Les toitures inaccessibles : G = 150 Kg/m2 + pp
* les logements : G=100 Kg/m² +pp
* Les balcons : G = 50 Kg/m2 + pp
* Terrasse végétalisé : G = 400 Kg/m2 + pp
* Jardin RDC : 800kg/m2
Poids volumique du béton : 2500 Kg /m2

Charge d’exploitation

* Escalier, Hall, circulation, lieux communs : 250kg/m²


* Logement : 150kg/m²
* Terrasse accessible, terrasse technique : 150 kg/m²
* Balcon : 350 kg/m²

* Jardin RDC : 250kg/m2

* Toiture inaccessible, toiture végétalisée : 100kg/m2

MHEMDI Hamza BALHOUDI Mohamed Ali


36
Etude d’un immeuble R+12 à bordeaux

CHAPITRE IV : ÉTUDE D’UNE DALLE PLEINE

I. Introduction

Une dalle est un élément porteur, généralement horizontal, dont une dimension faible que
l’on appelle épaisseur vis à vis les deux autres (dimensions en plan). Ceci permet de rester dans
le cadre de la théorie des plaques minces faiblement fléchies.

II. Plan de situation


Dans notre cas, on va étudier un panneau de dalle rectangulaire situé au plancher haut du R+2.

Figure 19: Panneau de dalle étudié

III. Pré dimensionnement et charges de calcul

Portée de calcul

Leff =ln+a1+a2
Leff : portée utile (entre axe) dans chaque sens
Ln : portée entre nus d’appui
𝑡𝑖
ai = 2

ti=largeur de l’appui
18 18
Lx eff=300+ 2 + 2 =318 cm
30 30
Ly eff=602+ 2 + 2 =632 cm
Lx eff 318
α = Ly eff = 632 = 0.503 >0.5

 Dalle porte dans les deux sens.

MHEMDI Hamza BALHOUDI Mohamed Ali


37
Etude d’un immeuble R+12 à bordeaux

L’épaisseur de la dalle

Les exigences structurelles pour les étages courants : CF 1h


Selon l’EC2, L’épaisseur minimale pour que la dalle résiste est donnée par le tableau suivant :

Tableau 6: Tableau épaisseur minimale de la dalle

hs= 18cm
Soit h=20 cm

IV. Calcul des sollicitations

Evaluation des charges

*Charge permanente
Il s'agit d'une dalle d'épaisseur 20cm avec un revêtement de 1cm tel que :
G=25×0.2+25×0.01=5.25 KN/m²
*Charge d’exploitation
Ce panneau est conçu pour recevoir la charge de logement tel que :
Q=1.5 KN/m²
Combinaisons fondamentales

Pu=1.35G+1.5Q
=1.35×5.25+1.5×1.5=9.337 KN/m²=0.9337 t/m²
Ps=G+Q
=5.25+1.5=6.75 KN/m²=0.675 t/m²

MHEMDI Hamza BALHOUDI Mohamed Ali


38
Etude d’un immeuble R+12 à bordeaux

Calcul des sollicitations

Figure 20: Moments dans la dalle

α > 0.5
Mox(sens lx) μx pulx²
Moy(sens ly) μy Mox
Tableau 7: Moments initiales suivant x et y

μx, μy: sont déterminés à partir du tableau suivant :

Tableau 8: Détermination des coefficients μx, μy

MHEMDI Hamza BALHOUDI Mohamed Ali


39
Etude d’un immeuble R+12 à bordeaux

Le calcul des moments de chaque panneau est représenté dans les tableaux suivants :
μx μy Mox (T.m/m) Moy (T.m/m)
Sollicitations ELU 0.0965 0.2584 0.911 0.235
ELS - - 0.658 0.17
Tableau 9: Les moments à l'ELU et à l'ELS de la dalle

V. Armatures longitudinales

Calcul des sections d’acier

Le calcul des armatures longitudinales est réalisé pour une section rectangulaire de largeur
unitaire, travaillant à la flexion simple. Dans l'autre direction, il faut assurer le ferraillage
minimum de flexion.

Figure 21: Méthode forfaitaire

Les valeurs des moments sur appuis sont prises égales à :

* 0,15 MO dans le cas d'un encastrement faible, c'est-à-dire pour une dalle Simplement
appuyée (cas d'un panneau de rive de dalle sur une poutre).

* 0,30 MO dans le cas d'un encastrement partiel (cas d'un panneau de rive de dalle sur
un voile béton).

* 0,50 MO dans le cas d'une dalle continue (cas d'un panneau intermédiaire de dalle sur
une poutre ou sur un mur).

MHEMDI Hamza BALHOUDI Mohamed Ali


40
Etude d’un immeuble R+12 à bordeaux

Figure 22: Diagramme des moments à l'ELU

Figure 23: Diagramme des moments à l'ELS

MHEMDI Hamza BALHOUDI Mohamed Ali


41
Etude d’un immeuble R+12 à bordeaux

Le calcul des sections d’acier est représenté dans le tableau suivant :


Dimensionnement Appui T1 Appui Appui de T1 appui
A l’ELU intermédiaire 0.75Mox intermédiaire rive 0.85Moy intermédiaire
0.5 Mox 0.5 Mox 0.5 Moy
0.3Moy
|MED a | 0.455 - 0.455 0.07 - 0.117

|MED t | - 0.683 - - 0.2 -


𝐌𝐄𝐃 0.0084 0.0126 0.0084 0.00013 0.0037 0.00216
𝛍𝐜𝐮 =
𝐛𝐰 ∗ 𝐝𝟐 ∗ 𝐟𝐜𝐝

μcu < μlu= 0.372 Asc=0 Asc=0 Asc=0 Asc=0 Asc=0 Asc=0

αu=1.25(1-√𝟏 − 𝟐𝛍𝐜𝐮) 0.0105 0.0158 0.0105 0.00016 0.0046 0.0027

ZC=d (1- 0.4 αu) 0.1792 0.1788 0.1792 0.1799 0.1796 0.1798
(m)

𝑴𝑬𝑫 0.583 0.878 0.583 0.089 0.256 0.15


𝑨𝒔𝟏,𝒖=𝒁𝒄∗𝒇𝒚𝒅
(cm²/ml)

Tableau 10: Calcul des sections d’acier pour chaque appui et travée

Vérification des travées

*On vérifie pour chaque travée la condition suivante :

𝑀𝑤+𝑀𝑒
Mt + ≥ 1.25Mx
2

0.455+0.455
Suivant lx : 0.683+ ≥ 1.25×0.911
2

1.138 ≥ 1.139  Condition vérifiée

0.07+0.117
Suivant ly : 0.2+ ≥ 1.25×0.235
2

0.2935 ≥ 0.2937  Condition vérifiée

*Sections minimales des armatures :

Pour chaque panneau de dalle on vérifie la section minimale de non fragilité dans
les deux directions.

𝑓𝑐𝑡𝑚
𝐴𝑠,𝑚𝑖𝑛 = 𝑀ax(0.26× ×bt×d ; 0.0013×𝑏𝑡×𝑑) 𝐴𝑠,𝑚𝑖𝑛 = 𝑀ax(2.396 cm² ; 2.34 cm²)
𝑓𝑦𝑘

2.56
𝐴𝑠,𝑚𝑖𝑛 = 𝑀ax(0.26× 500 ×1×0.18 ; 0.0013×1×0.18) 𝐴𝑠,𝑚𝑖𝑛 = 2.396 𝑐𝑚²/𝑚𝑙

MHEMDI Hamza BALHOUDI Mohamed Ali


42
Etude d’un immeuble R+12 à bordeaux

*Choix des aciers

Dalle : Ay (D) = 0.256 cm²/ml <As,min = 2.396 cm²/ml Ay (D) =2.396 cm²/ml
Dalle : A x (D) =0.878 cm²/ml < As,min = 2.396 cm²/ml. Ax (D) =2.396 cm²/ml
Toute section d’armature calculée à l’ELU doit être supérieure à la section minimale
correspondante.
D’après le tableau annexe ADETS On choisit treillis soudé ST25C (Atx= 2.57 cm²/ml ;
Aty=2.57 cm²/ml) avec un espacement de 15cm pour les deux directions.

VI. Calcul des armatures de renfort

Pour remplacer l’armature coupée où se trouve les réservations, on fait un simple calcul
pour trouver son équivalent.

Figure 24: Emplacement des aciers de renfort dans les réservations.


𝑎 = 30 𝑐𝑚
Dans notre panneaux on a une seul réservation tel qui {
𝑏 = 90 𝑐𝑚
Dans le sens x
𝑎
S(ST25C)=2.57 cm²/ml  section choisie : s× 2 =0.38 cm²/ml  soit 1HA8
𝑎
Longueur de la barre : b+2× 2 +2×50Φ =200cm =2m

Dans le sens y
𝑏
S(ST25C)=2.57 cm²/ml  section choisie : s× 2 =1.15 cm²/ml  soit 1HA14
𝑎
Longueur de la barre : b+2× 2 +2×50Φ =260cm =2.6m

MHEMDI Hamza BALHOUDI Mohamed Ali


43
Etude d’un immeuble R+12 à bordeaux

VII. Vérification de l’effort tranchant

Sollicitations

Les dalles sont en général dimensionnées sans que les armatures transversales ne soient
nécessaires ce qui explique par VED <VRD Charge uniformément repartie et α > 0.5

𝑃𝑢∗𝐿𝑥 0.9337∗3.18
VED,x = VED,x = =1.186 T =0.01186 MN
2+𝛼 2+0.503

𝑃𝑢∗𝐿𝑥 0.9337∗3.18
VED,y= VED,y = =0.989 T =0.00989MN
2+𝛼 3

Vérification

VEd est l’effort tranchant agissant

VRd est l’effort tranchant résistant cela se traduit par : VRd =Max (vrd, c1 ; vrd, c2)

𝑉𝑟𝑑,𝑐1 =[𝐶𝑅𝑑,𝑐𝑘(100𝜌𝑓𝑐𝑘)1/3 +𝑘1𝜎𝑐𝑝]𝑏𝑤𝑑


0.34
𝑉𝑟𝑑,𝑐2 =[ 𝛾𝑐 fck1/2+𝑘1𝜎𝑐𝑝]𝑏𝑤𝑑

Avec :
𝐴𝑠1 0.000257
𝜌=𝑏𝑤∗𝑑 = =0.00142 ≤ 0.02
1∗0.18

𝜎𝑐𝑝 = 0 (𝑓𝑙𝑒𝑥𝑖𝑜𝑛 𝑠𝑖𝑚𝑝𝑙𝑒)


200
K=min(1+(𝑑(𝑚𝑚))0.5 ;2) = 2

0.18 0.18
𝐶𝑅𝑑,𝑐= 𝛾𝑐 = 1.5 =0.12

D’où
𝑉𝑟𝑑,𝑐1 =[0.12*2(100*0.00142*25)1/3 +0]1*0.18=0.0659
0.34
𝑉𝑟𝑑,𝑐2 =[ 1.5 251/2+0]1*0.18=0.204

VRd =Max (0.0659; 0.204)


 Vrd=0.204 MN
VEd =0.01186 MN < 0.204 MN
les armatures d’effort tranchant ne sont pas nécessaires.

MHEMDI Hamza BALHOUDI Mohamed Ali


44
Etude d’un immeuble R+12 à bordeaux

VIII. Vérification a l’ELS

Limitation de contrainte de compression

*position de l’axe neutre :


𝑏𝑤×𝑥1²
+15(As1+As2)x1-15(As1×d+As2×d’)=0
2

1×𝑥1²
+15(2.57.10-4x1)-15(2.57.10-4×0.18)=0
2

x1=0.0336 m
On en déduit alors la valeur de l’inertie de la section fissurée
𝑏𝑤×𝑥13
Icf = +15As1(d-x1)²+15As2(x1-d’)²
3

1×0.03363
Icf = +15×2.57×10-4×(0.18-0.0336)²
3

=0.000095286 m4
Icf = 9.526 10-5 m4
𝑃𝑠 0.675
Mser=Mt𝑃𝑢 = 0.6830.9337

= 0.4937 T.m
D’où la contrainte de compression du béton :
𝑀𝑠𝑒𝑟 4.937
σc = x1= 9.526 10−5 0.0336
𝐼𝑐𝑓

=1.741 MPa
̅̅̅ = k1×fck = 0.6× 25 = 15 𝑀𝑃𝑎 (avec k1=0.6)
σc
Limitation de la flèche

Pour une dalle qui porte sur ces 4 côtés ou sur 2 côtés, il n’est pas nécessaire de vérifier la
condition de la flèche si la condition suivante est vérifiée :

𝑙 𝑙
𝑓 ≤ 𝑓𝑙𝑖𝑚 ⇔ 𝑑 ≤ (𝑑)lim

Avec La valeur limite du rapport (portée utile / hauteur utile) : (l/d) Lim peut être obtenue à
l'aide de tableau suivantes :

MHEMDI Hamza BALHOUDI Mohamed Ali


45
Etude d’un immeuble R+12 à bordeaux

Tableau 11: Valeurs de base du rapport portée/hauteur utile pour les éléments en béton armé,
en l'absence de l'effort normal de compression. (Tableau-7.4 NF EN 1992-1-1)

Pourcentage des armatures


𝐴𝑠1 0.000257
ρ=𝑏𝑤∗𝑑 = =0.001427
1∗0.18

0.14% < 0.5%  béton faiblement sollicité


De plus notre système structural se manifeste dans une travée intermédiaire d’une
poutre ou d’une dalle portant dans une ou deux directions.
𝑙
Donc d’après le tableau au-dessus : (𝑑)max =30
𝑙 3.18 𝑙
= 0.18 = 17.66 < (𝑑)max =30
𝑑
La condition de flèche est vérifiée.

IX. Dispositions constructives

Aciers inferieurs

3.1. Longueur d’ancrage de référence

En admettant une contrainte d’adhérence constante égale à fbd ,la longueur d’ancrage de
référence lb,rqd nécessaire pour ancrer l’effort Asσsd qui règne dans une barre droite vaut :
𝛷 σsd
lb,rqd = 4 fbd
As,calcul
avec : σsd = contrainte effective de la barre ancré =fyd(𝐴𝑠,𝑚𝑖𝑠 𝑒𝑛 𝑝𝑙𝑎𝑐𝑒) =fyd= 435 MPa

fbd=2.25η1 η2 fctd

MHEMDI Hamza BALHOUDI Mohamed Ali


46
Etude d’un immeuble R+12 à bordeaux

𝜂1 : Coefficient liée aux conditions d’adhérence


1: lorsque les conditions dadhérence sont bonnes
𝜂1 = {
0.7: autres cas
𝜂2 : liée au diamètre de la barre.
1: si Φ < 32mm
𝜂2 = {(132−Φ)
pour Φ > 32mm
100

𝑓𝑐𝑡𝑑 : Résistance de calcul en traction du béton.


𝛼𝑐𝑡×𝑓𝑐𝑡𝑘,0.05
𝑓𝑐𝑡𝑑= 𝛾𝑐

αct=1
γc=1.5
fctk,0.05 =0.7×fctm =0.7×2.56=1.79 MPa
𝑓𝑐𝑡𝑑=1.19 MPa
fbd=2.25η1 η2 fctd =2×1×1×1.19=2.68 MPa
D’après norme ADETS : Φst25=7mm =0.7cm
𝛷 σsd 0.7 435
lb,rqd = =
4 fbd 4 2.68

lb,rqd =28.4 cm
3.2. Longueur d’ancrage de calcul lbd

La longueur d’ancrage de référence vaut


lbd=α1α2α3α4α5lb,rqd
α1 = 1 si droit
α1 :coefficient prenant en compte la forme de l’ancrage {
α1 = 0.7 si Cd > 3Φ
α2 : coefficient prenant en compte le confinement de l’enrobage du béton.
α3 : coefficient prenant en compte l’influence du confinement par des armatures transversales.
α4 : coefficient prenant en compte l’influence d’une ou plusieurs aciers transversaux soudés.
α5 : coefficient prenant en compte la présence d’une contrainte de compression transversale p.

MHEMDI Hamza BALHOUDI Mohamed Ali


47
Etude d’un immeuble R+12 à bordeaux

Tableau 12: Valeur des coefficients α1 α2 α3 α4 α5.

α1=1
𝑐𝑑−𝛷
α2= 1-0.15( )
𝛷

Figure 25: Valeurs de Cd pour les poutres et les dalles.

cd = 20 mm
2−0.7
α2= 1-0.15( ) = 0.72
0.7
α3=α4=α5=1 (Pas d'armatures d'effort tranchant)

MHEMDI Hamza BALHOUDI Mohamed Ali


48
Etude d’un immeuble R+12 à bordeaux

lbd=0.72×28.4=20.488 cm
On doit vérifier la valeur de lb,d avec une valeur minimale lb,min
0.3𝐿𝑏, 𝑟𝑞𝑑 = 0.3 × 28.4 = 8.52𝑐𝑚
lb,min=max{ 10𝛷 = 10 × 0.7 = 7𝑐𝑚
10 𝑐𝑚
lb,min=10 cm
lbd=20.488 > lb,min=10
 lbd=20.488 cm
3.3. Recouvrement des panneaux

Les dimension d’un panneau de treillis ST25 son (2.4m × 6m) donc afin de mettre en
place ces treillis soudés sur une dalle de dimension 3m×6.14m on a besoin de 3 panneau .
D’après la normes ADETS la longueur de recouvrement est égale a l0=0.3m

Aciers supérieurs : (longueur d’ancrage)

L’EC2 impose de respecter la condition suivante :


l1=max[lbd ; 0.2 ln]
ln : longueur entre nus (lx)
l1=max[20.488; 60]
l1=60cm

MHEMDI Hamza BALHOUDI Mohamed Ali


49
Etude d’un immeuble R+12 à bordeaux

X. Ferraillage de la dalle

Figure 26: Ferraillage du panneau de dalle (calcul manuel)

MHEMDI Hamza BALHOUDI Mohamed Ali


50
Etude d’un immeuble R+12 à bordeaux

CHAPITRE V : POUTRE VOILE

I. Introduction

Les poutres-voiles constituent des éléments de parois fléchies dans leur plan moyen, de
portée inférieure à deux fois la hauteur, pour lesquels la méthode des bielles et tirants (B-T)
selon l’Eurocode 2 est applicable pour leur justification, la différence entre une poutre ordinaire
et une poutre voile(PV), c'est que la dernière est plus rigide, elle ne fléchie pas comme l'autre.
Les efforts sont transmis par bielles et tirants au bas de PV, la disposition du ferraillage est
plutôt différente.

II. Plan de situation


On va étudier la poutre voile isostatique située au niveau du RDC :

Figure 27: Position de la poutre voile étudiée

III. Evaluation de charges


Charge permanente : G=14.88 t/ml
Charge d’exploitation : Q=2.02 t/ml
Poids propre de la poutre voile : Ppv =0.18×2.66×2.5=1.197 t/ml
Calcul de l'effort réparti : PED =1.35(G+Ppv)+1.5×Q=25,007 t/ml

MHEMDI Hamza BALHOUDI Mohamed Ali


51
Etude d’un immeuble R+12 à bordeaux

IV. Caractéristiques de la poutre voile

Figure 28: Poutre voile

La poutre voile est repris par deux voiles d’épaisseur 18cm


0.18 0.18
Portée entre axes : L=2.5+ + =2.68 m
2 2
𝐿
Le bras de levier Z dépend de l’élancement de la poutre-voile ℎ

𝐿 2.68
= 2.66 = 1.007

Z= 0.54h+0.06L = 1.6 m
𝑧
Tan θ = 𝐿−𝑎 ×4 =2.56  θ=68.66°

La position e du tirant inférieur T est : e =0.075 × h = 0.2 m

Figure 29: Modélisation de la poutre voile.

MHEMDI Hamza BALHOUDI Mohamed Ali


52
Etude d’un immeuble R+12 à bordeaux

V. Tirant principal

Effort de traction

𝐴𝐷 𝑅
T= 𝑡𝑎𝑛θ

La réaction au niveau de l’appui droit est :


𝐿+𝑎
RAD =PED = 35.76 𝑡
2
35.76
T= = 13.968 t
2.56

Aciers principaux inférieurs


𝑇 13.968
As= 𝑓𝑦𝑑 = × 10-2 =0.0003211 m² = 3.211 cm²
435

h ≤ l donc l’armature est distribuée dans la partie inférieure de la poutre voile au niveau de la
hauteur 0.15h=0.4 m .
Choix des aciers : 2HA16 = 4.02 cm²

VI. Bielles primaires

Effort de traction dans la bielle horizontale

T=13.968 t
Effort de compression dans la bielle inclinée
𝑅 𝐴𝐷
C1=𝑠𝑖𝑛θ =38.39 t

Vérification des contraintes dans le nœud d'appui

On a un nœud en compression -traction avec un tirant ancré dans une direction.

Figure 30: Détail du nœud sur appuis(schéma de voûte)

MHEMDI Hamza BALHOUDI Mohamed Ali


53
Etude d’un immeuble R+12 à bordeaux

σRd,max :contrainte maximal de compression d’une bielle de béton


σRd,max=k2 ×v’× 𝑓 cd
k2 𝑒𝑡 v’ : Valeurs données par l’annexe nationale française
fck
v’=1- 250 =0.9

k2=0.85
σRd,max=0.85×0.9× 16.7=12.775 MPa
Fcd1 RAd 0.3576
σRd1= = = 0.18∗0.18 = 11.037 MPa < σRd,max= 12.775 MPa
S1 a∗b
Fcd2
σRd2=
S2

Fcd2=C1 = 38.39 t = 0.3839 MN

Figure 31: Détails-inclinaison des bielles

S2=a2*b
a=0.18 m
b=b’=0.18 m
a2=(a-c) sinθ+(ht+c) cosθ
= (0.18-0.03) sin (68.66) + (0.4+0.03) cos (68.66) =0.296 m

S2= 0.053 m²
0.3839
σRd2= 0.053
=7.243 MPa < σRd,max= 12.775 MPa

MHEMDI Hamza BALHOUDI Mohamed Ali


54
Etude d’un immeuble R+12 à bordeaux

VII. Tirant secondaire

Effort de traction

En considérant une demi-bielle (de longueur h’) a l’appui, placée dans une région de
discontinuité totale car :
z
h’= =1.717m
sinθ

L’effort de traction donc vaut :


1 𝑎2
T= (1-0.7 )F
4 h′

h’=1.717m
a2=0.296 m
F =C1 = 38.39 t = 0.3839 MN
T = 0.084 MN

Armatures secondaires horizontales


Tsinθ 0.084∗sin68.66
Ah= = = 1.8 cm²
fyd 435

Elle est distribuée sur une hauteur : h=0.8Z=0.8×1.6 = 1.28 m


As,db min= max [0.001Ac ; 1.5 cm²/m]
Ac=e×1= 0.2 m²  As,db min=2cm²/m
A=max[Ah ; As,db min × h]= 2.56 cm²
D’où le choix de travailler avec ST25

Armatures verticales
Tcosθ 0.084cos68.66
At= = = 0.7 cm²
fyd 435

Or on a verticalement des treillis soudées (ST25) tel que  S(ST25) =1.28cm²


Donc la section d'acier restante est :
At – s = 1.28cm²  ST(20) (S=1.89 cm²)

MHEMDI Hamza BALHOUDI Mohamed Ali


55
Etude d’un immeuble R+12 à bordeaux

VIII. Ferraillage poutre voile

Figure 32 : Armatures PV

MHEMDI Hamza BALHOUDI Mohamed Ali


56
Etude d’un immeuble R+12 à bordeaux

CHAPITRE VI : ETUDE D’UNE POUTRE

I. Introduction

Les poutres sont des éléments porteurs horizontaux en béton armé, leur rôle consiste
essentiellement à supporter les charges entre et au-delà des appuis.
La descente des charges, le calcul et le dimensionnement de l’ensemble des poutres du bâtiment
ont été calculés à la main puis vérifiés à l’aide du logiciel « ARCHE ».
On traite, à titre indicatif, par un calcul détaillé d’une poutre continue à quatre travées. Il s’agit
de la poutre du plancher haut de 2eme étage, qui supporte la dalle pleine (donc charges trapèze
et triangle).

II. Plan de situation

Figure 33: Schéma de la poutre étudiée

III. Détermination des charges


On admet la méthode des lignes de rupture d'un panneau de dalle encastrée sur son contour
pour calculer les charges transmis aux poutres.
Par la suite on va calculer les charges uniformément réparties équivalente, pour l'effort
tranchant et le moment fléchissant, sur les travées des poutres.

MHEMDI Hamza BALHOUDI Mohamed Ali


57
Etude d’un immeuble R+12 à bordeaux

Tableau 13: Charges uniformément réparties équivalents

-Poids plancher dalle pleine d’épaisseur 20cm


GD1= GD2= GD3= GD4= GD5 =GD +GSUP =2.5×0.2+0.15=0.65 t/ml
QD1= QD2= QD3= QD4=0.15 t/ml
QD5= 0.25 t/ml
Le calcul sera développé pour la 1ere et 2eme travée, le reste sera résumé dans le tableau suivant.
345.3
Pour D1 (Triangle)  α1=632.39 =0.546
632.39
Pour D2 (Trapèze)  α2= 635.5 =0.995
152.2
Pour D5 (Trapèze)  α5= =0.082
1834.92

* charge répartie équivalent de l'effort tranchant


-dalle D1 sur travée 1
𝐺.𝑙𝑥 0.65∗3.453
gv1= = = 0.56 t/ml
4 4
𝑄.𝑙𝑥 0.15∗3.453
qv1= = = 0.13 t/ml
4 4

-dalle D2 sur travée 2


𝐺.𝑙𝑥 𝛼2 0.65∗6.3239 0.995
gv2= (1- 2 ) = (1- ) = 1.032 t/ml
2 2 2
𝑄.𝑙𝑥 𝛼2 0.15∗6.3239 0.995
gv2= (1- 2 ) = (1- ) = 0.238 t/ml
2 2 2

-dalle D5 sur tous les travées


𝐺.𝑙𝑥 𝛼5 0.65∗1.522 0.082
gv5= (1- 2 ) = (1- ) = 0.474 t/ml
2 2 2
𝑄.𝑙𝑥 𝛼5 0.25∗1.522 0.082
gv5= (1- 2 ) = (1- ) = 0.182 t/ml
2 2 2

MHEMDI Hamza BALHOUDI Mohamed Ali


58
Etude d’un immeuble R+12 à bordeaux

*charge répartie équivalent du moment fléchissant


-dalle D1 sur travée 1
𝐺.𝑙𝑥 0.65∗3.453
gm1= = = 0.746 t/ml
3 3
𝑄.𝑙𝑥 0.15∗3.453
qm1= = = 0.172 t/ml
3 3

-dalle D2 sur travée 2


𝐺.𝑙𝑥 𝛼2² 0.65∗6.3239 0.995²
gv2= (1- ) = (1- ) = 1.377 t/ml
2 3 2 3

𝑄.𝑙𝑥 𝛼2² 0.15∗6.3239 0.995²


gv2= (1- ) = (1- ) = 0.317 t/ml
2 3 2 3

-dalle D5 sur tous les travées


𝐺.𝑙𝑥 𝛼5² 0.65∗1.522 0.082²
gv5= (1- ) = (1- ) = 0.493 t/ml
2 3 2 3

𝑄.𝑙𝑥 𝛼5² 0.15∗1.522 0.082²


gv5= (1- ) = (1- ) = 0.114 t/ml
2 3 2 3

dalle D1 dalle D2 dalle D3 dalle D4 dalle D5


lx (m) 3.453 6.323 3.188 5.317 1.522
ly(m) 6.323 6.355 6.323 6.323 18.349
α 0.546 0.995 0.504 0.84 0.082
gv (t/ml) 0.56 1.032 0.518 0.869 0.474
qv (t/ml) 0.13 0.238 0.119 0.2 0.182
gm (t/ml) 0.746 1.377 0.69 1.158 0.493
qm (t/ml) 0.172 0.317 0.158 0.266 0.114
Tableau 14: Charges équivalentes

Pour le travée 1 :gv= gv1+ gv5 = 0.56+0.474 = 1.034 t/ml


qv= qv1+ qv5 =0.13 + 0.182 =0.312 t/ml
gm= gm1+ gm5= 0.746 +0.493=1.239 t/ml
qm= qm1+ qm5 = 0.172 +0.114 = 0.286 t/ml
Travée 1 Travée 2 Travée 3 Travée 4
Charges gv 1.034 1.506 0.992 1.343
réparties qv 0.312 0.42 0.301 0.382
(t/ml)
gm 1.239 1.87 1.183 1.651
qm 0.286 0.431 0.272 0.38
Tableau 15: Charges permanentes et d’exploitation par mètre linéaire

MHEMDI Hamza BALHOUDI Mohamed Ali


59
Etude d’un immeuble R+12 à bordeaux

IV. Pré-dimensionnement de la section

Selon le règlement EC2, le pré-dimensionnement de la section de la poutre se fait en se


basant sur les deux critères suivants :

ℎ 1
- limiter la flèche de la section : 𝑙 ≥ 16
0.6∗𝑀0𝑑
- Eviter les aciers comprimés : μcu=𝑏𝑤∗𝑑2 ∗𝑓𝑐𝑑 < μls=0.372

0.4d≤ bw ≤ 0.5d  bw=0.4d


3 0.6∗𝑀0𝑑
h ≥ √0.4∗0.93 ∗𝜇𝑙𝑠∗𝑓𝑐𝑑

Avec : h : hauteur de la section de la poutre.


bw : Largeur de la poutre.
4
l : longueur de la travée de la poutre : √𝑙1 ∗ 𝑙2 ∗ 𝑙3 ∗ 𝑙4
4
=√3.453 ∗ 6.355 ∗ 3.188 ∗ 5.35 = 4.398 m
fcd = 16.7 MPa
μl=Moment réduit limite ; pour fyk= 500 MPa  μls=0.372
M0d : moment en travée de référence. Pour une travée soumise à une charge
𝑝𝑢∗𝑙²
répartie uniquement se calcule par : M0d= 8

Pour travée 1 : gm=1.239 t/ml


gcloison= 0.1638 t/ml (cloison SAD de charge : 0.063 t/m² et notre cloison est de
2.66m de hauteur donc : 0.1638 t/ml )

qm=0.286 t/ml
pu=1.35g+1.5q=1.35(1.239+0.1638) +1.5*0.286=2.322 t/ml
𝑝𝑢∗𝑙² 2.322∗3.453²
M0u= = = 3.461 t/ml
8 8

Travée 1 Travée 2 Travée 3 Travée 4


portée (m) 3.453 6.355 3.188 5.317
Pu ( t/m) 2.322 3.392 2.226 3.02
𝒏
√𝒍𝟏 ∗ 𝒍𝟐 ∗. . .∗ 𝒍𝒏 4.391
M0u (t.m) 3.461 17.123 2.828 10.672
𝒍 0.27
h> 𝟏𝟔
𝟑 𝟎.𝟔∗𝑴𝟎𝒅 0.225 0.384 0.21 0.328
h ≥ √𝟎.𝟒∗𝟎.𝟗𝟑 ∗𝝁𝒍𝒔∗𝒇𝒄𝒅

Tableau 16: Pré-dimensionnement de la section de la poutre

MHEMDI Hamza BALHOUDI Mohamed Ali


60
Etude d’un immeuble R+12 à bordeaux

Pour simplifier le coffrage de la poutre et en tenant compte de la majoration due au poids propre.
ℎ1 = ℎ2 = ℎ3 = 45 𝑐𝑚 et b=30 cm
Alors, après détermination des sections de la poutre continue. On ajoute le poids propre de la
poutre pour chaque travée. gpoutre = 2.5×0.45×0.3 = 0.34 t/m

Travée 1 Travée 2 Travée 3 Travée 4

Charges gv 1.374 1.864 1.332 1.683


réparties
(t/ml) qv 0.312 0.42 0.301 0.382
gm 1.579 2.21 1.523 1.991

qm 0.286 0.431 0.272 0.38

Tableau 17: Correction des charges permanentes et d’exploitation par mètre linéaire

V. Calcul des sollicitations

Choix de la méthode

𝑄 < 2𝑔 = 2 × 6.5 = 13 𝐾𝑁/𝑚² 𝑣é𝑟𝑖𝑓𝑖é𝑒


*{
𝑄 < 5 𝐾𝑁/𝑚2 𝑣é𝑟𝑖𝑓𝑖é𝑒
*Les éléments du plancher ont la même inertie dans les différentes travées
Vérifiée
*la fissuration ne compromet pas la tenue du BA et de ses revêtements. (FPP)
Vérifiée
𝑙𝑖
*𝑙(𝑖+1) = ∉ [0.8 ; 1.25]  non vérifiée

Les recommandations professionnelles relatives à l’application de l’EC2 en France


indique que ‘l’utilisation et le domaine de cette méthode ne sont pas du domaine du
dimensionnement mais restent du domaine du pré-dimensionnement et de celui de la
vérification d’ouvrages Vu que la 4ème condition n’est pas vérifiée, on ne peut pas appliquer
la méthode forfaitaire. On applique la méthode du Caquot minorée pour déterminer les
sollicitations de la poutre.

MHEMDI Hamza BALHOUDI Mohamed Ali


61
Etude d’un immeuble R+12 à bordeaux

Figure 34: Schéma équivalent de la poutre avec les charges équivalentes des Moments
fléchissant

Cas des chargements

La détermination des sollicitations se fait selon les cas de charges suivantes qui nous
donnent les valeurs les plus défavorables

*cas 1 : Toutes les travées sont chargées.

Figure 35: Cas de charge 1 : CCCC

Moments maximaux aux appuis.


*Cas 2 : Toutes les travées sont déchargées.

Figure 36: Cas de charge 2 : DDDD

Moments minimaux aux appuis.

MHEMDI Hamza BALHOUDI Mohamed Ali


62
Etude d’un immeuble R+12 à bordeaux

*cas 3 : Les travées 1 et 3 sont chargées et les travées 2 et 4 sont déchargées.

Figure 37: Cas de charge 3 : CDCD

Moment en travée maximal pour 1 et 3. Moment en travée minimal pour 2 et 4.


*cas 4 : Les travées 1 et 3 sont déchargées et les travées 2 et 4 sont chargées.

Figure 38 : Cas de charge 4 : DCDC

Moment en travée maximal pour 2 et 4. Moment en travée minimal pour 1 et 3.


Moment fléchissant

𝑏ℎ3 0.3∗0.453
Déterminations des différentes inerties : IG= 12 = = 2.278 . 10-3
12

3.1. Moments sur appuis

Le calcul sera développé pour l'appui 2 (B) et le reste sera résumé dans le tableau suivant
On adopte :
2
g’= 3 g (pour les moment en appuis)

𝑙 ′ = 𝑙 ∶ 𝑡𝑟𝑎𝑣é𝑒 𝑑𝑒 𝑟𝑖𝑣𝑒
les longueurs fictives l’ telles que : { ′
𝑙 = 0.8𝑙 ∶ 𝑡𝑟𝑎𝑣é𝑒 𝑖𝑛𝑡𝑒𝑟𝑚é𝑑𝑖𝑎𝑖𝑟𝑒
a. Calcul à l’ELU
2
PED1 chargé= 1.35× 3 ×1.579+1.5×0.286 =1.85 t/m
2
PED2 chargé= 1.35× 3 ×2.21+1.5×0.431=2.636 t/m
2
PED1 déchargé= 1.35× 3 ×1.579=1.421 t/m

MHEMDI Hamza BALHOUDI Mohamed Ali


63
Etude d’un immeuble R+12 à bordeaux

2
PED2 déchargé= 1.35× 3 ×2.21=1.989 t/m
′3 +𝑝 ∗𝑙 ′3
𝑝𝑤 ∗𝑙𝑤 𝑒 𝑒
Puisque les travées ont la même section, donc on aura : Mi = - ′ +𝑙 ′ )
8.5(𝑙𝑤 𝑒

- Cas 1 (C-C)
Pw = 1.85 t/m l’w = 3.453 m
Pe = 2.636 t/m l’e = 5.084 m

1 1.85∗41.17+2.636∗131.41
𝑀𝐸𝐷.𝐵 =- = - 5.823 t.m
8.5(3.453+5.084)

-Cas 2 (D-D)
Pw = 1.421 t/m l’w = 3.453 m
Pe = 1.989 t/m l’e = 5.084 m

2 1.421∗41.17+1.989∗131.41
𝑀𝐸𝐷.𝐵 =- = - 4.408 t.m
8.5(3.453+5.084)

-Cas 3 (D-C)
Pw = 1.421 t/m l’w = 3.453 m
Pe = 2.636 t/m l’e = 5.084 m

3 1.421∗41.17+2.636∗131.41
𝑀𝐸𝐷.𝐵 =- = - 5.58 t.m
8.5(3.453+5.084)

-Cas 4 (C-D)
Pw = 1.85 t/m l’w = 3.453 m
Pe = 1.989 t/m l’e = 5.084 m

4 1.85∗41.17+1.989∗131.41
𝑀𝐸𝐷.𝐵 =- = - 4.652 t.m
8.5(3.453+5.084)

b. Calcul à l’ELS
2
PS1 chargé= 3 ×1.579+0.286 =1.339 t/m
2
PS2 chargé= 3 ×2.21+0.431=1.904 t/m
2
PS1 déchargé= 3 ×1.579=1.053 t/m
2
PS2 déchargé= 3 ×2.21=1.473 t/m

MHEMDI Hamza BALHOUDI Mohamed Ali


64
Etude d’un immeuble R+12 à bordeaux

′3 +𝑝 ∗𝑙 ′3
𝑝𝑤 ∗𝑙𝑤 𝑒 𝑒
Puisque les travées ont la même section, donc on aura : Mi = - ′ +𝑙 ′ )
8.5(𝑙𝑤 𝑒
- Cas 1 (C-C)
Pw = 1.339 t/m l’w = 3.453 m
Pe = 1.904 t/m l’e = 5.084 m

1 1.339∗41.17+1.904∗131.41
𝑀𝑆.𝐵 =- = - 4.208 t.m
8.5(3.453+5.084)

-Cas 2 (D-D)
Pw = 1.053 t/m l’w = 3.453 m
Pe = 1.473 t/m l’e = 5.084 m

2 1.053∗41.17+1.473∗131.41
𝑀𝑆.𝐵 =- = - 3.265 t.m
8.5(3.453+5.084)

-Cas 3 (D-C)
Pw = 1.053 t/m l’w = 3.453 m
Pe = 1.904 t/m l’e = 5.084 m

3 1.053∗41.17+1.904∗131.41
𝑀𝑆.𝐵 =- = - 4.045 t.m
8.5(3.453+5.084)

-Cas 4 (C-D)
Pw = 1.339 t/m l’w = 3.453 m
Pe = 1.473 t/m l’e = 5.084 m

4 1.339∗41.17+1.473∗131.41
𝑀𝑆.𝐵 =- = - 3.427 t.m
8.5(3.453+5.084)

Appui A Appui B Appui C Appui D Appui E


Cas 1 0 - 5.82 -5.79 -5.75 0
Cas 2 0 - 4.41 -4.38 -4.37 0
ELU
Cas 3 0 - 5.58 -4.48 -5.65 0
Cas 4 0 - 4.65 -5.69 -4.47 0
Cas 1 0 - 4.21 -4.19 -4.16 0
Cas 2 0 - 3.27 -3.24 -3.24 0
ELS
Cas 3 0 - 4.05 -3.31 -4.09 0
Cas 4 0 - 3.43 -4.12 -3.3 0
Tableau 18: Moments fléchissant sur appuis due aux charges réparties (t.m)

MHEMDI Hamza BALHOUDI Mohamed Ali


65
Etude d’un immeuble R+12 à bordeaux

3.2. Moments en travées

Le calcul sera développé uniquement pour la travée 1


a) Moment maximal en travée

Figure 39: Cas de chargement pour moment maximal en travée 3 et travée 1

L’évolution du moment en travée M(x), pour un cas de charge, est donné par :
𝑥 𝑥
M(x)=𝜇 0(x)+Mw(1- 𝑙 )+Me . 𝑙
𝑖 𝑖

Mw : Moment sur appui gauche de la travée considérée.


Me : Moment sur appui droite de la travée considérée.
𝜇 0(x) : Moment fléchissant de travée de référence.
𝑝.𝑥
pour une travée supportant uniquement une charge repartie P : 𝜇 0(x)= 2 (li-x)

Pour travée 1

*Calcul à l’ELU
Avec Mw= 0 t.m
Me=- 4.65 t.m
PED=1.35×gm+1.5×qm
=1.35×1.579+1.5×0.286=2.56 t/m
2.56.𝑥
𝜇 0(x) = (3.453-x)
2

= -1.28x²+4.42x
𝑥
M(x) = -1.28x²+4.42x -4.65 . 3.453

= -1.28x²+3.073x
M(x) = -1.28x²+3.073x
𝑑𝑀
𝑑𝑥
=0  -2.56x +3.073 =0  xmax = 1.2 m

 M(x)max=1.844 t.m

MHEMDI Hamza BALHOUDI Mohamed Ali


66
Etude d’un immeuble R+12 à bordeaux

*Calcul à l’ELS
Avec Mw= 0 t.m
Me= -3.43 t.m
PED =gm+qm
=1.579+0.286=1.865 t/m
1.865 .𝑥
𝜇 0(x) = (3.453-x)
2

= -0.933x²+3.22x
𝑥
M(x) = -0.933x²+3.22x -3.43 . 3.453

= -0.933x²+2.227x
M(x) = -0.933x²+2.227x
𝑑𝑀
=0  -1.866x +2.227 =0  xmax = 1.193 m
𝑑𝑥

 M(x)max=1.329 t.m
Les moments maximaux ELU et ELS sont récapitulés dans le tableau suivant :

Combinaison Travées Xmax (m) Mmax (t.m)


1 1.2 1.84
2 3.17 12.69
ELU
3 1.6 -1.35
4 2.98 8.86
1 1.19 1.33
2 3.17 9.25
ELS
3 1.6 -1.03
4 2.98 6.46
Tableau 19: Moments maximaux en travées à L’ELU et à L'ELS

b) Moment minimal en travée

Figure 40: Cas de chargement pour moment minimal en travée 1 et travée 3

MHEMDI Hamza BALHOUDI Mohamed Ali


67
Etude d’un immeuble R+12 à bordeaux

Pour travée 1

*Calcul à l’ELU
Avec Mw= 0 t.m
Me=- 5.85 t.m
PED=1.35×gm
=1.35×1.579=2.132 t/m
2.132.𝑥
𝜇 0(x) = (3.453-x)
2

= -1.066x²+3.681x
𝑥
M(x)= -1.066x²+3.681x -5.85 . 3.453

= -1.066x²+1.987x
M(x) = -1.066x²+1.987x
𝑑𝑀
=0  -2.132x +1.987 =0  xmax = 0.932m
𝑑𝑥

 M(x)max=0.926 t.m
*Calcul à l’ELS
Avec Mw = 0 t.m
Me= -4.05 t.m
PED = gm
=1.579 t/m
1.579 .𝑥
𝜇 0(x) = (3.453-x)
2

= -0.79x²+2.726x
𝑥
M(x) = -0.79x²+2.726x-4.05 . 3.453

= -0.79x²+1.547x
M(x) = -0.79x²+1.547x
𝑑𝑀
=0  -1.58x +1.547 =0  xmax = 0.979 m
𝑑𝑥

 M(x)max=0.757 t.m

MHEMDI Hamza BALHOUDI Mohamed Ali


68
Etude d’un immeuble R+12 à bordeaux

Les moments minimaux ELU et ELS sont récapitulés dans le tableau suivant
Combinaison Travées Xmin (m) Mmin (t.m)
1 0.932 0.926
2 3.19 10.49
ELU 3 1.6 -3.06
4 3.054 6.885
1 0.979 0.757
2 3.19 7.79
ELS 3 1.6 -2.17
4 3.045 5.02
Tableau 20: Moments minimaux en travées à L’ELU et à L'ELS

Figure 41: Courbe enveloppe des moments à l'ELU

Figure 42 : Courbe enveloppe des moments à l'ELS

On remarque que le moment est négatif sur tous le long de travée 3 ; ceci conduit à un
soulèvement au niveau des appui 3 et 4, donc il faut prendre une solution plus efficace pour
éviter ces problèmes.
Notre solution consiste à couper notre poutre continue (4travée) sur deux partie, chaque partie
contient deux travée.

MHEMDI Hamza BALHOUDI Mohamed Ali


69
Etude d’un immeuble R+12 à bordeaux

Figure 43: Deux partie de poutre

Voilà, on a deux partie, on va faire une nouvelle étude sur la partie droit (travée 3 et 4).
Étude de poutre a deux travée

Figure 44: Poutre avec les charges équivalentes des moments fléchissant

4.1. Cas des chargements


La détermination des sollicitations se fait selon les cas de charges suivantes qui nous
donnent les valeurs les plus défavorables.

*cas 1 : les deux travées sont chargées.

Figure 45: Cas de charge 1 : CC

Moment max sur l’appui.


*Cas 2 : les deux travées sont déchargées.

figure 46 : Cas de charge 2 : DD

Moment min sur l’appui.

MHEMDI Hamza BALHOUDI Mohamed Ali


70
Etude d’un immeuble R+12 à bordeaux

*cas 3 :

Figure 47: Cas de charge 3 : CD.

Moment en travée maximal pour 3. Moment en travée minimal pour 4.


*cas 4 :

Figure 48: Cas de charge 4 : DC

Moment en travée maximal pour 4. Moment en travée minimal pour 3


4.2. Moment fléchissant
a) Moments sur appuis
Le calcul est développé au-dessus, les résultats sont dons le tableau.
Appui C Appui D Appui E
ELU Cas 1 0 -5.79 0
Cas 2 0 -4.38 0
Cas 3 0 -4.48 0
Cas 4 0 -5.69 0
ELS Cas 1 0 -4.19 0
Cas 2 0 -3.24 0
Cas 3 0 -3.31 0
Cas 4 0 -4.12 0
Tableau 21: Moments fléchissant sur appuis (t.m)

b) Moments en travées
La démarche de calcul est connue et claire au-dessus et les résultats des moments en
travée est dans le tableau.

MHEMDI Hamza BALHOUDI Mohamed Ali


71
Etude d’un immeuble R+12 à bordeaux

combinaison travées Xmax (m) Mmax


(t.m)
ELU 1 1.02 1.28
2 2.98 8.92
ELS 1 1.01 0.92
2 2.98 6.5
Tableau 22: Moments maximaux en travées à L’ELU et à L'ELS

Figure 49: Courbe enveloppe des moments à l'ELU

Figure 50: Courbe enveloppe des moments à l'ELS

Effort Tranchant

Sur l'appui i, les valeurs à gauche et à droite de l’effort tranchant sont donc :
𝑀𝑖 − 𝑀𝑖−1
Vwi = V0w+ V0w : L’effort tranchant à droite de la travée à gauche de
𝑙𝑤𝑖
l’appui (i) Considéré isostatique.
𝑀𝑖+1 − 𝑀𝑖
Vei = V0e+ V0e= L’effort tranchant à gauche de la travée à droite de
𝑙𝑒𝑖
l’appui (i) considéré isostatique.

L’expression de l’effort tranchant dans une travée isostatique supportant uniquement


𝑙
une charge répartie est donnée par : V0(x)=p( 2𝑖 – x)

MHEMDI Hamza BALHOUDI Mohamed Ali


72
Etude d’un immeuble R+12 à bordeaux

Figure 51: Schéma de calcul de la poutre avec les charges équivalentes de l’effort tranchant

*Appui C
Pw=0 t/m
Pe=1.35×1.332+1.5×0.301=2.25 t/m
𝑝𝑙 2.25×3.188
V0e= 2 = = 3.587 t
2
𝑀𝑖+1 − 𝑀𝑖 −4.48−0
Ve =V0e+ = 3.587+
𝑙𝑒𝑖 3.188

Ve = 2.182 t
*Appui D
Pw=1.35×1.332+1.5×0.301=2.45 t/m
Pe=1.35×1.683+1.5×0.382=2.845 t/m
𝑝𝑙 2.45×3.188
V0w=− 2 = = -3.905 t
2
𝑀𝑖 − 𝑀𝑖−1 −5.75+0
Vw =-V0w+ = -3.905+ =-5.709 t
𝑙𝑤𝑖 3.188

𝑝𝑙 2.845×5.317
V0e= 2 = = 7.563 t
2
𝑀𝑖+1 − 𝑀𝑖 0+5.75
Ve = -V0e+ = 7.563+ 5.317
𝑙𝑒𝑖

Ve = 8.644 t
*Appui E
Pw=1.35×1.683+1.5×0.382=2.845 t/m
Pe=0 t/m
𝑝𝑙 2.845×5.317
V0w=− 2 = = -3.905 t
2
𝑀𝑖 − 𝑀𝑖−1 0+5.65
Vw =-V0w+ = -3.905+ 5.317 =-2.842 t
𝑙𝑤𝑖

V0e=0 t
Ve = 0 t

MHEMDI Hamza BALHOUDI Mohamed Ali


73
Etude d’un immeuble R+12 à bordeaux

Appui C D E

Vw (t) 0 -5.709 -2.842

Ve (t) 2.182 8.644 0


Tableau 23: Résultats de calcul des efforts tranchants

Figure 52: Diagramme des efforts tranchants

MHEMDI Hamza BALHOUDI Mohamed Ali


74
Etude d’un immeuble R+12 à bordeaux

VI. Calcul du ferraillage

Armatures longitudinales

Le calcul de ferraillage de poutres selon l’Eurocode 2 se fait selon le diagramme suivant :

Figure 53: Organigramme de calcul de ferraillage selon l’Eurocode

MHEMDI Hamza BALHOUDI Mohamed Ali


75
Etude d’un immeuble R+12 à bordeaux

1.1. Hypothèse de calcul


A titre indicatif, on détaille le calcul pour la travée N°3 ; pour l’autres travée un calcul
identique est conduit, tous les résultats seront illustrés dans un tableau.
La classe d’exposition est XC1 (d’après le tableaux page 62 de pratique EC2), on procède
par un dimensionnement à l’ELU, Ensuite, une vérification de la condition de non fragilité.
Ainsi une vérification à l’ELS. Avec une petite explication de maitrise de fissuration au-
dessous :

Tableau 24: classes d’exposition

fck fcd fyk fyd μls γc γs 𝛔𝒃𝒄


̅̅̅̅̅ b h d MED MS
(MPa) (MPa) (MPa) (MPa) (MPa) (m) (m) (m) (t.m) (t.m)
25 16.67 500 434.78 0.372 1.5 1.15 15 0.3 0.45 0.405 1.28 0.92

Tableau 25: caractéristiques de dimensionnement

1.2. Dimensionnement à L’ELU


𝑀 𝐸𝐷 1.28 ∗10−2
k=𝑏𝑑²𝑓 = 0.3∗0.4052 ∗16.67 = 0.0156
𝑐𝑑

k’= 0.820*δ – 0.205*δ² - 0.321


or δ : coefficient de redistribution (07< δ <1) en prend pourcentage de
redistribution=20% : (page 55 : comment calculer avec l’eurocode 2 )  δ=0.8
k’=0.2038
k<k’  asc = 0 (pas d’acier comprimé)
z=0.5(1+√1 − 2𝑘)d = 0.5(1+√1 − 2 ∗ 0.0156)*0.405=0.4 m
𝑀 1.28∗10−2
As = 𝑧∗𝑓𝐸𝐷 = 0.4∗434.78 = 0.736 cm²  choix 2HA8 =1.01 cm²
𝑦𝑑

MHEMDI Hamza BALHOUDI Mohamed Ali


76
Etude d’un immeuble R+12 à bordeaux

1.3. Condition de non fragilité


𝑑 0.405
As,min = 0.26.fctm.bw.𝑓 = 0.26×2.56× 0.3 × =1.617 cm²
𝑦𝑘 500

As=As,min=1.617 cm²
 Choix 2HA12 = 2.26 cm²
1.4. Vérification à L’ELS
On a une section rectangulaire :
𝑏
f(y1)= 2 y1² + 15(Asc+Ast)y1 – 15(Ascd’+Astd)=0 avec Asc=0

0.15y1² + 0.00339y1- 0.00137 =0


y = 0.085 m
𝑏𝑦13
ISRH = + 15Ast(d-y1)² +15Asc(y1-d’)²
3

ISRH =0.00041 m4
𝑀 ∗y 0.92∗10−2 ∗0.085
σc = 𝐼 𝑠 = = 1.914 Mpa < 𝜎̅𝑐 = 15 MPa (ok)
𝑆𝑅𝐻 0.0004085

Travée 3 Appui D Travée 4


Dimensionnement à E.L.U
MED (t.m) 1.28 -5.75 8.892
k 0.0156 0.07 0.108
Asc (cm²) 0 0 0
Z 0.4 0.39 0.38
Ast,theorique (cm²) 0.736 3.396 5.382
Condition de non fragilité
Amin (cm²) 1.617 1.617 1.617
Max (Ast ;Amin) 1.617 3.396 5.382
Ast,choisit (cm²) 2.26 3.39 5.65
(2HA12) (3HA12) (3HA12
+2HA12)
Vérification à E.L.S
MS (t.m) 0.92 -4.19 6.5
Y1 (m) 0.085 0.101 0.125
Isrh/AN (m4) 0.00041 0.000573 0.00086
σbc (MPa) 1.914 7.385 9.447
𝝈𝒄
̅̅̅ (MPa) 15 15 15
σbc< ̅̅̅
𝝈𝒄 vérifié vérifié vérifié
Tableau 26: Tableau récapitulatif d’Armatures longitudinales

MHEMDI Hamza BALHOUDI Mohamed Ali


77
Etude d’un immeuble R+12 à bordeaux

Armatures transversales

La travée N°3 est soumise à une charge répartie, on effectue le calcul détaillé de cette travée
en utilisant la méthode analytique et on détaille le calcul des armatures transversales dans le
tableau.
L’effort tranchant maximal : VED,max=2.182 t
Pour la plupart des poutres, lorsque l'effort tranchant sollicitant n'est pas trop important,
cet angle correspond à la limite supérieure cot θ = 2, c’est-à-dire θ =26,56°

Figure 54: Organigramme pour déterminer les armatures d’effort tranchant verticales

2.1. Vérification vis-à-vis cisaillement


𝑉𝐸𝐷,𝑚𝑎𝑥 2.182∗10−2
La contrainte tangentielle : VED= 0.9𝑏 = =0.2 MPa
𝑤𝑑 0.9∗0.3∗0.405

La contrainte limite : VRD,max=3.6 MPa (D’après tableau 4.7 page 57 dans


le livre Comment calculer avec l’Eurocode2 : fck=25MPa ; cotθ=2)
VED < VRD,max

MHEMDI Hamza BALHOUDI Mohamed Ali


78
Etude d’un immeuble R+12 à bordeaux

2.2. Armatures d’effort tranchant


𝐴𝑠𝑤 𝑉𝐸𝐷 ∗𝑏𝑤 2.182∗0.3
=𝑓 = =0.0753 cm²/cm
𝑠 𝑦𝑤𝑑 ∗𝑐𝑜𝑡𝜃 434.78∗2

2.3. Armatures transversale minimale


𝐴𝑠𝑤
ρw = 𝑠𝑏 ≥ ρw,min
𝑤 𝑠𝑖𝑛𝛼

0.08∗√𝑓𝑐𝑘 0.08∗√25
Avec ρw,min = = = 0.0008
𝑓𝑦𝑤𝑘 500

𝐴𝑠𝑤
≥ 0.0008*bw= 0.024 cm²/cm
𝑠

0.024 cm²/cm < 0.0753 cm²/cm  vérifié


2.4. L’espacement maximal des armatures d’effort tranchant verticales
s ≤ st,max = 0.75d = 0.3 m et < 0.6 m
Donc On utilise des cadres HA6 avec un espacement de 20 cm

Appui C D E

Position D G D G
VED,max 2.182 5.709 8.644 2.842
VED 0.2 0.522 0.79 0.26
VRD,max 3.6 3.6 3.6 3.6

VED < VRD,max vérifié vérifié vérifié vérifié

𝑨𝒔𝒘 0.0753 0.197 0.298 0.098


cm²/cm
𝒔
ρw,min* bw 0.024 0.024 0.024 0.024
𝑨𝒔𝒘 vérifié vérifié vérifié vérifié
≥ ρw,min* bw
𝒔
st,max (m) 0.3 0.3 0.3 0.3
S choisit (cm) 20 20 20 20
Tableau 27: Tableau récapitulatif

MHEMDI Hamza BALHOUDI Mohamed Ali


79
Etude d’un immeuble R+12 à bordeaux

VII. Vérification de la flèche

Figure 55: Organigramme d’évaluation des flèches

Pour le travée 3 :
D’après la figure 4.7 (Comment calculer avec l’Eurocode 2 page 60)
𝑙 𝜌0 𝜌
=k[11+1.5√𝑓𝑐𝑘 + 3.2√𝑓𝑐𝑘 ( 𝜌0 – 1)1.5 ] si ρ ≤ 𝜌0
𝑑 𝜌

𝑙 𝜌0 1 𝜌′
=k[11+1.5√𝑓𝑐𝑘 + 12 √𝑓𝑐𝑘 √𝜌 ] si ρ> 𝜌0
𝑑 𝜌−𝜌′ 0

ρ0= 0.001√𝑓𝑐𝑘 = 0.005


𝐴
ρ = 𝑑∗𝑏𝑠 =0.00186
𝑊

MHEMDI Hamza BALHOUDI Mohamed Ali


80
Etude d’un immeuble R+12 à bordeaux

K=1,5 pour une travée intérieure


K=1,3 pour une travée d’extrémité
K=0,4 pour une travée en encorbellement
𝑙 0.005 0.005
=1.3[11+1.5√25 0.00186 + 3.2√25 (0.00186 – 1)1.5 ] = 86.133
𝑑

F1= F2= F3= 1


l/d de référence × F1 × F2 × F3 = 86.133≥ l/d réel = 7.872vérifié
Travée 1 2

ρ 0.00186 0.00465
k 1.3 1.3
𝒍 86.133 25.213
𝒅

𝒍 86.133 25.213
k.𝒅.F1.F2.F3

𝒍 7.872 13.128
réel
𝒅

vérification vérifiée vérifiée


Tableau 28: Tableau récapitulatif des flèches

MHEMDI Hamza BALHOUDI Mohamed Ali


81
Etude d’un immeuble R+12 à bordeaux

VIII. Schéma de ferraillage (ARCHE)

Figure 56: Plan du ferraillage de la poutre

MHEMDI Hamza BALHOUDI Mohamed Ali


82
Etude d’un immeuble R+12 à bordeaux

CHAPITRE VII : ETUDE D’UN POTEAU

I. Introduction

Les poteaux sont les éléments verticaux de la structure permettant la transmission des
charges à la fondation. Ils sont dimensionnés à la compression simple., en appliquant les
majorations nécessaires. On se propose d’étudier un poteau isolé rectangulaire P02 de section
imposée par l’architecte (0.25*0.45) implanté au niveau du sous-sol tout en explicitant les
différentes étapes de calcul.

II. Plan de situation

Figure 57: Localisation du poteau P02

III. Descente des charges

 Les efforts de compression : G =93.5 T, Q = 11.4 T


 Sollicitation à l'état limite ultime : NED = 1.35x93.5+ 1.5x11.4 = 143.32 T
 Sollicitation à l'état limite de service : Nser= G+ Q = 104.9 T

MHEMDI Hamza BALHOUDI Mohamed Ali


83
Etude d’un immeuble R+12 à bordeaux

IV. Longueur de flambement

La longueur de flambement d’un poteau dépend des conditions d’extrémités (conditions


d’encastrement)

Figure 58: Longueurs de flambement

k1 et k2 : coefficients de souplesse relatifs des encastrements partiels.


(αw1= 3 et αe1= 3 ) appui simple
(αw2= 4 et αe2= 4 ) encastrement
L b h
Poteau calculé 3.16 0.25 0.45
Poteau 1 - - -
Poteau 2 - - -
Poutre w1 3.52 0.45 1
Poutre e1 2.18 0.4 1
Tableau 29: Dimensions des poutres et du poteau.

k1=0.0077
k2=0.1 (car la poteau est ancré dans la semelle)

L: hauteur libre de l’élément comprimé


 L0=0.548L

MHEMDI Hamza BALHOUDI Mohamed Ali


84
Etude d’un immeuble R+12 à bordeaux

V. Choix Armatures longitudinales

Élancement

L0
λ=
i
L0 : longueur de flambement
i : rayon de giration de la section

I
i=√
Ac

I : inertie du poteau
Ac : section du poteau

0.25∗0.45ᶟ
i=√ =0.129m
12∗0.45∗0.25

=0.548∗3.16
0.129
= 13.42

Effets de second ordre

L’analyse des éléments et des structures doit tenir compte des effets défavorables des
imperfections géométriques éventuelles de la structure ainsi que des écarts dans la position des
charges, il faut donc tenir compte des incertitudes sur la mise en œuvre et sur la position du
point de passage de la force extérieure.
L’effet du second ordre n’est pas examiné si l’élancement du poteau vérifie :
  lim
Vérification de l’état limite de stabilité de forme

20∗A∗B∗C
lim=
√n
1
A = 1+0.2∗ Фeff = 0,7 si Фeff est inconnu

B =√(1 + 2w) = 1,1 si w est inconnu


C =1.7- rm= 0,7 si rm est inconnu
Ned 143.32
n=fcd∗Ac= 0.25∗0.45∗16.67 ∗ 10−2 =0.764
20∗0.7∗1.1∗0.7
lim= =12.33
√0.546

 > lim  nécessité de prendre en compte les effets du second ordre.

MHEMDI Hamza BALHOUDI Mohamed Ali


85
Etude d’un immeuble R+12 à bordeaux

Excentricité à prendre en compte

La section la plus sollicitée est vérifiée en supposant, à l’ELU, une excentricité totale
égale à
etot =ei +Δe0 +e2
ei : excentricité due aux imperfections géométriques,
Δe0 : supplément d’excentricité pour une section symétrique (béton et armatures),
e2 : excentricité du deuxième ordre.

4.1. Excentricité due aux imperfections géométriques

Les imperfections sont représentées par une inclinaison globale d’un angle défini par :
θi = θ0 αh αm
ei = θi L0 /2
θ0=1/200 valeur de base recommandée et à utiliser pour l'annexe nationale française
2
αh= √L Coefficient de réduction relatif a la longueur = 1 car 2/3≤ αh ≤1

1
αm =√0.5 + (1 + m) =1 Coefficient de réduction relatif au nombre des éléments ; m=1

θi = 0.005
ei =0.0043 m
*Supplément d’excentricité pour une section symétrique
Δe0 =Max (20 mm ;h’/30)
Δe0= Max (20 mm ; 250/30)=20mm
*Excentricité du deuxième ordre par la méthode de courbure
1 1
La courbure est obtenue par la formule suivante : = K r *K Ø *r0
r

*Courbure correspondant à l’effort normal Nbal


fyd
εyd = = 437.3/200000=2.173*10−3
Es
1 εyd 0.002173
= =0.45∗0.23=0.0209 m−1
r0 0.45 d

*Coefficient de correction dépendant de l’effort normal


nu−n) Ned
k r =min ( nu−nbal ; 1) n = fcd∗Ac=0.764

nbal=0.4 ; nu=1 Kr= 0.393

MHEMDI Hamza BALHOUDI Mohamed Ali


86
Etude d’un immeuble R+12 à bordeaux

*Coefficient de correction tenant compte du fluage


KФ= Max (1+βФeff ; 1) = 1
*Courbure:
1 1
= k r KФ r0=0.393*1*0.0209=0.00082 m−1
r

*Excentricité du second ordre à l’ELU


l0 ² 1
e2 = = 0.00082 ∗1.731²/10=0.000245m
c r

Armatures longitudinales

*Sollicitations du premier ordre


Les sollicitations du premier ordre sont :
Avec l’excentricité du premier ordre : e1= ei +Δe0 =0.0043+0.02=0.0243m
Sous la combinaison à l’ELU :

M0Ed= NEd e1 =143.32 x 0.0243x 10-2 = 0.0348 MN.m


*Moment corrigé compte tenu des effets du second ordre
En tenant compte des effets de second ordre le moment ultime pour la
combinaison fondamentale devient :

MEd= M0Ed + M2 = 0.0351 MN m


Avec M2= NEd e2 = 143.32x 0.000245x 10-2 =0.00035 MN.m
Med 0.0351
=b 2
= 0.25∗0.452 ∗16.67=0.041
w ∗h ∗fcd

Med
e0 = =0.0244
Ned

h
eA = e0 + (d − 2) = 0.219 m

MedA= Ned ∗ eA = 0.313MN


h h
µBC = 0.8 ∗ ∗ (1 − 0.4 ∗ ) = 0.49
d d
M
µCu=b∗dedA
2 ∗f =0.426
cd

µBC > µCu  Section partiellement comprimée


Ned
AS2C = AS2S et AS1C = AS1S − fyd

Med 0.0351
=b 2 =0.25∗0.422∗16.67=0.0477< µl =0.37
w ∗d ∗fcu

AS2C = AS2S =0

MHEMDI Hamza BALHOUDI Mohamed Ali


87
Etude d’un immeuble R+12 à bordeaux

α= 1.25*( 1-√1 − 2 ∗ )=0.0611

yu = α*d=0.025m
Z=d-0.4*yu =0.41m
Donc AS1S = 0.335cm² AS1C = 0.0053 cm²
Pourcentage minimale d’armatures
Ned Ac 1.433 0.25∗0.45
As min = max (0.1 ∗ ; 0.2*100 )= max ( 0.1*434.78* 104 ;0.2* 100
∗ 104 ) =3.295cm²
fyd

Pourcentage maximale d’armatures


Ac
As max = 4∗ 100 =45cm²

En respectant Asmin< As< Asmax on prend As= 3.295cm² donc un ferraillage : 6HA10

VI. Choix des armatures transversales

Øt ≥ max (6mm ;Ølmax /4) = 6mm  Øt = 6mm

Espacement en zone courante

Sc1,tmax= mi n( 20Ølmax ; b ; 400mm) avec b : plus petite dimension du poteau


= min(200;250 ;400)
= 200mm
Donc 1 cadre Фt =6mm avec espacement Sc1,tmax =20 cm
Espacement en Zone de recouvrements

Contrainte ultime d’adhérence


fbd =2.25 η1 η2 fctd
Bétonnage des armatures longitudinales sont bonnes  η1= 1
Фl = 10 mm < 32 mm  η2=1
fctk0.05 αct
fctd= avec αct = 1
δc

fctk0.05 = 0.7 fctm =0.7 x 3.2 = 2.24 MPa


donc fctd=2.24/1.5=1.49 MPa  fbd =2.25 x 1.5 = 3.4 MPa

Longueur de recouvrement
Ф fyk
Lr = 4 fbd = 36.76 Ø=36.76 cm
Soit Lr =40cm

MHEMDI Hamza BALHOUDI Mohamed Ali


88
Etude d’un immeuble R+12 à bordeaux

VII. Schéma de ferraillage

Figure 59: Plan du ferraillage du poteau étudié

MHEMDI Hamza BALHOUDI Mohamed Ali


89
Etude d’un immeuble R+12 à bordeaux

CHAPITRE VII : CALCUL DES FONDATIONS

I. Introduction

Notre projet présente une structure lourde totalement en béton armé et reposera sur un sol
d’une qualité médiocre car la présence de terrains alluvionnaires présentant des caractéristiques
mécaniques insuffisantes pour fonder le projet superficiellement. Donc on doit vérifier notre
fondation superficielle.

II. Etude de fondation superficielle

Choix des dimensions

Soit D la profondeur d’encastrement et B la largeur de la fondation, la condition suivante


doit être vérifiée :
D/B ≤ 4 à 5
On choisit D = 3m ;
B=1.5m

Détermination de Facteur de portance Kp

Le facteur de portance dépend du type de sol et de la forme de fondation. Pour la


Détermination de kp il faut tout d’abord définir le type et la classe de sol

2.1. Type et classe du sol


Au niveau de la profondeur 3m (niveau de fondation) on a d’après la courbe
pressiométrique une couche de limon argileux marron,  le type de sol : argile-limons.
D=3m Pl=0.6 MPa  argile classe A

Tableau 30: Détermination de la classe du sol

MHEMDI Hamza BALHOUDI Mohamed Ali


90
Etude d’un immeuble R+12 à bordeaux

2.2. Hauteur d’encastrement équivalente De

*Pour les couches de sols hétérogènes :

Où 𝑝𝑙1∗ … . 𝑝𝑙𝑛∗ :les valeurs de la pression limite nette dans les différentes
couches de sol situées entre D et D + 1,5 B .
* Pour les couches de sol homogènes :

Avec : 𝑝𝑙𝑒∗ : pression limite nette équivalente


𝑝𝑙 ∗ : pression limite nette
2
𝑝𝑙𝑒∗ =√0.6 ∗ 0.3=0.42MPa ;
De= (1/0.42) *{(0.4+0.5) *1/2+(0.5+0.6)1/2}
 De=2.38m

2.3. Valeur de Kp
D’après le tableau suivant en a obtenu la valeur de kp

Tableau 31: Valeurs du facteur de portance Kp

MHEMDI Hamza BALHOUDI Mohamed Ali


91
Etude d’un immeuble R+12 à bordeaux

Donc Kp= 0.8+0.12(De/B) +0.08(De/L) =0.8+0.12(2.38/2.5) +0.08(2.38/2.5) =0.99

Capacité portante unitaire qult

La capacité portante unitaire qult sous une charge verticale centrée est donnée par la formule :

q0 : contrainte verticale totale au niveau de la base de fondation,

3.1. Contrainte verticale totale q 0

ℎ0 =𝐾0 (𝑣0 -u) +u


Avec :
𝐾0 : coefficient de pression des terres au repos ( il permet d’estimer la contrainte
horizontale à partir de la contrainte verticale ; par défaut 𝐾0 =0.5)
𝑣0 : contrainte totale verticale à la profondeur de l’essai ( 𝑣0 =γ*z )
u : pression inertielle (due à la nappe) à la profondeur de l’essai
𝑞0 =D*γ𝑠

Tableau 32: Les différentes couches de sondage SP3

puisque on à pas des valeurs du ℎ0 on prend γ𝑠 =19KN/𝑚3 une approximation du poids
volumique du sol en place (limon argileux)
Donc 𝑞0 =3*1.9=5.7T/m²=0.057MPa
3.2. Valeur de q ul t

Donc 𝑞𝑢𝑙𝑡 =0.057+0.99*0.42 =0.472Mpa


Capacité portante admissible d’une semelle

𝑞𝑎𝑑𝑚 = 0.057+(0.99/3*0.42) =0.19 MPa

MHEMDI Hamza BALHOUDI Mohamed Ali


92
Etude d’un immeuble R+12 à bordeaux

Contrainte référentielle

On choisit la semelle sous le poteau P01 du sous-sol. On dimensionne à l’ELU :


On à
G = 2.144 MN
Q = 0.53 MN
1.35G+1.5Q = 1.35*2.144+1.5*0.53
=3.69 MN
𝑞𝑟𝑒𝑓 =3.69/(1.5²)=1.639 MPa >> 𝑞𝑎𝑑𝑚

Conclusion

A cette profondeur le sol ne peut pas supporter les charges transmises, donc le recours à une
fondation profonde est nécessaire.

III. Etude de la fondation profonde

En respectant les conditions suivantes : D/B≥ 6


En prend : D=20 m ;
B=0.5m

Charge limite correspondante à la rupture du sol Qu

Cette charge limite est équilibrée par deux réactions limites :


*la résistance de pointe qu qui engendre la charge limite de pointe
𝑄𝑝𝑢 = 𝑞𝑢 * A (A : section droite de la pointe du pieu)
*le frottement latéral qs qui s’exerce sur la surface latérale du pieu qui donne la charge
limite de frottement latéral 𝑄𝑠𝑢 =qs **B*D
1.1.Détermination de la charge limite de pointe Qpu
Pour déterminer la charge limite de pointe on doit déterminer tout d’abord la contrainte

de rupture sous la pointe qu donnée par l’expression suivante : 𝑞𝑢 = 𝑘𝑝 *𝑃𝑙𝑒

a) Calcul de la pression limite nette équivalente Ple*


Dans une formation porteuse homogène, Ple* est calculée par l’expression :

MHEMDI Hamza BALHOUDI Mohamed Ali


93
Etude d’un immeuble R+12 à bordeaux

Figure 60: définition de la pression limite nette équivalente

b = min (a, h)
Avec : a = max (0,5 ; B/2)
h>3 B (condition d’ancrage)
a= la moitié de la largeur B de l’élément de fondation si celle-ci est supérieur à
1m et à 0.5m dans le cas contraire → a = 0.5m
h= ancrage dans la couche porteuse.
En prend h = 1.6 m ; h> 3*0.50=1.5m  vérifié
Donc b=0.5 m
∗ 1 21.5 1 0.5 1 0.5
𝑃𝑙𝑒 =3∗0.5+0.5*∫19.5 𝑃𝑙(𝑧)𝑑𝑧=2*[(3+3.7)* +(3.7+3.3)* 2 + (3.3 + 3.4) ∗ ]=3.425MPa
2 2

b) Détermination du facteur de portance kp :

La valeur de kp, facteur de portance, est fixée par le tableau ci-dessous en fonction
de la nature du sol et du mode de mise en œuvre (type de pieu), quelle que soit la géométrie
de la section droite de l’élément de fondation.
Pour D = 20 m on a une couche de marne Pl = 3.7 MPa. D’après le tableau des
classifications des sols et on a le Type de pieu : pieu foré ⇒ Elément mis en œuvre sans
refoulement donc
Kp=1.8

MHEMDI Hamza BALHOUDI Mohamed Ali


94
Etude d’un immeuble R+12 à bordeaux

Tableau 33: Détermination de la classe du sol

c) Valeur de qu

𝑞𝑢 = 𝑘𝑝 *𝑃𝑙𝑒∗

𝑞𝑢 =1.8*3.425=6.165 MPa

d) Valeur de Qpu

𝑄𝑝𝑢 =*R²*𝑞𝑢
=*0.25²*6.165
=1.210 MN

1.2. Détermination de la charge limite de frottement latéral Qsu

𝑄𝑠𝑢 =qs **B*D


La valeur du frottement latéral qs, à une profondeur z, est donnée par les courbes
dans les abaques ci-dessous en fonction de la valeur de la pression limite nette. La
courbe à utiliser est fonction de la nature du sol et de l’élément de fondation considéré.

MHEMDI Hamza BALHOUDI Mohamed Ali


95
Etude d’un immeuble R+12 à bordeaux

Tableau 34: Choix de la courbe de frottement latéral

Figure 61: Courbe de frottement latéral qs=f(pl*)

MHEMDI Hamza BALHOUDI Mohamed Ali


96
Etude d’un immeuble R+12 à bordeaux

Couche ei (m) Nature 𝑷∗𝒍𝒎𝒐𝒚 𝑷𝒍𝒎𝒐𝒚 classe Qi qsi ei*qsi


1 2 Argile-limon 0.44 0.5 A Q1 0.020 0.04
2 10.2 Argile 0.573 0.6 A Q1 0.024 0.244
3 5.8 Argile 1.38 1.4 B Q2 0.071 0.411
4 12.1 Marne 3.26 3.3 A Q4 0.16 1.936
Tableau 35: Détermination des épaisseurs et de Qsi

Donc Qsu= *0.5*(0.04+0.244+0.411+1.936) =4.132 MN

1.3. Valeur de Qu

L’expression des charges limites en compression Qu et en traction Qtu d’un élément de


fondation profonde est la suivante : Qu = Qsu+ 𝑄𝑝𝑢
Avec : - Qpu : effort limite mobilisable sous la pointe de l’élément de fondation
- Qsu : effort limite mobilisable par frottement latéral sur la hauteur concernée
du fût de celui-ci par le frottement positif.
 Qu=4.132+1.210=5.342 MN

. Détermination des charges admissibles sous différentes sollicitations

2.1. Détermination des charges de fluage en compression et en traction

Selon le fascicule 62, il est fait référence à la charge de fluage notée Qc .

Tableau 36: Détermination des charges de fluage en compression et en traction

Qc = 0.5.Qpu + 0.7.Qsu = 0.5*1.210+0.7*4.132=3.497MN


Qtc = 0.7*Qsu = 2.892 MN

2.2. Charges admissibles

Etat Limite Ultime – Qmax (MN)


Combinaison fondamentale Qu / 1.4 3.815
Combinaison accidentelle Qu / 1.2 4.451
Etat Limite Service –Qmax(MN)
Combinaison rares Qc / 1.1 3.179
Combinaison quasi-permanent Qc /1.4 2.497
Tableau 37: Charges admissibles

MHEMDI Hamza BALHOUDI Mohamed Ali


97
Etude d’un immeuble R+12 à bordeaux

Détermination des charges limites

Etat Limite Ultime – P (MN)


Combinaison fondamentale 1.35G+1.5Q 3.68
Combinaison accidentelle G+Q+FA 2.67+FA
Etat Limite Service –P(MN)
Combinaison rares G+Q 2.674
Combinaison quasi-permanent G 2.144
Tableau 38: Charges Limites

Vérification des charges

D’où on obtient le tableau récapitulatif suivant avec des chargements en MN :

Etat Limite Ultime


P Qmax
Combinaison fondamentale 3.68 3.815 P<Qmax (vérifiée)
Etat Limite de Service
P Qmax
Combinaison rares 2.674 3.179 P<Qmax (vérifiée)
Combinaison quasi-permanent 2.144 2.497 P<Qmax (vérifiée)
Tableau 39: Récapitulation et comparaison des charges

Détermination de nombre de pieux par appui

Soit Q = la plus grande charge transmise par l’appui


n = nombre de pieux
n = P/Qmax

Semelle isolée G (MN) Q (MN) P (ELU) P(ELS) Nombre de pieux


S1 2.144 0.53 3.68 2.674 1
S2 0.94 0.11 1.434 1.05 1
S3 3.91 0.84 6.538 4.75 2
S4 1.97 0.46 3.349 2.43 1
S5 1.64 0.14 2.424 1.78 1
Tableau 40: nombre de pieux par appui

Toute les autres semelles isolées sont appuies sur un seul pieu (D=20m ;B=0.5m)
puisque les valeurs des G et Q sont inférieur a celle des semelles sur un seul pieux dans le
tableau .

MHEMDI Hamza BALHOUDI Mohamed Ali


98
Etude d’un immeuble R+12 à bordeaux

*Exemple pour le nombre des pieux sous une semelle filante


On G = 47.6 T/ml
Q=7.3T/ml
avec L :longueur du semelle =14m  G=6.664MN et
Q=1.02MN
P(ELU) =1.35G+1.5Q
= 1.35*6.664+1.5*1.02=10.526 MN > Qmax
P(ELS)=G+Q= 7.684 > Qmax
Donc n = 3 pieux équidistance

Ferraillage du pieu

a) Armatures longitudinales

*D’après le fascicule 62 et selon l’article C5.4,23 :


- le nombre minimal de barres longitudinales est de 6 et leur diamètre minimal de
12mm.Elles sont entièrement ancrées dans semelle de liaison au sens des règles BAEL.
-L’espacement des barres longitudinales ne peut être inférieur à 10 cm entre nus. Sauf
dispositions différentes du marchés, cette distance doit être respectée entre les nus de
couples de barres au droit des recouvrements.
-section minimale d’armature longitudinales ≥ {0.005*section béton ; si B< 1m}
*D’après le fascicule 62 titre V :

Tableau 41: Tableau pour la section d’armature longitudinale

Dans notre cas, on a choisi un diamètre de 50cm


=> le ferraillage conseillé est de 9ɸ12 , 7ɸ14 ou 5ɸ16. En prend 9ɸ12

MHEMDI Hamza BALHOUDI Mohamed Ali


99
Etude d’un immeuble R+12 à bordeaux

b) Armatures transversales

Les armatures transversales servent à reprendre les sollicitations de cisaillement dans


les pieux. En se référant encore au fascicule 62 et selon l’article C5.4,24, les armatures
transversales ne doivent pas dépasser un espacement maximal de 35cm et il est
recommandé qu’ils soient égaux à 15 fois le plus petit diamètre des barres longitudinales
et avec un diamètre égal aux quatre dixièmes du plus grand diamètre des barres
longitudinales avec un minimum de 6mm
Les diamètres conseillés des armatures transversales sont confinés dans le tableau suivant

Tableau 42: Tableau pour les diamètres conseillés des armatures transversales

Pour 9ɸ12 comme armatures longitudinale :


-Espacement e (Armatures transversales) ≤15*1.2=18cm  choix e=20cm
4
-ɸ𝑡 ≥ *1.2 =0.48cm  ɸ𝑡 =6mm
10

Enrobage

Notre pieu est foré exécutée avec tube provisoire et selon l’article C5.4,4 du fascicule 62
l’épaisseur minimal de l’enrobage est de 4 cm.

Plan de ferraillage

Figure 62: Plan du ferraillage du pieu étudié

MHEMDI Hamza BALHOUDI Mohamed Ali


100
Etude d’un immeuble R+12 à bordeaux

IV. Semelle sur un pieu

Introduction

Les semelles sur un pieu sont calculées comme des semelles superficielles isolées en
appliquant la méthode des bielles, dans notre cas le Poteau P 01 (0.3*0.7m) transmettant une
charge ELU de Pieu de diamètre D=0.5m.

Hypothèse et Calcule

En basant sur les règles de Henry thonier tome 2 on à :


D=diamètre du pieu
a = coté du poteau suivant Ox
b=coté du poteau suivant Oy
h=hauteur totale de la semelle
d=hauteur utile de la semelle
A et B= dimension en plan de la semelle
C= coté équivalent du pieu
P= charge apportée par le poteau
𝜎𝑠 = contrainte de calcule des aciers en ELU
La méthode des bielles permet de calculer la section d’acier :
𝐴𝑠 ≥P (C-b)/(8 d 𝜎𝑠 )
et
𝐴𝑠 ≥ P (C-a) /(8 d 𝜎𝑠 )
Cependant comme les différences C-a et C-b sont faibles, on est amené alors :
-à prendre une hauteur conseillée égale a 0.9 D et au minimum de 0.75D
-à disposer d’un pourcentage minimum d’acier.

MHEMDI Hamza BALHOUDI Mohamed Ali


101
Etude d’un immeuble R+12 à bordeaux

Figure 63: Semelle sur un pieu

Dispositions constructives

Les semelles doivent déborder : 0.1m des poteaux

0.15m des pieux

La hauteur totale h peut être déduire de la hauteur utile d en ajoutant 0.05m


correspondant à un enrobage de 3cm, (sauf sol ou eau agressifs avec 5cm), un diamètre
transversal de l’ordre de 8 à 10 mm et un demi-diamètre de 10 à 12 mm. On pourra disposer
d’un pourcentage minimum d’acier pour les :

-aciers horizontaux inférieurs et supérieurs de 4cm²/m

-aciers verticaux de 2 h cm²/m et par face, (h=hauteur de la semelle en m).

Figure 64: Débords minimum

MHEMDI Hamza BALHOUDI Mohamed Ali


102
Etude d’un immeuble R+12 à bordeaux

Cages de ferraillage

Il peut être pratique de disposer les armatures en cages préfabriquées en forme de U pour
les aciers inférieurs et de U renversées pour les aciers supérieurs, que l’on appelle couramment
paniers. Le recouvrement des crochets des U supérieurs et inférieurs assurent une continuité
verticale tenant lieu de cadres. Il ne reste alors qu’à disposer des armateurs de répartition
horizontales sous formes de cadres horizontaux répartis sur la hauteur de la semelle.

Figure 65:Cage de ferraillage en panier

Notre Exemple :

Données :

Poteau P01 (0.3*0.7m) transmettant une charge à L’ELU (G =2.144 MN, Q=0.53 MN)

Pieu de diamètre D =0.5m

Béton de résistance fc28=25MPa

Acier de 500MPa de limite élastique.

Résultats :

Côtés de la semelle A=B=D+0.3=0.8m

Coté du pieu équivalent : C = √п ∗ 𝐷2 /4=0.443m

d≥|C-b|/4=0.076m et d≥ ( C-a)/4=0.035m

Nous prendrons d=0.9D=0.45m

soit h=d+0.05=0.50m

MHEMDI Hamza BALHOUDI Mohamed Ali


103
Etude d’un immeuble R+12 à bordeaux

La section d’acier :

8 d 𝜎𝑠 =(8*0.8*500/1.15)*10−4=0.156

P=1.35G+1.5Q= 3.69 MN

𝐴𝑠𝑥 ≥ P( C-a)/( 8 d 𝜎𝑠 )=3.69*( 0.443-0.3)/0.156=3.38cm²

En partie inférieure car C> a

𝐴𝑠𝑦 ≥ P| C-b|/( 8 d 𝜎𝑠 )= 3.69*(0.443-0.7)/0.156=6.07cm²

En Partie supérieure car C <b

Le minimum de 4cm² que nous dispersons dans les deux directions en partie inférieur
soit 5HA 10

On à pour les deux directions en partie supérieure As=6.07 cm² soit 5HA12

Les aciers de répartition horizontaux seront réalisés sous forme de cadres,

2 h= 2*0.5=1cm² soit 2 cadres HA 8

Figure 66: Plan ferraillage su semelle

MHEMDI Hamza BALHOUDI Mohamed Ali


104
Etude d’un immeuble R+12 à bordeaux

CHAPITRE IV : CALCUL DE LA PISCINE

I. Etude de la piscine

Localisation de la piscine

La piscine est située au niveau du 5ème étage, donc toute la structure de la piscine va se
reposer sur le plancher haut du 4ème étage.

Figure 67: Position de la piscine au niveau du 5ème étage

MHEMDI Hamza BALHOUDI Mohamed Ali


105
Etude d’un immeuble R+12 à bordeaux

Figure 68: Position de la piscine au niveau du 5ème étage (4.75x15.85x1.5)

Exigences techniques à satisfaire

La piscine doit satisfaire aux impératifs suivants :


2.1. Résistance

La piscine doit dans toutes ses parties, équilibrer les efforts auxquels elle est soumise et
qui seront détaillés dans ce qui suit.

2.2. Etanchéité

La piscine doit constituer pour le liquide qu’elle contient un volume clos sans fuite, elle
doit donc être parfaitement étanche. Selon l’architecture et la conception, on a opté pour
une piscine avec une structure en paroi en voiles qui sera elle-même étanche, et pour le fond
on a opté pour un radier superposé sur le plancher haut du quatrième étage et puis une
couche d’étanchéité qui doit être traitée avec un enduit bitumineux et puis un revêtement.

2.3. Durabilité

La piscine doit durer dans le temps, c'est-à-dire que le matériau (béton) doit conserver
ses caractéristiques et propriétés initiales après un contact prolongé avec l’eau qu’il est
destiné à contenir

MHEMDI Hamza BALHOUDI Mohamed Ali


106
Etude d’un immeuble R+12 à bordeaux

Hypothèse et Calcul des sollicitations

Le calcul de la piscine est effectué suivant le règlement BAEL 91 à l’état limite de service
(fissuration très préjudiciable)
- La fissuration est considérée comme très préjudiciable, donc on prend un enrobage de 3cm
- L’épaisseur minimale des parois e = 0.15m en classe A ; e=0.12 en classe B et C
(les parois verticale de notre piscine sont d’épaisseur e=20cm )
- Fe=500MPa
- L’épaisseur du radier minimale est supérieure ou égale à 0,18 m qui est la valeur minimale
exigée au cahier de charge des dalles et des radiers.

Figure 69: Coupe transversale de la piscine

On suppose que notre piscine est assimilée au 4éme cas (3 bords encastrés) :

MHEMDI Hamza BALHOUDI Mohamed Ali


107
Etude d’un immeuble R+12 à bordeaux

Méthode de calcul

On définit dans ce qui suit les différents moments dans les différents cas de liaisons
d’appuis, soumis à la charge hydrostatique P maximale en pied P=ρ*h=10*1.5=15KN/m².
Ka, Kb, K’a et K’b : coefficients utilisés dans le calcul des moments et déterminés à partir
des tableaux d’Henry THONIER. Les expressions de ces moments sont données dans le tableau
au-dessous et les coefficients Ka, Kb, K’a et K’b en fonction des dimensions de notre piscine.

Tableau 43: moments en travées et sur appuis pour une charge P

a/b Ka Kb K’a K’b

Grand face Cas 4 10 11.130 5.115 -49.982 -164.885


15.5m*1.5m

Petit face Cas 4 3.16 18.770 9.396 -88.855 -131.589


4.75m*1.5m

Fond Cas 4 3.26 18.770 9.396 -88.855 -131.589


15.5m*4.75m

Tableau 44 : Valeurs des coefficients Ka, Kb, K'a et K'b

Détermination des moments :


Ma(KN.m) Mb(KN.m) M’a(KN.m) M’b(KN.m)

Grand face 0.375 0.172 -1.686 -5.564


15.5m*1.5m

Petit face 0.633 0.317 -2.998 -4.441


4.75m*1.5m

Fond 6.352 3.179 -30.07 -44.534


15.5m*4.75m

Tableau 45: Tableau récapitulatif des moments en travées et sur appuis

MHEMDI Hamza BALHOUDI Mohamed Ali


108
Etude d’un immeuble R+12 à bordeaux

La figure suivante récapitule les moments en travées et sur appuis :

Figure 70: Figure récapitulative des moments en travées et sur appuis en KN.m

Dimensionnement de la piscine

a) Pour la paroi de l’intérieur

En se basant sur la formule suivante on donne dans le tableau si dessous les valeurs des
contraintes de calcul des aciers à l’ELS Pour la paroi en contact avec l’eau :
η∗ft28
s =α√ Ø

Avec :
- α : coefficient qui dépend de la fonction dévolue à la paroi en béton et de la nature du
revêtement intérieur éventuelle prise en générale égale à 240,
- η : coefficient de fissuration de l’armature pris égal à 1.6, (pour acier HA)
- ϕ : Diamètre de la plus grosse des barres tendues prises en compte.
-ft28 =0.6+0.06*fc28 ; fc28 =25MPa ; ft28 =2.1MPa
h0
-8mm≤ ϕ≤ 10
ϕ (mm) 6 8 10 12

σs (MPa) 179.59 155.5 139.1 127

Tableau 46 : Valeurs Des contraintes de calcul des aciers à l’ELS

MHEMDI Hamza BALHOUDI Mohamed Ali


109
Etude d’un immeuble R+12 à bordeaux

b) Pour la paroi de l’extérieur

D’après le fascicule 74 du CCTG, il est obligatoire de calculer des aciers du côté


extérieur en fissuration préjudiciable ou très préjudiciable, de plus le CCTG le cahier de
charge de notre projet impose le calcul en fissuration très préjudiciable
2
s =0.8*ξ=0.8*min { fe ; max (0.5fe ; 110√η ∗ ft28 ) }=200MPa
3
Les contraintes suivantes doivent être respectées :
- Un diamètre minimal des aciers ≥ 8 mm,
- Un espacement maximal des aciers au côté en contact avec l’eau qui est de
25cm [min 25cm ; 1,5e],
- Un ferraillage sur deux nappes puisque l’épaisseur est supérieure à 0,15cm,
- L’espacement des aciers transversaux et inférieur à 25 cm.
c) Pourcentage minimal d’acier

ft28
L’acier minimal en traction vérifie la relation suivante : As min≥ fe
1
=0.42%*A*100=8.4cm²/m

d) Calcul des sections d’aciers

On pose un diamètre d’acier maximal ϕ=12 mm, et l’enrobage en fissuration très


préjudiciable est de 3cm des deux côtés.
*Pour le premier lit :
d’= 0.03+0.012/2=0.036m d’où une hauteur utile : d=e-d’ =20-3.6=16.4cm
*Pour le deuxième lit:
d’= 0.03+0.012/2+0.012=0.048m d’où une hauteur utile : d=e-d’ =20-4.8=15.2cm
On procède pour le calcul des sections d’aciers en flexion composée de traction par la
méthode du moment par rapport aux aciers tendus :
h
M1=M – N (d - 2 ) avec N <0 (pour une traction)
M1
Moment réduite à l’ELS : β= d²

𝑥 (1−𝛼) 1
α= solution par itération de l’équation α=𝑑 = √90 ∗ 𝛽 (3−𝛼) 
s

α
z=d(1- )
3
𝑀1 𝑁
Ast= -
𝑧∗s s

MHEMDI Hamza BALHOUDI Mohamed Ali


110
Etude d’un immeuble R+12 à bordeaux

Effort Moment d (m) M1 β Face Face Ast


normale KN, m/ml KN.m KN/m extérieure intérieure (cm²)
Φ12
Contrainte - 200 127 -
acier

Grande paroi
En travée 0,00732 0.375 0,164 0,374 13.90 - - 0.244
horizontale
En travée 0,0065 0.172 0,152 0,171 7.40 - - 0.117
verticale
Sur appui 0,00732 1.686 0,164 1.685 62.64 - - 1.18
horizontale
Sur appui 0,0065 5.564 0,152 5.563 240.78 - - 4.30
Verticale
Petite paroi

En travée 0,00732 0.633 0.164 0.632 23.497 - - 0.30


horizontale
En travée 0,0065 0.317 0.152 0.316 13.667 - - 0.22
verticale
Sur appui 0,00732 2.998 0.164 2.997 111.429 - - 2.10
horizontale
Sur appui 0,0065 4.441 0.152 4.440 192.174 - - 3.43
Verticale
Fond
En travée 0.0014 6.352 0.164 6.351 236.131 - - 4.264
horizontale
En travée 0.0014 3.179 0.152 3.178 137.551 - - 2.457
verticale
Sur appui 0.0014 30.07 0.164 30.06 1117.638 - - 14.43
horizontales
Sur appui 0.0014 44.534 0.152 44.533 1927.501 - - 34.58
Verticale
Tableau 47: Tableau récapitulative des quantités d’acier aux travées et aux appuis de la piscine

On se propose d’un ferraillage minimal de 8.4 cm²/m pour les petites et les grandes
parois, vu que tout le ferraillage est inférieur à As min
D’où Ast choisie = 4HA 12 (armatures horizontales) + 4HA12 (armatures verticales) =9.05 cm²/m

MHEMDI Hamza BALHOUDI Mohamed Ali


111
Etude d’un immeuble R+12 à bordeaux

Sollicitions sur ROBOT et ferraillage :

Figure 71: Modélisation de la piscine sur Robot

Figure 72: Valeurs des Moments Mxx à l’ELS

Figure 73: Valeurs des Moments Myy à l’ELS

MHEMDI Hamza BALHOUDI Mohamed Ali


112
Etude d’un immeuble R+12 à bordeaux

Figure 74: Plan du ferraillage de la grande paroi de la piscine

Figure 75 : Plan du ferraillage du Fond de la piscine

MHEMDI Hamza BALHOUDI Mohamed Ali


113
Etude d’un immeuble R+12 à bordeaux

CONCLUSION GENERALE

Ce stage a été l’occasion d’appréhender la complexité du domaine génie civil,


notamment en phase de conception pour de telle structure en application de règlement
EUROCODE 2. Il nous a également permis de comprendre plusieurs facettes du métier de
l’ingénieur en bureau d’études, et en particulier la capacité d’avoir un regard critique et à
essayer d’aller dans le détail quand les choses ne sont pas claires.

MHEMDI Hamza BALHOUDI Mohamed Ali


114
Etude d’un immeuble R+12 à bordeaux

BIBLIOGRAPHIE

[1.] Norme Française NF_EN_1992_1_1


[2.] Norme Française NF_EN_1992_1_2
[3.] Annexe nationale français : NF_EN_1992_NA
[4.] Association technique pour le développement de l’emploi du treillis soudé : ADETS
[5.] NF P11-213-2 (DTU 13.3)
[6.] « Pratique de l’Eurocode ›› ; Jean ROUX.
[7.] « Maitrise de l’Eurocode ›› ; Jean ROUX.
[8.] « Calcul des structures en béton ›› ; Jean-Marie Paillé
[9.] <<BAEL 91>>
[10.] <<COMMENT CALCULER AVEC L’EUROCODE 2 ?>> ; Jean-François.
[11.] Document Acquéreuses Highbay A1
[12.] Rapport d’étude technique Highbay A1 DLE
[13.] CCTP Highbay A1
[14.] RICT Highbay A1
[15.] Fascicule 62 du CCTG
[16.] Module MXG4 TP. Terrain : Reconnaissance de sol in situ Génie civil
[17.] Fascicule 74 du CCTG (Réservoir)
[18.] Henry thonier tome 2,3 et 6
[19.] Béton Armé Eurocode 2 S. Multon
[20.] Rapport Géotechnique Highbay A1
[21.] Cours de silos et réservoirs ENIG (Mr. Mohamed khorcheni)

MHEMDI Hamza BALHOUDI Mohamed Ali


115
Etude d’un immeuble R+12 à bordeaux

MHEMDI Hamza BALHOUDI Mohamed Ali


116

Vous aimerez peut-être aussi