Vous êtes sur la page 1sur 27

JFF-MATHOSAURE Mathématiques L2L3ingé – RAN3 - Trigonométrie

Remise à Niveau Mathématiques


Troisième partie : Trigonométrie
Corrigés des exercices

Page 1 sur 27
L1L2ingé – RAN3 – Trigonométrie – ExCorr - Rev 2017
JFF-MATHOSAURE Mathématiques L2L3ingé – RAN3 - Trigonométrie

1 TRIGONOMETRIE 3

1.1 DEFINITIONS PREMIERES 3


1.2 QUELQUES FORMULES DE TRIGONOMETRIE 6
1.3 EQUATIONS TRIGONOMETRIQUES 11

2 APPLICATIONS A LA GEOMETRIE DU TRIANGLE 16

2.1 TRIANGLE ET CERCLE 16


2.2 RELATIONS METRIQUES ET TRIGONOMETRIQUES DANS LE TRIANGLE RECTANGLE 17
2.3 COMPLEMENTS DE GEOMETRIE 18
2.4 RELATIONS METRIQUES ET TRIGONOMETRIQUES DANS LE TRIANGLE QUELCONQUE 21

3 FONCTIONS TRIGONOMETRIQUES 25

3.1 GENERALITES SUR LES FONCTIONS SIN, COS, TAN 25


3.2 FONCTIONS RECIPROQUES 27

Page 2 sur 27
L1L2ingé – RAN3 – Trigonométrie – ExCorr - Rev 2017
JFF-MATHOSAURE Mathématiques L2L3ingé – RAN3 - Trigonométrie

1 Trigonométrie
1.1 Définitions premières

1.1.1 Placer sur le cercle trigonométrique les points correspondant aux angles suivants :
2π 5π 7π 29π −27π
; ; ; ;
3 8 6 3 4
Le but, dans le cas de grandes valeurs, est d’ajouter ou d’enlever un multiple de 2π pour trouver
la mesure principale de l’angle (dans l’intervalle [0 ; 2π[) ou sa mesure dans l’intervalle [–π ; π[
(parfois plus pratique). S’il n’y a pas lieu de faire ce qui a été indiqué, on se contentera d’utiliser
nos connaissances sur les lignes trigonométriques d’angles remarquables (0, π/6, π/4, π/3, π/2).

2π π
Pour , on peut dire qu’il s’agit de π − :
3 3

5π π π
= + , donc le point M correspondant est à mi-chemin entre B(π/2) et N(π/2 + π/4) :
8 2 8

7π π
= π+ :
6 6

Page 3 sur 27
L1L2ingé – RAN3 – Trigonométrie – ExCorr - Rev 2017
JFF-MATHOSAURE Mathématiques L2L3ingé – RAN3 - Trigonométrie

29 π
A , nous pouvons enlever 5×2π, soit 10π, soit 30π/3 et nous obtenons la mesure –π/3 :
3

−27π
A , nous pouvons ajouter 3×2π, soit 6π, soit 24π/4 et nous obtenons la mesure –3π/4 :
4

Page 4 sur 27
L1L2ingé – RAN3 – Trigonométrie – ExCorr - Rev 2017
JFF-MATHOSAURE Mathématiques L2L3ingé – RAN3 - Trigonométrie

29 π −27π
1.1.2 Donner les mesures principales de : ;
3 4
29 π
A , nous enlevons 4×2π, soit 8π, soit 24π/3 et nous obtenons la mesure principale 5π/3.
3
−27π
A , nous ajoutons 4×2π, soit 8π, soit 32π/4 et nous obtenons la mesure 5π/4.
4

1.1.3
Soit n un entier relatif. Donner la valeur exacte du cosinus et du sinus de :
π
2nπ ; (2n+1)π ; + nπ, n ∈ ℤ
4
Déterminons les mesures principales des angles proposés :

2nπ = 0 + k.2π, où k = n. cos(2nπ) = 1 et sin(2nπ) = 0.


(2n+1)π = π + k.2π, où k = n. cos((2n+1)π) = – 1 et sin((2n+1)π) = 0.
π π π 2 π 2
si n = 2k (ie. n est pair) : + nπ = + 2kπ alors cos( + 2kπ) = et sin( + 2kπ) =
4 4 4 2 4 2
π π π 5π
si n = 2k+1 (ie. n est impair) : + nπ = + (2k+1)π = + π + 2kπ = + 2kπ
4 4 4 4
π 2 π 2
alors cos( + (2k+1)π) = – et sin( + (2k+1)π) = –
4 2 4 2

1.1.4

Déterminer les cosinus et sinus des arcs ci-dessous en les ramenant à des valeurs plus faibles :
11π 19 π 21π 31π
; ;− ; (mesure principale ou dans ] –π ; π], puis transformation, si besoin).
6 3 4 6

 11π   π  π π 3  11π   π π 1


cos   = cos  2π −  = cos  −  = cos   = ; sin   = sin  −  = − sin   = −
 6   6  6 6 2  6   6 6 2
 19 π   π π 1  19 π  π 3
cos   = cos  3 × 2π +  = cos   = ; sin   = sin   =
 3   3 3 2  3  3 2

 21π   3π   3π  2  21π   3π  2
cos  −  = cos  − 3 × 2π  = cos   = − ; sin  −  = sin   =
 4   4   4  2  4   4  2

 31π   5π   5π  3  31π   5π  1
cos   = cos  3 × 2π −  = cos  −  = − ; sin   = sin  −  = −
 6   6   6  2  6   6  2

Page 5 sur 27
L1L2ingé – RAN3 – Trigonométrie – ExCorr - Rev 2017
JFF-MATHOSAURE Mathématiques L2L3ingé – RAN3 - Trigonométrie

1.1.5
2 sin ( x ) − 5 cos ( x )
On donne tan(x) = 3, calculer : .
sin ( x ) + 3 cos ( x )
2 sin ( x ) − 5 cos ( x ) cos ( x ) ( 2 tan ( x ) − 5 ) 2 tan ( x ) − 5 1
= = =
sin ( x ) + 3 cos ( x ) cos ( x ) ( tan ( x ) + 3 ) tan ( x ) + 3 6

1.1.6
2 sin 2 ( x ) + 3 sin ( x ) cos ( x ) − cos2 ( x )
Exprimer la relation suivante en fonction de tan(x) : .
sin 2 ( x ) − sin ( x ) cos ( x ) + 2 cos2 ( x )
2 sin 2 ( x ) + 3 sin ( x ) cos ( x ) − cos2 ( x ) cos2 ( x ) ( 2 tan 2 ( x ) + 3 tan ( x ) − 1 ) 2 tan 2 ( x ) + 3 tan ( x ) − 1
= =
sin 2 ( x ) − sin ( x ) cos ( x ) + 2 cos2 ( x ) cos 2 ( x ) ( tan 2 ( x ) − tan ( x ) + 2 ) tan 2 ( x ) − tan ( x ) + 2
2 tan 2 ( x ) − 2 tan ( x ) + 4 + 5 tan ( x ) − 5 tan ( x ) − 1
et encore = =2+5
tan ( x ) − tan ( x ) + 2
2
tan ( x ) − tan ( x ) + 2
2

1.1.7
Montrer que l'expression sin6(x) + cos6(x) + 3sin2(x)cos2(x) a une valeur indépendante de x en
calculant cette valeur.
On peut penser au développement du produit remarquable suivant : (sin2(x) + cos2(x))³, qui est :
sin6(x) + 3sin4(x)cos2(x) + 3sin2(x)cos4(x) + cos6(x) = sin6(x) + cos6(x) + 3sin2(x)cos2(x)(sin2(x) + cos2(x))
= sin6(x) + cos6(x) + 3sin2(x)cos2(x) (= expression de depart)
Or (sin2(x) + cos2(x))³ = 1³ = 1

1.2 Quelques formules de trigonométrie

1.2.1

Vérifier que les points A(0,6 ; –0,8) et B(5/13 ; 12/13) appartiennent au cercle trigonométrique.
Il suffit de montrer que leurs coordonnées peuvent être respectivement le cosinus et le sinus d’un
même angle ; autrement dit : x² + y² = 1, cela se vérifiant facilement sur les coordonnées de A et sur
celles de B.

1.2.2
π 1
Sachant que 0 < t < et sin t = ; calculer cos t .
2 4
π 1 15
Puisque 0 < t < , cos t est positif et vaut donc 1 − sin 2 t = 1 − = .
2 16 4

Page 6 sur 27
L1L2ingé – RAN3 – Trigonométrie – ExCorr - Rev 2017
JFF-MATHOSAURE Mathématiques L2L3ingé – RAN3 - Trigonométrie

1.2.3
π 1
Sachant que < t < π et cos t = − ; calculer sin t .
2 5
π 1 2 6
Puisque < t < π , sin t est positif et vaut donc 1 − cos2 t = 1 − = .
2 25 5

1.2.4
π 6− 2 π
On donne sin = ; calculer cos
12 4 12
2
π  6− 2 8−4 3 8+4 3 2+ 3
Cet angle a un cosinus positif. cos   = 1 − 
2
 = 1 − = = .
 12   4 16 16 4
 
π 2+ 3
Donc cos   =
 12  2
2
 6 − 2  8−4 3
Remarque : on a pu constater que 
  = . Donc il « saute aux yeux » que
 4  16
2
 6 + 2  8+4 3 2+ 3  π π 6+ 2
  = = = cos2   . Et ainsi cos   = .
 4  16 4  12   12  4

1.2.5
Montrer que quel que soit le réel a, cos4(a) – sin4(a) = cos2(a) – sin2(a).
cos4(a) – sin4(a) = (cos2(a) – sin2(a))(cos2(a) + sin2(a)) = cos2(a) – sin2(a).

1.2.6
 3π   5π 
Donner la valeur exacte de cos   et sin   .
 4   6 
 3π   π π 2
cos   = cos  π −  = − cos   = − .
 4   4 4 2
 5π   π π 1
sin   = sin  π −  = sin   = .
 6   6 6 2

1.2.7
Exprimer en fonction de sin(t) et cos(t) : cos(–π – t) ; sin(–π – t) ; sin(3π + t) ; cos(4π + t) ;
π   3π 
sin(4π – t) ; cos(5π + t) ; sin(5π + t) ; cos  + t  ; sin  − t  .
2   2 
cos(–π – t) = cos(– (π + t)) = cos(π + t) = – cos(t) ; sin(–π – t) = sin(–π – t + 2π) = sin(π – t) = sin(t)
sin(3π + t) = sin(π + t) = – sin(t) ; cos(4π + t) = cos(t)
sin(4π – t) = sin(−t) = – sin(t) ; cos(5π + t) = cos(π + t) = – cos(t)

Page 7 sur 27
L1L2ingé – RAN3 – Trigonométrie – ExCorr - Rev 2017
JFF-MATHOSAURE Mathématiques L2L3ingé – RAN3 - Trigonométrie

sin(5π + t) = sin(π + t) = – sin(t) ; cos(π/2 + t) = – sin(t)


sin(3π/2 – t) = sin(π + π/2 - t) = – sin(π/2 - t) = – cos(t)

1.2.8
π π π π
Calculer cos  +  et sin  +  .
4 6 4 6
π π π π π π 2 3 21 6− 2
cos  +  = cos   cos   − sin   sin   = − =
4 6 4 6 4 6 2 2 2 2 4
Remarque :
π π  6π + 4 π   5π  π π   π 6− 2
cos  +  = cos   = cos   = cos  −  = sin   = (vu au point n°4)
4 6  24   12   2 12   12  4

π π π π π π 2 3 21 6+ 2


sin  +  = sin   cos   + cos   sin   = + =
4 6 4 6 4 6 2 2 2 2 4

1.2.9
 π π π π
Calculer tan  −  en utilisant l’égalité − = − .
 12  6 4 12
1 2
2 − 2
1
3 2 −1
tan (α ) − tan ( β )  π π  2 2 3 1− 3
tan (α − β ) = . tan  −  = = = .
1 + tan (α ) tan ( β ) 6 4 1 2 1 1+ 3
1+ 2 2 1+ 3
3 2
2 2

1.2.10
2π π 5π  5π   5π 
En remarquant que − = , calculer cos   et sin  
3 4 12  12   12 
 2π π   2π  π  2π   π  1 2 3 2 6− 2
cos  −  = cos   cos   + sin   sin   = − + =
 3 4  3  4  3  4 2 2 2 2 4
 2π π   2π  π  2π   π  3 2  1 2 6+ 2
sin  −  = sin   cos   − cos   sin   = −−  =
 3 4  3  4  3  4 2 2  2 2 4

1.2.11

Démontrer que cos(3a) = 4 cos3(a) – 3 cos(a).


cos(3a) = cos(2a + a) = cos(2a)cos(a) – sin(2a)sin(a)
= (2cos²(a) – 1)cos(a) – 2sin(a)cos(a)sin(a)
= 2cos3(a) – cos(a) – 2cos(a)sin²(a)
= 2cos3(a) – cos(a) – 2cos(a)(1 - cos²(a))
= 4cos3(a) – 3cos(a)

Page 8 sur 27
L1L2ingé – RAN3 – Trigonométrie – ExCorr - Rev 2017
JFF-MATHOSAURE Mathématiques L2L3ingé – RAN3 - Trigonométrie

1.2.12

Montrer que cos 4a = 8 sin 4 a − 8 sin 2 a + 1


cos(4a) = cos(2a + 2a) = cos(2a)cos(2a) – sin(2a)sin(2a)
= (1 – 2sin²(a))² – (2sin(a)cos(a))²
= 1 – 4sin2(a) + 4sin4(a) – 4sin²(a)cos²(a)
= 1 – 4sin2(a) + 4sin4(a) – 4sin²(a)(1 – sin²(a))
= 8sin4(a) – 8sin2(a) + 1

1.2.13
Soit E = cos a + sin a , avec a ∈ ℝ . Ecrire E sous la forme d'une ligne trigonométrique.
2 2   π  π  π 
On peut écrire : E = 2 ( cos a + sin a ) = 2  cos   cos a + sin   sin a  = 2 cos  − a 
2 2  4
  4
    4 
2 2   π  π  π 
Autre méthode : E = 2 ( cos a + sin a ) = 2  sin   cos a + cos   sin a  = 2 sin  + a 
2 2  4 4  4 
π  π  π  π 
Or : 2 sin  + a  = 2 cos  −  + a   = 2 cos  − a 
4  2  4  4 

1.2.14
a. Mettre sous forme de produit y = 1 − cos 2 x + sin 3x − sin x
Avec les formules de transformations :
 0 + 2x   0 − 2x 
1 – cos(2x) = cos(0) – cos(2x) = -2sin   sin   =2sin²(x) ;
 2   2 
 3x − x   3x + x 
sin(3x) – sin(x) = 2 sin   cos   = 2sin(x)cos(2x)
 2   2 
Puis :
 π  
y = 2 sin2(x) + 2 sin(x)cos(2x) = 2 sin(x) (sin(x) + cos(2x)) = 2 sin ( x )  cos  − x  + cos ( 2 x ) 
 2  
π x  π 3x 
y = 4 sin ( x ) cos  +  cos  − 
4 2 4 2 

sin x + sin 3 x + sin 5 x


b. Simplifier y = .
cos x + cos 3x + cos 5x
sin(x) + sin(5x) = 2 sin(3x) cos(2x) ; N = sin(3x) + 2sin(3x)cos(2x) = sin(3x)(1 + 2cos(2x)) ;
cos(x) + cos(5x) = 2 cos(3x) cos(2x) ; D = cos(3x) + 2cos(3x)cos(2x) = cos(3x)(1 + 2cos(2x))
Puis :
N sin ( 3 x ) (1 + 2 cos ( 2 x ) )
y= = = tan ( 3 x )
D cos ( 3 x ) ( 1 + 2 cos ( 2 x ) )

Page 9 sur 27
L1L2ingé – RAN3 – Trigonométrie – ExCorr - Rev 2017
JFF-MATHOSAURE Mathématiques L2L3ingé – RAN3 - Trigonométrie

1.2.15
sin 2 a cos ( 2a )
Simplifier en utilisant les formules de trigonométrie : A = ; B=
1 − cos a 1 − tan 2 a
sin 2 a 1 − cos2 a ( 1 − cos a )( 1 + cos a )
A= = = = 1 + cos a
1 − cos a 1 − cos a 1 − cos a
 sin 2 ( a ) 
cos ( a )  1 −
2

cos ( 2a ) cos2 ( a ) − sin 2 ( a )  cos2 ( a ) 
B= = = = cos2 ( a )
1 − tan ( a )
2
sin ( a )
2
sin ( a )
2

1− 1−
cos ( a )
2
cos2 ( a )

1.2.16
En utilisant la valeur de cos(π/3), déterminer cos(π/6).
cos ( 2a ) + 1
cos(2a) = 2cos²(a) – 1, donc cos²(a) = .
2
π
cos   + 1
π 3 3 π 3
cos2   = = , ce qui donne cos   = .
6 2 4 6 2

1.2.17

En utilisant la valeur de tan(π/3), déterminer sin(2π/3) et cos(2π/3).


α  2t 1 − t2
Si on pose tan   = t , on a sin (α ) = et cos ( α ) = .
2 1 + t2 1 + t2
2
 2π  2 3 3  2π  1 − 3 1
tan(π/3) = √3 donne : sin   = 2
= et cos   = 2
=− .
 3  1+ 3 2  3  1+ 3 2

1.2.18
π π π π
a. Transformer cos   + cos   puis sin   + sin   .
3 4 3 4
π π π π
 +   − 
π
  π
   7π   π
cos   + cos   = 2 cos  3 4  cos  3 4  = 2 cos   cos  
3 4  2   2   24   24 
   
π π  7π   π
sin   + sin   = 2 sin   cos  
3 4  24   24 
 π 
b. En déduire une écriture exacte de cos   .
 24 

Page 10 sur 27
L1L2ingé – RAN3 – Trigonométrie – ExCorr - Rev 2017
JFF-MATHOSAURE Mathématiques L2L3ingé – RAN3 - Trigonométrie

2 2
  π  π    π   π  2  π  2  7π  2  7π  
 cos  3  + cos  4   +  sin  3  + sin  4   = 4 cos  24   sin  24  + cos  24  
               
π π π π π π π π  π
⇔ cos2   + sin 2   + cos2   + sin 2   + 2 cos   cos   + 2 sin   sin   = 4 cos2  
3 3 4 4 3 4 3 4  24 
1 2 3 2  π
⇔ 1+1 +2 +2 = 4 cos2  
2 2 2 2  24 
4+ 2+ 6  π
⇔ = cos2  
8  24 
 π 4+ 2+ 6
⇔ cos   =
 24  8

1.3 Equations trigonométriques

1.3.1

 π 2
Résoudre cos  2 x +  = −
 4 2
 π 2  π  3π   5π 
cos  2 x +  = − ⇔ cos  2 x +  = cos   ou cos  
 4 2  4  4   4 
π 3π π 5π
⇔ 2x + = + 2k π ou 2 x + = + 2k π
4 4 4 4
π
⇔ 2 x = + 2k π ou 2 x = π + 2k π
2
π π
⇔ x = + k π ou x = + k π
4 2

Page 11 sur 27
L1L2ingé – RAN3 – Trigonométrie – ExCorr - Rev 2017
JFF-MATHOSAURE Mathématiques L2L3ingé – RAN3 - Trigonométrie

1.3.2
 π
Résoudre 2 sin  −2 x +  = 3
 3
 π 3  π π  2π 
sin  −2 x +  = ⇔ sin  −2 x +  = sin   ou sin  
 3 2  3 3  3 
π π π 2π
⇔ − 2 x + = + 2k π ou − 2 x + = + 2k π
3 3 3 3
π
⇔ − 2 x = 2k π ou − 2 x = + 2k π
3
π
⇔ x = k π ou x = − + k π
6

1.3.3
Résoudre : sin(2 x) = sin x
Première méthode :
sin(2 x) = sin x 2 x = x + 2k π ou 2 x = π − x + 2k π
π 2k π π
x = 2k π ou x= + , représenté par x = ; x = π ;
3 3 3
5π π
x= ≡−
3 3
Deuxième méthode :
sin(2 x) = sin x sin(2 x) = 2 sin x cos x = sin x
1er cas : si sin x = 0 x = k π alors l'équation est toujours vérifiée
1 π π
2ème cas : si sin x ≠ 0 , alors l'équation devient : cos x = x = + 2k π ou x = − + 2k π
2 3 3

Page 12 sur 27
L1L2ingé – RAN3 – Trigonométrie – ExCorr - Rev 2017
JFF-MATHOSAURE Mathématiques L2L3ingé – RAN3 - Trigonométrie

Les résultats des 2 méthodes sont identiques, comme représenté sur le cercle trigonométrique :

1.3.4
 π  π
Résoudre sin  5 x −  = sin  x + 
 6  6

 π  π π π π  π
sin  5 x −  = sin  x +  ⇔ 5x − = x + + 2kπ ou 5 x − = π −  x +  + 2k π
 6  6 6 6 6  6
π
⇔ 4 x = + 2k π ou 6 x = π + 2kπ
3
π π π π
⇔ x = +k ou x = + k
12 2 6 3

Page 13 sur 27
L1L2ingé – RAN3 – Trigonométrie – ExCorr - Rev 2017
JFF-MATHOSAURE Mathématiques L2L3ingé – RAN3 - Trigonométrie

1.3.5
 π
Résoudre cos  3 x −  + sin x = 0
 4
 π  π  π  π  π
cos  3 x −  = − sin ( x ) ⇔ cos  3x −  = cos  x +  ou cos  3x −  = cos  − x − 
 4  4  2  4  2
π π π π
⇔ 3x − = x + + 2kπ ou 3 x − = − x − + 2kπ
4 2 4 2
3π π
⇔ 2x = + 2kπ ou 4 x = − + 2kπ
4 4
3π π π
⇔ x= + kπ ou x = − + k
8 16 2

1.3.6
Résoudre : 7 cos 2 x + 6 3 sin x cos x + sin 2 x + 2 = 0
On est dans la situation du paragraphe 1.4.3 du cours. Posons u = tan(x) et profitons-en pour
factoriser le premier membre de l’équation par cos²(x) :
cos²(x)(7 + 6√3 u + u² + 2/cos²(x)) = 0
⇔ cos²(x)(7 + 6√3 u + u² + 2(1 + u²)) = 0
⇔ cos²(x)(3u² + 6√3 u + 9) = 0
⇔ 3cos²(x)(u² + 2√3 u + 3) = 0
Rappelons que l’existence de u repose sur un cosinus non nul.
Si le cosinus était nul, l’équation donnerait 0 + 0 + 1 + 2 = 0, ce qui est faux. On peut donc rejeter
ce cas, et vérifier l’équation revient à vérifier : u² + 2√3 u + 3 = 0.

Discriminant : 12 – 12 = 0. Une racine double u = –√3, ce qui est la tangente de 2π/3 et de –π/3.

Remarque : si l'on ne pose pas, au départ : u = tan(x), on peut transformer l'équation ainsi :
7 cos 2 x + 6 3 sin x cos x + 1 − cos 2 x + 2 = 0 puis, en factorisant par cos2x :

Page 14 sur 27
L1L2ingé – RAN3 – Trigonométrie – ExCorr - Rev 2017
JFF-MATHOSAURE Mathématiques L2L3ingé – RAN3 - Trigonométrie

sin x 3
cos2 x (7 + 6 3 −1+ )=0
cos x cos2 x
1 cos2 x + sin 2 x
En utilisant la propriété : 2
= 2
= 1 + tan 2 x , et en posant maintenant :
cos x cos x
u = tan(x), on obtient l'équation : cos2 x (7 + 6 3u − 1 + 3(1 + u2 )) = 0
cos2 x (3u2 + 6 3u + 9) = 0 et l'on reprend la suite du raisonnement précédent.

1.3.7

cos 2x + 11 sin x + 5 = 0
On ne fait ici que reprendre l’exemple du cours :
On posera u = sin(x) ; u deviendra notre nouvelle inconnue, avec u ≤ 1.
L’application de formules donne : 1 – 2sin²(x) + 11sin(x) + 5 = 0, soit –2u² + 11u + 6 = 0.

Cette équation du second degré a pour discriminant : ∆ = 11² – 4.(–2).6 = 169 = 13², positif.
L’équation admet deux solutions réelles : u1 = (–11–13)/(–4) = 6 et u2 = (–11+13)/(–4) = –1/2.

Seule la seconde peut nous convenir, puisque u est un sinus ( u ≤ 1 ).

Attention à ne pas oublier de solutions : on visualise les angles de sinus –1/2 sur le cercle
trigonométrique et on cite tous les réels égaux à ces valeurs modulo 2π.

Les solutions sont : x = -π/6 + 2kπ ou x = 7π/6 + 2kπ, k entier relatif quelconque.

Page 15 sur 27
L1L2ingé – RAN3 – Trigonométrie – ExCorr - Rev 2017
JFF-MATHOSAURE Mathématiques L2L3ingé – RAN3 - Trigonométrie

2 Applications à la géométrie du triangle


2.1 Triangle et cercle

2.1.1
Démontrer la propriété de l’angle au centre.

Dans la figure ci-contre, les triangles OAB, OAM et OBM


sont isocèles en O. D’où les égalités d’angles :
OAB = OBA, OAM = OMA et OBM = OMB.

De plus, la somme des angles d’un triangle vaut π.

On a, en angles géométriques :
AOB = π – OAB – OBA
= π – (MAB - MAO) – (MBA – MBO)
= π – (MAB + MBA) + (MAO + MBO)
= π – (π – AMB) + (AMO + BMO)
= π – (π – AMB) + AMB
= 2 AMB
CQFD

Avec un point M’ situé sous le segment [AB] :


AOB = π – OAB – OBA
= π – (M’AO – M’AB) – (M’BO – M’BA)
= π – (M’AO + M’BO) + (M’AB + M’BA)
= π – (AM’O + BM’O) + (π - AM’B)
= π – AM’B + (π - AM’B)
et donc AM’B = π – AOB/2, angle supplémentaire de AMB (M tel que représenté sur la figure).

Page 16 sur 27
L1L2ingé – RAN3 – Trigonométrie – ExCorr - Rev 2017
JFF-MATHOSAURE Mathématiques L2L3ingé – RAN3 - Trigonométrie

2.2 Relations métriques et trigonométriques dans le triangle rectangle

2.2.1 Queue d’aronde symétrique


piges : diamètre 15 mm
α = 55°
O
80 mm
E A B F
x

Une pièce a été fabriquée, dans laquelle on veut vérifier l’ouverture d’angle de 55°. On place pour
cela deux piges (billes) et on mesure la longueur « x ». Quelle longueur doit-on trouver si l’angle
mesure exactement 55° ?

EAO = 27,5° donc EA = EO / tan(27,5°) = 7,5 / tan(27,5°).


Donc x = 2(7,5 + 7,5/tan(27,5°) + 40) = 95 + 15/tan(27,5°) ≈ 123,815 mm.

2.2.2
Deux troncs d’arbres de même rayon, R, sont posés sur une
plate-forme. On veut placer un troisième tronc, de plus grand
rayon possible, r, entre les deux (voir figure).
Montrer que r est forcément égal au quart de R.

On peut tracer un triangle rectangle reliant deux centres (voir figure) dont les dimensions sont
horizontalement : R, verticalement : R-r, hypoténuse : R+r.
(R-r)² + R² = (R+r)² ⇔ R² - 2Rr + r² + R² = R² + 2Rr + r² ⇔ 4Rr = R² ⇔ r = R/4.

2.2.3
Lorsqu’on déverse sur le sol un sable sec, le tas prend la forme d’un
cône de base circulaire, de demi-angle au sommet 41°. Si on déverse
5 m3 de ce sable, quels seront le diamètre et la hauteur du tas
formé ?

L’indication sur l’angle donne : R = H.tan(41°) ;


Le volume permet d’écrire : 1/3 . πR²H = 5.
15
D’où πH²tan²(41°)H = 15, c’est à dire H = ≈ 1, 8487 m
π tan 2 ( 41° )
3

15 tan ( 41° )
et R = H.tan(41°) = 3 ≈ 1, 6071 m, d’où un diamètre de 3,2142 m.
π

Page 17 sur 27
L1L2ingé – RAN3 – Trigonométrie – ExCorr - Rev 2017
JFF-MATHOSAURE Mathématiques L2L3ingé – RAN3 - Trigonométrie

2.2.4

Une plaque P doit être découpée suivant un cercle C pour permettre à une bille de diamètre 34
mm, une fois posée, de dépasser d’exactement 8 mm.
a. Quel doit être le diamètre du cercle C ?
b. On choisit un point A sur la surface de la bille et on conçoit le plan vertical (orthogonal à P)
contenant ce point et le centre du cercle C. Dans ce plan, sous quel angle le point A « voit-il » le
diamètre [BC] du cercle C ?

a. Soit O le centre de la sphère, H celui du cercle et M un point du cercle. Le triangle OMH est
rectangle en H. OH = 17 – 8 = 9, OM = 17.
HM² = 17² - 9² = 208 cm², donc HM ≈ 14,4222 mm. Diamètre du cercle : 28,84 mm.

b. On a représenté en vert le cercle de section de la sphère par ce plan vertical. Dans ce cercle, la
propriété de l’angle au centre est valable. Donc l’angle BAC est la moitié de l’angle BOC.
Or BOC est lui-même le double de HOC.
 HC   14, 4222 
BAC = HOC (= HOM) = arctan   = arctan   ≈ 58, 03° .
 HO   9 

2.3 Compléments de géométrie


2.3.1 Le carré ci-contre a une aire de 900 cm2. Quelle est la longueur du trait
rouge (épais) ?

Soit c le côté du carré, R le rayon du cercle. Soit x la longueur du trait rouge.


c
D'après Pythagore, la diagonale du carré est égale à L = 2c 2 = c 2 . Le rayon R =
2
L c 2 c c
x= −R = − = ( 2 − 1)
2 2 2 2
30
Application numérique : c = 900 = 30 , d'où x = ( 2 − 1) = 15( 2 − 1) ≃ 6, 21 cm
2

Page 18 sur 27
L1L2ingé – RAN3 – Trigonométrie – ExCorr - Rev 2017
JFF-MATHOSAURE Mathématiques L2L3ingé – RAN3 - Trigonométrie

2.3.2 Surface du Pentagone


Le Pentagone est le plus grand bâtiment administratif au monde, si l’on considère la surface
occupée. La base du bâtiment a la forme d’un pentagone régulier, dont chaque côté mesure
276 m. Déterminer l’aire de la base du bâtiment.

b = 276 ; h : hauteur d'un des 5 triangles.


b
 72°  2= b
tan   = tan 36° =
 2  h 2h 72°
276
D'où h = ≃ 189, 94 ,
2 tan 36°
h×b 189, 94 × 276 h
Donc aire totale : A = 5 × = 5× ≃ 131059 m2
2 2
b

2.3.3 Calcul de volumes :

A. Calculer le volume de ce solide troué :


Diamètre du cylindre : D = 32 mm

D 32
Volume du cylindre complet (non troué) : Vcyl = π R 2 H , avec R = = = 16 et H = 25
2 2
(toutes les dimensions exprimées en mm)
D'où Vcyl = π × 162 × 25 = 20106, 19 mm3
Volume du prisme droit : V pr = A × H . Déterminons l'aire A du triangle équilatéral de côté c = 9.
3
Ce triangle a une hauteur h = c sin 60° = c , donc son aire s'exprime comme
2
h × c 1 3 2 92 3 81 3
A= = c = =
2 2 2 4 4
81 3
et le volume du prisme est Vpr = A × H = × 25 ≃ 876, 85 mm3
4
D'où le volume du solide troué V = 20 106,19 – 876,85 = 19 229,34 mm3.

Page 19 sur 27
L1L2ingé – RAN3 – Trigonométrie – ExCorr - Rev 2017
JFF-MATHOSAURE Mathématiques L2L3ingé – RAN3 - Trigonométrie

B. Calculer le volume de ce bloc de béton troué.


La face avant est un carré de côté 12 m.

Volume du parallélépipède (bloc de béton complet)


: V par = C 2 × L , avec C = 12 m (côté du carré) et L =
23 m (longueur du bloc), donc V par = 122 × 23 = 3312 m3
D 6, 5
Volume du trou cylindrique : Vcyl = π R 2 × L , avec R = = = 3, 25
2 2
D'où Vcyl = π × 3, 252 × 23 ≃ 763, 21 m3
Donc le volume du bloc troué est : V = 3 312 – 763,21 = 2 548,79 m3.
Remarque : on pouvait aussi écrire directement :
V = V par − Vcyl = C 2 L − π R 2 × L = (C 2 − π R 2 ) L = (122 − π × 3.252 ) × 23 ≃ 2 548,79 m3.

C. Déterminer le volume de cette tente :

On détermine aisément la hauteur H de la tente, grâce à Pythagore :


2
 3, 2 
H = 2, 2 − 
2
 = 2.28 ≃ 1, 51
 2 
1, 51 × 3, 2
Le volume est donc égal à V = × 2, 6 ≃ 6, 28 m3.
2

D. Calculer le volume de ce tunnel, avec :


a=4m; b=5m; c = 12 km

La face avant est constituée d'un rectangle et d'un demi-disque, donc son aire s'exprime comme :
1 a2 1 42
A = a×b + π = 4×5+ π = 20 + 2π ≃ 26, 28 m2.
2 4 2 4
Le volume du tunnel est donc V = A × L = 26, 28 × 12000 ≃ 315 360 m3 (= 315,36 x 106 litres)

Page 20 sur 27
L1L2ingé – RAN3 – Trigonométrie – ExCorr - Rev 2017
JFF-MATHOSAURE Mathématiques L2L3ingé – RAN3 - Trigonométrie

E. Calculer le volume de ce solide, avec :


a = 6 dm ; b = 5 dm ; c = 5 dm

La face avant est constituée d'un carré dont on a enlevé un quart


de disque :
1 2
Aire du carré : a2. Aire du quart de disque : πc
4
1 1
Donc l'aire de la face avant est A = a2 − π c2 = 62 − π × 52 ≃ 16, 365 dm2.
4 4
Le volume du solide est donc : V = A × b ≃ 16, 36 × 5 = 81, 825 dm3.

2.4 Relations métriques et trigonométriques dans le triangle quelconque

2.4.1
Un bassin de rétention d’eau est circulaire, de rayon 10 mètres. On doit y
poser trois poutrelles métalliques de même longueur, en triangle
équilatéral, les extrémités des poutrelles se joignant sur le bord du bassin.
Quelle doit être la longueur des poutrelles ? (répondre sans utiliser de
triangle rectangle).

a
Soit a la longueur d’une poutrelle. La relation des sinus donne : = 2R = 20 ,
sin ( 60° )
donc a ≈ 17,32 m.

2.4.2

On veut calculer la largeur CH d'un fleuve en B


restant sur la rive. H
A β
On considère les 3 points A, B, C. α
On donne AB = 120m, α = 55°, β =45°. (croquis
ci-contre)
C

On peut utiliser les triangles rectangles AHC et BHC, avec trois inconnues : HC, HA et HB ou encore
HC, CA et CB, ce qui n’est pas commode. La relation des sinus permet d’aller plus vite :

Page 21 sur 27
L1L2ingé – RAN3 – Trigonométrie – ExCorr - Rev 2017
JFF-MATHOSAURE Mathématiques L2L3ingé – RAN3 - Trigonométrie

AC 120
= , ce dernier angle étant connu : 180° - 55° - 45° = 80°.
sin ( 45° ) sin ( ACB )
120
Donc AC = ≈ 86, 1618 m.
2 sin ( 80° )
Enfin, dans le triangle rectangle AHC : HC = AC .sin ( 55° ) ≈ 70, 58 m.

2.4.3
C
On souhaite établir la relation d’Al-Kashi sur un triangle
quelconque ABC en s’aidant de la figure ci-contre.
a. Exprimer CC’ en fonction de AC et de Â. Â
b. Exprimer BC’ en fonction de AB, de AC et de Â.
C’ A B
c. En déduire, à l’aide de la relation de Pythagore sur le
triangle BCC’, une expression de BC² en fonction d’éléments du triangle ABC uniquement.

a. Dans le triangle rectangle ACC’ : CC’ = AC.sin(π-Â) = AC.sin(Â).


b. Dans le triangle rectangle ACC’ : AC’ = AC.cos(π-Â) = -AC.cos(Â). Donc BC’ = AB -AC.cos(Â).
c. BC² = CC’² + BC’² = AC².sin²(Â) + (AB -AC.cos(Â))²
= AC².sin²(Â) + AC².cos²(Â) + AB² - 2AB.AC. cos(Â)
= AC² + AB² - 2AB.AC. cos(Â)
CQFD

2.4.4
Un géomètre mesure la distance de sa station à deux points A et B situés à la même altitude que lui
et obtient 82 m et 125 m. De plus, l’angle horizontal entre ces deux visées vaut 37°.
Quelle est la distance entre les points A et B ?

Al-Kashi : AB² = 82² + 125² - 2.82.125.cos(37°) ≈ 5976,972, donc AB ≈ 77,311 m.

Page 22 sur 27
L1L2ingé – RAN3 – Trigonométrie – ExCorr - Rev 2017
JFF-MATHOSAURE Mathématiques L2L3ingé – RAN3 - Trigonométrie

2.4.5

On souhaite établir la relation des sinus dans un triangle


quelconque ABC en s’aidant de la figure ci-contre, qui
montre le cercle circonscrit au triangle ABC (l’unique
cercle contenant A, B et C) et D, un quatrième point du
cercle, diamétralement opposé à C.
a. Grâce à la propriété de l’angle inscrit et à une
relation trigonométrique dans le triangle BCD, établir que
a/sin(α) = 2R.
b. Montrer que cette égalité peut se généraliser aux
rapports côté/sinus(angle opposé) pour B et C.

a. Dans le triangle rectangle BCD : a/2R = sin(BDC). Or BDC = BAC = α. Donc a/sin(α) = 2R.
b. Ce qui a été fait avec la corde [BC] et l’angle inscrit α (construction du triangle rectangle BCD et
établissement de la formule ci-dessus) peut aussi bien être fait avec les cordes [AC] et [AB].
On obtient alors la relation des sinus dans le triangle ABC.

2.4.6
Soit un triangle de côtés 10m, 20m, 24m. Calculer son aire par la formule de Héron, puis par la
formule « classique ».

Avec la formule de Héron :


p = (10+20+24)/2 = 27. Donc Aire = 27 × 17 × 7 × 3 = 9639 ≈ 98, 18 m².

Avec la formule classique : il faut connaître un angle formé par deux côtés.
Choisissons par exemple les côtés de longueurs 10 et 20 m et appelons α l’angle qu’ils forment. La
relation d’Al-Kashi nous dit :
24² = 10² + 20² - 2.10.20.cos(α) ⇔ 576 = 500 – 400.cos(α) ⇔ cos(α) = -76/400 ⇔ α ≈ 100,95°.
Alors : Aire = ½ .10.20.sin(α) ≈ 98,18 m².

2.4.7

Pour mesurer la hauteur d’une montagne, le géomètre se place en deux points A et B situés à la
même altitude (ici, 464 m) et mesure à chaque fois l’angle entre l’horizontale et la visée du
sommet (ici, 23° et 38°). Quelle est l’altitude du sommet de cette montagne ?

Page 23 sur 27
L1L2ingé – RAN3 – Trigonométrie – ExCorr - Rev 2017
JFF-MATHOSAURE Mathématiques L2L3ingé – RAN3 - Trigonométrie

38° 23°
H A 655 m B

BAS = 180° - 38° = 142° et ASB = 180° - 142° - 23° = 15°.


Donc, avec le triangle BAS : BS/sin(142°) = AB/sin(15°), d’où BS ≈ 1558,07 m.
Puis, avec le triangle rectangle HBS : HS = BS.sin(23°) ≈ 608,79 m.

L’altitude de S est 464 + 608,79 = 1072,79 m.

2.4.8
B
Vous devez mesurer la distance AB, mais un
précipice infranchissable ne vous autorise pas
à le faire directement. Vous décidez alors de
prendre un troisième point de station, C, situé
à exactement 50 m de A et vous mesurez les 68°
A
angles entre les visées AB et AC puis entre les 85°
visées CB et CA.
Quelle est la distance AB ? C

Là encore, la relation des sinus donne la solution :


ABC = 180° - 68° - 85° = 27°. AB/sin(85°) = 50/sin(27°). Donc AB ≈ 109,72 m

2.4.9
A
S est l’un des sommets d’un cube. On a découpé un coin de B
cube tel que SA = 3 cm, SB = 2 cm et SC = 1 cm. ([SA], [SB] et
[SC] sont des parties des trois arêtes du cube issues de S). S
a. Quelle est l’aire du triangle ABC ?
b. Quelle est la distance entre S et le plan (ABC) ?
C
a. SAB, SAC et SBC sont trois triangles rectangles en S.
De la relation de Pythagore dans chacun, on déduit : AB ≈ 3,60555, BC ≈ 2,23607 et CA ≈ 3,16228.
On appliquera la formule de Héron, avec p ≈ 4,50195 et on trouvera Aire(ABC) = 3,5 cm².

Page 24 sur 27
L1L2ingé – RAN3 – Trigonométrie – ExCorr - Rev 2017
JFF-MATHOSAURE Mathématiques L2L3ingé – RAN3 - Trigonométrie

b. Le volume de SABC peut se calculer de deux façons au moins :


* en prenant SAB pour base, SC est sa hauteur, donc V = 1/3 .(1/2.SA.SB).SC = 1 cm³.
* en prenant ABC pour base, la hauteur est la distance cherchée, notons-la d.
V = 1/3 .3,5.d.

Donc 1 = 1/3 .3,5.d et d = 3/3,5 ≈ 0,8571 cm.

3 Fonctions trigonométriques
3.1 Généralités sur les fonctions sin, cos, tan

3.1.1
L'intensité I (en Ampère) d'un courant domestique s'exprime en fonction du temps t (en secondes)
par : I ( t ) = 5 cos ( 100π.t ) .
a. Entre quelles valeurs varie I ?
b. Montrer que la fonction I est périodique et déterminez sa période

a. Un cosinus varie entre –1 et 1, donc I varie entre –5 et 5.


b. cos ( 100πt ) = cos (100 π ( t + T ) ) est possible lorsque 100 π ( t + T ) = 100 πt + 2π , cet ajout étant la
période du cosinus. Cela implique que T = 0,02.
L’intensité est périodique, de période 0,02 seconde.

3.1.2

La température T (en °C) à Vancouver varie approximativement selon la formule :


π 
T = 14, 8 sin  ( t − 3 )  + 10 , où t est exprimé en mois. Le 1er janvier correspond à t = 0.
6 
a. Quelle est, environ, la température le 1er février ? Le 1er novembre ?
b. Quelles sont les températures extrêmes ? A quelles dates correspondent-elles ?
c. Avec quelle périodicité retrouve-t-on des températures analogues ?

π  3
a. Le 1er février : T = 14, 8 sin  ( 1 − 3)  + 10 = 10 − 14, 8 ≈ −2, 82 °C .
6  2
π  1
Le 1er novembre : T = 14, 8 sin  ( 10 − 3 )  + 10 = 10 − 14, 8 = 2, 6 °C .
6  2
b. Les températures extrêmes correspondent aux valeurs extrêmes du sinus, soit lorsque :
π π
* (t − 3) = ⇔ t − 3 = 3 ⇔ t = 6 , le premier juillet, T = 10 + 14,8 = 24,8 °C.
6 2

Page 25 sur 27
L1L2ingé – RAN3 – Trigonométrie – ExCorr - Rev 2017
JFF-MATHOSAURE Mathématiques L2L3ingé – RAN3 - Trigonométrie

π π
* (t − 3) = − ⇔ t − 3 = −3 ⇔ t = 0 , le premier janvier, T = 10 - 14,8 = -4,8 °C.
6 2

π π π
c. Appelons ici P la période. Alors : ( t + P − 3 ) = ( t − 3 ) + 2π ⇔ P = 2π ⇔ P = 12 .
6 6 6
La période est 12 mois.

3.1.3
Le Japon connaît des raz de marée provoqués par des tremblements de terre sous-marins
(tsunamis). On modélise alors parfois la hauteur h de l'eau en un point donné en fonction du temps
t par une équation de la forme h(t) = a cos(b t), avec h(t) en mètres, t en secondes.
Calculer les nombres a et b dans le cas d'un tsunami où les vagues mesurent 10 m de haut et
présentent une périodicité de 20 minutes.

Mettons que 10 m représente la différence de hauteur entre creux et bosses. La hauteur de l’eau
varie donc entre –5 m et +5 m. a = 5.
Ensuite, b(t + 1200 secondes) = bt + 2π, donc b = π/600.

3.1.4 h(t), mètres

La courbe ci-contre met en évidence le caractère


semi-diurne des marées en un point donné de la
côte atlantique, au cours d'une période donnée de
l'année. h est la hauteur de l'eau au-dessus du point
choisi et t l'heure de la journée. On suppose que h
t, heures
s'exprime en fonction de t par :
h(t) = A sin (B t + C) + D.
Calculer les réels A, B, C et D à l'aide du graphique.

Le sinus est minimal à 2h, nul à 5h, maximal à 8h. h(2) = -4, h(5) = 3, h(8) = 10.
* Amplitude des oscillations : 14m, donc A = 7.
* h(5) = 3 avec un sinus nul, donc D = 3.
* Période : 12h, donc B(t+12)+C = Bt+C+2π, donc B = π/6.
* sinus = 1 à 8h, donc B×8+C = π/2 + 2kπ, donc C = –4π/3+π/2 + 2kπ = –5π/6 + 2kπ.
h(t) = 7 sin (π/6.(t -5)) + 3

3.1.5

Donner les domaines de définition des expressions suivantes :

Page 26 sur 27
L1L2ingé – RAN3 – Trigonométrie – ExCorr - Rev 2017
JFF-MATHOSAURE Mathématiques L2L3ingé – RAN3 - Trigonométrie

a. y = tan 2 x − 1 ; b. y = sin 3 x
a. Il faut tan²(x) ≥ 1 : tan(x) ≥ 1 ou tan(x) ≤ –1, donc x ∈ [π/4 + kπ ; 3π/4 + kπ], en excluant π/2+kπ,
angles pour lesquels la tangente n’est pas définie, autrement dit, il faut :
x ∈ [π/4 + kπ ; π/2 + kπ[ ∪ ]π/2 + kπ ; 3π/4 + kπ]

b. Il faut sin³(x) ≥ 0, donc sin(x) ≥ 0, donc x ∈ [2kπ ; π + 2kπ].

3.2 Fonctions réciproques

3.2.1
x
Montrer que : a. tan(arcsin x ) = ; b. sin(arccos x ) = 1 − x 2
1− x 2

a. Soit y = arcsin(x), angle dont le cosinus est positif.


sin ( y ) sin ( y ) x
tan ( y ) = = = .
cos ( y ) 1 − sin ² ( y ) 1 − x2

b. Soit y = arccos(x), angle dont le sinus est positif. sin ( y ) = 1 − cos2 ( y ) = 1 − x 2 .

3.2.2
Donner le domaine de définition des expressions suivantes :
a. y = arccos(x²) ; b. 1 − arctan ( x ) .

a. x² doit être dans [–1 ; 1], donc x aussi.

b. arctan(x) ≤ 1, donc cet arc peut parcourir [–π/2 ; 1] et sa tangente, c’est à dire x, peut parcourir
]–∞ ; tan(1)], soit environ ]–∞ ; 1,5574].

Page 27 sur 27
L1L2ingé – RAN3 – Trigonométrie – ExCorr - Rev 2017

Vous aimerez peut-être aussi