Vous êtes sur la page 1sur 175

Projet de fin d’études 2018-2019

Sommaire
Introduction générale ____________________________________________________________ 9
Partie I : charpente métallique _______________________________________________ 12
Chapitre I : présentation du projet ________________________________________________ 13
I. Présentation générale du projet ______________________________________________________ 13
II. Implantation _____________________________________________________________________ 14
III. Conception _______________________________________________________________________ 14
III .1. Choix de l’ossature ______________________________________________________________ 15
III.1.1 Les éléments de stabilité transversal _________________________________________ 15
III.1.2 Les éléments de la stabilité longitudinal ________________________________________ 15
III.2 Hypothèses de calcul _____________________________________________________________ 16

Chapitre II : charges et combinaisons de charges _____________________________________ 18


I. Introduction ______________________________________________________________________ 18
II. Les charges permanentes ___________________________________________________________ 18
III. Les charges d’exploitation ___________________________________________________________ 18
IV. L’action du vent ___________________________________________________________________ 18
IV.1 CALCUL DES CHARGES DE NEIGE ET VENT Selon NV65 02/09 _____________________________ 19
IV.2. Calcul de l’action du vent _________________________________________________________ 20
IV.2.1 Cas du vent W1 ____________________________________________________________ 20
IV.2.2 Cas du vent W2 ____________________________________________________________ 22
IV.2.2 Cas du vent W3 ____________________________________________________________ 24
IV.3. Calcul de l’action du vent sur panne _________________________________________________ 26

Chapitre III : Dimensionnement des pannes _________________________________________ 27


I. Introduction ______________________________________________________________________ 27
II. Dimensionnement des pannes _______________________________________________________ 27
II.1 Charges appliquées sur les pannes ___________________________________________________ 28
II.2 Pré-dimensionnement _____________________________________________________________ 28
II.2.1 Propriétés de la section du profilé C 200x2.5 _________________________________________ 29
II.2.2 Sollicitations ___________________________________________________________________ 29
II.2.3 Considération du maintien latéral des pannes par la plaque nervurée _________________ 31
II.2.4 Combinaisons d’actions à l’ELU ________________________________________________ 32
II.2.5 Vérification de la section au droit de lierne ___________________________________________ 32
III. Dimensionnement du lierne _________________________________________________________ 45
III.1 Calcul de l’effort maximal revenant aux liernes_________________________________________ 45
III.2 Dimensionnement des liernes ______________________________________________________ 46
III.3 Dimensionnement des éléments de compression : ______________________________________ 46

Chapitre IV : Etude de variante ___________________________________________________ 47


I. Introduction ______________________________________________________________________ 47
II. Portique en profilés en Âme pleine ___________________________________________________ 47
II.1 Vérification des pièces à l’ELU et à l’ELS _______________________________________________ 47
II.2 Cout du portique _________________________________________________________________ 48
III. Ferme en N avec deux porte-à-faux en demi ferme en N __________________________________ 48
III.1 Vérification des pièces à l’ELU ______________________________________________________ 48
III.2 Vérification des pièces à l’ELS _______________________________________________________ 49
III.3 cout du ferme en N _______________________________________________________________ 49
IV. Ferme en V avec porte-à-faux demi ferme en V__________________________________________ 50
IV.1 Vérification à l’ELU _______________________________________________________________ 50
IV.2 Vérification à l’ELS :_______________________________________________________________ 51
IV.3 Cout du ferme en V _______________________________________________________________ 51

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 1


Projet de fin d’études 2018-2019

V. Ferme en V avec deux porte-à-faux âme pleine avec une contreflèche _______________________ 52
V.1 Vérification à l’ELU ________________________________________________________________ 52
V.2 Vérification à l’ELS ________________________________________________________________ 52
V.3 Cout du ferme ___________________________________________________________________ 53
VI. Conclusion : ______________________________________________________________________ 53
Chapitre V : dimensionnement de la ferme__________________________________________ 54
I. Introduction ______________________________________________________________________ 54
II. Evaluation des charges _____________________________________________________________ 54
III. Dimensionnement des éléments de ferme _____________________________________________ 55
III.1 Vérification de la membrure supérieure ______________________________________________ 56
III.2 Vérification de la membrure inférieure _______________________________________________ 58
III.3 Vérification des diagonales : ________________________________________________________ 59
IV. Dimensionnement du porte à faux droite ______________________________________________ 62
IV.1 vérification de la membrure supérieure ______________________________________________ 62
IV.2 Vérification de la membrure inférieure _______________________________________________ 63
IV.3 Vérification de la diagonale ________________________________________________________ 64
IV.4 vérification du montant ___________________________________________________________ 65
V. Dimensionnement du porte à faux gauche _____________________________________________ 66
V.1 Vérification de la membrure supérieure _______________________________________________ 66
V.2 Vérification de la membrure inférieure _______________________________________________ 67
V.3 Vérification de la diagonale : ________________________________________________________ 68
V.4 Vérification du montant ___________________________________________________________ 69

Chapitre VI : Dimensionnement des poteaux ________________________________________ 70


I. Introduction ______________________________________________________________________ 70
II. Evaluation des charges _____________________________________________________________ 70
II.1. Charges permanentes _____________________________________________________________ 70
II.2 Charge d’exploitation ______________________________________________________________ 70
III. Combinaisons des charges : _________________________________________________________ 70
IV. Sollicitations dans les deux poteaux : __________________________________________________ 71
V. Dimensionnement à l’ELU ___________________________________________________________ 72
VI. Vérification à l’ELS sur robot _________________________________________________________ 75

Chapitre VII : Etude du porte-à-faux _______________________________________________ 76


I. Introduction _________________________________________________________________________ 76
II. Les vérifications nécessaires pour le calcul de console en âme pleine __________________________ 76
III. Etude de console à l’ELS ______________________________________________________________ 77
IV. Dimensionnement ___________________________________________________________________ 77
V. Résultat de calcul par le logiciel ROBOT ________________________________________________ 81

Chapitre VIII :Etude du Contreventement ___________________________________________ 83


I. Introduction ______________________________________________________________________ 83
II. Poutre au vent ____________________________________________________________________ 83
II.1 Calcul des efforts _____________________________________________________________ 83
II.2 Vérification de l’élancement λmax________________________________________________ 85
II.3 Vérification de la section nette au droit des trous d’assemblages __________________________ 85
III. Croix de croix de Saint-André ________________________________________________________ 85
III.1 Vérification de l’élancement λmax : ________________________________________________ 86
III.2 Vérification de la section nette au droit des trous d’assemblages : ______________________ 86

Chapitre IX Conception et dimensionnement des assemblages __________________________ 87


I. Introduction ______________________________________________________________________ 87
II. Assemblage type 1 : Membrure supérieure-montant _____________________________________ 88
II.1 Calcul la longueur de soudure ___________________________________________________ 88

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 2


Projet de fin d’études 2018-2019

II.2 Vérification soudure gousset-membrure sup : ______________________________________ 89


II.3 Vérification gousset soumis à l’effort normal (traction) : ______________________________ 89
III. Assemblage type 2 membrure supérieur-diagonales______________________________________ 90
III.1 Calcul de la résultante des efforts R _______________________________________________ 90
III.2 Vérification des soudures gousset-membrure supérieure ________________________________ 91
III.3 Vérification gousset à la traction ____________________________________________________ 91
IV. Assemblage ferme poteau ____________________________________________________________ 92
IV.1 Assemblage au niveau de la membrure supérieure _____________________________________ 92
IV.1.1 Calcul des longueurs des soudures ____________________________________________ 93
IV.1.2 Calcul des efforts N et T _____________________________________________________ 93
IV.1.3 Vérifications des soudures gousset-platine ______________________________________ 93
IV.1.4 Vérification de la platine_____________________________________________________ 96
IV. Assemblage au niveau de la membrure inferieur_________________________________________ 97
IV.1 Calcul de longueur de soudure lc4 et lc5 _______________________________________________ 97
IV.3 Vérification de soudure ___________________________________________________________ 98
IV.4 Vérification du gousset (section a-a) _________________________________________________ 98
IV.5 Vérification des boulons d’assemblage platine-poteau __________________________________ 98
IV.6 Vérification de la platine ___________________________________________________________ 99
Chapitre X: pieds de poteau _____________________________________________________ 100
I. Introduction _____________________________________________________________________ 100
II. Calcul des dimensions de la plaque d’assise ____________________________________________ 101
III. Détermination du moment de flexion maximal sollicitant la plaque d’assise __________________ 102
IV. Epaisseur de la plaque d’assise ep ___________________________________________________ 103
V. Calcul des boulons d’ancrages ______________________________________________________ 103

Chapitre XI : fondation _________________________________________________________ 106


I. Introduction _____________________________________________________________________ 106
II. Dimensionnement de la semelle _____________________________________________________ 106
III. Pré-dimensionnement de la semelle _________________________________________________ 106
IV. Calcul des armatures : _____________________________________________________________ 108

Partie II : Béton armé ______________________________________________________ 111


Chapitre I : Conception du projet _________________________________________________ 112
I. Introduction _____________________________________________________________________ 112
II. Conception architecturale __________________________________________________________ 112
II.1 Etapes de conception _____________________________________________________________ 112
II.2 description _____________________________________________________________________ 112
II.3 Ossature de l’ouvrage ____________________________________________________________ 113
II. 3.1 Plancher _________________________________________________________________ 113
II.3.2 les poteaux _______________________________________________________________ 113
II.3.3 les poutres _______________________________________________________________ 114
II.3.4 escalier __________________________________________________________________ 114
III. Modélisation ____________________________________________________________________ 114

Chapitre II : Caractéristiques des matériaux et hypothèses de calcul ____________________ 115


I. Caractéristiques des matériaux ______________________________________________________ 116
II. Béton __________________________________________________________________________ 116
I.1.1. Béton pour la superstructure ______________________________________________ 116
I.1.2 Béton pour l’infrastructure ___________________________________________________ 116
I.2 Aciers __________________________________________________________________________ 117
I.2.1 Aciers destinés aux armatures longitudinales ____________________________________ 117
I.2.2 Aciers destinés aux armatures transversales _____________________________________ 117
III. Hypothèses de calcul ______________________________________________________________ 117

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 3


Projet de fin d’études 2018-2019

III.1 Dimensionnement et ferraillage des éléments de la superstructure ____________________ 117


II.2 Dimensionnement et ferraillage des éléments de l’infrastructure ________________________ 117
II.3 Dimensionnement à l’ELU _________________________________________________________ 118
II.4 Dimensionnement à l’ELS _________________________________________________________ 118
IV. Evaluations des charges____________________________________________________________ 118
III.1 Charges permanentes ____________________________________________________________ 118
III.2 Charges d’exploitation ___________________________________________________________ 120
III.3 Charge des Cloisons _____________________________________________________________ 120
III.4 Charges des acrotères : _______________________________________________________ 120
Chapitre III : Etude d’une nervure ________________________________________________ 121
I. Introduction _____________________________________________________________________ 121
II. Pré dimensionnement _____________________________________________________________ 121
III. Détermination des charges _________________________________________________________ 122
IV. Calcul des sollicitations ____________________________________________________________ 122
IV.1. Méthode de calcul ______________________________________________________________ 122
IV.2 Détermination des moments : _____________________________________________________ 123
IV.3 Détermination de l’effort tranchant ________________________________________________ 125
V. Détermination des armatures _______________________________________________________ 126
V.1 Armatures longitudinales _________________________________________________________ 126
V.1.1 Ferraillage des travées : _____________________________________________________ 126
V.1.2 Ferraillage des appuis ______________________________________________________ 128
V.2 Armatures transversales __________________________________________________________ 130
VI. Vérifications _____________________________________________________________________ 131
VI.1 Vérification de la bielle de béton ___________________________________________________ 131
VI.2 Aciers de glissement _____________________________________________________________ 132
VI.3 Vérification de la jonction table nervure _____________________________________________ 132
IV.3 Vérification de la flèche __________________________________________________________ 133
VII. Plan de ferraillage de la poutre____________________________________________________ 134

Chapitre IV : étude d’une poutre _________________________________________________ 138


I. Introduction _____________________________________________________________________ 138
II. Evaluation des charges ____________________________________________________________ 138
II.1 Charges réparties ________________________________________________________________ 138
II.2 pré-dimensionnement ____________________________________________________________ 138
III. Calcul des sollicitations ____________________________________________________________ 139
III .1. Méthode de calcul ______________________________________________________________ 139
III .2 Détermination des moments ______________________________________________________ 140
IV.3 Détermination de l’effort tranchant ________________________________________________ 142
IV. Détermination des armatures _______________________________________________________ 144
V.1 Armatures longitudinales _________________________________________________________ 144
V.1.1 Ferraillage des travées ______________________________________________________ 144
V.1.2 Ferraillage des appuis ______________________________________________________ 146
V.2 Armatures transversales __________________________________________________________ 146
V. Vérifications _____________________________________________________________________ 148
V.1 Aciers de glissement _____________________________________________________________ 148
V.2 Vérification de la bielle de béton ___________________________________________________ 149
V.3 Vérification de la flèche de la poutre ________________________________________________ 149
VI. Ferraillage ______________________________________________________________________ 151

Chapitre V: Poteau ____________________________________________________________ 154


I. Introduction ________________________________________________________________________ 154
II. Description du poteau _______________________________________________________________ 154
III. Descente de charges ______________________________________________________________ 155

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 4


Projet de fin d’études 2018-2019

III.1 évaluation des charges ___________________________________________________________ 155


III.2 combinaisons des charges ________________________________________________________ 156
VI. Dimensionnement ______________________________________________________________ 156
VII. Ferraillage ____________________________________________________________________ 159

ChapitreVI : Escalier ___________________________________________________________ 160


I. Introduction : ____________________________________________________________________ 160
II. Caractéristiques géométriques _______________________________________________________ 160
II.1 Caractéristique du volé1 __________________________________________________________ 161
II.2 Caractéristique du volé 2 : _________________________________________________________ 161
III. Evaluation des charges : _________________________________________________________ 162
III.1 Calcul des sollicitations volée 1 : ___________________________________________________ 163
III.2 Calcul des sollicitations volée 2 ____________________________________________________ 164
IV. Calcul de ferraillage _______________________________________________________________ 165

ChapitreVII : fondation _________________________________________________________ 170


I. Introduction _____________________________________________________________________ 170
II. Hypothèses de calcul ______________________________________________________________ 170
III. Semelle sous poteau ______________________________________________________________ 170
III.1 Calcul des sollicitations ________________________________________________________ 171
III.2 Dimensions de la semelle ______________________________________________________ 171
III.3 Dimensionnement des aciers : _____________________________________________________ 171
III.4 Dimension du gros béton _________________________________________________________ 172
IV. Ferraillage de la semelle ___________________________________________________________ 174
Conclusion générale ___________________________________________________________ 175

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 5


Projet de fin d’études 2018-2019

Liste des figures


Figure 1 :façade Sud-Est ........................................................................................................................ 13
Figure 2 :façade Sud-Ouest ................................................................................................................... 13
Figure 3 : plan de masse ........................................................................................................................ 14
Figure 4 :Structure 3D ........................................................................................................................... 14
Figure 5 : directions du vent .................................................................................................................. 19
Figure 6 : données du vent .................................................................................................................... 19
Figure 7 : valeurs du coefficient Ce de W1 ............................................................................................ 20
Figure 8 : valeurs du coefficient Cis et Cid de W1 ................................................................................. 21
Figure 9 :Valeurs de coefficient de trainé C1 pour le vent W1 ............................................................. 21
Figure 10 : valeurs du coefficient Ce de W2 .......................................................................................... 22
Figure 11 : valeurs du coefficient Cis et Cid de W2 ............................................................................... 23
Figure 12 :Valeurs de coefficient de trainé C2 pour le vent W2 ........................................................... 23
Figure 13 :valeurs du coefficient Ce de W3........................................................................................... 24
Figure 14 :valeurs du coefficient Cis et Cid de W3 ................................................................................ 25
Figure 15 : Valeurs de coefficient de trainé C3 pour le vent W3 .......................................................... 25
Figure 16 : schéma mécanique des pannes .......................................................................................... 27
Figure 17 : profilé C200 x2.5 ................................................................................................................. 28
Figure 18 : schéma du calcul ................................................................................................................. 29
Figure 19 : Tôle nervurée utilisée comme couverture et bardage........................................................ 31
Figure 20: Charge latérale équivalente ................................................................................................. 33
Figure 21 : Comportement de la section ............................................................................................... 33
Figure 22: Détermination de la charge latérale .................................................................................... 34
Figure 23: position de centre de cisaillement ....................................................................................... 35
Figure 24 : Caractéristiques de la semelle libre .................................................................................... 36
Figure 25 : Positionnement de la plaque .............................................................................................. 37
Figure 26: Schéma du calcul des liernes ................................................................................................ 45
Figure 27 :Axes d'une cornière: ............................................................................................................. 46
Figure 28 :Portique en profilés en âme pleine ....................................................................................... 47
Figure 29 :Vérification des pièces à l’ELU et à l’ELS à l’aide de logiciel ROBOT ............................. 47
Figure 30 :Ferme en N........................................................................................................................... 48
Figure 31 : Vérification des pièces à l’ELU .......................................................................................... 48
Figure 32 :Vérification des pièces à l’ELS............................................................................................ 49
Figure 33 :Ferme en v ........................................................................................................................... 50
Figure 34 :Vérification des pièces du ferme en V à l’ELU ................................................................... 50
Figure 35 :Vérification des pièces du ferme en V à l’ELU ................................................................... 51
Figure 36 :Ferme en V avec porte à faux âme pleine ............................................................................ 52
Figure 37 :Vérification des pièces à l’ELU ........................................................................................... 52
Figure 38 :Vérification des pièces à l’ELU ........................................................................................... 52
Figure 39: structure de la ferme ............................................................................................................ 54
Figure 40 :Paramètres du flambement de la membrure supérieure ....................................................... 57
Figure 41: Paramètres du flambement de la membrure inférieure ........................................................ 59
Figure 42: Paramètres du flambement de la diagonale ......................................................................... 60
Figure 43: Paramètres du flambement du montant................................................................................ 61
Figure 44: Paramètres du flambement de la membrure supérieure droite ............................................. 63
Figure 45: Paramètres du flambement de la membrure inférieure droite .............................................. 64
Figure 46 : Paramètres du flambement de la diagonale ....................................................................... 65

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 6


Projet de fin d’études 2018-2019

Figure 47: Paramètres du flambement de la membrure supérieure ....................................................... 67


Figure 48: Paramètres du flambement de la membrure inférieure ........................................................ 68
Figure 49: Paramètres du flambement du montant................................................................................ 69
Figure 50 : Poteaux étudiés ................................................................................................................... 70
Figure 51 :Poteau bi-encastré ................................................................................................................ 71
Figure 52 :Diagrammes des sollicitations Barre2 ................................................................................. 72
Figure 53 :vérification du poteau à l’ELS ............................................................................................. 75
Figure 54 :schéma du porte-à-faux ........................................................................................................ 76
Figure 55 :les efforts agissant sur la console ......................................................................................... 77
Figure 56 :Choix des courbes déversement Figure 57 :caractéristique géométrique du profilé.... 78
Figure 58 :éléments de contreventement ............................................................................................... 83
Figure 59 : Poutre au vent hyperstatique .............................................................................................. 84
Figure 60 :Charges appliquées sur la poutre au vent ............................................................................. 84
Figure 61 :Schéma de section nette ....................................................................................................... 85
Figure 62 :Charges appliquées sur la croix de Saint-André .................................................................. 85
Figure 63 :Assemblage étudié ............................................................................................................... 87
Figure 64 : schéma d’assemblage type1 ............................................................................................... 88
Figure 65: efforts appliquées sur les soudures ..................................................................................... 88
Figure 66: schéma d’assemblage type2 ................................................................................................ 90
Figure 67 :Résultante des efforts .......................................................................................................... 90
Figure 68 :Effort appliqué sur les soudures........................................................................................... 91
Figure 69 :Diagrammes des contraintes................................................................................................ 91
Figure 70 :Schéma de l’assemblage ferme poteau au niveau de la membrure supérieure ................. 92
Figure 71 :Détermination de N et T....................................................................................................... 93
Figure 72 :Détermination de N et T....................................................................................................... 93
Figure 73 :Les diagrammes des contraintes .......................................................................................... 94
Figure 74 :Disposition des boulons ....................................................................................................... 95
Figure 75 :Schéma de l’assemblage type 3 ........................................................................................... 97
Figure 76 :Les efforts appliqués sur la soudure .................................................................................... 97
Figure 77 :Disposition des boulons ....................................................................................................... 99
Figure 78 :Figure schéma d’assemblage ............................................................................................. 100
Figure 79 :Contrainte maximale .......................................................................................................... 101
Figure 80 :Différentes zones de la plaque Figure 81 : Diagramme de contrainte ................ 102
Figure 82 :Disposition des tiges Figure 83 :Effort dans la tige.............................. 103
Figure 84 :longueur de scellement ...................................................................................................... 104
Figure 85 :schéma de la bêche ............................................................................................................ 105
Figure 86 :Schéma de ferraillage ......................................................................................................... 109
Figure 87 :conception du fût ............................................................................................................... 110
Figure 88 :schéma de ferraillage de la fondation ................................................................................ 110
Figure 89 : plan d’architecture RDC Figure 90 : plan d’architecture 1er étage ... 113
Figure 91: Vue en 3D de la structure ................................................................................................... 115
Figure 92 : Section nervure (19+6) ...................................................................................................... 121
Figure 93: cas de charge 1 CC ............................................................................................................. 122
Figure 94: cas de charge 2 DD............................................................................................................. 123
Figure 95 : cas de charge 3 CD ........................................................................................................... 123
Figure 96 : cas de charge 4 DC ............................................................................................................ 123
Figure 97 : ferraillage de la travée 1 cas CD ........................................................................................ 134
Figure 98 : ferraillage de la travée 2 cas CD ........................................................................................ 135

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 7


Projet de fin d’études 2018-2019

Figure 99: Ferraillage de la travée1 cas DC ......................................................................................... 136


Figure 100 : ferraillage travée 2 cas DC............................................................................................... 137
Figure 101 : cas de charge CCC............................................................................................................ 140
Figure 102: cas de charge CDC ............................................................................................................ 140
Figure 103 : cas de charge DCD ........................................................................................................... 140
Figure 104 : cas de charge DDD .......................................................................................................... 140
Figure 105 :Ferraillage de la travée 1 .................................................................................................. 151
Figure 106 :Ferraillage de la travée 2 .................................................................................................. 152
Figure 107 :Ferraillage de la travée 3 .................................................................................................. 153
Figure 108: poteau étudié ................................................................................................................... 154
Figure 109 : hauteur libre du poteau .................................................................................................. 156
Figure 110 :ferraillage du poteau ........................................................................................................ 159
Figure 111: Vue de dessus de l’escalier à étudier ............................................................................... 160
Figure 112 : Constituants d’un escalier Figure 113 : schéma d’un escalier droit .. 160
Figure 114: schéma de calcul de la volée N°1 ..................................................................................... 163
Figure 115: schéma de calcul de la volée N°2 ..................................................................................... 164
Figure 116 : ferraillage de la volée 1 ................................................................................................... 168
Figure 117 : ferraillage de la volée 2 ................................................................................................... 169
Figure 118 : schéma de la semelle étudié ........................................................................................... 170
Figure 119 :ferraillage de la semelle ................................................................................................... 174

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 8


Projet de fin d’études 2018-2019

Liste des tableaux

Tableau 1 : l’action du vent sur panne .................................................................................................. 26


Tableau 2 : combinaison des charges.................................................................................................... 30
Tableau 3 : combinaisons d’action à l’ELU ............................................................................................ 32
Tableau 4 : Valeurs du moment initial M0,fz,Ed et du coefficient de correction Kr ............................. 36
Tableau 5 : Coefficient de rotation C100 .............................................................................................. 38
Tableau 6 : Résistance au voilement de cisaillement............................................................................ 41
Tableau 7: Coefficient pour une charge de soulèvement ..................................................................... 43
Tableau 8 :Prix des profilés /kg ............................................................................................................. 47
Tableau 9 : Cout du Portique en profilés en âme pleine........................................................................ 48
Tableau 10 :Cout du ferme en N ........................................................................................................... 49
Tableau 11 :Cout du ferme en V ........................................................................................................... 51
Tableau 12 :Cout du ferme .................................................................................................................... 53
Tableau 13 :Epaisseur du gousset ......................................................................................................... 55
Tableau 14 : Les profilés des éléments de la ferme ............................................................................... 55
Tableau 15: Caractéristiques des profilés DCED utilisés en pratique ................................................... 55
Tableau 16: Caractéristiques des profilés CAE ..................................................................................... 56
Tableau 17 : Les profilés des éléments du porte à faux droite .............................................................. 62
Tableau 18 : vérification de la membrure supérieure du porte à faux droit .......................................... 62
Tableau 19: Vérification de la membrure inférieure du porte à faux droit ............................................ 63
Tableau 20 : Vérification de la diagonale du porte à faux droit ............................................................ 64
Tableau 21 : vérification du montant du porte à faux droit ................................................................... 65
Tableau 22: Les profilés des éléments du porte à faux droite ............................................................... 66
Tableau 23 :vérification de la membrure supérieure du porte a faux gauche ........................................ 66
Tableau 24 : vérification de la membrure inferieure du porte à faux gauche ........................................ 67
Tableau 25 :vérification de la diagonale du porte à faux gauche .......................................................... 68
Tableau 26 : vérification du montant du porte à faux gauche ............................................................... 69
Tableau 27 : combinaisons des charges................................................................................................ 70
Tableau 28 : sollicitations combinaison1 .............................................................................................. 71
Tableau 29:sollicitations combinaison2 ................................................................................................ 71
Tableau 30: sollicitations combinaison3 ............................................................................................... 71
Tableau 31 : Caractéristiques géométriques de la section ..................................................................... 72
Tableau 32Vérification vis-à-vis le Flambement : ................................................................................. 73
Tableau 33 :Caractéristiques du profilé................................................................................................. 78
Tableau 34 :vérification du porte à faux vis-à-vis le Flambement ........................................................ 78
Tableau 35 :tableau des sollicitations ................................................................................................. 106
Tableau 36 : Charge permanentes pour plancher corps creux (16+5) ................................................ 118
Tableau 37 : Charges permanentes pour plancher terrasse ............................................................... 119
Tableau 38 : charges permanentes pour un plancher intermédiaire ................................................. 119
Tableau 39: Charges permanente du plancher en dalle pleine d'épaisseur e (m).............................. 119
Tableau 40: Charges d'exploitation ..................................................................................................... 120
Tableau 41 : Charges des cloisons ....................................................................................................... 120
Tableau 42: Charges des acrotères ..................................................................................................... 120
Tableau 43 : tableau des moments sur appui ..................................................................................... 124
Tableau 44 : tableau des moments en travée ..................................................................................... 125
Tableau 45 : Efforts tranchants maximaux à l'ELU .............................................................................. 126
Tableau 46 : Effort tranchants maximaux à l'ELS ................................................................................ 126

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 9


Projet de fin d’études 2018-2019

Tableau 47: Armatures longitudinales en travées .............................................................................. 127


Tableau 48: vérification à l’ELS ............................................................................................................ 128
Tableau 49 : Armatures longitudinales au niveau des appuis ............................................................. 129
Tableau 50: vérification à l’ELS ............................................................................................................ 130
Tableau 51: Vérification de la bielle du béton .................................................................................... 131
Tableau 52: Vérification de l’acier de glissement ............................................................................... 132
Tableau 53: Vérification des conditions de la flèche........................................................................... 133
Tableau 54: Pré dimensionnement de la section de la poutre ........................................................... 139
Tableau 55: moments sur appuis à l’ELU et à l’ELS ............................................................................. 141
Tableau 56: moments en travées à l’ELU et à l’ELS ............................................................................. 142
Tableau 57: moments sur appuis à l’ELU ............................................................................................ 142
Tableau 58: moments sur appuis à l’ELS ............................................................................................. 143
Tableau 59: Efforts tranchants maximaux à l'ELU............................................................................... 143
Tableau 60: Effort tranchants maximaux à l'ELS ................................................................................. 143
Tableau 61: armature longitudinales en travées .................................................................................. 145
Tableau 62: armatures longitudinales sur appuis ............................................................................... 146
Tableau 63: Calcul des aciers de glissement ....................................................................................... 148
Tableau 64: Vérification de la bielle de béton .................................................................................... 149
Tableau 65: Vérification des conditions de la flèche........................................................................... 150
Tableau 66: Poids volumique des matériaux ...................................................................................... 162
Tableau 67 : Charges permanentes par mètre linéaire de la paillasse ............................................... 162
Tableau 68: Charges permanentes par mètre linéaire sur le palier .................................................... 163
Tableau 69: Récapitulatif des sollicitations à l’ELU et à l’ELS pour la volée N°1 ................................. 164
Tableau 70: Récapitulatif des sollicitations à l’ELU et à l’ELS pour la volée N°2 ................................. 164
Tableau 71: récapitulatif des armatures en travées et sur appuis de l’escalier ................................. 167

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 10


Projet de fin d’études 2018-2019

Introduction générale

Le génie-civil connaît ces dernières années de grandes avancées ; les constructions et


ouvrages d’art rivalisant d’ingéniosité à travers le monde forcent l’admiration. Ce
développement est marqué par un besoin sans cesse croissant de couvrir de vastes surfaces, en
particulier, dans des buts sportifs, d’exposition, industriels ou commerciaux.
Dans le cadre de notre projet de fin d’études nous nous sommes intéressés aux structures
de grandes portées dans les bâtiments à travers le projet de construction d’une casserie d’une
portée centrale de 30 m sans points porteurs intermédiaires. Nous avons fait le choix pour notre
projet d’une structure métallique. En effet, le béton armé présente de nombreuses limites pour
la construction de tels ouvrages nécessitant de franchir de grandes portées. Á l’opposé, l’acier
possède de très bonnes performances mécaniques nettement meilleures à celles du béton armé
et permettant de franchir des portées exceptionnelles.
Les Euro-codes constituent les normes les plus récentes en matière de dimensionnement
des ouvrages de bâtiment et de génie-civil. Les Euro- codes 1 et 3 ont été utilisés pour la
conception et le dimensionnement des éléments structuraux du projet. Ils intègrent les dernières
avancées de la recherche en matière de sécurité des ouvrages, de connaissance des actions de
l’environnement et de capacité de résistance des profilés. Ils sont également beaucoup plus
explicites que les règles CM66 en ce qui concerne le fonctionnement des assemblages ainsi que
l’étude des phénomènes d’instabilité élastique. Bien qu’ils soient des normes européennes, les
principes qui y sont énoncés restent assez flexibles et ajustables selon le contexte.
L’utilisation de l’outil informatique a été un grand atout dans la mesure où les Euro-
codes imposent un nombre très élevé de situations de risques et de combinaisons qu’il serait
fastidieux de traiter manuellement.

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 11


Projet de fin d’études 2018-2019

Partie I : charpente métallique

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 12


Projet de fin d’études 2018-2019

Chapitre I : présentation du projet

I. Présentation générale du projet

Ce projet de fin d’études qui nous a été confié par le bureau d’étude « Kamel OUNI »
consiste en l’étude d’une usine en charpente métallique « Casserie jaune-orange ».
Ce projet sera implanté dans la commune de « Djebel Ouest » qui accueille l’une des
trois importantes zones industrielles du gouvernorat.
La structure est composée de :
 Un hangar de profondeur 78m et d’une ouverture de 35.5m avec une hauteur de 10.05 m.
 Un porte à faux d’ouverture 4.4 m et de profondeur 12m.
 Une administration et des locaux en béton armé avec une couverture en panneaux
sandwich.

Figure 1 :façade Sud-Est

Figure 2 :façade Sud-Ouest

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 13


Projet de fin d’études 2018-2019

II. Implantation

Figure 3 : plan de masse

III. Conception

Figure 4 :Structure 3D

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 14


Projet de fin d’études 2018-2019

III .1. Choix de l’ossature

Les ouvrages métalliques sont construits à partir de produits métallurgiques industriels


ou fabriqués à la demande, assemblés entre eux selon différents procédés. L’ensemble constitue
alors l’ossature porteuse de la structure.
La conception de la structure porteuse d’une halle ou d’un bâtiment est basée sur son
utilisation prévue, soit essentiellement ses caractéristiques de résistance (pour assurer une
sécurité structurale suffisante) et de déformabilité (pour garantir une bonne aptitude au service).
Les facteurs liés à l’économie de la construction et à l’impact de l’environnement doivent être
pris en compte.
Une étude de variante sera présentée dans le chapitre suivant mais ça nécessite un calcul
bien détaillé pour avoir la meilleure conception c’est pour cela qu’on traiter un seul cas.

III.1.1 Les éléments de stabilité transversal

 Structure de la ferme
Les fermes en V présentent le bon choix pour le projet étudié car on a des charges :
alternées chargement descendant et chargement ascendante.
On ajoute des montants supplémentaires afin de minimiser la longueur de flambement
de la membrure inférieur dans le plan de la ferme et par suite réduire leur section.
 Les poteaux
Pour notre structure, les poteaux ont une hauteur de 7 m. On a songé à réaliser les
poteaux par des profilés laminés en HEA renforcé par des platines.
Dans ce projet, nous avons retenu une liaison d’encastrement pour le pied de poteaux
dans le sens du plan du portique. En effet, cet encastrement interdit tout mouvement de
translation ou de rotation dans le plan du portique au point d’appui. Une liaison par
encastrement rend solidaire les éléments et est capable de reprendre un important moment de
flexion en plus des efforts verticaux et horizontaux.

III.1.2 Les éléments de la stabilité longitudinal

 La pente :
Les versants sont inclinés d’une pente de 15% conformément aux recommandations de
DTU 40.35 h≤35 (h étant la hauteur des nervures) dans la zone climatique II et site normale.

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 15


Projet de fin d’études 2018-2019

 Le type de couverture :
Il s’agit de Couverture en tôle Nervurée galvanisée pré laquée. Leur grande rapidité de
pose, leur faible poids et leur capacité de portance (charge minimale de 100 Kg/m²) en font un
mode de couverture particulièrement adapté à notre structure.
 Les pannes :
Les pannes, de portée de 6 m, sont des profilés (C), et sont posées à entraxe de 1.9 m. le
choix de ce type de profilé est dû à sa disponibilité dans les marchés, la légèreté, la facilité de
fixation.
 Le contreventement :
La stabilité transversale est assurée par une série de portiques transversaux pour faire face
aux efforts du vent transversal. Ces dernières permettent de rigidifier la couverture et de répartir
les pressions de vent exercées sur les longs pans et les efforts d’entraînement du vent sur la
couverture de manière équilibrée sur l’ensemble de portiques transversaux. Ces éléments sont
les croix de Saint-André, poutre au vent et les potelets.

III.2 Hypothèses de calcul

Les éléments de la construction à concevoir sont réalisés en acier et les fondations sont
en béton armé.

 Caractéristiques de l’acier

 L’ossature est constituée d’un acier de nuance S235 (E28) suivant la norme AFNOR
dont les caractéristiques sont les suivantes :
 Limite d’élasticité : fy = 235 MPa
 Module d’élasticité longitudinale : E = 2,1 105 MPa
 Module d’élasticité transversale : G = 0,807 105 MPa
 Coefficient de poisson :  = 0,3
 Contrainte limite élastique de cisaillement :  = 0,58xfy = 136.3 MPa
 Masse volumique ρ= 7850 Kg/m3

 Caractéristiques du béton

 Résistance caractéristique à la compression à 28 jours : fc28 = 30 MPa


 Masse volumique du béton armé : ρ= 25 KN/m3

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 16


Projet de fin d’études 2018-2019

 Résistance caractéristique à la traction à 28 jours :


 𝑓t28 =0,6 +0,06 x 𝑓c28 = 2,4 MPa
 Module de déformation instantanée du béton :
3
𝐸𝑖𝑗 = 11000 √𝑓𝑐𝑗 = 34179.56 𝑀𝑃𝑎

 Contrainte ultime du béton à la compression :


0.85 × 𝑓𝑐28
𝑓𝑏𝑢 = = 17 𝑀𝑃𝑎
1.5
Contrainte admissible à la compression :

𝜎̅𝑏𝑐 = 0.6 × 𝑓𝑐28 = 18 𝑀𝑃𝑎

 Normes et documents de références


Les règles et normes appliquées à notre projet sont les suivantes :
 Eurocode 3 : Le dimensionnement, le calcul et les vérifications manuelles sur logiciel
ROBOT des éléments en acier, ont été menés conformément aux règlements de
l’Eurocode3.
 Règle NV65 : Le calcul des valeurs des surcharges climatiques et les méthodes
d’évaluation des efforts correspondants, sur l’ensemble de la construction, est basé sur
les règles NV 65 modifiées 199.
 NF EN 1993 : pour le calcul des pannes en profilés à parois minces

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 17


Projet de fin d’études 2018-2019

Chapitre II : charges et combinaisons de charges

I. Introduction

Ce chapitre traite l’influence et le traitement des actions appliquées dues à


l’environnement naturel ou à l’exploitation de l’ouvrage. On distingue essentiellement les
actions suivantes :
 Les actions permanentes
 Les actions d’exploitation
 Les actions variables : les actions climatiques (vent, neige…)

II. Les charges permanentes

Ces actions sont considérées comme uniformément réparties et elles sont dues au :
 Poids propre de l’ossature
 Poids propre de la couverture (tôle nervurée) ép:75/100.
 Poids propre forfaitaire des pannes 6 daN/m2
 Poids du Panneaux Sandwich suspendu de faux plafond : 15kg/m²

III. Les charges d’exploitation

Les charges d’exploitation sont dues à des variations d’actions temporelles et dans
l’espace. Dans ces conditions l’action à prendre en compte lors des calculs est :
 Charge d’entretien Q = 25 daN/m2

IV. L’action du vent

L'effet du vent sur une construction est assez prépondérant et a une grande influence sur
la stabilité de l’ouvrage. Pour cela, une étude approfondie doit être élaborée pour la
détermination des différentes actions dues au vent et ceci dans toutes les directions possibles.
 Les actions du vent appliquées aux parois dépendent de :
 La direction.
 L’intensité.
 La région.
 Le site d’implantation de la structure et leur environnement.
 La forme géométrique et les ouvertures de la structure

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 18


Projet de fin d’études 2018-2019

Figure 5 : directions du vent

IV.1 CALCUL DES CHARGES DE NEIGE ET VENT Selon NV65 02/09

DIMENSIONS DU BATIMENT

Hauteur : 10,05 m
Largeur : 39,88 m
Profondeur : 78,00 m
Toitures isolées : inactives
Flèche de la toiture: 4,91 m

Entraxe des portiques: 6,00 m


Position du sol: 0,00 m
Altitude de la construction: 10,05 m
DONNEES VENT

Région: 2
Type vent: normal
Site: normal ks= 1,000
Toiture multiple: désactivé
Potelets intermédiaires: non actif
Décrochements de façade: désactivé

Figure 6 : données du vent


Ce-Ci Minimum non actif
Action dynamique du vent: désactivée
GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 19

Pression de base: 70,00 daN/m2


Projet de fin d’études 2018-2019

IV.2. Calcul de l’action du vent

IV.2.1 Cas du vent W1

 Détermination du coefficient du trainé extérieur Ce1

Pour les parois verticales :


Paroi au vent : « PAV » : Ce1 = + 0.8
Paroi sous le vent : « PSV » : Ce1 = -0.226
Pour le versant :
Ce1 = -0.321

Figure 7 : valeurs du coefficient Ce de W1

 Détermination du coefficient de trainé intérieur Ci1 :

Pour le calcul du coefficient du trainé intérieur Ci deux cas se présentent :


Surpression : Cis1 = +0.416
Dépression : Cid1 = -0.2
Ainsi, on obtient pour le cas du vent W1 les schémas suivants :

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 20


Projet de fin d’études 2018-2019

Dépression : Surpression :

Figure 8 : valeurs du coefficient Cis et Cid de W1

 Détermination de coefficient de trainé C1 :


Dépression : Surpression :

Figure 9 :Valeurs de coefficient de trainé C1 pour le vent W1

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 21


Projet de fin d’études 2018-2019

IV.2.2 Cas du vent W2

 Détermination du coefficient du trainé extérieur Ce

Pour les parois verticales :


Paroi au vent : « PAV » : Ce1 = + 0.8
Paroi sous le vent : « PSV » : Ce1 = -0.307

Pour le versant :
Ce1 = -0.321

Figure 10 : valeurs du coefficient Ce de W2

 Détermination du coefficient de trainé intérieur Ci2 :

Pour le calcul du coefficient du trainé intérieur Ci deux cas se présentent :


Surpression : Cis1 = 0.416
Dépression : Cid1 = -0.2
Ainsi, on obtient pour le cas du vent W1 les schémas suivants :

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 22


Projet de fin d’études 2018-2019

Dépression : Surpression :

Figure 11 : valeurs du coefficient Cis et Cid de W2

 Détermination de coefficient de trainé C2 :


Dépression : Surpression :

Figure 12 :Valeurs de coefficient de trainé C2 pour le vent W2

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 23


Projet de fin d’études 2018-2019

IV.2.2 Cas du vent W3

 Détermination du coefficient du trainé extérieur Ce3

Pour les parois verticales :


Paroi au vent : « PAV » : Ce1 = + 0.8
Paroi sous le vent : « PSV » : Ce1 = -0.26

Pour le versant :
Ce1 = -0.28

Figure 13 :valeurs du coefficient Ce de W3

 Détermination du coefficient de trainé intérieur Ci3 :

Pour le calcul du coefficient du trainé intérieur Ci deux cas se présentent :


Surpression : Cis1 = 0.417
Dépression : Cid1 = -0.2
Ainsi, on obtient pour le cas du vent W1 les schémas suivants :

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 24


Projet de fin d’études 2018-2019

Dépression : Surpression :

Figure 14 :valeurs du coefficient Cis et Cid de W3

 Détermination de coefficient de trainé C3 :


Dépression : Surpression :

Figure 15 : Valeurs de coefficient de trainé C3 pour le vent W3

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 25


Projet de fin d’études 2018-2019

IV.3. Calcul de l’action du vent sur panne

𝑊𝑛 = 𝑞ℎ × 𝐾𝑆 × 𝑚 × 𝛿 × 𝐶
𝐻 + 18
𝑞𝐻 = 2.5 × × 𝑞10
𝐻 + 60
𝐾𝑆 = 1 (Région 2, site normal)
m =1 le cas le plus défavorable

Tableau 1 : l’action du vent sur panne

élément q10 [daN/m2] KS qh [daN/m2] m δ C W


Panne 70 1 70,07 1 0.83 -0.737 -42.86

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 26


Projet de fin d’études 2018-2019

Chapitre III : Dimensionnement des pannes

I. Introduction

Les pannes sont des éléments de liaison considérés comme secondaires qui servent à
transférer les efforts du vent appliqués à la couverture d’un bâtiment et à sa structure porteuse.
Elles reposent directement au-dessus des traverses et reçoivent des charges reparties donnant
lieu à une flexion déviée vu la pente du versant qui engendre une composante verticale du poids
propre de la panne.
Ce chapitre est consacré au dimensionnement des pannes et des lisses de bardage en
profilés formés à froid sur la base de la partie 1.3 de l’Eurocode 3 (EN 1993-1-3).

II. Dimensionnement des pannes

Les pannes, dans la variante choisie, ont une longueur de 6m. Elles sont simplement
appuyées sur les traverses des portiques.
Un lierne est accordé aux pannes. Elle est disposée à mi- travée et a comme rôle
d’apporter aux pannes un maintien latéral, c’est-à-dire :
• limiter la portée de la panne stabilisée vis-à-vis des actions latérales.
• limiter la longueur de déversement sous moment négatif et/ou positif.
Les pannes sont posées sur un plan incliné d’un angle 8.53°, elles sont soumises alors à
la flexion déviée.

Figure 16 : schéma mécanique des pannes

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 27


Projet de fin d’études 2018-2019

II.1 Charges appliquées sur les pannes

 Charges permanentes
Poids propre de la panne G1= 6 daN/m2
Poids propre de la couverture G2= 7.85 daN/m2
 Charge d’exploitation
Charge d’entretien Q= 25 daN/m2
 Charges climatique
Vent ascendant W↑= -51.43 daN/m2

II.2 Pré-dimensionnement

Nous avons mené le dimensionnement des pannes sur Robot pour des différentes
sections, en introduisant à chaque fois les charges appliquées en fonction de l’espacement
choisi, afin de trouver le profilé qui vérifie l’état limite de service et l’état limite ultime et qui
a, en même temps, le ratio le plus élevé. Le profilé adopté est C 200*2.5 (du catalogue des
profilés minces SADEF) en acier E28

Figure 17 : profilé C200 x2.5

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 28


Projet de fin d’études 2018-2019

II.2.1 Propriétés de la section du profilé C 200x2.5

 Propriétés de la section brute :


 Les propriétés de la section brute sont les suivantes :
 aire de la section : A  9.6 cm²
 moment d’inertie par rapport à l’axe y : I y  595cm 4

 moment d’inertie par rapport à l’axe z : Iz  84.2 cm 4

 moment d’inertie de torsion : I t  0,193 cm 4


 module de résistance à la flexion de la section brute par rapport à l’axe y :
Wel,y  69.4 cm3

 module de résistance à la flexion de la section brute par rapport à l’axe z de la


droit
partie droite : Wel,z  22.9 cm3

 module de résistance à la flexion de la section brute par rapport à l’axe z de la partie


gauche
gauche : Wel,z  39.68 cm3

 Propriétés de la section efficace :


 Les caractéristiques de la section efficace, obtenus à partir de Robot, sont les suivantes :
 module de résistance à la flexion de la section efficace par rapport à l’axe y :
Weff,y  70.4cm3

 module de résistance à la flexion de la section efficace par rapport à l’axe z :

Weff ,z  17.2 cm3

II.2.2 Sollicitations

Les diagrammes des moments fléchissants et des efforts tranchants :

Figure 18 : schéma du calcul

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 29


Projet de fin d’études 2018-2019

𝑞𝑦 ×(𝐿/2)2 𝑞𝑧 ×𝐿2
𝑴𝒛.𝒂𝒑𝒑𝒖𝒊 = 𝑴𝒚 𝒎𝒂𝒙 =
8 8

3 𝐿 𝐿
𝑉𝑦𝑎𝑝𝑝𝑢𝑖−𝑟𝑖𝑣𝑒 = × 𝑞𝑦 × 𝑉𝑧 = 𝑞𝑧 ×
8 2 2

5 𝐿
𝑉𝑦𝑎𝑝𝑝𝑢𝑖−𝑖𝑛𝑡𝑒𝑟 = 8 × 𝑞𝑦 × 2

Tableau 2 : combinaison des charges

Combinaisons des charges qz (daN/m²) qy (daN/m²)


Combinaison 1 G1  G 2  Q 38.25 5.737

 Détermination de l’espacement entre les pannes :

1er méthode :
𝑏
𝑒𝑝 = ℎ1 + × (𝛼%)
4
30
𝑒𝑝 = 0.8 + × 0.15 = 1.92𝑚
4
2ème méthode :
La détermination de l’espacement entre les pannes est basée sur la condition de flèche :

5 q z  ep  L
4
f max 
L
tel que f max = f z =  .
200 384 E  I y,fic

I y,fic  I y Weff,y  Wel,y


, car

L’espacement entre les pannes est déterminé comme suit :


384 × 2.1 × 106 × 595
𝑒𝑝 ≤ = 580.7𝑐𝑚
200 × 5 × 38.25 × 10−4 × 6003

En tenant compte de la portée maximale de la couverture qui ne doit pas dépasser


les 2.60m
On prend ep = 1.9 m
𝐿𝑡𝑟𝑎𝑣𝑒𝑟𝑠𝑒 15.17
Le nombre d’espacement devient : 𝑁𝑒𝑠𝑝𝑎𝑐 = = =8
𝑒𝑝 1.9

Soit alors 8 pannes en C200x2.5 espacées de 1.9 m.

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 30


Projet de fin d’études 2018-2019

II.2.3 Considération du maintien latéral des pannes par la plaque nervurée

Un maintien latéral continu total peut être assuré par des plaques nervurées en acier
possédant une rigidité suffisante, assemblées de façon continue sur la semelle de la panne en
creux d’ondes.
La panne est considérée maintenue latéralement dans le plan de la toiture lorsque
l’équation suivante est satisfaite :

 2 2  70
S   E  I W  2  G  I t  E  Iz 2  0, 25  h 2   2
  h
 L L 

S : Rigidité partielle apportée à la panne par la plaque assemblée à chaque nervure.


IW : moment d’inertie de gauchissement de la panne IW = 7080 cm6
It : moment d’inertie de torsion de la panne It = 0,193cm4
Iz : moment d’inertie par rapport l’axe faible Iz = 84.6 cm4
L : portée de la panne L = 600cm
H : hauteur de la panne h = 20 cm

La rigidité au cisaillement des plaques nervurées assemblées à la panne au droit de chaque


nervure se calcule comme suit :


S = 1000  t 3  50  10  3 broof   s
hw
(N), t et broof en mm

t : l’épaisseur de calcul des plaques en mm (tôle nervurée) ; t = 0,75 mm

𝑏𝑟𝑜𝑜𝑓 : la largeur du toit en mm 𝑏𝑟𝑜𝑜𝑓 = 15.17 103 mm

s : l’espacement entre les pannes en mm s = 1.9 103 mm

ℎ𝑤 : la hauteur des nervures de la plaques en mm ℎ𝑤 =45mm


3 1.9. 103
𝑆 = 1000 × √0.75 × (50 + 10 × √15.17. 10 ) ×
3 3 = 8.16. 106 𝑁
45
𝜋2 𝜋2 70
𝑆 ≥ (2,1. 106 × 7080 × 2
+ 808000 × 0.193 + 2,1. 10 6
× 99,2 × 2
× 0,25 × 202 ) × 2
600 600 20
𝑆 = 8,16. 106 𝑁 ≥ 0,23. 106 𝑁

Alors, la tôle nervurée possède la rigidité suffisante pour maintenir les pannes
latéralement dans le plan de la toiture.

Figure 19 : Tôle nervurée utilisée comme couverture et bardage

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 31


Projet de fin d’études 2018-2019

II.2.4 Combinaisons d’actions à l’ELU

Afin de vérifier la résistance des sections transversales, nous avons déterminé les
combinaisons des charges à l’ELU.

Tableau 3 : combinaisons d’action à l’ELU

Combinaisons des charges qz (daN/m²) qy (daN/m²)


Combinaison 1 1,35 (G1+G2)+1 ,5 Q 56.197 8.429
Combinaison 2  G1  G 2   1,5  W  -63.295 2.077

II.2.5 Vérification de la section au droit de lierne

 Coefficient de sécurité sur la résistance :


 M   M0 si A eff  Ag ou si Weff ,y  Wel,y et N Ed  0

N Ed : Effort normal dans la panne.


Dans notre cas Weff ,y  Wel,y et N Ed  0 , alors  M   M0  1 .

 Vérification sous charges descendantes :


La section à mi- portée est soumise aux moments M y,Ed et M z,Ed . Ils sont calculés à

partir de la première combinaison d’action.

𝑞𝑧 𝐿2 56.197 × 1.9 × 62
𝑀𝑦,𝐸𝑑 = = = 480.48 𝑑𝑎𝑁. 𝑚
8 8

𝑞𝑦 (𝐿/2)2 8.429 × 1.9 × 32


𝑀𝑧,𝐸𝑑 = = = 18.02 𝑑𝑎𝑁. 𝑚
8 8
 Vérification de la résistance de la semelle supérieure (comprimée et maintenue) :
Nous devons vérifier, pour la semelle maintenue, que les contraintes maximales dans la
section transversale satisfont le critère suivant :

M y,Ed M z,Ed fy
max,Ed   
Weff ,y Weff ,z  M0

48048 1802
La contrainte maximale est égale : + = 771.02𝑑𝑎𝑁/𝑐𝑚2 ≤ 2750𝑑𝑎𝑁/𝑐𝑚2
69.4 22.9

D’où la résistance de la semelle supérieure est vérifiée.

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 32


Projet de fin d’études 2018-2019

 Vérification de la résistance de la semelle inférieure (tendue et libre) :


En se basant sur le même paragraphe de l’EN 1993-1-3, les contraintes maximales dans
la section transversale, pour la semelle libre, doivent satisfaire le critère suivant :
M y,Ed M z,Ed Mfz,Ed f yb
max,Ed   + 
Weff ,y Weff ,z Wfz  M0

Avec :
M fz,Ed : Moment fléchissant dans la semelle libre dû à la charge latérale q h,Ed . ( q h,Ed
est déterminée ultérieurement). Elle peut être pris égal à zéro dans le cas où la semelle libre est
en traction
Wfz : Module de résistance élastique de la section brute de la semelle libre plus la partie
participante de l’âme (1/5 de la hauteur de l’âme) pour la flexion par rapport à l’axe z-z.

Figure 20: Charge latérale équivalente

M y,Ed M z,Ed
max,Ed   = 771.02𝑑𝑎𝑁/𝑐𝑚2 ≤ 2750𝑑𝑎𝑁/𝑐𝑚2
Weff ,y Weff ,z

 D’où la résistance de la semelle supérieure est vérifiée


Vérification sous charges ascendantes :

Figure 21 : Comportement de la section

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 33


Projet de fin d’études 2018-2019

Les moments fléchissant dans la section à mi- portée sous charges ascendantes sont
calculés à partir de la 2eme combinaison des charges :
𝑀𝑦,𝐸𝑑 = −242.127 𝑑𝑎𝑁. 𝑚
𝑀𝑧,𝐸𝑑 = −9.079 𝑑𝑎𝑁. 𝑚

 Détermination de la charge latérale équivalente q h,Ed pour les charges ascendantes :

Pour tenir en compte de la tendance de la semelle libre de se déplacer latéralement


sous l’effet des charges ascendantes, il convient de traiter la panne comme si elle est soumise à
une charge latérale q h,Ed agissant sur la semelle libre, résultant de la torsion et de la flexion

latérale déterminée à partir de l’équation suivante

q h,Ed  k h  q Ed

Avec kh : coefficient de charge latérale équivalente.


qEd : charge ascendante appliquée sur la panne

Figure 22: Détermination de la charge latérale

Pour le cas des pannes en C, et sous des charges de soulèvement, le coefficient kh peut
f I g
être déterminé de la manière suivante : k h  k h 0  avec k h  yz s
h 0
Iy  h

Tel que : a : distance entre la fixation panne/couverture et l’âme de la panne.


f : distance entre la fixation et le centre de cisaillement.
k h 0 : Facteur de charge latérale sur la semelle inférieure libre.

I yz : Produit d’inertie par rapport aux axes y et z.

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 34


Projet de fin d’études 2018-2019

gs : position du centre de cisaillement par rapport à la semelle supérieure.


𝑓 𝑎 + |𝑦𝑠𝑐 |
𝐼𝑦𝑧 = 0 𝑑′ 𝑜𝑢𝑘ℎ0 = 0 𝑒𝑡 𝑘ℎ = − =−
ℎ ℎ
Avec 𝑦𝑠𝑐 : 𝑑𝑖𝑠𝑡𝑎𝑛𝑐𝑒 𝑒𝑛𝑡𝑟𝑒 𝑙𝑒 𝑐𝑒𝑛𝑡𝑟𝑒 𝑑𝑒 𝑐𝑖𝑠𝑎𝑖𝑙𝑙𝑒𝑚𝑒𝑛𝑡 𝑒𝑡 𝑙 ′ 𝑎𝑚𝑒, 𝑦𝑠𝑐 = −3.9𝑐𝑚
2.5+|−3.9|
D’où 𝑘ℎ = − = −0.32 < 0
20

k h est négative donc, q h,Ed agit dans le sens inverse de celui indiqué dans la figure et le contact
panne- bac se fait du côté de l’âme.

𝑞ℎ,𝐸𝑑 = (−0.32) × (−63.295) × 1.9 = 38.48 daN/m

Figure 23: position de centre de cisaillement

 Détermination du moment fléchissant latéral Mfz,ED :


Le moment fléchissant latéral peut être déterminé à partie de l’expression suivante :
M fz,Ed  R  M0,fz,Ed
Avec :
M 0,fz,Ed : Moment de flexion latéral initial dans la semelle libre sans appui élastique.

R : Coefficient de correction pour tenir compte de l'appui élastique (On prend R =1)
M 0,fz,Ed Peut être déterminé à l'aide du Tableau III.3 de l’EN 1993-1-3 pour les différentes
sections d'intérêt de la travée, au droit des appuis, au droit des liernes et entre les liernes.
Pour la section au droit de la lierne :
1
M0,fz,Ed    q h,Ed  La 2 La : La distance entre le lierne et l'appui
8
1
𝑀0,𝑓𝑧,𝐸𝑑 = − × 38.48 × 32 = −43.29 𝑑𝑎𝑁. 𝑚
8

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 35


Projet de fin d’études 2018-2019

Tableau 4 : Valeurs du moment initial M0,fz,Ed et du coefficient de correction Kr

1  0,0314  R
Le coefficient de correction se calcule de la manière suivante : R 
1  0,396  R
Avec R est la rigidité de l’appui élastique
K  La 4
R=  40
4  E  Ifz

K : est la rigidité par unité de longueur de l’appui latéral élastique.


I fz :est le moment d'inertie de la section brute de la semelle libre plus la partie

participante de l’âme pour la flexion par rapport à l’axe z-z Ifz  159.14 cm 4

Figure 24 : Caractéristiques de la semelle libre

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 36


Projet de fin d’études 2018-2019

Pour déterminer la rigidité de l’appui latéral élastique par unité de longueur, il est
nécessaire de déterminer la rigidité élastique en rotation CD.
 Détermination de la rigidité élastique en rotation CD :
La rigidité totale en rotation CD peut être calculée à partir de l’équation suivante :
1
CD 
 1 1 
  
 CD.A CD.C 

Où :

CD,A est la rigidité en rotation de l'assemblage panne-couverture.


CD,C :la rigidité en rotation correspondant à la rigidité de flexion de la plaque nervurée.
CD,C : peut être négligé si les effets de distorsion de la section transversale KB sont pris
en compte dans le calcul, étant donné que la rigidité de l’appui élastique est principalement
influencée par la valeur de CD,A et par la distorsion de la section transversale.

Donc CD  CD.A avec CD.A  C100  k ba  k t  k bR  k A  k bT


Où :
C100 : Coefficient de rotation qui dépend du positionnement de la plaque, l’emplacement
de fixation de la tôle et l’espacement des fixations.
La position des plaques est déclarée positive lorsque le creux d’onde est en contact avec
la panne, et déclarée négative lorsque le sommet d’onde est en contact avec la panne. Dans
notre cas, la position de la plaque est positive.

Figure 25 : Positionnement de la plaque

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 37


Projet de fin d’études 2018-2019

L’emplacement de la fixation de la tôle à la panne peut être en fond de nervure comme


il peut être en sommet de nervure. Pour les pannes en question, la fixation est en fond de
nervure.
L’espacement des fixations bR: les fixations peuvent être à chaque pas de nervure ou
chaque deux pas. Dans notre cas, la fixation tôle-panne est à chaque pas de nervure.
C100  260 daN

Tableau 5 : Coefficient de rotation C100

2
 b 
k ba   a  avec ba : largeur de la semelle de la panne (ba  80mm  125mm)
 100 
1,1
t 
k t   nom  avec t nom : épaisseur nominale après formage à froid, incluant le revêtement de zinc
 0, 75 
ou autres revêtements métalliques.
185
k bR  avec b R : largeur de nervure (b R  333.3mm  185mm)
bR
kA  1 pour les charges de soulèvement.

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 38


Projet de fin d’études 2018-2019

bT,max
k bT  avec bT : largeur de la semelle de la plaque nervurée dans laquelle la panne est fixé
bT
bT  59mm ; b T,max  40mm
2 1,1
 80   0, 75  185 40
CD  C D.A  260        1 = 76.04 daN.m/m
 100   0, 75  333,33 59
 Détermination de la rigidité de l’appui latéral élastique K par unité de longueur :
L’appui élastique latéral conféré à la semelle libre de la panne par la plaque nervurée
est modélisé comme un ressort latéral agissant sur la semelle libre. La rigidité élastique latérale
totale K par unité de longueur peut être déterminée à partir de la formule suivante :
1 1 1 1
  
K K A K B KC
Avec
K A :Rigidité latérale correspondant à la rigidité en rotation de l’assemblage entre la couverture
et la panne.
K B :Rigidité latérale résultant de la distorsion de la section transversale de la panne.
K C :Rigidité latérale résultant de la flexion des plaques nervurée.

1
Il est acceptable de point de vue de la sécurité de négliger étant donné que la valeur de KC
KC
est très grande par rapport aux valeurs de KA et KB. Il convient alors de déterminer K par :

1
K
1 1
(  )
KA KB

1 1
La valeur de (  ) peut être déterminée soit par des essais, soit par le calcul.
KA KB

La rigidité de l’appui élastique latéral K par unité de longueur peut être déterminée par
le calcul à l'aide de l'équation suivante :

1
K
 2

4  1    h   h d  b mod 
2

h2
E  t3 CD

Avec :
ν : coefficient de poisson ν=0.30
CD : rigidité élastique totale en rotation

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 39


Projet de fin d’études 2018-2019

t : épaisseur de la panne t=2.5mm


h : hauteur hors tout de l’âme h=200mm
hd : hauteur développée de l’âme de la panne hd=h-2t=200-2×3=194mm

bmod  a = 25 mm puisque l’effort latéral amène la panne en contact avec la plaque nervurée
au droit de l’âme de la panne
.
1
Ce qui nous donne : 𝐾 = 4×(1−0.302)×0.202×(0.194+0.025) 0.202
= 1870 N.m/m
+
2.1.1011 ×0.00253 76.04

 Détermination du moment fléchissant latéral 𝑀𝑓𝑧,𝐸𝑑 :


1870×34
La rigidité de l’appui élastique vaut alors : R = π4 ×2.1.102 ×159.14 = 0.046 ≤ 40
1+0.0314×0.046
Le coefficient de correction est égal ainsi à :𝐾𝑅 = =0.98
1+0.396×0.046

Ce qui nous donne : 𝑀𝑓𝑧,𝐸𝑑 = 0.98 × 43.29 = 42.424 𝑑𝑎𝑁. 𝑚

 Vérification de la résistance de la semelle supérieure (tendue et maintenue) :


D’après 10.1.4.1 (2) de l’EN 1993-1-3, nous devons vérifier, pour la semelle maintenue, que
les contraintes maximales dans la section transversale satisfont le critère suivant :

M y,Ed M z,Ed fy
max,Ed   
Weff ,y Weff ,z  M0

48048 1802
La contrainte maximale est égale : + = 787.27 𝑑𝑎𝑁/𝑐𝑚2 ≤ 2750𝑑𝑎𝑁/𝑐𝑚2
70.4 17.2

D’où la résistance de la semelle supérieure est vérifiée.

 Vérification de la résistance de la semelle inférieure (comprimée et libre) :


M y,Ed M z,Ed Mfz,Ed f yb
max,Ed   + 
Weff ,y Weff ,z Wfz  M0

Etant donné que Wfz  6.8cm3 , la contrainte maximale calculée est égale à
48048 1802 4242
𝜎𝑚𝑎𝑥,𝐸𝑑 = + + = 1411.09 𝑑𝑎𝑁/𝑐𝑚2 ≤ 2750𝑑𝑎𝑁/𝑐𝑚2
70.4 17.2 6.8
D’où, la résistance de la semelle inférieure est vérifiée.
 Vérification vis-à-vis le cisaillement de la section soumise à 𝑉𝑦.𝐸𝐷 :
Les efforts tranchants maximaux dans la section au droit des liernes sont calculés comme suit :

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 40


Projet de fin d’études 2018-2019

𝐿 6
5 × 𝑞𝑦 × (2) 5 × 8.429 × 1.9 × (2)
𝑉𝑦,𝐸𝑑 = = = 30.02 𝑑𝑎𝑁
8 8
Il convient de déterminer la résistance au cisaillement Vb,Rd à partir de :
ℎ𝑤
× 𝑡 × 𝑓𝑏𝑣
𝑠𝑖𝑛∅
𝑉𝑏,𝑅𝑑 =
𝛾𝑀0
Où : hw est la largeur des semelles entre les fibres moyennes.
ϕ est l'angle d'inclinaison des semelles par rapport à l'âme.
fbv est la résistance au cisaillement compte tenu du voilement, fbv dépend de l’élancement
relatif de l’âme 𝜆̅𝑤 qui se calcule, pour les âmes sans raidisseurs longitudinaux, de la façon
suivante

sw f yb
 w  0,346  
t E

Où :

Sw est la largeur des semelles entre les points médians des arrondis.
𝜙 𝜙 𝑡
𝑠𝑤 = ℎ − 𝑡 − 2𝑔𝑟 avec 𝑔𝑟 = 𝑟𝑚 (tan ( 2 ) − 𝑠𝑖𝑛 ( 2 )) et 𝑟𝑚 = 𝑟 + 2
0.25
𝑟𝑚 = 0.4 + = 0.525
2
90 90
𝑔𝑟 = 0.525 × (tan ( ) − 𝑠𝑖𝑛 ( )) = 0.15𝑐𝑚
2 2
D’où 𝑠𝑤 = 2 × (8 − 0.25 − 2 × 0.15) = 14.9𝑐𝑚

Tableau 6 : Résistance au voilement de cisaillement

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 41


Projet de fin d’études 2018-2019

14.9 2350
𝜆̅𝑤 = 0.346 × ×√ = 0.69
0.25 2.1 × 106

𝜆̅𝑤 = 0.69 ≤ 0.83 donc fbv =0.58 fyb =1363 daN/cm2


ℎ𝑤
×𝑡×𝑓𝑏𝑣
𝑠𝑖𝑛∅
𝑉𝑏,𝑅𝑑 = = 6815 daN/cm2
𝛾𝑀0

𝑉𝑦,𝐸𝑑 30.02
= =0.004 ≤ 1 vérifié
𝑉𝑦𝑏,𝑅𝑑 6815

 Résistance de la semelle libre au flambement « au droit des liernes » :


Sous l’effet des charges ascendantes, la semelle libre est comprimée. Il convient alors, de
vérifier sa résistance au flambement comme suit :

1  M y,Ed  M z,Ed M fz,Ed f yb


   + 
 LT  Weff ,y  Weff ,z Wfz  M1

Avec :  LT : Coefficient de réduction pour le déversement (flambement par flexion de la


semelle libre).
 M1  1

 Longueur de flambement la semelle libre :


Il convient de déterminer la longueur de flambement de la semelle libre à partir de
l’expression suivante :

 
4
Lfz  1  La  1  2  R 3

Où : La : est la distance entre les liernes.

1 , 2 , 3 et 4 Sont des coefficients qui dépendent du type de chargement (ascendant


ou descendant), du nombre des liernes ainsi que du type de travée.

Dans notre cas, il s’agit d’une simple travée ayant un lierne et les charges sont ascendantes

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 42


Projet de fin d’études 2018-2019

Tableau 7: Coefficient pour une charge de soulèvement

Ƞ1 Ƞ2 Ƞ3 Ƞ4
0.8 6.75 1.49 -0.155

La longueur de flambement est égale alors :


𝑙𝑓𝑧 = 0.8 × 3 × (1 + 6.75 × 0.0461.49 )−0.155 = 0.86𝑚

 Elancement relatif λ fz de la semelle libre :

Il convient de déterminer l’élancement relatif  fz pour le flambement par flexion de la


semelle libre par :
lfz
i fz
 fz 
1

Où : l fz : est la longueur de flambement de la semelle libre.

i fz : est le rayon de giration de la section transversale brute de la semelle libre plus

la partie participante de l’âme, pour la flexion par rapport à l’axe z-z. ( ifz  2.96cm )

86
̅
𝜆𝑓𝑧 = 2.96 = 0.33
86.81

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 43


Projet de fin d’études 2018-2019

 Coefficient de réduction pour le déversement :


Le coefficient de réduction pour le déversement peut être calculé en se basant sur l’application

précédente en utilisant la courbe de flambement b (  LT  0,34 ) et l’élancement relatif  fz .

1
 LT  0,50
LT  LT 2   fz 
2
 
2
̅ − 0.2) + 𝜆𝑓𝑧
𝜙𝐿𝑇 = 0.5 × [1 + 𝛼𝐿𝑇 × (𝜆𝑓𝑧 ̅ ] = 0.5 × [1 + 0.34 × (0.33 − 0.2) + 0.332 ] = 0.58

Avec
1 1
𝜒𝐿𝑇 = = = 0.94
2 0.50 0.58 + [0.582 − 0.3322 ]0.50
2
𝜙𝐿𝑇 + [𝜙𝐿𝑇 ̅ ]
− 𝜆𝑓𝑧

 Résistance de la semelle libre au flambement :


La résistance de la semelle libre et comprimé au flambement se calcule comme suit :
1 48048 1802 4242
×( )+ + = 1454.65 𝑑𝑎𝑁/𝑐𝑚2 ≤ 2750 𝑑𝑎𝑁/𝑐𝑚2 Vérifiée
0.94 70.4 17.2 6.8

 Vérification de la section sur appuis :


La section sur appuis est soumise à Vy,Ed et Vz,Ed .

0.25
𝑟𝑚 = 0.4 + = 0.525
2
90 90
𝑔𝑟 = 0.525 × (tan ( ) − 𝑠𝑖𝑛 ( )) = 0.15𝑐𝑚
2 2

14.9 2350
𝜆̅𝑤 = 0.346 × ×√ = 0.69
0.25 2.1 × 106

𝜆̅𝑤 = 0.69 ≤ 0.83 Donc fbv =0.58 fyb =1363 daN/cm2


ℎ𝑤
×𝑡×𝑓𝑏𝑣
𝑠𝑖𝑛∅
𝑉𝑏,𝑅𝑑 = = 6815 daN/cm2
𝛾𝑀0

19.37 2750
Et ,  wy  0.346   =0,6  0,83 donc f bv  0,58  f yb = 1363 daN/cm 2
0.4 2.1  10 6

D 'où, Vzb,Rd  8055.33 daN

𝑙
3 × 𝑞𝑦 × 2 3 × 1.9 × 8.429 × 3
𝑉𝑦,𝐸𝑑 = = = 18.96𝑑𝑎𝑁
8 8

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 44


Projet de fin d’études 2018-2019

𝑙
𝑉𝑧,𝐸𝑑 = 𝑞𝑧 × = 56.197 × 1.9 × 3 = 320.32𝑑𝑎𝑁
2
Ainsi :
𝑉𝑦,𝐸𝑑 18.96
= = 0.0027 ≤ 1√
𝑉𝑦𝑏,𝑅𝑑 6815
𝑉𝑧,𝐸𝑑 320.32
= = 0.039 ≤ 1√
𝑉𝑧𝑏,𝑅𝑑 8055.33

III. Dimensionnement du lierne

Les liernes sont des tirants qui fonctionnent en traction. Ils sont généralement formés de
barres rondes ou de petites cornières. Leur rôle principal est d’éviter la déformation latérale des
pannes.

Figure 26: Schéma du calcul des liernes

III.1 Calcul de l’effort maximal revenant aux liernes

𝑒𝑝 𝑙 1.9 6
𝑇1 = 𝑅 = 1.25 × (𝑞𝑦 × ) × = 1.25 × (8.429 × ) × = 30.03𝑑𝑎𝑁
2 2 2 2
𝑇2 = 𝑇1 + 𝑅 = 3𝑅 ; 𝑇3 = 5𝑅 ; 𝑇4 = 7𝑅 ; 𝑇5 = 9𝑅; 𝑇6 = 11𝑅 ; 𝑇7 = 13𝑅; 𝑁𝐶 = −𝑇1
R : la réaction d’appui de la panne au niveau des liernes

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 45


Projet de fin d’études 2018-2019

𝑇𝑚𝑎𝑥 = 𝑀𝑎𝑥 𝑇𝑖𝑛−1 Avec n : nombre des pannes


2𝑅+𝑅+13𝑅 16𝑅
𝑂𝑛 𝑎 2 × 𝑇8 × 𝑠𝑖𝑛𝛽 + 𝑁𝑐 − 𝑇7 = 2𝑅 donc 𝑇8 = = 2×𝑠𝑖𝑛𝛽
2×𝑠𝑖𝑛𝛽
1.9
𝛽 = 𝑡𝑔−1 ( 3 ) = 32.35°

D’où 𝑇8 =897.94 daN .

III.2 Dimensionnement des liernes

Nous devons vérifier que : 𝑇𝑚𝑎𝑥 ≤ 𝑀𝑖𝑛(𝑁𝑝 , 𝑁𝑢 , 𝑁𝑁𝑒𝑡 )


𝐴.𝑓𝑦 𝑇7 ×𝛾𝑀0 897.94×1 𝜋×𝜙2
Or 𝑁𝑝 = 𝛾 𝑑 ′ 𝑜ù 𝐴 ≥ = = 0.38 𝑐𝑚2 avec 𝐴= → 𝜙 ≥ 0.48 𝑐𝑚
𝑀0 𝑓𝑦 2350 4

On prend 𝜙 = 0.8 𝑐𝑚

III.3 Dimensionnement des éléments de compression :

L’élément de compression se fait généralement en simple cornière. Comme il est soumis


à un effort de compression, il nécessite une vérification de résistance
d’élément vis-à-vis le flambement. Soit une cornière L50  5 .

E 2,1  106
λ1 = π ε =π = 86.81 (ε  0.92 puisque S275)
fy 2750

L’axe v représente l’axe de la faible inertie, d’où :


𝑙 190
𝜒𝑚𝑖𝑛 = 𝜒𝑣 𝑒𝑡 𝜆̅𝑚𝑎𝑥 = 𝜆𝑣 = 𝑖0 = 0.97 = 195.87
𝑣

𝜆 195.87
𝜆̅𝑣 = 𝜆𝑣 = 86.81 = 2.25 ≥ 0.2 Figure 27 :Axes d'une cornière:
1

Donc il existe un risque de flambement suivant l’axe v-v


λ v =2.25 χ min = 0.1559
Courbe c
𝑓𝑦 2750
𝑁𝑏𝑟𝑑 = 𝜒𝑣 × 𝛽𝐴 × 𝐴 × = 0.1559 × 1 × 0.196 × = 76.39𝑑𝑎𝑁
𝛾𝑀1 1.1
N=30.3daN ≤Nbrd=76.39 daN
Donc, l’élément de compression, en cornière L50x5 est vérifié.

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 46


Projet de fin d’études 2018-2019

Chapitre IV : Etude de variante

I. Introduction

Afin d’argumenter notre choix du système porteur et de se rapprocher encore de l’optimum


concernant le coût du projet nous avons réalisé une brève étude des variantes qui touche
seulement le prix total de matériau utiliser pour la construction.
On se fixe par les prix suivants :
Tableau 8 :Prix des profilés /kg

Type Prix/Kg
Ame pleine 4.500 DT
cornière 6.000 DT

II. Portique en profilés en Âme pleine

Figure 28 :Portique en profilés en âme pleine

II.1 Vérification des pièces à l’ELU et à l’ELS

Figure 29 :Vérification des pièces à l’ELU et à l’ELS à l’aide de logiciel ROBOT

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 47


Projet de fin d’études 2018-2019

II.2 Cout du portique

Tableau 9 : Cout du Portique en profilés en âme pleine

Type Nombre Longueur Poids Poids Poids Prix


[m] unitaire pièce total
[kG/m] [kG] [kG]
HEA 220 2 9,99 50,50 504,50 504 2268.000
HEA 280 4 19,24 76,40 1469,94 1470 6615.000
IPE 450 2 30,34 77,60 2354,44 2354 10594.980
Jarret_0.1x1 119 535.500

Jarret_1 22 99.000
Totaux nets: 4470 20115.000

III. Ferme en N avec deux porte-à-faux en demi ferme en N

Figure 30 :Ferme en N

III.1 Vérification des pièces à l’ELU

Figure 31 : Vérification des pièces à l’ELU

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 48


Projet de fin d’études 2018-2019

III.2 Vérification des pièces à l’ELS

Figure 32 :Vérification des pièces à l’ELS

III.3 cout du ferme en N

Tableau 10 :Cout du ferme en N

Type Nombre Longueur Poids Poids Poids Prix en DT


[m] unitaire pièce total
[kG/m] [kG] [kG]
DCED 50x5x8 51 89,82 7,54 677,24 677 4062,000

DCED 60x6x8 5 6,72 10,85 72,91 73 438,000

DCED 70x7x8 5 7,69 14,76 113,50 114 684,000

DCED 80x8x8 16 30,40 19,26 585,50 586 3516,000

DCED 90x9x8 16 30,08 24,46 735,76 736 4416,000

HEA 200 2 15,60 42,30 659,88 660 2970,000

Totaux 2845 16086,000

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 49


Projet de fin d’études 2018-2019

IV. Ferme en V avec porte-à-faux demi ferme en V

Figure 33 :Ferme en v

IV.1 Vérification à l’ELU

Figure 34 :Vérification des pièces du ferme en V à l’ELU

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 50


Projet de fin d’études 2018-2019

IV.2 Vérification à l’ELS :

Figure 35 :Vérification des pièces du ferme en V à l’ELU

IV.3 Cout du ferme en V


Tableau 11 :Cout du ferme en V

Type Nombre Longueur Poids Poids Poids


[m] unitaire pièce total
[kG/m] [kG] [kG]
DCED 50x5x8 47 87,36 7,54 658,69 659 3954,000

DCED 60x6x8 3 4,40 10,85 47,74 48 288,000

DCED 70x7x8 3 5,48 14,76 80,88 81 486,000

DCED 80x8x8 16 30,40 19,26 585,50 585 3516,000

DCED 90x9x8 12 30,04 24,46 734,78 735 4518,000

HEA 200 2 15,60 42,30 659,88 660 2970,000

Totaux nets: 2767 15947,000

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 51


Projet de fin d’études 2018-2019

V. Ferme en V avec deux porte-à-faux âme pleine avec une contreflèche

Figure 36 :Ferme en V avec porte à faux âme pleine

V.1 Vérification à l’ELU

Figure 37 :Vérification des pièces à l’ELU

V.2 Vérification à l’ELS

Figure 38 :Vérification des pièces à l’ELU

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 52


Projet de fin d’études 2018-2019

V.3 Cout du ferme

Tableau 12 :Cout du ferme

Type Nombre Longueur Poids Poids Poids Prix par


[m] unitaire pièce total section en
[kG/m] [kG] [kG] DT
DCED 50x5x8 27 66,11 7,54 498,47 498 2988,500

DCED 80x8x8 16 30,40 19,26 585,50 586 3516,000

DCED 90x9x8 12 30,04 24,46 734,78 735 4410,000

HEA 100 2 3,49 16,70 58,28 58 261,000


HEA 180 2 15,60 35,50 553,80 554 2493,000
HEA 220 2 9,99 50,50 504,50 504 2268 ,000
Totaux nets: 2935 15936,500

VI. Conclusion

Cette étude nous ramène à fixer notre variante la moins couteuse qui est dans notre cas la
dernière qui satisfait les exigences techniques et réduit le coût par rapport les autres essais.

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 53


Projet de fin d’études 2018-2019

Chapitre V : dimensionnement de la ferme

I. Introduction

Dans cette partie on s’intéresse à l’étude de l’élément porteur présentant les sollicitations
y appliquées avec une description des vérifications aux états limites ultimes et services
accompagnées des résultats du robot.
Les fermes en V présentant le bon choix pour notre projet car on a des charges alternées
chargement descendant (G et Q) et chargement ascendant W

Figure 39: structure de la ferme

Le calcul de la ferme se fait de la manière suivante :


 On détermine les charges et surcharges agissant sur la ferme, on calcule les forces aux
nœuds et on cherche les efforts dans toutes les barres et puis on choisit leurs sections ;
enfin, on vérifie leur résistance, rigidité et cisaillement.
 Les actions extérieures passent à la ferme par l’intermédiaire des pièces s’appuyant sur les
nœuds qui sont les pannes. Les charges et les surcharges principales agissant sur une ferme
sont : les poids propres des éléments de couverture et les surcharges de courtes durées sur
la couverture.

II. Evaluation des charges

 Charges permanentes et d’exploitation :


Cette ferme est soumise à des charges permanentes qui sont la somme de son poids propre ainsi
que le poids de couverture et des pannes
𝐺𝑝𝑎𝑛𝑛𝑒 = 6𝑑𝑎𝑁/𝑚2
𝐺𝑐𝑜𝑢𝑣𝑒𝑟𝑡𝑢𝑟𝑒 = 7.85 𝑑𝑎𝑁/𝑚2
𝐺 = 𝐺𝑝𝑎𝑛𝑛𝑒 + 𝐺𝑐𝑜𝑢𝑣𝑒𝑟𝑡𝑢𝑟𝑒 + 𝐺𝑓𝑒𝑟𝑚𝑒

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 54


Projet de fin d’études 2018-2019

 Une charge d’exploitation Q due à la charge d’entretien de la toiture


𝑄 = 25 𝑑𝑎𝑁/𝑚2
 Combinaisons des charges :
 Combinaisons ascendantes
G+1.5W
G+W
 Combinaisons descendantes
1.35G+1.5Q
1.35G+Q

III. Dimensionnement des éléments de ferme

A partir de l’effort maximal dans les éléments de treillis (Nmax = 182.99kN) l’épaisseur du
gousset est prise à 8mm
Tableau 13 :Epaisseur du gousset

Effort maximal dans les barres < 200 200 à 450 450 à 750 750 à 1150
de treillis en [KN]
Epaisseur du gousset en [mm] 8 10 12 14
Tableau 14 : Les profilés des éléments de la ferme

Famille N° barre plus Effort de Effort de


sollicité compression traction
Membrure supérieure 53 18299,8 -
59 - -9999,86
Membrure inférieure 18 8956,98
65 -18801,31
Diagonale 14 6199,06
13 -2898,27
Montant 31 685,05
35 -535
Tableau 15: Caractéristiques des profilés DCED utilisés en pratique

DCED A(cm2) IY(cm4) Iz(cm4) iy(cm) Iz (cm)


50 × 5 × 8 9.6 21.9 53 1.5 2.34
60 × 6 × 8 13.82 45.6 106 1.82 2.77
70 × 7 × 8 18.8 84.6 190 2.12 3.18
80 × 8 × 8 24.54 145 318 2.43 3.6
90 × 9 × 8 31 232 500 2.74 4.02
100 × 10 × 8 38.3 353 751 3.04 4.43

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 55


Projet de fin d’études 2018-2019

Tableau 16: Caractéristiques des profilés CAE

CAE A(cm2) iv(cm) iu(cm)


50 × 5 4.8 0.97 1.9
60 × 6 6.91 1.17 2.29
70 × 7 9.4 1.36 2.67
80 × 8 12.27 1.6 3.1
90 × 9 15.52 1.8 3.4
100 × 10 19.15 2 3.8

Pour dimensionner les différents éléments de la ferme, on tient compte dans chaque
barre de l'effort le plus défavorable résultant de l'une des combinaisons des charges étudiées
précédemment, et par conséquence toutes les barres seront dimensionnées en compression
et vérifiées en traction.
Pour les DCED on adopte pour le flambement la courbe c
 En compression :
Il faut que : Nc≤ Nbrd= χMin∗βA∗A∗fyγM1
Avec : 𝑐 : Effort maximal de compression (à l'ELU)
A : la section brute de profilé
𝜒𝑀𝑖𝑛=min(𝜒𝑦𝑦; 𝜒𝑧𝑧): Coefficient de réduction de flambement
𝛾𝑀1 : Coefficient partiel de sécurité pour le flambement de la section = 1.1
𝑓𝑦 : Limite d'élasticité de l’acier = 235 MPa.
 En traction :
La vérification de la traction est exigée si │Nc max│≤│Nt max│
Dans ce cas il faut vérifier : 𝑁𝑡≤𝑁𝑃 =𝐴×𝑓𝑦𝛾𝑀0
Avec : A : la section brute de profilé
𝑓𝑦 : Limite d'élasticité de l’acier = 235 MPa.
𝛾𝑀0= 1 Si la section de classe 1, 2 ou 3.

III.1 Vérification de la membrure supérieure

 Les efforts maximaux de la membrure supérieure :


 L’effort maximale de compression est Nc max =18299,8 daN
 L’effort maximale de traction Nt max= -9999,86 daN
│Nc max│≥│Nt max│ donc il suffit de faire une vérification la compression

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 56


Projet de fin d’études 2018-2019

Flambement Y-Y flambement Z-Z

𝑙𝑘𝑦 = 0.9 × 𝑙0 = 0.9 × 1.9 = 1.71𝑚 𝑙𝑘𝑧 = 2 × 𝑒𝑝 = 2 × 1.9 = 3.8𝑚

𝑙𝑘𝑦 171 𝑙𝑘𝑧 380


𝜆𝑦 = = 2.43 = 70.37 𝜆𝑧 = = = 105.55
𝑖𝑦 𝑖𝑧 3.6

𝜆𝑧 105.55
̅̅̅𝑧 =
𝜆𝑧 ≥ 𝜆𝑦 ; 𝜆 × √𝛽𝐴 = × √1 = 1.12
𝜆1 93.91

Courbe (c)
2350
𝜒𝑚𝑖𝑛 = 0.47 𝑁𝑏𝑟𝑑 = 0.47 × 24.54 × = 24640.39 daN
1.1
𝜆̅ = 1.12

𝑁𝐶 = 18299.8 𝑑𝑎𝑁 ≤ 𝑁𝑏𝑟𝑑 𝑣é𝑟𝑖𝑓𝑖é

Figure 40 :Paramètres du flambement de la membrure supérieure

 Vérifions que les deux profilés en L travaillent ensemble :


Flambement par rapport l’axe de la faible inertie v-v :
𝑙𝑘𝑣 = 𝑙0 = 1.9𝑚
𝑙𝑘𝑣 190
𝜆𝑣 = = = 118.75
𝑖𝑣 1.6
𝜆𝑣 118.75
̅̅̅
𝜆𝑣 = × √𝛽𝐴 = × √1 = 1.26
𝜆1 93.91

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 57


Projet de fin d’études 2018-2019

Courbe (c)
2350
𝜆̅ = 1.26 𝜒𝑚𝑖𝑛 = 0.406 𝑁𝑏𝑟𝑑 = 0.406 × 12.27 × = 11706.8 daN
1

𝑁𝐶𝑚𝑎𝑥
= 9149.9 ≤ 𝑁𝑏𝑟𝑑 𝑉é𝑟𝑖𝑓𝑖é𝑒
2
III.2 Vérification de la membrure inférieure

 Les efforts maximaux de la membrure inférieure :


 L’effort maximale de compression est Nc max = 8956,98 daN
 L’effort maximale de traction Nt max= -18801,31 daN
│Nc max│≤│Nt max│ donc il faut faire une vérification à la compression et à la traction
 Détermination de la disposition des ciseaux :
Selon l’Eurocode 3 𝜆𝑍 ≤ 210 → 𝑙𝑘𝑧 ≤ 210 × 𝑖𝑧 = 844.2𝑐𝑚
Donc on fixe un ciseau chaque 7.5 m
 Vérification à la compression :

Flambement Y-Y flambement Z-Z

𝑙𝑘𝑦 = 0.9 × 𝑙0 = 0.9 × 1.9 = 1.71𝑚 𝑙𝑘𝑧 = 7.5𝑚

𝑙𝑘𝑦 171 𝑙𝑘𝑧 750


𝜆𝑦 = = 2.74 = 62.4 𝜆𝑧 = = 4.02 = 186.56
𝑖𝑦 𝑖𝑧

𝜆𝑧 186.56
̅̅̅𝑧 =
𝜆𝑧 ≥ 𝜆𝑦 ; 𝜆 × √𝛽𝐴 = × √1 = 2
𝜆1 93.91

Courbe (c)
2350
𝜒𝑚𝑖𝑛 = 0.2 𝑁𝑏𝑟𝑑 = 0.2 × 31 × = 13245.45daN
1.1
𝜆̅ = 1.98

𝑁𝐶 = 8956,98 𝑑𝑎𝑁 ≤ 𝑁𝑏𝑟𝑑 𝑣é𝑟𝑖𝑓𝑖é𝑒


 Vérification à la traction :
𝑓𝑦 2350
𝑁𝑝 = 𝐴. = 31 × = 72850 𝑑𝑎𝑁
𝛾𝑀0 1
│𝑁𝑡 𝑚𝑎𝑥 │ = 18801.31 daN ≤ 𝑁𝑝 𝑣é𝑟𝑖𝑓𝑖é𝑒

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 58


Projet de fin d’études 2018-2019

Figure 41: Paramètres du flambement de la membrure inférieure

 Vérifions que les deux profilés en L travaillent ensemble :


Flambement par rapport l’axe de la faible inertie v-v :

𝑙𝑘𝑣 = 𝑙0 = 1.9𝑚
𝑙𝑘𝑣 190
𝜆𝑣 = = = 105.55
𝑖𝑣 1.8
𝜆𝑣 105.55
̅̅̅
𝜆𝑣 = × √𝛽𝐴 = × √1 = 1.1
𝜆1 93.91
Courbe (c)
2350
𝜆̅ = 1.1 𝜒𝑚𝑖𝑛 = 0.484 𝑁𝑏𝑟𝑑 = 0.484 × 15.52 × = 17652.4 daN
1

𝑁𝐶𝑚𝑎𝑥
= 4478.49 ≤ 𝑁𝑏𝑟𝑑 𝑉é𝑟𝑖𝑓𝑖é𝑒
2
III.3 Vérification des diagonales :

 Les efforts maximaux de la diagonale :


 L’effort maximale de compression est Nc max = 6199,06 daN
 L’effort maximale de traction Nt max= -2898,27 daN
│Nc max│≥ │Nt max│ donc il suffit de faire une vérification à la compression
Flambement Y-Y flambement Z-Z

𝑙𝑘𝑦 = 0.8 × 𝑙0 = 0.8 × 2.32 = 1.85 𝑚 𝑙𝑘𝑧 = 𝑙0 = 2.32 𝑚

𝑙𝑘𝑦 185 𝑙𝑘𝑧 232


𝜆𝑦 = = = 123.33 𝜆𝑧 = = 2.34 = 99.14
𝑖𝑦 1.5 𝑖𝑧

𝜆𝑦 123.33
𝜆𝑦 ≥ 𝜆𝑧 ; ̅̅̅
𝜆𝑦 = × √𝛽𝐴 = × √1 = 1.31
𝜆1 93.91

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 59


Projet de fin d’études 2018-2019

Courbe (c)
2350
𝜒𝑚𝑖𝑛 = 0.38 𝑁𝑏𝑟𝑑 = 0.38 × 9.6 × = 7793.45 daN
1.1
𝜆̅ = 1.31

𝑁𝐶 = 6199.06 𝑑𝑎𝑁 ≤ 𝑁𝑏𝑟𝑑 𝑣é𝑟𝑖𝑓𝑖é

Figure 42: Paramètres du flambement de la diagonale

 Vérifions que les deux profilés en L travaillent ensemble :


Flambement par rapport l’axe de la faible inertie v-v :
𝑙𝑘𝑣 = 𝑙0 = 2.32 𝑚
𝑙𝑘𝑣 232
𝜆𝑣 = = = 239.17
𝑖𝑣 0.97
𝜆𝑣 239.17
̅̅̅
𝜆𝑣 = × √𝛽𝐴 = × √1 = 2.55
𝜆1 93.91
Courbe (c)
2350
𝜆̅ = 2.55 𝜒𝑚𝑖𝑛 = 0.127 𝑁𝑏𝑟𝑑 = 0.127 × 4.8 × = 1432.56 daN
1

𝑁𝐶𝑚𝑎𝑥
= 3099.5 ≥ 𝑁𝑏𝑟𝑑 𝑁𝑜𝑛 𝑣é𝑟𝑖𝑓𝑖é𝑒 Il faut ajouter une plaque
2

2.32
𝑙𝑘𝑣 = = 1.16 𝑚
2
𝑙𝑘𝑣 116
𝜆𝑣 = = = 119.58
𝑖𝑣 0.97
𝜆𝑣 119.58
̅̅̅
𝜆𝑣 = × √𝛽𝐴 = × √1 = 1.27
𝜆1 93.91
Courbe (c)
2350
𝜆̅ = 1.27 𝜒𝑚𝑖𝑛 = 0.402 𝑁𝑏𝑟𝑑 = 0.402 × 4.8 × = 4534.56 daN
1
𝑁𝐶𝑚𝑎𝑥
= 3099.5 ≤ 𝑁𝑏𝑟𝑑 𝑣é𝑟𝑖𝑓𝑖é𝑒III.4 Vérification du montant
2

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 60


Projet de fin d’études 2018-2019

 Les efforts maximaux du montant :


 L’effort maximale de compression est Nc max =685,05daN
 L’effort maximale de traction Nt max= -535 daN
│Nc max│≥│Nt max│ donc il suffit de faire une vérification la compression
Flambement Y-Y flambement Z-Z

𝑙𝑘𝑦 = 0.8 × 𝑙0 = 0.8 × 1.64 = 1.31𝑚 𝑙𝑘𝑧 = 𝑙0 = 1.64𝑚

𝑙𝑘𝑦 132 𝑙𝑘𝑧 164


𝜆𝑦 = = = 87.3 𝜆𝑧 = = 2.34 = 70.08
𝑖𝑦 1.5 𝑖𝑧
𝜆𝑦 87.3
𝜆𝑦 ≥ 𝜆𝑧 ; ̅̅̅
𝜆𝑦 = × √𝛽𝐴 = × √1 = 0.93
𝜆1 93.91
Courbe (c)
2350
𝜒𝑚𝑖𝑛 = 0.581 𝑁𝑏𝑟𝑑 = 0.581 × 9.6 × = 11915.78 daN
1.1
𝜆̅ = 0.93

𝑁𝐶 = 685.05 𝑑𝑎𝑁 ≤ 𝑁𝑏𝑟𝑑 𝑣é𝑟𝑖𝑓𝑖é

Figure 43: Paramètres du flambement du montant

 Vérifions que les deux profilés en L travaillent ensemble :


Flambement par rapport l’axe de la faible inertie v-v :
𝑙𝑘𝑣 = 𝑙0 = 1.64𝑚
𝑙𝑘𝑣 164
𝜆𝑣 = = = 169.07
𝑖𝑣 0.97
𝜆𝑣 169.07
̅̅̅
𝜆𝑣 = × √𝛽𝐴 = × √1 = 1.8
𝜆1 93.91
Courbe (c)
2350
𝜆̅ = 1.8 𝜒𝑚𝑖𝑛 = 0.23 𝑁𝑏𝑟𝑑 = 0.23 × 4.8 × = 2594.4 daN
1

𝑁𝐶𝑚𝑎𝑥
= 342.5 𝑑𝑎𝑁 ≤ 𝑁𝑏𝑟𝑑 𝑣é𝑟𝑖𝑓𝑖é𝑒
2

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 61


Projet de fin d’études 2018-2019

IV. Dimensionnement du porte à faux droite

Tableau 17 : Les profilés des éléments du porte à faux droite

Famille N° barre plus Effort de Effort de


sollicité compression traction
Membrure supérieure 6 3297,5 -
7 - -5785,01
Membrure inférieure 9 7602,65
9 -4587,76
Diagonale 8 1296,11
8 -2168,46
Montant 69 524,94
69 -379,49

IV.1 vérification de la membrure supérieure

 Les efforts maximaux de la membrure supérieure :


 L’effort maximale de compression est Nc max =3297.5daN
 L’effort maximale de traction Nt max= -5785.01 daN
│Nc max│≤Nt max│ donc il faut faire une vérification la compression et à la traction
Tableau 18 : vérification de la membrure supérieure du porte à faux droit

Vérification à la compression
Flambement Y-Y Flambement Z-Z
𝑙𝑘𝑦 = 1.24𝑚 𝑙𝑘𝑧 = 2.76𝑚
𝜆𝑦 = 82.66 𝜆𝑧 = 117.94
̅̅̅𝑧 = 1.25
𝜆𝑧 ≥ 𝜆𝑦 ; 𝜆

𝜒𝑚𝑖𝑛 = 0.41
𝑁𝑏𝑟𝑑 = 8408.72𝑑𝑎𝑁 → 𝑁𝐶 ≤ 𝑁𝑏𝑟𝑑
Vérification à la traction

𝑁𝑝 = 22560 → │𝑁𝑡 𝑚𝑎𝑥 │ ≤ 𝑁𝑝


Vérification des L parallèles
𝑙𝑘𝑣 = 1.38𝑚 𝜆𝑣 = 142.27 ̅̅̅
𝜆𝑣 = 1.51
𝑁𝑏𝑟𝑑 = 3496.8 𝑑𝑎𝑁
𝑁𝐶𝑚𝑎𝑥
𝑁𝑏𝑟𝑑 = 3496.8𝑑𝑎𝑁 → = 1648.75 ≤ 𝑁𝑏𝑟𝑑
2

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 62


Projet de fin d’études 2018-2019

Figure 44: Paramètres du flambement de la membrure supérieure droite

IV.2 Vérification de la membrure inférieure

 Les efforts maximaux de la membrure inférieure :


 L’effort maximale de compression est Nc max =7602,65 daN
 L’effort maximale de traction Nt max= -4587,76daN
│Nc max│≥│Nt max│ donc il suffit de faire une vérification la compression

Tableau 19: Vérification de la membrure inférieure du porte à faux droit

Vérification à la compression
Flambement Y-Y Flambement Z-Z
𝑙𝑘𝑦 = 1.24𝑚 𝑙𝑘𝑧 = 5.48𝑚
𝜆𝑦 = 58.49 𝜆𝑧 = 172.33
̅̅̅𝑧 = 1.38
𝜆𝑧 ≥ 𝜆𝑦 ; 𝜆

𝜒𝑚𝑖𝑛 = 0.23
𝑁𝑏𝑟𝑑 = 9237.63 𝑑𝑎𝑁 → 𝑁𝐶 ≤ 𝑁𝑏𝑟𝑑
Vérification des L parallèles
𝑙𝑘𝑣 = 1.38𝑚 𝜆𝑣 = 142.26 ̅̅̅
𝜆𝑣 = 1.51
𝑁𝑏𝑟𝑑 = 6847.9 𝑑𝑎𝑁
𝑁𝐶𝑚𝑎𝑥
𝑁𝑏𝑟𝑑 = 6847.9 𝑑𝑎𝑁 → = 3801.32 ≤ 𝑁𝑏𝑟𝑑
2

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 63


Projet de fin d’études 2018-2019

Figure 45: Paramètres du flambement de la membrure inférieure droite

IV.3 Vérification de la diagonale

 Les efforts maximaux de la diagonale :


 L’effort maximale de compression est Nc max =1296,11daN
 L’effort maximale de traction Nt max= -2168,46daN
│Nc max│≥│Nt max│ donc il faut faire une vérification la compression et à la traction

Tableau 20 : Vérification de la diagonale du porte à faux droit

Vérification à la compression
Flambement Y-Y Flambement Z-Z
𝑙𝑘𝑦 = 1.14𝑚 𝑙𝑘𝑧 = 1.43𝑚
𝜆𝑦 = 76 𝜆𝑧 = 61.11

𝜆𝑦 ≥ 𝜆𝑧 ; ̅̅̅
𝜆𝑦 = 0.8

𝜒𝑚𝑖𝑛 = 0.66
𝑁𝑏𝑟𝑑 = 13536𝑑𝑎𝑁 → 𝑁𝐶 ≤ 𝑁𝑏𝑟𝑑
Vérification à la traction

𝑁𝑝 = 22560 → │𝑁𝑡 𝑚𝑎𝑥 │ ≤ 𝑁𝑝


Vérification des L parallèles
𝑙𝑘𝑣 = 1.43𝑚 𝜆𝑣 = 101.47 ̅̅̅
𝜆𝑣 = 1.08
𝑁𝑏𝑟𝑑 = 5583.6 𝑑𝑎𝑁
𝑁𝐶𝑚𝑎𝑥
𝑁𝑏𝑟𝑑 = 5583. 𝑑𝑎𝑁 → = 3801.3 ≤ 𝑁𝑏𝑟𝑑
2

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 64


Projet de fin d’études 2018-2019

Figure 46 : Paramètres du flambement de la diagonale

IV.4 vérification du montant

 Les efforts maximaux du montant :


 L’effort maximale de compression est Nc max =524,94 daN
 L’effort maximale de traction Nt max= -379.49 daN
│Nc max│≥│Nt max│ donc il suffit de faire une vérification la compression
Tableau 21 : vérification du montant du porte à faux droit

Vérification à la compression
Flambement Y-Y Flambement Z-Z
𝑙𝑘𝑦 = 0.48𝑚 𝑙𝑘𝑧 = 0.6𝑚
𝜆𝑦 = 32 𝜆𝑧 = 25.64

𝜆𝑦 ≥ 𝜆𝑧 ; ̅̅̅
𝜆𝑦 = 0.34

𝜒𝑚𝑖𝑛 = 0.93
𝑁𝑏𝑟𝑑 = 19073.45 𝑑𝑎𝑁 → 𝑁𝐶 ≤ 𝑁𝑏𝑟𝑑
Vérification des L parallèles
𝑙𝑘𝑣 = 0.6𝑚 𝜆𝑣 = 44.1 ̅̅̅
𝜆𝑣 = 0.47
𝑁𝑏𝑟𝑑 = 9700.8 𝑑𝑎𝑁
𝑁𝐶𝑚𝑎𝑥
𝑁𝑏𝑟𝑑 = 9700.8 𝑑𝑎𝑁 → = 262.47 ≤ 𝑁𝑏𝑟𝑑
2

Figure 46 : Paramètres du flambement du montant

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 65


Projet de fin d’études 2018-2019

V. Dimensionnement du porte à faux gauche


Tableau 22: Les profilés des éléments du porte à faux droite

Famille N° barre plus Effort de Effort de


sollicité compression traction

Membrure supérieure 76 1600,99 -


77 - -3248,8
Membrure inférieure 71 4492,81
71 -2430,94
Diagonale 12 822,78
12 -1583,93
Montant 82 378,75
81 -247,54

V.1 Vérification de la membrure supérieure

 Les efforts maximaux de la membrure supérieure :


 L’effort maximale de compression est Nc max =1600daN
 L’effort maximale de traction Nt max= -3248.8 daN
│Nc max│≤│Nt max│ donc il faut faire une vérification la compression et à la traction

Tableau 23 :vérification de la membrure supérieure du porte a faux gauche

Vérification à la compression
Flambement Y-Y Flambement Z-Z
𝑙𝑘𝑦 = 0.99𝑚 𝑙𝑘𝑧 = 2.22𝑚
𝜆𝑦 = 66 𝜆𝑧 = 94.87
̅̅̅𝑧 = 1
𝜆𝑧 ≥ 𝜆𝑦 ; 𝜆

𝜒𝑚𝑖𝑛 = 0.54
𝑁𝑏𝑟𝑑 = 11074.9 𝑑𝑎𝑁 → 𝑁𝐶 ≤ 𝑁𝑏𝑟𝑑

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 66


Projet de fin d’études 2018-2019

Vérification à la traction

𝑁𝑝 = 22560 → │𝑁𝑡 𝑚𝑎𝑥 │ ≤ 𝑁𝑝


Vérification des L parallèles
𝑙𝑘𝑣 = 1.11𝑚 𝜆𝑣 = 81.62 ̅̅̅
𝜆𝑣 = 0.87
𝑁𝑏𝑟𝑑 = 6993.6 𝑑𝑎𝑁
𝑁𝐶𝑚𝑎𝑥
𝑁𝑏𝑟𝑑 = 5583. 𝑑𝑎𝑁 → = 800 ≤ 𝑁𝑏𝑟𝑑
2

Figure 47: Paramètres du flambement de la membrure supérieure

V.2 Vérification de la membrure inférieure

 Les efforts maximaux de la membrure inférieure :

 L’effort maximale de compression est Nc max = 4492,81daN


 L’effort maximale de traction Nt max= -2430,94 daN
│Nc max│≥│Nt max│ donc il suffit de faire une vérification la compression

Tableau 24 : vérification de la membrure inferieure du porte à faux gauche


Vérification à la compression
Flambement Y-Y Flambement Z-Z
𝑙𝑘𝑦 = 0.99𝑚 𝑙𝑘𝑧 = 4.4𝑚

𝜆𝑦 = 54.39 𝜆𝑧 = 158.84
̅̅̅𝑧 = 1.7
𝜆𝑧 ≥ 𝜆𝑦 ; 𝜆

𝜒𝑚𝑖𝑛 = 0.257
𝑁𝑏𝑟𝑑 = 7587.8 𝑑𝑎𝑁 → 𝑁𝐶 ≤ 𝑁𝑏𝑟𝑑

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 67


Projet de fin d’études 2018-2019

Vérification des L parallèles


𝑙𝑘𝑣 = 1.11𝑚 𝜆𝑣 = 94.87 ̅̅̅
𝜆𝑣 = 0.47
𝑁𝑏𝑟𝑑 = 8768.79 𝑑𝑎𝑁
𝑁𝐶𝑚𝑎𝑥
𝑁𝑏𝑟𝑑 = 8768.79 𝑑𝑎𝑁 → = 2246.4 ≤ 𝑁𝑏𝑟𝑑
2

Figure 48: Paramètres du flambement de la membrure inférieure

V.3 Vérification de la diagonale :

 Les efforts maximaux de la diagonale :


 L’effort maximale de compression est Nc max = 822,78 daN
 L’effort maximale de traction Nt max= -3248.8 daN
│Nc max│≥│Nt max│ donc il faut faire une vérification la compression et à la traction
Tableau 25 :vérification de la diagonale du porte à faux gauche

Vérification à la compression
Flambement Y-Y Flambement Z-Z
𝑙𝑘𝑦 = 1.08𝑚 𝑙𝑘𝑧 = 1.36𝑚
𝜆𝑦 = 72 𝜆𝑧 = 58.12

𝜆𝑦 ≥ 𝜆𝑧 ; ̅̅̅
𝜆𝑦 = 0.76

𝜒𝑚𝑖𝑛 = 0.68
𝑁𝑏𝑟𝑑 = 13946.18 𝑑𝑎𝑁 → 𝑁𝐶 ≤ 𝑁𝑏𝑟𝑑

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 68


Projet de fin d’études 2018-2019

Vérification à la traction

𝑁𝑝 = 22560 → │𝑁𝑡 𝑚𝑎𝑥 │ ≤ 𝑁𝑝


Vérification des L parallèles
𝑙𝑘𝑣 = 1.36𝑚 𝜆𝑣 = 100 ̅̅̅
𝜆𝑣 = 1.06
𝑁𝑏𝑟𝑑 = 5640 𝑑𝑎𝑁
𝑁𝐶𝑚𝑎𝑥
𝑁𝑏𝑟𝑑 = 5640𝑑𝑎𝑁 → = 411.39 ≤ 𝑁𝑏𝑟𝑑
2
V.4 Vérification du montant

 Les efforts maximaux du montant :


 L’effort maximale de compression est Nc max = 378,75daN
 L’effort maximale de traction Nt max= -247,54 daN
│Nc max│≥│Nt max│ donc il suffit de faire une vérification la compression
Tableau 26 : vérification du montant du porte à faux gauche
Vérification à la compression
Flambement Y-Y Flambement Z-Z
𝑙𝑘𝑦 = 0.248𝑚 𝑙𝑘𝑧 = 0.31𝑚
𝜆𝑦 = 16.5 𝜆𝑧 = 13.24

𝜆𝑦 ≥ 𝜆𝑧 ; ̅̅̅
𝜆𝑦 = 0.17

𝜒𝑚𝑖𝑛 = 1
𝑁𝑏𝑟𝑑 = 20509.09 𝑑𝑎𝑁 → 𝑁𝐶 ≤ 𝑁𝑏𝑟𝑑
Vérification des L parallèles
𝑙𝑘𝑣 = 0.31𝑚 𝜆𝑣 = 22.79 ̅̅̅
𝜆𝑣 = 0.24
𝑁𝑏𝑟𝑑 = 10941.6 𝑑𝑎𝑁
𝑁𝐶𝑚𝑎𝑥
𝑁𝑏𝑟𝑑 = 10941.6 𝑑𝑎𝑁 → = 189.37 ≤ 𝑁𝑏𝑟𝑑
2

Figure 49: Paramètres du flambement du montant

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 69


Projet de fin d’études 2018-2019

Chapitre VI : Dimensionnement des poteaux

I. Introduction

On s’intéresse dans ce chapitre de dimensionnement de deux poteaux de rive supportant


notre structure avec les vérifications nécessaires en respectant les exigences demander par la
norme.

Figure 50 : Poteaux étudiés

II. Evaluation des charges

II.1. Charges permanentes

Poids propre des barres (ferme et poteaux)


Il est automatiquement pris en compte après la modélisation dans le logiciel ROBOT.
Poids des éléments de toiture (pannes et couverture)

II.2 Charge d’exploitation

W(1) : vent G/D sur (+) qui engendre l’effort le plus défavorable sur les éléments de la ferme
et sur le poteau gauche (Barre_1)
W(4) : vent D/G sur (-) qui engendre l’effort le plus défavorable sur le poteau droit (Barre_2)

III. Combinaisons des charges :


Tableau 27 : combinaisons des charges

A l’ELU : A l’ELS :
(1) : 1.35 G + 1.5 Q (1) : G + Q
(2) : 1.35 G + 1.5 W(1) (2) : G + W(1)
(3) 1.35 G + 1.5 W(4) (3) : G + W(4)

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 70


Projet de fin d’études 2018-2019

IV. Sollicitations dans les deux poteaux :

Les poteaux seront analysés sous les 03 combinaisons de charges les plus défavorables.
Les sollicitations obtenues pour chacun de ces combinaisons (Fournis pas le logiciel ROBOT
Autodesk) sont résumées dans les tableaux ci-dessous :
Tableau 28 : sollicitations combinaison1

Combinaison Barre Nœud Effort axiale (N) Effort Moment


compression Traction tranchant (Vz) Fléchissant (My)
1 1 8297,67 - 74,08 391,96
1.35G+1.5Q 3 5982,36 - 3040,62 -87,10
2 13 9139,02 - -74,08 446,88
7 6587,08 - 748,34 290,38

Tableau 29:sollicitations combinaison2

Combinaison Barre Nœud Effort axiale (N) Effort tranchant Moment


compression Traction (Vz) Fléchissant (My)
1 1 3798,60 - 995,61 -3759,87
1.35G+1.5W(4) 3 2487,84 - -3464,32 -80,51
2 13 262,53 - 3060,77 -6451,85
7 2076,96 - -3438,87 -634,62

Tableau 30: sollicitations combinaison3

Combinaison Barre Nœud Effort axiale (N) Effort Moment


compression Traction tranchant (Vz) Fléchissant (My)
1 1 - -4164,11 -85,80 1121,41
1.35G+1.5W(1) 3 - -2779,95 41,80 35,62
2 13 - -370,22 -1790,88 3061,32
7 - -2008,07 570,34 61,09

Barre 1 Barre 2

Figure 51 :Poteau bi-encastré

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 71


Projet de fin d’études 2018-2019

On trouve que la combinaison 1.35G+1.5W(4) engendre les efforts les plus défavorables
en plus qu’on remarque que la barre 2 est plus sollicitée
 Diagramme des sollicitations :
Le logiciel ROBOT Autodesk nous fournis aussi les diagrammes suivants présentants
les différent sollicitations (Effort normal, Effort tranchant et Moment fléchissant) appliqués sur
le poteau le plus sollicité sous la combinaison (3)

Figure 52 :Diagrammes des sollicitations Barre2

V. Dimensionnement à l’ELU

Après plusieurs essais et vérification sur le logiciel ROBOT pour les poteaux, le profilé
HEA180 résiste aux sollicitations extrêmes appliqués.
Tableau 31 : Caractéristiques géométriques de la section

Profilé Ax Ix [cm4] Iy [cm4] Iz [cm4] Ay Az Wply Wplz [cm3]


[cm²] [cm²] [cm²] [cm3]
HEA180 45.25 14.86 2510.29 924.61 35.46 14.47 324.85 156.49

Profilé iy[cm] iz [cm] tf [cm] tw [cm] h [cm] b [cm] d [mm] L [m]


HEA180 7.45 4.52 0.95 0.6 17 18 122 7.8

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 72


Projet de fin d’études 2018-2019

Les vérifications à faire pour le calcul des poteaux de classe 1 et 2 :


 Vérification vis-à-vis flambement :
Nsd Ky .My
Il faut vérifier que + ≤ 1
Xmin .Np/γM1 Mpy/γM1

Avec : Nsd et Mysd : Les efforts les plus défavorables de l’élément


Np : Effort normal résistant plastique de la section
MPY : moment résistant plastique de la section
Xmin : min des coefficients de réduction du flambement par rapport l’axe Y et l’axe Z
 Vérification vis-à-vis le cisaillement :
0.58.Avz.fy
Il faut vérifier que 𝑉 ≤ 𝑉𝑝 = γM0

Avec : Vp : effort de cisaillement résistant plastique de la section


Avz : aire de la partie cisaillée de la section
Pour les poteaux de classe les expressions établies pour les sections de classe 1 et 2 restent les
même mais en remplaçant Mp par Me
 Hypothèse : il n’existe pas risque de déversement pour les poteaux
 Vérification vis-à-vis cisaillement :
Vpz = 0.58 x Avz x fy/γM0 = 0.58 x 14.47 x 2350/1 = 19722.61 daN
Or Vzmax = 3438.87 < Vpz = 9861.3 daN Vérifiée vis-à-vis cisaillement √
Tableau 32Vérification vis-à-vis le Flambement :

Flambement par rapport Y-Y Flambement par rapport Z-Z


Lky = L0moy = 7.4m Lkz = 0.5 x L0 = 0.5 x 7.8 = 3.9m
λky = Lky/iy = 740/7.45 = 99.33 λkz = Lkz/iz = 390/4.52 = 86.28
λky = 99.33 λkz = 86.28
tf = 9.5 mm
h= 170 mm
b = 180 mm
𝑏 𝑏
= 0.94 ≤ 1.2 = 0.94 ≤ 1.2
ℎ ℎ
t f = 9.5 ≤ 100 𝑚𝑚 t f = 9.5 ≤ 100 𝑚𝑚
Flambement Y-Y Flambement Z-Z

λy 99.33 λz 86.28
λy = × √𝜷𝑨 = = 1.06 λz = × √𝜷𝑨 = = 0.92
𝜆1 93.9 𝜆1 93.9
𝑋𝑦 = 0.56 𝑋𝑧 = 0.59

𝑋𝑚𝑖𝑛 = 𝑋𝑦 = 0.56

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 73


Projet de fin d’études 2018-2019

Determination de ky :
𝜇𝑦 × 𝑁
𝑘𝑦 = 1 −
𝑋𝑦 × 𝐴 × 𝑓𝑦
𝑤𝑝𝑦 − 𝑤𝑒𝑦
𝜇𝑦 = 𝜆̅𝑦 (2𝛽𝑀𝑦 − 4) + ≤ 0.9
𝑤𝑒𝑦
𝑀𝑄
𝛽𝑀𝑦 = 𝛽𝑀𝛹 + (𝛽 − 𝛽𝑀𝛹 )
∆𝑀 𝑀𝑄
𝛽𝑀𝛹 = 1.8 − 0.7𝛹; 𝛹 = 0
𝛽𝑀𝛹 = 1.8
𝑀𝑄 ∶ 𝑚𝑜𝑚𝑒𝑛𝑡 𝑖𝑠𝑜𝑠𝑡𝑎𝑡𝑖𝑞𝑢𝑒 𝑑𝑒 𝑙𝑎 𝑐ℎ𝑎𝑟𝑔𝑒 𝑙𝑎𝑡é𝑟𝑎𝑙𝑒 𝑄
𝑄ℎ2
𝑀𝑄 =
8
Or 𝑄 = 1.5𝑊 = 1.5 × 339.23 = 508.84
508.84 × 7.82
𝑀𝑄 = = 3869.73 [𝑑𝑎𝑁]
8
𝛽𝑀𝑄 = 1.3
∆𝑀 = 6451.85 + 2753.7 = 9205.55 [𝑑𝑎𝑁]
3869.73
𝛽𝑀𝑦 = 1.8 + (1.3 − 1.8)
9205.55
𝛽𝑀𝑦 = 1.59
324.85 − 293.6
𝜇𝑦 = 1.06(2 × 1.59 − 4) + = −0.763
293.6
−0.763 × 2114.56
𝑘𝑦 = 1 − = 1.03
0.56 × 45.25 × 2350
2114.56 1.03 × 6451.85
+ = 0.99 ≤ 1
0.56 . 45.25 × 2350/1.1 324.85 × 2350/1.1
Vérifié vis-à-vis Flambement √

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 74


Projet de fin d’études 2018-2019

VI. Vérification à l’ELS sur robot

Figure 53 :vérification du poteau à l’ELS

DEPLACEMENTS LIMITES

Flèches (REPERE LOCAL): Non analysé

Déplacements (REPERE GLOBAL):


vx = 0.041 m < vx max = L/150.00 = 0.052 m Vérifié
Cas de charge décisif: 16 G+W4 (7+8+9+4)*1.00
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- ------------
Profil correct !!!

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 75


Projet de fin d’études 2018-2019

Chapitre VII : Etude du porte-à-faux

I. Introduction

Dans le but de réduire le coût du projet et en s’appuyant sur notre étude des différentes
variantes pour la réalisation de l’ouvrage étudier on opte à remplacer les deux demi-ferme en
treillis étudier précédemment par deux console en âme pleine supportées par deux contreflèche
comme montre la figure ci-dessous.

Figure 54 :schéma du porte-à-faux

II. Les vérifications nécessaires pour le calcul de console en âme pleine

 Pour Le moment et l’effort normal il faut vérifier que :


𝑁𝑠𝑑 𝑘𝑦 × 𝑀𝑦
+ ≤1
𝜒𝑚𝑖𝑛 . 𝑁𝑝 /𝛾𝑀1 𝑀𝑝𝑦 /𝛾𝑀1
Avec : Nsd et Msd : les efforts les plus défavorables de l’élément
Np : effort normal résistant plastique de la section
Mpy : moment résistant plastique de la section
𝜒𝑚𝑖𝑛 ∶min des coefficients de réduction du flambement par rapport Y et par rapport Z
Dans le cas du risque de déversement :
Si 𝜆𝐿𝑇 > 0.4 alors on doit vérifier aussi :
𝑁𝑠𝑑 𝑘𝐿𝑇 × 𝑀𝑦𝑠𝑑
+ ≤1
𝜒𝑧 . 𝑁𝑝 /𝛾𝑀1 𝜒𝐿𝑇 × 𝑀𝑝𝑦 /𝛾𝑀1
 Vérification du déversement
On doit vérifier que
𝑀𝑦𝑠𝑑 < 𝑀𝑏𝑟𝑑 = 𝜒𝐿𝑇 × 𝛽𝑤 × 𝐴 × 𝑓𝑦 /𝛾𝑀1
Vérification du cisaillement :
𝑉𝑧 < 𝑉𝑝𝑧

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 76


Projet de fin d’études 2018-2019

III. Etude de console à l’ELS

 Les efforts sollicitant


Les efforts les plus défavorables sont obtenus sous la combinaisons G+1.5W(4)
𝑀𝑦𝑠𝑑 = 2896.79 𝑑𝑎𝑁. 𝑚
𝑁𝑠𝑑 = 8199.30 𝑑𝑎𝑁
𝑉𝑧 = 1897.77 𝑑𝑎𝑁
Le logiciel ROBOT nous donne les diagrammes des efforts agissant sur la barre 88
(Console étudié)

Figure 55 :les efforts agissant sur la console

IV. Dimensionnement

Après plusieurs tentatives avec le logiciel ROBOT, le profilé HEA220 résiste aux
sollicitation appliquées

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 77


Projet de fin d’études 2018-2019

Tableau 33 :Caractéristiques du profilé

Profilé Ax [cm²] Ix [cm4] Iy [cm4] Iz [cm4] Ay Az Wply Wplz [cm3]


[cm²] [cm²] [cm3]
HEA220 64.34 28.58 5409.7 1954.56 50.15 20.67 568.46 270.59

Profilé iy[cm] iz [cm] tf [cm] tw [cm] h [cm] b [cm] d [mm] L [m]


HEA220 9.17 5.51 1.1 0.7 21 22 152 5.54

Figure 56 :Choix des courbes déversement Figure 57 :caractéristique géométrique du profilé

Tableau 34 :vérification du porte à faux vis-à-vis le Flambement

Flambement Y-Y Flambement Z-Z


𝑙𝑘𝑦 = 1 × 𝑙0 = 1 × 5.54 = 5.54𝑚 𝑙𝑘𝑧 = 11.08𝑚
𝑙𝑘𝑦 554 𝑙𝑘𝑧 1108
𝜆𝑦 = = = 60.41 𝜆𝑧 = = = 201.1
𝑖𝑦 9.17 𝑖𝑧 5.51
𝜆𝑦 60.41 𝜆𝑧 201.1
̅̅̅ ̅̅̅
𝜆𝑧 = × √𝛽𝐴 = × √1 = 2.14
𝜆𝑦 = × √𝛽𝐴 = × √1 = 0.64 𝜆1 93.91
𝜆1 93.91
1 𝛼 = 0.34 (𝑐𝑜𝑢𝑟𝑏𝑒 𝑏)
𝜒𝑦 = → ∅ = 3.12
2
∅ + √∅2 − ̅̅̅
𝜆𝑦 𝜒𝑧 = 0.185
Avec :
∅ = 0.5 × [1 + 𝛼(𝜆 ̅̅̅ ̅̅̅2
𝑦 − 0.2) + 𝜆𝑦 ]
𝛼: 𝑓𝑎𝑐𝑡𝑒𝑢𝑟 𝑑 ′ 𝑖𝑛𝑝𝑒𝑟𝑓𝑒𝑐𝑡𝑖𝑜𝑛
𝛼 = 0.21 (𝑐𝑜𝑢𝑟𝑏𝑒 𝑎)
→ ∅ = 0.751
𝜒𝑦 = 0.87

D’où 𝜒𝑚𝑖𝑛 = min(𝜒𝑦 , 𝜒𝑧 ) = 0.185


𝐾𝑦 = 0.99

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 78


Projet de fin d’études 2018-2019

 Vérification de la Résistance aux instabilité :


𝑁𝑠𝑑 𝑘𝑦 × 𝑀𝑦
+ ≤1
𝜒𝑚𝑖𝑛 . 𝑁𝑝 /𝛾𝑀1 𝑀𝑝𝑦 /𝛾𝑀1

𝑊𝑝𝑦 ×𝑓𝑦
Avec : 𝑀𝑝𝑦 = = 1335881 𝑑𝑎𝑁. 𝑐𝑚
𝛾𝑀0

𝐴 × 𝑓𝑦
𝑁𝑝 = = 151199 𝑑𝑎𝑁
𝛾𝑀0

7836.13 0.99 × 2896.79


→ + = 0.30 < 1
0.19 × 151199/1.1 1335881/1.1
→ 𝑉é𝑟𝑖𝑓𝑖é𝑒
 Vérification au déversement :
L’élancement réduit ̅̅̅̅
𝜆𝐿𝑇 est déterminer par la formule suivante :

𝑊𝑝𝑙𝑦 × 𝑓𝑦
̅̅̅̅
𝜆𝐿𝑇 = √
𝑀𝑐𝑟

𝜋²×𝐸×𝐼𝑧 𝐾𝑧 𝐼𝑤 𝐿𝐿𝑇 ²×𝐺×𝐼𝑡


Or 𝑀𝑐𝑟 = 𝐶1 × √( )² × +
(𝐾𝑧 .𝐿)² 𝐾𝑤 𝐼𝑧 𝜋²×𝐸×𝐼𝑧

Avec :
𝐶1 = 1.88 − 1.4𝛹 + 0.52𝛹 2 = 1.88 : Facteur dépendant des conditions de charge et
d’encastrement
𝐶2 = 0
𝐿𝑐𝑟 = 2 × 𝑙0 = 11.08𝑚
𝐺 = 0.81 × 106 𝑑𝑎𝑁 : module d’élasticité transversale
𝐸 = 210000 𝑀𝑃𝑎
2
(ℎ × 𝑡𝑓 )
𝐼𝑊 = 𝐼𝑧 × = 193506.33 𝑐𝑚6
4
1
𝐼𝑡 = × (2𝑏 × 𝑡𝑓 3 + (ℎ − 2𝑡𝑓 ) × 𝑡𝑊 3 = 21.67 𝑐𝑚4
3

𝜋 2 × 2.1 × 106 × 1954.56 2 2 193506.33 11082 × 8.1 × 106 × 21.67


𝑀𝑐𝑟 = 1.88 × √( ) × + 2
(11.08)2 1 1954.56 𝜋 × 2.1 × 106 × 1954.56

𝑀𝑐𝑟 = 18878.43 𝑑𝑎𝑁. 𝑚

𝑊𝑝𝑙𝑦 × 𝑓𝑦 568.46 × 2350


̅̅̅̅
𝜆𝐿𝑇 = √ = √ = 0.84
𝑀𝑐𝑟 18878.45

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 79


Projet de fin d’études 2018-2019

1
𝜒𝐿𝑇 =
2
∅ + √∅2 − ̅̅̅̅
𝜆𝐿𝑇

Avec :
̅̅̅̅
∅ = 0.5 × [1 + 𝛼(𝜆 ̅̅̅̅2
𝐿𝑇 − 0.2) + 𝜆𝐿𝑇 ]

𝛼: 𝑓𝑎𝑐𝑡𝑒𝑢𝑟 𝑑 ′ 𝑖𝑛𝑝𝑒𝑟𝑓𝑒𝑐𝑡𝑖𝑜𝑛
𝛼 = 0.21 (𝑐𝑜𝑢𝑟𝑏𝑒 𝑎)
→ ∅ = 0.92
𝜒𝐿𝑇 = 0.77
̅̅̅𝑧 × 𝛽𝑀𝐿𝑇 = 0.15 × 2.14 × 1 = 0.321
𝜇𝐿𝑇 = 0.15 × 𝜆
𝜇𝐿𝑇 . 𝑁𝑠𝑑 0.321 × 8199.30
𝑘𝐿𝑇 = 1 − = = 0.916
𝜒𝑧 × 𝐴 × 𝑓𝑦 0.19 × 64.34 × 2350
𝜒𝐿𝑇 2
𝜒𝐿𝑇,𝑚𝑜𝑑 = ̅̅̅̅
≤ 1 ; 𝑎𝑣𝑒𝑐 𝜑𝐿𝑇 = 1 − 0.5 × (1 − 𝑘𝑐 )[1 − 2(𝜆 𝐿𝑇 − 0.8) ] ≤ 1
𝜑𝐿𝑇
𝑜𝑟 𝑘𝑐 = 0.82 → 𝜑𝐿𝑇 = 0.91
→ 𝜒𝐿𝑇,𝑚𝑜𝑑 = 0.85
̅̅̅̅
𝜆𝐿𝑇 = 0.84 > 0.4 Alors on doit vérifier aussi :
𝑁𝑠𝑑 𝑘𝐿𝑇 × 𝑀𝑦
+ ≤1
𝜒𝑚𝑖𝑛 . 𝑁𝑝 /𝛾𝑀1 𝜒𝐿𝑇 × 𝑀𝑝𝑦 /𝛾𝑀1
Avec
𝑊𝑝𝑦 × 𝑓𝑦
𝑀𝑝𝑦 = = 1335881 𝑑𝑎𝑁. 𝑐𝑚
𝛾𝑀0
𝐴 × 𝑓𝑦
𝑁𝑝 = = 151199 𝑑𝑎𝑁
𝛾𝑀0
8199.30 0.916 × 2896.79
+ = 0.32 < 1 → 𝑣é𝑟𝑖𝑓𝑖é𝑒
151199 1335881
0.19 × 1.1 0.77 × 1.1
𝜒𝐿𝑇 × 𝛽𝑊 × 𝑊𝑝𝑦 × 𝑓𝑦
𝑀𝑏𝑟𝑑 = = 1027347.4 𝑑𝑎𝑁. 𝑐𝑚
𝛾𝑀1
𝑀𝑚𝑎𝑥 < 𝑀𝑏𝑟𝑑 → 𝑣é𝑟𝑖𝑓𝑖é𝑒
 Vérification du cisaillement : Résistance de la section transversale

La section transversale doit satisfaire la condition :


𝑉𝑧.𝐸𝑑
≤1
𝑉𝑧.𝑐,𝑅𝑑

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 80


Projet de fin d’études 2018-2019

Où 𝑉𝑧.𝑐,𝑅𝑑 est la valeur de calcul de la résistance au cisaillement, égale à la résistance plastique


au cisaillement 𝑉𝑝𝑙,𝑅𝑑
𝑉𝑧.𝐸𝑑 = 1879.77 𝑑𝑎𝑁
𝜏𝑦
𝑉𝑝𝑙.𝑟𝑑 = 𝐴𝑣 ×
𝛾𝑀0
𝑓𝑦
Avec 𝜏𝑦 ∶ 𝑙𝑎 𝑙𝑖𝑚𝑖𝑡𝑒 é𝑙𝑎𝑠𝑡𝑖𝑞𝑢𝑒 𝑎𝑢 𝑐𝑖𝑠𝑎𝑖𝑙𝑙𝑒𝑚𝑒𝑛𝑡 𝑑𝑒 𝑙 ′ 𝑎𝑐𝑖𝑒𝑟 𝜏𝑦 =
√3

𝐴𝑣 ∶ 𝑙 𝑎𝑖𝑟𝑒 𝑑𝑒 𝑐𝑖𝑠𝑎𝑖𝑙𝑙𝑚𝑒𝑛𝑡
L’air de cisaillement Av dépend de la forme de la section transversale et de la direction de
l’effort d’après l’EC3 pour profil en H laminé et un effort tranchant parallèle à l’âme on a :
𝐴𝑣 = 𝐴 − 2𝑏 × 𝑡𝑓 + (𝑡𝑤 + 2𝑟)𝑡𝑓 ≥ (ℎ − 2𝑡𝑓 )𝑡𝑤
𝐴𝑣 = 20.67 𝑐𝑚²
2350
→ 𝑉𝑧.𝑐,𝑅𝑑 = 20.67 × = 28044.5 𝑑𝑎𝑁
1 × √3
𝑉𝑧.𝐸𝑑 1897.77
Donc = 28044.5 = 0.07 < 1 → 𝑣é𝑟𝑖𝑓𝑖é𝑒
𝑉𝑧.𝑐,𝑅𝑑

V. Résultat de calcul par le logiciel ROBOT

CALCUL DES STRUCTURES ACIER


---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- ------------
NORME: NF EN 1993-1:2005/NA:2007/AC:2009, Eurocode 3: Design of steel structures.
TYPE D'ANALYSE: Dimensionnement des familles
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- ------------
ACIER fy = 235.00 N/mm2
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- ------------

PARAMETRES DE LA SECTION: HEA 220


h=21.0 cm gM0=1.00 gM1=1.10
b=22.0 cm Ay=53.70 cm2 Az=20.67 cm2 Ax=64.34 cm2
tw=0.7 cm Iy=5409.70 cm4 Iz=1954.56 cm4 Ix=28.58 cm4
tf=1.1 cm Wply=568.46 cm3 Wplz=270.59 cm3
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- ------------
EFFORTS INTERNES ET RESISTANCES ULTIMES:
N,Ed = 81.99 kN My,Ed = 28.04 kN*m
Nc,Rd = 1511.99 kN My,Ed,max = 28.04 kN*m
Nb,Rd = 255.08 kN My,c,Rd = 133.59 kN*m Vz,Ed = 18.44 kN
MN,y,Rd = 133.59 kN*m Vz,c,Rd = 280.45 kN
Mb,Rd = 107.25 kN*m
Classe de la section = 1
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- ------------

PARAMETRES DE DEVERSEMENT:
z = 1.00 Mcr = 191.68 kN*m Courbe,LT - XLT = 0.77
Lcr,upp=11.08 m Lam_LT = 0.83 fi,LT = 0.92 XLT,mod = 0.88
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- ------------
PARAMETRES DE FLAMBEMENT:

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 81


Projet de fin d’études 2018-2019

en y: en z:
Ly = 5.54 m Lam_y = 0.64 Lz = 5.54 m Lam_z = 2.14
Lcr,y = 5.54 m Xy = 0.87 Lcr,z = 11.08 m Xz = 0.19
Lamy = 60.40 kyy = 1.00 Lamz = 200.96 kzy = 0.48
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- ------------
FORMULES DE VERIFICATION:
Contrôle de la résistance de la section:
N,Ed/Nc,Rd = 0.05 < 1.00 (6.2.4.(1))
My,Ed/My,c,Rd = 0.21 < 1.00 (6.2.5.(1))
Vz,Ed/Vz,c,Rd = 0.07 < 1.00 (6.2.6.(1))
Contrôle de la stabilité globale de la barre:
Lambda,y = 60.40 < Lambda,max = 210.00 Lambda,z = 200.96 < Lambda,max = 210.00 STABLE
My,Ed,max/Mb,Rd = 0.26 < 1.00 (6.3.2.1.(1))
N,Ed/(Xy*N,Rk/gM1) + kyy*My,Ed,max/(XLT*My,Rk/gM1) = 0.33 < 1.00 (6.3.3.(4))
N,Ed/(Xz*N,Rk/gM1) + kzy*My,Ed,max/(XLT*My,Rk/gM1) = 0.45 < 1.00 (6.3.3.(4))
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- ------------
Profil correct !!!

 Vérification à l’ELS sur ROBOT

DEPLACEMENTS LIMITES

Flèches (REPERE LOCAL):


uz = 0.019 m < uz max = L/200.00 = 0.028 m Vérifié
Cas de charge décisif: 16 G+W4 (7+8+9+4)*1.00

Déplacements (REPERE GLOBAL): Non analysé


-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- --------------
Profil correct !!!

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 82


Projet de fin d’études 2018-2019

Chapitre VIII :Etude du Contreventement

I. Introduction

Pour assurer la stabilité globale de la structure vis à vis les efforts horizontaux provenant de
l'action du vent agissant sur les façades et de poids propre des éléments de la structure ainsi
les mouvements horizontaux imposés aux fondations de la part des séismes, il est nécessaire
de disposer un système de contreventement constitué des éléments suivants :
-Poutre au vent
-Croix de saint André
-Des Potelets à la face pignon

Figure 58 :éléments de contreventement

II. Poutre au vent

II.1 Calcul des efforts

On détermine à l’ELU la force F qui s’exerce au sommet de chaque travée du potelet


provenant du vent agissant sur la face pignon.
𝑆 × 1.5 × 𝑊𝑝𝑜𝑡𝑒𝑙𝑒𝑡
𝐹=
2
Où on a :
𝑊𝑝𝑜𝑡𝑒𝑙𝑒𝑡 = 𝑞𝐻 × 𝑚 × 𝑘𝑠 × 𝐶 × 𝛿𝑝𝑜𝑡𝑒𝑙𝑒𝑡
𝑆 ∶ 𝐿𝑎 𝑠𝑢𝑟𝑓𝑎𝑐𝑒 𝑜𝑓𝑓𝑒𝑟𝑡𝑒 𝑎𝑢 𝑣𝑒𝑛𝑡 = 64.12 𝑚²
𝐶 ∶ 𝑐𝑜𝑒𝑓𝑓𝑖𝑐𝑖𝑒𝑛𝑡 𝑑𝑒 𝑡𝑟𝑎𝑖𝑛é 𝑚𝑎𝑥𝑖𝑚𝑎𝑙 𝑠𝑢𝑟 𝑙𝑎 𝑓𝑎𝑐𝑒 𝑝𝑖𝑔𝑛𝑜𝑛 = −0.722

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 83


Projet de fin d’études 2018-2019

𝛿𝑝𝑜𝑡𝑒𝑙𝑒𝑡 = 0.835 (H<30m et la plus grande dimension offerte au vent est égale à 10.05m)
M = 1 : coefficient de masque
Ks = 1 : coefficient du site
𝑞𝐻 = 1.2 𝑞𝐻𝑛𝑜𝑟𝑚𝑎𝑙 = 1.2 × 70.07 = 84.08 [𝑑𝑎𝑁. 𝑚−2 ]
𝑊𝑝𝑜𝑡𝑒𝑙𝑒𝑡 = 84.08 × 1 × 1 × (−0.722) × 0.835 = −50.69 [𝑑𝑎𝑁. 𝑚−2 ]
Et par la suite :
64.12 × 1.5 × 50.69
𝐹1 = = 2437.68 [𝑑𝑎𝑁]
2
48.66 × 1.5 × 51
𝐹2 = = 1861.24 [𝑑𝑎𝑁]
2
40.58 × 1.5 × 51.3
𝐹𝑐 = = 1561.32 [𝑑𝑎𝑁]
2

Figure 59 : Poutre au vent hyperstatique

Figure 60 :Charges appliquées sur la poutre au vent

Les croix de Saint-André constituent les appuis pour la poutre au vent qui est chargée
aux nœuds par les forces F provenant des potelets.
Après calcul sur robot, on obtient : 𝑁𝑠𝑑 = 𝑇𝑚𝑎𝑥 = 8285,06 𝑑𝑎𝑁

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 84


Projet de fin d’études 2018-2019

𝑓𝑦 𝑁𝑠𝑑 × 𝛾𝑀0 8285.06 × 1


𝑁𝑠𝑑 ≤ 𝐴 × →𝐴≥ = = 3.52𝑐𝑚²
𝛾𝑀0 𝑓𝑦 2350
Soit une cornière L 50x5 avec A = 4.8 cm²

II.2 Vérification de l’élancement λmax

Il faut vérifier que 𝜆𝑚𝑎𝑥 ≤ 400


𝐿𝑘𝑣 𝐿
𝜆 = 𝜆𝑣 = 𝑜𝑟 𝐿𝑘𝑣 =
𝑖𝑣 2
Figure 61 :Schéma de section nette

𝐿 827
On a: 𝑖𝑣 (𝐿 50 × 5) = 0.97 𝑐𝑚 < 800 = 800 = 1.03𝑐𝑚
→ 𝑛𝑜𝑛 𝑣é𝑟𝑖𝑓𝑖é𝑒
Soit une cornière L 60x6 avec A=6.91 cm²
𝐿 827
𝑖𝑣 (𝐿 60 × 6) = 1.17 𝑐𝑚 > = = 1.03𝑐𝑚 → 𝑣é𝑟𝑖𝑓𝑖é𝑒
800 800

II.3 Vérification de la section nette au droit des trous d’assemblages


𝑓
Il faut vérifier que : 𝑁𝑠𝑑 ≤ 𝑁𝑢 = 0.9 × 𝐴𝑛𝑒𝑡 × 𝛾 𝑢
𝑀2

1 𝑁𝑠𝑑 × 𝛾𝑀𝑏 8285,06 × 1.25


𝑁𝑠𝑑 ≤ 𝐹𝑣 = 0.6 × 𝑓𝑏𝑢 × 𝐴𝑠 × → 𝐴𝑠 ≥ = = 2.87 𝑐𝑚2
𝛾𝑀𝑏 0.6 × 𝑓𝑏𝑢 0.6 × 6000
Soit 2 boulons M16 de classe 6.8 telle qu’As = 3.14 cm²
d0 = d+2 = 18 mm
𝐴𝑛𝑒𝑡 = 𝐴𝑝𝑟𝑜𝑓𝑖𝑙é − 𝑡 × 𝑑0 = 6.91 − 0.6 × 1.8 = 5.83 𝑐𝑚2
3600
𝑁𝑢 = 0.9 × 5.83 × = 15111.36 𝑑𝑎𝑁
1.25
𝑂𝑟 𝑁𝑠𝑑 = 8285.06 𝑑𝑎𝑁 < 𝑁𝑢 → 𝑣é𝑟𝑖𝑓𝑖é𝑒

III. Croix de croix de Saint-André

Figure 62 :Charges appliquées sur la croix de Saint-André

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 85


Projet de fin d’études 2018-2019

Les forces appliquées sur la croix de Saint-André sont : R = 7541.89


Après le calcul sur ROBOT on obtient : Tmax = -12365,48 daN
𝑓𝑦 𝑁𝑠𝑑 × 𝛾𝑀0 12365.48
𝑁𝑠𝑑 ≤ 𝐴 × →𝐴≥ = = 5.26 𝑐𝑚²
𝛾𝑀0 𝑓𝑦 2350
Soit une cornière L 60x6 avec A = 6.91 cm²

III.1 Vérification de l’élancement λmax :

Il faut vérifier que λ𝑚𝑎𝑥 ≤ 400


𝐿𝑘𝑣 𝐿
𝜆 = 𝜆𝑣 = 𝑜𝑟 𝐿𝑘𝑣 =
𝑖𝑣 2
𝐿 984
On a: 𝑖𝑣 (𝐿 60 × 6) = 1.17 𝑐𝑚 < 800 = 800 = 1.23𝑐𝑚

→ 𝑛𝑜𝑛 𝑣é𝑟𝑖𝑓𝑖é𝑒
Soit une cornière L 70x7 avec A = 9.4 cm²
𝐿 984
𝑖𝑣 (𝐿 70 × 7) = 1.36 𝑐𝑚 < = = 1.23𝑐𝑚 → 𝑣é𝑟𝑖𝑓𝑖é𝑒
800 800

III.2 Vérification de la section nette au droit des trous d’assemblages :

Il faut vérifier que : 𝑁𝑠𝑑 ≤ 𝑁𝑢


1
𝑁𝑠𝑑 ≤ 𝐹𝑣 = 0.6 × 𝑓𝑢𝑏 × 𝐴𝑠 ×
𝛾𝑀𝑏
𝐴𝑠 ≥ 4.29 𝑐𝑚²
Soit 2 boulons M20 de classe 6.8 avec As = 4.9 cm²
𝑑0 = 𝑑 + 2 = 22𝑚𝑚 → 𝐴𝑛𝑒𝑡 = 9.4 − 0.7 × 2.2 = 7.83𝑐𝑚²
3600
𝑁𝑢 = 0.9 × 7.83 × = 20295.36 𝑑𝑎𝑁
1.25
𝑁𝑠𝑑 = 12365.48 𝑑𝑎𝑁 < 𝑁𝑢 → 𝑣é𝑟𝑖𝑓𝑖é𝑒

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 86


Projet de fin d’études 2018-2019

Chapitre IX Conception et dimensionnement des assemblages

I. Introduction

En charpentes métalliques, les assemblages constituent des zones plus fragiles que les
zones courantes auxquelles il convient d’accorder une attention particulière. Un assemblage
doit être conçu de façon à permettre la transmission et la répartition des diverses sollicitations
entre les pièces sans générer des sollicitations parasites.
Les principaux modes d’assemblage utilisés en construction métallique sont le
boulonnage et le soudage.
Le but du présent chapitre est de mettre en évidence la modélisation et le
dimensionnement de quelques assemblages réalisés à l’aide de soudures et/ou des boulons.
L’influence des éléments suivants y est notamment examiné :
Type d’effort transmis : effort tranchant V, moment de flexion M ou interaction
d’efforts ;
Modèle d’assemblage utilisé : rigide, semi rigide ou articulé ;
Moyen d’assemblage utilisé : uniquement des soudures, à la fois des soudures et des boulons
ou uniquement des boulons
Parmi les nombreux types d’assemblages existant dans le pratique, ce chapitre se limite
à l’étude des assemblages illustrés dans la figure ci-dessous ; leur modélisation nécessite une
démarche qui présente l’avantage d’être aisément applicable à d’autres types d’assemblages.

Figure 63 :Assemblage étudié

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 87


Projet de fin d’études 2018-2019

Figure 64 : schéma d’assemblage type1

II. Assemblage type 1 : Membrure supérieure-montant

N1 = sup (Nt, Nc) = 656.04 [daN]

II.1 Calcul la longueur de soudure

Figure 65: efforts appliquées sur les soudures

 Montant

𝑁 = 656.04 𝑑𝑎𝑁
𝑉1 = 1.4𝑐𝑚
𝐷𝑖𝑎𝑔𝑜𝑛𝑎𝑙𝑒 𝐷𝐶𝐸𝐷 50 × 5 × 8 {
𝑉2 = 3.6𝑐𝑚
𝑁3 × 𝑉2 656.04 × 3.6
𝐹2 = = = 472.35 [𝑑𝑎𝑁]
𝑉1 + 𝑉2 1.4 + 3.6
𝐹 = 𝑚𝑎𝑥
𝑁3 × 𝑉1 656.04 × 1.4
𝐹1 = = = 183.69 [𝑑𝑎𝑁]
{ 𝑉1 + 𝑉2 1.4 + 3.6

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 88


Projet de fin d’études 2018-2019

𝐹 = 472.35 𝑑𝑎𝑁
tmin = min (eg; em) = min (8mm; 5mm) = 5mm
𝑎 ≤ 0.7 × 𝑡𝑚𝑖𝑛 = 3.5𝑚𝑚 → 𝑎 = 3𝑚𝑚
On prend 𝑎 = 3𝑚𝑚
On a des cordons latéraux :
𝐹×√3
𝐴𝑐 = 2 × 𝑎 × 𝑙𝑐 ≥ 𝑓𝑢

𝐹×√3 472.35×√3
𝑙𝑐 ≥ 2×𝑓 = 2×0.3×3600 = 0.38 𝑐𝑚
𝑢 ×𝑎

D’où lc1 = lcmin = sup (5cm, 10a) = 5cm

II.2 Vérification soudure gousset-membrure sup :

On a 4 cordons obliques :
√3−𝑠𝑖𝑛²𝜑
𝐴𝑐 = 4𝑎𝑏 ≥ 𝑁 𝑓𝑢

Avec N = 15016.41 daN


En pratique on prend 𝜑 = 0
𝑁. √3 15016.41 √3
𝑏≥ →𝑏≥ = 4.51𝑐𝑚
𝑓𝑢 . 4𝑎 3600.4.0.4
Or 𝑏𝑚𝑖𝑛 ≥ sup(10𝑎; 5𝑐𝑚) → 𝑏𝑚𝑖𝑛 = 5𝑐𝑚

II.3 Vérification gousset soumis à l’effort normal (traction) :

𝑁 ≤ 𝑁𝑝 = 𝐴𝑔 × 𝑓𝑦 /𝛾𝑀0
𝑏 𝑔 𝑦 𝑒 .𝑏.𝑓 𝑁.𝑐𝑜𝑠𝛼.𝛾𝑀0
Avec 𝐴𝑔 = 𝑒𝑔 𝑐𝑜𝑠𝛼 → 𝑁 ≤ 𝑐𝑜𝑠𝛼.𝛾 →𝑏≥ 𝑒𝑔 .𝑓𝑢
𝑀0

15016.41.cos(8.53).1
→𝑏≥ 3600..0.8
= 5.16 𝑐𝑚
𝑏 = 6 𝑐𝑚 𝑙𝑜𝑛𝑔𝑢𝑒𝑢𝑟 𝑑𝑒 𝑠𝑜𝑢𝑑𝑢𝑟𝑒
On prend {
𝑎 = 4𝑚𝑚 é𝑝𝑎𝑖𝑠𝑠𝑒𝑢𝑟 𝑑𝑒 𝑠𝑜𝑢𝑑𝑢𝑟𝑒

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 89


Projet de fin d’études 2018-2019

III. Assemblage type 2 membrure supérieur-diagonales

Figure 66: schéma d’assemblage type2


𝑁𝑖 = sup(|𝑁𝑡𝑚𝑎𝑥 |, 𝑁𝑐𝑚𝑎𝑥 )
𝑁11 ×√3
On a des cordons latéraux → on vérifie que 𝐴𝑐1 = 2𝑎𝑙𝑐1 ≥ 𝑓𝑢

𝑁1 ×𝑉2
Avec 𝑁11 = 𝑉1 +𝑉2
= 0.72𝑁1

𝑁1 = 786.47[daN]

𝑁2 = 1442.69[𝑑𝑎𝑁]

0.72𝑁1 √3
𝐴𝑐1 = 2𝑎𝑙𝑐1 ≥ → 𝑙𝑐1 ≥ 0.34𝑐𝑚
𝑓𝑢

De même on a 𝑙𝑐2 ≥ 0.62𝑐𝑚

𝑙𝑐𝑚𝑖𝑛 ≥ sup(10𝑎, 5𝑐𝑚) = 5𝑐𝑚 → 𝑙𝑐1 = 𝑙𝑐2 = 5𝑐𝑚

III.1 Calcul de la résultante des efforts R

Figure 67 :Résultante des efforts

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 90


Projet de fin d’études 2018-2019

𝑁1 = 786.47daN

𝑁2 = 1442.69𝑑𝑎𝑁

𝑅 = √𝑁12 + 𝑁22 = √786.47² + 1442.69² = 1643.13 𝑑𝑎𝑁

III.2 Vérification des soudures gousset-membrure supérieure

Figure 68 :Effort appliqué sur les soudures

α = 8.53 𝑅√3 − 𝑠𝑖𝑛²𝛼


{R = 1643.13[daN] → 𝑏 ≥
Ac = 4ab 4𝑎𝑓𝑢

1643.13√3 − 𝑠𝑖𝑛2 8.53


𝑏≥ = 0.49𝑐𝑚
4 × 0.4 × 3600
Or 𝑏 ≥ sup(10𝑎, 5𝑐𝑚), 𝑑𝑜𝑛𝑐 𝑏 = 5𝑐𝑚

III.3 Vérification gousset à la traction

𝑒𝑔 × 𝑓𝑦 × 𝑐𝑜𝑠𝛼 × 𝑏
𝑁 < 𝑁𝑝 =
𝛾𝑀0
𝑐𝑜𝑠𝛼 = 1
Or R = N = 1643.13 daN et on prend le cas le plus défavorable où {
𝛼 = 𝑘𝜋
𝑅 × 𝛾𝑀0
→𝑏≥
𝑒𝑔 × 𝑓𝑦
𝑏 = 0.57𝑐𝑚 → 𝑜𝑛 𝑝𝑟𝑒𝑛𝑑 𝑏 = 5𝑐𝑚

III.4 Vérification du gousset

Figure 69 :Diagrammes des contraintes

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 91


Projet de fin d’études 2018-2019

Il faut vérifier que :


𝑓𝑦
𝑅 ≤ 𝑉𝑝 = 0.58 × 𝐴𝑣 (𝑔) ×
𝛾𝑀0
Pour R = Vp = 1643.13 daN
On a Av (g) = 1.2 cm²
2
𝐴𝑣 (𝑔): 𝑎𝑖𝑟 𝑐𝑖𝑠𝑎𝑖𝑙𝑙é𝑒 𝑑𝑒 𝑔𝑜𝑢𝑠𝑠𝑒𝑡; 𝐴𝑣 (𝑔) = × 𝑏𝑔 × 𝑒𝑔
3
bg = 4.52 cm
On prend bg = 10cm
Donc Ag = 5.34 cm²
2350
𝑉𝑝 = 0.58 × 5.34 × 1
= 7278.42 𝑑𝑎𝑁

→ 𝑅 = 1643.13 𝑑𝑎𝑁 ≤ 𝑉𝑝
𝑓𝑦
𝑀 ≤ 𝑀𝑒 = 𝑊𝑒 ×
𝛾𝑀0
𝐼𝑔
𝑊𝑒 =
𝑉𝑔

𝑒𝑔 × 𝑏𝑔 3 𝑏𝑔
𝐼𝑔 = = 66.67 𝑐𝑚4 𝑒𝑡 𝑉𝑔 = = 5 𝑐𝑚
12 2
66.67
Donc 𝑊𝑒 = 5
= 13.33 𝑐𝑚3

Alors 𝑀𝑒 = 31325.5 𝑑𝑎𝑁. 𝑐𝑚


𝑀 = 𝑅 × 𝑉2 = 1643.13 × 5.74 = 9431.56 𝑑𝑎𝑁. 𝑐𝑚
→ 𝑀 < 𝑀𝑒
→ 𝑉è𝑟𝑖𝑓𝑖é𝑒

IV. Assemblage ferme poteau

IV.1 Assemblage au niveau de la membrure supérieure

Figure 70 :Schéma de l’assemblage ferme poteau au niveau de la membrure supérieure

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 92


Projet de fin d’études 2018-2019

IV.1.1 Calcul des longueurs des soudures

Elément Section N daN V1cm V2cm F daN tmin mm A mm lc cm

M_sup DCED 6991,3 2.26 5.74 5016.2 8 6 2.01


80x8x8
Diagonal DCED 11280,1 1.4 3.6 8121.7 5 3 6.51
50x5x8

On prend lc1 = lcmin = 6 cm et lc2 = 6.5 cm


On applique la soudure sur toute hauteur sur toute la hauteur du gousset lc3 = hg = 21 cm

IV.1.2 Calcul des efforts N et T

Figure 71 :Détermination de N et T

𝑁 = ‖𝑁𝑑𝑖𝑎𝑔 ‖ × cos(23) − ‖𝑁𝑚_𝑠𝑢𝑝 ‖ × cos(8.53)

𝑁 = 3469.42[𝑑𝑎𝑁]

𝑇 = ‖𝑁𝑚_𝑠𝑢𝑝 ‖ × sin(8.53) + ‖𝑁𝑑𝑖𝑎𝑔 ‖ × sin(23)

𝑇 = 5444.49[𝑑𝑎𝑁]

IV.1.3 Vérifications des soudures gousset-platine

Figure 72 :Détermination de N et T

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 93


Projet de fin d’études 2018-2019

On a deux cordons externes et adjacents et apparaissent sur le gousset


En transmettant R au centre des soudures, on aura deux sollicitations :
Un cisaillement T, un effort normal N et un moment 𝑀 = 𝑇. 𝑑 + 𝑁. 𝑏
𝑀 = 83769.9 daN. cm

Figure 73 :Les diagrammes des contraintes

On a deux sections critiques à vérifier : la section d’abscisse 1-1 et la section d’abscisse 2-2 :
𝑓𝑢
√𝜎 2 + 3(𝜏𝑢2 + 𝜏ʴ2 ) ≤
𝛽𝑤 × 𝛾𝑀𝑤
𝐼𝑠
𝑊𝑠 =
(𝑏𝑔 /2)

𝑏𝑔 3 213
Avec 𝐼𝑠 = 𝑎 12
= 0.6 × 12
= 463.05 𝑐𝑚3

𝐼𝑠
𝑊𝑠 = = 44.1𝑐𝑚3
(𝑏𝑔 /2)

 Section d’abscisse 1-1

𝑁 √2 𝑀 √2 3469.42 × √2 83769.9 × √2
𝜎 = 𝜏ʴ = + = + = 1440.53 𝑑𝑎𝑁/𝑐𝑚2
𝐴𝑐 2 𝑊𝑠 2 2 × 0.6 × 21 × 2 44.1 × 2

𝜏11 = 0

(𝑆235 → 𝛾𝑀𝑤 × 𝛽𝑤 = 1)

2
√𝜎² + 3(𝜏11 + 𝜏ʴ2 ) = 2 × 𝜎 = 2 × 1440.53 = 2881.1[𝑑𝑎𝑁/𝑐𝑚2 ] < 𝑓𝑢 = 3600 𝑑𝑎𝑁/𝑐𝑚2

 Section d’abscisse 2-2

𝑁 √2 3469.42 × √2
𝜎 = 𝜏ʴ = = = 97.35 𝑑𝑎𝑁/𝑐𝑚²
𝐴𝑐 2 2 × 0.6 × 21 × 2

𝑇 5444.49
𝜏11 = = = 216.05 𝑑𝑎𝑁/𝑐𝑚²
2 × 𝑎 × 𝑙𝑐 2 × 0.6 × 21

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 94


Projet de fin d’études 2018-2019

2
√𝜎² + 3(𝜏11 + 𝜏ʴ2 ) = √97.35² + 3(216.05² + 97.35²) = 421.8 𝑑𝑎𝑁/𝑐𝑚² < 𝑓𝑢 3600 𝑑𝑎𝑁/𝑐𝑚²

→ 𝑉è𝑟𝑖𝑓𝑖é

𝑓𝑦
𝑀 ≤ 𝑀𝑒 = 𝑊𝑒 ×
𝛾𝑀0

𝐼𝑔 = 617.4𝑐𝑚4 , 𝑉𝑔 = 10.5𝑐𝑚 → 𝑊𝑒 = 58.8𝑐𝑚3

𝑀 = 83769.9 [daN. cm ] ≤ 𝑀𝑒 = 138180[daN. cm]


→ 𝑉è𝑟𝑖𝑓𝑖é

On a{𝑁 = 3469.42 𝑑𝑎𝑁


𝑇 = 5444.49 𝑑𝑎𝑁

Soit 4 boulons M16 de classe 6.8

Figure 74 :Disposition des boulons

𝑑 = 𝑑0 + 2 = 18𝑚𝑚

ℎ𝑝𝑙𝑎𝑡𝑖𝑛𝑒 = ℎ𝑔 = 150𝑚𝑚

1.2 × 𝑑0 ≤ 𝑒1, 𝑒2 ≤ min(12 × 𝑡𝑝 , 150𝑚𝑚)


21.6𝑚𝑚 ≤ 𝑒1, 𝑒2 ≤ 150𝑚𝑚
→ 𝑠𝑜𝑖𝑒𝑛𝑡 ∶
𝑒1 = 30𝑚𝑚
𝑒2 = 30𝑚𝑚
Les conditions de pince :
2.2 × 𝑑0 ≤ 𝑝1, 𝑝2 ≤ min(14 × 𝑡𝑝 , 150𝑚𝑚)
39.6𝑚𝑚 ≤ 𝑝1, 𝑝2 ≤ 150𝑚𝑚
→ 𝑠𝑜𝑖𝑒𝑛𝑡 ∶
𝑝1 = 100 𝑚𝑚
{ 𝑝2 = 90 𝑚𝑚

Soit une platine 21x15x1.5cm3

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 95


Projet de fin d’études 2018-2019

 Effort sur chaque boulon de la rangé supérieure :


𝑇 5444.49
𝑇1 = = = 1361.12 𝑑𝑎𝑁
𝑛 4
𝑁 𝑀 3469.42 83769.9
𝑁1 = + 0.5 = + 0.5 = 3659.68 𝑑𝑎𝑁
𝑛 ℎ 4 15
On a un assemblage par boulon ordinaire soumis à N et T, il faut vérifier que

 Pour boulons :
𝐴𝑠 1.57
𝑁1 ≤ 𝐹𝑇 𝐹𝑇 = 0.9 × 𝑓𝑏𝑢 ×
= 0.9 × 6000 × = 5652 𝑑𝑎𝑁
𝛾𝑀𝑏 1.5
{𝑇1 𝑁1 𝑎𝑣𝑒𝑐
+ ≤1 𝐴𝑠 1.57
𝐹𝑣 1.4 × 𝐹𝑇 𝐹 = 0.5 × 𝑓𝑏𝑢 × = 0.5 × 6000 × = 3768 𝑑𝑎𝑁
{ 𝑣 𝛾𝑀𝑏 1.5

𝑁1 = 3659.68 𝑑𝑎𝑁 ≤ 𝐹𝑇 = 5652 𝑑𝑎𝑁


{ 1361.12 3659.68
+ = 0.82 < 1
3768 1.4 × 5652
→ 𝑉è𝑟𝑖𝑓𝑖é

 Pour les pièces :

𝑇 ≤ 𝑛 × 𝑚 × 𝐹𝑏
1
𝐹𝑏 = 2.5 × 𝛼 × 𝑓𝑢 × 𝑑 × 𝑡 ×
𝛾𝑀𝑏
𝑒1 𝑃1 1 𝑓𝑢𝑏
𝛼 = min( , − , , 1)
{ 3𝑑0 3𝑑0 4 𝑓𝑢
𝑡: é𝑝𝑎𝑖𝑠𝑠𝑒𝑢𝑟 𝑚𝑖𝑛𝑖𝑚𝑎𝑙𝑒 𝑑𝑒𝑠 𝑝𝑖è𝑐𝑒𝑠 𝑎𝑠𝑠𝑒𝑚𝑏𝑙é𝑒𝑠
30 100 1 600
𝛼 = min ( , − , , 1) = min(0.55, 1.65, 2.55, 1) = 0.55
3 × 18 3 × 18 4 235
1
𝑛 × 𝑚 × 𝐹𝑏 = 4 × 1 × 2.5 × 0.55 × 3600 × 1.6 × 1.5 × = 38016 𝑑𝑎𝑁
1.25
𝑇 = 5444.49 ≤ 𝑛 × 𝑚 × 𝐹𝑏 = 38016 𝑑𝑎𝑁
D’où l’assemblage avec les boulons M16 de classe 6.8 est bien vérifié

IV.1.4 Vérification de la platine

On doit vérifier que :

𝑁 × 𝑃2
𝑡𝑝 ≥ √ 𝑎𝑣𝑒𝑐 𝑙𝑒𝑓𝑓 : 𝑙𝑜𝑛𝑔𝑢𝑒𝑢𝑟 𝑒𝑓𝑓𝑖𝑐𝑎𝑐𝑒 𝑑𝑒 𝑙𝑎 1è𝑟𝑒 𝑟𝑎𝑛𝑔é𝑒
𝑓𝑦 × 𝑙𝑒𝑓𝑓

La valeur de leff dépend du mode de rupture :


 Mode 1 : 𝑙𝑒𝑓𝑓.1 = 0.5 × 𝑃1 + 𝑒1 = 80 𝑚𝑚 (𝑏𝑜𝑢𝑙𝑜𝑛𝑠 𝑒𝑥𝑡𝑟ê𝑚𝑒𝑠)
𝑃2 𝑒𝑔
 Mode 2 : 𝑙𝑒𝑓𝑓.2 = 4 × 𝑚 + 1.25 + 𝑒2 𝑜𝑟 𝑚 = 2
− 2
= 37.5 𝑚𝑚

𝑙𝑒𝑓𝑓.2 = 181.25 𝑚𝑚

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 96


Projet de fin d’études 2018-2019

 Mode 3 : 𝑙𝑒𝑓𝑓.3 = 2 × 𝑚 × 𝜋 = 235.5 𝑚𝑚


𝑚𝑖𝑛
𝑙𝑒𝑓𝑓 = 𝑙𝑒𝑓𝑓 = 80 𝑚𝑚

3469.42 × 9
𝑡𝑝 ≥ √ = 1.28 𝑐𝑚
2350 × 8

D’où le choix de tp=1.5cm est bien vérifié

IV. Assemblage au niveau de la membrure inferieur

Figure 75 :Schéma de l’assemblage type 3

IV.1 Calcul de longueur de soudure lc4 et lc5

N[daN] Section V1[cm] V2[cm] F[daN] tmin[mm] a[mm] Lc4[cm]


3444.43 DCED 90x9x8 2.54 6.46 2472.33 8 6 6

On applique la soudure sur toute la hauteur du gousset ; lc5 = hg = 15cm

IV.2 Les efforts N, T, et M

Figure 76 :Les efforts appliqués sur la soudure

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 97


Projet de fin d’études 2018-2019

𝑁 = ‖𝑁𝑚𝑒𝑚_𝑖𝑛𝑓 ‖ × cos(0) = 3444.43 𝑁 = 3444.43[𝑑𝑎𝑁]

𝑇 = ‖𝑁𝑚𝑒𝑚_𝑖𝑛𝑓 ‖ × sin(0) 𝑇=0

𝑀 = 𝑁 × 𝑏 = 17222 [𝑑𝑎𝑁. 𝑐𝑚] 𝑎𝑣𝑒𝑐 𝑏 = 𝑏𝑚𝑖𝑛 = 5𝑐𝑚

IV.3 Vérification de soudure

On a deux sections critiques à vérifier : la section 1-1 et la section 2-2 :

2
𝑓𝑢
√𝜎² + 3(𝜏11 + 𝜏⊥ ²) ≤
𝛽𝑤 × 𝛾𝑀0

 Section d’abscisse 1-1 :


on a 𝜔𝑠 = 45 𝑐𝑚3
𝜏⊥ = 405.92𝑑𝑎𝑁. 𝑐𝑚−2
𝜏11 = 0

2
√𝜎² + 3(𝜏11 + 𝜏⊥ ²) = 810 𝑑𝑎𝑁. 𝑐𝑚−2 ≤ 𝑓𝑢 = 3600 𝑑𝑎𝑁. 𝑐𝑚−2

« Vérifié »
 Section d’abscisse 2-2 :
σ = 𝜏⊥ = 135.31 𝑑𝑎𝑁. 𝑐𝑚−2
𝜏11 = 0

2
√𝜎² + 3(𝜏11 + 𝜏⊥ ²) = 270.62 𝑑𝑎𝑁. 𝑐𝑚−2 ≤ 𝑓𝑢 = 3600 𝑑𝑎𝑁. 𝑐𝑚−2

IV.4 Vérification du gousset (section a-a)

Il faut vérifier que :

𝑇 = 0 ≤ 𝑉𝑝 = 10904 𝑑𝑎𝑁

« Vérifié »

𝑀 = 17222𝑑𝑎𝑁. 𝑐𝑚 < 𝑀𝑒 = 70500 𝑑𝑎𝑁. 𝑐𝑚

« Vérifié »

IV.5 Vérification des boulons d’assemblage platine-poteau

Soit une platine 10x10x2 cm, encastrée par 4 boulons ordinaire M14 de classe 4.8

𝑑 = 𝑑0 + 1 = 15𝑚𝑚

ℎ𝑝𝑙𝑎𝑡𝑖𝑛𝑒 = ℎ𝑔 = 150𝑚𝑚

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 98


Projet de fin d’études 2018-2019

N[daN] T[daN] M[daN.cm] e1[mm] p1[mm] e2[mm] p2[mm] h[cm] N1[daN] T1


[daN]
3444.43 0 17222 23 100 25 100 9 1817.88 0

Figure 77 :Disposition des boulons

On a un assemblage par boulons ordinaire soumis à N et T, il faut vérifier que :

 Pour les boulons


𝑁1 = 1817.88 𝑑𝑎𝑁 ≤ 𝐹𝑇 = 2760 𝑑𝑎𝑁
{ 𝑇1 𝑁1 → "𝑣é𝑟𝑖𝑓𝑖é"
+ = 0.47 < 1
𝐹𝑣 1.4 × 𝐹𝑇

D’où l’assemblage avec les boulons M14 de classe 4.8 est bien vérifié

IV.6 Vérification de la platine

On doit vérifier :

𝑁 × 𝑝2
𝑡𝑝 ≤ √ 𝑎𝑣𝑒𝑐 𝑙𝑒𝑓𝑓 : 𝑙𝑜𝑛𝑔𝑢𝑒𝑢𝑟 𝑒𝑓𝑓𝑖𝑐𝑎𝑐𝑒 𝑑𝑒 𝑙𝑎 1è𝑟𝑒 𝑟𝑎𝑛𝑔𝑒𝑟
𝑓𝑦 × 𝑙𝑒𝑓𝑓

𝑚𝑖𝑛
𝑙𝑒𝑓𝑓 = 𝑙𝑒𝑓𝑓 = 75𝑚𝑚

3444.43 × 10
𝑡𝑝 ≤ √ = 1.39𝑐𝑚
2350 × 7.5

D’où le choix de tp=2 cm est bien vérifié

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 99


Projet de fin d’études 2018-2019

Chapitre X: pieds de poteau

I. Introduction

Les pieds de poteaux constituent la zone de transition entre l’ossature métallique et les
Fondations en béton armé, ils sont admis soit articulés, soit encastrés. Les pieds de poteaux sont
constitués d’une plaque d’assise (la platine) soudée au poteau et des types d’ancrage noyées
dans le béton.
Plaque d’assise : La plaque d’assise s’agit d’assurer la répartition des efforts de compression
du poteau sur un air d’appuis à condition que la pression de contacte ne dépasse pas la résistance
de calcul de la liaison.
Plaque d’assise : Elles peuvent être droites mais elles sont en général recourbées à leur
extrémité, ce qui permet de reprendre un effort de traction plus important et de bloquer la tige
et donc l’ensemble de la charpente lors du montage de la structure.
Une bêche d’ancrage : Lorsque la résistance au cisaillement des tiges d’ancrage est
insuffisante pour transmettre l’effort tranchant de calcul, l’équilibre de l’effort tranchant doit
être assuré par une bêche noyée dans le béton qui exerce directement une pression latérale sur
celui-ci.

Figure 78 :Figure schéma d’assemblage

Les poteaux des portiques doivent être conçus et dimensionnés pour résister à :
L’effort de compression N, l’effort de traction dû aux forces de soulèvement au vent et aux
moments fléchissant sous la combinaison : 1.35G + 1.5W(4)

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 100


Projet de fin d’études 2018-2019

II. Calcul des dimensions de la plaque d’assise

 Calcul de la largeur B et la longueur L


On se fixe B = bc + 2x0.5 avec bc : la largeur de la semelle du poteau
B = 18 + 2x0.5 = 19 cm
La longueur L de la platine est choisie de telle façon qu’on respecte les dispositions
constructives relatives au positionnement des boulons et satisfaire la condition du non
écrasement du béton de fondation suivante :
𝜎𝑚𝑎𝑥 ≤ ̅̅̅̅
𝜎𝑏𝑐 = 𝑘 × 𝑓𝑏𝑢
𝑘: 𝑐𝑜𝑒𝑓𝑓𝑖𝑐𝑖𝑒𝑛𝑡 𝑑𝑒 𝑝𝑟𝑒𝑠𝑠𝑖𝑜𝑛 𝑙𝑜𝑐𝑎𝑙𝑖𝑠é (𝑘 = 1.5)
0.85 × 𝑓𝑐28
𝑓𝑏𝑢 = (𝑓𝑐28 = 30𝑀𝑃𝑎)
1.5
𝜎𝑚𝑞𝑥 ≤ 25.5 𝑀𝑃𝑎

Figure 79 :Contrainte maximale

La valeur de 𝜎𝑚𝑞𝑥 est donné par :


𝑁 𝑀 𝑁 6𝑀
𝜎𝑚𝑎𝑥 = + = +
𝐴 𝑊 𝐵𝐿 𝐵𝐿²
2
𝑁 𝑁 6×𝑀
𝐷𝑜𝑛𝑐 𝐿 ≥ + √( ) +
2 × 𝐵 × 𝜎𝑏𝑐 2 × 𝐵 × 𝜎𝑏𝑐 𝐵 × 𝜎𝑏𝑐

M et N sont les valeurs du moment fléchissant de l’effort normal de compression pour


le cas de sollicitation maximale :

𝑀 = 6473,87 daN. m
𝐶𝑜𝑚𝑏𝑖𝑛𝑎𝑖𝑠𝑜𝑛 ∶ 1.35𝐺 + 1.5𝑊(4) : {
𝑁 = 261,92 daN

2
261.92 261.92 6 × 6473.87
𝐿≥ + √( ) + = 2.86 𝑐𝑚
2 × 19 × 255 2 × 19 × 255 19 × 255

Soit la longueur du raidisseur Lraidisseur =10 cm

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 101


Projet de fin d’études 2018-2019

𝐿𝑚𝑖𝑛 = ℎ(𝐻𝐸𝐴180) + 2 × 𝐿𝑟𝑎𝑖𝑑𝑖𝑠𝑠𝑒𝑢𝑟 = 17.1 + 2 × 10 = 37.1𝑐𝑚


→ 𝐿 = 40 𝑐𝑚

III. Détermination du moment de flexion maximal sollicitant la plaque d’assise

Pour augmenter la résistance de la plaque vis-à-vis les moments et par la suite réduire son
épaisseur.
On ajoute des raidisseurs. On utilise la théorie des plaques pour chercher le moment de
flexion maximal dans les différentes zones de la plaque comme le présente la figure suivante :

Figure 80 :Différentes zones de la plaque Figure 81 : Diagramme de contrainte

 Zone 1 :
Cette zone est modélisée par une plaque encastrée de deux bords dont les dimensions sont
𝐵−𝑒
𝑎 = 𝐿𝑟 𝑒𝑡 𝑏 = 𝑎𝑣𝑒𝑐 𝑒: é𝑝𝑎𝑖𝑠𝑠𝑒𝑢𝑟 𝑑𝑢 𝑟𝑎𝑖𝑑𝑖𝑠𝑠𝑒𝑢𝑟 = 20𝑚𝑚
2
19 − 2
𝑏= = 8.5 𝑐𝑚
2
La valeur maximale de la contrainte est déterminée à partir de la formule suivante :

1
𝑎2 × 𝑏 2
𝑀𝑚𝑎𝑥 = 𝑀𝑥−𝑥 ′ = 1.5 × 𝜎𝑏1 ×
6(𝑎2 + 𝑏 2 )
𝑁 6𝑀
𝑎𝑣𝑒𝑐 𝜎𝑏1 = 𝜎𝑚𝑎𝑥 = + = 1.62 𝑑𝑎𝑁. 𝑐𝑚−2
𝐵𝐿 𝐵𝐿²
1
10² × 8.5²
𝑀𝑚𝑎𝑥 = 𝑀𝑥−𝑥 ′ = 1.5 × 1.62 × 17 𝑑𝑎𝑁. 𝑐𝑚/𝑐𝑚
6(102 + 8.5²)
 Zone 2 :
Cette zone est dans le cas d’une plaque encastré à trois bords dont les dimensions sont
𝑎 = (ℎ − 2𝑡𝑝 ) = 17.1 − 2 × 2 = 13.1𝑐𝑚
𝑏 = 8.5 𝑐𝑚

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 102


Projet de fin d’études 2018-2019

𝑏 8.5 𝑘(𝑏/𝑎) = 0.06


= = 0.65 > 0.5 → {
𝑎 13.1 𝑀²𝑚𝑎𝑥 = 𝑘𝜎𝑏2 𝑎²
𝑁 6𝑀 261.92 6 × 6473.87
𝜎𝑚𝑖𝑛 = − 2= − = −0.93 𝑑𝑎𝑁. 𝑐𝑚−2
𝐵𝐿 𝐵𝐿 19 × 40 19 × 402
𝑥−𝑦
𝜎𝑏2 = × 𝜎𝑏1 ; 𝑦 = 𝐿𝑟 + 𝑡𝑝 = 10 + 2 = 12𝑐𝑚
𝑥
𝜎𝑚𝑎𝑥 1.62
𝑥= ×𝐿 = × 40 = 25.41𝑐𝑚
𝜎𝑚𝑎𝑥 + 𝜎𝑚𝑖𝑛 1.62 + 0.93
𝜎𝑏2 = 0.85 𝑑𝑎𝑁. 𝑐𝑚−2
𝑀²𝑚𝑎𝑥 = 0.06 × 0.85 × 13.1² = 8.75 𝑑𝑎𝑁. 𝑐𝑚/𝑐

IV. Epaisseur de la plaque d’assise ep


1
6×𝑀𝑚𝑎𝑥 𝑀𝑚𝑎𝑥 = 𝑀𝑚𝑎𝑥 = 17 𝑑𝑎𝑁. 𝑐𝑚/𝑐𝑚
Donc 𝑒𝑝 ≥ √ 𝑎𝑣𝑒𝑐 {
𝜎𝑒 𝜎𝑒 = 235 𝑀𝑃𝑎
𝑒𝑝 ≥ 0.21 𝑐𝑚
On prend 𝑒𝑝 = 2𝑐𝑚

V. Calcul des boulons d’ancrages

Les dimensions de la tige d’ancrage sont calculées en équilibrant les efforts appliqués : Le
diamètre est calculé par la formule des boulons.
La longueur de scellement est calculée par les formules de BAEL.
F représente la traction maximale dans la tige d’ancrage.

Figure 82 :Disposition des tiges Figure 83 :Effort dans la tige

Soit une rangée à droite du centre du poteau et une rangée à gauche, dans chaque rangée
on a deux tiges d’ancrage alors l’effort F dû à M et N (effort de traction donné par la
combinaison 1.35G+1.5W(4)) dans chaque tige est égale à :
𝑀 𝑁
𝐹 = 0.5 × +
ℎ 𝑛1

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 103


Projet de fin d’études 2018-2019

6473.87 261.92
𝐹 = 0.5 × + = 12009.9 𝑑𝑎𝑁
0.271 4
n1 : nombre des tiges d’ancrage
h : la distance entre les tiges d’ancrage suivant l’axe z-z
h= hHEA180 + 5x2 =17.1 + 10 = 27.1cm
 Calcul du diamètre des tiges d’ancrage
En utilisant des boulons ordinaires de classe 6.8, il faut vérifier la condition de résistance du
boulon à la traction :
𝐴𝑠
𝐹𝑡𝑖𝑔𝑒 ≤ 𝐹𝑇 = 0.9 × 𝑓𝑢𝑏 × 𝑎𝑣𝑒𝑐 𝛾𝑀𝑏 = 1.5
𝛾𝑀𝑏
𝐹 × 𝛾𝑀𝑏 12009.9 × 1.5
𝐴𝑠𝑡𝑖𝑔𝑒 ≥ = = 3.34 𝑐𝑚²
0.9 × 𝑓𝑢𝑏 0.9 × 6000
On opte alors pour 4 boulons M24 avec As = 14.12 cm²
 Longueur de scellement
Ancrer une barre, soumise à un effort de traction F, c’est assurer la transmission intégrale de
cet effort béton par adhérence.
Selon les règlements du BAEL, la force de traction maximale dans une barre de diamètre
φ et de longueur L est donnée par la relation suivante :

Figure 84 :longueur de scellement

𝐹𝑙/𝑏 = 𝜋 × ∅ × 𝜏̅𝑠 × (𝐿 × 26.2 × ∅)


𝐴𝑣𝑒𝑐 𝜏̅𝑠 = 0.6 × 𝛹𝑠 ² × 𝑓𝑐28 = 1.44 𝑀𝑃𝑎 ( 𝑝𝑜𝑢𝑟 𝑢𝑛 𝑟𝑜𝑛𝑑 𝑙𝑖𝑠𝑠𝑒 𝛹𝑠 = 1)
𝐹𝑙
𝑏 12009.9
𝑙= − 26.2 × ∅ = − 26.2 × 2.4 = 47.73 𝑐𝑚
𝜋 × ∅ × 𝜏̅𝑠 𝜋 × 2.4 × 14.4
𝐿𝑚𝑖𝑛 ≥ 20 × ∅ = 20 × 2.4 = 48 cm
𝑆𝑜𝑖𝑡 𝐿 = 50 𝑐𝑚
𝑟 = 3 × ∅ = 3 × 24 = 72𝑚𝑚
𝐿2 = 2 × ∅ = 2 × 48mm

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 104


Projet de fin d’études 2018-2019

 Nécessite de la bêche
Lorsque le poteau est soumis à une compression concomitante suffisante, les efforts
tranchants peuvent être directement transmis par frottement entre la platine et le béton : on
adopte en principe pour ce calcul un coefficient de frottement égal à 0,3. Lorsque cette
justification ne peut être apportée, l’équilibre de l’effort tranchant doit être assuré par une bêche
noyée dans le béton qui exerce directement une pression latérale sur le béton.
𝑇 = 3066.78 𝑑𝑎𝑁 > 0.3 × 𝑁 = 78.58 𝑑𝑎𝑁
Alors Il est nécessaire d’utiliser la bêche pour équilibrer le pied de poteau

 Dimensionnement de la bêche

Figure 85 :schéma de la bêche

Le profilé d’une bêche est HEA, pour déterminer les dimension lb et bb il suffit de vérifier
la condition suivante :
𝑇 ≤ 0.5 × 𝑙𝑏 × 𝑏𝑏
𝑜𝑛 𝑠𝑒 𝑓𝑖𝑥𝑒 à 𝑙𝑏 = 10 𝑐𝑚 𝑒𝑡 𝑠𝑜𝑖𝑡 𝜎0 = 𝜎
̅̅̅̅
𝑏𝑐 = 25.5𝑀𝑃𝑎
3066.78
𝑏𝑏 ≥ = 2.4𝑐𝑚 𝑠𝑜𝑖𝑡 𝑯𝑬𝑨𝟏𝟎𝟎
0.5 × 25.5 × 0.1

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 105


Projet de fin d’études 2018-2019

Chapitre XI : fondation

I. Introduction

Pour cette construction les semelles sont isolées transmettent les charges de la
superstructure au sol, ces charges sont les efforts de compressions N et de moments au niveau
de pied de poteau.
La valeur de la contrainte admissible du sol est fournie par le rapport géotechnique
𝜎 = 4 𝑏𝑎𝑟𝑠 pour niveau d’assise à 1.5m. On a choisi une fissuration préjudiciable et un
̅̅̅
enrobage de 2.5 cm.
Acier HA 𝑓𝑒 = 400𝑀𝑃𝑎
Acier RL 𝑓𝑒 = 235𝑀𝑃𝑎
𝑓𝑐28 = 30𝑀𝑃𝑎
0.85 × 30
fbu = = 17MPa
1.5
ft28 = 0.6 + 0.06 ×= 2.4MPa
𝜎𝐺𝐵 = 0.6𝑀𝑃𝑎
𝜎𝑠𝑜𝑙 = 0.4𝑀𝑃𝑎
𝑓𝑒
𝑓𝑠𝑢 = = 347.82𝑀𝑃𝑎
𝛾𝑠
Fissuration préjudiciable en infrastructure (FP)

II. Dimensionnement de la semelle

Cette semelle est sous un seul poteau, elle est soumise à ces sollicitations :
Tableau 35 :tableau des sollicitations

𝑁𝑠 = 6527,47 𝑑𝑎𝑁
𝑁𝑢 = 9284,70 𝑑𝑎𝑁
𝐴 𝑙’𝐸𝐿𝑆 {𝑀𝑠 = −4238,22 𝑑𝑎𝑁. 𝑚
𝐴 𝑙’𝐸𝐿𝑈 {𝑀𝑢 = −6382,40 𝑑𝑎𝑁. 𝑚
𝑉𝑠 = 2021,79 𝑑𝑎𝑁
𝑉𝑢 = 3037,24 𝑑𝑎𝑁

Semelle rectangulaire de dimensions (AxB)

III. Pré-dimensionnement de la semelle


𝐴 𝑎
On choisit les dimensions de la semelle pour qu’elle soit homothétique 𝐵 = 𝑏

La plaque d’assise est reposée sur un fût de dimension a = 0.4 m ; b = 0.6 m et hf = 1 m


Poids propre de fût 𝑃𝑝 = 𝛾𝑏é𝑡𝑜𝑛 × (𝑎 × 𝑏 × ℎ𝑓 ) = 2500 × 0.4 × 0.6 × 1 = 600 𝑑𝑎𝑁
 Calcul de l’excentricité :
𝑀𝑠𝑒𝑟 + 𝑉𝑠𝑒𝑟 × ℎ𝑓 4238.22 + 2021.79 × 1
𝑒0 = = = 0.88𝑚
𝑁𝑠𝑒𝑟 + 𝑃𝑝 6527.47 + 600

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 106


Projet de fin d’études 2018-2019

𝐵
𝑠𝑜𝑖𝑡 𝑒0 ≥
6
2 × 𝑁𝑠𝑒𝑟
≤ 1.33𝜎̅
𝐵
3 × 𝐴 × ( 2 − 𝑒0 )

Avec : A et B Dimensions de la semelle (𝐴 = 0.7 × 𝐵).


e0 = 0.88 m.
𝜎̅ ∶ Contrainte admissible de la surface d’assise = 4 bars.
→ 𝐵 ≥ 1.53 𝑚 Soit B = 1.55 m
→ 𝑐𝑜𝑛𝑑𝑖𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑣é𝑟𝑖𝑓𝑖é𝑒
𝐴 = 0.7 × 1.55 = 1.085 Soit A = 1.1m
𝐵−𝑏
≤ 𝑑𝑎 ≤ 𝑑𝑏 ≤ 𝐴 − 𝑎
4
1.55 − 0.6
= 0.2375𝑚 ≤ 𝑑𝑎 ≤ 𝑑𝑏 ≤ 1.1 − 0.4 = 0.7
4
𝑑 = 0.3𝑚
ℎ = 𝑑 + 𝑐 = 0.35𝑚
Les dimensions de la semelle : AxBxh = 1.1mx1.55mx0.35m
𝑃𝑝 = (𝐴 × 𝐵 × ℎ𝑠 + 𝑎 × 𝑏 × ℎ𝑓 ) × 𝜌𝑏é𝑡𝑜𝑛 = (1.1 × 1.55 × 0.35 + 0.4 × 0.6 × 1) × 2500
= 2091.87𝑑𝑎𝑁

 Vérification des contraintes :

On doit vérifier :
2 × 𝑁𝑠𝑒𝑟
≤ 1.33𝜎̅
𝐵
3 × 𝐴 × ( 2 − 𝑒0 )

𝑁𝑠𝑒𝑟 = 𝑁𝑠𝑒𝑟 + 𝑃𝑝 = 6527.47 + 2091.87 = 8619.34 𝑑𝑎𝑁


𝑀𝑠𝑒𝑟 + 𝑉𝑠𝑒𝑟 × ℎ𝑓 4238.22 + 2021.79 × 1
𝑒0𝑠 = = = 0.73𝑚
𝑁𝑠𝑒𝑟 + 𝑃𝑝 8619.34
2 × 8619.34
𝜎= = 116085.38 𝑑𝑎𝑁/𝑚² > 53200𝑑𝑎𝑁/𝑚²
1.55
3 × 1.1 × ( − 0.73)
2
→ 𝑛𝑜𝑛 𝑣é𝑟𝑖𝑓𝑖é𝑒
→ 𝑜𝑛 𝑎𝑢𝑔𝑚𝑒𝑛𝑡𝑒 𝐵 = 1.7𝑚 → 𝐴 = 1.2𝑚
𝑁𝑠𝑒𝑟 = 8912.47 𝑑𝑎𝑁
4238.22 + 2021.79 × 1
𝑒= = 0.7𝑚
8912.47
2 × 8912.47
𝜎= = 41261.43 𝑑𝑎𝑁/𝑚² > 53200𝑑𝑎𝑁/𝑚²
1.7
3 × 1.2 × ( 2 − 0.73)

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 107


Projet de fin d’études 2018-2019

→ 𝑛𝑜𝑛 𝑣é𝑟𝑖𝑓𝑖é𝑒
→ 𝑜𝑛 𝑎𝑢𝑔𝑚𝑒𝑛𝑡𝑒 𝐵 = 1.8𝑚 → 𝐴 = 1.3𝑚
𝑁𝑠𝑒𝑟 = 9174.97 𝑑𝑎𝑁
4238.22 + 2021.79 × 1
𝑒= = 0.68𝑚
9147.97

2 × 9174.97
𝜎= = 21386.87 𝑑𝑎𝑁/𝑚² < 53200𝑑𝑎𝑁/𝑚²
1.8
3 × 1.3 × ( − 0.73)
2
→ 𝑣é𝑟𝑖𝑓𝑖é𝑒

Dimension de la semelle 𝑨 × 𝑩 × 𝒉 = 𝟏. 𝟑 × 𝟏. 𝟖 × 𝟏 𝒎𝟑

IV. Calcul des armatures :

Armatures suivant B
𝑀𝑢 + 𝑉𝑢 × ℎ𝑓 6382.4 + 3037.24 × 1
𝑒0𝑢 = = = 0.73𝑚
𝑁𝑢 + 1.35 × 𝑃𝑝 9284.7 + 1.35 × 2647.5
𝐵 𝑀
On a 𝑒0𝑢 > 24 → 𝐴𝑏 = 𝑑×𝜎1
𝑠
𝐵
−0.35×𝑏 𝑁𝑢
Avec 𝑀1 = (4 × 𝐵 + 0.35 × 𝑏 − 0.9 × 𝑒0𝑢 ) × ( 2 𝐵 )×
−𝑒0𝑢 27
2

𝑀1 = 13053.72 𝑑𝑎𝑁. 𝑚
1305372
→ 𝐴𝑏 = = 12.51 𝑐𝑚²
30 × 3478.3

Armatures suivant A
𝑒0𝑢 0.73
𝑃𝑢 (1 + 3 ) × (𝐴 − 𝑎) 12858.83(1 + 3 × 1.8 ) × (1.3 − 0.4)
𝐴𝑎 = 𝐵 = = 3.18 𝑐𝑚²
8𝑑𝑎 × 𝜎𝑠 8 × 0.29 × 347.84 × 105

Remarque
La fissuration est préjudiciable → Il faut majorer la section d’armature de 10%
A = 13.76 cm2 → 7HA16 (Ab = 14.07 cm²)
→{ b
Aa = 3.5 cm2 → 8HA8 (Aa = 4.02 cm²)

 Calcul d’espacement :
𝐴 − 2 × 𝑐 − 𝜑𝑏
15𝑐𝑚 ≤ ≤ 25 𝑐𝑚
𝑛𝑏𝑟 𝑒𝑠𝑝
130 − 5 − 1.6
15𝑐𝑚 ≤ ≤ 25 𝑐𝑚 → 𝑒𝑠𝑝𝑏 = 20.6 𝑐𝑚
𝑛𝑏𝑟 𝑒𝑠𝑝
𝐵 − 2 × 𝑐 − 𝜑𝑎
15𝑐𝑚 ≤ ≤ 25 𝑐𝑚 → 𝑒𝑠𝑝𝑎 = 25 𝑐𝑚
𝑛𝑏𝑟 𝑒𝑠𝑝

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 108


Projet de fin d’études 2018-2019

 Arrêt des barres


𝑓 = 30𝑀𝑃𝑎
{ 𝑐28 → 𝐿𝑠 = 30.9∅
𝑓𝑒 𝐸400
Et par la suite on a :
𝐵
𝐿𝑠𝑏 = 30.9 × ∅ = 30.9 × 2 = 61.8𝑐𝑚 > = 45 𝑐𝑚
4
𝐴
𝐿𝑠𝑎 = 30.9 × ∅ = 30.9 × 0.8 = 24.72𝑐𝑚 < = 32.5 𝑐𝑚
4
𝐵
𝐿𝑠𝑏 > 4
→ Toutes les armatures doivent être prolongés jusqu’aux extrémités de la semelle et

comporter des ancrages courbes.


𝐴 𝐴
8
< 𝐿𝑠𝑎 < 4
→ Barres rectiligne (sans crochet)
 Vérification vis-à-vis le poinçonnement
Il s’agit de vérifier que la hauteur de la semelle est suffisante pour empêcher le phénomène
de poinçonnement de se produire, on doit vérifier l’expression suivante :
𝑁𝑢′ ≤ 0.045 × 𝜇𝑐 × ℎ × 𝑓𝑐28
Avec 𝜇𝑐 = 2(𝑎 + 𝑏) + 4ℎ périmètre du feuillet moyen
(𝑎 + 2ℎ) × (𝑏 + 2ℎ)
𝑁𝑢′ = [1 − ] × 𝑁𝑢
𝐴𝐵
𝜇𝑐 = 2 × (0.4 + 0.6) + 4 × 0.35 = 3.4𝑚
(0.4 + 0.7) × (0.6 + 0.7)
𝑁𝑢′ = [1 − ] × 12858.82 = 5291.7 𝑑𝑎𝑁
2.34
𝑁𝑢′ < 0.045 × 𝜇𝑐 × ℎ × 𝑓𝑐28 = 0.045 × 340 × 35 × 300 = 160650𝑑𝑎𝑁 → 𝑣é𝑟𝑖𝑓𝑖é𝑒

Figure 86 :Schéma de ferraillage

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 109


Projet de fin d’études 2018-2019

 Calcul des armatures du fût :


𝑎 = 0.4𝑚
Pour le fût {𝑏 = 0.6𝑚
ℎ = 1𝑚
On détermine les armatures verticales :
𝐹 × 𝛾𝑠 × 𝑐 12009.9 × 1.25 × 41.05
𝐴𝑣 ≥ = = 2.8𝑐𝑚²
𝑓𝑒 × 𝑎 4000 × 55
Avec : 𝐹 = 12009.9 𝑑𝑎𝑛𝑁
𝑓𝑒 = 400𝑀𝑃𝑎
𝑎 = 55𝑐𝑚
𝑏 = 13.95𝑐𝑚
𝑐 = 41.05𝑐𝑚

Figure 87 :conception du fût

→ 4𝐻𝐴10 ; 𝐴𝑣 = 3.14𝑐𝑚2
On détermine les armatures longitudinales résistantes à l’effort tranchant et la résultante R
due au moment.
La relation suivante doit être vérifiée :
𝐴𝑙 × 𝑓𝑒
≥ 𝜆 × 𝑅𝑢 + 𝐻𝑢
𝛾𝑠
Avec : 𝑅𝑢 ∶ 𝑅é𝑠𝑢𝑙𝑡𝑎𝑛𝑡𝑒 𝑑𝑒 𝑚𝑜𝑚𝑒𝑛𝑡 à 𝑙′𝐸𝐿𝑈
𝐻𝑢 ∶ 𝐸𝑓𝑓𝑜𝑟𝑡 𝑡𝑟𝑎𝑛𝑐ℎ𝑎𝑛𝑡 à 𝑙′𝐸𝐿𝑈
1.5−𝑡𝑔(𝜃)
𝜆 = 1+1.5×𝑡𝑔(𝜃) = 0.5 (𝜃 = 30°)

𝐴𝑙 ≥ 1.95 𝑐𝑚²
→ 4𝐻𝐴8 ; 𝐴𝑙 = 2.01𝑐𝑚2

Figure 88 :schéma de ferraillage de la fondation

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 110


Projet de fin d’études 2018-2019

Partie II : Béton armé

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 111


Projet de fin d’études 2018-2019

Chapitre I : Conception du projet

I. Introduction

La conception de l’ouvrage est la phase la plus importante dans l’étude d’une construction, elle
consiste dans le choix de la structure la plus optimale, c’est-à-dire celle qui respecte le plus, les
exigences du maitre d’ouvrage, de l’architecte et du bureau de contrôle, tout en gardant une
structure bien porteuse, facile à exécuter et moins couteuse sur le plan économique.
Aussi, le respect de ces normes qui réglementent le type de la structure étudiée est
indispensable.

II. Conception architecturale

II.1 Etapes de conception

La conception se base sur les plans d’architecte, ces plans sont donnés ou reproduits sur
AUTOCAD pour faciliter la manipulation. En général les étapes à suivre dans cette phase sont :
 Vérifier la faisabilité du projet
 S’assurer que les plans respectent les fonctions prévues pour la construction
 Respecter les normes et les règles qui régissent une telle construction
 Vérifier la conformité entre les niveaux de la structure.
 Chaîner les poteaux.
 S’assurer que les dalles et les poutres sont bien appuyées.
 Pré-dimensionner les éléments (dalles, poutres, poteaux et voiles).
 Renommer les niveaux ainsi que leurs éléments.
 Définir les dalles et indiquer leur sens de portée.
 Tracer les axes verticaux et horizontaux des poteaux et donner la cotation entre axes.
 Dessiner le plan de coffrage.

II.2 description

Nous sommes chargés d’étudier un bloc R+1 en béton armé composé :


 Un Rez de chaussée d’hauteur 3m.
 Un étage d’hauteur 2.8m avec une couverture en panneau sandwich.
Le bâtiment est considéré comme un ouvrage courant à usage administrative.
 Un cage d’escalier situé au niveau du RDC.

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 112


Projet de fin d’études 2018-2019

Figure 89 : plan d’architecture RDC Figure 90 : plan d’architecture 1er étage

II.3 Ossature de l’ouvrage

II. 3.1 Plancher

C’est une aire généralement plane destinée à séparer les niveaux, dans ce projet on va
utiliser un plancher corps
Ce type de plancher est constitué de poutrelles préfabriquées en béton armé ou bétonné
sur place et d'une table de compression en béton armé d’une épaisseur de 5 cm.
Ce type de planchers est généralement utilisé pour les raisons suivantes :
• Facilité de réalisation.
• Lorsque les portées de l’ouvrage ne sont pas importantes.
• Une économie du coût de coffrage (coffrage perdu constitué par le corps creux).
L’épaisseur d’un plancher corps creux est déterminée en respectant la condition de la
𝑙
flèche 𝑒 ≤ 22.5. Avec :

e : épaisseur totale du plancher.


L : portée maximale entre nu d’appuis.
𝑙𝑚𝑎𝑥 ≤ 4.7𝑚: 𝑃𝑙𝑎𝑛𝑐ℎ𝑒𝑟 (16 + 5)
4.7𝑚 ≤ 𝑙𝑚𝑎𝑥 ≤ 5.7𝑚: 𝑃𝑙𝑎𝑛𝑐ℎ𝑒𝑟 (19 + 6)
5.7𝑚 ≤ 𝑙𝑚𝑎𝑥 ≤ 6.5𝑚: 𝑝𝑙𝑎𝑛𝑐ℎ𝑒𝑟 (16 + 6 + 7)

II.3.2 les poteaux

 Le choix des axes des poteaux sous forme de maillage rectangulaire en adaptant des
lignes verticales et horizontales pour faciliter la mise en place des poutres.

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 113


Projet de fin d’études 2018-2019

 Pour des raisons de la mise en œuvre du coffrage on a choisi des dimensions


traditionnelles (22x22) pour tous les poteaux.
 Limiter les longues distances entre les poteaux pour éviter les retombés et les dalles de
grande épaisseur, ainsi pour gagner en poids propre et par suite en cout.
 Loger les poteaux dans les cloisons pour garder l’aspect esthétique.

II.3.3 les poutres

La hauteur d’une poutre est déterminée à partir de la condition de la flèche :


1 ℎ 1
Poutre isostatique : ≤ ≤ 10
12 𝑙
1 ℎ 1
Poutre continue : ≤ ≤ 12
14 𝑙

II.3.4 escalier

Sont des éléments non structuraux, permettant le passage d’un niveau à un autre avec
deux volées et paliers inter étage.

III. Modélisation

La conception du bâtiment était faite sur le logiciel « AutoCAD » qui est un logiciel de
modélisation très développé.
Les plans de conception des niveaux enregistrés au format DXF sont importés dans «
Arche ossature » par une « importation par couches ». Notons qu’avec ce type d’importation,
les axes sont définis sur « AutoCAD ».
Après importation, on définit les différents poteaux, poutre et dalles en respectant la
conception. Après avoir introduire les donnes et fixer les hypothèses, on applique les
chargements. Après vérification et correction des erreurs, si c’est le cas, on lance le calcul.

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 114


Projet de fin d’études 2018-2019

Figure 91: Vue en 3D de la structure

Figure 92 :plan de coffrage

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 115


Projet de fin d’études 2018-2019

Chapitre II : Caractéristiques des matériaux et hypothèses de calcul

I. Caractéristiques des matériaux

II. Béton

I.1.1. Béton pour la superstructure

 Dosage en ciment : 350 Kg/m3


 Classe du ciment : CEM1 32.5 MPa
 Etant donné le type des granulats disponibles en Tunisie et l’absence du
traitement de ces éléments, et tenant compte du manque des essais sur
éprouvettes du béton prélevé du chantier, nous avons choisi une résistance à la
compression à 28 jours :
𝑓𝑐28 = 22𝑀𝑃𝑎
 La résistance caractéristique à la traction à 28 jours :
𝑓𝑡28 = 0.6 + 0.06 × 𝑓𝑐28 = 1.92𝑀𝑃𝑎
 La résistance de calcul de béton :
fc28
𝑓𝑏𝑢 = 0.85 = 12.46𝑀𝑃𝑎
1.5
 La contrainte limite de compression du béton :
𝜎𝑏𝑐 = 0.6𝑓𝑐28 = 13.2𝑀𝑃𝑎
 Le poids volumique du béton armé :
𝛾 = 25𝑘𝑁/𝑚3
 Le coefficient partiel de sécurité pour le béton : 𝛾𝑏 = 1.5
 Le coefficient prenant en compte la durée d’application des charges :
  1 si t  24 heures

I.1.2 Béton pour l’infrastructure

 Dosage en ciment : 400 𝐾𝑔/𝑚3


 Pour l’infrastructure la probabilité de présence de sulfates dans la nappe impose
l’utilisation du ciment de haute résistance aux sulfates(HRS).
 La résistance caractéristique à la compression à 28 jours :
𝑓𝑐28 = 22𝑀𝑃𝑎

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 116


Projet de fin d’études 2018-2019

I.2 Aciers

I.2.1 Aciers destinés aux armatures longitudinales

 Le coefficient partiel de sécurité pour les aciers (on ne tiendra pas compte des
combinaisons accidentelles) :

𝛾𝑠 = 1.15
 La limite d’élasticité pour les barres haute adhérence FeE400 :
𝐹𝑒 = 400

 Le module d’élasticité :

𝐸𝑠 = 2. 105 𝑀𝑃𝑎

 Le coefficient de fissuration (aciers haute adhérence) :

𝜂 = 1.6
 Le coefficient de scellement :
𝜓𝑠 = 1.5

I.2.2 Aciers destinés aux armatures transversales

 La limite d’élasticité pour les ronds lisses FeE235 :

𝐹𝑒 = 235
 Le coefficient de sécurité des aciers
𝛾𝑠 = 1.15

 Le coefficient de fissuration (aciers rond lisse) :

𝜂=1
 Le coefficient de scellement :

𝜓𝑠 = 1
III. Hypothèses de calcul

III.1 Dimensionnement et ferraillage des éléments de la superstructure

La fissuration sera considérée peu préjudiciable.


L’enrobage des armatures sera égal à 2.5 cm.

II.2 Dimensionnement et ferraillage des éléments de l’infrastructure

La fissuration sera considérée préjudiciable.


L’enrobage des armatures sera égal à 2.5 cm.

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 117


Projet de fin d’études 2018-2019

II.3 Dimensionnement à l’ELU

Les hypothèses à considérer pour la détermination des armatures à l’ELU sont :


 Les coefficients de pondération des charges permanentes et des charges d’exploitation
sont respectivement égaux à 1.35 et 1.5
 La contrainte admissible en compression du béton est égale à :

fc28
𝑓𝑏𝑢 = 0.85 = 12.46𝑀𝑃𝑎
1.5
 La contrainte admissible de traction dans les aciers longitudinaux est égale à :
fe
𝑓𝑠𝑢 = = 347.826𝑀𝑃𝑎
1.15

II.4 Dimensionnement à l’ELS

Les hypothèses à considérer pour la vérification des contraintes à l’ELS sont :


 Les coefficients de pondération des charges permanentes et des charges d’exploitation
sont égaux à 1.
 La contrainte admissible en compression du béton est égale à :
𝜎𝑏𝑐 = 0,6 fc28 = 13.2MPa
̅̅̅̅

IV. Evaluations des charges

La structure est soumise à des charges permanentes ainsi que d’exploitations. En effet,
il s’agit de déterminer la charge des quatre types de plancher choisis, à savoir les planchers en
corps creux (16+5), (19+6), (16+7+6) et le plancher en dalle pleine sans oublier les charges des
cloisons des acrotères et le poids propre des éléments (poutres, poteau et semelles).

III.1 Charges permanentes


Tableau 36 : Charge permanentes pour plancher corps creux (16+5)

Produit Poids (daN/m²)


Hourdis (16+5) 285
Cloison légère de 10 cm 100
Lit de sable pour pose de carrelage épaisseur 5 cm 90
Mortier de pose épaisseur 2,5 cm 55
Carrelage épaisseur 2,5 cm 60
Faux plafond 40
Charge totale G 630

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 118


Projet de fin d’études 2018-2019

Tableau 37 : Charges permanentes pour plancher terrasse

Produit Poids (daN/m²) (16+5) Poids(daN/m2) (19+6)


Enduit de plafond (e=1.5cm) 30 30
Forme de pente (e=10cm) 200 200
Etanchéité SP4 20 20
Couche de revidage(2cm) 40 40
Couche de protection(4cm) 80 80
Corps creux chape 285 350
Charge totale G 655 675

Tableau 38 : charges permanentes pour un plancher intermédiaire

Produit Epaisseur Masse Poids


(cm) volumique(daN/m3) (daN/m²)
Carrelage 2.5 2400 60
Mortier de pose 2.5 2000 50 Total (daN/m2)
Lit de sable 5 1800 90
Enduit sous plafond 1.5 2000 30
cloisons légères 75

Hourdis (16+5) 285 590

Hourdis (19+6) 350 610

Hourdis (25+5) 350 655

Hourdis (30+6)

Tableau 39: Charges permanente du plancher en dalle pleine d'épaisseur e (m)

Produits Poids (daN/m²)


Mortier de pose épaisseur (2 cm) 20KN/m3 40
Sable de pose (3cm) 17 KN/m3 51
Carrelage (25*25*2.5) 45
Enduit sous plafond (1.5 cm) 20KN/m3 30
Faux plafond 5
Cloisons légères 75
Poids propre de la dalle (épaisseur e) 2500*e
Charge totale G 246+2500*e

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 119


Projet de fin d’études 2018-2019

III.2 Charges d’exploitation

Tableau 40: Charges d'exploitation

Local Charge (daN/m²)


Habitations 150
Parking 250
Balcon et salles communes 350
Terrasse non accessible 100
Escalier 350
Terrasse accessible 150

III.3 Charge des Cloisons

Tableau 41 : Charges des cloisons

Cloison Charge (daN/m²)


Double cloison de 35 cm 290
Double cloisons de 30 cm 250
Cloisons de 25 cm 237
Cloison de 20 cm 205
Cloison de15 cm 158
Cloison de 10 cm 117

III.4 Charges des acrotères :


Tableau 42: Charges des acrotères

Acrotères Poids (daN/m2)


Acrotère simple 170
Acrotère couvre joint 250

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 120


Projet de fin d’études 2018-2019

Chapitre III : Etude d’une nervure

I. Introduction

La nervure, par sa forme, se calcul comme étant un élément fléchi en T elle sera
dimensionnée en flexion simple à l’ÉLU sous l’action des charges permanentes et
d’exploitations.
Dans cet exemple nous allons étudier manuellement une nervure à 2 travées du plancher
intermédiaire.

II. Pré dimensionnement

Les nervures sont dimensionnées comme étant des poutres continues ou isostatiques.
La largeur de la table de compression b est imposée par la disposition des corps creux à
savoir b=33 cm, b0=7 cm or la hauteur sera déterminée en fonction de la longueur de la travée
tels qu’on admet l’intervalle suivant :

𝑙 𝑙
≤ℎ≤
22 23

Or dans la majorité des cas on travaille avec l’inégalité :

𝑙
ℎ≥
22.5

: Schéma de la nervure étudiée

La portée de la plus grande travée est l = 5.68m


𝑙 568
ℎ≥ = = 25.24𝑐𝑚
22.5 22.5
On choisit la nervure (19+6) qui a les dimensions suivantes :
 Largeur de la table de compression : b = 33 cm
 Hauteur de la table : h0 = 6 cm
 Hauteur de l’âme : h – h0 = 19 cm
Largeur de l’âme : b0 =7cm Figure 93 : Section nervure (19+6)

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 121


Projet de fin d’études 2018-2019

III. Détermination des charges

 La charge permanente supportée par la nervure :


G = 6.55 ×0.33 = 2.161 KN/ml
 La charge d’exploitation supportée par la nervure :
Q = 2.50 ×0.33= 0.825 KN/ml
Après les combinaisons on obtient :
 A l’ELU : Pu = 1.35×G + 1.5×Q = 4.155 KN /ml
 A l’ELS : Ps = G+Q = 2.986 KN /ml

IV. Calcul des sollicitations

IV.1. Méthode de calcul

 H1 : q ≤ 2×g √
QB≤ 5 KN/m2
 H2 : FPP √
 H3 : Même inertie √
𝐿𝑖 5.68
 H4 : 𝐿 = 2.43 = 2.3 > 1.25
𝑖−1

Dans ce cas on travaille avec la méthode du Caquot minoré.


- On envisagera par la suite les différents cas de charges afin d’avoir les sollicitations les plus
défavorables.
- On doit remplacer g par 2/3g dans le calcul des moments sur appuis dus aux charges
permanentes. 𝑔′=2/3×𝑔=2/3×2.161 =1.44 𝐾𝑁/𝑚𝑙
- La détermination des sollicitations se fait selon les combinaisons suivantes qui nous donnent
les valeurs les plus défavorables.
 Cas 1 :
On charge toutes les travées pour avoir les moments maximaux aux appuis.

Figure 94: cas de charge 1 CC

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 122


Projet de fin d’études 2018-2019

 Cas 2 :
On décharge toutes les travées pour avoir les moments minimaux aux appuis.

Figure 95: cas de charge 2 DD

 Cas 3 :
On charge La première travée est décharge la deuxième pour avoir le moment maximal
dans la travée1 et le moment minimal dans la travée 2.

Figure 96 : cas de charge 3 CD

 Cas 4 :
On décharge La première travée est charge la deuxième pour avoir le moment maximal
dans la travée 2 et le moment minimal dans la travée 1.

Figure 97 : cas de charge 4 DC


IV.2 Détermination des moments :

 Moments sur appuis :


Le calcul sera développé uniquement pour l’appui 2 dans le cas1
′ 𝑙 ′3 + 𝑃 ′ 𝑙 ′3
𝑃𝑤
𝑚𝑎𝑥 𝑤 𝑒 𝑒
𝑀𝑎2 =− ′ +𝑙 ′ )
8.5(𝑙𝑤 𝑒

 À l’ELU :
𝑃𝑒 = 𝑃𝑤 = 1.35 × 𝐺 ′ + 1.5 × 𝑄 = 1.35 × 1.44 + 1.5 × 0.825 = 3.18𝐾𝑁

𝑚𝑎𝑥
3.18 × 2.433 + 3.18 × 5.683
𝑀𝑎2 =− = −9.115𝐾𝑁. 𝑚
8.5 × (2.43 + 5.68)
 À l’ELS :
𝑃𝑒 = 𝑃𝑤 = 𝐺 ′ + 𝑄 = 2.265 𝐾𝑁

𝑚𝑎𝑥
2.265 × 2.433 + 2.265 × 5.683
𝑀𝑎2 =− = −6.492 𝐾𝑁. 𝑚
8.5 × (2.43 + 5.68)

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 123


Projet de fin d’études 2018-2019

Tableau 43 : tableau des moments sur appui

Appui 1 Appui 2 Appui 3


Cas 1 -0.35 -9.115 -1.92

Cas 2 -0.21 -5.572 -1.17


ELU
Cas 3 -0.35 -5.82 -1.17
Cas 4 -0.21 -8.858 -1.92

Cas 1 -0.25 -6.492 -1.46

Cas 2 -0.16 -4.127 -0.87


ELS
Cas 3 -0.25 -4.299 -0.87

Cas 4 -0.16 -6.32 -1.46

 Moments en travées
Le calcul sera développé uniquement pour la travée 1.
Moments maximal en travée :
Le moment en travée est donné par la formule suivante :
𝑥 𝑥
𝑀(𝑥) = 𝜇(𝑥) + 𝑀𝑤 (1 − ) + 𝑀𝑒 ×
𝑙𝑖 𝑙𝑖
Avec :
M(x) : moment fléchissant dans la travée.
µ(x) : moment fléchissant dans la travée isostatique équivalant.
L : la portée de la travée.
 À l’ELU :
𝑀𝑎2 = −5.82 KN. m
𝑃𝑢 = 1,35 × 𝐺 + 1,5 × 𝑄 = 1,35 × 2.161 + 1,5 × 0.825 = 4.154𝐾𝑁
On détermine l’abscisse du moment maximal pour calculer le moment en travée.
−𝑃𝑢 𝑥 2 𝑃𝑢 𝑙𝑥 −4.154 × 𝑥 2 4.154 × 2.43 × 𝑥
𝜇(𝑥) = + = + = −2.077𝑥 2 + 5.047𝑥
2 2 2 2
5.82 𝑥
𝑀(𝑥) = −2.077𝑥 2 + 5.047𝑥 − = −2.077𝑥 2 + 2.65𝑥
2.43
𝑑𝑀𝑡1 (𝑥)
= 0 ↔ −4.154𝑥 + 2.65 = 0 → 𝑥 = 0.64𝑚
𝑑𝑥
𝑚𝑎𝑥
=> 𝑀𝑡1 = 0.845 𝐾𝑁. 𝑚
 À l’ELS :
𝑃𝑠 = 𝐺 + 𝑄 = 2.161 + 0.825 = 2.986𝐾𝑁

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 124


Projet de fin d’études 2018-2019

On détermine l’abscisse du moment maximal pour calculer le moment en travée.


−𝑃𝑠 𝑥 2 𝑃𝑠 𝑙𝑥 −2.986 × 𝑥 2 2.986 × 2.43 × 𝑥
𝜇(𝑥) = + = + = −1.493𝑥 2 + 3.627𝑥
2 2 2 2
4.299𝑥
𝑀(𝑥) = −1.493𝑥 2 + 3.627𝑥 − = −1.493𝑥 2 + 1.857𝑥
2.43
𝑑𝑀𝑡1 (𝑥)
= 0 ↔ −2.986𝑥 + 1.857 = 0 → 𝑥 = 0.62𝑚
𝑑𝑥
𝑚𝑎𝑥
=> 𝑀𝑡1 = 0.57𝐾𝑁. 𝑚

Tableau 44 : tableau des moments en travée

Travée x0 (m) M trmax (kNm)


0.64 ELU 0.845
1
0.62 ELS 0.57
3.2 ELU 12.61
2
3.2 ELS 9.086

IV.3 Détermination de l’effort tranchant

Sur l’appui i, les valeurs à gauche et à droite de l’effort tranchant sont données par :
M i  M i 1
Vwi  V0 w 
lwi

M i 1  M i
Vei  V0e 
lei
Où : V0e et V0w sont les valeurs des efforts tranchants à droite et à gauche sur l’appui « i »
des travées isostatiques de référence i-1 et i respectivement.
𝑃𝑢× 𝑙𝑒 4.154 × 2.43
𝑉𝑜𝑒 = = = 5.047 𝐾𝑁
2 2
𝑃𝑢 × 𝑙𝑤 4.154 × 5.68
𝑉𝑜𝑤 = = = 11.797𝐾𝑁
2 2
Le cas de charge correspondant aux efforts tranchants maximums sur l’appui i se produit
lorsque les deux travées adjacentes sont chargées et les autres déchargées. Le calcul sera
développé uniquement pour l’appui 2 à ELU, le reste sera résumé dans les tableaux.
𝑀3 − 𝑀2 9.115
𝑉𝑒2 = 𝑉𝑜𝑒 + = 5.047 + = 6.65𝐾𝑁
𝑙𝑒 5.68
𝑀2 − 𝑀1 −9.115
𝑉𝑤2 = −𝑉𝑜𝑤 + = −11.797 + = −15.55𝐾𝑁
𝑙𝑤 2.43

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 125


Projet de fin d’études 2018-2019

Tableau 45 : Efforts tranchants maximaux à l'ELU

Appui 1 2 3
Position D G D G
max
Vu ( KN ) 2.137 -15.55 6.65 -10.237

Tableau 46 : Effort tranchants maximaux à l'ELS


Appui 1 2 3
Position D G D G
Vsmax ( KN ) 1.858 -11.5 4.77 -7.367

V. Détermination des armatures

V.1 Armatures longitudinales

V.1.1 Ferraillage des travées :

 Dimensionnement à l’ELU
𝑀𝑢 = 12.61𝐾𝑁. 𝑚
𝑓𝑏𝑢 = 12.467 𝑀𝑃𝑎
ℎ0 0.06
𝑀𝑇𝑢 = 𝑏 × ℎ0 × 𝑓𝑏𝑢 × (𝑑 − ) = 0.33 × 0.06 × 12.467 × (0.9 × 0.25 − ) = 0.048𝑀𝑁. 𝑚
2 2
𝑀𝑢 = 12.61 × 10−3 𝑀𝑁. 𝑚 ≤ 𝑀𝑇𝑢 = 48 × 10−3 𝑀𝑁. 𝑚
Donc la section se comporte comme une section rectangulaire de dimensions (b x h)
𝑀𝑢 12.61 × 10−3
𝜇= = = 0.06 ≤ 𝜇𝑙 = 0.39
𝑏𝑑2 𝑓𝑏𝑢 0.33 × 0.2252 × 12.467
Donc pas d’acier comprimé
𝛼𝑢 = 1.25 × (1 − √1 − 2𝜇) = 1.25 × (1 − √1 − 2 × 0.06) = 0.077
𝛽𝑢 = 1 − 0.4𝛼𝑢 = 0.969
𝑦𝑢 = 𝛼 𝑢 . 𝑑
𝛼𝑢 ≤ 0.167 ⇒ 𝑝𝑖𝑣𝑜𝑡 𝐴 ⇒ 𝜎𝑠𝑡 = 𝑓𝑠𝑢
𝑀𝑢 12.61 × 10−3
𝐴𝑢𝑠𝑡 = = = 1.64. 10−4 𝑐𝑚2
𝑓𝑠𝑢 × 𝑧 347.826 × 0.218
 Condition de non fragilité
𝑓𝑡28
𝐴𝑚𝑖𝑛 = 0.23𝑏𝑑 = 0.819 𝑐𝑚2
𝑓𝑒
𝐴𝑠𝑡 = 𝑀𝑎𝑥(𝐴𝑢𝑠𝑡 , 𝐴𝑚𝑖𝑛 ) = 0.819 𝑐𝑚2 Pour la travée 1, soit 2HA8=1.01cm2

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 126


Projet de fin d’études 2018-2019

 Vérification a l’ELS :
𝑀𝑠 = 9.086 KN. m
1 2 1
𝑏ℎ0 − 15𝐴𝑠𝑡 (𝑑 − ℎ0 ) = × 0.33 × 0.062 − 15 × 2.26. 10−4 × (0.189 − 0.06) = 1.56. 104− > 0
2 2
Donc la section est rectangulaire b×h
𝑏𝑦13
𝐼𝑆𝑅𝐻/𝐴𝑁 = + 15𝐴𝑠𝑡 (𝑑 − 𝑦1 )2
3
Avec y1 racine positive de 𝐴𝑦12 + 𝐵𝑦1 + 𝐶 = 0
𝑏 0.33
𝐴= = = 0.165𝑚
2 2
𝐵 = 15𝐴𝑠𝑡 = 15 × 2.26. 10−4 = 3.39. 10−3
𝐶 = −15𝐴𝑠𝑡 𝑑 = −15 × 2.26. 10−4 × 0.225 = −7.68. 10−4
𝑦1 = 0.058𝑚 = 5.8𝑐𝑚
𝐼𝑆𝑅𝐻/𝐴𝑁 = 1.16. 10−4 𝑚4
𝑀𝑠
𝜎𝑏𝑐 = 𝑦1 = 4.54𝑀𝑃𝑎
𝐼𝑆𝑅𝐻/𝐴𝑁
𝜎𝑏𝑐 = 0.6 × 𝑓𝑐28 = 13.2𝑀𝑃𝑎
̅̅̅̅
𝜎𝑏𝑐 ≤ ̅̅̅̅
𝜎𝑏𝑐 𝑣é𝑟𝑖𝑓𝑖é𝑒
Tableau 47: Armatures longitudinales en travées

Désignation Travée1 Travée2

0.845 12.61
𝑀𝑢 (𝐾𝑁. 𝑚)

𝑀𝑢 0.004 0.06
𝜇𝑢 =
𝑏𝑑 2 𝑓𝑏𝑢
0.005 0.077
𝛼𝑢 = 1.25 × (1 − √1 − 2𝜇)

0.0011 0.0173
𝑦𝑢 = 𝛼 𝑢 . 𝑑 (m)

0.224 0.218
𝑍 = 𝑑 − 0.4𝑦𝑢 (m)

2HA8 2HA12
Acier choisi
1.01 2.26
Ast

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 127


Projet de fin d’études 2018-2019

Tableau 48: vérification à l’ELS

Travée1 Travée2
Désignation
0.57 9.086
Mser(KN.m)
4.1 5.8
Y1(cm)
0.58 1.16
𝐼𝑆𝑅𝐻/𝐴𝑁 (𝑚4 )

0.4 4.54
𝜎𝑏𝑐
Vérifié
vérification Vérifié

V.1.2 Ferraillage des appuis

 Dimensionnement à l’ELU
Puisque les moments sur appuis sont des moments négatifs, les armatures longitudinales
sont disposées en haut de la section.
Donc, la section travaille comme étant une section rectangulaire de dimensions b0 x h.
𝑀𝑢 = −9.115𝐾𝑁. 𝑚
𝑓𝑐28 22
𝑓𝑏𝑢 = 0.85 × = 0.85 × = 12.467 𝑀𝑃𝑎
1.5 1.5
ℎ0 0.06
𝑀𝑇𝑢 = 𝑏 × ℎ0 × 𝑓𝑏𝑢 × (𝑑 − ) = 0.33 × 0.06 × 12.467 × (0.9 × 0.25 − ) = 0.048𝑀𝑁. 𝑚
2 2
𝑀𝑢 = 9.115 × 10−3 𝑀𝑁. 𝑚 ≤ 𝑀𝑇𝑢 = 48 × 10−3 𝑀𝑁. 𝑚
𝑀𝑢 9.115 × 10−3
𝜇= = = 0.2 ≤ 𝜇𝑙 = 0.39
𝑏𝑑 2 𝑓𝑏𝑢 0.07 × 0.2252 × 12.467
Donc pas d’acier comprimé
𝛼𝑢 = 1.25 × (1 − √1 − 2𝜇) = 1.25 × (1 − √1 − 2 × 0.2) = 0.28
𝛽𝑢 = 1 − 0.4𝛼𝑢 = 0.88
𝑦𝑢 = 𝛼 𝑢 . 𝑑
𝑀𝑢 9.115 × 10−3
𝐴𝑢𝑠𝑡 = = = 1.3. 10−4 𝑚2
𝑓𝑠𝑢 × 𝑧 347.826 × 0.2
 Condition de non fragilité
𝑓𝑡28
𝐴𝑚𝑖𝑛 = 0.23𝑏0 𝑑 = 0.173𝑐𝑚2
𝑓𝑒
𝐴𝑠𝑡 = 𝑀𝑎𝑥(𝐴𝑢𝑠𝑡 , 𝐴𝑚𝑖𝑛 ) = 1.57 𝑐𝑚2

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 128


Projet de fin d’études 2018-2019

 Vérification a l’ELS :
𝑀𝑠 = −6.492 KN. m
1 2 1
𝑏ℎ0 − 15𝐴𝑠𝑡 (𝑑 − ℎ0 ) = × 0.07 × 0.062 − 15 × 1.57. 10−4 × (0.189 − 0.06) = 1.56. 104− > 0
2 2
Donc la section est rectangulaire b×h
𝑏𝑦13
𝐼𝑆𝑅𝐻/𝐴𝑁 = + 15𝐴𝑠𝑡 (𝑑 − 𝑦1 )2 Avec y1 racine positive de 𝐴𝑦12 + 𝐵𝑦1 + 𝐶 = 0
3

𝑏 0.33
𝐴= = = 0.165𝑚
2 2
𝐵 = 15𝐴𝑠𝑡 = 15 × 1.3. 10−4 = 1.95. 10−3
𝐶 = −15𝐴𝑠𝑡 𝑑 = −15 × 1.3. 10−4 × 0.225 = −4.38. 10−4
𝑦1 = 0.087𝑚 = 8.7𝑐𝑚
𝐼𝑆𝑅𝐻/𝐴𝑁 = 0.53. 10−4 𝑚4
𝑀𝑠
𝜎𝑏𝑐 = 𝑦1 = 10.65𝑀𝑃𝑎
𝐼𝑆𝑅𝐻/𝐴𝑁
𝜎𝑏𝑐 = 0.6 + 0.06 × 𝑓𝑐28 = 13.2𝑀𝑃𝑎
̅̅̅̅
𝜎𝑏𝑐 ≤ ̅̅̅̅
𝜎𝑏𝑐 𝑣é𝑟𝑖𝑓𝑖é𝑒
Tableau 49 : Armatures longitudinales au niveau des appuis

Appui 1 Appui 2 Appui 3


Désignation
0.35 9.115 1.92
𝑀𝑢 (𝐾𝑁. 𝑚)

𝑀𝑢 0.0016 0.2 0.009


𝜇𝑢 =
𝑏𝑑2 𝑓𝑏𝑢
0.0009 0.28 0.011
𝛼𝑢 = 1.25 × (1 − √1 − 2𝜇)
0.002 0.063 0.0024
𝑦𝑢 = 𝛼 𝑢 . 𝑑 (m)

0.224 0.2 0.22


𝑍 = 𝑑 − 0.4𝑦𝑢 (m)
0.045 1.3 0.25
𝐴𝑠𝑡
0.173 0.173 0.173
Amin
Non vérifié Vérifié Non vérifié
𝐴𝑠𝑡 ≥ 𝐴𝑚𝑖𝑛
2HA8 2HA10 2HA8
𝐴𝑠𝑡 𝑐ℎ𝑜𝑖𝑠𝑖𝑒
1.01 1.57 1.01
𝐴𝑠𝑡 𝑟𝑒𝑡𝑒𝑛𝑢𝑒

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 129


Projet de fin d’études 2018-2019

Tableau 50: vérification à l’ELS

-0.25 -6.492 -1.46


𝑀𝑠𝑒𝑟 (𝐾𝑁. 𝑚)
0.03 8.7 0.03
Y1(cm)
0.31 0.53 0.31
𝐼𝑆𝑅𝐻/𝐴𝑁 (𝑚4 )
0.24 10.65 1.41
𝜎𝑏𝑐
Vérifié Vérifié Vérifié
vérification

V.2 Armatures transversales

 Vérification du béton vis-à-vis l’effort tranchant


L’effort tranchant maximal : 𝑉𝑢𝑚𝑎𝑥 = −15.55KN
|𝑉𝑢𝑚𝑎𝑥 | 15.55.10−3
La contrainte tangentielle : 𝜏𝑢 = = 0.07×0.225 = 0.987𝑀𝑃𝑎
𝑏0 𝑑

Pour une fissuration peu préjudiciable et pour un angle d’inclinaison des armatures
0.2𝑓𝑐28
α=90° 𝜏𝑢 = 𝑚𝑖𝑛 (
̅̅̅ , 5𝑀𝑃𝑎) = 2.93𝑀𝑃𝑎 ⇒ 𝜏𝑢 ≤ ̅̅̅
𝜏𝑢
1.5

 Effort tranchant réduit :


La travée est soumise à des charges réparties, l’effort tranchant réduit est donné par
l’expression suivante :
5ℎ
𝑉𝑢𝑟𝑒𝑑 = |𝑉𝑢𝑚𝑎𝑥 | − 𝑞𝑢
6
5
𝑉𝑢𝑟𝑒𝑑 = 15.55 − × 0.25 × 4.154 = 14.68. 10−3 𝑀𝑁
6

 Pourcentage minimal des armatures transversales


𝐴𝑡 𝐴𝑡 0.4 × 𝑏0 0.4 × 0.07
( )≥( ) = = = 1.191. 10−4 𝑚2 /𝑚
𝑆𝑡 𝑆𝑡 𝑚𝑖𝑛 𝑓𝑒𝑡 235
 Diamètre minimal des armatures transversales
ℎ 𝑏0
∅𝑡 ≤ min (∅𝑡𝑚𝑖𝑛 ; ; ) = min(12𝑚𝑚; 7.14𝑚𝑚; 7𝑚𝑚) = 7𝑚𝑚
35 10
Or pour une nervure on fait recours aux étriers 𝐴𝑡 = 2∅6 = 0.565𝑐𝑚2

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 130


Projet de fin d’études 2018-2019

 Espacement maximal pour les deux travées


𝑠̅𝑡 = min(0.9𝑑; 40𝑐𝑚; 15∅𝑙𝑚𝑖𝑛 : 𝑠𝑖𝐴𝑠𝑐 ≠ 0) = min(20.25𝑐𝑚; 40𝑐𝑚) = 20.25𝑐𝑚

 Espacement initial St0


A partir de la règle de couture, on détermine l’espacement initial St0 à droite de l’appui
initial (x=0) en assurant que 7𝑐𝑚 ≤ 𝑆𝑡0 ≤ 𝑆̅𝑡

𝐴𝑡 𝑏0 𝛾𝑠 (𝜏𝑢𝑟𝑒𝑑 − 0.3𝑓𝑡28 𝑘)
=
𝑆𝑡 0.9𝑓𝑒𝑡 (𝑐𝑜𝑠𝛼 + 𝑠𝑖𝑛𝛼)

𝑉𝑢𝑟𝑒𝑑 14.68. 10−3


𝜏𝑢𝑟𝑒𝑑 = = = 0.932
𝑏0 × 𝑑 0.07 × 0.225

𝐴 𝐴 0.565.10 −4
Alors ( 𝑆𝑡 ) < ( 𝑆𝑡 ) donc 𝑆𝑡0 = 1.191.10−4 = 47.43𝑐𝑚 > 𝑆𝑡̅ ⇒ 𝑆𝑡0 = 20𝑐𝑚
𝑡 𝑡 𝑚𝑖𝑛

VI. Vérifications

VI.1 Vérification de la bielle de béton

Vérifions la condition de non écrasement du béton :


2𝑉𝑢𝑚𝑎𝑥 0,8𝑓𝑐28 0,8 × 22
𝜎𝑏 = ≤ = = 11.73𝑀𝑃𝑎
𝑎𝑏0 𝛾𝑏 1.5
Tableau 51: Vérification de la bielle du béton

Appui 1 2 3
bp (cm) 22 22 22
Enrobage (cm) 2,5 2,5 2,5
𝑎 = 𝑏𝑝 − 2 − 𝑒𝑛𝑟𝑜𝑏𝑎𝑔𝑒(𝑐𝑚) 17,5 17,5 17,5
𝜎𝑏 (𝑀𝑃𝑎) 0.35 2.53 1.67

Vérification ok ok Ok

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 131


Projet de fin d’études 2018-2019

VI.2 Aciers de glissement

 Appui simple de rive


L’effort tranchant au voisinage de l’appui de rive nous amène à prolonger une quantité d’acier
Longitudinale inférieure de la flexion qui est égale au minimum à :
max
Vu
Ag 
f su

 Appui intermédiaire
MU MU
Vu ,G  Vu , D 
A g,G  0.9  d A g,D  0.9  d
f su f su

Tableau 52: Vérification de l’acier de glissement

Vumax ( KN ) Ag (cm 2 ) Ag réelle(cm 2 )


Appui M u ( KNm)
G D G D G D
prolonger les
armatures de
flexion de la
1 --- 2.137 0.35 --- 0.06 ---
travée 1 au-delà
de l’appui :
2HA8=1.01cm2

ne pas prolonger ne pas prolonger


2 15.55 6.65 9.115 -0.8 -11
les armatures les armatures

prolonger les
armatures de
--- flexion de la
3 10.237 --- 1.92 0.02 ---
travée 3 au-delà
de l’appui :
2HA12=2.26cm2

VI.3 Vérification de la jonction table nervure

 Vérification du béton
Vu b1
τtable = ≤ ̅̅̅
τu
z. h0 b
Il faut vérifier que :
𝜏̅̅̅
𝑢 = 2.93𝑀𝑃𝑎
𝑏 − 𝑏0 15.55. 10−3 0.13
{𝑏1 = = 13𝑐𝑚 => 𝜏𝑡𝑎𝑏𝑙𝑒 = = 0.38𝑀𝑃𝑎
2 0.2 0.33

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 132


Projet de fin d’études 2018-2019

 Armatures de couture
𝐴𝑐 𝜏𝑡𝑎𝑏𝑙𝑒 − 0,3𝑓𝑡28 0,38 − 0,3 × 1.92
≥ ℎ0 𝛾𝑠 = × 0,06 × 1,15 = −0,57𝑐𝑚2 < 0
𝑆𝑡 𝑓𝑒𝑡 235
On n’aura pas besoin d’acier pour la jonction puisque le béton seul assure cette fonction,
il suffit de prévoir un Ø6 tous les 33 cm.

IV.3 Vérification de la flèche

La vérification de la flèche est une justification vis-à-vis de l’état limite de service.


Elle devient inutile si les conditions suivantes sont satisfaites :

ℎ 1
(1) ≥
𝑙 22.5
ℎ 1 𝑀𝑡
(2) ≥
𝑙 10 𝑀0
𝐴𝑠𝑡 4.2
(3) ≤ = 0.0105
𝑏0 𝑑 𝑓𝑒
Avec :M0 est le moment maximal en travée isostatique de référence.
Mt est le moment maximal en travée.
Ast est la section d’acier tendu dans la travée.

Tableau 53: Vérification des conditions de la flèche

Travée 1 2
h
0.1 0,044
l
h 1
  0,0444 Vérifiée Vérifiée
l 22,5
𝑀𝑡 (𝐾𝑁. 𝑚) 0.845 12.61
𝑀0 (𝐾𝑁. 𝑚) 3.06 16.75
h Mt
 vérifiée vérifiée
l 10M 0
Ast
0,006 0,004
b0 d
𝐴𝑠𝑡 4,2
≤ = 0,0084 vérifiée Vérifiée
𝑏0 𝑑 𝑓𝑒

Les conditions sont toutes vérifiées pour toutes les travées. Donc, un calcul de la flèche
n’est pas nécessaire.

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 133


Projet de fin d’études 2018-2019

VII. Plan de ferraillage de la poutre

Figure 98 : ferraillage de la travée 1 cas CD

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 134


Projet de fin d’études 2018-2019

Figure 99 : ferraillage de la travée 2 cas CD

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 135


Projet de fin d’études 2018-2019

Figure 100: Ferraillage de la travée1 cas DC

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 136


Projet de fin d’études 2018-2019

Figure 101 : ferraillage travée 2 cas DC

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 137


Projet de fin d’études 2018-2019

Chapitre IV : étude d’une poutre

I. Introduction

Les poutres sont des éléments porteurs en béton armé qui supportent les charges
appliquées sur le plancher et les transmettent aux poteaux sous forme des efforts tranchants et
parfois des moments.

Figure10 : schéma de la poutre étudiée


II. Evaluation des charges

II.1 Charges réparties

Les charges appliquées sur la poutre sont :


 Charges permanente : 6.55 KN
 Charges d’exploitation : 2.5 KN
Les charges appliquées sur la poutre par mètre linéaire :
2.43 + 5.68
𝐺 = 6.55 × = 26.56 𝐾𝑁/𝑚𝑙
2
2.43 + 5.68
𝑄 = 2.5 × = 10.137 𝐾𝑁/𝑚𝑙
2
Après les combinaisons on obtient
 A l’ELU : PU=1.35×G+1.5×Q= 51.061KN/ml
 A l’ELS : PS=G+Q= 36.697 KN/ml

II.2 pré-dimensionnement

 Condition 1 : Condition de limitation de flèche


ℎ𝑐 1 3
≥ 𝑎𝑣𝑒𝑐 𝑙 = √𝑙1 × 𝑙2 × 𝑙3 = 3.48𝑚
𝑙 16
⇒ ℎ𝑐 ≥ 21.75𝑐𝑚
 Condition2 :

𝑀𝑎𝑢
ℎ𝑐 ≥ √ 𝑎𝑣𝑒𝑐 𝜇𝑙𝑒 = 0.391𝑀𝑃𝑎, 𝑓𝑏𝑢 = 12.467𝑀𝑃𝑎
0.4 × 0.93 × 𝜇𝑙𝑒 × 𝑓𝑏𝑢

 𝑀𝑎𝑖 = (0.5 à 0.6) × 𝑀𝑜𝑖

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 138


Projet de fin d’études 2018-2019

𝑃𝑢 ×𝑙2
 𝑀𝑜𝑖 = → 𝑀𝑜𝑚𝑒𝑛𝑡 𝑢𝑙𝑡𝑖𝑚𝑒 𝑚𝑎𝑥𝑖𝑚𝑎𝑙 𝑑𝑒 𝑙𝑎 𝑡𝑟𝑎𝑣é𝑒 𝑖𝑠𝑜𝑠𝑡𝑎𝑡𝑖𝑞𝑢𝑒 𝑐𝑜𝑛𝑠𝑖𝑑é𝑟é𝑒
8
Travée 1 2 3

37.225 107.816 114.204


𝑀𝑜𝑖 (KN.m)
22.335 64.689 68.522
𝑀𝑎𝑖 (KN.m)
25 36 38
ℎ𝑐 (cm)
Tableau 54: Pré dimensionnement de la section de la poutre

Donc finalement on a abouti à h=45cm (max entre les deux conditions)


𝑑 = 0.9 × ℎ = 40.5𝑐𝑚 On prend h=0.45m
𝑏 = 40.5 × 0.4 = 16.2𝑐𝑚 b=0.22m
Poids propre de la poutre 𝑔 = 𝛾𝑏𝑒𝑡𝑜𝑛 × 𝑏 × ℎ = 25 × 0.22 × 0.45 = 2.475𝐾𝑁/𝑚𝑙
𝐺 = 26.56 + 2.475 = 29.035𝐾𝑁/𝑚𝑙
𝑄 = 10.137 𝐾𝑁/𝑚𝑙
𝑃𝑢 = 54.403 𝐾𝑁/𝑚𝑙
𝑃𝑠 = 36.697 𝐾𝑁/𝑚𝑙

III. Calcul des sollicitations

III .1. Méthode de calcul

 H1 : q ≤ 2×g √
QB≤ 5 KN/m2
 H2 : FPP √
 H3 : Même inertie √
𝐿𝑖 4.11
 H4 : 𝐿 = 2.415 = 1.7 > 1.25
𝑖−1

Dans ce cas on travaille avec la méthode du Caquot minoré.


- On envisagera par la suite les différents cas de charges afin d’avoir les
sollicitations les plus défavorables.
- On doit remplacer g par 2/3g dans le calcul des moments sur appuis dus aux
charges permanentes. 𝑔′=2/3×𝑔=2/3×29.035 =19.357 𝐾𝑁/𝑚𝑙
- La détermination des sollicitations se fait selon les combinaisons suivantes qui nous
donnent les valeurs les plus défavorables.

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 139


Projet de fin d’études 2018-2019

Cas1 : CCC

Figure 102 : cas de charge CCC

Cas 2 : CDC

Figure 103: cas de charge CDC

Cas 3 : DCD

Figure 104 : cas de charge DCD

Cas 4 : DDD

Figure 105 : cas de charge DDD


III .2 Détermination des moments

 Moments sur appuis :


Le calcul sera développé uniquement pour l’appui 2 dans le cas1
′ 𝑙 ′3 + 𝑃 ′ 𝑙 ′3
𝑃𝑤
𝑚𝑎𝑥 𝑤 𝑒 𝑒
𝑀𝑎2 =− ′ +𝑙 ′ )
8.5(𝑙𝑤 𝑒

Avec : 𝑙𝑖′ = 𝑙𝑖 pour les travées de rive


𝑙𝑖′ = 0.8𝑙𝑖 Pour les travées intermédiaires
 À l’ELU :
𝑃𝑒 = 𝑃𝑤 = 1.35 × 𝐺 ′ + 1.5 × 𝑄 = 1.35 × 19.357 + 1.5 × 10.137 = 41.337𝐾𝑁

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 140


Projet de fin d’études 2018-2019

𝑚𝑎𝑥
41.337 × 2.4153 + 41.337 × (0.8 × 4.11)3
𝑀𝑎2 =− = −42.322𝐾𝑁. 𝑚
8.5 × (2.415 + 0.8 × 4.11)
 À l’ELS :
𝑃𝑒 = 𝑃𝑤 = 𝐺 ′ + 𝑄 = 29.494 𝐾𝑁

𝑚𝑎𝑥
29.494 × 2.4153 + 29.494 × (0.8 × 4.11)3
𝑀𝑎2 =− = −30.197 𝐾𝑁. 𝑚
8.5 × (2.415 + 0.8 × 4.11)
Tableau 55: moments sur appuis à l’ELU et à l’ELS

Appui 1 Appui 2 Appui 3 Appui 4


Cas 1 -4.52 -42.322 -71.954 -16.64

Cas 2 -4.52 -31.173 -64.006 -16.64


ELU
Cas 3 -3.42 -37.905 -54.378 -10.52

Cas 4 -3.42 -26.755 -45.853 -10.52

Cas 1 -3.87 -30.197 -51.752 -9.89

Cas 2 -3.87 -22.764 -46.068 -9.89


ELS
Cas 3 -2.54 -27.252 -39.649 -7.79

Cas 4 -2.54 -19.818 -33.965 -7.79

 Moments en travées
Le calcul sera développé uniquement pour la travée 1.
Moments maximal en travée :
Le moment en travée est donné par la formule suivante :
𝑥 𝑥
𝑀(𝑥) = 𝜇(𝑥) + 𝑀𝑤 (1 − ) + 𝑀𝑒 ×
𝑙𝑖 𝑙𝑖
Avec : M(x) : moment fléchissant dans la travée.
µ(x) : moment fléchissant dans la travée isostatique équivalant.
L : la portée de la travée.
 À l’ELU :
𝑀𝑎2 = −31.173KN. m
𝑃𝑢 = 1,35 × 𝐺 + 1,5 × 𝑄 = 1.35 × 29.035 + 1.5 × 10.137 = 54.403𝐾𝑁
On détermine l’abscisse du moment maximal pour calculer le moment en travée.
−𝑃𝑢 𝑥 2 𝑃𝑢 𝑙𝑥 −54.403 × 𝑥 2 54.403 × 2.415 × 𝑥
𝜇(𝑥) = + = + = −27.201𝑥 2 + 65.692𝑥
2 2 2 2

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 141


Projet de fin d’études 2018-2019

31.173 𝑥
𝑀(𝑥) = −27.201𝑥 2 + 65.692𝑥 − = −27.201𝑥 2 + 52.784𝑥
2.415
𝑑𝑀𝑡1 (𝑥)
= 0 ↔ −54.402 𝑥 + 52.784 = 0 → 𝑥 = 0.97𝑚
𝑑𝑥
𝑚𝑎𝑥
=> 𝑀𝑡1 = 25.607 𝐾𝑁. 𝑚
 À l’ELS :
𝑃𝑠 = 𝐺 + 𝑄 = 29.035 + 10.137 = 36.697𝐾𝑁
On détermine l’abscisse du moment maximal pour calculer le moment en travée.
−𝑃𝑠 𝑥 2 𝑃𝑠 𝑙𝑥 −36.697 × 𝑥 2 36.697 × 2.415 × 𝑥
𝜇(𝑥) = + = + = −18.348𝑥 2 + 44.312𝑥
2 2 2 2
22.764𝑥
𝑀(𝑥) = −18.348𝑥 2 + 44.312𝑥 − = −18.348𝑥 2 + 34.886𝑥
2.415
𝑑𝑀𝑡1 (𝑥)
= 0 ↔ −36.696𝑥 + 34.886 = 0 → 𝑥 = 0.95𝑚
𝑑𝑥
𝑚𝑎𝑥
=> 𝑀𝑡1 = 18.279𝐾𝑁. 𝑚

Tableau 56: moments en travées à l’ELU et à l’ELS

Travée x0 (m) M trmax (kNm)


0.92 ELU 25.607
1
0.9 ELS 18.279
1.98 ELU 68.88
2
1.97 ELS 44.16
2.39 ELU 91.78
3
2.4 ELS 60.65

IV.3 Détermination de l’effort tranchant

Sur l’appui i, les valeurs à gauche et à droite de l’effort tranchant est déterminée en
traitant les cas des charges suivantes :
 A l’ELU :

Tableau 57: moments sur appuis à l’ELU

Cas Appui1 Appui 2 Appui 3 Appui 4


C-D-C -4.52 -31.173 -64.006 -16.64
C-C-D -4.52 -42.322 -54.378 -10.52
D-C-C -3.42 -37.905 -71.954 -16.64

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 142


Projet de fin d’études 2018-2019

 A l’ELS
Tableau 58: moments sur appuis à l’ELS

Cas Appui1 Appui 2 Appui 3 Appui 4


C-D-C -3.87 -22.764 -46.068 -9.89
C-C-D -3.87 -30.197 -39.649 -7.79
D-C-C -2.54 -27.252 -51.752 -9.89

M i  M i 1
Vwi  V0 w 
lwi

M i 1  M i
Vei  V0e 
lei
Où : V0e et V0w sont les valeurs des efforts tranchants à droite et à gauche sur l’appui
« i » des travées isostatiques de référence i-1 et i respectivement.
𝑃𝑢× 𝑙𝑒 41.337 × 2.415
𝑉𝑜𝑒 = = = 49.914 𝐾𝑁
2 2
𝑃𝑢 × 𝑙𝑤 41.337 × 4.23
𝑉𝑜𝑤 = = = 87.427𝐾𝑁
2 2
Le cas de charge correspondant aux efforts tranchants maximums sur l’appui i se produit
lorsque les deux travées adjacentes sont chargées et les autres déchargées. Le calcul sera
développé uniquement pour l’appui 2 à ELU, le reste sera résumé dans les tableaux.
𝑀3 − 𝑀2 54.378
𝑉𝑒2 = 𝑉𝑜𝑒 + = 49.914 + = 63.145𝐾𝑁
𝑙𝑒 4.11
𝑀2 − 𝑀1 −42.322
𝑉𝑤2 = −𝑉𝑜𝑤 + = −87.427 + = −104.95𝐾𝑁
𝑙𝑤 2.415

Tableau 59: Efforts tranchants maximaux à l'ELU

Appui 1 2 3 4
Position D G D G D G
Vumax ( KN ) 49.914 -104.95 46.98 -95.711 66.92 -87.427

Tableau 60: Effort tranchants maximaux à l'ELS

Appui 1 2 3 4
Position D G D G D G
Vsmax ( KN ) 44.31 -87.04 42.01 -83.57 56.54 -77.61

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 143


Projet de fin d’études 2018-2019

IV. Détermination des armatures

V.1 Armatures longitudinales

V.1.1 Ferraillage des travées

Étant donné que la fissuration est peu préjudiciable on va procéder par un


dimensionnement à l’ELU, un calcul des sections minimales d’armatures (condition non
fragilité CNF) et on va prendre le maximum entre ces 2 cas puis une vérification à l’ELS.
A titre indicatif, on détaille le calcul pour la première travée.
 Dimensionnement à l’ELU
𝑀𝑢 = 25.607𝐾𝑁. 𝑚
𝑓𝑐28 22
𝑓𝑏𝑢 = 0.85 × = 0.85 × = 12.467 𝑀𝑃𝑎
1.5 1.5
𝑀𝑢 25.607 × 10−3
𝜇= = = 0.057 ≤ 𝜇𝑙 = 0.39
𝑏𝑑 2 𝑓𝑏𝑢 0.22 × 0.4052 × 12.467
Donc pas d’acier comprimé
𝛼𝑢 = 1.25 × (1 − √1 − 2𝜇) = 1.25 × (1 − √1 − 2 × 0.057) = 0.073
𝛽𝑢 = 1 − 0.4𝛼𝑢 = 0.97
𝑦𝑢 = 𝛼 𝑢 . 𝑑
𝛼𝑢 ≤ 0.167 ⇒ 𝑝𝑖𝑣𝑜𝑡 𝐴 ⇒ 𝜎𝑠𝑡 = 𝑓𝑠𝑢
𝑀𝑢 25.607 × 10−3
𝐴𝑢𝑠𝑡 = = = 1.88. 10−4 𝑐𝑚2
𝑓𝑠𝑢 × 𝑧 347.826 × 0.39
 Condition de non fragilité
𝑓𝑡28
𝐴𝑚𝑖𝑛 = 0.23𝑏𝑑 = 0.884 𝑐𝑚2
𝑓𝑒
𝐴𝑠𝑡 = 𝑀𝑎𝑥(𝐴𝑢𝑠𝑡 , 𝐴𝑚𝑖𝑛 ) = 1.88 𝑐𝑚2 Pour la travée 1, soit 3HA10=2.36cm2
 Vérification a l’ELS :
𝑀𝑠 = 18.279 KN. m
𝑏𝑦13
𝐼𝑆𝑅𝐻/𝐴𝑁 = + 15𝐴𝑠𝑡 (𝑑 − 𝑦1 )2
3
Avec y1 racine positive de 𝐴𝑦12 + 𝐵𝑦1 + 𝐶 = 0
𝑏 0.22
𝐴= = = 0.11𝑚
2 2
𝐵 = 15𝐴𝑠𝑡 = 15 × 2.36. 10−4 = 3.54. 10−3
𝐶 = −15𝐴𝑠𝑡 𝑑 = −15 × 2.36. 10−4 × 0.405 = −1.43. 10−3
𝑦1 = 0.1𝑚 = 10𝑐𝑚

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 144


Projet de fin d’études 2018-2019

𝐼𝑆𝑅𝐻/𝐴𝑁 = 4.03. 10−4 𝑚4


𝑀𝑠
𝜎𝑏𝑐 = 𝑦1 = 6.35𝑀𝑃𝑎
𝐼𝑆𝑅𝐻/𝐴𝑁
𝜎𝑏𝑐 = 0.6 × 𝑓𝑐28 = 13.2𝑀𝑃𝑎
̅̅̅̅
𝜎𝑏𝑐 ≤ ̅̅̅̅
𝜎𝑏𝑐 𝑣é𝑟𝑖𝑓𝑖é𝑒
Tableau 61: armature longitudinales en travées

Désignation Travée1 Travée2 Travée 3

𝑀𝑢 (𝐾𝑁. 𝑚) 25.607 68.88 91.78

𝑀𝑢 0.057 0.15 0.2


𝜇𝑢 =
𝑏𝑑 2 𝑓𝑏𝑢
Dimensionnement à ELU

𝛼𝑢 = 1.25 × (1 − √1 − 2𝜇) 0.073 0.375 0.28

𝑦𝑢 = 𝛼 𝑢 . 𝑑 (m) 0.03 0.15 0.11

𝑍 = 𝑑 − 0.4𝑦𝑢 (m) 0.39 0.345 0.361

Acier choisi 3HA10 3HA14 3HA14


+3HA8 +3HA12

𝐴𝑠𝑡 (𝑐𝑚2 ) 2.36 6.11 8

𝑀𝑠𝑒𝑟 (𝐾𝑁. 𝑚) 18.279 44.16 60.65


Vérification à ELS

𝑦1 (𝑐𝑚) 10 15 16

𝐼𝑆𝑅𝐻/𝐴𝑁 (𝑐𝑚4) 4.03 8.43 10.2

𝜎𝑏𝑐 (𝑀𝑃𝑎) 6.35 7.86 9.51

vérification Vérifié Vérifié Vérifié

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 145


Projet de fin d’études 2018-2019

V.1.2 Ferraillage des appuis

De la même manière qu’en travée, on trouve les armatures sur appuis.

Tableau 62: armatures longitudinales sur appuis

Appui 1 2 3 4
𝑀𝑢 (𝐾𝑁. 𝑚) -4.52 -42.322 -71.954 -16.64
h( m) 0.45 0.45 0.45 0.45
b( m) 0.22 0.22 0.22 0.22
Dimensionnement à ELU

d ( m) 0.405 0.405 0.405 0.405


𝑓𝑏𝑢 (𝑀𝑃𝑎) 12.46 12.46 12.46 12.46
 0.01 0.094 0.158 0.037
µ≤µl =0.39 Oui Oui Oui Oui
Asc (cm 2 ) 0 0 0 0

 0.012 0.12 0.21 0.047


𝑦𝑢 (𝑚) 0.0048 0.048 0.085 0.019
Z ( m) 0.4 0.38 0.37 0.39
𝐴𝐸𝐿𝑈 2
𝑠𝑡 (𝑐𝑚 ) 0.32 3.2 5.6 1.22
𝐴𝑚𝑖𝑛 (𝑐𝑚2 )
CNF

0.98 0.98 0.98 0.98

𝑀𝑠 (𝐾𝑁. 𝑚) -3.87 -30.197 -51.752 -9.89


A 0.11 0.11 0.11 0.11
Vérification à ELS

B 1.51.10-3 4.8.10-3 8.4.10-3 2.26.10-3


C -6.13.10-4 -1.9.103- -3.4.10-3 -9.17.10-4
y1 (m) 0.068 0.11 0.14 0.08
ISRH/AN (cm4) 1.95 5.15 7.9 2.76
𝜎𝑏𝑐 (MPa) 1.34 6.45 9.17 2.86
𝜎𝑏𝑐 < ̅̅̅̅
𝜎𝑏𝑐 ok ok ok ok
𝐴𝑠𝑡 (𝑐𝑚2 ) 1.01 3.39 5.74 1.51
Section choisie 2HA8 3HA12 3HA12+3HA10 3HA8

V.2 Armatures transversales

 Vérification du béton vis-à-vis l’effort tranchant


L’effort tranchant maximal : 𝑉𝑢𝑚𝑎𝑥 = −104.95KN
|𝑉𝑢𝑚𝑎𝑥 | 104.95.10−3
La contrainte tangentielle : 𝜏𝑢 = = = 1.17𝑀𝑃𝑎
𝑏𝑑 0.22×0.405

Pour une fissuration peu préjudiciable et pour un angle d’inclinaison des armatures
0.2𝑓𝑐28
α=90° 𝜏𝑢 = 𝑚𝑖𝑛 (
̅̅̅ , 5𝑀𝑃𝑎) = 2.93𝑀𝑃𝑎 ⇒ 𝜏𝑢 ≤ ̅̅̅
𝜏𝑢
1.5

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 146


Projet de fin d’études 2018-2019

 Effort tranchant réduit :


La travée est soumise à des charges réparties, l’effort tranchant réduit est donné par
l’expression suivante :
5ℎ
𝑉𝑢𝑟𝑒𝑑 = |𝑉𝑢𝑚𝑎𝑥 | − 𝑞𝑢
6
5
𝑉𝑢𝑟𝑒𝑑 = 104.95 − × 0.45 × 54.403 = 84.55. 10−3 𝑀𝑁
6
 Pourcentage minimal des armatures transversales
𝐴𝑡 𝐴𝑡 0.4 × 𝑏 0.4 × 0.22
( )≥( ) = = = 3.74. 10−4 𝑚2 /𝑚
𝑆𝑡 𝑆𝑡 𝑚𝑖𝑛 𝑓𝑒𝑡 235
 Diamètre minimal des armatures transversales
ℎ 𝑏0
∅𝑡 ≤ min (∅𝑡𝑚𝑖𝑛 ; ; ) = min(10𝑚𝑚; 12.8𝑚𝑚; 22𝑚𝑚) = 10𝑚𝑚
35 10
On a 3fils d’armature donc on dispose d’un cadre + un étrier
𝐴𝑡 = 4∅6 = 1.13𝑐𝑚2
 Espacement maximal pour les deux travées
𝑠̅𝑡 = min(0.9𝑑; 40𝑐𝑚; 15∅𝑙𝑚𝑖𝑛 : 𝑠𝑖𝐴𝑠𝑐 ≠ 0) = min(36.45𝑐𝑚; 40𝑐𝑚) = 36.45𝑐𝑚
 Espacement initial St0
A partir de la règle de couture, on détermine l’espacement initial St0 à droite de
l’appui initial (x=0) en assurant que 7𝑐𝑚 ≤ 𝑆𝑡0 ≤ 𝑆̅𝑡
𝐴𝑡 𝑏0 𝛾𝑠 (𝜏𝑢𝑟𝑒𝑑 − 0.3𝑓𝑡28 𝑘)
=
𝑆𝑡 0.9𝑓𝑒𝑡 (𝑐𝑜𝑠𝛼 + 𝑠𝑖𝑛𝛼)
𝑉𝑢𝑟𝑒𝑑 84.55. 10−3
𝜏𝑢𝑟𝑒𝑑 = = = 0.95
𝑏 × 𝑑 0.22 × 0.405
𝐴 𝐴 −4
1.13.10
Alors ( 𝑆𝑡) < ( 𝑆𝑡) donc 𝑆𝑡0 = 3.74.10−4 = 30𝑐𝑚 ≤ 𝑆𝑡̅ ⇒ 𝑆𝑡0 = 30𝑐𝑚
𝑡 𝑡 𝑚𝑖𝑛

Le premier espacement est à disposer à St0/2 =15cm à droite de l’appui gauche.


𝐿
𝑛𝑟𝑒𝑝é𝑡𝑖𝑡𝑖𝑜𝑛 = 𝑃. 𝐸 ( ) = 1𝑓𝑜𝑖𝑠
2

On commence la suite de Caquot par le nombre inférieur ou égal à St0 = 16 cm, puis

on passe au nombre suivant jusqu’à L/2 = 1,2 m. On prend St0 = 39 cm lorsque l’espacement
dépasse l’espacement maximal.
On obtient ainsi la répartition suivante dans la demi-portée de la travée 1 :
8/1*16/1*20/1*25/1*35/1*40

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 147


Projet de fin d’études 2018-2019

V. Vérifications

V.1 Aciers de glissement

 Appui simple de rive


L’effort tranchant au voisinage de l’appui de rive nous amène à prolonger une quantité
d’acier
Longitudinale inférieure de la flexion qui est égale au minimum à :
max
Vu
Ag 
f su

 Appui intermédiaire
MU MU
Vu ,G  Vu , D 
A g,G  0.9  d A g,D  0.9  d
f su f su

Tableau 63: Calcul des aciers de glissement

Vumax ( KN ) Ag (cm 2 ) Ag réelle(cm 2 )


Appui M u ( KNm)
G D G D G D
prolonger les
armatures de
flexion de la
1 --- 49.914 -4.52 --- 1.4 ---
travée 1 au-delà
de l’appui :
3HA14=4.62cm2

ne pas prolonger ne pas prolonger


2 104.95 46.98 -42.322 -0.32 -1.98
les armatures les armatures

ne pas prolonger ne pas prolonger


3 95.711 66.92 -71.954 -2.9 -3.75
les armatures les armatures

prolonger les
armatures de
flexion de la
4 87.42 --- -16.64 2.5 travée 3 au-delà ---
de l’appui :
3HA14+3HA12=
8.01cm2

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 148


Projet de fin d’études 2018-2019

V.2 Vérification de la bielle de béton

 Pour un appui de rive


On doit vérifier que :
2 × 𝑉𝑢𝑚𝑎𝑥 0.8 × 𝑓𝑐28
𝜎𝑏 = ≤ = 11.73𝑀𝑃𝑎
𝑎𝑏 𝛾𝑏
Avec :
𝜎𝑏 :Contrainte de compression dans le béton
𝑎 = 𝑙𝑎 -0.02-enrobage
La : Largeur de l’appui
Enrobage=2.5cm
 Pour un appui intermédiaire
2×𝑉𝑢𝑚𝑎𝑥 0.8×𝑓𝑐28
On doit vérifier que : 𝜎𝑏 = ≤
𝑎𝑏 𝛾𝑏

Avec 𝑉𝑢𝑚𝑎𝑥 = 𝑚𝑎𝑥{|𝑉𝑢,𝐷 |; |𝑉𝑢,𝐺 |}

Tableau 64: Vérification de la bielle de béton

Largeur de l’appui
Appui a(m) Vu (kN)  b (MPa)  b  11,73 MPa
(m)
1 0.22 0.175 49.914 2.59 ok
2 0.22 0.175 104.95 5.45 ok
3 0.22 0.175 95.711 4.97 ok
4 0.22 0.175 87.42 4.54 ok

V.3 Vérification de la flèche de la poutre

La vérification de la flèche est une justification vis-à-vis de l’état limite de service. Elle
devient inutile si les conditions suivantes sont satisfaites :
La vérification de la flèche est une justification vis-à-vis de l’état limite de service.
Elle devient inutile si les conditions suivantes sont satisfaites :

ℎ 1
(1) ≥
𝑙 22.5
ℎ 1 𝑀𝑡
(2) ≥
𝑙 10 𝑀0
𝐴𝑠𝑡 4.2
(3) ≤ = 0.0105
𝑏0 𝑑 𝑓𝑒

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 149


Projet de fin d’études 2018-2019

Avec :
M0 est le moment maximal en travée isostatique de référence.
Mt est le moment maximal en travée.
Ast est la section d’acier tendu dans la travée.
Tableau 65: Vérification des conditions de la flèche

Travée 1 2 3
h
0.18 0.1 0.1
l

ℎ 1
≥ = 0.044 Vérifiée Vérifiée Vérifiée
𝑙 22.5

𝑀𝑡 (𝐾𝑁. 𝑚) 25.607 68.88 91.78


𝑀0 (𝐾𝑁. 𝑚) 37.225 107.816 114.204
ℎ 𝑀𝑡
≥ Vérifiée Vérifiée Vérifiée
𝑙 10𝑀0
𝐴𝑠𝑡
0.0026 0.006 0.008
𝑏𝑑
𝐴𝑠𝑡 4,2
≤ = 0.0105 Vérifiée Vérifiée Vérifiée
𝑏0 𝑑 𝑓𝑒

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 150


Projet de fin d’études 2018-2019

VI. Ferraillage

Figure 106 :Ferraillage de la travée 1

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 151


Projet de fin d’études 2018-2019

Figure 107 :Ferraillage de la travée 2

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 152


Projet de fin d’études 2018-2019

Figure 108 :Ferraillage de la travée 3

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 153


Projet de fin d’études 2018-2019

Chapitre V: Poteau

I. Introduction

Un poteau est une poutre droite verticale soumise uniquement à une compression
centrée (N > 0 et Mz = 0).
Le béton résistant très bien à la compression, il serait théoriquement inutile de placer
des armatures. MAIS les charges transmises au poteau ne sont jamais parfaitement centrées
(imperfections d’exécution, moments transmis par les poutres, dissymétrie du chargement).
Pour ces raisons, on introduit des armatures longitudinales calculées de façon forfaitaire
(car ces moments sont difficiles à estimer). Le risque de flambement des armatures
longitudinales conduit à placer des armatures transversales (cadres, étriers ou épingles).

II. Description du poteau

Le poteau à étudier est situé au RDC, il supporte la charge de deux étages.


Pour déterminer l’effort de compression appliqué sur le poteau, on doit faire une
descente de charge manuelle en commençant par la charge appliquée d’étages jusqu’à arriver
au plancher haut du RDC.

Figure 109: poteau étudié

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 154


Projet de fin d’études 2018-2019

III. Descente de charges

III.1 évaluation des charges

 Plancher du 1ére étage


 Surface d’influence
2.43 5.68 4.23 4.11
𝑆=( + )×( + ) = 16.9𝑚2
2 2 2 2

 Charge du plancher
G=6.55×16.9=110.69KN/m2
Q=2.5×16.9=42.25KN/m2
 Poids propre des poutres :
4.11 + 4.23
𝑃𝑃 = 25 × 0.22 × 0.45 × ( ) = 10.32𝐾𝑁
2

5.68 + 2.43
𝑃𝑃 = 25 × 0.22 × 0.25 × ( ) = 5.57𝐾𝑁
2
 Poids propre du poteau au-dessus du poteau étudié
𝑃𝑃 = 25 × 0.22 × 0.22 × 3.05 = 3.69𝐾𝑁
 Charges totales :
𝑁𝐺 = 130.27𝐾𝑁
𝑁𝑄 = 42.25𝐾𝑁
 Plancher terrasse
Le plancher terrasse est une couverture en panneau sandwich
 Charge du plancher
G=0.2×16.9=3.38KN/m2
Q=1×16.9=16.9 KN/m2
 Poids propre des poutres :
4.11 + 4.23
𝑃𝑃 = 25 × 0.22 × 0.45 × ( ) = 10.32𝐾𝑁
2

5.68 + 2.43
𝑃𝑃 = 25 × 0.22 × 0.25 × ( ) = 5.57𝐾𝑁
2
 Charges totales :

𝑁𝐺 = 19.27𝐾𝑁

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 155


Projet de fin d’études 2018-2019

𝑁𝑄 = 16.9𝐾𝑁

III.2 combinaisons des charges

Pour tenir compte de la continuité de la poutre on majore la charge sur la poutre par
10% puisque le poteau étudié est à proximité d’un poteau de rive :
𝑁𝑢 = (1.35 × 149.54 + 1.5 × 59.15) × 1.1 = 319.66𝐾𝑁
𝑁𝑠 = (149.54 + 59.15) × 1.1 = 229.56𝐾𝑁

VI. Dimensionnement

 Longueur de flambement

Figure 110 : hauteur libre du poteau

𝑙𝑓 = 𝑘 × 𝑙0
Avec l0 : longueur libre du poteau
k : coefficient de flambement
𝑙𝑓 = 0.7 × 3.05 = 2.135𝑚
√12
𝑎≥ × 𝑙𝑓 = 0.21 ; soit a=22cm
35

𝑁 0.229
Pour un poteau de section carré 𝑎2 ≥ 10𝑠 ⇔ 𝑎 ≥ √ = 0.15𝑚
10

On prend un poteau carré 22×22 (cm)


𝑙𝑓
 Elancement 𝜆 = 𝑖

𝐼
Avec i : rayon de giration 𝑖 = √𝐵

B : aire de la section transversale


𝑎4
𝐼 = 12 = 19521.3𝑐𝑚4

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 156


Projet de fin d’études 2018-2019

19521.3.10−8
𝑖=√ = 0.063𝑚
0.22×0.22

2.135
𝜆= = 33.8 < 50
0.063
 Ferraillage
0.85
𝛼(𝜆) = = 0.71
𝜆 2
1 + 0.2 × ( )
35
𝛾𝑠 𝑁𝑢 𝐵𝑟 × 𝑓𝑐28
𝐴𝑠𝑐 = ×[ − ]
𝑓𝑒 𝛼(𝜆) 0.9 × 𝛾𝑏
Avec : 𝐵𝑟 = (𝑎 − 2) × (𝑏 − 2) = 0.04𝑚2
𝑓𝑒 = 400𝑀𝑃𝑎
𝑁𝑢 =0.319MN
𝛼(𝜆) = 0.71
𝑓𝑐28 = 22𝑀𝑃𝑎
𝛾𝑏 = 1.5 𝛾𝑠 = 1.15
1.15 0.319 0.04×22
𝐴𝑠𝑐 = × [ 0.71 − ] = −5.82. 10−4 < 0 → 𝐴𝑠𝑐 = 𝐴𝑚𝑖𝑛
400 0.9×1.5

 Condition d’acier minimal :


0.2 × 𝐵
𝐴𝑚𝑖𝑛 = max(4𝑐𝑚2 𝑝𝑎𝑟 𝑚é𝑡𝑟𝑒 𝑑𝑒 𝑝é𝑟𝑖𝑚𝑒𝑡𝑟𝑒 𝑑𝑒 𝑙𝑎 𝑠𝑒𝑐𝑡𝑖𝑜𝑛; = 0.96𝑐𝑚2 )
100
𝐴𝑚𝑖𝑛 = max(4𝑐𝑚2 ; 1.25𝑐𝑚2 ) = 4𝑐𝑚2
5𝐵
𝐴𝑚𝑎𝑥 = = 24.2𝑐𝑚2
100
𝐴𝑚𝑖𝑛 ≤ 𝐴𝑠𝑐 ≤ 𝐴𝑚𝑎𝑥 𝐴𝑠𝑐 = 𝐴𝑚𝑖𝑛 = 4𝑐𝑚2 Soit 4HA12=4.52cm2
 Disposition constructives :
 Armatures longitudinales :
𝑑𝑖 ≤ min(40𝑐𝑚; 𝑎 + 10𝑐𝑚) = min(40𝑐𝑚; 32𝑐𝑚) = 32𝑐𝑚
𝑑𝑖 = 𝑎 − 2.5 × 𝑒 − ∅ = 15.8𝑐𝑚
 Armatures transversales :
∅𝑚𝑎𝑥
𝑙
= 4𝑚𝑚 ≤ ∅𝑡 ≤ 12𝑚𝑚
3
soit∅𝑡 = 6𝑚𝑚
 Longueur de recouvrement

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 157


Projet de fin d’études 2018-2019

La longueur de recouvrement Lr dans la zone de recouvrement, sur laquelle on doit


disposer au moins de trois nappes est égale à 𝐿𝑟 = 0.6 × 𝑙𝑠
∅𝑙𝑚𝑎𝑥 𝑓
Avec ls :longueur de scellement 𝑙𝑠 = × ̅̅𝜏̅̅𝑒
4 𝑢

𝜏̅𝑢 = 0.6 × 𝜓𝑠2 × 𝑓𝑡28


1 𝑅𝐿
𝜓𝑠 = {
1.5 𝐻𝐴
𝜏̅𝑢 = 0.6 × 1.52 × 1.92 = 2.59𝑀𝑃𝑎
1.2 400
𝑙𝑠 = × = 46.3𝑐𝑚
4 2.59
𝐿𝑟 = 0.6 × 46.3 = 27.8𝑐𝑚
 Justification à l’ELS
σbc :la contrainte de compression dans le béton
A l’ELS l’acier et le béton sont supposés tous les deux élastiques :
𝑁𝑠𝑒𝑟 𝑁𝑠𝑒𝑟 = 229.56𝐾𝑁
𝜎𝑏𝑐 = 𝑎𝑣𝑒𝑐 {
𝑠 𝑆 = 𝐵 + 15 × 𝐴𝑙 : 𝑠𝑒𝑐𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑟𝑒𝑛𝑑𝑢𝑒 ℎ𝑜𝑚𝑜𝑔é𝑛𝑒
229.56. 10−3
𝜎𝑏𝑐 = = 4.16𝑀𝑃𝑎 ≤ 0.6 × 𝑓𝑐28 = 13.2𝑀𝑃𝑎 ⇒ 𝑣é𝑟𝑖𝑓𝑖é
0.22 × 0.22 + 15 × 4.52. 104−

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 158


Projet de fin d’études 2018-2019

VII. Ferraillage

Figure 111 :ferraillage du poteau

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 159


Projet de fin d’études 2018-2019

ChapitreVI : Escalier

I. Introduction :
Les escaliers sont des éléments de la structure qui permettent de franchir les divers
niveaux d'une construction. L´escalier qu’on va étudier est constitué par deux volées, il assure
l´accès d’un étage courant à un autre séparés d’une hauteur sous plafond de 3 m.

Figure 112: Vue de dessus de l’escalier à étudier

II. Caractéristiques géométriques

Figure 113 : Constituants d’un escalier Figure 114 : schéma d’un escalier droit

 Volée : ensemble de marches entre deux parties horizontales.


 Paillasse : Partie inclinée servant de support aux marches sur toute leur largeur.
 Palier : Partie horizontale d’accès ou d’arrivée d’une volée
 g : Giron (marche) distance entre deux nez de marche.
 h : Hauteur de marche (contre marche)
 α : inclinaison de volée = arctg (H/g).

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 160


Projet de fin d’études 2018-2019

 H étage : hauteur à franchir, égale à la hauteur libre sous plafond + épaisseur du plancher
fini
 L : longueur projetée de la volée
 e : épaisseur de la dalle (paillasse ou palier)
 n : nombre de contre marche
𝐻 = ℎ𝑎𝑢𝑡𝑒𝑢𝑟 𝑠𝑜𝑢𝑠 𝑝𝑙𝑎𝑓𝑜𝑛𝑑 + 𝑑𝑎𝑙𝑙𝑒 𝑓𝑖𝑛𝑖 = 3.365𝑚
Hauteur des contremarches :13cm≤h≤17cm ; soit h=17cm
𝐻 3.365
𝑛= = = 19.8 𝑠𝑜𝑖𝑡 𝑛 = 19 ⇒ ℎ = 17.71𝑐𝑚
ℎ 0.17
Largeur des marches g : 0,26m ≤ g ≤ 0,36m ; soit g=0.3m

II.1 Caractéristique du volé1

𝑛 = 11
 Longueur projetée de la volée L = 4.465 m
 Longueur de paillasse l=3.3m
 Vérification par la relation de BONDEL :
0.6𝑚 ≤ 2 × ℎ + 𝑔 = 0.64𝑚 ≤ 0.64𝑚 √
ℎ 17.17
 Inclinaison de la paillasse : 𝛼 = 𝑎𝑟𝑐𝑡𝑔 (𝑔) = 𝑎𝑟𝑐𝑡𝑔 ( ) = 29.78°
30

 Epaisseur de la paillasse : 𝑒𝑝𝑎𝑖𝑙𝑙𝑎𝑠𝑠𝑒 = 0.018 × 𝐿 × 3√𝜌𝑏 × 𝑒 + 𝑞


𝑒 3 − 1.29. 10−2 𝑒 − 1.29. 10−3 = 0 ↔ 𝑒 = 15.6𝑐𝑚
Pour tenir compte du revêtement on prend e=17cm
 Condition de la flèche : L’épaisseur de la paillasse doit vérifier la condition de flèche :
𝐿 𝐿
≤ 𝑒 ≤ 25 0.148 m ≤ 𝑒 ≤ 0.178 𝑚  vérifiée
30

II.2 Caractéristique du volé 2 :

𝑛=6
 Longueur projetée de la volée L= 4.11m
 Longueur de paillasse l=1.8m
 Vérification par la relation de BONDEL :
0.6𝑚 ≤ 2 × ℎ + 𝑔 = 0.64𝑚 ≤ 0.64𝑚 √
ℎ 17.17
 Inclinaison de la paillasse : 𝛼 = 𝑎𝑟𝑐𝑡𝑔 (𝑔) = 𝑎𝑟𝑐𝑡𝑔 ( ) = 29.78°
30

 Epaisseur de la paillasse : 𝑒𝑝𝑎𝑖𝑙𝑙𝑎𝑠𝑠𝑒 = 0.018 × 𝐿 × 3√𝜌𝑏 × 𝑒 + 𝑞


𝑒 3 − 1.01. 10−2 𝑒 − 1.01. 10−3 = 0 ↔ 𝑒 = 13.3𝑐𝑚

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 161


Projet de fin d’études 2018-2019

Pour tenir compte du revêtement on prend e=15cm


 Condition de la flèche : L’épaisseur de la paillasse doit vérifier la condition de flèche :
𝐿 𝐿
≤ 𝑒 ≤ 25 0.137 m ≤ 𝑒 ≤ 0.16 𝑚  vérifiée
30

III. Evaluation des charges :

 Charge d’exploitation :
La charge réglementaire proposée par le BAEL 91 pour les escaliers dans les bâtiments
à usage bureautique est : Q=25 KN/m².
 Charge permanentes :
Les poids volumiques des matériaux constitutifs des différents éléments de l’escalier
sont présentés dans le tableau suivant :

Tableau 66: Poids volumique des matériaux

Matériaux Poids KN/m3 Epaisseur(cm)


Béton 𝜌𝑏é𝑡𝑜𝑛 = 25 17
Mortier 𝜌𝑚𝑜𝑟𝑡𝑖𝑒𝑟 = 20 1.5
Granit marche 𝜌𝑔𝑟𝑎𝑛𝑖𝑡 = 28 3
Granit contre marche 𝜌𝑔𝑟𝑎𝑛𝑖𝑡 = 28 1.5
Béton banché 𝜌𝑏𝑏 = 22 -
Enduit 𝜌𝑒𝑛𝑑𝑢𝑖𝑡 = 22 1.5
Tableau 67 : Charges permanentes par mètre linéaire de la paillasse

Désignations Formules Charges(KN)


Chape du béton 𝑒 4.9
× 1 × 𝜌𝑏
e=17cm,α=29.78° 𝑐𝑜𝑠𝛼
Béton banché ℎ 1.95
× 1 × 𝜌𝑏𝑏
2

Granit de marche e=3cm 𝑒𝑔𝑟𝑎𝑛𝑖𝑡 × 1 × 𝜌𝑔 0.84

Granit de contre marche 𝑒𝑔𝑟𝑎𝑛𝑖𝑡 × (ℎ − 𝑒𝑔𝑟𝑎𝑛𝑖𝑡 ) 0.25


e=1.5cm × 𝜌𝑔
𝑔
×1
Mortier de pose( contre 𝑒𝑔𝑟𝑎𝑛𝑖𝑡 × (ℎ − 𝑒𝑔𝑟𝑎𝑛𝑖𝑡 ) 0.17
marche ) e=1.5cm × 𝜌𝑚
𝑔
×1
Mortier de pose (marche) 𝑒𝑚𝑜𝑟𝑡𝑖𝑒𝑟 × 𝜌𝑚 × 1 0.3
e=1.5cm
Enduit e=1.5cm 𝑒𝑒 0.38
× 1 × 𝜌𝑒𝑛𝑑
𝑐𝑜𝑠𝛼
𝐺𝑝𝑎𝑖𝑙𝑙𝑎𝑠𝑠𝑒 8.79

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 162


Projet de fin d’études 2018-2019

Tableau 68: Charges permanentes par mètre linéaire sur le palier

Formules Charges (KN/m)


Désignations

Chape du béton 4.25


𝑒𝑏 × 1 × 𝜌𝑏é𝑡𝑜𝑛
e=17cm

Mortier de pose 0.3


𝑒𝑚 × 1 × 𝜌𝑏𝑏
e=1.5cm

𝑒𝑒𝑛𝑑 × 1 × 𝜌𝑒𝑛𝑑 0.33


Enduit e=1.5cm

Revêtement 0.84
𝑒𝑔𝑟𝑎𝑛𝑖𝑡 × 1 × 𝜌𝑔
granit palier
5.72
Gpalier

III.1 Calcul des sollicitations volée 1 :

 Combinaisons des charges à L’ELU et à L’ELS


 A l’ELU
Paillasse : 𝑃𝑢 = 1.35𝐺1 + 1.5𝑄 = 1.35 × 8.79 + 1.5 × 2.5 = 15.61𝐾𝑁/𝑚𝑙
Palier : 𝑃𝑢 = 1.35 × 𝐺2 + 1.5 × 𝑄 = 1.35 × 5.72 + 1.5 × 2.5 = 11.47𝐾𝑁/𝑚𝑙
 A l’ELS
Paillasse : 𝑃𝑠 = 𝐺1 + 𝑄 = 8.79 + 2.5 = 11.29𝐾𝑁/𝑚𝑙
Palier : 𝑃𝑠 = 𝐺2 + 𝑄 = 5.72 + 2.5 = 8.22𝐾𝑁/𝑚𝑙
 Calcul des sollicitations

Figure 115: schéma de calcul de la volée N°1

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 163


Projet de fin d’études 2018-2019

Tableau 69: Récapitulatif des sollicitations à l’ELU et à l’ELS pour la volée N°1

Appui gauche En travée Appui droite


Moment ELU -6 38 -6
fléchissant
(KN.m/ml) ELS -4 27 -4
Effort ELU 31 - -31
Tranchant
(KN/ml) ELS 22 - -22

III.2 Calcul des sollicitations volée 2

Puisque notre conception la volée 1 est appuyée sur la volée 2 donc on ajoute au
chargement :
Gvolée1 : effort tranchant due à la charge permanente de la volée 1 sur la volée 2.
Qvolée1 : effort tranchant due à la charge d’exploitation de la volée 1 sur la volée2.
 A l’ELU
Paillasse :𝑃𝑢 = 1.35(𝐺1 + 𝐺𝑣 ) + 1.5(𝑄 + 𝑄𝑣 ) = 1.35 × 25.79 + 1.5 × 8.5 =
47.56𝐾𝑁/𝑚𝑙
 A l’ELS
Paillasse : 𝑃𝑠 = 𝐺1 + 𝐺𝑣 + 𝑄 + 𝑄𝑣 = 25.79 + 8.5 = 34.29𝐾𝑁/𝑚𝑙

Figure 116: schéma de calcul de la volée N°2

Tableau 70: Récapitulatif des sollicitations à l’ELU et à l’ELS pour la volée N°2

Appui gauche En travée Appui droite


Moment ELU -2.8 19.26 -2.8
fléchissant
(KN.m/ml) ELS -2.1 14 -2.1
Effort ELU 42.8 - -42.8
Tranchant
(KN/ml) ELS 30.86 - -38.86

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 164


Projet de fin d’études 2018-2019

IV. Calcul de ferraillage

 Dimensionnent à l’ELU : (exemple de calcul pour la volée1)


On effectuera le ferraillage pour une poutre de largeur b=1 m et de hauteur égale à la
hauteur de la paillasse h=0.1771m (calcul de section rectangulaire). Il convient de prendre les
valeurs des sollicitations les plus importantes pour avoir les mêmes nuances d’armatures tout
le long de l’escalier.
Dans ce cas b=1m

d=0.9×0.1771=0.159m
 Armatures longitudinale en travée :
𝑀𝑢 = 38𝐾𝑁. 𝑚
𝑓𝑐28 22
𝑓𝑏𝑢 = 0.85 × = 0.85 × = 12.467 𝑀𝑃𝑎
1.5 1.5
𝑀𝑢 30 × 10−3
𝜇= = = 0.12 ≤ 𝜇𝑙 = 0.39
𝑏𝑑 2 𝑓𝑏𝑢 1 × 0.1592 × 12.467
Donc pas d’acier comprimé
𝛼𝑢 = 1.25 × (1 − √1 − 2𝜇) = 1.25 × (1 − √1 − 2 × 0.158) = 0.16
𝛽𝑢 = 1 − 0.4𝛼𝑢 = 0.93
𝑦𝑢 = 𝛼 𝑢 . 𝑑 = 0.025
𝛼𝑢 ≤ 0.167 ⇒ 𝑝𝑖𝑣𝑜𝑡 𝐴 ⇒ 𝜎𝑠𝑡 = 𝑓𝑠𝑢
𝑀𝑢 38 × 10−3
𝐴𝑢𝑠𝑡 = = = 7.3 𝑐𝑚2
𝑓𝑠𝑢 × 𝑧 347.826 × 0.149
 Condition de non fragilité
𝑓𝑡28
𝐴𝑚𝑖𝑛 = 0.23𝑏𝑑 = 1.75𝑐𝑚2
𝑓𝑒
𝐴𝑠𝑡 = 𝑀𝑎𝑥(𝐴𝑢𝑠𝑡 , 𝐴𝑚𝑖𝑛 ) = 7.3𝑐𝑚2 /ml
On prend 8HA12, Ast retenu=9.05cm2
 Vérification a l’ELS :
𝑀𝑠 = 27KN. m
𝑏𝑦13
𝐼𝑆𝑅𝐻/𝐴𝑁 = + 15𝐴𝑠𝑡 (𝑑 − 𝑦1 )2
3
Avec y1 racine positive de 𝐴𝑦12 + 𝐵𝑦1 + 𝐶 = 0
𝑏 1
𝐴= = = 0.5𝑚
2 2
𝐵 = 15𝐴𝑠𝑡 = 15 × 9.05. 10−4 = 1.35. 10−2

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 165


Projet de fin d’études 2018-2019

𝐶 = −15𝐴𝑠𝑡 𝑑 = −15 × 9.05. 10−4 × 0.159 = −2.16. 10−3


𝑦1 = 0.05𝑚 = 5𝑐𝑚
𝐼𝑆𝑅𝐻/𝐴𝑁 = 2.03. 10−4 𝑚4
𝑀𝑠
𝜎𝑏𝑐 = 𝑦1 = 6.65𝑀𝑃𝑎
𝐼𝑆𝑅𝐻/𝐴𝑁
𝜎𝑏𝑐 = 0.6 × 𝑓𝑐28 = 13.2𝑀𝑃𝑎
̅̅̅̅
𝜎𝑏𝑐 ≤ ̅̅̅̅
𝜎𝑏𝑐 𝑣é𝑟𝑖𝑓𝑖é𝑒
 Armatures de répartition :
𝐴𝑟𝑒𝑡𝑒𝑛𝑢
𝐴𝑟𝑒𝑝 = = 2.26𝑐𝑚2 /𝑚𝑙
4
Soit 5HA8 = 2.51𝑐𝑚2 /𝑚𝑙
Espacement St=cm
𝑆𝑡 = 𝑐𝑚 ≤ min(4ℎ; 45𝑐𝑚) = min(68.8; 45𝑐𝑚) = 45𝑐𝑚 ⇒ 𝑣é𝑟𝑖𝑓𝑖é𝑒
Armatures sur appuis :
𝑀𝑢 = 6𝐾𝑁. 𝑚
𝑓𝑏𝑢 = 12.467 𝑀𝑃𝑎
𝑀𝑢 6 × 10−3
𝜇= 2 = = 0.016 ≤ 𝜇𝑙 = 0.39
𝑏𝑑 𝑓𝑏𝑢 1 × 0.1592 × 12.467
Donc pas d’acier comprimé
𝛼𝑢 = 1.25 × (1 − √1 − 2𝜇) = 1.25 × (1 − √1 − 2 × 0.158) = 0.02

𝑦𝑢 = 𝛼 𝑢 . 𝑑 = 0.072

𝛼𝑢 ≤ 0.167 ⇒ 𝑝𝑖𝑣𝑜𝑡 𝐴 ⇒ 𝜎𝑠𝑡 = 𝑓𝑠𝑢


𝑀𝑢 6 × 10−3
𝐴𝑢𝑠𝑡 = = = 0.83𝑐𝑚2
𝑓𝑠𝑢 × 𝑧 347.826 × 0.149
 Condition de non fragilité
𝑓𝑡28
𝐴𝑚𝑖𝑛 = 0.23𝑏𝑑 = 1.75 𝑐𝑚2
𝑓𝑒
𝐴𝑠𝑡 = 𝑀𝑎𝑥(𝐴𝑢𝑠𝑡 , 𝐴𝑚𝑖𝑛 ) = 1.75 𝑐𝑚2 /ml
On prend 4HA8, Ast retenu=2.01cm2 /ml
Espacement St=20cm , 𝑆𝑡 = 20𝑐𝑚 ≤ min(3ℎ; 33𝑐𝑚) = min(51; 33𝑐𝑚) = 33𝑐𝑚 𝑣é𝑟𝑖𝑓𝑖é𝑒

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 166


Projet de fin d’études 2018-2019

Tableau 71: récapitulatif des armatures en travées et sur appuis de l’escalier

Volée 1 Volée 2
Travée Appui Travée Appui
Dimensionnement à l’ELU
Mu(KN.m/ml) 38 6 19.26 2.8
µl 0.39 0.39 0.39 0.39
µ 0.12 0.016 0.059 0.008
µ≤µl oui oui oui oui
Asc(cm2) 0 0 0 0
Amin(cm2/ml) 1.75 1.75 1.75 1.75
Ast ≥Amin oui non oui non
Ast retenue(cm2/ml) 7.3 1.75 3.8 1.75
Armatures choisies 8HA12 4HA8 7HA10 4HA8
Ast réelle(cm2/ml) 9.05 2.01 5.5 2.01
Vérification à l’ELS
Ms(KN.m/ml) 27 4 14 2.1
Y1(m) 0.05 0.028 0.04 0.028
ISRH/AN 10-4 m4 2.03 0.55 1.38 0.55
𝜎𝑏𝑐
̅̅̅̅ 13.2 13.2 13.2 13.2
𝜎𝑏𝑐 6.65 2.03 4.05 1.06
𝜎𝑏𝑐 ≤ ̅̅̅̅
𝜎𝑏𝑐 Vérifié Vérifié Vérifié Vérifié

 Vérification de la contrainte tangentielle :


Pour les poutres dalles, coulées sans reprise de bétonnage sur leur épaisseur, les
armatures transversales ne sont pas nécessaires si 𝜏𝑢 ne dépasse pas 𝜏̅̅̅
𝑢

 Volée 1 :
𝑣𝑢𝑚𝑎𝑥 31. 10−3
𝜏𝑢 = = = 0.19𝑀𝑃𝑎
𝑏𝑑 1 × 0.159
Il s’agit de fissuration peu préjudiciable : Armatures d’âmes droites
0.2 𝑓𝑐28
𝜏𝑢 = min (
̅̅̅ ; 5𝑀𝑃𝑎) = min(2.9; 5𝑀𝑃𝑎) = 2.9𝑀𝑃𝑎
𝛾𝑏
𝜏𝑢 < ̅̅
𝜏̅̅
𝑢 Vérifiée

 Volée 2 :
𝑣𝑢𝑚𝑎𝑥 42.8. 10−3
𝜏𝑢 = = = 0.27𝑀𝑃𝑎
𝑏𝑑 1 × 0.159
𝜏𝑢 < ̅̅
𝜏̅̅
𝑢 Vérifiée

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 167


Projet de fin d’études 2018-2019

 Vérification de la flèche
La vérification est non nécessaire si :
ℎ 1 𝑀𝑡𝑥 𝐴 2
≥ 𝑒𝑡 ≥
𝑙 20 𝑀𝑜𝑥 ℎ𝑑 𝑓𝑒
 Volée 1 :
ℎ 0.177 1 𝑀𝑡𝑥 1 38
= = 0.177 ≥ = = 0.05√
𝑙 1 20 𝑀𝑜𝑥 20 38
𝐴 9.05. 10−4 2
= = 0.032 ≥ = 0.005√
ℎ𝑑 0.177 × 0.159 𝑓𝑒
 Volée 2
ℎ 0.177 1 𝑀𝑡𝑥 1 19.26
= = 0.177 ≥ = = 0.05√
𝑙 1 20 𝑀𝑜𝑥 20 19.26
𝐴 5.05. 10−4 2
= = 0.017 ≥ = 0.005√
ℎ𝑑 0.177 × 0.159 𝑓𝑒

Figure 117 : ferraillage de la volée 1

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 168


Projet de fin d’études 2018-2019

Figure 118 : ferraillage de la volée 2

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 169


Projet de fin d’études 2018-2019

ChapitreVII : fondation

I. Introduction

Une fondation se définit comme un élément architectural d’un bâtiment qui assure la
transmission et la répartition des charges de cet ouvrage dans le sol (poids propre du bâtiment,
forces climatiques et surcharges liées à son utilisation).
Les fondations d’un bâtiment représentent un enjeu essentiel de son architecture, car elles
forment la partie structurelle qui s’oppose au tassement et aux infiltrations
On va adopter comme il est recommandé dans la conclusion du rapport géotechnique le
système de fondation superficielle, semelles isolées sous les poteaux et filantes sous les voiles.

II. Hypothèses de calcul

La valeur de la contrainte admissible du sol est 𝜎 = 4𝑏𝑎𝑟𝑠 . On a choisi une fissuration


préjudiciable et un enrobage de 5 cm.

III. Semelle sous poteau

La semelle étudié est celle-ci

Figure 119 : schéma de la semelle étudié

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 170


Projet de fin d’études 2018-2019

III.1 Calcul des sollicitations

Les sollicitations transmises par le poteau dont la section 22×22cm2 sont les suivantes :
𝑔 = 0.149𝑀𝑁
{
𝑞 = 0.059 𝑀𝑁
L’effort normal au niveau supérieur de la semelle :

𝐴 𝑙 ′ 𝐸𝐿𝑈 𝑁𝑢 = 1.35 × 0.149 + 1.5 × 0.059 = 0.289 𝑀𝑁


{
𝐴 𝑙 ′ 𝐸𝐿𝑆 𝑁𝑠 = 0.149 + 0.059 = 0.208 𝑀𝑁
III.2 Dimensions de la semelle

Dans le cas général, on suppose que la semelle de dimensions A×B soit homothétique avec le
𝑎 𝐴
poteau a×b, c'est-à-dire : =
𝑏 𝐵

On utilise une majoration de 5% sur P pour tenir compte du poids propre de la semelle.
𝑵𝒔 = 𝟏. 𝟎𝟓 × 𝟎. 𝟐𝟎𝟖 = 𝟎. 𝟐𝟏𝟖𝑴𝑵
𝝈𝒔𝒐𝒍
̅̅̅̅̅=0.4MPa
𝝈𝑮𝑩
̅̅̅̅̅=0.6MPa
 Condition de portance : (répartition bi-triangulaire)
3 𝑁𝑠
𝐴𝐵 ≥
2 ̅̅̅̅̅
𝜎𝐺𝐵

3 𝑁𝑠 𝑏 3 0.218 22
→𝐵≥√ =√ = 0.73𝑚 𝑜𝑛 𝑝𝑟𝑒𝑛𝑑 𝐴 = 𝐵 = 75 𝑐𝑚2
2 ̅̅̅̅̅
𝜎𝐺𝐵 𝑎 2 0.6 22

 Condition de rigidité :
𝐁−𝐛
≤ 𝐝𝐚 , 𝐝𝐛 ≤ 𝐀 − 𝐚
𝟒

𝟎. 𝟏𝟑𝒄𝒎 ≤ 𝒅𝒂 , 𝒅𝒃 ≤ 𝟎. 𝟓𝟑𝐜𝐦
Soit H=20cm

𝑃𝑠𝑒𝑚𝑒𝑙𝑙𝑒 = 25 × A × B × H =25×0.75×0.75×0.20=0.0028MN

III.3 Dimensionnement des aciers :

𝑃𝑢 =0.289+1.35×0.0028=0.29MN

Pour n’est pas avoir des crochets :

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 171


Projet de fin d’études 2018-2019

𝐴 𝐴
- 𝑙𝑠𝑎 ≤ → 38.58 Φ𝑎 ≤
4 4

 Φ𝑎 ≤ 4.8mm Donc il faut avoir des crochets.

𝐵 𝐵
- 𝑙𝑠𝑏 ≤ → 38.58Φ𝑏 ≤
4 4

 Φ𝑏 ≤ 4.8 𝑚𝑚 Donc il faut avoir des crochets.

Soit Φ𝑏 = Φ𝑎 = 8𝑚𝑚

∅𝑎 0.008
𝑑𝑎 = ℎ − 𝑐 − − ∅𝑏 = 0.2 − 0.03 − − 0.008 = 0.158𝑚
2 2

∅𝑏 0.008
𝑑𝑏 = ℎ − 𝑐 − = 0.2 − 0.03 − = 0.166𝑚
2 2

𝑁𝑢 (𝐵 − 𝑏) 9 𝐴 0.29 (0.75 − 0.22) 9


𝐴𝑏𝑏𝑖𝑡𝑟𝑖𝑎𝑛𝑔 = × 𝑀𝑎𝑥 (1, × ) = × = 3.32 𝑐𝑚2
8𝑑𝑏 𝑓𝑠𝑢 8 𝐵 400 8
8 × 0.166 ×
1.15

 soit 8HA8 𝐴𝑏𝑏𝑖𝑡𝑟𝑖𝑎𝑛𝑔 = 4.02𝑐𝑚2

𝑁𝑢 (𝐴 − 𝑎) 9 𝐴 0.29 (0.75 − 0.22) 9


𝐴𝑎𝑏𝑖𝑡𝑟𝑖𝑎𝑛𝑔 = × 𝑀𝑎𝑥 (1, × )= × = 3.93 𝑐𝑚2
8𝑑𝑎 𝑓𝑠𝑢 8 𝐵 400 8
8 × 0.158 ×
1.15

 soit 8HA8 𝐴𝑎𝑏𝑖𝑡𝑟𝑖𝑎𝑛𝑔 = 4.02𝑐𝑚2

2∅
𝐵 − (2 × c + 2 b ) 0.75 − (2 × 0.03 + 0.008)
𝑆𝑡𝑎 = 𝑆𝑡 𝑏 = = = 9.74𝑐𝑚
𝑛𝑏𝑟 𝑑𝑒𝑠 𝑏𝑎𝑟𝑟𝑒𝑠 − 1 7

L’utilisation de 8HA8 espacées de 9.74cm est trop serré donc on choisit 4HA12=4.52cm2

2∅
𝐵−(2×c+ b )
L’espacement devient 𝑆𝑡𝑎 = 𝑆𝑡 𝑏 = 𝑛𝑏𝑟 𝑑𝑒𝑠 𝑏𝑎𝑟𝑟𝑒𝑠−1
2
= 22.6𝑐𝑚

III.4 Dimension du gros béton

 Condition d’homothétie :
𝐀′ 𝐀 𝐚
= = =𝟏
𝐁′ 𝐁 𝐛
 Condition de portance :
𝑵𝒔𝒆𝒓𝒗
𝑨′𝑩′ ≥
𝛔𝐬𝐨𝐥
̅̅̅̅̅

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 172


Projet de fin d’études 2018-2019

𝐁 𝑵𝒔𝒆𝒓𝒗 𝟎.𝟐𝟏𝟎𝟖
𝑩′ ≥ √𝐀 =√ = 𝟎. 𝟕𝟖𝒎
𝝈𝐬𝐨𝐥
̅̅̅̅̅̅ 𝟎.𝟒

Soit 𝐀′ = 𝑩′ = 𝟏𝒎
 Calcul de la hauteur minimal Hmin

𝐵′ −𝐵
Tg (β)= 2×H′ (β=35°)

𝐵′ −𝐵
H′=1.5× =18.7cm
2

Soit 𝐇′=25cm

Donc, on adopte un gros béton de dimensions (A’ x B’ x H) = (1 x 1x 0.25).

 Poids propre de gros béton : PGB=A’ x B’ x H x γB=6.25KN


 Vérification :
𝑷𝒔𝒆𝒓 0.2108+0.006
𝑨′𝑩′
= 𝟏×𝟏
𝝈𝐬𝐨𝐥 = 0.4𝑀𝑃𝐴 (Vérifiée)
= 𝟎. 𝟐𝟏𝟔 𝑴𝑷𝑨 < ̅̅̅̅̅̅

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 173


Projet de fin d’études 2018-2019

IV. Ferraillage de la semelle

Figure 120 :ferraillage de la semelle

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 174


Projet de fin d’études 2018-2019

Conclusion générale

A la fin de ce projet nous devons signaler le grand intérêt qu’il nous a apporté. Une étape
très remarquable et nécessaire pour confronter un nombre assez important de problèmes d’ordre
structural et technique.

Concernant la conception de la structure, elle nous a permis d’améliorer notre logique


et esprit d'ingénieur et d'aiguiser nos réflexes vis-à-vis aux problèmes rencontrés.

Pour ce projet, afin d’aboutir au dimensionnement il faut passer par le calcul des
sollicitations qui est une étape importante. Pour cette raison un calcul manuel a été effectué
pour tous les éléments de ce projet : pannes, liernes, poteaux, porte-à-faux, et fermes à treillis.

Ce projet nous a permis de se familiariser avec le logiciel Robot ainsi qu’approfondir


nos connaissances à bien manipuler les options des logiciels Arche.

Enfin ce projet nous a donner l’occasion d’appliquer nos connaissances acquises lors du
cours de construction métallique et CCSBA et d’avoir une petite idée sur la manière du travail.

GUERDELLI Salem- SLIMEN Nourhen 175