Vous êtes sur la page 1sur 6

Université Abd El Hamid Ibn Badis, Faculté des Sciences et de la Technologie,

Département de Génie Civil et d’Architecture


2ème Année Licence Architecture et Urbanisme
Module : Histoire de l’architecture 3
Enseignante : Mme R. GHARIRI

L’architecture Classique.
1- Introduction: Contexte général
Alors que le baroque prend naissance à Rome et s'épanouit essentiellement dans le domaine
architectural, le classicisme est un mouvement principalement français.

Si la France accueille favorablement le baroque, notamment dans la décoration intérieure


des églises, elle lui oppose également une esthétique toute différente : le classicisme. Ainsi
très peu d'édifices baroques sont construits en France.

En 1665, Louis XIV souhaite achever la construction du Louvre et fait venir de Rome le
Bernin. Son projet est sévèrement critiqué par ses homologues français.

C'est l'architecte Claude Perrault (1613-1688) qui finalement réalise la colonnade du Louvre
(face Est). Le classicisme semble triompher de la « tentation baroque ».

2- Caractéristiques.

 Art français qui s’impose partiellement à l’Europe baroque au XVIII°

 Théâtralisation comme pour le baroque mais avec des moyens différents: clarté et rigueur
de composition, harmonie et équilibre des lignes droites

 Objectifs différents : le classicisme est l’affirmation de la puissance royale (recherche de


majesté) là où le baroque est avant une expression religieuse.

 Importance de l’urbanisme comme dans le baroque : places royales.

CLASSICISME BAROQUE

Rationalité Passion (émotion avant tout)

Dynamicité : clarté et hiérarchisation Dynamicité : jeu sur les espaces concaves


des volumes travaillés en profondeur et convexes pour animer façades et plan
Unification de l’espace : équilibre et Unification de l’espace : interpénétration
harmonie entre les volumes des volumes
Ligne droites orthogonales et sobriété Formes ondulantes et décor exubérant
du décor

1
Eléments

• Escalier: Le classique comme le baroque emploiera une cage d’escalier plus ample.

• Ouvertures: fenêtres à châssis de bois (menuiseries) à vitrages à petits carreaux


montés sur bois et non plus montés sur plomb comme à la Renaissance.

Renaissance Classicisme > 1580 Classicisme > 1660

Techniques de construction

 Généralement il n’y a pas d’évolution des procédés par rapport à la Renaissance.


 prédominance de la construction appareillée ou alliance de la brique avec chaînage
de pierre
 Pour les édifices religieux : système gothique connu (arc boutant, ogives) mais voûtes
en berceau (avec interpénétrations).

3- Chronologie.

3.1- Vers le classicisme (1580-1640) :

LA FIN DE LA RENAISSANCE

 Distribution extérieure: établissement des plans-types de l’hôtel particulier et du


château campagnard
 Distribution intérieure: adoption de la disposition des pièces en enfilade suivant le
modèle italien, avec escalier rejeté sur les côtés
 Edifices religieux : peu de changement par rapport à la Renaissance, si ce n’est
l’adoption de la voûte en berceau

DECORATION ET ELEVATION

 Toitures toujours élevées comme à la Renaissance


 Disparition des ordres en façade, qui sont le plus souvent rappelés par des chaînages
de pierre, voire totalement absents (façade à bossages)
 Hésitation entre deux styles :
 Maniérisme décoratif
 style Louis XIII

2
Maniérisme style Louis XIII
ARCHITECTURE RELIGIEUSE

1580-1620 : comme à la Renaissance, la tradition gothique reste forte


 Les ogives résistent encore face aux berceaux (souvent soutenus par des arcs-
boutants)
 L’influence classique se limite au plaquage d’ordres
1620 : la tendance classique commence à s’affirmer

3.2-ART CLASSIQUE (1640-1715)

1640 : François Mansart « invente » l’architecture classique

Actif de 1620 à 1666, Mansart va vraiment établir l’équilibre classique :


 Ordres en façade et abandon de la brique (fin du style Louis XIII)
 Unification (toitures et façades) et hiérarchisation des volumes (ressauts des avant-
corps) pour atteindre une harmonie majestueuse
 Maintien d’une certaine tradition française à la verticalité (toitures élevées,
éventuellement brisées à la Mansart à partir de 1650)

• Ordres en façade : systématique chez Mansart, qui veut retrouver l’esprit et la


majesté de la Renaissance classique. Au fil du temps, cet usage pourra être limité à
quelques éléments (avant-corps) … pour disparaitre le plus souvent sous Louis XV.
• Toitures à la Mansart (« mansardes ») : popularisés par Mansart à partir de 1650, ils
rendent les combles habitables sans avoir besoin d’une toiture très élevées. Mais
Mansart ne les a pas inventé, Pierre Lescot les a utilisé dès la Renaissance au Louvre…

3
Régence (1640-1660) : la tentation du baroque

L’équilibre classique atteint par Mansart est rapidement assimilé par les architectes français,
qui chercheront toujours à conserver une clarté des lignes et de la composition

La régence (Anne d’Autriche mère de Louis XIV) se traduit toutefois par une attirance pour
les solutions baroques : assouplissement des lignes, dômes, rotondes.

Style Louis XIV (1660-1715): régularité et monumentalité

• Fin de la tentation baroque 1667: le projet « ondulant » du Bernin pour le Louvre est
refusé et remplacé par le projet de Claude Perrault

• Académie d’architecture 1671: diffusion du style officiel par les architectes du Roi

• Unification des espaces : on va encore plus loin que Mansart, toutes les toitures sont
communes.

• Horizontalité plus marquée : toitures en terrasses (ou brisées dans les édifices moins
prestigieux) il y a bien sûr une toiture, simplement elle est masqué par un attique.

• Fenêtres cintrées : limitées aux appartements nobles (parfois seulement sur l’avant-corps
dans les petits châteaux) elles sont inconnues avant le style Louis XIV

Exemple: Versailles (Le Vau, J. Hardouin-Mansart)

Colonnade du Louvre (Paris,


1667) - Le Vau, Le Brun,
Perrault

 Horizontalité des façades animée


 par des ressauts.
 Toits en terrasse: attique.
 Rez-de-chaussée à bossages.
 Fenêtres cintrées.

4
Style louis XIV (1660-1715): Jardins à la française.

André Le Notre (1613-1700) : Jardinier du Roi, inventeur du jardin classique à la française,


avec perspectives et tapis verts.
 De ses principes de conception:
 La soumission de la nature par l’Homme
 Les perspectives: le Château est le centre de la composition.
 Géométrie : axes orthogonaux, alignements d’arbres
 Parterres, tapis verts, canaux et jeux d’eaux, topiaires

L’EGLISE CLASSIQUE: François Mansart invente l’église classique

 Façade classique rigoureuse : rapprochement des édifices civils


 Dôme élevé (tradition française)
 Plan centré ou courte nef : dôme visible .
 Couverture en berceau avec interpénétrations

Exemple: Val de Grâce (Paris, 1638) - François Mansart

L’EGLISE CLASSIQUE: Style louis XIV.

Sans doute la plus belle réalisation du classicisme dans l’art religieux. Remarquer l’élévation
du dôme (2 étages) : on retrouve la rigueur des lignes du classique
Exemple: Dôme des Invalides (Paris, 1676-1706) Jules Hardouin-Mansart

3.3- ROCAILLE ET STYLE LOUIS XV (1715-1750)

 Art de la demeure tourné vers les plaisirs après la fin de règne morose de Louis XIV
 Régence : abandon de Versailles par la cour, qui reconstruit à Paris (Faubourg Saint
Honoré) : société de salons (demeures bourgeoises)

Distribution Intérieure

Plan fonctionnel et plus intime à partir du XVIII°


 Pièces à affectation bien déterminée (salle à manger), appartements indépendants
 Abandon de l’enfilade : distribution des pièces en deux rangées, avec salon ovale et
recentrage de l’escalier d’honneur

5
Caractéristiques :

Assouplissement de la rigueur classique

• Recul des ordres en façade : pilastres voire simple chaînages de pierre, portiques à
colonne et frontons plus rares

• Assouplissement des lignes : ressauts courbes ou polygonaux, frontons courbes et


souvent historiés pour les portails…

• à partir de 1725. Limité en France à la décoration intérieure

• décoration délicate à base de fines lignes sinueuses (volutes…)

• Motifs floraux (feuillages), coquillages

• Couleurs pastel : or sur blanc …

Vous aimerez peut-être aussi