Vous êtes sur la page 1sur 169

DEPARTEMENT DE LA HAUTE SAVOIE

DEMANDE D’AUTORISATION DE RECHERCHE GEOTHERMIQUE


BASSE-TEMPERATURE

PERMIS DIT DE « SALEVE »

INSERER LE PLAN DE PERIMETRE

Enquête publique TA N° E 14000149/38

du 1er Octobre 2014 au 12 Novembre 2014

Rapport de la Commission d’Enquête Composée de

LARROQUE Françoise : Présidente de la Commission d’enquête


LAMBRET Philippe : Commissaire Titulaire
ROUXEL Pascale : Commissaire Titulaire
MESSIN Michel : Commissaire Suppléant
SOMMAIRE

1 LE CONTEXTE ET LE CADRE REGLEMENTAIRE DES AUTORISATIONS DE PERMIS DE


RECHERCHE DE GITES GEOTHERMIQUES ................................................................................... 1
1.1 Le contexte du dépôt de permis .............................................................................................. 1
1.2 Le cadre règlementaire des dépôts de permis de recherche..................................................... 2
2 L’OBJET DE L’ENQUETE DU PERMIS DIT DE SALEVE ........................................................ 3
2.1 Portée du permis dit de Salève ................................................................................................ 3
2.2 Périmètre du permis dit de Salève et sa justification ............................................................... 5
2.3 Elaboration et contenu du dossier de demande d’autorisation du permis dit de Salève .......... 8
2.3.1 Elaboration, consultation et concertation préalable à l’enquête .................................... 8
2.3.2 Le contenu du dossier de demande d’autorisation du permis dit de Salève. ................. 10
2.4 Cadre juridique de l’enquête ................................................................................................. 13
3 ORGANISATION ET DEROULEMENT DE L’ENQUETE ....................................................... 14
3.1 Désignation de la Commission d’ Enquête ........................................................................... 14
3.2 Prise de connaissance et analyse du dossier par la commission d’enquête .......................... 14
3.3 Le dossier soumis à enquête publique : finalisation et composition..................................... 17
3.3.1 Réunions de mise au point et finalisation...................................................................... 17
3.3.2 Composition du dossier d’enquête ................................................................................ 18
3.4 Modalités d’organisation de l’enquête .................................................................................. 20
3.4.1 Arrêtés Préfectoraux relatifs à l’enquête ...................................................................... 20
3.4.2 Information effective du Public ..................................................................................... 20
3.5 Déroulement de l’enquête ..................................................................................................... 22
3.6 Climat de l'enquête ............................................................................................................... 23
3.7 Clôture de l’enquête et décompte des dépositions ................................................................ 24
3.8 Réunions après clôture de l’enquête et informations complémentaires recueillies par la
commission d’enquête ...................................................................................................................... 25
3.8.1 Réunion avec la DREAL ............................................................................................... 25
3.8.2 Informations relatives aux nappes stratégiques de la vallée de l’Arve.......................... 26
4 PROCES VERBAL DE SYNTHESE ........................................................................................... 29
5 ANALYSE DES AVIS .................................................................................................................. 30
5.1 Avis des services consultés ................................................................................................... 30
5.2 Avis des instances internationales et régionales ................................................................... 31
5.2.1 Commission d’exploitation de la Nappe souterraine du Genevois ................................ 31
5.2.2 Conseil Régional Rhone-Alpes ..................................................................................... 32
5.3 Positionnement des communes et communautés de communes............................................ 33
5.3.1 Analyse des différentes catégories de décisions ............................................................ 34
5.3.2 Communes et population par catégorie de délibération ............................................... 41
5.3.3 Répartition géographique des communes selon leur positionnement ........................... 42
5.4 Avis des Syndicats et Fédérations ......................................................................................... 48
5.5 avis des associations locales de protection de l’environnement ............................................ 58
6 ANALYSE THEMATIQUE DES DEPOSITIONS ET OBSERVATIONS ................................... 67
6.1 Analyse thématique des observations relatives au permis de recherche, objet de l’enquête . 83
6.1.1 Géothermie profonde .................................................................................................... 83
6.1.2 information ................................................................................................................... 88
6.1.3 Gouvernance................................................................................................................. 91
6.1.4 Fiabilité du demandeur................................................................................................. 93
6.1.5 Règlementation ............................................................................................................. 95
6.1.6 Qualité du dossier ......................................................................................................... 98
6.1.7 Impacts environnementaux ......................................................................................... 101
6.1.8 Propositions-sollicitations du public .......................................................................... 101
6.1.9 Contre-propositions .................................................................................................... 103
6.1.10 Synthèse et conclusions............................................................................................... 104
6.2 Analyse thématique des observations relatives aux suites potentielles du permis de recherche105
6.2.1 Préambule .................................................................................................................. 105
6.2.2 Réglementation - Droit des sols .................................................................................. 105
6.2.3 Fiabilité du pétitionnaire et fiabilité des techniques d’exploration et d’exploitation . 109
6.2.4 Risques et dangers- Gestion du risque ........................................................................ 115
6.2.5 Impacts environnementaux ......................................................................................... 121
7 DEMANDES DE LA COMMISSION D’ENQUETE A GEOFORON ...................................... 132
7.1 Points relevant de la demande de permis de recherche ....................................................... 132
7.1.1 La réduction du périmètre du permis de recherche .................................................... 132
7.1.2 Les engagements demandés ........................................................................................ 136
7.2 Points relevant des suites potentielles de permis de recherche : ......................................... 147
7.2.1 La maîtrise du foncier par les collectivités locales ..................................................... 147
7.2.2 La réalisation d’un état zéro ....................................................................................... 147
7.2.3 Précisions sur de nombreux points ............................................................................. 148
7.3 Point complémentaire relatif au permis de recherche HT ................................................... 148
7.4 Synthèse et analyse des réponses de Géoforon ................................................................... 148
8 NECESSITE D’UNE ENQUETE COMPLEMENTAIRE ? ....................................................... 152
GLOSSAIRE
AAPPMA : Associations Agrées pour la Pêche et la Protection des Milieux Aquatiques :
AEP : Alimentation en Eau Potable
ANSES : Agence nationale de sécurité sanitaire
de l’alimentation, de l’environnement et du travail
ARS : Agence Régionale de la Santé
ATEX (ATmosphères EXplosives)
BRGM : Bureau de Recherches Géologiques et Minières
BT : Basse Température
CCG : Communauté de Communes du Genevois
CERN : Organisation européenne pour la Recherche nucléaire
CLE : Commission Locale de l’Eau
Cluster : ensemble de puits sur un même secteur
CODERST : Conseil de l’Environnement et des Risques sanitaires et technologiques
dB(A) : décibels d'un niveau sonore avec la pondération A
DDPP : Direction Départementale de la Protection des Populations
DDT : Direction Départementale des Territoires
DODT : Demande d’Ouverture De Travaux miniers
Doublet : un puits producteur + un puits injecteur
DREAL : Direction Régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement
DUP : Déclaration d’ Utilité Publique
EPCI : Etablissement Public de Coopération Intercommunale
FDSEA : Fédération Départementale des Syndicats d'Exploitants Agricoles)
FRAPNA : Fédération Rhône-Alpes de Protection de la Nature
Gw : Gigawatt
HT : Haute Température
ICPE : Installations Classées pour la Protection de l’Environnement
kW : kilowatt
kWh : kilowatt-heure
LHC : Large Hadron Collider (Grand Collisionneur de Hadrons)
M : Magnitude
Mw : Mégawatt
Natura 2000 SIC : Sites d'Intérêt Communautaire
Natura 2000 ZPS : Zones de Protection Spéciales
ORC : Organic Rankine Cycle (cycle thermodynamique de Rankine)
PER : Permis Exclusif de Recherche
PIG : Projet d’Intérêt Général
PLU : Plan Local d’Urbanisme
POS : Plan d’Occupation des Sols
PPA : Plan de Protection de l’Atmosphère
Rig : appareil de forage
SAGE : Schéma d’Aménagement et de Gestion des Eaux
SCOT : Schéma de Cohérence Territoriale
SDAGE : Schéma Directeur d’Aménagement et de Gestion des Eaux
SIAV : Syndicat Intercommunal d’Aménagement du Vuache
SIFOR : Syndicat du Foron du Chablais Genevois
SIPCV : Syndicat Intercommunal de Protection et de Conservation du Vuache
SM3A : Syndicat Mixte d’Aménagement de l’Arve et de ses Abords
SRCAE : Schéma Régional Climat, Air, Energie
SYANE : Syndicat des énergies et de l’aménagement numérique de la Haute-Savoie
TEPOS : Territoire à Energie Positive
ZAP : Zone Agricole Protégée
ZICO : Zone Importante pour la Conservation des Oiseaux
ZNIEFF : Zones Naturelles d'Intérêt Ecologique Faunistique et Floristique
ZRE : Zone de Répartition des Eaux
1

1 LE CONTEXTE ET LE CADRE REGLEMENTAIRE DES


AUTORISATIONS DE PERMIS DE RECHERCHE DE GITES
GEOTHERMIQUES

1.1 Le contexte du dépôt de permis


Les politiques européennes et nationales actuelles de transition énergétique sont à l’origine de
recherches et de développement de ressources énergétiques renouvelables pour répondre aux besoins
actuels et futurs en énergie en permettant de réduire la part du nucléaire et des énergies fossiles qui
génèrent pollution et gaz à effet de serre.
Les objectifs en matière de transition énergétique pour la France sont de :
- Réduire les émissions de gaz à effet de serre de 40% entre 1990 et 2030,
- Réduire la consommation énergétique finale d’énergies fossiles de 30% en 2030 par rapport à
la référence 2012,
- Porter la part du nucléaire dans la production d’électricité à 50% à l’horizon 2025,
- Porter la part des énergies renouvelables à 23% de la consommation brute finale d’énergie en
2020.
Les actions, pour y répondre, portent sur :
- Mieux isoler les bâtiments,
- Développer des transports propres,
- Lutter contre les gaspillages et promouvoir l’économie circulaire,
- Renforcer la sûreté nucléaire et l’information des citoyens,
- Favoriser les énergies renouvelables, dont la géothermie

La géothermie se positionne comme une énergie renouvelable de base pour la fourniture de chaleur et
d’électricité : elle ne connaît pas l’intermittence de l’éolien et du solaire.
Par sa double valorisation thermique et électrique, elle constitue une ressource énergétique à la fois
locale (utilisation thermique) et nationale (fourniture d’électricité sur le réseau électrique français).
C’est une énergie déjà bien développée dans le monde : la puissance du parc mondial de centrales
électriques géothermiques s’élevait en août 2013 à 11,7 gigawatts et devrait fortement augmenter avec
plus de 150 projets en cours.
La France, avec deux centrales, ne dispose que de 16,5 MW de puissance électrique installée – 15 MW
sur la centrale de Bouillante en Guadeloupe et 1,5 MW à Soultz-sous-forêts dans le Bas-Rhin - et de
420 000 tonnes équivalent pétrole de chaleur produite, ce qui ne représentait que 0,2% dans son mix
énergétique en 2010.

On distingue plusieurs types de géothermie :


 La géothermie très basse température qui utilise de l’eau à des températures inférieures à 30°C
prélevée à des profondeurs inférieures à 200 m, adaptée au chauffage et au rafraichissement de
maisons individuelles, de bâtiments tertiaires ou résidentiels.
 La géothermie profonde basse température qui utilise la chaleur de l’eau contenue dans les
aquifères situés entre 500 et 3 500 mètres de profondeur dont la température oscille entre 60 et
150°C, pour la production de chaleur et d’électricité, les techniques actuelles permettant la
production d’électricité par cogénération dès 130 °C.

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
2

 La géothermie profonde haute température qui utilise les eaux contenues dans les aquifères très
profonds (jusqu’à 5500 m) dont la température est supérieure à 150°C, pour la production
d’électricité par cogénération.
C’est la géothermie profonde à haute et basse température à vocation essentielle de production
d’électricité qui est ciblée pour peser dans le mix énergétique futur.
Les gîtes géothermiques sont qualifiés à basse ou à haute température selon leur température avec une
valeur seuil de 150°C.
La localisation des gites géothermiques potentiels nécessitent d’appréhender au mieux la connaissance
des couches géologiques profondes permettant d’estimer les potentialités des nappes en terme de
température et de débit.
Dans un premier temps, il est défini un gîte géothermique régional au travers des connaissances
scientifiques existantes d’où découle le périmètre du permis.
Le niveau actuel des études sur le secteur du Salève ne permet pas encore d’identifier avec précision la
cible géothermique, basse ou haute température, à savoir où et à quelle profondeur, il est possible de
trouver température et débit suffisants pour une valorisation énergétique.
Des études complémentaires importantes permettant un approfondissement des connaissances
géophysique, géologique, géochimique et hydrogéologique sur un territoire assez large sont
nécessaires pour sélectionner les zones plus précisément pouvant accueillir le projet de géothermie.
C’est cette démarche qui est menée dans le cadre de l’ autorisation de « permis de recherche »
demandée, autorisation qui, une fois délivrée accorde au titulaire du permis, le droit exclusif de
recherche de la thermie potentiellement exploitable dans le sous-sol du périmètre défini dans la
demande d’autorisation.

1.2 Le cadre règlementaire des dépôts de permis de


recherche
Les autorisations de recherche de gîtes géothermiques sont régies par le Code Minier et ses décrets
d’application qui prévoient deux procédures distinctes pour les permis minier en fonction de la
température de l’eau ciblée :
 Décret 2006-48 du 2 juin 2006 : lorsque la température de l’eau ciblée est > 150°C (gîte Haute
température), il est demandé une autorisation de Permis Exclusif de Recherche ( PER)
auprès du Ministère de l’Ecologie, du Développement Durable et de l’Energie où il fait
l’objet d’une instruction par les Services de l’Etat.
La demande de PER est publiée au Journal Officiel et soumise à une période de mise en
concurrence de 30 jours.
Le dossier de demande d’autorisation comportant la demande, une notice d’impact et une
cartographie fait l’objet d’une information publique durant 30 jours sur le site web du ministère
de l’Environnement où il peut être consulté par le public.
Après avis du Conseil Général de l’Economie, de l’Industrie, de l’Energie et des Technologies
( CGIET placé sous l’autorité directe du Ministre de l’Economie, des Finances et de l’Industrie
qui le préside) le PER est signé par le Ministre de l’Environnement et le Ministre de l’Industrie,
tous deux en charge des Mines.

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
3

 Article L.124-4 et suivant du Code Minier: lorsque la température ciblée est comprise entre
60 et 150°C (gîtes Basse température), il est demandé une autorisation de recherche de gîtes
géothermiques auprès du Préfet du département.
La recevabilité du dossier est examinée par la DREAL au regard du décret 78-498 du 28 mars
1978 relatif au titres de recherches et d’exploitation de géothermie, qui précise la procédure de
demande d’autorisation.

Conformément à l’article L1234-6 du Code Minier qui prévaut sur l’article 9 du décret 78-498
du 28 mars 1978, la demande d’autorisation de recherche est soumise à enquête publique dans
les conditions prévues par le III de l’article R122-11 et par les articles R123-8 à R 123-23 du
Code de l’Environnement.

Le Préfet statue ensuite par arrêté dans un délai de 4 mois à compter de la clôture de l’enquête
publique, sachant qu’à défaut d’une décision expresse avant l’expiration d’un délai de 18 mois
à compter de la réception de la demande, une décision implicite de rejet intervient.

Compte tenu de cette règlementation, le pétitionnaire qui ignore s’il trouvera de l’eau à une
température supérieure ou inférieure à 150 °C, doit formuler deux demandes : une demande pour la
recherche de gîtes géothermiques basse température au niveau préfectoral et une demande pour la
recherche de gîtes géothermiques haute température au niveau ministériel, pour une seule et même
recherche.
La SAS GEOFORON, filiale de FONROCHE Energie, a donc déposé le 10 juillet 2013 et complété le
12 septembre 2013 une demande d’autorisation de recherches de gîtes géothermiques à basse
température dit « Permis de Salève ».
Cette demande vient en complément de la demande de Permis Exclusif de Recherches ( PER) de gîtes
géothermiques à haute température dit « de Salève » que la société a déposé le 22 avril 2013 auprès du
Ministre de l’Ecologie, du Développement Durable et de l’Energie.

Compte tenu des procédures décrites précédemment, l’enquête publique relative au « permis dit de
Salève » porte donc uniquement sur la recherche de gîtes géothermiques Basse-Température.
Sans décision préfectorale expresse avant le 10 janvier 2015, une décision implicite de rejet
interviendra.

2 L’OBJET DE L’ENQUETE DU PERMIS DIT DE SALEVE

2.1 Portée du permis dit de Salève


GEOFORON a pour objectif à terme, l’exploitation d’une ressource géothermique permettant
d’obtenir une eau chaude en surface avec :
 Un débit de 350 m3/h
 une température comprise entre 130 et 150°C.

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
4

Pour cela, il doit mener dans un premier temps, au sein d’une zone favorable à grande échelle
(périmètre large du permis) une évaluation des ressources géothermiques par l’exploitation de données
existantes (données de puits, données de géophysique, données d’analogies géologiques) et par un
complément de données géophysiques à acquérir afin de cibler précisément la zone d’intérêt pour
l’implantation de centrale géothermique : c’est la première phase d’un processus en 4 étapes
visualisées page suivante.
Ces évaluations et études complémentaires sont l’objet de l’autorisation du permis de recherches
de gîtes géothermiques à basse température.
Ces recherches sont en effet longues et coûteuses : c’est pourquoi, elles sont « couvertes » par un
permis de recherche autorisé pour une durée de 3 ans dont le titulaire peut seul obtenir, pendant la
durée de l’autorisation, un permis d’exploitation en cas de ressource identifiée ( article 99 du Code
Minier).
L’autorisation de recherche de gîtes géothermiques à basse température n’autorise en aucun cas la
réalisation de travaux d’exploration (étape 2), ces derniers étant soumis à autorisation dans le cadre
d’une procédure dédiée instruite selon les dispositions décrites dans le décret 2006-649 du 2 juin 2006
relatifs aux travaux miniers, aux travaux de stockages souterrains et à la police des mines et des
stockages souterrains.
Deux autres étapes d’autorisations sont ensuite nécessaires pour atteindre le stade exploitation de
centrale géothermique comme le visualise le schéma ci-après.

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
5

2.2 Périmètre du permis dit de Salève et sa justification

La demande d’autorisation de recherche de gîtes géothermiques à basse température est sollicitée pour
une durée de 3ans et à l'intérieur du volume délimité par les profondeurs (-1000 m) sous le niveau
de la mer jusqu’au centre de la Terre et du périmètre délimité par les droites reliant les sommets
définis ci-après par leurs coordonnées géographiques, exprimées en RGF93 (Lambert 93)-(degrés
sexagésimaux) et en Lambert 2 étendu (mètres) :

NGF 93 (Lambert 93) Lambert II étendu


en Degrés Minutes Seconde en mètre
Nom

Longitude Latitude X Y

A 6° 18' 38,272" E 46° 14' 37,428" N 906299 2145915

B 6° 21' 43,382" E 46° 14' 12,173" N 910299 2145338

C 6° 20' 38,212" E 46° 10' 36,683" N 909244 2138622

D 6° 26' 5,963" E 46° 8' 47,488" N 916440 2135618

E 6° 25' 48,370" E 46° 3' 15,795" N 916596 2125371

F 6° 7' 51,156" E 46° 3' 7,070" N 893482 2123941

G 5° 53' 14,708" E 46° 5' 8,607" N 874491 2126810

H 5° 57' 23,760" E 46° 7' 55,606" N 879599 2132204

La limite entre les points G et H correspond à la limite départementale Ain/Haute -


Savoie

La limite entre les points H et A correspond à la frontière France/Suisse

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
6

Le périmètre ainsi défini englobe une superficie totale d'environ 497.1 km2, portant sur une partie du territoire
du département de la Haute-Savoie (74).

Au total 72 communes de Haute-Savoie sont concernées partiellement ou en totalité :

AMANCY, CLARAFOND-ARCINE, MENTHONNEX-EN- SAINT-PIERRE-EN-


AMBILLY, COLLONGES-SOUS- BORNES, FAUCIGNY,
ANDILLY, SALEVE, MINZIER, SAINT-SIXT,
ANNEMASSE, CONTAMINE-SUR-ARVE, MONNETIER-MORNEX, LE SAPPEY,
ARBUSIGNY, COPPONEX, LA MURAZ, SAVIGNY,
ARCHAMPS, CORNIER, NANGY, SCIENTRIER,
ARENTHON, CRANVES-SALES, NEYDENS, LA TOUR,
ARTHAZ-PONT-NOTRE- CRUSEILLES, PEILLONNEX, VALLEIRY,
DAME, DINGY-EN-VUACHE, PERS-JUSSY, VERS,
AYSE, ETAUX, PRESILLY, VETRAZ-MONTHOUX,
BEAUMONT, ETREMBIERES, REIGNIER-ESERY, VILLE-EN-SALLAZ,
BOEGE, EVIRES, LA ROCHE-SUR-FORON, VILLE-LA-GRAND,
BONNE, FAUCIGNY, SAINT-ANDRE-DE- VILLY-LE-BOUVERET,
BONNEVILLE, FEIGERES, BOEGE, VIRY,
BONS-EN-CHABLAIS, FILLINGES, SAINT-BLAISE, VIUZ-EN-
BOSSEY, GAILLARD, SAINT-CERGUES, SALLAZ,VOVRAY-EN-
CERNEX, JONZIER-EPAGNY, SAINT-JEAN-DE- BORNES
LA CHAPELLE- JUVIGNY, THOLOME, VULBENS
RAMBAUD, LUCINGES, SAINT-JULIEN-EN-
CHENEX, MACHILLY GENEVOIS,
CHEVRIER, MARCELLAZ, SAINT-LAURENT,

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
7

Ce périmètre est la résultante de deux approches complémentaires :

 Une approche géologie et potentiel géothermique :


La zone du permis est intéressante par :
- Sa géométrie et ses grandes structures tectoniques : chevauchement atteignant le socle,
failles de décrochement,
- Ses formations géologiques
potentiellement perméables : socle
altéré, permo-carbonifère
(distribution hétérogène de la
perméabilité), Trias, Jurassique
supérieur, Crétacé inférieur
( Urgonien),
- Son gradient thermique : son
gradient varie de 2,2°C/100 m au
sud à 3,3°C/100m au nord et à
l’ouest du périmètre,
- Les caractéristiques attendues de
son fluide géothermal : eau saline
chlorurée à faible teneur en
méthane (1%) et 15% de CO2
avec une température de fonds de
puits à 145°C,

Les cibles géothermiques pré-identifiées vont de l’Urgonien jusqu’au socle (entre 1400 et 5500
m de profondeur).

Les formations cibles sont donc :


- les formations jurassique, triasique
et urgonienne avec des températures
comprises entre 60 et 130°C,
- les formations permo-carbonifère et
de socle avec des températures
comprises entre 130 et 150°C et des
profondeurs plus importantes.

De ces formations cible, se dégage une


hiérarchie des zones à explorer
visualisée sur la cartographie ci-contre :

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
8

 une approche valorisation énergétique

Un potentiel géologique favorable doit être couplé avec un bassin riche de consommateurs
énergétiques susceptibles d’utiliser l’énergie produite.

Les secteurs d’Annemasse, Bonneville, La Roche sur Foron et Saint Julien en Genevois,
présente, en plus de nombreux consommateurs de chauffage, des besoins thermiques industriels
ou collectifs, qui confèrent une bonne adéquation entre potentiel géothermique favorable et
valorisation énergétique potentielle.

Le périmètre du permis dit Salève englobe donc les cibles géothermiques profondes pré-identifiées du
sous-sol tout en se calant sur les secteurs d’utilisation potentielle de l’énergie en surface.

2.3 Elaboration et contenu du dossier de demande


d’autorisation du permis dit de Salève

2.3.1 Elaboration, consultation et concertation préalable à l’enquête


Le pétitionnaire est la Société GEOFORON, société par actions simplifiées au capital de 1000 €,
filiale à 100% de la société FONROCHE GEOTHERMIE, SAS au capital de 2,01 millions d’euros
présidée par FONROCHE ENERGIE, SAS au capital de 50 M€, elle-même présidée par son fondateur
Yann Maus.
Le dossier de demande d’autorisation de recherche de gîtes géothermiques à basse température est
élaboré par le pétitionnaire selon les articles 3,5 et 7 du décret n°78-498 relatif aux titres de recherches
et d’exploitation des gîtes géothermiques basse température.
Il comprend :
 Les renseignements et pièces nécessaires à l'identification du demandeur.
 Des documents de nature à justifier des capacités techniques et financières de la société
demanderesse.
 Des exemplaires de la carte à l'échelle du 1/ 50 000, ainsi qu’un exemplaire de la carte au
1 / 100 000 sur lesquels sont précisés le périmètre de la demande et les points géographiques
servant à le définir.
 Un mémoire justifiant les limites de ce périmètre, compte tenu notamment de la constitution
géologique de la région.
 Le programme des travaux envisagés, en indiquant notamment le nombre maximal de forages
et l’horizon géologique dans lequel doivent s’effectuer les captages et, le cas échéant, les
réinjections, l'effort financier minimum que le pétitionnaire s'engage à consacrer à l'exécution de
ces travaux,
 Une notice d'impact.
A ces pièces règlementaires, le demandeur a ajouté un résume non technique.

Le dossier déposée le 10 juillet 2013 et complété le 12 septembre 2013 par le pétitionnaire a été jugé
recevable au regard des documents exigés par les articles 3,5 et 7 du décret 78-498 du 28mars 1978
par la DREAL dans son rapport du 4 décembre 2013.

Son instruction a alors pu être poursuivie par la consultation des services.

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
9

L’article 11 du décret 78-498 prévoit une consultation des services intéressés.

Ont été consultés en date du 24 juin 2014 :

- La Direction Départementale du Territoire (DDT),


- La Direction Départementale de la Protection des Populations ( DDPP),
- L’Agence Régionale Sanitaire ( ARS),
- La Direction Régionale des Affaires Culturelles ( DRAC),
- L’Autorité Militaire .

Leurs avis, en réponse, seront analysés dans la partie synthèse des observations et avis.

Le décret 78-498 et le Code Minier ne prévoient pas de concertation du Public et des élus des
communes concernées dans le cadre de l’élaboration d’un permis minier pour la recherche de gîtes
géothermique basse –température préalablement à l’enquête publique.
Public et élus sont donc appelés à « découvrir » lors de l’enquête publique qu’ils sont concernés par un
permis minier de géothermie basse-température, et à « assimiler » très rapidement la portée de ce
permis et les suites qui pourront lui être données.
Dans le cadre du permis dit de Salève, la société Fonroche Energie a adressé un mail en novembre
2013 aux Présidents des deux principales Communautés de Communes concernées (d’Annemasse et
du Genevois) pour les rencontrer courant janvier 2014 afin de leur présenter les différents projets,
discuter d’éventuels partenariats possibles et, ce, « dans un cadre restreint, afin de préserver la
confidentialité des éléments que nous vous présenterons » , demande restée sans réponse dans un
premier temps et suivie d’un premier contact en janvier 2014 avec l’ex -Président de la Communauté
de Communes du Genevois.
Bien que non explicitement prévu par le décret 78-498, une lettre d’information du Prefet a été
adressée le 24 juin 2014 aux maires des 72 communes concernées partiellement ou en totalité par la
demande d’autorisation de recherche de gîtes géothermiques basse-température.
Ce courrier d’information a été l’occasion de rappeler la portée d’un titre minier et que ce dossier
relatif à la recherche de gîtes géothermiques à basse température est à distinguer des permis exclusifs
de recherche d’hydrocarbures.
La Commission d’enquête regrette que cette démarche d’information soit intervenue aussi
tardivement, compte tenu d’une recevabilité du dossier par la DREAL en décembre 2013.

Le Préfet de la Haute Savoie a demandé au demandeur du permis d’organiser au moins deux réunions
de présentation aux maires si possible avant l’enquête publique et au plus tard la première semaine
d’enquête.
Deux réunions d’information ont eu lieu le 11 septembre 2014, l’une à la Salle Martin Luther King à
Annemasse de 11h à 12h30, l’autre à la Communauté de Communes du Genevois à Archamps de
14H30 à 16H30. La totalité des maires des communes concernées ont été destinataires d’un courrier
d’invitation de la part du demandeur. A titre d’information, 45 personnes environ ont assisté à ces
réunions. La liste des participants est jointe en annexe 1.
Les membres titulaires de la commission d’enquête ont assisté à ces présentations en auditeurs libres.

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
10

Par ailleurs, le permis a fait l’objet d’articles dans la presse locale (Le Faucigny du 31 juillet 2014 et
Le Messager-genevois du 7 août 2014) et de communication au niveau d’une radio locale (interwiev
de JPH SOULE, directeur de FONROCHE Géothermie le 29 août 2014 sur Radio Bleu Haute Savoie).
Là encore, la Commission d’Enquête regrette que ces communications soient intervenues tardivement
et en pleine période estivale.

2.3.2 Le contenu du dossier de demande d’autorisation du permis dit de


Salève.

Conformément à l’article L124-7 du code minier et à l’article 9 de l’arrêté du 28 juillet 1995, le


dossier soumis au public et aux services consultés est une version « allégée », ne comportant pas les
renseignements confidentiels relatifs aux résultats de travaux déjà effectués, en particulier l’analyse
des données du Bureau Exploration-Production des Hydrocarbures du Ministère de l’Ecologie, du
Développement Durable et de l’Energie ( re-traitement de lignes sismiques, analyse des données
relatives aux forages profonds déjà réalisés…), ces données confidentielles n’étant communiquées
qu’au service instructeur , en l’occurrence la DREAL.

Le dossier comporte 8 parties.


La présentation du projet et de ses incidences sur l’environnement sont rassemblées dans les parties 3
et 4 (annexes).
La présentation du projet développe surtout le groupe FONROCHE ENERGIES RENOUVELABLES
créé en 2007, et ses différentes filiales FONROCHE GEOTHERMIE, FONROCHE BIOGAZ,
FONROCHE THERMIE…. : moyens humains, moyens financiers, moyens matériels, partenaires.
Le projet est présenté essentiellement en termes d’objectifs à terme de réalisation de centrale
énergétique sur le bassin genevois, à savoir une ou deux centrales de production.
Le choix de la zone sollicitée est justifiée par :
- Sa géométrie et ses grandes structures tectoniques,
- Ses formations géologiques potentiellement très perméables,
- Son gradient thermique qui varie de 2,2 °C/100 m au sud à 3,3 °C/100m au nord et à
l’ouest du permis de Salève.

Le dossier présente très sommairement :


- Le principe de la valorisation énergétique par cycle ORC, (Organic Rankine Cycle ou cycle
thermodynamique organique de Rankine),
- Le programme des travaux et l’engagement financier qui portent sur des opérations qui
vont au-delà de ce qu’autorise le permis demandé : forage d’exploration et tests.
- La description sommaire des opérations de sismique (mesures géophysiques) qui font
partie intégrante du permis demandé, mais qui sont présentées après le paragraphe forage et
tets, ce qui apporte une certaine confusion sur les opérations autorisées.

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
11

L’analyse de l’état initial du site et de son environnement visualise le périmètre du permis et liste les
72 communes concernées.
Elle recense et présente sous forme de schémas essentiellement les éléments relatifs:
- A la climatologie,
- au milieu humain avec les éléments socio-économiques (démographie et emploi ,
industries, commerces et services), l’occupation des sols (milieux, axes de communication,
réseaux..)les richesses et espaces naturels agricoles, biens et patrimoines culturels (sites
inscrits et classés, tourisme), les sites à risques (industries SEVESO, sites pollués),
- Aux écosystèmes naturels et sensibles : faune, flore, écosystème remarquables,
(ZNIEEF,ZICO, Natura 2000, réserves naturelles, arrêtés de biotope, zones humides),
- aux risques naturels : inondations, classement sismique du secteur et mouvements de
terrain, retrait-gonflement des argiles, cavités souterraines,
- aux éléments hydrologiques : cours d’eau, qualité des cours d’eau, points d’eau…
- au contexte géologique et au potentiel pour la géothermie : géologie régionale, géologie
locale (entités géologiques, lithologie et hydrogéologie, structures géologiques), le
potentiel géologique du Permis Salève avec les données de température connues,
- au contexte hydrogéologique : aquifères quaternaires, masses d’eau souterraines,
systèmes aquifères, le SDAGE, les SAGE, les zones de répartition des eaux, les captages et
alimentations en eau potable
- aux stations thermales de Thonon-les-Bains et Evian-les-Bains avec leurs contextes
géologique et hydrogéologique et la protection de leurs sources.

La notice d’impact présente :


- Les impacts relatifs aux opérations autorisées dans le cadre du permis de recherche, à
savoir les études géosciences et les investigations géophysiques.
Les premières effectuées en laboratoire et en bureaux d’études n’affectent pas
l’environnement.
Les secondes consistent essentiellement aux passages des camions vibrateurs opérant par 3
ou 5 pouvant laisser des traces après leur passage ou nécessiter dans certains cas rares,
l’intervention de moyens plus lourds ( bulldozers) pour tracer des layons de 3 à 4 m de
largeur permettant de faciliter certains accès.
- Les impacts des opérations liées au chantier de forage, qui pourraient intervenir en
cas de recherche positive, et ce, après de nouvelles autorisations précédées de
nouvelles enquêtes publiques :
- impacts sur les biens et patrimoine culturel (récupération des terres arables, études
préalables des sites archéologiques, monuments et sites classés..),
- sur le paysage en liaison avec la présence temporaire d’un mât de forage pouvant
atteindre 30 à 55 m,
- sur les écosystèmes : exclusion de toute zone de protection, notamment faunistique et
floristique, défrichage des accès,
- sur les sols : nécessité de terrassement et de défrichage pour l’implantation des
installations, limitée à l’emprise de la plateforme, soit 4000 à 6000 m²,
- sur la circulation routière : trafic de camions généré par les besoins d’aménagement du
site ( entre 15 et 30), par les opérations d’installation et de repli du chantier ( 90 à 100
convois sur une période brève de 15 jours), puis quelques camions par semaine pendant la
durée de forage, auxquels s’ajoutent le trafic des personnes travaillant sur le site, soit 8 à 10
véhicules par jour.

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
12

- sur le milieu humain : estimation des niveaux sonores générés de jour et de nuit par le
chantier de forage et mesures associées, traitement et mode de rejet des déchets du chantier,
des déblais et boues de forage, des fosses septiques, indemnisation des propriétaires et
exploitants pour la perte temporaire d’usage de leur terrain sur la base de convention
d’occupation, remise en état des lieux,
- sur les autres usages : mesures de protection incendie et de la radioactivité naturelle du
fluide géothermal,

- Une notice des risques vis-à-vis de la santé humaine présentant les mesures nécessaires
pour assurer la sécurité des travailleurs sur le site et des populations environnantes,

- La remise en état du site à l’issue des opérations de forage avec le cas :


- d’un puits productif : évolution vers un puits productif avec demande de nouvelles
autorisations : dossier de demande d’autorisation d’exploitation et dossier d’ouverture de
travaux d’exploitation,
- d’abandon : bouchage du puits exécuté sur la base d’un programme d’abandon sous le
contrôle de l’Etat, remise en état du site avec notamment démolition et évacuation des
ouvrages béton, enlèvement de l’empierrement de la plateforme et des routes d’accès,
remise sur site de terre végétale de bonne qualité…

La notice des incidences sur la ressource en eau présente :

- Les incidences et mesures sur les eaux superficielles :


- identification des effluents bruts : boues de forage, eaux de lavage, carburants et lubrifiants,
effluents sanitaires, eaux pluviales ;
- mesures prises pour la protection des eaux superficielles : isolement des terrains de surface
de la boue de forage, mise en place d’une cuve étanche bétonnée dans laquelle sont dirigées
toutes les égouttures des matériels utilisés, recyclage des eaux issues de l’activité de forage,
récupération des eaux pluviales de la plateforme et traitement dans un décanteur/déshuileur,
isolement de la plateforme des eaux de ruissellement des terrains extérieurs….

- Les incidences sur les eaux extérieures :


- identification des risques éventuels : contamination par la boue de forage, mise en
communication des aquifères sensibles avec la surface, mise en communication des aquifères
sensibles avec l’intérieur du puits par percement des cuvelages,
- mesures prises pour la contamination des eaux souterraines : exclusion des périmètres de
protection des eaux potables, isolement des différents bacs et bourbiers de la surface du sol par
des films plastiques, eau utilisée pour les opérations de tests recyclée et prélevée dans un puits
dédié ou dans une nappe salifère non potable, adjuvants éventuels biodégradables, cuvelages
cimentées empêchant toute communication entre les couches rencontrées, métal des tubages
adapté aux aquifères traversés et au fluide géothermique au regard de la protection
anticorrosion, bouchons de ciment mis en place à des côtes permettant l’isolement des
différents aquifères traversés en cas d’abandon du puits,

- Prise en compte des objectifs du SDAGE dans le cadre du projet avec mesures permettant
de répondre aux huit orientations fondamentales du SDAGE.
Dans ce cadre, aux mesures précédemment citées, s’ajoutent, pour les objectifs :
- Vision sociale et économique : la recherche de débouchés chaleur auprès du tissu
industriel/agricole local, le co-développement créateur d’emplois au niveau local,
l’amélioration du gain environnemental en tonnes CO2,
- Gestions des inondations : création d’un merlon temporaire autour du site de forage et étude
d’une protection définitive avec les acteurs locaux en cas d’évolution vers une centrale de
production d’électricité.

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
13

2.4 Cadre juridique de l’enquête


Le projet de Permis de recherche de gîtes géothermiques basse température est instruit par la Direction
Régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement (DREAL) Rhône- Alpes
implantée à Lyon.
Il est soumis par le Préfet de la Haute-Savoie à une enquête publique conformément aux articles
R.123-6 à R.123-23 du Code de l’Environnement.
Le service organisateur de l’enquête publique est la Direction Départementale de la Protection des
Populations implantée 3 rue Paul Guiton à Annecy.
L’enquête publique conduit à la rédaction par la Commission d’Enquête d’un rapport et d’un avis
motivé remis dans un délai de 30 jours, à dater de la clôture de l’enquête, à la DDPP d’une part et au
Tribunal Administratif de Grenoble d’autre part.
Copies de ces documents seront adressées au demandeur, en l’occurrence la SAS GEOFORON, et aux
maires des 72 communes concernées, publiées sur le site des services de l’Etat en Haute Savoie
( www.haute-savoie.gouv.fr) et tenues à la disposition du Public pendant un an dans les bureaux de la
DDPP.

Rapport et conclusions motivées de la Commission d’Enquête constituent un des avis adressé au


Service Instructeur, qui vient compléter les avis demandés dans le cadre de l’enquête administrative ,
à savoir les avis de la Direction Départementale du Territoire (DDT),la Direction Départementale de la
Protection des Populations ( DDPP),l’Agence Régionale Sanitaire ( ARS),la Direction Régionale des
Affaires Culturelles ( DRAC), l’Autorité Militaire .

Au vu de son instruction, la DREAL fera alors, des propositions au Préfet de la Haute Savoie pour la
rédaction d’un arrêté règlementant la recherche de gîtes géothermiques basse température.
Dans un délai de 15 jours après clôture de l’enquête, toute société concurrente disposant des capacités
techniques et financières requises pour obtenir un permis de recherche peut déposer une demande de
permis similaire sur le périmètre, qui devra faire l’objet d’une procédure identique.

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
14

3 ORGANISATION ET DEROULEMENT DE L’ENQUETE

3.1 Désignation de la Commission d’ Enquête


Sur demande de Monsieur le Préfet de la Haute Savoie en date du 09/05/2014, une décision de
Madame la Présidente du Tribunal Administratif de Grenoble sous le numéro administratif
E14000149/38 en date du 30/05/2014 a désigné une commission d’enquête en vue de procéder à une
enquête ayant pour objet : «La demande d’autorisation de recherche de gîtes géothermiques à basse
température dit de SALEVE –Haute Savoie ».
Les membres nommés pour former la commission d'enquête sont :
- Madame LARROQUE Françoise, présidente,
- Monsieur LAMBRET Philippe, membre titulaire et président suppléant,
- Madame ROUXEL Pascale, membre titulaire,
- Monsieur MESSIN Michel, membre suppléant.

Dès sa nomination, la Commission d’enquête a contacté la DDPP afin que lui soit remis le dossier
d’enquête.

3.2 Prise de connaissance et analyse du dossier par la


commission d’enquête
Le dossier d’enquête remis par la DDPP, constitué du dossier de demande d’autorisation « version
Allégée » conformément à la règlementation, a été étudié par l’ensemble des membres de la
commission d’enquête, y compris par le membre suppléant, ayant des compétences en géologie et
géothermie.
Une synthèse des observations et remarques des différents membres de la commission d’enquête a été
réalisée et présentée à la DDPP au cours d’une réunion en date du 9 juillet 2014 au matin où étaient
présents : Mme ASSOUS et Mme Dell’Oste de la DDPP et les trois membres titulaires de la
commission d’enquête. La réunion s’est poursuivie l’après-midi pour les membres de la commission
d’enquête pour l’organisation et la répartition des tâches.
Elle a mis en avant une présentation très confuse, des anomalies et manques au niveau du dossier et de
nombreuses présentations, termes (sans glossaire) et schémas en anglais, soit un dossier difficilement
compréhensible par le public et non adapté à une enquête publique.
Les principaux points de cette note de synthèse sont présentés ci-dessous :
 Demandeur :
Le demandeur est SAS GEOFORON, société au capital de 1000,00 € qui ne dispose d’aucune capacité
financière ni technique.
L’acte de caution solidaire de FONROCHE, présent dans le dossier de demande d’autorisation, porte
sur « l’autorisation de recherche géothermique haute Température du Salève », alors que la demande
porte, elle, sur la basse température.
L’assurance responsabilité civile et professionnelle présentée est celle de FONROCHE et non celle de
GEOFORON

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
15

 Lettre de demande d’autorisation :


Selon l’Article 5 du Décret n°78-498, lorsque la demande d’autorisation de recherches porte sur
l’intérieur d’un périmètre, elle précise le programme de recherches envisagé en indiquant notamment
le nombre maximal de forages et l’horizon géologique dans lequel doivent s’effectuer les captages et,
le cas échéant, les réinjections. Dans le cas présent, ce n’est pas explicite dans le dossier de demande.

 Résumé non technique


On ne comprend pas bien à la lecture ce qu’est le projet, une étude, une prospection géophysique, un
forage ?
En effet, le résumé non technique ne décrit en aucun cas ce sur quoi porte précisément le permis
demandé : en l’occurrence, une phase d’études et de mesures sismiques, mais en aucun cas une phase
de forage et de mise en place de puits pour tests qui devront faire l’objet d’une autorisation avec étude
d’impact, nouvelle autorisation et nouvelle enquête publique.
L’ambiguïté apparait dès la première page du dossier d’autorisation qui mentionne que les enquêtes
peuvent être conjointes.

 Bien-fondé du projet
La présentation du projet relève d’un « Business Plan » FONROCHE, avec objectifs à atteindre et
moyens, sans mise en relation avec les besoins et la demande sur le secteur :
En effet, le dossier ne présente pas d’étude de coûts et de profits (entreprise et utilisateur final)
permettant de justifier la rentabilité et le bénéfice économique ou autre d’une telle opération.

 Périmètre du permis
Rien n’est précisé sur les justifications des limites du périmètre du permis demandé. On comprend
bien que le réservoir est le Dogger ou le Malm mais il y a très peu d’indications simples sur le sujet,
compréhensibles par le public.
La géologie en particulier est extrêmement détaillée. Les auteurs ont utilisé des documents de
recherche récents intéressants, dont on a tiré quelques éléments, lesquels mis bout à bout ne sont
toujours pas compréhensibles par un public non spécialisé.
Il est fait mention d’une étude du potentiel géothermique du Genevois en 2011 : il n’y a pas
d’indications sur ce qui se produit sur le même bassin, n’y a-t-il pas d’ailleurs superposition des
domaines suisses et français, d’interférences entre des projets suisses et français ?

 Justification de la meilleure technique utilisée


Il n’y a pas d’éléments clairs et précis sur les forages qui pourraient être envisagés au-delà de
l’autorisation de permis, le nombre, l’emplacement, la réinjection etc. On ne dit pas clairement si on
fera appel à de la stimulation (EGS) ou pas, or c’est un point qui fait débat aujourd’hui.
Le dossier doit présenter et expliquer les différentes techniques disponibles sous forme de texte et de
schémas en français et préciser celles envisagée et pourquoi: EGS ou pas, cycle de Rankine ( ORC)…

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
16

 Présentation du projet
Le projet est décrit avec un minimum de détails.
Fonroche Géothermie n’a pas de référence en géothermie ; certes un certain nombre de compétences
ont été recrutées mais, le dossier de demande d’autorisation de juillet 2013, ne fait pas apparaître que
la société dispose de matériel de forage.
Par ailleurs, certains descriptifs (p33-34) sont incompréhensibles

La présentation du projet doit être complétée par :


- Un schéma de principe clair et en français des installations à terme pouvant être implantées,
- Des schémas « flux matières » en phase forage et en phase exploitation de puits, présentant la
circulation des eaux (circuit fermé, circuit ouvert), les boues de forage et leur stockage, les gaz
et leur traitement éventuels, les eaux de refroidissement (origine, circuit fermé), les additifs
chimiques… permettant de comprendre le fonctionnement du système et les utilités associées,
- Un schéma « flux énergie » en phase d’exploitation pour une centrale en cogénération ,
Des corrections de forme, enfin, concernent de nombreuses pages non listées ici.

 sismicité
On dit peu de choses sur la relation avec la sismicité.
A noter :
- l’absence d’analyse des risques sismiques en cas d’exploitation.
- La non présentation et prise en compte des incidents ayant déjà eu lieu dans de telles
circonstances.
- Aucun scénario décrit en cas de problème.
Par ailleurs, les microséismes provoqués par la réinjection des eaux ne sont pas évoqués.

 Hydrogéologie
Peu de choses également sont précisées sur la relation avec les eaux profondes du Jurassique
supérieur. ou moyen, simplement sur leur connaissance
L’état réel et les impacts possibles dépassant la limite des communes ne sont pas abordés

 Prise en compte des biens et des personnes :


- Accès aux parcelles pour forage ; que se passe-t-il si refus du propriétaire des parcelles ou du
passage ?
- Remise en état des lieux (état des lieux préalable) ?
- Impact sur des aspects non décrits. A titre d’exemples :
- réseau routier ; peut-il absorber les rotations des véhicules ?
- Garanties en termes de gestion de l’état lieux des habitations : en cas de recours si problèmes
éventuellement liés à impact, aux vibrations (périmètre à définir).

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
17

 Interférences avec d’autres démarches


Le dossier ne mentionne pas la procédure en cours de demande d’autorisation d’un Permis Exclusif de
Recherche (haute énergie) sur le même périmètre déposé auprès du Ministère de l’Environnement
avec une notice d’impact pratiquement identique.

 Remarques générales sur la forme


Sur la forme du document, la rédaction est très hétérogène : il y a des parties bien rédigées et d’autres
très mal, avec des fautes d’orthographe, des reprises de documents semblables non modifiées.
On notera globalement :
- Beaucoup de renseignements inutiles voir redondants qui embrouillent le lecteur.
- L’absence d’un glossaire expliquant les abréviations et mots techniques.
- Des cartographies en noir et blanc difficilement lisibles et des échelles mal adaptées
- De supprimer les textes , expressions et schémas en anglais, incompréhensibles par le public et
de les traduire en français.

A l’issue de cette analyse, la commission d’enquête a demandé :


- Une réunion de présentation du dossier par la société Fonroche Géothermie afin de répondre
aux interrogations précédentes,
- La fourniture d’un dossier complémentaire structuré et compréhensible par le public venant
compléter le dossier d’autorisation,
- Une réunion avec le service instructeur, en l’occurrence, la DREAL, pour information
complémentaire au regard de la règlementation.

3.3 Le dossier soumis à enquête publique : finalisation


et composition

3.3.1 Réunions de mise au point et finalisation


Une réunion de présentation du projet et de réponse aux attentes de la commission d’enquête par Mr
Antoine CORDRAY de Fonroche Géothermie a eu lieu le 21/07/2014 après midi.
Etaient présents : Mr CORDRAY de Fonroche Géothermie et les trois membres titulaires de la
commission d’enquête.
Au préalable, la commission d’enquête avait adressé à Fonroche Géothermie, une note de synthèse des
observations des quatre membres de la commission en vue d’une préparation de cette réunion.
Il a été défini, au cours de cette réunion, la trame d’un dossier complémentaire à fournir en couleur
intitulé « document complémentaire à la demande de la commission d’enquête » répondant aux
insuffisances constatées.
Ce document ajouté au dossier de demande d’autorisation du demandeur, constitue le dossier
d’enquête soumis au public.
En complément une réunion avec Mr Denis FELIX de la DREAL, en charge de l’instruction du
dossier, a eu lieu le lundi 06/08/2014.
Etaient présents : Mr FELIX et Mr ERTUL de la DREAL, Mme ASSOUS de la DDPP et les trois
membres titulaires de la commission d’enquête.

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
18

La finalisation du dossier d’enquête a nécessité, de plus :


- Une recherche de documentation technique et juridique (en particulier sur le Code Minier),
- L’étude et la relecture des données fournies en plusieurs étapes par GEOFORON,
- De nombreux mails adressés au pétitionnaire pour obtenir un dossier suffisamment clair et
complet,
Cette enquête du fait de documents insuffisants lors de la lecture initiale, de sa complexité
géographique (72 communes), technique et juridique aura nécessité un travail préalable au
déroulement de l’enquête assez intense de la part de la commission.

3.3.2 Composition du dossier d’enquête


Le dossier soumis à enquête publique comporte donc :
- Le dossier de demande d’autorisation précédemment décrit,
- une lettre de demande de permis précisant que deux forages maximum d’exploration seront
réalisés sur le périmètre d’autorisation de recherche géothermie basse température,
- un dossier de vulgarisation plus complet identifiant clairement les programmes qui dépendent
de l'enquête publique « permis » avec leurs effets sur l'environnement, de ceux qui relèvent de
l'information sur les différents travaux et techniques et leurs conséquences sur l'environnement
qui pourront être générés après de nouvelles autorisations et enquêtes , suite à l'autorisation du
permis, dans les 30 ans à venir.
- Un glossaire explicatif des termes et abréviations utilisés,
- un document complémentaire d’assurance concernant Fonroche mais toujours pas Géoforon,
ainsi qu’un acte de caution solidaire de Fonroche Energie, portant sur l’activité basse
température.

Le dossier de vulgarisation présente :


 une justification de la demande avec :
- la présentation de GEOFORON, créé de façon à faciliter l’entrée de partenaires intéressés au
développement du territoire dans le projet (collectivités, industriels énergéticiens,
investisseurs),
- l’origine de la demande précisant les objectifs de production, à savoir une production d’eau
chaude en surface avec débit de 350 m3/h et une température comprise entre 130°C et 150°C
et la méthodologie nécessairepour y parvenir, se décomposant en 5 étapes,
- le potentiel géothermique et de valorisation énergétique sur le secteur du Salève,
- des précisions sur le permis et les différentes procédures administratives ponctuées d’enquêtes
publiques avec distinction de la demande d’autorisation de recherche basse température, objet
de la présente enquête, et de la demande d’ouverture de travaux miniers pour la réalisation des
puits de forage,
- les demandes de recherche géothermique basse température et haute température en relation
avec les différents parcours administratifs imposés par le Code Minier,
- la nature des recherches autorisées par le permis.

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
19

 une présentation complémentaire du projet avec :


- un planning des différentes étapes du projet avec l’année 2015 consacrée essentiellement aux
travaux de laboratoire, des travaux complémentaires de géophysique au premier semestre
2016, et en cas d’obtention d’une autorisation d’ouverture de travaux miniers, des forages et
tests durant le second semestre 2016 et premier trimestre 2017,
- un exposé des atouts : double valorisation énergétique du fluide géothermal électrique et
thermique appelé cogénération ciblant une valorisation maximale de la chaleur avec des
utilisations locales à basse température,
- une présentation des besoins et produits du projet géothermique avec la visualisation des flux
matières et énergétiques entrant et sortant en phase de forage, de tests et d’exploitation.
La phase de forage nécessite une source d’énergie, un apport en eau modéré (débit faible et
inférieur à 8m3/h), des additifs naturels ou environnementalement acceptables pour la boue de
forage (eau associée à de l’argile, des polymères, des carbonates, du sel..) servant à lubrifier le
train de tige et à remonter les déblais de roche en surface.
La phase de tests comporte une phase de pompage du fluide géothermique et une phase de
réinjection du fluide dans le même puits. Afin d’obtenir le débit de 350 m3/h, il sera pratiqué
une acidification du réservoir (méthode douce mise en place dans l’exploitation et la gestion
historique des nappes d’eau potable) visant à dissoudre les éléments colmatant les fissures
naturelles vectrices du flux géothermal et ainsi améliorer la perméabilité des fissures
existantes. La pression de réinjection du fluide sera inférieure à 100 bars et déterminée en
amont en fonction des caractéristiques des forces existantes dans les failles tout en gardant une
marge de sécurité importante.
La phase d’exploitation consomme 1,5 MWel pour 5MWel distribué dans le réseau électrique,
60 m3/h d’eau d’appoints de la nappe( pour les tours aéroréfrigérantes si la valorisation fatale
de chaleur ne peut être réalisée) et des lubrifiants pour les moteurs.
Pendant toute la durée de vie de l’unité géothermique, la pression de réinjection des fluides
géothermiques sera inférieure à 50 bars, valeurs largement inférieures aux pressions dite de
fracturation qui sont au-delà de 200 bars dans les failles.
 Des compléments apportés à l’analyse de l’état initial du périmètre avec notamment la
prise en compte du Schéma Régional de Cohérence Ecologique (SRCE) d’une part, le
développement des risques sismiques sur le secteur et du protocole de gestion du risque
associé à la sismicité induite, d’autre part et la prise en compte dans le futur de la source de
Divonne les bains en compléments de celles déjà prises en compte ( Thonon et Evian).
 Des précisions sur les impacts notamment sur :
- Les eaux souterraines : l’architecture du forage présentera 6 barrières d’étanchéité en surface
(3 cuvelages métalliques avec 3 cimentations) ainsi qu’une barrière multi étagée allant jusqu’à
la zone réservoir à plus de 3500 m de profondeur,
- Les aquifères géothermiques profonds : afin de se prémunir de tout conflit d’intérêt avec
d’éventuels projets frontaliers, une distance de plus de 2 kms sera observée par rapport à la
frontière suisse, valeur conservatrice permettant de s’affranchir d’éventuelles interactions avec
des projets situés dans le même réservoir.

Ce dossier de vulgarisation comporte enfin un ensemble de « questions-réponses géothermie »


relatives aux principales interrogations du public en matière de Géothermie.

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
20

3.4 Modalités d’organisation de l’enquête

3.4.1 Arrêtés Préfectoraux relatifs à l’enquête


Par arrêté numéro 2014220-0009 en date du 08/08/2014, Monsieur le Préfet de la Haute Savoie a
prescrit l’ ouverture et l’organisation d'une enquête publique concernant une demande d’autorisation
de recherches de gîtes géothermiques à basse température dit permis de SALEVE sur partie du
département de la Haute Savoie – SAS GEOFORON ».
La durée de l’enquête a été fixée à 34 jours et son déroulement du 8 septembre 2014 à 9H au 11
octobre 2014 à 12H.
L’article 1 de l’arrêté liste les communes concernées : il s’est avéré que la commune de Nangy, qui fait
partie du périmètre de recherche, a été omise dans la liste.
Suite à cet oubli, la DDPP et la Commission d’enquête, ont pris la décision de reporter l’enquête.
Un nouvel arrêté préfectoral n°2014252-0011, en date du 9 septembre 2014, a été pris par le Préfet de
la Haute-Savoie relatif à l’ouverture et à l’organisation de l’enquête publique : ce nouvel arrêté abroge
celui du 8 août 2014.
La durée de l’enquête a été fixée à 35 jours et son déroulement du 1/10/2014 9H au 4/11/2014 à 12H.
Enfin, un arrêté de prolongation d’enquête a été signé par le Préfet le 23/10/2014 sous le numéro
2014296-0004.
En effet, par courrier adressé à Mr le Préfet, en date du 9/10/2014 la commission d’enquête a
demandé la prolongation de l’enquête de 8 jours soit jusqu’au mercredi 12/11/2014 à 12 :00 heures et
ce pour pallier à deux incidents susceptibles d’affecter l’information du public :
- la parution tardive des modalités d’organisation de l’enquête dans l'hebdomadaire d’annonces
légales « L'Eco des pays de Savoie » en date du 19/09/2014, soit 13 jours avant le début de
l'enquête alors que le délai réglementaire est de 15 jours,
- la mise en ligne différée sur le site de la préfecture de la nouvelle demande de GEOFORON
(remplaçant l'ancienne demande et constituant la pièce numéro 1 du dossier d'enquête
publique) 8 jours après le début de l'enquête.

L’enquête publique s’est donc déroulée sur 43 jours, incluant deux jours fériés, le 01/11/2014 et le
11/11/2014 et les vacances scolaires de la Toussaint :
Ouverture : Mercredi 01/10/2014 09:00 h.
Clôture initiale : Mardi 04/11/2014 17:00 h
Clôture prolongée : Mercredi 12/11/2014 12:00 h.

3.4.2 Information effective du Public

L’information du public s’est faite par :

Parutions dans la presse :


L'enquête publique a fait l'objet d’une première série de parutions dans la presse, en liaison avec le
1er arrêté préfectoral du 08/08/2014 :
La première au moins 15 jours avant début d'enquête,
- Dauphiné libéré du 18/08/2014
- ECO des pays de Savoie du 22/08/2014
La seconde, dans les 8 jours suivant le début de l'enquête est parue dans le Dauphiné Libéré du
8/09/2014, celle prévue dans l’Eco des Savoie le 12/09/2014 n’est pas parue, suite à la signature du
nouvel arrêté préfectoral cité précédemment en date du 9/09/2014.

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
21

Associé au nouvel arrêté préfectoral du 09/09/2014, une deuxième série de parutions dans la presse est
intervenue.
La première au moins 15 jours avant début d'enquête
- Dauphiné libéré le 15/09/2014
- ECO des pays de Savoie le 19/09/2014, une annulation de la parution du 12/12 ayant eu
lieu au lieu d’une substitution portant sur le nouvel arrêté,
La seconde dans les 8 jours suivant le début de l'enquête
- Dauphiné libéré le 01/10/2014
- ECO des pays de Savoie le 03/10/2014

Bien qu’il n’y ait pas d’obligation légale de parution dans la presse de l’arrêté de prolongation de
l’enquête (cf. article R 123-11-II), la commission d’enquête a demandé qu’une publication dans les
journaux d’annonces légales précédents soit faite, au plus tard, dans les 8 jours précédents la fin
prévue de l’enquête , afin que le public puisse être informé, ce qui a été fait .
La préfecture, n’ayant pas de budget alloué pour ces publications complémentaires, a opté pour un
communiqué de presse en date du 24/10/2014.

Par ailleurs, des publications complémentaires ont été faites, à l’initiative de certaines communes :
article dans le bulletin municipal, article sur le site internet de la commune..

Affichage
L’arrêté Préfectoral d’ouverture d’enquête précisant l’organisation et les modalités de l’enquête a été
affiché en mairie dans les 72 communes concernées ainsi que dans les 3 sous-préfectures de
Bonneville, Thonon les Bains et Saint Julien en Genevois.
De même, l’arrêté préfectoral de prolongation de l’enquête a été affiché en mairie des 72 communes
concernées et dans les 3 sous-préfectures précédemment citées.
Le tableau en annexe 2 fait état des certificats d’affichage renvoyés par les communes à la DDPP, à la
date du 11/12/2014.
Par ailleurs, la DDPP n’ayant adressé qu’une seule affiche/commune aux 72 communes, des
affichages complémentaires ont été réalisés à l’initiative de plusieurs communes.

Autres modes de communication au-delà de la stricte règlementation


Une communication est intervenue sur TV8 Mont Blanc (le 3/10) avec notamment une interview de
la Présidente de la Commission visant à informer un large public de l’objet de l’enquête et de ses
modalités d’organisation.
Enfin, certaines communes ont publié sur leur site un article et un lien permettant d’être redirigé sur le
site de la Préfecture sur lequel, le dossier d’enquête est téléchargeable : cas d’Annemasse.

Par ailleurs, le pétitionnaire a fait également de son côté des communications dans les médias qui ont
contribué à informer le public :
- Communication dans le journal Le Messager et Le Dauphiné courant Septembre, à plusieurs reprises,
- Communication dans TV 8 Mont Blanc le 30/09/2014,
- Communication sur Radio Bleu Savoie le 02/10/2014,

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
22

3.5 Déroulement de l’enquête


Le public a eu la possibilité de :

 S’informer par :
- Les dossiers d’enquête : un dossier d’enquête paraphé et signé par la Présidente de la
commission d’enquête en date du 12/08/2014 a été déposé dans chacune de 72 communes ,
ainsi que dans les sous-préfectures de Bonneville, Saint Julien et Thonon les bains, et enfin à
la Direction Départementale de la Protection des Populations ( DDPP) 3 rue Paul Guiton à
Annecy. Le public a pu consulter les dossiers d’enquête aux heures d’ouverture des mairies et
des bureaux. Le tableau en annexe 1 fait état des certificats de dépôts renvoyés par les
communes à la DDPP.
- Enfin, pour ceux qui ne pouvaient pas ou ne souhaitaient pas se déplacer, dossier d’enquête et
arrêté préfectoral ont été consultables et téléchargeables sur le site Internet de la Préfecture à
dater de la publication de l’arrêté d’ouverture d’enquête et durant toute la durée de l’enquête:
www.haute-savoie.gouv.fr

 De s’exprimer ensuite
Le public a pu s’exprimer de 4 façons différentes :
- Aux permanences de la commission d’enquête, s’il souhaitait rencontrer, échanger avec le
commissaire enquêteur et déposer des observations, propositions ou contre-propositions sur
les registres d’enquête mis à sa disposition.
Les permanences de la commission d’enquête ont lieu dans les 7 chef-lieux de canton des
communes concernées, à savoir : Annemasse, Bonneville, Cruseilles, La Roche sur Foron,
Reignier-Esery, Saint Jeoire et Saint Julien en Genevois, aux lieux, jours et heures précisés
dans le tableau page suivante ;
28 permanences au total ont été assurées durant les 43 jours d’enquête : près des 2/3 ont eu
lieu le samedi matin de 9H à 12 h ou en semaine de 17 à 20 h afin que la population active
puisse facilement rencontrer les membres de la commission d’enquête, si elle le souhaitait.
- Sur les registres d’enquête, paraphés et signés par la Présidente de la commission d’enquête
en date du 12/09/2014 aux heures d’ouverture des mairies des 7 chef-lieu de canton cités
précédemment ainsi qu’à la DDPP, 3 rue Paul Guiton, à Annecy où étaient présents dossiers et
registres d’enquête.
- Par voie électronique , où le public a pu adresser, questions, observations, propositions et
contre-propositions à l’adresse suivante : ddpp-enquete@haute-savoie.gouv.fr.
- Par courrier, adressé à Mme la Présidente de la CE Géothermie Salève, à l’adresse de la
DDPP.
La totalité des lettres, documents et observations reçus par courrier ou par mail, ont été déposés
dès leur réception en annexes du registre d’enquête de la DDPP, afin qu’ils puissent être consultés
par le public.

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
23

LIEUX DATES HEURES


er
ANNEMASSE - mercredi 1 octobre 2014 - 9 h à 12 h
- samedi 11 octobre 2014 - 9 h à 12 h
salle des Voirons - samedi 25 octobre 2014 - 9 h à 12 h
4 place de l’hôtel de ville - mardi 4 novembre 2014 - 14h à 17h
CRUSEILLES - vendredi 3 octobre 2014 17 h à 20 h
- vendredi 10 octobre 2014 - 17 h à 20 h
salle de réunion du gymnase des - vendredi 24 octobre 2014 - 17 h à 20 h
Ebeaux - lundi 3 novembre 2014 - 14 h à 17 h
REIGNIER-ESERY - mercredi 1er octobre 2014 - 9 h à 12 h
- vendredi 10 octobre 2014 - 17 h à 20 h
salle de confidentialité en mairie - samedi 18 octobre 2014 - 9 h à 12 h
- mardi 4 novembre 2014 - 9 h à 12 h
SAINT JULIEN EN GENEVOIS -- vendredi 3 octobre 2014 -17 h à 20 h
salle du Tribunal de la mairie - samedi 11 octobre 2014 - 9 h à 12 h
- samedi 25 octobre 2014 - 9 h à 12 h
- mardi 4 novembre 2014 - 14 h à 17 h
LA ROCHE SUR FORON - samedi 4 octobre 2014 - 9 h à 12 h
- samedi 11 octobre 2014 - 9 h à 12 h
salle des commissions - vendredi 24 octobre 2014 - 17 h à 20 h
(3ème étage de la mairie) - lundi 3 novembre 2014 - 9 h à 12 h
BONNEVILLE - mercredi 1er octobre 2014 -17 h à 20 h
- jeudi 9 octobre 2014 - 17 h à 20 h
salle consulaire et bureau accueil - samedi 25 octobre 2014 - 9 h à 12 h
RDC pour le 25/10 - mardi 4 novembre 2014 - 9 h à 12 h
SAINT JEOIRE - samedi 4 octobre 2014 - 9 h à 12 h
- vendredi 10 octobre 2014 - 17 h à 20 h
salle des mariages - jeudi 23 octobre 2014 - 17 h à 20 h
- lundi 3 novembre 2014 - 14 h à 17 h

3.6 Climat de l'enquête


Le climat des entretiens avec les personnes présentes lors des permanences fut courtois mais
cependant passionné, comme en témoignent la nature des observations recueillies.
Une observation verbale reçue en permanence telle que « mettre la vallée à feu et à sang, en cas
d’avis favorable » n'est pas une observation que la commission d'enquête peut entendre et retenir, mais
qui reflète le caractère passionné de l'enquête.
La commission a noté un climat de forte suspicion à l’encontre de Geoforon dont la crédibilité a été
systématiquement remise en cause, en lien avec la mauvaise qualité du dossier soumis à enquête et
l’insuffisance de fiabilité technique et financière de la société.
La commission a également noté une politisation du débat qui s’est faite sur des positions dogmatiques
ne s’appuyant pas sur une analyse complète et objective du dossier.
Enfin, il a été également appréciable de travailler avec la DDPP qui a facilité la tâche de la
commission d’enquête grâce à la mise à disposition des locaux de la DDPP pour les réunions de travail
de celle-ci.
La commission d’enquête tient à remercier la DDPP, mais également les élus et services des
communes où se sont tenues les permanences, pour leur disponibilité et leur aide logistique.

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
24

3.7 Clôture de l’enquête et décompte des dépositions


L’ensemble des registres d’enquête ont été récupérés par les membres de la commission d’enquête le
mercredi 12/11/2014 après midi et clôturé par la Présidente à cette même date.
Les tableaux ci-après totalisent :
- La fréquentation des permanences,
- Les dépositions effectuées dans les registres, sous forme d’observations manuscrites ou de
dépôts de documents ou courriers,
- Les lettres et mails reçus par la commission d’enquête et annexés au fur et à mesure de leur
arrivée au registre d’enquête déposé à la DDPP.
Ainsi, 115 personnes sont venues aux permanences de la commission d’enquête.
Il a été fait 159 dépositions sur les différents registres d’enquête et la commission d’enquête a été
destinataire de 81 mails et 29 courriers.
4 courriers sont arrivés après clôture de l’enquête et n’ont pas été comptabilisés. Toutefois, deux
d’entre eux avaient fait l’objet d’un envoi par mail durant l’enquête et, de ce fait, ont donc été pris en
compte dans l’analyse des dépositions.

Personnes venues aux permanences de la commission d’enquête

Permanences Permanence N°1 Permanence N°2 Permanence N°3 Permanence N°4 Total

Nombre de Nombre de Nombre de Nombre de Nombre de


personnes personnes personnes personnes personnes

Annemasse 0 5 2 7 14

Bonneville 5 3 4 9 21

Cruseilles 1 3 9 3 16

La Roche 5 1 5 2 13

Reignier 0 2 4 12 18

Saint Jeoire 0 0 1 4 5

Saint Julien 10 1 10 7 28

total 21 15 35 44 115

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
25

Nombres de dépositions (observations manuscrites – courriers - documents) dans registres


d’enquête

Registres d’enquête Dépositions

Annemasse 23

Bonneville 26

Cruseilles 8

La Roche 31

Reignier 37

Saint Jeoire 11

Saint Julien 22

DDPP 1

Total 159

Nombres de lettres et mails reçus par la commission d’enquête et annexés au registre d’enquête
de la DDDP

mails 81
lettres 29

3.8Réunions après clôture de l’enquête et informations


complémentaires recueillies par la commission
d’enquête

3.8.1 Réunion avec la DREAL


Une réunion avec la DREAL à la demande de la commission d’enquête a été programmée le 2/12
après-midi. Elle avait pour objectif d’éclaircir plusieurs points règlementaires et de procédure.
Suite à des impératifs administratifs non prévisibles, cette réunion a été annulée par la DREAL et n’a
pu être reprogrammée avant l’échéance de rendu du rapport d’enquête.
Des réponses ont toutefois été apportées par mail. Elles sont reportées après les paragraphes
« commentaires de la commission d’enquête » des paragraphes concernés du chapitre 6.
Notons que la DREAl a informé la commission d’enquête que le Comité Scientifique de Bassin a été
saisi par le Préfet de Région ; la saisine datant di 1er décembre, pour une réponse sollicitée avant fin
Février, il est probable qu’une décision explicite sera prise de prolonger le délai d’instruction au-delà
du délais requis du 10 janvier 2015 par un sursoir à statuer du Préfet de Haute Savoie.

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
26

3.8.2 Informations relatives aux nappes stratégiques de la vallée de l’Arve


Rappelons que le Conseil Scientifique de Bassin a été saisi par le Préfet de Région au sujet du permis
de recherche dit de Salève.
La présence des nappes stratégiques de l’Arve focalisant la majorité des observations du public, des
fédérations, associations et élus, la commission d’enquête s’est procuré, auprès de l’ARS, l’étude des
nappes stratégiques des alluvions de l’Arve et du Giffre, réalisée en décembre 2013 dans le cadre du
SAGE de l’Arve afin de mieux appréhender l’extension de ces nappes au regard de l’étendue du
périmètre du permis Salève.
Cette étude met en évidence la complexité du fonctionnement hydrogéologique des vallées de l’Arve
et du Giffre qui ne constituent pas un ensemble homogène (une seule nappe), mais un ensemble
complexe d’aquifères et de nappes discontinus.

Dans le secteur du permis Salève les ressources en eau potable sont les suivantes :
- la basse vallée de l’Arve : les aquifères exploités par le syndicat des Rocailles (Puits de
Scientrier) et d’Annemasse (Puits d’Arthaz-) sont des sillons profonds recouverts par une
épaisse couche de moraine argileuse. Actuellement, la croissance galopante de l’urbanisation
montre la limite de l’exploitation de ces zones pompées en limite ou au-delà de leur capacité
naturelle de renouvellement.
- la nappe du Genevois : ressource majeure mais à gestion stricte des volumes prélevées avec le
Canton de Genève. Cette nappe est réalimentée artificiellement par les eaux traitées de l’Arve
pour compenser le déficit quantitatif observé à la fin des années 1970.
- le massif calcaire du Salève, karstifié, où l’eau n’est pas filtrée, induisant une vulnérabilité aux
pollutions imposant des traitements coûteux.
- les sources nombreuses, de débit assez faible sensibles aux étiages, dans l’arrière pays
molassique Rochois et Genevois.

On constate que les nappes de la basse vallée de l’Arve et du Genevois constituent la principale
ressource en eau du périmètre.

L’étude souligne que le développement galopant de la géothermie à faible profondeur est très
inquiétant, en particulier pour les sondes géothermiques verticales (ou sondes sèches), qui menacent la
qualité des eaux souterraines par des forages mal conçus et qui peuvent constituer un vecteur de
transfert de pollution entre la surface et les nappes en profondeur.
L’absence de démarches administratives contraignantes, de contrôle sur le terrain et d’encadrement de
la profession de foreur entraîne certaines entreprises peu scrupuleuses à construire des ouvrages à bas
coût, ne tenant pas compte des bonnes pratiques respectueuses de l’environnement.

L’étude définit 8 zones stratégiques, dont 7 actuelles pour partie exploitées pour l’eau potable et une
future dans la vallée du Giffre.
La nappe du Genevois est une nappe stratégique, en dehors du cadre de l’étude des alluvions de
l’Arve, mais dont l’extension passe sous la plaine alluviale de Gaillard-Etrembières.
L’étude définit également 4 autres secteurs répondant également aux critères d’aquifères stratégiques
futurs mais nécessitant des investigations complémentaires.

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
27

Dans le périmètre du Salève il s’agit :


- des alluvions profondes de la banquette d’Arenthon et Amancy cône Foron en aval de la
Roche,
- et, à la marge, du cône de déjection de Scionzier, (déjà fortement urbanisé) qui pourrait
constituer une cible aquifère intéressante.

Les programmes d’acquisition de données nouvelles proposés par l’étude sont les suivants :

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
28

A l’intérieur des aquifères stratégiques, les enjeux pour la gestion et la protection des nappes vont
varier en fonction de la nature des aquifères, de leur protection intrinsèque, de leur fonctionnement,
mais aussi en fonction des activités humaines qui pourraient constituer une menace sur les aquifères.

A la suite de l’étude réalisée en décembre 2013, la CLE (Commission Locale de l’Eau) a validé la
liste des nappes stratégiques le 18 décembre 2013.

Dans le périmètre du Salève cette liste concerne :


- la nappe du Genevois
- le sillon profond d’Arthaz-Les Nants (Arve) 2 km2 et Les Moulins (Menoge)
- le sillon profond de Scientrier
- le cône du Borne à St Pierre

A ces nappes stratégiques actuelles, la CLE a validé également les secteurs nécessitant une
amélioration de la connaissance :
- délimitation de l’aquifère des sillons profonds des Nants et des Moulins
- pourtours de l’aquifère de Scientrier
- pourtour de l’aquifère du cône des Bornes
- banquette entre le cône du Borne et le sillon de Scientrier

Commentaires de la commission d’enquête :


L’extension des nappes stratégiques de l’Arve ainsi que celle des zones d’acquisition de connaissances sont
limitées au regard du périmètre du permis Salève et situées à sa périphérie au nord et à l’est.

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
29

4 PROCES VERBAL DE SYNTHESE


Un PV de synthèse a été établi par la commission d’enquête et envoyé par mail à Geoforon le
21/11/2014.
Le PV de synthèse a présenté au pétitionnaire, l’analyse de l’ensemble des observations et
questionnements recueillis par la commission d’enquête dans le cadre du déroulement de l’enquête
publique.
Il se compose de six analyses :
- L’analyse des avis des services publics consultés dans le cadre de l’instruction administrative
du dossier de demande d’autorisation,
- L’analyse des instances régionale et internationale
- L’analyse du positionnement des communes et des communautés de communes sur le projet
de permis de recherche, à partir des délibérations des conseils municipaux et conseils
communautaires déposés ou reçus au cours de l’enquête, ainsi que des documents déposés par
les communes,
- L’analyse thématique des observations du public sur le projet de recherche de gîtes
géothermiques basse température,
- L’analyse des observations et avis des Syndicats et Fédérations qui se sont exprimés durant
l’enquête,
- L’analyse des observations et avis des associations locales qui se sont également exprimées au
cours de l’enquête,
Chaque analyse est accompagnée de commentaires et/ou recommandations de la commission
d’enquête.
Une synthèse finale reprend les points que la commission d’enquête juge déterminants pour
l’établissement de son avis sous forme de demandes, auxquelles le pétitionnaire est appelé à répondre
dans un délai de 15 jours.
Le PV de synthèse a été le support d’une réunion de la commission d’enquête et de Geoforon,
représenté par Mr Cordray, le 26/11/2014, réunion à laquelle, il a été précisé les demandes de la
commission d’enquête, en vue d’une réponse au plus tard le 5/12/2014.
Le PV de synthèse n’est pas reporté en annexe, dans la mesure où il se compose intégralement des
points 5 à 7 développés ci-après.

Géoforon a adressé à la commission d’enquête un mémoire en réponse aux questions posées le


5/12/2014.
Ce mémoire comprend deux parties :
- Réponses apportées aux commentaires de la commission d’enquête au regard de l’analyse
thématique des observations,
- Réponses apportées aux demandes de la commission d’enquête.
Les premières sont reportées dans le chapitre 6 « analyse thématique des observations » après chaque
commentaire de la commission d’enquête concernée, les secondes dans le chapitre 7, à la suite de
chacune des questions.
L’ensemble des réponses de Géoforon font l’objet d’un surlignage afin que le lecteur puisse les repérer
facilement.

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
30

5 ANALYSE DES AVIS


5.1 Avis des services consultés
Préalablement à l’ouverture de l’enquête publique, la préfecture de Haute-Savoie a procédé à une
consultation des services civils et militaires pour avis sur la demande d’autorisation de recherche de
gîtes géothermiques basse température dit « permis de Salève ».

Les services suivants ont répondu


- L’ARS : Agence Régionale de la Santé
- La DDT : Direction Départementale des Territoires
- La DDPP Direction Départementale de la Protection des Population
- Le Service Régional de l’Archéologie
- Le Ministère de la Défense

Seuls 2 avis ont été émis (par l’ARS et par la DDT) ; ils sont favorables sous réserve de la
préservation des nappes exploitées pour l’eau potable (interdiction de travaux de recherches dans
les périmètres de protection immédiats, rapprochés et éloignés des captages AEP exigée par l’ARS) et
des nappes stratégiques (exclusion des travaux de recherche sur les nappes du Genevois et de la base
vallée de l’Arve exigée par l’ARS).

Organisme Avis Observations

ARS : Agence Avis favorable sous réserve des - le dossier ne fait pas état des captages
Régionale de la Santé remarques formulées lors de la d’eau potable, de leurs périmètres ni des
consultation pour le permis haute impacts potentiels sur ces ressources
température portant sur : ayant des origines hydrogéologiques très
- l’interdiction de tous travaux de variées
recherche dans les périmètres de - le territoire de la demande est concerné
protection immédiats, rapprochés par 2 ZRE : bassin versant des Usses et
et éloignés des captages AEP nappe du Genevois ; contrairement au
- l’exclusion des travaux de contenu du dossier
recherche sur les nappes d’intérêt
stratégique pour l’eau potable - dans le cadre d’une éventuelle DODT
(nappe du Genevois ; nappes de la ultérieure, l’étude d’impact devra
base vallée de l’Arve) comporter
- la présentation des mesures - une évaluation des risques
prévues pour lutter contre la sanitaires portant sur les travaux,
prolifération de l’Ambroisie, l’installation, la maintenance et
plante hautement allergisante l’exploitation
- des études détaillées concernant
L’ARS évoque les risques de travaux de les impacts potentiels sur la
recherche par forages à grande profondeur ressource en eau, en particulier
et les éventuels phénomènes accidentels pour les aquifères extensifs de
susceptibles d’avoir des impacts type alluvionnaire ou karstique
considérables sur la qualité des nappes au delà des zones de protection
utilisées pour l’eau potable. - des études détaillées concernant
L’ARS signale que le ministère de la les nuisances sonores
santé envisage une saisine de l’ANSES au
sujet de l’impact de la géothermie
profonde sur les ressources en eau.

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
31

DDT : Direction Avis favorable sous réserve de la prise en Le dossier ne fait pas état de l’inventaire
Départementale des compte et de la préservation des nappes départemental des zones humides
Territoires exploitées pour l’eau potable et des
nappes stratégiques délimitées par le
SM3A dans le cadre de l’élaboration du
SAGE de l’Arve
DDPP : Direction - Sur l’emprise de la demande sont
Départementale de la présents : 655 élevages et 1379 ICPE
Protection des industrielles, agricoles et agro-
Populations alimentaires
Service Régional de - Le dossier ne mentionne pas les impacts
l’Archéologie du projet sur les vestiges
archéologiques ; ce volet devra être
détaillé lors de la DODT pour instruction
dans le cadre de la procédure
d’archéologie préventive
Ministère de la - Transmission de la liste des immeubles
Défense militaires situés dans l’emprise de la
demande.

Recommandations de la commission d’enquête

La commission d’enquête recommande que Geoforon propose un périmètre de recherche réduit


excluant les nappes stratégiques identifiées et s’engage formellement à ne pas mener de travaux de
recherche dans les périmètres de protection immédiats, rapprochés et éloignés des captages AEP ainsi
qu’à prendre des mesures pour lutter contre la prolifération de l’Ambroisie, plante hautement
allergisante.
Ces réserves émises par les services devront être reprises dans l’arrêté préfectoral si celui-ci est
prononcé en faveur de la demande.

5.2 Avis des instances internationales et régionales

5.2.1 Commission d’exploitation de la Nappe souterraine du Genevois


Le Président de cette Commission relevant du Département de l’environnement, des transports et de
l’agriculture du Canton de Genève, fait part de sa vive préoccupation quant aux répercussions
possibles du projet de géothermie profonde sur la Nappe du Genevois qui alimente une grande partie
du bassin transfrontalier et qui fait partie intégrante de la stratégie OSIRIS-ORSEC.
Ce grand réservoir naturel, préservé des pollutions et réalimenté artificiellement depuis les eaux de
l’Arve, fait l’objet de la part des autorités cantonales d’une interdiction de forage au droit de la nappe
sur le territoire suisse afin de ne pas la vulnérabiliser ; ce qui est fortement attendu côté français pour
ce projet de géothermie.

Le Président de la Commission rappelle que la Suisse a ratifié la Convention d’Espoo en 1996 dans le
cadre de laquelle une enquête publique devra être menée sur le territoire français ; la convention
prévoyant que la partie d’origine d’un ouvrage aux répercussions environnementale majeure doit
donner au public de la partie touchée de participer aux procédures pertinentes d’une manière
équivalente à celle qui est offerte à son propre public.

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
32

Commentaires et recommandations de la commission d’enquête

Concernant le contexte transfrontalier, effectivement, le code de l’environnement (article L123-7)


prévoit que lorsqu'un projet de travaux, d'ouvrages ou d'aménagements est susceptible d'avoir des
incidences notables sur l'environnement d'un autre Etat, membre de la Communauté européenne ou
partie à la convention du 25 février 1991 sur l'évaluation de l'impact sur l'environnement dans un
contexte transfrontière signée à Espoo, les renseignements permettant l'information et la participation
du public sont transmis aux autorités de cet Etat, à la demande de celles-ci ou à l'initiative des autorités
françaises. Les autorités de l'Etat intéressé sont invitées à participer à l'enquête publique ou à la
procédure de mise à disposition du public.
Dans le cas présent, cette procédure serait susceptible de s’appliquer si le permis de recherches était
accordé et s’il conduisait à une DODT (Demande d’Ouverture De Travaux miniers).

D’autre part, rappelons ici les avis de l’ARS et de la DDT qui donnent un avis favorable au permis de
recherche sous réserve de la préservation des nappes exploitées pour l’eau potable dont la nappe du
Genevois.

Comme précisé au précédent, la commission d’enquête recommande que Geoforon propose un


périmètre de recherche réduit excluant les nappes stratégiques identifiées dont la nappe du Genevois.

5.2.2 Conseil Régional Rhone-Alpes


Le Président du Conseil Régional Rhône Alpes a adressé à la commission d’enquête un courrier en
date du 3/11 /2014, exprimant en accord avec le vœu de l’assemblée plénière du Conseil Régional, un
avis réservé sur la demande de permis de recherche de gîtes géothermiques dit Permis de Salève
déposé par la société Geoforon.

Il attire l’attention de la commission d’enquête sur trois points :


- la révision en cours du SDAGE Rhône Méditerranée Corse :
« L’actualisation de ce schéma est en cours et le projet de nouveau SDAGE, qui exclut les
forages dans les masses d’eau souterraines, a été approuvé récemment par le Comité de
bassin. Ce serait une erreur manifeste d’appréciation que de ne pas prendre en compte ce
projet de SDAGE, puisque la période de validité du permis demandé par Géoforon se
superposerait, si ce dernier était accordé, très largement à celle de la prochaine version du
SDAGE. De plus, si des demandes de permis d’exploitation devaient suivre (ce qui est bien
entendu l’intention de l’industriel), elles seraient instruites au regard du nouveau SDAGE. Il
convient donc d’anticiper la promulgation de ce dernier pour éviter d’accorder une
autorisation de recherches certes compatible avec le SDAGE actuel, mais dont on saurait
d’ores et déjà qu’elle ne pourrait être suivie d’un permis d’exploitation incompatible avec le
SDAGE qui sera alors en vigueur.
En effet, ce nouveau SDAGE instaure la notion de « Masses d’eau souterraines stratégiques
pour l’alimentation en eau potable », qui sont à préserver et où tout forage nouveau ext exclu.
Les forages profonds ont un impact potentiel manifeste sur de telles masses d’eau qui doit être
appréhendé. Or le secteur concerné par la demande Géoforon recoupe certaines de ces zones,
qui pour partie correspondent à des zones d’alimentation du Grand Genève, et qui ne sont
pourtant pas mentionnées dans le dossier Géoforon ».

- le Schéma Régional Climat, Air, Energie ( SRCAE) approuvé en avril dernier par le Conseil
régional puis arrêté par le préfet de Région, qui évoque la géothermie profonde en ces
termes : « il sera intéressant d’approfondir la connaissance de la géothermie profonde sur la
région et de favoriser par conséquent des expérimentations dans ce domaine ».

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
33

La demande actuelle de Géoforon ne s’entoure d’aucun partenariat avec des centres de


recherches, notamment publics, qui permettraient de considérer que le projet relève bien d’une
expérimentation au sens du SRCAE. Cette société affirme au contraire que l’obtention d’un
permis de recherche lui permettra « la possibilité exclusive de demander un permis
d’exploitation ».

- l’émergence de Territoire à Energie Positive (TEPOS) qui promeuvent un développement


concerté et équilibré des différents gisements d’énergies renouvelables localement . le projet
proposé par la société Geoforon ne semble ni s’inscrire dans une telle dynamique au service
des territoires et de leurs habitants, ni prendre en compte les autres source d’énergies
renouvelables du secteur concerné

Commentaires de la commission d’enquête


Ces observations confirment :
- la nécessité d’exclure du permis de recherche les secteurs concernés par les nappes d’eau
souterraines stratégiques d’une part
- de mettre en place une gouvernance scientifique, d’autre part,
- et d’associer, enfin, les collectivités locales au projet pour une prise en compte globale de la
problématique énergie sur le territoire.

5.3 Positionnement des communes et communautés de


communes
Sur les 72 communes concernées par le territoire du permis de recherche, 63 communes (88%) se sont
exprimées par le biais de délibérations des conseils municipaux, ou de délibérations des conseils
communautaires déposées au niveau des registres ou adressées par mail et par courrier à la
commission d’enquête. Les élus locaux se sont donc mobilisés.
Les 63 communes qui se sont exprimées représentent près de 200 700 habitants, soit 93% de la
population des communes concernées par le territoire du permis.

Les délibérations peuvent être classées suivant quatre grandes catégories :


- Opposition franche à toute recherche sur le territoire communal, voire même au-delà.
- Motion d’alerte traduisant de nombreuses interrogations et inquiétudes sur le permis de
recherche et surtout sur les suites potentielles du permis,
- Avis défavorable relatif au permis de recherche,
- Avis favorable avec de nombreuses réserves-avis réservé reprenant les inquiétudes exprimées
dans la catégorie motion d’alerte.
Aux délibérations, s’ajoute le dépôt d’un mémoire par la ville de Bonneville de 28 pages et 15
annexes.
La commission d’enquête a fait l’analyse des différents points sur lesquels reposent les décisions
prises, des populations concernées par ces décisions et de la répartition géographique des communes
par catégorie de délibération, ainsi que du mémpire de la ville de Bonneville.

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
34

5.3.1 Analyse des différentes catégories de décisions

5.3.1.1Opposition
Sont classées dans cette catégorie les délibérations des communes faisant apparaitre la mention :
« marque son opposition à toute recherche, et à fortiori à l’exploitation de l’énergie géothermique
profonde sur le territoire communal ».
Les délibérations des différentes communes sont très similaires et pour la quasi -totalité calquées sur
celle de la ville de Bonneville en date du 3/09/2014.
En effet, en date du 8 septembre 2014, la ville de Bonneville a adressé un courrier aux maires des
communes concernées par le permis avec un exemplaire de la délibération du Conseil Municipal de
Bonneville, les sollicitant à venir abonder les registres de la commission d’enquête.
Les communes, pour la plupart ont repris les termes de cette délibération, avec ajouts pour certaines de
points spécifiques à la commune.

Les principaux points avancés au regard de la décision portent sur :


- L’information : les délais extrêmement courts d’information des collectivités locales sur des
sujets qui concernent les collectivités locales engagées dans la préservation de
l’environnement et de l’aménagement du territoire,
- Les risques au regard de la stabilité des sols et de la qualité des eaux exploitées pour la
ressource en eau potable, au-delà des captages prioritaires, et une demande de prise en compte
des enjeux locaux de l’eau,
- Les risques sismiques, compte tenu des retours d’expérience sur les territoires voisins ou
estimés comparables : Staufen, Bâle et Soultz.
- La pertinence du projet, les élus n’étant pas convaincus que la géothermie profonde soit
l’énergie renouvelable la plus adéquate pour la région, notamment, compte tenu des ressources
hydrauliques du secteur, et sur l’économie d’un exploitation électricité et réseaux de chaleur,
- Les impacts sur le territoire : consommation d’espaces dans des territoires à forte tension
foncière, accroissement du trafic poids lourds dans une vallée concernée par un PPA.
Pour la commune de Bonneville, il est mis en avant la Régie Municipale d’Electricité qui étudie
l’installation d’une micro-centrale.
Des points complémentaires sont mis en avant par d’autres communes tels que :
- La demande d’une analyse complète des risques de sismicité induite et de sismicité
associée à l’exploitation du projet, à l’identique de ce qui a été fait en Suisse , à postériori sur
le site de Bâle : commune de Monnetier-Mornex,
- Pas de révision de PLU pour des intérêts privés ( Fillinges -Copponex)
- Présence de points sensibles spécifiques à la commune tels que site Natura 2000, ZNIEFF,
arrêté de biotope, corridors écologiques, directive Paysage ( Copponex, Monnetier-Mornex,
Scientrier) , captages d’eau potable ( Ammancy, Clarafond-Arcine, Scientrier)

Les délibérations, en plus de l’opposition citée précédemment :


- Dénonce le manque de concertation avec les élus locaux, notamment concernant l’autorisation
de recherche de gîtes géothermiques haute température,

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
35

- Dénonce l’absence d’évaluation globale des incidences de mise en œuvre d’une opération de
géothermie,
- Marque une préférence pour les investissements sur des techniques éprouvées plus adaptées
au territoire, notamment l’énergie hydroélectrique,
- Demande la mise en place d’un débat public préalable à toute recherche de gîtes
géothermique et donc à toute prise de décision.
Le principe absolu sur la nécessité de devoir de précaution est cité dans la délibération de Monnetier-
Mornex.

Commentaires de la commission d’enquête


Les points relevant de l’objet strict de l’enquête, concernent l’information, la mise en place d’un débat
public et la pertinence de la géothermie profonde sur la région.
Les autres points concernent les suites éventuelles du permis de recherche, pour lesquels, il est
demandé au pétitionnaire de répondre d’ores et déjà au mieux.
A propos de l’objet de l’enquête, la commission d’enquête a noté dans toutes les délibérations de ce
type, une ambiguïté. En effet, il est noté : « Considérant qu’à l’issue des phases d’études,
d’acquisition de données de type géophysique et règlementaires, le Préfet de la Haute Savoie
délivrera soit une autorisation de recherches, soit un rejet : », ce qui laisse penser que le permis de
recherche est une phase ultérieure à celle d’acquisition des données géophysiques et d’études, alors
qu’il consiste en une phase d’acquisition de données géophysiques et d’études.

5.3.1.2 Motion d’alerte


Sont classées dans cette catégorie, les communes qui ont mis en avant des points et interrogations sur
le projet, sans toutefois, dans leur délibération, noter l’opposition à toute recherche sur leur territoire.
Les délibérations marquent plus fortement leurs inquiétudes vis-à-vis de la protection des ressources
en eau potable et soulignent la nécessité d’une implication des gestionnaires locaux du territoire. Elles
sont plus orientées sur la protection d’un bien commun que celui d’un territoire communal. Il est ainsi
décidé :
- D’attirer l’attention de la Ministre sur l’association des gestionnaires locaux relativement à la
géothermie profonde vis-à-vis des risques au regard de la qualité des eaux exploitées pour
l’eau potable, au-delà des captages prioritaires,
- De déplorer le caractère tardif de la communication du projet, de son insuffisance et des
modalités différentes de consultation du public pour les procédures Haute et Basse
Température,
- De souhaiter ardemment que soient pris en compte les enjeux locaux de l’eau et notamment,
la présence de ressources stratégiques pour l’eau potable et la présence d’une ZRE sur la
nappe du Genevois,
- De demander qu’avant toute autorisation et délivrance de permis, l’Etat soit vigilant et
n’engage pas de signature sur une exclusivité de permis auprès d’un privé, sans s’être assuré
d’une forte implication du territoire et des élus locaux, dans un tel choix stratégique.

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
36

Des points complémentaires sont également mis en avant :


- La commune de Pers-Jussy va au-delà de ce « tronc commun » :elle exprime son intérêt pour
les enjeux liés au développement de la géothermie de moyenne et grande profondeur dans le
contexte de transition énergétique, mais souhaite une gouvernance publique et demande un
sursis à statuer.
- La communauté de communes Arve Salève attire l’attention sur la préservation du Mont
Salève et des autres espaces naturels réglementés (espaces naturels de type 1 et 12, Directive
paysagère du Salève..) et demande qu’aucun forage ne puisse être entrepris dans ces zones
règlementées
- La commune d’Archamps, met ,elle, en avant comme énergie renouvelable plus adaptée au
territoire de la commune, la méthanisation.

Commentaires de la commission d’enquête.


Des points relevant de l’objet de l’enquête viennent compléter les précédents, à savoir l’association
des gestionnaires locaux au projet, la nécessaire implication des élus et de la population, une
gouvernance publique, la prise en compte de la préservation des biens communs que constituent les
nappes stratégiques et les espaces naturels remarquables qui sont nommés précisément, et enfin une
demande sursis à statuer

5.3.1.3Avis favorable avec réserves-Avis réservé


Les communes ayant donné un avis favorable avec réserves ou un avis réservé, ont mis en avant les
enjeux nationaux et locaux en matière de transition énergétique et de développement des énergies
renouvelables et l’intérêt de la géothermie dans la lutte contre les émissions de gaz à effet de serre et
comme énergie locale, renouvelable, non polluante qu’elles peuvent maitriser.
La protection environnementale de leurs territoires et biens communs n’est pas pour autant occultée :
elle est à l’origine de nombreuses inquiétudes qui se sont traduites par de nombreuses réserves,
observations et demandes :
Ces communes et Communautés de communes ont bien identifié que le permis de recherche ne
concerne qu’une phase d’étude et d’acquisitions de données sans phase exploratoire profonde et
distingué les réserves et demandes relevant du permis de celle des forages exploratoires en cas de
potentiel confirmé.
Elles ont relevé pour le permis de recherche que :
- le mode de consultation des élus et de la population n’était pas satisfaisant: les élus n’ont pas
été suffisamment accompagnés par les services compétents de l’Etat ( BRGM, DREAL,
Ministère), ce qui a créé une confusion avec des mauvaises expériences qui ne sont pas
comparables. La concertation locale notamment pour le permis Haute Température a été
insuffisante.
- Le périmètre du permis est très large et certains secteurs (Môle/Bonneville) sont moins
pertinents au regard de la présence de l’Arve et de nappes : l’éventualité de sortir ce secteur du
permis est à étudier,

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
37

Elles ont relevé, en cas de potentiel confirmé et d’évolution vers une phase exploratoire que :
- l’étude d’impact est à ce stade insuffisante et devra intégrer, si le dossier doit évoluer, les
contraintes propres à chaque territoire,
S’agissant des ressources en eau, les élus sont hostiles à tout forage à travers les nappes d’eaux
stratégiques utilisées pour l’approvisionnement des populations en eau potable et
cartographiées par le SAGE
S’agissant du Salève et autres espaces naturels reconnus par les différentes règlementations,
aucun forage ne pourra être entrepris dans ces zones règlementaires, et les recommandations
des corridors biologiques devront être prises en compte.
- Un encadrement scientifique et une collaboration étroite avec les élus locaux pour suivre
l’évolution du dossier, ainsi qu’un contrôle technique en phase exploratoire seront nécessaires,
- Des réponses aux conséquences des forages (sismicité) devront être apportées aux élus et un
engagement du demandeur et de l’Etat à mettre en place un suivi et à procéder à l’arrêt des
travaux en cas de séismes de magnitude supérieur à 2, devra être confirmé,
- Le permis devra être spécialisé de façon à ne pas pouvoir réutiliser un forage pour la
recherche /exploitation de gaz de schiste, lors d’un transfert du titre ou d’une modification du
Code Minier.
- Le terrain devra être maitrisé par la collectivité par un bail à long terme, permettant à la
collectivité de rester propriétaire du terrain et du forage en cas de recherche infructueuse,
- La non utilisation de la technique de la fracturation hydraulique devra être confirmée,
- La démarche devra être encadrée par une gouvernance publique et en lien avec les démarches
engagées avec le canton de Genève, dans le cadre d’une communauté transfrontalière de
l’énergie,
- La pertinence du projet industriel à long terme devra être évalué et confronté aux nuisances et
risques potentiels.

Les délibérations ont porté sur :


- Un avis favorable ou réservé à l’attribution du permis de recherche à la société Geoforon,
- L’affirmation que cet avis est émis sous réserve d’une exigence forte pour limiter tous les
risques écologiques et humains, telles que précisée précédemment,
- Le souhait de voir aboutir la réforme du Code Minier, permettant :
+ une meilleure consultation de la population à chaque étape de la procédure,
+ de donner les outils aux collectivités pour se rendre propriétaire du foncier,
+ de prévoir le versement de redevance sur le territoire d’implantation de l’installation de
géothermie profonde.

La commune de Chevrier s’est exprimée, elle, par une lettre du maire signée de plusieurs conseillers
municipaux, émettant un avis favorable avec réserves, et demandant que le territoire de la commune de
Chevrier soit exclu du périmètre de recherche, compte tenu que :
- La commune est située sur le périmètre d’une ZNIEFF de type 1 et 2, d’une Zone Natura 2000
SIC et Natura 2000 SPS, d’une ZICO et de plusieurs corridors biologiques,

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
38

- Que la commune est grevée de deux interdictions de forage et concernée par la zone
d’influence de la faille du Vuache,
- Qu’un aléa fort de mouvements de terrains est répertorié sur le territoire de la commune.

Commentaires de la commission d’enquête


L’acceptation du permis de recherche et du projet à terme par les élus passent par le biais
d’engagements de la part du demandeur, portant principalement sur :
- la gouvernance publique en association avec les élus locaux et le canton de Genève, et un
contrôle scientifique de la démarche,
- l’exclusion pour les phases de forage, en cas de potentiel confirmé, de territoires et d’espaces
naturels sensibles:
+ faisant l’objet de contraintes règlementaires : ZNIEFF, ZICO, Zones Natura 2000, Directive
Paysage, corridors biologiques, arrêtés de biotope, périmètres de protection des captages d’eau
potables,
+mais également concernés par les nappes stratégiques pour la ressource en eau : pole
Môle/Bonneville.
- Une réponse aux craintes relatives aux phénomènes sismiques liés aux forages.
- La maitrise du foncier en cas d’évolution vers une phase exploratoire,
- Une justification du modèle économique du projet industriel.

5.3.1.4 Avis défavorable


Les communes ayant opté pour un avis défavorable sont peu nombreuses.
Les délibérations associées à cette décision sont de trois types :
- Des décisions motivées par les spécificités des communes : sensibilité du Salève ( commune
de la Muraz et de Neydens), situation de la commune sur la faille du Vuache, faille en
constante évolution, et présence de forage pour l’alimentation en eau potable ( commune de
Vulbens) et de zones agricoles protégées ( Neydens),
- Délibération soit inspirée de celle de Bonneville mais se soldant par un avis défavorable pour
le permis de recherche (et non une opposition sur le territoire communal) avec une demande
spécifique, à savoir une étude contradictoire à effectuer par un bureau désigné par les élus
locaux ( commune de Ayse), soit inspirée de celles conduisant à un avis favorable avec
réserves, mais qui s’est soldée par un vote contre majoritaire (Ville la Grand).
- Délibération mettant en avant, en plus des inquiétudes récurrentes, le caractère privé et
exclusif de la demande , conduisant à la privatisation d’une ressource commune au détriment
d’une gouvernance publique en lien avec une collaboration transfrontalière avec Genève, et
ce, bien que la commune se positionne largement en faveur du développement des énergies
renouvelables et de la recherche dans un cadre de concertation avec les collectivités locales (
Ambilly)
Pour une autre commune, l’avis défavorable a été donné par simple courrier du maire : réserve et
vigilance sont mises en avant par le maire d’Etrembières .

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
39

Commentaires de la commission d’enquête


La présence de zones sensibles sur le territoire communal, que ce soit des espaces naturels, des zones
agricoles protégées ou des ressources en eau conduisent à un rejet du permis de recherche, le caractère
strictement privé de la demande, aussi.

5.3.1.5 Analyse du mémoire de la ville de Bonneville


Le 4 novembre 2014, lors de la dernière permanence à Bonneville, la présidente de la commission
d’enquête a entendu Mr Martial Saddier, député –maire de Bonneville et Mme Danjou, DGS de la
ville de Bonneville, accompagnés de l’avocat mandaté par la ville pour l’étude du dossier de demande
d’autorisation du permis de recherche.
Mr Saddier a déclaré être défavorable au projet présenté sur la forme et le fonds et a remis à la
présidente de la commission un mémoire en tant que député- maire de Bonneville, président du SM3A
et de la CLE du SAGE de la vallée de l’Arve.

Les observations de ce mémoire portent sur


- La modification en cours du Code Minier, qui rend complètement décalée la présente
demande : les travaux du groupe de concertation mis en place par le Conseil d’Etat à
notamment tiré les conséquences de remarques formulées par l’Association des Régions de
France, notamment par la mise en place d’un groupe de concertation préalable à tout octroi de
permis de recherches ou d’exploitation. Cette concertation par anticipation aurait pu être
organisée avant l’ouverture de la présente enquête.
- La nécessaire prise en compte du principe de précaution, notamment dans l’appréciation des
incidences sur l’eau et la mesure des risques sismiques d’un tel projet : les documents fournis
s’attachent uniquement aux risques présentés comme certains alors qu’une mise en situation
correcte aurait dû conduire à prendre en compte l’existence potentielle de dommages graves
et irréversibles,
- La vocation rurale et touristique de la commune . L’implantation d’une activité de recherches
minières peut remettre en cause le classement en commune touristique, obtenu en 2011. Ce
classement suppose en effet le respect d’exigences qui ne peuvent être satisfaites en cas de
présence d’activités minières sur le territoire : la qualité environnementale notamment, est un
critère distinctif privilégié.

Il développe des éléments juridiques et matériels permettant de juger de l’absence d’utilité publique de
ce permis :
- Le permis est contraire au droit communautaire :
o Pas d’évaluation globale des incidences dans le cadre d’une étude d’impact
o Obligation de protection des zones « Natura 2000 » de la directive Habitats avec
évaluations précises des incidences,
- Le permis va à l’encontre des orientations d’urbanisme légalement arrêtées par les institutions
compétentes,
o Contradiction avec le SCOT en matière d’énergie, de risques, de bruit, de paysage, de
zones humides,
o Contradiction avec les orientations du PLU,

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
40

- Le permis va à l’encontre des orientations des collectivités locales en matière de climat,


d’énergie et de diversité biologique,
o Contradiction avec les orientations du SRCAE et du PPA, du fait de « noria de
camions » et de réalisation de forages,
o Contradiction avec les engagements de la commune en matière d’énergie, du fait de
délibérations de la commune sur les recherches de fourniture d’énergie les moins
impactantes ( ressources hydrauliques),
o Contradiction avec les engagements de l’Etat et des collectivités locales en matière de
diversité biologiques et de paysages, en liaison avec les effets des forages,
- Les exigences légales en matière de permis de recherches ne sont pas respectées :
o Insuffisances en matière de garanties financières : le montage financier repose sur des
emboîtements de sociétés et une absence de transparence en matière de responsabilités
et d’assurances. Les assurances présentées garantissent Fonroche Energie mais aucun
contrat n’est produit pour Géoforon.
o Insuffisances en matières d’études d’incidences : il est indiqué que le dossier aurait dû
faire l’objet d’une étude d’impact et non d’une notice d’impact ; le dossier fait
l’impasse sur les problèmes de pollution atmosphériques de la vallée de l’Arve ; le
dossier ne prend pas en compte les préconisations en matière de forage exposées dans
une étude bibliographique du BRGM, qui mentionne que leur non-respect peut
entraîner des « remédiations difficiles »,
o Insuffisances en matière d’études de risques : absence de prise en compte du risque
inondation et insuffisance des risques sismiques avec des références faites à Staufen,
Bâle et Soultz-sous-Forêts.

« Il vous est en conséquence respectueusement demandé d’émettre un avis négatif sur la demande :
- « en tant qu’elle contrarie la mise en oeuvre décentralisée d’une politique légitime,
- Ne respecte pas les normes européennes,
- Est présentée sur le fonds de dossiers insuffisants,
- Et révèle une certaine légèreté quant à l’appréciation des conséquences de recherches sur le
territoire de la commune de Bonneville,
Il vous est demandé de constater que les intérêts cités à l’article L 161-1 du Code Minier sont
insuffisamment pris en compte par le porteur du projet, et que les caractéristiques particulières de la
commune de Bonneville ne permettent pas d’ailleurs une prise en compte satisfaisante de ces
intérêts » .

Commentaires de la commission d’enquête


L’argumentaire développé se place à trois niveaux :

- Il fait référence à des textes européens, des jurisprudences européennes et des textes
règlementaires nationaux, mettant en avant des irrégularités de procédures et de dossier : la
commission d’enquête n’a pas vocation à faire une analyse juridique contradictoire de tels
arguments. Elle notera seulement que dans la totalité du mémoire, il est fait mention de
l’utilité publique du projet, alors que l’on n’est pas dans le cadre d’une DUP et que les articles

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
41

des Code Minier et de l’Environnement et les décrets auxquels il est fait référence portent sur
des travaux, ouvrages, aménagements, forages, qui ne sont pas l’objet du permis de recherche.
On retrouve là, l’ambigüité voire la confusion déjà notée précédemment dans les
« considérant » des délibérations communales, entre le permis de recherche ne comportant
aucun travaux, ni forage exploratoire et les phases potentielles ultérieures du projet en cas de
recherche positive,

- Il fait référence à des orientations d’aménagement s’appliquant au territoire du permis qui sont
fondées : SDAGE, SAGE,SCOT, PLU…

- Il fait référence à des insuffisances du dossier au regard des risques sismiques bien réels même
s’il est fait un amalgame avec des expériences autres qui ne sont pas comparables et à
l’absence d’une étude d’incidence Natura 2000 règlementaire.

Recommandations de la commission d’enquête


Il est demande au pétitionnaire de répondre au mieux à ces observations.
La commission d’enquête note que le dossier a été considéré comme recevable par la DREAL qui n’a
pas relevé cette insuffisance et considère que cette étude d’incidences Natura 2000 relève de la DODT.
Une confirmation a été demandée à la DREAL.

Réponse de la DREAL
Au regard de l’article R.414-19 du Code de l’Environnement et de l’arrêté préfectoral DDT-2010.1521
du 17 Décembre 2010 portant désignation de la liste départementale des documents de planification,
programmes, projets, manifestations et interventions soumis à évaluation des incidences Natura 2000
au titre du 2° du III de l’article L414-4 du code de l’environnement, l’autorisation de recherche de
gîtes géothermiques à basse température n’est pas soumise à évaluation des incidences au titre de
Natura 2000. Les demandes d’ouverture de travaux d’exploration ou d’exploitation feront quant à
elles, l’objet de cette évaluatiion au titre de l’article L414-19.I.3 du code de l’environnement.

5.3.2 Communes et population par catégorie de délibération


Le tableau ci-dessous synthétise les communes et les populations correspondantes par catégorie de
délibération.
Les délibérations des conseils municipaux priment sur les délibérations des communautés de
communes qui ne sont prises en compte que pour les communes adhérentes à la communauté de
commune n’ayant pas pris de délibération propre.
Les communautés de communes qui ont délibérées sont au nombre de 4 : Annemasse –Agglomération,
Communauté de communes du Genevois, Communauté de communes Arve Salève, Communautés de
communes du Pays Rochois. La communauté de communes de la Semine s’est, elle, exprimée par
simple courrier.

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
42

Les pourcentages sont ramenés au nombre total (72) et à la totalité des populations présentes sur le
territoire du permis (source INSEE : recensement 2011- population totale :215 452 habitants).

Catégories de Communes populations


délibération
Nombre % Habitants %
Opposition 21 29% 42 006 19,5%
Motion d’alerte 12 17% 29 838 14%
Défavorable au 7 10% 22 049 10%
permis
Favorable avec 23 32% 106 814 49,5%
réserves ou avis
réservé

Ainsi, un peu plus d’1/3 des communes du territoire totalisant 64 000 habitants, soit 30% de la
population du territoire sont opposées ou défavorables au projet.
Environ 1/3 des communes totalisant 106 800 habitants, soit 49,5% de la population émettent un
avis réservé ou favorable mais avec de très nombreuses réserves.
17% des communes représentant 29 900 habitants, soit 14% de la population n’émettent pas d’avis
tranché mais de très fortes inquiétudes.
Les 9 communes qui ne se sont pas exprimées sont pour 3 d’entre elles localisées au Nord Est et
concernées par une partie infime de leur territoire et pour les 6 autres, localisées au sud sur le territoire
de la communauté de communes de Cruseilles.
Plus de la moitié des communes du territoire, représentant 44% de la population concernée, demande à
minima une certaine prudence et pour une part non négligeable d’entre-elles (30% de la population) un
rejet du permis.

Commentaires de la commission d’enquête


Il est donc nécessaire que des garanties soient apportées par Geoforon pour lever réserves et
inquiétudes afin que le permis puisse être accepté par les élus et leur population.

Recommandations de la commission d’enquête


La commission d’enquête recommande que Geoforon propose un périmètre de recherche réduit
excluant les territoires à protéger au regard de la problématique nappe d’eau potable et nappe
stratégique, de la biodiversité, ainsi que des paysages permettant de répondre aux inquiétudes et
réserves.

5.3.3 Répartition géographique des communes selon leur positionnement


La cartographie ci-dessous et les tableaux des délibérations en annexe mettent en évidence la
répartition géographique des communes selon leur positionnement.

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
43

Elle met en évidence :


- une opposition marquée et des
inquiétudes sur toute la moitié sud-
est du territoire correspondant à la
vallée de l’Arve,
- une attitude plus favorable dans la
pointe Nord du périmètre
correspondant au bassin
annemassien,
- une attitude également plutôt
favorable côté Ouest du permis,
correspondant au bassin genevois,
- une absence de position
communiquée à la commission
d’enquête, sur la partie centrale sud
du territoire correspondant au secteur
de Cruseilles.

Commentaires de la commission d’enquête


Cette cartographie met en évidence deux secteurs sans véritable opposition, à croiser avec la
cartographie du périmètre réduit éventuel évoqué précédemment.

Conclusions de l’analyse du positionnement des communes au regard du permis de recherche


Les communes sont très partagées sur l’avis relatif au permis de recherche : le partage est net, à la fois
géographiquement et en poids de population.
Géographiquement, c’est tout le secteur Est du territoire qui est soit opposé, soit défavorable au
permis, les secteurs plutôt favorables se localisant globalement à l’Ouest, en limite de la frontière
suisse et du département de l’Ain.
Les avis plutôt favorables concernent des communes totalisant 49,5% de la population du territoire,
mais ces avis sont assortis d’importantes réserves qui ne sont, pour la plupart, que les points qui ont
conduit d’autres communes à émettre un rejet.
Il est donc essentiel que des réponses soient apportées par le demandeur à ces points :
- Réduction du périmètre du permis de recherche excluant les secteurs où les nappes
stratégiques telles que cartographiées dans le SAGE sont présentes, et excluant tous les
secteurs identifiés ou réglementés au titre de la protection de l’environnement : totalité des
périmètres de protection des captages d’eau potable, nappe de Genève, ZAP, ZNIEFF de type
1 et 2, zones Natura 2000, ZICO, arrêtés de biotiope, corridors écologiques, trames verte et
bleue, prise en compte de la Directive paysage…
- Mise place d’une gouvernance publique en associant les élus locaux et le canton de
Genève, et mise en place d’un contrôle scientifique de la démarche,
- Réponse aux craintes relatives aux phénomènes sismiques liés aux forages.
- Maitrise du foncier en cas d’évolution vers une phase exploratoire,
- Justification du modèle économique du projet industriel : valorisation électrique et mode
de valorisation thermique (directe ou par condensation).

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
44

Positionnement des communes et collectivités locales sur la demande de permis de recherche de gîtes géothermiques basse température,
par délibération de leur conseil municipal ou, en absence de délibération, par le biais des délibérations des Communautés de Communes
auxquelles, elles adhèrent.

Population INSEE Opposition à toute


Avis défavorable au Avis favorable avec
Communes recherche sur le Motion d’alerte
Recensement 2011 permis réserves- avis réservé
territoire communal
AMANCY,
2 228 Délibération CM du 3/11/2014

AMBILLY, 6 112 Délibération CM du 6/11/2014

ANDILLY, 803
ANNEMASSE 33 237 Délibération CM du 16/10/2014

ARBUSIGNY 1 043 Délibération CM du 6/10/2014

ARCHAMPS 2 323 Délibération CM du 21/10/2014

ARENTHON, 1 572 CCPR délibération du 16/9/2014

ARTHAZ-PONT-NOTRE-
DAME,
1 318 Délibération CM du 7/10/2014

AYSE 2 086 Délibération CM du 29/09/2014

BEAUMONT 2 228 CCG Délibération du 27/10/2014

BOEGE 1 761
BONNE 3 050 Délibération CM du3/11/2014

BONNEVILLE, 12 637 Délibération CM du 3/09/2014

BONS-EN-CHABLAIS 5 055
BOSSEY 784 Délibération CM du01/10/2014

CERNEX 932 Délibération CM du 27/10/2014

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
45

Population INSEE Opposition à toute


Avis défavorable au Avis favorable avec
Communes recherche sur le Motion d’alerte
Recensement 2011 permis réserves- avis réservé
territoire communal
LA CHAPELLE-RAMBAUD 232 CCPR délibération du 16/9/2014

CHENEX 692 CCG Délibération du 27/10/2014

CHEVRIER 440 Lettre membres CM du 06/11

CLARAFOND-ARCINE
929 Délibération CM du 3/11/2014

COLLONGES-SOUS-
SALEVE 3 917 CCG Délibération du 27/10/2014

CONTAMINE-SUR-ARVE
1 771 Délibération CM du 7/10/2014

COPPONEX 926 Délibération CM du 22/09/2014

CORNIER 1 232 CCPR délibération du 16/9/2014 /

CRANVES-SALES
5 870 Délibération CM du 27/10

CRUSEILLES 4 179
DINGY-EN-VUACHE
656 CCG Délibération du 27/10/2014

ETAUX 1 805 CCPR délibération du 16/9/2014

ETREMBIERES 1 933 Lettre position CM du 6/11/2014

EVIRES 1 351 Délibération CM du 3/10/2014

FAUCIGNY 519 Délibération CM du 9/09/2014

FEIGERES 1 566 CCG Délibération du 27/10/2014

FILLINGES 3 308 Délibération CM du 23/09/2014

GAILLARD 11 451 Annemasse Agglo –délib-22/10

JONZIER-EPAGNY
737 CCG Délibération du 27/10/2014

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
46

Population INSEE Opposition à toute


Avis défavorable au Avis favorable avec
Communes recherche sur le Motion d’alerte
Recensement 2011 permis réserves- avis réservé
territoire communal
JUVIGNY 662 Délibération CM du 20/10/2014

LUCINGES 1 627 Annemasse Agglo –délib-22/10

MACHILLY 981 Annemasse Agglo –délib-22/10

MARCELLAZ, 847 Délibération CM du 25/09/2014

MENTHONNEX-EN-
BORNES 973
MINZIER 903 Délibération CM du 10/10/2014

MONNETIER-MORNEX
2 352 Délibération CM du 2/10/2014

LA MURAZ, 1 056 Délibération CM du 2/10/2014

NANGY 1 572 Délibération CM du 6/10/2014

NEYDENS 1 575 Délibération CM du7/11/2014

PEILLONNEX 1 478 Délibération CM du 6/10/2014

PERS-JUSSY 2 738 Délibération CM du 25/09/2014

PRESILLY 727 CCG Délibération du 27/10/2014

REIGNIER-ESERY
7 214 Délibération CM du 7/10/2014

LA ROCHE-SUR-FORON
10 867 CCPR délibération du 16/9/2014

SAINT-ANDRE-DE-BOEGE
614
SAINT-BLAISE 355 Délibération du 3/11/2014

SAINT-CERGUES
3 310 Annemasse Agglo –délib-22/10

SAINT-JEAN-DE-THOLOME
914 Délibération CM du 8/10 /2014

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
47

Population INSEE Opposition à toute


Avis défavorable au Avis favorable avec
Communes recherche sur le Motion d’alerte
Recensement 2011 permis réserves- avis réservé
territoire communal
SAINT-JULIEN-EN-
GENEVOIS 12 236 CCG Délibération du 27/10/2014

SAINT-LAURENT
829 Délibération CM du 2/10/2014

SAINT-PIERRE-EN-
FAUCIGNY 6 047 Délibération CM du 25/09/2014

SAINT-SIXT 924 Délibération CM du 25/09/2014

LE SAPPEY 385
SAVIGNY 796 CCG Délibération du 27/10/2014

SCIENTRIER 1 101 Lettre maire du 3/11/2014 CCAS délibération du 8/10/2014

LA TOUR 1 225 Délibération CM du 04/09/2014

VALLEIRY 3 485 CCG Délibération du 27/10/2014

VERS 753 Délibération CM du 16/10/2014

VETRAZ-MONTHOUX
7 499 Annemasse Agglo –délib-22/10

VILLE-EN-SALLAZ
752 Délibération CM du 6/10/2014

VILLE-LA-GRAND
8 271 Délibération CM du 14/10/2014

VILLY-LE-BOUVERET
590
VIRY 3 680 CCG Délibération du 27/10/2014

VIUZ-EN-SALLAZ
4 030 Délibération CM du 23/10/2014

VOVRAY-EN-BORNES
385
VULBENS. 1 016 Délibération CM du 08/10/2014

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
48

5.4 Avis des Syndicats et Fédérations

Se sont prononcés :

- syndicats :
o SM3A (Syndicat Mixte d’Aménagement de l’Arve et de ses Abords),
o SIFOR (Syndicat du Foron du Chablais Genevois),
o Syndicat Intercommunal des Eaux de la Semine
o Syndicat Mixte du Salève,
o Syndicat Intercommunal de Protection et de Conservation du Vuache (SIPCV)
o Syndicat Intercommunal d’Aménagement du Vuache (SIAV)
o FDSEA des Savoies
o Syndicat des Exploitants Agricoles du Canton de Cruseilles,
o Syndicat des Exploitants Agricoles de Frangy-Semine
o SYANE (Syndicat des énergies et de l’aménagement numérique de la Haute-Savoie)

- fédérations :
o Fédération Départementale agréée de Pêche au titre de la Protection de la Nature et de
l’Environnement,
o FRAPNA (Fédération Rhône-Alpes de Protection de la Nature)

- associations agrées pour la pêche et la protection des milieux aquatiques : AAPPMA du


Faucigny

Notons que d’une façon générale, les organismes qui se sont exprimés ont déploré, de façon plus ou
moins virulente, l’absence de concertation en amont qu’aurait nécessité l’élaboration, puis la mise à
enquête publique du projet afin de s’affranchir des risques d’incompréhensions, de crispation et de
simulacre de démocratie participative.

Au regard de certains courriers, force est de constater d’une part, que des incompréhensions de
procédure subsistent chez certains et, d’autre part, que la majorité s’exprime, non sur l’objet de
l’enquête publique, mais sur les conséquences d’un permis ultérieur qui serait accordé pour
l’exploration et/ou l’exploitation.

Enfin, certains dénoncent le biais introduit dans l’information du public et des élus par la double
procédure haute et basse température, ayant un seul et même objet, à savoir la production d’électricité
et de chaleur par cogénération, souvent mal appréhendé.

En tout état de cause, l’ensemble des organismes est défavorable au projet à l’exception du
Syndicat Mixte du Salève ; du Syndicat Intercommunal d’Aménagement du Vuache (SIAV) et
du SYANE.

Les raisons invoquées pour les avis défavorables relèvent principalement des risques, en phase
d’exploration et d’exploitation, de contamination des nappes utilisées pour l’alimentation en eau
potable et des nappes identifiées comme étant stratégiques (nappes de l’Arve, du Genevois et du
Rhône) ; ces secteurs étant à proscrire de tout forage profond.

Les inquiétudes portant sur la fiabilité financière et/ou technique et/ou organisationnelle de Geoforon,
associées aux insuffisances du dossier et aux inquiétudes portant sur la mise en œuvre de techniques
jugées comme étant encore expérimentales, conduisent à une attitude de prudence généralisée.

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
49

Ainsi, la FDSEA des Savoies et les Syndicat des Exploitants Agricoles du Canton de Cruseilles et de
Frangy-Semine sollicitent un moratoire permettant l’organisation d’une concertation amont avec
l’ensemble des parties prenantes en vue d’une évaluation précise des risques et la mise en œuvre d’un
protocole d’accord avec la profession agricole.

Seule la FRAPNA se positionne contre la géothermie profonde mais favorable à la géothermie basse
température pour le chauffage urbain en invoquant le principe de précaution.

La position du Syndicat Mixte du Salève, après avoir pointé toutes les insuffisances du dossier, est
favorable à la géothermie à condition que toutes les sensibilités et vulnérabilités environnementales,
paysagères et agricoles soient bien prises en compte dès l’amont dans une phase de consultation
préalable des EPCI compétentes.
Cette position est également celle du SIAV qui souhaite, de plus, la mise en place d’une gouvernance
publique pour assurer une meilleure maîtrise et contrôle du projet dans le cadre plus élargi d’une
collaboration transfrontalière avec le Grand Genève. Le SIAV souligne le contexte plus favorable du
Genevois Haut-Savoyard

Le SYANE se positionne quant à lui sur son domaine de compétence qui l’amène à se préoccuper des
énergies renouvelables et à s’inscrire dans ses missions d’expertise et d’appui aux collectivités
territoriales dans une vision de mise en œuvre d’une gouvernance public/privée pour l’exploitation et
la distribution des énergies issues de la cogénération.

Commentaires de la commission d’enquête

Des commentaires similaires au chapitre précédent peuvent être faits, ils concernent :

- les points relevant de l’objet strict de l’enquête, à savoir :


o l’information
o l’association au projet, dès l’amont, des gestionnaires locaux avec l’implication des élus
en collaboration avec le canton de Genève et de la population
o la prise en compte de la préservation des biens communs que constituent les nappes
stratégiques, les espaces naturels remarquables identifiés, l’agriculture et les paysages
avec pour chacun, leurs contraintes respectives
o le contrôle scientifique et technique de la démarche

- les autres points concernent les suites éventuelles du permis de recherche, pour lesquels il est
demandé au pétitionnaire de répondre d’ores et déjà au mieux.

Ces points, facteurs d’opposition au projet de la majorité des organismes, concernent


principalement les techniques utilisées en phase d’exploration et d’exploitation ; la maîtrise des
risques de pollution et de nuisances sur les milieux naturels (souterrains et superficiels) ainsi que
sur la maîtrise du risque sismique. Ils sont développés en détail et de façon thématique
précédemment.

Recommandations de la commission d’enquête


Comme au chapitre précédent, la commission d’enquête recommande que Geoforon propose un
périmètre de recherche réduit excluant les territoires à protéger au regard de la problématique nappe
d’eau potable et nappe stratégique ainsi que de la biodiversité et des paysages (Vuache et Salève)
permettant de répondre aux inquiétudes et réserves.

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
50

SYNDICATS Compétences Avis Problématiques soulevées

Syndicats compétents en matière de préservation des ressources en eau (superficielles ou souterraines)


SM3A (Syndicat - gestion des cours d'eau Avis défavorable au projet de recherche, compte tenu de
Mixte et des milieux aquatiques l’identification des nappes stratégiques sur le territoire - absence de prise en compte des éléments de
d’Aménagement de - planification et de Demande de manière générale à être prudent dans références du territoire, notamment ceux liés aux
l’Arve et de ses gestion de l'eau l’instruction de dossier et la réalisation de travaux, liés à des nappes stratégiques approuvés par la Commission
Abords)
- qualité air (Fonds Air projets géothermiques de manière générale, sur les périmètres Locale de l’Eau du SAGE, et plus globalement,
Bois, dispositif du Plan des nappes stratégiques ou sur leurs aires d’alimentation tous les éléments techniques produits à l’échelle du
de Protection de SAGE de l’Arve en cours d’élaboration
l'Atmosphère de la vallée - interrogation sur l’efficacité des mesures
de l'Arve) proposées pour éviter la contamination des nappes
destinées à l’alimentation en eau potable et des
nappes stratégiques par les eaux géothermales, par
la mise en communication avec des eaux plus
profondes, par des infiltrations des eaux
superficielles du chantier
- interrogation sur l’utilisation d’adjuvants et de
fluides composés d’eau et d’acides devant réagir
avec le sous-sol.
- exclusion par le projet des périmètres rapprochés
de captages pour l’alimentation en eau potable
mais risques au niveau des périmètres éloignés
- mise en œuvre de techniques expérimentales
- insuffisances du dossier en matière d’analyse des
incidences sur : les périmètres de protection de

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
51

SYNDICATS Compétences Avis Problématiques soulevées

captages existants et à venir ; la ZRE (zone de


répartition des eaux) sur la nappe du Genevois ; les
nappes stratégiques ; le débit des cours d’eau à
travers l’usage potentiel de ressources souterraines
ou superficielles en eau pour le refroidissement des
installations

SIFOR : Syndicat du étude, l'aménagement et Avis défavorable au projet de recherches de gîtes - interrogations sur la prise en compte des
Foron du Chablais l'entretien du Foron, de géothermiques basse et haute température sur le site « permis risques vis à vis de : la sismicité ; la ressources en
Genevois ses affluents et de ses dit de Salève » eau (nappes aquifères) ; l’extension de l’anneau du
annexes fluviales (zones CERN
humides, marais,…) - interrogations sur la maîtrise technologique
Syndicat Exploitation de plusieurs Pas d’avis explicite mais interrogation sur risque de
Intercommunal des forages sur Clarafond- pollution de la ressource en eau
Eaux de la Semine Arcine qui alimentent en
eau potable 9 communes
Syndicats et Fédérations compétents en matière de préservation de l’environnement (au sens large)
Syndicat Mixte du - protéger le patrimoine - Non opposé par principe à l’utilisation de nouvelles -impact destructeur sur des micro-zones humides,
Salève naturel, culturel et les énergies, de plus renouvelables, à condition que des prairies sèches, des stations botaniques
paysages du Salève GEOFORON prenne bien en remarquables (espèces protégées ou en liste rouge),
- sensibiliser à compte tous les enjeux et sensibilités de ce territoire des corridors écologiques lors de la première phase
l'environnement et au (environnement, paysages, agriculture) nécessitant la création de layons et des
développement durable défrichement
- recommande qu’avant tout début de recherches,
- valoriser le Salève GEOFORON rencontre les EPCI en charge des - impact sur l’activité touristique à travers l’ impact
comme poumon vert paysager des installations de forage

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
52

SYNDICATS Compétences Avis Problématiques soulevées

"nature" pour la questions environnementales du territoire afin de bien prendre - impact de l’implantation des forages sur les
population de proximité en compte toutes les corridors biologiques et risque de perturbation des
- assurer la pérennité de sensibilités et vulnérabilités connues grands mammifères lors de la phase d’exploration
l’activité agricole de (trafic, éclairage nocturne, bruit …).
pastoralisme sur les - incompatibilité des travaux et aménagements
alpages sommitaux avec l’activité agricole sur le plateau sommital du
- faire découvrir le Salève car interdits (par les PLU).
patrimoine naturel et - insuffisances de l’analyse environnementale du
culturel notamment par la dossier : périmètre site Natura 2000 du Salève non
Maison du Salève valide ; absence de la directive de protection et de
mise en valeur des paysages du Salève et des
arrêtés préfectoraux de protection de biotope ;
absence de prise en compte de l’inventaire
départemental des zones humides, des prairies
sèches, du SRCE, des Contrats corridors
Champagne-Genevois et Salève-Voiron ; des
espaces Naturels Sensibles ; absence de prise en
compte de la viabilité de l’agriculture locale.

Syndicat Préservation des Avis réservé concernant le risque sismique, le risque de - rappelle les nombreuses spécificités du territoire
Intercommunal de richesses naturelles, de la pollution des nappes destinées à l’alimentation en eau potable, en matière de classement et protection du massif du
Protection et de faune et de la flore du le risque d’usage détourné des résultats de recherches pour Vuache (RED, ZICO RA14, ZNIEFF, Natura
Conservation du massif du Vuache et de l’exploitation d’autres gîtes miniers. 2000, Corridors Biologiques etc…)
Vuache (SIPCV) son piémont - inquiétudes concernant le risque sismique compte
tenu d’études récentes réalisées par des géologues
de l’Université de Genève ayant confirmé la

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
53

SYNDICATS Compétences Avis Problématiques soulevées

présence d’un système complexe de failles dans la


région.
- nécessité d’apporter des garanties pour la
préservation de la nappe phréatique
d’accompagnement du Rhône, source
d’approvisionnement en eau potable du territoire
- inquiétudes concernant l’exploitation des
recherches géophysiques pour d’autres gîtes
(hydrocarbures ou gaz de schistes)
Syndicat Etudes et réalisations en Le SIAV souhaite un encadrement de la démarche par une - attitude positive envers les énergies renouvelables
Intercommunal vue de l’aménagement gouvernance publique en lien notamment avec la et cohérente visant à ne pas rejeter
d’Aménagement du dans les domaines collaboration transfrontalière proposée dans le cadre de la systématiquement celles qui concernent son
Vuache (SIAV) forestiers et touristiques commission environnement du CRFG Grand Genève - territoire mais à s’assurer de leurs possibilités de
de la région du Vuache Agglomération franco-valdo-genevoise. mise en œuvre sans danger pour la population ou
Le SIAV est favorable à la géothermie sous réserves de : l’environnement

prendre en compte les contraintes des territoires (espaces - considère que la géothermie profonde est connue
naturels et paysagers du Salève et du Vuache) en Allemagne (exploitation du site de
Hunterhaching depuis 2009) et en France avec le
encadrer scientifiquement la démarche pour assurer un
site scientifique expérimental franco-allemand de
contrôle technique des solutions mises en œuvre pour
Soultz-sous-Forêts, créé en 1987 et exploité depuis
l’exploration et l’exploitation
2008 ; que le forage à travers les nappes
confirmer les engagements à ne pas utiliser la technique de la phréatiques est éprouvé en Île de France avec plus
fracturation hydraulique ; stopper les travaux en de séisme de de 80 forages (2000m) ne remettant pas en cause la
magnitude>2 ; à spécialiser le permis afin de rendre ressource en eau
impossible la modification du périmètre et de la ressource en
- note que la commune de Bonneville est opposée
cas de réforme du code minier ; à boucher le forage en cas
car les élus considèrent que leur bassin de vie n’est

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
54

SYNDICATS Compétences Avis Problématiques soulevées

d’abandon en précisant la technique utilisée pas approprié (nappes stratégiques de l’Arve) et


maîtriser le terrain par la collectivité engagé dans d’autres énergies renouvelables. –
considère que le Genevois haut-savoyard n’a pas
de potentiel hydroélectrique et présente un contexte
différent lui permettant d’envisager la géothermie
profonde, mais en émettant plusieurs réserves (ci-
contre)

Syndicats et Fédérations compétents en matière de préservation de l’agriculture


FDSEA des Savoies 28 Syndicat d'Exploitants - Sollicitation d’un moratoire permettant l’organisation - interrogation sur l’opportunité du projet dans
Agricoles en Savoie d’une table ronde définissant un protocole local transparent l’état actuel des connaissances et au regard des
120 Syndicat - nécessité de prendre toutes les précautions utiles, d’évaluer risques encourus (risque de pollution des eaux
d'Exploitants Agricoles tout type d’impact, de recueillir les avis locaux avant souterraines ; risque sismique, mouvements de
en Savoie d’enclencher toute procédure de recherche terrains)

- nécessité d’un protocole d’accord global avec la profession - interrogation, au regard de la pression foncière
Syndicat des
agricole abordant notamment : l’identification des sites, subit par les agriculteurs, sur l’impact au sol estimé
Exploitants Agricoles
l’accord des exploitants agricoles (et non seulement des comme étant réduit par le pétitionnaire et sur
du Canton de
propriétaires), l’indemnisation des dégâts, la remise en état l’absence de prise en compte dans l’analyse de
Cruseilles
des lieux. l’indemnisation et de la compensation agricole.
Syndicat des
Exploitants Agricoles
de Frangy-Semine

Syndicats compétents en matière d’énergie


SYANE (Syndicat Créé en 1950 pour -fort de son expertise, le SYANE souhaite :

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
55

SYNDICATS Compétences Avis Problématiques soulevées

des énergies et de assurer le développement apporter sa contribution à l’évaluation des impacts d’une
l’aménagement et le renforcement des éventuelle production géothermique sur les besoins de
numérique de la réseaux d'électricité en modernisation et d’adaptation des infrastructures de réseaux
Haute-Savoie) Haute-Savoie, le SYANE d’énergie ;
a élargi ses domaines de
contribuer aux expertises sur les usages de l’énergie
compétences qui portent
produite, sa complémentarité avec les autres sources
sur : électricité - gaz -
d’énergies conventionnelles ou décentralisée et les impacts
énergie - éclairage public
d’une énergie de proximité sur le mix énergétique de la
- communications
Haute-Savoie
électroniques.
- souhaite une bonne prise en compte de l’intégration du
projet dans les politiques énergétiques locales, sur les
niveaux de collaboration et de partage des résultats envisagés
avec les collectivités territoriales concernées ainsi que sur
l’intégration de ces dernières au suivi scientifique et technique
du projet.
- prendre part à la réflexion sur une participation des
collectivités à la structure juridique qui pourrait être créée
pour l’exploitation du gîte géothermique et des réseaux
associés

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
56

FEDERATIONS ET
ASSOCIATIONS Missions Avis Problématiques soulevées
AGREES
FEDERATION DE - garantir dans les Avis défavorable du Conseil d’Administration du fait de
PÊCHE 74 meilleures conditions la l’ignorance des éventuels effets néfastes sur l’environnement
(Fédération pratique de la pêche aux du permis de recherche de gîtes géothermiques à basse
Départementale agréée adhérents des AAPPMA température dit « permis de Salève ».
de Pêche au titre de la de tout le département.
Protection de la Nature - assurer la gestion des
et de l’Environnement) ressources piscicoles et
la protection des milieux
aquatiques
FRAPNA (Fédération -protection des milieux - FRAPNA Région : avis défavorable à la demande de - proscription de forages profonds dans les
Rhône-Alpes de naturels et des espèces Permis Exclusif de Recherche, dit de Salève avec souhait du aquifères stratégiques (Lac Léman, nappe de
Protection de la qu'ils abritent. respect strict du principe de précaution au vu des dangers l’Arve, nappe du Rhône)
Nature) région et 74 - au niveau régional : de pollution irrémédiable des nappes d’eaux souterraines - interrogations sur la fiabilité financière,
plus de 220 associations - FRAPNA 74 : avis défavorable à la demande de Permis organisationnelle et technique de Géoforon
locales (plus de 45 000 Exclusif de Recherche, dit de Salève, en soulignant que le - interrogation sur les aléas géologiques risquant
adhérents). rejet du permis basse température devrait conduire, en toute d’aliéner l’aboutissement du projet au regard
- Haute-Savoie : 48 logique, l’état à ne pas donner suite au projet concernant la d’expériences antérieures dans la région
associations haut- haute température - interrogation sur les techniques de forage devant
savoyardes (17 000 - positionnement favorable à la géothermie basse température assurer la préservation des nappes aquifères
adhérents). pour le chauffage des bâtiments - interrogation sur la gestion des effluents lors des
- nécessité de fournir dès l’amont et avant la DODT, un étude tests d’exploration et sur les impacts générés sur le
d’impact étoffée permettant d’analyser les impacts potentiels milieu naturel
et d’apprécier les engagements du pétitionnaire pour les - interrogation sur la pertinence du projet au regard
éviter, réduire et/ou compenser : de la faiblesse du rendement thermodynamique de
la cogénération ; du prix de rachat d’électricité
élevé par rapport aux autres énergies renouvelables
(éolien et hydraulique) ; du potentiel de valorisation
locale de la chaleur (directement à partir du fluide
géothermal mais détriment de la production
d’électricité, et, éventuellement, indirectement à
partir de la condensation du cycle

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
57

FEDERATIONS ET
ASSOCIATIONS Missions Avis Problématiques soulevées
AGREES
thermodynamique) qui n’est évalué que
théoriquement dans le dossier
- grande imprécisions du dossier au regard,
notamment, de :
- l’ampleur des opérations susceptibles
d’être réalisées (nombre de forages, de
clusters, d’usines de cogénération)
- l’analyse des impacts sur la ressource en
eau ; détaillée pour les eaux thermales
d’Evian et Thonon-les-Bains mais très
insuffisante pour les captages d’eau potable
et les nappes stratégiques
- l’analyse des autres impacts : sismicité,
microsismicité profonde, radioactivité,
eaux superficielles, bruit, circulation,
installation classée
AAPPMA du 7000 pêcheurs Avis défavorable du Conseil d’Administration du projet de - favorable aux énergies renouvelables mais pas
Faucigny recherche de gîte géothermique pour de la géothermie en Haute-Savoie
Prêt à mobiliser ses membres pour rejoindre des mouvements - opposé à la prise de risque de pollution des
d’opposition au projet nappes phréatiques lors des forages et à la prise de
risque de mouvements de sols comme à Lochwiller
- doute sur la fiabilité de Géoforon, jeune société
qui peut facilement mettre la clé sous la porte en
cas de problème

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
58

5.5 avis des associations locales de protection de


l’environnement

Se sont prononcés :
Collectif Non aux Gaz de Schistes - Pays de Savoie et de l’Ain
Coordination Eau Bien Commun Rhône Alpes
Association La Ville est à Vous
Association Nature & Environnement en Pays Rochois
Association AS.RU.E.P (Association Ruralité et Environnement du Plateau des Bornes) - Evires
Association APEF : Association de Protection de l’Environnement de Feigères
Association AERE : Association Environnement Reignier-Esery
Association OÏKOS KAÏ BIOS - Annemasse
Association Vivre en Vallée Verte - Boëge

D’une manière générale, les associations déplorent le manque de diffusion de l’information relative à
l’ouverture de l’enquête publique, des délais trop courts pour appréhender un dossier trop complexe et
insuffisamment vulgarisé.

Tout comme pour les organismes précédents, des incompréhensions de procédure subsistent chez
certains et la majorité s’exprime, non sur l’objet de l’enquête publique, mais sur les conséquences d’un
permis ultérieur qui serait accordé pour l’exploration et/ou l’exploitation.

Les majorité des associations marquent leur position favorable vis à vis de la transition énergétique et
du développement des énergies renouvelables mais sont défavorable au projet de géothermie
profonde visant la production d’électricité par cogénération principalement en raison des
risques, en phase d’exploration, d’exploitation et après fermeture concernant:
- la contamination des nappes utilisées pour l’alimentation en eau potable
- la sismicité induite par le projet et la prise en compte de la sismicité locale
- les mouvement de sols
- les émissions de radon
- l’environnement : préservation de la biodiversité, des espaces sensibles réglementés, des
paysages ; consommation d’espaces, notamment agricoles ; dégradation des paysages ;
nuisances sonores ; trafic et pollution atmosphérique

Les autres raisons invoquées concernent la fiabilité financière et/ou technique et/ou organisationnelle
de Geoforon ; le faible rendement de la cogénération et son caractère encore expérimental ; les risques
de pratique de fracturation hydraulique ; les risques induits par la stimulation chimiques ; le nombre de
forages et d’usines de cogénération en phase d’exploitation ; les droits des propriétaires ; les
insuffisances et erreurs du dossier ; la réforme en cours du Code Minier.

Notons que La Ville est à Vous, l’AS.RU.E.P et l’AERE souhaitent la mise en place d’une
gouvernance publique intégrant l’ensemble des acteurs et l’ouverture d’un débat public.

Seule l’association APEF (Féigères) n’émet pas d’avis défavorable et demande seulement d’être tenue
au courant des suites données au projet.

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
59

Commentaires de la commission d’enquête

Les multiples interrogations et inquiétudes émises par les associations (qui s’apparentent parfois à des
« inventaires à la Prévert » !) traduisent la difficulté d’appréhension d’une procédure complexe et d’un
domaine très technique, qui n’a pas fait l’objet de la part de Géoforon d’un effort de présentation
pédagogique, de rigueur dans l’analyse de l’état initial de l’étude d’impact ; de clarté dans la
présentation du projet et d’approfondissement dans l’analyse des impacts.
Les nombreuses insuffisances du dossier (relevées également par la Commission d’enquête – cf
paragraphe 3.2) laissent donc la porte ouverte à des amalgames, incompréhensions, suspicions,
desservant le pétitionnaire qui ne « récolte que ce qu’il a semé ».

De même qu’au chapitre précédent, les commentaires concernent :

- les points relevant de l’objet strict de l’enquête, à savoir :


o l’information
o la prise en compte de la préservation des ressources en eau potable actuelles et futures,
des espaces naturels remarquables identifiés, de l’agriculture et ses paysages avec pour
chacun, leurs contraintes respectives
o la gouvernance publique et le débat public
- les autres points relatifs aux suites éventuelles du permis de recherche, pour lesquels il est
demandé au pétitionnaire de répondre d’ores et déjà au mieux.
Ces points, facteurs d’opposition au projet des associations, ont été cités ci-dessus ; ils sont
développés en détail et de façon thématique au chapitre 6.

Recommandations de la commission d’enquête

Comme au chapitre précédent, la commission d’enquête recommande que Geoforon propose un


périmètre de recherche réduit excluant les territoires à protéger au regard de la problématique nappe
d’eau potable et nappe stratégique ainsi que de la biodiversité et des paysages permettant de répondre
aux inquiétudes et réserves.

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
60

ASSOCIATIONS Avis Problématiques soulevées

Collectif Non aux Gaz Avis défavorable aux permis de recherches basse et haute - simulacre de consultation publique pour le permis haute-température
de Schistes- Pays de température. - la fracturation hydraulique est légalement autorisé pour la
Savoie et de l’Ain La production d’électricité doit se faire par d’autres moyens, géothermie ; rien n’interdit à Géoforon de l’utiliser si elle s’avère
notamment hydrauliques. nécessaire malgré son engagement à ne pas le faire
- la fracturation hydraulique et la stimulation chimique induisent un
risque sismique dont on ne peut se protéger
- les forages présentent un risque élevé de pollution des nappes
superficielles et des nappes profondes stratégiques
- la centrale de Soultz-sous-Forêts est encore au stade pré-industriel
avec des rendements faibles ; la société Géoforon n’a aucune référence
en géothermie et ne doit pas être autorisée à mener des expériences
dans notre région
Coordination Eau Bien Avis défavorable au regard des risques pesant sur l’eau et la - interrogation sur la fiabilité technique de Fonroche, qui n’a pas
Commun Rhône Alpes biodiversité dans une zone à fortes sensibilités environnementales. d’expérience en géothermie mais bénéficie d’un Fonds
d’Investissement d’Avenir de 27 M€ pour développer la filière
géothermique française, qui a obtenu déjà 7 permis de recherches
haute température et qui soutient mettre à profit 25 années de
recherches industrielles sur le site européen de Soultz-sous-Forêts
- incompatibilité du projet avec le territoire soumis à une forte
pression démographique et foncières et à des contraintes
environnementales concernant de nombreux milieux naturels
(ZNIEFF, Natura 2000, zones humides etc…) ; avec le SAGE de
l’Arve et le SRCE
- techniques ne permettant pas de se prémunir du risque de pollution
des nappes d’eau superficielles et profondes stratégiques
- insuffisance de l’analyse du risque sismique sur un territoire
présentant des facteurs géologiques particuliers ; du risque de
radioactivité lié au transport du radon par le fluide géothermal ; du
risque de pollution générée par la pratique de la stimulation chimique

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
61

ASSOCIATIONS Avis Problématiques soulevées

Association La Ville Avis réservé au regard de nombreuses interrogations concernant la Lorsque l’enquête commence, les maires devraient avoir l’obligation
est à Vous mise en place d’une gouvernance publique, les engagements du de relayer l’information auprès des citoyens individuellement
pétitionnaire , les garanties apportées vis à vis de la maîtrise des - insuffisance de vulgarisation du dossier pour le rendre accessible à
risques et la préservation de l’environnement des non-spécialistes et nécessité de joindre un dossier pédagogique
émanant d’une autre source
- nécessité d’une gouvernance publique impliquant l’Etat et les
collectivités territoriales françaises (qui doivent par ailleurs maîtriser
le foncier et bénéficier de redevances d’exploitation) en lien avec le
Canton de Genève dans le cadre de la Communauté transfrontalière de
l’Energie
- interrogation sur les garanties que
- le projet bénéficie au territoire, avec un coût maîtrisé de
l’énergie ;
- les risques soient assurés en cas d’incidents ou d’accidents ;
- l’engagement de l’absence de fracturation hydraulique soit
respecté
- interrogation sur l’effet de la réforme du Code Minier sur le projet
- nécessité que le projet (recherches, puis exploration et ensuite
exploitation) soit suivi et contrôlé par des experts mandatés par l’Etat ;
que les nappes phréatiques soient exclues des zones de forage ; que les
zones sensibles et/ou agricoles soient protégées
Association Nature & Avis défavorable concernant le projet de recherche en géothermie - consultation en catimini durant la période estivale
Environnement en profonde faisant l’objet d’une demande traitée de telle façon qu’elle - difficultés de compréhension des procédures haute et basse
Pays Rochois ne permet pas d’appréhender le sujet convenablement température
- insuffisance de vulgarisation du dossier pour le rendre accessible au
Favorable à la géothermie peu profonde pour produire de la chaleur citoyen lambda
mais souhait de développer plutôt les économies d’énergie. - manque d’expérience de Fronroche en géothermie
- interrogation sur les techniques employées (qui s’apparente à de la
fracturation pour les non-experts) et les risques sismiques induits qui
paraissent insuffisamment pris en compte
- interrogation sur le risque de pollution des nappes souterraines,
notamment lors de la stimulation chimique et sur la prise en compte

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
62

ASSOCIATIONS Avis Problématiques soulevées

des périmètres de protection des captages, non inventoriés dans le


dossier, alors que le pétitionnaire prend la précaution de ne pas forer
dans la masse d’eau concernant Thonon/Evian.
- interrogation sur le respect du PPA au regard du trafic poids lourds
induit et de la présence de torchères pour brûler les dégagements de
gaz lors des forages ; sur le risque de remontée de radon
- interrogation sur les risques de pollution des sols lors des forages
- interrogation sur la consommation d’espace (nombre de plateformes
pour exploitation inconnu) au regard de l’artificialisation des sols
- insuffisance de l’évaluation des impacts sur la biodiversité (corridors
biologiques et zones humides non mentionnés) ; sur le bruit ; sur les
réserves en eau (« le programme de travaux devra prendre toutes les
mesures nécessaires pour réduire les impacts sur les réserves en eau »
signifiant explicitement qu’il y aura des impacts )
- absences de mention des éléments suivants : CERN ; tunnels routiers
du Mont Sion et du Vuache ; des résultats défavorables du forage de
Thonex (température 70°C) ; non prise en compte de l’évolution de la
population pour une estimation de l’augmentation des besoins en eau ;
absence d’état de référence des pollutions existantes des 72 communes
en vue d’une polémique liée à l’apparition d’une pollution ; noms des
partenaires allemands et des lieux forés ; mesures pour assurer la
sécurité des riverains des forages ; problématique des plantes
invasives
- imprécisions concernant le volet indemnisation : le versement d’un
capital selon les normes en vigueur devrait plutôt s’apparenter à une
rente en rapport avec la gravité de l’événement et s’inscrivant dans la
durée en cas de pollution de la ressource en eau nécessitant d’autres
sources d’approvisionnement
- imprécisions sur le nombre de sites d’exploitation (« 3 à 6 sites
différents ») et donc sur la multiplication des risques
- nombreuses erreurs de type « copier-coller »
- imprécision sur les techniques et/ou équipements : nature des bâche

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
63

ASSOCIATIONS Avis Problématiques soulevées

et soudures, étanchéité, nature des eaux à recycler, protection contre la


corrosion, durée de vie des matériaux ; mesures antisismiques ;
traitement des déblais et boues issus du terrassement de la plateforme
- interrogation sur la consommation d’eau pour réaliser la stimulation
chimique (5000 à 15000 m3 par forage d’après l’ADEME), sur le
coût, le traitement, les conséquences d’une pénurie
- interrogation sur les garanties apportées aux propriétaires lors de la
remise en état des lieux en matière de dédommagement ; aux
collectivités en matière de dédommagement pour l’entretien des routes
ou la construction de routes supplémentaires
- interrogation sur la surveillance des puits rebouchés qui se ferait par
qui, à quel rythme et comment
- interrogation sur la fiabilité financière de Fonroche et Géoforon dont
la création paraît suspecte alors que les autres permis déposés l’ont été
au nom de Fonroche
- interrogation sur la maîtrise du coût de l’énergie géothermique au
regard de ce qui s’est passé pour le solaire
- inquiétudes au regard de pollutions survenues lors de forages
(Lanthenay, Corcelles) ou de risques géologiques en phase
d’exploitation (Soultz, Bâle, Stauffen, St Gall) ; au regard des gaz de
schistes
Association Avis défavorable en l’état des connaissances, du trop grand nombre - risque d’atteinte des nombreuses zones humides , de dégradation
AS.RU.E.P d’incertitudes qui demeurent sur les conséquences et la responsabilité environnementale et paysagère portant préjudice aux différentes
(Association Ruralité de chacun activités agricoles et touristiques
et Environnement du Souhaite que les collectivités locales et les associations de protection -insuffisance de l’évaluation des impacts environnementaux sur les
Plateau des Bornes) - de l’environnement soient intégrées à la réflexion initiale pour zones sensibles réglementées, sur les risques de pollution des eaux de
Evires encadrer l’exploitation d’une ressource naturelle commune en nappe et des eaux superficielles
collaboration avec une société privée - interrogation sur les niveaux de responsabilité entre l’Etat, les
collectivités locales et Géoforon en cas de dégradation
- interrogation sur l’utilisation des résultats de recherche par Géoforon
pour d’autres gîtes miniers au regard de l’absence de garantie donnée
par le Code Minier

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
64

ASSOCIATIONS Avis Problématiques soulevées

Association APEF : Pas d’avis explicitement formulé sur la demande de permis de - procédure basse température superflue (car permis haute température
Association de recherche. accordé) mais ayant le mérite d’informer la population et les élus
Protection de Beaucoup d’interrogations. - interrogations sur les droits des propriétaires en phases de
l’Environnement de Demande d’être tenus au courant des développements du projet, recherches, exploration et exploitation : indemnisation, expropriation
Feigères des sites prévus, des résultats des explorations et des suites - interrogation sur le nombre de forages à terme pour l’exploitation
données. - interrogation sur la nature des produits extraits dont Géoforon aurait
le droit de disposer
- interrogation sur les mesures compensatoires vis à vis des nuisances
sonores qui pourraient affecter les riverains en phase d’exploration ou
d’exploitation
- interrogation sur les mesures d’intégration paysagère de l’usine de
cogénération pour limiter son impact sur le paysage
Association AERE : - interrogation sur la fiabilité financière de Géoforon et sur les
Association Avis défavorable. intentions de Fonroche qui semble avoir créé une société écran afin
Environnement rendre plus complexe toute tentative de procédure juridique
Reignier-Esery Demande une consultation élargie impliquant élus locaux, - interrogation sur le risque sismique provoqué par des forages à
associations, scientifiques, experts, autorités genevoises et citoyens grande profondeur dans une région traversée par des failles actives,
afin notamment celle du Vuache
- d’apporter des éléments des éléments de réponses et des - interrogation sur le risque de pollution des nappes souterraines,
garanties face aux inquiétudes exprimées notamment lors de la stimulation chimique et nécessité de consulter
- de mieux expliquer le projet qui devrait être mis en avant les autorités helvétiques compte tenu de l’extension de la nappe du
auprès des populations comme étant vertueux en matière Genevois côté français
énergétique - insuffisance de l’évaluation des impacts environnementaux,
notamment sur les nombreux périmètres naturels sensibles ayant fait
l’objet de classements divers (ZNIEFF, Natura 2000, zones humides
etc…)
Association OÏKOS Avis défavorable au permis du Salève - interrogation sur la technique de forage au regard du risque de
KAÏ BIOS - pollution de la ressource en eau en référence à la zone du permis des
Annemasse Moussières ; zone proche du Salève, présentant des caractéristiques
géologiques similaires de type karst qualifié de sous-sol très fragile.
- interrogation sur la technique de la stimulation chimique et des
risques induits

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
65

ASSOCIATIONS Avis Problématiques soulevées

- interrogation sur la pertinence de la géothermie visant la


cogénération au regard des risques de pollution ; de la production
hydroélectrique prévalant dans la région , des autres énergies
alternatives insuffisamment développées (et pour lesquelles les
mesures incitatives sont à développer) et de la nécessité de privilégier
et inciter les économies d’énergie ; des efforts technologiques à mettre
en œuvre pour limiter les consommations d’énergies fossiles
Association APEC : Avis défavorable car nécessité d’attendre la réforme du Code minier, - interrogation sur la fiabilité technique de Fonroche/Géoforon
Association de se référant à la position de France Nature environnement (FNE) au regard notamment du nombre de chantiers lancés (8 PER)
Protection de stipulant que : « On ne peut pas parler d'acceptation tant que n'est pas - référence à Question n° : 61954 M. Martial Saddier (Union
l’Environnement de garantie la transparence des projets miniers et l'évaluation de leurs pour un Mouvement Populaire - Haute-Savoie) Question
Collonges impacts pour l'environnement et les populations concernées" …"Il publiée au JO le : 29/07/2014 page : 6351 « M. Martial
faut arrêter de délivrer des autorisations sur le fondement de règles Saddier attire l'attention de Mme la ministre de l'écologie, du
dépassées et imposer aux industriels de décrire le plus en amont développement durable et de l'énergie sur la réforme du code
possible les méthodes et techniques qu'ils vont mettre en œuvre. Ce minier. Créé par le décret du 16 août 1956, ce code régit
n'est qu'à cette condition que le public pourra véritablement se l'exploitation du sous-sol, notamment pour la recherche de
prononcer" pétrole et de gaz. Sa refonte avait été annoncée en juillet 2012,
afin de le mettre en conformité avec l'ensemble des principes
constitutionnels de la Charte de l'environnement. En décembre
2013, le groupe de travail désigné pour élaborer un projet de
réforme a présenté ses travaux au Gouvernement. Or, à ce
jour, aucune suite n'a été donnée à ce travail. Alors que les
permis de recherche accordés de géothermie à basse et haute
température se multiplient, à titre d'exemple, le « permis de
Salève », que les permis offshore d'hydrocarbures au large de
la Guyane ou le forage de gaz de houille en Lorraine ont été
accordés, il souhaite savoir si le Gouvernement a déjà établi
un calendrier précis pour l'examen du projet de code minier et
il souhaite connaître les principales dispositions qui seront
inscrites dans ce texte. »
- insuffisance du dossier : présence de chênes porteurs d’une espèce
protégée, le Grand-capricorne

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
66

ASSOCIATIONS Avis Problématiques soulevées

Association Vivre en Avis défavorable au regard des risques sur la ressource en eau - technique de production d’électricité par co-génération encore
trop expérimentales, pas assez maîtrisées, avec des
Vallée Verte - Boëge potable dont la préservation à long terme est prioritaire
rendements dont l’efficacité est à prouver
- propose de favoriser les économies d’énergies et favoriser
l’hydroélectricité
- les forages représentent un risque trop important vis à vis de la
ressource en eau d’importance majeure pour le, territoire
transfrontalier très peuplé
- le risque sismique rendent impossible la sécurisation des
forages

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
67

6 ANALYSE THEMATIQUE DES DEPOSITIONS ET


OBSERVATIONS
La commission d’enquête a reçu au total 115 personnes lors des permanences (certaines personnes ont
souhaité être reçues ensemble). De nombreuses questions ont été posées et des observations orales ont
été émises ; elles ont donné lieu, dans certains cas, à des observations écrites soit directement dans les
registres, soit transmises par courrier ou par mails.
Au total, les dépositions écrites sont au nombre de 269 : 159 dépositions sur les différents registres, 81
mails et 29 lettres adressées à la présidente de la commission d’enquête via la DDPP.
Il est à noter que les dépositions citées incluent les délibérations de communes et de communautés de
communes qui ont été soit déposées au niveau des registres, soit adressées par mail ou par courrier.

Il a été constaté lors de l’exploitation des dépositions que les mêmes documents ont été adressés à la
commission d’enquête plusieurs fois, sur les registres, par mails et par courrier.
A titre d’exemples, c’est le cas de la FRAPNA Région et 74, des associations Coordination Eau Bien
Commun Rhônes Alpes.. et de plusieurs syndicats.
Dans le décompte des avis, ces dépositions n’ont été comptabilisées qu’une fois.
Par contre, plusieurs personnes appartenant au collectif « Non au gaz de schistes » sont venues
déposées à titre personnel et ont émis des observations complémentaires au document du collectif :
leurs dépositions ont été comptabilisées en tant que particuliers.

Des dépositions se dégagent plusieurs tendances :

 Une opposition affichée au permis de recherche dit de Salève : cela concerne 126 particuliers
et 14 associations, syndicats et fédérations.
 Une attitude plutôt « bienveillante » au regard de la géothermie profonde en tant qu’énergie
renouvelable et favorable au permis de recherche sous réserve et conditions : cela concerne 16
particuliers et 5 associations, syndicats et fédérations,
 L’expression d’inquiétudes au regard des risques qui pourraient être générés au-delà du permis
de recherche, en cas de forages d’exploration suivis d’unité d’exploitation. Cela concerne 37
particuliers, les associations et syndicats et Fédérations ont, soit pas d’avis ( 2) soit
demandent un moratoire ( 3).

Sur 203 dépositions ( particuliers, associations, syndicats, fédérations), 21 sont favorables au permis
de recherche avec de fortes réserves, 140 sont explicitement contre, et 39 portent sur des inquiétudes
vis-à-vis des risques en cas de recherche positive conduisant à des forages au-delà du permis de
recherche, et 3 souhaitent un moratoire
Les observations recueillies portent chacune sur différents thèmes qui sont détaillés dans les tableaux
suivants. Les tableaux thématiques suivants distinguent les thèmes qui relèvent uniquement du permis
de recherche, objet de l’enquête, de ceux qui concernent les suites potentielles de l’enquête, mais que
l’enquête du permis ne peut occulter, car ils constituent l’essentiel des interrogations et observations
du public, sources d’attitude négative au regard du permis.

Neuf grands thèmes ressortent au regard du permis de recherche, objet de l’enquête :


 La pertinence de la géothermie profonde,
 L’information des élus et du public,
 La gouvernance du projet,
 La fiabilité du demandeur,
 La règlementation et ce qu’elle autorise,
 La qualité du dossier
 Les impacts environnementaux
 Les sollicitations et propositions
 Les contre-propositions

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
68

4 grands thèmes ont été retenus (voir tableaux pages suivantes), au regard des suites potentielles du
permis de recherche :

 La règlementation et le droit des sols,


 La fiabilité du pétitionnaire : fiabilité des techniques d’exploration et d’exploitation,
 Les risques et dangers
 Les impacts environnementaux

Il est à noter que la majorité des personnes ont exprimé de fortes inquiétudes:

 vis à vis des risques sismiques


 vis à vis de la ressource en eau

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
69
TABLEAU 1 : PERMIS DE RECHERCHE, OBJET DE L’ENQUETE

N° courrier joint au registre et


Thèmes Sous-thématiques N° observation registre et noms N° lettre adressée et noms N° mail et noms
noms
1-geothermie profonde  pertinence R-4-CRUS-Mme Renée Westra ( Courrier1-REIGN : Collectif Non L-5-L-10-Coordination Eau Bien M8- Mme Françoise JAUMAIN
 Rentabilité Marlioz) ; R-5-ANN- Mr Michelet aux Gaz de Schistes-Coprésident Commun Rhônes Alpes ;L12-L-28- (Savoie)
Christian ( Bonne) ; R-6-ANN-Mr M. Jacques CAMBON FRAPNA Villeurbanne ;L-14-Doll M17- Guy REBOIS
 Principe de précaution Gilet Laurent ( Ambilly) ;R-7- Courrier 2-STJU : M. Alain Martine ( Saint Julien) ; L-15- M25-FRAPNA74(4)
ANN-Association OIKOS KAI BULLAT, ancien maire de Présilly AAPPMA Faucigny ; L-17- M27-Mme Marie-Christine
BIOS ; R-10-ANN-Mr Rioche et ancien Président du Syndicat FRAPNA74 ; L-20-SIAV ;L-21- MASSIN (Viry)
Michel-Collectif Non au Gaz de Mixte du Salève SIPCV ; L-26-Conseil régional ; M47-M Mme Jean-Michel et
shiste) ;R-1ANN- Mme Moulherac Courrier8-ST-JU : M Daniel Geneviève RIGOULET (Les
Elisabeth ; R-2-ANN Coordination JUTEAU (St Julien) Ollières)
Eau Bien Commun Rhônes Courrier10-STJU : M et Mme M51- M Bernard GAUD (Chevrier)
Alpes ;R-6-CRUS –Péreard Marcel et Danièle HAUSARD (St (ancien maire et ancien Président de
Elisabeth – Non au gaz de Julien) la CC du Genevois)
schiste ;R-12-ANN-Melas C-02-BONN Groupe UDC et M53- M mme Bernard GOULET
Yolande ;R-14-ANN-Soulat Jean apparentés ;Courrier STJEOI - (Les Ollières)
Luc ;R-15-ANN- Bouvier Association Vivre en Vallée Verte - M63 – Mme Michèle VEZ (St
françoise ;R-16-ANN-Mullat Boëge Julien)
Valérie ;R-17-ANN-Coordination M59 – Mme Michèle CLAVEAU
Eau Bien Commun Rhônes (Collonges)
Alpes ;R-21-ANN- Pelissier M57 – M Mme Maurice et Marcelle
Philippe ; R-07-BONN-FURLAN FAVRE-LORRAINE (Aviernoz)
Monique ;R-8-BONN- METRAL M65- Syndicat des Exploitants
Simone ;R-12-BONN- RIEUX Agricoles du Canton de Cruseilles
Céline ;R-13-BONN- SUARD (M Jean-Philippe MERMILLOD,
Christian ;R-14-BONN- Nature Président)
Environnement Pays Rochois ;R- M69 – M mme Serge et Evelyne
17-BONN-Servoz et Jourdan ;R-18- CROSET (Collonges)
BONN-Saddier Martial ; R-23- M78- Syndicat des Exploitants
BONN-Vigouroux Laurent;R-3- Agricoles de Frangy-Semine (M
LARO-Feraille Eric ;R-11-LARO Jean-Louis BERTHET, Président)
– Leclerc Eric ;R-12-LARO- M28- FRAPNA Région Rhône
Limonet jacqueline ;R-13-LARO- Alpes (5)
Rosset Jean- Louis ;R-17-LARO-
Docteur Magali ; R-18-LARO-
Dronne Catherine ;R-21-LARO-
Endelin Marc ;R-22-LARO-Marit
Anne-marie ;R-25-LARO-Moenne
Locoz André ;R-6-STJEOI-
Association Vivre en Vallée Verte ;
R-11-STJEOI Ducrot-Reculfou
Pascal ;R-2-REIG- Mme Evelyne
GOULIN (Pers Jussy) ;R-3-REIG-

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
70
TABLEAU 1 : PERMIS DE RECHERCHE, OBJET DE L’ENQUETE

N° courrier joint au registre et


Thèmes Sous-thématiques N° observation registre et noms N° lettre adressée et noms N° mail et noms
noms
M Jean-Louis GOULIN (Pers
Jussy) ; R-5-REIGN- Mme Emilie
ROISSET (Reignier) ;R-6-REIGN-
Mme Anne PERRIER (Reignier) ;
R-9-REIGN-Mme Christiane
VIDONNE (La Muraz) ; R-10-
REIGN-M Louis VIDONNE (La
Muraz) ;R-4-STJU : M ou Mme
JARALSO ;R-5-STJU : M Marc
Excoffier (Valleiry) ;R-6-ST : M et
Mme J-Paul et Irène ELARET
(Neydens) ;R-9-STJU : Mme Sylvie
Camilleri (Conseillère municipale
de St Julien) ;R11- REIGN : M
Yannick GRANIER
(Arbusigny) ;R12-REIGN : M et
Mme Paul et Fabienne GAY
(Arbusigny) ;R13-REIGN : M ou
Mme G BAUD (Reignier) ;R-15-
REIGN : M Michel RIEUX
(Contamine sur Arve) ;R-17-
REIGN : M Pierre GAUD (Pers
Jussy) ;Courrier10-REIGN : Mme
Sophie BIOLLUZ (Reignier)

2-Information  information et concertation R-2-CRUS-Mme Odile Montant C-02-BONN Groupe UDC et L-9- Millet Alain ( ONNION) ; M6-SIFOR(3) ;M9- M Philippe
des Elus (CM Vovray en Bornes) ;R-10- apparentés ;Courrier12-REIGN : L12-L-28-FRAPNA MASSON (Eteaux) ;M10- Mme
 information et concertation ANN-Mr Rioche Michel-Collectif Mme Anne-Marie DECHENAUD Villeurbanne ;L-18-FDSEA des Annick BOUVRET ;M12-Mme
des associations et de la Non au Gaz de schiste) ;R-3- (Monnetier Mornex) ;courrier 1- Savoie ;L-20-SIAV ;L-22-APEC ; Catherine DRONNE (La Roche sur
population CRUS- Mr et Mme Dielensieger- STJU : association APEF(1) Foron) ;M14-M Jean VACHOUX
Mr et Mme Mabut Raymond ( (Feigères) ; Courrier1-REIGN : (adhérent au Collectif Non au Gaz
 débat public
Beaumont) ; R-5-ANN- Mr Collectif Non aux Gaz de Schistes- de Schiste) (Arbusigny) ;M13-G et
Michelet Christian ( Bonne) ; R-9- Coprésident M. Jacques R EXCOFFIER (adhérents au
ANN-Mr Guerini Patrick( CAMBON ;Courrier2-REIGN : Collectif Non au Gaz de Schiste)
Annemasse) ;R-1-CRUS- AERE(2) (Reignier) ;Courrier9- (Arbusigny) ;M17- Guy
Association Foncière Pastorale STJU : Mme Brigitte FOLNY REBOIS ;M23-M Yannick
Haute savoie ; R-7-CRUS –Péreard (Feigères) (ancienne élue) ROGUET (Pers-Jussy) ;M25-
Elisabeth – Non au gaz de schiste ; FRAPNA74(4) ;M28- FRAPNA
R-6 CRUS- Debornes Jean Paul ;R- Région Rhône Alpes (5) ;M40-
8-CRUS-Houille Viviane ; R-06- Mme Isabelle GACON ;M37- M
BONN-VANZON Marion & Christian JACQUOT (St
VANZO christophe; R-09-BONN- Julien) ;M63 – Mme Michèle VEZ

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
71
TABLEAU 1 : PERMIS DE RECHERCHE, OBJET DE L’ENQUETE

N° courrier joint au registre et


Thèmes Sous-thématiques N° observation registre et noms N° lettre adressée et noms N° mail et noms
noms
JOURDAN Adeline (conseil (St Julien) ;M59 – Mme Michèle
municipal Bonneville ;R-14- CLAVEAU (Collonges) ;M65-
BONN-ASSOC. NATURE Syndicat des Exploitants Agricoles
ENVIRONNEMENT PAYS du Canton de Cruseilles (M Jean-
ROCHOIS ; R-17-BONN-Servoz et Philippe MERMILLOD,
Jourdan R-18-BONN-Saddier Président) ;M60- Association
Martial ;R-23-BONN-Vigouroux APEC (6) (Collonges) ;M62 – M
Laurent;R-13-LARO-Rosset Jean Jean-Marino AXARLIS ;M69 – M
Louis ;R-14-LARO CHAPPUIS mme Serge et Evelyne CROSET
Marie-Claude ; R-18-LARO- (Collonges) ;M70 – David
Dronne Catherine ;R-1-STJU :Mme LIBERT ; M72- Mme Anne-Marie
Sandra REMBERT (Vers) ;R-9- TAPPONIER ;M78- Syndicat des
STJU : Mme Sylvie Camilleri Exploitants Agricoles de Frangy-
(Conseillère municipale de St Semine (M Jean-Louis BERTHET,
Julien) ;R13-REIGN : M ou Mme Président)
G BAUD (Reignier) ;R-19-REIGN
: Mme Badia CHALEL
(Conseillère municipale à
Monnetier Mornex)
R-20-REIGN : Mme Alexandra
BOURRY (Reignier)
3- Gouvernance  Gouvernance privée, R-4-CRUS-Mme Renée Westra ( Courrier2-REIGN : AERE(2) L-5-L-10-Coordination Eau Bien M10- Mme Annick
 gouvernance publique, Marlioz) ; R-2-CRUS-Mme Odile (Reignier) ;Courrier4-STJU : M ou Commun Rhônes Alpes ;L-2-Sans BOUVRET ;M27-Mme Marie-
Montant (CM Vovray en Bornes) ; Mme C- JARALSO ;Courrier5- identite-(Monnetier Mornex) ; L- Christine MASSIN (Viry) ;M-Mme
 Gouvernance scientifique
R-9-ANN-Mr Guerini Patrick( STJU : M Robert FOL 20-SIAV ;; L-26-Conseil régional ; Isabelle GACON ;M44- Mme
Annemasse) ; R-17-ANN- (Savigny) ;Courrier6-STJU :Mme L-27-SYANE Sylvie LAVIEILLE ;M- M Peter
Coordination Eau Bien Commun Corine FONDRAZ PATZIG ;M51- M Bernard GAUD
Rhônes Alpes ;R-18-ANN-Lagille (Valleiry) ;Courrier8-ST-JU : M (Chevrier) (ancien maire et ancien
(Ambilly) ;R-19-ANN-Burgniard Daniel JUTEAU (St Président de la CC du
Robert ;R-20-ANN-Sylvestre Julien) ;Courrier9-STJU : Mme Genevois) ;M66 – Mme Claire
Louis ;R-30-LARO- Raphoz Nicole Brigitte FOLNY (Feigères) TAGAND ;M37- M Christian
; R-23-BONN-Vigouroux (ancienne élue) ;Courrier13-STJU : JACQUOT (St Julien) ;M63– Mme
Laurent;R-4-STJU : M ou Mme M Rachel VACHON (Chênex) Michèle VEZ (St Julien) ;M59 –
JARALSO ;R-8-STJU : Mme Mme Michèle CLAVEAU
Gabrielle RIPPOZ ;R-9-STJU : (Collonges) ;M65- Syndicat des
Mme Sylvie Camilleri (Conseillère Exploitants Agricoles du Canton de
municipale de St Julien) ;R11- Cruseilles (M Jean-Philippe
REIGN : M Yannick GRANIER MERMILLOD, Président) ;M60-
(Arbusigny) ; R12-REIGN : M et Association APEC (6)
Mme Paul et Fabienne GAY (Collonges) ;M69 – M mme Serge
(Arbusigny) ;R14-REIGNE : M et Evelyne CROSET

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
72
TABLEAU 1 : PERMIS DE RECHERCHE, OBJET DE L’ENQUETE

N° courrier joint au registre et


Thèmes Sous-thématiques N° observation registre et noms N° lettre adressée et noms N° mail et noms
noms
Jacques LAEDEZE (Reignier) ;R- (Collonges) ;M70 – David
19-REIGN : Mme Badia CHALEL LIBERT ;M50-SYANE ;M71- M
(Conseillère municipale à JP MEGEVAND ;M72- Mme
Monnetier Mornex) Anne-Marie TAPPONIER ;M74- M
et Mme J-Paul et M-Françoise
PANCHAUD (St Julien) ;M76-
Mme Catherine SYLVESTRE
(Neydens) ;M78- Syndicat des
Exploitants Agricoles de Frangy-
Semine (M Jean-Louis BERTHET,
Président) ;M79-80 - Association
AS.RU.E.P (Association Ruralité
et Environnement du Plateau des
Bornes) - Evires

4- Fiabilité du  Garanties R-3-ANN-Melle Moguet de Courrier5-REIGN : M André L-5-L-10-Coordination Eau Bien M3- M Jean-Jacques
demandeur  Qualité financière Giovani Angélique (élue Ambilly, CHARPIN (Maire Honoraire de Commun Rhônes Alpes ; L-9- MARCHAND ;M21-Mme Camille
Association Arlem, membre de la Monnetier Mornex) ;Courrier12- PALLAVICINI
 Qualité technique Millet Alain (ONNION) ; L12-L-
coalition mondiale des ONG pour REIGN : Mme Anne-Marie (Charvonnex) ;M23-M Yannick
 Compétences, expériences les OMD) ; R-6-ANN-Mr Gilet DECHENAUD (Monnetier
28-FRAPNA Villeurbanne ; L-13-
ROGUET (Pers-Jussy) ;M25-
Pezigot Delphine ( Annecy) ;; L-15-
Laurent ( Ambilly) ; R-7-CRUS – Mornex) ;Courrier4-STJU : M ou AAPPMA Faucigny ;L-17- FRAPNA74(4) ;M27-Mme Marie-
Péreard Elisabeth – Non au gaz de Mme C JARALSO ;Courrier8-ST- FRAPNA74 ; L-22-APEC ; Christine MASSIN (Viry) ;M28-
schiste ;R-6 CRUS- Debornes Jean JU : M Daniel JUTEAU (St FRAPNA Région Rhône Alpes
Paul ; R-8-CRUS-Houille Viviane ; Julien) ;Courrier9-STJU : Mme (5) ;M40-Mme Isabelle
R-12-ANN-Melas Yolande ; R-17- Brigitte FOLNY (Feigères) GACON ;M44- Mme Sylvie
ANN-Coordination Eau Bien (ancienne élue) ;Courrier10-STJU : LAVIEILLE ;M51- M Bernard
Commun Rhônes Alpes ; R-06- M et Mme Marcel et Danièle GAUD (Chevrier) (ancien maire et
BONN-VANZON Marion & HAUSARD (St Julien) ;Courrier13- ancien Président de la CC du
VANZO christophe; R-02-LARO- STJU : M Rachel VACHON Genevois) ;M37- M Christian
FERAILLE Martine -collectif « non (Chênex) JACQUOT (St Julien) ;M63 – Mme
gaz schiste » ; R-03-LARO- Michèle VEZ (St Julien) ;M59 –
FERAILLE Eric -FRAPNA Rhône- Mme Michèle CLAVEAU
Alpes ; R-10-LARO-CHEREZ (Collonges) ;M60- Association
Claudine ; R-13-BONN-SUARD APEC (6) (Collonges) ;M62 – M
Christian ; R-14-BONN-ASSOC. Jean-Marino AXARLIS ;M72-
NATURE ENVIRONNEMENT Mme Anne-Marie
PAYS ROCHOIS ; R-18-BONN- TAPPONIER ;M74- M et Mme J-
Saddier Martial ;R-4-STJU : Mme Paul et M-Françoise PANCHAUD
Evelyne DAGUER (Valleiry) ;R-5- (St Julien) ;M76-Mme Catherine
STJU : M Marc Excoffier SYLVESTRE (Neydens) ;M79-80 -
(Valleiry) ;R-7-STJU : Mme Association AS.RU.E.P
Marine DUBERNARD (Adjointe (Association Ruralité et

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
73
TABLEAU 1 : PERMIS DE RECHERCHE, OBJET DE L’ENQUETE

N° courrier joint au registre et


Thèmes Sous-thématiques N° observation registre et noms N° lettre adressée et noms N° mail et noms
noms
aux finances de la commune Environnement du Plateau des
d’Archamps) ;R-9-STJU : Mme Bornes) – Evires
Sylvie Camilleri (Conseillère
municipale de St Julien) ;R13-
REIGN : M ou Mme G BAUD
(Reignier) ;R-21-REIGN : Mme
Lucienne JEAN ;R-22-REIGN :
Mme Solange CHASSOT (Pers
Jussy)
5 Réglementation  Réforme du code minier R-3-ANN-Melle Moguet de Courrier5-REIGN : M André M6-SIFOR(3) ;M10- Mme Annick
L-5-L-10-Coordination Eau Bien
 Permis haute et basse Giovani Angélique (élue Ambilly, CHARPIN (Maire Honoraire de BOUVRET ;M12-Mme Catherine
température Association Arlem, membre de la Monnetier Mornex) ;Courrier12- Commun Rhônes Alpes ; L-9- DRONNE (La Roche sur
coalition mondiale des ONG pour REIGN : Mme Anne-Marie Foron) ;M14- M Jean VACHOUX
 exclusivité Millet Alain ( ONNION) ; L-13-
les OMD) ;R-10-ANN-Mr Rioche DECHENAUD (Monnetier (adhérent au Collectif Non au Gaz
 Mutation du titre minier Michel-Collectif Non au Gaz de Mornex) ;Courrier 1-STJU : Pezigot Delphine(Annecy) ;; L-14- de Schiste) (Arbusigny) ;M13-G et
 Géothermie et gaz de shiste) ; R-15-ANN- Bouvier association APEF(1) Doll Martine ( Saint Julien) ; L-20- R EXCOFFIER (adhérents au
schistes Françoise ; R-17-ANN- (Feigères) ;Courrier5-STJU : M Collectif Non au Gaz de Schiste)
SIAV ; L-21-SIPCV ; L-22-APEC ;
 Droit des propriétaires Coordination Eau Bien Commun Robert FOL (Savigny) ;Courrier8- (Arbusigny) ;M17- Guy
Rhônes Alpes ; R-20-ANN- ST-JU : M Daniel JUTEAU (St ; L-26-Conseil régional REBOIS ;M20- MAURIS ;M25-
Sylvestre Louis ; R-03-BONN- Julien) ;Courrier9-STJU : Mme FRAPNA74(4) ;M47-M Mme Jean-
LANCE Pascal – FUSEAU Brigitte FOLNY (Feigères) Michel et Geneviève RIGOULET
Dominique / Marie Laurence ;R-5- (ancienne élue) (Les Ollières) ;M48- M Peter
BONN-KUZMANOSKA Patricia- PATZIG ;M53- M mme Bernard
NICOLLIN Gillles ;R-12-BONN- GOULET (Les Ollières) ;M66–
RIEUX Céline ;R-14-BONN- Mme Claire TAGAND ;M37- M
ASSOC. NATURE Christian JACQUOT (St
ENVIRONNEMENT PAYS Julien) ;M63 – Mme Michèle VEZ
ROCHOIS ; R-18-BONN-Saddier (St Julien) ;M59 – Mme Michèle
Martial ;R-24-BONN-Porcher CLAVEAU (Collonges) ;M57 – M
Raymonde ;R-26-BONN-réponse Mme Maurice et Marcelle FAVRE-
de Ségolène Royal ;R-08-LARO- LORRAINE (Aviernoz) ;M-
MURAZ Bernard ; R-13-LARO- Association APEC (6)
ROSSET Jean Louis ;R-17-LARO- (Collonges) ;M60 – M Jean-Marino
Docteur Magali ;R-18-LARO- AXARLIS ;M69 – M mme Serge et
Dronne Catherine ;R-20-LARO- Evelyne CROSET
Morel Christian ; R-22-LARO- (Collonges) ;M70 – David
Marit Anne-marie ; R-29-LARO- LIBERT ;M72- Mme Anne-Marie
Mugnier Dominique ;R-1-REIG- TAPPONIER ;M74- M et Mme J-
Mme Laure ROUKINE Paul et M-Françoise PANCHAUD
(Reignier) ;R-3-REIGN-M J. (St Julien)
LENOIR (St Julien) ; R-1-STJU

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
74
TABLEAU 1 : PERMIS DE RECHERCHE, OBJET DE L’ENQUETE

N° courrier joint au registre et


Thèmes Sous-thématiques N° observation registre et noms N° lettre adressée et noms N° mail et noms
noms
:Mme Sandra REMBERT
(Vers) ;R-3-STJU : M ou Mme J
LENOIR (St Julien) ;R-9-STJU :
Mme Sylvie Camilleri (Conseillère
municipale de St Julien) ;R11-
REIGN : M Yannick GRANIER
(Arbusigny) ;R12-REIGN : M et
Mme Paul et Fabienne GAY
(Arbusigny) ;R-19-REIGN : Mme
Badia CHALEL (Conseillère
municipale à Monnetier
Mornex) ;R-20-REIGN : Mme
Alexandra BOURRY (Reignier)
6- qualité du dossier  erreurs, insuffisance R-2-CRUS- Montant Odile ; R-14- C-02 -BONN GCourrier2-REIGN : L-9- Millet Alain ( ONNION) ; L- M9- M Philippe MASSON
d’enquête BONN-ASSOC. NATURE AERE(2) (Reignier) ; Courrier5- 17-FRAPNA74 ; L-20-SIAV ; L- (Eteaux) ;M25-
ENVIRONNEMENT PAYS REIGN : M André CHARPIN 22-APEC ; FRAPNA74(4) ;M28- FRAPNA
ROCHOIS ;R-06-BONN- (Maire Honoraire de Monnetier Région Rhône Alpes (5) ;M48- M
VANZON Marion & VANZO Mornex ;Courrier12-REIGN : Mme Peter PATZIG ;M51- M Bernard
christophe; R-18-BONN-Saddier Anne-Marie DECHENAUD GAUD (Chevrier) (ancien maire et
Martial ; R-23-BONN-Vigouroux (Monnetier Mornex) ;Courrier 2- ancien Président de la CC du
Laurent;R-9-STJU : Mme Sylvie STJU : M. Alain BULLAT, ancien Genevois) ;M37- M Christian
Camilleri (Conseillère municipale maire de Présilly et ancien JACQUOT (St Julien) ;M65-
de St Julien) Président du Syndicat Mixte du Syndicat des Exploitants Agricoles
Salève ;Courrier10-STJU : M et du Canton de Cruseilles (M Jean-
Mme Marcel et Danièle Philippe MERMILLOD,
HAUSARD (St Julien)roupe UDC Président) ;M60- Association
et apparentés ; APEC (6) (Collonges) ;M62 – M
Jean-Marino AXARLIS ;M58-
SYNDICAT MIXTE DU SALEVE
(Mme Badia CHALEL, vice
Présidente) ;M72- Mme Anne-
Marie TAPPONIER ;M76-Mme
Catherine SYLVESTRE
(Neydens) ;M78- Syndicat des
Exploitants Agricoles de Frangy-
Semine (M Jean-Louis BERTHET,
Président) ;M79-80 - Association
AS.RU.E.P (Association Ruralité
et Environnement du Plateau des
Bornes) - Evires

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
75
TABLEAU 1 : PERMIS DE RECHERCHE, OBJET DE L’ENQUETE

N° courrier joint au registre et


Thèmes Sous-thématiques N° observation registre et noms N° lettre adressée et noms N° mail et noms
noms
7-Impacts  passage des camions- R-4-CRUS-Mme Renée Westra (
environnementaux vibreurs Marlioz) ;R-7-REIGN-Mme
Emmanuelle LEMOINE (Reignier)

8-Proposition  Informations à toutes les R-7-CRUS –Péreard Elisabeth – Courrier11-REIGN : Mme Anne- L-1-Nicole Crepin ( Ayse) M22-Mme Christine PAUL ;M23-
/sollicitations étapes du projet, Non au gaz de schiste ;R-9 ANN- Marie DECHENAUD (Monnetier M Yannick ROGUET (Pers-
Guerini Patrick ; R-18-ANN- Mornex) ;Courrier 1-STJU : L-2-Sans identite-(Monnetier Jussy) ;M25-FRAPNA74(4) ;M27-
transparence, résultats des Mornex) ; L-18-FDSEA des
explorations Lagille (Ambilly) ; R-19-ANN- association APEF(1) (Feigères) ; Mme Marie-Christine MASSIN
Savoie ;
 Concertation avec la Suisse Burgniard Robert ; R-1-LARO Courrier2-REIGN : AERE(2) (Viry) ;M40-Mme Isabelle
Deloche Anfré-Aimée ; R-20- (Reignier) ;Courrier4-STJU : M ou GACON :M51- M Bernard GAUD
 Etude sismique préalable
LARO-Morel Christian ;R-14- Mme C JARALSO ;Courrier9- (Chevrier) (ancien maire et ancien
par scientifiques
BONN-ASSOC. NATURE STJU : Mme Brigitte FOLNY Président de la CC du
 Sanctuarisation des réserves ENVIRONNEMENT PAYS (Feigères) (ancienne élue) Genevois) ;M37- M Christian
d’eau vitale ROCHOIS ;R-11-STJEOI Ducrot- JACQUOT (St Julien) ;M59 – Mme
 Etat des lieux avant par Reculfou Pascal ; R-18-BONN- Michèle CLAVEAU
organisme indépendant Saddier Martial ; R-1-STJU :Mme (Collonges ;M65- Syndicat des
 Rencontre du pétitionnaire Sandra REMBERT (Vers ;R-4- Exploitants Agricoles du Canton de
avec les EPCI en charge des STJU : M ou Mme JARALSO ;R- Cruseilles (M Jean-Philippe
questions 9-STJU : Mme Sylvie Camilleri MERMILLOD, Président) ;M60-
environnementales (Conseillère municipale de St Association APEC (6)
 Moratoire-Sursis à statuer Julien) (Collonges) ;M62 – M Jean-Marino
AXARLIS ;M69 – M mme Serge et
Evelyne CROSET
(Collonges) ;M58- SYNDICAT
MIXTE DU SALEVE (Mme Badia
CHALEL, vice Présidente) ;M50-
SYANE ;M72- Mme Anne-Marie
TAPPONIER ;M78- Syndicat des
Exploitants Agricoles de Frangy-
Semine (M Jean-Louis BERTHET,
Président)
9-Contre propositions Développer uniquement la R-7-ANN-Association OIKOS KAI Courrier1-REIGN : Collectif Non L12-L-28-FRAPNA Villeurbanne ; M1- Mme Christine DUMAS
géothermie pour les réseaux de BIOS ; R-10-ANN-Mr Rioche aux Gaz de Schistes-Coprésident L-22-APEC ; (Boëge) ;M2- Alain DUMAS
chaleur Michel-Collectif Non au Gaz de M. Jacques CAMBON ; Courrier2- (Boëge) ;M14- M Jean VACHOUX
schiste) ; R-15-ANN- Bouvier REIGN : AERE(2) (Reignier) ; (adhérent au Collectif Non au Gaz
Optimisation des ressources Françoise ; R-16-ANN-Mullat Courrier 2-STJU : M. Alain de Schiste) (Arbusigny) ;M13-G et
existantes, des autres énergies Valérie ; R-20-ANN-Sylvestre BULLAT, ancien maire de Présilly R EXCOFFIER (adhérents au
renouvelables (notamment Louis ; R-20-ANN-Sylvestre et ancien Président du Syndicat Collectif Non au Gaz de Schiste)
l’hydroélectricité) et des Louis ; R-14-BONN-ASSOC. Mixte du Salève ; Courrier4-STJU : (Arbusigny) ;M17- Guy
économies d’énergie NATURE ENVIRONNEMENT M ou Mme C REBOIS ;M20- MAURIS ;M25-

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
76
TABLEAU 1 : PERMIS DE RECHERCHE, OBJET DE L’ENQUETE

N° courrier joint au registre et


Thèmes Sous-thématiques N° observation registre et noms N° lettre adressée et noms N° mail et noms
noms
Attente de la réforme du Code PAYS ROCHOIS ; R-18-BONN- JARALSO ;Courrier9-STJU : Mme FRAPNA74(4) ;M26-Mme Carine
Minier Saddier Martial ; R-23-BONN- Brigitte FOLNY (Feigères) GROSSE (Habère-Lullin) ;M28-
Vigouroux Laurent; R-25-BONN- (ancienne élue) ;Courrier13-STJU : FRAPNA Région Rhône Alpes
Ouverture d’un débat public sur Saddier Martial ;R-02-LARO- M Rachel VACHON (5) ;M48- M Peter PATZIG ;M51-
les énergies renouvelables FERAILLE Martine -collectif « non (Chênex) :Courrier STJEOI - M Bernard GAUD (Chevrier)
gaz schiste » ;R-09-LARO- Association Vivre en Vallée Verte - (ancien maire et ancien Président de
FORTERRE Irène ; R-27-LARO- Boëge la CC du Genevois) ;M63 – Mme
Vez Gérard ;R-1-STJEOI- Michèle VEZ (St Julien) ;M65-
KANAKIS Monique ; R-11- Syndicat des Exploitants Agricoles
STJEOI Ducrot-Reculfou du Canton de Cruseilles (M Jean-
Pascal ;R-2-REIG- Mme Evelyne Philippe MERMILLOD,
GOULIN (Pers Jussy) ;R-3-REIG- Président) ;M60- Association
M Jean-Louis GOULIN (Pers APEC (6) (Collonges ;M62 – M
Jussy) ;R-4-REIGN-Mme Marie- Jean-Marino AXARLIS ;M70 –
Jeanne DURET (Reignier) ; R-7- David LIBERT ;M78- Syndicat des
REIGN-Mme Emmanuelle Exploitants Agricoles de Frangy-
LEMOINE (Reignier) ; R-9- Semine (M Jean-Louis BERTHET,
REIGN-Mme Christiane Président ;M79-80 - Association
VIDONNE (La Muraz) ;R-1-STJU AS.RU.E.P (Association Ruralité
:Mme Sandra REMBERT et Environnement du Plateau des
(Vers ) ;R-10-REIGN-M Louis Bornes) - Evires
VIDONNE (La Muraz) :R11-
REIGN : M Yannick GRANIER
(Arbusigny) ;R12-REIGN : M et
Mme Paul et Fabienne GAY
(Arbusigny) ;R13-REIGN : M ou
Mme G BAUD (Reignier) ;R-19-
REIGN : Mme Badia CHALEL
(Conseillère municipale à
Monnetier Mornex) ;R-20-REIGN :
Mme Alexandra BOURRY
(Reignier)

Association APEF : Association de Protection de l’Environnement de Feigères


R : inscription sur le registre STJU, REIG, ANN, BONN, CRUS, LARO, STJEOI
C : courrier joint au registre STJU, REIG, ANN, BONN, CRUS, LARO, STJEOI
L : lettres adressées à la commission par la poste Part, Mairie, Association
M : mail adressé à la commission Part, Mairie, Association

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
77

TABLEAU 2 : SUITES POTENTIELLES DU PERMIS DE RECHERCHE

N° courrier joint
N° observation registre et N° lettre adressée
THEMES Sous-thématiques au registre et N° mail et noms
noms et noms
noms
1-Réglementation  Prérogatives de l’Etat et droit R-3-ANN-Melle Moguet de Courrier 1-STJU : M-Mme Isabelle GACON ;M44-
des propriétaires Giovanni Angélique ; R-7-STJEOI- association APEF(1) Mme Sylvie LAVIEILLE ;M37- M
Joly Danièle et Marc ; R-4-STJU : (Feigères) ;Courrier5- Christian JACQUOT (St
 Prérogatives de l’Etat et droit
Droit des sols Mme Evelyne DAGUER STJU : M Robert FOL Julien) ;M65- Syndicat des
des communes (Valleiry) ;R-9-STJU : Mme Sylvie (Savigny) ;Courrier10- Exploitants Agricoles du Canton de
 Droit des exploitants agricoles Camilleri (Conseillère municipale STJU : M et Mme Cruseilles (M Jean-Philippe
ou forestiers de St Julien) Marcel et Danièle MERMILLOD, Président) ;M71- M
HAUSARD (St JP MEGEVAND ;M72- Mme
Julien) ;Courrier13- Anne-Marie TAPPONIER ;M78-
STJU : M Rachel Syndicat des Exploitants Agricoles
VACHON (Chênex) de Frangy-Semine (M Jean-Louis
BERTHET, Président)

2-Fiabilité des  Garanties-responsabilités en cas R-10-ANN-Mr Rioche Michel- C-02-BONN Groupe L-1-Nicole Crepin ( M6-SIFOR(3);M21-Mme Camille
d’incident et/ou accidents et/ou Collectif Non au Gaz de shiste) ; R- UDC et apparentés ; Ayse) ;L-9- Millet PALLAVICINI
techniques : 9-ANN-Guerini Patrick ; R-7- (Charvonnex) ;M25-
pollution Courrier5-REIGN : M Alain ( ONNION) ; ;
exploration et CRUS –Péreard Elisabeth – Non au André CHARPIN L12-L-28-FRAPNA FRAPNA74(4) ;M27-Mme Marie-
exploitation  Garanties du respect des gaz de schiste ; R-6- LARO- (Maire Honoraire de Villeurbanne ; ; L-14- Christine MASSIN (Viry) ;M28-
engagements du pétitionnaire JAFFRES Elizabeth ; R-08-LARO- Monnetier Doll Martine ( Saint FRAPNA Région Rhône Alpes
MURAL Bernard ; R-12-LARO- Mornex) ;Courrier12- Julien) ; L-20-SIAV ; (5) ;M40-Mme Isabelle
 Nombre de forages LIMONET Jacqueline ; R-13- REIGN : Mme Anne- L-22-APEC ; GACON ;M48- M Peter
implantation des sites LARO-Rosser Jean Louis ; R-14- Marie DECHENAUD PATZIG ;M63 – Mme Michèle
LARO-CHAPPUIS Marie- (Monnetier VEZ (St Julien) ;M59 – Mme
 Techniques de forage et Claude ; R-20-LARO-Morel Mornex) ;Courrier 1- Michèle CLAVEAU
exploitation géothermique Christian ; R-21-LARO-Endelin- STJU : association (Collonges) ;M65- Syndicat des
Marc ;R-3-BONN-LANVE Pascal- APEF Exploitants Agricoles du Canton de
 Propriété des données et FUSEAU Dominique et Marie- Cruseilles (M Jean-Philippe
(Feigères) ;Courrier13-
produits extraits Laurence ;R-07-BONN-FURLAN STJU : M Rachel MERMILLOD, Président) ;M60-
Monique ;R-8-BONN-METRAL VACHON (Chênex) Association APEC (6)
 Contrôle, surveillance des Simone ;R-09-BONN-JOURDAN (Collonges) ;M62 – M Jean-Marino
installations en exploration, Adeline (conseil municipal AXARLIS ;M70 – David

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
78

N° courrier joint
N° observation registre et N° lettre adressée
THEMES Sous-thématiques au registre et N° mail et noms
noms et noms
noms
exploitation et après fermeture Bonneville) ;R-12-BONN-RIEUX LIBERT ;M72- Mme Anne-Marie
des forages Céline ;R-14-BONN-ASSOC. TAPPONIER ;M74- M et Mme J-
NATURE ENVIRONNEMENT Paul et M-Françoise PANCHAUD
PAYS ROCHOIS ;R-9-STJEOI- (St Julien) ;M76-Mme Catherine
Gauché Bénédicte ; R-18-BONN- SYLVESTRE (Neydens) ;M78-
Saddier Martial ; R-3-REIG- M Syndicat des Exploitants Agricoles
Jean-Louis GOULIN (Pers de Frangy-Semine (M Jean-Louis
Jussy) ;R-7-REIGN-Mme BERTHET, Président) ;M79-80 -
Emmanuelle LEMOINE Association AS.RU.E.P
(Reignier) ;R-1-STJU :Mme Sandra (Association Ruralité et
REMBERT (Vers) ;R-4-STJU : Environnement du Plateau des
Mme Evelyne DAGUER Bornes) - Evires
(Valleiry) ;R-6-ST : M et Mme J-
Paul et Irène ELARET
(Neydens) ;R-9-STJU : Mme Sylvie
Camilleri (Conseillère municipale
de St Julien)

3 Risques et  Sismicité R-3-CRUS- Mr et Mme C-02-BONNGroupe L-2-Sans identite- M1- Mme Christine DUMAS
 mouvements de sols Dielensieger-Mr et Mme Mabut UDC et apparentés ; (Monnetier Mornex) ; (Boëge) :M2- Alain DUMAS
dangers Raymond ( Beaumont) ; R-2-ANN Courrier1-REIGN : (Boëge) ;M6-SIFOR(3) :M8- Mme
 Pollution nappes d’eaux Coordination Eau Bien Commun Collectif Non aux Gaz
L-5-L-10-Coordination
Françoise JAUMAIN (Savoie) ;M9-
Eau Bien Commun
Gestion du risque souterraines Rhônes Alpes ; R-9-ANN-Mr de Schistes-Coprésident M Philippe MASSON
Rhônes Alpes ; L-9-
Guerini Patrick( Annemasse) : R- M. Jacques (Eteaux) ;M3- M Jean-Jacques
 radioactivité 10-ANN-Mr Rioche Michel- CAMBON ;Courrier 2-
Millet Alain (
MARCHAND ;M10- Mme Annick
ONNION) ; L-13-
Collectif Non au Gaz de shiste) ; STJU : M. Alain BOUVRET ;M12-Mme Catherine
 proximité du CERN Pezigot Delphine (
R-5-ANN- Mr Michelet Christian ( BULLAT, ancien maire Annecy) ; L-17- DRONNE (La Roche sur
 risques sanitaires pour la Bonne) ; R-7-ANN-Association de Présilly et ancien FRAPNA74 ; L-18- Foron) ;M14- M Jean VACHOUX
OIKOS KAI BIOS ; R-3-ANN- Président du Syndicat (adhérent au Collectif Non au Gaz
population FDSEA des Savoie ; L-
Melle Moguet de Giovanni Mixte du 20-SIAV ; L-21- de Schiste) (Arbusigny) ;M15-
Angélique ; R-7-CRUS –Péreard Salève ;Courrier2- SIPCV ; L-22-APEC ; ; Mme Alisson PREUD’HOMME
Elisabeth – Non au gaz de schiste ; REIGN : AERE(2) L-26-Conseil régional (La Roche sur Foron) ;M13-G et R
R-8-CRUS-Houille Viviane ; R-11- (Reignier) ;Courrier5- EXCOFFIER (adhérents au
STJEOI-Ducrot-Reculfou Pascal ; REIGN : M André Collectif Non au Gaz de Schiste)
R-15-ANN- Bouvier Françoise ; R- CHARPIN (Maire (Arbusigny) :M17- Guy
16-ANN-Mullat Valérie ; R-21- Honoraire de Monnetier REBOIS ;M18- René SOURNIA
ANN- Pelissier Philippe ; R-01- Mornex) ;Courrier10- (Ambilly) ;M21-Mme Camille

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
79

N° courrier joint
N° observation registre et N° lettre adressée
THEMES Sous-thématiques au registre et N° mail et noms
noms et noms
noms
BONN-UBERTU Daniel; R-03- REIGN : Mme Sophie PALLAVICINI
BONN-LANCE Pascal – FUSEAU BIOLLUZ (Charvonnex) ;M22-Mme Christine
Dominique / Marie Laurence ; R- (Reignier) ;Courrier11- PAUL ; M23-M Yannick ROGUET
04-BONN-THONIN Louis ; R-07- REIGN : Mme Anne- (Pers-Jussy) ;M25-
BONN-FURLAN Monique ;R-08- Marie DECHENAUD FRAPNA74(4) ;M26-Mme Carine
BONN-METRAL Simon ;R-09- (Monnetier GROSSE (Habère-Lullin) ;M28-
BONN-JOURDAN Adeline ;R-13- Mornex) ;Courrier12- FRAPNA Région Rhône Alpes
BONN-SUARD Christine ;R-20- REIGN : Mme Anne- (5) ;M40-Mme Isabelle
BONN-Brun G ; R-14-BONN- Marie DECHENAUD GACON :M44- Mme Sylvie
ASSOC. NATURE (Monnetier LAVIEILLE ;M47-M Mme Jean-
ENVIRONNEMENT PAYS Mornex) ;Courrier6- Michel et Geneviève RIGOULET
ROCHOIS ; R-18-BONN-Saddier STJU :Mme Corine (Les Ollières) ;M48- M Peter
Martial ;R-21-BONN- Brun G ; R- FONDRAZ PATZIG ;M53- M mme Bernard
23-BONN-Vigouroux Laurent; R- (Valleiry) ;Courrier8- GOULET (Les Ollières) ;M37- M
24-BONN-Porcher Raymonde ;R- ST-JU : M Daniel Christian JACQUOT (St
01-LARO-DELOCHE Aimée JUTEAU (St Julien) ; :M63 – Mme Michèle VEZ
DELOCHE André ;R-02-LARO- Julien) ;Courrier9-STJU (St Julien) ;M59 – Mme Michèle
FERAILLE Martine -collectif « non : Mme Brigitte FOLNY CLAVEAU (Collonges ;M57 – M
gaz schiste » ;R-03-LARO- (Feigères) (ancienne Mme Maurice et Marcelle FAVRE-
FERAILLE Eric -FRAPNA Rhône- élue) ;Courrier10-STJU LORRAINE (Aviernoz ;M61 – M
Alpes ;R-04-LARO-BALLEFIN : M et Mme Marcel et Mme Christian et Marie-Gabrielle
Marielle ;R-05-LARO-GAY Marie- Danièle HAUSARD (St STAMM (Collonges) ;M65-
Pierre ;R-06-LARO-JAFFRES Julien) ;Courrier13- Syndicat des Exploitants Agricoles
Elisabeth ;R-07-LARO-FAURE STJU : M Rachel du Canton de Cruseilles (M Jean-
Michelle ;R-08-LARO-MURAL VACHON (Chênex) ; Philippe MERMILLOD,
Bernard ; R-09-LARO-FORTERRE Courrier -STJEOI : Président) ;M60- Association
Irène ;R-10-LARO-CHEREZ Association Vivre en APEC (6) (Collonges) :M62 – M
Claudine ;R-11-LARO-LECLERC Vallée Verte Jean-Marino AXARLIS :M69 – M
Eric ;R-12-BONN-RIEUX et Mme Serge et Evelyne CROSET
Céline ;R-12-LARO-LIMONET (Collonges ;M67-Mme Michèle
Jacquelin ;R-13-LARO-ROSSET Tabary (Perrignier) ;M72- Mme
Jean Louis ;;R-14-LARO- Anne-Marie TAPPONIER ;M74- M
CHAPPUIS Marie-Claude ;R-15- et Mme J-Paul et M-Françoise
DEMARS Denise et Bernard- PANCHAUD (St Julien) ;M76-
PERNET-COUDRIER Nicole ; R- Mme Catherine SYLVESTRE
18-LARO-Dronne Catherine ; R- (Neydens) ;M81-M et Mme Didier
19-LARO- Floquet Danièle ; R-20- et Valérie THORET-
LARO-Morel Christian ; R-21- MAIRESSE ;M78- Syndicat des
LARO-Endelin-Marc ; R-22-

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
80

N° courrier joint
N° observation registre et N° lettre adressée
THEMES Sous-thématiques au registre et N° mail et noms
noms et noms
noms
BONN-Servoz et Jourdan ; R-22- Exploitants Agricoles de Frangy-
LARO-Marit Anne-marie ;R-24- Semine (M Jean-Louis BERTHET,
LARO-Desbat Sylvie ; R-25- Président) ;M79-80 - Association
LARO-Moenne Locoz André ; R- AS.RU.E.P (Association Ruralité
27-LARO-Vez Gérard ;R-28- et Environnement du Plateau des
LARO-Mugnier Germaine ;R-29- Bornes) - Evires
LARO-Mugnier Dominique ;R-30-
LARO- Raphoz Nicole ;R-6-
STJEOI-Vivre en Ville Verte ;R-9-
STJEOI-Gauché Bénédicte ; ; R-11-
STJEOI Ducrot-Reculfou
Pascal ;R-1-REIG- Mme Laure
ROUKINE (Reignier) ;R-2-REIG-
Mme Evelyne GOULIN (Pers
Jussy),R-3-REIG- M Jean-Louis
GOULIN (Pers Jussy) ;R-4-
REIGN-Mme Marie-Jeanne
DURET (Reignie ;R-6-REIGN-
Mme Anne PERRIER
(Reignier) ;R-7-REIGN-Mme
Emmanuelle LEMOINE
(Reignier) ;R-1-DDPP-M Pierre
FERRANDON (Annecy) ;R-9-
REIGN-Mme Christiane
VIDONNE (La Muraz) ;R-10-
REIGN-M Louis VIDONNE (La
Muraz) ;R11-REIGN : M Yannick
GRANIER (Arbusigny ;R12-
REIGN : M et Mme Paul et
Fabienne GAY (Arbusigny) ;R13-
REIGN : M ou Mme G BAUD
(Reignier) ;R14-REIGNE : M
Jacques LAEDEZE (Reignier) ;R-
15-REIGN : M Michel RIEUX
(Contamine sur Arve) ;R-16-
REIGN : M et Mme Jacques et
Christine VACHOUX (Monnetier-
Mornex)- M et Mme Auguste et
Madeleine CALLONI ;R-17-

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
81

N° courrier joint
N° observation registre et N° lettre adressée
THEMES Sous-thématiques au registre et N° mail et noms
noms et noms
noms
REIGN : M Pierre GAUD (Pers
Jussy,R-18-REIGN : Famille Albert
RIVOIRE (Pers Jussy ;R-20-
REIGN : Mme Alexandra
BOURRY (Reignier) ;R-21-REIGN
: Mme Lucienne JEAN ;R-22-
REIGN : Mme Solange CHASSOT
(Pers Jussy) ;R-3-STJU : M ou
Mme J LENOIR (St Julien) ;R-4-
STJU : Mme Evelyne DAGUER
(Valleiry),R-6-STJU : M et Mme J-
Paul et Irène ELARET
(Neydens) ;R-8-STJU : Mme
Gabrielle RIPPOZ :R-9-STJU :
Mme Sylvie Camilleri (Conseillère
municipale de St Julien)

4-Impacts  Bruit R-1-CRUS- Association Foncière Courrier5-REIGN : M L-5-L-10-Coordination M12-Mme Catherine DRONNE (La
 Pollutions eaux Pastorale Haute Savoie ; R-2- André CHARPIN Eau Bien Commun Roche sur Foron) ;M15- Mme
environnementaux CRUS-Mme Odile Montant (CM (Maire Honoraire de Rhônes Alpes ; L-9- Alisson PREUD’HOMME (La
superficielles Vovray en Bornes) R-3-CRUS- Mr Monnetier Mornex) ; Millet Alain ( Roche sur Foron) :M17- Guy
 Pollution des sols et Mme Dielensieger-Mr et Mme Courrier10-REIGN : ONNION) ; L-18- REBOIS
 Intégration paysagère Mabut Raymond ( Beaumont); R-2- Mme Sophie BIOLLUZ FDSEA des Savoie ; L- M25-FRAPNA74(4) ;M26-Mme
 Consommation espaces ANN Coordination Eau Bien (Reignier) ;Courrier 1- 20-SIAV ; L-22-APEC ; Carine GROSSE (Habère-
Commun Rhônes Alpes ; R-9- STJU : association Lullin) ;M28- FRAPNA Région
agricoles ANN-Mr Guerini Patrick( APEF (Feigères) ; Rhône Alpes (5) ;M47-M Mme
 urbanisation Annemasse) ; R-12-ANN-Melas Courrier6-STJU :Mme Jean-Michel et Geneviève
 Biodiversite : faune, Yolande ; R-07-BONN-FURLAN Corine FONDRAZ RIGOULET (Les Ollières) ;M53-
flore Monique ; R-12-BONN-RIEUX (Valleiry) M mme Bernard GOULET (Les
 Infrastructures routières Céline ; R-13-BONN-SUARD Ollières) ;M59 – Mme Michèle
Christine ; R-14-BONN-ASSOC. CLAVEAU (Collonges) ;M57 – M
 Consommation d’eau NATURE ENVIRONNEMENT Mme Maurice et Marcelle FAVRE-
 Tourisme PAYS ROCHOIS ;R-07-LARO- LORRAINE (Aviernoz) ;M65-
 déchets FAURE Michelle ;R-10-LARO- Syndicat des Exploitants Agricoles
CHEREZ Claudine ;R-13-LARO- du Canton de Cruseilles (M Jean-
ROSSET Jean Louis ; R-15-LARO- Philippe MERMILLOD,
DEMARS Denise et Bernard- Président) ;M60- Association
PERNET-COUDRIER Nicole ; R- APEC (6) (Collonges) ;M62 – M
18-LARO-Dronne Catherine ; R- Jean-Marino AXARLIS ;M69 – M

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
82

N° courrier joint
N° observation registre et N° lettre adressée
THEMES Sous-thématiques au registre et N° mail et noms
noms et noms
noms
19-LARO- Floquet Danièle ; R-24- mme Serge et Evelyne CROSET
LARO-Desbat Sylvie ; R-25- (Collonges) ;M70 – David
LARO-Moenne Locoz André ; R- LIBERT ;M58- SYNDICAT
29-LARO-Mugnier Dominique ; R- MIXTE DU SALEVE (Mme Badia
9-STJEOI-Gauché Bénédicte ; R-1- CHALEL, vice Présidente) :M72-
STJU :Mme Sandra REMBERT Mme Anne-Marie
(Vers) ;R-1-DDPP-M Pierre TAPPONIER ;M74- M et Mme J-
FERRANDON (Annecy) :R-9- Paul et M-Françoise PANCHAUD
STJU : Mme Sylvie Camilleri (St Julien) ;M76-Mme Catherine
(Conseillère municipale de St SYLVESTRE (Neydens) ;
Julien) ;R-15-REIGN : M Michel M78- Syndicat des Exploitants
RIEUX (Contamine sur Arve) ;R- Agricoles de Frangy-Semine (M
16-REIGN : M et Mme Jacques et Jean-Louis BERTHET,
Christine VACHOUX (Monnetier- Président) ;M79-80 - Association
Mornex)- M et Mme Auguste et AS.RU.E.P (Association Ruralité
Madeleine CALLONI ;R-18- et Environnement du Plateau des
REIGN : Famille Albert RIVOIRE Bornes) - Evires
(Pers Jussy) ;R-19-REIGN : Mme
Badia CHALEL (Conseillère
municipale à Monnetier
Mornex) ;R-20-REIGN : Mme
Alexandra BOURRY (Reignier) :R-
21-REIGN : Mme Lucienne JEAN

1)Association APEF : Association de Protection de l’Environnement de Feigères

R : inscription sur le registre STJU, REIG, ANN, BONN, CRUS, LARO, STJEOI
C : courrier joint au registre STJU, REIG, ANN, BONN, CRUS, LARO, STJEOI
L : lettres adressées à la commission par la poste Part, Mairie, Association
M : mail adressé à la commission Part, Mairie, Association

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
83

6.1 Analyse thématique des observations relatives au


permis de recherche, objet de l’enquête
Ce chapitre analyse l’ensemble des dépositions à l’exclusion des délibérations des communes et
communautés de communes étudiées précédemment.
Il intègre également les observations et questionnements de la commission d’enquête.

6.1.1 Géothermie profonde

6.1.1.1 Pertinence
Si la géothermie apparait dans de nombreuses observations comme une énergie renouvelable
intéressante dans le processus de transition énergétique (Pas de gaz à effet de serre, pas de
dégagement de CO2, pas de déchets difficiles à traiter), la pertinence de la mise en œuvre d’une
géothermie profonde, notamment pour la production d’électricité sur le territoire du Salève est
posée, au regard de trois critères :

- La production d’électricité n’est pas un enjeu fort pour la Haute Savoie qui dispose
de ressources (de surface) hydroélectriques actuelles et potentielles : elle est même
considérée comme suffisante par plusieurs dépositaires
De plus, les techniques de production d’électricité géothermique sont jugées
expérimentales et mal maitrisées, avec des résultats en matière de rendement peu probants
et faibles : 10%.Il est noté que les centrales à cogénération électrique sont presque toutes
arrêtées du fait du faible prix de rachat par EDF,
Le financement de la communauté européenne pour ce genre d’expérience très aléatoire
questionne, étant donné les études déjà faites du sous-sol sur le secteur qui semble
indiquer qu’il sera difficile d’obtenir de l’eau suffisamment chaude pour un rendement qui
ne pourrait couvrir les frais encourus.
- La Haute Savoie est une zone sismique active. Le territoire du permis est une zone à
risques sismiques importants, qui questionne par rapport à la profondeur des forages
nécessaires pour une valorisation de la ressource géothermique par cogénération,
- Le territoire du permis, enfin, dispose de ressources souterraines stratégiques pour
les besoins futurs d’alimentation en eau potable, qu’il est souhaitable de protéger.
Les importantes nappes phréatiques avec le volume du Léman, constituent une des plus
importantes concentrations de réserves d’eau potable de l’Europe.
Des priorités en matière d’exploitation des ressources naturelles sont citées: l’eau sur ce
territoire est jugée prioritaire par rapport à la production d’électricité.
Dans le contexte actuel et le manque de connaissance et d’expérience en matière de
géothermie, comment peut-on autoriser de telles pratiques dans un périmètre aussi
précieux en réserve en eaux situé dans un triangle « lac Léman- Massif du Mont Blanc-
lac d’Annecy ?
Au-delà des ressources souterraines stratégiques, certains secteurs du territoire sont
annoncés comme non pertinents : « les potentialités en ressource d’eau chaude dans le
secteur du Vuache sont faibles, le sous-sol étant essentiellement constitué de terrains
sédimentaires profonds ».

La valorisation thermique est également mise en cause, vu la distance entre les forages en zone rurale
et les sites consommateurs de chaleur.
Il est proposé que l'on commence d'abord par développer l'exploitation de cette ressource dans des
territoires moins sensibles au regard de l'environnement et ensuite de s’y intéresser si cette filière et
son développement se poursuivent de façon satisfaisante au niveau énergétique économique et
environnemental.

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
84

Enfin, en matière de transition énergétique :

- Si vouloir se passer du nucléaire est un bon point, le remplacement du nucléaire par la


géothermie profonde n’est étayé par aucune preuve et pourquoi utiliser un procédé encore
incertain, fragile et potentiellement dangereux alors qu’il existe bien d’autres moyens plus
naturels, moins couteux et mieux connus pour produire de l’électricité ? Ces moyens ne
sont toutefois pas développés.

- La géothermie est-elle vraiment une énergie renouvelable : pas véritablement renouvelable


car la durée de vie annoncée est de 30 ans ce qui apparaît faible; ainsi beaucoup de
questions sont posées sur le devenir des réseaux de chaleur raccordés sur l’unité de
cogénération au bout de 30 ans.

Après toutes ces interrogations négatives, il est important de noter des attitudes plus positives
également consignées ou reçues, précisant :

- qu’à ce stade du projet, il serait dommageable pour le territoire de se priver d’une


éventuelle source d’énergie, renouvelable, non polluante et qui n’émet pas de gaz à effet
de serre, sachant qu’au-delà, de nombreuses procédures et enquêtes publiques attendent ce
projet,

- que la cogénération permet une énergie pouvant alimenter un territoire proche, ne


nécessitant ni transport long et dangereux, ni capacité de stockage particulière. C’est aussi
une énergie renouvelable et quasi-inépuisable, elle présente donc de nombreux avantages
et pourtant elle inquiète par crainte d’une technologie mal maîtrisée qui pourrait
occasionner des dommages sérieux à l’environnement et par son exploitation privée dont
les intentions semblent suspectes. Ces deux appréhensions peuvent être levées en grande
partie. Tout d’abord, il faut admettre qu’il n’y a pas d’activité humaine sans risque. Ceci
étant posé, il s’agit de bien les évaluer, de les limiter au maximum et de prévoir les
moyens d’y répondre en cas d’accident. Concernant les risques potentiels de dommages à
l’environnement, les techniques de forage utilisées depuis des années dans toutes les
parties du monde sont maintenant bien connues et maîtrisées. Elles doivent être utilisées
par des entreprises expérimentées en la matière et il est bien évident que, et le
commanditaire et l’entreprise ont intérêt à ce que tout se passe au mieux.

- que c’est une nécessité de connaître le potentiel géothermique de notre région et d’engager
tout de suite les recherches pendant que nous disposons encore d’énergies fossiles et donc
de temps pour investiguer et ne pas reporter cela sur les générations futures.

- Qu’il faut avoir une attitude positive envers les énergies renouvelables, les seules qui nous
permettront de réaliser la transition énergétique indispensable pour ralentir le
réchauffement climatique de la terre et assurer un avenir plus serein aux générations
futures. Il faut être cohérent, on ne peut pas d’un côté vouloir remplacer des énergies
fossiles polluantes et d’un autre côté refuser systématiquement les projets liés aux énergies
renouvelables qui concernent notre territoire. Cependant, il faut également s’assurer que
les projets en lien avec les énergies renouvelables qui concernent notre territoire ne
présentent pas de danger pour l’environnement ou les populations (courrier du SIAV)

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
85

Commentaires de la commission d’enquête :


Le développement de la Géothermie profonde pour la production d’électricité entre dans une logique
de transition énergétique à l’échelle nationale et ne cible pas uniquement les besoins locaux,
l’électricité produite étant valorisée au sein des réseaux d’ERDF.
Le périmètre de demande du permis est aujourd’hui très large : il pourrait être, si possible, rendu
compatible avec la protection des nappes stratégiques, par des restrictions permettant de protéger ces
nappes en évitant que les forages potentiels futurs ne les traversent.
La sismicité réelle et observée sur la Haute Savoie par plusieurs séismes dans les 20 dernières années
reste, elle, un facteur sérieux de risques qui mérite une réponse adaptée qui ne se limite pas à l’échelle
du demandeur mais engage les Pouvoirs Publics.
Le devenir des installations de distribution de chaleur après exploitation du réservoir géothermique est
une question très pertinente.
Entre une autorisation de recherche et la mise en exploitation d’une éventuelle centrale géothermique,
en cas de recherche positive, il s’écoulera entre 7 et 10 ans. Il est donc nécessaire, pour répondre aux
objectifs énergétiques à l’horizon 2020, d’agir sans plus tarder.

Recommandations de la Commission d’enquête.


Si les recherches de gîtes sont conduites par le demandeur, il semble nécessaire qu’en parallèle, une
analyse complète des risques sismiques extérieurs au projet et induits par le projet dans toute ses
phases, soit effectuée par des scientifiques de type Tiers Experts, selon le modèle des études de
dangers (probabilité d’occurrence et importance des effets), et qu’il soit ainsi défini un seuil
d’acceptabilité du risque par les Pouvoirs Publics avant toute phase opérationnelle.

6.1.1.2 Rentabilité
La production d’électricité à partir de gîtes géothermiques basse température (eau entre 130 et 150
°C) est perçue par le Public, comme une technique:

- à faible rentabilité ne correspondant pas à une valorisation optimale de l’énergie que l’on
va chercher très profondément,

- expérimentale et mal maitrisée, avec des résultats en matière de rendement peu probants et
faibles : 10%.

- nécessitant des investissements très lourds pour une énergie renouvelable, dont le prix
compétitif n’est pas garanti.

Face à cette analyse, le public émet la proposition de développer la géothermie uniquement pour les
réseaux de chaleur.

L’aspect faible rentabilité de la production électrique et l’alternative réseaux de chaleur sont


développés dans les observations émises par la FRAPNA rapportées ci-après.
« En transformant la chaleur en électricité, on gagne en souplesse d’utilisation et en facilité de
transport grâce au réseau de distribution existant. Mais ce passage du watt thermique au watt
électrique se fait au prix de pertes importantes : le rendement net se situe aujourd’hui entre 10 % et
14 %. Par exemple, à Soultz-sous-Forêts, on obtient 1,5MW par an d’électricité produite pour 13MW
de chaleur extrait (information donnée par le site collectivites.edf.com)
Même si des perspectives d'amélioration existent, le rendement thermodynamique est donc encore
actuellement très faible.
L'électricité issue de la géothermie est vendue sur le réseau depuis 2011 et bénéficie en métropole
d'une obligation d'achat à 20 centimes d'euros par kilowatt-heure (+ une prime à l'efficacité
énergétique - selon l’efficacité environnementale du dispositif - comprise entre 0 et 8 c€/kWh).

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
86

Par comparaison, les tarifs de rachat de l'éolien et de l'hydraulique sont respectivement de 8.2 et de
6.07 c€/kWh. On peut donc considérer que si ce système se développe, le prix de rachat de l'électricité
sera très cher et pèsera sur la CSPE et donc sur le consommateur.
Nous pensons que pour produire de l'électricité, il faut éviter d'aller chercher les énergies
renouvelables les plus chères, au risque si on le fait d'encourager les campagnes contre les énergies
renouvelables qui insistent sur leurs prix trop élevés.
Le demandeur répondra probablement qu'il est possible d'améliorer la rentabilité de l’électricité
géothermique par la vente de la chaleur produite. C'est ce qu'il propose en présentant la solution de la
cogénération.
Nous sommes sur le principe favorable à un développement de la géothermie pour la production de
chaleur. Pourtant le dossier présenté par GEOFORON nous paraît assez faible de ce point de vue.
Dans la version allégée de la demande d'autorisation, les perspectives d'utilisation de la chaleur sont
présentées de manière très théorique : explication du principe de la cogénération ; les 3 catégories
d'utilisateurs potentiels ; la mise en exergue d'un secteur particulier, les activités agroalimentaires
telles que le séchage, la pisciculture, les serres maraîchères qui sont effectivement assez bien adaptées
à l'utilisation de l’énergie de condensation du cycle thermodynamique.
Le dossier complémentaire adressé à la commission d'enquête est nettement plus disert puisqu'il
fournit une liste de consommateurs potentiels reportés sur 4 photographies aériennes (secteurs
d'Annemasse, Bonneville, La Roche-sur-Foron, Saint-Julien-en-Genevois). La liste produite nous fait
un peu l'effet d'un « inventaire à la Prévert » produit pour la circonstance qui juxtaposent des
entreprises (plus ou moins énergivores), des établissements scolaires secondaires (certains lycées et
collèges, mais pas tous ???), des établissements de santé, des centres commerciaux, une chaufferie
centrale... L'objectif est évidemment de montrer qu'il y a adéquation « entre un potentiel géothermique
favorable, et un bassin riche de consommateurs d’énergie thermique ». Mais manifestement ces
consommateurs potentiels n'ont pas encore été approchés et l'on ne connaît pas vraiment à ce jour la
localisation des futurs consommateurs de thermies. Ce que reconnaît d'ailleurs GEOFORON : «Les
adéquations des besoins de chaleur existant et ceux à développer seront discutés avec les territoires
concernés » (p 13 du dossier complémentaire).
La question est d'importance car on sait que si l'utilisation directe de la chaleur retirée du sous-sol est
d’une grande efficacité (parce que la quasi-totalité des calories produites peuvent être valorisées), en
revanche, il faut pouvoir l’utiliser dans un rayon géographique de quelques kilomètres, de préférence
pour une activité qui demande de la chaleur en continu, tout au long de l’année.
Il faudrait également que GEOFORON précise comment il entend produire cette chaleur, sachant que
cela peut se faire soit directement à partir du fluide géothermique à haute température, soit
indirectement à partir de la condensation du cycle thermodynamique. Dans le premier cas de figure,
on peut effectivement répondre à tout type de besoins mais la valorisation à ce niveau se ferait
nécessairement au détriment de la production d'électricité et entrerait probablement en contradiction
avec le modèle économique sous-tendu par le projet global porté par les deux demandes de permis.
Dans le second cas, on peut escompter des quantités d'énergie importantes et bon marché, mais
compte tenu du niveau de température (environ 30°C), les conditions d'utilisation sont beaucoup plus
limitées même en utilisant des pompes à chaleur ».

La simple valorisation thermique par réseaux de chaleur, n’est pas non plus sans questionnement au
regard des contraintes qui lui sont associées et de sa rentabilité ;

- la récupération éventuelle d'eau chaude permettant de chauffer des habitations ou


entreprises ne pourra être pertinente qu'à côté des habitations, sinon son transport
générerait trop de déperdition, donc on peut en déduire que les puits seront forcément à
côté d'agglomérations pour être rentables ?

- comment cette eau sera-t-elle distribuée puisque les grosses communes du territoire
concerné ne semblent pas être équipées d’un réseau de chaleur. Qui devra financer cet
important investissement qui confère tout l’intérêt à l’exploitation envisagée ?

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
87

Commentaires de la commission d’enquête


Si l’évolution de la technologie permet de faire de l’électricité par cogénération avec de l’eau à 130
°C, l’optimisation de l’opération est effectivement liée à l’utilisation des calories issues de la
cogénération.
Selon le schéma des flux entrants et sortants ( p 27 du dossier complémentaire), le fluide géothermique
(40 MWth) est utilisé pour la production d’électricité (5 MW el net produit- rendement de 12,5%),
opération qui produit de la chaleur (énergie de condensation : 30 MWth), mais à faible température
(environ 30°C) dont l’utilisation directe n’est pas toujours possible.
Il est demandé à Géoforon de confirmer ce mode de production qui ne fait pas apparaître de
valorisation thermique directe par échange thermique avec le fluide caloporteur mais uniquement par
récupération de l’énergie de condensation.
De la possibilité de valoriser directement ces calories à basse température pour du séchage agricole ou
du chauffage de serres, ou après passage par des pompes à chaleur pour alimenter des industriels ou
des réseaux de chaleur, dépend donc le rendement global de l’opération. En effet, cette énergie basse
température représente 75% de l’énergie d’origine du fluide géothermique.
Il serait en effet très dommageable, pour la rentabilité et l’optimisation de la valorisation, de devoir
évacuer cette chaleur par des tours aéroréfrigérantes: pomper de l’eau chaude à très grande profondeur
et devoir évacuer une partie des calories à l’atmosphère n’est pas satisfaisant ni économiquement , ni
environnementalement.

Recommandations de la commission d’enquête :


L’adéquation production – demande locale de chaleur faible température est un élément déterminant
pour l’exploitation de gîtes géothermiques basse température en vue de la production d’électricité.
Le choix d’un site d’exploitation, en cas de recherche positive devra donc être conditionné par des
engagements d’utilisateurs de chaleur faible température.
Dans le cas contraire, seule la valorisation directe en réseaux de chaleur après passage dans des
échangeurs thermiques du fluide géothermique, pourrait conduire à de bons rendements.

6.1.1.3 Principe de précaution


Au vu des éléments de pertinence développés précédemment et notamment de la problématique « eau
prioritaire », le principe de précaution ne s’applique-t-il pas ? Ne jouons pas aux apprentis sorciers.
Le principe de précaution est également demandé par la FRAPNA : « Sur ce territoire de la Haute-
Savoie, château d’eau de l’Europe de l’Ouest et face aux impacts du changement climatique, la
FRAPNA souhaite un strict respect du principe de précaution au vu des dangers de pollution
irrémédiable de nos nappes d’eau souterraines ».

Commentaires de la commission d’enquête


Selon le principe de précaution "l'absence de certitudes, compte tenu des connaissances scientifiques
et techniques du moment, ne doit pas retarder l'adoption de mesures effectives et proportionnées visant
à prévenir un risque de dommages graves et irréversibles à l'environnement à un coût économiquement
acceptable".
La Charte de l'Environnement de 2005 a modifié cette formulation, en lui donnant un sens
sensiblement différent : les autorités publiques sont les seules à pouvoir appliquer le principe de
précaution qui est devenu un principe d'action et non d'inaction : face à l'incertitude, il faut développer
des programmes de recherche pour lever le doute. La science reste donc une réponse et ne peut être
entravée au nom du statu quo.

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
88

6.1.2 information

6.1.2.1 Information et concertation des Elus


Plusieurs élus des différentes communes concernées (maires et conseillers municipaux) se sont rendus
aux permanences et ont émis des observations.
La consultation des élus est jugée non satisfaisante au regard de la méthode et des délais trop courts,
ce qui ne peut qu’engendrer une confusion totale, voire un refus et des remarques du type : « A part
quelques Elus qui s'y sont intéressés, quel est l'habitant de base qui a pu être informé de cette enquête
? de sa complexité ? de l'urgence à répondre et pour quelle raison d'ailleurs ? Quel est le conseiller
municipal qui a pu délibérer en toute connaissance de cause ? éventuellement s'il a délibéré... !
(exemple type : le conseil municipal de Collonges-sous-Salève qui décide en réunion le jeudi 7
novembre, de ne pas délibérer, en renvoyant à la population le soin de faire des observations mais
celle-ci ne sera jamais au courant qu'elle n'a que jusqu'au 12 novembre pour le faire, que c'est le
souhait de ses Elus, et qu'il y a un pont potentiel de 4 jours au milieu !). De qui se moque-t-on ?

Les autorités locales responsables de la ressource en eau n’ont pas été consultées mais mises devant le
fait accompli.

L’information des élus est un thème récurrent dans les délibérations prises par les différentes
communes au regard du permis de recherche : il a été développé au chapitre précedent.

Commentaires de la commission d’enquête


Le caractère très tardif de l’information des élus (juin 2014) au regard de la date de recevabilité du
dossier par la DREAL ( décembre 2013) est un point qu’a relevé la commission d’enquête ( cf chapitre
…).

6.1.2.2 Information et concertation des associations et de la population


Beaucoup d’observations verbales sur ce thème, de la part des personnes qui se sont rendues aux
permanences, et quelques observations écrites, dont plusieurs demandes d’information individuelle.
Information fortuite, par hasard par les médias, par le bouche à oreilles, par les associations …sont les
modes d’information qui reviennent le plus souvent avec le manque d’information au plan local.
En effet, dans l’ensemble, les élus, informés notamment par courrier en juin puis lors des réunions du
11/09/2014 (où 45 personnes environ étaient présentes) ne semblent pas avoir repris le relais de
l’information sur leur territoire auprès de la population.
C’est que met en évidence l’observation suivante : « A St-Julien-en-Genevois, les panneaux
d’information habituels de la ville n’ont pas été utilisés pour relayer l’information. D’une façon
générale, peut-on envisager de recourir à des moyens de communication et d’information modernes
pour informer les citoyens du lancement de ces procédures ? Une feuille A4 apposée dans un panneau
vitré sur la façade des mairies ne suffit plus de nos jours. Sur le site internet de la préfecture, il faut
franchir plusieurs étapes avant de pouvoir accéder au dossier concerné une fois que l’on est courant.
Sur les sites des quelques mairies qui ont relayé cette enquête, trouver l’arrêté préfectoral est
généralement tout aussi compliqué. Lorsqu’une mise à l’enquête publique démarre, les maires
devraient avoir l’obligation de relayer l’information auprès de chaque citoyen individuellement ».

Le site de la Préfecture a été perçu comme difficile d’accès pour un néophyte.

Sur le plan démocratique, il est déploré le manque de communication et de transparence de l’Etat sur
un sujet aussi important : les élus ont été informés par une communication minimale et les populations
oubliées.

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
89

Il est trouvé anormal qu’un dossier de cette importance n’ait pas fait l’objet d’une information plus
importante : l’enquête publique est bien un élément d’information mais jugé insuffisant. Des réunions
publiques (ou éventuellement un débat public) auprès des communes ( ou communautés de
communes) et du public sont estimées indispensables.
Par ailleurs, une concertation avec les associations et la population aurait été un plus, notamment en
matière de connaissance du terrain.

Le défaut d’information se situe à trois niveaux :

- En amont : absence de concertations des élus, des associations, absence de réunions


publiques d’information permettant d’appréhender ce sujet complexe,

- Au niveau de l’enquête publique : à titre d’exemples :


+ une seule affiche relative à l’enquête publique a été publiée sur une des communes
concernées, alors que la commune dispose de 4 panneaux d’affichage et de deux panneaux
lumineux,
+ plusieurs personnes ont précisé qu’elles ont « appris par hasard, de façon fortuite » ou
par le site internet de leur commune, qu’il y avait une enquête sur ce sujet,
+ sensation d’enquête en « catimini »

- Au niveau de l’objet de l’enquête, compte tenu de la technicité du projet. Les


informations étaient réduites, même pour des experts et les informations disponibles trop
techniques.
Le public s’interroge également sur le dossier confidentiel compte tenu de la nature non
confidentielle du dossier présenté au public.
Le public est demandeur de réunions d’information par différents acteurs avec plusieurs
intervenants ( Etat, Monde associatif, citoyens. ..)

A ce manque d’information est également associé parfois l’impression choquante d’un simulacre de
consultation publique lié à :

- la consultation pour le permis haute température, en catimini du 23/06 au 17/07 sur


internet et sans information préalable, ni du public, ni des élus locaux, traduisant une
précipitation de l’administration,

- des délais trop courts pour réagir,

- une confusion entre haute et basse température.

Le manque d’information autour du projet et de ses enjeux (cogénération pouvant alimenter 4000
logements en électricité et 22 000 logements en chaleur), qui sont peu mis en avant auprès de la
population locale, le rend suspect.

Globalement l’information n’a pas été à la hauteur du sujet et les délais pour se prononcer trop faibles
compte tenu d’une absence d’information et de concertation amont.

Commentaires de la commission d’enquête


Si toutes les communes concernées ont procédé aux publications légales( arrêtés préfectoraux) et
affiche (1 affiche en mairie) fournies par la DDPP, l’information du public a ensuite été très inégale,
selon que les mairies aient pris ou non le relais de l’information : affichage en différents points de la

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
90

commune, sur panneaux lumineux, publications d’article dans les bulletins municipaux, information et
articles sur les sites des communes avec mise en place d’un lien pour accéder sur le site internet de la
Préfecture….
Les gens qui se sont rendues aux permanences ont été essentiellement informés par « le bouche à
oreilles », les associations, les articles parus dans la presse et les interview –radio sur le sujet.
Il apparait que les moyens d’information formels de l’enquête publique (publications légales,
affichages, possibilité d’organiser une réunion publique pendant l’enquête) ne s’avèrent pas très bien
adaptés à une enquête publique concernant 72 communes. C’est pourquoi, la commission d’enquête
n’a pas pris l’initiative d’organiser des réunions publiques qui n’auraient pu toucher de façon égalitaire
les habitants des 72 communes.
Par ailleurs, le pourquoi de la nature non confidentielle du dossier présenté au public a été explicité
précédemment, dans le rapport d’enquête.

Propositions de la commission d’enquête


Une réflexion doit être menée par les Pouvoirs Publics pour une évolution des modes de
communication et d’information du public pour des enquêtes touchant un grand bassin de population.

6.1.2.3 Information et concertation des Syndicats et fédérations


Aucune information préalable de ces instances n’a été réalisée.

La FRAPNA considère qu'il s'agit là d'une grave maladresse à un moment où la défiance des citoyens
vis à vis de la classe dirigeante et celle des élus vis à vis de l'Etat, est grandissante.

Ni les syndicats professionnels agricoles, ni la Chambre d’Agriculture, ni les collectivités locales n’ont
été informés du lancement des procédures de consultation relève le Syndicat des Exploitants Agricoles
du Canton de Cruseilles, de Frangy, de la Semine et de la FDSEA. Aucune évaluation préalable
environnementale et agricole n’a été portée à la connaissance des instances représentatives.

Commentaires de la commission d’enquête


La phase de recherche se limitant à des études scientifiques et à des mesures de type géophysique de
surface, il semble à l’heure actuelle difficile de faire une évaluation environnementale et agricole.
Celle-ci devra par contre être réalisée en cas de recherche positive : elle portera concrètement sur un
territoire beaucoup plus réduit et des espaces mieux identifiés. Il sera alors souhaitable que les
instances agricoles du territoire concerné soient associées dès l’amont.

6.1.2.4 Débat public


En liaison avec le caractère très technique du projet, pour lequel le public avoue ne pas pouvoir
apprécier la véracité des informations données et anticiper sur les effets potentiels du projet, il est
demandeur de débats publics, mettant face à face le demandeur, les Pouvoirs Publics et des
scientifiques à même d’apporter un éclairage différent sur le projet.
Le Public regrette qu’aucune commune n’est organisée une réunion publique, à l’exception
d’Arbusigny.

Commentaires de la commission d’enquête


Règlementairement, le permis de recherche ne fait pas partie des projets soumis à débat public.
Ce débat correspond, toutefois, à un véritable besoin pour prévenir l’attitude, bien compréhensible,
de refus du public face à un projet mal connu.
La commission d’enquête a apprécié que soit organisé par l’association « La Ville est à Vous » à la
salle « Savoie » à Saint Julien en Genevois, un débat de ce type le 30/10 à 20H30, rassemblant élus
locaux et scientifiques.

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
91

Le débat a rassemblé plus de 300 personnes, venues s’informer et débattre avec les intervenants
composés de Mr CRASTRES, Président de la CCG, de Mr GAUD, hydrogéologue et ex président de
la CCG, d’un représentant de la Ville de Genève, en charge du programme « Géothermie 2020 » en
Suisse, et Mr Perriollat de l’Association APPOLON 74, physicien et ex chercheur au CERN.
A l’issue de ce débat, le public a été sollicité pour s’exprimer dans le cadre de l’enquête publique, soit
sur les registres, soit par courrier, soit par lettre.

6.1.3 Gouvernance
La gouvernance du projet est un thème qui suscite de nombreuses observations.

6.1.3.1 Gouvernance privée/publique


Le fait que le demandeur soit une société privée génère de nombreuses observations :
- La phase de recherche bibliographique et géophysique ( objet de l’enquête) aurait pu être
réalisée par un organisme public ( BRGM, ENSG de Nancy…) permettant d’avoir des
données accessibles à tous et ouvrir à une plus grande concurrence la phase techniquement
plus difficile des forages,

- Une demande de gouvernance publique où seraient présents l’Etat et les collectivités


locales, permettant d’assurer une surveillance avant- pendant et après les différentes
opérations, soit dès l’amont, est souhaitée,

- Les ressources énergétiques d’un territoire doivent être gérées par les collectivités
publiques où l’Etat ou un syndicat mixte, et pourquoi pas, par des coopératives,

- Le risque de confier à une société privée dont l’objectif est de faire des profits,
l’exploitation d’un « bien commun » dont l’exploitation, de plus, peut avoir des impacts
sur l’environnement relevant de la compétence et de la responsabilité des collectivités
territoriales est mentionné.

L’incompréhension du public est grande quant à :

- l’absence d’implication de l’Etat dans les recherches à travers le BRGM,

- la notion d’exclusivité de recherche pour une société privée, ainsi que l’absence d’appel
d’offre D’une manière générale lorsqu’un particulier ou une collectivité doit faire des
travaux, il fait appel à la concurrence. Pourquoi dans ce cas particulier, on donne d’emblée
un permis EXCLUSIF, sans discussions sur les méthodes, l’évaluation et la prise en
charge des risques, etc ?

La question d’un partenariat public/privé et de son rôle est posée : qui veillera à la bonne marche du
projet, ses retombées économiques, ses conséquences environnementales, légales ? Qui contrôlera le
coût et le prix de vente de cette géothermie profonde ?

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
92

Des demandes, observations et propositions sont d’ores et déjà faites dans ce domaine, de la part des
instances existantes :

- Le SYANE (Syndicat des énergies et de l’aménagement numérique de la Haute-Savoie)


souhaite une bonne prise en compte de l’intégration du projet dans les politiques
énergétiques locales, sur les niveaux de collaboration et de partage des résultats envisagés
avec les collectivités territoriales concernées ainsi que sur l’intégration de ces dernières au
suivi scientifique et technique du projet.
Fort de son expertise, le SYANE souhaite prendre part à la réflexion sur une participation
des collectivités à la structure juridique qui pourrait être créée pour l’exploitation du gîte
géothermique et des réseaux associés.

- Le Syndicat d’Exploitants du Canton de Cruseilles indique que l’accord de la


profession agricole ne pourra passer que par la signature d’un protocole d’accord global
abordant notamment : l’identification des sites, l’accord des exploitants agricoles (et non
seulement des propriétaires), l’indemnisation des dégâts, la remise en état des lieux.

- Bernard Gaud, ex président de la CCG : souhaite que les informations recueillies ne


restent pas propriété d’une seule société dont les références en géothermie sont encore
faibles. Il lui semble que l’ensemble des recherches à venir doivent être accessibles à un
groupe de suivi constitué de l’administration, des collectivités locales et de la société
civile et même qu’une instance comme une SEM pourrait être créée très rapidement avec
le SYANE et les régies d’électricité de Haute Savoie

Commentaires de la commission d’enquête


Le dossier d’enquête précise ( p 4 du document complémentaire) que la société Géoforon a vocation à
accueillir dans son capital des partenaires de type investisseurs, collectivités locales, industriels qui
seront partie prenante en phase d’exploitation. Il y a donc une volonté affichée de s’appuyer sur des
structures locales.
Par ailleurs, dans la mesure où les structures locales manifestent un intérêt à être associée au projet,
elles constituent quasiment un passage obligée, par la capacité de nuisances qu’elles pourraient
développer en ayant les compétences aménagement, au regard d’une structure qui les écarteraient.
Cela ne répond toutefois pas à la demande du public d’engagement de l’Etat, pour des opérations de
production d’énergie.

6.1.3.2 « Gouvernance scientifique »


L’association de scientifiques à même de définir et d’analyser les risques potentiels dès l’amont, et ce
dans tous les domaines concernés est également demandée :

- Pour vérifier si ont été étudiées les alternatives technologiques.


- Pour fournir un dossier pédagogique simple émanant d’une autre source que Geoforon pour
faciliter la prise de décision des élus, associations et public.

Par ailleurs, il est affirmé que les recherches devraient être menées par le BRGM, l’ENSG de Nancy..

Commentaires de la commission d’enquête


C’est une démarche qui pourrait être menée en collaboration avec le demandeur durant toute la période
de recherche de gîtes, dans l’hypothèse d’une autorisation de recherche accordée.
Elle correspond aux propositions de la commission d’enquête au chapitre « pertinence » de la
géothermie profonde.

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
93

6.1.4 Fiabilité du demandeur

6.1.4.1 Garanties du demandeur


La crédibilité du demandeur est mise en doute, compte tenu d’une société au capital de 1000 €, bien
que filiale à 100% d’un groupe au capital de 50 000 000€ : que se passerait-il en cas de liquidation
judiciaire, insolvabilité, en cas d’accidents ?
Il a été soulevé un certain flou sur les modalités d’assurances contracté par Geoforon, l’ensemble des
attestations jointes aux dossiers étant au nom de Fonroche.

A cela s’ajoute l’interrogation suivante : pourquoi Fonroche dépose-t-elle des permis dans toute la
France et a –t-elle crée une filiale à faible capital pour le permis dit de Salève ?
Cette suspicion revient fréquemment à travers des observations questionnant sur le rôle de Géoforon,
société écran dont les intentions ne sont pas claires ; sur Fonroche qui a reçu 27 millions d’euros pour
développer la filière géothermie mais dont l’utilisation n’est pas précisée …. ; Fonroche implanté
également en Suisse
Comment peut-on donner l’exclusivité avec si peu de concertation et de sécurité ?

Cette interrogation est étayée dans les observations de la FRAPNA : « Quelle est la stratégie de
groupe Fonroche qui possède une filiale, Fonroche Géothermie, créée en 2011 pour produire de
l’électricité à partie de la géothermie profonde, ayant déposé 8 Permis Exclusifs de Recherche Haute
Tempéature (x attribués) ? Pourquoi Fonroche Géothermie n’est pas directement dépositaire du
permis soumis à enquête publique ? Géoforon ne figure pas dans les représentations graphiques des
moyens humains et de l’organigramme du groupe. Ceci est justifié dans le dossier complémentaire
que par la volonté de faciliter l’entrée de partenaires (collectivités, industriels, énergéticiens,
investisseurs) sans indiquer les partenaires approchés.
Plus généralement on est confronté à beaucoup d'approximation lorsqu'il s'agit de désigner le
demandeur : certains documents de l'enquête publique sont établis au nom de GEOFORON (la
demande d'autorisation version allégée et le dossier complémentaire) tandis que d'autres le sont au
nom de Fonroche géothermie (le résumé non technique).
Certes, l'équipe de Fonroche géothermie spécialisée dans les géosciences est indiquée comme «
entièrement dédiée à GEOFORON » (p 35) mais la présentation individuelle des collaborateurs fait
apparaître une autre réalité : l'un des deux hydrogéologues (désigné par son prénom, Pierre-Clément)
semble se consacrer aux études géothermiques sur le PER de Strasbourg (attribué) et sur celui de
Vistrenque ; par ailleurs on nous dit que le géologue structuraliste travaille principalement sur le
potentiel géothermique du Massif Central ; quant au géologue géophysicien, il serait en cours
d'embauche (p 36). Le dossier complémentaire n'apporte rien de plus. A la question «Fonroche
Géothermie est une société récente, n’est ce pas risqué ? », la réponse ne comporte pas davantage de
précisions sur les moyens.
Les ressources humaines mobilisables sur l'opération qui fait l'objet de la demande d'autorisation
apparaissent donc comme très limitées, même si on ne prend en compte que la 1ère phase, celle des
études et travaux d'exploration. Cette remarque n'est guère rassurante lorsqu'on considère que de
l'aveu même du demandeur « la géothermie profonde est une activité très méconnue en France » (p
16) et que certains forages réalisés dans un passé récent ont posé de sérieux problèmes ».

Il est demandé un engagement de GEOFORON sur son avenir et sa pérennité.

Enfin, au-delà du demandeur lui-même, quelle est la garantie donnée aux citoyens que ce projet
bénéficiera au territoire grâce à une énergie durable et à prix maîtrisé?

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
94

Commentaires de la commission d’enquête


Si ces questions concernent essentiellement les suites du permis de recherche, à l’origine de travaux de
forages présentant des risques, elle s’applique également au permis qui inclût des prestations de
passages de camions-vibreurs, qui pourraient être éventuellement sources de désordres, voire de dégâts
sur le bâti.

Propositions de la commission d’enquête


Elles sont de deux types :

- La fourniture d’une attestation d’assurance précisant que la société Geoforon est couverte
pour ce genre de risques, à quelle hauteur et avec quelle franchise,
- L’engagement du demandeur d’effectuer un état zero, type constat d’huissier, préalable en
cas de passage dans des zones bâties.

Pour l’engagement de durabilité et de pérennité, la réponse est à apporter par le demandeur.

6.1.4.2 Qualité financière du demandeur


FONROCHE a fait rentrer dans son capital, pour 39%, un fonds d’investissement sérieux, EURAZEO,
de quoi, investir sur plusieurs années avant le retour de dividendes.
FONROCHE a conclu un partenariat avec des sociétés allemandes spécialisées dans le forage,
compétence qu’il n’avait pas à ce niveau de complexité.
Il est engagé dans un projet en Alsace soutenu par la Commission européenne, le projet GEOSTRAS
de centrale géothermique avec coproduction d’électricité (6,7 MWel) et de chaleur (35 MWth) pour
lequel il a touché une aide de fonds publics de 16,8 M€ de l’Europe.
Le forage sera réalisé par FORAGELEC, entreprise dont Fonroche est coactionnaire avec
Herrenknecht Vertical GmBH et Angers &Soehne GmBH.

Commentaires de la commission d’enquête


La société Géoforon « dédiée » au permis dit de Salève dispose d’un acte de caution solidaire de la
part de FONROCHE pour le permis de recherche de Gîtes géothermiques basse température : elle est
totalement adossée à la société FONROCHE dont la qualité financière apparait sérieuse.
Reste posée la question d’une cession éventuelle qui reporte à la question précédente d’engagement de
pérennité et de durabilité de la société Géoforon.

6.1.4.3 Qualité technique du demandeur- Compétences et expériences


Les observations du public sont contradictoires, ce qui traduit des informations manquant de
cohérence, au niveau du dossier du demandeur.
D’une part, il est demandé :qui seront les sous-traitants qui réaliseront les forages ; quelles garanties et
quelle expérience ?Fonroche, qui est une société toute récente, dit s'être entourée de grands
professionnels spécialistes des forages pétroliers et vouloir former en un an une autre partie du
personnel. Si le forage est sous-traité, quelle en est la nécessité?

D’autre part, l’expérience en matière de forage est relevée (quoique contestée du fait que les noms des
2 sociétés allemandes actionnaires ne sont pas cités, de même que les lieux de forages profonds
réussis).
Ces recherches ne doivent être autorises que si les références de la société en forage sont bien
confirmées et que les accords avec des sociétés allemandes dans ce domaine sont clairement établies.
Enfin, l’expérience n’apparait pas très explicite pour l’après-forage : exploitation, résultats en terme de
production énergétique, gestion des problèmes environnementaux à moyen et long termes.

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
95

De plus, comment pouvoir mener en même temps financièrement et techniquement de front autant de
chantiers sur le territoire français (8 PER) ?

Pour le public, la recherche industrielle de 25 ans de Soult La Forêt ne constitue pas un gage
d’expérience.
La géothermie demande une expertise bien spécifique et les éléments fournis par SAS
Geoforon/Fonroche ne sont pas déterminants d’une parfaite maîtrise des techniques spécifiques à la
géothermie à grande profondeur.
Le manque d’expérience et de précisions questionne. Fonroche est sans grande expérience ce qui laisse
craindre que les méthodes employées ne soit pas sans conséquence pour les ressources en eau ou
l’activité sismique

L’état doit surveiller cette société.

Commentaires de la Commission d’enquête


Le manque d’expérience en France Métropolitaine est une évidence, compte tenu qu’il n’existe pas
d’installations de ce type, à l’exception du pilote de Soultz-sous-Forêts..
La démarche de s’être alliée à des sociétés allemandes disposant d’expériences réussies constitue un
atout pour le demandeur à qui la commission d’enquête demande de préciser quelles sont ces sociétés,
leur fiabilité technique et financière ainsi que les installations à leurs actifs.

6.1.5 Règlementation

6.1.5.1 La réforme du code minier


La réforme du code minier est en cours depuis deux ans déjà sans avoir aboutie à ce jour.

Le public et les associations s’interrogent sur le bien-fondé et l’intérêt des demandes actuelles de
permis de recherche sur la base d’un code minier en cours d’évolution :

- Pourquoi accorder actuellement des permis régis par un code minier en cours de réforme ?
L’APEC est d’avis que dans l’attente de cette réforme du Code minier aucun permis ne
soit délivré.

- Pour France Nature Environnement, il faut arrêter de délivrer des autorisations sur le
fondement de règles dépassées et imposer aux industriels de décrire le plus en amont
possible les méthodes et techniques qu'ils vont mettre en œuvre. Ce n'est qu'à cette
condition que le public pourra véritablement se prononcer,

- Autre question : si ce permis est accordé avant que la réforme du Code minier soit actée,
les modifications apportées à ce dernier et les nouvelles lois en vigueur pourront-elles être
appliquées à ce projet ?

La refonte du code minier avait été annoncée en juillet 2012, afin de le mettre en conformité avec
l'ensemble des principes constitutionnels de la Charte de l'environnement. En décembre 2013, le
groupe de travail désigné pour élaborer un projet de réforme a présenté ses travaux au Gouvernement.
Or, à ce jour, aucune suite n'a été donnée à ce travail.

Dans le cadre de sa fonction de député, Mr Martial Saddier a interrogé Mme la Ministre Ségolène
Royal sur l’état d’avancement de la réforme du code minier et sur sa position sur les demandes de
recherche sur des zones qui comprennent de l’eau en qualité et en quantité ( question à l’assemblée
Nationale).

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
96

La réponse de Mme Ségolène Royal est reportée ci-dessous ;


« Mr Saddier a raison quant à la nécessité de veiller à la délivrance des autorisations d’investigation
géothermique. Les demandes de permis sont d’ailleurs examinées avec beaucoup d’attention, ce qui
explique que leur délivrance soit actuellement suspendue. Lors de cet examen, il est vérifié, d’une
part, si l’objectif recherché est bien l’investigation géothermique, et, d’autre part, quel est l’impact de
ces travaux. Il faut à la fois encourager la géothermie et bien mesurer les conséquences des forages.
Je ferai donc en sorte que la réforme du code minier soit inscrite à l’ordre du jour de l’Assemblée
Nationale l’an prochain. Nous pourrons ainsi déterminer ensemble les critères de délivrance de ces
autorisations ».

Commentaires de la commission d’enquête


Dans l’hypothèse d’une réforme du code minier abouti dès 2015, les observations précédentes
seraient très pertinentes. Mais est-ce le cas, compte tenu des autorisations déjà délivrées sur toute la
France qui pourraient être remises en cause, et avec elles, les objectifs de transition énergétique à
l’horizon 2020.

 Permis haute et basse température


Le public, dans l’ensemble, a perçu que les permis HT délivré par le Ministre sans enquête publique
et le permis BT délivré par le Préfet et soumis à l’enquête publique, concernent un seul et même projet
de géothermie profonde avec production d’électricité.
La cible visée par Géoforon est bien la production d’électricité, l’importance du permis basse
température est secondaire par rapport au permis haute température et ne sert qu’à sécuriser la
découverte d’un gîte géothermique à une température inférieure à 150°C. La procédure introduit un
biais dans l’information des élus et du public qui n’est pas levé dans la présentation du dossier.

Pourquoi une procédure basse température avec demande d’autorisation préfectorale et enquête
publique et une procédure haute température avec demande d’autorisation ministérielle : La basse
température correspond à une procédure superflue mais qui a le mérite d’informer la population et les
élus.

De plus, pour plusieurs personnes venues aux permanences, le permis HT est déjà accordé
( source citée : délibération du conseil municipal de Bonneville du 3/09/2014 ?), suscitant des
interrogations du type : « Que devient le permis de recherche haute température déjà accordé par l'état
sans concertation des élus locaux ? … l'enquête de la demande de permis basse température n'est-elle
qu'une gesticulation formelle ? »

Dans ces conditions, le public trouve très anti-démocratique que la population ne soit consultée que
sur le permis BT et se pose la question sur quoi son avis est véritablement demandé et quel poids il a,
et enfin quelle est l’utilité de l’enquête publique BT (parodie de consultation) ? Il est mal compris que
l’on fasse une enquête publique pour un permis de recherche géothermie ciblant des profondeurs de
2000-3000 m et que l’on passe « sous silence » un permis de géothermie ciblant des profondeurs de
5000m.
Par ailleurs, le terme basse température est jugé abusif et trompeur car il s’agit de forages profonds : il
engendre une confusion avec la géothermie basse profondeur.

Commentaires de la commission d’enquête


La commission d’enquête a rectifiée l’information erronée du public en précisant que le permis HT
était en instruction, mais non accordé.
Toutefois, les interrogations du public sont fondées, dans la mesure où, les procédures et les décisions
étant distinctes, une absence d’autorisation préfectorale suite à des avis éventuellement négatifs de la
commission d’enquête et des services instructeurs n’interfèreraient pas, sur le plan strictement
réglementaire, sur l’autorisation ministérielle.
Face à cette incohérence du Code Minier, on ne peut qu’espérer une cohérence des décisions de la part
de l’Etat.

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
97

6.1.5.2 Mutation du permis de recherche géothermie et gaz de schistes


L'expérience des demandes de permis d'exploitation pour la recherche de gaz de schiste a rendu la
population extrêmement sensible....Il y a beaucoup de similitude entre ces demandes de permis
(schiste et géothermie) qui se succèdent en peu de temps dans le paysage Haut-Savoyard.
La profondeur des forages , en cas de recherche positive, permet de penser que l’on peut rencontrer
des roches chargées de gaz de schistes et la question : « ne serait-ce pas un prétexte et la porte ouverte
pour l’exploitation des gaz de schiste, est posée .
Les craintes portent alors sur le fait que :

- Les études s’orientent sur les gaz de schistes,

- Une dérive vers l’exploitation des gaz de schistes s’opère dans un avenir proche, avec
toutes ses nuisances : personne ne pourra empêcher l’exploitant de revendre ces gaz de
schiste aux pétroliers qui pourraient l’exploiter par le permis de Gex,

- Exploités ou non, ces gaz de schistes soient sources d’émanations nuisibles à la santé :
pollution des eaux et brulage de gaz en torchères.

Il est noté que Géoforon aurait le droit de disposer des produits extraits, soit une bonne raison pour
rechercher des poches des gaz. C’est bizarre qu’au Nord de Genève on ait des demandes de permis
pour des gaz des schistes et au Sud pour de la géothermie profonde.
Vouloir rechercher des sites géothermiques dans une région déjà pressentie pour des forages de gaz de
schistes surprend.

La réponse apportée dans le dossier d’enquête à l’éventuelle découverte de gaz de schistes soulève la
méfiance.

Il y a de toute évidence une confusion du public entre exploitation des gaz de schistes et géothermie
profonde en liaison avec une vulgarisation insuffisante.

Commentaires de la commission d’enquête :


La règlementation actuelle ne permet pas de « transformer » un permis géothermique en permis
d’exploitation d’hydrocarbures.
Par ailleurs, les techniques actuelles d’exploitation de gaz de schistes nécessitent 1 puits tous les km²
environ, soit de disposer de surfaces très importantes, peu compatibles avec la pression foncière sur le
secteur du territoire du permis.
La consommation d’espace annoncée en cas de recherche positive est de 2 Ha environ, soit 0,02 km².
Une communication de Geoforon appuyée des Pouvoirs Publics pour rassurer le Public à ce sujet est
nécessaire.

6.1.5.3 Droit des propriétaires


Un propriétaire sera-t-il indemnisé en phase de recherche s’il y a dégradation de son terrain ?

Commentaire de la commission d’enquête


La question a été posée à la DREAL par la commission d’enquête qui a répondu :
Selon l'article L.411-3 du code minier, "Tout levé de mesures géophysiques, toute campagne de
prospection géochimique ou d’études de minéraux lourds doivent faire l’objet d’une déclaration
préalable à l’ingénieur en chef des mines ; les résultats de ces levés et campagnes lui sont

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
98

communiqués." Cette déclaration doit être présentée à l'administration avant le début des mesures.
Dans le cadre d'une autorisation de recherche basse température, ce type de mesures n'est pas soumis à
l'article L.153-8 du code minier qui ne concerne que les titres miniers (soit la haute température).
Le propriétaire doit donc donner son accord pour la réalisation des mesures et peut, le cas échéant,
demander une indemnisation en réparation de l'atteinte à sa propriété privée, à l'amiable ou devant le
juge civil.

6.1.6 Qualité du dossier


Le dossier est apparu aux lecteurs très complexe, insuffisant au niveau des informations, peu précis et
trop technique pour certains : il est décrit comme « n’ayant pas cherché à donner des informations
compréhensibles au commun des mortels ».
Il aurait mérité un résumé non technique à la hauteur de cette complexité : au contraire le résumé
présenté est très succinct avec plein d’erreurs.
Il est également source d’incompréhension : il porte sur la demande de permis de recherche, mais
traite de l’exploration et de l’exploitation.

Le public a confirmé par ses observations la piètre qualité du dossier de demande d’autorisation
soumis à l’enquête, ce qui porte atteinte à la crédibilité de l’entreprise, avec :

- Des insuffisances au regard des impacts sur l’eau et ses enjeux locaux, les paysages, les
alpages, l’agriculture, les zones sensibles (Natura 2000, les corridors biologiques..), la
faune et la flore, …Les aspects environnementaux et l’évaluation des impacts sont
insuffisamment traités.

- Des manques : sites classés oubliés, aucune information sur les zones humides, aucune
explication sur ce que sont les aquifères sensibles et plus généralement absence d’une
étude géologique, hydrologique et environnementale sérieuse, absence d’étude
prévisionnelle sur l’augmentation de la population et en corolaire des besoins en eau
potable, pas d’établissement d’un état zéro de l’eau des 72 communes concernées afin de
pallier à toute polémique en cas de pollution, absence de la prise en compte de la
proximité du CERN, aucune références aux études menées à l’occasion du passage de
l’A41, de la Directive Paysagère conduite par le Syndicat Mixte du Salève, d’une zone
Natura 2000 sur le Salève,

- Des imprécisions : absence de précisions au regard des mesures de sécurité des habitations
à proximité des forages et sur les mesures liées au projet en cas de recherche positive:
étanchéité des cuves, composition des produits utilisés , traitement des boues issues du
forage, nature des bâches, des bassins et de leurs soudures,

- De nombreuses erreurs et incohérences qui ne peuvent tous être retranscrits dans ce


rapport et ne mettant pas en confiance sur fiabilité du demandeur : de nombreux copié-
collés erronés portant sur des départements autres que la Haute Savoie, incohérences sur le
nombre de forages (2 dans la lettre de demande) et 5 à 6 sites dans le dossier…
L’étude d’impact mentionne qu’il n’y a pas de barrage hydroélectrique sur la zone de
recherche alors qu’il existe un barrage sur l’Arve ( commune d’Arthaz Pont Notre dame),

- Une vulgarisation insuffisante, termes en anglais, pas de conversion des schémas dans le
système métrique, « charabia » propre aux professionnels de ce type de travaux.

- Des explications techniques brouillonnes et insuffisantes en ce qui concerne les points


sensibles comme la traversée des nappes aquifères.

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
99

Les associations et autres instances ayant fait une lecture approfondie du dossier ont relevé de façon
plus détaillée erreurs et insuffisances :

- APEC : Au niveau de la faune et de la flore, un inventaire des chênes porteurs du Grand-


capricorne existe. Contrairement à ce que SAS Geoforon/Fonroche affirme, il existe bien
des espèces protégées dans notre région. « Aucune espèce remarquable n’est à relever. »
(Résumé non technique de la demande d’autorisation de recherche géothermique basse
température.)

- Syndicat Mixte du Salève :

- volet tourisme : le rapport mentionne : « Le tourisme est peu développé dans l’enceinte
du permis Salève, seuls les activités d’hydrospeed-kayak-canoë et le rafting sont
représentés. Ils se trouvent le long de l’Arve, du Menoge et du Rhône ».Ceci ne reflète
absolument pas la réalité de ce territoire. Il suffit de se rendre sur les sites des offices de
tourisme d’Annemasse les Voirons, du Genevois et de Cruseilles pour comprendre que le
territoire valorise d’autres atouts : les loisirs de plein air notamment comme la randonnée
pédestre très développée au Salève. Le Syndicat Mixte du Salève balise et entretient 280
km de sentiers pédestres. On estime la fréquentation de ce massif à 1 million de visiteurs
annuels qui montent au Salève en voiture, à pied et en téléphérique. Le Téléphérique du
Salève est le troisième équipement touristique de Haute-Savoie par sa fréquentation (200
000 visiteurs), après le Montenvers et l’aiguille du midi.

- Notice descriptive de la faune et de la flore et des zones protégées


Ces données sont issues « d’un état des lieux exhaustif du Bassin Rhône Méditerranée »,
soit un état des lieux fait à l’échelle de 130 000 km2 que couvre ce bassin. De plus, en
lisant le rapport on s’aperçoit que cela ne concerne que les milieux et espèces aquatiques
puisque réalisé par l’Agence de l’Eau. Cet état des lieux n’a donc rien d’exhaustif et est
donc insuffisant pour éviter l’impact environnemental de travaux d’exploration réalisés
sur des parcelles de terrain de l’ordre de l’hectare.
En effet, l’utilisation d’engins (fourgonnettes, 4x4, camions, bulldozers) lors de la
première phase avec création de layons et de défrichement peut avoir un impact
destructeur sur :
- des micro zones humides comme les friches à Molinie, mares,…
- des prairies sèches
- des stations botaniques remarquables (espèces protégées ou en liste rouge)
- des corridors écologiques
Pour cela, il serait bon de prendre en compte les données suivantes :
- inventaire des zones humides de Haute-Savoie, disponible sur le site de l’Etat,
- inventaire des prairies sèches de Haute-Savoie, ASTERS Conservatoire des sites
- site internet « pôle flore-habitat », mis en place par le conservatoire botanique
national, accessible à tous et données sensibles livrables sur demande
- Schéma Régional de Cohérence Environnementale identifiant de grands corridors
biologiques
- Contrats corridors Champagne-Genevois et Salève-Voirons en cours sur le
territoire qui identifient des corridors locaux majeurs.
- Zones Natura 2000
Le périmètre du site Natura 2000 du Salève repris dans la notice n’est pas le bon. En 2011,
une extension du site a eu lieu à la demande des communes et couvre l’ensemble du
massif. Le nouveau périmètre du site en vigueur est celui figurant sur le site de la DREAL
Rhône-Alpes sur la cartographie interactive « Carmen ».

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
100

- Arrêtés Préfectoraux de protection de biotope


Dans les zones protégées sont oubliés les arrêtés préfectoraux de protection de
biotopes. Au Salève, il y a celui du Petit Salève à Monnetier-Mornex et à l’est du massif
celui des marais et tourbières du plateau des Bornes. A l’ouest, plusieurs arrêtés
préfectoraux concernent des espaces de plaines : les Teppes de la Repentance, le Crêt de
Puy, la Vigne de pères à Viry et Champs Vauthier à Chevrier.
- Schéma des espaces naturels de Haute-Savoie
Le conseil général de Haute-Savoie met en place une politique de préservation des
Espaces naturels sensibles et à ce titre a réalisé un schéma départemental des ENS. Un
certain nombre d’espaces sont classés Espaces Naturels Sensibles (voir le CG74).
- La directive de protection et de mise en valeur des paysages du Salève
Cette procédure issue de la loi paysage de 1992 a été demandée par le SMS au
ministère de l’environnement qui l’a mis à l’étude. Un décret du premier ministre l’a
instauré en février 2008. Il en existe deux en France, au Salève et dans les Alpilles et
s’impose aux documents d’urbanisme et aux programmes et travaux d’aménagement. Elle
s’applique à 15 communes du SMS dont 13 se trouvent dans le périmètre du permis
Salève. Elle vise à préserver les vues depuis le Salève mais également les vues sur le
Salève depuis les villages et la plaine ainsi que l’intégrité du massif. Pour cela, des
espaces ouverts agricoles, des points de vue au sommet et dans la plaine doivent être
préservés de toutes constructions et aménagements. Le dossier est consultable sur le site
www.directivepaysageredusaleve.fr
Elle stipule que tous travaux ou aménagements incompatibles avec l’activité
agricole sur le plateau sommital du Salève sont interdits (par les PLU), comme d’ailleurs
les nouvelles installations de pylônes et de réseaux aériens, qui doivent être hors des
espaces fortement perçus et si nécessaires proche de lisières.
- Contexte géologique et potentiel pour la géothermie
Nous avons relevé qu’une partie du massif du Vuache, par la faille majeure et les
structures de Grabben, était très intéressante pour la recherche de gîtes. Ce massif, comme
le Salève est protégé et fait l’objet d’une gestion par le Syndicat Intercommunal
d’Aménagement du Vuache et du Syndicat de Protection du Vuache. Concernant la forêt,
Geoforon indique que « les dégâts occasionnés sur les forêts gérées par l’ONF seront
indemnisées ». La majorité des forêts appartiennent à des privés, l’ONF ne gérant que les
forêts publiques (communes et EPCI) dans le périmètre du permis. C’est d’ailleurs le
propriétaire qu’il faudra indemniser, qu’il soit privé ou public, et non son gestionnaire car
ce n’est pas lui qui réalise des investissements forestiers.

- Mémoire de la ville de Bonneville : les manques et insuffisances du dossier ont déjà été
évoquées dans le chapitre 3 et ne sont pas repris ici.

Globalement, un dossier réalisé dans l’urgence et bâclé et qui n’inspire pas confiance.

Commentaires de la commission d’enquête


Le dossier complémentaire réalisé à la demande de la commission d’enquête a permis de simplifier et
de clarifier certains points, mais sans toutefois supprimer les manques , insuffisances, imprécisions et
incohérences que les lecteurs avisés du dossier de demande d’autorisation n’ont pas manqué de
relever .
Il a séparé de façon nette, les opérations relevant du permis de celles qui en seront les conséquences en
cas de recherche positive et a maintenu les éléments relatifs à l’exploration et à l’exploitation afin que
l’information du public sur les suites du permis de recherche (en cas de recherche positive) soit d’ores
et déjà connue du public : l’information doit être complète et non tronquée, même si le public sera à
nouveau informé dans le cadre des enquêtes publiques futures.
Il est demandé au pétitionnaire de répondre aux différents points notés par le public.

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
101

6.1.7 Impacts environnementaux


En phase de recherche, les impacts environnementaux se limitent aux effets des passages des camions-
vibreurs.
Il est soulevé le risque de fissures sur le bâti existant après passage des camions-vibreurs, la pollution
de l’air aux particules fines que génèreront ces camions et les risques de perturbation du sous-sol.
Le public s’interroge sur l’importance géographique de ces passages : combien de communes
concernées, quels réseaux routiers ?

Recommandations de la commission d’enquête


Rappelons que « Tout levé de mesures géophysiques, toute campagne de prospection géochimique ou
d’études de minéraux lourds doivent faire l’objet d’une déclaration préalable à l’ingénieur en chef des
mines »
Avant passage des camion-vibreurs en zone urbanisées ou à proximité de zones bâties, il est
recommandé d’effectuer un état des lieux par constat d’huissier permettant d’éviter toute polémique
ultérieure.

6.1.8 Propositions-sollicitations du public


Les propositions-sollicitations du Public portent sur :

- Une demande de concertation préalable avec les instances locales. Pour le Syndicat Mixte
du Salève, il semble indispensable qu’avant tout début de recherches sur le terrain,
GEOFORON rencontre et se rapproche des EPCI qui ont en charge localement les
questions environnementales de ce territoire afin de bien prendre en compte toutes les
sensibilités et vulnérabilités connues : les syndicats d’Aménagement et de protection du
Vuache, la communauté de Communes du Genevois, le Syndicat Mixte du Salève et le
Syndicat d’aménagement des abords de l’Arve notamment.

- Une priorisation des recherches : il convient de noter que le périmètre qui comporte 2
structures différentes , l’anticlinal déversé du Salève et la zone basale des nappes de
charriage du Chablais, est étonnant. Il semble qu’une seule zone soit suffisante pour un
premier travail de recherche. Le souhait de la Société d’occuper le terrain pour éviter toute
autre demande d’un concurrent, est compréhensible, mais une priorité des recherches
entre les 2 zones devrait être définie.

- Une volonté de concertation et de coopération avec la Suisse qui développe son


programme « géothermie 2020 » sur le canton de Genève, soit sur le même bassin
géothermique que celui du permis dit Salève, répondant à un projet de bassin géologique
et de bassin de vie transfrontalier. L’option d’une coopération avec le Canton de Genève,
qui s’est lancé méthodiquement dans un travail sur le géothermie profonde, permettrait
non seulement de continuer à construire concrètement le Grand Genève mais aussi de
récolter des données à l’échelle d’un territoire cohérent, et de fournir des garanties
rassurantes aux citoyens. En effet, des recherches similaires ont été lancées dans le canton
de Genève et un échange de données entre les deux opérations est nécessaire compte tenu
du coût de leur acquisition et la continuité des structures géologiques concernées.
Une mutualisation des moyens et des résultats des recherches , est-elle envisagée avec le
canton de Genève.

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
102

- Une étude sismique extérieure au projet et induite par le projet préalable à tous forages par
des scientifiques visant à déterminer un seuil de risques acceptables par les Pouvoirs
publics, au regard des probabilités d’occurrence et de l’importance des dégâts potentiels,

- Une étude d’impact préalable sérieuse avec notamment cartographie précise des nappes
aquifères

- Une demande de participation des structures existantes en charge de la distribution


d’électricité et du développement des énergies renouvelables : Le SYANE (Syndicat des
énergies et de l’aménagement numérique de la Haute-Savoie) ayant la compétence
d’autorité organisatrice de la distribution publique d’électricité et étant engagé depuis
plusieurs années dans une politique de soutien au développement des sources d’énergies
renouvelables dans un souci de préservation de l’intérêt général environnemental, souhaite
apporter sa contribution à l’évaluation des impacts d’une éventuelle production
géothermique sur les besoins de modernisation et d’adaptation des infrastructures de
réseaux d’énergie. Le SYANE souhaite également contribuer aux expertises sur les usages
de l’énergie produite, sa complémentarité avec les autres sources d’énergies
conventionnelles ou décentralisées et les impacts d’une énergie de proximité sur le mix
énergétique de la Haute-Savoie.

- Une demande d’information à toutes les étapes du projet avec communication des résultats
des explorations : L’APEF demande à être tenue au courant des développements du projet
de géothermie, de la demande d’autorisation, des sites prévus pour l’exploration, des
résultats des explorations, des suites à donner à ces résultats.X particuliers demandent à
être tenus au courant de l’évolution du PER, des résultats etc…

- La création de sociétés mixtes pour la gestion et le contrôle des travaux de recherche et de


forage ;
Il est souhaité de restreindre le bénéfice de l’exclusivité à la phase exploratoire du projet
afin de ne pas hypothéquer les possibilités de négociation de la collectivité pour les phases
ultérieures. Une autre option pourrait être une participation de la collectivité dans une
structure dont la forme reste à définir. Dans ce domaine d’un meilleur encadrement par la
collectivité publique, il semblerait que le code minier en cours de révision ouvre des
perspectives. Dès lors ne serait-il pas envisageable d’attendre la fin de ce travail, sous
réserve que celui-ci ne dure pas encore des années car la transition énergétique doit
maintenant avancer vite !

- L’aide aux collectivités pour constituer des réservés foncières afin de maîtriser les forages
au niveau de zones urbaines d’une certaine taille.

- « une sanctuarisation » des réserves d’eau vitales, qui restent toutefois à préciser,

- Un état des lieux avec analyse des sols et éventuellement de la qualité des nappes par un
organisme indépendant avant toute opération susceptible de générer des perturbations ou
dégâts : Cela permettrait en cas de dépollution que cela soit fait à la charge de l'entreprise
et non du contribuable,

- Un moratoire demandé soit dans l’attente de la réforme du Code Minier ( 3 syndicats) et


l’ouverture d’un débat public sur les énergies renouvelables à développer dans la région,
soit plus simplement pour une année de réflexion permettant d’informer et de développer
un projet de communauté transfrontalière de l’énergie qui pourrait alors prendre des
accords de permis avec Fonroche, par exemple ( 1 déposition).

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
103

Commentaires de la commission d’enquête


Ces propositions-sollicitations sont en totales cohérence avec les commentaires de la commission
d’enquête développées précédemment

6.1.9 Contre-propositions
Le public n’a pas développé de véritables contre-propositions à la géothermie profonde permettant une
production d’énergie et de chaleur équivalente à celle proposée par Geoforon.
Il s’est exprimé sur des orientations souhaitées en matière d’énergie renouvelables, en l’occurrence :

- Développer la géothermie de surface uniquement pour la valorisation directe en réseaux


de chaleur. La possibilité d’exploiter de l’eau à moins de 150 degrés pour du chauffage
urbain devrait être mieux considérée surtout pour une société ayant peu d’expérience à
très grande profondeur. Cette condition peut avoir une influence sur la position des
forages.

- Développer l’hydroélectricité pour la production d’électricité, sous forme de petites


centrales, faciles à intégrer : le développement de sources d’énergie renouvelable sont à
rechercher pour la Haute Savoie plutôt dans l’énergie hydraulique,

- Développer le photovoltaïque sur les toitures (notamment des bâtiments publics).

- Optimiser les ressources existantes, développer les autres énergies renouvelables jugées
moins à risques (solaire, éolien),

- Développer les chaufferies bois ou déchets ménagers, la méthanisation,

- avoir une politique d’économie d’énergie, notamment en suivant les préconisations des
experts de l’association Negawatt.

Par courrier, la commission d’enquête a été informée plus précisément, que la Régie de Gaz et
d’Electricité de Bonneville est porteur d’un projet de centrale hydroélectrique sur le Bronze qui
pourrait couvrir les besoins de 600 foyers et qu’historiquement le choix de l’hydroélectricité est ancré
sur tout le bassin versant avec les centrales hydroélectriques de Passy, de Pressy et de Saint Gervais
auxquelles viennent s’ajouter les équipements du Petit Bornand, ceux de l’Arve et surtout, ceux des
Contamines-Montjoie.
Ces choix hydroélectriques représentent plus de 1000 emplois non dé localisables. Tout élément
perturbateur sur ces marchés est donc susceptible d’avoir des effets non mesurables en terme
d’emplois.

Enfin, le public qui s’est exprimé en enquête publique est plutôt favorable à la géothermie faible
profondeur, à usage thermique et à l’échelle individuelle, mais opposé à la géothermie profonde qui
présente des risques au regard de la sismicité et de la protection des nappes profondes.

Commentaires de la commission d’enquête


Une centrale géothermique basse température permettrait d’alimenter 4000 logements en électricité (
40 Gwh el/an) et 22000 logements en chaleur ( 240 Gwh th/an).

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
104

A simple titre d’information,, complémentaire pour le public, cette même production d’électricité ( 40
GWh/an) nécessiterait, sur la base de données moyennes relevées dans la littérature, la mise en œuvre
de :
- 10 microcentrales hydroélectriques(de puissance inférieure à 500 Kw) ou 3 mini-centrales
hydroélectriques (de puissance inférieure à 2 MW),
- ou de 20 éoliennes de puissance 1Mw ou 10 éoliennes de puissance 2Mw, compte tenu de
la production moyenne en France de 2000Mwh/an d’une éolienne de capacité nominale
1Mwh
- ou enfin, de 40 ha de panneaux photovoltaïques, compte tenu qu’en moyenne 10m² de
panneau produit 1Mwh/an.

La production de chaleur associée (240 Gwh/an) nécessiterait, en parallèle:


- une quantité innombrable d’installations individuelles de géothermie faible profondeur
qui constitueraient une véritable profusion de puits de pompage et de rejet ou
d’installations sous-terraines de circulation de fluide caloporteur en sous-sol, qui
pourraient ne pas être sans danger pour la pollution des nappes à long terme, en liaison
avec leur vieillissement et l’absence de contrôle ;
- 4 à 5 chaufferie bois de la taille de celle de Chambéry (7 Mw – 4000 logements) ou de
biomasse, ou 6 chaufferies bois de la taille de celle de Faverges ( 2x 2,5 Mw) ;

Ces comparaisons très simplistes ont pour simple but de mettre en évidence que la géothermie
profonde représente une énergie renouvelable conséquente qu’on ne peut pas écarter d’emblée parmi
les énergies renouvelables.
La transition énergétique, pour atteindre ses objectifs devra s’appuyer sur une diversité et non sur un
seul type d’énergies renouvelables au sein d’un même territoire.

6.1.10 Synthèse et conclusions


De l’analyse thématique des observations du public et des associations relatives à l’objet de l’enquête,
la commission d’enquête retient les questions complémentaires aux précédentes suivantes, sur
lesquelles il est demandé au pétitionnaire de s’engager :

- Réaliser une analyse complète des risques sismiques extérieurs au projet et induits par le
projet dans toute ses phases, effectuée par des scientifiques de type Tiers Experts, selon le
modèle des études de dangers (probabilité d’occurrence et importance des effets), afin de
définir un seuil d’acceptabilité du risque par les Pouvoirs Publics avant toute phase
opérationnelle.
- Exclure les nappes stratégiques de l’Arve et du Genevois, les périmètres de protection des
captages d’eau potable ainsi que tous les secteurs identifiés ou règlementés au titre de la
protection de l’environnement, de toute phase opérationnelle,
- Mise en place dès la phase de recherche d’une gouvernance associant les structures
publiques locales ( collectivités, syndicats, régie..) et les instances suisses et d’un contrôle
scientifique,
- Préciser quelles sont les sociétés allemandes avec qui Fonroche a établi un partenariat,
leur fiabilité technique et financière ainsi que les installations de géothermie profonde à
leurs actifs.
- Engagement de GEOFORON sur son avenir et sa pérennité ,

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
105

- Fourniture d’une attestation d’assurance précisant que la société Geoforon est couverte
pour les risques générés par les interventions de terrain autorisées par le permis, à quelle
hauteur et avec quelle franchise,
- Engagement du demandeur d’effectuer un état zéro, type constat d’huissier, préalable en
cas de passage des camions-vibreurs à proximité et dans les zones bâties.
- En cas de recherche positive et d’évolution vers une phase d’exploration :
o cette dernière devra s’accompagner d’engagements d’utilisateurs de chaleur
faible température.
o conduisant concrètement à un territoire beaucoup plus réduit et des espaces
mieux identifiés, association , dès l’amont des instances agricoles du territoire
concerné.
- Confirmer les engagements concernant l’absence de fracturation hydraulique et l’arrêt de
l’exploration –exploitation en cas de séismes de magnitudes supérieure à 2.

6.2 Analyse thématique des observations relatives aux


suites potentielles du permis de recherche

6.2.1 Préambule

Comme précisé au chapitre précédent, les thèmes concernant les suites potentielles du permis
constituent l’essentiel des interrogations et observations du public, sources d’attitude négative au
regard du permis et donc les points essentiels auxquels le demandeur doit répondre.

Sont également intégrés à ce chapitre les questionnements de la commission d’enquête.

Rappelons que les suites potentielles du permis de recherche concernent la phase d’exploration et la
phase d’exploitation qui ne pourront être menées qu’après des procédures spécifiques qui, pour un
permis basse température, portent sur :
- Une DODT (Demande d’Ouverture De Travaux miniers) auprès de la préfecture pour la phase
d’exploitation avec étude d’impact et des dangers, avis de l’Autorité Environnementale,
enquête publique et passage devant le CODERST et la CLE,
- Un titre minier délivré par arrêté préfectoral pour exploitation avec, en parallèle, dossiers
ICPE, loi sur l’eau, et enquêtes publiques

Ainsi, seule la localisation exacte des sites de forages pour exploration, puis exploitation, permet
d’établir une analyse détaillée des impacts et des dangers qui ne peut être que très partielle dans la
présente demande de permis de recherche.

6.2.2 Réglementation - Droit des sols

L’inquiétude du public se porte sur les risques d’aliénation contraintes de leur terrain, à noter
également les fortes inquiétudes des syndicats agricoles vis à vis des indemnisations pour des pertes
d’exploitation et la position de nombreuses communes (soutenues par les associations de protection de
l’environnement) souhaitant se rendre propriétaires des terrains d’implantation des forages et usines de
cogénération.
A travers les inquiétudes du public est également exprimée la nécessité de ne pas être « livré à eux-
même » face à une entreprise privée et bénéficier d’un soutien public.

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
106

6.2.2.1 Prérogatives de l’Etat et droit des propriétaires

 Occupation des terrains sans le consentement des propriétaires

Le public se questionne sur ses droits :


- Un propriétaire peut-il être privé de la jouissance de son terrain dans le cadre d’une
autorisation préfectorale de 3 ans pour exploration ou de 30 ans pour exploitation ?
- Un propriétaire peut-il faire l’objet d’une expropriation pour l’exploration ou pour
l’exploitation ?
- Un propriétaire peut-il refuser l’exploration sur son terrain ?
- Des indemnisations sont-elles prévues ?

Commentaires de la commission d’enquête :


Selon le décret du 28 mars 1978, l’occupation sans consentement du propriétaire est possible pour les
gîtes géothermiques HT en application du décret du 14 août 1923 et de l’article L 153-4 du Code
Minier (cas des PER).
Pour les permis de recherche géothermique BT, à priori, non, car le décret du 28 mars 1978 ne
mentionne pas l’application du décret du 14 août 1923, et le chapitre III du Code Minier (droits et
obligations des exploreurs et exploitants à l’égard des tiers) article L153-4 ne cite pas le cas du permis
de recherche BT.
La différence entre les deux permis est donc importante.
Si ce n’est que, dans la réalité des faits, un PER accordé sur le même périmètre rend caduque cette
différence.
La commission d’enquête a interrogé la DREAL sur ce sujet.

Réponse de la DREAL :

Nécessité du consentement du propriétaire sauf exception:


Selon les dispositions du code minier actuellement en vigueur, le principe affirmé est celui de la
nécessité du consentement du propriétaire de la surface pour qu'une société puisse accomplir des
travaux de recherches et d'exploration, ou d'exploitation de mines.
Ce n'est que par exception que le titulaire d'un titre minier peut être autorisé par l'administration, à
condition d'obtenir une autorisation de travaux de recherches dans le cadre d'une procédure spécifique,
à occuper un terrain situé dans le périmètre du titre minier sans le consentement du propriétaire. Dans
ce cas, le propriétaire est préalablement sollicité afin de faire connaître ses observations (article L.153-
5).

Le cas des servitudes d’occupation et de passage :


Les servitudes d'occupation et de passage qui seraient instituées par l'administration (soit à l'amiable
soit par arrêté préfectoral imposé) ouvrent au profit du propriétaire du sol et de ses ayants droit un
droit à être indemnisé à raison du préjudice subi (article L.153-12).

Possibilité d'expropriation pour cause d'utilité publique :


Il existe une possibilité d'expropriation pour cause d'utilité publique (article L.153-14) ; toutefois, cette
possibilité, comme celle d'instituer des servitudes d'occupation, reste théorique dans la mesure où il
appartient également à l'administration de ne pas prendre de décision qui serait de nature à
compromettre le bon ordre public, notamment dans un contexte d'opposition locale marquée.
Il n'existe pas de dispositions équivalentes pour les autorisations de recherches de gîtes géothermiques
basse température en cas d'absence du consentement du propriétaire du sol.

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
107

 Possibilité d’une expropriation sans DUP


La question de l’expropriation est récurrente, la commission d’enquête s’est penchée sur les
possibilités de sa mise en œuvre sans Déclaration d’ Utilité Publique.

Commentaires de la commission d’enquête


De nombreux articles du chapitre III (droits et obligations des explorateurs et des exploitants à l’égard
des tiers) mentionnent : « Le bénéficiaire d’un titre minier, à l’intérieur du périmètre minier et, sous
réserve de déclaration d’utilité publique à l’extérieur de celui-ci, peut… »
Cela signifierait qu’à l’intérieur du périmètre du titre minier, il est possible de conduire des actions
sans passer par une DUP.
L’article L 153-14 est moins clair : « l’expropriation des immeubles nécessaires aux travaux et
installations mentionnées aux articles L 153-3 et L 153-4 peut être poursuivie tant à l’intérieur qu’à
l’extérieur du périmètre d’un titre minier, après une déclaration d’utilité publique ….
On peut s’interroger sur le fait que la DUP concerne bien également l’intérieur du périmètre ?
La commission d’enquête a interrogé la DREAL sur ce sujet.

Réponse de la DREAL :
L’article L.153- 1 du code minier indique que « nul droit de recherche ou d’exploitation de mines, ne
vaut, sans le consentement du propriétaire de la surface, autorisation de faire des sondages,… ».
L’expropriation peut être requise :
- Par le propriétaire d’un terrain frappé par des servitudes mentionnées au code minier, si ces
servitudes en rendent l’utilisation impossible ( article L ;153-10 du code minier),
- Dans les conditions précisées par l’article L 153-14 et suivants du code minier. La procédure
déclaration d’utilité publique est alors obligatoire et ce même, à l’intérieur du périmètre du
titre minier.
En conclusion, à l’intérieur du titre minier, l’expropriation ne peut pas être prononcée sans déclaration
d’utilité publique.

 Obligation d’acquisition des terrains


Au regard du code Minier, la commission d’enquête s’est interrogée sur l’obligation d’acquisition des
terrains.

Commentaires de la commission d’enquête


L’article L153-7 du code Minier prévoit l’obligation d’acquisition du terrain par le titulaire de
l’autorisation d’occupation, lorsqu’il est occupé plus d’un an ou que son utilisation normale ne sera
plus possible: dans quels délais et sur quelles bases ?
La commission d’enquête a interrogé la DREAL sur ce sujet.

Réponse de la DREAL :
L'article L.153-7 du code minier pose le principe selon lequel le propriétaire dont les terrains sont
occupés a la possibilité d'exiger de l'explorateur que celui-ci acquiert en tout ou partie la propriété
concernée. Il n'existe pas de dispositions réglementaires en vigueur venant préciser les modalités de
mise en oeuvre de cette possibilité.

 Indemnisation des propriétaires


De nombreuses questions posées par le public concernent les indemnisations dont ils pourront
bénéficier selon les procédures engagées.

Commentaires de la commission d’enquête


La commission d’enquête a interrogé la DREAL sur ce sujet.

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
108

Réponse de la DREAL :
En cas d'expropriation, l'indemnisation est obligatoire, conformément aux dispositions du code de
l'expropriation pour cause d'utilité publique
En cas d'occupation temporaire, le propriétaire peut exiger une indemnité, ou demander la mise en
œuvre de l'article L.153-7 du code minier.

6.2.2.2Prérogatives de l’Etat et droit des communes

 Incompatibilité des documents d’urbanisme


De nombreux élus se questionnent sur ce qui pourrait leur être imposé par les services de l’Etat en
termes:
- d’occupation des terrains malgré une incompatibilité avec les documents d’urbanisme
- de mise en conformité obligatoire du document d’urbanisme

Commentaires de la commission d’enquête


Dans l’hypothèse d’une autorisation d’occupation des terrains au titre du décret du 14 août 1923 ou de
l’article L 153-4 du Code Minier, cette autorisation s’impose-t-elle et prévaut-elle sur le document
d’urbanisme en vigueur ?
Dans le cas d’un permis BT accordé, deux cas de figure sont possibles pour une implantation de
forages d’exploration :
- La commune est favorable au projet et modifie en conséquence son document d’urbanisme,
- La commune est opposée au projet : l’Etat (le Préfet ou autre) peut-il déclarer le projet
d’intérêt général ( PIG) permettant une obligation de mise en conformité du document
d’urbanisme, ou déclarer le projet d’utilité publique ( bien que ce soit un opérateur privé, mais
pouvant évoluer en public avec association de partenaires locaux publics) et passer en DUP
valant mise en compatibilité du document d’urbanisme ?
La commission d’enquête a interrogé la DREAL sur ce sujet.

Réponse de la DREAL :
Selon le principe de l'indépendance des législations, le code minier et le code de l'urbanisme coexistent
et il convient de les articuler car chacun s'applique dans son champ.
Une autorisation d'occupation des terrains au titre du décret du 14 août 1923 sur l'instruction des
demandes en autorisation d'effectuer des recherches de mines à défaut du consentement du propriétaire
du sol ou de l'article L.153-4 du code minier ne peut pas être en contradiction avec le code de
l'urbanisme car ce régime relatif aux mines ne vise qu'à pallier l'absence de consentement d'un
propriétaire du point de vue du droit de la propriété privée.
En l'absence de texte contraire, les dispositions régissant la destination des sols s'appliquent aux
travaux miniers et cela peut impliquer la modification ou la révision du document d'urbanisme de la
commune concernée par l'implantation du forage d'exploration ou d'exploitation.
Toutefois, le code minier prévoit la possibilité d'engager une procédure de déclaration d'utilité
publique, laquelle peut s'accompagner d'une mise en compatibilité du document d'urbanisme avec le
projet ainsi déclaré d'intérêt général.

 Droit de préemption
Le public et certains élus s’interrogent sur le pouvoir de préempter sur la vente de terrains privés à la
société Géoforon afin de garantir une maîtrise foncière publique du ou des sites d’exploration et
d’exploitation.

Commentaires de la commission d’enquête


La commission d’enquête interroge la DREAL sur le sujet.

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
109

Réponse de la DREAL
Le code minier ne prévoit pas de dispositions permettant aux communes de préempter sur la vente de
terrains privés dans le cadre de recherche ou d’exploitation de ressources minières.

6.2.2.3 Droit des exploitants agricoles ou forestiers


Les syndicats agricoles soulignent que la question de la compensation agricole n’est pas abordée dans
le dossier.
Ils souhaitent la mise en place d’un protocole d’accord global avec la profession agricole abordant
notamment : l’identification des sites, l’accord des exploitants agricoles (et non seulement des
propriétaires), l’indemnisation des dégâts, la remise en état des lieux.

Concernant les forêts, Geoforon stipule que « les dégâts occasionnés sur les forêts gérées par l’ONF
seront indemnisées ». A ce propos, le Syndicat Mixte du Salève souligne que la majorité des forêts
appartiennent à des privés, l’ONF ne gérant que les forêts publiques (communes et EPCI) dans le
périmètre du permis.
Le Syndicat Mixte du Salève indique, par ailleurs, que c’est le propriétaire qui devra être indemnisé,
qu’il soit privé ou public, et non son gestionnaire car ce n’est pas lui qui réalise des investissements
forestiers.

Commentaires de la commission d’enquête


Ce volet sera à traiter en détail dans l’analyse des impacts dans le cadre de la DODT en fonction de
l’implantation des forages qui seraient susceptibles d’impacter les surfaces agricoles ou forestières.

Recommandation de la commission d’enquête


La commission d’enquête recommande au pétitionnaire de se rapprocher de la Chambre d’Agriculture
et des syndicats agricoles dès l’amont de la DODT afin de prendre en compte la problématique de la
consommation d’espaces agricoles et la viabilité des unités d’exploitation, compte tenu de la forte
pression foncière s’exerçant sur la profession en zones périurbaines (cf paragraphe .. relatif à la
consommation d’espaces agricoles).

Réponse de Geoforon
Géoforon aura une approche de tous les acteurs du territoire et donc de la Chambre d’Agriculture et les
syndicats agricoles en amont des Demandes d'autorisation d'Ouverture De Travaux dès lors que les
zones d’intérêts seront identifiées. Nous rappelons que dans les 3 premières années après attribution
du permis, une parcelle d’environ 2 ha sera sélectionnée pour porter le premier forage exploratoire sur
l’ensemble du territoire. Dans la mesure de la disponibilité foncière, ce choix d'implantation se fait sur
des parcelles adaptées à une activité industrielle et toujours après concertation avec les élus concernés.

Avis de la commission d’enquête


La commission d’enquête prend note de la démarche de Geoforon de suivre ses recommandations.

6.2.3Fiabilité du pétitionnaire et fiabilité des techniques d’exploration et


d’exploitation

6.2.3.1 Garanties en cas d’incident et/ou accidents et/ou pollution


Les questions récurrentes du public, des associations ainsi que les inquiétudes des élus concernent la
prise en charge de l’indemnisation des dégâts causés sur les biens et personnes, sur la ressource en eau
et sur le milieu naturel au sens large lors de la phase d’exploration, de la phase d’exploitation et après
fermeture du site, en cas d’incident et/ou accidents et/ou pollution.

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
110

Ce qui interroge plus précisément sur :


- les niveaux de garanties apportés par Géoforon
- les risques de ne pas être indemnisé
- les niveaux de responsabilités répartis entre la société privée, les collectivités et l’Etat et le
niveau de garanties en cas de faillite de la société
- la nécessité d’établir des états des lieux préalables afin de pouvoir définir ultérieurement le
degré de responsabilité en cas de pollution, notamment des nappes, des eaux superficielles,
des sols, de l’air

L’Association Nature & Environnement en Pays Rochois souligne que le pétitionnaire prévoit, en cas
de pollution ou d’accident, le versement d’un capital selon les normes en vigueur ; ce qui paraît très
flou. L’association préfèrerait l’engagement d’un versement d’une rente en rapport avec la gravité de
l’événement, et, échelonné dans le temps car une pollution peut durer plusieurs années ou obliger les
communes touchées à rechercher d’autres sources d’approvisionnement en eau potable.

Commentaires de la commission d’enquête


Comme vu au chapitre précédent, les garanties sont de deux types, mais pourront relever, en cas de
recherche positive, d’une structure pouvant différer de l’existante dans le cadre de l’implication des
collectivités locales :
- La fourniture d’une attestation d’assurance, dans le cadre de la DODT, précisant que la
structure est couverte pour ce genre de risques, à quelle hauteur et avec quelle franchise,
- L’engagement de cette structure d’effectuer un constat d’huissier préalable chez les riverains
des sites d’exploration et d’exploitation.
La commission interroge la DREAL sur les fonds de garanties apportés par l’état.

Réponses de Geoforon
Géoforon aura une police d’assurance avec des plafonds adaptés lors du lancement de la DODT et
recalées selon les contraintes spécifiques au choix du lieu d’implantation. Les hauteurs normales sont
de 10 000 000 € pour la responsabilité civile avec des seuils complémentaires selon le contexte.
GÉOFORON produit en annexe, à titre d’exemple, une attestation d’assurance TRC à son nom pour la
première phase d’acquisition géophysique.
Un état des lieux est réalisé avant les acquisitions de données géophysiques pendant la phase dite de «
permitage » pendant laquelle le parcours est étudié de façon très précise, avec les gestionnaires de
voiries et propriétaires fonciers. Chaque point de stationnement fera l’objet d’une analyse des points
éventuellement sensibles et prévoit de les éviter ou de s’en écarter.
Pour la phase de DODT Forage, préalablement au forage, des états des lieux bruit, aquifère et sismicité
naturelle sont systématiquement réalisés.
GEODORON s’engage à réaliser un point zéro, avec passage d’huissier pour constater les éventuelles
dégradations avant et après les travaux d’acquisition géophysique, qui serviront de base également aux
travaux de forage.

Réponse de la DREAL
Les articles L 155-1 et suivant, notamment l’article L 155-3 du code minier sont très clairs à ce sujet :
«L’explorateur ou l’exploitant ou, à défaut, le titulaire du titre minier est responsable des dommages
causés par son activité. Il peut s’exonérer de sa responqabilité en apportant la preuve d’une cause
étrangère. Sa responsabilité n’est limitée, ni au périmètre du titre minier, ni à sa durée de validité. En
cas de disparition ou de défaillance du responsable, l’Etat est garant de la réparation des dommages
causés par son activité minière. Il est subrogé dans les droits de la victime à l’encontre du
responsable ».

Avis de la commission d’enquête


La commission d’enquête prend acte de la volonté et des engagements de Géoforon pour répondre à
ses recommandations et de la réponse de la DREAL sur les garanties de l’Etat mais qui n’apporte
toutefois pas de précision sur les fonds de garantie.

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
111

La demande sur les fonds de garantie porte sur les suites potentielles et éventuelles du permis de
recherche. Elle correspond à une forte interrogation du public mais n’est pas déterminante pour les
conclusions motivées de la commission d’enquête sur le permis.

6.2.3.2Garanties du respect des engagements du pétitionnaire


Géoforon s’est engagé à respecter plusieurs points :
- pas de fracturation hydraulique
- arrêt en cas de séismes >2
- respect des périmètres sensibles
- remise en état des sites d’exploration en cas d’échec du forage
- fermeture conforme à la réglementation des forages en fin d’exploration ou exploitation

Le public et les associations s’interrogent sur les garanties apportées afin que Géoforon tiennent ses
engagements.

Recommandations de la commission d’enquête


La commission d’enquête recommande que Geoforon fournisse un engagement écrit auquel se réfèrera
l’arrêté préfectoral si celui-ci est ultérieurement prononcé en faveur de la DODT.

Réponses de Géoforon
Géoforon s’engage lors des Demandes d'autorisation d'Ouverture De Travaux , a respecter strictement
ses engagements qui sont repris dans les articles de l’arrêté préfectoral, en particulier sur :
- L’absence de l’utilisation fracturation hydraulique
- L’arrêt des opérations en cas de sismicité induite par les opérations de magnitude supérieure à 2,
conformément aux demandes de l’état,
- Le respect des périmètres sensibles et la prise en compte de leurs contraintes spécifiques,
- Le programme d’abandon réglementaire des forages avec la remise en état du site en cas d’échec du
forage exploratoire.

Avis de la commission d’enquête


La commission d’enquête prend acte des engagements du pétitionnaire et recommande qu’elles soient
citées dans les arrêtés préfectoraux à venir en cas d’autorisation.

6.2.3.3 Nombre de forages et implantation des sites de production

Ce sujet concerne de très nombreuses remarques du public et des associations qui ne sont pas arrivés à
trouver dans le dossier des précisions suffisamment claires et concordantes au sujet du nombre de
forages d’exploration et d’exploitation attendus ainsi que du nombre prévisible d’usines de
cogénération.
Certains ont bien identifié, dans la lettre de demande, que le pétitionnaire sollicite l’autorisation pour
un nombre maximal de forages d’exploration de deux mais l’imprécision du dossier sur la suite à
donner à cette phase d’exploration, ajoutée à l’étendue du périmètre qui n’est pas comprise au regard
des nombreuses zones sensibles réglementées, génèrent de très fortes inquiétudes.

Ainsi, la FRAPNA et certaines associations soulignent que le demandeur annonce 1 ou 2 centrales de


production en cluster mais admet que « si les conditions géologiques ou si la répartition des acheteurs
chaleur ne le permet pas, alors le développement de la production se fera en sites séparés donc 3 à 6
sites différents ». Un cluster comprendrait entre 5 et 10 puits.

La multiplication des sites d’exploitation induits une augmentation de la consommation d’espace,


l’artificialisation des sols et une multiplication des risques.

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
112

Commentaires de la commission d’enquête


Même si la présente demande n’exige du pétitionnaire qu’il ne précise que le nombre maximal de
forages d’exploration, ce qu’il a fait en mentionnant 2 forages dans la lettre de demande, la
commission d’enquête recommande que soit mieux précisée la démarche de Géoforon en cas de
résultats positifs de ces deux forages.
Le pétitionnaire précisera également la distance maximale possible entre les puits
d’injection/extraction et l’usine de cogénération.
De plus le dossier n’aborde pas précisément la problématique de la multiplication des sites qui
nécessite, comme dans toute étude d’impact, un chapitre spécifique relatif aux effets cumulés.

Réponses de Geoforon
Il est important de remettre en perspective le temps de développement auquel nous faisons référence.
La première période de 3 ans verrait au maximum, en cas de succès 1 forage d’exploration et un forage
de production, soit un doublet et donc une installation de production électrique. Dans le cadre de la
demande de permis d’exploitation qui pourrait être déposée en cas de succès exploratoire, une centrale
serait alors construite en année 5 à une distance de 50 m des forages, sur le même site d’environ 2 ha.
Après 1 ou 2 ans de production sans information négative sur le comportement de la ressource à long
terme, une nouvelle phase d’exploration pourrait avoir lieu à partir de l’année 7 avec une nouvelle
centrale en année 10 au mieux. La consommation d’espace est donc au maximum de 2ha par doublet
soit 4 ha en 10ans.
Il y aura ainsi au maximum 4 forages sur 10 ans.
La problématique d’une multiplication hypothétique des sites serait alors traitée dans le cadre de la
demande de concession ou de prolongation de demande de recherche.

Avis de la commission d’enquête


La commission d’enquête note qu’un maximum de 4 forages avec une consommation d’espace de 4 ha
maxi pourrait être réalisé sur 10 ans, à partir des 2 forages maxi d’exploration précisés dans la
demande d’autorisation, mais que des procédures ultérieures (demande de concession associée au PER
ou prolongation du permis de recherche) pourraient ouvrir la possibilité d’autres forages.
La commission d’enquête recommande que le service instructeur et le Préfet soient vigilants sur ce
point, pour éviter toute dérive.

6.2.3.4 Techniques de forage

Le public, les associations et des élus s’interrogent sur la fiabilité des techniques de forage au regard
des risques de pollution de la ressource en eau, des risques de mouvement de sols et du risque
sismique, en phase d’exploration, d’exploitation et après fermeture des forages.
Les points suivants sont notamment soulevés :
 résistance des cuvelages et cimentations à la corrosion, aux séismes induits ou subis, au
vieillissement des matériaux
 techniques de tubage et cimentation dans un sous-sol karstique
 nature des bâches des bassins et leurs soudures

Même si, comme le souligne le Syndicat Intercommunal d’Aménagement du Vuache (SIAV), la


technique est éprouvée en Allemagne (exploitation du site de Hunterhaching depuis 2009) et en France
avec le site scientifique expérimental franco-allemand de Soultz-sous-Forêts, créé en 1987 et exploité
depuis 2008 et plus de 80 forages (2000m) en Île de France, les inquiétudes demeurent très fortes.

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
113

Des exemples de forages défectueux ou supposés l’être sont donnés :


- forage de Thonex situé en zone frontalière suisse (document "Valorisation du forage
géothermique de Thônex 1-Etude d’opportunité réalisé par l'office fédéral de l'énergie) :
cuvelage défectueux lors de sa reprise pour forer plus profondément
- la FRAPNA s’interroge sur les forages réalisés en Haute-Savoie et en particulier, sur les
causes techniques ou aléas géologique lors de la réalisation de Humilly 1 et Solène 1 pour
provoquer l’abandon de ces deux forages et la réalisation de Humilly 2 et Solène 2 ?
- l’association OÏKOS KAÏ BIOS mentionne la problématique de la zone des Moussières
proche du Salève qui a été victime1 d’une pollution des eaux lors de forages réalisés dans les
années 1990 au titre de la seule recherche géologique ; en lien avec son sous-sol karstique
identifié comme « très fragile ».

Des questions plus techniques sont posées :


- La FRAPNA mentionne qu’en règle générale, deux voire trois poses de tubages sont
réalisables, au-delà, le diamètre final de foration est insuffisant (le minimum étant de 150mm).
A 4000 m, il faudrait au moins réaliser cinq voire six cimentations de tubages ce qui,
techniquement, n’est pas pratiqué.
- La FRAPNA s’interroge, de plus, sur la qualité de ciment prévue lors des cimentations en
pression entre l’extérieur du tubage et le terrain, (CPJ45 prise mer ?) ; notamment, au vu des
couches géologiques présentant une inclinaison vers l’Est pouvant être à l’origine d’aquifères
captifs, c’est-à-dire sous pression avec risque de puits jaillissants. La mise en place d’un
B.O.P. en tête de forage a- t- elle été prévue (système d’obturation de l’ouvrage en cas
d’éruption en cours de réalisation)?

On note que des confusions de techniques persistent ; ainsi dans le dossier de contribution de la ville
de Bonneville déposé au dossier d’enquête, est présentée, en annexe 5, une étude du BRGM portant
sur les impacts potentiels de la géothermies très basse énergie (février 2012). Cette étude concerne les
sondes géothermiques verticales et les forages d’eau ; elle souligne que les techniques ne sont pas
impactantes pour le milieu sauf en cas de méconnaissance du contexte géologique entraînant des choix
technologiques, des choix de matériaux et d’équipements inadaptés pour la foration , pour le tubage et
la cimentation ainsi que les mesures prises pour lutter contre la corrosion et assurer la durabilité des
ciments.

Commentaires de la commission d’enquête


Les choix techniques pour la réalisation des forages renvoient d’une part, à la connaissance très
détaillée du contexte géologique, hygrogéologique et géotechnique faisant appel à des professionnels
expérimentés que le pétitionnaire s’engage à mobiliser, et d’autre part, au contrôle scientifique des
choix techniques de type Tiers Experts déjà évoqué.
Même si le dossier apporte certaines informations sur les techniques employées, le pétitionnaire pourra
apporter des réponses complémentaires aux questions soulevées.

Réponses de Geoforon
Il est important de rappeler que le programme de forage précis ne pourra être finalisé que lorsque
l’emplacement de forage sera décidé, soit après l’acquisition de données géophysiques
complémentaires et lors de la préparation de la DODT.

1
Comme l’indique la réponse du Ministère de l’Ecologie de mars 2013 à Madame Virginie DUBY-MULLER
député de Haute Savoie http://www.virginiedubymuller.fr/category/actualites/sur-le-terrain-actualites/gaz-de-
schiste/ concernant les gaz de schistes

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
114

Le principe général du programme de forage est de poser 6


couches d’étanchéité dans les 1000 premiers mètres soit
trois cuvelages et trois cimentations (voir figure ci-contre)
et ensuite de poursuivre la construction du puits avec des
colonnes ancrées et cimentées aux précédentes comme
indiqué au chapitre 9.4.2 La phase de forage, du dossier de
notre demande. En fin de forage, le puits comportera 5 à 6
cuvelages et cimentations successifs avec un diamètre de
forage final de 210 mm minimum pour protéger les
couches géologiques superficielles.

Le CPJ 45 classe mer peut être utilisé pour le tube de


surface de 40 m, pris dans le génie civil. Le ciment utilisé
pour le forage est très spécialisé et de meilleure résistance
que le CPJ45, de classe G avec différentes densités et de la
silice pour les ciments profonds qui doivent résister à la
température ainsi que des additifs permettant une bonne
conductivité thermique et une résistance à la salinité.
Un Bloc Obturateur de Puits est systématiquement utilisé
avec l’ensemble de l’équipement de contrôle de venue. Plus
généralement, l’ensemble des contraintes du forage profond
est intégrée dans les équipements utilisés et dans les programmes de forage.
Concernant la résistance des cuvelages à la corrosion, plusieurs niveaux de précautions sont pris :
- Choix des aciers au carbone adaptés à la nature de l’eau géothermale
- Utilisation d’inhibiteurs de corrosion pendant la phase de production pour éviter la formation de
corrosion à l’intérieur des cuvelages
- Suivi du taux de corrosion par des capteurs en surface
- Inspection par « caliper » (sonde multi bras qui donne une image de l'état du cuvelage sur le diamètre
intérieur) et par caméra. La fréquence préconisée dans les arrêtés préfectoraux d’ouverture de travaux
de forage tend effectivement vers 3 à 5 ans au lieu de 10 ans.

Avis de la commission d’enquête


La commission d’enquête prend note des précisions apportées au regard des techniques et matériaux
utilisés et renvoie au service instructeur l’appréciation de ces réponses.

6.2.3.5 Contrôle, surveillance des installations en exploration, exploitation et


après fermeture des forages
Le contrôle de l’activité de Géoforon constitue un point qui focalise de nombreuses inquiétudes de la
part du public, des associations et des élus ; ce contrôle concerne :

- la tenue des engagements de Géoforon concernant les points évoqués plus haut, à
savoir notamment l’absence de fracturation hydraulique et l’arrêt en cas de séismes >2. Au
sujet de la fracturation hydraulique, il est fait état de l’absence de contrainte législative ou
réglementaire imposant cet interdit pour la géothermie.
- les choix technologiques et la fiabilité des cuvelages et cimentations
- la surveillance des forages dont le contrôle décennal est estimé insuffisant
- la surveillance de la fermeture des forages conforme à la réglementation en vigueur
- la surveillance des forages mis hors service

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
115

D’une façon générale est sollicitée la réalisation de suivis très réguliers avant, pendant et après
exploitation, sous le contrôle de l’Etat dont la fiabilité est, par ailleurs, souvent remise en cause au
regard de ses moyens financiers toujours en baisse.

Commentaires de la commission d’enquête


La réalité du contrôle de l’Etat tant au niveau de la mise en œuvre des forages, que du suivi des
installations en fonctionnement et de leur maintien à un niveau de sécurité suffisant après exploitation
est nettement posée dans le cadre de l’enquête.
L’Etat après fermeture du gîte étant garant de la réparation des dommages causés par l’activité
minière, comment sera effectuée la surveillance des puits et de leur bon état après arrêt de
l’exploitation et ce durant combien de temps : 20,30 50 ans ?
Les modalités de surveillance de la Police de Mines, sont fixées par décret en Conseil d’Etat : quelles
sont elles pour les gîtes géothermiques ?

La commission d’enquête a interrogé la DREAL sur ce sujet.

Réponse de la DREAL :
La police des mines s"applique au même titre que les autres polices. Ainsi les exploitations minières
autorisées en Rhône Alpes (mines de sel ou d'hydrocarbure) font l'objet d'inspection.

6.2.4 Risques et dangers- Gestion du risque

6.2.4.1 Sismicité

La sismicité constitue un sujet très sensible du fait du risque sismique présent dans la région, comme
le séisme d’Annecy en 1996 de magnitude 5,2 (sismicité externe) ; du risque induit par l’exploration
ou l’exploitation géothermique au regard des expériences de Soultz-la-Forêt, Bâle, Landau et St Gall
et, enfin, du risque induit après exploitation.

- Risque sismique externe


La question est posée sur la façon dont est pris en compte ce risque sismique, notamment par rapport à
la faille du Vuache et sur la résistance des ouvrages (plateforme et forages) aux séismes.
Le Syndicat Intercommunal de Protection et de Conservation du Vuache (SIPCV) fait mention
d’études récentes réalisées par des géologues de l’Université de Genève ayant confirmé la présence
d’un système complexe de failles dans la région.
Le public, les associations et élus souhaitent connaître les risques de la sismicité locale sur les nappes
phréatiques en cas d’endommagement des ouvrages provoquant des défauts d’étanchéité.

La FRAPNA souligne que le demandeur présente comme une certitude qu' «un événement sismique ne
pourra pas produire de dégât sur les zones cuvelées du puits au dessus de la zone de faille (cuvelages
cimentés) car le secteur affecté par un décrochement en sous sol est limité à la zone active de la faille
» (p 37 du dossier complémentaire). Mais les conséquences d'un événement sismique (ou de la
répétition dans le temps d'événements sismiques) sont à envisager sur la totalité de la zone de faille et
pour l'ensemble des installations de l’unité géothermique.
Le rappel que la construction de l'unité géothermique « intégrera les normes sismiques en vigueur »
paraît constituer une réponse trop minimaliste.

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
116

-Risque sismique externe induit par l’exploration ou l’exploitation


Globalement, il ressort des observations que les séismes ne sont que brièvement abordés, bien que
ceux-ci aient été bien réels lors d’exploitation en d’autres lieux : les risques sismiques sont importants
et ne doivent pas être négligés.

Sont régulièrement cités :


o le site pilote de Soulzt-la-Forêt : activité sismique observée intense en cas de stimulation
hydraulique avec possibilités de séismes ressentis ; modérée en cas de stimulation
chimique avec absence de séismes ressentis jusqu’à présent et modérée à faible en cas de
circulation ( exploitation) avec des possibilités de séismes ressentis.
o le site de Bâle : les études menées à postériori ont mis en évidence une activité sismique
liée à l’exploitation pouvant conduire à 14 à 170 séismes perceptibles durant la phase
d’exploitation de 30 ans.

Plusieurs observations émanant du publics ou d’associations soulignent que :


o l’analyse des épisodes de sismicité rencontrés sur divers sites dans le dossier
complémentaire montre que la sismicité induite n’est pas due uniquement à la fracturation
hydraulique. La stimulation chimique ou la simple lubrification des failles existantes par
la réinjections du fluide géothermal peuvent faciliter la libération des contraintes
sismiques accumulées dans le sous-sol.
L’affirmation «la sismicité induite sera faible et contrôlée » n’est pas démontrée

o la connaissance de la microsismicité induite par la géothermie profonde est encore


lacunaire car les mécanismes en cause ne sont pas encore tous appréhendés.

- Risques sismiques après exploitation

Les circulations d’eau sont lentes et aucun contrôle ne peut être fait sur le développement temporel de
la sismicité induite qui peut apparaître, des mois plus tard après arrêt des opérations.
L’arrêt de l’exploitation pour des séismes de M>2, telle que décrite dans le dossier, n’apporte pas la
garantie qu’il n’y aura pas d’autre séisme induit par la suite.
Le suivi par géophones de la sismicité ne garantit donc pas la prévention du risque sismique.

Commentaires de la commission d’enquête


Une étude des risques sismiques extérieurs, des risques sismiques induits et associés à l’exploitation
dans le contexte sismotectonique du Salève et du Vuache, préalable à toute opération d’exploration
semble donc nécessaire pour préciser tous ces points, ce qui confirme les commentaires de la
commission d’enquête faits au paragraphe « pertinence » de la géothermie profonde.

Réponses de Geoforon
La phrase « la construction de l'unité géothermique intégrera les normes sismiques en vigueur » se
rapporte à l’installation de surface (le bâtiment qui abritera la centrale) et non les forages.
Le puits sera construit en ne positionnant que la partie en trou ouvert dans la zone de faille. Nous
rappelons que les forages sont déviés et donc le reste de l’ouvrage (partie cuvelée) est positionnée hors
de la zone affectée par la faille.
Une étude détaillée de la zone qui sera choisie pour le forage sera réalisée préalablement au forage
pour choisir le positionnement des géophones de suivi de la sismicité naturelle et de la future
installation. Ils permettront de déterminer les contraintes naturelles en présence et donc de calculer les
limites des pressions d’injection.

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
117

A partir de ces calculs, plusieurs scénarii seront réalisés pour les risques sismiques extérieurs prenant
en compte le contexte sismotectonique local.

Avis de la commission d’enquête


La commission d’enquête prend acte des études qui seront réalisées, attire l’attention du service
instructeur sur l’importance d’un tiers expert pour ces études et recommande qu’elles ne portent pas
uniquement sur le risque sismique induit par le process mais également sur le risque sismique naturel.

6.2.4.2 Mouvements des sols

Bien qu’il ait été précisé que le contexte des forages de Stauffen et Lauchwiller soit très différent
(forages à faible profondeur, 140 m, sans expertise hydrogéologique préalable) les craintes de risques
de mouvements des sols sont exprimées par le public qui ne saisit pas forcément la différence de
contexte, ni de technologie.

Commentaires de la commission d’enquête


Rappelons que dans les cas cités, les désordres ont été provoqués à faible profondeur par des
infiltrations d’eau liées à des mauvaises cimentations de forage qui ont provoqué la transformation
d’anhydrite en gypse avec augmentation de volume (cas de Stauffen et de Lochwiller) , modifiant ainsi
la stabilité des couches géologiques supérieures et induisant des mouvements de sols à l’origine de
dégradations du bâti en surface.

Dans le cas de forages profonds, les études géologiques préalables sont très détaillées. Lors de la phase
de forage, un géologue étudie en permanence les déblais qui remontent en surface et la cimentation du
forage est vérifiée lors de diagraphies.

6.2.4.3 Pollution nappes d’eaux souterraines


Ce risque constitue la préoccupation majeure du public, des associations et des élus qui considèrent
que cette thématique est insuffisamment traitée dans le dossier et expriment leurs inquiétudes
concernant une pollution des ressources en eaux souterraines exploitées pour l’alimentation en eau
potable ou potentielles, telles les nappes stratégiques de l’Arve ou la nappe du Genevois occasionnées
par différents facteurs :
- risques d’infiltration du fluide géothermal
- risques d’infiltration d’acides (300 à 400 m3/forage) utilisés pour la stimulation
chimique et pour lesquels il n’est pas précisé la nature ni le type de réactions induites
avec le fluide géothermal
- risque d’infiltration de boues de forage
- risque de mise en communication de nappes
- risque d’infiltration des eaux de chantier pendant les travaux de forage

La FRAPNA précise que les prélèvements dans la nappe du Genevois représentent environ 15 millions
de m3 / an avec 5 puits exploités en Haute-Savoie et 10 puits sur le canton de Genève.
Le périmètre de demande d'autorisation de recherche inclut majoritairement des territoires DTA les
plus sensibles au regard des enjeux « ressource en eau » (voir Évaluation Stratégique
Environnementale de la DTA Alpes du Nord – État Initial de l’Environnement, mai 2008, carte p 11).
Cinq communes, comprises dans ce périmètre, sont incluses dans la ZRE de la nappe profonde du
Genevois (classement par arrêté préfectoral de janvier 2014, postérieur au dépôt des demandes
d'autorisation de recherche).

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
118

La Commission d’exploitation de la Nappe souterraine du Genevois signale que la Nappe du Genevois


fait l’objet de la part des autorités cantonales d’une interdiction de forage au droit de la nappe sur le
territoire suisse afin de ne pas la vulnérabiliser ; et en attend de même, côté français, pour le projet de
géothermie.

Annemasse Agglo confirme ce point, en soulignant, dans sa délibération, que la nappe du Genevois est
gérée de manière transfrontalière par convention datant de 1978 avec le Canton de Genève, qui
n’autorise pas les traversées de nappes pour les forages.
Le SM3A précise par ailleurs la présence de la ZRE sur la nappe du Genevois et déplore l’absence de
prise en compte des nappes stratégiques approuvées par la CLE du SAGE et, plus globalement, tous
les éléments produits à l’échelle du SAGE de l’Arve en cours d’élaboration.

Le Syndicat Intercommunal de Protection et de Conservation du Vuache (SIPCV) souhaite que soient


apportées des garanties pour la préservation de la nappe phréatique d’accompagnement du Rhône,
source d’approvisionnement en eau potable du territoire.

Le public et plusieurs association se sont étonnés du grand soin apporté par le pétitionnaire à
démontrer que le projet n'entraîne pas le moindre risque sur la qualité des eaux thermales d'Evian et de
Thonon-les-Bains (en prenant cependant la précaution de positionner le périmètre du permis sur un
bassin versant n’entrant pas en contact avec la masse d’eau concernée) alors que la protection de la
ressource en eau potable ne fait pas l’objet d’une analyse détaillée laissant ainsi la porte ouverte à de
nombreuses questions :
- questions renvoyant aux garanties et responsabilités abordées plus haut : que se passera-t-il en
cas de pollution des nappes ? Qui payera? Où va-t-on rechercher de nouvelles ressources en
eau? Que se passera-t-il si la pollution des nappes atteint la Suisse ? Comment prouver la
pollution, nécessité d’un constat officiel préalable?
- questions relatives à la bonne prise en compte par Géoforon du contexte hydrogéologique
local présentant de nombreuses masses d’eau, plus ou moins profondes

La FRAPNA ainsi que plusieurs observations du public ou d’autres associations et syndicats mettent
en avant le caractère extrêmement délicat de l'opération de cimentation en pression rendue nécessaire
pour mettre en place le dispositif de protection des aquifères ; l'évolution en terme d'étanchéité du
dispositif à grande profondeur et dans la durée. La FRAPNA s’interroge également sur le risque de
dégradation des conditions de porosité et de perméabilité du réservoir géothermal par réaction des
minéraux du réservoir lors de la réinjection (problème encore mal éclairé de l'interaction entre fluides
et roches dans un gradient thermique).

En conclusion, notons qu’il apparaît que :

- l’engagement du pétitionnaire à implanter les chantiers hors des périmètres de protection


rapprochés des captages destinés à l’AEP n’apparaît pas du tout suffisant comme mesure de
prévention des risques vis à vis des ressources en eau actuelles et futures et au regard des
pressions démographiques de plus en plus fortes à l’origine de besoins en eau de plus en plus
importants.
Le SM3A souligne que les risques demeurent présents au niveau des périmètres éloignés.
- aucune précaution technique en matière de forage ne permet de s’affranchir du risque de
pollution des nappes traversées
- la prudence est exigée en excluant tout forage traversant des nappes actuelles ou futures
destinées à l’alimentation en eau potable.

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
119

Commentaires de la commission d’enquête

L’expression des fortes inquiétudes rejoint l’avis des services, notamment celui de l’ARS et de la DDT
qui donnent un avis favorable au permis de recherche sous réserve de la préservation des nappes
exploitées pour l’eau potable (interdiction de recherches dans les périmètres de protection immédiats,
rapprochés et éloignés des captages AEP exigée par l’ARS) et des nappes stratégiques (exclusion des
travaux de recherche sur les nappes du Genevois et de la base vallée de l’Arve exigée par l’ARS).
Les nappes stratégiques, définies dans le cadre du SAGE de l’Arve, ont été validées par délibération
de la CLE (Commission Locale de l’Eau) en date du 18 décembre 2013 (cf cartographie page suivante
prenant également en compte la nappe du Genevois côté français).

Cartographie des aquifères stratégiques approuvée par délibération de


la CLE du SAGE de l’Arve le 18 décembre 2013

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
120

Recommandations de la commission d’enquête

Comme précisé au chapitre précédent, la commission d’enquête recommande que Geoforon propose
un périmètre de recherche réduit excluant les nappes stratégiques identifiées et s’engage formellement
à ne pas mener de travaux de recherche dans les périmètres de protection immédiats, rapprochés et
éloignés des captages AEP.
Ces réserves émises par les services devront être reprises dans l’arrêté préfectoral si celui-ci est
prononcé en faveur de la demande.

Réponses de Geoforon
Géoforon confirme son engagement de ne pas déposer de Demande d'autorisation d’Ouverture De
Travaux de forage dans les périmètres immédiats, rapprochés et éloignés des points de captage d’AEP
ainsi que dans les périmètres des nappes stratégiques de l’Arve et du Genevois tels que définis dans le
cadre du SAGE.

Avis de la commission d’enquête


La commission d’enquête prend acte des engagements de Géoforon mais souligne que les nappes
stratégiques ne sont pas exclues en totalité du périmètre : c’est le cas notamment de la nappe du sillon
d’Arthaz et de la nappe du Genevois.
La commission d’enquête recommande que les arrêtés préfectoraux à venir en cas d’autorisation du
permis reprennent ces interdictions.

6.2.4.4 Radioactivité

Les conditions géologiques particulièrement favorables au développement de la géothermie profonde


peuvent localement faciliter le transport du radon, depuis la roche jusqu’à la surface du sol : des dépôts
radioactifs sont possibles et des risques de libération de radon dans l’air, gaz reconnu cancérigène.
L’eau chargée en composés indésirables tels que les radionucléides est remontée sous pression, d’où
des risques de fuites importants.

Commentaires de la commission d’enquête


Le dossier complémentaire stipule qu’un état des lieux avant forage sera établi lors d’une campagne de
mesure du radon et le dossier principal indique que le taux de nucléides sera suivi pendant la phase
tests afin d’adapter les futures procédures d’exploitation en conséquences.
Aucune précision n’est apportée sur ces mesures d’adaptation que le pétitionnaire est invité à préciser
afin que le public puisse mieux appréhender la prise en compte du risque.

Réponses de Geoforon
Les mesures concernent le personnel d’exploitation qui pourrait être exposé dans un rayon de 1 m
autour des conduites. Il ne concerne pas la population qui est hors rayon d’exposition.
Il est important de rappeler que ce sont principalement les roches d’origines granitiques qui dégagent
naturellement du radon et que les cibles géothermiques identifiées dans la demande restent au-dessus
des zones granitiques.
La conception du puits permet d’empêcher toute dispersion de ces éléments dans l’environnement
(voir point 6.2.3.4)

Avis de la commission d’enquête


La commission d’enquête note ces précisions et prend acte que ce risque ne concerne pas la
population.

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
121

6.2.4.5 Risques pour la santé des populations

L’implantation des usines de cogénération à proximité d’habitations inquiète le public qui souhaite
connaître les risques encourus par les populations du fait de la présence potentielle de ligne haute-
tension, présence de produits chimiques, de zone ATEX (ATmosphères EXplosives) etc…

Commentaires de la commission d’enquête


Les risques pour la santé humaine liés à la présence de produits chimiques et autres produits
dangereux ou à la présence de process dangereux lors de la phase d’exploration et d’exploitation ne
sont pas précisés dans le dossier qu’il conviendra de compléter afin que le public dispose d’une
information qui sera détaillée dans les dossiers ultérieurs, notamment dossiers ICPE.

Réponses de Geoforon
Les risques liés à la santé humaine et les solutions pour les neutraliser seront détaillés dans le dossier
de Demande d’autorisation d'Ouverture De Travaux de forage et ensuite dans le dossier ICPE.
Les risques suivants et les solutions pour les anticiper seront notamment développés :
-Dangers d’amplifications ou activation des risques naturels. Il apparait que c’est essentiellement sur
le risque sismique et le risque mouvement de terrain que les travaux de forages pourraient avoir un
impact.
- Dangers d’impacts sur l’environnement naturel .Ces dangers seraient liés à un impact du projet sur
l’air, l’eau, le bruit et le sous-sol
- Dangers liés à la circulation des véhicules et engins de chantiers.

Avis de la commission d’enquête


La commission d’enquête acte que ces effets seront développés dans le dossier DODT en cas de
recherche positive.

6.2.4.6 Proximité du CERN

Plusieurs questions concernent les interactions potentielles avec le LHC du CERN situé à moins de 5
km du périmètre du permis, ainsi que la prise en compte du projet de construction d’un nouvel anneau.

Commentaires de la commission d’enquête


La présence du LHC du CERN n’est pas mentionnée dans le dossier ; le pétitionnaire prendra en
compte la position actuelle et future des anneaux du CERN et des contraintes imposées à leur
proximité.

Réponse de Géoforon
Géoforon prendra en compte les contraintes générées par les anneaux actuels et futurs du CERN pour
le choix du positionnement du forage d’exploration et des futurs forages d’exploitation éventuels.

Avis de la commission d’enquête


La commission d’enquête prend note que Géoforon prendra en compte les contraintes de CERN mais
souligne qu’il ne les pas vraiment identifiées.

6.2.5 Impacts environnementaux


Le public souhaite que le projet garantisse une absence d’impacts environnementaux.

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
122

6.2.5.1 Bruit
Des inquiétudes sont émises par rapport aux nuisances sonores susceptibles d’affecter d’une part la
faune et d’autre part les populations situées à proximité des sites d’exploration ou d’exploitation.

Il est signalé notamment que le dossier complémentaire annonce un bruit en cours d’exploitation de 70
dB(A) à 20 m mais, dans la demande d’autorisation, un niveau de 50 dB(A) de nuit à 300 m est
annoncé.
Les nuisances sonores sont perçues comme minimisées et le public souhaite savoir si des mesures
compensatoires seront mises en œuvre pour les riverains.

Commentaires de la commission d’enquête


Une étude de bruit détaillée sera réalisée dans le cadre de la DODT ; cependant, le pétitionnaire pourra
repréciser les niveaux de bruit attendus en phase d’exploration et en phase d’exploitation ainsi que les
éventuelles mesures qui pourraient être prises pour garantir le confort des riverains.

Réponse de Geoforon
Le bruit durant la mise en place de la plate-forme sera essentiellement lié au passage des camions et
engins de terrassement :
L’aménagement d’une plate-forme nécessitera deux à trois engins pour le terrassement du site. D’autre
part, l’apport des matériaux sur le site (graviers, béton, etc.) va nécessiter des mouvements de camions
dont le nombre est évalué à 20 passages.
Ensuite, les opérations d’installation et de repli du rig de forage vont entraîner la circulation de
véhicules lourds transportant du matériel pendant une période brève (environ 15 jours). Au total, entre
90 et 100 camions seront nécessaires. Cette augmentation de trafic s’observera uniquement pendant la
journée. L'installation des équipements sur site peut prendre dix jours selon le cas.
La circulation d’engins lourds nécessaires à l’implantation, à l’installation et au repli du chantier ne
durera que quelques jours au début et à la fin des travaux. Le trafic de nuit sera généralement proscrit.

Le bruit durant le forage sera relatif au fonctionnement :


- des générateurs,
- des pompes,
- de la circulation de véhicules lourds et
des engins de levages,
- des tamis vibrant,
- de la manutention des tiges,
- de la Top drive dans le mat.
Dans le cas où il y emploi des générateurs, ces
derniers seront enfermés dans des conteneurs
isolants phoniques, sinon le raccord au réseau
ERDF permettra d’amoindrir nettement l’impact
sonore dû aux générateurs.
Les pompes seront aussi en parties isolées. De
plus, la top drive dans le mat est hydraulique ce
qui lui confère une acoustique moins élevée.
Enfin, un mur insonorisant sera installé tout
autour du plancher de forage.
Exemple de la diffusion acoustique d’un RIG
dernière génération silencieux : l’exemple
suivant est tiré d’un RIG spécifique Fonroche
Géothermie silencieux dernière génération. Aussi, le son est réduit de manière optimale. A moins de
30 m du RIG le son est inscrit dans l’ambiance du milieu (55-60 dB(A)), l’émergence est nulle.
A 90 m du RIG l’acoustique (50-55 dB(A)) est fort probablement inférieure au bruit ambiant. A 300
m (40-45-dB(A)) il est systématiquement inférieur au bruit ambiant.

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
123

Cadre réglementaire
Le bruit occasionné par le matériel de forage est soumis aux réglementations suivantes :
- Réglementation du bruit des matériels et engins de chantier (Ministère de l’Environnement et
du Cadre de vie – Service de l’environnement industriel – Février 1980)
- Consigne de sécurité forage (Chambre Syndicale de la Recherche et de la Production en
Pétrole et gaz Naturel)
Le respect des dispositifs de prévention et de protection individuels prévus dans ces textes sera
intégralement appliqué par l’ensemble du personnel appelé à travailler sur le site.

Le bruit lors de la phase exploitation


Le niveau de bruit de la centrale géothermique sans protection insonorisante est d’environ 60 dB(A) à
20 m. Nous travaillons actuellement à des solutions alternatives afin de limiter le bruit produit lors de
l’exploitation. De plus, nous nous conformerons au seuil légal d’émission par la mise en place
d’infrastructures insonorisantes.

Avis de la commission d’enquête


La commission d’enquête prend acte de ces précisions et des faibles nuisances sonores générées par
les équipements utilisés à tous les stades de réalisation. Elle précise que le niveau d’ambiance pris en
compte dans les mesures présentées correspond à une zone résidentielle urbaine à résidentielle urbaine
ou suburbaine, avec quelques ateliers ou centres d'affaires, ou avec des voies de trafic terrestre, fluvial
ou aérien assez importantes, ou dans les communes rurales , les bourgs, villages et hameaux
agglomérés, au sens de l’arrêté du 20 août 1985 relatif aux bruits des installations classées.

6.2.5.2Pollutions des eaux superficielles


Il ressort des observations formulées un manque d’assurance quant au maintien de la qualité des eaux
de surface ( Arve, Rhône, Foron..) au regard de risques de fuites d’eaux polluées, notamment en phase
d’exploration (fluide géothermal, acides, boues de forage …).

Commentaires de la commission d’enquête


Ce volet est détaillé à la page 181 du rapport, le pétitionnaire pourra cependant différencier dans sa
présentation, les mesures prises pour l’exploration de celles prises pour l’exploitation ; ainsi que les
mesures prévues en cas de pollution accidentelle intervenant sur la plateforme.

Réponses de Geoforon
- Mesures de protection des sols et des eaux
superficielles en cas de pollution accidentelle
intervenant sur la plate-forme.
Une imperméabilisation sera réalisée sous la plate-forme
de forage. Les eaux pluviales sont recueillies par des
fossés de drainage autour de la plate-forme. Ces eaux sont
dirigées vers un premier bassin tampon dimensionné pour
récolter l’intégralité des eaux de ruissellement en cas
d’orage (1 000 m3). Un déshuileur est connecté à ce
dernier permettant de traiter l’eau qui sera par la suite
stockée, épurée dans un bassin de rétention (1 000 m3).
Ces bassins collecteront, aussi les eaux pluviales au cours
de l’exploitation géothermique.
- Mesures de protections des eaux souterraines
Tel qu’énoncé dans le 6.2.3.4, afin d’éviter toute
communication entre l’eau géothermique, les eaux des
nappes profondes et les eaux des aquifères superficiels, le
puits sera pourvu de 6 couches d’étanchéités soit 3 tuyaux
en acier emboités appelés cuvelages, étanches et isolés du

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
124

terrain par 3 gaines de ciment adaptées et injectées sur toute la hauteur du cuvelage. Cela crée ainsi des
gaines étanches multicouches qui sont prolongées jusqu’à plus de 3500 m de profondeur.
Seule la partie productrice est laissée en trou ouvert. Le ciment et les matériaux de cuvelages utilisés
sont définis pour résister à la salinité de l’eau géothermale ainsi qu’aux fortes différences de
températures pouvant être générées par l’exploitation géothermale.

Avis de la commission d’enquête


La commission d’enquête prend note des précisions apportées au regard des mesures mises en avant et
renvoie au service instructeur l’appréciation de ces mesures.

6.2.5.3 Pollution des sols


Les risques d’infiltration de fluide géothermal ou d’acides utilisés pour la stimulation chimique
interrogent sur les risques de pollution des sols ou de modification biologique des sols.

Commentaires de la commission d’enquête


Ce volet renvoie aux techniques de forage et aux garanties apportées dans le contrôle des ouvrages.

6.2.5.4 Pollution de l’air


Suite au PPA de l’Arve, la population est sensibilisée à la problématique de la pollution de l’air et
notamment celle liée aux particules fines et s’interroge sur
- l’augmentation du trafic poids lourds induit par le projet et l’usage de moteurs diesel à
l’origine de polluants atmosphériques
- la pollution générée par les installations, en particulier en cas de remontée de poches de gaz
brûlé dans des torchères

Commentaires de la commission d’enquête


Le pétitionnaire pourra relativiser cette pollution au regard de la pollution existante et des objectifs de
réduction affichés.

Réponse de Geoforon
La géothermie est une solution pour réduire la pollution de l’air et des poussières dans les vallées
encaissées. La création d’une énergie électrique non polluante permettra de réduire la consommation
d’énergies carbonées qui participent grandement à la diffusion de ce genre de pollution.
Deux sources de particules fines sont susceptibles de porter préjudice à la qualité de l’air :
- Les gaz d’échappement des moteurs thermiques,
- Les gaz et fluides provenant du fluide géothermique.

Les rejets des gaz de combustion moteur concernent les gaz émis par les moteurs diésels des camions
et véhicules de chantiers (une grue et un chariot élévateur) ainsi que les générateurs. Ces gaz sont
essentiellement du CO2, CO, H2S, SO2, NO2, O3, et Cl. Cependant, il faut noter que dans le cas de
l’emploi de générateurs des filtres à particules seront installés. Ces filtres respecteront les normes
européennes d’émissions.
De plus, Géoforon souhaite s’affranchir des générateurs par l’utilisation d’une alimentation électrique
directement connecté au réseau ERDF de manière à éliminer complètement l’émission de polluants
atmosphériques lors de la phase forage.
Les émissions de gaz se limiteront à la circulation des engins de chantiers et des camions.

Au moment des essais de production de couches, d’éventuelles venues d’hydrocarbures (pétrole et/ou
gaz) peuvent se produire. Ces venues seront contrôlées par les équipes de forage, qui dirigeront
immédiatement le gaz vers une torchère et l’huile dans une fosse de brûlage puis vers une raffinerie.

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
125

La mise en oeuvre éventuelle de ces protocoles sera assurée par les équipes de forage qui sont
spécifiquement entraînées à cet effet. Des systèmes de vannes de sécurité manipulables à une distance
de 30 mètres seront également installés en cas de dégagement intempestif. La venue de fluides
contenus dans le puits constitue un risque potentiel encouru lors du forage d’un puits géothermique. Le
risque d’éruption lors du forage dans ces zones peut exister mais l’ajustement de la densité des fluides
de forage visant à maitriser les pressions permet de réduire considérablement ce risque.
Par ailleurs, le risque d’éruption libre est également limité par la surveillance du forage (niveau des
bacs à boue, présence de détecteurs) et l’importance des équipements de contrôle mis en place (tête de
puits équipée d’obturateur ( BOP), vannes de sécurité, etc.).
Ce risque est tout à fait marginal.

Les rejets atmosphériques et la production de poussières sont restreints à la durée de travaux et essais.

En parallèle à ces émissions, en phase d’exploitation, la géothermie permet de produire des énergies en
évitant l’utilisation primaires fossiles et émettrices de gaz à effet de serre. En effet, une installation de
cogénération géothermique produit de l’électricité simultanément à une production thermique. Ces
deux énergies géothermiques permettront d’économiser environ 86 000 t/an de CO2 et d’effacer 30
270 TEP/an et aura donc un impact très positif sur le climat, par la réduction de consommation
d’énergie fossile.
L’impact permanent du projet sur le milieu air est donc positif.

Avis de la commission d’enquête


La commission d’enquête prend acte que des mesures seront prises pour réduire la pollution
atmosphérique d’une part, que le risque d’éruption libre est marginal, d’autre part et qu’enfin les
sources d’émissions de poussières seront restreintes dans le temps ( période des travaux).
Elle partage le point de vue, impact positif sur le climat à laquelle, elle ajoute que le chauffage par
réseaux de chaleur pourrait conduire sur le secteur à une diminution de la pollution par les particules
fines générée par les nombreux chauffages au bois.

6.2.5.5 Intégration paysagère


Les craintes concernant les nuisances paysagère, dans une région fortement peuplée et touristique, sont
souvent exprimées, en particulier à proximité de zones sensibles comme le Salève faisant l’objet d’une
directive de protection et de mise en valeur des paysages.
Le public s’interroge sur les mesures d’intégration paysagère de l’usine de cogénération.

Commentaires de la commission d’enquête


Le pétitionnaire pourra apporter un complément d’information, en différenciant exploration et
exploitation, sur la prise en compte des sensibilités paysagères, et notamment de la directive paysages
du Salève, en termes d’implantation de plateformes et sur les mesures d’intégration architecturales et
paysagères des ouvrages. En effet, la plantation d’une haie d’arbres apparait comme une mesure prise
a minima, précisée simplement dans l’annexe (questions-réponses) du dossier complémentaire qui
visualise par ailleurs un bâtiment de type et de taille industriel.

Réponses de Geoforon
Le chantier a un impact au sol direct d’environ 2 hectares. Seront présentes des cabines de chantier de
faible taille. Le principal objet de l’impact visuel est le mat d’une hauteur de 35 m, pouvant se déplier
jusqu’à 50 m. De plus, le mat de forage sera muni d’un éclairage de nuit afin de signaler sa position
durant les périodes nocturnes du chantier. Mais, la présence temporaire de ce mat sera limitée à la
durée des travaux, estimée à 6 mois par forage, soit un an. L’implantation d’un chantier de forage sur
un site répond à l'adéquation entre accessibilité de surface et potentiel géothermique.

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
126

L’impact paysager du projet se limite à la durée du chantier.


Les installations de chantiers sont provisoires. Seuls subsisteront des aménagements de surface (tête de
puits, dalles bétonnées (cuve) et les bassins de rétentions). Un aménagement paysager avec les
merlons constitué de terre végétale pourra être réalisé, de façon à intégrer le site dans le paysage.
Le chantier ne générera aucune dégradation permanente du paysage du site.
Enfin, une fois la parcelle sélectionnée, la centrale est réalisée par un architecte de manière à ce qu’elle
soit totalement intégrée au paysage préexistant.

Exemple d'atelier de forage Exemple d'un projet de centrale géothermique


dans un milieu industrie

Avis de la commission d’enquête


La commission d’enquête prend acte que la durée de l’impact paysager sera limitée à la durée des
travaux et que l’impact paysager à terme sera celui d’un bâtiment de type industriel de qualité.

6.2.5.6Consommation des espaces agricoles


Le public et les associations s’inquiètent des atteintes qui pourraient être portées à l’agriculture.
Le Syndicat Mixte du Salève évoque l’absence de prise en compte de la viabilité de l’agriculture
locale et l’incompatibilité des travaux et aménagements avec l’activité agricole sur le plateau sommital
du Salève car interdits (par les PLU).
La FDSEA des Savoies et les Syndicats des Exploitants Agricoles du Canton de Cruseille, de Frangy
Semine soulignent la pression foncière écrasante pour les agriculteurs qui doivent lutter pour la
préservation de leur outil de travail qui est la structure foncière.
Le dossier n’est pas suffisamment clair et des interrogations demeurent quant à l’ampleur de la
consommation d’espaces annoncée (4000 à 6000 m2 pour la plateforme) qui semble être déterminée
par propriétaires ou exploitants et l’impact jugé « réduit » ce qui paraît abusif au regard de la surface
minimale d’installation de 18ha en Haute Savoie. De plus l’impact au sol ne semble pas prendre en
compte les chemins d’accès qui portent atteinte à la structure foncière agricole.

Commentaires de la commission d’enquête


Le pétitionnaire est invité à apporter des précisions quant à la superficie exacte du projet en phase
d’exploration et en phase d’exploitation (superficie de la plateforme et superficie totale du terrain
nécessaire au projet) ainsi que les mesures qui pourraient être prises en cas de consommation
d’espaces agricoles.

Réponse de Géoforon
Telle que définie précédemment l’empreinte du forage (phase d’exploration) est d’environ 2 hectares.
La surface des bâtiments d’exploitation géothermique est d’environ 1300 m², à laquelle il faut ajouter
celles du parking et des bassins de rétention des eaux pluviales.
Si le projet se développe sur une parcelle agricole, Géoforon prendra contact avec les institutions
concernées afin d’étudier les mesures compensatoires possibles et les synergies de la centrale avec un
développement agricole valorisé par la géothermie.

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
127

Avis de la commission d’enquête


La commission d’enquête réitère auprès du service instructeur et du Préfet sa demande de prudence au
regard d’une dérive en matière de multiplicité des sites.

6.2.5.7Biodiversité : faune, flore

La présence de très nombreuses zones sensibles (insuffisamment prises en compte dans le dossier) qui
pourraient subir des dégradations inquiète public, associations et syndicats qui évoquent les impacts
potentiels sur :
- les zones humides, les prairies sèches, les stations botaniques remarquables (espèces protégées
ou en liste rouge),
- les corridors biologiques avec risque de perturbation des grands mammifères lors de la phase
d’exploration (trafic, éclairage nocturne, bruit …).
- l’altération des sols et des milieux superficiels induisant des impacts sur la flore et la faune
- la prolifération des plantes invasives qui n’est pas abordée dans le dossier

Notons la sollicitation d’une étude d’incidences Natura 2000 par la ville de Bonneville à réaliser dans
le cadre de la présente demande de permis de recherche en application du Décret 2010-365 du 9 avril
2010.

Commentaires de la commission d’enquête


Le pétitionnaire précisera ses engagements en termes de prise en compte des zones sensibles
réglementées et complètera le dossier au sujet de la prise en compte des plantes invasives, qui fait, par
ailleurs l’objet d’une réserve de la part de l’ARS.

Pour ce qui concerne la réalisation de l’étude d’incidences Natura 2000, la commission d’enquête note
que le dossier a été considéré comme recevable par la DREAL qui n’a pas relevé cette insuffisance.
La commission d’enquête considère que cette étude d’incidences Natura 2000 relève de la DODT mais
interroge la DREAL sur le sujet.

Réponse de Géoforon
Dans le cadre du dépôt ultérieur d'une DODT, tout en veillant à ne pas implanter les forages
d'exploitation au sein de ces zones dans la mesure du possible, Géoforon s'engage à respecter les
règlementations spécifiques à chaque zone protégée notamment les ZNIEFF de type 1 et 2, Natura
2000, ZICO, arrêtés de biotope, corridors écologiques, ZAP, l’unité paysagère de Salève et toutes
zones pouvant présenter un caractère de préservation.
Le dossier de la DODT prendra en compte la présence des plantes invasives dans le secteur
sélectionné ainsi que sur les moyens à mettre en oeuvre afin de lutter contre leur prolifération.

Avis de la commission d’enquête


Géoforon ne répond que partiellement aux recommandations de la commission d’enquête qui demande
l’absence de tout forage au sein des zones sensibles identifiées ou règlementées ou protégées.

6.2.5.8 Infrastructures routières

Le trafic généré par le projet en phase d’exploration et d’exploitation est source d’interrogations
portant sur la remise en état des routes, son financement ainsi que le financement de nouvelles voies
qui seraient nécessaires pour le projet.

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
128

L’Association Nature & Environnement en Pays Rochois mentionne, d’autre part, l’absence de prise
en compte des tunnels routiers du Mont Sion et du Vuache.

Commentaires de la commission d’enquête


Le pétitionnaire précise à la page 169 de son dossier que les articles L131-8 et -9 du code de la Voirie
routière imposent aux exploitants de mines des contributions spéciales en vue de réparer les
éventuelles dégradations causées aux routes communales et départementales.

Le pétitionnaire complètera cette information en répondant à la question de la prise en charge de


nouvelles voies qui s’avèreraient nécessaires et la prise en compte des infrastructures existantes.

Réponse de Géoforon
Les paragraphes suivants rappellent les articles du code de la voirie routière auxquels se conformera
Géoforon :
- L131-8 : Créé par Loi 89-413 1989-06-22 jorf 24 juin 1989
« Toutes les fois qu'une route départementale entretenue à l'état de viabilité est habituellement ou
temporairement soit empruntée par des véhicules dont la circulation entraîne des détériorations
anormales, soit dégradée par des exploitations de mines, de carrières, de forêts ou de toute autre
entreprise, il peut être imposé aux entrepreneurs ou propriétaires des contributions spéciales, dont la
quotité est proportionnée à la dégradation causée.
Ces contributions peuvent être acquittées en argent ou en prestation en nature et faire l'objet d'un
abondement.
A défaut d'accord amiable, elles sont réglées annuellement sur la demande des départements par les
tribunaux administratifs, après expertise, et recouvrées comme en matière d'impôts directs. »
- L141-9 : Créé par Loi 89-413 1989-06-22 jorf 24 juin 1989
« Toutes les fois qu'une voie communale entretenue à l'état de viabilité est habituellement ou
temporairement soit empruntée par des véhicules dont la circulation entraîne des détériorations
anormales, soit dégradée par des exploitations de mines, de carrières, de forêts ou de toute autre
entreprise, il peut être imposé aux entrepreneurs ou propriétaires des contributions spéciales, dont la
quotité est proportionnée à la dégradation causée.
Ces contributions peuvent être acquittées en argent ou en prestation en nature et faire l'objet d'un
abondement.
A défaut d'accord amiable, elles sont fixées annuellement sur la demande des communes par les
tribunaux administratifs, après expertise, et recouvrées comme en matière d'impôts directs.
Dans le cas de la création d’un chemin d’accès à la parcelle, Géoforon se conformera à tout type de
réglementation relatif à la création de voirie (PLU, POS…).

Avis de la commission d’enquête


Géoforon rappelle la règlementation en vigueur : la commission d’enquête aurait préféré un
engagement de concertation de Géoforon avec les élus concernés par l’entretien des voies
départementales et communales utilisées.

6.2.5.9 Consommations d’eau


Les consommations d’eau annoncées ainsi que celles que l’on peut trouver dans la littérature
apparaissent très élevées au regard de la préservation de cette ressource, comme :

- pour le site de Soultz sous Forêt qui consomme jusqu’à 80m3/h,


- documentation ADEME : la stimulation par voie hydraulique ou chimique lors de la mise en
service des forages consomme entre 5000 et 15000 m3 d’eau par forage

La question de la remise en cause de certaines ressources en eau est posée.

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
129

Le SM3A souligne que l’usage potentiel de ressources souterraines ou superficielles en eau pour le
refroidissement des installations peut notamment avoir une incidence sur les débits des cours d’eau,
dont l’Arve.
L’Association Nature & Environnement en Pays Rochois mentionne l’absence d’estimation de
l’évolution des besoins en eau en fonction de la croissance démographique

Commentaires de la commission d’enquête


Le public fait souvent une confusion avec les techniques visant à injecter de l’eau qui va se réchauffer
dans les roches consommant plusieurs dizaine de milliers de m3, comme à Soulzt la Forêt.

La commission d’enquête note que le dossier principal n’aborde pas ce sujet et que le dossier
complémentaire indique dans les schémas pages 27 et 28 :
- une consommation en eau de nappe de 60 m3/h en phase d’exploitation, avec comme
précision en page 41, si la solution de condensation par air est retenue (dossier
spécifique loi sur l’eau)
- une consommation en eau de nappe <8 m3/h avec un total de 2500 m3 en phase de
forage

On constate que si la valorisation de la chaleur de condensation n’est pas réalisée, faute d’utilisateurs,
la nécessité de tours aéroréfrigérantes est pénalisante en terme de consommation en eau ; elle
représenterait environ la consommation moyenne journalière de 9000 habitants (sur la base de
160l/hab/j), ce qui renvoie à la remarque de la commission d’enquête au sujet de la rentabilité de
l’opération qui nécessite que soient trouvés des utilisateurs de chaleur basse température (issue de la
valorisation de l’énergie de condensation).

Réponses de Géoforon
Cette réponse est illustrée par les schémas du chapitre 2.2 du dossier complémentaire.

Géoforon confirme que la méthode d’exploitation géothermique ne sera pas identique à celle d’un
EGS type Soultz-sous-Forêt en Alsace. L’objectif est d’exploiter un réservoir d’eau préexistant, ne
nécessitant pas l’injection d’un fluide extérieur au réservoir. L’eau pompée dans le réservoir
géothermique correspondra à celle réinjectée dans le puits injecteur.
Afin d’optimiser l’exploitation géothermique, Géoforon met en place une stratégie de cogénération au
sein de son business plan. Il est prévu de produire de l’électricité ainsi que de la chaleur.

La consommation d’eau de nappe sera :


- Inférieure à 8 m3/h durant la phase de forage pour un volume total de 2500 m3
- de 60 m3/h en phase d’exploitation si la solution de refroidissement du cycle ORC par condensation
est retenue (dossier ICPE et loi sur l'eau).
Une étude sur l’impact du projet sur les nappes de surface sera réalisée lors du dépôt de la demande
d’ouverture de travaux de forage.
Les équipements seront dimensionnés pour un débit de 60m3/h pour le refroidissement du cycle ORC.
Des études pour la valorisation de cette énergie sont en cours pour permettre de diminuer ce débit.

Avis de la commission d’enquête


La commission d’enquête réitère sa recommandation de lier le projet de centrale géothermique par
cogénération à des engagements d’utilisateurs de chaleur basse température, qui, sans cela aura un
faible rendement énergétique et consisterait à aller chercher profondément des thermies pour les
évacuer à l’atmosphère en consommant de plus, une ressource naturelle précieuse, l’eau.

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
130

6.2.5.10 Urbanisation
Plusieurs remarques ont été faites sur les risques que ferait porter l’installation d’une usine de
cogénération sur le développement urbain qui serait facilité pour trouver de nouveaux utilisateurs de
chaleur alors que le Genevois Haut-Savoyard souhaite freiner l’urbanisation.

Commentaires de la commission d’enquête


Ce risque doit être maîtrisé par les élus qui par ailleurs encadrent la croissance urbaine en appliquant
POS ou PLU, en conformité ou compatibilité avec des documents de planification de rang supérieur
qui encadrent l’aménagement du territoire, tels les SCOT ; l’ensemble de ces documents ayant été
soumis à la consultation des citoyens dans le cadre de concertations préalables et d’enquêtes
publiques.

6.2.5.11 Tourisme
Les risques de nuisances paysagères et d’atteintes du milieu naturel font craindre un impact négatif sur
l’image touristique et la fréquentation touristique fortement développée dans la région.
A ce titre, l’Office de Tourisme Faucigny-Glières a déposé une motion d’alerte relative aux risques du
développement de la géothermie profonde sur le territoire de la commune de Bonneville, en rappelant
son classement en station de tourisme et commune touristique depuis 1994 ; son POS visant à
maintenir la qualité architecturale, paysagère et environnementale existante ; ainsi que des projets
valorisant les modes doux et l’inter-modalité.
La ville de Bonneville, dans son mémoire, met en avant également le classement touristique de la
commune qui pourrait être remis en cause avec l’implantation d’activités minières.

Le Syndicat Mixte du Salève souligne l’insuffisance du dossier qui ne fait pas référence au dynamisme
touristique du secteur, et en particulier du Salève dont la fréquentation est estimée à 1 million de
visiteurs annuels ; le téléphérique du Salève (200 000 visiteurs) est le troisième équipement touristique
de Haute-Savoie, après le Montenvers et l’Aiguille du Midi.

Commentaires de la commission d’enquête


Ces craintes renvoient d’une part aux mesures d’intégration paysagère et, d’autre part, aux
engagements du pétitionnaire à prendre en compte les zones naturelles sensibles réglementées.
Le pétitionnaire prendra en compte le classement des communes touristiques et à reverra son
affirmation « le tourisme est peu développé dans l’enceinte du permis de Salève ».

Réponse de Géoforon
Le département de Haute-Savoie est très touristique notamment dans le
domaine alpin (Mont-Blanc, Porte du Soleil, Grand-Massif, Aravis) qui
regroupe 72 % des lits proposés à l'hébergement touristique du
département.
Le permis de Salève se situe principalement dans l’Arve-Faucigny-
Genevois qui compte, avec l’Albanais, Pays du Rhône, 51 100 lits.

Caractéristiques
physiques et
administratives
(conseil général Haute-
Savoie)

La fréquentation annuelle globale en 2012 a été de 34,7


millions de nuitées, dont 56 % en hiver et 38 % en été.
Fréquentation annuelle globale –
année 2012 (BET F. Marchand)

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
131

Comme signalé par le Syndicat Mixte du Salève, le massif du Salève reçoit de nombreux visiteurs
notamment pour son large panorama d’activités de pleine nature comme par exemple la randonnée
pédestre.
Avec plus de 250 kilomètres de sentiers balisés, le parapente, l’escalade, la spéléologie, le VTT, le
cyclotourisme, le modélisme, la chasse... (selon le syndicat mixte du Salève).

Il peut être relevé que le téléphérique a accueilli 186 461 passages


en 2012 (selon Savoie Mont-Blanc tourisme).

Nombre de passages dans le téléphériques du Salève en 2012


(Savoie Mont-Blanc tourisme)

La centrale d'exploitation est réalisée de manière à ce qu’elle soit intégrée harmonieusement dans son
environnement. Son impact visuel sera défini de manière à ne pas porter préjudice à l’activité
touristique. Selon le secteur d’implantation du projet, les organismes responsables de l’activité
touristiques seront consultés.
Il faut noter que la parcelle d'implantation du projet se choisit préférentiellement en zone industrielle.
Aussi, son impact sur l’activité touristique serait relativement faible.
L’objectif de la géothermie étant d’être exemplaire, un accord avec les organismes en charge du
tourisme pourra être mis en place pour faire visiter la centrale au public comme cela se pratique
fréquemment en Bavière.

Avis de la commission d’enquête


La commission d’enquête prend acte de la prise en compte du tourisme par Géoforon selon ses
recommandations.

6.2.5.12 Déchets
Plusieurs remarques concernent l’impact de la production de déchets estimée à 50 T de déchets
industriels et 3700 m3 de déchets de forage.

Commentaires de la commission d’enquête


Le dossier mentionne que :
- les déchets industriels banals (ferrailles, cartons etc…) feront l’objet d’un tri sélectif pour être
valorisés ;
- les déblais de forage seront séparés des boues pour être, soit valorisés en tant que matière
inerte, soit éliminés dans un centre de traitement agréé,
- les boues de forage (qui sont traitées pour être réutilisées en circuit fermé lors du forage)
seront à la fin évacuées en centre de traitement agréé,

La gestion des déchets est donc assurée ; le pétitionnaire pourra relativiser sa production par rapport,
par exemple, à la production sur le département afin de mettre en évidence qu’elle ne remet pas en
cause les capacités des centres agréés.

Réponse de Géoforon
La production de déchet du projet par rapport à la production sur le département afin de vérifier
qu’elle ne remet pas en cause les capacités des centres agréés sera développée dans la demande
d’ouverture de travaux de forage.

Avis de la commission d’enquête


La commission d’enquête prend acte de la prise en compte de ses remarques par Géoforon.

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
132

7 DEMANDES DE LA COMMISSION D’ENQUETE A


GEOFORON
Il est essentiel que des réponses soient apportées par le demandeur aux différents points soulevés.

7.1 Points relevant de la demande de permis de


recherche

7.1.1 La réduction du périmètre du permis de recherche


Réduction du périmètre du permis de recherche excluant les secteurs où les nappes stratégiques de
l'Arve et du Genevois sont présentes (telles que cartographiées dans la délibération, en date du 18
décembre 2013, de la Commission Locale de l’Eau du SAGE de l'Arve), (confère cartographie page
62) et la totalité des périmètres de protection des captages d’eau potable ainsi que tous les secteurs
identifiés ou réglementés au titre de la protection de l’environnement.

La commission attend une proposition cartographique avec liste des communes concernées par le
périmètre réduit en partie ou en totalité ainsi que des engagements écrits sur la prise en compte, au
sein des communes du périmètre réduit, de la totalité des périmètres de protection de captage et des
zones sensibles identifiées et réglementées (ZNIEFF de type 1 et 2, zones Natura 2000, ZICO, arrêtés
de biotope, corridors écologiques, ZAP, trames verte et bleue, prise en compte de la Directive paysage
du Salève, etc…)

Réponse de Géoforon
La carte suivante présente la situation du permis de Salève modifié par rapport aux périmètres de
protection des forages d’Alimentation en Eau Potable (AEP), des nappes stratégiques et de la nappe du
Genevois.
Géoforon s’engage à ne pas réaliser de forage dans l’enceinte des périmètres de protection des AEP,
des nappes stratégiques et de la Nappe du Genevois.

Carte du permis de
Salève en fonction
des périmètres des
protections AEP,
des nappes
stratégiques et de
la Nappe du
Genevois ((ccg),
ARS, CLE l'Arve)

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
133

La carte suivante présente diverse secteurs protégés. Dans le cadre du dépôt ultérieur d'une DODT,
Géoforon s'engage à respecter les règlementations spécifiques à chaque zone protégée notamment les
ZNIEFF de type 1 et 2, Natura 2000, ZICO, arrêtés de biotope, corridors écologiques, ZAP, l’unité
paysagère de Salève et toutes zones pouvant présenter un caractère de préservation. La zone d’unité
paysagère du Mont Saleve sera évitée pour les travaux de forage mais reste dans l’enceinte du
périmère du permis pour permettre les études géologiques amont, tel que la prospection géophysique,
se faisant sur des surfaces nécessairement plus larges, mais sans impact environnemental.

Permis de Salève en fonction de certains secteurs protégés

(DREAL Rhone--Alpes, MNHN-INPN)

En considérant les critères techniques, de faisabilité et de préservation, Géoforon propose une nouvelle
carte du permis de recherche géothermique basse température de "Salève", les communes intégrées
dans le nouveau périmètre de la demande étant présentées par la carte et le tableau suivant.

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
134

Carte des communes concernées par le nouveau périmètre du permis de Salève

Communes concernées par le permis de Salève modifié

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
135

Le tableau suivant présente les nouvelles coordonnées définissant les sommets du périmètre de la
demande d’autorisation de recherche géothermique de basse température de Salève

Nouvelles coordonnées des sommets du permis de Salève

La surface proposée dans le nouveau périmètre du permis représente 355 km².

Cette surface est nécessaire et


justifiée dans l'optique d'une
campagne d'acquisition
géophysique. En effet, quelle
que soit la méthode utilisée, la
couverture doit être suffisante
pour obtenir une image précise
des réservoirs. Par exemple,
pour obtenir une imagerie de
bonne qualité à 5000 m de
profondeur, il faut définir un
tracé de 11 km environ en
surface.

La section Est du permis a été exclue, les études ayant montré une complexité géologique relativement
importante (zone de chevauchement) et donc peu d’intérêt pour Géoforon.

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
136

Avis de la commission d’enquête


Geoforon propose un périmètre réduit de 355 km² et de 52 communes qui répond en partie à la
demande de la commission d’enquête.
En effet, Géoforon maintient dans le périmètre réduit :
- une partie des nappes stratégiques, en l’occurrence le sillon d’Arthaz et la nappe stratégique
du Genèvois
- Le Salève.
Ce maintien est justifié par la nécessité de pouvoir faire des mesures géophysiques de surfaces, sans
impact sur l’environnement, sur de larges distances, mesures qui ne peuvent être faites qu’au sein du
périmètre de recherche autorisé.
Il est par contre associé à un engagement de Géoforon de ne pas réaliser de forage dans l’enceinte des
périmètres de protection des AEP, des nappes stratégiques et de la Nappe du Genevois.
La commission d’enquête note que le périmètre réduit et l’engagement de Géoforon répondent bien à
sa demande, au regard de la protection des masses d’eaux souterraines.
Le secteur Est du périmètre a été exclu, en liaison avec un faible intérêt géothermique. Il est à noter
qu’il correspond grossièrement aux territoires qui n’envisageaient pas le développement de la
géothermie comme énergie renouvelable (cf analyse des SCoT). Le périmètre réduit respecte donc
mieux les orientations actées par les élus.
L’engagement de Géoforon au regard des zones sensibles identifiées ou protégées est, par contre
moindre, que celui souhaité par la commission d’enquête.
En effet, la prise en compte demandée se traduit par : « dans le cadre du dépôt ultérieur d'une DODT,
tout en veillant à ne pas implanter les forages d'exploitation au sein de ces zones dans la mesure du
possible, Géoforon s'engage à respecter les règlementations spécifiques à chaque zone protégée
notamment les ZNIEFF de type 1 et 2, Natura 2000, ZICO, arrêtés de biotope, corridors écologiques,
ZAP, l’unité paysagère de Salève et toutes zones pouvant présenter un caractère de préservation. »
La commission d’enquête recommande une exclusion de tout forage au sein de ces zones.

7.1.2 Les engagements demandés

7.1.2.1Engagements relatifs à la technique


Confirmation des engagements concernant l'absence de recours à la fracturation hydraulique ; l'arrêt
de l'exploration ou exploitation en cas de séisme de magnitude M>2 ; la remise en état des sites et la
fermeture conforme à la réglementation des forages en fin d’exploration ou exploitation

Réponse de Géoforon
- Absence de recours à la fracturation hydraulique
Géoforon s'engage à ne pas avoir recours à la fracturation hydraulique pour la mise en
production des réservoirs.
- Arrêt de l'exploration ou exploitation en cas de séisme de magnitude M>2
Un suivi microsismique sera mis en place dans le cadre de la réalisation des forages.
En cas d'évènements micro sismiques alertant, Géoforon s’engage à ce que les opérations soient
réduites graduellement (réduction progressive du débit) de façon à limiter les à-coups de pression,
jusqu'à l'arrêt des opérations si besoin. L'arrêt total des opérations sera enclenché dès que le seuil
d'alarme (rouge) est atteint (M>=2). La surveillance micro sismique se poursuivra pendant 1 an avant
le bouchage définitif du puits.

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
137

La figure suivante décrit la définition du risque sismique par l’analyse des évènements microsismique
enregistrés en temps réel.

Protocole de la gestion du risque associé à la sismicité induite

- Remise en état des sites et la fermeture conforme à la réglementation des forages en fin
d’exploration ou exploitation
Géoforon s’engage à remettre en état les sites et de fermer les forages en fin d’exploration ou
exploitation conformément à la réglementation.
Pour information, dans un dossier de Demande d'Autorisation d'Ouverture De Travaux, un programme
d'abandon du puits, défini dans les règles de l'art, est indiqué, tel qu'il est détaillé ci-dessous.
Ce programme doit être conforme aux articles 49 à 51 relatifs à la "Fermeture définitive du puits" de la
section 4 du titre Forage du RGIE, dans le cas où le forage devrait être abandonné ou en cas
d’interruption des travaux en cours de forage.
Le puits sera bouché selon les règles de l’Art après que le programme de bouchage ait été soumis pour
accord aux services compétents de la DREAL.

Le site sera remis en état avec démolition des ouvrages en béton et enlèvement des matériaux d’apport
pour la construction. Après reprofilage de la terre végétale, le site sera remis à son propriétaire qui
signera un procès-verbal de réception définitive. Il est toutefois possible que le propriétaire demande à
conserver une partie ou la totalité de la surface empierrée pour ses propres besoins.

La fermeture d'un puits représente une série d'opérations destinées à restaurer l'isolation des différents
niveaux perméables à débit potentiel au moyen de bouchons de ciment avec les objectifs suivants :
- Isolation des niveaux-réservoirs dans le découvert
- Isolation du découvert
- Isolation des annulaires non cimentés
Ces bouchons de ciment doivent empêcher la circulation des fluides entre les niveaux perméables,
interdire toute possibilité de fuite au jour des effluents, prévenir la pollution et protéger les niveaux
aquifères.

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
138

Considérés comme une barrière fiable dans le temps, leur volume minimum doit être de 1 m3 et leur
hauteur de 50 m minimum. La qualité de la cimentation est assurée par le contrôle des paramètres
suivants :
- Continuité de l'injection
- Bilan des volumes
- Densité du laitier
- Nature d'additif
- Evolution des pressions

Les principaux points de la procédure d’abandon en vigueur, détaillée dans la Note Technique
DNEMT n° 11 de Novembre 1997, sont repris ici :

- Les opérations de fermeture ne doivent pas rompre l'équilibre hydrostatique du sondage. Le fluide
(boue, saumure inhibée, etc...) qui sera laissé entre les bouchons doit avoir une densité telle que le
volume injecté équilibre la plus forte pression rencontrée pendant la foration de la phase considérée.

- Les bouchons peuvent être mécaniques ou hydrauliques (ciment). Le laitier de ciment généralement
utilisé pour les bouchons hydrauliques pourra être remplacé par un autre liant (résine acrylique par
exemple).

- Quelques principes à respecter :


o Lorsque le forage est muni d'une bride pleine sur le sommet du tube de surface, celle-ci
devra comporter un taraudage ½" avec vanne et manomètre afin de pouvoir connaître la
pression amont à tout moment lors de l'opération d'obturation.
o Dans certains cas particuliers, les risques relatifs à la corrosion par les fluides en place ou
par l'électrolyse due aux courants vagabonds peuvent réclamer des traitements
anticorrosion (inhibition) ou des procédures particulières d'abandon.
o La mise en place d'un bouchon de ciment devra se faire par injection sous pression au
niveau souhaité (une cimentation gravitaire ne présente pas en général de garantie de mise
en place adéquate).
o Le niveau atteint par le ciment dans les divers annulaires doit être connu avant d'établir le
programme d'abandon.
A la fin des opérations de fermeture, un rapport d'activité et d'état du puits abandonné sera élaboré et
transmis aux autorités compétentes.

Les mesures de réaménagement de la plate-forme en cas d’échec des tests comprennent les opérations
suivantes :
- Démolition et évacuation en site de stockage agréé des ouvrages béton (cave, dalle, caniveaux,
cuvette de rétention, socles des tableaux électriques),
- Coupe des tubages du puits (préalablement cimentés) à 1,50 m sous le niveau du sol fini. Le puits
cimenté et comblé sera fermé avec une plaque soudée de 4 mm d'épaisseur et comportant le nom du
puits gravé,
- Dépose et évacuation de la clôture périphérique : fils, poteaux, socles,
- Dépose de la barrière,
- Enlèvement de l'empierrement de la plate-forme et des routes d'accès,
- Nettoyage du fond de forme, griffage, scarification,
- Mise en place et régalage de la terre végétale, épaisseur foisonnée de 0,30 m, nivellement,
- Ramassage, enlèvement de tous les détritus,
- Nettoyage des routes après interventions.

A la restitution du terrain, le propriétaire et (ou) l'exploitant (ou ses ayants droits) reprendra possession
pleine et entière de ses droits de propriété. Toutefois, Géoforon conservera la responsabilité du puits
foré.

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
139

Procédures d'abandon du puits

Des logs CBL-VDL et de thermométrie seront enregistrés pour vérifier la qualité de la cimentation,
avant le démarrage du programme d’abandon du pilote (dans le cas où l’abandon interviendrait après
plusieurs années de production). Ces outils de diagraphie seront choisis en fonction du type de ciment
utilisé.

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
140

Exemple de la fermeture d'un puits par la mise ne place de bouchon

Avis de la commission d’enquête


La commission d’enquête prend note :
- De l’absence de l’utilisation de la fracturation hydraulique. Elle relève que dans la réponse à
ce point précis Géoforon précise « pour la mise en exploitation de ses puits » alors que dans
sa réponse au chapitre 6, cette précision n’est pas apportée. Elle recommande que soit retenue
la formulation :absence d’utilisation de la fracturation hydraulique en phase d’exploration et
d’explotation..
- De l’arrêt de l’exploration ou de l’exploitation en cas de séismes de magnitude supérieure à 2.
- Du caractère très normé et contrôlé des procédures de fermeture des puits et renvoie pour
toutes les précisions techniques à l’appréciation du service instructeur.

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
141

7.1.2.2 Les garanties


Fourniture d’une attestation d’assurance précisant que la société Geoforon est couverte pour les
risques générés par les interventions de terrain autorisées par le permis, à quelle hauteur et avec quelle
franchise.

Réponse de Géoforon
Est joint en annexe 3, le certificat d’assurance TRC Géophysique pour Géoforon attestant la
couverture de la phase de prospection, objet de la demande de permis BT.
Le certificat de la RC globale et tout risque chantier forage sera émis lorsque la localisation du forage
exploratoire sera connu et avant la DODT.

Avis de la commission d’enquête


Le certificat d’assurance renvoie pour les limites et conditions à un contrat qui n’est pas joint.
La commission d’enquête demande que des précisions soient apportées sur ces points.

Précisions concernant les sociétés allemandes avec qui Fonroche a établi un partenariat : fiabilité
technique et financière ; références en géothermie profonde

Réponse de Géoforon
Fonroche a annoncé la création d’une société commune Foragelec avec les sociétés spécialisées
allemandes Herrenknecht Vertical et H Anger's Söhne pour co-investir dans un appareil de forage de
forte capacité. Foragelec se développera par plusieurs phases d’investissement pour monter
graduellement à une capacité de 750 T de levage capable de forer jusqu’à 6.000 m en large diamètre.
Cet équipement de forage sera le plus puissant d’Europe, le plus adapté au respect de l’environnement
urbain, et intégrera les 150 ans d’expérience de H Anger's Söhne et plus de 35 ans d’Herrenknecht
dans l’industrie souterraine.

Foragelec bénéficiera d’un programme de formation innovant soutenu par la région Aquitaine et par le
CGI (Commissariat General aux Investissements d’Avenir) pour donner le savoir nécessaire à 30
techniciens de haut niveau encadrés par les techniciens seniors allemands des deux co-associés. La
société commune va permettre à l’industrie française de bénéficier directement de l’expérience
étendue de plusieurs projets réussis en Allemagne, soit 8 puits profonds, concrétisés par 3 centrales
géothermiques de co-générations en Allemagne.

- Herrenknecht Vertical
Avec un chiffre d’affaires annuel de 1.051 millions d’Euros en 2013 et 5.200 salariés (dernière mise à
jour octobre 2014), Herrenknecht est le leader mondial sur le marché des tunneliers. Au cours des
dernières années, Herrenknecht a réussi à introduire la société dans le secteur de l’exploration de
sources d’énergie. Herrenknecht Vertical GmbH, filiale de Herrenknecht AG, conçoit et fabrique des
foreuses et des équipements de forage pour atteindre des profondeurs allant jusqu’à 8.000 mètres. Ces
derniers sont utilisés dans l’exploration de l’énergie géothermique ainsi que du pétrole et du gaz. Les
foreuses innovantes sont spécifiquement adaptées aux exigences des clients et de leurs projets, offrant
des normes techniques élevées basées sur la technologie offshore et un certain nombre de nouveaux
développements. L’accent est mis sur un concept de sécurité optimisé (technologie mains libres) et une
automatisation complète des processus de travail afin d’accroître les gains de temps ainsi que des
dispositifs de protection contre le bruit permettant de protéger notre environnement.

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
142

Grâce à une manutention des tubes, largement automatisée, aucun personnel n’est tenu de travailler
dans des zones dangereuses, ce qui accroît substantiellement la sécurité au travail.
Rien que dans le bassin molassique bavarois, cinq projets géothermiques avec plusieurs puits ont été
réalisés dernièrement à l’aide de la technologie Herrenknecht. Au-dessous, on trouve une centrale
géothermique pour la ville de Traunreut : avec l’aide de ce qu’on appelle l’« InnovaRig », deux puits
d’une profondeur de plus de 5.000 mètres, chacun ont été achevés avec succès. Les avantages spéciaux
de cette méthode sont, son exécution rapide, l’ouvrage étant terminé en quelques mois, et le faible
niveau de pollution sonore pour les riverains au cours de cette période. C’est ainsi qu’à une distance de
150 mètres, l’InnovaRig n’est pas plus bruyant qu’une radio à un volume d’écoute normal.

- Hanger’s Söhne
Avec un chiffre d'affaires annuel de 30 millions d’Euros et environ 180 collaborateurs, H Anger’s
Söhne (HAS) compte parmi les principaux fournisseurs de systèmes de forage profond en Allemagne
et en Europe centrale, avec une expérience attestée du forage géothermique dans des environnements
urbains.
Par exemple, H Anger’s Söhne a été en mesure de forer dans un centre-ville, et même à proximité de
logements, à Hanovre en 2007. Ceci a été rendu possible par certains des concepts clés de la société :
sécurité au travail, protection de l’environnement et prévention des émissions. De plus, HAS est
certifiée dans le cadre du système de gestion SCC (Safety Certificate Contractors) par Germanischer
Lloyd et du système de gestion de la qualité ISO 9001. HAS se distingue par un haut niveau de
qualification technique de son personnel ainsi qu’en satisfaisant à des normes de sécurité élevées.
Heinrich Anger a établi la société comme « activité de construction de puits et de pompes » à
Nordhausen, en Thuringe (Allemagne) en 1863. Aujourd’hui, H Anger’s Söhne est devenue l’une des
principales sociétés de taille moyenne de l’industrie du forage allemande. Au cours de ces 150
dernières années, la gamme de services de la société s’est considérablement élargie, notamment depuis
le changement d’associé en 1998. Forage, maintenance, remise à neuf, travaux de reconditionnement
et gestion des mines abandonnées : H Anger’s Söhne s’est bien établie comme fournisseur complet
pour les constructions de puits et le forage aussi bien de faible profondeur que profonds. Ceci inclut
les puits pour les ressources en eau, la chaleur géothermique ainsi que pour l’exploration et le
développement de réservoirs de pétrole et de gaz pour l’industrie minière en Allemagne et en Europe.

Avis de la commission d’enquête


Le partenariat de Fonroche avec les deux sociétés allemandes présentées, apporte des réponses aux
interrogations du public sur le manque d’expérience et la fiabilité technique de Fonroche. La
commission d’enquête renvoie au service instructeur pour demander des pièces justificatives
concernant la société Foragelec afin de s’assurer également de sa capacité technique et financière.

7.1.2.3 La prise en compte des risques sismiques


Engagement de GEOFORON à réaliser une analyse complète des risques sismiques extérieurs
au projet et induits par le projet dans toute ses phases, effectuée par des scientifiques de type Tiers
Experts, selon le modèle des études de dangers (probabilité d’occurrence et importance des effets),
afin de définir un seuil d’acceptabilité du risque par les Pouvoirs Publics avant toute phase
opérationnelle.

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
143

Réponse de Géoforon
Géoforon s’engage à réaliser une analyse complète des risques sismiques extérieurs au projet et
induits par le projet dans toutes ses phases. En effet, dans le cadre d'un Demande d'Autorisation
d'Ouverture de Travaux de forage, une analyse des risques sismiques est présentée ; elle est
réalisée par un tiers expert spécialisé dans ce domaine.
De plus, Géoforon mettra en place un réseau micro sismique permettant un suivi et une analyse en
temps réel de la sismicité naturelle et induite par les opérations. Un réseau spécialement adapté aux
objectifs et au contexte du projet sera installé. Il aura pour but de prévenir tout risque qu’un événement
d’une magnitude supérieure à un seuil prédéfini se produise en adaptant au mieux les opérations,
contrôlées en surface. Des procédures d’alertes automatiques, de différents degrés, seront mises en
place afin d’établir un protocole et des directives précises pour une maitrise optimale du risque. Ce
protocole sera défini et communiqué à la DREAL. Les seuils 1 et 2, seront déterminés lors de la phase
d’observation qui se déroulera en amont du forage.
En parallèle de l'analyse complète des risques sismiques extérieurs au projet et induits par le projet
dans toutes ses phases, Géoforon se place sur un axe R&D actif, notamment sur la caractérisation des
réservoirs à partir de la sismicité induite, dans le cadre de Géodénergie (Figure Protocole de la gestion
du risque associé à la sismicité induite).
Ce groupement d'excellence français d'industriels et d'institutionnels d'intérêt commun a pour
objectif l'émergence de filières dédiées à une énergie sans carbone mobilisant le sous-sol
(Communiqué de presse du 13 novembre 2014 en annexe 4).

Avis de la commission d’enquête


La commission d’enquête prend acte que Géoforon suit ses recommandations en réalisant une analyse
complète des risques sismiques extérieurs au projet et induits par le projet par un tiers expert
préalablement à tout forage.
Cette étude qui fera partie intégrante du dossier de la DODT, conduira les Pouvoirs Publics, au travers
de l’instruction du dossier à se prononcer sur l’acceptabilité du risque encouru.

7.1.2.4 La pérennité de Géoforon


Engagement de GEOFORON sur sa pérennité pendant la durée du permis de recherche
(impliquant l’impossibilité de sa cession) et sur l'intégration d'une gouvernance publique au sein
d’une structure à définir associant les collectivités locales et les instances transfrontalières, avec
acceptation de la mise en place d’un contrôle scientifique de la démarche.

Réponse de Géoforon
Fonroche Geothermie avait, dès les premiers contacts avec les élus territoriaux intéressés, perçu la
forte identité du bassin du Genevois. En particulier, la volonté affichée de certains acteurs du territoire
d’être présents à moyen terme dans le projet nous a incité à créer directement une filiale « Géoforon »,
porteuse du futur permis, pour faciliter une éventuelle future participation, éventuellement publique.
Nous confirmons que l’alignement des intérêts long terme entre Fonroche Géothermie et les acteurs du
territoire pourrait passer par une discussion de co-participation de structures territoriales dans le capital
de Géoforon ainsi que par des contrats cadre de fourniture d’énergie associé à des engagements du
territoire de développer les réseaux chaleur nécessaires.

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
144

Fonroche Geothermie a déjà plusieurs programmes de R&D en partenariat avec plusieurs laboratoires
scientifiques spécialisés dans les géosciences (Projet Fongeosec labélisé par le Commissariat aux
Investissements d’Avenir / projet NER300 labélisé par la Commission Européenne). Fonroche
Geothermie est un des membres fondateurs du GIS GEODENERGIE (voir communiqué de presse
joint en annexe) qui regroupe l’ensemble des acteurs scientifiques français sur notre domaine. Il est
dans notre intention d’ouvrir ces partenariats à Géoforondans un esprit d’amélioration continue de la
connaissance et de la maitrise des risques.

Avis de la commission d’enquête


La commission d’enquête prend acte de la position de Géoforon ouverte à un partenariat avec les
acteurs locaux et le monde scientifique.
Elle justifie la création de Géoforon et la demande de permis au nom de cette structure dans ce but.
La commission d’enquête est consciente qu’il est difficile d’aller au-delà de cet engagement de
principe actuellement sans avoir plus de précisions sur les acteurs locaux qui seront concernés par les
suites du permis et qui ne seront connus qu’à l’issue de la recherche localisant les gîtes géothermiques.

7.1.2.5 Le modèle économique


Justification du modèle économique du projet industriel en termes de :
o valorisation de la chaleur géothermique : y aura-t-il une valorisation directe du fluide
géothermique ou uniquement une valorisation à partir de l’énergie de condensation ? Et
dans ce cas engagements d’utilisateurs de chaleur faible température.
o développement d'usines de cogénération : un nombre de 2 forages d'exploration peut-il
engendrer combien, au maximum , de puits injection/extraction (doublet) et combien, au
maximum, d'usines de cogénération ?

Réponse de Géoforon
Le procédé de cogénération géothermique est un procédé pendant lequel sont produits simultanément
trois types d’énergies :
- Une énergie électrique
- Une énergie thermique haute température par échange direct avec le fluide géothermique
- Une énergie thermique basse température par échange avec le condensateur du cycle ORC.

Ces procédés sont précisés dans le schéma suivant

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
145

1- Le fluide géothermique est extrait du sous-sol à un débit et une température permettant de produire
une puissance thermique d’environ 40 MWth sur une durée de 8400 heures (soit 96% du temps) soit la
production annuelle de 320 GWhth.

2- Suivant les besoins thermiques en surface, tout ou une partie du débit géothermique peut être dirigé
vers le cycle ORC permettant la production d’électricité.

3- Suivant les besoins, une partie seulement du débit peut être dévié vers un échangeur thermique pour
permettre la valorisation énergétique, à haute température, à partir du fluide géothermique directement.

4- Une fois valorisé au travers de l’ORC, le fluide géothermique peut de nouveau être valorisé sous
forme d’énergie thermique à température plus faible.
Les valorisations 3 et 4 permettent de valoriser simultanément à la production d’électricité jusqu’à 20
MWth soit la production annuelle potentielle de 168 GWhth. Il est important de noter, que cette
production varie et s’adapte aux besoins thermiques : En hiver, lors de besoins thermiques importants,
la production électrique est diminuée pour favoriser la thermique, et inversement l’été.

5- En fonctionnement nominal, le cycle ORC produit à partir de l’énergie géothermique, une énergie
électrique de 6,5 MWel brute, soit la production annuelle potentielle de 52 GWhel. Cette énergie est
ensuite transformée en énergie nette, celle qui sera effectivement envoyée sur le réseau électrique.

6- Tout procédé thermodynamique, libère fatalement une quantité d’énergie thermique, appelée
énergie de condensation, cette dernière, à faible température, n’est pas valorisée directement sur le
fluide géothermale mais sur le fluide du cycle ORC. Cette énergie de condensation représente 30
MWth soit la production annuelle potentielle de 240 GWhth.

7- Le but principal est de valoriser au maximum cette énergie de condensation, soit directement pour
des usages basse température (30°C), soit indirectement par l’utilisation de pompes à chaleur, pour
élever le niveau de température utile.

8- Enfin, si elle n’est pas valorisée, l’énergie de condensation doit être évacuée par des tours de
refroidissement du fluide ORC.

Avis de la commission d’enquête


Compte tenu de l’objectif prioritaire de production d’électricité ( module économique sous-tendu), la
commission d’enquête réitère sa recommandation de lier le projet de centrale géothermique par
cogénération à des engagements d’utilisateurs de chaleur basse température, qui, sans cela aura un
faible rendement énergétique et consisterait à aller chercher profondément des thermies pour les
évacuer à l’atmosphère en consommant de plus, une ressource naturelle précieuse, l’eau.

7.1.2.6 Consultation des instances agricoles


Engagement de GEOFORON à consulter les instances agricoles qui devront être ultérieurement
associées dans le cadre de protocoles en cas de consommation de terres agricoles.

Réponse de Géoforon
Géoforon s'engage à consulter les instances agricoles qui devront être ultérieurement associées dans le
cadre de protocoles en cas de consommation de terres agricoles.

Avis de la commission d’enquête


La commission d’enquête acte de l’engagement de Géoforon au regard des instances agricoles.

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
146

7.1.2.7 La lutte contre l’Ambroisie


Engagement de GEOFORON à prendre des mesures pour lutter contre la prolifération de
l’Ambroisie, plante hautement allergisante

Réponse de Géoforon
Géoforon s'engage à prendre des mesures pour lutter contre la prolifération de l’Ambroisie, plante
hautement allergisante.

Avis de la commission d’enquête


La commission d’enquête prend acte que Géoforon s’engage sur la lutte contre l’ambroisie.

7.1.2.8 La réalisation d’un état zéro

Engagement de GEOFORON à effectuer un état zéro, type constat d’huissier, préalable à toute
intervention de terrain en zones bâties et agricoles pour réaliser les investigations géophysiques.

Réponse de Géoforon
Pour le cas d'une acquisition géophysique par réflexion des ondes (sismique réflexion), Géoforon
s'engage à faire réaliser par un tiers un état des lieux avant le démarrage de la campagne d'acquisition.
Cet état des lieux s'appelle le permitage. L’objectif de ce permitage est de réaliser un état zéro des
infrastructures et secteurs couverts ainsi que d’obtenir les autorisations privées et publiques
nécessaires au passage des appareils d'acquisition (camions vibrations pour le cas d'une acquisition de
sismique réflexion).
Ce permitage se fait de la manière
suivante :
- Levés topographiques - balisage
des profils d'acquisition
géophysique ;
Etat des lieux avant acquisition –
Films et photos des routes ainsi que
des bâtiments présents en bordure
du tracé d'acquisition ;
- Reconnaissance terrain/ données
cadastrales ;
- Préparation des arrêtés de voiries ;
- Identification des
concessionnaires souterrains ;
- Autorisations de passages par les
propriétaires ;
- Déclarations de projet de travaux

Principe de l'acquisition de la réflexion des ondes (source : DMT)

Avis de la commission d’enquête


La commission d’enquête acte de l’engagement de Géoforon à réaliser un état zéro par un tiers avant
réalisation de la campagne de sismique réflexion.

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
147

7.2 Points relevant des suites potentielles de permis


de recherche :

7.2.1 La maîtrise du foncier par les collectivités locales


Engagement de GEOFORON à laisser la maîtrise du foncier aux collectivités locales en cas
d’évolution vers une phase d'exploration puis d'exploitation.

Réponse de Géoforon
Pour mettre en place une unité de cogénération géothermique, Géoforon ne doit pas nécessairement
disposer de la propriété foncière. Géoforon n’est pas opposé à laisser cette maîtrise foncière aux
collectivités locales, pour qu’elles lui louent sous forme de bail emphytéotique très long terme.
Géoforon s’engage, dans le cas où la société trouve une opportunité foncière, à proposer en priorité
aux collectivités locales d’acheter le terrain, qui pourront alors s’engager dans un délai à définir. Si les
collectivités locales ne souhaitent pas acquérir le foncier, GÉOFORON pourra alors librement
procéder à cette acquisition. Le point important pour Géoforon est la négociation avec les collectivités
d’accueil pour l’équipement du territoire en réseau permettant de délivrer l’énergie thermique aux
consommateurs. Le partenariat avec les collectivités sera donc un élément majeur du choix
d’implantation de la centrale.

Avis de la commission d’enquête


La commission d’enquête note que Géoforon donne la priorité aux collectivités locales en matière de
maîtrise foncière, tout en se gardant la liberté de réaliser des acquisitions foncières si les collectivités
ne souhaitaient faire les acquisitions.
Cela n’apporte toutefois aucune garantie en cas d’implantation en zone d’activités sur le site d’un
industriel.

7.2.2 La réalisation d’un état zéro


Engagement de GEOFORON à effectuer un état zéro, type constat d’huissier, préalable à toute
intervention de terrain en zones bâties et agricoles pour la phase d'exploration et pour la phase
d'exploitation.

Réponse de Géoforon
Géoforon s’engage à effectuer un état zéro avant toute intervention de terrain en zones bâties et
agricoles pour la phase exploration et la phase d’exploitation.Pour information, l’état initial du milieu
d’implantation de la centrale géothermique sera constaté par voie d’huissier une première fois avant
les travaux géophysique et une seconde fois avant les travaux de forages.
Par la suite, Géoforon s’attachera à suivre l’évolution de l’impact de l’exploitation au niveau de :
- La micro-sismique
- La qualité des nappes en surface

Avis de la commission d’enquête


La commission d’enquête prend acte que Géoforon répond à ses demandes en matière d’état zéro
avant réalisation des campagnes géophysiques. Elle va au-delà en s’engageant également à le faire
avant tout forage, en cas de recherche positive et à suivre l’état des milieux (sols et nappes) ensuite.
La commission d’enquête souligne que cet état zéro devra être réalisé aux frais de Géoforon.

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
148

7.2.3 Précisions sur de nombreux points


Précisions sur de nombreux points développés au chapitre :analyse thématique des observations
relatives aux suites potentielles du permis

Réponses de Géoforon
Les réponses à ce paragraphe se situent dans le chapitre « Réponses portées aux remarques du
chapitre : analyse thématique des observations relatives aux suites potentielles du permis. »

Avis de la commission d’enquête


La commission d’enquête note que Géoforon a répondu à tous les points.

7.3 Point complémentaire relatif au permis de


recherche HT

Engagement de GEOFORON, d’appliquer les mêmes restrictions et engagements au permis de


recherche HT en cours d’instruction au Ministère

Réponse de Géoforon
Géoforon s’engage à écrire à Mme La Ministre en Charge des Mines pour demander à ce que nos
engagements de nos Demande d’autorisation d’Ouverture De Travaux de forage dans les zones
définies dans le cadre de la demande de permis Basse Température soient repris dans l’arrêté du
permis Haute Température.

Avis de la commission d’enquête


La commission d’enquête note l’engagement de Géoforon de saisir Mme la Ministre pour que permis
basse température et Haute température soient cohérents en autorisant et interdisant les mêmes choses.

7.4 Synthèse et analyse des réponses de Géoforon


Par son mémoire en réponse, Géoforon a répondu à tous les points et questions soulevées par la
commission d’enquête.

Les réponses correspondent aux attentes de la commission d’enquête au regard :


- De la protection des masses souterraines : proposition d’un périmètre réduit et engagement
de ne pas réaliser de forage au niveau des nappes stratégiques, de la nappe du Genevois et des
périmètres de protection des captages d’eau potable.
Le secteur Est du périmètre a été exclu, en liaison avec un faible intérêt géothermique et la
présence de nappes stratégiques. Il est à noter qu’il correspond grossièrement aux territoires
qui n’envisageaient pas le développement de la géothermie comme énergie renouvelable (cf
analyse des SCoT). Le périmètre réduit respecte donc mieux les orientations actées par les
élus.

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
149

Le périmètre réduit représente un bassin de population 150 200 habitants répartis sur 52
communes.
Au vu des délibérations des communes et communautés de communes développées
précédemment, sur le périmètre réduit, c’est désormais 44% des communes ( 23) représentant
71% de la population ( 106 800 habitants) qui ont émis un avis favorable avec réserves ou un
avis réservé. Les communes ayant émis une opposition ou un avis défavorable sont au
nombre de 14 ( 27%) et représentent 20% de la population ( 29 570 habitants).

- De la prise en compte des risques sismiques : La commission d’enquête prend acte que
Géoforon suit ses recommandations en réalisant une analyse complète des risques sismiques
extérieurs au projet et induits par le projet par un tiers expert préalablement à tout forage.
Cette étude qui fera partie intégrante du dossier de la DODT, conduira les Pouvoirs Publics,
au travers de l’instruction du dossier à se prononcer sur l’acceptabilité du risque encouru.

- Des techniques utilisées avec:


o absence de l’utilisation de la fracturation hydraulique. La commission d’enquête relève que
dans la réponse à ce point précis Géoforon précise « pour la mise en exploitation de ses puits »
alors que dans sa réponse au chapitre 6, cette précision n’est pas apportée. Elle recommande
que soit retenue la formulation : absence d’utilisation de la fracturation hydraulique en phase
d’exploration et d’exploitation.
o De l’arrêt de l’exploration ou de l’exploitation en cas de séismes de magnitude supérieure à 2.

- De l’évolution future vers une gouvernance publique et scientifique : la commission


d’enquête prend acte de la position de Géoforon ouverte à un partenariat avec les acteurs
locaux et le monde scientifique. Elle justifie la création de Géoforon et la demande de permis
au nom de cette structure dans ce but. La commission d’enquête est consciente qu’il est
difficile d’aller au-delà de cet engagement de principe actuellement sans avoir plus de
précisions sur les acteurs locaux qui seront concernés par les suites du permis et qui ne seront
connus qu’à l’issue de la recherche localisant les gîtes géothermiques.

- De la maîtrise foncière par les collectivités locales en cas d’évolution vers une phase
d’exploration : La commission d’enquête note que Géoforon donne la priorité aux
collectivités locales en matière de maîtrise foncière, tout en se gardant la liberté de réaliser des
acquisitions foncières si les collectivités ne souhaitaient faire les acquisitions. Cela n’apporte
toutefois aucune garantie en cas d’implantation en zone d’activités sur le site d’un industriel.

- De la réalisation d’un état zéro avant toute intervention : La commission d’enquête prend
acte que Géoforon répond à ses demandes en matière d’état zéro avant réalisation des
campagnes géophysiques. Elle va au-delà en s’engageant également à le faire avant tout
forage, en cas de recherche positive et à suivre l’état des milieux (sols et nappes) ensuite.
La commission d’enquête souligne que cet état zéro devra être réalisé aux frais de Géoforon.

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
150

- De la consultation des partenaires : engagement de Géoforon de consulter les instances


agricoles qui devront être ultérieurement associées dans le cadre de protocoles en cas de
consommation de terres agricoles.

- De la lutte contre la pollution atmosphérique : La commission d’enquête prend acte que des
mesures seront prises pour réduire la pollution atmosphérique d’une part, que le risque
d’éruption libre est marginal, d’autre part et qu’enfin les sources d’émissions de poussières
seront restreintes dans le temps.
Elle partage le point de vue, impact positif sur le climat à laquelle, elle ajoute que le
chauffage par réseaux de chaleur pourrait conduire sur le secteur à une diminution de la
pollution par les particules fines générée par les nombreux chauffages au bois.

- De la lutte contre l’Ambroisie : Engagement de Géoforon à prendre des mesures pour lutter
contre la prolifération de l’Ambroisie, plante hautement allergisante.

Les réponses sont partielles ou incomplètes et/ou conduisent à des recommandations de la part
de la commission d’enquête, au regard :

- De la prise en compte des espaces naturels ou agricoles sensibles ou réglementés :


l’engagement de Géoforon au regard des zones sensibles identifiées ou protégées est, par
contre moindre, que celui souhaité par la commission d’enquête.
En effet, la prise en compte demandée de ces zones se traduit par : « dans le cadre du dépôt
ultérieur d'une DODT, tout en veillant à ne pas implanter les forages d'exploitation au sein de
ces zones dans la mesure du possible, Géoforon s'engage à respecter les règlementations
spécifiques à chaque zone protégée notamment les ZNIEFF de type 1 et 2, Natura 2000,
ZICO, arrêtés de biotope, corridors écologiques, ZAP, l’unité paysagère de Salève et toutes
zones pouvant présenter un caractère de préservation. »
La commission d’enquête recommande une exclusion de tout forage au sein de ces zones.

- Des garanties apportées par Géoforon en matière d’assurances de fiabilité: Le certificat


d’assurance fourni en annexe renvoie pour les limites et conditions à un contrat qui n’est pas
joint. La commission d’enquête recommande que des précisions soient apportées sur ces
points.
Le partenariat de Géoforon avec les deux sociétés allemandes présentées, apporte les réponses
aux interrogations du public sur le manque d’expérience et la fiabilité technique de Géoforon.
La commission d’enquête renvoie au service instructeur pour demander des pièces
justificatives concernant la société Foragelec afin de s’assurer de sa capacité technique et
financière.

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
151

- Du modèle économique sous-tendu : Compte tenu de l’objectif prioritaire de production


d’électricité ( module économique sous-tendu), la commission d’enquête recommande de lier
le projet de centrale géothermique par cogénération à des engagements d’utilisateurs de
chaleur basse température, qui, sans cela aurait un faible rendement énergétique et consisterait
à aller chercher profondément des thermies pour les évacuer à l’atmosphère en consommant
de plus, une ressource naturelle précieuse, l’eau.

- De la consommation des espaces agricoles: La commission d’enquête note qu’un maximum


de 4 forages avec une consommation d’espace de 4 ha maxi pourrait être réalisé sur 10 ans, à
partir des 2 forages maxi d’exploration précisés dans la demande d’autorisation, mais que des
procédures ultérieures (demande de concession associée au PER ou prolongation du permis de
recherche) pourraient ouvrir la possibilité d’autres forages.
Elle recommande que le service instructeur et le Préfet soient vigilants sur ce point, pour
éviter toute dérive.

- De la prise en compte des dégradations éventuelles des infrastructures routières :


Géoforon rappelle la règlementation en vigueur : la commission d’enquête aurait préféré un
engagement de concertation de Géoforon avec les élus concernés par l’entretien des voies
départementales et communales utilisées.

Enfin, les réponses aux points techniques sont fouillées et la commission d’enquête renvoie au
service instructeur pour leur appréciation :
- Précisions apportées au regard des techniques et matériaux utilisés,
- caractère très normé et contrôlé des procédures de fermeture des puits.
- Fiabilité technique et financière de Foragelec.

De plus, la commission d’enquête note l’engagement de Géoforon de saisir Mme la Ministre des
mines pour que permis basse température et Haute température soient cohérents en autorisant et
interdisant les mêmes choses.

Globalement, les points sur lesquels, la commission d’enquête émet des recommandations portent
essentiellement sur les suites éventuelles du permis de recherche qui feront l’objet de nouvelles
enquêtes publiques et non sur le permis lui-même, à l’exception de l’attestation d’assurance et des
précisons relatives à la société Foragelec ( montant et répartition du capital entre Fonroche et les
sociétés allemandes…), la demande de permis devant justifier des capacités techniques et financières
du demandeur.

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
152

8 NECESSITE D’UNE ENQUETE COMPLEMENTAIRE ?


La modification du périmètre de recherche soumis à enquête publique pose la question de la nécessité
d’une enquête complémentaire.
La procédure d’enquête complémentaire a été introduite par la Loi du 12 juillet 2010 (loi ENE) et
figure aux articles L 123-14 et R 123-23 du Code de l’Environnement.
Elle a été prévue pour répondre au cas où le Maitre d’Ouvrage souhaite apporter des « changements
qui modifient l’économie générale » du projet qui a été soumis à enquête publique.

En l’occurrence, pour le permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève,
l’économie générale du projet s’avère inchangée, les engagements financiers de Géoforon en matière
de recherche de gîtes géothermiques restant les mêmes, mais sur un périmètre réduit : l’enquête
complémentaire ne se justifie donc pas.
D’autre part, en terme d’information du public, la modification du périmètre n’apporte aucune lacune,
dans la mesure où la population de la totalité des communes concernées par le périmètre réduit a été
règlementairement informée, le périmètre étant réduit et non augmenté.
Par ailleurs, il est important de noter que cette modification de périmètre répond aux nombreuses
réserves et oppositions qui se sont exprimées au cours de l’enquête, et dans le cadre des services
consultés.
Il correspond donc à une évolution du permis pour prise en compte des avis des élus, syndicats,
fédérations, association et du public en général, ce qui est le fondement de l’enquête publique et de la
démocratie participative

Fait à ANNECY, le 11/12/2014,

Pour la Commission d’enquête,

La Présidente, la Titulaire le Titulaire

Françoise LARROQUE Pascale ROUXEL Philippe LAMBRET

Enquête publique permis de recherche de gîtes géothermiques basse température dit de Salève :
Rapport de la commission d’enquête
ANNEXES

Annexe 1 :
Personnes présentes à la réunion de présentation du projet aux élus par Géoforon
le 11/09/2014 à Annemasse et à Archamps

Annexe 2 :
Tableau des communes ayant renvoyé les certificats d’affichage et de dépôt de
dossier à la date du 11/12/2014

Annexe 3 :
Attestation d’assurance de GEOFORON

Annexe 4 :
Communiqué de presse – Géodenergie- le sous-sol pour la transition énergétique
Annexe 1 :
Personnes présentes à la réunion de présentation du projet aux élus par Géoforon
le 11/09/2014 à Annemasse et à Archamps
Annexe 2 :
Tableau des communes ayant renvoyé les certificats d’affichage et de dépôt de
dossier à la date du 11/12/2014
ENQUETE PUBLIQUE GEOFORON
RECAPITULATIF DES CERTIFICATS DE DEPOTS ET D’AFFICHAGE

COMMUNES CERTIFICAT DEPOT CERTIFICAT AFFICHAGE


AMANCY
AMBILLY
ANDILLY OK OK
ANNEMASSE OK OK
ARBUSIGNY OK OK
ARCHAMPS
ARENTHON OK OK
ARTHAZ PND OK
AYSE OK OK
BEAUMONT
BOEGE
BONNE
BONNEVILLE OK OK
BONS EN CHABLAIS OK OK
BOSSEY
CERNEX OK OK
CHAPELLE RAMBAUD OK OK
(LA)
CHENEX
CHEVRIER OK OK
CLARAFOND-ARCINE OK OK
COLLONGES S/SALEVE
CONTAMINE SUR ARVE OK
COPPONEX OK OK
CORNIER
CRANVES-SALES OK
CRUSEILLES OK OK
DINGY EN VUACHE OK OK
ETEAUX
ETREMBIERES
EVIRES
FAUCIGNY OK OK
FEIGERES OK
COMMUNES CERTIFICAT DEPOT CERTIFICAT AFFICHAGE
FILLINGES OK OK
GAILLARD OK
JONZIER-EPAGNY OK
JUVIGNY OK
LUCINGES
MACHILLY OK
MARCELLAZ
MENTHONNEX EN
BORNES
MINZIER OK OK
MONNETIER-MORNEX OK OK
MURAZ (LA) OK
NANGY OK OK
NEYDENS
PEILLONNEX
PERS-JUSSY OK
PRESILLY
REIGNIER-ESERY OK OK
ROCHE SUR FORON (LA) OK OK
ST ANDRE DE BOEGE
SAINT BLAISE OK OK
SAINT CERGUES OK OK
ST JEAN DE THOLOME OK OK
ST JULIEN EN GENEVOIS OK OK
SAINT LAURENT OK OK
ST PIERRE EN FAUCIGNY OK OK
SAINT SIXT OK OK
SAPPEY (LE)
SAVIGNY OK
SCIENTRIER OK OK
TOUR (LA)
VALLEIRY
VERS OK OK
VETRAZ-MONTHOUX
VILLE EN SALLAZ OK
COMMUNES CERTIFICAT DEPOT CERTIFICAT AFFICHAGE
VILLE LA GRAND
VILLY LE BOUVERET
VIRY OK OK
VIUZ EN SALLAZ
VOVRAY EN BORNES
VULBENS OK OK
SOUS PREF ST JULIEN OK OK
SOUS PREF BONNEVILLE OK OK
SOUS PREF THONON
DDPP 74 OK OK
SAINT JEOIRE OK OK
Annexe 3 :
Attestation d’assurance de GEOFORON
Annexe 4 :
Communiqué de presse – Géodenergie- le sous-sol pour la transition énergétique

Vous aimerez peut-être aussi