Vous êtes sur la page 1sur 93

Asa, Badua | 1

I. Introduction

Depuis longtemps la traduction ne se limite pas aux niveaux sémantique et formel

de la langue. En effet, Catford (20) définit la traduction comme le remplacement du

matériel textuel dans une langue par le matériel textuel équivalent dans une autre langue.

Nous pouvons voir que cette définition met l'accent uniquement sur le matériel textuel

équivalent et la culture n’est pas prise en compte. Il est nécessaire de considérer non

seulement l'impact lexical sur le lecteur cible, mais aussi l'impact culturel parce que la

langue est l'expression d'une culture (Hariyanto 2003). Newmark définit « culture »

comme «la manière de vie et de ses manifestations qui sont propres à une communauté

qui utilise un langage particulier comme moyen d'expression » (1988 : 94), tandis que la

théorie de Lotman stipule qu'«aucune langue ne peut exister sauf si elle est empreinte

dans le contexte de la culture, et aucune culture ne peut exister qui n’est pas centrée sur la

structure du langage naturel » (1978 : 211-32). Ces déclarations justifient que chaque

groupe linguistique a ses propres caractéristiques culturellement spécifiques.

La traduction, considérée comme un transfert culturel, permet la communication à

travers les frontières et les pays. Le traducteur comble le fossé entre la langue de départ et

la langue d’arrivée. La traduction, donc, n'est pas seulement le transfert de mots, mais

également des concepts, des croyances, des coutumes et des idéologies d'une civilisation

à une autre. En conséquence, le traducteur se trouve lui-même dans un scénario très

difficile lors du processus de la traduction. Il devrait s'assurer que le sens de l'expression

culturelle est préservé sans être trop spécifique en expliquant l'ensemble du concept.

Selon Venuti, dans son livre The Translator's Invisibility: A History of

Translation, il y aura constamment un certain degré de réduction, exclusion et inscription

sur les langues étrangères, les textes, et les cultures dans le processus de traduction –

cultural relativism. Ainsi, le sens et l’effet ou la force illocutoire et perlocutoire de la


Asa, Badua | 2

langue source ne sont pas toujours similaires à celle de la langue cible. Cette variation

dans l’effet de l’acte de langage est l'un des problèmes auxquels le traducteur est

confronté. Les mots à fort contenu culturel présentent souvent des dilemmes et exigences

dans lesquels le traducteur a de la difficulté pour intégrer tout le sens des idées trouvées

dans la langue source. Le traducteur, donc, devrait faire certaines mesures pour préserver

l’identité et le sens des mots sur le texte. Quand on fait de la traduction, il est possible

d’expliquer et non seulement traduire pour éviter des interprétations inadéquates du texte.

Il existe plusieurs types de stratégies et d'approches de la traduction; certains

valorisent la représentation fidèle de l'original et certains priorisent le sens ou le contenu

de l'original à traduire. Venuti propose des stratégies qui prennent en compte l'influence

des facteurs culturels et idéologiques sur la traduction (Zare-Behtash 2009). Il les classifie

comme les stratégies de domestication et foreignization. Dans la stratégie de

domestication, il faudra traduire dans un style transparent et plein d’aisance afin de

réduire l'étrangeté du texte original (Venuti 1995:20) tandis que foreignization maintient

l'étrangeté du texte original (Shuttleworth 1997).

Les stratégies de Venuti sont appliquées dans les domaines de la traduction liés à

la culture, et en particulier dans le domaine de la traduction audiovisuelle. En effet, la

traduction audiovisuelle est un moyen important de présenter les différentes cultures dans

le monde à travers le développement des échanges internationaux de productions du film

et de la télévision. La fonction principale de la traduction audiovisuelle est de combler

l'écart des différences linguistiques. Il dispose de trois types dominants, à savoir le sous-

titrage, le doublage et voice-over, mais le sous-titrage est le plus largement utilisé

(Munday 184). Contrairement aux autres types de traduction audiovisuelle, les sous-titres

sont présentés sur l'écran en même temps que l'original. Cela signifie que les spectateurs

sont en mesure de faire une comparaison instantanée entre les deux versions ce qui rend
Asa, Badua | 3

le sous-titrage vulnérable à l'examen du spectateur (Díaz Cintas et Remael 55-57). Il peut

être frustrant pour les gens qui sont familiers avec la langue source de voir des

significations culturelles implicites qui ne peuvent pas être exprimés dans les sous-titres.

Donc, il est également important d'étudier les différentes procédures de traduction pour

qu’on puisse savoir comment la traduction est effectuée, et afin de souligner ce qui peut

provoquer la réaction d'un public (Midjord).

En effet, l'une des tâches les plus difficiles pour les traducteurs est de savoir

comment rendre les éléments à fort contenu culturel dans les sous-titres à une langue

étrangère. Il existe de nombreuses classifications proposées par différents théoriciens

concernant ces éléments. Cependant, ces classifications sont plus axées sur la culture

matérielle. Il est également important de noter qu'ils doivent régler non seulement les

expressions lexicales, mais aussi à les problèmes de registre, l’ordre syntaxique, la langue

« non-standard », les variétés régionales tels que les dialectes, etc. (Armellino).

De plus, on n'a pas prêté beaucoup d'attention à ces éléments et ils ne sont pas

toujours définis comme propres à une culture donnée, grâce à Pedersen (2005) qui les a

classées comme une référence liée à la culture intralinguistique par lequel les éléments

culturels font partie d'un système de la langue.

Il est très intéressant de souligner que la façon dont les gens parlent, construisent

leurs phrases, choisissent leur vocabulaire s’ils sont dans une situation formelle /

informelle révèle beaucoup sur leur culture (Armellino).

Certaines des parties les plus colorées et vives de toute langue sont les jurons,

l'argot et les expressions familières. Ils fonctionnent comme des véhicules d'une

expression personnelle et ils sont un élément essentiel des conversations informelles de la

vie quotidienne. Ils sont souvent utilisés dans les scripts de films, pourtant, ils sont

normalement atténués, reformulés ou même omis dans la traduction en particulier dans le


Asa, Badua | 4

sous-titrage (Mattson). En effet, ces mots et ces expressions sont souvent la tâche la plus

difficile dans la traduction. Pour cette raison, il y a des cas malheureux où les spectateurs

ne voient que la version expurgée du dialogue original manquant des nuances

linguistiques qui sont très importantes dans la création de l'atmosphère en général.

Pour mieux expliquer cette étude, le film philippin indépendant Serbis de Brillante

Mendoza avec ses sous-titres français et anglais a été choisi. Ce film est une chronique de

24 heures dans la vie d'un théâtre porno selon Jérôme Vermelin de (The Metro Cannes

Daily) et le premier film philippin de concourir au Festival de Cannes 2008 pour la Palme

d'Or. Il a été un sujet intéressant pour cette étude de traduction car il dépeint la culture

philippine traitant de la pauvreté, du sexe et de la prostitution et des autres réalités

sociales. À notre avis, sa nature explicite qui contient des scènes controversées et des

dialogues vulgaires a provoqué des réactions différentes de la part du public en particulier

à Cannes car, Serbis a créé un mini-scandale pour son image de l’art XXX quand il y a

été présenté (Nepales). Car le dialogue est le principal facteur contributif à livrer

efficacement le message d'un film, la mise au point de cette étude est la façon dont le

processus de traduction a eu lieu et si oui ou non le traducteur conserve les éléments

spécifiques à une culture dans la traduction.

1.1. Problématique

Quels sont les procédés dominants utilisés pour traduire les expressions familières

(colloquialisms), les argots et les jurons du filipino vers l’anglais, de l’anglais vers le

français et du filipino vers le français dans le film Serbis et quelles sont les raisons pour

lesquelles ces procédés ont été employés ?


Asa, Badua | 5

1.2. Objectifs

Pour répondre à ces questions, les chercheuses visent à :

 Identifier et classer les mots culturels du film Serbis selon la classification

culturelle fixée par nous-mêmes basée sur les catégories de la référence liée à la

culture intralinguistique proposées par Jan Pedersen.

 Identifier les procédés dominants de la traduction basés sur les procédés de Peter

Newmark et Sylfest Lomheim.

 Expliquer les raisons pour l’emploi de ces procédés dominants

 Identifier la stratégie dominante – foreignization ou domestication, appliqué sur la

traduction en l’emploi des résultats des statistiques des procédés proposés par

Peter Newmark – sémantique ou communicative ; et Sylfest Lomheim –

neutralisation et accentuation.

1.3. Importance de l’étude

Aujourd'hui, le sous-titrage des films est devenu un moyen pratique pour combler l'écart

dans les différences linguistiques des publics. Donc, on s'attend à une traduction fiable et

capable de bien communiquer à son public cible. Cette question sur la fiabilité concerne

les cinéastes. Selon une étude descriptive sur la traduction des mots culturels dans le

sous-titrage des films John-John et Kinatay, dans le cas des films indépendants aux

Philippines, les sociétés internationales achètent une copie de leur film sous-titré en

anglais et fournissent les sous-titres dans leur propre langue. En raison de cela, les

cinéastes n'ont pas l'assurance si le sens est bien transmis. Par conséquent, cette étude vise

à les aider à déterminer si la traduction de la culture ou la langue de départ provoque le

même effet pour la culture ou la langue d’arrivée. Il sert également comme une forme de

soutien pour les films indépendants philippins dans la promotion d'une compréhension

globale de la vie et de la culture du pays.


Asa, Badua | 6

D'autre part, cette étude peut contribuer au domaine de la traduction en aidant les

traducteurs et les traducteurs débutants à étudier et à apprendre les procédés et les

stratégies utilisées dans la traduction des mots culturels notamment dans le domaine du

sous-titrage. Il peut aussi servir de référence pour les professeurs qui enseignent les

études de la traduction et pour les étudiants qui les étudient.

De plus, nous n’avons pas négligé l'utilisation évidente des jurons, de l’argot et

des expressions familières dans le film donc cette étude vue également avoir l’occasion

de discuter leur usage dans le sous-titrage et de partager son importance parce que ce

sujet est rarement abordé dans ce domaine.

1.4. Cadre et Limitations

Cette étude est limitée à l’analyse des procédés appliqués pour traduire les mots

culturels du dialogue en filipino vers l’anglais, de l’anglais vers le français et du filipino

vers le français du film Serbis dirigé par Brillante Mendoza. Les mots sont divisés selon

les catégories que nous avons fixées basées sur les catégories de référence liée à la culture

intralinguistique proposées par Jan Pedersen. Ces sont en particulier les catégories des

expressions familières et des argots ; des argots sexuels et des jurons.

Nous focalisons sur la traduction des mots culturels du filipino vers l’anglais, de

l’anglais vers le français et du filipino vers le français pour déterminer les procédés et les

procédés dominants de traduction appliqués selon les procédés proposés par Peter

Newmark tels que l’équivalence, la synonymie, la traduction littérale, la paraphrase, la

modulation, la transmission/transfert, l’adaptation, la transposition, le distique ou

« couplets » et par Sylfest Lomheim tels que la neutralisation et l’accentuation.

L’omission est également inclues puisqu’il y a des parties omises dans la traduction.
Asa, Badua | 7

En outre, nous ne focalisons que sur l’analyse de la traduction de mots culturels

sera limitée aux sous titrages anglais et français. Les autres éléments de sous-titrage

comme l’image et la couleur ne seront pas pris en compte.

Les mots en Kapampangan, Ilocano et Ibanag ne seront pas non plus étudiés.

Finalement, les procédés par Peter Newmark – sémantique et communicative ; et

par Sylfest Lomheim – neutralisation et accentuation ; et les deux stratégies de

traduction, proposées par Lawrence Venuti – foreignization et domestication seront

utilisés pour fonder l’étude.

II. Revue de littérature

2.1. La culture et la traduction

Selon Catford (p.20), la traduction consiste à remplacer un élément textuel d’une

langue par son élément équivalent dans une autre langue. Nida et Taber en revanche, la

définissent comme le précédé de reproduire ou réobtenir la plus proche équivalence

naturelle d’un message de la langue source à la langue cible. Le sens est donc le premier

aspect qui doit être pris en considération dans le processus de la traduction. Ainsi,

l‘équivalence devient le souci principal des traducteurs.

La traduction de textes devient d’autant plus difficile que les textes sont

normalement liés à une culture spécifique. À part les particularités linguistiques, le

traducteur doit aussi tenir en compte des aspects socioculturels du texte, c'est-à-dire

l’existence des termes qui sont enfoncés profondément dans leur culture d’origine et qui

sont spécifiques et exclusives à la culture d’origine. Micaela Muñoz-Calvo, de

l'Université de Zaragoza, Espagne, affirme que les traducteurs ont besoin d’avoir des

connaissances culturelles des deux langues, à part des compétences communicative

(linguistique) et interculturelle (2-3), parce qu'ils doivent interpréter le sens socioculturels


Asa, Badua | 8

du texte qui contribuent au transfert de connaissances à travers les cultures et le

développement culturel. (Durdurean 54).

Ce point de crise de la traduction causée par une référence culturelle est très

évident dans la traduction audiovisuelle, en particulier lors de la traduction des sous-titres,

étant un mode d'échange interculturel dans le contexte mondial.

2.2. Le sous-titrage

Selon Díaz Cintas et Remael (8), le sous-titrage peut être défini comme une «

pratique de la traduction qui consiste à présenter un texte écrit, généralement dans la

partie inférieure de l'écran, qui s'efforce de raconter le dialogue original des orateurs, ainsi

que les éléments discursifs qui apparaissent dans l'image et l'information qui est contenue

dans la bande-son originale ». Il est divisé en deux types, à savoir, le sous-titrage dans la

même langue (intralinguale), pour les sourds et malentendants, et le sous-titrage à travers

les langues (interlinguistique), pour le cinéma et la télévision en langue étrangère

(Gottlieb 190-191). Le plus utilisé entre les deux est le dernier. Le sous-titrage

interlinguistique est un type de transfert linguistique où les deux sous-titres et le texte de

départ ou les dialogues sont présentés en synchronie avec la version sous-titrée. (Díaz

Cintas et Gunilla)

Le sous-titrage ne traduit pas seulement le dialogue, mais aussi d’autres langues

significatives en particulier dans les films tels que le bande-son, les signes, les lettres, les

légendes et d’autres mots écrits. Donc, il est très important de considérer sa contrainte

spatiale et temporelle ainsi que sa présentation. En raison de l'espace limité accordé à un

sous-titre, il n'y a pas de place pour des explications longues. Le maximum devrait être de

deux lignes et le nombre normal de caractères par ligne est d'environ 37 même si cela

dépend aussi d'un certain nombre de facteurs. La longueur d'un sous-titre est directement

liée à son temps d'antenne. Il doit y avoir une synchronisation précise, car il est important
Asa, Badua | 9

que les téléspectateurs aient suffisamment de temps pour le lire. Les sous-titres ne doivent

pas rester sur l'écran pendant plus de six secondes. En outre, les sous-titres peuvent

prendre jusqu'à 20% de l'espace de l'écran et il est important d'accorder une attention sur

la présentation de celui-ci. La taille des caractères, leur position sur l'écran, ainsi que la

technologie utilisée pour la projection de sous-titres sont des facteurs importants pour leur

lisibilité. (Díaz Cintas et Gunilla)

En dehors de ses aspects techniques, le sous-titrage est aussi un énorme potentiel

pour construire des ponts entre les langues et les cultures. Le dialogue d'un film contient

certainement les termes à fort contenu culturel sans équivalent évident et officielle, par

conséquent, les sous-titreurs ont la responsabilité de trouver leurs équivalents les plus

proches pour rendre les sous-titres plus efficaces pour communiquer une culture à une

autre.

2.3. Les termes à fort contenu culturel (les mots culturels)

Les termes à fort contenu culturel sont les mots ou les éléments (les idées, les

concepts, les connaissances etc.) qui sont spécifiques à une culture.

Dans l’hypothèse que le traducteur a de la difficulté pour trouver l’équivalence de

ces éléments dans le processus de traduction, les théoriciens proposent de différents

procédés pour les traduire selon leurs classifications culturelles.

Dans cette étude, nous visons à limiter et catégoriser les mots à fort contenu

culturel aux trois catégories spécifiques comme : les jurons, les argots et les expressions

familière. Pedersen (2005) a classifié les mots à fort contenu culturels en deux catégories:

intralinguistique et extralinguistique. La première catégorie comprend des idiomes, des

proverbes, des argots, des dialectes, etc. tandis que la dernière catégorie fait référence aux

expressions qui concerne les éléments culturels qui ne font pas partie du système de la

langue.
Asa, Badua | 10

2.3.1. Les jurons

Jurer est un sous-ensemble d’un lexique qui est considéré comme fortement

impoli ou offensif et qui est généralement appelé « un langage grossier ». Il peut exprimer

une profanation envers quelqu'un ou quelque chose, ou montrer une émotion intense. Il

peut prendre la forme des mots, des expressions, des gestes ou autres comportements

sociaux inacceptables.

Certains chercheurs pensent cependant qu'il est impossible d'expliquer le mot jurer

de manière systématique en raison de sa complexité (Ljung 4); Andersson et Trudgill ont

tenté de le définir en suggérant que jurer est utilisé dans une expression a qui fait

référence au sujet tabou dans une culture donnée, (b) doit être interprétée non

littéralement et (c) sert à exprimer des émotions et des attitudes fortes. Toutefois, ils ne

prennent pas en considération le fait qu'il y a des gros mots qui peuvent être utilisés

littéralement ou pas.

Jusqu'à présent, la définition la plus élaborée de jurer a été donnée par Anna

Wierzbicka. Elle analyse l’acte de jurer comme suit:

(a) Je pense à X

(b) Je me sens quelque chose de mal à cause de cela

(c) Je veux dire quelque chose de mal à cause de cela

(d) Je veux dire quelques mots à cause de cela que les gens pensent qu'il ne faut pas dire

(e), je dis: [? # @ *!]

(f) J'imagine qu'en disant ces mots, je pourrais provoquer quelque chose de mal qui puisse

arriver à quelque chose

(g) J'imagine qu'en disant ces mots, je pourrais provoquer moi-même pour se sentir mieux

(h) Je dis cela parce que je veux montrer ce que je ressens

(Wierzbicka 252-253)
Asa, Badua | 11

Cette définition est utile, car il reconnaît que jurer est un acte délibérément

mauvais, conçu pour l'expression émotionnelle et reconnaît donc l'importance de l'attitude

du locuteur (Gusworld).

Les jurons naissent des tabous de la société. Selon Allan et Burridge (1) « les

tabous découlent des contraintes sociales sur le comportement de l'individu qui veut

causer des malaises, des dommages ou des blessures ». Ce sont des mots et des phrases

qui sont généralement jugés inappropriés dans certains contextes, tels que le lieu et le

temps. Par exemple, pour certaines cultures, il est inapproprié de dire des mots sur

l'excrétion comme « crotte de nez » ou « fèces » en mangeant. Les tabous ne sont pas

universels, mais plutôt culturel. Un tabou aux Philippines ne peut pas être toujours

considéré comme tabou dans d'autres pays.

2.3.1.1. Types de jurons

Les jurons peuvent être divisés en différentes catégories représentant les différents

secteurs tabous. Ljung (35-44) divise les tabous en cinq grandes catégories ou thèmes:

1) thème religieux

2) thème scatologique

3) thème des organes sexuels

4) le thème des activités sexuelles

5) thème de mère

Andersson de son coté les divise en sept catégories:

(a) les organes sexuels, les relations sexuelles

(b) la religion, l'église

(c) excrément

(d) décès

(e) handicapé physique ou mentale


Asa, Badua | 12

(f) la prostitution

(g) les narcotiques, le crime

(1985, 79)

Ces catégorisations de Ljung et Andersson seront utilisés dans notre travail, car

elles faciliteront la catégorisation de gros mots dans le film Serbis, en particulier, ceux qui

portent sur les organes sexuels et les relations sexuelles, le handicapé physique ou mental,

la prostitution et le thème de la mère.

(a) Les personnes handicapées physiques ou mentales

Cette catégorie recouvre les termes utilisés quand on dit des mots portant sur les

physiquement ou mentalement défavorisés et utilisés comme une insulte ou une

expression de colère, même en s’adressant à une personne physiquement ou mentalement

capable. Les exemples sont gago, tarantado, crétin, etc.

(b) Prostitution

Cette catégorie contient des mots relevant de la prostitution comme puta, malandi,

etc.

(c) Thème de la Mère

Cette catégorie comprend essentiellement des termes portant sur la dégradation de

«mère», comme putang ina mo.

2.3.2. L’argot et l’expression familière

Selon Anna-Brita Stenström (Stenström 2, 4), l’argot est extrêmement difficile de

définir. Il existe tant d’opinions en ce qui concerne les termes qui l’on peut classifier

comme argotique car il n’existe pas de distinction réelle entre les catégories liées tel que

'familier', 'informel', 'jargon', ‘cant’ (Hughes 437) et en même temps les définitions de

l’argot sont variées. De plus, Geoffrey Hughes cite dans Random House Historical

Dictionary of American Slang de 1994 qu’il n’existe pas une définition répandue
Asa, Badua | 13

communément par les linguistes, qui prétendent que les limites ou les frontières entre

l’argot et les autres niveaux de discours sont un peu solides ou peu substantiels pour

analyser. (Hughes 437)

L'origine du mot «argot» n'est pas claire. Dans l'écriture, il s'est produit pour la

première fois en 1750, et le sens est «cant» (argot de la pègre). De1850, le terme argot est

utilisé pour le langage courant informel. (Partridge 2-3)

Selon un article dans le Write Corner en ce qui concerne le difference entre l’argot

et l’expression familière, les gens utilisent souvent l'expression familière pour l'argot et de

l'argot pour l'expression familière. La raison de cela est que les gens les considèrent la

même chose. L'expression familière et l'argot chevauchent vraiment jusqu'à un certain

degré, mais ils sont vraiment deux formes distinctes de langue. Comment l'expression

familière et l'argot chevauchent-ils ? Ils sont tant informels, que l'on les deux les parle les

formes de langue. Partout, la langue parlée est la langue informelle utilisée par les gens

dans chaque discours de jour. Sa forme est distincte aux certains gens et leur prête leur

identité. L'expression familière peut être des mots, des expressions, ou des aphorismes.

De plus, cela est considéré comme la langue standard et les argots sont non-standards. La

première est géographiquement restreinte, tandis que l'argot peut être utilisé dans

n'importe quelle culture ou classe de société.

L’Oxford Dictionary of English donne trois définitions principales du mot slang

ou l’argot :

a) Le vocabulaire spécifique qui est utilisé par un ensemble de personnes d'un

caractère faible ou de mauvaise réputation, la langue d'un type bas et vulgaire

b) Le vocabulaire spécial ou phraséologie d'un appel ou d'une profession; dévers

ou jargon d'une certaine classe ou période.


Asa, Badua | 14

c) Langue d'un type très familier, considéré comme en dessous du niveau

d'expression de la norme instruits, et constitué soit de nouveaux mots ou de mots courants

utilisés dans un certain sens spécial.

Eric Partridge (6-7) donne 15 raisons principales pour utiliser l'argot. Certains des

exemples sont : pour le jeu et le plaisir, pour exprimer de l'humour; d’être différent et

choquant, pour réduire la gravité d'une situation ou d'une conversation, d'être sur le même

niveau familier avec un public, afin de faciliter les relations sociales, pour induire la

convivialité ou d'intimité, pour indiquer l'appartenance à un groupe, d'avoir un «langage

secret». En outre, il affirme que l'émotion est souvent communiquée plutôt que l'idée

quand l’argot est utilisé. C'est vraiment évident dans « jurons et maudire, serments et

autres injures, cris et des imprécations. » (Partridge 18)

2.3.2.1. L’argot philippin

Aux Philippines, la plupart des gens aiment inventer des mots et emprunter des

termes étrangers et les utiliser pour ajouter un piment à leur langue parlée. Dans un article

en ligne du Center for Southeast Asian Studies dans l’Université d’Illinois au Nord,

salitang kalye (calle qui est le mot espagnol pour ‘la rue’), salitang kanto et salitang

balbal sont les termes philippins pour 'l'argot'. Kalye signifie 'la rue', ainsi salitang kalye

implique que l'argot est la langue de piéton. Kanto signifie 'le coin de la rue' où la plupart

des clochards trainent pendant leur temps libre. Balbal est également un terme philippin

qui se réfère à une expression empruntée d'une langue étrangère qui est utilisée par les

citoyens ou les gens moins instruits, partout la forme est modifiée pour l'adapter à certains

usages. Les argots philippins ne durent pas. Ils vont et viennent. Normalement, la durée

de vie d'un argot dépend de l’origine (par ex., la télévision, les émissions radiographique)

et de fréquence d’utilisation.
Asa, Badua | 15

Les argots philippins sont souvent dérivés des mots au filipino standard, en

utilisant leurs syllabes premières et dernières et leur ordre inversé. Par exemple, l’argot

yosi est un dérivé du mot sigarilyo (cigarrillo, le mot espagnol pour ‘la cigarette’), avec

ses syllabes premières et dernières assemblées dans l'ordre inversé. D'autres argots sont

simplement formés par les deux dernières syllabes d'un mot. Par exemple, utol est l'argot

pour le frère et sœur, qui provient du mot kaputol (la coupe de la même branche ou de la

source). Kano est l'argot pour l'américain, qui est du mot amerikano (l'américain).

(Diksyunaryo ng Wikang Filipino 926-929)

Les autres sont inversés en ordonnant des syllabes de mots. Par exemple, astig est

de tigas, qui signifie une personne entêtée ou un tyran. Un autre exemple (qui est lié avec

tigas) est gasmati qu’il provient de matigas, qui signifie dure, obstiné ou entêté. Tsekot

est l’argot pour la voiture, du mot philippin, kotse. Goli est de ligo, qui signifie le bain ou

la prise d'un bain. D'une façon intéressante, cette même forme est suivie dans certains

argots qui sont dérivés des expressions anglaises. Par exemple, golets est de l'expression

anglaise 'let’s go'. (Diksyunaryo ng Wikang Filipino 926-929)

Il existe quelques argots dérivés de l’anglais, mais ils signifient quelque chose

d'autre. Par exemple, le zombie veut dire celui qui a l’air fatigué car il n’a pas de temps

suffisant pour dormir; l’argot xerox copy est utilisé quand deux personnes sont

physiquement semblables. Cheap head est l'argot philippin pour quelqu'un qui est stupide

ou ignorant, et cauliflower est utilisé pour les hémorroïdes. Toxic signifie qu’une

personne a trop de travail ou est très occupée. (Diksyunaryo ng Wikang Filipino 926-929)

2.3.2.2. La traduction des argots et des expressions familières

Les mots a fort contenu culturel parmi lesquels l’argot, l’expression familière

n’ont guère les équivalences (la forme comparable de sens et de cadre) à la langue

d’arrivée ou aux autres langues. Mattielo soutient que « recréer les mêmes effets dans une
Asa, Badua | 16

communauté de langue différente au moyen d'une formation d’un argot «équivalent» est

presque impossible. » Cependant, la «complexité lexicale de l'argot» doit être préservée

pour obtenir un effet équivalent et cela se fait à des fins socio-pragmatiques (c’est à dire

pour créer l’intimité, l’identification, etc). D’une certaine façon de dire, pour avoir le

meme effet (de la langue de départ à la langue d’arrivée) et réponse (des deux audiences).

(Mattiello 2)

Mattiello affirme que la traduction des variétés (de langue) qui sont non-standards

ou informels tel que l’argot et l’expression familière est problématique. Au niveau

interculturel, il est difficile de trouver les mêmes jeux sociaux et les mêmes modes

d'expression linguistiquement similaires. Cela pose un défi pour le traducteur. (Mattiello

7-8)

2.3.3. Le registre de langage

Dans la traduction, il faut noter aussi s’il existe un changement de registre du

langage. L’Oxford Dictionary définit le terme ‘registre’ comme « la variété d'une langue

ou un niveau d'utilisation, tel que déterminé par le degré de formalité et le choix du

vocabulaire, la prononciation et la syntaxe, selon le but de la communication, le contexte

social, et le statut social de l'utilisateur ».

Selon le livre Developing English for Academic Purposes, il existe cinq registres

de langage. Le premier registre est le registre statique. Basé sur le terme statique, ce style

de communication ne change guère. Cela reste fixe ou inchangé. Quelques exemples en

anglais sont : « the Pledge of Allegiance, the Lord’s Prayer, the Preamble to the US

Constitution, the Alma Mater, a bibliographic reference, laws . » (Montano-Harmon)

Le registre formel est un format de la langue couramment acceptée. Comme le

nom l'indique, il est utilisé dans des cadres formels et sont normalement impersonnels.
Asa, Badua | 17

Quelques exemples sont des discours, des sermons, des déclarations et questions

rhétoriques, et des déclarations faites par les juges. (Montano-Harmon)

Un autre type de registre est le registre consultatif. Cela est une forme standard de

la communication où les parleurs ou locuteurs s’engagent une structure mutuellement

acceptée des communications (l’attente de la société). Cela est considéré comme un

discours professionnel quand des étrangers se rencontrent, et les communications entre un

supérieur et un subordonné, un médecin et un patient, un client de l'avocat et un juge ou

un avocat, un étudiant et un professeur, un client subordonné et un conseiller, etc.

(Montano-Harmon)

Le registre casuel est un langage informel qui est normalement utilisé par les pairs

et amis parmi eux-mêmes. L’argot, la vulgarité et l’expression familière sont propre à

celui. Cela est considéré comme une langue de «groupe». Il faut être membre d’un

groupe certain pour participer à ce registre. Ce registre est évident dans les conversations

entre des copains, des coéquipiers, des chats et des e-mails et des blogs, et des lettres à

des amis. (Montano-Harmon)

Le dernier type de registre est le registre intime. Ce type de langage est privé et est

exclusif parmi les membres de la famille ou les personnes intimes comme mari et femme,

copain et copine, frères et sœurs, les parents et les enfants, etc. (Montano-Harmon)

2.3.4. Les stratégies des Lomheim

Sylfest Lomheim (1999) a proposé un modèle (modèle de Lomheim) qui

comprend six stratégies utilisées par le sous-titreur dans le procédé de sous-titrage, à

savoir la généralisation et la spécification, la réduction et l'expansion, et la neutralisation

et l'accentuation. Lomheim fournit une définition pour chacune de ces stratégies, mais

seulement la neutralisation et l'accentuation sont traitées ici car ses autres procédés de la

traduction existent déjà dans le liste des procédés de Peter Newmark.


Asa, Badua | 18

En règle générale, les langues standards et écrites sont au-dessus du niveau de

langage neutre tandis que le langage familier et d'autres langues régionales y compris les

jurons sont en dessous du niveau neutre. Cette déclaration peut être utilisée pour les deux

stratégies suivantes:

2.3.4.1. Neutralisation

C'est une stratégie dans laquelle un mot ou une expression est traduit par un

équivalent plus neutre, le changement de registre se fait souvent des jurons vers l'argot

familier, ou, du familier vers la langue standard, etc. Le registre de la traduction est plus

élevé que l’original (Lomheim 2000: 43-53).

2.3.4.2. Accentuation

C'est le contraire de la neutralisation. C'est une stratégie quand un mot ou une

expression est traduit en préservant son style, mais d’une manière plus marquée. Le

changement du registre se fait à partir d'un niveau supérieur de langue vers un niveau

inférieur (en langue officielle vers l'argot familier, du familier vers le vulgaire etc.) Des

exemples sont intéressants car il est couramment admis que les traducteurs neutralisent

plutôt qu'accentuent (Lomheim 2000: 43-53).

Pour conclure, lors du processus de la traduction, et face à ces termes à fort

contenu culturel, le traducteur doit opter pour le procédé le plus approprié pour évoquer

une réalité propre à une culture donnée. Chacun de ces procédés a sa spécificité. Il doit

être choisi en fonction du public ciblé par la traduction, du domaine et du style du texte.

En effet, si les traducteurs choisissent le plus souvent de conserver le terme dans la langue

source en l'expliquant dans le corps du texte ou par une note de bas de page, ce procédé

peut s'avérer lourd et, peut, altérer le style d'un texte littéraire. (LinguaSpirit)

Analyser comment les références culturelles sont rendues dans la traduction en

général et le sous-titrage en particulier révèle les fonctionnements de nombreuses normes,


Asa, Badua | 19

tels que domestication et foreignization (Pedersen 2005). Quant à la traduction de certains

éléments spécifiques à une culture dans le texte de départ, un traducteur peut se demander

s’il devrait être proche de la culture d'origine ou la culture cible, et les deux stratégies

proposées par Lawrence Venuti peut être une alternative à un traducteur (Zare-Behtash

2009). Ces stratégies concernent à la fois le choix du texte à traduire et la méthode de

traduction (Munday).

2.4. Domestication et Foreignization

Domestication implique une réduction ethnocentrique du texte étranger aux

valeurs culturelles de la langue cible, par conséquent, il faut traduire dans un style

transparent, courant et invisible afin de minimiser l'étrangeté du texte original (Venuti

1995:20). En d'autres termes, il rend le texte reconnaissable et apporte la culture étrangère

vers le lecteur (Zare-Behtash 2009). En revanche, foreignization implique une pression

ethnodeviant sur les valeurs culturelles de la langue cible pour enregistrer la différence

linguistique et culturelle du texte étranger, et envoie donc le lecteur à l'étranger (Venuti

1995:20). Il s'agit d'un type de traduction qui brise délibérément les conventions cibles en

conservant l’aspect étrange de l'original. Cela signifie prendre le lecteur à la culture

étrangère (Zare-Behtash 2009).

Les racines des deux stratégies proposées par Venuti remontent à l’essai de 1813

de Schleiermacher Über die verschiedenen Methoden des Übersetzens. Il transcende les

questions de la traduction mot-à-mot et sens-à-sens et considère qu'il n'y a que deux voies

qui sont ouvertes pour le « vrai » traducteur (Munday):

Soit le traducteur laisse l'écrivain en paix autant que possible et mette le lecteur

vers lui, soit il laisse le lecteur en paix autant que possible et mette l'écrivain vers lui

(Schleiermacher 49). Le premier se réfère à foreignization tandis que le second se réfère à

Domestication.
Asa, Badua | 20

Cependant, la stratégie préférée de Schleiermacher et Venuti est le foreignization.

Ils insistent à valoriser l'étranger (Schleiermacher 1813/2004) et limiter la violence

ethnocentrique de la traduction, protégeant ainsi l'identité étrangère de la domination

idéologique de la culture cible (Venuti: 1995).

Bien que foreignization soit la stratégie préférée des Schleiermacher et Venuti,

domestication a été la stratégie de la traduction culturelle la plus répandue des années

1950 jusqu'à la 2000 qui, selon les résultats obtenus d'une étude diachronique des

stratégies de domestication et foreignization d'éléments spécifiques à une culture (Zare-

Behtash 2009).

Dans tout projet de la traduction, la décision initiale du choix des procédures à

adopter (domestication ou foreignization) peut affecter l'ensemble du processus de la

traduction, conduisant soit à un texte cible qui est facilement reconnaissable pour les

lecteurs cibles, ou à un texte qui rappelle constamment aux lecteurs cibles la différence

culturelle. Dans la poursuite des termes à fort contenu culturel, les procédures de

domestication et foreignization proposées par Peter Newmark sont adoptées dans cette

étude.

2.5. Les procédés de la traduction par Peter Newmark

Newmark propose des procédés différentes sur le domaine de la traduction tel

que : (1) la traduction littérale, (2) la transcription, (3) la translittération, (4) le transfert ou

la transmission, (5) la naturalisation, (6) la transposition, (7) l’équivalence culturelle, (8)

l’équivalence fonctionnelle, (9) l’équivalence descriptive, (10) la synonyme, (11) la

modulation, (12) l’adaptation, (13) la traduction reconnue, (14) le « translation label »,

(15) la compensation, (16) l’analyse componentielle, (17) la réduction ou l’expansion,

(18) la paraphrase, (19) « couplets » ou distique, etc.


Asa, Badua | 21

Parmi ces procédés, on peut les classifier sous deux méthodes de la traduction

proposées par Newmark comme la traduction sémantique et la traduction communicative.

Le premier est une forme de la stratégie de foreignization et le deuxième est une forme de

la stratégie de domestication.

2.5.1. La Traduction Sémantique

La traduction sémantique diffère de la « traduction fidèle » seulement dans la

mesure où il doit prendre en compte la valeur esthétique (qui est, les sons beaux et

naturels du texte de la langue de départ, compromettant dans la signification). En outre,

elle peut traduire les mots culturels moins importants par les termes fonctionnels mais pas

par des équivalents culturels – « une nonne repassant un corporal » peut devenir « a nun

ironing a corporal cloth » - et il peut faire d'autres petites concessions au lectorat. La

distinction entre les traductions « fidèle » et « sémantique » est que le premier est

intransigeant et dogmatique, tandis que le second est plus souple, la distinction admet

l'exception créative à 100 % fidélité et permet d'empathie intuitive du traducteur avec

l'original. Les procédés de la traduction sémantique sont :

2.5.1.1. La Traduction Littérale

La traduction littérale varie de mot en mot, de groupe en groupe; de collocation en

collocation; de clause en clause; de phrase en phrase. La plus petite unité, le plus commun

est l'approche, en suivant les procédures de base de traduction. S'il y a des problèmes

transnationaux, ou des ambiguïtés et des incertitudes, la traduction littérale est

généralement hors de question. Au-dessus du niveau du mot, ce procédé devient de plus

en plus difficile. La traduction littérale est la procédure correcte seulement (1) si la langue

de départ et le sens de la langue d’arrivée correspondent plus étroitement que tout autre,

et (2) le sens de l'unité de la langue de départ n'est pas affectée par son contexte, de

manière à ce que le sens de l'unité de la langue de départ ne correspond pas à elle.


Asa, Badua | 22

2.5.1.2. La Transcription

Ce procédé indique rendant des sons d'une forme de la langue de départ dans la

forme de la langue d’arrivée. Les langues qui utilisent essentiellement le même alphabet

ne peuvent pas encore avoir la même gamme de sons. Par exemple, les alphabets

allemand et anglais. Les sons de n'importe quelle langue rendue dans un alphabet

phonétique sont transcrits dans un autre. Quand on écrit « fujiyama » on transcrit du

japonais vers l'anglais. Le même mot peut être transcrit en allemand « Fudschijama »,

même si les alphabets allemands et anglais sont si proches les uns des autres. Les

traducteurs peuvent utiliser la procédure lorsque le système phonologique de la langue de

départ est différent de celui de la langue d’arrivée.

2.5.1.3. La Translittération

La translittération est le processus qui rend les lettres de l'alphabet en termes de

lettres d'un autre avec un système alphabétique différent. Dans la transcription, la

prononciation du mot de la langue de départ est transcrite dans le système alphabétique de

la langue d’arrivée. Mais dans la translittération, la prononciation du mot de la langue de

départ est transcrite dans le système de son de la langue d’arrivée. Pour telle

translittération, certains signes diacritiques sont généralement utilisés pour exprimer la

prononciation du mot de langue de départ. Pas de translittération est nécessaire entre les

langues partageant le même alphabet comme l'anglais et l'allemand.

2.5.1.4. Le Transfert/Transmission (emprunt + transcription)

Il s'agit d'un processus de transfert d'un mot de la langue de départ à un texte de la

langue d’arrivée, à la suite d'une série de procédures de la traduction. Ensuite, le mot

devient un emprunt. Certains théoriciens affirment bien sûr que ce n'est pas un procédé de

traduction, mais pas d'autre mot est approprié, par exemple, le mot français « Coup

d’état » est utilisé en anglais comme il est. Toutefois, le traducteur doit décider de
Asa, Badua | 23

transférer un mot inconnu dans la langue d’arrivée. L'argument en faveur du transfert,

c'est qu'il montre le respect de la culture de la langue de départ tandis que l'argument

contre le transfert, c’est le travail du traducteur à traduire ou à expliquer.

2.5.1.5. L’Expansion

C’est un procédé imprécis de la traduction, que les traducteurs pratiquent

intuitivement dans certains cas, ponctuellement pour les autres. Cependant, il y a au

moins un changement que le traducteur peut certainement garder à l'esprit, en particulier

dans les textes qui sont mal rédigés:

(1) Expansion: - Langue de départ. Adjectif > La langue d’arrivée. Adverbe +

participe passé du participe présent + Objet

2.5.2. La Traduction Communicative

La traduction communicative tente de rendre la signification contextuelle et exacte

de l'original de telle façon que le contenu et la langue sont facilement acceptables et

compréhensibles pour les lecteurs. Cela couvre les procédures suivantes:

2.5.2.1. La Naturalisation

Ce procédé réussit le transfert et adapte premièrement le mot de la langue de

départ à la prononciation normale de la langue d’arrivée, et puis à sa morphologie

normale.

2.5.2.2. La Transposition

C’est un procédé commun utilisé dans la traduction. Catford l’appelle « shifts ».

Elle implique de remplacer une structure grammaticale dans la langue de départ avec l'un

des différents types de grammaire dans la langue d’arrivée pour atteindre le même effet.

Elle peut avoir lieu dans une seule langue; par exemple « J’irai à Paris demain » et « Je

vais aller à Paris demain ». Elle peut avoir lieu entre les deux langues. Elle dispose de

deux catégories : obligatoire et optionnelle. Les transpositions obligatoires sont celles qui
Asa, Badua | 24

doivent être prises si la structure de l'énonciation est conformée aux règles grammaticales

de la langue d’arrivée. Les transpositions optionnelles ne sont pas imposées par les règles,

il y a une autre option pour elles. Ce qui est obligatoire ou optionnel dépendra du contexte

et de la situation.

La transposition appartient à deux classes principales:

(a) Le remplacement d'une forme grammaticale par une autre forme grammaticale.

Il comprend:

(i) changement de la catégorie « class-shift »

nom > verbe ; nom > adjectif ; nom > adverbe

verbe > nom ; verbe > adjectif ; verbe > adverbe

adjectif > nom ; adjectif > verbe ; adjectif > adverbe

adverbe > nom ; adverbe > verbe ; adverbe > adjectif

(ii) changement de l’unité

mot > expression; mot > proposition

expression > mot ; expression > proposition

proposition > mot ; proposition > expression

(iii) changement de la structure

dominante > subordonné

subordonné > dominante

( iv ) changement interne

voix active > voix passive

verbe transitif > verbe intransitif

comparatif > superlatif

attribut de nom > attribut du verbe

pluriel > singulier


Asa, Badua | 25

article défini > article indéfini

présent > passé , et vice versa , etc.

(b) Le remplacement d'une forme grammaticale par un lexical ou vice versa.

2.5.2.3. L’Équivalence Culturelle

C’est une traduction approximative où un mot culturel de la langue de départ est

traduit par un mot culturel de la langue d’arrivée. L’utilisation de traduction est limitée;

car elle n’est pas précise, mais ce procédé peut être utilisé dans les textes généraux, la

publicité et la propagande, ainsi que pour une brève explication aux lecteurs de la langue

d’arrivée qui sont ignorants de la culture pertinente de la langue de départ. Ce procédé

peut donner un plus grand impact pragmatique que les mots culturellement neutres.

2.5.2.4. L’Équivalence Fonctionnelle

C'est également un procédé commun, appliquée à mot culturel de la langue de

départ lorsque la langue d’arrivée demande une parole culturelle libre ou un nouveau

terme spécifique dans la langue d’arrivée. Donc, il neutralise ou généralise le mot de la

langue de départ.

Par exemple : Doordarshan > Indian Television

Quand un terme équivalent dans la culture de la langue d’arrivée ne peut pas

trouver un mot culturel de la langue de départ, ce procédé est la façon la plus précise de la

traduction.

2.5.2.5. L’Équivalence Descriptive

Dans la traduction, la description doit être pesé parfois contre la fonction, par

exemple pour le mot « Aram » en Tamil, la description est « un instrument en fer, avec

des dents d'un côté, la fonction est pour couper ». Lorsqu’on combine la description et la

fonction, on obtient le sens « scier ». La description et la fonction sont des éléments

essentiels pour expliquer et, par conséquent, pour traduire.


Asa, Badua | 26

2.5.2.6. La Synonymie

C’est un équivalent proche de la langue d’arrivée à un mot de la langue de départ

dans un contexte où une équivalence précise peut ou ne peut pas exister. Ce procédé est

utilisé pour les mots de la langue de départ où il n'y a pas un équivalent « one-to-one »

clair dans la langue d’arrivée et le mot n’est pas important dans le texte.

2.5.2.7. La Modulation

Vinay et Darbelnet ont inventé le terme « modulation » pour définir « une

variation par un changement de point de vue et de la perspective ». Ainsi la modulation

permet à un changement dans les éléments lexicaux. La transposition reste dans le

domaine de la grammaire, mais la modulation est largement concernée par la signification

dans le dictionnaire. La transposition et modulation peuvent avoir lieu en même temps.

Une transposition peut également être une modulation. Il y a trois idées sous-jacentes de

la modulation. Elles sont :

(1) Inclusion. Elle est de deux types:

(a) la spécialisation

(b) la généralisation

(2) Opposition. Elle est des types suivants (+ > -)

(a) animé > inanimé

(b) statique > dynamique

(c) positif > privative

(d) cause > effet, etc.

(3) Changement d'état :

(a) dimension

(b) direction

(c) quantité > qualité


Asa, Badua | 27

(d) symboles

(e) sensation, etc.

Vinay et Darbelnet ont divisé la modulation dans les catégories suivantes :

(1) contraire négative

(Newmark appelle cela comme positif pour le double négatif)

(2) la partie pour l’entier

(3) l’abstrait pour le concret

(4) la cause pour l’effet

(5) une partie pour un autre

(6) l’inversion des termes

(7) l’actif pour le passif

(8) l'espace pour le temps

(9) les intervalles et les limites

(10) le changement de symboles, etc.

2.5.2.8. L’Adaptation

Ce procédé est utilisé lorsque les autres ne sont pas suffisantes. Elle implique de

modifier le concept, ou en utilisant d'une situation analogue à la situation de la langue de

départ mais non identique à elle. Cela prend deux formes: la première implique de rendre

la situation dépeinte dans la langue de départ, mais avec des unités lexicales, par exemple,

la traduction des proverbes; le second autorise la création de la situation dans la langue

d’arrivée qui est analogue à celui de la langue de départ, car une situation identique

n'existe pas dans les deux langues.

2.5.2.9. La Traduction Reconnue


Asa, Badua | 28

Le traducteur doit normalement utiliser la traduction officielle ou la traduction

généralement acceptée d'un terme institutionnel. Parfois, ils peuvent même sentir que ces

traductions sont mauvaises mais il n'est pas trop tard pour les changer. Si le traducteur ne

le fait pas dans n’importe quel texte officiel ou grave informatif, il serait le source de la

confusion. Ainsi, les traducteurs doivent utiliser rien d'autre que les termes acceptés.

2.5.2.9. Le « Translation Label »

C’est une traduction provisionnelle, généralement d'un nouveau terme

institutionnel, mise entre guillemets et qui peut être retirée plus tard. Cela pourrait être

faite par les traductions littérales.

2.5.2.10. La Compensation

Ce procédé est utilisé quand il y a une perte de sens, de l'effet sonore, de la

métaphore ou l'effet pragmatique dans une partie de la phrase. Une telle perte est

compensée dans une autre partie, ou dans une phrase contiguë.

2.5.2.11. L’Analyse Componentielle

Dans la traduction, ce procédé de base est utilisé pour comparer un mot de la

langue de départ avec un mot de la langue d’arrivée qui a un sens similaire, mais n'est pas

un équivalent évident « one-to-one ». En démontrant d'abord leurs composants du sens

commun et différent. Généralement, le mot de la langue de départ a un sens plus précis

que le mot de la langue d’arrivée, et le traducteur doit ajouter un ou deux composants de

sens de la langue d’arrivée au mot de la langue d’arrivée correspondant afin de produire

une approximation plus proche du sens.

2.5.2.12. La Réduction

C’est un procédé imprécis de la traduction, que les traducteurs pratiquent

intuitivement dans certains cas, ponctuellement pour les autres. Cependant, il y a au


Asa, Badua | 29

moins un changement que le traducteur peut certainement garder à l'esprit, en particulier

dans les textes qui sont mal rédigés:

(1) Réduction : - Langue de départ. Adjectif de substance + Nom > Nom de la

langue d’arrivée

2.5.2.13. La Paraphrase

Il s'agit d'une application ou d'explication de la signification d'un segment de

texte. Elle est utilisée dans un texte anonyme quand il est mal rédigé ou quand il avait des

implications et des omissions importantes.

2.5.3. Les « Couplets » ou Distique

Le distique, les triplés, les quadruplés combinent deux, trois ou quatre des

procédés mentionnés ci-dessus, pour traiter avec un seul problème. Ils sont

particulièrement fréquents pour les mots culturels, si le transfert est combiné avec un

équivalent fonctionnel ou culturel, vous pouvez les décrire comme deux ou plusieurs

bouchées à une cerise.

2.5.4. Omission

Cela est un procédé d’omettre un ou plusieurs mots de la langue source lors de la

traduction. Ce procédé peut être le résultat des affrontements culturels qui existent entre

la langue de départ et la langue d’arrivée. En fait, il est dans la traduction de sous-titrage

où l'omission atteint son apogée dans l'utilisation. Le traducteur omet des mots qui n'ont

pas d'équivalents dans la langue d’arrivée, ou que peut soulever l'hostilité du récepteur.
Asa, Badua | 30

III. Méthodologie

Nous visons à faire une étude descriptive des procédés utilisés pour traduire les

mots à fort contenu culturel du filipino vers l’anglais, de l’anglais vers le français et du

filipino vers le français dans les sous-titres du film Serbis dirigé par Brillante Mendoza.

Les mots sont divisés selon les catégories que nous avons fixées basées sur les catégories

de la référence liée à la culture « intralinguistique » proposées par Jan Pedersen, un

professeur de Stockholm University qui maîtrise les études en traduction et qui a effectué

des recherches spécifiques sur la traduction audiovisuelle. Ces sont en particulier les

catégories des expressions familières et des argots ; des argots sexuels et des jurons.

En outre, cette étude est basée sur les procédés de la traduction proposés par

Newmark, un théoricien bien connu de la traduction dont les œuvres sont largement

utilisés par l'industrie de la traduction en raison de sa crédibilité ; et Lomheim, un

philologue norvégien qui a les œuvres sur la traduction et la standardisation de la langue ;

il a également proposé une liste de procédés de traduction appliqués en particulier sur le

sous-titrage. Selon A Textbook of Translation, les procédés de Newmark peuvent être

classifiés en deux groupes : la traduction sémantique et la traduction communicative. La

première tente de rendre la structure sémantique et syntaxique de la langue source à la

langue cible. En outre, cela permet d'empathie intuitive du traducteur avec le texte

original. Il recouvre deux procédures: la traduction littérale et le transfert. D’autre part, la

traduction communicative tente de rendre la signification contextuelle et exacte de

l'original de telle façon que le contenu et la langue sont facilement acceptables et

compréhensibles pour les lecteurs cibles. De plus, cela produit le texte de la langue

d’arrivée sans le style et la forme de l’original (Newmark 1988). Cela recouvre cinq

procédures: la synonymie, la modulation, l’équivalence culturelle, la paraphrase, la

transposition et l’adaptation. Selon Newmark, l’emploi des deux procédés en même


Asa, Badua | 31

temps est toujours possible et ce procédé-là s’appelle les couplets. Dans le cas où le

changement de registre ou l’intensité des mots est évident dans la traduction, les deux

méthodes fixées par Lomheim tel que l’accentuation et la neutralisation seront appliquées.

L’omission est également inclues puisqu’il y a des parties omises dans la traduction.

Pour comprendre profondément la relation de la traduction sémantique et la

traduction communicative avec la culture, nous appliquons les deux stratégies proposées

par Venuti : foreignization et domestication. Nous avons utilisé ces stratégies parce qu'ils

sont couramment utilisés par rapport à la théorie de Schleiermacher de laquelle ces

stratégies sont nées. De plus, nous avons appliqué des stratégies de traduction, car elles

traitent l'ensemble du texte autre que les procédés de traduction qui ne traitent que de

petites unités du texte.

Foreignization implique une pression ethnodeviant sur les valeurs culturelles de la

langue cible pour enregistrer la différence linguistique et culturelle du texte étranger et

envoie donc le lecteur à l'étranger (Venuti 1995 : 20). Les deux procédés dans la

traduction sémantique sont évidemment liés au foreignization. Par contre, les cinq

procédés dans la traduction communicative et les deux methodes de Lomheim sont les

manifestations de domestication qui impliquent une réduction ethnocentrique du texte

étranger aux valeurs culturelles de la langue cible, par conséquent, il faut traduire dans un

style transparent, couramment et invisible afin de minimiser l'étrangeté du texte original

(Venuti 1995:20).

Dans cette étude, nous avons identifié et classifié d’abord les argots, les jurons et

les expressions familières dans le dialogue philippin du film Serbis. Puis, nous

définissons chaque élément de la culture de la langue de départ à l'aide de cinq

dictionnaires, et des articles et des enquêtes de sources Internet. Nous devons les utiliser

parce que tous les mots et expressions indiqués ici ne peuvent pas être trouvés dans un
Asa, Badua | 32

seul dictionnaire. Parmi eux, UP Diksiyonaryong Filipino par Virgilio Almario et A

Dictionary of Tagalog Slang and Expressions par Rosario Pestano-Pacheco seraient les

plus utilisés. Ensuite, nous identifierons les procédés utilisés basés sur les procédés de

Newmark et Lomheim dans les trois directions de traduction : du filipino vers l’anglais,

du l’anglais vers le français et du filipino vers le français. Ensuite, nous expliquerons les

raisons probables pour l’emploi de ces procédés.

Après avoir expliqué l’utilisation de ces procédés, nous pouvons trouver la

stratégie dominante (soit foreignization ou soit domestication ou soit neutre) appliquée

sur la traduction en comparant des résultats des statistiques des procédés proposés par

Newmark et Lomheim : la traduction sémantique et la traduction communicative.

En définitive, nous pouvons discerner comment le sens culturel des mots est

communiqué dans le film - si la traduction de la culture ou la langue de départ provoque

le même effet à la culture ou la langue d’arrivée par l’intermédiaire d’une autre langue

(l’anglais).

IV. Analyse

L'analyse est divisée en trois parties: l'analyse de la traduction des expressions

familières (colloquialism), des argots et des jurons du filipino vers l'anglais ; de l'anglais

vers le français et du filipino vers le français sans prendre en compte que la traduction

française est basée sur l’anglais. Ils seront examinés séparément.

Pour chaque partie, les données empiriques examinées sont divisées en trois

catégories: les expressions familières ou colloquialism/l’argot, les argots sexuels et les

jurons. Dans chaque catégorie, une table contenant le texte de départ et sa traduction sera

présentée alors que l'analyse approfondie suit.

En outre, dans chaque catégorie, principalement les procédés les plus dominants

seront mentionnés. Il y a aussi des exemples de procédés moins utilisés, de traductions


Asa, Badua | 33

problématiques ou inhabituelles. Après les exemples dans chaque catégorie un bref

résumé et une conclusion avec la présentation statistique suivent.

À la fin de chaque partie, un résumé des tendances de toutes les catégories sera

donné ainsi que l'évaluation si les résultats sont domesticated ou foreignized basée sur les

résultats statistiques d'ensemble.

4.1. L’analyse de la traduction du filipino vers l’anglais

4.1.1. Les expression familières et les argots

Filpino Anglais Le procédé utilisé


Anong drama mo ache ? What's with her? Paraphrase
Mga bading! Stupid fags! Accentuation
Mother, bilisan mo! Auntie, double time. Synonymie
Sister, maraming mga Sister, boys kept me fully Paraphrase
rampa, sayang ang mga booked.
booking.
Ano ba, bakla, gaga ka ang Oh boy, what a dumb girl Paraphrase
shonga-shonga mo talaga. you are.

Kaloka ! What the fuck ! Accentuation


Mama, kabayaran, bilis! Mother, the money, quick ! Traduction littérale avec
Neutralisation
Siya na nga nangaliwa. He cheated on me. Traduction littérale avec
Neutralisation
Dahil sa kanyang kulasisi. For that bitch. Accentuation
Hindi u-ubra ang tatay mo Nayda, your father is not Neutralisation
sa batas. exempt from the law.
Wala akong budget. Too expensive. Paraphrase
Si kap pare nakikipagkita. The Captain, he wants to Neutralisation
see me.
Alin yung bagets? The kid? Equivalence culturelle
Wag mo ko indianin ah? Don't stand me up. Equivalence culturelle
Hingi ng yosi? Can I have a cigarette? Traduction littérale avec
Neutralisation
Asa, Badua | 34

Papa, very good po ako sa Papa, I did good in Math. Modulation


times.
Pare, sino yan? Ricky, who texted? Modulation
Binababoy niyo yung This is not a whorehouse. Paraphrase
sinehan.
Tableau 1: Liste des expressions familières et des argots traduits du filipino vers l'anglais

4.1.1.1. Neutralisation

[1] Hindi u-ubra ang tatay mo sa batas.

Your father is not exempt from the law.

Uubra est un terme familier qui a un usage différent. Il vient du mot espagnol

« obrar » que signifie « causer ». En filipino, cela signifie généralement: pour être

efficace, possible ou réalisable (Almario). Dans ce contexte, le terme uubra signifie ‘pour

gagner dans un procès ou d'avoir la faveur de la loi’. De familier ou colloquial, sa

traduction devient formelle dans le registre, qui est également idiomatiquement correcte

dans le contexte.

[2] Si kap pare nakikipagkita.

The Captain, he wants to see me.

Kap est le terme abrégé pour Kapitan. Il vient du mot espagnol «capitan» qui est

utilisé pour adresser un « gobernadorcillo », un capitaine de l'armée, un capitaine de

navire et un responsable de n'importe quel groupe (Almario). Dans le film, kap est un

terme informel utilisé pour s’adresser au capitaine d'un Barangay, la plus petite division

administrative aux Philippines. Comme nous pouvons le voir, il y a un changement dans

le registre ; de l'informel il devient formel, la traduction est donnée avec un ton plus poli.

4.1.1.2. Traduction littérale avec Neutralisation

[3] Mama, kabayaran, bilis!

Mother, the money, quick!


Asa, Badua | 35

Kabayaran signifie « un paiement » (Almario). D’autre part, il a une signification

plus profonde, qui est un paiement non pour les choses ordinaires, mais pour des choses

avec des connotations négatives telles que le paiement pour le péché, pour de mauvaises

actions, pour les mensonges et les tromperies. Cependant, actuellement le terme a évolué

dans une utilisation plus casuelle retirant sa signification standard. Le terme est devenu un

paiement pour des choses habituelles qu’on peut acheter (Encleare Foundation Inc.). Il est

le plus couramment utilisé par les gays, mais les gens ordinaires l’ont récemment adopté.

Dans le contexte, ce terme est probablement utilisé pour indiquer à quel groupe appartient

au locuteur, qui est le groupe des homosexuels. De l'argot, la traduction est donnée avec

la forme standard, qui pourrait réduire l'indication de l'appartenance du locuteur à un

certain groupe.

[4] Hingi ng yosi?

Can I have a cigarette?

Yosi est un terme d'argot pour la cigarette. Il est dérivé du mot tagalog sigarilyo.

Les syllabes intermédiaires ont été supprimés, les syllabes restants si et yo ont été

transposées pour former un son plus pratique et plus euphonique (Pestano-Pacheco 1992).

La traduction est changée de l'argot à sa forme standard, qui est également correct dans le

contexte. Le changement de registre n'a pas affecté la traduction tellement parce qu’il

n’est probablement pas de terme équivalent d'argot de cigarette en anglais.

[5] Siya na nga nangaliwa.

He cheated on me.

Nangaliwa est un terme familier qui signifie «être infidèle ou pour tromper à son

conjoint» (David et San Miguel). Il est un terme familier, mais son utilisation est flexible.

Il peut être utilisé dans un niveau familier de la conversation ainsi que dans un niveau
Asa, Badua | 36

formel de la conversation c'est pourquoi la traduction est toujours appropriée, même s’il y

a un changement dans le registre.

4.1.1.3. Accentuation

[6] Mga bading!

Stupid fags!

Bading est un terme familier pour l’homosexuel masculin. Il s'agit d'une variante

du mot bakla qui signifie un homme qui est attiré, qui aime et qui a des relations sexuelles

à son prochain (Almario). Il aime aussi à agir, de sentir, de s'habiller et de parler comme

une femme (Encleare Foundation Inc.). Dans ce contexte, la phrase n'a pas été utilisée

comme une insulte, c'est plutôt juste pour s’adresser à un groupe d'homosexuels, mais sa

traduction est donnée avec un équivalent offensant.

[7] Kaloka!

What the fuck !

Kaloka est une expression d’argot qui s’adresse au gay. Elle est littéralement

utilisée quand quelque chose peut rendre quelqu'un fou, mais dans un niveau plus

informel, elle doit être utilisée chaque fois que quelqu'un a un sentiment tenace qu'il ou

elle doit dire quelque chose pour libérer le stress de situations bizarres ou même de libérer

une frustration énorme (Wikipilipinas). De l'argot, la traduction utilisée le juron pour faire

l'expression plus frappante avec un sentiment de colère.

[8] Dahil sa kanyang kulasisi.

For that bitch.

Kulasisi est un mot familier pour la maîtresse (Pestano-Pacheco 1992). La

traduction est changée du registre familier à juron faisant la déclaration plus émotionnelle

indiquant le sentiment d'amertume.

4.1.1.4. Paraphrase
Asa, Badua | 37

[9] Anong drama mo ache?

What's with her?

Selon Pestano-Pacheco dans A Dictionary of Tagalog Slang and Expression,

Anong drama na naman yan ! est un équivalent d’expression anglaise What’s the fuss all

about ?. C’est la même chose pour le contexte dans le film qui se réfère à l'acte de

quelqu'un qui attire l'attention. Il est généralement demandé quand on remarque quelqu'un

qui pleure ou qui agit bizarrement. Dans la traduction, l'expression originale est changée

parce qu'il y a un enlèvement du mot à fort contenu culturel, mais l'utilisation de

paraphrase s'adapte toujours au contexte parce que la traduction est indiquée de manière

informelle.

[10] Wala akong budget.

Too expensive.

Budget ou badyet est une estimation de l'argent qui peut être dépensé à des objets

diverses (Encleare Foundation Inc.). Il est emprunté du mot anglais « budget ». Ils ont

tous deux le même sens, mais les Philippins avaient l’habitude de le dire comme un

substitut à l'argent, quand ils ont de l'argent, ils disent littéralement « J'ai de budget » et

quand ils ne l’ont pas, ils disent «Je n'ai pas de budget ». Dans le contexte « wala akong

budget », c’est à dire que, « Je n'ai pas assez d'argent » parce que pour le locuteur l'objet

est cher. Le terme culturel a été enlevé dans la traduction et il a été traduit dans une

manière complètement différente mais le sens du contexte a été toujours conservé.

[11] Binababoy niyo yung sinehan.

This is not a whorehouse.

Binababoy signifie « faire quelque chose d’être sale ou immorale » (Tagalog

Dictionary). Dans ce contexte, il se réfère à des scènes de sexe fait à l'intérieur du cinéma.

Le traducteur a probablement utilisé le bordel comme une métaphore parce que c'est
Asa, Badua | 38

l'endroit le plus approprié pour entretenir des activités immorales que le cinéma, donc la

traduction justifie encore le contexte de l'original, même si elle a été reformulée.

[12] Sister, maraming mga rampa, sayang ang mga booking.

Sister, boys kept me fully booked.

Sister est un terme emprunté à l'anglais. Pour les Philippins, il est généralement

utilisé pour appeler les femmes ou les homosexuels (David et San Miguel). Rampa d'autre

part est un terme d'argot qui signifie pour habiller et aller faire la fête (Tusong Matsing)

tandis que Booking est un terme d'argot qui est associé aux homosexuel qui signifie

«flirter» ou «one-night stand» (Badafinitions), mais dans le contexte, il a été utilisé pour

se référer à des rapports sexuels tarifés, une synonyme du mot « Serbis ». Celui qui parle

ce dialogue est un homosexuel, la traduction est reformulée avec l’enlèvement des termes

culturels et la réduction du sens, mais en quelque sorte le sens a été conservé parce que le

mot «boys» a maintenu la nuance sexuelle de l'original.

[13] Ano ba, bakla, gaga ka ang shonga-shonga mo talaga.

Oh boy, what a dumb girl you are.

Ano ba est une expression familière qui peut être utilisé dans de nombreuses

situations. Il peut signifier beaucoup de choses, on peut dire que quand quelqu'un vous

taquine, ou lorsque vous êtes contrarié de quelque chose. Dans ce contexte, il a été dit à

cause de l'impatience ou de l'agacement. Bakla d'autre part est un homosexuel qui affiche

des maniérismes féminins et qui s’habille comme femme, mais dans le contexte, le mot a

été utilisé pour traiter une femme. En outre, Shunga - shunga est un terme d’argot

d’homosexuel pour le mot tagalog « tanga » qui se réfère littéralement à une personne

stupide (David et San Miguel) et qui est couramment utilisé comme une insulte, mais il

est plus adouci que « tanga », tandis que Gaga est un terme d'argot pour une fille stupide

(David et San Miguel). L'utilisation de ce terme est moins grave que « gago », qui est un
Asa, Badua | 39

gros mot. Il est généralement utilisé lorsque les gais ou les femmes sont en conversation

avec des blagues.

Ano ba a été traduit en utilisant une expression anglaise commun « oh boy » qui

est une traduction applicable. Shunga - shunga et gaga sont synonymes à l'autre donc

rendant ces mots à un seul adjectif équivalent est toujours aussi efficace. Dans l'ensemble,

la traduction peut conserver le sens de l'original, même si presque tous les mots culturels

ont été réduits.

4.1.1.5. Équivalence culturelle

[14] Wag mo ko indianin ah?

Don't stand me up.

Indianin signifie de poser un lapin à quelqu'un tandis qu’une personne qui le fait

est appelée « indiyan », quelqu'un qui ne vient pas à un rendez-vous (Pestano-Pacheco

1992). La traduction est un bon équivalent parce que le ton et le registre de l'original a été

préservé. C’est également l’équivalent idiomatique exact de l’original.

[15] Alin yung bagets?

The kid?

Bagets est un terme d'argot pour les plus jeunes ou les adolescents. C’est une

variation du mot d'argot bagito qui est utilisé pour décrire un adolescent ou d'une

personne qui est nouveau pour un lieu ou non soumis et sans expérience à une certaine

situation ou un événement (Pestano-Pacheco 1992). La traduction a le même sens que

l'original et le registre est tenu.

4.1.1.6. Modulation

[16] Papa, very good po ako sa times.

Papa, I did good in Math.

Selon la définition de Pocket Tagalog Dictionary, times est un terme familier pour
Asa, Badua | 40

la multiplication. Les philippins ont l'habitude de dire à la place de son terme standard

probablement parce que le terme est plus souvent utilisé et est donc plus facile à

prononcer donc le terme a devenu un substitut plus pratique pour le mot

« multiplication ». La traduction a été généralisée, car au lieu d'utiliser la «

multiplication » comme son équivalent standard pour préciser le sens dans le contexte,

Math a été utilisé qui est un terme plus général.

[17] Pare, sino yan?

Ricky, who texted?

Pare est un terme d'argot qui est un nom de compagnie pour les copains, surtout

chez les hommes (Pestano-Pacheco 1992). C’est une contraction du mot kumpadre, un

titre utilisé par un couple pour s’adresser au parrain de leur enfant ou par ce dernier pour

s’adresser au père de son filleul (Ecleare Foundation Inc.). La traduction est donnée avec

un équivalent spécifique car « Ricky » est le nom propre visé par le nom commun

« pare ».

4.1.1.7. Synonymie

[18] Mother, bilisan mo!

Auntie, double time.

Mother est un terme qui est associé aux gais, il fait référence à des homosexuels

vieux et plus sages ; ce terme est similaire au mot anglais « auntie », mais plus favorable

(Thought Catalog). Selon la définition, le synonyme « auntie » a été utilisé dans la

traduction qui a également préservé le sens d’original.

4.1.1.7. Le résumé de données dans la traduction des expressions familières et des

argots du filipino vers l'anglais


Asa, Badua | 41

Traduction des expressions familières et des argots du


filipino vers l'anglais

3 3
2 2 2
1

Neutralisation Traduction Accentatuation Paraphrase Equivalence Modulation Synonymie


Littérale avec Culturelle
Neutralisation

Figure 1: Cette figure montre les chiffres des mots dans la traduction des

expressions familières et des argots du filipino vers l'anglais

Les procédés dominants utilisés pour traduire des expressions familières et l'argot

étaient la paraphrase et la neutralisation. Ces deux procédés ont été attendus car les

références liés à la culture sont susceptibles d'être atténué ou remplacé par un autre terme

ou expression, comme des mots culturels n'ont pas toujours d'équivalent exact dans la

langue d’arrivée. La traduction littérale a également été utilisée, bien que les mots à fort

contenu culturel soient à la fois neutralisés. Il y a des cas où certains mots ont changé

leurs registres par exemple l’argot et les expressions familières deviennent des jurons, les

faisant plus marqué. Étonnamment, l’utilisation de la modulation est également évidente ;

généralement, la modulation de la partie pour le tout ou vice versa. Enfin, quelques mots

ont été traduits dans leur équivalent culturel ou leur proche équivalent culturel et sont

restés dans le registre.

4.1.2. Les argots sexuels

Filipino Anglais Le procédé utilisé


Tanong mo naman baka Ask him if he wants an Transfert
Asa, Badua | 42

gusto niya ng orgy. orgy.


Sir mura lang. Chupa? Blowjob, sir? Equivalence culturelle
manonopa cocksucker Equivalence culturelle
Serbis? Service? Traduction littérale
“Putang-ina nyong You maniacs. Always Paraphrase
mgabakla hungry for dicks!
kayo! Para kayong
mauubusan ng titi!"
Yung boobs ilabas. Chest out. Equivalence culturelle
avec Neutralisation
Ilabas ang dibdib. Chest out. Equivalence culturelle
Papa, si ate Jewel Papa, Aunt Jewel has no Paraphrase
nakabomba. clothes.
Nagpapatira ka ba? Do you do anal? Modulation
Ay putang ina mo! You prick! I'm gonna suck Paraphrase
Chuchupain kta jan e. you dry.

Tableau 2: Liste des argots sexuels traduits du filipino vers l'anglais

4.1.2.1. Équivalence culturelle

[1] Sir mura lang. Chupa?

Blowjob, sir?

Chupa est un slang philippin qui signifie une fellation ou la simulation orale du

pénis (David et San Miguel). Le mot est traduit comme blowjob pour préserver la

vulgarité de la langue source.

[2] manonopa

cocksucker

Manonopa, le terme utilisé à une personne qui fait la simulation orale a la même

connotation avec sa traduction en anglais, cocksucker. De plus, les deux mots sont

propres au même registre, le registre familier (vulgaire.)

[3] Ilabas ang dibdib.

Chest out.
Asa, Badua | 43

En générale, le mot dibdib signifie la poitrine ou le front de torso (Komisyon sa

Wikang Filipino). Au contexte philippin, il est autant utilisé pour appeler le sein des

femmes. « Ilabas ang dibdib» est pareil à l’expression bomber le torse. En traduisant cette

phrase-là comme « Chest out », la plus proche équivalence naturelle est obtenue.

4.1.2.2. Équivalence culturelle avec Neutralisation

[4] Yung boobs ilabas.

Chest out.

Le terme boobs est emprunté du mot anglais boob (mot vulgaire de sein) ; c’est

aussi un mot utilisé principalement par les adolescents et les jeunes adultes, soit pour

complimenter ou pour ridiculiser un sein d'une femme (Pestano-Pacheco 1992). « Ilabas

ang dibdib » et « Yung boobs ilabas » ont la même signification. Cela est la raison pour

laquelle les deux phrases ont les mêmes traductions en anglais. La seule question est le

type de registre utilisé dans la langue source. Il faut noter que boobs est le registre

familier du mot dibdib.

Le procédé de neutralisation est également appliqué étant donné que le mot boobs

est propre au registre familier ; par contre chest est du registre formel.

4.1.2.3. Traduction littérale

[5] Serbis?

Service?

Serbis est le terme normalement utilisé quand une personne s’engage à la

prostitution en échange de l’argent (Pestano-Pacheco 1992). Le mot est traduit

littéralement comme service. Le procédé utilisé n’apporte pas le même effet ou sens du

mot à la langue d’arrivée ; puisque le contenu sexuel est perdu dans la traduction littérale.
Asa, Badua | 44

4.1.2.4. Transfert

[6] Tanong mo naman baka gusto niya ng orgy.

Ask him if he wants an orgy.

Orgy est un mot anglais qui signifie une partie de débauché où les personnes

s’engagent aux activités sexuelles en groupe et sans restrictions (Aguila).

4.1.2.5. Paraphrase

[7] Para kayong mauubusan ng titi!

Always hungry for dicks!

Titi est un argot pour l’organe sexuel de la reproduction chez l’homme ou le pénis

(Almario). Le mot est traduit en anglais comme dick sous le même registre, vulgaire.

Dans l’expression complète, la paraphrase est utilisée pour traduire « Para kayong

mauubusan ng titi ! » comme « Always hungry for dicks! ». Le mot mauubusan dans le

contexte philippin, est quelquefois associé avec la nourriture – mauubusan ng kakainin

(ne plus avoir à manger). Titi, est vu figurativement comme quelque chose à manger

ainsi, cela est également lié au concept de faim – faim du (manger) pénis.

[8] Ay putang ina mo! Chuchupain kita jan e.

You prick! I'm gonna suck you dry.

Chupa, comme mentionné ci-dessus signifie une pipe, une fellation ou la

simulation orale du pénis. L’emploi de la paraphrase est évident dans la traduction

anglaise car elle met en relief l’acte de sucer l’organe sexuel.

4.1.2.6. Équivalence descriptive avec Neutralisation

[9] Papa, si ate Jewel nakabomba.

Papa, Aunt Jewel has no clothes.

Nakabomba, une adjective qui est semblable avec nu ou sans vêtements et

quelquefois associé avec la pornographie est traduite en anglais comme has no clothes
Asa, Badua | 45

(David et San Miguel). Car il n’existe pas un terme ou un seul élément qui corresponde

avec ce mot-là, la paraphrase est utilisée. Pourtant, la traduction a perdu le sens de

vulgarité a cause de la neutralisation. Nakabomba, un terme vulgaire est remplacé par une

phrase formelle, has no clothes.

4.1.2.7. Modulation

[10] Nagpapatira ka ba?

Do you do anal?

« Nagpapatira ka ba ? » est une question vulgaire demandé à une personne s’il

ou elle est disponible pour des relations sexuelles. Tira qui est un acte sexuel (David et

San Miguel), l’infinitif ou la base du verbe nagpapatira est similaire avec le slang

anglais, bang qui signifie baiser quelqu'un. Dans le film, un homosexuel à demandé la

question au prostitué. Le type de sexe entre deux personnes qui ont le même organe

reproductif (le pénis dans ce cas-là) est évidemment « les rapports annaux ». La question

est traduite comme « Do you do anal ? » pour montrer la spécificité de la relation

sexuelle et pour préserver le contexte dans le film.

4.1.2.8. Le résume de données dans la traduction des argots sexuels du filipino vers

l’anglais

La traduction des argots sexuels du filipino vers


l'anglais
3

1 1 1 1 1

Equivalence Equivalence Traduction Transfert Paraphrase Equivalence Modulation


Culturelle avec Litterale Descriptive
Neutralisation avec
Neutralisation
Asa, Badua | 46

Figure 2: Cette figure montre les chiffres des mots dans la traduction des argots sexuels

du filipino vers l'anglais

Dans la traduction des argots sexuels du filipino vers l’anglais, le procédé

dominant est l’équivalence culturelle. Ce procédé est utilisé pour obtenir la plus proche

équivalence des mots ou des phrases de la langue source à la langue de départ. La

deuxième est la paraphrase où l’emploi des mots différents est évident dans la traduction,

mais le sens de la langue source est toujours préservé. La neutralisation est également

appliquée à l’équivalence descriptive/culturelle et la paraphrase. Les autres procédés

utilisés sont la traduction littérale, le transfert et la modulation.

4.1.3. Les Jurons

Filipino Anglais Le procédé utilisé


Lintek na bata to! Nosy kid! Équivalence descriptive
avec Neutralisation
Kapal ng mukha ng That free-loading attorney! Paraphrase avec
attorney Neutralisation
na yan!
Walangya ka! Ang You shameless fool! Équivalence culturelle
kapal ng pagmumukha What an ingrate you are!
mo!
…pabor sa tarantado …in favor of his bastard Équivalence culturelle
niyang ama. father.
Tarantado ka pala e! You asshole! Synonymie

Anak ng puta naman oh! Son of a bitch! Équivalence culturelle


Putang ina mo! Fuck you! Synonymie
Ay putang ina mo! You prick! I'm gonna suck Synonymie
Chuchupain kita jan e. you dry.
Tang-ina wala namang Shit, you didn't come. Synonymie
lumabas.
Ulul! You're crazy! Équivalence culturelle
avec Neutralisation
Bwiset sa negosyo yan. It's bad for business. Équivalence culturelle
avec Neutralisation
Asa, Badua | 47

Bwiset kayo! Fucking relatives! Synonymie


Punyeta ka! You jerk! Synonymie
Che! Bwaka ng ina! Assholes! Adaptation
110 mo mukha mo! 110 my ass. Équivalence culturelle
“Putang-ina nyong mga You maniacs. Always Modulation avec
bakla kayo! Para kayong hungry for dicks! Neutralisation
mauubusan ng titi!"
Tableau 3: Liste des jurons traduits du filipino vers l'anglais

4.1.3.1. Équivalence descriptive avec Neutralisation

[1] Lintek na bata to!

Nosy kid!

Lintik ou lintek est un mot utilisé pour jurer (Ecleare Foundation Inc.). Lintek na

bata est un gros mot qui se réfère à des enfants qui ne sont pas disciplinés par les parents.

La traduction a été neutralisée parce qu'il y a un changement de registre de juron en

Tagalog à informel en anglais. « Nosy » signifie « montrant trop de curiosité sur les

affaires des autres » et selon le contexte, c'est une bonne traduction car elle a conservé le

sens sans réduisant l'intensité de l'original.

4.1.3.2. Paraphrase avec Neutralisation

[2] Kapal ng mukha ng attorney na yan!

That free-loading attorney!

Makapal ang mukha est une insulte mentionnée à une personne qui est sans honte,

sans tact et arrogante ou trop confiante (David et San Miguel). Sa traduction littérale est «

le visage est épaisse », mais cela signifie vraiment que quand on n’a pas honte, il est

présumé que son visage est déjà épaisse qu'elle ne peut pas être pénétrée par la timidité ou

la honte. Du registre juron, la traduction devient l’argot. « Free- loading » est un argot

anglais qui désigne une personne qui profite de la charité, de la générosité et de

l'hospitalité des autres, qui se complètent aussi le sens de l'original, même si la traduction

a été reformulée et le registre a été modifié.


Asa, Badua | 48

4.1.3.3. Équivalence culturelle

[3] Walangya ka! Ang kapal ng pagmumukha mo!

You shameless fool! What an ingrate you are!

Walang hiya se réfère littéralement à une personne sans vergogne (David et San

Miguel). Il est utilisé comme une insulte douce et peut également être utilisé comme une

interjection. La traduction a été rendue dans une façon idiomatique, fournissant

l'équivalent culturel et en même temps maintenant le ton et le registre de l'original.

[4] …pabor sa tarantado niyang ama.

…in favor of his bastard father.

Tarantado vient du mot espagnol « atarantado » qui signifie une personne

impétueuse qui agit rapidement et sans pensée ou de soins. En filipino, ce mot se réfère à

une personne sans morale et des principes (Almario). Il peut être utilisé comme une

insulte ou une interjection. La traduction « bastard » en anglais était un bon équivalent

parce que son sens qui se réfère à « quelqu'un qui est méchant et désagréable » s’adapte

au contexte. C'est comme dire, « une personne stupide est méchante et désagréable ». Le

texte de départ et la traduction sont deux façons d'insulter une autre personne d'une

manière vulgaire.

[5] 110 mo mukha mo!

110 my ass.

« Mukha mo ! » est un juron philippin qui est utilisé pour transmettre l'idée que

l'on ne croit pas quelque chose qui vient d'être dit (Glossary of Confusing Pinoy

Expressions). Cette expression est équivalente à « My ass ! » en anglais.

[6] Anak ng puta naman oh!

Son of a bitch!

Anak ng puta se réfère à une personne considérée comme bien méchante. Il est
Asa, Badua | 49

également utilisé comme une expression de l’agacement, du dégoût, de la déception ou de

la stupéfaction (ASANAL). La traduction « son of a bitch », en plus d'être un équivalent

entièrement naturel et idiomatique, elle a également été traduite littéralement

probablement en raison de certaines constructions ou d'emprunts universels.

4.1.3.4. Équivalence culturelle avec Neutralisation

[7] Ulol!

You're crazy!

Le terme ulol est un juron philippin qui est associé avec la folie, l’insanité ou

l’absurdité (Kintanar). Cela caractérise un individu qui a perdu la tête et qui est fou ou

irraisonnable. De plus, le terme est également applicable au chien enragé. Dans le

contexte du film, ulol est utilisée pour décrire une personne qui a l’idée absurde et

irraisonnable. Cette expression est proche ou semblable avec l’expression anglaise,

« You’re crazy ! » Pourtant, il faut également noter qu’il existe un changement de

registre, le juron (ulol) est neutralisé au registre informel (crazy).

[8] Bwiset sa negosyo yan.

It's bad for business.

Le juron buwisit/bwiset vient de l’expression fukien chinoise « bo ui sit » qui

signifie « pas de vêtements ou de nourriture». Ce mot initialement visé à quelqu'un ou

quelque chose qui apporte la malchance ou l’infortune (David et San Miguel). Par

exemple, disons qu’une personne est en train de marcher dans la rue, heureuse d'être

vivante, puis tout d'un coup elle est confrontée au visage par un sale mendiant qui lui

demande de l'argent. Le mendiant est buwisit. Il a ruiné sa journée. Aujourd'hui, ce mot a

évolué à signifier quelque chose ou quelqu'un ennuyeux et fortement frustrant, même une

situation terrible.
Asa, Badua | 50

Dans le contexte de phrase, le mot bwiset signifie l’infortune ou la malchance

pour les affaires. La traduction idiomatique est utilisée pour obtenir la proche équivalence

de cette expression en anglais. En même temps, la neutralisation est appliquée avec

l’emploi d’un registre formel (bad) pour remplacer le juron (bwisit).

4.1.3.5. Synonymie

[9] Tarantado ka pala e!

You asshole!

Beaucoup de jurons sont synonyme de l'autre. Certains d'entre eux, même si les

mots sont différents, ont la même signification ou pourrait être adapté dans un certain

contexte. « Tarantado » qui a déjà été défini ci-dessus, est synonyme de « asshole ». Tous

deux se réfèrent à une personne considérée comme répugnante ou désagréable.

[10] Putang ina mo!

Fuck you!

Le mot Tagalog puta signifie littéralement « pute », mais il est utilisé comme un

juron pour exprimer la colère ou la frustration comme « fuck » en anglais. « Putang ina

mo » signifie littéralement « votre mère est prostituée ». Dans la culture philippine, il est

utilisé comme une malédiction, même si la mère visée n'est pas une pute dans la vie réelle

et même les hommes pourraient être étiqueté comme tel. D'autre part, « tang-ina » est une

contraction de « Putang ina mo », il est plus comme un juron comme « putain » ou

« merde ». (Philippine Word for Noobs)

La synonymie a été appliquée parce que la traduction est une des équivalents les

plus proches en anglais qui possède le même degré d'intention à l'original.

[11] Tang-ina wala namang lumabas.

Shit, you didn't come.


Asa, Badua | 51

« Tang-ina » dérivé de « Putang ina », une mère prostituée, est très fréquemment

utilisé dans divers contextes : d'être surpris, embarrassé, emmerdé, énervé, en pétard, en

colère, etc. (Philippine Word for Noobs). Cette expression est traduite en anglais comme

shit, un juron qui exprime une exclamation de dégoût, de colère, ou un désagrément, etc.

Les deux expressions sont évidemment synonymes.

[12] Punyeta ka!

You jerk!

Punyeta vient du mot espagnol, puñeta qui signifie masturbation. Partout, dans le

contexte philippin, ce juron est une façon obscène de dire « putain » ou « merdre »

(McFarland). L’expression « Punyeta ! » est normalement utilisée sous les circonstances

horribles ou insupportables. Quand on ajoute « ka » (toi) – « Punyeta ka ! », est proche

avec les expressions « Damn you ! » (Sois maudit), « Fuck you ! » ou « Crétin ».

[13] Bwiset kayo!

Fucking relatives!

Comme mentionné ci-dessus, le juron buwisit/bwiset, à l’écart d’exprimer la

malchance, cela transmet également un fort sentiment de frustration à quelque chose ou

quelqu’un. Dans le contexte philippin, cette expression est souvent dite quand une

personne est en colère. Dans la traduction anglaise, « Fucking relatives ! » le concept de

colère est toujours préservé.

[14] Ay putang ina mo!

You prick!

Le juron « Putang ina mo ! » est traduit comme « You prick ! » en anglais. Prick

est un terme vulgaire pour le pénis, cela également utilisé pour décrire une personne qui

est considérée comme extrêmement désagréable, surtout un homme.


Asa, Badua | 52

4.1.3.6. Adaptation

[15] Che! Bwaka ng ina!

Assholes!

Dans cette expression, le mot bwaka signifie la sécrétion vaginale et ina signifie la

mère (10 Popular Pinoy Profanities). L’adaptation est appliquée en changeant le terme

avec un autre juron qui a une signification différente. Dans ce cas-la, « Bwaka ng ina »

est remplacé par « Assholes ! » qui a le sens littéral de trous de culs.

4.1.3.7. Modulation avec Neutralisation

[16] Putang-ina nyong mga bakla kayo! Para kayong mauubusan ng titi!

You maniacs. Always hungry for dicks!

« Putang-ina nyong mga bakla kayo ! » partage la même connotation avec

l’expression « Putain de pédés ! » L’adaptation est utilisée pour la traduire car dans le

contexte du film, le mot bakla est associé avec le terme maniac pour montrer que les

homosexuels ou les pédés désirent ardemment le sexe.

4.1.3.8. Le résume de données dans la traduction des jurons du filipino vers l’anglais

La traduction des jurons du filipino vers l'anglais

2
1 1 1 1

Equivalence Paraphrase avec Equivalence Equivalence Synonymie Adaptation Modulation


Descriptive avec Neutralisation Culturelle Culturelle avec
Neutralisation Neutralisation

Figure 3: Cette figure montre les chiffres des mots dans la traduction des jurons du filipino vers

l’anglais
Asa, Badua | 53

Le procédé le plus dominant pour transmettre les jurons était la synonymie, par

lesquels les jurons ont été traduits avec une expression de connotations similaires. Le

deuxième groupe était l’équivalence culturelle, ce qui signifie que la plupart des formes

de jurons a été rendu de manière équivalente en préservant le niveau d'intensité et le degré

d'intention. Le troisième groupe était la neutralisation avec la paraphrase et l’équivalence

culturelle/descriptive, par lesquels les jurons ont été atténués et ont été donnés avec une

expression ou un équivalent différent. Le quatrième groupe était l'adaptation, par laquelle

la traduction a été librement changée et rarement elle n'était pas liée à l'original ou elle a

un sens très différent. La dernière était la modulation, de la forme générale, la traduction a

changé à un équivalent plus particulier.

4.1.4. Résumé et conclusion dans la traduction du filipino vers l’anglais

7
4

Figure 4: Cette figure montre le résumé des données dans la traduction du filipino vers

l'anglais

L’analyse de la traduction des jurons, des argots et des expressions familières du

filipino vers l’anglais montre que le procédé le plus dominant appliqué est l’équivalence
Asa, Badua | 54

culturelle. Cela dépend de la personne qui examine la décision si une traduction est un

équivalent naturel à l’original mais selon l’analyse présentée, la plupart des exemples ont

été traduits d'une manière fonctionnelle qui sont susceptibles d'obtenir un effet équivalent

sur le public cible.

Le deuxième procédé est la neutralisation. Elle est un procédé prévu parce que ces

types de mots culturels sont généralement neutralisés ou même omis dans les sous-titres.

Le troisième procédé est la paraphrase où les éléments sont traduits dans une différente

manière, surtout quand la plupart des mots culturels semblent intraduisibles. Le quatrième

procédé est la synonymie. Selon l’analyse présentée, ce procédé est généralement

appliqué aux jurons probablement parce que beaucoup de cela est synonyme de l'autre,

ayant également le même niveau d'intensité. Le cinquième procédé est la modulation où

la plupart des éléments sont traduits avec un changement du point de vue ou avec un

remplacement de la partie pour le tout.

En outre, seulement quelques mots sont traduits littéralement et les autres sont

traduits dans la manière inattendue en utilisant l’accentuation où le changement de

registre pourrait être nécessaire pour créer un effet similaire dans un contexte donné.

Enfin, il existe également des cas où l’équivalence descriptive, le transfert et l’adaptation

sont appliqués.
Asa, Badua | 55

4.1.5. L’interprétation des données dans la traduction du filipino vers l’anglais

La traduction des expressions familières, des argots et des jurons en appliquant les
stratégies de foreignization et domestication (du filipino vers l'anglais)

Foreignization Domestication Neutralisation Accentuation


Transfert 1
Traduction Littérale 1
Traduction Littérale avec Neutralisation 3
Equivalence Culturelle 9
Equivalence Culturelle avec
3
Neutralisation
Equivalence Descriptive avec
2
Neutralisation
Paraphrase 7
Paraphrase avec Neutralisation 1
Synonymie 7
Adaptation 1
Modulation 4
Neutralisation 2
Accentuation 3

Figure 5: Cette figure montre le résumé des résultats dans la traduction du filipino vers l'anglais

L’analyse de la traduction des jurons, des argots et des expressions familières du

filipino vers l’anglais montre que la stratégie la plus dominante appliquée est la stratégie

de domestication. Il est évident que la traduction communicative recouvre la majorité des

procédés utilisés dans la traduction : l’équivalence, la paraphrase et la synonymie. Par

conséquent, les mots culturels sont traduits dans un style transparent qui minimise

l’étrangeté du dialogue original.

4.2. Analyse de la traduction du l’anglais vers le français

La traduction anglaise sert comme l’intermédiaire de la langue filipino et de la

langue française. Elle est la base originale de la traduction française.


Asa, Badua | 56

4.2.1. Les expressions familières et les argots

Anglais Français Le procédé utilisé


What's with her? Mais qu’est-ce qu’elle a ! Paraphrase
Stupid fags! Grandes folles! Neutralisation
Auntie, double time. Maman, dépêche-toi! Modulation
Sister, boys kept me Ma fille, les garcons m’ont Paraphrase
fully booked. pompé tout mon temps.
Oh boy, what a dumb girl Qu’est-ce que tu es Équivalence culturelle
you are. gourde!
What the fuck ! C’est fou ! Neutralisation
Mother, the money, quick ! Maman, l’argent, vite! Traduction littérale
He cheated on me. Il m’a trompee. Traduction littérale
For that bitch. Pour cette salope. Traduction littérale
Nayda, your father is not Ton père n’est pas Équivalence culturelle
exempt from the law. au-dessus des lois.
Too expensive. J’ai pas assez. Paraphrase
The Captain, he wants Le Capitaine, il veut me Traduction littérale
to see me. voir.
The kid? Un jeune garçon? Neutralisation
Don't stand me up. Pas de lapin, hein? Équivalence culturelle
Can I have a cigarette? T’as une cigarette? Traduction littérale
Papa, I did good in Math. Papa, j’ai bien réussi Traduction littérale
mes maths!
Ricky, who texted? Alors, c’est qui? Modulation
This is not a whorehouse. C’est pa un bordel ici. Traduction littérale
Tableau 4: Liste des expressions familières et des argots traduits de l'anglais ver le
français
4.2.1.1. Traduction littérale

[1] Mother, the money, quick !

Maman, l’argent, vite!

[2] He cheated on me.

Il m’a trompee.

[3] For that bitch.

Pour cette salope.

[4] The Captain, he wants to see me.


Asa, Badua | 57

Le Capitaine, il veut me voir.

[5] Papa, I did good in Math.

Papa, j’ai bien réussi mes maths!

[6] This is not a whorehouse.

C’est pas un bordel ici.

[7] Can I have a cigarette?

T’as une cigarette?

Tous ces mots sont traduits littéralement, même si c’est le cas, la traduction est

réussie et parce que tous les mot ne sont pas idiomatique ou métaphorique, la traduction

littérale est facilement appliqué et encore préservé du sens. Il y a seulement quelques

traductions qui sont tout à fait différent mais c'est parce que d'une certaine tendance

structurelle qui sont propres à la langue d’arrivée, mais ils sont grammaticalement

corrects.

4.2.1.2. Paraphrase

[8] What's with her?

Mais qu’est-ce qu’elle a !

[9] Too expensive.

J’ai pas assez.

[10] Sister, boys kept me fully booked.

Ma fille, les garcons m’ont pompé tout mon temps.

La traduction de chaque élément représente un équivalent dynamique. Les raisons

probables sont l'application de son propre mode d'expression de la langue d’arrivée ou

l'explication et la clarification du sens du texte. Même si les éléments sont exprimés

différemment, leurs significations sont conservées et s'adaptent toujours au contexte.


Asa, Badua | 58

4.2.1.3. Équivalence culturelle

[11] Don't stand me up.

Pas de lapin, hein?

[12] Nayda, your father is not exempt from the law.

Ton père n’est pas au-dessus des lois.

[13] Oh boy, what a dumb girl you are.

Qu’est-ce que tu es gourde!

Ces trois éléments ont été traduits dans la façon idiomatique, avec les mots ou les

expressions qui sont propres à la langue d’arrivée. Cela signifie également que l'élément

culturel a été transposé dans un autre équivalent qui est également adapté à la culture de

la langue d’arrivée, sans changer à un autre registre. Ces traductions peuvent être

considérées comme un succès car elles s'adaptent au contexte.

4.2.1.4. Neutralisation

[14] Stupid fags!

Grandes folles!

[15] What the fuck !

C’est fou !

De juron, la traduction a été changée à un autre registre, qui est l'argot. En

conséquence, l'intensité du niveau de la langue a été réduite.

[16] The kid?

Un jeune garçon?

De l'argot, la traduction a été changée au registre formel réduisant le niveau casuel

de la conversation.

4.2.1.5. Modulation

[17] Auntie, double time.


Asa, Badua | 59

Maman, dépêche-toi!

[18] Ricky, who texted?

Alors, c’est qui?

La procédure de la modulation a été utilisée parce que les deux éléments ont été

traduits avec un changement du point de vue de la langue de départ. « auntie ou tante » a

été changé à « maman ou mère » alors que « Ricky » a été remplacé par le connecteur

« alors ».

4.2.1.6. Le résumé de données dans la traduction des expressions familières de

l’anglais vers le français

Traduction des argots et des expressions familières de


l'anglais vers le français
7

3 3 3
2

Traduction Paraphrase Equivalence Neutralisation Modulation


Littérale Culturelle

Figure 6: Cette figure montre les chiffres des mots dans la traduction des expressions

familières et des argots de l’anglais vers le français

La plupart du temps, la traduction littérale est utilisée. Il est prévu parce que la

structure des phrases simples en anglais ne diffère pas beaucoup de la structure française.

Le deuxième procédé le plus fréquemment utilisé est la paraphrase où les éléments ont été

exprimés différemment, mais ont toujours le même sens, d'autres ont été traduits en

utilisant d'autres perspectives mais ont toujours maintenu le sens original. Le troisième

procédé est l’équivalence culturelle qui a été appliquée à des mots qui sont exprimés au
Asa, Badua | 60

sens figuré dans un mode d'expression unique de la langue d’arrivée. En outre, seuls

quelques mots ont été atténués ou neutralisés et deux éléments ont été donnés avec une

correspondance différente en utilisant le procédé de la modulation.

4.2.2. Les argots sexuels

Anglais Français Le procédé utilisé


Ask him if he wants Il veut pas une partouze? Modulation
an orgy.
Blowjob, sir? Une pipe pas chère, Équivalence culturelle
monsieur
cocksucker *omis Omission
Service? Service? Traduction littérale
You prick! I'm gonna suck Fils de pute! Je vais te Traduction littérale
you dry. sucer à sec.
You maniacs. Always Bande de pédés! Vous avez Paraphrase
hungry for dicks! peur qu’il n’y ait plus
de bites!
Chest out. Montre ta poitrine. Traduction littérale
Chest out. Sorts ta poitrine. Traduction littérale
Papa, Aunt Jewel has Tata Jewel est toute nue. Paraphrase
no clothes.
Do you do anal? Tu encules? Équivalence culturelle
Tableau 5: Liste des argots sexuels traduits de l'anglais vers le français

4.2.2.1. Équivalence culturelle

L’équivalence culturelle est utilisée pour obtenir la plus proche équivalence du

français vers l’anglais.

[1] Blowjob, sir?

Une pipe pas chère, monsieur ?

Pipe signifie blowjob en anglais. Les deux termes sont propres au registre vulgaire.

[2] Do you do anal ?

Tu encules ?

Le procédé de l’équivalence est appliqué à cette phrase car le verbe enculer, ça

veut dire littéralement « to fuck up the ass ».


Asa, Badua | 61

4.2.2.2. Omission

[3] cocksucker

Le mot cocksucker est omis dans le sous-titrage français.

4.2.2.3. Traduction littérale

[4] Chest out.

Montre ta poitrine.

[5] Chest out.

Sorts ta poitrine.

Chest out est traduit par deux traductions littérales. La seule différence entre ces

traductions est l’utilisation de deux verbes différents mais, qui sont synonymes avec l’un

l’autre.

[6] Service ?

Service ?

Le mot service en anglais est traduit littéralement comme service. Le contenu

sexuel dans la langue source (serbis) est perdu.

[7] I'm gonna suck you dry.

Je vais te sucer à sec.

To suck dry est pour donner une fellation à quelqu’un jusqu'à ce qu’il s’assèche du

sperme. Il n’y a pas de traduction littérale exacte pour cette phrase en français mais ce

procédé est encore utilisé dans la traduction.

4.2.2.4. Paraphrase

[8] Papa, Aunt Jewel has no clothes.

Tata Jewel est toute nue.

La phrase has no clothes partage le même sens avec est toute nue.
Asa, Badua | 62

[9] Always hungry for dicks!

Vous avez peur qu’il n’y ait plus de bites!

Le mot dick est similaire avec bite en français. Les deux mots sont propres au

registre vulgaire. La paraphrase est utilisée pour traduire la phrase complète puisqu’il

existe une relation entre la faim et la disponibilité du pénis à manger.

4.2.2.5. Modulation

[10] Ask him if he wants an orgy.

Il veut pas une partouze?

Partouze est le terme familier ou populaire qui est similaire avec l’orgie. La

modulation est utilisée pour traduire la phrase complète parce que la traduction est donnée

avec son contraire négatif.

4.2.2.6. Le résumé des données dans la traduction des argots sexuels de l’anglais vers

le français

Traduction des argots sexuels de l'anglais vers le


français
4

2 2

1 1

Equivalence Traduction Paraphrase Modulation Omission


Culturelle Litterale

Figure 7: Cette figure montre les chiffres des mots dans la traduction des argots sexuels

de l'anglais vers le français


Asa, Badua | 63

Dans la traduction des argots sexuels à l’anglais vers le français, le procédé

dominant est la traduction littérale. Les chiffres des mots en l’emploi de la paraphrase et

l’équivalence culturelle sont égaux. Les autres procédés utilisés sont la modulation et

l’omission.

4.2.3. Les Jurons

Anglais Français Le procédé utilisé

Nosy kid! Petit morveux! Équivalence culturelle

That free-loading attorney! Il a pas honte! Transposition avec


Neutralisation

You shameless fool! What T’as pas honte! Tu n’as Équivalence culturelle avec
an ingrate you are! aucune gratitude! Neutralisation

…in favor of his bastard …en faveur de son bâtard Traduction littérale
father. de père.

You asshole! Crétin ! Synonymie

Son of a bitch! Que fils de pute! Équivalence culturelle

Fuck you! Fils de pute! Synonymie

You prick! I'm gonna suck Fils de pute! Je vais te Synonymie


you dry. sucer à sec.

Shit, you didn't come. T’as pas ejaculé! Omission

You're crazy! T’es con! Accentuation

It's bad for business. C’est mauvais pour les Traduction littérale
affaires.

Fucking relatives! Putain de famille! Équivalence culturelle

You jerk! Crétin ! Équivalence culturelle

Assholes! Trous du cul ! Traduction littérale

110 my ass. 110 pesos? Mon cul! Traduction littérale

You maniacs. Always Bande de pédés! Vous avez Modulation


hungry for dicks! peur qu’il y ait plus de bites!
Tableau 6: Liste des jurons traduits de l'anglais vers le français
Asa, Badua | 64

4.2.3.1. Traduction littérale

[1] …in favor of his bastard father.

…en faveur de son bâtard de père.

[2] It's bad for business.

C’est mauvais pour les affaires.

[3] 110 my ass.

110 pesos? Mon cul!

[4] Assholes!

Trous du cul !

Ces quatre éléments sont traduits avec son équivalence formelle dans la langue

d’arrivée. Il est évident que la traduction littérale soit très applicable pour chaque phrase

car en même temps, le sens de l’original est préservé.

4.2.3.2. Équivalence culturelle avec Neutralisation

[5] You shameless fool! What an ingrate you are!

T’as pas honte! Tu n’as aucune gratitude!

La traduction était « adoucie » en raison de l'utilisation de déclarations moins dures

plutôt que de maintenir l'intensité de l'original. En outre, la phrase est traduite par une

équivalence correspondante en français qui a préservé le sens du texte source.

4.2.3.3. Transposition avec Neutralisation

[6] That free-loading attorney!

Il a pas honte!

La traduction a été exprimée d'une autre manière, tout en préservant le sens de

l'original. En outre, de l'argot, la traduction a changé à l'expression idiomatique « avoir

honte ». Elle a également utilisé la transposition à cause du remplacement d’une forme

grammaticale à une autre forme grammaticale : de l’adjectif au verbe.


Asa, Badua | 65

4.2.3.4. Accentuation

[7] You're crazy!

T’es con!

La traduction est accentuée à cause du changement du registre ; du registre

informel au registre vulgaire.

4.2.3.5. Synonymie

[8] You asshole!

Crétin !

[9] Fuck you!

Fils de pute!

[10] You prick!

Fils de pute!

L'équivalent le plus proche a été appliqué sur la traduction de ces éléments. Ils sont

regardés comme synonymes parce que même si les mots sont différents, ils ont encore le

même degré d'intention.

4.2.3.6. Équivalence culturelle

[11] Nosy kid!

Petit morveux!

La langue de départ et la langue d’arrivée sont équivalent à l’un l’autre parce que

« nosy » et « morveux » se référent au petit garçon ou petite fille sans expérience donc

il/elle très curieux/curieuse sur beaucoup de choses.

[12] Fucking relatives!

Putain de famille!

Le mot anglais, fuck est semblable avec le mot français, putain. Les deux sont propres

au registre vulgaire.
Asa, Badua | 66

[13] You jerk!

Crétin !

Le mot anglais, jerk est semblable avec le mot français, crétin. Les deux sont propres

au registre vulgaire.

[14] Son of a bitch!

Que fils de pute!

4.2.3.7. Omission

[15] Shit, you didn't come.

T’as pas ejaculé!

Dans le sous-titrage francais, le juron shit est omis.

4.2.3.8. Modulation

[16] Bande de pédés!

You maniacs.

La modulation est appliquée parce qu’il y a un changement du point de vue dans la

traduction. Il est possible que le texte source soit traduit en le remplaçant par un adjectif

qui le classifie selon le contexte.

4.2.3.9. Le résumé des données dans la traduction des jurons de l’anglais vers le

français

Traductions des jurons de l'anglais vers le francais


4 4

1 1 1 1

Traduction Equivalence Equivalence Transposition Accentuation Synonymie Modulation Omission


Littérale Culturelle Culturelle avec avec
Neutralisation Neutralisation

Figure 8: Cette figure montre les chiffres des mots dans la traduction des jurons de

l'anglais vers le français


Asa, Badua | 67

Les procédés les plus dominants appliqués aux gros mots de l'anglais vers le

français sont la traduction littérale et l’équivalence culturelle et puis, la synonymie. La

traduction littérale n’est pas communs à jurons sauf si le terme a une correspondance

universelle alors que l'application de l’équivalence culturelle est prévue pour les jurons

doivent être communiqués de manière efficace en appliquant son équivalent idiomatique.

La synonymie a également été appliquée car elle est commune à des jurons à avoir des

synonymes avec le même degré d'intention, mais différents dans la forme. Seuls quelques

gros mots ont été neutralisés et il y a un élément qui a été accentué ou a été rendu plus

marqué. Il y a également un cas de la modulation et même de l’omission.

4.2.4. Résumé et conclusion dans la traduction de l’anglais vers le français

Figure 9: Cette figure montre le résumé des données dans la traduction de l'anglais vers le

français

Le résultat de l’analyse de la traduction des jurons, des argots et des expressions

familières de l’anglais vers le français est tout à fait le contraire de la première analyse de
Asa, Badua | 68

la traduction du filipino vers l’anglais. Il montre que le procédé le plus dominant appliqué

ici est la traduction littérale. Une raison probable pour l’emploi cette procédure est à cause

de la similarité de la structure grammaticale de l’anglais et du français; même si tel est le

cas, l’utilisation de cette procédure est encore applicable.

Le deuxième procédé plus dominant est l’équivalence culturelle. Ce procédé

équilibre en quelque sorte l'approche de la traduction examinée même s’il y a une

dominance de la traduction littérale. D’autre part, les troisièmes procédés sont la

paraphrase, la neutralisation et la modulation ; elles sont toujours attendues d’être

appliquées en raison des contraintes de rendre les mots culturels à la langue d’arrivée.

En outre, la modulation où il y a un changement de la perspective dans la

traduction ; deux catégories de ce procédé ont été appliqués : le contraire négatif et la

partie pour le tout.

Étonnamment, il y a seulement une petite application de la synonymie qui devrait

être utilisée fréquemment en particulier dans les jurons. Enfin, il y a également une

application des procédés de la transposition, accentuation et omission.

4.2.5. L’interprétation des données dans la traduction de l’anglais vers le français

La traduction des expressions familières, des argots et des jurons en appliquant les
stratégies de foreignization et domestication (de l'anglais vers le francais)

Foreignization Domestication Omission Accentuation Neutralisation


Traduction Littérale 15
Equivalence Culturelle avec Neutralisation 1
Equivalence Culturelle 9
Paraphrase 5
Modulation 4
Synonymie 1
Transposition avec Neutralisation 1
Omission 1
Accentuation 1
Neutralisaiton 3

Figure 10: Cette figure montre le résumé des résultats dans la traduction de l’anglais vers le francais
Asa, Badua | 69

L’analyse de la traduction des jurons, des argots et des expressions familières de

l’anglais vers le français montre que la stratégie la plus dominante appliquée est la

stratégie de domestication mais l’application de la stratégie de foreignization est

également évidente dans le résultat de la statistique. Par conséquent, les éléments culturels

sont étroitement conformés à la culture cible qui peut impliquer une certaine perte

d'information dans la culture source, et en même temps, une grande partie conserve les

informations de la culture source afin de préserver son sens.

4.3. Analyse de la traduction du filipino vers le français

Nous ajoutons la traduction des sous-titres dans le film Serbis du filipino vers le

français pour examiner s’il y a des similarités des résultats comparées avec la traduction

de l’anglais vers le français, dans laquelle l’anglais est la base originale de la traduction

française.

4.3.1. Les expressions familières et les argots

Filipino Français Le procédé utilisé

Anong drama mo ache ? Mais qu’est-ce qu’elle a ! Paraphrase

Mga bading! Grandes folles! Synonymie

Mother, bilisan mo! Maman, dépêche-toi! Traduction Littérale

Sister, maraming mga Ma fille, les garcons Paraphrase


rampa, sayang m’ont pompé tout
ang mga booking. mon temps.
Ano ba, bakla, gaga ka Qu’est-ce que tu es Paraphrase
ang shonga-shonga mo gourde!
talaga.
Kaloka ! C’est fou ! Équivalence Culturelle
Mama, kabayaran, bilis! Maman, l’argent, vite! Traduction Littérale avec
Neutralisation

Siya na nga nangaliwa. Il m’a trompee. Traduction Littérale


Dahil sa kanyang kulasisi. Pour cette salope. Accentuation
Asa, Badua | 70

Hindi u-ubra ang tatay Ton père n’est pas Équivalence Culturelle
mo sa batas. au-dessus des lois.
Wala akong budget. J’ai pas assez. Paraphrase

Si kap pare nakikipagkita. Le Capitaine, il veut me Neutralisation


voir.
Alin yung bagets? Un jeune garçon? Neutralisation

Wag mo ko indianin ah? Pas de lapin, hein? Équivalence Culturelle

Hingi ng yosi? T’as une cigarette? Traduction Littérale

Papa, very good po ako Papa, j’ai bien réussi Modulation


sa times. mes maths!
Pare, sino yan? Alors, c’est qui? Modulation

Binababoy niyo yung C’est pas un bordel ici. Paraphrase


sinehan.
Tableau 7: Liste des expressions familières et des argots traduits du filipino vers le

français

4.3.1.1. Neutralisation

[1] Si kap pare nakikipagkita.

Le Capitaine, il veut me voir.

[2] Alin yung bagets?

Un jeune garçon?

Les traductions de ces éléments sont neutralisées à cause du changement du

registre ; les éléments sont traduits en utilisant la langue formelle au lieu d’utiliser les

argots et les expressions familières.

4.3.1.2. Traduction littérale avec Neutralisation

[3] Mama, kabayaran, bilis!

Maman, l’argent, vite!

La traduction du mot culturel est neutralisée ; de l’argot à une langue formelle. En

outre, la traduction littérale est appliquée sur la phrase complète en rendant chaque mot

avec son équivalent formel dans la langue d’arrivée.


Asa, Badua | 71

4.3.1.3. Traduction littérale

[4] Siya na nga nangaliwa.

Il m’a trompee.

[5] Mother, bilisan mo!

Maman, dépêche-toi!

[6] Hingi ng yosi?

T’as une cigarette?

Ces trois éléments sont traduits par ses équivalents littéraux. Comme on peut les

voir, les structures grammaticales des éléments de la langue de départ sont différentes de

ses traductions mais elles sont encore considérées comme littérales parce que le sens de la

langue de départ et de la langue d’arrivée correspond plus étroitement que tout autre.

4.3.1.4. Paraphrase

[7] Wala akong budget.

J’ai pas assez.

[8] Ano ba, bakla, gaga ka ang shonga-shonga mo talaga.

Qu’est-ce que tu es gourde!

[9] Sister, maraming mga rampa, sayang ang mga booking.

Ma fille, les garçons m’ont pompé tout mon temps.

[10] Binababoy niyo yung sinehan.

C’est pa un bordel ici.

[11] Anong drama mo ache ?

Mais qu’est-ce qu’elle a !

Tous ces éléments sous le procédé de la paraphrase sont reformulés probablement

à cause des certains mots culturels qui semblent intraduisibles. Par conséquent, il y a une

réduction de ces mots et ils sont plutôt traduits en les exprimant à travers une autre
Asa, Badua | 72

manière, soit en changeant un terme pour un autre terme, soit en changeant une phrase

pour une autre expression, mais toujours conservant le sens et le contexte de l’original.

4.3.1.5. Équivalence culturelle

[12] Wag mo ko indianin ah?

Pas de lapin, hein?

[13] Hindi u-ubra ang tatay mo sa batas.

Ton père n’est pas au-dessus des lois.

[14] Kaloka !

C’est fou !

Ces éléments sont traduits en utilisant leurs équivalents idiomatiques dans la

langue d’arrivée et en même temps préservant le registre utilisé dans l’original.

4.3.1.6. Accentuation

[15] Dahil sa kanyang kulasisi.

Pour cette salope.

Dans cette traduction, il y a un changement du registre ; l’expression familière est

remplacée par un juron.

4.3.1.7. Synonymie

[16] Mga bading!

Grandes folles!

La synonymie est le procède utilise dans cette traduction puisque les mot bading

et folle partagent le même sens

4.3.1.8. Modulation

[17] Papa, very good po ako sa times.

Papa, j’ai bien réussi mes maths!

[18] Pare, sino yan?


Asa, Badua | 73

Alors, c’est qui?

La première phrase a utilisé le procédé de la modulation qui est classifié comme

la partie pour le tout. Le mot times qui est également un terme pour multiplication

(procédure des maths) est traduit en utilisant maths (système) qui est un mot général ;

tandis que la seconde phrase implique un changement du point de vue ; Pare qui est un

forme pour s’adresser à quelqu’un n’est même pas lié au connecteur Alors.

4.3.1.9. Le résumé des données dans la traduction des expressions familières et des

argots du filipino vers le français

Traductions des expressions familières et des argots du


filipino vers le français

3 3

1 1 1 1 1

Traduction Traduction Neutralisation Paraphrase Equivalence Accentuation Modulation Modulation Synonymie


Littérale Littérale avec Culturelle avec
Neutralisation Accentuation

Figure 10: Cette figure montre les chiffres des mots dans la traduction des

expressions familières est des argots du filipino vers le français

Le procédé la plus dominant dans la traduction des argots et des expressions

familières du filipino vers le français est la paraphrase, qui rend les éléments culturels en

utilisant les autres termes ou expressions avec le même sens de l’original. Puis c’est la

traduction littérale par laquelle le sens de la langue de départ et de la langue d’arrivée

correspond plus étroitement que tout autre. En outre, la neutralisation, l’équivalence


Asa, Badua | 74

culturelle et la modulation ont le même nombre de résultats. Enfin, certains mots sont

accentués, les faisant plus offensifs.

4.3.2. Les argots sexuels

Filipino Français Le procédé utilisé

Tanong mo naman baka Il veut pas une partouze? Équivalence culturelle


gusto niya ng orgy.
Sir mura lang. Chupa? Une pipe pas chère, Équivalence culturelle
monsieur
manonopa *omis Omission
Serbis? Service? Traduction littérale
Ay putang ina mo! Fils de pute! Je vais te Équivalence culturelle
Chuchupain kita jan e. sucer à sec.
“Putang-ina nyong mga Bande de pédés! Vous avez Paraphrase
bakla kayo! Para kayong peur qu’il n’y ait plus de
mauubusan bites!
ng titi!"
Yung boobs ilabas. Montre ta poitrine. Équivalence culturelle
avec Neutralisation
Ilabas ang dibdib. Sorts ta poitrine. Traduction littérale
Papa, si ate Jewel Tata Jewel est toute nue. Équivalence descriptive
nakabomba.
Nagpapatira ka ba? Tu encules? Modulation

Tableau 8: Liste des argots sexuels traduit du filipino vers le français


4.3.2.1. Équivalence culturelle

[1] Tanong mo naman baka gusto niya ng orgy.

Il veut pas une partouze?

[2] Sir mura lang. Chupa?

Une pipe pas chère, monsieur

[3] Ay putang ina mo! Chuchupain kita jan e.

Je vais te sucer à sec.


Asa, Badua | 75

Le sens culturel des mots orgy et chupa est conservé dans la traduction française

comme partouze et pipe.

4.3.2.2. Équivalence descriptive

[4] Papa, si ate Jewel nakabomba.

Tata Jewel est toute nue.

Le sens du mot nakabomba est expliqué ou décrit dans la traduction française.

4.3.2.3. Équivalence culturelle avec Neutralisation

[5] Yung boobs ilabas.

Montre ta poitrine.

L’équivalence est utilisée pour traduire le mot boobs. Il faut noter aussi qu’il

existe un changement de registre car boobs est propre au registre familier (argotique).

4.3.2.4. Traduction littérale

[6] Serbis?

Service?

[7] Ilabas ang dibdib.

Sorts ta poitrine.

Le même procédé, la traduction littérale, est appliqué dans la traduction du

filipino vers l’anglais et l’anglais vers le français. Sans la présence d’une langue

intermédiaire, serbis est toujours traduit comme service. Cela est le même cas pour la

phrase « Ilabas ang dibdib. »

4.3.2.5. Omission

[8] manonopa

cocksucker
Asa, Badua | 76

Le mot manonopa qui est traduit en anglais comme cocksucker est omis dans la

traduction française.

4.3.2.6. Paraphrase

[9] Putang-ina nyong mga bakla kayo! Para kayong mauubusan ng titi!

Bande de pédés! Vous avez peur qu’il n’y ait plus de bites!

La paraphrase est utilisée dans la traduction du filipino vers l’anglais et de

l’anglais vers le français. Le sens de la phrase est toujours préservé.

4.3.2.7. Modulation

[10] Nagpapatira ka ba?

Tu encules?

La modulation est le même procédé appliqué dans les deux traductions car il y un

changement de la perspective ou du point de vue.

4.3.2.8. Les résumé des données dans la traduction des argots sexuels du filipino vers

le français

Traduction des argots sexuels du filipino vers le francais


3

1 1 1 1 1

Equivalence Equivalence Equivalence Traduction Omission Modulation Paraphrase


Culturelle Culturelle Descriptive Littérale
avec
Neutralisation

Figure 11: Cette figure montre les chiffres des mots dans la traduction des argots

sexuels du filipino vers le français


Asa, Badua | 77

En regardant la traduction du filipino vers le français sans prendre en compte que

la traduction française est basée sur l’anglais, le procédé dominant est l’équivalence

culturelle. Ce procédé est utilisé pour obtenir la même réponse et l’effet au public dans la

langue d’arrivée. Cela est suivi par la traduction littérale. Les autres procédés appliqués

sont la paraphrase, la modulation, et l’omission. La neutralisation est également utilisée

pour réduire l’intensité de langage.

4.3.3. Les jurons

Filipino Français Le procédé utilisé


Lintek na bata to! Petit morveux! Équivalence descriptive
avec Neutralisation
Kapal ng mukha ng Il a pas honte! Équivalence culturelle
attorney na yan!
Walangya ka! Ang T’as pas honte! Tu n’as Équivalence culturelle
kapal ng pagmumukha aucune gratitude!
mo!
…pabor sa tarantado …en faveur de son bâtard Équivalence culturelle
niyang ama. de père.
Tarantado ka pala e! Crétin ! Synonymie
Anak ng puta naman oh! Que fils de pute! Équivalence culturelle
Putang ina mo! Fils de pute! Synonymie
Ay putang ina mo! Fils de pute! Je vais te Synonymie
Chuchupain kita jan e. sucer à sec.
Tang-ina wala namang T’as pas ejaculé! Omission
lumabas.
Ulul! T’es con! Équivalence culturelle
Bwiset sa negosyo yan. C’est mauvais pour Paraphrase
les affaires.
Bwiset kayo! Putain de famille! Synonymie
Punyeta ka! Crétin ! Synonymie
Che! Bwaka ng ina! Trous du cul ! Adaptation
110 mo mukha mo! 110 pesos? Mon cul! Équivalence culturelle
“Putang-ina nyong mga Bande de pédés! Vous avez Neutralisation
bakla kayo! Para kayong peur qu’il n’y ait plus de
mauubusan ng titi!" bites!
Tableau 9: Liste des jurons traduits du filipino vers le français
Asa, Badua | 78

4.3.3.1. Neutralisation

[1] Putang-ina nyong mga bakla kayo! Para kayong mauubusan ng titi!

Bande de pédés! Vous avez peur qu’il y ait plus de bites!

Dans la traduction française, il est évident que les jurons sont remplacés par des

phrases qui sont propres à un autre registre ou niveau de langage. Il faut noter que

l’intensité des mots est réduite.

4.3.3.2. Équivalence descriptive avec Neutralisation

[2] Lintek na bata to!

Petit morveux!

Cette traduction est neutralisée car le juron est remplacé par une expression plus

informelle. L’équivalence descriptive est également utilisée parce que lintek na bata peut

signifier n’importe quelle chose avec un adjectif plus négatif qui se réfère à un enfant

tandis que la traduction a donné un équivalent qui a une description plus spécifique.

4.3.3.3. Équivalence Culturelle

[3] Kapal ng mukha ng attorney na yan!

Il a pas honte!

[4] Walangya ka! Ang kapal ng pagmumukha mo!

T’as pas honte! Tu n’as aucune gratitude!

[5] …pabor sa tarantado niyang ama.

…en faveur de son bâtard de père.

[6] T’es con!

Ulul!

[7] 110 pesos? Mon cul!

110 mo mukha mo!

[8] Anak ng puta naman oh!


Asa, Badua | 79

Que fils de pute!

L’équivalence culturelle est appliquée sur les éléments car chaque traduction est

donnée avec un équivalent approximatif qui est également une traduction idiomatique.

4.3.3.4. Synonymie

[9] Tarantado ka pala e!

Crétin !

[10] Putang ina mo!

Fils de pute!

[11] Ay putang ina mo! Chuchupain kita jan e.

Fils de pute! Je vais te sucer à sec.

[12] Punyeta ka!

Crétin !

[13] Bwiset kayo!

Putain de famille!

L'équivalent le plus proche a été appliqué sur la traduction de ces éléments. Ils

sont regardés comme synonymes parce que même si les mots sont différents, ils ont

encore le même degré d'intention.

4.3.3.5. Adaptation

[14] Trous du cul !

Che! Bwaka ng ina!

L’adaptation est le procédé utilisé dans la traduction française car les deux

phrases ne sont pas équivalentes. Partout, les deux sont propres au même registre.

4.3.3.6. Paraphrase

[15] Binababoy niyo yung sinehan.


Asa, Badua | 80

C’est pas un bordel ici.

Il n’existe pas d’équivalent culturel du mot binababoy en anglais et en français.

Pour préserver le sens dans le contexte du film, la paraphrase est utilisée.

4.3.3.7. Omission

[16] T’as pas ejaculé!

Tang-ina wala namang lumabas.

Le juron « Tang-ina » est omis dans la traduction française.

4.3.3.8. Le résumé des données dans la traduction des jurons du filipino vers le

français

Traduction des jurons du filipino vers le français

1 1 1 1 1

Equivalence Equivalence Synonymie Accentuation Neutralisation Paraphrase Omission


Culturelle Descriptive avec
Neutralisation

Figure 12: Cette figure montre les chiffres des mots dans la traduction des jurons du

filipino vers le français

Le procédé dominant utilisé est l’équivalence culturelle car certains jurons dans la

langue philippine existent également dans la langue française. Le même effet est transmis

à la langue d’arrivée. Le deuxième procédé dominant est la synonymie. Ce procédé est

utilisé dans le cas où le terme ou le juron n’a pas d’équivalent particulier ou un autre

terme est appliqué à la langue d’arrivée. Partout, la traduction en français évoque ou porte
Asa, Badua | 81

le même sentiment de la langue de départ. Les autres procédés appliqués sont

l’équivalence descriptive, la paraphrase et l’omission. L’accentuation et la neutralisation

sont également utilisées pour réduire ou augmenter l’intensité du juron.

4.3.4. Résumé et conclusion dans la traduction du filipino vers l’anglais

6
2

Figure 13: Cette figure montre le résumé des données dans la traduction du filipino vers

le français

Basé sur les chiffres donnés dans la traduction des expressions familières, des

argots et des jurons du filipino vers le français sans prendre en compte que la traduction

française est basée sur l’anglais, le procédé la plus dominant est l’équivalence culturelle.

L’emploi de ce procédé montre que la plupart des expressions ou les mots à fort contenu

culturel ont certaines correspondances dans la langue d’arrivée. L’équivalent le plus

proche des termes est obtenu.

L’emploi de la traduction littérale et la paraphrase est également évident dans la

traduction. La traduction littérale conforme à la syntaxe et à la structure des expressions

et des phrases dans le processus de la traduction. Il est possible que le sens du texte
Asa, Badua | 82

original soit être transmis ou pas à la culture cible. La paraphrase explique ou décrit les

expressions en autres termes en assurant que le sens est toujours préservé.

Cinq expressions, tous jurons, sont traduites par la synonymie. Il est constaté que

la syntaxe des phrases (jurons) est donnée un peu d'importance, mais ces phrases sont

remplacées par les autres termes qui portent la même émotion évoquée dans la langue

source.

Le cinquième procédé est la modulation dans laquelle il y a un changement du

point de vue dans la traduction. La neutralisation et l’accentuation sont également

employées pour changer le registre de langage.

Les autres procédés utilisés sont l’omission et l’équivalence descriptive.

4.3.5. L’interprétation des données dans la traduction de l’anglais vers le français

La traduction des jurons, slangs et colloquialismes en appliquent les méthodes de


foreignization et domestication (du filipino vers le français)

Foreignization Domestication Neutralisation Accentuation Omission


Traduction Littérale 5
Traduction Littérale avec Neutralisation 1
Equivalence Culturelle avec Neutralisation 1
Equivalence Culturelle 12
Equivalence Descriptive 1
Equivalence Descriptive avec Neutralisation 1
Paraphrase 7
Modulation 2
Modulation avec Accentuation 1
Synonymie 5
Neutralisation 3
Accentuatioon 2
Omission 2

Figure 15: Cette figure montre le résumé des résultats dans la traduction du filipino vers le français

La stratégie la plus dominante employée dans la traduction des jurons, des argots

et des expressions familières du filipino vers le français est la domestication. Il est

évident qu’un style fluide et transparent est adopté pour réduire l'étrangeté du texte
Asa, Badua | 83

original. Par conséquent, le contexte du film est plus accessible au public dans la culture

cible.

La traduction littérale est le seul procédé utilisé sous la stratégie de foreignization,

dans lequel l'étrangeté du texte original est conservée. Il y a également un cas où la

neutralisation est appliquée.

V. Conclusion

Sur la base des résultats statistiques de la traduction des trois catégories du

filipino vers l'anglais, la procédure dominante est l'équivalence culturelle. Cela signifie

qu’une équivalence stylistique avec une similarité du sens, du registre et est du ton est

atteinte. Fernández Fernández (2009 213-214) estime que les gros mots et leur niveau

d'intensité doivent être communiqués à l’audience. Non seulement les jurons, mais aussi

les autres formes de langage non-standards comme les expressions familières et les

argots sont vraiment liés à la culture. Donc, l’équivalence culturelle est traitée comme la

meilleure méthode de communiquer à l’audience cible. En outre, dans la catégorie des

expressions familières et des argots, la procédure dominante est la paraphrase. Il est

probable que beaucoup de termes ou d’expressions n’aient pas d'équivalent exact dans la

langue cible qui peut correspondre avec le niveau ou registre de langage de la langue

source. Dans la catégorie de l’argot sexuel, la procédure dominante est l’équivalence

culturelle. Enfin, dans la catégorie des gros mots ou des jurons, la procédure dominant est

la synonymie. Les jurons sont traduits avec des expressions qui ont les connotations

similaires. De plus, beaucoup d'expressions de jurer sont synonymes avec les autres.

Deuxièmement, sur la base des résultats statistiques de la traduction des trois

catégories de l'anglais vers le français, la procédure dominante est la traduction littérale.

Une des raisons possibles de son application, c'est que le contexte philippin était déjà

disparu dans la traduction anglaise. Comme le traducteur n'a pas de connaissance du


Asa, Badua | 84

contexte d'origine, il y a une grande tendance qu'il peut fonder la traduction uniquement

sur la syntaxe. En outre, dans la catégorie des expressions familières, des argots et des

argots sexuels, la procédure dominante est la traduction littérale. Dans la catégorie des

jurons, l'équivalence culturelle est souvent appliquée. Cela signifie que l'équivalent avec

un ton, une force et une fonction expressive similaires basé sur les sens d’énonciation est

transmis à la langue cible.

Enfin, sur la base des résultats statistiques de la traduction des trois catégories du

filipino vers le français, la procédure dominante est l’équivalence culturelle, le même

avec les résultats de la comparaison du filipino vers l’anglais. De ce fait, on peut montrer

l'importance de transmettre efficacement le contexte dans la langue cible, en particulier

dans le cas où il existe un langage intermédiaire qui lie la langue source à la langue cible.

En outre, dans la catégorie des expressions familières et des argots, le procédé dominant

est la paraphrase, tandis que dans la catégorie de l'argot sexuel, c’est l’équivalence

culturelle. Ces résultats sont également similaires aux résultats de la comparaison entre le

filipino et la traduction en français. La seule différence, c’est que les résultats de la

catégorie des jurons montrent que l'équivalence culturelle est la procédure dominante. Il

est probable qu'il y ait plus de jurons en filipino qui ont des équivalents les plus proches

en français qu'en anglais.

Dans une certaine mesure, les trois catégories ont été neutralisées dans la

catégorie des expressions familières et les argots, même si ce n'est pas le procédé

principal. La majorité de la neutralisation est souvent appliqué avec équivalence

culturelle ou la traduction littérale qui constituent les « couplets ». De plus, seuls

quelques-uns sont traduits par la neutralisation pure. Normalement, cette procédure peut

être identifié quand il y a un changement dans les registres de langue. Dans l'analyse, on

peut trouver la majorité des changements des registres dans les argots et les jurons.
Asa, Badua | 85

Quelques argots sont remplacés par leurs équivalents plus formels et certains jurons sont

remplacés par des argots. Il existe quelques cas d'accentuation qui est principalement

appliquées quand il y a un aspect émotionnel intense dans le contexte, ainsi que

l'omission où les éléments omis ne sont pas si importants et le cadre n’est pas grandement

affecté.

En conséquence, domestication est la stratégie dominante utilisée dans la

traduction des catégories. Généralement, cela signifie également que la majorité des

expressions est traduit dans une perspective communicative dans laquelle les sous-titres

sont en mode lecture et plus accessibles chez le public cible avec un peu traces

d'expressions inconnues et la traduction est toujours fluide et transparente. Nous

prétendons que le sens des expressions familières, des argots et des jurons, dans une

traduction avec l’intermédiaire d’une autre langue, peut-être préservé chez la langue

cible.

Finalement, la majorité des mots à fort contenu culturel dans le film Serbis a une

traduction idiomatique et fonctionnelle. Partout, il existe toujours une place à

l'amélioration car l’effet équivalent n'a pas été atteint dans certaines occasions. De plus,

le sous-titreur est limité par les contraintes d’espace et du temps. Il ne peut pas utiliser

des notes pour mieux expliquer un concept inconnu chez le public cible. Partout, en

générale, malgré la présence d’une langue intermédiaire dans la traduction du film Serbis,

le sens culturel du texte original est toujours préservé ou accessible chez la langue cible.

VI. Recommandation

Cette étude ne se limite pas à la traduction des expressions familières, des argots

et des jurons du filipino vers l’anglais, de l’anglais vers le français et du filipino vers le

français. La méthode théorique utilisée dans cette étude peut s’employer dans la

traduction des autres langues et classifications culturelles et des autres films et leurs sous-
Asa, Badua | 86

titres. Nous recommandons, donc, trois types d’études probables : des études qui traitent

le même film comme le texte avec une classification culturelle différente ; des études de

la traduction des autres films philippins ; et des études sur la traduction en langues

étrangères dans lesquelles la même méthode théorique peut être appliquée. Par

conséquent, nous pouvons comparer les résultats d’analyse et vérifier si, en général, le

sens culturel de la langue source peut l’apporter chez le public de la langue cible.
Asa, Badua | 87

VII. Bibliographie

10 Popular Pinoy Profanities. Spot.ph. Le 16 août 2013. Site Internet. Le10 janvier 2014.

51 Gay Slang Phrases You’ve Never Heard Before. Thought Catalog. N.p., n.d. Site

Internet. Le 23 janvier 2014.

Abobo, Christine Anne, et Maria Raycel Samson. Une Étude Descriptive Sur La

Traduction Des Mots Culturels Dans Le Sous-Titrage Des Films John-John Et

Kinatay. Thèse. University of the Philippines Diliman, 2013. Imprimé.

Aguila, Reuel Molina. TABLOYDIN MO. Isang Pagtingin sa Kasalukuyang Gamit Ng

Wikang Filipino sa mga Tabloid. 2012. Pdf.

Allan, K. et Burridge, K. Forbidden Words: Taboo and the Censoring of Language.

Cambridge and New York: Cambridge University Press. 2006. Pdf.

Almario, Virgilio S, et University of the Philippines Press. Sentro ng Wikang Filipino.

UP Diksiyonaryong Filipino. [Diliman, Lungsod Quezon]: Sentro ng Wikang

Filipino, Sistemang Unibersidad ng Pilipinas , 2001.

Andersson, L. et Trudgill P. Bad Language. Oxford and Cambridge: Basil Blackwell.

1990. Pdf.

Armellino, Elisa. « Translating Culture-bound Elements in Subtitling ». Translation

Directory. Site Internet. Le 5 février 2014.

Asian Association on National Languages. National Language and Communication in

Multilingual Societies: Papers Presented at the Seventh Conference of the Asian

Association on National Languages (ASANAL). Proc. of Seventh Conference of

the Asian Association on National Languages, Malaysia, Kuala Lumpur. Ed.

Asmah Haji Omar. N.p.: Dewan Bahasa Dan Pustaka, 1987. 144. Site Internet.
Asa, Badua | 88

Badafinitions: The Hottest Words in Gay Lingo (Part 2) | News+Features | What's New |

SPOT.ph: Your One-Stop Urban Lifestyle Guide to the Best of Manila." SPOT.ph.

N.p., n.d. Site Internet. Le 23 janvier 2014.

Catford, J.C. A Linguistic Theory of Translation. London: Oxford University Press. 1965.

Pdf..

David Zorc R. et San Miguel, Rachel. Tagalog Slang Dictionary. DLSU Press. Imprimé.

Díaz Cintas, Jorge, et Gunilla Anderman, eds. Audiovisual Translation: Language

Transfer on Screen. N.p.: Palgrave Macmillan, 2009. 2009. Site Internet.

Le 3 septembre 2013.

Diaz Cintas, J. et Remael, A. Audiovisual Translation: Subtitling. Manchester: St.

Jerome. 2007. Pdf.

Dibdib. Def. 1. Diksyunaryo Ng Edukasyong Bilinggwal. 3rd ed. N.p.: Komisyon Sa

Wikang Filipino, 1992. 261. Imprimé.

Diksyunaryo ng Wikang Filipino, Sentinyal Edisyon. Manila: Komisyon ng Wikang

Filipino. 1998. pp. 926-929. Imprimé.

Difference between Colloquialism and Slang. The Write Corner. Le 31 janvier 2010. Site

Internet. Le 10 janvier 2014.

Durdurean, Ioana Irina. Translation of Cultural Terms: Possible or Impossible? Thèse.

Alexandru Ioan Cuza University of Iaşi, Romania, 2012. Site Internet. Le 2

octobre 2013.

Encleare Foundation. Tne New Illustrated Filipino Filipino with English Dictionary.

Revised ed. N.p.: Golden International Trading, 2007. Imprimé.


Asa, Badua | 89

Fernández Fernández, María Jesús. 2009. The translation of swearing in the dubbing of

the film South Park into Spanish. Dans Jose Díaz Cintas (ed). New Trends in

Audiovisual Translation, 210-225. Bristol, Buffalo and Toronto: Multilingual

Matters. Pdf.

Glossary of Confusing Pinoy Expressions. Spot.ph. 10 Oct 2013. Site Internet. Le 10

janvier 2014.

Gottlieb, H. 1994. « Subtitling. In M. Baker (ed.) ». Routledge Encyclopedia of

Translation Studies. London and New York: Routledge, 244-248. Pdf.

Gusworld. How To Do Things With Four Letter Words. « Gusworld: How To Do

Things With Four Letter Words ». Site Internet. Le 14 septembre 2013.

Hariyanto, Sugeng. « The Implication of Culture on Translation Theory and Practice ».

Translation Directory. ». 2003. Site Internet. Le août 28 2013.

Hughes, Geoffrey. An Encyclopedia of Swearing : The Social History of Oaths,

Profanity, Foul Language, and Ethnic Slurs in the English-Speaking World. 2006.

Pdf.

Kintanar, Thelma B. Cultural Dictionary for Filipinos. Illustrated ed. N.p.: University of

the Philippines, 1996. Imprimé.

Lingua Spirit. La traduction et ses difficultes : comment traduire les termes fortement liès à la

culture d’un pays? Avril 2013. Article en ligne. Site Internet. Le 2 octobre 2013.

Ljung, M. Swearing: A Cross-Cultural Linguistic Study. Basingstoke and New York:

Palgrave Macmillan. 2011. Pdf.

Lomheim, Sylfest. Omsetjingsteori. Ei elementær innføring [Translation Theory. An

Elementary Introduction]. Oslo: Universitetsforlaget. 1995. Pdf.


Asa, Badua | 90

Lomheim, S. 1999. The Writing on the Screen. Subtitling: A Case Study from Norwegian

Broadcasting. In G. Anderman & M. Rogers (eds.), Word, Text, Translation. Liber

Amicorum for Peter Newmark 190-207. Clevedon: Multilingual Matters.

Lomheim, Sylfest. Skrifta på skjermen. Korleis skjer teksting av fjernsynsfilm?

[ Script on the Screen. How Does Subtitling of a Television Film Take Place?].

Kristiansand: Høyskoleforlaget AS – Nordic Academic Press. 2000. PDF file.

Lotman, J., Uspensky, B. "On the Semiotic Mechanism of Culture," New Literary

History, pp. 211-32. 1978. Pdf.

Mattiello, Elisa. Keeping lexical complexity in slang translation. 2004. Pdf.

Mattsson, J. « Linguistic Variation in Subtitling: The subtitling of swearwords and

discourse markers on public television, commercial television and DVD. » EU-

High-Level Scientific Conference Series, MuTra 2006 – Audiovisual Translation

Scenarios: Conference Proceedings. Pdf.

McFarland, Curtis D. A Frequency Count of Filipino. N.p.: Linguistic Society of the

Philippines, 1989. Site Internet. Le 10 janvier 2014.

Mendoza, Brillante. Serbis. 2008. Film.

Midjord, Margit Siri. "Swearing in Sutitles." N.p., Mar. 2013. Site Internet. Le 15 juillet

2013.

Montano-Harmon, M. R. “Developing English for Academic Purposes” California State

University, Fullerton. 1995. Pdf.

Munday, Jeremy. Introducing Translation Studies: Theories and Applications. 2nd ed.
Asa, Badua | 91

New York: Routledge, 2008. Imprimé.

Muñoz-Calvo, Micaela, Carmen Buesa-Gómez and M. Ángeles Ruiz-Moneva, eds. 2008:

New Trends in Translation and Cultural Identity. Newcastle upon Tyne:

Cambridge Scholars Publishing.

Nepales, Ruben V. « RP Entry Serbis Stirs mini-scandal in Cannes - INQUIRER.net,

Philippine News for Filipinos ». RP Entry Serbis Stirs mini-scandal in Cannes –

INQUIRER.net, Philippine News for Filipinos. Philippine Daily Inquirer, Le 22

mai 2008. Site Internet. Le 10 juillet 2013.

Nida, Eugene. « Principles of Correspondence ». The Translation Studies Reader. Ed.

Lawrence Venuti. London: Routledge, 2000. 126-140. Imprimé.

Newmark, Peter. Approaches to Translation.UK: Prenrice Hall International, 1988.

Imprimé.

Newmark, Peter. A Textbook of Translation. Shanghai: Prentice Hall International, 1988.

Imprimé.

Nida, Eugene. « Principles of Correspondence ». The Translation Studies Reader. Ed.

Lawrence Venuti. London: Routledge, 2000. 126-140. Imprimé.

Oxford Dictionary of Modern Slang. Disponible à http://www.oxfordreference.com.

Site Internet. Le 10 février 2014.

Oxford English Dictionary (OED). Disponible à http://www.oed.com/. Site Internet.

Le 15 février 2014.

Partridge, Eric. « Slang To-Day and Yesterday: With a Short Historical Sketch; and
Asa, Badua | 92

Vocabularies of English, American, and Australian Slang ». London, Boston and

Henley: Routledge & Kegan Paul. 1979. Imprimé.

Pedersen, J. « How Is Culture Rendered in Subtitles? ». MuTra Conference Proceedings.

2005. Pdf.

Pedersen, J. Subtitling Norms for Television: An exploration focussing on extralinguistic

cultural references. Amsterdam and Philadelphia: John Benjamins Publishing

Company. 2011. Pdf.

Pestano-Pacheco, Rosario. A Dictionary of Tagalog Slang and Expressions. N.p.: Institute

of Library Science UP, Le octobre 1992. Imprimé.

Philippine Words for Noobs (PWN): Putang Ina. Games and Geekery. N.p., n.d. Site

Internet. Le 23 janvier 2014.

Pocket Tagalog Dictionary : Filipino – English, English – Filipino. Hongkong: Periplus

Edition Ltd. 2005. pp. 84. Site Internet.

Rampa Definition | Definition of Rampa from Tusong Matsing a Filipino English

Dictionary. Rampa Definition | Definition of Rampa from Tusong Matsing a

Filipino English Dictionary. N.p., n.d. Site Internet. Le 23 janvier 2014.

Schleiermacher, F. On the Different Methods of Translation. Berlin: 1813. Pdf.

Schleiermacher, F. On the Different Methods of Translating, dans L. Venuti (ed.) The

Translation Studies Reader (London and New York: Routledge. 1813/2004. pp.

43-63. Pdf.

Stenström, Anna-Brita. n.d. From slang to slanguage: a description based on teenage

talk. Pdf.
Asa, Badua | 93

Shuttleworth, M. and M. Cowie, Dictionary of translation studies. Manchester: St.

Jerome. 1997. Pdf.

Tagalog Dictionary. Meaning of babuyin. N.p., n.d. Site Internet. Le 23 janvier 2014.

Tank, Veronica. Translating Communicatively Complex Registers in Youth Comedy.

Thèse. University of Tartu, 2011. Site Internet. Le 3 septembre 2013.

Top 10 Filipino Expressions in 2009. Wikipilipinas: The Hip 'n Free Philippine

Encyclopedia. N.p., n.d. Site Internet. Le 23 janvier 2014.

Vinay, Jean-Paul et Jean Darbelnet. Stylistique Comparée du Français et de l’Anglais.

Amsterdam : J. Benjamins, 1996. Imprimé.

Venuti, Lawrence. The Translator's Invisibility: A History of Translation. London and

New York : Routledge. 1995. Pdf.

Venuti, L. The scandals of translation: in the subtitling process: Towards an Ethics of

Differences. London and New York: Routledge. 1998. Pdf.

Wierzbicka, Anna. English Speech Act Verbs: A Semantic Dictionary. Academic Pr.

1987. Pdf.

Zare-Behtash, Esmail et Sepideh Firoozkoohi. A Diachronic Study of Domestication and

Foreignization Strategies of Culture-Specific Items: In English-Persian

Translations of Six of Hemingway’s Works. IDOSI Publications, 2009. Site

Internet. Le 20 juillet 2013.