Vous êtes sur la page 1sur 63

REMERCIEMENT :

DEPARTEMENT DE CHIMIE
Project de fin d’étude

Réaliser par :
ABARKAN Ayoub

El BEDRAOUI El Hassan

LAMGARI Ghizlane

BOUABDELLAOUI Bouchra

RECYCLAGE DE Encadré par :


MONSIEUR EL IDRISSI Abderrahmane

LUBRIFIANT
Année : 2018/2019
Recyclage de Lubrifiant

REMERCIEMENT

Nous tenons à remercier dans un premier temps, toute


l’équipe pédagogique de la faculté de science Oujda et les
responsables de la filière SMC. Avant d’entamer rapport,
nous profitons de l’occasion pour remercier tout d’abord
notre professeur Monsieur El IDRISSI Abderrahmane qui
n’a pas cassé de nous encourager pendant la durée du
projet, ainsi pour sa générosité en matière de formation et
d’encadrement. Nous le remercions également pour l’aide
et les conseils concernant les missions évoquées dans ce
rapport, qu’il nous a apporté lors des différents suivis, et la
confiance qu’il nous a témoigné. Nous tenons à remercier
nos professeurs de nous avoir incités à travailler en
mettant à notre disposions leurs expériences et leurs
compétences.
Recyclage de Lubrifiant

SOMMAIRE
LISTE D’ABREVIATIONS : ................................................................................................................. - 5 -
LISTE DES FIGURES : ........................................................................................................................ - 6 -
Introduction Générale :................................................................................................................... - 8 -
Chapitre I ....................................................................................................................................... - 9 -
Lubrifiant et Recyclage ................................................................................................................... - 9 -
I-Lubrifiant : ........................................................................................................................................... - 9 -
I-1) Introduction : .............................................................................................................................. - 9 -
I-2) Généralités de Lubrifiant : ........................................................................................................ - 10 -
II-2-a) Définition : ........................................................................................................................ - 10 -
II-2-b) Les propriétés : ................................................................................................................. - 10 -
I-2-c) Les rôles :............................................................................................................................ - 12 -
I-2-d) Classification des huiles : ................................................................................................... - 13 -
 Huiles minérales : ............................................................................................................ - 13 -
 Huiles synthétiques : ....................................................................................................... - 14 -
I-2-e) La formulation des huiles du lubrifiant : ............................................................................ - 16 -
I-2-f) La comparaison des différentes marques de lubrifiant :.................................................... - 19 -
A) Différent marques de lubrifiant : .................................................................................... - 19 -
B) Résultat d’analyse et Comparaison : ............................................................................... - 21 -
II-Recyclage :........................................................................................................................................ - 34 -
II-1) Histoire de recyclage : .............................................................................................................. - 34 -
II-2) Généralités de Recyclage : ....................................................................................................... - 34 -
II-2-a) Définition : ........................................................................................................................ - 35 -
II-2-b) Les avantages : .................................................................................................................. - 35 -
II-2-c) Les types : .......................................................................................................................... - 36 -
Chapitre II .................................................................................................................................... - 37 -
Méthodes de Traitement et de Recyclage du Lubrifiant et Alternatives d’Utilisation ....................... - 37 -
I-Méthodes de Traitement et de Recyclage du Lubrifiant : ................................................................ - 37 -
I-1) Introduction : ............................................................................................................................ - 37 -
I-2) Méthodes de traitement et de recyclage de lubrifiant :........................................................... - 38 -
 Technologie de FASON HDM : ................................................................................. - 38 -
Recyclage de Lubrifiant

 Technologie de KTI : ................................................................................................ - 39 -


 Technologie de Mohawk : ....................................................................................... - 40 -
 Technologie de PROP :............................................................................................. - 41 -
 Technologie de Safety Kleen: .................................................................................. - 43 -
 Technologie de UOP SCH : ....................................................................................... - 44 -
 Technologie de IFP and Snamprogetti :................................................................... - 45 -
 Technologie de ORS : ............................................................................................... - 47 -
II-Alternatives d’Utilisation :................................................................................................................ - 48 -
II-1) Introduction : ........................................................................................................................... - 48 -
II-2) Précautions avant de réutiliser les huiles des moteurs : ......................................................... - 48 -
II-3) Alternatives d’utilisation : ........................................................................................................ - 49 -
 Mélanger avec de la créosote pour climatiser le bois :........................................ - 49 -
 Mélanger avec du diesel pour faire de l'huile pénétrante : ................................. - 50 -
 Brûler comme combustible : ................................................................................ - 50 -
 Tuer la gale, les acariens et les puces :................................................................. - 50 -
 Mélanger avec du gaz pour faire fonctionner des tracteurs : .............................. - 50 -
 Allumer un feu : .................................................................................................... - 51 -
 Utilisation avec de la laine d'acier pour éliminer la rouille : ................................ - 51 -
 Adoucir ou nettoyer les bottes en cuir :............................................................... - 51 -
 Acier tempéré : ..................................................................................................... - 51 -
Chapitre III ................................................................................................................................... - 52 -
Partie Expérimentale : .................................................................................................................. - 52 -
Recyclage et Traitement du Lubrifiant ........................................................................................... - 52 -
I-Principe :............................................................................................................................................ - 52 -
II-Mode Opératoire : ........................................................................................................................... - 52 -
II-1) Méthode de traitement : ......................................................................................................... - 52 -
II-2) Méthode d’analyse des huiles traités : .................................................................................... - 54 -
III-Résultats et Discussion : .................................................................................................................. - 54 -
IV-Conclusion : ..................................................................................................................................... - 59 -
Conclusion Générale : ................................................................................................................... - 60 -
BIBLIOGRAPHY : ........................................................................................................................... - 61 -
Recyclage de Lubrifiant

LISTE D’ABREVIATIONS :

PCB : polychlorobiphényles
CP : Structure paraffinique
CN : Structure naphténique
CA : Structure aromatique
PAO : Polyalphaoléfines
BHT : 2,6-di-tert-butyl-4-methylphénol
OCP : Copolymères d’oléfines
HTHS : High Temperature High Shear
TBN : Total Base Number
MRV : Mini viscosimètre rotatif
KTI : Kinetics Technology International
IFP : l’Institut Français du Pétrole
ORS : Oil Recycling Solutions

-5-
Recyclage de Lubrifiant

LISTE DES FIGURES :

FIGURE 1 : Structure des hydrocarbures de base dans une


huile minérale
FIGURE 2 : Structure générale des bases lubrifiantes
minérales
FIGURE 3 : Ethylène (source de plusieurs huiles
synthétiques)
FIGURE 4 : Présentation schématique de la formulation
des huiles moteurs
FIGURE 5 : Alkylation du p-crésol par l’isobutylène
FIGURE 6 : Synthèse de BHT à partir du 2,6-di-tert-butyl-
phénol
FIGURE 7 : L'effet de passivation
FIGURE 8 : Formule générale des copolymères d’oléfines
(OCP)
FIGURE 9 : Formule chimique de dialkyldithiophosphates
de zinc
FIGURE 10 : Les sulfonates synthétiques
FIGURE 11 : Les sulfonates naturelles
FIGURE 12 : Les phénates

-6-
Recyclage de Lubrifiant

FIGURE 13 : Formule générale d’un bis alkénylsuccinimide


FIGURE 14 : Formule générale de polymères siliconés (ou
polysiloxanes)
FIGURE 15 : Schéma du processus de travail de FS-HDM
FIGURE 16 : Diagramme de la technologie KTI
FIGURE 17 : Diagramme de la technologie PROP
FIGURE 18 : Diagramme de la technologie Safety Kleen
FIGURE 19 : Schéma de la technologie UOP DCH
FIGURE 20 : Schéma de la technologie IFP
FIGURE 21 : Diagramme de la technologie Snamprogetti
FIGURE 22 : Schéma du processus de travail de ORS
FIGURE 23 : Etapes de processus méthode de traitement
du lubrifiant
FIGURE 24 : Effet du traitement sur la viscosité
cinématique A 40 °C
FIGURE 25 : Effet du traitement sur la viscosité
cinématique A 100 °C
FIGURE 26 : Effet du traitement sur l’indice de viscosité
FIGURE 27 : Effet du traitement sur le point
d’écoulement
FIGURE 28 : Effet du traitement sur le point d’éclair
FIGURE 29 : Effet du traitement sur la densité

-7-
Recyclage de Lubrifiant

Introduction Générale :

Les huiles lubrifiantes sont des liquides visqueux utilisées pour la


lubrification des parties mobiles des moteurs et des machines. Ce sont des produits
pétroliers qui se dégradent après un certain temps d’utilisation, par contamination
avec des éléments polluants, tels que les métaux lourds, les PCB
(polychlorobiphényles) et autres composés halogénés [1]. Les huiles usées peuvent
contaminer l’eau et le sol et poser un risque élevé pour la santé humaine. Cette huile
usée nécessite une gestion appropriée pour en faire un produit à valeur ajoutée en
réduisant la quantité de l'huile rejetée, et en réduisant le fardeau environnemental de
l'huile usée [2]. Par conséquent, le traitement des huiles usagées a un grand intérêt
dans l’élimination de la pollution et la préservation des réserves de pétrole brut.
Le recyclage des lubrifiants usagés a été pratiqué à des degrés divers depuis les
années 1930 et en particulier au cours de la seconde guerre mondiale, lorsque la rareté
des approvisionnements adéquats en pétrole brut pendant le conflit a encouragé la
réutilisation de tous les types de matériaux, y compris les lubrifiants [3]. De nombreux
pays se penchent actuellement sur le problème de la pollution de l’environnement
posé par les huiles lubrifiantes usagées. Aux Etats-Unis, par exemple, environ 2
milliards de gallons d’huiles sont produits chaque année [4].
L’objectif de cette recherche est centré principalement sur l’obtention d’une
huile de haute qualité à partir d’une huile de lubrification usagée par plusieurs
traitements, réduisant ainsi la pollution de l’environnement et aussi réduire
l'importation de l’huile de lubrification.

-8-
Recyclage de Lubrifiant

Chapitre I

Lubrifiant et Recyclage

I-Lubrifiant :

I-1) Introduction :

Le pétrole existe depuis plus de dix mille ans et les premiers ancêtres ont
découvert différentes manières d’adoucir leur dernière invention : la roue. L’ajout
d'huile à la roue a facilité le processus de pousse et les gens ont expérimenté différents
revêtements. Ils ont commencé avec des huiles d’animaux, en particulier des graisses
de cerf grillées et des porcs bouillis, avant de passer aux huiles végétales.
C'était même la prise de connaissance que des gisements d'or noir pouvaient produire
du pétrole brut, ce qui fait une révolution sur la production de véhicules.
Lorsque les voitures sont devenues plus courantes au début des années 1930, les
constructeurs automobiles ont compris la nécessité de normaliser leurs voitures. La
Society of Automotive Engineers des États-Unis d’Amérique a commencé ce processus
en se concentrant sur l’huile moteur et a décidé de classer les huiles en fonction de la
viscosité ou de la vitesse du liquide.[5]

-9-
Recyclage de Lubrifiant

I-2) Généralités de Lubrifiant :

II-2-a) Définition :

L’huile de moteur est l'une quelconque des diverses substances comprenant des
huiles de base renforcée avec des additifs, en particulier additifs anti - usure ainsi que
des détergents, des dispersants et des huiles multigrades améliorant l'indice de
viscosité. L'huile moteur est utilisée pour la lubrification des moteurs à combustion
interne. La fonction principale de l’huile de moteur est de réduire la friction et l’usure
sur les pièces mobiles et à nettoyer le moteur de boue (une des fonctions des
dispersants) et vernis (détergents). Il neutralise également les acides provenant du
carburant et de l'oxydation du lubrifiant (détergents), améliore l'étanchéité des
segments de piston et refroidit le moteur en évacuant la chaleur des pièces en
mouvement.[6]

II-2-b) Les propriétés :

La qualité d’une huile de lubrification est testée pour les différentes propriétés
suivantes afin d’évaluer son adéquation et ses mérites pour certaines conditions de
service.
 Viscosité : La viscosité est une mesure de la capacité d'écoulement d'une huile sous
une température et une pression particulière. Avec la diminution des
températures, la viscosité de l'huile augmente. D'autre part, une augmentation de
la température entraîne une diminution de la viscosité et l'huile devient plus fine.
Et on peut dire que la viscosité est la résistance qu'oppose un fluide au glissement
de ses molécules les unes sur les autres.[7]

- 10 -
Recyclage de Lubrifiant

 Point d'éclair ou point de feu : Les températures les plus basses auxquelles l'huile
clignote et se consume, appelées points d'éclair et de feu. Ces deux températures
doivent être suffisamment élevées pour que l'huile de lubrification évite les
brûlures pendant l'utilisation. [8]
 Evaporation : Un test d'évaporation est effectué pour déterminer la quantité
d'huile susceptible de s'évaporer à haute température. L'huile lubrifiante devrait
avoir une caractéristique de faible évaporation.
 Nuage : La température basse à laquelle le lubrifiant passe de l'état liquide à l'état
plastique ou solide est appelée point de trouble. Dans certains cas, l’huile semble
trouble au début de la solidification. [8]
 Résidus de carbone : Les huiles lubrifiantes étant les composés chimiques du
carbone et de l’hydrogène, lorsqu’elles sont brûlées, déposent du carbone sur les
pièces du moteur. Cela devrait être aussi bas que possible pour l'huile de
lubrification. [8]
 Corrosion : Un lubrifiant ne doit pas corroder les pièces mobiles.
 Point d'écoulement : La température la plus basse à laquelle l'huile coule s'appelle
son point d'écoulement. Au-dessous de cette température, l'huile devient plastique
et ne produit donc pas de lubrification hydrodynamique et ne peut donc pas être
utilisée en dessous de cette température. [8]
 Emulsification : Un lubrifiant mélangé à de l'eau a tendance à se séparer. Le
nombre d'émulsification est un indice de la tendance de toute huile à s'émulsionner
avec de l'eau. [8]
 Nombre de neutralisation : L'huile peut contenir des impuretés, si elles ne sont pas
éliminées lors du raffinage, ce qui a un effet néfaste sur les propriétés de l'huile. [8]
 Teneur en soufre : Le soufre sous forme corrosive nuisible aux huiles lubrifiantes.
Ainsi, sa présence devrait être évitée. [8]
 Couleur : Ce test n’est pas aussi important que celui de vérifier l’homogénéité d’un
type d’huile donné. Elle varie généralement du blanc pur au rouge foncé en passant
par le jaune citron et le jaune orange. La couleur foncée d'un lubrifiant usagé peut
être un assez bon moyen d'apprécier son altération, de même qu'un aspect laiteux
peut indiquer la présence d'eau. [9]

- 11 -
Recyclage de Lubrifiant

 Oxydation à haute température : Les huiles lubrifiantes peuvent se décomposer à


haute température en raison de l'oxydation, produisant du carbone dur et du vernis
qui se déposent sur les pièces du moteur. Par conséquent, les lubrifiants doivent
résister à l'oxydation.
 Densité : La densité de l'huile lubrifiante varie considérablement et ne doit donc
pas être considérée comme la principale indication de ses propriétés lubrifiantes.
La densité varie avec la température et la pression. Elle diminue avec la
température. [10]

I-2-c) Les rôles :

 Inhiber la rouille et la corrosion :


Les huiles moteur sont composées d'inhibiteurs de rouille et de corrosion offrant
une protection contre l'usure normale. Cela aide à réduire l’oxydation de l’huile et
assure de meilleures performances et une plus grande longévité du moteur de
l’automobile.
 Aide à réduire le frottement :
L'un des principaux avantages de l'huile moteur est la réduction du contact métal
contre métal. L’huile moteur forme une couche protectrice sur les pièces en cours
d’exécution du moteur, ce qui permet d’éviter tout contact entre les pièces
métalliques.
 Aident à éliminer les impuretés :
La plupart des huiles moteur sont constituées de détergents en tant qu'additifs qui
éliminent les impuretés et autres dépôts de l'huile afin d'aider les pièces en
fonctionnement à rester propres. Cela aide à protéger le moteur contre tout dommage
grave.
 Agit comme un liquide de refroidissement :

- 12 -
Recyclage de Lubrifiant

Les huiles moteur ont une fonction de liquide de refroidissement qui garde le
moteur supérieur et ses pièces en fonctionnement froids. Il empêche la perte d’énergie
et la détérioration du moteur d’une automobile.
 Agit comme un bouche-trou :
Le piston et le cylindre ont un espace peu lisse. L'huile moteur remplit les lacunes
et contribue à améliorer l'efficacité et les performances du moteur. [11]

I-2-d) Classification des huiles :


Il existe de nombreux types d'huiles de lubrifiants :
 Huiles minérales :
Sont des huiles raffinées du pétrole brut où ils sont extraits des champs de pétrole
dans le sol, et ils ont une large gamme d'applications.
Les huiles minérales sont des mélanges d’une multitude de composants. [12] Les
composés majoritaires sont des hydrocarbures (alcanes linéaires, ramifiés ou cyclique,
alcènes, ou encore des composé aromatique). Mais on trouve aussi de nombreux
composés oxygénés, azotés et soufrés [13].
Les huiles minérales sont essentiellement constituées d'atomes de carbone et
d'hydrogène. Dans chaque huile minérale, le carbone se trouve (figures 1) [14] en :
Structure paraffinique (CP) : les molécules de ce groupe sont aussi connues sous
le nom d'hydrocarbures saturés en chaîne droite ou alcanes, qui peuvent être linéaires
(n-alcanes) ou ramifiés (iso-alcanes) et dont la formule générale est CnH2n+2. Les n-
alcanes sont aussi connus sous le nom de paraffines ou de cires et ont de mauvaises
propriétés d'écoulement aux basses températures et ils sont stables à l’oxydation.
Structure naphténique (CN) : les molécules de ce groupe sont également
connues sous le nom d'hydrocarbures saturés cycliques ou cycloalcanes. Elles
correspondent à des chaînes carbonées fermées de formule générale CnH2n. Les
cycloalcanes sont moins stables à l’oxydation, mais présentent de meilleures
propriétés d’écoulement aux basses températures et un meilleur pouvoir solvant que
les n-alcanes. [15]

- 13 -
Recyclage de Lubrifiant

Structure aromatique (CA) : ces molécules sont des composés cycliques, aussi
appelées hydrocarbures insaturés, de formule générale CnH2n.6. Elles sont totalement
différentes des molécules paraffiniques et naphténiques, mais jouent un rôle très
important dans les propriétés d'une huile minérale. On les trouve sous deux formes :
les monoaromatiques et les polyaromatiques (dont certaines sont considérées
comme cancérigènes).

Figure 1: Structure des hydrocarbures de base dans une huile minérale [14]

On distingue 2 types d’huiles minérales suivant la composition du pétrole brut de


départ (Figure 2) :
Les huiles paraffiniques : majoritairement composées d’alcanes, elles sont
caractérisées par un bon indice de viscosité et une bonne stabilité. Disponibles dans
une large gamme de viscosité, ces bases sont les plus produites dans le monde.
Les huiles naphténiques : elles contiennent une proportion significative de
cycloparaffines et polycycliques saturés et possèdent un faible indice de viscosité, mais
de bonnes caractéristiques à basse température.

Figure 2 : Structure générale des bases lubrifiantes minérales.

Huiles paraffiniques Huiles naphténiques

 Huiles synthétiques :

- 14 -
Recyclage de Lubrifiant

Les huiles sont-elles fabriquées par des procédés chimiques et à partir de


polyoléfines, d’alpha et de silicium. Il peut avoir des propriétés inhabituelles. Par
exemple, ils peuvent être à des températures élevées sans modification significative
de leurs propriétés.
Ces bases sont des produits obtenus par réaction chimique de plusieurs
composants [16].
Deux grandes familles de produits sont utilisées pour la formulation des lubrifiants:
les esters et les hydrocarbures de synthèse, plus particulièrement les
polyalphaoléfines (PAO) fabriquées à partir d'éthylène.
Ces huiles, obtenues par des procédés chimiques complexes sont plus chères mais elles
offrent des performances supérieures :
- Indice de viscosité plus élevé
- Meilleure stabilité thermique
- Meilleure résistance à l'oxydation
Ces produits sont classés selon leurs procédés de fabrication et leurs composition
chimiques :
- Hydrocarbures synthétiques
- Esters aliphatiques
- Polyalkylèneglycols
- Esters phosphoriques
- produits spéciaux (silicone…etc.)
Tous les hydrocarbures synthétiques peuvent être synthétisés à partir de l’éthylène
(figure 3)

- 15 -
Recyclage de Lubrifiant

Figure 3 : Ethylène (source de plusieurs huiles synthétiques) [16]

I-2-e) La formulation des huiles du lubrifiant :


Les huiles lubrifiantes sont indispensables pour assurer le bon fonctionnement du
moteur. Elles sont composées des huiles de base d’origines pétrolières ou synthétiques
et d’additifs. Ces derniers confèrent aux huiles lubrifiantes de bonnes propriétés. [17]

Figure 4 : Présentation schématique de la formulation des huiles moteurs [17]

La préservation des lubrifiants contre l'oxydation repose habituellement sur l'usage


d'additifs antioxydants, lesquels limitent et/ou retardent la détérioration oxydative
résultant de la formation de nombreux radicaux libres dans des réactions radicalaires
en chaînes. Ces antioxydants sont généralement des composés phénoliques d’origine
pétrochimique comme le 2,6-di-tert-butyl-4-methylphénol (BHT). On peut obtenu ce

- 16 -
Recyclage de Lubrifiant

composé par alkylation du p-crésol par l’isobutylène, en présence d’un catalyseur


acide H2SO4, et à la température de 60°C. [18]

Figure 5 : Alkylation du p-crésol par l’isobutylène

Un autre procédé utilisé en industrie, permet d’obtenir le BHT à partir du 2,6-di-tert-


butyl-phénol via une base de Mannich. Par hydrogénation, en présence de nickel de
Raney du composé aminé, on obtient le produit final, le BHT. [18]

Figure 6 : Synthèse de BHT à partir du 2,6-di-tert-butyl-phénol

Les additifs destinés à lutter contre la corrosion en général, sont désignés « additifs
antirouilles » lorsqu’ils combattent la corrosion acide ou la corrosion par le soufre des
métaux non ferreux et notamment des alliages cuivreux. Ces additifs agissent en
formant un film protecteur sur les surfaces par la formation de complexes métalliques
de coordination, c’est l’effet « passivation ». [19]

Figure 7: l'effet de passivation

Les additifs améliorant l’indice de viscosité sont des polymères qui évite le contact
des pièces en mouvement tout en n’ayant qu’une très faible influence sur la viscosité

- 17 -
Recyclage de Lubrifiant

à basse température (faible interaction), ce qui facilite le démarrage à froid des


mécanismes en réduisant en même temps les pertes énergétiques par frottement.[19]
Les composés les plus courants proviennent des copolymères d'oléfines (OCP).

Figure 8 : Formule générale des copolymères d’oléfines (OCP).

Les additifs anti-usures les plus couramment utilisés dans la formulation des huiles
pour moteurs sont des dialkyldithiophosphates de zinc. Ces additifs réduisent le
frottement des surfaces métalliques en créant à la surface des pièces, un film
protecteur très résistant. [20]

Figure 9 : Formule chimique de dialkyldithiophosphates de zinc. [20]

Le additifs détergents prévient les dépôts à chaud sur les surfaces du moteur et de
maintenir propres les circuits de distribution du lubrifiant. [21]
Ces additifs sont des sels de calcium ou de magnésium d’acides organiques. Les plus
courants sont les sulfonates « naturels » ou « synthétiques » et les phénates.[21]

Figure 8 : Les sulfonates synthétiques Figure 9 : Les sulfonates naturelles Figure 12 : Les phénates

Les molécules d’additifs dispersants sont en général des alkénylsuccinimides.[22]

Figure 13 : Formule générale d’un bis-alkénylsuccinimide [22]

- 18 -
Recyclage de Lubrifiant

Les additifs antimousse ont pour but de limiter la dispersion d'un grand volume
d'air dans l'huile. On utilise de très faibles quantités d’additifs anti-mousse, souvent à
base de polymères siliconés (ou polysiloxanes) de formule générale :

Figure 14 : formule générale de polymères siliconés (ou polysiloxanes)

R1 et R2 sont le plus souvent des groupements méthyle (-CH3) ou trifluoropropyle


(-CH2-CH2-CF3)

I-2-f) La comparaison des différentes marques


de lubrifiant :

A) Différent marques de lubrifiant :

Voici Certains types d'huiles moteur, leurs viscosité et prix :


 TOTAL QUARTZ :
Pour Viscosité : 10W40
Prix (pour 5L) : 280DH

 LIQUI MOLY :
Pour Viscosité : 10W40
Prix (Pour 5L) : 350DH

- 19 -
Recyclage de Lubrifiant

Pour Viscosité : 5W30


Prix (Pour 5L) : 500DH

 C1astrol GTX :
Pour Viscosité : 10W40
Prix (Pour 5L) : 330DH

 Castrol Magnetic :
Pour Viscosité : 5W40
Prix (Pour 5L) : 500DH

 Ravenol :
Pour Viscosité : 5W30
Prix (Pour 5L) : 399DH
 Shell Helix :
Pour Viscosité : 15W40
Prix (Pour 5L) : 260DH

 Exoii :
Pour Viscosité : 10W40
Prix (Pour 5L) : 290DH

- 20 -
Recyclage de Lubrifiant

 Alpine :
Pour Viscosité : 0W30
Prix (Pour 5L) : 912DH

 Petrol :
Pour Viscosité : 5W30
Prix (Pour 5L) : 500DH

Pour Viscosité : 10W40


Prix (Pour 5L) : 230DH

 Bendix :
Pour Viscosité : 5W30
Prix (Pour 5L) : 440DH

 ElF Evolution :
Pour Viscosité : 5W30
Prix (Pour 5L) : 479DH

B) Résultat d’analyse et Comparaison :


Le moteur de la voiture est un cerveau sans lequel la voiture ne peut pas fonctionner
et doit fonctionner pour chaque huile moteur ; pour fonctionner efficacement et

- 21 -
Recyclage de Lubrifiant

propulser. Certaines voitures ont besoin d'un certain type d'huile, L'huile qui convient
à une Mercedes peut ne pas convenir à Nissan, par exemple, Les types d’huiles les plus
importants, et les meilleurs de l’unanimité parmi les automobilistes.
QUELLES HUILES 0W-30 SONT LES MEILLEURES ?
Pour bien comparer, on prend la viscosité de l’huile 0W-30 pour toutes les marques.
La question de savoir quelle huile de moteur 0W-30 est la meilleure est étudiée.
En général, c'est comme une farce lorsque les fabricants d'huile font de leurs huiles
pour moteur la meilleure des huiles sur le marché. En particulier, les huiles moteur se
caractérisent par de multiples interactions dans leurs propriétés chimiques.
Chaque huile moteur de l'huile moteur 0W-30 présente des forces et des faiblesses
différentes. Si, par conséquent, une comparaison est faite sur la base de propriétés
spécifiques, cela est beaucoup plus significatif.
Pour permettre de telles comparaisons, nous avons eu cinq huiles moteur 0W-30
différentes testées. Les points suivants ont été analysés :
▶ Viscosité à 40 degrés
▶ Viscosité à 100 degrés
▶ Indice de viscosité
▶ HTHS
▶ TBN
▶ Point d'écoulement
▶ cendre de sulfate
▶ NOACK
▶ Point d'éclair
▶ CCS -35 degrés
▶ MRC -40 degrés
Dans les graphiques suivants, nous avons comparé ces huiles moteur. Les résultats
du test sont présentés dans les diagrammes à barres suivants :
 VISCOSITÉ À 40 ET 100 DEGRÉS :

- 22 -
Recyclage de Lubrifiant

Avec la diminution des températures, la viscosité de l'huile augmente. D'autre part,


une augmentation de la température entraîne une diminution de la viscosité et l'huile
devient plus fine. Afin d'étudier ces variations de viscosité à des températures
croissantes, l'huile est chauffée jusqu'à 40 ° C et 100 ° C
Le degré de viscosité n'est pas proportionnel à la température. Une huile moteur à 100
degrés ne serait donc pas deux fois plus fine qu'une huile à 50 degrés. Pour cette

- 23 -
Recyclage de Lubrifiant

raison, les deux températures mentionnées sont utilisées pour étudier le changement
individuel du grade de viscosité dans des conditions de température croissantes.
Le résultat de cette enquête est décrit en tant que viscosité cinématique. Son résultat
est une sortie en mm² / s. Ces valeurs indiquent le temps nécessaire à l'huile moteur,
à la température respective, pour parcourir une distance définie par le test. Le moins
mm² / s l'huile moteur doit circuler à ces températures, le plus mince, il devient à des
températures élevées. Il change donc sa viscosité plus rapidement (devient plus mince)
et réagit plus rapidement aux changements de température. Une valeur plus élevée
implique une plus grande stabilité de la viscosité. L'huile moteur conserverait donc sa
viscosité initiale plus longtemps lorsque la température augmente et lubrifierait
constamment le moteur.
➥ En bref : Plus les valeurs de résultat (mm² / s), la viscosité reste plus constante à des
températures élevées et permet donc plus une lubrification constante malgré
l’augmentation des changements de température. [23]

 INDICE DE VISCOSITÉ :

- 24 -
Recyclage de Lubrifiant

L’indice de viscosité (VI) traite de la viscosité à différentes températures. Le VI


est un paramètre mesuré aux températures de 40 ° C et 100 ° C (résultat du point
"viscosité à 40 ° C et 100 ° C"). L'indice de viscosité est représenté en nombres
naturels. Le plus élevé l’indice de viscosité valeur d'une huile de moteur, les moins
les premiers changements de viscosité à des températures plus élevées.
Cependant, il faut considérer que l'indice de viscosité est basé sur la qualité de
l'huile de base et peut être augmenté par des ensembles d'additifs supplémentaires
(nommés "Améliorants VI").
Les huiles de base minérales pures ont généralement un indice de viscosité d'environ
95. Le VI des huiles de base synthétiques avec additifs est déjà de 130.
➥ En bref : Plus l'indice de viscosité de l'huile du moteur est faible, plus la variation
de la viscosité à des températures élevées. [23]
 CISAILLEMENT ÉLEVÉ À HAUTE TEMPÉRATURE (HTHS) :

Le HTHS (High Temperature High Shear) décrit la viscosité dynamique à 150 ° C et


sous l’influence de forces de cisaillement élevées. Viscosité à haute température et
taux de cisaillement élevé (plage de vitesse élevée). De telles conditions se produisent

- 25 -
Recyclage de Lubrifiant

lorsque des composants mécaniques sont soumis à des mouvements particulièrement


rapides (par exemple, vilebrequin, piste de cylindre, etc.).
La valeur HTHS est indiquée en millipascals secondes (mPas). Une valeur plus élevée
indique un film d'huile plus épais à haute température. Ce film d'huile se romprait plus
tard dans ces conditions extrêmes que ceux présentant une valeur HTHS inférieure.
Une valeur plus élevée protégerait donc davantage le moteur contre l'usure, car le film
d'huile reste permanent et garantit la lubrification. Toutefois, une valeur HTHS
inférieure présente l’avantage de pouvoir réaliser des économies de carburant grâce à
la réduction des frictions internes et à la réduction des gaz d’échappement.
Les valeurs limites HTHS ont également été définies conformément aux normes SAE
et ACEA et à plusieurs constructeurs automobiles. Elles ont pour but de garantir que
les huiles multigrades (par exemple 0W-30, 5W-30, etc.) dotées d'améliorants VI (voir
"Indice de viscosité") garantissent la lubrification nécessaire malgré les températures
extrêmes et les taux de cisaillement.
Ces valeurs limites sont structurées comme suit :
- ACEA A5, B5 : 2,9-3,5 mPas (HTHS bas)
- ACEA C2 : ≥ 2,9 mPas (HTHS moyen)
- ACEA A3, B3 : 3,5 mPas (HTHS élevé)
En résumé, on ne peut pas dire si une valeur HTHS élevée ou basse est meilleure.
Cette réponse ne peut être donnée que si, par exemple, les valeurs limites HTHS
spécifiées (par des normes telles que ACEA, API, etc.) et les températures et les efforts
de cisaillement générés sont pris en compte.
En termes simples, si une voiture parcourt plus de courtes distances dans le trafic
urbain, si les températures et les forces de cisaillement sont plus basses, une valeur
HTHS inférieure serait avantageuse. Une voiture conduite rapidement sur de longues
distances bénéficierait en revanche d'une valeur HTHS supérieure.
➥ En bref : Une comparaison de ces valeurs mesurées ne peut être faite si les huiles
de moteur ont les mêmes spécifications ou approbations et sont donc soumis aux
mêmes intervalles de tolérance.
Une valeur HTHS plus élevée a un effet positif sur la protection du moteur à des
températures élevées et à des forces de cisaillement élevées (avantage pour la
conduite à grande vitesse et sur de longues distances). Une valeur HTHS inférieure a

- 26 -
Recyclage de Lubrifiant

un effet positif sur la consommation de carburant et les émissions d'échappement


lorsque les températures et les forces de cisaillement sont basses. [23]
 NOMBRE TOTAL DE BASE (TBN) :

La basicité total (TBN) décrit le total nombre de bases à l’intérieur d'une huile de
moteur. Cette valeur est particulièrement pertinente pour l'analyse du lubrifiant. La
valeur TBN indique la réserve alcaline à l’intérieur de l'huile moteur. Cette valeur est
représentée en mgKOH / g.
La réserve alcaline a pour tâche de neutraliser les acides nocifs produits par la
combustion de combustible sulfureux.
La teneur en soufre du carburant n’est pas la même dans tous les pays. Plus la teneur
en soufre est élevée, plus les réserves alcalines sont consommées rapidement. En
conséquence, l'huile moteur devrait être changée plus souvent que dans les pays à
faible teneur en soufre dans le carburant. En Allemagne, la proportion de soufre dans
le carburant est relativement faible.
Les acides nocifs conduisent finalement à la corrosion du moteur. La réserve alcaline,
et donc la valeur TBN, diminue progressivement au cours de la durée de vie de l'huile
moteur. Plus le nombre de mgKOH / g dans l'huile moteur est élevé, plus l'huile
moteur peut protéger le moteur longtemps des effets néfastes des acides nocifs.
Comme mentionné ci-dessus, cependant, cette durée de protection dépend
également de la teneur en soufre respective du carburant.
➥ En bref : Plus la valeur TBN (mgKOH / g), plus la protection du moteur contre les
acides alcalins actif a lieu. [23]

- 27 -
Recyclage de Lubrifiant

SULFATE DE CENDRE :

La portion de cendre de sulfate est le résultat de la combustion de l'huile moteur.


Pendant le fonctionnement du moteur, il se produit une abrasion métallique qui est
absorbée par l'huile moteur. En outre, d'autres impuretés, telles que la poussière,
peuvent pénétrer dans l'huile moteur.
Une forte proportion de cendres sulfatées augmente le risque d'encrassement des
pores fins des filtres à particules diesel ou des ailettes du convertisseur catalytique. La
proportion d'additifs tels que le soufre, le zinc, le bore, le magnésium, le calcium et le
phosphore a été réduite dans ces huiles moteur afin de réduire la teneur en cendres
de sulfate et de soulager les systèmes de post-traitement des gaz d'échappement.
Cependant, il convient également de mentionner dans ce contexte que la réduction
des additifs réduit également les réserves alcalines (voir TBN) et réduit ainsi la
longévité de l'huile moteur. En raison de cette corrélation, il devient évident que les
teneurs faibles ou élevées en cendres sulfatées peuvent parfois présenter des
avantages mais également des inconvénients.
➥ En bref : une faible teneur en cendres sulfatées est meilleure pour la durée de vie
du filtre à particules diesel (DPF) et de catalyseur.
Cependant, la durée de vie de l'huile moteur est plus courte (voir „TBN“). [23]

- 28 -
Recyclage de Lubrifiant

 SIMULATEUR DE DÉMARRAGE À FROID (CCS) :

La viscosité à froid déterminée avec le simulateur de démarrage à froid CCS est une
valeur caractéristique qui indique la viscosité à froid aux points de friction (groupe
cylindre-piston, roulement de roue, etc.). Les limites sont définies par la norme
SAEJ300. Cette méthode permet de simuler la viscosité dynamique de l'huile lors d'un
démarrage à froid (le moteur démarre à basse température). La viscosité à froid est
mesurée en millipascals secondes (mPas). Lorsque la température diminue, la viscosité
augmente. Cela signifie que l'huile devient plus visqueuse. Afin d'interpréter
correctement les résultats du CCS, il est toujours nécessaire d'indiquer les
températures auxquelles l'essai a été effectué. Dans cette analyse d'huile, une
température de -35 ° C a été mesurée. Comme mentionné, la viscosité de l'huile tourne
dans le sens contraire à la température. Une température décroissante entraîne une
viscosité croissante. Le résultat du tableau doit donc être interprété comme signifiant

- 29 -
Recyclage de Lubrifiant

qu'une valeur inférieure à la millipascal secondes (mPas) pour les -35 degrés testés
entraîne une augmentation plus faible de la viscosité.
➥ En bref : Une valeur plus faible indique une plus faible augmentation de la viscosité
à des températures froides. [23]
 MINI VISCOSIMÈTRE ROTATIF (MRV) -40 DEGRÉS :

Le terme MRV désigne le mini viscosimètre rotatif. C'est un appareil utilisé pour
mesurer la pompabilité d'une huile moteur à basses températures et selon un profil de
température défini. La méthode de test utilisée est ASTM D4684. Le résultat est reflété
en millipascals secondes (mPas). L'huile moteur a besoin de ces MPa pour
l'alimentation en huile. Les résultats se réfèrent à une température de -40 ° C.
➥ En bref : plus les MPa de cette analyse sont bas, plus l'huile de moteur est pompable
et rapide, ce qui permet de lubrifier le moteur à basse température. [23]
VOLATILISATION SELON NOACK À 250 DEGRÉS :

- 30 -
Recyclage de Lubrifiant

L'évaporation selon NOACK à 250 ° C étudie la perte d'évaporation de l'huile


moteur. Une huile moteur est composée de divers composants chimiques. Celles-ci, à
leur tour, ont des volatilités différentes et s’évaporent à des températures différentes.
Cet essai examine la résistance de l'huile à l'évaporation. Le résultat est la résistance
thermique de l'huile moteur.
Dans le test NOACK, les huiles moteur sont chauffées à une température de 250 ° C et
exposées à un flux d'air constant. Dans ces conditions, on mesure quel pourcentage de
l'huile s'évapore dans un intervalle de temps de 60 minutes.
➥ En bref : plus le pourcentage est élevé, plus l'évaporation et donc l'évaporation de
l'huile moteur sont élevées. [23]
 POURPOINT :

- 31 -
Recyclage de Lubrifiant

Le point d'écoulement (mesuré en - ° C) indique la température à laquelle l'huile


coule toujours. Cependant, cela ne dit rien sur la fluidité à basses températures. Pour
cette raison, cette valeur mesurée joue également un rôle secondaire en ce qui
concerne les aspects qualité d'une huile moteur.
En ce qui concerne la fluidité à basses températures, il est plus important de faire
attention à la viscosité. Une huile multigrade, telle qu'une 10W-40, doit toujours avoir
une fluidité prescrite à -25 ° C. En effet, la viscosité d’une huile multigrade doit être au
moins aussi élevée que celle d’une huile 10W-40. Il en va de même pour les huiles 0W-
30.
Si le point d'écoulement est élevé (plus les températures sont inférieures à zéro), plus
la température sera basse avant que l'huile ne puisse plus s'écouler.
➥ En bref : le Pourpoint n'est pas un aspect direct de la qualité d'une huile moteur et
ne dit rien sur la fluidité à basse température. Un point d'écoulement plus élevé
indique finalement les basses températures auxquelles l'huile coule toujours. [23]
 POINT DE RUPTURE :

Le point d'éclair est la température à laquelle les vapeurs générées par la


température s'enflamment en même temps que l'air. Plus la viscosité est élevée, plus
le point d'éclair de l'huile moteur est élevé.
➥ En bref : plus le point d’éclair est élevé, plus la température sera élevée pour
provoquer l’allumage du moteur. [23]

- 32 -
Recyclage de Lubrifiant

RÉSULTATS DE L'ANALYSE D'HUILE

Tous les résultats présentés de l'analyse de l'huile 0W-30 sont également disponibles
dans notre tableau comprimé : [23]

- 33 -
Recyclage de Lubrifiant

II-Recyclage :

II-1) Histoire de recyclage :

Le traitement des déchets dangereux et des déchets conventionnels existe depuis


des années. Très tôt, les industriels ont compris qu'ils étaient capables d'économiser
de l'argent en réintroduisant leurs matières premières dans le département de
fabrication. Le premier acte de recyclage aurait été fait en Chine.
Cela fait un an que la Chine a brouillé les programmes de recyclage dans le monde
entier en fermant essentiellement ce qui était le plus grand marché de l’industrie.
La récupération sélective est petit à petit mise en place et plusieurs lois sont instituées
pour favoriser le développement de la filière.
Il est aussi prévu d’instituer une taxe et un plan d’élimination des déchets dangereux
et des déchets plus classiques.[24]

II-2) Généralités de Recyclage :

- 34 -
Recyclage de Lubrifiant

II-2-a) Définition :

Le recyclage consiste à collecter un déchet et à le retraiter afin qu'il puisse être


consommé à nouveau (cela comprend le recyclage organique mais pas le recyclage
énergétique).
Le recyclage peut également être défini comme le retour d’une ressource à une étape
précédente de son processus cyclique.[25]

II-2-b) Les avantages :

 Conservation et protection de l’environnement : Par la conservation des ressources


matérielles et la protection de l'environnement contre les substances nocives et
toxiques résultant des industries extractives et de la conversion.

 Redue consomption of Energy : conservation d'énergie et économies d'énergie par


la minimisation des processus de production.

 Le recyclage de l'huile usée l'empêche de polluer le sol et l'eau.

 L'huile moteur ne s'érode pas, son recyclage est donc une ressource précieuse.

 Limitez les déchets dans les décharges.

 Étend la conscience environnementale.

 Gagner et économiser de l’argent.


[26]

- 35 -
Recyclage de Lubrifiant

II-2-c) Les types :


Il existe trois grandes familles de techniques de recyclage : chimique, mécanique et
organique.
 Le recyclage chimique utilise une réaction
Chimique pour traiter les déchets
(Exemple : pour séparer certains composants).

 Le recyclage mécanique est la transformation des déchets à l'aide d'une machine


(exemple : pour broyer).

 Le recyclage organique consiste, après fermentation, à produire des engrais ou du


carburant.

- 36 -
Recyclage de Lubrifiant

Chapitre II

Méthodes de Traitement et de
Recyclage du Lubrifiant et
Alternatives d’Utilisation

I-Méthodes de Traitement et de
Recyclage du Lubrifiant :

I-1) Introduction :

Les voitures ont besoin d'huiles pour fonctionner, et les huiles consommées sont
des huiles dont la qualité est perdue leurs propriétés distinctives au cours de
l'utilisation. Leurs propriétés changent et leur qualité diminue pendant augmentant
leur viscosité et de l'acidité et de la sédimentation, tandis que l'odeur devient forte
lorsque la couleur change. Les huiles sont consommées est impropre à une utilisation
dans les voitures où ils provoquent l'érosion dans les parties et pièces de la voiture et
cela affecte la qualité et la performance de ses travaux, et c'est ce qui a fait beaucoup

- 37 -
Recyclage de Lubrifiant

penser à des huiles de recyclage, ce processus vise à recueillir des matériaux précieux
à partir d'huiles consommation en exposant les processus de mélange d'hydrogénation
et le filtrage. Il est nécessité de recycler ces huiles, Où les huiles consommées sont
considérées comme nocives et dangereuses pour l'environnement pour avoir tenté de
les éliminer.

I-2) Méthodes de traitement et de recyclage de


lubrifiant :

 Technologie de FASON HDM :

Les Caractéristiques :

L’usine de distillation des huiles lubrifiantes usagées FASON HDM est un produit
récemment développé qui combine des dizaines de dernières technologies. Il est
capable d'extraire rapidement des distillats légers et lourds de différentes fractions en
contrôlant différentes températures avec propre composé catalytique formulé. Il peut
également éliminer le composé métallique, l'azote de base, le soufre, etc. de l'huile
distillée au cours du processus de raffinage. Le produit final après distillation peut être
ajusté dans une nouvelle huile de base ou un gazole doré selon les exigences du client.
L’usine de distillation des huiles lubrifiantes usagées FS-HDM adopte brevet exclusif
de technologie de redressement par pont intégral et de chauffage par courants de
Foucault électromagnétique, et s’associe à brevets uniques de décoloration en bulle
macromoléculaire et de séparation par cristallisation de membrane. Toute l’usine
applique le principe de fonctionnement physique pur, même un flux de chauffage et
d’auto-équilibrage, elle ne dégrade pas les matières grasses. [27]

Le processus de travail :

- 38 -
Recyclage de Lubrifiant

Figure 15 : Le processus de travail de FS-HDM [27]

Les Avantages :

 Haute efficacité de travail :


 Peut produire du diesel ou de l’huile de base (convient à tous les types d’huile
de lubrification noire).
 Taux de récupération élevé de 88% à 95%.

 Facile à utiliser :
 Tous les processus peuvent être exploités sur l'armoire électrique.
 Décharge en ligne et entretien facile.
 Protection environnementale :
 Petite occupation du sol
 Réservoir de purification de gaz et pas d'échappement.
[27]
 Technologie de KTI :

Le procédé KTI (Kinetics Technology International), également connu sous le nom


de KTI Relube Technology, combine la distillation sous vide et le traitement
d'hydrogénation pour éliminer la plupart des substances polluantes contenues dans
l'huile usée.
Les étapes de base du processus sont les suivantes :
1. Distillation atmosphérique :
Elle consiste à éliminer l’eau et les hydrocarbures légers.
2. Distillation sous vide :

- 39 -
Recyclage de Lubrifiant

Le produit résultant entre dans la gamme des huiles lubrifiantes. La température


de travail ne doit pas dépasser 250ºC.
3. Hydrogénation des produits distillés sous vide :
Les huiles distillées au stade précédent sont soumises à un traitement
d'hydrogénation afin d'éliminer les composés soufrés, azotés et oxygénés. Cette
étape est également utilisée pour améliorer la couleur et l'odeur de l'huile.
4. Fractionnement :
L’huile hydrogénée est séparée en différentes fractions d'huile de base
conformément aux spécifications et aux exigences nécessaires du produit.
Cette technologie accepte les PCB et autres matières dangereuses et donne une
efficacité de 82% des huiles de base de haute qualité (par rapport aux huiles usées
sèches traitées).
Les déchets produits lors de la distillation sous vide contiennent des additifs, des sous-
produits d’asphalte, des produits oxydés et d’autres impuretés ayant une valeur
économique.
La première raffinerie basée sur cette technologie a été créée en Grèce en 1992. Des
installations de ce type existent également en Tunisie et en Californie.
Un diagramme du processus apparaît ci-dessous. [28]

Huile usée

Distillation atmosphérique L'eau et la lumière

Vapeur Séparation gazole Gazole

Distillation sous vide Déchets


Hydrogène
Unité de vide
Hydrogénation

Fractionnement Gasóleo

Fraction légère Fraction moyenne Fraction lourde

Figure 16.Diagramme de la technologie KTI [28]

 Technologie de Mohawk :

- 40 -
Recyclage de Lubrifiant

Cette technologie a été développée par la Mohawk Oil Company au Canada et est
basée sur la technologie KTI expliquée ci-dessus.
La différence entre cette technologie et les autres technologies du même groupe
(distillation sous vide puis hydrogénation) repose sur la connaissance de la chimie des
lubrifiants et des additifs présents dans les huiles dans différentes conditions de
température et de temps de travail. Cela conduit à une amélioration des
caractéristiques des produits finis, à la fois en termes de durée de vie des catalyseurs
en jeu et d'augmentation de la résistance à la corrosion.
Les étapes de base de ce processus sont les suivantes :
1. Prétraitement :
Il implique la précipitation de substances polluantes et élimine les problèmes
d'encrassement au cours de la distillation. La durée de vie des catalyseurs est
également prolongée en même temps.
2. Distillation atmosphérique :
Elle élimine l'eau et les hydrocarbures.
3. Distillation sous vide et sur film mince :
Il s'agit de récupérer les hydrocarbures des huiles lubrifiantes.
4. Hydrogénation :
La phase de purification de l'huile.
5. Fractionnement :
On obtient différentes fractions d'huile de base.
Cette technologie est meilleure que d'autres basées sur le même processus en raison
du fait que l'équipement n'a pas besoin d'être nettoyé aussi souvent. Le fait que le vide
soit produit mécaniquement plutôt que d'utiliser de la vapeur d'eau entraîne une
réduction de la quantité d'eaux usées à traiter en tant qu'effluent résultant du
processus. Le fait que la corrosion de l'équipement soit également réduite permet
d'utiliser des matériaux moins coûteux dans l'installation. Des huiles de base de haute
qualité sont obtenues avec cette technologie.
Evergreen Oil à Newark (Californie) et Breslube à Windsor (Canada) détiennent la
licence de cette technologie. [28]

 Technologie de PROP :

- 41 -
Recyclage de Lubrifiant

Développé par la Phillips Petrol Company, il comprend une étape de démétalisation


chimique destinée à éliminer les substances polluantes contenues dans les huiles
usées.
Les étapes de base de ce processus sont les suivantes :
1. Démétalisation :
Elle entraîne une diminution des métaux lourds contenus dans les huiles en
mélangeant l'huile usée à une solution aqueuse de phosphate de
diammonium, ce qui conduit à la formation de composés de phosphate
métallique.
2. Séparation des phosphates métalliques :
Le phosphate métallique formé au stade précédent est éliminé par filtration.
3. Distillation sous vide :
Les hydrocarbures légers et l'eau sont éliminés.
4. Traitement de la terre et catalyseur Ni / Mo :
L’huile est mélangée à de l'hydrogène et passe dans un lit de terre avec le
catalyseur Ni / Mo.
5. Hydrogénation :
Les composés soufrés, oxygénés, chlorés et azotés sont éliminés au cours de
cette étape, ce qui améliore la couleur de l'huile résultante.
Les avantages de cette technologie sont notamment la haute qualité des huiles de base
obtenues, contenant moins de 10 ppm de métaux, de soufre et de substances azotées.
Elle produit également 90% d'huiles de base et cette technologie est très respectueuse
de l'environnement.
Les principaux inconvénients sont le coût élevé des investissements et le fait que
l'étape d'hydrogénation nécessite un traitement absorbant la terre.
La seule usine fonctionnant actuellement avec la technologie PROP est située au
Mexique.
Un diagramme du processus apparaît ci-dessous. [28]

- 42 -
Recyclage de Lubrifiant

Huile usée
Diammonium
Phosphate
Réacteur mélangeur
Mélangeur
Séparateur
Filtre Stade huile
Stade de l'eau
Hydrogène
Distillation Essence
Eau
Adsorption par la terre
Séparateur
Hydrogénation
Filtre Eau
Huiles de base Ammoniac et
Autres gaz

Figure 17. Diagramme de la technologie PROP [28]

 Technologie de Safety Kleen:


Cette technologie est le résultat de la combinaison de la distillation sous vide à film
mince et de l'hydrogénation à travers un lit catalytique.
Les étapes de base de ce processus sont les suivantes :
1. Distillation atmosphérique :
Étape pour éliminer l'eau et les solvants légers.
2. Distillation sous vide avec des évaporateurs à film mince :
Les huiles lubrifiantes sont séparées des solvants lourds.
3. Hydrogénation par un lit catalytique ni/Mo :
Une étape où la stabilité thermique de la couleur et de l'odeur se produit
en réduisant la teneur en composés aromatiques (agents pouvant
potentiellement provoquer des mutations).
4. Séparation du kérosène.
5. Séchage de l'huile de base :
La phase finale d'obtention des huiles de base.
Les hydrocarbures qui résultent de la distillation atmosphérique, ainsi que tous les
composés légers obtenus dans les différentes étapes, sont utilisés comme combustible
dans la plante après un traitement antérieur en raison de la forte teneur en chlore. Le
lit catalytique est également régénéré et l'eau qui résulte de la distillation est

- 43 -
Recyclage de Lubrifiant

également soumise à un traitement approprié. C'est pour cette raison que la


technologie Safety Kleen ne génère pas de sous-produits collatéraux.
À l'heure actuelle, il y a une usine opérant à East Chicago, Indiana (États-Unis), et une
autre à Breslau (Canada).
Un diagramme de la technologie ci-dessus apparaît ci-dessous. [29]

Huile usagée

L'eau et la lumière
Distillation atmosphérique Hydrocarbures

Séparateur de carburant Carburant


Système de vide Lourd
Distillation sous vide Hydrocarbures

Hydrogène Produit d’asphalte


Hydrogénation

Kerosene Separation

Séchoir à huile de base

Huiles de base
Figure 18. Diagramme de la technologie Safety Kleen [29]
 Technologie de UOP SCH :
La technologie UOP DCH implique le traitement de l'huile usée avec de l'hydrogène
gazeux à une certaine température et un processus de séparation approprié pour
éliminer les solides et les éléments métalliques. Les solvants à base d'halogénures sont
directement détruits au cours du processus et des hydrocarbures légers de haute
qualité sont obtenus grâce à l'utilisation d'oxygène. L'hydrogénation est réalisée dans
un réacteur à lit catalytique.
Les étapes de base du processus sont les suivantes :
1. Hydrogénation.
2. Séparation des solides et des métaux.
3. Réacteur catalytique.
4. Neutralisation chimique des gaz acides.
5. Séparation de la phase aqueuse.
6. Distillation sous vide et fractionnement.

- 44 -
Recyclage de Lubrifiant

Ce processus permet de recycler les huiles usées potentiellement dangereuses par le


biais d'un système économique performant qui permet d'obtenir des produits de
bonne qualité.
Cette technologie a été testée dans des usines pilotes et n'a jusqu'à présent pas été
développée commercialement.
Un diagramme du processus est donné ci-dessous. [29]
Huile usagée

Déchets d'asphalte Séparation des métaux

Hydrogénez
Réacteur catalytique

Traitement chimique Séparateur


Aqueuse
Phase
Fractionnement Naphtalène

Huiles de base légères et lourdes

Figure 19 Schéma de la technologie UOP DCH [29]

 Technologie de IFP and Snamprogetti :


La technologie IFP a été développée par l’Institut Français du Pétrole et est
également connue sous le nom de procédé au sélopropane. Ce processus combine
distillation et hydrogénation mais dans ce cas, l'extraction est réalisée avec du propane
liquide. Cette forme d’extraction est semblable à celle pratiquée dans les raffineries de
pétrole brut pour séparer les asphaltènes.
Les étapes de base de ce processus sont les suivantes :
1. Distillation atmosphérique :
L’eau et les hydrocarbures légers sont éliminés.
2. Distillation sous vide et extraction de la partie contenant de l'huile avec
du propane :
L’huile de distillation atmosphérique est soumise à une extraction avec
du propane liquide à une température comprise entre 75 et 95 ° C. Les
huiles de base légère et moyenne sont récupérées dans cette phase.
3. Hydrogénation :

- 45 -
Recyclage de Lubrifiant

Étape où le propane est séparé du mélange propane-huile. Les composés


asphaltiques, les hydrocarbures oxydés et les solides en suspension sont
également séparés dans cette étape. La fraction de stock brillant est
récupérée à partir des déchets de la distillation sous vide.
4. Dernière étape de l'hydrogénation de la fraction de stock brillant.
Il existe une différence entre les processus IFP et Snamprogetti en ce qui concerne la
récupération du stock brillant. Dans le processus IFP, les déchets sont extraits avec le
propane restant de la distillation sous vide. La fraction obtenue est démétalisée et
hydrogénée à travers deux lits de catalyseur pour obtenir le stock brillant. Dans le
procédé Snamprogetti, une seconde extraction au propane est réalisée à partir des
déchets de distillation sous vide, qui sont combinés avec le distillat sous vide dans un
processus d'hydrogénation à la fin.
Les diagrammes de chacun de ces deux types de technologie apparaissent ci-
dessous.[29]

Huile usagée

Distillation atmosphérique L'eau et la lumière


hydrocarbures

Distillation sous vide Gazole

Extraction par
propane

Hydrogénation Demetalisation Asphalte


et hydrogénation

Lumière et moyen Séparateur


Huiles de base

Stock brillant
Figure 20. Schéma de la technologie IFP [29]

- 46 -
Recyclage de Lubrifiant

Huile usagée

L'eau et la lumière
Distillation atmosphérique hydrocarbures

Propane Extraction au propane Asphalte

Distillation sous vide


Extraction au propane
Hydrogénation

Stock brillant Lumière et moyen


huiles de base

Figure 21. Diagramme de la technologie Snamprogetti [29]

 Technologie de ORS :

Les solutions de recyclage d'huile (ORS) sont une méthode efficace et robuste pour
le recyclage optimal des huiles usées en huiles de base de haute qualité. Lors du
développement et de l'amélioration continue de processus de raffinage ORS, Depuis
17 ans, la société allemande SÜDÖL Petroleum Refinery Ltd. (Eislingen / Allemagne)
avait installé la première usine de traitement des huiles usées de réacteurs tubulaires
au plasma. À l’heure actuelle, SÜDÖL et Fluid Solutions ont fondé la coentreprise ORS
(Oil Recycling Solutions GmbH, située à Hambourg, en Allemagne) dans le but de
diffuser cette technologie dans le monde entier à l’intention d’investisseurs potentiels
du monde entier.
Le processus est très respectueux de l'environnement et tous les résidus peuvent être
récupérés de manière rentable. [30]

Figure 22 : Schéma du processus de travail de ORS [30]

- 47 -
Recyclage de Lubrifiant

II-Alternatives d’Utilisation :

II-1) Introduction :
Dans la plupart des cas, les ateliers de mécanique et les installations de recyclage
seront les premiers endroits où acheter de l'huile de moteur usée, mais également on
peut prendre en compte :
 Voitures abandonnées : toute voiture qui a été abandonnée peut encore avoir de
l'huile à moteur dans le bac inférieur. Pendant le nettoyage, on n’oublie pas de
rechercher d’autres objets qui pourraient être utiles, tels que du fil métallique, des
ressorts et tout ce qui peut être réutilisé. [31]
 Garages à la maison abandonnés : bien que beaucoup de personnes se rendent dans
un magasin pour faire l’entretien de base, à peu près tout le monde a une ou deux
litres d’huile moteur usée dans le garage. [31]
 Casse-ordures : que les coffres d'ordures soient destinés à des voitures ou à d'autres
types d'équipement abandonné, on trouver probablement de l'huile de moteur dans
de nombreux endroits. [31]

II-2) Précautions avant de réutiliser les huiles


des moteurs :
Bien que l'huile de moteur usagée fasse partie de la vie quotidienne, cela ne signifie
pas qu'elle puisse être manipulée sans précautions, voici quelques-unes :

 Des gants de latex ou de caoutchouc :

En plus de minuscules morceaux de métal, l'huile à moteur réutilisée contient


également toutes sortes de produits chimiques pouvant provoquer des éruptions
cutanées, des vertiges, des nausées ou d'autres maux s'ils sont absorbés par votre

- 48 -
Recyclage de Lubrifiant

peau. Il est préférable d’utiliser des gants résistants à l’huile ou des gants conçus pour
être utilisés avec une vaste gamme de produits chimiques toxiques. [31]

 Vêtements résistant à l'huile :

Tout type de déversement peut permettre à l'huile de traverser les vêtements et


d'entrer en contact avec la peau. Peu importe que ce contact se produise sur le visage,
le cou, les mains ou d’autres parties du corps. Les toxines de l'huile peuvent encore
passer au-delà de la peau et causer des ravages. [31]

 Chaussures ou bottes résistantes à l'huile :

Il faut assurer que les semelles sont également résistantes à l'huile. [31]

II-3) Alternatives d’utilisation :


Voici comment utiliser l'huile à moteur au lieu de la jeter :

 Mélanger avec de la créosote pour climatiser le bois :

Même si de nombreuses personnes ont utilisé l'huile de moteur pour préserver le


bois au fil des ans, il est préférable de la mélanger à de la créosote afin d'éviter la
pourriture sèche, on constate également que l'huile de moteur usée peut donner une
surface très glissante.
Même si cela convient aux poteaux de clôture, cela peut poser des problèmes pour les
sols ou d’autres zones
Quand les gens pensent à protéger le bois des éléments, ils sont généralement plus
préoccupés par l’eau et l’humidité. Les insectes et les animaux peuvent également
causer des ravages sur le bois et le détruire très rapidement.

En particulier, les fermes ou les fermes avec des chevaux ou d’autres gros animaux
voudront peut-être mâcher des poteaux en bois ou d’autres objets. L’huile moteur
mélangée à de la créosote créera un goût que ces animaux n’aiment pas et ainsi les
dissuader de mâcher du bois. [31]

- 49 -
Recyclage de Lubrifiant

 Mélanger avec du diesel pour faire de l'huile pénétrante :

Si des boulons, des vis ou d’autres éléments de fixation sont corrodés ou collés, on
peut habitués à utiliser de l’huile pénétrante pour les desserrer. Bien que on ait déjà
quelques bidons d’huile de bonne qualité dans votre stock, le besoin en huile
pénétrante ne finira jamais tant qu’il faudra lutter contre des fixations en métal.
On peut mélange le diesel et de l'huile de moteur usée pour obtenir une huile
pénétrante. Il peut savoir quand et comment utiliser ce produit de remplacement peut
aider à réduire le besoin de puiser dans vos stocks et vous permettre d'innover en
temps de crise. [31]

 Brûler comme combustible :

Lorsqu'il n'y a rien d'autre pour le carburant, l'huile de moteur usée peut être brûlée
pour fournir de la chaleur.
Mais l'huile de moteur usée contient de nombreux contaminants qui peuvent être
toxiques lorsqu'ils sont brûlés puis libérés dans l'air, il sera mieux servi en brûlant de
l'huile de moteur usée à l'extérieur.
En plus de réduire l’odeur de vapeurs brûlantes dans les maisons, tentes ou autre
enclos, on éviter également les dépôts de toxines sur les murs et les plafonds. [31]

 Tuer la gale, les acariens et les puces :

L'huile moteur peut être utilisée pour se débarrasser des puces, des acariens et de la
gale pour des animaux domestiques qui est probablement également rencontré des
infestations de puces.
Mais il faut bien le laver et à l'utiliser avec prudence. L’huile moteur peut être utilisée
à la fois en cas de crise et en ces temps si aucun autre recours n’est disponible pour
remédier à ces problèmes. [31]

 Mélanger avec du gaz pour faire fonctionner des tracteurs :

Contrairement aux véhicules à moteur, les tracteurs plus anciens peuvent utiliser un
nombre surprenant de carburants différents sans être endommagés. Dans ce cas, on
peut augmenter les réserves de carburant de tracteur en ajoutant de l'huile moteur.

- 50 -
Recyclage de Lubrifiant

On peut être bien servi en filtrant l'huile afin que les débris de métal ou d'autres
contaminants n'endommagent pas le moteur du tracteur.

Étant donné que chaque tracteur est un peu différent, on commence avec de petites
quantités d’huile, puis observez les performances du moteur. La dernière chose est
d’ajouter trop d’huile et enfin on retrouver avec un moteur grippé. [31]

 Allumer un feu :

Le temps pluvieux, le bois humide et d'autres conditions nécessitent un peu plus qu'une
allumette pour s'enflammer. Un peu d'huile de moteur usée peut aider à démarrer et à
entretenir un feu dans presque toutes les situations. [31]

 Utilisation avec de la laine d'acier pour éliminer la rouille :

On peut utiliser de l'huile à moteur et de la laine d'acier pour les nettoyer un peu de
sortes d’éléments en métal. Il va sans dire que on peut également utiliser cette méthode
pour éliminer les objets rouillés pour le stock qui contient-là. [31]

 Adoucir ou nettoyer les bottes en cuir :

L’utilisation d’huile moteur à adoucir ou nettoyer les bottes en cuir fonctionnera


suffisamment bien. [31]

 Acier tempéré :

Dans ce cas, pour tremper ou durcir l’acier, on peut le tremper dans de l’huile de moteur
usée pour le refroidir du palier rouge au noir. [31]

- 51 -
Recyclage de Lubrifiant

Chapitre III

Partie Expérimentale :
Recyclage et Traitement du
Lubrifiant

I-Principe :
Ce travail porte sur une étude de traitement d’une huile moteur usées par l’acide
sulfurique. Des tests sont effectués sur l’huile traitée tels que : la viscosité, le point
d’éclair, le point d’écoulement et la densité. Les résultats des tests ont montré que les
caractéristiques de l’huile traitée sont nettement améliorées par rapport à ceux d’une
huile usée. [32]

II-Mode Opératoire :

II-1) Méthode de traitement :

- 52 -
Recyclage de Lubrifiant

Le traitement est réalisé sur des quantités d’une huile usée. La figure (23) montre
les principales étapes du processus de ce traitement. L’huile subit une filtration pour
éliminer les impuretés, telles que les copeaux métalliques, sable, poussière, particules
et micro impuretés. Cela est réalisé à l’aide d’un entonnoir muni d’un papier filtre
placé sur ce dernier, ensuite une pompe à vide est reliée à un ballon de filtration dans
lequel l’entonnoir est fixé à l’aide d’un bouchon en caoutchouc. Deux litres d’huile
usagée ont été filtrées pour deux échantillons recueillis respectivement. L’huile
lubrifiante usée est agitée à fond pour favoriser l’homogénéité, à partir de ce stock
450 ml est dosée et transférée dans un bécher et 150 ml d’essence est également
mesurée est ajoutée à l’huile. Le mélange d’huile est transféré dans une centrifugeuse
et est centrifugé à 1500 tr/min pendant quelques minutes. Ensuite, on laisse l’huile au
repos pendant 10 minutes avant la décantation dans un bécher. Le mélange du liquide
décanté est distillé pour éliminer l’eau, l’essence et autres liquides. Le contenu dans le
ballon est refroidi et traité avec 10 ml de H2SO4 concentrée à 98 % dans l’ampoule à
décantation avec une forte agitation du mélange. On laisse reposer pendant 48
heures, on constate ainsi la formation de deux couches/phases. La boue est retirée du
bas de l’ampoule à décanter. Après, on ajoute 100 ml de solution de NaOH à 10 %
pour neutraliser l’acide. On laisse ensuite décanter pendant 30 minutes sans agitation.
La phase alcaline, qui est formée à la partie inférieure, est enlevée et l’huile de
lubrification est lavée avec de l’eau chaude deux fois (15 ml). L’huile est chauffée par
un bruleur tout en étant connecté à une pompe à vide. [32]

Figure 23 : Etapes de processus méthode de traitement du lubrifiant

- 53 -
Recyclage de Lubrifiant

II-2) Méthode d’analyse des huiles traités :

On mesure les propriété suivante pour les huiles neuves, les huiles usées et les
huiles traité :
La Viscosité : La mesure de viscosité cinématique est effectuée à l’aide d’un
viscosimètre capillaire, suivant la norme ASTM D445, à 40°C et100°C.
Point d'écoulement : 20 ml d’échantillon d’huile de lubrification est introduit dans
un récipient. L’échantillon est refroidi à un taux spécifique, certaines paraffines
hydrocarbures (sous forme de cire) vont commencer à se solidifier et à se séparer dans
une forme cristalline. La température à laquelle cela se produit est connu sous le nom
de point de trouble. Le refroidissement est poursuivi jusqu’à ce que l'huile s’arrête de
s’écouler. C’est la température du point d’écoulement.
Point d’éclair : 10 ml d'huile de lubrification régénérée est introduit dans un bécher
sur lequel est inséré un thermomètre. Le bécher est placé sur un bec Bunsen. La
surface de l’échantillon est exposée à une source de flamme à des intervalles pour
déterminer la température à laquelle apparaît un éclair sur la surface de l’échantillon,
tandis que l’huile de lubrification dans le bécher continu à se chauffer.
La Densité : La densité est le rapport de la masse volumique du lubrifiant à la masse
volumique de l’eau. Elle est mesurée en utilisant le densimètre. La densité a été
observée et enregistrée à 60 °C.
[32]

III-Résultats et Discussion :
Après avoir traité l’huile usée et effectué les différentes analyses, nous avons
procédé à l’étude des résultats trouvés. Dans le Tableau suivant, les résultats sont
regroupés des différents tests réalisés.

- 54 -
Recyclage de Lubrifiant

Caractéristique Huile neuve Huile usée Huile


traitée
Viscosité A 40 °C 155.97 121.14 135.93
cinématique
A 1000 °C 18.03 13.39 17.95
(mm²/s)
Indice de viscosité 129 106 147
Point d’écoulement (°C) -9 -12 -9
Point d’éclair (°C) 235 160 220
Densité 0.875 0.895 0.784
[32]
 Pour La viscosité:

L’augmentation de la viscosité peut se produire en raison de l’oxydation ou à cause


d’une contamination avec des éléments insolubles [33]. À partir de la figure 24 et figure
25, on constate qu’il y’a une diminution de la viscosité cinématique de l’huile usagée,
cela est dû à la contamination sous forme de boues de l’huile usagée. En général, l’huile
est considérée comme inapte au service, si la viscosité originale augmente ou diminue
considérablement. Une diminution de la viscosité peut être causée par dilution de l’huile
avec du carburant léger. Le résultat de l’essai de viscosité montre que l’huile usagée a
perdue plus de sa viscosité en raison de la contamination. Cependant, le traitement a
restauré à l’huile sa viscosité d’origine.
Effet du traitement sur la viscosité cinématique A 40 °C
180
160
140
120
100
80
60
40
20
0
Viscosité Cinématique (mm²/s)

Huile neuve Huile usée Huile traitée


[32]

- 55 -
Recyclage de Lubrifiant

Figure 24 : Effet du traitement sur la viscosité cinématique A 40 °C [32]

Effet du traitement sur la viscosité cinématique A 100 °C


20

15

10

0
Viscosité Cinématique (mm²/s)

Huile neuve Huile usée Huile traitée


[32]
Figure 25 : Effet du traitement sur la viscosité cinématique A 100 °C [32]

 Pour L’indice de viscosité :


De même que pour la viscosité, l’indice de viscosité de l’huile usée a baissé par
rapport à l’huile neuve (Figure 26). Il y a probablement eu une dégradation du polymère,
par cisaillement mécanique, ou par coupure thermique ou thermo-oxydante [34].
L’indice de viscosité d’huile traitée est comparable à celui d’une huile neuve.

Effet du traitement sur l’indice de viscosité


200

150

100

50

0
L’indice de viscosité

Huile neuve Huile usée Huile traitée


[32]
Figure 26 : Effet du traitement sur l’indice de viscosité [32]

 Pour le point d’écoulement :

- 56 -
Recyclage de Lubrifiant

A partir des résultats obtenus, on constate que le point d’écoulement de l’huile de


lubrification usagée est élevé. C’est à cause de la dégradation des additifs dans l’huile
de lubrification. Le point d’écoulement est d’un intérêt particulier, lorsque l’huile
fonctionne dans des conditions relativement froides. La méthode de traitement à l’acide
s’est révélée efficace en comparant le point d’écoulement de l’huile traitée à celle d’une
huile neuve (Fig. 27).

Effet du traitement sur le point d’écoulement


0
Point d’écoulement (°C)
-5

-10

-15

Huile neuve Huile usée Huile traitée


[32]
Figure 27 : Effet du traitement sur le point d’écoulement [32]

 Pour le point d’éclair :


Le point d’éclair est de 235°C pour l’huile neuve, 160°C pour l’huile usagée et
220°C pour l’huile traitée. La diminution de la valeur du point d’éclair de l’huile usagée
pourrait être le résultat de la présence des fractions légères d'huiles [35]. Après avoir
subi la combustion et l’oxydation à haute température du moteur à combustion, l’huile
se décompose en composants, qui comprennent des fractions légères.
D’après la figure 28, le point d’éclair de l’huile de lubrification neuve est 235°C, alors
que celui obtenu à l’aide d’un traitement à l'acide est 160°C. La diminution du point
d’éclair de l’huile usagée est due à la distillation avec le carburant, c’est que pour un
véhicule automobile avec de mauvais segments de piston, le point d’éclair diminuera en
raison de la distillation avec le carburant [36]. Par conséquent, le point d’éclair de l’huile
traitée est acceptable en comparaison avec celui d’une huile neuve.

- 57 -
Recyclage de Lubrifiant

Effet du traitement sur le point d’éclair


250
200
150
100
50
0
Point d’éclair (°C)

Huile neuve Huile usée Huile traitée


[32]
Figure 28 : Effet du traitement sur le point d’éclair [32]

 Pour la densité :
La densité de l’huile de lubrification usagée est supérieure à celle d’une huile neuve,
et à celle d’une huile traitée. Les résultats pour l’huile lubrifiante neuve et usagée sont
0.875 et 0.895 respectivement, tandis que celle d’une huile régénérée est 0.784 . La
densité d’une huile contaminée pourrait être inférieure ou supérieure à celle de son
lubrifiant vierge en fonction de la nature de la contamination. Si l’huile de lubrification
utilisée était contaminée en raison de la dilution du carburant et / ou de l’eau en
provenance à partir de la combustion du carburant dans le moteur et une contamination
accidentelle par la pluie, sa densité sera inférieure que celle de son huile de lubrification
fraîche ou celle régénérée.

Effet du traitement sur la densité


0.95
0.9
0.85
0.8
0.75
0.7
La densité

Huile neuve Huile usée Huile traitée


[32]
Figure 29 : Effet du traitement sur la densité [32]

- 58 -
Recyclage de Lubrifiant

IV-Conclusion :
D’après les résultats présentés dans ce travail, il est clair que la méthode de traitement
utilisée permet d’enlever efficacement les contaminants de l’huile lubrifiante usagée, et
d’obtenir une huile traitée avec des caractéristiques proches de celle d’une huile neuve.
Dans l’ensemble, la méthode de traitement à l’acide s’avère très efficace, en considérant
les résultats obtenus en pourcentage, puisque un traitement à l’acide, permet de
récupérer la viscosité de l’huile à 94%, le point d’écoulement à 100 % et le point
d’éclair à 93 %.

- 59 -
Recyclage de Lubrifiant

Conclusion Générale :

Dans ce projet on a examiné certaines des généralité des lubrifiant et du


recyclage qui est sont usée, nous avons mentionné les caractéristiques et les rôles des
huiles, ainsi que leurs types et composants, et aussi certaines marques a été analysé
et comparé. Dans même façon, pour le recyclage des huiles usée, nous avons décrit
certaines méthodes de Traitement et de Recyclage du Lubrifiant et d'utilisation et
discutées quelques alternatives d’utilisation de les huiles usée. Nous avons ensuite
cherché une méthode de recyclage et de traitement qui peuvent être appliquée dans
nos laboratoires mais à cause de faute de temps, nous n’avons pas fait la partie
pratique expérimentalement et nous avons uniquement partagé les résultats des
expérimentateurs de cette méthode. Donc à cause de contraintes de temps, cette
méthode sera appliquée après la soutenance.

- 60 -
Recyclage de Lubrifiant

BIBLIOGRAPHY :
[1]: M. El-Fadel and R. Khouy, ‘Strategies for Vehicle Waste-Oil Management: A Case
Study’, Resources, Conservation and Recycling, Vol. 33, N°2, pp. 75 - 91, 2001.
[2]: G.S. Dang, ‘Rerefining of Used Oils: A Review of Commercial Process’, Journal of
Wiley Inter Science, Vol. 3, N°4, pp. 445 - 457, Mars, 2006.
[3]: P.A. Asseff, ‘Lubricating Oil Additive, Description and Utilization’, Lubricol Corp,
Wicklif, Ohio, pp. 140 - 142, 1961.
[4]: C.C. Coyler,’Gasoline Engine Oils: Performance, Evaluation and Classification’, p.
112, 10th World Petroleum Congress, Moscow, 2000.
[5]: Don M, Pirro; Martin Webster; Ekkehard Daschner (2016). Lubrication
Fundementals (Third Edition, Revised and Expanded edition).
[6]: Klamman, Dieter, Lubricants and Related Products, Verlag Chemie, 1984
[7]: « http://fr.wikibooks.org/wiki/Tribologie/Lubrifiants/Lubrifiants_liquides »
[8]: Ayel. J, « Lubrifiants. Propriétés et caractéristiques », technique de l’ingénieur,
[9]: Pirro. D.M, Wessol A. A, 1980, «Lubrication Fundamentals», Second edition, Marcel
DEKKER, INC.New York. Basel.
[10]: Stepina. V and Vesely. V. 1992, «lubricants and special Fluid», ELSEVIER,
Amsterdam- London-New York-Tokyo. P 10.
[11]: ATC Technical Committee of Petroleum Additive Manufacturers in Europe,
"Lubricant additives: use and benefits" AUGUST 2016 / ATC DOCUMENT 118 p: 25.

- 61 -
Recyclage de Lubrifiant

[12]: Anonyme Les lubrifiants synthétiques 1992 : évolution de la lubrification. Pet


TECH. 371: 5-10.
[13]: Mortier. R.M, Orszulik. S.T. 1993, « Chemistry and technology of lubricants».
Blackie academic and profesionnal.
[14]: Linda Cizaire. 2003, « Lubrification limite par les nanoparticules », thèse doctorat
en génie des matériaux, école central de LYON.
[15]: « Transformer oil handbook » 2004, Copyright Nynas Naphtenics AB, Sweden,
[16]: Theo Mang, Wilfried Dresel, 2007, «Lubricants and lubrication», Second edition;
WILEY-VCH, P64.
[17]: Ayel.J, Born. M, 1998, « lubrifiants et fluide pour l’automobile», édition technipe
P107.
[18]: Solodar. W, Dreen. M.J. org. chem., 1962, 27, P1077.
[19]: Ayel. J, « Lubrifiants, additifs à action chimique » technique de L’ingénieur, génie
Mécanique, BM5343.
[20]: Najman. M.N, kasarai.M and Bancroft. G.M, august 2004, «chemistry of antiwear
films from Ashless thiophosphate oil additives», department of chemistry, university
of western Ontarid, London Ontario, N6A 5B7, Canada, vol.17, no. 2.
[21]: François Audibert, les huiles usagées. « Raffinage et valorisation énergétique »
Edition TECHNIP.
[22]: Raddatz J.H, 1994, « Detergent-Dispersant Additive », ihre Herstellung,
Anwendung und Wirkungsweise. Additive für Schmierstoffe: PP 163 – 196.
[23]: L’équipe ATO24 : laboratoire accrédité en Allemagne
[24]: << https://www.clikeco.com/P-20-88-F1-l-evolution-historique-du-recyclage.html >>
[25]: << http://www.operationrecyclage.com/le-processus-de-recyclage.html >>

- 62 -
Recyclage de Lubrifiant

[26]: Ahmed Seroui, “Alkimiaa Albiyiya” Page: 434


[27]: Chongqing Fason Purification Equipment Co., Ltd.
[28]: Czeslaw Kajdas, Tribotest journal 7-7, September 2000. (7) 61
[29]: Czeslaw Kajdas, Tribotest journal 7-2, December 2000. (7) 137
[30]: SÜDÖL Petroleum Refinery Ltd. (Eislingen/Germany), and FLUID SOLUTIONS
[31]: Carmela Tyrell, “17 Ways A Prepper Can Reuse Motor Oil”, Survivopedia, 2017-
01-02, admin@survivopedia.com
[32]: R. Mazouzi , B. Khelidj, A. Karas et A. Kellaci Laboratoire des Fluides Industriels,
Mesures et Applications, FIMA Université de Khemis-Miliana, 44225, Khemis-Miliana,
Algeria, Revue des Energie Renouvelables Vol. 17 N°4 (2014) 631 – 637
[33]: M.A. Scapin, ‘Recycling of Used Lubricating Oils by Ionizing’, Linking Hub, 2007.
‘Online’ Available: elservier.com/retrieval/pii/30969806X0700182X
[34]: J. Denis, J. Briant et J.C. Hipeaux, ‘Physico-Chimie des Lubrifiants, Analyses et
Essais’, Publication IFP, Editions Technip, Paris, 1997.
[35]: J. Rincon, ‘Regeneration of Used Lubricant Oil by Polar Solvent Extraction’, 2005,
‘Online’, Available: pubs.acs.org/doi/abs/10.1021/ie040254.
[36]: A. Firas and P. Dumitru, ‘Design Aspects of Used Lubricating Oil Rerefining’, 2006.

- 63 -