Vous êtes sur la page 1sur 38

Rapport de séminaire

LES DETERMINANTS DE
L’INFLATION – CAS DU MAROC
Réalisé par :

SBAI Samah
Encadrée par :

Mr. SERGHINI Mohamed


Année Académique :

2018/2019
REMERCIEMENT
Mes premiers remerciements vont à mon encadrant, professeur
SERGHINI Mohamed, et à ma co-encadrante, ESSATEN Sara, pour
l’aide, le suivi et les conseils précieux qu’ils m’ont fourni lors de la
rédaction de ce rapport, et pour m’avoir ainsi permis de mener à bien ce
travail.

Je remercie également toute personne, qui a contribué de près ou de loin à


la réalisation de cet humble travail.
SOMMAIRE
REMERCIEMENT
Liste des tableaux ....................................................................................................... 5
Liste des figures ......................................................................................................... 5
Liste des abréviations ................................................................................................. 5
INTRODUCTION GENERALE .................................................................................... 7
CHAPITRE I : GENERALITES SUR L’INFLATION .................................................... 8

I. Introduction : .................................................................................................... 8

II. Définitions de l’inflation : .................................................................................. 8

III. Niveaux et formes d’inflation : ....................................................................... 8

1. Les niveaux d’inflation : ................................................................................. 8

2. Les formes de l’inflation : ............................................................................... 9

IV. Mesure de l’inflation :................................................................................... 10

1. Le déflateur du PIB : .................................................................................... 10

2. L’indice des prix à la consommation: ........................................................... 10

3. Différences entre les deux outils :................................................................ 13

V. Historique de l’inflation: .................................................................................. 13

1. Dans le monde : .......................................................................................... 14

2. Au Maroc : ................................................................................................... 15

VI. Conclusion : ................................................................................................. 16

CHAPITRE II : THEORIES DE L’INFLATION ........................................................... 17

I. Introduction : .................................................................................................. 17

II. Théorie quantitative de la monnaie: ............................................................... 17

III. Théorie keynésienne (John Maynard KEYNES) : ........................................ 18

IV. Théorie monétaire (Milton FRIEDMAN) : ..................................................... 19

V. Conclusion : ................................................................................................... 20
CHAPITRE III : CAUSES DE L’INFLATION ............................................................. 21

I. Introduction : .................................................................................................. 21

II. Les explications non monétaires de l’inflation : .............................................. 21

1. Les explications structurelles : ..................................................................... 21

2. Les explications conjoncturelles : ................................................................ 21

III. Les explications monétaires de l’inflation .................................................... 22

IV. Conclusion : ................................................................................................. 23

CHAPITRE IV : CONSEQUENCES DE L’INFLATION ............................................. 24

I. Introduction : .................................................................................................. 24

II. Effets de l’inflation à court terme : .................................................................. 24

1. Effets positifs de l’inflation : ......................................................................... 24

2. Effets négatifs de l’inflation : ........................................................................ 24

III. Effets de l’inflation à long terme :................................................................. 25

IV. Intérêt de la politique de ciblage de l’inflation : ............................................ 25

V. Conclusion : ................................................................................................... 26

CHAPITRE V : DETERMINANTS DE L’INFLATION ................................................ 27

I. Introduction : .................................................................................................. 27

II. Déterminants de l’inflation : Revue de littérature empirique ........................... 27

1. Produit Intérieur Brut : ................................................................................. 27

2. Taux de change : ......................................................................................... 27

3. Taux d’intérêt : ............................................................................................. 28

4. Dépenses du gouvernement : ..................................................................... 28

5. L’indice des prix à la consommation : .......................................................... 28

6. Taux de chômage : ...................................................................................... 28


7. Offre de monnaie : ....................................................................................... 29

8. Exemple de la République du Soudan : ...................................................... 29

III. Déterminants de l’inflation : Cas du Maroc .................................................. 30

1. PIB au Maroc : ............................................................................................. 30

2. Taux de change au Maroc : ......................................................................... 30

3. Taux d’intérêt au Maroc : ............................................................................. 31

4. Indice des prix à la consommation au Maroc : ............................................ 32

5. Taux de chômage au Maroc : ...................................................................... 33

IV. Conclusion : ................................................................................................. 34

CONCLUSION GENERALE ..................................................................................... 35


REFERENCES ......................................................................................................... 36
Liste des tableaux
Tableau n° 1 : Panier de l’IPC ................................................................................................ 12

Tableau n° 2 : Les coefficients de pondération de l’IPC ......................................................... 13

Liste des figures


Figure n° 1 : Evolution du taux d’inflation dans le monde à partir de 1980........................... 15

Figure n° 2 : Evolution du taux d’inflation au Maroc à partir de 1980 .................................. 16

Figure n° 3 : Evolution du PIB réel au Maroc depuis 1967 .................................................... 30

Figure n° 4: Evolution du taux de change au Maroc entre 1960 et 2016................................ 31

Figure n° 5: Evolution du taux d’intérêt au Maroc entre 1979 et 2004 .................................. 32

Figure n° 6: Evolution de l’IPC au Maroc de 1960 à 2016 .................................................... 33

Figure n° 7 : Evolution du taux de chômage au Maroc depuis 1995 ...................................... 33

Liste des abréviations


BAM : Bank Al-Maghrib

CNRTL : Centre Nationale de Ressources Textuelles et Lexicales

FMI : Fond Monétaire International

HCP : Haut Commissariat au Plan

ICV : Indice du coût de la vie

INSEE : Institut National de la statistique et des études économiques

IPC : Indice des Prix à la Consommation

OCDE : Organisation de Coopération et de Développement Economiques

PIB : Produit Intérieur Brut

PVD : Pays en Voie de Développement


INTRODUCTION GENERALE

La stabilité des prix constitue l'objectif prioritaire de la plupart des Banques Centrales
modernes. Cet objectif est, le plus souvent, un principe de la législation nationale ou
sous régionale qui oblige bon nombre des Banques Centrales à garantir la stabilité
des prix c'est-à-dire, assurer que le taux d’inflation soit faible et régulier (autour de 2
ou 3%). Ainsi, Un taux d'inflation élevé est considéré comme un danger pour le
pouvoir d’achat et pour la croissance économique d’un pays.

Pour pouvoir maitriser l’inflation, il est nécessaire de préciser les indicateurs de cette
dernière. Mais avant cela, une présentation sur l’inflation s’avère indispensable. Ainsi
les questions suivantes se posent : Que signifie le terme inflation ? Quels sont ses
différents formes et niveaux ? Quels sont les différentes mesures de l’inflation ? Et
quel est l’histoire de cette dernière ?

La réponse à ces questions fera l’objet du chapitre I, qui sera suivi par une
présentation des différentes théories de l’inflation lors du chapitre II. Ensuite, les
chapitres III et IV seront consacrés respectivement aux causes et conséquences de
l’inflation. En fin, le chapitre V portera sur les déterminants de l’inflation et leur
évolution au Maroc.

7
CHAPITRE I : GENERALITES SUR L’INFLATION
I. Introduction :
L’inflation est un phénomène économique qui touche toutes les populations du
monde. Qu’est-ce donc l’inflation ? Quels sont ses niveaux et ses formes ? Comment
est-elle mesurée ? Et quel est son histoire ?

II. Définitions de l’inflation :


L’inflation provient du mot latin « inflare » qui désigne « enfler » et « gonfler ». Ce
terme économique désigne une perte du pouvoir d’achat de la monnaie, et donc une
dépréciation de la monnaie, qui se traduit par une augmentation générale, durable et
auto-entretenue des prix des biens et services. Ce phénomène frappe l’économie
nationale dans son ensemble, en affectant tout les catégories d’agents sans
discrimination, ce qui conduit à un appauvrissement général du pays en question vis-
à-vis de l’extérieur. L’inflation est aussi caractérisée par l’augmentation de la masse
monétaire en circulation par rapport à la production de richesses, ce qui entraine un
déséquilibre entre l’offre et la demande globale des biens et services disponibles sur
le marché.

III. Niveaux et formes d’inflation :


1. Les niveaux d’inflation :
On distingue différents niveaux d’inflation selon le taux d’inflation (le rythme de la
hausse des prix) :

 Stabilité des prix : On en parle lorsque l’inflation est suffisamment faible


(taux d'inflation inférieur et proche de 2%) pour ne plus influer de façon
notable sur les décisions des gens1 ;
 Inflation rampante : « Elle est durable, chronique. Elle est dite "rampante"
quand l'inflation avance, augmente, petit à petit et de manière régulière
comme si elle "rampait" »2. Dans ce cas, le taux d’inflation est faible (3 à
4% par an) mais continu. Ce type d'inflation est commun à tous les pays
développés.

1 Définition de la Banque du Canada 2012

2 Définition prise à partir du site www.linternaute.fr

8
 Inflation ouverte (déclarée) : Elle se traduit par une hausse générale
rapide et cumulative des prix, 5 à 10% de hausse (avec des pointes à
20%), accompagnée la plupart du temps d'une augmentation de la masse
monétaire.

 Inflation galopante (hyperinflation) : « Elle est dite "galopante", par


analogie au "galop" du cheval, lorsqu'elle augmente de manière très rapide
et sans s'arrêter »3, le taux d’inflation dépasse 20%, et quand les agents
économiques ne souhaitent plus détenir de la monnaie nationale vue que
sa valeur diminue très rapidement.

2. Les formes de l’inflation :


2.1. La déflation :
L’inflation s’oppose à la déflation. Ainsi, la déflation, qui est une inflation négative,
signifie une augmentation de la valeur de la monnaie et une baisse générale et
continue du coût des biens et services et donc de leur prix. Ce phénomène
économique incite les consommateurs à reporter leurs achats en espérant que les
prix baissent de plus en plus. La déflation engendre ainsi une décélération de la
croissance et une augmentation du chômage à cause d’une baisse de la
consommation et par conséquent de l’activité économique. Selon l’INSEE 4
« La déflation est le gain du pouvoir d'achat de la monnaie qui se traduit par une
diminution générale et durable des prix ; c'est une inflation négative ».

2.2. La désinflation :
« On entend par désinflation, le ralentissement du taux d’augmentation du niveau
général des prix, représenté par le prix moyen des biens et des services d’un panier
de consommation » (Banque du Canada, 2010). Autrement dit, la désinflation est
une décélération de l’inflation où le taux d’inflation diminue en restant positive

2.3. La stagflation :
La stagflation est une situation de conjoncture économique associant l'inflation des
prix et la stagnation de l'activité économique (CNRTL5, 2012). C’est la combinaison
d’une augmentation simultanée de l’inflation et du chômage.

3 Définition prise à partir du site www.linternaute.fr

4 INSEE : Institut National de la statistique et des études économiques

5 CNRTL : Centre Nationale de Ressources Textuelles et Lexicales

9
2.4. La reflation :
La reflation signifie la reprise de l’inflation après période de déflation. C’est l'acte de
stimuler l'économie en augmentant la masse monétaire ou en réduisant les impôts.

IV. Mesure de l’inflation :


L'inflation est un phénomène quantifiable à l’aide de ce qu’on appelle le taux
d’inflation. Ce dernier est évalué comme la variation du niveau général des prix d'une
période t-1 à une période t. Il sert ainsi à mesurer ce que l’on peut acheter de biens
ou de services avec une certaine quantité de monnaie.

L’inflation est généralement mesurée en utilisant l’un des deux instruments suivants :
le déflateur du PIB et l'indice des prix à la consommation (IPC).

1. Le déflateur du PIB :
Le déflateur du PIB est un indicateur économique permettant de mesurer l’inflation
grâce à l’équation suivante :

𝑃𝑟𝑖𝑥 𝑃𝐼𝐵 𝑛𝑜𝑚𝑖𝑛𝑎𝑙


𝐷é𝑓𝑙𝑎𝑡𝑒𝑢𝑟 𝑑𝑢 𝑃𝐼𝐵 =
𝑃𝑟𝑖𝑥 𝑃𝐼𝐵 𝑟é𝑒𝑙

Où PIB nominal est la valeur des biens et services mesurés à prix courant et PIB
réel est la valeur des biens et services mesurés à prix constant.

En effet, le déflateur du PIB ne tient compte que des prix des biens et services
produits au niveau national en tenant compte d'un panier de biens et services
évolutifs selon la composition du PIB.

Cependant, le déflateur du PIB n'est pas le meilleur instrument de mesure de


l'inflation car, en fonction du volume et de l'évolution de la valeur des importations, il
mésestime l'inflation. Toutefois, il faut noter que d'après les utilisateurs, le biais
observé dans l'usage de cet instrument est habituellement faible.

2. L’indice des prix à la consommation:


2.1. Définition de l’IPC :
Selon l’INSEE, l’IPC, permet d’estimer, entre deux périodes données, la variation du
niveau général des prix des biens et des services consommés par les ménages.
C’est un indice synthétique des évolutions de prix à qualité constante. Il est basé sur
l'observation d'un panier fixe de biens et services, actualisé chaque année. Chaque
produit est pondéré, dans l'indice global, proportionnellement à son poids dans la
dépense de consommation des ménages.

10
2.2. Rôles de l’IPC :
Principales utilisations de l’indice des prix :

 Instrument d’analyse de la conjoncture économique;


 Donnée de base pour l’élaboration de la politique monétaire;
 Outil d’indexation des contrats entre différents partenaires
socioéconomiques;
 Déflateur des agrégats de la comptabilité nationale.

2.3. Limites de l’IPC :


 L’IPC ne tient compte que des prix à la consommation :

L'IPC est l'indicateur de l’inflation le plus couramment utilisé pour mesurer l'inflation
malgré le fait qu'il reste incomplet, vu que le phénomène inflationniste couvre un
champ plus large que celui de la consommation des ménages mesuré par cet indice,
qui ne prend pas en compte les consommations des entreprises et des pouvoirs
publics.

 L’IPC montre la situation moyenne :

Le panier de consommation représente la situation moyenne des consommateurs,


alors que la structure de consommation varie énormément d’un ménage à l’autre.
Certains fument, d’autres pas, vont fréquemment au restaurant, envoient leurs
enfants dans les services de garde, ont une auto ou utilisent les transports en
commun, etc.

2.4. L’IPC au Maroc :


A partir du dernier rapport sur l’IPC, publié en février 2018, par l’HCP 6, les
informations suivantes ont étés retenues :

 L’indice des prix à la consommation (Base 100 : 2006) mesure le niveau et


l’évolution des prix de détail dans le temps et dans l’espace.
 La population de référence est constituée de l’ensemble de la population
urbaine.
 Le panier de l’indice contient 478 articles et 1067 variétés de produits
représentant la majorité des articles consommés par la population urbaine.
Ces articles sont classés en 12 divisions, 41 groupes et 88 classes.

6 HCP : Haut Commissariat au Plan

11
 Les pondérations de l’année de base ont été calculées à partir des
données provenant de l’enquête sur le niveau de vie réalisée en 2006–
2007 et actualisées sur la base des résultats de l’enquête de
consommation de 2014. Elles représentent la structure des dépenses de
consommation des ménages urbains.
 Les prix sont relevés à l’aide d’une enquête permanente dans 17 des
principales villes représentant les 16 régions du Royaume, à savoir :
Agadir, Casablanca, Fès, Kénitra, Marrakech, Oujda, Rabat, Tétouan,
Meknès, Tanger, Laâyoune, Dakhla, Guelmim, Settat, Safi, Béni–mellal et
Al Hoceima.
 La formule de calcul de l’indice est celle de « Laspeyres en chaîne ».
Cette formule offre la possibilité d’actualiser en continu le panier et les
coefficients de pondération. Elle permet aussi de résoudre les problèmes
induits par les produits saisonniers.

Tableau n° 1 : Panier de l’IPC


Divisions Groupes Classes Sections Produits Variétés
1-Produits alimentaires et boissons 2 11 29 159 309
non alcoolisées
2- Boissons alcoolisées et tabacs 2 4 4 5 12
3- Articles d’habillement et 2 6 11 73 134
chaussures
4- Logement, gaz eau et électricité 4 7 7 24 50
5-Meubles, articles de ménages et 6 10 11 59 98
entretien courant du foyer
6-Santé 3 7 7 32 231
7-Transport 3 10 10 27 49
8-Communication 3 3 3 9 26
9-Loisirs et culture 5 15 15 42 73
10-Enseignement 5 5 5 10 14
11-Restaurants et hôtels 2 3 3 4 15
12-Biens et services divers 4 7 7 34 56
Total 41 88 112 478 1067
Source : HCP (2013)

12
Tableau n° 2 : Les coefficients de pondération de l’IPC
Divisions de produits Coefficients de pondération
de 2014
Produits alimentaires : 38,788
1-Produits alimentaires et boissons non alcoolisées 37,289
2-Boissons alcoolisées, tabac et stupéfiants 1,499
Produits non alimentaires : 61,212
3-Articles d’habillement et chaussures 4,308
4-Logement, eau, gaz, électricité et autres combustibles 14,549
5-Meubles, articles de ménage et entretien courant du
4,360
foyer
6-Santé 7,689
7-Transports 9,983
8-Communications 2,938
9-Loisirs et culture 2,720
10-Enseignement 6,253
11-Restaurants et hôtels 1,343
12-Biens et services divers 7,069
Source : HCP (2018)

3. Différences entre les deux outils :


La différence entre l'IPC et le déflateur du PIB réside dans le fait que :

 Le déflateur du PIB prend en compte les prix de tous les biens et services
produits dans l'économie, alors que l'IPC mesure uniquement les prix des
biens et services achetés par les consommateurs ;
 Le déflateur du PIB tient compte exclusivement du prix des biens et
services produits sur le territoire national tandis que l'IPC ne fait aucune
exception quant à la provenance des produits entrant dans son calcul ;
 l'IPC attribue des poids fixes aux prix des différents biens et services
(indice de Laspeyres) alors que le déflateur du PIB utilise des pondérations
évolutives.

La préférence de l'IPC dans de nombreuses études se justifie par le fait qu'il est suivi
régulièrement car calculé mensuellement. Il est donc facilement disponible. Par
contre le déflateur n'est souvent disponible qu'après des mois, voire une ou des
années de retard, a cause des délais de production des comptes nationaux.

Ainsi, au Maroc, l'IPC est retenu comme outil de mesure de l'inflation, selon le décret,
abrogeant l’ICV, publié au Bulletin officiel n° 5790 du 26 novembre 2009.

V. Historique de l’inflation:
Si le terme « inflation » vient du mot latin « inflare », qui signifie enfler, et se trouve
chez Cicéron et Pline, c’est aux Etats-Unis, lors de la guerre de Sécession, qu’il fut

13
employé pour la première fois pour désigner l’émission exagérée de dollars. En
réalité, les modifications intervenues depuis un siècle dans les conditions
économiques générales et dans les systèmes monétaires interdisent de se rallier à
cette conception comme à celle qui lui a succédé à partir de 1940.

1. Dans le monde :
L’inflation tend souvent à être considérée comme une particularité du XX e siècle. Or
le phénomène de hausse de prix est ancien et universel, et c’est le terme « inflation »
qui est relativement récent. (Jacoud, 1997)

En outre, la mesure de l’inflation est difficile à une époque où il n’existe pas d’indice
des prix. Or dans des économies où la consommation est essentiellement
alimentaire, les prix des céréales constituent néanmoins un bon indicateur.

En effet, avant la Première Guerre mondiale, l'inflation était "nulle". Les prix fluctuer,
à court terme, mais très vite compenser par le phénomène inverse.

Par exemple, à la fin du IIIe siècle et au début du IVe, une forte hausse des prix des
produits alimentaires accompagnée d’une crise grave, frappe l’Empire romain
occidental et amène à la mise en place de la première politique désinflationniste par
l’empereur Dioclétien, en ordonnant, par l’édit du prix maximum, de punir de la peine
de mort ceux qui augmenteraient trop fortement les prix. Au XVIe siècle, l’Europe
occidentale connaît une forte inflation. Contrairement au XVIII siècle, caractérisée
par des fluctuations et des hausses des prix, le XIXe siècle est marqué par une
tendance à la baisse des prix. (Jacoud, 1997)

L’évolution des prix est loin d’être uniforme au XXe siècle, les deux guerres
mondiales et la crise de l’entre-deux-guerres ont des répercussions très importantes
sur le niveau des prix. La première moitié du siècle a connu une forte inflation suivit
par une deuxième période correspondant à ce qu'il est convenu d'appeler les Trente
Glorieuses, les années 50, 60 et 70. (Jacoud, 1997)

D'après Niveau, on peut distinguer, dans l'après-guerre deux périodes : l'une qui va
du début des années 60, où l'inflation qui accompagne la croissance reste modérée,
l'autre qui démarre peu avant les années 70 et se termine avec le deuxième choc
pétrolier (1979), où l'inflation s'accélère alors que la croissance économique
s'essouffle. (Ndilkodje, 2007)

L’inflation s'avère parfois être incontrôlable, en témoigne l'hyperinflation allemande


des années 1920 : le coût de la vie a été multiplié par 1100 entre 1913 et 1923 !

Un essor remarquable de la production industrielle, jusqu’à la fin des années 20


reposant sur un développement de l'investissement lourd, sur une intégration rapide
du progrès technique dans l'appareil de production et sur une hausse sensible des
salaires nominaux. Cette augmentation de la production s'accompagne d'une hausse

14
des prix, la corrélation entre les fluctuations de l'activité économique et les variations
des prix apparaissant avec netteté. (Ndilkodje, 2007)

Les statistiques récentes mettent en exergue une nette différence en matière


d'inflation entre les pays industrialisés et les pays en voie de développement (PVD)
ou en transition. D'après le FMI (Fonds Monétaire International), en 1992, alors que
le taux moyen d'inflation se situait à 3,2 % dans les pays industrialisés, il s'élevait à
35,7 % pur les PVD et 681,2 % pour les pays en transition. En 1996, ces chiffres sont
redescendus respectivement à 1,9 %, 13,3 % et 41,3 %. (Ndilkodje, 2007)

Figure n° 1 : Evolution du taux d’inflation dans le monde à partir de 1980

Source : FMI (octobre 2018)

2. Au Maroc :
L’économie marocaine a connu deux cycles d’inflation bien définis :

 un premier cycle de 1980 à 1995 où l’inflation s’est située au-delà de 5 %


(à l’exception des années 1987-1989) ;
 un second de 1996 à 2018 qui oscillait autour de 2 %.

15
Figure n° 2 : Evolution du taux d’inflation au Maroc à partir de 1980

Source : FMI (octobre 2018)

VI. Conclusion :
Au terme de ce chapitre, nous pouvons conclure que nombreuses sont les niveaux et
les formes de l’inflation, or ils sont tous des déséquilibres économiques qui affectent
souvent négativement le pouvoir d’achat des consommateurs. Le terme inflation
venant du mot latin « inflare » signifiant enfler, a été employé pour la première fois
pour désigner l’émission exagérée de dollars. Au Maroc, et partout dans le monde,
l’inflation n’a vu le jour que vers le XXe siècle. Pour cela les banques centrales
essayent de garantir la stabilité des prix en adoptant les politiques monétaires
adéquates. En effet, l’inflation au Maroc, s’est redressée en 1996 autour de 3%,
après une fluctuation des prix dont le taux d’inflation a dépassé des fois les 10%.

16
CHAPITRE II : THEORIES DE L’INFLATION
I. Introduction :
Pour les théories de l’inflation, deux principaux points de vue s’opposent. Il y a ceux
qui pensent que la monnaie est neutre et exogène (les quantitativistes et les
monétaristes), et ceux qui pensent qu’elle ne l’est pas, en particulier J. M. Keynes.

II. Théorie quantitative de la monnaie:


La théorie quantitative de la monnaie, qui permet une analyse dichotomique de
l’économie séparant le domaine monétaire de ce qui est censé constituer l’économie
réelle, est élaborée à partir du XVIe siècle par les auteurs préclassiques puis
classiques (dont David Ricardo et Jean-Baptiste Say), puis formalisée par les
économistes néoclassiques (tel Irving Fisher) à la fin du XIXe et au début du XXe
siècle, avant de connaître un renouveau dans la deuxième moitié du XXe siècle
surtout par Milton Friedman.

Jean-Baptiste Say affirme que la monnaie n’est qu’un voile qui masque la réalité
des échanges. Ainsi, la monnaie n’est qu’un intermédiaire des échanges dont il
convient de ne pas tenir compte pour comprendre la réalité des échanges. Cette
élimination de la monnaie conduit à la formulation de la loi des débouchés selon
laquelle il ne peut pas y avoir de surproduction puisque l’offre crée sa propre
demande.

Pour David Ricardo, c’est la quantité de travail incorporé dans chaque produit qui
détermine les prix relatifs. Dès lors, une augmentation de la quantité de monnaie est
sans effet sur les prix relatifs vu qu’elle n’agit pas sur l’activité réelle, mais modifie
seulement le niveau général des prix.

En 1911, Irving Fisher va être le premier économiste à modéliser


mathématiquement l'inflation. Il part de la constatation selon laquelle, dans un
échange monétaire, la valeur des biens échangés (PT) est équivalente à la valeur
de la monnaie fournie en contrepartie (MV). D’où la formule la plus célèbre de la
théorie quantitative connue sous le nom de l’équation d’Irving Fisher :

𝑀×𝑉 =𝑃×𝑇

Avec :

 𝑀 : la quantité de monnaie,
 𝑉 : la vitesse de circulation de la monnaie,
 𝑃 : moyenne pondérée des prix,
 𝑇: volume globale de transactions pendant une période donnée.

17
Fisher raisonne sur une économie en situation de plein-emploi dans laquelle l’activité
est seulement dépendante de phénomènes réels. 𝑇 n’est donc pas affecté par la
variation de 𝑀. En outre, 𝑉 est considéré comme constante vu qu’elle dépend des
caractéristiques structurelles de l’économie qui évoluent peu à court terme. Ainsi,
quand 𝑀 augmente, le maintien de l’équilibre passe par une augmentation de 𝑃. On
peut déduire ainsi qu’une variation de la quantité de monnaie se répercute donc
mécaniquement sur les prix. (Jacoud, 1997)

Contrairement à Fisher, Alfred Marshall et Arthur Cecil Pigou, économistes à


Cambridge, prennent en considération les encaisses monétaires (fraction du revenu
réel en monnaie) que les individus souhaitent détenir, intégrant ainsi l’existence
d’une demande de monnaie.

III. Théorie keynésienne (John Maynard KEYNES) :


Pour John Maynard Keynes et ses partisans, l’inflation par la demande s’explique par
une augmentation de la demande globale que l’offre peine à satisfaire, à cause des
facteurs de production employés au maximum dans un secteur ou difficilement
mobilisables à court terme.

L'excès de demande peut avoir plusieurs origines :

 accroissement des dépenses publiques avec déficit budgétaire ;


 accroissement des dépenses de consommation des ménages dû à une
hausse des salaires ou au développement excessif du crédit ;
 accroissement des dépenses d'investissement des entreprises financées par
le crédit bancaire sans épargne préalable ;
 accroissement des revenus provenant d'un excédent de la balance des
paiements.

Quant à l'insuffisance de l'offre, elle peut résulter de différents facteurs :

 plein emploi ;
 absence de capitaux ;
 insuffisance des stocks ou inélasticité de la production ;
 pénuries ;
 blocage des importations.

Selon ce courant de pensée, l’inflation est le symptôme d’une demande importante.


Elle est donc bénéfique puisqu’elle peut favoriser l’investissement, incite la
consommation et décourage l’épargne. (Ndilkodje, 2007)

18
Les keynésiens ont pour point commun de rejeter 3 des postulats essentiels du
courant quantitativiste :
 le rejet de l’analyse dichotomique : c’est-à-dire que tous les auteurs
appartenant à ce courant, principalement Keynes, rejettent l’idée d’une
séparation de la sphère réelle et de la sphère monétaire et donc la théorie
quantitative de la monnaie.
 Le rejet de l’idée de neutralité de la monnaie : les partisans de ce courant
de pensée refusent de considérer qu’une économie puisse exister sans
monnaie, c’est-à-dire que dans, un premier temps, on fasse comme si
l’économie se caractérisait par le troc, afin de déterminer l’équilibre sur chacun
des marchés, et seulement dans un second temps, que l’on introduise la
monnaie afin de faciliter les échanges. Les auteurs de ce courant conçoivent
donc une économie monétaire de production dans laquelle la monnaie est le
fondement de toute relation économique.
 le rejet de l’exogénéité de la monnaie : les théoriciens appartenant à ce
courant considèrent que la monnaie est endogène et répond à un besoin des
agents économiques, c’est-à-dire que, même si la quantité de monnaie est
contrôlée par les autorités monétaires, l’introduction de la monnaie dans
l’économie résulte principalement d’opérations de crédits répondant à un
besoin de financement des agents économiques.

La monnaie est ainsi désirable pour elle-même, en effet les agents désirent et
veulent de la monnaie, on parle de demande d'encaisse, pour trois motifs:

 Précaution : désir de constituer une réserve de pouvoir d’achat d’une valeur


immuable (dépend du revenu) ;
 Transaction : besoin de réaliser des dépenses courantes (dépend du
revenu) ;
 Spéculation (thésaurisation) : préférence pour la liquidité au détriment
d’actif financier (dépend du taux d’intérêt) ;

IV. Théorie monétaire (Milton FRIEDMAN) :


Remise en cause par J. M. Keynes, la théorie quantitative est réhabilitée en 1956 par
le livre de Don Patinkin, Money, Interest and Prices, et par un article de Milton
Friedman « The Quatity theory of Money – A Restatement ».

D’où l’apparition du courant monétariste, qui a été principalement supporté par


l’économiste M. Friedman (1912-2006), chef de file de l’école de Chicago. Ce
courant a relancé la théorie quantitative de la monnaie, qui postule l’existence d’un
lien direct entre la variation des prix et celle de la quantité de monnaie. Selon
Friedman, « l’inflation est toujours et partout un phénomène monétaire en ce sens
qu’elle est et qu’elle ne peut être générée que par une augmentation de la quantité
de monnaie plus rapide que celle de la production ».

19
Ainsi et dans le cadre de cette théorie, la politique monétaire (injection ou
rétrécissement de la masse monétaire) est un instrument essentiel et important de la
politique économique. Le contrôle de la masse monétaire permet de contrôler
l’inflation. La masse monétaire doit progresser au même rythme que la production et
la politique monétaire ne doit pas servir à relancer la croissance.

Parmi les principes défendus par cette théorie, il y a :

 L’offre de monnaie est déterminée par la banque centrale qui doit rester
indépendante de l’état.
 La demande de monnaie est stable
 L’inflation est toujours un phénomène monétaire. Cela signifie qu’une
augmentation trop rapide de la masse monétaire augmente les moyens de
paiement qui sont mis en circulation et donc favorise la hausse des prix,
l’inflation. La lutte contre l’inflation doit primer la lutte contre le chômage.
 Il existe un taux de chômage en-dessous duquel on ne peut pas descendre.
 Pour cet économiste, les politiques conjoncturelles de relance ou de rigueur
sont inutiles et il préconise des règles de croissance fixe pour la masse
monétaire. Il suppose que les agents économiques s’adaptent en fonction des
situations. On oppose souvent ce courant au keynésianisme.

La conclusion de Friedman est donc que la manipulation de la masse monétaire est


effectivement active sur l'économie, mais seulement à court terme. À moyen terme,
sur un cycle complet, pour le monétariste la monnaie retrouve sa neutralité, liée aux
caractéristiques économique du pays.

V. Conclusion :
L’étude des différentes théories de l’inflation nous a conduits à expliquer qu’un
supplément de monnaie pouvait agir sur les prix via le supplément de demande qu’il
engendrait. L’explication de l’inflation par la demande n’est donc pas complètement
indépendante de l’explication par la monnaie. Elle est, avec l’inflation par les coûts,
une explication traditionnelle de l’inflation.

20
CHAPITRE III : CAUSES DE L’INFLATION
I. Introduction :
Les origines de l’inflation sont divers, ce qui permet de distinguer plusieurs formes
d’inflation :

II. Les explications non monétaires de l’inflation :


Les explications non monétaires sont deux types : les explications structurelles et les
explications conjoncturelles.

1. Les explications structurelles :


Des phénomènes structurels, liés à une absence de réelle concurrence (ententes
entre producteurs, prix fixés par l’Etat), peuvent être cause de l’inflation.

1.1. Les intermédiaires :


Dans les sociétés développées, on assiste à une multiplication des intermédiaires
(évitant au client de se déplacer…), ce qui ne peut qu’augmenter le prix final des
produits.

1.2. Les monopoles et oligopoles :


En situation de monopole (ex : ONCF, RAM) et comme il n’y a pas de concurrence,
l’entreprise peut donc augmenter ses prix quand il veut et cela peut créer de
l’inflation.

1.3. La prédominance des services :


Dans les pays en voie de développement (ex : Maroc), l’agriculture, le commerce
extérieur et le secteur étatique sont caractérisés par leur rigidités institutionnelles ce
qui génère l’inflation dans ces pays.

2. Les explications conjoncturelles :


Il s’agit dans ce cas d’analyser l’influence de l’offre et de la demande sur les prix.

2.1. Inflation par l’offre :


L’inflation par l’offre peut être une inflation par les coûts ou une inflation par les
profits.

21
2.1.1. Inflation par les coûts :
Les entreprises, voyant leurs coûts de production augmenter plus vite que la
productivité, augmentent leurs prix de vente pour préserver leurs marges
bénéficiaires. Cette augmentation excessive des coûts provient principalement d’une
hausse des salaires ou des prix des matières premières. Lorsque ces derniers sont
fournit par un autre pays (ex : pétrole), on parle d’inflation importée.

L’inflation par les coûts peut engendrer, ce qui est connue par, une spirale
inflationniste. Pour faire face à l’inflation, les employés demandent une augmentation
des salaires, à qui s’en suit une nouvelle hausse des prix …

2.1.2. Inflation par les profits :


L’inflation par les profits est causée par les décisions stratégiques prise par les
détenteurs du capital afin de maximiser leur profit.

2.2. Inflation par la demande :


Ce type d’inflation est constaté lorsqu’une augmentation de la demande de biens ou
de services au delà de l’offre, étant inélastique, engendre une hausse des prix pour
réaliser l’équilibre du marché. Ainsi les entreprises augmentent leur production et
leurs effectifs en mettant en place des programmes d’investissement. Ceci stimule
l’activité économique et entraine une augmentation de la demande globale des
ménages. Les entreprises se trouvent une fois encore incapable de s’adapter à ce
surcroît très rapide de la demande.

2.3. L’inflation de croissance


Plus généralement, en période de croissance économique, la demande de biens de
consommation et de biens d'investissement est forte, les salaires et la plupart des
coûts sont élevés, et le chômage est faible ; on risque donc de connaître une
situation de « surchauffe économique » et de tensions inflationnistes.

III. Les explications monétaires de l’inflation


L’interprétation monétariste considère que l’inflation apparaît lorsque les banques
commerciales accordent plus de crédits ou quand la banque centrale finance le
déficit public, ce qui augmente le stock de monnaie circulant dans l’économie sans
création réelle de richesse. Ainsi la valeur de la monnaie chute. Ce qui est appelé
inflation par excès de masse monétaire ou inflation par la monnaie.

22
IV. Conclusion :
Au terme de ce chapitre, nous pouvons conclure que nombreuses sont les causes
susceptibles de la naissance d'un processus inflationniste dans une économie. Ceci
ne doit pas faire oublier que l’inflation est un phénomène complexe. On parle de
spirale inflationniste quand les causes s’enchaînent, se cumulent et s’auto
entretiennent.

Ainsi, la hausse des prix à long terme est généralement expliquée par un
déséquilibre monétaire, alors qu’à court terme, les explications non monétaires sont
considérées par les économistes comme suffisantes.

23
CHAPITRE IV : CONSEQUENCES DE
L’INFLATION
I. Introduction :
Dans la mesure où l’inflation n’est plus seulement une conséquence de l’enflure de la
masse monétaire, ses effets ne se manifestent plus à l’égard du seul système
monétaire, mais de l’économie tout entière.

La nature des effets de l’inflation diffère, selon la capacité de financement des agents
et selon la période analysée. On distingue généralement les effets à court terme et
les effets à long terme.

II. Effets de l’inflation à court terme :


Selon la capacité de financement des agents, on distingue les d'effets bénéfiques et
les effets néfastes (plutôt microéconomiques) à court terme de l'inflation :

1. Effets positifs de l’inflation :


L'inflation allège les dettes des agents. En effet la charge de remboursement d'un
emprunt à taux fixe (les mensualités de remboursement d'un ménage par exemple)
devient moins lourde à supporter dans un contexte de hausse des prix et des
salaires. Les agents les plus endettés (l'État) ont donc intérêt, provisoirement à
«laisser filer» l'inflation.

L’inflation améliore la rentabilité financière des entreprises. En période


d’inflation, les entreprises sont d’autant plus incitées à recourir au financement
externe que leurs taux de profit internes sont supérieurs au taux d’intérêt des
capitaux empruntés. Une telle situation élève la rentabilité de leurs fonds propres.
Les entreprises se trouvent stimulées par les perspectives de gains et incitées à
investir. On assiste ainsi à une croissance de la production et de l’emploi.

Pour résumer, l'inflation à court terme permet donc, d'après les keynésiens, de
baisser la dette et de favoriser l'investissement plutôt que l'épargne.

2. Effets négatifs de l’inflation :


L'inflation modifie la structure des revenus et accroît l'inégalité entre les ménages
à revenus élevés et les autres. En effet, le revenu direct des ménages à revenu élevé
est composé des revenus du travail mais aussi des revenus du capital (intérêts
perçus des placements sur livrets ou en obligations, et dividendes des actions
détenues). En période d'inflation les taux d'intérêt ont tendance à s'élever (pour
continuer à offrir un placement rémunérateur aux épargnants-investisseurs) .Les
ménages à haut pouvoir d'achat peuvent donc profiter de l'augmentation du revenu
24
de leurs placements. A l'inverse les ménages à revenu modeste ne peuvent guère
épargner. Ils ne profitent donc pas de cette opportunité et au final l'écart entre les
revenus directs s'accroît, compte tenu du différentiel de croissance des revenus, lié
au rendement de l'épargne.

III. Effets de l’inflation à long terme :


Les conséquences de l’inflation sont le plus souvent la mise en place d’indexations
plus ou moins automatiques qui entretiennent cette même inflation, chacun
cherchant à s’en protéger. L’acheteur qui vient d’acquérir un logement grâce à un
prêt va payer des intérêts qui le rendront plus cher: il aura donc avantage à une
inflation qui augmentera ses revenus (en monnaie). Puisqu’il est plus avantageux en
période d’inflation d’être débiteur que créditeur, on arrive à une hausse de
l’endettement, lui aussi générateur d’inflation. Cette dernière réduit également le
poids de la dette pour les Etats, et la planche à billets a parfois été utilisée dans ce
but. Les grands perdants en période d’inflation sont les titulaires d’obligations ou de
rentes fixes.

Une inflation trop forte peut avoir des effets néfastes sur l’économie. Effectivement,
cela génère une dégradation de la compétitivité-prix des produits fabriqués sur le
territoire par rapport à ceux conçus à l’étranger. Il en résulte une baisse de l’activité
pour les entreprises domestiques pouvant entraîner des réductions d’effectifs et donc
une hausse du chômage. Par ailleurs, une inflation élevée crée une incertitude quant
au niveau futur des prix. Les entreprises se montrent alors prudentes en matière
d’investissement, la rentabilité étant difficile à anticiper. Une inflation trop forte
pénalise également les ménages qui subissent une perte de leur pouvoir d’achat.
Ces derniers peuvent donc être amenés à réduire leur consommation pour maintenir
leur niveau de vie actuel.

IV. Intérêt de la politique de ciblage de l’inflation :


L’un des objectifs des banques centrales est de garantir la stabilité des prix. Pour
cela, elle cible un objectif de 2 à 3 % d’inflation qui représente une hausse modérée
des prix. Elle veille également à éviter les risques de déflation qui sont à l’origine de
la contraction de l’activité économique.

L’inflation modérée impacte directement :

 Les entreprises : ces dernières pourront ancrer leurs anticipations de hausse


des prix à moyen et long terme. Une inflation prévisible favorise les prises de
décisions en matière d’investissement car elle réduit les incertitudes liées à la
rentabilité future qu’ils engendrent.
 Les ménages : ceux-ci seront incités à placer leurs liquidités plutôt que de les
conserver sur leurs comptes bancaires. L’inflation modérée assure ainsi un
certain équilibre entre le niveau d’épargne et le niveau d’investissement sans
lequel les taux d’intérêt augmenteraient.

25
 Les taux d’intérêt : une inflation modérée contribue à maintenir les taux
d’intérêt à un niveau peu élevé. En effet, la banque centrale qui fixe les taux
d’intérêt directeurs n’a pas besoin d’agir sur les conditions de crédit pour
atteindre son objectif de politique monétaire. Cela est favorable aux ménages
et aux entreprises qui pourront emprunter à des conditions attractives.

V. Conclusion :
Un taux d'inflation élevé est considéré comme un danger pour le pouvoir d’achat et
pour la croissance économique d’un pays.

L’inflation réduit la valeur réelle de l’épargne ou d’un revenu nominal. Elle pénalise
ainsi l’épargnant tout comme le bénéficiaire d’un revenu qui croît moins vite que les
prix. L’inflation peut en plus provoquer des transferts de richesse au détriment des
créanciers et en faveur des débiteurs, en allégeant les charges de remboursement
réel de ces derniers. De tels transferts ont des incidences sur la situation de l’Etat et
sur l’activité économique. Ainsi, une trop forte inflation est le signe d’une crise
économique.

C’est pourquoi les banques centrales sont chargées d’empêcher que l’inflation
s’installe.

26
CHAPITRE V : DETERMINANTS DE
L’INFLATION
I. Introduction :
Par indicateurs avancés d’inflation, il faut entendre un ensemble de variables
économique et financière qui ont pour fonction de transmettre à la banque centrale
les informations sur les variations actuelles et futures du niveau général des prix.

II. Déterminants de l’inflation : Revue de littérature


empirique
Les déterminants de l’inflation diffèrent d’un chercheur à un autre et d’un pays à un
autre. Dans la plupart des pays développés, les déterminants de l’inflation sont le
PIB, le taux de change, le taux d’intérêt, les dépenses du gouvernement, l’indice des
prix à la consommation, le taux de chômage et l’offre de monnaie. Certains de ces
variables ont des effets positifs alors que d’autres ont des effets négatifs sur
l’inflation.

1. Produit Intérieur Brut :


Le produit intérieur brut (PIB) est un déterminant fondamental de la performance
économique d'un pays et correspond à la valeur marchande de tous les biens et
services finaux fabriqués à l'intérieur des frontières d'un pays au cours d'une année.
(Almahdi & Faroug, 2018)

Le taux croissance de l’économie, mesurant l’évolution du PIB, agit positivement sur


l’inflation d’une part par son action sur la demande de biens non échangeables et
d’autre part (avec un délai sans doute plus long) par son action sur le chômage et la
croissance des salaires nominaux. (Henry, 2015)

2. Taux de change :
Le taux d'inflation d’un pays peut avoir un impact majeur sur la valeur de la monnaie
du pays et sur les taux de change des devises étrangères. Cependant, l’inflation
n’est qu’un facteur parmi d’autres qui, ensemble, influent sur le taux de change.
L'inflation est plus susceptible d'avoir un effet négatif important, plutôt qu'un effet
positif important, sur la valeur d'une devise et le taux de change. Un taux d'inflation
très faible ne garantit pas un taux de change favorable pour un pays, mais un taux
d'inflation extrêmement élevé aura très probablement une incidence négative sur les
taux de change (Vera, 2010). (Almahdi & Faroug, 2018)

27
L’indice du taux de change. C’est un indicateur par lequel les chocs externes influent
sur le niveau de l’inflation. Le suivi de cet indicateur dans une petite économie
ouverte à régime de change flexible semble intéressant pour l’orientation de la
politique monétaire ; (Henry, 2015)

3. Taux d’intérêt :
Il convient de distinguer entre taux d’intérêts nominaux (constatés à un moment t)
et taux d’intérêts réels (prenant en considération l’inflation).

D’après Irving Fischer : i = r +  (hausse des prix).

L’inflation () provoque une diminution des taux d’intérêts réels (r) à condition que les
banques n’ajustent pas à la hausse les taux d’intérêts nominaux (i).

4. Dépenses du gouvernement :
Les dépenses du gouvernement représentées par le taux de croissance de la
consommation publique qui est utilisé comme proxy du déficit budgétaire afin de
mieux mesurer l’impact de la politique budgétaire sur l’inflation. (Henry, 2015)

La variabilité des dépenses publiques peut entraîner une baisse de l’inflation des prix
et augmenter les salaires réels. Ainsi (Aurangzeb et Haq, 2012) ont suggéré que les
emprunts publics sont une cause majeure des niveaux de prix élevés. En outre, une
étude réalisée par (Cheng, 2002) a déclaré que les dépenses publiques sont
indirectement liées à l'inflation. (Almahdi & Faroug, 2018)

5. L’indice des prix à la consommation :


Le taux d'inflation est la variation en pourcentage de l’IPC sur une période donnée.
Ainsi, la formule de calcul du taux d’inflation est la suivante :

𝐼𝑃𝐶2 − 𝐼𝑃𝐶1
𝜋=
𝐼𝑃𝐶1

Où 𝜋 est le taux d’inflation et IPC1 et IPC2 sont respectivement les IPC des périodes 1
et 2.

Ainsi une augmentation de l’écart entre les IPC de deux périodes entrainera
directement une hausse du taux d’inflation.

6. Taux de chômage :
Selon l’OCDE, le taux de chômage est le nombre de chômeurs en pourcentage de la
population active, celle-ci étant composée des chômeurs, des salariés et des

28
travailleurs indépendants. Les chômeurs sont les personnes qui déclarent ne pas
occuper d'emploi, être disponibles pour travailler et avoir pris des dispositions pour
chercher activement du travail au cours des quatre dernières semaines. Quand le
chômage est élevé, certaines personnes se découragent et cessent de chercher du
travail ; elles ne sont alors plus incluses dans la population active. Le taux de
chômage peut donc baisser, ou cesser d'augmenter, même en l'absence
d'amélioration sous-jacente sur le marché du travail.

La relation entre le chômage et l’inflation repose depuis la fin des années 50 sur la
courbe de Phillips. Cette courbe a donné lieu à un certain nombre d’interprétations
(keynésienne, monétariste, nouveaux classiques, institutionnalistes) plus ou moins
pertinentes.

Durant les années 60-70, la courbe de Phillips fût au cœur des débats économiques.
Elle transformait en effet deux des principaux objectifs de la politique économique,
en deux objectifs antagonistes. Ainsi un fort taux d’inflation s’accompagnait d’un
faible taux de chômage (et inversement).

7. Offre de monnaie :
Comme la masse monétaire est le principal facteur de l’augmentation du niveau
général des prix (Almahdi & Faroug, 2018), l’inflation peut être le résultat d’une
création excessive de liquidité, elle tend à s’accélérer quand la politique monétaire
est expansive et se ralentit pendant les périodes de restriction. Ainsi l’accroissement
de la liquidité de l’économie engendre une accélération de l’inflation. (A. Zejli, 1992)

L’offre de monnaie est généralement mesurée par la croissance de la masse


monétaire. Cette variable est traditionnellement considérée comme un indicateur
avancé de l’inflation conformément aux enseignements de la théorie quantitative de
la monnaie ; (Henry, 2015)

8. Exemple de la République du Soudan :


Selon un article de recherche nommé « Modélisation des déterminants de l'inflation
au soudan à l'aide de la méthode des moments généralisée pour la période 2000-
2017», publié par Almahdi & Faroug en 2018, on peut conclure que :

 une augmentation de la masse monétaire et l’indice des prix à la


consommation entraine une augmentation du taux d’inflation ;
 une réduction du taux de change entraîne un taux d'inflation élevé ;
 une augmentation du produit intérieur brut, du taux de chômage et des
dépenses publiques entraîne une baisse du taux d’inflation.

29
III. Déterminants de l’inflation : Cas du Maroc
De ce qui précède, notre analyse voudrait alors répondre à la question suivante :
quels sont les indicateurs d’inflation pertinents pour la conduite de la politique
monétaire au Maroc ? (Henry, 2015)

Pour les déterminants de l’inflation au Maroc, seront pareils que ceux du Soudan vu
que les deux pays sont classés parmi les pays en développement.

1. PIB au Maroc :
Selon la banque mondiale, la croissance annuelle du produit intérieur brut (PIB) en %
représente la variation relative du PIB réel (PIB en volume ou à prix constant entre
deux années. Elle reflète l'augmentation (ou la baisse dans le cas d'une croissance
négative) du niveau d'activité économique dans un pays. Il s'agit d'un indicateur
souvent retenu lorsque l'on veut faire des prévisions à court et à moyen terme sur la
situation économique d'un pays.

Figure n° 3 : Evolution du PIB réel au Maroc depuis 1967


15

10

0
1980 1982 1984 1986 1988 1990 1992 1994 1996 1998 2000 2002 2004 2006 2008 2010 2012 2014 2016 2018
-5

-10

Real GDP growth (Annual percent change)

Source : FMI (2018)

2. Taux de change au Maroc :


Le niveau d’inflation influe directement sur le taux de change entre deux devises à
plusieurs niveaux :

 Parité de pouvoir d’achat : Elle cherche à comparer les différents pouvoirs


d'achat de chaque pays en fonction du niveau général des prix (et non du taux
de change). Cela permet donc de déterminer le pays dans lequel le coût de la
vie est le plus chère. L’évolution de la parité du pouvoir d’achat (et donc de
l’inflation) influe sur le taux de change. Si l’inflation est la même au sein des 2
pays, le taux de change n’évolue pas. S’il est plus fort dans un pays que dans
l’autre, c’est là que l’inflation influe sur le taux de change. La devise avec le

30
plus fort taux d’inflation va alors perdre de sa valeur et se déprécier, alors que
la devise avec le plus faible taux d’inflation va elle s’apprécier sur le Forex.
 Taux d’intérêts : Une trop forte inflation pousse vers une hausse des taux
d’intérêts ce qui a pour effet de déprécier la devise (moins rémunératrice) sur
le Forex. A l’inverse, une inflation trop faible (ou déflation) pousse vers une
baisse des taux d’intérêts ce qui a pour effet d’apprécier la devise sur le
Forex. Toutefois, l’inflation à bien plus souvent un effet négatif que positif. Un
fort taux d’inflation a de grandes chances d’impacter négativement le taux de
change alors qu’une faible inflation est loin de garantir une hausse du taux de
change….

Figure n° 4: Evolution du taux de change au Maroc entre 1960 et 2016

Source : perspective.usherbrooke.ca | Banque mondiale (2019)

3. Taux d’intérêt au Maroc :


Le taux d’inflation est très surveillé par les banques centrales. Ces dernières scrutent
l’inflation pour orienter leur politique monétaire et fixer leurs taux d’intérêts directeurs.

Ainsi, si le taux d’inflation est trop important, la banque centrale va augmenter les
taux d’intérêts pour contenir l’inflation et éviter la surchauffe économique. La création
monétaire est alors ralentie ce qui tire l’inflation vers le bas.

A l’inverse, si on est au bord de la déflation, la banque centrale va baisser les taux


d’intérêts pour stimuler l’économie en rendant l’argent moins chère à emprunter (ce
qui va augmenter la création monétaire et donc générer de l’inflation).

Si l’inflation est modérée, la banque centrale fixe ses taux d’intérêt en fonction du
niveau d’inflation mais aussi de du taux de croissance économique (PIB). Bien
évidement, de nombreux autres facteurs sont pris en compte par les banques
centrales mais c’est pour simplifier les choses.

31
L’inflation impacte donc le niveau des taux d’intérêts mais l’inverse est également
vraie.

Figure n° 5: Evolution du taux d’intérêt au Maroc entre 1979 et 2004

Source : perspective.usherbrooke.ca | Banque mondiale (2019)

4. Indice des prix à la consommation au Maroc :


La croissance de l'indice des prix à la consommation (IPC) mesure la variation
annuelle en pourcentage de ce dernier afin de déterminer le taux d'inflation. Ce taux
reflète le changement subi par les prix payés par le consommateur moyen pendant
une période donnée lors de ses achats de biens et services. Évidemment, le panier
de biens et services sur lequel on base les calculs change avec le temps dû aux
changements des habitudes de consommation. Une croissance de l'IPC, sans
croissance des revenus, conduit à une diminution du pouvoir d'achat. Inversement,
une diminution de l'IPC ou son maintien, alors que les revenus sont à la hausse
conduit à une augmentation du pouvoir d'achat des ménages. (Banque mondiale,
2019)

32
Figure n° 6: Evolution de l’IPC au Maroc de 1960 à 2016

Source : perspective.usherbrooke.ca | Banque mondiale (2019)

5. Taux de chômage au Maroc :


Le taux de chômage au Maroc exprime la part des chômeurs dans la population
active âgée de 15 ans et plus. Ce taux est obtenu par le rapport de l'effectif des
chômeurs à celui des actifs âgés de 15 ans et plus.

Son évolution depuis 1995, a connu une diminution puis une stabilisation autour de 9
et 10% à partir de 2006.

Figure n° 7 : Evolution du taux de chômage au Maroc depuis 1995


18
16
14
12
10
8
6
4
2
0

Unemployment rate (Percent)

Source : FMI (2018)

33
IV. Conclusion :
La prise des décisions pour la politique monétaire passe généralement par les sorties
de modèles économétriques permettant de structurer les mécanismes de
transmission de la politique monétaire. Pour ce faire, la détermination des indicateurs
de l’inflation s’avère indispensable.

L’objectif prioritaire de la politique monétaire au Maroc est la stabilité des prix. Cette
dernière ne veut pas dire une inflation nulle mais le maintien de l’inflation à un niveau
modéré et stable sur un horizon de moyen terme.

La stabilité des prix permet ainsi de préserver le pouvoir d’achat des citoyens et une
meilleure visibilité pour les investisseurs et les entreprises. Ce faisant, la Banque
centrale contribuerait à la croissance, à l’emploi et, de manière générale, au
développement économique du pays.

34
CONCLUSION GENERALE
Au terme de ce travail, nous pouvons conclure que nombreuses sont les niveaux et
les formes de l’inflation, or ils sont tous des déséquilibres économiques qui affectent
souvent négativement le pouvoir d’achat des consommateurs. Le terme inflation
venant du mot latin « inflare » signifiant enfler, a été employé pour la première fois
pour désigner l’émission exagérée de dollars. Au Maroc, et partout dans le monde,
l’inflation n’a vu le jour que vers le XXe siècle. Pour cela les banques centrales
essayent de garantir la stabilité des prix en adoptant les politiques monétaires
adéquates. En effet, l’inflation a connu au Maroc deux phases bien déterminées : la
première phase de 1990 à 1995 durant laquelle l’inflation s’est établie au-delà de 5%
et la seconde de 1996 à 2013 pointée par une inflation faible battant autour de 2%, à
l’exception des pics de 2006 (3,3%) et 2008 (3,7%).

L’étude des différentes théories de l’inflation nous a conduits à expliquer qu’un


supplément de monnaie pouvait agir sur les prix via le supplément de demande qu’il
engendrait. L’explication de l’inflation par la demande n’est donc pas complètement
indépendante de l’explication par la monnaie. Elle est, avec l’inflation par les coûts,
une explication traditionnelle de l’inflation.

Selon plusieurs théories essayant d’expliquer l’inflation, nombreuses sont les causes
susceptibles de la naissance d'un processus inflationniste dans une économie. Ceci
ne doit pas faire oublier que l’inflation est un phénomène complexe. On parle ainsi de
spirale inflationniste quand les causes s’enchaînent, se cumulent et s’auto
entretiennent.

Ainsi, la hausse des prix à long terme est généralement expliquée par un
déséquilibre monétaire, alors qu’à court terme, les explications non monétaires sont
considérées par les économistes comme suffisantes.

L’inflation, comme elle a des causes, a des effets. Elle réduit la valeur réelle de
l’épargne ou d’un revenu nominal. L’inflation pénalise ainsi l’épargnant tout comme le
bénéficiaire d’un revenu qui croît moins vite que les prix. Elle peut en plus provoquer
des transferts de richesse au détriment des créanciers et en faveur des débiteurs, en
allégeant les charges de remboursement réel de ces derniers. De tels transferts ont
des incidences sur la situation de l’Etat et sur l’activité économique. Ainsi, une trop
forte inflation est le signe d’une crise économique.

C’est pourquoi les banques centrales sont chargées d’empêcher que l’inflation
s’installe on agissant sur plusieurs indicateurs tel que le taux d’intérêt, le taux de
change, les dépenses publiques, etc.

35
REFERENCES
Almahdi, M. A., & Faroug, M. K. (2018, Février). Modeling the determinants of
inflation in Sudan using Generalized Method of Moments for the period 2000-2017 .
International Journal of Information Research and Review , 5 (2) , 5154-5165.
Récupéré de http://www.ijirr.com/sites/default/files/issues-pdf/2624.pdf

Banque du Canada (2012). L’inflation et la stabilité des prix. Documents


d’information. Récupéré de https://www.banqueducanada.ca/wp-
content/uploads/2010/11/inflation_stabilite_prix.pdf

Henry, N. (2015). Les indicateurs avancés de l'inflation en RDCongo. Annales de


l'U.E.A, Université Evangélique en Afrique, Annales de l'U.E.A Numéro 5, Volume 4,
4 (5), pp.23 - 40. Récupéré de https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01202369/document

Jacoud, G. (1997). Inflation et désinflation: Faits, théories, politiques. Paris: MEMO


SEUIL.

Le Bourva, J. (1959). La théorie de l'inflation, le rapport des experts et l'opération de


décembre 1958. Revue économique , 10 (5) , 713-754. Récupéré de
http://www.persee.fr/doc/reco_0035-2764_1959_num_10_5_407380

Laminne, I. (2017). Guide du keynésianisme et du monétarisme. Et autres théories


économiques. Récupéré de http://moneystore.be/wp-
content/uploads/doc/moneystore.be_theories.pdf

Ndilkodje, B. (2007, Juin). Les déterminants de l'inflation en République Du Congo.


Récupéré de https://www.memoireonline.com/03/12/5555/m_Les-determinants-de-linflation-
en-RDC.html

Zejli, A. (1992). L'offre de monnaie et l'inflation au Maroc / Money supply and inflation
in Morocco. Savings and Development, 16(2), 145-158. Récupéré de
http://www.jstor.org/stable/25830297

http://Google.com

http://www.toupie.org/Dictionnaire/Inflation.htm

www.insee.fr/fr/metadonnees/definition

www.insee.fr

http://droit-finances.commentcamarche.com

www.linternaute.fr/

www.ig.com

36
http://www.47carat.com

www.infinance.fr

www.economie-magazine.com

http://le.minhtuan.free.fr

http://moneystore.be

http://oeconomia.over-blog.com/l-inflation-ses-origines.html

http://oeconomia.over-blog.com/l-inflation-en-debat.html

https://www.imf.org/external/datamapper/PCPIPCH@WEO/MAR

https://www.imf.org/en/Countries/MAR#countrydata

https://cerpeg.ac-versailles.fr

http://perspective.usherbrooke.ca

http://www.bkam.ma

https://www.centralcharts.com/fr/gm/1-apprendre/9-economie/34-analyse-
fondamentale/605-l-impact-de-l-inflation-sur-les-devises

37