Vous êtes sur la page 1sur 14

Ecole supérieur des sciences appliquées d’Alger

Compte rendu TP : les


techniques de commande de
l’onduleur triphasé
Electronique de Puissance 02

AKKOUCHE DALEL GROUPE 02


Introduction
L’entraînement électrique à vitesse variable connaît aujourd’hui un développement
important. Il est largement favorisé par les progrès de l’électronique de puissance,
aussi bien au niveau des structures des convertisseurs que des composants de
puissances eux-mêmes ou de la commande. Aujourd’hui, l’intérêt des chercheurs est
porté sur les convertisseurs statiques dont la fréquence de sortie peut être constante
ou réglable suivant les types de structures. L’onduleur de tension est l’un des
structures le mieux adapté à des développements au niveau de la commande qui se
charge elle-même de fournir à la charge le niveau de tension souhaitée. Les progrès
effectués dans l’électronique de puissance et son utilisation dans les onduleurs,
permettent d’obtenir l’énergie électrique la mieux adaptée à l’application désirée à
partir d’une source d’alimentation dont les caractéristiques sont figées. Parmi les
applications les plus répandues, c’est la variation de la vitesse de la machine
asynchrone qui fait l’objet de nombreux travaux de recherche, , Nous pouvons
distinguer deux types de commande pleine onde et commande MLI , et ce qu’on
verra la commande des onduleurs dans ce travail c’est que la commande à pleine
onde 180 et la commande MLI naturelle

BUT DU TP
Le TP consiste à étudier le fonctionnement et les stratégies de commutation des onduleurs
autonomes. Deux stratégies de commandes seront abordées dans ce TP, à savoir :

 commande en pleine onde commande )


 Commande MLI triangulo-sinusoidale.

1. Commande en plein onde (commande 180 )

1.1 simulation avec les interrupteurs « transistors bipolaire NPN »

a. Charge R
On simule avec le circuit suivant
fig01 : montage d’onduleur en pont triphasé à transistor NPN

I. visualisation de la tension simple Ua,I1,Va :


Commentaire
La tension de sortie est constituée de morceaux de tension continue Cette tension non
sinusoïdale peut être considérée comme la somme d’un fondamental plus les harmoniques
que l’on ne souhaite pas).
Pour la tension simple, les paliers maximaux et minimaux correspondent à une tension de
valeur absolue égale à 2Vc/3 ; les paliers intermédiaires correspondent à une tension de
valeur absolue égale à Vc/3 avec une charge R simple.

b. Charge RL
on visualise les oscillogrammes de Ua,Va,Ia

Commentaire :

D’après les graphes, on remarque que la tension composée et simple sont sous forme d’impulsion et
c’est due à
 la coupure brusque du courant qui provoque « ldi/dt » grande et donc une surtension !
 l’énergie emmagasiné dans les inductances de la charge, et parce qu’il n’y a pas de retour du
courant, (les interrupteurs sont unidirectionnel en courant) l’énergie délivrée par
l’inductance ne trouve aucune sortie !!

1.2 simulation avec des transistors IGBT

a. Charge R
On simule le même montage avec les IGBT

fig02 : montage d’onduleur en pont triphasé avec IGBT.

1. visualisation de Va,Uab,Ia :

Commentaire :

Va=197.6[V] ;Uab= 325.27[V] ;Ia=16.46[A].

Les grandeurs électrique de ce cas sont les même qu’avec les transistors NPN
avec charge R, c’est un fonctionnement simple ou on n’aura pas besoin de
routeur du courant (les diodes des IGBT) se sont pas passé par les courant de
routeur, ils ont aucun besoin alors !!

 Spectre de la tension composée Uab

Commentaire

D’après le spectre de la tension composée Uab, on remarque que la 1ere


harmonique trouvée est directement la 5eme harmonique, tel que les
harmonique pairs sont nulles et aussi la 3eme harmonique et le multiples de trois
grâce à la charge triphasée équilibrée en étoile, donc on trouve que l’harmonique
5,7,11….

la tension maximale du fondamentale :V=381.87[V].

la 1ere harmonique trouvée est la 5eme harmonique : f=250Hz ;V=72[V] ;

On trouve un THD=67% ce qui veut dire une tension riche en harmonique


(déformante)

Le spectre du courant n’a pas de différence avec celui de la tension simple en


charge R, il est riche en harmonique d’après la loi d’Ohm.

b. Charge RL
L=1.2[H] ; R=12Ω ; Vdc=450[V] .

 L’allure de la tension Va,Uab


Commentaire

Va= 197.6 [V] ; Uab=335.27 [V]

Une charge RL avec un onduleur autonome (en IGBT), assure le routeur du


courant de la charge due à la surtension provoqué par la bobine à la coupure du
courant(pour le changement de sens) et donc la continuité de celui-ci, ce qui
donne ce qui ci-dessus par contre l’onduleur à transistor NPN !, ce qu’on peut
conclure c’est qu’il faut utiliser des interrupteur bidirectionnel pour assurer un
fonctionnement normal d’onduleur autonome.

 le spectre de la tension composée

Le spectre de la tension d’une charge RL ressemble à celui d’une charge résistive


pure, avec une petite diminution en amplitude

La tension du fondamentale ; V=341.38 [V]

La fréquence de la 1ere harmonique F=250 Hz ; V=65.13 [V]


 Le spectre du courant :

Commentaire

Les harmonique du courant sont très faible, elles sont considérées nuls et le
courant obtenu est très proche d’une sinusoïde, cela est expliqué par la relation
« I=V/Z » tel que plus qu’on augmente la fréquence l’impédance augmente aussi
(Z^2=R^2+(L*2π*f)^2) donc pour une fréquence tend vers l’infini on aura des
harmoniques qui tendent vers 0, sans oublier l’effet de l’inductance qui sert à
lisser le courant pour avoir une sinusoïde parfaite.

Conclusion

D’après tout ce qu’on a vu on conclut qu’un onduleur à commande


complémentaire est un onduleur qui est conçue de façon à ce que les
interrupteurs soient commandés pendant une durée correspondant à une demi
période, avec une conductions déphasé, d’où:

o à tout instant trois interrupteurs sont en état de conduire et les trois


autres sont bloqués;
o deux interrupteurs d’un même bras doivent être commandé de
façon complémentaire afin de ne pas court circuiter la source de
tension
 les interrupteurs sont totalement commandable, unidirectionnels en
tension et bidirectionnels en courant ce qui implique une puissance non
réversible (convertisseur non réversible)

 une tension de sortie riche en harmoniques de basse fréquence qui ne sont


pas facile à filtrer.
 en charge R, on n’aura pas besoin des diodes des IGBT par contre en RL
ou le convertisseur ne peut fonctionner qu’avec des interrupteurs
unidirectionnels en courant.
 les harmoniques de cette commande sont difficile à filtrer car ils se
trouvent à la fréquence des grandeurs électriques de sorties.

2. Commande MLI triangulo-sinusoidale

Réalisation du schéma sur PSIM :

Fig01 : schéma d’un onduleur triphasé avec une commande MLI naturelle.

1. visualisation des grandeurs électriques Va,Uab,Ia :


La M.L.I. sinus-triangle est réalisée par comparaison d’une onde modulante
basse fréquence (tension de référence) à une onde porteuse haute fréquence de
forme triangulaire. Les instants de commutation sont déterminés par les points
d’intersection entre la porteuse et modulante. La fréquence de commutation des
interrupteurs est fixée par la porteuse.

Commentaire

On remarque que le graphe du courant est sous forme d’une sinusoïde mais très
perturbé à cause des harmoniques

2. Les valeurs efficaces :

Vaeff=172.08[V] ;Uabeff=298.56[V] ; Iaeff = 11.67 [A]


2.1 Le spectre fréquentiel de la tension composée

Commentaire

La valeur efficace du fondamentale vaut : Ueff =267.3[V] et bien sûr f=50Hz !

on trouve tous les harmoniques même si avec des valeurs d’amplitudes


différentes, on remarque que les premiers harmoniques ont des faibles tensions (
v3=150Hz v=2.22[V] ) ;par contre les harmoniques qui sont loin, leur amplitude
est un peu considérable (f=1.38kHz ;v=77.09V) et puis ils seront de faibles
fréquences autre fois.

2.1 Le spectre du courant

On remarque que le spectre du courant montre que les harmoniques sont


trouvées à des fréquences considérable ce qui facilite le filtrage et l’obtention
d’un courant très proche d’une sinusoïde de plus, plus le rang est élevé, plus
l'impédance de la charge est élevée et plus les intensités efficaces des
harmoniques du courant sont atténuées
3. On fait varier la fréquence de la porteuse :
Lorsqu’on augmente la fréquence

Et pour le spectre de la tension composée ce qu’on peut remarquer c’est


que les harmoniques s’éloignent de quelque sort du fondamentale, tel que la
1ere harmonique considérable se trouve à quelques kilo-hertz avec une moyenne
tend vers 75 [V].

Le spectre du courant

f=2.4kHz V=2.3 [V].

Plus qu’on augmente la fréquence plus le courant rapproche d'une sinusoïde car tous les
harmoniques à la fréquence des grandeurs électriques ont des valeurs efficaces
négligeables devant le fondamental, ou elles sont filtrées par les filtres passe bas(les
harmoniques à rang élevé).

Le spectre de la tension simple Va :

On trouve la 1ere harmonique à f=2.4kHz ; V=45.75 [V], et lorsqu’on diminue la


fréquence (À Fp=1000Hz) de la porteuse, les harmonique se rapprochent vers le
fondamentale, tel que F=900Hz Va=43[V]

Et lorsqu’on augmente la fréquence, on trouve la 1ere harmonique à une


fréquence trop loin à 1.3kHz et d’amplitude de 99.86mV !!

Pour les rangs élevés aussi des harmoniques ont des faibles amplitudes qui ne
dépassent pas 3V.

4. Comparaison entre le spectre fréquentiel des tensions composée :

On détermine la différence entre les deux spectres dans :

 les harmoniques existante, tel qu’on trouve que les harmoniques impaires
différentes de 3 et son multiple dans la commande à pleine onde, par
contre en commande MLI ou on les trouve tous.
 la fréquence des harmoniques, tel qu’avec la commande à pleine onde

Commande à pleine onde 180 La commande MLI


 une tension riche en  on trouve toutes les
harmonique harmoniques
 on trouve que les  les harmoniques sont
harmoniques impaires trouvées au rang élevé
différentes de 3 et son surtout avec un facteur de
multiple modulation élevé, et celles
 les harmoniques ont des trouvée en faibles rang ont
basses fréquences (fréquence des faibles amplitudes
des grandeurs électrique)

Conclusion
D’après tout ce qu’on a vu On peut atteindre les points ci-dessous

 La largeur de chaque impulsion varie en fonction de l'amplitude


d'une onde sinusoïdale évaluée au centre de la même impulsion. Le
facteur de distorsion et les harmoniques sont réduits
significativement, ce qui n’est pas trouvé avec la commande à pleine
onde qui a un facteur de distorsion plus élevé, donc une tension de
sortie est très riche en harmoniques.
 les fréquences des harmoniques sont des basses fréquences à
commande pleine onde ce qui gêne à les filtrer ou bien empêche.
 Avec MLI, on peut obtenir une tension sinusoïde très proche avec un filtre
passe bas facilement en augmentant le facteur de modulation (la
fréquence de la porteuse) qui pousse les harmoniques vers des hautes
fréquences facile à éliminer.
 La commande MLI supprime les harmoniques de rangs faibles et renforce
ceux de rangs élevés. Si l'impédance de la charge augmente avec la
fréquence, cela conduit à obtenir un courant proche d'une sinusoïde.

Il est très clair de préférer la commande MLI avec un filtre pour avoir une
tension de sortie et un courant proche d’une sinusoïde.