Vous êtes sur la page 1sur 62

FSTT - Département de génie mécanique

procédés de fabrication mécanique

Assemblage des pièces métalliques

D. EL MESSAOUDI
2015
PROCEDES DE SOUDAGE
Contenu:

Introduction
Type de soudage
Soudage au gaz (au chalumeau)
Soudage par résistance
Soudage à l ’arc électrique
Soudage par friction
Quelques défauts de la soudure
Symboles élémentaires normalisés pour soudure bout à bout
Conclusion

1
PROCEDES DE SOUDAGE
Introduction:
Le soudage est un procédé qui permet d’assembler d’une manière permanente
des pièces métalliques, des tôles, des tubes, etc, …
Le principe est de fondre localement les deux pièces à assembler en les
chauffant soit avec: (flamme, arc électrique, explosifs, laser ou autre). On
ajoute un métal d’apport (l’électrode ou du fil déroulant) qui a une température
de fusion inferieur à celle des pièces à assembler.
Ce procédé trouve une large utilisation dans la construction mécanique.
Les procédés de soudage sont nombreux et peuvent être classés suivant la
façon de transférer l'énergie.
Les différentes sources de chaleur utilisées lors du soudage:
- les réactions exothermiques (la flamme et l'aluminothermie),
- l'arc électrique et les plasmas,
- le faisceau d'électrons,
-les LASER,
-l'effet Joule (soudage par résistance).
Les procédés de soudage peuvent être classer suivant le schéma ci-après.
1
2
Type de soudage
Ces procédés de soudage peuvent être classer comme suit:
Le soudage à l'arc électrique :
- à l'électrode enrobée,
- au fil nu sous protection gazeuse,
- au fil fourré avec ou sans protection gazeuse,
- sous gaz inerte avec ou sans métal d'apport,
- plasma sous gaz inerte avec ou sans métal d'apport,
•Le soudage par effet Joule :par résistance (par point, à la molette...),

•Le soudage à la flamme oxyacétylénique,


•Le soudage exothermique,
•Le soudage LASER,
•Le soudage par faisceau d'électron.
3
TECHNIQUES D’ASSEMBLAGE
PAR SOUDAGE
Différentes méthodes de chauffage:

BRASAGE
SOUDAGE
Flamme

Arc Fer à souder


TIG/MIG
Friction Four
Ultrasons
Laser Vague
RESISTANCE
Faisceau Immersion
d’électrons Infrarouge
INDUCTION
4
Généralités sur le soudage
Définition:
C’est un procédé d’assemblage permanent de deux ou plusieurs pièces par
fusion localisée du métal.
Principe: Pièce 1

Source
Chaleur FUSION Métal d’apport
d’énergie

Pièce 2
Deux cas:
Soudure Autogène Le métal qui compose le joint et les
Soudage pièces à souder est de même nature.

Soudure Hétérogène Le métal qui compose le joint et les


pièces à souder est de nature différente.

5
Les principaux procédés de soudage

Resistance électrique
Le soudage par point:
-l’électricité provoque la fusion locale des tôles pincées entre deux
électrodes;
Soudage à la mollette,
Soudage par bossage.

Le brasage:
- du métal en fusion (chalumeau, fer à souder, ..) est apporté sur la partie
à souder.
Le soudage à l’arc:
-consiste à faire fondre une électrode métallique grâce à un arc
électrique.

6
Les principaux procédés de soudage
le soudage au gaz (au chalumeau)
C’est un procédé de soudure par fusion ou la chaleur de soudure est
produite par la combustion de gaz. La composition oxygène-acétylène
(oxyacétylènique).
Ce procédé se subdivise comme suit:
-sans flamme auxiliaire,
-avec flamme auxiliare réductrice.
La flamme oxyacétylènique resultant de combustion d’un volume d’acétyl
ène (gaz combustible) pour deux volumes et demi d’oxygène (comburant).
lance chambre de mélange
bouteilles de gaz entrée
acétylène

buse robinet
oxygène

Chalumeau soudeur flamme 7


Caractéristiques de la flamme oxyacétylènique
La flamme est constituée de trois zones:
Dard: conique d'un blanc éblouissant, front d'une combustion primaire
donnant naissance à de l'hydrogène et à de l'oxyde de carbone,

Zone utile: température maximale (3200°C), réductrice de part la nature


même des gaz présents. En consommant de l'oxygène de l'air elle protège
le métal de l'oxydation,

Panache: combustion secondaire avec l'air, zone la plus volumineuse de


la flamme. Il indique la qualité de la flamme qui peut être normale,
légèrement carburante ou oxydante.

8
Caractéristiques de la flamme oxyacétylènique
Flamme neutre: Flamme carburante: Flamme oxydante:
les volumes d’oxygène la teneur en acétylène lorsque la proportion
et d’acétylène sont augmente. Un dard brillant d’oxygène augmente ,le
égaux; le dard est de (auréole) se forme autour du dard se raccourcit ainsi que
forme très nette, très dard normal et s’allonge au fur le panache. C’est une
brillante et à mesure que la proportion flamme riche en oxygène et
d’acétylène augmente ; cela par conséquent oxydante
risque de rendre l’acier plus dur pour l’acier
et plus cassant

Caractéristique d’une flamme


9
Soudage Oxyacétylénique
préparation
Quand on assemble deux pièces par SOA , une opération de préparation
consiste à maintenir les bords à souder dans la position correcte
d’assemblage, c’est le POINTAGE.
Elle consiste à réaliser des points de soudure qui devront respecter les
« trois P » ( petit, plat, pénétrer ).
- Petit pour ne pas perturber la réalisation du cordon de soudure,
- plat pour ne pas avoir un surplus de métal d’apport au moment du
passage du bain de fusion,
- pénétrer pour être suffisamment solides pour éviter les déformations
dues à la chaleur (fusion) du cordon de soudure.

10
13
SOUDAGE PAR RESISTANCE

Généralité:
Principe de procédé:

Le soudage par résistance est un procédé sans métal d’apport qui utilise
les effets conjugues d’une pression mécanique et d’un courant électrique
traversant les pièces à souder.
Les pièces sont superposées et sont serées localement entre deux
électrodes en alliage de cuivre.

11
PROCEDES DE SOUDAGE PAR RESISTANCE
Les procédés de soudage par résistance sont les suivants:

PROCEDES DE
SOUDAGE PAR
RESISTANCE

SOUDAGE PAR SOUDAGE A LA SOUDAGE PAR


POINTS MOLLETTE BOSSAGE

Soudure par Soudure par Localisation du courant


recouvrement recouvrement continue et de l’éffort sur la zone
discontinue et étanche. du soudage.
12
SOUDAGE PAR POINT

électrodes

Les tôles disposées l'une Le courant passe et Après refroidissement, les tôles
sur l'autre sont pincées par provoque la fusion locale sont liées fortement par un
les électrodes des tôles point de soudure
13
PRINCIPE DE SOUDAGE PAR POINT

On fait passer un courant I (en ampères : A) qui rencontre une


résistance R (en ohms : Ω) pendant un temps t (en secondes : s).
Loi de Joule :

W = R x I² x t

14
Soudage par points multiples :
L'exécution simultanée de plusieurs
points sans déplacement des pièces
permet d'améliorer la productivité
surtout lorsque le nombre de points à
réaliser est important. Le courant
parcourt successivement chaque couple
d'électrodes

Le cycle de soudage avec variation de l'effort de compression :

Accostage : maintenir un bon contact entre les pièces à assembler.


Soudage : le courant passe pendant un temps déterminé.
Forgeage ou maintien : après soudage les pièces sont maintenues
pendant la solidification du point.
Temps mort : c’est l’intervalle de temps entre 2 cycles consécutifs.
15
CYCLE DE SOUDAGE PAR POINT

16
SOUDAGE A LA MOLETTE

Principe:
Le soudage à la molette diffère du soudage par points en ce que les
électrodes classiques sont remplacées par des disques en cuivre, ou
molettes, qui par rotation permettent de faire des soudures par
recouvrement, continues et étanches.
La soudure se réalise de façon progressive et continue, associant
serrage des tôles et passage du courant sur toute la longueur du
cordon à réaliser.

17
SCHEMA DE FONCTIONNEMENT DE SOUDAGE A LA MOLETTE

Pièces (tôles)
à souder

molette
Etapes de soudage à la molette

Machine de soudage à la molette


18
EXEMPLES DÁPPLICATION DE SOUDAGE A LA MOLETTE

Ce procédé est très utilisé en grande et petite série, il est aussi très
rapide. Il est utilisé dans de très nombreux domaines: l'industrie
automobile, aéronautique, aérospatiale, nucléaire, électrique et
électronique, les appareils ménagers, le mobilier métalliques, les armatures
en fils, le soudage en bout de barre, de profilés, de pièces tubulaires, de
tôles, etc..

19
SOUDAGE PAR BOSSAGE

Principe:

Ce procédé se distingue du soudage par points par localisation du


courant et de l’effort sur la zone de soudage, qui n’est pas obtenue
par les électrodes, mais par la géométrie des pièces à souder. Les
électrodes ont des formes adoptées à celles des pièces.

20
SOUDAGE PAR BOSSAGE

a) ponctuel

b) annulaire

c) fils en croix 21
LE SOUDAGE A L’ARC

C’est un procédé de soudure par fusion où la chaleur est produite


par un arc électrique, formé entre le métal de base et l’électrode,
ou entre deux ou plusieurs électrodes. L’électrode est constituée
d’un métal dont les caractéristiques mécaniques, chimiques et
physiques sont très proche du métal des deux pièces à souder.

Fusion du métal

22
LE SOUDAGE A L’ARC

Principes électrique de base

Les électrons sont attirés par la polarité positive.


La borne à laquelle on relie la masse et l ’électrode fusible (fil ou électrode
enrobée) influe dans le sens de passage du courant et des charges négatives.
23
Circuit de soudage à l’arc

Principe d’un arc électrique

arc électrique
Pièce à souder

Un arc électrique est un gaz ionisé dans lequel circule un courant électrique ; l’arc
se forme entre la pointe de l’électrode et la pièce à souder.
24
SCHEMA DE FONCTIONNEMENT DU POSTE DE SOUDAGE A L’ARC ELECTRIQUE

A- L’une des bornes électriques du poste de soudage est fixée a l’Electrode;


B- L’autre borne électrique est reliée a la piece à souder.
L’électrode en fondant fournit le metal d’apport. Cette électrode est enrobée
d’une matière non conductrice d’électricité qui a pour but:- d’isoler
l’électrode;- de faciliter l’amorçage de l’arc; -de guider l’arc;- d’empêcher
l’oxudation du bain de fusion.
25
LE SOUDAGE A L’ARC

Le soudage à l’arc électrique comprend plusieurs techniques :


- Soudage à l’électrode enrobée :

•L’électrode, dirigée manuellement est fusible et fournit le métal d’apport.


•L’enrobage assure un rôle protecteur et son épaisseur permet de jouer
sur la forme du cordon, concave ou convexe.

- Soudage MIG ( Metal Inert Gas ) :

Il est très adapté à la petite industrie : facile d’emploi ; arc visible; pas
de laitier; grande vitesse de soudage; temps de formation réduit. Il utilise
une électrode fusible ( fil se déroulant automatiquement ) travaillant en
atmosphère inerte ( gaz protecteur : argon, argon + hélium, etc.) afin de
protéger le bain de fusion.
26
- Soudage MAG ( Metal Active Gas ) :
Variante du MIG utilisant un mélange de gaz carbonique CO2 et
d’argon adaptée au soudage des aciers de construction au carbone.
Propriétés mécaniques

Plus l’énergie de soudage est faible, plus on augmente les propriétés


mécaniques.

Energie de soudage:
L’énergie doit être suffisante pour éviter le collage mais pas trop
importante pour éviter le grossissement des grains, entraînant une
diminution des propriétés mécaniques.
Énergie (kiloJoules / mm) : W= UxI / V
Avec :
U- tension de soudage en volts (V),
I- intensité de soudage en ampères (A),
V - vitesse d'avance de l'arc électrique millimètre par seconde (mm/s). 27
Soudage TIG ( Tungsten Inert Gas ) :
Ce procédé est plus productif et
utilisant une électrode réfractaire
ou non fusible en tungstène. Le
métal d’apport est amené
manuellement (baguette) ou
automatiquement (fil déroulé). Il
convient bien aux faibles
épaisseurs ( 0.20 à 3 mm ) et peut
aussi s’utiliser sans métal
d’apport et remplacer le soudage
par points.
Exemples d'applications : Principe du soudage TIG
Ce procédé est très utilisé dans l'industrie, car son procédé de fusion
entraîne moins de déformations que le chalumeau. Il est employé dans la
construction mécano-soudée, la chaudronnerie, les charpentes métalliques,
les chantiers navales, l'industrie automobile, le nucléaire, l'aérospatiale.
28
TIG (Tungsten Inert Gas)

Schéma de principe du soudage TIG


29
Principe de la soudure à l’arc électrique

30
LE SOUDAGE A L’ARC
Rôle de l’enrobage

Rôle électrique :
• faciliter l ’amorçage,
• isoler l ’électrode.
Rôle mécanique :
• guidage et confinement de l ’arc dans la partie terminale,
• coffrer le bain de fusion avant sa solidification.
Rôle métallurgique :
• protection vis à vis de l ’air ambiant (O2 et H2) par production de
gaz et bain de fusion,
• apport d ’éléments dans le bain de fusion.

31
SOUDAGE A L’ARC PLASMA

Le soudage plasma est un T.I.G. « amélioré ».


Technique de soudage à l’arc avec une électrode réfractaire
en tungstène (cathode) sous atmosphère gazeuse: gaz plasmagène.
Le métal d’apport est amené en continu.
La pièce à souder constitue l’anode.
L’arc est plus rigide et plus énergétique grâce à une tuyère
(canal de sortie) et une protection par un gaz auxiliaire servant à
protéger le bain de fusion et augmenter la pénétration.
Les températures atteintes peuvent avoisiner les 20 000°C.

32
SOUDAGE A L’ARC PLASMA

La torche de soudage est alimentée par une source de courant


continu.
Le gaz plasmagène est le milieu qui forme le plasma (gaz
fortement ionisé) entre l’électrode et la pièce à souder.
On utilise de l’argon ou des mélanges argon -hydrogène ou
argon-hélium-azote pour les aciers inoxydables et des mélanges
argon-hélium pour les métaux non ferreux.
Le gaz de protection est identique ou différent du gaz
plasmagène. Tous les métaux soudables avec le procédé T.I.G.
peuvent être soudés avec une torche plasma, sauf l’aluminium.
C’est un soudage coûteux qui nécessite une haute qualification.

33
Gaz de protection pour le soudage
Les gaz de protection permettent d’isoler le bain de soudage de l’air ambiant
Influencent le processus de soudage par leur action sur :
1° Le transfert dans l’arc,
2° Le mouillage,
3° La profondeur et la forme de la pénétration,
4° Les propriétés d’amorçage de l’arc,
5° La vitesse de soudage,
6° Les caractéristiques mécaniques et métallurgiques du bain de fusion.

Les gaz utilisés sont des gaz purs ou des mélanges élaborés en fonction des
différents procédés.
-L’Argon, l’Hélium, le CO2 sont utilisés soit comme gaz purs soit comme
constituants de mélanges de même que l’Azote.
-L’Hydrogène, l’oxygène sont uniquement employés comme constituants de
mélanges.

34
Gaz de protection pour le soudage

35
Famille des gaz en soudage
Inertes Actifs Réducteurs

Formes de pénétrations

36
•Influence du gaz de soudage sur la pénétration :

•Influence de la hauteur d’arc sur la largeur du cordon:

La hauteur d'arc détermine la


valeur de la tension en Volts
et la largeur du cordon de
soudure. Plus la hauteur d'arc
est grande, plus la tension est
élevée et plus le cordon est
large.
37
LE SOUDAGE PAR FRICTION
Une des deux pièces à assembler est entraînée en rotation (A).

1 2 A

Les deux pièces sont mises en contact par un effort axial déterminé (B).

Par frottement les pièces s’échauffent de part et d’autre du plan de joint ( V = 100
m/min. ). Un bourrelet commence à se former ( C ).
C

Après un brusque arrêt de la pièce en rotation, l’effort axial est augmenté ( D). C’est la
phase de forgeage de la soudure qui se traduit par la formation d’un bourrelet très
caractéristique.
D

Ensuite on élimine ce bourrelet par usinage. 38


LE SOUDAGE PAR FRICTION
Exemples d'applications:
Utilisé dans les mécanismes nécessitants une grande résistance
(arbres de boites de vitesses, leviers sur axes, goujons sur moyeu de
poids lourds, rallonges de forets, queues de soupapes...).
On notera qu’il est préférable de souder deux pièces de même
section.

39
Exemples d'applications soudage par friction:

Arbres de transmission soudés par friction

Aubes de turbine soudées par friction

Engrenage soudé par friction


40
ASSEMBLAGE: soudage / brasage
DEFINITIONS :
Soudage autogène: les pièces à Le brasage :
assembler, de même nature ou de
Assembler des pièces grâce à la
composition voisine, participent à la
fusion d’un métal d’apport (de
constitution du joint ou du cordon de
nature différente des pièces à
soudure. L'assemblage est dit
assembler, et de température de
homogène, c'est-à-dire «fait du
fusion inférieure).
même métal ».
La brasure :Le joint résultant du
La soudure: Joint au niveau du soudage. brasage.

Pièces soudées
Soudure

Soudage 41
Brasage
LE BRASAGE

Procédé d’assemblage de matériaux métalliques, identiques ou


différents, au moyen d’un métal d’apport, sous forme de baguette
en fusion (brasure).
La température de fusion du métal d’apport (étain-plomb,
cuivre, alliage cuivre-zinc, laiton, argent…) est nettement
inférieure à celle des matériaux à assembler.
La diffusion du métal d’apport se fait par capillarité entre
les pièces.
Le brasage se fait au chalumeau ou au fer à souder.
LE BRASAGE TENDRE
Métal d’apport: étain-plomb, cuivre (60%)-zinc (40%).
Nécessité d’un flux décapant et antioxydant à l’acide borique.
Source de chaleur: flamme (chalumeau, lampe à souder) ou
fer à souder.
Température de fusion: 180°C- 260°C.

42
LE BRASAGE
Brasage des aciers de construction
Exemples de pièces

Cadre de vélo brasé joint brasé à la flamme

Scie pour la découpe de la Plaquettes WC sur scie


pierre pour le bois
43
LE BRASAGE

44
45
Principaux facteurs influant sur le choix d’un métal d’apport

Facteur Impact sur le choix d'un métal d'apport

Composition du métal de base − On recherche un métal d’apport de même


nature.

Dimensions de l’assemblage − Pour les très gros assemblages, les taux de


dépôt doivent être élevés.
Genre de courant disponible − Plusieurs électrodes sont conçues pour le
courant continu.

Position du joint à souder − En fonction de la fluidité du métal d’apport


Propriétés requises pour le − Absence de fusion d’hydrogène (surtout pour
cordon de soudure l’acier) − On considère aussi le nombre de passes,
le diamètre de l’électrode et l'intensité de courant.

46
Étapes d’un procédé de soudage

1. Identification du métal de base,


2. Détermination de l’épaisseur du métal, de la position de soudage
et du niveau de qualité requis,

3. Sélection du procédé et préparation des pièces et de l’équipement,

4. Choix du gaz de protection, de l’électrode, du fil-électrode ou du


métal d'apport et du mode de transfert (au besoin) ,

5. Réglage des paramètres (tension, intensité, vitesse de dévidage,


débit de gaz, etc.),
6. Exécution de la soudure en maintenant la vitesse d’avance, l’angle
et la longueur d’arc appropriés ,

7. Évaluation de la soudure.
47
Quelques défauts de la soudure

1 2

ASSEMBLAGE BOUT À BOUT EN “V” DOUBLE


48
Les défauts de soudage
Manque de pénétration
Manque de fusion

Caniveaux

Porosités

49
Position des fissures à froid couramment observées
Cas des soudures d’angles
Fissure transversale dans
1 la zone fondue

Fissure transversale dans


2 la zone thermiquement
affectée

3 Fissure au raccordement

4 Fissure dans la zone fondue

5 Fissure à la racine

6 Fissure sous cordon

50
Position des fissures à froid couramment observées

Cas d’assemblage bout à bout

1 Fissure transversale dans la zone fondue

2 Fissure transversale dans la zone


thermiquement affectée

3 Fissure au raccordement

4 Fissure dans la zone fondue

5 Fissure à la racine

51
MANQUE DE PENETRATION:

Manque de fusion des 2 bords laissant subsister un intervalle entre les bords.
Ce défaut est très dangereux car il réduit la section résistante du cordon et il se situe
en racine du cordon où les concentrations de contraintes sont importantes.
CANIVEAUX:
C'est un manque de métal en forme de sillon en bordure du cordon. Ils sont dus à un
courant de soudage trop intense et à une technique opératoire défectueuse.

Fissure de solidification
52
Choix du mode de soudage

Le choix du mode de soudage dépend:

des matériaux à assembler,


de la résistance attendue,
de critères économiques.
Le coût de la mise en œuvre du procédé dépend :
du coût des consommables : métal d'apport, gaz de protection ou
gaz actif, énergie.
de la complexité de la soudure,
de la qualification requise pour l'opérateur,

du temps d'opération, donc du « rendement » du procédé.;

53
Choix du mode de soudage (suite)
Critères généraux de choix de procédé de soudage imposé par une norme:
-si les pièces de base ne doivent pas être altérées:
brasage (soudure hétérogène) ;le chauffage est modéré, seul le métal
d'apport fond, cela nécessite peu de matériel (fer à souder, petit
chalumeau), déforme peu les pièces, et permet d'assembler des matériaux
très différents comme du verre et du métal, du polymère et du métal
(composant sur carte en électronique) ;
-si l'assemblage doit avoir une grande résistance mécanique:
soudage autogène; le métal de base (des pièces) et le métal d'apport
fondent et se resolidifient, on obtient donc au final une seule pièce
(continuité métallique), mais le chauffage est important (température de
fusion du métal) ;
54
Choix du mode de soudage (suite)

-si les pièces sont en acier :


-en acier non allié à basse teneur en carbone : tous les procédés de
soudage peuvent être utilisés ;
-en acier inoxydable : le bain de fusion doit être protégé de
l'oxygène de l'air, on utilise donc essentiellement le procédé MIG
(metal inert gas, procédé 131) ou bien TIG (tungstene inert gas,
procédé 141),
-si les métaux s'oxydent facilement : alliages d'aluminium, de nickel,
de titane : le problème est similaire à celui des inox, on utilise le TIG .

55
Symboles élémentaires normalisés pour soudure bout à bout.

56
Symboles élémentaires normalisés pour éléments divers.

57
Préparation et forme du cordon - NF EN ISO 9692-1
Les recommandations s'appliquent au soudage à l'arc avec électrodes enrobées (111), aux
MIG et MAG (13), au TIG (141) et par faisceau (512).

58
Conclusion

Plusieurs procédés de soudage sont rencontrés, chaque procédé


se caractérise par mode de fonctionnement et le type d’énergie
utilisée, domaine d’application.
Le choix entre ces procédés se fait suivant les contraintes
technologiques et économiques.

59