Vous êtes sur la page 1sur 2

HOBBES

LE LEVIATHAN.

 L’œuvre de Hobbes (= H) surgit de la guerre civ et de ses bouleversements. Tt


s’oppose à Platon. Q° de l’utilité pratique.
 H estime qu’en ce qui concerne la méthode il faut commencer / la matR de la ciT,
progresser ensuite vers sa gal° et sa forme et vers l’origine 1ère de l jice car c’est en
partant des choses à partir desquelles chq chose est constituée Q l’on connaît le mieux
cette chose.
 Tte conception de H s’articule s/ l’anthropologie, s/ ce qu’est la nature humaine.
L’idée de départ c’est Q ds l’univers il n’existe Q des corps physiques et tt ds l’univers
se fait / des mvts nécessaires. L’univers se compose de corps de mvts. Ds cet univers,
en tant Q tel, rien n’est bon ou mauvais.
 Il appréhende l’hô à partir de son plaisir, de sa volT qui st illimités. L’hô est dc en
proie à la passion de la puissance. Au pt de départ, l’hô ne connaît aucune limité à cette
volT d’acquérir, à part peut-ê sa capacité à désirer. Le désir c’est le souhait d’acquérir
sans cesse d’avantage c’est =t le désir de pvoir acquérir ds l’avenir.
 De cette inclination universelle au désir, le + svt il découle de la compétition, de
l’hostilité, de la guerre. H ns place dvt l’idée d’1 guerre incessante des désirs.
 Les hô st agités/ leur passion ms leurs actes ne st pas répréhensibles en fait ni même
bons ou mauvais  « état de nature ou règne la guerre de chacun c/ chacun et de ts c/
ts ». Ds l’état de nature il n’y a pas moralité.
 « Il y a ds la nature humaine 3 causes ppales de querelles : la rivalité, la méfiance, la
fierté. La 1ère de ces choses fait prendre l’offensive aux hô en vue de leur de leur profit.
La 2nde, en vue de leur sécuT. La 3ème, en vue de leur réputation ».
 A suivre H, on a l’impression Q l’hô n’est pas apte à vivre en s T. Il est tjs au bord du
conflit, ds 1 guerre virtuelle.
 H rejette le postulat de la nature pol de l’hô. Puisque c’est la guerre incessante, l’état
de guerre de ts c/ ts qui caractérise l’état de nature chez l’hô, on peut dire Q la guerre
n’est pas pol et Q ce qui l’est c’est la paix. La guerre serait pré-pol. La guerre n’est pas
seult l’affrontement s/ le chp de bataille.
 Chez H, pensée abstraite  il faut imaginer 1 monde où il y aurait des hô ms pas
d’institutions pol et jK, pas de morale. Il faut aussi fR abstraction de la famille. 1 monde
ds leQL les hô sortent de terre déjà adultes sans aucunes obl° les uns envers les autres
 fiction de l’état de pure nature. Ds 1 telle situation, la compétition pr s’approprier
plus de pvoir et s’assurer de pvoir jouir ds l’avenir, se dvpe ac ceci de part Q les hô st
pensés cô =x.
Le pt de départ est dc 1 perspective à la fois individualiste ms aussi =R et 1 fic° de l’état
de nature. Il va dissocier l’idée de perfection humaine de ttes conception normative.
 Il faut quitter l’ordre normatif de ce qui doit ê, pr déduire la loi nat L non pas de la
perfection natL ms du cpt de fait de l’hô. Ds la réalité de la vie des hô, ce qui a le +
d’emprise n’est pas la raison, c’est la passion. Si l’on veut déduire la loi natL, il faut la
déduire du monde des passions et peut-ê de la + puissante des passions : la peur de la
mort exprime la plus fdtL des aspirations natL qui est tt simplement le désir de sa
propre conservation. Qq soit son envie, son désir, l’hô ne peut pas vivre terrorisé / l’idée
de sa mort violente. C’est de cette c/dic° que va surgir la sT selon H.
 H ns montre Q cette Q° de la sécuT est au fdt du pacte de la sT.
 Pacte Hobbesien : j’aliène 1 part de ma libT en échange de la sécuT Q m’O le Léviathan.
A partir du moment où la sécuT n’est plus accordée, les gens ne renoncent plus à leur libT,
les indV entrent ds des logiques pol de contestations.
 Si l’hô veut suivre la route de son désir, il ne peut pas vivre ds la crainte permanente
de la mort violente. La loi natL doit se déduire du désir de se conserver et, en même tps,
ce désir est la seule sce de ttes jice et de ttes moralité. Ts les devoirs vt dériver du
devoir fdtL de la vie.
 On ne renonce dc pas à ts les dts, on conserve le dt de résister. Dc seul le dt à la vie
est absolu et inconditionnel.
 Si l’état de nature se caractérise / cette guerre perpétuelle c’est Q cet état n’est
pas vivable, il faut construire autre chose. Au départ il y a cette nature dangereuse et
c’est pq il faut trouver 1 sol° pol. Le rôle de l’état n’est pas ici de créer en l’hô 1 vie
vertueuse, c’est simplement de conserver le dt de chacun.
 Le dt de nature est défini cô la libT qu’a chacun d’user cô il le veut de son pvoir propre
pr la préservation de sa propre nature, autrement dit sa propre vie.
 L’hô est celui qui recherche la félicité. Ds son cas, la vie n’est pas le B suprême. H
reconstruit l’idée d’1 sT civ, non pas parfaite, ms viable. C’est 1 sT qui correspond au
mieux à la recherche humaine de la félicité. Il y a d’abord 1 calcule rationnel (chacun va
se dder à QL cond° il peur survivre et parvenir à la félicité). Chez H le passage de l’état
de nature à l’état civ découle d’1 sorte de prise de cons rationnelle. C’est presque l’image
ds laQL 2 advR se découvriraient 1 ennemi commun : la mort.
 Si les hô veulent vivre en paix, ils doivent renoncer aux dts illimités. C’est le passage
du dt à l’obl° pr éviter ce qui rend la félicité impossible.
 A partir de là, H tire sa 1ère loi fdtL de nature : rechercher et prsuivre la paix ; la 2nde
étant : le dt de se défendre / ts les moyens dt on dispose.
 Il introduit la logique du dessaisissement : chacun accepte progt de renoncer à 1 part
de sa libT ms ce n’est qu’en renonçant à ce dt Q chacun peut affaiblir la sce de la guerre.
 Puisqu’à l’état de nature règne la guerre de ts c/ ts, il faut trouver à cette situation 1
sol° radicale. Cette sol° c’est le dessaisissement. Là on à fR au passage du dt natL à la loi.
Le dt consiste ds la libT alors Q la loi détermine et lie les gens les uns aux autres.
 La peur va avoir des effets rationnels alors qu’elle est la passion la plus puissante de
ttes. La peur n’a pas Q des mauvais effets en pol, elle peut ns pousser à trouver des sol°
rationnelles à des situations désespérées. Chez H cela prend la forme selon laQL chq hô
doit se dessaisir au profit d’1 hô artificiel qu’il a créé, à savoir le Léviathan.