Vous êtes sur la page 1sur 8

LOT N° 1 GROS ŒUVRE

Page n°1

1.1

GENERALITES

1.1.1 DEFINITION DU PROJET

VOIR GENERALITES COMMUNES A TOUS LES CORPS D’ETATS

1.1.2 DISPOSITIONS REGLEMENTAIRES ET SERVITUDES (LISTE NON LIMITATIVE)

Il est rappelé que les documents suivants sont applicables au marché et le seul fait pour l’entrepreneur d’avoir déposé sa soumission implique qu’il en a parfaite connaissance.

Documents Techniques Unifiés (DTU) compris tous additifs, relatifs aux travaux de terrassement, fondations, maçonnerie, bétons, bétons armés, enduits, chapes, canalisations et en particuliers :

- D.T.U N°12

- D.T.U N°13.2

- D.T.U N°20

- D.T.U. N°20.11

- D.T.U N°21.3 et D.T.U N°21.4

- D.T.U N°26.1

- D.T.U N°26.2

- D.T.U. N°60.32 et D.T.U. N°60.33

- Au fascicule N°70 du Cahier des Prescriptions communes applicables au marchés de l’état notamment :

* Fascicule N° 1 : Disposition générales et communes aux différentes natures de travaux.

- Terrassement pour le bâtiment

- Fondations profondes

- Maçonneries, béton armé

- Parois et murs en maçonnerie

- Béton armé

- Enduits aux mortiers de liants hydrauliques

- Chapes et dalles à base de liants hydrauliques

- Canalisations en PVC

* Fascicule N°2

* Fascicule N°7

* Fascicule N°23 : Fourniture de granulats employés à la construction et à l’entretien des chaussées.

* Fascicule N°24 : Fourniture des liants hydrocarbures employés à la construction et à l’entretien des chaussées.

* Au DTU 12 : Travaux de terrassement pour le bâtiment.

* Aux normes françaises homologués ou normes européennes s’y substituant.

: Travaux de terrassement.

: Reconnaissance des sols.

1.1.3 REGLES DE CALCULS - D.T.U

Compris tous additifs, annexes et errata.

- Règles B.A.E.L édition de 1991

- Règles F.B. - d’Avril 1980

- Règles N.V. 65/67 - Neige et Vent et N 84

1.1.4 REGLEMENTATIONS DIVERSES

Normes Françaises AFNOR concernant les règles, dimensions, tolérances, analyses, essais, etc. relatives aux travaux de bâtiment et aux matériaux de construction

- Règles de l’art de la profession

- Recommandations UNM (Union Nationale de Maçonnerie) matériaux et procédés

- Règlement sanitaire départemental

Modernisation du laboratoire

Octobre 2004

LOT N° 1 GROS ŒUVRE

Page n°2

Sécurité :

Les arrêtés, décrets et tous textes officiellement applicables et notamment :

- Les règlements relatifs à la protection contre les risques d’incendie, les règles de sécurité ainsi que les arrêtés concernant les établissements classés

- Les arrêtés et dispositions réglementaires concernant l’hygiène et la sécurité des travailleurs

Servitudes :

Les travaux sont soumis à la réglementation en vigueur en ce qui concerne les conditions de salubrité, protection de l’environnement, des nuisances de chantier, servitudes d’accès, etc.

Observations :

L’énumération ci-avant n’est pas limitative, mais rappelle simplement les principaux documents réglementaires applicables au marché.

1.1.5 MODE D’EXECUTION DES TRAVAUX

L’exécution des travaux sera conforme aux règles de l’art de la profession avec application des spécifications du Cahier des Prescriptions Communes à tous les corps d’états (C.P.C./T.C.E) et compte tenu des obligations et charges précisées au C.C.A.P.

Implantation des ouvrages L’implantation du bâtiment sera faite par un géomètre DPLG à la charge du présent lot.

1.1.6 PRESCRIPTIONS TECHNIQUES

1.1.6.1 Maçonnerie

Les prescriptions applicables sont celles du cahier des charges applicables aux travaux de maçonnerie et de béton DTU 20 et additif n°1.

a) Béton armé préfabriqué ou coulé sur le chantier

Granulométrie : les prescriptions sont celles des normes NF P 18400 à 18409. Au minimum, la granulométrie des bétons sera constituée à partir des 2 sortes de granulats

- sable 0.08/4

- gravier 4/25

L'entrepreneur devra faire une étude granulométrique et remettre au Maître d'œuvre, avant les travaux, les caractéristiques qualitatives et quantitatives ainsi que la provenance des matériaux employés.

b) Ciment

Les prescriptions applicables sont celles définies par les normes NF P 15300 et P 15301 de décembre 78 L'emploi des liants hydrauliques n'ayant pas perdu totalement leur chaleur de fabrication est interdit.

Modernisation du laboratoire

Octobre 2004

LOT N° 1 GROS ŒUVRE

Page n°3

c) Vibration

La vibration des bétons est obligatoire. La taille et la puissance des pervibrateurs seront appropriées aux masses de béton mises en oeuvre et aux coffrages utilisés. Ils pourront être externes ou internes selon les possibilités de l'entreprise. L'attention de l'entreprise est attirée sur le soin à apporter à la vibration des bétons.

d) Acier

Les aciers utilisés devront avoir leur fiche d'homologation (utilisation conforme au BAEL 91) conformément aux normes NF 35015 et 35016 d'avril 80

Les nuances utilisées seront les suivantes :

- Acier doux : FeE 235

- Acier à haute adhérence : FeE 500

- Treillis soudé en fils tréfilé d'acier à haute limite élastique : Fe Te 500.

e) Plancher hourdis

Ils seront éxécutés suivant les prescriptions du fabricant publiés par le CSTB

f) Réservation - fourreaux et trous de scellement

En règle générale, l'entrepreneur titulaire du lot Gros-Oeuvre que ce soit dans les éléments coulés en place, dans les éléments préfabriqués ou dans toute maçonnerie doit :

Les réservations :

Toutes les réservations pour passage de canalisations ou scellements qui figurent sur les divers plans du projet y compris celles demandées par les entreprises des corps d'état secondaires, à condition qu'elles aient été mentionnées en temps utile. Le rebouchage (en béton ou au mortier ciment) de toutes les réservations après passage des canalisations.

Nota : Les trous et réservations qui n'auraient pas été demandés en temps utile seront à la charge de l'entreprise concernée ainsi que le rebouchage. Avant travaux l’entreprise concernée devra s’assurer auprès du bureau de contrôle de la faisabilité de cette réservation. En cas d’oubli de cette procédure l’entreprise concernée sera seule responsable des conséquences.

Fourreaux et fixations :

La mise en place de tous les fourreaux et dispositifs d'attache ou de fixation nécessaires aux entreprises des corps d'état secondaires, à condition qu'ils aient été fournis en temps utile avec les éventuels détails de mise en place.

g) Parements des bétons bruts de décoffrage

Pour tous les ouvrages de béton armé destinés à rester bruts de décoffrage ou à être peints directement, l'entrepreneur devra prendre toutes les dispositions techniques permettant d'obtenir un aspect de surface satisfaisant (planimétrie, bullage, arrêt, etc.). Dans le cas où le but recherché ne serait pas obtenu, l'entreprise devra un ragréage complet des ouvrages défectueux.

Modernisation du laboratoire

Octobre 2004

LOT N° 1 GROS ŒUVRE

Page n°4

h) Agglomérés – briques

Les blocs béton devront être admis à la marque NF (Norme NF P 14.301). Les briques seront conformes à la norme NF P 13.301. Les éléments présentant des défauts d’aspect notables (cassures, fissures, etc.) seront refusés et éliminés du chantier.

i)

Chape

La mise en oeuvre sera conforme au cahier des charges D.T.U. 26.2 et comprendra toutes façons accessoires (lissage ou bouchardage, façon de pente, gorges, joints de fractionnement, etc.). Pour les chapes incorporées, il s’agit d’un ouvrage de finition constitué par apport d’un mortier de ciment de granulométrie fine appliqué avant que le béton du support ait commencé son durcissement taloché manuellement ou mécaniquement Les états de surface (lissage ou bouchardage) sont précisés au chapitre “ spécifications techniques particulières ” du présent document

j) Classe d’exposition

Conformément à la norme P18 305

1.1.6.2 Définition des bétons

Les bétons mis en oeuvre auront les compositions suivantes, les résistances minimales à obtenir étant indiquées dans les documents de l'étude de structure. La densité des bétons ne sera en aucun cas inférieure à 2.35.

a) Béton à caractéristiques normalisées (BCN) :

TYPE

CIMENT

BCN TYPE

BETON N°1 Gros béton pour fondations

CPJ/CEM II 32,5

B 16

BETON N°2 Béton armé coulé en place en contact avec la terre

CPJ/CEM II A 42,5

B 25

BETON N°3 Béton armé gris pour préfabrication ou coulé en place non en contact

CPA/CEMI 42,5

avec la terre mais exposée aux intempéries

 

(classes 4a2 et 4b)

ou CPA/CEM I 42,5R

B 35

BETON N°4 Béton armé gris pour ouvrages non exposés aux intempéries (classe 1)

CPA/CEM I 32,5

B 25

Modernisation du laboratoire

Octobre 2004

LOT N° 1 GROS ŒUVRE

Page n°5

BETON N° 5 Béton pour ouvrage d’infrastructure Et de superstructure très sollicitée ou

CPA/CEM I 42,5 CPA /CEM I 42,5R

B 40

BETON N°6 Pour éléments préfabriqués

CPA :CEM I 42,5R

B 35

1.1.6.3 Définition des mortiers

Les mortiers mis en oeuvre auront les caractéristiques suivantes :

TYPE

CIMEN

CHAUX

SABLE

TA

ARTIFIC

maçonne

IELLE

r MC

MORTIER N°1

1000

litres fin et

Pour hourder

150 Kg

250 Kg

moyen 0.08/1.25

MORTIER N°2

1000

litres fin

Pour gobetis

600 Kg

0.08/0.315

MORTIER N°3 Pour corps enduits

1000

litres fin et

300 Kg

150 Kg

moyen 0.08/1.25

MORTIER N°4 Pour chape et solin

 

1000

litres fin

500 Kg

0.08/0.315

MORTIER N°5 Pour enduits de finitions

1000

litres fin et

150 Kg

moyen 0.08/1.25

Le ciment de laitier et le sable de mer sont rigoureusement exclus des mortiers.

1.1.6.4 Nature des coffrages

On distingue les classes de parements repérées ci-après, définies par les qualités de surface que ces parements doivent présenter :

- C1 : coffrage élémentaire

- C2 : coffrage ordinaire

- C3 : coffrage soigné

- C4 : coffrages spéciaux

1) Parements type C1 :

Parements dont l'aspect de surface est indifférent, pour ceux d'entre eux qui sont visibles au décoffrage, les balèvres doivent être enlevées et les manques de matières rebouchés.

Modernisation du laboratoire

Octobre 2004

LOT N° 1 GROS ŒUVRE

Page n°6

2) Parements type C2 :

Ces parements sont généralement destinés à recevoir un enduit maçonné ou plâtré. Ils doivent se présenter sous l'aspect d'une surface rugueuse, balèvres enlevées et manques de matière rebouchés. Les flèches locales ne peuvent être supérieures à 6 mm sous la règle de 20 cm et la flèche générale est inférieure à 15 mm sous la règle de 2.00 m.

3) Parements type C3 :

Ces parements servent généralement de support à un revêtement mince ou en pierre collée. Ils doivent se présenter sous l'aspect d'une surface lisse pour les secteurs à revêtement minces, non lisse pour les secteurs à revêtement pierre, à balèvres enlevées et ragréées dont les flèches locales ne peuvent être supérieures à 2 mm sous une règle de 20 cm et dont la flèche générale ne peut être supérieure à 5 mm sous la règle de 2.00 m. Le bullage toléré n'affecte que 10 % de la surface totale. Les trous proprement dits ont une surface maximale de 1cm² et une profondeur maximum de 2 mm. Sur les parements extérieurs de façade aucun bullage ne sera admis. Les arêtes et cueillies sont reprises et dressées. Si le parement ne répond pas à ces caractéristiques, l'entrepreneur devra le rebouchage des surfaces en cause avec un produit agréé par le Maître d'oeuvre.

4) Parements type C4 :

Ces parements sont caractérisés par la recherche d'un effet architectural déterminé : le béton reste généralement apparent, la nature et la mise en oeuvre du coffrage étant définies dans chaque cas particulier.

1.1.6.5 Produit d'enduction des coffrages

L'entrepreneur doit s'assurer de la compatibilité entre le produit qu'il envisage d'utiliser comme enduction de coffrage et le système de peinture ou d'enduit décoratif qui doit être appliqué sur les parements coffrés, notamment les surfaces recevant de la pierre doivent être exemptées de toutes traces d’huile de coffrage.

1.1.6.6 Surfaçage des dalles

Les tolérances d'exécution d'une surface de dalle varient avec les revêtements de sol que doit recevoir cette dalle.

Modernisation du laboratoire

Octobre 2004

LOT N° 1 GROS ŒUVRE

Page n°7

On distingue les types de finitions suivantes avec les tolérances exigées :

TYPE

F1 : Finition horizontale tirée à la règle et talochée, destinée à rester brute ou à servir de support à un revêtement souple ou une étanchéité

F2 : Finition horizontale courante en vue de recevoir un revêtement d'une épaisseur supérieure à 3 cm (chape ou carrelage)

TOLERANCE

D'HORIZONTALITE

5 mm de dénivellation sous une règle de 2 m 2 mm de denivellation

10 mm de dénivellation sous une règle de 2 m

PLANEITE

Surface talochée lisse Pas de saillie supérieure à 1 mm

Surface brute tirée à la règle Pas de saillie supérieure à 5 mm

En ce qui concerne les locaux recevant des sols minces collés directement sur le support béton livré par le Gros-Oeuvre, la qualité de la finition F1 exigée sera conforme aux prescriptions du Cahier des Charges de préparation des ouvrages en vue de la pose des revêtements minces (publication CSTB N° 1835 et 1836 de mars 1983) et devra être telle que la consommation du produit de ragréage prévue au lot "Revêtement de sol" soit inférieure à 2.5 kg/m².

Dans le cas où l'état de surface de la dalle exigerait une consommation plus élevée, la différence entre la consommation réelle et la consommation théorique de 2.5 kg/m² prévue au lot "Revêtement de sols" serait à la charge du présent lot.

Dans tous les cas, l'enduit de ragréage sera exécuté par l'entrepreneur du lot "Revêtement de sols".

1.1.6.7 Enrobage des aciers

L'enrobage des aciers devra être conforme aux DTU et normes en vigueur. Il est rappelé que d'une façon générale tous les aciers auront un enrobage minimum de 5 cm par rapport à une paroi extérieure ou à une paroi ayant une résistance au feu imposée et un enrobage minimum de 2 cm dans les autres cas.

Cette prescription vaut pour les bétons coulés en place comme pour les ouvrages préfabriqués ou précontraints.

1.1.7 ETANCHEITE

1.1.7.1 Généralités

Les matériaux et accessoires, la conception, la fabrication et la mise en oeuvre des ouvrages seront conformes à l’ensemble des textes réglementaires (DTU, Normes NF, EN, Avis techniques, règles de calcul, etc.) applicables au 31 Janvier 1997.

Modernisation du laboratoire

Octobre 2004

LOT N° 1 GROS ŒUVRE

Page n°8

1.1.7.2 Réglementations particulières

- DTU 43.1, 43.2, 20.12

- Code de la construction et de l’habitation

- Code du travail (CT) * Articles :

.

L231-1 à L231-51

.

R121-1 à 121-13

.

R123-1 à 123-55

.

R233-14 à R233-48

.

L611-1 à 620-3

- Arrêté du 23 Mars 1965 et modificatifs

- Arrêté du 20 Juillet 1979 relatif aux règles techniques et sécurité applicables aux stockages d’hydrocarbures liquéfiés

- Arrêté du 25 Juin 1980, additifs et modificatifs

- Arrêté du 22 Juin 1990

- Décret 92-332 du 31 Mars 1992

- Arrêté du 05 Août 1992 (application des articles R235.4.8 et R235.4.15 : prévention incendie et désenfumages)

- Documents techniques unifiés (DTU) en vigueur

- Normes en vigueur

- Cahier de la prévention

- Avis techniques

- Règlement sanitaire départemental.

NOTA : cette liste n’est pas limitative.

1.1.8 AVIS TECHNIQUES, ESSAIS, CONTROLES, PROCES VERBAUX

1.1.8.1 Avis techniques

L’entrepreneur fournira avec son offre les avis techniques, enquêtes spécialisées, cahiers des charges spécifiques, sur lesquels s’appuie son offre.

1.1.8.2 Essais - Epreuves d’étanchéité

Des épreuves d’étanchéité de toutes les toitures terrasses seront réalisées systématiquement par mise en eau dans les conditions définies au chapitre IX du CC DTU n° 43.

1.1.8.3 Contrôles

A chaque livraison de matériaux, l’entrepreneur devra en vérifier la conformité et la qualité Tout article non conforme ou détérioré sera immédiatement retourné et remplacé de manière à ne générer aucun retard sur l’avancement des travaux.

1.1.8.4 Procès verbaux

L’entrepreneur devra justifier les différents classements demandés en produisant les procès verbaux correspondants

1.1.9 NATURE - QUALITE DES MATERIAUX ET MATERIELS

L’ensemble des matériaux utilisés devra avoir une résistance aux chocs supérieure à 1200 Joules.

Modernisation du laboratoire

Octobre 2004