Vous êtes sur la page 1sur 42

CONCOURS D’ARCHITECTURE CIMBÉTON 7

rapport
au ciel

THÈME SUJET RÈGLEMENT


BÉTONS, MATIÈRE D’ARCHITECTURE
6

Septième session 2004-2005 lointain

matière
5
structure

4 mise à l’échelle

3
proche

Un immeuble haut 2 skyline

en zone urbaine 1 horizon

rapport au sol
23
02
04

questions de hauteur…
Sous le patronage de la direction de l’Architecture au ministère de la Culture et de la Communication,
et du ministère de l’Équipement, des Transports, du Logement, du Tourisme et de la Mer,
en partenariat avec l’Association des maires de France
et les trois villes proposant leur site à la réflexion des candidats.
SOMMAIRE

CONSTRUIRE HAUT AVEC LES BÉTONS .............................. 2 SUJET


UN IMMEUBLE HAUT EN ZONE URBAINE
THÈME
Trois villes partenaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27
UN CONCEPT D’ACUPUNCTURE URBAINE
Les villes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27
La densité en question . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4
Le sujet . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27
La densité, élément d’un urbanisme écologique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4
Clamart . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28
La tour, un concept fluctuant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5
Vivre haut . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5 Présentation de la ville . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28
Présentation du site . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28
L’immeuble haut : du pouvoir à l’urbain. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6
Programme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29
Symbole et instrument des pouvoirs politiques et spirituels. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6 Contraintes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29
Le gratte-ciel, symbole du pouvoir économique et de la modernité urbaine . . . . . . . . . 7
Grenoble. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32
Chicago, la première . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
Toujours plus haut . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 Présentation de la ville . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32
Approches esthétiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 Présentation du site . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32
Programmes : des délires de New York à la “ville dans la ville” . . . . . . . . . . . . . . . . . 12 Programme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33
Élément de composition urbaine . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13 Contraintes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33

Naissance de l’immeuble haut en Europe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14 Rennes. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36

Réformer la ville . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14 Présentation de la ville . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36


La ville verte . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15 Présentation du site . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36
La métropole verticale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16 Programme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37
Améliorer la ville traditionnelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17 Contraintes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37
Naissance du gratte-ciel européen . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18 RÈGLEMENT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41
La tour à fonction symbolique limitée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19
Échec social et urbain des immeubles hauts . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19
Quelle urbanité pour l’immeuble haut ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20
Le rapport au sol : un enjeu majeur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20
Une architecture haute et urbaine . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21
L’immeuble haut aujourd’hui . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21
La tour contemporaine : urbaine et écologique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22
un projet d’acupuncture urbaine . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22
Notes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23

1
CONSTRUIRE HAUT AVEC LES BÉTONS

En perpétuelle évolution, le béton armé participe depuis plus fonctionnel du béton lui permet de répondre, avec un seul élé- principes structurels spécifiques. Un modèle du genre est la
d’un siècle et demi à l’édification de la ville. Avec l’apparition ment, à des contraintes d’ordre très diverses : descente des forme conique de la tour Millenium de l’agence de Norman
des nouveaux bétons, en particulier des bétons hautes per- charges, stabilité, isolation phonique, sécurité incendie… Foster qui, avec sa structure hélicoïdale effilée, offre une
formances (BHP) et des bétons autoplaçants (BAP), de nou- Du point de vue plastique, le béton propose une palette résistance minimale au vent et ressemble au schéma des forces
velles perspectives s’ouvrent aujourd’hui: les conceptions tech- de textures, couleurs et formes extrêmement riches et conve- d’une console verticale.
niques, plastiques et spatiales des bâtiments employant ces nant aussi bien à des structures ponctuelles qu’à des voiles Cette complexité technique est l’une des raisons pour les-
nouveaux matériaux sont à défricher. Il importe de concevoir ou des coques, ou encore à la réalisation d’aménagements quelles Cimbéton souhaite favoriser les collaborations entre
des projets qui proposent une structure pertinente utilisant les urbains. Aujourd’hui, la révolution technologique des BHP, étudiants-architectes et ingénieurs en créant un forum de
potentialités nouvelles du matériau. qui autorise la création de structures aussi fines que celles rencontre sur le site du concours.
Au XIXe siècle, c’est à partir de l’émergence de techniques nou- du métal, laisse penser que la construction de bâtiments Les candidats devront faire la démonstration de la légitimité
velles (ascenseur, acier et béton) que l’immeuble haut a pu se hauts en béton va évoluer dans les prochaines années. du béton, de la pertinence de son choix et de sa relation aux
développer. Au cours des premières décennies, les super- Comme l’architecture écologique, l’architecture du BHP reste autres matériaux. Ils devront expliciter le fonctionnement struc-
structures des gratte-ciel utilisaient prioritairement des struc- à inventer, et ce sont les projets de la prochaine décennie qui turel et son adéquation aux formes architecturales propo-
tures métalliques, plus légères, tandis que le béton était réservé feront émerger des formes nouvelles, des structures originales, sées. Ils devront utiliser le potentiel technique et plastique du
aux fondations et aux infrastructures. Depuis, la construction liées à cette avancée. L’un des objectifs de ce concours est de matériau pour proposer un projet global (immeuble haut et
des immeubles hauts en béton s’est largement répandue, le participer à cette éclosion et d’offrir aux étudiants un espace espaces publics alentours) qui intègre la logique urbaine des
béton présentant en outre l’avantage d’une très bonne résis- de réflexion sur l’emploi du béton dans une perspective de contextes et développe des qualités écologiques.
tance au feu. Du reste, même lorsqu’une image métallique est développement durable.
revendiquée, les éléments structurels sont souvent compo- Construire en hauteur est un défi technique. Il faut souligner Remarque
sites, soit par le coulage de béton dans les structures, soit par l’importance de la conception structurelle des immeubles hauts, Une bibliographie technique ainsi qu’un forum de rencontre
la création de gangues autour de la structure pour la pro- dont la complexité est souvent renforcée par les exigences entre étudiants-architectes et étudiants-ingénieurs sont pro-
téger. Moulable, monolithique, continu, le caractère multi- parasismiques (Grenoble). Les tours développent toutes des posés sur le site du concours.

2
Un concept d’acupuncture urbaine

THÈME SUJET RÈGLEMENT


3
THÈME

La densité en question tation des coûts d’investissement pour les collectivités, des et la densité objective d’un quartier. Dans cette optique, la
dépenses supplémentaires en énergie, et ne permet pas le densité qualifiée est la “juste” densité, celle qui permet
L’agglomération contemporaine se caractérise par son écla- développement de systèmes de transports en commun de d’offrir à un quartier le maximum de services, une infrastructure
tement et son étalement. Elle n’est plus finie, n’a plus de limite qualité. Une trop faible densité ne crée pas un développe- de transports collectifs, tout en ne donnant pas aux habitants
visible et intègre une part croissante du territoire rural. Elle ment durable. Or la préservation de l’environnement devient un sentiment de trop forte densité.
est constituée d’un collage de fragments urbanisés compre- une préoccupation croissante des habitants. L’agglomération Dans cette recherche de la plus grande densité acceptable
nant une ou plusieurs villes, leurs banlieues, des centres secon- doit se soucier de sa propre survie en étant plus économe en par le public dans un contexte donné, les formes urbaines,
daires, des villages et des hameaux, et des territoires ruraux, foncier et en infrastructures, et plus attentive à l’environ- leurs qualités spatiales et paysagères ont un grand rôle à
naturels ou rurbains. L’agglomération forme un patchwork nement. L’écologie urbaine conduit au maintien ou à la créa- jouer. Les perspectives, les arbres dans les rues, la création
urbain fonctionnant dans un système unique : l’écosystème tion de nouveaux équilibres entre les différentes composantes d’espaces verts, la non-homogénéité de la hauteur du bâti
urbain qui dépasse l’hinterland, territoire agricole répondant environnementales : milieu naturel, paysage, ressources, éco- sont autant d’éléments qualitatifs ayant une influence sur le
aux besoins de chaque ville. Cette zone de solidarité forcée nomie, équilibre social. Dans cette recherche, la plus faible sentiment de densité. Mais, contrairement aux présupposés
constitue l’écosystème de la cité et il importe de la préserver 1. densité n’est pas la meilleure solution. des urbanistes modernes, les grands espaces verts parsemés
C’est la raison pour laquelle certains théoriciens ont introduit de hauts bâtiments, tours ou barres, de la ville verte, ne pro-
LA DENSITÉ, ÉLÉMENT D’UN URBANISME ÉCOLOGIQUE la notion de densité qualifiée. Pour eux, le fait urbain est accepté curent pas un sentiment de faible densité.
Conjointement à cette extension, la densité des zones urbaines dans son essence. Il ne s’agit plus, comme dans les idéologies Critiquant cette vision, certains urbanistes préconisent une
diminue. Plusieurs facteurs y contribuent : abaissement du du début et du milieu du XXe siècle, de faire la ville à la cam- limitation des hauteurs de quatre à cinq niveaux. Ce précepte
nombre moyen d’habitants par logement, curetage des îlots, pagne. On cherche une meilleure gestion de la densité urbaine, qui, dans certains cas, peut être justifié, n’est pas adapté à
création d’espaces verts, déménagement des activités de pro- une meilleure utilisation de ses potentiels matériels et sociaux tous les environnements urbains. Des villes comme Paris sont
duction et des grands commerces en périphérie, et intégra- pour tendre vers une ville plus équilibrée. Une bonne répar- plus hautes, sans que le sentiment de densité des habitants
tion de zones suburbaines et rurbaines. tition des densités est un élément de cet équilibre. soit insupportable. Le concept doit être adapté au contexte
Si, dans une vision à court terme, cette dédensification paraît Ainsi, la densité n’est pas un facteur négatif en soi : seule une urbain. Mais si, d’une manière générale (mais non générali-
une bonne chose, on peut s’interroger sur ses conséquences densité suffisante permet de disposer de services urbains et sable), une grande hauteur homogène procure un sentiment
à long terme. Elle conduit en effet à une forte consommation de transports performants. Mais elle doit être modulée en de forte densité, dans la recherche d’un équilibre entre forte
de terrain et renforce l’étalement urbain, ce qui induit une fonction du contexte : un quartier dense n’a pas la même densité et sentiment de faible densité, l’introduction d’im-
croissance de l’utilisation de l’automobile et une augmen- signification dans une métropole et dans une petite ville. Un meubles hauts dans un contexte plus bas est une solution.
peu comme on fit appel au concept du “sentiment d’insé- En utilisant le concept d’acuponcture urbaine 2 inventé par
curité” pour exprimer la perception que les gens ont de ce Roland Castro et Jean-Pierre Le Dantec à l’occasion de Ban-
problème qui, bien souvent, ne recouvre pas la réalité, sans
doute faut-il faire parler du “sentiment de densité” pour expri-
mer la différence entre la densité ressentie par les habitants

siècle,
Villepreux, le Beffroi des associations,

XVIIIe
Ur, Ziggourat du dieu de la lune,
(Mésopotamie), 2200 av. J.-C.

Vue de Bologne au début du


Roland Prédieri, 1957.

par F. B. Werner.
4
THÈME

lieue 89, on peut réaliser des opérations qui cherchent à amé- des associations, sur la place de l’église, ne compte que L’attrait de la modernité est aussi un atout majeur, comme
liorer la ville à partir d’une intervention localisée qui initie un 6 étages. Une hauteur qui, à Paris, serait considérée comme en témoignent les publicités qui vantent les “appartements
processus d’induction positive. De ce point de vue, l’immeuble normale et totalement en dehors de la problématique des spectaculaires” des tours actuellement en construction dans
haut ne serait pas conçu comme à Hong Kong, Shanghai ou tours. De la même manière, à Paris, un immeuble de 11 étages les docks de Londres : “Manhattan style luxury living comes
New York, c’est-à-dire comme un élément permettant d’aug- est déjà une tour, alors qu’il faudrait ajouter un bon nombre to Canary Wharf 4.” Vivre haut est un luxe.
menter la densité d’un quartier déjà dense, mais comme un de niveaux pour qu’il soit intégré dans cette catégorie à En revanche, contrairement à ce qu’affirmaient les urbanistes
élément urbain permettant d’augmenter localement la den- New York. Il existe d’ailleurs de très petites tours. Ainsi, le modernes, la tour ne protège pas du bruit car, si les bâtiments
sité et de créer une centralité urbaine, sans nuire au senti- livre Private Towers présente des tours intégrées à des mai- bas constituent des écrans phoniques protégeant l’intérieur
ment de faible densité des habitants. L’immeuble haut devient sons individuelles ou des maisons en forme de tour : elles ne des îlots, les tours ne font pas écran. Les façades sont toutes
alors un monument utile, allant dans le sens d’un meilleur font généralement que quatre ou cinq niveaux 3. soumises au bruit urbain même s’il est un peu atténué par
équilibre écologique. La hauteur de la tour doit être pensée par rapport à son l’éloignement dû à la hauteur. Un autre problème est celui
contexte pour jouer positivement sur la densité réelle et le de l’aération : les façades des tours de bureaux ne s’ouvrent
LA TOUR, UN CONCEPT FLUCTUANT sentiment de densité des habitants. L’immeuble haut n’est généralement pas, et les systèmes de climatisation qu’elles
Comme la densité, la hauteur des bâtiments est une notion alors pas une solution universelle, mais un moyen de densi- emploient ne sont pas écologiques 5.
qui varie en fonction du contexte. À Villepreux, dans les Yvelines, fier un pôle et de diversifier l’offre urbaine tout en créant un Pour le logement, le public n’est pas prêt à accepter des appar-
ville essentiellement composée de maisons, le Beffroi événement spécifique. Il faudra donc réfléchir à ce que veut tements climatisés. Il faut donc gérer l’ouverture des fenêtres
dire – et à ce que peut être – un immeuble haut dans le en prenant en considération les risques de chutes d’objets et
contexte des sites de Clamart, Grenoble et Rennes.

VIVRE HAUT
Habiter ou travailler en hauteur présente des qualités et des
inconvénients. Certains habitants de tours ne troqueraient
pour rien au monde leur nid perché haut dans la ville. Le
principal argument avancé par les adeptes de la tour est
celui de la vue qui offre des panoramas lointains, souvent

Home Insurance Building, Chicago, William Le Baron Jenney, 1885.


remarquables, en particulier lorsque l’environnement est bas.
Tour défensive de Carcassonne, selon Viollet-le-Duc.

Félix le Chat en l’an 2000.

5
THÈME

le vent qui peut souffler fort. Mais pour les amateurs de tours, avant que nous nous dispersions en toute la terre 7.” La tour de loin et améliorer la portée des armes. Cette utilisation de
les désavantages sont largement compensés par les vues loin- de Babel avait deux objectifs : aller vers Dieu et maîtriser la la tour sera pérenne jusqu’à l’abandon des enceintes comme
taines, les levés ou couchers de soleil sur la mer urbaine. Et nature. Mais Dieu dispersa ces peuples “partis du côté de moyen défensif des villes.
le bruit de la ville est accepté comme une rumeur qui colore l’Orient” dans tous les pays du monde et ils “cessèrent de Elle est particulièrement présente au Moyen Âge où le châ-
l’ambiance sonore de la vie urbaine 6. bâtir cette ville”. teau, flanqué de tours et d’un donjon, domine la ville, elle-
Dès l’aube de la civilisation urbaine, les sociétés hiérarchisées même protégée par des tours. Dans son Dictionnaire raisonné
se dotent de bâtiments hauts. Sumer et l’empire Akkadien de l’architecture, Viollet-le-Duc ne consacre pas moins de cent
L’immeuble haut : créent des Ziggourats (temples hauts). Puis les Égyptiens bâtis- vingts pages à la tour défensive qu’il analyse dans le détail.
du pouvoir à l’urbain sent des pyramides. En Amérique, on retrouve des édifices C’est pour lui un élément essentiel des dispositifs de l’archi-
similaires dans les civilisations précolombiennes. Les premiers tecture militaire du Moyen Âge 8. Le caractère symbolique de
SYMBOLE ET INSTRUMENT DES POUVOIRS POLITIQUES bâtiments hauts sont donc soit des temples soit des tombes, la tour n’est pourtant pas oublié : les clochers des églises et
ET SPIRITUELS généralement construits selon un principe pyramidal confé- les châteaux du pouvoir féodal dominent physiquement la
Du point de vue du mythe, l’histoire de l’immeuble haut com- rant une bonne assise au bâtiment. Tous ces édifices ont une ville, affirmant les deux pouvoirs concurrents. De la même
mence avec la Bible : “Faisons-nous une ville et une tour qui géométrie simple et forte qui marque le paysage. Ce sont manière que les grandes villes contemporaines sont hérissées
soient élevées jusqu’au ciel ; et rendons notre nom célèbre des symboles construits : les hommes ont compris que l’édi- de gratte-ciel, la concurrence entre les familles nobles conduit
fication de monuments défiant Dieu et la physique assurent à l’édification de nombreuses tours au sein d’une même
une visibilité très forte aux objets de mémoire et de pouvoir. ville. C’est ainsi que les silhouettes de San Giminiano et
Plus tard, les Grecs et les Romains utilisent la tour comme Bologne en Italie sont ponctuées de tours nombreuses qui
instrument défensif et de contrôle. Les camps militaires et témoignent de la résidence des notables de la ville 9.
les enceintes des villes sont dotés de tours pour voir l’ennemi Symbole et instrument des pouvoirs, signe de la maîtrise de
l’homme sur les lois de la nature, machine défensive, la tour
est aussi, très tôt, un élément urbain : le clocher de l’église
représente la paroisse et ses habitants. Elle marque un repère
Tacoma Building, Chicago, Holabird & Roche, 1887 (détruit en 1929).

Wainwright Building, Chicago, Louis Sullivan, 1890.

Guaranty Building, Chicago, Louis Sullivan, 1894.


6
THÈME

physique et social constitutif de la communauté urbaine et bureaux souvent accompagnés d’autres équipements urbains. talisme triomphant et de la modernité. Manhattan devient
de l’identité du quartier ou de la ville. Avec l’émancipation Le premier motif de la construction d’immeubles hauts est la aussi le symbole de la ville du futur, haute, dense et conges-
de certaines municipalités à partir du XIIe siècle, puis l’insti- pénurie foncière qui conduit à une augmentation du prix des tionnée. Elle fascinera les contemporains de l’entre-deux-
tution des communes à partir de 1789, le nouveau pouvoir terrains et à une spéculation. Pour Cass Gilbert, auteur du guerres, comme en témoignent différentes fictions, films ou
s’inscrit dans la ville en créant des beffrois d’hôtels de ville Woolworth Building (1913), “le gratte-ciel est une machine bandes dessinées. Comme le remarque Ingrid Taillandier,
qui concurrencent les tours des châteaux et des forteresses qui rentabilise le terrain 12.” Il faut, en effet, que le terrain soit “ce n’est pas par hasard si le gratte-ciel se développe à un
et les clochers des églises 10. Mais, jusqu’à la fin du XIXe siècle, très cher pour justifier économiquement le recours à ce type moment où précisément l’homme enterre Dieu et se découvre
la construction d’édifices hauts dans la ville reste limitée aux architectural très coûteux. La construction en hauteur revient une nouvelle religion : la modernité 13” .
trois pouvoirs urbains : spirituel, militaire et politique. beaucoup plus cher qu’une construction traditionnelle, car
pour construire haut, il faut mobiliser tous les progrès tech- CHICAGO, LA PIONNIÈRE
LE GRATTE-CIEL, SYMBOLE DU POUVOIR ÉCONOMIQUE niques en termes de structures, de fondations, de revêtements L’histoire du gratte-ciel commence avec le grand incendie qui,
ET DE LA MODERNITÉ URBAINE ignifuges et d’ascenseurs, qui furent autant de conditions en 1871, détruisit le centre de Chicago 14. Entre 1890 et 1893,
C’est à la fin du XIXe siècle aux États-Unis, d’abord à Chicago préalables à son développement. une frénésie constructive s’empare de la ville qui va devenir
puis à New York et dans quelques grandes villes, que se déve- Avec le recul, le choix de la construction en hauteur ne s’expli- le berceau des immeubles hauts à vocation commerciale. Les
loppent les premiers immeubles hauts à vocation commer- que pas seulement par la pénurie foncière. En effet, avec conditions techniques sont réunies avec le développement de
ciale, appelés skyscrapers. “Le gratte-ciel résulte du mélange l’apparition du train et de l’automobile au tournant du siècle, l’ascenseur, de l’acier et du béton armé. Avec les techniques
alchimique de la spéculation immobilière, des progrès techno- il aurait été possible de chercher des terrains moins chers pour traditionnelles, les bâtiments ne pouvaient pas dépasser
logiques et de l’expérimentation architecturale 11.” Il se dis- construire des bâtiments plus économiques en périphérie, 16 étages. Les immeubles employant des techniques nou-
tingue des tours antérieures par le fait qu’il est habité et que comme cela se fera plus tard. Le choix de l’immeuble haut velles vont rapidement crever ce plafond. Le premier vrai
ses surfaces sont utilisées comme celles des autres bâtiments. répond aussi, comme pour les nobles bolognais de la fin du
Avec le gratte-ciel, l’immeuble haut conserve son rôle de Moyen Âge, à la volonté des entrepreneurs d’affirmer leur
symbolisation du pouvoir (désormais économique), mais pouvoir et de créer une image conquérante. La fonction symbo-
devient un contenant pour des activités commerciales et des lique de l’immeuble haut reste donc entière. Les tours trans-
forment radicalement la silhouette du centre de Chicago et
de New York, en créant un skyline spécifique qui devient le
symbole de l’agglomération, de la puissance du pays, du capi-

The Park Row Building, New York, R. H. Robertson, 1899.


Schlesinger and Meyer Store, Louis Sullivan, 1899.

Manhattan la nuit depuis les Twin Towers.


Chicago Herald Tribune, 1922, Saarinen.

7
THÈME

gratte-ciel est le Home Insurance Building, haut de 10 étages, TOUJOURS PLUS HAUT Building établit un nouveau record qui ne sera dépassé qu’en
bâti en 1883 par Le Baron Jenney. Quelques années plus tard, La course vers le ciel est commencée. La tour Eiffel, construite 1973, avec l’édification des tours jumelles du World Trade
en 1886, Holabird et Roche construisent le Tacoma Building pour l’Exposition universelle de 1889, en est un des premiers Center et l’édification de la Sears Tower à Chicago, en 1974.
(13 étages). Ensuite, Louis Sullivan en construit de nom- jalons. Contrairement aux immeubles américains, il ne s’agit La course à la hauteur s’est désormais internationalisée et les
breux dont la hauteur reste modeste : 10 étages pour le Wain- pas d’un bâtiment habité, mais d’un édifice à vocation monu- derniers records sont situés en Asie avec les Petronas Towers
wright Building (1890), 14 niveaux pour le Guaranty Building mentale et récréative. Mais c’est sur le Nouveau Continent de Kuala Lumpur construites par l’Américain Cesar Pelli (452 m)
(1894) et le Bayard-Condict Building (1898). C’est lui qui lui que cette quête s’installe durablement, avec New York qui et le World Financial Center de Shangai avec 460 m 19. Le pro-
donne ses premières lettres de noblesse et fait évoluer son rejoint Chicago. En 1890, il n’y a que six immeubles de jet non construit de Norman Foster pour la tour Millenium
architecture d’une décoration éclectique à dominante géo- 10 étages 17 à New York. La silhouette de la ville se modifie conçue en 1989 pour Tokyo s’inscrit dans cette course à la
métrique et florale vers les lignes épurées de son Schlesinger rapidement et, en 1908, il y a déjà 538 immeubles de plus hauteur avec “la création d’une cité verticale de 840 m de
Meyer Store qui date de 1899 15. de 10 étages. Louis Sullivan y construit le premier gratte-ciel, hauteur, qui comportera 170 étages et donc la surface dis-
En 1922, le concours lancé par le Chicago Herald Tribune le Bayard-Condict Building (13 étages) en 1898 18. ponible sera de 93 hectares 20“.
conduit plus de 263 architectes à donner leur vision de ce Après ces modestes débuts, les projets se succèdent, chacun
que pourrait être “l’immeuble de bureaux le plus beau et le tentant de surpasser l’autre en hauteur. En 1899, R. H. Robert- APPROCHES ESTHÉTIQUES
plus original du monde 16”. Le projet lauréat de Howells et son bâtit le Park Row-Building de 30 étages, qui reste le plus Andy Warhol nous offre un jugement radical et sans appel sur
Hood est encore d’inspiration gothique, mais de nombreux haut du monde pendant neuf ans, avec 1 000 bureaux abri- les gratte-ciel : ils “ressemblent à de l’argent 21”. De fait, tous
projets, comme celui de l’architecte finlandais Eliel Saarinen tant 4 000 travailleurs. En 1908, ce titre est cédé au Singer
ou la colonne dorique d’Adolf Loos, vont ouvrir de nouvelles Building bâti par Ernest F. Flagg, avec 47 étages. Il est ensuite
voies stylistiques. acquis par le Woolworth Building, construit par Cass Gilbert
en 1913 (55 étages). Ce dernier ne sera détrôné que seize
ans plus tard par les 77 étages du Chrysler Building, construit
par Van Alen en 1930. Onze mois plus tard, l’Empire State
Bayard-Condict Building, New York, Louis Sullivan, 1898.

Woolworth Building, New York, Cass Gilbert, 1913.

Sears Tower, Chicago, SOM, 1974.


8
THÈME

les gratte-ciel ont pour objectif de célébrer la puissance de la ding, haut de 40 étages, construit en 1914 par McKim, Mead Building (Ralph Walker 1926) 24. Dans cette quête d’origina-
firme qu’ils représentent, de se faire voir dans la ville. Mais & White, offre l’image d’un palais italien monté sur échasses lité esthétique, le Chrysler Building se singularise sur plusieurs
si la chose est aisée lorsqu’il y a peu d’immeubles hauts, elle grâce à un piano-nobile déformé pour abriter 16 niveaux. plans. Avec son couronnement métallique, il offre une symbo-
devient plus complexe lorsque, comme dans de nombreuses Cette esthétique se retrouve dans le San Remo Apartments lique nouvelle, à mi-chemin entre l’automobile et les machines
villes d’Amérique du Nord et du Sud-Est asiatique, les sil- (Emery Roth, 1930), qui ressemble à des clochers d’églises ita- volantes, inspirée par les travaux de l’Expressionnisme alle-
houettes sont hérissées de tours voulant toutes être plus liennes posés sur le socle d’une massive forteresse de briques 23. mand. Les espaces intérieurs sont conçus dans la même veine
singulières les unes que les autres. L’immeuble de la Riverside Church, construit par Allen et Col- stylistique. Ils associent le métal chromé, le verre et le marbre
Cette problématique se pose dès les années vingt à New York. lens en 1930, est une “vraie-fausse” tour de cathédrale. en un décor art déco futuriste.
Dans la fièvre constructive qui s’empare de la ville jusqu’à la Le style gothique reste en course un moment avant d’être Les réalisations phares du début des années trente, comme
crise de 1929, plus d’une trentaine de gratte-ciel sont bâtis détrôné par le style art déco. Le Woolworth Building est encore le 500 Fifth Avenue (Shreve, Lamb & Harmon, 1931), l’Em-
au sud de Manhattan en douze ans. Mais la hauteur n’est une tour gothique, tandis que l’American Radiator Building, pire State Building (Shreve, Lamb & Harmon, 1931) ou le
pas le seul facteur permettant de se démarquer. L’esthétique bâti par Raymond Hood en 1924, combine le gothique et les Rockfeller Center (Hood et autres, 1932-1940) n’ont pas de
compte aussi. Ainsi, le Flatiron Building, construit par Burn- lignes modernes art déco. Cette plastique se retrouve alors référent stylistique. Les façades se composent des lignes ver-
ham en 1902, ne se fait pas remarquer par sa hauteur, relati- dans de nombreux autres bâtiments comme le Barclay Vesey ticales des baies couplées deux à deux et superposées, accen-
vement modeste (21 niveaux), mais par sa forme triangu- tuant l’élancement vertical de la tour.
laire et son épaisseur qui accentuent sa hauteur et dramatisent La crise de 1929 puis la guerre gèlent temporairement la fièvre
sa situation urbaine. De nombreux autres projets se singula- constructive de New York et de Chicago. Conséquence du
risent, soit par une référence historique, soit par un couron- nazisme, les États-Unis accueillent deux personnalités majeures
nement spécifique. Pierre Le Brun conçoit le Metropolitan Life
Insurance Company Building en 1909 sur le modèle du Campa-
nile de la Piazza San Marco de Venise 22. Le Municipal Buil-

World Financial Center, Shangai, Kohn, Perdersen, Fox, projet 2008.


Petronas Towers, Kuala Lumpur, Cesar Pelli & Associates, 1997.

Millenium Tower, Tokyo, Norman Foster, projet 1989.


9
THÈME

de l’architecture allemande, Walter Gropius et Mies Van cée sur un socle horizontal qui ménage une relation tradi- tique, leur pureté géométrique, le vocabulaire se modifie, le
der Rohe qui, par leur enseignement et leur pratique, modi- tionnelle avec la rue, avec des arcades, la tour est un simple terme de tour (tower) est alors préféré à celui de gratte-ciel.
fient profondément l’approche esthétique et constructive de parallélépipède posé sur des pilotis. C’est aussi le premier L’évolution des techniques permet progressivement de s’af-
l’architecture américaine en entraînant l’adoption du style immeuble entièrement à air conditionné, dont les fenêtres franchir de toute structure extérieure visible, et nombre de
“international”. ne s’ouvrent pas. Six ans plus tard, en 1958, Mies Van der bâtiments hauts deviennent de simples volumes de verre,
Le premier gratte-ciel directement inspiré par cette tendance Rohe et Philip Johnson bâtissent le Seagram Building, com- lisses. La différentiation des immeubles devient probléma-
est celui que Lescaze et Howe bâtissent pour la PSFS en 1932 posé de bureaux sur 38 étages. Derrière une grille structu- tique. Les architectes doivent redoubler d’imagination dans
à Philadelphie. Au-dessus d’un socle aux angles courbes et relle verticale, le bâtiment se dresse comme un prisme pa- la course à la visibilité. Pour se démarquer, certains archi-
revêtu de granit noir 25 se dresse une tour sans décoration ni rallélépipédique entièrement vitré. Le positionnement urbain tectes commencent à sculpter les formes, comme l’avait fait
ornement, juste les bandes de fenêtres sur toute la hauteur, est original : le bâtiment est placé en retrait, dégageant une le jeune Mies pour son célèbre projet de tour de verre à Ber-
avec, au sommet, un néon de 8 m de haut à l’effigie de la place qui élargit l’espace public de la rue et crée un parvis lin dans les années vingt. Cette attitude rejoint le rêve de
banque. Mais c’est à partir des années cinquante et soixante monumental. Mais il faut se souvenir que ce fut le bâtiment Hugh Ferriss en 1930 :
que les formes du modernisme architectural définies par Mies le plus cher de son époque. Le raffinement décoratif des détails Des tours comme des cristaux.
Van der Rohe vont conquérir la ville, avec des gratte-ciel fonc- de Mies qui, malgré un discours sur l’expression de la vérité Des murs translucides.
tionnels et monolithiques visant à créer une sculpture mini- constructive, masque la véritable structure derrière de savants La pureté du verre habillant l’acier.
maliste dans la ville prise comme scène. Deux bâtiments habillements n’est pas à la portée de toutes les bourses. Pas un rameau gothique, pas une feuille d’acanthe : rien qui se
majeurs marquent, pour longtemps, l’architecture des tours. Sans doute pour cette raison, les (nombreuses) imitations [souvienne du règne végétal.
Avec leurs “silhouettes abstraites, leurs façades aux lignes furent rarement de la même qualité. Un monde minéral.
dépouillées et leurs places publiques, la Lever House bâtie du Ces deux immeubles inaugurent un déplacement de la per- D’étincelantes stalagmites.
cabinet Skidmore, Owings et Merril (SOM) en 1952 et le ception de l’immeuble haut. Avec leur minimalisme stylis- Des formes aussi froides que la glace. […] 27

Seagram Building de Mies Van der Rohe influencent forte- Le Pan Am Building bâti par Gropius, Belluschi et Roth en
ment la conception des gratte-ciel 26”. Ces deux édifices furent 1963 au-dessus de la gare de Pennsylvanie 28, dans l’axe de
en effet imités dans la plupart des grandes villes. La Lever Park Avenue, applique ce principe. Les façades sont cassées
House, conçue par Gordon Bunshaft chez SOM, est le pre- par deux angles créant une silhouette distincte des cubes
mier immeuble doté de murs-rideaux entièrement vitrés. Pla- habituels. De la même manière, en 1974, la Sears Tower de
SOM proposent un découpage cubiste des volumes qui n’est

Metropolitan Life Insurance Building, Pierre Le Brun, 1909.


pas sans évoquer les recherches des déconstructivistes russes
1. Paris, 1989 (projet), La tour sans fin, 426 m ■ 2. Paris, 1889, tour Eiffel, 321 m ■
3. New York, 1930, Chrysler Building, 319 m ■ 4. New York, 1931, Empire State
Diagramme comparatif des records de hauteur, 1996.

Building, 381 m ■ 5. Chicago, 1969, John Hancock Center, 344 m ■ 6. New York,
Flatiron Building, New York, Burnham & Root, 1902.
1972-1973, World Trade Center, 417 et 415 m ■ 7. Chicago, 1974, Sears Tower,
443 m ■ 8. Hong Kong, 1985, Hong Kong and Shangai Bank, 179 m ■
9. Dallas, 1986, First Interstate Bank Tower, 219 m ■ 10. Hong Kong, 1989,
Bank of China Tower 369 m ■ 11. Kuala Lumpur, 1997, Petronas Towers, 451 m ■

American Radiator Building, New York,

Municipal Building, New York, McKim,


12. Tokyo, 1989 (projet), Millenium Tower, 800 m

Raymond Hood, 1924.

Mead & White, 1914.


1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12

10
THÈME

de l’entre-deux-guerres 29. En 1976, pour leur bâtiment du placées des loggias en béton qui donnent aux façades l’al- Une autre piste esthétique pour se démarquer des cubes de
1 & 2 UN Plaza, Kevin Roche et John Dinkeloo composent un lure d’un épi de maïs 30. Bien sûr, dès les années quarante, verre anonymes est celle d’une expression architecturale de
prisme de verre aux formes plus complexes, tandis que le Citi- Frank Lloyd Wright aussi se démarque fortement de l’archi- la technique constructive, qui fut souvent appelée high-tech,
corp Center de Hugh Stubbins, en 1978, se distingue par la tecture internationale. D’abord avec la tour de recherche qu’il même si, comme le note Jean-Pierre Le Dantec, les techniques
forme de son toit et par son accroche au sol : la tour est posée réalise pour la Johnson Company à Racine à partir de 1944. employées sont rarement innovantes et restent très éloignées
sur des piliers géants au milieu de ses façades, sur une espla- Sa forme est basée sur un plan carré aux angles arrondis. Les des technologies de pointe des autres domaines 32. Sans doute
nade qui élargit la rue. Pour la Trump Tower, en 1983, Scutt façades de verre sont soulignées par des brise-soleil métal- faudrait-il mieux l’appeler expressionnisme structurel. Ces
décompose l’immeuble en gradins… Mais avec le foisonne- liques et, tous les deux étages, une allège de brique confère édifices “illustrent des approches privilégiant la structure ou
ment de la singularité formelle, la visibilité de la tour est de une autre échelle au bâtiment. Préfigurant les tours contem- l’articulation des assemblages 33”. L’un des premiers immeubles
nouveau brouillée. C’est peut-être pour cela qu’en 1973 le poraines dans lesquelles plusieurs niveaux sont souvent grou- à utiliser cette esthétique est le John Hancock Center, construit
World Trade Center reste dans la tradition du minimalisme pés, la tour de Wright s’organise par unités de deux étages, en 1969 par SOM à Chicago. Il met en scène les grandes croi-
moderniste et se démarque des autres édifices par un nou- le volume le plus haut du duplex étant un plancher circulaire sées qui assurent son contreventement. Parmi les gratte-ciel
veau record de hauteur des deux tours jumelles, créant un ouvert sur le volume. Quelques années plus tard, en 1952, de cette veine, la banque de Chine, construite à Hong Kong
repère évident dans le skyline de Manhattan. Wright expérimente une autre solution, pour la Price Com- par Leoh Ming Pei en 1989, et la Hong Kong & Shangai Bank,
Certains concepteurs essayent d’inventer d’autres plastiques. pany Tower à Bartlesville, en décomposant verticalement les édifiée dans la même ville par Norman Foster en 1985.
C’est le cas de Bertrand Goldberg avec ses tours jumelles et volumes et le plan des niveaux en deux éléments de pro- La fin des années soixante-dix marque un tournant stylistique
rondes de la Marina City construites en 1964 à Chicago. Les gramme différenciés 31. avec la montée de la critique du modernisme. Robert Venturi
16 premiers étages sont occupés par un parking hélicoïdal oppose la formule “Less is a bore“ au tout puissant credo de
visible en façade, tandis que les étages supérieurs sont consa- Mies Van der Rohe : “Less is more 34“. Avec l’immeuble AT&T
crés à des appartements, devant les fenêtres desquels sont achevé par Philip Johnson et John Burgee en 1984, l’ancien
émule et associé de Mies lance la mode du postmodernisme,

Rockfeller Center, New York, Hood, Corbett, Harrison & MacMurray, 1932-1940.
Chrisler Building, New York, W. Van Alen, 1930.

PSFS, Philadelphie, Lescaze & Howe, 1932.


500 Fifth Avenue, New York, Shreve,
Lamb & Harmon, 1931.

11
THÈME

qui consiste à décorer les gratte-ciel de références historicisantes LVMH à New York (1999) sont de cette veine. X1/Média City, part des gratte-ciel sont bâtis pour abriter des bureaux.
sans changer ni leur programme, ni leur forme, ni leur système projet non réalisé pour Hambourg, symbolise bien cette Certains, des hôtels. Les premiers à être consacrés à l’habi-
constructif. Cette mode, qui dura jusque dans les années quatre- approche puisqu’il reproduit à une échelle démesurée la sculp- tation sont ceux de la Tudor City, construite par Douglas Ives
vingt-dix en Occident, n’a pas perdu de sa vigueur dans le ture Bird de Brancusi 35. Dans tous ces projets, l’architecture en 1928. Le programme se développe sur plusieurs îlots. Il
sud-est asiatique où de nombreuses tours adoptent quelques devient une sculpture habitée, d’échelle urbaine, avant d’être comprend quatre immeubles de 10 étages, trois de 22 niveaux
signes de l’architecture vernaculaire, stylisés et changés d’échelle, un bâtiment. et une tour de 32 niveaux abritant un hôtel. L’ensemble
créant ainsi une architecture “régionalisante”. Mais une piste plus innovante se dégage, car les préoccupa- regroupe 2 200 logements combinés à des parcs 38. En 1952,
L’expressionnisme constructif continue à avoir une certaine tions environnementales marquent la conception d’un cer- Mies bâtit ses célèbres tours de Lake Shore Drive à Chicago,
descendance, mais on constate aujourd’hui un retour au mini- tain nombre de tours. Cette voie ouvre une esthétique nou- programme de logements de luxe entièrement vitrés comme
malisme formel, avec la volonté d’utiliser le gratte-ciel pour velle dans laquelle la dimension écologique, qu’il s’agisse du ses tours de bureaux. Mais comme nous l’explique Rem Kool-
en faire une sculpture d’échelle urbaine. Avec son design végétal ou d’éléments techniques, devient le propos du bâti- haas dans son Manifeste rétroactif pour Manhattan 39, le
très phallique, la tour du 30 St Mary Axe dans la City de ment lui-même. C’est le cas de l’Elephant & Castle Tower concept fondateur du gratte-ciel est la mixité programma-
Londres, bâtie par l’agence Foster en 2004, en est une illus- devant être édifiée à Londres avec sa végétation qui déborde tique. C’est elle qui condense la vie urbaine en hauteur et
tration évidente, tout comme le projet non réalisé pour la Tour des façades, ou de l’immeuble Condé Nast bâti par Fox et crée une sorte de microcosme urbain vertical. Dans New York
sans fin de Jean Nouvel (1989) pour la Défense, ou la tour Fowle à New York en 1999, avec son sommet marqué par Délire 40, il y voit le programme symbolique de la modernité
Agbar à Barcelone de la même agence (2003). Le siège du l’équipement technique d’apport en énergies renouvelables 36. new-yorkaise dont le paradigme un peu fou est le Downtown
CCTV, conçu pour être bâti à Pékin en 2008 par OMA, le pro- Athletic Club, bâti en 1930 par Starrett & Van Flegt. Ce bâti-
jet de Daniel Libeskind, retenu pour reconstruire le World PROGRAMMES : DES DÉLIRES DE NEW YORK À LA “VILLE ment de 35 étages abrite des fonctions différentes à chaque
Trade Center à New York, ainsi que les tours de Christian de DANS LA VILLE” niveau : un terrain de basket au 8e étage, un ring de boxe
Portzamparc, pour le Crédit Lyonnais à Euralille (1995) et pour Les recherches esthétiques des architectes et le goût de leurs au 18e, une piscine olympique éclairée sous l’eau au 12e, une
clients ne sont pas les seuls à définir ces nouvelles formes terrasse panoramique pour bains de soleil sur le toit, et même
urbaines. C’est ainsi que la modification du règlement urbain un parcours de golf miniature couvert. Toutes sortes d’acti-
de New York, en 1916, transforme le gabarit des projets et vités sont intégrées : billard, squash, massage, salle de ban-
contribue à modeler la nouvelle silhouette de Manhattan 37. quet, barbiers, bar à huîtres…, les 15 derniers étages étant
Au-delà des problèmes de formes, le gratte-ciel new-yorkais consacrés à un hôtel de 111 chambres 41.
se caractérise par des innovations programmatiques. La plu- Les programmes mixtes peuvent être plus sages. Ainsi, la
Seagram Building, New York, Mies Van der Rohe, 1958.
Lever House, New York, Gordon Bunshaft, 1952.

Pan Am Building, New York, Gropius (TAC),

“Des verticales sur de larges avenues”,

Trump Tower, New York, Scutt, 1983.


Belluschi & Roth, 1963.

Hugh Ferris,1930.

12
THÈME

Marina City de Bertrand Goldberg est l’un des premiers pro- les trente étages, des sky center de cinq niveaux étaient pré- signaler un événement ou un lieu urbain. Même si les élé-
grammes complexes : 900 logements dans deux tours, vus pour grouper autour d’une “place” des hôtels, des bou- ments les plus singuliers constituent sans conteste des repères
900 places de parking, 16 étages de bureaux, et un socle com- tiques, des terrasses, des jardins et des lieux de distraction 45. dans la ville, la prolifération des gratte-ciel ne rend pas la ville
prenant un centre commercial et quatre théâtres 42. Le John Plus modeste, la Price Company Tower à Bartlesville, bâtie plus lisible. Au contraire, le centre des villes se hérisse d’une
Hancock Center est aussi un programme mixte qui superpose par Wright, se démarque par une mixité qui se décline par profusion de bâtiments entrant en concurrence symbolique et
des commerces dans les niveaux bas, 29 étages de bureaux niveaux en associant un logement qui occupe un quart de la ne mettant pas en valeur un espace public particulier. En
et 48 étages de logements. Les niveaux supérieurs sont occu- surface et des bureaux sur les trois quarts. Dans tous les cas, revanche, vu de loin, l’ensemble dresse un skyline spécifique
pés par un restaurant, une terrasse panoramique et des équi- il faut souligner qu’il s’agit de programmes de luxe, car le qui devient souvent l’image de la ville elle-même.
pements de radio et télévision 43. Ce programme est assez coût de construction de ce type de tour reste élevé et qu’elles En Europe, à la même époque, la tour reste un élément à
représentatif de ce que peut apporter l’immeuble haut. ont un mauvais rendement (rapport entre surface utile et vocation symbolique. Déjà utilisée pour marquer les lieux de
Le plus souvent, la diversification du programme concerne surface bâtie) à cause du nombre d’escaliers et d’ascenseurs culte et du pouvoir politique, elle élargit son champ en s’ac-
principalement le socle qui accueille des locaux commer- nécessaires à une desserte efficace. Le choix de construire du colant à de nouveaux équipements urbains, comme la Bourse
ciaux liés à la ville : boutiques, cafés, restaurants ou centre logement social dans les tours paraît, rétrospectivement, un (Amsterdam) ou des gares (de Lyon à Paris ou de Limoges).
commercial. Le Pan Am Building en est un exemple. Il asso- non-sens économique ne pouvant fonctionner qu’avec une Comme les beffrois antérieurs, la tour a une fonction sym-
cie des bureaux placés dans la tour et un socle composé d’un politique d’aide financière particulièrement forte. bolique et technique : elle abrite des fonctions spécifiques
centre commercial de plusieurs niveaux, directement relié à comme les cloches ou les horloges, mais n’est pas habitée.
la gare 44. Ce type de programme est repris par le World ÉLÉMENT DE COMPOSITION URBAINE Quelques projets marquent pourtant une rupture. C’est ainsi
Trade Center à une plus grande échelle. La logique urbaine L’avènement des gratte-ciel à New York et à Chicago au tour- que dans la patte d’oie du plan d’extension au sud d’Am-
condensée de ces programmes est portée à son paroxysme nant du XXe siècle ne s’accompagne pas d’une utilisation urbaine sterdam, de Berlage, un immeuble haut marque la perspec-
avec la tour Millenium qui devait être une véritable ville dans de leur puissance symbolique. L’immeuble haut est créé pour tive. Ce signal urbain se matérialise dans une tour de loge-
la ville : elle devait être liée à d’autres centres urbains par marquer la puissance d’un homme ou d’une firme, pas pour ments sociaux construite par J.-F. Staal en 1929. Ainsi, la tour
des trains à grande vitesse et accueillir 60 000 habitants. Les s’autonomise, perd son caractère de marquage d’un équipe-
étages inférieurs auraient dû abriter de l’industrie légère et ment urbain et devient elle-même un signe urbain. L’immeuble
des bureaux, et les étages supérieurs des logements. Tous
1&2 UN Plaza, New York, Kevin Roche, John Dinkeloo & Co,

Johnson and Son Company, Racine, F. Lloyd Wright, 1944.

Price Company, Bartlesville, F. Lloyd Wright, 1952.


Citicorp Center, New York, Hugh Stubbins, 1978.

John Hancock Center, Chicago, SOM, 1969.


1976 et 1983.

13
THÈME

haut devient un totem dont le pouvoir symbolique est utilisé un élément urbain majeur imbriqué à une composition monu- RÉFORMER LA VILLE
non pour signaler un programme spécifique, mais un lieu, mentale signalant l’Hôtel de ville, la municipalité cherchant À la fin du XIXe siècle et au début du XXe, le sentiment que la
une situation urbaine, comme le faisaient des monuments à se démarquer de Lyon. ville fonctionne mal et n’est pas un milieu sain pour la popu-
(arc de triomphe, colonne). L’immeuble haut devient monu- lation se développe 47. Pour beaucoup de penseurs hygiénistes,
ment urbain sans que son contenu soit concerné. En Europe, la réforme de la société passe par l’invention de formes urbaines
cette fonction de totem urbain se prolonge au cours de la Naissance de l’immeuble nouvelles et non par une solution politique comme le suggère
période moderne, dès qu’il s’agit de réaliser une tour auto- haut en Europe Marx. Ainsi, Le Corbusier défend-il un nouvel urbanisme comme
nome dans un tissu urbain. alternative à la révolution : il termine son livre Vers une archi-
C’est ainsi que les tours, Montparnasse à Paris, ou de Bre- À la différence des États-Unis où le gratte-ciel apparaît “natu- tecture par cette assertion : “Architecture ou révolution. La
tagne à Nantes, constituent des monuments signalant des rellement” sous la pression des acteurs économiques, son révolution peut être évitée 48.“ Au cours cette période, nom-
lieux majeurs de la ville, alors que leurs programmes de bureaux introduction en Europe se fait par le biais de projets utopiques breux sont les réformateurs qui tentent d’inventer la société
banalisés ne sont pas un élément déterminant. Dans beau- d’architectes proposant un nouvel urbanisme. La transposi- et la ville de demain matérialisées par une description, un plan,
coup de grands ensembles des années soixante, les tours per- tion du modèle américain s’inscrit dans une démarche intel- des dessins, ou par la création de colonies expérimentales.
dent toute spécificité programmatique en abritant du logement lectuelle visant à réformer la ville pour la rendre plus fonc- Cette démarche s’inscrit dans une longue tradition de réflexions
social similaire à celui des autres immeubles. Mais elles conser- tionnelle et plus saine, et les promoteurs de l’urbanisme théoriques sur la ville qui, depuis le livre Utopia de Thomas
vent un rôle de totem, signalant soit un espace particulier, moderne font de l’immeuble haut un élément urbain majeur More 49 au XVIe siècle, lui-même inspiré par La République de
soit un quartier. Même les gratte-ciel très compacts, inspirés dans leurs propositions, sans se poser la question de sa per- Platon, proposent la description d’une cité parfaite aussi bien
de Manhattan, que Môrice Leroux 46 édifie au centre-ville de tinence économique ou sociale. La plupart des projets seront du point de vue matériel que politique et social.
Villeurbanne à partir de 1930, marquent la volonté de créer portés par des collectivités publiques et non par des construc- Au début du XXe siècle, cette quête d’une nouvelle ville induit
teurs privés. L’idéologie se substitue à l’économie pour justi- de nombreux projets dont certains auront une influence
fier la construction en hauteur ce qui conduira à certains échecs.
Banque de Chine, Hong Kong, Leoh Ming Pei, 1989, et Banque de Hong Kong

AT&T, New York, Philip Johnson et John Burgee, 1984.


Vue intérieure de la Banque de Hong Kong et Shangai.
et Shangai, Hong Kong, Norman Foster, 1985.

Centre financier, Taipei, C. Y. Lee, 2004.


14
THÈME

majeure sur l’urbanisme de la seconde moitié du siècle. Deux libérale et dispendieuse, en infrastructure comme en foncier. la ville change de nature : l’objet urbain est posé sur un site
visions principales s’opposent. D’un côté, ceux qui, pour pal- À partir des années vingt, une seconde version de la ville qui reste “vierge”, c'est-à-dire planté en espace vert.
lier les maux de la ville industrielle, prônent la création d’une verte intégrant le principe d’une forte densité émerge dans Deux ans plus tard, Le Corbusier abandonne les théories de
ville verte, plus proche de la nature. D’une certaine manière, les projets de certains protagonistes du Mouvement moderne. Howard qui, jusqu’alors, l’avaient influencé 54, et invente sa
il s’agit de concrétiser ce que suggérait avec humour Alphonse Dès 1914, puis de nouveau en 1922, les frères Perret préco- Ville radieuse qui prend corps, progressivement, à travers
Allais : faire la ville à la campagne. De l’autre, ceux qui, fas- nisent la création de “véritables tours au milieu de parcs de différents projets répartis sur douze ans. En 1922, il dessine
cinés par Manhattan, voient la métropole verticale comme verdure 51”. Mais même si la revue l’Illustration 52 propose une le projet théorique d’une ville contemporaine pour trois mil-
un modèle qu’il s’agit de rationaliser et d’ordonner. visualisation de ces idées, il ne s’agit pas encore d’un véritable lions d’habitants dans lequel, les immeubles hauts, sous
projet de ville, juste d’une série de tours reliées entre elles. différentes formes, sont au cœur de la problématique. La cité
LA VILLE VERTE C’est en Hollande, en 1920, que naît le premier projet déve- est constituée d’un vaste rectangle organisé symétrique-
Bien qu’il existe quelques réalisations antérieures, tel le lotis- loppant ce principe. Élaboré par H. T. Wijdeveld, cette pro- ment autour d’un grand parc. Son centre est occupé par une
sement du Vésinet, près de Paris, ou le quartier de Bedford position appelée Chaos et Ordre marque une rupture fonda- city d’affaires composée de gratte-ciel cartésiens, dont le nom,
Park, à Londres, du point de vue théorique le concept de ville mentale avec les conceptions urbaines antérieures : une comme l’implantation, trahissent la volonté d’une mise en
verte apparaît avec la cité-jardin d’Ebenezer Howard pré- extension concentrique d’Amsterdam est constituée de tours ordre du modèle new-yorkais. Le pourtour de la ville se com-
sentée en 1902 dans Garden Cities of Tomorow. Pour éviter de 50 étages, sur 8 kilomètres. La tour abandonne son rôle pose de deux types de bâtiments hauts : des immeubles à
le développement de trop grandes agglomérations, Howard symbolique de beffroi ou de ponctuation urbaine pour deve-
propose de créer un réseau de petites villes composées de nir un programme et un objet autonome, un élément urbain
maisons avec jardins, reliées par le chemin de fer. Ce modèle à part entière, à partir duquel un quartier, voire une ville, peu-
induit un urbanisme bas et de faible densité qui aura un cer- vent être composés 53. C’est une nouvelle figure dans laquelle
tain succès dès le début du XXe siècle, grâce aux réalisations
impulsées par Howard lui-même, à Letchworth, Hampstead
et Welwyn. De nombreuses cités-jardins ou quartiers-jardins
voient le jour dans les années vingt et trente, en France, en
Belgique, en Hollande et aux États-Unis, où des villes entières
sont conçues comme des cités-jardins pittoresques 50.
Dans les années trente, l’architecte américain Frank Lloyd
Wright s’inscrit dans la même démarche en proposant un
projet de ville de faible densité, Broadacre City, qui reprend
certains principes de la cité-jardin, dans une version de luxe,

Tour sans fin, la Défense, Nouvel et Ibos, 1989.

CCTV, Pékin, OMA, projet 2003.


30 St Mary Axe, Londres,
Norman Foster, 2004.

15
THÈME

redans posés sur une nappe de verdure, et des immeubles- du quartier sans poser le pied sur le sol 56. Au milieu des années un élément fondamental : il permet de “libérer” le sol tout en
villas, sortes d’îlots fermés composés autour de grands trente, Le Corbusier élabore un autre type, celui des unités conservant une densité de métropole. L’espace de la ville devient
jardins. Le Corbusier améliore son projet au début des années d’habitations (Nemours 1934 et Zlin 1935) conçues comme un vaste tapis de verdure à vocation récréative et collective.
trente avec la Ville radieuse, dans laquelle la ville devient des cités miniatures posées comme des vaisseaux dans la ver-
une usine fordienne 55 : chaque fonction urbaine est séparée dure. Elles intègrent non seulement 300 logements duplex sur LA MÉTROPOLE VERTICALE
et organisée de manière “rationnelle”. Les immeubles-villas, 17 niveaux, mais aussi des services : commerces, bureaux, Le concept de la métropole verticale, sorte d’antithèse de la
qui rappelaient trop les îlots traditionnels, sont abandonnés, crèche ou école, gymnase, etc. Ces unités d’habitation consti- cité-jardin, est directement lié aux fantasmes futuristes que
et la ville est mieux classée, mieux ordonnée. Dans les années tuent une sorte de synthèse entre la ville verte et la ville dense : suscite Manhattan au début du XXe siècle. Il s’agit d’amélio-
trente et quarante, Le Corbusier continue sa réflexion sur la la ville dense à la campagne 57. rer cette ville en l’ordonnant et en rationalisant ses circula-
ville verte en imaginant des villes linéaires constituées d’un Pendant la guerre, Le Corbusier complète sa réflexion en éla- tions, tout en préservant sa densité, sa hauteur et sa miné-
immeuble haut unique posé dans le site naturel, avec une borant une doctrine sans modèle, à partir des travaux des ralité. En 1913, Harvey Wiley Corbett publie dans le Scientific
route sur le toit (Rio et Alger). Le Corbusier ne construira CIAM de 1933 : La Charte d’Athènes 58. Ce texte aura une for- American un projet de ville à trottoirs surélevés 59. À la même
jamais d’immeuble linéaire, mais certains de ces épigones le tune étonnante puisqu’il influencera tout l’urbanisme de l’Après- époque, les futuristes italiens, comme Antonio San Elia, des-
feront un peu plus tard. C’est ainsi que certains membres du guerre. Il est vrai que ses formules sont simples comme des sinent de grands immeubles au design futuriste sans que
groupe Team 10, dans les années cinquante et soixante, slogans publicitaires : “Le soleil, la verdure et l’espace sont leur ville ne soit présentée comme un projet global. En 1924,
conçoivent des projets qui réintroduisent la continuité bâtie. les trois premiers matériaux de l’urbanisme.” À partir des
Ainsi, les immeubles de Toulouse-le-Mirail, bâtis par Candilis, années cinquante, cette vision s’impose, conduisant à la pro-
Josic et Wood, enjambent le réseau viaire, et les piétons qui duction de la ville moderne, sans rues ni places, avec des
y circulent à plusieurs niveaux peuvent traverser l’ensemble réseaux de circulation séparés pour les différents modes de
transport et des immeubles posés sur des pelouses (lorsque
les parkings n’ont pas trop rongés l’espace libre). À part cinq
Unités d’habitations, Le Corbusier lui-même n’aura pas de
Reconstruction du World Trade Center, New York, Daniel Libeskind, projet 2003.

grand chantier de logements, mais les réalisations des grands


ensembles s’appuient sur une application, plus ou moins
conforme, des préceptes de la Charte d’Athènes. Dans la ville
verte, de Wijdeveld et de Le Corbusier, l’immeuble haut est

Le complexe Al Faisaliah, Riyad, Foster & Partners, 2000.

Condé Nast, New York, Fox et Fowle, 1999.


Christian de Portzamparc, 1995.
Tour du Crédit Lyonnais, Lille,

16
THÈME

l’Allemand Ludwig Hilberseimer élabore un projet une ville tions. C’est ainsi qu’à Paris, dans les années soixante, le Front- d’hui revenus sur le devant de la scène, en particulier en
verticale, métropole conçue pour un million d’habitants. Les de-Seine dans le XVe, les Olympiades dans le XIIIe et la Défense Asie, où de nombreuses villes, comme Hong Kong, Pékin,
fonctions y sont superposées tout en étant strictement sépa- sont tous réalisés sur dalle. En 1959, l’architecte Raymond Shanghai, Singapour, etc., bâtissent des opérations d’habi-
rées : les voitures sont placées sur d’immenses autostrades Lopez énonce un principe de “zoning vertical” : le sol “natu- tat, denses et minérales, composées d’immeubles hauts inté-
au-dessous desquelles circulent les trains. La ville basse, c’est- rel” est réservé à la circulation automobile et, 6 m plus haut, grant des superpositions de flux et de fonctions. Cette vision
à-dire les cinq premiers niveaux, est réservée aux activités. une dalle constitue un sol artificiel dévolu aux piétons. Au- présente l’avantage de s’appuyer sur les forces naturelles de
Les piétons circulent au-dessus de ce socle urbain sur des pas- dessus, deux niveaux sont réservés aux bureaux, qui se trou- la croissance urbaine et, avec la théorisation de la ville conges-
serelles placées au cinquième étage. La ville haute se com- vent à la hauteur du toit des bâtiments voisins, tandis que tionnée, dont Rem Koolhaas est aujourd’hui porteur, elle dis-
pose de barres d’habitation d’une quinzaine d’étages. les logements occupent les tours qui se dressent jusqu’à pose désormais d’une assise doctrinaire qui lui donne une
En 1930, Hugh Ferriss conçoit sa Métropole du futur qui déve- 100 m. Dans ce dispositif, la tour n’a plus de rapport direct certaine aura.
loppe des principes similaires, mais avec plus de fantaisie for- avec son assise foncière. Elle est posée sur un sol artificiel
melle 60. Il s’appuie sur une bonne connaissance de New York qui réunit plusieurs îlots et enjambe des rues. AMÉLIORER LA VILLE TRADITIONNELLE
et de ses règlements pour dessiner des gratte-ciel ciselés Plus séduisante que la métropole verticale, la ville verte va À côté de ces rêves d’une remise en ordre radicale de la ville,
comme des cristaux. La circulation se fait aussi sur plusieurs dominer l’urbanisme au cours des Trente Glorieuses. Néan- certaines recherches plus modestes visent à améliorer l’in-
niveaux et les piétons sont placés au-dessus des voitures. moins, les principes de la métropole verticale seront parfois sertion de l’immeuble haut dans la ville. C’est ainsi que, dès
Cette vision conduira à différentes réalisations, souvent implan- convoqués pour renforcer des centralités. Ils sont aujour- 1912, Henri Sauvage développe un nouveau type urbain qui
tées sur de larges “dalles” permettant de créer un sol arti- s’insère dans la ville traditionnelle : l’immeuble à gradin. Il
ficiel pour les piétons et de superposer les flux et des fonc- réalise une première opération rue Vavin à Paris, puis, dans
les années vingt, un îlot entier au cœur duquel se loge une
piscine 61. Les appartements sont dotés de vastes terrasses.
Dans d’autres projets non construits, il montre comment on

Downtown Athletic Club, New York, Starrett & van Vlegt, 1930.
Lake Shore Drive, Chicago, Mies Van der Rohe, 1952.

New York.
17
THÈME

peut utiliser le cœur de la pyramide pour placer des équipe- Elle devait analyser “si un appartement dans un bâtiment volonté de la municipalité de se démarquer de Lyon en créant
ments urbains : un garage, une salle de cinéma, etc. Ces haut de 6 à 10 étages pouvait offrir un logement décent un élément urbain majeur magnifiant, dans une composition
recherches, qui seront oubliées par les urbanistes du mou- pour le travailleur ; les effets sur l’urbanisme de l’édification verticale monumentale, l’hôtel de ville. Sans adopter le prin-
vement moderne, renaîtront à la fin des années soixante et d’un quartier de bâtiments hauts ; les avantages et les incon- cipe de circulation séparée de la métropole verticale, ce pro-
soixante-dix avec les recherches innovantes pour un habitat vénients des immeubles hauts en terme d’hygiénisme ; le pour jet implanté dans un tissu pavillonnaire est un éloge à la
intermédiaire 62. et le contre économique des immeubles d’appartements en densité et à la minéralité. Il y a ensuite la cité de la Muette
hauteur 63.” Dans ses conclusions, la commission rejette la bâtie à Drancy à partir de 1931 par Beaudouin et Lods, pour
NAISSANCE DU GRATTE-CIEL EUROPÉEN construction en hauteur parce que l’économie ne paraît pas l’office public d’habitation du département de la Seine, sous
Ne répondant à aucune nécessité économique, en Europe, la évidente, et que “rassembler plus de familles que d’habitude la tutelle de Henri Sellier. Ce projet s’inscrit dans la philoso-
construction de gratte-ciel se fait attendre dans les années dans un seul immeuble” semble peu souhaitable. phie de la ville verte. C’est le premier grand ensemble 65 à
vingt et trente. Pourtant, la question est posée par certains En France, où la question n’est pas posée d’un point de vue associer des tours à des barres. Sur les 1 200 logements
responsables politiques. C’est ainsi qu’en 1929 Amsterdam théorique, quelques projets voient le jour. Il y a d’abord le sociaux du programme d’origine, 700 furent construits 66.
crée une commission sur les immeubles de grande hauteur centre-ville de Villeurbanne, que Môrice Leroux 64 construit à L’opération est organisée autour d’un “terrain de promenade”
ayant pour but d’étudier la viabilité de la construction de loge- partir de 1930. Inspiré de Manhattan, ce projet marque la qui distribue une série de cinq cours rectangulaires bordées
ments dans des tours. Elle regroupe des ingénieurs, des élus par des bâtiments de 3 à 4 niveaux, fermées par des tours
et des responsables de la santé publique et du logement. de 15 étages. Avec ce projet, Beaudouin et Lods inventent le
gratte-ciel européen qui, contrairement à celui d’Amérique,
n’a qu’une fonction symbolique limitée : les cinq tours n’ont
aucun enjeu direct. N’abritant que du logement, elles ne célè-
brent aucune firme, ne signalent aucun équipement public
et ne marquent aucun axe majeur de la ville. Elles participent
simplement à la création d’un paysage urbain totalement
nouveau. Ce sont les premières tours pour lesquelles toute
justification économique ou urbaine est absente. Elle per-

Dessin de la Ville radieuse, Le Corbusier.


La tour de la gare de Lyon, à Paris.

Tour Montparnasse à Paris.

18
THÈME

mettent simplement de diminuer l’emprise du bâti au sol, pléter ses unités d’habitation par deux tours cylindriques réser- avantage qui perd toute justification dans les grands ensembles
d’offrir des vues lointaines aux habitants, et surtout de créer vées à “la population nomade – les célibataires n’ayant pas où le paysage environnant n’est pas de qualité.
une plastique nouvelle, dans laquelle la série verticale renou- encore d’enfants 68”.
velle le contraste avec le bâti horizontal. Une forme qui devien- Certains architectes font totalement perdre à la tour son rôle ÉCHEC SOCIAL ET URBAIN DES IMMEUBLES HAUTS
dra l’un des symboles formels de la modernité. totémique. L’immeuble vertical est alors utilisé comme un élé- Dans une majorité de cas, cette banalisation pose problème.
ment urbain de base permettant de densifier et d’agrémen- Les tours coûtent chers à construire, mais aussi à entretenir.
LA TOUR À FONCTION SYMBOLIQUE LIMITÉE ter la composition urbaine. Ainsi, dans le grand ensemble des Les ascenseurs doivent être installés en nombre suffisant et
À partir des années cinquante, les principes initiés par Beau- Courtilières à Pantin, Émile Aillaud sépare le quartier des tours régulièrement entretenus. Les plantations du parc “libéré”
douin et Lods vont se répandre dans la production courante de celui des immeubles en forme de nouille : il place un groupe des contraintes du bâti doivent, elles aussi, être entretenues.
des grands ensembles. Des tours de logements, à fonction de tours, à l’est, un groupe de tours au sud, sans que la rela- Ce fut rarement le cas dans le logement social. Par ailleurs,
symbolique limitée, sont introduites dans la plupart des pro- tion entre ces fragments et l’immeuble courbe du centre de les contraintes de la vie en hauteur ne conviennent pas à des
jets. La tour devient une sorte de totem minimal qui, sans la composition ne dépasse le contraste plastique horizon- populations composées de grandes familles et qui furent sou-
marquer un élément majeur de la ville, crée un signe vertical tal/vertical. Cette banalisation de la tour lui retire sa force vent coupées de leur mode de vie traditionnel sans période
dans la composition d’objets posés sur le socle végétal. Dans symbolique. Au lieu de constituer des repères comme par le d’adaptation. Lorsque l’environnement social et économique
la première ville nouvelle française, Mourenx, réalisée en 1955 passé, les tours deviennent monotones et non signifiantes. le permet, le fait de vivre en hauteur peut être une qualité.
par Coulon et Manéval, chaque quartier est équipé d’un bef- Elles brouillent l’espace de la ville et son image. Leur seul Ainsi, les immeubles hauts, construits dans les années cin-
froi matérialisé par une tour de logements. On retrouve ce intérêt reste d’offrir des vues lointaines aux habitants. Un quante et soixante en lisière de Tiergarten à Berlin, la barre
principe dans la “mixed development approach” qui carac- de plusieurs kilomètres de la cité du Lignon à Genève, la ville
térise les villes nouvelles anglaises, dans lesquelles des tours moderniste de Meyrin en Suisse, les tours du Front-de-Seine
de logements de plus de 10 étages sont introduites au milieu à Paris, ou celles du Barbican à Londres fonctionnent bien.
d’ensembles de maisons individuelles 67. L’immeuble haut perd Mais dans le cas des grands ensembles français qui recher-
son caractère programmatique extraordinaire : on y place du chaient des solutions économiques pour loger des popula-
logement qui conserve parfois une spécificité, comme de tions modestes, l’immeuble haut était totalement inadapté.
regrouper de petits logements destinés à des personnes seules Inadapté sur le plan technique, inadapté sur le plan social.
ou des jeunes couples. C’est une solution qu’on trouve à Mou- C’est ce qui explique que les bailleurs sociaux soient aujour-
renx ou Sarcelles avec leurs “tours des jeunes mariés” ou d’hui obligés de démolir ou “d’écrêter” les tours et barres
leurs “tours des célibataires”, ainsi que dans le projet de

Gratte-ciel Hangar, dans une métropole, Hugh Ferriss, 1930.


Le Corbusier pour Marseille sud qui propose en 1951 de com-

Villeurbanne, centre-ville, Môrice Leroux, 1930.


Ville verticale, Ludwig Hilberseimer, 1924.

19
THÈME

les plus hautes de leurs ensembles, alors qu’ils parviennent tour dans le parc. La seconde, inspirée par la métropole ver- piéton/voiture, prônée par les urbanistes modernes, reste arti-
à adapter et réhabiliter des immeubles plus bas. Construire ticale, consiste à créer une dalle piétonnière sur laquelle ficielle car, comme le souligne Michaël Trieb, “le piéton et
haut n’est donc pas toujours une bonne solution. s’ouvre le rez-de-chaussée de la tour. Dans les deux cas, le l’automobiliste sont une seule et même personne 70”. Ce qui
rapport de l’immeuble avec le sol n’a plus rien à voir avec veut dire que les espaces, souvent mal traités et anxiogènes,
celui de la ville traditionnelle. créés sous la dalle pour recevoir la voiture sont aussi fré-
Quelle urbanité pour Pour les urbanistes de la ville verte, il faut substituer un parc quentés par les piétons qui les conduisent.
l’immeuble haut ? collectif à la rue et écarter l’immeuble de la voie de circula- De plus, si les commerces sont accessibles seulement à pied
tion. Ce choix renouvelle le problème de l’utilisation et du ou en voiture, le potentiel de chalandise se restreint. Du coup,
Une critique souvent faite aux immeubles hauts est qu’ils traitement des rez-de-chaussée. Refusant la création de jar- certains petits commerces furent obligés de se diviser en deux
déstructurent la ville. En fait, leur intégration urbaine dépend dins privatifs en pied d’immeuble pour des raisons idéolo- niveaux (Toulouse-le-Mirail). Par ailleurs, les dalles coûtent très
essentiellement de la qualité de leur liaison au sol et de leur giques, beaucoup d’architectes implantent des appartements cher : en superposant les circulations (piéton/voiture), on mul-
rapport aux espaces publics. À New York ou Chicago, où ce dotés de balcons, à quelques centimètres du sol. Pour éviter tiplie la surface de l’espace public, augmentant ainsi son prix
rapport est donné par un socle qui assure la continuité de la cette situation, qui crée des vis-à-vis avec les cheminements de construction et d’entretien. François Menneret estime que
rue et crée une transition avec l’espace public, traditionnel, la du parc, d’autres placent des caves semi-enterrées à rez-de- du point de vue de l’exploitation le surcoût d’une dalle est de
tour ne pose pas de problème particulier. À l’opposé, dans les chaussée. Mais cette solution, très répandue dans les grands l’ordre de 30 % pour les espaces minéraux et de 300 % pour
nombreuses tours européennes construites dans un plan moder- ensembles, conduit à la création d’un mur aveugle à la hau- les espaces végétaux 71. Enfin, des points de vue technique et
niste faisant disparaître la rue, le rapport à l’espace urbain teur des piétons 69. Pour éviter ces problèmes et “libérer” tota- écologique, la dalle conduit à imperméabiliser l’ensemble de
dut être totalement réinventé et est rarement bien traité. lement le sol, Le Corbusier propose de décoller ses unités la zone, obligeant à récolter et à traiter toutes les eaux de pluie.
d’habitations et de prolonger le jardin dessous. Mais ce dis- Elle réduit aussi de façon sensible les plantations.
LE RAPPORT AU SOL : UN ENJEU MAJEUR positif conduit à la création d’espaces minéraux de médiocre Ainsi, les opérations sur dalle accumulent les handicaps éco-
Devant l’absence de modèle pour aménager les espaces qualité. Aucune de ces solutions n’est viable, d’autant que, nomiques, techniques et sociaux. On peut dire que ce prin-
urbains qui remplaçaient la rue, les architectes des Trente bien souvent, alors que les véhicules auraient dû circuler soit
Glorieuses ont développé deux types de solutions. La pre- au-dessus soit au-dessous du sol naturel, les voitures sont
mière, directement liée à la ville verte, consiste à poser la généralement restées à son niveau, occupant une partie, par-
fois très vaste, du terrain, et abîmant le parc.
Les implantations sur dalles posent des problèmes encore
plus nombreux. Du point de vue fonctionnel, la séparation

Le Barbican à Londres, Chamberlin, Powel, Bon, 1974.


City One, Hong Kong.

Vue de Shangai.

20
THÈME

cipe aurait dû être strictement réservé aux cas spécifiques où fut conçu par Édouard Albert et Jean-Louis Sarf, au 33, rue rénovations urbaines et les grands ensembles, reste en
la nécessité de réaliser un franchissement impose de créer Croulebarbe à Paris XIIIe. Haut de 21 étages 73, cet édifice retrait. Aucun acteur français n’envisage le principe, cou-
un espace public au-dessus d’une infrastructure. Confronté marque un recul et s’intègre, comme celui du Docteur-Blanche, rant aux États-Unis et en Asie, du remplacement systéma-
ces impasses, il faut aujourd’hui revenir à des solutions plus grâce un immeuble perpendiculaire de 6 niveaux qui rejoint tique d’immeubles traditionnels par des immeubles hauts.
classiques qui respectent la trame viaire et intègrent des l’alignement en dégageant un jardin fermé par une grille. De Les villes européennes sont attachées à leurs tissus urbains,
socles ménageant l’espace public, ainsi que des espaces de la même manière, à quelques centaines de mètres, la tour de à la stratification de leurs couches historiques et, à part
transition entre l’espace public et l’immeuble haut. logements de 24 étages que Gauthier et Milande ont édifiée Londres, rares sont les villes prêtes à transformer leur
au 25, boulevard Arago en 1966, au-dessus d’un socle à l’ali- centre-ville en palimpseste urbain.
UNE ARCHITECTURE HAUTE ET URBAINE gnement, montre qu’on peut concilier urbanité et construc- Pourtant, la construction de tours reste un moyen “de s’as-
Lorsque le problème du rapport au sol est résolu et que l’im- tion en hauteur, même pour une construction banale de loge- surer renommée et publicité 74” pour les firmes et constitue
meuble haut est intégré au tissu urbain, il peut constituer un ments. En fait, les tours peuvent même contribuer à améliorer aussi pour les villes une façon d’affirmer leur dynamisme et
élément urbain singulier et de qualité. C’est le cas des pre- l’espace de la ville. C’est ainsi que les petites tours du pas- d’attirer de nouveaux acteurs économiques tout en consti-
mières tours de Paris. La première, qui date de 1950, fut sage des Hautes-Formes à Paris (12 étages), construites en tuant des éléments de requalification urbaine. En effet,
réalisée dans le XVIe arrondissement par Jean Ginsberg et 1978 par Christian de Portzamparc et Georgia Benamo, sont comme le remarque Ingrid Taillandier, “les Européens ont
Georges Massé, rue du Docteur-Blanche. Elle s’inscrit dans devenues le symbole du retour à une architecture urbaine, […] une vision plus idéaliste du gratte-ciel, qui serait tout
un tissu traditionnel et, malgré sa faible hauteur (12 niveaux), intégrée dans la ville. Les concepteurs ont su créer les implan- à la fois un instrument de politique urbaine, un point de
l’intervention du ministre de la Reconstruction, Eugène Clau- tations, les percées et les liaisons qu’il fallait pour recoudre repère dans l’espace et une sculpture géante qui pare la
dius-Petit, fut nécessaire pour obtenir une dérogation per- la ville défaite par d’autres opérations. ville de son éclat 75.”
mettant de dépasser le plafond autorisé 72. Elle abrite un Ainsi, lorsqu’il est employé comme un objet urbain singulier, Alors qu’en Amérique ou en Asie l’immeuble haut est avant
programme de logements dotés de nombreuses innovations dans une démarche d’insertion urbaine, lorsque la relation tout une affaire spéculative privée, en France, les collecti-
techniques. Observant un large recul sur la rue, elle est reliée à l’espace public s’appuie sur un dispositif d’espaces de tran- vités publiques sont à l’origine d’une bonne partie des
à l’alignement de la rue par deux ailes qui l’encadrent et la sitions adaptés, l’immeuble haut devient un élément quali- constructions hautes. En conséquence, dans le débat récent
mettent en valeur, tout en dégageant un jardin de devant, fiant pour l’espace urbain. sur l’opportunité de construire de nouvelles tours à Paris,
agrémenté d’un bassin. La limite de la rue est marquée par
une grille basse, tandis que le rez-de-chaussée est largement L’IMMEUBLE HAUT AUJOURD’HUI
ouvert, de manière à ménager des vues sur le jardin arrière. Alors que l’immeuble haut sous toutes ses formes
Ce dispositif assure une parfaite intégration urbaine. conquiert l’Asie du sud-est, l’Europe, traumatisée par les
Quelques années plus tard, en 1956, le “gratte-ciel numéro 1”,

Front-de-Seine, Lopez et Pottier, 1959, Paris.


Pied du 30 St Mary Axe, Foster, 2004,

Une rue de New York.


Londres.

21
THÈME

les défenseurs de l’immeuble haut ne le prônent que dans poraines des constructeurs les plus innovants, comme le manière pertinente, ni bien traité dans ses rapports avec la
deux cas : le renforcement de quartiers en possédant déjà, démontre le nombre croissant de projets qui, avec des ville. Pourtant, en dehors de ses qualités de symbole des pou-
ou des opérations d’acuponcture urbaine, c'est-à-dire une approches très diverses, revendiquent cette dimension : RWE voirs ou de rentabilisation d’un foncier onéreux, il conserve
implantation ponctuelle justifiée du point de vue urbain. d’Ingenhoven Overdiek à Essen (1996), Deutsche Post AG une pertinence pour agir sur la ville et créer un élément spé-
C’est dans cette dernière perspective que se placent les trois de Murphy et Jahn à Bohn (2001), GSW de Sauerbruch & Hut- cifique, singulier, qui transforme le lieu et crée une polarité
sites proposés aux concurrents du présent concours. ton à Berlin (1999), National Commercial Bank de SOM à urbaine autour de laquelle la ville peut, par induction, se
Jeddha Menara Mesiniaga de Ken Yeang à Selangor (Malai- transformer positivement en densifiant la ville sans l’étendre.
LA TOUR EUROPÉENNE CONTEMPORAINE : URBAINE ET sie), Commerzbank de l’agence Foster à Francfort, 30 St Mary C’est dans cette optique que se place cette septième session
ÉCOLOGIQUE Axe, de la même agence, à Londres et l’Elephant & Castle du concours Cimbéton.
Ingrid Taillandier définit trois axes constituant les enjeux des Eco-Tower, prévue pour être édifié par Hamzah et Yeang vers Clamart, Grenoble et Rennes proposent des sites qui ne sont
immeubles hauts contemporains 76 : leur dimension sculptu- 2010, dans la même ville. Ce dernier projet, très radical, est ni centraux, ni périphériques. Il ne s’agit donc pas de faire
rale ; leur approche urbaine (avec la question fondamentale un symbole puisque son esthétique basée sur des plantations un monument majeur de ces agglomérations, mais de conce-
du lien entre le socle et la tour, le socle ayant pour objet de très visibles sur les façades met en relief la dimension écolo- voir un projet qui renforce la polarité du site et crée un évé-
relier la tour à la ville) ; et la création d’une “ville dans la gique du système de gestion des ambiances qui varie en fonc- nement urbain qui le fasse réagir pour mieux le révéler et le
ville”, associée à des recherches écologiques. tion des saisons : passif, mixte, intégral ou productif 77. transformer. Les projets ne devront ni être les plus hauts, ni
En effet, par sa dimension, son symbole et son programme, les plus singuliers dans leur forme, mais devront trouver la
la tour européenne de demain doit aider à requalifier la ville UN PROJET D’ACUPUNCTURE URBAINE “juste” hauteur et la “juste” densité, en fonction du contexte,
et être en osmose avec les espaces publics alentours. Elle doit Symbole de la modernité, du dynamisme économique et et de son potentiel de mutation. L’immeuble haut pourra ainsi
aussi être écologique, non seulement par le renforcement de urbain, l’immeuble haut ne fut pas toujours employé de devenir condensateur d’urbanité et répondre au défi de
la densité qu’elle autorise, mais aussi par sa conception demain : contribuer au développement urbain durable.
technique. Elle doit devenir “le support de recherches sur les
économies d’énergie” et prolonger les approches bioclima- Philippe Dehan,
tiques qui ont renouvelé les logiques spatiales inhérentes aux architecte et enseignant-chercheur
tours en créant des lieux étonnants, comme des jardins sus- à l’université technologique de Compiègne.
pendus ou des atriums publics plantés haut dans le ciel.
La tour écologique est au cœur des préoccupations contem-

Rue des Hautes-Formes, Portzamparc et Benamo, 1975-1980.


Rue du Docteur-Blanche, Paris, Ginsberg et Massé,

25, bd Arago, Paris, Gilles Gauthier et Pierre Milande,

Skyline de la City de Londres.


1950.

1966.

22
THÈME

Notes

1. À une autre échelle, les agglomérations les plus grandes se maillent en 32.Jean-Pierre Le Dantec, op. cit. gratte-ciel, où la banlieue devient ville, écrit par le Nouveau Musée,
réseaux à partir des autoroutes, TGV et aéroport, de manière à former des 33.Éric Höweler, op. cit., p. 14. Ville de Villeurbanne, 1984.
mégapoles qui constituent de nouvelles zones de solidarité économique 34.“Moins, c’est l’ennui”, remplaçant l’adage minimaliste de MiesVan 65.Quelques années avant, Beaudouin et Lods avaient déjà construit
et de développement et un système plus global. der Rohe : “moins c’est plus”. avec le même maître d’ouvrage une cité à Bagneux qui, avec ses barres
2. Jean-Pierre Le Dantec, Dédale le héros, Balland, Paris 1992, p. 235. 35.Ingrid Taillandier, “L’invention de la tour européenne”, op. cit., p. 66. et son urbanisme moderne, peut être considérée comme le premier
La notion fut récemment reprise par Jean Nouvel dans le débat sur 36.Éric Höweler, op. cit., p. 184 et 202. grand ensemble.
les tours parisiennes. 37.La question de la relation dialectique entre règlement, courants 66.À la suite des problèmes liés à la crise de 1929, l’opération ne sera
3. James Grayson Trulove, Private Towers, HBI, New York, 2002. architecturaux et identité de la ville est mise en avant et analysée de jamais terminée, et arrêtée définitivement en 1934. D’abord utilisée
4. “Le luxueux style de vie de Manhattan arrive à Canary Wharf”, selon manière pertinente dans le livre dirigé par Éric Lapierre, Identification d’une comme caserne de CRS, elle servira ensuite de camp de déportation
une publicité dans The Wharf, 26 août 2004, p. 15. ville, architectures de Paris, Pavillon de l’Arsenal/Picard éditeur, Paris, 2002. pendant la guerre.
5. Certains systèmes de climatisation, en particulier ceux qui utilisent les puits 38.Éric P. Nash, op. cit., p. 43. 67.Voir le chapitre “The mixed development approach”, Home sweet home,
canadiens, peuvent être écologiques, mais il est impossible de mettre en 39.Rem Koolhaas, New York Délire, un manifeste rétroactif pour Manhattan, housing design by the London County Council, 1888-1975, Academy
œuvre ces systèmes pour des bâtiments de grande dimension en milieu 1978, réed fr. Parenthèse, Marseille, 2002. édition London architectural monographs, Londres, 1976.
urbain. Globalement, comme le rappelait Le Monde récemment, la 40.Id., op. cit. 68.Le Corbusier, œuvres complètes 1946-1952, p. 99.
climatisation est “énergivore” et “contribue au réchauffement climatique”; 41.Éric P. Nash, op. cit., p. 57. 69. Il faut noter que Fernand Pouillon, dans son opération du Point-du-Jour
voir l’article d’Hervé Morin, Le Monde, 4 août 2004, p. 7. 42.Michel Ragon, op. cit., p. 32. à Boulogne, parvient à traiter correctement ces pieds d’immeubles,
6. Les travaux du groupe de recherche du Cresson à Grenoble ont montré 43.Franz Schulze et Kevin Harrington, op. cit., p. 145. mais c’est une exception dans la production de cette période.
la valeur positive des ambiances sonores urbaines. 44.Paolo Berdini, Walter Gropius, Zanichelli, Bologne, 1983, p. 225-227. 70.Michaël Trieb, “Quand les financiers s’en mêlent, l’exemple de
7. La Genèse, “chapitre 11-3, Tour de Babel”, trad. Louis-Isaac Lemaître 45.Éric Höweler, op. cit., p. 63. Nordweststadt à Francfort”, L’urbanisme de dalles, acte du colloque des
de Sacy, Éd. Le Serpent à plumes & Mille et une nuits, Paris, 2000, p. 38. 46.La présentation de cette opération et l’origine de l’orthographe atelier d’été de Cergu, Presse des Ponts et Chaussée, Paris, 1995, p. 87.
8. Eugène Viollet-le-Duc, Dictionnaire raisonné de l’architecture française du originale du nom de l’architecte se trouvent dans Villeurbanne, 71. François Menneret, “Table ronde, les problèmes spécifiques”, L’urbanisme
XIe au XVIe siècle, 1854-1868, t. IX, F. de Nobele, Paris, 1967, p. 67-189. gratte-ciel, où la banlieue devient ville, écrit par le Nouveau Musée, de dalles, acte du colloque des atelier d’été de Cergu, Presse des Ponts
9. Leonardo Benevolo, Corso di disegno, t. III, “L’arte et la città medioevale”, ville de Villeurbanne, 1984. et Chaussée, Paris, 1995, p. 114.
Ed. Laterza, Roma, 1976, p. 122. 47.Bruno Fortier, L’Amour des villes, Mardaga, Liège, 1994. 72.Philippe Dehan, Jean Ginsberg, Une modernité naturelle, Éd. Connivences,
10.Philippe Dehan, L’institution citoyenne dans la ville, plaquette du concours 48.Le Corbusier, Vers une architecture, Éd. Crès, Paris, 1923. Paris, 1987, p. 103-108 ; Philippe Dehan et Luc Baboulet, “Jean Ginsberg,
Cimbéton no 4, 1998-1999. 49.Thomas More (1478-1535), L’Utopie, Librio, 1997. rue du Docteur-Blanche”, AMC, octobre 1997.
11.Éric Höweler, Gratte-ciel contemporains, Universe Publishing, 2003, 50.Tagliaventi Gabriele, Citta Giardino, cento anni di teorie, modelli, 73.Rémi Rouyer, “L’aventure du premier gratte-ciel parisien”, Le Visiteur,
trad. fr, Flammarion, Paris, 2003, p. 8. esperienze, Gangemi Editore, 1994. no 10, printemps 2003, p. 6-27, et Bernard Marey, Édouard Albert,
12.Cité par Éric Höweler, op. cit. p. 9. 51.S. Voiriol “Où en sont les architectes?”, Montjoie nos 4-5 avril-juin 1914, Éd. du Centre Pompidou, Paris, 1998, p. 24-28.
13.Ingrid Taillandier, “L’invention de la tour européenne”, AMC, spécial p. 13 et 19 ; cité par Francesco Passanti dans “Le Corbusier et le 74.Ingrid Taillandier, “L’invention de la tour européenne”, op. cit., p. 64.
aménagement tertiaire, décembre 2001, p. 64. gratte-ciel, aux origines du plan Voisin”, sous la direction de J.-L. Cohen et 75.Id., op. cit.
14. Nancy Frazier, Louis Sullivan and the Chicago School, Crescent Books, H. Damisch, Américanisme et modernité, EHESS/Flammarion, Paris, 1993. 76.Id., op. cit., p. 65.
New York, 1991, p. 19. 52. L’Illustration, 12 août 1922. 77.Éric Höweler, op. cit., p. 202.
15.Id., op. cit., p. 63. 53. Funzione e senso. Architettura ~ Casa ~ Città. Olanda 1870-1940,
16.Luca Galofaro, Concorso per il Chicago Tribune, Universale di architettura, Electa éditrice, Milan, 1979.
Torino, 1997. 54.Comme en témoigne La Construction des villes, de Charles-Édouard
17.Éric P. Nash, Manhattan Skyscrapers, Princeton Architectural Press, Jeanneret (Le Corbusier), L’Âge d’homme,1992.
New York, 1999, p. 5. 55.Le Corbusier, La Ville radieuse, éditions de l’Architecture d’Aujourd’hui,
18.Id., op. cit., p. 3. Paris, 1935.
19.Id., op. cit., p. 63. 56.À la suite des problèmes sociaux, les actions de réhabilitation ont
20.Éric Höweler, op. cit., p. 63. conduit à la suppression de toutes les continuités en hauteur ainsi
21.« they look like money », cité par Éric P. Nash, op. cit., p. 65. qu’à la limitation de la circulation sur la dalle haute.
22.Éric Höweler, op. cit., p. 10. 57.Le Corbusier réalisera cinq unités d’habitation à partir de 1945,
23.Éric P. Nash, op. cit., p. 67. mais toutes solitaires, ne constituant donc pas une vraie cité.
24. Id., op. cit., p. 31-37. 58.Le Corbusier, La Charte d’Athènes, 1942, Éd. de Minuit, coll. le Point,
25.Ingrid Taillandier, “PSFS Building 1932, un gratte-ciel moderne”, Paris, 1971.
op.cit., p. 77. 59.Projet cité par Aldo de Poli dans J.-L. Cohen et H. Damisch, (dir.),
26.Éric Höweler, op. cit., p. 10. op. cit., p. 229.
27.Hugh Ferriss, La Métropole du futur, Éd. Centre Georges-Pompidou, Paris, 60.Hugh Ferriss, op. cit., p. 113-149.
1987, p. 130. 61.Rue des Amiraux, Paris XIXe.
28.Éric P. Nash, op. cit., p. 115. 62.Philippe Dehan, “Réinventer l’habitat intermédiaire”, plaquette
29.Franz Schulze et Kevin Harrington, Chicago’s Famous Buildings, de présentation de la cinquième session du concours Cimbéton.
The University of Chicago Press, Chicago & London, 1993, p. 106. 63.Donald I. Grinberg, Housing in the Netherlands 1900-1940, Delf University
30.Id., op. cit., p. 64 ; Goldberg, Dans la ville, Michel Ragon, Press, Rotterdam, 1977, p. 123.
Paris Art Center, Paris, 1985. 64.La présentation de cette opération et l’origine de l’orthographe
31.Bruce Brooks Pfeiffer, Frank Lloyd Wright, Taschen, Köln, 1991, originale du nom de l’architecte se trouvent dans Villeurbanne,
p. 145 et 165.

23
24
THÈME SUJET RÈGLEMENT
Un immeuble haut en zone urbaine

25
26
SUJET

Trois villes partenaires

LES VILLES LE SUJET À partir des éléments proposés dans la partie thématique,
Après avoir consulté les communes de plus de La septième session du concours “Bétons, matière le projet devra présenter une réponse adaptée au site
40 000 habitants, Cimbéton a retenu trois sites. Le comité d’architecture” propose aux concurrents de réfléchir choisi. La réflexion portera notamment sur :
de sélection a fait son choix en prenant en compte à la conception “d’un immeuble haut en zone urbaine”.
– la qualité urbaine du projet, son rapport avec la ville,
la diversité des problématiques et la répartition des sites Au cœur des réflexions que développent les villes retenues sa relation au sol et le traitement des espaces publics ;
sur le territoire national. sur la mutation des sites proposés, on trouve en commun : – l’articulation des éléments du programme souhaité
Les trois villes participantes sont : – l’hypothèse de construire en hauteur, afin d’obtenir par la ville et le traitement de la place de la voiture ;
• Clamart, 48 000 habitants, commune de la banlieue une certaine densité tout en conservant au sol un – la prise en compte d’une démarche environnementale
sud-ouest de Paris, à 8 km du centre de la capitale. espace public de qualité ; s’inspirant des attentes de développement durable.
• Grenoble, 153 000 habitants (417 000 pour – la mixité des programmes ; L’approche technique accompagnant le projet sera axée sur :
l’agglomération), troisième ville de la Région Rhône- – une redéfinition de l’espace attribué à l’automobile ;
Alpes. – l’approche structurelle d’un immeuble haut ;
– la prise en compte des critères de développement
– les contraintes sismiques et la nature des sols ;
• Rennes, 212 000 habitants (375 000 pour durable.
l’agglomération), capitale historique de la Bretagne. – l’utilisation des nouveaux bétons ;
La particularité de chaque site s’exprime en revanche
Les concurrents devront choisir un de ces trois sites dans les éléments de programme et dans ses rapports – l’approche climatique et l’intégration des critères
pour réaliser leur projet. avec son environnement : de haute qualité environnementale.
Les éléments de présentation des sites et de leur contexte – Clamart souhaite privilégier les activités autour d’un
sont donnés dans la présente plaquette et dans le dossier équipement et créer une entrée de ville ; Le dossier sujet a été réalisé par
de sites qui sera adressé aux concurrents inscrits.
– Grenoble envisage une prédominance de logements Benoît Spinga, architecte.
familiaux dans le cadre d’une opération assurant
la continuité entre le nord et le sud de la ville ;
– Rennes souhaite marquer par un signal l’élargissement
du centre-ville et la requalification de l’axe nord-sud.

27
SUJET

Clamart
PRÉSENTATION DE LA VILLE
Commune de la seconde couronne de la banlieue
sud-ouest de Paris, à quelques minutes en train de la gare
Montparnasse et à 3 km du boulevard périphérique,
Clamart est entourée de communes très urbanisées.
Elle est elle-même couverte sur plus d’un tiers par
un bois, en bordure duquel Robert Auzelle a aménagé
un des seuls cimetières paysagers de France selon
le concept scandinave. Après plusieurs décennies de recul,
la population augmente de nouveau.
La ville se structure autour de sept quartiers dont
le tissu urbain est essentiellement composé de pavillons
et de petits collectifs, à l’exception du Haut-Clamart,
urbanisé dans les années soixante, où l’on trouve la cité
de la Plaine, également conçue par Robert Auzelle selon
le concept anglais de la “mixed approach” mêlant
maisons en bandes, petits bâtiments et immeubles hauts.

PRÉSENTATION DU SITE
Le site proposé est situé à côté de la gare, à l’extrême
nord de la ville, à la limite des communes de Vanves,
Malakoff et Issy-les-Moulineaux. Le terrain, d’une
superficie de 15 400 m2, se présente sous la forme
d’une plate-forme en remblais, approximativement
triangulaire (la pointe est ne fait pas partie de l’opération).
Son côté nord longe la voie ferrée de Paris à Versailles.
Il est bordé au sud par le boulevard des Frères-Vigouroux et le
boulevard Zamenioff menant vers Paris, en pente vers l’est,
dont il est séparé par un talus raide de 5 à 10 m de haut.
Le côté ouest est bordé par l’arrière de petits collectifs
donnant sur la rue Hébert, et le coin nord-ouest est
entaillé par la gare et sa cour d’accès.
Le terrain est actuellement occupé par des entrepôts,
dépôts de charbon, citernes et par un parking pour les
voyageurs et le personnel de la gare. Clamart, plan de situation.

28
SUJET

Il est possible, de certains points du site, de voir la tour 25 000 m2 de surface hors œuvre sur le terrain.
Montparnasse et, en s’élevant, on découvrira une Les éléments suivants devront obligatoirement être
vue dégagée sur tout Paris au nord et la forêt de Meudon pris en compte dans le projet :
au sud-ouest. • Circulation et stationnement.
La pointe est, conservée par la SNCF, doit rester accessible
PROGRAMME aux camions. Les places existantes de parking en surface
La ville souhaite marquer cette entrée de ville par pour les voyageurs doivent être au minimum retrouvées
un signal affirmé dans un environnement de qualité. dans le projet en plus des places induites par les nouvelles
Les étudiants devront traiter au niveau du plan-masse constructions (logements 1 place/65 m2, bureaux
l’ensemble de la parcelle et la place de la gare. Le talus 1 place/50 m2, commerces et activités 1 place/100 m2). Plan du site.
et les rapports entre le haut du site et le boulevard • Pollutions.
en contrebas seront étudiés, et la refonte de la gare pourra Du fait de la pollution aux hydrocarbures et aux métaux
être intégrée dans l’étude. lourds et des contraintes de bruit de la voie SNCF,
• Logements. l’implantation des logements et de l’équipement sera
30 % de la surface. limitée à la frange du boulevard et aux étages élevés,
Les logements seront destinés à des familles en accession et à moins de dispositifs particuliers.
en locatif social, mais aussi à des étudiants et à des artistes. • Aménagement et développement durable.
• Bureaux et activités. Le projet devra s’inscrire dans le projet d’aménagement
60 % de la surface. et de développement durable élaboré par la ville,
L’essentiel du programme sera dévolu aux activités notamment par la valorisation des espaces verts,
allant de surfaces de bureaux par entités de plusieurs le traitement des eaux pluviales, l’isolation des bâtiments,
milliers de mètres carrés à de petits locaux d’activité le tri et la valorisation des déchets et le développement
pour des PME et des artisans. des circulations douces.
Photo aérienne générale.
• Commerces.
10 % de la surface.
La situation du terrain n’est pas propice au développement
d’une activité commerciale à l’échelle de la ville. En
revanche, des commerces de proximité pour les logements,
les bureaux et les usagers de la gare sont souhaitables.
• Équipement.
La ville souhaite conserver une réserve d’une surface
de 500 m2 pour un équipement de quartier.

CONTRAINTES
Il sera fait abstraction du plan d’occupation des sols en
cours de révision.
Les concurrents sont libres de définir la juste densité
du bâti et l’implantation du bâtiment haut sur le site,
sous réserve des contraintes ci-dessous.
À titre indicatif, la ville envisage la construction de Vue aérienne.

29
SUJET

Vue vers le sud.

Place de la gare. Le talus vu de l’Est.

La pointe Est depuis le carrefour.

Le terrain vu de la pointe Est. La gare.

30
SUJET

Rue Hébert. Pavillons au sud. Venelles au sud.

Le parking. Place de la gare vers la rue Hébert.

Vue du centre de terrain vers l’ouest.

31
SUJET

Grenoble
PRÉSENTATION DE LA VILLE
“Ville la plus plate d’Europe” située dans le nord
des Alpes, Grenoble s’étend au point de rencontre de trois
massifs montagneux : la Chartreuse au nord, le Vercors
au nord-ouest et le massif de Belledonne au sud-est.
La ville s’est développée à la confluence du Drac et
de l’Isère, à 213 m d’altitude, dessinant un “Y”.
Ville à structure originale et contrastée, Grenoble n’a pas
eu un mode de développement “classique”, rayonnant à
partir du noyau central.
Le territoire présente une bipolarité morphologique de part
et d’autre des dernières enceintes (grands boulevards) :
• une frange intermédiaire entre les boulevards et les
quartiers sud : “quartiers urbains socialement diversifiés”
des années soixante et soixante-dix ;
• une polarité sud, mélange de ville moderne
et de ville en mutation récente.
La rareté des espaces libres, conjuguée à la mutation de
plusieurs sites industriels, conduit la ville à se reconstruire
sur elle-même. Il existe de nombreux sites pouvant être
réaménagés (friches industrielles, activités en déclin
ou mal adaptées à la situation urbaine) et porteurs,
à terme, d’une forte qualité résidentielle.

PRÉSENTATION DU SITE
Le terrain proposé, d’une superficie de plus de 2,5 ha,
est situé entre le centre-ville et les quartiers sud issus
de l’urbanisation moderne et contemporaine. Aujourd’hui,
il est encore marqué par la prédominance de l’automobile
et par l’ancienne organisation industrielle, mais
il apparaît comme le nouveau point de convergence des
axes structurants du quartier. Compte tenu de ce rôle
d’articulation et de ses fortes capacités de mutabilité,
il devra accueillir à terme un espace urbain fort et
un signe bâti, porteurs de la nouvelle identité du quartier Grenoble, plan de situation.

32
SUJET

et assurant une continuité entre le nord et le sud. Les éléments suivants devront être pris en compte dans
Le terrain, pentagone irrégulier allongé d’altitude le projet :
constante, s’accroche à l’est, place du Docteur-Galimard, • Stationnement.
à un axe pénétrant nord-sud menant au centre-ville. Stationnement pour les surfaces créées : logements
Il est bordé au sud par la rue Jacquard et les ateliers 1 place/65 m2, bureaux 1 place/50 m2, commerces et
municipaux en rez-de-chaussée, à l’ouest par une zone activités 1 place/100 m2.
pavillonnaire, au nord-ouest par le parc Georges-Pompidou Les circulations pour piétons et cyclistes seront
et un gymnase, au nord-est par la rue Léo-Lagrange, privilégiées.
longée par une piste cyclable sur l’ancienne voie ferrée • Nappe phréatique.
et qui présente en vis-à-vis des logements sociaux La nappe phréatique sous le site Jacquard-Mancret est Plan du site.
dans un bâtiment industriel en R + 7. haute, son niveau peut monter jusqu’à 1,50 m environ
sous le sol naturel.
PROGRAMME Cela contraint évidemment la construction de parkings
Les étudiants devront traiter au niveau du plan-masse souterrains.
l’ensemble de la parcelle. Ils pourront également proposer • Séismes
de conserver certains des bâtiments existants. Grenoble est une zone à risque sismique, ce qui devra
L’étude d’urbanisme d’Yves Lion préconise de créer être intégré dans la conception de la structure.
sur ce site une perméabilité entre la ville et un parc • Aménagement et développement durable.
linéaire est/ouest mettant en relation le parc Pompidou Grenoble jouit d’un climat continental, l’été c’est
et le secteur Teisseire. l’une des villes les plus chaudes de France, et l’hiver
• Logements. y est froid. L’application d’une démarche HQE
80 % de la surface. est particulièrement d’actualité, que ce soit par
Le programme sera principalement constitué le recours aux énergies renouvelables, les performances
Vue d’avion à partir du sud-est.
de logements pouvant accueillir en priorité des familles thermiques des constructions, la place de la végétation
de 2 à 3 enfants. Mixité accession et locatif social ou l’organisation des déplacements.
(proportion indicative 30 et 70 %).
• Activités.
20 % de la surface.
Afin de participer à la mixité fonctionnelle du quartier, des
activités économiques sont à programmer : commerces de
proximité, bureaux, artisanat ou industries non nuisantes.
Le quartier est largement doté en équipements publics qui
devraient satisfaire aux besoins des nouveaux habitants.

CONTRAINTES
Il sera fait abstraction du plan d’occupation des sols
en cours de révision. Les étudiants sont libres de définir
la juste densité du bâti et l’implantation du bâtiment
haut sur le site. L’étude d’Yves Lyon préconise un
coefficient d’occupation des sols de 2. Vue aérienne.

33
SUJET

Angle sud-ouest, rue Jacquard. Bordure nord-est du terrain rue Léo-Lagrange. Cité ouvrière, rue de Stalingrad, au nord de la place du Dr-Galimard.

Équipement sportif, parc Georges-Pompidou. Occupation actuelle du terrain, au fond les logements de la rue Léo-Lagrange. Rue Léo-Lagrange, face au terrain.

Logements au nord-ouest, en bordure du parc Georges-Pompidou. Place du Docteur-Galimard, le terrain à gauche, le centre-ville à droite.

34
SUJET

Occupation actuelle du terrain. Vers la rue Balzac au sud. Pavillons au sud-ouest, rue Louvois.

Rue Jacquard, vers l’est. Coté sud du terrain, rue Jacquard. Place Galimard.

La pointe du terrain, place Galimard. Rue Léo-Lagrange.

35
SUJET

PRÉSENTATION DE LA VILLE
Rennes, ville étudiante, connaît avec son agglomération,
une croissance démographique soutenue, témoignant
de son rôle de pôle régional dynamique, notamment
dans les activités tertiaires et technologiques,
et de nœud de communication.
Capitale historique de la Bretagne, la ville fut reconstruite
après le grand incendie de 1720 et s’est depuis
développée classiquement par ondes concentriques.
L’urbanisation des quartiers au sud de la ligne de chemin
de fer ne se développa qu’au XXe siècle, englobant la gare
construite à l’origine en pleine campagne.
Deux axes majeurs structurent son organisation actuelle :
• un axe historique est-ouest très fortement dessiné
le long de la Vilaine ;
• un axe nord-sud, plus récent, à partir du parlement
de Bretagne et jusqu’à la route de Nantes et la rocade
automobile. Cette entrée de ville fait actuellement
l’objet d’un projet urbain de requalification.
À sa périphérie, la ville est entourée par une ceinture verte.

PRÉSENTATION DU SITE
Le terrain proposé, d’une superficie d’environ 17 000 m2,
est situé à un emplacement stratégique, sur l’axe nord-sud,
à proximité de la gare et à l’entrée d’un des ponts
franchissant les voies ferrées. Il est bordé à l’ouest
par la rue de l’Alma, au nord par le chemin de fer,
à l’est par l’esplanade sud de la gare dominée par
des bureaux et un hôtel en R + 6 et, au sud, par
la rue Paul-Féval et la maison d’arrêt.
L’affirmation de l’axe nord-sud s’est imposée durant
les dernières décennies et s’est vue renforcée depuis peu
par le tracé du VAL. Le succès rencontré par ce métro
moderne permet de réduire l’emprise des transports
de surface et de transformer à court terme cette voie
de circulation, actuellement essentiellement automobile,
en un nouvel espace urbain planté et vivant. Rennes, plan de situation.

36
SUJET

L’implantation d’un bâtiment visible face à l’ancien octroi en 2000 envisageait 25 000 m2 de surface hors œuvre
marquera, avec le franchissement de la voie ferré, sur ce terrain et un bâtiment haut en R + 18.
l’élargissement du centre-ville, l’amorce du nouveau Les éléments suivants seront pris en compte
mail vers le sud et le second accès à la gare améliorant dans le projet :
les connexions avec les quartiers sud. Les bâtiments • Implantation.
présents sur le site sont destinés à être démolis L’alignement engendré par l’élargissement de la rue de
l’Alma devra être respecté comme indiqué au plan.
PROGRAMME • Circulation et stationnement.
Les étudiants devront traiter au niveau du plan-masse Le tracé de la rue de Châtillon pourra être modifié. L’accès
l’ensemble de la parcelle et de ses abords, du pont à au parking de la gare sous l’esplanade pourra être modifié Plan du site.

l’esplanade de la gare. en tenant compte que le niveau du pont est le même que
L’esplanade devra être achevée en valorisant sa situation celui du hall de la gare au-dessus des voies.
en belvédère surplombant les voies, en mettant en Stationnement pour les surfaces créées : logements
valeur l’entrée monumentale de la prison et en assurant 1 place/65 m2, bureaux 1 place/50 m2, commerces et
le lien avec la rue de l’Alma transformée. activités 1 place/100 m2.
• Logements. Les circulations pour piétons et cyclistes seront privilégiées.
40 % de la surface. • Aménagement et développement durable.
Les logements seront destinés à des familles en Le projet devra s’inscrire dans le projet d’aménagement
accession et en locatif social, mais aussi à des étudiants et de développement durable élaboré par la ville,
et à des artistes. en intégrant les notions de mixité sociale et de mixité
• Bureaux et activités. des fonctions, la priorité accordée aux modes
40 % de la surface. de transport économes en énergie et non polluants
La proximité du nœud de communication multimodal et le respect de l’environnement.
de la gare est favorable à l’implantation de bureaux. Vue d’avion depuis le sud.
• Commerces.
20 % de la surface.
Des commerces à l’échelle de la ville peuvent être
implantés vers la rue de l’Alma, ainsi que des commerces
de proximité pour les logements, les bureaux et les
usagers de la gare.
• Équipement.
Un petit équipement de proximité (crèche, bibliothèque de
quartier…) pourra être intégré au programme.

CONTRAINTES
Il sera fait abstraction du plan local d’urbanisme.
Les concurrents sont libres de choisir la densité du bâti
et l’implantation du bâtiment haut sur le site, sous réserve
de respecter les contraintes ci-dessous.
À titre indicatif l’étude d’urbanisme réalisée pour la ville Vue aérienne.

37
SUJET

De droite à gauche : la gare, l’hôtel, la pointe Est du terrain et la prison.

Vue depuis l’esplanade Général-de-Gaulle.

À droite, l’ancien pavillon d’octroi, rue de l’Alma, face au terrain.

L’esplanade nord de la gare.

La maison d’arrêt, point haut de la rue de l’Alma.

La gare vue du pont vers l’est. Vue vers le nord depuis le pont. Le début de l’axe devant le parlement.

38
SUJET

Vue du terrain depuis le hall de la gare Faubourg de l’autre côté de la rue de l’Alma. Occupation actuelle du terrain.

Le mur de la prison et le terrain vu du sud. Vue vers le nord, du sixième étage de l’hôtel Ibis.

Vue du terrain depuis la rive nord du pont du chemin de fer. Résidence étudiante à l’est.

39
40