Vous êtes sur la page 1sur 68

BILAN

DES GARANTS
PROJET D'AMÉNAGEMENT
DU TERMINAL 4
ET DE DÉVELOPPEMENT
DE L'AÉROPORT
PARIS-CHARLES-DE-GAULLE
À L'HORIZON 2035-2050

Concertation préalable
12 FÉVRIER - 12 MAI 2019

FLORAN AUGAGNEUR
JEAN-PIERRE BOMPARD
LAURENT DEMOLINS
GERARD FELDZER

Désignés par la Commission


nationale du débat public

LE 12 JUIN 2019
BILAN
DES GARANTS
PROJET D'AMÉNAGEMENT DU TERMINAL
4 ET DE DÉVELOPPEMENT DE L'AÉROPORT
PARIS-CHARLES-DE-GAULLE
À L'HORIZON 2035-2050

Floran Augagneur, Jean-Pierre Bompard, Laurent Demolins, Gérard Feldzer

Les garants ont bénéficié de l’appui constant de Madame Gabrielle HERTZ, chargée de coor-
dination à la Commission nationale du débat public, durant toute la concertation préalable
jusqu’à la publication du bilan.

2 - Bilan des garants - P rojet d ' a m é na ge me nt du Te r m i nal 4 et de déve l o ppe m e nt de l ' a é ro po r t Pa r i s - C har l e s - de - Gaul l e
SOMMAIRE

FICHE D’IDENTITÉ DU PROJET4

CHIFFRES CLÉS DE LA CONCERTATION6

DISPOSITIF DE GARANTIE DE LA CONCERTATION8


1 - Saisine de la Commission nationale du débat public et nomination de quatre garants 8
2 - Garantir la concertation 9
3 - Le travail préparatoire des garants : étude de contexte, élargissement du périmètre et décalage du calendrier 10
4 - La place des pouvoirs publics dans la concertation préalable 15

ORGANISATION ET DÉROULEMENT DE LA CONCERTATION16


5 - Le dispositif et son déroulement 16
A. La pré-concertation 16
B. Description du dispositif et de son déroulé du 12 février au 12 mai 16
6 - La mobilisation 18

RÉSULTATS DE LA CONCERTATION 20
Cartographie des principaux arguments 20
Introduction : opportunité, trafic aérien et alternatives 20
A. Aviation et climat 21
B. Aéroport, qualité de l’air, santé humaine 25
C. Bruits et santé publique 30
D. Accessibilité à la plateforme 40
E. Emploi et formation 45
F. Gestion de l’eau, biodiversité et déchets de chantier 47

CONCLUSION
L’État régulateur et stratège 50

DEMANDES DE PRÉCISIONS ET RECOMMANDATIONS


AU MAÎTRE D’OUVRAGE SUR LES MODALITÉS D’INFORMATION
ET DE PARTICIPATION DU PUBLIC À METTRE EN ŒUVRE
JUSQU’À L’ENQUÊTE PUBLIQUE 52
8 - Précisions à apporter de la part du maître d’ouvrage et des pouvoirs publics 52
9 - Recommandation 53

ANNEXES 54
Courrier de saisine adressé à la Présidente de la CNDP (23 mai 2018) 55
Décision de la CNDP sur la nomination des garants (6 juin 2018) 57
Lettre de la Présidente de la CNDP au Premier ministre (7 juin 2018) 58
Lettre de mission des garants (18 juillet 2018) 59
Décision sur la démission d’un garant (7 novembre 2018) 63
Décision sur la nomination d’un garant (7 novembre 2018) 64
Décision sur le lancement de la concertation préalable (23 janvier 2019) 65
Lettre de la Présidente de la CNDP au Ministre de la Transition écologique et solidaire (14 février 2019) 66

Bila n d e s garant s - 3
FICHE D’IDENTITÉ
DU PROJET

MAÎTRE D’OUVRAGE OBJECTIFS


Le Groupe ADP
Le Groupe ADP souhaite augmenter ses ca-
pacités d’accueil pour répondre à la hausse
du trafic aérien et rester concurrentiel à
CONTEXTE l'heure où les hubs, tels que Dubaï ou Sin-
Le trafic aérien a connu une forte hausse depuis les années 2000 (+ 4 % entre 2001 et gapour, sont de plus en plus attractifs. Le
2016 et + 6,8 % entre 2016 et 20171) et, selon le Groupe ADP, un doublement du trafic Terminal 4 et les infrastructures qui l’accom-
est à prévoir dans les quinze prochaines années. Le nombre de passagers passerait de pagnent visent à améliorer la qualité d’ac-
4,1 milliards en 2016 à 7 milliards en 20302. S’inscrivant dans cette hausse du trafic, l’aé- cueil et de service passagers de l’aéroport de
roport Roissy-Charles-de-Gaulle observerait une croissance de 2 à 3 % par an, soit entre Roissy-Charles-de-Gaulle, premier aéroport
106 à 127 millions de passagers en 2037 et 620 000 à 660 000 mouvements par an3. Si le français en augmentant progressivement ses
maître d’ouvrage n’envisage pas la construction de pistes supplémentaires, il estime que capacités d’accueil pour passer de 72 millions
ses capacités d’accueil seront arrivées en saturation en 2028. en 2018 à 120 millions d’ici 2037.

CARTE DU PROJET, PLAN DE SITUATION


Le projet prendrait place dans les limites de la plateforme de l’aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle sur une zone d’environ 167 hectares dont
46 % sont déjà artificialisés (Terminal 3, aires avions de 1,5 hectare, installations diverses telles que la centrale thermique, le garage-atelier du
CDGVal, etc.) et 54 % qui devront être artificialisés mais sont déjà des possessions foncières du groupe ADP.

4 - Bilan des garants - P rojet d ' a m é na ge me nt du Te r m i nal 4 et de déve l o ppe m e nt de l ' a é ro po r t Pa r i s - C har l e s - de - Gaul l e
CARACTÉRISTIQUES* COÛT NOTES

Il s’agit d’un projet de développement global de l’aéroport comprenant la Le groupe ADP évalue le coût du projet 1. Dossier
de concer-
construction du Terminal 4 soit : entre 7 à 9 milliards d’euros, somme qui tation p 39

• la réalisation de bâtiments aéroportuaires : terminal 4, tri-bagages et jetées comprendrait non seulement le coût du 2. Ibid

d’embarquement ; bâtiment lui-même mais également la 3. Ibid

• la création des aires, voies de circulation avions, y compris la couverture de la réalisation d’infrastructures permettant 4. Dossier
de concer-
tranchée TGV et les routes de service en zones réservées ; d’améliorer la liaison de ce nouveau termi- tation, p 98.

• la création du réseau interne de dessertes routières pour les passagers, les nal aux autres terminaux ainsi qu’aux voies 5. Ibid

professionnels et les salariés depuis les accès Ouest et Est ; de transports et de circulation des avions
• la réalisation des interfaces publiques du terminal : parking au contact, espla- (« nouveaux moyens de transport en zone
nade du Terminal 4, zone urbaine du parvis ; publique et en zone de sûreté, voies et ré-
• la création d’un pôle multimodal de transport, ces interfaces avec les trans- seaux de circulations, aires de stationne-
ports en commun existants ou à venir y compris la gare du Métro Grand Paris ment »4 etc.).
ligne 17, une nouvelle gare routière et le déplacement de l’actuel garage atelier Le maître d’ouvrage répartit ainsi les
du CDGVal ; coûts prévisionnels du projet5 :
• la création d’un nouveau transport en commun interne à la plateforme (trans-
port guidé de personnes) reliant les parkings éloignés et les terminaux entre
4 % 3 %
eux ; à l’énergie à des dépenses diverses
• la création d’une autre liaison de transport guidé passagers en zone de sûreté
pour les correspondances reliant le Terminal 2 au Terminal 4 et au-delà jusqu’au 11 % 35 %
aux bagages de la somme est
Terminal 1 ainsi qu’une liaison bagages mécanisée et des infrastructures en tun- dédié au bâtiment
nel ; lui-même
• la viabilité réseaux divers du futur Terminal 4 et de la zone urbaine du parvis,
l’alimentation et l’évacuation en fluide des jetées d’embarquement,
• le développement de la desserte de l’ensemble des postes avions en oléo-ré-
seaux,
• le déplacement de la centrale thermique frigorifique et électrique existante
dans l’emprise du projet, et le forage d’une géothermie profonde,
14 %
aux voies de
• la refonte pour assurer l’accès au futur terminal des taxiways y compris la créa- circulation et 17 %
garages avions à l’amélioration des voies
tion de taxiway périmètre Nord-Est, et la création d’aires de dégivrage. 16 % d’accès et aux routes
aux lignes de
*Telles que présentées page 6 de la synthèse du dossier de concertation. dessertes internes

CALENDRIER DE MISE EN SERVICE ENVISAGÉE


Si à la suite de l’enquête publique le projet se poursuit, les travaux débuteraient en 2021 pour une mise en service de la première phase en
2028, le Groupe ADP envisageant un phasage du projet en fonction de l’évolution du trafic. Si le trafic s’avère inférieur aux prévisions, la seconde
phase, prévue pour 2037, pourrait être reportée.

23 mai 2018 12 février au 12 mai 2019 Avant le 12 août 2019 2nd semestre 2020

demande de nomination Concertation préalable Réponse du maître Enquête publique


de garant à la CNDP d’ouvrage

Mai 2018 Juin 2018 2019 2020

6 juin 2018 12 juin 2019 Juin 2019-Juin 2020

Nominations Publications du bilan Procédures d’autorisation Phase de décision


des garants des garants environnementale par l’autorité
Poursuite des études administrative
techniques et études d’impact compétente
Phase d’examen du dossier • Projet de décision
par les services de l’État • Arrêté
• Première instruction d’autorisation
environnementale
• Consultation des instances
et commissions concernées
• Avis de l’autorité
environnementale

Bila n d e s garant s - 5
CHIFFRES-CLÉS
DE LA CONCERTATION

Quelques dates clés

23 6
JUIN 2018
MAI 2018 Nominations des quatre garants Messieurs Jean-Pierre
saisine de la CNDP par le président BOMPARD, Laurent DEMOLINS, Gérard FELDZER et Madame
du Groupe ADP, maître d'ouvrage du projet Terminal 4. Aline GUERIN. Aline Guérin est remplacée par Floran
AUGAGNEUR le 7 novembre 2018.

23 du 12 février 12JUIN
JANVIER 2019
La CNDP approuve les modalités, AU 12 MAI 2019 Publication du bilan : bilan des garants
le calendrier et le dossier de la Dates de la concertation le 12 juin et réponse du Groupe ADP au
concertation préalable. bilan des garants le 12 août.

Périmètre de la concertation

480 7
D É PA R T E M E N T S
2
RÉGIONS
COMMUNES (Val d’Oise, Seine-Saint-Denis, Seine-et-
Marne, Val-de-Marne, Yvelines, Oise et Paris)
(Île-de-France et région Hauts-de-
France – département de l’Oise)

6 - Bilan des garants - P rojet d ' a m é na ge me nt du te r m i na l 4 et de déve l o ppe m e nt de l ' aé ro po r t Par i s - C ha r l e s - de - Ga ul le


Participants

2 118
PA R T I C I PA N T S A U X
1616
AVIS EN LIGNE
ÉVÈNEMENTS

400 61
C A H I E R S D 'A C T E U R S
QUESTIONS
ou contributions posées par mail au Groupe ADP
CONTRIBUTIONS

Évènements publics

10
RÉUNIONS
4
RÉUNIONS
4
ATELIERS
PUBLIQUES THÉMATIQUES PA R T I C I PAT I F S

2
ATELIERS
1
ATELIER
3
BALADES
JEUNES SALARIÉS SUR SITE

Documents de la concertation

930 500
EXEMPLAIRE
50 500
EXEMPLAIRES
DU DÉPLIANT BOITÉS DU DÉPLIANT DISTRIBUÉS

48 000 480
AVIS DE CONCERTATION
EXEMPLAIRES DU DÉPLIANT
du dossier de la concertation et de la synthèse envoyés aux AFFICHÉS
élus et acteurs du périmètre élargie (480 communes) (un par commune du périmètre)

Bila n d e s garant s - 7
DISPOSITIF
DE GARANTIE
DE LA
CONCERTATION

1 - Saisine de la Commission tion et de veiller au mieux au respect de ses principes par


le maître d’ouvrage.
nationale du débat public
et nomination de quatre Considérant les nombreux projets dans cette zone géogra-
garants phique (Europacity, CDG Express, Ligne 17, infrastructures
olympiques, etc.), la CNDP a estimé qu’un débat public
Le Groupe ADP demande à la Commission nationale du sur la cohérence de l’aménagement de ce territoire était
débat public par courrier du 23 mai 2018 une nomina- opportun. La CNDP n’ayant pas la capacité de s’autosaisir,
tion de garant dans le cadre d’une démarche de concer- sa Présidente, Mme Chantal Jouanno, a alerté les pouvoirs
tation préalable au titre de l’article L121-17 du code de publics (seuls en mesure de saisir la CNDP pour un tel dis-
l’environnement (cf. annexes) pour un projet de dévelop- positif de participation) par courrier du 7 juin 2018 adressé
pement de l’aéroport Paris-Charles-de-Gaulle. au Premier Ministre, au Ministre d’État, Ministre de la tran-
sition écologique et solidaire, à la ministre des transports
Malgré le coût global du projet évalué entre sept et neuf et à la Présidente de la Région Île-de-France (voir annexes).
milliards d’euros, les conditions légales d’une saisine obli- Ces demandes sont restées sans suite.
gatoire de la CNDP ne sont pas réunies en raison d’une
réglementation restrictive concernant les aéroports (la Concernant la concertation préalable sur le Terminal 4,
saisine obligatoire est conditionnée à la création ou à compte tenu des impacts environnementaux du projet et
l’extension d’infrastructure de pistes). de l’ampleur des enjeux socio-économiques, la Commis-
sion a souhaité que le Groupe ADP mette en place un dis-
Dans une décision du 6 juin 2018 (cf. annexes), la CNDP positif proche de celui d’un débat public dont les objectifs
décide, compte tenu de l’ampleur des enjeux socio-éco- ont été rappelés dans une lettre de mission du 22 juin
nomiques et environnementaux de ce projet, de nom- 2018 (cf. annexes).
mer plusieurs garants. Ainsi, cette concertation préalable
s’est déroulée sous l’égide d’une « équipe de garants » Dans le code de l’environnement, le champ de la concer-
pour veiller à ce que le dispositif de participation soit à tation préalable est identique à celui d’un débat public
la hauteur des enjeux et réponde aux objectifs fixés par (comme un débat public, la concertation préalable per-
la CNDP. Il s’agit de MM. Jean-Pierre Bompard, Laurent met de "débattre de l'opportunité, des objectifs et
Demolins, Gérard Feldzer et de Mme Aline Guérin. Jamais des caractéristiques principales du projet ou des
auparavant la CNDP n’avait nommé quatre garants sur objectifs et des principales orientations du plan
une concertation. Le 7 novembre 2018, Mme Aline Guérin ou programme, des enjeux socio-économiques
a été remplacée, à sa demande, par M. Floran Augagneur, qui s'y attachent ainsi que de leurs impacts si-
vice-président de la CNDP (décision du 7 novembre 2018, gnificatifs sur l'environnement et l'aménage-
cf. annexe). Cette nouvelle nomination marque la volonté ment du territoire. Cette concertation permet,
du bureau de la CNDP de suivre de près cette concerta- le cas échéant, de débattre de solutions alterna-

8 - Bilan des garants - P rojet d ' a m é na ge me nt du Te r m i nal 4 et de déve l o ppe m e nt de l ' a é ro po r t Pa r i s - C har l e s - de - Gaul l e
tives, y compris, pour un projet, son absence de qui formalisent ces droits. En ce sens, les garants ne
mise en œuvre" article L121-15 du code de l'environne- sont ni des accompagnateurs ni des conseillers, mais des
ment). Si dans le cadre d’une procédure de débat public, prescripteurs. Le rôle des garants est de veiller, depuis la
la CNDP organise souverainement le débat, dans le cadre phase préparatoire jusqu’à la fin de la concertation, au
d’une concertation préalable, l’organisation est confiée respect des principes de la CNDP :
au maître d’ouvrage et la Commission en définissant les
modalités (L121-9). • I NDÉPENDANCE ET NEUTRALITÉ : les garants sont in-
dépendants du Gouvernement, du maître d’ouvrage et
Toutefois, lorsqu’il s’agit d’une demande de nomination de toutes les parties prenantes. Ils ne prennent jamais
de garants au titre de l’article L121-17, le maître d’ou- position sur le fond du dossier ;
vrage n’est pas tenu par la loi de faire valider les moda-
lités de la concertation par la CNDP. Nous sommes donc • T RANSPARENCE : les garants veillent à la transparence
dans un cas de figure particulier : la complexité du projet de l’information tout au long du processus ;
nécessite un dispositif participatif important mais les le-
viers et marges de manœuvre de la CNDP sont moins im- • ÉQUIVALENCE : les garants veillent à ce que la parole
portants que lors d’une saisine obligatoire. Dans ce cadre, de chacun soit traitée de manière équivalente, quel que
la question de comment garantir la concertation se pose soit le statut des personnes ;
avec acuité et tout le travail préparatoire des garants en a
montré l’importance. • A RGUMENTATION : les garants veillent ce que les
interventions soit argumentées et donnent lieu à des
réponses tout aussi argumentées de la part du maître
2 - Garantir la concertation d’ouvrage.

Comme autorité indépendante, la CNDP est défenseure À cela les garants ont ajouté un principe supplémentaire :
des droits constitutionnels de chacun à être informé
et à participer aux décisions ayant un impact sur l’en- • I NCLUSION : les garants veillent à ce que le dispositif
vironnement. Comme représentants de l’institution, les recherche la parole de tous les publics, même les plus
garants veillent au respect des principes fondamentaux éloignés, et facilite leur expression.

À savoir

La Commission nationale du débat public est ga- tion sur l'environnement, de participation du public au
rante des droits à l’information et à la participation processus décisionnel et d’accès à la justice en matière
du public aux décisions ayant un impact sur l’envi- d'environnement conformément aux dispositions de
ronnement ou à forts enjeux socio-économiques. En la présente Convention ».
France, si le code de l’environnement encadre les mis- Et l’article 6.4 : « Chaque Partie prend des disposi-
sions de la CNDP, les droits qu’elle défend sont affir- tions pour que la participation du public commence
més par le droit communautaire et international, no- au début de la procédure, c'est-à-dire lorsque toutes
tamment à travers la Convention d’Aarhus du 25 juin les options et solutions sont encore possibles et que le
1998, et sont inscrits dans notre Constitution à l’article public peut exercer une réelle influence ».
7 de la Charte de l’environnement.
Article 7 de la Charte de l’environnement : « Toute
Article premier de la Convention Aarhus : « Afin de personne a le droit, dans les conditions et les limites
contribuer à protéger le droit de chacun, dans les gé- définies par la loi, d'accéder aux informations rela-
nérations présentes et futures, de vivre dans un envi- tives à l'environnement détenues par les autorités pu-
ronnement propre à assurer sa santé et son bien-être, bliques et de participer à l'élaboration des décisions
chaque Partie garantit les droits d’accès à l’informa- publiques ayant une incidence sur l'environnement ».

Bila n d e s garant s - 9
3 - Le travail préparatoire
DISPOSITIF DE GARANTIE
DE LA CONCERTATION

des garants : étude de Le « dossier de concertation » constitue l’ensemble des


contexte, élargissement informations rendues publiques par le maître d’ouvrage
du périmètre et décalage à l’ouverture de la concertation. Garants du droit à l’in-
formation du public, les garants ont prêté une attention
du calendrier particulière à la qualité de ce document. Près de quinze
Dès leur nomination, les garants effectuent une étude réunions se sont tenues sur le dossier de concertation.
de contexte. Il s’agit de rencontrer les acteurs et les Les garants ont également adressé huit courriers de re-
parties prenantes du dossier afin d’en comprendre au commandations écrites. Ces recommandations portaient
mieux les éléments sous-jacents, d’identifier les sujets et principalement sur la qualité des informations concer-
thématiques des débats et d’anticiper les alternatives qui nant les projections du trafic aérien et les alternatives au
pourraient émerger. L’objectif de l’étude de contexte des Terminal 4, les liens entre activités aéroportuaires et san-
garants est : té publiques, les conditions d’accessibilité, potentialités
• de faire le bon diagnostic pour prescrire au maître d’ou- d’emploi et de formation.
vrage les recommandations les plus adéquates en termes
de modalités (lieu des réunions, dispositifs, thèmes, etc.) ; Le plan envisagé du dossier de concertation a été pré-
• d’identifier les acteurs institutionnels dont la présence senté aux garants le 24 septembre 2018. Lors de cette
serait nécessaire au bon déroulé de la concertation ; réunion, le maître d’ouvrage a également présenté le dis-
• d’identifier les sujets sur lesquels la CNDP pourrait utile- positif qu’ils envisagent sur trois mois :
ment diligenter une étude complémentaire (tel que l’au- • 2 réunions publiques ;
torise le code de l’environnement, article L121-1). • 5 ateliers thématiques sur les thèmes suivants : attracti-
vité, accessibilité, développement durable, économie so-
Tout au long de cet exercice, les garants ont veillé à rap- ciale et solidaire, innovation services passagers, habitants
peler au groupe ADP que le public devait être au cœur et employés ;
de la concertation organisée par le maître d’ouvrage et • 1 atelier salariés de la plateforme ;
que le dossier de concertation ne pouvait en aucun cas • 1 atelier passagers ;
apparaître comme un document faisant la promotion du • 3 cafés participatifs ;
projet. Ils ont notamment indiqué que la concertation • 2 visites de sites participatives et un projet de plaquette
est un dispositif participatif dont l’objectif est d’informer d’information ;
le public et de prendre en compte ses arguments. • 1 site web terminal4-cdg.groupeadp.fr

À savoir
Dans le cadre de l'étude de contexte, les garants ont d’Élisabeth Borne, ministre chargée des Transports.
rencontré 115 personnes à l’occasion d’une cinquan-
taine de rendez-vous. Des agences publiques d’expertise : Airparif, ARB
(Agence Régionale de la Biodiversité) et Bruitparif.
Des associations : ADVOCNAR (Association de Défense
Contre les Nuisances Aériennes), AREC (Association Des élus : les maires de Gonesse, de Mitry-Mory ; de Rois-
pour le Respect de l’Environnement et du Cadre de vie), sy-en-France ; de Tremblay-en-France ; de Villiers-le-Bel ;
CIRENA (Collectif Inter-associatif du Refus des Nuisances l’adjoint en charge du tourisme de la Mairie de Paris ; le
Aériennes), MNLE 77 (Mouvement National de Lutte Conseil départemental de l’Oise, le Conseil Départemental
pour l'Environnement), FNAUT (Fédération Nationale de Seine-et-Marne, le Conseil Départemental du Val-de-
des Associations d’Usagers des Transports), FNE (France Marne, et les députées Clémentine Autain (93), Zivka Park
Nature Environnement) et Le Collectif pour le Triangle (95) ; Michèle de Vaucouleurs (78) et Corinne Valls (93).
de Gonesse.
Des compagnies aériennes, syndicats de compagnies
Des institutionnels : ACNUSA (Autorité de Contrôle des aériennes et acteurs de l’aérien : Air France ; BAR
Nuisances Aéroportuaires), ASI (Autorité de Supervision France (Board of Airlines Representatives) ; Easyjet ;
Indépendante des redevances aéroportuaires), DGAC FedEx ; FNAM (Fédération Nationale de l’Aviation Mar-
(Direction Générale de l’Aviation Civile), DRIEA (Direc- chande) ; SCARA (Syndicat des Compagnies AéRiennes
tion Régionale et Interdépartementale de l’Équipement Autonomes) et Vinci Aéroport.
et de l’Aménagement), DRIEE (Direction Régionale et
Inter­départementale de l’Environnement et de l’Éner- Autres : La Chambre de Commerce et d’Industrie de Pa-
gie), le Préfet de Paris et de l’Île-de-France, le cabinet ris-Île-de-France et un ingénieur d’Airbus.

1 0 - Bilan des garant s - P rojet d ' a mé na ge me nt du Te rm i nal 4 et de déve l o ppe m e nt de l ' a é ro po r t Pa r i s - C har l e s - de - Gaulle
Définition

PEB : Le plan d'exposition au bruit


(PEB), est une servitude d’urbanisme
fixant les conditions d’utilisation des sols
exposés aux nuisances sonores dues aux
aéronefs. Il anticipe à l’horizon 15/20 ans
le développement de l’activité aérienne,
l’extension des infrastructures et les évo-
lutions des procédures de circulation aé-
rienne. Le PEB vise très concrètement à
interdire ou limiter les constructions afin
de pas augmenter les populations sou-
mises aux nuisances sonores relatives au
trafic aérien. Il comprend un rapport de
présentation et une carte à l’échelle du
1/25 000 qui indique les zones exposées
au bruit. L’importance de l’exposition
est indiquée par les lettres A, B, C, ou D
(respectivement exposition au bruit très
forte/forte/modérée et faible). Les zones
de bruit sont calculées à partir des ni-
veaux sonores moyennés en Lden.
(Source : ACNUSA)

Définition

PGS : Le plan de gêne sonore (PGS),


délimite les zones dans lesquelles les
riverains peuvent bénéficier, sous condi-
tions d’éligibilité, d’une aide à l’insono-
risation de leur logement. Il se présente
sous la forme d’un rapport et d’une
carte à l’échelle 1/25 000, distinguant :
la zone 1 dite de très forte nuisance
comprise à l’intérieur de la courbe d'in-
dice Lden 70dB, la zone 2 dite de forte
nuisance, entre la courbe d’indice Lden
70dB et Lden 65dB ou 62dB, la zone 3
dite de nuisance modérée incluse entre
la limite extérieure de la zone 2dB et
Lden 55dB.
(Source : ACNUSA)

Le périmètre de la concertation retenu alors par le maître • une définition du périmètre uniquement en termes de
d’ouvrage correspond au périmètre du Plan d’Exposition carte réglementaire de bruit est trop réductrice par rap-
au Bruit (PEB), document réglementaire mis à jour en port à l’ensemble des enjeux socio-économiques et envi-
2007 comprenant 127 communes, aux communes cor- ronnementaux du projet ;
respondant aux autorisations au titre de la loi sur l’eau et • des associations de riverains, des associations environ-
au Grand Roissy Le Bourget, soit au total 168 communes. nementales et des élus contestent ce périmètre et sou-
Il ressort de l’étude de contexte des garants que le péri- haitent qu’un certain nombre de communes impactées
mètre de la concertation restreint au PEB pose deux prin- par le projet mais hors PEB figurent dans le périmètre de
cipaux problèmes : la concertation.

Bila n d e s garant s - 1 1
DISPOSITIF DE GARANTIE
DE LA CONCERTATION

La demande d’élargir le périmètre de la concertation est nistre des transports. Le Groupe ADP répond dans un pre-
formulée par les garants au Groupe ADP dans de nom- mier temps défavorablement à cette demande par crainte
breux courriers et à l’occasion de plusieurs réunions entre du décalage dans le calendrier serré des autorisations que
l’automne 2018 et le 16 janvier 2019. Le maître d’ouvrage provoquerait cette intervention de l’Ae.
ne souhaite alors pas élargir ce périmètre. L’argument
avancé repose sur le fait qu’un élargissement du péri- La Ministre des transports écrit le 30 octobre 2018 au
mètre pourrait être interprété comme une contestation Président directeur-général du Groupe ADP pour lui sug-
du PEB ou comme étant défini sans référence administra- gérer que le projet fasse l’objet d’un cadrage préalable de
tive. Afin de trancher sur ce point, dès le 24 septembre, l’Autorité environnementale (Ae). Elle réitère cette de-
les garants recommandent au Groupe ADP de saisir l’Au- mande le lendemain lors des questions au Gouvernement
torité environnementale (Ae) pour effectuer un cadrage à l’Assemblée nationale en réponse à une question de
préalable afin de mieux définir le périmètre thématique Madame Michèle de Vaucouleurs, députée des Yvelines.6
(thèmes à aborder) ainsi que le périmètre géographique
de la concertation. Le cadrage préalable de l’Ae est un Le 12 novembre 2018, les garants reçoivent la première
moyen d’apporter un certain nombre d’éléments d’exper- version du dossier de concertation. À ce stade, la concer-
tises dans les dossiers les plus complexes et permet de tation préalable est prévue pour débuter le 7 janvier
rendre cohérent les périmètres thématiques et géogra- 2019. Les garants effectuent de nombreuses observations
phiques de la concertation avec ceux des études d’impact. sur cette version du dossier qui, selon eux, présentent de
Cette demande est appuyée, dès le mois de septembre manière insuffisamment claire et complète les enjeux du
2018, par un courrier de la Présidente de la CNDP qui projet. La nécessité d’un cadrage préalable de l’Autorité
sollicite le Président-directeur général du Groupe ADP environnementale leur semble alors indispensable. Cette
pour attirer son attention sur l’intérêt de demander à nécessité n’est pas dissipée par la deuxième version du
l’Autorité environnementale un cadrage préalable (cf. dossier de concertation qui leur est présentée quinze
annexes). Dans les semaines suivantes, la nécessité d’un jours plus tard.
cadrage préalable est évoquée à plusieurs reprises par la
CNDP avec le directeur de cabinet de Madame Borne, Mi- Le 21 novembre, le Groupe ADP indique aux garants avoir

À savoir

La notion de cadrage préalable découle de l’article tation du projet, l’autorité compétente peut également
R.122-4 du code de l’environnement consulter les collectivités territoriales et leurs grou-
« Sans préjudice de la responsabilité du maître d'ou- pements qu’elle estime intéressés au regard des inci-
vrage quant à la qualité et au contenu de l'étude d'im- dences environnementales notables du projet sur leur
pact, celui-ci peut demander à l'autorité compétente territoire.
pour prendre la décision d'autorisation, d'approbation Dans son avis, l'autorité compétente précise les élé-
ou d'exécution du projet de rendre un avis sur-le-champ ments permettant au maître d'ouvrage d'ajuster le
et le degré de précision des informations à fournir dans contenu de l'étude d'impact à la sensibilité des milieux
l'étude d'impact, conformément à l'article L. 122-1-2. et aux impacts potentiels du projet sur l'environnement
Dans sa demande, le maître d'ouvrage fournit au mi- ou la santé humaine, notamment le degré de précision
nimum les éléments dont il dispose sur les caractéris- des différentes thématiques abordées dans l'étude
tiques spécifiques du projet et, dans la zone qui est sus- d'impact. Cet avis comporte tout autre renseignement
ceptible d’être affectée : ou élément qu'elle juge utile de porter à la connais-
• les principaux enjeux environnementaux ; sance du maître d'ouvrage, notamment sur les zonages
• ses principaux impacts. applicables au projet, et peut également préciser le pé-
L'autorité compétente consulte sans délai les autorités rimètre approprié pour l'étude de chacun des impacts
mentionnées au V de l'article L. 122-1 et, pour ce qui du projet.
concerne les aspects liés à la santé humaine, le ministre Elle indique notamment la nécessité d'étudier, le cas
chargé de la santé pour les projets susceptibles d'avoir échéant, les incidences notables du projet sur l'envi-
des incidences notables sur l’environnement et la santé ronnement d'un autre État, membre de l'Union euro-
humaine au-delà du territoire d'une seule région et le péenne ou partie à la convention du 25 février 1991 sur
directeur général de l'agence régionale de santé pour l'évaluation de l'impact sur l'environnement dans un
les autres projets. Outre la ou les communes d'implan- contexte transfrontière ».

1 2 - Bilan des garant s - P rojet d ' a mé na ge me nt du Te rm i nal 4 et de déve l o ppe m e nt de l ' a é ro po r t Pa r i s - C har l e s - de - Gaulle
pris contact avec le Préfet de la Région Île-de-France par le 23 janvier (en accord avec le maître d’ouvrage), le NOTES

courrier daté du 15 novembre 2018 au sujet des possibi- Groupe ADP dispose alors de quelques jours pour in- 6. Intervention de Madame
Michèle de Vaucouleurs le
lités de cadrage préalable. Fin novembre un accord est tégrer l’ensemble des remarques de l’Autorité environ- 31 octobre 2018.

trouvé. L’Autorité environnementale accepte de faire un nementale à son dossier de concertation, modifier le 7. Avis délibéré de l’Autorité
environnementale sur
cadrage préalable pour le 16 janvier. La CNDP accepte de périmètre et adapter le dispositif. Malgré le fait que la la demande de cadrage
préalable relative au
se réunir en plénière exceptionnelle le 23 janvier au lieu loi ne l’y obligeait pas, le maître d’ouvrage a présenté terminal 4 de l’aéroport de
Roissy (77-95)
du 6 février (afin de ne pas trop décaler le calendrier du les modalités de la concertation en séance plénière de 8. Voir le rapport
maître d’ouvrage tout en lui laissant le temps d’intégrer la CNDP le 23 janvier 2019. Par décision du 23 janvier d’experts concernant les
commentaires de l’ACI
les remarques de l’Ae dans le dossier de concertation et 2019 (cf. annexes), la CNDP considère que le dossier de EUROPE et de BRUITPARIF
sur le rapport 2018 de
d’adapter son dispositif). Le Groupe ADP décale le début concertation est suffisamment complet pour engager l’OMS : “ENVIRONMENTAL
NOISE GUIDELINES for the
de la concertation préalable au 12 février. Le 10 décembre la concertation préalable. Elle recommande toutefois EUROPEAN REGION.

2018, l’Autorité environnementale est donc sollicitée offi- à nouveau aux autorités et aux maîtres d’ouvrage des 9. Étude sur l’emploi
demandée à l’INSEE
ciellement par le Préfet de la Région Île-de-France, suite autres projets en interface à la procédure de concerta-
à la demande du maître d’ouvrage, pour effectuer un ca- tion d’y participer (voir annexes).
drage préalable relatif au périmètre à prendre en compte
pour la concertation. Entre-temps, la date de la première phase d’ouverture du
Terminal 4 glisse de 2024 à 2028.
Au mois de décembre 2018, le Groupe ADP et les ga-
rants échangent à plusieurs reprises sur le projet de syn- Au terme de la phase préparatoire de la concertation
thèse. Les garants rappellent que l’objectif de la synthèse préalable qui s’est tenue du 6 juin 2018 au 23 janvier
est de rendre le projet, ses impacts et ses enjeux, le plus 2019 et à la veille du commencement de la phase active
clair possible tout en présentant les principaux points de de la concertation, l’équipe des garants constate que le
débat. L’équipe des garants précise ainsi à ADP une liste dossier initial de concertation, tout comme le dispositif
de propositions de nature à rendre la synthèse plus effi- prévu par le Groupe ADP, a fortement évolué mais qu’il
ciente et en phase avec l’objectif réellement attendu d’un demeure quelques points d’attention particuliers qui
tel document. Le 15 janvier, l’équipe des garants adresse appellent la vigilance des garants et qui seront évoqués
une lettre au Groupe ADP pour faire valoir ses principales infra.
observations sur la version du dossier de concertation re-
mis 4 jours plus tôt. Tout en soulignant les améliorations, Suite à leur étude de contexte, les garants proposent à la
les garants font une nouvelle fois une série de proposi- CNDP de diligenter deux expertises :
tions pour que les points de controverses soient affichés
plus clairement et pour garantir une plus grande transpa- • La première sur le bruit8. La publication des nouvelles
rence de l’information. recommandations OMS ainsi que la publication des
études de Bruiparif sur les impacts sanitaires du bruit
Le cadrage préalable de l’Autorité environnementale pour les riverains créent une controverse sur ce sujet ma-
est rendu public le 16 janvier 2019. Celui-ci effectue de jeur. Il semble aux garants que le débat serait utilement
nombreuses remarques précises et insiste sur les im- éclairé par une expertise indépendante sur ce sujet pour
pacts cumulés avec les autres projets, notamment la aider chacun à mieux se situer dans cette controverse.
desserte. Il rappelle l’importance de traiter des impacts Une étude est alors commandée le 10 janvier 2019 à
sur la santé humaine dès le dossier de concertation et MM. Jacques Roland et Michel Vallet. Elle vise à mieux
estime « opportun d’inclure dans le périmètre de comprendre les divergences d’analyse entre Bruitparif
la concertation, l’ensemble du département de et l’ACI sur l’application des nouvelles recommandations
Seine-Saint-Denis et Paris au regard de toutes les OMS relatives au bruit et à la santé des humains
conséquences socio-économiques et environne-
mentales, directes et indirectes, voire les autres • La seconde sur l’emploi9. Les retombées en termes
pôles urbains les plus proches de l’Aisne, de l’Oise, d’emploi sont un facteur important, particulièrement
de Seine-et-Marne et du Val-d’Oise susceptibles dans cette zone géographique où certaines communes
de bénéficier des retombées du terminal et d’être font partie des plus pauvres de France et comptent un
exposés indirectement à un ou plusieurs impacts taux de chômage élevé. Il semble donc opportun de com-
sanitaires (notamment Chelles, Creil, Senlis…) » 7. pléter l’information du public sur la réalité de l’emploi à
Roissy CDG. Une étude est demandée à l’INSEE le 10 jan-
Par voie de conséquence le périmètre de la concerta- vier 2019. Elle consiste en une analyse des statistiques
tion passe de 168 à 480 communes dans 7 départe- publiques permettant de compléter la lecture de l’étude
ments. La réunion plénière de la CNDP est prévue pour UTOPIE présente dans le dossier de concertation.

Bila n d e s garant s - 1 3
DISPOSITIF DE GARANTIE
DE LA CONCERTATION

PÉRIMÈTRE INITIAL DE LA CONCERTATION PRÉALABLE DU PROJET TERMINAL 4

PÉRIMÈTRE ÉLARGI À 480 COMMUNES DE LA CONCERTATION PRÉALABLE DU PROJET TERMINAL 4

1 4 - Bilan des garant s - P rojet d ' a mé na ge me nt du Te rm i nal 4 et de déve l o ppe m e nt de l ' a é ro po r t Pa r i s - C har l e s - de - Gaulle
4 - La place des pouvoirs Aérienne (DSNA), à travers son représentant M. Guil-
laume Blandel et ses équipes, est présente et participe
publics dans la par la suite à la quasi-totalité des réunions publiques ainsi
concertation préalable qu’à certains ateliers. Cette participation enrichit le dé-
bat de manière conséquente en permettant d’apporter
La nécessité de la présence des pouvoirs publics dans des réponses et précisions aux interrogations du public,
la concertation a été identifiée par les garants comme notamment sur les sujets des trajectoires aériennes, des
une condition nécessaire pour que le public obtienne descentes continues, etc. L’ACNUSA, l’autorité indépen-
des réponses suffisamment complètes. En effet, de nom- dante de contrôle des nuisances aériennes, a elle aussi
breuses thématiques susceptibles d’être soulevées dans été représentée à chaque réunion publique.
la concertation préalable – que ce soit par exemple en
termes de régulations économiques, des vols ou d’accessi- Malgré les nombreuses demandes, les garants ne sont
bilité — ne relèvent pas de la compétence du Groupe ADP. pas parvenus à rencontrer les élus du Conseil Régional
d’Île-de-France.
Les garants s’attachent à mobiliser les pouvoirs publics
lors des rendez-vous dans le cadre de l’étude de contexte.
Ils rencontrent deux fois le Préfet de la Région Île-de-
France (24 septembre 2018 et 4 janvier 2019) qui s’en-
gage à participer en personne à une réunion publique
sur l’accessibilité (laquelle a lieu à Goussainville le 18 avril
2019). Ils rencontrent également la Direction Générale
de l’Aviation Civile (15 janvier 2018), la Mairie de Paris (le
26 février), des députées des circonscriptions environ-
nantes (Mmes Michèle de Vaucouleurs le 29 novembre,
Zivka Park le 6 décembre, Clémentine Autain le 16 jan-
vier), les conseils départementaux du Val d’Oise (16 no-
vembre 2018), de Seine-Saint-Denis (26 novembre 2018),
du Val de Marne (10 janvier 2019), de Seine-et-Marne
(11 février 2019), de l’Oise (18 février 2019) ainsi que de
nombreux maires et directions de service.

Dès l’ouverture officielle de la concertation à Gonesse, la


nécessité d’une participation plus active de l’État et de
ses représentants est une nouvelle fois soulignée, notam-
ment lorsque les thèmes de l’accessibilité, de la santé, de
la régulation et la répartition du trafic aérien sont abordés
par le public.

Le 14 février 2019, deux jours après la réunion d’ouver-


ture, Madame Chantal Jouanno, Présidente de la CNDP,
sollicite par courrier (cf. annexes) le ministre d’État, mi-
nistre de la Transition écologique et solidaire, la ministre
chargée des Transports, la Direction Générale de l’Avia-
tion Civile ainsi que le Préfet de la Région Île-de-France et
à la Présidente du Conseil Régional d’Île-de-France, pour
les sensibiliser à la nécessité de leur implication et de leur
présence, ou celle de leur service, dans cette concerta-
tion.

Lors d’un rendez-vous avec le cabinet de Madame Borne,


ministre en charge des Transports, le 1er avril 2019, la né-
cessité de la présence de l’État dans la concertation est à
nouveau rappelée.

À partir de la réunion publique de Conflans-Sainte-Hono-


rine le 2 avril, la Direction des Services de la Navigation

Bila n d e s garant s - 1 5
ORGANISATION
ET DÉROULEMENT • Tournée du bus participatif : les échanges auxquels
les garants ont pu assister, ont permis de mieux mesurer

DE LA la difficulté pour un maître d’ouvrage d’informer


« objectivement » les riverains d’un projet auquel, par
définition, il croit.

CONCERTATION • Ateliers préparatoires : malgré une faible mobilisation,


ils ont permis de préfigurer une partie des interrogations
qui feront l’objet de débat lors de la concertation.

B. Description du dispositif et de son


déroulé du 12 février au 12 mai

Le dispositif de la concertation est acté par la Commission


5 - Le dispositif nationale du débat public lors de la plénière du 23 janvier
2019 (cf. annexe). Compte tenu du fait que le cadrage
et son déroulement préalable de l’Autorité environnementale est convenu
pour le 16 janvier 2019 et que les documents doivent
A. La pré-concertation parvenir aux membres de la Commission plusieurs jours
avant la réunion plénière, le Groupe ADP ne dispose que
Avant la phase officielle de concertation, le Groupe de quelques jours pour adapter son dossier et le dispositif
ADP a mis en place une phase de « pré-concertation », de concertation désormais étendu à 480 communes. Pour
dont l’objectif affiché était de pré-informer le public et ces raisons, lors du passage en réunion plénière certaines
d’apprécier au mieux ses centres d’intérêt relatifs au modalités ne sont pas complètement finalisées.
projet de Terminal 4. Il s’agissait de préparer au mieux
les trois mois de la concertation préalable. Au cours de Le 23 janvier le dispositif suivant est présenté en réunion
cette période, les garants se sont attachés à sensibiliser le plénière :
maître d’ouvrage sur le fait que la concertation préalable • Un site web ;
devait être centrée sur les préoccupations du public afin • Une dizaine de réunions publiques dont 5 déjà
que ce dernier ait accès à l’information la plus complète programmées dans le périmètre initial (Gonesse le
possible, qu’il puisse poser toutes ses questions et que le 12 février pour la réunion d’ouverture, Aulnay-sous-Bois
maître d’ouvrage y réponde. le 19 février, Saint-Soupplets le 19 mars, Eaubonne le
25 mars et le Mesnil-Amelot pour la réunion de clôture
• Carte T : Les garants ont demandé au Groupe ADP le 6 mai). Cinq réunions publiques supplémentaires
des aménagements sur le document initialement prévu sont en cours de programmation à Conflans-Sainte-
pour la carte T afin qu’il apparaisse non pas comme un Honorine, Senlis, Cergy, Paris et Meaux ;
document promotionnel mais bien comme un document • Trois ateliers publics : Dammartin-en-Goële le 20 février,
d’information préparatoire à la concertation préalable. Villiers-le-Bel le 10 avril, Tremblay-en-France le 9 avril ;
• Un atelier dédié aux salariés de la plateforme le 17 avril ;
• Deux ateliers jeunes en cours de préparation dans l’IUT
de Tremblay-en-France et au CFA à Bonneuil-en-France ;
• Plusieurs cafés participatifs (dont 3 déjà programmés à
Franconville, Meaux et Luzarches) ;
• Plusieurs balades participatives sur site ;
• Un bus itinérant (stand) ;
• Dispositifs passagers dans les terminaux.

Les garants demandent alors au maître d’ouvrage, en plus


des dix réunions publiques, l’organisation de quelques
Carte T distribuée lors de la pré-concertation et imprimée réunions thématiques sur les points de controverse et les
à 372 661 exemplaires enjeux qui méritent, selon eux, d’être approfondis. Ainsi,

1 6 - Bilan des garant s - P rojet d ' a mé na ge me nt du Te rm i nal 4 et de déve l o ppe m e nt de l ' a é ro po r t Pa r i s - C har l e s - de - Gaulle
le 7 février 2019, les garants attirent l’attention du Groupe suivante. Lors des ateliers, trois ensembles de thèmes
ADP sur la nécessité d’approfondir des thématiques en doivent être abordés : le développement économique
tenant des ateliers ou réunions spécifiques autour des et l’emploi, les enjeux et impacts environnementaux,
cinq points suivants : l’accessibilité, le déplacement et la mobilité. Il est
1. L’accessibilité et la mobilité ; constaté que ces ateliers ne fonctionnent pas sous la
2. Les solutions alternatives au Terminal 4 ; forme espérée. Le public présent manifeste souvent sa
3. L’emploi et la formation ; préférence pour un débat avec le maître d’ouvrage sur
4. La biodiversité ; l’opportunité, les caractéristiques, objectifs et impacts de
5. Le bruit et la santé. son projet. Le maître d’ouvrage accepte, à la demande des
garants, de répondre aux demandes du public et adapte
Suite à plusieurs échanges entre le maître d’ouvrage et les chaque atelier en fonction des attentes du public présent.
garants, le Groupe ADP décide de faire évoluer son dispositif
en ajoutant quatre réunions publiques thématiques. Les Les garants attirent l’attention du maître d’ouvrage sur
réunions qu’il prévoit d’organiser sont les suivantes : la nécessité d’organiser une réunion publique à Mitry-
• Emploi et formation, le 8 avril à Roissy-CDG (initialement Mory, demande effectuée également par la Maire dès la
prévu à Sarcelles) ; réunion d’ouverture, le 12 février. Le Groupe ADP accepte
• Accessibilité, le 18 avril à Goussainville ; cette demande. Les garants soulignent alors la possibilité
• Trajectoires aériennes, le 24 avril à Roissy-CDG ; d’organiser des stands supplémentaires, notamment à
• Santé, bruit et qualité de l’air, le 29 avril à Roissy-CDG. Cergy.

Lors de la réunion d’ouverture, les associations soulèvent Ainsi, au final, le dispositif de la concertation est le sui-
la nécessité de débattre des alternatives. Cette demande vant :
est appuyée par les garants, s’agissant d’un élément • Un site web ;
réglementaire. En effet, le code de l’environnement • Dix réunions publiques : Gonesse (95) le 12 février
dispose que la concertation préalable, telle que pour la réunion d’ouverture, Aulnay-sous-Bois (93)
décrite dans l’article L121-15-1, permet de débattre de le 19 février, Saint-Soupplets (77) le 19 mars, Eau-
l’opportunité, du projet et, le cas échéant, de débattre bonne (95) le 25 mars, Mitry-Mory (77) le 26 mars,
de solutions alternatives, y compris, pour un projet, Conflans-Sainte-Honorine (78) le 2 avril, Paris (75) le
son absence de mise en œuvre. À ce stade, les garants 11 avril, Senlis (60) le 15 avril, Meaux (77) le 16 avril, le
considèrent que ces éléments méritent d’être développés Mesnil-Amelot (77) pour la réunion de clôture le 6 mai ;
et demandent la mise en place d’une réunion dédiée • Quatre réunions publiques thématiques : emploi
aux alternatives. Ils réitèrent cette demande au maître et formations le 8 avril à Roissy-CDG, accessibilité le
d’ouvrage lors d’un rendez-vous le 29 mars 2019 (soit 18 avril à Goussainville, trajectoires aériennes, oppor-
plus d’un mois après le lancement de la concertation). tunités et alternatives au projet à Roissy-CDG le 24 avril
et Santé, bruit et qualité de l’air à Roissy-CDG le 29 avril ;
À partir du 2 avril, lors de la réunion publique de • Quatre ateliers participatifs : Dammartin-en-Goële le
Conflans-Sainte-Honorine, le maître d’ouvrage accorde 20 février, Tremblay-en-France le 9 avril, Villiers-le-Bel
une place beaucoup plus importante à la présentation de le 10 avril et Villepinte le 25 avril ;
l’opportunité du projet et des alternatives. Il annonce lors • Un atelier dédié aux salariés de la plateforme : le 6 mai
de cette réunion, que l’atelier prévu sur les trajectoires à Roissy-CDG ;
aériennes sera également consacré au débat sur les • Deux ateliers jeunes au Lycée Vilgénis à Massy (91) le
alternatives au Terminal 4. Ainsi la réunion publique 14 mars et à l’IUT de Tremblay-en-France (93) le 4 avril ;
thématique du 24 avril s’intitule désormais « trajectoire, • Trois cafés participatifs : Luzarches (95) le 22 février,
opportunité et alternatives au projet, prévisions de trafic Meaux (77) le 16 mars et Franconville (95) le 3 avril,
et fonctionnement d’un hub ». • Trois balades participatives sur site : 19 mars, 16 avril
et 25 avril ;
Quatre ateliers participatifs sont organisés. Ils ont lieu • Vingt-quatre stands riverains : par exemple à Conflans-­
le 20 février à Dammartin-en-Goële (77), le 9 avril à Sainte-Honorine (78) le 16 mars, Meaux (77) le 19 mars,
Tremblay-en-France (93), le 10 avril à Villiers-le-Bel (95) et Oissery (77) le 20 mars, Argenteuil (95) le 20 mars,
le 25 avril à Villepinte (93). Ces ateliers participatifs sont Louvres (95) le 22 mars, Claye-Souilly (77) le 27 mars,
organisés « en ruche », chaque table traitant donc d’un Écouen (95) le 28 mars, Lizy-sur-Ourcq (77) le 29 mars,
thème avant de faire circuler ses conclusions à la table Thorigny-sur-Marne (77) le 29 mars, Creil (60) le 3 avril,

Bila n d e s garant s - 1 7
ORGANISATION ET DÉROULEMENT
DE LA CONCERTATION

Saint-Martin-du-Tertre (95) le 4 avril, Dungy (93) le Grand Roissy le Bourget ; l'association Jérémy ; le campus
5 avril, Attainville (95) le 5 avril et Moussy-le-Neuf (77) des métiers de l'aéronautique ; la DRIEA / DIRIF ; IDFM ;
le 6 avril ; la SGP ; la DGAC / DSNA ; l'ACNUSA ; Airparif ; Bruitparif ;
• Dix stands passagers dans les terminaux : du 18 mars l'ARS.
au 8 avril dans les Terminaux 2F et 2A de Roissy-CDG et
du 18 mars au 7 mai dans les Terminaux 2F et 2E. • Ateliers participatifs : 145 participants
• Vingt-quatre stands salariés. • Ateliers jeunes : 75 personnes
• Cafés participatifs : 34 participants
• Balades immersives : 74 participants
Remarques
Les garants ont observé trois zones distinctes de mobi-
Le site internet a permis au public de poser toutes les ques-
tions qu’il souhaite au maître d’ouvrage ou de donner son avis lisation :
sur le projet. Le Groupe ADP a répondu sous quinze jours 1. Une zone qui comprend l’environnement proche ou
aux questions. très proche de l’aéroport, de mobilisation variable : de
La demande répétée des garants auprès du maître d’ouvrage faible à Aulnay-sous-Bois et Villepinte à importante à Go-
n’a pas abouti concernant un espace du site internet leur nesse, Mitry-Mory et Le Mesnil-Amelot. Cette différence
étant dédié. Ils regrettent également l’absence d’un moteur peut s’expliquer par des éléments structurels : facilité ou
de recherche sur le site.
non d’accès à l’aéroport et donc à ses emplois, percep-
tions de certaines nuisances, etc.

6 - La mobilisation 2. Une zone plus éloignée où la mobilisation a été forte


comme à Eaubonne ou à Conflans-Sainte-Honorine. À Eau-
bonne, plus de 400 personnes se sont déplacées à la réunion
Environ 2 118 personnes au total se sont déplacées dans publique. De la même manière, le site internet présente de
les événements publics. nombreux avis émanant de la vallée de Montmorency et de
son environnement proche. Cette zone est particulièrement
• Aux réunions publiques : 1 475 participants environ préoccupée par la thématique du bruit et de nombreuses
À Gonesse le 12 février : 250 participants associations se sont structurées sur cette partie du territoire.
À Aulnay-sous-Bois le 19 février : 50 participants
À Saint-Soupplets le 19 mars : 150 participants 3. Une troisième zone où la mobilisation a été plus faible
À Eaubonne le 25 mars : 440 participants comme à Paris, Meaux et Senlis. Moins impactées par les
À Mitry-Mory le 26 mars : 220 participants nuisances aériennes, les participants aux réunions dans
À Conflans-Sainte-Honorine le 2 avril : 120 participants cette zone se sont montrés davantage préoccupés par les
À Paris le 11 avril : 45 participants questions d’emploi, de climat et d’accessibilité.
À Senlis le 15 avril : 60 participants
À Meaux le 16 avril : 50 personnes La participation des populations a pu varier selon les
Au Mesnil-Amelot le 6 mai : 90 personnes zones – au regard notamment de leurs expositions aux
impacts du projet – et selon l'accessibilité des salles et
• Aux réunions thématiques : 315 participants la communication effectuée par les municipalités d’ac-
Sur l’emploi et la formation à CDG le 8 avril : 65 participants cueil. Une partie du public plus éloignée des codes des
Sur l’accessibilité à Goussainville le 18 avril : 100 participants échanges a peu été présente.
Sur les trajectoires aériennes et les alternatives au projet
à CDG le 24 avril : 80 participants Tout au long de la concertation, un nombre important
Sur le bruit, la qualité de l’air et la santé à CDG le 29 avril : de collectivités a délibéré sur le projet Terminal 4 effec-
70 participants tuant des demandes ou exposant leurs préoccupations et
propositions :
Principaux intervenants institutionnels ayant participé • la ville de Deuil-la-Barre (95)
aux réunions thématiques : • la Communauté d’Agglomération de Plaine Vallée (95)
• la ville de Domont (95)
La Région Île-de-France ; la Direccte ; Pôle emploi ; • La ville de Villiers-le-Bel (95)
l'lnsee  ; le GIP Emploi Roissy ; Air France ; les rectorats • La ville de Compans (77)
de Versailles, Créteil et Amiens ; l'ENAC ; le campus de • la Communauté de Communes de Val Parisis (95)

1 8 - Bilan des garant s - P rojet d ' a mé na ge me nt du Te rm i nal 4 et de déve l o ppe m e nt de l ' a é ro po r t Pa r i s - C har l e s - de - Gaulle
• la ville de Franconville-la-Garenne (95),
• la Communauté d’Agglomération de Plaine-Vallée (95)
• la ville de Saint-Maur-des-Fossés (94)
• Conseil départemental du Val d’Oise (95)
• la ville de Saint-Prix (95)
• la ville de Montigny-lès-Cormeilles (95),
• le Conseil Départemental de Seine-et-Marne (77)
• la ville de Conflans-Sainte-Honorine (78)
• la ville de Pierrelaye (95)
• la ville de Lagny-Le-Sec (60)
• la ville de Saint-Prix (95)
• la ville d’Arnouville (95)
• la ville de Sarcelles (95)
• la ville de Cormeille-en-Parisis (95)
• la ville de Montmorency (95)
• la ville de Saint-Witz (59)
• la ville de Gonesse (95)
• la ville de Sannois (95)
• la ville de Dammartin-en-Goële (77)
• la ville d’Ezanville (95)

Les cahiers d'acteur


ADVOCNAR ; – devenue A104) ; Groupe GARE (Groupement Associations
Aéroport de La Rochelle ; Crédit Agricole Brie Picardie ; Roissy Environnement – Associations
Air Cargo Association (ACFA) ; Delta Airlines ; de la CCE de Roissy) ;
Air France ; Airline Operator Comitee (AOC) ; DIRAP (Défense des Intérêts des Riverains Les Amis de la Terre Val d’Oise ;
Alliance France tourisme ; de l’Aérodrome de Pontoise-Cormeilles) ; Les Amis du Village d’Eragny ;
ALYZIA ; Easyjet ; Le Collectif pour le Triangle de Gonesse ;
Areas Groupe Elior ; Egis ; Medef Seine et Marne ;
AREC (Association pour le Respect Excellence Academy ; Paris IDF Capitale Économique ;
de l’Environnement et du Cadre de vie) ; FNAM (Fédération Nationale de l’Aviation Panalpina ;
Atout France ; Marchande) ; Paris Nord 2 ;
Bien vivre à Vernouillet ; FNAUT (Fédération Nationale des Roissy Dev ;
Bolloré Logistics ; Associations d’Usagers des Transports) ; Roissy Entreprise ;
Camas Formation ; France Nature Environnement (FNE) SCARA (Syndicat des Compagnies Aériennes
CESER (Conseil économique, social et Île-de-France ; Autonomes) ;
environnemental régional) d’Île-de-France ; GIMAP ; Stay Grounded ;
Chambre des métiers de l’artisanat GIP Emploi Roissy ; Servair ;
(CMA franciliennes) ; Groupe 3S ; ville de Conflans-Sainte-Honorine ;
Chambre de Commerce et d’Industrie GEIQ-AERO (Groupement d'Employeurs ville de Mitry-Mory ;
de Paris-Île-de-France (CCI) ; pour l'Insertion et la Qualification) ; ville de Paris ;
Chambre Syndicale de l’Assistance Grand Paris Aménagement ; ville de Villiers-le-Bel ;
en Escale (CSAE) ; Groupe AES (Alternative Écologiste et ville de Tremblay-en-France ;
Conseil Départemental de l’Oise ; Sociale) du Conseil Régional d’Île-de-France ; Union des Aéroports Français (UAF) ;
Conseil Départemental du Val d’Oise ; Groupe Front de Gauche du Conseil régional WFS (Worldwide Flight Services).
Co.p.r.A.184 (Collection pour la Protection d’île-de-France ;
de Riverains de l’Autoroute A184 Groupe GSF ;

Bila n d e s garant s - 1 9
RÉSULTATS
DE LA
INTRODUCTION : OPPORTUNITÉ,
CONCERTATION TRAFIC AÉRIEN ET ALTERNATIVES

L’opportunité du projet d’aménagement du Terminal 4 et


de développement de l’aéroport Paris-Charles-de-Gaulle
est directement liée à la question de l’évolution du tra-
fic aérien. Le dossier de concertation du maître d’ou-
vrage se base sur l’hypothèse d’une croissance continue
du trafic aérien : « les anticipations prévoient un
doublement du trafic aérien mondial dans les 15
prochaines années10 ». Le Groupe ADP précise tabler
« sur une croissance dans les années à venir de
l’ordre de 2,5 % par an, ce qui fait 3 ou 4 millions
Cartographie de passagers en plus chaque année à Roissy11 ».

des principaux arguments Une partie du public a contesté le caractère inéluctable


Le droit à la participation du public aux décisions ayant un impact de cette croissance. Par exemple, un participant de la ré-
significatif sur l’environnement se traduit par la possibilité pour union d’Eaubonne interpelle le maître d’ouvrage : « Vous
chacun d’interroger le maître d’ouvrage ou d’émettre un avis dites que vous accompagnez la croissance du tra-
argumenté sur le projet et d’obtenir en retour une réponse fic aérien mais en fait la croissance du trafic aé-
argumentée. rien se nourrit de plusieurs choses : de l’absence
totale de taxes, sur le kérosène notamment, et
Il ne s’agit pas ici de résumer l’ensemble des échanges qui se sont sur les billets, la TVA. C’est d’une injustice totale.
tenus, mais d’effectuer une « cartographie des arguments », c’est-
Pourquoi n’y a-t-il pas de taxes ? Parce qu’il y a le
à-dire de mettre en lumière les principaux arguments échangés
lobby du transport aérien dont vous faites partie
pendant les trois mois de concertation afin :
• d’éclairer le décideur, et dont vous êtes des membres actifs, et d’autre
• d’identifier les arguments ou interrogations du public qui n’ont part, cette croissance se nourrit de nouvelles in-
pas obtenu de réponse ou nécessitent des précisions de la part frastructures. S’il n’y avait pas de nouvelles in-
du maître d’ouvrage ou des pouvoirs publics. frastructures il n’y aurait pas de croissance, ou
il y aurait une croissance très modérée du trafic
Afin de respecter au mieux le principe d’équivalence de traitement aérien, donc une nouvelle infrastructure créée
(et compte tenu du fait que les garants disposent de moins de du trafic aérien »12.
temps et de moins de moyens que dans une procédure de débat
public pour rédiger et publier leur bilan), les garants s’en tiennent
Ainsi, un premier niveau du débat a porté sur la limitation
au corpus de données exprimé dans le cadre réglementaire de la
concertation préalable et mis en ligne sur le site de la concertation du trafic aérien. Le maître d’ouvrage a affiché clairement
(verbatim de toutes les réunions publiques, des ateliers, cahiers sa position sur ce point : il compte capter la croissance du
d’acteur, avis en ligne, etc.). trafic et non la freiner, « pour nous, la question d’être
toujours capable de croître selon un rythme com-
La logique de la participation n’étant pas celle de la représentation, mandé par le marché, par les infrastructures et
tous les arguments ont la même valeur et méritent une égale par les choix de politiques publiques, est une
attention, quel que soit le statut de la personne qui les porte. exigence extrêmement forte »13. Le maître d’ou-
vrage précise « qu’il s’agisse d’établir un couvre-
Les garants ont identifié six thèmes majeurs présents tout le long
feu à Charles-de-Gaulle, de plafonner des mou-
de la concertation et qui forment le plan de cette cartographie
des arguments : vements, nous sommes dans des mécanismes
• aviation et climat ; qui rendraient impossible le développement du
• qualité de l’air et santé humaine ; transport aérien en Île-de-France. Cette décision
• bruit et santé publique ; nous dépasse forcément, et nous dépasse, nous,
• accessibilité ; gestionnaires d’infrastructures14 ».
• emploi et formation ;
• gestion de l’eau, biodiversité et déchets de chantier. Lors des échanges, les pouvoirs publics n’ont pas apporté
d’éclairage sur les choix politiques concernant les évolu-

2 0 - Bilan des garant s - P rojet d ' a mé na ge me nt du Te rm i nal 4 et de déve l o ppe m e nt de l ' a é ro po r t Pa r i s - C har l e s - de - Gaulle
tions du trafic aérien dont dépend l’opportunité du pro- maximum par an. C’est donc plafonné par la loi. NOTES

jet, l’État stratège ne s’étant pas encore exprimé sur ce Peut-on l’envisager à partir des aéroports de pro- 10. Dossier de concertation,
p. 39 et encadré p. 40 sur
point. vince ? Ce n’est pas le Groupe ADP qui décide de le modèle de prévision de
trafic.
qui va venir ou non s’installer à Paris-Charles-de- 11. Le Groupe ADP, réunion
Gaulle ou à Orly, mais les compagnies aériennes. publique de Paris du 11 avril
2019.
À préciser
Or, celles-ci nous disent qu’aujourd’hui qu’elles ne 12. Intervention d’un
savent pas équilibrer économiquement une ligne participant à la réunion
publique d’Eaubonne le
de la province vers les capitales transcontinen- 25 mars 2019.

Il conviendrait au gouvernement de fournir les éléments


tales. La seule façon d’équilibrer économiquement 13. Réponse du Groupe
ADP, réunion de clôture du
explicatifs des hypothèses de croissance du trafic aérien une ligne, c’est d’avoir la zone de chalandise de Pa- 6 mai 2019.
mondial, de sa répartition par zone géographique, par type
d’aéroport et phasé dans le temps. ris. Dans ces conditions, la seule solution possible 14. Réponse du Groupe ADP,
réunion de Conflans-Sainte-
est l’aéroport Paris-CDG »15. Honorine du 2 mai 2019.

15. Le directeur de Paris-


CDG, réunion publique de
Dans ce contexte, aucune contre-expertise n’ayant été Il conviendrait à l’État de se prononcer sur les alternatives Saint-Soupplets le 19 mars
2019.
apportée concernant les hypothèses de trafic, le débat au projet Terminal 4. 16. Dossier de concertation,
s’est alors centré sur deux autres questions. p. 110.

LA QUESTION DES TECHNIQUES


LA QUESTION DES ALTERNATIVES AU PROJET ET PROCÉDURES VISANT À DIMINUER
LES IMPACTS
Conformément au code de l’environnement (article L121-
15), les alternatives au projet ont été abordées, notamment Il s’agit alors de réduire les nuisances induites par l’exten-
lors de la réunion publique thématique du 24 avril 2019. sion de l’aéroport Paris-Charles-de-Gaulle (climat, qualité
de l’air, bruit, santé humaine, accessibilité, biodiversité et
Pour le Groupe ADP, plusieurs pistes ont été explorées pour gestion de chantier) et d’améliorer l’accès aux potentiali-
répondre à l’hypothèse de l’augmentation du trafic aérien. tés de développement économique (emploi et formation)
Il s’agit de l’utilisation maximale des capacités existantes, qui constituent les principales parties de ce bilan.
de la répartition de l’augmentation du trafic aérien avec
les aéroports de province, de la question du « troisième A. AVIATION ET CLIMAT
aéroport » en région parisienne, et de l’augmentation des
mouvements sur Paris-Orly. Selon le maître d’ouvrage, au- Le dossier de concertation du maître d’ouvrage rappelle
cune de ces alternatives ne permet de répondre à l’aug- que l’Organisation de l’Aviation Civile Internationale
mentation envisagée du trafic aérien, essentiellement due (OACI) s’est engagée « à stabiliser les émissions
aux vols internationaux en direction de Paris-CDG et de mondiales de carbone liées à l’aviation au maxi-
son hub : « Pouvons-nous accueillir ces 35 ou 40 mil- mum au niveau qui sera atteint en 2020, malgré
lions de passagers supplémentaires dans les in- un trafic aérien en forte croissance. L’OACI a ain-
frastructures existantes ? Je réponds tout de suite si défini un panier de mesures permettant de ré-
que c’est totalement impossible. Aujourd’hui, les duire l’impact sur le changement climatique du
infrastructures de Paris – CDG sont quasiment sa- transport aérien international et de s’inscrire
turées, ceux qui sont des passagers parmi vous le dans un objectif de stabilisation des émissions
savent. Nous ne pouvons quasiment plus accueil- mondiales de l’aviation à partir de 2020 (crois-
lir des passagers supplémentaires. Donc, ne rien sance neutre en carbone) »16.
faire signifierait ne pas pouvoir accueillir ces 35 à
40 millions de passagers et quelque part ce serait
renoncer à la croissance. Concernant la possibili-
té de le faire ailleurs, dans les années 2000 l’État À préciser
s’est demandé si un autre aéroport parisien dans
le Grand Paris et au-delà était envisageable. La ré-
ponse de l’État dans les années 2000 a été que ce
Selon les variantes du modèle de croissance du trafic
n’était pas possible. Peut-on le faire à Orly ? Vous aérien, il conviendrait de préciser concrètement ce qui
est entendu par « neutralité carbone », son contenu, ses
savez comme moi qu’à Orly la loi prévoit qu’il y modalités de compensation.
aura, si ce n’est déjà fait, 250 000 mouvements

Bila n d e s garant s - 2 1
Le projet de Programmation pluriannuelle de l’énergie À partir des différents éléments apportés par le maître
DE LA CONCERTATION

(PPE) publié pendant la concertation précise que « la d’ouvrage concernant la question des changements cli-
modération de la croissance annuelle du trans- matiques, le public qui s’est exprimé a soulevé un certain
RÉSULTATS

port aérien (3 % pour l’international et 0,7 % pour nombre d’interrogations.


le domestique) fait partie des hypothèses du pro-
jet de programmation pluriannuelle de l’énergie Tout d’abord, l’impact du projet, et plus globalement du
qui conditionne le respect des engagements in- trafic aérien, sur le climat a été un objet de préoccupation
ternationaux de la France. »17. Il convient de rappe- tout au long de la concertation. Par exemple, un partici-
ler que le secteur aérien est hors de l’Accord de Paris sur pant à la réunion publique d’Eaubonne s’interroge :
le climat et relève de l’Accord CORSIA (Carbon Offsetting « À l’heure où l’on parle d’urgence climatique
and Reduction Scheme for International Aviation). cela semble complètement aberrant d’envisager
de doubler le trafic aérien (applaudissements),
Un internaute s’interroge sur la pertinence du projet à cette industrie est une des plus polluantes, mal-
l’heure de la COP21 et du rapport du GIEC : « Est-il vrai- gré les services qu’elle peut rendre. Cela, c’est en
ment raisonnable de compter sur une croissance pensant à nos enfants, pour demain ».
du trafic aérien et de chercher à l'encourager À la réunion publique de Mitry-Mory, même question-
en Île-de-France alors que depuis la cop21 nous nement de la part d’un intervenant : « Je voulais in-
savons l’urgence de réagir à la crise climatique tervenir pour vous dire que votre projet est à
en changeant notre économie et nos comporte- contre-courant des enjeux climatiques »19.
ments ? Ce projet refuse de prendre en compte le Ou encore lors de la réunion publique de Conflans-Sainte-­
contexte global dramatique encore rappelé par Honorine : « Ce projet semble totalement déconnec-
la publication du dernier rapport du GIEC il y a té de la réalité. Vouloir absolument développer,
quelques mois. Toujours plus de croissance pour pousser la technologie pour faire rentrer un maxi-
toujours plus de changement climatique, tou- mum d’avions pour développer du trafic, du loisir,
jours plus rapide et violent. Le terminal 4 est un payer 20 euros pour aller dans toute l’Europe est
projet climaticide qui contribue à mettre en péril une hérésie quand on voit les coûts qu’occasion-
l’avenir de nos enfants et de notre planète »18. nera le réchauffement climatique »20.

INCIDENCES DES MESURES DE RÉDUCTION D’ÉMISSIONS NETTES


DE CO2 DU TRANSPORT AÉRIEN INTERNATIONAL

2 2 - Bilan des garant s - P rojet d ' a mé na ge me nt du Te rm i nal 4 et de déve l o ppe m e nt de l ' a é ro po r t Pa r i s - C har l e s - de - Gaulle
Cet enjeu a également été soulevé sur le site de la concer- 1. Les technologies de réduction NOTES

tation : des émissions de CO2 17. Synthèse du projet PPE,


MTES.
« ADP veut augmenter le trafic aérien sur Paris.
18. Avis posté par un
Quelle est la compatibilité de ce projet avec la né- Le Groupe ADP indique sur le sujet de l’innovation : « Il internaute sur « Exprimez-
vous » le 1er avril 2019.
cessité de réduire les gaz à effet de serre ? Il est aux convient également de noter que l’industrie aéro-
19. Intervention d’une
antipodes de ce qu'il faut faire : diminuer fortement nautique se prépare activement à l’introduction participante, réunion
publique de Mitry-Mory le
le nombre de vols d'avion ! »21. Un autre internaute s’in- de nouveaux carburants et de nouvelles motori- 26 mars.

terroge : « Je ne vois pas en quoi ce projet prend acte sations, de sorte que, dans l’hypothèse de la fin, 20. Intervention de la maire
d’Evecquemont, réunion
de l’urgence climatique et de la réalité de nos res- voulue ou subie, des énergies fossiles telles que publique Conflans-Sainte-
Honorine le 2 avril 2019.
sources finies. Comment ces contraintes aujourd’hui le biokérosène, d’autres technologies seront cer-
21. https://terminal4-
connues de tous sont-elles prises en compte ? »22. tainement disponibles. Les actions de Recherche cdg.groupeadp.fr/
uploads/2019/04/CR-RP-
& Développement requises sont déjà engagées. CONFLANS-ADP-T4-020419-
VD.pdf
La ville de Paris s’interroge dans son cahier d’acteur « sur la C’est dans le cadre du Conseil pour la recherche
22. Avis posté par un
pertinence des hypothèses de trafic annoncées »23, aéronautique civile (CORAC) que les efforts de internaute sur « Exprimez-
vous » le 23 février 2019.
qui ne prendrait pas en compte un certain nombre d’élé- l’industrie aéronautique pour atteindre des ob-
23. Avis posté par un
ments, point sur lequel nous reviendrons en conclusion. jectifs environnementaux ambitieux sont parta- internaute sur « Exprimez-
vous » le 5 mai 2019.
gés. La feuille de route du CORAC adoptée en 2017
24. Cahier d’acteur de la ville
À ces interrogations, le maître d’ouvrage répond que « crois- a consacré comme une des priorités la réduction de Paris.

sance et environnement ne sont pas antinomiques. de l’empreinte environnementale. À l’occasion 25. Réponse du groupe
ADP à un avis posté sur
Le dérèglement climatique que l’on connaît au- de la conclusion des Assises du Transport Aérien « Exprimez-vous » le 9 mai
2019.
jourd’hui nécessite un changement de paradigme (8 mars 2019), l’État, par la voie d’Élisabeth Borne,
26. Réponse du Groupe
certain, mais ce changement peut être, et doit être Ministre chargée de Transports, a sanctuarisé son ADP à un avis posté sur
« Exprimez-vous » le 10 mai
opéré au sein de l’aéroport, avec par exemple la soutien à ces actions de R&D, à hauteur de 135 mil- 2019.

généralisation de l’utilisation de l’électricité et du lions d’euros par an sur cinq ans27». 27. Réponse du Groupe ADP
à un avis en ligne posté sur
biocarburant »24. « Exprimez-vous » le 10 mai
2019.
De son côté, la ville de Paris signale « qu’il paraît dan-
28. Cahier d’acteur de la ville
Concernant les émissions internes : « Le Groupe ADP gereux de parier sur des alternatives aux énergies de Paris.

a d’ores et déjà un plan d’action pour limiter ses fossiles telles que les agrocarburants, dont les 29. Cahier d’acteur des Amis
de la Terre du Val d’Oise.
émissions internes de CO2 et s’est engagé à la neu- cultures contribuent à la déforestation, pour es-
tralité de ses émissions internes en 2030 »25. pérer diminuer la pollution induite par l’augmen-
tation de kérosène »28. Pour les Amis de la Terre du Val
Concernant les émissions externes : « Le Groupe anticipe d’Oise, il s’agit de « fausses solutions » : « Soumis depuis
une généralisation du recours aux moyens de subs- 2012 au système européen d’échange de quotas
titution à l’utilisation des moteurs auxiliaires de d’émission de gaz à effet de serre (EU-ETS), le sec-
puissance (APU) pour tous les avions stationnés teur de l’aviation prétend pouvoir réduire signifi-
au contact des terminaux (grâce au déploiement cativement ses émissions de CO2 par des mesures
des prises permettant l’alimentation en chaud et de compensation et par l’utilisation de carburants
froid depuis le terminal, en complément des prises alternatifs, c’est le programme CORSIA (Carbon
d’alimentation électrique) ; une évolution conte- Offsetting and Reduction Scheme). En réalité, il
nue du temps de roulage unitaire des avions (grâce s’agit d’un recours massif aux agrocarburants, en
notamment aux évolutions de l’infrastructure et particulier l’huile de palme dont on sait les dégâts
aux gains technologiques du programme SESAR, considérables que sa production engendre et qui
venant compenser l’effet lié à la hausse du trafic) ; de plus fait l’objet de chantage commercial. Quant
la généralisation du roulage électrique des avions aux avions à propulsion électrique, ils ne sont pas
pour les moyens porteurs et le développement du pour demain ni même pour après-demain. Devant
tractage au seuil de piste pour les gros-porteurs. la faiblesse des gains attendus par les stratégies
Ces mesures viendraient plus que compenser les d’atténuation et les améliorations techniques,
impacts liés à la hausse du temps de roulage, ainsi certains envisagent de restreindre temporaire-
les émissions au sol seraient en diminution nette ment l’espace aérien »29.
entre 2017 et 2037 »26.
2. La question de la taxation
À partir de ces différents points, le public qui s’est expri- du kérosène
mé dans la concertation a notamment mis en avant les
trois pistes de réduction des émissions de gaz à effet de Le sujet d’une éventuelle taxation du kérosène a été sou-
serre suivantes : levé à plusieurs reprises :

Bila n d e s garant s - 2 3
« Pourquoi le kérosène aussi polluant que le diesel, 3. La question de l’augmentation
DE LA CONCERTATION

ne participerait pas à la transition écologique au de l’emport


travers d'une taxe carbone sur le carburant ? » s’in-
RÉSULTATS

terroge un internaute (posté le 04/04/19). La question de l'augmentation de l'emport abordée dans


le dossier du maître d'ouvrage a été débattue pendant la
La fiscalité du kérosène est aussi abordée dans certains ca- concertation comme un moyen pour réduire le nombre
hiers d’acteurs comme celui de l’association ADVOCNAR : de mouvements et donc de réduire les émissions de gaz
« Afin de supprimer une distorsion de concurrence à effet de serre.
entre l’avion et les autres moyens de transport, « Aujourd'hui, l'emport moyen à Roissy est de 150,
nous attendons davantage de justice fiscale : Est- ce n'est pas extraordinaire, mais c'est déjà ça. Or,
il normal que le taux de TVA appliqué aux billets l'emport moyen à l'étranger des aéroports à peu
d’avion internationaux soit à 0 %, que celui appli- près de la même taille est de plus de 200. Singa-
qué pour les vols intérieurs ou l’aviation d’affaire pour est à plus de 250 »32.
soit un taux réduit, au même titre qu’un produit de
première nécessité ? Par ailleurs les exonérations Un autre intervenant complète sur ce point :
fiscales sur le kérosène doivent cesser. L’ADVOCNAR « En continuant à augmenter l'emport jusqu'en
demande la taxation du kérosène comme l’un des 2037, cela permet avec à peu près un objectif à
moyens de rétablir une juste concurrence entre les 500 000 mouvements de régler 120 millions de
moyens de transport sur des distances de moins de passagers et un emport aux alentours de 240 pas-
1 200 kilomètres qui peuvent être réalisées en train. sagers. C'est possible, car actuellement dans le
Le transfert modal qui s’ensuivrait permettrait de Middle of Market des avions moyen-courriers, il
délester Paris-Charles-de-Gaulle et l’Île-de-France y a un développement des avions avec un emport
d’un certain nombre de vols devenus inutiles »30. plus important, comme par exemple le Boeing 797
qui remplacerait le 757 ancien, il y a aussi l'A321
Pour le maître d’ouvrage, « l’exonération fiscale du ké- long range. En reprenant les caractéristiques de
rosène est figée dans la convention internationale ces avions-là, on arrive à ne pas augmenter le
de Chicago sur l’aviation civile internationale, nombre de mouvements, ce qui est très impor-
ratifiée par la France en 1944. Ainsi, pour pouvoir tant pour les riverains de l'aéroport. Le futur n'a
modifier le texte, un vote unanime des 191 États pas été regardé, à mon avis, correctement par le
membres de l’Organisation de l’aviation civile in- groupe ADP pour faire son évaluation »33.
ternationale (OACI) serait nécessaire. Le maintien
de l’exonération a donc également comme objectif En réponse, le maître d’ouvrage a souligné tout l’inté-
de protéger les compagnies aériennes françaises, rêt de cet argument et renvoie la responsabilité vers les
face à la concurrence. Enfin, si les compagnies ne compagnies aériennes : « c'est aux compagnies aé-
paient pas de taxes sur le kérosène, le transport aé- riennes de répondre, c'est à elles de déterminer
rien n’est cependant pas exempt de taxes. Il est le d'une part, quels sont les avions qu'elles vont uti-
seul secteur à financer entièrement son infrastruc- liser pour faire face à cette croissance et d'autre
ture via des taxes et des redevances. Il finance part, si elles souhaitent ou pas utiliser d'autres
lui-même des tâches régaliennes – en théorie du aéroports que Paris-CDG »34.
ressort de l’impôt – comme les contrôles de sûreté
aéroportuaire qui ne sont pas à la charge de l’État
mais des compagnies aériennes. Enfin, les compa-
gnies aériennes paient également une taxe sur la À préciser
pollution sonore (TNSA). Le secteur aérien s’engage
par ailleurs volontairement dans une démarche de
transition écologique (stabilisation des émissions
Il conviendrait au maître d’ouvrage, aux compagnies
carbone à compter de 2020) »31. aériennes et à l’État de préciser comment la piste
de l’augmentation de l’emport versus l'augmentation
des mouvements sera étudiée.

À préciser

Il conviendrait au Gouvernement de préciser sa position


sur une éventuelle taxation du kérosène.

2 4 - Bilan des garant s - P rojet d ' a mé na ge me nt du Te rm i nal 4 et de déve l o ppe m e nt de l ' a é ro po r t Pa r i s - C har l e s - de - Gaulle
B. AÉROPORT, QUALITÉ DE L’AIR, NOTES

SANTÉ HUMAINE 30. Cahier d ‘acteur de


l’ADVOCNAR : synthèse et
avis de l'ADVOCNAR
Contexte 31. Réponse du Groupe
ADP à un avis posté dans
Dans le cadrage préalable relatif au Terminal 4 de l’aé- « Exprimez-vous » le 4 avril
2019.
Un internaute indique sur le site de la concerta- roport de Roissy du 16 janvier 2019, l’Autorité environ-
tion : nementale considère que la question de la santé hu-
32. Intervention d’un
participant à la réunion
« Il nous est répété régulièrement que l'air de Paris thématique sur les
maine « devrait être abordée dans le dossier de Trajectoires le 24 avril 2019.
et l’Île-de-France est pollué notamment lors des
périodes de beau temps que cela nuit à la santé. concertation, puis dans l’étude d’impact, sur un 33. Intervention d’un
participant, réunion
Lorsque l'on constate l'état des meubles et objets périmètre similaire à celui des enjeux sanitaires publique de Conflans-Sainte-
Honorine le 2 avril 2019.
laissés à l'extérieur des habitations l'on peut se dire majeurs du projet (bruit, air, sites et sols pol-
que nous respirons tous les jours ces particules pol- lués), que ce soit dans l’état initial ou aux prin-
34. Réponse de M. Houalla,
directeur de Paris-CDG, à
luantes, […] Si le trafic aérien augmente comme pré- la réunion thématique du
cipales étapes du projet jusqu’en 2037 et tenant 24 avril.
vu notre région deviendra invivable et médicalement
dangereuse »35. compte des cumuls d’impacts conformément aux 35. Avis posté sur
« Exprimez-vous » le
développements des chapitres précédents [...] 23 février 2019.
En réponse, le Groupe ADP précise : « Les efforts D’autres problématiques sanitaires ne sont pas 36. Réponse du Groupe ADP
menés en collaboration avec les partenaires doivent abordées : extension des espèces exotiques enva-
à cet avis du 23 février 2019.

permettre de réduire les émissions au sol en va- 37. Voir le Cadrage


hissantes, en particulier l’allergie à l’ambroisie préalable de l’Autorité
leur absolue par rapport à la période actuelle, qu’il environnementale, p. 25
s’agisse des polluants atmosphériques ou des gaz à à la feuille d’armoise ; lutte contre les maladies et 26.
https://terminal4-
effet de serre. La baisse serait de 34 % pour les NOX vectorielles, en particulier la dengue, le chikun- cdg.groupeadp.fr/
uploads/2019/01/
(particules fines) et 26 % pour les particules en va- gunya ou le Zika, le moustique vecteur étant pré- AvisdelAE-160119.pdf
leur absolue, et de respectivement 64 % et 59 % pour sent de manière significative en Seine-et-Marne 38. Dossier de concertation,
les émissions par passager. Concernant les actions p. 119
et en Seine-Saint-Denis. Les mesures à prévoir
de réduction des gaz à effet de serre, les prévisions
conduisent à anticiper une diminution nette en va- pourront concerner les modalités de réalisation
leur absolue des émissions de CO2 au sol (stationne- des travaux, la gestion des milieux aquatiques,
ment des avions, production d’énergie, véhicules de mais aussi le contrôle des mouvements aériens ».
service et d’assistance en escale) et du roulage avion
par rapport au niveau de 2017, hors mécanisme de
Sur cette question, le dossier de concertation consacre
compensation. La baisse serait ainsi de 22 % en va-
leur absolue, et de 57 % par passager »36. une trentaine de lignes et renvoie le sujet vers les études
d’impact38.

Bila n d e s garant s - 2 5
Éclairage et expertises
DE LA CONCERTATION
RÉSULTATS

Pendant la concertation, Airparif a apporté les éclai- poussières que l’on va respirer. Sur le dioxyde d’azote […]
rages suivants sur la qualité de l’air en Île-de-France et il y a des niveaux plus élevés en cœur dense de l’agglo-
autour de la plateforme de Roissy-CDG : mération parisienne et des niveaux moins élevés au fur et
Anne Kauffmann, directrice des études et prospectives à mesure de l’éloignement de l’ampleur des sources. Les
d’Airparif, déclare qu’en ce qui concerne la qualité de l’air niveaux les plus forts sont au niveau des axes routiers […]
en général sur l’ensemble de la région Île-de-France « il y Sur les particules PM2,5 on respecte la valeur limite régle-
a une tendance à une vraie amélioration, avec des baisses mentaire ; en revanche, la valeur de l’OMS est dépassée
de l’ordre de 30 % sur les 10 dernières années ».39 pour 85 % des Franciliens. Le territoire dont nous parlons
Elle souligne cependant que cette amélioration ne signi- ce soir ne fait pas exception, sur ces dépassements ».
fie pas que la qualité de l’air est bonne. Si elle est meil-
leure que les années précédentes, il demeure « des dé- 2. La situation sur l'aéroport selon
passements encore très sévères, des niveaux de dioxyde Airparif
d’azote qui est le polluant pour lequel on a les dépas- Les deux graphiques suivants fournissent des élé-
sements les plus importants sur le territoire […] Égale- ments qui resituent les pollutions propres à l’aéroport,
ment, des dépassements importants pour les particules On constate que le trafic routier est le principal contri-
dites PM10 qui font plus de 10 microns, cela veut dire buteur : « Si l’on zoome sur la zone péri-aéroportuaire
qu’elles pénètrent dans l’appareil respiratoire. Celles qui qui nous concerne plus particulièrement ce soir […]
font moins de 2,5 microns pénètrent jusqu’au fin fond des les niveaux les plus élevés sont en proximité routière
bronchioles, donc tout au fond de l’appareil respiratoire. avec, en fond, une décroissance que l’on voit du cœur
C’est pourquoi ces deux types de particules sont régle- de l’agglomération vers l’extérieur, et des niveaux qui
mentés ».40 : remontent, au niveau de la plate-forme. C’est logique
puisque c’est une source, c’est comme une petite ville
1. Le contexte : La qualité de l'air est et il est normal d’avoir des niveaux plus élevés ».42
mauvaise en Île-de-France
La méthode utilisée par Airparif modélise les émis-
sions : « en enlevant les sources les unes après les
autres pour voir ce qui se passe […] nous voyons sur la
coupe (la courbe en violet) la contribution des activités
aéroportuaires, les activités au sol plus les avions, qui
est évidemment plus importante sur la plateforme et à
proximité immédiate ; également, la décroissance des
(Source : AIRPARIF)

niveaux au fur et à mesure que l’on s’éloigne des grandes


sources. Vous voyez aussi la contribution du trafic rou-
tier, à chaque fois qu’il y a un axe routier la contribution
du trafic routier est logiquement plus importante […] la
contribution du trafic routier qui peut atteindre 40 %
de l’air qui est respiré par tout un chacun, quand on est
Airparif souligne également que les provenances des trop près des axes routiers. Cela montre aussi l’impor-
polluants sont multiples : « on peut avoir des émissions tance d’intégrer dans la réflexion toute la partie accès
directes, c’est tout ce qui vient directement à la source, qui ne doit pas être que par la route, pour les passagers,
cela peut être émis directement par les avions ou à les salariés et le fret, puisqu’il y a un impact important
l’échappement des véhicules, ou par l’abrasion des freins, sur la pollution atmosphérique ».43
des pneus… Cela peut être émis par vos systèmes de
chauffage, que ce soit en émissions diffuses ou en émis- En ce qui concerne les activités aéroportuaires, les études
sions canalisées via une cheminée. On a aussi beaucoup montrent que « la contribution maximale est de 30 %,
d’émissions liées aux transformations chimiques dans l’at- cela veut dire qu’aux limites de la plateforme 30 % de ce
mosphère de polluants gazeux, les oxydes d’azote dont je qui est respiré vient directement des activités aéropor-
vous parlais vont aussi se transformer et à un moment ou tuaires, et donc que 70 % vient d’autres choses, du trafic
un autre ils peuvent faire des nitrates, qui sont aussi des routier et des autres sources. La zone d’impact, c'est-à-
particules. Et puis, il y a la remise en suspension : vous dire dans laquelle on voit la contribution des activités
avez forcément dû constater quand il y a un gros coup aéroportuaires, varie un peu d’une année à l’autre et est
de vent ou un passage de véhicule que la poussière qui en moyenne de 6 km. En 2017 c’était 7 km, cela dépend
est au sol se remet en suspension, elle participe aussi aux un peu des conditions météorologiques. Elle est au mini-

2 6 - Bilan des garant s - P rojet d ' a mé na ge me nt du te rm i na l 4 et de déve l o ppe m e nt de l ' aé ro po r t Par i s - C ha r l e s - de - Ga ulle
mum de 3 km à l’Ouest et va jusqu’à 8 km au Nord-est. plus diffuses, et « la contribution des activités aéropor-
Sur l’année 2017, vous pourrez regarder le rapport sur tuaires est moins flagrante, [même chose pour] celle du
notre site, les conditions météorologiques étaient un peu trafic routier, les niveaux étant relativement homogènes
différentes donc on a un peu moins à l’Ouest et un peu partout. La contribution des activités aéroportuaires aux
plus loin à l’Est, jusqu’à 10 km. Cela donne l’ordre de gran- niveaux de particules n’est pas directement perceptible
deur de l’influence des activités ».44 dans nos calculs, au-delà de la zone aéroportuaire. On
Airparif souligne cependant que les contributions des ne sait pas distinguer les particules au-delà de la plate-
particules fines sur la qualité de l’air sont plus difficiles forme. C’est pareil concernant les PM2,5 avec une petite
à mesurer : contribution que l’on voit à l’extérieur de la plate-forme,
« En ce qui concerne les particules, on a diverses sources, à moins d’un kilomètre autour »45.

CONCENTRATION TOTALE D'OXYDES D'AZOTE, CONTRIBUTION


DU TRAFIC ROUTIER ET CONTRIBUTION AÉROPORTUAIRE

NOTES

39. Intervention d’Anne


Kauffmann d’Airparif,
réunion thématique sur »
bruit, qualité de l’air, santé »
le 29 avril à CDG.
https://terminal4-
cdg.groupeadp.fr/
uploads/2019/05/CR-RP-
THEMATIQUE-ADP-T4-
290419-V3.pdf

40. bid

41. La gestion de ce trafic


routier se trouve dans la
partie Accessibilité

42. Intervention d’Anne


Kauffmann d’Airparif,
réunion thématique sur
« bruit, qualité de l’air,
santé » le 29 avril à CDG.
(Source : AIRPARIF)

https://terminal4-
cdg.groupeadp.fr/
uploads/2019/05/CR-RP-
THEMATIQUE-ADP-T4-
290419-V3.pdf

43. Ibid

44. Ibid
CONCENTRATION TOTALE DE PARTICULES PRIMAIRES PM10, CONTRIBUTION
45. Ibid
DU TRAFIC ROUTIER ET CONTRIBUTION AÉROPORTUAIRE

Bila n d e s garant s - 2 7
Les problématiques mesures viendraient plus que compenser les im-
soulevées pendant pacts liés à la hausse du temps de roulage, ainsi les
DE LA CONCERTATION

émissions liées au roulage seraient en diminution


la concertation nette entre 2017 et 2037.
RÉSULTATS

Près de 90 % des véhicules en escale seraient élec-


À partir des différents éléments apportés par le maître triques (contre environ 20 % en 2017).
d’ouvrage et des éléments d’éclairage d’Airparif concer- Par ailleurs, le laboratoire du Groupe ADP travaille
nant la question des pollutions chimiques, le public qui sur l’amélioration de la connaissance des émis-
s’est exprimé a soulevé un certain nombre d’interroga- sions des avions, en lien avec Airparif et la DGAC.
tions concernant sa réduction et ses conséquences sur Des bilans mensuels et annuels de la qualité de
la santé humaine individuelle. l’air sont réalisés (issus de la mesure) et les émis-
sions de NOx et CO2 du cycle LTO sont calculées à
1. Réduire la pollution partir des données de trafic et communiquées dans
l’information RSE du Groupe ADP.
chimique Le projet est donc bien en ligne avec le PPA et les
actions pour le secteur aérien»47.
Lors de la concertation, un internaute citant les chiffres
du dossier du maître d’ouvrage rappelle que le projet De son côté, l’association ADVOCNAR rappelle que dans
entraînerait une « augmentation de la pollution « le cadre du Plan de Protection de l’Atmosphère Île-de-
chimique : +30 % d'oxydes d'azote, +11 % de parti- France (PPA-IDF) révisé et arrêté le 31 janvier 2018, le
cules fines dans le cycle LTO (Atterrissage, roulage, secteur du transport aérien est le seul à réduire ses émis-
décollage) Incompatible avec la réduction de la pol- sions polluantes d’environ ... 0%! [Alors qu’il est] Respon-
lution chimique dans le cadre du PPA-IDF (Plan de sable de 7 % des émissions de NOx en Île-de-France, ce
Protection de l'Atmosphère Île-de-France) »46. secteur bénéficie d’une indulgence coupable » .

Selon le maître d’ouvrage, les actions du Plan de pro- 2. Questions de santé


tection de l’atmosphère Île-de-France permettraient à
l’horizon 2037 « de réduire les consommations de humaine individuelle
carburant et donc les émissions de polluants at-
mosphériques seront donc bien mises en place et Lors de la réunion publique thématique sur la santé le
complétées par d’autres : 29 avril, des questions ont été soulevées par le public
Le recours aux moyens de substitution à l’utilisa- concernant l’effet direct des pollutions sur la santé hu-
tion des moteurs auxiliaires de puissance (APU) se- maine individuelle.
rait généralisé pour tous les avions stationnés au
contact des terminaux, grâce au déploiement des Un participant à la réunion déclare notamment : « On
prises permettant l’alimentation en chaud et froid nous parle aujourd'hui d'études sur la pollution
depuis le terminal (prises ACU), en complément de l'air intérieure, parfois elle est supérieure à la
des prises d’alimentation électrique (400 Hz). Ce pollution extérieure. Je voudrais savoir comment
résultat est obtenu par la forte hausse du taux de cela va se passer avec le développement du trafic
contact permis par la mise en service du nouveau aérien. Sera-t-on plus pollué dehors ou dedans ?
terminal. La progression de la part de chaud/ froid Le prenez-vous en compte ? On parle de risque
d’origine renouvelable progresserait en lien avec la chimique (NOx, particules extrafines), mais il y a
feuille de route neutralité carbone du Groupe ADP. aussi le risque bactériologique. […]J'aimerais avoir
L’évolution du temps de roulage unitaire des avions une compensation, par exemple un effacement de
serait contenue à +2,35 % en 2037 par rapport à 2017 mes impôts fonciers, parce que j'estime être com-
(soit environ +30 secondes), grâce notamment aux plètement lésé »49.
évolutions de l’infrastructure et aux gains techno-
logiques du programme SESAR, venant compenser
pour partie l’effet lié à la hausse du trafic.
Le roulage électrique des avions pour les À préciser
moyens-porteurs serait généralisé et le tractage au
seuil de piste pour les gros-porteurs largement dé-
veloppé (taux d’utilisation estimé d’environ 50 %).
Le roulage à l’arrivée sur n-1 ou n-2 moteurs se dé- Il conviendrait aux autorités publiques de répondre
à la question d’une compensation individuelle
velopperait fortement (environ les deux-tiers des ou collective pour exposition à la pollution chimique.
A380, et la moitié des gros-porteurs hors A380). Ces

2 8 - Bilan des garant s - P rojet d ' a mé na ge me nt du Te rm i nal 4 et de déve l o ppe m e nt de l ' a é ro po r t Pa r i s - C har l e s - de - Gaulle
Lors de la réunion thématique sur la qualité de l’air du de durée de vie. Tout cela est très théorique, mais NOTES

29 avril 2019, les éclairages suivants ont été apportés on a du mal à croire que le bruit et l'air pollué 46. Avis d’un internaute
posté sur « Exprimez-vous »
par un toxicologue : « Concernant la qualité de l'air n’ont pas des conséquences sur la santé. Je vais le 28 avril 2019.

intérieur versus qualité de l'air extérieur, il ne demander à l'Assemblée nationale de créer un 47. Réponse du Groupe ADP
à un avis posté le 12 mai
faut pas présenter ainsi la thématique. La qua- groupe d'études sur les conséquences en matière 2019.

lité de l'air intérieur est une certaine pollution de santé des nuisances aéroportuaires »51. 48. Cahier d’acteur de
l’ADVOCNAR.
liée à l'activité humaine, des matériaux, un cer-
49. Intervention d’un
tain nombre de choses, et la qualité de l'air ex- L’étude « DEBATS » (Discussion sur les Effets du Bruit des participant lors de la
réunion thématique sur
térieur est une autre pollution. On ne peut pas Aéronefs Touchants la Santé), étude épidémiologique en « Bruit, qualité de l’air,
santé », le 29 avril 2019.
comparer des valeurs, par exemple le nombre de cours menée sur trois aéroports français et pilotée par
50. Intervention d’un
microgrammes de particules dans l'air dans la l’IFSTTAR, devrait apporter des éléments en 2020 selon sa toxicologue lors de la
réunion thématique sur
maison versus dans l'air extérieur. Par rapport à coordinatrice Anne-Sophie Evrard : « Les conclusions « Bruit, qualité de l’air,
santé », le 29 avril 2019.
cela, concernant la qualité de l'air dans les zones générales de l'étude seront données au plus tard
51. Intervention de François
aéroportuaires, aujourd'hui il y a quand même en 2020 »52. Puponni, député du Val
d’Oise, réunion thématique
un très grand nombre d'incertitudes là-dessus. sur « Bruit, qualité de l’air,
santé », le 29 avril 2019.
Lorsque vous demandez quel est l'impact de En réaction à cette déclaration, un participant de la réu-
52. Intervention de Anne-
l'activité aéroportuaire sur la qualité de l'air et nion thématique sur la santé demande que l’enquête pu- Sophie Evrard, coordinatrice
de l’étude DEBATS lors de la
en particulier chez les riverains, il est extrême- blique tienne compte de cette étude et de ces conclusions réunion thématique « Bruit,
qualité de l’air, santé » le
ment difficile de répondre, sauf à partir dans des ainsi que de celles de l’étude Sommeil53 : « Je pense qu'il 29 avril à CDG.

modélisations mathématiques avec une incerti- serait raisonnable d'attendre les résultats de ces 53. En complément de
l’étude DEBATS, une étude
tude importante. Pourquoi je dis ça ? On mesure études pour démarrer l'enquête publique, qu'elle sur le bruit et la qualité de
l’air, l’étude Sommeil a été
d'abord l'exposition, c'est-à-dire des valeurs de en tienne compte et que ce soit inscrit dans cette réalisée. Elle a « porté sur
90 riverains de Roissy et
certains polluants dans l'air. C'est ce que fait Air- enquête publique »54. une vingtaine de riverains
de Toulouse-Blagnac. […]
parif en tant qu'observatoire. Lorsqu'on parle de les gens ont subi la même
chose que les participants
particules, les PM10 ou les PM2,5 en fonction de [de l’étude DEBATS] mais en
plus pendant une semaine
leur taille, est-ce que les PM10 sur un air d'aéro- en 2013, 2015 et 2017, un
technicien de Bruitparif est
port sont les mêmes particules que celles qu'on À préciser allé réaliser des mesures
acoustiques au domicile
retrouve en pollution urbaine ? Aujourd'hui, on de ces participants. Il a pu
déterminer « une dose de
n'a pas cette réponse. Est-ce que les particules bruit dû aux avions sur
l'oreiller » et pas seulement
aéroport sont plus ou moins toxiques, et de la en façade des bâtiments,
Pour garantir la bonne information du public tout au comme c'est habituellement
même manière ? C'est très difficile à dire. On peut long des procédures d’autorisation, il conviendrait que fait dans la littérature. Ces
les résultats de l'étude « DEBATS » soient publiés avant mêmes participants ont
modéliser des effets sur la santé à partir d'une l’ouverture de l’enquête publique.
porté pendant une semaine
un appareil qui a permis de
valeur de particules dans l'air. On pourrait très déterminer objectivement
leur qualité de sommeil »,
bien dire que tant de milligrammes dans l'air sur intervention de Anne-Sophie
Evrard, coordinatrice de
toute une vie, cela peut donner des effets sur la Les effets cumulés du bruit et de la pollution chimique ont l’étude DEBATS lors de la
réunion thématique « Bruit,
santé, des effets d'ordre respiratoire ou cardio- été soulevés pendant la concertation. Par exemple, un ca- qualité de l’air, santé » le
29 avril à CDG.
vasculaire notamment. Les particules n'étant hier d’acteur mentionne « un bruit difficile à supporter, de
54. Intervention d’un
pas forcément les mêmes, la toxicité n'est pas la jour comme de nuit (hors cœur de nuit) qui s’accompagne participant lors de la
réunion thématique « Bruit,
même. Donc, on ferait des erreurs de modélisa- d’une pollution de l’air aux oxydes d’azote et particules qualité de l’air, santé » le
29 avril à CDG.
tion, à mon sens, en modélisant un air d'aéroport fines, ayant des effets bien connus néfastes pour la santé
55. Cahier d’acteur du
et des valeurs sur de l'air urbain en général. des habitants survolés »55. CIRENA

Je ne connais pas la réponse, je ne sais pas si c'est


plus toxique ou moins toxique. Aujourd’hui, on a
beaucoup d'incertitudes là-dessus. »50.
À préciser
À cette incertitude de l’expertise toxicologique, un inter-
venant apporte les réserves suivantes : « Sur Airparif,
on n'a pas les conséquences en matière de san-
La question des effets cumulés entre les impacts de
té. On donne les normes mais quelles sont les bruit et la qualité de l’air sur la santé humaine pose
une question méthodologique de santé publique qu’il
conséquences ? Il faudrait bien que Airparif aille conviendrait d’approfondir.
un peu plus loin. Quand on lit les deux rapports,
je pense qu'il faut aller plus loin. Monsieur, vous
nous dîtes qu’il y a peut-être bien des consé-
quences, peut-être bien qu'il n'y en a pas. Là, on
ne rigole plus, on joue avec la vie des gens. Il y a
des problèmes de santé, des problèmes de perte

Bila n d e s garant s - 2 9
LES PROBLÉMATIQUES SOULEVÉES

C. BRUITS ET SANTÉ PUBLIQUE


PENDANT LA CONCERTATION

Contexte

Une partie du public s’est inquiétée des impacts liés considération de l’impact sur la santé des riverains.
aux nuisances sonores en terme sanitaire (troubles du L’ensemble des efforts menés pour réduire les nuisances
sommeil, maladies cardio-vasculaires, etc.), comme sonores et l’impact des activités de la plate-forme et
cet internaute le déclare le 17 février 2019 : du trafic aérien sur la qualité de l’air vont dans ce sens.
« Je suis opposée à une augmentation du trafic Cette concertation permet justement de créer cette
aérien sur une zone d'habitat dense comme la région jonction, pour trouver ensemble des pistes de solution,
parisienne. L'impact négatif en termes de santé a déjà d’amélioration de l’état existant. S’agissant du bruit, il
été démontré : bruit diurne et nocturne qui engendre du est aujourd’hui difficile d’isoler les impacts sur la santé
stress et des pathologies liées aux troubles du sommeil, des facteurs acoustiques, non-acoustiques, et liés à la
pollution qui augmente les troubles respiratoires. C'est gêne. Un programme d’études en cours (« Débats »)
toute une population, de l’enfant à la personne âgée, qui permettra d’apporter de nouveaux éléments dans
va subir une nouvelle dégradation de ses conditions de le courant de l’année 2019. Dans le cadre du projet,
vie »56. l’évolution des impacts du bruit sur la santé peut être
Sur ce point, le maître d’ouvrage déclare que : « la reliée à l’évolution des indicateurs sonores : projection
santé des riverains est une priorité pour le Groupe de l’IGMP à 75 (équivalente au niveau de 2014), et
ADP. Ce projet ne se fait pas au détriment ou sans compatibilité avec le PEB adopté en 2007 »57.

La problématique du bruit et des nuisances sonores a été et d'interdire les avions les plus polluants et les
abordée tout au long des trois mois de concertation. Les plus bruyants. Seulement après, la question de
éléments du débat ont d’abord porté plusieurs enjeux : la la poursuite du développement de CDG pourra se
question des trajectoires, la question des vols de nuit, la poser »59.
question de la réduction du bruit, la question de l’impact Le groupe ADP rappelle qu’en ce qui concerne les trajec-
sur la valeur immobilière, la question du Plan d’Exposition toires « le “respect” de l’altitude d’approche régle-
au Bruit et le Plan de Gêne Sonore, la question de l’inno- mentaire est obligatoire, et systématique : sur
vation technologie et la question de l’IGMP. l’axe d’approche, les avions sont soumis au strict
respect des systèmes d’atterrissage aux instru-
ments, qui définissent un plan de descente à 3° »60.
1. la question des trajectoires Le maître d’ouvrage ajoute également qu’actuellement,
La question des trajectoires aériennes, leur éventuel « les trajectoires sont étudiées pour impacter le
« non-respect » et les gênes qui en résultent a également moins possible les populations. Néanmoins un
été un sujet récurrent. Un internaute déclare par exemple avion, pour atterrir en sécurité, doit s’aligner sur
le 13 avril 2019 qu’« il faut absolument revoir les tra- l’axe des pistes suffisamment en amont. Le sens
jectoires d'atterrissage. Continuer sur les mêmes du vent a son importance puisque l’avion atterrit
trajectoires qui passent par des grandes villes ou décolle face au vent. De ce fait, les trajectoires
comme Achères, Poissy, Conflans, Cergy-Pontoise… sont étudiées dans les 2 sens. Pour ce faire, des
soit environ 400 000 habitants représente une ca- volumes de protection environnementaux VPE
tastrophe sanitaire à retardement. Je propose plu- ont été étudiés dans les 2 sens et pour l’ensemble
tôt de survoler des zones moins peuplées : soit l'est des pistes par les services de la navigation aé-
du Vexin (Ablèges, au nord d'Osny et d'Ennery ou rienne fixant les limites verticales et horizontales
la population est très faible), soit la fôret de Saint- des trajectoires en décollage et atterrissage.[...]
Germain-En-Laye. On ne peut contenter personne, Compte tenu des progrès techniques, des évolu-
mais il faut privilégier la santé des habitants, pré- tions seront sans doute encore possibles à l’ave-
férons les zones boisées. »58. nir. Les services de la navigation aérienne tra-
Un autre internaute propose de revoir la gestion des trajec- vaillent activement sur ce sujet »61.
toires afin de diminuer les nuisances aériennes : « Avant M. Guillaume Blandel, de la DSNA, admet que des amé-
de songer à toute augmentation du nombre de liorations restent à apporter pour diminuer les nuisances :
passagers et donc d'avions, il est nécessaire de « Les services de la Navigation Aérienne que je re-
revoir complètement la gestion des trajectoires présente ce soir sont totalement conscients que
d'approche (descente continue systématique, cette situation doit être améliorée et que la « crois-
atterrissage face à l'ouest, révision des trajec- sance » ou même la soutenabilité de notre activité
toires sur le doublet sud qui survolent le plus n’est concevable que si nous sommes en mesure de
de population, mise en place d'un couvre-feu...) prendre en compte la riveraineté »62.

3 0 - Bilan des garant s - P rojet d ' a mé na ge me nt du Te rm i nal 4 et de déve l o ppe m e nt de l ' a é ro po r t Pa r i s - C har l e s - de - Gaulle
2. La question des vols de nuit Le maître d’ouvrage précise qu’en ce qui concerne les vols NOTES

Les vols de nuit sont également un sujet de préoccupation de nuit : « le Terminal 4 ne contribuera pas à une 56. Avis posté par un
internaute dans « Exprimez-
majeur pour le public qui s’est exprimé. Cette question a augmentation des vols en cœur de nuit. En effet vous » le 17 février 2019.

régulièrement été soulevée lors des réunions publiques et tous les créneaux qui ne sont actuellement pas 57. Réponse du Groupe
ADP à un avis posté dans
thématiques ainsi que dans nombre d’avis en ligne. Une par- utilisés sont perdus et ne pourront être réhabili- « Exprimez-vous » le
16 février.
tie du public craint que le projet Terminal 4 n’augmente le tés. Pour ce qui est des vols en frange de nuit, ces 58. Avis d’un internaute
nombre de vols de nuits : « Il va de plus, logiquement derniers seront de plus en plus silencieux grâce au posté dans « Exprimez-
vous » le 13 avril 2019.
augmenter les vols de nuit qui sont une nuisance travail réalisé sur les descentes continues, nous 59. Avis posté par un
inacceptable (risque sanitaire majeur) »63. avons pour objectif de généraliser les descentes internaute le 16 février 2019
dans « Exprimez-vous ».
La mise en place d’un couvre-feu à l’aéroport Charles-de- continues afin qu’elles soient utilisées 24/24h. Ain- 60. Réponse du Groupe ADP
Gaulle sur le modèle de celui d’Orly a également été l’ob- si, nous visons une stabilisation et une réduction à un avis posté le 4 mars
2019 dans « Exprimez-vous ».
jet de certaines interventions. Le 24 avril, un internaute des impacts sonores ». Il rappelle également que 61. Réponse du Groupe à un
interroge le maître d’ouvrage sur cette option : « Répar- les engagements du groupe ADP « reposent sur avis posté le 23 avril 2019
dans « Exprimez-vous »
tir les nuisances serait plus judicieux que de les les garanties légales qui sont délimitées par la ré- 62. Intervention de
concentrer sur les zones les plus urbanisées d’Île- glementation, comme indiqué page 61 du dossier Guillaume Blandel lors
de la réunion publique de
de-France. Pourquoi une discrimination entre les de concertation. Le respect de ces prescriptions Conflans-Sainte-Honorine le
2 avril 2019.
riverains du sud de paris et ceux du nord de paris : est contrôlé et sanctionné, le cas échéant, par la 63. Avis posté par un
mettre le même couvre-feu à Charles-de-Gaulle qu'à commission des amendes administratives de l’AC- internaute le 23 avril 2019
dans « Exprimez-vous ».
Orly et bloquer de développement de Charles-de- NUSA. »67. À propos de Carex, le maître d’ouvrage affirme 64. Avis posté par un
Gaulle comme celui d'Orly !! La santé des habitants « continuer à regarder ce qui se passe sur Carex, internaute le 24 avril 2019
dans « Exprimez-vous ».
de la banlieue nord n’est pas moins importante que mais être assez isolé »68. 65. Réponse du Groupe à un
celle de la banlieue sud !! »64. Le groupe ADP précise à diverses reprises que « le modèle avis posté le 24 avril 2019
dans « Exprimez-vous »
Pour le Groupe ADP, l’installation d’un couvre-feu n’est pas économique du hub de Paris-Charles-de-Gaulle, 66. Intervention du Maire de
souhaitable car cela porterait atteinte au modèle économique premier aéroport d'Europe continentale, principal Gonesse lors de la réunion
d’ouverture à Gonesse le
de Roissy-CDG : « C’est ce même modèle économique porteur de la connectivité internationale du tissu 12 février 2019.

du hub de Paris-Charles-de-Gaulle, premier aéro- économique français, suppose son exploitation de 67. Réponse du Groupe
ADP à un avis posté dans
port d’Europe continentale, principal porteur de la nuit. Pour autant, l'encadrement des vols de nuit « Exprimez-vous » le 26 mars
2019.
connectivité internationale du tissu économique est un sujet particulièrement important. 68. Réponse d’Édouard
français, qui suppose son exploitation de nuit »65. Ainsi, plusieurs mesures ont été mises en place : Mathieu, Groupe ADP,
réunion thématique 18 avril
– l'arrêté du 6 novembre 2003 limite le nombre to- 2019.

tal de créneaux horaires attribuables la nuit à l'aé- 68b. Réponse à un


internaute, site de la
roport de Paris-Charles-de-Gaulle (et tout créneau concertation.
À préciser
non utilisé est retiré)
– les descentes continues sont mises en place de-
puis septembre 2016,
Il conviendrait que l’État précise sa position sur
– les avions les plus bruyants sont interdits (cha-
l’hypothèse d’un couvre-feu total ou partiel à Roissy-CDG. pitre 3 avec une marge strictement inférieure à 10
EPNDB).
Par ailleurs, des mesures d'encadrement des nui-
Sans aller jusqu’à demander un couvre-feu, le maire de sances sonores sont mises en place à Paris­Charles
Gonesse propose « de renforcer la réglementation sur le qui n'existent pas ailleurs : plafonnement d l'IGMP
trafic de nuit notamment en adoptant des mesures de à 100 notamment » 68b.
restrictions opérationnelles du trafic […] Je demande pour
ma part sur cette question des vols de nuit :
• aucune croissance supplémentaire du trafic de nuit À préciser
entre 23 heures et 5 heures ;
• l'adoption de mesures de restriction opérationnelles du
trafic de nuit entre 23 heures et 5 heures sur le modèle
de Francfort ; Sur les points suivants – aucune croissance supplémentaire
du trafic de nuit entre 23 heures et 5 heures – adoption de
• la relance du projet de fret ferroviaire à grande vitesse mesures de restriction opérationnelles du trafic de nuit entre
Euro Carex »66. 23 heures et 5 heures sur le modèle de Francfort – relance
du projet de fret ferroviaire à grande vitesse Euro Carex – il
conviendrait que les pouvoirs publics précisent leur position.
Cette demande concernant Carex a également été formu-
lée par le maire de Goussainville lors de la réunion pu-
blique thématique du 18 avril 2019.

Bila n d e s garant s - 3 1
Un internaute propose pour réguler l’ensemble des nuisances • La mise en place des descentes continues en cœur
liées au bruit de renforcer les pouvoirs de l’ACNUSA : « Ren- de nuit depuis septembre 2016 ».71
DE LA CONCERTATION

forcement des pouvoirs de l’ACNUSA, médiateur Le maître d’ouvrage fait également état des mesures qu’il
unique entre opérateurs publics et privés et re- compte mettre en place pour inciter au renouvellement des
RÉSULTATS

présentants des populations concernées. Cet orga- flottes :


nisme devra prendre en compte tous les aspects du • « La taxe sur les nuisances sonores aériennes :
problème des nuisances aériennes bruit, pollution payée par les compagnies aériennes, et dont le
atmosphérique, respect des règles de navigation, montant varie en fonction de l’heure (jour/nuit)
d’urbanisme. Enfin il devra avoir des pouvoirs à laquelle décolle/atterrit l’avion ainsi que de sa
étendus de contrôle et de sanctions. Le projet du classification acoustique. La direction générale de
terminal 4 ne propose pas de mettre en œuvre ces l’aviation civile (DGAC) a en charge le recouvrement
contreparties pour limiter les nuisances, c’est donc de cette taxe. Son produit est spécifiquement affec-
clairement une dégradation importante de notre té au financement des aides à l’insonorisation pour
environnement qui nous attend ».69 les riverains de l’aérodrome concerné.
• La modulation de la redevance d’atterrissage : qui
consiste pour les gestionnaires d’aéroports à modu-
ler, selon le principe du bonus-malus, la redevance
À préciser d’atterrissage des avions en fonction de leurs per-
formances acoustiques et de la période de la jour-
née.
• Pour réduire la gêne, le Groupe ADP investit par ail-
Il conviendrait au Gouvernement d’apporter des éléments
de réponse concernant l'élargissement des pouvoirs leurs sur l’amélioration de l’information apportée
de contrôle de l’ACNUSA.
aux riverains (mise en ligne du site VITRAIL, publi-
cation des bilans de bruit sur le site du Laboratoire,
réponse aux plaintes en ligne dans un délai de trois
3. Les autres mesures de réduction heures maximum), ainsi que la simplification du
du bruit dispositif d’aide aux riverains (dématérialisation
des dépôts de dossier en 2017 par exemple) ».72
D’autres pistes pour réduire le bruit ont été mentionnées.
Un internaute interpelle le maître d’ouvrage le 23 avril De son côté, Easyjet propose dans son cahier d’acteur de :
2019 : « il conviendrait de penser un peu aux popu- « différencier les redevances en fonction des caté-
lations du val d'Oise qui subissent le transport aé- gories d’avion et [de] créer une catégorie supplé-
rien au quotidien. Aucune réponse n’est apportée mentaire pour les avions de nouvelle génération
au sujet des nuisances sonores. Les avions volent Les progrès environnementaux dépendent no-
déjà trop bas et à des heures pas possible. Qu'en tamment des avancées techniques et du rythme
sera-il avec 500 vols en plus par jour ! ».70 de renouvellement des flottes. Il est possible de
favoriser l’émergence d’un transport aérien moins
Le Groupe ADP fait alors état de : polluant avec des mesures incitatives telle que
• « L’interdiction d’usage de certains avions, trop la différenciation des redevances en fonction des
bruyants, via le recours à trois niveaux de bruit se- catégories d’aéronefs en intégrant les modèles les
lon des procédures définies par l’Organisation de plus récents ».73
l’Aviation Civile Internationale ;
• La mise en place de volumes de protection environ- La compagnie aérienne estime également que « la propo-
nementale (VPE), des espaces à l’intérieur duquel sition d’ADP d’intégrer à la redevance d’atterris-
les avions au décollage ou à l’atterrissage doivent sage un facteur lié aux émissions de gaz NOx lors
obligatoirement circuler, permettant de canaliser du Contrat de Régulation Économique 2021-2025
les trajectoires des avions et ainsi de réduire les nui- n’encouragera pas une aviation plus durable. En
sances sonores aux abords de ces aéroports ; effet, il existe une relation inverse entre le bruit et
• Le plafonnement du nombre de créneaux en cœur les émissions CO2 d’une part, et les émissions NOx
de nuit à Paris-Charles-de-Gaulle fixé par l’arrêté d’autre part, ce qui mène Easyjet à douter de l'effi-
du 6 novembre 2003 : dans les plages 0 h 00-4 h 59 cacité d’une mesure NOx. »74.
(créneaux de départ) et 0 h 30-5 h 29 (créneaux d’ar-
rivée), le nombre maximum des créneaux attri- Pour répondre à l’enjeu du bruit, d’autres pistes ont été explo-
buables au titre des deux saisons aéronautiques rées : celle de la descente continue, celle de la pente à 3,5 de-
d’hiver 2003/2004 et d’été 2004 a été fixé à 22 500 grés, celle du rééquilibrage entre les doublets nord et sud, celle
pour 52 semaines ; de l’incitation à la modernisation et à l’innovation technique.

3 2 - Bilan des garant s - P rojet d ' a mé na ge me nt du Te rm i nal 4 et de déve l o ppe m e nt de l ' a é ro po r t Pa r i s - C har l e s - de - Gaulle
LA DESCENTE CONTINUE ment les intérêts de ce type de dispositif. Ce n'est NOTES

La descente continue a été sujet de débat. Elle est en effet pas facile de trouver le chemin qui va bien, c'est 69. Avis d’un internaute
posté dans « Exprimez-
considérée comme un élément important pour réduire les que l'on cherche en tout cas. Il y aura effective- vous « le 4 avril 2019.

nuisances sonores pour une partie des riverains. La ministre ment à un moment donné une concentration. Si 70. Avis d’un internaute
posté dans « Exprimez-
chargée des Transports, Madame Élisabeth Borne, a annon- l'on concentre les avions, même sur des endroits vous «  le 23 avril 2019.

cé lors des assises nationales du transport aérien la généra- où aujourd’hui les gens ont déjà des avions, il est 71. Réponse du Groupe
ADP à l’avis posté le
lisation de la descente continue à Paris Charles de Gaule à certain que la perception du bruit sera beaucoup 23 avril 2019 dans
« Exprimez-vous ».
l’horizon 2023. moins importante, car les avions seront dans
72. Ibid
Lors de la réunion publique à Conflans-Sainte-Honorine une une descente douce, sans remise de puissance.
73. Cahier d’acteur
riveraine est intervenue sur la nécessité d’accélérer la des- Dans le cas des descentes continues, le travail d’Easyjet.

cente continue « j’entends parler de cette fameuse que fait le contrôleur est en amont de ce qui se 74. Ibid.

descente douce, j’ai compris que c’était l’alterna- fait aujourd’hui. Au lieu de se faire entre 4000 75. Intervention d’une
participante lors de
tive. Pourquoi n’est-ce toujours pas mis en place ? et 7000 pieds, elle se fera plutôt entre 6 000 et la réunion publique
de Conflans-Sainte-
A-t-on des ingénieurs plus bêtes que les autres, 10 000 pieds. Le phénomène de hub, déployé par Honorine, le 2 avril 2019.

plus incompétents que les autres ? Je sais qu’une Air France, est extrêmement challengeant sur 76. Intervention de
Guillaume Blandel ,
personne va nous expliquer que techniquement, notre capacité à gérer un nombre d'avions très réunion thématique
sur les trajectoires
etc. c’est à la Saint-Glinglin ! Cela date de 2010, 2015, concentrés. Le problème n'est pas directement aériennes, le 24 avril
2019.
2020 et maintenant 2023 ? »75. lié au nombre de mouvements totaux, mais plu-
Pendant la concertation, M. Guillaume Blandel, de la tôt à la pointe »76.
DSNA, a précisé qu’ils allaient travailler à sa mise en place
pour respecter la date de 2023 tout en explicitant les dif- LA PENTE À 3,5 DEGRÉS
ficultés techniques : « on va essayer de tester un Un autre moyen de réduire le bruit d’une partie des ri-
dispositif permettant déjà de mesurer concrète- verains est l’augmentation de la pente à 3°5 au lieu de 3

REPRÉSENTATION SCHÉMATIQUE DES APPROCHES EN DESCENTE CONTINUE

Bila n d e s garant s - 3 3
degré. Lors de la réunion à Conflans-Sainte-Honorine, une commencer par indemniser correctement des nuisances
riveraine a soulevé le point « J'habite à 35 km de l'aé- actuelles avant de projeter une extension d'un aéroport
DE LA CONCERTATION

roport et les avions passent au-dessus de chez beaucoup trop proche des bassins de vie (plus de 4 ans
moi à 1 120 m, on est un peu loin des 3° d'angle par dossier, sans parler du mode de calcul complètement
RÉSULTATS

d'atterrissage. Londres fait des études à 3,5° dans aberrant par "pièce”) »80.
l'atterrissage, que prévoit-on sur ce sujet ? »77.
Sur ce point, le maître d’ouvrage répond que « concer-
Sur cette suggestion d’une augmentation du taux de des- nant la dépréciation immobilière, les études
cente à 3,5°, le maître d’ouvrage a déclaré que « C'est universitaires disponibles (les statistiques de la
quelque chose qui doit faire l'objet d'un certain Chambre des Notaires d’Île-de-France et l’étude
nombre d'études. Actuellement, pour des raisons “Prix de l’immobilier à proximité de l’aéroport
à la fois de sécurité pour les avions qui sont en de Paris-Charles-de-Gaulle” datant de 2017, issue
descente, mais également compte tenu des dif- de l’Université de Cergy Pontoise et publiée sur
férents plans de ce n'est pas une étude qui est le site de Ville et Aéroport) montrent, en effet,
envisagée par la Direction des services de la na- que le bruit aérien est un facteur influant sur la
vigation aérienne. Il existe effectivement des aé- valeur des biens immobiliers, cette influence est
roports sur lesquels il y a des pentes plus impor- plus importante pour les maisons que pour les
tantes, des expérimentations ont été faites, elles appartements, compte tenu de l’usage qui peut
ne sont pas toujours complètement concluantes être fait des jardins pour les maisons. Cepen-
sur le plan du confort. Dans certains cas, cela dant, le bruit n’est qu’un élément parmi d’autres
peut amener les avions utilisés, quand il y a des déterminant la valeur de l’immobilier. Vient en
pentes importantes, des procédures dans les- premier la qualité du voisinage et du quartier
quelles ils sont amenés à faire des paliers, des re- résidentiel, le facteur bruit étant comparable
mises de gaz, donc l'effet peut être assez nuisible dans les choix de résidence à la qualité des équi-
également en termes de nuisances sonores. Cela pements scolaires et sportifs, devant la desserte
dit, je précise qu'il n'y a actuellement pas à ma routière et l’accessibilité aux commerces et ser-
connaissance, d'étude prévue pour passer d'une vices. L’influence relative de l’ensemble de ces
pente de 3° à 3,5° »78. critères sur les prix de l’immobilier explique que
la variation des prix des maisons et appartement
Pour le maître d’ouvrage, « cela fait partie des hy- parait largement indépendante ces dernières an-
pothèses, de ce qui peut être envisagé d'ici 2025 nées de leur situation en termes de bruit.[…] Ces
mais là encore, cela ne dépend pas vraiment de chiffres montrent bien que le bruit est très loin
nous. Si la Direction des services de la navigation d’être le facteur essentiel de la valeur de biens
aérienne pense que c'est faisable rapidement immobiliers autour des aéroports. Les études ont
et que cela produit des résultats rapides, tant ainsi constaté une stabilité ou même une baisse
mieux. Mais, encore une fois attention, il peut y sur Paris CDG ces dernières années du facteur
avoir des conséquences »79. bruit dans les critères de choix d’achat immobi-
lier »81.

En ce qui concerne l’indemnisation des riverains pour fi-


À préciser
nancer l’isolation de leur logement, le Groupe ADP an-
nonce investir : « sur l’amélioration de l’informa-
tion apportée aux riverains (mise en ligne du
Il conviendra à l’État de préciser si les études site VITRAIL, publication des bilans de bruit sur
d’approche à 3,5° et les conséquences sur la diminution le site du Laboratoire, réponse aux plaintes en
du bruit sont toujours en cours.
ligne dans un délai de trois heures maximum),
ainsi que la simplification du dispositif d’aide
4. La question de l’impact sur la aux riverains (dématérialisation des dépôts de
valeur mobilière dossier en 2017 par exemple) »82.

L’incidence du bruit sur la valeur de l’immobilier et des La ville de Villiers-le-Bel demande de son côté dans son
difficultés à obtenir des indemnisations de la part du cahier d’acteur, une amélioration des indemnisations et
groupe ADP ont été soulevées par certains intervenants. que soit modifié « l’article R571-85 du code de l’envi-
Un internaute déclare notamment le 23 avril 2019 que le ronnement portant sur l’indemnisation des tra-
projet Terminal 4 « va irrémédiablement dégrader les va- vaux d’insonorisation des bâtiments situés dans
leurs immobilières en zone de bruit. Merci par avance, de le périmètre des plans de gène sonore, en vue de

3 4 - Bilan des garant s - P rojet d ' a mé na ge me nt du Te rm i nal 4 et de déve l o ppe m e nt de l ' a é ro po r t Pa r i s - C har l e s - de - Gaulle
fixer un taux Concertation sur le projet de Ter- du trafic aérien » sera un des leviers mis en place pour NOTES

minal 4 et de développement de l’aéroport Paris-­ permettre la « réduction de l’impact environnemental du 77. Intervention d’une
participante lors de la
Charles-de-Gaulle unique de 100 %, applicable à trafic aérien ». réunion publique de
Conflans-Sainte-Honorine,
la totalité des bâtiments, quels que soient leur le 2 avril 2019.

usage ou leur destination »83. Plusieurs participants mettent cependant en évidence 78. Réponse du Groupe
ADP, réunion publique de
l’incertitude de ces innovations technologiques à venir. Conflans-Sainte-Honorine,
le 2 avril 2019.
Un internaute déclare par exemple le 17 février : « vous
79. Ibid.
5. La question du Plan d’Exposition voulez faire augmenter le trafic à 1800/vols par
80. Avis d’un internaute
au Bruit et le Plan de Gêne Sonore jour ? Le jour où les avions seront à énergie so- posté le 23 avril 2019 dans
« Exprimez-vous ».
laire avec des moteurs silencieux, pourquoi pas ?
81. Réponse du Groupe ADP
Un internaute rapporte le 16 avril 2019 des difficultés Mais cela je ne le verrai pas de mon vivant, car à l’avis posté le 23 avril 2019
dans « Exprimez-vous ».
de son territoire à se développer du fait du PEB actuel : j'ai déjà 60 ans. Les promesses d'avions moins
82. Ibid.
« Aujourd'hui notre ville est à moitié dans le plan bruyants et moins polluants sont des promesses
83. Cahier d’acteur de
de bruit, la moitié de la population qui subit des qu'on nous fait depuis des années, mais qui ne Villiers-le-Bel.

nuisances ne peut être indemnisée, et l'autre sont jamais tenues »87. 84. Avis d’un internaute
posté le 16 avril 2019 dans
doit attendre longtemps avant d'être indemni- « Exprimez-vous ».

sée. Notre ville ne peut plus se développer que L’Arec (Association pour le Respect de l’Environnement et 85. Intervention de Madame
la Députée Zivka Park ,
sur la moitié de ce territoire, aucune indemnisa- du Cadre de vie) ajoute de son côté dans son cahier d’ac- réunion thématique sur les
trajectoires le 24 avril 2019.
tion pour la commune et par contre les mêmes teur que : « les avions de nouvelle génération appa-
86. Intervention de Monsieur
obligations en termes de logements sociaux… rus ces dernières années sont souvent présentés François Pupponi, réunion
thématique sur la santé
vive le déséquilibre social… »84. comme améliorés dans ces trois domaines. C’est le 29 avril 2019.

en partie vrai. Dans les derniers travaux du plan 87. Avis d’un internaute
posté le 17 février 2019 dans
La révision du PEB a été abordée par divers intervenants. de protection de l’atmosphère Île-de-France et des « Exprimez-vous ».

Pour la députée Zivka Park : « c’est un sujet essen- assises de l’aérien auxquels l’AREC a participé, 88. Cahier d’acteur de l’AREC.

tiel, j’ai vu que l’on s’était donné comme objectif nous n’avons pas identifié de rupture technolo- 89. Réponse du Groupe ADP
à un avis posté le 9 mars
de le revoir en 2030, c’est un peu loin. Je pense gique malgré certaines avancées dans le domaine 2019 dans « Exprimez-vous ».

qu’il est essentiel pour la qualité des riverains des moteurs de moyens courriers de faible puis- 90. Réponse du Groupe ADP
à un avis posté le 25 février
qu’on soit en capacité de revoir le périmètre sance, (A320neo). Il ne faut pas s’attendre d’ici 2037 2019 dans « Exprimez-vous ».

et le Plan de Gène Sonore, et pouvoir dans la à des technologies qui aient un gain considérable
mesure du possible indemniser encore plus de sur les trois types de pollution (bruit, qualité de
gens »85. Le député de Sarcelles, quant à lui, soulève la l’air, GES) et donc les nuisances et la gêne subie
question des tensions sur le logement : « le PEB, pour par les riverains vont suivre le volume de trans-
nous, ce sont des terrains inconstructibles. On port effectué par voie aérienne »88.
ne peut pas permettre à nos populations de se
loger. C’est ça, la réalité. Est-ce que ADP est prêt De son côté, le maître d’ouvrage déclare que « concer-
à dire « on déréglemente le PEB, on a le droit de nant les avions solaires seuls, voire des avions
construire sous PEB »86. mixant énergie solaire & biocarburant (ERAOLE
par exemple), ce sont plutôt des avions qui tech-
niquement parlant, sont actuellement utilisés
À préciser comme prototypes pour des records mais non
destinés à se transformer en vol commercial à
court terme, les panneaux solaires nécessitant
une trop grande surface à ce jour »89.
Il conviendrait à l’État de préciser sa réponse
sur une éventuelle révision du PEB, sur ses règles
de fonctionnement, sur son articulation avec le PGS
et sur les règles d’indemnisation. En ce qui concerne les avions électriques, il explique
qu’actuelle « la capacité des batteries n’est pas suf-
fisante pour assurer les vols utilisant de l’élec-
tricité. Leur poids élevé constitue également un
6. La question de l’innovation handicap. Des prototypes sont à l’étude mais
technologique pour des modèles d’avions de faible capacité (ex :
EasyJet, avec la start up américaine Wright Elec-
L’innovation technique et technologique a également été tric expérimente un avion électrique de 9 places).
un sujet de débat, notamment en lien avec le bruit et sa Airbus travaille sur la propulsion hybride pour
possible réduction. Le maître d’ouvrage déclare en effet un avion de type régional (90 places) »90.
dans son dossier de concertation (p 105) que la « mo-
dernisation des technologies en matière de traitement Il souligne toutefois que « la recherche et l’expéri-

Bila n d e s garant s - 3 5
mentation doivent se poursuivre dans ce do- 7. La question de l’IGMP
maine [et que] l’électricité devrait pouvoir être
DE LA CONCERTATION

utilisée pour le roulage des avions à moyen Le débat sur le bruit a également porté sur l’indice de me-
terme. En effet, le “green taxiing” est une bonne sure de bruit IGMP, Indicateur Global Mesuré Pondéré. Cet
RÉSULTATS

réponse pour diminuer la consommation de kéro- indice est « évalué à partir des niveaux de bruits
sène et les émissions de gaz lors de la phase rou- mesurés aux sol en temps réel pour l’ensemble des
lage : au lieu d’utiliser les moteurs pour les opé- mouvements. Il prend en compte la majoration de
rations de roulage sur le tarmac des aéroports, la gêne le soir ente 18 h 00 et 22 h 00 (+5db) et la nuit
l’avion utilisera de petits moteurs électriques entre 22 h 00 et 6 h 00 (+10db) et différencie les mou-
installés dans les trains d’atterrissages (techno- vements d’atterrissage et de décollage »93.
logie en cours de développement par Safran par
exemple). Aujourd’hui, l’OACI (Organisation de Plusieurs interventions du public ont notamment poin-
l’Aviation Civile Internationale) prévoit un ob- té les manquements de cet indice qui ne mesurerait pas
jectif d’amélioration de l’efficacité énergétique les émergences, qui auraient pourtant une influence sur
des avions d’au moins 2 % par an. Une nouvelle les nuisances sonores. Lors de la réunion d’ouverture, il
norme de certification des avions pour leurs a notamment été souligné à propos de l’IGMP que « cet
émissions de CO2 a été mise en place en 2017. À indicateur sert de référence alors qu'il est vive-
partir de 2020, les nouveaux modèles d’avions ment critiqué depuis sa mise en place. Celui-ci a
devront être conformes ; et à partir de 2028, c’est été conçu pour ne jamais atteindre la valeur 100
l’ensemble des avions en production qui devront et il ne caractérise en rien la gêne ressentie par les
être conformes »91. riverains. Il faudrait plutôt opter pour un indica-
teur événementiel tel que le NA6594, soit le nombre
Bruitparif souligne de son côté que l’innovation tech- de riverains exposés à plus de 65 décibels ». (Maire
nologique actuelle permet déjà une réduction du bruit, de Gonesse – réunion d’ouverture le 12 février 2019).
comme c’est par exemple le cas pour « l’A320 Neo qui
a des performances acoustiques renforcées par Un participant ajoute lors de la réunion thématique du
rapport à l’A320 : Les mesures réalisées indiquent 29 avril 2019 : « cet indice IGMP ne tient pas compte
que l’A320 Neo génère en moyenne 4,3 dB(A) de du ressenti des nuisances des riverains. C’est un
moins au décollage et 1,1 dB(A) de moins à l’atter- indice qui mesure la puissance sonore, mais abso-
rissage que l’A320 »92. lument pas le ressenti des riverains. Or, pour tenir
compte du ressenti des riverains, il faudrait que
cet indice prenne en compte l'émergence du bruit.
[...]D’un seul coup, un avion arrive, on le subit tous
les jours puisque l'on est en dessous, vous avez un
bruit de fond de 40 dB qui monte à plus de 65 dB,
soit plus de 25 % de décibels d’un seul coup. Si c'est
dans la journée, cela vous fait sursauter et si c'est
la nuit, cela vous réveille. Il est très important de
tenir compte dans un indice de l'émergence du
bruit. [...]que va faire le nouveau terminal 4, si ja-
mais il voit le jour, il augmentera la fréquence des
COMPARAISON DES IMPACTS SONORES DE L’A320 NEO PAR avions. On a une augmentation du trafic prévue
RAPPORT À L’A320 AU DÉCOLLAGE ET À L’ATTERRISSAGE de 38 %. L’indice IGMP sur lequel est basée toute
l'étude du groupe ADP en matière de bruit ne tient
pas compte de la fréquence. C’est paradoxal. On
ne peut pas travailler sur cette base. Là aussi,
avant de se lancer sur le terminal 4, il faut revoir
la base de cet indice, le conforter et le compléter
par l’émergence et la fréquence »95.

Sur ce point, le maître d’ouvrage déclare : « on ne le ba-


sera pas sur un IGMP renforcé puisque l'IGMP est
défini de manière réglementaire. Je pense qu'on
présentera les valeurs de l'IGMP définies par la
réglementation. S'il se trouvait que d'autres indi-
cateurs, là aussi parce que les autorités décident

3 6 - Bilan des garant s - P rojet d ' a mé na ge me nt du Te rm i nal 4 et de déve l o ppe m e nt de l ' a é ro po r t Pa r i s - C har l e s - de - Gaulle
à un moment donné qu'il faut suivre d'autres in- NOTES

dicateurs, on intégrera de fait ces indicateurs qui 91. Ibid

auront été décidés dans un cadre réglementaire 92. Intervention de Fanny Mietlicki, directrice
de Bruitparif lors de la réunion thématique
défini par les autorités en charge. sur « Bruit, qualité de l’air, santé » le 29 avril
à CDG.
Au-delà de cela, éventuellement et en fonction
de notre capacité à modéliser ou à présenter des 93. Dossier de concertation, p. 58.

choses, on peut imaginer présenter des résultats 94. L’indicateur acoustique Number
Above ou NAx (Noise events Above x dB(A))
sur des indicateurs cités par Bruitparif en ma- comptabilise le nombre d’évènements
sonores (donc les survols en l’occurrence),
tière d'émergence ou de dépassement de certains dépassant un seuil de bruit défini. Le NA65
correspond ainsi au nombre de survols
seuils. Réglementairement, l'IGMP est ce qu'il est. d'aéronefs dont le seuil de bruit maximal
exprimé en LAmax dépasse 65 dB(A). Le LA
Nous n'allons pas inventer un IGMP bis, dont plein est le Level A, soit niveau sonore pondéré
A (la pondération permettant d'intégrer au
de gens pour de très bonnes raisons nous diraient niveau physique la perception de l'oreille
humaine). Cet indicateur est exprimé en dBA
qu'il n'est pas le bon. Il ne nous appartient pas de pour décibels pondérés A. L'indicateur NA ne
s'applique pas à l'aérien, il est utilisé dès lors
déterminer les indicateurs réglementaires »96. que des pics de bruit émergent du bruit de
fond (par exemple pour des bruits de deux
roues).
Pour le grand public, la définition suivante
pourrait être intégrée au bilan : l'indicateur
acoustique NA65 (pour Number Above 65,
soit le Nombre au-dessus de 65) comptabilise
À préciser pour un lieu et une période donnée, le
nombre d'évènements sonores avions
dont le niveau sonore maximal a dépassé
65 décibels (seuil généralement admis de
la gêne sonore), Source : ACNUSA. Et voir
intervention de Bruitparif lors de la réunion
Il conviendrait à la puissance publique d’exprimer sa sur le bruit du 29 avril 2019.
position sur la pertinence du maintien de l’IGMP comme
indicateur de référence et sur la prise en compte d’autres 95. Intervention d’un participant , réunion
thématique sur la santé le 29 avril 2019.
indicateurs comme le NA65.
96. Réponse de Bruno Maingon du Groupe
ADP lors de la réunion thématique sur le
Bruit, la Santé, qualité de l’air, le 29 avril 2019.

Bila n d e s garant s - 3 7
Éclairage et expertises
DE LA CONCERTATION

La controverse des experts


RÉSULTATS

sur le bruit
Le dossier de concertation du maître d’ouvrage pré- 2014. C'est sans tenir compte des descentes continues,
sente le graphique suivant, une projection de l’indice des nouveaux avions et ainsi de suite »97.
de l’IGMP (l’Indicateur Global Mesuré Pondéré), pour
montrer l’évolution du bruit par rapport au nombre de Ce cadrage général ne permet pas à ce stade d’aborder
mouvements d’avions à l’aéroport Charles-de-Gaulle à la question de la santé humaine dans un contexte de
l’horizon 2037. bruit à spécifier. Ainsi le maître d’ouvrage indique page
119 du dossier de concertation : « S’agissant du bruit, les
études externes disponibles à l’heure actuelle rendent
Le maître d’ouvrage rapporte qu’une simulation des difficiles une quantification des impacts. Une difficulté
courbes phoniques à l’horizon 2037 a également été particulière consiste à isoler les impacts sur la santé des
réalisée et que les hypothèses qui en ressortent sont facteurs acoustiques, non-acoustiques, et liés à la gêne.
similaires à celles retenues pour l’IGMP. Le Groupe ADP Le programme d’étude Débats, financé par l’ANSES, la
précise toutefois que ces simulations ne tiennent pas DGS, la DGPR, la DGAC, l’IFSTTAR, et l’ACNUSA, permet-
compte des nouveaux progrès pouvant intervenir sur les tra d’apporter de nouveaux éléments dans le courant
procédures opérationnelles de la navigation aérienne, de l’année 2019. Ce programme comprend notamment
notamment sur les procédures de vol et les trajectoires : trois études : l’étude écologique, mettant en relation les
indicateurs de santé avec le niveau d’exposition au bruit ;
« Aujourd'hui, l'outil de mesure IGMP est le meilleur que l’étude individuelle longitudinale, permettant l’évalua-
nous ayons entre les mains. On peut peut-être l'amé- tion et le suivi dans la durée de l’état de santé des par-
liorer, toujours est-il qu'avec cet outil, les simulations ticipants ; l’étude complémentaire sommeil, permettant
montrent qu'en 2037, on n’a pas plus de bruit qu'en de caractériser de façon détaillée et spécifique les effets

ÉVOLUTION DE L’IGMP À ROISSY-CHARLES-DE-GAULLE DEPUIS 2003

3 8 - Bilan des garant s - P rojet d ' a mé na ge me nt du te rm i na l 4 et de déve l o ppe m e nt de l ' aé ro po r t Par i s - C ha r l e s - de - Ga ulle
du bruit des avions sur la qualité de sommeil. Dans le Bruitparif calcule le DALY pour des personnes nées en
cadre du projet, l’évolution des impacts du bruit sur la 2015 qui seraient exposées toute leur vie (selon l’espé-
santé peut être reliée à l’évolution des indicateurs so- rance de vie à la naissance) au niveau de bruit calculé.
nores : projection de l’IGMP à 75 (équivalente au niveau Ceci suppose que les individus résident de leur nais-
de 2014), et compatibilité avec le PEB adopté en 200798. sance à leur mort au même emplacement et au même
De son côté, la CNDP, dans le cadre de la concertation bruit.
préalable, a demandé une expertise complémentaire
(article L121-1) sur les analyses réciproques de Bruitpa- Cette hypothèse très éloignée de la réalité fournit des
rif et des industriels des aéroports (ACI) sur l’utilisation chiffres très élevés. La plupart des exemples, en parti-
des nouvelles recommandations OMS. culier dans le document cité plus haut, le sont pour une
année d’exposition, ce qui divise les chiffres présentés
L’ACNUSA (Autorité de Contrôle des Nuisances Aé- par Bruitparif par un facteur d’au moins 80.
riennes) a également apporté des éléments aux conclu-
sions de Bruitparif et rapporte que « les données ex- Ce même rapport OMS indique dans son chapitre « in-
ploitées ne concernent en effet que le bruit extérieur. certitudes, limitations » p 97, que le calcul du DALY étant
Elles introduisent un biais important par rapport au fon- basé sur de la statistique et donc des grands nombres
dement des recommandations de l'OMS pour la région ne peut être utilisé pour des situations locales, ou pour
Europe. Il nous apparaît regrettable que les habitants et des situations individuelles. Les nombreuses présen-
élus locaux concernés puissent en déduire que les effets tations du rapport BruitParif pour un individu habitant
de l’insonorisation seraient sans effet sur le DALY »99. une commune ne paraissent pas pertinentes dans la
mesure où ces situations sont à examiner au cas par cas,
En réponse, Bruitparif indique : « Enfin, comme vous en fonction du bâti, de l’insonorisation et des situations
le soulignez très justement, l’utilisation de l’indicateur individuelles.
DALY nécessite une pédagogie importante. Nous en
sommes parfaitement conscients et intervenons régu- Le DALY est un paramètre qui traduit un risque collec-
lièrement auprès des instances professionnelles et du tif, sur un périmètre suffisamment important pour ré-
grand public (notamment via les interviews que nous pondre aux exigences statistiques, et qui peut ainsi être
accordons aux médias) afin que le concept puisse être comparé à d’autres risques environnementaux »102.
bien appréhendé. L'intérêt majeur de cet indicateur
réside dans le fait qu'il peut être utilisé pour quantifier
de manière homogène la dégradation de l'état de san-
té des populations du fait des effets sanitaires induits
par les maladies ou les différents facteurs d'expositions
NOTES
environnementales. Nous appelons, à cet égard, de nos
97. Intervention de Guillaume Sauvé, Groupe ADP, lors de la réunion publique
vœux la réalisation d'une étude globale d'évaluation des de Mitry-Mory, le 26 mars 2019.

risques qu'entraînent les nuisances environnementales, 98. Dossier de concertation p.119

à commencer par la pollution de l'air et le bruit »100. 99. Lettre de l’ACNUSA à Bruitparif, le 25 février 2019.
https://terminal4-cdg.groupeadp.fr/uploads/2019/05/1317_bruitparif-rapport-
bruit-transport-2019.pdf

Sur la question du Daly101, l’expertise demandée par 100. Réponse de Bruitparif à l’avis de l’ACNUSA le 20 mars 2019.
https://terminal4-cdg.groupeadp.fr/uploads/2019/03/2019-03-20-Lettre-de-
la CNDP à deux experts indépendants MM. Roland et r%C3%A9ponse-de-Bruitparif%C3%A0-lACNUSA.pdf

Vallet a apporté les éclairages suivants : « Les effets 101. « Les années de vie corrigées du facteur invalidité (AVCI ou DALY en
anglais) sont un mode d’évaluation temporelle permettant de quantifier la
sanitaires retenus ne sont pas indépendants, car une charge de morbidité dans une population. Elles incluent une estimation des
années de vie perdues en raison de la mortalité prématurée, et des années de
personne qui dort mal exprimera pour la même raison vie vécues avec une invalidité ou une maladie chronique. Elles mesurent en
fait les années perdues par rapport à un état de santé parfait ou idéal. Les AVCI
une gêne. Cela n’autorise pas de sommer les « DALY » dressent donc un tableau plus complet des facteurs influant sur la santé que
les données portant uniquement sur la mortalité et l’espérance de vie »
liés aux deux effets. Le rapport OMS2011 « Burden of Source :http://www.euro.who.int/fr/about-us/governance/regional-
committee-for-europe/past-sessions/sixty-third-session/press-and-media/
disease from environmental noise » indique dans une twice-as-many-years-lost-due-to-ill-health-or-premature-death-in-low-and-
middle-income-countries-in-europe
note de bas de page (xvii), qu’il convient d’être prudent
102. Rapport de MM Roland et Vallet sur les analyses de Bruitparif et de l’ ACI
avant d’additionner les DALY de différentes sources sans des normes OMS.
https://terminal4-cdg.groupeadp.fr/uploads/2019/03/Analyse-ACI-Bruitparif.
considérer les synergies entre les différents effets. JRMV_.pdf

Bila n d e s garant s - 3 9
D. ACCESSIBILITÉ À LA PLATEFORME vient renforcer l’engorgement routier. La part
DE LA CONCERTATION

des transports en commun progresse néanmoins


Le dossier de concertation traite de l’accessibilité à tra- régulièrement. Entre 1993 et 2009 les transports
RÉSULTATS

vers le contexte du projet (pages 49 à 51) et à travers les collectifs ferrés ont vu leur part doubler pour re-
enjeux et impacts liés à l’accessibilité (pages 122 à 132). présenter environ 30 % des flux de rabattement
Les débats et les contributions du public ont mis en évi- observés pour les passagers aériens.
dence des attentes dues à l’engorgement actuel des accès À l’avenir, le surcroît de passagers et l’augmenta-
mais aussi aux difficultés d’accès à la plateforme, notam- tion du nombre de salariés de la plate-forme en
ment pour les riverains les plus proches. lien avec le projet pourront également être ab-
sorbés par les projets de transports en commun.
Après une présentation des principaux éléments figurant Le CDG Express, mis en service à l’horizon 2024,
sur la question de l’accessibilité à la plateforme dans le offrira 76 000 places journalières. Avec un temps
dossier de concertation, les principales observations et de trajet de 20 minutes et une fréquence de 15
interrogations faites sur ce sujet tout au long de la concer- minutes, cette ligne pourra transporter 2  000
tation préalable sont abordées. passagers/heure/sens. Sa fréquentation est esti-
mée à 21 500 passagers/jour à l’horizon 2025, et à
1. Extraits du dossier de concertation 25 000 passagers/jour en 2035. La Ligne 17, mise en
du Groupe ADP service pendant la montée en capacité du termi-
nal à l’horizon 2030, et d’une capacité de 190 000
Le dossier de concertation du maître d’ouvrage synthé- places, aura une fréquentation estimée entre
tise103 les enjeux et impacts liés à l'accessibilité de la ma- 30 000 et 40 000 passagers/jour en intégrant la
nière suivante : desserte du Terminal 2, et montera entre 50 000 et
60 000 lorsque la ligne complète sera mise en ser-
Sur les impacts du projet sur le trafic routier : « Afin vice, après 2030. Un changement de matériel sur
de mieux appréhender les impacts du nouveau la ligne du RER B avec plus de 120 000 places offri-
terminal sur le réseau routier, une modélisa- ra une augmentation de 25 % de la capacité des
tion de trafic a été effectuée à l’horizon 2037 : rames (de 1 600 à 2 000 passagers environ) à hori-
avec/sans la réalisation du projet de Terminal zon 2025.
4, et des aménagements de voirie d’accès liés Ces projets permettront notamment de faire pas-
au projet. Dû aux développements urbains et ser la part des passagers rejoignant l’aéroport
socio-économiques attendus, il est prévu que en transports en commun ferrés d’environ 37 % à
la charge routière du quart nord-est francilien près de 60 % et contribueront ainsi au désengor-
reste chargée dans les prochaines années, avec gement routier ».
ou sans le projet de Terminal 4. Néanmoins, l’im-
pact du projet sur le trafic routier sera maîtrisé, Sur les pistes de réflexions engagées autour de l’évolu-
grâce à deux variables : La connexion à l’est de tion des mobilités : « Aux côtés des projets stabili-
la Francilienne entre la RN 2 et l’autoroute A1 sés plusieurs pistes sont actuellement à l’étude
permettra d’écouler sur le réseau principal plus pour repenser dans sa globalité l’accessibilité
de 30 %11 des véhicules, contre environ 20 % au- à la plate-forme. Une réflexion partenariale
jourd’hui, fluidifiant et rééquilibrant ainsi l’ac- approfondie est engagée entre Île-de-France
cès routier à l’aéroport du côté est. Les futurs Mobilités, les collectivités locales et le Groupe
projets de transports en commun ferrés, qui per- ADP autour de la restructuration du réseau de
mettront d’absorber une partie de ce flux sup- bus desservant le territoire, et les efforts seront
plémentaire ». poursuivis avec ces partenaires pour l’améliora-
tion de l’offre pour les salariés en horaires déca-
Sur les projets de transports en commun ferrés : « Une lés. La promotion du covoiturage, déjà engagée
des ambitions fortes du projet du Terminal 4 ré- au travers de la mise en place de la plate-forme
side dans un report des transports individuels sur R’Pro’covoiturage, destinée aux salariés de la
les transports en commun ou les autres formes plate-forme, sera approfondie. Plusieurs études
de mobilité. En effet, la grande majorité des usa- et réflexions sont également en cours autour
gers de la plate-forme, salariés et passagers, ont du développement et de l’aménagement d’axes
encore recours aux véhicules individuels pour de circulation douce pour desservir la plate-
rejoindre la plate-forme. Cette pratique, nourrie forme ».
en ce qui concerne les salariés par l’importance
du travail en horaires décalés (80 % des salariés)

4 0 - Bilan des garant s - P rojet d ' a mé na ge me nt du Te rm i nal 4 et de déve l o ppe m e nt de l ' a é ro po r t Pa r i s - C har l e s - de - Gaulle
2. Les problématiques soulevées tique « accès et mobilités » du 18 avril 2019 à propos NOTES

pendant la concertation du bouclage de la Francilienne : « C’est simplement 103. Voir Synthèse du


dossier de concertation.
certes une portion entre l’A 1 et l’échangeur de
104. Voir cahier d’acteur de
Au regard des diverses difficultés d’accessibilité, les dé- Compans, un passage d’une voie existante 2X1 Mitry-Mory.

bats ont porté sur divers éléments concernant les accès voie à 2X2 voies, une voie qui est déjà saturée et 105. Intervention d’une
conseillère départementale
par voie routière (1) et les transports en commun (2). qui va contribuer à un engorgement puisqu’on de Seine et Marne,
réunion thématique sur
ne règle rien de la RN 2 qui est déjà saturée, de l’Accessibilité du 18 avril
2019.
a. Concernant les accès l’A 104 qui est déjà saturée, de la RN 3, de la RD
106. Intervention
par voie routière 212, etc. Cela veut dire que là on fait partielle- d’un participant à la
réunion thématique sur
ment une voie qui mène à l’aéroport, peut-être l’Accessibilité du 18 avril
2019.
LE BOUCLAGE DE LA FRANCILIENNE pour désaturer l’A 1, je veux bien l’entendre, on
accédera par l’Est, mais qui va générer des flux
Des élus ont mis en évidence leur crainte que le bou- de véhicules dans tout ce secteur-là qui ne ré-
clage ne provoque des engorgements très importants en gleront absolument rien et qui aggraveront à
amont et en aval de la portion aménagée. La commune mon avis la situation de ce canton dont je suis
de Mitry-Mory « demande l’aménagement des in- élue, conseillère départementale. Donc, je vou-
frastructures de transports nécessaires à la des- drais avoir bien la précision qu’il ne s’agit que
serte de l’aéroport au regard de l’augmentation de cette portion-là. Je l’avais sur l’écran mais je
de son trafic tant en termes de transport routier veux la précision »105.
(voie de contournement du Bourg, prolongement
du barreau de la RD309, doublement de l’A104) »104. À ces interventions, le maître d’ouvrage répond lors de la
Elle souligne la nécessité de développer certaines voies réunion thématique dédiée à ces sujets : « Lorsqu’on a
nationales, régionales et départementales autour du fait des travaux de confortement de cette voie-là,
contournement Est de Roissy pour éviter un phénomène on a parlé de bouclage de la Francilienne mais
de congestion (RD 309, RD 212, liaison Meaux-Roissy, ce n’était pas du tout un bouclage de la Franci-
doublement A 104, etc.). lienne, c’était un tout petit bout, exactement ce
que vous dites. En revanche, ce qui vient d’être
« Aujourd’hui, le bouclage de la Francilienne à bouclé par le Préfet CADOT avec beaucoup d’éner-
l'Est permet en effet au groupe ADP d'avoir un gie et ce à quoi le Groupe ADP a apporté sa contri-
accès direct à l'Est, que l'on finance en partie. bution à hauteur de 9,5 millions d’euros, cela,
Ce n'est pas une nouvelle route, mais élargir au- c’est le bouclage de la Francilienne, qui est prévu
jourd’hui une route (2 × 2 voies de la RD 212) qui pour 2023 ».
est largement embouteillée lorsqu’elle descend
vers Claye-Souilly, ce qui ne règle rien aux em- Mais l’augmentation du trafic routier fait craindre à cer-
bouteillages de la RN 2, de la RN 3 et de l'A104. tains une nouvelle saturation et un sur-engorgement du
Sur ces questions de mobilité et d'accès routiers, réseau routier : « On va encore rajouter du monde
pour un projet de cette ampleur et d'une situa- à un endroit où il n'y a plus de place. Je ne com-
tion de saturation telle que nous la subissons prends pas la logique, que ce soit la liaison
aujourd’hui, à Mitry-Mory, Villeparisis, Compas, Meaux – Roissy ou le contournement Est, cela ne
Thieux, Juilly, c'est bien léger quand même, vu réglera rien [...]Quand on me parle du contour-
cet enjeu. Sachant que cela ne va pas s'améliorer nement Est de la Francilienne, je m'inquiète en-
puisque les maires du canton sur lequel je suis core plus. Cela veut dire que les camions vont
conseillère départementale s'en plaignent, que encore plus arriver sur la Francilienne qui com-
ce soit Juilly ou nos voisins Gressy, Saint-Soup- porte une voie de camions en permanence et
plets, toutes ces communes qui se développent l'autre voie pour les voitures. On va nous dire
avec un déplacement des populations à la li- qu'on ne pourra plus prendre sa voiture tout
mite de l'Oise et de la Seine-et-Marne. On est seul. On se demande comment faire pour aller
aujourd’hui dans une situation de saturation au sud du département, à notre préfecture, nos
complète, d'engorgement de nos voies routières. étudiants pour se rendre à l'université. Je rap-
Il n'y a réellement aucun projet à la hauteur de pelle que le pôle universitaire, c'est Marne-la-
la situation actuelle et de la situation future Vallée. Il n'y a pas de transport en commun. Il y
provoquée par la réalisation du terminal 4 » pré- avait eu un projet à une époque qui permettait
cise la conseillère départementale et 1re adjointe mairie de doubler la Francilienne. »106.
de Mitry-Mory, en réunion publique de Mitry-Mory le
26 mars 2019. Elle poursuit lors de la réunion théma-

Bila n d e s garant s - 4 1
À préciser

ce soit à l’Est, à l’Ouest ou même un peu plus au


Nord avec Roissy, où ces liaisons sont-elles ? Il n’y
DE LA CONCERTATION

en a pas »111.
Il conviendrait au maître d’ouvrage de préciser avec
les services de l’État comment les travaux annoncés
RÉSULTATS

permettront de faire face à l’augmentation du trafic


routier et aux engorgements déjà présents. Dans son cahier d’acteur, la FNAUT rappelle que « Ce
n'est pas vraiment le réseau ferré qui permet
l'accès au quotidien pour les salariés de la plate-
L’augmentation du trafic poids lourd et de ses nuisances forme qui pour une large part résident à moins
pendant la durée des travaux du terminal 4 et des autres de 15km de la plate-forme aéroportuaire la solu-
projets a également été un sujet d'inquiétude : « Pen- tion pour rendre l'ensemble de la plateforme aé-
dant la durée des différents chantiers, la qualité roportuaire accessible aux employés autrement
de service des infrastructures de transports (col- qu'en voiture, c'est le réseau bus mais aussi des
lectifs et routiers) existantes risque de se dégra- solutions moins rigides comme Fileo »112.
der. Comme s’en inquiètent les élus et la Prési-
dente de Région, la réalisation du CDG express, L’engorgement actuel du réseau routier et le manque de
en l’état du projet, risque d’impacter le RER B et liaisons en bus semblent laisser sceptique une partie de
de compliquer encore la situation au quotidien la population sur l’amélioration de la situation : « Com-
des usagers »107. ment faciliter l’accès de notre population à un
bassin d’emploi situé à 5 km ? Je tiens à vous si-
Pour le Groupe ADP « Demain, avec le bouclage de la gnaler quand même que le matin, ou aux périodes
Francilienne, ces lotissements de chantier seront de prise de possession des emplois, on peut pas-
directement bouclés sur la Francilienne. Cela ser jusqu’à 3 quarts d’heure sur ces quelques kilo-
veut dire moins de camions sur les routes secon- mètres de l’aéroport »113.
daires, nationales, départementales, qui existent
aujourd’hui ou qui existeront demain »108 . En réponse à ces questions, le maître d’ouvrage rappelle
l’existence des liaisons à la demande Filéo qui irriguent
Certains intervenants ont également souligné la nécessi- le territoire et indique qu’« aujourd’hui, la principale
té de porter une attention particulière aux taxis et VTC difficulté pour prendre un emploi à Charles-de-
dans l'organisation des circulations : « Il importe d’an- Gaulle est l’accès donc je reviens sur la problé-
ticiper les besoins dans ce domaine, notamment matique des transports qui nous est chère ; 89 %
en termes de dimensionnement des espaces des- des salariés de Charles-de-Gaulle viennent en vé-
tinés aux professionnels du transport, à la fois hicule individuel et ce n’est pas normal. Donc, si
pour le confort des voyageurs comme des 40 000 nous pouvons retravailler les dessertes interur-
taxis et VTC franciliens qui sont aussi des usa- baines, les horaires de bus, les modes de trans-
gers de l’aéroport »109. port alternatif »114.

L’ACCESSIBILITÉ À LA PLATEFORME POUR LES


COMMUNES LES PLUS PROCHES À préciser

Il a aussi été pointé l’enclavement de certains territoires,


parfois paradoxalement très proches de la plateforme :
« L’augmentation des temps de parcours routier Il conviendrait au maître d’ouvrage et aux pouvoirs publics
de préciser de manière concrète comment ils envisagent
et en transports en commun a été sous-évaluée de faciliter l’accès et raccourcir les temps de parcours
vers l’aéroport pour les communes les plus proches de la
comme l’ont montré les éléments projetés par plateforme, dont Goussainville et Mitry-Mory.
IDFM et la DRIEA le 18 avril à Goussainville. Ce
sont les zones non desservies par une gare qui
seront lésées et subiront un allongement de leur Par ailleurs, le développement d’un réseau cohérent de
temps de parcours routier et en transport en pistes cyclables sur et vers la plateforme a donné lieu à
commun »110. des interrogations pendant la concertation (notamment
durant la réunion thématique du 18 avril). Sur ce point,
La question de la desserte de proximité et d’un accès le maître d’ouvrage a indiqué que « Concernant les
rapide à la plateforme depuis les communes proches de pistes cyclables, il a été dit qu’il n’y avait pas
Roissy reste un enjeu soulevé régulièrement pendant la grand-chose, nous avons un plan de développe-
concertation. Au Mesnil-Amelot un participant à la réu- ment des pistes cyclables. Nous les faisons mor-
nion publique interroge : « Les liaisons dont vous ceau par morceau. Nous sommes bien conscients
parlez, c’est Paris - Roissy. Pour la banlieue, que que tant qu’une piste cyclable n’est pas bouclée,

4 2 - Bilan des garant s - P rojet d ' a mé na ge me nt du Te rm i nal 4 et de déve l o ppe m e nt de l ' a é ro po r t Pa r i s - C har l e s - de - Gaulle
elle n’apporte pas grand-chose mais nous consi- pour dire qu’il y a un vrai rattrapage à faire sur NOTES

dérons qu’il est de notre devoir de faire dès qu’on le bus en Grande Couronne et notamment sur la 107. Voir cahier d’acteur du
CESER d’Île-de-France. https://
le peut, des morceaux de pistes cyclables qui, plate-forme de Roissy ». terminal4-cdg.groupeadp.fr/
uploads/2019/05/2019_9mai_
peut-être au début, ne seront pas très utilisés CA_GADP_CeserIDF.pdf

mais qui, en version ultime, permettront d’assu- b. Concernant les voies ferrées 108. Intervention du
Groupe ADP lors de réunion
rer une continuité autour de la plateforme »115. thématique sur l’Accessibilité
du 18 avril 2019.
LE CDG EXPRESS, LIGNE 17 ET RER B 109. Voir cahier d’acteur du
CMA d’Île-de-France.

À préciser Soutenus par certains acteurs, notamment écono- 110. Voir cahier d’acteur de
la ville de Tremblay-en-France.
miques118, le CDG Express reste l’objet de critiques sur https://terminal4-
cdg.groupeadp.fr/
plusieurs points. En premier lieu, une partie de la popu- uploads/2019/05/Cahier-
dacteur-T4-ville-deTremblay-
lation et des élus considère que les transports du quoti- en-France.pdf

Il conviendrait au maître d’ouvrage de préciser son plan dien sont prioritaires et que les transports en commun 111. Intervention d’un
participant, réunion du 6 mai
de développement des pistes cyclables et son calendrier.
doivent d'abord prendre en compte les difficultés que les 2019 au Mesnil-Amelot.
https://terminal4-
habitants rencontrent actuellement pour se déplacer. Il cdg.groupeadp.fr/
uploads/2019/05/CR-RP-LE-
Afin d’organiser la mobilité, il a été proposé la création s’agirait donc de privilégier la ligne 17 sur le CDG Express. MESNIL-AMELOT-ADP-T4-1-1.
pdf
d’une sous-AOT (Autorité organisatrice de transports) : Ainsi, « la ville de Tremblay-en-France réclame au 112. Voir cahier d’acteur du
« Créez-nous une sous-AOT que nous, les Val d’Oi- contraire de longue date des projets plus profi- FNAUT
https://terminal4-
siens avec le Groupe ADP, nous puissions prendre tables comme la mise en service de la ligne 17 du cdg.groupeadp.fr/
uploads/2019/05/Cahier-
en main l’accès à ces emplois, l’accès à cette plate- super métro du Grand Paris dès 2024 ou la réno- dacteur-FNAUT-CdG-
Terminal-4-002.pdf
forme » (participant, réunion thématique du 18 avril). À vation d’ampleur de la ligne B du RER »119. 113. Intervention du Maire
cette interpellation, le Directeur général d’Île-de-France de Goussainville lors de la
réunion thématique sur
Mobilités a répondu ne pas avoir « eu de demande Le projet de ligne 17 est considéré par une partie du l’Accessibilité du 18 avril 2019.

de délégation de compétence à ce stade, de chez public comme devant être prioritaire au motif qu’il per- 114. Intervention d’Edward
Arkwright, Groupe ADP lors
vous, mais nous sommes prêts à le regarder, en mettra de desservir à la fois l'aéroport de Roissy CDG et de la réunion publique de
Conflans-Sainte-Honorine le
tout cas pour la gestion des bus c’est quelque les communes situées sur son parcours dans de bonnes 2 avril 2019.
https://terminal4-
chose que l’on peut faire ». Le maître d’ouvrage a de conditions et qu'il concernera aussi bien les passagers, cdg.groupeadp.fr/
uploads/2019/04/CR-RP-
son côté répondu « y réfléchir avec intérêt »116 mais rap- que les salariés et les riverains. La ville de Paris est par CONFLANS-ADP-T4-020419-
VD.pdf
pelé que cela ne relevait pas de sa responsabilité . exemple « opposée au projet de CDG Express, lui 115. Intervention du Groupe
préférant une nette amélioration de la ligne ADP lors de la réunion
thématique sur l’Accessibilité
B du RER et la mise en service de la ligne 17 du du 18 avril 2019.

Grand Paris Express car ces lignes sont celles qui 116. Intervention du Groupe
À préciser ADP lors de la réunion
pourront véritablement améliorer le quotidien publique au Mesnil-Amelot le
6 mai 2019.
des franciliens »120. Le calendrier favorisant le CDG Ex- 117. Voir cahier d’acteur du
press sur la ligne 17 est parfois critiqué et vécu comme FNAUT.

Il conviendrait à Île-de-France Mobilités les suites une priorité des voyageurs aériens sur les salariés et les 118. Voir cahier d’acteur Air
France.
qu’ils souhaitent donner à la proposition de création
d’une AOT de 2e rang. riverains : « Le projet CDG express, ligne express 119. Voir cahier d’acteur de
ciblant touristes aisées et voyageurs d’affaires, la ville de Tremblay-en-France.

sans desservir les banlieues parisiennes qu’elle 120. Voir cahier d’acteur de la
ville de Paris.
CONCERNANT LE RÉSEAU DE BUS ne fera que traverser »121. 121. Voir cahier d’acteur de
Tremblay-en-France.
https://terminal4-
La densification des réseaux de bus depuis les communes En second lieu, des inquiétudes ont été exprimées cdg.groupeadp.fr/
uploads/2019/05/Cahier-
avoisinantes a été l’objet de nombreuses interventions, concernant les impacts du CDG Express sur le RER B. L’in- dacteur-T4-ville-deTremblay-
en-France.pdf
demandant par ailleurs l’accompagnement de mesures terruption de la circulation du RER B pendant plusieurs
garantissant la fluidité de circulation : « beaucoup reste semaines tout au long des travaux du CDG Express est
à faire en particulier pour donner la priorité aux source d’inquiétude d’autant que les transports de subs-
bus dans un secteur congestionné ou pour créer titution mis en place lors des récentes interruptions pro-
des sites propres réservés aux bus »117. grammées n’ont pas fait la preuve de leur efficacité. « Il y
a quelque temps, vous avez effectivement fermé
Lors de la réunion thématique du 18 avril, le directeur la ligne le week-end. Quelques-uns sont allés voir
général d’Île-de-France Mobilités indique a précisé à pro- sur place ce qui se passait : magnifique, pareil !
pos de l’augmentation des bus « Je suis d’accord pour Les travailleurs, les riverains, les salariés sont
que l’on discute, pour que vous nous disiez où il des variables d’ajustement. Il y a des gens pour
y a des besoins. C’est vrai qu’aujourd’hui des bus qui le week-end, pour aller au travail, c’est la ga-
s’arrêtent le week-end ; il faut peut-être en ra- lère. On leur promet cela 15 week-ends par an,
jouter le week-end. Je suis entièrement d’accord plus des semaines de fermeture. Des étudiants,

Bila n d e s garant s - 4 3
des gens qui veulent aller en stage, comment LE BARREAU DE GONESSE
feront-ils ? On ne s’en préoccupe pas. Des em-
DE LA CONCERTATION

ployeurs aujourd’hui regardent d’un mauvais œil Des interrogations subsistent concernant le barreau de
leurs salariés et, pour recruter, demandent « où Gonesse : « On avait un projet : le Barreau de Go-
RÉSULTATS

habitez-vous ?». Les personnes qui disent Ville- nesse, on ne l’a pas eu »128. « Les autorités tardent
parisis, Mitry-Mory et autres, sont black-listées ! à commencer les travaux concernant le barreau de
Mais, on n’y pense pas ! »122. Gonesse »129.

En réponse, le Groupe ADP précise le 18 avril 2019 être Sur ce sujet, le Groupe ADP précise être « favorable au
« conscient de ces difficultés et tout le monde es- projet du Barreau de Gonesse. C’est un facteur de
saie de trouver des solutions pendant cette phase développement qui viendrait pallier le manque de
de travaux pour minimiser l’impact de tous les liaison de l’Ouest vers l’Est. C’est un projet utile
travaux. Ce n’est pas le CDG Express contre le RER pour la plateforme. Néanmoins, dans une réunion
B ». récente avec l'ensemble des élus, Île-de-France
Mobilités a fait part de l'absence de rentabilité
socio-économique du projet et laisser peu d'espoir
pour une éventuelle réalisation. Des propositions
À préciser alternatives ont été faites s'appuyant sur un ré-
seau de bus en site propre pour offrir une meilleure
desserte »130.

Il conviendrait au maître d’ouvrage et aux pouvoirs publics


de préciser l'ensemble des solutions mises en œuvre pour Il conviendrait aux autorités publiques de préciser ce qui
minimiser l’impact des travaux du CDG Express sur le est prévu concernant le barreau de Gonesse, ou de préci-
fonctionnement du RER B
ser les alternatives éventuelles.

Mais les difficultés actuelles du RER B sont, quoi qu’il en


soit, au cœur des préoccupations d’une partie du public.
Le nombre très important d’usagers quotidiens du RER B LES DIVERS PROJETS DE VOIES FERRÉES
(900 000123) conduit les communes desservies et les usa- À L’AÉROPORT PARIS-CHARLES-DE-GAULLE
gers du RER B à considérer la rénovation du RER B comme
une priorité. « Le Terminal 4 doit se faire, il peut
se faire sans CDG Express. C'est sûr qu'il se ferait
mieux si CDG Express se faisait sans prendre les 3/4
de son trajet sur des réseaux publics hyper saturés
qui sont à l'agonie pour certains (RER B) »124.

Sur ce point le maître d’ouvrage répond : « toute l’éner-


gie que nous, Groupe ADP, mettons pour le CDG Ex-
press, nous voulons aussi la mettre pour l’améliora-
tion du RER B »125 et « La capacité de concilier trafic
du CDG Express avec le RER B a été démontrée et re-
connue par Île-de-France Mobilités pour les autres
lignes en phase d’exploitation »126. Le maître d’ou-
vrage précise également « avoir accepté de finan-
cer pour 500 millions de travaux qui ne sont pas
nécessaires au CDG Express, qui améliorent le RER
B et la ligne K »127.

À préciser

Il conviendrait à l’État et à la Région de préciser


les améliorations envisagées sur le fonctionnement
du RER B, avec le calendrier correspondant.

4 4 - Bilan des garant s - P rojet d ' a mé na ge me nt du Te rm i nal 4 et de déve l o ppe m e nt de l ' a é ro po r t Pa r i s - C har l e s - de - Gaulle
E. EMPLOI ET FORMATION nombreux échanges. Lors de la réunion d’ouverture, il a NOTES

été rappelé que « depuis 40 ans seuls 6 % des emplois 122.Intervention d’un
participant lors de la
Les enjeux de l’emploi et de la formation ont fait l’objet de l’aéroport sont pourvus par l’Est du Val d’Oise. réunion sur l’Accessibilité du
18 avril 2019.
de débat lors de la concertation préalable. Une réunion Il est indispensable qu’une offre de formation
123. Voir réunion publique
publique a été dédiée spécifiquement à ces questions le adaptée dans ces territoires soit mise en place, né- de Meaux le 16 avril 2019.

8 avril à Roissy-CDG à la maison de l’environnement. Cette cessitant un accompagnement de l’État et de la Ré- 124. Intervention d’un
participant lors de la
question des emplois à venir est souvent abordée dans gion »136. De plus, le cahier d’acteur du Front de Gauche réunion publique à Meaux le
16 avril 2019.
les cahiers d’acteurs, notamment par les acteurs éco- rappelle la nécessité d’améliorer la qualité de formation https://terminal4-
cdg.groupeadp.fr/
nomiques131 impliqués dans les activités liées à la plate- des populations riveraines de l’aéroport afin qu’elles uploads/2019/04/CR-RP-
MEAUX-ADP-T4-160419.pdf
forme. Cette question est donc centrale, car elle est un puissent accéder aux emplois directs de la plateforme :
125. Intervention d’Augustin
élément déterminant du projet Terminal 4. « En effet l’inadéquation entre les qualifications de Romanet, Groupe ADP,
réunion thématique sur
demandées et les profils professionnels est sou- l’Accessibilité le 18 avril
2019.
SUR LA QUESTION DE LA FORMATION vent observée. Ce constat impliquerait de prévoir
126. Réponse du maître
la mise en place de dispositifs de formation à desti- d’ouvrage lors e la réunion
publique de Meaux du
Les besoins en formation ont été mis en avant dans de nation des populations riveraines »137. 16 avril 2019.

127. Réponse du Groupe


ADP, réunion thématique du
18 avril 2019.

128. Intervention d’un

Éclairage et expertises
participant lors de la
réunion d’ouverture à
Gonesse le 12 février 2019.
129. Ibid.

130. Réponse du Groupe ADP


Quelques éléments d’expertises sur la question du chiffrage a pourtant continué à se développer (+13 % entre 2010 et lors de la réunion publique
de Gonesse le 12 février
de l’emploi actuel et à venir apportés pendant la concerta- 2015 d’après les données ADP) et vu la brièveté de la période 2019.

tion préalable 2014-2016, sur laquelle UTOPIES met en relation la variation 131. Voir cahier d’acteur
d’Air France.
de l’emploi du site et la variation du nombre de passagers, il
132. Avis d’un internaute
Le maître d’ouvrage, dans son dossier de concertation, an- semblerait fragile de considérer que le chiffre de 0,77 em- posté dans « Exprimez-
vous » le 9 mars 2019.
nonce une création de 50 000 emplois directs avec le projet ploi direct pour 1 000 passagers supplémentaires avancé par
133. Extrait de l’analyse de
Terminal 4. Ce chiffre établi en utilisant les coefficients em- UTOPIES (page 16 du rapport) puisse fournir une sorte de l’Insee.
https://terminal4-
plois d’une étude du cabinet UTOPIES a fait l’objet d’interroga- « norme actuelle » (avec l’idée d’une certaine stabilité) pour cdg.groupeadp.fr/
uploads/2019/04/Note-
tions. Sur le site de la concertation, un internaute interroge le ce ratio »133. Analyse-de-l%C3%A9tude-
dimpact-dUTOPIES-sur-
lien entre l’évolution du trafic et la création d’emploi : « Com- Roissy-CDG-1-002.pdf

ment expliquez-vous la baisse du nombre d’emplois et dans le Sur le nombre d’emplois soutenus, l’INSEE apporte les éclai- 134. Ibid.

même temps l’augmentation significative du nombre de pas- rages suivants : « La segmentation des différents impacts, 135. Intervention du GIP
Emploi, réunion thématique
sagers ? Quel est alors le fameux taux d’emplois par million de du plus direct au plus indirect, va de pair avec la nécessité de sur l’Emploi et la Formation
le 8 avril 2019.
passagers et comment a-t-il évolué ? Et quelles sont les hypo- recourir à des hypothèses et estimations qui sous-tendent
136. Intervention du
thèses d’évolution de ce taux ? Quelles perspectives de gains la précision des ordres de grandeurs fournis. Hors effets ca- maire de Gonesse lors de
la réunion d’ouverture le
de productivité ? Au regard de ces données, comment ADP talytiques, le chiffrage des « emplois soutenus » par UTO- 12 février 2019.

justifie l’annonce d’un gain de 50 000 emplois directs pour 35 PIES ne semble pas montrer d’incohérences flagrantes sur 137. Cahier d’acteur du Front
de Gauche.
à 40 millions de passagers supplémentaires ? »132. ces « ordres de grandeurs ». Cependant, le bien-fondé de
quelques choix tirant les résultats vers le haut peut être ques-
Si la question de la création d’emplois liée à la construction tionné, en particulier une prise en compte très extensive des
du Terminal 4 a fait l’objet de débats, il a également semblé « impacts indirects » (itérations de 1 à n jusqu’à ce que l’effet
important d’apporter un éclairage sur la situation actuelle de devienne négligeable), alors même que les indications four-
l’emploi direct, 90 000 sur la plateforme. L’étude réalisée par nies sur la méthode ne permettent pas de se prémunir de la
l’INSEE à la demande de la CNDP a procédé à une analyse des présence de doubles-comptes. La principale réserve que l’on
statistiques disponibles et a confirmé le chiffre de 90 000 em- peut émettre face au chiffre total d’« emplois soutenus » pro-
plois directs. posé par UTOPIES est la prise en compte intégrale parmi ceux-
ci des emplois catalytiques liés au tourisme, qui se limitent aux
Le débat a également porté sur la perspective de croissance impacts des touristes entrants, lui-même calculé de façon plu-
à terme de l’emploi direct (estimé dans un premier temps à tôt maximaliste par rapport à d’autres sources »134.
50 000). Sur ce point, l’INSEE a estimé : « Finalement, vu les
baisses d’emploi constatées sur les estimations à partir des De son côté, le GIP emploi (Groupement d'Intérêt Public spé-
deux sources RP (recensement de la population) et CLAP cialisé dans le domaine de l'Emploi-Formation) estime la créa-
(connaissance locale de l'appareil productif) sur la dernière tion d’emplois générés par le futur Terminal 4 entre 41 000 à
période de 5 ans qu’elles couvrent, pendant laquelle le trafic 45 000 à terme.

Bila n d e s garant s - 4 5
Le Groupe ADP a alors affiché plusieurs dispositifs pour répondre et de la communication (NTIC), du numérique, voire
à cet enjeu, il a notamment annoncé la création et l’ouverture de l’intelligence artificielle (IA) » (source atelier jeune à
DE LA CONCERTATION

en 2020 de la cité des métiers, localisée sur la plateforme au l’IUT de Tremblay-en-France). Excellence Academy, dans son
pied du RER : « Pour aller plus loin encore, nous allons cahier d’acteur effectue un constat similaire : « Les forma-
RÉSULTATS

renforcer le travail collaboratif avec les rectorats, avec tions qui conduisent aux métiers des plateformes
les CFA du territoire et bien sûr avec les grandes entre- aéroportuaires n’ont que peu ou pas évolué depuis
prises pour faire en sorte que l’appareil de formation plusieurs années. Afin d’accompagner cette évo-
soit le plus rapidement possible adapté quantitative- lution, il devient nécessaire de faire connaître les
ment et qualitativement aux métiers d’aujourd’hui à métiers ainsi que leurs évolutions (digitalisation,
court terme et de demain pour le Terminal 4 »138. autonomie du parcours passagers, etc.) pour adap-
ter l’offre de formation en conséquence »143.
Nombre d’acteurs, aussi bien institutionnels, qu’économiques
ou éducatifs, soulignent également la nécessité d’améliorer le La ville de Tremblay-en-France souhaite que soit mise en place
niveau en anglais, outil indispensable pour accéder à l’emploi une infrastructure d’enseignement dédiée aux métiers de la
à l’aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle. Le groupe Roissy Dév transition écologique, au même titre que ceux de l’aérien :
propose par exemple de « promouvoir une formation à « Financement de l’installation d’infrastructures
grande échelle à destination du public adulte « 1 000 d’enseignement supérieur et de formation aux mé-
bénéficiaires par an » sur les prérequis en anglais tiers aéroportuaires et de transition écologique »144.
« les 500 mots indispensables », condition essentielle
pour accéder aux emplois en liens avec l’activité des
deux aéroports (métiers de l’accueil, restauration, hô- À préciser
tellerie, tourisme, commerce, services…) ; Généraliser
l’enseignement de l’anglais dès la classe de CP dans
l’ensemble des écoles du territoire de la CARPF »139.
Il conviendrait aux autorités régionales et départementales
de préciser leur position sur la proposition
d’infrastructures d’enseignement supérieur et de formation
Le Groupe ADP est impliqué dans divers dispositifs, notam- aux métiers aéroportuaires et de transition écologique.
ment Envol Pro qui permet de financer des séjours linguis-
tiques aux jeunes du territoire et ainsi améliorer leur anglais
et en faire une compétence professionnelle. « On prend Des doutes persistent cependant quant à l’efficacité des pro-
des personnes entre 18 et 30 ans de ce territoire, positions effectuées, notamment du fait de problèmes d’ac-
dont 80 % d'entre eux ont un niveau bac ou infra, cessibilité récurrents : « Sur l’emploi et la formation, j’en-
donc des gens pas forcément très diplômés, en leur tends, on va faire mieux qu’aujourd’hui et donner
proposant de faire un stage pendant 3 ou 4 mois à accès à l’emploi et à la formation à des gens habitant
l’étranger pour acquérir ces trois compétences »140. ce secteur et qui sont finalement très peu représenta-
tifs des salariés de la plate-forme. Pourquoi ferait-on
Certains présentent une autre compétence qui serait nécessaire mieux demain ce qu’on n’arrive pas à faire mainte-
au même titre que l’anglais : celle du « comportement », enten- nant ? Avec quelles nouvelles infrastructures ? »145.
due comme « les soft skills, l'aptitude du salarié à s'adap-
ter, à comprendre et donner un sens à son travail »141. SUR LA QUESTION DE L’ACCÈS À L’EMPLOI DES
RIVERAINS
Cette question est également apparue dans le cahier d’acteur
d’Air Cargo France Associations, et lors de l’« atelier jeunes » Certains points de tension sont apparus concernant la ques-
de Massy le 14 mars. Les jeunes interrogés ont en effet défini tion de l’emploi. Le débat a porté sur l’accès à l’emploi pour
parmi les compétences essentielles à détenir en 2037, en plus les populations riveraines de l’aéroport (sujet qui renvoie au-
de celles « classiquement requises (rigueur, ponctua- tant aux questions d’accessibilité de la plateforme qu’à l’offre
lité, vigilance, efficacité, etc.) […] un « savoir-être » et à la qualité de la formation).
[…] sera de rigueur. Selon eux, encore plus qu’au-
jourd’hui les agents devront faire preuve d’amabili- Le cahier d’acteur du Conseil départemental du Val d’Oise de-
té, de sociabilité et d’ouverture à autrui »142. mande pour remédier au problème d’insertion professionnelle
des populations les plus riveraines de l’aéroport que des clauses
Des interrogations sont également apparues concernant d’insertion soient mises en place : « les clauses d’insertion
l’adéquation des formations avec l’évolution technologique à devront prévoir des taux nettement plus ambitieux
venir : Les étudiants de l’IUT de Tremblay-en-France estiment que 5 % dans les futurs marchés de travaux »146.
notamment qu’en 2037, pour travailler à l’aéroport, « il sera
essentiel de posséder des compétences dans le do- Sur ce point, le maître d’ouvrage a apporté les réponses
maine des nouvelles technologies de l’information suivantes : « Nous allons systématiser les clauses

4 6 - Bilan des garant s - P rojet d ' a mé na ge me nt du Te rm i nal 4 et de déve l o ppe m e nt de l ' a é ro po r t Pa r i s - C har l e s - de - Gaulle
d’insertion dans nos marchés de construction. A la réunion de clôture au Mesnil-Amelot, un participant NOTES

Déjà, aujourd’hui, il y a un taux de 5 % d’insertion interpelle le maître d’ouvrage sur la question de l’impor- 138. Réponse d’Élisabeth
Le Masson,du Groupe ADP,
dans nos marchés de construction. Nous mettrons tance actuelle de l’emploi sur la plateforme et sur les réunion thématique sur
l’emploi du 8 avril 2019.
également des clauses d’insertion dans nos mar- perspectives de renouvellement des salariés (départ à la
139. Cahier d’acteur de
chés d’exploitation. Ce sera une grande première. retraite, etc.) : « nous sommes très intéressés par le Roissy Dév.

Et puis, nous Groupe ADP allons travailler très développement, le projet industriel du Groupe ADP 140. Intervention du GIP
Emploi Roissy lors de la
étroitement avec les structures d’insertion du ter- parce que derrière il y a la notion d’emploi et d’en- réunion thématique sur
« Emploi , formation »
ritoire, nous nous appuierons sur celles-ci dans le richissement […] concernant ce bassin d’emploi, le 8 avril à CDG.

cadre d’un groupe de travail qui est créé par le GIP excusez-moi mais quel secteur en Île-de-France sur 141. Intervention du GIEC
Aero, réunion thématique
Emploi Roissy. Donc, nous portons une ambition une industrie donnée offre une perspective qui se sur l’emploi, le 8 avril 2019.

forte en matière d’insertion »147. renouvelle de 100 000 emplois ? »149. 142. Atelier jeunes de Massy
le 14 mars 2019.

143. Ibid.
Le maître d’ouvrage apporte alors les précisions suivantes
144. Cahier d’acteur de la
À préciser sur la question du renouvellement des compétences ac- ville de Tremblay-en-France.

tuellement dans l’aéroport : « Il faut effectivement 145. Intervention de la Maire


de Mitry-Mory, réunion du
que dans notre travail sur la formation et l’accès Mesnil-Amelot du 6 mai 2019.

à l’emploi nous prenions en compte ce point-là. J’ai 146. Voir cahier d’acteur du
Conseil Départemental du
Il conviendrait au maître d’ouvrage et aux pouvoirs publics passé vite dessus dans mon propos initial mais Val d’Oise.
de préciser la mise en place et le fonctionnement des
clauses d’insertion. nous avons une analyse filière par filière, de pro- 147. Intervention d’Elizabeth
Le Masson, Groupe ADP,
jections. Nous n’avons peut-être pas suffisamment réunion du Mesnil-Amelot
du 6 mai 2019.
travaillé le renouvellement de l’existant et c’est
148. Intervention d’un
QUALITÉ ET PROSPECTIVES DES EMPLOIS un point de réflexion intéressant pour la suite des participant lors de la
réunion publique de Mitry-
opérations »150. Mory le 26 mars 2019.

L’atelier salarié qui s’est tenu le 6 mai 2019 à la Maison de 149. Un participant de la
réunion de clôture, 6 mai
l'Environnement a fait apparaître de nombreuses questions 2019.

ayant trait aux diverses fonctionnalités envisagées pour le F. GESTION DE L’EAU, BIODIVERSITÉ 150. https://terminal4-

ET DÉCHETS DE CHANTIER
cdg.groupeadp.fr/
futur Terminal 4. Les préoccupations exprimées ont princi- uploads/2019/05/CR-RP-LE-
MESNIL-AMELOT-ADP-T4-1-1.pdf
palement porté sur les questions de confort et conditions
151. Synthèse p.16.
de travail, cadre de vie, accessibilité et transports. La plupart des questions concernant l’eau ou la biodiver-
152. Ibid.
sité devront être traitées dans les études d’impact, dont
Lors de la réunion publique de Mitry-Mory, un intervenant l’évaluation est postérieure à la concertation préalable.
s’interroge : « J’entends que l’on parle d’emploi, mais Ces sujets ont toutefois fait l’objet de débats. Sur ces dif-
dans quelle condition travaillent 12 000 salariés du férents points, le dossier de concertation apporte les élé-
Groupe ADP actuellement ? La plupart sont dans ments d’information suivants :
des entreprises sous traitantes avec des contrats
revus tous les trois ans. Ce n’est pas comme ça que • Concernant les enjeux et impacts potentiels sur le mi-
l’on ouvre des perspectives »148. Le Groupe ADP a alors lieu naturel : « La conception du Terminal 4 intégre-
précisé que les salariés du Groupe ne sont pas dans les en- ra la mise en œuvre de la séquence « éviter, réduire,
treprises sous-traitantes. compenser». Toutes les possibilités d’évitement et
de réduction de l’impact biodiversité (dans le cadre
Deux prérequis ont été mis en évidence et méritent de faire de la conception du projet) seront recherchées,
l’objet d’une attention soutenue : la formation initiale, com- dont le développement de la végétalisation de cer-
portementale et la maîtrise de l’anglais, d’une part, le déve- tains espaces du projet. Les compensations seront
loppement des accès à l’aéroport en transport en commun, recherchées prioritairement au sein de l’emprise
d’autre part. Enfin, l’attention portée à la qualité des emplois aéroportuaire (zone est des Renardières, frange
mérite de porter un regard attentif à la sous-traitance. sud de la plate-forme), puis à proximité »151.

• Concernant les enjeux et impacts potentiels sur l’oc-


À préciser cupation des sols : « Le site du futur Terminal 4 est
actuellement occupé par le bâtiment du Terminal
3, des aires avions, et des parkings. Il est coupé en
deux par la ligne ferrée TGV Paris-Lille. Le reste de
Il conviendrait aux pouvoirs publics de préciser les conditions l’emprise du projet (environ 54 % de la surface) est
d’une coordination efficace entre tous les acteurs devant
intervenir sur la formation aux emplois induits par le futur occupé par des milieux ouverts semi-naturels. Le
terminal et aux transitions professionnelles induites par les projet n’entraîne pas de consommation de terres
technologies à venir des emplis de demain.
agricoles »152.

Bila n d e s garant s - 4 7
• Concernant les enjeux et impacts potentiels sur la mettre une meilleure vidange des bassins. La mise
pollution des sols : « La plate-forme aéroportuaire en service de cette nouvelle canalisation est pré-
DE LA CONCERTATION

et les usages actuels de l’emprise du Terminal 4 vue avant 2024 et conduira à de nouvelles normes
peuvent être source de pollutions diverses pour les de rejet qu’ADP respectera.
RÉSULTATS

sols (hydrocarbures, éléments traces métalliques, Des réflexions sont en cours sur les possibilités
eaux glycolées…). Une évaluation globale de la qua- d’extension des bassins d’effluents les plus chargés
lité des sols sur le site est prévue. Elle permettra et des bassins dédiés aux eaux les plus propres »155.
de conclure sur les mesures de gestion de ces éven-
tuelles pollutions et de les intégrer au projet »153. Mais pour une partie du public, « la réalisation du T4
entraînera une imperméabilisation des sols sup-
Lors de la concertation préalable, une partie du public plémentaire et impliquera une augmentation des
qui s’est exprimé a manifesté des inquiétudes sur les volumes d’eau de ruissellement acheminés dans le
impacts du projet sur la biodiversité ou sur l’eau. « Com- bassin des Renardières. Or, la vidange de ce bassin
ment allez-vous restaurer la biodiversité dans la dans la Reneuse est conditionnée par le respect
zone humide  ? Comment allez-vous compenser, de 2 facteurs, celui de la qualité des rejets et de la
restaurer ?  » interroge un participant à la réunion pu- capacité des rivières à recevoir ces eaux en termes
blique d’Eaubonne le 25 mars 2019. Un internaute sou- de volume afin d’éviter les inondations des villes
lève la question des risques liés à l’imperméabilisation : situées en aval.
« la construction implique la “bétonisation” de En l’état actuel le bassin est déjà à saturation en
terre qui ont actuellement un rôle dans la gestion cas de forte pluviométrie.
du cycle de l'eau. Rendre ces terres imperméables, ADP doit nous apporter des précisions quant au
c'est augmenter le risque d'inondation »154. Dans ce volume d’eau supplémentaire apporté par ce pro-
contexte, les échanges avec le public ont porté essentiel- jet et ses conséquences sur le taux de remplissage
lement autour des trois principaux thèmes que sont : la du bassin des Renardières, étant rappelé que la ré-
gestion de l’eau et de sa qualité (1), la gestion des dé- glementation impose à ADP de ne pas dépasser un
chets liés au chantier et leur conséquence sur la qualité taux de remplissage maximum de 50 %.
de l’eau (2) et la biodiversité (3). L’impact de ces rejets sur le milieu naturel doit être
cumulé à ceux du projet Charles-de-Gaulle express
(tant en phase chantier qu’en phase d’exploita-
1. La question de la gestion de l’eau tion) pour lesquels le conseil municipal a demandé
une étude des rejets d’eaux exhaure vers le Ru du
Sur la gestion de l’eau, le dossier du maître d’ouvrage pré- Croulcul détaillant les risques d’inondation en aval
cise qu’« afin d’anticiper les problématiques liées à compte tenu du niveau de la Beuvronne.
l’imperméabilisation future de la plate-forme aé- Les rejets du contournement routier Est de Roissy
roportuaire de Paris-Charles-de-Gaulle, un Schéma devront également être pris en compte.
directeur eaux pluviales a été réalisé. Ce schéma Une étude d’impact des rejets d’eau supplémen-
intègre les aménagements futurs de la plate- forme taires cumulés de ces différents projets est néces-
prévus à l’horizon 2037 et propose la réalisation saire »156.
d’un certain nombre de travaux permettant d’adap-
ter le réseau pluvial aux évolutions futures. 2. La question de la gestion des
À proximité du Terminal 4 et plus largement sur le déchets et les conséquences sur l’eau
bassin-versant de la Marne sont prévus les amé-
nagements suivants : Le collecteur n° 1 présente La question de la gestion des déchets liés au chantier du
une capacité insuffisante pour évacuer les débits Terminal 4 et de leur conséquence sur la qualité de l’eau a
de pointe dès l’horizon 2024. Il est donc proposé de également fait objet de débat. Le sujet a été soulevé lors
doubler le collecteur et de créer un bassin de réten- de la réunion publique au Mesnil-Amelot : « les déchets
tion. de déconstruction viendront-ils en Seine-et-Marne
La capacité actuelle du collecteur n° 6 ne sera pas comme d’habitude ?  » demande une participante, qui
suffisante pour évacuer les débits de pointe dès poursuit sur les effets sur l’eau : « À l’heure actuelle,
l’horizon 2035. Ce secteur sera complètement mo- vous reversez des eaux plus polluées vers la Marne
difié suite aux travaux du Terminal 4. Un bassin que vers la Seine. Afin de protéger la ressource en
de rétention pourra être prévu et les nouvelles ca- eau des habitants de Seine-et-Marne, comptez-vous
nalisations seront dimensionnées en fonction des améliorer votre réseau d’assainissement ? »157.
débits attendus. Certains bassins du secteur des
Renardières sont saturés, la canalisation Marne Le Groupe ADP a rappelé que ces points seront affinés
sera donc mise en œuvre au plus tôt afin de per- pour le dossier d’étude d’impact. Il a indiqué que les prin-

4 8 - Bilan des garant s - P rojet d ' a mé na ge me nt du Te rm i nal 4 et de déve l o ppe m e nt de l ' a é ro po r t Pa r i s - C har l e s - de - Gaulle
cipaux leviers pour agir sur ces sujets seront « premiè- continuer à le faire, pour respecter ces arrêtés. NOTES
rement, de réutiliser au maximum les terres sur Vous savez que nous avons un projet de cana- 153. Ibid.
l’emprise. Nous avons la chance d’avoir un nivel- lisations permettant d’acheminer les eaux di- 154. Avis d’un internaute
posté dans « Exprimez-
lement plutôt favorable des terres donc on va ré- rectement vers la Marne qui est en cours et qui vous » le 25 avril 2019.
partir le mieux possible les besoins des terres du devrait faire l’objet d’une prochaine étude d’im- 155. Dossier de concertation
p. 114.
sous-sol sur le pourtour du site. Nous avons aussi pact, procédure sans doute vers la fin de l’année
156. Voir cahier d’acteur de
lancé une étude pour créer un maximum de mer- ou le début de l’année prochaine »160. Mitry Mory.
lons ou de comblements d’espaces de vides sur 157. Intervention d’un
participant, réunion
la plate-forme pour réutiliser les terres sur site. publique du Mesnil-Amelot
le 6 mai 2019.
Les deux décharges les plus proches, identifiées 3. La question de la biodiversité
158. Réponse de Romain
dans le cadre du Grand Paris sont la décharge de LOCHU, Groupe ADP, réunion
publique du Mesnil-Amelot
Claye-Souilly et celle de Villeneuve-sous-Dammar- Sur le sujet de la biodiversité, qui relève principalement le 6 mai 2019.
tin. Concernant ces décharges les plus proches, des études d’impact dont l’évaluation intervient après la 159. Ibid.
en Seine-et-Marne, nous sommes en train d’iden- concertation, un des principaux points soulevés a été la 160. Réponse de Bruno
Maigon, Groupe ADP,
tifier les trajets qui vont limiter au maximum question de la compensation liée à la séquence ERC (Évi- réunion publique du Mesnil-
Amelot le 6 mai 2019.
les zones urbaines. Nous pourrons imposer des ter, Réduire, Compenser).
161. Avis d’un internaute
trajets aux entreprises de chantier, nous le prati- posté dans « Exprimez-
vous » le 25 février 2019.
quons régulièrement donc nous pourrons l’impo- Un internaute demande par exemple à ce que les impacts
162. Intervention de la Maire
ser. Nous avons déjà regardé d’ailleurs et je crois des travaux soient compensés : « Les travaux prévus de Mitry-Mory, réunion
publique du Mesnil-Amelot
que la décharge de Villeneuve-sous-Dammartin dans l'aéroport doivent être compensés autour le 6 mai 2019.
est à 5 km du chantier du Terminal 4, en faisant par des plantations, des reconstitutions de bio- 163. Réponse d’Edward
Arkwright , Groupe ADP,
un détour d’un peu moins d’un kilomètre on sait topes, aide aux espaces existants. La maison de réunion publique du Mesnil-
Amelot le 6 mai 2019.
éviter quasiment toutes les zones urbaines »158. l'environnement doit promouvoir ces compensa-
tions »161. De plus, lors de la réunion à Le Mesnil-Amelot,
Le maître d’ouvrage a également précisé que sera créé la maire de Mitry-Mory a affirmé qu’elle n’avait pas été
« un accès chantier dédié à l’Est de la plate-forme interrogée sur le sujet de la compensation sur la biodi-
mais surtout, profiter de l’emplacement du Ter- versité : « Les compensations sur la biodiversité
minal 4 pour favoriser l’accès des ouvriers via les et les compensations écologiques sont faites à
transports en commun puisque la gare de Roissy 35 km de chez nous. Là non plus, sur le Terminal
pole sera accessible directement à pied pour le 4 nous n’avons pas été interrogés, pourtant nous
chantier. Quant aux bases vie et à l’emprise chan- sommes une commune riveraine de l’aéroport.
tier, on les mettra directement sur le site pour C’est pour dire qu’à chaque fois, la stratégie de
éviter les navettes qui doivent traverser par le l’évitement, c’est un peu agaçant. »162.
réseau vert notamment »159.
Le maître d’ouvrage s’est alors engagé à interroger com-
Concernant les conséquences du chantier sur la qualité mune par commune « nous avons interrogé la Com-
de l’eau, le maître d’ouvrage a apporté les précisions sui- munauté d’agglomération Roissy Pays de France
vantes : « Les eaux les plus polluées sont envoyées en tant que Communauté d’agglomération, et
dans des stations d’épuration, elles ne sont pas non pas commune par commune, mais je com-
rejetées dans le milieu naturel. Les eaux qui le prends que l’on doit peut-être le refaire aussi
sont moins sont traitées avant rejet. Effective- commune par commune et que donc on pourra le
ment, après il y a des arrêtés pour chaque bas- faire »163.
sin-versant ; 10 % des eaux sont déversées vers la
Seine et 90 % des eaux vers la Marne. Les condi-
tions de rejet, qui sont définies par l’Administra-
tion et nous sont imposées, tiennent compte de À préciser
la qualité des milieux récepteurs. Le milieu ré-
cepteur de la Seine a moins de débit et est plus
fragile, et il a une qualité plutôt meilleure que
Il conviendrait que sous l’autorité de l’État, la question
celui qui est côté Marne. Dans les deux cas, nous de la gestion de l’eau, des déchets de chantier et de la
biodiversité fasse l’objet d’un suivi particulier. En effet, les
avons strictement respecté toutes ces dernières travaux envisagés pour le Terminal 4 ne doivent pas être
années les conditions de rejet qui nous sont im- traités séparément des autres travaux prévus dans la zone
nord de l’Île-de-France.
posées. En l’occurrence, encore une fois, qui sont
imposées par l’administration et ce n’est pas le
Groupe ADP qui choisit de rejeter à tel ou tel ni-
veau. Nous mettons tout en œuvre et nous allons

Bila n d e s garant s - 4 9
CONCLUSION

L’État régulateur et stratège

Lors de la quasi-totalité des réunions publiques et des nuisances (que ce soit en termes de santé, de pollution,
réunions thématiques, le groupe ADP s’est attaché à de bruit, de gaz à effets de serre, etc.).
répondre aux questions posées qui concernaient di-
rectement le champ de ses attributions. Il a également Dans la concertation préalable sur le projet de Terminal 4,
indiqué qu’il relayerait certaines des interrogations du le maître d’ouvrage a assumé clairement sa position sur
public qui relevaient davantage des pouvoirs publics ce point : il fait le choix d’accompagner l’évolution du tra-
que de ses compétences propres et notamment le Gou- fic aérien. « L’attrition de l’aéroport de CDG est un choix
vernement et le Conseil régional politique. Ce n’est pas le choix que porte le Groupe ADP »
répète le directeur exécutif du Groupe ADP lors de la ré-
De fait, des questions importantes concernant les po- union de clôture. Cette position, lorsqu'elle était affirmée
litiques publiques et des arbitrages sont trop souvent clairement, a permis un débat argumenté avec le public,
restées sans réponses faute d’interlocuteurs capables de dont une partie défendait une autre position : celle d’un
porter la parole publique. plafonnement. Il conviendrait désormais au Gouverne-
ment, à l’État stratège et régulateur, de préciser sa posi-
Des participants aux réunions ont ainsi constaté en le re- tion sur ces points.
grettant que cette absence des pouvoirs publics n’avait
pas toujours permis de répondre à leurs attentes faute Mais quoi qu’il en soit, plafonnement ou pas, de nom-
que des réponses adaptées soient apportées à certaines breuses propositions ont émergé pour améliorer la vie
questions par les personnes en responsabilité de ces dos- quotidienne des riverains et des salariés. Il conviendrait
siers et par des représentants de l’État trop peu présents. de toutes les étudier avec précision, et parfois même de
conditionner la poursuite du projet à leur réalisation : il
Mais le temps de la concertation étant terminé, il convien- s’agit par exemple de l’augmentation de l’emport, de l’in-
drait, à la lumière des éclairages que le débat a apportés, terdiction d’avion bruyant, de la descente continue, de
que certaines réponses soient désormais précisées (voir l’accélération les indemnisations d’insonorisation, etc..
demandes de précisions page 51). Elles relèvent, là encore, d’un investissement important
des pouvoirs publics.
Comment répondre à l’évolution du trafic aérien est effec-
tivement un choix incertain en raison de l’horizon 2037 S’engager dans le processus de croissance du trafic aé-
et des nombreuses incertitudes économiques, environ- rien, hautement compétitif, porte aussi en soi un modèle
nementales et sociales. Mais au-delà, l’hypothèse même économique de croissance en emploi, dont l’affectation
de cette évolution est un choix politique. Lors des assises géographique et sociale des bénéficiaires potentiels a fait
de l’aérien, l’augmentation générale du trafic aérien a été l’objet de nombreux débats. Modèle économique que la
semble-t-il présentée comme une donnée, la seule in- question de la privatisation a en partie réduit à la question
terrogation politique portant alors sur la ventilation par des titres de propriété oubliant le partage de la valeur des
grandes zones géographiques. Le fait que l’évolution du activités aériennes.
trafic pourrait ne pas être souhaitable ne semble pas en-
visagé. De la même manière, sur les questions d’accessibilité à la
plateforme, indispensables pour que les riverains puissent
Dans ce contexte, et compte tenu du fait qu’aucun projet bénéficier des offres d’emploi, il semble attendu de l’État
alternatif n’a réellement émergé pour répondre à l’aug- régulateur - État stratège (qui était présent, avec la pré-
mentation du trafic aérien, une partie des propositions sence du Préfet de Région lors de la réunion thématique
du public qui s’est exprimé s’est alors centrée autour du 18 avril dédiée à l’accessibilité) un plan d’amélioration
du plafonnement des mouvements à Roissy Charles-de- des transports qui prenne véritablement en compte les
Gaulle, moyen de répondre à tous les points relatifs aux attentes des territoires et leurs transports au quotidien.

5 0 - Bilan des garant s - P rojet d ' a mé na ge me nt du Te rm i nal 4 et de déve l o ppe m e nt de l ' a é ro po r t Pa r i s - C har l e s - de - Gaulle
Bila n d e s garant s - 5 1
DEMANDES
DE PRÉCISIONS
ET RECOMMANDATION

AU MAÎTRE D’OUVRAGE SUR


LES MODALITÉS D’INFORMATION
ET DE PARTICIPATION DU PUBLIC
À METTRE EN ŒUVRE
JUSQU’À L’ENQUÊTE PUBLIQUE

8 - Précisions à apporter de 5. Il conviendrait au maître d’ouvrage et aux pouvoirs pu-


blics de préciser de manière concrète les moyens mis en
la part du maître d’ouvrage œuvre pour faciliter l’accès et raccourcir les temps de par-
et des pouvoirs publics cours vers l’aéroport pour les communes les plus proches
de la plateforme, dont Goussainville et Mitry-Mory.
Afin que le droit à l’information et à la participation du
public soit garanti, les garants demandent au maître d’ou- 6. Il conviendrait au maître d’ouvrage de préciser son plan
vrage et aux pouvoirs publics d’apporter des précisions et de développement des pistes cyclables et son calendrier.
compléments sur les points soulevés par le public pen-
dant la concertation suivants : 7. Il conviendrait au maître d’ouvrage et aux pouvoirs pu-
blics de préciser l'ensemble des solutions mises en œuvre
Points qu’il reste à préciser de la part du maître d’ou- pour minimiser l’impact des travaux du CDG Express sur
vrage : le fonctionnement du RER B*.

1. Il conviendrait au maître d’ouvrage de préciser concrè- 8. Il conviendrait au maître d’ouvrage et aux pouvoirs pu-
tement ce qui est entendu par « neutralité carbone », son blics de préciser la mise en place et le fonctionnement
contenu, ses modalités de compensation. des clauses d’insertion.

2. Il conviendrait au maître d’ouvrage, aux compagnies Points qu’il reste à préciser de la part des pouvoirs publics :
aériennes et à l’État de préciser les hypothèses dans le
temps de l’augmentation de l’emport versus l’augmenta- 1. Il conviendrait au Gouvernement de fournir les élé-
tion des mouvements. ments explicatifs des hypothèses de croissance du trafic
aérien mondial, de sa répartition par zone géographique,
3. Il conviendrait d’approfondir la question des effets cu- par type d’aéroport et phasé dans le temps.
mulés entre les impacts de bruit et la qualité de l’air sur
la santé humaine. 2. Il conviendrait à l’État de se prononcer sur les alterna-
tives au projet Terminal 4.
4. Il conviendrait au maître d’ouvrage de préciser avec les
services de l’État les actions envisagées pour faire face à 3. Il conviendrait que l’État précise comment l’évolution du
l’augmentation du trafic routier et aux engorgements déjà trafic s’insère dans le cadre des engagements internationaux
présents. de la France dans la lutte contre les changements climatiques.

5 2 - Bilan des garant s - P rojet d ' a mé na ge me nt du Te rm i nal 4 et de déve l o ppe m e nt de l ' a é ro po r t Pa r i s - C har l e s - de - Gaulle
4. Il conviendrait au Gouvernement de préciser sa posi- 16. Il conviendrait au maître d’ouvrage et aux pouvoirs
tion sur une éventuelle taxation du kérosène. publics de préciser de manière concrète les moyens mis
en œuvre pour faciliter l’accès et raccourcir les temps
5. Il conviendrait au maître d’ouvrage, aux compagnies de parcours vers l’aéroport pour les communes les plus
aériennes et à l’État de préciser les hypothèses dans le proches de la plateforme, dont Goussainville et Mi-
temps de l’augmentation de l’emport versus l’augmenta- try-Mory.
tion des mouvements.
17. Il conviendrait Île-de-France Mobilités précise les
6. Il conviendrait aux autorités publiques de répondre à suites qu’il souhaite donner à la proposition de création
la question d’une compensation individuelle ou collective d’une AOT de 2e rang.
pour exposition à la pollution chimique.
18. Il conviendrait au maître d’ouvrage et aux pouvoirs
7. Pour garantir la bonne information du public tout au publics de préciser l'ensemble des solutions mises en
long des procédures d’autorisation, il conviendrait que les œuvre pour minimiser l’impact des travaux du CDG Ex-
résultats de l'étude « DEBATS » soient publiés avant l’ou- press sur le fonctionnement du RER B*.
verture de l’enquête publique.
19. Il conviendrait à l’État et à la Région de préciser les
8. Il conviendrait que l’État précise sa position sur l’hypo- améliorations envisagées sur le fonctionnement du RER
thèse d’un couvre-feu total ou partiel à Roissy-CDG, ainsi B, avec le calendrier correspondant.
que toutes les actions envisagées de protection de la nuit.
20. Il conviendrait aux autorités publiques de préciser ce
9. Il conviendrait que l’État précise sa position sur la limi- qui est prévu concernant le barreau de Gonesse, et de
tation de la croissance du trafic de nuit entre 23 heures préciser les alternatives éventuelles.
et 5 heures.
21. Il conviendrait aux autorités régionales et dépar-
10. Il conviendrait que l’État précise sa position sur l’adop- tementales de préciser leur position sur la proposition
tion de mesures de restriction opérationnelles du trafic d’infrastructures d’enseignement supérieur et de forma-
de nuit entre 23 heures et 5 heures sur le modèle de tion aux métiers aéroportuaires et de transition écolo-
Francfort. gique.

11. Il conviendrait que l’État apporte des précisions sur 22. Il conviendrait aux pouvoirs publics de préciser les
la relance du projet de fret ferroviaire à grande vitesse conditions d’une coordination efficace entre tous les ac-
Euro Carex. teurs devant intervenir sur la formation aux emplois in-
duits par le futur terminal et aux transitions profession-
12. Il conviendrait au Gouvernement d’apporter des élé- nelles induites par les technologies à venir des emplis de
ments de réponse concernant l'élargissement des pou- demain.
voirs de contrôle de l’ACNUSA.
23. Il conviendrait que sous l’autorité de l’État, la question
13. Il conviendra à l’État de préciser si les études d’ap- de la gestion de l’eau, des déchets de chantier et de la
proche la pente à 3,5° et les conséquences sur la diminu- biodiversité fasse l’objet d’un suivi particulier. En effet, les
tion du bruit sont toujours en cours et s’il compte pour- travaux envisagés pour le Terminal 4 ne doivent pas être
suivre cette option. traités séparément des autres travaux prévus dans la zone
nord de l’Île-de-France.
14. Il conviendrait à l’État de préciser sa réponse sur une
éventuelle révision du PEB, sur ses règles de fonctionne-
ment, sur son articulation avec le PGS et sur les règles 9 - Recommandation
d’indemnisation et notamment pour tenir compte des
effets cumulés Roissy/Le Bourget.
*Mercredi 29 mai 2019, dans
Les garants recommandent la mise en place d’un comité une intervention, Élisabeth
Borne, ministre chargée
15. Il conviendrait à la puissance publique d’exprimer sa de suivi pour à la fois garantir l’information la plus com- des Transports, précise le
calendrier de réalisation
position sur la pertinence du maintien de l’IGMP comme plète et la participation la plus large du public jusqu’à du projet CDG Express :
https://www.ecologique-
indicateur de référence et sur la prise en compte d’autres l’ouverture de l’enquête publique et rendre claire solidaire.gouv.fr/calendrier-
realisation-du-projet-cdg-
indicateurs comme le NA65. l’identification des étapes de la chaîne de décision. express

Bila n d e s garant s - 5 3
ANNEXES

5 4 - Bilan des garant s - P rojet d ' a mé na ge me nt du Te rm i nal 4 et de déve l o ppe m e nt de l ' a é ro po r t Pa r i s - C har l e s - de - Gaulle
Bila n d e s garant s - 5 5
5 6 - Bilan des garant s - P rojet d ' a mé na ge me nt du Te rm i nal 4 et de déve l o ppe m e nt de l ' a é ro po r t Pa r i s - C har l e s - de - Gaulle
Bila n d e s garant s - 5 7
5 8 - Bilan des garant s - P rojet d ' a mé na ge me nt du Te rm i nal 4 et de déve l o ppe m e nt de l ' a é ro po r t Pa r i s - C har l e s - de - Gaulle
Bila n d e s garant s - 5 9
6 0 - Bilan des garant s - P rojet d ' a mé na ge me nt du Te rm i nal 4 et de déve l o ppe m e nt de l ' a é ro po r t Pa r i s - C har l e s - de - Gaulle
Bila n d e s garant s - 6 1
6 2 - Bilan des garant s - P rojet d ' a mé na ge me nt du Te rm i nal 4 et de déve l o ppe m e nt de l ' a é ro po r t Pa r i s - C har l e s - de - Gaulle
Bila n d e s garant s - 6 3
6 4 - Bilan des garant s - P rojet d ' a mé na ge me nt du Te rm i nal 4 et de déve l o ppe m e nt de l ' a é ro po r t Pa r i s - C har l e s - de - Gaulle
Bila n d e s garant s - 6 5
6 6 - Bilan des garant s - P rojet d ' a mé na ge me nt du Te rm i nal 4 et de déve l o ppe m e nt de l ' a é ro po r t Pa r i s - C har l e s - de - Gaulle
Bila n d e s garant s - 6 7
Conception et réalisation :