Vous êtes sur la page 1sur 6

BETON

Chapitre I

Meguenni K.

MATERIAUX

« Béton et Acier »

I. 1 DEFINITIONS

Le béton est un matériau de construction solide et durable que l’on peut mouler en des formes très variées : massifs de fondation, barrages, éléments de charpentes (poutre, dalles, poteaux) et coques minces de formes divers. Le béton est formé de granulats enrobés dans une pâte d’eau de ciment qui s’est solidifiée selon une réaction d’hydratation précise.

I. 2 LES COMPOSANTS DU BETON

La composition du béton a pour but de déterminer les proportions de ses divers constituants. Les principaux constituants des bétons sont :

- le ciment

- l’eau de gâchage

- les granulats

- les adjuvants

I. 2. 1 Ciment

Le ciment est défini par l’indication de sa catégorie (Portland, alumineux,…) et de sa classe de résistance (325,

400,…) qui est la résistance à la compression simple mesurée à 28 jours d’âge normalisées.

Exemple :

sur des éprouvettes en mortier

C.P.A : Ciment Portland Artificiel (sans constituants secondaires).

C.P.J

pouzzolanes, de cendres volantes, et de fillers). C.L.K : Ciment de Laitier au Clinker.

: Ciment Portland composé (pouvant contenir de laitiers , de

En pratique, on utilise le C.P.J 32.5 et 42.5.

I. 2. 2 Eau de gâchage

L’eau de gâchage est la quantité d’eau totale ajoutée au mélange sec du béton.

Elle est nécessaire pour :

-

l’hydratation du liant

-

le mouillage des granulats

-

la facilité de mise en place du béton.

L’eau de gâchage doit être propre ; on utilise de préférence l’eau de robinet, l’eau de puits ou l’eau de pluie.

La quantité d’eau introduite dans la composition du béton influe sur sa résistance et son ouvrabilité La quantité d’eau optimale dans un mélange est calculé par rapport à la quantité de ciment utilisé rapport Eau /Ciment moyen = 0.4 ).

I. 2. 3 Sable

(le

Le sable est constitué par des grains fins (< 5 mm ). Il peut être naturel ( lit de rivière, rivage de la mer, …) ou artificiel ( obtenu par broyage des roches dures, exemple: granit, quartzite, ).

On classe les sables en trois (03) catégories.

- les fins, dont la grosseur des éléments est comprise entre 0 et 0.5 mm

BETON

Chapitre I

Meguenni K.

- les moyens, dont la grosseur des éléments est comprise entre 0.5 et 2 mm

- les gros, dont la grosseur des éléments est < 5 mm

En général, un sable pour béton armé devra contenir :

moins de 5% en poids d’éléments très fins (< 1/ 5 mm ) de 20% à 35% en poids d’éléments fins (< 0. 5 mm ) de 50% à 70% en poids d’éléments moyens (< 2. 5 mm )

I. 2. 4 Granulats

Les granulats (ou agrégats), sont des matériaux inertes (sables, gravillons, cailloux) provenant de roches naturelles ou artificielles utilisées telles quelles ou concassées. Ils représentent 60 à 80% du volume du béton et influencent fortement ses propriétés, le dosage et le coût des mélanges.

Les granulats sont constitués par des grains rocheux dont la grosseur est comprise entre 5 et 25 mm ( 3-8 et 15-25). On distingue:

- matériaux roulés : extraits de lit de rivière.

- matériaux concassés : extraits par concassage des roches (aspect anguleux et arêtes vives).

I. 2. 5 Adjuvants

En poudre ou en liquide, ils sont incorporés au début, en cours ou en fin de malaxage d'un béton ( en général moins du poids du ciment ) pour modifier les propriétés du mélange à l'état frais ou durci.

Ils sont classés selon l’action principale qui les définit. On peut citer :

- les fluidifiants (réducteurs d’eau). Les accélérateurs de prise (diminue le temps de prise du mélange en période hivernale.)

- Le retardateur de prise (augmente considérablement le temps de prise des mortiers ou des bétons mis en œuvre par temps chaud).

Exemple d’une composition d’un béton

mortiers ou des bétons mis en œuvre par temps chaud ). Exemple d’une composition d’un béton

BETON

Chapitre I

Meguenni K.

I. 2. 6 Résistance du béton

Pour l’établissement des projets, dans les cas courants, un béton est défini par la valeur de s résistance à la compression à l’age de 28 jours dite valeur caractéristique requise, notée ƒ c28 .

Lorsque les sollicitations s’exercent sur un béton dont l’age à j jours (en cours d’exécution) est inférieur à 28, on se réfère à la résistance ƒ cj obtenue au jour considéré.

Pour j ≤ 28 :

f

f

cj

cj

=

=

j

4.67

j

0.83j

1.40

0.95j

f

c 28

f

c 28

pour

pour

f

c

f

c

28

28

40 Mpa

40 Mpa

La valeur de ƒ cj est conventionnellement égale à ƒ c28 pour 28≤j≤60, et prendre ƒ cj = 1.1 ƒ c28 pour j ≥ 60

a/ Résistance caractéristiques en compression « ƒ cj »

Cette résistance (ƒ cj en Mpa) est obtenue par un grand nombre d’essais de compression jusqu’à rupture sur

une éprouvette de béton normalisée 16x32 cm 2 ( environ 200 cm 2 ) cylindrique á 3, 7 ou

28 jours.

2 ( environ 200 cm 2 ) cylindrique á 3, 7 ou 28 jours. D=16 H=32
2 ( environ 200 cm 2 ) cylindrique á 3, 7 ou 28 jours. D=16 H=32

D=16

H=32

Pour le choix de la valeur de ƒ c28 on peut considérer que :

- 20 Mpa sont facilement atteints sur les chantiers convenablement outillés ;

- 25 Mpa sur les chantiers faisant l’objet d’un contrôle régulier;

- On peut obtenir 30 Mpa dans toutes les régions à condition, de choisir convenablement les matériaux et d’établir la composition du béton;

- On peut atteindre des résistances supérieures en en choisissant rigoureusement les matériaux utilisés.

b/ Résistance caractéristique á la traction

La résistance á la traction du béton est beaucoup plus faible que sa résistance á la compression

(

F T = 1/10 F C ) . On peut déterminer F T par :
F T =
1/10 F C ) . On peut déterminer F T par :
Essai direct ( essai difficil )
L’essai consiste à sceller deux barres d’acier dans une éprouvette,
et procéder par arrachement.
Essai indirect ( essai brésilien et essai á la flexion)
 Essai par fendage ( essai brésilien)
L’essai consiste à écraser un cylindre de béton entre
les plateaux d’une presse.
 Essai par flexion
L’essai consiste a appliquée une charge concentrée
a
3a
( au milieu ) sur une poutre de section transversale carrée.
4a

BETON

Chapitre I

Meguenni K.

- La résistance caractéristique á la traction est conventionnellement définie par la relation empirique ( en Mpa) suivante ( selon le B.A.E.L) :

Pour ƒ cj < 60 Mpa :

Pour ƒ cj 60 Mpa :

ƒ tj = 0.6 + 0.06 ƒ cj

ƒ tj = 0.275 ƒ cj

2/3

Exemple : pour ƒ c28 = 25 Mpa

ƒ t28 = 2.1 Mpa

I. 2. 7 Caractéristiques physiques et mécaniques du béton

a / Masse volumique

- La masse volumique « ρ »des bétons courants est compris entre 2200 et 2400 kg/m 3 volumique « γ » 22 et 24 kN/m 3 ) .

b/ Coefficient d’élasticité

(le poids

- Sous les contraintes normales d’une durée d’application inférieure á 24 heures, on a : Le module

de déformation longitudinale instantanée du béton « E ij ».

E ij = 11000 (ƒ cj ) 1/3

( E ij et ƒ cj en Mpa )

- Sous les contraintes de longue durée d’application (les déformations différées du béton comprennent le retrait et le fluage). Le module de déformation longitudinale différée du béton « E vj » : permet de calculer la déformation finale du béton (déformation instantanée augmentée du fluage ).

c/ Retrait

E vj = 3700 (ƒ cj ) 1/3 = E ij /3

( E vj et ƒ cj en Mpa )

Au cours de sa vie, le béton subit une variation de volume. Le retrait varie en fonction :

- de l’état hygrométrique du milieu ambiant

- du dosage de ciment

- de la qualité d’eau de gâchage

d/ Fluage ( retrait sous charge )

L’expérience a montre que, lorsque le béton est conservé en étant soumis á une compression, le retrait sera plus important : c’est le fluage. Le retrait sous charge dépend de la charge appliquée.

BETON

Chapitre I

Meguenni K.

I. 3 Aciers

traction, est de

l’ordre de 10 fois la résistance à la compression des bétons (et de 100 fois leur résistance à la traction). L’acier, d’autre part, est un matériau coûteux, comparé au béton. On fait une bonne combinaison des deux matériaux en utilisant le béton pour résister aux efforts de compression, et l’acier pour les contraintes de traction.

L’acier est un matériau très résistant. La résistance utile de l’acier, en compression et en

On distingue quatre types d’acier pour armature, du moins au plus écroui :

a/

Les aciers doux, sans traitement thermique ayant une valeur caractéristique de la limite élastique

garantie de 125 ou 235MPa. Ce sont les ronds lisses (noté φ), qui ne sont plus utilisés que pour faire des crochets de levage en raison de leur tr`es grande déformation à la rupture (allongement de 22%).

b/

Les aciers laminés à chaud, naturellement durs, dit aciers à haute adhérence de type I. Ce type d’acier

a une limite d’élasticité garantie de 400MPa et un allongement à la rupture de 14%.

c/ Les aciers laminés à chaud et écrouis avec faible réduction de section (par traction-torsion), dits aciers à haute adhérence de type II. Ce type d’acier a une limite d’élasticité garantie de 500MPa et un allongement à la rupture de 12%.

d/ Les aciers laminés à chaud par tréfilage (forte réduction de section), fortement écrouis, utilisés pour fabriquer les treillis soudés et fils sur bobines. Ce type d’acier a une limite d’élasticité garantie de 500MPa et un allongement à la rupture de 8%.

On pourra retenir que l’action de l’écrouissage est d’augmenter la limite d’élasticité en faisant disparaître le palier de plasticité, et de diminuer l’allongement à la rupture (plus fragile). Les quatre types d’acier ont le même comportement élastique, donc un même module de Young de Es = 210 000MPa.

I. 3. 1 Diagramme contraintes- déformations

Le diagramme contraintes (s ) déformations (s ) d’essai de traction sur les différents types d’acier d’armature

Le diagramme contraintes (s ) déformations (s ) d’essai de traction conventionnel

( 2015/2016 )

(  s ) d’ essai de traction conventionnel ( 2015/2016 )  e -10 ‰
 e -10 ‰ -f e /E s f e /E s 10 ‰ -
 e
-10 ‰
-f e /E s
f e /E s
10 ‰
- e

5

BETON

Chapitre I

Meguenni K.

I. 3. 2 Aciers disponibles

Les armatures pour bêton armé sont constituées par des aciers qui se distinguent par leur nuance et leur état de surface, on trouve :

- Les ronds lisses (aciers doux)

- Les armatures à haute adhérence

- Les treillis soudés

a/ Ronds lisses C’est un acier qui n’a subit aucun traitement thermique, il présente une surface lisse. Ce sont des aciers doux ; leur résistance est moyenne, ils sont souples et élastiques. Pour ce type, il existe deux (02) nuances :

b/ Armatures à haute adhérence

Leur surface présente des reliefs ( crantage, crénelures, stries, nervures en hélice, …) qui améliorent l’adhérence de la barre au béton. Ces aciers sont très résistants, mais peu souples. Pour ce type, on a:

Nuance

ƒ e (MPa)

FeE 215

215

FeE 235

235

Nuance

Fe (MPa)

FeE 400

400

FeE 500

500

c/ Treillis soudés

Les treillis soudés sont constitués de fils crantés ou lisses soudés en deux nappes orthogonales avec des intervalles constants ; Leur diamètre varie entre 4 et 12 mm. Ils sont généralement utilisés pour le ferraillage des pièces « à deux dimensions » ( dalles, voiles, radiers,

etc

).

I. 4 LES AVANTAGES ET INCONVENIENTS DU BETON ARME

Les avantages du béton armé peuvent se résumer ainsi:

- facilite d’emploi, et disponibilité du matériau ;

- grande variété de formes possibles ;

- absence d’assemblages

- économies dues à l’emploi d’une main-d’œuvre non spécialisée pour plusieurs étapes de sa mise en œuvre ;

- absence d’entretien des ouvrages finis.

Quant aux inconvénients, on peut citer :

- son poids ;

- brutalité des accidents ;

- temps de durcissement relativement long ;

- exécution peu précise ;

- difficulté de reprise des ouvrages en cas de transformation.

I. 5 ASSOCIATION BETON-ACIER

L’association béton-acier est efficace pour les raisons suivantes :

- Le béton résiste à la compression

- L’acier résiste à la traction

- L’acier adhère au béton, ce qui permet une bonne transmission des efforts entre les matériaux

- il n’y a pas de réaction chimique entre l’acier et le béton ; aussi le béton protège l’acier contre la corrosion

- Le coefficient de dilatation des deux matériaux est pratiquement le même ( 10 . 10 -6 ).