Vous êtes sur la page 1sur 159

TABLE DES MATIERES

Comment profiter pleinement de son jeûne P 3


Les secrets du jeûne P 6
L’arrivée du mois de Ramadhân P 10
Le mois de Ramadhân est le meilleur visiteur P 14
L’objectif et les bienfaits recherchés dans la pratique du jeûne P 19
Le mois de Ramadhân, un mois de don et de générosité P 21
Le gagnant et le perdant pendant le mois de Ramadhân P 25
Le mois du Coran P 28
Le mois de Ramadhân et la prière accomplie la nuit P 33
Ses nuits sont bénies P 37
Une occasion à ne pas manquer P 40
Le mois de Ramadhân : adoration, lutte, détermination et effort P 45
L’école du mois de Ramadhân P 49
Les invocations P 55
Les leçons du mois de Ramadhân P 58
Partie de la conférence du frère Abû Abdillâh Adîl P 62
Partie de la conférence du frère Ahmed P 68
Parie de la conférence du frère Daoud P 73
Dix jours bénis P 79
Redoubler d’effort les dix derniers jours de Ramadhân P 81
Le mérite de l’animation en prière du Ramadhân P 83
Quand survient la nuit d’Al-Qadri ? P 88
Nuit du Destin et menstruations P 90
La retraite pieuse : l’I’tikaf P 92
La divergence d’opinion au sujet du hilal P 93
Pour le début du jeûne : qui suivre ? P 94
L’intention de jeûner P 95
Les invocations à connaître P 96
Ce qui est permis lors du jeûne P 96
Six importantes recommandations concernant le jeûne P 100
70 recommandations à propos du Ramadhân P 102

WWW.TIDJANIYYA.ORG
L’excès alimentaire P 125
Les règles concernant al-Aïd P 127
Zakat al-Fitr P 132
Ramadhan est terminé – Ne perdez pas ses pratiques P 136
Après Ramadhan ? P 137
Le jeûne du mois de Shawal P 144
Le jeûne de la dernière quinzaine du mois de Shabâne P 146
L’intention de jeûner P 149
Le repas de rupture du jeûne P 150
Le jeûne et le sommeil P 151
La lecture du Doran ou les prières surérogatoires P 154
Le mensonge affecte t-il mon jeûne ? P 155
Goûter le repas lors du jeûne P 155
Le voyage durant le mois de Ramadhan P 157
Les excuses légales qui permettent de ne pas jeûner P 159
Les médicaments autorisés qui n’annulent pas le jeûne P 161
La pompe destinée aux asthmatiques P 163
Le jeûne et le diabète P 164
Les gouttes pour les yeux durant le jeûne P 166

« Lorsqu’arrive le mois de Ramadan, les portes du Paradis sont ouvertes et celles de l'enfer
fermées, tandis que les “ chayatines ” (démons) sont enchaînés » [Rapporté par Boukhari et
Muslim]
Bien qu’il semble être un mois de restrictions et d’interdits, le 9ème mois du calendrier lunaire
est un mois qui est attendu partout dans le monde par la communauté musulmane. Et ceci n’est
pas fortuit, car les croyants savent bien que “ Ramadan ”, n’est pas un mois comme les autres,
car il renferme d’énormes trésors dont le musulman profite ici-bas et dans l’au-delà. Le mois de
Ramadan est un excellent moyen pour s'attirer La miséricorde, et Le pardon divin car il est dit :
« Celui qui jeûne le mois de Ramadan avec foi en comptant sur la récompense divine, ses
péchés lui seront pardonnés » [Rapporté par Boukhari et Muslim]
Pour tout acte d'adoration, Allah nous a donné une description de la récompense, mais le
jeûne, nul n'en connaît le salaire, car il est dit :
« Tout ce que fait le fils d’Adam est pour lui-même sauf le jeûne, il est pour Moi et c’est Moi qui
en donne la récompense… » [Hadith unanimement reconnu authentique]
Parmi les indénombrables vertus du jeûne, ce dernier est aussi une protection infaillible, car le
Prophète a dit :
« Le jeûne préserve de l'enfer tel un bouclier au combat » [Rapporté par Ahmed]
On peut encore se faire une idée du mérite du jeûne en soulignant qu'au Jour du jugement
dernier, Allah invitera les jeûneurs à entrer par la porte de "Rayane", la porte des
WWW.TIDJANIYYA.ORG
"rafraîchissements", qui ne sera franchie que par eux. On retiendra donc que Ramadan est un
mois béni, un mois qui a des avantages ici-bas et dans l'au-delà !
Ce que le musulman doit retenir, c'est que le jeûne ne consiste pas uniquement à se priver de
nourriture, boissons, relations intimes … Mais cela doit être un jeûne complet et sincère qui
nous fera profiter pleinement de La récompense divine. A cet effet, nous allons énumérer
quelques points importants :
Pratiquer le jeûne de la langue [en contrôlant sa langue]
La langue est à l'origine de beaucoup de maux et de problèmes, elle peut blesser plus
profondément qu'une arme et est capable de semer la discorde et de briser des ménages... Tout
musulman doit tenir sa langue, ne pas prononcer des mots grossiers, il ne doit pas non plus dire
des paroles vaines, ni calomnier, ni médire, ni mentir…
Le Prophète a dit :
« Quand l’un de vous jeûne, qu’il s’abstienne de dire des choses obscènes et d’élever la voix. Si
quelqu’un l’insulte ou le provoque au combat, qu’il se contente de dire : “ Je suis en état de
jeûne ”… » [Hadith unanimement reconnu authentique]
Pratiquer le jeûne des yeux [en maîtrisant son regard]
Allah a dit:

{Prescris aux croyants de tenir leurs yeux baissés et de dominer leurs sens. Cela les rendra plus
purs. Allah sait tout ce qu’ils font.} [Sourate 24 - Verset 30]
Comme on le sait, le regard en islam est autorisé, mais uniquement dans le licite, car il est dit :
Allah nous a donné deux yeux, mais avec cela, Il nous a donné deux "couvercles" pour les
préserver des choses qu'Allah n'aime pas et ces couvercles sont les paupières.
La vue est l'une des portes qui mène au cœur, et pour preuve, lorsque l'on regarde une
mauvaise image, elle nous reste en tête des jours voir des années, et par conséquent elle tache
notre cœur, qui devient plus lourd à l'adoration d’Allah .
Pratiquer le jeûne de l'ouïe [en se préservant les oreilles]

Allah nous dit :


{Et ne poursuis pas ce dont tu n'as aucune connaissance ! L'ouïe, la vue et le cœur ; sur tout
cela, en vérité, on sera interrogé} [Sourate 17 - Verset 36]
Le musulman doit se préserver des mauvaises paroles, même s’il ne les dit pas. Il doit aussi
veiller à ne pas les entendre. Il veille aussi à ne pas détourner son cœur de l'adoration d’Alla
en évitant ce qui rend son cœur faible, tel que écouter de la musique, prêter l'oreille à la
médisance, le colportage, les mots grossiers, les paroles vaines…
Pratiquer le jeûne du corps en général [en se préservant les membres]

WWW.TIDJANIYYA.ORG
Le "nafs" ou ego : En le soumettant à l'adoration. Comme on le sait, notre nafs n'aime que se
reposer, ne pas se fatiguer... et pour y remédier, nous l’éduquons par le biais du jeûne, en ne lui
donnant pas satisfaction et en le soumettant aux actes d'adorations.
Le cœur : En le nettoyant des choses de ce bas monde auquel il est souvent rattaché, et en le
faisant "jeûner" en le privant des choses qu'il aime, et, entre autres, en donnant les biens
auxquels il est trop lié, car un attachement excessif aux biens nous rend difficile l'attachement à
notre Créateur.
Les mains : En ne prenant que les choses qui plaisent à Allah , [en s'interdisant les gestes
grossiers, persécuteurs, ou injustes...]
Les pieds : En ne se rendant que vers les endroits qui plaisent à Allah …
Le Jeûne est donc avant tout une cure pour tout le corps

Et Allah est Seul Savant.

• Préserver ses membres de tous les péchés (voir rappel : Le jeûne complet)
• L’intention et la sincérité
Le Prophète a dit dans deux hadiths rapportés par Boukhari et Muslim :
« Les actions ne valent que par les intentions et chacun n’a pour lui que ce qu’il a eu réellement
l’intention de faire… »
... Donc, émettre l'intention exclusive de jeûner pour Allah , et non pour les “qu’en dira-t-on”,
ou par peur des remarques d’autrui. Louanges à Allah ! C'est uniquement pour plaire à son
Créateur que le croyant jeûne. Ne pas hésiter aussi, à multiplier les intentions, avoir l’intention
de lire le Coran ou de visiter un frère, car on sait que si notre intention était réelle et sincère,
même si on n'a pu la faire, alors Allah nous en donne la récompense.
• L'espérance de la récompense divine pour son jeûne
Le croyant jeûne pour plaire à son Seigneur, pour augmenter sa foi, fortifier le lien qui le lie à
son Créateur, se faire pardonner ses péchés, comme le Prophète nous l’explique :
« Les cinq prières rituelles, la prière du vendredi jusqu’au vendredi suivant, le jeûne du mois de
Ramadan jusqu’au Ramadan prochain, tous ont un effet absolutoire si on évite les graves
péchés. » [Rapporté par Muslim]
Aussi :
« Qui jeûne le mois de Ramadan avec foi en comptant sur la récompense divine, ses péchés lui
seront pardonnés » [Rapporté Boukhari et Muslim]

WWW.TIDJANIYYA.ORG
Les actes d'adoration

La prière:

Dans le Coran, Allah ne cesse de nous exhorter à la prière : "


wa aqimou Salat". Il est dit : « La salât fut la première et la plus
importante chose ordonnée par Allah , et elle sera la première et
la plus importante chose sur laquelle il faudra compter lors du
jugement dernier. » Donc, incha Allah , ne pas hésiter à redoubler
d'effort, pour sa prière, et aussi, ne pas hésiter à ajouter les
prières surérogatoires que nous a enseignées le Prophète , car
c'est là que réside la solution pour augmenter notre niveau de foi.
De plus le prophète veillait les nuits de Ramadan.
« À la dernière décade (dix derniers jours), il réveillait toute sa
famille, ceux qui étaient capables de prier, grand et petits.
» [Rapporté par Muslim]

Le Dhikr (le rappel) :

Dans le Coran Allah nous dit :

{Souvenez-vous de Moi donc, Je vous récompenserai. Remerciez-Moi et ne soyez pas ingrats


envers Moi !} [Sourate 2 - Verset 152]
- Demander à Allah Son pardon par "l'istighfar".
Par exemple :
« Ô Allah ! Tu es mon Seigneur, il n'y a de Dieu que Toi, c'est Toi qui m'as créé et je suis Ton
serviteur, je suis soumis à Tes promesses autant que je le puis, je cherche refuge auprès de Toi
contre le mal que j'ai commis, je me rends devant Toi avec les bienfaits dont Tu m'as comblé et
je me rends devant Toi avec mon péché. Pardonne-moi car nul autre que Toi n'absout les
péchés. »
Chadad Ibn Aws rapporte que le Prophète a dit :
« La meilleure façon de demander pardon de ses péchés consiste à dire :
Allah ouma anta rabbi la ilaha illa anta, khalaqtani wa ana âbdouke, wa ana âla âhdika wa
wâdika massta-tâte, aôudhou bika mine charri ma çanâte, abou-ou laka bi nîmatika âlaya wa
abou-ou bidhanbi, fa ghfirli, fa innahou la yaghfirou dhounouba illa ante.
Celui qui invoquera Allah de la sorte le soir de façon convaincu, s'il devait mourir la nuit, il
entrerait au Paradis. De même pour celui qui le dit le matin » [Rapporté par Boukhari]
- Les prières sur le Prophète : Allah ouma salli wa salam 'ala Mohamed

WWW.TIDJANIYYA.ORG
- Les tasbih : " SoubhanAllah " - "Alhamdoulilah" - "Allah ou Akbar" - "La Ilaha Il Allah " -
["Louange à Allah " - " Gloire à Allah " - "Allah est Grand" - "Il n'y a nul autre divinité digne d'être
adoré sauf Allah "]
{… Les invocateurs d'Allah en abondance et les invocatrices : Allah a préparé pour eux un
pardon et une énorme récompense} [Sourate 33 - Verset 35]
Le Coran
« Le jeûne de Ramadan intercédera pour l’homme le Jour de la Résurrection. Le jeûne dira : “
Seigneur ! je l’ai empêché de boire et de manger pendant le jour ” Le Coran dira “ Seigneur ! Je
l’ai empêché de dormir la nuit. Accepte notre intercession pour lui ! » [Rapporté par Ahmed et
Nassa’i]

Il est dit que le Prophète multipliait la lecture du


Coran durant ce mois. De plus le lecteur du Coran
bénéficie d’une grande récompense : Selon Ibn
Mas’oud le Messager d'Allah a dit :
« Celui qui lit une seule lettre du Coran s’inscrit une
bonne action et la bonne action a dix fois son
salaire. Je ne dis pas que “ Alif, Lam, Mim ” (lettres
énigmatiques se trouvant au début de certains
chapitres du Coran) est une lettre, mais Alif est une
lettre, Lam est une lettre et Mim est une lettre » [Rapporté par At Tirmidi]
La charité
Comme on ressent ce que ressentent les pauvres, bien que nous savons que nous
allons bien manger le soir incha Allah , cela doit nous inciter à donner au Nom
d'Allah Le Très Haut .
« Le Prophète était le plus généreux des humains et plus encore en Ramadan,
quand Gabriel venait le voir. » [Rapporté par Boukhari]
Et si on en a l’occasion : de faire Al ‘Omra (le petit pèlerinage) :
Le Prophète a dit :
« Une ‘omra pendant le mois de Ramadan, vaut un grand pèlerinage en ma
compagnie » [Rapporté par Boukhari et Mouslim]
• En plus de ceci, essayer de faire tous les actes qui nous feront
aimer d'Allah tels :
Les visites en Son Nom, (malades, amis, personne isolée, …)
Aide de toutes sortes (parole, sourire, salut, donner de son temps, ses
biens, …)
Être bon avec les autres (parente, famille, voisin, entourage…)
Prêcher la bonne parole (prescrire le bien et proscrire le mal..)
• Se rendre des comptes

WWW.TIDJANIYYA.ORG
C'est-à-dire, se demander chaque jour si notre jeûne a été accepté par Allah , qu'est-ce
qu'on a fait pour Lui plaire, avons-nous été irréprochables dans nos actes… Car il est dit :
«L'intelligent est celui qui se demande des comptes à lui-même … »
En conclusion
« Durant le mois de Ramadan, on doit être à la recherche du pardon et du repentir ; nous
devons également faire tout notre possible pour attirer sur nous la Miséricorde Divine, et ce, en
pratiquant et en multipliant nos œuvres pieuses en général. Sans oublier, bien entendu,
d'accorder une attention particulière à la protection de notre jeûne de tout ce qui pourrait le
souiller et diminuer ainsi de son mérite »
Allah , Le Très-Miséricordieux, nous accorde l’immense bienfait de pouvoir revivre de
nouveau un de ces mois magiques, alors demandons à Allah , Le Tout-Miséricordieux de
nous faire profiter de ce mois afin de goûter à la douceur de la foi et à ses délices.
Faisons que ce mois soit une continuation dans notre comportement et nos actes d'adoration,
dans tous les autres mois et tout au long de notre vie.

La pratique du jeûne est un mystère qui n'est rattaché à rien d'extérieur, un mystère auquel nul
autre qu'Allah Le Très-Haut ne participe, même pas les anges-témoins qui ne peuvent écrire
Sa récompense. Il a été rapporté que les hommes entrent au Paradis grâce à la miséricorde
divine, et que là, leurs rangs dépendent de leurs dévotions. Et puisque la récompense du jeûne
est infinie, celui qui recherche les plus hauts degrés du Paradis devrait l'observer.
Junayd disait : « Le jeûne est la moitié de la foi. » Le jeûne désigné dans cette parole
est la faim. Elle est le moyen de s'élever spirituellement et de nourrir son âme, car plus le corps
a faim et plus l'âme est nourrie : c'est une angélisation de l'être humain dans le sens où l'on
cherche à ressembler aux anges, dans la limite des possibilités humaines.
L'homme ne peut s'élever spirituellement que s'il se détache
de ce monde et de tout ce qui s'y rattache. La dimension
spirituelle de l'homme, l'âme (ar-rûh) a besoin de se nourrir
par l'adoration et de s'épanouir en réduisant les effets des
désirs et plaisirs charnels : c'est l'état de l'ascèse (zuhd).
Pour y parvenir, en empruntant le plus court chemin, le
meilleur moyen est la faim du jeûne. C'est une épreuve par
laquelle le Musulman montre son amour pour l'Éternel, et que
rien ne peut le détourner de Lui. Allah (magnifié soit Son
Nom) dit :
{Très certainement, Nous vous éprouverons par un peu de peur, de faim et de diminution de
biens, de personnes et de fruits. Et fais la bonne annonce aux endurants.} [Sourate 2 - Verset
155]

WWW.TIDJANIYYA.ORG
Ils ont mérité la bonne nouvelle quand ils ont enduré et patienté au moment de ces épreuves,
dont la faim fait partie. Le Prophète mangeait très peu et passait, parfois, deux mois sans que
le feu ne soit allumé dans sa maison.
Un jour, 'Umar ibn al-Khattâb sortit de nuit, il rencontra Abû Bakr
-as-Siddiq qui lui demanda ce qu'il faisait là, à cette heure de la
nuit. 'Umar lui répondit que c'était à cause de la faim et qu'il avait noué
autour de son ventre une pierre pour en diminuer la douleur. Abû Bakr lui
répondit qu'il était sorti pour la même raison et qu'il avait noué, lui aussi
une pierre autour de son ventre. Alors qu'ils marchaient ensemble, ils
rencontraient le Prophète alors qu'il avait noué autour de son ventre
deux pierres.
Le jeûne implique plusieurs obligations
- Ne pas manger et s'abstenir de rapports sexuels licites durant la journée ;
- Préserver sa vue de regards pleins de désirs, et pour l'ouïe ;
- Se préserver d'écouter la mécréance (kufr) ou la médisance (ghayba) ;
- Tenir sa langue afin qu'elle ne profère pas de paroles interdites vaines ou mauvaises, et garder
son corps afin qu'il ne cherche pas à assouvir ses désirs et à transgresser les ordres divins.
Celui qui se comporte de cette manière observe véritablement son jeûne, car les effets
immédiats du jeûne sont contenus dans la stricte observance de toutes ces règles, sinon il n'a
pas de raison d'être.
Le Messager a dit :
« Plus d'un ne retire de son Jeûne que la faim et la soif ».
Et dans un autre hadith :
« Celui qui ne s'abstient pas de mentir et d'agir en pur mensonge, Allah n'a que faire de son
renoncement à son manger et à son boire. »
Aussi :
« [...] "Le jeûne est un bouclier (contre l'Enfer). Quand l'un de vous jeûne, qu'il s'abstienne de
dire des obscénités et d'élever la voix. Si quelqu'un l'insulte ou le provoque au combat, qu'il se
contente de dire : « Je suis en état de jeûne. »
Sahl Tustarî disait : « Quand Allah a créé le monde d'ici-bas, Il a
mis dans l'excès de la nourriture, la désobéissance et l'ignorance,
et Il a mis dans la faim, la science ('ilm) et la sagesse (hikma). »
Abû Sulaymân Dârânî disait : « La clé d'ici-bas est l'excès dans la
nourriture et la clé de l'au-delà est la faim. »
AI Hujwîrî disait : « La faim aiguise l'intelligence et améliore l'esprit
et la santé. » On rapporte une parole qui dit : « Rendez vos
ventres affamés et vos corps assoiffés et éprouvés pour que, peut-
être, vos cœurs puissent contempler la Grandeur d'Allah en ce

WWW.TIDJANIYYA.ORG
monde. »
L'Imam Ghazâlî nous dit : « Sache que le jeûne est de trois degrés : le jeûne des
communs des musulmans, le jeûne des élus, le jeûne de l'élite des élus d'Allah . »
Le jeûne des communs des musulmans consiste à s'abstenir d'assouvir ses instincts sexuels et
de s'abstenir de manger et de boire. Le jeûne des élus d'Allah Le Très-Haut consiste, en plus
des abstentions précédentes, à préserver l'ouïe, la vue, la langue, les membres et tous les sens
de tout ce qui est interdit. Le jeûne de l'élite des élus est le jeûne du cœur ; il consiste à le
préserver de toute idée basse et de tout ce qui le détourne d'Allah Le Très-Haut et de son rappel
(dhikr).
En ce qui concerne le jeûne des élus, qui est celui des mystiques, il s'acquiert par six conditions
:
• La première est de préserver la vue de tout ce qui est interdit et de toute vision qui fait
oublier Allah Le Très-Haut.
Le Prophète a dit : « La vision interdite est une flèche du Diable, celui qui s'en garde par
crainte d'Allah , Allah lui donne en échange une foi dont il trouve la douceur dans son
cœur.»
• La deuxième est de s'abstenir de parler de choses futiles, de paroles basses et
ostentatoires, de la polémique (al-mira), de la médisance (al-ghayba) et du mensonge (al-
kadhib) ; obliger la langue à se taire (si ce n'est pour des adorations), s'occuper du rappel et de
la lecture du Coran.
Sufyân Thawrî disait : « La médisance gâche et annule le jeûne. » - Mujâhid disait : « Deux
choses gâchent et annulent le jeûne : la médisance et le mensonge. »
La preuve est dans le verset qui dit :
{[...] Et ne médisez pas les uns des autres. L'un de vous aimerait-il manger la chair de son frère
mort ? Non ! Vous en aurez horreur. Et craignez Allah , car Allah est Grand Accueillant au
repentir, Très Miséricordieux.} [Sourate 49 - Verset 12]

• La troisième est de préserver l'ouïe car Allah Le Très-Haut, parlant des hypocrites
dans le Coran, dit :
{Ils sont attentifs au mensonge et voraces de gains illicites [...]} [Sourate 5 - Verset 42]
Ceux qui profèrent des paroles illicites et ceux qui les écoutent sont sur le même pied d'égalité.
Le jeûne de l'ouïe, comporte le fait de ne pas écouter la mécréance, Allah Le Très-Haut dit à
ce sujet :
{Dans le Livre (le Coran), Il vous a déjà révélé ceci : lorsque vous entendez qu'on renie les
versets d'Allah et qu'on en raille, ne vous asseyez point avec ceux-là jusqu'à ce qu'ils
entreprennent une autre conversation. Sinon, vous serez comme eux. Allah rassemblera, certes,
les hypocrites et les mécréants, tous dans l'Enfer.} [Sourate 4 - Verset 140]
• La quatrième consiste à préserver les membres, mains et pieds, de tout péché, et à se
garder de toute nourriture douteuse ou illicite. Il n'est pas pensable de s'abstenir de ce qui est
licite pour jeûner et de rompre ce jeûne par ce qui est illicite.

WWW.TIDJANIYYA.ORG
• La cinquième ; au moment de la rupture du jeûne, le croyant ne doit pas manger
excessivement, sinon il perd l'effet du jeûne de sa journée. Comme on l'a dit, le but du jeûne est
de maîtriser ses désirs et ses instincts pour les minimiser au maximum afin de se fortifier
spirituellement : {[...] Ainsi atteindrez-vous la piété.}
Le secret du jeûne consiste à affaiblir les forces des désirs, instincts et passions qui sont les
armes redoutables du Diable jusqu'à ce que l'ego (nafs) soit maîtrisé. Ceci n'est possible que si,
à la rupture du jeûne, le musulman ne prend que le même repas consommé avant le jeûne,
sans récupérer tous les repas de la journée.
Mâlik ibn Dînâr a dit : « Celui qui a vaincu les désirs de ce bas monde, celui-là, Satan a peur de
son ombre. » On a dit à un croyant : « Tu ne désires rien ? » Il a répondu : « Je désire ne rien
désirer. »
Aussi, il est préférable qu'il ne cherche pas à éviter de ressentir la
faim, pendant la journée, en dormant exagérément. Car il ne sentira
son cœur pur que s'il éprouve la faim et la soif au point de faire ses
prières de nuit et son dhikr aisément jusqu'à ce que le Diable ne
convoite plus son cœur et qu'il puisse contempler le Royaume des
cieux.
Pendant le Ramadhân, la nuit du destin (laylat ul qadr) est, en
quelque sorte, l'accomplissement de tout cela :
{La nuit d'al-Qadr est meilleure que mille mois. Durant celle-ci,
descendent les Anges ainsi que l'Esprit, par permission de leur Seigneur pour tout ordre. Elle
est paix et salut jusqu'à l'apparition de l'aube.} [Sourate 97 - Versets 3 à 5]
• La sixième est que ton cœur soit suspendu entre l'espoir (rajâ') et la crainte (khawf) ;
l'espoir que ton jeûne soit accepté par Allah Le Très-Haut et d'être parmi les gens de la
Proximité, et la crainte de le voir refusé et d'être parmi ceux qu'Allah Le Très-Haut a repoussés.
Ce sentiment doit d'ailleurs accompagner toute adoration.
Abû Umâma a dit :
« Je suis venu voir le Prophète et je Lui ai demandé : « Ô Messager d'Allah ! Ordonne-moi un
acte qui me fasse entrer au Paradis. Il a dit : « Observe le jeûne, il n'a pas d'égal » Et je suis
revenu lui demander une deuxième fois, Il m'a dit : « Observe le jeûne, il n'a pas d'égal »
On a dit à Ahnaf ibn Qays : « Tu es vieux et le jeûne t'affaiblit. » Il a répondu : « Je le fais pour
un long voyage. Endurer l'adoration est moins dur que d'endurer Son châtiment. »
Yahyâ ibn Mu'âdh disait : « La faim est une lumière, le rassasiement est un feu et les désirs sont
les bûches qui s'enflamment et qui ne s'éteignent qu'en brûlant celui qui s'en accommode. »

WWW.TIDJANIYYA.ORG
Allah le Très Haut dit :
« (Ces jours sont) le mois de Ramadân au cours duquel le Coran a été descendu comme guide
pour les gens et preuves claires de la bonne direction et du discernement. Donc, quiconque
d’entre vous est présent en ce mois, qu’il jeûne! Et quiconque est malade ou en voyage, alors
qu’il jeûne un nombre égal d’autres jours. - Allah veut pour vous la facilité, Il ne veut pas la
difficulté pour vous, afin que vous en complétiez le nombre et que vous proclamiez la grandeur
d'Allah pour vous avoir guidés, et afin que vous soyez reconnaissants! » (Coran, 2 : 185).
Ce mois béni est une grande occasion pour le bien, la pratique cultuelle, la dévotion et
l’obéissance à Allah .
C’est un mois important, une belle occasion, un mois au cours duquel les bonnes œuvres sont
décuplées, les mauvaises aggravées, les portes du paradis ouvertes et les portes de l’enfer
fermées. Allah y agrée le repentir des auteurs de péchés et de mauvaises actions. C’est un
mois dont le début est miséricorde, le milieu pardon et la fin affranchissement de l’enfer.
Remerciez-Le pour les occasions de bien et de bénédiction qu’Il vous a données. Remerciez-Le
de vous avoir réservé des causes de grâce et des catégories de bienfaits abondants. Profitez du
passage de ces moments sacrés et de ces occasions privilégiées en les meublant par des actes
de piété et par l’abandon des interdits. C’est ainsi que vous mènerez une bonne vie et
accéderez au bonheur après votre mort.
Pour le vrai croyant, tous les mois sont des occasions pour la dévotion, toute sa vie étant une
occasion pour l'obéissance. Mais son désir pour le bien se renforce considérablement en
Ramadan, et son cœur se livre avec plus d'énergie à la dévotion. Il s’oriente vers son Maître
Transcendant et Très Haut. Pour Sa grande générosité, notre Maître octroie Sa grâce aux
croyants jeûneurs et leur accorde une récompense multipliée pendant ce temps particulier. Il les
rétribue abondamment pour leurs bonnes œuvres.

Combien aujourd’hui ressemble à la veille ! …Les


jours passent rapidement comme des instants. A
peine avons-nous accueilli le Ramadan que nous lui
disons au revoir. Et, peu de temps après, nous
accueillerons le Ramadan une nouvelle fois.
C’est à nous de nous dépêcher d’accomplir de
bonnes œuvres dans ce mois important et de veiller
à tout ce qui peut plaire à Allah et nous procurer le
bonheur le jour où nous Le rencontrerons.

Comment nous préparer pour le Ramadan ?


La préparation du Ramadan commence par un examen de conscience pour constater sa propre
négligence dans la réalisation des exigences des deux attestations et dans l’accomplissement
des obligations et l’abandon des sources de plaisir inutile ou suspect.

WWW.TIDJANIYYA.ORG
Le fidèle doit évaluer sa conduite afin que le Ramadan marque une accélération de sa
progression dans la foi. Car celle-ci peut augmenter ou diminuer ; l’obéissance l’augmente et la
désobéissance l’affaiblit. L’obéissance commence par la réalisation de la vraie servitude envers
Allah Seul. Cela est marqué par la croyance ferme qu’Allah est le seul qui mérite vraiment
d’être adoré. Et puis on Lui consacre toute forme d’adoration sans Lui associer personne en
cela. L’on doit aussi être convaincu que ce qui nous arrive ne pourrait pas ne pas nous arriver et
ce qui nous a ratés ne pourrait pas nous frapper puisque tout est prédéterminé.
Nous nous abstenons de tout ce qui s’oppose à la réalisation des deux attestations et nous
évitons d’introduire des innovations dans la religion et réaffirmons notre alliance et notre
désaveu (...). Nous aimons la Sunna et ceux qui l'appliquent et nous la défendons partout et
toujours.
Ensuite nous faisons notre propre examen de conscience pour la négligence que nous
manifestons dans les pratiques rituelles comme l’accomplissement des prières en groupe,
le rappel d’Allah , le Puissant et Majestueux, le respect des droits du voisin, des proches et des
autres musulmans. Il en est de même de notre laxisme relatif à la recommandation du bien, à
l’interdiction du mal, à la recommandation mutuelle de la vérité, à la persévérance en cela, à la
persistance dans l'abandon des mauvais actes et dans l’accomplissement des actes cultuels et
l’endurance des décrets d’Allah le Puissant et Majestueux.
L’examen de conscience doit encore concerner les actes de désobéissance et l’acharnement
aux plaisirs. Il s’agit alors de cesser tout acte de désobéissance majeur ou véniel ; qu’il soit
accompli à l’aide de l’œil comme un regard porté sur un objet interdit ou par l’oreille comme
l’écoute de la musique ou par le pied comme la marche vers ce qu'Allah le Puissant et
Majestueux n’agrée pas ou par les mains comme leur usage contraire à l’agrément d’Allah ou la
bouche comme la consommation de ce qu’Allah a rendu illicite comme le fruit de l'usure ou
de la corruption ou d'autres revenus qui entrent dans la rubrique : spoliation des biens d’autrui.
Nous devrions avoir présent à l’esprit qu’Allah tend la main le jour pour permettre au
pécheur de la nuit de se repentir et tend la main la nuit pour permettre au pécheur du jour de se
repentir. A ce propos, Allah a dit :
« Et concourez au pardon de votre Seigneur, et à un Jardin (paradis) large comme les cieux et
la terre, préparé pour les pieux, - qui dépensent dans l' aisance et dans l' adversité, qui
dominent leur rage et pardonnent à autrui - car Allah aime les bienfaisants -- et pour ceux qui, s'
ils ont commis quelque turpitude ou causé quelque préjudice à leurs propres âmes (en
désobéissant à Allah ), se souviennent d'Allah et demandent pardon pour leurs péchés - et qui
est-ce qui pardonne les péchés sinon Allah ? - et qui ne persistent pas sciemment dans le mal
qu’ils ont fait. - Ceux-là ont pour récompense le pardon de leur Seigneur, ainsi que les Jardins
sous lesquels coulent les ruisseaux, pour y demeurer éternellement. Comme est beau le salaire
de ceux qui font le bien! » (Coran, sourate 3 : verset 133-136)
et :
« Dis: "Ô Mes serviteurs qui avez commis des excès à votre propre détriment, ne désespérez
pas de la miséricorde d' Allah . Car Allah pardonne tous les péchés. Oui, c’est Lui le
Pardonneur, le Très Miséricordieux.» (Coran, sourate 39 : verset 53)

WWW.TIDJANIYYA.ORG
Et :
« Quiconque agit mal ou fait du tort à lui-même, puis aussitôt implore d'Allah le pardon, trouvera
Allah Pardonneur et Miséricordieux. » (Coran, sourate 4 : verset 110).
C’est avec cet examen de conscience, avec ce repentir et cette imploration du pardon que nous
devrions accueillir le Ramadan : « Le vrai intelligent est celui qui se maîtrise et oeuvre pour
préparer la mort. L’incapable est celui qui s’adonne à la passion et souhaite tout obtenir d’Allah
».
Le mois de Ramadan est certes un mois de profits
et de gains. Le commerçant averti saisit les
opportunités pour augmenter ses bienfaits. Profitez
de ce mois grâce à la dévotion par la multiplication
des prières, la lecture du Coran, le pardon aux
autres, la bienfaisance à leur égard et la distribution
d’aumônes aux pauvres.
En Ramadan, on ouvre les portes du paradis, ferme
les portes de l'enfer, enchaîne les démons et lance
chaque nuit cet appel : Ô celui qui cherche le bien !
Avance. Ô celui qui cherche le mal ! Recule.
Soyez de bons serviteurs d'Allah fidèles à la
tradition des ancêtres pieux et guidés par la Sunna
de votre Prophète de sorte à obtenir au sortir du
Ramadan le pardon de vos péchés et l’exaucement
de vos bonnes œuvres.
Sachez que le Ramadan est le meilleur des mois. Ibn al-Qayyim (ُ َّ ‫)رح ُمه‬
َ a dit : « La
comparaison des choses créées par Allah amène à préférer le Ramadan à tous les autres mois
et ses dix dernières nuits à toutes les autres ». Voir Zad al-m'aad, 1/56.
Ce mois est préféré aux autres pour quatre raisons :
- Premièrement, il comprend la meilleure nuit de l'année, la nuit du Destin à propos de laquelle
Allah le Très Haut a dit : « Nous l'avons certes, fait descendre (le Coran) pendant la nuit d' Al-
Qadr. - Et qui te dira ce qu’est la nuit d'Al-Qadr? - La nuit d'Al-Qadr est meilleure que mille mois.
- Durant celle-ci descendent les Anges ainsi que l’Esprit, par permission de leur Seigneur pour
tout ordre. - Elle est paix et salut jusqu'à l’apparition de l’aube. » (Coran, 97 :1-5).
La pratique cultuelle faite dans cette nuit est meilleure que les pratiques cultuelles faites dans
mille autres mois.

- Deuxièmement, c’est au cours de ce mois que le meilleur livre fut révélé au meilleur des
prophètes . A ce propos le Très Haut a dit : « (Ces jours sont) le mois de Ramadân au cours
duquel le Coran a été descendu comme guide pour les gens, et preuves claires de la bonne
direction et du discernement.» (Coran, 2 : 185) et : « Nous l’avons fait descendre en une nuit
bénie, Nous sommes en vérité Celui qui avertit, - durant laquelle est décidé tout ordre sage, -

WWW.TIDJANIYYA.ORG
c''est là un commandement venant de Nous. C’est Nous qui envoyons (les
Messagers),» (Coran, 44 : 3-5).
Dans al-Mu’djam al-Kabir, at-Tabarani (َُّ ‫)رح ُمه‬
َ a rapporté à la suite d’Ahmad (ُ َّ ‫)رح ُمه‬
َ d’après
Wailah ibn al-Asqu’a que le Messager d’Allah a dit : « Les feuilles d'Ibrahim furent
révélées durant la première nuit du Ramadan, la Thora à la sixième nuit du mois et le Coran à la
vingt quatrième » (hadith déclaré bon dans as-Silsila as-Sahihi, 1575).
- Troisièmement, les portes du paradis sont ouvertes pendant ce mois et les portes de l’enfer
fermées et les démons enchaînés.
D’après Abou Hourayra le Messager d’Allah a dit : « A l’arrivée du Ramadan, les
portes du paradis sont ouvertes, celles de l’enfer fermées et les démons enchaînés » (cité par
al-Boukhari et Mouslim).
An-Nassaï a rapporté d’après Abou Hourayra que le Messager d’Allah a dit : « A
l’arrivée du Ramadan, les portes du paradis sont ouvertes, celles de l’enfer fermées et les
démons enchaînés » (déclaré authentique par al-Albani dans Sahih al-Djami, 471). At-Tirmidhi ,
Ibn Madja (َُّ ‫)رح ُمه‬
َ et Ibn Khouzayma (َُّ ‫)رح ُمه‬
َ (selon une version) ont rapporté : « Dès la
première nuit du Ramadan, les démons et les plus méchants des djinns sont enchaînés et les
portes de l’enfer sont toutes fermées et celles du paradis toutes ouvertes. Et l’on appellera ainsi
: Ô chercheur du bien ! Avance. Ô chercheur du mal ! Recule. Et, à chaque nuit, Allah affranchit
des gens de l’enfer » (déclaré bon par Al-Albani dans Sahih al-Djami (759).
Si on dit : si les démons sont enchaînés pourquoi tant de maux et de péchés arrivent en
Ramadan ?
La réponse est que ceux qui respectent les règles et conditions du Ramadan ne sont concernés
que faiblement. On peut aussi dire que seule une partie des démons est enchaînée : les plus
méchants. On peut encore dire qu'il s'agit d'une diminution des maux. Ce qui est constaté.
Car les maux et péchés sont moins fréquents dans ce mois. En outre, l'enchaînement de tous
les démons n’implique pas nécessairement l’absence totale de maux et péchés, ceux-ci ayant
d'autres causes que les démons, comme les mauvaises âmes, les habitudes odieuses et les
démons à visage humain. Voir al-fateh, 4/145.
- Quatrièmement, le mois comprend beaucoup d’actions cultuelles. Certains de celles-ci ne se
retrouvent qu'en Ramadan. C’est le cas du jeûne, des prières nocturnes, de la distribution des
nourritures, de la retraite pieuse, de l'aumône et de la lecture du Coran.
Je demande à Allah , l'Auguste, l'Immense de nous assister tous à bien jeûner, à bien célébrer
les prières nocturnes, à faire les actes d'obéissance et à nous abstenir des interdits.
Louanges à Allah , le Maître des Univers.
Cheikh Saleh el Mounajeed

Ô musulmans !

WWW.TIDJANIYYA.ORG
Sachez que ce monde est bon, beau, fleuri et un plaisir s’il n’était périssable et éphémère. Celui
qui y vit, périt ; les situations changent, et chaque serviteur sera interrogé. Celui qui s’y
accroche sera toujours occupé, il n’atteindra pas la fin de ce qu’il souhaite, et n’obtiendra pas ce
qu’il désire. Ses jours et ses mois passent à une vitesse étonnante ; la vie de ce monde est
courte et la fin du monde est proche. Il est rempli de dangers, de tentations, de petits péchés et
de grands péchés, et les gens y vivent en étant croyants ou mécréants, pieux ou débauchés,
gagnants ou perdants ; donc, le bonheur sera pour celui qui se sera protégé lui-même, ainsi que
ses enfants, ses femmes, et ceux dont il est responsable, de tout ce qui engendre la colère
d’Allah , qui amène le regret, et de tous les moyens du mal et de la destruction :
{Et celui qui s’accroche à Allah , celui-là a été effectivement guidé sur une voie rectiligne}
Ô musulmans !
Le mois des profits vous est venu, c’est un visiteur
brillant qui apporte des bienfaits innombrables ;
pendant ce mois, on ne voit que des adorateurs
inclinés, des gens qui lisent le Coran en s'abaissant
devant Allah et en pleurant. Donc, remerciez
Allah de vous avoir fait parvenir à ce mois, car
combien de personnes voulaient parvenir à ce mois
et ne l’ont pas atteint, la mort les a surpris et les a
fait périr.
Ô musulmans !
Nous l’avons atteint et combien de personnes aimées avons-nous perdues ? Nous jeûnons et
combien de personnes chères à nos yeux avons-nous enterrées ?
Mes frères !
La mort s’approche de nous, le départ est proche et nous n’avons pas de provisions ; donc,
dépêchons-nous avant que nous ne puissions plus nous repentir.

Soyez déterminés ! Accomplissez le bien pour Allah , car ceux qui ont réussi, ont fourni
beaucoup d’efforts. Et sachez que celui qui est toujours paresseux ne réalisera pas ses désirs et
sera perdant ; Aïcha a dit :
« Le Messager d’Allah accomplissait des efforts pendant le mois de Ramadan, comme il n’en
accomplissait pas les autres mois » [Rapporté par Mouslim.]
Ô musulmans !
Voilà le mois de l’acceptation, de l’affranchissement de l’enfer, de la bienfaisance, de l’élévation
; donc, quelle perte pour ceux qui sont paresseux !

Anas a dit que le Prophète rapporte de son Seigneur :


“ Lorsque le serviteur se rapproche de Moi d’un empan, Je me rapproche de lui d’une coudée ;
et lorsqu’il se rapproche de Moi d’une coudée, Je me rapproche de lui d’une brasse ; et lorsqu’il
vient vers Moi en marchant, Je vais vers lui en courant [c’est-à-dire avec empressement]
Ô serviteur d’Allah !

WWW.TIDJANIYYA.ORG
C’est le moment de faire des efforts, si tu veux en faire ; c’est le moment de l’adoration, si tu y
es préparé, car c’est la période de l’acceptation, du bien, le diable est enchaîné et la porte du
bien est ouverte pour celui qui le désire ; le Messager d’Allah a dit :
" Lorsque le mois de Ramadan arrive, les portes du paradis sont ouvertes, les portes de l’enfer
sont fermées et les diables sont enchaînés " [Rapporté par Al-Boukhari et Mouslim.]
Ô musulmans !
La période du repentir est arrivée ; donc, empressez-vous de vous
repentir, car Allah aime ceux qui se repentent.
Le Messager d’Allah monta sur la chaire (minbar) et dit : [Amin Amin -
Amin] - on lui dit : « O Messager d’Allah ! Tu es monté sur le mimbar et tu
as dit : [Amin - Amin - Amin] » - il dit alors : L’ange Jibril (‫)عَـلـَـيْه السَّال ُم‬
m’est venu et a dit : « Quiconque jeûne le mois de Ramadan et ne se fait
pas pardonner de ses péchés, puis entre dans l’enfer, qu’Allah l’éloigne !
Dis : (Amin) ». Alors, j’ai dit : "Amin" - [Rapporté par Ibn Khouzéïma et Ibn
Hibane.]
Ô musulmans !
Ô vous qui regardez les choses interdites alors que vous êtes dans le
meilleur mois, méfiez-vous de violer son état sacré, de salir son honneur et de diminuer son
rang, le Messager d’Allah a dit :
" Celui qui n’abandonne pas le mensonge, Allah n’a pas besoin qu’il laisse sa nourriture et sa
boisson "[Rapporté par Al-Boukhari.]
Quel bonheur pour ceux qui ont laissé les envies bestiales pour l’invisible de l’autre monde qu’ils
n’ont pas vu, mais y ont cru :
{Et celui qui a apporté avec lui la vérité et y a cru, ceux-là sont les gens pieux. ils ont ce qu’ils
veulent auprès de leur Seigneur. Voilà la récompense des gens de bien. Afin qu’Allah leur efface
le plus mauvais de leurs œuvres et leur donne leur récompense en rapport avec le meilleur de
ce qu’ils faisaient}
Ô jeûneurs !
La meilleure façon dont vous puissiez passer votre temps est l’étude des versets du Coran et la
réflexion sur leur signification ; et l’ange Jibril (‫ ) َعـلـَـيْه السَّال ُم‬rencontrait le Messager d’Allah
chaque nuit pendant le mois de Ramadan pour lui enseigner le Coran. [Rapporté par Al-
Boukhari et Mouslim.]
Le Coran est une guérison pour les cœurs, un
juge juste, ses histoires sont très belles, ses
sermons sont bénéfiques, ses sagesses sont
magnifiques, et ses preuves sur l’unicité d’Allah
sont évidentes, il est l’âme pour la vie éternelle et
sans âme, le corps meurt.

WWW.TIDJANIYYA.ORG
Donc, dirigez-vous vers le Coran et faites sortir ses perles, apprenez les causes de la descente
des versets, lisez les livres des commentaires du Coran, ne vous contentez pas de le lire peu,
faites qu’il soit votre juge dans toutes vos affaires, car le bienheureux est celui qui l’aura mis
complètement en pratique :

{Le mois de Ramadan où a été descendu le Coran comme bonne direction pour les Humains et
comme preuves évidentes de la bonne direction et du discernement parfait...} [Sourate 2 -
Verset 185]
Et chaque fois que tu finis de le lire, ô serviteur d’Allah , recommence à le lire depuis le début.
Ô musulmans !
C’est le mois des dépenses, des dons et de la compassion ; donc, vous, les riches,
pensez aux gens affamés, aux pauvres et aux miséreux ; aidez-les et enrichissez-
les, donnez-leur à manger ; dépensez et ne retenez pas l’argent car sinon Allah
ne vous donnera pas. Le Prophète a dit :
La meilleure aumône est celle qui est faite pendant le mois de Ramadan [Rapporté par
Tirmidhi.]
Et le Prophète était le plus généreux des hommes, et il était encore plus généreux pendant le
mois de Ramadan lorsque l’ange Jibril (‫ ) َعـلـَـيْه السَّال ُم‬le rencontrait.
Ô musulmans !
Les périodes de bienfaits sont courtes, leurs jours passent très vite ; donc, évitez la négligence
pendant ce court mois, et accomplissez ses adorations et ses devoirs. Et le Prophète a dit :
Les gens se porteront toujours bien tant qu’ils s’empresseront de rompre le jeûne
La différence qu’il y a entre notre jeûne et le jeûne des gens du Livre est le repas du Souhour -
avant la prière du matin -
Prenez le Souhour, même avec une gorgée d’eau
Le Messager d’Allah rompait le jeûne avant de prier avec des
routabes (dattes mûres et fraîches), si ce n’étaient pas des
routabes, c’étaient des dattes, et si ce n’étaient pas des dattes, il
buvait quelques gorgées d’eau. Après avoir rompu le jeûne, il disait
:
La soif est partie, les artères sont mouillées, et la récompense est
obtenue, si Allah le veut
Et quiconque mange ou boit par oubli, qu’il termine son jeûne car
son Seigneur l’a nourrit et abreuvé ; et il ne doit pas expier ce jour de jeûne, ni le remplacer.

WWW.TIDJANIYYA.ORG
Et quiconque vomit alors qu’il jeûne, ne doit pas remplacer ce jour de jeûne ; mais celui qui
vomit volontairement, doit remplacer ce jour de jeûne par un autre.
De même que le jeûne de celui qui fait sortir le sperme volontairement sera rompu ; tandis que
celui dont le sperme sort pendant son sommeil, ne rompt pas le jeûne.
Et celui qui donne à un jeûneur de quoi rompre le jeûne, aura la même récompense que lui sans
que cela ne diminue en rien la récompense du jeûneur.
Ô musulmans !
Faites attention à ne pas rompre le jeûne avant le moment exact de sa rupture ; et faites
attention aussi à ne pas violer la sacralisation des journées de Ramadan en rompant le jeûne
volontairement sans aucune excuse.
Et lorsque la femme sort pour se rendre à la prière du soir (Al-Icha) et
la prière de Tarawih, elle doit éviter le parfum et les vêtements qui
attirent l’attention des hommes - selon Zeïnab At-
Thaquafiah le Messager d’Allah a dit :
Lorsque l’une d’entre vous accomplit la prière d’Icha à la mosquée, elle
ne doit pas se parfumer. [Rapporté par Mouslim.]
Et la prière accomplie chez elles est meilleure pour elles ; selon Ibn
Omar le Messager d’Allah a dit :
N’empêchez vos femmes d’aller à la mosquée, mais leurs maisons sont meilleures pour elles
[Rapporté par Abou Dawoud.]
Et selon Oum Salamah le Messager d’Allah a dit :
La meilleure mosquée des femmes est chez elles [Rapporté par Ahmed.]
Ô musulmans!
Le remède de l’ignorance est le fait de poser des questions ; donc, demandez lorsque vous ne
comprenez pas et lorsque vous ne savez pas, car les actions accomplies sans aucune science
ne seront pas acceptées.
Ô musulmans!
Une mauvaise habitude est apparue chez certains
musulmans, c’est le gaspillage de la nourriture et des
boissons pendant le mois de Ramadan. Beaucoup parmi
eux jettent le reste de la nourriture dans les poubelles,
alors qu’il y a des gens qui ont faim et des familles qui
cherchent à manger et à boire.

Donc, serviteurs d’Allah , craignez Allah ; ce n’est pas ainsi que vous remerciez Allah pour
les bienfaits qu’Il vous donne et que vous pouvez repousser les malheurs :
{Et ne gaspillez pas, il n’aime pas ceux qui gaspillent} [Sourate 6 - Verset 141]

WWW.TIDJANIYYA.ORG
{Et ne jette pas ton argent à droite et à gauche. Ceux qui jettent leur argent sont les frères des
diables et le diable est vis-à-vis de son Seigneur un très grand négateur.} [Sourate 17 - Versets
26-27]
Soyez au juste milieu et dépensez d’une bonne manière :
{Ne tiens pas ta main enchaînée à ton cou (en signe d’avarice) et ne l’ouvre pas totalement
sinon tu resterais blâmé et rongé de remords.} [Sourate 17 - Verset 29]

Il n’y a pas de bien dans le gaspillage, ni de gaspillage dans le bien ; Allah a dit :
{Assurément, si vous rendez grâce (remerciez), Je vous donnerai encore plus, et si vous reniez,
Mon châtiment est bien dur.}
Ô musulmans!

Chaque jeûneur a une demande adressée à Allah qui est exaucée tous les jours et toutes
les nuits pendant le mois de Ramadan ; selon Abou Saïd Al-Khoudri le Messager
d’Allah a dit :
Chaque musulman a une demande adressée à Allah qui est exaucée tous les jours et toutes les
nuits [Rapporté par Al-Bazzar.]
Et selon Amr ibn Al-Ass le Messager
d’Allah a dit :
Le jeûneur a une demande qui n’est pas rejetée au
moment de rompre le jeûne [Rapporté par Ibn
Majah.]
Donc, augmentez les demandes pendant le mois des
bienfaits pour vous, votre famille et vos proches
parents.
Et levez vos mains vers le ciel pour demander à Allah
de secourir vos frères qui sont faibles, qui sont
chassés de chez eux, affligés et persécutés partout
dans le monde ; car la communauté souffre
beaucoup en ce moment, et les complots sont faits
contre elle, et elle ne peut être sauvée qu’en s’en
remettant complètement à Allah et en lui faisant
confiance.

Donc, adressez beaucoup de demandes à Allah ,


plaignez-vous à Lui ; évitez les choses qui
empêchent l'acceptation des demandes, armez-vous
avec la foi et la conviction. Et sachez que ceci est
une épreuve provenant d'Allah pour que la communauté s’élève et se réveille, connaisse
l’ennemi et l’ami, et pour qu’elle retourne à la pratique de sa religion.
Cheikh Saleh El Bedeyr

WWW.TIDJANIYYA.ORG
L’objectif visé dans la pratique du jeûne est de retenir son âme de ses désirs et de la prévenir de
ces choses qui lui sont bien-aimées, dans le but de contrôler la force de l’âme, afin qu’elle
puisse atteindre ce qui se trouve dans le jeûne comme succès et joie pour l’âme.
Et ce qui est recherché encore à travers le jeûne, c’est le fait de casser sa faim et sa soif, ce qui
est un moyen de rappel quant à la situation de l'affamé parmi les nécessiteux [al-Massâkîn].
À travers le jeûne on restreint le passage du Chaytân [Satan] [...] en restreignant le passage de
la nourriture et de la boisson. Aussi, cela empêche la force des membres de prendre aise à des
choses qui lui causent du tort dans cette vie d’ici-bas et celle de l’au-delà.
Le jeûne immobilise les membres du corps contre cela ainsi que toute force contre les caprices.
Le jeûne est la bride [les rênes] de ceux qui craignent Allâh , et le bouclier des guerriers, un
jardin pour les serviteurs vertueux et les rapprochés d'Allâh .
Et cela est pour le Seigneur des mondes parmi tout le reste des actions. Et certes le jeûneur ne
fait rien, si ce n’est qu’il abandonne ses désirs, sa nourriture et sa boisson par égard à Celui qu’il
adore. Jeûner est ainsi l’abandon de ces choses que l’âme aime et désire, pour leur préférer
l’amour d’Allâh et Son agrément. Ceci est un secret entre l’adorateur et son Seigneur dont
personne, en dehors de Lui, n’est informé. Voici donc le véritable jeûne.
Jeûner à un effet surprenant quant à la préservation des membres externes et des capacités
intérieures [...] Il a un effet remarquable dans l’épuisement de toutes choses malfaisantes qui
empêchent l’âme d’être saine. De ce fait, le jeûne préserve la santé du cœur de la personne et
les membres de son corps. Il rend tout ce que les mains du désir ont pris de lui à l’âme. Et c’est
donc la plus grande façon d’améliorer sa piété [at-Taqwâ], comme Allâh a dit :

{Ô les croyants ! On vous a prescrit as-Siyâm comme on l’a prescrit à ceux d’avant vous, ainsi
atteindrez-vous la piété} [Sourate 2 - Verset 183]
Le Prophète a dit :
« Jeûner est un bouclier. » [Rapporté par al-Bukhârî et Muslim -n°1151]
Et il a ordonné à ceux qui avaient des désirs intenses à vouloir se marier mais qui n’en
étaient pas capables, d'observer le jeûne qui est pour eux un bouclier contre ces désirs dans
l’attente du mariage. [Rapporté par al-Bukhârî et Muslim -n°1400]
Et ce qui est visé en cela :
Ce sont les privilèges du jeûne qui sont le témoignage pour ceux doués d’un esprit sensible et
de perceptions droites [al-Mustaqîma], d’une reconnaissance de la législation d’Allâh

WWW.TIDJANIYYA.ORG
prescrite comme une miséricorde à l’adorateur d'Allâh , excellente pour eux ainsi qu’une
protection et un bouclier.
Et la pratique du Prophète sur le sujet est la plus parfaite des pratiques, et la meilleure afin
d’atteindre l’objectif désiré et ce qui est le plus facile pour l’âme. Quant à retenir l’âme de ce
qu’elle aime et de ses désirs, c’est ce qui est le plus difficile et la plus dure des choses.
L’obligation du jeûne a été différée jusqu’au milieu de l’Islâm après la « Hijrah » [L’hégire du
Prophète ]. Et cela a été imposé quand le « Tawhîd » l’Unicité d’Allâh et la Prière avaient été
établis fermement dans les âmes des Musulmans et quand ils honoraient les ordres prescrits du
Coran. Ainsi ces prescriptions avaient été imposées graduellement, et le jeûne est devenu
obligatoire dans la deuxième année de l’Hégire [al-Hijrah].
Lorsque le Messager d’Allâh est mort, il avait jeûné 9 Ramadân dans sa totalité. En un
premier temps, il a été légiféré le choix entre jeûner ou nourrir tous les jours des gens
nécessiteux [al-Massâkîn]. Et par la suite, le jeûne a été rendu obligatoire, et la possibilité de
nourrir des nécessiteux a été laissée seulement aux personnes âgées et aux femmes qui
n’avaient pas la capacité de jeûner [...].
Kitâb « Zâd ul-Ma’âd fî hadî kheyr al-’Ibâd »
De Ibn al-Qayyîm, vol-2 p.28-30 - Par Ibn Abdel Hadi

Ô vous les musulmans !


Un grand mois est arrivé, rempli de biens et de bénédictions ; pendant ce mois, la récompense
des bonnes actions est multipliée, les péchés sont pardonnés et les mauvaises actions sont
diminuées.
Mes frères en Islam !

Le fait d’atteindre ce mois est un grand bienfait pour lequel il faut remercier Allah ; de même
que nous devons profiter de cette occasion pour que nous ayons la réussite dans l’autre monde
et que nous soyons protégés de l’enfer ; Allah a dit :

{O vous qui avez cru! Le jeûne vous a été prescrit comme il a été prescrit à ceux qui vous ont
précédés, peut-être serez-vous pieux};
Et le Prophète a dit :

WWW.TIDJANIYYA.ORG
"Le jeûne et le Coran intercéderont pour le serviteur le jour du jugement ; le jeûne dira :
Seigneur! Je l’ai empêché de manger et d’assouvir ses envies, donc permets-moi d’intercéder
en sa faveur ; et le Coran dira : je l’ai empêché de dormir la nuit, donc permets-moi d’intercéder
en sa faveur ; ils intercéderont alors en sa faveur" (Rapporté par Ahmed et At-Tabarani.)
Ô vous les croyants !
Le mois de Ramadan est un mois de pardon et de miséricorde ; le Prophète a dit : "Lorsque
le mois de Ramadan arrive, les portes du ciel sont ouvertes (dans d’autres versions : « les
portes du paradis », « les portes de la miséricorde »), les portes de l’enfer sont fermées, et les
diables sont enchaînés" (Rapporté par Al-Boukhari et Mouslim).
Selon Abou Houreïra le Prophète a dit : "Quiconque passe la nuit du destin en
prière en ayant la foi et en espérant recevoir la récompense, ses péchés commis dans le passé
lui seront pardonnés ; et quiconque jeûne le mois de Ramadan en ayant la foi et en espérant
recevoir la récompense, ses péchés commis dans le passé lui seront pardonnés" (Rapporté par
Al-Boukhari et Mouslim).
Que le mois de Ramadan soit une occasion pour nous afin que nous réfléchissions à notre
situation et pour corriger ce qui n’est pas bien ; profitons de ce mois pour changer notre façon
de vivre et pour que, dans l’avenir, nous n'accomplissions que les bonnes actions.
Ô Communauté de l’Islam !
En lisant les pages d’histoire, nous nous souvenons d’événements inoubliables qui se sont
produits pendant le mois de Ramadan, comme la victoire de la bataille de Badr, la conquête de
la Mecque, les victoires des musulmans, le courage des croyants ; nous n’oublierons jamais la
bataille d’Al-Yarmouk et celle d’Al-Quadissia. Donc la communauté apprend que ses héros n’ont
atteint cette gloire, cette victoire, ce bonheur et cette domination que parce qu’ils se sont
accrochés à l’Islam en respectant ses lois, en suivant son chemin et en mettant en pratique ses
instructions ; ils ont adoré Allah le Seigneur des mondes avec sincérité et ils étaient fiers de
cette religion.
La communauté doit savoir que pour sortir des difficultés dans lesquelles elle vit aujourd’hui, le
seul moyen est qu’elle retourne sincèrement vers Allah et qu’elle suive le chemin tracé par
le Prophète car c’est l'unique façon de se corriger, d’atteindre la gloire et le succès, c’est
aussi la base de la victoire et de la réussite ; et les gens de la fin de cette communauté ne
seront corrigés que comme l’ont été les gens au début de la communauté.
Mes frères en Islam !
Le mois de Ramadan est le mois de la générosité, Ibn Abbass a dit : “Le
Prophète était l'homme le plus généreux, et il était encore plus généreux pendant le mois de
Ramadan lorsque l’ange Gabriel (‫ ) َعـلـَـيْه السَّال ُم‬le rencontrait, et il le rencontrait chaque nuit jusqu’à
ce que le mois de Ramadan se termine ; le Prophète lui lisait le Coran, et lorsque l’ange
Gabriel (‫ ) َعـلـَـيْه السَّال ُم‬le rencontrait, il était encore plus généreux que le vent qui amène la
pluie” (Rapporté par Al-Boukhari et Mouslim).
Serviteurs d’Allah !

WWW.TIDJANIYYA.ORG
La générosité se fait de plusieurs façons, chacun donne ce qu’il peut, et celui qui est généreux
envers les serviteurs d'Allah , Allah sera généreux envers lui ; la plus grande générosité est
d’être bienfaisant envers les serviteurs et de leur rendre service le mieux que l’on peut : nourrir
l’affamé, subvenir aux besoins des gens et aider les pauvres.
Le Prophète a dit : "Quiconque donne à un jeûneur de quoi rompre le jeûne aura la même
récompense que celui-ci sans que cela ne diminue en rien la récompense du jeûneur"(Rapporté
par At-Tirmidhi et Ibn Majah).
Quelqu’un parmi les pieux eut envie de manger alors qu’il jeûnait ; au moment de rompre le
jeûne, on lui apporta la nourriture, puis il entendit quelqu’un dire : “Qui prête au Riche (Allah ) qui
acquitte toujours ses dettes?” Il répondit : “Son serviteur qui a besoin de bonnes actions”, il prit
alors l’assiette, sortit pour la lui donner et passa la nuit en ayant faim ; Allah a dit : {Ils
donnent de plus la préférence sur eux-mêmes, même s’ils sont dans le besoin. Celui qui est
prémuni contre sa propre avarice, ce sont ceux-là qui récolteront le succès}.
Ô vous les croyants !
Il y a dans le monde musulman des
pauvres qui ne possèdent rien et des
gens chassés de leurs pays qui n’ont
pas d'endroit où habiter ; beaucoup
parmi les musulmans vivent des jours
difficiles, et d'autres souffrent, ils sont
tués, chassés, leurs pays sont détruits
et soumis à la corruption.
Donc, ô communauté de
Mohammed , le Prophètede la
miséricorde, de la bienfaisance, de la
compassion, de la générosité et de la
tendresse ! Pensez à la situation de vos
frères ; dépensez ce que vous pouvez
pour les aider : de l’argent, de la
nourriture, des vêtements et des médicaments ...

Allah a dit : {Tout ce que vous dépensez (pour Allah ), Il vous le remplace et c’est Lui Le
Meilleur des donateurs}.
Pensez à vos frères faibles dans le monde entier pendant ce mois de Ramadan ; demandez
sincèrement à Allah de les aider ; le Prophète a dit : "Il y a trois personnes dont les
invocations ne sont pas rejetées ; et il mentionna parmi eux le jeûneur lorsqu’il rompt le
jeûne" (Rapporté par Ibn Majah).
Mes frères dans la foi !
Le Prophète a dit : (L’aumône ne fait pas diminuer
l’argent) et il a dit aussi : "Craignez Allah même
pour la moitié d’une datte" [c’est-à-dire donnez ne

WWW.TIDJANIYYA.ORG
serait-ce que la moitié d’une datte en aumône]. (Rapporté par Al-Boukhari et Mouslim)
Ô vous les musulmans !
Que le jeûne soit toujours une protection pour vous contre tous les péchés. Le prophète a dit:
"Le jeûne est une protection, donc lorsque l’un d’entre vous jeûne, qu’il ne tienne pas de propos
obscènes et ne crie pas, et si quelqu’un l’insulte ou le combat, qu’il dise : je jeûne" (Rapporté
par Al-Boukhari et Mouslim).
Le but du jeûne est l’éducation de l’âme et la protection des membres ; le Prophète a dit:
"Celui qui n’abandonne pas le mensonge et l’ignorance, Allah n’a pas besoin qu’il laisse sa
nourriture et sa boisson" (Rapporté par Al-Boukhari).
Ô vous les musulmans !
La beauté du musulman augmente lorsqu’il lit le Coran, en apparence et intérieurement, et son
degré augmente dans ce monde et dans l’autre. Sa lecture est un commerce bénéfique qui ne
connaît pas de perte ; et pendant ce mois ces mérites sont encore plus importants, Al-zouhri
a dit : "Lorsque le mois de Ramadan commence, il faut lire le Coran et donner à
manger aux gens". Et certains pieux prédécesseurs (‫ )رضي  عـنھـم‬finissaient la lecture complète
du Coran en trois nuits et d’autres en sept nuits. Parmi les buts de la lecture du Coran : la
réflexion sur ses versets, la compréhension de sa signification, de ses secrets et de ses lois :

"Un Livre béni que nous avons fait descendre sur toi afin qu’ils méditent sur ses versets
et que se rappellent ceux qui ont un cerveau".
Mes frères en Islam !

WWW.TIDJANIYYA.ORG
Le but principal de la lecture du Coran est de mettre en pratique les ordres du Coran et de
suivre toutes les directives qui s’y trouvent, car il n’y aura jamais de gloire, de domination, de
fermeté, de tranquillité et de sauvegarde contre le châtiment sauf si nous nous dirigeons
complètement vers le Livre de notre Seigneur et la Sounnah de notre prophète
Mohammed : "Ce Coran guide vers la voie la plus droite".
Mes frères en Islam !
Le mois de Ramadan est une grande période pour acquérir les bonnes choses, de même
qu’une occasion pour obtenir les butins et les bénédictions ; parmi ses bonnes choses, le fait
qu’il soit un mois d’imploration, de prière et pour se rapprocher du Roi. Il est rapporté dans les
deux recueils de hadiths authentiques que le Prophète a dit : "Quiconque passe le mois de
Ramadan en accomplissant beaucoup de prières en étant croyant et en espérant recevoir la
récompense, ses péchés passés lui seront pardonnés".
Donc, soyez assidus à l’accomplissement de la prière de Tarawih en congrégation avec les
musulmans, pour faire comme l’a fait le Prophètede la communauté , le meilleur des
prophètes et des Messagers. Et celui qui prie avec l’imam jusqu’à ce qu’il finisse de prier aura la
récompense d’avoir passé toute la nuit en prière, comme l’a dit le prophète .
Cheikh Housseïne Ali Cheikh

Ô vous les musulmans !


Une grande période d'honneur et de bénédiction est arrivée
pour les musulmans ; pendant cette période, Allah a fait
descendre Son Livre et a prescrit le jeûne; c'est le mois pour
augmenter les prières et la lecture du Coran, pour être
sauvé de l'enfer, pour avoir le pardon d'Allah et pour donner
les aumônes et faire le bien ; le Prophète a dit : " Le mois
de Ramadan est arrivé ; un mois béni pendant lequel Allah
vous a prescrit le jeûne ; pendant ce mois, les portes du ciel
sont ouvertes et les portes de l'enfer sont fermées et les
diables sont enchaînés ; et il y a dans ce mois une nuit qui
vaut plus que 1.000 nuits (d'adoration) ; celui qui ne
gagnera pas le bien de cette nuit, sera perdant" [Rapporté par An-Nassaï.]

Allah a fait que le meilleur des mois soit une période pendant laquelle Ses serviteurs
rivalisent dans l'accomplissement des bonnes actions ; de même que les cœurs sont purifiés.
Celui qui commence le jeûne en étant désobéissant à ses parents, ayant rompu les liens de
parenté, en étant séparé de ses frères, et qui dit du mal des gens et les calomnie, ne profitera
jamais du mois de Ramadan, le Prophète a dit : "Celui qui ne cesse de mentir, Allah n'a pas
besoin qu'il s'abstienne de manger et de boire" [Rapporté par Al-Boukhari.]

WWW.TIDJANIYYA.ORG
Lorsque nos pieux prédécesseurs (‫ )رضي  عـنھـ ْم‬jeûnaient, ils restaient dans les mosquées et ils
disaient : "nous protégeons notre jeûne et ne disons du mal de personne". Pendant ce mois, les
gens sérieux font des efforts dans l'obéissance de leur Seigneur, en accomplissant les prières
en congrégation dans les mosquées, en priant la nuit avec l'imam, en lisant le Coran, en
donnant l'aumône aux pauvres parmi les gens de leur famille et leurs voisins, en donnant aux
jeûneurs de la nourriture pour rompre le jeûne - le Prophète a dit :

"Quiconque donne à un jeûneur de la nourriture pour rompre le jeûne, aura la même


récompense que le jeûneur sans que cela ne diminue en rien la récompense du jeûneur"
[Rapporté par At-Tirmidhi.]
De même qu'en accomplissant la retraite dans une des maisons d'Allah pendant les dix derniers
jours du mois de Ramadan, en accomplissant la Oumrah, selon le hadith : "une Oumrah
accomplie pendant le mois de Ramadan équivaut à un pèlerinage" [Rapporté par Al-Boukhari et
Mouslim] ; et dans une autre version : "équivaut à un pèlerinage avec moi" - c'est-à-dire avec le
Prophète .

Il faut aussi, pendant ce mois, augmenter les invocations et demander pardon à Allah , car
l'invocation du jeûneur, lorsqu'il rompt le jeûne, n'est jamais rejetée, ainsi que pendant le dernier
tiers de la nuit ; Allah a dit : {Qui m'invoque pour que j'exauce ses demandes…} ; augmenter
les bons comportements envers les parents, être plus proche d'eux et être très affectueux avec
eux ; avoir un bon comportement avec la femme, les enfants et la famille ; rendre visite aux gens
de la famille et aux voisins ; aider les pauvres, les miséreux, les veuves et les orphelins ; voilà
les qualités des pieux pendant le mois des bienfaits.
Et parmi les meilleures actions après la correction de l'âme, le fait d'appeler les gens vers Allah ,
faire des efforts pour qu'ils soient bien guidés et corriger leurs comportements qui ont été
corrompus : "Et quelle meilleure parole que celle de celui qui a appelé vers Allah , a accompli
les bonnes actions et a dit : je suis parmi les musulmans ? "; il faut appeler vers Allah en
donnant de bons conseils, en étant sincère dans nos paroles, et en étant un bon exemple à
suivre :
"Quiconque appelle vers une guidée aura la même récompense que ceux qui le suivront sans
que cela ne diminue en rien leurs récompenses" [Rapporté
par Mouslim.]
Accueillez le mois de Ramadan en nettoyant votre argent
de ce qui est illicite, car l'argent illicite est la cause des
malheurs dans ce monde et le jour du jugement, les
invocations ne sont pas exaucées et les portes du ciel ne
s'ouvrent pas ; donc nettoyez-vous et votre maison de tout
argent illicite pour que vous puissiez prier devant Allah

WWW.TIDJANIYYA.ORG
avec un cœur rempli de crainte et pour que vos invocations soient exaucées.
Certaines personnes commettent des choses interdites et font du mois de Ramadan une
période pour commettre les péchés ; ils regardent les choses interdites, ils écoutent la musique,
ils passent leur temps devant les chaînes de télévision par satellite, ils regardent les
musulmanes dans les magasins et les rues, ils restent dans des assemblées de jeu et de
distraction ; n'ont-ils pas su qu'il n'y a pas de plaisir en dehors de l'obéissance à Allah
" Ô fils d'Adam ! Tant que tu M'invoqueras et que tu auras de l'espoir en Moi, Je te pardonnerais
tous tes péchés ; O fils d'Adam! Si tes péchés atteignaient le ciel et qu'ensuite tu me demandes
pardon, Je te pardonnerais ; O fils d'Adam! Si tu venais le jour du jugement en ayant des péchés
qui remplissent la terre et que tu ne m'associes rien, Je te pardonnerais " [Rapporté par At-
Tirmidhi.]
Loqmane (‫ ) َعـلـَـيْه السَّال ُم‬a dit à son fils : "Ô mon fils ! Dis toujours : ‘Ô mon Seigneur pardonne-
moi’", car il y a une heure pendant laquelle Allah ne rejette jamais les invocations. Les
signes du repentir sont : pleurer sur ce qui est passé, avoir peur de commettre les péchés,
s'éloigner des mauvaises personnes, et rester avec les pieux.
Ô femme musulmane !
Sois, pendant ce mois béni, une cause de guidée ; recherche l'honneur et
éloigne-toi des mauvaises choses, sois fière de ta religion, préserve ta
chasteté, n'écoute pas les paroles qui te disent d'enlever le voile et la
pudeur ou d'imiter les mécréantes et les débauchées qui ont abandonné
les qualités féminines et la pudeur ; fais attention à ne pas sortir sans le
voile, éloigne-toi des mauvaises compagnies ; la maison est la demeure
de la femme et les endroits qu'Allah déteste le plus sont les marchés ;
donc, embellis-toi avec la religion car la vie est courte et la situation, le
jour du jugement, est difficile. Je cherche protection auprès d'Allah
contre satan le maudit :

{Le mois de Ramadan oú a été descendu le Coran comme bonne


direction pour les humains et comme preuves évidentes de la bonne
direction et du discernement parfait. Que celui d'entre vous qui constate la
naissance du mois le jeûne! Celui qui est malade ou en voyage, un
nombre équivalent d'autres jours. Allah ne vous veut pas la gêne, mais Il
vous veut l'aisance et la facilité. Et afin que vous accomplissiez la totalité
des jours convenus et que vous proclamiez la grandeur d'Allah pour vous avoir bien guidés et
peut-être remercierez-vous} [Sourate 2 - Verset 185]
Ô vous les musulmans !

WWW.TIDJANIYYA.ORG
Le monde se terminera avec ses joies et ses tristesses, et la vie, qu'elle soit longue ou courte,
finira, et les gens retourneront vers leur Seigneur ; combien de personnes attendaient le mois de
Ramadan avec beaucoup d'espoir, et la mort est arrivée. Donc, augmentez les bonnes actions
pendant ce mois de Ramadan qui vous est venu après une longue absence ; ouvrez une
nouvelle page avec votre Seigneur, abaissez le voile sur un passé que vous avez oublié et
qu'Allah a compté, repentissez-vous de tous vos péchés à Celui qui accepte le repentir et
qui est le Très Miséricordieux ; ainsi, Allah vous pardonnera et vous protégera du châtiment.
De Cheikh Abdel Bari At-Toubeyti

Ô musulmans!
Craignez Allah , car la crainte d’Allah est la meilleure chose que vous puissiez obtenir et la
meilleure provision pour l'autre monde ; avec la crainte d’Allah , vous purifiez vos actions et
élevez vos degrés.
Serviteurs d’Allah !
Sachez que le plus grand bienfait est celui de la foi et du Coran ; la foi est la lumière des cœurs
et des yeux (discernement) ; de même qu’elle est l’âme de l’homme, son existence, son
honneur, sa gloire et sa dignité ; et il n’y a aucun bien dans l’être humain sans la foi.
Le Coran est la guidée et la lumière ; il appelle vers tout ce qui est bien et interdit tout ce qui est
mal ; il est la nourriture des âmes et il les purifie ; il contient tout ce qui est licite et ce qui est
illicite, ainsi que les détails de la législation et des lois ; il gouverne ce monde et l’autre ; celui qui
s’y accroche, Allah le guide vers les meilleures situations, tandis que celui qui l’abandonne
est perdant, Allah a dit : {Ce Coran guide vers la voie la plus droite et annonce aux croyants
qui font les bonnes œuvres qu’ils auront un grand salaire} [Sourate 17 - Verset 9]
{...Celui qui suivra Ma voie ne s’égarera pas et ne sera point misérable. Et celui qui aura tourné
le dos à Mes rappels et se sera refusé à M’évoquer par la pensée et par la parole, celui-là aura
une vie d'amertume et de gêne, et Nous le ferons venir aveugle au rassemblement du jour de la
résurrection} [Sourate 20 - Versets 123-124]
Ibn Abbas a dit : « Allah a garanti à celui qui met le Coran en pratique de ne pas être
égaré dans ce monde et de ne pas être misérable dans l’autre monde ».

WWW.TIDJANIYYA.ORG
Le Coran est le miracle de notre ProphèteMohammed qui s’adresse aux générations des
humains jusqu’au jour du jugement et qui convainc le cerveau humain avec beaucoup de
preuves différentes pour que l’homme suive la vérité et se soumette au Seigneur des mondes
par obéissance et de son plein gré ou qu’il rejette la vérité après l’avoir connue en la reniant et
par orgueil ; selon Abou Houreyra le Messager d’Allah a dit : "Chaque Prophètequi
a été envoyé, a eu des preuves auxquelles les gens ont cru ; et moi, ce que j’ai eu est une
révélation ; donc, j’espère être le Prophètequi aura le plus grand nombre de gens qui le suivront"
[Rapporté par Al-Boukhari.]
Les hommes et les génies n’ont pas pu apporter un livre semblable à ce miracle éternel au
moment de la descente du Coran ; de plus, si les premiers parmi eux et les derniers se
rassemblaient pour apporter une parole comme le miracle du Coran, ils n’y parviendraient
jamais ; Allah a dit : {Dis : Si les Humains et les Génies se joignaient les uns aux autres pour
apporter quelque chose de semblable à ce Coran, ils n’apporteraient pas son pareil même s’ils
se soutenaient mutuellement} [Sourate 17 - Verset 88]

Et Allah défia les hommes et les génies d’apporter dix chapitres (Sourates) semblables aux
chapitres du Coran, et ils n’y parvinrent pas, Allah a dit : {Dis : “Apportez donc dix chapitres,
comme lui, forgés de toutes pièces et faites appel à qui vous pouvez en dehors d’Allah si vous
êtes sincères} [Sourate 11 - Verset 13]

Et enfin, Allah leur demanda d’apporter un seul chapitre semblable au Coran, et ils n’y
parvinrent pas non plus, Allah a dit : {Si vous avez quelque doute sur ce que Nous avons fait
descendre sur notre esclave (serviteur), apportez donc un chapitre dans son genre et faites
appel à vos témoins autres qu’Allah si vous êtes véridiques. Si vous ne le faites pas et vous ne
le ferez jamais, craignez alors la Fournaise dont le combustible sont les Humains et la pierraille,
et qui a été spécialement aménagée pour les négateurs} [Sourate 2 - Versets 23-24]

Allah a fait descendre le Coran comme un miracle par


miséricorde de la part d’Allah envers Ses serviteurs pour qu’ils
sachent que le Coran est la parole d’Allah , qu’il est le Dieu
véridique et que Mohammed est un véritable Messager d’Allah
, car le Coran est la plus grande preuve qui nous indique les
qualités de notre Seigneur. Allah a dit : {Tels sont les signes
(versets) d’Allah . Nous te les récitons en toute vérité et bon droit.
A quel discours peuvent-ils croire après Allah et ses signes ?} [Sourate 45 - Verset 6]
{Tels sont les versets d’Allah , Nous te les récitons en toute vérité et bon droit, et tu fais
certainement partie des Messagers}
Par conséquent, celui qui ne croit pas au Coran et à son miracle, les miracles (du Prophète) et
la vue des signes ne lui serviront à rien, de même que le miracle du Coran dans son
organisation magnifique, ses lois remplies de sagesse, ses preuves sur les lois de l’univers et
les secrets de la création, ses enseignements pour la société humaine, la véracité de ce qu’il
annonce à propos du passé et du futur, ses buts élevés, et le miracle du Coran concernant
l’éducation complète de l’homme dans tous les domaines. Et la communauté islamique a été

WWW.TIDJANIYYA.ORG
envoyée pour tous les hommes et elle est la meilleure communauté grâce au Coran comme
Allah a dit : {Vous êtes, depuis toujours, la meilleure nation suscitée aux Humains : vous
ordonnez les bons usages, vous proscrivez ce qui en est réprouvé et vous croyez en Allah . Si
les gens du Livre avaient cru, c’eût été bien meilleur pour eux}
Et l’humanité n’a jamais connu dans l’Histoire une communauté plus miséricordieuse, plus juste
et plus tolérante que la communauté islamique.
Ô musulmans!
Vous avez un grand besoin d’avoir les qualités vers lesquelles le Coran vous a appelés en
obéissant à ses ordres, en vous éloignant de ce qu'il a interdit, en faisant ce qui est licite, en
vous interdisant à vous-mêmes ce qui est interdit (illicite), en mettant le Coran en pratique et en
ayant la foi en lui ; et le Coran ne porte ses fruits en l’homme que si l'âme s’est préparée à
l’accepter, si le cœur s’est ouvert pour recevoir ses lumières et si les membres se sont remplis
de crainte et de rabaissement en entendant ses incitations au bien, ses interdictions du mal, ses
promesses et ses menaces, Allah a dit : {Allah a fait descendre le discours le plus beau : un
Livre en parfaite concordance avec Lui-même et aux vérités répétées. Ceux qui craignent leur
Seigneur en ont la chair de poule (ils frissonnent de peur) puis leur peau et leur cœur
redeviennent doux à la lecture du rappel d’Allah (le Coran). Telle est la bonne direction d’Allah
avec laquelle Il guide qui Il veut. Et celui qu’Allah égare nul ne peut plus le guider} [Sourate 39 -
Verset 23]
Et la période propice aide pour que l’âme de l’homme soit influencée (soit émue) par le Coran,
de même qu’elle augmente la bonne guidée du musulman et sa lumière ; et le mois de
Ramadan est la meilleure période pour la lecture du Coran et pour en être influencé (ému) car le
Coran est une nourriture pour l’âme et l’emprise de l’âme qui ordonne le mal diminue sur le
corps. En jeûnant, l’âme s’élève et se fortifie avec la nourriture du Coran ; donc, le musulman
bénéficie beaucoup du Coran et prend du plaisir en le lisant car il est la nourriture et la vie de
son âme ; le Coran est comme la pluie bénéfique, l’âme comme la terre et le mois de Ramadan
comme la période propice pour la descente de la pluie qui fait pousser les fruits de la terre.
Selon Abou Moussa Al-Ach’ari , le Messager d’Allah a dit :
"L’exemple de la guidée et de la science
avec lesquelles Allah m’a envoyé, est
comme une pluie qui est tombée sur une
terre ; il y avait sur cette terre une bonne
partie qui accepta l’eau, alors beaucoup
d’herbe y poussa ; et il y avait des
endroits arides qui retinrent l’eau, Allah
en fit profiter les gens ; ainsi ils en
burent, abreuvèrent les animaux et
cultivèrent ; et une autre partie de la
terre ne retint pas l’eau et ne fit pas
pousser l’herbe ; ceci est l'exemple de
celui qui s’est instruit dans la religion
d’Allah et a tiré profit de ce avec

WWW.TIDJANIYYA.ORG
quoi Allah m’a envoyé ; donc, il a su (appris) et a enseigné, et l’exemple de celui qui n’en a
pas tiré profit et n’a pas accepté la guidée d’Allah avec laquelle j’ai été envoyé". [Rapporté
par Al-Boukhari et Mouslim.]
Serviteurs d’Allah !
Profitez des jours qui restent du mois de Ramadan, le mois du Coran ; augmentez la lecture du
Livre d’Allah , en réfléchissant sur la signification de ses versets et en les comprenant, et en
mettant le Coran en pratique, car les pieux prédécesseurs s’adonnaient à la lecture du Coran
pendant ce mois, et leurs langues ne cessaient d'invoquer Allah , certains parmi eux
achevaient la lecture du Coran en sept jours, d’autres en trois jours et d’autres en une seule
nuit. Et celui qui met le Coran en pratique fait partie des gens du Coran même s’il ne l’a pas
appris par cœur, et celui qui ne le met pas en pratique ne fait pas partie des gens du Coran
même s’il l’a appris par cœur ; et que celui qui n’a appris qu’une partie du Coran, lise ce qu'il a
appris et le répète.
Et empressez-vous de vous repentir de vos péchés, car vous ne pouvez avoir le succès qu’avec
le repentir ; passez votre temps à accomplir de bonnes œuvres pendant ce mois ; soyez
bienfaisants envers les pauvres, les miséreux et ceux qui sont dans le besoin en suivant ainsi le
plus généreux des hommes , car il a été rapporté dans un hadith que l’ange
Jibril (Gabriel) (‫ ) َعـلـَـيْه السَّال ُم‬rendait visite au Prophète pour la lecture du Coran une fois
chaque année pendant le mois de Ramadan, et la dernière année, il lui rendit visite pour la
lecture du Coran deux fois ; alors, le Messager d’Allah était plus généreux dans le bien que
le vent porteur de pluie lorsque l’ange Jibril (‫) َعـلـَـيْه السَّال ُم‬le rencontrait.
Et soyez assidus à l’accomplissement de la prière de Tarawih pendant le mois de Ramadan, car
il est rapporté dans un hadith : "Quiconque prie avec l’Imam jusqu’à ce qu'il s’en aille, aura la
récompense d’une nuit passée en prière"
Et :
"Quiconque prie pendant le mois de Ramadan en ayant la foi et en espérant recevoir la
récompense, ses péchés commis dans le passé lui seront pardonnés".
Serviteurs d’Allah !
Soyez assidus à l’accomplissement des prières obligatoires, car la prière est le pilier de la
religion et elle préserve de commettre les actes immoraux et les péchés ; celui qui protège la
prière, se sera alors protégé lui-même et aura protégé sa religion, et celui qui la néglige, se sera
alors perdu et aura perdu sa religion. La prière est la première chose sur laquelle le serviteur
sera interrogé le jour du jugement ; alors, si elle est acceptée, toutes les autres actions seront
acceptées, mais si elle est rejetée, toutes les autres actions seront rejetées ; et on dira à celui
qui n’accomplissait pas la prière : « Entre en enfer avec ceux qui y entrent ». Payez la Zakât
(l’aumône légale) avant que vous ne soyez punis avec votre argent après la mort. Il est rapporté
dans un hadith : "Tous ceux qui possèdent une fortune et ne payent pas la Zakât, verront
apparaître devant eux le jour du jugement un serpent qui saisira les deux coins de leurs
bouches et dira : « Je suis ta fortune, je suis ton argent »."
Terminez le mois de Ramadan avec les meilleures bonnes œuvres que vous puissiez accomplir,
car les actions n’ont de valeur que selon la façon dont elles sont achevées ; donc, celui qui a

WWW.TIDJANIYYA.ORG
accompli de bonnes actions au début du mois, doit remercier Allah et continuer à accomplir
de bonnes actions, et que celui qui a été négligent, rattrape ce qu’il a manqué et fasse
beaucoup d’efforts pendant les dix derniers jours.
Protégez votre jeûne en abaissant vos regards (devant ce qui est interdit), en protégeant vos
langues, en évitant de faire du tort aux gens, et en dépensant dans le bien ; et augmentez
l’invocation d’Allah car elle est la meilleure parmi vos bonnes actions et la plus pure auprès de
votre Seigneur.
Serviteurs d’Allah !

Augmentez vos demandes adressées à Allah , sincèrement, pendant la nuit et le jour pour
les musulmans, car les malheurs (les calamités) se sont multipliés sur les musulmans à cause
de leurs péchés, et Allah seul peut repousser et dissiper les malheurs des musulmans et les
protéger contre le mal, les tourments et les difficultés, Alla a dit : {Hâtez-vous vers une
absolution de votre Seigneur et un paradis ayant la largeur des cieux et de la terre et ayant été
aménagé pour les gens pieux...} [Sourate 57 - Verset 21]
{Ceux qui dépensent dans la richesse et la pauvreté, qui refoulent leur colère et qui pardonnent
aux gens. Et Allah aime les gens de bien}
Serviteurs d’Allah !

Allah , par Sa miséricorde, Sa sagesse, Sa


science infinie et Sa puissance, nous a indiqué les
meilleurs mois, les nuits et les jours honorables, et
les heures bénies pour que nous puissions fournir
des efforts pendant ces moments en accomplissant
les bonnes actions qu’Allah a prescrites, et pour
que nous puissions obtenir les bienfaits et les
bénédictions de notre Seigneur ; donc, celui qui
frappe à la porte de son Seigneur avec sincérité et
en suivant la Sounnah, Allah lui ouvrira les
portes de Sa miséricorde.
Et parmi ces nuits honorables et ces heures bénies :
“les dix derniers jours du mois de Ramadan” ; et
dans ces dix derniers jours, se trouve « la nuit du
destin » qu’Allah a citée et élevée dans son Livre. Allah a dit : {Nous l’avons fait
descendre (le Coran) dans la nuit de la valeur. Et d’où peux-tu savoir ce qu’est la nuit de la
valeur ? La nuit de la valeur vaut mieux que mille mois} [Sourate 97 - Versets 1 à 3] : c’est-à-dire
que passer cette nuit en adoration est mieux que mille mois d’adoration dans lesquels il n’y a
pas la nuit du destin (ou de la valeur). Il est rapporté dans un hadith que le Prophète a dit :
"Quiconque passe la nuit du destin en prière en ayant la foi et en espérant recevoir la
récompense, ses péchés commis dans le passé lui seront pardonnés). Et cette nuit se trouve
dans les dix derniers jours du mois de Ramadan."
Cheikh Abder-Rahmane Al-Houdeyfi

WWW.TIDJANIYYA.ORG
Allah a dit : {Ô toi, l'enveloppé (dans tes vêtements) ! Lève-toi (pour prier), toute la nuit,
excepté une petite partie; sa moitié, ou un peu moins; ou un peu plus. Et récite le Coran,
lentement et clairement. Nous allons te révéler des paroles lourdes (très importantes). La prière
pendant la nuit est plus efficace et plus propice pour la récitation. Tu as, dans la journée, à
vaquer à de longues occupations. Et rappelle-toi le nom de ton Seigneur et consacre-toi
totalement à Lui.} [Sourate 73 - Versets 1 à 8]
C’est un discours qui s’adresse au Messager pour qu'il se prépare pour la parole lourde et au
grand message ; et pour la préparation, il y a l’école de la nuit qui ouvre le cœur, renforce le lien
avec Allah et brille de lumière. Le Prophète était celui qui connaissait le plus son Seigneur
et qui le craignait le plus ; il restait seul pour invoquer son Seigneur et à chaque fois qu’il en
avait l’occasion, il adorait son Créateur ; et lorsque la nuit arrivait, il se dirigeait vers son
Seigneur , il Lui parlait, Lui adressait des demandes, s’abaissait devant Lui en étant debout,
assis et prosterné jusqu’à ce que la nuit soit presque finie sans qu’il s’en rende compte à cause
de ses longues prières. Et comment pourrait-il s’en rendre compte alors qu’il est seul avec Allah
, il est seul avec le Roi des rois et est content de Lui parler ; il prend du plaisir à L’adorer, et il
est complètement dirigé vers Lui avec son cœur et son corps : {Ils s'arrachent de leurs lits pour
invoquer leur Seigneur, par crainte et espoir; et ils font largesse de ce que Nous leur
attribuons.} [Sourate 32 - Verset 16]
On dit à Al-Hassan Al-Basri : « Pourquoi ceux qui prient la nuit ont-ils les plus beaux
visages ? »
- Il dit : « Car ils sont restés seuls avec Allah - à l’adorer -, donc il leur a donné de sa lumière ».
Le fait de prier la nuit attendrie le cœur et l’illumine, Ata Al-khorassani a dit : « On disait : le fait
de prier la nuit fait revivre le corps, illumine le cœur et la vue, donne de la force aux membres ;
et lorsque l’homme se lève pour prier la nuit, il se réveille le matin étant joyeux, ressentant la joie
dans son cœur, et s’il dort et ne prie pas, il se réveille en étant triste comme s’il a perdu quelque
chose, et il a effectivement perdu ce qui lui est le plus bénéfique ».
Ton Seigneur est étonné de celui qui se lève pour prier la nuit, le Messager d’Allah a dit :
(Notre Seigneur est étonné de deux hommes : un homme qui a quitté son lit, sa couverture
et sa femme pour prier ; notre Seigneur dit alors : "O mes anges ! Regardez mon serviteur, il a
quitté son lit, sa couverture et sa femme pour prier par désir de ce qui est auprès de Moi et de
ce que Je possède...". [Rapporté par Ahmed et Abou Dawoud, selon le hadith d’Ibn Mass’oud].
Donc, quelle bonne action que le fait de prier la nuit !

Quiconque désire l’honneur et l’élévation doit


être assidu à l'accomplissement de la prière
pendant la nuit, selon la parole du Prophète :
"L’honneur du croyant est le fait de prier la nuit".

WWW.TIDJANIYYA.ORG
La prière accomplie la nuit est la qualité des gens pieux ; elle aide à se rapprocher d’Allah et
à éviter les péchés ; elle efface les péchés et éloigne les maladies du corps comme il est
rapporté dans un hadith de l’Elu : "La prière accomplie la nuit est la cause de l’élévation des
degrés et une grande porte parmi les portes du bien". Le Prophète a dit : "Je vais t’indiquer
les portes du bien : le jeûne est une protection, l’aumône éteint le péché comme l’eau éteint le
feu, et la prière de l’homme accomplie au milieu de la nuit". [Rapporté par Ahmed, Ibn Majah, et
Tirmidhi.]
Lorsque le musulman se lève de son lit dans l’obscurité de la nuit et accomplit les ablutions avec
de l’eau froide, puis se tient debout devant Son Seigneur, Lui parle et Lui adresse des
demandes pendant la prière, alors Le Seigneur parle de lui à Ses anges, et écoute ses
demandes, son pardon, ses invocations, et ses glorifications qu’il lui adresse à un moment où
les gens dorment et où le Seigneur des hommes et leur Créateur ne dort pas ; à ce moment,
Allah dit : {Y a-t-il des gens qui se repentent, pour que Je leur pardonne ? …}
Notre Seigneur descend au ciel de ce monde lorsqu’il ne reste plus qu’un tiers de la nuit ; Il
répond alors à la demande de celui qui Lui adresse des demandes ; Il donne à celui qui
demande, et Il pardonne le péché du pécheur ; selon Abou Houreyra , le Messager
d’Allah a dit : « Allah descend au ciel de ce monde chaque nuit après le premier tiers de la
nuit, puis Il dit : "Je suis Le Roi, Je suis Le Roi ! Qui M’adresse des demandes pour que Je les
exauce ? Qui Me demande pour que Je lui donne ? Qui Me demande pardon pour que Je lui
pardonne ?" Il reste ainsi jusqu’à la lumière de l’aube » [Rapporté par Al-Boukhari et Mouslim, et
ceci est la version de Mouslim.]
Jabir a dit qu’il a entendu le Prophète dire : "Durant la nuit se trouve une heure
pendant laquelle si un homme musulman demande à Allah du bien de ce monde et de l’autre,
Allah le lui donnera sans aucun doute, et ceci chaque nuit". [Rapporté par Mouslim.]
Et le Prophète parla du paradis, et il dit : "Dans le paradis, se trouve une pièce dont on voit
l’extérieur de l’intérieur, et l’intérieur de l’extérieur" ; Abou Moussa Al-Ach’ari dit alors : "Pour qui
est-elle, O Messager d’Allah ?". Il dit : "Elle est pour celui qui parle avec douceur, qui donne de
la nourriture aux gens et qui passe la nuit debout en priant pendant que les gens dorment".
[Rapporté par Ahmed]
Al-Foudeyl ibn Iyad a dit : « Si tu ne peux pas prier pendant la nuit et jeûner le jour, sache que tu
es privé d’un bien important, et que tes péchés sont nombreux ».
Un homme dit à Al-Hassan Al-Basri : « Je dors en bonne santé, j’aime la prière accomplie la nuit
et je prépare l’eau de mes ablutions ; donc, pourquoi ne puis-je pas me réveiller ? » Il dit alors :
« Tes péchés t’ont retenu ». Et si tu ne peux pas prier la nuit, sois alors comme certains parmi
les pieux prédécesseurs ont dit : « Si tu ne peux pas prier la nuit, alors ne désobéit pas à ton
Seigneur pendant la journée ».
Saad ibn Saad a dit : « L’ange Jibril (‫ ) َعـلـَـيْه السَّال ُم‬vint voir le Prophète et lui dit : «Ô
Mohammed ! Vis la durée que tu voudras, tu finiras par mourir ; aime qui tu aimes, tu finiras par
te séparer de lui ; et accomplis ce que tu veux, tu seras jugé ». Puis, il dit : « Ô Mohammed !
L’honneur du croyant est le fait de prier la nuit, et sa gloire est le fait de ne pas demander aux
gens ».

WWW.TIDJANIYYA.ORG
Le mois de Ramadan est une bonne occasion pour que nous puissions apprendre à prier la nuit,
et ainsi continuer cette pratique pendant les autres mois ; d’autant plus que les 10 derniers jours
du mois de Ramadan approchent ; pendant ces 10
derniers jours, il y beaucoup de bienfaits et de
mérites, comme une nuit qui est meilleure que 1.000
mois et quiconque passe cette nuit en prière en ayant
la foi et en espérant recevoir la récompense, ses
péchés commis dans le passé lui seront
pardonnés ; par conséquent, que ceux qui se
disputent (rivalisent) pour arriver à cela, se
disputent.
Ce sont des moments pendant lesquels les
demandes sont exaucées et les gens sont
affranchis de l’enfer, des moments que nous devons passer en nous rabaissant devant le Dieu
de la terre et des cieux. Allah a dit : {Et votre Seigneur a dit : « Invoquez-Moi, J’exaucerai
vos demandes"}
Ceux que le diable détourne du rappel d’Allah , de l’adoration et de la prière pendant la nuit
durant la plus importante période de bien et de miséricorde, sont privés d’un grand bien et sont
dans une grande distraction. Et que notre Messager nous soit un bon exemple,
Aïcha a dit : « Lorsque les dix derniers jours du mois de Ramadan commençaient, le
Prophète serrait sa ceinture, priait toute la nuit et réveillait ses femmes ».
‘Le Messager serrait sa ceinture’, c’est-à-dire qu'il faisait beaucoup plus d’effort dans
l’adoration d’Allah ; et quiconque fait des efforts pour atteindre un but, fera des sacrifices
pour cela, ne donnera pas d’importance à ce qui est difficile et prendra du plaisir devant les
difficultés. Il accomplira beaucoup de bonnes actions pendant la nuit et le jour ; il sera toujours
dans l’adoration d’Allah , debout pour prier ; lorsqu’il terminera ses prières, il prendra le Coran
pour lire, puis sa langue fera le rappel d’Allah et demandera pardon ; ensuite il lèvera les mains
pour adresser des demandes à Allah , avec un cœur humble, des yeux qui pleurent et des
membres obéissants ; il coupera la relation avec les gens pour l'obéissance (l’adoration) du Dieu
des gens.

Le Messager d’Allah faisait cela pour la recherche de la nuit du destin pour laquelle Allah
a fait descendre un chapitre du Coran qui sera lu jusqu’au jour du jugement :
{Nous l'avons certes, fait descendre (le Coran) pendant la nuit d'Al-Qadr. Et qui te dira ce qu'est
la nuit d'Al-Qadr? La nuit d'Al-Qadr est meilleure que mille mois. Durant celle-ci descendent les
Anges ainsi que l'Esprit, par permission de leur Seigneur, pour tout ordre. Elle est paix et salut
jusqu'à l'apparition de l'aube.} [Sourate 97 - Versets 1 à 5]
Cheikh Abdel-Bari At-Thoubeyti

WWW.TIDJANIYYA.ORG
Ses nuits sont bénies, et pendant ce mois, se trouve une nuit durant laquelle les récompenses
sont multipliées, c'est la meilleure des nuits, « la nuit du destin et de l’honneur » ; elle est
meilleure que mille mois [d’adoration] ; les péchés commis dans le passé de celui ou celle qui
passe cette nuit en prière en ayant la foi et en espérant recevoir la récompense, seront
pardonnés.
En jeûnant, les serviteurs patientent avec la difficulté de la soif et de la faim, de même qu’ils font
des efforts sur eux-mêmes pour combattre les passions, et leur récompense est l’entrée par une
des portes du paradis par laquelle personne d’autre qu’eux n’entrera ; ils se rappellent les
pauvres qui sont affamés ; les riches et les pauvres sont égaux, ils jeûnent tous pour leur
Seigneur, ils demandent tous le pardon de leurs péchés, ils ne mangent pas pendant la même
période et rompent le jeûne au même moment, ils ont tous faim et soif toute la journée, pour la
réalisation de la parole d’Allah : {Telle est assurément votre nation (communauté
religieuse), ne formant qu’une seule et même nation et c’est Moi votre Seigneur ; craignez-Moi
donc !} [Sourate 23 - Verset 52]
Ô musulmans!

Parler des gens est une maladie, tandis que parler d’Allah est une guérison (remède) ; et le
Coran est la base de la religion, le signe de la révélation (du message), et l’âme de la vie. Il est
descendu pendant le meilleur mois :

{Nous l’avons fait descendre pendant la nuit du destin} [Sourate 97 - Verset 1]


Et sa descente pendant ce mois est un signe pour cette communauté afin qu’elle augmente la
lecture du Coran et qu’elle médite sur sa signification ; c’est la raison pour laquelle l’ange

WWW.TIDJANIYYA.ORG
Jibril (‫ ) َعـلـَـيْه السَّال ُم‬descendait du ciel et enseignait à notre ProphèteMohammed le Coran
entièrement ; et l’année de sa mort, l’ange Jibril (‫ ) َعـلـَـيْه السَّال ُم‬vint lire le Coran avec lui deux fois.
Certains parmi nos pieux prédécesseurs lisaient le Coran entièrement pendant le mois de
Ramadan toutes les 3 nuits, certains toutes les 7 nuits, et d’autres toutes les 10 nuits ; de même
que l’Imam Malik , lorsque le mois de Ramadan commençait, s’adonnait à la lecture du
Coran et laissait les cours de Hadith et ses étudiants. Pendant ce mois, si vous dites de bonnes
paroles, accomplissez aussi de bonnes actions en dépensant volontairement votre argent dans
le bien. Et l’argent ne s’en va pas en dépensant dans le bien et en le donnant en aumône, mais
il est un bon prêt assuré auprès du Généreux (Allah ):

{...Tout ce que vous dépensez au service d’Allah , Il vous le remplace} [Sourate 34 - Verset 39]
Il le multiplie dans ce monde par la bénédiction et le bonheur, et il donne une récompense dans
l’autre monde par les délices éternels. Le Prophète a dit : "Chaque jour, lorsque les serviteurs
se réveillent, deux anges descendent ; un parmi eux dit : “ Ô Seigneur ! Donne à celui qui
dépense !” Et l’autre dit : “ Ô Seigneur ! Donne la ruine à celui qui ne dépense pas !" [Rapporté
par Al-Boukhari et Mouslim.]
Donc, recherchez les demeures des pauvres, des miséreux, des veuves et des orphelins ; ainsi
vos tourments seront dissipés, les malheurs seront éloignés de vous, vous nourrirez des gens
qui ont faim, vous rendrez joyeux les enfants et vous protégerez les familles d’aller demander de
l’argent aux gens. Et le Messager d’Allah était le plus généreux des hommes ; lorsqu’il
dépensait, il donnait beaucoup ; lorsqu’il donnait, il enrichissait ; et il donnait sans craindre la
pauvreté ; il accueillait le mois de Ramadan avec une grande générosité et il était plus généreux
que le vent porteur de pluie. Alors, augmentez les dons et les dépenses pendant les nuits du
mois de Ramadan ; et l’argent ne reste pas en le conservant et en étant avare, de même qu'il ne
s’en va pas avec les dons et les dépenses.
Toutes les nuits du mois de Ramadan, la porte de l’acception des demandes est ouverte et les
réserves du Donneur par excellence sont pleines ; donc, demandez de la générosité du
Généreux et la miséricorde du Très Miséricordieux, car c'est le mois des dons et des bienfaits,
et la personne la plus faible (incapable) est celle qui est incapable d’adresser des demandes à
Allah .
Ô musulmans!
Les jours sont les pages de la vie, et le bienheureux est celui qui aura accompli les bonnes
actions. Et celui qu’Allah aura fait sortir de l’humiliation des péchés à la gloire de
l’obéissance, Allah l’aura alors enrichi sans argent. Et durant ce mois béni
pendant lequel Allah a fait descendre le Coran, les bonnes actions sont
nombreuses : demander le pardon des péchés, dépenser dans le bien,
adresser des demandes à Allah , dissiper les tourments des gens, augmenter

WWW.TIDJANIYYA.ORG
les adorations … mais pendant chaque période, il y a des gens qui sont perdants ; certaines
personnes ont diminué l’importance des nuits du mois de Ramadan, ils passent leur temps
devant les chaînes télévisées retransmises par satellite, ils vivent ainsi dans les illusions,
recherchant le bonheur ; et après le mois du jeûne, ils n’ont rien gagné et ne se sont pas élevé
dans les degrés pour l’autre monde.
Ô musulmans!
La guérison du cœur se trouve dans 5 choses : la lecture du Coran et méditation sur sa
signification, avoir le ventre vide, la prière accomplie la nuit, adresser des demandes à Allah à la
fin de la nuit et rester avec les gens pieux.
Donc, ô musulman, accomplis de bonnes actions pendant ce mois de Ramadan, prie durant la
nuit, lis beaucoup le Coran, et accomplis une Oumrah car elle équivaut à un pèlerinage pendant
le mois de Ramadan.
Le Prophète avait l’habitude d’accomplir l’Itikaaf pendant le mois de Ramadan, qui consiste à
rester dans une mosquée dans l’obéissance et l’adoration d’Allah (c'est-à-dire diriger le
cœur vers Allah , couper les relations avec les gens, et s’adonner à l’adoration, le rappel d’Allah
et la lecture du Coran).
Eloignez-vous de tout ce qui corrompt le jeûne et l’annule ; ne dites pas du mal des musulmans,
et protégez vos langues, vos oreilles et vos yeux de ce qu’Allah a interdit.
L’Imam Ahmed a dit : «Le jeûneur doit protéger son jeûne des méfaits de sa langue ;
lorsque les pieux prédécesseurs jeûnaient, ils restaient dans les mosquées et disaient : « Nous
protégeons notre jeûne et ne médisons de personne ». Et celui qui subit l’injustice d’un ignorant,
ne doit pas agir de la même façon que lui, le Prophète a dit : "Le jeûne est une protection ;
donc, si l’un d’entre vous jeûne, qu’il ne dise pas de paroles obscènes, et si une personne
l’injurie ou se dispute avec lui, qu’il dise : « Je jeûne » [Rapporté par Al-Boukhari]
Faites de votre jeûne un combat continu contre les instincts bestiaux, et dirigez-vous
complètement vers Allah par l'adoration, l’obéissance, l’étude des versets du Coran et la prière
accomplie la nuit avec sincérité. C’est la période du repentir et des dons de votre Seigneur ;
donc, empressez-vous de vous repentir et demandez-Lui pardon pour vos péchés, car
Ramadan est le mois de la miséricorde et du pardon.
Ô musulmanes !
Eloignez-vous de l’exagération en ce qui concerne les différentes sortes de nourriture et de
boisson, car les périodes d'accomplissement des bonnes œuvres sont plus importantes et plus
bénéfiques pour vous ; et profitez de ce mois pour l'adoration et les bonnes actions.
Donc, serviteurs d’Allah !
Craignez Allah ; profitez du temps des profits ; dans le mois de Ramadan, se trouvent des
trésors précieux, ne les perdez pas en passant votre temps dans les distractions et l’amusement
et ce qui ne vous est pas utile, car vous ne savez pas quand vous retournerez vers Allah et si
vous serez toujours vivant pour le mois de Ramadan, l’année prochaine.

WWW.TIDJANIYYA.ORG
Et celui qui est intelligent est celui qui regarde sa situation, réfléchit à ses défauts et se corrige
avant que la mort ne le surprenne, que ses actions ne s’arrêtent et qu’il s’en aille dans la tombe,
et ensuite au jugement dernier.

Ô vous les musulmans !


Vous êtes dans un mois qui ne ressemble pas aux autres mois,
qui est la meilleure période de l’année et dont les mérites sont
innombrables. Une période qui rapporte beaucoup pour ceux qui
font des efforts, et qui détruit les âmes de ceux qui y commettent
les péchés.
Ô vous les musulmans !
La moitié du mois de Ramadan est déjà passée, donc, profitez
de ce qui reste du mois avant que la porte ne se ferme.
Remerciez Allah pour le bien qu’il vous a permis de faire,
faites des efforts dans l’obéissance d’Allah et repentez-vous
avant la fin de ce mois.
Ô vous les musulmans !

Celui qui s’accroche au Livre d’Allah gagnera et l’insouciant


qui commet les péchés aura le malheur le jour où ceux qui
désobéissent à Allah seront dans une situation difficile, et les
larmes couleront sur leurs visages ; le Seigneur, le Très Haut a dit dans un hadith
Quoudsi (hadith qui est la parole d’Allah rapportée par l’ange Jibril(‫ ) َعـلـَـيْه السَّال ُم‬: " O Mes
serviteurs ! Je garde vos actions, ensuite Je vous jugerai selon vos actions ; donc, celui qui
trouvera le bien doit remercier Allah , et celui qui ne trouvera pas le bien devra se faire des
reproches à lui-même " [Rapporté par Mouslim.]
Ô vous les musulmans !
Où sont ceux qui étaient avec nous au mois de Ramadan, l’année dernière ? La mort ne leur
est-elle pas venue ? Ne sont-ils pas maintenant dans leurs tombes ? Et où sont ceux qui ont
jeûné avec nous pendant la première moitié du mois et ont prié en espérant recevoir la

WWW.TIDJANIYYA.ORG
récompense ? La mort leur est venue ; ils ont quitté les palais climatisés pour les trous dans la
terre, et les matelas moelleux pour la dureté du sol.
Et nous, ô serviteurs d’Allah , allons les suivre
aussi ; donc, préparez-vous pour ce qui leur est
arrivé ; et rappelez-vous l'amertume de la mort à
laquelle personne n’échappe, et si quelqu'un avait
dû y échapper, le meilleur des hommes,
Mohammed , y aurait échappé ; mais Allah a
dit la vérité : {Et nous n’avons attribué l’immortalité à
nul homme avant toi. Est-ce que si tu meurs, toi, ils
seront, eux, éternels ? Toute âme doit goûter la
mort. Nous vous éprouverons par le mal et par le
bien (à titre) de tentation. Et c’est à Nous que vous
serez ramenés} [Sourate 21 - Versets 34-35]
La mort a pris les parents, les ancêtres ; elle a rendu les femmes veuves et les enfants
orphelins; serviteurs d’Allah ! Rien ne peut vous protéger de la mort, donc, repentez-vous avant
que vous ne regrettiez : {Dis : la mort que vous fuyez va certes vous rencontrer} [Sourate 62 -
Verset 8]
Ô vous les musulmans !
Les jours du mois de Ramadan ont une grande valeur ; celui qu’Allah aura comblé de sa
miséricorde pendant ce mois sera le bienheureux, et celui qui aura été privé du bien de ce mois
sera le malheureux, de même que celui qui ne se sera pas préparé en profitant de ce mois sera
injuste envers lui-même ; le Prophète monta sur le mimbar (chaire) et dit : (Amine, Amine,
Amine), on lui dit : «Ô Messager d’Allah ! Tu es monté sur le mimbar et tu as dit : Amine, Amine,
Amine » ; il dit alors : "l’ange Gabriel est venu me voir et m’a dit : ‘quiconque atteint le mois de
Ramadan et n’est pas pardonné de ses péchés, qu’Allah l’éloigne de lui ; dis Amine’ ; donc, je
dis ‘Amine’". [Rapporté par Ibn Khouzaïma et Ibn Hibane.]
Ô vous les musulmans !
Les jours du mois de Ramadan doivent être glorifiés et protégés ; vous êtes-vous abstenus des
mauvaises paroles, des mauvais regards, des choses futiles et du mal ? Vous êtes-vous
préparés pour le voyage en accomplissant les bonnes actions ? Ou êtes-vous parmi ceux qui
ont été désobéissants, qui ont recherché les plaisirs de ce monde comme s’ils avaient été créés
pour y rester, et qui ont suivi le chemin des passions et ont ainsi détruit leurs âmes ? Protégez
donc vos yeux, vos langues, et interdisez à vos pieds d’aller dans les endroits interdits ; ceci est
une chose obligatoire tout le temps et encore plus pendant le mois de Ramadan ; le
Prophète a dit : "Celui qui n’abandonne pas le mensonge, Allah n’a pas besoin qu’il
s’abstienne de manger et de boire".[Rapporté par Al-Boukhari.]
Ô serviteurs d’Allah !

Les gens ont fait des efforts et tu es assis ; ils se sont rapprochés d’Allah et
tu t’éloignes de Lui ; ils se sont levés pour prier et tu es couché ; ils se sont
rappelés et tu es insouciant ; lorsque les serviteurs se lèvent, on ne te voit pas
parmi eux ; si on compte les pieux, tu n’es pas avec eux ; tu veux être sauvé

WWW.TIDJANIYYA.ORG
sans fournir d’effort ; tu ne pries pas, tu n’invoques pas ton Seigneur et tu ne te repens pas. Les
gens pieux ont passé les nuits du mois de Ramadan en priant; la crainte d’Allah les a empêchés
de dormir, ils pleurent par crainte d’Allah , leurs cœurs s’attendrissent et sont remplis de
dévotion, ils adorent Allah dans l’obscurité de la nuit alors que les gens dorment.
Donc, toi qui as passé tes nuits dans la désobéissance d’Allah en accomplissant les choses
interdites, quelle perte lorsque tu vois que les croyants, ceux qui se repentent, et ceux qui
demandent pardon ont obtenu pendant les heures de la nuit le rapprochement d’Allah et Sa
satisfaction, alors que toi, tu as été rejeté, éloigné et privé ; donc, profite du mois de Ramadan,
mets les distractions de côté, rejoins les pieux et adore Allah en accomplissant les actes
obligatoires et les actes surérogatoires, passe ta vie dans l’obéissance d’Allah et accomplis la
prière de Tarawih pendant les jours restants du mois de Ramadan ; le Prophète a dit :
"Quiconque passe le mois de Ramadan en prière en étant croyant et en espérant recevoir la
récompense, ses péchés commis dans le passé lui seront pardonnés ; quiconque passe la nuit
du destin en prière en étant croyant et en espérant recevoir la récompense, ses péchés passés
lui seront pardonnés". [Rapporté par Al-Boukhari et Mouslim]
Et le Prophète a dit : "lorsque l’homme prie avec l’imam jusqu’à ce qu’il s’en aille, il aura la
récompense d’une nuit passée en prière".
Ô vous les musulmans !
Le mois de Ramadan est un mois pendant lequel il faut augmenter la lecture du Coran, réfléchir
à la signification de ses versets et les étudier, de même qu’il faut réviser ce qui a été mémorisé
du Coran en le lisant et en répétant ses versets nuit et jour car le Prophète a dit : "Celui qui a
appris le Coran est comme le propriétaire du chameau qui est attaché, s’il le surveille tout le
temps, il le gardera ; mais s’il le laisse, il partira". [Rapporté par Al-Boukhari et Mouslim]
Et Mouslim a ajouté dans une version : "Et si celui qui a appris le Coran se lève pour le lire la
nuit et le jour, il le retiendra par cœur ; et s’il ne se lève pas pour le lire, il l’oubliera" ; et il est dit
que : « Ce qui est répété se retient, et ce qui ne l’est pas s'oublie ».
Ô vous les musulmans !

Allah vous a honorés avec ce Livre béni, donc, réfléchissez à Ses versets, pensez à Ses
preuves évidentes, et arrêtez-vous devant Ses enseignements ; et ne le lisez pas vite sans
réfléchir à la signification des versets.
Les pieux prédécesseurs (‫ )رضي  عـنھـ ْم‬lisaient beaucoup le Coran du début jusqu’à la fin ; et
lorsque venait le mois de Ramadan, ils augmentaient leur lecture du Coran à cause de cette
période honorable ; et l’ange Jibril (‫ ) َعـلـَـيْه السَّال ُم‬rencontrait le Messager d’Allah chaque nuit
pendant le mois de Ramadan et il lui enseignait le Coran (rapporté par Al-Boukhari et Mouslim) ;
et la dernière année de la vie de la meilleure des créatures , l’ange Jibril (‫ ) َعـلـَـيْه السَّال ُم‬lui
enseigna le Coran entièrement deux fois.
Serviteurs d’Allah !
Ecoutez cet exemple incroyable d’une génération qui a connu la grandeur du Coran : lorsque la
mort est venue à Abdoullah ibn Idriss, sa fille pleura ; il lui dit alors : « Ne pleure pas ma petite

WWW.TIDJANIYYA.ORG
fille car j’ai lu le Coran entièrement dans cette maison quatre mille fois » ; donc, quelle
merveilleuse génération ! Et quel bon chemin à suivre !
Communauté de l’Islam !
Le Livre d’Allah est lu et écouté pendant ce
mois, s’il était descendu sur une montagne, tu
l’aurais vue s’humilier et se fendre par crainte
d’Allah . Avons-nous suivi son chemin purifié ?
L’avons-nous mis en pratique ? Avons-nous
pratiqué ses lois dans nos affaires cachées et
apparentes ?
Chaque acte ou innovation qui est contraire
au Coran et à la Sounnah est un malheur et
une perte pour celui qui le commet ; et nous
avons vu à propos de ceux qui ne pratiquent pas les lois du Coran des signes qui sont des
avertissements, et nous avons entendu les châtiments et les accidents qui leur sont arrivés et
qui servent d’exemples ; donc, accrochez-vous au Livre d’Allah , et que la vie de ce monde ne
vous détourne pas de l’accomplissement des obligations car elle n’a même pas la valeur de
l’aile d’un moustique auprès d’Allah : " Et ceux qui ne jugent pas d’après ce qu’Allah a fait
descendre, les voilà les mécréants", "Et ceux qui ne jugent pas d’après ce qu’Allah a fait
descendre, les voilà les injustes" , "Et ceux qui ne jugent pas d’après ce qu’Allah a fait
descendre, les voilà les pervers".
Ô vous les musulmans !
Le mois de Ramadan est un mois pendant lequel les gens sont sauvés de l’enfer, de la maison
du malheur et de la privation, de l’abaissement et de l’humiliation ; selon Abou Saïd Al-
Khoudri le Messager d’Allah a dit : "Allah affranchit des gens de l’enfer chaque jour
et chaque nuit", c’est-à-dire pendant le mois de Ramadan. [Rapporté par Al-Bazzar]
Donc, faites des efforts pour vous affranchir de l’enfer.
Ô vous les musulmans !
Maintenant, c’est la période pour se repentir, demander pardon, se rabaisser et reconnaître sa
pauvreté devant Allah ; c'est le mois pendant lequel les invocations adressées à Allah sont
exaucées ; Allah a dit dans son Livre : {Ô vous qui avez cru ! Repentez-vous à Allah
sincèrement...} [Sourate 66 - Verset 8]
Frappez à la porte du repentir, vous la trouverez ouverte ; donnez votre corps et votre âme pour
gagner le paradis, et dirigez-vous vers Allah tant que vous êtes encore en vie.
Serviteur d’Allah !
1. Si tes péchés atteignaient le ciel et que tu ne puisses pas les compter, repens-toi et
n’hésite pas car Allah accepte le repentir de celui qui se repent ; Anass a
dit qu’il a entendu le Messager d’Allah dire : "Allah a dit : {Ô fils d’Adam ! Tant que
tu M’invoqueras et que tu auras l’espoir en Moi, Je te pardonnerai, quels que soient tes
péchés et Je ne m’en soucie point. Ô fils d’Adam ! Si tes péchés atteignaient le ciel et

WWW.TIDJANIYYA.ORG
qu’ensuite tu me demandes pardon, Je te pardonnerai. Ô fils d’Adam ! Si tu venais le jour
du jugement avec des péchés remplissant la terre et que tu me rencontres en ne
m’associant rien, Je te pardonnerai} [Rapporté par At-Tirmidhi.]
En faisant l’éloge d’Allah , en reconnaissant avoir commis un péché et en ayant la ferme
intention de ne pas recommencer, Allah pardonne à celui qui se repent, et c’est comme s ‘il
n’avait pas commis de péché ; donc, repentez-vous avant qu’il ne soit trop tard :
{...Et repentez-vous tous à Allah , O vous les croyants, peut-être récolterez-vous le
succès}[Sourate 24 - Verset 31]
Ô vous les musulmans !
La retraite dans la mosquée est une Sounnah du Prophète ,
son but principal est de couper les liens avec les créatures et se
diriger vers Le Créateur ; elle a un effet sur l’âme et aide à
l’éducation et à la correction du cœur ; elle est pratiquée pendant
les dix derniers jours du mois de Ramadan pour rechercher la
nuit du destin. Aïcha a dit : « Le Messager d’Allah
faisait la retraite dans la mosquée pendant les dix derniers
jours du mois de Ramadan jusqu’à sa mort ; ensuite, ses femmes
ont fait la retraite après lui » [Rapporté par Al-Boukhari et
Mouslim.]
Et l’imam Az-Zouhri a dit : « Il est étonnant que les
musulmans aient abandonné la retraite dans la mosquée alors
que le Prophète ne l’a jamais abandonné depuis qu’il est arrivé
à Médine jusqu’à ce qu’il meure ».
Ô vous les musulmans ! Vous devez connaître les règles de la
retraite dans la mosquée et respecter la mosquée. Celui d'entre
vous qui a l’intention de faire la retraite doit entrer dans la
mosquée avant le coucher du soleil la nuit du 21 du mois de
Ramadan, comme ont dit tous les pieux prédécesseurs  ‫)رضي‬
(‫عـنھـ ْم‬.
Ô vous les musulmans !
Vous avez des frères dans la foi et la religion qui sont dans des difficultés et des malheurs ; leur
sang a été versé, les ennemis les ont envahis, ils les ont tués et torturés ; ils n’ont pas eu pitié
des vieux qui sont faibles, ni des malades, ni des pères de famille ; ils n’ont pas eu pitié des
enfants sans défense, ni des femmes dont les larmes coulent de leurs yeux à cause de la
situation terrible dans laquelle ils se trouvent. Donc, levez vos mains vers Allah et
demandez-lui de faire miséricorde à vos frères qui sont faibles et chassés de chez eux,
demandez-lui de les sauver contre les mécréants. Et sachez que le Messager d’Allah a dit :
"Chaque musulman a une invocation qui est exaucée tous les jours et toutes les nuits"
[Rapporté par Al-Bazzar.]
Et il n’y a rien de meilleur pour Allah que les invocations ; l’homme le plus faible est celui qui est
incapable de faire des invocations ; et le destin ne peut être repoussé que par les invocations

WWW.TIDJANIYYA.ORG
(c’est-à-dire que celui qui fait des invocations peut être protégé d’un malheur qui devait lui
arriver grâce à ses invocations qu’il adresse à Allah , par exemple).
De Cheikh Salah Al-Bider.

Qu'Allah accepte nos œuvres et nous guide toujours vers le bien ! Amine

Ô musulmans!
Les périodes remplies de bonnes choses sont des occasions propices, mais la période arrive et
se termine rapidement ; pour obtenir le butin qui s'y trouve, le musulman doit patienter pendant
un moment afin qu'il soit parmi ceux qui réussissent après l'accep

roches de leur Créateur.


Donc, combien de récompenses sont confiées en dépôt [auprès d'Allah ] pendant ces périodes !
Et combien de péchés sont pardonnés !
O Seigneur ! Donne-nous Tes faveurs [Tes dons] ;
Fasse que nous soyons parmi ceux qui s'empressent d'aller vers Ton pardon et parmi ceux qui
obtiennent Ta satisfaction.
Facilite-nous l'accomplissement des bonnes œuvres.
Mets-nous, ô Seigneur, parmi ceux que Tu acceptes et donne-nous une fin heureuse au
moment de la mort !
Serviteurs d'Allah !
Remerciez votre Seigneur pour vous avoir fait atteindre le mois de Ramadan, et louez-Le pour
vous avoir facilité le jeûne et la prière la nuit : {Dis : "[Ceci provient] de la grâce d'Allah et de Sa
miséricorde ; voilà de quoi ils devraient se réjouir. C'est bien mieux que tout ce qu'ils amassent}
[Sourate 10 - Verset 58]
Le mois de Ramadan est le mois des miséricordes, des bénédictions, des bonnes actions et des
bonnes choses ; les portes du Paradis sont ouvertes et les portes de l'enfer sont fermées. Dans
ce mois se trouve la nuit du destin qui est meilleure que mille mois ; quiconque jeûne ce mois et
prie la nuit, ses péchés commis dans le passé lui seront pardonnés, et Allah affranchit des gens
de l'enfer pendant ce mois.
C'est une prescription [une législation] ancienne :

WWW.TIDJANIYYA.ORG
{Ô vous qui avez cru ! On vous a prescrit as-Siyam [le jeûne] comme on l'a prescrit à ceux
d'avant vous, ainsi atteindrez-vous la piété.} [Sourate 2 - Verset 183]
Le mois de Ramadan est le mois du Coran :

{Le mois de Ramadan au cours duquel le Coran a été descendu comme guide pour les gens, et
preuves claires de la bonne direction et du discernement...} [Sourate 2 - Verset 185]
L'ange Jibril (‫ ) َعـلـَـيْه السَّال ُم‬étudiait le Coran avec le Prophète pendant ce mois ; et lorsque le
mois de Ramadan arrivait, les pieux prédécesseurs (‫ )رضي  عـنھـ ْم‬laissaient les cours de hadith
et passaient leur temps à lire le Coran.
C'est le mois du "Taraawih" et de la prière accomplie la nuit ; le mois au cours duquel les larmes
sont versées et les péchés sont pardonnés.
Le mois de Ramadan est le mois des souvenirs et des victoires :
la bataille de Badr qu'Allah a nommé "le jour du
discernement" eu lieu pendant ce mois, de même que la Mecque
fut conquise et l'unicité d'Allah fut proclamée, l'idolâtrie fut
détruite, les statues furent éliminées et les slogans de l'époque
préislamique furent jetés ; et le sermon du Prophète fut
l'annonce de l'unicité d'Allah lorsqu'il dit : "Il n'y a pas d'autre
divinité qu'Allah l'Unique, Il a donné la victoire à Son serviteur, Il a
rendu Ses guerriers puissants, et Il a vaincu seul les coalisés".
Puis, le drapeau de la justice, du pardon et de la tolérance fut
planté, et des marques éclatantes de la religion furent posées.
Pendant le mois Ramadan, des conquêtes, des victoires et des
batailles eurent lieu au cours des périodes islamiques prospères ;
donc, les musulmans vont-ils comprendre les secrets du mois de
Ramadan! L'adoration et la lutte, la détermination et l'effort ; c'est
le mois de l'action et du retroussement des manches, c'est un
rappel pour la communauté afin qu'elle revoie ses comptes, sa
relation avec sa religion, et qu'elle cherche les endroits où se
trouvent les défauts.

WWW.TIDJANIYYA.ORG
Donc, nous tirons dans le mois de Ramadan des leçons et des exemples : dans l'équité et
l'unicité d'Allah , dans le fait de se diriger vers le Créateur et le Glorieux par excellence, dans
la descente de l'aide d'Allah , des leçons dans l'union de la communauté et l'éloignement de
la séparation et des disputes, dans le réconfort [la consolation] et le sentiment de n'être qu'un
seul corps.
Voilà ce qu'est le mois de Ramadan : l'odeur de la bouche du jeûneur est meilleure auprès
d'Allah que l'odeur du musc ; le jeûne et le Coran intercéderont pour le jeûneur qui lisait le
Coran le jour du jugement.
Le jeûneur a deux joies : lorsqu'il rompt le jeûne, il est content de le rompre, et lorsqu'il
rencontrera son Seigneur, il sera content de son jeûne. Et il est rapporté dans les deux recueils
de hadiths authentiques que le Prophète a dit : "Aucun Serviteur ne jeûne un jour dans le
chemin d'Allah sans qu'Allah éloigne l'enfer de son visage, grâce à ce jour de jeûne, soixante-
dix printemps" [c-à-d. 70 ans].
Et le jeûne engendre la piété, comme la lecture du Coran produit la lumière de la guidée dans
les cœurs. Et le jeûne est une éducation pour briser les envies bestiales et pour que les causes
de la servitude [pour Allah ] coupent les causes des envies bestiales.
Le jeûneur a une demande qui n'est pas rejetée : "Et quand Mes serviteurs t'interrogent sur
Moi.., alors Je suis tout proche : Je réponds à l'appel de celui qui Me prie quand il Me prie
[M'invoque]. Qu'ils répondent à Mon appel, et qu'ils croient en Moi, afin qu'ils soient bien
guidés".
Pendant le mois de Ramadan, les âmes sont purifiées ; les mœurs sont réformées ; les pauvres
et les miséreux sont réconfortés car c'est le mois de l'aumône et du réconfort, [...].
Ô musulmans!
Lorsque le musulman accueille une période pendant laquelle il espère obtenir des
récompenses, il doit tout d'abord réfléchir à lui-même et vérifier ses actions afin qu'elles ne
soient pas mélangées à des obstacles et des choses qui empêchent l'acceptation des actions
ou qui causent la diminution de leur valeur, car quelle est l'utilité de retrousser les manches et
de voir les actions annulées ou d'accomplir une action dont on espère recevoir la récompense
alors que c'est un péché que l'on commet !

Et Allah nous a avertis d'un peuple dont les visages seront humiliés, préoccupés, harassés,
et qui brûleront dans un feu ardent. Le musulman doit donc faire très attention à accomplir
toutes ses adorations avec sincérité et en suivant la Sounnah du Prophète , en s'éloignant du
polythéisme qui est l'obstacle le plus grand devant l'acceptation des actions, et plus exactement,
il annule les actions ; tout comme il doit s'éloigner des innovations dans la religion, car Allah
n'accepte pas une action qui n'a pas été prescrite ; et à chaque fois qu'une innovation dans la
religion est réalisée, une Sounnah disparaît.
Donc, soyez sincères dans votre religion pour Allah et débarrassez-vous des saletés des
péchés, lavez-les avec le repentir et le pardon car les péchés empêchent d'accomplir les
bonnes actions et sont un obstacle devant les actions avec lesquelles nous nous rapprochons
d'Allah .

WWW.TIDJANIYYA.ORG
Et parmi les choses qui diminuent de la valeur du jeûne : avoir de mauvaises qualités, se
plaindre du jeûne et en laisser apparaître les effets dans les comportements, comme si un
malheur avait atteint la personne ; de même que la médisance, le mensonge, l'injustice
commise envers les musulmans par la parole ou les actes, et surtout si cela est mélangé à la
jalousie ; selon Abou Houreyra le Messager d'Allah a dit : "Celui qui n'abandonne
pas le mensonge [qui agit en mentant] et l'ignorance, Allah n'a pas besoin qu'il laisse sa
nourriture et sa boisson" [Rapporté par Al-Boukhari]
Et il est rapporté dans les deux recueils de hadiths authentiques que le Prophète a dit :
"Lorsque l'un d'entre vous jeûne, qu'il ne prononce pas de propos obscènes et ne crie pas ; et si
quelqu'un l'insulte ou le combat, qu'il dise : "Je jeûne"".
Ô Jeûneurs !
Le but du jeûne est d'éduquer l'âme afin qu'elle soit toujours dans l'obéissance d'Allah , la
purifier avec la patience et la faire s'élever au-dessus des envies bestiales. Tout comme nous
empêchons le corps de consommer certaines choses permises pendant le jeûne, à plus forte
raison nous devons empêcher les membres d'accomplir les choses interdites. Les heures du
mois de Ramadan sont trop précieuses pour les passer devant des spectacles abaissants, et si
ce n'était que la perte de temps, cela serait suffisant ; que dire alors que ces chaînes télévisées
sont en concurrence avec le diable pour répandre la corruption, la tentation et pour éloigner les
gens de l'invocation [du rappel] d'Allah et de la prière ; allez-vous donc arrêter ?
Ô Musulman ! Ô serviteur d'Allah !
Le Tout-Puissant t'exhorte à te repentir ; réponds donc à l'appel : {...Et repentez-vous tous
devant Allah , ô croyants, afin que vous récoltiez le succès.} [Sourate 24 - Verset 31]
Empressez-vous de vous repentir - qu'Allah me pardonne, ainsi que vous - ; et ne mettez pas
dans votre livre aujourd'hui ce dont vous aurez honte que l'on mentionne demain ; et le grand
repos ne peut être obtenu que sur le pont de la fatigue.
Ô Jeûneurs !

Aux dernières heures de la nuit, se trouvent des dons et des miséricordes lorsqu'Allah
descend [au ciel de ce monde] ; adressez alors des demandes à Allah et demandez-Lui
pardon, car il se peut que grâce à une demande, vous obteniez la réussite éternelle.
Et lorsque vous rompez le jeûne, vous avez une demande qui n'est jamais rejetée. Donc, soyez
heureux de ce mois, ô Musulmans, et déposez-y des bonnes œuvres autant que vous le
pouvez, et rapprochez-vous de votre Seigneur pendant ce mois car Il vous a appelés au Paradis
: {Allah appelle à la demeure de la paix et guide qui Il veut vers un droit chemin.} [Sourate 10 -
Verset 25]
Cheikh Oussaamah ibn Abdillah Khayaat

WWW.TIDJANIYYA.ORG
Ô musulmans!
Depuis quelques jours, le Créateur a honoré les maisons en nous apportant un mois
honorable rempli de biens ; c'est un invité très attendu, qui est accueilli avec les larmes. C'est un
mois qui a envoyé ses lumières sur les cœurs satisfaits des croyants ; il les a alors recouvert s
de piété et d'allégresse et il a déversé sur eux ses dons ; ils furent alors recouverts de la bonne
direction pure :

{Le mois de Ramadan au cours duquel le Coran a été descendu comme guidée pour les gens,
et preuves claires de la bonne direction et du discernement} [Sourate 2 - Verset 185].
Pendant le mois de Ramadan, la lumière de la foi brille, les dons bénis de la révélation viennent,
les heures sont remplies par les bonnes actions et les bonnes œuvres, les âmes ressentent la
tranquillité, le calme et la joie, les corps délaissent leurs envies et leurs plaisirs et les âmes
trouvent agréables les bonnes œuvres et fournissent des efforts pour le bien abondant.
Ô musulmans!
Le mois de Ramadan avec ses buts, ses particularités et ses souvenirs exhalant un parfum, est
la cause de notre gloire, de notre fierté, et le port de nos efforts et de notre honneur. [...] C'est la
période du commerce lucratif avec Allah et une occasion qui est donnée pour élever les
degrés et expier les péchés ; celui qui la néglige se sera abaissé et se sera privé lui-même.
N'y avait-il pas parmi nous des personnes que nous aimions ? Ils ont été livrés à la terre, ils
étaient comme des jours ensoleillés et des lunes parmi nous, et ils sont partis vers la demeure
éternelle.

Où sont ceux qui décrivent les nuits éclatantes et resplendissantes du mois de Ramadan, ainsi
que les dons apparents de ses journées, et ce qui ne peut presque pas être compté parmi les

WWW.TIDJANIYYA.ORG
genres de bien et les chemins de la guidée ? Et ne vous interrogez pas au sujet de la nuit du
destin qui est meilleure que mille mois ?
Mes frères dans la foi !
Ceci est le mois de Ramadan et ce qu'il renferme ; et celui qui est dévoué à la communauté
s'interroge pour savoir si notre communauté islamique a pu comprendre la réalité du jeûne avec
tous ses traits et ses preuves : le fait de s'abreuver aux sources des textes religieux, l'éclat du
cerveau [de la raison], la pureté du cœur, la réjouissance de l'âme, la prise de conscience
accompagnée de la piété, et la science liée à la peur du Seigneur . Avons-nous compris que
le mois de Ramadan possède une lumière avec laquelle les âmes et les cœurs doivent
s'éclairer, ainsi la communauté sera ferme sur le chemin du changement, en ayant une prise de
conscience qui n'est pas mélangée aux désirs [aux envies] et une fermeté qui n'est pas troublée
par l'improvisation de sauts ? Ou est-ce que nous ne tirons aucun profit du mois de Ramadan
sauf le nom connu, la période habituelle, l'occasion qui est éloignée de la réalité, et la situation
lorsque le soleil se lève ou la lune apparaît ?
Comme nous sommes heureux et nous nous réjouissons du mois de Ramadan, lorsque nous
faisons qu'il soit une période forte et bonne qui nous conduit vers la réalisation de nous-même,
et à la victoire contre les agresseurs, avec certitude et fermeté ; et ainsi, quelle bonne action
nous accomplissons ! Et quel degré élevé est atteint !
Communauté du jeûne et de la prière !
Parmi les choses qui nous attristent pendant le mois du pardon et de l'affranchissement de
l'enfer, le fait que les compréhensions de beaucoup de musulmans - qu'Allah les guide - ont
dévié de beaucoup des réalités du jeûne, de son contenu et ses buts ; et ils n'ont alors fait que
priver leur ventre de la nourriture et de la boisson ; ils regardent les choses interdites, et leurs
langues médisent, calomnient, diffament, et prononcent des propos insensés ; et celui qui est
ainsi - qu'Allah nous en protège - est comme celui qui construit un palais et détruit un pays. Al-
Boukhari rapporte dans son recueil de hadiths authentiques que le Prophète a dit :

"Celui qui n'abandonne pas le mensonge et continue d'agir en mentant, Allah n'a pas besoin
qu'il délaisse sa nourriture et sa boisson".
Et nous sommes attristés lorsque nous entendons que certains musulmans sont devenus
prisonniers des plaisirs ; ils regardent les chaînes télévisées par satellite et voient des choses
interdites ; qu'Allah nous en protège. N'ont-ils pas su que ces chaînes retransmises par satellite
et qui détruisent, sont comme les voiles qui poussent notre bateau vers ce qui causera la mort
de nos jeunes hommes et de nos jeunes filles ; et elles sont aussi comme un microbe
dangereux qui traverse la vallée de nos vertus et de notre chasteté. Donc, que ceux qui suivent
les pulsions (sexuelles) et les envies bestiales dans la vie de ce monde, craignent Allah
pendant le mois de la révélation et de la lecture du Coran ; ils réveillent ces pulsions et ces
envies lorsqu'elles se calment, et ils les attisent lorsqu'elles s'éteignent.
Malheur à eux ! Ils n'ont pas tiré profit des leçons (des exemples), et ils ne se sont pas réveillés
non plus face aux réprimandes du Coran ; nous devons donc tous retourner aux liens des
vertus, de la pureté et de la chasteté pour prendre nos décisions et consolider les liens avant
que la situation ne devienne plus grave ; et Allah a dit :

WWW.TIDJANIYYA.ORG
{Ô vous qui avez cru ! Préservez-vous et vos familles d'un feu dont le combustible sera les gens
et les pierres} [Sourate 66 - Verset 6]
Communauté du Coran !
Parmi les particularités de ce mois béni : la révélation du Saint Coran :

{Nous l'avons certes fait descendre (le Coran) pendant la nuit d'Al-Qadr} [Sourate 97 - Verset 1]
Oui ! Les versets clairs sont descendus et ils ont éclairé le monde qui était plongé dans les
ténèbres ; ils changèrent l'ignorance et la barbarie en un degré très élevé de la vie humaine
dans la justice universelle, la science utile et une prise de conscience complète. Ce Livre
explicite abreuva le monde de son eau, et son eau n'est que le bien pur pour l'humanité, ainsi
que la piété, ce qui est utile et est le bonheur pour les hommes, et il leur fait suivre le chemin de
la guidée et de la lumière. Ses mots et son organisation (sa poésie) ont montré aux gens
éloquents leur incapacité d'en faire autant, et les gens doués d'intelligence furent ébahis par son
éloquence :
{C'est un Livre dont les versets sont parfaits en style et en sens, émanant d'un Sage,
Parfaitement Connaisseur} [Sourate 11 - Verset 1]

La communauté prendra-t-elle conscience de son rôle envers le Livre de son Seigneur pendant
le meilleur de ses mois ? [...]
Ô Jeûneurs !

{En effet, vous avez dans le Messager d'Allah un excellent modèle [à suivre]} [Sourate 33 -
Verset 21]
Et la dépense de l'argent fait partie de la perfection de sa guidée pendant le mois de
Ramadan ; l'imam Al-Maawardi a dit : « Allah a donné au Prophète une générosité
et une largesse jusqu'à ce qu'il donna tout ce qu'il possédait » ; Allah a dit : {Et faites
largesses. Ce sera un bien pour vous. Et quiconque a été protégé contre sa propre avidité…
ceux-là sont ceux qui réussissent} [Sourate 64 - Verset 16]
Et le fait de dépenser en donnant de l'argent, pendant ce mois béni, aux pauvres, aux
nécessiteux et à ceux qui sont endettés, n'est que la preuve d'un amour ardent et d'une grande

WWW.TIDJANIYYA.ORG
foi qui pousse l'âme à avoir des sentiments doux et tendres ; ainsi, circule dans la communauté
musulmane comme un vent d'abondance. Donc, dépensez votre argent - qu'Allah vous fasse
miséricorde - en donnant à vos frères, vous obtiendrez la satisfaction du Seigneur de la terre et
du ciel. [...] Donc, ne retenez pas vos mains, car il se peut que vous soyez éloignés et épargnés
de l'Enfer par la grâce d'Allah et Sa générosité.
Communauté de l'Islam !
Et pendant que vous vivez l'honneur de l'endroit et de la période, et que vous vous réjouissez de
la bonté et de la sécurité dans cet environnement agréable, nous devons nous rappeler nos
frères blessés en Palestine, la première Qibla et l'endroit où la meilleure des créatures fit le
voyage nocturne - qu'Allah réjouisse les yeux par sa libération - ; ils subissent l'oppression et la
tyrannie, l'affliction, la destruction, les bombardements et les explosions, et d'autres genres de
torture qui ne leur viennent pas à l'esprit.
Donc, les membres éparpillés, le sang, les pleurs des orphelins, les cris des veuves sous les
décombres des maisons, l'angoisse des femmes dans l'obscurité et la tristesse des réfugiés
dans les camps, ont-ils fait bouger ceux qui appellent à la paix, qui combattent le terrorisme et
ceux qui défendent les droits de l'homme ? Et cette situation très grave causée par ces
envahisseurs criminels, est un complot qui défie ouvertement les décisions internationales, une
attitude arrogante contre les engagements de la communauté internationale et un mépris
injustifié des traités et des initiatives humanitaires.
Nous implorons, au nom des musulmans qui jeûnent, les organismes mondiaux, les
organisations internationales et les associations islamiques et humanitaires, afin qu'ils
s'empressent de fournir des efforts pour arrêter l'hostilité cruelle sur la terre de la Palestine et de
Jérusalem, et faire respecter les engagements internationaux qui empêchent l'injustice et
l'agression, et qui protègent les jeûneurs innocents contre le terrorisme des oppresseurs et de
l'agression des injustes, tout en réalisant les décisions et les engagements qui ont garanti leur
sécurité, l'unité de leur terre et l'arrêt de l'injustice et de l'agression contre les lieux saints des
musulmans ; et plus globalement, contre les minorités persécutées partout dans le monde.
Communauté de l'Islam !
Face à ces grands malheurs, nous espérons que la situation s'arrangera, que la sécurité sera
stable, et que la paix et la stabilité se répandront en Irak où la destruction touche les vieux, les
enfants, les femmes et les hommes ; et nous espérons que les groupes du pays prendrons les
affaires en main et les organiseront afin de diriger et d'obtenir l'autonomie en s'éloignant des
forces injustes et des interventions brutales.
La communauté islamique va-t-elle saisir les chaînes du changement afin de se sauver, de
retrouver sa fierté et sa gloire et de protéger les générations futures contre l'affaissement de ce
monde et le feu de l'au-delà ? Ceci est l'espoir et le souhait, et nous devons être sincères et
fournir des efforts, et Allah aide ceux qui fournissent des efforts sincèrement pour le bien de
leur société et la gloire de leur communauté.
Ô Allah ! Fais-nous suivre le chemin des pieux et met-nous parmi Tes meilleurs serviteurs, Et
affranchis-nous tous de l'Enfer, et affranchis-nous tous de l'Enfer, et affranchis-nous tous de
l'Enfer, par Ta miséricorde, Ô Puissant ! Ô Grand Pardonneur !
Mes frères dans la foi !

WWW.TIDJANIYYA.ORG
Le jeûneur doit donner beaucoup d'importance à la jurisprudence concernant le jeûne. Donc,
nous allons parler de quelques questions de la jurisprudence concernant le jeûne : la
connaissance des choses qui corrompent et annulent le jeûne, parmi ces choses :

- Premièrement : Manger et boire par voie buccale ou nasale, selon la parole d'Allah :
{Mangez et buvez jusqu'à ce que se distingue, pour vous, le fil blanc de l'aube du fil noir de la
nuit. Puis accomplissez le jeûne jusqu'à la nuit} [Sourate 2 - Verset 187].
Et injecter un médicament ou un autre liquide dans le nez, correspond à boire et manger, selon
la parole du Prophète : "Et exagère en aspirant l'eau par le nez sauf si tu jeûnes" (C'est-à-dire
en accomplissant les ablutions) [Rapporté par Abou Daawoud et Tirmidhi.]
- Deuxièmement : Ce qui correspond à manger et boire, comme l'aiguille nutritive qui remplace
la boisson et la nourriture [sérum] ; donc, si le jeûneur l'utilise, il aura alors rompu le jeûne ; mais
l'aiguille [la piqûre] qui ne nourrit pas, ne fait pas rompre le jeûne, si Allah le veut, qu'elle soit
injecter à travers les veines ou les muscles ; la même chose est valable pour les gouttes dans
les yeux et dans les oreilles ; elles ne font pas rompre le jeûne selon la parole la plus juste des
savants, mais il est préférable de les utiliser le soir.
- Troisièmement : Avoir des rapports sexuels pendant les journées du mois de Ramadan; c'est
un grand péché, un acte horrible, et celui [ou celle] qui le commet doit remplacer ce jour de
jeûne par un autre et expier ce péché par l'affranchissement d'un esclave croyant, et s'il ne peut
pas, il doit jeûner deux mois consécutifs.
- Quatrièmement : Faire sortir le sperme par désir et de son propre choix; comme par exemple,
celui qui, intentionnellement, embrasse et caresse une femme, ou d'autres choses de ce genre,
puis éjacule. Et si le sperme sort à cause d'un rêve, ceci ne fait pas rompre le jeûne, de même
que le fait de simplement penser à une femme ; selon la parole du Prophète : "Allah a
pardonné à ma communauté ce qu'elle pense, tant qu'elle ne parle pas de cela ou qu'elle ne
l'accomplit pas" [Rapporté par Al-Baïhaqui.]
- Cinquièmement : Vomir intentionnellement, selon la parole du Prophète : "Quiconque vomit
sans le vouloir, ne doit pas remplacer le jeûne ; mais celui qui vomit intentionnellement, doit
remplacer le jeûne" [Rapporté par Abou Daawoud et Tirmidhi.]
- Sixièmement : Faire sortir le sang par la Saignée (Al-Hijaamah), selon la parole du
Prophète : "Le saigneur (celui qui fait la saignée) et celui qui se fait faire la saignée, ont tous
deux rompu le jeûne" [Rapporté par Ahmed et les auteurs des Sounanes.]
Et en ce qui concerne la sortie du sang en petite quantité pour faire des analyses ou à cause
d'une blessure et un saignement du nez, ceci ne rompt pas le jeûne.
- Septièmement : la sortie du sang des menstrues ou des lochies, fait rompre le jeûne, même si
cela se produit quelques instants avant le coucher du soleil.
Voilà (Qu'Allah vous fasse miséricorde !) les bases des choses qui font rompre le jeûne ;
protégez donc (Ô serviteurs d'Allah !) votre jeûne de l'imperfection et de l'annulation.
Puis, sachez (Qu'Allah vous protège !) que vous accueillez les dix jours du milieu du mois de
Ramadan, qui sont "les dix jours du pardon" ; donc, réalisez les conditions du pardon en jeûnant
et en priant de la meilleur façon, et en étant assidus à l'accomplissement des bonnes œuvres, à

WWW.TIDJANIYYA.ORG
la lecture du Coran, au repentir, à l'invocation d'Allah , à la demande de pardon, et à
l'insistance dans les demandes adressées à Allah , car Allah aime ceux qui insistent
dans leurs demandes.
Et il est bon de rappeler, pendant ce mois honorable, l'obligation religieuse représentée par la
Zakât (al fitr), car elle est liée à la prière dans le Livre d'Allah ; donc, acquittez la Zakât de
bon gré.
Le mois de Ramadan, ô frères en Islam, est une occasion pour l'union de la communauté
autour du Coran, de la Sounnah et du chemin des pieux prédécesseurs de la communauté ‫)رضي‬
(‫ ;  عـنھـ ْم‬ainsi qu'une occasion pour l'éducation des jeunes et des générations sur le chemin du
juste milieu et de la modération, pour l'éducation de la femme afin qu'elle porte le voile, qu'elle
soit chaste et pudique et qu'elle s'éloigne du mélange avec les hommes ; c'est une occasion
aussi pour promouvoir l’exhortation au bien et l'interdiction du mal, et pour la protection de la
sécurité de la communauté et prêter attention à ses intérêts.
Donc, tirons profit de l'école du mois de Ramadan ; étanchons notre soif à la source d'eau
provenant de ses bienfaits et de ses bénédictions. Ceci est ce que nous espérons, Allah
Seul peut nous aider à y parvenir, et Il est Celui à qui nous devons demander de l'aide.

Qu'Allah accepte notre jeûne et nos prières !


Et qu'Il nous donne toujours les bienfaits dans les jours futurs, Il est Bon et Généreux !
Cheikh Abderrahmane As-Soudaïs

Ô musulmans!

Allah a honoré cette communauté pendant ce mois béni en y rassemblant les deux genres
d'adoration avec abondance, et ils n'apparaissent pas dans les autres mois. Et ceci, avec
l'augmentation des invocations d'adoration et des invocations de demande.
L'invocation d'adoration est représentée par l'augmentation des prières, du jeûne, de la lecture
du Coran, de l'aumône, du rappel d'Allah [de l'invocation d'Allah ]. Et toutes ces bonnes
œuvres se multiplient pendant le mois de Ramadan ; et en réalité, elles sont des invocations
faite par l'homme qui signifient qu'il veut qu’Allah lui pardonne, accepte ses actions et le
préserve de Son châtiment.
Et l'invocation de demande est représentée par les invocations contenues dans le
"Quounoute" [demandes adressées à Allah à la fin de la prière de "Tarawih" pendant le mois
de Ramadan, et lors d'événements importants], formulées au moment de la rupture du jeûne,
entre le premier appel à la prière et le deuxième appel, et toutes les autres demandes à tout
moment ; et ceci est une générosité et un bienfait d'Allah .

WWW.TIDJANIYYA.ORG
Donc, que se réjouisse celui à qui Allah a donné la capacité d'en profiter et de l'accomplir
convenablement ! Et la perte pour celui que les croyants ont devancé et que ceux qui sont
sincères ont dépassé alors qu'il est toujours prisonnier de ses passions et couché sur son
oreiller !
La communauté a énormément besoin de l'invocation des deux genres pendant ce mois, car
elle se trouve dans des tourments qui la poussent à droite et à gauche ; elle reçoit les coups les
uns après les autres et la mort lui vient de partout et elle ne meurt pas, et sa situation présente
la pousse vers un état [une situation] dont elle ne peut se sortir qu'avec l'aide d'Allah ; et ici
se trouve le secret du refuge vers Allah et l'attente de Sa grâce, et le fait d'élever les mains
en implorant le Puissant et le Grand Pardonneur afin qu'Il arrange la situation des musulmans et
les rassemble.
Nous avons, en la personne du Messager d'Allah , un bon modèle lorsqu'il fut peiné à cause
de ce qu'il vit de la tyrannie des chefs des Qouraychites et leur hostilité envers Allah et Son
Messager ; il se tourna vers Allah le jour de Badr, pendant le mois de Ramadan ; il pria
toute la nuit en implorant le Vivant, l'Eternel en disant : " Ô Seigneur ! Je Te demande Ton
engagement et Ta promesse. Ô Seigneur ! Si Tu fais périr ce petit groupe, Tu ne seras plus
adoré sur terre".
Et il leva ses mains vers le ciel jusqu'à ce que son manteau tomba de ses épaules; puis, avant
que le Messager d'Allah n'abaisse ses mains après avoir invoqué Allah avec sincérité et
conviction sa demande sera exaucée ; les anges descendirent pour secourir les musulmans et
combattre dans leurs rangs : {(Et rappelez-vous) le moment où vous imploriez le secours de
votre Seigneur et qu'Il vous exauça aussitôt : "Je vais vous aider d'un millier d'Anges déferlant
les uns à la suite des autres}. [Sourate 8 - Verset 9].
Et les musulmans, de L'Est à l'Ouest de la terre, se réjouissent de cette belle victoire, et ils
lèvent leurs mains vers le ciel comme l'a fait le Messager d'Allah en implorant le Seigneur
(Le Puissant et Le Haut) de les secourir contre leurs ennemis, en disant, avec affliction et
douleur à cause de ce qu'ils subissent : " Ô Seigneur ! Nous Te demandons la réalisation de
Ton engagement et Ta promesse".
Tous les musulmans, pendant ce mois béni, doivent apprendre à raffermir leur lien avec Allah
et à se diriger vers Lui, car Il est Celui qui gouverne et Il n'est pas gouverné, et Il est Celui
qui honore Ses serviteurs en descendant au ciel de ce monde pendant le dernier tiers de la nuit,
et Il dit : "Qui me demande pour que Je lui donne ? Qui M'invoque pour que Je l'exauce? Qui Me
demande pardon pour que Je lui pardonne ?".
Mais beaucoup de musulmans, malgré ces occasions, sont dans un état de découragement et
de désespoir à cause du fait que les demandes ne sont pas exaucées rapidement et qu'ils
voient que la situation de la communauté s'aggrave jour après jour, et que des étincelles comme
des châteaux se succèdent [sur elle] ; mais il y a un point que nous devons confirmer : c'est le
fait que certaines choses empêchent l'acceptation des demandes adressées à Allah , et qu'il
faut que la communauté islamique s'en éloigne afin que se réalise ce qu'elle désire.

WWW.TIDJANIYYA.ORG
Et parmi ces choses : abandonner la prescription du bien et l'interdiction du mal, ou les négliger,
ou avoir honte de les mettre en pratique, selon ce que Tirmidhi, Abou Daawoud et Ibn Maajah
ont rapporté, que le Prophète a dit : "Je jure par Celui qui détient mon âme dans Sa main,
que si vous ne prescrivez pas le bien et n'interdisez pas le mal, Allah enverra sur vous un
châtiment provenant de Lui ; puis vous L'invoquerez et Il n'exaucera pas vos demandes".
Et parmi ces choses, serviteurs d'Allah : la nourriture illicite, selon la parole du prophète au
sujet de celui qui lève ses mains [pour demander à Allah ] pendant son voyage, en ayant la
chevelure ébouriffée et étant poussiéreux et qui dit : "O Seigneur ! O Seigneur !", alors que sa
nourriture et sa boisson sont illicites, ses vêtements sont illicites et il a été nourri de choses
illicites : Alors comment les demandes de celui-là peuvent-elles être exaucées ! [Rapporté par
Mouslim.]
Et parmi ces choses aussi : l'empressement pour l'acceptation des demandes [la personne veut
que les demandes soient exaucées très vite], selon la parole du Prophète : « Vos demandes
sont exaucées tant que vous ne vous empressez pas, en disant : "J'ai invoqué et mes
demandes n'ont pas été exaucées". » [Rapporté par Al-Boukhari et Mouslim]
Et il se peut que les demandes ne soient pas exaucées car elles proviennent des lèvres de ceux
qui invoquent sans que le cœur soit uni aux lèvres, comme l'eau et l'air sont unis à l'âme ; car la
langue est le traducteur du cœur et son messager. Donc, l'invocation avec la langue tout en
ayant un cœur distrait et inattentif, a peu d'utilité ou est vaine, et le Messager d'Allah a dit :
"Allah n'accepte pas les demandes provenant d'un cœur inattentif". [Rapporté Al-Haakim et
Tirmidhi].
Les habitants de Basra entrèrent chez Ibrahim ibn Ad'ham et lui dirent : "Pourquoi invoquons-
nous Allah depuis longtemps, et nos demandes ne sont pas exaucées ?".
Il dit alors : "O Habitants de Basra ! Vos cœurs sont morts en ce qui concerne dix choses, alors
comment vos demandes seront-elles exaucées ?
- Vous avez connu Allah et vous ne Lui avez pas donné Ses droits ;
- Vous avez lu le Coran et vous ne l'avez pas mis en pratique ;
- Vous avez prétendu combattre le diable et vous lui avez obéi et vous
l'avez suivi;
- Vous dites que vous êtes la communauté de Mohammed et vous ne
pratiquez pas sa Sounnah ;
- Vous avez prétendu entrer au Paradis et vous n'avez pas travaillé pour
cela ;
- Vous avez prétendu être sauvés de l'Enfer et vous vous y êtes jetés,
- Vous avez dit que la mort est véridique et vous ne vous y êtes pas
préparés ;
- Vous vous êtes préoccupés des défauts des gens et vous avez délaissé
vos propres défauts ;
- Le bienfait d'Allah vous a recouverts et vous ne L'avez pas remercié ;

WWW.TIDJANIYYA.ORG
- Vous avez enterré vos morts et vous n'en avez pas tiré des leçons.
Donc, craignez Allah , ô musulmans ! Dirigez-vous beaucoup plus vers Allah et implorez-Le
avec un cœur sincère et un désir ardent, car Il est Celui qui détient en Sa main la royauté sur
toute chose, et Il protège et n'a pas besoin d'être protégé : {N'est-ce pas Lui qui répond à
l'angoissé quand il L'invoque, et qui enlève le mal, et qui vous fait succéder sur la terre,
génération après génération, Y a-t-il donc une divinité avec Allah ? C'est rare que vous vous
rappeliez !} [Sourate 16 - Verset 62]
Cheikh Su'ud Ash-shoraym

Ô musulmans!
Les nuits et les jours, de même que les mois et les années passent très vite, et ceci est la loi de
la vie : "Toute chose est appelée à périr excepté Son visage. C’est à Lui qu’appartient le
jugement et c’est à Lui que vous serez retournés". Oui, nous devons tirer des leçons de la
succession des années, et il y a un rappel dans le changement des situations.
Mes frères dans la foi !

Le mois de Ramadan est presque terminé, louange à Allah pour ce qu’Il a décidé et nous Le
remercions pour ce qu’Il a donné et pour Ses bienfaits. La page du mois de Ramadan se plie et
son marché rempli de bienfaits et de bonnes actions se termine, et certains sont gagnants et
d’autres perdants. Donc, profitez des jours qui restent (Qu’Allah vous fasse miséricorde !) en
vous empressant d’accomplir les bonnes actions.
Serviteurs d’Allah !
Ce mois va s’en aller avec vos actions et sera un témoin pour vous ou contre vous : va-t-il s’en
aller en louant pour les bonnes actions ou en blâmant pour la négligence ? Par conséquent, que
celui qui y a accompli de bonnes actions, continue ainsi ; et que
celui qui a été négligent, termine le mois avec de bonnes œuvres
car les actions n’ont de valeur que selon la façon dont elles sont
achevées.
Mes frères !
Les lois islamiques contiennent des secrets qui ne finissent pas,
et des buts élevés ; et parmi les buts du jeûne, le fait qu’il soit le
plus grand moyen pour la construction de la piété dans le cœur
du musulman de la façon la plus parfaite.
Alors, allons-nous faire du mois de Ramadan une école dans
laquelle nous apprenons la détermination et la volonté
d’accomplir les bonnes actions, pour avoir de bons
comportements, pour la purification des âmes, pour maîtriser les

WWW.TIDJANIYYA.ORG
envies, pour corriger nos apparences et les choses cachées (à l’intérieur de nous-mêmes), pour
la pureté des actions, pour nous accrocher aux bonnes choses et aux actes méritoires, et pour
rechercher la bienfaisance et les bonnes qualités ?-
Ainsi, le musulman achève le mois de Ramadan avec une page brillante et blanche dans sa vie
remplie d’actes méritoires, de bonnes actions et de bonnes qualités, ayant fait que le jeûne soit
pour lui une protection sûre contre les péchés ; son âme s’est alors purifiée, son cœur s’est
attendri, il a atteint la piété et obtenu de bonnes qualités.
Mes frères en Islam !
La venue du mois de Ramadan et sa fin sont des occasions pour la réflexion et la méditation, la
communauté se rendra peut-être ainsi compte de sa situation, fera des efforts pour l’améliorer,
renforcera ce qui était faible et corrigera ses erreurs ; le mois de Ramadan est une très bonne
période si les gens en tirent des leçons et réfléchissent en étant sincères dans leurs intentions et
leurs buts, et suivent une orientation juste et une bonne organisation.
Ô musulmans!
La communauté a besoin de réfléchir à propos de sa situation, lorsqu’elle en a l’occasion
comme pendant le mois de Ramadan, surtout à cause des difficultés et des crises dans
lesquelles elle se trouve, pour qu’elle renouvelle son intention de combattre le diable et de
suivre le droit chemin, et pour qu’ensuite elle puisse lutter contre l’oppression et la corruption.
Mes frères en Islam !
Le mois de Ramadan est une école pour la communauté islamique et elle ne doit sortir de cette
école qu’après avoir améliorer sa situation et corriger les erreurs dans toutes ses affaires,
religieuses et mondaines. Donc, les gens de la communauté, dirigeants et citoyens, doivent
profiter de ce mois pour changer leur vie et passer de la séparation et la discorde au
rassemblement et l’entente.
Ils doivent prendre la décision ferme de suivre le vrai chemin dans tous les domaines à la
lumière du Livre de leur Seigneur et de la Sounnah de leur Prophète ; la communauté ne doit
pas passer ce mois sans comprendre ses sagesses, sans profiter de ses dons, de ses bienfaits,
de ses mérites et de ses effets bénéfiques, pour que le véritable Islam puisse apparaître dans
sa vie.
Communauté islamique !
Le mois de Ramadan nous rappelle la grande
générosité du Prophète : « Le Messager
d’Allah était le plus généreux des hommes, et
il était encore plus généreux pendant le mois de
Ramadan… » ; allons-nous alors faire que notre
vie soit sincèrement comme sa vie dans
toutes nos affaires, car sa vie est le soleil
éclatant, le flambeau lumineux et la lumière
resplendissante qui font disparaître les ténèbres
de toutes les perversions et déviations, et de tous
les troubles.

WWW.TIDJANIYYA.ORG
La communauté n’a jamais eu autant besoin de connaître la vie du Prophète qu’à notre
époque où les difficultés et les tentations se sont abattues sur elle, les passions et les opinions
sont suivies, et à une époque où la communauté fait face à différentes sortes de défis et
complots ; donc, il faut que l’amour du Messager soit dans nos cœurs, que nos yeux, nos
actions et nos pensées le suivent durant tous les moments de notre vie. Nous devons prendre
de sa vie ce qui augmente notre foi, purifie notre vie, élève nos qualités, et nous fait suivre la
bonne direction d’une façon sincère et non simplement en apparence.
Je cherche refuge auprès d’Allah contre satan le maudit : "Vous avez effectivement dans le
Messager d’Allah un bon exemple à suivre pour celui qui espère rencontrer Allah et voir le jour
ultime et qui a beaucoup évoqué Allah (par la pensée et par la parole)".
Ô musulmans!
La Zakât Al-Fitr (l’aumône de la rupture du jeûne) vous a été prescrite, elle est une purification
pour les paroles inutiles et les propos obscènes, ainsi qu’une nourriture pour les pauvres, dans
le recueil de hadiths authentiques d’Al-Boukhari selon le hadith
d’Ibn Omar qui a dit : « Le Messager d’Allah a
prescrit l’aumône de la rupture du jeûne : un boisseau
(mesure des grains) de datte ou un boisseau d’orge, pour
l’esclave, celui qui est libre, l’homme, la femme, le petit et le
grand parmi les musulmans ; et il a ordonné qu’elle soit
donnée avant la sortie des gens vers la mosquée ».
Donc, le musulman doit donner cette aumône pour lui et tous
ceux dont il est responsable comme l’épouse, les enfants et les
parents, et il est préférable de donner cette aumône pour la femme qui est enceinte aussi ; et
elle doit être un boisseau de blé ou d’orge ou de fromage ou de datte ou de raisin ; il est permis
de donner ce que les gens du pays mangent comme le riz et autres. Al-Boukhari a rapporté
selon le hadith d’Abou Saïd Al-Khoudri qui a dit : «Nous donnions, à l’époque du
Messager d’Allah , le jour de la fête de la rupture du jeûne, un boisseau de nourriture… ».
Et il n’est pas permis de donner de l’argent au lieu de la nourriture car c’est le contraire de ce qui
a été rapporté, et tout acte qui n’est pas accompli comme le Messager l’a prescrit, sera
rejeté. Donner cette aumône entre la prière de l’aube et la prière de la fête de la rupture du
jeûne est meilleure, mais il est permis de donner l’aumône de la rupture du jeûne un jour ou
deux avant la fête. De même que cette aumône doit être donnée à l’endroit où se trouve le
jeûneur, et il lui est permis également de confier cette responsabilité à quelqu’un dans son pays
s’il est en voyage.
Mes frères dans la foi !
Parmi les bonnes manières de terminer ce mois, le fait de proclamer beaucoup la grandeur
d’Allah Le Haut et Le Grand :

WWW.TIDJANIYYA.ORG
{Afin que vous accomplissiez la totalité des jours convenus et que vous proclamiez la grandeur
d'Allah pour vous avoir bien guidés et peut-être remercierez-vous} [Sourate 2 - Verset 185]
Les savants ont dit : « C’est une Sounnah de proclamer la grandeur d’Allah la veille de la fête de
la rupture du jeûne seul et en public ; les hommes proclament à voix haute et les femmes à voix
basse ; le musulman proclame la grandeur d'Allah jusqu’à la fin de la prière de la fête de la
rupture du jeûne comme il est rapporté du Prophète ; et la plupart des compagnons (  ‫رضي‬
‫ )عـنھـ ْم‬ont rapporté que la proclamation de la grandeur d’Allah se fait ainsi : "Allah est le plus
Grand, Allah est le plus Grand, il n’y a pas d’autre divinité qu’Allah , Allah est le plus grand, Allah
est le plus Grand, la louange appartient à Allah ". [Allah ou Akbar - Allah ou Akbar - La ilaha il
Allah - Allah ou Akbar - Allah ou Akbar - Wa Lillah el Hamde]
Et Ibn Abbass disait : « Allah est le plus Grand, Allah est le plus Grand, la louange
appartient à Allah , Allah est le plus Grand et le plus Majestueux, Allah est le plus Grand pour ce
vers quoi il nous a guidés » [Rapporté par Al-Baïhaqui]
Et Salmane Al-khaïr a dit : « Proclamez la grandeur d’Allah : Allah est le plus Grand,
Allah est le plus Grand, Allah est le plus Grand et encore plus Grand ».
Cheikh Housseyn Ali Ach-Cheikh

PARTIE DE LA CONFERENCE DU FRERE ABU ABDILLAH ADIL :

1- La valeur et les vertus du jeûne du mois de ramadhan en islam :

Dans le Coran, Allâh parle du jeûne comme Il parle des autres adorations, la prière, la
Zakât….. Ce sont en quelque sorte des stations dans lesquelles le musulman doit s’arrêter pour
se purifier de ses péchés pour rencontrer Allâh comme sa mère l’a mis au monde, sans
aucun péché.

Donc Allâh en parlant du jeûne en général a cité des caractéristiques très importantes pour
le musulman et on va voir, in sha’a Allâh, parmi les dix caractéristiques citées dans un Verset de
la sourate « al-ahzab », Il a réservé une place pour les jeûneurs.

WWW.TIDJANIYYA.ORG
« Les Musulmans et les Musulmanes, les croyants et les croyantes, les obéissants et les
obéissantes, les loyaux et les loyales, les endurants et les endurantes, les craignants et les
craignantes, les donneurs et les donneuses d'aumônes, les jeûneurs et les jeûneuses,
les gardiens et les gardiennes de leur chasteté, les invocateurs [souvent] et les invocatrices de
Dieu : Dieu a préparé pour eux un pardon et une énorme récompense.» [Sourate 33 – Verset
35]

Donc Allâh a accordé une grande place à ceux qui pratiquent le jeûne et dans la sourate
«al-baqarah », Il nous recommande de jeûner.
« …mais il est mieux pour vous de jeûner; si vous saviez ! » [Sourate 2 - Verset 184]
Le Prophète , dans plusieurs hadiths, précise la valeur du jeûne.
Le premier point est que le jeûne est pour le musulman une protection contre «ash-shahawat»,
les passions, les désirs de ce bas monde. Chacun a parfois des tentations, tentations de
shaytan, de sa propre âme, « an-nafs » et le jeûne permet de s’en protéger.
Alors on se rappelle le texte du Prophète qui dit que le Paradis est entouré de choses
détestables pour l’homme et que l’Enfer est entouré de « shahawat », de plaisirs.
Shaytan essaye tous les moyens pour nous égarer du chemin du paradis et surtout à notre
époque où il existe beaucoup de moyens pour égarer les gens de la voie de l’Islam.
Alors le Prophète s’adresse à nous et surtout aux jeunes et dit : « Ô vous les jeunes, que
celui qui est capable de se marier, qu’il se marie, et s’il ne le peut pas, alors qu’il jeûne. »
Hélas, certains jeunes cherchent d’autres moyens pour répondre à leurs désirs, leurs passions
et adoptent des moyens illicites, alors que c’est dans l’adoration d’Allâh que l’on peut trouver
refuge contre les « shahawat. »
Dans un autre hadith, le Prophète dit : « Le jeûne est un bouclier contre le Feu de L’enfer. »

Aussi, il dit : « Celui qui jeûne une journée pour se rapprocher d’Allâh , Allâh , le jour de la
résurrection, mettra entre lui et l’enfer un fossé de la distance qui sépare les cieux et la terre»
Un compagnon, Abu oumama vînt voir le Prophète et lui demanda : «Ô
Prophète! Indique moi une œuvre qui me permet de gagner le paradis » Le Prophète lui dit :
Accomplis le jeûne car il n’a pas d’équivalent »

Ceux qui font le jeûne seront récompensés par Allâh par une récompense qu’Allâh est
Seul à connaître.

Allâh dit (dans un hadith qudsi) : « Toutes les œuvres du fils d'Adam voient se multiplier la
valeur de leur salaire. La bonne action est payée par dix à sept cents fois sa valeur. Dieu dit:
«Sauf le jeûne. Il est pour Moi et c'est Moi qui en donne la récompense. Il renonce en effet à
cause de Moi à ses désirs charnels et à son manger. Le jeûneur à deux joies: une fois quand il
rompt son jeûne et une autre quand il rencontre son Seigneur. La mauvaise haleine du jeûneur
a certainement pour Dieu une meilleure odeur que le musc ».

WWW.TIDJANIYYA.ORG
Le Prophète dit également : «…Par Celui qui tient l'âme de Mohammad dans Sa Main, la
mauvaise haleine du jeûneur a certainement pour Dieu une meilleure odeur que le musc. Le
jeûneur connaît deux joies: Quand il rompt son jeûne il se réjouit et, quand il rencontre son
Seigneur, il se réjouit de son jeûne ». [Unanimement Reconnu Authentique]
Le Jour de la Résurrection, le jeûne viendra pour intercéder
auprès d’Allâh et il dira : «Ô mon Seigneur ! J’ai empêché
Ton serviteur de manger et d’avoir des rapports avec sa
femme. Ô mon Seigneur ! Accepte mon intercession auprès
de Toi pour lui pardonner et le faire entrer au Paradis. »
Le Coran fera la même chose pour celui qui le lisait et
Allâh va accepter leur intercession pour faire entrer au
Paradis ce musulman qui jeûnait et lisait le Coran. [Rapporté
par l’Imam Ahmad]
Le Prophète dit dans un hadith de
Hudheifa qu’Omar ibnu khattab a posé la
question suivante à hudheifa : " Ô hudheifa !
Connais-tu le hadith du Prophète dans lequel il parle de la fitnah qui va toucher la nation
musulmane ?" Hudheifa dit : " Ô amir al mou’minine ! Les épreuves qui peuvent
toucher le musulman dans ses biens, sa famille, ses voisins et le faire tomber dans les péchés,
tous ces péchés peuvent être effacés par la prière, le jeûne, l’aumône." Alors Omar ibn al
khattab lui dit : " Non ! Ô Hudheifa ! Ce n’est pas le hadith que je veux. Je parle du
hadith concernant la porte." Hudheifa lui dit : " Ô amir al mou’minine ! Cette porte qui se trouve
entre nous les musulmans et la fitnah, elle va être cassée. » Et Omar ibn al khattab dit
: "Si cette porte est cassée, elle ne se refermera jamais." Lorsqu’Omar ibn al khattab
est parti, Hudheifa a dit aux musulmans qui étaient avec lui: " Cette porte c’est Omar
ibn al khattab"
Le Prophète dit dans un hadith : « Celui qui réunit deux bonnes actions (deux bêtes à
sacrifier, deux unités de prière, deux jours de jeûne volontaire etc...) au service de Dieu,
s'entend appeler à partir des portes du Paradis: "Ô esclave de Dieu! Voilà une bonne chose que
tu viens de faire". Celui qui fait partie des pratiquants fervents de la prière est appelé à partir de
la porte de la prière. Celui qui fait partie des volontaires fervents à la guerre sainte est appelé à
partir de la porte de la guerre sainte. Celui qui fait partie des pratiquants fervents du jeûne est
appelé à partir de la porte dite de " Rayyan " et celui qui fait partie des dispensateurs fervents
d'aumônes est appelé à partir de la porte de l'aumône ». Abou Bakr dit: « Ô Messager
de Dieu ! Que mon père et ma mère te servent de rançon ! Il suffit d'être appelé à partir de
l'une de ces portes pour être sûr du succès (d'entrer au Paradis)? Est-il possible que quelqu'un
soit appelé à partir de toutes ces portes à la fois ? » Il dit : « Oui, et j'ai bon espoir que tu sois
l'un d'eux ». [Unanimement reconnu authentique]
Le Prophète nous montre qu’une porte est réservée aux jeûneurs et qu’une fois que tous les
jeûneurs auront passé cette porte pour entrer au Paradis, alors elle se refermera et personne
d’autre n’aura le droit d’y rentrer.
2- Les mérites du mois de Ramadhan

WWW.TIDJANIYYA.ORG
Allâh dit dans le Coran : " (Ces jours sont) le mois de Ramadân au cours duquel le Coran a
été descendu comme guide pour les gens, et preuves claires de la bonne direction et du
discernement. Donc, quiconque d’entre vous est présent en ce mois, qu’il jeûne! Et quiconque
est malade ou en voyage, alors qu’il jeûne un nombre égal d’autres jours. - Allah veut pour vous
la facilité, Il ne veut pas la difficulté pour vous, afin que vous en complétiez le nombre et que
vous proclamiez la grandeur d’Allah pour vous avoir guidés, et afin que vous soyez
reconnaissants !" [Sourate 2 – Verset 185]
Le Coran, le meilleur Livre, révélé au meilleur des Prophètes durant le meilleur mois et
pendant la meilleure nuit, celle de leilat –ul- qadr.

Le Prophète nous montre qu’à partir du premier jour du mois de Ramadhan Allâh
enchaîne les grands shayatin (diables) ; selon Abou Hureira , le Messager de
Dieu a dit : « Quand arrive le mois de Ramadan, on ouvre les portes du Paradis, on ferme
celles de l'Enfer et des démons sont mis aux fers [URA] »
Le Prophète dit (dans al boukhari) : « Dans le mois de ramadhan il y a une nuit meilleure que
mille mois d’adoration »

Allâh dit dans le coran :


" Nous l’avons certes, fait descendre (le Coran) pendant la nuit d’Al-Qadr.
Et qui te dira ce qu’est la nuit d’Al-Qadr?
La nuit d’Al-Qadr est meilleure que mille mois.
Durant celle-ci descendent les Anges ainsi que l’Esprit, par permission de leur Seigneur pour
tout ordre.
Elle est paix et salut jusqu’à l’apparition de l’aube." [Sourate 97 – Versets 1 à 5]
Le Prophète nous parle du mois de ramadhan comme un moyen pour effacer les péchés.
« Les cinq prières obligatoires, la prière du vendredi au vendredi le jeûne du mois de ramadhan
au mois de ramadhan suivant effacent les petits péchés tant qu’on en n’a pas commis de plus
grands. »

Et pendant le mois de ramadhan, celui qui demande


quelque chose à Allâh au moment de la rupture du
jeûne est exaucé par Allâh comme le précise le hadith
suivant : « Allah , le Très Haut, le Béni, affranchit des gens
dans chaque jour et chaque nuit du Ramadan, et tout
musulman a chaque jour et chaque nuit en prière exaucée
» [Rapporté par al-Bazzaz et déclaré authentique par al-
Albani dans Sahih at-Targhib, 1/491.]

D’après Amr ibn Muna al-Djuhani : « Un homme


issu des Quda’a se présenta au Messager d’Allah et lui
dit : "Ô Messager d’Allah ! Dis-moi, si j’attestais qu’il n’y a de dieu qu’Allah et que Muhammad

WWW.TIDJANIYYA.ORG
est le Messager d’Allah et accomplissais les cinq prières et jeûnais le mois (de Ramadan) et
animais le Ramadan et acquittais la Zakât... ? ". " Quiconque meurt avec cette foi fera partie des
véridiques et martyrs." dit le Prophète ». [Rapporté par ibn hibban]
Durant le mois de ramadhan nous avons aussi le bienfait de faire la prière de tarawih.
Le Prophète avait prié trois nuits la prière de tarawih, puis l’avait arrêtée de crainte qu’elle ne
devienne obligatoire pour les musulmans et c’est Omar ibn al-khattab qui a de
nouveau ordonné de se rassembler pour prier derrière Oubayd .
Pour ceux qui négligent qiyyam (la prière de la nuit), le Prophète monta sur le mimbar
(chaire) et dit : " Amine, Amine, Amine". On lui dit : « Ô Messager d’Allah ! Tu es monté sur le
mimbar et tu as dit : Amine, Amine, Amine ». Il dit alors : " L’ange Gabriel est venu me voir et
m’a dit : quiconque atteint le mois de Ramadan et n’est pas pardonné de ses péchés, qu’Allah
l’éloigne de Lui ! Dis Amine !" Donc, je dis " Amine ". [Rapporté par Ibn Khouzaïma et Ibn
Hibban]
Dans un rêve, le Prophète a vu deux anges avec une apparence d’hommes venir vers lui et
l’emmener au sommet d’une montagne. Il a entendu des voix et demanda aux anges quelles
étaient ces voix. Les deux anges lui répondirent qu’il s’agissait des voix des gens de l’Enfer. Le
Prophète vit alors des musulmans accrochés en enfer (c’est le châtiment de la tombe) avec
du sang qui coulait de leurs lèvres déchirées. Et il resteront dans ce châtiment jusqu’au Jour du
Jugement car ils ont négligé le jeûne du mois de ramadhan en rompant le jeûne avec l’heure du
coucher de soleil. [Rapporté dans sounnan an-nasa’i]
3 - Quelques règles concernant le mois de ramadhan

Il ne faut pas jeûner le jour du doute, le dernier jour de sha’ban, yaoum ul shik.
Ammar Ibn Yassir a dit : « Celui qui jeûne le jour incertain désobéit à Aboul Qassim."
Mais celui qui a l’habitude de jeûner les lundis et jeudis et que ce jour tombe un lundi ou jeudi
alors il peut jeûner ce jour. C’est la même règle pour le jeûne durant la deuxième 15aine de
cha’ban.

Il faut avoir l’intention (an-niyya) avant le fajr du jour de jeûne.


« Celui qui n’a pas nourri la ferme intention de jeûner avant l’aube n’a pas de jeûne » [Rapporté
par at-Tirmidhi]
Et ceci concerne le jeûne obligatoire et pas le jeûne surérogatoire pour lequel il peut avoir
l’intention après le fajr s’il n’arien mangé. (Note : L'intention ne se prononce pas, elle se fait dans
le cœur)
a) Ce qui est autorisé par la loi islamique durant le jeûne du mois de ramadhan :
1) Se trouver après le fajr en état de janaba
« ... le Fajr se levait alors que le Prophète était en état d’impureté majeure (« Janaba ») »
[Extrait du Hadith authentique rapporté par al Boukhari, Mouslim, abou Dawoud et Tirmidhi]

WWW.TIDJANIYYA.ORG
2) Utiliser le siwak durant toute la journée de
ramadhan. Aucun texte ne l’interdit.
3) Faire al-madmada (rinçage de la bouche) et le
rinçage du nez durant les ablutions et en dehors des
ablutions mais à condition de ne pas exagérer pour ne pas
avaler d’eau.
« ... Insiste sur l’aspiration de l’eau (par les narines) lors
des ablutions sauf si tu es en état de jeûne. » [Hadith Sahih
ref. Sounane abi Dawoud.]
4) Embrasser sa femme
Cependant, un jeune vint voir le Prophète et lui demanda
s’il pouvait embrasser sa femme alors qu’il était en état de jeûne et le Prophète lui répondit
que non.
Une autre fois, un vieux vint voir le Prophète et lui posa la même question et le Prophète
lui répondit que oui.
Le Prophète s’est alors retourné vers ses compagnons en leur disant : " Le vieux sait
maîtriser ses désirs."
Il est donc déconseillé au jeune de le faire même si ce n’est pas interdit.
‘Aïcha a dit : « Le Prophète embrassait et touchait ses femmes alors qu’il jeûnait et
il était le plus à même de se retenir. » [Hadith Sahih rapporté par al Boukhari, Mouslim, abou
Dawoud et Tirmidhi]
5) Se faire faire une analyse de sang ou bien des injections
Simplement il ne faut pas que ce soient des injections pour se nourrir.
« Le Prophète a pratiqué une saignée alors qu’il jeûnait.» [Hadith Sahih Rapporté par al
Boukhari et Tirmidhi. ref. Sounane abi Dawoud n° 20 79.]
6) Goûter la nourriture pour ceux qui préparent le repas.
Cependant il ne faut pas l’avaler.
7) Mettre le kohl, des gouttes dans les yeux
8) Se laver dans de l’eau pour se rafraîchir ou autre mais à condition de ne pas avaler l’eau.
« Le Prophète versait de l’eau sur sa tête alors qu’il jeûnait à cause de la soif ou de la
chaleur. » [Hadith authentique. réf. le Sahih Sounane abi Dawoud n°2072]
9) Mettre du parfum.
Fin de la partie d’Abou Abdillâh Adil.

PARTIE DE LA CONFERENCE DU FRERE AHMED


1) La réussite du jeûne

WWW.TIDJANIYYA.ORG
Je voudrais mettre le doigt sur quatre points essentiels :

- L’importance de la parole d’Allâh


- Le sahour : le repas avant l’aube
- Al ‘iftar : le repas de la rupture du jeûne
- Les péchés qu’il faut éviter, surtout ceux de la langue

L’importance de la parole d’Allâh durant ce mois


Comme nous le savons tous, ce mois est le mois du Coran et cela est indiqué dans le Verset de
la sourate al baqarah : « (Ces jours sont) le mois de Ramadân au cours duquel le Coran a été
descendu comme guide pour les gens, et preuves claires de la bonne direction et du
discernement.… » [Sourate 2 – Verset 185]
Et comme Il le mentionne dans d’autres Versets : « Nous l’avons fait descendre en une nuit
bénie, Nous sommes en vérité Celui qui avertit … » [Sourate 44 –
Verset 3]
Cette nuit est la nuit de la destinée, leilat ul qadr et elle se situe durant
le mois de ramadhan.
Chaque année le Prophète révisait entièrement le Coran avec
Jibril (‫ ) َعـلـَـيْه السَّال ُم‬et la dernière année de la vie sur terre du
Prophète Jibril (Gabriel) (‫ ) َعـلـَـيْه السَّال ُم‬le lui a fait réviser à deux
reprises.
Il y a aussi beaucoup de récits se rapportant à la lecture du coran chez
les « salaf as-salih ». Certains grands savants comme l’imam Malik abandonnaient les
cours pour s’adonner à la lecture du coran. Al boukhari faisait de même tout comme ash-
shafé’i… (َُّ ‫) َرحـمـھـم‬. Ces gens-là connaissaient l’importance de ce mois-là et
également l’importance de la lecture du Coran pendant ce mois-là.
Nous allons voir quelques hadiths concernant l’importance de la lecture du Coran.
Le Prophète a dit : « Le meilleur d’entre vous est celui qui apprend le Coran puis l’enseigne
» [Rapporté par al boukhari]
En rappelant ce hadith, je voudrais ouvrir une parenthèse assez importante : les savants
évoquent deux points concernant la lecture du coran. Ils disent que la lecture du Coran se divise
en deux :

• La première lecture est une lecture dans la pratique : le fait que tu croies qu’Allâh a
révélé le coran, le fait que tu te soumettes à Ses lois en pratiquant les obligations et en évitant
les interdits.
• La deuxième sorte de lecture et c’est celle dont nous allons parler maintenant.
Je cite un deuxième hadith rapporté par Aisha qui dit que le Prophète a dit :
« Celui qui récite le Coran avec habileté sera avec les (anges) purs et nobles. Et celui qui récite
le Coran avec des difficultés et de la peine, aura deux récompenses » : [Rapporté par AI-

WWW.TIDJANIYYA.ORG
Bukhàri et Muslim] : la première récompense est celle de la lecture et la deuxième récompense
pour la difficulté qu’il a à lire le coran.
Il y a des hadith qui sont encore plus encourageants comme celui de abdAllâh ibn
mas’oud dans sunnan at-tirmidhy.
Le Messager d'Allah a dit :
« Celui qui lit une seule lettre du Coran s’inscrit une bonne action et la bonne action a dix fois
son salaire. Je ne dis pas que “ Alif,
Lam, Mim ” (lettres énigmatiques se
trouvant au début de certains chapitres
du Coran) est une lettre, mais Alif est
une lettre, Lam est une lettre et Mim
est une lettre » [Rapporté par At
Tirmidi]
Ça c’est la valeur du Coran et c’est
pour cela que je vous invite à le lire et
aussi profiter de cette période pour
l’apprendre par cœur.
Abdullah ben Amr ben Al-
As a dit : « Le
Prophète Mohamed a dit : " On dira,
le Jour de la Résurrection, à celui qui
récitait le Coran : "Récite et monte
comme tu récitais en psalmodiant dans le bas monde, car ta place sera là où tu réciteras le
dernier verset que tu connaisses"."[Rapporté par Abou Daoud et Al-Tirmidhi]
Bien évidemment connaître le coran c’est bien mais il faut aussi le mettre en pratique car le
connaître sans le mettre en pratique serait une preuve contre toi le Jour du Jugement.
Donc engagez-vous à étudier une partie du coran durant ce mois.
Je fais souvent le reproche à certains frères qui lisent des livres qui ne peuvent être que
bénéfiques, assistent à des cours qui ne peuvent être que bénéfiques mais qui, aussi, passent
des heures à discuter avec des gens. Et ça il faut s’en éloigner.

Je demande aux frères et aux sœurs de profiter de ce temps pour lire la parole d’Allâh ,
l’apprendre et la pratiquer car elle est la base de tout.
Il faut se fixer deux objectifs :
• Le 1er objectif c’est un objectif à long terme. Par exemple au début du mois de ramadhan
je me fixe de réciter deux hizb à la fin du mois, bi idhnillâh.
• Le 2ème objectif est à court terme et c’est de se dire par exemple que chaque jour
j’étudie une page ou alors une demi page et à la fin de la journée je dois la connaître.
L’étude doit se faire le matin au moment d’al-fajr et, al hamdulillâh, le mois de ramadhan, après
le fajr, les gens sont en forme. Et la révision se fait le soir avant d’aller dormir.

WWW.TIDJANIYYA.ORG
Il ne faut jamais étudier par cœur le soir avant d’aller dormir car ce n’est pas une étude qui
restera ancrée dans votre mémoire. Il faut apprendre toujours sur le même coran: je prends cinq
lignes et je commence par une période" d’échauffement ", d’entraînement, qui peut durer 10
minutes à ¼ d’heure ; c’est relatif.
Pendant ces quelques minutes, je lis en regardant dans le coran et en essayant de prononcer
correctement.
Une fois que j’arrive à lire en prononçant correctement je mets de préférence une cassette d’un
cheikh qui lit très bien, très clairement, et j’écoute les cinq versets dans la cassette pour voir si je
prononce bien. Et après ça je suis prêt pour la mémorisation.
Je lis alors plusieurs fois les cinq versets, pas
dix fois, ni vingt fois ; ce n’est pas suffisant. Il
faut répéter quarante, cinquante fois - plus
même - pour que ça reste dans la tête.
Après cela je ferme le coran et je regarde est-
ce que vraiment je connais les cinq versets
et si je les connais alors je peux passer aux
cinq versets suivants avec la même
technique.
Pendant la journée, les prières
surérogatoires, je dois les faire en lisant les
versets que j’ai appris le matin ; tout au long
de la journée, je répète les versets que j’ai
appris, dans le bus, le train, dans la rue ; dès
que j’ai le temps, je lis les versets.
Et juste avant de dormir, une dernière fois
j’écoute les dix versets appris sur la cassette pour que la dernière chose que j’entende soit ces
versets.
Le lendemain, au réveil, bi idhnillâh, ils seront mémorisés pour toujours à condition d’en prendre
soin car le coran s’oublie facilement si on ne l’entretient pas.
Donc ceci est un appel à tous les frères d’écraser shaytan et d’essayer de prendre des
résolutions pour pouvoir apprendre une partie du coran ou pourquoi pas tout le coran.

Allâh nous dit que sa mémorisation nous a été facilitée, ainsi que sa compréhension. A qui
le veut.
As-sahour
C’est le repas que l’on prend le matin avant l’aube. Il y a un hadith du Prophète qui est
rapporté par Anas dans al bouklhari et Muslim qui dit : « Prenez le repas de l’aube car
il est béni. » [Rapporté par al-Boukhari et Muslim]
Pourquoi y a-t-il une bénédiction ?
- Premièrement, c’est la sounnah du Prophète .

WWW.TIDJANIYYA.ORG
- Deuxièmement, c’est une différence entre nous et les gens du Livre : « La différence qu’il y a
entre notre jeûne et le jeûne des gens du Livre est le repas du Souhour - avant la prière du
matin - Prenez le Souhour, même avec une gorgée d’eau »
Cela a une importance car à différentes reprises, le Prophète nous ordonne de nous
différencier des Gens du Livre et des non musulmans en général dans toute chose.
Les gens du Livre prenaient le sahour très tôt. Nous concernant il
est préférable de le prendre le plus tard possible avant la prière de
sobh à tel point que le Prophète nous a dit que si l’on entend
l’appel à la prière alors que l’on a dans les mains un ustensile avec
du boire ou du manger, il ne faut pas le lâcher mais continuer de
boire ou manger.
Cependant bien sûr il ne faut pas exagérer et continuer à manger
ou boire pendant ½ heure !
Et à ce sujet est venue cette innovation qui s’appelle « al-imsak
» qui consiste à s’arrêter de manger et boire ¼ d’heure, 20 minutes ou ½ heure avant l’heure de
la prière par précaution. Soubhan Allâh ! Le bien se trouve dans le fait de suivre le
Prophète et en inventant une loi, soi-disant parce que l’on a peur pour les gens qu’ils
mangent la journée de ramadhan là on va à l’encontre du Prophète . Les hadith sont là et ils
sont clairs, il faut retarder le plus possible as-sahour.

Al-iftar
Là, c’est le contraire. Le Prophète dit :
« Les gens ne cesseront d’être dans le bien tant qu’ils se hâteront de rompre le jeûne. »
[Rapporté par al-Boukhari et Muslim]
Et là, attention ! Seconde (bida’) innovation religieuse : il faut attendre de voir les étoiles ! Ou
qu’il fasse noir chez certaines tendances égarées pour rompre le jeûne ! Et pourquoi !!?
Toujours par précaution ! (à ne surtout pas faire). Et ce malgré les hadith du Prophète .
Dans un autre hadith d’ibn habban le Prophète dit :
« La religion ne cessera d’être apparente tant que les
gens se précipitent pour la rupture du jeûne »
De préférence il faut essayer de rompre le jeûne avec
des dattes ou, à défaut, de l’eau et il est prouvé que le
Prophète faisait sa prière après avoir rompu le
jeûne.
Les péchés à éviter
Il faut essayer d’être sincère dans cette adoration
qu’est le jeûne. Il faut vouer ce culte exclusivement à
Allâh C’est Lui qui connaît la valeur du jeûne et
c’est Lui qui en connaît la récompense. Car, ici il n’y a pas de place pour l’ostentation : tu es

WWW.TIDJANIYYA.ORG
entre quatre murs, tu es seul, tu peux manger, il n’y a rien qui te retient si ce n’est la crainte
d’Allâh . On écrase les passions, on écrase les envies, on écrase shaytan. Et c’est pour cela
qu’Allâh dit dans le Coran : « … ainsi atteindrez-vous la piété » [Sourate 2 - Verset 183]
Et pour cela il faut "al-ikhlas", la sincérité, et aussi suivre le Prophète dans ses pratiques et
enseignements.

Il faut aussi essayer de se concurrencer dans l’obéissance à Allâh et les adorations.


Il dit dans le coran : « Et concourez au pardon de votre Seigneur, et à un Jardin (paradis) large
comme les cieux et la terre, préparé pour les pieux » [Sourate 3 – Verset 133]
Il faut donc multiplier les bonnes œuvres, que ce soit la lecture du Coran, le dhikr, aider un frère
ou une sœur dans le besoin, rendre visite à la famille, etc. Et essayer de s’éloigner le plus
possibles des péchés, des mauvaises actions, tout ce qui peut souiller votre jeûne. Et il est
souvent souillé. Shaytan ne vous lâche pas, ne serait-ce que d’une seule semelle. Il va essayer
d’entacher votre jeûne et peut-être même de le réduire à néant.
Alors évitez les « muharramat » (les actions illicites, les péchés) et surtout celles qui sont faciles
à commettre. Et je pense là aux péchés de la langue, très faciles…il suffit de délier un peu la
langue et ça y est…tu as tout détruit. Il y a le mensonge, dire ce qui n’est pas vrai, et parmi le
pire des mensonge il y a le mensonge par rapport à Allâh et Son Prophète . Dire des
choses qui, soi-disant, font partie de l’islam et qui, en fait, n’en font pas partie.
Rendre licite ce qui est interdit et interdire ce qui est licite. Et nous avons souvent à faire avec
des gens comme ça qui donnent des fatwas à la carte. Un des dangers auquel s’exposent ces
gens-là est le suivant : Dans un hadith mutawathir (il n’y a aucun doute sur son authenticité), le
Prophète dit : « Quiconque ment délibérément sur mon compte doit se préparer pour occuper
son siège en enfer ». [Rapporté par Boukhari et Mouslim].
Le deuxième péché facile c’est "al-ghayba", la médisance qui est le fait d’évoquer ton frère en
disant de lui des choses qu’il déteste. Allâh nous dit dans le Coran : « Ô vous qui avez cru !
Evitez de trop conjecturer [sur autrui] car une partie des conjectures est péché. Et
n’espionnez pas; et ne médisez pas les uns des autres. L’un de vous aimerait-il manger la chair
de son frère mort ? (Non !) Vous en aurez horreur. Et craignez Allah . Car Allah est Grand
Accueillant au repentir, Très
Miséricordieux. [Sourate 12 –
Verset 49]
Celui qui médit est quelqu’un qui
sème la destruction chez les
gens, qui cherche à les détruire,
à briser l’honneur de quelqu’un.
Et cette personne c’est en
général quelqu’un qui est lâche,
faible et traître car il n’a pas la
force de parler à son interlocuteur en face et il a recours à une arme : les coups de poignard
dans le dos.

WWW.TIDJANIYYA.ORG
Il y a aussi « an-namima », c’est la sœur de la médisance : semer la zizanie. C’est le fait
d’évoquer des choses sur les gens pour essayer de semer la discorde entre eux, de briser les
amitiés et les liens qu’il y a entre les gens. C’est pire que la médisance. Le premier est un lâche
et un traître et le deuxième est un shaytan. Il va partout et son but est de tout détruire sur son
passage : les amitiés, les relations familiales, etc. Le Prophète a dit que celui-là n’entrera pas
au Paradis.
Donc je vous demande - ainsi qu’à moi-même - de surveiller ce petit bout de chair qui est si
facile à bouger (la langue). Surtout, pour la médisance, ce n’est pas que parler sur son frère,
parfois c’est juste un geste, un clin d’œil…
Surveillez cette langue car elle est la cause de l’entrée en Enfer de beaucoup d’individus, peut-
être même de la majorité des individus.
Egalement, il faut faire attention au regard. Il faut baisser son regard et le protéger de ce
qu’Allâh nous a interdit de regarder. Je pense là surtout à la rue. Il dit dans le Coran :
« Dis aux croyants de baisser leurs regards et de garder leur chasteté. C’est plus pur pour eux.
Allah est, certes, Parfaitement Connaisseur de ce qu’ils font. Et dis aux croyantes de baisser
leurs regards,… » [Sourate 24 – Versets 30/31]
Et je ne pense pas seulement à la rue, je pense aussi à ce que certains ont
qualifié de taghout, ce shaytan qui est dans la majorité des maisons
Il faut aussi éviter l’excès et le gaspillage car le gaspillage est illicite :
« Mangez et buvez mais ne gaspillez pas. » [Sourate 7 - Verset 31]
Il y a des degrés : par exemple si vous mangez au point d’avoir mal au ventre
et aux intestins et que vous n’arrivez pas à prier alors, à ce moment- là, le
degré de l’interdit est beaucoup plus élevé ; certains ulamas ont dit que c’est makrouh. Si cette
nourriture que tu as ingurgitée t’empêche de faire une adoration, un fard (une obligation) eh
bien, ça peut aller très loin dans les conséquences.
Fin de la partie du frère Ahmed.

PARTIE DE LA CONFERENCE DU FRERE DAOUD


Après le mois de ramadhan :
Donc, les frères ont parlé des mérites avant et pendant ce mois et quels sont les comportements
à respecter ; et donc, la troisième partie est l’après ramadhan.
Alors, premièrement, ici il y a un malaise qui touche la communauté et ce malaise est flagrant
non seulement en dehors du mois de ramadhan mais il apparaît avec encore plus de clarté
pendant ce mois béni. Quel est ce malaise ?
C’est le fait que notre communauté est une communauté qui n’arrive plus à saisir les
priorités. On ne saisit pas les priorités dans l’apprentissage de la religion, on ne saisit pas les
priorités dans la pratique, on ne saisit pas les priorités pour la communauté, on a cette maladie
qui fait que l’on ne saisit pas quelles sont les priorités du musulman.
On voit, par exemple, des jeunes - et c’est bien ; ça montre que, hamdullâh, ils ont encore cette
fitrah en eux - adorer Allâh et on les voit questionner sur des choses, je dirais minimes,

WWW.TIDJANIYYA.ORG
concernant le jeûne par exemple : « Si je respire dans la rue et qu’il y a une poussière est-ce
que je romps le jeûne ou pas ? Si je fais les ablutions et qu’il y a une goutte de sang qui a coulé
sur ma lèvre est-ce que le jeûne est rompu ou pas ? »…
Mais à côté de ça, pendant le mois de ramadhan ils dorment
jusqu’à 14h00 ; quand ils se lèvent c’est pour se mettre devant la
télévision, écouter de la musique ou autre et en dehors du mois de
ramadhan c’est ::pas de prière, les grands péchés, et là ils ne
demandent pas aux savants comment se défaire de ces péchés.
Il y a un malaise…Attention ce n’est pas mauvais qu'ils posent ces
questions ; ça montre qu’il y a une bonne intention dans le fait de
poser ces question mais la priorité, mon frère, c’est d’abord
d’essayer de te défaire de ces grands péchés et de prendre le mois de ramadhan comme une
occasion, un tremplin pour enlever tes péchés et te purifier.
Ça c’est le premier malaise qui apparaît.
Deuxièmement, on voit un malaise dans les adorations : pendant le mois de ramadhan les
mosquées sont pleines à craquer.
La prière en
commun est
obligatoire, or,
même durant le mois
de ramadhan on ne
voit pas
beaucoup de
monde qui y
assiste ; mais par
contre, à la prière
de tarawih, là, il n’y a
plus de place Alors
ici on demande où
est la priorité
? Qu’est-ce qui est le
plus important ? Est-
ce que c’est la prière
obligatoire en
commun ou bien est-ce que c’est tarawih qui n’est pas obligatoire même si c’est un mérite
immense.
C’est la même chose pour leilat-ul-qadr (la nuit de la destinée).
Tout cela est un signe de bien et montre qu’il y a encore de la vie dans la communauté, qu’il y a
encore un lien avec la religion mais il faut quand même leur faire remarquer cela, il ne faut pas
trouver cela normal et avoir comme on dit les « adorateurs de ramadhan » qui ne pratiquent que
durant le mois de ramadhan et pas en dehors de ce mois.

D'après Abu Hureïrah , le Prophète a dit : " Allâh dit dans un hadith qudsî :

WWW.TIDJANIYYA.ORG
« Quiconque montre de l'inimitié à un de Mes dévoués serviteurs, Je lui déclare la guerre. Mon
serviteur ne s'approche de Moi que par ce que J'aime le plus, par les devoirs religieux que Je lui
ai enjoints, et Mon serviteur ne cesse de se rapprocher par des œuvres surérogatoires jusqu'à
ce que Je l'aime. Quand Je l'aime, Je suis l'oreille par laquelle il entend, l'œil par lequel il voit, la
main par laquelle il frappe et le pied avec lequel il marche. Qu'il Me demande [quelque chose],
et Je lui donnerai sûrement, et qu'il Me demande refuge, Je le lui accorderai sûrement. Aucune
chose ne Me fait hésiter plus que [de prendre] l'âme de Mon fidèle serviteur : il déteste la mort et
Je déteste le blesser.»[Rapporté par al-Bukhari]
Nous, on fait les surérogatoires, tout d’un coup, pendant un mois et puis on laisse tout tomber,
même les obligations…

Allâh dit également : « Et adore ton Seigneur jusqu’à ce que te vienne la certitude. (La mort)
» [Sourate 15 – Verset 99]
L’adoration du musulman n’est pas liée à un temps, à un endroit ou à un groupe. Par rapport à
l’endroit le Prophète dit : « Crains Allâh où que tu sois »
Par rapport au temps, nous, on comprend le Verset comme : « Adore ton Seigneur jusqu’à ce
que te vienne shawwal » ! Après c’est fini. Range ta combinaison de prière et c’est bon !!!

Allâh dit : « Dis: « En vérité, ma Salât, mes actes de dévotion, ma vie et ma mort
appartiennent à Allah , Seigneur de l’Univers. A Lui nul associé ! Et voilà ce qu’il m’a été
ordonné, et je suis le premier à me soumettre.» [Sourate 6 – Verset 162/163]

WWW.TIDJANIYYA.ORG
Est-ce que c’est juste Ramadhan qui est pour Allâh et le reste non ? Non ! Notre vie et notre
mort sont pour Allâh . Ramadhan est un tremplin, une école annuelle où on recharge les
batterie et où l’on s’améliore pour rester sur cette lancée ; c’est grimper et rester à ce niveau
atteint et on grimpe encore un peu le ramadhan suivant et ainsi de suite, in sha’a Allâh .
La première question que l’on doit se poser et ça, malheureusement, c’est quelque chose que
l’on a tout à fait négligé: Est-ce que notre jeûne a été accepté par Allâh ? Les salafu
َّ
salih, (ُ ‫ َرحـمـھـم‬, la première chose qu’ils faisaient après le mois de Ramadhan, c’était de
regarder leur jeûne et de se demander s’il allait être accepté par Allâh . Nous, avec toutes
nos adorations, que ce soit la prière ou le jeûne, à partir du moment où on s’en est acquitté on
pense que c’est bon. Les salafs eux ne s’arrêtaient pas là. On rapporte d’eux que pendant six
mois, ils invoquaient Allâh pour qu’Il accepte leur jeûne.

Allâh dit :
« Et ceux qui donnent ce qu’ils donnent, tandis que leurs cœurs sont pleins de crainte (à la
pensée) qu’ils doivent retourner à leur Seigneur. » [Sourate 23 - Verset 60]
Dans un hadith authentique, Aisha dit : « J’ai interrogé le Messager d’Allah sur ce
verset : " Et ceux qui donnent ce qu’ils donnent, tandis que leurs cœurs sont pleins de crainte (à
la pensée) qu’ils doivent retourner à leur Seigneur " ; je dis : "Sont-ils ceux qui boivent l’alcool et

WWW.TIDJANIYYA.ORG
volent ? "; il dit : " Non, Ô fille du véridique ! Mais ce sont ceux qui jeûnent, prient et donnent
l’aumône, alors qu’ils ont peur que leurs actions ne soient pas acceptées: ceux-là se précipitent
vers les bonnes actions et sont les premiers à les accomplir " » [Rapporté par At-Tirmidhi]
Donc, vous voyez dans ce Verset, non seulement ils craignaient, mais en plus ils se précipitaient
pour faire encore d’autres bonnes actions.
Un autre point : pour que l’action soit acceptée, il faut, comme l’a dit le frère Ahmed, "al ikhlas",
c'est-à-dire le fait que cette action soit faite uniquement pour Allâh et qu’elle soit en
conformité avec la législation islamique.
Mais beaucoup de musulmans font le jeûne comme si c’était une action culturelle : je suis turc
ou marocain ou autre, je jeûne, on se réunit le soir en famille, on mange la « harira », les
«chébakia », on va à la mosquée, c’est gai, on est réuni, on est ensemble…C’est devenu un peu
comme une culture mais qu’est-ce qu’il dit le Prophète ? « Qui jeûne le mois de Ramadan
avec foi en comptant sur la récompense divine, ses péchés lui seront pardonnés » [Rapporté
par Boukhari et Mouslim]
Il faut être convaincu que c’est une obligation ; il ne faut pas faire ça juste parce que la famille le
fait ou autre.
Un autre point important c’est que, dès maintenant, avant qu’il n’arrive, il faut se préparer à
jeûner. Dès maintenant, il faut mettre un programme sur pied, à long terme par rapport à
l’adoration.
Ajouter des nawafil (prières), aller à la mosquée pour la prière en commun, aider ma
communauté, les actions du cœur…et continuer après. Parce que, sinon, on sort perdant du
mois de Ramadhan.
Les savants ont cité des signes qui font que l’on peut percevoir que le jeûne a été accepté et
qu’il nous a été profitable : déjà si l’on en sort meilleur et que l’on continue dans ses bonnes
actions.
Pendant le mois de Ramadhan, chaque jour, il faut se remettre en question, s’interroger soi-
même sur ses actions, c’est "al-muhasabat ul-nafs", se demander des comptes à soi-même
pour s’améliorer.
Ensuite - et on va terminer avec ça - une comparaison dans certaines actions, pour apprécier
notre situation pendant le mois de ramadhan et après, et on va voir que, malheureusement,
c’est bien triste. Et pour bien faire, beaucoup d’entre nous - bien que l’on ne souhaite pas la
mort - souhaiteraient presque mourir dans cette situation, tels que l’on est durant ce mois, parce
qu’après, souvent, c’est la régression totale.
Par exemple, au niveau des cours à la mosquée : pendant l’année, les responsables des
mosquées ne demandent rien aux chouyoukh ; mais pour le Ramadhan, là, il faut les appeler
pratiquement pour faire un cours après chaque prière…La recherche de la science est une
obligation pour tout musulman que ce soit pendant le mois de ramadhan ou après. Pareil pour
les gens qui assistent aux cours ; pendant, c’est plein, mais après, presque plus personne n’y
vient.
La prière en commun, j’en ai déjà parlé et il suffit de voir la prière de dhuhr juste après la salat
de l’aïd ; on n’a plus besoin de chauffer autant la mosquée…

WWW.TIDJANIYYA.ORG
Troisièmement, « as-siyam », il y en a qui ne connaissent plus le jeûne jusqu’au mois de
ramadhan suivant.
La prière de la nuit c’est pareil, la lecture du Coran, les invocations, c’est pareil. Alors que le
Prophète a dit : « Celui qui ne demande pas à Allâh , Allâh est en colère contre lui. »
Le du’a, c’est très important et on n’y pense pas
forcément ; on fait les sabab, mais on oublie le
du’a, on oublie de demander à Allâh de nous
faciliter les choses.
La prière, certains ne la font que durant le mois
de Ramadhan et l’abandonnent ensuite et ça,
vous savez que certains ulamas disent que c’est
du koufr.
A propos de la cigarette, un cheikh a dit cette
phrase superbe : « Comment, avec ton index, tu
attestes l’unicité d’Allah durant la prière et juste
après le Maghreb tu utilises ce même index pour
tenir une cigarette ! »
Et un dernier petit point qui concerne là,
vraiment, les jeunes, c’est le comportement.
Une année il y avait eu un reportage sur le bruit et la délinquance à Bruxelles. Ils avaient
interrogé un homme belge non musulman et lui avaient demandé comment était la vie dans le
quartier et il avait dit : « ah…c’est chaud, il y a du bruit et de la délinquance sauf pendant le mois
de ramadhan ; là, c’est bien. » Soubhan Allâh! On a envie de rigoler mais aussi ça fait pleurer.
Pourquoi on est devenu une fitnah pour les non musulmans ? Souvent on les éloigne de l’islam
au lieu de les attirer...
Si on montrait cet exemple durant toute l’année comme on le montre durant le mois de
ramadhan…
Soubhan Allâh ! Même les riverains remarquent que pendant le ramadhan il y a une
amélioration, à l’école, dans la rue, dans le comportement, il y a un calme relatif, une
amélioration dans le comportement.
Mais, soubhan Allâh, est-ce que c’est limité au mois de ramadhan ?
Il faut aussi profiter du mois de ramadhan pour être moins anarchique dans nos vies, nos
horaires. Il faut essayer de ne plus dormir après la prière de soubh et de se faire un programme
et vous verrez que la journée sera bien remplie, qu’on arrive à faire énormément de choses. Il
faut donc profiter de ce mois pour acquérir une certaine discipline et de la persévérance.
Fin de la partie du frère Daoud.

WWW.TIDJANIYYA.ORG
Ô musulmans!
Craignez Allah , et sachez que vous vous trouvez au début de dix jours bénis ; dix jours dans
lesquels se trouvent le bien et la bénédiction qui ne se trouvent pas dans les autres jours ; dans
ces dix jours, se trouve une nuit qui est meilleure que mille mois ; celui qui sera privé de son
bien, sera véritablement privé ; c’est une nuit bénie :
"Durant laquelle est décidé tout ordre sage" [Sourate La Fumée - verset 4]
Pendant cette nuit, les actions sont meilleures que les actions accomplies durant quatre-vingt
trois ans ; quiconque prie durant cette nuit en étant croyant et en espérant recevoir la
récompense, ses péchés commis dans le passé seront pardonnés.
Au nom d’Allah le Miséricordieux, le Très Miséricordieux :
"Nous l’avons certes, fait descendre (le Coran) pendant la nuit d’Al-Qadr. Et qui te dira ce qu’est
la nuit d’Al-Qadr ? La nuit d’Al-Qadr est meilleure que mille mois. Durant celle-ci descendent les
Anges, ainsi que l’Esprit, par permission de leur Seigneur pour tout ordre. Elle est paix et salut
jusqu’à l’apparition de l’aube" [Sourate Al-Qadr - verset 1- 5].
Les anges descendent beaucoup durant cette nuit à cause de l’abondance de sa miséricorde ;
et en ce qui concerne l’Esprit, il est dit que c’est l’ange Gabriel (‫ ; ) َعـلـَـيْه السَّال ُم‬et il est dit aussi que
ce sont des anges particuliers.
Et il faut faire des efforts pour rechercher cette nuit pendant les dix derniers jours du mois de
Ramadan, et augmenter les bonnes œuvres, les invocations et les demandes adressées à Allah
durant cette nuit. Et il est de la Sounnah que la personne dise pendant cette nuit :
"Ô Seigneur ! Tu es Grand Pardonneur et Tu aimes le pardon, donc pardonne-moi ! Ô Seigneur
! Tu es Grand Pardonneur et Tu aimes le pardon, donc pardonne-moi !" [Rapporté par l’imam
Ahmed, et les auteurs des Sounnans, d’après Aïcha ].
Et sachez - qu’Allah vous protège - que les efforts durant ces dix derniers jours, doivent être
accomplis avec sincérité et en suivant la Sounnah du Prophète ; de même que l’I’tikaaf (la
retraite spirituelle) fait partie de la Sounnah pendant ces dix derniers jours, car le Prophète
l’accomplissait pendant les dix derniers jours jusqu’à ce qu’il mourut, comme il est rapporté dans
les deux recueils de hadiths authentiques et dans d’autres livres de hadiths.
Et cet effort ne doit pas être troublé par l’excès en essayant de connaître cette nuit à travers
certains effets et signes qui ont été rapportés, ou ce qui est raconté chaque année par certaines
personnes qui commentent les rêves ou qui voient des choses en rêve, et sur lesquelles aucune
loi religieuse ne peut être fondée, comme l’ont mentionné An-Nawawi, Ach-Chaatibi, Cheikh Al-
Islam, Ibn Al-Quayyim et d’autres ; de plus le Prophète la vit en rêve et on la lui fit oublier.

WWW.TIDJANIYYA.ORG
Et il ne faut pas tenir compte du fait que certains commentateurs des rêves disent que le
Prophète dit à ses compagnons : "Je vois que vos rêves s’accordent", car l’interprétation du
Prophète est une vérité, et ce qu’il dit est une vérité soutenue par la révélation, ce qui ne l’est
pas concernant les autres personnes. De plus, la circulation des rêves entre les gens au sujet
de la nuit du destin, est une perte de temps et un piège du diable afin qu’il corrompe leur
détermination et négligent de prier les autres nuits.
Et ce qui est juste, selon les savants, est que personne ne peut déterminer la nuit du destin
avant qu’elle ne vienne ; mais au contraire, la connaissance de cette nuit a été élevée [auprès
d’Allah ] jusqu’au jour du jugement, et il est donc impossible qu’une personne la voit, qu’elle
soit un commentateur des rêves, un bien-aimé d’Allah , un saint ou un savant. Et Al-Boukhari a
rapporté dans son recueil de hadiths authentiques, d’après Oubaadah ibn As-
Saamit qui a dit : « Le Messager d’Allah sortit pour nous parler de la nuit du destin,
et deux hommes parmi les musulmans s’affrontèrent. Il dit alors : "Je suis sorti pour vous parler
de la nuit du destin (pour vous annoncer le jour de la nuit du destin), alors untel et untel
s’affrontèrent, et elle fut élevée [au ciel] ; donc, il se peut que ce soit mieux pour vous ainsi
; recherchez-la donc durant la neuvième, la septième et la cinquième nuit" [c’est-à-dire la nuit
avant le vingt-cinquième jour, le vingt-septième jour
et le vingt-neuvième jour).
Et la sagesse - ô serviteurs d’Allah - qui se trouve
dabs le fait qu'elle fut cachée, a été voulue par Allah
pour que ceux qui la recherchent fassent des
efforts durant les dix derniers jours complets ; c’est
la raison pour laquelle le Prophète faisait la
retraite spirituelle pendant les dix derniers jours, afin
qu’il puisse trouver cette nuit.
Puis, sachez que ce qui est le plus juste concernant
ce qui a été rapporté sur le signe de cette nuit après qu’elle est passée, ce que Mouslim a
rapporté dans son recueil de hadiths authentiques et qu’Oubaï ibn Kâab a mentionné, c’est que
son signe distinctif est : "Que le soleil se lève le matin suivant la nuit du destin en étant blanc
sans aucun rayon".
Et il se peut que ce soit un effort d’interprétation provenant de lui, et il se peut que ce soit
particulier à la nuit du destin qu’ils trouvèrent à leur époque. Et Allah Seul détient la science.
Craignez donc Allah , ô Musulmans ! Empressez-vous d’accomplir les actions avant qu’il ne soit
trop tard, et hâtez-vous d’aller vers un Paradis dont la largeur correspond aux cieux et à la terre,
et qui a été préparé pour les pieux.
Cheikh Su'ud Choraym

Aisha a dit :

WWW.TIDJANIYYA.ORG
« Quand les dix derniers jours (de Ramadan) arrivaient, le Prophète passait sa nuit dans
l'adoration, réveillait sa famille (la nuit), redoublait d’efforts et serrait son Izar (pagne). » [Al-
Bukhari (4/269) et Muslim (1174)]
Ce hadith est la preuve que les dix derniers jours de Ramadan ont une vertu spéciale plus que
n’importe quels autres (jours), dans lesquels on doit augmenter dans l'obéissance et les actes
d'adoration, comme la prière, le dhikr (rappel) et la récitation du Qur'an.
Aisha a décrit notre Prophèteet modèle, Muhammad , par quatre attributs :

Il « passait sa nuit dans l'adoration », c’est à dire qu’il ne dormait pas. Ainsi, il restait éveillé
dans l'adoration et animait son âme en passant la nuit à ne pas dormir. Car le sommeil est le
frère de la mort. Le sens « passait sa nuit » est qu'il la passait dans le qiyam (la prière de nuit) et
dans les actes d'adorations pour Allah , le Seigneur des mondes. Nous devons nous
rappeler que les dix derniers jours de Ramadan sont fixés et comptés.
Quant à ce qui a été rapporté concernant l’interdiction de passer la nuit entière dans la prière,
qui a été mentionné dans le hadith de 'Abdullah Ibn 'Amr , cela concerne celui qui le
fait chaque nuit de l'année.

Il « réveillait sa famille », c’est à dire ses femmes pures, les Mères des croyants, pour
qu'elles puissent profiter de ce bien, du dhikr et des actes d'adoration pendant ces temps bénis.

Il « redoublait d’efforts », c’est à dire qu’il persévérait et luttait dans l'adoration, ajoutant plus
à ses actes que ce qu'il avait fait les vingt premiers jours (de Ramadan). Il faisait cela parce que
la nuit d'Al-Qadr arrive pendant un de ces (dix derniers) jours.

Il « serrait son Izar (pagne) » c’est à dire qu’il s’appliquait et luttait intensément dans
l'adoration. Il est aussi dit que cela signifie qu'il se retirait des femmes. Cela semble être plus
correct puisque cela penche vers ce qui a été mentionné précédemment et vers le hadith
d'Anas : « Il pliait son lit et se retirait des femmes (c'est-à-dire ses femmes). » [Voir
Lata'if-ul-Ma'arif : pg. 219]
Aussi, le Prophète observait Al-‘Itikaf les dix derniers jours de Ramadan et la personne qui
est en état d'Itikaf ne peut avoir de rapports (sexuels) avec ses femmes.
Ainsi, ô frère musulman, efforce-toi de te caractériser par ces attributs. Et préserve la prière que
tu fais dans les profondeurs de la nuit (tahajjud) avec l'imam en plus de la prière de tarawih (que
l'on prie dans les premières parties de la nuit), pour que ton effort, ces dix derniers jours, aille
plus loin que les vingt premiers. Et pour que tu puisses atteindre l'attribut de « passait sa nuit
dans l'adoration » en priant.

Et tu dois être patient dans ton obéissance à Allah , en effet, la prière (de nuit) tahajjud est
difficile, mais sa récompense est grande. Par Allah , c'est une grande occasion dans la vie et
une chose dont il faut profiter, pour celui à qui Allah l'accorde. Et la personne ne sait pas
si, peut-être, elle rencontrera une des nombreuses récompenses d'Allah pendant la prière
de nuit, qui sera une aide pour lui dans ce monde et dans l’au-delà.

WWW.TIDJANIYYA.ORG
Les pieux prédécesseurs de cette Umma s’appliquaient à allonger la prière la nuit. As-Sa'ib Ibn
Yazid a dit : « ‘Umar Ibn Al-Khattab a ordonné à Ubay ibn Ka'b et Tamim Ad-Dari (‫)رضي  عـنھـ ْم‬
de diriger les gens dans la prière avec onze raka'ats. Le lecteur récitait cent versets, au point
que nous devions nous appuyer sur des bouts de bois en raison de la longue position (debout).
Et nous ne nous arrêtions qu’à l’approche du Fajr. » [Voir Lata'if-ul-Ma'arif : pg. 219]
'Abdullah Ibn Abi Bakr a rapporté: « J'ai entendu mon père (c'est-à-dire Abû Bakr) dire
: " Pendant Ramadan, nous finissions (la prière de nuit) tard et nous pressions les domestiques
pour présenter la nourriture (du suhur) de peur que le Fajr ne vienne." » [Aussi dans le Muwatta
de l’imam Malik : vol. 1, pg. 156]
Il y a deux luttes de l'âme auxquelles le croyant fait face pendant Ramadan : la lutte dans la
journée avec le jeûne et la lutte la nuit avec le qiyam (prière de nuit). Ainsi, quiconque combine
ces deux et remplit leurs droits, alors il est parmi les patients - ceux desquels Allah dit :
« Les endurants auront leur pleine récompense sans compter » [sourate Az-Zumar : 15]
Ces dix jours sont la dernière partie du mois et les actions d'une personne ne valent que
par leur fin. Et peut-être, il rencontrera la nuit d'Al-Qadr, debout dans la prière pour Allah
et aura ainsi tous ses péchés passés pardonnés.
Et il faut inciter, animer et persuader sa famille d’accomplir les actes
d'adoration, particulièrement dans ces grands moments que ne néglige que celui qui a été privé.
Ce qui est plus incroyable est que tandis que les gens accomplissent la prière et font le
tahajjud, certains passent leur temps dans des assises interdites et des actes coupables. C'est
en effet la perte la plus grande. Nous demandons à Allah Sa protection.
Donc, s'engager dans ces derniers jours signifie entrer dans le profit des actes pieux dans ce
qui reste du mois. Parmi les choses malheureuses est de voir que certaines personnes excellent
dans les actions pieuses, comme la prière et la récitation du Qur'an, dans la première partie du
mois, puis alors les signes de la fatigue et la lassitude apparaissent en eux, particulièrement
quand les dix derniers jours de Ramadan arrivent. Et ceci malgré le fait que ces dix derniers
jours possèdent une position plus grande que les premiers. Ainsi, il faut persévérer dans l’effort
et la lutte et augmenter son adoration quand la fin du mois arrive. Et nous devons garder à
l'esprit que les actions d'une personne ne valent que par leur fin.
Ahadith As-Siyam : Ahkam wa Adab Shaykh Abdullah Ibn Salih Al-Fawzan

A propos du mérite de l’animation (des nuits) du Ramadan (en prière) Abou


Hourayra a dit : « Le Messager d'Allah décéda au moment où cette situation
prévalait (c’est-à-dire l’abandon de l'accomplissement collectif des prières surérogatoires).
La même situation perdura sous le règne d’Abou Bakr et au début de celui d’Omar
.

WWW.TIDJANIYYA.ORG
D’après Amr ibn Muna al-Djuhani, un homme issu des Quda’a se présenta au Messager d’Allah
et lui dit :- « Ô Messager d’Allah ! Dis-moi, si j’attestais qu’il n’y a de dieu qu’Allah et que
Muhammad est le Messager d’Allah et accomplissais les cinq prières et jeûnais le mois (de
Ramadan) et animais le Ramadan et acquittais la Zakât... ? ». – « Quiconque meurt avec cette
foi fera partie des véridiques et martyrs » dit le Prophète .
La nuit du destin et sa détermination
La meilleure des nuits du Ramadan est la nuit du destin, compte tenu de la parole du
Prophète : « Quiconque a animé la nuit du destin (pour y être tombé) pour sa foi et son désir
de complaire à Allah , ses péchés antérieurs lui seront pardonnés
».
Cette nuit coïncide avec la 27e nuit du Ramadan selon l’opinion la
plus plausible conformément à la plupart des hadiths notamment
celui de Zuh ibn Habish qui a dit : « J’ai entendu Ubay ibn Kaab
dire - après avoir entendu qu’Abd Allah ibn Massoud disait
: quiconque anime toutes les nuits de l’année tombera sur la nuit
du destin : « Puisse Allah lui accorder Sa miséricorde ! Il a voulu
que les gens ne se lassent pas ! Au nom de Celui en dehors de qui
il n’y a point d’autre dieu ! La nuit du destin se trouve dans le
Ramadan - il a juré sans aucune réserve - Au nom d’Allah ! Je sais
de quelle nuit il s’agit.
C’est la nuit que le Messager d’Allah nous a donné l’ordre d’animer (en prière). C’est la
27e nuit. Le signe en est qu’au lendemain le soleil se lève tout blanc et sans rayon. » Selon une
autre version, ces propos sont attribués au Prophète (cité par Mouslim et d’autres).
La légalité de l’accomplissement collectif de la prière
L’accomplissement collectif des prières surérogatoires du Ramadan est légalement institué.
C’est même meilleur que leur accomplissement individuel, compte tenu de sa pratique menée
par le Prophète lui-même et l’explication qu’il a faite de son mérite selon le hadith d’Abou
Dharr dans lequel il dit : « Nous avons jeûné le Ramadan avec le Messager d’Allah
et il ne nous réunissait pas pour nous diriger dans une prière collective jusqu’à ce qu’il ne
restât du mois que sept jours. Et puis il commençait à le faire et prolongeait la prière jusqu’à la
fin du tiers de la nuit. Quand il resta six nuits du mois, il ne nous dirigea pas la prière. Quand il
en resta cinq nuits, il nous dirigea dans une prière qui occupa la moitié de la nuit. Je lui ai dit: « ô
Messager d’Allah ! Si tu continuais avec nous (en prière) pour toute cette nuit ! ».
Il dit : « Quand un homme qui prie avec un imam reste derrière ce dernier jusqu’à ce qu’il
termine, on lui inscrit (la récompense d’) une nuit entière (de prière).
Quand il resta quatre jours du mois, il rassembla sa famille, ses femmes et tout le monde et
nous dirigea dans une prière qui se prolongea de sorte que nous craignîmes de rater al-
falah. (Le rapporteur dit : je lui ai demandé ce que signifiait al-falah et il a dit que c’était le repas
de l’aube). Et puis il ne nous dirigea pas dans une prière pour le reste du mois ». (hadith
authentique cité par les auteurs des Sounan).

WWW.TIDJANIYYA.ORG
La cause du non maintien par le Prophète de la célébration collective de la prière
surérogatoire.
Le Prophète n’a pas maintenu cette prière tout au long du mois par crainte qu’elle ne fût une
prescription à observer par tous pendant le Ramadan et que l’on se trouve incapables de
l’exécuter comme cela a été indiqué dans un hadith d’Aïcha rapporté dans les Deux
Sahih et ailleurs. Cette crainte disparut après l’achèvement de la charia et le décès du
Prophète .
La disparition de la cause entraîne celle de l’effet qui consistait en l’abandon de la célébration
collective et régulière de la prière surérogatoire du Ramadan. Mais le statut antérieur reste
maintenu. C’est-à-dire l’institutionnalité de la prière. C’est pourquoi Omar la remit en
pratique comme cela est indiqué dans le Sahih de Boukhari et ailleurs.
L’institution de la prière collective pour les femmes
La participation féminine à cette prière est instituée comme l’indique le précité hadith d’Abou
Dharr . Mieux, on peut même leur affecter leur propre imam qui officierait parallèlement
à celui des hommes. En effet, il est rapporté de façon sûre que quand Omar
rassembla les gens en vue de la célébration de cette prière, il désigna Ubay ibn Kaab
comme imam pour les hommes et Soulayman ibn Abi Hathma comme imam pour les femmes.
Arfadja ath-Thaqafdi a dit : « Ali ibn Abi Talib donnait aux gens l’ordre de célébrer la
prière surérogatoire du Ramadan et désignait un imam pour les hommes et un autre pour les
femmes. J’ai été, moi-même, l’imam de celles-ci. »
Je dis : ceci s’applique si la mosquée est vaste (autrement, il faut s’en abstenir) pour éviter que
les uns perturbent les autres.
Le nombre des raka’ats de la prière
Le nombre des raka’ats qui la compose s’élève à 11. Nous préférons de ne pas faire plus afin de
rester conforme à la pratique du Messager d’Allah . En effet, il n’avait jamais dépassé ce
nombre jusqu’à sa mort. Aïcha a été interrogée à propos de la prière du
Prophète en Ramadan et elle a dit : « Le Messager d’Allah ne dépassait, ni en Ramadan,
ni en dehors de Ramadan, 11 raka’ats, puis quatre autres belles et longues raka’ats, puis trois.»
(Cité par les Deux Cheikh (Boukhari et Mouslim) et d’autres.
Le fidèle est autorisé à diminuer ce nombre. On peut même se contenter d’une unique raka’at
conformément aux actes et propos du Messager d’Allah .
Quant à l’acte, il réside en ceci : Aïcha a été interrogée en ces termes : « Par
combien de raka’ats, le Messager d’Allah clôturait ses prières ? » Elle a répondu : « Il
clôturait par 4 + 3 ou 6 + 3 ou 10 + 3 et ne les avait jamais clôturées par moins de 7 ou plus de
13» (rapporté par Ahmad, Abou Dawoud et d’autres. ».
Quant à ses propos, les voici : « Le witr (la clôture de la prière) est vrai ; quiconque veut le
limiter à 5 peut le faire et quiconque veut le limiter à 3 peut aussi le faire et quiconque veut se
contenter d’une seule raka’ats peut encore le faire. »
La récitation dans la prière

WWW.TIDJANIYYA.ORG
Le Prophète n’a pas déterminé une limite précise à atteindre
et à ne pas dépasser pour ce qui est de la récitation à faire
pendant la prière surérogatoire du Ramadan ; la longueur de
sa récitation variait : tantôt, il récitait au cours d’une raka’at
l’équivalent de la sourate (73) qui compte 20 versets, parfois il
récitait l’équivalent de 50 versets. Il disait : « Celui qui récite
100 versets au cours d’une nuit ne sera pas compté parmi les
distraits ». Une autre version dit : « [...] deux cents versets,
sera inscrit parmi les dévots sincères. »
Au cours d’une nuit pendant laquelle il était malade, le Prophète a récité les sept longues
sourates, à savoir les 2, 3, 4, 5, 6, 7 et 8èmes sourates du Coran.
Un récit portant sur une prière effectuée par Houdahayfa derrière le
Prophète indique que celui-ci a récité au cours d’une seule raka’at la deuxième, puis la
troisième, puis la quatrième sourate du Coran de façon très lente.
Il a été rapporté par la chaîne la plus sûre que quand Omar donna à Ubay ibn Kaab
l’ordre de diriger une prière de 11 raka’ats pour les gens pendant les nuits du Ramadan, Ubay
récitait les longues sourates dites les miine (celles qui comptent une centaine de versets ou
plus) de sorte que certains finissaient par s’appuyer sur une canne en raison de la longueur de
la posture debout puisqu’ils ne terminaient leur prière qu’au début de l’aube.
Il a été rapporté de façon sûre encore qu’Omar a convoqué les lecteurs du Coran en
Ramadan et a demandé au plus rapide d’entre eux de réciter 30 versets et à celui qui avait une
rapidité moyenne de réciter 25 versets et au lent de réciter 20 versets. Sur la base de cela, on
peut opter pour la longueur si on prie tout seul ou avec quelqu’un qui approuve cette option.
Dans ce cas, plus la prière est longue, mieux cela vaudra. Il ne faut cependant pas exagérer de
sorte à passer toute la nuit en prière, à moins que cela ne soit rare. En effet, il faut se conformer
à la pratique du Prophète qui a dit : « La meilleure direction est celle de Muhammad ».
Quand on sert d’imam, on peut prolonger la prière, à condition de ne pas causer de peine à
ceux qui prient derrière l’imam compte tenu des propos du Prophète : « Quand l’un de vous
dirige la prière à d’autres, qu’il allège sa prière puisqu’il a derrière lui le petit, le vieux, le faible, le
malade et celui qui a une affaire à régler. S’il prie tout seul, qu’il prolonge sa prière comme il
l’entend».
Le temps de la prière
La prière surérogatoire de Ramadan s’accomplit entre la prière d’al isha et celle de l’aube,
compte tenu des propos du Prophète : « Certes, Allah vous a ajouté une prière. C’est le witr;
accomplissez-le entre la prière d’al isha et celle de l’aube ».
Il est préférable d’accomplir cette prière dans la dernière partie de la nuit, si on peut le
faire, compte tenu des propos du Prophète : « Celui qui craint de ne pouvoir se réveiller dans
la dernière partie de la nuit, qu’il clôture sa prière au début de la nuit. Celui qui préfère clôturer
ses prières à la fin de la nuit, qu’il le fasse ainsi ; la prière de fin de nuit est bien assistée donc
meilleure ».

WWW.TIDJANIYYA.ORG
S’il s’agit de choisir entre le fait de prier en public au début de la nuit et le fait de prier tout
seul en fin de nuit, la première option est préférable parce qu’elle vaut la prière d’une nuit
entière. C’est du reste conforme à la pratique adoptée par les Compagnons sous le règne
d’Omar . Abd Rahman ibn Ubayd al-Qari a dit : « Je suis sorti au cours d’une nuit de
Ramadan en compagnie d’Omar pour nous rendre à la mosquée. À notre grande surprise, nous
avons trouvé les gens dispersés de sorte que celui-ci priait tout seul et celui-là priait avec
quelques fidèles. C’est alors qu’il dit : au nom d’Allah ! Je pense qu’il est préférable de
rassembler ces gens derrière un seul lecteur. Et puis il en a décidé ainsi et les a réunis derrière
Ubay ibn Ka’ab. »
- Il dit : « Par la suite, je suis sorti en sa compagnie (Omar) au cours d’une autre nuit au moment
où des gens priaient sous la direction d’un imam et Omar dit : "quelle belle innovation
celle-là ! L’heure qu’ils passent en sommeil est meilleure que celle qu’ils consacrent à la prière"
(il entendait la dernière partie de la nuit). En ce moment, les gens faisaient la prière au début de
la nuit. Zayd ibn Wahb dit : " Abd Allah nous dirigeait la prière en Ramadan et l’achevait au
milieu de la nuit" ».
Le Prophète avait interdit de clôturer la prière par trois raka’ats et l’avait justifié en ces
termes: « Ne l’assimilez pas à la prière du Maghreb ». Cela veut dire que celui qui a accompli
trois raka’ats en guise de witr ne peut échapper à cette assimilation que de deux façons : la
première est de couper la prière après un nombre pair de raka’ats (donc deux) et d’effectuer
ensuite une raka’at unique. Ce qui est plus fort et meilleur. La deuxième consiste à ne pas
s’asseoir entre les deux premières raka’ats et la troisième. Allah le Très Haut le sait mieux.
La récitation dans les trois raka’ats de witr
La Sunna veut qu’on lise dans la première des trois raka’ats la sourate 87, dans la deuxième la
sourate 109 et dans la troisième 112. On peut y ajouter parfois les sourates 113 et 114.
Il a été rapporté de façon sûre qu’une fois le Prophète a récité 100 versets de la sourate 4 au
cours d’une seule raka’at.
L’invocation dite dans la pause (al-Qunoute).
Dans cette invocation, on utilise cette prière que le Prophète avait apprise à son petit-fils Al-
Hassan ibn Ali , à savoir : « Mon Seigneur, guide-moi parmi ceux que Tu as guidés ;
accorde-moi la sécurité parmi ceux à qui Tu l’as accordée ; prends-moi en charge parmi ceux
que Tu as pris en charge ; bénis ce que Tu m’as donné ; protège-moi contre Tes plus
mauvaises décisions. Tu es Celui qui juges les autres et que personne ne juge. En vérité, Ton
allié ne peut pas être humilié et Ton ennemi ne peut pas jouir de la puissance. Que Ta
bénédiction est importante, ô notre Maître ; on ne peut T’échapper qu’en se réfugiant auprès de
Toi ».
Le fidèle peut ensuite prier pour le Prophète en raison de ce qui viendra plus tard. Il n’y a
aucun mal à ce que l’on ajoute d’autres invocations instituées (parce que) bonnes et
authentiques.
Il n’y a aucun mal à placer le qunoute après le redressement de la génuflexion. Il n’y a aucun
mal à y ajouter la prière pour le Prophète et pour l’ensemble des Musulmans, notamment au

WWW.TIDJANIYYA.ORG
cours de la deuxième moitié de Ramadan, compte tenu du fait que cela a été rapporté de façon
sûre d’après les imams qui officiaient sous le règne d’Omar...
Le fidèle prie pour le Prophète et implore le bien pour les Musulmans dans la mesure du
possible et demande pardon pour les croyants.
Il dit : «(...) quand il avait fini de prier pour le Prophète et de demander pardon pour les
croyants et les croyantes, il disait : « Mon Seigneur, c’est Toi que nous adorons, c’est pour Toi
que nous prions et nous prosternons, c'est vers Toi que nous marchons et nous nous
rassemblons ; nous espérons Ta miséricorde, ô notre Maître. Nous craignons Ton dur
châtiment. Certes, Ton châtiment atteindra ceux que Tu prends pour ennemis. » Et puis, Il
prononce la formule : Allah akbar et se prosterne.
Ce que le fidèle doit dire à la fin du witr
La Sunna veut que le prieur dise à la fin de son witr (avant ou après le salut final) : « Mon
Seigneur, je cherche à travers Ta complaisance à me protéger contre Ta colère, et à travers la
paix que Tu procures la protection contre Ton châtiment. Je Te demande de me protéger contre
Toi-même ; je ne saurais Te louer assez. Ce que Tu mérites ce sont les louanges que Tu T’es
fait.»
Une fois le witr terminé, le prieur doit dire : Subhana al-malik il-quoddos (x 3) en prolongeant les
voyelles et en élevant la voix au cours de la troisième fois.
Les deux raka’ats consécutives au witr.
Il est permis au fidèle d’effectuer deux raka’ats après le witr (s’il le désire) étant donné que cette
pratique a été sûrement rapportée du Prophète , bien plus, il a même dit : « Le voyage est
certes lourd et pénible ; quand l’un de vous a accomplit le witr, qu’il y ajoute deux raka’ats ; s’il
se réveille par la suite ... sinon, elles lui seront inscrites ». La Sunna veut qu’on récite dans ces
deux raka’ats la sourate 99 et la sourate 109).
Extrait du livre : Qiyam ar-Ramadan - d’al-Albani.

La Nuit d'Al-Qadr a une Date Fixée


La meilleure nuit du mois de Ramadan est la Nuit d'Al-Qadr, selon la parole du Prophète :
"Quiconque accomplit la prière de la nuit, la Nuit d'Al-Qadr avec une foi ferme et en cherchant la
récompense, tous ses péchés passés lui seront pardonnés." [Rapporté par Al-Bukhari, Muslim
et d'autres d’après la narration d'Abu Hureyra.]
C’est la vingt-septième nuit de Ramadan selon l'avis le plus fort. Une majorité de ahadith
montrent cela, y compris le hadith d'Ibn Zurr Hubaysh qui a dit : "J'ai entendu Ubay
ibn Ka'b dire (quand on lui a rapporté qu’'Abdullah Ibn Mas'ud a dit : ‘Quiconque accomplit la
prière de la nuit [chaque nuit] pendant l'année trouvera la Nuit d'Al-Qadr’) : "Qu’Allah lui fasse
miséricorde, son intention consistait en ce que les gens ne (deviennent pas paresseux) et
comptent seulement (sur une nuit). Par Celui en dehors de qui il n’y a pas de divinité digne

WWW.TIDJANIYYA.ORG
d'adoration, c'est en effet pendant Ramadan. Et par Allah je sais quelle nuit c’est. C'est la nuit
dans laquelle le Messager d'Allah nous a commandé d’accomplir la Prière nocturne. Elle est
la vingt-septième nuit. Elle se reconnaît au fait que le soleil se lève le matin en brillant sans
rayons." [Rapporté par Muslim et d'autres référencé dans Sahih Abi Dawud (1247)]
L’imam Al-Albani dans son livre Qiyamu Ramadan (pages 18-19)
La Nuit d'Al-Qadr doit être cherchée
La Nuit d'Al-Qadr est dans les dix dernières nuits de Ramadan, selon la parole du Prophète :
"Cherchez la Nuit d'Al-Qadr dans les dix dernières nuits de Ramadan." [Al-Bukhari et Muslim].
Et elle survient dans une des nuits impaires plus probablement que sur les autres nuits, selon la
parole du Prophète :"Cherchez la Nuit d'Al-Qadr dans les nuits impaires des dix dernières
nuits de Ramadan." [Al-Bukhari]
Et elle est plus proche des sept dernières nuits, selon le hadith d'Ibn ' Umar qui dit que
: "Quelques hommes des compagnons du Messager d'Allah ont vu la Nuit d'Al-Qadr en rêve
pendant les sept dernières nuits (de Ramadan)".
Le Prophète a dit : "Je vois que tous vos rêves s’accordent qu'elle (la Nuit d'Al-Qadr) est dans
les sept dernières nuits". Ainsi quiconque veut la chercher, qu’il la cherche dans les sept
dernières nuits." [Al-Bukhari et Muslim]
Et c'est aussi basé sur le hadith de Muslim d'Ibn ' Umar que le Prophète a dit :
"Cherchez-la dans les dix dernières nuits. Mais si l’un d'entre vous faiblit ou en est incapable,
qu’il ne laisse pas les sept (dernières) nuits. "
Parmi les nuits impaires dans les sept dernières nuits, elle est plus proche de la vingt-septième
nuit en raison du hadith de Ubay ibn Ka'b qui a dit : "Par Allah , je sais quelle nuit c’est.
C'est la nuit dans laquelle le Messager d'Allah nous a commandé d’accomplir la Prière
nocturne. C'est la vingt-septième nuit" [Muslim]

La Nuit d'Al-Qadr n'est pas fixée


à une nuit précise toutes les
années. Plutôt elle change
constamment.
Ainsi un an elle pourrait survenir
la vingt-septième nuit par
exemple et autre année elle
pourrait arriver la vingt-cinquième
nuit, selon la volonté d'Allah et
Sa sagesse.
Ce qui nous amène à cela est la
parole du
Prophète : "Cherchez-la (c'est-
à-dire la Nuit d'Al-Qadr) lorsqu’il
reste neuf nuits, lorsqu’il reste

WWW.TIDJANIYYA.ORG
sept nuits, ou lorsqu’il reste cinq nuits (c'est-à-dire respectivement la 21e, 23ème et 25ème sans
mentionner la 27ème)."
Al-Hafidh Ibn Hajr (َُّ ‫)رح ُمه‬
َ a dit dans Fath-ul-Bari : "L'avis le plus fort est qu'elle est une nuit
impaire dans les dix dernières nuits et qu'elle change constamment."

Allah a caché la connaissance de son occurrence à Ses serviteurs par pitié pour eux pour
qu'ils puissent augmenter leurs actions dans sa recherche pendant ces nuits honorables, en
priant, faisant du dhikr et en invoquant.

Par conséquent, les serviteurs ajoutent et augmentent dans la proximité d’Allah et Sa


récompense.
Et Il l'a aussi caché pour distinguer, ceux qui parmi eux luttent et font des efforts, de ceux qui
sont paresseux et négligents. Jusqu’à ce que celui qui lutte constamment pour quelque chose,
se manifeste dans sa recherche et se donne de la peine dans sa recherche et sa réalisation.

Et peut-être qu’Allah révèle son occurrence à certains de Ses serviteurs par des signes et
des signaux, qu’il peut voir, de même que le prophète a vu le signe qu'il serait prosterné dans
la boue le matin suivant. Donc il a plut cette nuit et il a prié le matin (suivant) (Fajr) dans la
boue.
Muhammad Ibn Salih Al-'Uthaimin dans son livre Majalis Shahr Ramadan (pg. 106-107)

La femme indisposée peut se livrer à tous les actes cultuels à l’exception de la prière, du jeûne,
du Tawaf [autours de la Kaaba] et de la retraite pieuse. Il a été rapporté du Prophète qu’il
animait les dix dernières nuits du Ramadan.[Rapporté par al-Boukhari, 2024 et par Mouslim,
1174]
D’après Aïcha , le Prophète animait la nuit et réveillait les membres de sa famille à
l’entrée des dix dernières nuits du Ramadan. L’animation de la nuit ne se fait pas par la prière,
mais par tous les actes d’obéissance.
Voici l’explication que les ulémas en ont donnée:
Selon al-Hafiz, animer la nuit c’est la passer en acte de dévotion.
Selon an-Nawawi c’est veiller en prière toute la nuit.
Selon l’auteur du Awn al-m’aboud c’est se livrer à la prière, au dhikr et à la récitation du Coran.
La prière dite Salât al-qiyam est la meilleure pratique cultuelle qu’on puisse perpétuer au cours
de la nuit du destin.

WWW.TIDJANIYYA.ORG
C’est pourquoi le Prophète a dit :« Quiconque anime la nuit du Destin en prière, guidé par la
foi et le désir de complaire à Allah , aura ses péchés antérieurs pardonnés » [Rapporté par al-
Boukhari, 1901 et par Mouslim, 760].
La femme indisposée étant empêchée de prier, elle peut animer la nuit par des actes cultuels
autres que la prière comme :
- La lecture du Coran, se référer aux rappels : [Lecture du Coran et menstruations]
- Le dhikr comme le tasbih, le tahhil, le tahmid et des formules similaires. Il faut
donc répéter fréquemment les phrases.
• Gloire à Allah (tasbih). [Soubhan Allah ]
• Louange à Allah (tahmid). [El hamdou Lillah]
• Allah est le plus grand (takbir). [Allah ou Akbar]
• Il n’y a de dieu qu’Allah . [La ilaha il Allah ]
• Gloire et louage à Allah . Gloire à Allah l’Immense [Soubhan Allah wa bihamdihi -
Soubhan Allah al 'Adhim]
Et des formules similaires.
- La demande de pardon : on dit fréquemment : « Je demande pardon à Allah »
[Astaghferou Lah]
- L’invocation : Il faut invoquer Allah , le Très Haut et lui demander les biens de
cette vie et ceux de l’autre.
L’invocation fait partie des meilleurs actes cultuels. C’est pourquoi le Messager d’Allah a
dit: « l’invocation c’est l’adoration » [Rapporté par at-Tirmidhi, 2895 et déclaré authentique par
al-Albani dans Sahih at-Tirmidhi, 2370]
La femme indisposée peut se livrer à des actes cultuels et à d’autres dans la nuit du Destin.
Nous demandons à Allah , le Très Haut, de nous assister à faire ce qu’Il aime et agrée et
d’agréer nos bonnes œuvres.
Cheikh Mouhamed Saleh El Mounajeed

WWW.TIDJANIYYA.ORG
Premièrement : La retraite pieuse dans une mosquée est instituée par le Livre, la Sunna et le
consensus.
Quant au Livre, le Très Haut y dit : « Purifiez Ma Maison pour ceux qui tournent autour, y font
retraite pieuse, s'y inclinent et s'y prosternent.» (Sourate 2 : 125)
Et : « Mais ne cohabitez pas avec elles pendant que vous êtes en retraite rituelle dans les
mosquées.» (Sourate 2 : 187).
Quant à la Sunna, de nombreux hadiths abondent dans ce sens. Il en est ainsi du hadith
d’Aîcha selon lequel le Prophète avait l’habitude d’effectuer cette retraite au cours
des dix derniers jours du Ramadan. Après sa mort, ses femmes ont perpétué cette pratique
» (rapporté par al-Boukhari, 2026) et par Mouslim, 1172).
Quant au consensus, de nombreux ulémas ont rapporté qu’un consensus s’était dégagé au sein
des ulémas sur l’institution de la retraite en question. Parmi ces ulémas figurent an-Nawawi, Ibn
Qudama, Cheikh Ibn Taymiyya et d’autres (ُ َّ ‫ ;) َرحـمـھـم‬voir al-Madjmou’ 6/404) ; al-Moughni,
4/456 et Charh al-Umda, 2/711.
Dans Madjmou’ al Fatawa 15/437, cheikh Ibn Baz dit : « Il est hors de doute que la retraite
pieuse effectuée dans une mosquée est un moyen de se rapprocher d’Allah , en particulier
pendant le mois de Ramadan. Mais cette pratique peur se faire aussi bien pendant ce mois
qu'en d'autres temps.»
Deuxièmement : Le statut de la retraite
En principe, elle est une sunna et non une obligation, à moins qu’elle fasse l’objet d’un vœu,
compte tenu de la parole du Prophète : « Quiconque forme un vœu dans le sens de
l’obéissance doit veiller à son exécution. Et quiconque forme un vœu dans le sens de la
désobéissance doit éviter de l’exécuter » (rapporté par al-Boukhari, 6696). C’est aussi parce
qu’Omar a dit : « ô Messager d’Allah ! Avant l’Islam, j’avais formé le vœu d’effectuer
une retraite nocturne dans la mosquée sacrée ». Le Prophète lui dit : « Exécute ton vœu »
(6697).
Dans son ouvrage intitulé al-idjma, p.53, Ibn al-Moundhir dit : « Ils (les ulémas) ont admis,
consensuellement, que la retraite pieuse est une Sunna et n’est donc pas une obligation
prescrite aux gens, à moins que quelqu’un ne se l’impose en formant le vœu de le faire ». Voir
l’ouvrage intitulé : Fiqh al-itikaaf par Dr Khalid al-Mouchayqi, p. 31.
Il est permis à la femme d’effectuer la retraite à la mosquée. Mieux, c’est une sunna aussi bien
pour les hommes que pour les femmes.
Il est préférable que la retraite soit observée durant tous les dix derniers jours puisque c’était la
pratique du Prophète . Al-Boukhari (2026) et Mouslim (1172) ont rapporté d’après
Aïcha , l’épouse du Prophète que celui-ci se retirait durant les dix derniers jours du
Ramadan et il maintint cette pratique jusqu’à sa mort. Ensuite ses épouses l’avaient observée.
Si le musulman ne peut observer la retraite durant les dix derniers jours, qu’il se contente de ce
qu’il peut, fût-ce deux jours ou trois ou plus ou moins, ou même une seule nuit.
Cheikh Ibn Baz (ُ َّ ‫)رح ُمه‬
َ a dit : « L’itikaaf (retraite pieuse) consiste à séjourner dans une
mosquée en signe d’obéissance à Allah le Très Haut. Peu importe que la durée (du séjour) soit

WWW.TIDJANIYYA.ORG
longue ou courte puisque rien n’a été rapporté – à notre connaissance – qui limite le séjour à un
jour ou deux ou plus ».
Fatawa de Cheikh Ibn Baz, 15/441.

Il existe une divergence d'opinion sur la question de la nouvelle lune, entre les savants
musulmans. Il y a ceux qui voient que, dès l'instant où la nouvelle lune du mois de Ramadhân
est observée dans un endroit régi par la Charî'a, l'ensemble des musulmans doit jeûner; et dès
l'instant où la nouvelle lune du mois de Chawwâl est observée, l'ensemble des musulmans doit
rompre le jeûne.
Ce point de vue est connu comme faisant partie du rite de l'imam Ahmed (ُ َّ ‫)رح ُمه‬.
َ Cela veut
dire que, si l'observation est faite par le Royaume d'Arabie Saoudite par exemple, les
musulmans de tous les pays doivent débuter le jeûne du mois de Ramadhân et le rompre [lors
de l'observation de la nouvelle lune] du mois de Chawwâl. Ce point de vue est basé sur la règle
générale énoncée dans la parole du Très-Haut : « Donc, quiconque d'entre vous verra ce mois
apparaître devra commencer le jeûne ! » (Sourate 2, El Baqara - verset 183), ainsi que la règle
générale tirée des paroles du Prophète : « Si vous l’observez alors jeûnez et si vous
l'observez alors rompez [le jeûne].»
D'autres savants disent qu'il n'est pas obligatoire de débuter le jeûne du mois de Ramadhân ou
de rompre au mois de Chawwâl, excepté pour celui qui observe la nouvelle lune, ou pour celui
qui fait confiance à celui qui l'a vu dans un de ses lieux d'apparition. En effet, les lieux
d'apparition de la nouvelle lune diffèrent [d'un pays à un autre] et sur cela, les scientifiques sont
d'accord. Si les lieux d'apparition de la nouvelle lune diffèrent [d'un endroit à un autre], il est
obligatoire qu'elle soit jugée, dans tout le pays, en fonction de son observation.
Les pays qui partagent les mêmes lieux d'apparition de la nouvelle lune doivent bien sûr jeûner
ensemble, et dans le cas contraire, non. Ce point de vue est celui du Cheikh Ibn Taymiyya ( ‫رَ حمُه‬
َّ s'appuyant, pour confirmer son dire, sur ce qu'Allah
ُ) a dit : « Donc, quiconque d'entre
vous verra ce mois apparaître devra commencer le jeûne ! »(Sourate 2, El Baqara - verset
183) ainsi que sur ce qu'a dit le Prophète:« Si vous l’observez alors jeûnez et si vous l'observez
alors rompez [le jeûne].»

WWW.TIDJANIYYA.ORG
Il se base sur les mêmes preuves que ceux qui y voient le caractère général de l'obligation du
jugement concernant la nouvelle lune. Le cheikh Ibn Taymiyya(ُ َّ ‫ )رَ حمُه‬, quant à lui, interprète
ce verset et hadith de manière différente. Comme le jugement ne tient que s'il y a un témoin et
un observateur, cela implique donc que l'on ne peut pas imposer le jugement à celui qui n'en est
pas témoin et à celui qui ne l'observe pas. Il faut donc, si les lieux d'apparition de la nouvelle
lune diffèrent, ne pas prendre les jugements concernant la nouvelle lune comme [une obligation,
pour les musulmans] en général.
Pas de doute, au vu de ces preuves, qu'il s'agit ici d'un point de vue solide, soutenu par l'opinion
et les jugements [rendus par les savants qui nous ont précédés].
Cheikh Ibn ‘Otheymine

Nous disposons en France, d'une instance (en l'occurrence le CFCM) (...) qui représente les
musulmans de France auprès des autorités françaises. Cette instance représentative procède à
la déclaration de l'entrée du mois de Ramadan en se basant sur les calculs astronomiques. Est-
il obligatoire de prendre en compte cette déclaration et de jeûner en conséquence ?
Réponse de Cheikh Al fawzane - Qu'Allah le préserve - :
"Oui, les musulmans, minoritaires dans les pays non musulmans, doivent prendre en
considération la vision de leur institut islamique. Si cet institut l'ordonne, les musulmans doivent
alors jeûner ensemble et ne pas se diviser.
Le Prophète a dit : « Le jeûne a lieu le jour où vous jeûnez et la rupture a lieu le jour où vous
rompez ».
Les musulmans constituent un seul et même groupe - Qu'Allah en soit loué -.
Tu dois jeûner avec les musulmans et ne pas demander la cause du jeûne. A partir du moment
où ils (c'est à dire les membres de cette instance représentative) en prennent la responsabilité
et ordonnent de jeûner alors tu dois jeûner avec les musulmans et ne demande ni la raison du
jeûne ni les causes d'une divergence."
Question posée le 21 Août 2006 dans la mosquée sacrée de La Mecque

Ni le jeûne du Ramadan, ni les autres pratiques cultuelles ne peuvent être valides sans
l’intention, en vertu de la parole du Prophète : « Les actions sont fonction de l’intention et
chacun sera traité selon son intention [...] » [Rapporté par al-Boukhari et par Mouslim, 1907.]

WWW.TIDJANIYYA.ORG
L’intention doit être nourrie dans la
nuit, avant le début de l’aube, compte
tenu de la parole du Prophète : «
Celui qui n’a pas nourri la ferme
intention de jeûner avant l’aube n’a
pas de jeûne » [Rapporté par at-
Tirmidhi, 370.]
La version d’an-Nassaï se présente en
ces termes : « Celui qui n’a pas nourri
depuis la nuit l’intention de jeûner n’a
pas de jeûne » [an-Nassaï, 2334) et
déclaré authentique par al-Albani dans
Sahih at-Tirmidhi, 583).]
Cela signifie : celui qui n’a pas
l’intention de jeûner et ne s’est pas
décidé à le faire depuis la nuit n’a pas
de jeûne. L'intention est un acte du cœur. Le musulman doit nourrir l’intention de jeûner le
lendemain et il ne lui est pas recommandé de la prononcer en disant : « j’ai l’intention de jeûner
sérieusement » ou d’autres expressions innovées.
L’intention correcte consiste à se résoudre à jeûner le lendemain.
Cheikh Ibn Taymiya a dit dans « Ikhtiyarat », p. 191 : « A bien eu l’intention de jeûner
celui auquel il est venu à l'esprit la veille l’idée de le faire ».
La Commission Permanente a été interrogée en ces termes : « Comment doit-on formuler
l’intention de jeûner le Ramadan ? » Voici sa réponse : « l’intention consiste à se résoudre à
jeûner, et il faut la renouveler au cours de chaque nuit ».

Allah le sait mieux.


Fatawa de la Commission Permanente, 10/246

Invocation à dire à la vue de la nouvelle lune


Le Messager d'Allah disait : "Allah est Grand, Seigneur fait que ce mois passe sur nous par
la prosperité, la foi, la sécurité et l'Islam, en accord avec tout ce que Tu aimes et Te plais.
Notre Seigneur et ton (nouvelle lune) Seigneur est Allah " [Rapporté par At-Tirmidhi 5/504]
Allah ou Akbar Allah ouma a-hilahou 'alayna bil amani wal iman wa salamati wal islam wal
tawfiq lima touhibbou wa tarda rabbouna wa rabbouka Allah
Invocation à dire en rompant son jeûne

WWW.TIDJANIYYA.ORG
Le Messager d'Allah disait : "La soif s'est dissipée, les vaisseaux se sont irrigués et la
récompense est confirmée si Allah le veut" [Rapporté par Abou Dawoud 2/306]
Dhahaba dh-dhama wa btallati l-'ourouq wa thabata l-ajrou insha Allah

• Se laver pour se rafraîchir (en cas de chaleur,


pour Janaba ou autres nécessités).
« Le Prophète versait de l’eau sur sa tête alors qu’il
jeûnait à cause de la soif ou de la chaleur. » [Hadith
authentique. réf. le Sahih Sounane abi Dawoud n°207 2]
• Le rinçage de la bouche ainsi que l’aspiration de
l’eau par les narines.
Le Prophète a dit : « ... Insiste sur l’aspiration de l’eau
(par les narines) lors des ablutions sauf si tu es en état de
jeûne. » [Hadith Sahih ref. Sounane abi Dawoud.]
A savoir : si, par accident, lors des ablutions, la personne venait à avaler de l’eau, ceci
n’annulerait pas son jeûne. [Voir la réponse de Cheikh ibnou ‘Outheïmine dans Fatawa as
Siyam p. 38.]
• La pratique des saignées (Al hijama).
On rapporte que le Prophète a pratiqué une saignée alors qu’il jeûnait. [Hadith Sahih
Rapporté par al Boukhari et Tirmidhi. ref. Sounane abi Dawoud n° 2079.]
Toutefois, il est bon de savoir que certains savants ont déduit par analogie (Quiyès) qu’il est
permis de faire un don de sang ou un examen sanguin (ex : prise de sang) à condition qu’il y ait
nécessité et que ce soit une petite quantité telle que ce qui est prélevé dans une seringue. Si
ces conditions ne sont pas respectées, cela risquerait d’annuler le jeûne. [Voir la réponse du
Cheikh ibnou Djibrine, p.41 Fatawa as Siyam]
En ce qui concerne la saignée, elle est déconseillée (Makrouha) en cas de risque de faiblesse.
On demanda au compagnon Anas : « Détestiez-vous les saignées pour le jeûneur ? »
Il répondit : « Non, sauf par crainte de faiblesse. » [Hadith Sahih, al Boukhari.]
Il en est de même en ce qui concerne le don de sang ; il est préférable qu’il ne se fasse pas
dans la journée sauf si cela est vraiment nécessaire. [Avis tiré du livre « El Wajiz » de ’Abdoul
’Adhim al Badawi]

• Il est permis d’embrasser sa femme ou de lui faire une caresse.


Nous tenons à avertir que ceci concerne celui qui est capable de se retenir d’aller jusqu’au
rapport charnel. L’épouse du Prophète ‘Aïcha a dit :

WWW.TIDJANIYYA.ORG
« Le Prophète embrassait et touchait ses femmes alors qu’il jeûnait et il était le plus à même
de se retenir. » [Hadith Sahih rapporté par al Boukhari, Mouslim, abou Dawoud et Tirmidhi]
Remarque : Ce Hadith étant Sahih, il annule toute interprétation comme l’énonce la règle
suivante : « Si la transmission est authentique, la raison en témoigne » [Tiré du livre as-Sabil]
Par conséquent, si la personne a un écoulement de « Madhi » [Le Madhi est le liquide
transparent apparaissant après l'excitation] cela n’annule pas le jeûne mais nécessite le lavage
de la partie ainsi que le nettoyage à l’eau de l’endroit souillé. De plus cette personne doit refaire
ses ablutions si elle veut prier.
Cependant s’il s’agit du « Maniu » [Le Maniu est le liquide spermatique], les savants ont divergé
mais selon la parole la plus vraisemblable le jeûne n’est pas annulé, car selon un athar [récit
d’un pieux prédécesseur], on questionna Jaber ibn Zaïd sur un homme qui éjacula pendant le
mois de Ramadhan après avoir regardé sa femme avec un fort désir : " A-t-il annulé son jeûne?"
"Non !" Répondit-il. "Qu’il continue son jeûne !".
• Le fait de se réveiller en état de pollution [A cause d’un rapport charnel durant la nuit
du Ramadhan ou bien à cause d’un rêve érotique.]
« ... le Fajr se levait alors que le Prophète était en
état d’impureté majeure (Janaba)» [Extrait du Hadith
authentique rapporté par al Boukhari, Mouslim, abou
Dawoud et Tirmidhi]
Certains savants ont déduit de ce Hadith que celui
qui se réveille pour la prière de l’aube en état
d’impureté, il lui suffit de se laver et de jeûner
normalement.
Il en est de même pour les femmes atteintes de
menstrues ou de lochies s’interrompant juste avant
l’aube. Quant aux hommes, ils doivent s’empresser
de se laver, si possible avant la prière du Fajr pour
leur permettre de participer à la prière en commun.
Par contre, il n’est pas permis de reculer le lavage
ainsi que la prière jusqu’au lever du soleil.
Quant à celui qui fait une sieste durant la journée du
jeûne, et qui se réveille en état de «Janaba», son
jeûne est toujours valable car cela est contre son
gré. Il lui suffira simplement de se laver [Résumé de
la réponse du Cheikh ibnou Baz, p. 51 « Fatawa
siyam »].
Il est permis de faire le « Wissal » jusqu’au Souhour [C’est le fait de ne manger qu’au Souhour
uniquement]
Le Prophète a dit : « Ne faites pas le jeûne continuel (el Wissal). Si l’un d’entre vous veut
continuer, alors qu’il continue jusqu'au Souhour ». [Extrait du Hadith rapporté par al Boukhari et
abou Dawoud]

WWW.TIDJANIYYA.ORG
Quant au Wissal que pratiquait le Prophète qui consistait à jeûner plusieurs jours consécutifs
sans aucune interruption, ceci est particulier au Prophèteet il n’est autorisé que pour lui.
• Le Siwak (cure-dents), le parfum, les pommades, le noir pour les yeux (Khôl), le
henné, les gouttes pour les yeux et les oreilles ainsi que les piqûres (injections non
nutritives) et avaler sa salive.
L’origine de tout cela est la permission car si cela
était interdit pour le jeûneur, Allah nous en aurait
informé, et de plus le Prophète nous en aurait
averti. Allah a dit dans le Coran (Traduction
relative et approchée) :
{Et ton seigneur n’oublie point.} [Sourate 19 - Verset
64]
Quant aux piqûres, elles sont de deux sortes : Celles
destinées aux soins et celles qui sont nutritives (qui vont alimenter l’organisme telle que la
perfusion). La première catégorie n’annule pas le jeûne alors que la seconde l’annule car
indirectement elle remplit la fonction nutritive, elle est considérée comme de la nourriture que
l’on consomme par voie naturelle. A ce propos, il est dit religieusement : « Si le sens est prouvé,
qu’importe la forme ».[Voir la réponse du Cheikh ibnou ‘Otheïmine page 42 du livre « Fatawa
Siyam]
Pour ce qui est de la permission du noir pour les yeux : Il est rapporté qu’Anas se
fardait les yeux en jeûnant. L’Imam Chafi’i l’a autorisé ainsi que le « Prince des
croyants » dans la science du Hadith, el A’mach qui a dit : « Je ne connais personne parmi nos
amis (les savants) qui répugnaient (Makrouh)le Khôl pour le jeûneur. » [Cheikh ibnou Baz (les
gouttes pour les yeux et les oreilles : p. 43 ; avaler sa salive : p.38) - Cheikh ibn ‘Outheïmine (le
parfum : p. 43 ; le Hénné : p. 45 ; le Siwak : p. 39) - Cheikh ibn Djibrine (la pommade : p. 41)]
• Cas particuliers
- Est-il permis à celui qui tombe malade (maladie temporaire) ou qui voyage pendant le
Ramadan de rompre le jeûne?
Oui, Allah dit (Traduction relative et approchée) : {...quiconque d’entre vous est malade ou
en voyage, devra jeûner un nombre égal de jours...} [Sourate 2 - Verset 184]
- Qu’en est-il des vieilles personnes, des malades (incurables) étant dans l’incapacité de jeûner?
Celui qui est dans ce cas doit, par conséquent, donner à manger à un pauvre pour chaque jour
non jeûné. La preuve de cela réside dans le verset suivant (Traduction relative et approchée) :
{... Mais pour ceux qui ne pourraient le supporter, il y a une compensation : nourrir un pauvre.}
[Sourate 2 - Verset 184]
Et ibn ‘Abbas a dit : « Ceci n’est pas abrogé mais s’applique plutôt au vieillard et à la
vieille, ainsi que le malade chronique, la femme enceinte et celle qui allaite... » [Sahih, voir « El
Irwa / 912 » également dans Sahih al Boukhari]
Il faut donc savoir que la compensation (Fidya) fut abrogée pour ceux qui ont la capacité de
jeûner.

WWW.TIDJANIYYA.ORG
- Qu’est ce qui est le plus méritoire pour le malade et le voyageur ? La rupture ou le jeûne ?
Si le voyageur ainsi que le malade n’ont aucune peine à jeûner, le jeûne est préférable.
Cependant, s’ils peinent à jeûner, la rupture leur serait préférable (Afdal). La preuve est extraite
du récit dont le sens est le suivant : Lors des batailles en compagnie du Prophète pendant le
Ramadhan, certains compagnons jeûnaient et d’autres pas et nul ne faisait grief à l’autre. Mais
ils voyaient que celui qui avait la capacité de jeûner, cela était mieux et voyaient que celui qui se
sentait affaibli, la rupture lui était préférable. [Hadith Sahih de Mouslim et Tirmidhi n°574]
Bien sûr, une fois la situation passée (voyage ou maladie) le jeûneur doit s’empresser de
rattraper ses jours et ne pas attendre le Ramadhan prochain car il ignore à quel moment la mort
peut survenir...
- Qu’en est-il de la femme enceinte et de celle qui allaite ?
Ibn ‘Abbas a dit : « Si la femme enceinte craint pour sa personne et celle qui allaite
craint pour son enfant pendant le Ramadhan, alors qu’elles mangent et qu’elles donnent à la
place pour chaque jour non jeûné à manger à un pauvre et qu'elles ne rattrapent pas les jours
non jeûnés.» [Sahih : voir ce qu’a dit Cheikh El Albani dans El Irwa, vol. 4, p. 19 jusqu'à At-
Tabari (2758) et la chaîne est authentique d’après les conditions de Mouslim.]
Le fait qu’elles ne rattrapent pas les jours est l’avis le plus fondé, d’ailleurs il est celui d’ibn
‘Abbas et d'ibn ‘Omar et on ne leur connaît point de divergence parmi les
compagnons. [Pour celui qui désire approfondir ce sujet, qu’il retourne au livre Sifat sawm an-
nabi fi Ramadhan, d’après Salim al Hilali et ‘Ali Hassan el Halabi]
- Que doit faire l’homme qui s’est endormi sans savoir que la nouvelle lune a été aperçue (il
devrait donc jeûner le lendemain) et qui par conséquent ne jeûna pas ce jour
?
Cet homme, qui n'a eu connaissance du début du mois de Ramadhan
qu’après le Fajr doit passer le restant de la journée à jeûner, et il se doit
également de rattraper ce jour de jeûne. Ceci est l’avis de la majorité des
savants, sauf pour ibn Taymiya qui dit : « L'intention suit la
connaissance, or cette personne ne savait pas, donc elle est excusable car elle était ignorante ;
donc si elle débute son jeûne à partir de l'instant où elle sait, alors son jeûne est correct et il ne
lui incombe pas de rattraper ce jour » . [Traduction de la réponse de cheïkh al ‘Otheïmine,
Majmou’Fatawa (P.474)]
- Une personne peut-elle rompre son jeûne car elle passe des examens ?
Ceci est une erreur et ce n'est pas permis, car le fait de passer des examens ne justifie pas
l’interruption de son jeûne. De plus la personne a la possibilité de réviser le soir et elle n'est pas
dans l'obligation de rompre son jeûne. Cette personne doit se repentir et rattraper ses jours si
elle était ignorante à ce sujet. [Traduction de la réponse de cheïkh al ‘Otheïmine,
Majmou’Fatawa (P.492)]

WWW.TIDJANIYYA.ORG
Premièrement, il est recommandé au jeûneur de dire à celui qui s’attaque à lui ou le combat :
«J’observe le jeûne ». En plus, il doit le traiter bien compte tenu de ce qui a été rapporté par al-
Boukhari et par Mouslim (‫ )رضي  عـنھـ ْم‬d’après Abou Hourayra selon qui le Messager
d’Allah a dit : « le jeûne est une protection ; que le jeûneur s’abstienne de tout propos
obscène et n’agisse pas avec légèreté. Si quelqu’un s’attaque à lui ou lui adresse des injures
qu’il dise : " J’observe le jeûne " deux fois. Au nom de celui qui tient mon âme en Sa main !
L’odeur de la bouche du jeûneur est plus agréable à Allah le Très Haut que celle du musc. Le
jeûneur cesse de manger, de boire et de s’adonner au plaisir sexuel à cause de Moi. Et Je me
chargerai de le récompenser et toute bonne action sera décuplée ». [Al-Boukhari n° 1894 et
Mouslim 1151]
Deuxièmement, il est recommandé au jeûneur de prendre un repas à l’aube en application d’un
hadith rapporté dans les deux Sahih, d’après Anas Ibn Malick , hadith selon lequel le
Prophète a dit : « Prenez le repas de l’aube, car il est béni » [Rapporté par al-Boukhari, 1923
et par Mouslim, 1095]
Troisièmement, il est recommandé au jeûneur de retarder la prise du dit repas conformément à
ce qui a été rapporté par Al-Boukhari , à savoir que Zayd ibn Thabit a dit :
«Nous avons pris le repas de l’aube avec le Prophète puis il s’est levé pour aller prier ».
«Combien de temps se passait entre l’appel à la prière et le début de celle-ci ? » - « A peu près
le temps de la lecture de 50 versets » [Rapporté par al-Boukhari, 1921]
Quatrièmement, il est recommandé de hâter la rupture du jeûne compte tenu de la parole du
Prophète : « Les gens seront bien aussi longtemps qu’ils rompront très vite leur jeûne dès le
coucher du soleil » [Rapporté par al-Boukhari, 1957 et par Mouslim, 1098.]
Cinquièmement, il est recommandé de couper son jeûne en prenant des dattes fraîches ou, à
défaut, des dattes tout court. Si l’on n’en trouve pas, que l’on se contente de l’eau, compte tenu
du hadith dans lequel Anas dit : « le Messager d’Allah coupait son jeûne en
prenant des dattes fraîches avant d’aller prier. Quand il n’y en avait pas, il prenait des dattes
sèches ou, à défaut, quelques gorgées d’eau ». [Rapporté par Abou Dawoud, 2356 et par at-
Tirmidhi, 696 et jugé « beau » par al-Irwa, 4/45.]
Sixièmement, il lui est recommandé – c’est même un devoir plus exactement – de prononcer le
nom d’Allah et de dire après avoir rompu son jeûne : « Mon Seigneur ! J’ai jeûné pour Te
complaire et coupé mon jeûne grâce à Ta subsistance. Mon Seigneur ! Agrée mon action, Tu es
certes Celui qui entend tout et sait tout ». Ce hadith est faible d’après l’affirmation d’Ibn al-
Qayyim dans Zad al-Maad, 2/51.
Il est rapporté encore qu’il est recommandé de dire : « La soif est étanchée et les veines sont
arrosées et la récompense confirmée, s’il plaît à Allah » [Rapporté par Abou Dawoud, 2357 et
par al-Bayhaqui, 4/239 et jugé « beau » dans al-Irwa, 4/39.]

WWW.TIDJANIYYA.ORG
Des hadiths sont rapportés à propos du mérite des prières du jeûneur. En voici quelques-uns :
1/ D’après Anas le Prophète a dit : « Trois prières ne seront pas rejetées : celle du
père (pour son enfant), celle du jeûneur et celle du voyageur » [Rapporté par al-Bayhaqui, 3/345
et jugé authentique par al-Albani dans as-Sahiha, 1797.]
2/ Un hadith rapporté par Abou Umama et hautement attribué au Prophète dit :
« Allah le Très Haut, le Béni, affranchit des gens à chaque rupture du jeûne » [Rapporté par
Ahmad, 21698 et déclaré authentique par Al-Albani dans Sahih at-Targhib, 1/491.]
3/ Abou Said al-Khoudri a rapporté ce hadith qu’il a attribué hautement : « Allah , le
Très Haut, le Béni, affranchit des gens chaque jour et chaque nuit du Ramadan, et tout
musulman a, chaque jour et chaque nuit, une prière exaucée » [Rapporté par al-Bazzaz et
déclaré authentique par al-Albani dans Sahih at-Targhib, 1/491.]

Introduction
Louange à Allah

Allah a béni Ses serviteurs de certaines saisons de bonté dans lesquelles les récompenses
des bonnes actions (les hassanat) sont multipliées et les mauvaises actions (say-at) sont
pardonnées. Le statut des gens est élevé et le cœur des croyants est tourné vers leur Maître.
Ceux qui se purifient parviennent au succès et ceux qui sont corrompus échouent. Allah a
créé Ses serviteurs pour L’adorer, comme Il dit :

{Je n'ai créé les djinns et les hommes que pour qu'ils M'adorent ...} [Sourate 51 - Verset 56]

Un des plus grands actes d’adoration est le jeûne, qu’Allah a rendu obligatoire. Il dit à ce
sujet :

{Ô les croyants! On vous a prescrit as-Siyam comme on l'a prescrit à ceux d'avant vous, ainsi
atteindrez-vous la piété ...} [Sourate 2 - Verset 183]

Allah a encouragé Ses serviteurs à jeûner : {[...] mais il est mieux pour vous de jeûner; si
vous saviez !} [Sourate 2 - Verset 184]

WWW.TIDJANIYYA.ORG
Allah les encourage à Le remercier pour avoir rendu le jeûne obligatoire.

{Allah veut pour vous la facilité, Il ne veut pas la difficulté pour vous, afin que vous en
complétiez le nombre et que vous proclamiez la grandeur d'Allah pour vous avoir guidés, et afin
que vous soyez reconnaissants} [Sourate 2 - Verset 185]
Il a rendu le jeûne agréable et pas trop difficile pour les croyants afin que ces derniers ne
trouvent pas trop pénible de renoncer à leurs habitudes et à leurs automatismes durant ce mois
de jeûne.
Il n’est pas étonnant que durant ce mois le cœur des croyants se tourne vers leur Seigneur le
plus miséricordieux ; Le craignant et souhaitant atteindre Sa récompense et ainsi la grande
victoire : le Paradis.
Comme cet acte d’adoration a une signification importante, il est essentiel de connaître les
règles qui ont un rapport avec le mois de Ramadhan pour que les musulmans sachent ce qui est
obligatoire, interdit ou permis et faire en sorte de se soumettre aux épreuves de la privation.

Ce livre est un résumé des règles du jeûne. Puisse Allah m’en faire profiter à moi-même et
mes frères musulmans.
Louange à Allah , le seigneur des mondes.

Définition du Jeûne

1) Le jeûne [As-Siyam] signifie en arabe s’abstenir. En Islam cela signifie s’abstenir de ce qui
pourrait rompre le jeûne, depuis l’aube jusqu’au coucher du soleil, et se donner en un premier
lieu l’intention de jeûner.
Des règles du jeûne

WWW.TIDJANIYYA.ORG
2) La communauté s’est mise d’accord sur le fait que le mois du jeûne, le ramadhan, est
obligatoire. C’est prouvé dans le Coran et dans la sunnah. D’ailleurs Allah dit à ce sujet :

{Ô les croyants! On vous a prescrit as-Siyam comme on l'a prescrit à ceux d'avant vous, ainsi
atteindrez-vous la piété} [Sourate 2 - Verset 183]
Le Prophète a dit : « L’Islam est construit sur cinq piliers ... » Parmi ces cinq éléments il y
mentionna le jeûne pendant le mois du ramadan. [Hadith rapporté par al-Bukhari dans al-fath,
1/49.]
Quiconque a rompu le jeune pendant le mois du ramadhan sans excuse valable a commis un
crime grave.
Des vertus du jeûne
3) Les vertus du Jeûne sont d’une importance considérable et un des commentaires rapportés
comme hadith sahih est qu’Allah a choisi le jeûne et qu’Il multipliera la récompense de celui
qui le fait sans compter comme il le dit dans le hadith qudsi suivant : « A l’exception du jeûne qui
n’est fait uniquement que pour Moi et Je récompenserait celui qui le fait. »[Al-Bukhari, al-Fath,
no. 1904 ; Sahih al-Targhib, 1/1407.]
« Le jeûne n’a pas d’équivalent. » [Al-Nisa’i, 4/165 ; Sahih al-Targhib 1/413]
« L'invocation de celui qui jeûne ne peut être refusée. » [Hadith rapporté par al-Bayaqui, 3/345;
al-Silsilat al-Sahih, 1797.]
« Celui qui jeûne connaît deux grands moments de joie, l’un quand il rompt le jeûne et l’autre
quand il rencontre son Seigneur qui se réjouit de son jeûne. » [Hadith rapporté par Muslim,
2/807.]
« Le fait de jeûner sera pris en compte pour intervenir en la faveur de celui qui l’a fait le Jour du
Jugement Dernier. " Ô Seigneur, je l’ai privé de sa nourriture et de ses désirs physiques durant
la journée, alors laisse-moi intercéder en sa faveur maintenant." » [Hadith rapporté par Ahmad,
2/174. Al Haythami a classé son isnad comme hasan dans al-Majma’, 3/181 ; Il faut voir aussi
dans Sahih al-Targhib, 1/411.]
« Jeûner est une protection et une forteresse qui éloigne des feux de l’enfer. » [Hadith rapporté
par Ahmad, 2/402 ; Sahih al-Targhib, 1/411, Sahih al-Jaami’, 3880.]
Le Ramadhan est un pilier de l'Islam
Le Coran a été révélé durant ce mois et au sein de ce mois il y a une nuit qui vaut des milliers
de mois.
« Lorsque arrive le mois de Ramadan, les portes du Paradis sont ouvertes et celles de l'enfer
fermées, tandis que les “ chayatines ” (démons) sont enchaînés » [Hadith rapporté par al-
Bukhari, al-Fath, no.3277.]
WWW.TIDJANIYYA.ORG
« Celui qui jeûne le mois de Ramadan avec foi en comptant sur la récompense divine, ses
péchés lui seront pardonnés » [Hadith rapporté par al-Bukhari, Fath, no.37.]
Des avantages du Jeûne
4) Il y a beaucoup de sagesse et d’avantages à faire le jeûne. Il faut se pencher, sur ce sujet,
sur la taqwa mentionnée par Allah dans le verset : {[...] ainsi atteindrez-vous la
piété} [Sourate 2 - Verset 183]
On interprète ce verset de la manière suivante : Si on se retient d’agir de façon licite en
souhaitant gagner le plaisir d'Allah et par peur de subir Son châtiment, il sera d’autant plus
facile de se retenir face à des actions illicites [harram].
Quand le jeûneur sent son estomac se tordre de faim, il vit l’expérience des pauvres. C’est alors
qu’il éprouve de la compassion à leur égard et leur donne quelque pour leur apaiser un tant soit
peu leur faim. Entendre parler des pauvres, ce n’est pas pareil que de partager leurs
souffrances. Tout comme un conducteur ne comprend les difficultés de la marche jusqu’à ce
qu’il descende de son véhicule et se mette à marcher.
Jeûner entraîne sa volonté à éviter les désirs et nous éloigne du pêché. Cette activité permet à
l’homme de dépasser sa nature humaine et de se détacher de ses habitudes. Ceci entraîne
aussi à s’habituer à être organisé et ponctuel, ce qui résoudrait le problème de beaucoup de
gens inconsciemment désorganisés.
Jeûner est également une bonne démonstration de l’unité des musulmans dans la mesure où la
Oumma [la communauté] jeûne et rompt son jeûne en même temps.

Jeûner est une opportunité pour l'évocation d'Allah . Pendant ce mois beaucoup de gens se
rendent à la mosquée pour la première fois. Il y en a d’autres encore pour qui leur dernière visite
remonte à pas mal de temps. Ils ont tous le cœur ouvert. C’est donc une opportunité pour nous
de prêcher de manière douce, de leur enseigner les leçons appropriées et de leur dire des
paroles qui leur seront bénéfiques tout en associant la droiture et les bonnes actions. On ne doit
pas être si préoccupé par les autres. En effet la da'wa ne doit pas nous faire oublier nous-
mêmes si bien que nous devenons comme une lumière dont seuls les autres bénéficient.
La Sounna du Jeûne
Certains aspects sont obligatoires (wajib) et d’autres sont recommandés (mustahab). Nous
devons bien nous tenir à manger et à boire quelque chose lors du souhour et à le faire tarder
jusqu’au moment qui précède l’adhan du Fajr. Le Prophète nous dit : « Faites le souhour car
c’est un repas béni » [Hadith rapporté par al-Bukhari, Fath, 4/139.]
« Le souhour comporte de la nourriture bénite et c’est ce qui nous différencie des autres gens
du Livre. Un bon souhour pour le croyant est de manger des dattes. » [Hadith rapporté par Abu
Dawoud, no. 2345 dans Sahih al-Targhib, 1/448.]

WWW.TIDJANIYYA.ORG
Il ne faut pas retarder le moment de l’iftar car le
Prophète nous dit : « Les gens de bien seront ceux qui
ne repousseront pas le moment de l’iftar. » [Hadith
rapporté par al-Bukhari, Fath, 4/198.]
Il faut rompre le jeûne à la manière qui nous est décrite par
Anas dans le hadith. Dans ce dernier, Anas
nous raconte que le Prophète rompait son
jeûne avec des dattes fraîches avant de faire sa prière. S’il
n’avait pas à sa disposition des dattes fraîches alors il
prenait des dattes sèches. Et s’il n’avait pas de dattes
sèches, alors il buvait de l’eau à toutes petites gorgées.
» [Hadith rapporté par al-Tirmidhi, 3/79 et d’autres. D’après
lui, il s’agit d’un hadith quasiment hasan. Il a été classé
comme sahih dans al-’Irwa’, no.922.]
Après le jeûne ; il faudrait répéter les paroles du hadith
rapporté par Ibn ‘Umar qui nous dit qu’au
moment de rompre le jeûne, le Prophète disait :
Dhahaba dh-dhama wa btallati l-'ourouq wa thabata l-
ajrou insha Allah - "La soif s'est dissipée, les vaisseaux
se sont irrigués et la récompense est confirmée si Allah le veut". [Hadith rapporté par Abu
Dawoud, 2/765. Son Isnan a été classé comme hasan par al-Daraqutni, 2/185.]
Il faut s’éloigner des pêchés car le Prophète nous a dit : « Quiconque d’entre vous jeûne, ne
doit pas se laisser tenter par un quelconque pêché... » [Hadith rapporté par al-Bukhari, al-Fath,
no. 1904.]
Celui ou celle qui jeûne ne doit pas s’engager à des actes illicites comme la médisance, les
obscénités et les mensonges. Sinon il (ou elle) perdra toute sorte de récompense. Le
Prophète nous dit : « Il se peut que celui qui jeûne n’obtienne rien de son abstention si ce
n’est que le fait d’avoir eu faim. »[Hadith rapporté par Ibn Maajah, 1/539, Sahih al-Targhib,
1/453.]
Ainsi, pour de nombreux musulmans, le mois qui devrait être celui du tajahud, du dhikr et de
l’adoration devient celui où on dort toute la journée pour éviter d’avoir faim, où on manque à ses
prières et à l’opportunité de prier ensemble et où on finit ses nuits en s’adonnant à des
divertissements et à laisser parler ses désirs.
Certaines personnes appréhendent ce mois avec beaucoup d’ennui et d’embarras ne pensant
qu’aux plaisirs qu’elles vont rater !
Il est également important de faire preuve de maîtrise de soi-même et de calme. Pourtant c’est
le contraire qu’on voit quand on regarde les conducteurs énervés au volant se dépêcher quand
ils entendent l’adhan du maghreb.
Il ne faut pas beaucoup manger car le Prophète nous dit : « Il n’y pas quelque chose de pire
pour le fils d’Adam que de remplir son estomac » [Hadith rapporté par al-Tirmidhi, no. 2380 ;
d’après lui il s’agit d’un hadith sahih et hasan.]

WWW.TIDJANIYYA.ORG
La personne sage veut manger pour vivre et non pas vivre pour manger. La meilleure des
nourritures est celle qui est là pour être utilisée et non celle qui est là pour être servie.

Mais les gens se laissent aller à différentes sortes de nourriture pendant le mois du ramadhan et
envisagent la nourriture comme une forme artistique virtuelle si bien que les femmes passent
leur temps à faire à manger, ce qui les retient loin de l’adoration. D’ailleurs on passe plus de
temps à s’occuper de la nourriture pendant le mois du ramadhan. C’est pourquoi ce mois
devient la période des indigestions, de l’embonpoint, des maladies gastriques. Les gens y
mangent comme des gloutons et boivent comme des assoiffés ... et au moment d’aller prier le
tarawih, ce n’est pas sans dédain qu’ils s’encouragent à se lever pour le faire. Certains vont
même jusqu’à quitter les tarawih après avoir tenu deux raka’ats.
Il faut être généreux dans le sens où il faut partager son savoir, donner de l’argent et user de
son statut social d’autorité ou encore de ses atouts physiques pour venir en aide aux autres. Il
faut bien évidemment adopter un bon comportement. Al-Bukhari rapporta qu’Ibn
‘Abbas dit : « Le Messager d’Allah était le plus généreux des hommes et il était
encore plus généreux pendant le mois du ramadhan. A ce moment-là Jibril (‫ ) َعـلـَـيْه السَّال ُم‬vint à se
rencontre. Il avait l’habitude de lui rendre visite tous les soirs et de lui enseigner le Coran. Le
Messager d’Allah faisait preuve d’une générosité immense et inimitable. » [Hadith rapporté
par al-Bukhari, al-Fath, no.6]
Comment les gens pourraient faire preuve d’avarice et de fainéantise au lieu d’être généreux et
de faire de bonnes actions ? Comment ces gens peuvent utiliser l’excuse du Ramadhan pour se
permettre de mal traiter les autres et de ne pas mener à bien leurs tâches ?
Combiner le jeûne avec l’aumône aux pauvres est une des meilleures manières d’accéder au
paradis comme le Prophète l’a dit : « Au paradis il y a des pièces dont on peut voir l’intérieur
et dont l’intérieur se reflète à l’extérieur. Allah les a préparées pour ceux qui donnent à
manger aux nécessiteux, ceux qui sont doux dans leur langage, qui jeûnent régulièrement et qui
prient quand les gens sont endormis » [Hadith rapporté par Ahmad, 5/343]
Le Prophète nous dit : « Quiconque donne de la nourriture à quelqu’un pour rompre son
jeûne aura la même récompense sans aucune altération. Sa récompense sera égale que celle
de celui qui aura jeûné. » [Hadith rapporté par al-Tirmidhi, 3/171 ; Sahih-al-Targhib, 1/451]
Cheikh al-Islam Ibn Taymiya a dit : « Ce qui est sous-entendu dans ce hadith est que
celui qui donne doit donner jusqu’à ce que l’autre soit satisfait. »
Un grand nombre de pieux prédécesseurs préféraient les pauvres à eux-mêmes quand il
s’agissait de rompre le jeûne. Parmi eux il y avait ‘Abd-Allah ibn ‘Umar, Malik ibn Dinar, ahmad
ibn Hanbal et d’autres encore (‫)رضي  عـنھـ ْم‬. 'Abd-Allah ibn ‘Umar ne rompait pas le
jeûne tant qu’il n’y avait pas d’orphelins et de nécessiteux avec lui.

WWW.TIDJANIYYA.ORG
Cheikh Mouhammed Saleh el Mounajeed

Ce qui devrait être fait pendant ce mois de Ramadhan

5) Il faut se préparer et préparer son environnement pour l’adoration d’Allah .

Les pieux se hâtent pour se repentir et se tourner vers Allah . Ils se réjouissent au
début du Ramadhan, jeûnant correctement, en ayant le bon état d’esprit et craignant Allah
en priant les tarawih. Ils ne se sentent pas fatigués.
Ils lisent le Coran en entier, plusieurs fois, en s'impliquant émotionnellement. Ils essaient de
donner du sens à ce qu’ils lisent dans le Saint Coran.
La ‘umrah pendant le ramadhan est l’équivalent du hajj. Et la charité que vous faîtes est
multipliée pendant ce mois du ramadhan.
Il ne faut pas hésiter à se faire des bénédictions les uns aux autres pendant ce mois du jeûne.
En effet le Prophète a annoncé à ses compagnons (‫ )رضي  عـنھـ ْم‬ce qui était bien de faire au
début du ramadhan et parmi ces activités. Le Messager d'Allah nous dit : « Voilà que
commence le mois du ramadhan qui est un mois béni. Allah a posé comme obligation de jeûner
le mois du Ramadhan. Pendant ce laps de temps, les portes du Paradis sont ouvertes et celles
de l’enfer sont fermées. De plus, les démons sont enchaînés. Il y un jour durant ce mois qui est
l’équivalent d’un millier de jours de jeûne et quiconque est privé de ce bienfait est vraiment
malheureux. » [Hadith rapporté dans al-Nisa’i, 4/129, Sahih al-Targhib, 1/490.]
Quelques règles du jeûne
6) Il existe un type de jeûne qui se fait pendant des jours consécutifs pour expier les péchés
encourus
Quelqu'un qui fait le voeu de jeûner doit le faire.
Il y a également un autre type de jeûne qui ne se fait pas sous forme de jours consécutifs
[comme par exemple, le fait de rattraper des jours du mois du ramadhan].
7) Les jeûnes volontaires peuvent compenser les manquements produits lors des jeûnes
obligatoires.
Nous avons : al ‘achoura, ‘arafah, mais aussi le 13, 14, et 15ème
jour dans le mois lunaire, les lundi et les jeudi, les six jours du
chawal et jeûner le plus possible pendant le mois du muharram et
de cha’ban. [Voir calendrier de prière afin de situer les mois]
8) Il ne faut pas commencer à jeûner un vendredi [Rapporté par Al-
Bukhari, fath al-Bahri, no.1985] ou jeûner un samedi à moins qu’il
ne s’agisse d’un jeûne obligatoire. [Hadith rapporté et classé
comme hasan par al-Tirmidhi, 3/111.]
Il n’est pas permis de jeûner pendant toute une vie. Il est
egalement interdit de jeûner deux ou trois jours à la suite sans
s’arrêter [c'est à dire sans rompre le jeûne au maghreb - coucher du soleil -], comme il est illcite
de jeûner les deux jours de l'aïd.

WWW.TIDJANIYYA.ORG
Comment détermine-t-on le début de Ramadhan
9) Le début du ramadhan est confirmé par la nouvelle lune ou après la fin des trente jours de
cha’ban. Quiconque voit le croissant de la nouvelle lune - ou une personne sûre qui l’a vu - est
obligé de jeûner.
D’après le hadith du Prophète : « Jeûne quand tu la vois (la nouvelle lune) [...]»
Si un adulte sain et digne de confiance, un bon musulman qui a une bonne vue dit qu’il a vu le
croissant de lune avec ses yeux, alors nous devons le croire sur parole et agir en conséquence.
Qui doit jeûner
10) Jeûner est une obligation pour tous les adultes sains et sédentaires [qui ne passent pas leur
temps à voyager]. La musulmane qui est capable de jeûner et celle qui n'a pas ses
menstruations (hayd) ou des saignements postnatals
On considère qu’une personne a atteint l’âge adulte si ces trois conditions sont remplies :
• L’émission de sperme dans les rêves ou autres.
• La pilosité sur les parties intimes.
• Avoir 15 ans.
Dans les cas des femmes il y a une quatrième condition qui doit être remplie, il s’agit des
menstruations.
11) On doit apprendre (doucement) aux enfants à jeûner dès l’âge de 7 ans. Les enfants seront
récompensés pour avoir jeûné et les parents seront récompensés pour avoir bien élevé leurs
enfants et les avoir guidés vers le bien.
12) Si un mécréant devient Musulman, ou qu'un enfant atteint la puberté, ou qu'un handicapé
mental recouvre toute sa raison pendant la journée, alors ils doivent jeûner le reste de la
journée, car ils comptent désormais parmi les personnes pour qui le jeûne est obligatoire.
Toutefois, ils ne doivent pas rattraper le reste des jours du mois de Ramadan pendant lesquels
ils n'ont pas jeûné, car ils n'étaient pas encore à cette période dans l'obligation de le faire.
13) Le malade mental n'est pas responsable de ses actes (les actions des malades mentaux ne
sont pas comptabilisées), mais si une personne perd la raison en certaines périodes et la
recouvre en d'autres périodes, il se doit de jeûner quand il est en possession de sa raison, et il
est excusé pendant ses périodes de maladie (perte de la raison). S'il perd la raison pendant la
journée, cela n'annule pas son jeûne - exactement comme pour celui qui perd conscience
durant sa maladie ou pour une autre raison - car il avait l'intention de jeûner alors qu'il possédait
encore sa raison. (Majaalis Shahr Ramadaan par Ibn 'Uthaymeen, p.28). Les règles
concernant les cas similaires comme les épileptiques sont les mêmes.
14) Si une personne meurt pendant Ramadan, elle n'a aucune "dette" envers le reste des jours
qu'elle n'a pas jeûné.
15) Si une personne ne sait pas qu'il est obligatoire de jeûner Ramadan, ou qu'il est interdit de
manger ou d'avoir des rapports sexuels pendant la journée de ce mois, alors la majorité des
savants affirment que cette excuse est acceptable ; ainsi que l'est celle du nouveau converti à
l'Islam, ou celle du Musulman vivant dans Dâr-al-Harb (tout pays non musulman) et celle d'un

WWW.TIDJANIYYA.ORG
Musulman qui a été élevé parmi les kuffâr (mécréants). Mais une personne qui a été élevée
avec les Musulmans et qui a su poser les questions et trouver les réponses n'a aucune excuse.
Des voyageurs
16) Pour qu'un voyageur puisse suspendre son jeûne, certaines conditions doivent être réunies.
Son voyage doit être long, ou bien considéré comme un véritable voyage (bien qu'il y ait une
différence d'opinion parmi les savants sur ce point), et la destination doit dépasser la ville (et les
environs) où il habite. (La majorité des savants affirme qu'il ne peut suspendre son jeûne avant
d'avoir franchi les limites de la ville. Ils disent qu'un voyage n'a pas réellement commencé avant
d'avoir franchi les limites de la ville et que la personne habite effectivement la ville et y vit.

Allah dit dans le sens des versets :

{Donc quiconque d'entre vous est présent en ce mois, qu'il jeûne ! Et quiconque est malade ou
en voyage, alors qu'il jeûne un nombre égal d'autres jours.} [Sourate 2 - Verset 185]
Il n'est pas considéré comme un voyageur tant qu'il n'a pas quitté la ville ; s'il est encore dans la
ville, il est compté comme étant "présent en ce mois", il ne lui est donc pas, non plus, permis de
raccourcir ses prières. Son voyage ne doit pas non plus être effectué dans le but de pécher,
selon la majorité des savants, ou dans le but d'éviter l'obligation du jeûne.
17) Le voyageur est autorisé à suspendre son jeûne, selon le consensus, qu'il soit capable de
continuer son jeûne ou pas, et qu'il soit difficile pour lui de jeûner ou non. Même si son voyage
est facile, et qu'il a quelqu'un pour le servir, il lui est permis de suspendre son jeûne et de
raccourcir ses prières. [Majmoo' al-Fataawaa, 25/210]
18) Quiconque est déterminé à voyager pendant le Ramadan ne doit pas avoir l'intention de
suspendre son jeûne jusqu'à ce qu'il soit véritablement en voyage, car quelque chose peut
arriver qui retarde son départ. [Tafseer al-Qurtubi, 2/278]
Le voyageur ne doit pas suspendre son jeûne jusqu'à ce qu'il ait dépassé les dernières
habitations de sa ville, il peut alors casser son jeûne.
De même, s'il est en avion, une fois qu'il a décollé et
dépassé les limites de la ville, le jeûne peut être rompu. Si
l'aéroport est à l'intérieur de la ville, ou y est attaché, cette
personne ne doit pas rompre son jeûne car elle est encore
à l'intérieur de sa propre ville.
19) Si le soleil se couche et que cette personne rompt son
jeûne à terre - et non en plein vol - puis que l'avion décolle
et qu'elle voit à nouveau le soleil, elle ne doit pas
s'empêcher de manger car le jour de jeûne a déjà été
complété, et qu'il n'y a pas de moyen de répéter un acte

WWW.TIDJANIYYA.ORG
d'adoration une fois qu'il est terminé.
20) Quiconque voyage vers un lieu et a l'intention d'y résider plus de quatre jours, doit jeûner
cette période, selon la majorité des savants. Donc, si une personne voyage pour étudier à
l'étranger pendant quelques mois ou quelques années, alors d'après l'avis de la majorité des
savants - y compris les quatre imâms - cette personne est considérée comme résidente à
l'étranger et doit donc jeûner et prier ses prières normalement. Si un voyageur passe par une
ville autre que la sienne, il ne doit pas jeûner, sauf si son séjour dépasse les quatre jours,
auquel cas il doit jeûner, car son cas s'apparente à celui des habitants de la ville. [Voir Fataawa
ad-Da'wah par Ibn Baaz, 977]
21) Quiconque commence à jeûner pendant qu'il "réside" dans une ville, puis débute un voyage
en pleine journée est autorisé à rompre son jeûne, car Allah a rendu le long déplacement
une excuse légitime pour ne pas jeûner. Allah dit (dans le sens des versets) :

{Et quiconque est malade ou en voyage, alors qu'il jeûne un nombre égal d'autres jours.
[...]}[Sourate 2 - Verset 185]
22) Une personne qui a l'habitude de voyager est autorisée à ne pas jeûner si elle a un foyer où
séjourner, tel les commis qui travaillent pour servir les intérêts des Musulmans (et aussi les
chauffeurs de taxi, les pilotes et employés des transports aériens, même si leur trajet est
quotidien, bien qu'ils doivent rattraper ces jours plus tard). La même règle s'applique aux marins
qui ont un foyer sur terre ; mais si un marin embarque avec sa femme et tous ses biens avec lui
sur le bateau, et qu'il est constamment en voyage, alors il n'est pas autorisé à rompre son jeûne
ou à raccourcir ses prières. Si les bédouins nomades font le trajet entre leur foyer d'hiver et celui
d'été (et vice-versa), ils sont autorisés à raccourcir leurs prières et rompre le jeûne. Mais une
fois dans l'un des deux foyers, ils ne doivent plus rompre leur jeûne ou raccourcir leurs
prières. [Voir Majmoo' Fataawa Ibn Taymiyah, 25/21].
23) Si un voyageur arrive durant la journée, il existe une divergence connue entre les savants
pour déterminer s'il doit arrêter de boire et manger. [Majmoo' al-Fataawa, 25/212]. Par principe
de précaution, il devrait arrêter de boire et manger, respectant alors le mois [du Ramadan], mais
il lui reste tout de même à rattraper ce jour plus tard, qu'il ait ou non arrêté de boire et manger à
son arrivée.
24) S'il commence Ramadan dans une ville, puis voyage à une autre ville où les habitants ont
commencé avant ou après lui, alors il doit suivre ces habitants là où il est arrivé. Il doit donc
terminer le Ramadan uniquement quand ils le terminent, même si cela signifie jeûner plus de
trente jours, car le Prophète a dit : "Jeûnez quand tout le monde jeûne et rompez votre jeûne
quand tout le monde rompt le jeûne."

WWW.TIDJANIYYA.ORG
Si cela porte le jeûne à moins de vingt neuf jours, il doit alors le rattraper après le Eid, car le
mois du calendrier lunaire ne peut comporter moins de vingt neuf jours. [Tiré des Fataawa al-
Shaykh 'Abd al-'Azeez ibn Baaz : Fataawa al-Siyaam, Daar al-Watan, pp. 15-16]
Des Malades
25) Quand les gens sont malades si bien qu’ils ne sentent pas du tout bien, la personne est
autorisée à ne pas jeûner. Voici la preuve :
{[...] Quiconque est malade doit rattraper le même nombre de jours en dehors du mois du
ramadhan [...]} [Sourate 2 - Verset 185]
Mais si la personne a une petite maladie comme un mal de tête ou de la toux, il n’y a donc pas
de raison à ce qu’elle ne fasse pas le jeûne.
S’il y a une prescription médicale ou que
nous sommes sûrs que nous allons être
malades on ne jeûne pas car en le faisant
notre état physique va empirer, il est donc
permis de rompre le jeûne. Il est même
fortement déconseillé de le faire dans ces
cas-là. Si quelqu’un qui est malade décide
de ne pas faire le ramadhan, il ne doit pas le
faire le lendemain matin sous prétexte qu’il
se sente bien car ce qui compte, c’est le
moment de l'intention.
26) S’il sait que jeûner va le rendre
inconscient, il vaut mieux qu’il ne jeûne
pas. [Al-Fatawa, 25/217]
Si quelqu’un perd conscience durant la
journée et retrouve ses esprits plus tard
avant le maghreb ou même après, son jeûne est encore valide tant qu’il avait jeûné le matin. Par
contre s’il avait perdu conscience depuis le fajr jusqu’au maghreb, alors, d’après un grand
nombre de savants, le jeûne n’est plus valide. Par conséquent, il doit rattraper le jeûne peu
importe combien de temps il a été inconscient. [Al-Mughni ma’a charh al-Kabir, 1/412 ; 3/32 ; al-
Mawsou’ah al-Fiquihah al-Kuwaytiyah, 5/268.]
D’après la majorité de savants, quelqu’un qui est inconscient pendant trois jours ou moins pour
avoir pris des somnifères ou qui a été anesthésié pour une raison quelconque, il doit rattraper le
jeûne car on le considère comme quelqu’un qui a dormi.
27) Si quelqu’un a vraiment très soif ou très faim et qu’il sent qu’il va en mourir ou qu’il est fort
possible qu’il perde ses facultés, il doit rompre le jeûne et le rattraper plus tard car préserver sa
vie est une obligation en Islam. Mais il est évident qu’on ne peut rompre le jeûne si on endure
une épreuve qu’on peut tant bien que mal supporter ou qu’on a seulement peur d’être malade
ou encore qu’on imagine être atteint d’une supposée maladie.
Les gens dont le travail sollicite l’endurance physique ne doivent pas rompre le jeûne et ils
doivent, avant tout, avoir l’intention dans la nuit de jeûner le jour suivant. S'ils ne peuvent pas

WWW.TIDJANIYYA.ORG
s’arrêter de travailler et s'ils ont peur qu’un mal leur arrive, dans la journée où ils sont confrontés
à des épreuves extrêmes qui les poussent à rompre leur jeûne, ils devront rattraper.
Les personnes qui s’activent dans des travaux qui demandent de
la force physique comme dans la fournaise et la fonte de métaux,
devraient essayer de faire leurs heures de travail la nuit ou de faire
en sorte de prendre leurs congés pendant le ramadhan ou encore
prendre de congés même s’ils ne sont pas payés. Si toutes ces
situations ne peuvent être réalisées, alors ils doivent changer de
travail dans lequel ils pourront combiner et leurs aspirations
religieuses et leur travail.
« Et quiconque aime Allah en accomplissant son devoir envers Lui,
Il lui fera un chemin qui lui permettra de s’en sortir [des difficultés].
Et Il lui fournira des aides qu’il ne pourra même pas s’imaginer.
» [Fatawa al-Lajnah al-Da’inah, 10/233,235.]
Les examens des étudiants ne constituent pas des excuses pour
rompre le jeûne. Et il n’est pas permis de le faire même pour obéir
à ses parents. En effet on ne peut se soumettre à aucun individu si
ce n’est à son Créateur. [Fatawa al-Lajnah al-Da-imah, 10/241.]
28) Les personnes âgées qui pensent retrouver leur santé doivent attendre jusqu'à que cela soit
le cas. C’est alors qu'elles pourront rattraper les jours de jeûne qu’elles n’ont pas fait pendant le
mois du ramadhan. Elles ne peuvent pas se contenter de donner seulement à manger aux
pauvres. Les personnes qui souffrent de maladies chroniques et qui ne peuvent aller mieux ainsi
que les personnes âgées qui ne peuvent vraiment pas jeûner doivent nourrir un pauvre avec la
moitié d’un sa’a de nourriture de subsistance pour chaque jour qu’il n’a pas fait. [Les avis des
savants diffèrent sur la quantité à donner : la moitié d'un sa'a - environ 1,5 kg - de la nourriture la
plus répandue dans le pays pour certains, un moud - environ 500 g - pour d'autres]. Il doit
donner de la nourriture et non de l’argent comme il l’est dit dans le verset. [Fatawa al-Lajnah al-
Dawi’ah, 10/198.]
Mais il peut aussi distribuer de l’argent à une personne digne de confiance ou une organisation
charitable pour qu’ils puissent acheter de la nourriture et la distribuer aux pauvres en son
nom. Si quelqu’un réalise qu’il est atteint d’une maladie chronique et qu’il attend toujours d’aller
mieux un jour pour pouvoir rattraper ses jours de jeûne, il doit, en attendant, nourrir un pauvre
tous les jours où il ne jeûne pas. [D’après la fatawa du cheikh
Ibn Uthmayin.]
Si une personne est malade et espère aller mieux vient à
décéder alors elle n'aura aucune dette à payer ni elle, ni ses
héritiers. Si une personne est atteinte d’une maladie
chronique, alors, qu'elle ne jeûne pas mais qu'elle donne à
manger aux pauvres à la place. Cela dit, même s’il y a des
progrès dans la recherche scientifique et qu’on trouve un
remède à la maladie de celui qui est invalide, celui-ci n’aura
pas besoin de rattraper les jours de jeûne dans la mesure où

WWW.TIDJANIYYA.ORG
seuls les moments présents comptent. [Fatawa al-Lajnah al-Da’iwah, 10/195.]
29) Si une personne malade est capable de rattraper ses jours de jeûne mais ne peut pas
mener cette tâche à terme car elle a été surprise par la mort, alors on doit prélever de l’argent
de son compte pour nourrir un pauvre chaque jour qu’elle a manqué. Si un membre de sa
famille veut faire les jours de jeune à sa place alors c’est possible car il a été rapporté dans
sahihayn que le Prophète a dit : « Quiconque meurt avant d’avoir rattrapé ses jours de jeûne
alors un membre de sa famille peut le faire à sa place. » [D’après la fatawa al-Lajnah al-Da’ilah,
le volume à propos de la da’wah, 806.]
Des personnes agées
30) Les personnes âgées qui sont de plus en plus fatiguées et qui sont trop faibles pour faire le
ramadhan ne sont pas tenues de jeûner.
{[...] En ce qui concerne ceux qui ne peuvent pas faire le ramadhan ou du moins qui le font avec
beaucoup de difficulté ils peuvent donner à manger aux pauvres et ce chaque jour. [...]} [Sourate
2 - Verset 184]
Ceux qui sont devenus séniles et confus dans leur tête ne sont pas obligés de jeûner et leur
famille n’est pas non plus tenue de le faire pour eux car cette catégorie de gens n’est plus
considérée comme responsable. Si tantôt ils sont sains d’esprit et tantôt ils ne le sont pas, il vaut
mieux qu’ils le fassent quand ils sont dans leur état normal et qu’ils ne fassent pas quand leur
esprit est confus.
31) Les personnes qui se battent contre l’ennemi ou qui sont assiégées par l’agresseur, alors
elles ont le droit de rompre le jeûne même si elles ne voyagent pas. Si elles ont besoin de
rompre le jeûne avant de se battre, alors elles le font.
D’après un hadith, le Prophète dit un jour à ses Compagnons (‫)رضي  عـنھـ ْم‬: « Au petit matin
vous allez devoir combattre l’agresseur, et jeûner va vous affaiblir, alors rompez le jeûne
». [Hadith rapporté par Muslim, 1120 ; ‘Abd al-Baqi]
Les savants de Damas firent des fatwas du même genre quand leur ville a été attaquée par les
tatares.
32) Si quelqu’un est déclaré officiellement malade et donc incapable de faire le ramadhan, alors
il ne doit pas éprouver de la honte ou quoi que ce soit d’autre en mangeant et buvant sans se
cacher de personne. Mais si les raisons pour lesquelles il (ou elle) ne le fait pas sont d’ordre
privé, alors il vaut lieux se nourrir en douce pour éviter de se faire faussement accuser.
De l'intention dans le jeûne
33) La foi est une condition du jeûne obligatoire (fard) dans le cas où l'on doit rattraper des
jours, ou à titre expiatoire (kafarah) car le Prophète nous dit : "Il n’y a pas de jeûne pour celui
ou celle qui n’avait pas l’intention de jeûner la nuit d’avant." [Hadith rapporté par Abu Dawoud,
no.2454.]
On peut en avoir l’intention à n'importe quel moment de la nuit même s'il se peut que cela se
produise tout juste avant le fajr. L’intention est le fait du cœur qui est décidé à faire quelque
chose. Le dire à haute voix est une innovation répréhensible.

WWW.TIDJANIYYA.ORG
Quand on sait que le jour suivant est un jour du ramadhan, on se donne l’intention de le faire.
[Majmou’ al-fatawa cheikh Ibn taymiya, 25/215.]
Si quelqu’un à l’intention de rompre le jeûne mais ne le fait pas, alors son jour de jeûne n’en est
pas affecté : il est comme une personne qui a l’intention de parler durant sa prière mais ne le fait
pas. Certains de ces savants pensent qu'on n’a plus de jeûne quand on n’a plus l’intention de le
faire. Alors pour être sûr, il faut rattraper ce jour de jeûne.
Quelqu’un qui fait le jeûne pendant le mois du ramadhan n’a pas besoin de répéter son intention
de le faire chaque soir. Il suffit d’en avoir l’intention à chaque début du ramadhan. Si le jeûne
pendant le mois du ramadhan a été interrompu par une maladie ou par un voyage, alors il faut
renouveler l’intention de le faire.
34) Avoir l’intention de jeûner la nuit d’avant n’est pas un critère pour les jours de jeûne qu’on
fait de manière surrégatoire (le nafl) car le hadith rapporté par ‘Aicha nous révèle :
« Le Messager d’Allah entra chez moi et me demanda si j’avais à manger. Je lui répondis
que non ; alors il décida qu’il allait jeûnait. » [Hadith rapporté par Muslim, 2/809, ‘Abd al-Baqui.]
Mais dans le cas de jeûnes surrégatoires tels que ‘Achoura’ ou ‘Arafah, il vaut mieux se
prémunir et avoir l’intention de jeûner la nuit d’avant.
35) Si quelqu’un jeûne pour rattraper des jours de jeûne obligatoire, ou pour accomplir un voeu,
ou encore pour s'expier de ses erreurs, alors il ne doit pas rompre le jeûne à moins qu’il n’aie
d’excuse valable.
Quand il s’agit du jeûne surérogatoire, on a le choix soit de continuer à jeûner, soit de rompre
son jour de jeûne même si on n’a pas d’excuse valable : « Quelqu’un qui fait du surérogatoire a
le choix d’achever ou de rompre son jeûne, même s’il n’a aucune raison de le faire. » [Hadith
rapporté par Ahmad, 6/342.]
Le Prophète se leva en jeûnant et finit par manger. Rapporté dans Sahih Muslim, dans
l’épisode de 'al-hais (un type de nourriture) où on offrit à manger au Prophète quand il était
chez ‘Aicha , no.1154, ‘Abd al-Baqui
Mais est-ce que la personne sera récompensée même si elle a l’intention de rompre le jeûne ?
Beaucoup de savants disent qu'elle ne sera pas récompensée. Il vaut mieux donc le terminer à
moins qu’on ait une excuse valable pour le rompre.
36) Quand une personne n’apprend qu’après l’aube que le ramadhan a commencé, alors elle
doit se mettre à jeûner et rattraper ce jour de jeûne plus tard. Le Prophète a dit : « Un jour de
jeûne ne sera pris en compte que si on avait l’intention de le faire. »
37) Si un prisonnier sait que le ramadhan a commencé soit en scrutant soi-
même la lune ou soit par une personne digne de confiance, il doit jeûner. S’il n’a
aucune manière de savoir que le mois du ramadhan a commencé, il doit essayer
de le déterminer de lui-même (ijtihad) et agir en conséquence de ses
estimations mentales. S’il s’avère que ses estimations étaient bonnes, tout va
bien selon la majorité des savants. S’il s’avère qu’il a jeûné après que le
ramadhan est commencé, c’est tout de même bon.
Par contre s’il avait jeûné avant que le ramadhan ne commence, il doit rattraper

WWW.TIDJANIYYA.ORG
les jours de jeûne. S’il n’arrive pas à savoir si ses estimations étaient bonnes alors il ne peut que
s ‘en tenir à son jeûne.

Allah ne blâme pas quelqu’un qui n’a pas la possibilité d’en faire plus qu’il ne peut déjà. [Al-
Mansou’a al-Fiquiyah ; 28/84.]
Cheikh Mouhammed Saleh el Mounajeed
Quand faut-il commencer et terminer le jeûne?
38) La personne qui a jeûné doit rompre le jeûne en
fonction de la disparition totale du soleil de notre
vision du ciel et non en fonction de la brume
rougeoyante qui reste dans le ciel, car le
Prophète nous dit : « Quand la nuit est signalée à
cet endroit, donc la fin de la journée aussi, alors
celui qui a jeûné doit rompre son jeûne » [Hadith
rapporté par al-Bukhari, al-Fath, no.1954]
La sunnah veut que l’on se dépêche à l’heure du
maghrib. Le Prophète ne faisait pas la prière du
maghrib tant qu’il n’avait pas rompu son jeûne même
avec quelques gorgées d’eau. [Rapporté par al-
Hakim, 1/432, al-Silsilat al-Sahhat, 2210.]
Si une personne n’a pas de quoi rompre le jeûne, elle dit en avoir l’intention dans son cœur,
mais elle ne doit pas sucer son doigt comme la plupart des gens. EIle doit bien faire attention à
ne pas rompre le jeûne avant l’heure.
Si une personne n'est pas sûre quant au moment où elle a rompu le jeune - en d'autres termes,
si elle croit avoir rompu son jeûne avant l'heure, alors elle doit rattraper son jeûne car le fait est
que le jour de jeûne n'est pas encore terminé et
qu'on est tenu de le faire jusqu'au bout.
[Fatawa al-lajanh al-Da’imah, 10/287.]
On doit faire attention à ne pas écouter des
personnes qui ne sont pas dignes de confiance
ou encore des enfants. On doit également être
attentif quand on entend l'adhan dans des pays
ou régions étrangères qui ne rompent pas le
jeûne au même moment que chez soi.
39) Quand l'aube apparaît, on doit s'arrêter de
manger et de boire immédiatement, qu'on
entende l'adhan ou pas. L'aube correspond à
cette lumière qui traverse l'horizon à l'est. Si on
sait que le muezzin fait l'adhan à l'aube, il faut
s'arrêter de manger et de boire aussitôt qu'on
entend l'adhan. En revanche, si on sait que le
muezzin fait l'adhan au fajr, alors on peut

WWW.TIDJANIYYA.ORG
continuer à boire et à manger même si on l'entend.
Si le jeûneur ne connaît pas les habitudes du muezzin et qu'il ne peut pas déterminer l'heure de
l'aube lui-même, alors il doit faire en sorte de se servir des horaires prescrits si, bien sûr, il sait
qu'il peut faire confiance aux estimations qui y sont faites.
Le fait de s'arrêter dix minutes avant le fajr tient à de l'innovation. En effet sur certains horaires,
on voit l'indication "imsak" [l'heure à laquelle on doit arrêter de manger et de boire] ; ici il y a
quelque chose de contraire à l'esprit de l'islam.
40) Les gens qui vivent dans les grandes villes où il y a une grande différence entre le jour et la
nuit doivent faire le jeûne et le rompre en fonction des horaires de l'endroit en question. Ceux
pour qui la nuit est bien plus courte que le jour ou est même presque nulle, doivent rompre le
jeûne en fonction de l'endroit le plus près où il y une différence entre le jour et la nuit.
Des conditions qui rompent le jeûne
41) Mis à part les menstruations (hayd) et les saignements post-natals (nifas), ce qui peut faire
rompre le ramadhan ne peut être envisagé que selon ces 3 conditions :
• La personne doit être consciente du fait qu'elle va rompre le jeûne
• La personne doit être consciente de ce qu'elle fait et qu'elle n'a pas oublié qu'elle jeûnait.
• La personne agit en fonction de sa volonté. En d'autres termes elle n'est pas forcée de le
faire.
42) Parmi ce qui annule le jeûne, il y l'éjection de liquides physiques comme lors des rapports
intimes, les menstrues et les choses qui impliquent de la matière qu'on ingère comme de la
boisson ou de la nourriture. [Mamjou’ al-Fatawa, 25/148]
Parmi ce qui annule le jeûne, il y a le fait de prendre des médicaments et des comprimés
oralement ou des piqûres qui contiennent des substances nutritives, mais aussi des transfusions
sanguines.

Les piqûres qui ne sont pas données en substitut de nourriture et de boisson, comme la
pénicilline et l'insuline ou encore des vaccins, ne font pas rompre le jeûne ; et ceci sans prendre
en compte qu'il s'agit d'injections intramusculaire ou intraveineuses. [Fatawa Ibn Ibrahim 4/189.]
Mais si on a un doute il vaut mieux se faire ces injections durant la nuit.
La dialyse rénale, où le sang est retiré, nettoyé et remis à sa place avec d'autres produits
chimiques et des substances nutritives telles que le sucre et le sel, est considérée comme
quelque chose qui annule le jeûne. [Fatawa al-Lajnah al-daimah, 10/190.]
Selon une approche très précise, les suppositoires, les gouttes pour les yeux, se faire enlever
une dent ou encore se faire soigner des blessures n'annulent pas le jeûne. [Majmou’ fatawa
chaikh al-Islam, 25/233 ;25/245.]
Les inhalateurs pour asthmatiques ne font pas rompre le jeûne car il ne s'agit que d'un gaz
comprimé qui va droit aux poumons. Ce n'est pas de la nourriture et ces bombes sont
indispensables à n'importe quel moment de la journée même pendant le ramadhan.
Se faire une prise de sang n'annule pas le jeûne et c'est permis car c'est quelque chose de
nécessaire. [Fatwa al-Da-wah, Ibn Baz, no. 979.]

WWW.TIDJANIYYA.ORG
Les médicaments que l'on prend en gargarismes ne font pas rompre le jeûne tant qu'ils ne sont
pas avalés. Si on se fait plomber une dent et qu'on sent le goût du plombage même dans sa
gorge, le jeûne n'est pas annulé. [D’après la fatwa oral de Cheikh ‘Abdel Aziz ibn Baz.]
Les éléments suivants ne font pas rompre le jeûne :
• Avoir des gouttes pour les oreilles, ou pour le nez en évitant de les absorber jusqu'à la
gorge.
• Les comprimés qu'on met sous la langue pour traiter une angine ou d'autres maladies,
tant qu'on ne les avale pas.
• Tout ce qu'on insère dans le vagin, comme les doigts pour des raisons médicales.
• On jeûne toujours si on insère dans l'utérus des produits ou des appareils pour analyser
ce qu'il y a à l'intérieur.
• On peut également prendre du siwak, se faire plomber les dents, se laver les dents si on
n'avale rien du tout.
• On peut également se rincer, se gargariser la gorge avec des médicaments tant qu'on
n'avale pas les produits.
• On peut se faire des injections intraveineuses, intramusculaires et sous-cutanées
excepté s'il s'agit de substances nutritives.
• On a aussi droit aux gaz anesthésiques tant qu'on ne donne pas au patient des solutions
nourrissantes.
• On peut aussi utiliser des médicaments qui sont absorbés par la peau comme la crème et
les patchs à teneur chimique. On peut également scanner les organes tels que l'abdomen ou
même pour faire des opérations.
• On peut se faire prélever des bouts d'organes ou du foie tant que cette extraction n'est
pas accompagnée de solutions nutritives.
• On peut se faire introduire n'importe quel appareil médical dans la tête pour se faire
ausculter le cerveau.
43) Quelqu'un qui mange ou boit durant le ramadhan sans aucune raison valable a commis le
plus grand des pêchés (kabirah) et doit se repentir en essayant de le rattraper plus tard. S'il
rompt le jeûne avec une substance alcoolique (ou encore autre chose qui est aussi illicite) ; il
commet un pêché aussi grand que de ne pas l'avoir commis. Peu importe le cas de sa rupture, il
doit se repentir sincèrement et faire des actes d'adoration. Dans ces cas-là, il ne faut surtout
qu'il ait des manquements dans ses actes pieux obligatoires comme la prière. Il lui est
également fortement recommandé de faire des nafila (actes surérogatoires).

WWW.TIDJANIYYA.ORG
44) « S'il oublie et donc mange ou boit, alors il vaut mieux qu'il termine le jeûne car Allah l'a
nourri et lui a donné à manger. » [Hadith rapporté par al-Bukhari, Fath, no. 1933.]
Selon un autre commentaire, il a été dit : « Il n'a pas à rompre le jeûne plus tard et tenter de se
faire expier ses fautes (la kafarah) ». Si quelqu'un voit une autre personne boire ou manger car
elle a oublié qu'eile a jeûné, celui-ci doit le lui rappeler à cause du sens général du verset :
{… Aidez-vous les uns aux autres dans un esprit bon et pieux…} [Sourate 5 - Verset 2]
Et le hadith : « Si j'oublie, rappelle-moi. »
Et à partir du principe selon lequel, quand on fait quelque chose de mauvais (al mounkar) on
doit faire en sorte de changer. [Majis chahr ramadhan, Ibn Othmayan, p.70]
45) Ceux qui doivent rompre le jeûne car ils doivent sauver la vie
de quelqu'un en danger de mort. Cette possibilité n'est en vigueur
que si quelqu'un se noie ou et qu'il y a le feu et qu'une ou des
personnes risquent de brûler. Dans ces cas-là, on rattrape les
jours où on a rompu le jeûne.
46) Si quelqu'un est obligé de faire le jeûne mais qu'il a des
rapports sexuels durant un jour du mois du ramadhan de son plein
gré - quand les organes sexuels entrent en contact et que le bout
du pénis pénètre dans le vagin- son jeûne est rompu. Qu'il éjacule
ou pas, il doit se repentir.
Il doit prolonger le jeûne, rattraper le jour de jeûne plus tard et faire preuve d'expiation.
« Un jour que nous étions assis en compagnie du Prophète , un homme s'approcha de lui en
courant et cria : "Ô Messager d'Allah ! Je suis maudit !"
Le Prophète lui demanda : "Mais que t'arrive-t-il ?" - Il répondit : "Alors que je jeûnais j'ai eu
des rapports avec ma femme." Alors le Prophète lui demanda :
- "As-tu un esclave que tu peux affranchir ?" - "Non", répondit-il.
- "Peux-tu jeûner pendant 2 mois consécutivement ?" "Non", répondit-il.
- "Peux-tu nourrir 60 pauvres ?" "Non", répondit-il. »
[Hadith rapporté par al-Bukhari, al-Fath, 4, n°1936 .]
On retrouve les mêmes conditions pour le cas de la zina (adultère ou fornication), de
l'homosexualité ou encore de la bestialité. Avoir des rapports par le coït, commettre l'adultère,
être homosexuel sont des pêchés capitaux en Islam et sont des pêchés encore plus gaves
quand ils sont commis pendant le ramadhan.
Si on a des rapports pendant un ou plusieurs jours du
ramadhan, on est tenu à l'expiation et au rattrapage des
jours de jeûne. Le fait de prétendre ne pas le savoir n'est
pas une excuse valable. [Fatawa al-lajnah al-Da-imah,
10/321.]
47) Si un homme veut avoir des rapports avec sa femme, et
qu'il mange d’abord, alors il a violé la pureté de ce mois

WWW.TIDJANIYYA.ORG
deux fois : d'abord en mangeant et ensuite en ayant des rapports avec sa femme. Il doit se
repentir sincèrement et faire acte d'expiation.
48) S'embrasser, s'étreindre, se toucher et se regarder à plusieurs reprises est permis quand on
est avec sa femme, si on est capable de se contrôler; car il a été rapporté par 'Aicha
dans Sahihan que le Prophète avait l'habitude de prendre dans ses bras ses femmes et de
les embrasser tout en gardant le contrôle de lui-même.
D'ailleurs, d'après le hadith qoudsi, quand quelqu'un se laisse vite emporter par ses désirs, il
vaut mieux pour lui ne pas se laisser aller à ces actes car son jeûne serait annulé, car il aura
éjaculé et aura eu des rapports avec sa femme.

Allah dit à ce sujet : {Et il doit se préserver de ses désirs pour Moi.}
L'esprit en Islam est que lorsqu'une situation mène à l'illicite, celle-ci est totalement à bannir.
49) Si quelqu'un est engagé dans des actes sexuels avec sa femme et ce alors que l'aube ne va
pas tarder à se lever, il doit cesser et son jeûne sera valable même s'il éjacule après son retrait.
Mais dans le cas où il continue, son jeûne est annulé. Il doit donc se repentir et rattraper son
jeûne plus tard et faire preuve d'expiation.
50) S'il fait jour, et que la personne est encore en état de janabah (l'impureté après l'acte sexuel)
ceci n'affecte pas la valeur de son jeûne. Il peut retarder son nettoyage (ghusl) quand il s'agit de
janabah, ou après les menstrues ou de saignements postnatals. Cela dit, il vaut mieux se hâter
pour pouvoir faire sa prière.
51) Si quelqu'un qui jeûne fait un rêve où il exprime des fantasmes, cela ne fait pas rompre le
jeûne conformément à la plupart des savants (ijma'). Donc il doit compléter son jeûne. Il faut
bien évidemment se laver sans trop tarder car il faut prier.
52) Si on éjacule durant le ramadhan en regardant une femme plus d'une fois ou en la touchant
alors qu'on aurait pu s'en empêcher, on doit continuer à faire le jeûne mais on doit aussi
rattraper un jour de ramadhan et se repentir auprès d'Allah .
Si quelqu'un commence à se masturber et s’arrête avant d’avoir éjaculé. Il doit se repentir mais
n’a pas à rattraper son jour de jeûne plus tard car il n’a pas éjaculé. Il faut s’éloigner de tout ce
qui pourrait provoquer ses désirs et toutes mauvaises pensées.
Aussi, selon la majorité des savants, s’il émet un fluide de sa prostate, cela ne rompt pas le
jeûne.
L’émission de wadi, à savoir le liquide qui coule après avoir uriné et qui apparaît sans aucune
sensation de désir quelconque ne fait pas rompre le jeûne. On n’a pas besoin non plus de se
laver. Cela dit il faut faire l’instinja (se nettoyer les parties intimes) et faire les petites ablutions ;
alors il ne doit pas rompre le jeûne. Par contre s’il avale un petit bout de quelque chose, ceci
pourrait rompre le jeûne. Il est illicite de le mâcher surtout si cette substance a une odeur ou un
goût.
Si quelqu’un souffre de saignements de nez alors son jeûne est encore valable car ce n’est pas
quelque chose qu’il peut contrôler.
54) Utiliser le siwak fait partie de la sunnah même si
on jeûne. [Fatawa al-Sa’diyah, 245.]

WWW.TIDJANIYYA.ORG
Cela dit, on doit éviter tout siwak qui peut être dilué dans la bouche ; auquel cas on ne doit pas
en avaler les petits morceaux. Il est évident que s’il s’avère qu’on en avale un ou deux morceaux
involontairement, alors on n’aura pas rompu son jeûne.
55) Les choses qu’on ne peut pas éviter de sentir ou d’avaler ne font pas rompre le jeûne. C’est
le cas, par exemple, de la poussière. Même s’il salive et ensuite s’en débarrasse, il ne rompt pas
son jeûne. [Al-Mughni d’Ibn Qudamah, 3/10.]
Utiliser des substances avec de bonnes odeurs comme le parfum ou des
senteurs agréables comme des crèmes parfumées ne nuit pas à la valeur
du ramadhan. On peut d’ailleurs même utiliser du khol ou du henné ou
encore de l’huile. On peut même inclure des produits pour se laver ou des
crèmes pour adoucir la peau. Il n’y pas de mal à sentir de bonnes odeurs
comme l’encens, tant qu’on ne le renifle pas, ou se parfumer de crèmes
adoucissantes. Par contre il faut éviter d’utiliser de la pâte à dentifrice car
elle a une odeur trop forte et il serait préférable d’attendre la nuit. [Al-
Majalis, ibn Uthmayin , p.72.]
56) Il vaut mieux que la personne qui jeûne ne fasse pas une saignée
(hijamah) même si cela ne lui fait pas rompre son jeûne.
57) Fumer rompt le jeûne.
58) Se mettre dans de l’eau chaude ou s’envelopper dans des vêtements chauds ne fait pas
rompre le jeûne. Il n’y pas de mal à se verser de l’eau tiède, par exemple sur la tête pour apaiser
sa faim et sa soif. Par contre, il n’est pas recommandé de nager car cela pourrait rompre le
jeûne.
59) Si une personne mange, boit ou a des rapports sexuels, en pensant qu'il fait encore nuit,
puis se rend compte que l'aurore est déjà apparue, alors nul mal n'est commis, car le verset
affirme clairement qu'il est permis de faire cela jusqu'à ce qu'on soit sûr que l'aurore s’est levée.
'Abd al-Razzaaq rapporte avec un isnaad sahih (chaîne authentique) remontant à Ibn
'Abbâs : "Allah vous a permis de boire et manger tant qu'il vous reste un doute à
l'esprit" [Fath al-Baari, 4/135 ; c'est aussi l'opinion de Shaykh al-Islam Ibn Taymiyyah, Majmoo'
al-Fataawa, 29/263]
60) Si une personne brise son jeûne en pensant que le soleil est déjà couché alors qu'il ne l'est
pas, il doit rattraper son jeûne plus tard (selon la majorité des savants), car l'argument est qu'il
fait encore jour, et un fait certain ne peut être abandonné pour un fait douteux (Shaykh Ibn
Taymiyah pensait qu'il n'était pas nécessaire pour une personne dans cette situation
de rattraper son jeûne). Si l'aurore apparaît et la personne a encore de la nourriture ou de la
boisson en bouche, les juristes sont d'accord que si la personne recrache tout, son jeûne est
valide. Ceci est la règle de celui qui boit ou mange car il oublie, puis se souvient qu'il est en
jeûne : s'il se dépêche de cracher ce qu'il a dans sa bouche, son jeûne est encore valide.
Des règles du jeûne pour les femmes
62) Une femme ayant atteint l'âge de la puberté, mais étant trop timide pour le dire, pour ne pas
jeûner, doit se repentir et rattraper les jours qu'elle a ratés, et elle doit aussi nourrir un
pauvre pour chaque jour, par acte d'expiation pour avoir ajourné son jeûne. Si le Ramadan

WWW.TIDJANIYYA.ORG
suivant vient et qu'elle n'a toujours pas rattrapé ces jours, son cas est celui d'une femme qui a
ses règles mais ne jeûne pas par timidité, et ne rattrape pas ses jours de retard.
Si une femme ne sait pas exactement combien de jours elle a
ratés, elle devra jeûner jusqu'à la conviction intime d'avoir rattrapé
les jours ratés et les jours qu'elle n'a pas rattrapés de ses mois de
Ramadhan précédents, ainsi que les actes d'expiation pour chaque
jour. Elle peut le faire en même temps que le jeûne ou séparément,
cela dépend de ce qu'elle est capable de faire.
63) Une femme ne doit pas jeûner sans la permission de son mari,
si celui-ci est présent, excepté pendant le Ramadhan.
64) Quand une femme qui a ses règles, voit la substance blanche
"qui coule par l'utérus quand ses règles sont finies" par laquelle
une femme sait qu'elle est maintenant devenue taahir (pure), celle-
ci doit avoir l'intention de jeûner depuis la veille et elle doit jeûner.
Si elle n'a jamais eu un moment où elle s'est aperçue qu'elle est devenue taahir, elle doit insérer
un bout de coton ou quelque chose de semblable et si le coton reste propre, elle doit jeûner, et
si elle recommence à saigner, il faut qu'elle arrête de jeûner, que le sang soit une tâche ou un
écoulement, car cela annule son jeûne aussi longtemps que les règles ne sont pas finies. [Fatwa
al-Lajnah al-Daa'imah, 10/154.]
Si l'arrêt du sang continue jusqu'au Maghreb, et qu'elle a jeûné avec l'intention depuis la veille,
alors son jeûne est valide. Si une femme ressent en elle le mouvement du sang menstruel, mais
qu'aucun écoulement ne s'ensuit avant le coucher du soleil, son jeûne est valide et elle ne doit
rien rattraper.
Si les règles ou le saignement post-natal d'une femme cessent pendant la nuit, et qu'elle fait
l'intention de jeûner, mais que l'aurore arrive avant qu'elle n'ait pu faire son ghusl (grandes
ablutions), alors d'après tous les savants sont jeûne est valide. [Al-Fath, 4/148.]
65) Si une femme sait que ses règles arriveront demain, elle doit garder son intention et
continuer à jeûner ; elle ne doit pas rompre son jeûne jusqu'à ce qu'elle voie vraiment son
sang.
66) Il est meilleur pour une femme ayant ses règles de rester naturelle et accepter ce
qu'Allah lui a destiné pour elle en ne prenant pas de médicament pour empêcher le
saignement.

Elle doit être satisfaite de ce qu'Allah accepte d'elle, qu'elle ne jeûne pas pendant ses règles
et qu'elle rattrape ces jours plus tard. Voilà comment étaient les Mères des Croyants et les
femmes des pieux prédécesseurs. [Fatawa al-Lajnah al-Daa'imah, 10/151.]
En outre, il existe des preuves médicales qui montrent que beaucoup de substances utilisées
pour empêcher le saignement sont néfastes, et de nombreuses femmes ont souffert de règles
irrégulières après les avoir prises.Toutefois, si une femme le fait et prend quelque chose pour
arrêter le saignement, puis jeûne, alors c'est valable.
67) Istihaadah Après le nettoyage de l'utérus, elle doit jeûner. Les savants ont affirmé que
l'embryon est supposé prendre forme après 80 jours de grossesse.

WWW.TIDJANIYYA.ORG
Si une femme devient pure du nifaas avant 40 jours, elle doit jeûner et faire le ghousl [grande
ablution] afin de prier. [Al-Mughni ma'a al-Sharh al-Kabeer, 1/360.]
Si le saignement recommence dans les quarante jours après la naissance, elle doit arrêter de
jeûner, car c'est encore du nifaas. Si le saignement continue après le quarantième jour, elle doit
avoir l'intention de jeûner et faire le ghousl (selon la majorité des savants), et tout saignement
au-delà du quarantième jour est considéré comme de l'istihaadah (saignement non-menstruel)
sauf si cela coïncide avec sa période de règles habituelle, et, dans ce cas, il s'agit de sang
menstruel.
Si une femme qui allaite jeûne pendant le jour et voit une tâche de sang pendant la nuit, et
qu'elle est restée propre pendant le jour, son jeûne est toujours valide. [Fataawa al-Lajnah al-
Daa'imah, 10/150]
69) Selon l'opinion la plus correcte, une femme enceinte ou qui allaite est considérée comme "le
malade", c'est-à-dire qu'il lui est permis de ne pas jeûner, et elle doit seulement rattraper ses
jours manqués, si elle craint pour elle-même ou pour son enfant.
Le Prophète a dit : "Allah a levé l'obligation de jeûner et une partie de la prière sur le
voyageur, et Il a levé l'obligation du jeûne pour la femme enceinte et les femmes qui allaitent."
[Rapporté par al-Tirmidhi, 3/85.]
70) Dans le cas d'une femme qui est obligée de jeûner, si son mari a des rapports sexuels avec
elle pendant la journée de Ramadhan et qu'elle est d'accord, alors la règle qui s'applique à son
mari s'applique de même à elle. Si, toutefois, il la force, et qu'elle fait de son mieux pour lui
résister, alors elle n'a pas à offrir de compensation.
Ibn 'Aqeel a dit : " Dans le cas d'un homme qui a des rapports avec sa femme pendant
une journée de Ramadhan pendant qu'elle dort, elle n'a pas à offrir d'expiation." Mais, par
principe de précaution, elle doit rattraper ce jour plus tard. (Shaykh Ibn Taymiyah était
d'opinion que le jeûne de la femme n'est pas du tout invalidé).
Une femme qui sait que son mari ne peut se contrôler doit rester loin de lui et ne pas s'embellir
pendant la journée de Ramadhan.
Les femmes doivent rattraper les jours de jeûne qu'elles ont ratés pendant le Ramadhan, même
à l'insu de leurs maris. Il n'est pas nécessaire pour une femme d'avoir la permission de son
mari. Si une femme commence un jeûne obligatoire, il ne lui est pas permis de l'interrompre
sans une raison légitime. Son mari n'est pas autorisé à lui demander de rompre son jeûne
quand il s'agit de rattraper un jour qu'elle a raté. Il ne lui est pas permis d'avoir des rapports
intimes avec elle quand elle rattrape un jour de jeûne, et elle n'est pas autorisée à lui obéir dans
ce sens. [Fataawa al-Lajnah al-Daa'imah, 10/353.]
Dans le cas de jeûnes volontaires (surérogatoires), une femme n'est pas autorisée à
commencer un jeûne libre sans la permission de son mari quand celui-ci est présent sur la base
du hadith rapporté par Abu Hurayrah selon qui le Prophète a dit : "Aucune femme
ne peut jeûner quand son mari est présent sans sa permission" [Rapporté par al-Bukhaari,
4793.]
En conclusion, voici tout ce que j'ai pu écrire sur le sujet concernant le jeûne.

WWW.TIDJANIYYA.ORG
Je prie Allah de nous aider à nous rappeler de Lui, à L'adorer correctement, et à terminer
notre Ramadhan avec Son pardon, et à nous sauver du Feu.

Qu'Allah bénisse notre ProphèteMohammad, sa famille et ses compagnons et les assure de


Son salut.
Cheikh Mouhammed Saleh el Mounajeed

Tout excès est interdit et condamné et celui commis en matière alimentaire l’est davantage.
A ce propos le Très Haut dit :

{Et mangez et buvez; et ne commettez pas d'excès, car Il (Allah ) n' aime pas ceux qui
commettent des excès.} [Sourate 7 - Verset 31]

Le Prophète a dit : « Aucun humain ne remplit un récipient pire que son propre ventre ; il lui
suffit quelques bouchées qui lui permettent de tenir debout. S’il ne peut pas s’en contenter, qu’il
réserve un tiers de son estomac au manger, un tiers à la boisson et un tiers à la
respiration» [Rapporté par at-Tirmidhi, 2380 et par Ibn Madja, 3349 et déclaré authentique dans
Sahihi at-Tirmidhi, 1939.]
Les excès alimentaires comportent de nombreux inconvénients :
- Plus on s’adonne à la jouissance des biens d’ici-bas moins importante sera la part que l’on
recevra des choses de l’Au-delà.
Al-Hakim a rapporté d’après Abou Djouhayfa que le Messager d’Allah a dit : « Ceux qui se
rassasient le plus souvent ici-bas seront ceux qui souffriront le plus de la faim au jour de la
Résurrection ». Le hadith a été rapporté par Ibn Abi ad-Dounya qui l’a commenté ainsi : « C’est
pourquoi Abou Djouhayfa ne s’était jamais rassasié, jusqu’à sa mort » [Déclaré authentique par
al-Albani dans Silsilat al-ahadith as-Sahiha, 342].
Omar a dit : « Au nom d’Allah , si je le voulais, je pourrais être celui d’entre vous qui
porte les meilleurs habits, celui qui consomme la meilleure nourriture et mène la vie la plus
aisée. Mais j’ai entendu Allah s’en prendre à des gens pour un comportement qu’ils avaient
adopté : {Vous avez dissipé vos (biens) excellents et vous en avez joui pleinement durant votre

WWW.TIDJANIYYA.ORG
vie sur terre : on vous rétribue donc aujourd'hui du châtiment avilissant, pour l' orgueil dont vous
vous enfliez injustement sur terre, et pour votre perversité.} [Sourate 46 - Verset 20]. [Voir Hilyat
al-awliya, 1/49.]
- C’est susceptible de détourner l’individu de
beaucoup d’actes cultuels comme la lecture du Saint
Coran qui pourtant devrait constituer une occupation
majeure pour le musulman dans le mois béni de
Ramadan d’après la tradition des ancêtres pieux.
C'est ainsi qu'on voit une femme consacrer la
majeure partie de la journée à préparer un repas et
une bonne partie de la nuit à confectionner des
gâteaux et boissons.
- Quand on mange trop on devient paresseux et
facilement gagné par le sommeil. Ce qui entraîne
une perte de temps. Soufyan ath-Thawri a
dit : « Si tu veux avoir un corps sain et un sommeil modéré, mange peu ».
- L’excès dans la prise de la nourriture entraîne l’inadvertance du cœur [le manque de
concentration].
L’on a dit à l’imam Ahmad : « Peut-on avoir le cœur sensible tout en étant bien
rassasié ? »
« Je ne pense pas ». A-t-il répondu (C’est-à-dire : tel n’est pas mon avis.)

Et Allah le sait mieux.


Cheikh Saleh El Mounajed

Allah a disposé plusieurs règles sur “al-Aîd” qui sont :

1) Qu’il est fortement recommandé que les gens fassent le « takbîr » [glorification d’Allâh]
pendant la nuit de “al-Aîd”, du coucher du soleil du dernier jour de Ramadhân jusqu’à ce que
l’imâm vienne accomplir la prière. La façon de faire le « takbîr » se présente comme suit :
« Allâhu Akbar, Allâhu Akbar, La ilaha illa Allâh ; Allâhu Akbar, Allâhu Akbar, wa Lillah il-Hamd »
Qui veut dire :
« Allâh est le plus Grand, Allâh est le plus Grand, il n’y a de dieu si ce n’est Allâh ; Allâh est le
plus Grand, Allâh est le plus Grand, et toutes les louanges sont à Allâh »
Ou dire trois fois comme ceci :

WWW.TIDJANIYYA.ORG
« Allâhu Akbar, Allâhu Akbar, Allâhu Akbar, La ilaha illa Allâh ; Allâhu Akbar, Allâhu Akbar,
Allâhu Akbar, wa Lillah il-Hamd »
Et tout cela est permis.
Et il leur est demandé que les voix soient élevées pour ceux qui récitent ce « Dhikr », dans les
marchés, les mosquées et les maisons, mais les femmes ne doivent pas élever leurs voix.
2) Qu’ils mangent un nombre impair de dattes avant de sortir pour la
prière de “al-Aîd”, car le Prophète n’a pas entamé le jour de " al-’Aîd "
jusqu’à ce qu’il eût mangé un nombre impair de dattes. (Note : Cela
concerne Aid el Fitr, celui de la fin du mois de Ramadan) Ils doivent se
limiter à un nombre impair comme le Prophète l’a fait.
Quant à la Fête du sacrifice, le Prophète ne mangeait qu'après son
retour du lieu de prière, c'est alors qu'il mangeait de la viande de son
sacrifice. (Note sajidine : le Prophètebéni partait prier sans dejeuner
pour l'Aid el Adha et coupait son jeune avec de la viande de l'animal
sacrifié (certaines versions rapportent qu'il sagit du foie). Il est sounna
de ne pas manger avant de prier (pour les adultes). Pour le reste, au retour, on mange de la
viande si on l'a disponible ou autre chose. Si les abatoirs sont loin et que la viande ne revient
que tard dans l'après midi, voire le lendemain; il ne faut pas attendre car il est interdit de jeuner
en ce jour (comme les 3 jours qui suivent). Cheikh Outheymine (ُ َّ ‫)رح ُمه‬,
َ en commentant un
passage d’un ouvrage de référence hambalite, indique que la sunnah concerne celui qui
sacrifie. Quant à celui qui ne sacrifie pas, il écrit qu’il a le choix de manger ou de ne pas manger
avant la salât de Aid. Et dans le cas où il mangerait, on ne dira pas de lui qu’il a agi de façon
contraire à la sunnah.
3) Ils doivent porter leurs meilleurs vêtements, et cela est pour les hommes. Quant aux femmes,
elles ne doivent pas porter de beaux vêtements quand elles sortent pour le lieu de prière de "al-
’Aîd ", car le Prophète a dit : « Laissez-les sortir de manière décente »
[Rapporté par l’Imâm Ahmad, Abû Dâwud]
Cela veut dire : dans des vêtements habituels [coutumiers] qui ne sont pas des vêtements
extravagants. Il est interdit pour elles de sortir parfumées et maquillées.

4) Il est recommandé (Mustahab) selon certains savants que les gens fassent le "Ghusl" ,les
grandes ablutions pour la prière de "al-’Aîd "parce qu’il est raconté sur le sujet que certains
anciens [Salafs] l’ont fait. "Al-Ghusl ", les grandes ablutions, pour “al-Aîd” est « mustahab »,
recommandé, comme il est prescrit pour le " Djumu’ah", la prière du vendredi, parce que l’on va
rencontrer des gens.
Et si les gens font le "Ghusl" pour cette occasion, alors cela est bon.
5) La prière de "al-’Aîd ". Les Musulmans se sont unanimement accordés sur le fait que la prière
de "al-’Aîd " est légiférée. Certains parmi eux disent : c’est une Sounnah. D’autres disent :
c’est une obligation communautaire (Fardh al-Kifâyah). Et d’autres encore parmi eux disent :
c’est une obligation individuelle (Fardh al-’Ayn), et que celui qui la délaisse est un pécheur. Ils

WWW.TIDJANIYYA.ORG
ont cité comme principe le fait que le Prophète a ordonné aux femmes vierges et célibataires,
ce qui veut dire, celles qui ordinairement ne sortaient pas, d’assister à la prière de "al-’Aîd ".

Mais que celles qui avaient leurs règles (al-haydh) devaient rester loin du lieu de prière, car il
n’est pas permis à une femme ayant ses règles de rester dans la mosquée ; il lui est certes
permis de la traverser mais pas de s’y installer.
Ce qui me semble le plus évident sur la base de preuve (ad-dalîl), c’est que la prière de "Aîd"
est une obligation individuelle (Fardh al-’Ayn), et qu’il est obligatoire à chaque homme d’y
assister, à l’exception de ceux qui ont une excuse valable. Et cela est aussi la position de
Sheikh Ibn Taymiyyah (ُ َّ ‫)رح ُمه‬.
َ [...]
L’imâm récite dans la première raka’atsh : « Sabbih isma rabbika al-A’ala » [Sourate 87] et dans
la deuxième raka’atsh : « Hal atâka hadîth ul-ghâchiyah » [Sourate 88]. Ou il peut réciter la
Sourate « Qâf » [Sourate 50] dans la première raka’ah et la Sourate « al-Qamar » [Sourate 54]
dans la seconde. Les deux choix ont été authentifiés dans des traditions provenant du Messager
d’Allâh .
6) Quand « al-Djumu’ah », la prière du vendredi et “al-Aîd” tombent le même jour, la prière de
“al-Aîd” doit être maintenue, comme doit être maintenue la prière de « al-Djumu’ah », comme
l’indique le sens apparent du hadîth d’An-Nu’mân Ibn Bashîr, rapporté par Muslim dans son
Sahîh. Ceci dit, ceux qui assistent à la prière de “al-Aîd” avec l’imâm peuvent aussi assister à la
prière du « Djumu’ah » s’ils le souhaitent, ou ils peuvent prier « adh-Dhuhr », la prière du zénith.
7) Parmi les règles de la prière de “al-Aîd”, et cela d’après un grand nombre de gens de science,
si une personne vient au lieu de prière de “al-Aîd” avant que l’imâm ne vienne, il doit s’asseoir et
il ne doit pas prier deux raka’ah, car le Prophète a prié “al-Aîd” en deux raka’ah, et il n’a pas
fait de prière ni avant ni après. [Rapporté par al-Bukhârî - n°964]
D’autres parmi les gens de science sont d’avis que quand une personne vient à la prière de la
fête elle ne doit pas s’asseoir avant d’avoir accomplit deux raka’ah, car le lieu de prière de “al-
Aîd” est une mosquée, c’est la preuve de l’interdiction pour les femmes qui ont leurs menstrues

WWW.TIDJANIYYA.ORG
de s’y rendre, donc cela relève du même jugement que pour la mosquée, ce qui indique que le
lieu de prière de la fête est une mosquée.
Ce qui entre dans la signification générale de la parole du Prophète :
« Si l’un de vous entre dans la mosquée, qu’il ne s’assoit pas avant d’effectuer deux raka’ah ».
[Rapporté par al-Bukhârî - n°444]
Quant au fait que le Prophète n’a pas fait de prière ni avant ni après la prière de “al-Aîd”, cela
est dû au fait qu’il arrivait quand la prière [de la fête] avait commencé.
Ainsi donc, il est démontré que nous devrions prier « Tahiyyat al-Masjid » , les deux unités de
prière de salutation de la mosquée, sur le lieu de prière de “al-Aîd”, comme pour ce qui est du
cas de toutes les mosquées, car si nous supposons du hadîth qu’il n’y a pas de « Tahiyyat al-
Masjid » pour le jour de “al-Aîd”, alors nous dirions qu’il n’y a pas pour la prière du Vendredi de «
Tahiyyat al-Masjid », car quand le Messager d’Allâh est arrivé à la mosquée du Vendredi,
Masdjid al-Djumu’ah, il faisait la « khutbah » (Sermon) ensuite il priait les deux raka’ah, et puis il
priait la Sounnah régulière du Vendredi dans sa maison, il n’a donc pas fait de prière ni avant ni
après à la mosquée.
Ce qui paraît vraisemblablement le plus juste est que nous devrions prier sur le lieu de prière de
“al-Aîd” les deux raka’ah comme salutation de la mosquée (Tahiyyat al-Masjid), et avec
cela nous ne devrions pas réprouver untel ou untel sur cette question, car c’est une question sur
laquelle existe des divergences de la part des savants. Il ne doit pas y avoir de blâme sur les
questions qui sont matière à divergence, à moins qu’il y ait un texte clair fait de toute clarté. De
ce fait, nous ne devrions pas réprouver celui qui prie Tahiyyat al-Masjid comme nous ne
devrions pas réprouver celui qui s’assied sans prier.

8) Parmi les règles du jour de “al-Aîd”, il y a « ’Aîd al-Fitr » (après le jeûne du mois de Ramadan)
où l’on doit donner, en ce jour, « Zakât al-Fitr ». Le Prophète a ordonné qu’elle devrait être
sortit avant la prière de “al-Aîd”. Il est permis de la sortir un ou deux jours avant cela, sur la base
du hadîth de Ibn ’Umar rapporté par al-Bukhârî : « [...] Il la donnait un ou deux jours
avant la fête de rupture [al-’Aîd]. » [Rapporté par al-Bukhârî - n°1511].
Et si celle-ci est sortie après la prière de “al-Aîd”, elle n’est pas considérée comme « Sadaqat al-
Fitr », sur la base du hadîth de Ibn ’Abbâs : « Quiconque la paie avant la prière, c’est
une Zakât al-Fitr, et quiconque la paie après la prière, c’est une aumône parmi les aumônes. »
[Rapporté par Abû Dâwud et al-Hâkim qui a dit : « C’est un hadîth authentique [Sahîh] selon les
conditions de al-Bukhârî » et authentifié par sheikh al-Albânî dans « Sahîh Abî Dâwud - n°1420
» qu’il considère comme bon [hassan].
Il est interdit de reporter cette « Zakât al-Fitr » jusqu’à après la prière de “al-Aîd”. Si celle-ci est
reportée sans excuse, c’est une Zakâh qui n’est pas acceptée, mais si la personne a une
excuse valable tel que le voyage, et qu’elle n'a rien à donner ou personne à qui donner, ou
qu’elle attend que sa famille la paie et qu’ils (sa famille) attendent qu'elle la paie, dans ce
cas elle devrait la sortir quand cela s’avère être facile pour elle, quand bien même cela serait fait
après la prière, et il n’y a aucun péché sur elle, car elle a une excuse.

WWW.TIDJANIYYA.ORG
9) Les gens doivent se féliciter les uns les autres,
mais le plus souvent cela se traduit par des
comportements interdit de la part de beaucoup de
personnes, au point que quand des hommes
entrent dans les maisons, ils serrent la mains aux
femmes dévoilées sans la présence de
mahrâm [personne avec qui la femme ne peut se
marier]. Certaines choses blâmables peuvent être
pires que d’autres encore.
Mais il leur est obligatoire d’expliquer et de leur
dire d’interroger des personnes de confiance
parmi les gens de science [afin qu’ils vérifient ces
actions]. Elles doivent leur dire ne pas se mettre en colère et de ne pas suivre les coutumes de
leurs pères et aïeux, car ce n’est pas une interdiction permise, ni même une permission
interdite. Elles se doivent de leur expliquer que si elles font cela, elles seront comme pour qui
Allâh a dit : « Et c’est ainsi que Nous n’avons pas envoyé avant toi d’avertisseur en une cité,
sans que ses gens aisés n’aient dit : Nous avons trouvé nos ancêtres sur une religion et nous
suivons leurs traces.» [Sourate 43, verset 23]
Certaines personnes ont comme habitude d’aller au cimetière le jour de “al-Aîd” afin de passer
les félicitations aux occupants des tombes, mais les occupants des tombes n’ont aucun besoin
de toutes ces félicitations, car
elles ne jeûnent pas, ni ne prient.
La visite des tombes n’est pas
spécifique au jour de “al-Aîd” ou
au vendredi ou tout autre jour. Il
a été prouvé que le Prophète
a visité les tombes le soir,
comme mentionné dans le hadîth
d’Âisha rapporté par
Muslim.
Et le Prophète a dit : «Visitez
les tombes car elles vous
rappelleront l’Au-delà.
»[Rapporté par al-Bukhârî -
n°986]. Cette Sounnah [tradition]
ne s’applique pas aux autres
prières, ni pour « al-Djumu’ah » ou pour toute autre prière, elle est spécifique à “al-Aîd”.
Certains savants voient que cela est aussi légiféré pour la prière du « Djumu’ah » (Vendredi).
Ceci dit, la règle sur cette question est que : « Toute action qui trouve sa raison à l’époque du
Prophète et qu’il n’a pas fait, et qui est prise comme un acte d’adoration est considérée
comme une innovation (Bid’ah) parmi les innovations. » [Madjmu’ Fatâwa de Sheikh Ibn
’Uthaymîne, vol-16 p.216-222]

WWW.TIDJANIYYA.ORG
Cette aumône est une « Sunna » très recommandée et incombe à tout musulman.
Ibn Omar a dit :
Le Prophète a institué la Zakât d'El-Fitr - rupture du jeûne de Ramadan - de la valeur d'un
Saa' de dattes ou d'orge (environ 2,10 livres), due par tout musulman, libre ou esclave, grand ou
petit, homme ou femme. [Al-Boukhari et Mouslim]
Son But
Elle purifie l'âme de ce qui l'aurait souillée pendant le jeûne, tel que le bavardage et les propos
obscènes. Elle procure au pauvre de quoi manger le jour de l'Aïd et lui permet de s'abstenir de
quémander.
Ibn Abbas a dit : Le Prophète a institué la Zakât El-Fitr pour purifier l'âme du
bavardage et des paroles licencieuses et pour donner à manger aux pauvres. [Rapporté par
Abou Daoud, Ibnou Maja & Ha'kim]
Sa quantité et nature
Sa quantité est évaluée à un « Saa' », mesuré par quatre fois la contenance des deux mains
(environ 2,10 livres) de la nourriture la plus généralement en usage dans la région, telle que blé,
orge, dattes, riz, raisin sec, fromage, etc.

Abou Saïd a dit : Du vivant du Prophète nous nous acquittions de la Zakât El-Fitr à
raison d'un Saa' de blé, d'orge, de fromage ou de raisin sec pour chaque membre de la famille,
grand ou petit, libre ou esclave. [Al-Boukhari et Mouslim]
Il n'est pas permis de la donner sous autre forme que des produits alimentaires, même de
l'argent sauf en cas de nécessité. Il n'a pas été rapporté que le Prophète l'eût accomplie en
espèces, ses compagnons (‫ )رضي  عـنھـ ْم‬non plus.
A partir de quand Zakât El-Fitr devient obligatoire et quand faut-il la donner ?
Elle devient obligatoire dès la veille de l'Aïd. Quant au moment de sa remise il est comme suit :
Un temps admissible où il est possible de remettre cette Zakât un jour ou deux avant l'Aïd.
Un temps obligatoire préférentiel : c'est le jour même de l'Aïd depuis l'aube jusqu'avant
l'accomplissement de la prière. C'est la recommandation du Prophète .

WWW.TIDJANIYYA.ORG
Ibn Abbas a dit : le Prophète a institué cette Zakât comme purificatrice du
bavardage et des propos indécents et pour donner à manger aux pauvres. Celui qui s'en
acquitte avant la prière, elle sera pour lui agréée comme Zakât el Fitr, mais livrée après la
prière, elle sera considérée comme une simple aumône.
Un temps obligatoire d'acquittement qui s'étend de l'accomplissement de la prière à l'infini.
A qui donner cette Zakât ?
C'est une aumône à donner comme toutes les autres, mais les pauvres y sont prioritaires, car le
Prophète a dit : « Epargnez leur la mendicité le jour de l'Aïd. »
De ce fait, les indigents y ont plus droit et on ne peut l'attribuer à d'autres que s'ils font défaut,
ou à moins qu'il n’y ait plus nécessiteux qu'eux, ou que d'autres catégories de gens qui en
auraient plus grand besoin.
Remarques
1 - La femme riche peut remettre sa Zakât à son mari pauvre et non le contraire, car elle est à
sa charge.

2 - Le pauvre qui n'a rien à manger ce jour-là est dispensé de cette aumône : Allah ne
charge nulle âme au-dessus de ses moyens.
3 - Celui qui a une partie de nourriture, même petite, excédant celle de la journée de l'Aïd, peut
la donner en Zakât. Elle lui suffit. Allah a dit : {Craignez Allah autant que vous le pouvez.}
[Sourate 64 - Verset 1]
4 - Il est admis de partager une aumône entre plusieurs personnes et de remettre plusieurs
aumônes à un seul pauvre. La loi n'a pas fait de restriction.
5 - Le musulman doit donner la Zakât el « Fitr » là où il se trouve.
6 - Il n'est permis de la transférer que par nécessité. Elle suit alors la règle générale de
l'aumône.
Questions au sujet d'el Zakât Al Fitr

WWW.TIDJANIYYA.ORG
Titre de la Fatwa : Donner Zakât Al Fitre en valeur n'est pas une Bidaâ
Question : Je suis convaincu que Zakât Al Fitr se donne en nourriture. Mais en France, ils
veulent de l’argent et refusent la nourriture même un somalien sans papier me l’a refusée. Alors
je l’ai mise devant la porte d’un pauvre qui a pris ce qui lui plaisait et a déposé devant la
mosquée ce qu’il ne voulait pas.
Comment faire pour l’année prochaine sachant que je ne donnerai pas d’argent et que c’est une
innovation ? Peut-on l’expédier à l’étranger et comment faire pour respecter le temps de la Zakât
?
Réponse : Louange à Allah . Paix et salut sur Son Prophète. Donner la Zakât Al Fitre en valeur
est un sujet de divergence entre les Foukahas. La majorité des Oulémas l’interdit tandis que
d’autres l’autorisent.
Un troisième groupe soumet le sujet à l’intérêt confirmé des bénéficiaires. Si cet intérêt est
évident, c’est autorisé de donner la valeur de la Zakât, sinon c’est interdit. Ce dernier point de
vue éminent est celui de l'imam Ibn Taymiya.
Sur ce, si les pauvres dans votre région n’acceptent pas la Zakât en nourriture et manifestent
leur besoin en argent, alors vous leur donnez la Zakât en argent. Par ailleurs, nous vous avisons
qu’il est incorrect de qualifier de Bidaâ (innovation) l’avis qui autorise de donner la Zakâte en
argent. Parce que la question est un sujet de jurisprudence (Idjtihad) où la divergence des avis
est tolérée. A notre connaissance, personne n’a qualifié cette opinion de Bidaâ. Et Allah Sait
mieux.
Moufti: Le centre de la fetwa est présidé par D. AbdAllah Al Fakih

Titre de la Fatwa : Remettre la Zakât à une seule personne ou plusieurs ?


Question : Doit-on remettre cette Zakât à une seule personne ou à plusieurs ?
Réponse : Louanges à Allah . Il est permis de donner la Zakât à une ou à plusieurs personnes.
Allah est le garant de l’assistance.
Commission Permanente pour les Recherches Scientifiques et la Consultance Religieuse, avis
n°1204
Titre de la Fatwa : Transfert de Zakât Al Fitr
Question : Nous sommes une famille marocaine résidant en France où nous passons le
Ramadhan. Nous envoyons Zakât Al Fitr au Maroc pour notre famille qui en a besoin. Ma
question est: est-ce que c'est Halal ou Haram ?
Réponse : Louange à Allah . Paix et salut sur Son Prophète. A l’origine la Zakât - Al Fitr ou celle
des biens - ne doit être attribuée qu’aux bénéficiaires du pays où la Zakât est due,
conformément au hadith du Prophète quand il a envoyé Mouadh au Yémen. Le Messager de
Dieu a dit : « Informe-les qu’Allah a prescrit une Zakât qui est prélevée de leurs riches,
ensuite est restituée à leurs pauvres.» (Boukhari et Muslim).
En conséquence, les bénéficiaires de la Zakât du pays sont alors privilégiés par rapport à ceux
d’un autre pays. Il faut la leur donner tant qu’il y en a un qui la mérite. Si vous ne trouvez pas de
bénéficiaires, il faut la transférer à un autre pays. Il est aussi permis de transférer sa Zakât si

WWW.TIDJANIYYA.ORG
vous savez que les bénéficiaires de votre pays vont recevoir d'autres
Zakâtes lesquelles résoudraient le problème de leur pauvreté alors que ceux à qui vous la
transférez sont excessivement nécessiteux.
Le transfert de cette Zakât se confirme si le nécessiteux qui en bénéficie est un parent par
exemple un frère (ou tout autre) parce que ce serait, en plus de la Zakât, un lien de
parenté (Arrahim). Toutefois nous précisons qu’il vous est illicite de remettre la Zakât au père, à
la mère et aux enfants même s’ils sont pauvres car leur subvention vous est obligatoire. Vous
devez subvenir à leurs besoins avec votre argent personnel et non avec la Zakât qui est le droit
des autres. Et Allah Sait mieux.
Moufti : Le centre de la fetwa est présidé par D. AbdAllah Al Fakih
Titre de la Fatwa :
Donner Zakâte Al Fitr pour une mosquée

Question : J'habite dans un village en France. On constate qu'il n'y a pas de pauvres.
Est-ce que nous pouvons donner Zakâte Al Fitr à notre mosquée ?
Réponse : Louange à Allah . Paix et salut sur Son Prophète. Les gens à qui on donne la Zakât
Al Fitr sont les pauvres et les nécessiteux musulmans car le Prophète(paix et bénédiction sur
lui) a dit : "Rendez-les riches en ce jour." (Darakoutni et Bayhaki).
Sur ce, il est illicite de la donner à une mosquée ou toute autre utilité publique. Celui qui ne
trouve pas de pauvres dans sa ville, doit envoyer sa Zakât à une autre ville où il y a des
pauvres; pour que sa responsabilité soit dégagée de cette obligation. Et Allah Sait mieux.
Moufti : Le centre de la fetwa est présidé par D. AbdAllah Al Fakih
Titre de la Fatwa : L’achat anticipé des denrées devant constituer la petite Zakât
Question : Un centre islamique en Occident procède à l’achat d’une quantité de riz par exemple
dix jours avant la fête puis il déclare sa disponibilité à recueillir des musulmans des sommes à
titre de petite Zakât puis il l’acquitte à leur place. Il procède de la sorte, car il ne pourrait pas
acheter les quantités de riz nécessaires à un jour ou deux de la fête. Quel est le règlement à
appliquer ?
Réponse : Louange à Allah . Nous avons soumis la question à son éminence Cheikh
Muhammad Ibn Salih al-Outhaymine ; voici sa réponse : Il n’y a aucun mal à ce que le
Centre achète des denrées par anticipation et les revende à ceux qui désirent s’en procurer pour
en faire leur Zakât de rupture de jeûne, quitte à l’acquitter en temps légal.
Sheikh Muhammed Salih Al-Munajjid
Titre de la Fatwa : L’achat anticipé des denrées devant constituer la petite Zakât
Question : Certains pères de famille veulent acquitter la Zakât de leurs enfants solvables. Que
doit faire le père ?
Réponse : L’enfant solvable doit acquitter sa propre Zakât. Si son père le fait à sa place, il n’y a
aucun mal. Ce qui est surtout vrai quand le père a l’habitude de donner la Zakât annuelle à la
place de tous ses enfants même adultes et employés, car il aime perpétuer son habitude.
Le père peut sentir de la gêne et de l’embarras si son fils lui dit de ne pas supporter sa Zakât,

WWW.TIDJANIYYA.ORG
que le fils le laisse faire et le fasse pour son compte plus tard. Le maintien de l’acquittement de
la Zakât à la place des enfants traduit pour certains la sauvegarde du lien unissant l’enfant à son
père et symbolise l’acceptation par le fils de la tutelle et la supervision paternelles. Que le fils
donne à son père l’occasion de se livrer à une pratique qui lui procure du plaisir. Allah est
responsable d’arranger les affaires de tous.
Sheikh Muhammed Salih Al-Munajjid

A vous qui avez repris le contact avec la lecture du Coran durant ce mois de Ramadan, ne
perdez pas cette pratique. Car qui dit aimer Allah devra aimer Sa Parole qui est le Coran.
Mais peut-on imaginer un seul instant l'existence d’une personne qui se dit musulmane, et dont
le rapport avec le Coran se limite au strict minimum de ce qu'elle lit durant ses prières ?
Peut-on se représenter un seul instant une personne
se proclamant musulmane qui ne lit pas
quotidiennement le Coran, quelques versets ou un
hizb, ou sa moitié, ou son quart, ou même son
huitième ?
Ramadan fini, laisserons-nous notre exemplaire du
Coran bien plié, dans un coin oublié de notre
bibliothèque, ou comme ornement de décor, dans
l’attente du prochain Ramadan ? Fasse Allah
que nous ne le fassions pas.
A vous qui avez eu l’occasion de faire les tarawih -
et ceux qui ont poussé leurs efforts pour faire la
prière nafila de la nuit (le tahadjoud) - laisserez-vous tomber cette si belle conduite, cette si belle
expérience, ces moments intenses de rapprochements à Allah , de purification, des larmes
versées dans la profondeur de la nuit, d’extase vécue en invoquant Allah (dou’a), vos mains
tendues vers le don d'Allah , implorant Sa Miséricorde, Son Aide, Sa Sollicitude, Sa
Protection, Sa Bonté ?
Ne vivrez-vous ces instants d’intense bonheur, d’extrême foi qu’occasionnellement, furtivement,
que "par hasard" ? Non cela ne saurait être ainsi pour qui dit aimer Allah et Son
Prophète .
Nous nous devons de répéter ces moments de prière, d’invocation
d'Allah et de son évocation une fois la semaine, sinon une fois les
quinze jours, sinon une fois le mois. Si tu ne peux passer trois ou
quatre heures en prière et en lecture du Coran la nuit ou peu avant
l’aube, passes-y une heure, une demi-heure, quelques minutes.
A vous qui avez jeûné le Ramadan obligatoire, ne perdez pas cette
habitude du jeûne et ne délaissez pas Sa récompense divine. Le

WWW.TIDJANIYYA.ORG
Prophète exhorte les musulmans de jeûner notamment 6 jours (continus ou discontinus) du
mois qui suit le Ramadan. Il recommande aussi de jeûner 3 jours par mois, ou 2 jours par
semaine. Le jeûne est une excellente école de patience, de persévérance et de tolérance.
A vous qui avez été généreux pendant ce mois béni, sachez que l’aumône dissout les péchés,
retient la punition d'Allah par Sa propre Volonté, purifie nos biens, et introduit dans le cœur
des nécessiteux et des démunis cette lueur d’espérance et renforce les liens de la communauté.
Soyez aussi généreux après Ramadan, car nous avons besoin de nous purifier,

Et nos frères et soeurs ont besoin de nous.

Qu’Allah accepte nos œuvres et nous accorde la Foi et la Patience nécessaires pour que
chaque jour soit un témoin pour nous et non contre nous ! Amîne

Nous sommes très heureux lorsque nous apprenons l’arrivée de ce grand mois ; les cœurs sont
alors remplis de crainte et d’espoir, et les langues adressent des demandes à Allah pour
qu’il accepte notre jeûne et nos prières, ainsi que les vôtres, et ceux de tous les musulmans. A
la fin de ce mois, nous Le remercions de nous avoir permis de jeûner et de prier, de nous
avoir aidés à le faire et de nous avoir sauvés de l’enfer :

{Afin que vous en complétiez le nombre et que vous proclamiez


la grandeur d’Allah pour vous avoir guidé, et afin que vous soyez
reconnaissants} [Sourate 2 - Verset 185]
C’est ainsi que les nuits sont passées très vite ; hier, nous
accueillions le mois de Ramadan et aujourd’hui nous le quittons ;
nous ne savons pas si nous allons l'accueillir une autre année ou
si la mort le devancera ; nous demandons à Allah de nous
permettre de jeûner le mois de Ramadan pendant plusieurs
années.

WWW.TIDJANIYYA.ORG
Nous terminons les bonnes actions en demandant le pardon d’Allah , en terminant la prière,
le pèlerinage, la prière de la nuit et les assemblées de rappel d’Allah ; et nous devons
également terminer le jeûne en demandant pardon à Allah pour effacer l’insouciance, l’oubli
et le manque ; demander pardon repousse le sentiment d’orgueil, de supériorité et la prétention
à cause des actions que nous accomplissons ; il nous fait avoir le sentiment que nous avons été
négligents ; ce sentiment nous pousse à accomplir beaucoup plus de bonnes actions après le
mois de Ramadan.
Ibn Al-Quayim (َُّ ‫)رح ُمه‬
َ montre l’importance de demander le pardon pour ceux qui obéissent à
Allah ; il a dit :« Être satisfait des bonnes actions est une tromperie de l’âme, les gens doués
de raison demandent le pardon d'Allah après avoir accompli les bonnes actions car ils
savent qu’ils ne les ont pas accomplies comme elles doivent l’être, et aussi que si ce n’était pas
l’ordre d’Allah , aucun d’eux n’aurait accompli ces adorations, de même qu’aucun d’eux ne
serait satisfait de son Seigneur »
Si nous quittons le mois de Ramadan, le croyant ne quitte pas l'accomplissement des bonnes
actions et l’adoration ; mais au contraire, il va renforcer les liens entre lui et son Créateur, pour
qu’il soit toujours dans l’accomplissement du bien ; tandis que ceux qui rompent les liens avec
leur Seigneur et qui abandonnent les mosquées à l’arrivée de la fête de la fin du mois de
Ramadan, malheur à eux ! Ils ne connaissent Allah que pendant le mois de Ramadan ; ils
sont retournés en arrière, Allah a dit :

{Dis : « en vérité, ma prière, mes actes de dévotion, ma vie et ma mort appartiennent à Allah ,
Seigneur de l’univers} [Sourate 6 - Verset 162]

Une adoration qui n’amène pas à la piété et à la crainte d’Allah n’a aucune valeur ; où est
l’effet du mois de Ramadan, si le jeûneur abandonne le Coran, laisse la prière en congrégation
et commet les péchés ? Où est l’effet de l'adoration, s’il mange l’usure et prend l’argent des
gens de façon illicite ? Où est l’effet du jeûne, s’il abandonne la Sounnah du Messager d’Allah
pour suivre les habitudes et les coutumes, et si sa vie est gouvernée par les lois faites par
l’homme ? Où est l’effet du jeûne, s’il trompe les gens dans la vente et dans les achats, et s’il
ment nuit et jour ? Où est l’effet du mois de Ramadan, s’il n’essaye pas de guider celui qui est
égaré, s’il ne nourrit pas l’affamé, s'il ne fournit pas des vêtements à celui qui est nu ? De même
qu'il demande sincèrement à Allah , avec un cœur rempli de dévotion, de secourir l’Islam et
les musulmans et de détruire les ennemis de la religion.
Nous devons réfléchir, ô jeûneurs ! , à ses paroles d’Ibn Al-Quayim (ُ َّ ‫)رح ُمه‬
َ lorsqu’il dit :« Il y a
une distance entre l’action et le cœur, et dans cette distance, il y a des parties qui empêchent
les actions d’arriver au cœur ; donc, il se peut que l’homme accomplisse beaucoup d’actions
mais l’amour n’a pas atteint son cœur, ni la crainte, ni l’espoir, ni l’abandon des plaisirs de ce
monde, ni l’envie de l’autre monde, ni une lumière qui l’aide à faire la différence entre les amis

WWW.TIDJANIYYA.ORG
d’Allah et Ses ennemis ; alors que si l'effet des actions avait atteint son cœur, celui-ci serait
devenu lumineux et brillant, et il aurait pu ainsi voir le bien et le mal ».
Ô vous les gens qui accomplissez les bonnes actions !

Allah ne veut pas que les adorations soient simplement des gestes, des efforts et des
difficultés, mais Il veut la piété et la crainte.

Allah a dit:

{Ô vous qui avez cru ! Le jeûne vous a été prescrit comme il a été prescrit à ceux qui vous ont
précédés, peut-être serez-vous pieux} [Sourate 2 - Verset 183]
Et Il a dit : {Ni leurs chairs ni leurs sangs n’atteindront Allah , mais ce qui L’atteint de votre part,
c’est la piété}

Parmi les bonnes actions après le mois de Ramadan, le fait de jeûner six jours du mois de
Chawal, le Prophète a dit : Quiconque jeûne le mois de Ramadan, puis jeûne six jours du
mois de Chawal, c’est comme s’il avait jeûné toute l’année. [Rapporté par Mouslim selon le
hadith d’Abou Ayoub Al-Ansari.]
Le mois de Ramadan a rempli nos âmes d’un grand bien, il a nettoyé les cœurs et purifié les
âmes ; celui qui a profité du mois de Ramadan, sa vie après le mois de ramadan sera mieux
qu’avant ce mois ; parmi les signes qui montrent que les bonnes actions sont acceptées, le fait
d’accomplir d’autres bonnes actions, et parmi les signes du rejet des actions, le fait de
recommencer à commettre des péchés après les adorations ; donc, mon frère le jeûneur, fais
que le mois de Ramadan soit un début pour que tu accomplisses de bonnes actions toute
l’année : sois affectueux envers tes parents, rends visite à tes voisins et à tes frères, aide
l’opprimé, occupe-toi de l’orphelin, réconcilie les gens, donne à manger aux pauvres, encourage
ceux qui sont dans les difficultés à la patience, mets le bonheur dans le cœur des malades et
des blessés, rends visite aux gens de ta famille, et accomplie le bien comme tu l’accomplissais
pendant le mois de Ramadan.
Nous avons appris pendant le mois de
Ramadan les meilleures leçons et entendu les
sermons les plus touchants ; nous avons appris
à combattre les tentations du diable en
contrôlant notre âme bestiale.
Nous avons appris à éviter les disputes et les
causes de la séparation, les rangs étaient
alignés pendant le mois de Ramadan comme

WWW.TIDJANIYYA.ORG
un seul corps, donc, nous ne devons pas nous séparer après le mois de Ramadan.
Les yeux ont versé des larmes pendant le mois de Ramadan, donc, faites attention pour que les
larmes ne s’assèchent pas ; les mosquées étaient remplies et les langues invoquaient Allah
en témoignant de Son unicité, en Le louant et en Lui adressant des demandes, donc, nous
devons continuer ainsi.
Nous avons eu les qualités des pieux pendant le mois de Ramadan, la modestie, la dévotion, la
tranquillité, la crainte, donc nous ne devons pas les remplacer par les mauvaises qualités,
l’orgueil, le refus de la vérité, l’ignorance ; nous avons fait des dons et dépensé notre argent,
donc ne soyons pas avares après le mois de Ramadan.
Le jeûneur a une joie lorsqu’il rompt le jeûne et une joie lorsqu’il rencontrera son Seigneur, une
joie dans ce monde et une autre le jour du jugement ; ceci, pour celui qui reste toujours dans
l’adoration d’Allah et qui accomplit les bonnes actions, ainsi, il recevra le plus grand plaisir
et le plus grand bienfait, qui est le paradis dans lequel il y a ce qu’aucun œil n'a vu, ce
qu’aucune oreille n'a entendu et ce qu’aucun cœur n'a ressenti ; et c’est comme si je vois des
gens parmi nous à qui l’on dira : {Buvez et mangez agréablement pour ce que vous avez avancé
dans les jours passés} [Sourate 69 - Verset 24]
{Tel est le paradis qu’On vous fait hériter pour ce que vous faisiez} [Sourate 7 - Verset 43]
{Voilà le paradis dont Nous ferons hériter ceux de Nos serviteurs qui auront été pieux} [Sourate
19 - Verset 63]

Qu’Allah fasse que nous soyons parmi les habitants du paradis. Ceux-là, le drapeau du
paradis a été élevé pour eux, alors ils ont fait des efforts pour l’atteindre ; on leur a montré le
chemin qui mène au paradis alors ils ont tenu sur ce droit chemin ; ils ont su que le meilleur des
gains lorsqu’ils seront ressuscités par groupes et debout devant Le Miséricordieux, est d’entrer
au paradis :
{Aux jardins du séjour - éternel - que Le Tout Miséricordieux a promis à Ses serviteurs qui ont
cru à l’invisible. Car Sa promesse arrivera sans nul doute} [Sourate 19 - Verset 61]
Ce sont des jardins où ils demeureront pour toujours, et non comme les jardins de ce monde;
c’est une promesse d'Allah et Allah tient toujours Ses promesses, donc, ils y seront
sans aucun doute.
Si le serviteur est plongé dans le paradis le temps d’un clin d’oeil, tous ses problèmes
disparaissent et il oublie tous ses soucis ; Selon le hadith d’Anas ibn Malik dans le
recueil authentique de Mouslim, le Prophète a dit : « On fera venir l’homme qui était le plus
dans les difficultés dans ce monde, et il sera plongé le temps d’un clin d’oeil dans le paradis,
ensuite on lui dira : "Ô fils d’Adam ! N’as-tu jamais connu de difficultés ? N’as-tu jamais eu de
problèmes ?" Il dira : "Non, par Allah ! Ô mon Seigneur ! Je n’ai jamais eu de problèmes, et je
n’ai jamais connu de difficultés". »

Allah a fait qu’il soit la demeure de ceux qu'Il aime, Il l’a rempli de Sa miséricorde, de Sa
générosité, et de Sa satisfaction ; Il a décrit ses plaisirs comme la grande réussite, Il l’a purifié
de tout défaut, de toute maladie et de tout manque. Si tu interroges à propos de sa terre, elle est
faite de musc et de safran ; si tu interroges à propos de son toit, c’est le Trône du

WWW.TIDJANIYYA.ORG
Miséricordieux; si tu interroges à propos de ses cailloux, ils sont en perles, en pierres
précieuses et en corail ; si tu interroges à propos de sa construction, il est construit de briques
en argent et en or ; si tu interroges à propos de ses rivières, ce sont des rivières d’une eau
jamais malodorante, des rivières de lait au goût inaltérable, des rivières d’un vin délicieux à
boire, ainsi que des rivières d’un miel purifié ; si tu interroges à propos de leur nourriture, ce sont
des fruits parmi lesquels ils vont choisir et toute chair d’oiseau qu’ils désireront ; si tu interroges
à propos de leur boisson, c’est le gingembre et le camphre ; si tu interroges à propos de leurs
récipients, ils auront des récipients en or, en argent et des coupes cristallines ; si tu interroges à
propos des vêtements des habitants du paradis, ils sont en soie et en or ; si tu interroges à
propos de leurs tapis, ce sont des tapis doublés de brocart ; si tu interroges à propos du visage
de ses habitants et de leur beauté, leurs visages seront comme l’image de la pleine lune ; si tu
interroges à propos de leur âge, ils auront tous l’âge de trente-trois ans et ils seront de la taille
d’Adam le père des hommes -
{Ô notre Seigneur ! Mets-nous parmi les gens du paradis}
La communauté quitte le mois de Ramadan alors qu’elle subit des attaques à Jérusalem - Al-
Quds - et dans plusieurs endroits du monde, des attaques qui ont pour but la destruction de
l’Islam, et pour cela, ils se servent de tous les moyens -

Les musulmans doivent aider leur communauté, être patients, adresser des demandes à Allah
avec sincérité, et demander l’aide d’Allah jusqu’à ce que les problèmes et les tourments s’en
aillent.
La communauté va bientôt fêter la fin du mois de Ramadan, et il est recommandé de faire
certaines choses en cette occasion, la veille et le jour de la fête : il est recommandé de glorifier
Allah - Allah ou Akbar - depuis le coucher du soleil la veille de la fête jusqu’à la prière de la
fête, Allah a dit :

{Afin que vous en complétiez le nombre et que vous proclamiez la grandeur d’Allah pour vous
avoir guidé, et afin que vous soyez reconnaissants} [Sourate 2 - Verset 185]
Ibn Mass’oud disait : "Allah est le plus grand, Allah est le plus grand, il n’y a pas
d’autre divinité qu’Allah , Allah est le plus grand, louange à Allah ".

WWW.TIDJANIYYA.ORG
Les hommes doivent prononcer ces paroles à voix haute dans les mosquées, les marchés et les
maisons pour glorifier Allah et pour le remercier.
Mon frère en Islam !
Ton Seigneur t’a prescrit la - Zakât Al-Fitr -, qui est une purification pour le jeûneur, une
nourriture pour les pauvres, et elle correspond à un boisseau de blé ou de dattes ou de raisin ou
de riz. Elle doit être effectuée pour tous les membres de la famille - les petits, les grands, les
hommes, les femmes, ceux qui sont libres et ceux qui sont esclaves - ; le meilleur moment
pour distribuer la Zakât Al-Fitr est avant la prière de la fête, mais il possible de la distribuer un ou
deux jours avant la fête, et il interdit de la retarder jusqu’après la prière de la fête sans une
excuse valable.
Il est recommandé aux hommes de prendre un bain et de se parfumer avant d’aller à la prière,
de même que de porter les meilleurs habits ; et le Prophète avait un manteau qu'il portait le
jour de la fête et le jour du vendredi ; en ce qui concerne les femmes, celles-ci ne doivent pas
sortir maquillées, elles ne doivent pas se
parfumer pour sortir, car elles sortent pour
l’adoration.
Il est recommandé de manger des dattes en
nombre impair (trois, cinq, sept, etc), selon le
hadith rapporté par Al-Boukhari, Anas a dit : "Le
Prophète ne sortait le jour de la fête sans
manger des dattes" et dans une version : "en
nombre impair" .
Les femmes peuvent participer à la prière de la
fête, même si elles sont en état de menstrues,
mais les femmes en état de menstrues ne
doivent pas entrer dans la mosquée ; il est
recommandé aussi de souhaiter bonne fête aux
gens comme le faisaient les compagnons du
Prophète en disant par exemple : « Qu’Allah
accepte nos bonnes actions » ou d'autres
formules.
La fête des musulmans est une occasion pour enlever la haine et pour combattre les idées que
le diable met dans les cœurs. Nous devons profiter de la fête pour fortifier nos relations avec
nos voisins, nos parents et nos frères, mais il faut que cela soit fait avec sincérité et avec des
âmes propres ; Allah a dit :

{Adorez Allah et ne lui donnez aucun associé. Agissez avec bonté envers vos père et mère, les
proches, les orphelins, les pauvres, le proche voisin, le voisin lointain, le collègue et le voyageur,

WWW.TIDJANIYYA.ORG
et les esclaves en votre possession, car Allah n’aime pas en vérité, le présomptueux, l’arrogant}
[Sourate 4 - Verset 36]
Cheikh Abdel Bari Athoubeyti

WWW.TIDJANIYYA.ORG
Le jeûne de six jours de Shawwal après le jeûne obligatoire de Ramadan est une sunna
désirable mais pas une obligation. Recommandé, ce jeûne possède un mérite immense
et génère une grande récompense dans la mesure où celui qui le jeûne verra inscrite à son
profit la récompense du jeûne d’une année entière d’après un hadith authentique du Prophète
rapporté par Abou Ayyoub selon lequel le Messager d’Allah a dit :
« Quiconque jeûne le Ramadan et le fait suivre par le jeûne de six jours de Shawwal est comme
quelqu’un qui a jeûné tout le temps » [Rapporté par Mouslim, Abou Dawoud, at-Tarmidhi, An-
Nassaï et Ibn Madja].
Le Prophète a expliqué le hadith précédent en ces termes :
« Celui qui jeûne six jours après la rupture du jeûne de Ramadan a complété l’année :
Quiconque accomplit un bienfait le verra multiplié par dix ».
Une autre version dit :
« Allah multiplie les bienfaits par dix : 1 mois = 10 mois et 6
jours = 60 jours [2 mois] = 12 mois. Voilà une année
complète » [rapporté par an-Nassaï et Ibn Madia et cité
dans Sahih at-Targhib wa at-Tarhib; 1/421 et rapporté par
Ibn Khouzayma en ces termes] :
« Le jeûne du mois de Ramadan vaut 10 mois et le jeûne
des six jours 2 mois, ce qui constitue une année complète
».
Des jurisconsultes des écoles hanbalites et shafiites ont déclaré que le jeûne des six jours à
l’issue de Ramadan vaut une année de jeûne obligatoire. Pour ce qui est de la multiplication de
la récompense, elle est généralisée et s’applique à tout jeûne surérogatoire. En effet, le bienfait
est récompensé au décuple.
Parmi les importants avantages du jeûne des six jours de Shawwal figure la compensation des
lacunes du jeûne obligatoire. En effet, le jeûneur ne peut pas échapper à la négligence et au
péché qui pourraient avoir une incidence négative sur son jeûne. Au jour de la Résurrection, on
utilisera les actions surérogatoires pour combler les lacunes constatées dans les pratiques
obligatoires. C’est à ce propos que le Prophète dit : « La première chose au sujet de laquelle
on fera subir un règlement de compte aux gens sera la prière... Notre Maître Puissant et

WWW.TIDJANIYYA.ORG
Majestueux dira à Ses anges - alors qu’Il en sait plus qu’eux - : « Examinez les prières de mes
serviteurs pour savoir s’il les a faites de façon complète ou incomplète ». Si elles s’avèrent
complètes, elles seront enregistrées telles quelless. Si elles s’avèrent incomplètes, le Maître dira
: « Regardez si mon serviteur a accompli des œuvres surérogatoires. Si tel est le cas, utilisez-
les pour compléter ses œuvres obligatoires ». Voilà comment les œuvres seront
traitées». [Rapporté par Abou Dawoud].
La succession des jours est-elle nécessaire dans le jeûne des six jours de Shawwal
La succession des jours n’est pas une condition de validité du
jeûne.
Peu importe qu’on les jeûne réunis ou dispersés.
Il est toutefois préférable de s’empresser à le faire conformément
aux propos du Très Haut :
“ Empressez-vous à la bienfaisance “
“ Empressez-vous à chercher le pardon de votre Maître “
َّ ‫)رح ُمه‬
Et Moussa (ُ َ a dit : “ Maître, je me suis dépêché auprès de
Toi pour que Tu sois satisfait “
Par ailleurs, le retardement comporte des inconvénients. Les
Shafi’ites et certains Hanbalites soutiennent la nécessité de
s’empresser à accomplir ce jeûne. Mais il n’y a aucun mal à ne pas s’y empresser. Car on peut
le retarder au milieu ou à la fin du mois.
An-Nawawi (ُ َّ ‫ )رَ حمُه‬a dit : « Nos condisciples disent qu’il est désirable de jeûner six jours de
Shawwal à cause de ce hadith. Il est préférable de les jeûner successivement dès le début du
mois. Mais il est permis de les répartir sur les jours du mois, voire de les retarder au-delà du
mois. L’intéressé ne s'en serait pas moins conformé à la Sunna, compte tenu de la généralité
des termes du hadith. Ceci ne fait l’objet d’aucune divergence de vues chez nous. C’est aussi
l'avis d’Ahmad et Dawoud ». Al-Madjmou Sharh al-Mouhadhdhab.
Faut-il que la femme commence par le rattrapage des jours du Ramadan qu’elle a ratés à cause
des règles menstruelles puis procède au jeûne des six jours ?
Si elle veut bénéficier de la récompense citée dans le hadith ou le Prophète dit : «Quiconque
jeûne le mois de Ramadan et le fait suivre par le jeûne de six jours de Shawwal est comme
quelqu’un qui a jeûné tout le temps » [Rapporté par Mouslim, n° 1984]
Elle doit terminer le jeûne du Ramadan d’abord, puis le faire suivre du jeûne de six jours de
Shawwal afin que le hadith puisse s’appliquer à elle et qu’elle jouisse de la récompense
mentionnée. Quant au report du rattrapage du jeûne de Ramadan au moment où elle sera en
mesure de l’effectuer avant le Ramadan suivant, il est bien permis.
Le jeûne des six jours doit-il avoir lieu immédiatement après la fête de fin de Ramadan ou
plusieurs jours après, pourvu d’observer la succession des jours dans le mois de Shawwal ?
Il n’est pas obligatoire d’engager le jeûne immédiatement après la fête. Car on peut le
commencer un ou plusieurs jours après la fête. On peut aussi jeûner des jours successifs ou
séparés dans le mois de Shawwal en fonction de ses possibilités. L’affaire est souple parce
qu’elle ne revêt pas un caractère obligatoire, mais elle reste facultative.

WWW.TIDJANIYYA.ORG
C’est Allah qui nous assiste.

Question : Est-il permis de jeûner après la mi-Chaabane ? J’ai entendu dire que le Prophète
l’avait interdit … ?

Réponse : Louange à Allah


Abou Dawoud (3237) et At-Tirmidhi (738) et Ibn Madia (1651) ont rapporté, d’après Abou
Hourayra que le Messager d’Allah a dit : « Cessez de jeûner dès la mi-Chaabane»
[déclaré authentique par al-Albani dans Sahihi at-Tirmidhi, 590]. Ce hadith indique l’interdiction
de jeûner après le mi-Chaabane. C’est-à-dire à partir du 16ème jour.
Cependant, il a été rapporté d’autres hadiths qui indiquent qu’il est permis de jeûner (pendant ce
temps) :
Al-Boukhari (1914) et Mouslim (1082) (‫ )رضي  عـنھـ ْم‬ont rapporté, d’après Abou Hourayra
que le Messager d’Allah a dit : « Ne jeûnez pas un jour ou deux (juste) avant le
début du Ramadan. Mais si l’un d’entre vous a l’habitude de le faire, il peut la maintenir ». Ceci
indique qu’il est permis à celui qui en a l’habitude de jeûner après la mi-Chaabane. C’est le cas
de celui qui jeûne (toujours) le lundi et le jeudi ou un jour sur deux etc.
Al-Boukhari (1970) et Mouslim (1156) (‫ )رضي  عـنھـ ْم‬ont rapporté qu’Aïcha a dit :
« Le Messager d’Allah jeûnait tout le mois de Chaabane, il le jeûnait sauf peu (de jours).
[C’est la version de Mouslim.]
An-Nawawi (ُ َّ ‫)رح ُمه‬
َ a dit : « Sa parole : "Il jeûnait tout le mois ; il le jeûnait sauf peu", la
deuxième phrase explique la première… Ce hadith indique qu’il est permis de jeûner après la
mi-Chaabane si c’est pour poursuivre un jeûne commencé dans la première moitié du mois. »
Les Chafiites ont concilié tous ces hadith et dit : « Seul celui qui en a l’habitude ou celui qui
poursuit un jeûne déjà commencé sont autorisés à jeûner après la mi-Chaabane. Selon l’avis
jugé juste par la plupart d’entre eux, l'interdiction formulée dans le hadith implique la prohibition.
Mais une partie d’entre eux soutient qu’elle n’implique que la réprobation. [Voir al-Madjmou’,
(6/399-400) et Fateh al-Bari, 4/129.]
An-Nawawi (ُ َّ ‫)رح ُمه‬
َ a dit dans Riadh as-salihine (p. 412) : « Chapitre sur l’interdiction de jeûner
après la mi-Chaabane : sauf pour celui qui poursuit un jeûne commencé auparavant et celui qui
a l’habitude de jeûner le lundi et le jeudi ».
La majorité des ulémas jugent le hadith interdisant de jeûner après la mi-Chaabane faible et
déclarent par conséquent qu’il n’est pas réprouvé de jeûner après la mi-chaabane…
Al-Hafiz a dit : « Selon la majorité des ulémas, il est permis de jeûner facultativement après la
mi-Chaabane et ils ont jugé le précédent hadith faible. .. Ahmad l’a même déclaré contestable».
[Extrait de Fath ul-Bari… Al-Bayhaqui et at-Tahawi l’ont jugé faible…]

WWW.TIDJANIYYA.ORG
D’après Ibn Qudama dans al-Moughni, l’imam Ahmad (ُ َّ ‫ )رَ حمُه‬a dit à propos du hadith : « Il
n’est pas retenu… nous avons interrogé Abd Rahman ibn Mahdi à son sujet et il ne l’a pas
reconnu authentique et ne nous l’a pas transmis… al-Alaa est un homme sûr et seul le présent
hadith lui été contesté ». Al-Alaa en question est Al-Alaa ibn Abd Rahman ; il a rapporté le dit
hadith d’après son père qui le tenait d'Abou Hourayra .
Ibn al-Qayyim (ُ َّ ‫)رح ُمه‬
َ a dit en substance, en réponse à ceux qui ont jugé le hadith faible : « Ce
hadith est authentique selon les critères adoptés par Mouslim. Le fait que seul Al-Alaa l’ait
rapporté ne constitue pas une cause de faiblesse puisque al-Alaa est un homme sûr… Mouslim
a cité dans son Sahih plusieurs hadiths rapportés par lui d’après son père qui le tenait d’Abou
Hourayra ». Et puis il a poursuivi : « Quant au fait de croire qu’il est contredit par les
hadiths qui permettent le jeûne de Chaabane, il ne tient pas debout. Car ces hadiths
s’appliquent au cas où on jeûne la seconde moitié du mois après avoir jeûné la première et au
cas de celui qui a l’habitue de jeûner pendant la 2ème moitié de Chaabane… Le hadith d’al-Alaa
interdit l’initiation d’un jeûne isolé et inhabituel après la mi-Chaabane. »
Interrogé à propos du hadith qui interdit l’observance du jeûne après la mi-Chaabane, Cheikh
َّ ‫)رح ُمه‬
Ibn Baz (ُ َ a dit : « Le hadith est authentique comme l’a dit le frère Cheikh Nassir ad-Dine
al-Albani. Il s’applique à l’initiation du jeûne après la mi-Chaabane. Quant à celui qui jeûne la
majeure partie du mois, il se conforme à la Sunna. ». [Voir Madjmou fatawa Cheikh Ibn Baz,
15/385.]
Cheikh Ibn Outhaymine (ُ َّ ‫)رح ُمه‬
َ a dit dans charh Riadh –as-Salihine (3/394) :
« A supposer que le hadith soit authentique, l’interdiction qu’il véhicule n’implique pas la
prohibition mais la réprobation, conformément à l’avis de certains ulémas. Mais il ne s’applique
pas à celui qui poursuit un jeûne habituel; celui-là conserve son habitude même après la mi-
Chaabane. »
Aussi la réponse se résume-t-elle ainsi : l’interdiction qui frappe le jeûne effectué dans la
seconde moitié de Chaabane implique soit la prohibition soit l’interdiction. Toujours est-il qu’elle
ne concerne pas celui qui poursuit un jeûne habituel et celui qui jeûne tout le mois. Allah le
Très Haut le sait mieux.
La sagesse qui sous-tend cette interdiction est que le jeûne ininterrompu risque de rendre le
fidèle trop faible pour observer le jeûne du Ramadan . Mais on peut dire : s’il jeûne tout le mois
de Chaabane, il sera plus affaibli ! On y répond en disant que celui qui jeûne tout le mois de
Chaabane s’habitue au jeûne et en souffre moins que les autres.
Al-Qari a dit : « l’interdiction tend à purifier (le fidèle). Elle exprime la compassion dont la Umma
est entourée et qui fait qu’on veut lui éviter d’être trop affaiblie pour affronter le jeûne du
Ramadan avec vigueur… Quant à celui qui jeûne tout le mois de Chaabane, il s’habitue au
jeûne et n’en souffre plus. Allah le sait mieux.
Question :
J’ai entendu qu’il ne nous est pas permis de jeûner (juste) avant le début du Ramadan . Est-ce
exact ?

Réponse : Louange à Allah

WWW.TIDJANIYYA.ORG
Des hadiths rapportés d’après le Prophète interdisent le jeûne de la deuxième moitié de
Chaabane sauf dans deux cas :
Le premier est celui d’une personne qui a l’habitude de jeûner (pendant cette période) comme
celui qui jeûne le lundi et le jeudi… Celui-là peut maintenir son habitude pendant la 2e moitié de
Chaabane …
Le deuxième cas est celui de la personne ayant décidé de jeûner tout le mois de Chaabane, du
début à la fin. Cette pratique est permise.
Parmi les hadiths allant dans ce sens, citons ceux-ci :
« Al-Boukhari (194) et Mouslim (1082) (‫ )رضي  عـنھـ ْم‬ont rapporté d’après Abou Hourayra
que le Messager d’Allah a dit : « Ne jeûnez pas un jour ou deux (juste) avant le
début du Ramadan. Mais si l’un d’entre vous a l’habitude de le faire, il peut la maintenir ».
« Abou Dawoud (3237) et At-Tirmidhi (738) et Ibn Madia (1651) (‫ )رضي  عـنھـ ْم‬ont rapporté
d’après Abou Hourayra que le Messager d’Allah a dit : « Cessez de jeûner dès la
mi-Chaabane ». [Déclaré authentique par al-Albani dans Sahihi at-Tirmidhi, 590]
« An-Nawawi a dit : « La parole du Prophète : « Ne jeûnez pas un jour ou deux (juste) avant
le début du Ramadan. Mais si l’un d’entre vous a l’habitude de le faire, il peut la maintenir » est
une interdiction claire d’anticiper le Ramadan par le jeûne d’un ou deux jours par quelqu’un qui
n’a pas l’habitude de jeûner (juste) avant l’entrée du Ramadan et n’a pas jeûné tout le mois de
Chaabane. Si on n’a pas cette habitude et si on n’a pas jeûné tout le mois de chaabane, le
jeûne d’un ou deux jours avant le Ramadan est alors interdit.
« At-Tirmidhi (686) et An-Nassaï (2188) (‫ )رضي  عـنھـ ْم‬ont rapporté qu’Ammar Ibn
Yassir a dit :
« Celui qui jeûne le jour incertain désobéit à Aboul Qassim ».
Al-Hafiz dit dans Fath ul-Bari : « on a déduit du hadith l’interdiction de jeûner le jour incertain
puisque le Compagnon n’a pas exprimé une opinion personnelle ».
Le jour incertain est le 30e de Chaabane au soir duquel le croissant lunaire n’est pas aperçu à
cause de la présence de nuages ou pour d’autres raisons. On l’appelle jour incertain parce qu’il
peut être le 30e jour de Chaabane comme il peut être le 1er jour de Ramadan … Aussi est-il
interdit de le jeûner à celui qui n’a pas l’habitude de le faire…
An-Nawawi (ُ َّ ‫)رح ُمه‬
َ a dit dans al-Madjmou’ (6/400) à propos du jeûne du jour incertain : « Si on
le jeûne facultativement dans le cadre d’un jeûne continue ou d’un jeûne qui se fait un jour sur
deux ou d’un jeûne qui vise un jour déterminé comme le lundi, si cela coïncide avec le jour
incertain, il n’y a aucune divergence de vues au sein de nos condisciples qu’il est permis alors
de le jeûner… Ceci s’atteste dans le hadith d’Abou Hourayra
« Ne jeûnez pas un jour ou deux (juste) avant le début du Ramadan. Mais si l’un d’entre vous a
l’habitude de le faire, il peut la maintenir ». Si le jeûne du jour ne repose sur aucune justification
particulière, il est alors interdit ». [Citation remaniée.]
Cheikh Ibn Outhaymine (ُ َّ ‫)رح ُمه‬
َ a dit dans son commentaire du hadith "Ne jeûnez pas un jour
ou deux (juste) avant le début du Ramadan" : « Il y a aucune divergence de vues au sein des
ulémas sur la question de savoir si l’interdiction formulée dans ce hadith implique une prohibition

WWW.TIDJANIYYA.ORG
ou une réprobation. L’avis juste est qu’il s’agit d’une prohibition. Ceci est surtout le cas quand le
jour jeûné se trouve être celui dit "incertain" ». Voir Charh Riadh Sahihine, 3/394.
Cela étant, le jeûne effectué dans la seconde moitié de Chaabane se présente sous deux
formes:
1/ Jeûner du 16e au 28e jour. Ceci est réprouvé sauf de la part de quelqu’un qui a l’habitude de
jeûner régulièrement ;
2/ Jeûner le jour incertain c’est-à-dire un jour ou deux juste avant le début du Ramadan. Ceci est
interdit sauf à celui qui a l’habitude de jeûner fréquemment.

Allah le sait mieux.

Question : Comment doit-on formuler l’intention de jeûner le Ramadan ? A partir de quel


moment l’intention de jeûner doit-elle exister ?
Réponse : L’intention consiste à se résoudre à jeûner et elle doit être formulée chaque
nuit. (Fatwa de la Commission Permanente, tome 10 P. 246).
Certains ulémas soutiennent que l’intention du début suffit dans tout un ensemble d’actes dont
la succession est une condition de validité. L’intention initiale s’applique aussi longtemps que la
succession des actes ne sera rompue pour une excuse.
Dans ce cas, il faut renouveler l’intention. Cela étant, si l’on formule au premier jour du
Ramadan l’intention de jeûner tout le mois, à moins qu’il arrive une excuse qui interompt la
succession du jeûne, cela devrait suffire.
C’est comme si l’on voyage durant le mois de ramadan. Car, dans ce cas, on doit, au retour,
renouveler l’intention de jeûner. Ceci est plus exact puisque si vous interrogiez tous les
musulmans, chacun d’eux vous dirait : moi, j’ai formulé dès le début l’intention de jeûner tout le
mois.
Si l’intention ne se concrétise pas rééllement, elle est jugée l’être. En effet, le statut originel est
la non-rupture. C’est pourquoi nous avons dit : si la succession est interrompue pour une raison
valable et que l’on veut reprendre le jeûne, il faut renouveller l’intention. Voilà l’avis qui
rassure». Ach-charh al mumti, tome 6, p. 369-370.
Pour d'autres informations concernant l'intention :

Question : Est-il préférable de prendre le repas de rupture du jeûne à la mosquée en groupe ou


de le faire à la maison avec son épouse enceinte qui a de la peine à quitter son domicile ? Je
me suis mariée depuis quelques mois et c’est le premier Ramadan que je passe avec mon mari.

WWW.TIDJANIYYA.ORG
Jusqu’ici, il n’a pas pris le repas de rupture du jeûne avec moi une seule fois ; il préfère rompre
son jeûne à la mosquée et ne rentre qu’à 22 heures.
Ce comportement est-il correct islamiquement ? J’espère recevoir votre réponse. Je viens de
me convertir à l'Islam, contrairement à mon mari qui est musulman de naissance. Il prétend
appliquer les enseignements de l'Islam. Ce que je ne crois pas.

Réponse : Louanges à Allah


Nul doute que le bon traitement de l’épouse implique que l’époux s’occupe des affaires
religieuses et profanes de sa femme, notamment ses obligations conjugales. Au centre de
celles-ci figure la nécessité de lui apprendre les affaires de sa religion et sa foi de la manière
prescrite par Allah .
Nul doute encore que l’affirmation de ton mari selon laquelle son comportement traduit les
enseignements de l’Islam est inexacte et constitue une façon de parler d’Allah dans
l’ignorance. En réalité, le Prophète s’occupait correctement des besoins de sa famille tout en
entretenant ses liens avec ses compagnons et en prenant soin de leurs affaires et en veillant à
satisfaire leurs besoins. Al-Aswad affirme avoir interrogé Aïcha sur le comportement
du Prophète chez lui. Elle lui dit : « Il s’occupait des affaires de la famille c’est-à-dire qu’il se
mettait au service des siens. A l’arrivée de l’heure de la prière, il sortait pour aller prier.
» [Rapporté par al-Boukhari n° 644].

Allah le Très Haut a dit : {Réservez leur (les épouses) un bon traitement}
Ceci indique que le bon ménage est la règle fondamentale qui régit la vie conjugale
conformément à l’ordre d’Allah .
Il est bien connu que le partage du repas de rupture du jeûne avec son épouse, ne serait-ce que
pendant certains jours, fait partie du bon traitement qui lui est dû. Ceci est surtout vrai au début
de la vie conjugale puisque la loi la veut bien fondée. D’autant plus que l’épouse peut ressentir
un certain isolement si elle reste à l’écart de son mari.
En outre, rester auprès d’elle permet de lui apprendre pratiquement les règles et
recommandations relatives à la rupture du jeûne.
Cela étant, nous recommandons à l’honorable époux de s’occuper mieux de son couple et de
veiller dûment aux affaires de sa famille ; qu’il sache qu’agir ainsi est plus apte à lui attirer la
récompense divine que d’aller s’occuper des affaires des autres.
C’est dans ce sens que le Prophète dit : «L’aumône offerte à un pauvre étranger compte une
seule tandis que celle faite à un parent compte double parce qu’elle est à la fois une aumône et
un moyen de consolider le lieu de parenté» [Rapporté par An-Nassaï, n° 2528 et déclaré
authentique par al-Albani.]
Le Prophète a dit : « Commence ta charité par ceux que tu as en charge » [Rapporté par al-
Boukhari n° 1360 et par Mouslim n° 1034].
Ce qui vient d’être dit ne signifie pas que le mari a l’obligation religieuse de prendre chaque jour
le repas de rupture du jeûne avec sa femme. Il n’y a cependant aucun doute que le fait de tenir

WWW.TIDJANIYYA.ORG
compagnie à sa femme et aux membres de sa famille et les aider en cas de besoin à traiter
certaines de leurs affaires fait partie du bon traitement recommandé.
Ceci s’applique particulièrement au cas de l’auteur de la question qui est fatiguée à cause de sa
grossesse. Le bon traitement de l’épouse implique une attitude douce envers elle qui pousse à
bavarder avec elle pendant la nuit et à s'occuper d’elle. L’attitude de certains hommes est
contraire au bon traitement. En effet, on les voit s’occuper du confort de leurs amis au moment
où ils font peu de cas des affaires des membres de leurs familles.

Nous demandons à Allah d’améliorer les conditions de vie des musulmans.


Allah le sait mieux.

Question : Si, au cours du mois de Ramadan, on prend le repas de l’aube, on accomplit la


prière du matin, on s’endort jusqu’à l’heure de la prière du zuhr, on l’accomplit, puis on s’endort
jusqu’à l’heure de la prière d’asr, on l’accomplit puis on s’endort jusqu’à l’heure de la rupture du
jeûne, a-t-on observé un jeûne valide ?

Réponse : Louange à Allah


Oui, son jeûne est valide. Tous les ulémas sont d’avis qui si le dormeur qui observe le jeûne se
réveille, ne serait qu'un instant au cours de la journée, son jeûne n’en serait pas moins valide
selon les ulémas puisqu’il n’y a aucune incompatibilité entre jeûne et sommeil car celui-ci ne
rend pas l’individu complètement inconscient car il se ressaisit dès qu’on le réveille. [Voir al-
madjmou’, 6/346 et al-Moughni, 4/344.]
Interrogée à ce sujet, la Commission Permanente a répondu ainsi :
« S’il en est ainsi, le jeûne est valide, mais le fait de dormir toute la journée implique une
négligence. D’autant plus que le Ramadan est une période précieuse dont le musulman doit
profiter utilement en s’adonnant à la fréquente lecture du Coran, au gagne-pain et à la recherche
du savoir. »

C’est Allah qui (nous) assiste.


La Commission Permanente pour les Recherches Scientifiques, (10/212).
Voici un conseil de Cheikh Abd Al-Aziz ibn Baz (ُ َّ ‫)رح ُمه‬
َ adressé aux jeûneurs et aux autres
pour les inviter à bien employer leur temps et à ne pas le gaspiller en dormant (excessivement) :
« Il n’y a aucun inconvénient à dormir au cours du jour et de la nuit, pourvu que cela n’entraîne
pas la négligence d’un devoir ou la perpétration d’un acte interdit. Le musulman, jeûneur ou pas,
doit éviter de veiller (inutilement). Il doit plutôt se coucher tôt, après avoir accompli les prières
nocturnes qu’Allah lui facilite. Ensuite, si l’on est en Ramadan, il se réveille à temps pour
prendre le repas de l’aube, sa prise étant une sunna confirmée, en vertu de la parole du

WWW.TIDJANIYYA.ORG
Prophète : « Prenez le repas de l’aube car il constitue une source de bénédiction »
[Rapporté par al-Boukhari et par Mouslim]
Aussi : « La différence entre notre jeûne et celui des gens du Livre réside (essentiellement)
dans la prise du repas de l’aube » [Rapporté par Mouslim dans son Sahih].
Jeûneurs et non jeûneurs doivent, en Ramadan et en dehors de ce mois, observer les 5 prières
collectivement et éviter de dormir ou de se livrer à d’autres (occupations) pendant leurs
heures. Ils doivent s’acquitter avec assiduité de toutes les tâches qui leur incombent [...]. Car il
ne faut pas s’en détourner pour se livrer au sommeil ou à d’autres activités. Le musulman doit
œuvrer pour acquérir la subsistance licite nécessaire à sa survie et à celle de ceux qu’il a en
charge. Il ne faut pas s’en détourner pour se livrer au sommeil ou à d’autres activités (inutiles).
En somme, le conseil que j’adresse à tous les hommes et femmes, jeûneurs ou pas, est de
craindre Allah le Très Haut et Majestueux dans tous les cas et de perpétuer l’acquittement
assidu des devoirs, conformément à la manière dont Allah les a établis et de se méfier de
se détourner de cela pour se livrer au sommeil ou à d’autres activités autorisées ou pas.
S’en détourner pour se livrer à des actes de désobéissance constitue un péché plus grave, un
crime plus odieux.

Qu'Allah améliore les conditions (de vie) des musulmans. Qu'Allah leur donne une
bonne compréhension de la religion et les raffermissent dans la vérité et redressent leurs
dirigeants. Car Il est très généreux.
Fatawa de Cheikh Ibn Baz, 4/156.
Question : Je dormais et n’avais pas entendu (le dernier) appel à la prière du matin puisque le
réveil n’était pas bien réglé. Quand j’ai bu un verre d’eau, j’ai entendu débuter la prière. Que
devrais-je faire. Expliquez-le moi, vous serez récompensé par Allah .

Réponse : Louange à Allah


L’opinion juste parmi celles émises par les ulémas est que celui qui mange puisqu’il croit que
l’aube n’est pas encore entrée et se rend compte ensuite qu’elle était bien entrée, n’encourt rien
et est excusé car il ignorait l’heure.
Cheikh Ibn Outhaymine (ُ َّ ‫)رح ُمه‬
َ a dit : « Si, par ignorance, un jeûneur consomme un aliment de
nature à interrompre son jeûne, celui-ci reste valide, que l’intéressé ignore l’heure ou le statut du
jour. »
Le premier cas de figure est celui d’un homme qui se lève à la fin de la nuit et croit que l’aube
n’est pas encore entrée et se met par conséquent à manger et à boire avant de découvrir
ensuite que l’aube est bien entrée. Ici, le jeûne de l'intéressé est valide car son ignorance porte
sur l’heure.
Le deuxième cas est celui d’une personne qui subit l’opération dite hidjama (saignée) et visant à
le débarrasser du sang jugé vicié en ignorant que cela provoque la rupture du jeûne [Note
sajidine : en sachant qu'il existe des divergences sur ce point]. On doit dire à celui-là : votre
jeûne est valide puisque le Très Haut a dit :

WWW.TIDJANIYYA.ORG
" [...] Seigneur, ne nous châtie pas s'il nous arrive d' oublier ou de commettre une erreur [...]"
[Sourate 2 - Verset 286].
La Sunna comporte un hadith d’Asma bint Abi Bakr rapporté par al-Boukhari
dans son Sahih en ces termes : « A l’époque du Prophète , nous rompîmes notre
jeûne au terme d’une journée nuageuse. Puis le soleil réapparut ». Ils rompirent donc leur jeûne
avant la fin de la journée puisqu’ils ne savaient pas ce qui s’était passé réellement et crurent que
le soleil s’était couché. Mais le Prophète ne leur avait pas donné l'ordre de jeûner un jour de
rattrapage. Or, si cela était nécessaire, il en aurait donné l’ordre et si cet ordre avait été donné,
on nous l’aurait transmis». [Madjmou al-Fatawa, 19.]

Question :
Qu'est-ce qui est préférable pendant les mois du mois de Ramadan : la lecture du Coran ou les
prières surérogatoires ?

Réponse : Louange à Allah


La pratique prophétique consistait à multiplier les actions cultuelles
pendant le mois de Ramadan. Gabriel (‫ ) َعـلـَـيْه السَّال ُم‬y aidait le
Prophète à se remémorer le Coran dans la nuit et quand
Gabriel(‫) َعـلـَـيْه السَّال ُم‬le rencontrait, il devenait aussi généreux qu’un
vent déchaîné.
En fait, il était l’homme le plus généreux, et sa générosité
s’intensifiait pendant le Ramadan. Il y multipliait les aumônes, les
actes de charité, la lecture du Coran, la prière, le dhikr et les
retraites spirituelles.
Voilà ce qui caractérisait la pratique cultuelle du Prophète
pendant ce mois béni.
Quant à savoir si la lecture du Coran est préférable ou la prière surérogatoire, cela dépend des
situations individuelles et ne peut être apprécié que par Allah le Puissant, le Majestueux
dont la science embrasse tout. [Extrait du livre intitulé : al-djawab as-sahih min akkami salât al-
layli wa tarawih par Cheikh Abd al-Aziz Ibn Baz, p. 45]
Une action déterminée peut être la meilleure par rapport à une personne alors qu’une autre est
la meilleure pour une autre personne, en ce sens que chacune des deux s’avère la plus apte à
rapprocher son auteur d’Allah .
C’est ainsi que certaines personnes se trouvent très sensibles aux prières surérogatoires car
elles leur inspirent révérence et se révèlent plus à même de les rapprocher d'Allah que les
autres actions. Dans ce cas, elles sont les meilleures pour elles.

WWW.TIDJANIYYA.ORG
Allah le sait mieux.
Sheikh Muhammed Salih Al-Munajjid

WWW.TIDJANIYYA.ORG
Question : Voici un homme qui, depuis son enfance, a eu l’habitude de mentir. Aujourd’hui, il
s’efforce de s’en débarrasser. Mais il y retombe par inadvertance puis il se ressaisit et implore le
pardon d’Allah … Ce comportement affecte-t-il son jeûne ?

Réponse : Louange à Allah


Al-Boukhari (1903) (6057) a rapporté d’après Abou Hourayra que le Messager d’Allah
a dit : « Quiconque ne cesse pas les actes et propos vains et (les comportements dictés
par) l’ignorance, Allah n’a pas besoin qu’il s’abstienne de manger et de boire ».
Par propos vains, on entend tout faux propos, ce qui englobe le mensonge, la médisance, le
colportage, le faux témoignage et toute (autre) parole interdite.
Par actes vains on entend la pratique de la débauche et les (autres) mauvais actes. Voir Touhfat
al-Ahwadhi.
Par ignorance on entend tous les actes de désobéissance. C’est ce qu’as-Sindi a dit dans
Hachiyatou Ibn Madja. Al-Hafiz a dit : « Les propos "Allah n’a pas besoin qu’il s’abstienne de
boire et de manger" ne signifient pas, selon Ibn Battal, qu’on lui donne l’ordre de ne plus
jeûner. Il s’agit plutôt de le mettre en garde contre les vains propos et ce qui est mentionné (plus
haut). La phrase exprime le rejet. Elle veut dire que le jeûne entaché de faux (actes et propos)
est rejeté et le jeûne qui en est débarrassé est agréé ».
Ibn al-Arabi a dit : « Ce hadith implique que le jeûne de celui qui se comporte de la sorte ne sera
pas l’objet d’une récompense (divine) ». C’est-à-dire que la récompense à laquelle il aurait droit
sera contrebalancée par le péché qui résulté de ces faux actes et propos. Il s’agit d’indiquer
que tous péchés peuvent affecter le jeûne et en diminuer la récompense ou l’annuler
complètement, s’ils sont fréquents.
Aussi, devez-vous poursuivre le combat que vous menez contre votre propre âme pour vous
débarrasser de cette mauvaise habitude. Chaque fois que vous commettez un péché, ayez
recours au repentir et à la demande de pardon.En effet, le repenti est comme celui qui n’a
jamais péché.
Qu'Allah le Très Haut nous assiste à faire ce qu’Il aime et agrée.

Question : Mon époux m’a demandé de l’assister à préparer le repas de rupture du jeûne. En
l’aidant, il m’est arrivé par oubli de goûter le sel. Mon jeûne aurait-il été rompu parce que j’ai
accompli une action qui n’était pour moi, ni une obligation légale, ni une obligation coutûmière?

Puisse Allah vous préserver.

Réponse : Louange à Allah

WWW.TIDJANIYYA.ORG
Il n’y a aucun mal à ce que le jeûneur goûte un mets par nécessité. Pour ce faire, il doit le placer
au bout de sa langue puis l’expulser de sa bouche et n’en avale rien, que le jeûneur soit un
homme ou une femme.
Si le jeûneur en avale une partie, il n’encourt rien ; qu’il termine son jeûne. Cela s’appuie sur la
portée générale des arguments qui indiquent que la Charia considère l’oubli comme une
excuse et sur la parole du Prophète : « Tout jeûneur qui, par oubli, mange ou boit doit
terminer son jeûne. Car ce n’est qu’Allah qui lui a donné à manger et à boire » [Cité par al-
Boukhari, 1399 et par Mouslim, 1155]

Allah le sait mieux.

Question : Je n’ai pas rattrapé le jeûne des jours du Ramadan qui m’ont échappé en raison des
règles menstruelles, et il m’est impossible de recenser ces jours. Que devrais-je faire ?

Réponse : Louange à Allah


Chère sœur en Allah, évertuez-vous à vous souvenir et à jeûner le nombre de jours que vous
croyez fermement avoir ratés. En outre, demandez à Allah l’aide et l’assistance. Allah a
dit : « Allah n’impose à aucune âme ce qui est au-dessus de ses forces ».
Faites de votre mieux et prenez vos précautions de sorte à jeûner les jours qui vous ont
échappé. En plus, repentez-vous à Allah . Allah est Celui qui assiste.
Extrait des avis de Cheikh Ibn Baz

Question : J’ai 16 ans et j’ai eu mes règles depuis l’âge de 13 ans. Cette année-là, je n’ai jeûné
que 7 jours du mois de Ramadan et mes parents n’ont exercé aucune pression sur moi car ils
croyaient que je n’étais pas majeure. Dois-je maintenant jeûner les jours pendant lesquels je
n’avais pas observé le jeûne ? Que devrais-je faire ? Expliquez-moi les choses.
Puisse Allah vous récompenser par le bien.

Réponse : Louange à Allah


Etant devenue majeure, vous devez observer le jeûne dans tous les cas. Pour la fille, la majorité
s’établit dès l’apparition des règles, de poils autour du sexe ou sous l’aisselle, et dès la capacité
d’émettre certains liquides suite à des rapports intimes en rêve.
Les règles constituent ainsi un des signes de la majorité. Vous êtes donc majeure et
responsable et devez observer le jeûne du Ramadan. Le mois que vous n’avez pas jeûné doit
être rattrapé dans tous les cas. Vous n’aurez la conscience quitte qu’après un rattrapage assorti
du repentir, puisqu’au moment où vous vous étiez abstenue de jeûner, vous en étiez déjà
responsable. Vos parents avaient tort de se montrer tolérants avec vous car vous n’étiez plus
petite. Vous devez vous repentir de votre laxisme.

Allah le sait mieux.


Extrait des avis de Cheikh Abd Allah Ibn Houmayd, p. 176.

WWW.TIDJANIYYA.ORG
Question : Voici une dame âgée de 60 ans qui, avant la ménopause, ignorait les dispositions
régissant les règles et ne rattrapait pas les jours non jeûnés du Ramadan puisqu’elle croyait, sur
la base de ce qu’elle entendait des gens du commun, que cela n’était pas nécessaire.

Réponse : Louange à Allah

Elle doit se repentir devant Allah pour n’avoir pas interrogé ceux qui savent. Elle doit aussi
procéder au rattrapage des jours non jeûnés en se basant sur le nombre de jours qu’elle croit
exact.
En outre, elle donne en guise d’expiation pour chaque jour non jeûné l’équivalent d’un saa (2kg
environ) et demi de blé, de dattes ou de riz ou d’une autre nourriture locale à un pauvre. Si elle
n’est pas en mesure d’offrir de la nourriture aux pauvres, elle peut se contenter de jeûner. Allah
est le garant de l’assistance.
La Commission permanente pour les Recherches Scientifiques et la Consultance, 10/151.

Question : Je suis une jeune femme de 25 ans. Jusqu’à l’âge de 21 ans, la paresse
m’empêchait de jeûner et de prier. Mes parents me conseillaient de le faire, mais je restais
indifférente. Que dois-je faire maintenant qu’Allah m’a guidée de sorte que j’ai regretté la
négligence du passé et ai commencé à jeûner.

Réponse : Louange à Allah


Le repentir efface ce qui l’a précédé. Vous devez regretter (votre comportement passé) et vous
résoudre sincèrement à pratiquer le culte et à multiplier nuit et jour les prières surérogatoires, le
jeûne facultatif, le dhikr, la récitation du Coran et l’invocation. Allah exauce le repentir de
Ses serviteurs et pardonne les mauvais actes.
Avis de Cheikh Ibn Baz.

Question : Qu’est-ce qui est préférable pour celui qui voyage pendant le Ramadan : observer le
jeûne ou ne pas l’observer ?

Réponse : Louange à Allah


Les 4 imams, la majorité des Compagnons et leurs successeurs immédiats soutiennent qu’il est
permis au voyageur de jeûner et que, s’il le fait son jeûne est valide. Voir l’Encyclopédie
juridique, tome 28 p. 73.
S’agissant de ce qui est préférable, voici quelques cas détaillés :
Le premier cas : Il s’agit de l’égalité de l’observance et de l’inobservance du jeûne. C’est le cas
dans lequel l'observance du jeûne n’a aucune influence négative sur le jeûneur. Dans ce cas, il
est préférable d’observer le jeûne pour les arguments suivants :

WWW.TIDJANIYYA.ORG
Abou Darda dit : « Nous sortimes en compagnie du Messager d’Allah au cours du
mois de Ramadan, à un moment où il régnait une chaleur si intense que l’un de nous se mettait
la main sur la tête pour se protéger. Aucun de nous n'observait le jeûne hormis le Messager
d’Allah et Abd Allah ibn Rawaha . » [Rapporté par al-Boukhari, 1945 et par
Mouslim, 1122].
a) Jeûner constitue un acquittement immédiat du devoir. Le rattrapage peut se retarder. C’est
pourquoi il vaut mieux jeûner à temps.
b) Jeûner immédiatement est souvent plus facile pour les concernés. Car il est plus commode
que de recommencer (après les autres).
c) Jeûner immédiatement permet de profiter du temps précieux que constitue le Ramadan.
Celui-ci est meilleur que les autres mois et il demeure le cadre normal du jeûne obligatoire.
C’est pour tenir compte de ces arguments que l’on a jugé plausible l’avis de chaffi'i (ُ َّ ‫)رح ُمه‬
َ
selon lequel le jeûne est préférable pour celui qui trouve l’observance et l’inobservance du jeûne
égales.
Le deuxième cas : C’est le cas de celui qui trouve la non observance du jeûne plus clémente.
Nous disons à celui-là qu’il est préférable pour lui de ne pas jeûner. S’il trouve le jeûne pénible,
son observance par lui est alors réprouvée. Car se donner la peine de jeûner en dépit de
l’existence d’une dispense revient à croire pouvoir se passer de la dispense accordée par
Allah .
Le troixième cas : C’est celui du voyageur chez lequel le jeûne provoquerait une peine
insupportable. Pour celui-là, le jeûne est prohibé. Cet avis s’appuie sur un hadith rapporté par
Mouslim d’après Djabir ibn abd Allah .
Selon ce hadith, le Messager d’Allah partit pour la Mecque en Ramadan lors de l’année de la
conquête. Il observa le jeûne jusqu’à son arrivée à Kuraa al-Cohamim. Les gens jeûnèrent
comme lui. Et puis il demanda une coupe remplie d’eau, la leva de sorte à la montrer au gens, et
en but. Plus tard, on lui dit que certains (de ses compagnons) avaient maintenu leur jeûne. Ce
qui lui fit dire : « Voilà des désobéissants, Voilà des désobéssants ! »
Selon une version, on lui dit : « Les gens trouvent le jeûne pénible et s’en remettent à vous.
C’est alors qu’il fit venir une coupe après la prière d’Asr (1114). Il qualifia de désobéissants ceux
qui avaient maintienu leur jeûne malgré la grande souffrance qu’ils ressentaient.» [Voir ach-
charh al-mumti ’, par Cheikh Muhammad ibn Outhaymine tome 6 p.355]
An- Nawawi et al-Kamal ibn al-Hoummam ont dit : « Les hadiths qui indiquent que la non-
observance du jeûne est préférable pour le voyageur concernent celui auquel le jeûne porte
préjudice.»
Certains hadiths le précisent clairement. Cette interprétation s’impose pour concilier les hadiths.
Cette démarche est meilleure que celle qui consiste à en annuler certains ou à prétendre à leur
abrogation sans une peuve formelle.
Ceux qui ont jugé l’observance et la non-observance du jeûne égales tirent leur argument d’un
hadith d’Aïcha selon lequel Hamza ibn Amr al-Aslami a dit au Prophète :
« Devrais-je observer le jeûne quand je voyage ? » (L’auteur de la question jeûnait

WWW.TIDJANIYYA.ORG
fréquemment). « Tu peux jeûner ou t’en abstenir, si tu veux. » Lui dit le Prophète [Cité dans
les Deux Sahih.] L’Encyclopédie juridique, tome 28 p. 73
Ajout d'une autre fatwa :
De même, le voyageur n’a pas le droit d’utiliser publiquement les moyens de rompre le jeûne
devant des non-voyageurs qui ne connaissent pas son cas. Il doit plutôt rester discret pour éviter
qu’on ne l’accuse de faire ce qu’Allah a interdit.
Fatawa de Cheikh Ibn Baz

Question : Quelles sont les excuses qui permettent de ne pas jeûner le Ramadan ?

Réponse : Louange à Allah

Pour faciliter le jeûne à Ses serviteurs, Allah ne l’a prescrit qu’à ceux qui peuvent le
supporter. Il autorise la non-observance du jeûne à ceux qui ne peuvent pas s’y soumettre
pour une excuse légale. Les excuses légales qui permettent de ne pas jeûner se présentent
comme suit :
Premièrement, la maladie. Par ce terme, on désigne tout ce qui affecte la santé de l’homme.
Ibn Quadama a dit : « Les ulémas soutiennent à l’unaminité qu’il est permis au malade en
général de ne pas observer le jeûne compte tenu de la parole du Très Haut : {Quiconque d'
entre vous est malade ou en voyage, devra jeûner un nombre égal d' autres jours.} [Sourate 2 -
Verset 184] »
D’après Salamata ibn al-Akwa’, quand fut révélé ce verset [Sourate 2 - Verset 184] celui qui
voulait ne pas jeûner s’en abstenait et se contentait du rachat (nourrir un pauvre). Et puis le
verset suivant fut révélé, c’est-à-dire la parole du Très Haut :

{Donc, quiconque d' entre vous est présent en ce mois, qu'il jeûne !} [Sourate 2 - Verset 185]
Ce verset a abrogé la première disposition. Le malade qui craint l’agravation de sa maladie en
cas de jeûne ou le retard de son rétablissement ou le pourissement d’un organe, peut ne pas
observer le jeûne. Il lui est même recommandé de ne pas jeûner. Et sa persistance à jeûner est
réprouvée puisqu’elle peut conduire à sa perte. C’est pourquoi il faut s’en préserver.
En plus, la gravité de la maladie autorise le malade à rompre le jeûne. Quant à celui qui est sain,
la crainte de difficultés ou de la fatigue ne justifie pas sa rupture du jeûne, quand cela devient
réel.

WWW.TIDJANIYYA.ORG
Deuxièmement, le voyage.
Le voyage qui autorise la rupture du jeûne doit remplir ce qui suit :
a / Il doit s’agir d’un long voyage justifiant le raccourcissement de la prière.
b / ne pas prendre la résolution de se fixer un long temps pendant (une étape) du voyage.
C / que le voyage n’implique pas un acte de désobéissance. Il doit être entrepris pour un objectif
valable selon la majorité des ulémas. Cela est dû au fait que la non-observance du jeûne est
une dispense et un allègement que ne mérite pas un voyageur dont le déplacement constitue un
acte de désobéissance. C’est, par exemple, le cas de celui qui voyage pour couper une route.
Expiration de la dispense liée au voyage :
La dispense du jeûne liée au voyage prend fin dans 2 cas :
- Le premier est le retour du voyageur dans sa patrie et son arrivée à son lieu de résidence.
- Le deuxième estquand le voyageur a l’intention de se fixer durablement ou pour un certain
temps, et quand l’endroit choisi est approprié. Car il est alors considéré comme un résident.
Dans ce cas, il complète les prières et observe le jeûne du Ramadan à cause de la fin du statut
de voyageur.
La troisième excuse est la grossesse et l’allaitement.
Les juriconsltes sont d’accord que la femme enceinte et celle qui allaite peuvent ne pas observer
le jeûne du Ramadan si elles craignent pour leur propre santé ou pour celle de leur enfant ou
craignent l’agravation d’une maladie ou un préjudice ou la mort. Ceci est attesté dans ce verset :
{Et quiconque est malade ou en voyage, alors qu' il jeûne un nombre égal d' autres jours.}
[Sourate 2 - Verset 184]
Il ne s’agit pas ici de n’importe quelle maladie car celle qui ne diminue pas le malade ne
l’autorise pas à ne pas jeûner. La mention du terme « maladie » renvoie à toute affection
incompatible avec le jeûne. C’est ce que l’on entend par maladie et c’est ce qui se vérifie ici.
Voilà pourquoi la femme enceinte et celle qui allaite bénéficient de la dispense du jeûne.
Un des arguments de la dispense qui leur est accordée réside dans le hadith d’Anas ibn Malick
al-Daabi selon lequel le Messager d’Allah a dit : « Allah a certes dispensé le
voyageur du jeûne et de la moitié de la prière et dispensé la femme enceinte et celle qui allaite
du jeûne »
Une autre version emploie le terme hubla (enceinte) et celle qui allaite.
La quatrième excuse est la grande vieillesse (haram)
La grande vieillesse intéresse ceux qui suivent : le vieillard finissant, celui qui est au bout de ses
forces ou est sur le point de finir ses jours et qui se rapproche chaque jour de la mort. Il en est
de même du malade jugé incurable. Cela s'applique encore à la très vieille dame. La légalité de
leur non-observance du jeûne est fondée sur la parole du Très Haut : {Et quiconque est malade
ou en voyage, alors qu' il jeûne un nombre égal d' autres jours.} [Sourate 2 - Verset 184]
Ibn Abbas a dit : « Ce verset n’est pas abrogé ; il s’applique au vieillard et à la vieille
dame incapables de jeuner. Les deux nourrissent un pauvre pour chaque jour non jeûné. »
La cinquième excuse est l’insupportabilité de la faim et de la soif.

WWW.TIDJANIYYA.ORG
Quand la faim et la soif deviennent d’une intensité insupportable, l’on est autorisé à rompre le
jeûne et à manger dans la limite de la nécessité, mais l’on doit, par la suite, s’abstenir des
facteurs de la rupteure du jeûne pour le reste de la journée et procéder plus tard à un jeûne de
rattrapage. A l’insupportabilité de la faim et de la soif a été assimilée la peur d’être affaibli au
moment d’une rencontre probable ou certaine avec l’ennemi en cas de siège.
Si le combattant a la certitude ou la quasi-certitude qu’il va rencontrer un ennemi qui se trouve
en face de lui, et craint d’être trop affaibli par le jeûne pour pouvoir se battre, il peut rompre son
jeûne avant le combat, même s’il n’est pas en voyage.
La sixième excuse est la contrainte.
Par ce vocable, on entend le fait d’amener quelqu’un par la menace à faire ce qu’il ne veut pas
faire ou à abandonner ce qu’il désire faire.
L’Encyclopédie juridique, tome 28, p. 73.

Question : Existe-t-il des avis des imams portant sur les médicaments autorisés qui n'annûlent
pas le jeûne ? Il s'agit précisément de :
1. Les capsules et les sirops
2. La pompe pour l'asthme et les voies respiratoires
3. Les suppositoires.
4. Les injections
Il est extrêmement important de s'interroger sur l'usage des pompes pour soigner les crises
d'asthme dont souffrent près de 20 % des enfants... J'espère un éclaircissement touchant tous
les aspects de ces questions. Puisse Allah vous récompenser par le bien.

Réponse : Louange à Allah


Voici l’énumération d’un certain nombre de choses utilisées dans le domaine médical assortie
de l’explication de ce qui peut provoquer la rupture du jeûne et ce qui ne la provoque pas. Il
s’agit là d’un résumé de recherches juridiques présentées à l’Académie Islamique de
Jurisprudence lors de certaines de ses sessions, et au sujet desquelles elle avait retenu ce qui
suit :
Premièrement, les choses suivantes ne sont pas considérées comme des facteurs de rupture du
jeûne :
1. Les collyres, les gouttes destinées à l’oreille, le bain de l’oreille, les gouttes nasales et la
pompe pour dégager les voies nasales, à condition de ne rien avaler.
2. Les comprimés à placer sous la langue pour soigner l’angine de poitrine et d’autres
(affections) à condition de ne rien avaler.

WWW.TIDJANIYYA.ORG
3. Les suppositoires introduits dans l’anus, les sondes vaginales ou le doigt en vue d’un examen
médical
4. Introduction d’un endoscope, d’un dispositif intra utérin ou d’autres instruments dans l’utérus.
5. Ce qui est introduit dans l’organe génital masculin ou féminin tel qu’une fibre très fine, une
sonde ou une matière impulsée au laser ou un médicament ou une solution destinée au
nettoyage de la vessie.
6. Le limage, l’extraction d’une dent, le nettoyage des dents, l’usage de cure-dents ou de brosse
à dent, à condition de ne rien avaler.
7. Le rinçage de la bouche, le gargarisme, l’usage d’un pulvérisateur pour soigner une affection
buccale localisée, à condition de ne rien avaler.
8. Les piqûres curatives ou musculaires ou intramusculaires à l’exception des liquides et des
injections nutritives.
9. L’oxygène
10. Les gaz anesthésiants à moins que des solutions liquides nutritives ne soient utilisées.
11. Les substances absorbées par le corps telles que les crèmes, les pommades et les
autocollants imbus de matières chimiques curatives appliquées sur la peau.
12. Introduction d’une fibre fine dans les veines pour la radiographie ou le traitement des
vaisseaux sanguins ou d’autres organes
13. Introduction d’une sonde à travers le mur du ventre pour examiner les entrailles ou y
effectuer une opération chirurgicale.
14. Effectuer des prélèvements sur le foie ou d’autres organes, à condition que cette
intervention ne soit pas assortie de l’injection de solutions.
15. L’usage de la sonde optique non accompagné de l’introduction de solutions ou d’autres
matières
16. L’introduction d’un instrument ou d’une matière curative dans le cerveau ou la moelle
épinière
17. Le vomissement involontaire ; non le cas contraire.
Deuxièmement, il convient que le médecin musulman conseille au malade d’attendre la rupture
du jeûne pour effectuer celes parmi les interventions susmentionnées dont le report ne lui porte
aucun préjudice (afin de ne pas invalider son jeûne).
L’Académie Islamique de Jurisprudence, p. 213.

Question : Est-ce que l'usage de la pompe de bouche au cours d'une journée du mois de
ramadan pour soigner une crise de respiration entraîne la rupture du jeûne ?

WWW.TIDJANIYYA.ORG
Réponse : Louange à Allah
L’usage de la pompe destinée aux asthmatiques ne remet pas en cause le jeûne. Ce
pulvérisateur ne rompt pas le jeûne parce qu’il dégage un gaz compressé qui passe aux
poumons et qui ne constitue pas une nourriture.L’asthmatique en a toujours besoin en Ramadan
comme en dehors du Ramadan. (Fatawa ad-daawa : Ibn Baz, n° 979. Voir l’opuscule intitulé : 70
questions sur le jeûne.)
Cheikh Ibn Outhaymine (ُ َّ ‫ )رَ حمُه‬a dit : « Le contenu du pulvérisateur s’évapore et n’arrive pas à
l’estomac. Dès lors, nous disons : il n’y a aucun mal à utiliser cette pompe pendant le jeûne car
cela ne le rompt pas. » (Fatawa arkane al-islam, p. 475)
Les ulémas de la Commission Permanente ont dit : « Le médicament pris par l’asthmatique par
respiration arrive aux poumons par la voie de la bronche et pas à l’estomac … Il n’est donc pas
assimilable ni au manger ni au boire. Il semble que l’usage de ce médicament n’entraîne pas la
rupture du jeûne. » (Fatawa islamiyya, 1/130)

Question : Je suis diabétique donc obligé de me donner une injection d’insuline 2 fois par jour.
C’est pourquoi je ne jeûne pas. Mais je procède à un acte d’expiation consistant à donner en
aumône l’équivalent du prix du repas que je consomme.
Est-il permis de transformer l’expiation en un don en espèce quand on sait que je suis un
célibataire et que je mange au restaurant ? Est-il permis de faire bénéficier plusieurs pauvres à
l’aumône en espèce étant donné que je ne trouve pas quelqu’un qui ait besoin d’un repas ?
Réponse : Louange à Allah
Si vous êtes en mesure de jeûner, faites-le car c’est votre devoir. En effet, il ne vous est pas
permis dans ce cas de ne pas observer le jeûne et de vous contenter de donner à manger (à un
pauvre). L’injection en insuline ne remet pas en cause le jeûne. Vous pouvez donc en prendre
votre dose tout en observant le jeûne. Il faut donc que vous rattrapiez les jours que vous n’avez
pas jeûnés. Se référer à la question [ci-dessous].
Si, en revanche, le jeûne vous porte préjudice, s’il vous est très pénible et si vous avez besoin
de prendre des médicaments pendant le jour, il vous est permis alors de ne pas jeûner. Si, à
l’avenir, vous n’êtes plus en mesure de jeûner, offrez pour chaque jour non jeûné un repas à un
pauvre.
Il ne vous est pas permis d’en donner le prix en espèces. Car c’est de la nourriture qu’il faut offrir
aux pauvres compte tenu de la parole du Très Haut : {Mais pour ceux qui ne pourraient le
supporter qu' (avec grande difficulté), il y a une compensation: nourrir un pauvre.} [Sourate 2 -
Verset 184].
Vous devez chercher des pauvres à nourrir afin de vous acquitter de votre devoir ou alors
donner procuration à quelqu’un pour qu’il achète de la nourriture à votre place et la faire parvenir
aux pauvres. Allah le sait mieux.

WWW.TIDJANIYYA.ORG
Question : Depuis 14 mois je souffre d’un diabète du 2ème degré. C’est le diabète dit non
insulino-dépendant. Je ne suis aucun traitement, mais je m’impose un régime alimentaire
préventif soutenu par un peu d’exercices sportifs afin de maintenir le taux du sucre dans des
limites convenables.
Au mois de Ramadan dernier, j’ai jeûné quelques jours mais je n’ai pas pu achever le jeûne à
cause de la baisse du taux de sucre chez moi.
Maintenant, je me sens beaucoup mieux. Allah soit loué. Cependant, j’éprouve des maux de
tête en cas de jeûne. Dois-je continuer de jeûner sans tenir compte de ma maladie ? Puis-je
tester le taux de sucre dans mon sang quand j’observe le jeûne (car l’on a besoin de prélever du
sang du doigt) ?

Réponse : Louange à Allah


Le malade est autorisé à ne pas observer le jeûne du mois de Ramadan si le jeûne lui est
pénible ou lui porte préjudice et s’il a besoin de se soigner pendant la journée avec la prise de
diverses sortes de comprimés et de sirops ou d’autres médicaments. A ce propos, le Très Haut
dit :
{Quiconque d' entre vous est malade ou en voyage, devra jeûner un nombre égal d'autres
jours.} [Sourate 2 - Verset 184]
Et le Prophète a dit : « Certes, Allah aime que l’on emploie Ses dispenses comme Il
désapprouve qu’on Lui désobéisse ».
Une autre version dit : « Comme Il aime qu’on exécute Ses prescriptions obligatoires ».
Le prélèvement du sang des veines pour des analyses ou d’autres utilisations n’entraîne pas la
rupture du jeûne selon l’avis juste. Mais si la quantité de sang doit être importante, il vaut mieux
effectuer le prélèvement dans la nuit. Si on est obligé de le faire le jour, il est plus prudent de
jeûner une journée de remplacement parce que la prise de sang s’assimile dans ce cas à la
saignée (curative). » (Avis de Cheikh Ibn Baz - extrait de Fatawa islamiyya, tome 2 p. 139)
Le malade peut se retrouver dans plusieurs cas :
Le premier, c’est celui dans lequel le jeûne n’a aucune incidence sur sa santé. C’est le cas du
rhume, d’une légère migraine, d’un mal de dent ou d’autres affections similaires. Dans ces cas, il
ne lui est pas permis de rompre le jeûne. Cependant, certains ulémas soutiennent qu’il est
permis de ne pas jeûner compte tenu du verset :

{(Ces jours sont) le mois de Ramadân au cours duquel le Coran a été descendu comme guide
pour les gens, et preuves claires de la bonne direction et du discernement. Donc, quiconque d'
entre vous est présent en ce mois, qu'il jeûne! Et quiconque est malade ou en voyage, alors qu'il

WWW.TIDJANIYYA.ORG
jeûne un nombre égal d' autres jours. - Allah veut pour vous la facilité, Il ne veut pas la difficulté
pour vous, afin que vous en complétiez le nombre et que vous proclamiez la grandeur d'Allah
pour vous avoir guidés, et afin que vous soyez reconnaissants!} [Sourate 2 - Verset 185].
Mais nous disons que cette disposition est liée à une cause, à savoir que l’inobservance du
jeûne lui est plus facile.Dans ce cas, nous aussi nous disons qu’il vaut mieux pour lui de ne pas
jeûner. Si toutefois le jeûne n’a aucune incidence négative sur sa santé, il ne lui est pas permis
de ne pas l’observer, car c’est un devoir pour lui de le faire.
Le deuxième cas, c’est celui d’un malade qui a du mal à jeûner même si le jeûne ne lui porte
aucun préjudice. Il est réprouvé pour celui-là de jeûner et on lui recommande de ne pas
l’observer.
Le troisième cas, c’est celui d’un malade qui a de la peine à jeûner et auquel le jeûne porte un
préjudice réel. C’est le cas d’une personne qui souffre d’une atteinte des reins ou d’un diabète
ou d’autres affections similaires et à laquelle le jeûne fait mal. Dans ce cas, le jeûne lui est
interdit.
Ceci nous permet de connaître l’erreur commise par certains qui s’efforcent de jeûner (malgré
un handicap) notamment les malades qui le trouvent pénible et auxquels ils portent préjudice et
qui, malgré tout cela, refusent de cesser le jeûne. Nous disons à ceux-là qu’ils ont tort, dans la
mesure où ils déclinent l’honneur qu’Allah leur a réservé, la dispense qu’Il leur a accordée,
et font du tort à eux-mêmes. Or Allah a dit : {Ne vous tuez pas}. [Sourate 4 - Verset 29].
As-Sharh al-mumti’ par Cheikh Ibn Outhaymine, tome 6 p. 352-354.

Louange à Allah
Il y a une divergence au sein des ulémas à propos de la question de savoir si la goutte
administrée aux yeux du jeûneur met fin à son jeûne ou pas. Cheikh Ibn Taymiyya et Cheikh Ibn
Outhaymine ont préféré l’avis selon lequel elle ne met pas fin au jeûne.
Cheikh Ibn Outhaymine (ُ َّ ‫)رح ُمه‬
َ a dit : « Cheikh ibn Taymiyya soutient que le kohol ne remet
pas le jeûne en cause, même si la saveur en arrive à la gorge (du jeûneur). Il dit que cela ne
s’appelle pas manger ou boire et ne leur est pas assimilable parce qu’il n’en entraîne les même
effets ».
En outre, il n’a été rapporté aucun hadith authentique et clair qui indique que l’usage du kohol
interrompt le jeûne. Or le statut originel veut que rien ne soit rompu et que l’acte culturel reste
valable jusqu’à ce qu'il soit prouvé qu’il ne l'est plus. Son avis est juste, même si l'intéréssé en
sentait la saveur à la gorge.
Sur la base de l’avis de Cheikh Ibn Taymiyya (ُ َّ ‫)رح ُمه‬
َ si l’utilisateur de la goutte en sentait la
saveur à la gorge, son jeûne ne serait pas rompu ».
Ach-charh al-mumti, 6/382.

WWW.TIDJANIYYA.ORG
WWW.TIDJANIYYA.ORG