Vous êtes sur la page 1sur 1

Au Maroc, la notion du harcèlement sexuel dans le dispositif légal est récente, bien que

l’existence de ce phénomène ne date pas d’aujourd’hui. Les causes sont essentiellement la


non application des lois contre le harcèlement, qui existent pourtant, le conservatisme de la
société, la frustration sexuelle et le manque d’éducation sur les droits des femmes sont autant
de raisons qui expliquent ce phénomène. Ceci, nous conduit à poser les problématiques
suivantes : Quelles sont les différentes formes du harcèlement ?quels sont les impacts de ce
phénomène sur la femme ? Les autorités sont à la recherche de lois pour sévir contre le
harcèlement sexuel au Maroc.

Femme adulte, ou jeune fille ! Tout le sexe féminin est menacé par un simple acte visuel, oral
ou physique à connotation sexuelle qui touche à la dignité de son être. Ce phénomène a un
grave impact sur la femme ainsi que des graves conséquences sur leur santé psychologique et
physique. Les femmes n'y réagissent pas toujours de la même façon, mais toutes en souffrent.
Souvent, les femmes remettent en question leurs propres sentiments et leurs comportements
avant de réaliser que le responsable de la situation est le harceleur.

Le harcèlement sexuel peut avoir des conséquences psychologiques, physiques ainsi


qu’économiques telles que : Le sentiment d'impuissance face au contrôle de l'agresseur, La
perte de confiance en soi et d'estime de soi, Les troubles alimentaires, La diminution de la
qualité de son travail ou de ses études.

Il ne semble pas exister de statistiques fiables sur l’importance de ce phénomène et ceci


s’explique aisément par le silence forcé des personnes qui subissent ce genre de pression ou
de quasi-violence.

Il y a prés d’un an des centaines de marocaines étaient descendues dans la rue pour réclamer
une loi contre les violences faites aux femmes. Aujourd’hui leurs revendications ont été en
entendues. Le gouvernement a finalement pris le problème à bras le corps en rédigeant u
texte définit le harcèlement sexuel comme ‘’tout acte importun à l encontre d’un tiers dans les
espaces publics à travers des actes, des propos ou des gestes à caractère sexuel ou dans le but
d’obtenir un acte de nature sexuelle’’.

Si cette proposition de loi est acceptée par le parlement ’’les dragueurs agressif’’ pourraient
risquer une peine d’un mois à 2ans d’emprisonnement ainsi qu’une grande amende de 1000 à
3000 dirhams. De plus la loi s’applique à différents échelons et change selon le profil du
harceleur. Ainsi le site aujourd’hui de Maroc précise que ’’ cette peine est doublée si ce défit
est commis par un collègue dans le cadre professionnel ou par des personnes chargée de
veiller à l’ordre ou la sureté dans les espaces publics’’.

Pour conclure, nous pouvons dire que, ce n’est pas demain qu’au Maroc la lutte contre le
harcèlement sexuel aura le même impact qu’elle à a sur la vie sociale, mais il est grand temps
que nous nous dressions tous contre cette pratique dégradante et humiliante pour la femme.