Vous êtes sur la page 1sur 10

L’air humide est considéré comme étant un mélange de deug as assimilés à des

gaz parfaits :

 L’air sec est le constituant majeur qui est caractérisé par une pression
partielle Pas.

Pah=Pas+Pv

 La vapeur d’eau est le constituant mineur est caractérisé comme étant ue


pression de vapeur Pv.

On peut écrire selon la loi de dalton :

Patm=Pah=Pas+Pv

Les autres caractéristiques sont en fonction de la teneur en humidité

 Air humide saturé : A saturation, l’air humide (à P et T données) renferme


une quantité maximale de vapeur d’eau et cela sans qu’elle ne se
condense. Au-delà de cette teneur, la vapeur d’eau se transforme en
liquide.

Remarque : la pression est constante dans ce cas (c’est une donnée)

 Tsèche de l’air humide : (1ère caractéristique de l’air humide)

C’est la température indiquée par le thermomètre sec, à l’abri du rayonnement


solaire, elle est appelée aussi T de bulbe sec , son symbole est Ts.

 Thumide de l’air humide : (2ème caractéristique)

C’est la température du bulbe humide, elle est indiquée par un thermomètre dont
le bulbe est entouré d’un gaz mouillé balayé par de l’air en mouvement et
protégé des rayonnements solaires. A la surface du thermomètre à bulbe humide
l’eau s’évapore

La Th dépend de Ts, de l’eau et de l’humidité compris dans cet air


L’ensemble thermo sec et thermo humide est appelé « psychromètre »

 T de rosée Tr : (3ème caractéristique) : c’est la température à partir de


laquelle la vapeur d’eau contenue dans un air humide que l’on refroidi à
pression constante commence à se condenser.
 H absolue : (4ème caractéristique) pour une pression données c’est la
quantité de vapeur contenue dans une masse d’air sec.

Ha=mv/ma

Comme les quantités de vapeur contenues dans l’air humide sont faibles, l’unité
est (g/kg).

La vapeur de Ha reste constante lorsque la température varie à condition qu’elle


soit supérieure à Tr

 L’humidité relative : (5ème paramètre) c’est le degré hygrométrique

L’humidité à elle seule est insuffisante pour caractériser l’influence de la vapeur


d’eau de l’air humide lorsque la température varie

C’est pour cette raison qu’il faut définir l’humidité relative Hr qui est le rapport
de la pression partielle de la vapeur d’eau (Pv) à la pression de la vapeur d’eau à
saturation (Pvs) à T=cst.

Hr=Pv/Pvs*100

Degré de saturation

Ds=Ha/Has*100

C’est :
Le volume massique de l’air humide :

La masse volumique de l’air humide :

Grandeurs thermodynamiques de l’air humide:


Dans le cas d’un fluide pur, l’état thermodynamique est entièrement caractérisé
par la connaissance de deux grandeurs, La pression et la température

En revanche dans le cas d’un mélange binaire, on impose la connaissance d’un


3ème paramètre pour mieux caractériser l’état thermodynamique. Pour l’air
humide ce 3ème paramètre peut être l’un de ces grandeurs qui caractérisent
l’humidité.

Rapport du mélange, humidité relative, T de rosée.

Capacité thermique : lorsqu’on mélange de la vapeur d’eau cette opération est


accompagnée d’un transfert d’énergie.

Afin de pouvoir déterminer par calculs mathématiques les transferts de chaleur


qui peuvent avoir lieu lors de différents mélanges, il est nécessaire d’établir des
bilans énergétiques en partant de la formule fondamentale de la calorimétrie.
Q=m.C. ΔT

Q : quantité d’énergie (kJ)

m : masse de la matière considérée (kg)

C : capacité thermique masique (kj/kg.C)

ΔT : différence de température (C ou K)

 La capacité thermique représente la quantité d’énergie (chaleur)


nécessaire pour élever ou abaisser la température d’1 C 'd’un unité de
masse d’un solide, un liquide ou un gas.

Dans le cas des gaz on distingue :

En pratique les changements d’état de l’air humide qui s’opèrent lors de la


climatisation et du conditionnement de l’air sont généralement à pression
constante (atm).

Dans nos calculs on utilisera exclusivement Cp (c'est-à-dire C à pression


constante)

Enthalpie de l’air humide :

L’enthalpie massique d’un corps pur à la pression atmosphérique et à la


température T, est la quantité de chaleur nécessaire pour porter 1 kg dans ces
conditions à partir d’un état de référence caractérisé par T=0C et une même
pression.

L’enthalpie de l’air humide indique l’énergie contenue dans cet air, elle
augmente avec l’augmentation de la température de l’air et aussi avec
l’augmentation de sa teneur en eau.
Par convention l’enthalpie de l’air sec à T=0C est nulle

Elle peut aussi prendre une valeur négative, l’enthalpie H s’exprime en kJ/kg
d’air sec.

L’enthalpie spécifique h ou hs : c’est la quantité de chaleur sensible ou


d’énergie contenu dans l’air humide dont la masse d’air sec est d’1 kg

H= Qsens + Qlat

h=hs=qsens+qlat

a) Chaleur sensible : est l’énergie requise pour qu’un composé puisse


chanter de T sans changer de phase.

Qsens=mCpT

et Qsens=mCpT si il s’agit d’un seule T la chaleur sensible échangé par un


corps qui passe de T1 à T2 est données par la formule 1

b) Chaleur latente : est l’énergie requise pour un composé pour qu’il puisse
changer de phase sans changement de température.

Qlat=MveLve avec

Lve : chaleur massique ou spécifique latente

Enthalpie massique de l’air sec :

hs=Cpas.TΔhs=Cpas.ΔT

Application :

L’enthalpie de l’air humide est la somme de celle de l’air sec et celle de la


vapeur d’eau :
Caractéristiques des humidificateurs :
Les deux principales caractéristiques requises pour le choix d’un
humidificateur son :

 Débit d’humidification
 Puissance de l’humidificateur
 Pour l’estimation de ces deux propriétés, on suppose que la masse
volumique de l’air ainsi que sa capacité thermique sont constantes, en
outre, lorsque l’humidification de l’air se fait au moeyn de vapeur d’eau,
on néglige l’augmentation de la température de l’air (c’estune
humidification isotherme), lorsqu’elle est réalisée en moyen d’eau
pulvérisée, on néglige les variations de l’enthalpie (humidification
isentropique).

Calcul du débit d’humidificateur :

Le débit de la vapeur d’eau pulvérisée est donné par la formule suivante :

: débit massique de vapeur ou d’eau pulvérisée

: débit massique d’air entrant

: humidité finale et initiale

: débit volumique de l’air entrant

: masse volumique de l’air entrant

Taux de renouvellement de l’air :

Le renouvellement d’air à l’intérieur de l’enceinte doit être réalisé


périodiquement t cela en fonction des degrés d’étanchéité et des dimensions
de ces enceintes (ou locaux) :
1er cas : vaporisationchauffage (température désirée)

2ème cas : chauffagevaporisation

La puissance de l’humidificateur :
L’humidification par injection de vapeur :

L’évolution de l’air se fait à température constante (la chaleur sensible à


T=cst est largement négligeable devant la chaleur latente (T1=T2) donc c’est
une humidification isotherme et dans ce cas-là puissance apportée par
l’humidificateur à l’air se calcule par la formule suivante :

Avec :

: puissance apportée par l’humidificateur

: débit massique de l’air soufflé

: enthalpie de l’air initial (à l’entrée de l’humidificateur)

: enthalpie final à la sortie

Humidification par injection d’eau pulvérisée (humidification adiabatique) :

Elle se représente sur un diagramme psychrométrique

Il est à noter dans ce cas que l’eau pulvérisée à température constaitene st


égale à celle de l’air à l’entrée de l’humidificateur, ainsi la puissance d’un
humidificateur adiabatique est nulle

Ph=0  h1=h2

Diagramme d’air humide (diagramme psychrométrique) :


L’air humide est sujet à de constantes évolutions soit naturelle, soir
artificielle (conditionnement de l’air et climatisation) afin de suivre cette
évolution de l’état initial à un autre finale, il est possible de cerner par des
calculs mathématiques des grandeurs d’air humide en question. Cependant,
ces calculs mathématiques, malgré leur précision elles présentent
l’inconvénient d’être difficiles et lents

 Le diagramme de l’air humide peut remplacer des calculs mathématiques,


Ce qui nous permettra de déterminer les paramétrée l’air d’un état donnée
mais aussi lorsque cet état évolue d’un étant initial à un état finale, et par
différence entre ces deux états on peut déduire facilement des
informations importantes concernant la quantité de chaleur à fournir où à
éliminer. La quantité d’eau à fournir où à éliminer, la quantité d’eau qui
va être condensées
 Les principaux diagrammes de l’air humide :

Il existe différents diagrammes :

Coordonnées non rectangulaires :

 Le diagramme de Mollier α=135o


 Le diagramme de Costic α=92 o
 Le diagramme de Ashare α=88o
 Le diagrammme de Porsher α=92,5o

Le diagramme de carrier : coordonnées rectangulaires α=90o, la différence


entre ces diagrammes réside dans les calculs des enthalpies spécifiques ainsi
que l’angle d’inclinaison.

Cas de Mollier : h=1,0060.T+Ha (2500+1,86T)

Cas de carrier : h=1,0045T+Ha (2498+1,88T)

Ces diagrammes peuvent êtres utilisés selon les affinités de chacun et les
résultats données sont très proches

Remarque :

Pour le calcul de Th en ayant la température et l’humidité absolue :

h=1,006.T+Ha (2500+1,86T)

h=1,006.T+Ha.sat (2500+1,86Th)
Exercice :

En se servant du diagramme psychrométrique déterminer les caractéristiques de


l’air humide dans les différents cas suivants :

Détemriner la position de chaque point sur le diagramme psychrométrique

Compléter le tableau suivant

Exercice 2 :

Soit de l’air humide, dont la masse est de (1+h1)kg à la pression atmosphérique


que l’on désire refroidir de la température 35 (50% Hr) jusqu’à la température
T2=25C puis jusqu’à T3=15C.

Déterminez les caractéristiques de l’air dans les différents cas et la quantité


d’énergie à soustraire pour passer d’un état à un autre ?