Vous êtes sur la page 1sur 8

Rapport : Contrôle non destructif

Elaboré par :
- Dahmouche Fatima
- Lot Hadjira
Définition :
Le contrôle non destructif ( CND ) est un
ensemble de méthodes qui permettent de
caractériser l’état d’intégrité de structures ou de
matériaux, sans le dégrader, soit au cours de la
production, en cours d’utilisation, soit dans le
cadre de maintenance.

Les différents défauts pouvant être détecté par le CND :

1- Défaut surfacique :
Les contrôles surfaciques concernent la détection de défauts débouchant ou proches de la
surface, on site les défauts suivant détectés :

A- Les fissures :

C’est un défaut ou une discontinuité brutale, où la matière est séparée sur une certaine surface. Tant
que les forces de contraintes ne sont pas libérées, elle entraîne une grande concentration de
contrainte à son fond.
Les fissures sont un facteur limitant essentiel de la résistance mécanique des matériaux, elles
sont donc étudiées à toutes les échelles afin de prévenir leur occurrence ou les traiter en cas
d’occurrence de ce défaut.

1
B- Corrosion par piqûres :

La corrosion par piqûres est une forme extrêmement localisée de corrosion conduisant à la création
d’un ou plusieurs petits trous dans le métal. L’origine de ce type de corrosion se trouve d’une part
dans le manque d’oxygène sur une partie très réduite, celle-ci devient anodique ; pendant qu’une
autre partie bénéficiant d’un excès d’oxygène devient, elle, cathodique. Une corrosion de type
galvanique est ainsi initiée sur une partie très localisée du métal et tend à se propager à l’intérieur de
celui-ci créant une diffusion d’ions amenant une raréfaction localisée d’oxygène.

2- Défaut volumique :
Les contrôles volumiques sont utilisés pour des défauts internes débouchant ou non, tels que :

A- Défaut dans les soudures :


- Inclusion :

Les inclusions désignent l'incorporation, dans le cordon de soudure, d'un composé étranger. Il existe
différents types d'inclusion :

- Inclusion solide : Corps solide étranger emprisonné dans la masse de métal fondu.
- Inclusion de laitier : Résidu de laitier emprisonné dans le métal fondu Les inclusions de
laitier peuvent être alignées (ou en chapelet), isolées ou distribuées de façon aléatoire.
- Inclusion de flux : Résidu de flux emprisonné dans la soudure Les inclusions de flux
peuvent être alignées (ou en chapelet), isolées ou distribuées de façon aléatoire.
- Inclusion d'oxyde métallique : oxyde métallique emprisonné dans le métal fondu au
cours de la solidification
- Inclusion métallique : Particule de métal étranger emprisonnée dans la masse du métal
fondu (ex. : le tungstène lors du soudage GTAW, le cuivre et tout autre métal étranger)

2
- Les soufflures :

Les soufflures sont des défauts creux, généralement sphériques, formés par la présence de gaz.

Des soufflures débouchantes sont appelées piqûres.

Les soufflures peuvent être causées par la présence de courants d'air, un manque de gaz de
protection, la présence d'une substance graisseuse sur le métal de base ou le métal d'apport,
l'obstruction de la buse, un mauvais angle de soudage, un arc trop long, de l'eau ou des impuretés
dans le joint à souder.

Pour les prévenir, on doit s'assurer que la surface du métal de base est propre de même que
l'équipement utilisé. Il est également important de bien protéger le bain de fusion. Une intensité de
courant trop faible ainsi qu'une vitesse de soudage trop élevée peuvent aussi être responsables de la
formation de soufflures.

Enfin, les piqûres sont généralement causées par le contact entre l'électrode et le métal de base.

- Porosités :

La porosité est la propriété d’un matériau qui contient des pores ou cavités de petite taille et
pouvant contenir des fluides (liquide ou gaz).

Une structure poreuse peut être :

 fermée, lorsque les pores ne sont pas reliés entre eux (exemple : le verre cellulaire).
 ouverte, lorsque les pores sont reliés entre eux (exemples: brique, béton) et forment des
canaux très fins.

3
Lorsque la structure est ouverte, elle permet :

 l’absorption d’eau : les canaux se comportent comme des tubes capillaires; on parle de
matériaux capillaires,
 la progression de la vapeur d’eau : on parle de matériaux perméables à la vapeur d’eau,
 le passage de l’air : on parle de matériaux perméables à l’air.

Etude des produits utilisés pour le contrôle par ressuage :


1 – Définition et principe :

Le contrôle par ressuage permet de mettre en évidence des discontinuités débouchantes (fissure,
crique, etc.) sur tout métal, de nombreuses céramiques et de nombreuses pièces composites.

Le ressuage exige une préparation de surface très soignée, appropriée au matériau à contrôler et aux
polluants à éliminer de la surface. L'intérieur des éventuelles discontinuités doit également être
nettoyé. On enduit ensuite la pièce à contrôler de pénétrant, par pulvérisation électrostatique ou par
immersion (parfois par pulvérisation de pénétrant en aérosol, notamment dans le cas d'un ressuage
localisé sur une ou plusieurs zones désignées d'une pièce volumineuse).

4
Quelques types de pénétrants utilisés dans le contrôle par ressuage :

1- Pénétrant fluorescent :

 HM-3A :

L’HM-3A est un pénétrant fluorescent polyvalent à but général, employé sur plusieurs types de
matériau tel que l’aluminium et le magnésium, dans les domaines de l’aéronautique, il permet
d’inspecter les défauts de moulage et de l’extrusion, il est facilement lavé par l’eau après
application.

Sa composition chimique est :

L’utilisateur doit se protéger pour éviter le contact de ce pénétrant avec l’œil et la peau car il
contient des composants toxiques.

 RC-77 :

L’RC-77 est un pénétrant fluorescent polyvalent à but général, employé sur plusieurs types de
matériau tel que l’aluminium et le magnésium, dans les domaines de l’aéronautique, il permet
d’inspecter les défauts de moulage et de l’extrusion, il n’est pas lavé avec l’eau mais par
l’utilisation d’un solvant par exemple.

Sa composition chimique est :

5
 RC-88 :

L’RC-88 est un pénétrant fluorescent spécialement utilisé pour des inspections critiques comme
l’inspection des pièces des turbines et des turboréacteurs tel que : les aubes du compresseur, il
n’est pas lavé avec l’eau mais par l’utilisation d’un solvant par exemple.

2- Pénétrant colorant :

 BY-LUX :

C’est un pénétrant colorant visible utilisé pour localiser les fissures, les porosités, et les différents
types de défaut de surface, sur des matériaux métalliques ou non métalliques (céramique, verre,
plastique…etc). Le nettoyage de ce colorant ce fait par eau ou par solvant.

Méthodes d’élimination de pénétrant :


L'élimination de l'excès de pénétrant est sans doute l'opération essentielle en contrôle par ressuage,
car la fiabilité du résultat va en grande partie dépendre de la bonne exécution de cette étape on
distingue :

A/ Les émulsifiants lipophiles : (ou lipophiliques) utilisés à l'état pur, solubles dans le pénétrant.

B/ Les émulsifiants hydrophiles : (ou hydrophobiques) utilisés en solution dans l'eau, mais peu
solubles dans le pénétrant: leur action, localisée en surface, se caractérise par une modification de la
mouillabilité du pénétrant qui se déplace plus facilement sous l'action mécanique de l'eau.

C/ Par solvant liquide :

Produit de nettoyage à séchage rapide pour l’élimination de tous types de contaminants sur la
surface à contrôler. Sert à la préparation des surfaces avant le contrôle au moyen d’un liquide
pénétrant.

6
Forme de révélateurs :
Le révélateur doit être appliqué tout de suite après la fin du nettoyage car le pénétrant commence à
ressuyer immédiatement. Le rôle du révélateur est la détection de la pénétrante retenue dans les
discontinuités en appliquant le phénomène de capillarité. Les révélateurs permettent donc de
repérer les défauts de surface puisqu’ils « sucent » le pénétrant et l’oblige de s’étaler en surface.

Il existe essentiellement :

1. Révélation a eau :

Pénétrant pouvant être éliminés par lavage à l’eau : Il faut régler la pression à une valeur telle qu’il
n’y ait pas le risque de faire sortir le pénétrant des discontinuités lesquelles il aura pu s’infiltrer ; il est
de plus recommandé de ne pas attaquer la surface normalement, mais sous une incidence de 45°
environ.

2. Les révélateurs « secs » :

Constitués par un matériau poudreux et sec. Ce type de révélateur est appliqué sur la surface après
élimination du pénétrant en excès et séchage, il peut être mis en œuvre :

• En plongeant la pièce dans un bac rempli de révélateur.

• Par pinceau.

• Par pulvérisateur.

3. Les révélateurs non aqueux : qui sont constitués par un produit pulvérulent mis en suspension
dans un solvant. L’avantage des révélateurs humides est de permettre de couvrir rapidement de
grandes surfaces ou des pièces de forme complexe.

4. Les révélateurs aqueux (hydrosolubles) : Ils sont constitués par une poudre blanche mise en
suspension dans l’eau.

Conclusion :

Par opposition aux autres méthodes de contrôle non destructif, le ressuage peut être considéré
comme une méthode «globale» pour tous les défauts débouchant en surface, quelle que soit la
nature du matériau.