Vous êtes sur la page 1sur 46

BETON ARMEII

ENSAH

2018/2019

EL FARISSI Jaouad
............................................................................................................................................... .2018/20019

Sommaire
Chapitre I : Les poutres continues ______________________________________________ 3
I-Introduction ___________________________________________________________________ 3
II-RDM VS BA ___________________________________________________________________ 3
III-Les méthodes appliquées en Béton Armé __________________________________________ 4
III.1-La méthode forfaitaire ______________________________________________________________ 5
III.2-La méthode de Caquot _____________________________________________________________ 7

Chapitre II : Les dalles rectangulaires __________________________________________ 12


I-Introduction __________________________________________________________________ 12
II-Domaine d’application _________________________________________________________ 12
III-Pré-dimensionnement ________________________________________________________ 12
IV-Moment fléchissant __________________________________________________________ 13
V-L’effort tranchant _____________________________________________________________ 15
VI-Ferraillage __________________________________________________________________ 16
VII-Transmission des charges sur les poutres ________________________________________ 17
VIII-Ouvertures et trémies _______________________________________________________ 18
IX-Etat limite de déformation _____________________________________________________ 19
Chapitre III : Flexion Composée _______________________________________________ 20
I-Généralités___________________________________________________________________ 20
II- Prise en compte forfaitaires des effets de second ordre _____________________________ 21
Excentricité du 1er ordre : ______________________________________________________________ 21
Excentricité du 2éme ordre : _____________________________________________________________ 21

III-Section entièrement tendue ____________________________________________________ 22


Calcul des armatures __________________________________________________________________ 22
Section minimale_____________________________________________________________________ 23
Exemple 1 : _________________________________________________________________________ 23

IV-Section partiellement tendue __________________________________________________ 23


A l’ELS _____________________________________________________________________________ 23
A l’ELU _____________________________________________________________________________ 24
Calcul des armatures __________________________________________________________________ 24
Exemple 2 : _________________________________________________________________________ 25
Exemple 3 : _________________________________________________________________________ 26

III-Section entièrement Comprimée ________________________________________________ 26


A l’ELS _____________________________________________________________________________ 26
A l’ELU _____________________________________________________________________________ 26
Dimensionnement des aciers E.L.U par les diagrammes d'interactions __________________________ 27
Exemples : __________________________________________________________________________ 27

Béton Armé .................................................................... S2 .......................................................................... Page 1/45


............................................................................................................................................... .2018/20019

Chapitre IV : Les fondations superficielles _______________________________________ 30


I-Introduction __________________________________________________________________ 30
II-Semelle Isolée soumise à un effort normal centré ___________________________________ 31
Le pré-dimensionnement ______________________________________________________________ 31
Calcul des armatures __________________________________________________________________ 32

III-Semelle filante soumise à un effort normal centré __________________________________ 32


Le pré-dimensionnement ______________________________________________________________ 32
Calcul des armatures __________________________________________________________________ 33
Exemples ___________________________________________________________________________ 33

IV-Semelle Isolée soumise à un effort normal et un moment ___________________________ 33


Le pré-dimensionnement ______________________________________________________________ 33
Le diagramme des contraintes __________________________________________________________ 33
Condition de résistance du sol __________________________________________________________ 34
Calcul des armatures __________________________________________________________________ 34

V-Semelle filante soumise à un effort normal et un moment ___________________________ 35


Le pré-dimensionnement ______________________________________________________________ 35
Condition de résistance du sol __________________________________________________________ 35
Calcul des armatures __________________________________________________________________ 35

VI-Semelle excentrée ____________________________________________________________ 35


VII-Justifications des états limites de service _________________________________________ 37
VII-Vérifications complémentaires _________________________________________________ 37
Poinçonnement ______________________________________________________________________ 37
L’effort tranchant ____________________________________________________________________ 37

VIII-Dispositions constructives ____________________________________________________ 37


Section minimale des aciers de répartition ________________________________________________ 37
L’espacement _______________________________________________________________________ 37
Dimensions de la semelle ______________________________________________________________ 38
Enrobage ___________________________________________________________________________ 38
Arrêts des barres _____________________________________________________________________ 38
Aciers en attente pour poteaux ou voiles__________________________________________________ 38

Chapitre V : Le pré-dimensionnement ______________________________________________ 39


I-Le plan de coffrage ____________________________________________________________ 39
II-Le pré-dimensionnement des poteaux ____________________________________________ 39
III-Le pré-dimensionnement des poutres ____________________________________________ 40
IV-Le pré-dimensionnement des voiles _____________________________________________ 40
V-Le pré-dimensionnement des planchers___________________________________________ 41
V.1-Les planchers hourdis ______________________________________________________________ 41
V.2-Les dalles pleines _________________________________________________________________ 42

VI-Le pré-dimensionnement des escaliers ___________________________________________ 42


VII-Les charges d’exploitation _____________________________________________________ 44
VII.1-La loi de dégression des charges verticales ____________________________________________ 44
VII.2-Les charges d’exploitation _________________________________________________________ 45

Béton Armé .................................................................... S2 .......................................................................... Page 2/45


......................................................................................................................................... 2018/2019

Chapitre I : Les poutres continues


L’objectif de ce chapitre est de présenter les méthodes de calcul des sollicitations (Moment
fléchissant et effort tranchant) dans les poutres (planchers) continues.

I-Introduction
Une poutre continue est une poutre reposant sur plusieurs appuis simples, et dont les moments
sur appuis, hormis les appuis de rives, ne sont pas nuls.

II-RDM VS BA
Pour les poutres élastiques, on utilise la méthode des trois moments pour déterminer les efforts
internes (M et V). Alors qu’on béton armé, ces méthodes ne sont pas pratiques vu que le béton
armé n’est pas un matériau homogène et n’est pas parfaitement élastique.
La charge à la rupture ne dépend que de la section d’acier 𝐴0 correspondant au fonctionnement
isostatique. La fissuration des sections les moins armées permet une redistribution des moments
qui diffère de celle donnée par la théorie de la résistance des matériaux, c’est le phénomène
d’adaptation.
On adoptera pour les poutres continues un ferraillage qui vérifie l’inégalité suivante :
𝐴𝑤 + 𝐴𝑒
𝐴𝑡 + ≥ 𝐴0
2
Avec 𝐴𝑡 : Ferraillage de la travée
𝐴𝑤 et 𝐴𝑒 : Ferraillage de l’appui gauche et droit
𝐴0 : Ferraillage isostatique
Le schéma ci-dessous montre la forme de ferraillage à adopter pour les poutres continues.

Béton Armé II ................................................................... S2 .......................................................................... Page 3/46


............................................................................................................................................... .2018/20019

Pour les poutres continues, le fluage entraıne que l’amortissement est beaucoup plus rapide que
pour une poutre élastique. Par conséquent, on supposera que le moment sur un appui ne dépend
que des charges supportées par les deux travées adjacentes de l’appui considéré, comme
indiqué sur la Figure :

III-Les méthodes appliquées en Béton Armé


Selon que les quatre conditions suivantes sont vérifiées ou pas, on appliquera différentes
méthodes.
a) la méthode s’applique aux constructions courantes, c’est-à-dire lorsque
𝑞 ≤ 2𝑔 𝑜𝑢 𝑞 ≤ 5 𝐾𝑁⁄𝑚2
b) les moments d’inertie des sections transversales sont identiques le long de la
poutre.
c) les portées successives sont dans un rapport compris entre 0,8 et 1,25 (25%).
d) la fissuration ne compromet pas la tenue du béton armé et de ses revêtements
(FPP).

 Si a, b, c et d sont vérifiées, on appliquera la méthode forfaitaire.


 Si a n’est pas vérifiée (cas des planchers à charge d’exploitation relativement
élevée), on appliquera la méthode de Caquot.
 Si a est vérifiée mais une ou plus des trois conditions b, c et d ne le sont pas, on
appliquera la méthode de Caquot minorée.

Remarque 1 : Si les quatre conditions sont vérifiées, il est toujours possible d’utiliser la
méthode de Caquot minorée, qui conduira à un ferraillage mieux dimensionné que celui obtenu
avec la méthode forfaitaire. Mais la méthode de Caquot est plus longue que la méthode
forfaitaire!

Béton Armé .................................................................... S2 .......................................................................... Page 4/45


............................................................................................................................................... .2018/20019

Remarque 2 : Ces méthodes s’appliquent uniquement aux poutres supportant une dalle faisant
office de table de compression. Pour le calcul d’une poutre de chemin de roulement par
exemple, on utilisera la théorie classique de la résistance des matériaux pour calculer les
moments sur appuis.

III.1-La méthode forfaitaire


Pour déterminer les moments sur appui et en travée, il est possible d’utiliser la méthode
forfaitaire si les quatre conditions a, b, c et d sont vérifiées.
III.1.1-Valeurs des moments
Les valeurs des moments en travée 𝑀𝑡 et sur appui 𝑀𝑤 et 𝑀𝑒 doivent vérifier :
1-
2-

3-la valeur absolue de chaque moment sur appui intermédiaire doit être au moins égale à :
 0.6𝑀0 pour une poutre à deux travées,
 0.5𝑀0 pour les appuis voisins des appuis de rive d’une poutre à plus de deux
travées,
 0.4𝑀0 pour les autres appuis intermédiaires d’une poutre à plus de trois travées.
Avec 𝑀0 la valeur maximale du moment fléchissant dans la travée de référence (travée
isostatique indépendante de même portée et supportant le même chargement que la travée
considérée) et
𝑞
𝛼= le rapport des charges d’exploitation à la somme des charges non pondérée.
𝑞+𝑔

Résumé :

Remarque : lorsque, sur l’appui de rive, la poutre est solidaire d’un poteau ou d’une poutre, il
convient de disposer sur cet appui des aciers supérieurs pour équilibrer 𝑀𝑎 = −0.15𝑀0 .

Béton Armé .................................................................... S2 .......................................................................... Page 5/45


............................................................................................................................................... .2018/20019

III.1.2-Armatures longitudinales
Lorsque les trois conditions suivantes sont réunies :
 𝑞≤𝑔
 les charges sont reparties
 les moments sur appui sont pris à leur valeur absolue minimale
Il est alors possible de d´exterminer de façon forfaitaire la longueur des chapeaux et l’arrêt des
barres, comme indique sur la Figure.

Lorsqu’il n’est pas possible de réaliser l’arrêt forfaitaire des barres, il faut tracer la courbe
enveloppe de moment fléchissant.
III.1.3-Effort tranchant
Pour déterminer la valeur de l’effort tranchant aux appuis, ce dernier est calculé en faisant
abstraction de la continuité, sauf pour les appuis voisins des appuis de rive. En notant 𝑉0𝑖 la
valeur absolue de l’effort tranchant sur les appuis de la travée isostatique de référence i, les
valeurs absolues de l’effort tranchant aux appuis sont déterminées de façon forfaitaire comme
indiqué sur la Figure :

Béton Armé .................................................................... S2 .......................................................................... Page 6/45


............................................................................................................................................... .2018/20019

III.2-La méthode de Caquot


La méthode s’applique essentiellement aux poutres - planchers des constructions industrielles,
c’est-à-dire pour des charges d’exploitation ´élevées : q > 2g ou q > 5kN/m2.
Elle peut aussi s’appliquer lorsqu’une des trois conditions b, c ou d de la méthode forfaitaire
n’est pas validée (Inerties variables ; différence de longueur entre les portées supérieure à 25%
; fissuration préjudiciable ou très préjudiciable). Dans ce cas, il faut appliquer la m´méthode
de Caquot minorée qui consiste à prendre𝑔′ = 2/3𝑔 pour le calcul des moments sur appui.
III.2.1-Moment sur appui
Hypothèses :
Pour le calcul des moments sur appui 𝑀𝑎 , on fait les hypothèses suivantes :
 Seules les charges sur les travées voisines de l’appui sont prises en compte
 On adopte des longueurs de portées fictives 𝑙′ , telles que :
𝑙′ = 𝑙 Pour les deux travées de rive,
𝑙′ = 0.8𝑙 Pour les travées intermédiaires.
Exemple : Soit la poutre suivante

Valeurs des moments sur appui


 Pour le cas de charges reparties, les moments sur appui intermédiaire sont
donnés par :

3 3
𝑝 𝐿′ +𝑝 𝐿′
𝑀𝑎 = − 𝑤 𝑤 𝑒 𝑒)
8.5×(𝐿′𝑒 +𝐿′𝑤

 Pour des charges ponctuelles, les moments sur appui intermédiaire sont donnés
par :

2 2
𝑘𝑤 (𝑎𝑤 )𝑃𝑤 𝐿′ 𝑤 +𝑘𝑒 (𝑎𝑒 )𝑃𝑒 𝐿′ 𝑒
𝑀𝑎 = − (𝐿′𝑒 +𝐿′𝑤 )

Béton Armé .................................................................... S2 .......................................................................... Page 7/45


............................................................................................................................................... .2018/20019

L’évolution des coefficients k(a) fonction de a est définie dans l’annexe E.2 du BAEL.
Remarque : Lorsqu’il est possible d’appliquer la méthode de Caquot minorée (voir condition
ci-dessus), le calcul des moments sur appui dus aux charges permanentes se fait avec 𝑔′ =
2/3𝑔 (et uniquement le calcul des moments sur appuis, on reprend la totalité de g ensuite pour
le calcul des moments en travée).
III.2.2-Moment en travée
Hypothèses :
Pour les calculs des moments en travée 𝑀𝑡 , on fait les hypothèses suivantes :
 on utilise la longueur des portées réelles 𝑙 (et non plus 𝑙′ ),
 on ne considère que les deux travées adjacentes et les trois cas de charge définis
sur la Figure

Chacun de ces trois cas correspond à une valeur extrême des moments de la deuxième travée
et des appuis 2 et 3.
 A l’ELU 𝐶 = 1.35𝑔 + 1.5𝑞 𝑒𝑡 𝐷 = 1.35𝑔
 A l’ELS 𝐶 = 𝑔 + 𝑞 𝑒𝑡 𝐷 = 𝑔
Exemple : Poutre de deux travées

Béton Armé .................................................................... S2 .......................................................................... Page 8/45


............................................................................................................................................... .2018/20019

L’évolution du moment en travée M(x), pour un cas de charge, est donnée par :
𝑥 𝑥
𝑀(𝑥) = 𝜇0 (𝑥) + 𝑀𝑤 (1 − ) + 𝑀𝑒
𝑙 𝑙
Avec

𝜇0 (𝑥) : Moment isostatique de référence correspondant au cas de charge étudié.


𝑀𝑤 : Moment sur appuis gauche de la travée.
𝑀𝑒 : Moment sur appuis droite de la travée.

Le moment isostatique de référence vaut :


𝑝𝑙𝑥 𝑝𝑥 2
 Pour une charge répartie 𝜇0 (𝑥 ) = −
2 2
𝑃𝑏𝑥
𝑠𝑖 𝑥 < 𝑎
𝑙
 Pour une charge concentrée 𝜇0 (𝑥 ) = {𝑃𝑏𝑥
− 𝑃(𝑥 − 𝑎) 𝑠𝑖 𝑥 ≥ 𝑎
𝑙

La position du moment maximum en travée est obtenue recherchant l’abscisse où la dérivée de


M (x) s’annule, soit dans le cas d’un chargement symétrique sur la travée :

𝑙 𝑀𝑤 − 𝑀𝑒
𝑥= −
2 𝑝𝑙
Dans la pratique, pour le calcul de x on ne s’intéressera qu’au cas de charge qui conduit à la
plus grande valeur du moment en travée. Pour les travées paires c’est le cas de charge 2, tandis
que pour les travées impaires, c’est le cas de charge 3 qui conduit à la valeur maximale du
moment en travée.
III.2.3-Effort tranchant
Les efforts tranchants sont calculés en tenant compte des moments d’appuis évalués par la
méthode Caquot.
En général l’effort tranchant Vu est maximum sur appuis lorsque les travées qui
encadrent l’appui considéré sont chargées.

Béton Armé .................................................................... S2 .......................................................................... Page 9/45


............................................................................................................................................... .2018/20019

𝑀𝑒 −𝑀𝑤
 Effort tranchant sur l’appui de gauche de la travée i : 𝑉𝑤 = 𝑉0 (0) +
𝑙
𝑀𝑒 −𝑀𝑤
 Effort tranchant sur l’appui de droite de la travée i : 𝑉𝑒 = 𝑉0 (𝑙) +
𝑙
𝑀𝑒 −𝑀𝑤
 Effort tranchant le long de la travée i : 𝑉𝑢 (𝑥) = 𝑉0 (𝑥) +
𝑙

Avec 𝑉0 (𝑥) effort tranchant de la poutre considéréisolée (calcul isostatique) :


𝑝𝑙 𝑝𝑙 𝑝𝑙
 Pour une charge répartie 𝑉0 (𝑥) = − 𝑝𝑥 𝑉0 (0) = 𝑉0 (𝑙) = −
2 2 2
𝑃𝑏 𝑃𝑎
 Pour une charge ponctuelle 𝑉0 (0) = 𝑉0 (𝑙) = −
𝑙 𝑙

NB : Quelque soit le chargement, l’équation de l’effort tranchant ainsi obtenue doit


𝑑𝑀(𝑥)
vérifier la relation : = 𝑉(𝑥)
𝑑𝑥

III.2.4-Réactions d’appuis
Connaissant les efforts tranchants au droit des appuis intermédiaires, on peut en déduire
facilement les réactions d'appuis correspondantes :

𝑅𝑖 = 𝑉𝑖+1 − 𝑉𝑖

Avec
 𝑅𝑖 la réaction d'appui à l'appui i.
 𝑉𝑖+1 l'effort tranchant "gauche" de la travée i+1
 𝑉𝑖 l'effort tranchant "droit" de la travée i
III.2.5-Exercice
Dans cet exercice, on va travailler avec la méthode de Caquot.
1-Remplir le tableau ci-dessous.
2-Tracer la courbe de l’effort tranchant.
3-Déduire la réaction des appuis.

Béton Armé .................................................................... S2 ........................................................................ Page 10/45


............................................................................................................................................... .2018/20019

Béton Armé .................................................................... S2 ........................................................................ Page 11/45


............................................................................................................................................... .2018/20019

Chapitre II : Les dalles rectangulaires

I-Introduction
Une dalle est un élément horizontal, généralement de forme rectangulaire, dont une des dimensions
(l’épaisseur h) est petite par rapport aux deux autres (les portées 𝑙𝑥 et 𝑙𝑦). On désigne par 𝑙𝑥 la plus
petite des portées. On s’intéresse au rapport des portées 𝒍𝒙/𝒍𝒚 ≤ 𝟏. Dans les cas courants, il n’y a pas
d’appareil d’appuis, les portées sont définies entre nus intérieurs des poutres ou des voiles porteurs.

II-Domaine d’application
On désigne par dalles sur appuis continus, les dalles dont le rapport des portées 𝑙𝑥/𝑙𝑦 est supérieur
à 0.4 (on a 𝟎. 𝟒 ≤ 𝒍𝒙/𝒍𝒚 ≤ 𝟏). Lorsque le rapport des portées est inférieur à 0.4, la dalle est calculée
comme une poutre-dalle de largeur unitaire, soit isostatique soit continue (dans ce cas, on appliquera la
méthode forfaitaire ou la méthode de Caquot pour déterminer les moments de continuité).

III-Pré-dimensionnement

Béton Armé .................................................................... S2 ........................................................................ Page 12/45


............................................................................................................................................... .2018/20019

Exemple : La figure ci-dessous illustre la notion des portées des dalles

1. Calcul des sollicitations

IV-Moment fléchissant
Les moments isostatiques sont donnés par :

Béton Armé .................................................................... S2 ........................................................................ Page 13/45


............................................................................................................................................... .2018/20019

Où les coefficients 𝜇𝑥 et 𝜇𝑦 sont des fonctions du rapport des portées 𝑙𝑥/𝑙𝑦 et du type d’état limite
considéré (puisque la valeur du coefficient de Poisson n’est pas identique `a l’ELU et ` a l’ELS). La
valeur de la charge surfacique dépend aussi de l’état limite considéré (𝑝 = 𝑝𝑢 à l’ELU et 𝑝 = 𝑝𝑒𝑙𝑠 à
l’ELS).
En raison de l’article 𝐴. 8.2,41, qui stipule que le rapport de la section des aciers armant la direction la
moins sollicitée sur celle armant la direction la plus sollicitée doit être supérieur à 1/4, la valeur du
coefficient 𝜇𝑦 est limitée à 0.25.
Le tableau suivant donne les valeurs de 𝜇𝑥 et 𝜇𝑦 pour l’ELU (ν=0) et l’ELS (ν=0.2).

Comme le montre ce tableau, 𝜇𝑦 ≤ 1, ce qui signifie que le moment le plus important est dans le
sens de la petite portée et par conséquent, la direction parallèle aux petits cotés sera la plus armée. Ce
résultat qui peut paraitre surprenant (on a tendance à vouloir mettre plus d’acier si la portée est plus
grande) vient du fait que la part des charges transmise dans la direction de la petite portée est plus
importante que celle transmise dans la direction de la grande portée.
Prise en compte de continuité
Dans la réalité, les dalles en BA ne sont pas articulées sur leurs contours. On prend en compte un
moment d’encastrement, qui permet de diminuer dans une certaine mesure la valeur des moments en
travée déterminées pour la dalle articulée. L’article 𝐴. 8.2,32 stipule que:

 les moments en travée peuvent être réduits de 25% au maximum par rapport aux
moments de la dalle articulée, selon les conditions de continuité aux appuis.
 les moments d’encastrement sur les grands cotés sont évalués à au moins 40 𝑜𝑢 50 %
du moment de la dalle articulée 𝑀0𝑥.
 les moments d’encastrement sur les petits cotés prennent des valeurs du même ordre
que sur les grands côtés,
 dans la portée principale 𝑙𝑥, on doit respecter :

Béton Armé .................................................................... S2 ........................................................................ Page 14/45


............................................................................................................................................... .2018/20019

et

Ce qui conduit à adopter les valeurs suivantes pour le moment en travée 𝑀𝑡𝑥, en fonction des valeurs
des moments sur appuis :

Ce même tableau est utilisé pour déterminer les moments dans la direction 𝑦.

 lorsque deux dalles ont un appui commun, on garde la plus grande des deux valeurs des
moments calculées sur l’appui, sans changer la valeur des moments en travée.
La Figure suivante présente, à partir d’un exemple, les moments en travée et sur appui à adopter.

V-L’effort tranchant
Les valeurs maximales (sur appui) de l’effort tranchant sont données par :

Béton Armé .................................................................... S2 ........................................................................ Page 15/45


............................................................................................................................................... .2018/20019

VI-Ferraillage
Section d’armatures longitudinales
Connaissant les moments maximaux, le ferraillage est calculé comme pour une poutre, en considérant
une largeur de dalle de 1.00m, dans les directions 𝑥 𝑒𝑡 𝑦.

On doit avoir (𝐴. 8.2,41):

 𝐴𝑦 ≥ 𝐴𝑥/3 si les charges appliquées comprennent des efforts concentrées.


 𝐴𝑦 ≥ 𝐴𝑥/4 si les charges sont uniquement réparties.
La condition de non-fragilité (𝐴. 4.2) et de ferraillage minimal conduit à (𝐵. 7.4):

Diamètres des armatures



𝜙≤
10
Espacement
Lorsque la fissuration est considérée peu préjudiciable, l’écartement maximal des armatures d’une
même nappe est donnée par (𝐴. 8.2,42):

Pour la FP et la FTP, on adopte les valeurs suivantes:

Arrêt de barres
Les aciers de la nappe inférieure sont prolongés jusqu’aux appuis et ancrés au-delà du contour
théorique de la dalle, sur 𝑙𝑠/3 pour les barres indépendantes et sur au moins une soudure pour les TS.

Béton Armé .................................................................... S2 ........................................................................ Page 16/45


............................................................................................................................................... .2018/20019

La longueur des chapeaux sur les petits et grands cotés peut être déterminée de façon forfaitaire, en
fonction du type d’encastrement sur l’appui, à
- Max(𝑙𝑠, 0.20𝑙𝑥) si il y a continuité.

- Max (𝑙𝑠, 0.15𝑙𝑥) si l’encastrement est partiel.


- Max (𝑙𝑠, 0.10𝑙𝑥) si l’encastrement est faible.

Condition de non poinçonnement :

𝑓𝑐𝑗
𝑄𝑈 ≤ 0.45𝑢𝑢 ℎ0
𝛾𝑏

Armatures d’âme :
Aucune armature transversale n’est requise si:

 la dalle est coulée sans reprise de bétonnage,


 la contrainte de cisaillement conventionnelle par mètre de dalle 𝜏𝑢 = 𝑉𝑢/𝑑 est
inférieure ou égale à 0.07𝑓𝑐𝑗/𝛾𝑏.
Dans le cas contraire, on augmentera l’épaisseur de la dalle. Si cette solution n’est pas envisageable, on
placera des aciers transversaux comme dans une poutre. Dans tous les cas, la contrainte de cisaillement
conventionnelle est limitée à (𝐴. 5.2,3):

 Min (0.2𝑓𝑐𝑗/𝛾𝑏, 5𝑀𝑃𝑎)𝑘 pour la FPP.


 Min (0.15𝑓𝑐𝑗/𝛾𝑏, 4𝑀𝑃𝑎)𝑘 pour la FP ou la FTP.
Où 𝑘 = 𝑀𝑖𝑛(10ℎ/3,1) (ℎ 𝑒𝑛 𝑚).

VII-Transmission des charges sur les poutres

Béton Armé .................................................................... S2 ........................................................................ Page 17/45


............................................................................................................................................... .2018/20019

VIII-Ouvertures et trémies

Béton Armé .................................................................... S2 ........................................................................ Page 18/45


............................................................................................................................................... .2018/20019

IX-Etat limite de déformation


L’article 𝐵. 7.5 précise les conditions à vérifier pour ne pas avoir à faire une vérification sur les flèches
limites. Les deux conditions à vérifier sont :

b et

Avec 𝑏 = 1.00𝑚 et 𝑓𝑒 𝑒𝑛 𝑀𝑃𝑎.


Dans ces formules, 𝑀𝑡𝑥 est le moment en travée dans la direction 𝑥(petite direction), 𝑀0𝑥 le moment
en travée de la dalle articulée de référence et 𝑙𝑥 la petite portée.
Si ces conditions n’étaient pas vérifiées, le calcul des flèches est nécessaire.

Béton Armé .................................................................... S2 ........................................................................ Page 19/45


............................................................................................................................................... .2018/20019

Chapitre III : Flexion Composée

I-Généralités
Une section est sollicitée en flexion composée s’elle est soumise simultanément à :
 Un effort normal noté N :
 N sera compté positif dans le cas d'une compression.
 N sera compté négatif dans le cas d'une traction.
 Un moment de flexion au centre de gravité (de la section de béton seule)
noté 𝑀𝐺0 .
le torseur (M,N) revient à appliquer un effort N au point C, appelé « centre de pression».
La distance de C au centre de gravité de la section de béton est appelé « excentricité » et est
notée 𝑒0 .

En flexion composée, la 1ère étape consiste donc la position du point C en fonction de


𝑀
l'excentricité : 𝑒0 = 𝐺0
𝑁

Le signe de 𝑀𝐺0 fournit une indication sur la position des aciers tendus:

En fonction du signe de N et de la valeur de 𝑒0 , on distingue plusieurs cas de figure :


 Si N est négatif (traction) et que le point C est situé entre les deux nappes
d’armatures longitudinales, on est dans le cas d’une section entièrement tendue.
 Si N est négatif (traction) et que le point C est situé à l’extérieur des
deux nappes d’armatures longitudinales, on est dans le cas d’une section partiellement
tendue.
 Si N est positif et que le point C est situé ailleurs le noyau central, on est
dans le cas d’une section partiellement comprimée.
 Si N est positif (compression) et que le point C est situé dans le noyau
central, on est dans le cas d’une section entièrement comprimée.

Béton Armé .................................................................... S2 ........................................................................ Page 20/45


............................................................................................................................................... .2018/20019

Remarque :
Les cas d’une section partiellement comprimée ou partiellement tendue sont traités de la
même façon, seul le signe de N change et aura tendance à majorer ou à minorer les aciers
issus du dimensionnement en flexion simple.

II- Prise en compte forfaitaires des effets de second ordre


La prise en compte des effets du second ordre a pour but de majorer les efforts issus du
calcul RDM. Pour cela, on détermine une excentricité du second ordre.
Cette excentricité du 2nd ordre viendra se cumuler à l'excentricité du 1er ordre pour majorer
les efforts en conséquence.

Excentricité du 1er ordre :


L'excentricité du 1er ordre à l'ELU a pour valeur : 𝑒1 = 𝑒0 + 𝑒𝑎
𝑙
𝑀𝐺𝑢0
Avec 𝑒0 = et 𝑒𝑎 = 𝑚𝑎𝑥 { 250
𝑁
2𝑐𝑚
Excentricité du 2éme ordre :
Pour déterminer l'excentricité du second ordre, on distingue 2 cas de figure:
𝑙𝑓 𝑒
Si > 𝑚𝑎𝑥 {15|20 1} on doit vérifier la pièce à l'état limite ultime de stabilité de
ℎ ℎ
forme (flambement).
𝑙𝑓 𝑒
Si ≤ 𝑚𝑎𝑥 {15|20 1} on détermine l'excentricité du 2nd ordre 𝑒2 de façon
ℎ ℎ
forfaitaire.
3𝑙𝑓2
L'excentricité du 2nd ordre : 𝑒2 = (2 + 𝛼𝜑) avec
104 ℎ

 𝑙𝑓 Longueur de flambement.
 ℎ Hauteur de la section.
 𝜑 Coefficient pris égal à 2.
𝑀𝐺
 𝛼= 𝑀𝐺 𝑒𝑡 𝑀𝑄 Sont les moments permanents et d’exploitation.
𝑀𝐺 +𝑀𝑄

Remarque :
1-La prise en compte forfaitaire des effets du second ordre n'est valable que dans le cas
d'un dimensionnement à l'ELU.
𝑀𝑠𝑒𝑟
2-Dans le cas d'un dimensionnement à l'ELS, seule l'excentricité 𝑒0 = sera prise en
𝑁𝑠𝑒𝑟
compte.
3-La prise en compte forfaitaire des effets du second ordre concerne juste les poteaux et
non plus les poutres.

Béton Armé .................................................................... S2 ........................................................................ Page 21/45


............................................................................................................................................... .2018/20019

4-Les sections entièrement tendues ne sont pas concernées par la majoration par les effets
de second ordre.
D’après avoir déterminé les excentricités, on peut déterminer les sollicitations corrigées:
𝑁𝑢
{
𝑀𝑢 = (𝑒1 + 𝑒2 )𝑁𝑢

III-Section entièrement tendue


Comme nous l'avons vu précédemment, la section est considérée entièrement tendue
(à l'ELU comme à l'ELS) si:
 N est une traction (N < 0).
 C tombe entre les armatures.

La 2éme condition se traduit comme suit : 𝑒0 ≤ 𝑑 −
2

Calcul des armatures


Le dimensionnement de la section se fait à partir du schéma suivant :

L’étude de l’équilibre des forces et des moments nous ramène à trouver :

Ce principe de dimensionnement est valable aussi bien à l'ELU qu'à l'ELS. Seule la contrainte
maxi sur les aciers tendus change:
𝑓𝑒
 Calcul à l’ELU : on est en pivot A 𝜎𝑠1 = 𝜎𝑠2 =
𝑔𝑠
 Calcul à l’ELS : on a 𝜎𝑠1 = 𝜎𝑠2 = ̅̅̅̅
𝜎𝑠𝑡

Béton Armé .................................................................... S2 ........................................................................ Page 22/45


............................................................................................................................................... .2018/20019

Section minimale
Dans le cas d'une section entièrement tendue, la section minimale d'armature à mettre en œuvre
𝑓𝑡28
vaut: 𝐴1 + 𝐴2 ≥ 𝐴𝑚𝑖𝑛 = 𝐵
𝑓𝑒

En général, les armatures minimales sont placées symétriquement dans la section de béton.

Exemple 1 :
Soit une poutre dont les caractéristiques géométriques suivantes :
 Section 25𝑐𝑚 × 65𝑐𝑚
 𝑑 = 58𝑐𝑚 𝑑′ = 5𝑐𝑚
Soumis aux sollicitations suivantes :
 Charges permanentes 𝑀𝑔 = 22𝐾𝑁. 𝑚 𝑁𝑔 = −250𝐾𝑁
 Charges d’exploitation 𝑀𝑞 = 25𝐾𝑁. 𝑚 𝑁𝑞 = −230𝐾𝑁

Béton 𝑓𝑐28 = 30𝑀𝑃𝑎 Acier 𝐻𝐴 𝑓𝑒 𝐸 500

Fissuration préjudiciable.
Déterminer la quantité d’aciers longitudinaux à l’ELS.

IV-Section partiellement tendue


Les critères de détermination d'une section partiellement tendue s'expriment différemment
selon que l'on est en dimensionnement E.L.U ou E.L.S.

A l’ELS
1-Si N est une compression (𝑁𝑠𝑒𝑟 >0) et l'axe neutre de la section 𝑦 doit être dans la section de
béton, on a donc 𝑦 ≤ ℎ.
Si on note 𝑀𝑠𝑒𝑟𝑙𝑖𝑚 , le moment de service qui correspond à 𝑦 = ℎ, on peut écrire:

Avec 𝑀𝑠𝑒𝑟𝐴 représente le moment fléchissant de service par rapport aux aciers tendus.

Béton Armé .................................................................... S2 ........................................................................ Page 23/45


............................................................................................................................................... .2018/20019

si 𝑦 ≤ 𝑑, cela veut dire qu'il faut mettre en place au moins un lit d'aciers tendu, ce qui
s'exprime par:

2-Si N est une traction (𝑁𝑠𝑒𝑟 <0) => le point C doit être à l'extérieur de noyau central.

A l’ELU
1-Si N est une compression (𝑁𝑢 >0) et on doit avoir 𝑦𝑢 ≤ ℎ.
𝑦𝑢 ≤ ℎ ===>
si 𝑦 ≤ 𝑑, cela veut dire qu'il faut mettre en place au moins un lit d'aciers tendu, ce qui s'exprime
par:

En pratique, il suffit donc de calculer le moment réduit de la section et de le comparer à la


valeur de µ𝐵𝐶 , pour savoir si la section est entièrement ou partiellement comprimée.
NB : pour le calcul du moment réduit, il est impératif de prendre en compte les excentricités
du 1er et du 2nd ordre. Avant de déterminer si la section est entièrement ou partiellement
comprimée, il faut donc calculer ces excentricités.
2-Si N est une traction (𝑁𝑢 <0) => le point C doit être à l'extérieur des armatures.

Calcul des armatures


L'équilibre de la section se traduit par le schéma suivant:

On considère le cas général d'une section ayant une section d'aciers tendus A et une section
d'aciers comprimés A'.
On étudie l’équilibre des forces et des moments comme si on est en flexion simple.
On obtient :

A et A’ sont par un dimensionnement en flexion simple.


N étant pris avec son signe algébrique.

Béton Armé .................................................................... S2 ........................................................................ Page 24/45


............................................................................................................................................... .2018/20019

 Si N est une compression (N > 0) => on a une diminution de la section d'aciers


trouvée en flexion simple, car la compression est favorable.
 Si N est une traction (N < 0) => on a une augmentation de la section d'aciers
trouvée en flexion simple, car la traction est défavorable.
Valeur de Mua
Lorsqu’on détermine le moment 𝑀𝑢 = (𝑒1 + 𝑒2 )𝑁𝑢 , il s'agit d'un moment par rapport au
centre de gravité de la section de béton seul.
Il est donc impératif de calculer 𝑀𝑢𝑎 , le moment par rapport au centre de gravité des aciers.
𝑀𝑢𝑎 = 𝑁𝑢 × 𝑒𝐴

 Si 𝑁𝑢 ≥ 0 alors 𝑒𝐴 = (𝑒1 + 𝑒2 ) + (𝑑 − )
2

 Si 𝑁𝑢 < 0 alors 𝑒𝐴 = |𝑒0 | − (𝑑 − )
2

La position des aciers tendus :

Pourcentage minimale d’armature


Pour une section rectangulaire en flexion composée partiellement tendue, le pourcentage
minimal d'armatures vaut:

 L’excentricité 𝑒 doit être prise à l’ELS.


 L’excentricité 𝑒 doit être prise avec le même signe que l’effort normal.
Remarque : si 𝑒 tend vers l'infini, on retrouve le pourcentage minimum de la flexion simple.

Exemple 2 :
Soit un poteau encastré-articulé dont les caractéristiques géométriques suivantes :
 Hauteur3.00𝑚
 Section 20𝑐𝑚 × 50𝑐𝑚 𝑑 = 45𝑐𝑚 𝑑 ′ = 5𝑐𝑚
Soumis aux sollicitations suivantes :

Béton Armé .................................................................... S2 ........................................................................ Page 25/45


............................................................................................................................................... .2018/20019

 Charges permanentes 𝑀𝑔 = 60𝐾𝑁. 𝑚 𝑁𝑔 = 110𝐾𝑁


 Charges d’exploitation 𝑀𝑞 = 75𝐾𝑁. 𝑚 𝑁𝑞 = 125𝐾𝑁

Béton 𝑓𝑐28 = 25 𝑀𝑃𝑎 Acier 𝐻𝐴 𝑓𝑒 𝐸 500

Fissuration peu préjudiciable.


Déterminer la quantité d’aciers longitudinaux à l’ELU.

Exemple 3 :
Soit une poutre dont les caractéristiques géométriques suivantes :
 Section 40𝑐𝑚 × 65𝑐𝑚
 𝑑 = 60𝑐𝑚 𝑑′ = 5𝑐𝑚
Soumis aux sollicitations suivantes :
 Charges permanentes 𝑀𝑔 = 90𝐾𝑁. 𝑚 𝑁𝑔 = −190𝐾𝑁
 Charges d’exploitation 𝑀𝑞 = 70𝐾𝑁. 𝑚 𝑁𝑞 = −145𝐾𝑁

Béton 𝑓𝑐28 = 25 𝑀𝑃𝑎 Acier 𝐻𝐴 𝑓𝑒 𝐸 500

Fissuration peu préjudiciable.


Déterminer la quantité d’aciers longitudinaux à l’ELU.

III-Section entièrement Comprimée


Les critères de détermination d'une section partiellement tendue s'expriment différemment
selon que l'on est en dimensionnement E.L.U ou E.L.S.

A l’ELS
 𝑁𝑠𝑒𝑟 ≥ 0 Effort de compression.

Avec

A l’ELU
 𝑁𝑢 < 0 Effort de traction

Béton Armé .................................................................... S2 ........................................................................ Page 26/45


............................................................................................................................................... .2018/20019

Dans les deux critères précédents, on retranche le moment du aux aciers comprimés de façon
à pouvoir comparer directement le moment sollicitant et le moment ultime d’une section
entièrement comprimée.
Dans ce cas, le dimensionnement des armatures est assez complexe et itératif. Pour simplifier
les choses, de nombreuses d’abaques de dimensionnement ont été établies pour des
géométries données => on appelle ces abaques les « diagrammes d’interaction ».

Dimensionnement des aciers E.L.U par les diagrammes d'interactions


Les étapes :
𝑁𝑢
1-On calcule les sollicitations {
𝑀𝑢 = 𝑁𝑢 (𝑒1+ 𝑒2 )
2-On calcule les quantités

3-On détermine ensuite, sur le diagramme d'interaction le pourcentage mécanique


d’armatures 𝜌.
𝐴×𝐹𝑒𝑑
Avec 𝜌 =
𝑏0 ×ℎ×𝐹𝑏𝑢

Exemples :
On prend 𝐴 = 𝐴′ pour diminuer le risque de flambement.

Béton Armé .................................................................... S2 ........................................................................ Page 27/45


............................................................................................................................................... .2018/20019

Béton Armé .................................................................... S2 ........................................................................ Page 28/45


............................................................................................................................................... .2018/20019

Béton Armé .................................................................... S2 ........................................................................ Page 29/45


............................................................................................................................................... .2018/20019

Chapitre IV : Les fondations superficielles

I-Introduction
Les fondations d’un ouvrage sont les éléments qui assurent la transmission des efforts de
cette structure au le sol.
On distingue entre les fondations superficielles et profondes :

Dans ce chapitre on s’intéressera juste aux fondations superficielles.


Notations :

𝑎, 𝑏 : Dimensions du poteau
𝐴, 𝐵 : Dimensions de la semelle
𝑑𝑎 , 𝑑𝑎 : Hauteurs utiles

ℎ : Hauteur de la semelle

𝐴𝑎 : Armatures // à A

𝐴𝑏 : Armatures // à B

Béton Armé .................................................................... S2 ........................................................................ Page 30/45


............................................................................................................................................... .2018/20019

II-Semelle Isolée soumise à un effort normal centré


Il s’agit premièrement de déterminer la géométrie de la semelle (𝐴, 𝐵 𝑒𝑡 ℎ), ensuite dimensionner la
semelle en calculer la quantité d’acier nécessaire pour armer les deux directions (𝐴 𝑒𝑡 𝐵).
Les éléments connus :

 Contrainte admissible du sol 𝜎𝑠𝑜𝑙


 Dimensions du poteau (𝑎 × 𝑏)
 Charges appliquées au niveau supérieur de la semelle (𝐺 𝑒𝑡 𝑄)
Les éléments inconnus :

 Dimensions de la semelle (𝐴, 𝐵 𝑒𝑡 ℎ)


 Poids propre de la semelle 𝑃𝑃
 Poids des terres mises sur la semelle 𝑃𝑇
 La section des aciers longitudinaux et transversaux

Le pré-dimensionnement
Le pré-dimensionnement repose sur les conditions suivantes :
1-Condition de la résistance
𝑁𝑠𝑒𝑟 = 𝐺 + 𝑄 ≤ 𝜎𝑠𝑜𝑙 × 𝑆
Avec 𝑆 est la surface de la semelle 𝑆 = 𝐴 × 𝐵
𝑁𝑠𝑒𝑟
=> 𝑆 ≥
𝜎𝑠𝑜𝑙

2-Condition d’homothétie

𝑎 𝐴 𝑎 𝑏
= => 𝐴 = √𝑆 𝑒𝑡 𝐵 = √𝑆
𝑏 𝐵 𝑏 𝑎

3- Condition de rigidité
La hauteur utile doit vérifier :
𝐵−𝑏 𝐴−𝑎
≤ 𝑑 ≤ 𝐵 − 𝑏 Ou ≤𝑑 ≤𝐴−𝑎
4 4

La hauteur de la semelle vaut : ℎ(𝑐𝑚) = 𝑑(𝑐𝑚) + 5(𝑐𝑚)

N.B : Les dimensions 𝐴, 𝐵, 𝑑 𝑒𝑡 ℎ doivent être des multiple de 5𝑐𝑚.


Après avoir déterminé les dimensions de la semelle, on peut calculer son poids propre ainsi le poids des
terres, afin de vérifier que la capacité portante du sol est toujours supérieure à la contrainte transmise
au sol.
𝑁𝑠𝑒𝑟 (𝐺+𝑄)+𝑃𝑃+𝑃𝑇
𝜎𝑠𝑜𝑙 = ≤ 𝜎𝑠𝑜𝑙
𝐴×𝐵

Béton Armé .................................................................... S2 ........................................................................ Page 31/45


............................................................................................................................................... .2018/20019

Calcul des armatures


𝑁𝑢 (𝐴−𝑎)
 Armatures inférieures : 𝐴𝑎 =
8𝑑𝑓𝑠𝑢
𝑁𝑢 (𝐵−𝑏)
 Armatures supérieures : 𝐴𝑏 =
8𝑑1 𝑓𝑠𝑢

Avec 𝑁𝑢 L’effort normal à l’ELU


𝜙1 +𝜙2
𝑑1 =d-
2

III-Semelle filante soumise à un effort normal centré


On suit les mêmes démarches que la semelle isolée.
Les éléments connus :

 Contrainte admissible du sol 𝜎𝑠𝑜𝑙


 Dimensions du poteau (𝑎 × 𝑏)
 Longueur de la semelle prise égal 1.00𝑚
 Charges appliquées au niveau supérieur de la semelle (𝐺 𝑒𝑡 𝑄)
Les éléments inconnus :

 Dimensions de la semelle (𝐵 𝑒𝑡 ℎ)
 Poids propre de la semelle 𝑃𝑃
 Poids des terres mises sur la semelle 𝑃𝑇
 La section des aciers longitudinaux et transversaux

Le pré-dimensionnement
1-Condition de la résistance
𝑁𝑠𝑒𝑟 = 𝐺 + 𝑄 ≤ 𝜎𝑠𝑜𝑙 × 𝑆
Avec 𝑆 est la surface de la semelle 𝑆 = 𝐵 × 1.00
𝐵 𝑁𝑠𝑒𝑟
=> 𝑆 = ≥
1.00 𝜎𝑠𝑜𝑙

2- Condition de rigidité
La hauteur utile doit vérifier :
𝐵−𝑏
≤𝑑 ≤𝐵−𝑏
4

La hauteur de la semelle vaut : ℎ(𝑐𝑚) = 𝑑(𝑐𝑚) + 5(𝑐𝑚)


Après avoir déterminé les dimensions de la semelle, on peut calculer son poids propre ainsi le poids des
terres, afin de vérifier que la capacité portante du sol est toujours supérieure à la contrainte transmise
au sol.
𝑁𝑠𝑒𝑟 (𝐺+𝑄)+𝑃𝑃+𝑃𝑇
𝜎𝑠𝑜𝑙 = ≤ 𝜎𝑠𝑜𝑙
𝐴×𝐵

Béton Armé .................................................................... S2 ........................................................................ Page 32/45


............................................................................................................................................... .2018/20019

Calcul des armatures


𝑁𝑢 (𝐵−𝑏)
 Armatures inférieures // à B : 𝐴𝑏 =
8𝑑𝑓𝑠𝑢
 Armatures supérieures (Armatures de répartition placées dans le sens longitudinal de la
𝐴𝑏
semelle) : 𝐴𝑙 =
4

Exemples
I-Soit une semelle filante supportant un voile de 20cm d’épaisseur. Ce dernier lui transmis les charges
suivantes :
Charges permanentes 𝐺 = 0.30𝑀𝑁

Charges d’exploitation 𝑄 = 0.05𝑀𝑁


La contrainte admissible du sol vaut : 𝜎𝑠𝑜𝑙 = 0.75𝑀𝑝𝑎
Le béton utilisé a une résistance caractéristique à 28j de l’ordre de 25𝑀𝑝𝑎 et l’acier de nuance 500𝑀𝑝𝑎.
1-Trouver les dimensions géométriques de la semelle.
2-Vérifier la résistance du sol.
3-Armer la semelle

II-Soit un poteau de section 25𝑐𝑚 × 20𝑐𝑚, ramène à une semelle les charges suivantes :
Charges permanentes 𝐺 = 0.167𝑀𝑁
Charges d’exploitation 𝑄 = 0383𝑀𝑁
La contrainte admissible du sol vaut : 𝜎𝑠𝑜𝑙 = 0.30𝑀𝑝𝑎
Le béton utilisé a une résistance caractéristique à 28j de l’ordre de 25𝑀𝑝𝑎 et l’acier de nuance 500𝑀𝑝𝑎.
1-Trouver les dimensions géométriques de la semelle.
2-Vérifier la résistance du sol.
3-Armer la semelle.

IV-Semelle Isolée soumise à un effort normal et un moment


Le pré-dimensionnement
Les mêmes démarches vues en semelle isolée soumise à un effort normal centré.

Le diagramme des contraintes


𝑀
Soit l’excentricité 𝑒0 =
𝑃

Avec 𝑀 : Le moment fléchissant


𝑃 : L’effort normal

Béton Armé .................................................................... S2 ........................................................................ Page 33/45


............................................................................................................................................... .2018/20019

On suppose que le moment est suivant l’axe parallèle à 𝐵.


Cas 1 :
𝐵
Si 𝑒0 ≤ Le diagramme des contraintes est trapézoïdal.
6

𝑃 6𝑒0
𝜎𝑚 = (1 − )
𝐴𝐵 𝐵
𝑃 6𝑒0
𝜎𝑀 = (1 + )
𝐴𝐵 𝐵

Cas2 :
𝐵
Si 𝑒0 > Le diagramme des contraintes est triangulaire
6

2𝑃
𝜎𝑀 = 𝐵
3𝐴( −𝑒0 )
2

Condition de résistance du sol


𝐵 𝜎𝑚 +3𝜎𝑀 𝑃 3𝑒0 𝜎𝑠𝑜𝑙 𝑐𝑎𝑠 𝑔é𝑛é𝑟𝑎𝑙
Si 𝑒0 ≤ 𝜎= = (1 + )≤ {
6 4 𝐴𝐵 𝐵 1.33𝜎𝑠𝑜𝑙 𝑐𝑎𝑠 𝑑𝑢 𝑣𝑒𝑛𝑡 𝑑𝑜𝑚𝑖𝑛𝑎𝑛𝑡

𝐵 𝜎𝑠𝑜𝑙 𝑐𝑎𝑠 𝑔é𝑛é𝑟𝑎𝑙


Si 𝑒0 > 𝜎=𝜎𝑀 ≤ {
6 1.33𝜎𝑠𝑜𝑙 𝑐𝑎𝑠 𝑑𝑢 𝑣𝑒𝑛𝑡 𝑑𝑜𝑚𝑖𝑛𝑎𝑛𝑡

Calcul des armatures


𝑏 𝐵
Si 𝑒0 ≤ et 𝑒0 ≤
6 24
3𝑒0
𝑃(1+ )(𝐴−𝑎)
𝐵
 Armatures // à A 𝐴𝑎 =
8𝑑𝑓𝑠𝑢
3𝑒0
𝑃(1+ )(𝐵−𝑏)
𝐵
 Armatures // à B 𝐴𝑏 =
8𝑑1 𝑓𝑠𝑢
𝑏 𝐵
Si 𝑒0 > et 𝑒0 >
6 24
3𝑒0
𝑃(1+ )(𝐴−𝑎)
𝐵
 Armatures // à A 𝐴𝑎 =
8𝑑𝑓𝑠𝑢
𝑀1
 Armatures // à B 𝐴𝑏 =
𝛽𝑑1 𝑓𝑠𝑢

𝐵 2 𝜎 +2𝜎
1 𝑀
Avec 𝑀1 = 𝐴 ( − 0.35𝑏) ( )
2 6

Béton Armé .................................................................... S2 ........................................................................ Page 34/45


............................................................................................................................................... .2018/20019

𝑃 4.2𝑒0 𝑏
𝜎1 = (1 + ) Si le diagramme des contraintes est trapézoïdal
𝐴𝐵 𝐵2
2𝑃(𝐵+0.35𝑏−3𝑒0 )
𝜎1 = 𝐵 Si le diagramme des contraintes est triangulaire
9𝐴( −𝑒0 )
2

Remarque : Si le moment est suivant l’axe // à B, On garde les mêmes équations, on change 𝐴 par 𝐵 et
𝐵 par 𝐴.

V-Semelle filante soumise à un effort normal et un moment


Le pré-dimensionnement
Les mêmes démarches vues en semelle filante soumise à un effort normal centré.

Condition de résistance du sol


𝐵 3𝑒0 𝑃
Si 𝑒0 ≤ 𝐵 ≥ (1 + )
6 𝐵 𝜎𝑠𝑜𝑙

𝐵 2𝑃 𝜎𝑠𝑜𝑙 𝑐𝑎𝑠 𝑔é𝑛é𝑟𝑎𝑙


Si 𝑒0 > 𝐵 ≤ {
6 3( −𝑒0 )
2
1.33𝜎𝑠𝑜𝑙 𝑐𝑎𝑠 𝑑𝑢 𝑣𝑒𝑛𝑡 𝑑𝑜𝑚𝑖𝑛𝑎𝑛𝑡
Calcul des armatures
 Les armatures // à B :
3𝑒0
𝑏 𝐵 𝑃(1+ )(𝐵−𝑏)
𝐵
Si 𝑒0 ≤ et 𝑒0 ≤ 𝐴𝑏 =
6 24 8𝑑𝑓𝑠𝑢

𝑏 𝐵 𝑀1
Si 𝑒0 > et 𝑒0 > 𝐴𝑏 = 𝑀1 comme défini auparavant
6 24 𝑑𝑓𝑠𝑢

 Les armatures // à A :
𝐴𝑏
Les Armatures // à A sont des armatures de répartition dans tous les cas 𝐴𝑙 =
4

VI-Semelle excentrée
Une semelle est dite excentrée lorsque son centre de gravité se trouve à une distance noté e de l’axe
vertical du poteau ou mur. Elle se dimensionne et se calcule pour reprendre l’effort normal qui lui est
appliquée, quant au moment induit par l’excentricité de la charge, il sera équilibré par un autre élément
de la structure que l’on appelle poutre de redressement.
La poutre de redressement
C’est poutre qui redresse l’excentrement par la création d’une liaison entre la semelle excentrée et une
autre semelle, ce qui lui permet de reprendre le moment engendré par l’excentrement.
Condition de rigidité
𝒍
Il faut que la hauteur de la poutre vérifie : 𝒉 ≥
𝟏𝟎

Avec : l est la portée entre axes des poteaux sur les deux semelles.

Béton Armé .................................................................... S2 ........................................................................ Page 35/45


............................................................................................................................................... .2018/20019

Dimensionnement de la semelle
L’équilibre des moments par rapport au point 𝜗 donne la réaction sous la semelle excentrée :

2𝑁𝑙
𝑅=
2𝑙 + 𝑏 − 𝐵
La semelle est dimensionnée pour une pression égale à : 𝑅/𝐴𝐵
Avec 𝐴 et 𝐵 sont les dimensions de la semelle excentrée.

1-L’effort tranchant
Les valeurs de l’effort tranchant pour lesquelles les armatures transversales sont calculées sont :
𝑏
𝑉1 = 𝑅 −𝑁
𝐵
𝑉2 = 𝑅 − 𝑁
2-Le moment fléchissant
Le moment fléchissant pour lequel les armatures longitudinales sont calculées :

Béton Armé .................................................................... S2 ........................................................................ Page 36/45


............................................................................................................................................... .2018/20019

VII-Justifications des états limites de service


Soit 𝐴𝑢 la section des aciers trouvée à l’ELU.
𝐴 = 𝐴𝑢 Si la fissuration peu préjudiciable
𝐴 = 1.1𝐴𝑢 Si la fissuration préjudiciable
𝐴 = 1.5𝐴𝑢 Si la fissuration trés préjudiciable

VII-Vérifications complémentaires
Poinçonnement
𝑓𝑐28
𝑃𝑢′ ≤ 0.045𝑢𝑐 ℎ′
𝛾𝑏
Avec
(𝑎+2ℎ)(𝑏+2ℎ)
𝑃𝑢′ La charge poinçonnante 𝑃𝑢′ = 𝑃𝑢 (1 − )
𝐴𝐵

𝑢𝑐 = 2(𝑎 + 𝑏 + 2ℎ)

ℎ′ L’épaisseur de la semelle dans la section du nu de poteau.
2

L’effort tranchant
1
Si 𝑒0 ≥ (𝐵 + 𝑏 + 𝑑) 𝑉𝑢 = 𝑃𝑢
4
1 𝑃𝑢 𝐵−𝑏−𝑑
Si 𝑒0 < (𝐵 + 𝑏 + 𝑑) 𝑉𝑢 = −
4 2 𝐵−2𝑒0

Pour la semelle isolée 𝑉𝑢 ≤ 0.067(𝑎 + 𝑏)𝑑𝑓𝑐28

Pour la semelle filante 𝑉𝑢 ≤ 0.067𝑑𝑓𝑐28

VIII-Dispositions constructives
Section minimale des aciers de répartition
 3𝑐𝑚2 Pour les ronds lisses
 2𝑐𝑚2 Pour les 𝐹𝑒 𝐸400
 1.6𝑐𝑚2 Pour les 𝐹𝑒 𝐸500

L’espacement
L’espacement maximal des armatures de la semelle est : 𝑆𝑡 = 33𝑐𝑚

Béton Armé .................................................................... S2 ........................................................................ Page 37/45


............................................................................................................................................... .2018/20019

Dimensions de la semelle
Les dimensions minimales d’une semelle superficielle sont données dans la figure suivante :

Enrobage
L’enrobage minimal est limité à 3𝑐𝑚

Arrêts des barres


Les arrêts des barres sont donnés comme suit :

 Les semelles filantes


𝐵
 Si 𝐿𝑠 > Les barres sont prolongées jusqu’aux extrémités avec crochets
4
𝐵 𝐵
 Si < 𝐿𝑠 ≤ Les barres sont prolongées jusqu’aux extrémités sans crochets
8 4
𝐵
 Si 𝐿𝑠 ≤ Pas de crochets et on peut arrêter une barre sur deux à une longueur de 0.71𝐵
8
ou alterner des barres de 0.86𝐵.

 Les semelles isolées


𝐵
 Si 𝐿𝑠 > Les barres sont prolongées jusqu’aux extrémités avec crochets
5
𝐵 𝐵
 Si < 𝐿𝑠 ≤ Les barres sont prolongées jusqu’aux extrémités sans crochets
10 5
𝐵
 Si 𝐿𝑠 ≤ Pas de crochets et on peut arrêter une barre sur deux à une longueur de
10
0.71𝐵 ou alterner des barres de 0.86𝐵.

Aciers en attente pour poteaux ou voiles


L’ancrage des armatures en attente pour le poteau peut se limiter à 20𝛷 si le moment est nul et en
recouvrement sur 35𝛷 avec l’armature de la semelle si le moment est non nul.

Béton Armé .................................................................... S2 ........................................................................ Page 38/45


............................................................................................................................................... .2018/20019

Chapitre V : Le pré-dimensionnement

I-Le plan de coffrage


Un plan de coffrage peut être considéré comme étant une vue de dessus du coffrage
avant le coulage du béton. Cependant, les éléments horizontaux (planchers, poutres et
linteaux) et les éléments verticaux (murs et poteaux) n’obéissent pas aux mêmes règles :
 Pour les ouvrages horizontaux : les contours du coffrage sont dessinés, le béton
étant considéré non coulé.
 Pour les ouvrages verticaux : ils sont représentés comme s’ils étaient coupés par
un plan horizontal juste en dessous du niveau des poutres et linteaux.
Le respect des règles suivantes permet d’avoir un plan de coffrage bien conçu :
 La vérification de l’alignement entre les poteaux.
 L’évitement de grandes portées des poutres.
 L’évitement de grandes retombées des poutres dans les milieux visibles de
bâtiment (cela influence l’aspect esthétique de la construction) ;
 L’évitement des poteaux au milieu des pièces.
La démarche suivie lors de la réalisation de notre plan de coffrage est :
 Une bonne lecture du plan architectural et la décision à propos de
l’utilisation des joints.
 La mise en place des poteaux et des poutres, en respectant l’aspect
architectural et esthétique de la structure.
 Les poutres ne doivent pas avoir de grandes portées afin d’éviter
des retombées excessives.
 La définition des planchers ainsi que leur sens de portée.
 Le pré dimensionnement des éléments porteurs de la structure.

II-Le pré-dimensionnement des poteaux


Pour un poteau rectangulaire, le coffrage doit vérifier la condition suivante :
𝑁𝑢
𝑎×𝑏 ≥
𝑓𝑏𝑢
Avec
𝑎 𝑒𝑡 𝑏 Sont les dimensions planes du poteau.
𝑁𝑢 Est la descente de charge à l’ELU.
𝑓𝑏𝑢 Est la contrainte limite du béton à l’ELU.

Béton Armé .................................................................... S2 ........................................................................ Page 39/45


............................................................................................................................................... .2018/20019

Remarque : Au début, on choisit des poteaux de section minimale (25𝑐𝑚 × 25𝑐𝑚).


Après le calcul de la descente des charges, on modifie la section suivant la condition vue ci-
dessus.

Pour un poteau circulaire, le coffrage doit vérifier la condition suivante :


𝐷2 𝑁𝑢
𝜋 ≥
4 𝑓𝑏𝑢

Avec D est le diamètre du poteau.

III-Le pré-dimensionnement des poutres


Les poutres sont des éléments horizontaux en béton armé sollicitées par des moments de
flexion et des efforts tranchants. Leur rôle est la transmission des charges du plancher aux
poteaux. Le calcul des poutres se fera en flexion simple avec les sollicitations les
plus défavorables. Le pré-dimensionnement des poutres suit la règle décrite comme suite
:
𝐿
 Poutre isostatique : ℎ ≥
10
 Poutre hyperstatique :

𝐿
 Porteuse dans 2 cotés :………………... ℎ ≥
12
𝐿
 porteuse dans un coté :……………….. ℎ ≥
14
𝐿
 Non porteuse:………………………… ℎ ≥
16

Avec :

ℎ : La hauteur de la poutre.

𝐿 : La longueur de la poutre.

IV-Le pré-dimensionnement des voiles


Selon l’article 7.3.1.4 du RPS 2011, L’épaisseur minimale du voile est fonction de la
hauteur nette de l’étage et des conditions de rigidité des extrémités.

 𝑒𝑚𝑖𝑛 = min(15𝑐𝑚, 𝑒 ) Pour un voile non rigidifié à ses deux extrémités.
20
ℎ𝑒
 𝑒𝑚𝑖𝑛 = min(15𝑐𝑚, ) Pour un voile rigidifié à une extrémité.
22
ℎ𝑒
 𝑒𝑚𝑖𝑛 = min(15𝑐𝑚, ) Pour un voile rigidifié à ses deux extrémités.
25

Béton Armé .................................................................... S2 ........................................................................ Page 40/45


............................................................................................................................................... .2018/20019

V-Le pré-dimensionnement des planchers


V.1-Les planchers hourdis
L’épaisseur des planchers hourdis doit obéir à la règle :
𝐿
ℎ ≥
22.5
ℎ : L’épaisseur totale du plancher.
𝐿 : La longueur de la dalle entre nus dans le sens de la portée.
Remarque :
 Le sens de la portée de la dalle est souvent le sens dont la plus petite dimension.
 L’épaisseur ℎ est composée de l’épaisseur de l’hourdis et l’épaisseur de la dalle de
compression.
Le tableau ci-dessous présente les épaisseurs des dalles qu’on peut trouver sur marché ainsi
leur poids.
Plancher hourdi simple

Epaisseur (𝒄𝒎) Poids (𝐾𝑔/𝑚2 )


12+4 245
16+4 265
20+5 320
25+5 400

Plancher hourdi jumelé

Epaisseur (𝒄𝒎) Poids (𝐾𝑔/𝑚2 )


12+4 280
16+4 325
20+5 380
25+5 450

Béton Armé .................................................................... S2 ........................................................................ Page 41/45


............................................................................................................................................... .2018/20019

V.2-Les dalles pleines


𝐿𝑥
Dalle porte sur un seul sens ( < 0.4) :
𝐿𝑦

𝐿𝑥
 Dalle isostatique : ℎ ≥
20
𝐿𝑥
 Dalle Continue : ℎ ≥
25
𝐿𝑥
Dalle porte sur les deux sens (0.4 ≤ ≤ 1) :
𝐿𝑦

𝐿𝑥
 Dalle isostatique : ℎ ≥
30
𝐿𝑥
 Dalle Continue : ℎ ≥
40

VI-Le pré-dimensionnement des escaliers


Définitions
L’escalier est une construction architecturale constituée d’une suite régulière des marches,
permettant de passer à pied d’un étage de bâtiment à un autre. L’usage d’un vocabulaire
spécifique relatif aux divers composants des escaliers est nécessaire.
Un escalier se compose des éléments suivants :
 Emmarchement : dimension perpendiculaire au sens du déplacement dans
l’escalier.
 Hauteur de marche : distance verticale séparant le dessus de deux marches
successives. Cette hauteur varie généralement entre 16 et 21 cm.
 Giron : distance horizontale mesurée entre les nez de deux marches successives.
Le giron varie généralement entre 25 et 32cm. Le giron et la hauteur de marche sont
reliés par la formule de Blondel qui permet une bonne praticabilité de l’escalier.
 Profondeur de marche : distance horizontale entre les nez de marches et la
contremarche.
 Marche : surface plane de l’escalier sur laquelle le pied se pose pour utiliser
l’escalier.
 Contremarche : face verticale reliant deux marches successives.
 Nez de marche : bord extérieur de la marche.

Béton Armé .................................................................... S2 ........................................................................ Page 42/45


............................................................................................................................................... .2018/20019

 Palier : plan horizontal plus large que les marches courantes. C’est la partie
horizontale d’un escalier arrêtant la suite des marches.
 Volée : ensemble de marches successives, comprise entre deux paliers.
 Jour d’escalier : c’est la largeur en plan du vide entre deux volées parallèles.
 Ligne de foulée : ligne théorique représentant le parcours usuel lorsque l’on
emprunte l’escalier.
 Paillasse : c’est la dalle en pente supportant les marches d’une volée.
 Echappée : désigne la hauteur libre la plus faible calculée entre le dessus des
marches et la sous-face du plancher supérieur.
Pré-dimensionnement
Pré-dimensionner les escaliers revient à déterminer les dimensions du giron ‘’𝑔’’ et la hauteur
de la contremarche‘’ℎ’’.
En utilisant la formule de BLONDEL (architecte français) on a :

59(𝑐𝑚) ≤ 2ℎ + 𝑔 ≤ 66(𝑐𝑚)

Avec ℎ: Hauteur de la contre marche


𝑔 : Largeur de la marche,
On prend généralement : 2ℎ + 𝑔 = 60(𝑐𝑚)
D’autre part : H = n × h L = (n-1) ×g
Avec 𝐻 : La hauteur entre les faces inférieurs des deux paliers successifs d’étage
𝑛 : Le nombre des contremarches
𝐿 : La projection horizontale de la longueur total de la volée (𝐿𝑣 )
On remplace dans l’équation de BLONDEL :
𝐿 𝐻
+ 2 × = 60
𝑛−1 𝑛

→ 60𝑛2 – (60 + 𝐿 + 2𝐻)𝑛 + 2𝐻 = 0


On résout l’équation pour trouver le nombre des marches et contremarches.
Epaisseur de la paillasse
L’épaisseur de paillasse doit vérifier la condition de la flèche tel que :
𝐿𝑣 𝐿𝑣
≤ 𝑒𝑣 ≤
30 20
Avec 𝐿𝑣 : La longueur de la volée

𝐿 ℎ
𝐿𝑣 = Et 𝛼 = tan−1
cos 𝛼 𝑔
Epaisseur du palier
L’épaisseur de paillasse doit vérifier la condition de la flèche tel que :
𝐿′ 𝐿′
≤ 𝑒𝑝 ≤
30 20

Béton Armé .................................................................... S2 ........................................................................ Page 43/45


............................................................................................................................................... .2018/20019

Avec 𝐿′ : La longueur du palier.

VII-Les charges d’exploitation


VII.1-La loi de dégression des charges verticales
Comme il est rare que toutes les charges d’exploitation agissent simultanément, on applique,
pour leur détermination, la loi de dégression. Cette loi consiste à réduire les charges identiques
ou non à chaque étage.
Soient :

𝑄0 : La charge d’exploitation de la terrasse ou du toit de bâtiment.

𝑄1 : La charge d’exploitation du dernier niveau.

𝑄𝑖 : La charge d’exploitation du niveau i à compter du haut.

𝛴0 : La charge d’exploitation de la terrasse ou du toit de bâtiment après l’application de la loi.

𝛴𝑖 : La charge d’exploitation sous le niveau i après l’application de la loi.


𝐾𝑁
0 2 𝑝𝑜𝑢𝑟 𝑏𝑎𝑡𝑖𝑚𝑒𝑛𝑡𝑠 à 𝑢𝑠𝑎𝑔𝑒 𝑑′ ℎ𝑎𝑏𝑖𝑡𝑎𝑡𝑖𝑜𝑛
𝑄𝑟𝑖 = { 𝑚
𝐾𝑁
1 2 𝑝𝑜𝑢𝑟 𝑏𝑎𝑡𝑖𝑚𝑒𝑛𝑡𝑠 à 𝑢𝑠𝑎𝑔𝑒 𝑏𝑢𝑟𝑒𝑎𝑢𝑥
𝑚

La loi de dégression est présentée comme suit :


Charges d’exploitation

Différentes Identiques

𝛴0 = 𝑄0 𝛴0 = 𝑄0
𝛴1 = 𝑄0 + 𝑄1 𝛴1 = 𝑄0 + 𝑄1
2 2
𝛴2 = 𝑄0 + 1.9𝑄 + 0.1𝑄𝑟
𝛴2 = 𝑄0 + 0.95 (∑ 𝑄𝑖 − 𝑄𝑟𝑖 ) + ∑ 𝑄𝑟𝑖 𝛴3 = 𝑄0 + 2.7𝑄 + 0.3𝑄𝑟
𝑖=1 𝑖=1 𝛴4 = 𝑄0 + 3.4𝑄 + 0.6𝑄𝑟
3 3
𝛴5 = 𝑄0 + 4𝑄 + 𝑄𝑟
𝛴3 = 𝑄0 + 0.9 (∑ 𝑄𝑖 − 𝑄𝑟𝑖 ) + ∑ 𝑄𝑟𝑖 .......
𝑖=1 𝑖=1 .......
4 4
........
𝛴4 = 𝑄0 + 0.85 (∑ 𝑄𝑖 − 𝑄𝑟𝑖 ) + ∑ 𝑄𝑟𝑖 ........
𝑖=1 𝑖=1 𝑛 𝑛
𝑛 𝑛 3+𝑛
3+𝑛 𝛴𝑛 = 𝑄0 + (∑ 𝑄 − 𝑄𝑟 ) + ∑ 𝑄𝑟
𝛴𝑛 = 𝑄0 + (∑ 𝑄𝑖 − 𝑄𝑟𝑖 ) + ∑ 𝑄𝑟𝑖 2𝑛
2𝑛 𝑖=1 𝑖=1
𝑖=1 𝑖=1

Remarque : Le coefficient de réduction est limité à 0.5.

Béton Armé .................................................................... S2 ........................................................................ Page 44/45


............................................................................................................................................... .2018/20019

Exemple : Appliquer la loi de dégression de la charge d’exploitation sur :


1-Bâtiment d’habitation à 8 niveaux. Avec une charge d’exploitation de la terrasse
𝑄0 = 1𝑘𝑁/𝑚² et une charge d’exploitation pour tous les autres niveaux 𝑄 = 1,5𝑘𝑁/𝑚².
2-On prend les mêmes données, mais dans ce cas, il s’agit d’un bâtiment contenant des locaux
bureaux

VII.2-Les charges d’exploitation


Le tableau suivant présente les valeurs des charges d’exploitation à prendre dans les différents
cas.

Le cas La charge (𝑲𝒈/𝒎𝟐 )


Habitations 150
Bureaux 250
Circulations et escaliers 250
Balcons 350
Garages, parc de stationnement 250
Terrasse accessible 150
Terrasse inaccessible 100
Salle de sport 500
Salle de classe 250
Bibliothèque 400
Salle de conférence 400
Cuisine de collectivités 250
Tribune gradins 600

Béton Armé .................................................................... S2 ........................................................................ Page 45/45