Vous êtes sur la page 1sur 317

Del capitalismo a las

"relaciones humanas".
Una investigación sobre la lucha por
la existencia en la filosofía política de
Gilles Deleuze.
Ferreyra, Julian

Castro,
Edgardo
2008

Tesis presentada con el fin de cumplimentar con los requisitos finales


para la obtención del título Doctor de la Universidad de Buenos Aires
en Filosofía
3 p'fef 1

Agr
Universidad de Buenos Aires - Facultad de Filosofía y Letras
Université Paris X - Nanterre
Ecole doctórale Connaissance, Langage, Modélisation (139)

Doctorado en Filosofia

JULIÁN FERREYRA

De1 capitalismo a las "relaciones humanas"


Una investigación sobre la lucha por la existencia

en la filosofia política de Gules Deleuze

Tesis en cotutela
Dirigida por EDGARDO CASTRO y FRid'CIMARKOvITS

Fecha de entrega: 28 de noviembre de 2008

DE rr;'s
) I. 1LOONA \ L''L4S
tt2
a Mercedes,

por el amor y el deseo

—la energía de cadapalabra

y la vida juntos
TABLE DES MATIÉRES

Dii CI PIhIALIS1,I1E AIJX « RAPPORTS IIIJI%IA.JNS » ......... ................................. ................ 1

Remerciements /Agradecimientos ............................................................................... 6

AVANT-PROPOS .... ... ........... . ............................................ . ....... . ..................................... 9

ItITgØDUc?rION ..........................................................................................................17
Le plaisir de devenir mineur ................................................................................ 19
Ce que les clercs appellent « le monde » ......................................................... ...23
La critique de la critique .......................................... . ..................... . .................... 26
Production désirante, production sociale ................................... ......................... 28
Premier concept : le capitalisme.........................................................................32
Ii n'est pas question de renoncer á l'existence...................................................36

P AR TI E 1- LES CONTD1TIONS DE POSSIBILITE ........................................................40

Chap itre 1 Méthodologie ..................................................... . ...... ................................ 41


Une interprétation « continuiste » ...................................................................... 44
Le capitalisme, est-il un concept philosophique ou une fonction historique ?... 45
Leibniz, l'embrayeur philosophique ................................................................... 47
Dépassement du fondement ......................................... . ...................................... 49

Chap itre II Géophilosophie de l'histoire : la carie du vfrtuel .................................. 53


Ouestion d'intensité .............. . ........ . ................... . ................................................. 56
L' espace est hors de ses gonds ...........................................................................58
Sile capitalisme est á la fin ... ................ . ..................... .. .................................... 61
Assez dinnocence pour faire de l'histoire universelle ......................................64

Chap itre 111 Machines Á l'infini . .................................... . ........ . .............. . .................. 68


Nous demandons seulement un peu d'ordre pour nous protéger du chaos . ....... 71
Synthses actives, synthéses passives ..... . .......................................................... 73
Robinsonnades... ............. . ... . ......................................................................... . ..... 76
Les machines désirantes comme «forces productives ».................................... 79

Chap itre IVDes systn1es de la representation ............................ . ............................ 83


Représentation matérielle .......................................... . ................... ..................... 85
La représentation politiqiie peut étre comprise autrement ..... . ........................... 86
Une formation sociale parmi d'autres .................................................................. 88
Chapitre VReprésentation territoriale: le sociusprimitif . ...................................... 92

3
b

«Faire une mémoire » - 94


Coderle désir ......... ............................................................................ 95
Mythe et régime de circulation des flux .............................. ................ 98

Chapitre VlReprésentation impériale: le socius despotique .............. . ................... 101


Souvenirs d'un spinoziste ............ ...................................................................... 102
Une belle unité organique ............................................ . ............. . ............ . ...... . ... 105
La quadruple racine de la souveraineté .............................................................111

PAR TI E II - CAPITÁLISME ET REPRESENTATION ORGIQUE ................................ 117

Chapitre VilLa société contre l'Etat .... . ... . ................. ............................... . .............. 118
Empiredu Capital 7 ............................................................................................ 12U
Deleuze contre l'Etat 9 ...............................................................................123
Une curieusesémantique dualiste: «Faites rhizome et pas racme »................127
Nostalgiede l'Urstaat ........ . .............. . ................................................................ 133
L'appareil d'Etat : une tradition marxiste ....................................... .. ................. 136
Les « empires minuscules » du capitalisme .......... . ............................................ 140

Chapitre ViliLafragmentation ite suffltpas ú constituer le cap italisme ...............143


Flux décodés «dans les pores mémes » des sociétés pre-capitalistes ......... . ..... 145
La mort qui monte du dedans ............ . ............................ . ................................ ..150

Chapitre IXLe capitalisme est une inachine de gu erre ...........................................152


Consistance, conjugaison: ça tient ensemble ....................................... . ............ 155

Chapitre XReprésentation orgique ................. . ...... . ....... . ......................................... 160


Reconstruire un monde en train de s'écrouler ......... . .................. . ...................... 164
Exaspération de la philosophie ......... . ..... . ..................................... . ............. . ...... 167
Lavie dans les pus ................................................ ... ................................... ... .... 168
Dompterl'infini .... . ....... . ..................................... . ........ . .............. ....................... 171
Le Zwiefalt et le passage á l'autre étage... ................................. .. ...................... 176
Le rapport différentiel comme raison suifisante ...................... . ............. . ........... 179
L'inquiétude ..................... . .............................................. . ............ . .... . ........... . .... 183
Le capitalisme comme le meilleur des mondes possibles .................................184
Compossibilité : l'unité de la représentation orgique .... . ................................... 186

Chapitre XI Dy/dx: La nouvelle équation du capital ........................ ............ . ........ 190


• Plus-value «de flux » .........................................................192
Plus-value machinique 7 ................................................................ 195
La baisse tendancielle n'irnplique aucune coniradiction ................ . .................. 198
Le capitalisme camine quasi-cause : le tour de magie ......................................199
Le combat pour la servitude ..............................................................................201
Individuation capitaliste : l'information du maténau humain...........................203
L'homme privé : une nouvelle forme de la propnété ........................................207
Fonctiondu capital ............................................................................................209

4
Chapitre XII Empires bara ques: néo-territoriaiite et capitalisme ..........................213
L'Etatbaroque.. ......... . ......................................................................................... 215
Des sociétés disciplinaires aux sociétés de contróle ............. . .................. ... ....... 219

PARTIE III-RAIPORTSHTJMAINS ...................................................................... 223

Chapitre XIII Humanisme des cavernes ......... .......................................................... 224


L'áge du cynisme et une étrange piété ..... ....................... . .................... ....... . ...... 227
Jndividuation de groupe ........................................................ . ... . ... . ...... .............. 230
La classe : une fonction dans la structure ............................... . .......................... 232
Le reste n'a pas dimportance .................................................................. ... ....... 234
Logiquedusens......................................... . .............. . ........................................ 235
Avoir un corps ....................... .. ............. .. ......... . ............ . ..................................... 238

Chap itre XIV Vers l'au-del4 de la représentation orgique .......................... . ......... ...242
Deleuzephilantbrope ........................................................................................ 244
Ce. peu profond ruisseau calomnié, l'homme....................................................249
Les personnages de Beckett se décident á sortir ............................... . .......... ......251

Chapitre XV Spinoza, connaissance adéquate et science des rapports ...................256


Essence et existence .................................................................................. . ...... ..262
Spinozabaroque ?. ...... . ........................ . ............................................................. 265
Matérialisme révolutionnaire. ... . ............ . ........................................................... 268
Passageá l'existence .........................................................................................270
L'ordre des rapports : la loi de composition ................ . .................... . ................ 275
Seconde triade: ce que peut un corps................................................................278
Césurecomblée ... . ........................................ . ............... . ..................................... 280

Chapitre XVI Les rapports Jiumains ....................... . ................ . ................................ 283


Administration de la tristesse : l'état civil ......... . ...... . .... . .......................... . ........ 286.
Politique de l'immanence ............................................................ . ......... . ........... 288
Micropolitique et capitalisme ... ... ............ . .................... . ............ . ....................... 290
La connaissance : le commencement ......................................................... . .... ...292
La connaissance : les notions communes ............................................... . .......... 295
Imagination matérielle ...................... . ............. . .............. . ................................... 298
Citéet Etat ............................................................ . ......... . ................... . .............. 300

CONCLUSION LES RAPPORTS SOCIAUX EUMAINS COMME PRODUCTION DE NOTIONS


:

COMMUNES.......................................................................................................................303

BIBLIOGRAPmE...................................................................... . ............. ..................... 309

Indexde nomspropres ... . ................................ . ........................................................ ..316

5
REMERCIEMENTS / AGRADECIMIENTOS

A mon directeur en France, Mme Markovits pour avoir transformé mon doctorat en une
expérience d'apprentissage sans précédents, ds le moment oü je l'ai connue, jusqu'aux
corrections finales de celle thése. A Edgardo Castro, mi director en Argentina, por sus
indicaciones fundamentales: como jurado de mi tesis de licenciatura me anunció la
importancia que tendrían para mi Spinoza y el problema de la expresión y el concepto de
representación; luego descubrió la verdadera estructura de esta tesis y rhe ayudó a evitar
terrenos que me hubieran extraviado. A Mónica Cragnolini, consejera de estudios en la UBA,
quien ha sido, ella bien lo sabe, mi guía y maestra, la principal responsable de que yo me
dedicara a la filosofia con pasión y seriedad.
Au Programme Alban et au CONICET pour les bourses qu'on pennis de financier celle
recherche.
Je voudrais aussi remercier les professeurs qui, tout au long de ma formation, rn'ont
permis de découvrir les chemins que je voulais parcourir en tant que philosophe: Etienne
Balibar, Antonio Negri, Jorge Dotti et Daniel Link. Remercier aussi Georges Labica qui a été
mon mattre, méme si ses cours se sont passés chez lui, autour de la cuisine exquise et
l'affection de Nadya, et non pas á l'université.

Anne Mondy a effectué les corrections de langue, avec un grand dévouement et


d'incroyables capacités pour la divination; elle a permis que ce texte soit lisible. Juan Pablo
Fernández ha causado los detalles gráficos que hacen a la belleza a primera vista.

El grupo «Deleuze: ontología práctica » ha sido el terreno donde, a través de debates


infinitos y obsesión exquisita, se han podido desarrollar los próblernas a mi juicio más
interesantes, de estas páginas; gracias a cada uno de los que forman parte de ese agujero
blanco: Andrés Osswald, Femando Gallego, Santiago Offenhenden, Facundo López, Matías
Soich, Verónica Kreschel, Guadalupe Lucero, Maria de los Angeles Ruiz y Esteban Cobasky.
La cátedra de Introducción al Pensamiento Científico dirigida por Mario Heler me ha
permitido poner a prueba alguna de las hipótesis más controversiales para el sentido común
que planteo: agradezco a la cátedra y también a los alumnos. Lo mismo ha ocurrido,
lamentablemente sólo en la recta final, con la cátedra de Antropología Filosófica de la carrera

1.1
de filosofia, dirigida por Alcira Bonilla. Al PIP-Conicet 5854 dirigido por Mónica Cragnolini
y las Jornadas de Filosofia Política en la Universidad de Córdoba, por brindar espacios
privilegiados donde debatir con pasión nuestras ideas. Y a Rodrigo Paéz Canosa, por motivar,
con su obsesión por el Estado, una lectura constructiva de la filosofia política deleuziana.

Quiero por supuesto agradecer a mis amigos que han hospedado mi neurosis, mis crisis y
mis alegrías, por las charlas, los asados, el fútbol y los brindis: beto, mono, pato, brisero
nervioso, palomo, diez, padrino, osswald, siskind, rexach, gallego, axel, manu: gracias totales.

Agradecer finalmente a mi familia: a mamá, por yerme siempre como lo que nunca seré; a
papá, por habenne enseñado el modelo de felicidad del escritorio, el libro y el mate
(esperando qúe algún día entiendas que esta, aquí en Argentina, era para mi la única vida
posible); a mis hermanos juan y tavi (y a rosita, antonio, eusebio y laura) ; a kelita; a mi
abuela menia cuya ausencia puebla de lágrimas estas palabras fmales, y fmalmente a la
familia admirable que annó mi hermana maría luisa por llenar de amor mi mundo: kiki, fran,
luciano y, muy especialmente, alejo, cuyo nacimiento me decidió a escribir las primeras
palabras de esta tesis que representa para mí estar viviendo la vida que siempre soñé.

7
ABREvL&TIONS (DEs cEuvRES DE GILLES DELEUZE)

[AO] L 'Anti-CEdipe, Paris, Minuit, 1972 (ayee Félix Guattari).


[B] Le Bergsónisme, Paiis, PUF, 1966
[CC] Critique el clinique, Paris, Mi.nuit, 1993.
[CCE]: Derrames, entre el capitalismo y la esquizofrenia (les cours des années 1970), Buenos
Aires, Cactus, 2005.
[CL] Exasperación de lafilosofia, el Leibniz de Deleuze (les cours sur Leibni.z de 1980, 1986,
1987), Buenos Aires, Cactus, 2006.
[CS] En medio de Spinoza (les cours sur Spinoza de 1978, 1980, 1981 , Buenos Aires, Cactus,
2006.
[D] Dialogues, Paris, Flamniarion, 1977 (ayee Claire Pamet).
[DR] : Dfférence el répétilion, Paris, PUF, 1968.
[DRF] Sur deux régimes defous el autres textes, Paris, Minuit, 2003.
[EJ L 'Epuisé (in Beckett, S. Quad), Paris, Minuit, 1992.
[ES] Empirisme el subjeclivi té, Paris, PUF, 1953.
[F] : Foucault, Paris, Minuit 1986.
[FB] : Francis Bacon: Logique de la sensation, Paris, Seuil, 2002.
[ID] L 'Ile déserte et autres textes, Paris, Minuit, 2002.
[IM] : Cinéma 1, L 'image-mouvement, Paris, Minuit, 1983.
[IT] : Cinéma 2, L 'image-temps, Paris, Minuit, 1985.
[K] Kafka, pour une liltérature mineure, Paris, Minuit, 1975 (ayee Félix Guattari).
[LS] Logique du sens, Paris, Minuit, 1969.
[MP] Mille Plateaux, Paris, Minuit, 1980 (avec Félix Guattari).
[N] : Nietzsche, Paris, PUF, 1965.
[NPh] : Nietzsche el laphilosophie, Paris, PUF, 1962.
[PCK] : La Philosophie de Kant, Paris, PUF, 1963.
[PS] Proust elles signes, Paris, PUF, 1964 (éd. augmentée,1970).
[SM] : Présentalion de Sacher-Masoch, Paris, Minuit, 1967.
[SPE] Spinoza el leproblrne de ¡ 'expression, Paris, Minuit, 1968.
[SPP] : Spinoza, philosophie pratique, Paris, Minuit, 1981.
[Ph] : Le Ph, Leibniz et le baro que, Paris, Minuit, 1988.
[PP] : Pourparlers,Paris, Minuit, 1990.
[PV] Péricls el Verdi, laphilosophie de François Chátelet, Paris, Minuit, 1988.
[QQP] Qu 'est-ce que laphilosophie, Paris, Minuit, 1991 (ayee Félix Guattari).
[Su] : Superpositions, Paris, Minuit, 1979 (avec C. Bene)
AVANT-PROPOS

« Le mot d'utopie désigne donc cette conjonction de la philosophie ou

du concept avec le milieu prósent: philosophie politique »

(GILLES DELEUZE et FELIX GUATTAR1, Qu 'esi-ce que la philosophie?)

Le texte qui suit est une thse écrite dans un régime de co-tutelle internationale. Cela veut
dire que, bien qu'elle soit écrite en Français, il s'agit d'un travail de recherche impliquant
deux universités et deux nations: I'Universidad de Buenos Aires, d'Argentine, et l'TJniversité
Paris X, de France. Si l'on considére les ressources économiques qui ont permis de la rédiger,
elle a en aussi le support de l'Europe (par le biais d'une bourse de la CEE, et de son
programme Alban) et de l'Etat argentin (par le biais d'une bourse de la Commission Nationale
de Recherches Scíentifiques et Technologiques CONICET). Fmalement, et c'est ce qui est
le plus remarquable, elle présente aussi du point de vue des contenus ce double caractére: en
effet l'auteur autour duquel se centre la probiématique est français (Gules Deleuze), mais la
problématique elle-méme est enracinée dans le débat phiiosophique -et peut-étre un jour
politique- argentin (dont l'originalité reléve de la conjonction de deux échecs: d'une part,
l'échec de certains intellectuels qui s'efforcent de reproduire dans notre coin du monde le
débat européen, et, d'autre part, l'échec d'autres intellectuels qui révent de découvrir la
spécificité de la pensée argentine dans un monde globalisé).

En i'année 2003, alors que j'étais en train de finir ma « tesis de licenciatura » (le mémoire
avec laquelle on valide le cursus de philosophie á l'Université de Buenos Aires), j'ai fait une
petite conununication au XITe Congrés National de Philosophie organisé par l'Association
Argentine de Philosophie (AFRA); ji s'agissait d'une sorte de résumé de cette tesis de
licenciatura. J'avais écrit le mémoire et la communication sous l'iufluence enivrante de ma

premiére (et certainement hátive) lecture des ceuvres principales de Gules Deleuze. La
communication était pleine de mots d'ordre contre l'état des choses, notamment contre le
capitalisme triomphant (« le capitalisme est un dséquilibre dans la structure ontologique de
la réalité »; « le cap italisme est un systéme de domination qui instale une société de contr6le
dans laquelle le sujet devient esclave du systéme á travers les multiples mécanismes

9
d'assujettissement et asservissement »). A la fin de mon intervention, un collégue s'est
approché de moi. Ii venait de fmir sa thse en philosophie pratique anglo-saxonne
(notamment autour des idées de John Rawis). II s'appelle Mariano Garreta Leclerc. II m'a
tapé sur l'épaule, et m'a dit: «AJors, tu es péromste» Puis ji s'est mis á fredonner
briévement un morceau de la marche du Péronisme, le mouvement politique argentin...
«combatiendo al capital... » (« en combattant le capital »). Ji souriait. Ji trouvait tout cela
trés dróle. Moi, j 'étais plutót déconcerté. Maigré les longs passages d'attaque au capitalisme,
je ne me sentais pas du tout péroniste, mais ceci d'une façon absolument acritique: en effet je
n'avais jamais consacré de temps á réfléchir sur le Péronisme, et moins encore associé á ce
mouvement mes critiques du capitalisme (les paroles de la marche n'avaient rien á voir avec
ce que le Péronisme représentait pour moi á cette époque, á partir de l'expérience récente du
Péronisme de Carlos Menem et de l'application des politiques économiques néolibérales du
« capitalisme sauvage »). Pris au dépourvu, tout ce que j 'ai réussi á lui répondre füt: « Le
capital de Deleuze n'est pas le méme que celui dont parle la chanson ». Cela l'a beaucoup
amusé, et ji s'est mis á rire. A ma connaissance, ji appartient á l'autre grand parti politique
argentin, le Radicalisme, et mon étonnement sembla liii confirmer le manque de sens politique
de mes déclarations prétendument politiques.

Les années qui ont passé depuis 2003 correspondent á une période de recherche, de
réflexion, et d'écriture autour de cette thése. Beaucoup de choses ont changé dans ma façon
d'envisager la pensée de Deleuze, et dans les enjeux fondamentaux que je trouve dans la
philosophie politique. Je continue, certes, á considérer que la critique du capitalisme est la
táche principale de la philosophie politique, mais les raisons en ont changé. Je ne crois plus
qu'il s'agisse d'un « déséquilibre dans la structure ontologique de la réalité ». Je ne crois plus
que le probléme central en soit l'asservissement. Ce qui est á l'origme des problémes qui
m'ont poussé á écrire cette thése est lefait de la rnisre humaine. Marx disait que lefait qui
était le point de sa réflexion autour d'un des aspects les plus révoltants de notre époque (la
propriété privée) était «la pauvreté, c'est la misére ». Deleuze reprend ces motifs: « Nous
voyons, nous subissons plus ou moins une puissante orgarnsation de la misére et
l'oppression »2. Voilá donc notre point de départ: le fait de la misére et la conviction que cette
souffrance n'est pas une donnée naturelle innée de la condition huinaine mais qu'elle est

1
Marx, K. La Sainte Farnille, liad. E. Cogniot, Paris, Editions Sociales, 1969, p. 45.
2 1T,p. 31.

10
produite dans des conditions sociales déterminées (« nous subissons une organisation de la
misére »). II n'y a aucune critique dans cette thése qui ne soit liée an fait que ce que l'on
critiqueproduit, protge ou est incapable de faire face au fait de la misére humaine. Bien sfir,
nous essaierons de donner une définition de la « misére » et de justifier l'attribution de cette
misére á quelque chose comme l'hurnain.

Je disais que la problématique de cette thése est «argentine ». Dépuis des décennies
l'Argentine, comine beaucoup d'autres pays d'Aménque latine, füt le « patio trasero» des
Etats-Unis et suivi des politiques écononnques de source néo-libérale. Aujourd'hui,
heureusement, la question d'une voie alternative au capitalisme se pose en Amérique latine
comme problme, méme siles politiques économiques concrétes ne sont que des alternatives
apparentes, méme s'il ne s'agit que de nouveaux déguisements des intéréts du capitalisme
global (justement, un de nos objectifs est de déterminer ce qu'on doit appeler de façon précise
«capitalisme » et les conditions selon lesquelles une lutte contre cette forme sociale doit se
mener. Mais la question se pose de toutes façons. S'impose á nous.

Le 10 décembre 2007 au moment dii début de la rédaction de cette thése, un nouveau


président a commencé son mandat en Argentine, Mme Cristina Kirchner. Membre dii
mouvement péroniste, elle succéde á son man, M. Néstor Kirchner, á la présidence du pays.
Dans son discours, qui fait appel á la Nation et au Peuple (« Peuple et nation sont plus actuels
que jamais, en temps de globalisation »), elle déclare étre fiére de ne pas étre postmoderne
dans ce monde globalisé, et elle se déclare (de méme que son man) «moderne»: « Vous [M.
Kirchner}, aprés tout, vous n'avez jamais été postmoderne; en ces temps de postmodernité,
vous étes un président de la modernité, et je crois l'étre aussi ». Loin de continuer dans la
ligne « néolibérale» de Menem, le Péronisme des Kirchner vise á soutenir la protection de
l'économie nationale, á défendre la force de la politique face á l'économie (avec des résultats
qui, une année aprés, au moment de la rédaction finale de cette thése, sont pour le moins
incertains).

La victoire dans les urnes de Mme Kirchner a été écrasante: plus de 45% des votes, ce
qui liii a permis d'étre élue sans avoir besoin de passer par un second tour. Néanmoins,
comme beaucoup d'analystes s'efforcent de le sonligner, la moitié du pays ne l'a pas votée.

11
Le pays se débat en effet entre deux tendances: continuer avec ce modéle « moderiie» de
protection de l'industrie nationale, baut emploi et gros appareil d'Etat, ou bien retourner aux
beaux jours de Menem, avec une politique d'importation, gros secteur des services et
réduction de l'iEtat (avec des intéréts similaires á ceux qu'ont supporté M. Nicolas Sarkozy en
France). Ce deuxiéme modéle consiste á abdiquer face aux régles iinposées par le marché. II
ne s'agit pas de dite ici que le gouvernement argentin veuille combattre le capital. Mais la
tension entre le modéle néolibéral et un modéle protectionniste en ces temps de globalisation
nous interpelle, nous intellectuels, en des termes qui nous forcent á á repenser le capital et la
révolution: nous forcent á réfiéchir, encore une fois, en ces temps postmodernes, en termes
marxistes.
Revenons aux mots de Mme le président: «En ces temps de postmodernité, vous étes un
président de la modemité, et je crois l'étre aussi ». 11 ne s'agit pas, certes, d'un discours
philosophique. Cependant, la polarité qui en émerge implique un débat tout á fait
philosophique : modernité VS. postmodernité. La question est alors: cette thése, écrite autour
de l'cuvre de Gules Deleuze, de quel c6té de la polarité doit-eile étre placée? Les
classfications de la pensée aiment placer Deleuze dans les rangs de la pensée
«postmoderne ». Cette classification est assurément inadéquate: Gules Deleuze ne peut pas
étre considéré postmoderne. II n'a jamais cm á la fin des choses: les thémes de la fin de la
philosophie, de la modemité, de l'histoire, de la métaphysique lui ont été assez indifférents,
lui ont paru d'inutiles radotages 3 . Pour ma part, je crois que Deleuze est un penseur modeme,
méme illuministe, et j'essaierai de démontrer cette hypothése au fil des pages qui suivent.
Mais ji serait maihonnéte d'utiliser cet arguinent pour protéger notre iravail du probléme qui
nous interpelle ici.

En quoi le fait d'étre « postmoderne» pourrait représenter une critique vis-á-vis de la


pensée de Deleuze? Uniquement (pour les raisons que l'on vient d'annoncer), si cela voulait
dire qu'elle serait incapable de faire face au capitalisme et á la souffrance humaine qu'il
produit. Si les concepts postmodemes étaient incapables d'obsfruer, de barrer l'avancée du
capitalisme global, cela constituerait une objection de poids contre la pensée postmoderne.

« Nous n'avons jamais eu de prob1me concemant la mort de la métaphysique ou le dépassement de la


philosophie: ce sont d'inutiles, de pémbles radotages », QQP, p14.

12
Voilá, par exemple, ce qu'affirme Jorge Dotti, qui est une des figures de référence de la
philosophie politique en Argentine:

[La métaphysique de la désubstantialisationi réduit les liens humains á une simple circulation ou á un flux
de fragment sans identité stable, sans aucune autre entité ontologique que le fait de se fluidifier et de
participer é un mouvement qui n'admet pas de bornes ou de limitation légitimes... Dans ce contexte
épocal la forme EtaZ ne peut pas subsister 4 .

L'accusation est donc: les concepts postmodemes sont done accusés d'étre trop fai bies,
trop fluides, et de ne pas nous donner d'outils pour faire face á la puissance du capitalisme.
On retrouve l'incredibie weakness of their opposition to capitaiist polarisation signalée par
Wallerstein á propos des critiques adressées par les communistes aux sociaux-démocrates
pendant la Deuxiéme Guerre Mondiale 5 ; cette accusation d'tre une belle pensée qui ne peut
rien contre les pouvoirs établis, etc. La pensée politique s'articule autour de catégories
«modernes» telles qu'Etat, souveraineté, territoire, etc. Le postmodernisme, en renonçant
aux catégories de la pensée moderne, renonce donc á la politique tout court 6. Ce diagnostic est
reconnu, semble-t-il, par certains auteurs contemporains qui ont proposé une pensée
«impolitique ». Le philosophe italien Roberto Esposito explique, dans l'infroduetion de Oltre
la politica7, que dans l'idée de l'impolitique ii ne s'agit pas de nc plus penser le politique,
mais de penser hors des concepts avec lesquels la modernité a essayé de penser le politique. II
s'agit d'assumer la « catastropbe conceptuelle» d'une tradition de pensée: des concepts teis
que « souveraineté» et «Etat » nc nous suffisent plus 8. « Impolitique » ne veut done pas dire
« fin de la pensée politique » mais « effort de création » de nouveaux concepts pour la pensée
politique. Des concepts qui nc sont done pas ceux selon lesquels la modernité a essayé de
penser les processus sociaux qui ont eu lieu aux alentours du XVI siécle.

Deleuze essaie, lui aussi, de créer de nouveaux concepts pour penser le politique. Ccci est
une exigence qui découle de la définition de la philosophie répétée par Deleuze tout au long

Dotti, J. « Hegel philosophe hobbésien de la guerre », in Cahiers critique de philosophie, n°2, Paris,
Hermann, 2006, p. 52.
"L'incroyable faiblesse de leur opposition á la polarisation capitaliste". Wallerstein, 1, The esscntial
Wallerstein, NewYork Press, NewYork, 2000, p. xv.
6
Nous travaillerons ces arguments dans le chapitre Viii
Çf Esposito, R Oltir lapolilica, anthologie del pensiero « impoillico», Mondadon, Milano, 1996. Avec des
articles d'Adomo, Arendt, Bataille, Blanchot, Canetti, et autres.
Jbid,p.1.

13
de sa vie: «la phiosophie est l'art de former, de inventer, de fabriquer des concepts ». Si la
philosopbie est done définie comme l'activité de création de concepts, la philosophie
politique ne peut étre autre chose que l'activité créatrice de concepts pour répondre á des
problmes du inilieu social présent. S'il s'agit de créations nouvelles, il est évident que ces
concepts ne peuvent pas étre les mémes que ceux avec lesquels la modernité avait essayé de
penser la politique. Sa pensée politique serait alors bien « impolitique » au sens ou le déflnit
Esposito Est-il done «post-moderne»? Pas vraíment. Seulement, il se fait de la modernité
une image beaucoup plus complexe que ce que «I'image de la pensée » nous incline á avoir.
11 y a de nombreuses maniéres d'étre moderne: Descartes, Hobbes, Leibniz, Spinoza, Pascal,
Vico... Tous modernes, tous du XVII e siécle. Autant de noms, autant de signes qui pointent
vers la multiplicité de façons d'étre modeme. L'enjeu est 1 : Quelle modemité? La pensée
moderne ne se réduit pas á la représentation; ses concepts politiques vont bien au-delá de
ceux de souveraineté et d'Etat. Bien súr, ce sont des concepts importants, jis ont leur poids.
Quand Deleuze crée ses propres concepts politiques, il prend bien des composants, des
morceaux de ces concepts de la politique «classique »'. Mais il y a d'autres concepts, teis
que «compossibilité », « différentielle », «puissance .» ou «durée » qu'il faut aussi étudier,
puisque leurs composants seront aussi des clés á l'heure de former des coneepts deleuziens.
La modemité ne se réduit pas non plus á une forme de pensée. Les processus sociaux qui se
consolident á partir du XVT siécle définissent des problémes pour lesquels la philosophie
propose des concepts. Les problémes auxquels Deleuze essaie de répondre ne sont pas ceux
de Hobbes ou de Descartes, mais ils ne sont pas pour cela moins modemes.

Alors, dans quelie image de la pensée se place Mme Kircbner quand elle se déclare
«modeme» et non pas « postmodeme »? Dans une image pour laquelle le postmodernisme
implique une «fin de la politique» sons la forme du dépérissement des Etats nationaux, et le
triomphe de la fluidité de la puissance du capital. « ... Mais n'étant pas loin de pouvoir
considérer les páys plus développés économiquement et socialement, et de pouvoir considérer
les clés de leur croissance et de leur développement, on peut trouver dans la défense absolue
de nos propres intéréts, comme Etats et comme sociétés, la cié de celle progression, la dé de
ce développement» a déclaré Mme Kirchner. On voit bien que pour elle la modeniité

QQP,p.8.
10
«Tout concept a toujours une histoire... Dans un concept, ji y a le plus souvent des morceaux oii des
composantes venus d'autres concepts », QQP, p. 23.

14
s'identifie á la défense d'un territoire national en temps de globalisation. La postniodermté,
pour sa part, doit s'identifier avec la déterritorialisation, la perte des frontiéres nationales en
faveur du pouvoir économique. De ce point de vue, la postmodemité est un autre nom du
triomphc du capitalisme. C'est le méme pomt de vue qui veut que la seule solution sociale á la
dissolution de l'ordre féodal ait été la création des états nationaux.

On essaiera dans cette thése de soutenir un autre point de vue, de faire une contribution á
la construction d'une autre « image de la pensée ». C'est le pomt de vue selon lequel le
capitalisme (méme sur son versant «sauvage» ou «néolibéral ») est un phénomne
strictement moderne. On essaiera de montrer que le capitalisme, loin de représenter des forces
de dissolution, loin de représenter le « problme modeme » que les Etats-nations seraient
censés résoudre, est lui-méme une solution que les temps modernes se sont données face á la
crise de l'ordre médiéval. La subsomption du pouvoir étatique (ou politique) á la puissance du
capital (ou économique), bm d'étre un phénomne postmoderne, est le cur méme de la
modemité historique. Les Etats modernes n'ont jamais été une puissance supérkure á la
puissance économique, saufdans ¡ 'idéologie.

Déclarer que l'on combat le capital ne suffit pas. Ib faut définir comment ce combat doit
étre mené. En ce sens, nous souhaitons contribuer avec cette thse á la táche politique que
l'Argentine s'est donnée: résister á l'avancée du capitalisme globalisé. Mais on croit, contre
Mme le Président, sous l'influence de la philosopbie de Deleuze et de l'histoire telle que
Femand Braudel la présente, que modernité et capitalisme sont deux processus simultanés et
solidaires. Le concept d'Etat, de Nation, n'a jamais été un obstacle au développement du
capitalisme. Nous ne croyons pas qu'il y aif, dans notre monde contemporain, une lutte entre
la politique (représentée par des Etats qui cherchent á construire et organiser) et l'économie
(représentée par les grandes corporations capitalistes qui cherchent á déconstruire et
fraginenter). Nous croyons en une organisation capitaliste, méme si cette organisation ne
répond pas au modéle de la souveraineté. Et nous pensons aussi que les Etats sont un des
éléments de fonctionnement de cette organisation (suivant une logique qu'on essaiera
d'exposer). Face á la puissance du Capital, l'impuissance des Etats ne sera jamais
souveraine 11 . Nous croyons donc que le combat ccntre le capital doit étre mené á partir d'une

La lutte récente (printemps de 2008) de l'Etat argentin contre les intéréts éconorniques du secteur agricole est
un exemple clair de cette impuissance. Le sauvetage des Etats Unis et de la CEE du systéme financier face
la crise du mois d'octobre 2008 est un autre exemple concret du r6le effectif des Etats dans le capitalisme.

15
nouvelle puissance qui donnera lieu á un nouveau Peuple, ce peuple qui manque, qui manque
tant12 .

Une nouvelle revue culturelle (avec un comité éditorial composé de pliilosophes) est
sortie en 2007 en Argentune: El río sin orillas. Dans les pages de son premier nuniéro, qui
présente un long dossier autour d'un texte de Juan Domingo Perón, «La cominunauté
organisée », on trouve reproduite á plusieurs reprises une disjonction exclusive á partir d'une
cittion d'un écrivain argentin, Héctor Murena:

Ainsi [en Amérique] on n'a pas réussi á formar des communautés, mais seulement des conglomérats,
récifs coralliens d'hommes. Dans ces conglomérats de créatures sans rieti de spirituel en commun, la
profonde insécurité, la conscience anormalement aigué de la précarité, sont des corrosifs qui suscitent tout
un systéme étique négatif —visible et prét á effleurer á chaque moment- dont les attributs sont l'avidité
démesurée, l'ostentation, les différences sociales vertigineuses, le faux raffinenient, la barbarie, l'abus,
l'ironie, la passivité, la méfiance, etc. 13 .

Ce paragraphe, dont ji faudrait voir si la description est si spéciflque á l'Amérique latine


que le voudraient les éditeurs, peut bíen permettre de condure cet avaut-propos déjá trop
long, ayee la question suivante: ces conglomérats, ces «récifs coralliens» d'hommes, sont-
ils, dans les conditions dii capitalisme apparemment vainqueur, les fruits du hasard? Ou sont-
ils plutt des formations nécessaires au développement du capitalisme, l'éthique positive du
capitalisme, mme s'il se trouveiit inappropriés á l'existence humaine? Mais, comme nous
n'avons encore que des idées vagues sur ce qu'est le capitalisme et que le problme de
l'humaun et son importance dans ce contexte problématique n'a méme pas encore été
introduit, ji faudra laisser cette interrogation comme fil conducteur des longues pages qui
nous attendent et qu'on commence á parcourir, chacun de nous dans son pli du temps á soi.

12 «Les plus grands artistes (pas du tout des artistes populistes) font appel á un peuple, et constatent que 'le
peuple manque'... L'artiste ne peut que faire appel á un peuple, II en a besoin au plus profond de son
entreprise, ji n'a pas i. le créer et nc le peut pas », PP. p. 235. On ne pourra tenter de répondre á la question du
rapport politique - peuple - création - art que dans la conclusion de cette thése. En effet, on nc peut pas la
poser sans avant avoir dit presque tout ce que nous avons á dite ici.
13
Héctor A. Murena: El pecado original de América. Fondo de Cultura Ecónomica, Buenos Aires, 2006. p. 15.
[date de premiére publication: 1954]. Cité dans El río sin orillas, n° 1, Buenos Aires, 2007, p. 7.

16
INTRODUCTION

« Elle ne sauroit développer tout d'un coup ses replis, car jis vont

l'jnfini ».

(LEIBNIZ, Monadologie)

« Quand un philosophe en cntique un autre, c'est á partir de

problémes et sur un plan qui n'étaient pas ceux de l'autre, et qui font

fondre les anciens concepts comme on peut fondre un canon pour en

tirer des nouvelles armes ».

(DELEUZE ET GUATTARI, Qu 'est-ce que Iaphilosophie?)

Qu'est-ce que cet étrange monde que nous présente l'ceuvre de Gules Deleuze? Un
parcours á travers á travers la trentaine de volumes qui la composent nous égare, nous
fourvoie, nous engoufle... Qu'est-ce qui se passe? Qu'est-ce que cela veut dire ? Je sentais
devant moi un voyage effrayant' 4 ... Des concepts, des styles, des problématiques, des auteurs,
des disciplines se multiplient. Quel peut étre son rapport avec la « réalité effective » au sein
de laquelle nous croyons mener les démarches quotidiennes au plein milieu du sic1e?
Comnient en faire de la philosophie politique, cette utopie oñ le concept et le milieu présent
se conjointent ? C'est presque de la science-fiction, presque du fantastique, un livre de
Tolkien, Lovecraft ou Stephen King oú, au lieu des hobbits et de elfes, des cthulhus de
necronimicons, des pistoleros et des tours sombres, se proménent des rhizomes, des corps
sans organes, des espaces lisses ou striés, des machines désirantes, des devenirs, des
événements, des machines de guerre, des singularités pré-individuelles, des synthses
connectives, disjonctives, conjonctives, de 1 'actuel, du virtuel, des Goupures, des flux, des
objets partiels, des agencements, des formes de socius, des cristaux de temps, des ritounielles,
des vies non-organiques, au milieu de choses et de motifs qui auraient été assez familiers dans
un autre contexte, mais qui ici clochent l'inconscient, des ceufs., des molécules, des tribus
sauvages, des images de cinéma, des nouvelies de Kafka, des strates géologiques, du métal,
des équations différentielles, du papa-maman, de la merde, des pus, des animaux, du

14
Cf. Laing, R La polilique de 1 'expérience, trad. C. Elsen, Paris, Stock, 1969, p. 106.

17
capitalisme, des barbares. On s'égare tras vite, on a la sensation que rien ne fonctionne... Si
c'était au moms de la littérature, 011 pourrait se contenter d'idées telles que: c est une
machine qul fonctionne en se détraquant, cornrnent elle est belle, la machine! Mais e' est de
philosophie qu'il s'agit ici (ou du moins 011 l'espre). Et quoi que Pon veuille faire en
philosophie ayee tout ceci (de l'ontologie, de l'étbique, de l'esthétique, de l'histore de la
pbilosophie, de la politique) on a besoin de s'orienter. Les plans deviennent trop entremélés,
on n'y voit rien, la fumée est trop épaisse... C'est le néant noir, l'animal indéterminé oú tout
se dissout. Un plateau sur un autre, une image sur une autre... C'est dii boucan!

En 1988, Deleuze a eu un long entretien (qui a duré huit heures) ayee Claire Parnet; cet
entretien est passé á la télévision peu aprés Sa mort en 1995 et plus tard publié en format
audiovisuel sous le titre L 'abécédaire. Deleuze avait déjá publié la piupart de son wuvre. Pour
expliquer le devenir de sa philosophie, ji nous y parle de penture: comment ses premiers
écrits dits «monographiques » (les écrits sur Hume, Nietzsehe, Kant, Bergson et Spinoza)
étaient comme les tabieaux des «mangeurs de pommes de terre » de Van Gogh ou les
premiers travaux de Gauguin: composés de couieurs sombres; eux, les plus grands maitres
de la couleur en peinture, avaient peur d'aborder la couleur; jis savaient que c'était trop gros,
trop gros pour eux, jis craignaient d'y laisser leur peau, dans l'abordage de la couleur... De
méme Deleuze, avait peur d'aborder la couleur philosopbique. La couleur en philosophie,
c'est le concept, nous dit-il. Et ji avait peur de l'aborder. Done pendant les seize premiéres
années de sa production, ápartir de la publication en 1953 d'E;npirisme et subjectivité, ji s'est
dédié á r&Iiger des travaux «monographiques », comme on dit dans la littérature deleuzienne,
et que je préférerais appeier «préparatoires ». Ce sont des travaux qui nous ouvrent un
monde, oui, qui nous font aimer et comprendre des phiiosophes comme Hume, Netzsche 011

Bergson commejamais on les avait connus ou aimés, mais qui sont néanmoins des travaux de
« mangeurs de pommes de terre ». Alors, nous avons ces tableaux sombres, difficiles, durs á
lire, mais nous savous encore oid nous soniines. On peut s'orienter, ou au moins on croit
s'orienter, on reconnait des moflís, des paysages.

Puis, á la fin des années soixante, Deleuze publie Df[érence et répétition aux PUF, dont la
sortie est presque simultanée ayee celle de Logique du sens aux Editions de Minuit. U, tout
change. II suflit ji suflit d'en lire quelques pages au hasard pour comprendre, pour voir trés
clairement ce que Deleuze dira vingt ans plus tard: « c'est l'éciat de la couleur! » Les
concepts philosophiques se multiplient, et l'on reste bouche bée devant ces tableaux
captivants, ravissants, ensorceiants. Ce qui n'empéche pas celui qui arrive á la Grande

18
Rétrospective Deleuze avec un esprit philosophique de se sentir mal á l'aise. Une fois fmie
une lecture compléte de l'ceuvre de Deleuze, on a la sensation de ne pas étre face á une série
d'ceuvres mais face á un seul et grand tableau. Mais ce tablean qui nous présente l'oeuvre
compléte de Deleuze apparait comme une oeuvre abstraite... Et l'abstraction, si elle peut étre
magnifique en peinture, est une catastrophe en philosophie. C'est la mort de la philosophie.
Tout devient indifférencié. Tout se vaut.

La tentation est donc de tout recouper. Séparer des parties reconnaissables. Faire des
classifications. Faire des partages. Expliquer. Réduire. Encadrer. Trouver une interprétation
qui nous olEfre une représentation adéquate de ce qui se passe. On cherche donc des
commentaires. II y en a. Pas autant qu'on pourrait songer. Mais ji y en a. Parfois, on continue
á &re aussi égaré qu'avant. D'autres fois on comprend: on trouve l'explication, le cache, la
représentation. Mais on sait bien que ce que l'on est en train de comprendre n'est plus ce qui
nous avait tant impressionné dans l'ceuvre originale. Quelque chose s'est perdu. On ne veut
faire ni l'un ni l'autre. Or, ici, nous ne voulons faire ni l'un ni l'autre. Nous voulons conserver
la vitesse infime du texte deleuzien, ne pas le réduire á l'identité d'une fonction interprétative,
mais aussi nous orienter dans cette cuvre, la rendre concrete, l'arracher á l'abstraction ini
faire gagner de la consistance 15 .

Le plaisir de devenir mineur

Je regarde sur ma table de travail tous les papiers qui ont précédé la rédaction finale de
cette thése (la longue bureaucratie des projets, des présentations aux bourses, des comptes-
rendus, des ébauches de tables des matiéres). Je regarde l'arnbition de ces projets. Trop de
noms propres. Trop de champs. Trop de concepts. Trop de livres. «La » philosopbie politique
contemporaine... Le tablean est trop large. Et continue á s'étendre, comme la table
schizophrénique de Michaux cité au début de i'Ánti-Edzpe. A chaque nouvel ajout, le tablean
devient de plus en plus abstrait. Trouver des prob1mes pour s'orienter devient de plus en plus

15
Nous faisons ici référence á la clistinction établie par Deleuze entre philosophie et science: « La science n'a
pas pour objet des concepts, mais des fonctions qui se présentent comme des propositions dans des systémes
discursifs... La philosophie demande comment garder les vitesses infimes tout en gagnant de la
consistance... [La science] renonce á l'infini, á la vitesse infinie, pour gagner une refrence capable
d'actualiser le virtuel », QQP, pp. 111-112. En ce sens, nous proposons bien une thése dephilosophie, etnon
pas une thése scientifique sur une philosophie.

19
dur. C'est l'obscurité, la confusion. On n'y voit rien. La pauvre 1umire de ma pensée ne peut
gure s'éclaircir. It faut devenir. Devenir mineur.

Kafka preudra vite l'autre maniére, ou plutót l'inventera. Opter pour la langue allemande de Prague, telle
qu'elle est, dans sa pauvreté méme. Aher toujours plus loin dans la déterritorialisation... á force de
sobriété. Puisque le vocabulaire est desséché, le faire vibrer en intensité.... [Joyce] procéde par
exubérance et surdétermination, et op&e toutes les reterritoriahisations mondiales. [Beckett] procéde á
16
force de sécheresse et de sobriété, de pauvreté voulue...

II y a bien une minorité obligée dans cette thése, la « minorité » de la langue étrangére, le
Français qui n'est pas ma langue matemelle, toute la sécheresse obligée de du moyen
d'expression qui ne me convient pas. Bien súr, ji y a cela. Mais je souhaiterais faire le point
sur cela Ce n'est pas le «devenir mineur » par la langue qui m'mtéresse ici, mais bien un
devenir mineur philosophique. Faire en philosophie ce que Kafka et Beckett ont fait en
littérature. Pauvreté, sécheresse, sobriété. Un devenir mmoritaire de mes objectifs. Réduire
tout mon plan de thse, toute mon ambition au mininium. On voulait travailler le réseau qui
unit Deleuze ayee le grand débat de la phiiosophie politique contemporane á partir de ses
racmes á l'aube de la moderníté: Hobbes, Locke, Kant, Hegel, Marx. Et puis le XIxe sicle:
Schmidt, Heidegger, Grainsci... Indure tout ce qui est en ce moment á la mode au sem de la
communauté philosophique argentine, des noms provenant des noms provenant de France,
d'Italie, des Etats-Unis : Agamben, Esposito, Laclau, Zizek, Negri, Demda, Balibar, Jean-Luc
Nancy, Badiou. De l'exubéranee et de la surdétermination ¿i la Joyce. Ce grand réseau ne peut
que rendre notre tableau toujours plus abstrait. Trop de bruit. Trop de noms propres. «Table
qui était devenue de plus en plus entassement, de moins en monis table. . . ». It faudrait aller
trop vite, faire un pot pourri. Brouiller donc les concepts. -.

Ah, le plaisir de devenir mineur! Oublier tout, oublier tout un instant, méme si ces noms
propres sont, toujours dans une certaine mesure, t l'horizon de notre pensée. Mais s'orienter
dans la pensée philosophique, faire de celle thse une boussole, faire de la philosophie,
aujourd'hui, du point de vue deleuzien, du pomt de vue de celle thése (qui dépasse parfois, on
l'espére, le point de vue strictement deleuzien), implique cette táche. On est tenté de rédiger

16
K, pp. 34-35. Les points de suspension indiquent dans tous les cas une coupure dans la citation. Nous
utiliserons ce critére tout au long de cefte thése.
17
AO,p.12.

20
l'encyclopédie, mais son áge est dépassé; ji faut, aujourd'hui, faire de la pédagogie du
concept, pour ne pas tomber dans ce qui est le désastre absolu de la pensée, « la formation
professionnelle comnierciale»:

Si les trois áges du concept sont l'encyclopédie, la pédagogie et la formation professionnelle commerciale,
seul le second peut nous empécher de tomber des sonimets du premier dans le désastre absolu du
troisiéme, désastre absolu pour la pensée, quels qu'en soient bien entendu les bénéfices sociaux du point
de vue du capitalisme universel 18 .

Faire la pédagogie du concept, analyser les conditions de sa création, de son opérativité,


les possibilités qu'il met en ceuvre. Pédagogie du concept, et non pas d'une phiosophie. Faire
une thése sur une philosopbie, cela serait possible seulement á condition qu'il s'agisse d'une
philosophie trés sobre, d'un philosophe qui a trés peu créé. Mais ce n'est pas le cas de
Deleuze. Lui, c'est la folle création des concepts. C'est la raison pour laquelle nous nous
égarons autant. C'est une philosophie (en ce sens, et seulernent en ce sens, pour des raisons
vitales que nous verrons) que nous pouvons dire que la philosophie deleuzienne est baroque 19 .
Une folle création de concepts, qui se plient et replient au fil de son Ceuwe. II est impossible
de les développer tous, puisqu'ils vont á ¡ infini. Que faire, alors? Devenir mmeur, ehoisir un
'

ou deux concepts, teis qu'ils se présentent chez Deleuze, tous repliés sur eux-mémes, pour les
saisir dans toute leur intensité, les faire vibrer, explorer leur profondeur, développer toutes
leurs dimensions. Si tout concept est une multiplicité, si tout concept a des composantes qui
les défmissent20, faire leur pédagogie réside dans le fait de saisir la multiplicité qu'ils sont,
jeter de la lumiére sur des composants qui sont restés obscurs dans 1'uwe deleuzienne.
Chercher, ici et lá, de petites piéces conceptuelles que Deleuze a laissées dans l'obscurité, ou
qu'il avait constniites ailleurs, dans d'autres ceuvres (qui sont en ce sens préparatoires), et
qu'il reprend plus tard dans un concept qui, á premiére vue, n'a pas grand-chose á voir; ou
qu'il compléte plus tard, avec des développements dont le rapport n'est pas non plus évident;

' QQP,p. 17.


19
« II y a deux sortes de philosophes, si vous acceptez cette défmition comme quoi la philosophie est l'activité
qui consiste á créer des concepts, mais ji y a comme deux péles: II y a ceux qui font une création de concepts
trés sobre; jis créent des concepts au niveau de telle singularité bien distinguée des autres... Si je me dis:
Descartes!, ça c'est le type d'une création de concept trés sobre... On peut itu assigner cinq ou six concepts.
C'est énorme d'avoir inventé six concepts, mais c'est une création sobre Et puis ji y a les philosophes
exaspérés. Pour eux chaque concept couvre un ensembie de singularités, et puis ji leur en faut toujours
d'autres, .toujours d'autres concepts. On assiste á une folle création de concepts. L'exemple typique c'est
Leibniz ; il n'en ajamais fmi de créer á nouveau quelque chose » (CL, pp. 20-2 1).
20
CJQQP,p.21.

21
ou bien chercher des éléments qui sont chez d'autres auteurs, dont Deleuze présuppose
toujours la connaissance; ou encore des contrastes notables qu'il faut noter pour découper le
concept sur un fond chaotique.

Pauvreté voulue: Oil ne travaillera donc que deux concepts (fl s'agira des concepts de
« capitalisme » et de « rapports humains », Oil yerra tout de suite les raisons de ce choix).
Notre travail portera uniquement sur l'auteur qui les signe (qui signe les concepts que nous
travaillerons, bien entendu, pas les mots par lesquels jis sont désignés, qui ne liii
appartiennent pas, de toutes évidences): Giles Deleuze. Un seul «nom d'auteur» est l'objet
de ce travail. II y aura d'autres noms propres, évidennnent, mais nous ne souhaitons pas en
faire l'objet de notre travail. Nous n'avons aucune prétention de spécialiste á leur égard. lls
apparatront uniquement lá oú jis deviendront indispensables pour comprendre Deleuze, le
plus souvent tels que Deleuze méme les a élaborés au fil de son uvre, ou smon comme on
croit que Deleuze a pu les lire ou les avoir á l'horizon de sa pensée. Sans aucune prétention
totalisatrice.

Mais nous ne pouvons pas nous en passer. Méme dans la plus grande sécheresse, la plus
grande pauvreté, la plus grande sobriété, nous devons en effet indure des fragments de la
pensée d'autres auteurs dans ce travail. Ceci résulte de la méthode de travail de Deleuze.
D'abord, ji suppose d'emblée l'existence d'une certaine culture. Par exempie, ji ne juge pas
nécessaire de donner la référence de certains auteurs « classiques », ou méme de les nommer.
Les guillemets doivent sufflre 21 . Et méme quand ji fait des citations avec des références, ji
prend en considération le contexte plus général de l'uvre citée, et ji n'explicite jamais
l'mterprétation, la lecture qu'il en fait, ni comment ji se la «représente ». A nous d'ailer y
jeter un cefi al cela nous mquiéte. A nous de traverser ces ponts. Nous avons donc essayé de le
faire, lá oi nous l'avons jugé nécessaire á la compréhension des concepts deleuziens. Non pas
par exubérance ou surdétermination, mais par nécessité de précision des concepts qui nous
occupent.

De la méme manuére, les aulres concepts deleuziens qui apparaitront le seront uniquement
afin d'en extraire des composants des deux concepts étudiés. Deux concepts. Si on réussit,
c'est déjá beaucoup. Nous ailons les éclaircir, mais pas en extension; en profondeur. Couche

' Cf AO, p. 258: « Vous autres, Grecs, vous ne serezjamais que des enfants », extrait de Platon, lJmée, sans
référence. De méme avec Nietzsche, Généalogie de la morale, dans AO, p. 263. Le procédé se reproduit tout
au long de l'ceuvre de Deleuze, avec Shakespeare, Artud, Marx et inaints autres auteurs.

22
aprés couche. La pensée feuilletée de Deleuze. Ne plus mélanger l'ontologique et le pratique.
Mais toujours travailler sur les deux plans. Conjonction du concept avec le milien présent:
philosophie politique.

Ce que les clercs appellent « le monde »

«Un jour, peut-étre, le siécle sera deleuzien », a dit Foucault 22 . C'est une phrase célébre.
A partir du moment oú l'on commence á tire au sujet de Deleuze, on la trouve citée. Je l'ai
donc lue de nombreuses fois. Mais elle ne m'a jamais frappé comme une grande formule. Un
éloge d'un ami á un autre ami. Une blague entre amis. Mais elle n'avait pas de sens pour moi.
La premiére fois que cette phrase a eu dii sens pour moi, a été alors que j'étais en train de lire
un nuinéro du Magazine Littéraire dédié á Deleuze, quand je suis tombé sur l'interprétation
que Patrice Manglier en fait: ce qui, peut-tre, sera deleuzien, c'est le sicle, non pas le siécle
du calendrier, non pas le XXC siécle, ou méme le )O(J mais ce que les clercs appellent « le
monde »23
;
le monde du temps et de l'espace, le monde de la finitude, le monde des honnnes
(ce que Spinoza appellerait 1 'existence des modes finis dans un certain temps et un certain
lieu), et non pas celui de l'éternité, celui de Dieu. Le siécle auquel fait référence le terme
«sécularisation » Ce que Foucault visait m'a alors aussitót paru évident: ce monde, un jour,
sera deleuzien. Ce qui veut dire, immédiatement, que ce monde, aujourd'hui, n 'est pas
deleuzien. Un jour, peut-étre, le siécle sera deleuzien, mais non pas ce jour, pas aujourd'hui,
pas encore. Qu'est-ce que c'est, donc, ce monde, qui n'est pas, pas encore tout du moins,
deleuzien? Comment est alors ce siécle? Quels sont les traits qui le caracténsent?

II arrive que le tableau dii monde égare encore davantage que celui de l'euvre de
Deleuze. Ji s'agit d'une dificulté dautant plus grande que la contemplation ne nous aide
guére, «car les contemplations sont les choses elles-mémes en tant que vues dans la création
de leurs propres concepts »24. Rien de ce que l'on voit dans le monde ne peut servir de point
d'appui pour trouver le concept adéquat pour notre monde, puisque notre monde tel qu'on le
voit en dépend. Je cherche done ma boussole dans le monde. Je cherche un concept pour sortir

22 Foucault, M « Theatrum philosophicum» (1969), iii Dils el Ecrils 1, n°80, Paris, Gallimard-Quarto, 2001, p.
944.
23 Maniglier, P. «Un métaphysicien dans le sic1e », in Magazine Littéraire, n°406, fvrier 2002, p. 26.
24
QQP,p.11.

23
du chaos. Ou tout du moins le probléme qui m'onente dans la bonne direction. Pour ne pas
perdre pied dans le tableau du monde qui gronde autour du moi. Ce monde «moderne ».
Moderne, moderne... Qu'est-ce que cela veut dire? Notre temps est-il moderne? La
moclerrnté est-elle la spécificité de notre siécle sécularisé? Oui, en prrncipe, pounait-on
dire... N'est-ce pas? Dites-le donc, alors! Qu'est-ce que la modernité? Le dictionnaire
«Penguin » de Philosophie nous donne cette définition de «modernité » de ce terme?

Au cur de cette conception [celle de la modemité] est le monde des X1Xc et )O( siécles des Etats-
Nations, démocratie politique, capitalisme, urbanisation, alphabétisation massive, médias de masse,
culture de masse, rationalité, anti-traditionalisme, sécularisation, foi dans la science, grandes entreprises
industrielles, individualisme, idéaux de l'illustration, et une idéologie publique dont les idéaux libéraux,
humanitaires et progressistes sant prédominants. Plusieurs coinbinaisons de ces sens peuvent étre
considérées comme essentielles á la modernité et utilisées pour la définir 25 .

Ce pot-pourri de caractéristiques, organisées selon des combinasons trés diverses, peut


bien entendu étre utilisé pour pennettre une quantité excessive de conceptions de la
modernité. Cette définition est trop vague. Ce n'est pas un concept. Elle ne recoupe pas le
chaos. Elle ne nous fait rien «contempler ». Notre exigence de devenir minoritaire nous
impose de choisir une définition beaucoup plus étroite, et plus philosophique. Nous
recherchons en effet un concept, et nous voulons 1w donner de la consistance (cette
consistance qu'on ne pourra jamais trouver dans le style de définition proposée par le
dictionnaire Penguin). Mais nous avons, tout de mérne ici, une premiére réponse,
approximative certes, á la question qui nous préoccupe: notre temps (avant de pouvoir parler
du temps á venir) : démocratie, capitalisme, rationalité, illustration. Etc.

Peut-étre ne faut-il pas chercher cette définition de la « modernité » dans un dictionnaire


de philosophie de poche anglo-saxon. II faudrait questionner un grand philosophe, capable de
présenter un concept bien fait, consistant. Qui pourrait mieux le faire que Martin Heidegger?
Le maitre aliemand nous présente, au moment de caractériser notre siécle, un concept bien
concret: celui de temps modernes.

C'est risquer d'énoncer un lieu commun que de relever par exemple le fait que la métaphysique des
Temps modernes serait caractérisée par le r6le particulier qu'y jouerait le « sujet» hwnain et la référence
la subjectivité de l'homme. Au début de la philosophie modeme se trouve la proposition de Descartes:

25 Mautner, T. Dictionary ofphilosophy, Penguin Books, 1996

24
Cogito, ergo sum (« Je pense, donc j e suis »). Toute conscience des choses et de l'étant dans sa totalité se
voit rainenée á la conscience de soi-mme du sujet huinai.n en tant que le fondement inébranlable de toute

certitude26

Les temps modemes peuvent bien étre pensés á partir d'une certaine métaphysique;
Heidegger nous la présente comme caractérisée par la référence au sujet humain en tant que
fondement. II signale la pensée de Descartes comme son début. C'est le monde heideggériefl,
le monde tel qu'il est vu á partir du point de vue oi se place Heidegger. Son «histoire de la
métaphysique » manque ce qu'elle se propose dévoiler: le fondement. Heidegger considére
que dans les temps modernes c'est le « sujet » humain et la subjectivité de l'homnie qui sont
considérés comme fondement (sub-jectum 27). Pour la métaphysique modeme, l'homme est
«le centre de tout étant et matre de tout ce qui existe »28. Cette conviction de la centralité de
l'homme dans la représentation contemporaine est bien réelle, mais elle n'est qu'un élément
de la complexe structure de refoulement et de répression que caractérise nos temps modernes:

l'élément idéologique. La métaphysique peut placer l'homme en róle de fondement ceci


n'empéche pas le fondement véritable de n'étre pas humain. Le monde moderne ne se

caracténse pas par la maitrise de l'homme, mais par la servitude généralisée. Qui est le
maitre? Qu'est-ce que le fondement? Voilá la question qui reste cachée par la pbilosophie de
Heidegger qui croit lorsqü'elle croit avoir déjá trouvé le subjectum. Quand le débat de la
philosophie contemporaine autour de 1' « aprés-sujet »29 est compris á partir de l'homme ou
du cogito comme ce qui occupe la place du sujet, on rate la réalité effective de notre monde.
En ces termes, ce débat refoule dans le méme temps la pensée qui peut le caractériser et la
pensée qui peut ouvrir la transformation de ce monde effectif. Heureusement, ce n'est pas
toujours le cas.
Le concept beideggérien de « temps modernes » (qu'on n'a fait qu'esquisser) est
parfaitement construit. Mais ji ne rejomt pas le milieu présent. II ne suffit done pas de trouver
un concept bien construit, quand il s'agit de phiosophie pratique. S'il s'agit de transformer le

Heidegger, M. Nietzsche, Ji, trad. E Klossowski, Paris, Gallimard, 1971, p. 105.


27
« Un subjectuin insigne quant á tous ces pomts de vues devient donc nécessaire. Quel est le certain formant et
fournissant ce fond? L'ego cogito suin... Le rubjecLum, la certitude fondanientale, c'est la simultanéité
toute heure assurée dans la représentation, de l'homme représentant avec l'étant représenté », Heidegger, M.
Chernins qul n2nent nulle par!, trad. W. Brokmeier, Paris, Gailimard, 1962, pp. 140-141.
28 Heidegger, Nietzsche, op.ciL, p. 106.
29 Cf « Aprés le sujet qui vient », in Cahires Confrontation, n°20,
Paris, Aubier, 1989.

25
monde (s'il ne s'agit donc pas seulement d'en faire la description ou de le contempler
cyniquement, s'il ne s'agit pas d'amorfati30) on a besoin de trouver un concept qui mette en
luiniére les ressorts de la domination. De notre point de vue, ces ressorts ne sont pas ceux du
concept de sujet tel qu'il a été envisagé par Heidegger et sa cntique de la métaphysique. Cela
n'empéche que, contrairement á la définition que donne le Penguin, le concept de temps
modernes soit un concept bien fait, ayee lequel on peut discuter, qui force á penser, qui a un
rapport avec nos problémes, etc 31 .

La critique de la ciitique
Nous critiquons done Heidegger. Mais cela ne veut pas dire que nous pensons qu'il a tort.
Se demander si un philosophe a tort ou raison, nous dit Deleuze, est vain. Suivant ce cntére,
quand on fera la critique des concepts, le seul motif en sera qu'ils ne répondent pas au
probléme qui est le n6tre. II existe des concepts qui s'évanouissent dans le milieu que nous
proposons ici, milieu qui n'est pas nécessairement conimun á tous les philosophes.

Quand un philosophe en coitique un autre, c'est á partir de problémes et sur un plan qui n'étaient pas ceux
de l'autre, et qui font fonder les anciens concepts comme on peut fonder un canon pour en tirer de
nouvelies armes... Critiquer, c'est seulement constater qu'un concept s'évanouit, perd de ses composantes
ou en acquiert qui le iransforment, quand ji est piongé duns un nouveau milieu 32 .

Nous avons déjá anticipé sur le probléme qui nous occupe: il s'agit dufait de la misére
humaine. Et si l'on critique Heidegger, c'est seulement dans la mesure oñ ses concepts ne
peuvent pas répondre á notre probléme: celui de la souffrance huniaine. Lui avait d'autres
problémes : par exemple, l'oubli de l'étre. Pour le probléme de I'oubli de l'étre, le concept de
« temps modernes » est fondamental: le sujet moderne représente un blocage pou.r l'accés á
l'étre, pour la «remémoration ». La souffrance, de son cóté, ne pose pas de problénie ; bien

30
C'est ce que reproche Leo Strauss á Spinoza: « He constructs the political world from the distance of
contemplation, affirming the powers which form it, 'loving' them after the manner of 'amor fati', but
expelling them from the sphere of his own life» (Strauss, L. Spinoza 's Crilique of.Religion, trad. E. M.
Sinclaire, Chicago, The University of Chicago Press, 1965, p. 229). Bien que la lecture de Spinoza que nous
proposerons duns ce travail le protége de ces critiques, nous concordons avec Strauss sur l'importance de ne
pas construire le monde politique á partir de la distance de la contemplation.
31 « C'est comnie en peinture : méme pour les monstres et les nains, ji y a un goút d'aprés lequel jis doivent étre

bien faits », QQP, p. 75.


32
QQP, pp. 32-33.

26
au contraire, &est dans i'angoisse que l'homme trouve la possibilité dy accéder: « l'angoisse
est la disposition fondamentale qui nous place face au néant. Or, l'étre de l'étant n'est
compréhensible —et en cela réside la finitude méme de la transcendance,- que si le Dasein, par
sa nature méme, se tient dans le néant Méme si l'angoisse est une souffrance ontologique
et non pas ontique (conune ji serait le cas de la faim, de la maladie ou de la misére), la
souffrance n'est pas un probiéme heideggérien.

« Enphilosophie, on ne crée des concepts qu'en fonction de problémes qu'on estime mal
34
vus ou mal posés (pédagogie du concept) On dira qu'une pensée est « idéoiogique »
quand ses concepts ne sont pas en rapport ayee les problémes auxquels elle prétend répondre,
ou ayee les probiémes que nous posons, et pour lesquels on pourrait penser qu'ils oflent une
solution. Une pensée est idéologique quand elle reste dans l'abstraction: et, nous l'avons déjá
dit, pour Deleuze l'abstraction c'est la catastrophe philosophique, c'est la mort de la
philosophie. Et la philosophie devient abstraite justement quand les concepts qu'elie crée sont
coupés des problémes auxqueis ils prétendent répondre. C'est seulement en fonction des
problémes auxquels jis répondent que les concepts peuvent étre évaiués : « un concept a
toujours la vérité qui lui revient en fonetion des conditions de sa création... Les nouveaux
concepts doivent étre en rapport avec les problémes qui sont les nótres, ayee notre histoire et
surtout nos devenirs ». Ji s'agit done d'établir les conditions de création des concepts qui
nous occupent, les probiémes auxquels jis répondent, leurs rapports ayee notre histoire et nos
devenirs.

La sécuiarisation, l'illustration, le surgissement des Etats-nations, et l'auto-position du


sujet comme fondement sont tous des phénoménes qui ont eu Iieu dans notre sécle. Mais
aucun d'eux ne donne de réponse au probléme de la souffrance. Si on essaie d'utiliser ces
concepts en rapport ayee ce probiéme, jis deviendront abstraits. Le probléme reste mal vu ou
mal posé. Nous croyons que Deieuze crée un concept qui est effectivement en rapport ayee les
problémes qui sont les n6tres, ayee notre histoire présente: ji s'agit de celui de
« capitalisme ». Du point de vue qui se met en place autour de ce concept, ce n'est pas
l'honme qui est sujet, ce n'est pas la certitude humaine qui doit étre assurée dans la

Heidegger, M. Kant et le problénze de la métaphysique, trad. A. de Waelhens et W Biemel, Paris, Gailimard,


1953,p. 293.
' QQP,p.22.
31
QQP,p.32.

27
représentation, mais la certitude du Capital qui est assurée dans la représentation capitaliste.
Le sujet est le Capital. Ce sujet, évidement, n'est pas fondement, mais se pose ou se propose
comme fondement de ce qui est sans fondement. La prétention selon laquelle l'homme
occuperait le róle de fondement des « temps modemes » n'est qu'une idéologie au sein de
laquelie le Capital s'assure l'asservissement des sujets humains, réussit á occuper Sa place de
quasi-fondement. «Comme ji est beau d'&re sub-jectum / » se dit l'homme, pendant qu'il
continue á étre la béte de reproduction du Capital.

Bien que les concepts aient toujours une histoire, qu'iis renvoient toujours á des concepts
créés par d'autres phiiosophes, jis restent toujours signés. Méme si parfois le mot choisi
préexiste au philosophe qui l'a créé, le concept doit étre rattaché á ses conditions particuliéres
de création que seul peut éclairer celui qui les signe de son nom. Nous devons donc dire, pour
étre précis, « capitalisme de Deieuze » parce que, méme si ce concept avait déjá une histoire,
méme s'il a emprunté des composants de l'économie politique et du marxisme, ji en a ajouté
d'autres, il leur a donné une consistance particuliére qui fait que, sous le nom de
« capitalisme », Deleuze a créé un concept tout á fait « original »36. Mais cette originalité
nous force á le caractériser de façon exhaustive. Si Deleuze l'a créé, á notre tour nous devons
le re-créer. Découvrir ses composantes, sa consistance, ses rapports avec d'autres concepts,
avec l'histoire et les devenirs, avec le monde présent. Nous devons diagnostiquer s'il peut
devenir une solution au probléme auquel il répond. Ce long travaii occupera la deuxiéme
partie de cette thése. Etant donné que la thése est construite en trois parties, celle dédié au
capitalisme en est done le centre.

Production désirante, production sociale

Beaucoup de raisons nous ont forcé á introduire une premiére partie. Le titre, «Les
conditions de possibilité », vise justement á sa fonction: établir les conditions théoriques et
historiques du concept de capitalisme

36 « Les concepts sont et restent signés, substance d'Aristote, cogito de Descartes, inonade de Leibniz...
QQP, p. 13. « Nous disons que tout concept a une histoire, bien que cette histoire soit en zigzag, qu'elle passe
au besoin par d'autres problémes ou sur des plans divers. Dans un concept, ji y a le plus souvent des
morceaux ou des composants venus d'autres concepts », QQP, p. 23.

28
II arrive que le capitalisme apparaisse ayee une forte comiotation historique. Référence
que l'on ne peut pas éluder, puisque celle thse se veut étre une thse de philosophie politique
sous la définitión que Deleuze en offre: « la conjonction de la philosophie ou du concept avec
le milieu présent ». On ne peut done pas éluder le miieu présent. Mais on ne doit pas, non
plus, confondre le concept et le milieu présent. Le milien présent est beaucoup plus que ce que
le concept «capitalisme » recoupe. II y a beaucoup plus dans notre « sicle » que le rapport
capitaliste et les corps qui se trouvent sous sa domination. Le concept ne vise pas á totaliser
notre époque, mais á identifier des forces détenninées qui y sont devenues dominantes par
rapport á notre problme: la souffrance humaine. Méme si le capitalisme a une vocation
universaliste, celle vocation nc s'accomplit jamais: son ombre ne parvient pas á couvrir,
heureusement, notre époque dans sa totalité. Elle arrive, cependant, et malheureusement, á
subsumer d'autres forces, afin d'atteindre sa puissance supérieure. Cette capacité de
subsumer, d'intégrer, de concentrer des éléments dispersés doit étre expliquée.

Ce besoin théorique (expliquer la façon dont le capitalisme arrive á intégrer des éléments
dispersés) nous a contraint á nous immerger dans un des traits caractéristiques de la
philosophie contemporaine: la « critique de la représentation ». En concordance ayee notre
exigence de minorité, de sobriété, on n'a en aucune façon envisagé de rendre compte du débat
de la représentation, de retracer l'histoire dii concept ou de considérer les diverses façons dont
telle critique a été menée tout au long de l'histoire récente de la philosophie. Nous allons nous
bomer au cas Deleuze et aux analyses qui apparaitront absolument nécessaires afin d'éclairer
les concepts enjeu dans celle thése.

Le concept de « capitalisme » a été créé par Deleuze dans le cadre de son ontologie
générale, de sa philosophie de la différence. Un concept n'est pas un dispositif qui aurait la
puissance ou la fonction de réduire la multiplicité au méme, á l'identité, á l'Un. Cela
appartient á certaines philosophies de la représentation, dont la critique constitue
précisément le premier chapitre de Dfférence et répétition: « la pensée modeme nalt de la
faillite de la représentation, comme de la perte des identités, et de la découverte de toutes les
»17 Dans la « pensée modeme »
forces qui agissent sous la représentation de l'identique
(comprise ici sans doute comme le mouvement qui tend á dépasser les conditions du

3?
DR,p.1.

29
capitalisme et son systéme de la représentation 35 les concepts ne sont plus, comme le voulait
)

la philosophie «classique », des entités éternelles qui ont le pouvoir de nous donner l'étre
véritable des choses, c'est--dire, les choses elles-mémes dans leur identité, dans leur
substance. Tout ce qui ne tombe pas sous l'extension du concept est rejeté, bloqué, maudit
(c'est un leurre, une apparence ... ). Le monde des différences (le monde que l'on peut
entrevoir á l'étage du dessous, le monde de la puissance) doit étre subordonné á l'identité
comme genre ou rattaché aux fondements d'une raison suflisante. Telle est la fonction du
concept pour la pensée classique, comme représentation fmie ou comme représentation
infinie39 . Les concepts ont une toute autre fonction pour Deleuze. Pour lui, jis sont des objets
de rencontres, sont les «choses mémes» á l'état libre et sauvage, toujours nouveaux,
car distribués différemment á chaque fois 40 . Les objets sont des créations capables de libérer
«l'élément réel le plus profond qui se définit et se détermine comme une multiplicité
informelle et potentielle »41 et déterminées dans le méme temps á exister pour cette force
affinnative.

On parlait de «critique de la représentation ». Nous avons précisé plus haut que, pour
nous, dans cette thése, s'il s'agit faire une «critique », cela aura pour unique motif la
croyance qu'un modéle de la pensée ou une institution pivduit, proMge ou est incapable de
faire face au fait de la misére humaine. La pensée représentative protége le capitalisme (qui á
son tour, produit de la souflance) dans la mesure oú elle déguise ses conditions de
fonctionnement. Elle croit conditionner toute une série de processus, qu'elle suppose, au
contraire. En premier lieu, paree que les synthéses actives de la représentation supposent les
synthéses passi ves de l'habitude, la mémoire et de l'éternel retour, et le fond ontologique des
«différences pures » que ses synthéses synthétisent. En second lieu, paree qn' elle croit élre

Deleuze n'utilise pas le mot « modeme» pour désigner no/re teinps, que nous nous sommes proposé de
penser comme caractérisé par le capitalisme, qui surgit á partir du XVe siécle et implique des conditions de
domination que nous étudierons autour de ce concept, mais pour désigner ce qui dans no/re temps n'est pas
soumis á la domination capitalista: la pensée qu'on pourrait appeler « contemporaine », qui eommence ayee
Nietzsche, continue avec Heidegger et au moment de l'écriture de Dfférence el répélilion (1968) s'était
consolidée en France autour du Structuralisme. « Le monde moderne est celui des simulacres. L'homme n'y
survit pas á Dieu, i'identité du sujet ne survit pas á celle de la substance» (DR, p. 1). C'est, ji le dit 1w-
m8me, dans i'air du temps. La réaction aprs Mai 68 entrainera un changement accéléró de cet «air du
temps ». Mille Plaieaux sera une réponse á ce changement. A partir des années 80 ji n'y a plus de doute: le
monde moderne est ceiui du capitalisme.
CJDR,p.69.
40 Cf. DR,p. 3,
41
DR,p.71.

30
principalement subjective alors qu'elle est avant tout sociale (l'unité du sujet n'est que la
conséquence de l'organisation sociale). Ces systémes de représentation sociale que sont les
conditions de possibilité de la représentation subjective sont appelées par Deleuze « formes de
socius » (le concept fondamental de la politique deleuzienne). Nous verrons dans la premiére
partie de la thése en quoi consistent plus précisément les synthéses passives (exposées dans
Dfférence et répétition) et les formes de socius (exposées dans L 'Anti-(Edipe).

Si l'on rejoint Deleuze dans sa critique de la pensée représentative c'est parce que, celle-
ci lorsqu'elle prétend étre le fondement de l'unité individuelle et sociale, bloque la possibilité
de compréhension de la façon dont ces 'unités se produisent effectivement. Ces modes de
pensée qui produisent ainsi un blocage sont ce que nous appellerons des idéologies. Si,
d'autre part, on rejoint Deleuze dans sa critique du systéme de représentation sociale qu'est le
capitalisme, c'est parce que cette forme du socius produit de la souffrance humaine. II ne
s'agit donc pas d'i.me critique générale de la représentation. S'il y avait une construction
d'une pensée représentative non-originaire, ou bien l'existence d'une forme de représentation
ne produisant pas de souffrance humaine, ces critiques nc s'y appliqueraient alors.

La premiére partie présentera donc les synthéses passives et le fond onginaire qu'elles
synthétisent. Ce fond otologique est appelé par Deleuze de diverses façons tout au long de son
uwe: le «virtuel », la «production désirante », le «pré-individuel », 1' «inconscient »,
l'« univers des machines désirantes », le « moléculaire », le « chaos », entre autres termes. II
faudra déterminer de quelle façon il se rapporte á la réalité effective 0' « actuel »), en quel
sens le réel est et le virtuel et l'actuel, et la différence et la répétition, et la substance et
l'existence des modes finis. En tous cas, nous anticipons en disant que les formes de socius
sont des produits de ce fond ontologique. Et que ces formes sont l'équivalent chez Deleuze
des «rapports sociaux de production» ou « modes de production historiques déterminés » de
Marx. II s'agit d'étudier la production désirante (ou « production en général ») en relation aux
formes de socius.

On dit bien: des formes de socius. Que le capitalisme soit une formation sociale parmi
d'autres est une des théses essentielles de la philosophie politique deleuzienne. lEt, justement,
ce caractére multiple de l'organisation politique est un autre enjeu de la premiére partie de la
thése. II nc s'agit pas de montrer, á la Hegel, que l'histoire de l'humanité est le processus de
développement effectif des concepts. Jnterpréter les trois formes de socius présentées par
Deleuze dans L 'Anti-(Edipe (socius primitif territorial, socius despotique barbare, socius
capitaliste civilisé) comme une périodisation de l'bistoire de l'humanité est une grande

31
tentation. Mais, comine nous le montrerons dans le premier chapitre, ji faut résister á cette
tentation historiciste. Du pomt de vue du probime qui est le nótre, les autres formes de socius
ne sont que des concepts qui servent á préciser celui de «capitalisme ». La question de leur
existence effective ne change nen (en effet c'est le milieu présent et non pas le milieu passé
qui est l'affaire de la philosophiepolitique). II faut comprendre leur consistance conceptuelle,
leur singularité, dans la mesure oú ce contrepoint permet de mieux comprendre la spécificité
du capitalisme, mais 11 ne faut cependant' pas en déduire l'existence d'une périodisation de
l'histoire de i'humanité. II ne s'agit pas de sociétés sauvages effectives, ji ne s'agit pas
d'Empires despotiques teis qu'ils ont existé ou existent encore, mais bien de montrer
comment, entre le systme de représentation capitaliste et le systéme despotique ji n'y a
aucun rapport d'analogie, aucun isomorphisme, aucune ressemblance structurelle. S'il y a des
despotismes dans le capitalisme, jis ne fonctionnent quand méme pas comme un socius
despotique, mais plutót comme des archaismes qui ont une toute nouveile fonction au sein
d'une formation qui, au vu de sa puissance supérieure, a réussi á les transformer en, piéces
d'une nouvelle machine.

Premier concept: le capitalisme

Aprés avoir étudié tous les problémes qu'implique la création d'un concept au sein de la
philosophie de Deieuze, et donc également la re-création que nous prétendons en faire, et
aussi les probiémes spécifiques qui émanent d'un concept « poJitique », c'est-á-dire d'un
concept qui est en conjonction avec le milieu présent, nous serons alors préts á commencer la
re-création du premier des deux concepts dont cette thése « mineure» vise l'étude le
capitalisme. Pour étayer la partie de cette thése qui reléve dii milieu présent, nous nous
appuierons notaminent sur les études sur le capitalisme de Fernaud Braudel. II y signale les
multiples dimensions de notre temps capitaliste, dont la représentation capitaliste proprement
dite n'est que le domaine par excellence. Ce bátiinent de multiples dimensions est ce que
Braudel appelle « les trois étages ».

Ii n'y a pas une, mas des économies. Celle que l'on déczit de préférence aux autres c'est l'économie dite
de marché, entendez les mécanismes de la production et de l'échange lis aux actrvités rurales, aux
échoppes, aux ateliers, aux boutiques, aux Bourses, aux banques, aux foires et naturellement aux
marchés... Or une ,zone d'opacité, souvent difficile á observer faute d'une documentation historique
suifisante, s'étend au-dessous du marché; c'est l'activité diémentaire de base que l'on rencontre partout et
qui est d'un volume tout sirnplement fantastique. Celle zone épaisse, au ras du sol, je l'ai appelée, faut de

32
mieux, la vie maiérieile ou la civilisalion matérielle... D'autre part, au-dessus et non plus au-dessous de la
vaste surfaces des marchés, se sont élevées des hiérarchies sociales actives: elles faussent l'échange á leur
profit, bousculent l'ordre établi... Cette seconde zane d'opacité qui, au-dessus des clartés de l'économie
de marché, en est en quelque sorte la limite supérieure, représente pour moi, on le vena, le domaine par
excellence du capitalisme 42

C'est un btiment complexe, le capitalisme. L'étage d'au-dessous est le lieu oi les


différences non domptées grondent, menaçant toujours de tout démolir. Au-dessus de cette
« zone d'opacité» s'étend l'économie de marché, ce qu'on comprend souvent par
« capitalisme », et qui est un ensemble de mécanismes de production et d'échanges qui ne
répondent á aucune organisation: c'est un champ de «chocs », livré au hasard des rencontres,
sans régulation étatíque ou sociale; c'est un capitalisme lié au libéralisme. Mais, Braudel
nous dit, que le capitalisme est plus que ça; son « domaine par excellence» est justement
celui des hiérarchies sociales qui organisent lemarché á leurprofit. Sauf dans l'idéologie (ces
images de la pensée que ne réussissent pas á donner de réponse aux problémes qu'elles
essaient d'atteindre), «ji n'y a jamais eu de capitalisme libéral Mais de quelle maniére
l'étage du dessus réussit-il á contróler les flux d'échanges?

C'est la question de la capacité du socius de subsumer, d'intégrer, de concentrer des


éléments dispersés. Nous avions anticipé que dans notre monde effectif la force principale de
subsumption réside dans la représentation sociale capitaliste. Dans la premiére partie, nous
aurons montré en quoi ce systéme de représentation ne consiste pas: en ce que Deleuze
appelle représentation organique, la belle unité classique, signée par la figure éminente du
Despote qui, au sommet du systéme social, garantit l'unité de 1'Empire, machine impériale
qui assujettit les hommes en les transformant en piéces ou en rouages á partir d'une structure
bureaucratique (c'est le modéle que Marx appelait les «sociétés de type asiatique »). On
dédiera un long passage á essayer de montrer la différence radicale qui sépare le
fonctionnement d'un Empire et celle du capitalisme. Méme si la forme-Etat continue á exister,
elle n'est plus le somniet du systéme, le centre de convergence des forces sociales, les
hommes ne sont plus nécessairement assujettis á travers elles. A. partir du surgissement du
capitalisme, et de façon chaque fois plus accrue au fur et á mesure de son développement, les

42
Braudel, F. Civilisation maté ri elle, économie et capitalisine, t 1, pp. 8-9.
AO,p.300.

33
Etats tombent sous la domination du nouveau systme, dont jis ne sont que des pices, des
rouages, assujettis aux besoins d'accroissement perpétuel du Capital.

II nous faudrá dans la deuxime partie montrer en quoi consiste celle représentation
capitaliste, ce que Deleuze appelle la représentation orgique. Pour ce faire, nous aurons besoin
d'une «contribution ». En effet, Deleuze nous dit que les concepts ne se donnent pas isolés.
«Les concepts, nous le verrons, ont besoin de person.nage conceptuels qui confribuent á leur
défmition »44 Le concept de «capitalisme » a donc besoin d'un personnage conceptuel. Ce
personnage conceptuel (et nous verrons ce qu'est un tel personnage conceptuel), sera Leibniz.
Une des hypothses fortes de celle thése est que Leibmz est i'embrayeur qui peut nous aider á
mieux comprendre ce que Deleuze comprend par «capitalisme ». Nous verrons comment.
Nous essaierons de montrer comment. Nous échouerons, peut-tre. C'est peut-éfre m&ne le
plus probable. Mais l'effort nous semble plemement justifié, car ce personnage conceptuel
peut donner au concept une 1umire tres particuli&e. Mais il nous faut souligner encore une
fois que nous n'avons pas de prétentions totalisantes. Nous ne voulons nuliement dire que
« Leibniz» est l'achvement de la métaphysique, ou l'achévement de la longue histoire de
l'Occident, ou qu'il est le nom maltre de l'histoire des temps modernes. Nous voulons
seulement signaler i'affinité de la pensée de Leibniz tel/e qu 'elle est reconstruite par Deleuze
et le concept de capitalisme qu'il construit. La philosophie occidentale nous a donné
beaucoup d'autres ligues de pensée. Notre thése est, tout simplement, qu'elles n'ont pas la
capacité de rendre compte de celle forme d'administration du social que Deleuze appelle «le
capitalisme ».

Bien que son livre dédié á Leibmz ne soit pas une ceuvre de jeunesse (il le publie en 1988,
quand ii avait déjá 63 ans), la façon dont Deleuze l'aborde est en droite ligue avec la manire
de concevoir l'histoire de la philosophie qu'il avait dans ses premiers travaux «je
m'imaginais aniver dans le dos d'un auteur, et lui faire un enfant, qui serait le sien et qui
»45 La monstruosité de l'ontologie de Leibniz interprétée par
serail pourtant monstrueux

44
QQP,p.8.
45 PP, p. 15. Le rapport de Deleuze avec l'histoire de la phiiosophie est dans une tension permanente: ji ne
rejette pan vraiment une lecture universitaire, mais essaie cependant en rnme temps d'échapper á la
fermeture de la pensée qu'elle suppose: « J'ai done commencé par de i'histoire de la philosophie, quand
elle s'imposait encore. Je ne voyais pas de moyen de m'en tirer, pour mon compte. Je ne supportais ni
Descartes, les duaiismes et le Cogito, ni Hegel, les triades et le travail du négatif. Alors que j'aimais des
auteurs qui avaient l'air de faire parte de l'histoire de la philosophie, mais qui s'en échappaient d'un c&é
ou de toutes parts : Lucnice, Spinoza, Hume, Nietzsche, Bergson », D, p. 21.

34
Deleuze s'accroit quand on essaie de comprendre le capitalisme sous sa lumiére, puisque cela
implique aussi un croisement: ceiui de Leibniz et Marx. En effet, cf est une gageure de tenter
de réinterpréter la définition marxiste du capitalisme (fondée dans une ontologie hégélienne) á
partir de Leibniz. La formule dii capital ne seta plus A-M-A' mais une équation différentieile:
dy / dt Une série de problémes de la tradition marxiste seront ainsi réévalués : la définition de
la plus-value, l'accumulation primitive et la baisse tendancielle dii taux du profit. Mais ji ne
s'agit pas d'une réévaluation gratuite, un exercice de base théorique : Deieuze essaie, á travers
la folle rationalité économique fondée sur Leibniz, de rendre compte de l'état actuel du
capitalisme, marqué par la puissance du capital financier (en effet, la théorie de Deleuze nous
donne des clés pour comprendre par exemple la crise du systéme financiére intentionnel qui a
eu lieu en septembre 2008, comprendre en quel sens elle provient du fonetionnement
«normal » dii capitalisme, en quel sens ji est normal que les Etats investissent des efforts pour
le sauvetage du systéme financier alors qu'il n'auraient jamais songé á investir pour sauver
des hommes de la souffrance: voilá un bel exempie de la subsomption des Etats aux intéréts
du Capital). Mais le surgissement du capitalisme testera le méme: la rencontre de deux flux
indépendants: celui des travailleurs « libres » et du capital «libre ». Nous essaierons de
fonder notre définition du capitalisme dans ce rapport spécifique entre le travail et le capital.
La production «proprement capitaliste» sera toujours celle de la plus-value (méme si cette
plus-value n'est plus la différence entre la valeur de la force du travail et la valeur qu'elie
produit, mais le difl'érentiel entre deux flux). La subsomption, l'esclavage des hommes á des
intéréts qui ne sont pas les leurs continuent á étre effectifs, mais sous une forme toute
nouvelle. La libération demande par conséquent de nouvelles armes, cohérentes avec ce
nouveau diagnostic.

II s'agit d'un défi important. Peut-étre réussira-t-on á le relever, á travers ces pages, ou du
moins en partie, et nous pourrons alors re-créer un concept de capitalisme deleuzien qui
pourra permettra de rendre compte du probléme actuel de la misére. Peut-étre échouerons-
nous, et notre capitalisme ne sera donc que de l'idéologie. Je reconnais que c'est le
dénouement le plus probable. Mais je crois que l'enjeu en est assez important pour que l'on
trouve un certain mérite dans cet affrontement.

35
II n'est pas question de renoncer i l'existeuce
Comme si la créature surgissant du croisement de Leibniz et Marx n'était pas
suffisainment monstmeuse, au moment de mener á bien la partie constructive de cette thése
nous plongerons cette créature dans le marais de la phiiosophie de Spinoza. En effet, si la
représentation orgique telle que la construit Deleuze á partir de Leibniz permet de rendre
compte du fonctionnement du capitalisme, elle nc nous pennet pas, cependant, d'en faire la
critique. Le príncipe du meilleur et le rapport qu'expose Leibniz entre les essences et son
existence nous emp&hent de trouver des outils pour faire la critique de la réaiité effective.
C'est pour cela, en fonetion des problmes qui sont les siens et non pas ceux de Leibniz, que
Deleuze en fait la critique ji doit plonger les concepts de Leibniz dans un nouveau milieu
pour les fondre «comme on peut fondre un canon pour en tirer des nouvelies armes »46. Ce
nouveau milieu est celui qu'offre une nouvelle image de la pensée: celle que Deleuze trouve
dans la pensée de Spinoza. Si l'on veut parler du problme de la misre hurnaine, c'est
seulement dans la philosophie de Spinoza telle qu'elle est interprétée par Deleuze que l'on
peut tirer des arguments. La confrontation du Leibniz de Deleuze et du Spinoza de Deleuze
sera done cié dans notre arguinentation.

Méme si cette interprétation est le milien dans iequel s'enracine toute cette thése, ji faudra
attendre la troisime et dernire partie pour trouver son exposition. Bien qu'il soit possible de
lire les chapitres XV et XVI d'abord pour en avoir une idée généraie, leur place dans la
structure de la thése me semble nécessaire, puisqu'iis supposent des concepts qui ont été
exposés dans les chapitres précédents. On peut anticiper que, de ce point de vue, les modes
existants finis (la « réalité effective ») découlent de la rencontre de parties extensives qui se
stabilisent sous un certain rapport. Ce rapport, méme s'il exprime des essences étemelles, nc
Irouve pas en elles sa cause. L'existence est le résuitat du hasard et de la contingence, des
rencontres étonnantes qui composent l'histoire de l'humanité. Cependant, ces rapports, une
fois qu'ii existent, iuttent pour leur existence, s'efforcent de persévérer dans l'existence (c'est
le conatus). Quand un mode existant fmi (c'est-á-dire, un certain rapport departies extensives)
en reneontre un autre, ji est possible qu'ils composent un nouveau corps plus complexe, mais
ji se peut aussi qu'il ne se composent pas directement: dans ce cas, l'un d'eux entrera sous le
rapport qui convient á l'autre. Qui est celui qui imposera á l'autre son rapport caractéristique?

46
cj QQP, pp. 32-3 3.
Deleuze adhére á la théorie du droit naturel: le plus puissant a le droit; le poisson le plus
grand mange le plus petit, c'est son droit de nature 47 . Nous avions défini le capitalisme
comme un rapport entre «force de travail» et «capital»: dy / dr. Ce rapport s'est montré
plus puissant que le procs du travail: la « subsomption réelle» de Marx, c'est-á-dire,
l'assujettissement du procés de travail par le capital, n'implique donc aucune violation du
droit naturel, aucune perversion ontologique.

Le droit naturel et la perversion ontologique ne sont pas la seule raison pour que s'impose
la nécessité d'un dépassement du capitalisme. Spinoza, est le personnage conceptuel inventé
par Deleuze (á partir, certes, des textes dii philosoplie hollandais, mais recoupés d'une façon
précise avec des objectifs trés particuliers) pour essayer de penser au-delá du capitalisme, au-
delá des conditions présentes de notre monde. Le deuxiéme gente de la connaissance
spinoziste fascine Deleuze; c'est la « science des rapports », la connaissance des «notions
communes » (et par notions communes): « les notions communes nous font connaltre l'ordre
positif de la Nature au sens de: ordre des rapports constitutifs ou caractéristiques sous
lesquels les corps conviennent et s'opposent »48 Nous aurons done consacré la deuxiéme
partie de celle thése á l'étude de l'ordre des rapports constitutifs ou des caractéristiques qui
constituent le capitalisme: c'est le rapport dommant dans le monde existant. La question de la
troisiéme et dermére partie sera: est-ce que ce rapport nous convient, á nous? Et, bien
entendu, qui désigne ce « nous »? Qui sommes nous? Et bien, nous sommes un rapport
caractéristique. On atteste que notre rapport constitutif n'est pas le méme que celui du
capitalisme et puis que le rapport « capitalisme» ne nous convient pas. 11 nous affecte de
tristesse. II diminue notre capacité d'agir.

II apparait donc que la conception de capitalisme qui est employée ici n'est pas celle
d'une hutte de classes au cours de laquelle une certaune classe d'hommes voit sa puissance
d'agir accrue par les rapports capitalistes (1. e., le capitaliste) et une autre la voit diminuée (1. e.,
le prolétaire), mais celle d'une seule et unique classe d'hommes tous attristés par les
affections produites par le capitalisme.

47 « Les gros poissons mangent les petits. C'est leur droit de nature. Vous tombez sur une proposition de ce
type, vous voyez qu'elle est signée Hobbes, ji est dans le droit naturel que le gros poisson inange le petit..
Spinoza reprendra toute cette conception du droit naturel chez Hobbes », CS, pp. 35-3 9.
41
SPE, p. 270.

37
Dii point de vue de i'axiomatique capitaliste, ji n'y a qu'une seule classe, á vocation universaliste, la
bourgeoisie. Relire toute l'histoire ' travers la hitte des classes, c'est la lite en fonction de la bourgeoisie
comme classe décodante et décodée. Elle est la seule classe en tant que talle... L'opposition théorique
n'est pas entre deux elasses... Elle est entre la classe et les hors-classe. Entre les servants de La inachine et
,ceux qui la font sauter ou font sauter les rouages49

Dun c&é, de tristes servants de la machine, á vocation universaliste ou totalisante: les


hommes de notre temps; d'un autre cót, les « hors-classe », qui ne sont plus des hornrnes en
sens strict, mais toutes les différences qui grondent .sous cette forme telle qu'elle s'est
•constituée dans les conditions du capitalisme; les hors-classe: les forces qui, á l'étage du
dessous, constituent l'activité élémentaire de base, et qu'en pratique le capitalisme n'arrive
jarnais á dompter, qui menacent sans cesse d'en faire sauter la logique de fonctionnement.
Non pas, par conséquent, le capitalisnie lu á partir de la lutte des classes, mais á partr de la
lutte entre ce qui tombe sous la subsomption réelle du capitalisme, les parties entrant sous son
rapport ¿i luí, et les parties qui cherchent un autre rapport, le rapport á nous. Nous avons
(toujours du pomt de vue du spinozisme deleuzien) nos parties constitutives. « Vous avez des
parties extensives qui vous composent, el tant que vous existez, ti n 'est pas du tout question
d'y renoncer»50 . Le capitalisme, pour Sa part, a lui aussi ses parties extensives et, tant qu'il
existe, il n'est pas quesfionpour luí d'y renoncer. JI y a donc un conflit. II y a donc une lutte.

La question, vous le voyez, est compliquée. Qu'est-ce qui nous autorise á affirmer qu'il
existe un rapport qui nous appartienne, un rapport humain, en dehors des conditions du
capitalisme, en dehors de ses conditions de la représentation? II n' est pas du tout question ici
de penser l'affaire réglée avec le pronom «nous ». II faudra faire appel á un concept pour bien
baliser le champ de ce «nous ». Méme s'ii est entendu que la référence est «nous, les
homines » on a besoin d'un concept plus précis, pour nous débarrasser des insoutenables
malentendus qui ródent autour de l'homme, pour ne pas le penser en termes de «genre» et d'
« espéce » si vous préférez, pour fixer notre position dans le débat autour de l'huinanisme. On
a dono choisi le terme de « rapports humains ». Le rapport de ce concept avec notre probléme
(celui de la souffiance humaine) n'a pas besom d'explicitation.

49AO, pp. 302-303


° CS, p. 140.

38
Deleuze fait référence au concept de « rapports humains» dans son livre sur François
Chátelet. Nous avons choisi de comprendre «rapports» dans un sens spinoziste: l'homme
comme un certain rapport de mouvement et de lenteur entre des parties extensives, avec des
bis spécifiques de composition avec d'autres rapports. Les rapports humains de production,
auront pour caractéristique la production de «notions communes » ou idées adéquates. [1
faudra voir ce que sont ces notions communes. Ji faudra voir si cette hypothse tient. Mais
nous pensons trouver dans ce concept ce ce dont nous avons besoin pour la pars construens
de cette thse: un humanisme deleuzien qui refait et l'humanisme classique et l'humanisme
modeme. Lá aussi (dans d'autres versions du projet de cette thse, dans d'autres ébauches de
tables des matiéres), nous ne voulions pas exelure l'approximation historique : une histoire de
l'humanisme, en commençant par la Renaissance, puis Descartes, Kant, Feuerbach, Marx,
Heidegger, Foucault... Encore des noms propres, vous voyez. Lá, encore, nous refrouvons le
souci de devenir minoritaire de cette thése: pas d'approximation historique, mais une
approche conceptuelle et problématique. Seulement ce que demandent les concepts, ce qu'ils
exigent.

Les « rapports humains» bm d'étre le sujet de notre siécle, bm d'étre leur fondement,
sont impuissants face á la puissance des rapports capitalistes qui sont essentiellement
inhumains. La question qui se met en place est de savoir siles hommes peuvent devenir plus
puissants que le capitalisme (la révolution se pose donc en termes de «devenir »), s'ils
peuvent quitter le lieu du petit poisson, qui attend toujours d'étre mangé, qui est toujours
effrayé, toujours hanté par la misére. La queslion est de savoir si, un jour, le monde qui a
émergé de la sécularisation dans l'aube de l'áge moderne, cest-á-dire, le monde capitaliste, le
monde du manque, de la propriété privée et de la concurrence sauvage, pourra devenir un
monde deleuzien. Si un jour la puissance du virtuel, des séries divergentes infinies, et des
disjonctions incluses, nous donnera la force nécessaire pour en finir avec la répression de la
représentation capitaliste et si une nouvelle consistance sociale pourra advenir, oú
l'afflrmation et la joie remplaceront la négativité et la tristesse comme des moyens de
contnbuer á ce que la vie des hommes ne soit plus « solitaiy, poore, nasty, brutish, and
short ».

39
PARTIE 1-
LES CONDITIONS DE POSSIBILITE

40
CHAPITRE 1
METHODOLOGIE

Revenons au tableau deleuzien tel que nous l'avons aperçu au début de l'introduction.
Des centaines de concepts qui fourmilent. Des lignes qui qui s'entrecroisent. Des zones de
couleurs éclatantes, de zones de couleurs terre. Des mots bizarres, inconnus. Des personnages.
Des sciences naturelles, des sciences exactes, des sciences humaines: chimie, biologie,
physique, mathématiques, anthropologie, psychologie, histoire, économie politique... De la
philosophie ancienne, moderne, contemporaine. De la littérature, du cméma, de la peinture, de
la musique. Des sports. Encare des concepts. Des paragraphes qui défient notre capacité de
compréhension. Lá, on croyait comprendi -e. Ici, on tourne une page et on n'y comprend plus
rien. Qu'est-ce que cela veut dire? Comment cela fonctionne-t-il? Est-ce que cela veut
dire quelque chose? Est-ce que cela fonctionne?

L'introduction nous a donné un plan, des objectifs. Deux concepts ont été recoupés, c'est
vrai. Mais on n'est pas arrivé á mettre aucune luniiére sur l'ceuvre deleuzienne. Jusqu'ici, le
tableau deleuzien restait dans l'obscurité, dans l'abstrait. Notre projet de l'éclaircir, de
l'amener au concret, n'a pas avancé. Méme d'un seul pas. On n'a pas encore conimencé. II
faut commencer. On se pose donc, encore une fois, le célébre probléme du commencernent, la
difficulté modeme de trouver un conimencement á la philosophie. « Quel doit étre le
commencement de la science? », se demandait Hegel au début de sa Science de la logique51 .
II est évident que la réponse á cette dificulté ne peut pas résider dans le commencement
chronologique. II s'agirait alors de commencer par Empirisme el subjedllvilé le premier livre
publié par Deleuze en 1952 (ou, si l'on veut, par son premier article, «Causes et raisons des
iles désertes »), de l'exposei; et puis de continuer jusqu'au dernier écnt avant la mort
«volontaire » en 1995: «L'immanence, une vie ». Ce serait un parcours ennuyeux, mais, le

51
Hegel, Ci W. F. Science de la logique, t. 1, livre 1, L 'Etre, trad. P. J. Labarriére et G Jarczyk, Paris, Aubier,
1972, p. 39. «C'est surtout dans les temps modernes que l'on est venu á regarder comme une dificulté de
trouver un commenceinent á la philosophie », ibid, pp. 40-41.

41
plus grave, est que l'on n'aurait ainsi qu'une version á nous du méme tableau abstrait, obscur,
conflis, que nous nous étions proposés d'essayer de comprendre.

Le prob1me du commencement ne fait pas référence á un choix de textes. Quand Hegel


en parle, ji cherche le commencement «absolu» pour une science absolue: II propose done
un commencement «immédiat », «simple »• et « vide »52. Mais la philosopbie de Deleuze
n'est pas, ne veut pas étre, une «science absolue ». On ne peut pas commencer ce travail par
la recherche d'un tel commencement absolu qui serait caché dans son ceuwe, et qu'il s'agirait
de dévoiler, ce qui nous permettrait de donner á l'uwe son unité, sa cohérence. Une telle
recherche ne ferait que nous égarer de plus en plus. Le commencement logique nc peut donc
pas étre done notre point de départ.

Le commencement de Hegel est vide, abstrait. II s'agit chez Deleuze, au contraire, de


devenir « concret »:

Nous ne cherchons la vérité que quand nous sommes déterminés á le faire en fouction d'une situation
concréte, quand nous subissons une sorte de violence qui nous pousse á cette recherche... Le tort de la
philosophie, c'est de présupposer en nous une bonne volonté de penser, un désir, un amour naturel du vrai.
Aussi la philosophie n'arnve-t-elle qu'á des vérités abstraites, qui nc compromettent personne et ne
bouleversent pas. 53

II faut donc partir d'une situation concrte qui nous pousse vers la recherche que nous,
chercheurs, poursuivons quand nous écrivons pour exemple une thése doctorale. On n'a pas
de bonne volonté pour petiser. Pas de désir, pas d'amour naturel du vrai. Sans une situation
concrte qui nous bouleverse, nous écrirons 300 pages, nous remplirons des demandes
fonnelles afm de présenter la thése en France et en l'Argentine, nous arriverons méme á
justifier les bourses perçues. Nous exposerons des idées de Giles Deleuze. Mais nous
n'aurons pas fait de pbilosopbie. Ce seront des pages désertiques. De l'abstrait. II faut une
violence qui nous pousse á cette recherche. Quelle est cette violence? Quelle est la forcequi
nous force, aujourd'hui, á penser? Qu'est-ce que nous force, nous, á penser? Si « les
nouveaux concepts doivent étre en rapport avec les problémes qui sont les nólres, avec nos
54
histoires et surtout nos devenirs », quel est notre probléme? Qn l'a déjá anticipé duns

52 C'f op. cit pp. 39-55.


PS, p. 24.
14
QQP,p.32.

42
l'mtroduction: la lristesse de notre époque. C'est la inisére, l'aliénation, les massacres, la
vulgarité, la bassesse, la honte d'étre homme que nous éprouvons dans notre époque moderne
ce qui nous force á penser:

La honte d'tre homme, nous ne l'éprouvons pas seulement dans les situations extr6mes décrites par
Primo Levi, mais dans des conditions insignifiantes, devant la bassesse et la vulgarité d'existence qui
hante les démocraties, devant la propaation de ces modes d'existence et de pensée-pour-Ie-marché,
devant les valeurs, les idéaux et les opinions de notre époque... Ce sentiment de honte est un des plus
puissants motifs de la philosophie 55 .

Un des plus puissants motifs de la philosophie, dans notre époque modeme, est la honte
d'étre homme. Nous croyons que le concept qui correspond á cettehonte, qui liii donne une
«réponse », qui l« explique », n'est autre que le «capitalisme ». Notre projet est done
d'injecter le concept de « capitalisme » dans le corps de l'cuvre deleuzienne comme s'il
s'agissait d'un radio-isotope et de voir quelles régions s'éciairent, quelles images se forment.
Ce concept sera la substance radioactive de notre diagnostic deleuzien. Et donc notre
commencement.

Le concept de « capitalisme» n'apparalt qu'assez tard dans l'cuvre deleuzienne: pas


avant sa rencontre avec Félix Guattari et la publication de L 'Anti-CEdipe en 1972 (oú le mot
est utilisé 215 fois, faisant sa premire apparition á la page 40, ayee un développement
détaillé daias les pages 263 á 313.) Le mot sera une constante de son travail durant la décennie
suivante tant dans les livres publiés que dans les cours assurés á Vmcennes, et ce jusqu'á la
publication de Mille Plateaux en 1980. Puis, son usage se fait rare au cours de la décennie
suivante: les cours et les livres retombent sur l'histoire de la philosophie, ou sinon Deleuze se
consacre á des recherches qui ont l'air trés éloignées de la phiiosophie politique, comme la
question du cinéma ou de l'art plastique. Mais, fmalement, la question du capitalisme revient
(aprés l'oubli? Retour du refoulé? On ne croit pas) dans Qu 'est-ce que la philosophie?,
éclatante et concise, comme l'ensemble de ce livre á la briéveté infinie, dans le chapitre 4:
«Géophilosophie ». Comment peut-on croire, donc, que ce concept peut nous orienter dans la
pensée de Deleuze ? Comment peut-il étre la force qui arrache á l'abstrait le tableau deleuzien
? Ne devrait-on pas, piut&,, chercher dans «capitalisme» la cié du travail de Deleuze en
collaboration ayee Félix Guattari (peut-étre guidés lá par le sous-titre de deux des quatre

QQP,p. 103.

43
livres qu'iis ont publiés ensemble: « capitalisme et schizophrénie ») ? C'est justement pour
cela que nous parlons de 1' « mjecter» dans l'oeuvre de Deleuze. Notre hypothse est que,
contre toute évidence, le flux de «capitalisme » parcourt l'tuvre entiére de Deleuze. On croit
que ce concept permet d'éclaircir des problémes théoriques que présentent des pages-clés de
Dfférence el répétition, aussi bien que les écrits sur Leibniz, Foucault et Chátelet des années
quatre-vingts.

Une interprétation « continuiste»

Si l'on veut retracer le parcours d'un concepttout au long de l'uwe de Deleuze et, si
l'on veut utiliser en méme temps ce concept pour mettre de la clarté dans toute l'uwe de
Deleuze, c'est parce que nous soutenons une mterprétation « continuiste » de son oeuvre. 11
est courant dans les études deleuziennes d'établir une clivision de son ceuvre en quatre
parties: 1) Les livres « monographiques » : ceux qu'ii a dédiés á i'étude d'autres philosophes,
Hume, Nietzsche, Kant, Bergson, Spinoza, Leibniz, Foucault; on considére habituellement
généralement que ce sont des écrits de jeunesse, méme si le seul qui a été publié quand ji était
« jeune » proprement dit est Empirisme el subjectivité (fl avait alors 27 ans); il a publié son
deuxiéme livre, Nietzsche et laphilosophie á 37 ans ; ji n'est méme pas exact de dire que celle
période est la « premiére », puisque le livre sur Foucault a été publié en 1986, et celui sur
Leibniz en 1987. 2) Les ocuvres «structuralistes » : Dfférence el répétition (1968) et Logique
du sens (1969). 3) Ses travaux en collaboration avec Félix Guattari: L'Anti-Gidipe (1972),
Mille Plateaux (1980), Qu 'est-ce que la philosophie? (1991). 4) Les ceuvres esthéthiques:
Proust el les signes (1964), Kafka (1975), Superpositions (1979), Logique de la sensation
(1981), CinénaI(1983) etIi(1985), L'Epuisé (1992), Critique etclinique (1993).

Une lecture continuiste telle que la nótre accepte celle classification par commodité, mais
ne croit pas aux grands sauts théoriques. Les problémes changent, celles, de nouveaux
concepts s'introduisent, Deleuze n'est jamais satisfait des résultats atteints, mais il y a bien
une contiiiuité de sa recherche. Seulement une lecture holiste peut done permettre de
comprendre les concepts deleuziens. Les ceuvres « monographiques» ont toujours un objectif
qui a á voir ayee les problémes que Deleuze veut aborder, font partie de ses recherches
personnelles. Méme lors de son Iravail ayee Guattari, ji est en train de continuer son propre
ouvrage, en quéte toute sa vie des mémes réponses, cherchant á éclairer des zones qui sont
restées obscures. On ira jusqu'á utiliser, contre ce que Deleuze a expressément indiqué dans

44
son testament, ses cours á Vincennes et á Saint Denis; ces cours magnifiques qui, en langue
française, sont disponibles en ligne wwwwebdeleuze.co,n et sont en train d'étre publiés en
Espagnol par Cactus, á partir d'une faille légale qui auraitsfirement amusé Deleuze:
l'interdiction testamentaire n'a de validité qu'en Europe et ces cours n'étant pas publiés en
Europe ji n'existe pas de droits d'auteur sur les textes. On fera donc toujours référence á la
pagination de Cactus, mais on travaillera, autant que possible á partir de i'enregistrement
original et, sinon, á partir du texte publié en ligne; méme s'il ne s'agit pas d'éditions
critiques, nous croyons á l'utilité de cette partie du travail de Deleuze.

C'est pour cette raison que nous pensons qu'étudier le concept de «capitalisme » va nous
permettre une meilleure compréhension de toute l'uwe de Deleuze, une compréhension plus
précise, et en méme temps que seule la totalité de l'uwe peut permettre de comprendre ce
que Deleuze veut dire lorsqu'il parle de capitalisme. II faudra cependant étre attentifs á ne pas
se débarrasser des conflits internes á l'uvre, et ne pas dissoudre les changements qu'un
auteur peut subir durant sa vie. Mais on gagne plus en cherchant ce qui fait de 1'uwe de
Deleiize un grand projet intellectuel et pas seulement une succession de ruptures. Les
coneepts gagnent en clarté si on les met en paralléle ayee le travail d'une vie.

Le capitalisme, est-il un concept philosophique ou une fonction historique?

Mais les objections ne s'arr&ent pas lá, parce que, bien que la notion de capitalisme alt
une origine dans le champ de l'économie, nous souhaitons en faire un concept philosophique.
On a déjá vu la différence entre les concepts philosophiques et les « fonctions » de la science.
La science veut poser une limite au chaos, ralentir le virtuel, pour gagner une reférence56. Les
concepts philosophiques, de leur cóté, gardent l'infini, la vitesse du réel, son caract&e
différentiel et processuel, le mouvement du réel saisi par la pensée. C'est celle tentative
d'obtenir un «arrét sur image » des processus économiques qui eurent lieu á partir du XVe
siécie, surtout en Europe, alors que la science économique a créé la fonction « capitalisme »
«capitaliste », un terme assez vague et trés questionné en tant que tel, selon ce que nous
indique Maurice Dobb:

56
Çf QQP, pp. 111-114.

45
Quizá no sorprenda del todo que el término « capitalismo », tan empleado en años recientes en el habla
popular así como en la literatura histórica, recibiera usos tan dispares, sin un criterio aceptado en cuanto a
su empleo. Lo que sí es notable, es que en teoría económica, tal como la presentaron las escuelas
tradicionales, el término apareciera tan raras veces, o nunca. Hasta existe una escuela de pensamiento, a la
que adhieren economistas e historiadores, que se ha negado a reconocer que a "capitalismo", como
designación de un determinado sistema económico, se le pueda asignar un significado preciso 57

Nous avons donc un terme qui vient des sciences économiques ou historiques, dont le
signifié est pour le moins polémique, ayee des usages disparates, sans qu'il y ait un critre
reconnu pour ce qui est de son usage, que Deleuze emprunte pour dire quelque chose sur
notre siécle. Notre siécle qui est capitaliste, et qui, l'espére t'on pourrait bien un jour devenir
deleuzien. En quoi y a-t-il un «devenir philosophique» du terme dans la pensée
deleuzienne? Coniment ce terme issu des sciences humaines devient-il un concept, et donc de
la philosophie? En quoi la philosophie se distingue t'elle de la science, du point de vue de
Deleuze?

Le probléme de la pbilosophie est d'acquérir une consistance, sans perdre l'infini dans lequel la pensée
plonge... Donner consistance sans ríen perdre de ¡ 'infini, c'est mis différent du probléme de la science
qui cherche á donner des références au chaos, á condition de renoncer aux mouvements et vitesses infinis,
et d'opérer d'abord une limitation de vitesse 58 .

Dans le cas du capitalisme, la science vise á le connatre. Pour ce faire, le capitalisme


comme fonetion scientifique doit donner des références au chaos: des faits que nous
prendrons en considération, des processus centraux de l'économie de marché, les bis qui
permettent de prévoir le développement de l'économie mondiale, pour fonder aínsi des
planifications administratives et des décisions politiques, etc. Ce faisant, elle doit renoncer á
l'infim, á la vie maténelle pour laquelle la documentation est toujours insuffisante,
nécessairement insuifisante, renoncer aux conditions ontologiques de sa formation, renoncer
en somme au monde des différences pures. Le concept philosophique « capitalisme » doit, lui,
faire autrement: acquérir de la consistance, mais rien perdre de l'inflni. Montrer comment,
dans les filets du capitalisme, les différences pures continuent á fourmillei; comment cette
machine est aussi, en méme temps la puissance infernale qui frappe á la porte.

57
Dobb, M. Estudios sobre el desarrollo del capitalismo, Buenos Aires, Siglo XXI, 1971, p. 15.
QQP,p.45.

46
Cela, sans renoncer aux rapports avec nos problémes et notre histoire. La réalité c'est le
chaos. Mais ce chaos persiste sous les concepts, comme si était lt son Dehors et au mame
temps la source de son potentiel 59, sa possibilité de devenir, de s'épanouir, de rayonner,
d'éclater. Ceci, dans l'esprit de Canguílhem: «la philosophie est cette discipline pour
laquelle toute matiére étrangére est bonne, et méme pour qui II n'y a de bonne matiére
qu'étrangére. »60

Leibniz, l'embrayeur phiosophique

Comment réussir á montrer que cette matiére étrangére á la philosophie, la notion de


capitalisme, devient philosophique chez Deleuze et en méine temps faire que le radio-isotope
s'étende dans á toute l'ceuvre de l'auteur? A travers un personnage conceptuel. C'est liii
«l'embrayeur philosophique »61 C'est ini qui sert á articuler le concept, le probléme et le
plan. Le capitalisme, le siécle, le monde civiisé. Mais, quel personnage? Quel est ce
personnage que l'on cherche pour donner de la consistance á cet agencement? On aurait pu
utiliser le personnage du «Schizo ». Cela peut se faire. Mais le capitalisme qui en aurait
résulté aurait été bien différent. Le schizo fera son apparition dans cette thése. Mais plus tard.
Avec une autre puissance. La puissance du concept de «notions communes ». Le passage du
premier au deuxiéme genre de connaissance. Le passage de la boue du capitalisme au soleil
du corps sans organes. II s'agira du concept de « rapports humains» et de son personnage
conceptuel, Spinoza. Tout cela, dans la troisiéme partie de cette thése. Maintenant, nous avons
besoin d'un personnage conceptuel qui nous permette de déflnir le concept de « capitalisme ».
Comment le trouver?

II faudrait faire des exercices de grammaire philosophique. La gramrnaire phulosophique consisterait en


ccci un concept étant donné, trouvez le verbe. Si vous n'avez pas treuvé le verbe, vous navez pas
dynarnisé le verbe. Vous ne pouvez pas le vivre. Le concept est toujow -s sujet dun mouvement, d'un
rnouvement de pensée. Une seule chose compte, le mouvement. Lorsque vous faites de la philosophie,
vous ne regardez que le mouvement, smplement c'est un type de mouvement particulier, c'est le

CjQQP,p.203.
60
Canghillem, Ci Essai sur quelquesproblémes concernani le normal elle pamologique (1943), p. 7.
61
CJQQP,p.63.

47
mouvement de pensée. Quel est le verbe ? Parfois le philosophe le dit explicitement, parfois ji ne le dit
pas62 .

Alors, faisons notre exercice de graniniaire philosophique. Qu'est-ce que fait le


capitalisme? Quel est son mouvement? Quel est le verbe qui accompagne le plus souvent le
capitalisme quand Deleuze en parle? «Axiomatiser ». A plusieurs reprises, Deleuze et
Guattari rapportent le capitalisme á l'axiomatique de flux décodés qu'il forme 63 . Mais ceci ne
nous aide guére, puisque c'est précisément des passages de la sorte que nous essayons
d'éclaircir. Petitio principii. Alors, pourquoi propose-t-on ce verbe? La réponse est simple:
paree que c'est le verbe qui caractérise le capitalisme. La lumiére devra venir d'ailleurs. Du
personnage conceptuel, pensons-nous. Et quel est le personnage conceptuel qui entre en
résonnance ayee le verbe « axiomatiser » ? C'est Leibniz, ce grand axiomatisateur, cet amant
de 11 ordre.

Imaginez Leibniz: ji y a quelque chose d'effarant. C'est le philosophe de l'ordre; bien plus, de l'ordre et
de la police, dans tous les sens du mot police. Au premier sens du mot police surtout, á savoir
i'organisation ordorinée de la cité. 11 ne pense qu'en termes d'ordre. En ce sens il est extrémement
réactionnaire, c'est I'ami de l'ordre 64 .

Non pas Leibniz tel qu'il a vécu et écrit au XVII C siécle. Pas celui de cette ieuwe
monumentale qu'on voudrait bien étudier pour une thése d'histoire de la pliilosophie. Mais
Leibmz tel qu'il a été caractérisé par Deleuze dans ses écnts et ses cours. Un personnage qui a
bien vécu au XVII C siécle, et a rédigé plusieurs travaux, dont La Monadologie, les Nouveaux
essais sur 1 'entendement humain et un petit opuscule appelé JustficaÍion du calcul des
infinitésimales par celui de 1 'algbre ordinaire. Mais en aucun cas le Leibniz historique. Nous
allons ainsi le traiter, ici, comme un personnage conceptuel deleuzien. C'est-á-dire, clans sa
contribution á la définition du concept central de cette premiére partie: le capitalisme. Qui va
donc nous aider á comprendre ce cju'est l'axiomatique. La folie de l'ordre leibnizien va
permettre de comprendre la folie de l'ordre capitaliste. Un ordre trés spécial. Trés différent de
l'idée d' « ordre» qu'on peut se faire vulgairement. C'est la raison pour laquelle on oppose
parfois le capitalisme á l'ordre que pourrait imposer, par exemple, un Etat.

62
CL, P. 109.
63
AO,p. 211 et313 ;MP,p. 564.
64
CL, p. 20.

48
Alors, aux exemples de personnages conceptuels qui nous donnent Deleuze et Guattari
(« Je pense en tant qu'Idiot », «je veux en tant que Zarathoustra », «je danse en tant que
Dionysos », «je prétends en tant qu'Amant »65)
on propose ajouter: «j'axiomatise en tant
que Leibmz ». Leibmz comme « embrayeur philosophique ». Pour le devenir clair et concret
du capitalisme. Ce Leibniz dont Deleuze parle autant. Le Leibmz qui apparaít dans
Dfférence
et re'pérition, le Leibniz de Logique du Sens, le Leibniz de
Spinoza et le probltine de
¡ 'expression, le Leibniz des cours á Vincennes, le Leibniz de Le Ph.

Dépassement du fondement

La complicité entre Leibniz et le capitalisme a été souvent soulignée. Notamment par Jon
Elster66 qui propose une caractérisation fondée sur les «trois traits» que selon lui

caracténsent « le grand courant économique qui va du XVIe siécle á nos jours»: la


rationaljté, le salariat, le dynamisme 67 . Max Weber a rendu compte du premier trait en
défrnissant le capitalisme comine recherche rationnelle du profit, á travers une rationalité
économique instrumentale qui analyse des coúts et des bénéfices et tient compte
simultanément des moyens 68 . Le deuxiéme a été développé par Marx qui considére que « la

forme spécifique des rapports de dépendance entre dans la définition inéme du capitalisme,
fondé sur le salariat et la propnété pnvée des moyens de production »69
Si la métaphysique
leibnizienne a été capable d'anticiper le capitalisme, c'est-á-dire de le comprendre dans son
étape la plus actuelle comme capitalisme industriel et méme financier 70, c'est parce qu'il en a
saisi la dynamique.

On vena chez Leibniz une tension constante entre le courant mercantiliste ou statique et le courant
capitaliste et dynamique de sa pensée, tension qui apparait non seulement dans ses écrits proprement
économiques, mais .aussi et peut-étre surtout dans ses travaux les plus métaphysiques 71 .

65
QQP, p. 63.
Elster, J. Leibniz et laformation de ¡ 'espnt capitalisge, Paris, Aubier, 1975.
67
ct. p. 15.
0, CII. p. 14.
Ibid.
70
« A l'époque de Leibnjz, et surtout en Allernagne, le capitajisme industriel ne constituait qu'une partie intime
de l'óconomie. La métaphysique de Leibmz ne refléle pas une écononiie capitaliste; elle ¡ '
p. 26. anticipe », op. cit.
71
Op. cii. p. 15.

5,11
Si l'on croit á une mspiration de Deleuze non explicitée dans le livre de Elster, c'est
justement parce que l'étude de la métaphysique leibnizienne que mene Deleaze est
étroitement en rapport avec sa caractérisation du capitalisme. Cependant, la tension que
sígnale Elster entre ces deux aspects de l'ceuvre leibn.izienne peuvent étre aussi retracés dans
la lecture de Deleuze.

Dans la mesure, cependant, mi Leibniz tend á. aflirmer la croissance perpétuelle, ji propose aussi, on le
yerra, une théorie des crises qui se conçoivent alors comme des régressions nécessaires dans la marche
vers la perfection : reculer pour mieux sauter, selon l'expression qui lui est chére 72 .

C'est ce rapport complexe entre la rationalité mstrumentale et la rationalité dynamique,


auxquelles s'ajoutent les conséquences politiques de la théorie du pouvoir invisible (harmonie
préétablie), qui donnent á Leibniz les outils pour développer une pensée « rationnelle », mais
dont la rationalité a la folie du mouvement capitaliste. C'est cette « folie rationnelle » qui fait
de Leibuiz, selon Deleuze, un penseur baro que. Le rapport entre Leibniz et le Baroque est
justement l'objet central de l'étude que lui dédie Deleaze: Le ph, Leibniz et le Bam que. Le
Baroque permet á Deleuze de mieux comprendre Leibmz, et Leibmz, en mame temps, permet
de comprendre ce qu'est le Baroque: «c'est un grand montage baroque que Leibniz opére »'

Dans quel sens pour Deleuze y a-t-il un rapport nécessaire, et éclairant, entre Leibniz et le
Baroque? Dans quel sens Deleuze prend-il le terme « baroque ». Aucune des définitions que
l'on trouve dans la littératiire n'est exactement celle de Deleuze; c'est peut-étre celle
d'Eugenio d'Ors qui s'en approche le plus: l'opposition du mouvement á l'équilibre, á
l'harmonie et la stabilité de l'art classíque 74 . Deleuze se propose alors d'en donner sa
définition á luí dans Le Pliá partir d'une fonction opératoire, ceci peut-étre á cause de
l'ambiguité des différents sens daus lesquels le mot « baroque» est utilisé « il ne cesse de
faire des pus... II courbe et recourbe les pus, les pousse & l'infini, pli sur ph, pli selon ph. Le
trait du Baroque, c'est le pli qui va á l'infini ».75Ii faudra voir ce que signifie exactement

72
Ibid.
Pli,p.6.
74 "Decí a Eugenio d'Ors que si el barroco es el arte en que las líneas se entrecruzan, se tuercen o se quiebran,
en que los volúmenes, hinchados o huecos, se animan por los efectos de contraste, en que por encima de todo
opónese el movimiento al equilibrio, a la armonía y a la estabilidad, ¿no habríamos de encontrarlo en las más
diversas épocas de la historia humana?", Tapié, V-L., El barroco, trad. M. Payró de Bonfanti, Buenos Aires,
Eudeba, 1963, p. 16.
71
Pli,p5.

Me
« faire des pus á l'infini ». En tous cas, si bien Deleuze se référe á travers la notion de
Baroque á différents arts (la peinture, l'architecture, la musique) et la philosophie (et done
Leibniz), nous essaierons, nous, d'en faire un usage politique. Aprés tout, ji ne peut pas
ignorer que l'esprit baroque est aussi celui de 1'Etat baroque, c'est-á-dire, des monarchies
centralisées des XVI et XVIJ siécles: «Par la coincidence de l'appareil idéologique
religieux et de i'appareil politique d'Etat destiné á rassembler les individus autour du concept
d'universalité, le Baroque apparat comine l'art des monarchies centralisées telles qu'elles
régnent en Espagne et en France aínsi qu' en Italie »76.

Aiors, si tout marche bien, si l'on peut faire sens de la nécessité de Leibniz pour la pensée
deleuzienne du capitalisme, on pourra peut-étre alors trouver des moyens de penser la place
de l'Etat dans le capitalisme. Cette place ne doit pas étre pensée en termes d'une espéce de
concurrence entre 1'Etat et le Capital afin de se constituer comme fondement des temps
modernes. Ni l'Etat ni le Capital ne sont des fondements: notre siécle est essentiellement
niliiliste. L'Un n'existe plus. Toute pensée du fondement (soit pour chercher á le dépasser, soit
pour le rémstaurer) rate le siécle. Le fondement est déjá dépassé depuis longtemps: le
capitalisme est le nom de ce dépassement. Et ce dépassement mame i -end impossible sa
réinstauration. Une ontologie de l'Un, du Mame, pour comprendre notre époque, est
nécessairement idéologique. Seule une ontologie de la différence peut permettre de penser le
probléme qui est resté caché dans l'histoire officielle de la phiosophie, et qui se joue á l'aube
de la modernité: comment la rationalité du sujet et celle du fondement ratent-elies la
compréhension de la nouvelle forme que vont prendre les rapports sociaux á partir du XVTe
siécle, et qui n'a pas besom d'étre pensée par la philosophie pour avoir lieu?

Les rapports sociaux capitalistes et toutes les forinations de puissance qui les composent,
sont ce que nous pourrions appeler, en terminologie deleuzienne, «forme de contenu» du
siécle77 . Les concepts, comine produits de l'activité propre de la philosophie, font partie de la
« forme d'expression ». Méme s'« il n'y a jamais conformité entre les deux »78, une des

76
Angouievent, A.-L. L 'esprit baro que, Paris, PUF 1994, p. 6.
77 Pour la &stinction « forme de contenu » / « forme d'expression », cf. MP. pp. 82 sq. : « Par contenu, ¡1 nc faut
pas seulement entendre la main et les outils, mais une machine sociale technique qui 1cm préexiste, et
constil:ue des états de force ou des formations de puissance. Par expression, ji nc faut pas seulement entendre
la face et le langage, ni les langues, mais une machine collective sémiotique que leur préexiste, et constitue
des régimes de signes ».
78
MP,p.85.

51
taches de la pensée est de chercher des articulations, des conformations et des ajustements
entre les deux formes. La pensée du sujet est une «forme d'expression» dont la conformité
avec la «forme de contenu» capitaliste est trop souple; c'est la pensée qui réduit la forme
d'expression au despotisme du signifiante et rate donc la dynamique complexe des rapports
capitalistes, qui nc sontjamais bi-univoques. La forme d'expression «sujet» nc s'ajuste pas,
ou s'ajuste mal, elle nous renvoie une image défigurée de la dynamique sociale dominante.
Comme le signale Elster dans ses critiques á ceux qui, comme Borkenau, ont voulu faire de
Descartes le penseur du capitalisme, ji n'est pas adéquat de changer « un rapport
d'acceptation d'un systme philosophique par une classe sociale en un rapport de
production » '. La pensée cartésienne « refléte les soucis d'une société statique» mais «seul
le mouvement accéléré, jamais compris par Descartes, correspond au dynamisme capitaliste
du réinvestissement »80 La « forme d'expression » qui se construit autour du cartésianisme du
sujet est inadéquate á penser notre temps. Cette conviction a donné lieu á la pensée de
« l'aprés sujet ». Mais aprés le sujet, et avant la philosophie de la différence, ji y a une forme
d'expression qui s'ajuste au capitalisme, au point de devenir incapable de songer á le
dépasser81 . Pour nous submerger dans cette nouvelle forme d'expression, Leibniz, comme
personnage conceptuel, sera notre Virgile. Leibniz qui, pour Deleuze et contre Heidegger,
n'est pas un représentant de la pensée du fondement des temps modernes mais de la folle et
infondée philosophie baroque: plis sur pus, masques sur masques, ornement sur omement, á
¡ 'infini. Ji nc suffit pas de faire la critique du fondement pour résister au capitalisme, puisque
le capitalisme est lui-méme, dans sa pratique effective sinon dans son idéologie, la critique du
fondement.

Mais, lá, encore, nous allons trop vite.

79 Elster, op.cit. p. 20.


° Ibid.
81
Du point de vue de l'histoire de la philosophie, le fait que la philosophie de Descartes ait effectivement été la
philosophie du sujet est douteux. Mais, de méme que nous ne travaillerons pas Leibniz du point de vue de
l'histoire de la philosophie mais comme personnage conceptuel de Deleuze, dans cette thése Descartes est un
personnage conceptuel de Heidegger, comnie nous le verrons en détail plus tard. Comme personnage
conceptuel de Heidegger, Descartes est saus doute le penseur du sujet. Sur ce point, les analyses de Elster
concordent bien avec nos propos.

52
CHAPITRE II
GEOPRILOSOPR1E DE L'fflSTOIBE : LA CARIE 1W VIRTUEL

Dans les études deleuziennes, la perspective qui mdique que la phiosophie


contemporaine a échangé la vision centrée dans le temps (celle de l'Histoire) qui caractérisait
le XliX sicle pour une vision centrée dans l'espace (celle la Géographie) a toujours trouvé un
grand écho. C'est dans cette tradition de lecture que se place Manola Antonioli, en inspirant
méme le titre de son livre le plus systématique autour du travail de Deleuze et Guattari:
Géophilosophie.

On a tendance aujourd'hui á parler d'un retour de l'espace dans la réflexion philosophique, aprs deux
sicles environ de suprématie de l'histoire... Ii ne s'agit pas d'une pure et simple négation de l'histoire,
mais du constat de la perte progressive de sens d'un récit historique unique et de l'extraordinaire pluralité
des histoires réelles, qui demande entre auires des principes d'explications d'ordre spatial... La pensée
devra de plus en plus s'ouvrir aux espaces, aux dimensions, aux temtoires, reconnaitre sa dimension
essentielle d'espacemeni et ne plus se limiter á une méditation sous son histoire et l'histoire de ses
concepts 82.

On trouve á peu prs les mémes concepts chez François Dosse:

Dans ce livre [Mille Pkiteaux] qui dépolie une philosophie des logiques spatiales, Deleuze et Guattari
rompent radicalement avec l'historicisme du XIX siécle qui a produit une théodicée, une chronosophie
téléologique dominante pendant une bonne partie du XX' siécle. lis substituent á l'hégélíanisation du
temps une approche spatialisante des forces multiples qui s'y manifestent... Le titre méme de l'ouvrage
signale une approche géographique, le plateau 83 .

Je ne me suis jamais trouvé trop á l'aise avec cette «révolution copernicienne ». Est-ce
que Deleuze propose effectivement un déplacement d'une pensée de l'Histoire vers une
pensée de la Géographie, ou méme, dans un sens plus général, de la prééminence dii temps á

82
Antonioli, M. Géophilosophie de Deleuze el Guallari, Paris, L'Harmattan, 2003, pp. 9-10
u Dosse, F. op. dL p. 297.

53
la pensée de l'espace? fi existe des supports textueis pour soutenir cette thése, bien sik. Le
chapitre 4 de Qu 'est-ce que la philosophie est nommé précisément «Géophilosophie ». Puis
on pourrait lire, par exemple, le troisime chapitre de L Anti-CEdipe comme une distnbution
géographique des formes sociales: les tribus primitives en Afrique, les empires barbares en
Asie, le capitalisme civilisé en Europe. Et puis fi y a les Mille Plateaux... L'idée de
«plateau» n'est-elle pas déjá une référence. géographique? «Ce qui manque, c'est une
Nomadologie, le contraire d'une histoire ». Suivant cette logique, on ne fait pas de
1'Histoire; on ne s'intéresse pas au temps; on n'est done pas séculier. Alors, quand on dit
qu'on se pose le problme du sicle, de la modernité, du capitalisme, du rapport social
spécifique qui surgit au XVC sicle et se développe jusqu'á nos jours nous n'avons rien
compris, le prob1me est mal posé, II s'agit d'un faux probiéme. II ne s'agit pas de l'avenir,
d'une utopie, d'une táche... II n'y a pas de siécle deleuzien possibie. C'est une question de
géographie. La révolution est nomade, elle se fait en voyageant, niéme si c'est sur place.
Chercher notre territoire á nous, l'espace qui nous convient. Une petite maíson au bord de la
mel; au Brésil, en Amérique, en Asie. S'en aher, loin des influx du capitahisme européen. II ne
s'agit pas d'avenir, il s'agit de trouver un petit coin, unjardin á nous, chez nous, pour nous en
occuper: c'est de la géographie. Cependant, méme trés bm, méme dans notre coin bointain,
aussi éloigné par exemple que l'Argentine, dans ce «petit » coin au sud du monde, ib faut que
nous aussi pensions le capitahisme, parce qu'il est partout, ji a une vocation universaliste, il ne
te iaissera pas tranquille dans ton coin, quandje pense toutça, quandje pense que méme dans
le Tiers-Monde, et surtout au Tiers-Monde, fi est nécessaire de penser le capitalisme parce que
c'est iui qui vit et parle en nous, á chaque fois. Abors, par « géophilosophie» Deleuze doit
vouboir dire autre chose.

Méme Antonioli, quand elle signale le déplacement de la suprématie de Fhistoire au profit


de i'espace dans la réflexion phibosophique, ne vise pas une critique de l'histoire ou de la
perspective temporelie en général, mais bien la perte du «récit historique unique» pour «la
pluralité des histoires réelles ». C'est le déplacement qui a été la caractéristique de ce que
Lyotard a appelé la «condition postmoderne ». On est donc de nouveau dans les enjeux de

84
MPp34
85
« Le recouxs aux grands récits est exclu; on ne saurait donc recourir ni á la dialectique de l'Esprit ni mame &
l'émancipation de l'humanité comme validation du discours scientifique postmodeme. Mais, on vient de le
voir, le 'petit récit' reste la forme par excellence que prend l'invention imaginative », Lyotard, F. La
conditionposí,noderne, Paris, Minuit, 1979, p. 98.

54
la phiiosophie postmodeme. Dans celle perspective, ji s'agit d'aborder les événements dii
siécle, ou du monde á partir du XV siécle, au profit de cet étage du dessous dont parle
Braudel la vie maténelle, l'infra-économie, la subsistance, le troc... Faire de petites histoires
hors du grand récit de la modernité et des triomphes prométhéens de l'humanité. Montrer
comment les bis dii marché n'existent pas partout, et ce qu'elles ne totalisent pas. Montrer les
rapports qui ne sont pas les rapports capitalistes, dans un pays, une ville, une rue, une maison.
II faut le faire, bien entendu. Sans cet étage du dessous, tout est perdu, on ne sort jamais du
capitalisme. Mais 11 nc safflt pas. Parce qu'il y a bien deux autres étages. II y a bien un
capitalisme á vocation universaliste qui á pour effet la subswnption réelle á ses propres
rapports (de production) la plupart des autres rapports existants c'est l'étage dii dessus, le
«dornaine par excellence dii capitalisme ». Ii ligote trés vite ce qui se libére. Alors, il faut, en,
méme temps que l'on raconte la « pluralité des histoires réelles », des «petits récits »,
raconter le grand récit du capitalisme, qui commence au XVf siécle.

Lorsque Deleuze travaille autour du développement du capitalisme, ji nous parle d'une


grande machine unifiée et territoriale. Elle n'est donc pas postmoderne, tout dii moins au sens
que Lyotard donne á ce mot. Alors, pourquoi parler de géophilosophie?

La philosophie est une géophilosophie, exactement comme l'histoire est une géo-histoire du point de vue
de Braudel. Pourquoi la philosophie en Grce á tel nioment? Ii en est comme pour le capitalisme selon
Braudel: pourquoi le capitalisme en teis lieux et á teis moments, pourquoi pas en Chine á tel autre
moment puisque tant de composantes y étaient déjá présentes? La géographie ne se contente pas de
fournir une matiére et des lieux variables á la forme histonque. Elle n'est pas seulement physique et
humaine, mais mentale, comme le paysage. Elle arrache l'histoire au culte de la nécessité pour faire valoir
l'irréductibilité de la contingence. Elle l'arrache au culte des origines pour afflrmer la puissance d'un
« niilieu

Alors, premier point, trés important, pour parler de géophilosophie: i'histoire est celle de
la contingence. Cela ne veut pas di.re, on le voit, que l'hjstoire n'existe pas. Evidemment:
sinon, comment Braudel peut-il faire de la géo-histoire ? Non. Seulement: elle existe comme
histoire de la contingence. Le miieu est nécessaire pour que le capitalisme surgisse. Si le
capitalisme existe, c'est paree qu'une rencontre a eu lieu á un certain endroit et un certain
lien. Celle rencontre aurait pu nc pas arriver: En ce sens, elle est contingente. La géographie

86
QQp, PP. 9192

55
est déterminante, et donne leurs conditions de possibiité á des événements historiques qui ne
relévent pas uniquement de la «force de l'histoire », du souffle dans le dos de la puissance du
temps. Mais une fois qu'elle s'est passée, cette rencontre peut bien, avoir des prétentions
universalistes á partir d'une puissance supérieure.

Deuxime point: la géographie « n'est pas seulement physique et humaine, mais


mentale ». Cet aspect est trés important pour la question de l'« utilité » de la philosophie: les
concepts philosophiques (« mentaux ») font partie du paysage, font partie du milieu. Alors, le
concept de « capitalisme » (mais aussi les concepts de «sujet» ou « Dasein» ou «Idée »)
font partie de ce qu'est le paysage du siécle. Aussi les concepts utopiques, les concepts d'un
siécle á venir, qui peuvent bien appartenir á de nouveaux paysages, au nouveau milieu oü la
joie peut étre cultivée et déterminée á exister de maniére contingente.

Question d'intensité

Mais ceci ne fimt pas avec les problémes que nous pose la géophilosophie. II y a bien des
déterminations géographiques. Le milieu a sa puissance. Et les concepts peuvent bien en faire
partie. Trés bien. Mais ces paysages, ces concepts, celle géographie... de quelles forces sont-
jis la conséquence? Je veux dire par lá que : la géographie ne suffit pas par elle seule á nous
donner le secret de la philosophie deleuzienne. Ti nous faut donc un troisiéme point.: le
déplacement, la «révolution copernicienne» dans datis lesquels nous place Deleuze (sans
bien entendu étre l'unique figure de celle révolution) est celle qui fait pivoter d'une pensée
centrée dans un régime extensif á une pensée centrée dans le régime intensif. Le déplacement
serait donc de l'unité á la diversité, ou, mieux encore, de la suprématie du Méme par rapport
au Différent á une philosophie de la différence qui rende compte méme de I'identité. II s'agit
de ce que (sous inspiration de la Substance de Spinoza) Deleuze appelle dans Dfférence et
répétition «le virtuel » ou «le monde des différences non domptées » ou le «pré-individuel »
ou dans L 'Anti-(TEdipe, « l'inconscient », l'univers des «machines désirantes» ou le
« moléculaire » ; ou encore dans Qu 'est-ce que la philosophie? « le chaos ». Méme dans les
différences qui séparent chacun de ces concepts des autres, méme malgré les nuances, les
accents particuliers, ils ne cessent de faire référence á quelque chose de commun. Voyons, par
exemple, la défmition que Deleuze nous offre du « chaos»:

On définit le chaos moins par son désordre que par la vitésse infinie avec laquelle se dissipe tout forme
qui s'y ébauche. C'est un vide qui n'est pas un néant, mais un virtuel, contenant toutes les particules

56
possibles et tirant toutes les formes possibles qui surgissent pour disparaTtre aussitót, sans consistance ni
référence, sans conséquence 87 .

Le virtuel n'est pas un néant; contre une vision selon laquelle rien ne peut &re dans la
différence pure, le monde des différences pures est, méme s'il n'est pas individué, formé ou
substantiel. II est réel, méme s'il n'est pas actuel 88 . Ii est composé de particules qui surgissent
pour disparatre aussitót, ce qui veut dire que, étant donné qu'elles restent virtudes, les
particules n'arrivent pas á constituer une forme stable, c'est-á-dire, á constituer des individus.
C'est dans ce sens que Deieuze parle d'aprs Gilbert Simondon 89, d'une réalité pré-
individuelle. Ce chaos virtuel est cependant individuant; ji est principe d'individuation á
partir de l'énergie, de la pure énergie qui le constitue. Toute réalité actuelle, toute
individuation, toute existence extensive dans un certain temps et un certain lieu sera possible
seulement á partir des couples et des polarités de ces particules qui affirment inlassablement
leur différence, á partir justement de l'affirmation de ces différences, á partir de la différence
de potentiels dans ce chaos énergétique, á partir de la «disparation » établie par les
différences pures:

C'est la profondeur originelle, intensive, qui est la matrice de l'espace tout entier et la premiére
affirmation de ce qui va n'appara?tre qu'ensuite comme limitation linéaire et opposition plane. Partout les
couples, les polarités supposent des faisceaux et des réseaux; des oppositions organisées, des
rayonnements en toutes directions. Les images stéréoscópiques ne forment une opposition que plane et
plate; elles renvoient tout autrement á un étagement de pians coexistants mobiles, á une « disparation»
dans la profondeur originelle. Partout la profondeur de la différence est preniiére 90 .

87
QQP,p. 111.
Cf. QQP,p,27.
89
Gilbert Simondon (1924-1989) a été source d'une influence décisive sur l'ontologie de Gules Deleuze, qui a
salué la parution de L 'individuallon et sa genése physico-biologique en 1966 en signalant l'extréme
importance, la richesse et l'originalité des nouveaux concepts présentés par Simondon (A ce sujet voir ID, p.
124). La thése de doctorat de Siinondon, dont L 'individuation... était la premiére pattie, vient d'étre
intégralement publiée aux éditions Millon sous le titre L 'individuation á la lumiére des notions de forme el
d'information (Paris, Millon, 2005). Deleuze emprunte á Simondon, par exemple, le concept de
«disparation », que Simondon avait lui-méme emprunté a la théorie psycho-physiologique de la perception:
« 11 y a disparation lorsque deux ensembles jumeaux non totalement superposables, tels que l'image
rétinienne gauche et l'image rétinienne droite, sont saisis ensemble comme un systéme, pouvant permettre la
formation d'un ensemble unique de degré supérieur qui intégre tous leurs éléments grAce á une dimension
nouvelle (par exemple, dans le cas de la vision, l'étagement des plans en profondeur) », Simondon, G.
L'individualion á la lumiére des notions deforme el d'information, op.cit. p. 205, note.
° DR,p.72.

57
C'est le monde des pures différences évanouissantes qui seul peut donner une raison á
tout ce qui se présente á nous dans le monde (les choses, les rapports sociaux, les concepts,
l'histoire et la géographie): «l'individu doit &re connu non pas abstraitement, mais en
remontant i. i'individuation, c'est-á-dire en remontant á i'état á partir duquel ji est possible de
saisir génétiquement l'ensemble de la réalité »91• C'est dans le plan du virtuel qu'ii faut se
placer pour comprendre et le monde et son devenir. Mais nous ne sommes pas sur ce plan.
Nous, qui existons dans un certain temps et un certain lieu, avons le point de vue de l'aetuel et
non du virtuel. Mais nous n'en sommes pourtant pas coupés. Le virtuel et i'actuel sont
immanents l'un á l'autre. Le vjrtuel est la source d'énergie ?t partir de laquelle nous
persévérons en l'existence et qui pourrait nous permettre de créer de nouvelies formes si on
pouvait l'atteindre pour augmenter notre puissance. Les raisons pour lesquelles ji est si
difficile d'y accéder (selon les termes spinozistes de « formation d'idées adéquates »), et aussi
les conditions dans lesquelles ces idées adéquates ont pu é^tre produites feront l'objet du
chapitre XVI de cette thése. Mais, méme en l'état actuel de notre déveioppement nous
pouvons déjá sentir l'énergie du virtuel qui nous charge, qui charge les objets et les créatures
du monde autour de nous. Nous pouvons sentir le battement, la puisation, du virtuel, tel un
cceur qui bat dans notre poitrine. Nous pouvons sentir son apparition éclatante quand le temps
et l'espace sortent de leurs gonds et que la création devient possible la joie 92 .

L'espace est bors de ses gonds

Les concepts travaillent sur le plan du virtuel chaotique jis essaient de ini donner de la
consistance sans «rien perdre de l'infini ». Ii n'est donc pas étonnant qu'á chaque fois qu'un
concept fait son apparition dans 1'cuvre de Deleuze (ce qui arrive trop fréquemment pour la
paix de notre esprit), 1' ordre extensif dégringole. Les coordonnées du temps ne marchent plus.
Le temps est hors de ses gonds. Mais aucun saut en dehors du temps pour privilégier les
coordonnées spatiales ne peut nous faire sortir du probléme. L 'espace est hors de ses gonds,
lui aussi. Ji est particulirement nécessaire de l'avoir présent á l'esprit quand on étudie un
concept deleuzien sous le méme mot qu'utilise la science historique. Le terme de

91
Simondon, op.cit. p. 65.
92 Pour ce qui est du prob1me général de l'individuation et de la constitution d'une réalité actuelle, non-
évanouissante, cf mfra, chapitre III.

58
«Capitalisme» pour l'histoire conime science n'est pas un concept mais bien une
• fonction» qui, « renonce á l'infini, á la vitesse infinie, pour gagner une r4férence capable
d 'actualiser le virtuel ». L'Histoire nous place dans un certain temps et un certain lieu, et
essaie de nous en donner une compréhension, une représentation, une connaissance des
causes. Les causes que la «fonction» capitalisme recoupe sont des origines temporelles et
des influence géographiques : la période qui commence aux environs du XVC sicle, i'Europe,
le dépérissement du systéme féodal, le surgissement des marchés, des villes modernes, etc.
Mais il nc s'agit pas des vraies causes. C'est une connaissance inadéquate, nécessairement
inadéquate. L'Histoire ne considére pas les conditions transcendantales dont reléve le
surgissement du capitalisme. En tant que science, elle essaie de trouver des explications
imaginaires aux rencontres des corps dans l'espace et le temps chronoiogique, aux chocs des
parties extensives. Chronos « le temps de la mesure, qui fixe les choses et les personnes,
développe une forme et détermine un sujet »94 est le temps des fonctions de la science de
l'Histoire.

La philosophie, saus pour autant effacer le temps et l'espace chronologiques, les fait
frémir en les rapportant• aux conditions intensives dont jis dépendent. Elle met l'Histoire en
contact avec le temps Aión, «i'instant sans épaisseur et sans extension que subdivise chaque
présent en passé et futur II apparaft dans L 'Anti-(TEdipe que le capitalisme civilisé vient
aprés les sociétés despotiques barbares, lesquelles viennent aprés les sociétés sauvages
primitives. Du point de vue bistorique ccci peut paraitre douteux. Peut étre, donc, se
demande-t-on, s'agit-il des catégories spatiales (Europe, Asic, Afrique)? Pour i'Histoire, la
question est assez simple: quand les «barbares » résistent aux civilisations ils représentent un
danger, mais « la régie ord.inaire est que les civilisationsjouent et gagnent »96; il y a aussi des
sauvages aujourd'hui qui « vivent encore ça et lá, protégés par les terres inhospitaliéres qui
leur servent de refuge », mais jis représentent « les créatures les plus misérables qui
survivent sur la terre »98 Les chocs s'expliquent, les coexistences font partie du tableau
d'ensemble. Le temps et i'espace restent dans ieurs gonds. Ce n'est pas la mame chose que les

QQP,p. 112.
MP, p. 320.
LS,p. 193.
96 Braudel, op.ciL t. 1, p. 102.
97
Braudel, op.cii t. 1, p. 202.
Braudel, op.cit. t. l,p. 199.
concepts phiiosophiques, qni se maintiennent trop proches dii virtuel infini et ne s'actualisent
jamais effectivement. C'est pourquoi jis nous laissent encore entrevoir les puissances
infernales d'oú ces formes sociales ont émergé.

II s'agit de deux plans á ne pas confondre: le plan intensif (virtuel) et le plan extensif
(actuel). Le concept, pour sa part, ne se confond pas ayee le virtuel (fl lui donne une
consistance, propre au virluel, mais enfm consistance 99). Entre les concepts et le plan extensif,
ji y a une relation complexe. Le concept ne nie pas l'existence des corps dans un certain
temps et un certain iieu, ce que Spinoza appelait les modes existants fmis, ou ce que Bergson
appeiait la durée. Le philosophe deleuzien n'a pas avec le monde existant un rapport
contemplatif, il ne tombe pas sous les critiques que Strauss adressait á Spinoza: «ji construit
le monde politique á partir de la distance de la contemplation, affirmant les puissance qui le
forment, les «aimant» á la manire de l'amorfati, mais les expulsant de sa propre vie »'.
Le plan intensif et le plan extensif sont, aprs tout, immanents l'un á l'autre, leur distinction
est conceptuelle et non pas réelle.

II existe done nécessairement un rapport entre le concept et le plan extensif. Mais ji ne


s'agit pas d'un rapport de causalité ou d'analogie. Le capitalisnie comme époque historique
ii'est pas la conséquence dii développement de 1' «idée» de Capital. Le concept de Capital
n'est ni cause éminente, ni formelle, ni efficiente, ni finale du capitalisme historique. Le
concept deleuzien de «capitalisme » trace un plan dans le chaos mental qui survient devant
nous quand on regarde la succession des événements historiques. II est du multiple (articulant
une multiplicité de composantes, dont le rapport capital / travail, l'axiomatisation, la création
d'un type de plus-value spécifique, etc.) mais ne le totalise pas. II y a beaucoup plus dans le
siécle que le capitalisme. Dans la réaiité effective, nous retrouvons des composants du
concept «capitalisme », mais aussi d'autres forces. Nous croyons cependant que les rapports
de production capitaliste ont la capacité de dominer d'autres flux. Qu'il faudra un autre
concept pour donner de la consistance á ces autres forces, et qu'il faudra aussi que les
événements histonques se multiplient pour donner á ce concept l'actualité que lui manque.

99 cj QQP,p. 112.
100
Strauss, L. Spinoza 's Critique of Religión, trad. E. M. Sinclaire, Chicago, The University of Chicago Press,
1965, p. 229. On essaiera de montrer que Deleuze ne tombe pas sous ces critiques, mame s'il existe des
textes qui paraissent nous contredire, par ex.: « ji y a une dignité de l'événement qui a toujours été
inséparable de la philosophie comme 'amor fati'... II. n'y a pas d'autre éthique que l'amor fait de la
philosophie », QQP, p. 151.

revii
Bien que le «capitalisme » tel que Deleuze le crée soit un concept et done soit plus proche du
virtuel, nous croyons que le ralentissement effectué par la fonclion « capitalisme » nous
permet de voir des composants qui se perdent en pleine vitesse. Ceci se voit dans la maniére
dont Deleuze cite et mclut les travaux de Braudel, Dobb, Sweezy ou Godelier: ji va trop vite,
mais cette vitesse conceptuelle en fait rater la compréhension aux «étres lents que nous
101
sommes

Bien de ceci ne veut dire que le concept de capitalisme n'ait pas de rapport avec la réalité
effective, ou que ce rapport n'ait pas d'importance. S'il ratait le miieu présent et ses
probiémes, ji s'agirait d'un concept idéologique' 02. Si, en revanche ji réussit la conjonction
ayee le milieu présent (l'utopie !), il s'agira d'un concept de philosophie politique de plein
droit. Nous travaillerons done sur deux plans, dont l'un est la construction conceptuelle, et
l'autre une évaluation de la réalité effective teile qu'eile s'actualise dans les travaux des
histonens: le capitalisme comme forme de production caractéristique de notre époque. II y
aura des éléments philosophiques (notamment les déveioppements deleuziens) et des éléments
historiques (notamment les développements de Fernand Braudel). II nous faudra étre trés
attentifs pour ne pas confondre ces deux plans.

Si le capitalisme est Ii la fin...

«Si le capitalisme est á la fin, corps sans organes et production désirante, dans les
conditions déterminées par le capitalisme apparemment vainqueur, comment trouver assez
d'innocence pour faire de l'histoire universelle ? ». Cette phrase ouvre le chapitre 3 de L 'Anti-
(Edipe, « Sauvages, barbares et civilisés ». Elle est belle, n'est-ce pas? Elle est mystérieuse
aussi, dans son agrammaticalité (si j'ose dire, étranger que je suis á celle langue); la
conjonction «corps sans organes et produçtion désirante », non seulement introduit deux
eoncepts qu'il nous faudra encore éclaircir, mais elle nous égare dans la mesure ot la fonction
qu'elle remplit dans la syntaxe de la phrase u'est pas définie. S'agit-il d'une apposition ou
fait-elle partie intégrante de l'antécédent de l'implication? Selon le cas, cela change la
signifleation de l'expression «á la fin ». S'il s'agit d'une apposition, «fin» doit étre compris
comme substantif et done le capitalisme serait la limite, le terme, le moment ni l'histoire

'°' PP. P. 151.


102
C'f. supra, IntroducÚon §§ « Critique de la critique ».

61
universelle s'arréte, atteint sa fin, son but Alors que, si elle est partie intégrante de
l'antécédent de l'implication, alors l'expression « á la fin» est une locution adverbiale et le
capitalisme ne serait pas, en définitive, autre chose qu'un corps sans organes et une
production désirante.

La deuxime option (locution adverbiale, identité du capitalisme et de la production


désirante), nous place dans une apparente situation sceptique. En effet, laproduction désirante
est le virtuel dont nous parlions précédemment, la puissance créative de la réalité (puissance
de Dieu, en termes spinozistes), mais avec une emphase qui tient au fait qu'elle occupe, dans
l'économie désirante de Deleuze, la place que les forces productives occupent dans
l'économie politique de Marx: c'est le développement de la production désirante, ses avatars,
ce qui impulse le devenir social. Done si le capitalisme et la production désirante sont une
seule et méme chose, tout est perdu: il n'y arien au-deiá du capitalisme, la puissance du
virtuel ne peut pas nous en sortir, l'existence est condamnée á ce qu'elle est dans l'actualité, il
n'y a pas d'avenir plus humain, moms misérable, voil, c'est tout, ji faut l'accepter telle
qu'elle est.

Dans la premiére option (apposition, capitalisme comme limite) la phrase est une sorte
d'exhortation, une sorte d'appel á la production désirante et au corps sans organes, qui
cherche une réponse á la question « comment trouver assez d'innocence pour faire de
l'histoire universelle dans les conditions déterminées par le capitalisme apparemment
vainqueur? ». II ne s'agit certainement pas d'un appel au sena littéral du terme; Deleuze et
Guattari ne souhaitent pas que le corps sans organes et la production répondent á la question.
II s'agit plutót d'un appel á eux-mémes et aux lecteurs á chercher dans la production désirante
et le corps sans organes, sur un plan intensif, virtuel, dans l'infini auquel la philosophie ne
renonce jamais, á chercher sur ce plan notre réponse, notre innocence, la possibilité que la
victoire du capitalisme ne soit qu'une apparence, qu'il puisse peut-étre y avoir un futur
utopique. Justement, nous venons de trouver l'innocence qui nous permet de faire de l'histoire
universelle autour dii probléme de la géophilosophie. Nous pouvons faire de l'histoire, nous
pouvons nous occuper du temps, á condition de ne pas nous éloigner de l'infim : l'univers des
machines désirantes.

Alors qu'est-ce que cela veut dire, que le capitalisme est á la fin de cette hitoire, qu'il en
est le terme? Pourquoi cette mise au point en début de chapitre dédiée á la philosophie
politique? Est-ce une téléologie des formes sociales? On peut lire le troisiéme chapitre de
L 'Ánti-tTEdipe comme un parcours historique de l'origine de l'humanité jusqu'á nos jours.

62
D'abord ji n'y avait que le chaos du pré-individuel (l'univers indéterminé de l'inconscient, le
monde virtuel des machines désirantes) ; puis une sorte de Big-bang: formation du eorps sans
» 103
organes: «énorme objet non différeneié Tras célébre concept deleuzien, le corps sans
organes. Je n'ai jamais bien réussi á le rapporter á d'autres problémes, á l'arracher de
l'abstraction 104 , sauf dans cette lecture historiciste, oü le corps sans organes serait une sorte de
Big-bang' 95. Issu dii mouvement productif des machines désirantes, le corps sans organes
entre pourtant en conflit ayee elles et de cette répulsion découle le « refoulement originaire »,
la force expansive qui donnera origine tour á tour aux formes sociales. C'est un peu bizarre, je
le sais, mais dans cette lecture de L 'Anti-(Edipe, l'ontologie a une sorte d'histoire, elle a son
«grand récit ». Done: d'abord chaos pré-individuel virtuel, machines désirantes, pure
différence 106 ; puis tout s'arréte un moment tout se fige soudain puis tout va recommencer
d'une certaine maniére ji vaudrait mieux que rien ne marche rien ne fonclionne ne pas étre né
sortir de la roue des naissance pas de bouche pour téter pas d'anus pour chier pas de bouche
pas de langue pas de dents pas de larynx pas d'cesophage pas d'estomac pas de ventre les
automates s'arrétent laissent monter la masse inorganisée qu'ils articulaient ji faut se décider á
le mettre á nu pour 1w gratter cet animalcule qui le démange mortellement dieu et ayee dieu
ses organes car iiez-moi si vous le voulez mais ji n'y a rien de plus mutile qu'un organe
lorsque vous lui aurez fait un corps sans organes délivré de tous ses automatismes et rendu á
sa véritable liberté je sais que l'espace le temps la dimension le devenir le futur l'avenir l'étre
107
le non-étre le moi le pas moi ne sont rien pour moi

Désolé. Mais tout ce bla-bla vous en donne l'idée: moment inarticulé. Mais dans
l'inarticulé ji faut chercher le secret de l'articulé. C'est le sens de l'appel au corps sans
organes: cet énorme objet non différencié dans sa collision ayee la pure différenee des

103
AO, p. 13.
104
Par ailleurs, Deleuze reconnat, par exemple que « nous [Félix Guattari et moi] n'avons jamais compris de la
méme façon le 'corps sans organes' » (ID, p. 220). Cela n'empéche que ce nc soit que ma faute, la faiblesse
de mon interprétation qui m'a empéché d'opérativiser ce concept.
105
Le Big-bang n'est pas un concept deleuzien, mais un terme cosmologique qui fait référence á l'époque dense
et chaude qui marquerait le début de l'expansion de l'univers. Je l'utilise parce qu'il me semble qu'il illustre,
justement, le r1e que le corps sans organes remplirait dans une lecture historiciste de l'histoire universelle
dans L 'Anti-cTEdipe, ayee un début de l'expansion de l'univers.
106
Nous avons anticipé au début de ce chapitre le róle des machines désirantes quand nous avons dit que
l'univers qu'elles forment était synonyme du virtuel ou du monde des différences pures; ces machines
seraient «les particules qui surgissent pour dispara?tre aussitt ». Nous y reviendrons, plus en détails et de
façon problématique, dans le prochain chapitre.
107
Cf. AO, pp. 13-14 etArtaud, A. (Euvres, Paris, Gallimard, 2004, p. 1650-1654.

63
machines désirantes qui pourtant en sont á l'origine, cette collision, dis-je, c'est une sorte de
Big-bang qui permet 1 'actualisation, le passage du virtuel á 'l'actuel, de l'inorganique á
l'organique, de l'univers déplié informe á l'univers plié et formé.

Alors, toujours dans la lecture téléologique, évolutionniste de L 'Anti-CEdipe, le Big-


bang produit la premiére forme, qui n'est pas une forme chimique, ni une forme biologique
ou protobiologique, mais une forme sociale: la forme de la Terre, le socius primitif ; avec son
systme d'alliances et de fihiations, ses marques et ses codes. Puis on a l'apparition des
hommes d'Etat, qui arrivent comme la foudre pour instaurer le Despote et le socius barbare,
avec ses surcodifications ; finalement la mise en marche de la machine capitaliste, au coup par
coup108 . Le voilá, le capitalisme á lafin de l'histoire universelle. L'espoir git bors de l'histoire
universelle: dans le retour au corps sans organes et la production désirante. L'espoir est
l'inarticulé, la vitesse infmie.

Assez d'innocence pour faire de l'histoire universelle

Mais cette vitesse est «une accélération qui fait qu'on ne peut plus distinguer mort et
suicide.... Cette ligue mortelle, trop violente et trop rapide, nous enirainant dans une
atmosphére irrespirable »109. Par conséquent devant cette éventualité nous nous proposons de
tenter une autre lecture. Dans cette lecture les deux sens possibies d'i la fin se rejoignent:
apposition et locution adverbiale. Le capitalisme est, en définitive, corps sans organes et
production désirante. La forme sociale qui s'impose á nous est bier une modification de la
substance divine, elle est une actualisation du .virtuel. II n'y a aucune perversion ontologique.
Le capitalisme est ce qu'on a, ce qu'il y a: et c'est á partir de ces données immédiates de la
conscience qu'il faut faire de l'histoire universelle. Mais ces «données immédiates» sont,
justement, tres proches de l'inflni; le virtuel bat sous les données immédiates 110. Voilá une
autre interprétation du corps sans organes et des machines désirantes: jis ne s'agit pas du
commencement ou de l'origine (« fi n'est pas le témoin d'un néant originel »h1), mais du

108 Nous avons fait cette lecture pour notre thse DEA Ce peu profond ruisseau calomnié, ¡ 'homme, soutenue á
Nanterre en septembre 2005, sous la direction de Mme Francine Markovits. Cf. Ferreyra, J. "La (metafísica)
Metafísica del inconscierite de Deleuze y Guattari", in Revisla de Filosofo (UIA - México), México, mayo-
agosto de 2007.. ISSN 0185-3481, pp. 131-161
109
p, P. 151.
110
Sur le battement du virtuel, cf supra, le début de ce chapitre.
AO,p. 14.

64
virtuel qui insiste sous les rapports qui passent á 1' existence dans un certain lieu et un certan
temps 112 Voilá un sens plus intéressant du corps sans organes: l'instance intensive qui fait
possible le devenir du monde, la possibiité du passage et du développement 113 . Le
capitalisme est bien la limite, le terme de l'histoire universelle. Non pas son point d'arrét,
mais le terme actuel des avatars de celle histoire. L'histoire universelle est celle de la lutte
pour l'existence entre des rapports caractéristiques qui ne se convierment pas les uns aux
autres. Le capitalisme est l'actualisation d'un rapport caractéristique. L'histoire universelle
nous montre qu'il y a d'autres rapports, d'autres fonctionnements (barbare, sauvage ... ), elle
nous montre que ce rapport n'est pas le seul. Elle dévoile la lutte de ces rapports entre eux
pour s'imposer. S'il n'est pas le seul rapport, l'unique forme du socius, le capitalisme est donc
contingent. II peut se dissoudre, sous la puissance dii virtuel-intensif: le futur, l'avenir est
donc possible. Un autre rapport, un rapport humain peut émerger. Ii s'agit «seulement» de
traverser un senil, de devenir, de trouver un saut d'intensité. Voilá la cié de l'optimisme
deleuzien.

La théorie du virtuel et la conception d'autres rapports sociaux qui ne sont pas les
rapports capitalistes ont un méme but: montrer que les rapports capitalistes ne sont pas des
bis naturelles immuables de la société. Ceci dans la voie ouverte par l'analyse faite par Karl
Marx des rapports de production capitalistes dans son introduction á la critique de ¡ 'économie
politique de 1857, et que Deleuze et Guattari citent á mauntes repnses dans L 'Anti-Edipe et
Mille Plateaux.

Quand donc nous parlons de production, c'est toujours de la production á un stade déterminé du
développement social qu'il s'agit - de la production d'individus vivant en société. Aussi pourrait-il
sembler que, pour parler de la production en général, ji falle, soit suivre le procés historique de son
développement dans ses différentes phases, soit déclarer de prime abord que l'on s'occupe d'une époque
histonque déterminée, par exemple de la production bourgeoise modeme, qui est, en fait, notre véritabie
sujet... Ii s'agit bien plutót [pour les ¿conomistes bourgeoises], comme le montre l'exemple de Mili, de

112
Pour le jeu de l'écart entre commencement et origine dans le mythe primitif et le mythe iinpérial, cf AO pp.
259-260. Aucune de ces deux cosmovisions ne s'appiique á l'ontologie politique de Deleuze. Pour le mythe
territorial, le commencement intensif fonde et conditionne l'origine du systéme social; pour le mythe
impériai la genése du monde (commencement) doit attendre la suprématie du souverain pour que l'origine
(fondement) puisse avoir finalement lieu. Chez Deieuze, le virtuel (essence) ne fonde pas le politique
(existence), pas plus que le politique a pour táche d'ordonner le chaos virtuel, de donrier á i'univers
l'organisation qui lui fait défaut.
113
«Le corps sans organes est un nuf : ji est traversé d'axes et de seuils, de latitudes, de longitudes, de,
géodésiques, ii est traversé de gradienlr qui marquent les devenirs et les passages, les destinations de celui
qui s'y développe », AO, p. 26.

29
représenter la production, á la différence de la distribution, etc., comme endose dans des bis naturelles,
éternelles, indépendantes de l'histoire, et á cette occasion de glisser en sous-mam cette idée que les
rapports bourgeois sont des bis naturelles imnivables de la Société conçue in absiraclo [dans l'abstrait].
Tel est le but auquel tend plus ou moins consciemment tout ce procédé 114 .

Les économistes bourgeois (c'est-á-dire, les écrivains de l« histoire officiel» du


capitalisme) voudraient bien présenter les rapports bourgeois de production comme des bis
naturelles immuables de la société. Mais cela n'existe pas. Les rapports sociaux sont
historiquement déterminés. Pour montrer cette détermination historique, Marx nous présente
une alternative: a) suivre le procés historique de son développement dans ses différentes
phases; b) déclarer de prime abord que l'on s'occupe d'une époque historique déterminée
(par exemple, la production bourgeoise moderne, qui est, en fait, notre véritable suje!).
Comme on l'a dit, L 'Ánti-Edipe peut se lire dans les deux sens. Nous choisissons ici la
seconde branche de l'altemative: déclarer qu'on s'occupe d'une époque déterminée: celle oú
les rapports capitalistes sont déterminés á étre déterrninants. Tous les autres rapports de
production, toutes les autres formes du socius, ne sont pas autre chose que des catégories
nécessaires pour comprendre l'époque dont on s'occupe.

La société bourgeoise est l'organisation historique de la production la plus développée et la plus variée qui
soit. De ce fait, les catégories qui expriment les rapports de cette Société et qui permettent d'en
comprendre la structure permettent en méme temps de se rendre compte de la structure et des rapports de
production de toutes les formes de société disparues avec les débris et les éléments desquels elle s'est
¿difiée, dont certains vestiges, partiellement non encore dépassés, continuent it subsister en elle, et dont
certains simples signes, en se déveboppant, ont pris toute leur signification, etc. L'anatomie de l'homme
est la clef de l'anatomie du singo. Dans les espces animales inférieures, on ne peut cómprendre les signes
annonciateurs d'une forme supérieure que lorsque la forme supérienre est elle-méme déjit connue. Ainsi
l'économie bourgeoise nous donne la clef de Féconomie antique, etc... C'est comme un éclairage général
oii son! plongées toriles les cozileurs el qui en rnodfie les tonaliiésparíicnlitres115.

C'est l'éclairage général oü sont plongées non pas tous les couleurs de l'ceuvre de
Deleuze, mais celles que nous voulons éclairer dans cette thse. Mais on ne devra jamais
oublier que le capitalisme n'est qu'une forme du socius, une quasi-cause, et donc qu'il est

114
Marx, K. Introducción general a la crítica de la economía política, Córdoba, Pasado y presente, 1968, pp.
41-43.
115
Marx, op.ciL pp. 62-64, c'est moi qui souligne.
déterminé. Les conditions de cette détermination sont historiques. Mais la condition de
possibilité de ce conditiormement est ontologique (dans quelles conditions est-il possible
qu'un rapport historique tel que le capitalisme soit possible ?). 11 n'y a pas en Deleuze de
téléologie historique. Encore moms que chez Marx; on ne sait pas si c'est l'organisation «la
plus développée ». On nc peut pas le savoir. II faudrait pour cela faire une comparaison entre
cette forme et d'autres. Mais on nc peut pas le faire, puisquepour nous, de notrepoint de vue,
toute pensée d'autres formes se fait á partir du capitalisme. On peut essayer tout au plus de
sentir le battement du virtuel sous la peau du capitalisme. Et lorsque l'on plonge dans le
virtud, on peut comprendre que rien n'est nécessaire, que tout est fruit du pur hasard. Méme
si une lecture Mtive pourrait nous faire croire qu'il y a une loi dans la succession des
formations sociales dans L 'Anti-CEdipe (d'abord le socius territorial, ensuite le socius
despotique, et puis aprés, nécessairement, le socius capitaliste), Deleuze et Guattari répétent
mamtes fois: il n'y a d'histoire universelle que de la contingence. A partir de l'étide des
conditions, á partir de la compréhension de la possibiiité ontologique du capitalisme
(comment une organisation sociale sans meneur, sans sujet est-elle possible?), nous pourrons
réfléchir sur la possibilité historique de sa transformalion. Mais pas encore.

J'en dirai plus : dans quelles conditions un rapport devient-il unfair historique?
Dans .. .

les conditions déterminées par la puissance : quand un certam rapport devient suffisamment
fort, quand un corps réussit á. subordonner les autres corps sur le territoire du monde, ji a la
possibilité d'inscrire son nom dans le calendrier. Si un corps peut assez pour devenir molaire,
pour acquérir de la visibilité dans un milieu temporel et géographique, ce corps entre dans
l'Histoire. Comment? Quand? On nc peut pas le savoir á l'avance. Parce que on nc sait
jamais ce que peut un corps. On peut seulement le dire rétrospectivement: ah, oui, tel corps a
réussi á imposer á tel autre ses rapport caractéristiques : ah, oui, le corps du Capital a réussi á
imposer ses rapports au corps du Despote (le Despote devient Etat modeme 116). Mais ccci,
seulement, paree que le capitalisme est ¿ ¡a fin. Peut-étre demain parlerons-nous d'un autre
rapport appareinment vainqueur. A lafin c'est aussi quand Deleuze et Guattari nous disent que
la production désirante tend á se libérer. Nous commencerons á voir dans le prochain chapitre
ce que cela peut bien vouioir dire.

116
c/ Marx, Introduction... op.cir. p. 66: « Faisant de la richesse elle-méme et de sa production le but final des
Etats modernes, considérés alors uniquement comme moyens de produire la richesse ».
CHAPrFRE III

MAcmNEs Á L'INFINI

Une des caractéristiques notables de la pensée de Deleuze est la lutte systématique contre
les dualismes. Nous reviendrons dans le chapitre VII au problme général de cette lutte;
maintenant, nous souhaitons plutót faire référence á un des dualismes qui ont étél'objet d'un
combat plus vigoureux de sa part: celui qui oppose le mécanisme et le vitalisme. Dans
L 'Anti-tEdipe, Del euze et Guattari signalent que cette polémi que est « ordinaire» et
s'efforcent de la dépasser par le biais du machinisme" 7. Au début méme du livre jis
affinnent qu'il n'y a de machines que dans la réalité, et des machines de machines: « Partout
ce sont des machines, pas du tout métaphoriquement: des machines de machines » 18
Mais,
quelies sont les raisons de cette affirmation? Quel en est l'enjeu? Voyons en quoi consiste,
dans une esquisse fort simplifiée, la polémique qu'ils veulent dépasser.

L'inspiration vitaliste de racine aristotélicienne, selon laquelle «les phénoménes de la vie


possédent des caractéres sul generis, par lesquels jis différent radicalement des phénomnes
physique et chimiques, et manifestent ainsi l'existence d'une 'force vitale' irréductible aux
» 19
forces de la matiére inerte a été la dominante depuis l'Antiquité. Durant les premiers
siécles de la modernité, ayee le développement de la science moderne autour du « triomphe»
newtonien, le vitalisme tend á étre abandonné en faveur du mécanisme 120 , selon lequel
l'ensemble des phénoménes «est susceptible d'étre ramené á un systéme de déterminations
'mécaniques' »121. Dans l'affrontement entre une rationalité axée sur le monde organisé des

117
Çf AO,.pp. 337-340.
' 18A0, 7
119
Lalande, A. Vocabulaire technique el crí tique de laphilosophie, Paris, PUF, 1997, p. 1214.
120
« L'univers, que I'on a pensé pendant des siécles conune un grand vivant, est désormais comparé t un
mécanisme, á une horloge. La physique modeme condamne le courant vitaliste et entend bien se construire
l'abri de l'influence pernicieuse des sciences de la vie », Bouquiaux, L. L 'harmonie el le chaos: le
ralionalisine leibnizien ella "nouvelle science", Paris, Peeters, 1994, p. 77. Cf Prigogine, 1. et Stengers, I. La
nouvelle alliance, Paris, Gallimard, 1979, p. 133.
121
Lalande, op.cit. p. 603.
vivants et une autre sur le mónde des astres et des machines (associés par le fait qu'ils sont
mathématisables) 122 la partie semble gagnée de façon définitive par la deuxiéme, á partir des
,

découvertes de Newton et leurs promesses : elles paraissent étre la voie permettant de dévoiler
les secrets les plus cachés de la Nature: il n'y a pas de processus naturel qui ne soit produit
par les puissances actives de attraction et répulsion, qui réglent le cours des astres et la chute
des corps 23 . Le projet d'épitaphe rédigé pour Newton par A. Pope semble étre la preuve de
l'esprit vainqueur du mécanisme aux XVJf et XVIW siécles: «Nature and Nature law lay
hid in night: God said, let Newton be / And all was light ».

Mais la question est bm d'étre aussi réglée que le pense Pope. George Stahl, en
Allemagne, défend le vitalisme á partir de la nécessité d'un principe étranger aux bis de la
matiére inanimée pour rendre compte du fait que la vie, si fragile, résiste á la dissolution 124 ,

alors que Denis Diderot, en France, remet en question la possibilité de la mécanique


rationnelle de rendre compte, par exemple, du développement progressif, de la difi'érenciation
et de l'organisation apparemment spontanées de l'embryon 125 . L'idée du machinisme telle que
Deleuze et Guattari la conçoivent, vise justement á pouvoir expliquer, á partir d'un seul
concept, immanent, le fonctionnement de la Nature dans son intégralité, qui permette de
dépasser toute opposition entre les &res (Homrne et Nature, ou Homnie et Machine). Les
hommes .sont des machines, la nature est composée de machines, les machines techniques
sont évidement des machines, les Etats sont des machines, les tribus sont des machines, le
capitalisme est une machine. Du point de vue de Deleuze et Guattari, le concept de machine
non seulement est capable de rendre compte des différents fonctionnements de l'organisme,

122
« L'une des lectures possibles de ce qu'on appeile la naissance de la science modeme fait de i'afflontement
entre les Arjstotéljcjens et Galilée un affrontement entre deux rationalités axées i'une sur le monde subiunaire
(le monde orgarnsé des vivants) et l'autre sur le monde des astres et des machines », Prigogine et Stengers,
op.ciL p. 75.
123
Cf Prigogine et Stengers, op.cit p. 58.
124 « [
Stahi affirme que] les mati&es dont le vivant est constitué sont tellement fragiles, se décomposent si
facilement que, s'il était régi par les seules bis conimunes de la matiére, ib nc résisterait pas un seul instant á
la corruption et é. la ciissolution... L'étonnante durée de vie du corps vivant... manifeste b'action d'un
'principe naturel, permanent, immanent », d'une cause particuliére étrangére aux bis de la matiére
inanimée », Prigogine et Stengers, op.cit pp. 13 8-139.
125 Cf ce fameux passage de Diderot: « Qu'est-ce qu'un ceuf? Une masse insensible avant que le germe y soit
introduit... Comment cette masse passera-t-eble á une autre organisation, á la sensibilité, á la vie ?.. D'abord,
c'est un point qui oscille, un filet qui s'étend et se colore; de la chait qui se fonne, un bec, des bouts d'aile,
des yeux, des pattes qui apparaissent ... C'est un animal... fl marche, ib yole, il s'imte... II souffre, ji aime, ji
désire, ji jouit; ji a toutes vos affections ; toutes vos actions, ib les fait. Prétendez-vous, avec Descartes, que
c'est une pure machine imitative ? Mais les petits enfants se moqueront de vous », Diderot, D. Enirelien enlre
d'Áleinberi elDiderol, in cEuvres, Paris, Gailimard, La Pléiade, 1935, pp. 670-671.
mais aussi de ses formations: ji n'y a aucune nécessité de postuler une mstance
supplémentaire 126 . Une réalité machinée (qu'il ne faut pas confondre ayee une réalité
mécanisée, en opposition á une réalité organisée) : machines, machines, et machines de
machines, a ¡ infini. Voilá l'inspiration leibnizienne de Deleuze:
'

Ainsi chaque corps organique d'un vivant est une Espéce de Machine divine, ou d'un Automate Naturel,
qui surpasse infiniment tous les Automates artificiels. Parce qu'une Machine faite par l'art de l'homme,
n'est pas Machine dans chacune de ses parties, par exemple la dent d'une roue de leton a des parties ou
fragments qui ne nous sont plus quelque chose d'artificiel et n'ont plus rien qui marque de la machine par
rapport á l'usage, oúla roue étoit destinée. Mais les Machines de la Nature, c'est-é.-dire les corps vivans,
sont encor machines dans leurs moindres parties jusqu'á l'infini.

Dans ce passage de La monadologie, que Deleuze aimait citer dans ses cours, on peut voir
un dépassement de l'opposition entre «organisme vivant» et «machine» á travers un
approfondissement de la conception de macijine. Contrastant avec les limites qu'offre une
conception fondée sur les machines « faites par l'homme », on trouve le concept de « machine
divine» qui s'enfonce vers des différences infiniment petites. De cette façon, Leibmz vise á
recueillir les possibilités qu'offre la science moderne et en méme temps ji rend compte de la
richesse du monde:

D'une part, Leibuiz accueille avec enthousiasme cette entreprise de description du monde qui —enfm- fait
appel á des notions intelligibles, mathématiquement exprimables; ji se réjouit de voir les philosophes
renoncer —enfin- aux pseudo-explications des scolastiques, qui prdtendent rendre compte du
fonctionnement de l'horloge en invoquant sa nature horodictique. La science modeme, c'est l'espoir de
comprendre enfin -le fonctionnement du monde, ses rouages, ses ressorts, sa mécanique. D' autre part
Leibniz insiste sur les limites de ve paradigme. Une théoiie comme le mécanisme cartésien est incapable
de rendre compte de l'infinie richesse du monde. On ne construit pas une nature avec de i'étendue et du
mouvement. Ii n'y a, duns l'étendue cartésienne, que des points identiques, ji n'y a duns le temps du
mécanisme que des instants homogénes. Or, dans la réalité, tout est différencié: ji n'y a pas deux brins
d'herbe, ji n'y a pas deux gouttes d'eau semblables. S'ii nc faut pas renoncer au modéle mécaniste, ji est
absolument nécessaire de l'enrichir, d'y introduire de nouvelles notions, de nouveaux principes, qui le
réhabilitent 128 .

126
Cf AO,p. 337.
127
Leibniz, G W. Monadologie, §§ 64, Paris, Gallimard, 1995, p. 108.
128
Bouquiaux, op.ciL p. 10.

70
Maigré ses effort, cependant, Leibniz semble rester piégé dans le « dualisme
spiritualiste» dénoncé par Diderot pour la mécanique rationnelie: « la description
scientifique d'une nature automate aura pour corrélat l'automate doué d'áme »129. En effet,
Leibniz nous parle du corps organique d'un vivant, en référence á la monade qui est
«l'Entéléchie ou l'Áme» dont le corps est la propriété' 30. Nous en étudierons les
conséquences dans le chapitre XIII. Pour le moment, il suffit de souligner que c'est á partir du
concept de «machines désirantes» que Deleuze met en valeur le fait que son ontologie vise
aussi á dépasser le dualisme corps / áme. En effet, il s'agit de machines qui d'une part
expriment le caractre différencié á l'infini de la réaiité (comme Bouquiaux le signale chez
Leibniz) mais, qui d'autre part, désireni (et ont donc aussi des caractéristiques que i'on
attribuerait seuiement á i'áme humaine).

Nous demandons senlement un peu d'ordre pour nous protéger du chaos.

Nous avions déjá anticipé que l'univers des machines désirantes est synonyme de virtuel,
de chaos, de monde des différences pures, de pré-individuel, d'inconscient. La réalité toute
entiére est donc composée de machines: ji n'y a qu'une seule production, qui est celle du
réel. Le concept d'inconscjent exprime cette identité, le seul et unique cycle qui compose la
réalité, qul a deux faces. Non point un inconscient personnel, donc, mais un inconscient
impersonnel, qui s'identifie avec le virtuel et ses actualisations. Une seule et méme substance
qui est exprimée d'une façon certaine et qui est déterminée par tout ce qui existe 131 . Une
différence qin en est la répétition: «l'identité interne du monde et du chaos, le
Chaosmos »132 Une seule et unique réalité productive. Etant productive, la réalité implique

son actualisation (de la méme façon que la substance spinoziste implique son expression
comme attributs et modes): c'est son essence: le virtuel s'actualjse et l'actuel devient sous la
force du mouvement infini d'actualisatjon.

129
Prigogine et Stengers, op.cit. p. 136.
130
cf. Leibniz, op.cit §§ 63, p. 108. « Le modéle mécanique uliliséjusqu'jci est trop frustre, ji faut recourir á un
mécanisme supérieur articuiant des &res qui possédent des principes internes de changement.... Les termes
d'origine aristotélicienne dont Leibniz se sert pour nornmer les principes de changement, teis ¿nergeza et
entéléchie, sont repris avec une acception ieibnizienne », De Gaudemar, M
Leibniz, de la puissance au sujet,
Paris, Vrin, 1994, p. 25
131 ,t
SPE, pp. 9-10.
DR,p. 382.

71
Mais cela ne veut pas dire que tout soit semblable, aucune indifférence n'en découle. II ne
faut pas confondre « essence» et «existence », intensité et extension, éternité et durée. II y a
une premiére grande division: machines désirantes / machines sociales, qui refléte deux
régimes machiniques différents. Le régime des machines désirantes, répétons-le, est intensif,
essentiel, éternel, virtud, chaotique, infini. Le régime des machines sociales, de son cóté, est
extensif, existant, temporel, actuel, organisé, fmi.

Pourtant ce sont les mémes machines [machines désirantes et machines sociales], sous deux régimes
différents - bien que ce soit une étrange aventure pour le désir, de désirer la répression. II n'y a qu'une
production, qui est celle du réel. Et sans doute nous pouvons exprimer cefte identité de deux façons, mais
ces deux.façons constituent l'auto-production de l'inconscient comme cycle. Nous pouvons dire que toute
production sociale découle de la production désirante dans des conditions déterminées: d'abord ¡ 'Horno
natura. Mais nous devons dire aussi bien, et plus exactement que la production désirarite est d'abord
sociale, et nc teud á se libérer qu'é la fin (d'abord 1'Homo historia)133

Voilá le probléme du monde de la production désirante: il n'y a lá que des machines


désirantes composées d'objets partiels et les flux qu'ils produisent. Objets partiels
essentieilement fragmentaires et fragmentés qui produisent des flux qui coulent et coulent de
façon indéfinie, sans ordre ni mesure. «Flux produits par des objets partiels, constamment
coupés par d'autres objets partiels, lesquels produisent d'autres flux, recoupés par d'autres
objets partiels »134. C'est ça, une machine désirante: un objet partiel fragmenté, un flux
produit - et le désír comme l'énergie qui nc cesse de les coupler. Toujours une machine
désirante qui produit un flux, et une autre qui le coupe, «et comme la premiére est á son tour
connectée á une autre par rapport á laquelle elle se comporte comme coupure... »135. Cela
devient chaotique: des flux, des flux, qui coulent et sont coupés; les obj cts partiels qui les
produisent et les coupent; le désir, qui fait couler, coule et coupe. Les machines désirantes
sont l'unité de production (objet partiel), le procluit (flux), l'acte de produire, et l'énergie qui
maintient en mouvement le processus (désir).

Nous demandons seulement un peu d'ordre pour nos protéger du chaos. Rien n'est plus douloureux, plus
angoissant qu'une pensée qui s'échappe á elle-méme, des idées qui fuient, qui disparaissent á peine
ébauchées, déjá rongées par l'oubli ou précipitées daus d'autres que nous ne mattrisons pas davantage. Ce

133
AO,p.40.
134
AO, p. 12.
135
AO,p. 11.

72
sont des vanabilisés infinies dont la disparition et l'apparition coincident. Ce sont des vitesses infinies qui

se confondent avec l'immobilité du néant incolore et silencieux qu'elles parcourent, sans nature ni
pensée136 .

Voilá l'univers des machines désirantes: du chaos. Non pas un chaos indifférencié, mais
le chaos de la pure différence. Mais tout de méme du chaos. Nous demandous seulement un
peu d'ordre. Nous demandons l'identité interne du chaos el du monde. Mais le chaos n'est pas
le monde en lul-méme. Nous le demandons. Les machines désirantes elles-mémes demandent
un peu d'ordre. Elles le demandent, sous la menace que la pure différence vire vers
l'indifférencié, devienne un corps sans organes catatonique. L'écriture elle-méme de Deleuze
et Guattari joue avec ce danger, elle nsque de devenir l'écriture d'Artaud, de quitter le champ
des concepts philosophiques et de tomber dans le chaos qu'elle recoupe. Nous l'avons déjá
vu, nous y sonimes déjá tombés.

Synthéses actives, synthéses passives

Pour ne pas tomber dans l'indifférencié, les machines clésirantes doivent passer á
l'existence, elles doivent passer du virtuel chaotique á l'actuel existant. Mais comment?
C'est, d'une certaine maniére, le mérne probléme que se posait déjá Hume et que Kant a ciii
résoudre: cornment faire la synthése du divers chaotique? Ou mieux, étant donné que notre
expérience n'est pas chaotique (c'est une question de Jal!), comment le divers se trouve-t-il
ligoté dans « une seule connaissance »137? Et, comment les « représentations» qui se
succédent dans le temps peuvent étre dites miennes? Ce probléme kantien n'est pas étranger á
Deleuze, qui le pose dans La Philosophie critique de Kant:

La synthse a deux aspects: l'appréhension, par laquelle nous posons le divers comme occupant un
certain ospace et un certain temps, par laquelle nous « produisons» des parties dans l'espace et dans le
temps; la reproduction, par laquelle nous reproduisons les parties précédentes á mesure que nous arrivons
aux suivantes... En vérité, la connaisgance implique deux choses qui débordent la synthse elle-mérne:
elle implique la conscience, ou plus précisément l'appaxtenance des représentations i une méme
conscience dans laquelle elles doivent étre liées. D'autre part, la connaissance implique un rapport
nécessaire avec un objet... Ces deux déterminations de la connaissance ont un rapport profond. Mes

136
QQP, P. 189.
137
Cf. Kant, I. Cri tique de la raison pure, trad. J. Tissot, Paris, Ladrange, 1845,
pp. 99 sq. (et ss.)

73
représentations sont miennes en tant qu'elles sont liées dans l'unité d'une conscience, de telle mariire que
le « Je pense » les accompagne. Or, les représentations ne sont pas ainsi unies dans une conscience, sans
que le divers qu'elles synthétisent ne soit par lá nime rapporté á un objet quelconque.... Jamais le divers
ne se rapporterait á un objet, si nous nc disposions de l'objectivitó comme d'une forme en général... D'oti
vient cette forme ? L 'objet quelcon que est le corrélat du Je pense ou de l'unité de la conscience' 38 .

Trois problmes se posent donc á Kant face á la pluralité du divers et á l'étonnante unité
de i'expérience. D'abord, son piacement dans l'espace et le temps. Puis, l'unité objective de
l'expérience. Finalement, l'unité subjective de la conscience. Les «formes pures de la
sensibilité» répondront au premier probléme, les «formes pures de l'entendement» ou
« catégories» répondront au deuxiéme, le «Je pense» au troisiéme. Ce sont les « conditions
de possibilité de l'expérience ». II faudrait dire: ce sont les conditións de possibilité de
l'expérience unfiée, ° la subordination de la diversité de l'expérience á l'identique. Cette unité
reléve toujours de i'activité synthétique, des synthéses actives. Mais ceci ne suffit pas, nous
dit Deleuze. La connaissance ne sufflt pas; la représentation ne sufflt pas. II faut aussi 1'
« objectivité » comme forme générale. C'est pour cette raison que Deleuze dira que les
synthéses actives de i'entendement s'appuient toujours sur les synthéses passives de
i'imagination 1

Deleuze se poseles mémes problémes, et du point de vue de la question defait, dii point
de vue du milieu présent (dont la cónjonction avec le concept défmit selon Deleuze la
philosophie politique), il répondra liii aussi avec des formes, (mais des «formes dii socius»):
les machines sociales, ou formes dii socuus, qui sont des synonymes dans le lexique deleuzien.
Ce sont des systémes sociaux de la représentation. Les machines sociales se donnent comme
táche d'insérer de l'ordre dans le chaos de la production désirante. Etablir un systéme ordonné
de coupures dans l'anarchie des flux. La subsumption dii monde des différences des machines
désirantes á l'identité des machines sociales. Voilá comment les machines sociales se
présentent: c'est moi, ou le chaos. Mais leur activité suppose ce que suppose toute
représentation : une « contraction» préalable qui en est la condition de possibilité. Entre la
forme générale de la différence et la réflexion de la représentation, ji faut supposer une
synthése passive de l'imagination 140. Les synthéses passives de l'imagination contractent ce

138
PCK, pp. 24-25.
139
Çf DR, P. 98.
° cj DR, pp. 97-98.

74
qui se donne dispersé dans la pure différence des éléments (le virtuel, le chaos). La passivité
est constituante:

Dans l'ordre de la passivité constituante, les synthéses perceptives renvoient á des synthéses organiqueÑ,
comme la sensibilité des sens, á une sensibilité primaire que nous sornrnes. Nous sommes de l'eau, de la
terre, de la luniiére et de l'air contractés, non seulement avant de les reconnaitre ou de les représentei
mais avant de les sentir... La répótition dans son essence est imaginaire, puisque seule l'imagination
forme ici le 'moment' de la vis repetitn'a du pomt du vue de la constitution, faisant exister ce qu'elle
contracte á titre d'éléments ou de cas de répétition 141 .

Voici la raison par laquelle la différence doit étre aussi répétition pour rendre compte de
la réalité, voici la raison du titre Dfférence et répétition: la répétition fait exister ce qu'elle
contracte, avant de représenter. L'activité représentative vient aprs, elle travaille á partir
d'éléments actualisés, constitués, contractés, mdividués. C'est sur ce plan que se place la
politique. Elle désigne le plan d'action. Mais le probléme gnoséologique et politique, suppose
un enjeu ontologique qui explique l'étonnantfait qu'il y ait identité du monde et du chaos, et
non seulement du pur chaos : la répétition iinpliquée dans la différence.

Sur ce fond individué, sur les organismes synthétisés, sur les objets constitués, la
représentation effectuera ses synthéses actives. Mais toujours avec l'attitude orgueilleuse de
se poser comme la seule raison suffisante de l'unité du divers. La représentation dira toujours:
«Sans moi, vous serez livrés au chaos ». En ce sens, les formes du socius sont des formes
dans un sens trés kantien: elles se posent comme « conditions de possibilité de l'expérience
unifiée ». Mais les formes du socius sont aussi des catégories dans un sens tres nietzschéen. A
différence des catégories kantiennes, elles ne sont pas a priori. Ces formes sont des
«fictions », des catégories qui ne sont pas nécessaires, qui ne sont pas des «bis naturelles »
ou des véntés métaphysiques, mais qui ont été créées et inventées par une «force inventive ».
Elles sont engendrées á partir des synthses passives qu'elles supposent:

La force inventive qui a imaginé des catégoxies travaillait sous l'empire du besoin : besoin de sécurité, de
compréhension rapide fondée sur des signes et des sons, besoin d'abréviations: - il ne s'agit pas de vérités
métaphysiques quand on parle de « substance », « suj et », « obj et », «étre », « devenir ». - Ce sont les

141
DR, p. 99, 103.

75
puissants qui ont donné au nom des choses force de loi: et entre les puissants, ce sont les plus grands
artistes en abstraction qui ont créé les catégories' 42 .

« Sécurité », «compréhension rapide», «besoin d'abréviations »: les machines sociales


veulent établir des distinctions claires: tracer un plan, établir des critéres, faire une sorte de
«systme de signalisations» des flux, établir des feux rouges qui emp&hent un flux de
passer, des feux verts qui le leur permettent: c'est ce que Deleu.ze et Guattari appelieront un
«code»: «coder les désirs - et la peur, l'angoisse des flux décodés -, c'est l'affaire du
socius »143. Entre la différence et la représentation ji y a bien la passivité constituante de la
répétition, les synthses organiques qu'elle rend possibles. Mais avant la conscience
individuelle, ji y a toujours une conscience collective qui seule permet de constituer une
mémoire ou un entendement: voilá le róle des «formes du socius ». Avant le «Je pense »,
avant la conscience individuelle, les machines sociales se heurtent ayee une táche prioritaire:
comment former une conscience collective? Comment faire aux homnies une mémoire qui
leur permette d'apprendre et de retenir les codes? Comment les obliger á établir et á respecter
ces codes, et á ne pas les óublier? Les représentations sont nótres en tant qu'elles sont iiées
dans l'unité d'une conscience collective, de telle maniére que le «nous pensons » les
accompagne: voilá la premiére táche des formes de socius (et ce sera donc lá la táche de la
premiére machine sociale du point de vue du concept: la forme de la Terre). De son cóté,
l'unité des représentations dans une conscience et une mémoire, le « Je pense », dépendra elle
aussi d'une forme du socius, mais d'une forme du socius déterminée : le capitalisme.

Robinsonnades

Par conséquent, la «forme homme» dépend d'une forme politique, d'une forme sociale.
L'homme naturel, l'homme pensé hors de la société, les « robinsonnades » du XVIIIC siécle ne
sont que de « plates flctions », des «illusions naYves », des abstractions qui ne veulent rien
dire. Ceci, encore dans l'esprit de l'Introduction de Marx:

Des individus produisant en société - donc une production d'individus socialement déterminée, tel est
natureliement le point de départ. Le chasseur et le pécheur individuels et isolé, par lesquels commencent

142
Nietzsche, F. Fragmenls posihumes, Automne 1885 - automne 1887, trad. J. Hervier, Paris, Gallimard, 1978,
p. 236.
143
AO,p. 163.

76
Smith et Ricardo, font partie des plates fictions du XVllI siécle. Robmsonnades qui n'expriment
nuliement, comme se l'imaginent certains historiens de la civilisation, une simple réaction contre des
excés de raffinement et un retour á un état de nature mal compris. De méme, le contrat social de Rousseau
qui, entre des sujets indépendants par nature, établit des relations et des liens au moyen d'un pacte, ne
repose pas davantage sur un tel naturalisme. Ce n'est qu'apparence, apparence d'ordre purement
esthétique dans les petites et grandes robinsonnades. II s'agit, en róalité, d'une anticipation de la « société
bourgeoise » qui se préparait depuis le XVIC siécle et qui, au XVU1 marchait á pas de géant vers sa
inaturité. Dans cette société oü régne la libre concurrence, l'individu apparait détaché des liens naturels,
etc., qui font de luí á des époques historiques antérieures un élément d'un conglomérat humain détermrné
et délimité. -. Plus on remonte dans le cours de l'histoire, plus l'individu - et par suite l'individu
producteur, luí aussi, - apparait dans un état de dépendance, membre d'un ensemble plus grand: cet état se
manifeste tout d'abord de façon tout á fait naturelle dans la famille et dans la famille élargie jusqu'
former la tribu ; puis daus les différentes formes de communautés, issues de l'opposition et de la fusion
des tribus. Ce n'est qu'au XV1II siécle, dans la « Société bourgeoise », que les différentes formes de
l'ensemble social se présentent á l'individu comme un simple moyen de réaliser ses buts particuliers,
comme une nécessité extérieure 144.

«Le point de départ », la «production d'individus socialement détenninée », relve, du


point de vue deleuzien, d'une «forme du socius ». L'Homo natura ne tend á se libérer qu'á la
fin. Plus on remonte le cours de l'Histoire, plus la synthse organique humaine est
évanescente: la dépendance par rapport au ensemble est trop grande, la durée de l'existence
humaine insignifiante. fl est vrai que les synthéses passives forment «un présent d'une
certaine durée» et qu'un organisme «dispose d'une du.rée de présent, de diverses durées de
présent, suivant la portée naturelle de contraction de ses ámes contemplatives »145. Mais la
condition de l'existence humaine est réduite á néant lorsqu'elle est isolée : telle est la
dépendance primitive. Rien dans l'histoire de l'huinanité ne contredit ce fait: on est pris dans
une machine sociale. Machine sociale dont les piéces sont les hommes 146, mais des hommes
qui ne sont pas des piéces pré-existantes (le chasseur et le pécheur individuels et isolés de
Smith et Ricardo, les Robinsonnades du XVI[Ie siécle...) mais bien des piéces formées par les
machines sociales. Plus on remonte le cours de l'histoire, plus les hommes sont incapables de
se représenter autrement que comme des piéces, des prélévements de flux choisis pour

144 Marx, op.ciL pp. 136-137


145
DR,p. 105.
144
AO, p. 165.

77
remplir telle ou telle fonction sociale. Tout essai de fuer cette réalité deviendra dans des
phantasmes.

Dans nos sociétés contemporaines, nous croyons &re des individus isolés qui poursuivent
des buts particuliers et nous nous représentons l'ensemble social cómme un simple moyen de
les réaJiser... Mais ce n'est lt que l'imaginaire bourgeois. On sait en effet tres bien que, dans
les conditions déterminées de notre socius, en poursuivant des buts particuliers on réalise les
intéréts de la machine sociale... Et on investit tout notre désir dans cette entreprise. Pour ne
pas tomber dans ces «mirages» ji faut bien commencer par la production d'individus
socialement déterminée. Par ces «états de force ou formations de puissance »147 qui sont les
formes du socius. Toutes les «illusions constitutives de l'hornme », tous les attributs qu'on
croit étre ceux de la nature humaine en dépendent: la technique et le langage, l'outil et le
symbole; en définitive: toute la capacité de l'homrne á modifier le monde extérieur et á
s'exprimer au moyen de symboles compréhensibles 148 . Les modes de production teis que
Marx les comprenait, dépendent de ces formes plus profondes, qui, elles aussi, peuvent étre
appelées « modes de production », mais dans un nouveau sens, deleuzien. La machine sociale
a pour pices les homines «méme si on les considére avec leurs machines, et si on les intégre,
les intériorise dans un modéle institutionnel á tous les étages de l'action, de la transmission et
»149
de la motricité

L'homme ne peut se penser hors socius. Méme la solitude est la conséquence d'une
organisation sociale déterminée. On se trouve alors d'emblée devant le probléme de la genése,
du commencement et de l'origine, la poule et l'oeuf... «Qui est premier, de la poule ou de
l'ceuf? », se demandent ainsi Deleuze et Guattari au début du chapitre 4 de L 'Anti-cEdipe. Et
jis nous répondent, sur les traces de Marx: les investissements sociaux, les machines sociales,
les formes du socius, viennent d'abord. Avant méme la famille (la tribu n'est pas, comme pour
Marx, une « famille élargie »150). Dés qu'on pense la nature, dés qu'on lui impose le
ralentissement d'une fonction scientifique (par exemple, toute la chaine évolutive que Darwin
place avant l'origine de l'homme) on est déjá d'emblée dans les catégories données par une
forme sociale. II faut accepter les conditions que cette existence impose á la connaissance, á

147
MP p. 82
148
Cf MP, p. 79.
149
AO, p. 165.
150
cj AO p. 326

78
l'accs á l'évolution biologique, á la pensée de la vie en général. Toute classification en
termes de « formes de vie» dépend d'une forme de socius qui la conditionne. La pensée de
l'inconditionné ne peut donner que des paralogismes. On pense la vie á partir de notre forme
du socius. II arrive que la genése des machines sociales coincide ayee la coupure entre homme
et nature. Cette coupure n'est pas naturelle mais en elle-mame sociale ; elle n'est pas pensable
sans une forme clii socius : hors de la différence homme-nature ji n'y a pas la « pure
nature libre » mais l'infini chaotique qui est la limite de notre pensée. Seule la synthése
organique passive précéde ces synthéses actives sociales: et cette synthése, bm d'établir la
distinction homme-nature, implique l'unité profonde de l'homme et de la nature.

Les machines désirantes comme « forces productives »

JI est vrai que le réel peut bien étre conçu hors de la distinction homme-nature. On peut
plonger dans le virtuel. llfaut le faire comnie condition de tout acte de création véritable Ceci
est nécessaire, est la condition de tout acte de création véritable (y compris la création
politique qui seule peut permettre le passage entre les formes sociales). II arrive que les
formes du socius, exercent une fonction répressive, dans la mesure oú, dans les conditions
déterminées par un systéme de représentation sociale, les conditions de possibiité de la
formation de ce systéme restent cachés. C'est justement le travail de la représentation, de
refouler le monde des différences pures: telle est l'argumentation du chapitre premier de
Df[érence el répétition : montrer que du point de vue de la philosophie de la .représentation, II
semblerait que «la différence paraisse maudite, qu'elle soit la faute ou le péché, la figure du
Mal promise á l'expiation »151 . Dans L 'Anti-CEdipe, la nouveauté est la thése selon laquelle la
représentation est d'abord sociale, et pour cette raison c'est le travail des formes du socius, de
maudire la différence. Nous avions anticipé cette idée dans le chapitre II: accéder au virtuel
est difficile dans l'état actuel des choses. Mais nous avions aussi anticipé que, malgré la
répression que les machines sociales exercent sur le fond de la différence pure, on peut sentir
l'énergie du virtuel qu.i nous charge, qui charge les objets et les créatures du monde autour de
nous. Qu'on peut sentir le battement du virtuel, comme un cur qui bat dans notre poitrine.
Qu'on peut sentir son apparition éclatante quand le temps et l'espace sortent de leurs gonds et
que la création devient possible: la joie. Mais ce n'est lá qu'un aperçu. Une vision plus claire,

'' DR, p. 44.

79
plus distmcte du virtuel est considérée comme pathologique: celui qui l'atteint est considéré
un malade dont la personnalité est en train de se dissoudre 152 . L'expérience schizopbrémque,
bien que motif de souffrance pour celui que la subit dans les conditions actuelles de la société,
est singuliérement importante pour Deleuze et Guattari dans la mesure oiX elle nous offre une
connaissance du virtuel qui reste maccessible á la conscience «normale »: «Lenz [le
schizophrne créé par Georg Büchner dans la nouvelle homonyme de 18351 s'est mis avant la
»153.
distinction homme-nature, avant tous les repérages que cette distunction conditionne
Voilá l'importance du « sehizo ». Nous y reviendrons dans la conclusion de la thése.

Pour arracher la différence á. la malédiction, et l'expérince du «schizo » au


pathologique, ji faut des conditions politiques qui rendent possible une telie plongée, une telle
conception, une tefle ouverture dans les conditions d'une création positive et convenant á la
nature humaine. Le dehors bianchotien (le monde virtuel des différences, l'univers des
machines désirantes) pourra alors s'ouvrir devant nous; mais pour que cette ouverture ne
dépende pas du hasard, pour qu'elle ne soit pas évanescente, qu'elle ne nous transforme pas
en loques, ji faut des conditions politiques á son développement: «avant l'étre ji y a la
politique »154, pour nous, de notre point de vue, les conditions politiques répriment la
connaissance adéquate des conditions ontologiques de notre existence. Jusqu'aiors, sans une
forme de socius ini donnant de la consistance, notre connaissance restera inadéquate:
«métaphysique », des constructions philosophiques qui se dissolvent dans l'air, des créations
de l'imagination, des délires. Mais ji faut nous satisfaire de ce que l'on a. Continuons donc
sur le chemin de la connaissance inadéquate que nous avons entrepris (toujours menacés par
les idées dii sens commun, toujours aux aguets pour ne pas s'y laisser piéger) i'homme
dépend de la société, mais les formes du socius, dépendent de ce monde pré-individuel: « la

152 Du point de vue de la pathologie, la schizophrénie est une « maladie » inventée par Eugéne Bleuler qui, u. la
charniére du XIXC et du XX siécle rebaptisa ce que Emil Krpelin avait nommé quelques décennies avant
« dementia praecox ». « Qu'est-ce que la schizophrénie? Que signifie le terine schizophrénie? On pourrait
dite qu'au sens le plus éiémentaire, la schizophrénie est un mot, une idée et une 'maladie', inventés par
Eugéne Bleuler, tout comxne psychanalyse est un mot, une idée et un 'traitement' inventés par Freud;
pareillement, Coca-Cola est un nom, une idée et une boisson gazeuse, inventés par celui qui le lança sur le
marché ( ... )Krpelin et Bleuler ne découvrirent ni lésion histopaihologique ni processus pathophysiologique
che2 leurs patients. Au lieu de cela jis firent comme s'ils avaient découvert de telles lésions et de tels
processus et jis étiquetérent leur patients en conséquence ( ... ) tout au long de son livre, Bleuler souhgne que
le inalade schizophréne souffre d'un 'trouble de la pensée' qui se marnfeste par un 'trouble du iangage' »
Szasz, T. La schizophrénie, trad. par M. Manin, Payot, Paris, 1983.
' AO,p. 8.
154
MP; 249. Nous reviendrons sur les conditions politiques de la connaissance adéquate vers la fin de la thése.

80
forme ou qualité de tel ou tel socius, corps de la terre, corps dii despote, corps du capital-
argent, dépend d'un état de développement intensif des forces productives »155. Les machines
désirantes sont des «forces productives » de la réalité:

Force(s) productive (s). Définition: 1 / Produclivité (du travail social); 2 / '(touj ours au pluriel en ce
sens) Capacités de production d'une fonnation sociale, ensemble des forces de travail et des moyens de
production d'une formation sociale, ensemble des forces de travail et des moyens de production d'un pays
ou d'une époque donnée. 3 / Systéme interactif des forces de travail et des moyens de productions dans
lequel s'exprrnle le rapport de l'homme aux objets et aux forces naturelles. 156

Dans toutes les acceptions des «forces productives» dans le Dictionnaire cnt/que du
marxisrne, on trouve une constante: i'appartenance des forces productives á une formation
sociale, ou au moins le caractére social des forces productives. Cependant dans
l'appropriation trs particuliére du marxisme qu'effectuent Deieuze et Guattari, il n'en est
rien. Les fonnations sociales dépendent d'un état de développement intensif des forces
productives. La gense Iranscendantale des formes du socius, peut seulement étre l'objet
d'une analyse de type métaphysique. On peut, et on doit rechercher dans le champ des
individuations pré-individuelies, le champ virtuel, l'usine de puissance de la réalité. C'est le
champ des forces producti ves, c'est l'univers des machines désirantes. Nous devons le penser
parce que lá se situent toutes les possibiités révolutionnaires, toutes les possibiiités de
dépasser le donné. La création git dans l'univers des machines désirantes. L'univers des
machines sociales est le lieu de la conservation, de l'acceptation. Le monde de la création, du
passage d'une forme á une autre, est le champ pré-individuel . Les formes du socius sont bien
«crées », «inventées» comme le disait Nietzsche pour les catégories. Mais pas crées par les
hoinmes, méme les plus puissants d'entre eux (les créations des puissants - des substances, du
sujet, de i'étre, du devenir-, viendront aprés). Ce sont des créations du champ pré-individuel
qui ont permis quelque chose comme l'existence humaine: ce sont les forces productives qui
s'individualisent, s'actuaiisent pour permetire les formes dii socius. Mais ce monde pré-
individuel doit étre pensé plus tard. D'abord ji faut penser le présent, penser le siécle (c'est le
plus exact: la production désirante ne tend á se libérer qu'á lafin'57 ).

' AO,p. 411.


156
Lefebvre, J.-P. Entrée « Force(s) productive (s)» in Benussan, G et Labica G Dictionnaire critique du
maixisme, Paris, PUF, 1982.
'" Cf cité plus haut, AO, p. 40.

81
Le champ des machines désirantes équivaut á ce que Marx appelait la production en
général, «le procés entre l'homme et la nature ayant pour fin la production de valeurs
d'usage et impliquant des moyens de production »158. Pour sa part, le champ des machines
sociales ou formes du socius [est celui des <modes de production historiques déterminés ». Et
le propre de la pbilosophie politique de Deleuze est d'étudier la production désirante dans sa
relation aux rapports sociaux de production (formes de socius ou machines sociales)' 59 .
Machines désirantes et machines sociales sont, aprs tout, «les mames machines» et «la
production désirante est d'abord sociale »160. La production désirante en général reste Irop
abstraite. 11 faut la penser en relation á des rapports sociaux déterminés: corps de la Terre,
corps du Despote ou corps du Capital.

158
Bidet, J. Entrée « Production, travail productif/ improductif» in Dictionnaire en Li que du marxisme., op.cil p.
917.
159 « Le propre du mandsme est d'étudier la production économique dans sa relation ayee les rapports sociaux
de production », ibid.
160
Çf supra et AO p. 40.

82
CHAPITRE IV
DES SYSTEMIES DE LA REPRESENTATION

Ii n'y a pas un seul systéme de la représentation. Ji y a plusieurs systémes de


représentation politique (ou «formes de socius»): il. s'agit de la triade corps de la Terre,
corps du Despote, corps du Capital présenté dans L 'Anti-Oedzpe 161 . Chacune de ces formes
correspond á un des systémes de représentation gnoséologique présentés dans D?fférence et
répétition : représentation mythique, représentation organique et représentation orgique. Nous
consacrerons le chapitre Y á montrer analyser le fonetionnement du socius territorial et sa
correspondance ayee la représentation mythique. Le chapitre VI s'occupera du couple socius
despotique - représentation organique. Seulement alors pourrons-nous aborder, dans la
deuxiéme partie de cette thése la gageure qui représente le couple socius capitaliste -
représentation orgique. Mais avant cela, ji faut nous arréter sur le probléme général qúe nous
pose la représentation. Puisque, méme dans leur diversité, les formes de socius ou « machines
sociales» ont quelque chose en commun: elles se caractérisent, toutes, par le primat de
l'identité. «Le primat de l'identité, de quelque manire que celleci soit con çue, défimt le
» 162
monde de la représentation

Nous l'avons déj á anticipé: si Deleu.ze participe á la critique de la représentation, c'est


dans la mesure oi celle-ci ne rend pas compte des problémes auxquels elle prétend donner
une solution. La représentation a une longue histoire en philosophie; nous nc prétendons pas
reconstruire cette histoire (cela pourrait étre le sujet d'une autre thése) mais ji est cependant
nécessaire de bien établir la position de Deleuze vis-á-vis de cette histoire. En effet notre
hypothése est que c'est la particularité de cette position qui lui permet de faire le diagnostic
d'un capitalisme unique, puissant, et dont la détermination historique va de pair avec la

161 cfpra Chapitre ifi.


62
DR, p. 1, c'est moi qui souligne.

83
détermination ontologique. Le pomt de référence pour Deleuze, á l'heure de la critique,
sembie étre Kant' 63 . Quand, dans le deuxiéme chapitre de Dfférence et répétition, Deleuze
montre de quelle façon les synthéses actives de la représentation supposent les synthéses
passives de la répétition, c'est Kant qui est le point de référence dans la C'est
pour celle raison que, á l'heure de donner une série de précisions sur la maniére dont la
représentation est comprie par Deleuze, notre propos tournera autour de Kant.

Le probléme que prétend aborder la représentation peut, en effet, étre posé en termes
kantiens: comment le divers peut-il étre unifié dans une expérience commune? C'est le style
de problémes posé par Kant et qui lui valent l'admiration de Deleuze: ce probiéme
l'intéresse. Seulement, la solution kantienne, posée en termes de représentation,
manque selon Deleuze son objectif: en effet elle n'explique pas l'unité: elle la suppose.

1) Premiére précision: la représentation pour Deleuze est définie par le primat de


l'identité. Cependant, lorsque par exemple, Kant parle de « représentations » (Vorstellung) ji
ne fait pas référence aux conditions de l'identité de l'expérience, mais á la diversité des
contenus mentaux. La tension entre ce sens du terme « représentation » et l'usage qu'en fait
Deleuze est présente dans l'entrée correspondante du Vocabulaire technique et critique de la
philosophie de Lalande (acceptions C et D):

C. Ce qui est présent á l'esprit; ce que i'on « se représente »; ce qui forme le contenu concret d'un acte
de pensée. « Les deux mots rçprésenlaiion et chore, d'abord distingués, viennent se confondre en un
troisiéme phénoinne » Renouvier, Erraís de Cnt. gén. 1, 10... D. Acte de se représenter quelque chose,
faculté de penser une matiére concréte en l'organisant sous des catégories. - L'ensemble de ce que l'on se
165
représente ainsi.

Mais, du point de vue deleuzien, II n'y a pas d'ambiguYté: les représentations comme
contenu mental telles que les conçoit Kant relévent des formes pures et du sujet
transcendantal qui garantissent ¿ipriori leurunité « les organisant sous des catégories ». Kant

163
Le rapport de Deleuze avec Kant est curieux. Dans L'A bé cédaire , it la lettre K de Kant, ji explique qu'il le
considére comme « le philosophe dujugement » et signale aussit6t que I'un des problémes qui l'intéressent le
plus est celui de pouvoir « en finir avec le systéme du jugement ». Ji le considére comme «l'incamation
parfaite de la fausse critique» (ID, p. 192) et cependant ini dédie un livre. II concéde une fascination pons
son ceuvre: «Quand on se retrouve devant une ceuvre d'un tel génie, ji ne pent pan étre question de dite
qu'on n'est pan d'accord. JI faut d'abord savoir admires; il faut retrouver les problémes qu'il pose, sa
machinerie it ini » (II), p. 192).
164
Çf DR, pp. 97-112.
165
Lalande, A. Vocabulaire technique et critique de la philosophie, Paris, PUF, 1997, p. 921.

84
fait appel au caractre « divers» des représentations, mais le monde des différences est déjá
refoulé par le monde de la représentation qu'il a báti, défini par le « primat de l'identité ».
Chez Kant, selon Deleu.ze, les diverses « représentations » dépendent de ce qu'il appelle des
représentations á proprement parler: «soit, á proprement parler, des «représentations»: la
substance, la cause, etc., concepts a priori »166 Les Vorstellung dépendent de l'unité garantie
par les concepts purs de l'entendement et son principe plus général, le Je pense: «le Je pense
est le principe le plus général de la représentatión, c'est-á-dire la source de ces éléments et
l'unité de toutes ces facultés »167. Pour la clarté terminologique de cette thse, nous
réserverons donc le terme « différences» aux composantes du nionde virtuel quand il n'est
pas conçu sous une identité, le terme «divers » aux éléments soumis á la représentation, et le
terme « représentation» á l'opération de subsumption des différences á une forme de
l'identité de quelque rnanre que celle-ci soit con çue.

Représentation matérielle

2) Deuxiéme précision. Le divers ainsi subsumé par la représentation ne consiste pas


uniquenient en des « contenus mentaux », puisque dans l'immanence deleuzienne 1' «étre »
se dit aussi bien des «contenus mentaux » que des « choses» (tous les étres ayant le méme
niveau de réalité). II en est de méme pour la représentation: l'opération de subsumption n'est
ni mentale ni subjective, sinon réelle et objective. Heidegger écrivait dans son ouvrage
«L'époque des 'conceptions du monde'»:

Représenter signifie ici: á. partir de soi, mettre quelque abose en vue devant soi, en s'assurant, en
confinnant et en garantissant l'ainsi fixé... L'étant n'est plus siinplement ce qui est présent, mais ce qui,
dans la représentation, est posé en face, est opposé, est ob-stant comme obj st. La représentation est
objectivation investigante et maitrisante. La représentation rabat tout á l'unité de ce qui est ainsi
obj ectif168 .

Chez Heidegger, comment chez Kant, l'unité des représentations au sens kantien suppose
bien l'unité dans la représentation. C'est le fameux début du §16 de la Critique de la raison

1,16 PCK,P.20.
167
DR, P. 180.
168
Heidegger, M. « L'époque des 'conceptions du monde')> in Chemins qui lnénent nulle par!, trad. W.
Brokmeier, Paris, Gauimard, 1962, pp. 140-141.

85
pure: «le fe pense, ou le conscience de ma pensée, doit pouvoir accompagner toutes mes
autres représentations; autrement quelque chose serait représenté en moi sans pouvoir étre
pensé, ce qui revient á dire, ou que la représentation serait impossible, ou tout au moins
qu'eile nc serait rien pour moi »169. Quand Heidegger critique la représentation, il envisage
une représentation subjective, un sujet qui se représente le réel, un sujet qui est
nécessairement húmain. Heidegger est trés clair sur cet aspect dans son Nietzsche:

Au début de la philosophie modeme se trouve la proposition de Descartes: Cogito, ergo sum (« Je pense,
done je suis »). Toute conscience des choses et de l'étant dans sa totalité se voit ramenée It la conscience
de soi-méme du sujet humain en tant que le fondement inébranlable de toute certitude... La réalité du réel
est le représentépar le sujet se le représentantpour lui-méme 170 .

Pour Deleuze, au contraire, bien qu'il s'agit toujours de « rabattre tout á l'unité» pour la
représentation, cette unité ne repose pas dans l'objectivation de la réalité á partir de la
conscience subjective. Ji ne s'agit pas du sujet humain mettant les objets en face de lui pour
s'assurer l'unité comme nécessité subjective, méme s'il s'agit d'un «sujet transcendantal»
comme chez Kant. Pour Deleuze ji ne s'agit pas du sujet qui se représente le réel. Ji ne s'agit
pas, (ou tout du moins pas exclusivement), du réel représenté par le suj et se le représentant
pour lui-méme. Le fondement n'est plus le moi, le sujet, ou l'homme. Et ccci pour des raisons
politiques que nous avons déjá vues: le point de départ en est natureliement des individus qui
produisent en société; l'individu isolé dépend d'une forme de production sociale. Donc
l'unité du réel dans la conscience dépend de son unité au sein d'une forme de socius 171 . Ce
qui ne veut pas dire qu'il ne s'agisse plus de «représentation ». Ti s'agit, cependant, d'une
représentation sociale.

La représentation politique peut &re comprise autrement

3) Troisiéme précision: ji s'ensuit que la représentation est d'abord sociale, c'est-á-dire


matérielle, ayant de pouvoir étre, gráce au développement des forces productives et á la

169
Kant, 1. Critique de la raisonpure, trad. J. Tissot, Paris, Ladrange, 1864, p. 143.
170
Heidegger, M. Nietzsche, trad. P. Klossowski, Paris, Gallimard, 1971, y. U, p. 105.
171
11 faudrait une recherche spécifique dans l'ceuvre de Heidegger pour déterminer s'il y a chez lui un équivalent
des formes de socius, c'est-It-dire déterminer quelles sont les conditions de possibilité des temps modernes et
de leur exigence représentative.
transformation des rapports sociaux qui en découlent, une affaire de conscience. La
représentation telle que la conçoit Heidegger (imaginaire et dont le défaut est de bloquer le
dévoilement de l'&re á i'honime - oubli qui nous empéche de nous comprendre comme
Dasein et non pas comme sujet humain) dépend de la représentation politique. Avant i'étre, ji
y a la poiitique. Cela est trés clair chez Hobbes:

A Muititude of men, are made One Person, when they are by ono man, or one Person, Represented; so thai
it be done with the consent of every one of that Multitude in particular... And Unity, cannot otherwise be
understood iii Mu1titude 2.

L'unité, encore une fois, est le caractére principal de la représentation. La Personne est le
représentant, ceiui qui, conime acteur, méne des actions au nom de ¡ 'auteur, celui qui fait au
nom de quelqu'un, qui est le vrai responsable des actions. La multitude, dans ce cas, est
i'auteur, l'autorité. Mais pour trouver son unité, elle doit trouver un représentant. On a donc
un représentant, et le représenté. Le représenté est bien une multitude d'hornmes. Avec le
consentement de chacun des intégrants d'une multitude, ji est possible de fonder une unité
sociaie, un systéme représentatif. Mais Hobbes un parvient jamais n'est jamais amené á
expliquer cominent ce consentement de tous, ce conventant, cette alliance a lieu... II n'en a
pas besoin, c'est un fait. Mais ji est clair que ce consentement fonde un Etat. Et cet Etat
définit le pnmat de i'identité: c'est une représentation dans le sens deleuzien du terme selon
Dfférence et répétition. Mais ji est aussi une formation sociale, et donc une représentation
dans le sens de L 'Anti-(Edipe : une forme de socius.

C'est daus le cadre de cette représentation politique qu'une représentation gnoséologique


peut avoir lieu Mais I'unité du divers des Vorstellung dans la conscience subjective
seulement est possible dans cette unité garantie par la représentation de la Personne. C'est
aussi dans le cadre assuré par cette unité que tout rapport possible (qu'iI soit ou pas de
correspondance) entre ce divers ainsi unifié et les «objets » peut prendre sens. Ce n'est pas
dans le sujel, sous l'unité supposée de sa conscience comme «fondement inébranlabie de la
vérité au sens de la certitude» que le chaos est ordonné sous le mode de l'objectivité 173 .

L'unité inmanente des sujets et des objets peut seulement étre garantie par la transcendance
du représentant.

172
Hobbes, T. Leviat/zan, Cambridge, Cambridge University Press, 1996, p. 114.
'73 Cf. Heidegger, M. « L'époque... » op. cit. p. 139.

87
Nous pouvons alors oser dire que i'Etat, pour Hobbes, est aussi la condition de possibilité
de i'expérience (en ce sens l'Etat de nature est une fiction : une représentation engendrée dans
les caches ciéfinis par notre étre social et non pas un « état effectif de l'existence »). Un autre
point de concordance entre Deleuze et Hobbes serait que les formes du socius ne sont pas des
formes a priori sinon a posteriori, elles sont empiriques et se forment par le biais des «grands
hasards» et des «étonnantes rencontres » qui composent l'hístoire de i'humanité. La
différence est que, tandis que pour Hobbes ji y a une forme unique de la représentation
(< cannot be understood otherwise »), pour Deleuze, en revanche ji peut y en avoir de diverses
formes, qui donneront Jieu á diverses formes sociales. Ce qui s'avére d'ailieurs davantage
nécessaire puisque, pour Deleuze, ces hommes, les «auteurs » de la représentation étatique,
n'ont pas d'existence hors de formes de socius. L'unique auteur á proprement parler en est le
désir

Mais, de toutes mani&es les formes du socius sont le prrncipe le plus général de l'unité du
divers, et elles sont essentiellement politiques: au lieu du Je pense, Deleuze propose le Nous
produisons comme principe de la représentation.

Une formation sociale parmi d'autres

L'enjeu méthodologique deleuzien est de ne pas naturaliser le capitalisme. Ne pas


abandonner la possibilité de penser d'autres formes de socius. Pourtant, ji ne sumt pas de
dire: le capitalisme est une machine sociale parmi d'aulres; les autres, nous pourrions peut-
étre les trouver, peut-étre les étudier, mais ici, nous n'étudions que le capitalisme. Deleuze et
Guattari construisent théonquement d'autres formations (avec, parfois, des rnorceaux, des
restes, de possibles traces laissés par d'anciennes formations et que nous retrouvons ici et lá
dans notre science) et jis nous montrent comme elles fonctionnent. lis prouvent ainsi deux
choses: 1) qu'il est possible de construire d'autres machines sociales (nous ne soinmes pas
condamnées au capitalisme) ; 2) que, méme dans le capitalisme, tout n'est pas rattaché á cette
forme d'organisation; donc, avec ce qui échappe au capitalisme, nous pouvons construire d'
autres formes de socius (soit pour le passé, soit, espérons-le pour le futur). « Pas de systéme
social qui ne fuie pas tous les bouts et le capitalisme n'est pas l'exception.

174
MP, p. 249.

88
II y a le plus gros chapitre de L 'Ánhi-CEdipe, le troisime, « Sauvages, Barbares, Civilisés ». Ii est lá
question pour i'essentiei, des sociétés qui sont l'objet d'études des ethnologues. Que fait lá l'ethnologie?
Elle assure á l'entreprise de Deleuze et Guattari Sa cohérence, qui est trés forte, en fournissant á leur
démonstration des points d'appui extra-occidentaux (prise en compte des sociétés primitives et des
empires barbares). Si les auteurs se bomaient á dire: dans le capitalisme, les choses fonctionnent ainsi, et
dans les autres types de sociétés, ça fonctionne différemment, ca ne quitterait pas le terrain du
comparatisme le plus plat. Ii n'en est rien, car jis montrent « comment ça fonctionne différemment ».

Pierre Clastres signale bien ici le but de Deleuze et Guattari montrer comment Cela peut
fonctionner différemment que dans le capitalisme. Peut-étre confond-il les «fonctions
scientifiques» de l'ethnologie avec les con cepts de «socius sauvage» et de « socius
barbare » de Deleaze et Guattari. Et peut-étre affirme-t-il trop vite l'« existence actuelle» de
ces formes de socius qui appartiennent plutót au champ du réel-virtuel philosophique et ayant
le méme rapport complexe ayee leurs voisins des sciences sociales, le méme rapport
complexe avec le temps et l'espaçe que celui que nous avons déjá signalé entre le capitalisme
et l'histoire. Ce sont de petites machines théoriques qui visent toujours á mieux comprendre le
capitalisme, á nc pas confondre le fonctionnement dii capitalisme avec un fonctionnement que
liii est étranger. Mais les propos de Clastres restent néanmoins fondamentaux: en effet II nc
suffit pas de díre: « Dans le capitalisme, les choses fonctionnent ainsi, et dans les autres types
de sociétés, ça fonctionne différemment », it faut montrer « comment ça fonctionne
différemment ». Nous avons déjá anticipé notre propos en disant que la táche des machines
sociales est de subsumer de quelque mani&re que ce soit la différence pure de la production
désirante á une forme de l'identité au travers d'un systéme de la représentation. «C'est
pourtant de maniéres trés diverses, suivant la formation sociale considérée »176. II nous faut
donc á présent étudier chaque maniére dont les diverses formes du socius entreprennent la
táche de refouler et de réprimer la production désirante, les divers systémes de la
représentation, qui vont pouvoir nous montrer comment çafonctionne dfféreminent.

Qu'est-ce que cela veut dire, d'un pomt de vue politique, qu'il y alt une «multiplicité de
formes dii socuus»? Cela veut dire que la politique nc peut pas étre réduite á. une théorie de
l'Etat ou de la souverauueté. Nous sortons ainsi de la dualité de la philosophie politique : s'il y

175
Clastres, P. in «Deleuze et Guattari s'expliquent », table ronde organisée par La Quinzaine lilléraire en 1972,
á l'occasion de la sortie de L'AnLi-CEdipe in ID, p. 315.
' AO, p. 217.
a de la souveraineté, c'est de la politique ou bien s'il n'y en a pas, c'est de l'économie, c'est la
société civile: ce n'est qu'un conglomérat. La théorie des fonnes du socius que Deleuze et
Guattari nous présentent vise á faire dégringoler ce dualisme classique de la philosopbie
politique.

Si toutes les fonnes du socius sont un moyen de subsumer la différence á i'identique, si


toutes sont le moyen d'imposer le monde de la représentation an monde de la production
désirante, comment alors est-ce que « ça fonctionne différeminent» ? En quoi consiste la
spécificité de chacune de ces formes? Sur ce point, l'originalité de la théorie de la
représentation exposée dans Différence et répétition rejoint les problémes posés par L 'Anti-
Edipe. II n'y a pas un seul systéme de la représentation, mais plusieurs. Deleuze appeile
«représentation organique » l'ídée habituelle que i'on se fait de la représentation ; ji la retrace
jusqu'á Aristote: les différences concordent en un concept identique. Le concept garantit
i'harmonie. Mais celle conception de la représentation est déjá idéologique et déguise le sens
du systéme de la représentation. Cela devient encore plus grave quand on croit que le
capitaiisme, pour ne pas étre un systéme représentatif au sens aristotélique du terme, n'est pas
un systéme représentatif (u n'est donc pas une forme d'organisation sociale, ji n'est donc pas
politique). Mais ji s'agit d'une vision restreinte de la représentation. Sa táche n'est pas de
ranger les différences déjá représentables sous un concept commun, mais de répnmer la
production désirante. «Si la représentation est toujours une répression-refouiement de la
production désirante, c'est pourtant de marnéres trés diverses, suivant la formation sociale
considérée »177, lit-on dans L 'Anti-Edipe. La seule maniére de refouler la production
désirante n'est pas de ranger les différences sous des concepts barmonieux. Plus encore, ji
serait impossibie de ranger les différences sous un concept conimun si, antérieurement, les
différences ne s'étaient déjá pas extraites du chaos, de la boue virtuelle. Les machines
désirantes doivent étre domptées: ji sera seulement possible ensuite de leur imposer le bel
ordonnancement qu'aimait tant Aristote. Les trois formations sociales dans L 'Anti-(Edipe (la
triade «corps de la Terre » - « corps du Despote » - « corps dii capital ») correspondent aux
trois systémes de la représentation présentés dans le premier chapitre de Dfférence et
répétition: représentation mythique (pp. 82-88) pour le socuus primitif; représentation
organique (45-52) pour le socius barbare; représentation orgique (pp. 51-71) pour le socius

' AO,p. 217.


capitaliste. Ça fonctionne différemment... Ce qui ne veut pas dire que ce ne soit pas toujours
de la représentation, avec toute son innocuité politique.

Qu'est-ce qu'une pensée qui ne fait mal A personne, ni á celui qui pense, ni aux autres? Le signe de la
récogniüon célébre des fiançailles monntrueuses, oü la pensée «retrouve» l'Etat, retrouve «1 'Eglise »,
retrouve toutes les valeurs du temps qu'elle fait passer subtilement sous la forme pure d'un étemel objet
quelconque, éternellement béni... Tel est le monde de la représenlation en général' 78

Et, au-delá de toutes ces formes de représentation, ji y a une pensée non-


représentative qui re1ve d'un agencement social n'ayant pas besom de refouler la production
désirante et le monde des différences pourfaire coininunauté, pour articuler des formations de
puissance qui aniéliorent notre existence. Ces fonnations permettent d'augmenter notre
capacité d'agir. Face á la pensée représentative, qui ne fait de mal á personne, l'action de lever
la voix d'une pensée non-représentative permet d'agir comme un poison sur le monde de la
représentation capitaliste. (Cela fera l'objet de la troisime partie de cette thse).

' DR pp. 177-179

91
CHAPmtE V

REPRESENTATION TERRITORIALE : LE SOCIIJS PRIMITIF

Toute forme du socius, nous l'avons vu, présuppose la distinction homme-nature. On ne


peut se représenter l'homme en dehors de celle distinction. L'homme des synthses passives
qui constituent «notre habitude de vivre » et que nous avons présenté au chapitre III,
l'homme organique des synthses passives que suppose toute représentation (gnoséologique
ou sociale), est évanescent, se dissout dans le chaos des différences d'oú la répétition l'a
extrait aussit& formé: « Le monde des synthses passives constitue le systme du moi, dans
les conditions á déterminer, mais le systéme du moi dissous... [Toute contraction] se défait
dés que son objet lui échappe »h79. Les contractions de la répétition constituent des organes,
mais ces organes ne s'agencent pas sons une forme humaine reconnaissable.

Mais, dés que l'homme dure, dés qu'il persiste en l'existence, dés que les organes sont
soumis á une organisation, une activité est déjá exigée: une synthése qui assure que les
individuations ne se dissolvent pas, une synthése active qui recouvre la synthése passive,
l'arrache au virtuel-intensif et la fait passer á un régime extensif, oú les choses se passent dans
un certain temps et un certain lieu. Nous avons vii qu'effectuer des synthéses actives est,
justement, le travail de la représentation. Nous voyons ici que la représentation n'est rien de
critiquable en soi: la critique, comme nous le disions, est de montrer qu'un certain probléme
peut se dissoudre dans un certain milieu 80. Mais dans le milieu approprié, le méme concept
peut devenir puissant. Dans le cas de la représentation, bien qu'elle échoue á expliquer
certains problémes déj á signalés, elle permet cependant ?i. Deleuze de rendre compte d'une
chose qui n'a rien d'accessoire : le passage au régime extensif. Seulement, la synthése active
de l'entendement exige pour sa formation une synthése sociale, suivant le principe annoncé
précédemment: la représentation psychologique reléve toujours de la représentation sociale

179
DR, P. 107.
180
QQP p. 33.

92
précédemment: la représentation psychologique reléve toujours de la représentation sociale
qu'elle suppose. La synthése active renvoie donc á des conditions d'organisation sociale que
la rendent possible les liens de dépendance avec « un ensemble plus grand » se manifestent.

Une forme du socius est le réquisit pour l'existence dans un certain temps et un certain
lieu, au lieu de la dissolution perpétuelle du régime intensif: c'est la premire forme du
socius présentée par Deleuze et Guattari dans L 'Anti-Edipe, le premier composant de la triade
des corps sociaux : la machine territoriale primitive des sauvages, organisée par le corps plein
de la Terre. Cela ne veut pas dire, on insiste, que ce soit la «premiére» d'un point de vue
historique. Deleuze et Guattari insisteront maintes fois sur le fait que les sauvages ont
toujours coexisté avec de grands Empires, méme éloignés géographiquement. Mais, du point
de vue du concept, la premiére est la société primitive. II faut avant toute chose mettre un peu
d'ordre dans le chaos. Non pas comme la répétition (de façon passive, évanescente) mais de
façon active, stable.

Le probléme est de passer d'un régime intensif énergétique á un systéme extensif... [L'énergie premiére
de l'ordre intensi] n'est pas encare étendue, ne comporte encare aucune distinction de personnes ni méme
de sexe, mais seulement des variations pré-personnelles en intensité... II s'agit de savoir comment, á
partir de cette intensité premiére, on passera á un systéme en ex.tension' 8
'

Le probléme est donc de passer d'un régime intensif á un systéme extensif. Seul le socius
territorial se trouve face ce problérne; pour les autres formations sociales, l'ordre extensif
existe déjá, II s'agit de changer son régime de fonctionnement. C'est la raison pour laquelle ce
socius est le premier du point de vue du concept: les hommes qui admettent une Personne
pour représentant, les sujets dont l'urnté vise á garantir l'unité du monde des objets.... Tout
cela présuppose une premiére division entre le chaos et quelque chose qui en résulte, tout cela
présuppose le passage du régime intensif á un systéme extensif (ou, bien évidemment,
l'inexistence de l'ordre intensif, ce qui impliquerait d'en finir avec toute la pensée
deleuzienne.

1" AO,p. 183.

93
« Faire une mémoire»

Les contractions de l'habitude ne suflisent pas á transformer le chaos dans le monde que
nous reconnaissons. En effet, méme s'il est vrai qu'une synthése passive de l'habitude «nous
compose organiquement »182 constituant notre habitude de vie, Deleuze nous dit que celle «
synthése passive de l'habitude renvoie elle-méme á celle synthése plus profonde, qui est de la
mmoire »153. En effet, la preniire synthése du temps (de l'habitude) constitue un présent au
travers de la contraction des difi'érences, celle contraction doit s'opérer dans un autre temps,
un passé pur qui est élément général de tous les temps. Le présent n'est que l'état le plus
contracté de ce passé pur, qui est dono son présupposé logique. Mais ce passé pur, nous dit
Deleuze, a un caractére « noumenal » et ces niveaux ont des «rapports de coexistence
virtuelle »184. Alors, ce n'est pas non plus la synthése passive de la mémoire qui vient
résoudre le probléme de l'existence actuelle. Une synthése active, le travail de la
représentation est nécessaire: et le principe de la représentation est justement la synthése
active de la mémoire : «on peut appeler synthése active de la mémoire le principe de la
représentation» 185 .

Les cas contractés ou fondus dans l'imagination n'en restent moins distincts dans la mémoire ou
l'entendement. - La mémoire reconstitue les cas particuliers comme distincts, les conservant dans
«l'espace de temps» qui 1w est propre. Le passé n'est plus alors le passé immédiat de la rétention, mais
le passé réflexif de la représentation, la particularité réfléchie et reproduite 186

II n'est dono pas étonnant que, si l'on insiste sur la priorité de droit de la représentation
sociale sur la représentation psychologique, la formation d'une mémoire extensive soit
l'affaire du socius. II n'est dono pas étonnant que former cette mémoire soit le fravail du
socius primitif: assurer que l'on n'oubliera pas les codes, que les piéces ou « cas » qui étaient
fondus ou contractés dans l'imagination resteront distincts, que les contractions de l'habitude
qui nous ont permis de vivre ne se dissolvent pas. Ii n'y a pas d'hommes sans mémoire. II

182
DR,p. 101.
183
DR, p. 108.
184 « [
Nous appelons] caractére notunénal, les rapport de coexistence virtuelle entre niveaux d'un passé pur... Et
ce que nous disons d'une vie [que chaque présent joue la mame vie á un niveau différent] nous pouvons le
dire de plusieurs vies. Chacune étant un présent qui passe, une vie peut en reprendre une autre, á un autre
niveau: comxne si le philosophe et le porc, le criniinel et le saint jouaient le mame passé, aux niveaux
différents d'un gigantesque córie », DR p. 113.
185
DR,p. 110.
186
DR, pp. 97-98.

94
s'agit donc «faire á l'homme une mémoire ». Deleuze et Guattari citent La Généalogie de la
inorale de Nietzsche (aprés tout, «c'est le grand livre de l'ethnologie moderne » 187 et sa
structure a inspiré la théorie des formes du socius)

Peut-&re ji n'y a-t-il méme rien de plus terrible et de plus inquiétant dans la préhistoire de l'hoinme que
sa mnémotechnique... Cela ne se passait jamais sans suppiices, sans martyres et sacrifices sanglants
quand l'homme jugeait nécessaire de se créer une mémoire; les plus épouvantables holocaustes et les
engagements les plus hideux, les mutilations les plus répugnantes, les rituels les plus cruels de tous les
cultes religieux 188 .

Ji faut rempiacer la mémoire intensive (celle oü coexistent tous les mveaux et toutes les
vies) par une mémoire extensive, déterminée. Quand Deleuze et Guattari disent que l'essence
du socius primitif consiste en «tatouer, exciser, inciser, dócouper, scarifier, mutiler, cerner;
initier », jis visent á. cela.

Coder le désir

Mais «créer une mémoire » ne sufiit pas. Qu'est-ce qu'il ne faut pas oublier? Ce que
Deleuze et Guattari appellent des codes: «coder le désir - et la peur, l'angoisse des flux
décodés -, c'est l'affaire du socius» 189 . Que sont ces codes ? Rien de trés différent de ce que
décrivait Foucault dans Les mots et les choses: «Les codes fondamentaux d'un culture -
ceux qui régissent son langage, ses schémas perceptifs, ses échanges, ses techniques, ses
valeurs, la hiérarchie de ses pratiques— fixent d'entrée de jeu pour chaque homme les ordres
empiriques auxquels ji aura affaire et dans iesquels ji se retrouvera »°. Ji est vrai que les
codes relévent chez Foucault du domaine de 1 'épistéme, dont le détail nc nous concerne pas
ici, puisque la catégorie centrale d'analyse choisie est celle des formes de socius. Mais, bien
que les codes relévent de la forme de la Terre, ce qu'ils signifient est la méme chose que chez
Foucault: i'ordre empirique auquel a affaire l'homme et qui régissent son langage, ses
schémas perceptifs. Seulement, Deleuze se demandera: comment est-ce que ces codes sont-

187
AO, p. 224.
188
Nietzsche, F. La genealogía de la moral, trad. A. Sánchez Pascual, Madrid, Alianza, 1972, p. 69. Cité in AO,
p. 169.
189
AO, p. 163.
190
Foucault, M. Les mots et les choses, Paris, Gallimard, 1966, p. 11.

95
jis mis en fonctionnement? Les mettre en fonctiomiement, c'est coder. Et coder, c'est
l'affaire du socius.

Qu'est ce que «coder» veut dire? Voilá l'une des énigmes les plus obscures de la
philosophie politique. Nous essaierons d'y voir un peu plus clair. Rópétons avant tout le
problme que vient résoudre le socius primitif: rendre compte de la façon dont un ordre
déterminé passe á l'existence. C'est-á.-dire, actualiser le virtuel. Ou, ce qui revient au méme,
actual iser l'univers des machines désirantes. L'univers des machines désirantes se caractérise
par une succession anarchique de coupures:

Une machine-organe est branchée sur une rnachine-source: l'une émet un flux que l'autre coupe...
Toujours une machine couplée ayee une autre... C'est qu'il y a toujours une machine productrice d'un
flux, et une autre qui lui est connectée, opérant une coupure, un prélévement de flux (le sein - la bouche).
Et comme la premiére est á son tour connectée á une autre par rapport á laquelle elle se comporte comme
coupure ou prélévement, la série binaire est linéaire dans toutes les directions. Le désir ne cesse
d'effectuer le couplage de flux continus et d'objets partiels essentiellement fragmentaires et fragmentés.
Le désir fait couler; coule et coupe191

Celle succession anarchique de coupures ne peut étre actualisée. L'actuaiisation implique


l'établissement d'un ordre déterminé pour la circuiation des flux de désir. Dans l'univers des
machines désirantes, n'importe quelle machine peut se coupler ayee n'importe quelle autre.
La représentation sociale, au contraire, va sélectionner certains couplages, qui seront permis,
et les différencier de certains autres qui, eux, seront interdits. Si toute connexion étajt permise,
on resterait dans le régime intensif. Dans le régime extensif, il n'en est pas de méme. Cet
organe peut se brancher sur cet autre pour faire passer le sperme; dans celle connexion, done,
le flux de sperme passe. Et puis: cet organe ne peut pas se brancher sur celui-lá; donc, le
passage du flux dans celle direction est bloqué. C'est ça, un code: un régime de marquage qui
indique les flux qui passent et les différencie de ceux qui doivent rester bloqués, ce qui serait
impossibie ayee des flux á l'état libre. Cela « revient [done] au méme de dire que tout
passerait ou coulerait avec lui, ou au contraire que tout serait bloqué »192. Pour ce faire, il faut
travailler sur les objets partiels capables de produire et de couper les flux: les organes. II ne
faut pas oubiier qu'á ce niveau, il n'y a pas encore de personnes globales: les synthéses

191
AO, p. 7, 11.
192 A0,p. 192.

Prel
organiques n'arrivent pas á leur donner la consistance nécessaire. La contraction des
synthses organiques a. produit des organes, mais ces organes n'appartiennent pas aux
personnes privées. Alors, la terre marque les organes pour les faire appartenir á. un organisme,
c'est-á-dire, les organisent. C'est le deuxime sens des marques : sélectionner des organes
remarquables et assurer des organes déterminés du flux intensif des synthéses passives. Le
socius territorial fait le tri:

Notre tort est d'essayer de comprendre la division platonicienne á partir des exigences d'Aristote. Suivant
Aristote, ji s'agit de diviser un genre en espces opposées... Mais II est évident que l'objection tombe si la
division platonicienne nc se propose nuliement de déterminer les espéces d'un genre... 11 nc s'agit pas de
diviser un genre déterminé en espéces définies, mais de diviser une espéce confuse en lignées pures, ou de
sélectionner une Iignée pure á partir d'un matériel qui nc l'est pas... [Le point de départ de Platon] est
posé comme une matiére illogique indifférenciée, un matériau indifférent, un mixie, une multiplicité
indéfinie représentant ce qui doit étre éliminé pour mettre á jour l'Idée comme lignée pure. La recherche
de l'or, voilá le modéle de la division 193 .

Selon cette analyse de Deleuze, Aristote part des genres et des espéces, d'une matiére qui
est déjá ordonnée « naturellement » et dont l'ordonnancement doit étre reconstitué. Platon est
beaucoup plus proche du chaos de la forme générale que de la différence et des cas fondus
dans l'imagrnation qui caractérisent la synthése passive' 94 : « c'est comme un animal en train
d'étre dompté, dont les mouvements, dans une derniére crise, témoignent rnieux qu'á l'état de
liberté d'une nature bient& perdue »195• Le témoin de cet état de liberté, le témoin des
machines désirantes, est cette «matiére illogique indifférenciée ». Le point de départ de la
dirision platonicieime n'est donc pas « un genre déterminé en espéces définies », mais ce dont
dépendent ces genres amsi déterminés : une espéce confuse (« ce qui doit étre éliminé »).
C'est le modéle de la recherche de l'or: éliminer la boue pour obtenir ce que l'on cherche. Le
chercheur d'or cherche ce métal précieux; la machine territoriale cherche ses piéces, son
«matériau humain ». Le point de départ de la représentation territoriale est aussi de la matiére
illogique indifférenciée, des «cas », des piéces qui se trouvent fondues dans l'imagination,
qui ne sont pas la pure différence mais en sont encore trop proches, qui en témoignent et sont

' DR. p. 83-84.


194Au sujet de la proximité entre la répétition de l'imagination et la forme générale de la différence, et le fait que
cette répétition se caractérise par des cas « contractés ou fondus », cf DR, pp. 97-98.
' DR, p. 83:

97
donc dangereuses. Deleuze et Guattari i'appelleront dans L 'Anti-(JEdipe 1' « influx
germinal »: ces flux qui restent hors de la machine, les flux qu'elle n'intégre pas,
composeront le résidu de l'univers des machines désirantes.

Mythe et régime de circulation des flux

Mais cela ne suffit pas á la méthode de la division platonicienne. Comment faire la


distinction entre les flux qui passent et ceux qui doivent rester bloqués? Cornment empcher
que les divisions se multiplient, que les marques se propagent? Si cela arrivait, nous
tomberions de nouveau dans le chaos originaire. Alors comment faire pour que cela tienne?
Comment distinguer ce que l'on doit marquer? II nous manque le principe d'une épreuve ou
d'une sélection. En plus, de maniére tout aussi nécessaire, ji nous faut établir le régime de
circulation des flux prélevés, les flux remarquables du point de vue de la machine territoriale.
Dans DijJérence et répétition, pour la division platonicienne, Deleuze signale le róle du
mythe: «[Notre question est de] savoir comment Platon fait cette différence, gráce á la
méthode .de la division. Le lecteur, ici, a une vive surprise; car Platon fait intervenir le
mythe »196 On n'approfondira pas ici sur les mythes platoniciens et l'analyse que Deleuze en
fait197. Nous n'approfondirons pas non plus le róle du mythe dans les sociétés priniitives dans
L 'Ánti-tTEdipe. Seulement, nous soulignerons que le mythe apparait dans les deux cas,
permettant d'expliquer le passage de l'ordre intensif á l'ordre extensif. C'est l'essentiel de
notre recherche spécifique.

[L'essentiel est] que l'on passe de l'intensif á l'extensif, c'est--dire d'un ordre de signes ambigus á un
régime de signes changeants mais déterminés. C'est lá que le recours au mythe est indispensable... Robert
Jaulin dit trés bien: « Le discours mythique a pour théme le passage de l'indifférence á l'inceste á sa
prohibition: implicite ou explicite, ce théme est sous-jacent á tous les mythes »19

C'est dans le mythe que l'on voit l'articulation entre l'instance intensive et l'ordre
extensif. Par exemple, Griaule montre comment dans le cas de la société primitive des
Dogons, le mythe raconte le moment déterminé oii les liaisons cessent d'étre intensives pour

196
DR,p. 85
'97 Pour ce qui est de la belle analyse de Deleuze sur ce point, cf. DR, pp. 86-87.

' AO, p. 185 et 198. La citation de Jaulm est extraite de La Mori sara, p. 284.

UM
devenir extensives, en «un nouvel modéle de connexion »199. Les signes cessent d'étre
neutres ou ambigus conime dans l'ordre intensif et deviennent déterminés: positifs ou
négatifs (ils passent ou ne passent pas: ceci est bien marqué, á méme la peau). II arrive que
l'ordre intensif soit celui de la compossibilité absolue : tout se compose avec tout 200 . Mais,
dans l'ordre de l'existence, 11 y ait des rapports qui ne composent pas avec les autres, c'est
alors le terrain de la lutte. Pour survivre, pour persévérer dans l'existence, il faut établir un
régime de circulation déterminé (dans I'instance primitive, ce régime effi cace est le fruit du
hasard, de la contingence des rencontres). « Dans le systéme physique en extension, quelque
chose passe qui est de l'ordre d'un flux d'énergie (+ - ou - +), quelque chose ne passe pas ou
reste bloqué (++ ou - -) »201. C'est ici le troisiéme seus du marquage : faire les marques que le
régime de circulation exige, comme les panneaux de signalisation pour la circulation routiére,
pour préserver ce qui nous a fortuitement perniis de survivre. Les flux ainsi marqués
deviennent des flux codfiés: c'est le régime des alliances. Cette codification est authentifiée
dans le mythe, á travers la prohibition de 1 'inceste.

Tel est le sens de la prohibition de l'inceste conçue comme Pinstauration d'un systéme physique en
extension: on doit chercher dans chaque cas ce qui passe du flux d'intensité, ce qui ne passe pas, ce qui
fait passer ou empéche de passe? 12 .

Voilá donc le sens de la prohibition de l'inceste: sortir de l'ordre intensif. Etablir un


cntére pour la circulation des flux, un régime de mariages entre des clans différents: des
alliances. Alliance, pacte, consentement, covenant «by which the parts of this Body Politique
were flrst made, set together, and united »203 : c'est le miracle du social. Mais aucun Etat
n'intervient lá pour assembler les piéces : le « corps politique » est ici la puissance de la Terre,
sa capacité de détruire tout ce qui n'a pas trouvé un régime de survie suffisamment efficace.
Un mále de cette tribu se marie avec une femelle de l'autre: voilá l'alliance. C'est l'aspect
spatial de l'ordre extensif. Qui se marie ayee qui, avec qui puis-je me marier, quels sont les
mariages interdits, quels enfants appartiennent á chaque lignage : voilá ce qui exige des codes.
Voilá ce qui exige une machine á coder: la machine territoriale. Codes Irés complexes dans

' AO,p. 182.


200
cy SPE, p. 167.
201
AO,p. 184.
202
AO,p. 192.
213
Hobbes, op. cii. P. 9.
les sociétés pnmitives, qui ont donc fait le plaisir des anthropologues et dont la variété est la
preuve de la contingence; dans L 'Anti-(Edipe, Deleuze et Guattari essaient d'en faire une
sorte de compte rendu, de Levi-Strauss á Leach, de Marcel Mauss á Nietzsche, de Griaule á
Adier et Cartry. Ici, tout ce qui nous intéresse est que de teis codes impiiquent une régulation
des flux. Le sperme ne coule plus partout, les signes ne sont plus neutres. C'est un flux qui a
maintenant des circuits spécifiques, á partir de signes positifs ou négatifs. Nous avons une
intersection : le sperme ne peut pas couler dans cette direction, ji doit couler dans celle-lá. Les
intersections des flux ainsi ordonnés sont ce qu'on appelle les « persoimes» (« les noms, les
appellations ne désignent plus des états intensifs, mais des personnes discemables... Les
personnes, avec les noms qui les désignent maintenant, ne préexistent pas aux interdits qui les
constituent comme telles» 204). La personne ayee laquelle je ne peux pas me marier : ma sur,
ma mére. La personne queje suis, par le fait méme de ne pouvoir épouser ma sceur, ma mére:
le frére, le fis. Et puis on a le résultat des connexions permises: l'alliance, le covenant. Une
petite usine á produire des enfants, qui seront i'objet d'une nouvelle alliance, selon les codes
établis.

A tr'avers ces pomts de référence que sont les marques, le travail de la représentation
primitive est mené á terme. Une société émerge du chaos intensif. Une unité est possible.
Parce que, á n'en pas douter la Terre fait « tenir ensemble », elle est, aprés tout, «l'umté
primitive »205

Ç
204
AO p 188
205 AOp 164
ét

100
CHAPmEVJ
REPRESENTATION IMPERJÁLE : LE SOCLUS DESPOTIQUE

Pero yo ya no soy yo
Ni mi casa es ya mi casa.
(FEDERICO GARCÍA LORCA)

Pourquoi avons-nous la nostalgie des Grands Empires? Chaque fois que nous regrettons
la dissolution de l'unité de la conscience ou de la force de l'Etat, c'est sous d'autres noms et
sous d'autres masques, que nous vivons faisant un deuil impossible de l'Egyptien, du
Mycénien, de l'Etrusque en nous206 . D'oü• vient-elle, cette manie de fonder que nous avons,
nous, les modernes ? Fonder des Etats, fonder des Nations ? D'oi vient cette exigence en nous
d'un fondement? Et, plus important encore : d'oü vient l'idée que nous nous faisons de ce
qu'est un fondement et de ce qu'est une unité? Nous ne sommes pas encore préts á répondre,
ou á. risquer une réponse á celte question. Mais c'est, en tous cas, une exigence moderne ou
tout du moms oceidentale. Fonder! Retrouver un sol, une terre. Peut-tre paree que le
capitalisme nous l'en1ve sans cesse dans sa folie de déterritorialisation? Peut-étre paree que
nous sommes si tristes, si perdus au milieu de celle mach.ine de tristesse ? Pour le moment, je
veux souhaiterais seulement éviter toute confusion: le fantóme de l'Etat revient comme
exigence d'une fondation, revient comme Urstaat. Mais les grands états tels qu'ils ont existé
«depuis le Néolithique », n'ont rien á voir avec l'exigence d'une fondation. Leur systéme de
représentation n'a rien á voir avec la garantie de la connaissance, de la vérité et de la
certitude. Pour les barbares, ur les terribles hommes blonds, il s'agit, tout simplement, de
dominer, de conquérir, et de s'approprier tout ce qu'ils trouvent sur leur chemin. Si jamais un
Etat a pu étre fondé, c'est bien paree que les fondateurs d'Etat n'avaient pas celle
« fondation » pour but.

206
AO,p.257.

101
« fis arrivent comme la destinée, sans cause, sans raison, sans égard, sans prétexte, jis sont lá avec la
rapidité de l'éclair, trop terribles, trop soudains, trop convaincants, trop aufres pour &re méme un objet de
haine. Leur ceuvre consiste á créer instinctivement des fonnes, á frapper des empreintes, jis sont les
artistes les plus involontaires et les plus inconscients qui soient: lá oi jis apparaissent, en peu de temps ji
y a quelque chose de neuf, un rouage souverain qui est vivant, oú chaque partie, chaque fonetion est
délimitée et déterminée, oi rien ne trouve place qw n'ait d'abord sa signification par rapport é.
l'ensemble... » Qui sont-ils ces jis arrivant comme la fataljté? (< une horde quelconque de biondes bétes
de proie, une race de conquérants et de maitres qui, ayee son organisation guerriére doublée de la force
d'organiser, laisse sans scrupules tomber ses formidables griffes sur une population peut-étre jnfinjment
supérieure en nombre, mais encore inorganique... »). Ce sont les fondateurs d'Elaí °

Les fondateurs dEtat sont involontaires et inconscients. La forme du socius despotique ne


se caractérise pas par une volonté consciente de fonder un Etat, mais par le fait qu'< une
horde quelconque de blondes bétes de proie » crée « quelque chase de neuf »: un rouage
souverain. La fondation, la souveraineté, «leur survient comme quelque chose de non
calculée, un affreux événement naturel, un bloc de pierre qui tombe et nous écrase et contre
lequel on ne peut pas lutter 0 8 Méme si la forme d'Etat a existé « de tous temps », elle
présuppose conceptuellement la forme du socius primitive, sur laquelle elle arrive. De méme,
une des fonctions de la représentation primitve est de refouler la formation des Etats qui
viendront s'approprier ses codes, ses femmes et ses forces productives. Et ceci survient
«soudain », « sans cause» et «sans raison ». II n'y a aucune nécessité qui viemie d'un
« manque» du socius primitif: « elle a tout prévu, codant la douleur et la mort - sauf la
mani&e dont sapropre mort allait lui venir du dehors »209.

Souvenirs d'un spinoziste

Quelque chose de «nouveau » arrive comme l'éclair. II y a une rencontre On n'est plus
dans le chanip intensif. Dans celui-ci, toutes les coupures et tous les flux conviennent á taus
les autres. Les machines désirantes s'accouplent sans que les différences de puissance
n'impliquent de relations de dépendance. Le champ intensif a le méme régime de

207
AO, pp. 226-227. Les citations appartiennent á La généalogie de la morale, fl, 17. Çf Nietzsche, F. La
Genealogía de la moral, op.cis pp. 95-99.
208
Nietzsche, F. La genealogía de la moral, II, § 14, op.cit. p. 94.
209
AO, p. 226.

102
fonctionnement que les essences chez Spinoza. Les machines y sont « moléculaires » (c'est-á-
dire, «á régime intensif»). Les essences sont, aprés tout des «degrés d'intensité physíque»
»210

Si nous considéraus les essences des modes finis, nous voyons qu'elles nc forment pas un systéme
hiérarchique oú les moins puissantes dépendraient des plus puissantes, mais une collection actuellement
infinie, un systéme dimp1ications mutuelles oú chaque essence convient avec toutes les autres, et oú
toutes les essenees sont comprises dans la production de chacune 211

Le passage du régime intensif au régime extensif correspond au passage de l'essence á


l'existence. Le systéme de représentation territoriale, les mécanismes de refoulement-
répression de la production désirante en sont la cause: c'est la naissance. Tout a changé. Le
régime extensif n'est pas caractérisé par des machines moléculaires ou désirantes, mais par
des machines molaires ou corps: corps sociaux, humains, animaux, natureis. Chaque corps
est un ensemble de parties extensives, dans un rapport spécifique de mouvement et de lenteur,
qui lutte pour se conserver dans Pexistence. Les modes existants ne conviennent pas
nécessairement les uns aux autres. Chaque mode existant peut induire les parties de l'autre á
entrer sous un nouveau rapport. Tout est lutte de puissances 212 . Le plus puissant l'emporte:
c'est son droit de nature 213 . La niachine territoriale a son «rapport caractéristique », elle
dure
et elle tend á persévérer dans l'existence sous le rapport caractéristique, de mame que les
modes fmis pour Spinoza214 . Elle a tout prévu: la machine territoriale a, certes, du conatus.
Sauf la mort qui vient du dehors: une renconire ávec un autre mode fmi existant, avec son
rapport caractéristique á lui. Le rapport «socius territorial» avec ses codes, ses alliances et
ses flliations caractéristiques, rencontre le rapport « béte blonde » qui vient du dehors.

Supposons deWI corps composés; chacun posséde, sous un certain rapport, une infinité de corps simples
ou de parties. Quand jis se rencontrent, ji peut arnver que les deux rapports soient directement
composabies. Alors les parties de l'un s'ajustent aux parties de l'autre, sous un troisiéme rapport composé
des deux précédents... Ce processus est ceiui de toute naissance ou de toute formation, c'est-á-dire, de

210
SPP,p. 100.
211
SPE, p. 167. « [Les essences] conviennent toutes les unes avec les autres á l'infini, parce que toutes sont
comprises dans la productions de chacune, mais chacune correspond á un degré déterminé de puissance
distinct de tous les autres », SPP, p. 100.
212
j SPP,p. 137.
213
ÇÍSPP,p 140.
214
SPP,p. 102.

103
tout passage á l'existence... Mais ji peut arriver que les deux rapports ne soient pas directement
composables. Les corps qui se rencontrent, ou bien sont indifférents i'un á l'autre; ou bien i'un, sous son
rapport, décompose le rapport de l'autre, donc détruit l'autre corps. 11 en est ainsi d'un toxique ou d'un
poison, qui détruit l'homme en décomposant le sang 215

Nous ávons donc la rencontre de deux corps (le corps du socius primitif, le corps de la
«béte blonde »). La volonté du corps de la Terre, son conatus, est de maintenir la pleine
validité de ses codes. La «b&e blonde » veut conquérir, dominer, imposer son rapport ¿1 elle.
Elle veut décomposer le rapport «Terre », lui imposer son rapport, brúler, violer les fenimes,
s'approprier les richesses, etc. Nous sommes, apparemment, dans le deuxiéme cas considéré
par Deleuze: ils un sont pas directement composables. Dans ce cas, le plus puissant
l'emporte: les codes territoriaux sont détruits, la «race de conquérants, de maitres » inapose
ses propres rapports.

Mais ji n'en est pas ainsi. Corps de la Terre et «béte blonde » sont des corps directement
composabies. Les parties de l'un s'ajustent aux parties de l'autre. Leur rencontre nous
donnera alors un «troisiéme rapport » composé des deux précédents. Quelque chose de
nouveau par rapport au socius primitif, son systéme de représentation et sa façon de
s'approprier les forces productives et de refouler la production désirante. Mais quelque chose
de nouveau aussi s'instaure par rapport aux « blondes bétes ». Le guemer n'est plus le
nomade qui traverse les hauts plateaux déserts, mais ji devient le Despote, le nouveau corps
plein d'une nouvelle machine. Yo ya no soy yo, lui n'est déjá plus lui-méme mais il est devenu
l'engrenage principal d'une machine terrible. Un bloc de pierre liii est tombé sur la téte,
l'écrase et ji ne peut pas lutter contre. Une fois que la « béte blonde » a rencontré le corps de
la Terre une nouvelle forme de socius se forme: c'est le second composant de la triade des
corps sociaux: le socius despotique barbare. fl n'y a ici aucune intention critique: ji s'agit
seulement de comprendre comment fonctionne ce socius, quelle est la spécificité de son
fonctionnement, le milieu dans lequel ji plonge, pour mjeux comprendre, dans la partie
suivante, la spécificité du socius qui plonge dans notre milieu présent: le capitalisme.

215
SPE, p. 192.

104
Une belle unité organique

Pierre Clastres publie en 1974 un livre fort influencé par L Ánti-(Edzpe. Ayee un matériau
anthropologique trés abondant, il étaie une des théses fortes dii livre de Deleuze et Guattari:
les sociétés primitives nc manquent de rien, elles ont leur propre fonctionnement qui u'a
aucun besoin d'Etat, de chef ou d'unification dans l'Un. Plus encore: les sauvages nous
montrent leur effort permanent pour empécher les chefs d'étre des chefs, leur refus de
l'unification, leur fravail de conjuration de l'Un.

Les sociétés primitives sont des sociétés saris Etat: ce jugenient de fait, en lui-méme exact, dissimule en
vérité une opinion, un jugement de valeur... Ce qui en fait est énoncé, c'est que les sociétés primitives
sont privées de quelque chase —l'Etat— qui leur est, comme á taute autre société —la nótre par exemple-
nécessaire. Ces sociétés sont done incomplétes. Elles ne sant pas tout u. fait de vraies sociétés - elles ne
sont paspolicées -, elles subsistent dans l'expérience peut-étre douloureuse d'un inanque - manque d'Etat
- qu'elles tenteraient, toujours en vain, de combler. . - Inachévement, incomplétude, manque: ce n'est
certes pomt de ce cóté-lá que se révéle la nature des sociétés prirnitives. Elle s'impose bien plus comme
positivité, comme maiti-ise du milieu naturel et maitrise du projet social, comme volonté libre de ne laisser
glisser hors de son étre nen de ce qui pourrait l'altérer, le corrompre et le dissoudre 216 .

Si ces sociétés non seulement n'ont pas besoin de l'Etat, mais en plus le conjurent, tóute
théorie « contractuelle» de constitution de l'Etat est d'emblée exclue. II n'y a pas de
contrat217 . Les sociétés sans Etat, nc sont pas dans un état de guerre perpétuel contra rement á
ce que voulait Hobbes. La machine sauvage, nous l'avons déjá vu, fonctionne ayee une pleme
positivité. La vie des homnies n'est ni courte, ni solitaire, ni pauvre, ni désagréable. Certes,
l'état de nature hobbesien est une abstraction pour comprendre le common-wealth déjá
institué. Mais la recherche anthropologique dii XXe siécle nous donne des éléments pour
douter de lapossibiité d'un contrat social tel que l'envisageait Hobbes ou méme Locke.

It is the real Unitie of them ah, in one and the same Person, made by Covenant of every man with every
man, in such manner, as if every man should say lo every man, ¡ Auihorise and give up ¡ny Right lo
Governing ¡ny se!f, Lo ihis Man, or to ihis Assenzbly of men, on ihis condilion, thai you give up you Right

216
Clastres, P. La Société contre 1 'Elal, Paris, Minuit, 1974, pp. 161, 169.
217
Cf Nietzsche, ibid. «Cette nouvelle alliance est tout autre chose qu'un traité, un contrat »,
AO, p. 231.

105
to Mm, andAuthorise al! his Áclions in like manner. This done, the Multitude so united in one Person, is
called a COMIMON-WEALTH, in latin CIVffAS 218 .

Nous avons déjá vu que les sociétés primitives arrivent sans contrat, puisque les hommes,
les individus isolés qui pourraient convenir d'un tel contrat supposent le corps de la Terre (les
indjvidus isolés ne sont que de piates fictions, des Robinsonnades 219 ). Mais, une fois formée
la société primitive, pourquoi les hommes renonceraient-ils á leur droit de se gouverner eux-
mames ? Le socius territorial fonctionne. Ii ne manque de nen. II n'y a rien qui puisse pousser
les hommes á passer á une société plus « civilisée ». Le socius despotique n'arrive pas par une
abdication volontaire des droits; ji s'impose par la force. La horde laisse tomber ses grifes
sur la population, et aucune volonté, aucune rajson nc contribue. C'est le triomphe de la force,
de la puissance vivante; c'est la subsomption de toutes les parties á son unité éminente. Le
Despote n'est done pas un représentant qui agirait en représentation des vrais titulaires du
Droit. Ii sera le représentant dans la mesure oú, dans la nouvelle organisation sociale, ji sera
chargé de la táche de refouier les flux de désir qui signifieraient la mort pour le nouveau corps
lui aussi.

La machine sociale territoriale fonctionne bien á travers une codification complexe des
alliances latérales et des lignes filiatives qui en découlent: « lorsque l'on consid&e
l'ensemble de la représentation territoriale, on est frappé de constater la complexité des
réseaux dont elle couvre le socius »220. Tout cela se trouve bouleversé dans un nouveau
destin, ayee la machine despotique et la représentation impériale 221 . Le pouvoir souverain nc
se propose pas d'établir une division oü ce qui «reste» tombe mévitablement du caté de la
production désirante et se perd. Maintenant «chaque partie, chaque fonction est délimitée et
déterminée », maintenant, «rien nc trouve place qui n'ait d'abord sa signification par rapport
á l'ensemble »222. La beile unité organique est arrivée. La beauté des grands empires, ce que
Marx appeiait, «le mode de production asiatique », repose sur cette harmonie classique. Ayee

218
Hobbes, op.cii. p. 120.
219
j supra chapitre ifi.
220
AO, p. 242.
221
Nous essayons ici de comprendre la description faite par Deleuze et Guattari du socius despotique, nécessaire
á la compréhension du socius capitaliste. Ji est évident que celle construction ne se correspond pas á celle que
fait par exemple Montesquieu des gouvernements despotiques.
222
AO, p. 226.

106
le surgissement de la nouvelle machine, le régime va changer, va se simplifier: maintenant,
l'alliance se fait de façon directe ayee le Despote.

La «mégamachine » d'Etat, pyramide fonctionnelle qui a le despote au sommet, moteur immobile,

l'appareil bureaucratique comme surface latérale et organe de transmission, les villageois á la base comme
piéces travailleuses 223

D'accord, done. Tout a changé: maintenant, le rapport entre les éléments de l'ensemble
n'est pas direct, mais doit passer par l'alliance ayee le Despote. L'alliance se fait de façon
di recte ayee le Despote et non pas de façon latérale ayee les autres membres de la tribu. II
ya
un chef. Ce que les sauvages refoulaient a eu lieu: le détachement d'un membre qui saute
hors des connexions d'alliance codifiées. Pour les sauvages, ji est clair qu'il n 'est pas des
nótres. En principe, parce qu'il vient du dehors, paree qu'il a une puissance supérieure. Mais
il pourrait bien finir par étre intégré au socius, les codes pourraient bien finir par s'inscrire sur
sa peau comme á la fin de la nouvelle de Kafka La Colonie pénitentiaire. Cependant, ds son
arrivée, le Despote monte sur les codes primitifs: il prend la mére et la sur, ji conerétise
l'mceste, il saute hors de la chame. Ainsi, ji surcode les codes prixnitifs. Trés bien. C'est le
fonctionnement du nouveau socius. Mais, qu'est-ce que cela peut bien avoir á voir ayee
l'arrivée des «bétes blondes'»? II y a un déplacement dans la présentation que Deleuze et
Guattari font du socius barbare. D'abord, jis arrivent comme la destinée. Aprs, le Despote (u)
concentre le pouvoir au sommet. Qu'il s'agisse d'une personne ou d'un groupe, d'une
personne maténelle ou d'un empire spirituei, il n'y a pas de réelle différence : ji y a bien eu
un devenir

La représentation despotique ne signifie pas qu'il y ait un contrat par le biais duquel les
sauvages cdent leur droit á un représentant, mais cela ne veut pas dire non plus que les b&es
blondes aient imposé leurs rapports aux villageois. La rencontre des deux corps donne lieu á
un corps nouveau, pyramidal, dont les tribus deviennent la base, les «briques », et oü les
conquérants deviennent ou bien le Despote (le sommet) ou bien une partie de la chame de
commande qui assure l'obéissance de la base: «les nouveaux pervers qui propagent
l'invention du despote »:

AO,p.230.

107
Répandent sa gloire et imposent son pouvoir dans les yutes qu'ils fondent ou qu'ils conquiérent. Partout
oi passent un despote et son armée, des docteurs, des prétres, des scribes, des fonctionnaires font partie du
cortge... Toujours nous retrouvons la figure de ce paranolaque et ses pervers, le conquérant et ses troupes
d'élite, le despote et ses bureaucrates, le saint homme et ses disciples, l'anachorte et ses moines, le Christ
et son sain PaUl 224

Dans un livre récent, l'Américaine Elleti Meiksins Wood soutient la méme description des
Grands Empires. Méme dans une recherche tout á fait indépendante de l'inñuence de
Deleuze, elle aussi offre une méme caractérisation de la structure pyramidale, avec un sommet
et une chame de commande pour exercer un contróle aussi strict que possible sur les bases qui
lui fournissent le support matériel.

The Chinese imperial state reproduced, on a large scale, a pattem of state-formations that was probably
more the rule than the exception in 'high' civilizations of .the non-capitalist world: a bureaucratic
hierarchy descending from a monarch to adxninistrative dislricts govemed by royal functionaries and
fiscais officials, who extracted surpius labour from subject villages of peasant producers for redistribution
up the hierarchical charn. Something like this pattern is visible in many of the most highly organized
civilization, from the relatively small and modest states of Bronze Age Greece to the more elaborate and
powerful New Kingdom of Egypt, and even, much further afleld, the vast empire of the Incas. The
material base of imperial China was the peasantiy, which was directly taxed by the stte both to sustain its
administrative functions and to line the pockets of its offlceholders. The imperial state ofien took
measures to biock the development of powerful landed classe, even prohibiting the ownership of land by
mandarins in the provinces they govemed 225

Tous les traits du socius despotique tel que le présentent Deleuze et Guattari y sont
présents: l'achninistration centralisée, une forte bureaucratie, la répression de tout essai de
toute tentative de propriété privée, le maintien d'une forte base de villageois dont l'empire
extrait la plus-value. Est-ce le Despote le souverain de celle forme de socius? Jmpose-t'il sa
loi au peuple? L'arrivée des «bétes blondes» serait-eIle une conquéte des tribus primitives
par les nomades ? Pas du tout. La puissance de la «race de conquérants » reste fixée dans le
nouveau socius. Une fois la pyramide formée, le Despote, bm d'imposer sa loi, se trouve
ligoté par le socius et par des bis qui liii sont étrangéres : « Les prescriptions et mterdits qui

224 A0 p. 229.
225 Meikins Wood, E. Empiiu of capital, NewYork, Verso, 2003, p. 27.

108
le rendent souvent presque incapable d'agir »226.
C'est bien le socitts qui a horreur des flux
codifiés et doit tout contróler, non pas la béte blonde qui aimait chevaucher, se lancer en haute
mer. Le souverain n'est donc pas, selon la terminologie hobbesienne auteur: il n'agit pas en
son nom propre. II est acteui représentant. Mais non pas représentant de la multitude
d'hommes, mais le représentant du désir. C'est en tant que représentant du désir que le
despote sera capable d'attirer le désir des masses: «Tous les flux convergent vers un tel
homme... Le désir n'ose plus désirei; devenu désir du désii; désir du désir du despote? »227.

II ne faut pas croire que la formation despotique ainsi constituée détruise les codes
primitifs: le triangle qui formait la représentation territoriale subsiste .comme base de la
pyramide qui a coiume sommet le despote, l« éminente unité du despote »228 L'Etat
impérial: «a sa perfection du coup parce qu'il fonctionne sur la base des communautés
rurales dispersées, comme des machines préexistantes autonomes ou semi-autonomes du
point de vue de la production »229. Mais la puissance en est tant accrue, qu'il lui est
maintenant possible d'organiser de grands travaux qu'il était impossible d'envisager pour le
socius territorial. Ii est évident (et explicite) que Deleuze et Guattari travaillent sur le modéle
de ce que Marx appelait le mode de production asiatique et qui, au moment de la publication
de L 'Ánti-cEdipe faisait objet de fortes controverses au sem du marxisme européen et latino-
américain, aprés avoir été «rayé du vocabulaire marxiste [soviétique] en 1938 »230:

[La forme asiatique] se fonde sur la propriété communautaire ou fribale. Mais l'ensenible des petites
unités sont dominées par une imité supérieure qui s'approprie le surtravail de leus membres: Les
conditions collectives du travail communautaire apparaissent aux hommes sous la forme mystifiée d'un
Dieu ou d'une personne, incamation de cette unité supérieure. Tribut, corvée sont dédiés á cette
représentation qui contrile l'irrigation et les moyens de com municationnl.

226
AO, p. 230.
227
AO, p. 237, 244,
228
AO, p. 243.
AO,p. 234.
230
Abeles, M. Entrée «Mode de production asiatique» in Benussan, G et Labica G Dictionnaire critique du
rnarxisine, Paris, PUF, 1982, p. 751. Au sujet de la question générale de laproduction asiatique,
cf. Godelier,
Marx, Engels, El modo de producción asiático, Eudecor, Córdoba, 1966 ; Bartra, R El modo de producción
asiático, México, Nueva Era, 1969; Hinders, B. et Hirst, P. Los modos de producción precapitalistas,
Irad. M.
Galmarini, Barcelona, Península, 1979.
2 " Ibid,p. 749.

109
Une fois qu'a éu lieu la rencontre (l'histoire est l'histoire du hasard et non pas de la
nécessité), une fois le nouveau socius formé, la différence de puissance sera encore plus
grande entre lui et le socius primitif que l'était celle existante entre celui-ci et les guerriers
nomades. Au fur et á mesure de l'extension de l'empire, la machine despotique trouvera de
nouveaux villages sauvages qu'elle incorporera comme des briques á la grande muraille qu'ils
constituent. L'Etat se forme d'un seul coup á la premiére rencontre, mais sa puissance
augmente dans la mesure oi s'accroissent les flux de désir capturés (les forces productives
incorporées). Nous sommes á présent dans le deuxiéme cas de rencontre envisagé par la
citation précédente de Spinoza: l'un, sous son rapport, décompose le rapport de l'autre, et
donc détruit le rapport que le caractérisait. Les codes subsistent, mais le systme de
représentation a changé demanire essentielle: Yo ya no soy yo.

La représentation despotique á la forme d'une belle pyramide, ayee le despote au sommet.


A l'étage du dessous, les codes primitifs continuent á fonetionner, ayee leurs réseaux
complexes qui établissent les connexions autorisées entre les mots, les signes, les personnes,
les organes. Sur chaque cóté de la pyramide, le désir coule, sans jamais s'échapper, huile de la
chame de commandement. L'unité est garantie par un élément transcendant, hors-chamne.
Chaque fois que l'on retrouve cette « structure » (l'organisation des éléments de base garantie
par ún élément transcendant), nous sommes en face d'une formation barbare. Ji peut s'agir
d'un empire temporel ou spirituel; ji peut s'agir du despote régnant, ou des empereurs
« longtemps défunts qui montent au tróne»; le despote peut étre une douce créature ou un
fauve déchainé; la place du despote peut aussi &re occupée par une instance structurale: le
«signe de signe », le «signe despotique », le « signifiant »232. L'organisation reste
néanmoins toujours définie « par une transcendance, méme quand on la considére comme
absence ou place vide, opérant les pliages, les rabattement et subordinations nécessaires »233.

En tous cas, gráce au rouage souverain, « chaque partie, chaque fonction, est délimitée et
déterminée »234. L'objet transcendant garantit l'unité du socius. « Surcoder », ne veut pas dire
autre chose : effectuer cette garantie, cette assurance 235 .

232
Çf AO, p. 244.
233 A0, p. 245.
234
AO, 226.
235
Je reconnais que le socius despotique est insuffisamment traité ici. II faudrait le développer davantage en
détail. Mais ce concept ne fait pas en Iui-méme l'objet de ce travail. Nous nous bornons á en présenter les
caractéristiques fondamentales, nécessaires pour comprendre la spécificité dii socius capitaliste.

110
Cette garantie, celle détenuination, cette surcodification, est ce qui restera comme fond
nostalgique dans la tradition de la philosophie moderne. Si Heidegger a raison, si Descartes a
réellernent essayé de la trouver dans le cogito1 dans la conscience du sujet humain, c'est
seulement une récupération, une «répétition» de celle instance originelle, de ce phantásme
original, cette Urphantasie, l'Urstaat. C'est le travail de deuil incomplet de la modern.ité, la
«mélancolie» qui renferme une des clés de notre servitude actuelle: notre codification
privé; intérieure, nous rend inoffensifs pour la machine capitaliste. C'est en ce sens que nous
critiquons le concept de Temps modernes conslruit par Heidegger 236 . Mais nous allons trop
vite.

La quadruple racine de la souveraineté

Arrétons-nous un moment pour contempler le résultat de la rencontré du socius territorial


et des hordes barbares: le socius despotique, la «pyramide fonctionnelle qui a le despote au
sommet », telle les pyramides d'Egypte, nous présente un paysage de rve: le bel organisme
harmonieux qui, méme dans sa violence, paralt nous protéger de la folie des différences de la
production désirante:

La différence ne peut-elle devenir un organisme harmonieux, et rapporter la détermination á d'autres


déterminations dans une forme, c'est-á-dire dans l'élément cohérent d'une représentation organique?
Comme coucept de réflexion, la différence témoigne de sa pleine soumission á toutes les exigences de la

représentatjon, qui devient précisément par elle « rejrésentation organique ». Dans le concept de
réflexion, en effet, la différence médiatnce et médiatisée se soumet de plein droit á l'iden tité du concept, á
l'opposition des prédicats, á ¡ 'analogie du jugement, á la resse,nblance de la perception. On retrouve ici le
caractére nécessairement quadripartite de la représentation 237 .

On retrouve ainsi, dans la représentation despotique, le modele politique, donc effectif et


conditionnant, de la représentation qui avait été appelée, dans Dfférence et répétitíon,
«représentation organique ». « L'heureux moment », qui était grec dans l'uwe de 1968, est
devenu égyptien. «Vous autres, Grecs, vous ne serez jamais que des enfants! »238 La
question de Dfférence et répétition (« Comment inscrire les différences dans le concept en

236
Cf supra Iniroduction § § « Ce que les clercs appellent 'le monde'» et « Critique de la critique ».
DR, pp. 44, 52.
238
Platon, Tunée, cité dans AO p. 258.

111
général? »), est maintenant affaire du socius. Avant l'Etre, ji y a la politique: voilá ce que
Félix a enseigné á Deleuze239, Voilá ce que L 'Anti-'lEdipe ajoute á D4f/érence et répétition. La
forme d'expression du Signiflant dépend d'une forme de contenu qui la précéde
historiquement et conceptuellement. Mais le modéle est le méme. Le socius despotique
remplit les quatre exigences de la représentation organique.

1) Identité dans le concept: II peut bien y avoir des conflits dans l'Empire. Les
bureaucrates peuvent bien ne pas étre d'accord entre eux. Les nouveaux villages sauvages qui
s'incorporent á 1'Empire peuvent bien présenter des résistances, faire des efforts pour refouler
l'envahisseur. Mais ces contrariétés ne permettent jamais que les éléments entrent dans un
nouveau rapport qui pourrait impliquer un risque pour le socius. II y a bien des castes mais
celles-ej sont défmies par rapport au souverain (Qui peut toucher son corps ?240). De méme
que chez Aristote la différence spécifique nc faisait qu'inscrire ces différences sous un méme
concept qui nc faisait que se déterminer en genres et espéces 241 , les contrariétés au sein de la
société barbare continuent á étre accrochées au corps du despote, inscrites dans l'ordre des
castes: « Les castes sont mséparables du surcodage »242. Dans la représentation despotique, le
probléme nc se présente pas « entre les piéces », mais á partir de la possibilité qu'une de ces
piéces, un de ces organes, se dérobe au corps du despote: «Un ceil au regard trop fixe, une
bouche au sourire trop rare »243. De méme, dans la représentation organique, le probléme n'est
jamais la contrariétó entre les espéces (par exemple dans la classification biologique) mais la
rencontre éventuelle d'une différence qui n'entre pas dans la classification, qui se dérobe au
corps de la connaissance biologique qu'A.ristote essaie de constituer 244 . Les différences
biologiques ne font qu'exprimer la perfection organique de la nature, les différences sociales,
la perfection et la puissance du socius. Ces différences nc font que déterminer la division des
táches dans les grands travaux, et garantissent ainsi que les diverses composantes (de simples
organes au fonctionnement lui-méme garanti sous le regard du Despote, ou au sein de son
corps) se réglent aussi sur le fonctionnement du socius.

239
«Coinme dit Félix, avant i'Etre ji y a la politique », D, p. 24,
240
cj AO, p. 236.
241
Cf. DR, p. 48.
242
AO, p. 236.
AO, p. 249.
244
Cf DR,p.48.

112
L 'opposition des prédicats. De méme que les contrariétés sont donc ramenées á
l'iclentité sous un méme concept, les différents codes primitifs sont rangés en castes au sein de
la représentation despotique. Du pomt de vue du concept, du point de vue du sominet de la
pyramide, aucune différence n'est réelle, mais piutót fonctionnelle. Mais du pomt de vue de la
base, il y a bien des résistances, des conflits réels qui éclatent dans le corps social. Qu'est-ce
que le socius fait done de ces différences? «Seule la contrariété représente la puissance d'un
sujet de recevoir des opposés tout en restant substantiellement le méme »245. Les différences
sont des différences de prédication, sont des différences entre les signifiés qui, en tant que
teis, renvoient au signifiant et renforcent sa puissance. Le corps du despote est encore plus
beau, encore plus parfait, dans la mesure oü ji peut accueillir des oppositions dans le champ
de son Empire.

Analogie duns lejugernent. Etre ou ne pas étre capable de toucher le corps du despote,
et méme étre accroché á lui... Méme si le Despote est dans l'arriére-plan de la division de
castes et territoires, méme s'il est sans doute le pnncipe d'organisation derriére les grands
travaux, l'exigence d'organisation de la société despotique l'empéche de fonctionner comme
un concept qui emporterait la totalité des organes vers l'identité. L'identité du corps organisé
exige la cliversité des fonctions et la division du travail. Leur fonetionnement est distributif:
«Conforme aux desseins collectifs de cette niéme unité (grands travaux, extorsion de la plus-
value, tribut, esclavage généralisé) »2.
Le Despote ne se comporte jamais comme un genre
cominun pour la totalité des organes qui lui sont accrochés; sa transcendance I'empéche
d'étre un concept empirique. Certes 011 peut le toucher, mais ji est toujours au-delá, toujours
transcendant. Des docteurs, des prétres, des scribes, des fonctionnaires... Ce sont eux qui se
comportent conime des facteurs communs aux diverses espéces, ce sont eux qui garantissent
la médiation, I'identité intérieure de chaque partie du cops social.

La pluralité des parties du régne ne tombe jamais dans la simple diversité ou l'altérité,
mais trouve son unité conforme aux desseins collectifs. « Un concept identique ou cominun
subsiste encore, bien que d'une façon trés spéciale »247: le Despote. Le Despote remplit dans
i'analyse de L 'Ánti-Qdipe la méme fonetion que l'Etre équivoque chez Aristote dans celui de
Dfférence et répétition: en effet, ce n'est plus un concept qui assure l'identité des parties,

245
DR, p. 46.
246
AO, p. 235.
247
DR, p. 49.

113
mais qui est distributf el hiérarchique248 . Le rapport dii Despote par rapport aux sphéres de la
société est équivoque, ji s'agit d'une analogie. Le processus de surcodfication serait
impossible autrement. Si le Despote travaillait comme un concept identique qui aplanirait les
différences, les codés primitifs ne subsisteraient pas. 11 n'y aurait pas surcodification mais
destruction des codes et subsumption réelle des parties sons une nouvelle unité,
indifférenciée: l'Empire serait «l'animal indétenniné dans lequel tout se dissout »249 Mais
aucune machine sociale ne fonctionne par mdifférenciation, elles sont par essence
différentielles et différenciantes. II s'agit bien d'une imité: «i'Etat est l'unité supérieure
transcendante mtégrant des sous-ensembles relativement isolés, fonctionnant séparément,
auxquels ji assigne un développement en briques et un travail de construction par
fragments »250. Pour assurer cette imité, ji faut donc qu'un objet se détache, que le sommet de
la pyramide soit transcendant par rapport aux éléments dont ji garantit l'unité: le Despote
n'est pas des ntres, ji a une nouvelle alliance et une filiation directe avec le dieu. Son rapport
avec le reste ne peut donc étre qu'équivoque: en effet les sous-ensembles, les territorialités
fragmentées, mais aussi les bureaucrates, les médiateurs, ne sontpas en rapport direct avec le
dieu. Deleuze et Guattari me l'explicitent jamais, mais le rapport existant entre les alliances
latérales et les fiuiations étendues d'une part et l'alliance directe et la filiation directe d'autre
part ne peut étre qu'équivoque 251 .

II s'agit bien d'une unité, mais d'une unité qui sera distributive et hiérarchique: le
Despote, comme 1'Etre, a un sens commun, distribntivement, et un sens premier
hiérarchiquement. Et le problme se pose dans les mémes termes: comment assurer cette
distribution? Qiielle est l'instance qui serait « capable de proportionner le concept aux termes
et aux sujets dont on l'affirme »252 ? La réponse est aussi la méme: c'est le jugement. «Car le
jugement a précisément deux fonctions essentielies, et seulement deux: la distribution, qu'il
assure avec le partage du concept, et la hiérarchisation, qu'il assure par la mesure des
sujets »253. Le systéme du jugement, avant d'étre une image de la pensée, avant d'étre

Cf DR, p. 49.
249
DR, p. 43.
° AO, p. 235.
251
Le concept « équivoque » n'est pas employé dans L Anti-dipe, mais ji y est néanmoins présent. Cf. AO, p.
229.
252
DR, p. 50.
253
DR, p. 50.

114
l'assujettissement mental et intérieur des sujets « modernes », est bien l'assujettissement réel
et objectif des «sujets » dans les Empires. Avant i'étre, ji y a la politique: la loi, avant d'étre
morale, est impériale. Elle reléve du fait que «pour la premiére fois on a retiré á la vie et á la
terre quelque chose qui va permettre dejuger la vie et de survoler la terre »254.

Que peut bien vouloir dire l« analogie du jugement» d'un point de vue ontologique?
Que veut dire Deleuze lorsqu' ji affirme que l'identité générique relave d'un rapport du genr
á 1'Etre équivo que? Cela veut dire que, chez Aristote, les genres, comme «ultimes concepts
déterminables (catégories) » ne sont pas soumis á la cond.ition de « concept identique» ou de
« genre commun ». L'Etre n'agit pas par rapport aux catégories de la méme maniére que les
genres n'agissent pas par rapport aux espéces; l'Etre lui-méme n'est pas un genre, parce que
sinon on ne pourrait pas dire que les genres sonÉ. Alors, tous les genres ne sont pas identiques
pour un étre univo que, mais jis sont divers pour un étre équivo que. L'Etre n'est pas le méme
dans tous les genres, sauf s'il agit par distribution et par hiérarchisation. Le systéme dii
jugement sera la maniére de garantir la justice d'un tel partage inégal. L'analogie est un
raisotmement qui préserve l'identité du concept Etre, sans le transformer en une identité du
partagé et, surtout, sans permettre le libre jeu des différences du partagé. L'analogie préserve
la transcendance de l'Etre en méme temps que la mesure de ce partage se trouve assurée,
garantie, domptée, sous un modéle iui-méme analogue á l'identité255 .

II n'est absolunient pas nécessaire de forcer les textes de L 'Anti-Udipe pour


retrouver
le modéle de l'analogie dans le régime du socius despotique. Le Despote se situe comme une
instance transcendante qui doit étre préservée pour conserver sa place au sommet de la
pyramide. Cette place ne peut pas étre brouillée par les codes primitifs. Mais son influence
doit rester déterminante dans le partage des fonctions sociales. Ce n'est qu'ainsi que cette
instance transcendante peut parvenir á fonctionner conime corps de la société. II faut donc un
systéme qui garantisse le partage selon le modéle imposé par i'appareil d'Etat aux codes, un
systéme qui « tant& l'organise [la cruauté des sociétés primitives], tantót la tolére ou la limite,
pour la faire servir á ses fins et la subsumer sous l'unité supérieure et surimposée d'une loi
plus terrible »256 C'est par le biais de la loi que le systéme « régit des parties non totalisables

254
AO, p. 229, c'est moi qw souligne.
cf DR, pp. 49-50.
' 6 AO, p. 251.

115
et non totalisées, les cloisonnant »257. La loi n'a rien á voir dans son origine avec une régle
objective et impersonneile, avec une garantie contre le despotisme et l'arbitraire; au coniraire,
elle est le moyen par lequel le Despote exerce effectivement le partage des territoires, des
claris et des fonct'ions sociales.

4) Ressernblance de la perception. «II faut maintenant que la passivité devienne la vertu


des sn ets accrochés sur le corps despotique... II faut 'qu'une prodigieuse quantité de liberté
alt disparu du monde' »258. II est tout de méme étonnant de voir cambien les sujets deviennent
passifs, combien la liberté disparait dans i'Etat despotique. Parce que, dans le méme temps,
lorsque nous lisons les pages de L 'Anti-TEdipe dédiés au socius barbare, nous avons
l'impression que tout reste identique pour les anciennes communautés, ou presque : les codes
continuent en effet t fonctionner. Certes, ji faut accepter le Despote comme «déflorateur
sacré », ji faut tolérer qu'il s'approprie la surproduction, certes ji faut participer aux grands
travaux (ce qui, bien souvent, signifie la mart par épuisement)... Mais, trouve-t-on lá une
«prodigieuse quantité de liberté »? Est-ce bien lá (<une terreur sans précédent, par rapport á
laquelie l'ancien systéme de la cruauté, les formes du dressage et du chátiment prnnitifs ne.
sant rien »2597 Je pense plutót que la cié de la terreur doit se chercher dans le systéme méme
de représentation, dans les nouvelies conditions elles-mémes. «Les blocs subsistent, mais
sont devenus des briques »260. En tant que «brique », chaque cominunauté perd toute
particularité, chaque communauté ressemble á n'importe quelle autre. On entre alors dans
l'ordre de la ressemblance qui se défimt par « l'échange oir substitution de particuliers»:
n'importe quelle tribu peut étre remplacée par n'importe quelle autre lui resseinblant, elles
sont équivalentes, elles peuvent étre échangées. II ne faut pourtant pas croire que cet échange
donne lieu á une «liberté»: l'ordre des échanges est fixé par l'Etat. L'argent, par exemple, le
représente : cette façon de transformer le régime de dettes finies qui caractérisait le socius
primitif en une dette infinie qui représente la sóumission des hommes primitifs au nouveau
régime. La ressemblance, qui rend tout équivalent dans le systéme de représentation
organique, ne fait que garantir la subordination de ceux qui se ressembient au représentant -et
á son urlité-.

257 A0, p. 251.


AO, p. 252.
259 A0, p. 227.

260 A0, p. 232.

116
CHAPITRE VII
LA SOCIETE CONTRE L'ETAT

Et donc voilá, apparemment nous sommes préts á passer maintenant á l'analyse de la


troisiéme forme du socius présentée dans L 'Anti-(Edipe, le troisiéme composant de la triade
des corps sociaux: le capitalisme. Finalement nous nous sentons préts á aborder notre forme
de socius, notre transcendantal, les conclitions de l'expérience possible de notre siécle, de
notre temps, de notre vie. Nous nous en doutons déjá : la caractéristique du capitalisme
comme forme du socius sera une forme d'unité á partir d'un systéme de représentation propre.
C'est ce que Deleuze appelle dans Dfférence et répétition la « représentation orgique », la
représentation infmie telle que l'a conçue Leibniz. Certes pour Leibniz il s'agit d'une forme
d'expression... Mais celle-ci reléve d'une forme de contenu entrée dans i'existence á partir
d'une rencontre spécifique dans le monde du XV siécle. Oui, ji sembie que nous soyions
préts. Mais ce n'est pas le cas. Si l'on veut vraiment comprendre la spécificité du capitalisme,
si l'on veut écarter certains malentendus générés par la philosophie politique de Delenze, si
l'on veut établir ayee netteté la place occupée par l'ceuvre de Deleuze dans la philosophie
politique modeme, ji nous faut encore analyser deux autres concepts, que Deleuze et Guattari
ont mtroduits en 1980, ayee l'apparition de Mille Plateaux: les concepts de «machine de
guerre » et d'« appareil d'Etat ».

Pour synthétiser nous avons i'impression que Deleuze et Guattari abandonnent le concept
de « formes de socius » á la publication de Mille Plateaux. La triade corps de la Terre - corps
du Despote - corps du Capital semble alors rempiacée par la dualité «appareil d'Etat » -
«machine de guerre ». La táche politique ne serait donc plus la lutte contre le capitalisme,
sinon contre l'oppression de l'Etat sous toutes ses formes. Notre mterprétation continuiste de
l'ceuvre deleuzienne serait-elle menacée. La géopolitique aurait-elle abandonné sa robe
temporelie pour devenir définitivement géographique: II s'agit, aprés tout, de plateaux. Mais
l'hístoire est toujours lá cependant: chaque plateau est en effet accompagné d'une date:
10.000 ay. J.-C., 20 novembre 1923, 1730, année zéro... Ce n'est pas, encore une fois, un
tournant entre l'histoire et la géographie qui définit les différences entre L 'Ánti-(TEdipe et
Mille Plateaux. Deleuze et Guattari soulignent le fait que la triade Terre - Despote - Capital

118
ne doive pas élre lue selon une cié évolutionniste afm d'en finir avec une vision
« miraculeuse » du surgissement de l'Etat 26 ' ; propos qui était déjá présent, nous i'avons vu
daus leur uwe de 1972. D'autre part, jis veulent approfondir les conditions de possibilité des
formes du socius (donc la géologie de la rnorale2 ) ; car si le passage de l'ordre intensif á
l'ordre extensif passe par la terre, on ne peut le comprendre que par la géologie. Jis
remplacent ainsi le concept de « machine désirante » par le concept d'« agencement »263, tout
en respectant les emphases qu'ils ont emes nécessaires.

II existe done des variations dans les tiiéses du troisiéme chapitre de


L 'Anti-Oedipe, elles
sont certes trés importantes, mais il ne s'agit pas dejeter le bébé avec l'eau du bain. C'est ce
qui pourrait aniver si nous suivions l'interprétation selon laquelle la táche politique se bomait
á une lutte contre 1'Etat sous toutes ses formes (c'est un long livre, ji y a bien des passages
pour étayer une telle thése, mais s'agit-il lá d'une interprétation intéressante ?).
Heureusement, nous retrouvons les trois formes dii socius dans Mille Plateaux méme si leur
position dans l'organisation du texte n'est pas aussi identifiable que celle qu'elles ocçupaient
dans L 'Anti-cEdipe. La triade n'est done pas jetée ayee l'eau du bain. Elle reste lá. La táche

politique vaut plus que l'opposition, la critique et la plainte contre 1'Etat. La táche politique
aujourd'hui est la construction d'une puissance, une composition de corps, qui puisse faire
face á la puissance dominante, asservissante, du capitalisme. Et c'est justement cette étude du
rapport caractéristique du capitalisme (et done de la source de sa puissance) qui est centrale
dans les problémes qui définissent tout le travaii en coliaboration de Deleuze et Guattari. Le
capitalisme, le troisiéme tenne de la triade (qui n'est pas, on s'en doute, la auJheben á la
hégélienne, puisqu'il ne sursume pas les autres deux), réapparait dans Mille Plateaux: elle est
toujours une forme du socius. Seulement, de nouveaux concepts vont contribuer á préciser sa
défmition: notamruent les concepts d' « appareil d'Etat» et de « machine de guerre ». Mais
tout ce qu'on peut gagner par de telles précisions se perd si i'on confond «Appareil d'Etat»
ayee le socius despotique. Méme s'il en reléve, l'Etat moderne n'est jamais 1'Etat impériai.
Nous risquons de nous embrouiller, paree que si le socius capitaliste implique la ruine de

CjMP,pp.444445
262
Si le troisime chapitre de L 'Anli-CEdipe est structuj-é sur la Généalogie de la mora/e
géologie cherche ¿videment á montrer la genése des formes du socius. de Nietzsche, cette
263
« La notion d'agencement (qui remplace les machines désirantes) », DRF, p. 163.

119
l'Etat impérial, le jeu entre l'appareil d'Etat et la machine de guerre est essentiel á son
fonctionnement.

Empire du Capital?

Mais nous allons de nouveau trop vite. II nous faut encore une pause. Nous gravissons
l'ardu chemin que nous nous sommes proposé pour cette thése. (> avance. Mais je me sens
un peu perdu. Le poids des concepts deleuziens m'écrase. Je suis depuis des jours bloqué sur
la transition entre les chapitres VI et VII, dans la charniére entre la premiére et la deuxiéme
partie. Je suis en train de manquer le probléme. Laissons tomber par terre notre sae á dos. II y
a de l'herbe tout prés de nous; Nous sentons l'odeur de la montagne. Arrétons-nous done un
instant. On léve la téte, on regarde, encore une fois, le paysage qui se léve devant nous. Le
monde, le siécle, le milieu présent, l'époque. Un bref regard en arriére, au dernier chapitre...
Représentation despotique organique... Ses caractérisfiques, sa quadruple racine. Puis le
début du VTIe: oui, il faut parler de «machine de guerre » et d'< appareil d'Etat» avant de
pouvoir passer á I'étude de la représentation orgique, parce qu'il y a des problémes qui
doivent étre établis. (J'écris alors sur mon petit tablean noii, pour ne pas oublier, et je recopie
ici: 1) En finir avec l'illusion d'aprés laquelle le capitalisme se caractériserait par la
dissolution des rapports; 2) En finir avec la confusion qui fait croire que la lutte
révolutionnaire est la lutte contre l'Etat) Orn, ces deux questions doivent étre établies, et pour
ce faire nous avons besoin des concepts de « machine de guerre » et d' «appareil d'Etat ».
Mais fi y a une question qui précéde de droit ces problémes, une question sans laquelle ces
problémes n'ont plus de sens, et deviennent de faux problémes. Elle me parait claire
maintenant. Alors je la pose : Est-il possible que nous vivions encore dans un milieu géré par
la représentatión organique? Est-il possible que le capitalisme ne soit pas aufre chose que
l'Empire dii Capital, l'arrivée du socius despotique á sa réalisation?

Les formes du socius sont, nous l'avons vu, la condition de possibilité de notre
expérience, le transcendantal... Le socius despotique serait-il done la condition de possibilité
de notre expérience? Vous me direz alors: « Mais voyons, tu as déjá dit á de nombreuses
reprises que non », que notre socius est capitaliste! Qu'est-ce que. tu veux donc de nous?
Devons-nous dire, en bons éléves, « non », juste pour dire, « Eh bien, non! » et continuer
notre développement. A vrai dire, aprés avoir été bloqué dans cette transition entre le chapitre
VI et le chapitre VII pendant plusieurs jours, la question s'est imposée d'elle-méme. 11 est

120
impossible d'avancer sans y avoir répondu, sans avoir exploré les conséquences de la réponse,
méme si elle est la seule réponse « structurellement » possible pour cette thése: «Non, notre
socius n'est plus la forme despotique ». Parce que si nous décidons de la réponse uniquement
selon sa place dans la structure le reste demeure dans l'obscurité, dans l'abstraction. La force
de la réponse doit á elle seule foumir l'élan nécessaire pour continuer, pour aborder, enfm,
notre réfiexion sur le capitalisme.

Aprés tout, que la réponse correcte soit «Non» est bm d'étre évident. Nous pourrions
méme dire que nous nous trouvons en présence d'un nouvel Empire, d'une puissance sans
précédents, qui fait faiblir le souvenir des Egyptiens, des Mycéniens et des Etrusques:
l'Empire du Capital, avec les Etats-Unis au sommet et leur bureaucratie représentée par leur
pouvoir miitaire et économique. Pourquoi ne pas placer les Etats-Unis au somniet du nouvel
«ordre mondial » ? Aprés tout, ils sont devenus «la puissance militaire dont la domination est
la plus écrasante jamais vue par le monde », ayee une force plus grande que les huit
puissances qui les suivent prises ensemble 264 . Ces chiffres sont extraits du petit livre de
Meiksins Wood qui a précisément pour titre Empire of capital et qui montre l'évolution des
Empires, commençant ayee la Chine impériale et la Gréce de l'áge de Bronze, continuant
avec l'Empire Romain, puis l'impérialisme européen á partir du XVIC siécle pour arriver au
nouvel impénalisme de la « Guerre sans fin» á partir de la guerre d'Iran. Pour Meiksins
Wood, il s'agit méme dans les différences, de l'évolution d'un méme pouvoir impérial. C'est
aussi la thése de Atilio Boron lorsqu'il critique Empire de Negri et Hardt. C'est presque la
thése du sens conimun: « L'oppression impénaliste poursuit imperturbable son cours pendant
qu'un bataillon égaré d'Académiciens radicaux amionce la fin de l'ge impérialiste »265.

Boron cite le Plan Colombia, le Plan Puebla / Panama, parmi d'autres stratégies de
Washington pour protéger P« ordre» mondial et sa distribution inégale des richesses et la
domination des pays centraux sur les pays du troisiéme monde qui sont plongés dans la faim
et la misére.

Nous ne souhaitons pas nous incorporer á un bataillon égaré d'Académiciens radicaux.


Pas plus que nous pensons qu'en font partie Negri et Hardt 266 . Nous sommes bien conscients

264
Meiksins Wood, E. op cit p. 143.
265
Boron, A. Imperio & Imperialismo. Una lectura crítica de Michael Hardt y Antonio Negri, Buenos Aires:
CLACSO, 2002, p. 145.
266
L'Ernpire que décrivent Negri et Hardt est bien plus proche de la forme du socius « capitalisme » que celle du
«sociiis despotique », et les critiques que Boro» leur adresse ont plutt á voir avec les malentendus

121
de l'urgence du probléme de la faim et la misére. De méme que i'est Deleiize: «Ça n'est pas
possibie, ces milliards de gens qui crévent de faim »267. II ne s'agit pas ici de discuter la
puissance des Etats-Unis. II est impossibie d'ignorer leur puissance militaire, nous l'avons vu.
De méme que leur agenda international, ou que leur intervention effective dans les affaires
d'autres pays du monde (II est iinpossible de l'ignorer, étant Argentin et ayant souffert des
conséquences des «plans économiques » du FMI). La puissance américaine n'est pas mise en
doute. II s'agit, plut&, de réfléchir It sagit plut& de se demander si le monde moderne
présente une unité qui reléve du modéle de représentation organique. Si ce n'est pas le cas, ji
s'agit de penser le socius actuei, celui qui est la condition de possibilité de la misére et de la
faim telles qu'elles sont vécues aujourd'hui. Et nous croyons aussi qu'un diagnostic adéquat
du socius est le seul chemin d'une révolution qui pourrait en fmir ayee cette faim et cette
misére.

Deleuze et Guattari ont lu et ampiement travaillé des auteurs signalés comrne essentiels
par Boron pour la compréhension de l'impérialisme contemporain, des auteurs teis que
Baran, Sweezy, Dobbs, Amin268 . Nous avons essayé de faire de méme pour ne pas nous
égarer. C'est cette méme raison qui nous pousse á nous poser la question ce passage
Sommes-nous bien certains que notre socius actuel ne soit pas encore despotique? Peut-étre
que nos Etats modernes capitalistes participent de l'Etat despotique originaire? Deleuze et
Guattan en reconnaissent la possibilité.

Nous devons suivre Wittfogel lorsqu'il montre it quel point des Etats modernes capitalistes et socialistes
participent de l'Etat despotique originaire. Démocraties, comment ne pas y reconnaitre le despote devenu
plus hypocrite et plus froid, plus calculateur ?269

Le socius contemporain est-il une pyramide dont le sommet seraient les Etats-Unis?
Ou méme son président, comme aiment á le penser quelques militants d'extréme gauche? Les
organisations multilatérales et les autres Etats-Nations (moins puissants) sont-ils une toute

engendrés par l'opposition théonque entre ces deux formes de socius. Nous croyons donc qu'exposer les
théses de Deleuze et Guattari est une façon de rendre juslice it la pensée de Negri et Hardt. Ii faudrait
cependant établir un compte-rendu des anités et des différences qui e)ústent entre Deleuze et Guattari,
d'une part, et Negri et Hardt, d'autre part. Méme si Empire a inspiré et influencé grandement notre lecture de
l'teuwe deleu.zienne, les différences restent importantes. Mais ce n'est pas It le travail que nous nous
proposons de faire dans ces pages.
267
cf Abécdaire, letfre "G" ("gauche").
268
cf. Boron, op. cit. p. 16.
269 A0, p. 261.

122
nouvelle armée de bureaucrates? Trouve-t-on une base formée par les travailleurs du monde
exploités? Est-ce sur le corps de George Bush que s'accrochent les différents organes du
monde ? La série des présidents des Etats-Unis jouant le r6le de dynastie modeme... (Cf le
róle de « la 'dynastie' quelles qu'en soient les mutations, les incertitudes »270)? Le corps de
George Bush est-il investi par notre désir? Voilá les questions qu'il faudrait se poser. Et voilá
l'aporie: elles ne peuvent trouver de réponse. Aucun fail ne sera décisif. Nous pouvons
étudier une á une les diverses caractéristiques de la représentation organique, et nous les
retrouverons dans le monde existant, selon le mouvement de spiritualisation et d'abstraction
qui fait l'éternité du modéle de l'Etat: identité du concept, opposition des prédicats, analogie
du jugement, resseinblance de la perception. Avec toujours cette espérance d'un tribunal juste,
d'un concept englobant la réalité. Nous pouvons toujours établir des différences de degré
entre l'Empire mycénien, l'Empire romam et l'Empire américain. La question est insoluble a
priori puisque c'est la forme du socius qui est la condition de l'expérience. Nous ne pouvons

pas affirmer que la machine despotique soit morte; nous demandons seulement une
exploration en profondeur de la proposition de Deleuze de penser une autre forme, une forme
dont les Etats ne sont que des pus, une forme mfinie, une puissance qui n'est ni une ni deux ni
huit ni cent fois plus grande que la puissance géante des Etats-Ums, mais qui est d'une
puissance incomparable, d'une autre puissance: la puissance du capital. Seulement penser la
possibilité d'une représentation qui ne soit plus finie mais infinie, qui ne soit plus organique,
mais orgique. Seulement voir si une telle forme peut tenir.
Seulement voir s'il est vrai qu'il
est possible de créer des «rapports sociaux non organiques »271

Deleuze contre l'Etat?

Si l'on accorde, en faveur de cet argunient, que le socius n'est pas despotique, alors quand
on parle par exempie de «iutte contre la misére », celle-ci ne peut pas consister en la
destruction de l'Etat. La domination est toujours la conséquence de la rencontre avec un
rapport qui n'est pas compatible avec le n6tre et qui nous affecte de tristesse. Ceci, si l'on
accepte l'ontologie positive deleuzienne, dans l'héritage de Spinoza. Dans cette ontologie, ji

270
AO,p. 313.
271
MP,p. 527.

123
n'y pas de man que. II y a bien de la misére et de la faiin, mais, maigré les apparences, celles-
ci n'ont rien á voir ayee le manque.

Le dsir devient alors cette peur abjecte de manquer. Mais justement, cette plisase, ce ne sont pas les
pauvres ou les dépossédés qui la prononcent. Eux, au contraire, jis savent qu'ils sont proches de l'herbe,
que le désir a « besoin » de peu de choses, non par ces chores qu 'on leur laisse, mais ces chores mérnes
dont on ne cesse de les déposséder 72 .

II n'y a pas de man que. II y a une rencontre ayee un autre corps qui diminue notre
puissance d'agir. La faim n'est pas la conséquence d'un man que de nourriture, mais résulte du
fait que la nourriture nous a été enlevée, et est utilisée á d'autres fins. La question de la lutte
contre la faim est donc l'identification de celui (ou de ceux) qui nous déposséde, et de la lutte
pour sa destruction (ou tout du moins la construction d'une puissance supérieure empéchant la
continuité de la domination). Mais alors . . . Qul est-ce? L'Etat? Mais si le socius n'est plus
despotique, par conséquent l'auteur n'est plus l'Etat; l'Etat est, tout au plus, l'acteur273 . La
lutte ne peut pas se diriger contre liii, paree que l'auteur trouvera un nouvel acteur (que ce soit
un nouvel Etat ou une nouvelle créature). Mais alors comment expliquer que nous ayons trop
souvent Pimpression que la lutte soit contre 1 'Etat? II s'agit d'une impression du sens
commun, mais aussi d'une iinpression que nous donne la lecture de Deleuze. Comment est-ce
possible?

En effet, si on fait rentrer 1'Etat, le droit, les institutions démocratiques ou internationales dans l'ensemble
négatif ayant le statut du mort, de la retombée, ou du pratico-inerte - ce qui n'est absolument pas obligé
conime le montre le cas de Bergson - on fonde une politique d'extrme gauche. C'est dans ce cas, et
seulement dans ce cas, qu'il est vrai de dire avec Deleuze que de 1'Un, de 1'Etat, du stable el de l'ordonné,
on en a toujours irop, et cela inévitablement en raison de la thése d'ontologie historique de la rétombée
des forces de vie. D'oú le principe politique qui veut que seul importe et ait du sens la lutte permanente
conire tous les pouvoirs pour opérer la libération des forces de vie el de déterritorialisation qu'ils
emprisonnent, combat sans fin et toujours recomniencé par nature, on acompris pourquoi 274 .

272
AO, pp. 34-3 5.
273
On pourra objecter que j'ai déj á écrit que dans le socius despotique l'Etat n'est plus l'auteur, mais le
représentant du désir. Mais en tant que représentant du désii ji est quasi -cause, quasi-auteur, et sa
destruction impliquerait la fin de cette forme du socius.
274
Mengue, P. « Le peuple qui manque et le trou de la démocratie » in Antonioli, M. (comp.) Deleuze, Gua/tan
el lepolitique, Paris, Du Sandre, 2006, pp. 21-22.

124
Cette interprétation de Mengue, brillant lecteur de Deleuze (son Deleuze et le systme du
mu/tiple est la classique « introduction» á son ceuvre), est absolument étayée par les textes.
Son pomt de départ est juste: toute représentation implique la subsumption du multiple dans
l'Un. En ce sens, les réflexions liminaires de Mengue sont précises, et s'mscrivent dans ce qui
a été dit dans nos précédents chapitres:

Dans la doctrine du Droit naturel, dopins la Renaissance jusqu'á Hobbes et aprs, et dans laquelle Spinoza
s'inscrit sans réserve sur ce point, le probléme majeur du politique n'est pas le pluriel, qui est la donnée de
départ de la Nature, mais 1 'Un: comment expluñbus faire l'unum ?275

Mais je crois qu'il va Irop vite quant á deux aspects fondamentaux de la théorie politique
deleuzierme. En premier lieu, en identifiant l'Un et I'Etat, quand, (nous l'avons déjá vu) l'Etat
n'est pas la seule possibilité de faire, á partir du pluriel, l'« Un ». L'uriité sociale ne passe pas
seulement par la représentation organ que, ji y a bien d'autres formesdu rapport social. II ne
faut pas croire que la machine despotique barbare soit la seule forme du socius: le socius
territorial et le socius capitaliste existent aussi, ayee leurs régimes propres. Bien évidemment,
cela implique d'accepter le rapprochement que je fais entre les formes de socius et les
systémes de représentation, ce qui n'est pas du tout nécessaire. Mais je crois aussi qu'on peut
y trouver des avantages.

D'autre part, Mengue confond le plan ontologique et le plan politique, le plan des
essences et le plan de l'existence. Ici, l'héritage spinoziste de Deleuze est fondamental.
Deleuze s'inscnt, sans réserve dans cette tradition du droit naturel. La théorie politique de
Deleaze se heurte aux mémes problémes que celle de Spinoza. C'est juste: «Le probléme
majeur du politique n'est pas le pluriel, qui est la donnée de départ de la Nature, mais / 'Un ».
Dans cette phrase, bien compnse, on trouve les deux plans qu'il faut différencier: la Nature
comme donnée de départ (le pluriel, le monde des différences) ; et la politique (l'Un). Croire
que Deleuze est contre l'unité du divers, contre le fait qu'il y alt des rapports et qu'il faut bien
que ces rapports'tiennent, est une erreur majeure. Deleuze le dit bien: «II ne s'agit pas de
renoncer á nos parties extensives ». Mais une erreur plus grande encore serait de penser cette
unité comme une domiée naturelle, paree que ce qui arrive le plus souvent, du point de vue du
rapport que nous sommes, ce sont des rencontres terribles ayee d'autres rapports qui ne se

275
Mengue, op. dL p. 21.

125
composent pas avec nous. Nous le sentons. Nous sommes tristes. La tristesse, qui est le
concept le plus général des passions qui ne se composent pas avec nous implique la faim, la
misére, l'esciavage ettous les maux que la politique est censée combattre. La question de la
phiiosophie politique devient alors: Comment sortir de cette situation de tristesse? Si i'on
fait une sorte de fétichisme de i'Un, si l'on croit que c'est un miracle qu'il y ait de l'unité et
non pas de la dispersion infinie, nous sommes dans un cul-de-sac. Mais ji n'y a pas de
miracles : le donné de départ de la Nature est la différence, mais cette différence est une usine
qui ne cesse de créer des formes á partir de sa propre puissance. La différence implique la
répétition, et la répétition est contraction, individuation, consistance. II n'y a pas de rareté de
formes. 11 y a de l'abondance, parce que le doriné de départ est le pluriel. TI nc faut done pas
avoir peur. On peut lutter contre les formes de la représentation que nous font du mal. Nous
devons les combattre, ayee la seule arme que nous donne le droit naturel: en trouvant des
rapports plus puissants. Mais auparavant, ji nous faut sortir du premier genre de la
connaissance : ji faut avoir une connaissance des rapports. II faut savoir ce qui nous affecte de
tristesse.

II apparait que Deleuze nous dit: C'est 1'Etat qui nous affecte de tristesse. «On en a
toujours trop ». L'Etat, le droit, les institutions démocratiques ou intemationales entrent
«dans l'ensemble négatif ayant le statut du mort », nous dit l'mterpréte si fin qu'est Mengue,
et il trouve abondance de textes pour étayer celle position de Deleuze contre l'Etat. Mais cela
n'est pas possible. La lutte nc peut pas étre contre l'Etat, paree que l'Etat n'est pas un rapport
qui puisse nous affecter de tristesse, l'Etat n'est pas une forme du socius. II est un composant
des formes du socius, mais ji nc s'identifie avec aucune d'elies. Voilá le sens du coupie
«appareil d'Etat » et «machine de guerre » introduit par Deleuze et Guattari dans Mille
Plateaux; nous l'avions anticipé plus haut. Ces deux concepts nous permettent donc d'aborder
deux questions fondamentales, la premiére étant: « Comment en finir avec la confusion qui
fait croire que la lutte révolutionnaire est contre l'Etat? » Mais le résultat est paradoxal: ji
apparait que Deleuze et Guattari introduisént ce couple de concepts justement pour attaquer
i'Etat, pour proposer la lutte révolutionnaire comme moyen de destruction de l'appareil
d'Etat. Ii s'agit lá d'un probléme d'interprétation générale de Mille Plateaux: instauré par sa
sémantique dualiste, et par la tentation cónstante d'interpréter les couples que Deleuze et
Guattan nous présentent en termes axiologiques. Mais «appareil d'Etat » et « machine de
guerre» nc sont pas des concepts applicables á l'existence, jis ne sont pas des rapports de
parties extensives mais bien des concepts ontologiques. Parler de lutter contre l'appareii

126
d'Etat n'aurait aucun sens, puisque « [l'Etat comme catégorie] n 'estpas une forination parini
les autres, ni le passage d'une formation á une autre »276. On lutte contre un systéme de
représentation déterniiné, au sem duquel l'Etat aura, certes, un lieu concret. Mais ji faut
évaluer la fonction de 1'Etat avant de croire que sa destruction implique un investissement
révolutionnajre. En particulier, dans les conditions de notre époque, déterminées par le
capitalisme apparemment vainqueur, notre lutte n'est pas contre une forme du socius (sous la
dominance d'un appareil d'Etat) dominé par un appareil d'Etat, mais contre une forme dii
socius (sous la dominance de la machine de guerre) dominé par la machine de guerre. Enoncé
incompréhensible? II nous faut au préaiable comprendre le travail de Deleuze et Guattari
autour de cette cuneuse sémantique dualiste.

Une curieuse sémantique dualiste : « Faites rhizome et pas racme »

II est impossible de saisir le sens dii couple «appareil d'Etat - machine de guene» sans
comprendre d'abord le curieux travail que Deleuze et Guattari proposent dans leur livre de
1980 autour d'une sémantique dualiste. Certes, la sémantique dualiste est déjá présente un peu
partout dans l'uwe de Deleuze : nous trouvons par exemple dans Nietzsche el laphilosophie
des « forces actives» et des «forces réactives»; dans son travail autour de Spinoza,
essence» et l« existence»; dans Dfférence el répétition l« actuel» et le «virtuel », le
« monde des différences» et le «monde de la représentation»; dans L 'Anti-Edipe, les
« machines désirantes » et les «machines sociales », le «moléculaire » et le «molaire ». Nous
pourrions bien súr continuer cette liste á l'infini. Certes, cette technique a suscité de
nombreux malentendus. Mais le travail critique n'a rien de commun avec un jeu de choix
entre des paires d'opposés. Ji faut étre trés attentifs pour ne pas envisager la configuration des
concepts (trés souvent binaire) de Mille Plateaux comme un systéme de choix successifs
Préféres-tu les machines de guerre ou les appareils d'Etat, l'arbre ou le rhizome, les
sédentaires ou les nomades, le molaire ou le moléculaire? Es-tu réactionnaire ou
révolutionnajre?

Les dualismes ne portent plus sur des unités, mais sur des çhoix successifs : tu es blanc ou noir, un homme
ou une femrne, un riche ou un pauvre, etc.? Tu prends la moitié droite ou la moitié gauche? Ji y a
toujours une machine binaire qui préside á la distribution des róles, et qui fait que toutes les réponses

276
AO, p. 259.

127
doivent passer par des questions préformées, puisque les questions sont déjá calculées sur les réponses
supposées probables d'aprés les significations dominantes. Ainsi se constitue une grille telle que tout ce
qui ne passe pas par la grille ne peut matériellement &re entendu... On est forcément eu, possédé ou
plutót dépossédé. Soit le célbre tour cte cartes appelée choix forcé. Vous voulez faire choisir á quelqu'un
par exemple le roi de cteur. Vous dites d'abord: tu préféres les rouges ou les noires? S'il répond les
rouges, vous retirez les noires de la table; s'il répond les noires, vous les prenez, vous les retirez donc
aussi. Vous n'avez qu'á continuer: tu préféres les ceurs ou les carreaux? Jusqu', tu préféres le roi ou la
dame de cceur? La machine binaire procéde ainsi .

Nous ne pourrons pas convertir l'ceuvre de Deleuze en tour de cartes de choix forcé. II ne
s'agit pas, pour Deleuze, de nous faire choisir toujours le roi de cceur. Nous n'aurions dés lors
pas compris le jeu divin que Deleuze nous propose: faire dégringoler la machine binaire.
Mais ji arrive que, le jeu devienne parfois trop subtil, nous ne voyons pas clairement la
différence entre la méthode deleuzienne et la machine binaire. En réaiité, ji apparat que
Deleuze veuille nous faire choisir: Oui, j'aime la machine de guerre nomade rhizomatique
moléculaire différentielle intensive révolutionnaire... Mais dans Mille Plateaux cette
sémantique est poussée á un exfréme sans précédents. Et en plus: avec une apparente forte
charge axiologique. C'est comme s'il s'agissait de choisir, pour chaque paire, le bon terme
(« Péche á ligne flottante ou péche au lancer? ») Mais ji n'en est rien. Nous essaierons de
montrer que cette poussée á l'extréme a pour objectif de démolir ce dualisme apparent pour
accentuer le caractére effectivement non-dualiste des concepts deleuziens. Ji ne s'agit pas de
choisir, de sélectionner (pour ce faire, ji faudrait jugel ji faudrait avoir un troisiéme terme
transcendant qui servirait de fondement), mais bien d'agencer, d'expérimenter les rapports, de
chercher le bou rapport parce qu'il nous fait du bien, parce qu'il nous affecte de joie, parce
qu'il augmente notre puissance d'agir. II s'agit d'analyser les rapports existants, leurs
agencements, de comprendre leurs rapports constituants.

II est vrai que le texte de Mille Plateaux favorise les malentendus. En ce sens, le livre de
1980 a été une sorte d'échec... Trop de malentendus, Deleuze s'en attriste. Mille Plateaux est
publié en septembre 1980; «i'accueil dii livre est plut6t discret », nous rapporte le biographe
de Deleuze et Guattari 28 . Mais ce n'est pas seulement l'échec relatif dii iivre aprés le succés
qui avait accompagné la sortie de L 'Anti-CEdipe qui rend Deleuze mélancolique. II trouve que

277
D, pp. 27-2 8.
278
Dosse, F. op. cii. p. 299.

128
le livre n'a pas été compris. Mais fi se rend compte qu'ii ne lui est pas possibie de s'expiiquer.
Le 17 mars 1981, lors de son cours sur Spinoza, ji expose, précisément, ce probléme presque
insoluble: on ne peut pas s'expliquer, on ne peut pas rester sans rien faire

Je voudrais aussi que vous en tiriez des rg1es pour la lecture de tout philosophe. Ii ne va pas dire
remarquez. Ce n'est pas á ha d'expliquer. Encore une fois, j 'insiste beaucoup: on ne peut pas faire deux
choses á la fois. On ne peut pas á la fois dire quelque chose et expliquer ce qu'on dit. C'est pour ça que les
choses, c'est trs difficile 279 .

Ce que fera Deleuze, nous le verrons, c'est de continuer, continuer á écrire et á faire
cours en attendant que les malentendus s'écroulent, que personne ne se croit obligé de choisir
entre les paires qu'il présente. Mais en aucun cas fi ne s'agit de refaire Mille Plateaux, de
changer son sens. II s'agit de souligner le travail des dualismes, le jeu divin entrepris avec
Guattari : faire s'écrouler le systéme de choix forcés en le portant á l'extréme.

Les paires opposées sont bien iá, dés le premier piateau : le rhizome et l'arbre.

[L'arbre c'est la] belle intériorité organique, signifiante et subjective... [qui] ne cesse de développer la loi.
de 1'Un qui devient deux, puis deux qui deviennent quatre... fl 1w faut une forte imité principale supposée
pour arriver á deux... A la différences des arbres ou de leurs racines, le rhizome connecte un point
quelconque avec un autre point quelconque, et chacun de ses traits ne renvoie pas nécessairement á des
traits de méme nature... Le rhizome ne se laisse ramener ni á l'Un ni au multiple. 280

On se trouve donc face á deux modéles de la pensée. Le premier est le plus classique et le
plus fatigué; i'autre apparait comme la pensée á venir. Des slogans teis que « Faltes rhizome
et pas racine! »281 se multiplient et nous font basculer (ils le disent eux-mémes, ce sont des
slogans, ce qui serait peut-étre suffisant pour éveiller notre méfiance...). La tentation
axiologique est trop forte. Les malentendus sont i.. Oh, les arbres sont méchants, les rhizomes
sont sympas! De méme pour les concepts que nous essayons d'éciaircir ici: un seul pas et
nous crions: « Faites la machine de guerre et pas l'appareil d'Etat! ». La tentation est Irop
forte. Toute la politique deleuzienne risque de devenir un chant des flux. Alors voyons ce
paragraphe que nous trouvons, on le voit, dans la méme page que le siogan « FAlTES
RHIZOME ET PAS 1RACINE»:

279
CS,p. 132.
280
I41P pp. 11,31.
281
MP,p. 6

129
Les nomades ont inventé une machine de guerre, contre l'appareil d'Etat. Jamais l'histoire n'a compris le
nomadisme, jamais le livre n'a compris le dehors. Au cours d'une longue histoire, l'Etat a été le modéle
du livre et de la pensée: le logos, le philosophe-roi, la transcendance de l'Idée, l'intériorité du concept, la
république des esprits, le tribunal de la raison, les fouctionnaire de la pensée, I'homme législateur et sujet
Prétention de i'Etat á étre l'image intériorisée d'un ordre du monde, et á enraciner I'homme. Mais le
rapport d'une machine de guen -e avec le dehors, ce n'est pas un autre « modéle », c'est un agencement qui
fait que la pensée devient elle-mame nomade, le livre une piéce pour toutes les machines mobiles, une rige
pour un rhizo me 282 .

Ah, le cri est trop fort pour l'ignorer. Qu'est-ce qu'on veut inventer? Tous les maux du
sicle sont lá: l'Etat, l'intériorité, la transcendance, la morale, le sujet, le systéme du
jugement. Les théses comine celle de Philippe Mengue ont trop de support textuel. La
destruction de l'Etat (dont « on a toujours trop ») serait le but de la politique deleuzienne.
Par elle, s'écrouleraient la transcendance de l'Ide, le tribunal de la raison, le fonctionnaire de
la pensée... Tout ce qui sert á « enraciner l'homme ». Les forces de la vie sont bonnes, les
forces du pouvoir sont méchantes (parce qu'elles visent á emprisonner les forces de la vie).
Evidemment il s'agit lá d'une possibilité d'interprétation. Deleuze, le philosophe de 1'
«anarcbie couronnée »283. Ça marche trés bien, ji peut se faire. II y a de nombreux textes pour
construire une pensée deleuzienne dans cet esprit. « II ne serait impossible, d'aprs la logique
méme du systme que, contre Deleuze lui-méme, une lecture libérale du deleuzisme soit non
seulement permise mais exigée par sa propre cohérence interne »2. Mengue a raison: une
lecture libérale (pensant la destruction de l'Etat et la libération de flux comme objectif
politique) est possible. Mais elle impliquerait que l'on accepte aussi les conséquences qu'en
tire Mengue: qu' « avec le capitalisme contemporain Deleuze a ce qu 'ji veut »285.

C'est vrai: on peut construire avec l'ceuvre de Deleuze, de maniére implicite ou explicite,
une apologie du «plus grand mouvement de déterritorialisation jamais vu»: le régime
capitaliste. Mais nous ne croyons pas que ceci soit une exigence. Nous croyons qu'une autre
interprétation est possible. Que le but de la politique deleuzienne n'est pas nécessairement la
destruction de 1'Etat, le stable et l'ordonné, «au nom des forces de vie ». Aprés tout: les

282
MP, pp. 35-36
283
«L'Etre univoque est á la fois distribution nomade et anarchie couronnée », DR, p. 55.
284
Mengue, Deleuze et le probléme de la démocra tic, op. cit. p. 121.
285
Mengue, ibid.

130
« pouvoirs », 1 'Etat, le sujet... ne sont-ils pas le produit des forces de vie ? Ne sont-ils pas des
«formes de vie»? Comment donc les juger au nom de la vie ? La thése de la « retombée des
forces de vie », ne contient-elle pas le modéle méme dii jugement, de la raison, qu'on essaie
de critiquer? La vie peut certes étre un critre, mais elle ne peut en aucun cas devenir un
tribunal. Qu'en fait-on donc avec l'Etat, le droit, les institutions démocratiques

internationales? Qu'en fait-on avec «la mort, la retombée ou le practico-inerte » ?

D'abord, et avant toute autre chose, traçons-en la carte, le diagranime. Faisons-en


l'analyse et l'expéiimentation. Comment cela marche-t'il ? Nous ne pouvons tracer ce dessin
en dehors de notre point de vue, et ce point de vue n'est autre que celui de notre époque, que
celui de notre siécle. Dans Mille Plateaux quand Deleuze et Guattari nous parient de
«rhizomes », de «nomadisme» et de « machines de guerre», ji ne sont pas en train de juger
(bien qu'ils veuillent lutter, mais la hutte pour l'existence est toujours une question de
point de
vue, de perspective). lls veulent construire des concepts qui pennettent de comprendre

comment les forces de vie se sont agencées dans le siécle. Comment l'Etat, le Droit et les
institutions démocratiques internationales se sont-ils agencés avec le capitalisme? Si le
capitalisme est une forme du socius, et donc un rapport spécifique, ces institutions se
composent-elles bien ou mal avec lui? L'Etat moderne affecte-t'il le capitalisme de fristesse
ou de joie? C'est-á-dire, augmente-t'il ou diminue-t'il sa capacité d'agir? Et nous? Comment
composonsnous avec le capitalisme et l'Etat ? Nous sommes maintenant piacés dans un point
de vue éthique, et non moral. Ji ne s'agit plus de juger mais d'analyser les différents rapports
et leurs compositions.

Aussi pour la philosophie, il y a des perspectives différentes d'analyse. Nous pouvons


nous placer dans notre point de vue á nous (le rapport qui nous est caractéristique, ce qui nous
affecte de tristesse, ce qui nous affecte de joie ... ), mais nous pouvons aussi nous placer du
point de vue de la totalité. Or, ji y a des concepts qui contribuent á notre lutte pour
l'existence, il y a des concepts qui contribuent á comprendre le fond ontologique qui est le
champ dans lequel s'engage cette lutte. Nous n'avons pas d'intérét pour le moment á en faire
l'axiologie. Nous la ferons certes mais ji est difficile defaire cette axiologie sans établir un
tribunal de la Raison, sans fonder de systéme de jugement, ji faut en effet remplacer le Bien et
le Mal par le « bon» et le « mauvais » mais lá, il faut savoir quel hutteur on est, quels sont les
conditions climatiques, le milieu, les adversaires qu'on s'efforce de terrasser, quelle est la
cause qu'on s'efforce de faire üiompher... Le point de vue de l'essence, du virtuel, le point de
vue de la totalité, ne nous aide guére dans cette lutte, puisqu'il ne s'agit pas de «déterminer

131
ce qu'une chose est (essence). Au contraire, nous nous intéressons aux circonstances d'une
chose: dans quels cas, oú et quand, comment, etc. ? »286. Ji faut partir en reconnaissance sur
le terrain du combat; cela est toujours essentiel avant de s'engager dans uiw lutte au corps á
corps. C'est le point de vue prédominant des Mille Plateaux: l'étude du champ de jeu. Voilá
pourquoi Deleuze et Guattari signalent dans l'introduction.: « Pas de dualisme axiologique du
bon et du mauvais »287. Ce serait une erreur axiologique de croire que Deleuze et Guattari
nous appellent á FAIRE RFIIZOME pour des raisons comme «II est meilleur »:

La premire [erreur] est axiologique et consisterait á croire qu'il suffít d'un peu de souplesse pour étre
«meilleur ». Mais le fascisme est d'autant plus dangereux par ses micro-fascisines, et les segmentations
fines aussi nocives que les segments les plus endurcis 288 .

La souplesse du rhizome n'est pas donc «meilleure ». Mais alors, que faire du siogan:
«FAlTES RHIZOME ET PAS RACINE »? fis nous disent précisément que «les rhizomes
ont aussi leur propre despotisme, leur propre hiérarchie, plus durs encore »289. Alors?
Pourquoi ce siogan? C'est un mot d'ordre pour la pensée. II ne faut pas le penser en des
termes comme: racines méchantes, rhizomes bons et gentils. Le siogan nous appelle á nous
placer dans un autre point de vue pour penser le sicle; peut-étre que nous y comprendrons
quelque chose de celle façon. Ne pas penser en ayant l'Etat comme modele. Pa.s parce qu'il
serait méchant. Mais parce que le modéle de l'Etat n'explique pas notre monde, ne répond pas
au probléme que nous nous posons, aujourd'hui. Le modéle de l'Etat correspond, nous
l'avons déjá vn, non pas au socius capitaliste mais au socius despotique. Le modéle du
jugement «méchant / bon », ou le principe de sélection est une instance transcendante, est le
modéle du Despote. II n'est pas de notre siécle. JI n'y a plus de Despote. Nous sommes au-
delá du Bien et du Mal. Et dire ceci n'est pas, répétons-le, un jugement; il ne s'agit pas non.
plus de nihilisme. II s'agit de regarder la réalité en face. Le capitalisme fonctionne selon un
modéle «rhizomatique ». Nous ne critiquons pas ici la pensée arborescente ou celle de la
représentation classique au nom d'une pensée qui serait « meilleure ». Mais si l'on croit que
le capitalisme engendre de la souffrance humaine, si l'on croit qu'il faut lutter contre ce

286
pp, p. 39.
287
MPp3O
288
MP, p. 262.
289
MP,p. 30.

132
systéme, alors on sait que les canons de la pensée arborescente ne l'endommagent pas, qu'il
faut les fondre pour en tirer de nouvelles armes 29°

Nostalgie de I'Urstaat

La prédommance du modéle de l'arbre, dii régime de représentation organique, n'est alors


plus la réalité du siécle. II y a bien de la domination dans le socius capitaliste, mais cette
domination n'est plus menée á travers le modéle de l'Etat. II arrive cependant que notre siécle,
surtout sur le plan de la pensée, soit trés nostalgique de 1' Urstaat: «Urstaatoriginel, étemel
modéle de ce que tout Etat veut étre et désire »291 - Notre culture est trés nostalgique, nous
l'avons vil; on souhaiterait reconstruire l'Etat original, puissant, lé Despote comme
fondement; le deuil est infini. La théone politique ne cesse jamais de s'y efforcer. L'image
classique de la pensée, la «forme de expression » ne se fatigue jamais. Et méme des penseurs
qui ont crée des concepts risquant de briser l'image classique de la pensée, des concepts qui
pourraient se conjoindre plus effectivement ayee notre miieu présent (par exempie, le travail
abstrait chez Smith Ricardo, ou le désir chez Freud), se sont hátés de construire des concepts
compensatoires: oui, ji y a bien du travail abstrait, mais ji y a aussi la propriété privée... Orn,
ji y a bien du désir, mais, á la fin, ji faut considérer l'honime privé, ji s'agit en réalité
d'Edipe292 . Orn, les homines sont obsédés par la création de concepts qui viennent occuper la
place du Despote. Le socius capitaliste, pour sa part, s'en fiche. Mieux: ji en profite pour
construire son axiomatique. La puissance de ces figures nostalgiques, face á la puissance du
Capital, est toujours dérisoire. Tous les noms du pére ne sont que des néo-territorialités ; jis ne
sont plus le fonde,nent de l'unité du socius, mais trouvent leur urnté dans une représentation
orgique infinie qui lerir échappe á chaque moment, qui leur est étrangére.

° «Quand un phiosophe en critique un autre, c'est á partir de problémes et sur un plan qui n'étaient pas ceux
de l'autre, et qui font fondre les anciens concepts comme on peut fondre un canon pour en tirer des nouvelies
armes »,•QQP, pp. 32-33.
291
AO,p. 257.
292
«Le mérite d'Adani Smith et de Ricardo, c'est d'avoir déterminé I'essence ou la nature de la richesse, non
plus comme nature objective, mais comme essence subjective absiraite et déterritorialisée, aclivigé de
produciion en général. Mais, comme cette détermination se fait dans les condilions du capitalisme, jis
objectivent á nouveau l'essence, I'aliénent et la re-territorialisent, .cette fois sous forme de propriété privée
des moyees de produclion... 11 faut dire la méme chose de Freud: Sa grandeur est d'avoir déterminé
l'essence ou la nature du désir, non plus par rapport á des objets, des buts et móme des sources (territoires),
mais comme essence subjective abstraite, libjdo ou sexualité. Seulement, cette essence, il la rapporte encore á
la famiiie comme demiére territorialité de l'homme privé », AO, p. 322.

133
Au-delá des caracténstiques spécifiques des appareils d'Etat, et des répressions
spécifiques qu'ils mettent en place, nous voulons souligner ici la probiématique qu'ils
engendrent du point de vue de la pensée. L'1tat devient en effet une image, un modie pour la
pensée qui recouvre tous les autres. L'habitude devient une nécessité pour la pensée (comme
Pa bien signalé Hume). On ne peut plus penser autre chose que l'Etat, on ne peut pas penser
l'existence sociale hors d'un modéle centralisé, hiérarchisé, hors de la série des instances
constitutives de i'étatique (soit dans sa version mythologique-magique, soit dans sa version
rationnelle-communicative). On nc peut pas penser l'unité hors du systéme de représentation
organique.

Mais il faut cependant insister sur ce point : méme si la pensée est conforme au modéle de
l'appareii d'Etat, la réalité effective n 'estpas conforme á ini ; la pensée ne peut donc que rater
le milíeu présent. II n'y a donc pas de philosophie politique. L'homme législateur et sujet, le
tribunal, la pensée de l'Un, la totalisation... A notre époque, dans les conditions de la forme
du socius capitaliste, ce ne sont que des illusions. Si l'on se sent vivant et énergique au miieu
des forces dominantes du siécle, si l'on est conservateur, si l'on croit qu' ji est nécessaire de
conserver le fonctionnement actuel du socius, ccci est déjá mauvais, c'est déjá uñ leurre,
puisque ce que nous essayons de conserver comme conservateurs n'existe pas (psychose
hallucinatoire dii désir, est le nom qu'a donné Freud á une teile rébellion 293). Mais si l'on se
sent malade, s'il est de plus en plus difficile de mener une vie agréable, si l'on se tourne dans
la boue du siécle en attendant le soleil qui ne se Léve jamais entre les nuages, cela est encore
pire. Si l'on croit que lutter contre le «systéme », le «pouvoir », la «domination » est lutter
contre 1'Etat, le stable, l'ordonné, la représentation organique, on ne lutte finalement que
contre des moulins á vent. On pourrait bien aujourd'hui détruire le pouvoir étatique dans le
monde entier sans empécher le capitalisme de continuer á fonctionner. On pourrait alors bien
construire une pensée cntique du Sujet et contribuer á la vigueur du socuus.

II est donc nécessaire de changer de prisme, sous peine de ne rien comprendre au


capitalisme. Celui-ci a en effet un régime rhizomatique. Dans le cache de la «réalité

293
« L'épreuve de la réalité a montré que I'objet aimé n'existe plus et édicte l'exigence de retirer toute la libido
des liens qui la retiennent t cet óbjet Lá-contre s'élve une rébellion compréhensible, - on peut observer
d'une façon générale que l'homme n'abandonne pas volontiers une position libidinale mame lorsqu'un
substitut ini fait déjá signe. Cette rébellion peut étre si intense qu'on en vienne á se détourner de la réalitó et á
maintenir l'objet par une psychose hallucinatoire de désir », Freud, S. « Deuil et mélancolie », in
Métapsychologie, trad. Laplanche, J. et Pontalis, J.-B., Paris, Gailimard, 1968, p. 148.

134
dominante» de notre époque, la pensée arborescente n'est que l'expression du rabattement de
la réalité mentale sur la réaiité dominante 294 . La forme de contenu capitaliste (la forme du
socius, et ses conséquences du point de vue de la technique et des outils) implique une forme
d'expression qui ne lui correspond pas. Une forme d'expression arborescente pour la
dominance d'une forme de contenu rhizomatique. La réalité mentale se soumet á la réalité
dominante en se détournant d'elle: c'est le culte de l'intériorité. Le capitalisme est un
rhizome. II est une machine de guerre. II faut renverser « 1 'image classique de la pensée » qui
lui est fonetionnelle et procéder á partir d'une «pensée nomade ». Mais cela ne suffit pas,
bien súr, ji faut encore trouver des critres pour des constructions nomades sur lesquelles ji
nous faut travailler 295 i l'on quitte lejeu d'échecs pourjouer au go, cela ne veut pas dire que
l'on saura tout de suite quelle couleur défendre, comnient avoir du succs dans cette défense,
etc. Nous essaierons de trouver ces cIitres par la suite, des critres du point de vue de la
pensée d'une part (en quoi le capitalisme a sa propre image de la pensée, qui peut étre
critiquée philosophiquement: la totalisation, la convergence des séries, l'axiomatisation) et du
point de vue de la composition d'autre part, avecce que Deleuze appelle, suivant Chátelet, les
«rapports humains» (c'est-á-dire, notre point de vue).

Nous avions vu que, parfois lejeu divin deleuzien devient trop subtil, qu'ii est difficile de
voir clairement la différence entre la méthode deleuzienne et la machine bmaire. II semblera.it
qu'en réalité Deleuze souhaite nous faire choisir: «Oui, j'aime la machine de guerre nomade
rhizomatique... » Mais, toute hésitation disparait au moment d'étudier le concept de
capitalisme: si le capitaJisme est une machine de guerre, alors ji ne s'agit pas de choisir la
machine de guerre. La machine de guerre n'est pas le bon terme. De méme que le rhizome, le
nomade, ou le moléculaire qui sont tous des caractéristiques du capitalisme. II ne faut donc
pas tomber dans l'erreur axiologique. Le fait méme que le modéle rhizomatique et nomade ait
pu s'incarner dans ce corps macabre qu'est le capitalisme nous pousse inimédiatement, á lire
les pages dédiés á la machine de guerre et t l'appareil d'Etat sans que cela n'ait rien d'un
choix forcé. «Machines de guerre » et «appareil d'Etat » sont des concepts plus complexes
que celui de «formes de socius », et qui contribuent donc á une meilleure compréhension des
concepts crées dans L 'Anti-Qedipe. De notre point de vue, et pour ce qui est de notre objectif,

294
cf. MP,p. 162.
295
Méme si Deleuze et Guattari disent que «les cntéres de distinction sonÉ faciles » (MP p. 470), jis restent trés
compliqués á trouver, á construire.

135
jis nous permettent de mieux comprendre ce qu'est le capitalisme : un certain rapport entre les
machines de guerre et les appareils d'Etat. Comment le capitalisme peut-il étre une machine
de guerre et en mame temps un rapport entre la machine de guerre et l'appareil d'Etat? Nous
le verrons, nous le verrons. La position adverse de Deleuze vis-á-vis du capitalisme n'offre
aucun doute, mais s'il s'agit de lutter contre le capitalisme (et ji nous faudra voir les raisons
de cette lutte) c'est une lutte entre machines de guerre (créer des machines de guerre pour
essayer de détruire celle machine de guerre) dans un champ moléculaire: ji s'agit de créer le
peuple moléculaire qui manque contre les populations moléculaires qui nous débordent 296 .

L'appareil d'Etat: une tradition marxiste

De toute façon, tu as toujours les deux. Dés qu'il y a des individus en société (et c'est lá,
nous l'avons vn, le point de départ, l'homme isolé n'étant qu'une piate fiction, une apparence
esthétique, une robinsonnade), ji y a déjá les deux. Dés qu'il ya des formes du socius ji y a
déjá les deux. On pourrait certes avoir la tentation d'identifier «Etat despotique» et
«appareil d'Etat »; mais, pourquoi Deleuze et Guattari introduiraient-ils un nouveau concept
pour continuer á dire la méme chose? Non, chaque forme de socius implique les deux, chacun
des deux expliquant á sa façon chaque forme du socius. Le socius primitif se caractérise par le'
refoulement des deux, nécessaire á sa continuité dans l'existence. Nous l'avons vu: l'arrivée
de la machine de guerre nomade (« les bétes blondes » qui surgissent comme .l'éclair)
implique la constitution d'un appareil d'Etat terrible, déterminé á étre dominant pour tous les
rapports sociaux du socius, et donc implique la mort du systéme territorial primitif. Le socius
barbare, de son cóté, se caractérise par la dominance de l'appareil d'Etat, et le refoulement de
la machine de guerre nomade (aucun flux ne peut couler hors du corps du Despote). Et, nous
l'avons entrevu, le capitalisme sera une machine de guerre qui subsume les appareils d'Etat
sous sa puissance. Mais nous n'avons guére avancé, puisque nous ne savons toujours pas ce
que sont exactement 1' «appareil d'Etat» et la « machme de guerre ».

Nous avons l'habitude, nous disent Deleuze et Guattari, de penser la politique á partir du
modéle de l'Etat. Par habitude, donc, et seulernent par habitude, commençons notre analyse
par l'étude de ce qu'est «l'appareil d'Etat ». Ce propos s'intégre au ccur d'un long débat de

296
cf. MP. pp. 426-427
la phiosophie politique marxiste, autour d'un petit et célébre texte d'Althusser: « Idéologie et
appareils idéologiques d'Etat»:

La tradition marxiste est formelle: l'État est conçu explicitement dés le Manfesle et le 18 Brunzaire (et
dans tous les textes classiques ultérieurs, avant tout de Marx sur la Commune de Paris, et de Lénine sur
PÉtai et la Révoludon) comme appareil répressif. L'État est une « machine» de répression, qui perinet aux
classes dominantes (au XIX siécle, á la classe bourgeoise et á la « classe » des grands propriétaires
terriens) d'assurer leur domination sur la classe ouvriére pour la soumettre au procés d'extorsion de la
plus-value (c'est--dire á l'exploitation capitaliste). L'État, c'est alors avant tout ce que les classiques du
marxisme ont appelé l'appareil d'État. On coniprend sous ce terme: non seulement l'appareil spécialisé
(au sens étroit) dont nous avons reconnu l'existence et la nécessité é partir des exigences de la pratique
juridique, á savoir la police, les tribunaux, les prisons; mais aussi l'armée, qui (le prolétariat a payé de
son sang cette expérience) intervient directement comme force répressive d'appoint en demiére instance
quand la police, et ses corps auxiliaires spécialisés, sont « débordés par les événements» ; et au-dessus de
cet enseinble le chef de l'État, le gouvemement et l'adniinistration 7.

L'Etat est un appareil de répression, done. Tout ce dont «on a toujours trop» suivant
l'analyse de Mengue de la pensée deleu.zienne. Mais la question est bien plus complexe, et le
débat sous-jacent bien plus large. Ce n'est certes pas Althusser qui a créé le concept
d'appareil d'Etat. L'entrée « Appareil» dans le Dictionnaire critique du rnarxisme de
Beuussan et Labica nous donne une large vision du débat qu'implique ce terme. Au tout début
de l'entrée, l'auteur de celle-ci, Etienne Balibar, signale le déplacement terminologique
qu'implique le mot « appareil »: «Sauf erreur de notre part, Marx et Engels ne parient pas
d'appareil d'Etat mais de machine d'Etat (ou machinisme d'Etat: Staatsmaschinerie). Par
contre, diez Lénine, le teme appareil est courant... L'« Appareil d'Etat» est ainsi une
introduction du marxisme de la il Intemnationale »298

II arrive que, dans l'ontologie de Deleuze et Guattari, tout est inachine. Pourquoi
choisissent-ils done le mot « appareil » pour nommer un des tenues de la dualité politique et
pourquoi réservent-ils «machine » pour l'autre, se mettant alors par lá méme en conflit ayee
le choix de Marx et Engels? Mais alors... Qu'est-ce qu'appareil veut peut bien vouloir dire?
Balibar mdique deux idées qui appuient le choix de Lénine: d'un cóté, «celle de 1 'appareil

297
Althusser, L. «Idéologie et appareils idéologiques d'Etat », m La pensée, n° 151, Paris,. 1970. Repris in
Positions, Paris, Les Editions Sociales, 1976.
Balibar, E. «Appareil », in Benussan, G et Labica G Dictionnaire en tique de marxisme, Paris, PUF, 1982, p.
47.

137
du pouvoir, c'est-á.-dire de son caractre ostentatoire (d'oii dérivent son autorité, son
apparence de sacré), done son caractre de représentation »299; de l'autre c6té, celle du
mécanisme, dont l'opposition ayee l'organisme signalerait le caractre coercitif ou répressif
par nature: et en cela, suivant une inspiration hégélieime, «l'Etat n'est pas, ou pas encore,
une réalisation de la liberté », mais reposant sur la contrainte extérieure 300 .

La premiare idée signalée par Balibar peut tout á fait se trouver en fihigrane aussi bien
dans la descnption que dans la critique que font Deleuze et Guattari du concept «Appareii
d'Etat» : c'est--dire, dans le caractre ostentatoire et donc représentatif de certaines formes
de pouvoir. Mais de quelle représentation s' agit-il ici? « Ostentatoire » : ce sont lá des
réminiscences de la représentation hobbesienne, n'est-ce pas? «Disguise, or outward
appearance of a man, counterfeited in the Stage ; and sometimes more particularly that part of
it, which disguiseth the face, as a Mask or Visard : And form the Stage, hath been transiated to
any Representer of speech and action »3I. Penser la politique á partir d'un représentant; n'est-
ce pas lá de la représentation organique? Cela étayerait done l'hypothése selon laquelle le
socius despotique serait 1' « éternel modéle» de la politique... Mais 1' appareii d'Etat posséde
une caractéristique qui n'est pas applicable á la théorie deleuzienne du socius despotique: la
généralité. Pour le systéme de représentation organique tel qu'il nous est présenté par le
systéme impérial de représentation, le Représentant doit étre Un, et doit étre le représentant du
désir. Les masques ne suffisent pas. S'il y a une multitude de représentants comme des points
d'ancrage au miiieu de l'océan infini, ji ne s'agit plus de despotisme. Si les appareils d'Etat se
noient dans l'océan, si c'est l'infinité des mers du monde qui l'emporte, alors ji ne s'agit plus
du socius barbare. C'est, nous le verrons, la décision méme d'aborder les océans infinis,
d'entreprendre la navigation hauturiére, qui donnera lieu au capitalisme, entre autres facteurs.
C'est encore une forme de la représentation, mais c'est déjá la représentation orgique: la
représentation classique a donné lieu á la représentation baroque. Une nouvelie barmonie se
prépare. 11 existe, sans doute, des appareils d'Etats ; mais jis ne sont. pas laforine du socius, jis
n'en sont pas le corps.

Mais rien de ceci n'entame l« autorité» des appareils d'Btat. Soit comme sommet du
socius, soit comnie de multiples points d'ancrage, jis sont toujours un moyen effectjf de

299
Ibidem.
300
Ibidem.
301
Hobbes, op. cit. p. 112.

138
répression de la production désirante. En ces temps oú la représentation classique a sombré
comme forme du socius, elle continue á régner dans nos tétes, dans nos subjectivités Du pomt
de vue de la pensée (de la pensée en général, et donc nécessairement de la pensée politique en
particulier), nous avons l'habitude de penser la politique á partir du modéle organique de
réduction de la diversité á l'Un. C'est la «nostalgie de 1' Urstaaf ». Urphantasien, disait
Freud, faisant ainsi référence aux «fantasmes originaires » qui organisent la personnalité
individuelle: «Les fantasmes dits originaires se rencontrent cte façon trés générale chez les
étres humains, sans qu'on puisse invoquer des scénes réellement vécues par l'mdividu »302.

De méme 1' Urstaat se retrouve de façon générale chez les étres humains contemporains,
méme siles Etats inipériaux se sont écroulés depuis longtemps. Nous avons l'habitude de
penser á partir de ce modéle... Tout le monde sait que la politique reléve de la représentation:
« tout le monde sait, personne ne peut nier, c'est la forme de la représentation et le cliscours
du représentant »303. C'est la peusée du Méme, qui ne voit pas que la réalité est composée de
pures différences, de méme que les identités qui en découlent. Toute la sémantique
apologétique des «machines de guerre », du « rhizome», du «moléculaire», se rapporte au
besoin de ronipre avec une habitude, avec cette image de la pensée. L'Etat constitue la forme
«que nous prenons habituellement pour modéle ou d'aprés laquelle nous avons l'habitude de
penser »304; ce qui bloque toute possibilité de penser le politique de façon plus compléte,
parce qu'on ne voit pas l'autre puissance politique; et la politique, comme le disait déjá
Spinoza, .n'est pas une affaire de modéles, mais une affaire de puissance 305 . II y a une force
politique, une puissance du conimun qui est « irréductible á l'appareil cI'Etat, exténeur á sa
souveraineté, préalable á son droit »306, ayee sa propre fonne de représentation; ji y a une
multitude qui ne dépend pas d'un appareit d'Ett pour devenir peuple. Le capitalisme en est la
preuve. L'unité de notre socius n'est pas « dans notre téte », n'est pas un phantasme..

Deuxime idée signalée par Balibar: celle du mécanisme, dont l'opposition ayee
i'organisme indique le caractére coercitif ou répressif par nature: en cela, suivant une
inspiration hégélienne, «l'Etat n'est pas, ou pas encore, une réalisation de la liberté », mais

302
Laplanche, J. et Pontalis J.-B. Vocabulaire de la psychanalyse Psvchanalyse, Paris, PUF, 1967, p. 157.
303
DR,p. 170.
304
MP,p. 438.
305
cf Traitépolifique, Paris, GF Flainniarion, 1966, notaniment chapitres 1 á y.
306
MPp 435

139
repose sur la contrainte extérieure. Ici i'anti-hégélianisme de Deleuze devient manifeste:
Deleuze et Guattari proposent de dépasser l'opposition « mécanisme - vitalisme » vers le
machinisme307. II y a toujours contrainte, et cette contrainte est organique. La «machine
sociale » est touj ours répressive par nature

Le terme « machine » ou plutót Maschinerie est d'abord employé au sens propre (technologique) dans Le
Capital et les travaux préparatoires. Mais déjá dans cette analyse de la révolution industrielle et du
« systéme de fabrique », Marx lui confére une portée extensive dont la dimension politique n'est pas
absente. Au départ, c'est la transcription de l'anglais machinery. Mais l'analyse du machinisme industriel
(et de son évolution vers 1' automatisme) est inséparable de celle de tendances de la division du travail. En
méme temps que le « systéme des machines », systéme matériel de moyens de production, «pompe » la
force detravail, il accomplit la division du travail manuel et intellectuel, et inverse ainsi le rapport du
travailleur á ses outils. C'est l'automate mécanique qui devient le sujet: « La machine centrale n'est pas
seulement automate mais autocrate: elle assure - moins qu'elle ne fonde, en derniére analyse— la
« maitrise » absolue du capital et du capitalisme sur le travail »308

Pour Deleuze et Guattari, cette définition de «machine » ne rend pas compte de la


spécificité du capitalisme. Toute forme du socius est un « automate mécariique qui devient le
sujer », ji y a toujours la matrise absolue du socius sur la production désirante. Le
Représentant n'est jamais sujet, méme pas dans le systme despotique, comme nous l'avons
déjá vu: le Despote est rattaché á la machine sociale, de mame que les pices laborieuses.
C'est en ce sens que Deleulze et Guattari retrouvent le thme léniniste de la continuité de
l'appareil d'Etat, selon lequel ji y aurajt: « une continuation de l'appareil d'Etat á travers
l'histoire de sociétés de classes successives, fondées sur différents modes de production.
L'appareil d'Etat tel qu'ii existe aujourd'hui vient de plus loin que le capitalisme et méme que
le féodalisme L'appareil d'Etat, refoulé dans les sociétés primitives, dominant dans les
sociétés barbares, dominé dans les sociétés capitalistes, est toujours partie intégrante du
fonctionnement social. Seul son rapport avec la mach me de guerre permet de comprendre la
spécificité des formes sociales et de leur systéme de représentation.

307
cf. supra, chapitre III.
308
Balibar, Op. CII. p. 48.
309
Balibar, op. cit. p. 50

140
Les « einpires minuscules » du capitalisme

Nous ne pouvons pas finir ce chapitre sans revenir un instant sur son début. Nous ne mons
pas la puissance des Etats-Unis, des organisations intemationales, des grandes corporations.
Nous n'avons aucun doute vis-.-vis du pouvoir des Etats-Nations, du róle des villes, de la
figure du pre au sein des familles. De mame que nous ne mons pas l'existence des individus
isolés, le phénomne si répandu de l'aliénation, etc. Ji y a bien ce que Braudel appelle, á
propos des viles, des « empires minuscules ».

La ville n'existe pas, en tant que telle, que face á une vie inférieure á la sienne, la régle est sans
exception... Pas une ville, pas une villette qui n'ait ses villages, son lambeau de vie rurale annexée, qui
n'impose á son « plat pays» les comrnodités de son marché.. Ji faut, pour ée, qu'elle domine un
empire, ffit-il minuscule 310 .

Les «empires minuscules », ou ce que Deleuze appellera «micro-fascismes »311


sont
monnaie courante de nos jours. Mais précisément, s'ils deviennent si courants, c'est á cause
de leur multiplication accélérée. Des CEOs des grandes entreprises, aux présidents des Etats,
en passant par les présidents des organisations internationales, les t&es de groupes religieux,
les maires des villes, les patrons dans les usines et les bureaux, les péres dans les familles, les
surmoi chez les individus... Combien de despotes trouve-t-on aujourd'hui? Peut-on dire
qu'un régime de représentation organique tienne dans cette multiplication? Certes, non. Le
régime despotique implique, justement, un Despote. II est vrai que plusieurs Empires ont pu
coexister dans l'histoire de l'humanité. Mais á. chacun son territoire. Ds qu'ils se rencontrent
sur le méme espace, le conflit éclate et l'un d'eux doit l'emporter. Dans notre monde
contemporain, la chose est bien différente. Les machines arborescentes se multiplient á
l'infini: elles deviennent machines dans leurs moindres parties á ¡ 'infini, les machines de la
Nature dont nous parlait Leibniz. Loin de nous assurer la consistance, bm de nous garantir
l'unité du divers, loin de répondre á la question de comment ex pluri bus faire de l'unum, les
micro-fascismes font éclater l'ancien systéme de représentation.

Comment alors tient l'ensemble de ces empires minuscules? Pas question de croire que
tous s'alignent sous un seul grand Empire. Ji est impossible d'établir une seule hiérarchie
ordonnée. Les machines de la Nature nc s'encastrent pas comme des poupées russes ou des

310
Braudel, op. cit. t. 1, p. 549.
311
cf. DRF, p. 125.

141
bottes chinoises. Un simple changement métrique, « ferait oublier qu'on ne va pas seulement
de parties en parties, plus ou moins grandes ou petites, mais de ph en pli »312. Chacune de ces
parties est fennée endose sur elle-méme, chacune enferme refenne «un monde » et
cependant elles tiennent toutes ensemble. Comment cela est-il possible? Soyez les bienvenus
dans le monde de la représentation orgique le capitalisme.

312
Ph, p. 13. Deleuze considére le modéle des poupées russes, mais le rejette aussitót.

142
CHAPITRE Vm
LA FRAGMENTATION NE SUFFIT PAS A CONSTITUER LE CAPITALISMii

Beaucoup d'interprétations ont pour habitude de relier le capitalisnie á la dissolution


d'une série d'institutions et de rgles de fonctionnement. social. Le démembrement et
l'anomie caractériseraient, selon cette vision, le capitalisme. La discussion sur la date de
naissance dii capitalisme tourne done autour de la déteniiinaijon du moment exact oú aurait eu
lieu ce démembrement: Avec la fin du systéme féodal? Avec le dépérissement des Etats-
nations? Avec l'apparition des mass méclias? Ayee la fin des grandes narrations ? Ayee la
Playstation? Selon lequel de ces «événements» est jugó responsable du déliement de notre
société, est déflnie la vraie date du comlnencement du capitalisme: XVIC , x1xe XX, )OU
siécle... On suppose touj ours que 1 'essence du capitalisme est le démembrement. Le néant
blanc:

Le néant blanc, la surface redevenue calme oü floUent des déterminatjons non liées, comme des membres
épars, téte sans cou, bras sans ¿paule, yeux sans front 313 .

On voit bien que ce point de vue est aux antipodes de celui que nous offraient Boron et
Meiksins Wood. II n'y a pas d'Empire du Capital. Le capital trouve son triomphe, bien au
contraire, avec la dissolution du lien social. Le dépérissement de l'Etat est la fin de la société
organisée. Tout se vaut, aujourd'hui. Aujourd'hui, de l'Un, de l'Etat, du stable et de
l'ordonné, on a toujours rrop peu. La táche politique est de fonder,
fonder des institutions,
consolider un systéme qui n'est pas seulement du drolt, mais aussi des óbligarions. C'est la
vision que présentent chaque année Sebastián Abad et Rodrigo Páez Canosa au cours des
Journées de Philosophie Politique qui s'organisent dans la ville de Cordoba, en Argentine,
scandalisant la concurrence dont la tendance est de penser que, de l'Etat et l'Un, on a toujours
trop:

313
DR, p. 43.

143
Le dépérissement de l'Etat, le crépuscule de sa ceniralité dans la production du lien social, ne signifie pas
qu'il existe une instance plus puissante que le subroge... C'est ce scénario auquel on fait référence quand
on parle defragmeniation, de mondialisation, defin de la société disciplinaire, etc.... Le lien social est
une construction politique, et non pas un atiribut de la société civile. Cette construction est, en mame
temps étatique et a lieu —aujourd'hui avec d'insurmontables clifflcultés- á partir de l'opération d'un
»314
ensemble d'institutions baptisées —en des temps moins fragmentés « appareils idéologiques d 'Eta!

Nous voyons bien que la problématique présentée par Abad et Páez Canosa est la méme
que celle qui était soulignée par Mengue: le probléme politique est « comment faire l'unité
du divers ». Pour ces auteurs, la seule façon d'y parvenir est par le biais d'une représentation
organique: le modéle du socius despotique. Les appareils idéologiques d 'Etat représentent
pour eux des temps moins fragmentés ; jis impiiquent la possibiiité de trouver une unité
territori ale dans laquelle soit garantie la vigueur d'une seuie et unique loi. La táche politique
est de réussir á planter de telles machines arborescentes dans le désert de l'anomie
économique. Cependant, Abad et Páez Canosa ne rendent pas compte du fait que la
fraginentation actuelle se fonde, précisérnent, dans la multiplication des appareils

idéologiques d'Etat. Comnient en finir avec la fragmentation á travers la construction


d'appareils dont la multiplication est la cause méme de cette fragmentation ? Voilá l'aporie de
la pensée politique étatique. Mais cette aporie est loiti d'étre la principale objection que, du
point de vue deleuzien, on peut poser face aux propos de Abad et Páez Canosa (le but que
nous pourrions nous proposer serait alors la reconstruction du socius despotique, c'est-á-d.ire
la pyramide avec un pouvoir central temtorial). La principale objection qu'on pourrait leur
opposer du point de vue deleuzien est leur conviction de l'inexistence d'une « instance plus
puissante» qui subroge la « centralité » dii lien social. Abad et Páez Canosa manquent ainsi le
fait que le capitalisme produit du lien social, qu'il réussit á intégrer les appareils d'Etat dans
une unité qui ne qui ne provient plus de la puissance du Despote mais d'une «instance plus
puissante» qui, effectivement, subroge les autres instances séculiéres á travers un systéme de
représentation qui n'a rien á voir avec le modéle des anciens Empires. II ne s'agit pas de créer
des iles habitables au milieu du néant blanc, puisque l'océan a été conquis par des forces qui
savent y naviguer, dans la réalité de son immensité, sans avoir aucun besoin de créer des
tenes fermes (méme artificielles). Le fait qu'il n'existe pas de conquérant á l'image et á la

314
Abad, S. et Páez Canosa, R. "Comunidad y crítica del Estado", ni Misantropía / Filantropía / Apatía,
Córdoba, Brujas, 2007, pp. 375, 382,je traduis.

144
ressemblance du monstre maritime Léviathan ne veut pas dire que de teiles forces n'en aient
pas sa consistance spócifique 315 . La fragmentation n'est pas la caractéristique qui permet de
défi.nir le Capitalisme. Celul-ci se déflnit en revanche par une forme spécifique d'unité, c'est-
á-dire, par un systéme particulier de représentation.

Flux décodés « dans les pores mémes » des sociétés pre-capitatistes

«Le dépérissement de l'Etat, le crépuscule de sa centralité dans la production du lien


social, ne signifie pas qu'ii existe une instance plus puissante que le subroge »... Certes, c'est
vrai: ji ne suffit pas que l'Etat décime pour qu'une puissance supérieure apparaisse et le
replace. II n'est pas nécessaire qu'un substitut fasse déjá signe. Le déclin et la chute sont

caractéristiques des empires; la faiblesse est aussi caractéristique que i'expansion et la force
des civiiisations impériales; semblable en cela au cycle des marées. C'est le cas de la Chine
féodale: «Entre le Ve et le hile siécle avant J.-C., la Chine féodale se désagrége, au cours de
la période mouvementée, dite des 'Royaumes Combattants'. Les seigneuries disparaissent
aiors au profit de principautés plus ou moins importantes, plus ou moins stabies, au milieu de
guerres continuelles. Ensuite se constituera et s'imposera la paix unificatrice de l'empire des
Hans »316. C'est aussi le cas lors de la fin de l'áge de Bronze «La chute de la puissance

mycénienne et l'expansion des Doriques dans le Péloponnése, en Créte et méme en Rhodas,


inaugurent un nouvel áge de la civilisation grecque. La métallurgie du fer succéde á celle du
bronze... Disparu l'anax
qui, en vertu de son pouvoir plus qu'humain, unifiait et ordonnait les
divers éléments du régne, de nouveaux problémes surgissent. Comment l'ordre peut-il
naitre ? »3 17 Deux exemples, qui peuvent se muitiplier á l'inflni: le dépérissement a été une

constante des Etats, méme dans leurs époques de gloire comme formation sociale. Tant qu'il

315
En ce sens, Deleuze entre en controverse avec le travail de Carl Schmitt autour de la différence entre
l'organisatjon politique de la terre et celle de la mer. D'un cót, on trouve le « nomos de la terre» la mare du
droit, avec sa mesure interne de l'effort et le travail, les ligne fixes qui rendent visibles les divisions
déterminées, l'ordonnauce de la vie humaine en commun dvoilée par sa surface ferme. De l'autre cóté, la
mer «est libre »,
et nc permet pas de telles unités d'espace et de droit, d'ordonnance et d'eniplacement. La
mer n'est donc pas un territoire pour la politique. Le Léviathan et son effort pour contrler la mer sont done
nécessajrement voués á l'échec (cf. Schmitt, C. El Nomos de la 7ierra,
Madrid, Centro de Estudios
Constitucionales 1979, Pp. 15-16). Nous essaierons ici de montrer la possibilité d'une ordonnance spécifique
de la fluidité «maritime » : comnlent le Capitalisme est aussi la conqu&e d'un océan qui nc sera plus
« libre ».
316
Braudel, F. Grammajre des civilisatjons, Paris, Flainmarion, 1993, p. 213.
317
Vernant, 1-P. Los orígines del pensamiento griego,
Buenos Aires, EUDEBA, 1965, pp. 29, et 34.

145
n'y a pas de puissance supérieure qui impose un nouveau systéme de représentation, tant
qu'une nouvelle machine sociale ne s'installe pas sur la terre, les civilisations reviennent:
«La régle ordinaire est que les civilisations jouent et gagnent »318. L'ordre renat, la belle
harmonie organique se recompose, la paix unificatrice de l'empire des Hans s'impose. Les
319
«pauvres humanités » des nomades seront vite «remises á leur place

De méme, lafragmentation ne sufflt pas á faire du capitalisme. II y a toujours une grand


tolérance aux flux «décodifiés », tant qu'ils travaillent « dans les pores» de la société
despotique. Toujours proches des formations étatiques, adjacentes á leur territoire, on trouve
des nomades qui attendent leur dépérissement et en profitent pour avancer.

Les 'barbares' vraiment dangereux pour les civiiisations appartiennent presque á une seule espce
d'hommes: les nomades des déserts et des steppes au coeur du Vieux Mande... De l'Atlantique aux mers
bordiéres du Pacifique, la chame de ces pays andes et déshérités est un interminable cordon de poudre. A
la moindre étincelle, il s'enflamme et brúle sur toute sa longueur... A une ¿poque oú tout est lenteur, jis
sant la rapidité, la surprise m8mes 3211

Oui, les nomades et leurs «machines de guerre », dont 1' obj ectif principal est justement
de «détruire l'Etat », attendent aux frontiéres des territoires impériaux que le cycle des
marées étatiques soit favorable á l'invasion. Jis sant dangereux pour la sécurité des habitants
d'un territoire, mais n'impliquent aucun risque pour la machine despotique. On se souvient
que, lors de sa rencontre avec les sociétés primitives, la puissance supérieure de la vitesse
nomade laissait place á la constitution d'un nouveau rapport, le socius despotique. Mais la
puissance des « machines de guerre » nomades ne peut rien en revanche dans leur rencontre
avec les Etats impériaux. : ceux-ci dépendent en effet de F« étincelle » de la faiblesse relative
des hornmes d'Etat, pour traverser les portes et semer la destruction. Les nomades et leurs
machines de guerre représentent les flux que les Etats ne peuvent pas attraper dans les
filets de leur surcodification ; jis représentent tout ce qui reste en dehors de leurs territoires et
de leur pyramide. lls représentent ce chaos que les codes primitifs avaient laissé dehors, pour
composer leur ordre. Ce sont lá les «flux décodés ». C'est la fragmentation. Mais rien de cela
ne suffit á fonder une nouvelle époque, un nouveau socius. La forme étatique fmit toujours

318
Braudel, op. cli. t. 1, p. 102.
319
cf. Braudel, op. cli. t. I. p. 102.
320
Braudel, op. cit t. 1, p. 95.

146
par se recomposer, les nomades sont chassés, les portes se refenneni, le territoire est
reconstjtué et méme élargi, lorsque i'Etat s'appropne des machines de guerre et les utilise á
des flns expansionnistes.

Dehors, au delá dii tenitoire qui caractérise I'Etat, les nomades machinent leurs machines
de guerre. Entre les diverses matérialisatjons de ces deux póles, ji y a une hutte, un couflit
perpétuels. Parfois les noniades l'emportent, et achévent accomplissant ainsi le but de la
machine de guerre: la destruction de 1'Etat 321 :« On peut supposer que, parmi les raisons
mystérienses du brusque anéantissement d'Etats archaYques pourtant puissants, ji y a
précisément l'intervention d'une machine de guerre extrinséque
Parfois les Etats »322.

impériaux l'emportent, et á travers les systémes physiques et spirituels de


coniróle s'approprient la machune, de guerre et liii donnent la guerre pour but: la machine de
guerre nomade devient donc l« institution militan -e » et se subordonne ainsi aux buts
politiques de I'Etat. D'un cóté, 1'Etat, la forme immuabie qui essaie de subordonner les

élément nomades et de faire tenir ensemble les différents composants, écartelés, disjoints; de
l'autre cóté, les nomades et leurs machines de guene : un flux qui ne cessejamais, secoué de
révoltes incessantes - des vecteurs de fuite qui entourent les Etats ou coulent au milieu des
grandes extensjons de territoire. Le caructére fluide de la guene nomade fait que ses victoires
sont toujours évanescentes: elles ne dureni guére, les nomades quittent le territoire aussitót
conquis et continuent á chevaucher les flux. Alors comment est-il possible que le capitalisme,
une forme de socuus qui est précisément une gigantesque machine de guerre, ait sa
consistance? Coniment est-il possible que le capitalisme dure? Ne s'agit-il pas d'une
contradictjon ayee le concept méme de «machine de guerre»?

II arrive que, méme si le «décodage généralisé des flux» fait partie de la définition du
capitalisme 323, cela ne suffise pas
pour constituer celle forme du socius. La décodification
généralisée ne suffit par elle-méme á former le capitalisme comme corps social. Le flux
décodés peuvent frapper l'Etat despotique, peuvent devenir une nuisance pour des
organisations sociales pré-capitalistes, la Chine féodale peut se désagréger, la puissance

321
L'objectif révolutionnajre des machines de guerre créées par les nomades n'est pas la transfonnation de
l'Etat, sinon sa destructjon. Cela n'empkhe pas que cet objectif puisse &re changé par les Etats s'ils
réussissent á s'approprier ces machines, cf MPp. 478.
322 MP, p. 520.
323
cf. AO 265.

147
mycénienne peut tomber... mais tout cela ne permet pas la fin du systéme de représentation
despotique ni la naissance de la nouvelle machine. Ji y aura toujours Hans ou les Doriques
pour se lever sur les ruines abandonnées par les nomades qui ont continué leur route. Deleuze
et Guattari nous disent: des flux décodés «frappent l'Etat despotique de latence, immergent
le tyran, mais aussi bien le font revenir sous des formes inattendues »324. La propriété privée,
la production marchande, l'afflux monétaire, le travail salarié... Rien de cela ne suffit á faire
le capitalisme. L'Empire est toujours revenu sous d'autres formes jusqu'á la naissance de
ceiui-ci.

Deleuze et Guattari nous en donnent de'ux exempies : Rome et la féodalité. Ii est curieux
que ces cas qui ont été vus par d'autres auteurs comme des exemples de sociétés á forte
codification, soient posés par Deleuze et Guattari comme exemples d'une forte décodification
des éléments composant la société. Mais c'est précisément le cas: pour eux, Rome n'est pas
le Grand Empire, mais déjá le socius despotique en plein dépérissernent 325 :

Prenons 1' exemple de Rome: le décodage des flux fonciers par privatisation de la propriété, le décodage
des flux monétaires par formation des grandes fortunes, le décodage des flux commerciaux par
développement d'une production marchande, le décodage des producteurs par expropriation et
prolétarisation... Ou bien l'exemple de la féodalité: lá encore la propriété privée, la production
marchande, l'afflux monétaire, l'extension du marché, le développement des villes, l'apparition de rente
seigneuriale en argent ou de location contractuelle main-d'oeuvre 326

L'objectif de ces exemples dans L Ánti-Oedzpe n'est cependant pas de montrer qu'il s'agit
déjá de módéles faibles d'organisation impériale, mais, att, contraire, que la décodification
généralisée de flux ne suffit pas á constituer le capitalisme: á Rome la décodification se
recouvre avec le régime esclavagiste, dans la féodalité ayee un renforcement des charges et
relations féodales327. Deleuze et Guattari reprennent ici des arguments de Marx dans la Lettre
a Milkhailovski:
« [Nikolai Konstantinovich Mijailovsk] se siente obligado a metamorfosear mi esbozo histórico de la
génesis del capitalismo en el Occidente europeo en una teoria histórico-filosófica de la marcha general

324
AO, pp. 263-264.
325
Ce qui engendre des points d'incommensurabilité entre la théorie exposée par Deleuze et Guattari et d'autres
théories politiques qui considérent Rome comme le point de référence.
326
AO, p. 264.
327
cf. AO p. 264.

148
que el destino le impone a todo pueblo, a fin de que pueda terminar por llegar a la forma de la economía
que le asegure, junto con la mayor expansión de las potencias productiva del trabajo social, el desarrollo
más completo del hombre. Pero le pido ami crítico que me dispense (Me honra y me averguenza ala vez
demasiado). Tomemos un ejemplo. En diversos pasajes del El Capital aludo al destino que les cupo a los
plebeyos de la antigua Roma. En su origen habían sido campesinos libres, cultivando cada cual por su
cuenta su propia fracción de tierra. En el curso de la historia romana fueron expropiados. El mismo
movimiento que los divorció de sus medios de producción y subsistencia trajo consigo la formación, 110

sólo de la gran propiedad fundiaria, sino también del gran capital financiero. Y así fue que una linda
mañana se encontraron con que, por una parte, había hombres libres despojados de todo a excepción de su
fuerza de trabajo, y por la otra, para que explotasen este trabajo, quienes poseían toda la riqueza adquirida.
¿Qué ocurrió? Los proletarios romanos se transformaron, no en trabajadores asalariados, sino en una
chusma de desocupados más abyectos que los "pobres blancos" que hubo en el Sur de los Estados Unidos,
y junto con ello se desarrolló un modo de producción que no era capitalista sino que dependía de la
esclavitucL 328

A Rome et daus la féodalité ji n'y avait pas seuiement une abondance de flux décodés en
général. II existait déjá des flux décodés spécifiques qui seront les constitutifs fondamentaux

du capitalisme: d'un cóté, des hommes libres sans rien d'autre que leur force de travail et, de
l'autre cóté, des hommes possédant la richesse. Mais cela ne suffit cependant pas á donner le
capitalisme: le résultat pçut bien étre aussi un régiine esclavagiste, ou le renforcement des
charges et des relations féodales. Honimes libres sans rien d'autre que leur force de travail,
capital financier: il s'agit bien de ce que Deleuze et Guattan appellent «flux décodés », c'est-
á-dire, des hommes dont la fonction n'est pas « codée » par la structure agraire du féodalisme,
de l'argent dont l'utilisation n'est pas non plus «codée» par les régulations qui garantissent
qu'il occupe sa place dans les « pores » de l'ancien corps social (laissant le capital exister
comme capital commercial et financier, l'empéchant de s'approprier la production, c'est á dire
de devenir capital industriel) L'esclavage et la féodalité réussissent á refaire des codes, á
maintenir le cominerçant et le travailleur libre « dans les pores mémes» de la vieille société.
L' Urstaat renait de ses ruines encore une fois.

328
Marx, K. "Carta a Milkhajlovskj", in Godelier, Marx, Engels, El nodo de producción asiático, Eudecor,
Córdoba, 1966, p. 129.

149
La mort qui monte du dedans

Le «décodage généralisé des flux» ne se référe pas á autre chose qu'aux conditions
génétiques du Capitalisme, qui apparalt avec un grandmouvement de décodage de flux (plus
grand, sans doute, que ne l'est le décodage romain ou féodal), mais ce mouvement ne suffit
pas á faire que l'argent devienne du Capital, et que les hommes libres deviennent des
travailleurs salariés. C'est la rencontre, la conjonction des flux qui caractélise le capitalisme.
Quand naltra le socius capitaliste, les flux ne seront plus recodés: jis formeront un nouveau
corps social. Le dépénssement des grands Empires qui caractérisaient les sociétés pré-
capitalistes n'en avait pas fim ayee le corps Despotique: son resurgissement, méme
spiritualisé, méme intériorisé, sous la forme de l'Empire Romain ou de la féodalité suffit á le
prouver. II aura fallu que la conjonction donne naissance au corps nouveau pour que ceci
prenne place. Et ce n'est pas seulement la mort de l'ancien corps, c'est aussi le surgissement
d'une vie nouvelie: «on sent la mort monter du dedans, et le désir lui-méme passer du c&é de
ces flux qui portent virtuellement une vie nouvelle »329. La rencontre qui va permettre
d'installer le Capitalisme est celle de deux éléments principaux: le travailleur libre et ini
n'ayant á vendre que sa force de travail, et l'argent devenu capital:

C'est que la pression des flux dessine en creux le capitalisme, mais ji faut pour la réaliser toute une
intégrale des flux décodés, toute une conjugaison généralisée qui déborde et renverse les appareils
précédents (...)
Ji faut d'une part que le flux de travail ne soit plus déterminé dans l'esclavage ou le
servage, mais devienne travail líbre et nu; ji faut d'autre parí que la richesse ne soit plus déterminée
comme fonciére, marchande, financiére, et devienne capital pur, homogéne et indépendant 330 .

II faut aussi compter avec les moyens de production, le développement technique qui, lui
aussi, aura un r6le central (mais qui, encore une fois, ne suflira pas á définir le capitalisme:
Braudel nous donne l'exemple de la navigation hauturiére, oi le seul développement
technique ne suflit pas á expliquer pourquoi 1'Europe a non seulement gagné la course pour la
conquéte de haute mer, mais est restée seule en course; cependant, en comparaison des
Japonais, des Chinois et des Musulmans, 1'Europe était techniquement sous-développée 331 ).

AO, p. 265.
330
MP,p. 565.
cf Braudel, F. Civilisation maté rielle, économie eL capitalisme, t. 1, pp. 453-467.

150
« Flux de propriétés qui se vendent, flux d'argent qui coule, flux de production et de moyens
de production qui se préparent dans l'ombre, flux de travailleurs qui se détemtorialisent »332.

Cette rencontre aurait pu ne pas se faire. Chaque élémeut dépend en effet de processus
relativement indépendants: la transformation de la structure agraire, pour les travailieurs; la
série qui passe par le marchand et l'usurier pour le capital, le développement scientifique pour
les techniques qui, comnw nous venons de le voir, a en iieu dans d'autres parties du monde
sans que cela ne donne naissance au capitalisme.

Mais, nous l'avons vu, cette rencontre avait déjá eu lieu. A Rome, par exemple. Avec la
féodalité, par exemple. Comment ce rapport va4-il done former une machine sociale? Quelle
en est la spécificité? Comment celle conjonction de deux flux abstraits (force de travail
considérée indépendamment du travailleur concret, capital considéré considéré
indépendamment de son pouvoir d'achat, de sa possibilité de symboliser la richesse)
deviendra-t-elle la relation dominante dans une époque historique? Comment ce corps
acquerra-t-il la faculté de dominer d'autres corps (biologiques, étatiques, physiques)?
Cominent, en termes des facteurs déterminajits selon i'ontologie de Deleuze (puissance et
désir) le capitalisme deviendra-t-jl dans les sociétés contemporaines «la force économique de
la société bourgeoise qui domine tout»? Cominent répondre á l'interrogation que pose
Braudel: «la machine marche et pourtant elle dispose de peu de puissance. Comment une
telle réussite a-t-elle été possible? ... Ce sont des prouesses, ji est vrai, et á la limite de
l'incompréhensible,» 333

332
AOp. 265.
331
Braudel, op. cii. t. III, p. 41.

151
CHAPITRE lix

LE CAPITALISMIE EST IJNE MACifiNE DE GUER1}

A partir du XVC siécie, en Europe, une nouveile forme de socius se prépare en profondeur.
Pas comme une coupure imprévisible, pas comme l'éclair, mais tour á tour: « 11 a une grande
différence á cet égard entre l'áge despotique et l'áge capitaliste. Car jis arrivent comme
l'éclair, les fondateurs d'Etat; la machine despotique est synchronique tandis que le temps de
la machine capitaliste est diachronique, les capitalistes surgissent tour á tour De
nouveaux fondateurs d'Etat n'arriveront pas á s'approprier des flux nomades arrivés avec
l'étincelle du dépérissement de i'aneien Etat. Les jeux d'échange, les forces décodifiées de
l'économie féodale vont trouver une nouvelle forme. Une immense machine de guene
s'appropriera cette fois 1'Etat et ses appareils.

D'abord ces flux décodés trouveront leur imité propre, une unité qui ne dépendra pas
d'une instance de l'identité dans le concept. La premiére forme de cette unité, que Braudel
appelle «économie-monde », est constituée de morceaux de la planéte «économiquement
autonomes, capables pour l'essentiel de se suffire t eux-mémes et auxquels ses liaisons et ses
échanges intérieurs conférent une certain unité organique Ces « économies-mondes »
existent « depuis toujours, pour le moins depuis longtemps »336 : la Phénicie antique, Carthage
au temps de sa splendeur, l'univers hellénistique, Rome, l'Jslam, l'aventure normande, la
Moscovie, sont quelques-uns des exemples cités par Braudel. Ces économies-mondes, qui
recoupent ce que Deleuze et Guattari appellent les «organisations oecuméniques ne
doivent pas étre confondues avec des relations entre formations du méme ordre, par exemple
les différents Etats ; elles sont « tout ce qui a l'aptitude de passer par des formations sociales

134
AO, p. 264.
Braudel, op. cii. t. III, p. 14.
336
ibidem, p. 16.
337
«[Les ensembles internationaux] n'ont certes pas attendu le capitalisme pour se former: ds le néolithique,
mame ds le paléolithique, on trouve les traces d'organisations cecuméniques qui témoignent d'un commerce
á longue distance, et qui traversent simultanément les formations sociales les phis diverses », MP, p. 542.

152
diverses, simultanénient, Etats, viles, déserts, machines de guerre, sociétés primitives »338.

Elles ne procédent pas par homogénéisation, ni par totalisation, comme les formes-Etat, mais
par « prise de consistanceou consoJidation du divers en tant que tel ».

Les grands Empires s'accommodent trés mal de l'économie, et tendent á supprimer les
commerçants qui rnenacent leur hégémonie (« Aucun marchand, aucun capitaliste n'y aura
jamais les coudées tout á fait franches »340).
Les « économies-mondes » qui existaient de
façon autonome «depuis tous temps », fonctionnaient avant le surgissement du capitalisme
comme des morceaux de la planéte, des machines de guerre écartelées qui travaillent contre
les Etats, contre l'hégémonie des pouvoirs centralisés, mais sans arriver á constituer une
puissance supérieure qui subsumerait les vieiles formes de socius.

A l'époque et á l'endroit que nous sommes en train de considérer, á partir dii XVC siécle
en Europe, l'économie comrnence á l'emporter sur la politique, dans la mesure oú les
économies-mondes commencent «tour á tour» á se montrer d'une puissance supérieure á
celle des Etats. II est vrai que c'est aussi l'époque de la fondation des Etats-Nations européens

de la modernité. On trouvera dans ces Etats d'une part un « Etat» (Notion d'ordre juridique
qui fait référence á une forme d'institutions pólitiques et administratives qui exercent une
certaine forme de souverameté) et d'autre part une «Nation» (Notion d'ordre identitaire,
sentiment d'appartenance á un groupe.) Mais justement, un des enjeux fondamentaux de la
théorie politique de Deleuze est de ne pas confondre ces Etats-Nations avec le socius
despotique. Au XVC siécle européen, les économies-inondes vont commencer á se multiplier,
á tramer un réseau, á tramer une méga-machjne qui donnera, á son tour l'aube d'un nouvel
áge, et qui engendrera des Etats-nations qui en dépendront. «L'Etat est plus fort que la
société. La société, orn; non pas l'économie », reconnat Braudel341
. Les «économies-
mondes » ne seront pas « remises en place » par l'organisation étatique.
L'Etat, entre XV c et X\TIIIC
sicles, est bm d'emplir tout i'espace social, ib n'a pas cette force de
pénétration «diabolique» que 1w attribue l'actualité, les moyens 1w manquent... Les Etats-villes qui, en
avance sur les Etata territoriaux, jouent les premiers róles jusqu'au début du XVIIIC sikle, sont abors des
outils entjérement dans la main de leurs marchands.... Le premier Etat territorial á s'achever comme

338
MP,p. 543.
339
Jolaeni.
340
Braudel, op. cii, t. 111, p. 53.
341
Braudel, op. cii. t. III, P. 55

153
marché national ou économie nationale, I'Angleterre, passe assez tót sous la domination marchande aprés
la révolution de 1688... La carte de l'économie-monde, avec le survoltage de ses zones centrales et sea
différences concentriques, risque de correspondre assez bien á la carte politique de l'Europe 342

Les Etats-Nations européens qui se succéderontau cours de la modemité ne seront que les
représentations, des acteurs ou performers pour une nouvelle «forme conceptuelle de
l'identique
341
lls n'ont pas de souveraineté. lls sont la contrepartie de la nouveile forme
sociale. La nation, ayee ses constituants (peuple et terre) est ce que sont devenus les Empires
une fois tombés sous la domination de la méga-machine (de la méme façon que les machines
de guerre étaient devenues des armées sous la domination des appareils d'Etat). Les territoires
et les populations sont devenus la terre et le peuple, c'est-á-dire la nation. Constituer des
nations ce n'est pas lutter contre le capitalisme; les moyens le plus sanglants y contribuent,
les élans de romantisme les plus vigoureux y participent, mais jis ne protégent personne
contre les assauts du capital et sa folie détemtorialisée et inhwnaine. Deleuze et Guattari
suivent les analyses de Braudel quand jis disent: les Etats sont impuissants á gérer les flux
qui coulent sur la planéte á partir du XVe siécle. Quelle est loin celle image qui nous donne
Braudel de l'image habituelle des historiens lorsqu'ils comparent les Etats modemes á Vogre
de la fable, á Gargantua, á Moloch, au Léviathan!

L'Etat inachevé, se complétant comme il peut, ne pouvant exercer lui-mme taus ses droits, ni accomplir
toutes ses tkhes, obligé en fait, de s'adresser á autrui et en pátissant... L'Etat modeme a étó une des
réalités au milieu desquelles le capitalisme a fait son chemin 3 '

Deleuze et Guattan font le point: cecí «ne veut pas dire que les nations soient des
apparences ou des phénoménes idéologiques, mais au contraire les formes vivantes ou
passiomielies oú se réalisent d'abord l'homogénéité qualitative et la concurrence quantitative
du capital abstrait ». Une grande hétérogénéité d'Etats (démocratiques, totalitaires,
socialistes) pour une méme « forme de socius». capitaliste; qui inclut méme les formations
périphénques, sous-développées, du Ters-Monde, oú est rédigée celle thése, sont de plus en

342
Braudel, op. cii. t. ifi, p. 49
141
cf. DRp. 79.
" Braudel, op. cii. t. II, pp. 661-667.
345
MPp. 570.

154
plus des piéces de la méga-machine aux prétentions universaiistes 346 . La représentation finie
des Etats et des gouvernements, tout lejeu des masques et des acteurs décrits par Hobbes dans
le chapitre XVI du Léviathan, sera subsumée par la représentation infinie du Capital. L'Etat
baroque est partie intégrante de la représentation baroque, voire orgique, ou encore capitaliste.
C'est lá un nouveau régime de puissance, incomparable ayee la puissance des armées des
grands Empires.

Quand ji s'agit pour Marx de définir le capitalisme, ji commence par invoquer


l'avénement d'une seule Subjectivité globale et non qualifiée, qui capitalise tous les processus
de subjectivation, «toutes les activités sans distinction » : «l'activité productrice en
général », « I'essence subjective unique de la richesse »... Cette nouvelle subjectivité sociale
ne peut se constituer que dans la mesure oü les flux décodés débordent leurs connexions, et
atteignent un mveau de décodage que les apçareils d'Etat ne peuvent plus rattraper 347

Consistance, conjugaison : ça tient enseinble

Flux de travailieurs libres et nus, flux d'argent qui coule á partir de la montée de la
bourgeoisje, masses de nomades quí viennent du Nord, de i'Est et du Sud, masses militaires,
masses paysannes... Tout cela ne suffit pas á répondre á notre question «Qu'est-ce qui fait
temr ensemble ? >. C'est bien lá LE probléme d'une ontologie de la différence, et que se pose
Deleuze dés le début de Dfférence et répétition:
comme empécher que la différence devienne
indifférence? Pourquoi les singularftés tiennent-elies ensemble? Pourquoi les formes ne se
dissolvent-elles pas aussitót engendrées ? D'un point de vue qui reste néanmoins encore trop
abstrait, nous avons déjá étudié cette question: ce sont les formes du socius qui font tenir
ensembie les sociétés. Mais la question est bm d'étre ainsi résolue. Une question s'enchalne
immédiatement ayee celle-ci: pourquoi les formes de socius tiemient-elles? Pourquoi ne se

346
Ce qui ne veut pas dire, contrairement á ce que pose Mengue, que Deleuze affirme que tous les Etats sont
nécessairement des instruments de répression du capitalisme. Deleuze n'est pas contre la démocratie en tant
que telle, mais en tant qu'elle se montre impuissante, et donc mopérante face au capitalisme. Mengue trouve
«extrémement violente et choquante» la déclaration de Deleuze selon laquelle ji y aurait « isomorphie entre
les Etats-Unjs et les tyrannies les plus sangiantes d'Ainérique du Sud ou bien entre la France, l'Angleterre, la
R.F.A. et certains Etats africains » (MP, p. 581) Ceci parce qu'il n'accepte pas que Deleuze vise sculement
des Etats sous la domination capitaliste dans les conditions déterminées par notre époque. Nous essaierons de
montrer dans la derniére partie de notre travail, la possibilité d'un Etat adéquat aux critéres deleuziens. Cf.
Mengue, Ph. Deleuze et la question de la démocratie, op. cii p. 108-109
347
MP, p. 565.

155
dissolvent-elles pas? « II semble que la réponse la plus claire, la plus facile, soit donnée par
un modéle arborescent, centralisé, hiérarchisé, linéaire, formalisant 349
». Mais ce modele que
Deleuze et Guattari appellent aussi « systéme de stratification », nous empéche, encore une
fois, de comprendre le monde dans lequel nous vivons. C'est la réponse la plus facile, la plus
claire, c'est le concept le plus simple: hélas, la réalité est plus complexe, et demande des
concepts plus obscurs de prime abord. Or si on ne peut penser le marntien d'un systéme hors
dii modéle arborescent, on ne comprendra jamais ce qui fait « tenir ensemble » le capitalisme.

Nous souhaiterions défendre ici la thése que c'est le capitalisme qui «fait tenir
ensemble» et ceci non pas en vertu des appareils d'arborescence qui le peuplent (Etats,
institutions, corporations trans-nationales, patrons á l'usine, péres á la maison, etc.), mais en
vertu du concept de «onsistance» qui nous proposent Deleuze et Guattari. C'est la
consistance, et non pas l'organisation, qui fait tenir ensemble les machines de guerre, et done
le capitalisme.

La consistance se fait nécessairement d'hétérogne á hétórogne: non pas parce qu'il y aurait naissance
d'une différenciation, mais parce que les hétérognes qui se contentaient de coexister ou de se succéder
sont maintenant pris les una dans les autres, par la « consolidation» de leur coexistence et de leur
succession... Ce qui fait tenir ensemble toutes les composantes, ce sont les transversales, et la
transversale elle-mnie est seulement une composante qui prend sur soi le vecteur spécialisé de
détemtorialisation. En effet, ce n'est pas par le jeu des formes encadrantes ou des causalités linéaires
qu'un agencement tient, mais par sa composante la plus déterritorialisée, par une pointe de
déterritorialisation349 .

Deleuze et Guattari nous présentent cette caractérisation de la « consistance » dans le


plateau 11 de Mille Fiateaux intitulé « De la ritournelle », notarnment dans les pages 403 á
416, trés importantes pour ce qui est de la question du « tenir ensemble ». II faut rapprocher
cette caractérisation de celle qui est faite du capitalisme dans le plateau 9: «Micropolitique et
segmentarité ». lis le présentent comme une conjugaison de flux oú le flux le plus
déterritorialisé réussit á dominer les autres.

Nous devons introduire une différence entre deux notions, la connexion et la conj2igaison des flux. Car si
la «coimexion » marque la manire dont des flux décodés et déterritorialisés se relancent les uns les

348
W. p. 403.
MP pp. 407, 415.

156
autres, précipitent leur fuite commune, et additionnent ou échauffent leur quanta, la « conjugaison » de
ces méxnes flux indique plutót leur arr& relatif, comme un pomt d'accumulation qui bouche ou colmate
maintenant les ligues de fuite, opere une reterritorialisation générale, et fait passer les flux sous la
doniinance de l'un d'eux capable de les surcoder. Mais précisément, c'est chaque fois le flux le plus
détemtonalisé, d'aprés le premier aspect, qui opére l'accumulation ou la conjonction des procés,
détermine le surcodage et sert de base á la• reterrtorialisation, d'aprés le second aspect... Ainsi la
bourgeoisie commerçante des villes conjugue en capitalise un savoir, une technologie, des agencements et
des circuits sons la dépendance desquelles entreroni la noblesse, 1 'Eglise, les artisans et les paysans
mémes. C'est parce qu'elle est pomte de déterritorialisation, véritable accélérateur de particules, qu'elle
opére aussi la retenitorialisation de l'ensenible 350.

C'est un passage assez complexe, ji nous faut donc l'aborder sans háte. La notion de
« connexion» fait référence au premier aspect dii développement dii capitalisme: la
décodification de flux, la fragmentation, la perte des anciennes identités et des anciens codes.
II y a donc bien, au commencement du capitalisme, un processus de détenitorialisation, de
décodification des flux. Mais nous l'avons dit et répété: cela nc suffit pas pour former le
capitalisme. Méme aprés qu'ils soient entrés en rapport, aprés qu'ils se soient précipités dans
une fuite commune, les aneiens codes auraient eu encore une fois la possibilité de capturer ces
flux (soit en les capturant dans les codes, á 1 'intérieur d'eux-mémes, soit en les capturant
entre les codes, dans les «pores); nous en avons déjá va des exemples: la Chine féodale, la

fin de l'áge de Bronze, Rome, le féodaiísme européen. Nous pouvons ajouter ici l'exemple
des Croisades, surcodées par le Pape qui leur assigne des objectifs territoriaux: la Terre
sainte, la paix de Dieu 351 . Dans tous les cas, la connexion des flux précipitant leur
décodification devient une simple étape daus le mouvement des marées. Rien n'aurait done
changé, paree que l'ancienne machine aurait continué á faire ce qui la caractérise: coder des
flux. Mais á partir du )(V siécle, et de plus en plus, les différents flux (de travail, de capital,
de pillage, etc.) sont entrés aussi dans une conjugaison: un de ces flux a montré une
puissance tout á fait supérieure aux autres : le flux de monnaie-financement, qui est entré dans
un processus d'accumulation et d'auto-réplication. C'est le flux le plus déterritorialisé qui a
réussi á donner consistance á l'ensenibie.

350
MI p. 269.
'' cf MPp. 269.

157
On remarque la correspondance entre l'idée de « conjugaison » et celle de «consistance
rhizomatique» l'ensemble tient en vertu du flux le plus déterritorialisé. Dans les deux cas, le
modele n'est plus celui du socius despotique. Ji n'y a pas une «centralité » du capital
financier. Mais á partir de son ccefficient supérieur de déterritorialisation, le capital financier
réussit á faire en sorte que le corps du capitalisme tienne. C'est á. travers le modele
rhizomatique que le divers se trouve intégré. Nous voyons bien qu'on ne peut donc pas faire
du «rhizome» un critre axiologique. Déterritorialiser, décoder, faire couler les flux,
nomadiser, devenir... Aucune de ces actions n'est « révolutionnaire » en soi, puisque la forme
de socius qui fait notre maiheur travaille á travers ces procédés. Ce sont lá, plut6t, des
propositions ontologiques, dans l'héritage de la volonté de puissance nietzschéenne telle que
la comprend Deleuze : non pas que la volonté (dans un sens anthropomorphique) veuille la
puissance, non pas comme une volonté d'augmentation de la puissance, mais bien eomme ce
qui veut dans la volonté, comme une puissance créative, une puissance qui veut plus de
puissance. Elle veut tel rapport de forces, et le le maintient en l'amplifiant á travers d'un gain
de puissance352 .

A travers la reproduction du capital, á travers la capacité de l'argent d'engendrer plus


d'argent, á travers la production de plus-value, le capitalisme comme forme de socius gagne
de la consistance. Le capitalisme est lui aussi une forme de la volonté de puissance, un rapport
voulu par celle-ej. Le capitalisme est méme de l'affirmation (toute la négativité du capitalisme
oeuvre en fonetion de cette affirmation premiére la puissance qui veut au sein du capital, qui
veut s'accrotre elle-méme á travers ce rapport différentiel). Le processus génétique de plus-
value qui caractérise le capitalisme ne contredt en rien le processus vital. En effet, le
capitalisme respecte les normes d'une biopolitique affirmative353 , dans la mesure oii son
développement est l'expansion d'une forme de vie: «Si nous nous demandons quelle est la
'place de la vie' dans cette distinction, nous voyons saris doute qu'elle implique un gain de

352
cf NP, pp. 90-99
3-53
Esposito trouve que Deleuze anticipe la «biopolitique affinnativex., qu'il tente de construire, mame s'il
n'arrive pas encore á l'atteindre: «Una 'norma di vita' che non sottoponga la vita alla trascenden.za
dellanorma, ma faccia della norma l'impulso immanente della vita. .. E questo nodo biogiuridico tra vita e
norma che Deleuze invita a sciogliere in una forma che, anziché separarle, riconosca l'una nell'altra, trovi
nella vita la sua norma immanente e ridia alla norma la potenza in divinire della vita. -. Nessuna parte di essa
pué essere distrutta a favore di un'altra: ogni vita é forma di vita e ogni forma va riferita alla vita »,
Esposito, R. Bios, Tormo, Einaudi, 2004, pp. 214-215. Cependant, nous voyons ici que la biopolitique
affirmative ne peut nous ofi'rir les critéres que nous sommes en train de chercher pour lutter contre le
capitalisme. La politique deleuzienne exige un engagement quant á notre forme de vie. Dans le cas contraire,
la « forme de vie » qu'est le capitalisme nous détruira á son tour.

158
consistance, c'est-á-dire, une plus-value354 ». On ne peut donc pas lutter contre le capitalisme
au nom de la «vie» ou de la «volonté de pu ssance ». Méme la formule du capitalisme et
celle de la volonté de puissance sont, selon Deleuze, identiques entre elles (et aussi á celle de
la représentation orgique leibnizienne) : dy/ dx355 .

MI p.414,je souligne c'est moi qui souligne.


31.1
cf; NF, p. 58, AO, p. 270, DR, p. 66.

159
CHAPH1E X
REPRESENTATION ORGIQUE

« Je croyais entrer dans le port, mais.

je fus rejeté en pleine mer »

(G W. LEIBNIz)

Quelque chose s'écroule, commence á s'écrouier, est en train de s'écrouler á partir du


XVe sicle. Mais la nouveauté ne réside pas lá, nous l'avons vn: la nouveauté consiste en ce
que, au lieu de l'écroulement d'un despote, de la mort d'un empereul; au lieu du
dépérissement d'une nation, d'un empire, d'un royaume, d'un arrét avant que cela ne
recommence encore, au lieu d'une extase avant la répétition du méme sous de nouveaux
masques, au Iieu de cette répétition brute et nue qui dégoutait tant Zarathoustra 356, au lieu du
retour de l'Identique, nous nous lrouvons face á un changement, á un passage. La traclition
dont on pourrait voir en Heidegger le représentant paradigmatique a cm discerner que la
caractéristique principale de la modernité a été l'effort de récupérer ce «méme », cet
« identique » perdu, et de convoquer sa résurrection: Descartes et la philosophie comme
recherche dii fondement 357 . Pour Deleuze, selon l'mterprétation que nous essayons de soutenir

356
"Ay, ¡náusea!, ¡náusea ¡náuseal.. Vendré eternamente de nuevo a esta misma e idéntica vida, en lo más
grande y también en lo más pequeño, para enseñar de nuevo el eterno retomo de todas las cosas", Nietzsche,
F. Así habló Zaraiustra, trad. A. Sánchez Pascual, Madrid, Alianza, 1972, pp. 307-3 09.
357
II est vrai que dans Djfférence e répéfition Deleuze nous dit que la táche de la représentation orgigue est de
rapporter l'infini au fondement: « Le concept suit donc et épouse la détermrnation d'un bout á l'autre, dans
toutes ses métamorphoses, et la représente comme pure différence en la livrant á unfondeinent, par rapport
auquel il n'importe plus de savoir si l'on se trouve devant un minimum ou un maximum relatifs, devant un
grand ou un petit, ni devant un début ou une fin, puisque les deux coíncident dans le fondement comme un
seul et máme moment total,cfui est aussi bien celui de l'évanouissement et de la production de la différence »,
DR, pp. 61-62. Nous verrons en quoi consiste cette opération de « livrer au fondement » chez Deleuze (eut-
étre un travail en profondeur de l'cnuvre de Heidegger, dépassant la lecture vulgaire présentée ici, pourrait
montrer que le fondement critiqué par Heidegger n'est pas, non plus, uniquement de la représentation
organique...). Pour le moment il suflit de souligner que c'est une opération d'un autre nature que celle de la
représentation organique, pour laquelle on réserve le teme « fonder », pour des raisons déjá indiquées.

160
ici, ce qui caractérise la modemité est plutót un changement beaucoup plus radical que cette
mélancolie de 1' Urstaat.

Etant donné que, pour Deleuze, la représentation est d'abord sociale,. avant d'étre
gnoséologique, nous pourrions imaginer que nous nous trouvons face á un phénoméne de
retard de la philosophie: l'oiseau de Minerve... Dans ce cas, Heidegger pourrait toujours
avoir raison, et la philosophie moderne &re un essai de fonder Méme si le modéle de
représentation organique dont reléve celle fondation s'est déjá écroulé au mveau des rapports
sociaux, les hommes peuvent bien poursuivre leur táche fondatrice sur le plan de la pensée.
La philosophie pent bien élre toujours en retard. Mais selon Deleuze ji n'en est pas ainsi. II ne
s'agit pas d'un probléme de retard de laphilosophie, mais de l'opération de refoulement mise
en place par / 'histoire de la philosophie la plus conservatrice. La philosophie, de son c6té,
s'est montrée paifaitement capable de penser le nouveau monde en méme temps que alors
méme que le monde changeait. Le róle central offert á la figure de Descartes, et á
l'interprétation la plus conservatrice de Sa pensée, est une opération répressive de la pensée.
C'est pour celle raison que Deleuze a mis l'accent sur d'autres philosophes. Comme par
exemple Leibniz. Leibmz a été le philosophe du XVIr siécle capable de
voir que la
représentation organique s'écroulait, et de construire un systéme qui saisissait le nouveau
modéle de représentation á travers duque! l'unité était en train de se reconstruire.

La philosophie de Leibniz est un élément essentiel dans le tableau de la pensée


deleuzienne. On pourrait cependant en douter, étant donné qu'il ne lui dédie qu'un seul livre
(Le Ph, Leibniz et le baroque), et que son apparition a lieu trés tard dans son ceuvre: en 1986
(...alors que Deleuze a déjá 61 ans). Mais la présence de Leibniz est lá dés le début. A la fin
des années 1950, la thése secondaire de Deleuze dirigée par Ferdinand Alquié,
Spinoza et le
problme de 1 'expression, était selon la biographie de François Dosse «presqu'achevée»;
dans ce travail la confrontation avec Leibniz est essentieile pour l'exposition de la pensée du
phiiosophe hollandais. L'importance du travail de Leibniz apparaft donc trés tót, et de maniére
évidente, dans le travail de Deleuze. A la fin des années 1960, dans Dfférence et répétition et
dans Logique du sens, l'étude de Leibniz, bien que Irés synthétique, présente des idées

fondamentales pour le développement des théses de Deleuze. Immédiatement aprés la


publication de Mille .Plateaux, en 1980, Deleuze décide de dédier son cours á Vincennes au

Dosse, F. Gules Deleuze, Félix Guattari, biographie crojsée, Paris, La Découverte, 2007, p. 146.

161
philosophe baroque. Puis, en 1986, ji publie Le Ph. Plus important encore, Leibniz est le
personnage choisi pour le demier cours de Deleuze avant son départ á la retraite. II est donc
incontestable que Leibniz occupe une place primordiale dans l'architecture de la pensée
deleuzienne.

Sans entrer dans des discussions philosophiques qu'il a toujours reniées, Deleuze trace un
nouveau portrait de l'histoire de la philosophie, non pas paree qu'il remet en question les
raisons pour lesquelles d'autres ont choisi l'étude de tel ou tel auteur, de tel ou tel concept,
mais paree qu'il place différemment ses accents. C'est une question de différents rapports de
vitesse et de lenteur. Deleuze peut passer en effet tres rapidement sur Platon, Aristote,
Descartes, Hegel et Heidegger (ce clemier, dans un livre consacré aux problmes de la
différence et de la répétition, á la fin des années 1960, en pleine apogée consensuelle au sujet
de son caractére majeur et incontournabie, ne reçoit de Deleuze qu'une simple «note
Pujs ji s'arréte sur des ceuvres de Spinoza, de Leibniz, de Bergson, de Nietzsche. II reste lá, ji
chemine doucement á travers les pus et replis de ces ceuvres. Voilá des penseurs essentiels
pour certains des problmes qui nous préoccupent. C'est comme s'il nous disait, de cette
façon: «Peut-étre que vous ne le verrez pas tout de suite, peut-&re qu'il vous faudra du
temps; alors je m'arréte ici, je vous attends ». Une fois qu'on est arrivé lá, on peut toujours
relire Platon, Aristote, Descartes, Hegel et Heidegger, mais tout aura changé: on s'est délivré
des appáts de l'histoire de la philosophie, la pbilosophie n'est plus en retard, mais
accompagne les plis et replis du monde, le battement perpétuel de son eceur.

Voilá done le r1e de Leibniz: montrer comment la philosophie peut suivre le rythme de
son ternps. C'est lá une lecture tout á fait singuliére de Leibniz. Ayee d'autres accents. Quand
Deleuze décide qu'il faut demeurer quelque temps chez un philosophe, ji ne s'agit pas,
évidement, de rester pour rester, n'importe comment. Ii ne nous importe guére ici de « faire
justice» á la pensée « authentique » du philosophe 360 : c'est pour celle raison que nous alions
travailler ici Leibniz comme personnage conceptuel de Deleuze. Lorsque nous disons

cf. DR, pp. 89-91. Certes, l'extension de la « note » &ait suftisante pour lui donner une place dans le corps
mame du texte, mais Deleuze préfre en faire une longue note, ce que met en évidence qu'il s'agit d'une
plaisanterie
360
Nous souscrivons sur ce point á la position de adiou: «We might again oppose a wily, norninalist Leibniz, a
shrewd eclectic, to the exquisitely profound and mobile Leibniz of Deleuze's paradigm. Or work our way
through the details of the text. Or siniply treat it as a genealogical quarrel. But all this aside" (Badiou, A.
"Gules Deleuze, The Foid: Leibniz and Ihe Baroque", in Gilles Deleuze and the theater of philosophy, edited
by C. V. Boundas and D. Olkowski, 1994, p. 51.

162
« Leibniz », ji faut lire: « Leibmz, ce personnage que Deleuze a consiruil ». C'est chez
Leibniz, comme personnage conceptuel, qu'il faut rester et non pas nécessairement chez le
personnage historique. Et ceci, non pas parce que, comme on le croit généralement, Deleuze
utilise Leibmz pour exprimer sa propre ontologie, mais parce que Deleuze pense que Leibniz
a compris le capitalisme, parce que son ontologie est la forme d'expression adéquate á la
forme de contenu du capitaiisme 361 . Encore une fois:
je ne veux pas dire que le Leibniz
historique ait compris le capitalisme (ce n'est pas lá ce que j'essaie d'exposer ici); ce que
j 'essaie de montrer est que le Leibniz de Deleuze a compris le capitalisme
362 . Par comprendre
je vew dire que les pus et replis de i'uvre baroque de Leibniz accompagnent les
pus et
replis du capitalísme alors naissant, qu'ils accompagnent ce que le capitalismefajj ce que le
capitalisme raconte
de lui-méme. Le monde créé par le capitalisme, l'histoire qu'il a écrit
quand ji s'est présenté (conime il se présente encore) comme le meilleur des mondes
possi bies.

L'opération de lecture de l'cuvre deleuzienne que je présente ici (oü i'ontologie


leibnizienne est la correspondance conceptuelle de la représentatjon sociale capitaliste) est
bm d'étre évidente ou nette. A ma connaissance, aucun inteIprte de Deleuze ne l'a encore
proposée. Deleuze lul-méme n'y a fait aucune référence explicite. Cette lecture marchera
parfois trés bien. D'autres fois,
elle sera détraquée par les ardus chemins des textes de
Deleuze. Mais je considéreraj mon objectif atteint á partir du moment oü ce travail pourra
contribuer simplement á rendre le capitalisme de Deleuze et Guattan un peu plus
compréhensjble et si je réussis á souligner sa pertinence d'un point de vue phiiosophique.
Nous nous proposons donc conime travaii dans les pages qui suivent de retracer l'apparition
et le jeu de la représentation orgique au sein de l'ceuvre de Deleuze, et puis de montrer
cominent celle-ci compose avec la représentation capitaliste.

361
Badiou a presque saisi ce pomt quand ji écrit que Le Pli
monde » (cf. Badiou, ¡bid); mais ji oublie seulement que «offie une vision et une conception de notre
notre monde n'est pas le monde deleuzien, mais le
monde capitalista. C'est pour cette raison que Badiou identifie l'ontologie deleuzienne et celle de Leibmz
se réfre toujours aux idéeg exprimées dans Le Pli (u
comme signées Leibaiz-Deleuze Or nous croyons que
l'ontologie de Deleuze dépasse celle gui est exprimée dans Le PiÉ,
362 gui n'en est, justement, qu'un des pus.
Nous pouvons voir que Heidegger, par exemple, construit á partir de i'ruvre de Leibniz un tout autre
personnage conceptual, avec d'autres fins, á partir d'autres traits caractéristjques. Cf. Heidegger, M. Le
principe de raison, Paris, Gallimard, 1962.

163
Reconstruire un monde en train de s'écrouler

Si Leibniz a pu comprendre le capitalisme, c'est parce qu'il a non seulement vu que


quelque chose était en Irain de s'écrouler, mais surtout parce qu'il a compris comment ji était
question, pour le nouveau socius, d'entreprendre la reconstruetion.

Le Baroque c'est déjá la crise de la raison théologique: ji s'agit d'une ultime tentative pour reconstruire
un monde en train de s'écrouler... Quand Leibniz dit que notre monde est le meilleur des mondes
possibies, il faut voir que « le meileur» vient ici remplacer le Bien classique et qu'il suppose précisément
la faillite du Bien363 .

L'écroulement a commencé il y a presque mille ans, ji est aussi vieux que la


philosophie... En Occident, on pourrait le voir dans la fin de l'áge de Bronze, le
dépérissement de l'empire mycénlen, la chute de l'anax. La pyramide ne tenait pas, le tableau
de la représentation était en train de bnser. Mais la culture occidentale a réussi pendant prés
de mille ans á y faire face. L'alliance du christianisme et de l'empire romain a báti un socius
despotique fondé sur un sommet spirituel. Le visage du Christ devient le nouveau point de
subjectivation364 . Ce n'est plus le méme... Le phantasme de l'Urstaat survole, terrible,
l'Europe chrétienne. Nous ne sommes que des enfants. La nouvelle alliance ne nous rend pas
la ville d'Ur. Cela marche quand méme pendant des siécles, cela continue á fonctionner á
travers la représentation organique. Mais le visage du Christ est tout de méme une charniére:
quelque chose de nouveau se prépare en liii: « Nous pouvons dater la machine de visagéité,
en lui assignant l'année zéro du Christ et le développement historique de l'Homme blanc...
Notre sémiotique d'Hommes blancs modemes, celle-la m&ne du capitalisme ». Oui, ce
processus commence avec la chute de l'empire mycénien, s'ébauche dans la cité grecque,
trouve dans le christianisme sa période de latence, et s'accélére á partir du XVe siécle. C'est
cette accélération que l'on appelle la « modernité ». En quoi consiste-elle ? Nous l'avons déjá
vu: en un processus d'infmitisation. Les coordonnées de la représentation orgarnque
sont finies: territoires, populations, grands travaux. Méme la Grande Muraille de Chine est
finie, méme dans son immensité. Ces coordonnées deviennent de plus en plus infinies. Si
Deleuze insiste en soulignant que Braudel signale la navigation hauturiére comme étant le

363 pp 220.
364
MP plateau 7, «Visagéité », pp. 205-23 4.
365
MP, p. 223, c'est moi qui souligne.

164
trait caractéristique du capitalisme, c'est paree que i'océan sera le paradigme de l'inflni que se
propose de conquérir le nouveau socius.

Cette nouvelie réalité est la «cnse de la raison théologique» á laquelle Deleuze fait
référence en parlant de Leibniz. La raison théologique est la demiére tentative de la société
pour reconstruire le « monde» (ses conditions de possibilité) á partir de la représentation
organique. Mais l'accélération que prend le processus d'infinitisation á partir du XVe siécle
rend impossible la reconstruction du monde sur ce modéle. L'histoire de la phiiosophie nous
montre des penseurs qui, au XWf siécle, sont en déni de cette réalité: ils essaient de
reconstruire selon l'ancien modéle: Descartes et Hobbes en seraient les représentants
notables. Mais jis n'y peuvent rien: le processus d'infinitisation continue, et capturera ieurs
«cogitos » et ieurs «léviathans » dans ses tilets : voici encore plus de points de subjectivation
qui s'ajoutent au processus de multiplication, encore plus d'iles désertes á conquérir au milieu
de l'océan qui s'étend 366 .

Deleuze n'estime pas particuliérement Leibniz, II le souligne bien au début du premier


cours qu'il lui dédie: «abominable, Leibniz est abominable»; ji le trouve «extrémement
réactionnaji-e, c'est l'aini de l'ordre »; ji voit en lui l'image du philosophe conservateur, qui
veut bénir les pouvoirs existants qui pennettent de «justifier ce qui est Non, Leibmz ne »367

piait pas du tout á Deleuze. Mais si Deleuze sera fasciné par l'image de Leibmz c'est paree
que celui-ci a eu le courage de faire face á la réalité de son époque. II a bém les pouvoirs
établis, certes, mais ji a eu le mérite de bien les reconnaitre. II a accepté la faillite du Bien,
c'est-á-dire du Despote et de sa loi, de l'empereur et de ses tribunaux. Ji s'est cónfronté á
i'infinj:

Quand la représentation trouve en soi l'infini, elle apparatt comme représentation ogique et non plus
organique: elle découvre en soi le tuniulte, l'inquiétude et la passion sous le calme apparent ou les limites
de l'organisé. Elle retrouve le monstre 368 .

366
On s'en doute de cette histoire: peut-étre Descartes et Hobbes sont aussi déjá dans un autre modéle de
représentatjon. On voit l'inflrii se lever dans les Médiations métaphysiques et dans les pages éclatantes du
Leviathan. Mais il faudrait un travail plus profond de ces auteurs pour entrer dans la controverse. On
acceptera donc cette image dogmatique de Descartes et Hobbes comme de vieux láches essayant de
reconstruye soit sur le plan gnoséologique, soit sur le plan politique, la sécurité des vieux Empires.
367
çf. EF pp 20-21
368
DR, p. 61. Les deux formes de la représentatjon orgique dans Dfférence el répélilion sont la représentation
orgiquefinje et la représentation org que infinie. La prerniére se rapporte á Leibniz, la seconde á Hegel. On se

165
La pensée retrouve le monstre, trouve en sai 1 'inJini qui renvoie au chaos, á l'inconscient,
au monde des pures différences non domptées. Mais elle veut reconstruire, elle veut refaire
l'unité, elle veut dompter le monstre, elle est toujours «pensée représentative ». «La
représentation orgique ne peut découvrir en soi l'infini qu'en laissant subsister la
détermination finie »369• La détermination fmie, done orgarnque, subsiste. Elle est
méme nécessaire, puisque la représentation orgique tient précisément dans le mouvement
réflexif qui va du fmi á l'infini: le fmi se refl&e dans l'infini; l'infmi, dans le fmi. Le
despotisme done subsiste, devenu «mmuscule ». II n'est pas pensé comme «évanoui et
disparu », mais «s'évanouissant et sur le point de disparaltre ». De cette façon, il apparait
» 370•
«comme s'engendrant dans l'infini Mais l'infini y reste quand méme attaché aux
«empires minuscules », en se disant de eux. Eux, de leur cóté, restent rattachés á l'infini.
L'iufini comme un repli du fmi, le fmi comme un pli de l'infini: on retrouve lá le mouvement
bouleversé de l'océan baroque.

La représentation finie devient plusieurs déterminations finies; les «empires


minuscules » vont remplacer l'Empire despotique. D'un c&é, chacun des empires minuscules
(Etat, ville, corporation, sujet) nous conduit au flux infini du capital dans lequel ils ne cessent
de se noyer, de se dissoudre. De l'autre, lorsqu'on suit le flux infini du capital, on est
entrainés vers les empires minuscules qu'il forme. Pli et repli: l'inflni se refléte dans le fim,
et le fmi dans l'infini. Tout s'écroule, mais dans cet écroulement, tout se rend plus que jamais
présent á nous. Oui, Leibmz a confronté l'inflni et a embrassé le nouveau maitre: le flux
mutant du capital qui subsume sous la forme d'identité de la représentation orgique un monde
qui s'évanouit peu á peu dans l'inflniment petit, au sein méme de son évanouissement. Nous
sommes tous malheureux: les capitalistes, les prolétaires, les flics, les présidents de
corporations, les psychiatres, les maitresses, les chómeurs et les Smicards. Mais le maiheur
des parties reçoit son absolution dans la représentation orgique 371 : nous sommes dans le
meilleur des mondes possibles. Comme elle est belle, la représentation orgique, ayee son jeu
dynamique ayee les limites, le jeu de l'enveloppement et du développement, le jeu de
l'infiniment petit qui trouve sa consistance dans le vertige de la disparition:

borne ici au cas de Leibniz. L'étude du problérne chez Hegel exige un travail de recherche spécifique qu'iI
était impossible d'effectuer ici (c'est la táche á venir).
369
DR, p. 63.
310
cf. DR,p.63.
' cf DR, p. 61.

166
C'est la notion mame de limite qui change compltement de signification: elle ne désigne plus les bornes
de la représentation finie, mais au contraire la matrice oú la détermination fmie ne cesse pas de disparaitre
et de naitre, de s'envelopper et de se déployer dans une représentation orgique. Elle ne désigne plus la
limitation d'une forme, mais la convergence vers un fondement32

Comme toutes les définitions de Deleu.ze, celle de la représentation orgique nous égare
plus qu'elle nous oriente. II nous faudra la longue pédagogie du concept qui sera faite dans les
pages qui suivent pour commencer á la comprendre un tant soit peu. Et je crois que la
meilleure façon de commencer á comprendre ce qu'est la «représentation orgique », de faire
la pédagogie dii concept de «représentation orgique », est de commencer l'étude du
personnage conceptuel qui contiibue á sa définition : Leibniz.

Exaspération de la phiosophie

Leibmz est pour Deleuze le penseur de la géniale inquiétude, cette inquiétude qui se
refléte dans sa façon de faire de la philosophie. Jeté et rejeté dans I'océan (Deleuze aime la
phrase de Leibniz: «Je croyais entrer dans le port, mais... je fus rejeté en pleme mer il
plonge dans l'infini pour en sortir ,un concept aprés l'autre, une folle quantité de
déterminations qui portent la marque de l'infini. C'est l'« exaspération de la phulosophie ».

Si vous acceptez cette dénition comme quoi la philosophie est l'activité qui consiste á créer des
concepts, ji y a comme deux póles: ji y a ceux qui font une création de concepts Irés sobre; jis créent des
concepts au niveau de telle singularité bien distinguée des autres, et finalement moi je raye d'une espéce
de quantification des philosophes oit on les quantifierait d'aprés le nombre de concepts qu'ils ont signés
ou inventés. Si je me dis: Descartes!, ça c'est le type d'une création de concept trés sobre. L'histoire du
cogito, historiquement on peut toujours trouver toute une tradition, des précurseurs, mais ça n'empéche
pas qu'il y ait quelque chose signé Descartes dans le concept cogito, á savoir (une proposition peut
exprimer un concept) la proposition: «Je pense donc je suis» ; c'est uit véritable concept nouveau. C'est la
découverte de la subjectivité, de la subjectivité pensante. C'est signé Descartes... Descartes, ce n'est pas
qu'on en a vite fait le tour? On peut liii assigner cinq ou six concepts. C'est énorme d'avoir inventé six
concepts, mais c'est une création sobre. Et puis ji y a les philosophes exaspérés. Pour eux chaque concept
couvre un ensemble de sing -ularités, et puis ji leur en faut toujours d'autres, toujours d'autres concepts. On

372
DR, P. 62.
373
«Je croyais entrer dans le port; mais lorsque je me mis á méditer sur í'union de lime et le corps, je fus
comme rejeté en pleine mer », Leibniz, Sysíéme nouveau de la Najure, § 12,
in Janet, P. Leibniz, £Euvres
philosophiques complé ges, t. 1, Paris, Alcan, 1900, p. 643. Cité en QQ?, p.
27.

167
assiste á une folle création de concepts. L'exemple typique c'est Leibniz ; ji n'en a jamais fmi de créer
nouveau quelque chose374 .

Face t. la sobriété de Descartes, qui refléte l'ambition mélancolique de refaire l'Empire,


méme spirituel, Leibniz se lance dans le monde infini á. travers une folle création de concepts.
Mais cela n'empéche pas que Leibniz ait, en méme temps, l'ambition de refaire le monde, et
que sa quéte soit, á travers la multiplication de concepts, d'en faire la représentation, d'en
171
faire le systéme. Cela n'empéche pas Leibniz d'étre le « philosophe de l'ordre Un ordre
tout nouveau, qui surgira á partir des axiomes. Un ordre tout nouveau, qui compose ayee cet
ordre social que le capitalisme est en train de mettre en place autour de lui dans la vie
quotidienne au fil du XVIIe siécle. Nous essaierons de montrer que cet ordre tout nouveau du
capitalisme, que Deleuze appelle «axiomatique » correspond i. ce courant de pensée que
Deleuze appelle le Baro que. Personne n'ignore l'amour de Leibmz pour les axiomes. Deleuze
nous montre aussi son appartenance profonde au Baroque.

La vie dans les pus

Dés le début du Ph, on commence á entrevoir de quelle façon la division infinie et


l'identité représentative peuvent caractériser en méme temps un corps (d'oú découle la
possibilité du corps du socius capitaliste). Ii arrive que nous ayons l'habitude de penser la
divisibilité sur le modéle de l'atomisme, ce qui rend paradoxale la coexistence des deux
instances «La formation de l'organisme resterait un mystére improbable ou un miracle si la
matiére se divisait méme i. l'inflni en points indépendants »376. Les «minima séparables» de
l'atomisme sont ainsi remplacés par l'idée leibnizienne de « corps flexibles ou élastiques » oii
un tel désagrément ne se présente pas.

Un corps flexible ou élastique a encore des parties cohérentes qui forment un ph, si bien qu'ehles ne se
séparent pas en parties de parties, mais plut6t se divisent á l'infini en pus de plus en plus petits qui gardent
toujours une certaine cohésion... [Non pas] comme le sable fluide en grains, mais comme une étoffe ou

CL, pp. 20-21.


375
CL, p. 20.
376
Ph, P. 10.

168
une feuille de papier qui se divise en pus á l'infmi ou se décoinpose en mouvement courbes, chacun
détermíné par l'entourage consistant ou conspirant 377.

On ne se trouve donc pas face á la structure pyramidale oü l'on trouvait, d'un cóté, le
corps despotique transcendant comme sommet, puis accroché á lui, le reste de la société. Un
corps «flexible ou élastique », «comme une étoffe ou une feuille de papier » vient remplacer
le corps du Despote. La matiére méme a changé. Les rudes parois ngides de la pyramide sont
devenues soupies. La structure pyramidale n'est pas vraiment une pyramide de piene; mais
plutót une tente. Les máts et les piquets tombent. II n'y a plus de sommet. La toile s'étale par
terre. Pinces, sardines, cordes, sangles n'ont plus de fonetion structurelle. Le nouveau corps
est une étoffe. Le Baroque, cet « art informel par excellence» découle de cette tendance á la
pure matiére, á la libération de la forme 375 . « Pure matiére », comnie les uwes de Robert
Morris et Eva Hesse, artistes de 1' «Antiforme»

On a toujours pratiqué la sculpture saris s'interroger sur le r6le de la matiére dans la détermination de la
forme finale.. Robert Morris critique la sculpture occidentale qui, selon lui, a toujours soumis la matiére
á un ordre qui luí est extérieur, sans jamais la laisser s'orgarnser e1le-mme. En
somme, on a toujours
conçule travail de la matiére comme moulage 3
ou comme élaboratton d'une forme plaquée de l'exténeut
Robert Monis propose au contraire, de valoriser la matiére, de la montrer pour ce qu'elle est 379 .

C'est la matiére qui prend maintenant le róle actif. Le feutre de Monis, la résine et la gaze
de Hesse déterminent leurs ceuvres. Leur poids, leur texture, leur façon de couler. La matiére a
sa «texture»: sa propre.mamére de plier sa matiére, selon les pus dont elle est capable380 La .

matiére n'est pas capable de n'importe quoi: elle a sa maniére: voilá ce que le Leibniz de
Deleuze appellera la « texture ». C'est ce monde lá, ce monde propre de la matiére que Morris
et Hesse s'efforcent de dévoiler dans leurs ceuvres. Voilá le monde que nous dévoile le
Baroque, cette modernité leibnizienne qui vise á l'essence du capitalisme. La forme du socius
despotique, est remplacée, en prmcipe, par la pure matiére qui se révéle avec l'écroulement
des structures unpériales. Mais cela ne veut pas dire que la matiére révéle les des «points
indépendants », des « minima séparables », des atomes, selon 1 'idée que pourrait se faire le

377
Ph, P. 9.
379
Ph, p. 49.
379
Morisset, V. «Antifornie », in Dossiers Pédagogiques du Cenin Fompidou,
http:I/www.centrepompjdoujl-/
° cf 2006.
Ph, p. 52.

169
sens commun de l'écroulement du fondement. La matire iivrée á elle-méme révéle en effet
des «parties cohérentes ». Ces parties cobérentes, sont des flux: « Les mécanismes physiques
sont des flux d'infiniment petits, qui constituent des déplacements, croisements et
accumulations d'ondes, ou des c conspirations de mouvements moléculaires »381 Le
mouvement incessant des flux, ces éléments composant la matire pure dans la représentation
baroque forment un «ph ». Les vieilies structures despotiques «ne se séparent pas en parties
de parties, mais plutót se divisent á l'infmi en pus de plus en plus petits qui gardent toujours
une certáine cohésion ». Ce ne sont pas des atomes, pas des points dans l'étoffe de la réalité,
mais des flux : partout ce sont des flux, pas de tout métaphoriquement.

La matiére délivrée de sa forme n'en est pas simplifiée pour autant. Ceci, paree que,
comme le montre l'ceuvre de Morris, le feutre, étalé par terre, présente des pus. Ce petit
exemple que l'on peut voir dans les galeries du Centre Pompidou, se multiplie á l'échelle du
monde: l'étoffe du monde «a une composition elle-méme infinie... le pli renvoie toujours á
d'autres plis »382. Ce corps bat. Ii se tend, puis se détend; ji se contracte, puis se dilate; ji se
comprime, puis expiose. Ji bat. Boum boum boum. C'est un muscle. Un ressort. Du feutre, de
la résine, de la gaze. Des déplacements, des croisements et des accumulations d'ondes, ou
encore des conspirations de mouvements moléculaires.

Tout change dans cette étoffe musculaire. Tout change. Cela ne veut pas dire: tout se
dissout. Paree que le «trait» du Baroque, le trait du nouveau monde n'est pas la matire qui
s'étale sur le sol une fois que les structures de la représentation classique sont éeroulées, mais
les pus qui se forment et vont á l'infini 383 . Suivons ces pus. Suivons ces pus de plus en plus
petits qui gardent quand méme leur cohésion. Prenons n6tre planche de surf et lançons-nous
sur i'océan baroque. Voyons comment ces pus, ces éléments ultimes de la matiére, nous
conduisent d'eux-mémes vers le nouveau systéme de la représentation. De flux décodé en flux
décodé, lançons-nous vers 1' «axiomatique ».

Ph, p. 129.
382 P.
Ph, 12.
313
cf. Ph, p. 5.

170
Dompter I'infini

Le ph n'affecte pas seulement toutes les matiéres (le feutre, la résine, l'étoffe); «ji
détermine et fait apparaitre la Forme »384 Le couple fonne-matiére garantí par la
représentation orgamque s'écroule en faveur du ph, mais et la matiére et la forme
réapparaissent alors á partir du ph, non pas conime la forme qui détermine la matiére, mais
comnie le pli qui détermine d'un c&é la matiére et de i'autre la forme, « suivant la Différence
qui ne cesse de se déplier et se replier de chacun des deux cótés »385 Dans le nouveau monde
ji y a bien des individuations, ji y a bien des' identités. 11 y a bien des formes. Mais le modéle
n'est plus la forme-matiére de la représentation organique au sein de laquehle le processus
d'individuation allait «du général au spécial, par différenciation d'un champ d'abord
indifférencjé »386, sinon le modéle que nous fournit le calcul différentiel:

L'objet nc se déflnit plus par une forme essentielle, mais atteint á une fonctionnaljté pure, comme
déclinant une famile de courbes encadrées par des paramtres, inséparable d'une série de déclinaisons
possibles... Le nouveau statut de l'objet ne rapporte plus celui-ci á un moule spatial, c'est-á-dire á un
rapport forme-matiére, mais á une modulation temporelle qui implique une mise en variation continue de
la matiére autant qu'un développement continu de la forme 387 .

Le modéle d'individuatjon que Deleuze attribue au Baroque c'est le méme que deux ans
plus tard attribuira á la nouvelle forme de la discipline sociale qui surgit avec la faillite des
grands miiieux d'enfermement (j)rison, hpitai, usine, école, famiile). C'est la «grande
conversion)> entre les sociétés disciplinaires et les dites « sociétés de contróle »388.

Les enfermement sont des moules, des moulages distincts, mais les contr8les sont une
modulation, comme
un moulage auto-déformant qui changerait continúment, d'un instant á l'autre, ou conime un tamis dont
les maules changeraient d'un point & un autre. On le voit bien dans la question des salaires: l'usine était
un corps qui portait ses forces intérieures & un point d'équilibre, le plus haut possible pour la production,

384
Ph, p. 49.
385
Ph, p. 42.
386
p. 15.
387
Ph, p. 26.
388
cf « Post-scriptum sur les sociétés de contróle» (1990), in PP, pp. 240-247. II est vrai que Deleuze, au début
de ce texte célébre, parait placer la charniére á la fin du )Q( siécle, aprés la Deuxiéme Guerre mondiale.
Mais il nc fait que suivre l& la chronologie de Foucault. La théorie des formes du socius nous force & placer la
« grande conversion» au moment du surgissement du capitalisme. Au moins sur un plan conceptuel, la
modulation des sociétés de contróle correspond & la représentation orgique du capitahisme et le moulage des
sociétés disciplinafres & la représentation organique despotique. Pour les problémes de datation et de
chronologie, pour les conflits entre l'histoire et le concept, cf. supra, «Géophilosophie de l'histoire ».

171
le plus bas possible pour les salaires ; mais, dans une société de contróle, l'entreprise a remplacé l'usine,
et l'entreprise est une áme, un gaz... L'entreprise s'efforce plus profondément d'imposer une modulation
de chaque salaire, dans des états de perpétuelle métastabilité 389.

Le fait que des usines, des hópitaux, des écoles, etc., se soient multipliés au cours d'une
étape déterminée du capitalisme ne doit pas nóus en faire rater la logique. Méme si ces
empires minuscules nous présentent des matiéres formées, l'unité de la représentation (et la
représentation est toujours une question d'unité) ne se fonde pas pour autant sur une logique
du moulage, qui dépend toujours, en derniére mstance, d'une forme éminente, d'un concept
ultime, d'un étre équivoque qui soutiendrait la. structure. L'unité des empires mmuscules
dépend en revanche de la modulation, d'« une mise en variation contmue de la matiére », de
la déclinaison d'une « famille de courbes ». Nous ne nous trouvons plus face á 'une pyramide
dont le sommet serait le Despote. Le sommet du triangle de l'« empire minuscule » ne
garantit plus l'unité du corps social: il est devenu en effet la détermination d'un cercie dont
l'arc tombe sur la ligue droite des pomts rationnels expliquant le nombre irrationnel: «Le
nombre irrationnel implique la chute d'un are de cercie sur la ligue droite des points
rationneis, et dénonce celle-ej comme un faux infini» 390 .

La nouvelle forme de la représentation implique alors un nouveau modéle


mathématique 391 . Car les anciennes mathómatiques statiques ne peuvent pas saisir la nature du
changement et de la variation. La raison du changement peut-étre saisie uniquement par le
calcul différentiel qui a surgi au xvlle siécle, ayee Newton et Leibniz 392. Le calcul est l'étude
des fonetions réelles; il fait done appel aux nombres réels c'est-á-dire á l'ensemble des
nombres rationnels et irrationneis. Ces demiers sont des nombres comme fl ou V2, qui ne
peuvent étre tous exprimés puisqu'ils vont á l'irifini (ce sont des nombres décimaux non
périodiques á décimales infinies). Donc, si l'on a une ligue droite de points rationneis, si l'on

P. 242.
391
Ph, p. 24.
391
A la différence d'autres periseurs qui lui sont contemporains (Lacan et Badiou, par exemple) Deleuze n'a
dédié aux Mathématiques qu'une partie trés mince de ses vastes intéréts. Les exceptions tournent toujours
autour du capitalisme ou autour de Leibniz: ainsi l'axiomátique de Bourbaki, présente dans les Milles
Plaleaux pour « éclaircir » l'idée du capitahisme comrne axiomatique, et, notamment, le calcul différentiel.
Dang ses cours, il a toujours reconnu son ignorance dans ce champ. II semble pourtant nécessaire d'avoir une
compréhension minimale du calcul différentiel pour pouvoir comprendre le concept de capitalismo.
392
cf Englei A., MühIer, D., Vrancken, S. et Hacklein, M. El cálculo djferencial, Santa Fé, Ediciones TJINL,
2007, pp. 5, 16. Cf aussi Dahan-Dalmedico, A. et Peiffer, J. Une Hisíoire des MaÍhénatiques, Paris, Seuil,
1986.

172
prend deux nombres voisins, si rapprochés soient-ils, on peut toujours supposer qu'ils sont la
base d'un triangle dont lé sommet est le point de départ d'un are qui les sépare en détemiinant
le nombre irrationnel qui existe toujours entre les deux. C'est lá une nouvelie fonction du
triangle, non plus délimiter l'espace (le coder) mais
l'ouwir sur l'infini réprimé auparavant par la
codification (le décoder): une nouveile fonction
A X 8
montrant l'irrationnel qui se cache derrire toute
rationalité supposée.

L'usine, si l'on reprend l'exempie de le «Post-scriptim », peut se concevoir comme un


moule triangulaire qui imposerait sa forme á une matiére. C'est une forme fermée, selon la
logique des mathématiques statiques: les trois cótés du triangle. Voilá le róle de
l'enfermement: imposer une forme á la matiére humaine. Le triangle que l'on peut voir sur la
figure le sehéma a bien un sommet : le point C. Mais ce sommet ne nous donne pas la loi de la
moule friangulaire. Le calcul différentiel permet de dégager l'arc d'un cercie qui passe par la
ligne droite A-B. Si petite soit cette ligue droite (n'oublions pas que dans la représentation
orgique leibnizienne ji s'agit de i'infiniment petit), on peut done toujours dégager celle courbe
á partir du sominet C: « entre deux points A et B si rapprochés soient-ils, uy a toujours
possibilité de mener le triangle rectangle isocéle dont l'hypoténuse va de A á B, et dont le
sommet C détermine un cercie qui recoupe la droite entre A et B. L'arc de cercle est comme
une branche d'inflexion, élément de iabyrinthe, qui fait le nombre irratiomiel ». Cet are
coupe la ligue ciroite A-B en un pomt qui, arrivé au point de l'infiniment petit, devient
irrationnel: le point x. C'est le pomt d'évanouissement du triangle dans l'océan de

l'infiniment petit du nombre inationnel. Courbe sur courbe, décimale aprés décimale, on
pénétre peu á peu dans le monde des pus. La «famille» de ces courbes va nous donner la
modulation á partir de laquelle celle nouvelle forme d'individuation prend place. En effet, le
calcul différentjel nous permettra de « caiculer» les variations perpétuelles impliquées par la
modulation, dont les caracténstiques sont considérées en termes de « fonction»: ji s'agit de
la dérivée de la fonction qui, depuis la notation de Leibniz, se note: dy IdX 394
.

393
Ph, p. 24.
cf Engler, op. cii p: 155.

173
•La représentation baroque ne reléve plus d'une commune mesure entre les termes
représentés. Dans l'infiniment petit, C peut étre la commune mesure de A et de B, mais la
courbe qui s'en dégage n'a plus de commune mesure: elle forme un pl II s'agit de la logique
des courbes, non plus de la « mauvaise infinitude » des lignes droites de la filiation directe. Le
pli ne suppose plus une commune mesure entre des termes qui se mélangent, comme cela
arrivait ayee le paradigme platonicien du tissage eomme entrelacement 395 . En effet, méme si á
la fin dii Politique Platon nous présente le tisseur comme le citoyen le plus proche de l'idée de
l'homme politique, le pli grec supposait ainsi un tisseur, un troisiéme terme qui permet le bon
entrelacement de la diversité sociale pour créer le tissu. Ce modéle se voit bouleversé dans le
Baroque. Déhivrée dii tisseur, l'étoffe nous présente sa propre matiére, sa texture. Elle nous
lance dans l'mflni. Nous nous lançons dans cet infini. Nous surfons sur les plis de l'étoffe du
monde. L'opération leibnizienne est parvenue á montrer comment, et nécessairement, avec
l'infini, apparait l'élément formel du ph 396 .

En suivant l'arc de cercie, nous quittons le triangle, nous coupons la ligne droite
rationnelle pour 1w arracher l'irrationnel qu'ehle renfermait. En suivant le pli de la matiére,
nous retrouvons la forme «de l'autre c&é ». Monis et Hesse ont beau continuer á étaler du
feutre et de la résine sur le sol des musées, ils ne peuvent pas empécher le retour de la forme
et de l'unité, sous son nouveau régime. «L'informel n'est pas la négation de la forme : ji pose
397
la forme comme pliée, et n'existant que comme 'paysage dii mental' ». C'est en suivant la
courbe déterminée par le nombre irrationnel x qui se dégage du cercie et le dépasse qu'on
trouvera la loi du socuus, cette dérivée qui nous permettra de résoudre les problémes que nous
pose le nouveau socius. Ce n'est pas entre les murs de l'usine (avec le calcul de la plus-value
comme différence ratiormelle entre les heures de travail et le travail nécessaire) que nous
trouverons la loi du capitalisme, mais á partir de cet élément qui se dégage de l'usine et qui,
dans son entrelacement avec le reste du corps social, va parvenir á imposer sa loi aussi bien á
l'usme qu'au reste des empires minuscules dii aiécle. On peut toujours se placer ál'intérieur
des triangles que l'on trouve partout (comme ce triangle PapalMamanlMoi si cher aux

5)

391
cf. Ph, p. 53.
« C'est pourquoi les formes se plient chez Platon, mais on n'atteint pas á l'élément formel du ph. Celui-ci ne
peut apparaitre qu'avec l'infini dans l'incommensurable et la démesure, quand la courbure variable a détróné
le cercie », Ph, p. 53, c'est moi qui souligne.
Ph, p. 50.

174
psychanalystes) mais ji faut trouver l'arc du cercie qui s'en dégage pour commencer á
comprendre notre socius.

Ce sont les pus mémes de la matiére pure qui nous portent vers
l'éiément formel qui les
détermine. Et c'est l'élément formel qui nous porte vers la lol de la représentation orgique: la
raison de la variation perpétuelle, la raison suffisante
comme unité du monde. Cette imité n'a
ne se donne pas pour táche de «dompter » I'infini, coinme c'était le cas des formes de la
représentation organique. Bien au contraire, 1 ' élément formel » du pli apparait avec l'infini,
avec la libération de l'inflni des formes qui le ligotaient. C'est dans l'inconimensurable et la
démesure, c'est quand la courbure variable a détróné le cercle que devient possible l'élément
formel du pli et l'unité qui en découle 398 . De méme pour le capitalisme: on a beau multiplier
les « pomts de capiton» les « empires minuscules» dans la civihisation maténehle, cela
n'empéche pas que, suivant les pus du siécle, on retrouve, au-dessus, l'unité du capital
comme raison suffisante du monde moderne. Voilá ce qui contredit ce que croyait Murena, et
que nous avions déjá cité dans notre avant-propos:

Ainsi [en Aniérique] on n'a pas réussi á former des communautés, mais seulement des conglomérats,
récife coralliens d'hommes. Dans ces conglomérats de créatures sans rien de spirituel en commwi, la
profonde insécurité, la conscjence anormaleinent aigué de la précarité, sont des corrosifs qui suscitent tout
un systéme éthique négatif —visible et prét á effleurer á chaque moment- dont les attributs sont l'avidité
démesurde, l'ostentation, les différences sociales vértigineuses, le faux raffinement, la barbaiie, l'abus,
l'ironie, la passivité, la méfiance, etc. 399
.

Dans son analyse de Leibuiz, Deleuze signale une autre voie que celle de Murena pour
penser notre monde moderne: á la fin du chapitre III du Ph, aprés nous avoir dit que
chevaucher les matiéres est le chemin d'une «déduction formelle du ph» qui seule peut nous
conduire jusqu'á l'élément formel, Deleuze ajoute: « c'est seulement aprés que viendront les
Textures matérielles, et eufin les Agglomérats ou Conglomérats »400.
Loin d'étre la preuve de
la dissolution du socius, les conglomérats sont le dernier étage de la déduction formelle du ph.

Mais l'analyse ne s'arrétera pourtant lá: á force de tant parcourir la matiére, on finit par
arriver á l'étage d'au dessus de la maison baroque, ayee ses éléments formels, ses forces

398
cf Ph, p. 53.
399
Murena, H. op. cit. p. 7.
400
Ph, p. 54.

175
plastiques, ses ámes, ses monades, et la raison suffisante qui les enveloppe tous. On peut
certes toujours commencer par l'étage matériel: cela n'empéche pas que nous serons conduits
par ces pus aux formes qui y sont impliquées. Qn voit bien pourquoi Deleuze affirme
trouver chez Leibniz l'écroulement de la raison théologique: le Dieu de Leibniz n'est pas le
Dieu chrétien, qui vient établir son empire spirituel sur les ruines des empires temporels de
l'Antiquité. Si l'on pourra un jour parler du Dieu-argent, c'est parce que le capitalisme
fonetionne comme le Dieu baroque. C'est l'ordre de l'étoffe, l'ordre de la compossibilité,
l'ordre de la convergence des séries qui garantit l'unité des infinis, de l'iníini de la matire et
de ses pus, de l'infini des ámes enfermées dans leur intériorité. Les conglomérats, comme les
grands milieux d'enfermement entre le XVJIIe et la preniire moitié du Xxe sicle, ne nous
donnent pas la loi du capitalisme. La loi du capitalisme doit se trouver dans la ra/son méme
des conglomérats. Parce que, nous le savons bien, dans le systéme leibnizien, dans son amour
de l'ordre, rien n'est sans ra/son. Cette loi sera ce que le calcul différentiel a dévoilé: la
fonction dérivée sous sa forme dy/dx qui exprime le rapport entre des les différentes vitesses
ou fluxions - et résout le probléme soulevé par leur relation. 401

Le Zwiefalt et le passage i l'autre étage

La déduction formelle du ph, le chevauchement de la matiére á l'étage «du dessous»


nous conduit vers l'étage «du dessus ». La déduction formelle nous permet de dépasser les
unités du sens commun fondées dans la persistance phantasmatique de la représentation
organique (connaissance imaginative, inadéquate, du premier genre, dirait Spinoza) pour aller
vers l'unité que nous sommes en train de chercher (connaissance des rapports et de leurs bis
de composition, adéquate, du second genre). Les «triangles » des empires minuscules dés
qu'ils sont analysés attentivement, dés qu'on commence á parcourir leurs matiéres, dégagent
des courbes et les nombres irrationneis que leur correspondent. L'unité d'une maison, d'une
ville, d'un pays, d'une école, d'un moi empirique s'écbappe entre nos doigts. L'unité
immédiate de la matiére se dissout. Nous voilá lancés dans le surfing sur les pus du monde
moderne, vers la raison de ces unités du sens commun: ce que Leibniz appelle des ámes ou
des monades. Les replis de la matiére nous conduisent aux pus de l'rne, nous dira Deleuze.

401
cf. Engler, op. cit. p. 16. "[Newton] énonce clairement les problmes fondamentaux du calcul: 'étant donnée
la relation des quantités fluentes, trouver la relation de leurs fluxions'. Et inversement.», Dahan-Dalmedico,
op. cit p. 192.

176
Et ceci paree que «tout pli vient d'un ph », tout pli est double ph, ce que Heidegger appelait
Zwiefalt, «pli-de-deux »402. Ji s'agit d'« une Difi'érence qui ne cesse de se déplier et replier de

chacun des deux cótés »°: d'un cóté, le ph s'effectue dans les replis de la mati&e; de
l'autre, ji s'actualise dans les pus intimes que renferme l'me. Le pomt de départ a ¿té la
inatiére informe, mais en y surfant nous sommes arrivés au ph, au double ph, nous sommes
capables de passer de l'autre cóté, oú ji nc s'agit plus de nager au milieu des replis de la
matiére, mais de la conscience que nous avons d'étre entourés de phis, dans l'obscurité que

nous entoure au delá de ce que, dans chaque ph, la lumiére naturelle nous permet de voir,
i'obscurjté dans laquelle on se noie á chaque instant, la terrible étendue inconnue de l'obscur
en nous.

Nous sommes tentés de voir, á partir de l'intervention de Heidegger, un pomt de


comcidence entre la pensée de Leibnjz et celle de Deleuze (le Leibniz-Deleuze de
l'interprétation de Badiou, qui serait done un Leibniz.HeideggerDeiee) Si le pli est une
Différence qui nc cesse de se déplier et de se repliei, s'il est «le différenciant de la
différence »404, nc serait-on alors pas face á des différences non domptées, face á cette
philosophie de la d?[[érence recherchée par Deleuze depuis
D4fférence et répétition. C'était
bien lá, aprés tout, notre impression á la lecture de la «Note sur la philosophie de la
différence chez Heidegger », lorsque Deleuze écrivait:

[La différence entre l'étre et l'étant chez Heidegger] n'est pas « entre» au sens
ordinaire du mot. Elle est
le Ph, Zwiefali. Elle est constitutive de l'étre, et de la
maniére dont l'étre constitue l'étant, dans le double
mouvement de « l'éclajrcj» et du « voilement ». L'étre est véritablement le différenciant de la différence.
D'oi l'expression: différence ontologique. 405

Le Zwiefalt comme ce qui différencie la différence. Nous voyons l'idée se répéter,

exactement, de 1968 á 1986. Peut-étre le concept heideggérien touche-t-il á l'essence de la


philosophie de la différence deleuzienne? II n'en est rien. Méme si Heidegger parle du
« différenciant de la différence », nous nc nous trouvons pas face á une matiére libre et
indomptée. Loin de « dévoiler» le monde de l'infini en chevauchant les tourbillons et la

402
cf Ph, P. 16,42 et 163 ; DR, p 90.
403
Ph, p. 42.
404
Ph, p. 42.
405
DR, p. 90.

177
porosité de la matiére, le Zwiefalt les conduit vers l'autre étage de la maison baroqtte, oii jis
retrouvent l'unité i jamais perdue. Loin de montrer de quelle façon les formes et les
inclividuations et la .consistance dépendent du jeu de la différence et de la répétition, le
Zwiefalt renouvelle la dépendance du monde de la différence á l'unité garantie dans l'áme. II
ne s'agit plus de l'unité du type forme-matiére de la représentation organique, mais c'est
toujours une identité représentative: c'est dans ce méme temps que la matiére révéle sa
« texture» et que les forces priniitives de l'me prennent consistance; ces forces primitives
rempliront la fonction que les formes avaient dans la représentation organique: garantir
l'unité dans la représentation. «Entre» les deux étages, la différence constitutive, le double
mouvement d'éclaircie et de voilement. Majs il ne faut pas oublier ce que Deleuze fait de la
différence ontologique dans Le Fil: il utilise le Zwiefait « entre » l'étre et l'étant pour éclaircir
ce qui he et différencie les ámes et la matiére chez Leibniz. Les replis de la matiére renvoient
aux pus intimes de l'áme, de la méme façon que le jeu de voilement et de dévoilement de
l'étant chez Heidegger renvoie á l'étre. Si Pon suit la texture du phénoméne, on passe de
l'autre c&é.

II failait retrouver la force, au sens nietzschéen, le pouvoir, au sens si particulier de «volonté de


puissance », pour découvrir ce dehors camine limite, horizon ultime It partir de quoi l'tre se pije.
Heidegger s'est trop précipité, ji a pué trop vite, et ce n'était pas souhaitable: d'oú l'équivoque profonde
de son ontologie technique et politique, technique du savoir et politi qué du pouvoir406

On va trop vite. On se précipite trop, avec Heidegger, comment Heidegger se précipite


quand ji tricote ses propres analyses philosophiques. Une question fondamentale reste
cependant cachée: comment passe-t-on «de l'autre cóté »? La notion de Zwiefalt nous
présente comme allant de soi un passage qui est bm d'étre aussi évident. II ne suffit pas de
dire: on surfe sur le pli de la matiére et voilá on se retrouve dans le monde magique de
l'élément formel. La question survole l'exposition que Deleuze en fait dans Le Fil: qu'est-ce
qui plie le ph? Quelle est la raison du Zwiefait? La raison en est toujours liée aux forces, au
pouvoir comme fonction qui dérive de la volonté de puissance comme rapport différentiel (dy

Le pli de la matiére suppose une enveloppe. L'enveloppe est la raison dii ph. Dans un de
ses cours, Deleuze prend une feuille de pápier et commence á la plier: « Pourquoi est-ce que

F,p. 121.

178
je la pije ? » nous demande-t-il pour pouvoir la niettre dans une enveloppe, pour qu'elle soit
mise dedans407 . Voilá la raison non-philosophique du ph. Sur le plan •métaphysique, cette
enveloppe est un point.de vue. Ce point de vue enveloppant est l'árne qui encl& les plis
comme ses pus intimes. Mais la chose n'est pas si simple que ça. Quelle est la raison de cet
enveloppeinent? Pourquoi le Zwiefalt a-t-il lieu ? Et comment réussit-il á constituer 1 'unité du
divers? Si l'unité «est toujours affaire d'une árue »408
comment est-ce que les flux décodés
de la matiére peuvent-ils trouver leur unité dans ces «mes»? Et puis, une enveloppe, un
point de vue sont-ils suffisants pour rendre coinpte de l'unité de la représentation orgique?

Le chemin qui va du pli á son élément formel, est le chemin qui va de l'inflexion á
l'inclusion409 . L'inclusjon est, nous dit Deleuze, la « raison
suffisante »410. Bien que Leibniz
nous présente la raison suifisante comme fondée «dans la nature des choses »41 1, nous savons
bien que pour Deleuze elle est plutót fondée dans les contingences de I'histoire. Ce chemin est
le capitalisme : nous ahlons d'une inflexion (les pus du tissu social qui vont á ¡ 'infini á partir
du long dépénssement du .socius despotique) á une mclusion qui se présente comme la
«raison suffisante » de ce plissement. Une inclusion advient álors: les pus du tissu social sont
maintenant pris dans une enveloppe : l'élément formel qui est la raison. Nous verrons que ceci
est intimement lié au principe du « meileur ».

Le rapport différentiel comme raison suffisante

Le «véntabie principe de raison », nous dit Deleuze, est exrimé par un «rapport
différentiel »412. II faut rapporter la raison suffisante
á une équation, une équation mystérieuse
qui se répéte tout au long de l'ceuvre de Deleuze: le rapport différentiel dy / dr.
«La raison

407
« Au niveau de l'intuition sensible non philosophique, je dis une chose toute simple : je ne sais pas si les
choses sont pliées? Leibniz nous dit oui, I'univers est affecté d'une courbure, mais pourquoi? Ça sert á quoi
d'&re pué? Ça sert á quoi d'&re replié? Si les choses sont pliées c'est pour étre mises dedans. Voilá au moins
une réponse Les choses ne sont pliées que pour &tre enveloppées. Les choses sont pliées pour étre incluses,
pour étre mises dedans. C'est mis
cuneux ça. Le pli renvoie á lenveloppe. Le pli c'est ce que vous mettez
dans une enveloppe, en d'autres termes: l'enveloppe est la raison du ph. Vous ne plieriez pas si ce n'était pas
pour mettse dans une enveloppe. L'enveloppe est la cause finale du pli », CL, p. 146.
403
Phi,p. 18.
409
cf Phi,p. 55.
410
«La raison suffisante est l'inclusion », Ph, p. 55.
411
«Toute prédjcatjon a un fondement dans la nature des choses », Ph, p. 55.
412
cf DR,p. 66.

179
ou la connexion des séries dans la chose étant un rapport différentiel du type ay / dr »'.
Celle raison sufflsante, Leibniz la place dans «la nature des choses » ou le calcul infini mené
par Dieu (ce n'est pas un hasard si Rosenzweig rapportera Dieu, justement, á un rapport
différentiel). Du pomt de vue de Deleuze, bien entendu, ji ne s'agit pas de la «nature des
choses », mais du hasard et de la contingence qui caractérisent i'histoire universelle. D'un
processus d'écroulement, de dissolution ou de décodification, et de la rencontre de ce que est
en train de s'écrouler. En effet, dans le commencement du capitalisme, tout est en train de
s'effondrer, mais rien ne se dissout, parce que les éléments entrent dans un rapport différentiel
qui devient leur raison ou élément formel. Ce rapport, cette conjonction qui constitue la
raison suffisante du capitalisme s'exprime á travers de la formule dy / dx.

Qu'est-ce que cela peut bien vouloir dire? Essayons d'étre plus clairs. On se souvient du
surgissement du socius primitif: ji s'agissait de coder les flux, en établissant ainsi un coup sur
le chaos, en lui donnant ainsi de l'ordre. Les flux étaient par la suite surcodés dans la
représentation organique du socius despotique: la forme du socius infoimait la matiére;
l'identité des mdividus composant le corps social découlait de façon pyramidale du Despote
comme unité éminente; le processus d'individuation avait lieu selon le schéma matiére-
forme, depuis le genre jusqu'aux espéces de plus en plus petites. Avec le dépérissement du
socius despotique, les flux tendent á se libérer. Chaque flux est une série. Le flux de capital
est une série, le flux de travail en est une autre. Chaque série tend vers sa limite: la
dissolution. Le capitalisme surgit quand ces séries (et beaucoup d'autres) convergent vers
leurs limites, trouvant dans celle convergence leur détermination respective. Le processus
d'individuation se trouve ainsi transformé: « l'individuation ne va pas d'un genre á des
espéces de plus en plus petites, sous une régle de différenciation, elle va de smgularité en

413
Ph, p. 67. Le rapport différentiei a une belle histoire en Philosophie. Cf. les belles pages de Hegel sur l'infini
(Hegel, op. cii. deuxiéme section, chap. IT, C, 2, pp. 23 6-276) dans lesquelles ji montre l'importance de cette
équation pour exprimer les nombres qui ne sont rien hors de son rapport. Cf. aussi Rosenzweig, F. La es/re/la
de la redención, trad. M. Gracía-Baró, Salamanca, Sígueme, 1997; Rosenzweig trouve dana le rapport
différentiel la « force fondatrice ce la réalité »: « [Hermanu Cohen] ha descubierto en la matemática un
organon del pensar, precisamente porque no produce sus elementos partiendo de la nada vacía del cero
universal y único, sino del diferencial o sea, de la determinada nada que se coordina en cada caso con el
elemento que busca... Es uno la magnitud vertiéndose en lo que carece de magnitud y, por otra parte, posee
prestadas a título de infinitamente pequefio, todas las propiedades de la magnitud finita, a excepción de...
ésta misma Y así extrae su fuerza fundadora de la realidad", p. 61.

180
singularité, sous la régie de convergence ou de prolongement qui rapporte i'individu á tel ou
tel monde »414.

C' est le réel dans la matinre, la chose, qui a des c&actres internes dont la détermination entre chaque fois
dans une séne de grandeurs convergeant vers une limite, le rapport entre ces limites ótant d'un nouveau
type (dy / dx) et constituant une loi 415.

Chaque flux, chaque série (celle du travail, celle du capital) tend vers sa limite. Dans cette
proximité absolue des limites alors qu'ils sant en train de se dissoúdre, la capture de ces flux
par des codes devient impossible. C'est pour celle raison que ces deux flux nc peuvent plus
étre exprimés par des fractions de nombres entiers teis que 2/7 ou méme des variables telies
que a ou b exprimant des possibilités indéterminées mais dont la détermination est
mdifférente au sens de la relation avec l'autre. Hegel exprime clairement le caractére statique
des nombres ratiomieis : «Dans 2/7 ou a/Li, 2 et 7, chacun pour soi, sant des quanta
déterminés, et le rapport ne leur est pas essentiel; a et Li doit également représenter des
quantas tels que, en dehors de la relation, jis restent ce qu'iis sant »416.
II est possibie de leur
attribuer un code, dans la mesure oü jis restent ce qu'il sant, ou, plus précisément, il est
possible de leur attribuer un nombre rationnei tant qu'il restent codés: les mathématiques
ciassiques suffisent á cela. Mais le cas des flux décodés est bien différent: leur tendance á la
dissolution les transforme en quantités infiniment petiles, si petites que, en dehors de ieur
reiation, elles sont des zéros, des néants: les nombres deviennent
irrationels417. C'est leur
seule mise en rapport qui empéche que leur anéantissement soit effectif. C'est leur
conjonction qui leur empéche de s'anéantir, et ¡ 'équation dfférentielle exprime précisément
ce rapport d'interdépendance

Dx n'est rien par rapport á x, ni dy par rapport á y, mais que


Dy / dx est le rapport qualitatif interne,
exprimant l'uriiversel d'un fonction séparée de ses valeurs numériques particuliéres 418 .

414
Ph, p. 86.
415 pj, p. 63.
416
Hegel, op. cii. p. 252.
417
La créatjon des nombres irrationneis est attribuée i Richard Dedekind au XIX° siécle (cf. Dahan-Dalmedico,
op. cit. p. 205). Cela n'empéche pas que le caractére irrationnel des flux constituants du capitahisme le
précéde dans le développement de l'histoire matérielle.
418
DR, p. 66.

181
Méme si Leibmz a tort quand ji présente ce rapport comme fondé dans la nature des
choses, quand ji céde á la tentation et qu'il se croit encore face á la seule forme de la
représentation, rien de cela n'empéche la grande découverte: le rapport différentiel permet
que des quantités évanescentes tiennent. Des éléments qui ne sont pas réductibles á une
«identité dans le concept », qui ne sont pas souinis á une comparaison qui les rende capables
d'une «ressemblance de la perception », bref, ce qui ne peut pas étre capturé, n'est rien du
point de vue des codes. C'est le cas des flux décodés de capital et de travail : jis nc deviennent
quelque chose que dans leur rapport, dans leur conjonction. C'est iaraison de l'équivalence
entre l'équation différentieile teile qu'eile est présentée dans Dfférence et répétition et la
définition du capital que l'on trouve dans L 'Ánti-TEdipe:

C'est le rapport diff6rentiel dy/dx, oú dy dérive de la force de travail, etoú dx dérive du capital lui-méme
et constitue la fluctuation du capital constant 419 .

Les différences infiniment petites du Baroque s'évanouissent par rapport á l'intuition 420 ,

se rendent imperceptibles pour les machines á coder. L'argent est conçu comme la forme
instaurée par l'Etat pour contr1er le cycle des créances 42 ' ; ji est bien visible: qu'il s'agisse
de bracelets de cuivre, de coquilles plus ou moins grandes, d' olivettes, de poissons séchés ou
de métaux précieux, ce sont toujours des monnaies «sonnantes et trébuchantes »422, de
i'argent «rationnel ». Rien de ceci nc peut étre dit du capital fmancier, qu'on ne peut jamais
voir, jamais toucher. On pourrait en dire cte méme du travail libre ou abstrait. Mais, et lá se
situe la découverte de Leibniz, cela nc veut pas dire que ce soit rien: ce sont des moments de
sa relation, jis ont une signification, méme si celle-ci existe seulement dans leur rapport.
Seion les mots de Hegel:

Dx, dy ne sont plus un quantum et ne doivent pas en signiñer un, mais ent une signification seulement
dans leur rapport, jis nont de sens que conme mornenis. lis nc sont plus quelque chose, le quelque-chose
pris comme quantum, ji nc sont pas des dif-férences finies ; mais ¡is nc sontpas non plus néant, jis nc sont
pas le zéro dépourvu-de-détermination. En dehors de leur relation, jis sont de purs zéros, mais jis ne

419
AO, p. 270.
420
« L'expression 'différence infiniment petite' indique bien que la différence s'évariouit par rapport
l'intuition », DR, p. 66.
421
AO,p. 233.
422
cf. Braudel, op. cit. t. 1, pp. 488-593.

182
doivent étre pris que comme moments de la relation, cornme détermrnaions de coefflcient-différentjel dx /
'y 423 .

Le capital n'est iien par rapport aux métaux précieux, le travailleur libre n'est rien par
rapport aux castes, mais le rapport esi. L'équation différentielle est le principe, la loi, la raison
des pus qui forment l'étoffe de la réalité séculiére. « Séculiére» : car l'infinité des séries
convergentes est effeclivement le monde.

L'inquiétude

Mais voilá que l'ensemble de séries convergentes qui constituent le monde n'épuise pas
l'étoffe de la réalité. Si tel était le cas, nous nous trouverions encore dans une représentation
centralisée, le « pomt de convergence » en étant le centre. Certes, on me fera
l'objection qu'un tel point n'existe pas, puisque la convergence effective n'est jamais atteinte,
puisque dx et dy ne se rencontrent jamais, leur distance s'évanouissant á l'infini. Mais cela
n'empéche pas que le foyer (que Deleuze appelle « point métaphysique »424)
qui se constitue
autour de ce point iinpossible puisse bien étre le « centre» du monde. Ceci, s'il n'y avait
qu'un unique foyer ou point métaphysique. Mais ji n'en est rien. Dans le monde baroque, les
pomts métaphysiques vont á l'infini. lls sont plus populaires sous le nom de monades.
II ne faut pourtant pas penser que le monde soit constitué d'une infinité de monades. Bien
au contraire: le monde esi dans la monade. Dans une sorte d'inversion heideggériemie, ce

n'est pas la monade qui est jetée au monde, mais le monde qui est jeté dans chaque monade.
En effet, la particularité de chaque monade, son individualité, consiste á étre un point de vue
sur le monde. II est vrai que chacune d'eiles contient le monde entier. Mais la monde n'est
pourtant pas entiérement contenu de façon claire. Pour chaque monade, 11 n'y a qu'une région
claire, son département ¿z elle. Le reste gt dans l'obscurité, enveloppé dans les pus qui

l'entourent. En attendant, peut-étre, un jour, de devenir clair. Un joul; peut-étre, les pus de
l'áme se déplieront tous.

Ainsi, si la monade contient le monde, 11 .y a de l'infinj en elle. La région claire, le


département d'une monade, est elle aussi le résuitat d'un rapport différentiel au sein rnine

423
Hegel, op. cii. p. 255.

183
de la inonade. L'univers de la monade est rempli d'une infinité de petites perceptions
obscures, confuses. Ce sont de petits pus dans tous les sens, « plis dans pus, sur pus, selon
pus »425• La clarté découle du rapport différentiel entre ces petites perceptions qui tendent á
s'évanouir. En ce sens, ji appartient i la perception leibnizienne de «pulvériser le
monde »426 ; encore un élément de l'ontologie de Leibmz qui tend á l'infmi, et, qui si elle se
pulvéríse dans une infmité d'éléments, arrive á tenir dans la représentation orgique: «une.
perception consciente se produit lorsque deux partie hétérogénes au moins entrent dans un
rapport différentiei qui détermine une singularité »427• Dans la mesure oü elles restent
obscures, inconscientes, elles sont comme un « brouillard », une «rumeur », une «danse ».
Elles constituent notre inquiétude.

Le capitalisme comme le meilleur des mondes possibles

Nous avons vu que le monde ¿tait une série convergente unique, infiniment infinie, que chaque monade
exprimait tout entiére, bien qu'elle n'exprinit clairement qu'une portion de la série. Mais, justement, la
région claire d'une monade se pro/onge dans la portion claire d'une autre, et, dans une méme monade, la
portion claire se prolonge infiniment dans les zones obscures, puisque chaque monade exprime le monde
entier428

Chaque monade exprime le monde comme une «série convergente unique, infiniment
infinie » ; mais, ji y un rapport de prolongement d'une monade á l'autre, et de la région claire
de chaque monade avec ses zones obscures. De méme que l'unité du monde garantissait la
convergence des séries des choses, ji faut bien « une loi d'ordre ou de continuité qui classe les
limites ou transforme les séries dans un ensemble' »429. Nous voyons bien qu'ii ne s'agit pas
lá du méme probiéme. Une chose est de garantir l'unité des objets du monde, et une autre est
de garantir l'unité de l'ensemble des monades n'appartenant pas au méme monde mais
l'exprimant pourtant. Une chose est l'unité de la matiére, une autre l'unité des ames. Mais la
solution est la méme (vóilá ce qui garantit l'unité de la représentation orgique) : c'est le
principe de «raison suffisante» qui est toujours exprimé dans un rapport différentiel. « Le

425
Pli,p. 115.
426
Pli,p. 116.
427
Pli,p. 117.
Pli,p.67.
429
Ph, p. 67.

184
rapport différentiel prend done un nouveau sens, puisqu'il exprime le prolongement
analytique d'une série dans une autre .»430,
pour les monades ou ames. C'est la raison
suifisante qui nous donne, en premier lieu, la véritable connexion des caractéres de la chose
comme rapports intrinséques entre les limites de leurs séries respectives 431 . Et puis, en second
lieu, la raison suffisante dewa nous donner aussi la loi des séries du monde que contiennent
les monades. Cette fois, la raison suffisante sera le critére du « meilleur », et le choix forcé de
Dieu entre les mondes incompossibles. Le Meilleur qui, comme nous l'avons vu, vient
remplacer le jugement de la représentation classique, sous la domination du Bien classique et
qui suppose précisément la faillite du Bien: «Tandis que le Bien .était le critére de deux
mondes, le Meilleur est le critére du monde unique et relatif. Le principe du meilleur relance
la question des principes, paree qu'il est la premiére application de la raison suffisante au
monde »432. Le lien qui noue la raison suifisante au principe du meilleur a pour Deleuze un
caractére puissant. Le propos était déjá énoncé dés Dfférence et répétition: «La raison
suffisante en tant que fondement qui sélectionne, c'est-á-dire qui choisit le monde le
meilleur »33 Le lien est cependant triple, paree que raison su.ffisante et principe du meilleur
renvoient tous deux au rapport différentiel.

Etant donné que les axiomes sont chez Leibniz des «conditions» qui «échappent á la
dénionstration », la mystérieuse « axiomatique » par laquelle Deleuze et Guattari aiment
définir le capitalisme n'est autre chose que le fait que l'application du principe de raison
suifisante au monde, qui est présentée, sans démonstration, d'emblée comme la condition du
meilleur des mondes possibles. Convergence, compossibilité, raison suffisante, principe du
meilleur: voilá les axiomes á partir desquelles il est possible de déduire «la nature des
choses ».

Mais justement, cette condition de « meilleur» n'est qu'un effet idéologique: en réalité,
comme nous le voyons, ceci veut dire, seulement, qu'un rapport différentiel détennine un
monde. Si Pon concéde que ce rapport est contingent, nous voyons bien que ce monde
«meilleur », est une option contingente, elle aussi, et non pas fondée sur la nature des choses.

430
Pli,p.67.
431
cf Pli,p. 65.
432
Ph, pp. 80, si. cj aussi PP. p. 220.
43-1
DR, p. 69.
434
cf Ph, p. 64.

185
Lefait que le capitalisme fonde sa puissance sur ce rapport, lefait que ce rapport devienne la
« loi » des séries et des tenues, le fait que la machine sociale marche en refoulant toute
divergence des séries qui pourrait faire éclater sa représentation, nc pennet néanmoins pas de
condure que ce monde soit le « meilleur ». Voilt ce que dénonce Deleuze. La domination du
meillur est, en de nombreux sens, bien plus terrible que celle du Bien. Nous ne devons pas
nous laisser abatire par le poids axiologique du mot: en effet, il se peut que la fm de la
représentation du Meilleur soit la condition d'une vie plus joyeuse.

Compossibilité : ¡'unité de la représentation orgique

La question reste cependant encore plus compliquée, puisque Leibniz nc se contente pas
d'énoncer que ce monde est «le meileur ». II en fait un principe. Ii nous donne des raisons
pour lesquelles ce monde est le meilleur. II donne raison du principe de raison.

C'est sans doute la continuité qui défimt la compossibilité de chaque monde; et si le monde réel est le
ineilleur, c'est dans la mesure oú ji présente un maxirnum de continuité dans un maximum de cas, dans un
maximum de rapports et de points remarquables. C'est dire que, pour chaque monde, une série qui
converge autour d'un point remarquable est capable de se prolonger dans toutes les, directions dosis
d'autres séries convergeant autour d'autres points, l'incompossibilité des mondes se définissant au
contraire au voisinage des points qui feraient diverger les séries obtenues 435 .

Si la question est difficile, c'est parce que le meilleur se fonde sur un axiome de
compossibilité, d'unité. Si le monde classique ne tenait que par l'existence d'un point d'unité
transcendant (il failait bien aimer le Despote parce qu'il nous protégeait face au danger de la
dissolution), il se passe la méme chose avec le corps orgique du capital: lá, c'est la
conve;gence des séries qui nous garantit l'unité du socius, ce qui nous permet de résoudre le
probléme majeur « de la philosophie de la puissance », c'est-á-dire, le probléme de l'unité 436 .

Nous avons vu que le monde était une infinité de séries convergentes, prolongeables les unes dosis les
autres, autour de points singuliers. Aussi chaque individu, chaque monade individuelle exprime-t-elle le
méme monde dosis son ensemble, bien qu'eIle n'exprime clairement qu'une partie de ce monde, une série
ou méme une séquence finie. .. On appellera compossibles: 1) l'ensemble des séries convergentes et
prolongeables qui constituent un monde, 2) l'ensemble des monades qui expriment le méme monde... On

435
DR, p. 68.
436
cf Mengue, op. ciÉ. p. 20.

186
appellera mcompossibles 1) les séries qui divergent, et dés lors appartiennent á deux mondes possibles, 2)
les monades dont chacune exprime un monde différent de 1'autre 437.

L'unité de la représentation orgique nous pose donc deux problmes: d'une part que les
séries convergent, et d'autre part, que le monde exprimé par les monades soit le méme, c'est-
á-dire, que les régions claires exprimées par chacune d'entre elles puissent se prolonger dans
les autres. Pour garantir l'unité du monde, ji suffirait d'une seule monade. Mais le drapé
séculier nous présente une infinité de «points de vue »: voilá ce qui signifie i'écroulement de
la représentation classique ou de la raison théologique.

II ne faut tout de méme pas confondre ces «points de vue» avec les «empires
minuscules ». Ceux-ci sont les petits triangles á partir desquels se dégagent les courbures
variables qui brisent la rationalité des codes et dont le rapport différentiel sera le point de vue.
Les empires minuscules font partie de l'étoffe, ce sont des replis de la matiére. Jis sont le
point de départ. Le point d'arrivée est le point de vue. Ji y a certes un rapport
d'mterdépendance entre eux: c'est le Zwiefalt: le doubie ph qui va du repli de la matiére
(empire minuscule) aux pus de l'áme (points de vue ou monades). Le « point de vue » est la
ra/son du fait que les empires minuscules tiennent. C'est la raison pour laquelle jis ne sont pas

emportés dans le courant des flux décodés et ne sont pas touchés par la propagation d'ondes
perpétuelles qui les affecte, par les chocs de la causalité physique. Les monades sont les
forces pr/mit/ves dont « par une simple régle des tangentes (vecteurs de concavité)
», on
extrait des rapports différentiels 438 . Mais Deleuze précise: le rapport différentiel n'est que la
« premiére partie» de l'objet physique. II faut une autre partie qui correspond á l'équation de
départ: « des vecteurs de pesanteur qui définissent la position d'équilibre d'un corps au plus
bas du centre de gravité »419 La premiére partie de l'objet nous a perinis de remonter le

courant de la matiére vers les forces primitives ou monades qui en sont la condition. La
deuxiéme partie est la correspondante qui donne une cónsistance physique aux objets du
monde, aux figures qui organisent les masses qui offrent une loi pour les conglomérats ou
agrégats qui deviennent alors des corps.

431
Pli,p. so.
438
Ph, p. 134.
Ph, P. 135.

187
La multiplication des empires minuscules est la correspondance physique de la
multiplication des points de vue psychiques. II n'y pas un rapport différentiel unique, mais
une infinité d'équations, auxquelles correspond, pour chacune d'elles, un certain « degré de
variation oil rapport »"°. La puissance du capitalisme dépend bien du fait que l'infinité de
foyers forme une unité. Le rapport différentiel des séries d'objets du monde qui sont en train
de s'évanouir était la raison suffisante de la constitution des points de vue ou monades. Mais,
si chaque point de vue est défini par le rapport différentiel de deux, voire plus, séries
d'inflexions 011 d'événements, un rapport différentiel d'un «nouveau sens » doit soutenir le
drapé mfini peuplé á l'infini par des monades : « le rapport différentiel prend done un
nouveau sens, puisqu'il exprime le prolongement analytique d'une série dans une autre »441.

Le drapé de la représentation orgique trouvera son unité dans ce rapport différentiel d'un
nouveau sens.

Chaque monade exprime le monde entier á partir de son point de vue. Alors, en quoi les
monades se distinguent-elles les unes des autres? En ce que chacune exprime de façon claire
une région clifférente dii monde; Deleuze nous dit: celle région est son « département »
propre. Le reste du monde est toujours exprimé, mais reste dans l'obscur. La continuité
impliquée par la compossibilité «fait que le 'département' d'un individu continue dans le
département du proche 011 du suivant á l'mfmi »2. La continuité des zones claires est le
deuxiéme réquisit de la cornpossibiité. Toutes les monades expriment le méme monde parce
qu'il y a une continuité de proche en proche entre les zones claires exprimées par chacune.
Celle région claire n'est pas étatique: elle peut bien augmenter ou diminuer. L'me peut
progresser, c'est-á-dire, augmenter son «amplitude ». Mais elle le fait toujours au détriment
des autres, ce qui permet de maintenir la continuité des départements 443 . Ce «prolongement
analytique d'une série dans une autre » est le deuxiéme sens du rapport différentiel.

Nous voyons que les deux sens du rapport différentiel correspondent aux deux réquisits
de la compossibilité. D'aprés le premier, l'ensemble des sénes convergentes compose un
monde: ce rapport différentiel implique l'unité du foyer de convergence, du point de vue ou
de la monade. •D'aprés le second, l'ensemble des monades trouve son unité. Ce second sens

cf DRp.66.
4"
Ph, p. 67.
442
Ph, P. 89.
4"
cf dans ce sens la belle théorie des daninés, Pli pp. 100-1 02.

188
du rapport différentiel est celul qui définit le capitalisme, le grand drapé de notre époque, avec
ses plis, et ses replis. C'est la iói ou la raison de la série des monades qui toutes trouvent leur
origine dans le rencontre du capital variable et le capital constant.

Du second sens du rapport différentiel découle, « un autre aspect du principe de raison: la


détermination compléte Suivant cette détermination, chaque degré ou rapport
«détermine l'existence et la répartition de points remarquables de la courbe
correspondante II s'agit de l'effet « d'aprs coup », á partir duquel les éléments infinis de
l'ensemble se trouvent maintenant sujets au rápport différentiel. Ces éléments infinis ont en
effet laissé place tout d'abord de façon contingente au surgissement de la multiplicité de
rapports dans le premier seus, et puis ensuite au rapport du deuxime sens. Les pus de la
mati&e, les courbures qui allaient á l'infini dans la présentation initiale du Fil sont
emprisonnés par les conditions qui en découlent naturellement, selon ce que nous montre le
Leibmz de Deleuze. C'est lá ce que Deleuze appelle «le mauvais coup de Leibuiz»: «Quel
mauvais coup la combinaison éeonomique de Leibniz »446. La détermination compléte est
l'effet selon lequel le capitalisme trouvera son conatus: sa permanence dans le temps, sa
continuité dans l'existence, la continuité du rapport caractéristique qui le constitue. L'iufini
est finalement dompté.

DR, p. 66.
DR pp. 66-67.
6 LS,p. 76.

189
CHAPITRE XI
I)Y/DX: LANOuVELLE EQUATION DU CAPITAL

Leibniz nous présente son monde, son monde baroque de replis de la matiére physique
qui vont á i'infmi et trouvent leur unité dans des enveloppes psychiques ou monades. Suivre
les replis de la matiére nous conduit, nécessairement, á l'unité de la monade. Le point de vue
de la moñade nous permet d'observer dans l'inflni physique une consistance qui surgit du fait
méme que la matiére soit toujours en train de s'évanouir, comme du sable entre les doigts:
cette consistance se fonde dans un rapport différentiel de ces différences évanescentes. Le
rapport différentiel existe pour les yeux de la monade, d'une certaine façon. La monade
enveloppe le monde composé de tous ces rapports différentiels á l'infini. Cette unité du
monde dans la monade se correspond avec l'unité du corps dans la matire. D'une certaine
façon, l'unité de la représentation orgique relve de ce double mouvement gui va des replis de
la mati&e aux pus de la monade, et des pus de la monade á l'unité des objets physiques. Les
rapports différentiels sont pour l'me. Puis, nous l'avons vu, ce systme se clét sur la
prolongation des zones claires ou « départements » de chaque monade. Notre corps se
corresponde avec notre département. La continuité psychique des zones claires trouve son
corrélat dans la continuité de la matiére. La matiére est continue, ji n'y a pas de coupures, on
peut y surfer dans les replis á l'infini. De méme, la zone claire tombe graduellement dans
l'obscur, comme la lumiére á la lisiére de la forét, seulement pour se prolonger dans une
uouvelle clairiére, dans une autre monade avec son département propre: continuité de la
clarté des ames. Convergence des séries de rapports différentiels dans la monade,
prolongation des départements de monade en monade: vóilá ce qui constitue la
compossibilité, qui fait de celui-ci le meilleur des mondes possibles, le seul que Dieu ait
décidé de faire passer á l'existence. Dans ce monde, ce seul et unique monde, ce monde qui
est le meilleur, toutes les séries physiques convergent vers un point métaphysique et tous les
points métaphysiques se composent harmonieusement. Les agrégats ou conglomérats trouvent

190
leur raison dans les monades, les monades trouvent la leur dans la compossibilité de
i'ensemble. C'est, selon Leibniz, une nécessité naturelle, ou plut& une nécessité divine.

Suivant les théses marxistes de l'Introduction générale, nous avons posé comme principe
méthodologique que toute présentation théorique d'un modéle de la représentation doit
trouver sa source dans un systéme de représentation sociale qui le précéde conceptuellement.
Notre saut mortel, nous l'avons déjá trop anticipé, sera de dire que la représentation orgique
leibnizienne trouve sa source dans la représentation capitaliste qui surgit «tour á tour », á
partir du XV siécle. Mais voilá done une aporie: qu'est-ce que cela nous apporte, pour le
modéle de la représentation leibnizienne, de lui ajouter le facteur temporel? S« il n'y a
d'histoire universelle que de la contingence la nécessité du systéme leibmzien n'est
done qu'un postulat. Elle a bien sa genése: «les flux décodés ne fondent un désir... que par
leur rencontre en un lieu, leur conjonction dans un espace qui prend du temps... Que de
rencontres, pour la formation de la chose, l'innomniabie »448 Alors nous ne pouvons plus
dire que la raison de l'unité de la matiére se trouve dans les monades, que les, rapports
différentieis soient pour les monades, qu'il s'agit d'une unité de la conscience. Si le systéme
de représentation orgique a besoin des dites monades pour tenir, ces monades ne sont pas des
raisons mais piutót des effets: «L'effet de la conjonetion, c'est bien le contróle de plus en
plus profond de la production par le capital ». Le rapport différentiel n'a pas besoin de trouver
son unité dans la monade pour tenir. II tient par l'effet de sa propre puissance. Et la monade
existe dans la mesure oú la puissance du rapport ne s'est pas épuisée. Mais tant que le rapport
tient, tant que la conjonetion a lieu dans l'espace et dans le temps, tant que les flux décodés
convergent de maniére contingente, ji a bien des foyers, des points de convergence, des
monades. Et ji y a aussi bien un désir qui est ainsi fondé. Ce désir, ce corps, apparait dans
l'exposition de Leibniz comine le deuxiéme sens de la raison suffisante, la loi du
proiongement des monades. Le contróle de la production par le capital se fait á travers de
cette raison suffisante plus profonde, qui est la condition de possibilité de l'expérience
moderne. Et, comme nous l'avons déjá indiqué, par le fait méme que ce contróle est présenté
connne le meilleur, et que son existence naturelle est donnée de tous temps, sans qu'il y ait
aucun besoin de démonstratjon, ji sera appelé axiomatique. C'est lá la Société de contróle. La
caracténstique de cette Société «de contróle» n'est pas le fait que les individuations se

447
AO, p. 265.
448
AO, p. 265, p. 268.

191
constituent á partir d'une modulation ou á partir d'un rapport différentiel (et non á partir d'un
moulage ou d'une forme essentielle). Mais plut6t le fait que ce nouveau systme ait réussi á
construire des systémes de contróle effectif de la réalité sociale á partir de cette modulation et
de ces rapports différentiels. La question est• bm d'étre simple. Nous essaierons de la
développer aussi

Plus-value « de flux»

Si le «nouveau monde » que nous présente Leibniz n'est pas un donné naturel, ji nous
faudra bien expliquer comment ji a effectivement eu lieu. Marx adressait les mémes questions
dans les chapitres consacrés á «ce qu'on appelle l'accumulation primitive », et Deleuze et
Guattari suivent en ce sens l'interprétation de Balibar 449 . Ii faut jeter par terre le « mythe
bourgeois de i'accumulation primitive », selon lequel «le capital minimum originaire a été
épargné par le futur capitaliste sur le produit de son travail avant d'étre avancé sous forme de
salaires et de moyens de production »450. Le mythe suppose des rapports de propriété et de
production qui dépendent d'un capitalisme qui ne pouvait exister avant son commencement
historique. La généalogie du capitalisme nous montre que son origine est p1utt liée á une
conjonction, t une rencontre de deux éléments indépendants qui étaient marginaux dans de
précédentes structures sociales et qui deviemient déterminants á. partir de leur rencontre. Ces
éléments sont le travailleur « libre)> (« histoire de la séparation du producteur et des moyens
de production ») et le capital ( « histoire de l'usure, du capital marchand », etc.). Une
«accumulation de capital» ne suffit pas pour dormer le capitalisme. Ti faut aussi la rencontre
avec le travail «libre»: «L'histoire de la séparation du travailleur et des moyens de
production ne nous donne pas le capitai-argent...; de son cóté l'histoire du capital-argent ne
nous donne pas le travailleur 'libre' »451. Deleuze et Guattari font une référence explicite á.

449 cf. AO, pp. 266-267 et Balibar, E. « Concepts fondamentaux de matérialisme historique », in Lire le capital,
Paris, PUF, 1996, PP. 524-534. Pour le texte original de Marx sur l'accumulation primitive, cf. Marx, K. El
Capital, trad. P. Scaron, Buenos Aires, s. XXI, 1975, t. 1, vol. 3, pp. 891-954.
450
Balibar, « Concepts fondamentaux... » op. cit. pp. 524-525. "[Según la economía política] en tiempos muy
remotos había, por un lado, una elite diligente, inteligente y ante todo ahorrativa, y por el otro una pandilla de
vagos y holgazanes que dilapidaban todo lo que tenían y aún más. Ocurrió así que los primeros acumularon
riqueza y los últimos terminaron por no tener nada que vender salvo su pellejo", Marx, op. cit. pp. 891-892.
451
Balibar, « Concepts fondamentaux...» op. cii. p. 530. «El dinero y la mercancía no son capital desde un
primer momento, como tampoco lo son los medios de producción y subsistencia. Requieren ser
transformados en capital. Pero esta transformación misma sólo se puede operar bajo determinadas
circunstancias coincidentes: es necesario que se enfrenten y entren en contacto dos clases muy diferentes de
poseedores de mercancías; a un lado los propietarios del dinero, los medios de producción y de

192
cette mterprétation du surgissement du capitalisme 452 , et l'exprimeront comme la conjonction
du flux de Iravail et du flux de capital (les deux étant libérés des codifications et
surcodifications qui composaient le socius despotique). lls réserveront la notation dy pour
nommer le flux de travail et dx pour le flux de capital soulignant, comme nous l'avons déjá
indiqué le fait qu'aucun d'eux n'est rien sans l'autre. Cette conjonction sera l'élément
génétique du socius capitaliste, le phénomne d' « accuniulation primitive ».

ApMs un long paragraphe qui ne fait que présenter les cónditions du fonctionnement
spécifique de la machine capitaliste, Deleuze et Guattari insérent la locution «Bref» et sans
autre transition écrivent: «Bref, la machine capitaliste commence quand le capital cesse
d'étre un capital d'alliance pour devenir filiatif. Le capital devient un capital fihiatif lorsque
l'argent engendre de l'argent, ou la valeur une plus-value Nous voyons bien que la
production proprement capitaliste est définie pal - Deleuze, comme elle l'était par Marx,
comme production de plus-value. Mais, qu'est-ce que cela peut bien vouloir dire daus le
contexte de la théorie deleuzjenne des formes de socius fort différente de la théorie marxiste
des rapports sociaux de production .7

Le capital n'établit plus des liens d'alliance ayee, par exemple, la féodalité, pour devenir
le <(fondement» du nouveau corps social. Et ceci, dans la plus orthodoxe tradition marxiste,
quand l'argent engendre de l'argent. « Ce n'est que par la plus-value de IU que les cent
premiéres livres avancées deviennent capital »414 Les 1 OO sont de 1 'argent
et rien d'autre
qnn de l'argent, cet argent qui a existé de ous temps, jusqu'á ce qu'elles réussissent á devenir
llO. L'argent a engendré de l'argent: son petit bébé sont les lOs. Ceci est déjá assez
complexe dans la théorie de Marx, avec la formule A-M-A' qui a suscité de nombreuses
controverses que nous ne proposons pas d'analyser ici. Mais il s'agit toujours de nombres
rationneis: lOOr, puis 110L lOOr est le pére, 10E le fis, 110 le Dieu-capital.
100E était
encore de l'argent, mais ayee l'addition de 1 0E de plus-value ji devient 11 O livres de capital.

subsistencia.. - Al otro lado, trabajadores libres,


vendedores de la fuerza de trabajo propia y por lo tanto
vendedores del trabajo. Trabajadores libres
en el doble sentido de que ni están incluidos entre los medios de
producción —como sí lo están los esclavos, siervos de la gleba, etcétera—, ni tampoco le pertenecen a ellos los
medios de producción —a la inversa de lo que ocurre con el campesino que trabaja su propia tierra, etcétera—,
hallándose por el contrario, libres y desembarazados de esos medios de producción", Marx, op, cii.
893. pp. 892-
452
cf. AO, p. 266.
41BAO p. 269.
45 Marx,K.ElcapitaJ, op. cii. i l,v. l,p. 189.

193
Cependant, dans le cadre de la théorie deleuzienne, le capital doit étre pensé en termes de
nombres irrationnels: x + dx exprime le fait que l'argent engendre de l'argent: ji devient
capital fihiatf. Mais le probléme est que « dx » est un nombre irrationnel, qui n'est nen par
rapport au flux d'argent x (rationnel, matériel, qui a existé de tous temps dans les échanges
humains). Au lieu d'une plus-value de 10, comme cela était le cas diez Marx, nous nous
trouvons face á dx qui n'est rien par rapport á x455 .

Par convention on dira que dx ou dy, c'est la quantité infí.niment petite supposée étre ajoutée ou soustraite
de x ou dey. En voilá une invention! La quantité infimment petite... C'est-á-dire que c'est la plus petite
varialion de la quantité considérée. Elle est inassignable par convention. Donc dx O en x, c'est la plus
petite quantité dont puisse varier x, donc ça égale zéro. dy = O par rapport áy46

La plus-value est done dans la rémterprétation de Deleuze une quantité infiniment petite,
inassignable. Elle n'est rien par rapport au flux d'argent. Et cependant elle doit étre quelque
chose puisque l'argent devient effectivement capital. Comment est-ce possible 7 Miracle!

Miracle 1 dy/dx n'est pas égal á zéro et bien plus: dy/dx a une quantité finie parfaitement exprimable.
C'est des relatifs uniquement relatifs. Dx n'est rien par rapport á x, Dy n'est rien par rapport á y, mais
voilá que dy est quelque chose. Stupéflant, admirable, grande découverte mathématique... Si vous
considérez le rapport différentiel, ji n'est pas zéro, jI est déterminé, ji est déterminable. Le rapport dy/dx
vous donne le moyen de comparer les deux quantités incomparables qui étaient á des puissances
différentes car ji opére une dépotentialisation des quantités. Donc ji vous donne un moyen direct de
confronter des quantités incomparables á puissances différentes. Dés ce moment-lá toutes les
mathématiques, tout l'algébre, toute la physique s'inscriront dans le symbolisme du calcul différentiel 457

Deleuze et Guattari exprimeront ayee une autre des leurs expressions troublantes ce fait
que la plus-value puisse seulement étre exprimée á travers un nombre irrationnel dx: «plus-
value de flux ». Voilá la raison de cette expression : la plus-value telle que l'a comprise Marx
(á partir de nombres toujours rationnels) rate la spécificité du capitalisme. Le nombre
rationnel implique une codification, quelque chose du réel qui ne passe pas paree qu'il ne peut
étre exprimé. C'est pour cette raison que la plus-value marxiste, tant profonde soit-elle, reste
une plus-value de code. La plus-value de flux signale le fait que celle-ej est un nombre

455
« C'est de la fluxion des flux décodés, de leur conjonction, que découle la forme filiative du capital x + dx »,
AO, p. 270.
456
CL, P. 59.
417
CL, pp. 59-60.

194
iffationnel qui dépend toujours d'un rapport différentiel pour étre quelque chose (souvenons-
nous que Newton considérait le rapport de quantités fluentes et la relation de leur fluxions
comme des problémes fondamentaux du calcul différentiel). Dx est un nombre inflniment
petit qui se caractérise par sa tendance á s'évanouir. La plus-value « de flux » est la cette plus-
value qui peut seulement étre calculée par le biais du calcul différentiel, par les
mathématiques du changement et de la variation, et non pas par les outils des mathématiques
statiques

Plus-value machmique?

Voilá done que dr sera quelque chose seulement dans la mesure oü on la consid&e dans le
rapport que x maintient ayee un autre flux, de nature hétérogéne: le flux de travail libre, y et
la quantité infiniment petite qui en dénve, dy: «dy dénve de la force de travail etconstitue la
fluctuation du capital variable »458 Si dx représente la plus-value, alors cette plus-value ne
pourra étre produite que dans la mesure oit se conserve le rapport dy / dr, c'est-á-dire, dans la
mesure oü le capitalisme n'oublie pas le capital «variable » ou «humam ». Si le capitaliste
imagine que le capjtal constant (ou capital proprement dit) ne dépend de rien pour se
reproduire, ji oublie que le rapport de ce flux ayee dy est ce qui, de la plus-value, fait quelque
chose et, done, aprés coup, fait de dx du capital. Mais le capitalisme ne l'oublie jamais: son
histoire est l'histoire réelle: celle de «la conquéte, Fasservissement, la rapine á main armée,
le régne de la force brutale

De méme, l'équation différentielle perniet de condure que le flux de travail y aura aussi

sa propre plus-value, une plus-value dite humaine, puisque dy, qui n'était rien par rapport áy,
deviendra quelque chose dans sa rencontre ayee dx. On trouve alors que «la plus-value est
produite d'un c&é comme d'un autre »460
de l'équation différentielle. Ii y a done deux plus-
values. Une dans le numérateur (le dy infiniment petit qui s'ajoute á y tant qu'il reste dans un
rapport différentiel ayee dx) et une autre daus le dénominateur (le dx dont on parlait déjá). La
plus-value dy est appelée par Deleuze et Guattari «plus-value humaine » et fait partie
intégrante du flux de travail « libre» (y + dy). La plus-value dx, quant á elle, est appelée

AO, p. 270.
459 Marx, op. cit. p. 892.
° AO,p. 279.

195
« plus-value machinique » et fait partie intégrante du flux de capital constant (x + dx). Voilá la
réponse que la plus-value de flux apporte an problme qui découle du fait que Marx réserve
uniquement la production de plus-value au travail humain dans un miieu d'automatisation
croissaiite.

Nous avons dit que, dans l'ontologie deleuzienne, tout est machine et machine de
machines ¿i / 'infini461 Da point de vue marxiste, cela implique, avant tout, une mise en
.

question de la distinction classique entre capital variable et capital constant: le capital


variable est la force de travail salarié appliquée á la production et donc est composé d'étres
humains; il est l'usine génératrice de la valeur, et est dit précisément variable au sens oú la
valeur qu'il produit dépasse sa propre valeur. Le capital constant, lui, de son c6té, est
l'ensemble des moyens de production produits par un travail antérieur (équipements,
machines matiéres premiéres, principalement); les machines sont alors une partie du capital
constant et donc n'engendrent pas de valeur, elles se boment á transmettre la valeur qu'elles
avaient déjá 2 . Si tout est machine, alors cela veut dire que toutes les machines (l'homme
n'étant qu'une d'entre elles) engendrent de la valeur (Hérésie absolue !)? Ou bien cela veut-il
dire que les hommes, étant des machines, ne sont pas la source de la valeur, et que l'on doit
rechercher cette source ailleurs? II est encore trop t6t pour répondre á ces questions (ou
commencer á y répondre, ou essayer d'y répondre) mais nous parviendrons á y apporter une
réponse. Nous pouvons cependant anticiper que le rapport capital constant / capital variable
ne sera pas seulement la «composition organique » du capital, la plus-value trouvant sa
source dans un des composants du capital, mais sera aussi un rapport qui, en tant rapport,
engendre le phénoméne de plus-value, et entra?ne en méme temps la subordination des
hommes á la machine capitaliste.

Ce probléme a été re-posé récemmeut par Maurice Clavel dans une série de questions décisives et
volontairement incompétentes. C'est-á-dire des questions adressées aux économistes marxistes par
quelqu'un qui nc comprend pas bien comment l'on peut maintenir la plus-value humaine á la base de la
production capitaliste, tout en reconnaissant que les machines aussi « travaillent » ou produisent de la
valeur, qu'elles ont toujours travaillé, et travaillent de plus en plus par rapport á l'homrne, lequel cesse

461
cf supra, chap. ifi.
462
Pour la distinction capital constant / capital variable, c£ l'entrée correspondante du Dictionnaire critique dii
inarxisme, op. cii. p. 142.

196
ainsi d'étre partie constitutive du procés de production pour devenir adj acent á ce procés. ily a donc une
plus-value machinique produite par le capital constant. . -. II nous semble, avec la mame incompétence
indispensable, que ces probléines ne peuvent étre envisagés que dans les conditions de la transformation
de la plus-value de code en phis-value de flux 463 .

L' « incompétence» de Clavel se fonde sur le fait que dire que «les machines produisent
de la valeur » n'a pas de sens dans les termes de Marx. II faudrait en effet une reformulation
intégrale de la théorie marxiste pour pouvoir parler de «plus-value machinique », ji
faudiait garder la distinction entre « capital constant» et «capital variable », ji faudrait
expliquer pourquoi le capitalisine sera toujours dépendant dii travail humain. Voilá ce que se
proposent de faire Deleuze et Guattari, ayee la théoiie de la plus-value de flux. La distinction
entre «capital constant» et « capital variable» demeure. Mais la plus-value produite par les
hommes et celle produite par les machines ne sont pas les mémes. Dx n'est pas la méme chose
que dy, bien que ces deux plus-values soient en interdépendance mutuelle. Mais, en vérité, ni
hommes ni machines ne produisent de plus-value: carla valeur est toujours engendrée par les
forces productives, et les forces productives sont pour Deleuze et Guattari les machines
désirantes. Hommes et machines, capital variable et capital constant, ne sont que des
mécanismes á travers lesquels le socuus capitaliste s 'approprie la valeur produite par les
forces productives, et la transforme en plus-value. Lorsque nous disons que dr et dy ne sont
rien hors du rapport dy / dr, nous voulons dire que ce sont les différences chaotiques qui se
divisent á i'infini dans le monde virtuel.

Etant donnée celle interdépendance, le but du capitalisme sera de maintenir ce rapport.


Les fins du capitalisme sont donc extrapolitiques: continuer á produire de lá plus-value,
continuer á se reproduire soi-méme. Pour ce faire, il liii faut nécessairement maintemr le
rapport que le caractérise: dy / dr. Le flux de travail libre et le flux de capital doivent se
maintenir dans un rapport différentiel. De ce fait ji y a violence : les éléments constitutifs du
Inoment génétique du capital doivent en effet entrer sous la dépendance de la forme du socius
ainsi constituée: «[les éléments de la structure] sont menés jusqu'au point oú ils peuvent se
conjoindre pour constituer celle structure (d'un mode de production) en entrant sous sa
dépendance, en devenant ses effets »464.

AO, pp. 275-276.


464
Balibar, «Concepts fondamentaux...» op. cit. p. 532. On voit bien comme l'analyse « structuraliste » de
Balibar et I'exposition des formes du socius dans L 'An1i-Edipe se retrouvent en bien des points. II fait

197
La baisse tendancielle n'implique aucune contradiction

L'équation dy / dx exprime ce qui ne pouvait jamai étre exprimé par l'équation simple c
+ y + p1' 65 , et qui a engendré tant de controverses dans la tradition marciste: la baisse
tendancielle du taux de profit.

Le probléme célébre de la baisse tendancielle du taux de profit, c'est-á-dire de la plus-value par rapport au
capital total, ne peut se comprendre que... dans les conditions sous lesquelles une plus-value de code est
transformée en plus-value de flux 6 .

A partir de l'équation simple c + y + pl, en effet, le taux général de profit devait étre
exprimée pl / ( c + y), et sa tendance á la baisse apparaissait conime une « contradiction » qui
pouvait impliquer la dissolution du socius capitaliste. En effet, l'augmentation de la
composition organique moyenne du capital (du capital constant -dépensé en moyens de
production, par rapport au capital variable -dépensé en force de travail) implique une baisse
du taux de profit: si le composant c du dénominateur augmente dans une proportion plus
grande que y, alors le numérateur pl (qui dans la théorie marciste reléve uniquement de y)
augmentera á un rythme plus lent que le dénommateur, ce qui aura pour conséquence une
baisse dans le résultat de la division, c'est-á-dire, une baisse du taux de profit. Cette tendance
á la baisse a été vue dans un premier temps comme le facteur de dissolution du capitalisme,
comme le signe du fait que les contradictions historiques signalent la nécessité d'une nouvelle
organisation á venir. Balibar signale ce point de vue (méme s'il ne le partage pas, puisqu'il
voit bien que cette tendance n'a pas de limite, et donc ne peut pas constituer le moteur du
dépassement du capital):

La tendance historique du mode de production capitaliste, le mouvement propre de Sa contradiction, le


développement des antagonismes qui sont impliqués dans la nécessité de sa structure, et ce qui peut s'y
découvrir de l'exigence d'une nouvelle organisation sociale... Pouvons-nous dire aussi qu'il [le rapport de
7467
la statique á la dynamique] constitue le «moteur » de son dépassement

réfléchir : jusqu'oú la rupture avec le structuralisme est-elle un des buts de Deleuze et Guattari dans le livre
de 1972.
465 Oü c = capital constant, y = capital variable, pl = plus-value.

AO,p. 271.
467
Balibar, « Concepts fondamentaux... », op. ciL pp. 534, 537.

198
Ces prévisions de Marx au XIXe siécle se sont heurtées durant le )Q(e au fait d'une
tendance á la croissance du capitalisme qui ne pouvait étre ignorée. Plusieurs théories ont
essayé d'en rendre compte á partir de forces qui viendraient contrecarrer cette tendance 468. La
posture de Deleuze et Guattari dans ce débat est trés particuliére. En effet, de leur pomt de
vue, le nceud du probléme comprendre dans l'effort de compréhension de ces phénoménes á
partir d'un calcul qui est statique, et qui n'est done pas applicable aux conditions dynarniques
du capitalisme. Cependant, rendre compte dii rapport qui existe entre «capital variable» et
«capital fixe » est possible uniquement á partir du calcul différentiel, puisqu'il s'agit de deux
magnitudes incomparables: «II n'y a aucune commune mesure entre la valeur des entreprises
et celle de la force de travail »469.

Dés que l'on fait de dy / dx l'équation dii capital oñ dy dérive du capital variable, et dx du
capital constant, on fait de dx et de dy des nombres qui tendent á s'évanouir pour des raisons
qui n'impliquent aucune contradiction, mais qui sont au confraire l'essence méme du
capitalisme. La baisse tendancielle n'est alors plus une «contradiction » qui pourrait amener á
la dissolution du mode capitaliste de production, mais bien l'expression des mécanismes au
travers desquels peut prendre place l'exploitation capitaliste. Pour Deleuze, la contradiction
n'est pas le moteur de l'histoire. La baisse tendancielle n'expnme pas une contradiction, ni
une négativité inhérente á notre systéme social, mais le mode d'existence d'un rapport
absolumentpositffondé sur une différentielle.

Le capitalisme comme quasi-cause: le totir de inagie

Si tout a marché raisonnabiement bien jusqu'ici, nous commençons á y voir plus clair
dans une zone qui, á mon avis, était particuliérement obscure du tableau deleuzien: la
conception dii capitalisme comme rapport différentiel ou conjonction de flux. Nous avons
essayé d'entrevoir en quoi sa conception est héritiére de la conception de Marx et, en méme
temps essayé de la réformer, á partir des problémes présentés par la théorie et la pratique et
qui étaient en plein débat á l'époque de la parution deL 'Ánti-Edipe. J'espére que la formule
dii capitalisme (dy / dx) ait pris du sens, du méme le concept de «plus-value de flux ». C'était

468 Sur toutes ces questions que nous ne pouvons développer ici, cf. Balibar, op. ciÉ. pp. 534-547; Baran et
Sweezy, op. cii. ; Benussan-Labica, op. cii. pp. 82-85.
AO, p. 273.

199
une démarche nécessaire. Mais nous nous sommes écartés du probléme qui nous occupe
depuis le début de ce travail la forme actuel du socius. Nous ne voyons pas encore en quoi le
capitalisme est une forme dii socius, en quoi le rapport dy / dx défmit les rapports sociaux
d'une façon de plus en plus stricte depuis le XVC siécle.

II faut nous anticiper (encore une fois), le point de vue spinoziste auquel souscrit Deleuze.
Cette ontologie est d'une certaine façon le foumeau dans lequel Deleuze fond les concepts
leibniziens pour pouvoir les utiliser dans une philosophie politique de notre temps. Selon ce
pomt de vue spinoziste, alors, tout corps est défini par un rapport caractéristique de
mouvement et de lenteur. Le capitalisme est done bien un corps, défini par le rapport dy / dx et
la vitesse que cette équation exprime. Comme tout corps existant, son conatus consistera á
« maintenir et afflrmer » son existence, c'est-á-dire, son rapport caraçtéristique, en lutte ayee
d'autres corps qui menacent de le faire entrer sous un nouveau rapport qui, pour lui,
impliquerait sa mort. Oui, il y a d'autres corps capables de «léser un de ses rapports
vitaux »°. La rencontre du flux du travail et dii flux de capital l'a fait passer á l'existence. La
question est maintenant de la maintenir et de l'afflrmer, dans la grande lutte de puissances
qu'est l'existence. Leibniz croyait que son systéme exprimait le monde créé par Dieu, le
meilleur des mondes possibles. Mais en réalité il ne s'agit que d'un mode d'existence
particulier: celui du corps du capital. La réalité est pour Deleuze plut& spinoziste: seule
l'existence de la substance divine est nécessaire - l'existence des modes finis est toujours
contingente, et done le rapport dy / dx ne caractérise qu'un corps contingent, qui doit lutter
ayee d'autres corps pour continuer á exister. Encore une fois, ceci n'implique pas une
opposition entre Leibniz et Spinoza; la critique que Deleuze fait á Leibniz du point de vue
spinoziste consiste seulement á changer de milieu le concept de rapport différentiel: ce n'est
plus «le monde créé par Dieu » mais un rapport historiquement contingent 471 .

Si le corps capitaliste est aussi une forme de socius, c'est paree qu'il réussit á maintenir
des corps humains sotis sa domination. En effet, sous sa domination, les hommes huttent pour
l'existence du rapport caracténstique capitaliste méme au risque de détruire le rapport qui leur
est caractéristique. Le corps capitaliste réussira á faire entrer sous le rapport dy / dx des corps
humains, et, á travers eux, réprimer et refouler la production désirante, c'est á dire empécher

470
cf. SPP, p. 137.
471
Pour l'analyse de la critique chez Deleuze, cf. le passage « Critique de la critique » de notre introduction.

200
que les machines désirantes dans leur travail de perpétuelle production ne fassent passer á
l'existence de nouvelies formes ou de nouveaux rapports qui menacent de léser leus rapport
vital. La production désirante est une production continuelle de nouvelies formes et de
nouveaux rapports, et donc se présente comme une menace pour l'existence du «meilleur des
mondes possibles ». Si le rapport capitaliste n'est pas adéquat au rapport humain, s'il l'affecte
de tristesse et est toujours sur le pomt de le détruire, pour des raisons que nous verrons
bient&, il nous faudra trouver une explication au fait si curieux que les hornmes continuent á
iutter pour la pour la perpétuation dans i'existence du rapport capitaliste 472 . C'est-á-dire
aborder le prob1me fondamental de la philosophie politique: «pourquoi les homines
combattent-ils pour leus servitude comme s'il s'agissait de leur salut?

Le combat pour la servitude

Que le rapport différentiei soit la raison suffisante de la machine capitaliste ne veut pas
dire autre chose que le fait qu'il est son rapport «caractéristique », le rapport qui caractérise
son existence. C'est la raison suifisante de son existence propre, voilá tout. D'autres
caractéristiques du capitalisme ne sont que des conséquences qui découlent logiquement de ce
rapport différentiel. Conimine par exemple: le devenir fihiatf du capital, c'est-á-dire
i'appropriation de la plus-value. Comme nous l'avons déjá vu, la conjonction dy / dx a comme
effet le phénoméne de la plus-value, en vertu de dx et de dy qui n'étaient ríen en dehors du
rapport différentiei et qui deviennent quelque chose ayee lui, apparaissant donc comme des
quantités qui seraient engendrées de part et d'autre du trait. Mais ji n'en est rien. Le
capitaiisme n'engendre rien, ne produit rien. II n'est pas une instance de production, mais bien
d'« anti-production ». Ii ne crée que les conditions par lesquelies les quantités infiniment
petites, qui restaient hors du socius dans les formes précédentes, en deviennent á présent
partie intégiante. Ce qui était « invisible» devient « visible ». Voilá le tour de magie du
capital. Voilá dx. Voilá dy. Nous restons bouche bée. Le désir des hommes se versera sur ces

Ce qui ne signifie pas que la destruction du systéme capitaliste implique nécessairement le passage á des
conditions de vie plus adéquates aux rapports humains ; n'importe quel nombre peut sortir de la roulette de la
production désirante; ce nombre peut méme impliquer la mort immédiate pour l'espéce humaine. La
construction d'un socius adéquat aux rapports humains est la táche de la politique deleuzienne. Nous y
re'viendrons.
AO, pp. 36-37.

201
entités, qui sernblent &re le fruit d'un miracle. Ó dieu-Capital, nous nous agenouilions devant
toi!

Lorsque Deleuze et Guattari signalent, par rapport au fait que le capital devient fihiatif,
que «c'est dans ces conditions seulement que le capital devient le corps plem, le nouveau
socius ou la quasi-cause qui s'approprie toutes les forces productives ils veulent
souligner les conditions dans lesquelles le capital devient désiré; ji est désiré paree qu'il
semble produire, engendrer de la richesse. Mais ce n'est lá qu'une « quasi-cause » qui nous
montre ce qui était présent depuis toujours : la richesse produite par les forces productives,
c'est-á-dire les machines désirantes ou les essences intensives de la réalité.

Le eorps du capital est donc ce que Deleuze et Guattari appellent, dans une inspiration
stoYcienne, une «quasi-cause », une cause « par extension ». Pour les stociens, en effet, les
corps sont les seules causes «au sens propre Ce qui veut dire qu'il faut chercher la cause
dans la fluxion des flux décodés, dans la libération de ces flux décodés par rapport aux codes
despotiques et dans leur conjonetion dans un rapport différentiel. Ce sont les hasards de
l'histoire. Ce rapport différentiel, cette conjonction, ne sont qu'un effet de l'action des corps.
Quand cet effet se pose lui-méme comme cause véritable, quand fi se conçoit comme cause,
alors 011 dit de 1w qu'il est une cause «par extension » ou une « quasi-cause ». La quasi-cause
aura un effet aprs-coup qui ligotera les causes « au sens propre », qui ligotera donc les corps
et régulera leur jeu de chocs pour leur imposer sa loi. En pratique, le capitalisme sera une
raison aussi suffisante que pour Leibniz. Le fait que celle «quasi-cause » soit le résultat du
jeu et du hasard ne 1'empchera en rien de réguler le monde avec la méme efficacité que si
elle avait été le résultat du choix de Dieu et de son analyse infini.

Mais nous ne voyons pas encore trés bien «comment ». Nous pouvons peut-étre songer á
en placer le contr6le sous la responsabilité de l'Etat; cela ne ferait que reproduire le
probléme, puisque la question deviendrait, alors: comment le Capital parvient-il á avoir un
contróle effectif sur l'Etat et á lui imposer ses fins? Etant donné que les fins du capitalisme
sont extrapolitiques (maintenir le rapport que le caractérise), comment ces fins se réalisent-
elles?

414
AO, pp. 269-270.
475
Clérnent d'Alexandrie, Sirornates, Vifi, 9, in Ildefonse, F, La naissance de la grammaire dans l'Antiquité
grecque, Paris, Vrin, 1997, p. 189

202
Individuation capitaliste : l'information du matériau humain

La rencontre dii flux de travail « nu» et du flux du capital libre doit se comprendre
comme constitutive des conditions génétiques dii capitalisme. Cette rencontre occupe,
souvenons-nous, la place que F« accumulation primitive» occupait chez Marx. II nous reste
encore á comprendre quel sera le facteur déterminant de dans la subsomption dii procs de
travail par le capital, la maniére dont se fondent de nouveaux rapports sociaux par le fait de
celle rencontre. Comment cet assujettissement a-t-il lieu? Comment les phénoménes
d'approprzation ont-ils lieu?

Toutes ces questions sont prises dans l'habitude de penser les formes sociales sous le
modéle de la représentation organique: C'est la nostalgie de l'Urstaat quinous égare 476 . Nous
nous interrogeons comme s'il s'agissait pour le capitalisme de ligoter des hommes qui lui
préexisteraien(. Mais ce ne serait le cas que si le capitalisme fonctionnait par surcodification
surcodfication Ji n'en est lien. Le capitalisme surgit sur les ruines des anciens codes. Les
homines tels que les connaissaient les régimes précapitalistes n 'existent plus. Une fois
dégagés des moyens de production, une fois «libérés» ces hommes ont péri (ou mieux, «
sont en train de périr»: jis constituent un flux qui tend vers son évanouissement). Le
capitalisme crée de nouvelies créatures: des capitalistes et des travailleurs. qui
« personnifient » le flux de capital et le flux de travail. Comment cette création a-t-elle lieu?
Cette interrogation nous force á remonter au-delá du cache de la théone de Leibniz (pour qui
ceci n'implique aucun probléme, l'existence étant résultat du choix de Dieu) vers la théorie de
l'individuatjon telle qu'elle a été comprise par Deleuze, d'aprés Simondon 477 .

Les personnes individuelles sont d'abord des personnes sociales, c'est-á-dire des fonctions dérivées des
quantités abstraites; elles deviennent elles-inémes concrétes dans la mise en rapport ou axiornatique de
ces quantités, dans leur conjonction. Ce sont exactement des configurations ou des images próduites par
les points-signes, les ceupures-flux, les pures «figures» du capitalisme: le capitaliste comme capital
personrnfié, c'est-á-dire, comme fonction dérivée du capital, le travailleur comme force de travail
personnifié, fonction dénvée du flux de Iravai1 418 .

476
cf supra, chapitre VII, §§ « Nostalgie de l'Urstaat ».
477
Pour l'influence de l'ontologie de Simondon sur Deleu2e c£ supra, chapitre II, § § «Question d'intensité ».
478
AO,p. 314.

203
Certes, dans le Capitalisme, ji y aura des individuations, ji y aura des hommes. Mais le
modéle de l'individuation ne sera plus ceiui de la représentation organique, c'est-á-dire une
forme humaine déterminant une matiére; l'homme ne reléve plus d'une essence formeile, il
ne reléve plus d'un genre dont la spécificité reste á déterminer (soit par la raison, soit par la
sociabilité, soit par l'instrumentalité, etc.). C'est maintenant le modéle fourni par le calcul
différentiel, sans aucun recours á l'aide divine. Reprenons la citation que nous avions placée
plus haut:

L'objet ne se définit pius par une forme essentielle, mais atteint á une fonctionrialité pure, comme
déclinant une famille de courbes encadrées par des param.étres, inséparable d'une série de déclinaisons
possibles... Le nouveau Statut de l'objet ne rapporte plus celui-ci it un moule spatiai, c'est-it-dire it un
rapporte forme-matiére, mais it une modulation temporelle qui implique une mise en variation continue de
la matiére autant qu'un développement continu de la forme 479 .

II s'agit de l'mdividuation par modulation, que Deleuze reprendra comme modéle des
sociétés de contróle. II ne s'agit pas de fermer un triangle dont la consistance dépende du
sommet comme « Despote » ou « signifiant » ; fi ne s'agit pas non plus de découper une
individualité á partir d'un systéme de codes comme cela pouvait arriver dans les sociétés
primitives. Dans la représentation orgique civilisée, le point-signe ou point-pli a remplacé le
signifiant: «On attemt dans cette relation á des figures qui ne sont plus des effets de
signifiant, mais des schizes, des points-signes »480 II iie s'agit pas d'un point rnathématique,
mais d'un pomt qui renvoie á l'arc d'une courbe, á la variation continuelle de la matiére. Ces
courbures variables en variation continuelle sont le flux du capital x et le flux de travail y. Les
points-signes sont les points d'inflexion de ces courbes, les nombres irrationnels qui se
dégagent dans leur conjonction. Ce sont les nombres dx et dy qui n'étaient rien par rapport á x
et y mais deviennent quelque chose dans la conjonction dy / dr. C'est-á-dire que c'est de la

419
Pli,p.26.
480
AO, p. 288. Guattari avait créé le concept de « point-signe » en 1966, avant sa rencontre avec Deleuze:
«L' affaire est dans le sac. Qu'importe le contenu, on aura le coutour... Voici les taches que j e dispose autour
de Je sous le regard rayonnant de Dieu. Je prendrai soin de nc les saisir que par leur contour avec des
pincettes... Les choses s'arrangent it peu prés ainsi : je prends une tache, je la pose sur une autre, vide it vide,
leur contours vibrent, hésitent, puis se fondent en une curieuse torsion... Cette composition d'ensemble étant
désignée par certains logiciens comme une prolongasion. Nous voici pourvus d'un curieux instrument que
nous baptiserons point-signe.... Voici le signe. Le signe de rien. Un signe qui, nc renvoyant qu'á lui-méme,
nc renvoie it rien. fl porte le rien en son sein. Et, pour cette raison, ji se lic sans difficulté aux autres signes,
porteurs de la méme néantité u, Guattari, F. Psychanalyse el lransversaliié, Paris, La Découverte, 2003, pp.
132-133.

204
plus-value de flux machinique et humaine. En tant que fonctions dénvées des courbes dii flux
de capital et dii flux de travail, les points-signes sont, selon ce que nous disent Deleuze et
(ivattari, des personnes sociales, des figures du capitalisme: «Le capitaliste comme capital
personnfié, fonction dérivée du capital; le travailleur comme force de travail personnifié
personniflée, fouction dérivée dii flux de travail ». La reproduction du capital n'est pas la
seule fonction de la plus-value. Une autre en est de constituer des images du capital : le
capitaliste comme étant la conflguration produite par la série des x, le travailleur comme la
configuration qui découle de la série des y.

Les personnes mdividuelies (vous, moi,. 1w, elle) sont d'abord ces personnes sociales.
Mais ces personnes sociales (le capitaliste, le traváilleur) ne sont que des images ou des
configurations de points-signes. «Le régne des images, telle est la nouvelle maniére dont le
capitalisme utilise les schizes et détourne les flux »481.
Ces images ne restent pourtant pas
virtuelles. Les images ont un effet d'aprés coup qui permet á ces figures de mordre sur l'étoffe
matérielle du monde. C'est gráce á cet effet a posteriori que s'effectue la domination
capitaliste. Ces figures informent la matiére, deviennent concrétes en infonnant le matériau
humain. «Ces figures ne seront elles-mémes figurantes et reproductives qu' en infor;nant un
matériau humain »452. Ce maténau humain est celui qui est pourvu par les synthéses passives
organiques préalables étudiées au début dii chapitre V 483 . On peut croire ici que par
«informer» Deleuze se réfre au fait de «donner une forme á une matiére»; mais ce n'est
pas le cas. Ayee ce terme, ji fait référence á la façon dont Simondon conçoit l'information, en
rapport ayee le concept d'individuation.

Une inforrnation n'est jainais relative á une réalité unique et homogne, mais á deux ordres en état de
disparation. Elle est la tension entre deux réels disparates, elle est la sign/ication qui surgira lorsqu 'une
opéralion d 'indivjduatjon découvrzra la dimension selon laquelle deux réels peuveni devenir systme.
L'information est ce par quoi ¡ 'incompalibilité du sysíme non résolu devieni dimension organisatrice
dans la résolution... Au ¡ieu de saisir / 'individualion á partir de 1 'éire individué, Ii faul saisir ¡ 'élre
individué ápartir de 1 'individuafion, es! 'individuation ¿i partir de 1 'tre préindividue1'

'AO,p. 316.
p. 315.
413
cf DR, pp. 100-102.
414
Simondon, G L 'individuatjon á la lu,nire des notions deforme el d 'infonnalion, op. cii.
pp. 31-32

205
Flux de travail, flux de capital deux réels disparates. La tension entre ces deux réels
permet un phénoméne d'individuation, qui ne reléve pas du schéma hylémorphique (d'un
schéma forme/matiére) mais plut6t de la charge de potentiel présente dans le virtuel et dans
les différences pures qui le constituent:

II faut montrer comrnent la différence individuante différe en nature de la différence spécifique, mais
d'abord et surtout comment l'individuation précde en droit la forme et la mati&e, l'espce et les parties,
et tout autre élément de l'individu constitué. L'univocité de l'tre, en tant qu'elle se rapporte
immédiatement it la différence, exige que l'on montre comment la différence individuante précéde dans
l'tre les différences génériques, spécifiques et mame individuelles - comment un champ préalable
d'individuation daus 1'tre conditionne et la spécification des formes, et la détermination des parties, et
leurs variations individuelles 485

L'incompatibilité du systéme, cette incompatibilité entre le flux de travail et le flux de


capital devient une dimension organisatrice. La « disparation » entre les deux flux engendre
des phénoménes d'individuation. A partir de l'étre préindividuel (la pure matiére, les
machines désirantes, le virtuel) on trouve des phénoménes d'individuation (la rencontre de
deux réels disparates). Ces phénoménes d'individuation, de leur c6té, déterminent le
surgissement des personnes sociales : le capitaliste, le travailleur. En ce sens le capitaliste, le
travailleur, sont des figures du capitalisme. Elles représentent le devenir-concret des flux ou
des quantités abstraites.

La personne est réeilement devenue «privée », pour autant qu'elle dérive des quantités abstraites et
devient concréte dans le devemr-concret de ces mérnes quantités 486 .

L'homme privé, la personne privée, avec son univers d'intériorité fait son apparition. 111
faut rechercher maintenant comment ces hommes privés, ces figures du capitalisme, á rnordre
sur la matiére concréte. Avec le dépérissement des Etats impériaux, la forme-homme qui avait
surgi comme surcodiflcation des anciens codes primitifs tend á s'évanouir. Celle forme sera

DR, pp. 56-57. L'influence de Simondon ne peut Gtre plus claire: «Contre le schéma hylémorphi que peut se
dresser Ja représentation de l'individuation, saisissant l'&re en son centre d'activité. Mais pour que la notion
d'individuation puisse 8tre entiérement dégagée du schéma hylémorphique, ji faut mettre en nuwe un
procédé de pensée, qui ne fait pas appel it la classification, et qui se passe des définitions d'essence par
inclusion ou exciusion de caractéres. Car la ciassification, permettant une connaissance des étres par genre
cominun et différences spécifiques, suppose l'utilisation du schéma hylémorphique; c'est la forme qui donne
au genre sa signification par rapport aux espéces qui son matiére », Simondon, op. cii. p. 313.
486 A0 p. 298.

206
bientót remplacée par l'information foumie par les images du capital. Cette mformation ne
provient plus d'une forme transcendante (moule), mais d'une vanation continue iminanente
(inodulation). Mais elle réussit á faire en sorte que l'humain tienne. Et ceci, á partir des

honimes privés comme centre de convergence pour les flux décodés. Mais, pour y aniver, ji
faut bien que le matériau humain (la matiére codée puis surcodée par la forme humaine) se
souinette aux images du capital. Que les corps huniains trouvent leur organisation dans le
systéme d'images qui découle de dy / dr.

L'homme privé : une nouvelle forme de la propliété

Deux figures pour conserver deux flux. D'un cóté, le flux de travail: voici donc le
travailleur. D'un autre c6té, le flux de capital : voilá donc le capitaliste. Les deux flux sont des
forces productives, des modulaüons des forces primitives. D'un point de vue concret, I'un se
compose principalement de machines techniques et de matiéres premiéres (ce sont les
« moyens de production »), et l'autre de « dépense de force humaine »: «dépense productive
de cerveau, des muscles, des nerfs, de la mam de l'homme Ces deux forces productives
(machines techniques et force humaine), capables de transformer la nature sont, par leur
rencontre, la cause du capitalisme. Mais une fois formé, le capitalisine devra réciamer son
droit sur elles pour les conserver, pour en garantir le rapport, et persévérer dans l'existence. JI

doit devenir « quasi-cause ». II doit se les approprier. Et ji le fera á partir de la figure


particuliére de la «propriété privée ».

Sur ce point, comme sur bien d'autres, Deleuze reste marxiste: la propriété privée est un
des traits caractéristiques dii capitalisine, est une de ses hypothses de base.
Une pensée
critique du capitalisme doit étre capable de dénaturaliser ce concept de «propriété privée »,
de le soumettre á l'examen critique, sur le chemm que trace Proudhon dans son ouvrage:
Qu 'est-ce que lapropriété ? :

Tous les développements de l'économie politique supposentlaplvpriétéprivée. Cette hypothse de base,


l'éconorrjie politique la considre comme un fait inattaquable: elle ne la soumet á aucun examen... Et

487
Marx, Le capital, op. cii. p. 54.

207
voici Proudhon qui soumet la propriété privée, base de l'économie politique, au premier examen
catégorique, aussi impitoyable que scientifique 488 .

Voici une idée qui nous est présentée comme «naturelle» mais qui est en fait tout-á-fait
curieuse : cette hypothése que des personnes privées (les figures du capital) sont capables
d'étre « propriétaires» d'une machine technique, des matires premiéres, de la terre... Mais
Deleuze et Guattari pousseront les choses encore plus loin et remarqueront qu'il est aussi
curieux que des personnes pnvées puissent &re les propnétaires de la dépense de force
huinaine. Dans le capitalisme, une classe de personne privée (le capitaliste) sera reconnue
comme étant propriétaire des moyens de production; une autre classe de personnes privées
sera reconnue propriétaire de la force humaine. Pour Deleuze et Guattari, le premier aspect
n'est pas dans l'absolu plus curieux que le deuxiéme. Ce sont en effet des exemples notables•
des nouvelies formes de la propriété qui émergent avec la crise des formes (pre-capitalistes)
précapitalistes. C'est lá ce qui he davantage, de façon plus profonde encore, le Baroque et le
capitalisme:

Si le Baroque a souvent été rapporté au capitalisme, c'est parce qu'il est lié á une crise de la propriété, qui
apparat á la fois ayee la montée de nouvelles machines dans le champ sociai et la découverte de nouveaux
vivants dans l'organisme. L'appartenance et la possession renvoient á la domination. Un corps spécifique
appartient á ma monade, mais tant que ma monade domine les monades qui appartiennent aux parties de
mon corps489 .

La propriété pnvée sera la nouvelle forme de propriété dans le capitalisme: «Les objets
partiels, au lieu d'une appropriation connective, devierment les possessions d'une personne et,
au besoin, la propriété d'une autre »490. C'est un phénoméne absolument cuneux, particulier,
et qui trouvera seulement son explication dans le cadre de la représentation orgique et dans le
cadre de cette faculté des monades leibniziennes d'étre « propriétaires » des corps (nous
verrons ce mécanisme plus tard, de maniére plus détaillée). Nous pouvons méme considérer la
rencontre hasardeuse qui a donné lieu au rapport caractéristique du capital (cy /dx) du point de
vue de la propriété privée:

488
Marx, K. La Sainte Famille, op. cit. p. 42.
Ph, p. 148.
490 A0, p. 85.

208
Ou bien du point de vue de la propriétéprivée rnrne, la rencontre entre des flux de richesses convertibles
possédées par des capitalistes et des flux de travailleurs possédant leur seule force de travaii 491 .

La propriété privée est bien une «nouvelle forme de propriété ». Dans les précédentes
formes de socius, ji existait bien de la propriété, mais son sens était tout autre.

La propriété ne signifie donc á l'origine que le rapport de l'hon -irne á ses conditions naturelles de
producrion en tant qu'elles ini appartiennent, qu'elies sont les siennes, qu'eiles sont présupposées avec sa
propre existence; rapport á ces conditions en tant qu'eiles sont les présupposés naturei de i'homme Ini-
mérne et pour ainsi dire le prolongement de son corps. La propriété signifle donc appartenance á une tribu
(conimunauté) par la médiation du rapport de cette communauté au
terroir, á la terre, son coips
inorganique, rapport de i'individu au terroir, á la condition primitive extérieure á la production
4 .

Dang le socius primitif, nous voyons que le rapport de propriété implique la terre coinme
corps plein qui s'approprie des forces productives. L'appartenance á la tribu se fait par
médiation de la terre, qui en est le propriétaire éminent. Un individu (« une persoime ») n'est
propriétaire de nen en tant que tel... Dans la propriété féodale (dont la crise est liée á
l'apparition du Baroque) « le seigneur apparait
tout au moins comme le roi de la
propriété Le propriétaire émment est done le Despote dont dépend l'unité du socius.
lJniquement avec le capitalisme la propnété pnvée deviendra «rasonnab1e» et l'unité du
socius devra donc se placer ailleurs, les hommes privés devant alors trouver leur lien dans des
forces plus abstraites.

Fonction du capital

La subsumption du «matériau humain» aux figures du capital, l'information du réel-


concret, aura lieu á travers cette nouvelle forme de la propriété. Dans ce nouveau monde,
aprés la dissolution de la forme-honirne, la figure de l« homme privé» sera l'élément qui
peninettra que l'huinain tienne. Mais si l'humain tient, ce n'est pas comme sujet ou comme
fondement du réel, mais plutót conime fonction dérivée, c'est-á-dire uniquement en tant que
soutien du rapport caractéristique du capitalisme.

491 A0, p. 164.


492 Marx, K. Grundrissc, cité in
Dictionnaire cri tique du maixisme, op. ciÍ. p. 936.
Marx, K. Manuscrjts de 1844,
trad. E. Bottigelli, Paris, Editions Sociales, 1972, p. 50.

209
Dans le livre sur Foucault publié une année seulement avant Le P11, Deleuze s'interroge
sur la façon dont le capitalisme exerce son contróle sur l'identité du divers dans l'existence.
Dans son «identitó de nature » ayee la production désirante 494 , le capital exerce ses effets
sous le modele du pouvoir foucaldien (modéle de la force, de la production désirante). Le
pouvoir «u'est pas une forme »; les variables qui expriment un rapport de pouvoir sont:
«inciter, induire, détourner, rendre facile ou difficile, élargir ou limiter, rendre plus ou moins
495
probable

Ti s'agit d'une pure fonction, c'est-á-dire d'une fonction non-formalisée, saisie indépendaniment des
formes concrétes oú elle s'mcarne, des buts qu'elle sert et des moyens qu'elle empioie: physique de
l'action, c'est une physique de l'action abstraite. Et ji s'agit d'une pure matiére, non-formée, prise
indépendaninient des sribstances fonnées, des étres ou des objets qualifiés dans lesquelies elle entrera:
c'est une physique de la matiére premiére ou nue 496 .

L'exercice du pouvoir est un affect, qui se constitue plutót d'affects actifs (inciter,
susciter, produire); le rapport constitutif de la production désirante comme volonté de
puissance est aussi dy / dx, et ses fonctions sont toutes des manifestations de la vie et de la
productivité de l'existence, de la possibilité du passage de la matiére nue du virtuel et de la
pure différence vers des formes consistantes. II arrive que l'identité de nature du capitalisme
et de la production désirante s'accompagne d'une différence de régime: ji s'agit d'un appareil
de répression, du « contrecoup» du pouvoir, d'une machine á produire des affects réactifs.
Mais ce modéle du pouvoir nous permet d'entrevoir la maniére dont le capitahsme exerce ses
effets physiques et concrets sur la matiére en devenir, au milieu de l'écroulement des formes
de la représentation organique, sans qu'il n'ait nul besoin de formes ou de buts, á travers la
seule action de ses fonctions abstraites (< le capitaliste », « le travailleur »). En effet,
la violence n'est pas la seule façon d'imposer des táches, de gérer la vie et de contróler les
actions.

494
«Précjsément parce que les flux de capital sont des flux décodés et déterritorialisés, - précisément parce que
i'essence subjective de la production se découvre dans le capitalisme. -. L'identité de nature doit apparaitre
pour elle-méme entre la production sociale et la production désirante. Mais á son tour: loiti que cette identité
de nature favorise une affinité de régime entre les deux productions, elle accrott la différence de régime d'une
maniére catastrophique, elle monte un appareil de répression dont ni la sauvagerie ni la barbarie ne pouvaient
nous donner une idée. C'est que, sur fond d'écroulement des grandes objectivités, les flux décodés et
déterritorialisés du capitalisme sont, non pas repris ou récupérés, mais immédiatement saisis dans une
axiomatique sans codes qui les rapporte á l'univers de la représentation subjective », AO, p. 403.
495
F, p. 77.
4 F,pp. 78-79.

210
Nous verrons que Deleuze reste touj ours un peu étonné devant le fail que le capitalisme
réussisse effectivement á exercer le pouvoir, qu'il réussisse effectivement á imposer ses buts á
travers des formes, qu'elles soient humaines, étatiques ou autres. C'est cet étonnement qui
l'éloigne de Foucault:

On [Foucault et moi] n'avait pas la mame conception de la société, Pour rnoi une société, c'est quelque
chose qui ne cesse pas de fuir par tous les bouts... Si bien que le probléme d'une société, c'est: comxnent
emp&her que ça fuie? Pour moi, les pouvoirs viennent aprés. L'étonnement de Foucault serait plut,t:
mais avec tous ces pouvoirs, et toute leur sournoiserie, toute leur hypocrisie, on arrive quand mame á
résister. Moi, mon étonnement c'est l'mverse. Ça fuit de partout et les gouvemements arrivent á
colrnater497
.

Cependant, nous le verrons, les Etats, les milieux d'enfermement et la propnété pnvée
sont des faits historiques 498 . Aussi étónnant que cela puisse paraitre du point de vue deleuzien,

« les gouvernements arrivent á colmater ». Le capitalisme exerce son pouvoir sur le siécle et
nous som.mes ligotés par sa puissance jour aprés jour. Mais ceci a lieu précisément paree que
les Etats, les milieux d'enfermement, la propriété privée, etc. sont des formes dans lesquelles
peut entrer le pouvoir au servicedu capitalisme Le point d'arrivée de la mutation subie par les

forces sous l'influence de la puissance du capitalisine sera la forme de la propriété ancrée qui,
elle, s'ancre dans l'intériorité de l'homme privé. A travers la propriété privée, le capitalisme
«enchaine» et «aliéne» la richesse de la production désirante: car c'est elle qui garantit la
continuité de 1 'information du matériau humain sous le rapport dy ./ dr et done la permanence
dans l'existence de ce rapport caractéristique. Cette itiformation n'est pas un moule qui donne
une forme statique á une la matiére, mais une nouvelle modulation á partir de dx et dy «qui
implique une mise en variation continue de la matiére autant qu'un développement de la
forme ». Nous nous trouvons face á une nouvelle définition des objets (« humains » et «non-
humains ») comme des individuations se produisant au milieu de flux quí ne cessent de
coulet La propriété privée est done le lien imaginaire entre les fonctions dérivées des flux
consttutifs du capitalisme et ces objets humains et non-humains. Mais il ne faut cependant
pas oubiier que ces objets se modulent sur les flux dont dérivent les figures. C'est pour cette
raison (ce curieux «aprés-coup » des fonctions dérivées sur l'ensemble de départ) que

497 DRF,p, 261.


cf mfra chapitre XII §§ «Des sociétés disciplinaires aux sociétés de contróle ».

211
Deleuze et Guattari nous disent que la proprété privée « conditionne» de cette maniére-la
conjonction des flux décodés sous ce rapport, elle se constitue ainsi comme centre des re-
tenitorialisations du capitalisme, qui trouve ainsi son identité au sein de la représentation
inifinie:

C'est la forme de la propriété privée qui conditionne la çonjonction des flux décodés, c'est-é-dire leur
axiomatisation dans un systéme oú les flux des moyens de production, comme propriété des capitalistes,
se rapporte au flux de travail dit libre, comme «propriété» des travailleurs... C'est encore la forme de la
propriété privée qui constitue le centre des re-territorialisations factices du capitalisme 499

499 A0, 361.

212
CHAPITRE XII
EMPIRES BAROQUES : NEO-TEIIIUTORL4LITE ET CAPITALISME

Deleuze et Guattari nous disent: siles fondateurs d'Etat arrivent comme l'éclair, les
capitalistes surgissent tour á tour. De méme les travailleurs. La puissance du capitalisme dans
l'actualité n'est pas celle des débuts. Plus nous nous enfonçons vers les origines du
capitalisme; plus nous le voyons tátonner au milieu des ruines des anciennes formes
despotiques qui menacent toujours de renaltre. Et pourquoi pas ? Aprés tout, nous l'avons vu,
c'est ce qui a fmi par se passer, durant des millénaires: c'est le cas de Roine, le cas du
féodalisme, nous disent Deleuze et Guattari. Pour le capitalisme naissant, la conjuration de
cette renaissance est une táche prioritaire. L'homme privé, avec son intériorité «la plus
maladive », sera le piége qui attachera le désir au capitalisme, « le champ social le plus
décodé »500:
«Jn other words: the only minidespotism to which everybody is required to
submit without exception is its Self »501.
Chaque homme deviendra un «empire minuscule»
et chacun de ces empires sera intégré dans la « nouvelle harmonie » du capital : la táche de la
représentation infnie sera donc accomplie. Ce sera la fm de l'histoire du désir, cette fin qui
hante toutes les sociétés: c'est «le cauchemar de ce qui ne leur est pas encore arrivé - son
heure n'estpas venue »502. Tant que le désir n'achéve pas sa migration, du corps du Despote
au ccur des sujets, la pyramide peut toujours étre reconstruite. Les hommes tendent á
chercher un corps despotique auquel se raecrocher. Jis regrettent aussi, la terre perdue.
Comment empécher que cette tendance emporte la renaissance d'un Empire? Toujours
menacé par le resurgissement des codes primitifs on des surcodifications barbares, le
capitalisme se voit pris dans un mouvement perpétuel de décodification par multiplication des
centres de convergence. Ces centres de convergence sont ce que Deleuze et Guattari appellent

500 cj AO, p. 257.


501 Massumi, B. A user k guide lo Capizalisme and Schizophrenia
, Cambridge, Swerve, 1992, p. 126.
502 A0, p. 257.

213
dans L 'Ánti-Gdipe (Deleuze et Guattari appellent) les «re-territorialisations » ou encore
les« néo-territorialités ».

Les sociétés modemes civilisées se déflnissent par des procés de décodage et de déterritorialisation. Mais
ce qu 'elles déterntoñaiisent d 'un cóté, elle le re-teniioñalisent de ¡ 'autre. Ces néo-tenitorialités sont
souvent artificielles, résiduelles, archalques; seulement, ce sont des archaismes á fonction parfaitement
actuelle 503

Le capitalisme se caracténse par un mouvement incessant de décodification de flux ; mais


voilá que ce mouvement implique aussi un danger, peut-étre encore plus grave, pour le socius
naissant: la décodification menace de devenir sa destruction, faisant en sorte que le rapport
différentiel qui le caractérise ne soit qu'un moment d'un processus de variation continuelle
qui l'emménerait hors du cache de la représentation, au-delá de toute unité. Aprés tout,
Deleuze définit la volonté de puissance nietzschéenne comme un rapport différentiel dy / dx
principe «qui est la raison du divers et de Sa reproduction, de la différence et de sa
répétition Le capitalisme ne serait donc que le seuil qui nous ouvrirait le monde des
différences non-domptées et non une forme d'unité d'une violence sans précédents (nous
verrons plus tard si ce monde des différences non-.domptées est ou non l'utopie politique
deleuzienne). Néanmoins, le fait que le capitalisme utilise des re-territorialisations, le fait
qu'il existe des néo-despotismes au sein du capital ne doit nous faire croire en aucuns cas que
le capitalisme ait un modéle arborescent ou encore dépendant de la forme-Etat, modéle qui
ferait du capitalisme un Empire. Bien au contraire, la fonction des néo-territorialités doit élre
comprise á la lumiére du régime rhizomatique de fonctiormement de notre socius.

Renaisance d'un Empire sous une nouvelle forme, dissolution dans le chaos différentiel,
autant de raisons qui demandent des opérations concrétes du systéme de la représentation
capitaliste pour garantir leur consistance. Deux conditions sont nécessaires pour le maintien
de celle consistance, qui sont les mémes conditions de l'identité de la représentation orgique
selon Leibniz: la convergence et la compossibilité. D'une part, toute série —ou flux décodé-
doit converger vers un centre (un «empire minuscule »). D'autre part, l'ensemble des centres

503 A0, p. 306.


504
N, p. 55. Pour ce qui est de la définition de volonté de puissance cornrne rapport difTérentiel cf. N, p. 58:
«[La volonté de puissance] s'ajoute á la force comme le principe interne de la détermination de sa qualité
dans un rapport (x + dx), et cornme le principe interne de la détermination quantitative de ce rapport lui-
méme (dy ¡dx)».

214
de convergence doit étre coordonné en fonction du conatus de la machine capitaliste, c'est-á-
dire, en fonction de la permanence du rapport différentiel qui la caractérise: voilá la
coinpossibilité capitaliste. La Convergence des séries et Ea compossibilité des centres de

convergence empchent la décodiflcation de sombrer dans le chaos; la multiplication des


centres á l'in.fini einpéche la renaissance de l'Empire. Pour ces deux táches, dans l'áge de
transition du féodalisme au capitalisme, la figure de l'Etat, non plus de l'Etat despotique mais
de l'Etat modeme, capitaliste ou baroque, sera une figure-cIé. Les Etats, á la recherche de
leurs propres fins, commencent á servir les fins du capitalisme, á garantir l'accumulátion
priinitive, c'est-á-dire, á garantir la libération des flux de travail et de capital et leur
conjonction. L'appareil d'Etat tombe done inconscienunent sous la puissance du capital.

L'Etat baroque

Plus la puissance du capital est faible, plus on s'enfonce dans le passé, vers les étages de
sa formation, plus les re-territorialjsatjons deviennent visibles, proches des techniques
archaiques. La médiation de l'Etat est alors davantage nécessaire pour garantir la subsumption
des forces productives aux besoins du capital. La violence de l'Etat et des régulations
sanguinaires sont la caractéristique du capitalisme naissant. Marx nous donne l'exemple de la
« législation sanguinaire contre les expropnés á partir de la fm du XVC siécle »: «Les
mendiants ágés et incapables de Iravailler obtiennent des licences pour demander la chanté.
Les vagabonds robustes sont condamnés au fouet et á Pemprisonnement. Attachés derriére une
charrette, jis doivent subir la fustigation jusqu'á ce que le sang ruisseile de leur corps Au
moment de la naissance du capitalisme, done, nous trouvons une prédominance de la violence
et le coniróle par la violence physique. Cependant, dans la mesure oü augmente la puissance
du capitalisme et oü se mettent en place des techniques de modulation de plus en plus
développées les contróles et régulations étatiques tendent á disparaitre: «le rapport des forces
excéde singuliérement la violence, et ne peut se définir par elle »506.
Dans la mesure oii la
migration du désir du corps du Despote au cur des sujets devenus hommes privés, l'Etat
connaft son dépérisseniient 507 (ce qui ne signifie absolument pas une compléte disparition de la

505 MX, op. dL p. 918.


506 F. p. 77.

507 «C'est sous les coups de la propriété privée, pius de la production marchande, que l'Etat connait son
dépérissement.. L'Etat est désir qui•passe de la téte du Despote au cur des sujets », AO, p. 257, 262.

215
violence óu des régulations étatiques, certes ji existe bien des restes quotidiens et bien des
moments de terrible violence généralisée de la part des Etats, méme dans notre xxle siécle;
mais cela n'empéche pas que la violence ne soit pas le modéle de fonctionnement du
capitalisme, mais plutót le signe de déviations, d'archaísmes, de résistances, ou encore des
mesures prises en demier recours).

A sa naissance, le capitalisme exigeait un modéle plus rudimentaire, mais qui était


néanmoins eflicace. Les Etats devaient avoir la forteresse nécessaire pour mener le processus
d'accumulation primitive. II n'est done pas étonnant que l'aube du capitalisme coincide ayee
la forteresse de ce que 1' on peut nommer l'Etat baro que. Mais ji ne faut pas confondre celui-
ci avec les Etats de l'áge despotique. Leur r6le est en effet d'effectuer la régulation nécessaire
pour favoriser les conditions de croissance du capital naissant. L'Etat baroque est bien un Etat,
mais un Etat capitaliste, c'est-á-dire un appareil au service de la consistance de la méga-
machine de guerre et de la maintenance des rapports qui la caracténsent.

L'Etat capitaiiste est le régulateur des flux décodés comme teis, en tant qu'ils sont pris dans l'axiomatique
du capital... 11 est produit par la conjonction des flux décodés ou déterritorialisés, et, s'ii porte au plus
haut point le devenir-immanent, c'est dans la mesure oú ji entérine la faillite généralisée des codes et
surcodages, dans la mesure oú ji évolue tout entier dans cette nouvelle axiomatique de la conjonction
d'une nature inconnue jusqu'alors. Encore une fois, cette axiomatique, ji ne l'invente pas, puisqu'elle se
confond ayee le capital lui-méme. II en nait au contraire, ji en résulte, ji en assure seulement la
régulation... Jamais un Etat n'a autant perdu la puissance, pour se niettre ayee autant de force au service
du signe de puissance économique. Et ce réle, l'Etat capitaiiste l'a eu trés tt, quoi qu'on dise, dés le
début, dés sa gestation sous des formes encore á moitié féodales ou monarchiques: du point de vue du
flux de travailleurs « libres », contrCle de la inam-d'ceuvre el des salaires; du point de vue du flux de
prociuction industrielie el marchande, octroi de monopoles, conditions favorables á l'accumulation, lutte
contre la surproduction. II n'y jamais eu de capitalisine libéral... En régle générale, les contreiles et
régulations étatiques ne lendent á disparaitre ou ne s'estompent qu'en cas d'abondance de main-d'ceuvre
ou d'expansion inhabituelie des marchés 508 .

Si cette thése est conecte, et si l'Etat capitaliste, «dés sa gestation» a eu pour róle
d'assurer les conditions favorables au développement du capitalisme, elle doit pouvoir
s'appliquer aux grands Etats monarchiques du début du XVIe siécle. De fait, au XVf siécle,
des actes politiques de grande envergure teis que PActe de Suprématie d'Henry VIII en 1534

508 A0, pp. 299-301.

216
et 1 'Edit de Villers-Cotteréts de François I en 1539 marquent le renforcement de 1 'autorité
des gouveniements centraux. Daus son analyse de l'Acte de Suprématie, Anne-Laure
Angoulevent souligne «le développement de l'administration centrale, un culte de la
personnalité du roi particuliérement appuyé et des guerres extérieures qui visent á renforcer la
suprématie anglaise dans l'Europe »509.
La naissance d'un sentiment national et un pouvoir
royal intérieur fort, stable et centralisé, sont les traits centraux de cette étape du
développement des Etats capitalistes.

L'étayage historique de la position de Deleuze et Guattaii est done bm d'élre évident


dans le sens oiX ces gouvernements cenfraux et les appareil d'Etat qu'ils montent sont déjá
«au service de la puissanee économique », travaillant déjá en faveur de la reproduction des
conditions du rapport caractéristique du capitalisme. Certes, cette thése est contestée par la
tradition de ¡ 'histoire politique d'occidentale. Mais nous pouvons cependant signaler que ces
actes de renforeement des gouvernernents centiaux accompagnent l'effondrement de
l'héritage spirituel du Moyen-áge et l'effondrement de l'autorité et du jugement
ecciésiastiques en ce qui concerne l'interprétation de la Parcle de Dieu. La possibilité,
soutenue par la Réforme, pour chaque homme d'inteipréter directement la parole de Dieu est
une condition de possibilité de l'organisation du systéme de représentation orgique. Et la
Réforme aurait elle-méme été impossible sans la lutte du pouvoir politique contre la centralité
du pouvoir ecciésiastique.

Les théses de Deleuze et Guattari doivent ¿tre consistants méme ayee la métamorphose de
la figure d'autorité, tout au long du XVIIe siécle, passant «d'une multitude de figures
individuelles á une seule figure souveraine »510
et avec les forces de la Contre-Réforme. La
raison humaine, sous la figure de « raison d'Etat » semble occuper le róle du corps despotique
en garantissant une unité de type organique:

La raison d'Etat qui, en France par exemple, prendra toute son ampleur sous Richelieu en devenant la
pierre angulaire de sa politique. La fin du XVHC siécle yerra, sous les traits emblématiques de Louis XIV
la mise en place d'un absolutisme rayonnant, dont on ne peut que constater qu'il est un concept politique
par nature baroque... Le XVII; siécle de la Contre-Réforme et de l'absolutisme royal. Royauté gallicane
en France ou royauté anglicane en Angleterre, I'absolutisme royal passe par la notion de pouvoir d'un

509 Angoulevent, A.-L. L 'Espril baroque, Paris, PU1, 1994, p. 55.


'° Angoulevent, op. cii. p. 65.

217
individu fort, capable, par son prestige personnel qu'entretient le plus souvent un culte sacral de la
personrialité, ou par des moyens violents, de retenir ses sujets dans l'obéissance 511 .

Si la «raison d'Etat» conceme ce qui doit &re fait pour conserver la force et la santé de
l'Etat et assurer les moyens et les buts de son accroissement 512 , comment est-il alors possible
qu'elle assure en fait la force et la santé dii capitalisme, et les moyens de l'accroissement du
capital? Si l'absolutisme rayonnant est le modéle de la politique baroque, du point de vue
deleuzien il doit élre lui aussi partie de l'esprit baroque comme «mouvement des plis qui vont
á l'infini ». Si la théorie du capitalisme de Deleuze et Guattari est correcte, alors méme
l'absohutisme rayonnant de Louis XIV n'est qu'un point de convergence, une néo-territonalité
nécessaire á l'accumulation primitive, c'est-á-dire á la formation de l'intériorité et á
l'information des forces productives par la notion d'homme privé.

De méme que les hommes privés, les Etats-nations sont déjá des fonctions dérivées dii
capital (méme s'ils n'en sont qu'une forme unachevée, s'ils ne sont qu'une étape de la
migration du désir du corps du Despote vers le coeur des sujets). Nous avions vu que, dans
son identité de nature ayee la production désfrante, le capital exerce ses effets sur le modéle
dii pouvoir foucaldien. Le pouvoir, selon ce modéle, « n'est pas une forme, par exemple la
forme-Etat », sinon une fonction de la force «prise indépendamment des substances formées,
des étres ou des objets qualifiés daris lesquels elle entrera »513. Dans le cas du rapport
capitaliste, le pouvoir est la fonction de la force des flux dii capital et de la force de travail. Le
pouvoir est la « raison suffisante» des plis de la représentation baroque, la raison du Zwiefait
que Heidegger avait raté en allant trop vite (cf. supra, chapitre lix). L'exercice de ce pouvoir
réside dans le fait qu'elles réussissent á informer ces flux, par l'effet d'< aprés-coup» des
figures dii capital sur les flux dont elles dérivent. La forine-Etat est une des formes concrétes
dans lesquelles s'incanne le rapport capitaliste, forme qui se sert de ses buts et de ses moyens.
Aux X\TIC et )(VJJe siécles, encore incapable de toucher directement le cceur des sujets, le

capitalisme méne son accumulation primitive á travers ses empires qui, méme dans leur

511 Angoulevent, op. cii. p. 65.


512
cf Angouleveiit, op. cii. p. 68.
513
« On ne demande pas 'qu'est-ce que le pouvoir? et d'oú vient-il ?', inais: comrnent s'exerce-t-il? Un
exercice de pouvoir apparait comme un affect, puisque la force se définit eIIe-mme par son pouvoir
d'affecter d'autres forces (avec lesquelles elle entre en rapport), et d'étre affectée par d'autres forces.,. Ii
s'agit d'une pure fonction non-formaligée, saisie indépendamment des formes concrtes oü elle s'incarne, des
buts qu'elle sert et des moyens qu'eIIe emploie », F., p. 78-79.

218
apparente grandeur n'en sont pas moms mmuscules du point de vue du pouvoir. Minuscules,
parce qu'ils incarnent le plus bas degré de la volonté de puissance: le désir de dominer, qui
n'est que «l'image que les impuissants se font de la volonté de puissance »514.

Des sociétés disciplinaires aux sociétés de contróle

Aux XVIET et xlxe siécles, le capital s'est rapproché au ccur des sujets. Le désir investit
de plus en plus le flux de capital et son rapport avec le travail ; la population désire de plus en
plus accéder á l'argent déterritorialisé et y ajuste ses buts. Des idées folles pénétrent de plus
en plus le sens cornmun séculier comme l'idée d'une propriété «á juste titre» des moyens de
production par les hommes pnvés ou celle d'une capacité personnelle de travail productif, ou
encore l'idée que l'homme est chargé de la «production» de richesse, que l'on peut acheter
le travail des autres et en devenir le propriétaire «légitirne

Les sociétés de souveraineté des premiers siécles du capitalisme laissent peu á peu la
place á des technologies qui s'enfoncent de plus en plus dans l'infiniment petit qui caractérise
notre monde contemporain. Les XVJ1I et XIXe siécles ont donné naissance aux sociétés
disciplinaires et á leur organisation des grands milieux d'enfennement, avec une capacité

beaucoup plus développée de « quadriller» la société. Ce sont, bien súr, des dispositifs de
violence explicite impliquant une figure forte de l'Etat. Leurs objectifs sont plus
précisément de conduire les sujets vers le monde « sain » du travail. Sur ce point, Deleuze suit
clairement Foucault:

Foucault a situé les sociétés disciplinaires aux XVIII' et XIX' siécles; elles atteignent
á leurapogée au
début du XX'. Elles procédent á l'organisation des grands milieux d'enferniement. L'individu ne cesse de
passer d'un milieu dos á un autre, chacun ayant ses bis: d'abord la farnille, puis l'école (« tu n'es plus

514
ID, P. 166. « A son plus haut degré, sous sa forme intense ou intensive, [la volonté de puissance] ne consiste
pas á convoiter ni méme á prendre, mais á donner et á créer ».
515
Un exemple clair de la pénétration actuelle de ce seas coifimun libéral est le débat que nous avons eu en
Argentine au cours de l'année 2008 autour de l'augmentation des taux d'exportation de la production
agricole. Le sens comrnun ifa jamais eu aucun doute sur le fait que les propriétaires de la terre ont
individuellement un droit inaliénable á la totalité du fruit de leurs terres. Nous avons aussi eu l'exemple de la
faiblesse de l'Etat face aux intér&s économiques et á la capacité du Capital de «faire communauté » á partir
du désir généraljsé investi par le flux de capital croissant engendré par le secteur agraire, mame si laplupart
de ceux qui ont soulenu ce désir n 'aurontjcimais aucune chance de toucher ce flux. Cette consistance du
capitalisme et l'impuissance de la forme-Etat modeme á le combattre, que nous signalions dans l'a,vant-
propos de cette t.hése (rédigé en Aoút 2007) sont en train d'étre tristement dérnontrés par le cours des
événernents économiques etpolitiques del'année 2008.

219
dans ta faniille »), puis la caserne (« tu n'es plus á l'école »), puis l'usine, de ternps en temps l'hópital,
éventuellement la prison qui est le milieu d'enfermement par excellence... Mais ce que Foucault savait
aussi, c'était la briéveté de ce modéle: ji succédait á des sociélés de souveraineté... Mais les disciplines á
leur tour connaitraient une crise, au profit de nouvelles forces qui se mettraient lentement en place, et qui
se précipiteraient aprés la Deuxiéme Guene mondiale: les sociétés disciplinaires, c'était déjá ce que nous
n'étions plus, ce que nous cessions d'étre 516 .

Le )0e siécle sera pour Foucault celui du passage, du fameux passage, des sociétés
disciplinaires aux sociétés de controle (ou de l'<anatomo-politique» á la « bio-
politique »). Pour Deleuze, ce passage veut dire qu'aprés le «bref modéle» des sociétés
disciplinaires, avec les sociétés de contr6le «la famille, l'école, i'armée, l'usine, ne sont plus
des milieux analogiques distincts qui convergent vers un propriétaire, Etat ou puissance
privée ». Mais cela signifie-t-il que depuis la Deuxiéme Guerre mondiale les néo-
territorialisations ne sont plus nécessaires, que les centres de convergence ne sont plus une
nécessité du capitalisme? Si «l'Etat fasciste a sans doute été dans le capitalisme la plus
fantastique tentative de re-territorialisation économique et politique »517, l'Etat fasciste serait-
ji lui aussi la dernire tentative de re-territorialisation? Si les milieux d'enfermement ne sont
plus des milieux qui convergent vers une «puissance privée », alors est-ce que les centres de
convergence ne sont plus á l'ordre du jour? Et, plus loin encore, cela veut-il dire qu'avec les
sociétés de contr6le nous avons dépassé une certaine forme de socius et sommes entrés dans
une nouvelle machine sociale? Non, cela signifie seulement que la mutation constitutive du
capitalisme s'est avancée encore d'un pas vers le ccur des sujets; et que ceini-ci n'a plus
besoin de centres intermédiaires de convergence. Raison d'Etat, sociétés disciplinaires,
sociétés disciplinaires, sociétés de contr6le: autant d'étapes dans la vanation continuelle de la
représentation orgique capitaliste et autant de pus qui découlent de son rapport caractéristique
dy / dx.

A la suite d'un autre théme foucaldien (celui de la création de la nouvelle figure, sous le
vieux nom d'homme, de la «forme-Homme nous pouvons retracer comment le passage
aux sociétés de contróle s'est mis en place á partir dii XEX siécle. Ayee le surgissement des
sciencés de i'homme, c'est-á-dire, ayee le fait que «les forces dans l'homme entrent en

516
pp pp. 240-241.
517
AO,p. 307.
cf Foucault, M. Les mots eties chores, Paris, Gailimard, 1966, p. 336.

220
rapport avec de nouvelles forces dii dehors, qui sont des forces de la finitude. Ces forces, c'est
la Vie, c'est le Travail et c'est le Langage: triple racine de la finitude, qui va faire naitre la
biologie, l'économie politique et la linguistique» 519
. Ces forces de la finitude sont les forces
Iravers lesquelles le systéme de plis constituant le capitalisme, méneront les forces
dans
l'homme vers le seuil minimum de son degré de puissance caractérstique II
s'agit toujours
d'un rapport de forces. Dans la nouvelle étape du capitalisme: «Les forces dans l'homme se
rabattent ou se plient sur cette nouvelle dimension de finitude en profondeur, qui devient alors
la finitude de l'homme méme. Le ph, dit constanirnent Foucaujt, c'est ce qui constitue une
'épaisseur', aussi bien un 'creux' »520.
Cette épaisseui; ce creux, sont précisément l'intériorjté
de l'homme, la créatiori de l'homme privé. Justement, le fait qu'á partir de la deuxiénje moitié
du )Q(e
siécle, les Etats commencent á fonctiouner avec un régime modulaire,
veut
simplement dire que le centre de convergence sera directement la conscience
des hommes
privés, que les néo-territorja1jsajOflS auront lieu dans l'intériorjté, que le milieu
d'enfermement sera la «téte» des sujets, que les instances pohitiques de médiation seront
destituées de plus en plus de leur ancien róle:

Le vieux fascisme si actuel et puissant qu'il soit dans beauçoup de pays, n'est pas le nouveau probléme
actuel. On nous prépare d'autres fascismes. Tout un néo-fascisme s'installe par rapport auquel l'ancien
fascisnie fait figure de folklore... Au lieu d'étre une politique et une économje mondiaje de guerre, le néo-
fascisme est une entente inondiale pour la sécurité, pour la gestion d'une « paix» non moins terrible, avec
une organisation concertée de toutes les perites peurs, de toutes les perites angoisses qui font de nous de
niicro-fascjstes 52 '

Le fascisme a laissé sa place aux micro-fascismes la grande peur


n'est plus l'attribution
du seul Léviathan
inais s'est intériorisée sous forme de «petites peurs»: «In other words:
the only minidespotism to which everybody is required tosubmit without exception is its
Self». La peur qui va á l'infni, pour une société fondée dans la représentatjoi orgique. Et la
propriété privée comme la contrepartie nécessaire de cette peur. Nous avons la peur blanche
de perdre nos propriétés, la propriété de nos objets et la propriété de nos corps, nous nous
sentons si nus, si faibles, incapables de les protégei; aprés avoir été coupés de notre milieu
social. Soyez bienvenus aux sociéte's de contróle.

519
F, p. 134
520
F, p 136.
521
DRP, p. 125.

221
Les errfermements sont des maules, des moulages distincts, mais les contróles sont une modulation,
comme un moulage auto-déformant qui changerait conlinúment, d'un instant á l'autre, ou comme un taniis
dont les maules changeraient d'un point á un autre 522 .

La modulation n'est pas la caractéristique exclusive des sociétés de contróle. Nous avons
déjá vu que le contróle des Etats par le capitalisme se faisait par modulation. Dés le début du
capitalisme, I'Etat et les personnes privées étaient modulés et fixés dans leur tache de
régulation par des forces en variation continuelle, par le rapport dy / dr. Nous avons de moins
en moins besoin des appareils d'Etat pour nous subjectiver comme « le capitaliste » ou
comme « le travailleur ». Le pouvoir de la force capitaliste s'est toujours exercé pour
informer le matériau humain par l'Etat entre le XV et le XVTIe siécle, par les grands milieux
d'enfermement entre le XVIIr et le début du XX siécle, et directement dans la conscience
des hommes avec les sociétés de contróle et les forces de la fmitude. Fmalement, le désir du
capital a achevé sa mutation, et a réussi ?i pénétrer le cceur des sujets.

522
:r'P, p. 242

222
III PARTIE

RAPPORTS HUMAJNS

'Nature', 'nature humaine' et 'sociabilité' n'ontjaniais été des


questions phiosophiques séparées »

(ETMIJNE BL1, Spinoza et ¡apolitique)

223
CHAPITRE XIII
HuMIsM]i DES CAVERNES

Le régime du salariat pourra donc porter l'assujettissement des

homnies á un point inour, et témoigner d'une cruauté particuliére, ji

n'en aura nioins raison de pousser son cri humaniste, non, l'homme

n'est pas une machine, nous ne confondons certes pas le capital


variable et le capital constant

(DELEUZE ET GUATTAPJ, Mille Plaleaux)

Dans le cceur des sujets se noue le nud, l'affreux nceud de serpents des liens capitalistes.
C'est dans le cceur des sujets humains que le rapport capitaliste trouve son pomt d'appui et de
subsistance. Sa consistance. Le capitalisme lance donc son cri, et c'est un cri humaniste: «
Nous ne confondons certes pas le capital variable et le capital constant ». La force de travail
(c'est-á-dire le capital variable) est un des flux constitutifs du capitalisme, et donc cette forme
du socius doit la préserver telie qu'elle est, et dans sa différence avec le capital constant.
Jamais i'homme ne sera une machine, ji ne sera jamais un objet, ou un billet. «Je t'ajme
comme mon fis! », crie le socius capitaliste á chacun des hommes. Mais dans le méme
temps, en méme tenips qu'ii aime et protége les hommes, en méme temps qu'il lance son cri
humaniste encore et encore, ji porte i'assujettissement des hornmes á un pomt inouf, et
témoigne d'une cruauté particuliére. L'humanisme est donc un curieux don d'amour de notre
socius: ji nous soumet á sa volonté. Ii est vrai que le capitalisme, en tant que forme de socius,
nous conserve dans l'existence (sinon, il ne serait pas socius). Mais notre existence n'est pas
statique, elle est une variation continuelie entre deux seuils : un maximum et un minimum 523 .
II n'est donc pas contradictoire qu'ii nous ligote en méme temps qu'il nous conserve: ji nous
conserve dans un moindre degré de puissance, dans le seuil minimum du degré de puissance

523
cf. CS, P. 89.

224
que nous sommes. C'est l'huinanisme de la moindre puissance (méme s'il s'agit toujours de
puissance hurnaine).

II y a donc bien un humanisine capitaliste. II s'agit d'un humanisme qui implique une
linage de l'honime, une connaissance madéquate de la part de l'homme de ce qu'il est:

l'homme se conçoit conime sujet, comine fondement et centre de l'univers. C'est


l'humanisme de l'homme privé, propriétaire et raisonnable. C'est l'humanisrne qui fait culte
de l'intériorité, de la cl6ture dans le moi et la conscience; ji nie par conséquent la puissance
du dehors, les possibiités de création de la production désirante. C'est l'humanisme de la
convergence et de la raison suffisante. C'est i'humanisme qui assujettit les honimes á un
rapport qui leur est étranger. L'humanisme de la profondeur obscure des ames: i'humanisme
des cavernes.

Face á cet humanisme lá, on pourrait avancer vers la déconstruction de i'homme. Vers sa
dissolution. Vers la «mort de l'homme ». Renoncer aux parties extensives qui nous
constituent, que nous sorames, aher vers i'anarchie couronnée, la dissoiution du moi,
l'univers des différences non domptés et la chevauchée des flux. La vie impersonnelle. Aher
plus loin dans la déterritorialisation capitaliste. Quitter tout résidu du modéle arborescent et
des appareils d'Etat. Mener le flux de la force humaine vers sa dissolution dans la béatitude
de la substance divine:

La vie de l'individu a fait place á une vie impersonnelle, et pourtant singulire, qui dégage un pur
événement libéré des accident de la vie intérieure et extérieure, c'est-á-dire de la subjectivité et de
l'objectivité de ce qui arrive. «Horno lantuna » auquel tout le monde compatit et qui atteint á une sorte de
béatitude524 .

Nous l'avons déjá dit: ce chemin, le chemin de la « vie impersonneile », est un chemin
tout á fait deleuzien. Peut-&.re qu'un jour, la fatigue, et inéme l'épuisement, arnveront et nous
rattraperont nous aussi, comme jis ont rattrapé Deieu.ze iorsqu'il écrivit son dernier texte,
«Immanence, une vie ». La fatigue, elle aussi, est partie de l'existence, de la contraction que
nous sommes, de la durée dont dispose notre organisme: « La fatigue marque ce moment oü
l'ine ne peut plus contracter ce qu'elle contemple, oú contemplation et contraetion se
défont »525. La fatigue arrivera un jour. Mais pas encore. Nous voulons encore lutter pour

524
DRF, p. 361.
525
DR,p. 105.

225
l'existence. Nous nc voulons pas encore renoncer á notre existence humaine. Nous durons
encore. Et «durer » est aussi un chemin tout á fait deleuzien. L'épanouissement de notre
existence, épanouissement compris comme la tendance vers le seuil maximum de notre
puissance, est possible. Nous nc croyons pas, comme Mengue que ce concept soit banni du
systéme deleuzien.

Deleuze ne peut viser quelque chose comme «l'épanouissement ». Ce concept, qui reléve de la
problématique de l'aliénation, est banni de son systéme de pensée, car ji présuppose ou une «nature
humaine », ou, du moins, sinon la préexistence de formes stables, préalables, une liberté avec des
exigences internes, des bis d'autonomie. Or rien n'est préalable au Désir et á ses libres agencements 526

II est vrai qu'aucun épanouissement du processus de la vie humaine ne serait possible


sans certaines bis, méme dynamiques, de la nature humaine. Sans un certain humanisme.
Mais c'est lá justement ce que nous essayons de montrer ici. La possibilité, méme
apparemment contradictoire, d'un humanisme deleuzien. 11 y a en Deleuze, comme en
Spinoza, une anthropologie, ou une théorie de la « nature humaine »527. Cette nature humaine
n' est certes pas préalable «au Désir et á ses libres agencements », mais elle est donnée par la
modulation du désir et la consistance qui découle de ses répétitions. Elle nous est donnée - et
il n'est pas question d'y renoncer. De cette anthropobogie découle un humanisme spinoziste-
deleuzien: qui n'est certes pas un humanisme des genres et des espéces, mais un humanisme
des rapports humains. Des rapports qui impliquent des bis de composition, pas un systéme du
jugement. Un humanisme pour un homme qui n'est pas propriétaire, ni du flux de travail ni du
flux de capital. Un homme qui nc veut pas étre un empire, méme minuscule. Un humanisme
pour un homme qui nc veut plus assurer la convergence ni la compossibilité des séries du
monde. Un humamsme pour un homme qui nc désire pas un flux de capital qui le soumette.
Un humanisme qui joue le jeu divin des séries divergentes. Un humanisme de l'ouverture au
dehors, á sa puissance et á sa création. Un humanisme qui vise le seuil maximum de la
puissance humaine.

526
Mengue, op.cit. p. 117.
527
Pour le développement de certe question chez Spinoza, cf. Balibar, E. Spinoza el la polilique, Paris, PUF,
1985, p. 91 et ss.

226
L'áge dii cynisme et une étrange piété

En 1945, aprs avoir entendu la conférence de Jean-Paul Sartre «L'existentialisme est un


humanisnie », Deleuze repart plein de déception. Sartre, qui avait été «notre Dehors », qui
avait été « vraiment le courant d'air d'arrire-cour »528
vient de réhabiliter la vieille notion
d'humanisme «puant la sueur et la vie intérieure ». C'est la catastrophe:

Le 29 octobre 1945, Sartre prononce sa fameuse conférence oú le tout-Paris se presse: « L'existentialisme


est un humanisme ». Une foule compacte se bouscule pour prendre place. La presse se fait l'écho de cet
événement culturel sans précédent qui voit un philosophe provoquer á Paris « quinze évanouissements »
et « frente siéges défoncés ». Dans celte foule, Deleuze, tout juste bachelier, et son ami Michel Toumier
sont dépités par la présentation de leur gourou et ne lui pardonnent pas d'essayer de réhabiliter cette
vieille notion d'humanisme : « Nous étions atterrés. Ainsi notre mattre ramassait dans la poubelle oü nous
I'avions enfouie cette ganache éculée, puant la sueur et la vie intérieure, l'humanisnze ».

II n'a alors que vingt aus, mais Deleuze ne cessera jamais de se méfier de l'humanisme.
De notre part, avant d'extraire des conclusions radicales de celle méfiance, nous devons
prendre les mémes précautions á chaque fois: nc pas nous précipiter, essayer de
comprendre... En quoi l'humanisme devient-il « probléme »? En quoi faut-il done l'enfouir
dans la poubelle? En vertu de quoi celle notion est-elle digne des gros mots de Tournier?
Cornnient l'humanjsme réussit-jl á rendre « puant» un courant d'air tel ccliii de Sartre ? II nc
s'agit évidemment pas du mhilisme, de la haine de notre existence. JI arrive que le terme
d'x hurnanísme» définisse un systéme ponctuel de domination. Le systérne du capitalisme.
De méme que la cruauté définissait celui dii corps de la terre et la terreur celui dii despotisme:

Ce n'est plus l'áge de la cruauté ni de la terreur, mais l'áge du cynisme, qui s'accompagne d'une étrange
piété (les deux constituent l'humanisme: le cynisme est l'immanence physique du champ social, et la
piété, le maintien d'un Urstaat spiritualisé; le cynisnie est le capital camine moyen d'extorquer le
surtravail, rnais la piété est ce méme capital camine capital-Dieu d'oú semblent émaner toutes les forces
de travail) 53°

528
D, p. 18. Cf. aussi «fl a été mon maitre », in ID, pp. 109-113.
Dosse, F. Gille,ç De/cure Félix GualLari Biographic croisée,
Paris, La Découverte, 2007, p. 120. La citation
de Tournier appartient á son ouvrage Le VensParaclel, Gallimard, Paris, 1977, p. 160
° AO, p. 267.

227
Cynisme et piété, sont deux aspects du capitalisme qui signalent le double róle réservé á
l'homme. Que 1e capitalisme soit un humanisme ne veut pas dire que l'homme ait un róle
central) comme producteur de la valeur (comme Cela est le cas dans le modéle de Marx) et
donc qu'il ait la possibilité d'étre la source de la plus-value. L'homme, devenu « homme-
privé » permettra d'exercer le contróle des forces productives moléculaires. L'homme privé,
nous l'avons vu, deviendra le support de la nouvelle forme de propriété qui caractérise le
capitalisme.

Tous les procédés sont boris pour assurer ce décodage universel : la privatisation qui porte sur les biens,
les moyens de production, mais aussi sur les organes de « l'homme privé)) lui-m8me 531

Seule la «privatisation » qui accompagne le processus de décodage universel permet de


maintenir en fonctioimement le systéme. Le fait que nos organes soient nótres, que le produit
du travail du corps appartienne aux hommes enfermés dans leur intériorité, est bm d'étre
évident. De fait, dans le socius.primitif il était évident que la propriété des organes était une
propriété collective, que ceux-ci appartenaient á la communauté; ji n'était pas moins évident
pour les membres du socius despotique que les organes appartenaient au Despote, qu'ils
étaient accrochés it lui, que le cerveau, les muscles, les neifs et la main n'étaient pas ceux de
¡ 'homine individuel mais appartenaient au Despote et donc qu'il en était de méme pour les
produits de leur travail. Ji failait donc un processus de privatisation pour arriver it l'idée de la
propriété privée des organes du corps, et seulement ensuite it l'idée de la propriété privée des
produits de ces organes et donc que l'idée de leur expropriation puisse ainsi prendre sens.

Mais ji s'agit lá d'une propnété cynique, dans le sens oú, méme si elle confére it l'homme
un contróle sur les dioses et sur les corps, c'est l'homrne lui-méme qui devient en réalité
possédé. «Ton capital ou ta force de travail, le reste n'a pas d'importance »532. Voilá la
blague, le motif du grand rire cynique du capital: «je t'aime, mon fis, mais cela n'empéche
pas que seul le flux de travail ou du capital qui te traverse m'intéresse chez toi, le reste peut
bien aller it la poubeile. En méme temps, dans le méme mouvement de rejet de toute une
partie de ce que tu es pour ne laisser que ce qui m'intéresse (une partie qui a d'ailleurs été
mise en toi par moi-méme), dans ce méme mouvement je te dis: 'mais ils sont it toi, c'est ton
capital, c'est ta force de travail, ce sont tes propnétés. Tu vois? C 'e'tait tout par amour A

AO,p. 291.
92
AO, p. 298.

228
travers l'homine et ses « propnétés », le capital s'appropriera les hoinmes et les choses que
l'homme est censé posséder' ». Que le capital s'approprie les forces productives, cela veut
dire, nous l'avons déjá vu, qu'il réussit á leur imposer son rapport caractéristique. Coinine
l'avait déjá signalé Marx, les rapports de la propriété privée se présentent cornrne «humains»
mais ils sont, en réalité les plus hostiles á celle forme d'existence:

L'économie politique qui tient les rapports de propnété privée pour des rapports hurnains et rationnels se
trouve en contradiction permanente avec son hypothse de base: la propriété privée.. Salaire et bénófice
du capital entretiennent les rapports les plus ainicaux et, en apparençe, les plus humains - chacun profitant
de l'autre. Mais on s'aperçoit, par la suite, qu'ils sont inverserneni
proportionneis l'un et á I'autre, qu'ils
entretiennent les rapports les plus hostiles... La premiére critique de la propriété privée part natureliement
du fait oi se manifeste sous Sa forme la plus tangible, la plus criante, la plus ixnmédiatement révoltante
pour le senlunerit humain, l'essence contradictojre de cette propriété: ce fait, c'est la pauvreté, c'est la
nnsére533

Le rapport différentiel entre le flux de capital et le flux de travail est hostile aux rapports
huniains, et ceci devient évident dans le fait de la misre. Mais ces rapports s'imposent tout de
méme aux hommes. Celle imposition constitue «i'imnaanence physique du champ social»:
la subsumption réelle. Comme contrecoup, on se trouve face á 1 'aspect «miraculeux» du
capitalisme: toutes les forces productives semblent émaner de liii. Mais si ce «miracie» fait
partie du cynisme, alors pourquoi Deleu.ze et Guattari l'attribuent-ils á la piété (« la piété est
ce méme capital comme capital-Dieu d'oú semblent émaner toutes les forces de travail»)?
Parce que dans ce travail d'appropriation le capital a besoin des colonies spirituelles qu'il
monte dans le cceur des hommes. L' «attachement fervent aux devoirs et aux pratiques de la
religion », dans le capitalisme, transforme chaque homme en un intégrant de l'empire
spirituel. Chaque homme est sujet, est substance, est propriétaire, •est «privé », mais
seulement comme « émanation» de la grandeur divine. II faut une grande «foi» dans les
pouvoirs de l'áme et sa capacité de contróle sur le corps pour accepter la possibilité de celle
propriété. Et ji faut aussi une grande foi pour pouvoir avoir confiance dans le fait que, pour
des hommes enfoncés dans les profondeurs de leur intériorité, le capital-Dieu garantisse les
rapports qui les caractérjsent, garantisse leur existence. Cynique, le capital semble dire á
chaque instant, «ne t'en fais pas, je t'aime, je ne te ferai jamais de mal ». Dans sa grande foi,

Marx, K, La Sai nie Famille, op. ci pp. 43-45.


534
cf. Le Robert entrée « piété ».

229
l'homme du capitalisme le croit. Et continue á investir la force de son désir dans le flux du
capital.

Individuation de groupe

La nouvelle forme de la propriété déployée par le capitalisme dérive de la nécessité


d'épingler deux réalités qui se présentent comme indépendantes: d'un cóté, les figures du
capital dérivées du rapport constitutif dy / dx; de l'autre cóté, le matériau humain dont la
consistance est en train de s'évanouir (ou, mieux, semble é tre en train de s'évanouir) dans le
dépérissement du systme orgarnque de la représentation. Avant de montrer comment ces
deux réalités se trouvent épinglées par la représentation orgique capitaliste, nous devons
montrer leur indépendance conceptuelle. Méme si dans notre réalité séculaire elles se
présenient comme une unite', cela n'implique pas qu'il n'y alt pas une distinction réelle 535 II .

ne faut surtout pas confondre ces deux réalités: les hommes «concrets » et les hommes qui
remplissent certaines fonctions dans la structure du capital. Ii faut ici suivre l'avertissement de
Balibar dans sa lecture de Marx:

Nous pouvons dire maintenant que ces « honimes» [ceux qui sont engendrés par chaque pratique de.
production historique], dans leur statut théorique, ce ne sont pas les hommes concrets, ceux dont de
célébres formules nous disent sans plus, qu'ils «font l'histoire ». .. - [Ce sont les] hommes en tant qu'ils
rernplissent certaines fonctions déterniinées dans la structure: - porteurs de force de travail..,, -
représeniants du capital. ,,536

Cornme cela arrive souvent, une bon analyse de la pensée de Marx nous aide
á comprendre la pensée politique de Deleuze: chaque «pratique de production historique»
engendre des hommes. «'Nature', 'nature hurnaine' et 'sociabilité' n'ont jamais été des
questions philosophiques séparées En termes deleuziens: chaque «forme du socius»
engendre des formes humaines spécifiques: «hommes codés» chez les primitifs, «sujets et
Despote» chez les barbares, «capitalistes et fravailleurs» chez les civilisés. Mais d'un autre
cóté, ji y a néanmoins quelque chose de «commun» á toutes ces formes, qui fait qu'elles

535
« La distinction numérique n'est jamais réelle; réciproquement, la distinction réelle n'est jamais
numérique )), S?E, p. 27.
536
Balibar, Concepisfondarneniaux... op. cii. p. 492.
537
Balibar, Spinoza... op.cit. p. 90.

230
peuvent toutes &re considérées comine des formes du socius. Ce sont des hommes concrets,
c'est-á-dire qui existent dans un certain rapport qu'on pourrait noinmer humain
en tant qu'il
caractérise un certain type d'existant. Ce rapport implique une certaine capacité á étre affecté,
certaines proportions de mouvement et de lenteur, des seuils maximuin et minin'ium de
puissance, une certaine durée du présent, etc. Ce sont ces homn mes qui «font l'histoire» et
donnent vie aux formes du socius, en leur apportant le «support matériel ». Nous l'avons déjá
dit: la forme de la Terre dépend déjá d'une contraction passive, d'une synthése organique
sans laquelle aucune codification ne serait possible (cf. mfra chapitre III). En effet, si un
certain type d'existants concrets ne leur offrait pas un accés á la matiére constitutive de la
réalité, les différents systémes de la représentatjon seraient alors seulement
idéologiques
(c'est-á-djre •qu'ils ne quitteraient jamais le terram virtuel, idéel). Le passage á l'existence,
l'actualisation
des formes du socius relevant de l'individuation orgarnque dii désir, (la
synthése passive) est succédée dans le cas de l'individuatjon humaine par une deuxiéme
individuation, qui est, elle, une synthése active, représentatjve, sociale.

Tout se passe cornme si, au-dessus d'une prenii&e individuation spécifique, l'homnie en cherchait une
autre... L'individuation biologique n'épuise pas les tensions, qui lui ont servi á se constituer: ces tensions
passent dans l'individu, qui est á la fois niilieu et individu; c'est á partir de cela, de ce non-résolu, de cette
charge de réalité encore non-indivjduée que l'homme cherche son semblable pour faire un groupe dans
lequel il trouvera la présence par une seconde individuation... On ne doit pas parler des tendances de
l'individu qui le portent vers le groupe; car ces tendances ne sont pas á proprement parler des tendances
de l'individu en tant qu'individu; elles sont la non-résolutjon des potentiels qui ont précódé la genése de
l'individu538

Ii y a donc une différence réelle ( ... méme si celle-ej n'est pas numérique, méme si ces
différentes individuations se donnent, en réalité, comme une unité) entre une individuatjon

hunaaine «biologique» et une undividuation sociale. C'est cette méme spécificité de


l'individuatjon humaine qui les pousse á cette « deuxiéme» individugéjon. Les rapports
humnains sont teis qu'ils doivent myestir une forme dii socius. Mais celle forme du socuus ne
se confond pas avec eux. Elle a en effet une tendance á investir une forme sociale, mais celle-
ci peut varier. Les variations de ces formes constituent l'histoire,faite par les hommes dans le
sens oit leur tendance au groupe, la charge de réalité non-individuée trouve une résolution

538
Sunondon, op.cil. pp. 301-3 03.

231
toujourspartielle dans des différentes fonnes du socius. Dans la « structure » d'une forme du
socius, l'homme rempiit une fonction déterminée. Mais ji ne se confond pas ayee elle.

Le capitaliste n'est respectable qu'autant qu'il est le capital fait homme. Dans ce róle il est, comme le
thésaunseur, dominé par sa passion aveugle pour la richesse abstraite, la valeur. Mais ce qui chez l'un
parait étre une manie individuelle est chez l'autre l'effet du mécanisme social dont ji n'est qu'un rouage 539

II est done vrai que le capital se fait hornrne dans ses diverses figures. Mais ji ne faut
cependant pas confondre cette réalisation ayee les hommes concrets. Le lien entre l'homme
concret et les fonctions dérivées du capital doit venir d'ailleurs. Ce lien est un
«investissement libidinal », un désir (la passion aveugle pour la richesse abstraite) qui
transforme les 1iommes en rouages de la machine sociale capitaliste. Mais, comment cette
passion, cet investissement, ce lien, cette alliance sont-ils dono produits par cette
machine ( ... puisque Deleuze et Guattari nous disent qu'il s'agit d'un effet du mécanisme
social)?

La classe : une fonction dans la structure

Le travaillur, le capitaliste, dérivés du rapport dy / dx, sont des fonctions dans la


structure, des fonctions caractéristiques du capitalisme. Ce sont ses figures á Iui. En tant que
telles, la différence qui existe entre eux (capitallistes et travailleurs) est toute relative. Si l'on
décide d'adopter un terme pour désigner les figures du capitalisme, ce terme doit les désigner
en tant que fonctions. Et dono en tant les deux, capitalistes et travailleurs, sont des fonctions
dérivées du capital. «Classe» est alors le terme générique pour ces fonctions. «Classe» se
dit dono aussi bien des capitalistes que des travailleurs. Ce terme ne sert pas á les différencier.
II faut chercher ailieurs les différences. Voilá la raison pour laquelle Deleuze et Guattari nous
parient d'une seule classe: nous sommes tous des bourgeois, dans la mesure oú nous nous
identiflons ayee une figure du capitalisme, quelle qu'elie soit. Le concept de «classe»
nomme ces fonctions qui surgissent avec le dépérissement des anciens codes, contre des
codifications sociales qui permettaient, dans le socius despotique, de diviser les sujets en

Marx, K Le capital, op.cit. pp 187. le reproduis ici la traduction citée dans AO, pp. 302-303, mame si elle ne
coincide pas entiérement avec celle de l'Espagnol.

232
ordres, en castes ou en rangs, á partir de leur rapport á l'umté éminente du Despote 540 .

«Classe » indique cette sorte dhommes dont i'individuation sociale reléve du rapport dy / dr
et la plus-value produite par cette rencontre.

La « classe » mdique une forme de vie qui a pour seule fin la production de richesse
abstraite: celle de la bourgeoisie. Qu'est que cela fait du prolétaire? Et bien, voilá que le
prolétaire en tant que classe, n'existe pas. II n'y a pas une différence de
classe entre
i'industriel ou le banquier et l'ouvrier, « mais seuilement fusion dans un méme flux entre le
profit et le salaire » 541 Le capitaliste montre une passion pour la richesse abstraite, pour ce
flux censé l'appartenir commepropriétajre
des moyens de production; le travailleur montre
la mérne passion méme siles raisous de son droit au salaire proviennent du fait qu'il est
propriétaire de sa force du travail. Dans la mesure oú capitalistes et travailleurs montrent une
passion pour la richesse abstraite et les conditions de propriété déterminées par le capitalisme
qui leur donne le droit légitirne, et bien, iis sont de la bourgeoisie, de 1
'unique classe. Ce
raisonnement ne me pas les différences de bien-étre mátériel qui existent entre un banquier et
un ouvriei; les priviléges de certains intégranis de cette classe par rapport aux autres, etc. II y
a bien des dfférences, ce n'est pas la méme chose... Quand Deleuze et Guattari insistent sur
l'existence d'une unique classe, jis
veulent signaler, umquement, que ces différences ne sont
pas de nature, mais de degré (de la méme façon que les différents rangs ou castes dans les
sociétés pré-capitalistes ne mettaient pas en question l'organisation correspondante).

Deleuze et Guattari recorinaissent qu'on pourrait réserver le terme «prolétaire» pour


faire référence á ceux qui sont hors de celle passion, hors de l'axiomatique
; mais dans ce cas,
les prolétaires ne sont plus une classe qui lutte contre la classe bourgeoise, mais bien des
individus hors classe, appartenant déjá á une autre forme d'individuation sociale (les
prolétaires n'existant pas dans le capitalisme, mais hors de ses limites). Le capitalisme est
donc un systéme de domination, mais celle-ci est uniquement exercée par ceux qui ont investi
leur désir dans le flux dont le rapport caractérise le capital les bourgeois (... qu'ils soient

540
« Les classes sont le négatif des castes et des rangs, les classes sont des ordres, des castes et des rangs
décodés. Reljre toute l'histojre á travers la lutte des classes, c'est la lite en foriction de la bourgeoisie comme
classe décodante et décodée. Elle est la seule classe en tant que telle, dans lá mesure oú elle méne la iutte
contre les codes et se confond avec le décodage généralisé des flux», AO, p. 302.
541
AO, p. 302. II est vrai que Deleuze et Guattarj sont en train de commenter Plekhanov et ses remarques sur
l'école françajse du XIXe siécle, sous l'influerice de Saint-Simon. Mais il est clair pour moi que lorsqu'ils
indiquent qu'«.il y a lá autre chose qu'un aveuglement ou une dénégation idéoiogique » jis souscrivent á
cette position.

233
capitalistes ou travailleurs, qu'il puissent acheter tout ce qu'ils convoitent ou qu'il soient dans
la misére).

Le terme classe découpe done l'identification des hommes conerets aux fonctions
dérivées du capital: c'est le capital fait homme, l'homme comme représentant du capital.

ti
Le reste n'a pas d'importance

« Ton capital ou ta force de travail, le reste n'a pas d'importance »542. Voilá comment
s'adresse le capitalisme aux hommes. Mais nous avons vii que ce réel-concret, cette unité
numérique, renferme une différence qui est, elle, non mouns réelle. La rencontre des figures
dérivées du capital et de l'« homme concret » produit les individus vivants dans le cache du
capitalisme. Mais seule une chase intéresse le capitalisme: ton capital ou taforce de travail.
Que faisons-nous done du reste? On le met hors champ. On décide qu'il est hors de la
maehme sociale. La conservation des synthéses organiques qui constituent la matérialité de
l'hornme est prise en charge une mstance extra-sociale: la famille. La famille, qui dans les
sociétés primitives déterminait la forme du socius á partir de son régime d'alliances, t a
maintenant pour seule táche d'en fournir le matériau. La forme de ce matériau sera privatisée,
mise hors cache. Nous ne sommes que des personnes privées: « La famille devient
microcosme, apte á exprimer ce qu'elle ne domine plus La famille n'est plus un élément
décisif du socius. Enfermée dans le triangle cedipien, dans la croyance d'étre le centre de
l'univers, elle ne domine plus rien. Les mdividus ne sont plus qu'un ensemble, enfermé sur
lui-mme, en vue de l'application du nouveau régime d'organisation sociale : l'axiomatique.

Pére, mére, enfant deviennent ainsi le simulacre des images du capital... Les déterminations familiales
deviennent l'application de l'axiomatique sociale... Tout se rabat sur le triangle pére-mére-enfant, qui
résonne en répondant « papa-maman» chaque fois qu'on le stimule avec les images du capital. Bref,
iEdipe arrive: ji nait dans le systéme capitaliste de i'application des images sociales de premier ordre aux
images familiales privées de second ordre... Dans l'ensemble de départ, ji y a le patron, le chef, le curé, le
flic, le percepteui; le soldat, le travailleur, toutes les machines et territorialités, toute les ixnages sociales de
notre Société; mais dans l'enseznble d'arrivée, á la limite, ji n'y a plus que papa, maman et moi... Des

542
AO, p. 298.
AO,p. 315.

234
images composites, des images rabattues sur des images, de telle façon qu'á l'issue de l'opération, le petit
moi de chacun, rapporté á son pre-mére, soit vraiment le centre du monde 544

(Edipe arrive: l'homme concret enfermé dans son intériorité pour reproduire sans renier
les fonctions du capitalisme. L'homme devenu centre du monde dans le foyer familier. Prét á
accepter la façon mystérieuse par laquelle ji est censé étre propriétaire des éléments
fondamentaux du régime social. II se peut que ini, aprs tout, ne sache rien de tout ça. Qu'ii
n'en alt plus qu'une intuition vague. Tout cela, le monde des images «de premier ordre»
reste pour lun dans i'obscui -. Ji est trop préoccupé par maman et par papa. Trop préoccupé par
lui-méme, sa conscience, le monde de son mtériorité. Ji cherche paifois á mieux comprendre
ce monde dont ji devrait étre le centre. Mais cette compréhension, ji la cherche dans sa propre
conscience, dans son intériorité. Oui, il y a de l'obscur en moi. Lá, doit GIre ma réponse. Mais
ji n'aurajamais que des réponses inadéquates, imaginaires, fictives.

Logique dii seus

Je fais des trous, des petits trous

encore de petits trous

je vois un bateau qui vient me chercher

pour me sortir de ce trou oüje fais des trous

des petits tours de petits tours des petits trous


mais le bateau se taille

etje vois queje déraille

etje reste dans mon trou á faire des petits trous

(SERGE GA sNBoURO Le poinçonneur des Lilas)

« Je dois avoir un corps, c'est une nécessité morale, une 'exigence'. Et, en premier lieu,je
dois avoir un corps parce qu'il y a de l'obscur en moi »541 c'est le beau commencement dii

544 AO,pp. 315-317.


Pli,p. 113.

235
chapitre VII du Fil: je dois avoir un corps. Quel abime entre celle formule, et une autre
formule deleuzienne, plus connue encore, au sujet de Spinoza: «Nous ne savons méme pas
»546 Nous reprendrons les raisons profondes de cette opposition entre
ce que peut un corps
puissúnce spinoziste et avoir leibnizien. Mais pour le moment la question est: les nouvelies
formes de propriété impliquées dans l'e baroque, que nous sommes en train de penser,
impliquent l'exigence, la nécessité morale, pour moi, d'avoir un corps. Dans la représentation
orgique leibnizienne, le rapport entre les monades et les corps est un rapport de propriété.
Voilá le cceur du rapport entre crise de la propriété, capitalisme et baroque tel que le conçoit
Deleuze. Nous l'avions déjá. anticipé: le rapport de propriété entre l'bomme privé et les corps
«concrets» doit étre pensé á partir du rapport monade-corps tel que le conçoit Leibniz, dans
1' analyse deleuzienne.

Pour commencer, je crois qu'il faut analyser la deuxiéme phrase du début du chapitre VII
(que Deleuze répétera á. plusieurs reprises dans ses cours) : fe dois avoir un corps paree qu 'ti
y a de i 'obscur en moi. il y a de l'obscur en moi. Moi, enfermé dans mon intériorité, je me
sens entouré d'obscurité. Ce sont les pus qui tapissent les parois de la monade «sans
fenétre ». J'ai peur. J'ai des peurs, des petites peurs, mes petites peurs, encore des petites
peurs. Je reste dans mon trou á avoir des petites peurs. Et je cherche donc á mieux
comprendre ce qui se passe en prolongeant ma région claire (ou département). Je cherche
des réponses dans les profondeurs de mon áme. Dans mon épaisseur, dans mon creux. Dans
mon trou. Dans mafinitude.

C'est en ce sens que le systéme de Leibniz, parce qu'il nous présente ce qui n'est que
l'effet du hasard comme une chose naturelle et nécessaire, bloque la possibilité de libération
de cet ordre. Le rapport de propriété entre les monades et le monde, ou entre les ámes et les
corps, est un piége. La condition de fermeture, toute la malédiction de l'intériorité, en est
l'effet. Celle idée que nous sommes enfermés sur nous-mémes et que notre contact avec
l'extérieur dépend de nos corps et du Zwiefait qui nous y relie. Que le seul chemin est le
développement des pus qui recouvrent nos parois, et d'étendre la zone de clarté. Vers l'obscur.

546
SPP, p. 28. «Ce qui compte, c'est : de quoi un corps est-ii capable ? Et ji lance lá une des questions les plus
fondamentales de toute sa philosophie (avant ji y avait eu Hobbes et d'autres) en disant que la seule question,
c'est que nous ne savons méme pas de quoi un corps est capable, nous bavardons sur l'ame et sur l'esprit et
nous ne savons pas ce que peut un corps », MS, p. 179. Dans SPE, cette formule est exprimée par une forme
interrogative: «Qu 'est-ce que pent un corps ? » ( SPE, p. 198); dans une note en has de la méme page, ji
cite la formule spinoziste: «Personne en effet n'a jusqu'á présent déterminé ce que peut un corps », Spinoza,
Ethi que, III, 2, sc.

236
L'obscur en nous. Avancer ayee la lumiére de la raison. L'illuminisnie en nous. Jusqu'á la
raison suifisante de premier degré, c'está-dire, la loi de la compossibilité conime hannoriie
préétablie. Mais il s'agit d'un piége. Paree que la loi de compossibilité, nous l'avons va, n'est
pas dans les monades. Nous pouvons avancer á l'infmi ayee la lumiére de la raison, nous
pouvons déplier nos pus á l'infuii, mais nous n'arnverons jamais á la raison suffisante.
L'illusion de pouvoir trouver dans les profondeurs obscures de notre áme la compréhension
des problémes séculiers est ce que Deleuze nomme dans sa Logique de sens «huinanisme des
cavernes ». Voilá la caverne oü s'enferme l'homme pour mieux servir le capitalisme. Voilá
Edipe et toute la malédiction de l'intériorité. Voilá le trou, le petit lrou.

Lorsque la notion de sens prit le relais des Essences défaillantes, la frontiére philosophique sembla
s'installer entre ceux qui liaient le sens á une nouvelle transcendance, nouvel avatar du Dieu, ciel
transformé, et ceux qui trouvaient le sens dans 1 'honinie et son abime, profondeur nouvellement creusée,
souterrajne. Des nouveaux théologiens d'un ciel brumeux (le ciel de Kcenigsb erg), et de nouveaux
humanistes des cavemes, occupérent la scéne au nom du Dieu-homme ou de l'Homme-Dieu comnie
secret du sens 547 ,

Ce passage des «Essences défaillantes» á la «notion de sens » n'est rien d'autre que le
passage de la représentation organique á la représentation orgique 548 . Le monde de la
représentatjon organique et de ses Essences est en train de dépérir. La notion de sens, et la
détenitoriajisatjon qu'elle implique, sera vite reterritorialisée, soumise une fois encore au
domaine de l'identité, á travers la représentation orgique. Qu'elle soit infinie (le ciel de Kant

LS, p. 89. Ce paragraphe est précédé de l'observation suivante: «L'iniportance du structuralisme en


philosophie, et pour la pensée tout entiére, se mesure á ceci : qu'il déplace les frontiéres ». Deleuze refuse ici
une correspondance entre la représentation organique et le structuralisme en philosophie. L'importance du
structuralisme est peur Deleuze, au contraire, de signaler les piéges de la représentation orgique, de déplacer
les frontiéres et de signaler l'au-delá, qui n'est certes pas le retour á la représentation organique. Je ne crois
pan que cette position ait changé, conime on le dit, avec la publication de L 'Anhi-CEdipe
«rupture» avec le structuralisme et la supposée
548
« Ala dualité métaphysique de l'apparence et de l'essence, et aussi it la relation scientifique de l'effet et de la
cause, Nietzsche substitue la corrélation du phénoméne et du sens. Toute force est appropriation,
dominatjon, exploitation d'une quantité de réalité. Méme la perception dans ses aspects divers est
l'expressiori de forces qui s'approprient la nature. Cest dire que la nature elle-méme a une histoire.
L'histojre dune chose, en général, est la succession des forces qui sen ernparent, et la coexistence des
forces qui luttent pour sen eruparer. Un méme objet, un méme phénoméne change de sens suivant la force
qui se lapproprie. L'histoire est la variation des seus, c'est-á-dire 'la succession des phénoménes
d'assuj ettissement plus ou moins violents, plus ou moins indépendants les uns des autres'» (NPh, pp. 3-4).
« Sens» est, bien évidemment, un autre concept deleuzien, ayee son réseau propre d'autres concepts, son
personnage concept -uel (Nietzsche), son rapport ayee l'histoire de la philosophje et le débat qui lui étaít
contemporain, etc.. Dans notre effort « niinimaliste », nous avons choisí de ne travailler ici que le concept
de «représentation orgique» ; pour nos besoms, il suffit d'indiquer leur affinité

237
mené á ses derniéres conséquences par Hegel); ou bien finie: Leibniz et (le profondeur
obscur) la profondeur obscure des monades. Le projet hégélien de l'Etat rationnel sera vaincu
dans l'histoire objective par le capitalisme, comme nous l'avons déjá va. Au lieu d'étre des
suj ets moraux, nous serons de « nouveaux humanistes des cavernes »: ayee un Homme-Dieu
remplaçant le vieux Dieu de la raison théologique. « Le projet triomphant de la modernité sera
cette tentative de recherche du «sens dans l'homme et son abime, profondeur nouvellement
creusée, souterraine... un homme qu'on n'aurait pas assez sondé Se plonger dans
l'obscur abime de l'me, dans les pus qui restent hors de notre zone de clarté, chercher á la
répandre pour trouver les réponses: voilá la stratégie de l'human.isme des cavernes. C'est
pour celle raison que, si nous voulons analyser l'humanisme capitaliste chez Deleuze, ji nous
faut retoumer vers son Leibniz.

Avoir un corps

Le tableau de la représentation orgique s'amorce done dansia profondeur des cavernes de


la subjectivité humaine. II s'amorce dans une subjectivité humaine qui se représente elle-
mérne comme étant une monade leibmzienne, et dont le contact avec le dehors se fait á travers
d'un curieux mécanisme de propriété. Certes, ji n'y a pas de différence nuniérique entre la
« conscience» que l'homme privé a de lui-méine et son corps censé lui appartenir comme
quelque chose d'extérieur. Cela n'empéche pas l'existence d'une différence réelle exigeant
que celle cohabitation dans l'umté numérique «homme» dépende de ce que Deleuze et
Guattari appellent un «investissement libidinal » de I'homme dans le capitalisme. C'est en ce
sens que la réponse au « probléme fondamental de la phiosophie politique » doit étre
posée en termes de désir550. Mais ce désir n'est pas une «propnété» des sujets qui
prendraient la décision rationnelle d'investir dans le flux du capital. II découle au contraire du
systéme de représentation sociale auquel jis appartiennent: dans ce cas, la représentation
orgique. Celle-ej fait que les rndividus se représentent conune « monades» dont le rapport
ayee le corps serait extérieur. Voyons done comment cela marche chez Leibniz:

Chaque monade exprime donc le monde entier, mais obscurément, confusément, puisqu' elle est finie, et le
monde, infini. C'est pourquoi le fond de la monade est si sombre. Comme lo monde n'existe pas hors des

149 LS, p. 89.


° AO, pp. 36-37.

238
monades qui l'expriinent, ji est inclus dans chacune sous forme de perception ou de « représentants »,
lén,enis actuels infinimenipetiis. Encore une fois, le monde n'existantpas hors des monades, ce sont des

petites perceptions sans objet, des microperceptions haiiucinatoires. Le monde n'existe que dans ses
représentants teis qu'iis sont jnclus dans chaque monade. C'est un clapotement, une rumeur, un brouillard,
une danse de poussiéres. C'est un état de mort ou de catalepsie, de sonimeil ou d'endormissement,
d'évanouissement, d'&ourdissement. C'est comme si le fond de chaque monade était constitué d'une
infinité de petits pus (inflexions) qui ne cessent de se faire et de se défaire en tontas directions 551

Dans cette descnption, si belle, nous pouvons voir comment fonctionne la perception au
sem de la monade. Nous l'avions déjá va: á partir du rapport différentiel des petites
perceptions qui sont «représentantes »du monde, la monade trouve sa région claire ou
département. Mais, tel est précisément le paradoxe du corps: si le monde « n'existe que dans
ses représentants teis qu'ils sont inclus dans chaque monade », quelle est donc la nécessité du
corps? En effet, «les petites perceptions n'ont pas d'objet, et nc renvoient á rien de
physique... Tout semble s'arr&er lá, dans une sorte de suspens berkeleyen, et rien ne nous
autorise á condure á la présence d'un corps qui serait le nótre »552.

Ji est d'autant plus compliqué pour Leibniz de résoudre cette question que, dans sa
conception des corps, ceux-ci sont métaphysiquernent différents des ámes. Si l'on confond les
petites perceptions de l'nie (pus) et les vibrations de la matiére (replis), alors tout le systéme
s'écroule, la maison baroque s'effondre. En effet, l'inténorité «sans fenétres» de la monade
ne peut pas communiquer avec l'extérieur. II doit avoir une différence « ontologique» entre
les ames et les corps. Le calcul différentiel s'applique seulement aux plis de l'me, mais «les
mécanismes physiques n'opérent pas par différentielles, qui sont toujours des différentielleg
de la conscience, mais par communication et propagafion du mouvement 553
».

Leibniz pose donc, nous dit Deleuze, une béance infranchissable entre l'étage du haut et
l'étage du bas... Mais ce n'est pas ce que nous avait été présenté dans la premiére partie du
P11. Deleuze nous y avait dit que «le monde a deux étages seulement, séparés par le pli que se

répercute des deux cótés suivant un régime différent, c'est l'apport baroque par
excellence Ce pli qui se répercutait des deux. cótés était le Zwiefalt. D'oú l'idée que le

551
Pli,pp. 114-115.
552
Ph, P. 125-126.
Pli p. 129.
114
Pli pp. 41 et ss. Poni ce qui est de notre analyse, voir supra.

239
rapport différentiel allait des replis de la matiére aux pus de l'áme, en « surfant » á travers le
Zwiefalt, propulsé par les forces plastiques. Maintenant, dans la troisiéme partie,
Deleuze nous parle de deux étages divisés «rnétaphysiquement >'. II n'y a pas de Zwiefalt
pour la traversée. Voilá l'aporie.

Je crois cependant qu'il ne faut pas confondre les deux mouvements: d'un cóté, le
mouvement génétique de la premiére (et méme de la deuxiéme) partie du Ph. On pourrait
parier d'« accumulation primitive ». A partir du dépérissement de la représentation classique,
la matiére non-domptée trouve une nouveile identité sons la représentation orgique á partir du
rapport différentiel: le foyer de convergence, le « pomt de vue », c'est la monade. Du point
de vue historique, les flux de travail et de capital se retrouvent et ont pour «dérivées» les
figures de l'homme privé. Mais c'est justement cette genése quí doit étre cachée pour que le
systéme tienne. On pose done (et c'est la partie III du P11) une différence « métaphysique»
entre les deux étages: les ámes et les corps. Selon, 1' «histoire officielle », les «hommes
privés » ne sont plus le produit des forces plastiques historiques. lls ne sont plus la
conséquence dii flux de travail et de capital, jis ne sont plus la dérivée de la sueur, du muscle,
des matiéres premiéres et des machines techniques. Jis peuvent seulement commurnquer ayee
cette «réaiité maténelle» á partir du rapport privilégié du capitalisme : la propriété privée.

Chaque monade exprime pour son compte le monde entier, indépendamment des autres et saris influx,
tandis que tout corps reçoit l'impression ou l'influx des autres, et c'est l'ensemble des corps, c'est
l'univers matériel qui exprime le monde. L'harmonie préétablie se présente donc d'abord comme un
accord entre les deux régirnes ... . L'harmonie explique la correspondance entre chaque áme et l'univers
matériel, mais, quand elle invoque la correspondance entre l'éme et son corps, elle ne peut pas l'expliquer,
parce qu'un tel rapport suppose une appartenance préalable. C'est seulement au niveau d'une théone de
l'appartenarice que le probléme trouvera sa solution: que veut dire appartenir, et en quel sens un corps
appartient-il á chaque áme ?.. Ces avatars de l'appartenance ou de la possession ont une grande
importance philosophique. C'est comme si la philosophie pénétrait dans un nouvel élément, substituait
l'élément de l'Avoir é celui de l'Etre 555 .

Voila la substitution décisive de la représentation orgique: 1'Avoir pour l'Etre. «On est ce
qu'on a, c'est par avoir que l'étre se fonne ici, ou que le moi passif est »556. Enfermé dans son
intériorité, pué sur soi-méme dans sa fmitude, le seul rapport pensable de l'homme privé ayee

Ph, p. 143, 147.


DR, p. 107.

240
la matiére est la propriété. Mais ji ne faut pas penser que cet éléinent de i'avoir nous introduit
dans un «calme élément qui serait ceiui du propriétaire et de la propriété bien déterminés, une
fois pour toutes ». Si la représentation orgique est si adéquate au capitalisme, c'est parce
qu'elle capture le perpétuel mouvement de modulation, l'élargissement constant des limites et
le contróle sur un nombre constamment croissant d'empires minuscules. La représentation
orgique reconnait le fait que le corps organique est composé d'une infinité de parties
matérielles actuelies: les organes. Ces organes sont tous censés appartenir it 1 'homme privé.
Et Deleuze nous dit que cela est seulement possible «en tant que ma monade domine les
monades qui appartiennent aux parties de mon corps ». Je peux étre propriétaire des
organes de mon corps parce que ma monade posséde d'autres monades. «Ce sont des

phénoménes de subjugation, de domination, d'appropriation qui remplissent le dom ame de


l'avoir ». Voilá ce qui explique dans le méme tenips et la propriété du travail productif des
organes matériaux et la possibilité d'un homme de posséder le travail des autres. Voilá ce qui
explique aussi la profonde mobilité de ces liens et leur capacité d'adaptation aux besoins
si changeants du capital. Voilá ce qui explique, fmalement, la dépendance des rapport humains
par rapport au rapport constitutif du capitalisme. Et tout ceci compose le rneilleur des mondes
possibles.

557P1i, P. 148,
558 D
Ll1,. 148.

241
CHAPrmE XIV

VERS L'AU-DELA DE LA REPRESENTATION ORGIQUE

On pourrait bien parler de la misanthropie de Gules Deleuze. Non pas parce qu'il aurait
une aversion personnelle pour le genre humain (ce point n'ayant aucune importance
philosophique), mais plut& paree que sa philosophie mettrait en doute l'affinité de l'homme
avec le désir que signale le terme contraire (philanthropie). Philo - anthropie : l'homme eonçu
comme une créature en affinité ayee l'amour, c'est-á-dire le désir. Mis - anthropie: l'homme
conçu conime l'emplacement oi le désir stagne, se bloque, se se retourne contre lui-mme.
Oui, nous pourrions bien parler d'une inisanthropie de Gules Deleu.ze. Maintes pages de son
euvre en témoignent. Déj á trés tót, dans son Nietzsche et la philosophie de 1961:

Ne serait-ce pas que l'homme est essentiellement réactif? Que le devenir-réactif est constitutif de
l'homme? Le ressentiment, la mauvaise conscience, le nihilisme ne sont pas des traits de psychologie,
mais comme le fondement de l'humanité dans l'homme. lls sont le principe de l'étre humain commetel.
L'homme, «maladie de peau » de la terre, réaction de la terre.... Une autre sensibilité, un autre devenir
seraient-ils encore de l'homme

La question nc pourrait étre plus claire. L'homme, selon cette caractérisation, est
«essentiellement réactif ». Maladie de peau de la terre, comme le signalait déjá Nietzsche
dans son Zarathoustra560 l'homme est par essence une incarnation des forces inférieures,
,

forces dont la tache est la conservation, dont le but est d'assurer les mécarnsmes et les
finalités,, dont le fonctionnement vise á réaliser les adéquations mécaniques et utilitaires.
L'homme est une espéce qui s'occupe seulement de se conserver telle qu'elle est
actuellement, disposée á garantir sa petite conservation quel qu'en soit le prix dans les
conditions données par une histoire qui n'est méme pas remise en question. Deleuze nc peut

559 NPII, p. 73
560
"La tierra, dijo él, tiene una piel; y esa piel tiene enfermedades. Una de ellas se llama, por ejemplo:
'hombre", Nietzsche, F. Así hablaba Zaratustra, trad. A. Sánchez Pascual, Madrid, Alianza, 1997, p. 198.

242
viser quelque chose comme «l'épanouissernent»; ce concept est banni de son systéme.
Méme si (et justernent parce que) «nature », «nature humaine » et « sociabilité » rie sont pas
des queslions philosophiques séparées, alors une société d'hommes ainsi comprise, entrane
une politique fondée sur celle «hunianité de l'honune )>.qui est nécessairement entropique le
prix á payer pour la conservation de la vie sera la mort, puisqu'il se montrera incapable de
faire face au risque, d'achever les créations nécessaires pour lutter contre la faim, la niisére,
l'épuisement des ressourees planétaires, etc. C'est done une politique d'adniinistration du
manque: il n a pas assez pour tout le monde, par conséquent la question politique est de
décider qui reste dehors (pas moi, s'il vous plat, pas moi, je vous en prie !). «L'Argentine est
un pays pour dix millions d'habitants », a dit dans les années 70 ceiui qui était alors ministre
de 1'Economie, Martinez de Hoz (l'Argentine comptait alors trente millions d'ámes). Les
forces réactives savent conserver ce qu'il y a, mais pas créer de nouvelles possibilités de vie.

Et l'homme, bus dit Deleuze en lisant Nietzsche, est essentiellement réactif L'homnie
représente l'incarnation du cóté négatf de la volonté de puissance. La volonté de puissance se
retourne contre elle-méme: elle est volonté de détruire, une volonté malade. Chez l'homme,
le désir se retoume contre lui-rnéme. L'homme est un étre que ne peut pas affirmer, j ouir, agir,
désirer, aimer. En effet, dans ce ressentjrnent qui le constitue, l'hornme ne sait pas el ne peut
pas aimer, il ne peut qu'&re aimé. Pleurnichant et demandant un petit peu plus d'amour,
d'attention, de soin. El ceci, de façon essentielle. Misanthropie: I'homme conime incarnation
de la haine el du ressentiment.

Ainsi sont les choses, pour la renaissance de la productivité du désir, pour la lutte contre
la misére (le fait qui est le plus tangible, le plus criant) ji n'y a qu'une chose á faire: devenir.
Un autre devenir qui «ne serait plus de l'honime ». Vingt ans aprés la publication de
Nietzsche et laphilosophie la position de Deleuze sur ce point reste la méme : voyons ce qu'il
écrit ayee Guattari dans les Ivlilleplateaux:

Ii n'y a guare de privilge de l'homme, saufdans les moyens de surcoder, de faire des systémes ponctuels.
C'est méme le contraire d'un privilége; á travers les devenirs-femme, enfant, animal ou molécule, la
nature oppose sa puissance, et la puissance de la musique, á celle des machines de l'homme, fracas des
usines et des bombardjers 561 .

561
MP, p. 380.

243
11 n'y a pas de privilge de l'homme, « sauf dans les moyens de surcoder », c'est-á-dire de
remplir la fonction que lui réserve la représentaion sociale orgique: étre un point de
convergence. Etre l'apparence arborescente d'un systéme rhizomatique aussi pervers que le
capitalisme. Reterritorialiser, empécher que cela fuie, que le rapport constitutif du capitalisme
s'évanouisse: voilá ce qu'est l'homme. On ne peut s'attendre á rien de bou tant qu'il existe.
Une autre sensibiité implique le devenir de l'homme. II faut devenir autre chose: femme,
enfant, animal ou molécule. La nature s'oppose á l'homme. II faut bien la mort de
l'homme562 . Six ans plus tard, ]a question continue:

Mais que veut dire Foucault quand ji dit que, sur la mort de l'homme, ji n'y a pas de quoi pleurer? En
effet, cette forme a-t-elie été bonne? A-t-elle su enrichir ou mame préserver les forces dans l'homme,
force de vivre, force de parler, force de travailler? A-t-eiie épargné aux hommes existants la mort
violente ?563.

Dans le théme foucaldien de la mort de l'homme que reprend ici Deleuze, une nouvelle
forme s'annonce, doit s'annoncer. L'homrne doit sombrer dans son crépuscule. La fm de la
représentation orgique implique la fin de l'homme. La fin de la représentation sociale
implique la destruction du socius. Tout est perdu. Ó désespoir!

Deleuze philanthrope

Cependant, la prise de position pour une interprétation inisanthropique de la philosophie


deleuzienne bloque, á inon avis, toute possibilité d'unepolitique deleuzienne. Si l'homme doit
périr, quel socius peut-on alors imaginer? Nada, nada! Du pur nihilisme politique: le
politique dégluti par la béte noir ou dissous dans le néant blanc. D'oú 1' «effacement de
l'influence politique » deleuzienne que signale Mengue:

Deleuze n'a pos su voir cambien tout ce qu'il écrivait relevait d'une é/J1que (non moraliste, non
kantienne, réellement postmoderne) et non d'une politique, méme 'micro'. Son tort fut de croire qu'il était
encore dans le politique, alors qu'ii avait fui déjá vers les nouvelles terres d'une éthique autonome et
émancipée dujuridico-poiitique et de la révolution 54 .

562
Sur le théme de la mort de l'homme chez Foucault et l'usage qú'en fait Deleuze cf. mfra chapitre XII.
563
F,p. 139.
564
Mengue, P. Gules Deleuze el la question de la déinocralie, Paris, L'Harmattan, 2003, p. 17.

244
Mais, nous l'avons déjá anticipé, ce n'est pas lá le chemin de notre interprétatioti de la
philosophie deleuzienne. Nous voulons en faire une politique, méme si cela veut dire affronter
de grandes difficultés. Mais pour ce faire, nous devons trouver aussi un Deleuze
philanthrope565. Bien síu; nous ne voulons pas dire par lá que Deleuze éprouve un «ainour de

l'humanité. Par « philanthropie », nous voulons dire une aflinité entre le désir et l'homme. En
effet, si philo signifie amour, et aussi désir, alors la philantbropie signalerait le fait que le désir

est déjá dans les hommes et que les hommes sont déjá dans le désir. Que le désir et les
hommes sont attrapés dans le méme devenir que reconnait le mot «philanthropie ». De ce
point de vue, on pourrait dire que le désir investit les homines, les emporte, mord en eux. Que
les hommes sont des créatures du désir, des avatars des machines désirantes.

Nous pouvons dire que toute production sociale découle de la production désirante dans des conditions
déterrnjnées: d'abord l'Horno natura.
Mais nous pouvons dire aussi bien, et plus exactement, que la
production désirante est d'abord social; etne tend ése libérer qu'á la fin (d'abord l'Horno historia)566 .

II est bien entendu que ni la Société ni les homines sont l'essence du désir. Mais cela ne
veut pas dite qu'ils en soient la maladie. Et cela ne veut surtout pas dire que l'homme soit
essentiellernent opposé á la nature. Dans une philosophie de l'immanerice et de la positivité,

rien ne S'oppose á la nature; seulement, ji y a des rapports qui s'opposent entre eux suivant
les bis de composition de la nature. Le concept d'Homo natura (cet
Horno natura, Deleuze et
Guattari le prennent chez Nietzsche, qui y fait référence dans le §230 de Par-delá bien et mal)
qui vise justement á signaler i'affmité entre l'homme et la nature, entre i'homme et le désir.

Repionger l'homme dans la ¡sature; faire justice des nombreuses interprétatjons vaniteuses, aberrantes et
sentimentales qu'on a griffonnées sur cet éternel texte primitif de i'homnke naturel [horno natura,
écrit ici
Nietzsche dans le texte original allemand]; vouloir que l'homme se tienne désormais en face de
l'homrne... sourd á tous les appeaux des vieux oiseleurs métaphysíques qui ini flútent depuis trop
longtemps. 'Tu es davantage 1 Tu as i'ánse plus haute 1 Tu as une autre origine !'... Voilá qui peut sembler

565
Pour un travail plus détaillé au sujet de la question de la philanthropie deleuzienne, cf. mon « "Deleuze,
1962-1972 de la misantropía a la filantropía", it, Huzmkez P. et Lerussi, N. (comp.)
Misantropía,
filantropía, apatía, Cordoba, Cuadernos de Nombres, 2007, PP. 79-85. Nous remercions ici l'organisation
V Jornadas de Filosofía Política,
des
qui eurent lien dans la vilie de Cordoba, en Argentine, et dont le
suj et portait sur la triade de concepts «Misantropía, Filantropía, Apatía»
Apaihie), (Misanihropje, Philanthropie,
triade qui nous a permis d'impuiser notre formulation de ces réflexions autour de la problématique
chez Deleuze.
566
AO, p. 40.

245
une tache étrange et folle, mais une tdche, qui le niera? Pourquoi l'avons —nous choisie, cette t.che
insensée ?567

Nous voudrions maintenant comparer cette citation avec deux extraits de 1'Anti-tTEdzpe:

Lenz [le schizo] s'est mis avant la distinction homme-nature, avant tous les repérages que cette distinction
conditionne. It ne vit pas la nature comme nature, mais comme processus de production. Ji n'y a plus ni
homme ni nature, mais uniquement processus qui produit l'un dans l'autre et couple les machines... Ii n'y
a pas davantage de distinction homme-nature: l'essence humaine de la nature et l'essence naturelle de
l'homme s'identifient dans la nature comme production ou industrie, c'est-á-dire aussi bien dans la vie
générique de i'homme... Non pas ¡ 'homme en tant que roi de la créalion, mais plut& celui qui est touché
par la vie profonde de toutes les formes ou de tous les genres, qui est chargée des étoiles et des animaux
méme568 .
Rappelons-nous la grande déclaration de Marx: celui qui nie Dieu ne fait qu'une 'chose secondaire' car ji
nie Dieu pour poser l'existence de i'homme, pour mettre l'homme á la place de Dieu... La place de
i'homme est tout á fait ailleurs, dans la coextensivité de l'homme et de la nature 569 .

L 'Horno natura n'est donc pas l'homme par nature, le fond substantiel qui pourrait

légitimer tous les conservatismes rnoraux et sociaux, mais l'homme d'une nature perlsée
comme dynamisme et puissance570. L'Homo natura ne se pense plus comme roi de la création,
ji est sourd aux oiseleurs métaphysiques de l'humanisme rationaliste qui lui ont fait croire
qu'il est davantage que les étoiles et que les ammaux, que son áme est plus haute 571 . C'est l.

567
Nietzsche, F.Par-delá le Bien el le Mal, trad. C. Heim, Gailimard, Paris, 1971, § 230, p. 150.
568
AO, pp. 8-10, c'est moi qui souligne.
569
AO, p. 68.
570
Nous suivons ici R. Schérer lorsqu'il écrit: «Le mot [naturel est, ji est vrai, difficile á manier, en ce qu'il
implique á son tour quelque ordre préétabli selon des bis immuables, et comme un fonds substantiel qui
serait 'l'homme', l'homme par nature, horno natura. 'Nature humaine' peut aussi &re la légitimation de tous
les conservatismes moraux et sociaux. Mais il faut penser la nature comme dynamisme, puissance, naturans
et non simplement nalurata ; devenir et vie dont l'homme est i'expression immanente» (Schérer, R. « Horno
tanlum. L'impersonnel : une politique », in Gules Deleuze, une vie philosophique, Paris, Institut Synthélabo,
1998, p. 39). Pourtant, Schérer trouve l'ouverture á cet homme comme expression immanente de la vie dans
la limite, la faille et l'abme, se rapprochant ainsi d'Heidegger et s'éloignant de notre interprétation de
l'homme dans l'Ánti-Edipe.
571
est curieux que Charles de Bovelles fasse aussi référence á l'Hornme naturel, mais ayee des objectifs qui
s'opposent á ceux de Deleuze. «L'Homme véritable, lettré, Homme égale á l'Homme naturel par les deux
aspects - par vertu, dis-je, autant que par nature » (Bovelles, Ch. Le Sage, trad. P. Quillet, in Cassirer, E.
Individu el cosmos, Paris, Minuit, 1983, p. 310). Pour Bovelles, le plus haut degré de la nature, la vertu du
sage, se trouve justement dans sa différence, dans son privilége, par rapport aux autres formes de la nature:
les minéraux, les végétaux, les animaux (cf figure, p. 247). L'Horno natura de Deleuze en revanche, n'est
pas « un póle spécifique de la nature» : ji trouve dans sa connexion avec la nature la source de sa puissance.

246
qu'est le piége, la cié de l'enfermement dans la conscience, la genése de l'homme privé
comme accumulation pnmitive du capitalisme. II faut, au contraire, briser le piége de
l'mtériorité, mettre l'homme en rapport avec le dehors. Et c'est cela qu'essaient de faire
Deleuze et Guattari dans l'AnIi-TEdipe oii la nature n'est plus «Pensemble des étres
considérés par opposition á l'homme et á ce qui lui est propre» mais « l'ensernble des étres,
de tout ce qui existe »572. La nature doit étre envisagée comme processus de production,
comme étant le processus d'autoproduction de l'inconscient, lá est la libération du désii; lá est
la vie générique de l'homme:

Partout des machines productrices ou désirantes, les machines schizophrnes, toute la vie générique: muí
et non-moi, extérieur et intérieur ne veulent plus rien dire... Ce que le schizophréne vit spécifiquement,
génériquement, ce n'est pas du tout un p6le spécifique de la nature, mais la nature comme processus de
production573

«Vie générique » ne vise donc pas á signaler une « essence » de l'hornine, une différence
«spécifique» de l'homme, mais la condition d'ouverture : justement le fait que i'homme est
seulement en rapport avec cette nature qui ne s'oppose pas á Iui, mais qui lui est ccextensive.

572
Entrée «Nature» dans le Nouveau des éiudes philosophiques, Auroux, S. et Weil, Y. Hachette, Paris, 1975,
acceptions 4 et 5.
AO, pp. 8-9.

247
Extérieur et intériur ne veulent donc plus nen clire: l'homme fait de la nature entiére son
corps non-organique574 .

II est vrai que la vie générique nous entrane vers le concept de «schizophréne », qui a
tant fait couler d'encre. L'heure de parler du schizo se rapproche de nous. Mais ne nous
précipitons pas. Arrivons au scbizo á travers les concepts qu'il suppose et qui font de lui
bien autre chose qu'un siogan pour le rnarketing des bouquins de Deleuze.

574
Peut-étre était-ce déjá le cas chez Marx, qui est sans doute la source de l'éxpression « vie. générique» pour.
Deleuze et Guattari: « Lthomme est un étre générique... parce quil se comporte vis-á-vis de iui-méme
comme vis-á-vis du genre actuel vivant, parce quil se comporte vis-á-vis de lui-mine comme vis-a-vis dun
étre universel, donc libre. La vie générique tant chez l'homme que chez l'animal consiste dabord, au point de
vue physique, dans le fait que l'homme (comme i'animal) vit de la nature non-organique, et plus 1homme est
universel par rapport á lanimal, plus est i.miversel le champ de la nature non-organique dont ji vit. De méme
que les plantes, les animaux, les pierres, lair, la lumiére, etc., constituent du point de vue théorique une partie
de la conscience humaine, soit en tant qu'objets des scjences de la nature, soit en tant quobjets de lart - qu'ils
constituent sa nature intellectuelle non-organique, qu'ils sont des moyens de subsistance intellectuelle que
l'homme doit dabord appréter pour en jouir et les digérer - de méme jis constituent aussi au point de vue
pratique une partie de la vie humaine et de lactivité humaine. Physiquement, 1homme ne vit que de ces
produits natureis, quils apparaissent sous forme de nourriture, de chauffage, de vétements, dhabitation, etc.
Luniversalité de lhomme apparatt en pratique précisément dans l'universalité qui fait de la nature entiére son
corps non-organique, aussi bien dans la mesure oi, premiérement, elle est un moyen de subsistance irnmédiat
que dans celle oü, [deuxiémement], elle est la matiére, lobjet et loutil de son activité vitale. La nature, c'est-
á-dire la nature qui nest pas elle-méme le corps humain, est le cotps non-organique de l'homme. Lhomme vit
de la nature signifie: la nature est son corps avec lequel ji doit mairitemr un processus constant pour ne pas
mourir. Dire que la vie physique et intellectuelle de l'homme est indissolublement liée á la nature ne signifie
pas autre chose sinon que la nature est indissolublement liée avec elle-mame, car lhomme est une partie de la
nature. Tandis que le travail aliéné rend étrangers é lhomme 1° la nature, 2° ]ui-m&me, sa propre fonction
active, son activité vitale, ji rend étranger á l'homme le genre: ji fait pour liii de la vie générique le moyen de
la vie individuelle. Premiérement, ji rend étrangéres la vie générique et la vie individuelle, et deuxiémement
il fait de cette derniére, réduite á labstraction, le but de la prerniére, qui est également prise sous sa forme
abstraite et aliénée... La vie productive est la vie génénque », Marx, K, Manuscñts de 1844, trad. E.
Bottigelli, Paris, Editions Sociales, 1972, pp. 61-62. En caractérisant ici la nature comnie «corps non
organique de l'homnie » ce passage marque l'ouverture essentielle de l'homme. II est vrai qu'il ne cesse
d'opposer homme et nature, et, surtout, de faire de la production une pivpriété de l'homme: «La nature
apparait comme son ceuvre et sa réalité » ( ibid., p. 64) et référe I'aliénation au fait que ses produits « ne lui
appartiennent pas» (ibid. p. 61). Mais le geste d'ouverture est reste cependant bien présent.

248
Ce pen profond ruisseau calomnié, l'homme

A ne surprendre que naivement d'accord


La 1vre sans y boire ou tarir son haleine

Un peu profond ruisseau calomnié la mort

(S. MALLARME, Tombeau)

Ce peu profond ruisseau calomnié, I'inceste


(DELEUZE ET GuArr'iu, L Ánii-(Edpe)

Le concept l'Homo natura nous porte emméne au cur d'un probléme, d'un pomt de
tension dans la ensée deleuzienne que nous souhaitons souligner ici: comment la
misanthropie la plus sauvage et cette philanthropiequi parait trouver dans l'homme méme les
conditions d'une sorte de «libération» peuvent-elles cohabiter dans la pensée de Deleuze?
De fait, l« hoinme» est, précisément, un probléme: ji accueille des choses qui ne vont pas
nécessairement bien ensemble.

Balibar s'est trouvé confronté au méme probléme dans ses «Concepts fondamentaux du
matérialisme historique » autour des différents sens du tenue «honime» chez Marx. II a done
travaillé á déméler tout ce qui était mélangé dans les diverses formules oú Marx utilisait le
terme «homme ». Nous avons déjá anticipé ce pomt en faisant référence au probléme de
l'épmglage des figures du capitalisme et du matériau humain: «Ces «hommes» [i.e. ceux
qui sont engendrés par chaque pratique de production historique], dans leur statut théorique,
ne sont pas les ho7nmes concreís, ceux dont de célébres formules nous disent sans plus, qu'ils
'font l'histoire' » (cf. supra chapitre XI). II ne faut pas confondre des hommes bistoriquement
déterminés pour la production (ces mémes hommes qui peuvent représenter une maladie de
peau de la terre, qui sont au seuil minimum de leur puissance et dont la mort ne nous fait pas
pleurer) et les hom.mes qui peuvent, eux, «faire l'histoire» et transformer les conditions de
domination á partir de leur « épanouissement» et leur tendance á aher vers le seuil maximum
de leur puissance. C'est justement ce que signale Balibar : l'agent de transformation
historique et le support réel des pratiques sociales ne sont pas le méme homme, ils ne
coincident pas dans une méme unité des individus concrets.

Et Balibar explique que, justement, l'effort pour nous présenter ces deux notions
d'hommes comme « le méme» est une opération spécifique du capitalisme: l'homme
moderne ou l'homme privé se constitue précisément dans cette intersection. Nous ne sommes

249
donc pas étonnés, dans ce contexte, par l'apparition dii nom de Leibniz. Dans la « tentative de
retrouver les individus concrets, les sujets de l'idéologie psychologique, comme les centres ou
les 'intersections' » de ces deux sens différents d'homme on retrouve « une forme moderne de
ce que Leibniz avait parfaitement exprimé en dis ant de chaque substance singuliére á chaque
degré, et notannnent des esprits, qu'ils expriment tout l'uuivers »:

De mame les homines, s'ils étaient les supports communs des fonctions déterminées dans la structure de
chaque pratique sociale, « expritneraient el concentreraient en quelque maniare» la structure sociale tout
entiére en eux-mémes, c'est--dire qu'ils seraient les centres á partir desquels ji serait possible de
connaitre l'articulation de ces pratiques dans la structure du tout. Du mame coup chacune de ces pratiques
serait effectivement centrée sur les hommes-sujets de l'idéologie, c'est--dire sur des consciences... Toute
l'analyse de Marx, on l'a vu, exclut qu'il en soit. ainsi. Elle nous oblige á penser, non la multiplicité des
centres, mais I'absence radicale de centre. Les pratiques spécifiques qui s'articulent dans la structure
sociale sont défanies par les rapports de leur combinaison, avant de déterminer elles-mames les formes de
l'individualité historique, qui leur sont strictement re1atives 5 .

Les propos de Balibar nous permettent de différencier ce qui faisait de Deleuze un


misanthrope, de ce qui fait de Deleuze un philanthrope. D'un c&é, les hommes comme
centres d'une structure sociale caractéristique: c'est lá l'aspect qui ini donne le « privilége »
des moyens de surcoder, de faire les systémes ponctuels que Deleuze et Guattari signalent
dans Mille Plateaux. Mais la possibilité de penser «l'absence radicale de centre» nous
habilite á penser un homme qui serait autre chose que la maladie de peau de la terre, un
homme qui serait ces «hommes concrets, de ceux dont on nous dit simplement dans des
formules çélébres qu'ils « font l'histoire ».

L'analyse de Balibar nous permet aussi de retrouver le lien entre le probléme général des
formes du socius et les systémes de représentation qu'elles impliquent, l'ontologie de Leibniz
et les problémes concrets de l'existence hunlaine. C'est pour cette raison que la philosophie
politique constructive de Gules Deleuze (celle-lá méme qui n'existerait pas pour Mengue et
Badiou mais qui pour nous justifie le grand effort que représente l'étude de Deleuze)
commence lá oü éclate Leibniz: oü les séries divergent et la monade s'ouvre, et oü le baroque
devient le « néo-baroque ».

575 Balibar, op. cii. p. 492.


576 BaIibar, « Conepts fondamentaux... », op. cii. p. 493.

250
Le seul tort de Leibniz ne serait-il pas d'avoir lié la différence au négatif de limitation, parce qu'il
maintenait la domination du vieux principe, parce qu'il liait les séries á une condition de convergence,
sans voir que la divergence elle-méme était objet d'aflirmation, ou que les incornpossibjljtés appartenaient
á un méme monde et s'arnrmaient, comme le plus grand crime et la plus grande vertu, d'un seul et méme
monde de l'éternel retour

On retrouve donc la condition de ouveríure:


ouvrir des fenétres un peu partout dans les
monacles, faire communiquer les deux étages (les pus de l'áme, les replis de la matiére), faire
la féte des séries qui divergent et arréter de lutter pour sa convergence vers le rapport dy / dx.

Les personnages de Beckett se décident i sortir

Du P11 á L 'Antl-Edipe,
la référence á Malone, le personnage de Samuel Beckett, se
répéte578 . Nous ne souhaitons pas faire ici de I'analyse littéraire, ni dónner le méme statut de

discours á Deleuze et Beckett. Mais seulement montrer, á partir du réle que joue
l'apparition de Malone dans L 'Anti-(lEdipe et celui joué dans
Le Pié, comment peut s'étayer
notre lecture de la philosophie constructive de Deleuze. Dans Malone rneurt
nous trouvons un
parcours: depuis la solitude de Malone enfermé dans sa chambre (dont l'existence se borne á
l'inventajre de ses propriétés), jusqu'au moment oi (<les personnages de Beckett se décident
á sortir »-579 Des propriétés et de la clóture jusqu'á la promenade finale: la structure de
Malone ineurt renferme la proposition politique de Deleuze et Guattari et signale le contraste
entre la représentation orgique décrite dans Le P11 et 1 'exigence d'ouverture de l'utopie.

Situation présente. Cette charnbre semble étre á moi. Je ne m'explique autrement qu'on m'y laisse... La
grande clarté n'est pas nécessaire, une faible lumiére permet de vivre dans l'étrange, une perite lumiére
fidéle... Mes possessjons sont dans un coin, péle-méle. Avec mon long báton je peux les reinuer, les
amener j usqu'á nioi, les renvoyer á leur place... II est muni d'un crochet. Gráce á lul je peux contróler
jusqu'au coins les plus reculés de ma demeure... J'ai remué un peu mes affaires, les séparant les unes des
autres et les amenant vers moi, poui mieux les voir. Je ne me trompais pan beaucoup en croyant bien les
posséder, duns ma téte... Ce fournean est maintenant á moi, d'oú qu'il vienne. Nombre de mes trésors

577
DR,p. 73.
171
Samuel Beckett (1906-1989) est un écrivain, poéte et dramaturge irlandais dont l'influence sur Deleuze a été
significatjve. Le demier texte publié par Deleuze est un commentajre de Quad
(Paris, Minuit, 1992), une
collection de piéces de Beckett écntes pour la télévision. La référence á la trilogie de romans que composenc
Molloy, Malone meurt et L Innomrnab/e est constante tout au long de l'ceuvre de Deleuze.
" cf AO,p. 8.

251
sont de cette provenance, tombés du ciel. J'ai découvert aussi un petit paquet enveloppé dans du papier
joumaljauui et ficelé 5°

II y a donc une situation a) oú le rapport ayee Leibniz est apparent: enfermement, zone de
clarté qui définit la chambre (le «département »). Et puis le crochet qui fait le lien ayee le
monde matériel qui se rapporte á cette chambre (ce rapport de propriété est si étrange que les
objets qui appartieiment á Malone lui semblent tres souvent «tombés du ciel »). Celle
situation a) est désespérante. C'est le début de Malone meurt. C'est dans celle situation que
Malone peut bien étre comparé á une monade. Et c'est ce que Deleuze fait explicitement, dans
LePli:

Malone est une monade nue, presque nue, étourdie, dégénérée, dont la zone claire ne cesse de rétrécir, et
le corps d'involuer, les réquisits dé fuir. Ii est difficile de savoir ce qui lui appartient encore, « selon sa
définition », ce qui ne liii appartient qu'é moitié et pour un rnonient, chose ou animalcule, á moins que ce
soit 1w qui apparfienne, mais á qui? C'est une question métaphysique. II lui faudrait un crochet spécial,
une sorte de vincu4'um pour trier les possessions, mais ji n'a méme plus ce crochet 581

La situation est désespérante. Marx disait, nous l'avons vu, que la premiére critique de la
propriété privée part « du fait oü se manifeste sous sa forme la plus tangible, la plus enante, la
plus immédiatement révoltante pour le sentiment humain, l'essence contradictoire de celle
propriété: ce fait, c'est la pauvreté, c'est la misére ». Mais Malone comme monade nue, sans
méme de crochet, vise á la question métaphysique. Vise au point oú la pensée de Leibniz et
celle de Deleuze divergent: l'essence de la propriété privée. Malone est l'image des
dépossédés, de ceux qui tombent hors du rapport capitaliste. Quel rapport pouvons-nous avoir
avec notre corps quand nous n'avons pas méme pas un crochet, quand nous n'avons méme
plus de zone claire? L'image extréme de Malone nous montre á quel point le rapport
capitaliste ne compose pas ayee le rapport humain. Le probléme métaphysique de l'intériorité
est ce qui nous condamne á un rapport de propniété ayee le monde extérieur. Le probléme des
hommes dans les conditions du capitalisme est qu'il est de plus en plus difficile de savoir ce
qui nous appartient, parce que notre zone claire se rétrécit á chaque instant dans les conditions
du capitalisme. La lutte pour 1 'extension de notre zone claire, lutte illuministe par excellence
est vouée á l'échec. La situation est désespérante. C'est le point extréme de la fatigue, le

° Beckett, S. Malone meuri, Paris, Minuit, 1951 / 2004, pp. 13, 15, 17, 36-37.
581
Ph, p. 147.

252
chemin vers la vie impersonnelle: la durée dont dispose notre organisme s'épuise, la fin de
i'existence s'approche, la mort frappe á. la porte de notre voyage:

Samuel Beckett, dans tous ses romans, a décrit l'inventaire des propriétés auquel des sujets larvaires se
livrent avec fatigue et passion: la série des cailloux de Molloy, des biscuits de Murphy, des propriétds de
Malone - II s'agit toujours de soutirer une petite différence, pauvre généralité, á la répétition des

éléments ou á l'organisations des cas... Et dans toutes ses fatigues composantes, dans toutes ses auto-
satisfactions médiocres, dans ses présomptions dérisoires, dans sa misére et sa pauvreté, le moi dissous
chante encore la gloire de Dieu, c'est--dire de ce qu'il contemple, contracte et posséde 582

L'homme livré aux synthéses passives, á sa simple reproduction hors champ comme
matriau hurnain, cet homme est misérable et pauvre. La béatitude, le chant á la gloire de
Dieu n'y change nen. Notre existence reste quand méme misérable. Est-ce lá tout ce que nous
pouvons attendre de notre existence? Est-ce lá tout ce qu'il nous est permis d'espérer 583 ?

Heureusement, si nous comparons ce passage ces passages du Pli et de Dy'férence et


Répétition avec l'idée qui ouvre L 'Anti-(Edipe,
nous trouvons de I'espoir Dans Malone
meuri, la situation a) n'est que le début du parcours. Et puis, vers la fm, «les personnages de

Beckett se décident á sortir ». Ji est évident que lorsque Deleuze écrft en 1988 Le Pli ji n'a pas
oublié le début de L 'Anti-(Edpe. II y fait référence lorsqu'il parle de Malone. Les
personnages de Beckett; Lemuel, Macamann, l'Anglais et le barbu. Et Mme Pédale les
emméne en promenade. Au début, ce n'est pas facile. JI y a des huriements, des envies de
vomir, des trébuchages, des freins qui ne marchent pas. Mais la descente est vaincue enfm.

L'ile. Encore un effort. Elle est petite, mangée de criques du c&é du large... II devient difficile dans ces
conditions de parler des hommes. Venez, Ernest, dit Mme Pédale, nous allons chercher un endroit pour
pique-niquer... Le soleil déclinait vers les montagnes. La voix de Mme Pédale, appelant, se fit entendre.
Elle parut, joyeuse. Venez venez tous, s'écria-t-elle, tout est prét 584

C'est le moment b): le soleil, le pique-mque, les montagnes, la promenade. 11 est vrai que
la fin du livre est bien triste, pleine du désespoir beckettien : «Ni avec son crayon ni avec son

582
DR, p. 108.
513
Nous faisons ici référence á la troisiéme des questions fondamentales de la raison humaine posés par Kant
dans la Critique de la raisonpure : ((
1° Que puis-je savoir? 2° Que dois-je faire? 3° Que m'est-il pennis
d'espérer ? » Kant nous dira plus tard (daus sa Logique) que ces trois questions se rapportent en fait á une
quatriéme : « Qu'est-ce que l'homme? »
584
Beckett, op. cit. pp. 185-188

253
báton / ni lumiéres lumiéres je veux dire / jamais voilá ji ne touchera jamais / voilá jamais /
voilá voilá / plus rien ». C'est la fm: Malone meurt, ji a raconté sa derniére histoire. C'est
la fatigue, l'épuisement: on a doimé tout ce qu'on pouvait. Mais ce n'est pas la méme mort
que celle qui était promise au début dii livre «Je serai méme bientót tout á fait mort
enfm »586. La mort peut étre mévitable, certes, mais une chose est de mourir enfenné dans la
chambre et une autre est de mourir en promenade. Méme si ce n'est pas lui qui se proméne,
mais ses personnages. Mais justement, la mort terrible, la petite mort de l'inventaire des
possessions a été remplacée par la mort productive, la production de personnages qui se
décident á sortir. Le crayori a remplacé le báton. Et puis plus rien. Mais ce n'est plus le
mérne.

TI y a done un parcours dans le livre: de l'enfermement de l'honime propriétaire á la


sortie á l'extérieur, aux rencontres, avec tous les risques. La question est: comment passer du
moment a) au moment b)? Comment effectuer ce passage? C'est le probléme que se posait
Deleuze dans un de ses cours á Vincennes á propos de Spinoza, et que nous nous poserons
nous aussi sur les traces du phiiosophe holiandais?

Comparez ces moments complétement différeuts. Instant a) vous étes sous la pluie, vous vous recueiilez
en vous-méme, vous n'avez aucun abri et vous en &es réduit á protéger votre cóté droit par votre cóté
gauche et inversement. Vous étes sensible é la beauté de cette phrase. C'est une formule trés cinétique. le
suis forcé de faire d'une moitié de moi-méme l'abri de l'autre c&é. C'est une trés belle formule, c'est un
vers de Dante, dans un des cercies de 1 'Enfer oú ji y a une petite piule et les corps sont couchés dans une
espéce de boue. Dante essaie de traduire i'espéce de solitude de ces corps qui n'ont pas d'autre ressource
que de se retourner dans la boue. Chaque fois, jis essaient de protéger un c6té de leur corps par l'autre
c6té. Instant b): maintenant vous vous épanouissez. Tout á i'heure, les particules de piule étaient comme
de petites fléches, c'était affreux, vous étiez grotesques dans vos rnaillots de bain. Et le soleil arrive
instant b). Lá, tout votre corps s'épanouit. Voilá que maintenant vous voudriez que tout votre corps soit
comme étaiable. Vous le tendez vers le soleji. Spinoza dit qu'iI ne faut pas se tromper, que dans les deux
cas votre pouvoir d'étre affecté est nécessairement rempli 587 .

Coniment passer donc de l'instant a) á l'instant b)? Comment ne plus nous retoumer dans
la boue? Comment éviter les petites fléches? Sans doute, le travail individuel, ce pur travail

ibid pp. 191.


586
IbId p. 7.
117
CS,p. 161.

254
sur le corps propre (« notre» corps) pour protéger un cóté de notre corps par l'autre cóté ne
suffit pas. Le ponvoir d'étre affecté est nécessairement reinpli, mais l'existence reste
merdique (celui-ci est rempli dans le seuil minimum de la vibration, le seuil minimum de la
différence entre un maximum et un minimum que notre pouvoir d'étre affecté est). Lorsqu'on
est au seuil minimuin, on se fatigue rapidement. De plus, le fait de sortii; d'aller se promener
avec Mme Pédale ne nous garantit pas nécessairement le soleil. Cela peut étre affreux. II ne
s'agit pas d'une pare « sortie ». II nous faut du soleil. On ne peut pas faire confiance au par
hasard. Le monde est un billard électrique et fou. On ne peut pas dépendre d'un coup de
chance. La question est compliquée et tout doit étre accompli ayee la sagesse. Allons done
doucement. Vers le soleil.

255
CHAPITRE XV
SPINOZA, CONNAISSANCE ADEQUATE ET SCIENCE DES BAPPORTS

On fait tout. Tout ce qu'on peut. Ce n'est qu'humain. Que nature

humaine. Que faiblesse hurnaine. Faiblesse naturelle

(SAMUEL BEcKFI'T, Oh les beauxjours)

L'étonnant, c'est que les hommes arrivent parfois á comprendre le

vrai, parfois á se comprendre entre eux, parfois á se libérer de ce qui

les enchane

(GILLES DELEUZE, Spinoza el le problérne de 1 'expression)

Comment passer done de la situation a) á la situation b)? It s'agit d'une autre version de
l'étonnement empiriste signalée par Deleuze chez Spinoza. Deleuze en parle á propos de la
question «Comment arrivons-nous á former des idées adéquates? », mais nous pouvons bien
en faire la réponse á notre question: « Comment est-il possible que nous arrivions á sortir de
notre enfermement? » II s'agit, aprs tout, nous le verrons, de deux formulations de la méme
question.

Chez Spinoza, ji en est de la vénté cornrne de la liberté: elles ne sont pas données en principe, mais
apparaissent cornrne le résultat d'une longue activité par laquelle nous produisons des idées adéquates,
échappant á l'enchainement d'une nécessité externe. Par lá, l'inspiration spinoziste est profondément
empiriste. II est toujours frappant de constater la différence d'inspiration entre les empinstes et les
rationalistes. Les uns s'étonnent de ce qui n'étonne pas les autres. A entendre les rationalistes, la vérité et
la liberté sont avant tout des droits; jis se demandent comment nous pouvons déchoir de ces droits,
tomber dans l'erreur ou perdre la liberté... Dans une perspective empiriste, tout est renversé: l'étonnant,

256
c'est que les hornrnes arrivent paifois á comprendre le vrai, parfois á se comprendre entre eux, parfois á se
libérer de ce qui les enchaine 58 .

Le point de départ, pour l'inspiration empiriste de Spinoza est la situation a): ce que nous
avons est un ensemble d'idées inadéquates. Mais alors, d'oú viennent-elies, ces idées? De
l'influence des autres parties, de ce qui «arrive» dans notre corps: «C'est en ce seus que
nous avons des idées »589. Finalement, rappelons-nous, «On est ce qu'on a, c'est par avoir
que l'étre se forme ici, ou que le moi passif est »590. On est fatigué, on est frappé
constamment d'affections tristes, on est au mínimum de notre puissance, on est dans la misre
et la pauvreté. II s'agit done, á partir de ce que nous avons, de sortir. De passer á la situation
b). Mais, pour le moment, mes amis, on est daus la boue. Ce n'est qu'humain. Que nature
humaine.

Nous sommes toujours ramenés á une certaine condition du mode, qui est celle de l'homrne en
particulier: les idées qui ini sont données d'abord sont des affections passives, des idées inadéquates ou
des imaginations... On ne voit pas coniment un mode fmi, surtout au début de son existence, pourrait
avoir autre chose que des idées inadéquates; on me voit pas dés lors comment ji pourrait éprouver autre
chose que des sentiment passifs 591 .

On est né dans la boue. C'est en ce sens que Deleuze signale: «Spinoza remarque que
l'enfance est un état misérable »592. II serait étonnant de nous en sortir. Nous n'avons pas de
vérité, nous n'avons pas de liberté. Grandir n'offre pas trop d'espoir puisque, dans les
conditions de la représentation orgique (dans la boue du capitalisme), la nécessité externe,
l'influence «organisée» des parties externes unifiées dans l'identité de la représentation,
nous privent de la connaissance. « Fruits dii hasard et des rencontres, servant á la recognition,
purement indicatives, les idées que nous avons sont inexpressives, c'est-á-dire
inadéquates »593 Nous nous imaginons enfermés dans nos consciences, nous imaginons que
nous sommes propriétaires de nos corps et de nos biens, nous croyons que le rapport
capitaliste est «le meilleur» ou tout du moins qu'il est inébranlable... Mais il ne s'agit lá que

SPE,p. 134
S?E, p. 131
590
DR,p. 107.
' SPE, p. 200.
592
SPE,p. 199.
593
SPE, p. 133

257
d'idées inadéquates, de l'usage le plus bas de la faculté d'imagination. Nous libérer implique
acquénr des idées adéquates. La tache gnoséologique et la táche politique se rejoignent. Nous
reviendrons plus en détails sur ces deux táches pour étayer cette affirmation.

Les idées adéquates sont des idées qui s'« expliquent par noire propre puissance» ou
expriment le rapport que nous sommes dans ce qu 'ji a de comrnun avec la nature. La
conception de la vérité pour Spinoza implique d'emblée un rapport avec le dehors: l'idée est
adéquate dans la mesure oi elle est expressive. Tout autre est le rapport représentatif: l'idée
est vraie en tant qu'elle correspond á l'objet qu'elle est censée représenter : «le terme
'adéquat', chez Spinoza, ne signifie jamais la correspondance de l'idée ayee l'objet qu'elle
représente ou qu'elle désigne, mais la convenance interne de l'idée ayee quelque chose
qu'elle exprime La version de Descartes dépasse déjá la conception de la vérité comme
correspondance : pour lui, une idée est vraie en tant qu'elle est claire et distincte, c'est-á-dire,
quand son contenu «objectif» ou «représentatif », nous est présenté avec clarté et
distinction. Mais la doctrine spinoziste de la vérité comme «adéquation» a l'intention de
dépasser aussi la conception cartésienne, qui elle se maintient dans la perspective
représentative:

Se dégage ainsi l'intention qui préside á toute la doctrine spinoziste de la vérité: ji s 'agit de subsiihuer la
coneeption de ¡ 'adéqual á la conceplion carlésienne dii clair el du distunct... Descartes, dans sa
conception du clair et du distinct, s'en est tenu au contenu représentatif de l'idée; ji ne s'est pas éievé
jusqu'au contenu expressif, infiniment plus profond 595 .

Le fait que l'idée représente un objet qui est la source de son contenu objectifimplique un
«moi» enfermé dans son intériorité. Voilá ce qui arrive á Descartes ayee sa conception de la
vérité á travers le clair et le distinet. II faut une nouvelle conception de la vérité pour en finir
avec le piége de la représentation et de 1 'intériorité : l'adéquation, qui reléve du fait que l'idée
exprime quelque chose. Deleuze nous dit dans Spinoza et le problrne de ¡ 'expression que
Leibniz et Spinoza sont d'accord sur ce point:

[II s'agit d'un] point commun entre Spinoza et Leibniz, qui contribue é. définir la réaction anti-
cartésienne... Le mot de Leibniz: la connaissance esi une espéce de ¡ 'expression pourrait étre signée

194
SPE,P. 118.
SPE, pp. 13 6-137.

258
de Spinoza... Toutes les différences entre Leibniz et Spinoza n'ótent rien á leur accord sur ces thses
fondamentales 596 .

Etant lié á la question de la représentation, cet accord semble mettre á terre ce qui est une
de nos tháses centrales: la différence essentielle entre le róle que jouent Leibniz et Spinoza
dans l'architecture de la philosophie de Deleuze. La critique de la représentation et la
postulation de l'adéquat com.me crit&e de la vérité se rejoignent ici. Or Spinoza et Leibmz
sont d'accord sur ce point. Comment peut-on donc utiliser les analyses de Spinoza pour briser
la représentation orgique de Leibmz? Comment l'adéquat peut-il nous sortir de
l'enfermement au sein de la monade leibnizienne tout en étant un concept de Leibniz?
Comment la théorie de l'expression pourrait-elle nous sortir du systme de la représentation?
Cela semble impossible.

Nous pourrions ici tenter une thse ad hoc typique : Deleuze aurait changé d'avis. Mais la
publication du premier livre sur Spinoza et de Dfférence et répétition (oü apparait la thse de
la représentation orgique de l'infiniment petit dont Leibniz est la figure majeure) est presque
simultanée: dans la premiére édition de Spinoza... le 10 novembre 1968 Dérence et
répétition est déjt mentionné parmi les ceuvres «du mame auteur » comme «sous presse » 597
Mais la biographie de Dosse nous donne d'autres éléments pour nous obstiner dans la thése
ad hoc: ji signale que Spinoza... était déjá rédigé beaucoup plus tót, á. la fin des années
1950598. Les problmes de la représentation orgique pourraient trés bien ne pas avoir été pris
en considération par Deleuze au moment de rédiger sa thése complémentaire. Mais, au-del&
de ces considérations ad hoc, je trouve intéressant le fait de signaler les questions de concept.

La béance entre Spinoza et le problme de 1 'expression et Dfférence et répétition ne nous


permettrait pas d'expliquer un changement radical de l'interprétation deleuzienne de Leibniz.
Mais cela nous permet d'expliquer le changement da.ns ce qui se référe au probléme de la
représentation. A la fin des années 1950, l'accord de ces deux grands philosophes du XVIIe
siécle sur la notion d'adéquation et l'importance de l'expression les oppose á celui qui
apparait comine le penseur de la représentation: Descartes, l'autre grande figure du XVIIe

596
SPE, p. 137-138.
597
Cf. SPE, p. 4.
598
« Spinoza fait l'objet de la thése complémentaire de Deleuze, 'L'idée d'expression dans la philosophie de
Spinoza', soutenue en 1968 sous la direction de Ferdinand Alquié. Ce travail de recherche, qui remonte en
fait plus avant, est déjá presque achevé á la fin des années 1950 », Dosse, op.cit. p. 177.

259
siécle. Leibniz. et Spinoza sont á la recherche d'une «raison suffisante », celle lá méme qui
manque au cartésianisme. Ce sont des théses «fondamentales » et Deleuze met un fort accent
lá-dessus. «Quelles que soient les différences » entre Leibniz et Spinoza, « sous toutes les
réserves », dans Spinoza et le problme de 1 'expression, ils sont tous deux d'accord sur la
question de la représentation: «On ne peut pas exagérer l'importance de la communauté
Leibniz-Spinoza

L'opposition de Leibniz et Spinoza par rapport á la question de la représentation apparait


dans Dfférence et r€pétition, mais nous essaierons de montrer dans les pages qui suivent que
ces différences découlent de différences qui étaient déjá présentes dans Spinoza et le problme
de 1 'expression, oii Deleuze avance: « lls divergent en chaque point, dans leur usage et leur
iuterprétation du concept {d'expression} »600. Le désaccord entre Leibniz et Spinoza devient
de plus en plus important au cours de l'c.euvre de Deleuze, dans la mesure o Deleuze voit de
plus en plus clairement I'alliance entre la pensée de Leibniz et la représentation capitaliste,
mais ce désaccord est déjá présent dés le début. Que Leibniz soit un théoricien de la•
représentation quand Spinoza, lui, saute au-delá, voilá ce qui peut étre démontré á partir des
théses exposées dans la thése complémentaire de Deleuze. Chez Leibniz, la connaissance
adéquate, méme si elle ne dépend pas du contenu «objectif » de l'idée, reste incapable de
résoudre notre probléme: comment sort-on du piége de l'intériorité? Et ceci paree que la
«raison suffisante » qui est posée, le rapport différentiel éminent dy / d, est une condition de
l'enfermement dans l'intériorité de la monade. Mais les raisons conceptuelles qui inciteront
Deleuze á théoriser une décennie plus tard la «représentation orgique » á partir de Leibniz
sont elles déjá présentes dans Spinoza et le probléme de 1 'expression. C'est lá le point
d'« opposition radicale » entre Leibuiz et Spinoza.

De l'essence elle-m&me, on ne dira pas [chez Spinoza] qu'elle est un possible; on ne dira pas davantage
que le mode non-existant tende, en vertu de son essence, á passer á l'existence. Sur ces deux points,
l'opposition est radicale entre Spinoza et Leibniz: chez Leibniz, l'essence ou la notion individuelle est
une possibilité logigue, et ne se sépare pas d'une certaine réalité métaphysique, c'est--dire d'une
« exigence d'existence », d'un tendance á l'existence [< II y a dans les choses possibles, c'est-.-dire dans
la possibilité mame oú l'essence, quelque exigence d'existence on, pour ainsi dire, quelque prétention á
l'existence, et pour le renfermer en un mot, l'essence tend d'elle-mme á l'existence », Leibniz, De

Çf. SPE, pp. 304, 311.


600
SPE, p. 304

260
1 'origine radicale des choses]. II n'en est pas ainsi chez Spinoza: l'essence n'est pas une possibilité, mais
possde une existence réelle qui lui revient en propre; le mode non-existant ne manque de rien et n'exige
rien, mais est conçu dans l'entendeznent de Dieu comme le corrélat de l'essence réelle. Ni réalité
métaphysique ni possibilité logique, 1 'essence de mode estpure réaliié physique 601 .

Les essences, selon Leibniz, poussent la « chose» á l'existence: essentiain per se tendere
ad existentiam. Le monde existant est donc nécessairement le meilleur et lefait empirique est
donc nécessairement tel qu'il doit étre, et ceci de maniére essentielle. Peut-étre comprenons-
nous mal le monde existant: cela est naturel, puisqu'« ji y a de l'obscur en nous ». Notre
région elaire est trop étroite. Mais le monde existant tel que nous l'exprimons u'en est pas
moins ce qu'il est essentiellernent. C'est lá le probléme du créationnisme: si Dieu a créé le
monde tel qu'il est, alors ji faut bien qu'il soit le meilleur. C'est en ce sens que Deleuze
accuse Leibniz de «moralisme rationaliste » : ce qui existe est voulu par Dieu, done «le Bien
est supérieur á l'existence, déteimine tout ce qui est. Le Bien, ou le Meilleur,font é tre »602. Ce
moralisme rationaliste est inséparable de l'ontologie de Leibuiz:

Si [chez Leibniz] les essences sont déterminées conime substances, si elles ne sont pas séparables d'une
tendance á passer á l'existence, c'est parce qu'elles sont prises dans un ordre de finalité en fonction
duquel elles sont choisies par Dieu.... Les forces dérivatives témoignent d'une harmonie analogue, en
vertu de laquelle le monde est le meilleurjusque dans ses parties elles-m8mes 603 .

Tant qu'on est dans la situation a), dans la boue, le créationnisme métaphysique devient
un confonnisme politique. Le meilleur des mondes possibles, c'est dróle, Vóltaire l'a déjá
montré, on en iit, on en pleure, mais on n'en sort pas si l'on n'en finit pas aussi avec le
créationnisme et le jugement de Dieu qu'il suppose. L'acceptation acritique de la réalité
effective repose sur une constatation théologique; ji faut aimer le monde paree que Dieu,
infiniment parfait, miséricordieux, juste et charitable 604, l'a créé ainsi. Spinoza le sait 605 .

SPE, p. 175, la citation de Leibniz entre crochets apparait comme note de pied de page: cf. Lebmz, op.ciL p.
660.
602
SPE, p. 232.
603
SPE, p. 212.
604
Spinoza critique cette conception de Dieu. Miséricordieux, juste, chaiitable, etc. iie sont pas des attributs de
Dieu sinon des propres, jis ne dérivent pas de l'essence de Dieu, mais des «déterminations extrinséques qui
indiquent seulement la façon dont les créatures imaginent Dieu » (SPE, p. 42).
605 « [
La question de l'athéisme de Spinoza] ne peut étre posée qu'en fonetion de ce que la plupart des gens
appellent Dieu du point de vue de la religion: c'est--dire un Dieu inséparable d'une ration boni, procédant
par la loi morale, agissant camine un juge. En ce seus, Spinoza, de toute évidence, est athée », SPE, p. 232.

261
Deleuze aussi; et ji en tire les conséquences: ji est indispensable de rompre ayee le
créationnisme pour pouvoir défendre en méme temps et la perfection de Dieu et
l'inadéquation du rapport capitaliste aux rapports humains. II porte ainsi une critique,, la plus
radicale qui soit, á la représentation politique, et méme, et surtout, á la version orgique qui
cominençait déjá á dominer le monde au cours du XVIIe siécle. II failait en finir ayee le
jugement de Dieu pour «doter les choses d'une force ou d'une puissance propre, qui leur
revient précisément en tant qu'elles sont des modes »606. Dans celle causalité immanente git
l'espoir d'un monde meilleur pour nous, adéquat au rapport qui nous caractérise en tant
qu'hommes.

Essence et existence

Essence et existence. Eternité et durée. Voilá une tension qui a été souvent signalée dans
la philosophie de Spinoza. Voilá deux dimensions de l'ontologie de Spinoza qu'il ne faut pas
confondre:

Nous concevons l'existence des Modes comme entiérement différente de celle de la Substance. D'oú se
tire la différence entre l'Eternité et la Durée; sous le concept de Durée nous ne pouvons concevoir que
l'existence des modes, tandis que celle de la Substance est conçue comme Etennté, c'est-á-dire comme
une jouissance infinie de l'existence ou de l'étre 607 .

Celle dffe'rence est fondamentale pour toute pensée pratique dont la base se trouve dans
l'ontologie de Spinoza. Deleuze n'est pas l'exception.

Si nous considérons les essences des modes flnis, nous voyons qu'elles ne foronent pas un systéme
hiérarchique oú les moins puissantes dépendraient des plus puissantes, mais une collection actuellement
infinie, un systéme d'implications mutuelles oú cha ql.Ie essence convient avec bules les autres et oú
toutes les essences sont comprises dans la production de chacune. Ainsi Dieu produit directement chaque
essence avec toutes les autres. Enfin, les modes existants eux-mémes ont Dieu pour cause directe. Sans
doute un mode existnt fmi renvoie-t-il á autre chose que l'attribut; il Irouve une cause dans un autre

606
SPE, p. 212.
601 Spinoza, B. «Lettre XII á Meyer » in 7'raité polilique el le'ltres, trad. C. Appuhn, Paris, Garnier-Flammarion,
1966,p. 158.

262
mode exisiani; celui-ci á son tour dans un autre, á l'infrni. Mais, pour chaque mode, Dieu est la puissance
qui détermine la cause á avoir tel effet °8 .

Les essences des modes finis conviennent toutes ayee toutes les autres. Dieu les produit
toutes dans la production de chacune. Pour les modes, l'essence n'impiique pas d'existence.
Cela n'arrive qu'á la substance; seulement pour Dieu i'essence équivaut á l'existence. Dans
l'ontoiogie de Spinoza, comment chacun sait, ji n'y a done qu'une seule substance. Unité de
la substance, multiplicité de modes. Donc, justement, pour les modes, i'essence n'implique
pas d'existence. Mais, comme nous venons de le voir dans la polémique ayee Leibniz, 11 n'y a
pas non plus une poussée á l'existence. Le mode non-existant ne manque de iien. L'existence
n'est pas une nécessité de l'essence. Le mode ne peut donc pas trouver sa cause dans son
essence. 11 doit le trouver ailleurs: «11 trouve une cause dans un autre mode existant ».
L'opposition entre l'essence et l'existence a poussé beaucoup d'interprétations á signaler une
coupure infranchissabie, une béance dans la philosophie de Spinoza. La connaissance de la
Substance (laphilosophie á laquelle seuls les sages ont accs) et la vie des modes existants (la
superstition de la multitude) n'auraient alors nen en commun. C'est le cas de Leo Strauss:

The antithesis between philosophy asid superstition corresponds to the fundamental distmction drawn
throughout Spinoza's anthropoiogy - a contrast that ultimately rests on the ontic opposition between the
total and imperishable which is in se, asid the partial and transient which is in alio.
Between these there is
no middle term609 .

Mais la chose est plus compliquée. Etablir une coupure entre le monde des essences et
ceux des existants met á terre la théorie de l'iinmanence. Ce serait comnientjeter le bébé avec
l'eau du bain. Méme si le mode «frouve sa cause dans un autre mode existant » ji n'en est pas
moins vrai qu'il a Dieu (ou la Substance) pour cause directe. Si i'on établissait une coupure,
une béance entre la substance et les modes, entre les essences et les existants, le monde, notre
monde, notre siécle, seraient livré au hasard, les corps et les dines se définiraient seulement

608
SPE, p. 167, c'est moi qui souligne.
609
Strauss, L op. cit. p. 245.

263
par «leur rencontres et leur chocs au hasard » 610 . De son cóté, la substance ne s'ouvrirait pas
au monde, repliée sur elle-méme. Voili done un probléme á résoudre6' .

Mais pourquoi devrions-nous le faire, ici, maintenant, dans cette thése sur Deleuze, sur la
philosophie politique de Deleuze avec une lecture anthropoiogique? Regardons le chemin
que nous somines en train de parcourir. Nous nous questionnions sur la misare du capitalisme.
Cette misére était celle de i'intériorité. Celle de Malone ayant perdu jusqu'á son crochet. Le
crochet étant la propriété privée. Dans la misére, dans l'étourdissement, Malone marchait vers
la mort annoncée dés la premiére ligne du livre de Beckett: «je serais bient6t tout á fait mort
enfrn »612. II fallait donc sortir de l'enfeirnement dans l'intériorité. Retronver le monde. Mais
la question n'est pas facile. Ce qui se passe, c'est que nous ne sommes pas seulement
enfermés dans notre intériorité, mais que cet enfennement est produit par notre socius
organisé par le capitalisme. Les chocs nous font mal.-Et jis insistent sur notre pauvre corps nu,
de plus en plus nu. Comment sortir? Comrnent reprendre contact ayee le dehors? II faut
former des idées adéquates. Mais comment, si l'on n'a que cette pluie terrible?

La position de Strauss est que la philosophie de Spinoza ne peut rieti faire, justement á
cause de la béance déjá signalée:

[Spinoza] constructs the political word from the distance of contemplation, aftirming the powers which
form it, « loving » them after the manner of « amor fati », but expelling them from the sphere of his own
life... The gulfbetween the few wise and the multitude is given, and the political theory in unconcerned
with the wise and concemed only with the multitude. The abyss, created by interest in theory, between the
wise and the multitude, makes the wise essentially spectator of the life of the multitude. For tire wise, the
multitude becomes an object of theory 613

La position de Deleuze est absoiument opposée á celle de Strauss. 11 nous faut la


phiiosophie de Spinoza pour résoudre le probléme politique, le probléme de l'existence. Nous
avous un probléme d'existence: nous sommes dans la boue, nous avons mal, nous sommes
misérables. Le point de vue philosophique consiste á transformer les conditions misérables de

DRF, p. 177. TI s'agit de la préface rédigée par Deleuze pour L Áno?nalie sauvage d'Antonio Negri, Paris,
PUF, 1982.
611
Nous ne considérons pas que ce que propose Strauss, c'est--dire la religion comme terme intermédiaire, soit
une solution. La médiation aussi détruit l'immanence.
612
Beckett, op. cit. p. 7.
613
Strauss, op.ciL p. 229.

264
l'existence á partir de la compréhension des conditions de possibilité de notre existence. Une
connaissance par la cause. Par l'essence. Voilá que nous avons essayé de montrer que pour
Deleuze les conditions de connaissance posées par Leíbniz ne font que légitimer le
fonctionnement des rapports capitalistes (et lá, oui, c'est l'arnorfati). Mais ce sont justement
ces rapports capitalistes qui sont la cié de notre souffrance. Et nous avons cm que chez
Spinoza, dans la lecture de1euzienne de Spinoza, nous pouvions bien trouver certaines clés.
Spinoza contre Leibniz. Mais cette opposition se pose en tenues de rapport entre essence et
existence. Chez Leibuiz il y a une exigence d'existence dans les essences qui n'apparaft pas
chez Spinoza, Pour Deleuze, c'est lá que réside l'«opposition radicale entre Spinoza et
Leibniz ». Mais, tant que nous ne comprenons pas comment agit ce rapport dans la
phiiosophie de Spinoza, nous nc serons pas plus avancés. II nc suffit pas en effet de le poser.
Nous croyons que cette compréhension nous permettra de penser á la révolution des
conditions d'existence. Pour comprendre en quoi nous pouvons trouver chez Spinoza la cié
d'un matérialisme révolutionnaire614 .

Spinoza baroque?

Nous croyons que la question que nous venons de nous poser, c'est-á-dire, le rapport entre
essence et existence des modes diez Spinoza, peut s'éclairer á partir d'une confrontation avec
l'interprétation qu'en fait Antonio Negri dans L 'Anomalie sauvage (1981). Méme si Deleuze
en rédige la préface, les deux auteurs n'ont pas le méme cntére á l'heure d'aborder celle
question si délicate de l'ontologie de Spinoza.

II est curieux que Negri choisisse la question «Spinoza baroque ? » comme sous-titre de
la section dans laquelle ji aborde la question qui nous occupe. Mais ce choix tenninologique
nc doit pas nous égarer. Ii nc s'agit pas lá dii baroque tel que nous l'avons traité selon la
définition de Deleuze «faisant des plis qui vont á l'infini ». Negri n'explicite pas sa propre
définition, alors ji faut l'inférer á partir de l'usage qu'il fait du tenue, en l'appliquant á
Spinoza. Voyons donc en quoi Spinoza pourrait élre un baro que: cela dépend de la maniére
dont nous interprétons le rapport entre l'essence et les modes finis. II serait baroque s'ii
tombait dans un de ces extrémes: établir une continuité excessive entre l'essence et les

614
DRF, p177.

265
modes, ou les séparer par de biais d'une césure excessive. Baroque par continuité ou baroque
par césure, voilá les deux accusations que Negri porte á Spinoza (heureusement nous verrons
que finalement ji l'acquitte).

Dans un premier temps, Negri signale 1' « utopie spinoziste » telle qui serait présente dans
le Court traité et au début de 1 'Ethique. Celle utopie correspond á l'optimisme que Spinoza
aurait éprouvé vis-á-vis de la situation po