Vous êtes sur la page 1sur 159

Page 1 sur 159

REPUBLIQUE DU CAMEROUN REPUBLIC OF CAMEROON


Paix-Travail-Patrie Peace-Work-Fatherland
----------- -----------
MINISTERE DE L’EAU ET MINISTRY OF WATER RESOURCES
DE L'ÉNERGIE AND ENERGY
----------- -----------
SECRETARIAT GENERAL SECRETARIAT GENERAL
----------- -----------
DIRECTION DE L’ELECTRICITE DEPARTEMENT OF ELECTRICITY
----------- -----------
PROJET DE REMISE À NIVEAU DES RESEAUX DE
TRANSPORT D’ELECTRICITE ET REFORME DU SECTEUR

CADRE DE POLITIQUE DE RÉINSTALLATION


Projet de remise à niveau des réseaux de
transport d’électricité et réforme du secteur

Juillet 2016

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 2 sur 159

TABLE DES MATIERES

LISTE DES TABLEAUX ............................................................................................................................................. 6


LISTE DES CARTES .................................................................................................................................................. 6
LISTE DES ABBREVIATIONS .................................................................................................................................... 7
RESUME EXECUTIF................................................................................................................................................10
EXECUTIVE SUMMARY .........................................................................................................................................16
1 INTRODUCTION ...................................................................................................................................22
1.1 CONTEXTE DU PROJET ET JUSTIFICATION DU CADRE DE POLITIQUE DE REINSTALLATION ..................................................... 22
1.2 OBJECTIFS DU CADRE DE POLITIQUE DE REINSTALLATION ............................................................................................ 23
1.3 MISSION DE LA CONSULTANTE .............................................................................................................................. 23
1.4 REMERCIEMENTS ............................................................................................................................................... 24
1.5 APPROCHE METHODOLOGIQUE UTILISEE POUR REALISER LE CPR.................................................................................. 24
1.5.1. Revue documentaire............................................................................................................................ 24
1.5.2. Consultation des parties prenantes ..................................................................................................... 25
1.5.3. Restitution de la version provisoire du CPR ......................................................................................... 26
2 DESCRIPTION DU PROJET ..................................................................................................................28
2.1 CONTEXTE, OBJECTIFS ET COMPOSANTES DU PROJET ................................................................................................. 28
2.2 FINANCEMENT ET DUREE DU PROJET...................................................................................................................... 29
2.3 OUVRAGES A REALISER ........................................................................................................................................ 29
2.4 OUVRAGES NECESSITANT LES ACQUISITIONS DES TERRES ............................................................................................ 30
3 PRINCIPALES CARACTERISTIQUES SOCIO-ECONOMIQUES DES ZONES
D’INTERVENTION DU PROJET ...................................................................................................................31
3.1 SITUATION ADMINISTRATIVE DES ZONES D’INTERVENTION DU PROJET ........................................................................... 31
3.2 CARACTERISTIQUES SOCIO‐ECONOMIQUES DES ZONES D’INTERVENTION POTENTIELLES DE LA COMPOSANTE BIRD SUR RIS ..... 34
3.2.1. Peuplement et groupe ethnique .......................................................................................................... 34
3.2.2. Démographie ....................................................................................................................................... 34
3.2.3. Mouvements migratoires .................................................................................................................... 34
3.2.4. Organisation socio-politique ............................................................................................................... 35
3.2.5. Organisation de l’habitat et du terroir ................................................................................................ 35
3.2.6. Us et coutumes – Rites traditionnelles ................................................................................................ 36
3.2.7. Religion ................................................................................................................................................ 37
3.2.8. Vie associative et aspect genre ........................................................................................................... 37
3.2.9. Mode d’acquisition des terres ............................................................................................................. 37
3.2.10. Cadre économique .......................................................................................................................... 38
3.2.11. Infrastructures socio-collectives ..................................................................................................... 39
3.3 CARACTERISTIQUES SOCIO‐ECONOMIQUES DES LOCALITES COUVERTES SUR LE RIN .......................................................... 40
3.1.1. Localisation administrative de les lignes et les postes ........................................................................ 40
3.1.2. Peuplement et composition ethnique.................................................................................................. 40
3.1.3. Caractéristiques démographiques ....................................................................................................... 40
3.1.4. Organisation socio-politique ............................................................................................................... 41
3.1.5. Système foncier et place de la femme ................................................................................................. 41
3.1.6. Place de la femme dans la société traditionnelle et dans la prise de décision .................................... 42
3.1.7. Croyances et religion ........................................................................................................................... 42
3.1.8. Organisation de l’habitat et du terroir ................................................................................................ 43
3.1.9. Vie associative ..................................................................................................................................... 43
3.1.10. Urbanisation ................................................................................................................................... 43
3.1.11. Cadre économique .......................................................................................................................... 43
3.1.12. Infrastructures socio-collectives ..................................................................................................... 45
4 IMPACTS POTENTIELS DU PROJET SUR LES PERSONNES ET LES BIENS ..............................46
4.1 IMPACTS DE LA REINSTALLATION INVOLONTAIRE SUR LA SECURITE FONCIERE .................................................................. 46
4.1.1. Impacts positifs ................................................................................................................................... 46

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 3 sur 159

4.4.2. Impacts négatifs et mesures ............................................................................................................... 46


4.2 IMPACTS DE LA REINSTALLATION INVOLONTAIRE SUR LES BIENS ET LES PERSONNES........................................................... 47
4.2.1. Impacts positifs ................................................................................................................................... 47
4.2.2. Impacts négatifs .................................................................................................................................. 47
4.2.3. Mesures d’atténuation ........................................................................................................................ 49
4.3 IMPACTS DE LA REINSTALLATION INVOLONTAIRE SUR LES PERSONNES VULNERABLES......................................................... 50
4.3.1. Impacts positifs ................................................................................................................................... 50
4.3.2. Impacts négatifs et mesures ............................................................................................................... 50
4.4 IMPACTS DE LA REINSTALLATION INVOLONTAIRE SUR LA COHESION SOCIALE ................................................................... 50
4.4.1. Impacts positifs ........................................................................................................................................ 50
4.4.2. Impacts négatifs ...................................................................................................................................... 50
4.4.3. Mesures d’atténuation ............................................................................................................................ 51
4.5 IMPACTS DE LA REINSTALLATION INVOLONTAIRE SUR LE CADRE DE VIE DES POPULATIONS ET SUR L’ECONOMIE LOCALE ............ 52
4.5.1. Impacts positifs ........................................................................................................................................ 52
4.5.2. Impacts négatifs et mesures .................................................................................................................... 52
4.6 IMPACTS DES CHAMPS ELECTROMAGNETIQUES SUR LA SANTE DES POPULATIONS............................................................. 52
4.6.1. Impacts positifs ........................................................................................................................................ 52
4.6.2. Impacts négatifs et mesures .................................................................................................................... 52
4.7 IMPACTS DES LIGNES DE TRANSPORT D’ELECTRICITE SUR LA SECURITE DES PERSONNES ...................................................... 53
4.7.1. Impacts positifs ........................................................................................................................................ 53
4.7.2. Impacts négatifs et mesures .................................................................................................................... 53
4.8 IMPACTS DE LA REINSTALLATION SUR LA SECURITE DES PERSONNES............................................................................... 53
4.8.1. Impacts positifs ........................................................................................................................................ 53
4.8.2. Impacts négatifs et mesures .................................................................................................................... 53
5 CONTEXTE JURIDIQUE ET INSTITUTIONNEL ENCADRANT LE PROCESSUS
D’EXPROPRIATION POUR CAUSE D’UTILITE PUBLIQUE ....................................................................55
5.1 CADRE JURIDIQUE NATIONAL EN MATIERE DE PROPRIETE FONCIERE .............................................................................. 55
5.1.1. Régime foncier coutumier ou traditionnel........................................................................................... 55
5.1.2. Régime foncier moderne ..................................................................................................................... 56
5.2 CADRE JURIDIQUE NATIONAL EN MATIERE D’EXPROPRIATION POUR CAUSE D’UTILITE PUBLIQUE ET DE MODALITES
D’INDEMNISATION ....................................................................................................................................................... 57
5.3 TEXTES JURIDIQUES RELATIFS AUX LITIGES FONCIERS .................................................................................................. 60
5.4 TEXTES JURIDIQUES RELATIFS AUX OPERATIONS D’INHUMATION, D’EXHUMATION ET DE TRANSFERT DE CORPS ...................... 60
5.5 POLITIQUE OPERATIONNELLE 4.12 DE LA BANQUE MONDIALE EN MATIERE DE REINSTALLATION INVOLONTAIRE .................... 60
5.6 DECRYPTAGE COMPARE DES DISPOSITIONS DE LA REGLEMENTATION CAMEROUNAISE ET DE LA BANQUE MONDIALE............... 62
5.7 CONTEXTE INSTITUTIONNEL.................................................................................................................................. 65
5.6.1. MINDCAF : Ministère des Domaines, du Cadastre et des Affaires Foncières ........................................... 65
5.6.2. Commission de Constat et d’Évaluation des biens (CCE) ..................................................................... 65
5.6.3. Rôle des acteurs intervenant dans le processus d’expropriation pour cause d’utilité publique .............. 67
6 PROCESSUS DE REINSTALLATION ..................................................................................................70
6.1 PRINCIPES ET OBJECTIFS DE REINSTALLATION............................................................................................................ 70
6.1.1. Principes de minimisation de réinstallation ............................................................................................. 70
6.1.2. Mesures additionnelles d’atténuation ..................................................................................................... 70
6.1.3. Principes d’indemnisation ........................................................................................................................ 71
6.2 INSTRUMENTS / OUTILS DE GESTION DE LA REINSTALLATION ....................................................................................... 71
6.2.1. Cadre de politique de réinstallation (CPR) ............................................................................................... 72
6.2.2. Plan de Réinstallation (PAR) .................................................................................................................... 72
6.2.2.1. Objectif ...............................................................................................................................................................72
6.2.2.2. Orientations visant à déterminer la nécessité d’un PSR ou d’un PAR ................................................................72
6.2.2.3. Principes et étapes de préparation et de publication du PSR / PAR ...................................................................73
6.2.2.4. Mise en œuvre et suivi du PSR / PAR..................................................................................................................75

7 CRITERES D’ELIGIBILITE DES PERSONNES AFFECTEES ET GROUPES VULNERABLES ....77


7.1 CRITERES D’ELIGIBILITE DES PERSONNES AFFECTEES PAR LA PERTE DE LEUR PROPRIETE FONCIERE ........................................ 77
7.2 CRITERES D’ELIGIBILITE DES PERSONNES AFFECTEES PAR LA PERTE DES MISES EN VALEUR AUTRES QUE LES TERRES .................. 78
7.3 CRITERES D’ELIGIBILITE DES COMMUNAUTES AFFECTEES PAR LA PERTE DES BIENS COMMUNAUTAIRES / COLLECTIVES.............. 78
7.4 DONNEES DE REFERENCE POUR L’ETABLISSEMENT DE L’ELIGIBILITE DES PERSONNES ET COMMUNAUTES AFFECTEES ................ 78

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 4 sur 159

7.5 DATE D’ELIGIBILITE DES PERSONNES ET COMMUNAUTES AFFECTEES .............................................................................. 78


7.6 CATEGORIES DE PERSONNES, MENAGES ET COMMUNAUTES ELIGIBLES .......................................................................... 79
7.7 GROUPES VULNERABLES A LA REINSTALLATION ......................................................................................................... 80
7.7.1. Nature des groupes vulnérables .............................................................................................................. 80
7.7.2. Assistance aux groupes vulnérables ........................................................................................................ 82
8 METHODES D’EVALUATION DES BIENS AFFECTES ET D’ESTIMATION DES TAUX DE
COMPENSATION ............................................................................................................................................84
8.1 APPROCHE GLOBALE D’EVALUATION DES BIENS TOUCHES ET DES TAUX DE COMPENSATION ............................................... 84
8.2 DIFFERENTES FORMES DE COMPENSATION A APPLIQUER DANS LE CADRE DU PROJET ........................................................ 84
8.3 METHODES D’EVALUATION ET DE COMPENSATION DES BIENS ET REVENUS INDIVIDUELS .................................................... 85
8.3.1. Terres ....................................................................................................................................................... 85
8.3.1.1. Terrains nus ........................................................................................................................................................85
8.3.1.2. Terres cultivables ................................................................................................................................................87
8.3.1.3. Matrice d’éligibilité pour les terrains nus et les terres cultivables .....................................................................87
8.3.1.4. Besoins en terres pour l’implantation des ouvrages envisagés ..........................................................................88
8.3.2. Cultures et arbres cultivés........................................................................................................................ 88
8.3.2.1. Cultures annuelles, cultures maraîchères et tubercules.....................................................................................89
8.3.2.2. Cultures pérennes, fruits, cultures industrielles et plantes médicinales ............................................................90
8.3.2.3. Matrice d’éligibilité pour les cultures et les arbres cultivés ...............................................................................91
8.3.3. Constructions / immeubles ...................................................................................................................... 92
8.3.3.1. Bases de calcul et formes de compensation .......................................................................................................92
8.3.3.2. Matrice d’éligibilité pour les bâtiments ..............................................................................................................93
8.3.3.3. Précautions à prendre lors du paiement des compensations ............................................................................95
8.3.3.4. Situation actuelle des constructions et immeubles dans les localités affectées ................................................95
8.3.4. Tombes .................................................................................................................................................... 95
8.3.5. Perte des revenus liés à la restriction d’accès à certaines ressources naturelles .................................... 96
8.3.6. Perte de revenus liés à la perte du site de certaines activités.................................................................. 97
8.4 METHODES D’EVALUATION ET DE COMPENSATION DES BIENS COMMUNAUTAIRES ........................................................... 97
8.4.1. Infrastructures socio-collectives .............................................................................................................. 97
8.4.2. Sites culturels ........................................................................................................................................... 98
9 PROCESSUS D’EXPROPRIATION POUR CAUSE D’UTILITE PUBLIQUE ET PROCEDURE
D’INDEMNISATION ......................................................................................................................................99
9.1 PROCEDURE DE PAIEMENT DES INDEMNISATIONS ET SECURISATION DES PERSONNES INDEMNISEES ..................................... 99
9.2 PROCEDURE DE COMPENSATION DES PERSONNES AFFECTEES ...................................................................................... 99
9.2.1. Information, consultation et participation du public ............................................................................... 99
9.2.2. Documentation des avoirs et des biens ................................................................................................... 99
9.2.3. Convention pour la compensation ......................................................................................................... 100
9.2.4. Exécution de la compensation ............................................................................................................... 100
9.3 PROCEDURE D'EXPROPRIATION ........................................................................................................................... 100
9.3.1. Déclenchement du processus................................................................................................................. 100
9.3.2. Délai d’expropriation ............................................................................................................................. 101
9.3.3. Information des personnes et communautés affectées sur l’enquête ................................................... 101
9.3.4. Enquêtes ................................................................................................................................................ 102
9.3.5. Biens susceptibles d'expropriation......................................................................................................... 103
9.3.6. Négociation ........................................................................................................................................... 103
10 MECANISMES DE GESTION DES PLAINTES ................................................................................105
10.1 TYPES DE CONFLITS ET MECANISME DE RESOLUTION ACTUELS ............................................................................... 105
10.2 TYPES DE PLAINTES ET GRIEFS PROBABLES ......................................................................................................... 105
10.3 MECANISME DE GESTION DES CONFLITS DANS LE CADRE DU PROJET ...................................................................... 106
10.3.1. Cas de désaccord dans l’indemnisation ............................................................................................... 106
10.3.2. Enregistrement des plaintes ................................................................................................................ 106
10.3.3. Instances de médiation pour la gestion des plaintes et des griefs ...................................................... 107
10.3.4. Procédure de traitement des plaintes et des griefs ............................................................................. 107
10.3.5. Commission de constat et d’évaluation des biens ............................................................................... 107
10.4 DISPOSITIF PROPOSE ET REGLEMENTATION CAMEROUNAISE DE L’EXPROPRIATION..................................................... 107
10.5 CAS D’OMISSION DANS LA COMPENSATION....................................................................................................... 108

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 5 sur 159

11 MECANISME D’INFORMATION, DE CONSULTATION ET DE PARTICIPATION DU PUBLIC


ET CADRE DE DIFFUSION ..........................................................................................................................109
11.1 INFORMATION DU PUBLIC ............................................................................................................................. 109
11.1.1. Objectif ................................................................................................................................................ 109
11.1.2. Approche et moyens ............................................................................................................................ 109
11.1.3. Parties prenantes à informer ............................................................................................................... 109
11.1.4. Responsabilité ...................................................................................................................................... 110
11.2 CONSULTATION DU PUBLIC ............................................................................................................................ 110
11.2.1. Objectif ................................................................................................................................................ 110
11.2.2. Approche et moyens ............................................................................................................................ 110
11.2.3. Parties prenantes à consulter .............................................................................................................. 111
11.2.4. Responsabilité ...................................................................................................................................... 111
11.3 PARTICIPATION DU PUBLIC ............................................................................................................................ 111
11.3.1. Objectif ................................................................................................................................................ 111
11.3.2. Approche et moyens ............................................................................................................................ 111
11.3.3. Parties prenantes à consulter .............................................................................................................. 112
11.3.4. Responsabilité ...................................................................................................................................... 112
11.4 COMPLEMENTARITE ENTRE L’INFORMATION, LA CONSULTATION ET LA PARTICIPATION DU PUBLIC ................................ 112
11.4.1. Sur le CPR ............................................................................................................................................. 112
11.4.2. sur les PSR / PAR .................................................................................................................................. 112
11.5 DIFFUSION ................................................................................................................................................. 113
11.6 RESULTATS DE LA MISSION D’INFORMATION ET DES CONSULTATIONS DU PUBLIC MENEES DANS LE CADRE DU PRESENT CPR
113
11.6.1. Craintes exprimées par les parties prenantes consultées .................................................................... 113
11.6.2. Attentes des parties prenantes consultées .......................................................................................... 115
12 CADRE DE MISE EN ŒUVRE, DE SUIVI – EVALUATION ET DE RENFORCEMENT DES
CAPACITES ....................................................................................................................................................116
12.1 RESPONSABILITE DE MISE EN ŒUVRE DU CPR ET DES PSR/PAR ........................................................................... 116
12.1.1. SONATREL ............................................................................................................................................ 116
12.1.2. Commissions de constat et d’évaluation des biens.............................................................................. 116
12.1.3. Consultants .......................................................................................................................................... 116
12.1.4. Organismes d’appui local .................................................................................................................... 116
12.1.5. Comités locaux de réinstallation .......................................................................................................... 116
12.1.6. Banque mondiale ................................................................................................................................. 117
12.2 CADRE DE SUIVI .......................................................................................................................................... 117
12.2.1. Objectifs ............................................................................................................................................... 117
12.2.2. Démarche ............................................................................................................................................ 118
12.2.3. Indicateurs ........................................................................................................................................... 118
12.2.4. Responsabilités .................................................................................................................................... 119
12.2.5. Coût ..................................................................................................................................................... 120
12.3 CADRE DE L’EVALUATION .............................................................................................................................. 120
13.2.1. Objectifs ............................................................................................................................................... 120
13.2.2. Processus ............................................................................................................................................. 121
13.2.3. Indicateurs ........................................................................................................................................... 121
13.2.4. Responsabilités .................................................................................................................................... 121
13.2.5. Coût ..................................................................................................................................................... 122
12.4 RENFORCEMENT DES CAPACITES ..................................................................................................................... 122
12.4.1. Objectif ................................................................................................................................................ 122
12.4.2. Approche.............................................................................................................................................. 122
12.4.3. Bénéficiaires ........................................................................................................................................ 122
12.4.4. Responsabilité ...................................................................................................................................... 122
12.4.5. Coût ..................................................................................................................................................... 122
13 BUDGET ET FINANCEMENT DE MISE EN ŒUVRE DU CPR ET PLANIFICATION DE MISE
EN ŒUVRE......................................................................................................................................................123
13.1 ESTIMATION DU COUT GLOBAL DE LA REINSTALLATION ........................................................................................ 123
13.2 BUDGET DE MISE EN ŒUVRE DU CPR .............................................................................................................. 123

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 6 sur 159

13.3 SOURCE DE FINANCEMENT ............................................................................................................................ 125


13.4 PROCEDURES DE PAIEMENT DES INDEMNISATIONS ............................................................................................. 126
13.5 CALENDRIER DE MISE EN ŒUVRE DU PROCESSUS DE REINSTALLATION INVOLONTAIRE ................................................ 126
ANNEXES ............................................................................................................................................................128
ANNEXE 1 : TERMES DE RÉFÉRENCE DE L’ÉLABORATION DU CPR DE LA COMPOSANTE BIRD DU PROJET ...................129
ANNEXE 2 : CHRONOGRAMME DU DEROULEMENT DE LA MISSION .............................................................................132
ANNEXE 3 : EXPOSE ET LISTE DES PARTICIPANTS A LA RESTITUTION ............................................................................133
ANNEXE 4 : DOSSIER DE RECENSEMENT........................................................................................................................136
ANNEXE 5 : PLAN TYPE D’UN PLAN DE REINSTALLATION (PSR / PAR) ...........................................................................137
ANNEXE 6 : FICHE DE PLAINTES .....................................................................................................................................139
ANNEXE 7 : FICHE DE REUNION .....................................................................................................................................140
ANNEXE 8 : LISTE DES PERSONNES RENCONTREES LORS DES CONSULTATIONS PUBLIQUES ........................................142
ANNEXE 9 : COMPTES RENDUS DES CONSULTATIONS PUBLIQUES ...............................................................................159

LISTE DES TABLEAUX

Tableau 1: Communes couvertes pour les consultations publiques ................................... 26


Tableau 2: Répartition de la population de la zone du projet par arrondissement .......... 34
Tableau 3: Population des Communes affectées ................................................................... 40
Tableau 4: Lecture comparée des deux politiques (nationale et Banque mondiale) ........ 63
Tableau 5: Composition de la CCE aux niveaux national, régional et départemental .... 66
Tableau 6: Missions des différents acteurs intervenant dans le processus d’expropriation
pour cause d’utilité publique.................................................................................................... 67
Tableau 7: Prix unitaire (m²) de terrain actuellement appliqué sur le terrain ................... 86
Tableau 8: Matrice d’éligibilité liée à la perte propriété foncière et formes de
compensation .............................................................................................................................. 87
Tableau 9: Barème règlementaire de compensation applicable aux cultures annuelles,
cultures maraîchères et tubercules........................................................................................... 89
Tableau 10: Barème règlementaire de compensation applicable aux cultures pérennes,
fruits, cultures industrielles et plantes médicinales .............................................................. 90
Tableau 11: Formes de compensation appliquées aux cultures vivrières et arbres
cultivés ......................................................................................................................................... 92
Tableau 12: Formes de compensation appliquées aux constructions et immeubles ........ 94
Tableau 13: Formes de compensation appliquées à ressources / activités concernées ... 96
Tableau 14: Matrice d’éligibilité liée à la perturbation de certaines activités et formes de
compensation .............................................................................................................................. 97
Tableau 15: Quelques indicateurs de suivi ........................................................................... 119
Tableau 16 : Budget estimatif de mise en œuvre du CPR et de réalisation des PSR/PAR
..................................................................................................................................................... 124
Tableau 17: Planification du processus de réinstallation pendant la mise en œuvre du
Projet........................................................................................................................................... 127
Tableau 18: Planification du processus de réinstallation sur 20 mois .............................. 127

LISTE DES CARTES

Carte 1 : Localisation des zones d’intervention composante BIRD du projet sur le RIS . 32
Carte 2 : Localisation des zones d’intervention composante BIRD du projet sur le RIN 33

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 7 sur 159

LISTE DES ABBREVIATIONS


AfDB : African Development Bank

APD : Avant-Projet Détaillé

APD : Avant-Projet Détaillé

APS : Avant-Projet Sommaire

BAD : Banque Africaine de Développement

BIRD : Banque Internationale pour la Reconstruction et le Développement

CAMTEL : Cameroon Telecommunication

CAN : Coupe d’Afrique des Nations

CCE : Commission de Constat et d’Évaluation des biens

CGES : Cadre de Gestion Environnementale et Sociale

CPR : Cadre de Politique de Réinstallation

CRTV : Cameroon Radio and Television

DUP : Déclaration pour cause d’Utilité Publique

EIES : Étude d’Impact Environnemental et Social

ENEO : Energy Cameroon (société)

ES : Expert Social du Projet

ESMF : Environmental and Social Management Framework

FCFA : Franc de la Communauté Française d'Afrique

FCFA : Francs de la

FEICOM : Fonds Économique Intercommunal

GRT : Gestionnaire du Réseau de Transport national

IBRD : International Bank for Reconstruction and Development

IST : Infection Sexuellement Transmissible

MINADER : Ministère de l’Agriculture et du Développement Rural

MINAS : Ministère des Affaires Sociales

MINATD : Ministère de l’Administration Territoriales et de la Décentralisation

MINDCAF : Ministère en charge des domaines, du cadastre et des affaires foncières

MINDCAF : Ministère des Domaines, du Cadastre et des Affaires Foncières

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 8 sur 159

MINDUH : Ministère du Développement Urbain et de l’Habitat

MINEE : Ministère de l’Eau et de l’Énergie

MINEPAT : Ministère de l’Économie, de la Planification et de l’Aménagement du Territoire

MINEPIA : Ministère de l’Élevage, des Pêches et des Industries Animales

MINFOF : Ministère des Forêts et de la Faune

MINIMIDT : Ministère de l’Industrie, des Mines et de Développement Technologique

MINTP : Ministère des Travaux Publics

MTN : Mobile Telecommunication Network

NEXTEL : Next Telecom

NIES : Notice d’Impact Environnemental et Social

OAL : Organismes d’Appui Local

ONG : Organisation Non Gouvernementale

OP : Politique Opérationnelle de la Banque mondiale

PAP : Personne Affectée par le Projet

PAR : Plan d’Action de Réinstallation

PCD : Plan Communal de Développement

PDSE : Plan de Développement du Secteur de l’Électricité

PFNL : Produits Forestiers Non Ligneux

PIDMA : Programme d’Investissement et de Développement des Marchés Agricoles

PNDP : Programme National de Développement Participatif

POS : Plan d’Occupation des Sols

PRERETD : Projet de Renforcement et d’Extension des ouvrages Électriques de Transport et


de Distribution

PSR : Plan Succinct de Réinstallation

RAP : Resettlement Action Plan

RGPH : Recensement Général de la Population et de l’Habitat

RIE : Réseau Interconnecté Est

RIN : Réseau Interconnecté Nord

RIS : Réseau Interconnecté Sud

RPF : Resettlement Policy Framework

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 9 sur 159

RSP : Resettlement Succinct Plan

SIDA : Syndrome d'Immunodéficience Acquise

SNEL : Société Nationale d’Électricité

SOCAPALM : Société Camerounaise des Palmeraies

SODECOTON : Société de Développement du Coton

SONATREL : Société Nationale de Transport d’Électricité

VIH : Virus de l'Immunodéficience Humaine

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 10 sur 159

RESUME EXECUTIF
 Présentation du Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et
réforme du secteur

Le Gouvernement du Cameroun prépare actuellement le Projet de remise à niveau des réseaux


de transport d’électricité et réforme du secteur pour la période 2016-2022 dans le but de
rattraper le retard d’investissement dans le réseau de transport ces dernières années, à
améliorer la qualité de service en termes de capacité, d'efficacité et de stabilité du réseau public
de transport d'électricité du Cameroun, et à assurer l’intégration des nouvelles sources de
production. Le projet financera des investissements prioritaires visant à mettre à niveau et à
étendre les réseaux publics de transport de l'électricité et à renforcer la fiabilité de
l'approvisionnement en électricité des systèmes électriques interconnectés.

Le projet consistera à : (i) réaliser les interconnexions pour augmenter la fourniture d’électricité
vers les grands centre urbains et assurer la sécurité N-1 de cette fourniture ; (ii) sécuriser et
renforcer l’alimentation du réseau de transport des villes de Douala et de Yaoundé ; (iii)
renforcer et sécuriser les trois réseaux interconnectés Nord (RIN), Sud (RIS) et Est (RIE) ; (iv)
assurer l’évacuation des centrales de production (Nachtigal, Memve’ele, Kribi, etc.) vers les
centres de consommation dans des conditions qui assurent la fiabilité et la stabilité de la
fourniture ; et (v) moderniser et mettre à niveau le dispatching du RIS, et construire un nouveau
dispatching pour piloter le RIN.

La Maîtrise d’Ouvrage du Projet sera assurée par la Société Nationale de Transport d’Électricité
(SONATREL), qui pourrait se faire appuyer par une firme de consultant dûment recrutée. Le
coût total du Projet s’élève à 1,6 milliards de dollars US (environ 800 milliards de francs CFA)
sur 5 à 6 ans (2016-2022). Trois bailleurs de fonds sont actuellement positionnés pour apportés
ces fonds ; il s’agit de la Banque Africaine de Développement (BAD), la Banque Internationale
pour la Reconstruction et le Développement (BIRD)1 et la China Exim Bank.

 Contexte et objectifs du Cadre de Politique de Réinstallation du Projet

En respect de sa politique de sauvegarde sociale OP 4.12 sur la réinstallation involontaire des


populations, la Banque mondiale prescrit à tout emprunteur de ses fonds la préparation d’un
Cadre de politique de réinstallation (CPR). Le CPR est requis lorsqu’un projet est susceptible
d’avoir des impacts sur les personnes, les terres, leurs biens et leurs moyens d’existence sans
que ces impacts puissent être définis précisément avant l’évaluation du projet par la Banque ; et
ce dans une perspective de prévenir les impacts négatifs multiformes des investissements du
projet sur les populations en cas de déplacement forcé.

La mise en œuvre de certains investissements du Projet, notamment ceux concernant la


construction et/ou le renforcement des lignes de transport d’électricité et des postes de
transformateurs nécessiteront une acquisition de terres pour leur implantation, pouvant ainsi
entrainer l’expropriation des ayants-droits, la perte des biens (cultures, arbres, constructions,
tombes, etc.) situés dans les emprises des travaux, avec pour conséquence le déplacement
involontaire des personnes affectées, et des restrictions d’accès à certaines ressources
économiques aux communautés affectées.

1 Le terme «Banque mondiale» englobe la BIRD et l’IDA. Le terme «prêts» recouvre les prêts de la BIRD, les crédits de l’IDA, les
garanties de la BIRD et de l’IDA et les avances du Mécanisme de financement de la préparation des projets (PPF), mais non pas
les prêts, crédits ou dons à l’appui de politiques de développement.

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 11 sur 159

Afin d’atténuer ces désagréments et de permettre que les conditions de vie des personnes et
communautés affectées soient améliorées ou tout au moins maintenues après la construction
des ouvrages, la Banque mondiale a exigé du Gouvernement camerounais l’élaboration du
présent CPR, afin de conformer le Projet aux exigences de la politique de sauvegarde 4.12 sur la
réinstallation involontaire des populations.

Ce CPR est essentiellement destiné à préciser les principes qui seront utilisés pour recaser et
compenser les personnes déplacées, et à présenter les procédures et modalités institutionnelles
de réinstallation conformément aux directives de l’OP 4.12, en cohérence avec la législation
camerounaise en matière d’expropriation pour cause d’utilité publique et d’indemnisation des
personnes affectées. Le but principal est de fournir les orientations pour la préparation des
plans d'action de réinstallation (PAR) spécifiques qui doivent être mis en œuvre à la satisfaction
de la Banque avant le début de tous travaux de génie civil.

 Approche méthodologique utilisée

La réalisation du présent CPR s’est appuyée sur l’exploitation de la documentation et surtout


sur une large consultation des parties prenantes du 23 avril au 26 mai 2016 dans cinq régions,
neuf départements et vingt-trois communes susceptibles d’être couverts par la composante
BIRD. La sélection des communes consultées s’est fondée sur la proximité de celles situées le
long de certains axes routiers sur le RIS et le RIN. Les catégories des parties prenantes
consultées comprenaient les autorités administratives, les exécutifs communaux, les autorités
traditionnelles, les leaders des populations, ainsi que les responsables des services techniques
déconcentrés concernés.

Les échanges avec les communautés locales se sont effectués à travers des réunions organisées
pour certaines dans les salles de réunions des sous-préfectures compétentes, et d’autres dans les
salles des actes des communes compétentes. La convocation et la tenue de ces réunions ont été
facilitées par l’implication active des autorités administratives et des exécutifs communaux
concernés ; à qui la mission adresse ses sincères remerciements. Quant aux acteurs
institutionnels, notamment les responsables des services techniques concernés, ils ont été
rencontrés dans leurs bureaux respectifs.

Chaque rencontre ou réunion faisait l’objet d’un compte-rendu dont l’ensemble est consigné
dans le Rapport de consultation et de participation communautaire. Une liste de présence était
signée par les personnes ressources rencontrées.

La présente version du CPR a fait l’objet d’une restitution le 16 mai 2016 auprès des parties
prenantes à l’Hôtel Mont Febe à Yaoundé. Cette version a pris en compte l’ensemble des
recommandations issues de cet atelier.

 Impacts des investissements du Projet sur les personnes et les biens

Les principaux impacts de la mise en œuvre des investissements du Projet sur les personnes et
les biens sont ci-après présentés.

La conception technique détaillée des investissements envisagés par le Projet n’est pas encore
suffisamment avancée. En effet, leurs Avants projets sommaires et détaillés, de même que leurs
Déclarations pour cause d’Utilité Publique (DUP) ne sont pas encore disponibles. Ainsi, il n’est
pas aisé au stade actuel de préparation du Projet, de procéder dans le cadre du présent CPR, à
une quantification précise : (i) du nombre de personnes affectées ; (ii) de surfaces de terrains à
libérer ; (iii) du nombre et type de cultures et arbres plantés qui seront touchés ; (iv) du nombre

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 12 sur 159

de bâtiments qui seront touchés ; (v) de la nature et du nombre d’infrastructures socio-


communautaires qui seront touchées ; (vi) du niveau de moyens d’existence et des activités qui
seront perturbés.

 Perte des terres

Cet impact pourra avoir pour causes : (i) Acquisition permanente de terrains nécessaires à la
construction des ouvrages envisagés ; (ii) Occupation temporaire des terrains durant les travaux
pour les besoins des chantiers.

Cet impact sera significatif et donc d’une grande importance au niveau des centres urbains
susceptibles d’être affectés. En effet, au regard des prix actuellement pratiqués sur la vente du
mètre carré, les terrains constituent un bien rare et très prisé dans les villes des régions
d’intervention du Projet. À l’issue des études techniques, les différentes variantes des ouvrages
seront connues, et il serait judicieux de pencher sur la ou les variantes ayant le moins d’impact
sur les acquisitions de terres.

 Perte des bâtiments et infrastructures

Cette perte pourra être générée par : (i) Destruction des divers bâtiments et maisons
d’habitation, ainsi que des infrastructures établis sur les emprises des ouvrages ; (ii) Destruction
d’autres types de structures (abris, boutiques, hangars de marché, etc.).

Cet impact sera significatif et donc d’une grande importance au niveau des centres urbains
susceptibles d’être affectés. En effet, la plupart des villes des régions d’intervention du Projet
sont caractérisées par la forte densité des constructions et surtout des constructions en hauteur
(Yaoundé, Douala, Bafoussam, Bamenda, etc.). Par ailleurs, les postes de transformateurs
actuels sont bordés dans leur proximité immédiate par les maisons d’habitation. Il s’en suit que
les extensions envisagées pour ces postes y auront également un fort impact. À cet effet, les
études techniques permettront d’envisager la ou des variantes de sites d’implantation des
ouvrages ayant le moins d’impact sur les constructions (maisons, édifices, etc.). Les
compensations prévues permettront d’atténuer le niveau d’ampleur de l’impact sur les
personnes et communautés affectées.

 Perte des cultures et des terres agricoles

Cette perte pourra être liée à : (i) Destruction des cultures sur les terrains acquis de façon
permanente ; (ii) Dommages causés aux cultures lors des travaux de construction.

L’analyse de l’ampleur de cet impact montre que la perte des cultures vivrières sera de faible
importance notamment en ce qui la construction des lignes de transport d’électricité Haute
Tension (à plus de 10 mètres du sol). En effet, ces cultures vivrières ne seront pratiquement pas
détruites mais plutôt elles perdront l’espace dédié à leur pratique habituelle. En outre, la
SONATREL accordera suffisamment du temps aux paysans pour récolter leurs productions
vivrières avant le début des travaux : ce temps est règlementairement de six mois au moins (Loi
de 1987 sur l’expropriation pour cause d’utilité publique). Cette approche sera ajustée en
fonction de la saison et les nouvelles cultures découragées si leur récolte tombe après cette
période. L’impact est plus important sur les arbres cultivés, car ils seront automatiquement
détruits. Mais les compensations prévues permettront de réduire cette ampleur sur les
personnes affectées.

 Déplacement et/ou risque de destruction des sites et vestiges culturels et des tombes

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 13 sur 159

Cet impact pourra survenir en cas de : (i) Acquisition des sites et vestiges culturels ainsi que des
tombes établis dans les emprises des ouvrages ; (ii) Dommages causés sur ces biens lors des
travaux de construction.

L’impact de la construction des ouvrages sur les tombes, les sites et vestiges culturels resterait
limité aux seuls sites d’implantation des poteaux et de l’espace nécessaire pour l’implantation
des postes de transformateurs. Les dispositions prises sur l’OP 4.11 sur le Patrimoine culturel
physique dans le Cadre de gestion environnementale et sociale (CGES) du Projet
s’appliqueront. En effet, compte tenu de l'extrême sensibilité des tombes, les alternatives seront
recherchées activement pour éviter le dommage ou le déplacement des tombes spécialement.
Les lignes passant très au-dessus du sol (environ 10 m du sol), il pourrait être envisagé dans le
cadre du Projet de laisser ces biens dans les emprises et de donner juste des conseils d’accès aux
propriétaires concernés. Par ailleurs, il serait judicieux de modifier le tracé de toute ligne ou le
site d’implantation de tout poste de transformateur, qui apparaîtrait sur un site sacré ou un
vestige culturel.

 Perte des moyens d’existence

La perte des moyens d’existence pourrait être causé par : (i) Réduction des surfaces cultivables
et des espaces autrefois exploités à des fins agricoles ; (ii) Réduction des espaces de collecte des
produits forestiers non ligneux, des bois de services (chauffe, construction, etc.).

Cet impact sera peu significatif sur les moyens d’existence au regard de l’espace qui sera affecté
(emprise assez limitée pour les ouvrages) et surtout du fait que ces moyens d’existence
pourraient être facilement reconstitués grâce à l’appui communautaire du Projet aux
communautés affectées tel que proposé dans le présente CPR.

 Perturbations de certaines activités économiques (commerce, corps de métiers, etc.)

Les perturbations éventuelles pourraient survenir du fait de : (i) Destruction des bâtiments
abritant les commerces et corps de métiers ; (ii) Perte de la clientèle habituelle ; (iii) Changement
du site habituel de pratique des activités concernées.

Cet impact sera de faible ampleur étant donné que les personnes affectées seront informées à
l’avance et disposeront de suffisamment de temps (au moins six mois) pour déplacer
progressivement leurs activités et informer leurs clientèles des nouveaux sites. Par ailleurs, ils
bénéficieront de l’assistance à la réinstallation involontaire conformément aux prescriptions de
l’OP 4.12 pour cette catégorie de personnes affectées. Cela comprend généralement le
déplacement et la réinstallation de leur boutique ou des bâtiments utilisés pour leur entreprise.

 Principes pour la mise en œuvre du processus de réinstallation

À l’issue des divers échanges, des leçons tirées des autres projets, et des discussions issues de
l’atelier de restitution du présent document, la mission formule les recommandations suivantes
pour le Projet :

- La mise en œuvre des ouvrages envisagés devra respecter autant que possible les
principes de la réinstallation involontaire des populations à savoir : (i) minimiser autant
que possible le déplacement physique involontaire et la destruction de biens ; (ii)
effectuer une compensation équitable et adéquate des communautés et personnes
affectées sur la base des valeurs de remplacement ; (iii) prioriser les variantes (des sites

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 14 sur 159

des ouvrages) à faible impact notamment les sites où les densités de mise en valeur sont
moindres ou presque nulles (ce qui éviterait d’engager une réinstallation complexe) ; (iv)
intégrer les sites d’implantation conformes au plan d’occupation et d’urbanisation des
localités traversées.

- Le requête pour le DUP sera fait aussitôt que possible et le budget pour le travail de la
Commission de constat et d’évaluation des biens (CCE) confirmé par le MINDCAF et le
Maitre d’Ouvrage. Il est recommandé qu’une DUP soit demandé pour chaque ouvrage
et que la mise en place de la CCE se fasse au niveau de chaque département.

- Un plan de recasement (PSR/PAR) sera élaboré pour chaque projet. Ils devront être
réalisés par des consultants (individuels ou Bureaux d’études). Afin d’alléger le
processus de passation de marché pour la réalisation de ces PSR/PAR, les marchés
publics sur les PSR/PAR devront être regroupés sur la base de la taille des projets
(ouvrages) envisagés. Pour une plus grande efficacité dans les résultats attendus, un
consultant ne devra pas être attributaire de plus d’un marché public. Par ailleurs, pour
chaque PSR/PAR, le consultant contracté effectuera le recensement des biens touchés et
des personnes affectées en étroite collaboration avec la CCE compétente.

- Le présent CPR et les PSR/PAR à produire devront être publiés au niveau national sur
les sites Web de la SONATREL et du MINEE, dans les communes et localités affectées, et
au niveau international sur le site Infoshop de la Banque mondiale avant l’évaluation du
projet.

- Le processus d’information, de consultation et de participation des populations et


communautés affectées devra constituer les maîtres mots de la démarche tout au long
du processus de réinstallation, afin d’y recueillir leurs avis et le consensus. Ce processus
vient d’être enclenché notamment avec la large consultation des parties prenantes qui a
été organisée pendant la préparation du cadre de gestion environnementale et sociale,
de l’évaluation sociale et du présent CPR comme rappelé dans la partie méthodologique
ci-dessus.

- Les compensations et la réinstallation devront impérativement précéder le démarrage de


tous travaux sur le terrain. Les compensations s’effectueront en nature ou en numéraire,
les modalités de calcul des biens affectés (terrain, constructions, cultures, tombes, arbres,
infrastructures communautaires, etc.) s’effectueront sur la base textes juridiques en
vigueur, tout en tenant compte des exigences de l’OP 4.12 en matière de compensation
tels que relevées dans le présent document. Pour les biens immatériels, culturels ou
communautaires, la nature et le niveau de compensation seront déterminés par les
négociations avec les communautés affectées et le montant des indemnisations sera
déterminé conjointement

- S’agissant des groupes vulnérables (personnes handicapées, malades chroniques, jeunes


en situation de chômage, personnes âgées, femmes seules, Bororos, déplacés victimes de
Boko Haram, etc.), à défaut de leur épargner le déplacement, le Projet leur apportera en
plus des différentes compensations reconnues à tous dans les conditions idoines, une
assistance particulière adaptée à leurs besoins spécifiques.

- En ce qui concerne le mécanisme de gestion des plaintes, un Comité de suivi de la


réinstallation sera mis en place dans chaque commune concernée. Chaque Comité devra
disposer des représentants locaux de toutes les parties prenantes au processus de
réinstallation. Le recours à la justice sera la dernière alternative à laquelle les

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 15 sur 159

communautés et personnes affectées pourraient solliciter. Le suivi du mécanisme de


gestion des plaintes sera sous la responsabilité de l’Expert Social du Projet avec l’appui
du Comité de suivi

- La responsabilité centrale de la conception, planification, mise en œuvre et suivi


évaluation de la politique de réinstallation incombera à la SONATREL qui devra
l’impulser et la respecter. Les communautés affectées y seront également très impliquées
à travers le Comité de suivi ci-dessus mentionné, de même que la Banque mondiale à
travers ses missions de supervision.

- Tous les acteurs identifiés comme ayant un rôle à jouer dans le processus de
réinstallation notamment les membres de toutes les CCE, verront leurs capacités
renforcées en matière de réinstallation involontaire et sur les exigences et principes des
politiques opérationnelles de la Banque mondiale.

 Budget de la mise en œuvre du CPR et financement

Le budget prévisionnel du processus de réinstallation de l’ensemble du Projet s’élève à


1 430 000 000 (Un Milliard Quatre Cent Trente millions) francs CFA, soit environ 2 200 000
dollars US.2 Il s’agit d’un budget révisable en fonction de l’ampleur et du type de déplacement
et de réinstallation (temporaire ou définitif). Ce budget sera intégré dans le coût global du
Projet, excepté les coûts liés aux indemnisations des personnes expropriées pour cause d’utilité
publique car ceux seront pris en charge par la SONATREL. Les Plans de travail et de budget
annuels du Projet devront prendre en compte les activités prévues dans le présent cadre. La
mise en œuvre des principales séquences du processus de réinstallation involontaire
s’effectuera sur une période estimative de 20 mois soit 1 an 8 mois.

2 1 francs CFA pris à 650 dollars US

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 16 sur 159

EXECUTIVE SUMMARY
 Presentation of the Electricity transmission and reform project

The Government of Cameroon currently prepares the Electricity transmission and reform
project for the period 2016-2022 in order to make up for delays of investment in the transport
network these last years, to improve quality of service in terms of capacity, efficiency and
stability of the public electricity transmission network in Cameroon, and to ensure the
integration of the new sources of production. The Project will finance priority investments to
upgrade and expand the public electricity transmission networks and enhance the reliability of
electricity supply of interconnected power systems.

The Project will consist with: (i) to carry out the interconnections to increase the supply of
electricity towards the large urban center and to ensure N-1 safety of this supply; (ii) to secure
and reinforce the supply of the transport network of the towns of Douala and Yaounde; (iii) to
reinforce and secure the three interconnected networks (RIN, RIS and RIE); (iv) to ensure the
evacuation of the power stations of production (Nachtigal, Memve'ele, Kribi, etc.) towards the
centers of consumption under conditions which ensure the reliability and the stability of the
supply; and (v) to modernize and upgrade the dispatching of RIS, and build a new dispatching
to control the RIN.

The Control of Work of the Project will be ensured by the National Company of Electricity
Transmission (SONATREL), which could be supported by a consulting firm duly recruited. The
total costs of the Project rise to 1.6 billion dollars US (about more than 800 billion CFA francs)
on 5 to 6 years (2016-2022). Three donors are currently positioned to provide these funds; it is
the African Development Bank (AfDB), the International Bank for Reconstruction and
Development (IBRD) and the China Exim Bank.

 Background and objectives of Resettlement Policy Framework of the Project

In respect of its policy of social safeguard OP 4.12 on the involuntary resettlement of the
populations, the World Bank requires each borrower of its funds the preparation of a
Resettlement Policy Framework (RPF). The RPF is necessary when a project is likely to have
impacts on people, land, their goods and livelihood without these impacts being able to be
precisely defined before the evaluation of the project by the Bank; and this with a view to
prevent the multiform negative impacts of the investments of the project on the populations in
cases of forced displacement.

The implementation of certain investments of the Project, in particular those concerning


construction and/or the reinforcement of the transport lines of electricity and the stations of
transformers will require an acquisition of lands for their establishment, which may well lead to
the expropriation of the have-rights, the loss of goods (cultures, trees, buildings, tombs, etc.)
located in the influences of work, leading to the involuntary displacement of the affected
people, and the access restrictions to certain economic resources to the affected communities.

To mitigate these inconveniences and to allow the living conditions of affected people and
communities are improved or at least maintained after construction works, the World Bank
required that the Government of Cameroon the development of this RPF, in order to conform
the Project to the requirements of the policy of safeguard OP 4.12 on the involuntary
resettlement.

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 17 sur 159

This RPF is essentially intended to specify the principles to be used to resettle and compensate
the displaced people, and to present the institutional and relocation procedures of resettlement,
in accordance with the directives of the OP 4.12, in coherence with the Cameroonian legislation
as regards expropriation due to public utility and of compensation for the affected people. The
main goal is to provide the guidelines for the preparation of the specific Resettlement Action
Plans (RAPs) that must be implemented to the satisfaction of the Bank before the beginning of
all work of civil engineer.

 Methodological approach used

The realization of this RFP was based on the exploitation of the documentation and especially
on a broad consultation of stakeholders from 23rd April to 26th May 2016 in five regions, nine
departments and twenty-three councils that may be covered by the BIRD component. The
selection of council consulted was based on the proximity of those located along certain
highways on the RIS and RIN. The categories of stakeholders consulted included
administrative, municipal executive, traditional authorities, leaders of the people and the
leaders of decentralized technical services concerned.

Discussions with local communities were carried out through meetings organized for some in
the meeting rooms of the relevant sub-divisions, and other in the halls of the relevant councils.
The calling and holding of these meetings were facilitated by the active involvement of the
administrative authorities and communal executives concerned; to which the mission its sincere
thanks. As for the institutional actors, including officials of technical services concerned, they
were met at their respective offices.

Each discussion or meeting was the subject of a report whose whole is consigned in the
consultation and community engagement report. An attendance list was signed by the people
resources met.

This version of the RFP was the subject of a restitution May 16th, 2016 with stakeholders at
Mount Febe Hotel in Yaounde. This version has taken into account the whole of the
recommendations resulting from this workshop.

 Impacts of the investments of the Project on people and goods

The main impacts of the implementation of the investments of the Project on the people and the
goods are presented below.

The detailed technical concept note of the investments planned by the Project is not yet
sufficiently advanced. Indeed, their summary and detailed projects, as well as their declarations
due to Public Utility (DUP) are not yet available. Thus, it is not easy at this stage of preparation
of the project to proceed under the present RFP, a precise quantification: (i) the number of
people affected; (ii) areas of land to release; (iii) the number and type of planted crops and trees
that will be affected; (iv) the number of buildings that will be affected; (v) the nature and
number of socio-community infrastructures that will be affected; (vi) the level of livelihood and
activities will be disrupted.

 Loss of land

This impact may be caused by: (i) Permanent acquisition of land necessary for the construction
of the planned works; (ii) Temporary occupation of land during the work for the needs of the
building sites.

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 18 sur 159

This impact will be significant and therefore of great importance on the level as of urban centers
may be affected. Indeed, in view of the prices currently practiced on the sale of square meter,
land is a scarce and much snuffed in cities of intervention areas the Project. Following technical
studies, the different variants of structures are known, and it would be wise to consider the
variant with the least impact on land acquisitions.

 Loss of buildings and infrastructures

This loss can be caused by: (i) Destruction of the various buildings and houses, as well as
infrastructure established on holds of structures; (ii) Destruction of other types of structures
(shelters, shops, market sheds, etc.).

This impact will be significant and therefore of great importance on the level of the urban
centers may be affected. Indeed, most of cities of intervention areas of Project are characterized
by the high density of buildings and constructions especially in height (Yaounde, Douala,
Bafoussam, Bamenda, etc.).Moreover, current transformer stations are bordered in their
immediate proximity to residential houses. It follows that the extensions planned for these
positions will also have a strong impact. For this purpose, technical studies will allow to
consider the variant(s) of sites of establishment of the works having less impact on buildings
(houses, buildings, etc.). The compensations envisaged will allow to mitigate the level of
magnitude of the impact on the affected people and communities.

 Loss of crops and farmlands

This loss may be related to: (i) Destruction of crops on land acquired permanently; (ii) Damage
caused with crops during the building work.

The analysis of the extent of this impact shows that the loss of food crops will be of low
importance particularly in the construction of electricity high voltage transmission lines (over
10 meters high).

Indeed, these food crops practically will not be destroyed but they will lose the space dedicated
to their usual practice. Moreover, SONATREL will grant sufficient time for farmers to harvest
their food crops before starting work: this time is statutorily six months at least (Law of 1987 on
expropriation due to public utility). This approach will be adjusted according to the season and
new discouraged crops if their harvest falls after this period.

The impact is more important on the cultivated trees, because they will be automatically
destroyed. But the compensations envisaged will allow to reduce the magnitude on the affected
people.

 Moving and / or risk of destruction of cultural sites and relics and tombs

This impact will be able to occur in the event of: (i) Acquisition of the cultural sites and relics, as
well as tombs established in the influences of the works; (ii) Damage caused on these goods
during building work.

The impact of the construction of the works on the tombs, the cultural sites and relics would
remain limited to the only sites of establishment of the posts and space needed for the
establishment of the stations of transformers. The measures taken on the OP 4.11 on Physical
Cultural Resources in the Environmental and Social Management Framework (ESMF) of the

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 19 sur 159

Project will apply. Indeed, taking into account the extreme sensitivity of the tombs, the
alternatives will be actively required to avoid the damage or the displacement of the tombs
especially.

The lines passing far above the ground (about 10 m above the ground), it could be considered as
part of the Project to leave these goods in the influences and to just give advices of access to the
owners concerned. In addition, it would be wise to modify the layout of any line or the site of
establishment of any station of transformer, which would appear on a sacred site or a cultural
relic.

 Livelihood Loss

The loss of livelihoods could be caused by: (i) Reduction of cultivable surfaces and the spaces
formerly exploited for agricultural purposes; (ii) Reduction in space for collecting of non-timber
forest products , or service wood (heating, construction, etc.).

This impact will be insignificant on livelihoods in terms of the space that will be used (influence
limited enough for the works) and especially because these livelihoods could be easily
reconstituted by the Project thanks to community support to the affected communities as
proposed in the present RPF.

 Disturbances of certain economic activities (commerce, trades, etc.)

The possible disturbances could occur because of: (i) Destruction of the buildings sheltering the
shops and trades; (ii) Loss of the usual customers; (iii) Changing of the usual site of practice of
the activities concerned.

This impact will be of low magnitude as those affected will be informed in advance and will
have enough time (at least six months) to gradually move their activities and inform their
customers of new sites. They also benefit from the assistance to involuntary resettlement in
accordance with the requirements of OP 4.12 for this category of people affected. This usually
includes the displacement and resettlement of their shops or buildings used for their business.

 Principles for the implementation of the resettlement process

At the conclusion of the various exchanges, lessons drawn from the other projects, and
discussions resulting from the workshop of restitution of this document, the project has
incorporated the following principles:

- The implementation of the proposed works will have to respect as much as possible the
principles of involuntary resettlement namely: (i) minimize as much as possible the
involuntary physical displacement and destruction of assets; (ii) realize an equitable and
adequate compensation of the affected communities and people based on the value of
replacements; (iii) prioritize variants (site works) with low-impact in particular sites
where the densities of development are less or almost worthless (which would avoid
engaging a complex relocation); (iv) integrate the sites of establishment in the
occupation and urbanization plan of the affected localities.

- The request for the DUP will be done as soon as possible and the budget for the work of
the Commission of report and evaluation of goods (CCE) confirmed by the MINDCAF
and Employer Master. DUP will be requested for each work and the establishment of the
CCE is done in each division.

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 20 sur 159

- A resettlement plan (RSP/RAP) will be prepared for each project. They will be carried
out by consultants (individuals or firms). To ease the procurement process for achieving
these RSP/RAP, public procurement on RSP/RAP will be grouped based on the size of
projects (works) envisaged. For a greater efficiency in the expected results, a consultant
should not be awarded more than one public contract. Moreover, for each RSP/RAP, the
contracted consultant will conduct the assessment of affected goods and people affected
in close collaboration with the competent CCE.

- This RPF and the RSP/RAP to be produced will have to be published in the national
level on the Web sites of the SONATREL and the MINEE, in the communes and
localities affected, and in international level on the Infoshop site of the World Bank
before the evaluation of the project.

- The process of information, consultation and participation of the affected populations


and communities will have to constitute the main words of the approach throughout the
resettlement process, in order to collect their opinions and consensus. This process has
just been started in particular with the wide consultation of the stakeholders which was
organized during the preparation of the environmental and social management
framework, of the social evaluation and this RPF as remembered in the methodological
section above.

- Compensation and resettlement must imperatively precede the start of any work in the
field. The compensation shall be made in cash or in kind, the method of calculating the
affected goods (land, buildings, crops, tombs, trees, community infrastructures, etc.) will
be made on the basis of existing laws, taking into account of requirements of OP 4.12 for
compensation as noted in this document. For the immaterial cultural or community
goods, the nature and level of compensation will be determined by negotiations with the
affected communities and the amount of compensation will be determined jointly.

- With regard to vulnerable groups (disabled, chronically ill, young people who are
unemployed, elderly, single women, Bororo, displaced victims of Boko Haram, etc.),
failing to save their displacement, the Project will bring to them besides the various
compensations recognized at all in the right conditions, a specific assistance adapted to
their specific needs.

- Concerning the complaint management mechanism, a monitoring committee of


relocation will be set up in each municipality. Each committee should have local
representatives of all stakeholders in the resettlement process. The recourse to justice
will be the last alternative in which affected communities and people may require.
Monitoring the complaint management mechanism will be the responsibility of the
Social Expert Project with the support of the Monitoring Committee.

- The central responsibility for the design, planning, implementation and monitoring and
evaluation of resettlement policy will be for the SONATREL who will have to initiate
and respect it. Affected communities will also be closely involved throughout the
monitoring committee mentioned above, as well as the World Bank through its
supervision missions.

- All actors identified as having a role to play in the resettlement process including
members of all the CCE, will see their capacities strengthened on involuntary

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 21 sur 159

resettlement and on the requirements and principles of operational policies of the World
Bank.

 Budget of the implementation of the RPF and funding

The estimated budget of the relocation process of the whole Project amounts to 1,430,000,000
(One Billion Four Hundred Thirty million) CFA francs, or about 2.2 million US dollars. This
is a rolling budget according to the scale and type of displacement and relocation (temporary or
permanent). This budget will be integrated into the overall cost of the Project, except the costs of
compensation for expropriated lands for public purposes as these will be covered by the
SONATREL. The annual Plans and budget work of the Project must take into account the
activities under this framework. The implementation of the main sequences of involuntary
relocation process will occur over an estimated period of 20 months or 1 year 8 months.

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 22 sur 159

1 INTRODUCTION
1.1 CONTEXTE DU PROJET ET JUSTIFICATION DU CADRE DE POLITIQUE DE REINSTALLATION

Le Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur vise à
rattraper le retard d’investissement dans le réseau de transport ces dernières années, à
améliorer la qualité de service en termes de capacité, d'efficacité et de stabilité du réseau public
de transport d'électricité du Cameroun, et à assurer l’intégration des nouvelles sources de
production. Le Projet financera des investissements prioritaires visant à mettre à niveau et à
étendre les réseaux publics de transport de l'électricité et à renforcer la fiabilité de
l'approvisionnement en électricité des systèmes électriques interconnectés. Il appuiera
également la mise en place d'une configuration institutionnelle durable permettant de gérer et
d’exploiter les infrastructures de transport existantes et nouvelles. Ainsi, le projet consistera à :
- réaliser les interconnexions pour augmenter la fourniture d’électricité vers les grands
centre urbains et assurer la sécurité N-1 de cette fourniture ;
- sécuriser et renforcer l’alimentation du réseau de transport des villes de Douala et de
Yaoundé ;
- renforcer et sécuriser les trois réseaux interconnectés Nord (RIN), Sud (RIS) et Est (RIE) ;
- assurer l’évacuation des centrales de production (Nachtigal, Memve’ele, Kribi, etc.) vers
les centres de consommation dans des conditions qui assurent la fiabilité et la stabilité
de la fourniture ; et
- moderniser et mettre à niveau le dispatching du RIS, et construire un nouveau
dispatching pour piloter le RIN.

La Maîtrise d’Ouvrage du Projet sera assurée par la Société Nationale de Transport d’Électricité
(SONATREL), qui pourrait se faire appuyer par une firme de consultants dûment recrutée. Les
principales composantes du Projet qui seront examinées avec le Gouvernement, sont les
suivantes :
- Composante 1 : Établissement et opérationnalisation du Gestionnaire du réseau de
transport national ;
- Composante 2 : Renforcement du réseau public de transport ;
- Composante 3 : Appui à la gestion du projet et renforcement des capacités.

Le coût total du projet s’élève à 1,6 milliards de dollars US, soit plus de 800 milliards de FCFA
sur 5 – 6 ans (2016-2022). Trois bailleurs de fonds sont actuellement positionnés pour apportés
ces fonds ; il s’agit de la Banque Africaine de Développement (BAD), la Banque Internationale
pour la Reconstruction et le Développement (BIRD) et la China Exim Bank.

Le Projet compte 138 projets dont certains portent sur les investissements physiques. Il s’agit de
la construction et/ou du renforcement des lignes de transport d’électricité et des postes de
transformateurs. Ces investissements pourraient nécessiter l’acquisition des terres, entraînant
éventuellement la perte des biens situés dans les emprises des travaux, avec des déplacements
involontaires et des restrictions d’accès des populations à certaines de leurs ressources
économiques. À cet effet, la Banque mondiale a exigé du Gouvernement camerounais
l’élaboration d’un Cadre de Politique de Réinstallation (CPR) pour conformer le Projet à sa
politique de sauvegarde sociale 4.12 sur la réinstallation involontaire des populations ; étant
donné qu’au stade actuel de sa préparation, les sites d’implantation des lignes et des postes de
transformateurs ne sont pas encore précisés.

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 23 sur 159

Cette politique s’applique dans tous les cas d’acquisition de terres et de restriction d’accès et/ou
de diminution de ressources pour cause de mise en œuvre d’un projet. Il s’applique si des
personnes affectées par un projet auraient à déménager dans un autre endroit.

1.2 OBJECTIFS DU CADRE DE POLITIQUE DE REINSTALLATION

Le Cadre de politique de réinstallation (CPR) constitue le cadre de référence pour la mise en


œuvre des mesures d’atténuation des impacts causés par la réinstallation involontaire et la
préparation des Plans d‘Action de Réinstallation (PAR). Il vise globalement à limiter les
désagréments qui pourraient être causés par la réinstallation involontaire, et à assurer que les
conditions de vie des populations affectées soient améliorées ou tout au moins maintenues
après la réinstallation.

Le CPR présente les procédures et modalités institutionnelles de réinstallation, les objectifs,


principes et procédures qui régiront le régime d’acquisition des terrains pour la mise en place
des lignes de transport d’énergie et des postes de transformateurs.

Il donne des orientations sur les catégories des personnes qui pourraient être négativement
affectées par la mise en œuvre des activités du Projet, et vise à assurer que les personnes
affectées recevront de l’aide pour améliorer, ou du moins rétablir leur niveau de vie, les niveaux
de leurs revenus et/ou les capacités de production correspondant aux niveaux d’avant-projet. Il
indique avec précision la procédure de compensation à envisager pour éviter la perte des
ressources matérielles et culturelles des populations affectées.

1.3 MISSION DE LA CONSULTANTE

Conformément aux termes de référence présentés en annexe 1, la mission de la consultante était


de :
‐ procéder à une évaluation sociale centrée la synthèse des principales caractéristiques
socio-économiques des zones d’intervention du Projet ;
‐ décrire la nature et estimer l’amplitude éventuelle des impacts et des populations
impactées, la période estimée pour la restriction temporaire d’accès à certains biens
et/ou sources de revenus, le budget estimatif pour le remplacement de biens affectées,
et les challenges potentiels auxquels les responsables chargés de la mise en œuvre du
des plans de recasement (PSR/PAR) devront faire face ;
‐ décrire le processus visant à déterminer si un plan de recasement (PSR/PAR) est
nécessaire, et si oui, sa nature ainsi que le processus détaillé pour sa préparation et son
approbation ;
‐ décrire comment seront déterminées et exécutées les mesures de compensation ;
‐ établir les critères d’éligibilité ;
‐ décrire les méthodes existantes du Gouvernement pour l’évaluation des biens impactés ;
‐ expliquer les méthodes à utiliser pour inventorier et attribuer des valeurs à chaque type
de bien, et le processus pour finaliser les accords avec les personnes affectées par le
Projet (PAP) ;
‐ décrire clairement l’entité responsable de la mise en œuvre des mesures de recasement
et/ou de compensation ;
‐ évaluer la capacité du Gouvernement (MINEE) et de l’agence d’exécution (SONATREL)
impliquée dans la mise en œuvre du CPR/PSR/PAR ;
‐ proposer des mesures adéquates pour la sensibilisation, le renforcement institutionnel
et/ou le renforcement des capacités techniques des parties prenantes concernées ;
‐ décrire clairement les mécanismes de mise en œuvre des recommandations du
PSR/PAR ;

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 24 sur 159

‐ décrire le mécanisme de gestion des plaintes existant/disponible aux PAP pour se


plaindre sur les impacts négatifs du Projet ou pour accéder à des informations
concernant les avantages du Projet ;
‐ démontrer l’accessibilité des mécanismes de gestion des griefs (i.e. langage, distance et
coûts) et quelle autre possibilité d’appel et/ou de recours au niveau local existe pour les
PAP ;
‐ évaluer le niveau de transparence et de sûreté du mécanisme existant de gestion des
griefs et assurer que les “victimes” ont accès aux services d’un appel à témoin (3ème
témoin gratuit) pour s’assurer qu’il n’y a pas conflit d’intérêts avec les PAP ;
‐ décrire clairement les arrangements institutionnels pour le financement des
déplacements et compensations des biens affectés ;
‐ préparer un budget récapitulatif incluant les coûts estimatifs totaux des activités de
déplacement et les coûts de renforcement de capacités et autres mesures
d’accompagnement sociaux pour s’assurer que les PAP ont «un meilleur cadre de vie»
qu’auparavant ;
‐ développer un plan participatif de consultation publique, impliquant toutes les parties
prenantes du projet, y compris les bénéficiaires et les PAP. Ce plan de consultation est à
inclure en annexe dans le rapport du CPR ou du PSR/PAR ;
‐ proposer un mécanisme approprié et transparent pour un suivi-évaluation effectif et
participatif des opérations de recasement ;
‐ proposer un guide d’élaboration et le contenu d’un PSR/PAR à préparer.

1.4 REMERCIEMENTS

La réalisation de la présente mission a été facilitée par la collaboration de l’Équipe du projet


notamment la Direction de l’Électricité du MINEE et l’Équipe Projet et de sauvegarde à la
Banque mondiale. La consultante saisit l’occasion pour leur adresser ses sincères
remerciements.

Sa gratitude va également à l’endroit des divers acteurs rencontrés sur le terrain notamment les
autorités administratives et les exécutifs communaux qui ont facilité l’organisation des
consultations des communautés locales, les responsables de tous les services techniques
déconcentrés sollicités, les autorités traditionnelles et populations locales des villages couverts,
qui se sont distingués par leur disponibilité et leur collaboration lors des consultations
publiques sur l’ensemble des régions d’intervention du Projet.

1.5 APPROCHE METHODOLOGIQUE UTILISEE POUR REALISER LE CPR

L’élaboration du présent cadre de politique de réinstallation, s’est appuyée sur la revue


documentaire et la consultation des parties prenantes dans vingt-trois communes, neufs
département et quatre régions d’intervention du Projet. La mission s’est globalement déroulée
du 05 avril au 05 juillet 2016 conformément au chronogramme présenté en annexe 2.

1.5.1. REVUE DOCUMENTAIRE

Cette activité a permis de collecter et d’analyser les différents documents disponibles sur la
thématique de la mission et du Projet ; il s’agit de :
‐ la note globale de présentation du Projet ; ce qui a permis de mieux mieux cerner les
enjeux du Projet ;
‐ les textes juridiques nationaux (Lois, Décrets, Arrêtés) en matière d’expropriation et de
sécurisation foncière, la politique de sauvegarde sociale OP 4.12 de la Banque mondiale

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 25 sur 159

en matière de réinstallation involontaire ; ce qui a permis d’effectuer un meilleur


cadrage du contexte juridique en la matière ;
‐ les documents de planification (RGPH, PCD et POS)3 des communes affectées, les divers
documents techniques ; ce qui a permis de décrire les caractéristiques socio-
économiques des zones d’intervention du Projet.

Les documents ont été collectés auprès de la Direction d’Électricité du MINEE, des communes
affectées, des services techniques déconcentrés concernées, au niveau de la base de données de
la consultante et sur Internet.

1.5.2. CONSULTATION DES PARTIES PRENANTES

L’élaboration du CPR s’est appuyée sur une large consultation des parties prenantes organisée
du 23 avril au 26 mai 2016 dans vingt-trois des différentes communes susceptibles d’être
couvertes par le Projet (tableau 1).

La consultation des parties prenantes avait pour but d’informer celles-ci sur les objectifs et les
enjeux du Projet, de recueillir leurs avis sur la problématique de réinstallation, d’identifier de
façon exhaustive avec elles les contraintes susceptibles d’hypothéquer le bon déroulement du
processus de réinstallation, et d’examiner les mesures qui selon elles pourraient permettre de
limiter ces contraintes, et d’assurer leur participation effective et active au processus.

Ainsi, des entretiens ont été menés avec les acteurs institutionnels dont les services techniques,
les autorités administratives et les exécutifs communaux dans l’ensemble des quatre régions
couvertes par le projet. Au niveau des communautés locales, 23 réunions d’information et
d’échanges ont été organisées dans les 23 communes ciblées. Ces réunions ont regroupé les
autorités traditionnelles et quelques leaders des populations, des villages situés le long des
tracés des lignes de transport d’énergie électrique et à proximité des postes de transformateurs.
Une centaine de personnes ont été ainsi informées et consultées dans l’ensemble (annexe 8).

Chaque rencontre se déroulait en trois grandes phases à savoir :


- la phase introductive marquée par la présentation de l’objet de la mission et du Projet
par l’équipe de la mission ;
- la phase des questions réponses suivant le protocole d’échanges préalablement élaboré à
cet effet.

Les principaux points sur lesquels les avis des parties prenantes ont été recueillis sont les
suivants :
- les impacts sociaux positifs et négatifs qui pourraient être générés par le processus de
déplacement/réinstallation ainsi que les mesures y afférentes ;
- les types de biens susceptibles d’être touchés ;
- les catégories de personnes jugées vulnérables ;
- les types de conflits habituels dans la zone cible et ceux susceptibles d’être générés par le
processus de déplacement/réinstallation ;
- le mécanisme le plus approprié de gestion des plaintes dans leur milieu de vie ;
- le mécanisme le plus approprié pour assurer l’information, la consultation et de
participation des personnes affectées dans le cadre du Projet.

Au terme de chaque séance d’échange, il était élaboré un compte rendu dont l’ensemble est
présenté dans le Rapport de consultation et de participation communautaire (annexe 9). À
chaque compte rendu sont annexées les photos des temps forts de réunions.

3 PCD : Plan Communal de développement POS : Plan d’Occupation des Sols

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 26 sur 159

Tableau 1: Communes couvertes pour les consultations publiques

Région Département Lieu de rencontres Groupes de parties prenantes consultées


Yaoundé 7
Autorités administratives
Yaoundé 1 Exécutifs communaux
Mfoundi Yaoundé 3 Communautés locales
Yaoundé 4
Yaoundé Services techniques déconcentrés
Autorités administratives
Mefou et Mbankomo Exécutifs communaux
Akono Communautés locales
Ngoumou Services techniques déconcentrés
Centre Autorités administratives
Lobo Exécutifs communaux
Lékié Communautés locales
Monatélé Services techniques déconcentrés
Matomb
Bot Makak Autorités administratives
Exécutifs communaux
Nyong et Kelle Dibang Communautés locales
Ngog Mapubi
Eséka Services techniques déconcentrés
Pouma
Ngwei (Makondo) Autorités administratives
Sanaga Exécutifs communaux
Littoral Edéa 1er
Maritime Communautés locales
Edéa 2ème
Edéa Services techniques déconcentrés
Garoua 2ème Autorités administratives
Exécutifs communaux
Bénoué Pitoa Communautés locales
Garoua Services techniques déconcentrés
Nord
Figuil Autorités administratives
Exécutifs communaux
Mayo Louti Guider Communautés locales
Guider Services techniques déconcentrés
Maroua 2ème Autorités administratives
Exécutifs communaux
Extrême-nord Diamaré Maroua 1er Communautés locales
Maroua Services techniques déconcentrés
Lokoundjé Autorités administratives
Kribi 2ème Exécutifs communaux
Sud Océan
Kribi 1er Communautés locales
Kribi Services techniques déconcentrés

1.5.3. RESTITUTION DE LA VERSION PROVISOIRE DU CPR

La présente version du CPR a fait l’objet d’une restitution le 16 mai 2016 à l’Hôtel Mont Febe à
Yaoundé. Cet atelier avait pour but de présenter aux diverses parties prenantes du Projet, y
compris les communautés locales, les résultats de l’étude afin d’y recueillir leurs avis, leurs
commentaires, leurs suggestions et recommandations en vue d’enrichir le rapport et de
produire la version finale du CPR.

Ont pris part à l’atelier les responsables du Ministère de l’Eau et de l’Énergie (MINEE), de la
Société National de Transport d’Électricité (SONATREL), de ENEO, de EDC, des barrages

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 27 sur 159

(Grand Eweng, Hydro Mekin, Memve’ele), les représentants de la Banque mondiale, les
autorités administratives (Yaoundé 7), les autorités traditionnelles (Oyomabang 3, Biteng,
Kondengui). La liste de participants est jointe en 2.

L’ordre du jour de la réunion portait sur :


- le mot d’ouverture de Monsieur le Directeur de l’Électricité du MINEE ;
- la présentation des participants ;
- la présentation de l’objet de l’atelier par la Consultante ;
- la présentation du CPR par la Consultante suivie des discussions et échanges ;
- la présentation des expériences des entreprises ENEO et KPDC en matière de
réinstallation, suivie des discussions et échanges ;
- le mot de clôture de l’atelier par Monsieur le Directeur de l’Électricité du MINEE.

La principale recommandation de l’atelier a été de proposer un PSR/PAR par projet et non des
PSR/PAR groupés comme proposés dans la version provisoire du CPR ; et d’analyser les
impacts cumulatifs liés à la réinstallation involontaire. Ces deux préoccupations ont été prises
en compte dans la présente version du CPR.

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 28 sur 159

2 DESCRIPTION DU PROJET

2.1 CONTEXTE, OBJECTIFS ET COMPOSANTES DU PROJET

Les diagnostics menés dans le cadre de la mise en œuvre du Plan de Développement du Secteur
de l’Électricité à l’horizon 2035 (PDSE 2035) élaboré en 2014, ont mis en évidence que le réseau
de transport de l’électricité camerounais comporte d’importants goulots d’étranglement.
Plusieurs ouvrages sont en situation de surcharge et d’autres comportent des chutes
importantes de tension. En cas de perte d’un ouvrage, plusieurs situations critiques peuvent se
produire, les plus fréquentes consistant en des écroulements de tension se traduisant par des
délestages de charge dans les villes et les villages du fait du manque de production.

Pour remettre à niveau le système électrique camerounais, le PDSE 2035 a dégagé les grandes
options possibles d’investissements à réaliser en matière de renforcement et de mise à niveau
du réseau de transport de l’électricité. Sur la base de ces options, le Gouvernement a initié un
Projet d’Investissement de Renforcement et de Mise à niveau des Réseaux publics de Transport
de l’Énergie Électrique pour soutenir la demande d’électricité et la production provenant des
ouvrages de production de l’électricité prévus à l’horizon 2016-2022.

Le Projet d’investissement 2016-2022 proposé vise à rattraper le retard d’investissement dans le


réseau de transport ces dernières années, à améliorer la qualité de service en termes de capacité,
d'efficacité et de stabilité du réseau public de transport d'électricité du Cameroun et à assurer
l’intégration des nouvelles sources de production. Le projet financera des investissements
prioritaires visant à mettre à niveau et à étendre les réseaux publics de transport de l'électricité
et à renforcer la fiabilité de l'approvisionnement en électricité des systèmes électriques
interconnectés. Il appuiera également la mise en place d'une configuration institutionnelle
durable permettant de gérer et d’exploiter les infrastructures de transport existantes et
nouvelles. Ainsi, le Projet consistera à :
- réaliser les interconnexions pour augmenter la fourniture d’électricité vers les grands
centre urbains et assurer la sécurité N-1 de cette fourniture ;
- sécuriser et renforcer l’alimentation du réseau de transport des villes de Douala et de
Yaoundé ;
- renforcer et sécuriser les trois réseaux interconnectés Nord (RIN), Sud (RIS) et Est (RIE) ;
- assurer l’évacuation des centrales vers les centres de consommation dans des conditions
qui assurent la fiabilité et la stabilité de la fourniture ; et
- moderniser et mettre à niveau le dispatching du RIS, et construire un nouveau
dispatching pour piloter le RIN.

Les principales composantes du projet, qui seront examinées avec le Gouvernement, sont les
suivantes :
- Composante 1 : Établissement et opérationnalisation du Gestionnaire du réseau de
transport national (GRT) ;
- Composante 2 : Renforcement du réseau public de transport ;
- Composante 3 : Appui à la gestion du projet et renforcement des capacités.

Le Projet compte 138 idées de projets et sa Maitrise d’Ouvrage sera assurée par la SONATREL,
qui pourrait se faire appuyer par une firme de consultant dûment recrutée. Les ouvrages que la
Banque mondiale se propose de financer à travers la BIRD sont ci-après développés et répartis
par priorité et par phasage.

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 29 sur 159

Le phasage proposé pour la réalisation des ouvrages distingue quatre niveaux de priorité,
définis en fonction de l’importance et de l’urgence de l’équipement par rapport aux prévisions
d’évolution de la charge sur les systèmes électriques :
- Priorité 0 : Équipements dont la réalisation est absolument nécessaire en 2016 ;
- Priorité 1 : Équipements à réaliser avant fin 2018 ;
- Priorité 2 : Équipements à réaliser avant fin 2019/début 2020 pour pouvoir permettre
l’évacuation de l’énergie issue des nouvelles centrales en cours de développement ;
- Priorité 3 : Équipements à réaliser pour permettre d’évacuer l’énergie produite par
d’autres centrales dont la construction est prévue à partir de 2020.

La priorité 3 représente 39% des projets contre 34% pour la priorité 3, 26% pour la priorité 1 et
1% pour la priorité 0. La répartition des investissements en fonction des montants entre les
différents réseaux interconnectés est présentée comme suit : 71% des investissements sont
prévus sur le RIS, 24% sur le RIN et 4% sur le RIE.

2.2 FINANCEMENT ET DUREE DU PROJET

Le coût total du projet s’élève à 1,6 milliards de dollars US, soit plus de 800 milliards de francs
CFA sur 5 – 6 ans. Les projets à financements sécurisés ou à manifestation d’intention
susceptible de déboucher sur un financement représentent 50% du Projet, soit un montant de
l’ordre de 823 704 031 $US. Les projets à financements considérés comme non sécurisés se
situent autour de 255 680 000 $US et représentent 15% du Projet. Les projets à financements
recherchés se situent autour de 589 720 000 $ US, soit 35% du Projet. Plus de la moitié du Projet
est constituée des projets à financement à confirmer ou à rechercher.

En effet, en dehors des ouvrages déjà financés dans le cadre des projets tels que le Projet de
renforcement et d’extension des ouvrages électriques de transport et de distribution (PRERETD)
et le Projet Lom Pangar, l’essentiel des projets ayant fait l’objet de démarches de mobilisation
des financements auprès des bailleurs reste dans l’attente de confirmation. Pour éviter de
parvenir à une situation où certains ouvrages importants se retrouveraient sans financement, ou
prendraient du retard par rapport, il a été proposé de donner un délai de confirmation des
financements des projets des priorités 1 et 2, pour lesquels des retours sur les requêtes de
financement adressées par le Gouvernement aux bailleurs de Fonds restent attendus.

2.3 OUVRAGES A REALISER

La Banque Internationale pour la Reconstruction et le Développement (BIRD) envisage de


financer un certain nombre toujours à déterminer des 138 idées de projets que compte le Projet.
Les réalisations envisagées sont les suivantes :
- Interconnexions du RIS : Il s’agit d’améliorer la liaison entre les centres de production
et de consommation tout en assurant la sécurité N-1. Les ouvrages envisagés portent sur
la construction et/ou le renforcement d’une ligne double terne 400 kV exploitée en 225
kV, et d’un nouveau poste de répartition 225 kV.
- Renforcement et sécurisation du réseau de Yaoundé : Il s’agit de construire une boucle
225 kV et une boucle 90 kV autour de la ville de Yaoundé pour assurer une bonne
répartition de la fourniture, afin d’éviter les chutes de tension et de réduire la
dépendance à la production thermique nécessaire actuellement pour maintenir le niveau
de tension et réduire la surcharge des transformateurs. Un nouveau poste 90/30/15 kV
sera construit. Des extensions seront réalisées dans les postes existants.
- Réseau interconnecté Nord : Ce réseau sera renforcé par la construction d’une nouvelle
ligne simple terne 225 kV. Les deux transformateurs 110/15 kV, 20 MVA actuellement
en service à Garoua sont surchargés à 175% de leur capacité nominale. Pour remédier à

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 30 sur 159

ce problème, il est prévu la construction d’un nouveau poste 110/90 kV avec deux
transformateurs de 50 MVA. Les extensions 225 kV liées à la nouvelle ligne 225 kV.

Au stade actuel de formulation du Projet, il y a lieu de relever qu’une partie importante des
financements du Projet reste incertaine, et la composante à financer par la BIRD pourrait
évoluer, en fonction de l’urgence de certains ouvrages dont les financements n’auront pas été
confirmés.

2.4 OUVRAGES NECESSITANT LES ACQUISITIONS DES TERRES

Il est prématuré et même difficile de dire avec précision lesquels des 138 idées de projets
envisagés par le Projet pourraient nécessiter des acquisitions des terres, et donc des
déplacements involontaires des populations.

Toutefois, il est évident que ceux concernés seront certains des projets liés à la construction
et/ou au renforcement des lignes de transport d’électricité et de construction et/ou d’extension
des postes de transformateurs ; ce qui justifie le déclenchement de la politique opérationnelle
4.12 sur la réinstallation involontaire des populations pour le Projet et donc la préparation du
présent CPR.

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 31 sur 159

3 PRINCIPALES CARACTERISTIQUES SOCIO-ECONOMIQUES


DES ZONES D’INTERVENTION DU PROJET
Ce chapitre présente une description brève des caractéristiques socio-économiques des zones
d’intervention du Projet, et plus spécifiquement sur les zones potentielles de la composante
BIRD. En effet, une description plus détaillée est consignée dans le rapport de l’évaluation
sociale du Projet, objet d’un troisième produit de la mission de la consultante.

3.1 SITUATION ADMINISTRATIVE DES ZONES D’INTERVENTION DU PROJET

Le Projet couvre les trois réseaux de transport interconnectés du Cameroun à savoir :


- Le réseau de transport interconnecté Sud (RIS) qui s'étend dans six régions regroupées
en trois secteurs : le Centre (Centre et Sud), le Littoral (Littoral) et l'Ouest (Ouest, Sud-
ouest et Nord-ouest). Il se compose de 480 km de lignes 225 kV et 870 km de lignes 90
kV, et de 17 postes (04 postes dits d'interconnexion et 13 postes sources alimentant les
réseaux de distribution) ;
- Le réseau de transport interconnecté Nord (RIN) qui s'étend dans trois les trois régions
septentrionales (Adamaoua, Nord et Extrême-nord). Il permet d'évacuer vers les centres
de consommation (Garoua, Maroua, Ngaoundéré et Meiganga), l'énergie produite par la
centrale hydraulique de Lagdo et la centrale thermique de Djamboutou. Il se compose
de 400 km de lignes 110 kV et 200 km de lignes 90 kV, et de 04 postes sources alimentant
les réseaux de distribution ;
- Le réseau interconnecté Est (RIE) qui couvre la région de l’Est et compte deux lignes 30
kV permettant d'évacuer l'énergie vers les centres de consommation autour de la
centrale thermique de 9,6 MW de Bertoua alimentant les localités urbaines. Il compte six
centrales thermiques de production de 12 MW dont les cinq autres, de taille plus petite
sont situées en zone rurale et alimentent les centres isolés de Bétaré-Oya, Garoua-Boulaï,
Lomié, Yokodouma et Moloundou.

Les cartes 1 et 2 ci-après localisent les zones d’intervention de la composante BIRD du Projet
respectivement sur le RIS et le RIN.

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 32 sur 159

Carte 1 : Localisation des zones d’intervention composante BIRD du projet sur le RIS

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 33 sur 159

Carte 2: Localisation des zones d’intervention composante BIRD du projet sur le RIN

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 34 sur 159

3.2 CARACTERISTIQUES SOCIO-ECONOMIQUES DES ZONES D’INTERVENTION POTENTIELLES DE


LA COMPOSANTE BIRD SUR RIS

3.2.1. PEUPLEMENT ET GROUPE ETHNIQUE

Les populations des localités susceptibles d’être touchées par les ouvrages sur le RIS sont
originairement constituées des Ewondo dans les départements du Mfoundi et de la Mefou et
Akono, des Etôn dans le département de la Lékié, des Bassa dans les départements dule Nyong
et Kelle et de la Sanaga Maritime.

Les populations venant d’autres régions du Cameroun sont majoritairement représentées par
les Bamiléké, les Bamoun, les Bulu, les Yambassa, les Mbamois, les ressortissants des régions
septentrionale et du Nord-Ouest. Les étrangers regroupent les Rwandais, les Guinéens
Konakry, les Tchadiens, les Maliens, les Nigérians, les Nigériens, les Sénégalais, les
Centrafricains, qui mènent essentiellement les activités commerciales et de pêche.

3.2.2. DEMOGRAPHIE

La population de la zone du projet est estimée à 451 600 habitants dont moins de 50% de
femmes (RGPH, 2005) pour les 10 arrondissements concernés (tableau 2). Lors des consultations
publiques, la mission a relevé la difficulté pour les autorités traditionnelles à estimer les
données démographiques de leurs villages respectifs.

Tableau 2: Répartition de la population de la zone du projet par arrondissement

Sexe
Région Département Circonscription administrative Population totale
Masculin Féminin
Mfoundi Yaoundé 7 268 971 136 301 132 670
Lékié Lobo 10 157 4 973 5 184
Mefou et
Mbankomo 20 305 10 262 10 043
Akono
CENTRE
Matomb 11 512 5 912 5 600
Nyong et Bot Makak 17 089 8 600 8 489
Kelle Ngog Mapubi 9 137 4 639 4 498
Dibang 9 063 4 710 4 353
Pouma 13 475 6 917 6 558
Sanaga
LITTORAL Ngwei 3 410 1 910 1 500
Maritime
Edéa 88 481 44 903 43 578
TOTAL 451 600 229 127 222 473
Source : RGPH, 2005 publié en 2008

3.2.3. MOUVEMENTS MIGRATOIRES

Les mouvements migratoires sont essentiellement caractérisés par les flux sortants dont l’exode
rural surtout des jeunes à la recherche des meilleures conditions de vie : emploi, scolarisation,
soins médicaux, ravitaillement en produits de première nécessité, mariages, vente des produits
agricoles, de chasse et de pêche. Les villes de Yaoundé, Douala et Edéa sont dans la plupart des
cas des zones de migrations quasi-définitives, tandis que les chefs-lieux d’arrondissements et de
départements environnants constituent les zones de migrations temporaires. Les conséquences
de cet exode rural sont le vieillissement de la population et la réduction de la main d’œuvre
locale ; paralysant ainsi l’économie locale.

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 35 sur 159

Les flux entrants se matérialisent par la présence des allogènes qui sont majoritairement
représentées par les ressortissants des régions du Nord-ouest, de l’Ouest et du grand Nord où
ils constituent une main d’œuvre abondante pour les cacaoyères, les palmeraies et les
bananeraies (plantain) implantés par les autochtones et sont les principaux acteurs du petit
commerce. Par ailleurs, les ressortissants des régions du Sud et de l’Est y sont également
présents particulièrement pour des raisons matrimoniales. La présence des étrangers se justifie
également par les activités professionnelles et de fonctionnariat surtout dans les chefs-lieux
d’arrondissements et certains villages de grande taille.

S’agissant des relations entre les divers groupes ethniques, elles sont bonnes dans l’ensemble ; il
en est de même des relations entre les populations, les chefs traditionnels et l’administration
même si quelques cas conflictuels sont signalés avec les services des forêts et de la faune, la
SOCAPALM, les grands propriétaires terriens, mais emprise majeure sur ces relations.

3.2.4. ORGANISATION SOCIO-POLITIQUE

Les populations sont regroupées au sein d’un ensemble de familles ayant ou non des liens de
parenté. Une famille est constituée de ménage à la tête duquel se trouve un chef de famille,
généralement le doyen d’âge de cette famille. L’homme est généralement le chef de la famille.
Le système de parenté est patrilinéaire.

La population des localités couvertes est organisée en chefferies de troisième degré dont les
chefs élus au suffrage universel par leurs populations sont sous la tutelle du Sous-préfet de leur
circonscription administrative respective. Chaque chef est entouré des notables localement
appelés assesseurs ou capita dans les villages des départements du Nyong et Kelle et de la
Sanaga Maritime. Leur nombre varie d’une chefferie à l’autre entre 4 et 20.

Dans chaque village, le chef, porte-parole de sa population et gardien de la tradition, a pour rôle
d’assurer l’encadrement de la population, de maintenir la paix et la sécurité, de régler et gérer
tout litige et conflits qui peuvent survenir au village, de concilier les protagonistes de tout
conflit ou bagarre, d’organiser le village et de rétablir l’ordre, d’assurer l’harmonie dans les
familles et de protéger les enfants contre tout acte de déviance en l’occurrence le viol.

Auprès du chef, les notables ou capita jouent le rôle de conseillers, l’assiste constamment dans
ses multiples fonctions, le représente dans chaque quartier ou hameau du village, et le remplace
en cas de déplacement ou d’empêchement, l’accompagne dans le processus de prise de décision
au sein du village. Les patriarches appuient le chef du village dans la gestion des coutumes, des
problèmes d’inceste, de criminalité et de sorcellerie. Les élites apportent un appui matériel et
financier considérable pour le développement multidimensionnel du village et assistent le chef
dans la prise de grandes décisions visant l’épanouissement du village.

3.2.5. ORGANISATION DE L’HABITAT ET DU TERROIR

Dans l’ensemble, en dehors du périmètre urbain où l’on a quelques quartiers en bulbes, les
villages sont caractérisés par les habitations regroupées le long des axes routiers. On note
cependant l’absence de lotissements pour la plupart des habitations urbains, où l’établissement
humain semble encore se faire de façon désorganisée. Les tombes sont généralement établies
dans la cour (façade routière) de la concession.

Les maisons sont d’architectures différentes selon la bourse. On rencontre divers types
d’habitation dont :

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 36 sur 159

- les maisons en terre battue et en planche majoritaires dans les villages. Elles traduisent
généralement le faible niveau de revenu de leur propriétaire ;
- les habitations en semi dur indiquant une amélioration des conditions financières des
familles qui les bâtissent ;
- quelques maisons en dur témoignant d’une certaine aisance financière de leur
propriétaire ;
- les maisons en tôles constituant des marques de l’influence des cultures des autres
régions sur les populations mobiles de la communauté.

3.2.6. US ET COUTUMES – RITES TRADITIONNELLES

Malgré l’expansion du christianisme qui a gagné le terrain dans les villages riverains, certains
ont su garder leurs us et coutumes pratiqués généralement lors des évènements de joie
(mariage, cérémonies festives. etc.) et de malheur (accident mortel, deuil, etc.). Quelques rites
recensés dans les villages consultés sont les suivants :
- le Mbock convoqué par les Mbock Mbock constitue l’évènement traditionnel le plus
marquant chez les Bassa. Il se manifeste quand il y a un problème sérieux dans le village
notamment l’inceste, le mariage, la mort par assassinat ou par machette, l’accident, la
pendaison. Il a pour avantages l’apprentissage et la transmission de la tradition et des
interdits de la communauté, de prévenir les évènements malheureux et de blinder les
chefs lors de leur intronisation, la protection du village contre les mauvais esprits.
L’inconvénient de ce rite est la mise en quarantaine de celui qui ne respecte pas les
règles du Mbock ;
- le Sarga est un rite Bassa appliqué lors de l’exhumation des corps des patriarches ;
cérémonie au cours de laquelle la nourriture est versée par terre sous forme de sacrifice ;
- le Mback est un rite Bassa de purification, le Likââ est un rite de purification d’inceste ;
- le Liboudè Bibang est un rite au cours duquel le sac du patriarche est couvert à sa mort ;
- Le veuvage est un rite qui consiste à purifier le veuf ou la veuve en vue de sa
resocialisation. Le non-respect de ce rite exposerait le concerné à la démence, aux
maladies, voire à la mort. Il y a longtemps, la purification se faisait par la belle-famille,
représentée par les beaux-frères ou les belles-sœurs selon que le decujus était une femme
ou un homme. Les éléments utilisés étaient purement traditionnels. De nos jours, à
travers les villages consultés, plusieurs veufs et veuves se seraient tournés vers la
purification par les prêtres et pasteurs ;
- La dot a connu des modifications surtout dans le contenu de la contrepartie que reçoit la
famille de la femme qui va en mariage. Autrefois, la contrepartie était évaluée en nature
et en numéraire. Aujourd’hui, elle est évaluée uniquement en nature. Sur le plan
traditionnel, la dot a perdu son importance, elle est passée de la dot symbolique à la dot
d’« achat » à un moment, mais avec le remodelage des mentalités et la pression de
l’alphabétisation, on assiste au retour progressif vers la dot jadis symbolique ;
- Le Tso est resté intact dans sa pratique, sans doute parce qu’il s’agit d’un rite sacré. Il
intervient lorsqu’une famille perd un de ses membres de suite d’une mort violente suivi
d’écoulement de sang. Les populations de la commune pensent qu’à ce moment-là, le
spectre, d’un tel sort plâne sur d’autres membres de la famille. Pour l’exorciser, il faut
pratiquer le «Tso». Il consiste à sacrifier un animal qui, en général est un chien, en vue
d’une purification des membres de la famille de la victime dans les groupements
Evouzok ;
- L’Evag-Metie est un rite pratiqué par le peuple Ewondo dans le but de donner des
« chances » aux jeunes qui quittent leurs villages à la recherche d’une vie meilleure ;
- L’Esie pratiqué pour guérir une personne qui est gravement malade ;

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 37 sur 159

- Le Nyen est pratiqué chez les Bassa dans l’optique de limiter les dégâts sanglants au
sein de la communauté comme les accidents mortels et le Ngola pour limiter les
événements douloureux.

3.2.7. RELIGION

Les populations sont majoritairement d’obédience chrétienne avec une prédominance de


catholiques et de presbytériens ; à côté desquelles se dénombrent les adventistes, les
orthodoxes, les néo-apostoliques, les pentecôtistes, les églises réveillées (Témoins de Jéhovah,
Assemblée de Dieu, etc.), et dans quelques rares cas des musulmans.

Les catholiques, les presbytériens et les néo-apostoliques disposent dans la plupart des cas d’au
moins une chapelle dans chaque village. La plupart de ces édifices religieux sont construits en
terres battues dont certains sont crépis ; d’autres sont dans état de délabrement avancé. Les
membres des différentes confessions religieuses cohabitent dans la paix.

3.2.8. VIE ASSOCIATIVE ET ASPECT GENRE

La vie associative est marquée par l’existence de plusieurs associations dans les villages. La
plupart de ces associations n’ont pas de statut légal, mais jouent un rôle dans la cohésion
sociale. Elles sont généralement mises en place pour diverses raisons : travaux groupés pour la
préparation des champs agricoles, tontines, entraide, assistance sociale, etc. Ces associations
sont constituées par centre d’intérêt. Les associations sont essentiellement féminines, à côté
desquelles on trouve quelques des jeunes, des associations mixtes regroupant toutes les couches
sociales. Le nombre de membres varient en moyenne entre 15 et 20 personnes. Il existe dans la
zone des organisations professionnelles. Les acteurs de développement actifs dans la zone sont :
‐ le Projet National de Développement Participatif (PNDP) qui offre un appui financier
dans les secteurs de l’agriculture, de construction des points d’eau (forages) et dans
l’entretien routier ;
‐ le Projet d’investissement et de développement des marchés agricoles (PIDMA) qui offre
un appui financier dans les secteurs de l’agriculture ;
‐ Plan Cameroon qui facilite l’établissement des actes de naissance et des cartes nationales
d’identité ;
‐ l’Union Européenne qui intervient dans la construction des salles de classe ;
‐ Les femmes jouent un rôle important dans le développement des localités traversées par
le projet de par leur forte implication dans la production vivrière en sus de leur rôle
d’éducation des enfants et de gestion des ménages.

Les femmes jouent un rôle important dans le développement des localités traversées par le
projet de par leur forte implication dans la production vivrière en sus de leur rôle d’éducation
des enfants et de gestion des ménages.

3.2.9. MODE D’ACQUISITION DES TERRES

Dans la zone du projet, l’adage selon lequel « la terre appartient aux premiers occupants »
s’applique ; cette occupation est marquée par le droit de hache. C’est ainsi que les chefs de
famille ont une plus grande autonomie sur la gestion des terres et dans leur attribution aux
étrangers sous forme de don ou de location. Le principal mode d’acquisition des terres est
l’héritage. Les femmes ont accès à la terre au même pied d’égalité que les hommes. Elle
bénéficie du patrimoine laissé par son mari. Si elle reste dans la concession familiale sans être
mariée, elle est autant héritière que les hommes / garçons qui sont dans la famille.

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 38 sur 159

L’espace urbain dans l’ensemble des cinq communes riveraines ne dispose pas encore de plan
d’occupation des sols et du plan d’urbanisation. L’insécurité foncière se manifeste par l’absence
de titres fonciers notamment dans les localités rurales.

À la lisière des grandes villes (Edéa, Yaoundé), les terres servent essentiellement à l’agriculture,
les forêts étant défrichées de façon générale pour des cultures vivrières à petite échelle et des
plantations par intermittence de palmeraies et de bananeraies. L’on note la présence d’une vaste
palmeraie commerciale qu’exploite la Ferme Suisse à 35 km environ au sud d’Edéa.

3.2.10. CADRE ECONOMIQUE

L’économie locale en milieu rural est dominée par l’agriculture suivie de la chasse, la pêche, la
collecte des produits forestiers non ligneux, l’élevage, l’artisanat. Les autres activités sont
dominées par la coupe de bois, le tissage des nattes, la vannerie, la cueillette de vin de palme,
l’exploitation des carrières de sable, des pierres et de bois de services. Le secteur informel est
très développé dans les centres urbains.

Le système agricole pratiqué est l’agriculture itinérante sur brûlis qui selon les agriculteurs
cause le dessèchement des bas-fonds, la dégradation du couvert végétal et des sols. Les
exploitations sont généralement situées le long des axes routiers actuels (future autoroute
Douala – Yaoundé, Edéa - Kribi). Le cacao et le palmier à huile constituent les principales
cultures de rente. La nette progression de la production du palmier à huile est le fait des
dotations de la Société Camerounaise des Palmeraies (SOCAPALM) en semences de qualité. Le
manioc, l’igname, le macabo, le taro, la banane plantain, l’arachide et le maïs font partie des
cultures vivrières généralement pratiqué en association sur des superficies généralement
inférieures à 1 ha. Les cultures maraîchères regroupent le piment, la tomate, les légumes, les
condiments verts, le Folon, le gombo. Les cultures comme le bananier- plantain et les arbres
fruitiers sont généralement pratiqués en monoculture. Les productions vivrières et maraichères
sont pratiquées à la fois par les jeunes, les hommes et les femmes.

Les techniques culturales demeurent archaïques avec l’utilisation d’un outillage agricole encore
rudimentaire pour la production vivrière et maraîchère, une très faible utilisation des produits
phytosanitaires et engrais chimiques pour la cacaoculture et la palméaculture. Les principaux
points de vente des produits agricoles sont Yaoundé, Boumnyebel, Matomb, Ngog Mapubi, Bot
Makak et Pouma. Le cacao est en général étalé sur du séchoir à soleil ou à four dont cinq à
usage public ont été recensés et géo-référencés.

La collecte des produits forestiers non ligneux (PFNL) constitue une source de revenus non
négligeable pour les ménages de la zone du projet. Les différents PFNL collectés et/ou exploités
par les villageois essentiellement par les femmes et les jeunes sont le djansang (Ricinodendron
heudelottii), les mangues sauvages (Irvingia gabonensis), les noisettes (Coula edulis), le Bitter kola,
les prunes sauvages, le cassamanga, le karité, les cérises (Tom), le piment sauvage. Les feuilles
de marantacées qui servent à l’emballage des bâtons de manioc. Les périodes de collecte se
situent entre juillet et octobre. Les produits sont vendus dans la localité et aux revendeurs
venant de Yaoundé, Boumnyebel, Pouma, Edéa. Cette activité constitue dans la plupart des cas
une source conflictuelle ou d’incompréhension entre les populations et les responsables locaux
du maintien de l’ordre ainsi que ceux de l’administration déconcentrée du MINFOF (ministère
des forêts et de la faune).

L’activité commerciale est essentiellement développée dans les zones de forte concentration des
populations notamment les chefs-lieux des arrondissements, où il existe un marché, de
nombreuses échoppes, des débits de boissons et divers corps de métiers. Le petit commerce

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 39 sur 159

(restauration, petit commerce des vivres, etc.) pratiqué par les femmes et les jeunes est très peu
développé et marqué par les échanges sur les produits agricoles, dont une partie est également
écoulée vers les marchés des villes environnantes comme Yaoundé, Matomb, Boumnyebel, Bot
Makak, Pouma, Edéa.

Dans les villages ne disposant pas de place de marché, les vivres sont exposés devant les
domiciles ou en bordure de route. Çà et là sont rencontrés quelques échoppes où l’on trouve les
produits de première nécessité comme le pétrole, le savon, le cube, le sel, le riz et la boisson.
Elles appartiennent généralement aux femmes mais toute la famille est conviée à servir un client
en cas de besoin.

L’utilisation du rotin dans l’artisanat n’est pas très répandue dans les mœurs locales alors que
l’abondance de cette espèce dans la zone du projet (végétation des zones marécageuses) est
importante et pourrait faire l’objet d’une exploitation contrôlée pour alimenter les filières
existantes et approvisionner les petits artisans de la zone. Le rotin est un matériel de
construction très durable qui peut être utilisé pour la confection de meubles, salons, tables, lits
et étagères.

3.2.11. INFRASTRUCTURES SOCIO-COLLECTIVES

Les infrastructures de la zone du projet regroupent les infrastructures socio-culturelles (sites


sacrés, édifices religieux, cimetières publics, etc.) et les infrastructures socio-économiques de
base (écoles, formations sanitaires, points d’eau, places de marché, structures d’accueil et de
loisirs, etc.). Chaque village affecté en disposant d’au moins une de ces infrastructures.

Sur le plan de l’éducation, chaque village dispose d’au moins un établissement d’enseignement
maternel et primaire et les établissements d’enseignements secondaires sont présents dans tous
les chefs-lieux des cinq communes concernées. Le niveau moyen d’instruction des personnes
affectées par le projet est un paramètre important à étudier. La fréquentation scolaire et le
niveau de scolarisation sont relativement élevés dans la zone du projet.

Sur le plan sanitaire, les chefs-lieux des communes disposent d’au moins un Centre Médical
d’Arrondissement, et les chefs-lieux de département d’au moins un district de santé.

La carte hydraulique montre l’existence des points d’eau potable représentée par les forages, les
puits, les adductions d’eau à majorité Scanwater fonctionnels pour la plupart.

La zone du projet souffre de l’insuffisance du réseau ENEO. Les villages sont partiellement
alimentés en lignes électriques et pour face aux coupures fréquentes et intempestives de cette
source d’énergie, les populations utilisent en alternative d’autres sources d’énergie (lampe
torche, lampe solaire, groupes électrogènes, plaques solaires).

Sur le plan de télécommunication, malgré leur instabilité, les réseaux CRTV Radio et Télé sont
présents dans tous les villages de la zone du Projet. Le réseau téléphonique CAMTEL est peu
répandu contrairement à Orange, Nextel et MTN qui sont présents mais instables dans
l’ensemble. Trois antennes de relais sont installées dans la zone dont une de MTN (Ngog
Mapubi) et deux du réseau Orange (Lobo et Ngog Mapubi).

Les principales infrastructures d’accueil sont les auberges et hôtels de ville rencontrés
essentiellement dans les chefs-lieux d’arrondissement et le motel rencontrés dans le village
Ngoulemekong. Chaque village dispose d’au moins un terrain de football et de débits de
boisson, des foyers culturels (Nko’o, Simanyai, Ngog Mapubi et Ngompem), des foyers

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 40 sur 159

scolaires (Internats de Ngoulemekong, Ngodi Si).

Les chefs-lieux d’arrondissement et des départements disposent chacun d’au moins un


établissement de microfinance (Express Union, Express Exchange, Campost, etc.).

3.3 CARACTERISTIQUES SOCIO-ECONOMIQUES DES LOCALITES COUVERTES SUR LE RIN

3.1.1. LOCALISATION ADMINISTRATIVE DE LES LIGNES ET LES POSTES

La zone couverte porte sur deux régions à savoir le Nord et l’Extrême-nord.

3.1.2. PEUPLEMENT ET COMPOSITION ETHNIQUE

La population de la zone du projet est diversifiée et peut être classée en deux catégories à savoir
les sédentaires et les transhumants. Parmi les sédentaires, la population est majoritairement
représentée par les Peuls rencontrés dans tous les villages de la zone. Dans le Diamaré, les
groupes sédentaires sont représentés par les Guiziga, les Moufou. Pour ce qui est des
transhumants, ce sont des nomades à la recherche des pâturages. Ils se retrouvent dans toute la
partie septentrionale de la Région et sont constituée en grande partie par les Bororos. Dans la
Bénoué, les principales ethnies rencontrées sont les foulbé, les Fali, les Laka, les Sara, les
Guiziga, les Bata, les Moundang, les Toupouri, les Massa, les Namdji. Dans le Mayo Louti, les
principaux groupes ethniques sont : Ndjen (Doumo, Dazal, Guirviza), Falis (Bala, Bossoum,
Pologozom, Peske‐bori), Dabas (Mousgoye, Mandama), Guidars (Guider, Matafal, Figuil,
Bidzar, Biou, Batao, Kong‐Kong, Lam, Djougui), Mambays (Kakala), Foulbé (Golombé),
Moundang, Toupouri, et Guiziga. À côté de ces ethnies, s’ajoutent d’autres venues du grand
Sud Cameroun et des autres pays.

3.1.3. CARACTERISTIQUES DEMOGRAPHIQUES

Les communes et villages couvertes compte au total 964 208 habitants dont plus de 50% de
femmes (tableau 3 - RGPH, 2005).

Tableau 3: Population des Communes affectées

Circonscription Sexe
Population totale
administrative Homme Femme
Garoua 265 583 135 816 129 767
Pitoa 76 715 37 571 39 144
Figuil 67 997 32 760 35 237
Guider 223 503 107 354 116 149
Maroua 330 410 165 782 164 628
Total 964 208 479 283 484 925

Plusieurs facteurs influencent les mouvements migratoires dans les régions du Nord et de
l’Extrême-nord en général, et dans les communes couvertes par le projet en particulier. Ces
facteurs sont d’ordres économique, social, climatique, sécuritaire, etc. c’est ainsi, qu’on
distingue trois catégories de migration dans la zone à savoir : les mouvements internes (plus ou
moins contrôlés), les mouvements inter-États.
- Migrations internes : Elles peuvent être temporaires, saisonnières ou permanente et
revêtent plusieurs intérêts (socioéconomiques et professionnels). Elles sont favorisées
par l’urbanisation croissante ou les conditions agro-écologiques en milieu rural. L’exode
rural y est faible. En effet, la région possède un taux d’urbanisation inférieur à celui de la

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 41 sur 159

moyenne nationale à l’exception de la ville de Maroua, où les migrations effectuées sont


généralement permanente au vue de l’importance des infrastructures sociales et
économiques (écoles, hôpitaux, entreprises etc.) et académique (Université de Maroua).
- Migrations inter-États : Elles sont effectuées par l’ensemble des habitants des pays
limitrophes (Tchad, Nigéria, République Centrafricaine, Niger) vers le Cameroun, et des
camerounais vers ses pays. Ces migrations en plus de motivations habituelles d’ordre
économiques et sociales, se sont accentuées ces dernières années du fait de l’insécurité
causée par Boko Haram à la frontière avec le Nigéria, et par les troubles politiques en
République Centrafricaine. Outre le Tchad et le Nigéria, il importe de relever les
mouvements migratoires avec des pays comme le Niger et le Ghana (qui concernent
essentiellement les pêcheurs) ainsi que le Soudan qui est un véritable débouché pour la
pomme de terre du Cameroun.

3.1.4. ORGANISATION SOCIO-POLITIQUE

Dans la zone du projet, les chefferies sont organisées en lamidat, sultanat et chefferies
traditionnelles. La société a une organisation pyramidale au sommet duquel siège le Lamido. Il
est suivi dans l’organisation pyramidale par le DjagordoYonde, puis les Dogari et le Massiger.
Le Dogari chargé de suivre les territoires, a sous son autorité les Djaoro et à la base les
populations. Le Massiger a sous son autorité les responsables administratifs et les
collaborateurs de l’administration. Le sultanat a à sa tête un Sultan qui est également le chef
religieux suprême

Le pouvoir traditionnel reste très influent dans la zone du projet. Il se répartit entre les Lamibés
de Demsa, Garoua, du Mayo Louti, de Maroua. Les Lamibés se déterminent par leur forte
emprise sur le foncier. Le Lamidat est gouverné par un Lamido, chef politico-religieux qui est
un chef du 1er ou 2e degré.

L’administration moderne essaie de diminuer le pouvoir territorial des Lamidos en érigeant


certains villages ou hameaux en chefferies de 3e degré ou Lawanat. Le Lawanat est dirigé par un
Lawane qui bénéficie de la reconnaissance de l’administration alors que les Djaoros, auxiliaires
du Lamido ne bénéficient d’aucune reconnaissance officielle. Cette situation entretient des
conflits larvés entre certains Djaoros et ces Lawanes de l’administration moderne. Le pouvoir
traditionnel se transmet par voie orale. La succession se fait de père en fils.

Le type de famille le plus répandu est le type polygamique où l’islam limite le nombre à quatre
femmes. L’autorité de la famille est patriarcale.

Le chef du village distribue les terres, décide et contrôle l’accès aux ressources que renferme sa
zone de compétence sous l’autorité du Lamido. Il installe les migrants sous son autorité sur les
terres sans droit de propriété après mise en valeur. Les chefs de quartier des différents groupes
ethniques peuvent céder pour un an le droit d’usage de certaines parcelles aux nouveaux
arrivants.

3.1.5. SYSTEME FONCIER ET PLACE DE LA FEMME

La propriété foncière obéit dans la zone du projet à la législation nationale. Toutefois, le


contexte socioculturel reste très présent. Ainsi, les chefs traditionnels ont droit de gestion de
toutes les terres chacun dans son territoire de compétence. Les zones conflictuelles sont souvent
placées sous la supervision de l’administration territoriale (Sous -Préfet).

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 42 sur 159

Le système foncier reste dominé par des pratiques peu propices à l’intégration des femmes et à
la stabilité des migrants. Du point de vu héritage, seuls les hommes ont droit à la terre. Les
terres appartiennent à une minorité de personnes originaires de la localité. Les groupes non
originaires sont obligés de louer les terres auprès de ces dernières pour y pratiquer l’agriculture.
Les locataires terriens n’ont pas droit de planter les arbres dans les champs loués. De même
lorsqu’un propriétaire terrien constate qu’un locataire a bien aménagé sa parcelle (épandage de
la fumure organique, construction des diguettes etc.), il monte les enchères ou la récupère.

Avec l’arrivée des cultures de rente, certains citadins et paysans achètent la terre pour en faire
des vergers ou des cultures céréalières (mouskwari par exemple), et de ce fait sollicitent des
titres fonciers qui soustraient ainsi cette partie à la gestion villageoise. Dès lors deux systèmes
coexistent :
- une gestion villageoise où le chef prend plus d’importance car c’est lui qui attribue et
vend la terre ;
- une gestion individuelle qui échappe au chef et relève plutôt du droit foncier national.

3.1.6. PLACE DE LA FEMME DANS LA SOCIETE TRADITIONNELLE ET DANS LA PRISE DE DECISION

La femme tient une place importante dans l’organisation familiale dans les Régions de
l’Extrême-nord et du Nord, mais est encore malheureusement victime de nombreux stéréotypes
et d’actes de violences qui conduit à la dévalorisation de leur statut social et économique. En
effet, le système traditionnel favorise les hommes et exclue les femmes notamment en ce qui
concerne la propriété foncière, la succession, le mariage et bien d’autres avantages. La situation
de la femme rurale n'a pas connu de changements notables du fait que les lois qui la protègent
et la promeuvent n'ont pas été suffisamment diffusées et mises en œuvre sur le terrain.

Toutefois, il est important de souligner une évolution de la situation de la femme dans ces
régions. En effet, les jeunes filles sont de plus en plus scolarisées et les femmes occupent de plus
en plus des postes de responsabilités dans l’administration locale.

3.1.7. CROYANCES ET RELIGION

La zone du projet est caractérisée par la présence de nombreuses potentialités à caractère


culturelles marquées par un foisonnement de langues locales, de traditions, de coutumes,
l’artisanat, de modèles architecturaux locaux dont l’architecture traditionnelle des cités Kotoko,
l’architecture en pierres sèches des pays Mafa, Moufu et Podoko, les cases en obus des
Mousgoum, la danse des Toupouri, les rites d’initiation et les sociétés secrètes chez les
Moundang, les rites funéraires chez les occupants des Monts Mandara, les fêtes des Maray chez
les Moufu, les rites prénuptiaux chez les Massa, la poésie orale Peuhl, la maîtrise des arts
occultes en pays Mandara, le doigté des artisans kanouri, etc.

Du point de vue linguistique, plusieurs familles de langues coexistent dont les langues
soudaniennes, tchadiques et chamito-sémitiques. Cependant, le Fulfuldé reste la langue de
communication par excellence.

Il existe une diversité de pratiques rituelles faisant suite notamment à des évènements
marquants dans la vie de la communauté. Ces évènements peuvent être les périodes de récoles,
la naissance des jumeaux, la mort d’un dignitaire, le passage à l’âge adulte chez les jeunes
garçons Toupouri, etc. Parmi les manifestations les plus populaires, on peut citer le Tokna
Massana, Gbeza, Festival Sao-Kotoko, Journées culturelles Kanuri, etc.

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 43 sur 159

Deux principales religions sont pratiquées : le christianisme (catholiques, protestants, témoins


de Jéhovah et plusieurs églises réveillées) et l’islam. Aucune religion n’est l’apanage d’un
groupe ethnique même si l’islam est essentiellement pratiqué par les Peuhls et les Bororos.
Quelques pratiques animistes sont observées dans toute la région. Toutes les obédiences
religieuses coexistent de façon pacifique dans tous les villages bénéficiaires du projet.

3.1.8. ORGANISATION DE L’HABITAT ET DU TERROIR

Les villages sont installés en grappes le long des routes. Une rangée d’arbres d’ombrage ou
d’arbres fruitiers est généralement installée entre la route et les maisons. Chaque groupe de
maisons dispose systématiquement d’arbres pour l’ombrage.

L’habitat dans la zone du projet varie selon qu’on est en zone urbaine ou en milieu rural d’une
part, ou selon les ethnies d’autre part. En zone urbaine, les maisons sont pour la plupart en
matériaux définitifs (murs en dur, toits en tôles) tandis qu’en zone rurale, les habitations sont en
matériaux provisoires (murs en terre battue ou en seko, toits en paille).

L’habitat traditionnel se caractérise par des cases rondes ou carrées en briques de terre et toits
de chaume appelées boukarou particulièrement adaptées à cet environnement où les
températures chaudes dominent la majeure partie de l’année. Ces cases sont généralement
entourées par une clôture en argile pour constituer un saré ou concession familiale par ménage.
Cet habitat prédomine dans les zones les plus éloignées des villes. Ces maisons sont construites
en saison sèche, et la construction d’une case peut durer un mois. Ces cases sont de petite taille
et d’une surface intérieure de 4 m2.

Les matériaux de construction sont essentiellement locaux (murs en pisé ou en briques, toit en
chaume ou natte), mais des constructions semi-définitives, soit rondes soit rectangulaires
entourées d’une barrière en secco (nattes) ou en banco (poto-poto) sont présentes dans les
grands villages. Les cases construites en matériaux locaux prédominent dans la majorité des
villages de la zone du projet.

3.1.9. VIE ASSOCIATIVE

Les principaux types d’organisations revêtent la forme d’association ou de Groupe d’intérêt


commun qui sont en cours d’érection en coopératives. Ces organisations prennent de plus en
plus d’importance et jouent un rôle important dans la promotion d’action de développement, à
l’exemple des associations de production et de commercialisation du coton, de l’artisanat, etc.

3.1.10. URBANISATION

Les villages de la zone du projet sont attachés aux centres urbains de leurs communes
respectives (Garoua III, Pitoa, Guider, Figuil, Maroua) qui affichent un rythme d’urbanisation
en fonction de leur statut, de leur position par rapport à une route bitumée et de leur accès à
l’électricité. Les villages électrifiés et situés le long des routes bitumées sont plus développés
que les autres, ils sont plus attractifs et offrent plus d’opportunités pour le développement
d’une grande variété d’activités génératrices de revenus. C’est ainsi que leur population est le
plus souvent plus importante que celle des villages non électrifiés et enclavés.

3.1.11. CADRE ECONOMIQUE

L’économie locale de la zone du projet est basée principalement sur l’agriculture et l’élevage ; à
côté desquels se pratiquent de façon additionnelle la pêche, le commerce, l’artisanat, le
tourisme, l’exploitation des ressources naturelles et les petits métiers.

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 44 sur 159

L’agriculture est la principale activité pratiquée dans les villages et demeure la première source
de revenus de la population. Les exploitations sont généralement individuelles. La disponibilité
des terres cultivables et la présence d’un certain nombre de structures d’encadrement et
d’organisations paysannes constituent un atout non négligeable pour cette activité. La culture
du coton est la principale source de revenus agricoles. Les principales cultures vivrières (maïs,
mil rouge et blanc, riz) sont la base de l’alimentation. À ces céréales s’ajoutent l’arachide, le
sésame, le niébé, le gombo, la tomate, le pois de terre, les oignons, la canne à sucre, la patate, le
sorgho, etc. Plus de la moitié de la production est destinée à la consommation locale. Le reste est
soigneusement gardé soit pour attendre la période de soudure et bien préparer la campagne
agricole prochaine, soit vendu pour résoudre les problèmes ponctuels (santé, éducation, etc.).
La superficie moyenne des parcelles est de 0,75 ha correspondant à une moyenne de 3 carrés
dans la majorité des champs pour les cultures vivrières et pour le coton. Toutefois, quelques
champs de coton mesurent jusqu’à 48 carrés soit 12 ha (Djek Djek). Les champs sont
globalement situés dans le voisinage des maisons et le long des axes routiers. Ils présentent en
leur sein des arbres d’ombrage. Dans le cadre du projet, les cultures situées dans les emprises
des lignes seront détruites. À cet effet, les propriétaires bénéficieront des compensations dues à
cette perte.

L’élevage est de type extensif regroupe un cheptel important de bovins, caprins, ovins, équins,
volaille (poules, canard), porcins. On distingue quatre types d’éleveurs : les éleveurs purs
(Bororos) qui pratiquent essentiellement l’élevage transhumant transhument, les agro-éleveurs
(Foulbés originaires de la zone), les agro-éleveurs (migrants) et les propriétaires du bétail ayant
d’autres activités.

La disponibilité des fourrages, des résidus des récoltes, et des points d’eau permanents
constituent les principales potentialités de la région. Les animaux n’ont pas de problèmes
d’alimentation en saison des pluies (disponibilité des pâturages) mais plutôt en saison sèche car
il faut parcourir des longues distances pour avoir des pâturages et/ou acheter du tourteau de
coton pour nourrir le bétail dont le coût n’est à la portée de l’éleveur moyen.

Les pratiques commerciales concernent surtout les produits agricoles, d’élevage et de pêche, et
dans une moindre mesure les produits artisanaux (houes, haches, couteaux, flèches, machettes,
etc.), essentiellement l’apanage des hommes et des jeunes. Les femmes vendent les produits de
première nécessité (savons, sel, sucre, étoffes, ustensiles de cuisines etc.) et les produits qu’elles
transforment elles-mêmes (beignets, bouillie, poisson séché, et bili bili- boisson locale à base du
mil).

Les produits sont commercialisés au niveau des marchés hebdomadaires dont certaines sont
d’importance régionale (Pitoa, Figuil, Guider, Garoua, Rey Bouba, Tcholliré), des centres
commerciaux permanents dans les grandes localités et des gares routières des chefs-lieux
d’arrondissement et des départements. Certaines communes ont développé des infrastructures
sur financement du FEICOM (hangars, boutiques, abattoirs) cependant le secteur reste
embryonnaire au regard de l’insuffisance des infrastructures marchandes, du mauvais état des
routes, de l’absence d’électrification de la majorité des villages de la région et de l’absence de
plan de développement de l’activité commerciale par les communes.

Les ressources floristiques servent essentiellement comme source d’énergie en milieu rural
(chauffage et cuisson), mais aussi à l’alimentation du bétail, des hommes et à la pharmacopée
traditionnelle.

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 45 sur 159

3.1.12. INFRASTRUCTURES SOCIO-COLLECTIVES

Les équipements socio-collectifs sont mal repartis tant en milieu urbain qu’en zone rurale.
L’éducation se répartit de façon inéquitable entre l’enseignement de base (maternel et primaire)
et l’enseignement secondaire (général et technique). Toutefois, chaque village dispose d’au
moins un établissement d’enseignement maternel et primaire. Chaque chef-lieu de communes
est doté d’au moins un établissement secondaire.

La zone du projet est faiblement couverte en structures sanitaires, qui en plus sont faiblement
équipés (parfois absence même de lits de malades), et souffrent du manque d’électricité et d’une
insuffisance de personnel qualifié et permanent. Toutefois, chacun des chefs-lieux
d’arrondissements concernés est doté d’un Centre médical d’arrondissement et il existe un
hôpital de district dans chaque chef-lieu de département concerné. En outre, Garoua et Maroua
sont dotés chacun d’un hôpital régional.

Les localités du projet sont très peu desservies en énergie électrique ; excepté les chefs-lieux des
communes et des départements. Par conséquent, les principales sources d’énergie utilisées dans
ces localités sont les suivantes : lampes tempêtes, lampes solaires, lampes-torches
(rechargeables ou non) et les bougies qui sont les plus courantes car chaque ménage en dispose,
plaques solaires pour la petite puissance de recharge des appareils téléphoniques, groupes
électrogènes. Les populations ont relevé un certain nombre de problèmes liés à l’absence
d’énergie électrique dans leurs localités, lesquels sont listés dans la partie consacrée à la
synthèse des consultations publiques.

La satisfaction des besoins en eau reste problématique dans les localités traversées car la plupart
des forages existants sont non fonctionnels, la quasi-totalité des puits bien qu’opérationnels
souffre d’assèchement en saison sèche.

Les réseaux de communication téléphonique CAMTEL, MTN, NEXTEL et ORANGE sont


disponibles dans les villages mais de façon instable. Quant aux signaux de télévision et des
radios, ils sont reçus dans la majorité des villages du projet malgré l’absence d’une alimentation
électrique. Comme mentionné précédemment, les sources d’énergie permettant le
fonctionnement des téléphones, des téléviseurs et des postes radios restent limitées en raison de
l’absence d’énergie électrique dans les villages.

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 46 sur 159

4 IMPACTS POTENTIELS DU PROJET SUR LES PERSONNES ET


LES BIENS
La mise en place des ouvrages envisagés dans le cadre du Projet est susceptible de générer des
impacts significatifs sur les personnes et les biens.

4.1 IMPACTS DE LA REINSTALLATION INVOLONTAIRE SUR LA SECURITE FONCIERE

4.1.1. IMPACTS POSITIFS

Dans les villages en général, la quasi-totalité des propriétaires ne disposent pas d’un titre
foncier sur leurs terrains ; il en est de même de certains propriétaires dans les centres urbains du
projet. Cette situation conduit la mission à recommander qu’il faille dans le cadre du Projet,
prendre en compte ces propriétaires comme éligibles à la compensation. Par exemple, les
personnes affectées recevront de nouvelles terres de taille et de qualité égales par ailleurs sous
le même droit (coutumier) et selon le système coutumier.

Dans le cadre de l’expropriation pour cause d’utilité publique, le Projet est tenu relocaliser les
personnes ayant perdu leur lopin de terrain sur des terrains disposant d’un titre foncier et
viabilisés (même qualité et productivité que les terres perdues) ; ceci en respect de la
règlementation nationale et de l’OP 4.12 sur la réinstallation involontaire.

Ainsi, les nouveaux sites de réinstallation seront des sites viabilisés et sécurisés par des titres de
propriété ; ce qui constitue une sécurité assurée sur la propriété foncière des personnes
affectées. En effet, un site est considéré comme sécurisé s’il dispose d’un titre foncier. Dans cette
optique, le Projet apportera une assistance aux personnes affectées pour l’obtention de titres
fonciers sur les sites de réinstallation.

4.4.2. IMPACTS NEGATIFS ET MESURES

Le principal impact du Projet sur l’occupation et l’utilisation des terres sera lié à l’acquisition
permanente de terrains nécessaires pour l’implantation des ouvrages envisagés, et à
l’occupation temporaire des terrains durant les travaux pour les besoins des chantiers.

Cet impact sera permanent et se manifestera aussi bien durant la phase de construction que de
mise en service des ouvrages. Dans ce dernier cas, les terres occupées seront légèrement
réduites puisque les baraques de chantier seront détruites.

Les perturbations foncières liées à l’implantation des divers ouvrages seront significatives
principalement dans les centres urbains notamment les chefs-lieux des départements et des
régions couverts par le Projet, dans la mesure où ces espaces urbains regorgent de nombreuses
maisons d’habitation, et que les terrains y constituent un bien rare et très prisé au regard des
prix actuellement pratiqués sur la vente du mètre carré. Ainsi, l’implantation de toute ligne ou
poste de transformateur qui y passera pourrait avoir un impact de grande ampleur.

En dehors des indemnisations liées à l’acquisition des titres fonciers et des aides à la
réinstallation que pourraient bénéficier les personnes perdant leurs terres, la principale mesure
pour atténuer la perte de terres sera que la SONATREL respecte autant que possible les limites
contenues dans les DUP. Cette mesure vise à respecter l’exigence de la Banque selon laquelle la
réinstallation et l'acquisition de terres doivent être réduites au minimum autant que possible.

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 47 sur 159

Par ailleurs, la Banque privilégie le remplacement de la « terre pour la terre » en lieu et place de
la rémunération en espèces.

Afin de limiter de nouvelles acquisitions de terres dans le cadre du Projet, la délimitation des
DUP des ouvrages envisagés devra s’incruster autant que possible dans les emprises des
ouvrages et projets connexes existant ou en perspective dans les localités couvertes par les
lignes et les postes de transformateurs. À cet effet, les projets connexes dans les zones
d’interventions du Projet devront être recensés par la SONATREL et leurs DUP confrontées afin
de rapprocher les DUP des ouvrages envisagés.

4.2 IMPACTS DE LA REINSTALLATION INVOLONTAIRE SUR LES BIENS ET LES PERSONNES

4.2.1. IMPACTS POSITIFS

Les biens perdus pourraient se reconstituer dans les normes étant donné que le principe de la
réinstallation est d’assurer le respect de la réglementation nationale en vigueur et les exigences
de l’OP 4.12. Les terres qui sont perdues seront remplacées par les terres de qualité similaire et
s’ils sont des terres titrées, tous les coûts associés au transfert ou à l'enregistrement du titre de la
nouvelle terre seront fournis à la personne concernée. Les maisons reconstruites seront de
qualité meilleure voire supérieure aux maisons qui auront été détruites. Les personnes
déplacées pourraient être réinstallées sur des terres plus productives, que celles d’avant le
déplacement.

4.2.2. IMPACTS NEGATIFS

Le principal impact négatif pourra être le déplacement involontaire et définitif des personnes
avec la perte de leurs biens dues à leur destruction lors du dégagement des emprises pour
l’implantation des ouvrages envisagés. Cette situation touchera principalement l’ensemble de
personnes disposant des biens situés dans les emprises des ouvrages envisagés.

Les déplacements connaitront un fort impact au niveau des villes couvertes. Il est difficile, au
stade actuel de formulation du Projet, de se prononcer sur la quantification des biens qui seront
détruits ou touchés. Cette quantification devant s’effectuer lors de l’élaboration des PSR/PAR à
réaliser.

 Perte des bâtiments et infrastructures

Cette perte pourra être engendrée par : (i) Destruction des divers bâtiments et maisons
d’habitation, ainsi que des infrastructures établis sur les emprises des ouvrages ; (ii) Destruction
d’autres types de structures (abris, boutiques, hangars de marché, etc.).

Cet impact sera significatif et donc d’une grande importance au niveau des centres urbains
affectés. En effet, ceux-ci sont caractérisés par la forte densité des constructions et surtout des
constructions en hauteur notamment à Yaoundé et à Douala. Face à cette situation, l’impact du
Projet sur les bâtiments serait de fait de grande ampleur dans de telles localités, car tout
bâtiment quelconque se trouvant dans les emprises des lignes de transport d’électricité ou des
postes de transformateurs seront détruits. Par ailleurs, les postes de transformateurs actuels
sont bordés dans leur proximité immédiate par les maisons d’habitation. Il s’en suit que les
extensions envisagés pour ces postes y auront également un fort impact. Les compensations
prévues permettront d’atténuer le niveau d’ampleur de l’impact sur les personnes et
communautés affectées. Les études techniques donneront plus de précisions sur la ou les
variantes sur les tracés des lignes et les sites d’implantation des postes de transformateurs
visant à minimiser cet impact dans les villes.

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 48 sur 159

 Perte des cultures et des terres agricoles

Cette perte pourra être liée à : (i) Destruction des cultures sur les terrains acquis de façon
permanente ; (ii) Dommages causés aux cultures lors des travaux de construction.

L’analyse de l’ampleur de cet impact montre que la perte des cultures vivrières sera de faible
importance notamment en ce qui la construction des lignes de transport d’électricité Haute
Tension (à plus de 10 mètres du sol). En effet, ces cultures vivrières ne seront pratiquement pas
détruites mais plutôt elles perdront l’espace dédié à leur pratique habituelle. En outre, la
SONATREL accordera suffisamment du temps aux paysans pour récolter leurs productions
vivrières avant le début des travaux : ce temps est règlementairement de six mois au moins (Loi
de 1987 sur l’expropriation pour cause d’utilité publique). L’impact est plus important sur les
arbres cultivés, car ils seront automatiquement détruits. Mais les compensations prévues
permettront de réduire cette ampleur sur les personnes affectées.

 Déplacement et/ou risque de destruction des sites et vestiges culturels et des tombes

Cet impact pourra survenir en cas de : (i) Acquisition des sites et vestiges culturels ainsi que des
tombes établis dans les emprises des ouvrages ; (ii) Dommages causés sur ces biens lors des
travaux de construction.

L’impact de la construction des ouvrages sur les tombes, les sites et vestiges culturels resterait
limité aux seuls sites d’implantation des poteaux et de l’espace nécessaire pour l’implantation
des postes de transformateurs. Les dispositions prises sur l’OP 4.11 sur le Patrimoine culturel
physique dans le Cadre de gestion environnementale et sociale (CGES) du Projet
s’appliqueront. En effet, compte tenu de l'extrême sensibilité des tombes, les alternatives seront
recherchées activement pour éviter le dommage ou le déplacement des tombes spécialement.
Les lignes passant très au-dessus du sol (environ 10 m du sol), il pourrait être envisagé dans le
cadre du Projet de laisser ces biens dans les emprises et de donner juste des conseils d’accès aux
propriétaires concernés. Par ailleurs, il serait judicieux de modifier le tracé de toute ligne ou le
site d’implantation de tout poste de transformateur, qui échoirait sur un site sacré ou un vestige
culturel.

 Perte des moyens d’existence

La perte des moyens d’existence pourrait être causé par : (i) Réduction des surfaces cultivables
et des espaces autrefois exploités à des fins agricoles ; (ii) Réduction des espaces de collecte des
produits forestiers non ligneux, des bois de services (chauffe, construction, etc.).

Cet impact sera peu significatif sur les moyens d’existence au regard de l’espace qui sera affecté
(emprise assez limitée pour les ouvrages) et surtout du fait que ces moyens d’existence
pourraient être facilement reconstitués grâce à l’appui communautaire du Projet aux
communautés affectées tel que proposé dans le présente CPR.

 Perturbations et ralentissement de certaines activités économiques (commerce, corps de


métiers, etc.)

Les perturbations éventuelles pourraient survenir du fait de : (i) Destruction des bâtiments
abritant les commerces et corps de métiers ; (ii) Perte de la clientèle habituelle ; (iii)
Délocalisation du site habituel de pratique des activités concernées.

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 49 sur 159

Cet impact sera de faible ampleur étant donné que les personnes affectées seront informées à
l’avance et disposeront de suffisamment de temps (au moins six mois) pour déplacer
progressivement leurs activités et informer leurs clientèles des nouveaux sites. Pa r ailleurs, ils
bénéficieront de l’assistance à la réinstallation involontaire conformément aux prescriptions de
l’OP 4.12 pour cette catégorie de personnes affectées.

 Risques de détournement des fonds alloués au processus de réinstallation

Le risque de détournement des fonds alloués au fonctionnement des CCE pourrait retarder les
travaux de recensement des biens et donc le processus des indemnisations. En outre, le risque
de détournement des fonds alloués aux indemnisations par les CCE pourrait entrainer les
mouvements d’humeur par les communautés affectées.

Les membres des CCE devront être sensibilisés sur le bien-fondé des questions de
réinstallations sur la réussite du Projet et assurer le suivi des fonds transférés pour l’affectation
effective de ceux-ci aux actions envisagées.

4.2.3. MESURES D’ATTENUATION

A propose de la limitation de l’espace à acquérir et donc de limitation de destruction des biens :


‐ les DUP des ouvrages envisagés devront être disponibles dans les délais ;
‐ les entreprises chargées des travaux devront respecter les emprises définies dans les
DUP lors de l’implantation des ouvrages ;
‐ le tracé des emprises des ouvrages devra porter prioritairement sur les zones inhabitées ;
ce qui permettra de réduire autant que possible les réinstallations ;
‐ le tracé des lignes envisagées devront être autant que possible parallèles ou adjacentes
aux lignes existantes ou aux emprises des autres projets d’infrastructures existant ; ce
qui permettra de réduire de nouvelles surfaces à acquérir ;
‐ lorsque les réinstallations sont inévitables, les plans de réinstallation (PSR/PAR)
élaborés et les opérations de réquisition de terrain devront être mis en œuvre
conformément aux dispositions de l’OP 4.12 ;
‐ la SONATREL devra procéder à des sections de lignes de transport d’électricité
souterraines à proximité des grandes agglomérations.

Sur la quantification des biens touchés et des personnes affectées et l’estimation des coûts de
compensation :
‐ Les biens qui seront touchés et les personnes qui seront affectées devront être
inventoriés sur l’ensemble des sites des ouvrages, et leurs coûts estimés. Cette
évaluation s’effectuera conformément à la règlementairement en vigueur pour chaque
type de biens. Ce travail est sous la responsabilité des CCE. À cet effet, celles-ci devront
être mises en place suffisamment à temps et dans chaque département affecté. Chaque
CCE travaillera en collaboration avec le consultant chargé d’élaborer les PSR/PAR de
chaque projet et appliquera les normes et les principes les plus avantageux entre la loi
du Cameroun et OP 4.12 ;
‐ Selon l’envergure des biens et des personnes qui seront touchés, un plan succinct de
réinstallation (PSR) ou un plan d’action de réinstallation (PAR) sera élaboré pour chacun
des projets d’investissement envisagés. Ces documents incluront des actions spécifiques
qui seront nécessaires pour ramener les effets liés à la réinstallation à des niveaux
acceptables.

À propos des compensations et d’expropriation :

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 50 sur 159

‐ La SONATREL devra procéder à l’indemnisation préalable des personnes affectées


avant le démarrage des travaux ;
‐ Le processus de réinstallation devra être achevé et terminé avant le démarrage des
travaux ;
‐ Les sites de recasement devront être identifiés et sécurisés avant le déplacement des
personnes affectées de leurs anciens sites et donc avant le début des travaux et la
SONATREL devra s’assurer de leur recasement effectif avant le début des travaux ;
‐ L’expropriation devra s’effectuer par étape et par tronçon de ligne, afin de limiter le
temps d’attente souvent observé entre l’évaluation des biens, les indemnisations et la
réinstallation effective. Il s’agira pour la SONATREL de planifier l’évaluation des biens
et l’indemnisation des personnes affectées par petit tronçon, et plus précisément par
département, étant donné que les CCE se mettent en place sur cette base. Cette approche
limitera également les possibilités de soulèvement des mouvements d’humeur souvent
causés par les attentes vaines des personnes et des communautés locales affectées.

4.3 IMPACTS DE LA REINSTALLATION INVOLONTAIRE SUR LES PERSONNES VULNERABLES

4.3.1. IMPACTS POSITIFS

Les personnes vulnérables constitueront les groupes à prioriser lors du recrutement de la main
d’œuvre locale pendant les travaux de construction et d’entretien. La section 7.7 du document
traite de la nature et de la forme d’assistance qui pourrait être apporté aux groupes vulnérables
dans le cadre du Projet.

4.3.2. IMPACTS NEGATIFS ET MESURES

Les personnes vulnérables subiront les impacts liées à la réinstallation involontaire. Leurs
intérêts risquent d’être relégués au second plan par les groupes plus actifs. À cet effet, une
attention particulière devra leur être accordée pendant tout le processus de réinstallation tel que
spécifié à la section 7.7 du document.

4.4 IMPACTS DE LA REINSTALLATION INVOLONTAIRE SUR LA COHESION SOCIALE

4.4.1. IMPACTS POSITIFS

La mise en place des ouvrages renforcera les relations étroites entre le Projet, les communes et
les communautés locales car il sera mis en place des comités locaux de réinstallation qui
assureront le suivi du processus.

4.4.2. IMPACTS NEGATIFS

La réinstallation involontaire causera un préjudice matériel, la souffrance morale et d’autres


formes de dommage dus à la dépossession des biens aux expropriés

Pour réparer tout le préjudice subi, il devra être alloué, en plus de l’indemnité principale, des
indemnités accessoires. Ainsi par exemple, s’agissant de l’indemnisation pour expropriation
d’un immeuble abritant un fonds de commerce, l’on devrait non seulement rembourser la
valeur du bien dont l’exproprié est dépossédé, mais également réparer le préjudice résultant du
transfert de l’exploitation notamment les indemnités de privation de jouissance ou d’éviction
commerciale.

S’agissant de l’expropriation de regroupement villageois ou autres groupes sociaux, ainsi


déracinés parce que déplacés de leur milieu culturel, il faudrait, autant que faire se peut, leur

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 51 sur 159

permettre de se recaser collectivement, avec la possibilité d’y reconstituer leur cadre de vie
détruit, et ceci en plus des allocations financières d’indemnisation due au titre de la
dépossession de ce bien.

Le préjudice devra être réparé intégralement par une indemnité juste et équitable. En effet,
l’expropriation prive la personne affectée non seulement d’une valeur de change, mais aussi
d’une valeur d’utilisation, laquelle peut être supérieure à la valeur de cession. Cette valeur doit
être prise en considération pour l’indemnisation de l’exproprié.

Par ailleurs, l’absence d’équité et de transparence, ainsi que la discrimination dans le processus
de réinstallation pourraient entacher la cohésion sociale et entraîner de ce fait des conflits
sociaux pouvant compromettre l’atteinte des résultats escomptés par le projet. Les diverses
sources de conflits potentiels susceptibles de survenir sont ci-après développées :
- Discrimination (tribalisme, favoritisme, mépris de certains groupes marginaux) dans
l’attribution des nouveaux sites et de l’assistance (aide). À cet effet, les critères
d’attribution devront être clairement définis de façon consensuelle avec les personnes et
communautés affectées, et rendus publics pour être connus de tous. Par ailleurs, la
priorité devra être accordée aux personnes vulnérables. En outre, les personnes et
communautés affectées devront être impliquées à tous les niveaux du processus,
notamment depuis la réalisation des PSR/PAR jusqu’à leur mise en œuvre ;
- Non indemnisation ou non relocalisation préalable des personnes et communautés
affectées par la destruction de leurs biens (maisons, cultures, terres cultivables,
infrastructures socio-communautaires, etc.) situés dans l’emprise des travaux ou par la
perturbation de leurs activités commerciales. Pour atténuer cet impact majeur, les
différentes parties prenantes proposent d’indemniser les personnes et communautés
impactées avant le début des travaux. Le bien-fondé de l’indemnisation préalable doit
être clairement justifié aux personnes et communautés affectées afin d’éviter tout
blocage. En outre, les limites des emprises des travaux devront être matérialisées et
respectées par les entreprises contractées. Par ailleurs, les organisations d’appui local
devront être recrutées pour assurer l’information et la sensibilisation des communautés
et personnes affectées ;
- Dépravation des mœurs (prostitution, banditisme, toxicomanie) due au brassage des
personnes de cultures différentes sur les nouveaux sites de réinstallation et à l’afflux de
nouvelles personnes en quête d’opportunité dans les nouveaux sites de réinstallation et
même de déplacement. La sensibilisation des communautés hôtes et des personnes et
communautés réinstallées, ainsi que la sensibilisation des employés de chantier seront
nécessaires pour le respect des mœurs locales afin de limiter ce risque. Cette mesure doit
également être mentionnée dans le règlement intérieur des chantiers ;
- Risques de conflits avec les populations d’accueil. Pour minimiser cet impact, les
ménages seront autant que possible réinstallés dans leurs villages d’origine.

4.4.3. MESURES D’ATTENUATION

Conformément à l’OP 4.12, les mesures d’atténuation comprendront entre autres des
consultations avec les communautés et les pouvoirs publics, l’accélération du paiement des
indemnisations et du processus de réinstallation, l’adoption de mécanismes appropriés de
gestion des conflits éventuels entre les ménages réinstallés et la population d’accueil et
l’accroissement des services (alimentation en eau et en électricité, etc.), afin de garantir des
conditions comparables dans les zones d’accueil. Avec ces mesures d’atténuation, les hostilités
se prolongeront peut-être dans le temps mais elles ne seront pas intenses.

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 52 sur 159

La plupart des ouvriers requis pour les divers chantiers devront, autant que possible, être
recrutés sur place. Les travailleurs engagés devront être sensibilisés et informés de la conduite à
tenir pendant la durée de leur contrat de travail dans le cadre du Projet. Le personnel embauché
devra également être informé de la culture et des mœurs locales.

Une fois que les ouvrages seront mis en service, il emploiera un nombre de personnes, selon les
estimations. Il sera judicieux, autant que possible, de former certains employés dont les services
ont été utilisés durant la phase de construction et de les retenir pour la phase d’exploitation. Les
principes de viabilité seront appliqués aux niveaux décisionnel et opérationnel en évitant toute
discrimination (liée à des considérations de sexe, de race et de handicap) dans l’emploi et le
travail, et en garantissant la transparence des processus de recrutement, en vue de protéger
l’intérêt des populations locales.

Des impacts sont attendus en termes d’IST, VIH/SIDA, etc. Des mesures spécifiques devront
être prises, notamment une campagne de sensibilisation au VIH/SIDA à l’intention des
communautés affectées et des travailleurs contractuels. Les centres de santé locaux devront
également être associés au processus de réinstallation afin d’assurer la prise en compte des
problèmes qui se posent et de concevoir des solutions adaptées aux réalités du terrain.

4.5 IMPACTS DE LA REINSTALLATION INVOLONTAIRE SUR LE CADRE DE VIE DES POPULATIONS


ET SUR L’ECONOMIE LOCALE

4.5.1. IMPACTS POSITIFS

Le projet présente d’importants avantages potentiels à long terme, notamment l’augmentation


de l’électricité disponible au niveau national, et des avantages économiques connexes au niveau
régional, ainsi que des effets économiques positifs qui accompagneront la hausse à court et à
long terme de l’emploi et des échanges commerciaux.

Les effets positifs à moyen et long terme du projet sur l’environnement économique sont
considérables, dans l’ensemble. Ils se traduiront par un accroissement des quantités d’électricité
disponibles au niveau national et par une hausse des emplois et dépenses générés par le projet.
Ces effets seront tangibles tant au niveau régional que local.

4.5.2. IMPACTS NEGATIFS ET MESURES

En termes d’infrastructure, le principal effet à redouter serait une pression sur les services
sociaux de base existants et une dégradation des infrastructures y relative du fait de leur
surexploitation liée à l’augmentation de la population pendant les travaux. Pour atténuer cet
impact, le Projet devra renforcer les infrastructures pour gérer l’accroissement substantiel de
l’accès aux services locaux.

4.6 IMPACTS DES CHAMPS ELECTROMAGNETIQUES SUR LA SANTE DES POPULATIONS

4.6.1. IMPACTS POSITIFS

Aucun

4.6.2. IMPACTS NEGATIFS ET MESURES

Les risques éventuels des champs magnétiques sur la santé humaine sont prouvés les chocs et
les perturbations du système nerveux. Là où est utilisée l’électricité, se créent des champs
électriques et magnétiques. La mise en service des lignes de transport envisagées pourrait créer

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 53 sur 159

des champs tant électriques que magnétiques dont l’intensité sera à son niveau maximum, juste
en-dessous de la ligne. Des mesures d’atténuation spécifiques pour prévenir les impacts
potentiels liés aux effets des champs électromagnétiques devront être préconisées.

Les lignes traverseront de toute manière par endroit des habitations et des constructions. Si l’on
se rapporte aux emprises de 30 m soit 15 m de part et d’autre de l’axe principal, cela signifie que
la propriété la plus proche sera située à 15 m au moins de la ligne. Bien qu’aucun impact
significatif ne soit envisagé, cette distance de séparation tient lieu de mesure d’atténuation
d’autant plus qu’elle limite davantage l’exposition de tout bâtiment qui serait occupé à long
terme. Pour les postes de transformateurs, ils devront être sécurisés par les grillages, afin d’y
éviter l’intrusion des populations avoisinantes. Des restrictions d’accès et d’utilisation des terres
devront être appliquées dans les emprises des ouvrages et toute haute végétation devra être
systématiquement éliminée.

Une campagne spécifique d’information des communautés locales riveraines sur les effets des
champs électromagnétiques sera menée afin de conscientiser celles-ci sur les risques encourus
en cas d’établissement illicite sous les hautes tensions.

4.7 IMPACTS DES LIGNES DE TRANSPORT D’ELECTRICITE SUR LA SECURITE DES PERSONNES

4.7.1. IMPACTS POSITIFS

Aucun

4.7.2. IMPACTS NEGATIFS ET MESURES

Les chutes de poteaux de haute tension et des câbles sont probables. En outre, les populations
ignorantes pourraient avoir tendance à escalader les poteaux de haute tension. Les
conséquences sont les risques d’électrocution.

La présence des lignes haute tension constitue un risque potentiel de décharges électrique. ¨Par
conséquent, les périmètres de sécurité devront être marqués par des signalisations visuelles à au
moins 100 m des emprises des ouvrages.

Les postes de transformateurs et les poteaux de haute tension devront être clôturés afin d’y
éviter l’intrusion des populations avoisinantes. Les emprises devront être proscrites de toute
restriction d’accès et d’utilisation.

4.8 IMPACTS DE LA REINSTALLATION SUR LA SECURITE DES PERSONNES

4.8.1. IMPACTS POSITIFS

L’aspect positif sera l’amélioration des logements et la sécurisation foncière comme signalées
plus haut.
4.8.2. IMPACTS NEGATIFS ET MESURES

Les bénéficiaires des compensations pourraient être sujets des agressions et de jalousie dans les
villages. Sur ce point les populations locales ont insisté sur le caractère discrétionnaire que
devra être l’attribution des indemnisations en espèces aux récipiendaires. Elles ont proposé la
voie d’envoi de l’argent par les agences de transfert d’argent, et la non publication des droits
des personnes affectées. Sur ce point, le Directeur de la SONATREL a relevé le danger de ne pas
publier les droits des ayants-droits car ceux-ci peuvent également retourner la veste en faisant
croire à certaines opinions qu’ils n’ont pas été indemnisés à la hauteur de la perte. D’où

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 54 sur 159

l’instance de cette autorité de la nécessité de publier les droits et plutôt de prendre des
dispositions pour qu’ils parviennent dans des conditions sécuritaires aux bénéficiaires.

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 55 sur 159

5 CONTEXTE JURIDIQUE ET INSTITUTIONNEL ENCADRANT LE


PROCESSUS D’EXPROPRIATION POUR CAUSE D’UTILITE
PUBLIQUE
Ce chapitre traite du droit foncier au Cameroun, en termes de mécanisme d’acquisition et
d’appropriation foncière, de processus réinstallation et de restructuration économique des
personnes affectées un projet. Il présente en outre les contours de la politique opérationnelle
4.12 de la Banque mondiale sur la réinstallation involontaire, et fait une analyse comparée de
celle-ci avec la législation nationale pour fournir des orientations en ce qui concerne la norme
qui sera appliquée dans le cadre du Projet.

5.1 CADRE JURIDIQUE NATIONAL EN MATIERE DE PROPRIETE FONCIERE

La propriété foncière au Cameroun repose à la fois sur les dispositions de la loi moderne et sur
les pratiques coutumières.

5.1.1. REGIME FONCIER COUTUMIER OU TRADITIONNEL

Le régime foncier coutumier est basé sur le droit de hache qui confère la reconnaissance de la
propriété au sol à une communauté, à une personne ou à sa descendance lorsque celui-ci est le
premier à le débroussailler. C’est donc la première occupation d’une terre vacante qui constitue
le titre juridique. La propriété du sol est réservée aux descendants de celui qui est venu le
premier habité dans la zone.

Le régime coutumier reconnaît la propriété individuelle et la propriété collective. La propriété


dite collective est fondée sur des terres acquises par le droit d’usage ou de hache par les
ancêtres, et héritées par leurs descendants. Les terres collectives (forêts primaires, forêts
galeries, jachères, savanes, pâturages) ont cette particularité que les communautés y ont les
mêmes droits d’accès pour les usages collectifs visant à satisfaire les besoins en bois de chauffe
ou de construction, en chaumes pour les maisons, pâturage, en chasse, cueillette, ramassage et
pêche. La cession de la propriété varie d’une région à l’autre comme décrit ci-après :

- Dans les régions forestières (Centre, Littoral, Est) des zones d’intervention du Projet, la
propriété foncière collective est reconnue à une communauté par les groupes riverains
suite à l’antériorité de son occupation des terres. Les terres dites communautaires sont
en réalité des terres appartenant à des familles, et sur lesquelles les chefs de famille ont
pouvoir lorsqu’il s’agit de cession. Leur gestion ne dépend pas du chef de village. Ce
dernier n’a de véritable pouvoir que sur les terres dont il est lui-même héritier. Mais il
est censé connaître les limites de toutes les propriétés coutumières, c’est pour cela qu’il
est au centre de la gestion des conflits en général et des litiges fonciers en particulier. Les
femmes peuvent être propriétaires terriens dans ces régions. Une fois que la propriété
d’une parcelle de terre devient individuelle, celle-ci peut être cédée à un tiers par voie
d’héritage (de père en fils ou de frère en frère), de don ou de vente. En zone rural
comme en zone urbaine, les terres sont de plus en plus vendues, et il a été relevé dans
les zones consultées l’inquiétude des populations de l’accaparement par achat par des
personnes extérieures aux villages et disposant de gros moyens financiers. Ceux-ci
obtenant même des titres fonciers sans concertation avec les communautés (cas soulevé
dans la commune d’Edéa 2ème).

- Dans la partie septentrionale (Extrême-nord, Nord, Adamaoua), la terre constitue un


bien collectif incessible et inaliénable sur laquelle le Lamido exerce un droit d’usufruit et

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 56 sur 159

cède l’usage aux membres de la collectivité. Le Lamido est l’unique détenteur de la terre,
qu’il peut soit vendre (ce qui est assez rare), soit donner à ses sujets moyennant le devoir
de soumission, la dîme ou toute autre forme d’impôt fixé par lui-même. Le non-respect
des obligations exposant le paysan ou l’usufruitier au retrait du terrain, voire à la
confiscation de ses biens. Certains auteurs (Binet, 19834) conviennent que le Lamido
possède personnellement des terres transmissibles à ses descendants ou héritiers
patrimoniaux directs, même si ceux-ci ne lui succèdent pas. La femme ne peut être
propriétaire de terre dans ces régions. En zone urbaine, les terres sont de plus en plus
vendues, notamment dans les chefs-lieux des départements et des régions. Mais ce
phénomène n’est observé en milieu rural.

5.1.2. REGIME FONCIER MODERNE

Le régime foncier et domanial moderne tire ses fondements de la Loi n°73-3 du 9 juillet 1973
autorisant le Président de la République à fixer par ordonnance le régime foncier et domanial.
C’est dans ce contexte qu’ont été promulguées les Ordonnances n°74-1 du 4 juillet 1974 fixant le
régime foncier et 74-2 du 6 juillet 1974 fixant le régime domanial, avec le décret nº76/165 du 27
avril 1976 fixant les conditions d'obtention du titre foncier.

Ces textes ont connu des réformes notoires depuis 2005 avec le Décret n°2005/481 du 16
décembre 2005 modifiant et complétant certaines dispositions du décret nº76/165 du 27 avril
1976 fixant les conditions d'obtention du titre foncier, et le Décret n°2014/3211/PM du 29
septembre 2014 fixant les prix applicables aux transactions sur les terrains relevant du domaine
privé de l’État.

La Constitution la République du Cameroun de 1996 établit les principes fondamentaux de


protection des droits individuels, dont le droit de propriété. Elle stipule que : « La propriété
individuelle est le droit d’user, de jouir et de disposer de biens garantis à chacun par la loi. Nul
ne saurait en être privé si ce n’est pour cause d’utilité publique, et sous la condition d’une
indemnisation dont les modalités sont fixées par la loi ».

 Ordonnances n°74-1 fixant le régime foncier et n°74-2 du 06 juillet 1974 fixant le


régime domanial

Ces ordonnances rappellent que l’État garantit à toutes personnes physiques ou morales
possédant des terrains en propriété, le droit d’en jouir et de disposer librement. Toutefois, il
peut intervenir sur les terres en vue d’en assurer un usage rationnel ou pour tenir compte des
impératifs de la défense ou des options économiques de la nation.

Par opposition au droit coutumier, le droit moderne introduit la notion d’immatriculation.


L’article 8 de l’Ordonnance n° 74-1 déclare nuls de plein droit, les actes translatifs ou extinctifs
de droits réels immobiliers non notariés, les cessions et locations des terrains urbains ou ruraux
non immatriculés au nom du vendeur ou du bailleur, les ventes ou locations même notariées
d’un même terrain à plus d’une personne, immatriculation d’un immeuble en omettant les
inscriptions hypothécaires, droits réels ou charges dont ledit immeuble est grevé. L’article 1er du
Décret n°76/165 du 27 avril 1976 fixant les conditions d’obtention du titre foncier, renforce cette
disposition en disposant que le titre foncier est la certification officielle de la propriété
immobilière. Il s’en suit que l’occupant d’une parcelle de terre ne peut se prévaloir d’un
quelconque droit de propriété que s’il s’est conformé à la procédure d’immatriculation.

4
Jacques Binet, 1983. Droit foncier coutumier au Cameroun. ORSTOM. 27 pages.

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 57 sur 159

Les Ordonnances n°74-1 et n°74-2 confèrent aux statuts d'occupation deux catégories de
terrains :
- les terrains appartenant à des personnes privées (sociétés, organismes, particuliers) et
incluses dans la catégorie "propriétés privées". Ce sont des terres ayant reçu un titre
légal de propriété. En zone rurale, cette catégorie est absente. Seules les terres ayant ce
statut peuvent, selon la loi camerounaise, bénéficier de l’indemnisation en cas de
déplacement involontaire ;
- les terrains domaniaux eux-mêmes subdivisés en trois sous-catégories :
o les terrains du domaine public de l’État : C’est le statut de tout bien mobilier ou
immobilier mis à part pour l’utilisation directe du public ou des services publics.
Cette propriété peut être publique naturelle (côtes, les voies d’eau, sous-sol,
espace aérien), ou publique artificielle (tout terrain affecté à des usages divers
tels que les routes, les pistes, les chemins de fer, les lignes télégraphiques et
téléphoniques, les alluvions déposées en amont et en aval des sites construits
pour un usage public, les monuments publics et bâtiments installés et maintenus
par l’État, les concessions aux chefs de tribus traditionnels de terres). Les biens
du domaine public sont inaliénables, imprescriptibles et insaisissables ;
o les terrains du domaine privé de l'État et des autres personnes publiques
(communes, édifices, constructions et aménagements de l’État, etc.) ;
o les terrains du domaine national qui sont ceux qui ne relèvent d'aucune des
catégories mentionnées ci-dessus. Il s’agit des terrains sans titre foncier avec
mises en valeur par des particuliers : maisons d’habitation, cultures, plantations,
parcours, terres libres de toute occupation.

 Décret n°2005/481 du 16 décembre 2005 modifiant et complétant certaines


dispositions du décret nº76/165 du 27 avril 1976 fixant les conditions d'obtention du
titre foncier.

Ce texte simplifie la procédure de l’obtention d’un titre foncier et confère la compétence de sa


délivrance au niveau départemental. Il vise à sécuriser les droits fonciers des propriétaires.

 Décret n°2014/3211/PM du 29 septembre 2014 fixant les prix applicables aux


transactions sur les terrains relevant du domaine privé de l’État

Conformément à l’article 1er de ce décret, les prix minima fixés pour les terrains à usage
résidentiel varient entre 200 et 10 000 francs CFA selon les chefs-lieux d’arrondissement. Les
prix minima fixés pour les terrains à usage non résidentiel varient sur la base du prix fixé pour
l’usage résidentiel (article 2). Ainsi, il double pour un terrain à usage commercial, est de moitié
pour un terrain à usage industriel, le quart pour un terrain à usage social ou culturel, et le
cinquième pour un terrain à usage culturel. Pour un terrain à usage agricole, le prix minima est
celui pratiqué pour les terrains du domaine national de même usage.

Les redevances annuelles afférentes aux baux consentis sur le domaine privé de l’État sont fixés
par mètre carré ainsi qu’il suit par rapport au prix minimum de vente des terrains à usage
résidentiel : résidentiel (25%), commercial (50%), industriel (10%), agropastoral (5%), culturel et
social (1%) (article 3). En cas d’occupation continue par la même personne et pour le même
usage, les redevances annuelles prévues sont révisables tous les cinq ans à concurrence de 0 à
10% du taux initial (article 6).

5.2 CADRE JURIDIQUE NATIONAL EN MATIERE D’EXPROPRIATION POUR CAUSE D’UTILITE


PUBLIQUE ET DE MODALITES D’INDEMNISATION

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 58 sur 159

Selon le Code Civil, la seule circonstance légale dans laquelle un individu peut perdre sa
propriété contre son gré est le cas de l’expropriation pour cause d’utilité publique car l’article
545 stipule que « Nul ne peut être contraint de céder sa propriété, si ce n’est pour cause d’utilité
publique, et moyennant une juste et préalable indemnité ».

L’expropriation pour cause d’utilité publique est définie comme la privation du particulier de
sa propriété suivant une procédure particulière et moyennant une indemnisation
compensatrice.

L’expropriation pour cause d’utilité publique est régie par la Loi n°85/009 du 4 juillet 1985
relative à l'expropriation pour cause d'utilité publique et aux modalités d'indemnisation5
rendue applicable par le Décret n°87/1872 du 18 décembre 1987 et par Arrêté n°00832-Y.15.1-
MINUH-D000 du 20 novembre 1987 fixant les bases de calcul de la valeur vénale des
constructions frappées d’expropriation pour cause d’utilité publique. Ce cadre est complété par
l’Instruction n°000005/I/Y.2.5/MINDAF/D220 du 29 décembre 2005 portant rappel des règles
de base sur la mise en œuvre du régime de l’expropriation pour cause d’utilité publique.

Un texte juridique fixe les bases d’évaluation et de calcul des indemnisations selon la nature des
biens à exproprier Ainsi :
- le Décret n°2003-418-PM du 25 février 2003 fixe les tarifs des indemnités à allouer au
propriétaire victime de destruction pour cause d’utilité publique de cultures et d’arbres
cultivés ;
- l’Arrêté n°00832/Y.15.1/MINUH/D00 du 20 novembre 1987 fixe les bases de calcul de
la valeur vénale des constructions frappées d’expropriation pour cause d’utilité
publique ;
- le Décret n°2014/3211/PM du 29 septembre 2014 fixe les minima applicables aux
transactions sur les terrains relevant du domaine privé de l’État.

La lecture transversale de ces textes ressort que l’État peut procéder à des expropriations en vue
de réaliser des objectifs d’intérêt général. La procédure d’expropriation est engagée soit
directement lorsqu’elle vise à réaliser des opérations d’intérêt public, soit indirectement à la
demande des collectivités publiques locales (départements, communes), des établissements
publics, des concessionnaires de services publics ou des sociétés d’État. De plus, l’expropriation
pour cause d’utilité publique n’affecte que les propriétés privées et ouvre droit à une
indemnisation pécuniaire ou en nature.

 Loi n°85/009 du 4 juillet 1985 relative à l'expropriation pour cause d'utilité publique
et aux modalités d'indemnisation et son décret d’application n°87/1872 du 18
décembre 1987

La loi fixe les conditions d’expropriation pour cause d’utilité publique (articles 1 à 5) et définit
l’expropriation comme étant le délai accordé aux victimes pour libérer les lieux destinés à la
réalisation d’un projet d’intérêt général (art 4(4)). Elle définit la procédure d’expropriation pour
cause d’utilité publique à la demande des services publics et détermine les compensations à
accorder aux victimes en relation avec la Constitution de 1996 et la législation foncière.

Le nouveau principe institué par cette loi stipule que tout propriétaire exproprié doit être
indemnisé avant que le bénéficiaire de l'expropriation ne s'installe sur le terrain exproprié ; il
s’agit là du principe de « l'indemnisation préalable ». L’indemnité due aux personnes évincées
est fixée par le décret d’expropriation ; lequel entraîne le transfert de propriété et permet de

5Cette loi abroge l’Ordonnance n°74-3 du 06 juillet 1974 relative à la procédure d'expropriation pour cause d'utilité
publique et aux modalités d'indemnisation, abrogée par

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 59 sur 159

muter les titres existants au nom de l’État ou de toute autre personne de droit public
bénéficiaire de cette mesure.

L’acte de déclaration d’utilité publique est suspensif de toute transaction et de toute mise en
valeur sur les terrains concernés. Aucun permis de construction ne peut, sous peine de nullité
d’ordre public être délivré sur les lieux. Toutefois, dans certains cas, le bénéficiaire de
l’expropriation peut, avant le paiement effectif de l’indemnité, occuper les lieux dès publication
du décret d’expropriation. Un préavis de six (06) mois à compter de la date de publication du
décret d’expropriation, est donné aux victimes pour libérer les lieux. Ce délai est de trois (03)
mois en cas d’urgence.

L’indemnisation a pour objet de réparer le dommage « matériel direct, immédiat et certain »


causé au propriétaire exproprié (article 7(1)). En conséquence, elle ne peut concerner que les
terrains nus, les cultures, les constructions, ainsi que toutes mises en valeur quelle qu’en soit la
nature, dûment constatées par la Commission de Constat et d'Évaluation des biens (article 5).

L’indemnisation peut être faite en numéraire ou en nature (article 3). Le chapitre 2 de la loi
indique les dispositions relatives à l’éligibilité aux indemnisations :
‐ l’indemnité porte sur le dommage matériel direct, immédiat et certain causé par
l’éviction (article 7) ;
‐ l’indemnité peut être pécuniaire ou sous forme de compensation en nature (article 8) ;
‐ le prix de l’indemnisation des terres est différent suivant que le terrain résulte d’une
transaction normale de droit commun ou qu’il résulte d’une détention coutumière ayant
donné lieu à l’obtention d’un titre foncier. Dans le premier cas, l’indemnisation est égale
au prix d’achat, et dans le deuxième cas, elle est égale au taux des terrains domaniaux
(article 9) ;
‐ la valeur des constructions est déterminée par la Commission de constat et d’évaluation,
par contre les maisons vétustes ou celles réalisées sur les emprises publiques ne
recevront pas d’indemnisation (article 10) ;
‐ les modalités de détermination de la valeur des cultures et plantations détruites sont
fixées par décret (alinéa 1, article 10) ;
‐ les articles des textes relatifs aux expropriations ne traitent pas des occupants sans titre
qui constituent en fait la majorité. Néanmoins, l’article 17 de l’Ordonnance de 74 les
reconnaît comme attributaires quand ils ont occupé la terre d'une manière personnelle,
réelle, évidente et permanente se traduisant par une mise en valeur.

Les indemnités dues pour expropriation sont à la charge de la personne morale bénéficiaire de
cette mesure (art. 6). Elle présente les recours possibles en cas de contestation de l’indemnité par
la victime (art. 12 à 16).

 Arrêté n° 0832/Y.15.1/MINUH/D000 du 20 novembre 1987 fixant les bases de calcul de


la valeur vénale des constructions frappées d’expropriation pour cause d’utilité
publique

Ce texte classe les constructions en six catégories ou standings, en fonction de la nature des
matériaux utilisés. Chaque catégorie bénéficie d’un taux particulier de compensation qui tient
par ailleurs compte de l’état de vétusté de l’investissement. Les taux d’indemnisation existant
courent entre 1960 et 1990.

 Décret n°2003/418/PM du 25 février 2003 fixant les tarifs des indemnités à allouer
aux propriétaires victimes de destruction, pour cause d’utilité publique, des cultures
et arbres cultivés

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 60 sur 159

Ce décret fixe les tarifs des indemnités à allouer aux propriétaires victimes de destruction des
cultures et arbres cultivés survenant pour cause d’utilité publique.

5.3 TEXTES JURIDIQUES RELATIFS AUX LITIGES FONCIERS

Les litiges fonciers sont encadrés par les textes ci-après :


‐ Décret n°78-263 du 3 juillet 1978 fixant les modalités de règlement des litiges agro-
pastoraux ;
‐ Décret n°78-322 du 3 août 1978 portant institution des Commissions pour le règlement
des litiges relatifs aux limites des circonscriptions administratives et des unités de
commandement traditionnel ;
‐ Arrêté n°82-580 du 4 décembre 1982 fixant la composition de la Commission nationale
pour le règlement des litiges des circonscriptions administratives et des unités de
commandement traditionnel ;
‐ Loi n°2003-016 du 22 décembre 2003 relative au règlement des litiges portant sur les
limites des circonscriptions administratives et des unités de commandement
traditionnel.

5.4 TEXTES JURIDIQUES RELATIFS AUX OPERATIONS D’INHUMATION, D’EXHUMATION ET DE


TRANSFERT DE CORPS

Ces opérations sont encadrées par le décret n° 74/199 du 14 mars 1974 portant règlementation
des opérations d’inhumation, d’exhumation et de transfert de corps. Le chapitre 4 traite de
l’exhumation des corps dans les articles 13 à 17.

L’article 13 stipule que toute exhumation de corps est soumise après avis des services de santé
compétents à une autorisation préalable du préfet du département du lieu d’inhumation
provisoire. Sauf motif d’ordre public, la demande d’exhumation doit être faite par le plus
proche parent du défunt ou par la justice dans le cadre d’une enquête judiciaire.

L’article 14 précise le dossier d’exhumation qui comprend : (i) une demande timbrée indiquant
la destination prévue pour le restes à exhumer ainsi que le lieu et la date de la ré-inhumation ;
(ii) un extrait d’acte de décès un certificat de genre de mort délivré par le médecin ou l’infirmier
ayant constaté le décès.

L’article 16 relève que l’exhumation se fait en présence du représentant de l’autorité


préfectorale, du maire ou de son représentant, du représentant de la police ou de la
Gendarmerie chargée d’établir le procès-verbal, du médecin-chef du département de la santé ou
son représentant, du représentant du service des pompes funèbres agréé s’il y a lieu , et d’un
membre au moins de la famille du défunt.

5.5 POLITIQUE OPERATIONNELLE 4.12 DE LA BANQUE MONDIALE EN MATIERE DE


REINSTALLATION INVOLONTAIRE

La politique de sauvegarde sociale 4.12 sur la réinstallation involontaire des populations est
applicable dans le cadre des projets de développement dont les activités affectent les
populations, notamment la destruction de leurs systèmes de production ou la perte de leurs
sources de revenus, des restrictions d'accès ou d’utilisation des ressources naturelles et qui
nécessitent un déplacement de ces populations.

Elle recommande qu’en cas de déplacement involontaire des populations, des mesures
appropriées soient planifiées et mises en œuvre pour éviter que la réinstallation involontaire

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 61 sur 159

provoque des conséquences dommageables sur le long terme, un appauvrissement des


populations et des dommages environnementaux. L’OP 4.12 vise à :
‐ éviter ou minimiser la réinstallation involontaire autant que possible en envisageant des
variantes dans la conception du projet ;
‐ lorsqu’une réinstallation de population ne peut pas être évitée, les activités de
réinstallation devront être conçues et exécutées sous la forme de projets de
développement durable devant procurer aux personnes déplacées par le projet
suffisamment de moyens d’investissement pour leur permettre de bénéficier des
avantages du projet. Dans ce cas, les populations déplacées devront être consultées et
participer à la planification et à l’exécution des projets de réinstallation ;
‐ les personnes déplacées devront être assistées dans leurs efforts pour améliorer leur
niveau de vie ou au moins pour rétablir leurs moyens d’existence à son niveau d'avant
la réinstallation ou de la mise en œuvre du projet.

Elle prend en compte les conséquences économiques et sociales des activités qui sont
occasionnées par :
‐ le retrait involontaire de terres provoquant la réinstallation ou perte d’habitat, la perte
de biens ou d’accès à ses biens, la perte de sources de revenus ou de moyens d’existence,
que les personnes affectées aient ou non à se déplacer sur un autre site ;
‐ la restriction involontaire de l’accès à des parcs définis comme tels juridiquement, et à
des aires protégées entraînant des conséquences sur moyens d’existence des personnes
déplacées.

Elle détermine les mesures requises pour traiter des impacts de la réinstallation involontaire, à
savoir l’élaboration d’un plan de réinstallation ou un cadre de politique de réinstallation. Ce
cadre exige que les populations faisant l’objet de réinstallation soient :
‐ informées des possibilités qui leur sont offertes et des droits se rattachant à leur
réinstallation ;
‐ consultées, soumises à plusieurs choix et informées des alternatives réalisables aux plans
technique et économique ; et
‐ pourvues rapidement d’une compensation effective au coût intégral de remplacement
pour les pertes de biens directement attribuables au projet.

Le plan de réinstallation doit prendre en compte les indemnités de réinstallation, les aides pour
la reconstruction de logement, pour l’acquisition de terrains à bâtir et de terrains agricoles.
Lorsque cela est possible pour l’atteinte des objectifs de la politique, le plan de réinstallation
prévoit pour les personnes déplacées une aide après la réinstallation, pour une période
transitoire d’une durée fondée sur une estimation raisonnable du temps probable nécessaire au
rétablissement de leurs moyens d’existence et de leurs revenus. Il devrait prévoir une aide au
développement pour la viabilisation des terrains, des mécanismes de crédits, la formation ou
des créations d’emplois qui s’ajouteraient aux mesures de compensation.

La politique 4.12 requiert que les besoins des groupes vulnérables au sein des populations
déplacées soient spécifiquement examinés lors de l’élaboration et la mise en œuvre du plan de
réinstallation.

Globalement, le principe fondamental de la politique 4.12 est la sauvegarde au moins, à défaut


d’une amélioration des conditions de vie des populations affectées par les activités d’un projet.
Pour garantir que la compensation et les aides à accorder aux populations affectées seront
effectifs, cette politique exige dans le cadre du PSR/PAR un Projet de suivi/évaluation du plan.

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 62 sur 159

5.6 DECRYPTAGE COMPARE DES DISPOSITIONS DE LA REGLEMENTATION CAMEROUNAISE ET DE


LA BANQUE MONDIALE

L’examen de l’OP 4.12 de la Banque mondiale et de la législation nationale indique des points
de convergence et de différence. Les points de convergence portent sur :
‐ le principe même de l’indemnisation/compensation en cas de perte des biens ;
‐ la période de compensation, qui doit se situer préalablement à la mise en œuvre de
l’investissement ;
‐ les formes de compensation (numéraire, nature) ;
‐ l’information et la consultation des populations ;
‐ l’inéligibilité pour les occupants du site postérieurement à la délivrance de l’information
relative au projet.

Les différences concernent des éléments prescrits par la Banque Mondiale mais qui ne sont pas
pris en compte dans la législation nationale ; il s’agit :
‐ des taux d’indemnisation ;
‐ des formes de prise en charge ;
‐ du mode de gestion des litiges ;
‐ de l’assistance aux groupes vulnérables ;
‐ du suivi des réinstallés et de la réhabilitation économique des personnes affectées.

Toutefois, en cas de contradiction entre la législation nationale et l’OP 4.12, ce sont les
dispositions de ces dernières qui devront l’emporter. Le tableau 4 ci-après indique les éléments
d’appréciation entre les deux textes, et donne les recommandations à prendre en compte dans le
cadre du Projet.

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 63 sur 159

Tableau 4: Lecture comparée des deux politiques (nationale et Banque mondiale)


Élément Politique PO/PB 4.12 de la Banque
Législation camerounaise Recommandations pour le Projet
d’appréciation mondiale
‐ Éviter la réinstallation involontaire si
possible
Indemnisation préalable en cas de ‐ Compensations en cas de réinstallation
Principe général ‐ Se conformer aux directives de la Banque mondiale
réinstallation involontaire involontaire (la reconstruction prime sur
la compensation en espèces)
‐ Réhabilitation économique
‐ Assistance multiforme aux déplacés
‐ Suivi pour s’assurer que leurs moyens
Assistance aux d’existence sont au même niveau
Rien n’est prévu par la loi ‐ Appliquer les dispositions de la Banque mondiale
déplacés qu’avant le projet.
‐ Vérifier l’achèvement des activités de
réinstallation
Appliquer la politique de la Banque car l’indemnisation
Taux de A la valeur nette actuelle du bien (le taux tient
Au coût de remplacement du bien affecté sur la base du bien déprécié ne permettrait pas aux PAP
compensation compte de l’état de dépréciation)
de le remplacer, eu égard à l’inflation.
‐ Valeur au prix dominant du marché
‐ Compensation en nature (terre contre
Prix de cession du Service des domaines
 Terres terre) Appliquer les dispositions de la Banque mondiale
(généralement des prix sociaux)
‐ Tous les coûts liés au transfert et à
l’enregistrement de nouvelle terre
Les deux sont d’accord sur la nature des espèces. Mais les
‐ Espèce d’arbres /culture taux prévus par la loi sont figés et ne tiennent pas compte
‐ Age (productivité) des autres aspects.
selon les types de cultures Barèmes officiels ‐ Prix des produits en haute saison (au Appliquer les dispositions de la Banque mondiale.
 Cultures
(taux figés en 1985) meilleur coût) Proposer une formule basée sur le barème de 1985 +
‐ Temps nécessaire pour ré-établir la montant/% pour arriver au coût de remplacement. Ce
productivité montant tiendra compte du coût moyen des productions
sur les trois années à venir
‐ Barèmes officiels en m2, établis en fonction La Reconstruction de la maison ou bâti est
La catégorisation de la loi camerounaise parce qu’elle est
de : i) La classification (six catégorie), ii) considérée comme meilleur résultat de
englobante, et peut léser certains sur quelques points. Les
Age (taux de vétusté), iii) dimensions et développement si les PAP sont d’accord
barèmes sont aussi figés, depuis 1985, donc sont dépassés.
superficie
 Bâti
‐ Taux réévalué à 7,5% / an jusqu’en 1990 Taux prenant en compte :
Appliquer les dispositions de la Banque mondiale
‐ Pas d’indemnisation pour les immeubles ‐ Le coût des matériaux de construction
Proposer une formule basée sur le barème de 1985 +
vétustes, ou menaçant ruine, ou construits aujourd’hui
montant/% pour arriver au coût de remplacement.
en enfreignant la règlementation ‐ Le coût de la main d’œuvre aujourd’hui

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 64 sur 159

Éléments
Législation camerounaise Politique PO/PB 4.12 de la Banque mondiale Recommandations pour le Projet
d’appréciation
Déguerpissement pour les occupants
Assistance pour réinstaller/re-établir Se conformer à la disposition de la Banque mondiale
illégaux du domaine privé de l’État
Se conformer à la législation nationale et aux directives
Propriétaires légaux des terrains Propriétaires légaux des chefs
de la Banque mondiale
Se conformer à la législation nationale et aux directives
Propriétaires du terrain coutumier Propriétaires des terrains coutumiers
Éligibilité de la Banque mondiale
Personnes ayant perdu un bien (terres, bâtiment,
Personnes ayant perdu un bien (terres, cultures bien culturel, toutes mises en œuvre Se conformer aux directives de la Banque mondiale
bâtiment, cultures bien culturel, toutes constatées)
mises en œuvre constatées) Personne limitée dans l’accès aux biens et aux Se conformer à la réglementation de la Banque
ressources (maison en location, ressource naturelle) mondiale
Personnes installées sur le site du projet
Personnes installées sur le site du projet après Se conformer à la législation nationale et aux directives
Inéligibilité après l’information sur le
l’information sur le déguerpissement de la Banque mondiale
déguerpissement
Paiement des
Avant la réinstallation Avant la réinstallation Se conformer à la disposition de la Banque mondiale
indemnisations
Appliquer les dispositions de la Banque mondiale
notamment les personnes vivant en deca de seuil de
pauvreté, les travailleurs sans terre, les femmes et les
Personnes Considération particulière pour les vulnérables
Rien n’est prévu par la loi enfants, les populations autochtones, les minorités
vulnérables Assistance multiformes
ethniques et toutes les autres personnes déplacées
risquant de ne pas être protégées par la législation
nationale relative à la compensation foncière.
Recours au MINDCAF, ou à la justice Privilégier le dialogue pour une gestion des plaintes à
Contentieux Appliquer les dispositions de la Banque mondiale
en cas d’insatisfaction d’une PAP l’amiable et dans la proximité
Les personnes affectées doivent être informées à
Consultation Prévue par la loi l’avance des options qui leur sont offertes, puis être Appliquer les dispositions de la Banque mondiale
associées à leur mise en œuvre

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 65 sur 159

5.7 CONTEXTE INSTITUTIONNEL

Le département ministériel en charge des secteurs foncier et domanial au Cameroun est le


Ministère des Affaires Foncières et Domaniales (MINDCAF). En matière contentieuse
interviennent les tribunaux auxquels ont été ajoutées des commissions consultatives.

D’autres institutions et acteurs entre en jeu lorsque le processus d’expropriation pour cause
d’utilité publique est déclenché : il s’agit notamment des administrations publiques, des
collectivités territoriales décentralisées, des organisations non gouvernementales et des bureaux
d’études. Ce processus enclenche dès lors la mise en place d’un cadre de concertation est alors
mis en place et dénommé Commission dite Commission de Constat et d’Évaluation des biens
(CCE).

5.6.1. MINDCAF : MINISTERE DES DOMAINES, DU CADASTRE ET DES AFFAIRES FONCIERES

Créé par Décret n°2012/390 du 18 septembre 2012 portant son organisation, le MINDCAF est
responsable de l’élaboration et de la mise en œuvre de la politique du Gouvernement en
matière domaniale, cadastrale et foncière (art. 1(2)). À ce titre, il est chargé entre autres de la
gestion des domaines public et privé de l’État, de la gestion du domaine national et des
propositions d’affectation, de l’acquisition et de l’expropriation des biens immobiliers au profit
de l’État, des établissements publics administratifs et des sociétés à capital public, en liaison
avec le Ministre des Finances et les administrations et organismes concernés (art. 1(2)). Il est
donc au centre de la politique nationale en matière de déplacement involontaire.

Les responsables des services déconcentrés de ce ministère sont membres des commissions
départementales et régionales d’expropriation et chargés de l’évaluation du patrimoine
immobilier (terrains et habitations) d’après l’article 5 du décret d’application de la loi du 04
juillet 1985 relative à l’expropriation pour cause d’utilité publique.

Selon l’article 3(2) du décret d’application de la loi de 1985 relative à l’expropriation pour cause
d’utilité publique, c’est le ministre du domaine qui définit le niveau de compétence de la
commission chargée de l’enquête d’expropriation dite CCE. Les responsables régionaux et
départementaux sont Rapporteurs au sein des CCE. Son Ministre est le Président des
Commissions Nationales.

L’article 19 du même décret précise qu’il appartient au ministère des domaines de trancher les
contestations relatives aux indemnités en cas d’omission.

5.6.2. COMMISSION DE CONSTAT ET D’ÉVALUATION DES BIENS (CCE)

Conformément à la procédure d’expropriation pour cause d’utilité publique, le Décret


n°87/1872 du 18 décembre 1987 portant application de la Loi n°85/009 du 04 juillet 1985
relative à l'expropriation pour cause d'utilité publique et aux modalités d'indemnisation,
institut une CCE.

La CCE a pour rôle de mener à bien les enquêtes liées aux expropriations pour cause d'utilité
publique en vue de la prise en compte des droits des personnes touchées et d'apprêter les
dossiers à transmettre aux instances chargées de prendre le décret d'expropriation.

Ainsi, entrent dans leurs attributions conformément à l’article 4 de ce Décret de 1987 :


- le choix et le bornage des terrains dont l'expropriation est projetée, et ce au frais du
bénéficiaire de l’expropriation qui dans le cas présent est le Projet ;

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 66 sur 159

- le constat des droits et l'évaluation des biens dont l'expropriation est envisagée ;
- l'identification des titulaires de droits et propriétaires de biens concernés ;
- la pose des panneaux indiquant le périmètre de l'opération, et ce aux frais du
bénéficiaire de l’expropriation qu’est le Projet.

En fonction de la zone de couverture d’un projet, la CCE se met en place par niveau décentralisé
(départemental, régional, national) (articles 5 et 6) :
- au niveau national si la zone contigüe du projet couvre plus d’une région. Dans ce cas, la
CCE est créée par Arrêté du Ministre chargé des domaines ;
- au niveau régional si la zone contigüe du projet couvre plus d’un département. Dans ce
cas, la CCE est créée par Arrêté du Gouverneur ;
- au niveau départemental si la zone contigüe du projet couvre est confinée au sein d’un
seul département. Dans ce cas, la CCE est créée par Arrêté préfectoral.

Dans le cadre du Projet, la mission propose que soit mise en place une CCE au niveau de chaque
département. Chaque CCE sera chargé d'utiliser les normes énumérées ci-dessus, qui par
exemple comprennent les normes de la Banque sur la valeur de remplacement et l'éligibilité des
occupants illégaux de terres qui sont plus avantageux que les normes nationales.

Chaque CCE est réglementairement composé d’un Président, d’un Secrétaire et des Membres.
Le tableau 5 donne la composition à chaque niveau.

Tableau 5: Composition de la CCE aux niveaux national, régional et départemental

Composition de la CCE au Niveau :


Poste
National Régional Départemental
- Ministre chargé des
- Gouverneur ou son
Président domaines ou son - Préfet ou son représentant
représentant
représentant
- Directeur des domaines - Responsable du service - Responsable du service
Secrétaire
ou son représentant régional des domaines départemental des domaines
- Préfet(s) concerné(s) - Préfet(s) concerné(s) ou - Responsables des services
- Directeur du Cadastre ou leurs représentants départementaux du Cadastre
son représentant - Responsables des services (MINDCAF), de l'Urbanisme
(MINDCAF) régionaux du Cadastre et de l’Habitat (MINDUH),
- Représentant du Ministre (MINDCAF), de de l'Agriculture
de l'Agriculture l'Agriculture (MINADER), des Mines
(MINADER) (MINADER), de (MINIMIDT), de l’Énergie
- Directeur de l'Habitat ou l'Urbanisme et de (MINEE), des routes
son représentant l’Habitat (MINDUH), des (MINTP)
(MINDUH) Mines (MINIMIDT), des - Représentant du service ou
Membres
- représentant du Ministre routes (MINTP), de l'organisme demandeur
des Mines (MINIMIDT) - Représentant du service (SONATREL)
- Représentant du service ou de l'organisme - Député (s) concerné(s)
ou de l'organisme demandeur (SONATREL) - Magistrat(s) Municipal (aux)
demandeur (dans le cas - Magistrat(s) concerné(s)
présent c’est la Municipal(aux) concerné - Autorité(s) traditionnelle(s)
SONATREL) (s) 7 concernée(s)
- Député(s) concerné(s) - Autorité(s)
- Autorité (s) traditionnelle traditionnelle(s)
(s) concernée (s)6 concernée(s)
Source : Décret n°87/1872 du 18 décembre 1987 portant application de la loi n°85/009 du 04 juillet 1985

La CCE se réunit en tant que de besoin sur convocation de son Président notamment toutes les
fois qu’il est nécessaire d’examiner un dossier d’expropriation envisagée. La convocation et

6
Dans le cadre de l’évaluation sociale, X villages ont été recensés avec X chefs de 1er, 2ème et 3ème degré
7 Dans le cadre de l’évaluation sociale, X communes ont identifiées comme couvertes par le Projet

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 67 sur 159

l'ordre du jour doivent être adressés à chaque membre au moins 15 jours avant la date de la
réunion. Le quorum est de 2/3 des membres. Les décisions sont prises à la majorité simple des
membres présents. En cas de partage de voix, celle du Président est prépondérante (article 7).

Les fonctions de membre de la CCE sont gratuites. Toutefois, il peut en cas de disponibilités
budgétaires être alloué aux Intéressés, une indemnité de session fixée par Arrêté du Ministre
chargé des domaines. Les frais de fonctionnement de cette commission sont inscrits dans le
budget du Ministère chargé des domaines. La fourniture et la pose des bornes et des panneaux
sont à la charge du service ou de l'organisme demandeur qui ici est le Projet (article 8).

5.6.3. ROLE DES ACTEURS INTERVENANT DANS LE PROCESSUS D’EXPROPRIATION POUR CAUSE
D’UTILITE PUBLIQUE

En plus des acteurs suscités, membres de la CCE, il y en a qui jouent également un rôle
important dans le processus d’expropriation pour cause d’utilité publique. Le tableau 6 précise
les missions que jouera chaque acteur dans ce processus dans le cadre du Projet. Les capacités
de tous ces acteurs seront renforcées sur la politique 4.12 et l’ensemble de la juridiction qui
encadre le processus de réinstallation involontaire.

Tableau 6: Missions des différents acteurs intervenant dans le processus d’expropriation


pour cause d’utilité publique

Institutions Mission dans la CCE


- Évaluation de tous les terrains situés dans les emprises des ouvrages envisagés
- Constatation des personnes affectées
Ministère des Domaines,
- Détermination des taux de compensation conformément au Décret
du Cadastre et des
n°2014/3211/PM du 29 septembre 2014 fixant les minima applicables aux
Affaires Foncières
transactions sur les terrains relevant du domaine privé de l’État
(MINDCAF)
- Membre clé de la CCE
Son Ministre assure la Présidence de la CCE lorsqu’elle est nationale
- Évaluation de toutes les constructions situées dans les emprises des ouvrages
envisagés
- Constatation des personnes affectées
Ministère du
- Détermination des taux de compensation de constructions touchées conformément
Développement Urbain et
à l’Arrêté n°00832-Y.15.1-MINUH-D000 du 20 novembre 1987 fixant les bases de
de l’Habitat (MINDUH)
calcul de la valeur vénale des constructions frappées d’expropriation pour cause
d’utilité publique
- Membre de la CCE
- Évaluation de toutes les cultures et arbres cultivés situées dans les emprises des
ouvrages envisagés
- Constatation des personnes affectées
Ministère de l’Agriculture
- Détermination des taux de compensation cultures et arbres cultivés touchés
et du Développement
conformément au Décret n°2003-418-PM du 25 février 2003 fixant les tarifs des
Rural (MINADER)
indemnités à allouer au propriétaire victime de destruction pour cause d’utilité
publique de cultures et d’arbres cultivés
- Membre de la CCE
Ministère de l’Industrie, - Évaluation des développements industriels situés dans les emprises des ouvrages
des Mines et de envisagés
Développement - Constatation des personnes et institutions affectées
Technologique - Détermination des taux de compensation
(MINIMIDT) - Membre de la CCE
- Évaluation de tous les points d’eau et réseaux d’électrification situés dans les
emprises des ouvrages envisagés
Ministère de l’Eau et de - Constatation des personnes et communautés affectées
l’Énergie (MINEE) - Détermination des taux de compensation
- Membre de la CCE
Ministère de tutelle du Projet
Ministère des Travaux - Évaluation de tous les ouvrages d’art et réseaux routiers situés dans les emprises

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 68 sur 159

Publics (MINTP) des ouvrages envisagés


- Réalisation du métré des bâtiments et autres infrastructures
- Constatation des communautés affectées
- Détermination des taux de compensation
- Membre de la CCE
- Évaluation du potentiel pastoral (pâturages / fourrages) situé dans les emprises
des ouvrages envisagés spécialement dans les régions du Nord et de l’Extrême-
nord
Ministère de l’Élevage, des - Constatation des communautés et éleveurs affectés
Pêches et des Industries - Détermination des taux de compensation
Animales (MINEPIA) N’est pas membre de la CCE conformément au Décret n°87/1872 du 18 décembre
1987, mais en sera un dans le cadre du Projet pour les CCE qui seront mises en place
dans les régions du Nord et de l’Extrême-nord, en raison de l’importance de l’élevage
pastoral dans ces deux régions.
- Évaluation des arbres non cultivés mais qui ont une valeur socio-économique
et/ou culturelle (PFNL et PFL) pour les communautés affectées, situés dans les
emprises des ouvrages envisagés
- Constatation des communautés affectées
Ministère des Forêts et de
- Détermination des taux de compensation
la Faune (MINFOF)
- Récupération et mise aux enchères des arbres non cultivés surtout ceux à valeur
économique situés dans les emprises des ouvrages envisagés
N’est pas membre de la CCE conformément au Décret n°87/1872 du 18 décembre
1987, mais en sera un dans le cadre du Projet
- Membre de la CCE
- Le Gouverneur (si CCE régionale) ou le Préfet (si CCE départementale) assure la
Présidence des CCE
- Le Gouverneur (si CCE régional) ou le Préfet (si CCE départementale) signe
l’Arrêté qui déclenche le processus de mise en place de la CCE dont elle est
Autorité administrative compétente en vue de la mise en œuvre de la procédure d’expropriation
(Gouverneur, Préfet) - Le Préfet territorialement compétent assure par voie d’affichage dans tous les lieux
publics adéquats l’Arrêté déclarant d’utilité publique les travaux de construction
(article 9 du Décret n°87/1872)
- En cas d’omission des indemnités d’expropriation, l’intéressé peut saisir le Préfet
pour qu’il puisse soumettre la réclamation à la CCE (article 19 du Décret
n°87/1872)
N’est pas membre de la CCE conformément au Décret n°87/1872 du 18 décembre
1987, mais joue un rôle important dans le processus
Sous-Préfet
- Tutelle des collectivités locales (communes) et des chefferies traditionnelles
- Gestion des conflits
- Membre de la CCE à tous les niveaux (national, régional, départemental)
Autorités traditionnelles :
- Représentants des communautés locales
Chefs traditionnels (Chefs
- Gestion des conflits
de canton, Chefs des
Les chefferies traditionnelles sont un échelon de l'organisation administrative au
villages, Lamido, Lawane,
Cameroun. Elles sont régies par le Décret n°77/245 du 15 juillet 1977. Les chefferies
Djaoro, y compris leurs
peuvent être du premier, deuxième ou troisième degré selon leur importance
notables et conseils)
territoriale ou historique.
Élus locaux (Exécutifs - Membres de la CCE
Communaux et Députés) - Gestion des conflits
Ne sont pas membres de la CCE
- Information, sensibilisation et formation des communautés et personnes affectées
Organisations Non
- Appui au renforcement des capacités des divers acteurs du processus
Gouvernementales (ONG)
La priorité sera accordée aux ONG établies dans les régions et plus spécifiquement
dans les communes d’intervention du projet.
Ne sont pas membres de la CCE
- Réalisation des diverses études nécessaires (PSR/PAR, études socio-économiques,
etc.)
Consultants (Bureaux - Appui aux consultations des diverses parties prenantes au processus de
d’études ou Individus) réinstallation
- Appui au renforcement des capacités des divers acteurs du processus
La priorité sera accordée aux Consultants établis dans les régions et plus
spécifiquement dans les communes d’intervention du projet.
Maître d’Ouvrage du Projet
SONATREL
- Mettre en œuvre les mesures liées à la réinstallation involontaire

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 69 sur 159

- Limiter dans la mesure du possible une grande réinstallation des populations


affectées
- Trouver les sites d’accueil pas très loin et avec des conditions meilleures ou
semblables à celles de la zone soumise au déplacement involontaire
- Prendre en compte dans l’évaluation du coût de chaque ouvrage, le coût
d'acquisition ou de compensation des terrains, et le coût de réinstallation
éventuelle des populations
Maître d’œuvre du Projet à recruter par la SONATREL
Consortium de consultants
- Mettre en œuvre les actions à mener par la SONATREL

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 70 sur 159

6 PROCESSUS DE REINSTALLATION
L'expropriation pour cause d'utilité publique relève de la responsabilité des structures
étatiques. À cet effet, les textes précisent les procédures applicables à l'expropriation dans les
différentes phases : la déclaration d'utilité publique, l'estimation de la valeur des biens, la valeur
des indemnisations, la date butoir, les mécanismes de compensation.

6.1 PRINCIPES ET OBJECTIFS DE REINSTALLATION

Les principes de réinstallation sont destinés à minimiser les impacts négatifs. Il convient
cependant de tenir compte du fait qu’il ne sera pas toujours possible d’éviter les acquisitions de
terrains lors de l’implantation des ouvrages car les actions du projet visent essentiellement les
travaux neufs et les extensions.

Les activités de réinstallation devront être consécutives à réalisation des ouvrages et sous
ouvrages seront préparées et conduites conformément aux principes et objectifs de l’OP 4.12
comme suit :
‐ éviter au mieux ou minimiser la réinstallation des populations ;
‐ en cas de réinstallation involontaire, procéder à une indemnisation des populations
affectées (PAP) et les aider à se réinstaller avant le démarrage effectif des travaux
d’implantation des ouvrages ; ceci afin de permettre aux PAP de maintenir leurs
conditions de vie voire de les améliorer ;
‐ traiter spécifiquement les personnes ou groupes de personnes vulnérables pour éviter
d’accentuer leur situation de pauvreté ;
‐ mettre en place des mécanismes pour faire participer les PAP, les autorités
administratives et coutumières, les services techniques, les organisations de la société
civile locale, les populations des sites d’accueil des éventuels déplacés, en somme toutes
les parties prenantes afin de garantir la réussite de l’opération de réinstallation
involontaire.

6.1.1. PRINCIPES DE MINIMISATION DE REINSTALLATION

Conformément à la politique opérationnelle 4.12 de la Banque mondiale sur la réinstallation


involontaire, la conception et la mise en œuvre de tout projet devrait minimiser les
réinstallations des populations. Ainsi, dans le cadre du Projet, le promoteur qui ici est le MINEE
devra :
‐ éviter dans la mesure du possible une grande réinstallation des populations affectées ;
‐ trouver des sites d’accueil pas très éloignés avec des conditions meilleures ou semblables
à celles de la zone soumise au déplacement involontaire ;
‐ privilégier la reconstruction des maisons et des bâtiments à la compensation en espèces
dans le cadre du processus d’indemnisation ;
‐ prendre en compte dans l’évaluation du coût de chaque ouvrage, le coût d'acquisition ou
de compensation des terrains, et le coût de réinstallation éventuelle des populations.

6.1.2. MESURES ADDITIONNELLES D’ATTENUATION

En sus des mesures de minimisation des impacts socio-économiques relevés au chapitre 4, des
mesures additionnelles d'atténuation seront également nécessaires à savoir :
‐ la sélection des sites de réinstallation ;
‐ la fourniture des services sociaux ;
‐ les mesures environnementales appropriées ;

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 71 sur 159

‐ les mesures d’intégration avec les populations hôtes.

Les mesures de restauration du niveau de vie seront précisées dans les plans d'action de
recasement (PSR pour les sous projets nécessitant le déplacement de moins de 200 personnes)
ou le plan d’indemnisation et de réinstallation (PAR pour les sous projets nécessitant le
déplacement définitif ou temporaire de plus de 200 personnes) selon les cas. Ces mesures
peuvent comprendre, entre autres les actions suivantes :
‐ l’inclusion systématique des PAP dans le groupe des bénéficiaires des activités du
projet ;
‐ en cas de réinstallation, doter les PAP de nouvelles cases d’habitation sur les sites de
réinstallation viabilisés au préalable et en leur offrant des titres de propriété foncière sur
des terrains abritant les cases offertes ;
‐ un soutien à la microfinance (épargne et crédit) et autres mesures de développement des
petites activités commerciales en cas de réinstallation et de pertes des activités
économiques ;
‐ la considération des mesures additionnelles d’atténuation à l’échelle inter-
communautés, au vu de l’effet cumulatif de l’implantation des ouvrages qui pourrait
être significatif sur les populations à l’instar d’une case communautaire, d’un forage, etc.

6.1.3. PRINCIPES D’INDEMNISATION

L’indemnisation sera régie par les deux principes suivants :


‐ le règlement intégral des indemnisations avant la réinstallation ou l'occupation des
terres ;
‐ le paiement de l'indemnisation à la valeur intégrale de remplacement.

Par opposition à la valeur nette ou dépréciée d’un bâtiment, la valeur intégrale de


remplacement comprendra le coût intégral des matériaux et de la main d’œuvre nécessaires
pour reconstruire un bâtiment de surface et de standing similaire. En d’autres termes, la PAP
doit être capable de faire reconstruire son bâtiment sur un autre site en utilisant l’indemnisation
payée pour l’ancien bâtiment.

Afin de s’assurer que les personnes affectées et indemnisées ont effectivement utilisé l’argent
mis à leur disposition pour le remplacement des biens perdus, le Projet devra développer un
mécanisme visant à décaisser les fonds d’indemnisation par les PAP, après présentation d’un
plan d’investissement de ce fonds, par exemple, le plan de la nouvelle maison à construire, le
plan d’exploitation de la nouvelle plantation agricole. Par ailleurs, le responsable
environnemental et social du projet devra assurer le suivi de la mise en œuvre des plans
d’investissements présentés par les bénéficiaires.

6.2 INSTRUMENTS / OUTILS DE GESTION DE LA REINSTALLATION

D’après l’OP 4.12, différents instruments peuvent être utilisés en fonction de la nature et de
l’étendue de l’impact de la réinstallation sur les populations affectées. Il peut s’agir d’un CPR,
d’un plan d’action de recasement sommaire (PSR) ou détaillé (PAR). Dans le cadre du Projet,
étant donné que le présent CPR est préparé, c’est un PSR ou un PAR qui sera préparé selon
l’envergure de l’impact de la réinstallation sur les communautés locales et après la conception
finale du Projet (tracé de la ligne de transport d’électricité et implantation des pylônes, postes
de transformateurs).

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 72 sur 159

6.2.1. CADRE DE POLITIQUE DE REINSTALLATION (CPR)

Le présent CPR établit les principes de réinstallation involontaire et de compensation, les


arrangements organisationnels et les critères de conception qui devront être appliqués aux
ouvrages du Projet, en accord avec la législation camerounaise et la politique opérationnelle de
réinstallation (OP 4.12) de la Banque mondiale. L'idée est d'avoir un processus unifié qui
satisfera à la fois la législation nationale ainsi que les politiques opérationnelles de la Banque.

Le CPR constitue le socle déclencheur du processus de réinstallation qui sera mené par le Projet.
Il permet d'établir le plan d'action incluant un planning et une évaluation des coûts de
l'ensemble des déplacements et des indemnisations qui seront générés par l’implémentation des
ouvrages envisagés par le Projet. Ce plan d'action définit la façon dont le Plan de Réinstallation
devra être produit en fonction du phasage des travaux à réaliser pour chacun des différents
ouvrages du Projet pour lesquels le CPR s'applique.

6.2.2. PLAN DE REINSTALLATION (PAR)

6.2.2.1. Objectif

Le PAR permettra d'évaluer le nombre des personnes à déplacer et à compenser, de déterminer


les coûts de compensation y afférents, de préparer et de mener convenablement le processus de
déplacement et de réinstallation. Il définira également les actions à entreprendre et leur
ordonnancement aussi bien dans le temps que dans l’espace.

Le PAR permettra de disposer des données socio-économiques de base plus affinées et des
impacts socio-économiques liés à la réinstallation involontaire. Ce document inclura également
les mesures institutionnelles à mettre en œuvre au cours du processus de réinstallation, de
même que les actions spécifiques qui seront nécessaires pour ramener les effets liés à la
réinstallation à des niveaux acceptables ; ainsi qu'une évaluation des solutions de rechange
envisageables des sites d’implantation des ouvrages.

6.2.2.2. Orientations visant à déterminer la nécessité d’un PSR ou d’un PAR

La politique opérationnelle 4.12, notamment en son annexe relative aux « Instruments de


Réinstallation », précise que selon l’amplitude des impacts, des outils différents de réinstallation
involontaire doivent être préparés : (i) un PAR pour les cas les plus importants ; ou (ii) un PSR
pour les cas avec des impacts mineurs.

Les orientations générales qui permettent de déterminer si oui ou non un plan de réinstallation
est nécessaire, ainsi que le type de plan à préparer (PSR ou PAR) sont les suivantes :
- un PAR sera requis pour tout ouvrage ou sous ouvrage entrainant : (i) le déplacement
physique et/ou économique d’au moins 200 personnes ; (ii) le déplacement de plus 50
ménages ; (iii) l’acquisition de plus de 100 ha de terres ; et/ou (iv) la destruction de plus
de dix constructions permanentes ;
- un PSR sera requis pour tout ouvrage ou sous ouvrage entrainant : (i) le déplacement
physique et/ou économique de 50 à 200 personnes ; (ii) le déplacement de moins de 50
ménages ; (iii) l’acquisition de moins de 100 ha de terres ; et/ou (iv) la destruction de
moins de dix constructions permanentes ;

Il est à noter que cette distinction et le nombre de personnes affectées correspondant doivent
être considérés de façon générale et pourront être adaptés en fonction des situations et de

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 73 sur 159

l’importance des impacts. Les impacts particulièrement forts (par exemple déplacement
physique d’un groupe vulnérable) pourront nécessiter un processus renforcé de planification et
de revue de la documentation, comprenant la préparation d’un Plan d’Action de Réinstallation
complet, sa revue par la Banque Mondiale et sa publication.

Il est à noter que chacun des projets du Projet feront recours soit à un PSR, soit à un PAR. Au
stade actuel de formulation du Projet, il est difficile de spécifier s’il s’agira d’un PSR ou d’un
PAR. La situation sera clarifiée lors de la réalisation des études d’avant-projet sommaire et
détaillé de chaque projet envisagé.

6.2.2.3. Principes et étapes de préparation et de publication du PSR / PAR

Le processus de préparation du PSR/PAR se déclenche lors que les DUP des ouvrages
envisagés sont disponibles et que les CCE se mettent en place au niveau de chaque
département. Le plan type de rédaction d’un PSR et celui d’un PAR sont présentés en annexe 5.

Lorsqu’il sera avéré qu’un PSR/PAR s’impose pour un projet donné, sa préparation se fera
simultanément aux travaux de bornage de l'emprise des ouvrages par la CCE. Les travaux de
bornage et de sécurisation foncière devront être une des premières étapes du processus de
réinstallation. Ils devront être effectués selon les règles nationales en matière d'expropriation
pour cause d'utilité publique et conformément aux recommandations du présent CPR.

Lorsque les informations spécifiques de planification pour la réalisation des ouvrages seront
disponibles, les plans de réinstallation et de compensation des différents ouvrages seront donc
préparés dans le respect de ce cadre réglementaire et soumis, au fur et à mesure de leur
préparation, à la Banque mondiale pour approbation.

Le PSR/PAR devra être réalisé en même temps que toutes les autres études (techniques, génie
civil, études économiques de rentabilité, études environnementales, etc.) de façon à ce que les
considérations sociales soient bien mises en évidence. Si la proposition précède les études
techniques, les communautés locales concernées devront présenter leur feuille sociale avec une
série de propositions.

Son élaboration se fera en cinq étapes : l’information des personnes et communautés affectées,
les études socio-économiques, les enquêtes, l’élaboration et la validation du rapport, la
publication.

 Étape 1 : Information des populations et communautés affectées

Cette action déjà entamée lors de l’élaboration du CGES et du présent CPR, continuera tout au
long du processus d’examen social de chaque ouvrage sous ouvrage et (EIES, NIES, PSR, PAR),
et se poursuivra après l’Arrêté déclarant le site de l’ouvrage d’utilité publique et tout au long
du processus de réinstallation.

Le processus d’information des populations et communautés affectées est indispensable et vise


à engager toutes les personnes et communautés affectées à se rendre disponibles sur le site des
ouvrages pendant les enquêtes socio-économiques et les recensements des personnes et des
biens affectés, afin que nul ne soit oublié.

 Étape 2 : Études socio-économiques et recensement des biens

Ces deux activités viseront à faire le diagnostic des localités affectées et de dégager les
situations communautaires et individuelles des personnes affectées.

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 74 sur 159

Les informations collectives recherchées porteront sur la composition ethnique, les


caractéristiques démographiques, les activités des populations, les ressources utilisées en
commun.

Les informations individuelles dégageront l’identité des personnes affectées, leur situation
sociale et économique, les personnes vulnérables et les causes de leur vulnérabilité, la nature et
l’ampleur des biens touchés.

De manière opérationnelle, il s’agira de :


- Recenser le nombre de personnes dans chaque ménage affecté, y compris les ménages des
groupes vulnérables, et le caractériser du point de vue démographique (sexe, âge, lien de
parenté au chef de ménage) ;
- Dégager les caractéristiques des personnes et communautés affectées et les systèmes de
production :
o Informations devant être collectées sur les personnes affectées par le sous projet :
 au plan social : appartenance ethnique, catégorie sociale, religieuse et
culturelle ;
 au plan économique : occupations principales, sources de revenus et moyens
de subsistance, niveau de revenus, statut d’occupation des terres, liens avec
le territoire concerné (temporel, social, culturel) ;
o Informations devant être collectées sur les systèmes de production :
 ressources naturelles locales exploitées (approvisionnement en eau potable,
cueillette de fruits, etc.), biens culturels ou ancestraux valorisés ;
 infrastructures et services sociaux : qualité et distance d’accès. Les rapports
avec les terrains affectés par l’investissement.
- Dégager et décrire les impacts potentiels de chaque projet notamment les incidences
foncières et immobilières, l’incidence sur l’emploi et les activités de production, les
incidences monétaires, la perte de biens immatériels et culturels, l’incidence sur les groupes
vulnérables ;
- Définir les types d’assistance nécessaires.

Ces deux activités seront menées concomitamment par la CCE départementale compétente et le
consultant chargé de l’élaboration du PSR/PAR concerné.

 Étape 3 : Enquêtes et élaboration des procès-verbaux

Les enquêtes seront menées par la CCE départementale compétente auprès des personnes et
communautés affectées, en étroite collaboration avec le consultant (individuel ou bureau
d’études) chargé d’élaboration du PSR/PAR.

Le rôle de la CCE sera de faire borner les terrains affectés (aux frais du bénéficiaire qu’est la
SONATREL), de constater les droits et d’évaluer les biens mis en cause, d’identifier les titulaires
et propriétaires des biens.

Au terme des travaux, la CCE dressera un procès-verbal d’enquête relatant tous les incidents
éventuels ou observations des personnes évincées, un procès-verbal de bornage et de
parcellaire, un état d’expertise des cultures et autres biens. Ces différents procès-verbaux seront
signés par tous les membres de la CCE.

 Étape 4 : Rédaction et Approbation du PSR / PAR

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 75 sur 159

Le PSR/PAR sera élaboré sur la base des informations issues des résultats des études socio-
économiques, des recensements des biens et des personnes affectés, des enquêtes menées
auprès des communautés et personnes affectées.

Pour éviter d’alourdir les procédures administratives liées aux marchés publics, la mission
recommande de coupler la réalisation des PSR/PAR à celle des EIES et des NIES qui seront
commanditées pour chaque projet ; étant donné qu’il constitue un rapport annexe au rapport
principal de l’EIES ou de la NIES.

Le PSR/PAR devra faire l’objet d’une discussion, dans les détails, avec les différentes parties
prenantes au processus. Ainsi, la version provisoire de chaque PSR/PAR sera transmise par la
SONATREL à l’ensemble de parties prenantes pour revue et approbation, notamment aux
autorités administratives locales, aux autorités traditionnelles concernées, aux sectoriels
techniques concernés, aux populations et communes affectées, aux organisations de la société
civile locales.

La revue et l’approbation de chaque PSR/PAR s’effectuera à travers un atelier de validation


organisé par la SONATREL au niveau de la Préfecture concernée. Cet atelier regroupera
l’ensemble des parties prenantes susmentionnées. Celles-ci devront recevoir le PSR/PAR au
moins une semaine avant la tenue de l’atelier.

Au cours de cet atelier, le consultant rappellera les différentes articulations et conclusions du


PSR/PAR avant de passer la parole à chaque groupe de parties prenantes et les PAP pour
présenter leurs remarques, suggestions et recommandations sur le rapport.

Le rapport de l’atelier qui sera élaboré par le consultant, mettra un accent sur l’ensemble des
remarques, suggestions et recommandations pertinentes ; lesquelles seront intégrées par le
consultant dans la version provisoire en vue de la production du PSR/PAR final.

Cette version finale sera réexaminée par la SONATREL en vue de s’assurer que le consultant a
pris en compte toutes les remarques, suggestions et recommandations issues de l’atelier.

La validation définitive du PSR/PAR, préalablement approuvée par la SONATREL, accordera


au projet concerné sont éligibilité au financement de la Banque mondiale.

 Étape 5 : Publication du PSR / PAR

La version définitive du PSR/PAR sera publiée à tous les niveaux partant de la base au sommet
en version papier et électronique sur les sites Web de la SONATREL, du MINEE et sur le site
Infoshop de la Banque mondiale.

6.2.2.4. Mise en œuvre et suivi du PSR / PAR

La mise en œuvre des PSR/PAR incombera à la SONATREL qui requerra l’appui des
organisations de la société civile (ONG) basées dans les zones affectées. Comme pour
l’attribution des marchés de réalisation des PSR/PAR, la mission recommande que la
SONATREL recrute des ONG locales pour la mise en œuvre des PSR/PAR. Le suivi de cette
mise en œuvre sera sous la responsabilité de l’Expert Social de l’Unité de gestion du Projet au
sein de la SONATREL.

Au niveau local, pour assurer leur implication dans le suivi de la mise en œuvre du PSR/PAR,
les communautés locales rencontrées ont proposé qu’elles mettront en un Comité local de

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 76 sur 159

réinstallation au niveau de chaque Commune. Les membres de chaque Comité seront composés
des représentants de toutes les parties prenantes locales, y compris les représentants des
personnes affectées et les autorités traditionnelles.

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 77 sur 159

7 CRITERES D’ELIGIBILITE DES PERSONNES AFFECTEES ET


GROUPES VULNERABLES
La sélection des personnes, ménages ou communautés affectés à réinstaller ou à indemniser
devra se faire selon les critères suivants :
- être une personne, ménage ou famille affectée par le projet ;
- être une personne, ménage ou famille éligible ;
- être établi ou avoir une activité dans l’emprise d’implantation des ouvrages et sous
ouvrages, et ce avant la date de réalisation de l’enquête socio-économique de base ;
- se faire recenser et déclarer ses biens affectés au moment de l’enquête.

Deux cas de figures se présentent pour définir les critères d’éligibilité des personnes déplacées à
une compensation et à toute autre forme d’aide à la réinstallation. Le premier cas regroupe les
critères d’éligibilité des personnes affectées par la perte de leur propriété foncière, et le
deuxième cas concerne les critères d’éligibilité des personnes affectées par la perte de tous biens
autres que les terres. Par ailleurs, les communautés entières seront affectées par la perte des
biens communs aux villages et des critères devront également être définis pour cette catégorie.

7.1 CRITERES D’ELIGIBILITE DES PERSONNES AFFECTEES PAR LA PERTE DE LEUR PROPRIETE
FONCIERE

Conformément à l’OP 4.12 et au regard du droit d’occupation des terres, trois critères
permettront d’identifier les personnes éligibles à la compensation et à la réinstallation
involontaire du fait de l’implantation des ouvrages du Projet à savoir :
 Critère 1 basé sur l’existence d’un titre foncier sur les parcelles touchées : Ce critère
s’appliquera à toutes les personnes détentrices d’un droit formel sur les terres
notamment ceux qui y disposent d’un titre foncier. Les personnes relevant de cette
catégorie recevront une compensation pour les terres qu’elles perdront.
 Critère 2 basé sur la jouissance d’un droit coutumier sur les parcelles touchées : Ce critère
s’appliquera à toutes les personnes qui n’ont pas de droit formel sur les terres au
moment où le recensement commence, mais qui ont des droits coutumiers sur ces terres.
Il s’agira des personnes qui sont installées depuis au moins 1974 et celles qui ont mis en
valeur le terrain. Les personnes relevant de cette catégorie recevront une compensation
pour les terres qu’elles perdront ;
 Le critère 3 basé sur l’absence de titre foncier et de droit coutumier sur les parcelles touchées : Ce
critère s’appliquera à toutes les personnes qui n’ont ni droit formel, ni titres susceptibles
d’être reconnus sur les terres qu’elles occupent. Les personnes relevant de cette catégorie
recevront une aide au recasement en lieu et place de la compensation pour les terres
qu’elles occupent, et toute autre aide permettant d’atteindre les objectifs fixés dans la
présente politique. Ceci se réalisera à condition que ces personnes aient occupé les terres
concernées avant la date limite acceptable par la Banque mondiale et fixée dans chacune
des neuf préfectures par chacune des neuf CCE Départementales mises en place à cet
effet dans chaque préfecture ou département. En d’autres termes, les occupants
informels qui constituent cette catégorie sont reconnus par l’OP 4.12 comme éligibles,
non pas à une indemnisation pour les terres qu’ils occupent, mais plutôt à une assistance
au recasement.

Les personnes occupant les zones à déplacer après la date limite fixée par chacune des neuf
CCE et acceptable par la Banque mondiale n’auront droit à aucune compensation ni autre forme
d’aide au recasement ; elles ne seront donc pas éligibles ni à la compensation, encore moins à
l’assistance.

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 78 sur 159

7.2 CRITERES D’ELIGIBILITE DES PERSONNES AFFECTEES PAR LA PERTE DES MISES EN VALEUR
AUTRES QUE LES TERRES

Un certain nombre de mises en valeur autre que les terres pourront également être touchées. À
cet effet, les personnes disposant des mises en valeur touchées seront éligibles à une
compensation, du moment où il sera prouvé que les mises en valeur concernées lui
appartiennent. Les mises en valeur pourront être entre autres les bâtiments, les tombes, les
cultures, les arbres, les champs fourragers, etc.

7.3 CRITERES D’ELIGIBILITE DES COMMUNAUTES AFFECTEES PAR LA PERTE DES BIENS
COMMUNAUTAIRES / COLLECTIVES

En dehors de personnes qui seront éligibles à la compensation, certaines communautés affectées


par les lignes de transport d’électricité et/ou abritant les postes de transformateurs pourront
perdre certains de leurs biens socio-collectifs tels que les infrastructures socio-économiques
(écoles, formations sanitaires, points d’eau, etc.), les sites culturels (sites sacrés, cimetières,
vestiges, etc.), les pâturages, etc.

Conformément aux exigences de l’OP 4.12, les communautés qui perdront de façon permanente
leurs terres ou l'accès à des biens sous des droits coutumiers seront éligibles à une
compensation dite « communautaire ». La législation nationale en matière de déplacement ne
prévoit pas cette disposition (loi 85-09 du 4 juillet 1985).

7.4 DONNEES DE REFERENCE POUR L’ETABLISSEMENT DE L’ELIGIBILITE DES PERSONNES ET


COMMUNAUTES AFFECTEES

L’éligibilité à la compensation et au recasement des personnes et communautés affectées


s’établira sur la base des études socio-économiques réalisées dans le cadre du PSR / PAR d’une
part, et sur la base des résultats d’inventaire des biens effectués par chacune des neuf
Commissions Départementales de constat et d’évaluation des biens (CCE) mise en place dans
chacune des neuf préfectures couvertes par le Projet d’autre part.

7.5 DATE D’ELIGIBILITE DES PERSONNES ET COMMUNAUTES AFFECTEES

Les personnes et les communautés affectées par l’implantation des lignes de transport
d’électricité et des postes de transformateurs devront bénéficier d’une indemnisation calculée à
partir d’une date dite « date d’éligibilité d’attribution des droits » ou « date butoir ».
Conformément à la règlementation nationale, cette correspond à la date de signature de chaque
la Déclaration pour cause d'utilité publique (DUP) de chaque ouvrage envisagé par le Projet
(article 5 de la loi 85-09 du 4 juillet 1985). Selon l’OP 4.12, la date butoir sera :
‐ la date de démarrage des opérations de recensement destinées à déterminer les ménages
et les personnes éligibles, ainsi que les biens touchés ;
‐ la date à laquelle les ménages et personnes affectées sont éligibles à la compensation du
fait de la perte de leurs biens ;
‐ la date après laquelle les ménages et personnes qui arriveraient pour occuper les
emprises ne seront pas éligibles.

Conformément aux dispositions de l'article 14 de la Loi n°85-09 du 04 juillet 1985 relative à


l’expropriation pour cause d’utilité publique et aux modalités d’indemnisation, l’Arrêté de la
DUP du site d’implantation d’une infrastructure est suspensif de toute transaction, de toute
mise en valeur, et de toute délivrance de permis de construire. Toutefois, il ne fait pas obstacle à

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 79 sur 159

la poursuite des procédures d'immatriculation du domaine national de première catégorie au


profit de leurs occupants ou de leurs exploitants.

La date de fin de droit correspondra à la période pendant laquelle sera conduite l'évaluation des
personnes et de leurs propriétés dans les localités traversées par les lignes de transport
d’électricité et où seront implantés les postes de transformateurs. Ensuite, aucun nouveau cas
de personne affectée ne sera examiné. Les personnes qui s'installent dans la zone après l'étude
socio-économique (recensement et évaluation) ne seront pas éligibles pour une compensation
ou toute autre forme d'aide à la réinstallation.

En outre, toutes les améliorations apportées après le procès-verbal de chaque CCE


Départementales ne pourront donner lieu à aucune indemnisation, car cette situation
correspondrait à viser une indemnité plus élevée par la personne concernée.

7.6 CATEGORIES DE PERSONNES, MENAGES ET COMMUNAUTES ELIGIBLES

Les personnes qui seront déplacées puis recasées ne peuvent être déterminées avec précision au
stade actuel de formulation du Projet car tous les tracés des lignes de transport d’énergie et les
sites d’implantation de certains postes de transformateurs ne sont pas encore clairement
déterminés. En effet, les études d’avant-projet détaillé (APD) et même pour certains les études
d’avant-projet sommaire (APS) sont encore en cours de réalisation ou en perspective.

Néanmoins, les personnes, les ménages et les communautés éligibles à la compensation peuvent
être classés en quatre catégories :

i. Individu affecté : Il s’agira de tout individu qui subira la perte de terres et/ou de toutes
mises en valeur, et/ou la restriction d'accès à certaines ressources naturelles et/ou
économiques du fait de l’implantation des lignes et des postes de transformateurs ou
des bases-vie. Par exemple, un individu affecté sera une personne qui cultive une
parcelle de terres ou toutes autres mises en valeur situés dans l’emprise des ouvrages et
des travaux.

ii. Ménage affecté : Un ménage sera affecté si un ou plusieurs de ses membres sont affectés
par les activités d’implantation des ouvrages envisagés, que ce soit par la perte d’une
propriété, d’une mise en valeur ou par la restriction d'accès à cette propriété. Les
membres concernés par cette catégorie regrouperont :
- tout membre du ménage concerné : hommes, femmes, enfants, parents dépendants
et amis, locataires ;
- les individus vulnérables du ménage : personnes de troisième âge, personnes
malades, personnes déplacées. Celles-ci ne pouvant plus être capables de contribuer
à la production de subsistance ou autre production agro-pastorale ;
- les parents qui ne peuvent pas résider ensemble en raison des règles culturelles, mais
qui dépendent les unes des autres pour leur existence quotidienne ;
- toutes autres personnes vulnérables qui pour des raisons physiques ou culturelles,
ne peuvent pas participer à la production, à la consommation ou à la co-résidence ;
- toutes personnes déplacées du fait de la situation d’insécurité liée à Boko Haram qui
sévit dans la région de l’Extrême-nord depuis bientôt deux ans. Dans ce cas, le Plan
de Réinstallation et la compensation devront tenir compte de l'ensemble des
ménages ou des individus qui sont regroupés dans cette catégorie.

iii. Communauté affectée : Une communauté sera dite affectée si l’implantation des lignes de
transport d’énergie et des postes de transformateurs entraîne la perte de façon

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 80 sur 159

permanente leurs terres ou l’accès à des biens sous des droits coutumiers. Par exemple,
la présence des ouvrages pourraient entrainer une amélioration du bien-être socio-
économique avec pour conséquence l’érosion culturelle.

iv. Ménages vulnérables : Il s’agira des ménages qui peuvent avoir des besoins différents de
ceux de la plupart des autres ménages. Ces ménages ont en leur sein des personnes qui
peuvent dépendre de leurs enfants, frères ou sœurs ou d'autres parents pour leurs
revenus ou leur survie ; ces personnes regroupent entre autres les handicapés mentaux
ou physiques, les personnes malades, les personnes de troisième âge, les femmes chef de
ménage. Dans les régions de l’Adamaoua, du Nord, de l’Extrême-nord, de l’Ouest et du
Nord-ouest, ces ménages peuvent également être ceux disposant en leur sein en partie
ou en dans leur intégralité les peuples nomades comme les Bororos, et plus
spécifiquement dans la région de l’Extrême-nord, les personnes déplacées du fait de
l’insécurité liée à Boko Haram. En effet, ces derniers (Bororos et déplacés) peuvent avoir
des besoins en terre différents de la plupart des ménages ou des besoins sans relation
avec la quantité de terre dont ils disposent. Puisqu'un individu affecté peut nommer la
personne dont elle dépend au niveau du ménage, la réinstallation involontaire ne
rompra jamais ce lien. Les femmes non agricultrices gagnent leurs revenus par d'autres
sources ou dépendent des parents par des échanges de denrées de base. Si un bâtiment
leur appartenant se trouve sur l’emprise des ouvrages, elles recevront une compensation
du coût de remplacement. Si une personne dont elles dépendent est déplacée, elles
seront protégées car la personne déplacée peut les nommer comme faisant partie du
ménage. En outre, les personnes âgées recevront une attention particulière.

Quelle que soit la catégorie, l’éligibilité à la compensation ou aux diverses formes d’appui dans
le cadre de la réinstallation dépendra de la présence des différentes catégories sur les sites
d’implantation des ouvrages avant la date butoir, généralement considérée à compter du
démarrage du recensement.

7.7 GROUPES VULNERABLES A LA REINSTALLATION

Les groupes vulnérables seront identifiés au cas par cas, lors des enquêtes socio-économiques
de base. Pour y parvenir, la mission recommande d’utiliser les outils participatifs de diagnostic
et de planification permettant de déterminer des critères locaux d’identification des catégories
sociales et des groupes ou personnes vulnérables.

Il convient de noter que les villages couverts ont différentes caractéristiques et que les groupes
vulnérables pourraient varier d’un village à un autre et d’une département à un autre, d’une
région à une autre, même si une caractéristique commune concerne les seuils de pauvreté et
l'accès aux ressources.

Il faudra lors des enquêtes socio-économiques, identifier en priorité les groupes vulnérables, car
ce sont eux qui le plus souvent, manquent de mécanismes leur permettant de faire face à une
perte soudaine de biens, de terres ou d'accès aux ressources.

7.7.1. NATURE DES GROUPES VULNERABLES

Les groupes vulnérables au sens de la politique 4.12 sont ceux qui sont dans des situations
sociales ou économiques précaires, et dans l’incapacité de tirer profit au même degré que les
autres, des opportunités ou des ressources naturelles de leur milieu, ou qui risquent de devenir
plus vulnérables du fait du déplacement et de recasement.

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 81 sur 159

La liste ci-après donne quelques cas de groupes vulnérables. Il est à noter que cette liste est
indicative et devra être adaptée en fonction des réalités locales dans chaque commune
concernée :

- Les femmes : Cette catégorie regroupe les femmes chefs de ménage, les femmes seules
(célibataires ou veuves) qui dépendent des autres (leurs enfants, frères ou sœurs,
d'autres parents) ou de leurs parents pour leur subsistance et leurs revenus. Elles ne sont
généralement pas propriétaire de terres et ne sont pas toujours pleinement impliquées
dans le processus de prise de décision dans les villages. Cette situation est réelle dans les
localités des régions du Nord et de l’Extrême-nord. Mais elle n’est plus d’actualité dans
la quasi-totalité des villages du RIS et du RIE, car les femmes y sont bel et bien
propriétaires des terres et de tous autres biens, et elles sont pleinement impliquées dans
le processus de prise de décision dans les villages tels que l’a confirmé l’ensemble des
autorités traditionnelles rencontrées.

- Les jeunes : Dans les villages, les jeunes peuvent être marginalisés parce qu'ils manquent
de statut social au sein de la communauté jusqu'à ce qu'ils deviennent " adultes", et ne
sont généralement pas pris en compte dans le processus de prise de décision qui sont
souvent les prérogatives du conseil des anciens, ou du chef de village et/ou du chef de
terre.

- Les personnes invalides : Cette catégories regroupent les handicapés physiques ou


mentaux, les personnes malades, les personnes atteintes de maladies graves ou
incurables, les personnes âgées et dépendantes des autres.

- Les éleveurs et les nomades : Ces deux groupes sont vulnérables parce que leur accès à la
terre pour le pâturage dépend de la volonté des chefs traditionnelles à leur accorder cet
accès. Cette situation concerne particulièrement les localités des régions de l’Adamaoua,
du Nord et de l’Extrême-nord où les chefs traditionnelles (Lawane ou Djaoro) ont un
pouvoir absolu sur les terres. En outre, compte tenu de la croissance démographique et
des ressources fourragères limitées, les éleveurs deviennent particulièrement
vulnérables.

- Les chefs de ménage sans ressources ou quasiment sans revenus. Dans la région du Nord, le
seuil de pauvreté se situe autour de 50,1% selon le rapport des Objectifs du Millénaire
pour le Développement et cette pauvreté s’y caractérise par le faible pouvoir d’achat,
l’accès difficile à l’eau potable, la sous‐scolarisation, le faible taux de couverture
sanitaire, la précarité de l’habitat et l’enclavement (MINEPAT - Monographie de Figuil,
2009). Dans les régions de l’Extrême-nord et du Nord-ouest, les personnes vivant dans
ces conditions sont dans l’incapacité d’avoir chaque jour la somme de 637 francs CFA
pour se nourrir et subvenir aux besoins essentiels non alimentaires. Cette incidence de
56,3% dans l’extrême-nord et de 52,5M dans le Nord-ouest contre 40,2% au niveau
national (ECAM2, 2010).

- Les personnes marginales : Il s’agit dans ce cas des personnes appartenant à certaines
minorités ethniques, culturelles ou religieuses. C’est le cas des Bororos dans les régions
du Nord et de l’Extrême-nord.

- Les migrants (émigrés, immigrants) : Les immigrants sont ceux qui viennent d’une autre
localité, ou pays pour s’établir et résider. Ils sont parfois vulnérables, car généralement
ils n’ont pas de droits de propriété ou d’exploitation des ressources. Dans toutes les
communes d’intervention du Projet, ces cas existent.

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 82 sur 159

- Les personnes déplacées du fait de l’insécurité causée par Boko Haram dans la région de
l’Extrême-nord.

- Les entités commerciales et autres corps de métiers : Cette catégorie renferme les petites
commerçantes et autres entités commerciales formelles ou informelles. On retrouve dans
cette catégorie les étales de vente de produits agricoles, réparateur divers, etc.

Ces personnes seront identifiées comme tel et consultées ; tout comme les causes de leur
vulnérabilité seront recherchées et analysées lors des études socio-économiques réalisées dans
le cadre de la préparation des différents PSR/PAR envisagés.

Si un bâtiment ou tous autres biens éligibles appartenant à ces catégories de personnes se


trouvent sur une terre réquisitionnée pour les lignes ou les postes de transformateurs, elles
recevront une compensation du coût de remplacement. Si une personne dont elles dépendent
est déplacée, elles seront protégées car la personne déplacée pourra les nommer comme faisant
partie du ménage.

7.7.2. ASSISTANCE AUX GROUPES VULNERABLES

Le PSR/PAR de chaque ouvrage envisagé devra indiquer les dispositions relatives à l’assistance
aux groupes vulnérables et identifier les organismes les plus appropriés pour mener ces actions.
L’assistance aux groupes vulnérables dans le cadre d’un processus de déplacement et de
recasement suivra la procédure suivante :
- identification des groupes et personnes vulnérables, identification des causes et
conséquences de leur vulnérabilité, soit par le biais d’entretiens directs menés avec les
personnes vulnérables, ou avec les membres de leurs familles, ou alors avec les
représentants de la communauté concernée. Cette étape d’identification est essentielle
car souvent, les personnes vulnérables ne participent pas aux réunions d’information
sur le Projet, et leur existence peut demeurer inconnue si le Projet n’adopte pas une
démarche proactive d’identification ;
- identification des mesures d’assistance nécessaires aux différentes étapes du processus :
négociation, compensation, déplacement ;
- mise en œuvre des mesures d’assistance ;
- suivi et poursuite de l’assistance après le déplacement si nécessaire, ou identification
d’organismes gouvernementaux ou non gouvernementaux susceptibles de prendre le
relais quand les interventions du Projet s’achèveront.

Outre les compensations reconnues à toutes les catégories de personnes affectées, les groupes
vulnérables bénéficieront de certaines mesures particulières prescrites par l’OP 4.12 et
contenues dans l’expression « Assistance ». L’assistance pourra prendre des formes diverses
selon les désidératas des concernés et selon les besoins de chacun. Les différentes formes
d’assistance pourront être :
- une information complémentaire et de proximité à ces personnes, afin de les amener au
même niveau de compréhension que les autres des messages relatifs au Projet, aux
ouvrages envisagés et à la réinstallation. Dans ce cas, l’utilisation des langues les plus
accessibles aux personnes vulnérables est fortement recommandée ;
- l’aide au déménagement (transport pour faciliter le déménagement) ;
- l’appui à l’évaluation des biens ;
- l’accompagnement des invalides, handicapés ou analphabètes sans soutien sûr au lieu
de paiement des indemnisations ;
- l’aide alimentaire et l’assistance médicale ;

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 83 sur 159

- l’assistance à la restauration des moyens d'existence dans les domaines des activités
agricoles, pastorales, commerciales et artisanales. Cette assistance peut être fournie entre
autres sous la forme des plants et semences agricoles pour la reconstitution des champs
agricoles, et plus spécifiquement dans les régions du Nord et de l’Extrême-nord, des
plants et semences des espèces fourragères pour la reconstitution des champs fourragers
et des pâturages, l’appui à la reconstruction des abris de commerce ;
- la formation professionnalisant des jeunes volontaires pour l’accès aux corps de métiers ;
- l’assistance au remplissage des formulaires et autres documents ;
- la formation sur la formulation des requêtes et le suivi des mesures d'assistance.

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 84 sur 159

8 METHODES D’EVALUATION DES BIENS AFFECTES ET


D’ESTIMATION DES TAUX DE COMPENSATION
8.1 APPROCHE GLOBALE D’EVALUATION DES BIENS TOUCHES ET DES TAUX DE COMPENSATION

Les méthodes d’évaluation des terres et des autres biens affectés, ainsi que la détermination des
taux des compensations y relatives dépendent de la nature, des caractéristiques de ces derniers
et du statut d’occupation des terres.

Les bases de calcul du taux de compensation des différents biens et mises en valeur affectés
(terrains nus, terres cultivables, cultures, constructions, arbres, infrastructures, etc.) sont
consignées dans les textes législatifs et règlementaires nationaux y relatifs. Pour les biens
n’ayant de base légale de prix, l’estimation de taux d’indemnisation s’effectuera sur la base de
l’expertise des professionnels du secteur concerné et de la valeur de remplacement du bien
concerné. C’est sur cette base que les CCE Départementales effectueront le calcul des
indemnisations.

Les paragraphes ci-après présentent en fonction de la nature des biens touchés, les méthodes
d’évaluation, d’éligibilité, d’estimation des taux et formes de compensation applicables.

8.2 DIFFERENTES FORMES DE COMPENSATION A APPLIQUER DANS LE CADRE DU PROJET

La cadre juridique national confère deux formes d’indemnisation : en numéraire ou en nature8.


L’OP 4.12 de la Banque mondiale y prévoit en plus l’assistance ou aide à la réinstallation ;
laquelle peut être revêtue sous la forme d’une prime à la réinstallation (frais de transport pour
le déménagement, dotation en numéraire équivalant à au moins trois mois de loyer pour
permettre aux locataires de se reloger). Aucune compensation ne sera effectuée pour toute
occupation intervenue après la date butoir convenue.

Les trois formes de compensation (numéraire, nature, assistance ou aide à la réinstallation) ne


s’excluent pas mutuellement et seront appliquées dans le cadre du Projet comme suit :
- indemnisation en numéraire notamment pour compenser la perte de terre, de cultures,
de tombes, de revenus. La compensation sera calculée et payée dans la monnaie
nationale en FCFA. Les taux seront ajustés en fonction de l'inflation soit au taux du
marché à la date et au moment où le remplacement doit être assuré ;
- compensation en nature comprenant la terre, les maisons, les matériaux de construction,
les jeunes plants, les intrants agricoles et fourragers, les crédits pour équipement, les
appuis techniques. Cette forme de compensation est la forme de paiement la plus
appropriée en milieu rural ;
- aide ou assistance pouvant inclure une prime de dispersion, de transport et de main-
d’œuvre, des appuis au développement (projets agricoles, pêche, élevage, etc.).

La forme de compensation sera un choix individuel que devra opérer les personnes affectées.
Au cas où l'individu ou le ménage tire ses revenus de l'agriculture, tous les efforts devront être
faits pour faire comprendre l'importance et la préférence d'accepter des compensations en
nature, si les pertes totalisent plus de 20% du total de biens de subsistance.

8
Loi n°85/009 du 04 juillet 1985 relatif à l’expropriation pour cause d’utilité publique et aux modalités
d’indemnisation (article 3), et son Décret d’application n°87/1872 du 18 décembre 1987.

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 85 sur 159

L’indemnité portera sur le dommage matériel direct immédiat et certain causé par
l’implantation et la maintenance des ouvrages envisagés. Elle couvrira les terrains nus, les
cultures, les constructions, toutes autres mises en valeurs, quelle qu’en soit la nature, dûment
constatées par une commission de constat et d’évaluation (article 5 de la loi). Les compensations
seront vues à deux niveaux :
- au niveau individuel dû aux pertes de biens et de revenus individuels : terrains nus,
terres cultivables et/ou cultivées, cultures, constructions, tombes, fourrages, etc. ;
- au niveau communautaire du fait des pertes de biens communautaires : lieux de culte et
autres bâtiments publics (écoles, centres de santé, forages, lieux de réunion), sites sacrés,
pâturages, zones de production des produits forestiers ligneux et non ligneux, etc.

Globalement, le Projet s’assurera que les personnes affectées ont été relocalisées et que tout
argent mis à leur disposition n’a pas été utilisé à d’autres fins. À cet effet, un mécanisme de
suivi des personnes compensées devra être développé dans chaque PSR/PAR.

8.3 METHODES D’EVALUATION ET DE COMPENSATION DES BIENS ET REVENUS INDIVIDUELS

8.3.1. TERRES

L’évaluation de la propriété foncière s’appuiera à la fois sur la législation foncière nationale et


sur les directives de l’OP 4.12. Deux cas de figures se présentent pour une meilleure évaluation
des terres à savoir les terrains nus et les terres cultivés et cultivables.

8.3.1.1. Terrains nus

L’article 9 de la loi n°85/009 du 04 juillet 1985 relatif à l’expropriation pour cause d’utilité
publique et aux modalités d’indemnisation dispose que l’indemnisation des terrains nus et non
viabilisés est faite selon les modalités ci-après :
- lorsqu’il s’agit d’un terrain résultant d’une détention coutumière ayant donné lieu à
l’obtention d’un titre foncier, l’indemnité ne peut dépasser le taux minimum officiel des
terrains domaniaux non viabilisée de la localité de situation du titre foncier ;
- lorsqu’il s’agit d’un terrain résultant d’une transaction normale de droit commun ou
d’une acquisition des terrains domaniaux, l’indemnité due est égale au prix d’achat,
majoré des divers d’acquisition.

Dans le cadre du Projet, le principe directeur de compensation des terrains nus sera
prioritairement basé sur la compensation en nature, sous la forme des terrains de même
superficie et ayant un potentiel de productivité agricole identique à celui des terrains perdus. Le
terrain à attribuer en compensation devra, autant que faire se peut, être situé dans la même
commune que le terrain frappé d’expropriation en respect de l’article 8 de la loi de 1985. Les
terrains concernés regrouperont à la fois ceux disposant d’un titre foncier conformément aux
dispositions nationales, et ceux dont la propriété coutumière est reconnue conformément aux
exigences de la 4.12.

Autant que cela est possible et comme souhaité par l’ensemble des communautés consultées, les
terrains de remplacement devront bénéficier des travaux de viabilisation pour faciliter leur
accès aux réinstallés. Par ailleurs, comme le stipule la loi (article 8), si la valeur du terrain alloué
en compensation est supérieure à celle du terrain frappé d’expropriation, la soulte sera payée
par le bénéficiaire de l’indemnité à savoir la personne affectée. Si elle est inférieure, le
bénéficiaire de l’expropriation qui est le Projet allouera une indemnité pécuniaire
correspondant à la soulte.

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 86 sur 159

Dans les cas de compensation en numéraire, les calculs se feront sur la base du Décret
n°2014/3211/PM du 29 septembre 2014 fixant les minima applicables aux transactions sur les
terrains relevant du domaine privé de l’État pour ce qui concerne les terrains non titrés et
majoré au prix du mètre carré sur le marché local pour les terrains titrés ou en cours
d’enregistrement. Les coûts de remplacement intégreront également les frais déboursés par les
personnes affectées pour les procédures d’immatriculation des terrains touchés. Lors des
consultations des autorités traditionnelles et communales, les taux actuels du mètre carré
pratiqué sur le marché dans certaines communes sont consignés dans le tableau 7. Pour les
terres non enregistrées et donc qui n’ont pas de titre foncier, la CCE suivra éventuellement le
prix des terres domaniales tel que fixé par le Décret de 2014 suscité, ajusté en fonction du coût
effectivement pratiqué sur le terrain (tableau 7).

L’OP 4.12 de la Banque mondiale en matière de réinstallation ne fait aucune distinction entre les
droits légaux et les droits coutumiers. Ainsi, un propriétaire terrien ou occupant coutumier de
terres appartenant à l’État devra recevoir une compensation pour la terre et les mises en valeur
s’y rattachant (investissements, perte d’accès, etc.), aux taux du marché au moment de la perte
tel qu’établi par le Plan de réinstallation involontaire concerné. Toutefois, pour les terrains sans
titre foncier et dont la propriété coutumière est reconnue, la compensation sera en nature, c’est à
dire la forme de « terre contre terre ».

Tableau 7: Prix unitaire (m²) de terrain actuellement appliqué sur le terrain

Prix minima au m²
Prix du m² tel que pratiqué
Région Département Commune fixé par le décret
sur le terrain (FCFA)9
de 2014 (FCFA)
Yaoundé 1 (Nyom 2) 3 000 à 17 000
Yaoundé 4 (Kondengui) 25 000 à 50 000
Yaoundé 4 (Ngousso) 15 000 à 70 000
Mfoundi Yaoundé 4 (Ahala 2) 15 000 à 30 000 10 000
Yaoundé 5 (Biteng) 15 000 à 30 000
Yaoundé 7 (Oyomabang
15 000 à 25 000
3 et 4)
Centre Mefou et
Mbankomo 10 000 et 25 000 2 000
Akono
Terrain titré à 5 000
Lékié Lobo 300
Non titré à 2 500
Dibang Information non diffusée 500
Nyong et Bot Makak Information non diffusée 500
Kelle Matomb 7 000 500
Ngog Mapubi 1 000 à 6 000 500
Ngwei Pas de vente de terrain 300
Sanaga Pouma Ne se vend pas - Interdit 1 000
Littoral
Maritime Edéa 1er 5 000 à 50 000
2 000
Edéa 2ème 3 500
Garoua 2ème 5 000 à 6 000 5 000
On ne vend pas en m² la
Bénoué
Pitoa terre mais en lotissement à 500
Nord
partir de 150 000
Figuil Pas de vente de terrain 500
Mayo Louti
Guider Pas de vente de terrain 2 000
Extrême nord Diamaré Maroua 3 5 000 5 000
Source : Décret n°2014/3211/PM du 29 septembre 2014 fixant les minima applicables aux transactions sur les terrains
relevant du domaine privé de l’État et Enquêtes terrain – avril - mai 2016

9 Résultats issus des consultations publiques menées par la mission entre avril et mai 2016

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 87 sur 159

8.3.1.2. Terres cultivables

Les terres défrichées et/ou labourées devront faire l’objet d’une compensation à l’usager
reconnu pour le travail de défrichage et/ou de labour sur une base forfaitaire à l’hectare, établie
en liaison avec les services chargés de l’agriculture sur la base du nombre de jours nécessaire
aux travaux considérés et du salaire minimum journalier. Pour une plus grande transparence,
les terres de cette catégorie regrouperont les terres cultivées, les terres préparées pour la culture
ou les terres préparées durant la dernière campagne agricole.

La compensation liée à la terre couvrira le prix du marché du travail investi ainsi que le prix du
marché de la récolte perdue. La quantité de récolte sera estimée en pondérant la superficie
perdue et emblavée par le rendement moyen à l’hectare pour les trois campagnes précédentes
dans la commune. Le coût unitaire utilisé pour la compensation de la terre devra être actualisé
pour refléter les valeurs au moment où la compensation est payée.

La compensation foncière d'un agriculteur doit couvrir tous les investissements qu'il est amené
à faire. Dans certains cas, une assistance peut être fournie aux utilisateurs de la terre, en plus
des paiements de compensation, par exemple lorsque l'agriculteur est informé que ses terres
sont réquisitionnées après la saison culturale et qu'il ne dispose pas de temps nécessaire pour
préparer d'autres terres sans un appui extérieur. L'agriculteur pourra recevoir des
compensations en argent pour financer le semis, le sarclage et la récolte.

8.3.1.3. Matrice d’éligibilité pour les terrains nus et les terres cultivables

Le tableau 8 présente cette matrice.

Tableau 8: Matrice d’éligibilité liée à la perte propriété foncière et formes de compensation

Impact Éligibilité Formes de compensation


Deux formes de compensation au choix de la personne affectée.
La compensation pourra se s’effectuer en numéraire pour les
terrains titrés et ce à la valeur intégrale de remplacement.
Être le titulaire d’un titre
Perte de terrain La compensation pourra s’effectuée par la réinstallation sur une
foncier valide et
titré parcelle similaire si le titulaire du titre foncier est également
enregistré
résident sur place. Il s’agira de fournir au propriétaire une parcelle
de remplacement de potentiel équivalent à celui de la parcelle
perdue.
Les parcelles non titrés ne sont pas éligibles à une compensation
Être propriétaire monétaire pour un terrain, car celui-ci est automatiquement
reconnu considéré comme appartenant à l’État.
coutumièrement. Les Les parcelles agricoles sont remplacées par des terres de potentiel
propriétaires agricole équivalent situées à une distance acceptable de la
Perte permanente coutumiers sont résidence de la personne affectée.
de terrain considérés comme des En cas de difficultés de trouver les terres de remplacement, des
cultivable et occupants de bonne accords devront être établis avec les personnes affectées pour
cultivé non titré foi de la terre accepter la compensation en numéraire, en lieu et place de
(Perte de l’équivalent en terre.
propriété Être occupant reconnu Les mises en valeur réalisées sur les terrains touchés sont éligibles
coutumière) d’une parcelle à une compensation à la valeur intégrale de remplacement
cultivable et cultivée (défrichage, canaux d’irrigation, puits, diguettes, travail du sol,
(reconnu par les chefs etc.), ou au remplacement sur un terrain de réinstallation. La
coutumiers, notables quantité de récolte sera estimée en pondérant la superficie perdue
et voisins) et emblavée par le rendement moyen à l’hectare pour les trois
campagnes précédentes dans la région.
Perte permanente Communautés La compensation se fera en nature.
de terrain non villageoises Pour la perte de pâturages, la compensation en nature pourra
cultivé : parcelles prendre les formes suivantes :

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 88 sur 159

communautaires Éleveurs - l’appui aux éleveurs pour trouver de nouveaux pâturages et


(forêts, pâturages) de nouveaux couloirs de transhumance
Collecteurs des produits - L’appui à l’intensification de l’élevage et à la mise en place
forestiers ligneux (bois) des champs fourragers
et non ligneux (PFNL) - la compensation de la perte de revenus encourue durant la
période nécessaire pour rétablir l’activité sur un autre site
Pour la perte des parcelles de forêts, la compensation en nature
pourra prendre les formes suivantes :
- l’appui pour trouver de nouveaux sites de collecte des PFNL
et ligneux (bois)
- l’appui à la reconversion des collecteurs
- la compensation de la perte de revenus encourue durant la
période nécessaire pour rétablir l’activité sur un autre site ou
durant la période de reconversion
Communauté villageoise
Perte permanente considérée
La compensation communautaire se fera sur la base d’un taux
de ressources traditionnellement
forfaitaire appliqué à la surface occupée ou acquise
naturelles comme propriétaire de la
zone concernée
L’appui pour trouver de nouveaux sites à louer pour les activités
Perte permanente menées
de terrain loué Locataire L’appui à l’intensification de l’activité menée
pour des activités La compensation de la perte de revenus encourue durant la
période nécessaire pour rétablir l’activité sur un autre site
Les propriétaires de ces terrains devront être indemnisés pour la
perte (temporaire) de revenus, des cultures sur pied, et pour le
Perte temporaire
coût de restauration du sol et des infrastructures endommagées
de terres : Terrain
sur la base des taux du marché en vigueur.
qui sera acquis Individu occupant les
Tous les dégâts causés à la terre ou à la propriété privée y compris
pour une période terrains touchés
les cultures devront être dédommagées aux taux en vigueur sur le
donnée en raison
marché y compris l’indemnisation des locataires, le cas échéant,
du projet
laquelle inclut les frais de loyer et les indemnités de dérangement
lorsque le terrain/construction est inaccessible.
Aucune compensation en espèces n’est prévue pour cette catégorie
Occupant informel
Perte permanente de terrain.
enregistré avant la date
de terrain occupé Toutefois, il y a possibilité d’une compensation en espèces pour les
limite lors des opérations
informellement mises en valeur (cultures, arbres, bâtiments, etc.).
de recensement
Possibilité de fournir une autre terre sur le site de recasement

8.3.1.4. Besoins en terres pour l’implantation des ouvrages envisagés

Les besoins en terres pour l’implantation des ouvrages du Projet ne peuvent pas être estimés au
stade actuel car les études d’avant-projet détaillées sont encore en cours.

8.3.2. CULTURES ET ARBRES CULTIVES

L’évaluation des cultures et des arbres cultivés et les calculs des compensations y relatives
s’effectueront sur la base du Décret n°2003/418/PM du 25 février 2003 fixant les indemnités à
allouer aux propriétaires victimes de destruction pour cause d’utilité publique des cultures et
d’arbres cultivés et en tenant compte des prix des produits sur les marchés locaux.

Ce décret précise les unités à considérer pour l’évaluation des cultures et arbres cultivés en son
article 1er. Cet article 1er classe les plantes en sept catégories comme suit : cultures annuelles,
fruitiers, tubercules, cultures maraîchères, cultures industrielles, cultures pérennes et plantes
médicinales. Les taux de compensation applicables à chaque spéculation prennent en compte
trois facteurs d’évaluation à savoir : la nature, le stade de maturation et le nombre de pieds ou
le mètre carré des plantes et arbres cultivés touchés. Cet article 1er stipule que les propriétaires
victimes d’expropriation pour cause d’utilité publique et de destruction des cultures et/ou
d’arbres cultivés bénéficient d’une indemnité allouée par l’entité bénéficiaire de l’expropriation

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 89 sur 159

(SONATREL dans le cadre du Projet) et calculée sur la base des tarifs ci-après consignés dans le
tableau 9 ci-après.

Comme l’indique ce tableau 9, l’unité de dénombrement de certaines cultures vivrières est le


mètre carré tandis que d’autres sont évaluées par le nombre de pieds présents sur l’emprise
déclarée d’utilité publique. Quant aux arbres cultivés, ils sont dénombrés par pied. L’ensemble
est basé sur la phase de maturation (jeune ou adule) de la culture ou de l’arbre cultivé concerné.
L’article 2 du Décret stipule que le nombre de pieds de cultures détruits pris en compte ne
pourra être supérieur au nombre maximum défini par les densités scientifiques établies.

Étant donné que ces tarifs réglementaires applicables aux cultures et arbres cultivés datent de
2003, il s’avère peu judicieux de l’appliquer tel quel compte tenu de l’inflation des prix sur le
marché entre 2003 et 2016, surtout que la Banque mondiale privilégie le coût de remplacement
des cultures et arbres cultivés et la compensation au meilleur coût du marché. À cet effet, dans
le cadre du Projet, les taux fixés en 2003 pour les indemnisations des cultures et arbres cultivés
seront revalorisés à 40% pour tenir compte de l’inflation et conformément à l’Instruction
n°000005/I/Y.2.5/MINDAF/D220 du 29 décembre 2005 portant rappel des règles de base sur la
mise en œuvre du régime de l’expropriation pour cause d’utilité publique.

En outre, l’estimation des taux de compensation prendra également en compte le coût du travail
à fournir pour remettre les parcelles de recasement en état d’exploitation (coût de la main
d’œuvre pour défrichage, labour, semis, etc.). Par ailleurs, les prix de compensation des cultures
et des arbres cultivés ou celles ayant une valeur culturelle et/ou rituelle ne figurant pas dans
cette liste seront fixés par les prix appliqués sur le marché local et/ou national. Les prix sur le
marché local devront être relevés lors des études socio-économiques.

8.3.2.1. Cultures annuelles, cultures maraîchères et tubercules

Ces trois catégories de cultures devront être compensées au prix du marché de la récolte
perdue.

Afin de réduire l’impact des travaux sur les cultures en général et de réduire de façon
significative les coûts liés à l’indemnisation des plantes, les cultures annuelles, les cultures
maraîchères et les tubercules, la consultante recommande de laisser le temps aux paysans de
collecter leurs récoltes. À cet effet, le Projet informera dans un délai minimum de six mois les
personnes affectées afin qu’elles récupèrent toutes leurs récoltes sur les parcelles touchées et
qu’elles ne soient plus autorisées à y planter quoi que ce soit.

Toutefois, le Projet devra payer aux personnes affectées, une année de récolte pour compenser
les difficultés de production la première année, y compris les frais de défrichage. Le tableau 9
présente les différents prix et l’unité d’évaluation des cultures sur le terrain. Dans le cadre du
projet, ces coûts tiendront compte de l’inflation.

Tableau 9: Barème règlementaire de compensation applicable aux cultures annuelles,


cultures maraîchères et tubercules

Phases de Unité Coût de compensation


Types de spéculations
maturation d’évaluation légale (FCFA)
1. Cultures annuelles
Légumineuses : arachides, voandzou, En monoculture m² 150
soja, haricot et cultures similaires En polyculture m² 200
Céréales : maïs, mil, sorgho, riz et En monoculture m² 150
cultures similaires En polyculture m² 250

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 90 sur 159

2. Tubercules
Igname, macabo, taro, patate, manioc, Jeunes pied 100
pommes de terre et cultures similaires Adultes pied 300
3. Cultures maraichères
Tout type m² 3 000
Source : Décret n°2003/418/PM du 25 février 2003

8.3.2.2. Cultures pérennes, fruits, cultures industrielles et plantes médicinales

Le calcul de la valeur intégrale de remplacement impose de ne pas considérer seulement le


produit de la culture sur une année, mais de prendre en compte le coût de ré-établissement de
la plantation (plants, labour, engrais et autres), ainsi que le revenu perdu pendant les années
nécessaires au ré-établissement de la plantation.

Les taux de compensation seront calculés selon la formule suivante C = V x D + CP + CL


conformément au principe de la valeur intégrale de remplacement avec :
- V comme Valeur moyenne de commercialisation du produit d’un arbre, en FCFA par
an ;
- D comme Durée de rétablissement moyenne de l’arbre à un niveau de production
adulte, en années ;
- CP comme Coût de plantation (plant, travail du sol, fertilisation initiale) en FCFA ;
- CL comme Coût du travail nécessaire à la plantation et à l’entretien pendant la durée de
rétablissement de la plantation, en francs CFA ;
- C comme Montant de la compensation

Pour ne pas multiplier les cas de calcul, aucune catégorie intermédiaire entre les jeunes arbres
non productifs et les arbres en production ne devra être retenue.

Les différentes données (prix des plants, des produits, rendements) devront être collectées
auprès de différentes personnes directement concernées par la production agricole (villageois,
pépiniéristes, services agricoles). Le tableau 10 présente les différents prix et l’unité d’évaluation
des cultures sur le terrain. Dans le cadre du projet, ces coûts tiendront compte de l’inflation.

Tableau 10: Barème règlementaire de compensation applicable aux cultures pérennes, fruits,
cultures industrielles et plantes médicinales

Unité Coût de compensation


Types de spéculations Phases de maturation
d’évaluation légale (FCFA)
1. Fruits
Jeunes pied 1 000
Banane plantain
Adultes pied 1 500
Jeunes pied 800
Banane douce
Adultes pied 1 200
Jeunes pied 150
Ananas
Adultes pied 200
2. Cultures industrielles
Jeunes pied 100
Cotonniers
Adultes pied 200
Jeunes pied 100
Tabac
Adultes pied 200
Jeunes tige 25
Canne à sucre
Adultes tige 75
Jeunes (moins de 3 ans) pied 5 000
Cacaoyer, caféier
Adultes (de 3 à 25 ans) pied 25 000

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 91 sur 159

Adultes (de plus de 25 pied


2 000
ans)
Jeunes (moins de 3 ans) pied 2 500
Adultes (de 3 à 25 ans) pied 10 000
Palmier à huile
Adultes (de plus de 25 pied
4 000
ans)
Jeunes (moins de 3 ans) pied 10 000
Adultes (de 3 à 25 ans) pied 35 000
Palmier à huile amélioré
Adultes (de plus de 25 pied
4 000
ans)
Jeunes pied 500
Palmier raphia
Adultes pied 1 000
Jeunes (moins de 3 ans) pied 2 500
Cocotier local
Adultes (de 3 à 25 ans) pied 10 000
Jeunes (moins de 3 ans) pied 7 500
Cocotier amélioré
Adultes (de 3 à 25 ans) pied 20 000
Jeunes (moins de 5 ans) pied 5 000
Hévéa
Adultes (de 5 à 30 ans) pied 35 000
En monoculture m² 150
Théier
En polyculture m² 250
3. Cultures pérennes
Agrumes : citronnier, oranger, Jeunes pied 5 000
mandarinier, pomelo, pied
pamplemoussier et plantes Adultes 35 000
similaires
Jeunes pied 5 000
Manguier, Avocatier
Adultes pied 35 000
Jeunes pied 1 000
Papayer
Adultes pied 3 000
Jeunes pied 20 000
Kolatier, Safoutier
Adultes pied 50 000
Arbre à pain, corossolier, Jeunes pied 10 000
goyavier, pommier Adultes pied 25 000
Moabi, Karité, Manguier Jeunes pied 5 000
sauvage Adultes pied 75 000
Jeunes pied 7 500
Autres arbres fruitiers
Adultes pied 25 000
4. Plantes médicinales
Jeunes pied 2 500
Quinquina
Adultes pied 7 500
Jeunes pied 2 500
Voacanga
Adultes pied 7 500
Jeunes pied 2 500
Pygeum
Adultes pied 5 000
Jeunes pied 6 000
Yuhimbé
Adultes pied 75 000
Jeunes pied 5 000
Arbres d’ombrage
Adultes pied 10 000
Jeunes (moins de 3 ans) pied 10 000
Autres arbres cultivés
Adultes (Plus de 3 ans) pied 20 000
Source : Décret n°2003/418/PM du 25 février 2003

8.3.2.3. Matrice d’éligibilité pour les cultures et les arbres cultivés

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 92 sur 159

Dans le cadre du Projet comme dans la plupart des projets de cette nature, les cultures et les
arbres cultivés touchés seront compensés en numéraire. Le tableau 11 présente les formes de
compensation en fonction de la nature des cultures.

Tableau 11: Formes de compensation appliquées aux cultures vivrières et arbres cultivés

Impact Éligibilité Formes de compensation


Le cultivateur affecté recevra une indemnisation correspondant
à la perte de ses récoltes.
Les coûts liés à la perte de récoltes seront calculés sur la base
Cultures annuelles, Cultivateur
de la production estimée sur une période de trois campagnes
cultures maraichères propriétaire de
agricoles.
et tubercules la culture
Toutefois, les cultivateurs de cette catégorie seront priés de
récolter leurs produits bien avant le démarrage des travaux, et
de ne plus cultiver sur les emprises affectées aux ouvrages.
Le cultivateur affecté recevra une indemnisation de la
plantation à sa valeur intégrale de remplacement, comprenant
le coût de rétablissement sur un nouveau site, et le revenu
perdu pendant la période comprise entre la destruction et le
Cultures pérennes,
Cultivateur début de la production.
fruits, cultures
propriétaire de La compensation sera calculée sur la base de la production
industrielles et
la culture moyenne de l’arbre, pour la durée nécessaire à la croissance et
plantes médicinales
la maturation d’un arbre similaire.
Le cultivateur affecté recevra une allocation de semences pour
le remplacement (3 à 6 semences par type de culture pour
assurer le maximum de succès au remplacement).

8.3.3. CONSTRUCTIONS / IMMEUBLES

8.3.3.1. Bases de calcul et formes de compensation

La base de calcul pour les constructions est l’Arrêté n°00832/Y.15.1/MINUH/D00 du 20


novembre 1987 fixant les bases de calcul de la valeur vénale des constructions frappées
d’expropriation pour cause d’utilité publique.

Cet Arrêté fixe six catégories d’immeubles : les constructions en bois, les bâtiments en semi dur,
les villas de standing ordinaire, les villas de standing moyen, les villas de haut standing, et les
villas de très haut standing. Les états d’expertise seront dressés par l’expert en construction,
membre de la CCE.

Conformément à l’OP 4.12, les bâtiments et structures touchés devront être soit remplacés par
des bâtiments de surface et de caractéristiques au moins équivalentes (ou mieux), soit évaluées
à la valeur intégrale de remplacement, sans dépréciation. Dans ce dernier cas, une somme en
argent liquide et/ou des crédits sera versée aux ayant-droits sur la base des coûts de
remplacement à l'identique (matériaux et surface). Dans le cas de reconstruction par le Projet, le
plan des maisons de remplacement devra être validé par les personnes affectées pendant la
préparation du PSR/PAR, et ce en respect de leurs us et coutumes.

Les bâtiments perdus devront être reconstruites sur des terres de remplacement acquises par le
Gouvernement. La compensation en espèces représentera l'option de choix. Les prix du marché
seront déterminants pour les matériaux de construction. En plus, la compensation devra être
payée en tenant compte d'un coût de remplacement qui ne fera pas déprécier la structure.

La compensation s'effectuera pour les structures suivantes :

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 93 sur 159

- tout habitat actif situé dans l’emprise des lignes de transport ou des postes de
transformateurs ;
- tout habitat abandonné à cause d'un relogement ou recasement d'un individu ou d'un
ménage ;
- tout habitat endommagé directement par des activités d’implantation et de maintenance
des ouvrages.

La compensation prendra également en compte les ouvrages annexes à l’habitat touché comme
les clôtures, les latrines, les cuisines, les porcheries, les poulaillers, les hangars, les étables, les
bergeries, les greniers en banco, cimentés ou non, puits / forages, etc. Par ailleurs, les cases
rondes (dans le Nord et l’Extrême-nord) et les maisons à une pièce devront être remplacées par
des maisons à deux pièces.

Les valeurs de remplacement seront basées sur :


- le coût moyen de remplacement des différents types de logements et structures, basé sur
la collecte d'informations sur le nombre et les types de matériaux utilisés pour construire
les différents types de structures (parpaings, briques, poutres, bottes de paille, portes,
etc.) ;
- les prix des matériaux collectés dans les différents marchés locaux ;
- les coûts de transport et de livraison des matériaux au site de remplacement ;
- l'estimation de la construction de nouveaux bâtiments incluant la main d'œuvre requise.

8.3.3.2. Matrice d’éligibilité pour les bâtiments

Dans le cadre du Projet comme dans la plupart des projets de cette nature, la forme de
compensation sera fonction de la nature de l’occupant.

Pour les propriétaires des immeubles, les constructions seront compensées selon les catégories
reconnues et au coût de remplacement. Les valeurs proposées pour les maisons se fonderont
sur les taux officiels de 1990 majorés de 7% par an jusqu’en 2016.

Si les personnes affectées le souhaitent, les compensations pourront également se faire en


nature. Dans ce cas, ces compensations intégreront tous les coûts des composantes en matériaux
de construction (ciment, tôles, pointes, sable, etc.), travaux (terrassements, élévation, fabrique et
pose des portes, finitions, etc.), ainsi que le prix de la main d’œuvre requise pour la
reconstruction.

Pour les locataires d’immeubles résidentiels, ils auront droit à une allocation de perturbation
équivalant à trois mois de loyer au prix dominant du marché, et à une assistance pour trouver
un nouvel hébergement.

Les occupants des immeubles à caractère commercial bénéficieront de provision d’un site
alternatif dans une zone d’activités équivalente, et des compensations en espèces pour la perte
d’activités et de revenus pendant la période transitoire selon les modalités de calcul ci-après
précisées :
- compensations en espèces pour la perte d’activité et de revenus pendant la période
transitoire ;
- provision d’un site alternatif dans une zone d’activités équivalente ;
- salaires des employés pendant la période d’interruption de l’activité.

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 94 sur 159

Les compensations dues aux entreprises s’étendront également aux employés lorsque
l’entreprise en dispose. Ces derniers devront bénéficier des salaires perdus pendant la durée
d’interruption des activités. Le tableau 12 récapitule les formes de compensation.

Tableau 12: Formes de compensation appliquées aux constructions et immeubles

Impact Éligibilité Formes de compensation


Les propriétaires affectés recevront une indemnisation
forfaitaire à la valeur intégrale de remplacement sur la base
Perte de catégorielle des bâtiments précaires à établir par au cours
logements, de de la préparation du PAR / PIR.
Propriétaire de la
constructions et Il n’y aura pas de reconstruction, sauf pour les personnes
structure
structures vulnérables.
précaires Les propriétaires pourront s’auto-construire sur des
parcelles de recasement aménagées sommairement, en
utilisant leur indemnité pour reconstruire un bâtiment.
Les propriétaires affectés auront le choix entre : (i) une
indemnisation estimée sur la base d’une évaluation au cas
par cas de la valeur intégrale de remplacement du bâtiment
(actualisation du bordereau des prix, et application de ce
bordereau sans dépréciation liée à l’âge), ou (ii) une
reconstruction d’un bâtiment équivalent.
Le coût du bâtiment sera calculé sur la base catégorielle du
bâtiment (six catégories existent : constructions en bois,
Perte de bâtiments en semi dur, villas de standing ordinaire, villas
logement et de de standing moyen, villas de haut standing, et villas de très
Propriétaire de la
constructions et haut standing) en tenant compte des taux d’inflation (7%
structure
structures par an partant de 2009 à 2016).
permanentes Les valeurs de remplacement seront basées sur : (i) le prix
moyen des matériaux de construction tel que sur les
différents marchés locaux, les frais de transport et de
livraison des matériaux au site de remplacement ou sur le
chantier de construction, et les devis de construction de
nouveaux bâtiments, y compris les coûts de la main-
d’œuvre requise.
L'argent en espèce et/ou les crédits seront payés sur la base
des coûts de remplacement
Les locataires affectés recevront une allocation de
Perte de
perturbation correspondant à trois 3 mois de loyer au prix
logements pour Locataire résident
dominant du marché, et une aide pour les dépenses liées au
les locataires
déménagement.
Les personnes affectées recevront une compensation en
espèce pour le commerce perdu.
La compensation devra inclure : (i) la mise à disposition de
site(s) alternatif(s) dans une zone commerciale équivalente ;
Perte des (ii) la compensation en espèce pour les revenus perdus
Bâtiments et structures
bâtiments à pendant la transition ; (iii) la prise en charge des salaires des
hébergeant les activités
usage employés pendant la période d’interruption de l’activité ;
génératrices de revenus
commercial (iv) les dépenses liées au déménagement.
La perte de revenus sera calculée sur la base des livres de
compte ou s’il n’en existe pas, sur la base des revenus
moyens des magasins de taille et d’activités similaires de la
zone.
Résident sur place, quel
Les propriétaires des bâtiments et les locataires recevront
Déménagement que soit le statut
une indemnité forfaitaire de déménagement par ménage.
d’occupation
Récupération Propriétaire des Les personnes affectées auront droit à la récupération des

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 95 sur 159

des matériaux bâtiments matériaux des bâtiments touchés, même si ceux-ci font
l’objet d’une indemnisation.

8.3.3.3. Précautions à prendre lors du paiement des compensations

Le versement des compensations soulève des problèmes liés à l'inflation, à la sécurité et au


calendrier. L’un des objectifs de l’octroi de la compensation en nature est de réduire les
poussées inflationnistes sur les frais de biens et services. L'inflation pouvant toujours survenir
au niveau local, aussi les prix sur le marché devront-ils être surveillés au cours de la période
pendant laquelle les compensations s’effectueront ; ce qui permettra de procéder à des
ajustements des valeurs de compensations.

La question de la sécurité, particulièrement pour les personnes qui recevront les paiements des
compensations en espèces, doit être réglée par le Projet. Les banques et institutions de
microfinance locales devraient travailler étroitement avec le Projet à ce niveau pour encourager
l'utilisation de leurs structures, ce qui va avoir un impact positif sur la croissance des économies
locales. Le temps et le lieu pour les paiements en nature devront être décidés par chaque
bénéficiaire en concertation avec le Projet. Les paiements monétaires devraient tenir compte du
calendrier saisonnier. En outre, le Projet pourrait opter pour l’une des possibilités suivantes en
fonction des réalités de chaque localité au paiement des indemnisations en numéraire, ceci afin
d’assurer la sécurisation de mise à disposition des fonds auprès des PAP bénéficiaires. Ces
possibilités sont le chèque, ou le dépôt direct dans les comptes bancaires ou encore l’envoi
express (Western Union, Express Union, Express Exchange, Money Gram, etc.). Dans tous les
cas, le Projet limitera des cas de corruption en ôtant la manipulation de l’argent liquide des
indemnisations.

8.3.3.4. Situation actuelle des constructions et immeubles dans les localités affectées

Les localités situées le long des tracés des lignes de transport d’énergie et celles qui abritent et
qui abriteront les postes de transformateurs peuvent être regroupées en deux catégories : (i) les
centres urbains ; et (ii) les localités situées en milieu rural (tous les villages traversés).

Les habitations dans les centres urbains concernés sont majoritairement des bâtiments de haut
et moyen standings ; tandis que les bâtiments dans les localités situées en milieu rural sont pour
la plupart de faible standing correspondent à des bâtiments précaires (cases rondes en terre
dans les régions de l’Adamaoua, du Nord et de l’Extrême-nord, carabottes, terres battues,
planches et raphias entre Yaoundé, Edéa, Douala, Kribi).

Le tracé des lignes de transport d’électricité devra autant que peut se faire, contourner les zones
de forte densité d’habitations. En ce qui concerne les postes de transformateurs existant, il faut
relever la présence des autour de ces postes, des constructions et immeubles, et qui seront
inéluctablement touchés.

8.3.4. TOMBES

Toutes les tombes situées dans les emprises des ouvrages envisagées seront déplacées
conformément aux dispositions du Décret n°74-199 du 14 mars 1974 portant réglementation des
opérations d’inhumation, d’exhumation, de transfert de corps (cf. paragraphe 5.4 du présent
document). Toute relocalisation de toute tombe respectera les exigences de l’OP 4.11 sur les
ressources culturelles physiques tel que prescrit dans le CGES du projet.

Plusieurs types de tombes sont recensées dans les localités d’intervention du Projet : tombes en
terre, tombes cimentées, tombes carrelées, tombes dotées d’une architecture particulière.

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 96 sur 159

Les tombes n’ont pas de base légale et réglementaire précise sur l’estimation de leurs coûts.
Celles-ci seront estimées sur la base des taux convenus entre les personnes affectées et la CCE
Départementale compétente. Mais il faut noter que très peu de tombes seront affectées par le
projet car, ne seront déplacées que les tombes situées sur le rayon d’implantation des poteaux
de la haute tension et/ou sur l’emprise des postes de transformateurs. Le PAR/PSR fournira les
détails sur toutes les tombes et toutes les mesures visant à les protéger, les transférer et les
restaurer. Les familles doivent être compensées pour la logistique et le coût rituel d’exhumation
des tombes de la famille et de transfert des restes vers un nouveau site.

Les entretiens effectués avec les autorités traditionnelles ont permis d’avoir des orientations sur
le processus d’exhumation et d’inhumation des corps et les des cérémonies y relatives. Avant
paiement des indemnisations et décision sur les compensations, une consultation et vérification
des PAP devront systématiquement avoir lieu.

8.3.5. PERTE DES REVENUS LIES A LA RESTRICTION D’ACCES A CERTAINES RESSOURCES


NATURELLES

Les ressources les plus concernées dans le cadre du Projet sont les pâturages et les produits
forestiers ligneux et non ligneux (tableau 13). Les produits forestiers ligneux étant ceux destinés
essentiellement à l’usage domestique (bois de construction, bois de chauffe, bois pour meuble)

Les personnes dont leur accès aux ressources sera limité devront être compensées sur la base de
la production et de la productivité des ressources concernées, au prix le plus élevé du marché,
et en rapport avec la durée de perturbation. Les catégories socio-professionnelles concernées
dans les zones d’intervention du Projet sont les collecteurs des PFNL, les éleveurs sédentaires et
transhumants.

Bien que la diminution de leurs revenus ne soit pas certaine, le Projet devra prévoir une
compensation de ces deux catégories socio-professionnelles dont le montant correspondra à au
moins trois mois de revenus.

Tableau 13: Formes de compensation appliquées à ressources / activités concernées

Impact Éligibilité Formes de compensation


La compensation devra être fournie sous forme d'accès à un autre
pâturage équivalent, autant que possible.
Une compensation en espèces pourra également être offerte, si
convenu entre le Projet et les éleveurs affectés.
La forme de compensation sera déterminée sur la base d’une
Éleveurs
Perte d'accès négociation entre le Projet et les éleveurs affectés pour l’année en
sédentaires et
aux pâturages cours et uniquement pour la période au cours de laquelle les terres
transhumants
sont inaccessibles. En d'autres termes, si le Projet limite l'accès
dans les emprises des lignes de transport d’électricité en saison
sèche, alors les éleveurs affectés peuvent être dédommagée pour le
reste de la période pendant laquelle ils prévoyaient faire paître
leur troupeau.
Collecteurs des
Perte d'accès Les personnes affectées perdant l’accès à certaines de leurs
produits
aux produits ressources devront être identifiées et informées sur la procédure
forestiers ligneux
forestiers de compensation.
(bois de service)
ligneux et non Le Projet prendra toutes les mesures possibles pour procurer aux
et non ligneux
ligneux personnes affectées des sources alternatives des moyens
(PFNL)
d’existence alternatifs notamment l’appui au développement des

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 97 sur 159

activités génératrices de revenus, avec une attention particulière


aux personnes identifiées comme étant vulnérables.

8.3.6. PERTE DE REVENUS LIES A LA PERTE DU SITE DE CERTAINES ACTIVITES

Certaines activités subiront les effets des déplacements notamment les activités commerciales
du fait de la perte de la position stratégique des sites où ces activités se pratiquaient. Ces
activités regroupent les activités informelles et les activités formelles.

Les activités informelles peuvent inclurent entre autres les corps de métier tels que le call box, la
menuiserie, la mécanique automobile, l’artisanat, etc.

Les personnes affectées auront droit à une indemnisation visant à compenser le manque à
gagner pendant la période transitoire de réinstallation sur un autre site. Le tableau 14 présente
la matrice de compensation y relative.

Tableau 14: Matrice d’éligibilité liée à la perturbation de certaines activités et formes de


compensation

Impact Éligibilité Approche de compensation


Les exploitants des activités informelles recevront une
indemnisation forfaitaire du coût de déménagement et de
perte de revenus pendant la période transitoire de ré-
établissement, à évaluer sur la base d’une catégorisation des
petites activités.
La quantification de la valeur de leurs entreprises sera
Petites activités Exploitant de
effectuée sur la base de la nature des activités menées
informelles l’activité informelle
notamment les corps de métiers comme le call-box, les salons
de coiffure, l’atelier de couture, le moulin à écraser, etc.
Ils bénéficieront de la provision d’un site alternatif dans une
zone d’activités équivalente, et de la prise en charge des
salaires des employés (pour ceux qui en ont) pendant la
période d’interruption de l’activité.
Les personnes affectées recevront une indemnisation du coût
de reconstruction, du coût de déménagement et de la perte de
revenus pendant la période de ré-établissement, à évaluer au
Moyennes et Exploitant de cas par cas.
grandes activités l’activité Ils bénéficieront de la provision d’un site alternatif dans une
zone d’activités équivalente, et de la prise en charge des
salaires des employés (pour ceux qui en ont) pendant la
période d’interruption de l’activité.

8.4 METHODES D’EVALUATION ET DE COMPENSATION DES BIENS COMMUNAUTAIRES

Les biens communautaires regroupent l’ensemble des infrastructures socio-collectives, les sites
culturels (lieux sacrés, vestiges culturels, chefferies, etc.).

La compensation pour la perte des biens communautaires sera négociée sur la base des accords
passés avec les communautés affectées. Celles-ci pourront avoir le choix sur la nature et le
niveau de la compensation.

8.4.1. INFRASTRUCTURES SOCIO-COLLECTIVES

Les infrastructures socio-collectives regroupent les bâtiments et/ou clôture des écoles, des
formations sanitaires, des cases communautaires, les bâtiments des services techniques, les

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 98 sur 159

points d’eau, etc. Dans le cadre du Projet, il s’agira de toutes les infrastructures situées dans
l’emprise des ouvrages envisagés.

La perte des infrastructures socio-collectives devra être compensée par une infrastructure de
même nature ou de nature différente selon le choix des communautés affectées.

Afin de faciliter l’estimation des coûts liés à la réinstallation, les coûts des infrastructures
communautaires touchées seront déterminés au coût de remplacement, conformément à la
mercuriale fixée pour chaque type infrastructure.

8.4.2. SITES CULTURELS

Les sites culturels regroupent particulièrement les cimetières, les chefferies, les forêts sacrées,
les espaces présentant une importance historique aux yeux des communautés affectées. Ces
sites sont considérés comme des propriétés culturelles et par conséquent ne sont pas éligibles
dans le cadre des projets financés par la Banque mondiale (cf. OP 4.11 sur le patrimoine
culturel).

Dans le cadre du Projet, le choix du tracé et des emprises des lignes de transport d’électricité et
des emprises des postes de transformateurs devra se faire en évitant autant que possible de
toucher à ces espaces. En effet, aucune compensation des biens de cette nature n’est
envisageable.

Les dispositions prévues dans le CGES seront prises en compte dans le cadre du Projet.

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 99 sur 159

9 PROCESSUS D’EXPROPRIATION POUR CAUSE D’UTILITE


PUBLIQUE ET PROCEDURE D’INDEMNISATION
9.1 PROCEDURE DE PAIEMENT DES INDEMNISATIONS ET SECURISATION DES PERSONNES
INDEMNISEES

Le mode de paiement des indemnisations sera déterminé collégialement par les personnes
affectées et la SONATREL. Ainsi :
- pour les cas de compensation en numéraire, l’indemnité devra être payée aux personnes
affectées avant leur déguerpissement. S’il n’est pas possible d’obtenir un accord amiable
sur le montant des indemnités, l’exproprié adressera sa réclamation au ministère en
charge des domaines (MINDCAF). S’il n’obtient pas satisfaction dans un délai d’un
mois, il saisit le tribunal compétent du lieu de situation du bien exproprié. Après avoir
écouté les parties, le tribunal compétent statuera sur le montant des indemnités (article
10 de la loi 85/009).
- pour les cas de compensation en nature, les biens attribués en compensation devront
être reconstruits et/ou reconstitués avant le déguerpissement des personnes et
communautés affectées.

La question de la sécurité, particulièrement dans le cas de personnes qui recevront le paiement


de compensations en argent liquide, devra être clairement précisée dans le cadre du Projet. Le
moment et l'endroit pour les compensations en nature seront déterminés par chaque
bénéficiaire en consultation avec la commission en charge de la réinstallation involontaire
(CCE).

9.2 PROCEDURE DE COMPENSATION DES PERSONNES AFFECTEES

Pour bénéficier des compensations, les personnes affectées devront être identifiées et vérifiées
par la SONATREL conformément au PSR/PAR. La procédure d’indemnisation comportera
plusieurs étapes, au nombre desquelles : (i) l’information et la consultation du public ; (ii) la
participation ; (iii) la documentation des avoirs et des biens ; (iv) l’élaboration de procès-
verbaux de compensation ; (v) l’exécution des mesures compensatoires.

9.2.1. INFORMATION, CONSULTATION ET PARTICIPATION DU PUBLIC

L’information, la consultation et la participation du public sont essentielles dans le processus de


compensation parce qu'elles apportent aux personnes potentiellement affectées l'opportunité de
participer à la fois à la conception et à la mise en œuvre des ouvrages. Ces trois volets sont
développés dans le chapitre consacré au mécanisme d’information, de consultation et de
participation du public.

À l’étape de la compensation, des concertations devront être régulièrement organisées entre le


Projet et les personnes affectées recensées lors de l’enquête socio-économique de base, ce dans le
but de définir de façon concertée les modalités d’atténuation et de compensation.

9.2.2. DOCUMENTATION DES AVOIRS ET DES BIENS

L'enquête socio-économique recueillera toutes les informations pertinentes sur les personnes
affectées : (i) l’identité et le nombre des personnes affectées ; (ii) la nature et la quantité des
biens affectés. Pour chaque personne affectée, une fiche sera remplie pour fournir toutes les
informations nécessaires visant à déterminer ses biens affectés et son éligibilité. Cette enquête

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 100 sur 159

devra permettre d'octroyer une compensation adéquate. La SONATREL et d’autres


responsables compétents du village organiseront des rencontres avec les personnes et ménages
affectés pour discuter de la procédure et des modalités de compensation.

9.2.3. CONVENTION POUR LA COMPENSATION

Les formes de compensation convenues de façon concertée et consensuelle devront être


clairement consignées dans un procès-verbal de négociation et de compensation, signé par la
personne affectée ou le représentant du chef de ménage affecté d’une part et par le représentant
du Projet d’autre part.

9.2.4. EXECUTION DE LA COMPENSATION

Tout règlement de compensation (en espèce et/ou en nature, ou assistance) relatif à la terre et
aux bâtiments se fera en présence de la partie affectée (personnes ou ménages affectés) et du
chef et des notables du village.

9.3 PROCEDURE D'EXPROPRIATION

Chaque ouvrage ou sous ouvrage déclenchera la procédure d’expropriation en fonction de ses


caractéristiques, de l’importance de ses besoins en terres et du statut foncier des terres visées.

L’expropriation pour cause d’utilité publique affecte uniquement la propriété privée telle
qu’elle est reconnue par les lois et règlements (article 2 de la loi 85-09 du 4 juillet 1985).
L’expropriation ouvre droit à une indemnisation préalable (article 4 de la loi).

La procédure d’expropriation pour cause d’utilité publique à la demande des services publics
s’effectue en 4 étapes :
- le déclenchement de la procédure par l’organisme demandeur (SONATREL), qui devra
aboutir à la prise, par le MINDCAF, de l’Arrêté déclarant d'utilité publique les travaux
envisagés ;
- la mise sur pied de la CCE des biens selon les niveaux de couverture des ouvrages
(départemental, régional, national). La mission recommande que la SONATREL mette
en place des CCE départementales ;
- les enquêtes, étape pendant laquelle, la commission joue son rôle ;
- l’indemnisation proprement dite.

9.3.1. DECLENCHEMENT DU PROCESSUS

Le déclenchement de la procédure d’expropriation consistera en la saisine du MINDCAF


(Direction des domaines, Sous-Direction des Expropriations et des Indemnisations) par la
SONATREL qui déposera au MINDCAF un dossier préliminaire en deux exemplaires
comprenant (art. 2 du décret) :
‐ une demande assortie d’une note explicative indiquant l’objet de l’opération ;
‐ une fiche dégageant les principales caractéristiques des infrastructures / équipements à
réaliser et précisant notamment :
o la superficie approximative du terrain sollicité dûment justifié ;
o un plan sommaire de l’investissement validé par le MINDCAF ;
o l'appréciation sommaire du coût du projet y compris les frais d'indemnisation ;
o la date approximative de démarrage des travaux ;
o la disponibilité des crédits d’indemnisation avec indication de l’imputation
budgétaire ou de tous autres moyens d’indemnisation.

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 101 sur 159

L’article 3 de ce Décret stipule que dès réception du dossier ci-dessus constitué, le Ministre
chargé des domaines apprécie le bien fondé des justifications du projet. Lorsqu'il juge le projet
d'utilité publique, il prend un Arrêté déclarant d'utilité publique les travaux projetés et
définissant le niveau de compétence (national, régional ou départemental) de la commission
chargée de l’enquête d'expropriation dite CCE. Cet Arrêté suspend sur ledit terrain toutes
transactions, mises en valeur et délivrance de permis de bâtir. Avec cet Arrêté, les terres
touchées feront dorénavant partie du domaine public et donc de la propriété de la SONATREL.

Le même Arrêté pour cause d’utilité publique stipule que, pour les personnes morales de droit
public sollicitant l’expropriation pour cause d’utilité publique et avant d’y recourir, elles
doivent procéder au préalable aux négociations avec les propriétaires ou ayant-droits
concernés. En cas d’aboutissement de leurs négociations, elles doivent se conformer aux règles
d’acquisition de droit commun.

L'Arrêté de déclaration d’utilité publique devient caduc, si, dans un délai de 02 (deux) ans à
compter de la date de sa notification au service ou organisme bénéficiaire n'est pas suivi
d'expropriation effective. Toutefois, sa validité peut être prorogée une seule fois par le Ministre
chargé des domaines pour une durée n'excédant pas un an (article 14).

9.3.2. DELAI D’EXPROPRIATION

Un préavis de six mois à compter de la date de publication du décret d’expropriation, est donné
aux victimes pour libérer les lieux. Ce délai est de trois mois en cas d’urgence (article 4 de la
loi), mais ce cas devra être proscrit du Projet. L’acte de déclaration d’utilité publique est
suspensif de toute transaction et de toute mise en valeur sur les terrains concernés (article 5 de
la loi).

9.3.3. INFORMATION DES PERSONNES ET COMMUNAUTES AFFECTEES SUR L’ENQUETE

La décision d'expropriation pour cause d’utilité publique doit mentionner l'identité complète
des intéressés et s'appuyer sur un plan des biens à exproprier avec en plus, en cas
d'expropriation par zone, un plan indiquant les travaux à exécuter et les biens à mettre en vente
ou à concéder. Elle fixe en outre, le délai de déguerpissement à dater de la mutation.

Conformément au Décret n°87/1872 du 18 décembre 1987 (article 9), dès réception de l'Arrêté
déclarant les travaux d'utilité publique, le Président de la CCE le notifie aux Préfets et
Magistrats Municipaux de la localité concernée.

Une fois saisi, le Préfet, en assure la publicité par voie d'affichage à la Préfecture, au service
départemental des domaines, à la Mairie, à la Sous-préfecture et à la Chefferie du lieu de
situation du terrain, ainsi que par tous autres moyens jugés nécessaires en raison de
l'importance de l'opération (églises, mosquées, radio communautaire, etc.).

En vue de leur participation à toutes les phases de l'enquête, les populations concernées sont
informées au moins 30 (trente) jours à l'avance du jour et de l'heure de l'enquête par
convocations adressées aux Chefs et notables par les moyens susmentionnées (article 10 du
Décret de 1987).

Si une personne affectée ne peut être jointe, la SONATREL en collaboration avec le Sous-préfet
compétent informeront par écrit le Procureur de la République qui prendra les mesures

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 102 sur 159

nécessaires pour défendre les droits en cause. Et si la recherche n’aboutit pas au bout de trois
mois, le Sous-Préfet compétent nommera un administrateur des biens à exproprier.

Si des propriétés ont des droits de location, le propriétaire devra aviser sans délai les locataires,
à défaut de quoi il restera seul tenu envers eux des indemnités qu'ils auraient pu réclamer. Les
réclamations et observations de tout ordre devront être portées à la connaissance de l'autorité
en charge de l'expropriation, au plus tard un mois après la réception de la lettre signifiant
l'expropriation.

Ce délai pourra être prorogé par l'autorité en charge de l'expropriation à savoir le Ministère en
charge des domaines (MINDCAF). À l'expiration du délai imparti, des propositions
d'indemnisation seront faite aux intéressés. Ces propositions s'appuieront sur un procès-verbal
d'expertise dressé et signé par deux Géomètres Experts Immobiliers du Cadastre auxquels il
sera adjoint un Agronome ou un autre spécialiste suivant la nature du bien à exproprier.

Si un accord à l'amiable ne peut être trouvé, l'expropriant adressera une requête aux tribunaux
compétents pour vérifier la régularité de la procédure administrative et procéder au règlement
des indemnités. Dans les 15 jours de l'assignation, le tribunal entend les parties. Dans les huit
jours de cette date, il statue sur la régularité de la procédure. Il nomme trois experts sur le choix
desquels les parties se sont mises d'accord et les nomme d'office. Le tribunal fixe le délai dans
lequel les experts devront avoir remis leur rapport.

Les experts peuvent se faire communiquer au bureau du Conservateur des titres immobiliers
tous les renseignements utiles à leur mission. Ils déposent au greffe du tribunal un rapport
commun en autant d'exemplaires que de parties en cause. Dans les huit jours suivant le dépôt
du rapport, le tribunal convoquera les protagonistes. À l'audience, le tribunal écoutera les
parties prenantes et éventuellement les experts.

Au plus tard un mois après cette audience, il statuera sur le montant des indemnisations et les
frais ; si l'exproprié l'en saisit, il fixe la durée du délai de déguerpissement. Le jugement est
exécutoire par provision, nonobstant tout recours et caution. L'indemnité due à l'exproprié doit
être fondée sur la valeur du bien à la date du jugement statuant sur la régularité de la
procédure. Elle doit être payée avant l'enregistrement de la mutation et, au plus tard, 4 mois à
dater du jugement fixant les indemnités. Passé ce délai, l'exproprié peut poursuivre
l'expropriant en annulation de l'expropriation.

9.3.4. ENQUETES

L'enquête comportera : (i) la vérification sur place de la délimitation du terrain demandé ; (ii) le
recensement des personnes qui s'y trouvent ou y exercent une quelconque activité ; (iii) la
description des lieux et l'inventaire de ce qui s'y trouve en fait de bois, forêt, cours d'eau, voies
de circulation ; (iv) l'audition des personnes qui formulent verbalement leurs réclamations ou
observations ; (v) l'enregistrement et l'étude de toutes les informations écrites.

L’enquête sera menée dans toutes ses phases en présence des propriétaires du fonds et biens
qu'il supporte, ainsi que des notabilités du lieu et des populations, par l'ensemble de la CCE.
Toutefois la CCE peut après avoir au préalable arrêté elle-même la liste exhaustive des
propriétaires des biens à détruire, constituer une sous-commission technique de trois membres
au moins à l'effet d'expertiser une catégorie de ces biens.

Le travail de la sous-commission est exécuté sous la responsabilité et le contrôle de la CCE


entière qui en contresigne les documents (article 11).

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 103 sur 159

À la fin de l'enquête, la CCE produit (article 12) :


- un procès-verbal d'enquête relatant tous les incidents éventuels ou observations des
personnes évincées signé de tous ses membres présents ;
- un procès-verbal de bornage et le plan parcellaire du terrain retenu, établis par le
géomètre membre de la commission ;
- un état d'expertise des cultures signé de tous les membres de la commission.

Pour la préparation du décret d'expropriation, le Président de la commission (Chargé des


domaines) produit dès la fin des travaux d'enquête un dossier comprenant :
- l'arrêté désignant nommément les membres de la commission,
- les différentes pièces ci-dessus énumérées.

9.3.5. BIENS SUSCEPTIBLES D'EXPROPRIATION

L'Ordonnance de 1974 relative à l'expropriation précise en son article 2 que « l'expropriation


pour cause d'utilité publique n'affecte que la propriété privée telle que définie à l'article 2 de
l'Ordonnance fixant le régime foncier ».

La procédure d'expropriation est susceptible de concerner tout bien immobilier bâti ou non bâti
au Cameroun, cependant eu égard à l'indemnisation, seuls peuvent être inclus dans de tels
schémas d'indemnisation les biens ayant fait l'objet d'immatriculation conformément aux
prescriptions du régime foncier (qui bénéficient donc de la protection légale).

L'article 10(3) de la Loi n°85-009 du 4 juillet 1985 ayant elle-même modifié l'Ordonnance n°74-3
susvisée a également précisé ultérieurement qu' « il n'est dû aucune indemnité pour destruction
des constructions vétustes ou menaçant de ruines ou de celles réalisées en infraction aux règles
d'urbanisme ou aux dispositions législatives ou réglementaires fixant le régime foncier ».

9.3.6. NEGOCIATION

Le processus de négociation n’est pas encadré par un texte juridique spécifique au Cameroun.
Chaque secteur en dispose : cas du code de travail, du code pastoral, etc. Dans le cadre du
Projet, la procédure suivra simplement le mécanisme de gestion des plaintes et des griefs
développé au chapitre 7.

Néanmoins, d’une manière générale, le processus de négociation devra suivre les étapes
suivantes :
- Évaluation initiale : Le processus de négociation commence par une communication ou
un signal d'une partie à l'autre démontrant sa volonté de négocier. La négociation est un
processus volontaire et par conséquent, il faut d'abord et avant tout s'assurer que l'autre
partie est intéressée à négocier. Au cours de cette évaluation, il sera important de tenir
compte des facteurs comme la volonté de régler le différend, la question de savoir s'il
serait préférable d'avoir recours à un autre mode de règlement des conflits, notamment
la médiation ou l'arbitrage, le mandat de négocier et d'arriver à une entente ou un
règlement.
- Contact des parties en conflits : Ici, la période pendant laquelle les discussions auront
lieu, la fréquence et la durée des négociations, l'identité des participants sont nécessaires
d’être clairement établis. Ainsi, en assurant que toutes les parties intéressées ont été
consultées, le choix du local qui servira aux négociations (de préférence, un endroit
neutre) et l'obtention des services de soutien nécessaires sont importants.

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 104 sur 159

- Préparation de la stratégie et évaluation des intérêts : Elles viseront à tenir compte de la


meilleure solution de rechange à l'accord négocié, si les négociations échouent.

Afin de limiter les contestations et les réclamations pour l’évaluation des biens et des taux
d’indemnisation, les propriétaires des biens à exproprier devront assister impérativement aux
travaux de la CCE. En cas d’absence, leur représentation devra être assurée par toutes
personnes qu’ils auront désignées. En outre, toutes les personnes concernées à des degrés divers
au processus d’expropriation devraient être invités aux travaux de la CCE ; si ne c’est pour
participer aux travaux, du moins pour y déposer éventuellement leurs avis, et c’est au cours de
ces travaux des biens, que la CCE devra évaluer non seulement les mises en valeur mais aussi la
nue-propriété.

La CCE pourrait éventuellement procéder à des contre-expertises des biens en cause, procéder à
une nouvelle évaluation des biens et statuer sur tous les litiges relatifs à la détermination des
bénéficiaires de l’indemnité.

À l’issu des travaux, la CCE devra déterminer aussi bien le montant des indemnisations que les
différents bénéficiaires.

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 105 sur 159

10 MECANISMES DE GESTION DES PLAINTES


Des plaintes et griefs de toute nature pourraient survenir avant et pendant la mise en œuvre du
projet d’indemnisation et de réinstallation. Ils peuvent être relatifs soient à divers désaccords
par rapport à l’évaluation ou la propriété des parcelles et des biens touchés, soit à l’omission
dans la compensation.

Les mécanismes de traitement des plaintes et des griefs se rapporteront à ces deux types de
désaccords.

10.1 TYPES DE CONFLITS ET MECANISME DE RESOLUTION ACTUELS

Les conflits fonciers sont les conflits les plus courants dans les villages. Ils sont généralement de
deux ordres :
- les conflits intra-villages, très récurrents, opposent les membres d’une même famille ou
de familles différentes au sein du village ; il s’agit :
o des disputes pour l’acquisition des parcelles de terres destinées à l’agriculture
(celles-ci surviennent généralement en période de culture) ;
o des disputes pour l’acquisition des parcelles destinées à la construction des
maisons ;
o des conflits entre agriculteurs et éleveurs du fait de la destruction des cultures
par les animaux domestiques en divagation ;

Dans la résolution des conflits fonciers intra-villages, les protagonistes font recours au chef du
village qui les invite, en concertation avec ses notables, à une compréhension mutuelle et à
trouver un terrain d’entente en délimitant les parcelles litigeuses et en exhortant les détenteurs
de bêtes de les sécuriser dans les enclos. Même quand l’une des parties fait recours au Sous-
préfet, ce dernier revient vers le chef du village pour trancher le litige. En cas de non résolution
du problème par les autorités traditionnelles et administratives, les protagonistes font recours
aux autorités judiciaires.

10.2 TYPES DE PLAINTES ET GRIEFS PROBABLES

Dans la pratique, les types de plaintes et de griefs susceptibles de survenir pendant la mise en
œuvre du projet d’indemnisation et de recasement peuvent concerner les situations suivantes :
- Omission dans la compensation, du fait par exemple, de l’absence des personnes
affectées lors des enquêtes et lors des opérations d’identification ;
- Erreurs dans l’identification et l’évaluation des biens ;
- Désaccord sur les limites de parcelles, soit entre la personne affectée et l’agence
d’expropriation, ou entre deux voisins ;
- Conflit sur la propriété d’un bien (deux personnes affectées, ou plus, déclarent être le
propriétaire d’un certain bien). Ce problème peut apparaître dans ce cas avec des
titres de propriété anciens et pas actualisés ;
- Désaccord sur l’évaluation d’une parcelle ou d’un autre bien ;
- Successions, divorces et autres problèmes familiaux, ayant pour résultat des conflits
entre héritiers ou membres d’une même famille, sur la propriété ou sur les parts de
propriété d’un bien donné ;
- Désaccord sur les mesures de recasement, par exemple sur l’emplacement du site de
recasement, sur le type d’habitat proposé ou sur les caractéristiques de la parcelle de
recasement.

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 106 sur 159

10.3 MECANISME DE GESTION DES CONFLITS DANS LE CADRE DU PROJET

10.3.1. CAS DE DESACCORD DANS L’INDEMNISATION

Le système de réparation des préjudices peut se faire en plusieurs étapes à savoir : une
procédure informelle, le système administratif et la voie judicaire. Pour des raisons d’efficacité,
il est toujours souhaitable de résoudre tout problème au niveau le plus local et à l’amiable.
Ainsi, de nombreux litiges peuvent être résolus par :
- des explications supplémentaires (par exemple, expliquer en détail comment la CCE
a calculé l’indemnité du plaignant et lui montrer que les mêmes règles s’appliquent à
tous) ;
- l’arbitrage, en faisant appel à des anciens ou à des personnes respectées dans la
communauté tout en lui étant extérieure.

Le fait de s’appuyer sur les systèmes locaux de résolution des conflits donne des solutions
durables et efficientes, et évite de rendre les conflits tellement structurés qu’il faille faire appel à
la voie judiciaire. L’annexe 6 présente un formulaire de plaintes.

En matière d’expropriation pour cause d’utilité publique, les personnes dont les biens ont été
expropriés et qui ne sont pas d’accord sur les indemnisations peuvent saisir les tribunaux qui
ont la possibilité de corriger. Cependant le recours aux tribunaux nécessite souvent des délais
longs avant qu’une affaire ne soit traitée ; il peut entraîner des frais importants pour le
plaignant, et nécessite un mécanisme complexe, avec experts et juristes, qui souvent peut
échapper complètement au plaignant et finalement se retourner contre lui.

Pour la catégorie de personnes qui n’ont aucun droit sur les terres qu'elles occupent ou utilisent
et qui perdent des revenus du fait de leur relocalisation, rien n’est prévu pour redresser les
torts. Il est donc judicieux de créer une commission pour régler à l’amiable les torts de cette
catégorie de personnes. De même les tribunaux ne sont pas censés connaître les litiges portant
sur des propriétés non titrées, qui dans le cas de certains projets vont vraisemblablement
constituer la majorité des cas.

Si les personnes affectées ne trouvent pas satisfaction dans les droits proposés pour les
dispositifs de mise en œuvre, elles peuvent également rechercher satisfaction à travers le
Comité local de recasement ou ses responsables désignés. Dans cette optique, la SONATREL
mettra en place un mécanisme extra-judiciaire de traitement des litiges faisant appel à
l’explication et à la médiation par des tiers. Cette procédure démarrera pendant la phase
d’identification.

Chaque personne affectée, tout en conservant la possibilité de recourir à la Justice


camerounaise, pourra faire appel à ce mécanisme qui comprendra deux étapes principales :
- l’enregistrement de la plainte ou du litige ;
- le traitement amiable, faisant appel à des médiateurs indépendants du sous projet
qui est le Comité local de recasement mis en place dans chaque Commune.

10.3.2. ENREGISTREMENT DES PLAINTES

La SONATREL mettra en place au niveau de chaque Commune, un registre des plaintes, tenu
par le Comité local de recasement. L’existence de ce registre et les conditions d’accès (où il est
disponible, quand on peut accéder aux agents chargés d’enregistrer les plaintes, etc.) seront
largement diffusées aux populations affectées lors des consultations publiques et des
campagnes d’information sur le Projet dans chaque Commune. Le registre sera ouvert dès le
lancement des activités de recensement dans la Commune concernée.

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 107 sur 159

10.3.3. INSTANCES DE MEDIATION POUR LA GESTION DES PLAINTES ET DES GRIEFS

Les plaintes et griefs enregistrés lors du processus d’indemnisation et de recasement seront


gérés par la CCE, en collaboration avec le Conseil communal et le Comité local de recasement.
Ces instances devront être prévues dans le montage institutionnel du Projet en général et du
sous projet en particulier. Le rôle de ces trois acteurs sera entre autres d’enregistrer plaintes et
des griefs et de gérer les conflits éventuels.

10.3.4. PROCEDURE DE TRAITEMENT DES PLAINTES ET DES GRIEFS

Une fois la plainte rédigée sous la forme donnée en annexe 6, le plaignant l’adressera à la
Commission de constat et d’évaluation des biens, qui l’enregistrera dans ses dossiers et la
transmettra au Comité local de recasement et à l’Unité de gestion du Projet. Ces derniers
examineront la plainte dont les conclusions pourront aboutir à trois options : le rejet pour cause
non fondée, le réexamen par la CCE pour une révision de l’évaluation, l’avis favorable pour la
prise en compte de l’intéressé.

Après qu’une plainte ou litige ait été enregistrée, la SONATREL préparera les éléments
techniques (par exemple compensation proposée, liste des entretiens ou réunions tenues avec le
plaignant, motif exact du litige, etc.) pour l’instance de médiation concernée (Comité local de
recasement). Le ou les plaignants seront convoqués devant l’instance de médiation concernée,
qui tentera de proposer une solution acceptable pour les deux parties (SONATREL et
plaignant). Le cas échéant, d’autres réunions seront organisées, et l’instance pourra désigner un
de ses membres pour poursuivre l’arbitrage dans un cadre moins formel.

L’accord éventuel sera sanctionné par un protocole signé des parties et dont l’instance de
médiation concernée (Comité local de recasement) se portera garant en signant également. En
tout état de cause, le Comité local de recasement fournira des explications additionnelles aux
intéressés, et quelles que soient les conclusions auxquelles il sera parvenu, il renverra les
requêtes étudiées à la CCE pour finalisation.

10.3.5. COMMISSION DE CONSTAT ET D’EVALUATION DES BIENS

La CCE réexaminera les requêtes sur la base des conclusions du consortium Comité local de
recasement, et pourra pareillement aboutir aux trois types de conclusions (rejet pour cause non
fondée, constat et réévaluation des biens, prise en compte de l’intéressé et évaluation de ses
biens), suivis dans ces derniers cas des compensations aux intéressés.

C’est seulement après le rejet et s’il le souhaite, que le requérant pourra recourir aux voies
judiciaires, dont il faut dire une fois de plus, qu’elles sont coûteuses et au-dessus des moyens de
la plupart des citoyens, surtout des couches vulnérables. Si à ce niveau cependant le plaignant
obtient gain de cause, la CCE s’exécutera pour le constat et l’évaluation de ses biens et les
compensations lui seront alors versées.

10.4 DISPOSITIF PROPOSE ET REGLEMENTATION CAMEROUNAISE DE L’EXPROPRIATION

La réglementation camerounaise en matière d’expropriation pour cause d’utilité publique


prévoit qu’en cas de désaccord d’un exproprié sur l’indemnisation proposée, et ceci
uniquement pour les propriétés titrées, celui-ci saisit le Tribunal de Première Instance du lieu de
situation des biens (Loi n°85/009 du 4 juillet 1985, article 12).

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 108 sur 159

Le dispositif de médiation amiable décrit plus haut n’est pas contradictoire avec cette
disposition légale. En effet, rien n’empêche qu’une première médiation amiable soit tentée, ceci
avant ou après que le Tribunal soit saisi. Dans le cas où un accord amiable est atteint, la
procédure devant le Tribunal est alors arrêtée.

10.5 CAS D’OMISSION DANS LA COMPENSATION

La loi dispose qu’en cas d’omission, les personnes intéressées saisissent le Préfet, le Gouverneur
ou le Ministre chargé des Domaines, selon les règles de compétence de la CCE. Il est proposé
dans le cas du Projet, les CCE départementales.

En vue de concilier cette disposition avec le principe de gestion de proximité et à l’amiable des
conflits, les plaintes seront gérées à deux niveaux. Ainsi deux instances traiteront les cas de
plaintes :
- la CCE mise en place par le MINDCAF ; et
- le Comité local de recasement qui sera mis en place par la SONATREL en collaboration
avec le Président de la CCE (Préfet compétent), et qui travaillera sous le contrôle de cette
dernière.

Le délai de recours auprès de la CCE sera de trois mois, conformément aux règles nationales.

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 109 sur 159

11 MECANISME D’INFORMATION, DE CONSULTATION ET DE


PARTICIPATION DU PUBLIC ET CADRE DE DIFFUSION
Le processus d’information, de consultation et de participation du public est essentiel parce
qu'il constitue l'opportunité pour les personnes potentiellement déplacées de participer à la fois
à la conception et à la mise en œuvre des ouvrages / projets envisagés. Ce processus doit
déclencher dès la phase de formulation du projet et doit toucher toutes les parties prenantes au
processus, et notamment les communautés locales à la base.

11.1 INFORMATION DU PUBLIC

11.1.1. OBJECTIF

L’information du public constituera une préoccupation constante tout au long du processus de


mise en œuvre des actions d’un projet. Elle consistera particulièrement à la mise à disposition
aux parties prenantes des documents liés à la réinstallation involontaire notamment le présent
CPR, les PSR et les PAR.

11.1.2. APPROCHE ET MOYENS

L’information communiquée doit être la plus complète et la culturellement adaptée.


L’information doit porter globalement sur les enjeux du Projet, les missions de la SONATREL,
et en particulier sur le processus de réinstallation, les risques y relatifs, la période des enquêtes
sociales, les dates de démarrage et de fin du processus, les principes de la politique de
réinstallation ainsi que des autres modalités d’intervention du projet.

Elle devra être communiquée suffisamment à l’avance et tout au long de la mise en œuvre du
projet, particulièrement pendant toute la durée de la planification de la réinstallation et à l’étape
des compensations.

Les communautés locales devront être informées bien avant le démarrage des enquêtes sociales
et ce par le consultant chargé d’appuyer la SONATREL dans l’élaboration des PSR et PAR.

Les campagnes d’information devront être menées en utilisant tous les canaux les plus
accessibles aux communautés à la base. Ceux proposés par les acteurs rencontrés et qu’ils jugent
plus appropriés pour atteindre les communautés locales à la base sont les suivants :
- radios communautaires locales ;
- affichage au niveau des chefferies, des communes, des sous-préfectures, les lieux de
cultes (églises, mosquées) ;
- crieurs publics ;

Les canaux pour atteindre les acteurs institutionnels sont les suivants :
- sites Web de la SONATREL et du MINEE ;
- site Infoshop de la Banque mondiale.

11.1.3. PARTIES PRENANTES A INFORMER

Les différentes parties prenantes à informer sont celles engagées dans le processus de la
réinstallation notamment les membres des différentes CCE, les communautés locales, les
exécutifs communaux, les organisations d’appui local, les entreprises locales, les organisations
non gouvernementales intervenant dans les zones affectées.

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 110 sur 159

11.1.4. RESPONSABILITE

L’information relève de tous les acteurs et plus précisément de l’Expert Social du Projet, des
consultants chargés des diverses études envisagées (CPR, PSR, PAR), des organismes d’appui
local.

11.2 CONSULTATION DU PUBLIC

11.2.1. OBJECTIF

La consultation des parties affectées permettra afin qu’elles soient effectivement impliquées et
puissent prendre une part active, en émettant leurs avis et en faisant connaître leurs besoins et
préférences, de manière à assurer les meilleures chances de succès au processus. Il est nécessaire
de prendre suffisamment de temps pour consulter tous les acteurs concernés.

La consultation des personnes et communautés affectées est une exigence commune à la


réglementation camerounaise et de l’OP 4.12. La consultation du public est essentielle parce
qu'elle apporte aux personnes potentiellement touchées, l'opportunité de participer à la fois à la
conception et à la mise en œuvre du processus de réinstallation.

Le texte camerounais sur l’expropriation dispose que les personnes concernées doivent être
consultées au moment des enquêtes. L’OP 4.12 dans son alinéa 2b stipule que les populations
devront être consultées de manière constructive et avoir la possibilité de participer à la
planification et à la mise en œuvre des programmes de réinstallation.

11.2.2. APPROCHE ET MOYENS

Selon le type d’opération, la consultation publique devra se faire sous forme de réunions, de
demandes de propositions/commentaires écrits, de remplissage de questionnaires et de
formulaires, de conférences publiques et d’explication des idées et besoins du sous projet, etc.
Les documents devront être disponibles au niveau des villages et des communes, et prendre en
compte le niveau d’alphabétisation des communautés et personnes affectées.

Les communautés et personnes affectées devront avoir une vraie possibilité de participer dans
les sessions de consultation et de donner leurs opinions, de poser les questions et les craintes
bien avant d’être réinstallées.

L’ensemble des parties prenantes concernées seront consultées lors de l’élaboration des
PSR/PAR pendant lesquelles l’occasion leur sera donnée de s’exprimer sur leur situation, leurs
craintes, doléances et attentes.

Les communautés et personnes affectées seront consultées sur :


‐ les données permettant de les identifier, d’inventorier et d’évaluer leurs biens ;
‐ le choix du site de recasement ;
‐ les possibilités de mise à disposition des terrains de recasement ;
‐ les avis sur les options d’assistance ;
‐ leur avis sur les instruments de réinstallation élaborés (PSR/PAR).

En outre, le projet tiendra particulièrement compte du sentiment de méfiance qui habite les
communautés locales. Il faudrait dans cette optique choisir minutieusement les représentants
des villages et revoir constamment la stratégie de consultation. Un moyen d’y parvenir serait
par exemple d’établir un système de rotation au sein du groupe des représentants des villages

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 111 sur 159

afin d’assurer une bonne représentativité des populations, en prenant en compte les femmes et
les personnes démunies. Ces types de mesures permettront de dissiper le sentiment que seules
seront consultées, et par conséquent indemnisées, les personnes détenant un certain pouvoir. En
outre, un cadre d’échanges inter-générations et inter-sexes, conforme à la culture locale devra
être mis en place lors des consultations publiques.

11.2.3. PARTIES PRENANTES A CONSULTER

C’est en respect de ces dispositions nationales et de la Banque mondiale, que les personnes et
communautés affectées seront consultées tout au long du processus de la réinstallation,
notamment avant, pendant et après la réinstallation. Une attention particulière devra être
portée à la consultation des individus, des ménages et communautés potentiellement affectés et
les groupes vulnérables.

11.2.4. RESPONSABILITE

La consultation des parties prenantes sera menée par les mêmes responsables chargés de
l’information du public.

11.3 PARTICIPATION DU PUBLIC

11.3.1. OBJECTIF

La participation du public devra être un processus continu pendant toute la durée de la


planification de la réinstallation. Elle est essentielle parce qu'elle apporte aux personnes
potentiellement touchées, l'opportunité d’être impliquée à la fois à la conception et à la mise en
œuvre des actions de réinstallation.

La dimension genre devra être prise en compte en vue d’assurer la participation effective des
femmes, des jeunes et des vieillards. Ces sous-groupes devront être impliqués dans toute
démarche pour assurer un véritable développement participatif.

11.3.2. APPROCHE ET MOYENS

La stratégie de participation devra mettre l’accent sur les dispositifs d’implication des parties
intéressées et affectées. Les défis à relever portent tant sur les personnes à recaser que sur la
mise en œuvre des activités du programme de réinstallation.

Les mécanismes qui garantissent l’implication effective personnes à recaser dans la mise en
œuvre du projet doivent être clairement définis. La stratégie de participation évoluerait autour
de la provision d'une opportunité complète d'implication.

Selon le type d’opération, tout comme en matière de consultation publique, la participation du


public devra suivre les mêmes canaux (réunions, demandes de propositions/ commentaires
écrits, remplissage de questionnaires et de formulaires, conférences publiques et d’explication
des ouvrages, etc.).

La participation du public devra être marquée dès l’examen social de l’investissement où les
personnes et communautés affectées participeront à l’identification des impacts sociaux négatifs
dudit investissement, à l’identification et aux inventaires des biens touchés et des propriétaires.

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 112 sur 159

Les personnes et communautés affectées devront être impliquées dans le suivi de mise en
œuvre du processus de réinstallation à travers les comités locaux de réinstallation.

11.3.3. PARTIES PRENANTES A CONSULTER

Bien que les structures étatiques soient légalement responsables en matière d’expropriation
pour raison d’utilité publique, les procédures organisationnelles pour la déclaration d’utilité
publique, l’estimation des valeurs, la négociation des indemnisations, et le paiement de
compensation devront faire intervenir les acteurs de la société civile locale.

11.3.4. RESPONSABILITE

Le contrôle du processus participation s’effectuera par l’ensemble des parties prenantes au


processus. La SONATREL veillera particulièrement à l’implication des communautés et
personnes affectées au processus de réinstallation.

Lors des consultations menées en avril et mai 2016, les communautés affectées ont donné ce sur
quoi elles aimeraient participer au projet.

11.4 COMPLEMENTARITE ENTRE L’INFORMATION, LA CONSULTATION ET LA PARTICIPATION DU


PUBLIC

La consultation publique va au-delà d'une simple information des populations afin que celles-ci
puissent faire des observations. Ainsi, elles devront être consultées sur toutes les options de
réinstallation identifiées, elles devront participer à la planification (détermination des modalités
de conception et de conduite de la réinstallation et de la compensation ainsi qu'à la définition
des directives de mise en œuvre), à la mise en œuvre et au suivi de la réinstallation.

11.4.1. SUR LE CPR

L'information et la consultation sur le présent CPR devront être organisées comme suit :
­ Diffusion du CPR provisoire pour commentaires aux institutions concernées au sein des
structures étatiques concernées par le sous projet ;
­ Réunion de présentation du CPR aux institutions concernées ;
­ Communication au consultant par la SONATREL des commentaires de ces institutions
et finalisation du document.

Les consultations des parties prenantes ont eu lieu à ce stade de préparation du CPR dans
toutes 23 communes du projet. Le rapport de consultation et de participation des communautés
donnent les détails sur cette action menée, notamment en termes de comptes-rendus de chaque
rencontre effectuée. Ces consultations ont permis, comme il a été signalé au paragraphe sur la
méthodologie, aux communautés et collectivités à la base, de donner leurs avis sur les impacts
liés à la réinstallation, lesquels ont fait l’objet d’analyse dans le présent document.

Par ailleurs, il est prévu la présentation du CPR lors de la réunion de lancement du Projet.

11.4.2. SUR LES PSR / PAR

Dans le cadre des PSR/PAR, l’application de l’approche participative durant tout le processus
de réinstallation permettra de mettre en premier plan et de considérer l’avis, les intérêts et les
attentes des populations affectées.

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 113 sur 159

Dans cette logique, la consultation publique devra être effectuée pendant toute la durée de
l'exécution du projet. Elle pourra se dérouler pendant la préparation de : (i) l'étude socio-
économique ; (ii) du plan de réinstallation involontaire ; (iii) de l'évaluation de l'impact
environnemental et social ; et (iv) de la négociation de la compensation à verser aux personnes
devant être déplacées (rédaction et lecture du contrat de compensation).

Ces consultations pourront s'appuyer sur plusieurs canaux d'information à savoir : (i) réunions
dont un formulaire en annexe 7 ; (ii) projets radio ; (iii) demandes de propositions
/commentaires écrits ; (iv) remplissage de questionnaires et de formulaires ; (v) conférences
publiques et d'explication des idées et besoins du projet ; (vi) affichage des messages dans les
lieux publics indiqués (Préfecture, Sous-Préfecture, Mairies, chefferies de village ou de quartier,
Lamidats), ou dans tous autres lieux très fréquentés de la localité (églises, mosquées, chapelles,
etc.) ; (vii) communiqués par voie de presse écrite, parlée ou télévisuelle ; (viii) rencontres
organisées dans les villages ou quartiers par les autorités ou les ONG ; (ix) plaintes et requêtes
adressées à la CCE en cas d’insatisfaction.

Les réunions villageoises ou de quartier seront précédées des convocations envoyées aux chefs
pour répercussion aux populations. Les étapes d'information et de consultation porteront sur :
­ Diffusion de la date limite au public lors du démarrage du recensement ;
­ Information initiale au démarrage de la préparation du PSR/PAR ;
­ Information de base sur le sous projet et les impacts éventuels en termes de
réinstallation, et sur les principes d'indemnisation et de réinstallation tels qu'ils sont
présentés dans le présent CPR. Cette étape devrait prendre la forme d'une réunion
publique pour chaque composante donnant lieu à la préparation d'un PSR/PAR ;
­ Enquêtes socio-économiques participatives ;
­ Consultation sur le PSR/PAR provisoire : Une fois que le document est disponible sous
forme provisoire, il sera discuté avec les autorités locales et les représentants de la
population selon des formes à examiner au cas par cas (réunion publique, mise en place
d'un comité local, etc.).

11.5 DIFFUSION

Le CPR ainsi que les PSR et PAR passeront par un processus de consultation restreinte auprès
de toutes les parties prenantes du processus de réinstallation. Ces documents seront diffusés
par la SONATREL dans toutes les zones d’intervention du Projet et par la Banque mondiale sur
Infoshop avant que l’approbation du Projet.

11.6 RESULTATS DE LA MISSION D’INFORMATION ET DES CONSULTATIONS DU PUBLIC MENEES


DANS LE CADRE DU PRESENT CPR

Le rapport de consultation et de participation communautaire présente dans les détails les


résultats des concertations menées avec les diverses parties prenantes. La mission se focalise sur
les craintes et attentes exprimées par les parties rencontrées en matière de réinstallation.

11.6.1. CRAINTES EXPRIMEES PAR LES PARTIES PRENANTES CONSULTEES

Les principales craintes formulées par les populations sont en grande partie liées aux
expériences qu’elles ont vécues avec d’autres projets dans leurs localités respectives. Ainsi, les
populations redoutent :
­ la non-prise en compte des besoins d’électrification des villages traversés par le projet
lors de sa mise en œuvre ;
­ la faible sollicitation des populations locales des villages concernés pendant la phase de
planification des réalisations sociales ;

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 114 sur 159

­ le non-respect des engagements pris dans le cahier de charge ;


­ la non-prise en compte lors de l’évaluation des cultures, de l’effort fourni par les
populations pour transformer la forêt en jachère (pour les terrains non titrés) ;
­ la non prise en compte des requêtes formulées par les populations en cas d’insatisfaction
ou de situation d’abus ;
­ l’augmentation des risques d’accidents mortels en cas notamment d’une chute des câbles
électriques ; avec un risque d’intervention tardive de la part des services compétents ;
­ des atteintes à la santé à cause du passage des lignes électriques près des habitations (ces
des lignes actuelles de la KPDC) ;
­ l’abus des populations affectées en ce qui concerne les indemnisations et la
réinstallation. À ce propos, les communautés ont présenté l’expérience vécue lors de la
construction de la centrale à gaz de Kribi et marquées entre autres par des versements
incomplets des montants des indemnisations, la destruction des champs et cultures des
populations sans aucune indemnisation.
­ la diminution des terres cultivables pour les populations certains villages accueillant
déjà d’autres projets importants ;
­ la perte des terres et des habitats situés dans les emprises des ouvrages ;
­ l’emploi de la force contre les populations si elles venaient à protester contre des
inégalités ou des injustes contre elles ;
­ l’absence de recasement des personnes déplacées involontairement par le projet et la
non prise en compte des mesures d’accompagnement lors de la réinstallation ;
­ la mauvaise gestion du processus d’indemnisation conduisant à la diminution des
montants des indemnisations pour certaines personnes concernées ;
­ la sous-évaluation des coûts d’indemnisation des maisons par la commission
d’évaluation ;
­ la naissance et /ou le renforcement de conflits soit entre villages voisins soit entre les
villages et la SONATREL ;
­ le détournement des fonds alloués à l’indemnisation et au recasement des populations
affectées ;
­ l’absence de recrutement de la main d’œuvre locale pendant les travaux ;
­ l’implication des hommes politiques dans le processus de réinstallation ;
­ le cumul des indemnisations déjà observé dans la localité.
­ la perte des terres (indemniser la population touchée) situées dans les emprises des
lignes électriques et des postes de transformateur. À cet effet, les autorités traditionnelles
proposent que les personnes affectées soient indemnisées ;
­ la non implication de la commune et des autorités traditionnelles ;
­ la naissance de conflits lors de la réinstallation des populations. En effet, les lots sont
redistribués par famille et il peut arriver que certains membres souhaitent se retirer du
groupe de départ pour occuper un espace individuel ce qui peut diviser certaines
familles ;
­ l’occupation de l’emprise des lignes par certaines populations malgré leur
indemnisation. Pour résoudre des conflits susceptibles d’être générés, il serait important
de recourir aux interventions des sous-préfets et des autorités traditionnelles ;
­ l’insuffisance ou l’absence des réunions d’information et de sensibilisation des parties
prenantes sur la phase d’évaluation et d’indemnisation des biens agricoles ;
­ l’absence de suivi des indemnisés notamment sur la réalisation de nouveaux projets
agricoles dans leur site de recasement ;
­ le déplacement des populations sans indemnisation : cela pourrait accentuer les
frustrations et créer un climat instable dans la zone du projet, d’où le slogan
« indemnisation d’abord » avant le début des travaux.

Les propositions apportées pour résoudre les craintes sont les suivantes :

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 115 sur 159

­ organiser les campagnes d’information et de sensibilisation sur le processus de


réinstallation ;
­ prendre en compte le préjudice subi par les personnes affectées ;
­ indemniser la population avant le début des travaux et donner le temps à la population
pour quitter les lieux ;
­ impliquer la commune et les autorités traditionnelles tout au long du processus.

11.6.2. ATTENTES DES PARTIES PRENANTES CONSULTEES

Les parties prenantes rencontrées ont émis les attentes suivantes :


­ procéder au dénombrement des personnes vulnérables dans toutes les zones affectées ;
­ revoir à la hausse la grille de compensation avant l’indemnisation ;
­ prévoir des mesures d’accompagnement (électrification, aménagement de point d’eau
potable, terrassement, construction de salles de classe, etc.) des personnes affectées ;
­ octroyer aux personnes déplacées un titre foncier ;
­ allouer un budget pour les chefs traditionnels et les impliquer effectivement dans le
processus d’indemnisation, notamment en ce qui concerne les phases de sensibilisation ;
­ revoir à la baisse les coûts d’accès à l’énergie électrique (branchement, coût du KWh) et
surtout pour les populations se trouvant dans les zones affectées ;
­ Recruter la main d'œuvre locale pour les travaux de construction et d’entretien des
lignes ;
­ mettre à la disposition des chefferies concernées les cahiers de charge liés aux travaux de
construction et d’entretien des ouvrages. Cette disposition permettra de faciliter le suivi
et une meilleure implication et participation active des populations pendant la
construction et la mise en service des ouvrages, et leur permettra également de faire les
revendications éventuelles pour la prise en compte de leurs intérêts ;
­ création d'un comité local de gestion et de suivi ;
­ indemniser au moins six mois avant le début des travaux et donner au moins un an à la
population pour libérer les lieux ; procéder à l’indemnisation effective des populations
dont les biens seront détruits par le projet.

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 116 sur 159

12 CADRE DE MISE EN ŒUVRE, DE SUIVI – EVALUATION ET DE


RENFORCEMENT DES CAPACITES
Le succès du processus de réinstallation dépend en grande partie des arrangements
institutionnels et des capacités des structures impliquées dans le processus de sa mise en
œuvre.

12.1 RESPONSABILITE DE MISE EN ŒUVRE DU CPR ET DES PSR/PAR

Le CPR sera mis en œuvre par la SONATREL. Les travaux de terrain envisagés seront exécutés
par les différentes CCE mises en place, en collaboration avec les consultants recrutés à cet effet.
Les ONG locales appuieront le processus dans le cadre des actions d’information, de
consultation et de participation des parties prenantes. Les comités locaux de réinstallation
seront mis en place dans chaque commune afin de permettre aux communautés et personnes
affectées de participer au processus de réinstallation. La SONATREL présentera les versions
finales des PSR/PAR à la Banque pour non objection avant le début des travaux.

12.1.1. SONATREL

Le dispositif institutionnel montre que la SONATREL assurera la Maîtrise d’Ouvrage du Projet


et se fera assisté dans la mise en œuvre par un Firme de consultants.

La mission recommande que soit compris dans l’équipe de la Firme un poste d’Expert Social
(ES) du Projet. L’ES sera chargé d’assurer le suivi interne de la mise en œuvre du CPR, ainsi que
des PSR et PAR envisagés.

12.1.2. COMMISSIONS DE CONSTAT ET D’EVALUATION DES BIENS

Les missions de la CCE, ainsi que de chacun de ses membres ont déjà été largement
développées au chapitre relatif au cadre institutionnel.

12.1.3. CONSULTANTS

Les consultants individuels ou bureaux d’études seront recrutés pour élaborer les PSR et les
PAR. La priorité sera accordée aux consultants locaux basés dans les zones d’intervention
concernées. Ils travailleront en étroite collaboration avec l’ES du projet.

12.1.4. ORGANISMES D’APPUI LOCAL

Les OAL interviendront dans les actions d’information, de consultation et de participation du


public. Ils seront chargés de :
- d’informer et de sensibiliser les populations cibles des communes concernées sur les
activités de mise en œuvre des sous-projets et des activités liées aux indemnisations ;
- de suivre la mise en œuvre la réinstallation ;
- d’assister les personnes vulnérables selon les formes prévues par l’OP 4.12 ou toute
autre forme pertinente déterminée par le contexte.

12.1.5. COMITES LOCAUX DE REINSTALLATION

Ces instances auront pour mission d’assurer le suivi l’observation et la veille citoyenne, le
recueil des plaintes, la médiation en cas de conflits, la collecte des réponses et relais vers les

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 117 sur 159

plaignants, la dénonciation en cas de fraude d’inclusion ou d’exclusion, la collecte des


feedbacks, la participation au suivi et à l’évaluation de la satisfaction des bénéficiaires.

Les populations locales fourniront l’information nécessaire au diagnostic social de leur milieu et
à l’évaluation de leurs biens et orienteront par leurs besoins et choix les mesures de
réinstallation dans le cadre des PSR/PAR.

Par ailleurs, elles choisiront et mettront à la disposition du projet des terrains de recasement,
aideront, pour ce qui est du cas particulier des chefs, à l’organisation des réunions
d’information, à la facilitation du processus et la gestion des litiges, et participeront à la
validation des PSR/PAR et au suivi-évaluation de la réinstallation.

12.1.6. BANQUE MONDIALE

La Banque mondiale apportera son appui technique lors de la planification et la mise en œuvre
des PSR/PAR, validera et publiera ceux-ci sur Infoshop.

12.2 CADRE DE SUIVI

12.2.1. OBJECTIFS

Le suivi du processus de réinstallation fera partie intégrante du suivi global du Projet. Il


s’effectuera pendant les différentes phases du processus : préparation, mise en œuvre, post-
réinstallation.

Le suivi traitera particulièrement des aspects suivants :


- suivi social et économique basé sur les éléments essentiels suivants : situation des
déplacés et des réinstallés, évolution du coût du logement dans la zone de déplacement
et dans celle de recasement, apparition de phénomènes de spéculation foncière, état de
l’environnement et de l’hygiène, restauration des moyens d’existence (agriculture,
élevage pastoral, commerce, artisanat, corps de métier, emplois salariés, etc.) ;
- suivi des personnes vulnérables ;
- suivi des aspects techniques basé sur les éléments suivants : supervision et contrôle des
travaux de construction ou d’aménagement des terrains de réinstallation, réception des
composantes techniques des actions de recasement ;
- suivi du mécanisme de traitement des plaintes et conflits tel que défini au chapitre y
relatif ;
- assistance à la restauration des moyens d’existence : agriculture, activités commerciales
ou artisanales, et suivi des mesures d’assistance éventuellement mises en œuvre dans ce
domaine.

Le suivi visera à corriger « en temps réel » le respect des directives données pour la mise en
œuvre du processus de réinstallation pour chaque ouvrage / projet. Le suivi sera une des
activités clés du processus de recasement, et sera utiles pour :
- s’assurer du déroulement effectif du processus conformément à celui prescrit par le
présent cadre ; notamment la conformité de la mise en œuvre de chaque projet /
ouvrage avec les objectifs et méthodes définis dans l’OP 4.12, la réglementation
nationale en matière d’expropriation pour cause d’utilité publique et d’indemnisations,
le CPR et les PSR/PAR ;
- identifier les difficultés rencontrées dans l’ensemble, et celles auxquelles les personnes
affectées seraient éventuellement confrontées afin d’y trouver des solutions ;
- s’assurer que les conditions de vie des personnes et communautés affectées sont
maintenues ou améliorées après le recasement ;

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 118 sur 159

- évaluer les impacts à moyen et long termes de recasement sur les ménages affectés, leurs
moyens de subsistance, leurs revenus et leurs conditions économiques, sur
l’environnement, sur les capacités locales, sur l’habitat, etc.

12.2.2. DEMARCHE

Le suivi devra s’effectuer par l’Expert Social du Projet à travers les visites régulières ou
périodiques sur les sites de déplacement et de recasement, la participation aux réunions
organisées avec les communautés locales, les observations directes, les entretiens avec les
parties prenantes concernées et même avec les témoins.

Tous les aspects du processus seront passés en revue, notamment le respect des principes et les
conditions de vie des personnes et communautés affectées (conditions d’hébergement, situation
familiale, activités, relations avec les communautés hôtes, etc.).

La valeur initiale des indicateurs de suivi devra être établie à partir des enquêtes socio-
économiques incluses dans le recensement des personnes affectées. Ces enquêtes socio-
économiques devront être répétées une fois par an sur un échantillon de 30% à 50% des
ménages déplacés. Comme indiqué au paragraphe traitant des personnes vulnérables, celles-ci
feront l’objet d’un suivi social spécifique.

Un rapport mensuel, semestriel et annuel de suivi des actions de recasement sera préparé par
l’ES du Projet, et soumis pour approbation à la SONATREL, puis à la Banque mondiale pour
information.

Ces rapports permettront de relever entre autres si les compensations / indemnisations ont été
versées conformément aux prévisions de chaque PSR/PAR, et si ces compensations ont été
utilisées à bon escient et contribuent à améliorer effectivement la qualité de vie des personnes et
communautés affectées.

12.2.3. INDICATEURS

Les indicateurs de suivi sont de trois ordres : informatifs, sociaux et économiques (tableau 15).
D’autres indicateurs pertinents pourront être identifiés et intégrés à la liste ci-après en fonction
de la situation particulière de chaque commune concernée et des conditions de réinstallation.

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 119 sur 159

Tableau 15: Quelques indicateurs de suivi

Indicateurs Actions à mener

Information et consultation des - Nombre de dépliants / affiches produits et diffusés sur le sous projet
personnes et communautés - Nombre de réunions organisées et niveaux de participation des
affectées populations (selon la structure des genres)

- Nombre de ménages et personnes affectés


- Nombre de ménages et personnes physiquement déplacés
- Nombre de ménages et personnes réinstallés
- Nombre de personnes vulnérables recensées, déplacées, consultées,
compensées/assistées/ réinstallées
- Situation d’hygiène et de salubrité dans les sites de recasement
- Nombre de cas de maladies liées au déplacement enregistrés
- Nombre de maisons détruites et nombre de maisons construites
Indicateurs sociaux
- Nombre de plaintes et réclamations enregistrées avant le déplacement,
nombre de cas traités, nombre de requêtes satisfaites
- Nombre de plaintes et réclamations enregistrées après le déplacement,
nombre de cas traités, nombre de requêtes satisfaites
- Nombre de ménages compensés par type de compensation
- Nombre d’infrastructures socio-collectives détruites, nombre construites
- Nombre des personnes réinstallées ayant accès aux services sociaux de
base (écoles, centres de santé, eau potable, électricité, etc.)
- Superficie des terres acquises pour les ouvrages et superficie des terres de
recasement
- Structure des activités des déplacés après la réinstallation
- Revenus moyens des ménages avant et après la réinstallation (avec
valorisation de l’autoconsommation)
- Structure des dépenses des ménages réinstallés
- Nombre de jeunes en situation de chômage avant et après le recasement
- Nombre d’enfants scolarisés avant et après le recasement
- Nombre d’infrastructures économiques (marchés, routes, etc.) détruites,
nombre construites
Indicateurs économiques
- Type et nombre de cultures et arbres cultivés détruits, nombre et types
replantés
- Rendements et productions agricoles, pastorales et halieutiques
- Nombre de personnes vulnérables ayant changé leur statut d’occupation
- Revenus des personnes et ménages affectés et leur évolution (avant et
après la réinstallation)
- Classification des bâtiments (potto potto, brique de terres, dur, semi dur,
planche, etc.) sur les sites de recasement
- Montant total des compensations effectivement payées
- Pourcentage de réalisation du budget des compensations prévu

12.2.4. RESPONSABILITES

L’activité de suivi du processus de réinstallation involontaire s’effectuera de manière


participative par tous les acteurs tant au niveau communal (Comités locaux de réinstallation),
départemental (Délégations départementales du MINEE), régional (Délégations régionales du
MINEE), que national (ES), et même au niveau de la Banque mondiale.

 Au niveau communal

Le suivi incombera aux Comités locaux de suivi de la réinstallation. Chaque comité qui
représente les communautés affectées assurera le suivi de toutes les activités décrites dans le
processus et s’assurera que le processus de la réinstallation se déroulent conformément aux
principes définis dans le présent CPR et dans les PSR/PAR.

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 120 sur 159

Chaque Comité organisera son travail selon le contexte, mais de manière à respecter les
séquences et à s’assurer que la réinstallation se fasse au mieux des intérêts des personnes et
communautés affectées. Chaque Comité produira un rapport de suivi mensuel à l’attention de
la SONATREL, en relation avec toutes les séquences du calendrier. Les rapports à produire
contiendront l’ensemble des informations sur les divers indicateurs proposés au tableau 15. Ces
rapports seront soumis à la CCE.

 Au niveau départemental et régional

Les délégations départementales et régionales du MINEE assureront le suivi du processus sur le


terrain, en collaboration avec l’ES du Projet. Ils effectueront des visites ponctuelles pour croiser
les informations contenues dans les rapports de suivi des comités locaux de réinstallation et
apporteront éventuellement des amendements nécessaires en fonction des situations relevées.

Les responsables produiront un rapport mensuel de suivi de la réinstallation et dont les


résultats apparaîtront clairement dans le rapport de suivi mensuel de l’ES du Projet.

 Au niveau national

L’ES du Projet effectuera des descentes sur les différents sites des ouvrages. Il organisera ses
missions de suivi par ouvrages et par réseau (RIS / RIN / RIE). Ces missions se dérouleront
une fois par mois dans le site où l’opération est active.

L’ES dressera un rapport de suivi mensuel qu’il soumettra à la SONATREL pour approbation et
à la Banque mondiale pour information.

 Banque mondiale

La Banque mondiale en tant que institution financière du Projet, organisera à travers son Unité
de Développement Social, une mission de supervision chaque trimestre afin de déterminer la
conformité du processus de réinstallation avec l’OP 4.12 et les recommandations du présent
CPR, des PSR et des PAR envisagés.

La Banque mondiale recommandera à la suite de ses missions de supervision et de l’examen des


outils élaborés, et en cas de nécessité, des mesures correctives. Pour ce faire, les PSR et PAR
devront être mis à la disposition de l’Unité de Développement Social aussitôt qu’ils sont
validés.

12.2.5. COUT

Le coût de suivi du processus s’élève à 55 000 000 de francs CFA, non compris le suivi assuré
par l’ES du Projet dont la prise en charge rentre dans ses frais généraux de son fonctionnement.

12.3 CADRE DE L’EVALUATION

Une fois l’opération de recasement enclenchée, la SONATREL commettra deux missions


d’évaluation du processus dont : (i) une évaluation à mi-parcours notamment à la fin du
processus d’expropriation ; et (ii) une évaluation ex-post soit un an après la fin des opérations
de recasement.

13.2.1. OBJECTIFS

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 121 sur 159

L’évaluation à mi-parcours et ex-post visera à vérifier si les objectifs généraux de la politique de


recasement ont été respectés et à tirer les enseignements de l’opération afin d’ajuster les
stratégies de mise en œuvre dans une perspective à long terme. Pour cela, il s’agira de :
- évaluer globalement la conformité de l’exécution du Projet avec les objectifs et méthodes
précisés dans le présent CPR, les PSR et les PAR ;
- s’assurer que les PSR/PAR ont été élaborés en conformité avec le présent CPR ;
- évaluer les procédures mises en œuvre pour les indemnisations, le déplacement et le
recasement ;
- évaluer l’adéquation des indemnisations et des mesures de recasement par rapport aux
pertes subies ;
- vérifier que les compensations ont effectivement été allouées aux personnes affectées,
dans les délais impartis, et que les conditions de vie des bénéficiaires ont été améliorées,
ou tout au moins maintenues au niveau d’avant la mise en place des ouvrages ;
- évaluer l’impact du programme de recasement sur les revenus, les niveaux de vie et les
moyens d’existence, en particulier par rapport à l’exigence de l’OP 4.12 sur le maintien
des niveaux de vie à leur niveau précédent ;
- évaluer les actions correctives à prendre éventuellement dans le cadre du suivi ;
- évaluer les modifications à apporter aux stratégies et méthodes utilisées pour le
recasement.

13.2.2. PROCESSUS

L’évaluation sera entreprise en deux temps immédiatement après l’achèvement des opérations
de recasement ; puis un an après l’achèvement des opérations de recasement. Si l’évaluation
conclut que les objectifs n’ont pas été pleinement atteints, la SONATREL proposera des mesures
correctives subséquentes.

Chaque évaluation prendra en compte les indicateurs des données de référence obtenues des
enquêtes socio-économiques initiales et ceux du suivi de la réinstallation.

L’évaluation utilisera les documents issus du suivi interne, et en supplément, l’évaluateur


procédera à ses propres analyses de terrain par des enquêtes auprès des intervenants et des
personnes et communautés affectées.

Les documents de référence devant servir à l’évaluation seront les suivants : (i) le présent CPR ;
(ii) le cadre juridique camerounais tel que décrit dans le présent document ; (iii) la politique 4.12
de la Banque mondiale sur la réinstallation involontaire ; (iv) les PSR et PAR préparés dans le
cadre de chaque ouvrage.

Le rapport de chacune des évaluations sera soumis pour validation à la SONATREL et à la


Banque mondiale.

13.2.3. INDICATEURS

Outre les indicateurs de suivi définis plus haut, l’évaluation globale fera également ressortir
entre autres le nombre de PSR/PAR élaborés, le nombre de personnes consultées, le niveau de
réalisation du budget de la réinstallation.

13.2.4. RESPONSABILITES

Chacune des évaluations du processus de recasement du projet sera réalisée par un Consultant
extérieur de préférence un Consultant Individuel de nationalité camerounaise, qui dispose
d’une expérience avérée en matière de réinstallation involontaire.

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 122 sur 159

13.2.5. COUT

Le coût de l’évaluation s’élève à 20 000 000 francs CFA dont 10 000 000 francs CFA pour
l’évaluation à mi-parcours et 10 000 000 de francs CFA pour l’évaluation ex-post. Ces coûts
intègrent les charges liées aux investigations sur le terrain et aux honoraires du consultant
chargé de l’évaluation.

12.4 RENFORCEMENT DES CAPACITES

12.4.1. OBJECTIF

Le renforcement des capacités visera à donner à tous les acteurs impliqués dans le processus de
réinstallation une bonne compréhension des enjeux et mécanismes de la réinstallation, et à
assurer une plus grande chance de succès de ce processus.

12.4.2. APPROCHE

Trois sessions de formation seront organisées sur la question de la réinstallation à l’intention de


tous les acteurs impliquées, dont une pour le RIN, une pour le RIS et une pour le RIE.

Le contenu des formations devront porter entre autres sur les objectifs, les principes, les
modalités de mise en œuvre des plans de réinstallation, avec un accent particulier sur
l’éligibilité à la compensation, la nature des compensations, la réinstallation et le processus de
réclamation et de plainte.

12.4.3. BENEFICIAIRES

Les différents acteurs impliqués dans le processus de réinstallation seront les principaux
bénéficiaires des formations notamment les responsables de la SONATREL chargés du Projet,
les responsables du MINEE, les membres des différentes CCE départementales, les membres
des Comités locaux de réinstallation, les représentants des organisations locales de
développement.

12.4.4. RESPONSABILITE

Le renforcement des capacités sera assuré par des consultants recrutés à cet effet. Ils
travailleront sur les thématiques en étroite collaboration avec l’ES du Projet. Ainsi, un
consultant individuel sera recruté pour chaque session, soit trois au total.

12.4.5. COUT

Le coût de renforcement des capacités s’élève à 60 000 000 de francs CFA à raison de 20 000 000
francs CFA par session. Le coût de chaque session intègre les honoraires du consultant et les
frais de la logistique liée à l’organisation.

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 123 sur 159

13 BUDGET ET FINANCEMENT DE MISE EN ŒUVRE DU CPR ET


PLANIFICATION DE MISE EN ŒUVRE

13.1 ESTIMATION DU COUT GLOBAL DE LA REINSTALLATION

Au stade actuel de formulation du projet, il n'est pas possible d'avoir le nombre exact de
personnes qui seront effectivement affectées. Par conséquent, l'estimation avec précision du
coût global de la réinstallation et de la compensation sera déterminée essentiellement lorsque
l'ensemble des sous-composantes de chaque ouvrage ou projet sera effectivement connue.
L'évaluation de ces montants sera rendue possible dès que les délimitations exactes des
emprises seront réalisées. Une fois ces informations obtenues, les PSR/PAR devront être
élaborés et les informations sur chaque personne éligible recueillies.

L'évaluation prendra en compte l'optimisation du tracé qui permettra de réduire


considérablement le nombre d'habitations touchées. Toutefois, elle tiendra compte des
possibilités d’augmentation du nombre d'habitations qui pourraient être construites entre la
date de l'inventaire et la date où seront réalisés le recensement et l'étude socio-économique
détaillée. Cette augmentation sera fixée de façon empirique sur la base des observations faites
de la dynamique des chantiers de construction d'habitations dans sur les différents sites des
ouvrages (lignes et postes). Il faudra s’attendre à un pourcentage d'augmentation plus
importante en zone urbaine et sub-urbaine quand zone rurale.

13.2 BUDGET DE MISE EN ŒUVRE DU CPR

L’évaluation du budget à affecter à la réinstallation involontaire est difficile à évaluer avec


précision au stade actuel de formulation du projet. En effet, le nombre de déplacés et les
niveaux de compensation à verser ne sont pas encore connus avec précision, eu égard au fait
que certains ouvrages ou projets n’ont pas encore de précision sur les dimensions (longueur et
superficie). Cette évaluation tient compte de la densité d’occupation des terrains requis pour
chaque ouvrage, du nombre de personnes et communautés affectées, du nombre de biens
touchés, etc. Pour ces raisons, les budgets liés à la réinstallation involontaire pour chaque
ouvrage seront plus affinés dans les différents PSR/PAR envisagés.

Le tableau 16 donne les orientations sur le budget de mise en œuvre du CPR et de réalisation
des PSR/PAR envisagés.

Le budget prévisionnel de la réinstallation s’élève à 1 430 000 000 (Un Milliard Quatre Cent
Trente millions) francs CFA, soit environ 2 200 000 dollars US10. Il s’agit d’un budget révisable
en fonction de l’ampleur et du type de déplacement et de réinstallation (temporaire ou
définitif).

10 1 francs CFA pris à 650 dollars US

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 124 sur 159

Tableau 16 : Budget estimatif de mise en œuvre du CPR et de réalisation des PSR/PAR

Coût estimatif
Action Rubrique Observations
Coût unitaire Quantité Coût total
Les fonctions des
membres des CCE sont
gratuites.

Toutefois, il peut en cas


de disponibilités
Mise en place et
budgétaires être alloué
fonctionnement
aux intéressés une
des CCE
indemnité de session fixée
Commissions de / Départeme PM
par Arrêté du Ministre
constat et ntales
chargé des domaines.
d’évaluation des
biens (CCE)
Les frais de
fonctionnement de
chaque CCE sont inscrits
dans le budget du
Ministère chargé des
domaines.
La fourniture et la pose
des bornes et des
panneaux sont à la charge
Pose des bornes du service ou de
Ouvrages
Mise en et des panneaux l'organisme demandeur
100 000 000 ou projets 100 000 000
œuvre sont à la charge (Article 8 du Décret
concernés
du service n°87/1872 du 18
décembre 1987 portant
application de la loi 85/9
du 4 juillet 1985).
Coût des investigations
Élaboration des terrain
300 000 000 Forfait 300 000 000
PSR / PAR Honoraires des
consultants
Il n’y aura compensation
que s’il y a effectivement
Ouvrages destruction ou perte des
Compensation
PM ou projets PM biens.
des biens
concernés
Le coût sera estimé dans
les PSR/PAR
Il n’y aura assistance que
Assistance à la s’il y a effectivement
300 000 000 Forfait 300 000 000
réinstallation destruction ou perte des
biens.
Viabilisation des Il n’y aura viabilisation
sites éventuels 60 000 000 Forfait 60 000 000 que s’il y a effectivement
de recasement recasement.
Suivi du
processus de Coût pris en charge dans
Dans les 04
Suivi réinstallation / PM les frais généraux de
régions
par l’ES du l’Expert Social (cf. CGES)
projet

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 125 sur 159

Suivi du Bien que cette action


processus de rentre dans la mission
réinstallation régalienne des services
par les 4 000 000 10 régions 40 000 000 déconcentrés du MINEE,
responsables il sera judicieux de
régionaux du prendre en charge
MINEE quelques frais de suivi,
Suivi du afin d’assurer le suivi
processus de effectif sur le terrain.
réinstallation Ceux-ci sont parfois
par les 20 000 000 10 régions 200 000 000 limités par les moyens de
responsables fonctionnement mis à leur
départementaux disposition par leur
du MINEE administration centrale
Suivi du
processus de Ce coût devra être pris en
réinstallation charge par le projet pour
20 000 000 10 régions 200 000 000
par les Comités s’assurer du dynamisme
locaux de de ces comités
réinstallation
02
évaluation
s dont 01 à
la fin du
Évaluation de la Coût des investigations
Évaluation 20 000 000 processus 40 000 000
réinstallation Honoraires du consultant
d’expropri
ation et 01
à la fin du
projet
Renforcement Renforcement des
des capacités 3 ateliers capacités sur le processus
des instances de de réinstallation.
impliquées formations Ce coût prend en compte
Renforcement
SONATREL, 20 000 000 dont 1 60 000 000 les honoraires du
des capacités
CCE, MINEE, pour le RIS consultant et les frais de
Comités locaux et 1 pour le la logistique liée à
de réinstallation, RIN l’organisation des 2
ONG) ateliers de formation

TOTAL 1 300 000 000

Imprévus (10%) 0,10 1 300 000

TOTAL GENERAL 1 430 000 000

13.3 SOURCE DE FINANCEMENT

Selon le texte sur l’expropriation pour cause d’utilité publique, les indemnités d’expropriation
sont supportées par les personnes morales de droit public bénéficiaire de l’opération ayant
sollicité l’expropriation. Il s’agit de la SONATREL dans le cas du Projet.

Le respect de cette disposition pourrait constituer une contrainte pour la mise en œuvre des
ouvrages ou projets concernés ; d’où la nécessité pour la SONATREL de s’assurer de la
disponibilité des fonds liés à la réinstallation, avant le démarrage de toutes actions sur le
terrain. Par conséquent, la mission recommande que le budget détaillé pour la mise en œuvre
des Plans de Réinstallation des différents ouvrages / projets fasse partie intégrante du coût

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 126 sur 159

global du Projet et que les coûts liés à la réinstallation soient directement couverts par le prêt.
Ce budget sera à définir lors de l’élaboration des PSR/PAR, et accepté par la SONATREL et la
Banque mondiale.

13.4 PROCEDURES DE PAIEMENT DES INDEMNISATIONS

Plusieurs types de compensation sont prévus :


- En espèces : dans ce cas la compensation sera calculée et payée en monnaie nationale.
Pour une juste évaluation, les taux seront ajustés pour prendre en compte de l'inflation
et couvrir le prix de remplacement du bien affecté.
- En nature : la compensation peut inclure des éléments tels que la terre, les maisons ou
autres structures, les matériaux de construction, les plants, les intrants agricoles, etc.
- Sous forme d’appui : il s'agira de l'assistance qui peut inclure une allocation de
délocalisation, de déménagement, de transport, d'encadrement ou de travail et qui
s'ajoute éventuellement aux deux autres.

Mais, dans la pratique, la compensation combine souvent les trois formes. Dans le cadre du
Projet, elle devra se partiellement en nature et partiellement en espèces, et en même temps avec
un bénéfice d'appui. Une attention particulière devra être toujours accordée aux groupes
vulnérables.

Les textes ne prévoient pas de procédures particulières de paiement des indemnisations en


espèces. Mais les usages en cours veulent que les chèques soient remis aux intéressés par le
Préfet, Président de la CCE. Cette remise devrait se faire contre décharge, en présence de deux
représentants de chaque comité de réinstallation.

La procédure de paiement des indemnisations devra s’effectuer par voie de compagnie de


transfert d’argent comme Express Union ou Express Exchange ; ce qui permettra une meilleure
traçabilité des sommes versés aux bénéficiaires ; ce qui satisfera également la crainte des
communautés rencontrées quant aux représailles (sorcellerie ou agression) et scènes de jalousie
éventuelles pouvant subir les bénéficiaires, et qui pourrait être à l’origine du détournement de
l’argent perçu de sa mission principale qu’est le remplacement des biens perdus.

Pendant les consultations publiques, les communautés rencontrées proposent que, par peur de
représailles au sein de la communauté, les paiements des indemnisations individuels se fassent
contre chèque à remettre discrètement aux bénéficiaires en présence du Sous-préfet et Chef du
village. Quant aux biens communautaires, elles proposent le remplacement du bien touché par
un autre de même nature.

13.5 CALENDRIER DE MISE EN ŒUVRE DU PROCESSUS DE REINSTALLATION INVOLONTAIRE

La mission propose que la mise en œuvre des principales séquences du processus de


réinstallation involontaire s’effectue sur 20 mois soit 1 an 8 mois (tableaux 17 et 18).

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 127 sur 159

Tableau 17: Planification du processus de réinstallation pendant la mise en œuvre du Projet

Durée du projet
Action
1 2 3 4 5
Mise en place des CCE
Élaboration des PSR/PAR
Identification des sites de recasement
Paiement des indemnisations des personnes et communautés affectées
Viabilisation des sites de recasement
Expropriation
Suivi du processus
Évaluation du processus (mi-parcours et finale)

Tableau 18: Planification du processus de réinstallation sur 20 mois

Actions Durée du processus de réinstallation (mois)


1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24
Informations
des parties
prenantes :
Lancement du
processus
Mise en place
des CCE :
Arrêtés de
création
Évaluation des
frais de
fonctionnement
des CCE
Mise à
disposition des
frais de
fonctionnement
des CCE
Élaboration des
PSR/PAR
Identification
des sites de
recasement
Viabilisation
des sites de
recasement
Paiement des
indemnisations
des personnes
et
communautés
affectées
Expropriation
Suivi du
processus
Évaluation à
mi-parcours

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 128 sur 159

ANNEXES

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 129 sur 159

ANNEXE 1 : TERMES DE RÉFÉRENCE DE L’ÉLABORATION DU CPR DE LA


COMPOSANTE BIRD DU PROJET

Pour les travaux non identifiés au moment de la phase d’évaluation des projets et qui nécessitent la réinstallation
involontaire ou pourrait avoir un impact négatif sur les moyens de subsistance, une évaluation sociale de l'impact
potentiel des activités du projet sur les personnes affectées par le projet, les mesures pour éviter ou atténuer ces
impacts et des conseils sur la façon dont les impacts négatifs seront abordés dans un Plan de Réinstallation sera
présenté en un Cadre de Politique de Réinstallation (CPR) et présenté à la Banque pour non-objection avant
l’évaluation du projet. Le CPR sera utilisé pour l’agence d’exécution et ses contractants dans l’exécution
d’investissements dans des ouvrages de transport d’électricité au Cameroun pour gérer les impacts et assurer la
conformité avec les politiques opérationnelles de la Banque.

Le CPR devra prendre en compte les directives nationales pertinentes, ainsi que celles en vigueur à la Banque
Mondiale. Le CPR devra résulter d’une comparaison entre la règlementation environnementale et sociale en vigueur
au Cameroun et des directives pertinentes de la Banque Mondiale. Le Consultant devra également suggérer des
palliatifs visant à éviter ou réduire les impacts négatifs sur les Personnes Affectées par le Projet (PAP).

1. Objectif du CPR

Le Cadre de Politique de Réinstallation (CPR) est conçu comme étant un mécanisme de identifier les impacts
potentielles des activités financé pour le projet quand les emplacements exacts de ces activités sont inconnus avant
l’évaluation du projet. En outre, le CPR définit le cadre logique pour l’élaboration de mesures socioéconomiques
viables visant à empêcher, minimiser voire atténuer les impacts négatifs potentiels de la mise en œuvre des activités
préconisées sur les populations ciblées que celles déjà présentes sur sites de réinstallation.

Le CPR préparé par le Consultant permettra d’établir, une fois les localisations physiques des sites connues, et
préalablement à toutes activité physique de réinstallation, qu’une analyse soit conduite et qu’un Plan d’Action abrégé
ou complet de Réinstallation (PAR) des PAP soit mis en œuvre afin de déterminer les impacts positifs et/ou négatifs
des interventions proposées. Ainsi, en principe, l’élaboration d’un PAR (complet ou abrégé) afin prendre en compte
les cas spécifiques de personnes directement et/ou indirectement affectées, est consécutif de l’élaboration du CPR.
Lorsque moins de 200 personnes sont à déplacer dans le cadre d’un projet, la PO 4.12 de la Banque requiert la
préparation d’un PAR abréger de ces personnes affectées. Lorsque plus de 200 personnes sont déplacées, elle
demande à l’Emprunteur de préparer un PAR détaillé. Tant le Cadre et le Plan doivent être préparés avec la
participation pleine et effective des personnes affectées.

La législation actuelle du Cameroun garantit des droits égaux pour les femmes et les hommes à acheter, utiliser et
hériter de la terre. Cependant, le droit coutumier, en particulier dans les zones rurales, sont encore en limitant les
droits des femmes à la propriété ou la possession de biens fonciers et non fonciers. En outre les traditions locales et
les pratiques discriminatoires peuvent avoir un impact négatif sur les femmes, en particulier à recevoir des
traitements égaux en ce qui concerne la rémunération, titres de propriété foncière et d'autres mesures de
réinstallation. L'évaluation sociale va donc intégrer une perspective genre spécifique afin de veiller à ce que les
hommes et les femmes affectées reçoivent des traitements égaux en ce qui concerne les mesures de réinstallation et
d'indemnisation et qu'une stratégie appropriée pour soutenir ces efforts est le plan depuis le début.
Le Consultant devra définir le CPR en conformité avec les politiques et lignes directrices de sauvegarde sociale du
Cameroun et de la Banque Mondiale (P.O 4.12). Le cadre et le contenu de base du CPR et PAR peuvent être trouvées
dans l'annexe A de la PO 4.12.

Les politiques opérationnelles de la Banque mondiale, suggèrent que le Cadre et le Plan obéissent impérativement
tant à la législation nationale en vigueur en Cameroun (en matière d’acquisition de terre et de compensation des
moyens de subsistance affectées par une activité de développement) aux principes directeurs de la PO 4.12 de la
Banque Mondiale. Seulement, en cas d’écart de jugement entre les deux politiques, la PO 4.12 s’applique de facto car
son statut juridique relève des conventions internationales dont la Cameroun est signataire. Le Consultant devra
également proposer des voies et moyens idoines pour combler l’écart tout en respectant les principes et procédures
de la PO 4.12.
- Réglementation de la République du Cameroun et Institutions correspondantes ;
- OP 4.12 de la Banque mondiale ;
- Comparaison entre les exigences de la République de Cameroun et de la Banque mondiale et comblement
des écarts.

2. Documents à consulter

Le consultant travaillera sous la direction du Client, des agences d’exécution et autres institutions pertinentes qui
mettront à sa disposition tous les documents pertinents relatifs au projet et aux directives de la Banque Mondiale,

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 130 sur 159

ainsi que toutes autres informations jugées nécessaires à la réalisation de la mission du consultant. Le Consultant
devra identifier et passer en revue les règlements et les directives qui régiront la conduite du CPR. Ceux-ci incluent
notamment :
(a) Politique Opérationnelle de la Banque mondiale et les annexes (PO 4.12)
(b) Procédure de la Banque mondiale (PB 4.12) ;
(c) Politiques nationales, lois, règlements et cadres administratifs concernant le traitement de cas de relocation
et/ou compensation des PAP ;
(d) Règlements régionaux et communaux d'évaluation des impacts sociaux, ainsi que la matrice de calcul des
méthodes d’indemnisation ;
(e) Documents relatifs aux préparations du projet.

Des consultations avec les acteurs et les personnes potentiellement affectées dont les femmes, les jeunes, le groupes
dits vulnérables y compris les populations hôtes, aussi bien que la mise à disposition d'informations aux personnes
affectées et à d'autres ayants droit devront être organisées par le consultant et être reflétées dans le rapport du CPR.
En outre, un plan de consultation du public pendant la vie du projet devra être développé et inclus dans le rapport
du CPR. Dans le cas présent, ce plan peut être le même que celui développé pour le CGES.

II.3. Tâches spécifiques

Le Consultant devra réaliser à minima les tâches ci-dessous :


i. Évaluation sociale : Fournir un résumé des caractéristiques socio-économiques clés des personnes dans la
zone du projet. Cela devrait inclure l'accès aux services de base, y compris l'électricité, les activités
économiques, l'organisation sociale et la prise de décision, etc.
ii. Screening et Préparation des PAR : Décrire le processus pour déterminer si un PAR est nécessaire, et si oui,
sa nature ainsi que le processus détaillé pour leur préparation et approbation. En plus de décrire comment
seront déterminées et exécutées les mesures de compensations ; le CPR décrira clairement l’entité
responsable de la mise en œuvre des mesures de recasement et/ou de compensation telles que préconisées
par les politiques de sauvegarde de la Banque mondiale ;
iii. Mise en œuvre du PAR : Évaluer la capacité du Gouvernement et de l’agence d’exécution impliquée dans la
mise en œuvre du CPR/PAR, y compris la sensibilisation aux problématiques sociales (et
environnementales) du projet, avec une attention particulière à ces problématiques qui affectent les
populations les plus vulnérables, comme les aînés, les enfants et les femmes, et proposer des mesures
idoines pour la sensibilisation, le renforcement institutionnel et/ou le renforcement des capacités techniques
des parties prenantes concernées. Décrire clairement les mécanismes de mise en œuvre des
recommandations du PAR ;
iv. Nature et Amplitude des Impacts : Décrire la nature et estimer l’amplitude éventuelle des impacts et des
populations impactées, la période estimée pour la restriction temporaire d’accès à certains biens et/ou
sources de revenus, le budget estimatif pour le remplacement de biens affectées, et challenges potentiels
auxquels les responsables chargés de la mise en œuvre du PAR devront faire face ;
v. Éligibilité et Évaluation des Compensations : Établir les critères d’éligibilité ; décrire les méthodes existantes
du Gouvernement pour l’évaluation des biens impactés ; expliquer les méthodes utilisés pour les
inventorier, attribuer des valeurs à chaque type de bien, et le processus pour finaliser les accords avec les
personnes affectées par le projet (PAP).
vi. Mécanisme de Gestion des Plaintes : Décrire le mécanisme existant/disponible aux PAP pour se plaindre
sur les impacts négatifs du projet ou pour accéder à des informations concernant les avantages du projet.
Démontrer l’accessibilité des mécanismes de gestion des griefs (i.e. langage, distance et couts) et quelle autre
possibilité d’appel et/ou de recours au niveau local existe pour les PAP. Évaluer le niveau de transparence
et de sureté du mécanisme existant de gestion des griefs et assurer que les “victimes” ont accès aux services
d’un appel à témoin (3ème témoin gratuit) pour s’ assurer qu’ il n’ y a pas conflit d’intérêts avec les PAP ;
vii. Financement : Décrire clairement les arrangements institutionnels pour le financement des déplacements et
compensations des biens affectés et la chronologie pour les processus exige. Préparer un budget récapitulatif
incluant les couts estimatifs totaux des activités de déplacement incluant les couts de renforcement de
capacités et autres mesures d’accompagnement sociaux pour s’assurer que les PAP ont «une meilleur cadre
de vie» qu’auparavant.
viii. Plan Participatif de Consultation Publique : Développer un plan de consultation publique, impliquant toutes
les parties prenantes du projet, y compris les bénéficiaires et les personnes affectées par le projet (PAP). Ce
plan de consultation est à inclure en annexe dans le rapport du CPR ou du PAR.
ix. Suivi et Évaluation Participatif : Suggérer un mécanisme approprié et transparent pour un suivi et
évaluation effectif et participatif des opérations de recasement et de mise en œuvre du suivi et de
l’évaluation des opérations de recasements.
x. Guide pour un PAR : Proposer une description générique du contenu des PAR individuels pour les sous-
activités du projet. Le guide devra inclure entre autre : la nature du sous-projet, l’amplitude des impacts,
une base de recensement ventilées par sexe des personnes impactées incluant les biens impactées, données
socio-économiques sur les personnes impactées, nature du paquet de compensation des personnes affectées

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 131 sur 159

, description des futurs sites de relocation, projet pour améliorer ou tout au moins rétablir les cadres et
niveaux de vie des populations, le budget de relocation , de gestion des griefs et calendrier de mise en
œuvre. Le contenu du CPR et PAR seront incorporé dans le Manuel de Procédures.

La Banque mondiale devra donner une non-objection pour le CPR. Le GdC devra présenter le CPR formellement à la
Banque mondiale. Le CPR devra ensuite être publié à InfoShop au siège de la Banque Mondiale et au Cameroun via
moyens de distribution qui sont culturellement appropriés et adéquats pour la population potentiellement affectée.

3. Rapports et calendrier

La langue de travail sera le Français. Les livrables devront être préparés en Français. La prestation durera au plus 4
semaines à compter de la date de démarrage des prestations. Les livrables seront définis ci-après :
- Une version provisoire du CPR avec les annexes sera fournie en version électronique pour revue quatre (4)
semaines après le démarrage de la mission. Cette première validation pourra si nécessaire se faire au cours
d’un atelier de validation où seront conviées toutes les parties prenantes du projet, notamment les acteurs
locaux avant la transmission par le représentant de la République du Cameroun pour le projet à la Banque
mondiale pour commentaires. Le Consultant aura après cela une (1) semaine pour réintégrer les
commentaires et suggestions formulées par les différentes parties (République du Cameroun et Banque
Mondiale).
- La version finale du CPR devra être disponible au cours de la 5ème semaine en version électronique après
une prise en compte effective des observations du projet. La version finale validée qui comportera un
sommaire exécutif en Anglais fera l’objet d’une publication nationale et sur InfoShop (plus sur le site
Intranet) de la Banque Mondiale à Washington, DC.

4. Interface

Le Consultant sera en contact avec l’Unité d’Exécution du Projet ainsi qu’avec les administrations impliquées, en
particulier le Ministère de l’Eau et de l’Énergie, lesquels mettront à la disposition du Consultant les documents utiles
et apporteront leur concours pour lui assurer les contacts nécessaires auprès des divers acteurs concernés par la
réalisation de l’étude.

5. Documents à consulter

Sans être exhaustif, les documents ci-après devraient être consultés par le Consultant pour la réalisation de l’étude :
- les directives de la Banque Mondiale en matière de Sauvegardes Environnementales et Sociales ;
- les documents relatifs au projet ;
- les documents d’autres projets pouvant avoir une relation avec la présente étude.

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 132 sur 159

ANNEXE 2 : CHRONOGRAMME DU DEROULEMENT DE LA MISSION

Période Activités Lieux d’intervention


- Revue documentaire
- Préparation des investigations dans l’ensemble des
05 au 22 avril
communes couvertes par le projet Yaoundé
2016
- Information des parties prenantes sur la tenue des
consultations publiques
- Information et Consultations des parties prenantes
dans les localités des lignes Garoua – Maroua et
23 au 30 avril Garoua, Pitoa, Figuil,
Garoua – Figuil – Guider – Maroua
2016 Guider, Maroua
- Élaboration progressive des comptes rendus des
réunions et entretiens menés
Ngoumou,
- Information et Consultations des parties prenantes Mbankomo, Monatélé,
25 avril au 04 dans les localités de la ligne Nkolkoumou – Edéa Lobo, Matomb, Bot
mai 2016 - Élaboration progressive des comptes rendus des Makak, Dibang, Ngog
réunions et entretiens menés Mapubi, Eséka,
Pouma, Ngwei, Edéa
- Information et Consultations des parties prenantes
27 avril au 13 dans les localités des lignes de la boucle Yaoundé
Yaoundé
mai 2016 - Élaboration progressive des comptes rendus des
réunions et entretiens menés
- Information et Consultations des parties prenantes
1er au 08 mai dans les localités de la ligne Kribi – Edéa
Kribi, Lokoundje, Edéa
2016 - Élaboration progressive des comptes rendus des
réunions et entretiens menés
06 au 15 mai - Finalisation des comptes rendus Sur le terrain
2016 - Synthèse des consultations publiques À Yaoundé
- Transmission de la version provisoire du CPR au
13 mai 2016 Yaoundé
MINEE
16 mai 2016 - Restitution du CPR aux parties prenantes Yaoundé
17 au 21 mai - Intégration des observations issues des parties
Yaoundé
2016 prenantes lors de l’atelier
23 mai 2016 - Dépôt de la version révisée du CPR au MINEE Yaoundé
- Réception et intégration des observations issues de la
30 juin 2016 Yaoundé
Banque mondiale dans la version révisée
- Transmission à l’équipe technique du Projet à la
1er juillet 2016 Banque pour validation de la version révisée à Yaoundé
nouveau avant envoi à l’Équipe de sauvegarde sociale

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 133 sur 159

ANNEXE 3 : EXPOSE ET LISTE DES PARTICIPANTS A LA RESTITUTION

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 134 sur 159

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 135 sur 159

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 136 sur 159

ANNEXE 4 : DOSSIER DE RECENSEMENT

Il comprendra :

- Le Dossier Ménage Affecté

- La Fiche d’Enquête Ménage Affecté

- La Fiche Parcelle

- La Fiche Bâtiment

Ces outils de collecte de données seront élaborés après la visite des sites d’implantation
de chaque ouvrage et remplis lors des enquêtes de recensement des biens.

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 137 sur 159

ANNEXE 5 : PLAN TYPE D’UN PLAN DE REINSTALLATION (PSR / PAR)

Selon OP 4.12, Annexe A

1. Description du Sous-Projet et de ses impacts éventuels sur les terres


1.1 Description générale du Projet et identification de la zone d’intervention
1.2 Impacts. Identification de :
1.2.1 La composante ou les actions du projet qui vont occasionner le déplacement
1.2.2 La zone d’impact de ces composantes ou actions
1.2.3 Les alternatives envisagées pour éviter ou minimiser le déplacement
1.2.4 Les mécanismes mis en place au cours de la mise en œuvre pour minimiser dans la
mesure du possible le déplacement
2. Objectifs. Principaux objectifs du projet de recasement
3. Études socio-économiques et recensement des personnes, des biens et des moyens d’existence
affectés. Les conclusions des études et du recensement doivent comprendre les points suivants :
3.1 Résultats d’un recensement couvrant les occupants actuels de la zone affectée, pour établir la
base de la conception du projet de recasement et pour exclure les personnes qui arriveraient
après le recensement de l’éligibilité aux bénéfices du projet de recasement
3.2 Caractéristiques des ménages déplacés : description des systèmes de production, de
l’organisation des ménages, comprenant les niveaux de production et de revenues issus des
activités formelles et informelles, et les niveaux de vie (notamment sur le plan de la santé) de
la population déplacée
3.3 Ampleur des pertes — totales ou partielles — de biens, et ampleur du déplacement physique
et économique
3.4 Information sur les groupes ou personnes vulnérables comme prévu par OP 4.12,
paragraphe 8, pour lesquels des dispositions spécifiques doivent être prises
3.5 Dispositions relatives à l’actualisation de l’information sur les personnes déplacées,
notamment leurs moyens d’existence et leur niveau de vie, de sorte à ce que des
informations actuelles soient disponibles lors du déplacement
3.6 Autres études décrivant les points suivants
3.6.1 Système foncier et transactions foncières, comprenant notamment l’inventaire des
ressources naturelles communautaires utilisées par les personnes affectées, les droits
d’usage ne faisant pas l’objet de titres écrits (notamment la pêche, le pâturage, ou
l’utilisation de la forêt) et gouvernés par des systèmes traditionnels, et toute autre
question relative au système foncier dans la zone
3.6.2 Interaction sociale dans les communautés affectées, comprenant les réseaux sociaux et
de solidarité, et comment ils seront affectés par le déplacement
3.6.3 Infrastructure et services publics susceptibles d’être affectés
3.6.4 Caractéristiques sociales et culturelles des communautés déplacées, dont la
description des institutions formelles et informelles (organisations communautaires,
groupes religieux, ONG), qui peuvent être associés à la stratégie de consultation et de
participation à la conception des actions de recasement
4. Contexte légal et institutionnel
4.1 Résumé des informations continues dans le présent Cadre de Politique de Recasement
4.2 Particularités locales éventuelles
4.3 Spécificités locales en matière institutionnelle et organisationnelle
4.3.1 Identification des organismes responsables du recasement, et des ONG qui pourraient
avoir un rôle dans la mise en œuvre
4.3.2 Évaluation de la capacité institutionnelle de ces organismes et ONG
5. Éligibilité et droits à indemnisation / recasement. Sur la base des définitions et des catégories
présentées dans ce Cadre de Politique de Recasement, définition des personnes déplacées éligibles,

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 138 sur 159

et règles de détermination de l’éligibilité à l’indemnisation ou autre assistance au recasement, dont


notamment la règle de fixation de la date limite
6. Évaluation et compensation des pertes. Méthodologies d’évaluation destinées à déterminer le coût
intégral de remplacement, description des méthodes et niveaux de compensation prévus par la
législation locale, et mesures nécessaires pour parvenir à l’indemnisation au coût intégral de
remplacement
7. Mesures de recasement :
7.1 Description des mesures prévues (indemnisation et/ou recasement) pour assister chacune
des catégories de personnes affectées
7.2 Sélection des sites de recasement, préparation des sites, et recasement, en incluant la
description des alternatives
7.3 Mécanismes légaux d’attribution et de régularisation foncière pour les réinstallés
7.4 Habitat, infrastructure, et services sociaux
7.5 Protection et gestion de l’environnement
7.6 Participation communautaire, participation des déplacés, participation des communautés
hôtes
7.7 Intégration des réinstallés avec les populations hôtes. Mesures destinées à alléger l’impact
du recasement sur les communautés hôtes
7.8 Mesures spécifiques d’assistance destinées aux personnes et groupes vulnérables
8. Procédures de gestion des plaintes et conflits. Sur la base des principes présentés dans le présent
Cadre de Politique de Recasement, description de mécanismes simples et abordables pour
l’arbitrage et le règlement par des tierces parties des litiges et conflits relatifs au recasement. Ces
mécanismes doivent prendre en compte les recours judiciaires effectivement possibles et les
mécanismes traditionnels de règlement des conflits.
9. Responsabilités organisationnelles. Le cadre organisationnel pour la mise en œuvre du recasement,
notamment l’identification des organismes responsables des mesures de recasement, les
mécanismes de coordination des actions, et les mesures de renforcement de capacités, ainsi que les
dispositions relatives au transfert aux autorités locales ou aux réinstallés eux-mêmes de la
responsabilité des équipements ou services créés par le Projet, etc.
10. Calendrier de mise en œuvre, couvrant toutes les actions depuis la préparation jusqu’à la fin de la
mise en œuvre, y compris les dates pour la délivrance aux réinstallés des actions du projet et des
diverses formes d’assistance prévues. Le calendrier doit indiquer comment les actions de
recasement sont liées au calendrier d’exécution de l’ensemble du projet
11. Coût et budget. Tableaux des coûts par action pour toutes les activités prévues pour le recasement,
y compris les provisions pour inflation, croissance de la population, et autres imprévus. Prévisions
de dépense, source de financement et mécanismes de mise à disposition des fonds.
12. Suivi et évaluation. Organisation du suivi des actions de recasement par l’organisme chargé de la
mise en œuvre, intervention d’agences externes pour le suivi, information collectées, notamment
indicateurs de performance et mesure des résultats, ainsi que de la participation des personnes
déplacées au processus de recasement.

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 139 sur 159

ANNEXE 6 : FICHE DE PLAINTES

I. IDENTIFICATION DU REQUERANT

Nom et prénom : ____________________________________________


Sexe : _____________________________________________________________________
Date et lieu de naissance : ____________________________________________
Statut matrimonial : (marié, célibataire, veuf/veuve, divorcé) ______________
N° Carte Nationale d’Identité : __________________________________________
Village d’origine : ________________________________________________________________
Lieu de résidence : ________________________________________________________________
N° de ménage : _____________________________________________________
N° de boutique / stands : __________________________________________________

II. MOTIF DE LA PLAINTE (descriptif des griefs)

________________________________________________________________________

III. ATTENTES

Dressée le (Date) : __________________________________________________________________

Signature : ________________________________________________________

IV. VISA DE LA COMMISSION DE CONSTAT ET D’EVALUATION

Reçu le : ________________________________________________

Transmis au comité local de réinstallation le : __________________________________

Signature : ________________________________________

V. AVIS DU COMITE LOCAL DE REINSTALLATION

Date : ________________________________________

Signatures du responsable du comité local de réinstallation : _____________________

VI. REGLEMENT DE LA PLAINTE : AVIS DE LA COMMISSION DE CONSTAT ET


D’EVALUATION

Date : ______________________________________________

Signature : ____________________________________________________________

Signature du Président de la Commission de Constat et d’évaluation : _________________

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 140 sur 159

ANNEXE 7 : FICHE DE REUNION

Date : ____________________
Lieu : _______________________________

Participants
Nombre total : ____________________
Nombre total femmes : _______________

Responsables du Sous Projet


Nombre total : ______________
Nombre de femmes : _____________________
Nom et prénom : _________________
Fonction : ___________

Acteurs institutionnels
Nombre total : ______________
Nom et prénom : _________________
Fonction : ___________

Populations locales
Nombre total : ______________
Nombre total de femmes : ______________
Nom et prénom : _________________
Fonction : ___________

Objectif réunion : _________________________________________


_________________________________________________________________________

Ordre du jour : _________________________________________


_________________________________________________________________________

Points et questions soulevés par les participants : ____________________________


__________________________________________________________________________
________________________________________________________

Principales recommandations et Actions formulées lors de la réunion : ________________


________________________________________________________________________________
__________________________________________________________________________________

Établi par : _______________________

Date : ___________________________

Signature : ______________________

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 141 sur 159

FEUILLE DE PRESENCE - Réunion de consultation

Date : _______________ Lieu : ___________________________

N° Nom et prénom Institution Fonction Signature


Organisme

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 142 sur 159

ANNEXE 8 : LISTE DES PERSONNES RENCONTREES LORS DES


CONSULTATIONS PUBLIQUES

8.1. LIGNE KRIBI – EDÉA : COMMUNES KRIBI 1ER, KRIBI 2ÈME ET LOKOUNDJE

Liste des acteurs institutionnels rencontrés dans la VILLE DE KRIBI

Poste Lieu de Date


Noms et Prénoms Institution Contact
Fonction rencontre rencontres
Délégation
DD MINEE 670 10 69 76
MVODO Ahanda DD-MINEE départementale 03 mai
Kribi 699 66 35 89
MINEE
Délégation
LIMBOHO BANDE DD Affaires DD MINAS 699 32 36 37
départementale 03 mai
Jean Paul Sociales Kribi jplimboho@yahoo.fr
MINAS

Liste des acteurs institutionnels rencontrés dans la COMMUNE DE DE KRIBI 2ème

Poste Lieu de Date


Noms et Prénoms Institution Contact
Fonction rencontre rencontres
Sous-préfecture Sous-préfecture
Mme NGUIAMBA SP/Kribi 2ème 694 89 08 82 26 avril
Kribi 2ème Kribi 2ème
SABIKANDA Guy Maire CAK
Mairie Kribi 2ème Mairie Kribi 2ème 699 30 45 05 26 avril
Emmanuel 2ème
SOPI MAHOUVE Lydie A2 Maire CAK 691 93 72 20
Mairie Kribi 2ème Mairie Kribi 2ème 04 mai
épse MBAKOP 2ème 675 46 45 15
699 15 46 31
MABALLI Nicolas Chef de village Londji 2 Mairie Kribi 2ème 04 mai
691 76 32 27
NJIONG Oscar Chef de village Bibambi 2 Mairie Kribi 2ème 696 30 05 68 04 mai

Liste des participants à la réunion tenue dans le CAMPEMENT PYGMÉE BAGYÉLI BIBANBWI

Noms et Poste Région Date


Institution Lieu Rencontre Contact
prénoms Fonction Département Rencontre
Assistant du Village Campement Sud
Obouna Moïse / 06 mai
chef Bibanbwi Bibanbwi 2 Océan
Soumbia Village Campement Sud
Habitante / 06 mai
Jacqueline Bibanbwi Bibanbwi 2 Océan
Village Campement Sud
Mavaka Jeanne Habitante / 06 mai
Bibanbwi Bibanbwi 2 Océan
Village Campement Sud
Kotombi thiorine habitante / 06 mai
Bibanbwi Bibanbwi 2 Océan

Liste des participants à la réunion tenue dans le CAMPEMENT PYGMÉE BAGYÉLI BIBOUVA

Noms et Poste Lieu de Région Date


Institution Contact
prénoms Fonction Rencontre Département Rencontre
Campement Sud
Likoumi Luc Notable Bivouba / 05 mai 2016
Bivouba Océan
Campement Sud
Maballa Paul Notable Bivouba / 05 mai 2016
Bivouba Océan
Campement Sud
Bibang Benoit Notable Bivouba / 05 mai 2016
Bivouba Océan
Campement Sud
Ngaké Jean Notable Bivouba / 05 mai 2016
Bivouba Océan
Campement Sud
Ngnaté Thomas Notable Bivouba / 05 mai 2016
Bivouba Océan
Campement Sud
Tsinda Denis Notable Bivouba / 05 mai 2016
Bivouba Océan
Guide du Campement Sud
Ayangma Bivouba / 05 mai 2016
campement Bivouba Océan
Nkoa Nestor Chef Bivouba Campement Sud 672 888 05 mai 2016

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 143 sur 159

Bivouba Océan 221


Mme Nkoa née
Campement Sud
Ngo Bikay Femme du chef Bivouba / 05 mai 2016
Bivouba Océan
Bernadette

Liste des participants à la réunion tenue dans le VILLAGE BIVOUBA

Poste Région Date


Noms et prénoms Institution Lieu de Rencontre Contact
Fonction Département Rencontre
Chef de Village Chefferie Sud 679 76 47 53
NZEH Léopold 05 mai 2016
bloc Bivouba Bivouba/bloc n°3 Océan 690 93 41 27
NKOLO EFOUKA Village Chefferie Sud
Maçon / 05 mai 2016
Emmanuel Zachée Bivouba Bivouba/bloc n°3 Océan
Village Sud
Nzeh Caroline Habitante Bivouba/bloc n°3 699 30 45 05 05 mai 2016
Bivouba Océan
AYANGMA Jean Village Chefferie Sud 678 71 90 41
Planteur 05 mai 2016
Bertrand Bivouba Bivouba/bloc n°3 Océan 655 08 42 32
ATANGANA Village Chefferie Sud
Planteur 694 87 57 47 05 mai 2016
ZAMBO Serges Bivouba Bivouba/bloc n°3 Océan

Liste des participants à la réunion tenue dans le VILLAGE ELOGBATINDI

Noms et Lieu Région Date


Poste/Fonction Institution Contact
Prénoms Rencontre Département Rencontre
PENDA Chef traditionnel Chefferie Chefferie Sud
/ 05 mai 2016
Siméon d’Elogbatindi d’Elogbatindi Elogbatindi Océan
Mboa Notable campement Campement Campement Sud
/ 05 mai 2016
Bernard Elogbatindi Elogbatindi Elogbatindi Océan
Bihanga Chef campement Campement Campement Sud
/ 05 mai 2016
Charles Elogbatindi Elogbatindi Elogbatindi Océan
Campement Campement Sud
Ngo Marie Agricultrice / 05 mai 2016
Elogbatindi Elogbatindi Océan

Liste des participants à la réunion tenue dans le CAMPEMENT PYGMÉE BAGYÉLI MBEBE

Noms et Poste Région Date


Institution Lieu Rencontre Contact
Prénoms Fonction Département Rencontre
Campement Sud
Ngondiman Chef Mbebe / 05 mai 2016
Mbebe Océan
Minpoudo Campement Sud
Chasseur Mbebe / 05 mai 2016
Bienvenu Mbebe Océan
Ndengue Campement Sud
Chasseur Mbebe / 05 mai 2016
Dieudonné Mbebe Océan
Minyomo Campement Sud
Chasseuse Mbebe / 05 mai 2016
Elise Mbebe Océan
Campement Sud
Tonye Gilbert Pêcheur Mbebe / 05 mai 2016
Mbebe Océan

Liste des participants à la réunion tenue dans le VILLAGE MBEBE

Noms et Poste Lieu Région Date


Institution Contact
Prénoms Fonction Rencontre Département Rencontre
Jacques Roger Village Chefferie Sud
Chef de village 699 41 38 25 05 mai 2016
NTOUTOUM Mbebe Mbebe Océan
ENGAMOU Village Chefferie Sud
Notable 697 58 68 26 05 mai 2016
Pierre Mbebe Mbebe Océan
OWONA
Village Chefferie Sud
ESSOMBA Notable 693 12 20 41 05 mai 2016
Mbebe Mbebe Océan
Parfait
Village Chefferie Sud
Edang Pascal Planteur 698 44 64 46 05 mai 2016
Mbebe Mbebe Océan

Liste des participants à la réunion tenue dans le VILLAGE MPALLA

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 144 sur 159

Poste Lieu Région Date


Noms et Prénoms Institution Contact
Fonction Rencontre Département Rencontre
IJANJA Louis Chef de Village Sud 694 73 10 78
Chefferie 05 mai 2016
Marcel village Mpalla Océan 677 39 54 98
IJANJA Metale Elite du Village Chefferie Sud
677 92 02 51 05 mai 2016
Catherine village Mpalla Mpalla Océan

8.2. LIGNE EDÉA - NKOLNKOUMOU

REGION DU LITTORAL : Communes d’Edéa 1er, Edéa 2ème, Pouma et Ngwei

Liste des participants pour la réunion tenue à la COMMUNE D’EDÉA 2 : Jeudi, le 28 avril 2016

Nom et Poste Lieu de Région


Institution Contact
Prénoms Fonction Rencontre Département
Sous-
BIKOUNDI Sous-préfecture Littoral
Chef BADL préfecture 675 30 99 48
Arlette Edéa II Sanaga Maritime
Edéa 2ème
MBADI 2e Adjoint au Mairie d’Edéa Littoral cradec2001@yah
Mairie Edéa II
Alexandre Maire 2ème Sanaga Maritime oo.fr
NDJO EBOUE Chef du village Mairie d’Edéa Littoral
Chefferie 3e degré 699 55 59 50
Emmanuel Malimba urbain 2ème Sanaga Maritime
Représentant du Mairie d’Edéa
Chefferie Bilalang Littoral
TSAPO Victor chef de quartier 2ème 699 47 47 82
pont Sanaga Maritime
Bilalang pont
EDIMO Jean Mairie d’Edéa Littoral
Grand conseiller Commune Edéa II 695 57 12 95
Baptiste 2ème Sanaga Maritime
BONEY Mairie d’Edéa
Représentant du Canton Malimba Littoral
Natanda 2ème 699 33 98 74
chef de canton Edéa II Sanaga Maritime
Bernard
Représentant du Mairie d’Edéa
Chefferie Bilalang Littoral
NGIDJO Crépin chef de Bilalang 2ème 693 44 22 28
pont Sanaga Maritime
pont
NGO Biyiha Conseillère Mairie d’Edéa Littoral
Commune Edéa II 699 76 41 04
Jacqueline municipale 2ème Sanaga Maritime
Notable EKITE IV Mairie d’Edéa 699 90 82 87
BANEMEK Littoral
Chefferie Ekite IV 2ème rbanemek@yaho
Paul Denis Sanaga Maritime
o.fr
Responsable Mairie d’Edéa
politique et Chefferie Ekite 2ème Littoral
KOMOL Joseph 675 14 72 22
notable pilote Sanaga Maritime

Chef du village Chefferie Mairie d’Edéa Littoral


ETONDE Luc 699 73 78 43
Malimba farm Malimba farm 2ème Sanaga Maritime

Liste des participants pour la réunion tenue à la COMMUNE D’EDÉA 1ER : Jeudi, le 28 avril 2016

Lieu de Région
Noms et Prénoms Poste/Fonction Institution Contact
Rencontre Département
Sous-préfet Edéa Sous- Littoral
Saffo Roger Sous-préfecture 699 52 67 29
1er préfecture Sanaga Maritime
699 98 63 03
Biyembel Matig Sous- Sanaga Maritime
Chef du village Chefferie Mboué biyembelmsalom
Salomon préfecture Littoral
on@yahoo.fr
DITOPE Chefferie d'Apouh Sous- Sanaga Maritime
Chef du village 697 26 95 07
LINDOUME A Ngog préfecture Littoral
Représentant du Sous- Littoral
BEDIME BEDIME Chefferie Koukoué 696 06 25 86
chef préfecture Sanaga Maritime
694 74 37 37
TOUYE TCHAHE Chef du village Sous- Sanaga Maritime
Chef du village smtonyetchahed
David Lom-Edea préfecture Littoral
avid@yahoo.fr
EBEK Alexandre Chef du quartier Chefferie Gare- Sous- Sanaga Maritime 699 96 96 28

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 145 sur 159

Edéa préfecture Littoral alexandreebek@


yahoo.fr
Chefferie Domaine Sous- Sanaga Maritime 695 23 43 51
NLEND Samuel Chef de quartier
Centre préfecture Littoral 653 25 32 82
Sous- Sanaga Maritime
LOE Fargeaud Chef du village Chefferie Beon 699 72 45 79
préfecture Littoral l
Chefferie Domaine Sous- Sanaga Maritime 698 74 26 62
MASSO Joseph Chef du quartier
Sanaga préfecture Littoral 677 55 86 51
Chefferie Météo- Sous- Sanaga Maritime 694 53 22 16
BANLOG Boaz Chef du quartier
Edea 1er préfecture Littoral l 650 98 37 50
NGOOB NGOOB Chefferie Sous- Sanaga Maritime
Chef du village 699 99 36 45
Philipe Sonikougou préfecture Littoral
Chefferie Mbanda Sous- Sanaga Maritime
WENANF Patrice Chef du village 699 50 90 26
École préfecture Littoral
NELJEUMEN Chefferie Bisseké Sous- Sanaga Maritime 699 45 93 07
Chef de quartier
Josué III préfecture Littoral 677 76 40 75

Liste des participants pour la réunion tenue à la COMMUNE DE POUMA : Mercredi, le 04 mai 2016

Lieu de Région
Noms Et Prénoms Poste / Fonction Institution Contact
Rencontre Département
MBOUDOU ONANA Adjoint du Sous- Sous- Commune Littoral 691389289
ETIENNE BERTRAND Préfet de Pouma préfecture Pouma Sanaga-Maritime 699914237
Mairie de Commune Littoral
VOMAN FRANCOIS Maire Sanaga-Maritime 699746597
Pouma Pouma
SG/Commune de Commune de Commune Littoral 696090767
ATEBA JOSEPH
Pouma Pouma Pouma Sanaga-Maritime 669471178
Commune Littoral
POUT JEAN Chef de Logdékil Logdékil 677370169
Pouma Sanaga-Maritime
BEKOKCLAUME Chef de Makob Commune Littoral
Makob 694231489
PATRICE Logbako Pouma Sanaga-Maritime
Makak log- Commune Littoral
BENGA JACQUES Chef Makak log-Bako 675908552
Bako Pouma Sanaga-Maritime
Commune Littoral
MBEHNA JOSEPH Chef Log Babem Log Babem 677408650
Pouma Sanaga-Maritime
Commune Littoral
LEMA KANA Chef de Ngwei II Ngweii II 679794033
Pouma Sanaga-Maritime
Commune Littoral
NGUIMBUS NGUIMBUS Chef de Log Bissol Log Bissol 677881403
Pouma Sanaga-Maritime
Commune Littoral
MBOUMA BIKOK ROGER Chef de SOKELLE II SOKELLE II 695041418
Pouma Sanaga-Maritime
Chef de HEGBA- HEGBA- Commune Littoral
MASSIMP DIEUDONNE 698600707
POUMA POUMA Pouma Sanaga-Maritime
Commune Littoral
NLONG NDJOCK Chef de Log Mbon LOG MBON /
Pouma Sanaga-Maritime
LOG Commune Littoral
MOUTLAN BENOIT Chef de Log Sangho 677274388
SANGHO Pouma Sanaga-Maritime
Chef de SAKBAYEME SAKBAYEME Commune Littoral 696814816
NKAA NKAA GERAND
I I Pouma Sanaga-Maritime 675641158

Liste des participants pour la réunion tenue à la COMMUNE DE NGWEI : Mercredi, le 04 mai 2016

Poste / Région
Noms et Prénoms Institution Lieu de Rencontre Contact
Fonction Département
ANANBA BEKONO Sous-Préfet de Sous- Hôtel de ville de Littoral
675127951
ARMAND Ngwei préfecture Makondo Sanaga-Maritime
Mairie de Hôtel de ville de Littoral
NGOCK NGOCK Maire 699915381
Ngwei Makondo Sanaga-Maritime
Chef de Hôtel de ville de Littoral
EPANER JOSEPH MAKONDO II 699831475
MAKONDO II Makondo Sanaga-Maritime
Hôtel de ville de Littoral
TJEGA JOSEPH Chef Chefferie 698516213
Makondo Sanaga-Maritime

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 146 sur 159

Chef de LEP Hôtel de ville de Littoral


MBONG LIDJIO ISAAC LEP NGOCK 684151183
NGOCK Makondo Sanaga-Maritime
MANYINGA MARC Hôtel de ville de Littoral 696633196
Chef de Makek Makek
ROGER Makondo Sanaga-Maritime 661704395
Chef de Log Hôtel de ville de Littoral 651505344
BELL MBONG JOSEPH LOG BAMAL
Bamal Makondo Sanaga-Maritime 693143909
BISSOMBI MPOM Hôtel de ville de Littoral 699224226
Chef de SEPPE SEPPE
SALOMON Makondo Sanaga-Maritime 690703427
Chef de Hôtel de ville de Littoral
BAPACK ISIDORE NGWEI I 697567833
NGWEI I Makondo Sanaga-Maritime
Chef de Log LOG Hôtel de ville de Littoral
MOUTLAN BENOIT 677274388
Sangho SANGHO Makondo Sanaga-Maritime
Chef de Hôtel de ville de Littoral 696814816
NKAA NKAA GERAND SAKBAYEME I
SAKBAYEME I Makondo Sanaga-Maritime 675641158

REGION DU CENTRE : Communes de Ngog Mapubi, Dibang, Bot Makak, Matomb, Lobo, Mbankomo, Yaoundé
7ème

Liste des participants pour la réunion tenue à la COMMUNE DE NGOG MAPUBI

Lieu de Région Date de


Nom et Prénoms Poste/Fonction Institution Contact
Rencontre Département Rencontre
Adjoint au sous- Sous-
BILOA Alim Mairie de Centre 695419560
préfet de Ngog- préfecture 25 avril
Myrlene Lorrain Ngog Mapubi Nyong et Kellé 695582459
Mapubi Ngog-mapubi
Mairie de Centre
BOGMIS Sadrack ACF Commune 696790436 25 avril
Ngog Mapubi Nyong et Kellé
Commune de Mairie de Centre 677408801
OUM Amos Maire 02 mai
Ngog-mapubi Ngog Mapubi Nyong et Kellé 694275621
SOTTON J Mairie de Centre
Chef traditionnel Chefferie 697329931 02 mai
Dominique Ngog Mapubi Nyong et Kellé
Mairie de Centre
NYETAM Mpeu Chef traditionnel Chefferie 674264342 02 mai
Ngog Mapubi Nyong et Kellé
Conseiller Commune de Mairie de Centre
IYABI Victor 674276834 02 mai
municipal Ngog-mapubi Ngog Mapubi Nyong et Kellé
Mairie de Centre
KEND Djon Mbonbog patriarche 694274783 02 mai
Ngog Mapubi Nyong et Kellé
Chef traditionnel Mairie de Centre
BAPOU Simon Chefferie 679974984 02 mai
Ngog Mapubi Nyong et Kellé
Chef traditionnel Mairie de Centre 696980067
LINGOM Luc Chefferie 02 mai
Ngog Mapubi Nyong et Kellé 671283738
MAKON MAKON Conseiller Mairie de Centre 677484003
Commune 02 mai
Paul Thomas municipal Ngog Mapubi Nyong et Kellé 698177710
MBOCKA BAHA Conseiller Mairie de Centre 696109306
Commune 02 mai
Théodore municipal Ngog Mapubi Nyong et Kellé 670374923
Comptable
ZANG Emile Mairie de Centre 675084288
matière de la Commune 02 mai
Clément Ngog Mapubi Nyong et Kellé 694648025
commune
Agent communal Commune Mairie de Centre 694343819
BOGMIS III Joseph 02 mai
Ngog Mapubi Nyong et Kellé 651418915
NTAMACK Agent communal Commune
Mairie de Centre 699660701
Alexandre Rayden 02 mai
Ngog Mapubi Nyong et Kellé 679757911
Joris
Chef de canton Mairie de Centre
MANDENG Joseph Pougué-Djel 675578859 02 mai
Ngog Mapubi Nyong et Kellé

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 147 sur 159

Liste des participants pour la réunion tenue à la COMMUNE DE DIBANG

Nom et Poste Lieu de Région Date de


Institution Contact
Prénoms Fonction Rencontre Département Rencontre
699.75.86.79/
BIKAI Didier Secrétaire Commune Mairie de Centre 679.81.19.66
27 avril
Josimar général Dibang Dibang Nyong et kellé dijbi11@yahoo
.com
Cadre
ADA Tabii contractuel S/préfecture Centre
Dibang 694.05.15.43 27 avril
Clément S/préfecture Dibang Nyong et kellé
Dibang
666433731
NYEMECK JOB 2e Adjoint au Mairie de Commune Centre
699645443 02 mai
Chépin maire Dibang Dibang Nyong et kellé
679109891
Chefferie
HAGBE Hagbe Commune Centre
Chef de canton supérieure de 696023341 02 mai
Réné Dibang Nyong et kellé
Dibang
ELOUGA Chef du village Chefferie de 3e Commune Centre 675083619
02 mai
ELOUGA Dikonop I degré Dibang Nyong et kellé 696569897
Chef du village Chefferie de 3e Commune Centre
DINOGLLI 678752540 02 mai
Bibaya degré Dibang Nyong et kellé
MBUSNUM Chef du village Chefferie de 3e Commune Centre 694120239
02 mai
Bathelemy Ngodi-Lom degré Dibang Nyong et kellé 677437993
NJEE Njée Chef du village Chefferie de 3e Commune Centre 674707442
02 mai
Pierre Dikonop II degré Dibang Nyong et kellé 694737125
Représentant du
NWEN Nwen Chefferie de 3e Commune Centre
chef du village 699686845 02 mai
Daniel degré Dibang Nyong et kellé
Matol
YOGBAG Chef du village Chefferie de 3e Commune Centre
698971279 02 mai
Robert Ernest Diorgomek degré Dibang Nyong et kellé
696039322
Chef du village Chefferie de 3e Commune Centre 670569442
NGAN Syprien 02 mai
Ham degré Dibang Nyong et kellé ndjembesarl@
yahoo.fr
NDJEMBE Chef du village Chefferie de 3e Commune Centre
699650743 02 mai
Ernest Lissegue degré Dibang Nyong et kellé
NGUE Ndjiki Chef du village Chefferie de 3e Commune Centre
693444896 02 mai
Jean Pierre Maboyé degré Dibang Nyong et kellé

Liste des participants pour la réunion tenue à la COMMUNE DE BOT-MAKAK

Nom et Poste Lieu de Région Date


Institution Contact
Prénoms Fonction Rencontre Département Rencontre
ANNAFOR
Sous- Centre 651 99 91 19
ASSONGWE Sous-préfet Sous-préfecture 25 avril
préfecture Nyon et Kéllé 675 08 56 36
Cletus
BIBOUM Jean Commune de Centre 699 67 56 08
Maire Mairie 02 mai
Pierre Bot-Makak Nyon et Kéllé 673 93 19 54
1er Adjoint Commune de Salle des actes Centre
HELES EBOG 699 63 33 39 02 mai
au Maire Bot-Makak de la commune Nyon et Kéllé
NDJENG Commune de Salle des actes Centre
Conseiller 697 18 59 26 02 mai
Bernard Bot-Makak de la commune Nyon et Kéllé
LIBOG Commune de Salle des actes Centre
Conseillère 696 46 50 25 02 mai
Marthe Bot-Makak de la commune Nyon et Kéllé
MBANGA Commune de Salle des actes Centre
Conseiller 691 58 43 83 02 mai
Robert Bot-Makak de la commune Nyon et Kéllé
SONGO Commune de Salle des actes Centre
Conseiller 698 14 16 98 02 mai
Olivier Aubin Bot-Makak de la commune Nyon et Kéllé
BENGUE Commune de Salle des actes Centre
Conseiller 698 79 95 48 02 mai
KWALA Bot-Makak de la commune Nyon et Kéllé
DINOG Représentant Chefferie Salle des actes Centre / 02 mai

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 148 sur 159

Célestin du chef d’Ekoungainb de la commune Nyon et Kéllé


é Nord
BANEMEY Chefferie de Salle des actes Centre
Notable 694 54 17 02 02 mai
Banyinga Si-Manyaï II de la commune Nyon et Kéllé
Salle des actes Centre
BAYIHA Paul Notable Chefferie 673 44 70 37 02 mai
de la commune Nyon et Kéllé
MINYEM Commune de Salle des actes Centre
Conseillère 675 52 19 37 02 mai
Adèle Bot-Makak de la commune Nyon et Kéllé
BATHA Jean Commune de Salle des actes Centre
Conseiller 671 22 66 34 02 mai
Baptiste Bot-Makak de la commune Nyon et Kéllé
NYOBE
Commune de Salle des actes Centre
MADENG Conseiller 696 41 57 04 02 mai
Bot-Makak de la commune Nyon et Kéllé
Gabriel
Chef du Chefferie de Salle des actes Centre
MINKA Aloys / 02 mai
village Pan-Kombe de la commune Nyon et Kéllé
NOUCK Représentant Chefferie de Salle des actes Centre
696 50 64 32 02 mai
Alphonse du chef Bissombe de la commune Nyon et Kéllé
MBOGOL
Chefferie de Salle des actes Centre
Sosthène Notable 690 15 27 18 02 mai
Pan-Kombe de la commune Nyon et Kéllé
Mathien
Chefferie de Salle des actes Centre
DIYANI Paul Notable / 02 mai
Pan-Kombe de la commune Nyon et Kéllé
YEBGA Jean Chef du Chefferie de Salle des actes Centre
696 64 17 85 02 mai
Stéphane village Pan-Kombe de la commune Nyon et Kéllé
Représentant Chefferie de Salle des actes Centre
NANE Pierre 679 87 48 90 02 mai
du chef Pan-Kombe de la commune Nyon et Kéllé
MBONDO Chef du Chefferie de Salle des actes Centre
696 61 29 91 02 mai
NJIP Jean village Lelep II de la commune Nyon et Kéllé
Chef du Chefferie de Salle des actes Centre 698 33 04 04
02 mai
BOOG Robert village Mandjock de la commune Nyon et Kéllé 676 49 80 80
699 36 40 59
BOGHIS Commune de Salle des actes Centre bognisernesta
Conseiller 02 mai
Ernest André Bot-Makak de la commune Nyon et Kéllé ndre@yahoo.c
om
NOGNIBO Chef du Chefferie de Salle des actes Centre
691 77 12 62 02 mai
Véronique village Pan-Kombe de la commune Nyon et Kéllé

Liste des personnes présentes à la réunion et des personnes rencontrées dans la COMMUNE DE MATOMB

Nom Et Poste Lieu De Région Date de


Institution Contact
Prénoms Fonction Rencontre Département Rencontre
NGANJIFON Sous-préfecture Sous- Centre
Sous-préfet 695 61 90 58 25 avril
Ismaïl A de Matomb préfecture Nyon et Kéllé
2ème Adjoint Mairie de Mairie Centre 675 58 91 48
NGO Kivey 25 avril
au Maire Matomb Matomb Nyon et Kéllé 693 91 83 90
Mairie de Mairie Centre 699 97 76 44
NYOBE NYOBE Maire 03 mai
Matomb Matomb Nyon et Kéllé 675 35 99 05
Village
Chef de Mairie Centre 694 24 12 75
BAYIHA Eone Manguen 04 mai
village Matomb Nyon et Kéllé 673 87 87 50
Mandjoch I
EONE EONE Chef de Village Mairie Centre 699 83 90 55
04 mai
Raphael village Mandoumba Matomb Nyon et Kéllé 670 01 71 16
Agent de
NOUGA NGOM Mairie Centre 670 75 80 16
développeme Commune 04 mai
Jean Emile Matomb Nyon et Kéllé 699 51 25 03
nt communal
Conseillers
municipal et Mairie Centre 675 84 16 99
UM Bernard Village Mawel 04 mai
représentant Matomb Nyon et Kéllé 661 14 84 95
du chef
NGOUNBA
Chef de Village Mairie Centre
LIKENG 694 75 38 98 04 mai
village Matomb-route Matomb Nyon et Kéllé
Edouard Olivier
BALEGA Chef de Village Mairie Centre 699 51 70 01 04 mai

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 149 sur 159

NYOBE Benoit village Bendjock Matomb Nyon et Kéllé


TONYE Chef de Mairie Centre
Village Mangaï 691 55 59 91 04 mai
Emmanuel village Matomb Nyon et Kéllé
Secrétaire Mairie de Mairie Centre 675 85 86 41
HAGBE Eugène 04 mai
Général Matomb Matomb Nyon et Kéllé 699 66 30 82
LINDFECK Chef de Village Lamal- Mairie Centre
695 35 66 66 04 mai
Jacques Charles village Pougué Matomb Nyon et Kéllé

Liste des personnes présentes à la réunion et des personnes rencontrées à la COMMUNE DE LOBO

Date de
Poste Lieu de Région
Nom et Prénoms Institution Contact Rencontr
Fonction Rencontre Département
e
Sous- Sous- Centre
ABDOU KAIGAMA Sous-préfet LOBO 698147786 25 avril
préfecture préfecture Lékié
Responsable Commune Commune Centre
ZAMGOLA Conrad 651489501 25 avril
administratif de Lobo de Lobo Lékié
Secrétaire général
MBEGA AHANDA Commune Commune Centre
de la mairie de 674732706 04 mai
Nicolas Bertrand de Lobo de Lobo Lékié
Lobo
Conseiller Commune Mairie de Centre
EWODO Martin 691221160 04 mai
municipal de Lobo Lobo Lékié
Conseiller Commune Mairie de Centre
ONANA ENGAMA 694066369 04 mai
municipal de Lobo Lobo Lékié
Chef du village Mairie de Centre
AFANA Louis Marie Chefferie / 04 mai
Oveng Lobo Lékié
Chef du village Mairie de Centre
ESSONO Michel Chefferie 694932796 04 mai
Nkolyem Lobo Lékié
ELOUNDOU Ngah Chef du village Mairie de Centre
Chefferie / 04 mai
Denis Minkoa Lobo Lékié
Notable du village Mairie de Centre
LEYABE Paul Chefferie 660882711 04 mai
Nkolmelen Lobo Lékié
Chef du village Mairie de Centre
EBODE Mvolo Chefferie 660754880 04 mai
Nkolmelen Lobo Lékié
Chef du village Mairie de Centre
ONANA Ekengué Chefferie 699055147 04 mai
Noa III Lobo Lékié
EKENE EBODE Représentant chef Mairie de Centre
Chefferie 662422478 04 mai
Richard Adzap Lobo Lékié
Chef du village Mairie de Centre
ASSOLA Edmond Chefferie 674145095 04 mai
Gon III Lobo Lékié
ONGUENE Tsanga Représentant chef Mairie de Centre
Chefferie 670767564 04 mai
Engelbert Guillaume Ngoulmekong Lobo Lékié
Représentant chef Mairie de Centre
SEME Apollinaire Chefferie 699494692 04 mai
Menguek I Lobo Lékié
NDZANA Roger Chef du village Mairie de Centre 675434979
Chefferie 04 mai
Benoît Eyang Lobo Lékié 697082951
MINALA Mbala Conseillère Commune Mairie de Centre 699393448
04 mai
(veuve Avana) municipale de Lobo Lobo Lékié 670911116
ATANGANA Jean Notable Mairie de Centre
Chefferie 696708381 04 mai
Dieudonné Robert Nkomeyan Lobo Lékié
Chef du village Mairie de Centre
MBALLANKOA Émile Chefferie 697891162 04 mai
Kondi Lobo Lékié
Mairie de Centre
ZAMGOLA Conrad Agent communal Mairie 651489501 04 mai
Lobo Lékié
NDZENGUE Enyegue Chef du village Mairie de Centre 660200208
Chefferie 04 mai
Jean Ozom I Lobo Lékié 675051765
Chef du village Mairie de Centre
ENAMA Polycarpe Chefferie 674850710 04 mai
Nkong-messa Lobo Lékié
Chef de personnel Mairie de Mairie de Centre 697265635
BAYEG Jean Paul 04 mai
mairie Lobo Lobo Lékié 652570654
Notable Mairie de Centre
ELOUNDOU Odi II Chefferie 699059628 04 mai
d’Ekoumtik Lobo Lékié

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 150 sur 159

Liste des responsables des services techniques départementaux rencontrés à MONATELE

Poste Lieu de Région Date de


Nom et Prénoms Institution Contact
Fonction Rencontre Département Rencontre
KAMSU Patrick Préfecture
Préfet Lékié Monatélé Centre / Lékié 677 73 87 35 28 avril
Simon Lékié
YOUSSOUFA Délégué
DD MINEE Monatélé Centre / Lékié 679 31 38 08 25 mai
HAMADOU départemental
DOUANLA
Délégué DD
MEWA Elisabeth Monatélé Centre / Lékié 675 81 13 73 25 mai
départemental MINDCAF
epse TCHIANZE
Délégué DD
MENGUE Jules Monatélé Centre / Lékié 677 76 25 32 25 mai
départemental MINADER
Délégué
AYISSI BESSALA DD MINFOF Monatélé Centre / Lékié 677 64 61 95 25 mai
départemental

Liste des personnes présentes à la réunion dans la COMMUNE DE MBANKOMO

Noms et Poste Lieu de Région Date de


Institution Contact
Prénoms Fonction Rencontre Département Rencontres
Harouna
Sous-préfet de Sous- Sous- Centre
NYANDJI 675545570 10 mai
Mbankomo préfecture préfecture Mefou et Akono
MGBATOU
ATANGANA Administratif
Mairie de Centre
ATANGANA chargé des Mairie 677804441 10 mai
Mbankomo Mefou et Akono
Jacques marchés et projets
MBENGONO
Sous-
EBENDENG Adjoint au Sous- Sous- Centre
préfecture de 670687264 13 mai
épse ESSENG préfet préfecture Mefou et Akono
Mbankomo
Germaine
Sous-
MVESSO née 2e adjoint au Sous- Centre
préfecture de 677660361 13 mai
MBOE Adelaïde Maire préfecture Mefou et Akono
Mbankomo
Chef de Groupement
MBANI Sous- Centre
groupement Nama et 690064593 13 mai
OWONA Lucien préfecture Mefou et Akono
Nama et Ndobo Ndobo
Chef de village Chefferie Sous- Centre
MBA Albert 698713499 13 mai
Ongot d’Ongot préfecture Mefou et Akono
BINDZI OYINO Chef de village Sous- Centre
Village Kala 675355267 13 mai
Alphonse Kala préfecture Mefou et Akono
Sous- Centre
Nama Rose Notable Village Kala 67718796 13 mai
préfecture Mefou et Akono
NGO BALEBA Adjoint Sous- Centre 675725506
Village Kala 13 mai
Judith Marie d’administration préfecture Mefou et Akono 696217305

Liste des responsables des services techniques départementaux rencontrés à NGOUMOU

Noms et Poste Lieu de Région Date de


Institution Contact
Prénoms Fonction Rencontre Département Rencontres
NYASO
Centre 677304622
MOHAMADOU 2e Adjoint Préfectoral Préfecture Ngoumou 04 mai
Mefou et Akono 696991508
NFOR
Chef service des
NDONGO affaires Centre 675116553
Préfecture Ngoumou 04 mai
Augustin administratives et Mefou et Akono 699291247
juridiques
Délégué DD Centre
KOUTIA Vances Ngoumou 677779093 04 mai
Départemental MINDHU Mefou et Akono
TSIENG Délégué DD Centre
Ngoumou 67563882 04 mai
ABANDA Noel Départemental MINEE Mefou et Akono
Délégué DD Centre
NTIBANE Roger Ngoumou 678939143 04 mai
Départemental MINEPAT Mefou et Akono
ADJA Délégué DD Ngoumou Centre 674182285 04 mai

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 151 sur 159

MINKARANKO Départemental MINFOF Mefou et Akono


Séverine

8.3. LIGNE BOUCLE DE YAOUNDÉ

Liste des responsables des services techniques régionaux et départementaux rencontrés à YAOUNDÉ

Noms et Poste Lieu de Région Date de


Institution Contact
Prénoms Fonction Rencontre Département Rencontre
BELIBI DD Centre
Délégué départemental Bureau 677326358 03 mai 2016
Alexandre MINADER Mfoundi
Chef service régional
Délégation Centre
FEUGANG Blaise du partenariat local et DR MINDHU 677172077 03 mai 2016
régionale Mfoundi
de la planification
TEDONGMOUO Centre
Délégué départemental DD MINFOF Bureau 674855674 03 mai 2016
Calvain Mfoundi
Chef de bureau des
MBEGA PIUS Centre
affaires communes DD MINAS Bureau 675151930 03 mai 2016
Hervé Mfoundi
statistiques
Chef service Statistique DR Centre
Emmanuel SEH Bureau 677158390 05 mai 2016
agricole MINADER Mfoundi
Refus de signer la DD Centre
Délégué départemental Bureau / 05 mai 2016
fiche MINADER Mfoundi
NDJEMBA née
Chef service délégation Centre
ABONA DD MINCAF Bureau 691809475 12 mai 2016
du patrimoine de l’État Mfoundi
Huguette

Liste des personnes présentes à la réunion dans le VILLAGE AHALA 2

Noms et Poste Lieu de Région Date de


Institution Contact
Prénoms Fonction Rencontre Département Rencontres
Sous-
BIDJEL Adjoint sous- Centre
préfecture Bureau 699819393 04 mai 2016
Honoré Walter préfet Mfoundi
Yaoundé 3
Centre
ZE ESSONO patriarche Ahala 2 chefferie 673902229 14 mai 2016
Mfoundi
ZOAH André Centre 696334047 14 mai 2016
Chef de bloc Ahala 2 chefferie
Roger Mfoundi 676074672
AMBASSA Centre 14 mai 2016
Forestier Ahala 2 chefferie 674164327
Jules Magloire Mfoundi

Liste des personnes présentes à la réunion dans le VILLAGE NGOUSSO

Noms et Poste Lieu de Région Date de


Institution Contact
Prénoms Fonction Rencontre Département Rencontres
Chef de 3e
Chefferie Chefferie Centre
EFFILA .G degré village 699 54 16 07 29 avril 2016
Ngousso Ngousso Mfoundi
Ngousso
Chefferie Chefferie Centre
OLOA Antoine Notable 675 47 61 67 29 avril 2016
Ngousso Ngousso Mfoundi
Chefferie Chefferie Centre
ESSOGO Jules Notable 677 65 55 17 29 avril 2016
Ngousso Ngousso Mfoundi
TUOSOCK
Chefferie Chefferie Centre
LONTUO Fils du village 694 14 84 51 29 avril 2016
Ngousso Ngousso Mfoundi
Junior

Liste des personnes présentes à la réunion dans le VILLAGE KONDENGUI 1 EST

Date de
Poste Lieu de Région
Noms et Prénoms Institution Contact Rencont
Fonction Rencontre Département
res
TAMBA Etienne Chef de 3ème Chefferie Chefferie Centre
699 54 49 28 02 mai
Delphinus degré Kondengui 1 Kondengui 1 Mfoundi

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 152 sur 159

Est Est
Chefferie Chefferie
Centre
EDOA Pascal Chef de bloc Kondengui 1 Kondengui 1 675 58 49 01 02 mai
Mfoundi
Est Est
Chefferie Chefferie
NGOLO Jean Chef de 3ème Centre
Kondengui 1 Kondengui 1 677 89 98 01 02 mai
Pierre degré Mfoundi
Est Est
Chefferie Chefferie
KUITCHE Habitant du Centre
Kondengui 1 Kondengui 1 699 27 52 14 02 mai
Nougisk village Mfoundi
Est Est
Chefferie Chefferie
Centre
NDI Joseph Chef de bloc Kondengui 1 Kondengui 1 674 17 94 54 02 mai
Mfoundi
Est Est
Chefferie Chefferie
Mme ESSAM Centre
Chef de bloc Kondengui 1 Kondengui 1 699 73 29 98 02 mai
Henriette Mfoundi
Est Est
Mme Chefferie Chefferie
Centre
MINKOULOU Notable Kondengui 1 Kondengui 1 675 04 4842 02 mai
Mfoundi
Suzanne Est Est
Chefferie Chefferie
SIENJEMBE Centre
Habitant Kondengui 1 Kondengui 1 664 25 69 73 02 mai
Samuel Mfoundi
Est Est
Chefferie Chefferie
MINKOULOU L. PCBI Centre
Kondengui 1 Kondengui 1 697 56 60 12 02 mai
NGONO Kondengui Mfoundi
Est Est
Chefferie Chefferie
ATANGANA Centre
Notable Kondengui 1 Kondengui 1 677 69 32 00 02 mai
ESSAMA JOSEPH Mfoundi
Est Est
Chefferie Chefferie
NSOMBA Centre
Chef de bloc Kondengui 1 Kondengui 1 677 02 93 73 02 mai
MBIDA Mfoundi
Est Est
Chefferie Chefferie
Habitant Centre
TABI Joseph Kondengui 1 Kondengui 1 678 43 09 90 02 mai
(enseignant) Mfoundi
Est Est
Chefferie Chefferie
KONO Émile Centre
Notable Kondengui 1 Kondengui 1 696 94 54 62 02 mai
Gervais Mfoundi
Est Est
Chefferie Chefferie
Mme DJINEN Centre
Notable Kondengui 1 Kondengui 1 699 62 74 73 02 mai
Hortense Mfoundi
Est Est
Chefferie Chefferie
TCHAMKO Habitant Centre
Kondengui 1 Kondengui 1 697 13 18 40 02 mai
JOSEPH (commerçant) Mfoundi
Est Est
Chefferie Chefferie
Centre
EBE Maurice Notable Kondengui 1 Kondengui 1 677 16 62 64 02 mai
Mfoundi
Est Est
Chefferie Chefferie
Centre
OUMAROU Plombier Kondengui 1 Kondengui 1 677 24 21 11 02 mai
Mfoundi
Est Est

Liste des personnes présentes à la réunion dans le VILLAGE NYOM 2

Poste Lieu de Région Date de


Noms et Prénoms Institution Contact
Fonction Rencontre Département Rencontre
Adjoint au Sous- Sous- Centre
ABENA Bienvenu Yaoundé 1 670699861 26 avril
Préfet préfecture Mfoundi
NKOUDOU Chef de village Chefferie Centre
Yaoundé 1 677560113 11 mai
AWANA Ignace Nyom 2 de Nyom 2 Mfoundi
Chefferie Centre
ETELE Herbert B Chef de bloc A Yaoundé 1 677148431 11 mai
de Nyom 2 Mfoundi
Chef de bloc de Chefferie Centre
AMBASSA Paul Yaoundé 1 651123783 11 mai
Nkol-Assen de Nyom 2 Mfoundi
MOAG EWODO Chef de bloc Yaoundé 1 Chefferie Centre 654363031 11 mai

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 153 sur 159

Marc Aimé de Nyom 2 Mfoundi


Chefferie Centre
EYENGA Ernest Chef de Bloc Yaoundé 1 651462761 11 mai
de Nyom 2 Mfoundi
Chefferie Centre
EKODO Faustin Notable Yaoundé 1 678272709 11 mai
de Nyom 2 Mfoundi
NKOUDOU Chefferie Centre
Notable Yaoundé 1 677032500 11 mai
Ignace Cyrille de Nyom 2 Mfoundi
Chefferie Centre
NGAH AWANA Riverain Yaoundé 1 694149092 11 mai
de Nyom 2 Mfoundi

Liste des personnes présentes à la réunion dans le VILLAGE OYOMABANG 3

Noms et Poste Lieu de Région Date de


Institution Contact
Prénoms Fonction Rencontre Département Rencontres
Chef 3e degré Chefferie Chefferie Centre
MBIA Michel 677 16 97 00 05 mai
d’Oyomabang 3 Oyomabang 3 Oyomabang 3 Mfoundi
EVOUNA Chef de bloc Chefferie Chefferie Centre
695 13 68 80 05 mai
MANGA d’Oyomabang 3 Oyomabang 3 Oyomabang 3 Mfoundi
Chef de bloc Chefferie Chefferie Centre
EKASSI Vilin 677 67 98 82 05 mai
d’Oyomabang 3 Oyomabang 3 Oyomabang 3 Mfoundi
NGO MINKA Chefferie Chefferie Centre
Notable 678 76 62 77 05 mai
epse MBIA Oyomabang 3 Oyomabang 3 Mfoundi
ATANGANA Agent Chefferie Chefferie Centre
679 27 90 32 05 mai
Michel communal Oyomabang 3 Oyomabang 3 Mfoundi
ENYEGUE Prestataire de Chefferie Chefferie Centre
677 19 55 09 05 mai
Justine service Oyomabang 3 Oyomabang 3 Mfoundi
MBIA Ariane Chefferie Chefferie Centre
Etudiante 676 32 37 07 05 mai
Cathérine Oyomabang 3 Oyomabang 3 Mfoundi
ESSAMA Chefferie Chefferie Centre
Habitant 697 71 10 99 05 mai
Armand David Oyomabang 3 Oyomabang 3 Mfoundi
MBIA Michel Chefferie Chefferie Centre
Habitant 655 09 16 35 05 mai
Arthur Oyomabang 3 Oyomabang 3 Mfoundi
NANA Franck Chefferie Chefferie Centre
Habitant 694 78 37 70 05 mai
Teddy Oyomabang 3 Oyomabang 3 Mfoundi
Agent Chefferie Chefferie Centre
AKOA Roger 671 68 40 17 05 mai
communal Oyomabang 3 Oyomabang 3 Mfoundi
NGOUE Chefferie Chefferie Centre
Habitant 671 95 19 60 05 mai
Joseph Oyomabang 3 Oyomabang 3 Mfoundi
Chefferie Chefferie Centre
MBIA Michel II Habitant 679 27 90 93 05 mai
Oyomabang 3 Oyomabang 3 Mfoundi
NJOY NKE
Chefferie Chefferie Centre
Rebecca Raissa Etudiant 697 82 64 18 05 mai
Oyomabang 3 Oyomabang 3 Mfoundi
Fleur
MALDINTIOU
Chefferie Chefferie Centre
FOTSING Etudiante 698 15 58 60 05 mai
Oyomabang 3 Oyomabang 3 Mfoundi
Sylvia Natacha
MOULIOM Chefferie Chefferie Centre
Habitant 699 34 34 48 05 mai
ABASS Oyomabang 3 Oyomabang 3 Mfoundi
NGO NYECK Contractuel Chefferie Chefferie Centre
696 22 81 93 05 mai
Evelyne d’administration Oyomabang 3 Oyomabang 3 Mfoundi
NKE NKE
Contractuel Chefferie Chefferie Centre
Polycarpe 671 32 64 90 05 mai
d’administration Oyomabang 3 Oyomabang 3 Mfoundi
Ulrich
Chefferie Chefferie Centre
ATEBA Martin Notable 675 11 92 58 05 mai
Oyomabang 3 Oyomabang 3 Mfoundi
NSONKA Chefferie Chefferie Centre
Habitant 690 32 31 78 05 mai
Emmanuel Oyomabang 3 Oyomabang 3 Mfoundi
OTTOU Manga Chefferie Chefferie Centre
Habitant 674 15 05 09 05 mai
Eugene Oyomabang 3 Oyomabang 3 Mfoundi
ONAMBELE Chefferie Chefferie Centre
Habitant 675 10 65 79 05 mai
Sébastien Oyomabang 3 Oyomabang 3 Mfoundi

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 154 sur 159

Liste des personnes présentes à la réunion dans le VILLAGE OYOMABANG 4

Région Date de
Noms et Poste Lieu de
Institution Départeme Contact Rencontre
Prénoms Fonction Rencontre
nt s
Chef de 3e degré
EVOUNA Chefferie Chefferie Centre
village 677 76 59 13 02 mai
Jean Rigobert Oyomabang 4 Oyomabang 4 Mfoundi
Oyomabang 4
TEME Epse
Chefferie Chefferie Centre
ESSAMA Chef de bloc 3 698 74 55 42 02 mai
Oyomabang 4 Oyomabang 4 Mfoundi
Josephine
ATANGANA Chefferie Chefferie Centre
Chef de bloc 2 677 22 47 57 02 mai
Nicolas Oyomabang 4 Oyomabang 4 Mfoundi
ENYEGUE Chefferie Chefferie Centre
Chef de bloc 4 675 66 09 97 02 mai
Boniface Oyomabang 4 Oyomabang 4 Mfoundi

Liste des personnes présentes à la réunion dans le VILLAGE NKOLNKOUMOU

Noms et Poste Lieu de Région Date de


Institution Contact
Prénoms Fonction Rencontre Département Rencontres
MBARGA Chefferie Chefferie Centre /
Chef de village 661 57 05 58 25 mai
Frédéric Nkolkoumou Nkolkoumou Mfoundi
Conseiller du
KOA AKOA Chefferie Chefferie Centre /
chef/ Service du 690 74 18 14 25 mai
Joseph Nkolkoumou Nkolkoumou Mfoundi
1er Ministre
VAH Fondatrice du
Chefferie Chefferie Centre /
Madeleine GIC (groupement 674 45 75 14 25 mai
Nkolkoumou Nkolkoumou Mfoundi
Eliane des femmes)

Liste des personnes présentes à la réunion dans le VILLAGE BITENG

Noms et Poste Lieu de Région Date de


Institution Contact
Prénoms Fonction Rencontre Département Rencontre
Notable Chefferie
Chefferie de Chefferie Centre
EDZOA Blyssée 3ème degré de 697 03 84 91 04 mai
Biteng de Biteng Mfoundi
Biteng
MBARGA
Chefferie de Chefferie Centre
BILIBI Romain Habitant 699 11 98 89 04 mai
Biteng de Biteng Mfoundi
Martial
KISSEK
Chefferie de Chefferie Centre
ENGONG Habitant 690 80 55 68 04 mai
Biteng de Biteng Mfoundi
Florent
MELINGUI Chefferie de Chefferie Centre
Habitant 694 62 90 77 04 mai
Florentin Biteng de Biteng Mfoundi
MEWOLI Maître d’hôtel Chefferie de Chefferie Centre
699 65 36 11 04 mai
Aristide E m cuisinier en chef Biteng de Biteng Mfoundi
FOUMENA Porte-parole des Chefferie de Chefferie Centre
670 70 81 60 04 mai
Raphaél Olivier jeunes Biteng de Biteng Mfoundi
Olivier
Chefferie de Chefferie Centre
Christian Notables 676 54 32 01 04 mai
Biteng de Biteng Mfoundi 4
NGABA
Chef de bloc
NDI Louis Chefferie de Chefferie Centre
Biteng Centre- 695 67 83 57 04 mai
Marcel Biteng de Biteng Mfoundi
sud
Chef de bloc
MANI ADA Chefferie de Chefferie Centre
Biteng Centre- 699 41 98 97 04 mai
Idon Biteng de Biteng Mfoundi
nord
Représentant du
AMOUGOU Chefferie de Chefferie Centre
chef de bloc 696 51 30 68 04 mai
MBIDA Biteng de Biteng Mfoundi
Biteng Nord
EDZOA Chefferie de Chefferie Centre
Patriarche 672 59 72 37 04 mai
Dominique Biteng de Biteng Mfoundi
AKONO Habitant Chefferie de Chefferie Centre 699 58 06 92 04 mai

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 155 sur 159

Célestin Biteng de Biteng Mfoundi


MENANG Secrétaire général Chefferie de Chefferie Centre
693 81 61 79 04 mai
Francis Biteng Centre-sud Biteng de Biteng Mfoundi
Chefferie de Chefferie Centre
Ndjockyve Habitant 691 68 43 60 04 mai
Biteng de Biteng Mfoundi
MIWOZIE Chefferie de Chefferie Centre
Notable 675 50 70 82 04 mai
Martin Lazare Biteng de Biteng Mfoundi
BELINGA Chef de 3ème degré Chefferie de Chefferie Centre
675 23 71 43 04 mai
Pierre de Biteng Biteng de Biteng Mfoundi

7.4. LIGNE GAROUA – MAROUA ET LIGNE GAROUA – FIGUIL – GUIDER - MAROUA

Liste des personnes rencontrées dans les services techniques à GAROUA

Poste Lieu Région


Noms et Prénoms Institution Contact
Fonction Rencontre Département
ATABONGFACK Délégué Départemental DD Nord
Garoua 699494633
MAURICE MINEE MINEE Benoué
DJOUMTOLOUM DD Nord 677687973
Délégué Départemental Garoua
RAYMOND MINAS Benoué 242157106
DD Nord
DJALLO LADDE Délégué Départemental Garoua 679629841
MINPROFF Benoué
697735951
SOUINA HAKNA DD Nord
Chef de Service Garoua jsouinat@gm
JANVIER MINEPAT Benoué
ail.com
677557311
DD Nord
OUDJIKI LASDANA Délégué Départemental Garoua oudjila@yaho
MINADER Benoué
o.com
690020698
BASSORO ENEO Nord
Directeur Régional Garoua Bassoro.haya
HAYATOU Cameroun Benoué
tou@eneo.cm
MELINGUI ACHILLE DD Nord 675966793
Délégué Départemental Garoua
FLAVIEN MINFOF Benoué 698233166
ABDOULAYE DD Nord
Chef Service Garoua 699446103
SISSINVOU MINDCAF Benoué

Liste des personnes présentes à la réunion dans la COMMUNE DE GAROUA 2ème : Lundi, 02 mai 2016

Poste Lieu de Région


Noms et Prénoms Institution Contact
Fonction Rencontre Département
MABAYA
Sous-Préfet de Sous-préfecture de Commune Nord
ESSOMBA 696031722
Garoua II Garoua II Garoua II Benoué
FRANCOIS
BOUBAKARI Cadre sous- Sous-préfecture de Commune Nord 696218411
NASSOUWA préfecture Garoua II Garoua II Benoué 674905865
3ème Adjoint au Commune de Garoua Commune Nord
BREY SAMMUEL 699204770
Maire 2ème Garoua II Benoué
Sa Magesté ABBO Chef de 3ème degré Canton de Commune Nord
695173657
NOUHU Poumpoumré Poumpoumré Garoua II Benoué
Chef de 3è degré Commune Nord 696153442
SAHOU Canton de Laide
Lainde Garoua II Benoué 661404669
Chef de 3è degré Commune Nord
AHMADOU ABBO Canton de Bibeméré II 697440165
Bibeméré II Garoua II Benoué
HAMIDOU Chef de 3è degré de Commune Nord
Canton de l’Oula Ibbiré 699476793
HOMORUOBI l’Oula Ibbiré Garoua II Benoué
Chef de 3è degré de Commune Nord
IBRAHIMA SALI Canton de Beré Foulbé /
Beré Foulbé Garoua II Benoué
FARIKOU Commune Nord
Lawane Bilga Bilga 699730396
OUMAROU Garoua II Benoué
BOUBAKARI Commune Nord
Lawane Tongo Tongo 696328389
MOUSSA Garoua II Benoué

Liste des participants à la réunion tenue à la COMMUNE DE PITOA

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 156 sur 159

Poste Lieu Région


Noms et Prénoms Institution Contact
Fonction Rencontre Département
2ème Adjoint au Nord
AKANWO MANGA Commune Pitoa 695546514
Maire de Pitoa Benoué
Nord
BOUBA MOUKOUBA Conseiller Municipal Pitoa Pitoa 695256400
Benoué
Représentant du Nord
CHAKFALBO PAZIRI MINATD Pitoa 697256023
Sous-Préfet Benoué
Chef de 3ème degré Chefferie de Nord
DJAOURO HALIDOU Pitoa 693139669
Karewa Karewa Benoué
Chef de 3ème degré Chefferie de Nord
SALI ABDOULAYA Pitoa 696057528
de Dolléré I Dolléré I Benoué

Liste des participants à la réunion tenue à la COMMUNE DE FIGUIL

Poste Lieu Région


Noms et Prénoms Institution Contact
Fonction Rencontre Département
Sous- Nord
DILI GABRIEL Sous-Préfet Figuil 677566268
Préfecture Mayo Louti
MOHAWADOU DJIDDA Nord
Lamido Figuil Lamida Figuil 699742105
SALI Mayo Louti
Représentant Lamido de Lamida de Nord
OUSMANOU LAWANE Figuil 675959544
Bidzar II Bidzar II Mayo Louti
Nord
ZIMIRI JEAN BAPTISTE Conseiller Municipal Conseiller Figuil 6650420398
Mayo Louti
Nord
MONGLO Conseiller Municipal Conseiller Figuil 670258109
Mayo Louti
Nord
TONMBA MBE Conseiller Municipal Conseiller Figuil 678327944
Mayo Louti
Nord
ZOUFENET ALPHONE Conseiller Municipal Conseiller Figuil 694544074
Mayo Louti
MONGLO VONDOU Nord
Conseiller Municipal Conseiller Figuil 699751744
JACQUE Mayo Louti
Représentant Lamido de Lamida Nord
TOUMBA BOUBA Figuil /
Bidzar I Bidzar I Mayo Louti
Conseiller de Nord
HAMAN BELLO Conseiller Municipal Figuil 673118754
Bidzar II Mayo Louti
Conseiller de Nord
HAMADOU MISTE Conseiller Municipal Figuil 674740882
Bidzar I Mayo Louti
Conseiller Commune de Commune de Nord
SEIDOU BABA Figuil 673132906
Figuil Figuil Mayo Louti
Nord
MARMGLE JEAN Lawan / Figuil /
Mayo Louti
TOUMBA Nord
Conseiller Municipal Conseiller Figuil 699511949
MOULYAKAYANG Mayo Louti

Liste des personnes rencontrées dans les services techniques départementaux à GUIDER

Poste Lieu Région


Noms et Prénoms Institution Contact
Fonction Rencontre Département
Délégué Nord
MAKEI JOSEPH DD MINEPAT Guider 699720677
Départemental Mayo Louti
694778312
Délégué Nord 675570571
AWE PIERE DD MINEE Guider
Départemental Mayo Louti pierreawe@yaho
o.fr
699677032
WOUBEKBE Chef service des Nord 675361613
DD MINEE Guider
HONORE Énergies Mayo Louti woubekbe@yah
oo.fr
Délégué Nord 650 844130
MAMADOU FARA DD MINAS Guider
Départemental Mayo Louti 699892319

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 157 sur 159

Nord
FANTA PAULINE Personnel DD MINAS Guider 699165670
Mayo Louti
699808878
HAOUA KOULOU Délégué DD Nord
Guider 677485748
BOUQUET Départemental MINPROFF Mayo Louti
K_kb2@yahoo.fr
TAGOU MAMINFO DD Nord 696044603
Chef de Bureau Guider
Nadine MINEPDED Mayo Louti 675716572
TROUMBA TOBOU DD Nord 695322505
Chef Service Guider
ERIC MINDCAF Mayo Louti 676137273
KAUGAINE JAHADI DD Nord
Chef Service Guider 693590368
ABBA MINADER Mayo Louti

Liste des participants à la réunion tenue à la COMMUNE DE GUIDER

Poste Lieu Région


Noms et Prénoms Institution Contact
Fonction Rencontre Département
Commune de Nord
MANA MONGLO 2ème Adjoint au Maire Guider 675208173
Guider Mayo Louti
ABDOULAYE Lamidat Nord 699420208
Lamido Golombe Guider
BOUGUE Golombe Mayo Louti 677661341
Nord
TODOU ALAIN Conseiller Municipal Conseiller Guider 679325560
Mayo Louti
BETCHE Nord
Conseiller Municipal Conseiller Guider 69903005
GOUDOUM Mayo Louti
BLAKANG Nord
Conseiller Municipal Conseiller Guider 694491495
DOLEKE Mayo Louti
Nord
HMADOU ALIM Lamido LAMIDAT Guider 699197762
Mayo Louti
HAMADOU ELIF Nord
Lawan S/C Guider Guider 699468467
OUSMAN Mayo Louti
SOUAIBOU Nord
Lawan Bebere BEBERE Guider 697681173
NAWAN HAMAN Mayo Louti
EGUESSA Nord
Lawan Singai Di SINGAI DI Guider 680456906
AMINOU Mayo Louti
Nord
SADJO HAMADOU Conseillère Municipal Conseillère Guider 660824949
Mayo Louti
DJAMBOUTO Nord
HAMA ADAMA Lawan Djamboutou Guider 675448201
U Mayo Louti
ELH YAYA Conseiller Commune de Commune de Nord
Guider 699742275
SOULEY MAN Guider Guider Mayo Louti

Liste des personnes rencontrées dans les services techniques à MAROUA

Poste Lieu Région


Noms et Prénoms Institution Contact
Fonction Rencontre Département
DD Extrême Nord
ALIFA SALLEH Délégué Départemental Maroua 699643884
MINEE Diamaré
699670487
OUMAROU DD Extrême Nord 672735095
Chef service Maroua
SAMBA MINEE Diamaré tchapro@yah
oo.fr
DD Extrême Nord
BOUBA KONA Délégué Départemental Maroua 697234093
MINADER Diamaré
ASSANA DD Extrême Nord
Chef Service Maroua 699715153
MAHAMAT MINADER Diamaré
DD Extrême Nord 675280411
BOUBA ARIKI Délégué Départemental Maroua
MINDCAF Diamaré 691452394
MAMOUDOU DD Extrême Nord 696255003
Délégué Départemental Maroua
HAMADOU MINAS Diamaré 679317565
677344933
ABAKAR DD Extrême Nord
Délégué Départemental Maroua 656030182
MAHANAT MINDUH Diamaré
661066530

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 158 sur 159

Liste des personnes rencontrées dans la COMMUNE DE MAROUA 1ER

Poste Lieu Région


Noms et Prénoms Institution Contact
Fonction Rencontre Département
Sous- 699567766
Sous-Préfet de Maroua Extrême Nord
ZOUA PASCAL Sous-préfecture préfecture zouapascal@
I Diamaré
Maroua 1er yahoo.fr
Commissariat
EGRITOING JEAN Commissaire Spécial Commune Extrême Nord
spécial de Maroua 695134929
PIERRE de Maroua 1er Maroua 1er Diamaré
1er
IDOUTCHA Commune Extrême Nord
Conseiller Municipal Commune 699902170
LOKOMAI Maroua 1er Diamaré
BOUBAKARY Commune Extrême Nord
Conseiller Municipal Commune 699861859
NOUHOU Maroua 1er Diamaré
VONTANZOU Chef de 3ème degré de Chefferie de 3ème Commune Extrême Nord
677325933
ROBERT GAKLE degré de GAKLE Maroua 1er Diamaré
BOUBAKARY Commune Extrême Nord
LAWANE de SALAK Canton de SALAK 677131979
SOUAIBOU Maroua 1er Diamaré
Commune Extrême Nord 695954540/6
MOUSSA Sous-Préfet Sous-préfecture
Maroua 1er Diamaré 74179316
LAWANE de
HAMADOU Commune Extrême Nord
DOURSOUNGO Canton de NGSSA 696090283
NDJIDDA Maroua 1er Diamaré
(NGSSA)
MOHAWADOU Canton de Commune Extrême Nord
LAWANE de DAVAR 696178380
AMIDOU DAVAR Maroua 1er Diamaré
Chef de 3ème degré Chefferie de 3ème Commune Extrême Nord
BELLO HAMAN 699111026
PALAR II degré de PALAR II Maroua 1er Diamaré
Commune Extrême Nord
GARGA ILLA Lamido Lamida 694052115
Maroua 1er Diamaré
Chef de 3ème degré de Chefferie de 3ème Commune Extrême Nord
HAMADOU YAYA 699841804
PALAR degré de PALAR Maroua 1er Diamaré
Commune Extrême Nord
AMINOU AMADOU Conseiller Municipal Commune 677670167
Maroua 1er Diamaré
SP Adjoint du Sous- Commune Extrême Nord
SILAS Sous-préfecture 694753347
préfet Maroua 1er Diamaré
699567766
Sous-Préfet de Maroua Sous- Extrême Nord
ZOUA PASCAL Sous-préfecture zouapascal@
I préfecture Diamaré
yahoo.fr

Liste des personnes rencontrées dans la COMMUNE DE MAROUA 3ÈME

Poste Lieu Région


Noms et Prénoms Institution Contact
Fonction Rencontre Département
Sous-Préfet de Commune Extrême Nord
ZE BISSA JULES Sous-préfecture 694100134
Maroua III Maroua 3ème Diamaré
GOUMA 4ème Adjoint au Commune de Commune Extrême Nord
699543959
FADIMATOU Maire Maroua III Maroua 3ème Diamaré
Chef de 3ème Chefferie de 3ème Commune Extrême Nord
AMINOU BOUBA 696088069
degré (Lougueo) degré Hawa 3ème Maroua 3ème Diamaré
BRAHIM Chef de 3ème Chefferie de 3ème Commune Extrême Nord
696247510
MADOULEK degré degré Molko Maroua 3ème Diamaré
Chef de 3ème
SAIDOU Chefferie de 3ème Commune Extrême Nord
degré de Maroua 699074017
OUMAROU degré Maroua 3ème Diamaré
3
Chef de 3ème
Chefferie de 3ème Commune Extrême Nord
ADOLOU BAGUI degré (Ouro- /
degré Maroua 3ème Diamaré
lope)
AHDOURAMAN SP/sous- Commune Extrême Nord
Sous-préfecture 696398015
BOULADJI préfecture Maroua 3ème Diamaré

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016
Page 159 sur 159

ANNEXE 9 : COMPTES RENDUS DES CONSULTATIONS PUBLIQUES

9.1. COMPTES – RENDUS DES CONSULTATIONS MENEES DANS LES LOCALITES


SITUEES LE LONG DE LA LIGNE KRIBI – EDÉA

Rapport de consultation et de participation communautaire

9.2. COMPTES – RENDUS DES CONSULTATIONS MENEES DANS LES LOCALITES


SITUEES LE LONG DE LA LIGNE EDÉA - NKOLNKOUMOU

Rapport de consultation et de participation communautaire

9.3. COMPTES – RENDUS DES CONSULTATIONS MENEES DANS LES LOCALITES


SITUEES LE LONG DE LA LIGNE BOUCLE DE YAOUNDÉ

Rapport de consultation et de participation communautaire

9.4. COMPTES – RENDUS DES CONSULTATIONS MENEES DANS LES LOCALITES


SITUEES LE LONG DE LA LIGNE GAROUA – MAROUA ET LIGNE GAROUA –GUIDER -
MAROUA

NB : Étant donné que la mission comptait parmi ses produits attendus un Rapport de
consultation et de participation communautaire, la consultante a jugé utile de renvoyer le
lecteur dans ce rapport en ce qui concerne les comptes-rendus des diverses consultations menées,
et ceci dans le but de ne pas se répéter et de ne pas encombrer le présent document.

La liste des personnes rencontrées ci-dessus renseignent clairement sur les localités qui
ont été enquêtées et les parties prenantes qui ont été consultées.

Projet de remise à niveau des réseaux de transport d’électricité et réforme du secteur - Cadre de Politique de Réinstallation - Juillet 2016