Vous êtes sur la page 1sur 4

Comment parler en public?

C'est maintenant officiel, je ferai une conférence sur le sujet "Atteignez vos
objectifs avec la systémique" le 4 novembre, à Fayence.
Ce qui me fait un bon prétexte pour vous présenter les différentes techniques
utilisées pour bien parler en public et "accrocher" vos auditeurs. Pour celles et
ceux qui ne sont pas vraiment concernés par la prise de parole en public, ces astuces
pourrons vous être utiles pour mieux vous exprimer dans le domaine privé, car les
mécanismes se ressemblent beaucoup (éveil de l'intérêt, construction du discours
etc.)
Bonne lecture à tous!

1/ Votre préparation

N'apprenez jamais votre texte par coeur, c'est le sommeil assuré pour vos
auditeurs. De plus, vous pouvez très bien perdre le fil (après que l'on vous ai
interrompu par exemple), et là vous êtes mal. Les seules exceptions à la règle
peuvent être l'introduction et la conclusion, qui doivent être courtes et claires.
De la même manière, essayez de ne pas lire vos notes, elles ne sont là que
pour vous guider (si possible ne prenez même pas de notes avec vous, surtout
si vous faites une présentation avec PowerPoint, qui vous servira alors de
guide pendant que vous parlez). "C'est bien joli tout ça me direz-vous, mais
comment faire une présentation sans connaître son texte, on invente en
direct?" Et c'est là que le deuxième point intervient...
Intégrez totalement votre sujet, en y réfléchissant si possible longtemps à
l'avance. Parlez de votre sujet à votre famille et vos amis, à des personnes qui
ne s'y connaissent pas (pour savoir si vous êtes clair et convainquant), et à
d'autre qui ont quelques connaissances du sujet (pour savoir si vous n'allez
pas faire hurler les quelques spécialistes qui seront présent, et qui ne vous
raterons pas si vous vous plantez dans vos connaissances). Il faut que le fond
soit clair dans votre esprit, ainsi que la logique qui amène à la conclusion
de votre intervention. Les phrases elles, suivent.

2/ Votre discours

Limitez votre sujet, pour que l'essentiel soit dit et que votre but soit atteint
avant la fin du temps imparti (vous en aurez toujours un, et si ce n'est pas le
cas, vous pouvez considérer qu'au bout d'une heure tout l'auditoire pense à
autre chose). Tout le monde le sait mais peu respectent cette règle, ainsi leur
conclusion et leur but ne sont pas atteints, c'est vraiment dommage. On veut
toujours tout dire, étaler son savoir et ses expériences, mais vous raterez votre
objectif: votre auditoire, et non pas vous faire plaisir et impressionner.
Utilisez au maximum les illustrations et les exemples. Essayez de faire voir
ce que vous dites, utilisez des images avec de courtes légendes, des
graphiques clairs et en couleur si votre sujet est plus technique. De la même
manière, utilisez des mots et des expressions imagées, courtes, frappantes,
comme si vous décriviez des scènes de film. Sauf contexte très particulier, il
vaut mieux oublier les discours "pompeux" et les phrases alambiquées qui
"impressionnent". Cela fait bien dans un livre d'auteur distingué, mais en
général moins bien dans un discours.
Racontez une histoire. Humanisez votre discours. Cela signifie qu'il faut
utiliser des exemples avec des humains (en priorité vous), qui ont chacun un
nom propre ou un prénom (inventez le si nécessaire, pas de Monsieur X mais
un Monsieur Martin), et qui ont eu des expériences qui pourront être utiles
à l'auditeur. Utilisez aussi les détails (où, quand, comment, pourquoi) et les
dialogues dans vos exemples ("Et c'est là que Monsieur Martin a ouvert la
porte de mon bureau en hurlant: "Vous croyez que je vais rester dans une
entreprise aussi mal foutue que la vôtre?" Vous savez, je ne savais pas trop
quoi dire, je me sentait très mal à l'aise...").
Soyez convaincu de ce que vous dites, et vous serez convainquant. Et si
vous ne l'êtes pas vraiment parce qu'il s'agit d'un sujet qui vous a été imposé,
faites semblant, vous jouez un rôle (quel plaisir d'être acteur!) pour 15 min ou
une heure. Il m'est arrivé bien des fois à l'Université de traiter des sujets
totalement inintéressants parce qu'on me l'avait imposé, il suffit de se dire "je
suis passionné par ce sujet depuis 10 ans, c'est toute ma vie et je suis un
spécialiste" pour que votre discours soit tout d'un coup plus convainquant et
vivant. Fait remarquable: nous avons tous déjà vu des personnes qui
affirmaient des choses plutôt douteuses, c'est le moins que l'on puisse dire, et
être tellement convaincues par ce qu'elles avancent qu'elles en arrivent à
persuader des gens possédants pourtant un esprit critique (je pense en ce
moment à certains "témoignages" de phénomènes dits paranormaux: "regarde
comme il a l'air convaincu de ce qu'il a vu, c'est sûr ça doit être vrai...")
Créez une véritable relation avec votre auditoire. Ce sont des humains qui
vous écoutent, avec des désirs, des rêves et des projets. Utilisez donc des
exemples qui les touchent, qui leur parlent et qui peuvent leur servir pour
maintenant ou plus tard. Même si vous parlez de la dynamique des fluides à
un auditoire d'hommes d'affaires (ça sera rare je l'espère pour vous), faites une
analogie de ces connaissances avec le monde du business, comme les flux
d'argent, leur dynamique et perturbation par exemple. Soyez aussi bien
évidemment courtois et modeste (les gens en général ne supporte pas que
l'on se prenne pour un professeur plus intelligent qu'eux, ils vous le feraient
payer très cher). Pensez à ce qui pourrait leur être utile, dites le, en les
regardant bien en face comme si vous dialoguiez avec chacun d'eux, et ainsi il
seront intéressés. Ils vous écouteront et vous suivront dans votre projet,
parce que cela leur apportera quelque chose, et il le savent.

3/ La forme de votre discours

Commencez par intriguer, intéresser, surprendre votre auditoire. Vous


dites ce qui est important, essentiel. Et ce, dés la première phrase. Il faut que
ce soit de préférence court. Et que chaque auditeur se dise "lui, il faut que je
l'écoute jusqu'au bout il va me servir à quelque chose". Oubliez en général la
fameuse blague d'ouverture, à moins que vous soyez un expert, c'est la
dégringolade assurée. Pour peu que certains ne trouvent pas ça drôle, ou
même déplacé, ou alors que d'autres se disent "alors celui là c'est un boute-
en-train" et que vous voulez faire passer un message très sérieux, vous êtes
mort. Les amorces les plus pratiques sont les questions qui les rendrons
curieux, les phrases "choc" utilisant des données chiffrées mais rendues
concrètes pour le public, ou encore mieux, les anecdotes. Exemple de phrase
choc: "Parmi vous, une personne sur deux mourra à cause de..., peut être
vous ou votre voisin de droite. Mais il existe un moyen d'échapper à cela".
Les anecdotes ouvrent beaucoup de possibilités: "Il y a deux ans, j'étais
profondément malheureux, assez gros, sans un sou en poche et je n'avais pas
confiance en moi. Je ne savais pas comment atteindre mes buts et mes
objectifs, j'étais perdu comme sur un misérable radeau, au milieu d'un océan
immense, sans aucune aide. Aujourd'hui, j'ai perdu 50 kg et je me sens très
bien dans ma peau. J'ai une maison sur la côte d'azur et une maison de
vacances au Canada. Je voyage tous les 6 mois dans d'autres pays pendant 3
semaines. Je suis entouré d'amis et d'une femme qui m'aiment sincèrement, et
je réussi tout ce que j'entreprends professionnellement. Toute ma
transformation, je le dois à l'approche systémique (et hop, un peu de pub pour
moi). J'ai découvert cette méthode il y a 1 ans et demi à peine, je m'en suis
servi et voici le résultat. Et vous pouvez l'utiliser comme moi je l'ai fait, pour
votre vie, et je vais vous dire comment faire." Si après ça il ne vous écoutent
pas et qu'ils dorment, c'est qu'il est 4 heures du matin...
Utilisez des arguments peu nombreux, mais prouvés ou illustrés (images,
anecdotes, statistiques "humanisées" etc.). Faites appel à des exemples
d'hommes célèbres, de l'avis d'un expert dans le domaine (en commençant
par "je ne sais pas ce que vous en pensez, mais Mr Von Trucmuche, du
département du MIT, a trouvé que...", car n'oubliez pas que beaucoup n'aiment
pas que quelqu'un soit plus intelligent qu'eux, leur avis prime). Il faut de
préférence que les arguments et les exemples se suivent logiquement, pour
amener à votre conclusion, qui s'imposera alors d'elle-même.
La conclusion. Il ne faut en aucun cas la rater. C'est toute votre
intervention, votre but ultime. Pour cela, commencez par résumer votre
parcours logique en quelques phrases ("Premièrement nous avons vu, avec
l'exemple de Mr Martin, que... Deuxièmement que... Et enfin que..."). En fait,
au début de votre intervention vous avez dits ce qu'il fallait faire, vous
avez ensuite dits pourquoi il fallait le faire, et enfin dans la conclusion
vous redites ce qu'il faut faire. Remarquez qu'après une intervention, même
de 15 minutes, les gens ne se souviennent pas de tout ce qui a été dit, ni
surtout de l'essentiel et de vos arguments. Après votre résumé, incitez à
l'action, dites ce qu'il faut faire ou avoir toujours en tête. Donnez-leur une
action précise: "téléphonez, écrivez, signez la pétition, achetez, vendez,
donnez, soutenez moi pour ce projet en en parlant à vos supérieur, utilisez la
stratégie systémique pour vos besoins (encore un peu de pub personnelle)
etc." Il faut que l'action soit claire et précise, et facilitez cette action autant
que possible: donnez des adresses sur papier déjà imprimé, donnez des noms,
des numéros, et même des aides mémoire si nécessaire. Il faut que les gens
soient convaincus, et que ce soit facile à faire. Si ces facteurs sont réunis, le
monde est à vous.

Si vous êtes séduit par les potentiels de cette méthode pour parler en public,
commencez à vous entraîner dés maintenant. Même dans la vie privée avec une
conversation normale avec votre entourage, il s'agit après tout d'une prise de parole
de 2 ou 3 minutes... Dans quelques temps, vous serez admirés pour votre
charisme et votre assurance, et surtout, vous saurez convaincre.

Publié pour vous par DELIVRE Alexandre