Vous êtes sur la page 1sur 18

[Tapez ici] [Tapez ici] [Tapez ici]

TRACTEBEL ENGINEERING S.A.


Le Delage – 5, rue du 19 mars 1962 – 92622 Gennevilliers CEDEX – FRANCE
tél. +33 1 41 85 03 69 - fax +33 1 41 85 03 74
engineering-fr@tractebel.engie.com
www.tractebel-engie.fr

MANUEL D’UTILISATION
Nos réf. :
Entité : GEOS
Imputation:
CONFIDENTIEL
___

Client : Document interne TRACTEBEL (France)

Projet : Vérification du ferraillage du pieu sécant section circulaire

Objet : Dossier de validation d’outil Excel

Outil :

Résumé : Dans le cadre du stage « Développement des outils de calcul pour structures en béton armée et en béton fibré »

Ce document a pour

Mots clés :

Ce document est la propriété de Tractebel Engineering S.A. Toute copie ou transmission à des tiers est interdite sans un accord écrit préalable.

01 Première version Final T.D NGUYEN T.L NGUYEN

REV. JJ/MM/AA SUJET DE LA REVISION STAT. REDACTION VERIFICATION APPROBATION

TRACTEBEL ENGINEERING S.A. – siège social : Le Delage – 5, rue du 19 mars 1962 – 92622 Gennevilliers CEDEX - FRANCE
au capital de 3 355 000 euros – R.C.S. Nanterre B 309 103 877 – SIREN 309 103 877 – TVA intra : FR 82 309 103 877 – APE 7112B

[Tapez ici] [Tapez ici] [Tapez ici]


[Tapez ici] [Tapez ici] [Tapez ici]

SOMMAIRE

[Tapez ici] [Tapez ici] [Tapez ici]


[Tapez ici] [Tapez ici] [Tapez ici]
LISTE DES FIGURES

[Tapez ici] [Tapez ici] [Tapez ici]


[Tapez ici] [Tapez ici] [Tapez ici]
LISTE DES TABLEAUX

[Tapez ici] [Tapez ici] [Tapez ici]


[Tapez ici] [Tapez ici] [Tapez ici]
PRESENTATION

[Tapez ici] [Tapez ici] [Tapez ici]


[Tapez ici] [Tapez ici] [Tapez ici]
REFERENCES

[Tapez ici] [Tapez ici] [Tapez ici]


[Tapez ici] [Tapez ici] [Tapez ici]
LES FEUILLES DE CALCUL EXCEL
3.1. DIAGRAMME D’INTERACTION M-N SECTION CIRCULAIRE
Base théorique

a) Construction du diagramme d’interaction pour un élément de section


circulaire

b) Méthodologie de vérification de la quantité d’armature à partir du diagramme


sur Excel
En recevant des valeurs du moment fléchissant et de l’effort normal de sollicitation, il
est demandé de vérifier si la quantité d’armature et suffisante. Sachant que le diagramme
d’interaction M N est composé par plusieurs points et chaque point représente un couple de
valeur (M ; N), sur le graphique, on pourra définir un point qui présente la valeur de M et N
sollicitant. Si ce point est placé à l’intérieur (ou sur la frontière) de la zone créée par la courbe
MN et l’axe d’effort normal, c’est-à-dire la section d’armature est suffisante. Si le point est placé
à l’extérieur de cette zone, il faut augmenter la quantité des armatures longitudinales.

Diagramme de MN à ELU flextion composée


30
moment (MN.m)
0 0.1 0.2 0.3 0.4 0.5 M-N
6 sollicitant
5
4
effort normal (MN)

3
2
1
0
-1
-2

Figure 1: Diagramme d'interaction à ELU avec la courbe As = 30cm²

Par exemple dans diagramme au-dessus, la courbe noire représente la courbe MN avec
la quantité d’armatures longitudinales de 30 cm². Les 2 points bleus sont situés dans la zone
donc satisfait le diagramme de 30cm². Par contre, le point rouge est à l’extérieur de la zone.
Donc il faut augmenter la section d’armatures.

Méthodologie sur la feuille de calcul Excel.

On a sur un graphique par exemple, un point A qui représente le couple de sollicitation de


coordonné 𝐴(𝑥𝐴 ; 𝑦𝐴 ) et la courbe (ε) qui représente le diagramme (Figure 2). On va comparer
la distance OA et OD où :

 Point 𝑂(0; 0)
 Point D : l’intersection de la droit OA avec la courbe (ε)

Si OD ≥ OA : La quantité d’armature est suffisante. Sinon ce n’est pas le cas, et il faut avoir plus
d’acier dans la composition du béton armé.
[Tapez ici] [Tapez ici] [Tapez ici]
[Tapez ici] [Tapez ici] [Tapez ici]

Figure 2:

Cependant, il n’est pas possible de sortir l’équation de la courbe (ε), donc il est impossible de
trouver exactement l’intersection. Heureusement, la courbe MN est composée par plusieurs
points qui font plusieurs segments droits desquels on peut définir une équation et donc une
intersection avec la droite OA de façon approximée (Figure 3).

A partir des coordonnées des points composants de la courbe MN, on pourra trouver leurs
pentes et aussi la pente du point A :

Par exemple pour le point A :


𝑦𝐴 𝑁𝐴
𝐾𝐴 = =
𝑥𝐴 𝑀𝐴
Donc à l’aide des fonctions Excel (par la méthode de recherche de la valeur qui est la plus proche
supérieure et inférieure par rapport à la pente du point A, puis le fonction RECHERCHEV), on
peut trouver le point 𝐵(𝑥𝐵 ; 𝑦𝐵 ) et le point 𝐶(𝑥𝐶 ; 𝑦𝐶 ) satisfaisants :

𝐾𝐵 < 𝐾𝐴 < 𝐾𝐶 (Figure3)

Figure 3:

Donc on pourra trouver l’intersection de OA avec BC et ce point est le point D approximé. En


comparant OD et OA on aura la réponse.

Soit les points 𝐴(𝑥𝐴 ; 𝑦𝐴 ), 𝐵(𝑥𝐵 ; 𝑦𝐵 ), 𝐶(𝑥𝐶 ; 𝑦𝐶 ) avec les coordonnées connues, on va
trouver :

 Equation de la droite OA :
𝑦𝐴
𝑦= 𝑥
𝑥𝐴
[Tapez ici] [Tapez ici] [Tapez ici]
[Tapez ici] [Tapez ici] [Tapez ici]
 Equation de la droite BC :
𝑦𝐶 − 𝑦𝐵 𝑦𝐶 − 𝑦𝐵
𝑦= 𝑥 + 𝑦𝐵 − 𝑥
𝑥𝐶 − 𝑥𝐵 𝑥𝐶 − 𝑥𝐵 𝐵

 Les coordonnées du point D :

A partir des 2 équations des 2 droites trouvées, on aura un système d’équation :


𝑦𝐴
𝑦= 𝑥
𝑥𝐴
{ 𝑦𝐶 − 𝑦𝐵 𝑦𝐶 − 𝑦𝐵
𝑦= 𝑥 + 𝑦𝐵 − 𝑥
𝑥𝐶 − 𝑥𝐵 𝑥𝐶 − 𝑥𝐵 𝐵
La solution de ce système est les coordonnées du point D qui est l’intersection des 2 droites.
𝑦 − 𝑦𝐵
𝑦𝐵 − 𝐶 𝑥
𝑥𝐶 − 𝑥𝐵 𝐵
𝑥𝐷 = 𝑦 𝑦 − 𝑦𝐵
𝐴
− 𝐶
𝑥𝐴 𝑥𝐶 − 𝑥𝐵
𝑦𝐴
𝑦𝐷 = 𝑥
{ 𝑥𝐴 𝐷

 Distance OA et OD :

̅̅̅̅
𝑂𝐴 = √𝑥𝐴2 + 𝑦𝐴 ² et ̅̅̅̅
𝑂𝐷 = √𝑥𝐷2 + 𝑦𝐷 ²

3.2. OUVERTURE DES FISSURES


Base théorique

Pour le calcul des fissures sur un élément béton armé de section circulaire, on appliquera les
hypothèses suivantes :

 On s’intéresse seulement au calcul des fissures au deuxième état – Section fissurée sous
chargement appliquée.
 Pour faciliter le calcul, on considère que la section totale des barres longitudinales est
uniformément distribuée à la distance Rs du centre de gravité du béton.
 La section transversale reste toujours plane sous l’action des charges.

[Tapez ici] [Tapez ici] [Tapez ici]


[Tapez ici] [Tapez ici] [Tapez ici]

Figure 4:

c) Calcul de la hauteur de l’Axe neutre


D’abord on a la formule de l’aire de la section homogénéisée en ne pas prenant en compte l’aire
de la section du béton en traction :
2𝛼 1
𝐴𝑏é𝑡𝑜𝑛 = (𝜋 − ) ∗ 𝑅 2 − 2 ∗ √𝑅 2 − (𝑥1 − 𝑅)2 ∗ |𝑅 − 𝑥1 |
2𝜋 2
Avec l’angle α (comme représenté sur le schéma) calculé par :
𝑥1 − 𝑅
𝛼 = arccos( )
𝑅
𝐸𝑆
𝐴𝑎𝑐𝑖𝑒𝑟 = 𝐴𝑠,𝑡𝑜𝑙 ∗ 𝛼𝑒 𝑎𝑣𝑒𝑐 𝛼𝑒 =
𝐸𝑐𝑡𝑚
Ce qui donne au final

𝐴 = 𝐴𝑏é𝑡𝑜𝑛 + 𝐴𝑎𝑐𝑖𝑒𝑟 = (𝜋 − 𝛼) ∗ 𝑅 2 − √2𝑥1 𝑅 − 𝑥12 ∗ |𝑅 − 𝑥1 | + 𝐴𝑠,𝑡𝑜𝑙 ∗ 𝛼𝑒

On a ensuite l’équilibre des moments des forces des éléments sur la section plane avec le
moment calculé sur la section homogénéisée par rapport à la fibre tendue :

𝐴 ∗ 𝑥1 = 𝐴𝑠,𝑡𝑜𝑙 ∗ 𝛼𝑒 ∗ 𝑅 (cont)

Selon hypothèse, on considère que la section de l’acier est distribuée uniformément.


Cela nous permet de faire encore une hypothèse pour la hauteur de l’axe neutre qui faire que
l’axe neutre passe par le centre de gravité de la section du béton et aussi du cercle d’acier. Donc
la hauteur de l’axe neutre qui est la distance positive de la fibre la plus tendue de la section à la
position de l’axe neutre, elle vaut :

𝑥1 = 𝑅

d) Calcul des contrainte dans les armatures à l’ELS


On a supposé que la section droite du béton reste plane. Par conséquence, la variation
de déformation sur une section droite est linéaire selon le profil de la section (Figure 2).

[Tapez ici] [Tapez ici] [Tapez ici]


[Tapez ici] [Tapez ici] [Tapez ici]

Figure 5:

Sachant que la contrainte est proportionnelle à la déformation dans le domaine élastique ( Loi
de Young), avec la théorème de Thales on a donc :
𝜎(𝑧) 𝜀(𝑧) 𝑧
= =
𝜎1 𝜀1 𝑅𝑠

𝑧
𝜎(𝑧) = 𝜎1 ∗ = 𝜎1 ∗ cos 𝛼
𝑟𝑠

𝑀𝑆𝑒𝑟 = ∫ 𝜎(𝑧) ∗ 𝐴𝑠𝑧 ∗ 𝑧𝑐

𝑥1 𝑅 2𝑅
où 𝑧𝑐 = 𝑅 + 𝑧 − =𝑅+𝑧− = +𝑧
3 3 3
o Remarque : 𝑧𝑐 est la valeur du bras de levier des forces élastique qui est prise par une
𝑥
valeur forfaitaire qui peut être égale à : 𝑧𝑐 = 𝑑 − 1 (Ou 𝑧𝑐 = 0.9 ∗ 𝑑)
3

Sur l’axe z qui définit la position de chaque point sur le cercle d’acier, on définit pour chaque
position une petite section 𝐴𝑠𝑧 (ou une section différentielle 𝑑𝐴𝑠 ), comme la section totale
d’armatures est distribué uniformément, on aura (Figure3) :
𝐴𝑠,𝑡𝑜𝑙
𝐴𝑠𝑧 = 𝑑𝛼
2𝜋

[Tapez ici] [Tapez ici] [Tapez ici]


[Tapez ici] [Tapez ici] [Tapez ici]

Figure 6:

L’intégrale sera calculée dans le repère polaire, comme dit avant, la hauteur de l’axe neutre est
égale au rayon de la section du béton. Par conséquence, l’intégrale est calculée avec α qui varie
de -π/2 à π/2.
𝜋
𝐴𝑠,𝑡𝑜𝑙 2𝑅
Donc 𝑀𝑠𝑒𝑟 = ∫ 2𝜋 𝜎1 ∗ cos 𝛼 ∗ 2𝜋
∗ ( 3 + 𝑧) 𝑑𝛼

2

En remplaçant 𝑧 𝑝𝑎𝑟 𝑅𝑠 cos 𝛼 on a :


𝜋
2 𝐴𝑠,𝑡𝑜𝑙 2𝑅
𝑀𝑠𝑒𝑟 = ∫ 𝜎1 ∗ cos 𝛼 ∗ ∗ ( + 𝑅𝑠 cos 𝛼) 𝑑𝛼

𝜋 2𝜋 3
2

Soit
𝜋 𝜋
𝐴𝑠,𝑡𝑜𝑙 2𝑅 2 2
𝑀𝑠𝑒𝑟 = 𝜎1 ∗ ( ∫ cos 𝛼 𝑑𝛼 + 𝑅𝑠 ∫ cos 2 𝛼 𝑑𝛼 )
2𝜋 3 −𝜋 −
𝜋
2 2
𝜋 𝜋
𝐴𝑠,𝑡𝑜𝑙 2𝑅 2 1 2
𝑀𝑠𝑒𝑟 = 𝜎1 ∗ [ ∫ cos 𝛼 𝑑𝛼 + ∗ 𝑅𝑠 ∫ (cos 2𝛼 + 1) 𝑑𝛼 ]
2𝜋 3 − 𝜋 2 −
𝜋
2 2

Au final on a :
2𝑅 𝑅𝑠
𝑀𝑠𝑒𝑟 = 𝜎1 ∗ 𝐴𝑠,𝑡𝑜𝑙 ∗ ( + )
3𝜋 4
Donc :
𝑀𝑠𝑒𝑟
𝜎1 =
2𝑅 𝑅
𝐴𝑠,𝑡𝑜𝑙 ∗ (3𝜋 + 4𝑠 )

On a la fonction de contrainte dans les armatures à l’ELS :


𝑀𝑠𝑒𝑟 𝑧
𝜎(𝑧) = ∗
2𝑅 𝑅
𝐴𝑠,𝑡𝑜𝑙 ∗ (3𝜋 + 4𝑠 ) 𝑅𝑠

𝜎1 est aussi la valeur de contrainte de l’élément d’acier la plus tendu (ou le plus sollicité) au
moment de la fissuration.

[Tapez ici] [Tapez ici] [Tapez ici]


[Tapez ici] [Tapez ici] [Tapez ici]
e) Calcul de l’espacement final maximal entre fissures
Selon Eurocode 2, l’espacement maximal 𝑠𝑟,𝑚𝑎𝑥 est calculé par la formule :

𝑠𝑟,𝑚𝑎𝑥 = 𝑘3 . 𝑐 + 𝑘1 . 𝑘2 . 𝑘4 ∗
𝜌𝑝,𝑒𝑓𝑓

Avec :

 ∅ : Diamètre équivalent des barres


 c : l’enrobage des armatures longitudinales
 𝑘1 : coefficient qui tient compte des propriétés d’adhérence des armatures adhérentes
0.8: 𝑏𝑎𝑟𝑟𝑒𝑠 𝐻𝐴
𝑘1 = {
1.6: 𝑟𝑜𝑛𝑑𝑠 𝑙𝑖𝑠𝑠𝑒𝑠
 𝑘2 : Coefficient qui tient compte de la distribution des déformations
0.2 ∶ 𝑓𝑙𝑒𝑥𝑖𝑜𝑛
𝜀1 + 𝜀2
𝑘2 = { : 𝑓𝑙𝑒𝑥𝑖𝑜𝑛 + 𝑡𝑟𝑎𝑐𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑎𝑣𝑒𝑐 𝑠𝑒𝑐𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑒𝑛𝑡𝑖è𝑟𝑒𝑚𝑒𝑛𝑡 𝑡𝑒𝑛𝑑𝑢𝑒
2𝜀1
1: 𝑡𝑟𝑎𝑐𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑠𝑖𝑚𝑝𝑙𝑒 (𝜀1 = 𝜀2)

 Les valeurs de 𝑘3 et 𝑘4 à utiliser dans un pays donné peut être fournies par son Annexe
Nationale. Les valeurs recommandées sont :

𝑘4 = 0.425
3.4 𝑠𝑖 𝑐 ≤ 25 𝑚𝑚
2
𝑘3 = 253
3.4 ∗ ( ) 𝑠𝑖 𝑛𝑜𝑛
𝑐
{

 𝜌𝑝,𝑒𝑓𝑓 : le rapport entre la section d’armature tendue 𝐴𝑠 avec la section efficace de


béton 𝐴𝑐,𝑒𝑓𝑓 qui couvre 𝐴𝑠 .
𝐴𝑠
𝜌𝑝,𝑒𝑓𝑓 =
𝐴𝑐,𝑒𝑓𝑓
Dans le cas de la section circulaire, on détermine les 2 sections dans le repère polaire :
Pour un élément infinitésimal de l’acier tendu on a :

𝐴𝑠,𝑡𝑜𝑙
𝐴𝑠 = 𝑑𝛼 et 𝐴𝑐,𝑒𝑓𝑓 = ℎ𝑐,𝑒𝑓 ∗ 𝑅𝑠 𝑑𝛼
2𝜋

Soit :

𝐴𝑠,𝑡𝑜𝑙
𝜌𝑝,𝑒𝑓𝑓 =
2𝜋𝑅𝑠 ℎ𝑐,𝑒𝑓
2.5(ℎ − 𝑑)
 ℎ𝑐,𝑒𝑓 = 𝑚𝑖𝑛 { (ℎ − 𝑥)/3
ℎ/2

f) Calcul de l’allongement relatif des aciers


Le calcul de la contrainte de l’acier 𝜎1 sert à calculer l’allongement relatif 𝜺𝒔𝒎 − 𝜺𝒄𝒎 .
[Tapez ici] [Tapez ici] [Tapez ici]
[Tapez ici] [Tapez ici] [Tapez ici]
0.6 ∗ 𝜎1
𝐸𝑠
𝜀𝑠𝑚 − 𝜀𝑐𝑚 = 𝑚𝑎𝑥 𝑓𝑐𝑡,𝑒𝑓𝑓
𝜎1 − 𝑘𝑡 𝜌 ∗ (1 + 𝛼𝑒 . 𝜌𝑝,𝑒𝑓𝑓 )
𝑝,𝑒𝑓𝑓
{ 𝐸𝑠
Avec :

 𝑘𝑡 : Facteur dépendant de la durée de charge


0.6 𝑠𝑖 𝐿𝑜𝑛𝑔
𝑘𝑡 = {
0.4 𝑠𝑖 𝐶𝑜𝑢𝑟𝑡
 𝑓𝑐𝑡,𝑒𝑓𝑓 = 𝑓𝑐𝑡𝑚 : Résistance à la traction du béton
𝐸𝑆
 𝛼𝑒 =
𝐸𝑐𝑡𝑚
 𝜌𝑝,𝑒𝑓𝑓 : Rapport entre la section d’armature tendue 𝐴𝑠 avec la section efficace de béton
𝐴𝑐,𝑒𝑓𝑓 qui couvre 𝐴𝑠 .
 𝜎1 (𝑀𝑃𝑎): Contrainte dans l’élément de l’acier le plus tendu

g) Calcul de l’ouverture des fissures


𝑤𝑘 = 𝑠𝑟,𝑚𝑎𝑥 ∗ (𝜀𝑠𝑚 − 𝜀𝑐𝑚 )

3.3. DIMENSIONNEMENT DES ARMATURES D’EFFORT TRANCHANT


Base théorique

Dans la section 12.3.1.2 de la norme NF P 94-262 :

Note 1 – Dans le cas des éléments circulaires, pour le calcul du bw (article 6.2 de la norme NF
EN 1992-1-1 :2005), on pourra considérer le carré inscrit dans le cercle d’où bw = B/1.4.

Figure 7:

Donc pour dimensionner les armatures d’effort tranchant pour un pieux circulaire, il est
équivalent à faire le dimensionnement des armatures transversales pour une poutre de section
carrée de côté a = D/1.4 en gardant la même valeur de la sollicitation et les mêmes données de
matériaux.

Selon EC2, pour la vérification à l’effort tranchant, on définit :

 𝑉𝑅𝑑,𝑐 est l’effort tranchant résistance de calcul de l’élément en l’absence d’armatures


d’effort tranchant.
 𝑉𝑅𝑑,𝑠 est l’effort tranchant de calcul pouvant être repris par les armatures d’effort
tranchant travaillant à la limite d’élasticité.

[Tapez ici] [Tapez ici] [Tapez ici]


[Tapez ici] [Tapez ici] [Tapez ici]
 𝑉𝑅𝑑,𝑚𝑎𝑥 est la valeur de l’effort tranchant de calcul maximal pouvant être repris par
l’élément, avant écrasement des bielles de compression.

Dans les éléments de hauteur variable, on définit également

 𝑉𝑐𝑐𝑑 est la valeur de calcul de la composante d’effort tranchant de la force de


compression, dans le cas d’un membrure comprimée inclinée.
 𝑉𝑑𝑡 est la valeur de calcul de la composante d’effort tranchant de la force dans
l’armature tendue, dans le cas d’une membrure tendue.

Donc la résistance à l’effort tranchant d’un élément compotant des armatures d’effort tranchant
vaut :

𝑉𝑅𝑑 = 𝑉𝑅𝑑,𝑠 + 𝑉𝑐𝑐𝑑 + 𝑉𝑑𝑡

Dans notre cas, 𝑉𝑑𝑡 = 𝑉𝑐𝑐𝑑 = 0 (les membrures ne sont pas inclinées)

a) Armatures transversales requises par le calcul

Cette vérification est à faire seulement dans le cas des dalles. Dans le cas des poutres,
les A.T sont toujours présentes (au moins une densité minimale).

Les armatures d’effort tranchant sont requises si :

𝑉𝐸𝑑 ≥ 𝑉𝑅𝑑,𝑐 = Effort tranchant de référence = Effort tranchant résistant de l’élément sans A.T.
1
𝑉𝑅𝑑,𝑐 = 𝑏 ∗ 𝑑 ∗ max{𝐶𝑅𝑑,𝑐 ∗ 𝑘 ∗ (100𝜌𝑙 𝑓𝑐𝑘 )3 + 𝑘1 ∗ 𝜎𝑐𝑝 ; 𝑣𝑚𝑖𝑛 + 𝑘1 ∗ 𝜎𝑐𝑝 }

Avec :

 𝑉𝑅𝑑,𝑐 𝑚𝑖𝑛 = valeur minimale = 𝑏 ∗ 𝑑 ∗ (𝑣𝑚𝑖𝑛 + 𝑘1 ∗ 𝜎𝑐𝑝 )


 𝑏: La plus petite largeur de la section droite dans la zone tendue
 𝑑: Hauteur utile qui vaut 𝑑 = 0.9 ∗ ℎ (avec h : hauteur de la section rectangulaire)

Les valeurs de 𝐶𝑅𝑑,𝑐 , de 𝑣𝑚𝑖𝑛 , et de 𝑘1 à utiliser dans un pays donné peut être fournies par son
Annexe Nationale. Les valeurs recommandées sont :
0,18
 𝐶𝑅𝑑,𝑐 =
𝛾𝑐
200
 𝑣𝑚𝑖𝑛 = 0,035√𝑘 3 𝑓𝑐𝑘 avec 𝑘 = min (1 + √ 𝑑
, 2) et 𝑓𝑐𝑘 : résistance caractéristique du

béton utilisé.
 𝑘1 = 0,15

En présence de l’effort normal on a :

 𝜎𝑐𝑝 = contrainte de compression moyenne dans le béton due à l’effort normal de calcul,
𝑁
mesurée positivement = min ( 𝐴𝐸𝑑 , 0,2 𝑀𝑃𝑎)
𝑐
𝐴
 𝑠𝑙
𝜌𝑙 = taux d’armatures longitudinales = min {𝑏∗𝑑 , 0.02}

Où 𝐴𝑠𝑙 = aire des armatures longitudinales où l’effort tranchant est maximal.

[Tapez ici] [Tapez ici] [Tapez ici]


[Tapez ici] [Tapez ici] [Tapez ici]
b) Vérification de la résistance des bielles

Afin de vérifier la résistance des bielles, il faut que :


𝑐𝑜𝑡𝜃
𝑉𝐸𝑑 ≤ 𝑉𝑅𝑑,𝑚𝑎𝑥 = 𝛼𝑐𝑤 𝑣1 𝑓𝑐𝑑 𝑏𝑤 𝑧
1 + 𝑐𝑜𝑡𝜃 2
 𝑉𝑅𝑑,𝑚𝑎𝑥 est la résistance des bielles à l’effort tranchant du béton.

 𝛼𝑐𝑤 est le coefficient qui dépend de l’état de précontrainte dans la membrure


comprimée

1 𝑝𝑜𝑢𝑟 𝑙𝑒𝑠 𝑡𝑟𝑢𝑐𝑡𝑢𝑟𝑒𝑠 𝑛𝑜𝑛 𝑝𝑟é𝑐𝑜𝑛𝑡𝑟𝑎𝑖𝑛𝑡𝑒


𝜎𝑐𝑝
(1 + ) 𝑝𝑜𝑢𝑟 0 < 𝜎𝑐𝑝 < 0,25 𝑓𝑐𝑑
𝑓𝑐𝑑
𝛼𝑐𝑤 =
1.25 𝑝𝑜𝑢𝑟 0,25𝑓𝑐𝑑 < 𝜎𝑐𝑝 < 0,5 𝑓𝑐𝑑
𝜎𝑐𝑝
2.5 (1 − ) 𝑝𝑜𝑢𝑟 0,5 𝑓𝑐𝑑 < 𝜎𝑐𝑝 < 1 𝑓𝑐𝑑
{ 𝑓𝑐𝑑

 𝑣1 est le coefficient de réduction de la résistance du béton fissuré à l’effort tranchant

0, 6 𝑝𝑜𝑢𝑟 𝑓𝑐𝑘 ≤ 60𝑀𝑃𝑎


𝑣1 = {
0,9 − 𝑓𝑐𝑘 ∗ 200 𝑝𝑜𝑢𝑟 𝑓𝑐𝑘 > 60𝑀𝑃𝑎

 𝑧 est le bras de levier des forces internes, pour les calculs à l'effort tranchant d'une
section de béton armé sans effort normal, on peut normalement adopter la valeur
approchée :

𝑧 = 0.9 ℎ

On peut constater que la valeur de 𝑉𝑅𝑑,𝑚𝑎𝑥 dépend de la valeur de 𝑐𝑜𝑡𝜃 qui varie entre (1 ;2.5).
Pour calculer 𝑉𝑅𝑑,𝑚𝑎𝑥 on peut avoir 2 possibilités :

 𝑐𝑜𝑡𝜃 est imposée. Il faut assurer que 1 ≤ 𝑐𝑜𝑡𝜃 ≤ 2,5. Donc 𝑉𝑅𝑑,𝑚𝑎𝑥 est calculé par la
formule montrée précédemment.
 𝑐𝑜𝑡𝜃 n’est pas imposée. Dans ce cas on doit retrouver la valeur de 𝑐𝑜𝑡𝜃 à partir de la
valeur d’effort tranchant appliqué qui est connue en supposant que :
𝑐𝑜𝑡𝜃
𝑉𝑅𝑑,𝑚𝑎𝑥 = 𝑉𝐸𝑑 = 𝛼𝑐𝑤 𝑣1 𝑓𝑐𝑑 𝑏𝑤 𝑧
1 + 𝑐𝑜𝑡𝜃 2
𝑐𝑜𝑡𝜃
Posons 𝑋 = 1+𝑐𝑜𝑡𝜃2 et 𝑋 sera trouvé. On distingue aussi 3 cas différents :

𝑐𝑜𝑡𝜃 𝑐𝑜𝑡𝜃=2.5
 Si 𝑋 ≤ 1+𝑐𝑜𝑡𝜃2  𝑐𝑜𝑡𝜃 = 2.5
𝑐𝑜𝑡𝜃 𝑐𝑜𝑡𝜃=2.5 𝑐𝑜𝑡𝜃 𝑐𝑜𝑡𝜃=1
 Si 1+𝑐𝑜𝑡𝜃2
< 𝑋 ≤ 1+𝑐𝑜𝑡𝜃2  On aura une équation pour trouver 𝑐𝑜𝑡𝜃 :

𝑋 ∗ 𝑐𝑜𝑡𝜃 2 − 𝑐𝑜𝑡𝜃 + 𝑋 = 0
↔ ∆= √1 − 4𝑋²

1 + √1 − 4𝑋²
↔ 𝑐𝑜𝑡𝜃 =
2𝑋

[Tapez ici] [Tapez ici] [Tapez ici]


[Tapez ici] [Tapez ici] [Tapez ici]
𝑐𝑜𝑡𝜃 𝑐𝑜𝑡𝜃=1
 Si 𝑋 >  La résistance des bielles est dépassée.
1+𝑐𝑜𝑡𝜃2
IL FAUT CHANGER LA COMPOSITION DU BETON.

c) Calcul des armatures transversales

i. Densité minimale
La quantité d’armature d’effort tranchant doit être au moins égale à :

𝐴𝑠𝑤 0,08√𝑓𝑐𝑘
( )𝑚𝑖𝑛 = 𝑏𝑤 ∗ 𝑠𝑖𝑛𝛼
𝑠 𝑓𝑦𝑘

Avec α = 90° car les armatures transversales sont droites donc 𝑠𝑖𝑛𝛼 = 1 donc la formule
deviens :

𝐴𝑠𝑤 0,08√𝑓𝑐𝑘
( )𝑚𝑖𝑛 = 𝑏𝑤
𝑠 𝑓𝑦𝑘
Où :

 𝑓𝑐𝑘 est la valeur de la résistance caractéristique en compression à 28 jours du béton


utilisé
 𝑓𝑦𝑘 est la limite caractéristique d’élasticité de l’acier utilisé
 𝑏𝑤 est la plus petite largeur de la section comprise entre la membrure tendue et la
membrure comprimée

ii. Densité maximale


Selon la NOTE 4 EC2 Page 83 : L’aire effective maximale de la section des armatures d’effort
tranchant 𝐴𝑠𝑤,𝑚𝑎𝑥 pour 𝑐𝑜𝑡𝜃 = 1, est donnée par :
𝐴𝑠𝑤,𝑚𝑎𝑥 𝑓𝑦𝑤𝑑 1
≤ 𝛼𝑐𝑤 𝑣1 𝑓𝑐𝑑
𝑏𝑤 𝑠 2
On peut donc déduire une densité maximale des armatures d’effort tranchant :

𝐴𝑠𝑤 1 𝛼𝑐𝑤 𝑣1 𝑓𝑐𝑑 𝑏𝑤


( )𝑚𝑎𝑥 = ∗
𝑠 2 𝑓𝑦𝑤𝑑

Avec :

 𝛼𝑐𝑤 , 𝑣1 , 𝑓𝑐𝑑 , 𝑏𝑤 sont définies précédemment


 𝑓𝑦𝑤𝑑 = limite d’élasticité de calcul des armatures d’effort tranchant = 𝑓𝑦𝑑

iii. Densité des armatures d’effort tranchant


Selon EC2 Page 83 :

Dans le cas des éléments comportant des armatures d’effort tranchant verticales, la résistance
à l’effort tranchant des armatures d’effort tranchant est calculée par

[Tapez ici] [Tapez ici] [Tapez ici]


[Tapez ici] [Tapez ici] [Tapez ici]
𝐴𝑠𝑤
𝑉𝑅𝑑,𝑠 = 𝑧𝑓𝑦𝑤𝑑 cot 𝜃
𝑠
En remplaçant 𝑉𝑅𝑑,𝑠 par 𝑉𝐸𝑑 on peut calculer la densité des armatures nécessaires :
𝐴𝑠𝑤 𝑉𝐸𝑑
→ =
𝑠 𝑧𝑓𝑦𝑤𝑑 cot 𝜃

iv. Espacement maximal des armatures d’effort tranchant


Il faut vérifier que l’espacement entre les armatures transversales n’excède pas la valeur 𝑠𝑟,𝑚𝑎𝑥 :

𝑠 ≤ 𝑠𝑟,𝑚𝑎𝑥 = 0.75 𝑑 cot 𝜃

[Tapez ici] [Tapez ici] [Tapez ici]