Vous êtes sur la page 1sur 21

ENIET DE SOA/CENTRE DES RESSOURCES MULTIMEDIAS

GENERALITES SUR
L’INFOGRAPHIE ET
INTRODUCTION A
PHOTOSHOP
Support annexe à la formation continue à la
carte des enseignants
Par Joseph Firmin BAMAL, PLEG d’Informatique

15
MODULE 2 : INFOGRAPHIE – PARTIE THEORIQUE

GENERALITES SUR L’INFOGRAPHIE

L'infographie (en anglais infographics) est un ensemble de techniques de


création et de traitement d'images numériques à l’aide d’un ordinateur.

Au début, ce terme désignait uniquement les graphismes, c’est-à-dire des


images. Puis le concept s'est rapidement élargi à tous les graphismes produits
par des moyens informatiques.

L’infographiste (ou infographe) est un spécialiste du traitement de l'image (2D,


3D, logiciels PAO, Web, etc.). Il utilise des logiciels spécifiques dits de PAO
(Publication assistée par ordinateur) pour la mise en page, la retouche de photos
et d’images, le dessin vectoriel, la création de site web, etc.

L’infographie est très utile dans plusieurs domaines de la vie active :

Dans le domaine du journalisme, on utilise «l’infographiste de presse », «le


rédacteur graphiste », « l’éditeur graphiste » ou « l’illustrateur infographiste »
selon l'activité journalistique et/ou graphique de la personne au sein de l'équipe
de rédaction. Dans les arts graphiques, on distingue principalement ceux qui
manipulent des images en deux dimensions (Infographie 2D) de ceux qui
manipulent des objets dans un espace en trois dimensions (Infographie 3D).

• La 2D se retrouve principalement dans la bande dessinée où la mise en


couleur, voire l'encrage sont effectués au moyen de logiciels de DAO
(Dessin Assisté par Ordinateur) ;dans la communication visuelle et la
publicité où la retouche d'images est omniprésente ; dans les jeux vidéo ;
etc.
• On retrouve la 3D principalement dans l'architecture où sont utilisés les
modeleurs 3D pour préfigurer l'apparence d'un bâtiment dont on prévoit
ou promeut la construction ; dans le prototypage virtuel d'objets 3Det
l’imagerie de synthèse permettant de montrer une réalité virtuelleen
représentant l'objet avant sa réalisation matérielle, dans les films
d'animation publicitaires ou cinématiques où la puissance fournie par les
solutions 3D est exploitée au maximum. On la retrouve également de plus
en plus dans les jeux vidéo récents.

Cours d’Infographie Générale par Joseph Firmin BAMAL, PLEG Informatique (676620655)
2
MODULE 2 : INFOGRAPHIE – PARTIE THEORIQUE

CHAPITRE 1 : LE TRAITEMENT DES IMAGES

I.GENERALITES SUR LA NOTION D’IMAGE

Une image est la représentation visuelle d’un objet réel ou abstrait. Elle est numérique dès
qu’elle est transformée en fichier binaire susceptible d’être traité par un processeur
d’ordinateur. Nous allons dans ce chapitre, successivement, décrire les procédés d’obtention
des images numériques grâce à des périphériques spécifiques et rendre compte sommairement
des caractéristiques principales desdites images numériques.

I.1 Acquisition d’une image numérique

I.1.1 Procédés d’acquisition

Les procédés d’acquisition des images numériques sont variés et dépendent du type
d’infographie. En infographie 2D, les images sont créées par des techniques travaillant
directement sur les deux dimensions del'image, que ce soit :
- en créant de toutes pièces des formes (dessin, peinture, etc.),
- ou par des processus algorithmiques divers (images fractales),
- ou encore par traitement d'images, c’est-à-dire modification des propriétés d'une
image obtenue par numérisation (transformation d’un signal analogique en signal
numérique. Dans le cas d’une image, obtention d’un fichier d’image numérique à
partir d’une image physique grâce à un périphérique de capture tel qu’un scanner ou
un appareil photo ou vidéo numérique) ;
En infographie 3D, la création d’images suit un canevas rigoureux :
- la modélisation des objets de la scène en trois dimensions,
- le positionnement rapide de ces objets dans la scène (layout)
- éventuellement l'articulation (squelettage (rigging), maillage (skinning) puis
l'animation des personnages,
- etc.

I.1.2 Périphériques d’acquisition

Ce sont les périphériques qui permettent l’acquisition des images numériques. On peut ainsi
citer : l’appareil photo/vidéo numérique, le crayon optique, la palette graphique, le scanner ou
numériseur de document, la souris, la tablette graphique ou encore le trackball.

I.2 Caractéristiques des images numériques


Les images numériques peuvent être décrites suivants 4 caractéristiques principales : le type,
le format, la taille et la résolution.

Cours d’Infographie Générale par Joseph Firmin BAMAL, PLEG Informatique (676620655)
3
MODULE 2 : INFOGRAPHIE – PARTIE THEORIQUE

I.2.1 Types d'images numériques

Il existe 2 types d'images numériques : les images Bitmapou matricielles et les images
Vectorielles
a) Les images bitmap ou matricielles

Obtenues à partir de logiciels tels qu’Adobe Photoshop (commercial), Paint de


Microsoft (commercial), The Gimp (gratuit) ou Photofiltre (gratuit), les images
Bitmap se composent d’un ensemble de pixels (colorés ou non) formant une image
ou un caractère. Elles supportent mal les opérations de redimensionnement ou
d’agrandissement. On parle du phénomène de « pixellisation » quandune image
matricielle grossiefait apparaître les pixels(sortes de petits carrés qui sur un écran
contiennent chacune une unité des couleurs qui constituent une image).
Plus le nombre de couleurs et la résolution d’une image bitmap sont élevés, plus la
taille en mémoire du fichier de l’image estimportante.
Illustration : Ce trait est un ensemble de pixels. Une fois agrandi, on voit apparaître les
pixels:

Taille normale Agrandissement


b) Les images vectorielles

Créées à partir de logiciels tels qu’Adobe Illustrator (commercial) ou Inkscape


(gratuit), les images vectorielles sont définies de façon mathématique. Elles sont
constituées d’une série d’objets géométriques (des droites, des ellipses…) auxquels
sont associés des attributs (couleur, épaisseur…). La résolution ne change rien à ces
images. Quel que soit l’agrandissement, les éléments paraîtront toujours nets et
précis. Ici, la notion de pixels n’existe plus. Ce sont donc ces images qui sont
conseillées pour les logotypes par exemple.
Illustration : Ce trait reste inchangé, même agrandi:

Cours d’Infographie Générale par Joseph Firmin BAMAL, PLEG Informatique (676620655)
4
MODULE 2 : INFOGRAPHIE – PARTIE THEORIQUE

Taille normale Agrandissement


N.B :
1) Photoshop est un logiciel d'images bitmap, avec possibilité de faire des tracés
vectoriels en utilisant l'outil Plume et les formes vectorielles prédéfinies.
2) Il existe des formats d'images qui acceptent des composites d'images vectorielles et
bitmap, comme .swf, .ai, .psd, etc.

I.2.2 Formats d’images numériques


De manière générale, un format de fichier désigne la façon dont les données de ce fichier
sont codées. Pour ce qui est du cas spécifique des images numériques, le format renvoie ici à
la résolution et/ou au type de codage des couleurs.
Il existe plus d'une centaine de formats de fichiers images, dont beaucoup sont des formats
natifs (utilisés par une seule application). Voici les plus répandus :
- Formats natifs

PSD(PhotoShop Document) : format natif Photoshop. L'un des seuls qui conserve les
calques et la couche alpha (transparence) pour retravailler dans Photoshop.

TIFF(Tagged Image File Format) : Un peu lourd mais permet desauvegarder les
calques d’une image. Il est très employé en infographie de presse.

BMP(Bitmap) : format standard de Windows et OS2, accepté par la plupart des


logiciels PC.

PICT : format standard Mac, accepté par la plupart des logiciels Mac OS.
AI(Adobe Illustrator) : format d'Illustrator.
DWG et DXF : Formats utilisés par Autodesk Autocad

- Formats web

JPEG(Joint Photographic Expert Group) : Très léger avec l’avantage de stocker plusieurs
millions de couleurs, il ne conserve pourtant pas la transparence.

Cours d’Infographie Générale par Joseph Firmin BAMAL, PLEG Informatique (676620655)
5
MODULE 2 : INFOGRAPHIE – PARTIE THEORIQUE

GIF(GraphicInterchange Format) : Créé par Compuserve, palette 256 couleurs (8 bits),


avec conservation de la transparence (fond invisible). Idéal pour le téléchargement rapide
d'images contrastées, il permet aussi de réaliser de petites animations répétitives.

PNG(Portable Network Graphic) : créé pour le Web, il combine les avantages de GIF et
JPEG : couleurs 32 bits, transparence et compression sans perte de qualité... C'est le format
natif de Fireworks (Macromedia). Le PNG 8 est maintenant reconnu par tous les navigateurs
(sans plug-in), contrairement au PNG 24.
SWF (ShockWaveFlash) : format des animations vectorielles Flash.

SVG(ScalableVectorGraphics) : format vectoriel pour le web, mais nécessite un lecteur


SVG.

- Formats des appareils photos numériques

RAW : format qui créée des images brutes, non altérées. Trouvé sur tous les appareils
récents (2005).

DNG(Digital Negative) : nouveau format proposé par Adobe pour remplacer le RAW. Il
nécessite DNG Converter et n’est pas encore très utilisé.
N.B : Le JPEG et le TIFF sont souvent adaptés aussi.

- Autres formats

EPS(Encapsulated PostScript) : format de dessin vectoriel (Adobe Illustrator, Inkscape,


etc.). Photoshop transformera l’EPS en bitmap lors de l'importation, et demandera de choisir
la résolution en dpi.

PDF(Portable Document Format) : format d'échange de documents. Nécessite un logiciel


adapté pour les modifications. C’est le format le plus prisé dans le monde de la PAO parce
qu’il permet de garantir l’intégrité des documents, de les sécuriser, et surtout il est léger.

PCD : format des photos Kodak sur CD.

PCX : mode de compression d'images bitmap, à utiliser sur des images avec des applats de
couleurs.

TARGA : format utilisable avec une carte vidéo TrueVision.

I.2.3 Taille d’une image numérique


Elle peut s’exprimer soit en mm/cm pour le travail vers l’imprimerie, soit en pixels pour un

Cours d’Infographie Générale par Joseph Firmin BAMAL, PLEG Informatique (676620655)
6
MODULE 2 : INFOGRAPHIE – PARTIE THEORIQUE

travail destiné au multimédia.


1 pt (point) = 0,352 mm
1 p (pica) = 12pt = 4,233 mm
1 p’’ (pouce) = 72 pt = 25,4 mm

I.2.4 Résolution d’une image numérique

La résolution d’une image est le nombre de pixels par unité de surface (pouce x pouce). Elle
s’exprime en dpi : dot per inch ou en pixel par pouce (ppp) ou pixel per inch (ppi): il s'agit
du nombre de points par unité de mesure (1 pouce=2,54cm). Plus la résolution est élevée,
plus une image compte de pixel et est riche en détails, et plus le fichier résultant est
volumineux. Les 2 résolutions les plus utiles sont les suivantes:

72 dpi ou 96 dpi pour les images destinées à être affichées sur un moniteur ;

300 dpi, 600dpi ou 1200 dpipour les images destinées à l’imprimerie.

Illustration Plus la résolution est élevée, plus il y a de détails dans une image.

72 dpi150dpi300dpi

Cours d’Infographie Générale par Joseph Firmin BAMAL, PLEG Informatique (676620655)
7
MODULE 2 : INFOGRAPHIE – PARTIE THEORIQUE

Illustration :Tableau comparatifde la taille en mémoire d'une même image sauvegardée


dans différents formats (non optimisés) :

JPEG 57 Ko
PSD 1000 Ko qualité 5
PCT (32 988 Ko PNG8-256 175 Ko
bits/pixel) couleurs
TGA 1002 Ko GIF 256 180 Ko
BMP (Win, 1003 Ko couleurs
24bits) JPEG 282 Ko
TIFF (sans 1342 Ko qualité 12
calques) PNG24 567 Ko
EPS 1385 Ko PNG (non 567 Ko
optimisé)

I.3Modes de couleurs des images numériques


Il ne faut pas confondre le format numérique d'une image se référant à la façon dont elle est
affichée, éventuellement compressée et sauvegardée, et le mode couleur qui est le mode dans
lequel on va travailler cette image dans un logiciel infographique.
En effet, le mode de couleur d’une image numérique fait référence à une combinaison
d’éléments qui composent cette image et dont on choisit de prendre en compte à un moment
donné lorsqu’on modifie cette image dans un logiciel de PAO.
Les modes de couleurs les plus fréquents sont :

a) Le mode RVB
Ce mode représente le Rouge, le Vert et le Bleu. C’est le mode utilisé pour la vidéo et le
multimédia, c’est-à-dire pour le travail surécran. Les trois couleurs superposées forment le
Cyan, le Magenta, le Jaune. C’est un mode qui travaille en millions de couleurs. Elles sont
composées par mélanges.

b) Le mode CMJN
Ce mode représente le Cyan, le Magenta, leJaune et Noir. C’est le modèle qui est utilisé en
imprimerie. C’est le procédé dit de quadrichromie. Chaque document qui sera destiné à être
imprimé devra être converti à ce format.En combinant les 3, on obtient du noir (en réalité, il
s’agit d’un marron terne, c’est pourquoi on rajoute du noir).

Remarque : Il existe aussi les modes : Couleurs indexées, Niveau de gris, Bichromie, etc.

Cours d’Infographie Générale par Joseph Firmin BAMAL, PLEG Informatique (676620655)
8
MODULE 2 : INFOGRAPHIE – PARTIE PRATIQUE
II.UTILISATION D’UN LOGICIEL DE TRAITEMENT D’IMAGE

Il existe des logiciels de traitement d’images gratuits (The Gimp, Photofiltre, Picasa, P-CON
PLANNER, etc.) et d’autres qui sont commerciaux (Adobe Photoshop, Adobe Illustrator, Autocad,
etc.). Il n’est matériellement pas possible d’étudier chacun de ces logiciels (qui par ailleurs sont
souvent très chers lorsqu’ils sont commercialisés) de manière exhaustive. C’est la raison pour laquelle
cette partie pratique se limitera à décrire pas à pas des exemples concrets de manipulations à faire dans
différents logiciels pour aboutir à des traitements particuliers.
Le but ici est de faire comprendre le potentiel de ces logiciels à travers des travaux pratiques détaillés
qui prennent en compte le référentiel des compétences défini dans le Programme Officiel.

II.1 LES BASES D’ADOBE PHOTOSHOP

Ce tutorial (cours procédural succinct) Photoshop va vous permettre de bien commencer avec le
logiciel, sans vous perdre dans les fonctionnalités. Nous allons découvrir quelles sont les principales
fonctionnalités puis nous ferons trois petits cas pratiques pour les mettre en application.
A la fin de ce tutorial, vous aurez compris le principe de fonctionnement de Photoshop, la palette des
calques, les principales fonctions pour faire vos premières créations graphique de site Internet,
d'affiches, de flyers, etc.

II.1.1 Qu’est-ce que Adobe Photoshop ?

« Photoshop » est un logiciel de retouche, de traitement et de Dessin Assisté par Ordinateur, édité par
Adobe Systems. Il fait partie d'une longue suite logicielle touchant dans le domaine du multimédia
qui es t connue sous le nom d'Adobe Creative Suite (Photoshop, Illustrator, InDesign, Dreamweaver,
Flash, entre-autres).
Il est surtout utilisé pour le traitement de photos numériques (ce que l'on appelle plus
Communément la retouche photographique), mais sert également à la création d’images.

II.1.2 Présentation de l’espace de travail d’Adobe Photoshop

C'est dans cet espace de travail que tout se passe, c’est là que nous passerons le plus clair de notre
temps. Il s’agit métaphoriquement du bureau de travail sur lequel les infographistes dessinent et là où
sont disposés gomme, crayons de couleur et feuilles blanches (entre-autres bien entendu).

Cours d’Infographie Générale par Joseph Firmin BAMAL, PLEG Informatique (676620655)
9
MODULE 2 1
: INFOGRAPHIE – PARTIE PRATIQUE
: Barre des menus

2 : Barre d’option des outils

4 : Palettes flottantes masquées

3 : Boîte à outils 5 : Palettes flottantes visibles

1. Barre des menus : cette série de boutons va nous être utile pour ouvrir, enregistrer, fermer,
éditer et modifier un document. Parmi ces boutons, on peut par exemple citer :

a. Fichier : dans ce menu, vous serez surtout amenés à utiliser les fonctionnalités
d'enregistrement, d'ouverture et de fermeture de fichier. Il permet par ailleurs
d'imprimer un document ou encore d'importer ou d'exporter un document. A noter que
la partie suivante est exclusivement réservée à la sauvegarde de vos fichiers.
b. Édition : présente les fonctionnalités de base permettant de travailler sur notre
document. Le célèbre" copier/couper/coller», ou encore la fonction "Annuler" pour
revenir en arrière en cas d'erreur. A celles -ci s’ajoutent d'autres fonctionnalités et
notamment celles des transformations.
c. Image : Ce menu s’avèrera particulièrement utile dans ce cours. Nous passerons par
lui pour définir ce que l'on appelle un mode à notre zone de travail (RVB, CMJN,
Niveaux de gris, etc.), mais aussi pour faire quelques réglages, quelques retouches,
modifier la taille de nos images et zones de travail.
d. Etc.

2. Barre d'options des outils : Nous utiliserons les fonctionnalités de cette barre pour définir
une ou plusieurs options spécifiques aux outils de notre logiciel afin de les paramétrer.

3. Boîte à outils : cette petite fenêtre constitue notre stock d'outils, autrement dit la trousse dans
laquelle nous trouverons paire de ciseaux, pinceaux, crayons de couleur, gomme et j'en passe.

Cours d’Infographie Générale par Joseph Firmin BAMAL, PLEG Informatique (676620655)
10
MODULE 2 : INFOGRAPHIE – PARTIE PRATIQUE

NB : Chaque fois qu'un outil est sélectionné, vous disposez d'options complémentaires à cet outil sous
la barre de menu.

4. Palettes flottantes : Ce sont de petites fenêtres que l'on dispose à l'intérieur de l'espace de
travail et à partir des quelles nous aurons accès à la majorité des fonctionnalités dont nous
disposons avec Photoshop. Parmi elles, nous pouvons citer l'historique, les calques, les
couleurs, le navigateur et... la boite à outils ! (la boite aussi est une palette flottante dans la
mesure où l'on peut la déplacer à notre guise dans l'espace de travail.

5. Palettes flottantes masquées (raccourcis) : Cette zone accueille et recense les raccourcis des
palettes flottantes. Le principe est simple : vous déposez toutes les palettes flottantes que vous
désirez à l'intérieur de cette petite zone puis elles se transforment en de petites vignettes que
vous n'aurez alors plus qu'à "déplier" pour leur faire reprendre une apparence "normale" (c'est-
à-dire que le contenu de la palette devient visible).

II.1.3 Création d’un nouveau document sur Adobe Photoshop

Pour créer un nouveau document, nous pouvons soit : cliquer sur le menu Fichier, puis sur
« Nouveau » ; soit faire la combinaison de touches Ctrl+N. Une boîte de dialogue vous permet alors de
saisir les informations de votre nouveau document. En fonction de votre création, choisissez 72 dpi et
RVB pour une création destinée à Internet et 300 dpi et CMJN une création destinée à l'impression.

Cours d’Infographie Générale par Joseph Firmin BAMAL, PLEG Informatique (676620655)
11
MODULE 2 : INFOGRAPHIE – PARTIE PRATIQUE

On obtient alors une fenêtre telle que celle-ci après avoir cliqué sur OK :

On remarque immédiatement sur la palette visible des calques (en-bas à droite), qu’un calque par
défaut s’est créé, avec l’aperçu de notre fenêtre. A ce propos, que sont les calques dont on parle tant ?

II.1.4 Notion de calque dans Adobe Photoshop

Les calques sont la fonctionnalité la plus importante de Photoshop et de beaucoup de logiciels


similaires. Comprendre le principe des calques est fondamental, il vous permettra de travailler
Cours d’Infographie Générale par Joseph Firmin BAMAL, PLEG Informatique (676620655)
12
MODULE 2 : INFOGRAPHIE – PARTIE PRATIQUE
efficacement et rapidement. Un calque sur Photoshop est un concept virtuel, qui simule l’existence
pour chaque image numérique manipulée, d’une ou de plusieurs couches plus ou moins transparentes,
qu’il est possible de manipuler de manière indépendante, afin d’obtenir le rendu souhaité. Ainsi, peut-
on travailler sur plusieurs supports dans un même document, au moyen de calques, étant entendu qu’il
est possible de voir à travers ces calques. L’intérêt est de pouvoir superposer plusieurs éléments
graphiques (Un sur chaque calque).

Il est possible de :
- Renommer un calque (clic droit renommer)
- Déplacer un calque (clic sur le calque et glisse) : permet de faire passer un élément graphique 1
situé sur le calque 1 au dessus d’un autre élément graphique 2 sur le calque 2.
- Supprimer un calque (clic + glisse dans la corbeille)
- Organiser vos calques en les mettant dans un dossier.
- Etc.
L'ordre des calques est très important. Un calque A situé au-dessus d'un calque B dans la palette des
calques apparaitra aussi au-dessus dans la zone de travail.
Vous pouvez également afficher ou masquer indépendamment chaque calque en cliquant sur l'œil situé
à gauche du nom du calque. Cela vous permet de ne pas afficher le contenu d'un calque sans le
supprimer. Cela est utile pour ne pas afficher le contenu d’un calque spécifique sur la zone de travail.
Par exemple, si on veut faire des tests sur plusieurs calques à la fois et que l’on ne veut en garder qu’un
visible sur la zone de travail sans supprimer définitivement les autres.

Cours d’Infographie Générale par Joseph Firmin BAMAL, PLEG Informatique (676620655)
13
MODULE 2 : INFOGRAPHIE – PARTIE PRATIQUE

NB : Si dans votre zone de travail, vous ne voyez pas les modifications que vous faites sur un calque,
pensez à vérifier que celui ci ne soit pas caché par un autre calque situé au dessus dans la palette de
calques.

II.2 CAS PRATIQUE N°1 : Ajout d’un effet a une photo avec Adobe Photoshop CS3

Objectif : Modifier (retoucher) une image.

1) Lancez Photoshop en double-cliquant sur son icône sur le bureau ou en passant par le menu
« Démarrer » ; « Tous les Programmes » ; « Adobe Photoshop CS3 » ;
2) L’interface d’accueil du logiciel s’ouvre alors ;

3) Faites « Ctrl+O » pour ouvrir un fichier, puis sélectionnez la photo à modifier dans le répertoire
adéquat.

Cours d’Infographie Générale par Joseph Firmin BAMAL, PLEG Informatique (676620655)
14
MODULE 2 : INFOGRAPHIE – PARTIE PRATIQUE

4) Après avoir cliqué sur « Ouvrir », la photo s’affiche dans la zone de travail :

5) Appliquez un filtre à l’image en cliquant successivement sur « Filtre » ; « Artistique » ;


« Etalement » ; « Contour » ; « Lueur diffuse » ; « OK » :

Cours d’Infographie Générale par Joseph Firmin BAMAL, PLEG Informatique (676620655)
15
MODULE 2 : INFOGRAPHIE – PARTIE PRATIQUE

6) Enregistrez l’image obtenue en cliquant successivement sur « Fichier » ; « Enregistrer sous… » ;


Une fenêtre s’ouvre pour vous permettre de choisir le répertoire de destination en le sélectionnant
dans « Enregistrer dans ». Donnez un nom au nouveau fichier dans la zone « Nom du fichier » ;
puis dans le menu déroulant « Format », sélectionnez JPEG ; Cliquez enfin sur « Enregistrer ».

7) Une fenêtre «Option JPEG » s’ouvre ; Dans «Options d’image » sélectionnez un qualité
moyenne ; Puis dans « Format » cochez « Progressif optimisé » et saisissez 3 passages». Vous avez
obtenu une nouvelle image :

Avant Après

II. 3 CAS PRATIQUE N°2 : Réalisation d’un dessin Bitmap avec Adobe Photoshop 7

Cours d’Infographie Générale par Joseph Firmin BAMAL, PLEG Informatique (676620655)
16
MODULE 2 : INFOGRAPHIE – PARTIE PRATIQUE

DESSINER UN OEIL

Technique : options et
M1 Fonctions utilisée : Filtres
récupération de sélection
• Créer une image sur fond
blanc
L'iris.
• Créer un nouveau calque,
nommez-le iris puis tracer
un rond centré sur le dessin
Etape 1
avec l'ellipse de sélection et
le remplir de la couleur de
l'œil.
• Pour un rond parfait
appuyer sur Maj pendant le
tracé.
• Créer un nouveau calque
(iris 2), tracer un rond
Etape 2 légèrement plus grand
centré sur le dessin et le
remplir de la même couleur
• Appliquer le Filtre bruit /
ajout de bruit (quantité :
40 Répartition : gaussien
mono chromique).
Etape 3
• Puis le Filtre atténuation /
flou radial (valeur : 100 ;
mode : zoom ; qualité :
normale)

• Réappliquer le filtre / flou


radial une deuxième fois.
Etape 4

• Sélectionner le calque :iris


ctrl + clic sur ce calque.
Etape 5 Inverser la sélection : Menu
sélection / intervertir et
supprimer (bouton suppr).

Cours d’Infographie Générale par Joseph Firmin BAMAL, PLEG Informatique (676620655)
17
MODUL 2 : INFOGRAPHIE – PARTIE PRATIQUE
MODULE
• Créer un nouveau calque
(contour). Sélectionner le
calque iris : ctrl + clic sur
Etape 6
le calque puis tracer un
contour de 10 en noir
Edition / contour.
• Appliquer le Filtre :
Atténuation / Flou
Etape 7 gaussien (rayon : 5 pixels).
• Passer le calque en mode
incrustation
• Créer un nouveau calque
(triangle) et tracer un
Etape 8 triangle blanc sur le côté
gauche de l'œil
l' utiliser pour
cela l'outil lasso polygonal.
• Sélectionner encore une
fois le calque iris puis
contracter de 3 pixels cette
sélection (menu sélection /
Etape 9
modifier / contracter)
inverser la sélection : menu
sélection / intervertir et
supprimer (bouton Suppr).
S
• Appliquer le filtre :
atténuation/flou gaussien
(rayon : 5 pixels).
Etape 10
• Passer le calque en mode
densité couleur

• Créer un nouveau calque.


• Sélectionner encore une
fois le calque du cercle de
l'iris puis contracter de 3
pixels cette sélection (menu
Etape 11 sélection / modifier /
contracter remplir de
contracter),
blanc, décaler la sélection
en bas a gauche et
supprimer la sélection
(bouton Suppr).
S

Cours d’Infographie Générale par Joseph Firmin BAMAL, PLEG Informatique (676620655)
18
MODULE 2 : INFOGRAPHIE – PARTIE PRATIQUE
• Appliquer le filtre :
atténuation/flou gaussien
Etape 12 (rayon : 5 pixels)
• Passer le calque en mode
densité couleur.
• Créer un nouveau calque.
• Tracer un cercle plus petit
pour la pupille centré sur
Etape 13
l'iris et le remplir de noir
puis centrer les objets au
pixel près.
• Créer un nouveau calque et
tracer deux cercles blancs
pour le reflet de la pupille
Etape 14
• Appliquer le filtre :
atténuation/flou gaussien
(rayon : 5 pixels)

II.4 CAS PRATIQUE N°3 : Création de formes vectorielles dans Adobe Photoshop

Pour créer de nouvelles Formes vectorielles, vous pouvez modifier celles existantes ou en créer de
nouvelles grâce aux outils de dessin vectoriel. Allez ensuite dans « Edition » ; « Créer une forme
personnalisée » et donnez-lui un nom.

Dans la palette « Calques », la Forme vectorielle se compose du Calque principal (à gauche) et d'un
Masque vectoriel (à droite). Le contenu du calque est modifiable en utilisant les outils vectoriels
classiques : Point d'ancrage, Conversion de point, Plume.

Cours d’Infographie Générale par Joseph Firmin BAMAL, PLEG Informatique (676620655)
19
MODULE 2 : INFOGRAPHIE – PARTIE PRATIQUE

Pour retrouver et utiliser cette forme, allez dans la palette de la barre d’outils. Elle se trouve avec les
autres formes mais ne sera pas conservée si vous réinitialisez les formes.
Pour conserver vos formes personnalisées de façon définitive, vous pouvez les enregistrer à partir de la
palette : petite flèche en haut à droite ; « Enregistrez les formes », ce qui signifie que vous allez
enregistrer toutes les formes présentes dans la palette.
Le mieux pour sélectionner vos propres formes à sauvegarder est d'aller dans le « Gestionnaire de
paramètres prédéfinis », de sélectionner celles que vous voulez conserver et de les enregistrer comme
Groupe, c'est-à-dire en tant que Bibliothèque personnalisée (extension .csh).

Vous pouvez maintenant utiliser votre nouvelle forme comme n'importe quelle autre présente, la
modifier, lui donner un style, une couleur, etc.

Une fois la taille et la forme choisie, vous n'aurez plus besoin de la conserver en vectoriel car la forme
se retrouvera pixellisée si vous faites une image Bitmap au final (Gif ouJpeg par exemple), à moins de
la réutiliser ailleurs (Illustrator, Flash, etc.).

Cours d’Infographie Générale par Joseph Firmin BAMAL, PLEG Informatique (676620655)
20
MODULE 2 : INFOGRAPHIE – PARTIE PRATIQUE
Pour la pixelliser aller dans « Calque » ; « Pixellisation » ; « Forme » ou cliquez-droit sur la palette
« Calque » ; « Pixelliser le calque » :

Cours d’Infographie Générale par Joseph Firmin BAMAL, PLEG Informatique (676620655)
21

Vous aimerez peut-être aussi