Vous êtes sur la page 1sur 23

1

Sommaire

INTRODUCTION GENERALE

L’administration en général, est un champ d’études et de pratique qui emprunte des


notions à toute une panoplie de disciplines telles : psychologie, sociologie, politique, droit,
économie, entre autres, et dans notre cas communication. « Administrer, c’est la mise en
place et l’organisation efficiente de toutes les ressources nécessaires à l’atteinte des objectifs
d’un organisme privé ou public de production ou de service »1. Que l’on soit gestionnaire,
membre d’une équipe ou comme agent de service, la communication constitue un outil ultime
d’échange entre différents acteurs. Communiquer semble parfois facile, que l’on se dit qu’il
suffit que le message soit clair, logique pour être forcément compris et, que l’on peut faire
confiance au récepteur s’il dit avoir compris notre message et que certaines personnes sont
nées « bons communicateurs ». Face à l’évolution et au changement complexe de la
communication, influençant directement nos relations avec autrui, une communication saine
s’avère essentielle à l’intérieur des équipes de travail, puisqu’elle permet aux individus de
gérer l’information et surtout d’entretenir de bonnes relations. Elle est donc un outil capital
dont tout administrateur en particulier au niveau scolaire, ne peut se passer. Une grande part
de la réussite de la gestion d’une école repose sur les habiletés en communication de
l’administrateur. En effet, la supervision d’une manière générale sera influencée par ses
habiletés. En réalité, le gestionnaire consacre la majeure partie de son temps à communiquer.
Etre capable de bien communiquer c’est obtenir ce que l'on désire des autres d'une manière
qui maintienne la relation dans des termes acceptables pour les deux parties. Mais on peut se

1 Philippe DUPUIS, L’administration de l’éducation : quelles compétences, p.136.


2

demander pourquoi parler d’enjeu de la communication interne dans la gestion d’une école et
qu’est ce qui nous a poussé à en parler?

Nous retenons, de la richesse de nos lectures quelques points saillants de la gestion


communicative dans l’école comprenant trois parties: Après l’introduction générale, nous
aborderons au premier point l’enjeu de la communication interne dans l’administration
scolaire. Nous exposerons ensuite, la présentation et la gestion au de la communication au
sein de l’établissement scolaire. Enfin nous aborderons les conséquences du mode de
communication sur l’administration scolaires et quelques leviers d’amélioration. Bien que
nous nous soyons appuyé sur les travaux des chercheurs en la communication, nous
présentons ici le résultat d’une pensée non achevée, donc perfectible.

Justification

L’idée de choisir ce sujet « Enjeu de la gestion de la communication interne au sein


de l’administration scolaire » n’a pas été anodine. Tout d’abord, l’idée est venue des
difficultés que nous avons personnellement rencontrées dans le processus de communication
durant notre étude au CELAF entre étudiants-étudiants, administration-étudiants, professeurs-
administration. C’est en Licence1 de ISSPR que nous avons pris connaissance de ce que
représentait la communication dans le fonctionnement de toute entreprise. Cette
connaissance sera approfondie en Licence 3 avec le cours d’administration et politiques
scolaires. Cet avant-goût nous a donné de nous intéresser davantage avec l’envie de
connaître plus sur ce sujet. Le choix d’un tel thème, qui est tout à l’honneur des acteurs
d’éducation et autres, en démontre l’impérieuse nécessité.

Ensuite, en nous intéressant un peu plus sur le sujet, nous avons trouvé plusieurs
articles et livres parlant de cette tendance qu'ont les entreprises et organisations à mettre de
plus en plus de stratégies pour communiquer en leur sein. Nous avons donc voulu observer de
près l’importance ou la nécessité d’une communication dans l’administration scolaire en tant
que futur acteur de l’éducation.

De plus, lors de notre stage apostolique au Cameroun de 2010 à 2012, nous avons
travaillé avec des ouvriers où nous avons notamment observé l’importance du transit de
l’information entre les différents acteurs, mais aussi les difficultés pouvant empêcher toute
communication. La communication est l’une des caractéristiques capitales de la vie en
3

groupe. Celui-ci peut se disloquer quand la communication ne se fait plus ou est rompue.
Quel est donc le problème qui se pose à nous dans la gestion de la communication ?

Problématique

« Sur le plan du fonctionnement, les administrations africaines se ressemblent comme


des sœurs jumelles. D'un bout à l'autre du continent, le laxisme, par exemple, règne en maître
absolu. Les agents publics ne se dévouent plus pour exécuter les tâches à eux confiées.
Conséquences : les tâches à exécuter, les dossiers à traiter s'accumulent et un précieux temps
est perdu dans la course au développement.2» Ce constat est accablant, certes. Mais il traduit
tout de même la réalité des organisations et autres institutions en Afrique. L'absence de
mesures diligentes pour endiguer ces maux les enracine davantage. Pire, cette situation en
favorise le développement d'autres. C'est le cas par exemple de la démotivation et de
l'absentéisme. Ces problèmes d'opacité, de perte de responsabilité et de déontologie
défaillante rencontrés par les organisations africaines relèvent de plusieurs explications : de
types organisationnel, affectif, culturel. Face à de tels phénomènes, des réformes ont été çà et
là entreprises. Mais elles n'ont pas toujours donné les résultats escomptés. A des degrés
divers, l’administration scolaire est concernée par ces phénomènes. On y rencontre des
personnes démotivées, frustrées, sous-estimées, ne possédant aucune information. Ceci,
conduit à une détérioration considérable du cadre du travail et du climat relationnel. En dépit
des tentatives d’amélioration, la communication reste non négligeable.

Or, une communication interne bien élaborée participe à la création d'une identité
forte de l'école. Un personnel bien informé est un personnel bien armé pour véhiculer l'image
de l'entreprise tant en interne qu'en externe. Une communication interne efficace devrait alors
épouser les valeurs informatives, intégratives et participatives.

Si l'on s'accorde aujourd'hui à dire que l'information, c'est le pouvoir, c'est parce qu'on
a constaté que l'individu informé devient apte à agir. L'information dans l’école doit alors
faire l'objet d'un contrôle et d'une gestion rigoureuse. Ceci est valable aussi bien pour
l `information descendante (de la Direction vers les enseignants et les employés), ascendante
(des employés vers la Direction) qu'horizontale (entre les employés). Tout ceci vise à faire du
bénéficiaire de l'information, le salarié, un véritable acteur dans le projet de l’école.

2 In « Le Pays » N°3534 du 05/01/06, P.8.


4

Quelles peuvent donc être les répercussions du manque d'une vision globale et
planifiée de la communication interne sur la gestion administrative scolaire ? Jean
FAVATIER estime cependant que : « Le changement ne se décrète pas. Il se communique. On
sait le coût social et économique d'une communication interne déficiente : blocages divers,
rétention d'informations, démotivation... La gestion du personnel (ou management) et la
communication interne doivent être étroitement liées dans une perspective
d'accompagnement d'évolution et de changement 3». Quel est en effet, l’enjeu de la
communication interne pour une bonne administration scolaire ? Quelles stratégies,
procédures et moyens, utiliser pour un directeur d’école aux fins de réussir à communiquer
efficacement au sein de l’établissement ? Face à la complexité et aux exigences de la
communication, à la recherche du gain de productivité, quelles solutions suggérées ?

Hypothèses

A partir de la problématique et des lectures réalisées nous pouvons formuler plusieurs


hypothèses :

Hypothèse 1 : la communication interne serait un atout important pour


l’administrateur dans la gestion de l’école.

Hypothèse 2 : il existerait différentes stratégies et procédures qui permettraient et


participeraient à une communication efficace et bonne au sein de l’établissement scolaire.

Hypothèse 3 : Une bonne gestion et organisation communicationnelle favoriserait les


échanges et maintiendrait dans la communauté scolaire l’ambiance de coopération ouverte.

Objectifs

Conscients de la place qu’occupe la communication dans la gestion scolaire, il nous


parait important de nous intéresser davantage. Nous visons par ce travail trois objectifs : en
premier, à travers ce travail nous voudrions identifier et expliquer les conditions essentielles
pour réussir une communication efficace et aussi de relever les causes de la communication
inefficace. Au deuxième objectif, nous aimerions montrer aux responsables et administrateurs
scolaires quelques orientations à prendre pour gérer et organiser la communication en
fonction des choix opérés quant à l’administration scolaire. Enfin, en troisième lieu, nous

3Jean FAVATIER, Séminaire sur la communication interne et le management, Paris, octobre


2003.
5

souhaiterions contribuer à l ‘amélioration de l’organisation et de la gestion administrative de


l’école afin d’accroître son efficacité à partir de la communication interne.

Intérêts et limites du travail

Intérêts : nous avons également pour souci de satisfaire notre curiosité intellectuelle
par la confrontation de nos connaissances théoriques aux réalités de la communication interne
dans le cas d'espèce de l'école. Notre propos se veut à la fois modeste et ambitieux. Modeste
car nous n’avons pas la prétention de faire le tour de tous les problèmes de communication
liés à l’administration scolaire, ni même de traiter tout à fond. Ambitieux car notre souci est
d’ouvrir un horizon futur pour une bonne gestion de la communication interne à l’école. Mais
quoi qu'on dise, l'utilité d'une étude est sans doute liée à la pertinence des résultats et des
conclusions auxquels elle aboutit.

Limites : loin d'espérer que notre réflexion sera la panacée aux grands problèmes de
communication interne à l’école, nous souhaitons tout de même contribuer à l'avancée de
l’approfondissement en ce domaine. Ainsi, notre ambition est de faire de cette étude un cadre
de référence à d'autres éventuels chercheurs.

La revue de littérature

La communication interne, management des organisations et administration scolaire


constituent un continent entier du savoir et font l'objet d'un nombre considérable de
publications, dont quelques unes ont particulièrement retenu notre attention.

Avec « La communication interne au service du Management », Philippe DETRIE et


Catherine MESLIN- BROYEZ ont une approche originale qui place la communication
interne au cœur de la nouvelle compétitivité. Pour eux, l'absence de cohésion interne est
flagrante dans le management de nombreuses organisations parmi lesquelles figure
l’administration scolaire. Ces auteurs expliquent cette situation par le fait que l'entreprise
n'est pas une addition de compétences, mais une multiplication des compétences. Une seule
erreur peut donc être préjudiciable à la performance de toute l'entreprise. De ces constats, ils
assignent à la communication interne les rôles suivants: « encourager les comportements
d'écoute, faire circuler l'information, faciliter le travail en commun, promouvoir l'esprit de
coopération. En un mot, développer le sens du collectif »4.

4 Opcit p.120.
6

Leurs travaux nous révèlent par ailleurs que la communication interne est capitale en
matière de management. Se fondant sur le fait qu'un de ses objectifs est l'établissement d'un
climat de confiance, Philippe DETRIE et Catherine MESLIN- BROYEZ soutiennent que
"disposant davantage de possibilités de dialogue et moins soumis à un système hiérarchique
dans leur recherche d'informations, les salariés sont invités à passer d'une logique
d'obéissance à une logique de responsabilisation et d'autocontrôle"5. Cet état de fait jouera
fortement sur le rendement de l'organisation.

Alex MUCCHIELLI ne dit pas le contraire dans » La communication interne : Les clés
d'un renouvellement ». Il va même un peu plus loin en dressant un amer constat des
conséquences que le dysfonctionnement de la communication interne peut engendrer. Il s'agit
entre autres des surcharges d'informations à répercuter, de l'inattention de collaborateurs
débordés, de l'inefficacité des outils d'information interne, de la circulation de rumeurs, de la
valse des audits et des projets inutiles... Face à de tels phénomènes, l'auteur estime que les
bonnes intentions, ne suffisent pas. Un effort inédit de compréhension s'impose si l'on veut
que la communication interne puisse jouer le rôle grandissant que lui confèrent les attentes
des salariés et les besoins des managers dans les entreprises du XXIème siècle. Pour cette
raison, Alex MUCCHIELLI aborde plusieurs points dont entre autres : l'audit de
l'information et de la communication interne. Le principe de la gestion collective des
problèmes d'information. L'implication des acteurs. La multiplicité des dispositifs et des
moyens de communication interne. La communication interne comme outil de management.
Le principe de la communication interne comme construction collective des situations...Alex
MUCCHIELLI en aboutit à une nouvelle façon de penser la communication interne.

Dans leur étude portant sur ‘’La communication dans les établissements scolaires :
étude exploratoire6’’, Dominique LECLERCQ, Marcelo OSSANDON et Muriel
DELFORGE soulignent que, si aucune pratique n’est en soi porteuse de succès, il apparaît
que certaines façons de présenter l’information peuvent s’avérer plus pertinentes que
d’autres. Il reste néanmoins à vérifier ces réflexions dans un champ communicationnel
davantage ciblé mais sur un échantillon moins restreint d’acteurs scolaires.

Richard Etienne et Michèle AMIEL, « La communication dans l’établissement scolaire »,


mettent d’abord en relation l’établissement scolaire dans toute sa complexité et la

5Opcit p.75.

6 In, information pédagogique n°39, février 1998, p.12-23.


7

communication. Ils préconisent ensuite que la réussite de l’information au sein d’un


établissement scolaire passe nécessairement par l’organisation de celle-ci. Par ailleurs réussir
une communication c’est accueillir, unir, informer, déléguer, décider ensemble, se former,
agir en situation de crise et être ouvert.

La richesse de ces écrits prouve encore davantage l’importance de la communication à


l’intérieur des organisations avec le personnel comme première cible. Aujourd'hui en effet,
l'efficacité de l'entreprise ne dépend pas seulement de sa capacité à produire mais également
de son habilité à communiquer, à établir des relations de confiance avec tous les acteurs dont
dépend son équilibre. Dans le cas typique de l’administration scolaire, quel peut être l’intérêt
de la communication interne? Avant d’apporter une ébauche de réponse à cette question,
passons en revue quelques définitions de concepts clés.

CHAPITRE I : LES PRINCIPAUX ENJEUX DE LA COMMUNICATION INTERNE


1. Définition des concepts

Communication : Selon ANY GBAYERE SAHOU, la communication est, le moyen


par lequel les activités d’une organisation sont unifiées. Selon le même auteur, elle est
considérée comme un échange de connaissances, de sentiments et d’attitudes, par
l’utilisation de signes et symboles7. Anthony de SOUZA la définie comme « l’échange
mutuelle de l’information et la compréhension par le biais de tout moyen efficace »8.

Pour Colette BIZOUARD, « la communication fait appel à la rencontre de l’autre et


des autres ». Elle poursuit en affirmant avec Epicure : « l’homme qui s’isole volontairement
et refuse la communication vit comme un loup ».9

L’information : Le terme information renvoie étymologiquement à « informare » qui


signifie en latin, mettre en forme. L’information est aussi au cœur de la communication.

L’information se définit selon Daniel CORNU 10 comme le fait de « mettre en forme un


renseignement en vue de le signifier à une autre personne ou à plusieurs. L’information, au

7 ANY GBAYERE SAHOU, La communication interne dans les organisations, p.53.

8 Anthony de SOUZA, Leadership, être leader, p.127.

9 Colette BIZOUARD, vivre la communication, p.7.

10 Daniel CORNU, éthique de l’information, p.3-4.


8

sens courant, recouvre à la fois un contenu et une forme ainsi que le fait de les transmettre et
de les communiquer ».

Système d’information : La notion du système d’information a donné lieu à plusieurs


définitions et interprétations qui sont loin de faire l’unanimité. Parmi ces nombreuses
définitions nous retenons quelques unes.

La définition de LAUDON K. et LAUDON L. du système d’information est la


suivante : « un système d’information est un ensemble de composantes interreliées qui
recueillent de l’information, la traitent, la stockent et la diffusent afin d’aider à la prise de
décision, à la coordination et au contrôle au sein de l’organisation 11».

Robert REIX12 s’est inspiré des théories de management pour donner sa propre
définition de système d’information : « Ensemble organisé de ressources : matériel, logiciel,
personnel, données, procédures… permettant d’acquérir, de traiter, de stocker des
informations (sous forme de donnée, textes, images, sons, etc.) dans et entre des
organisations ». Selon lui, le but d’un système d’information est d’« Apporter un soutien
aux processus de travail dans l’organisation selon trois modalités principales : fournir de
l’information, assister le travail humain et automatiser le travail ». Il ne faut pas penser
qu’un système d’information ne soit qu’un système informatique, mais c’est tout système qui
va permettre de réaliser des processus de collecte, mais aussi de mémorisation et de
traitement de l’information.

Le système d’information est donc « un réseau complexe de relations structurées où


interviennent des hommes, des machines et des procédures, qui a pour objet d’engendrer des
flux ordonnés d’informations pertinentes, provenant de sources internes et externes à
l’entreprise et destinées à servir de base aux décisions13 ».

La communication interne : Selon de nombreux auteurs, la communication interne


est l'ensemble des flux d'information à l'intérieur d'une organisation. Mais on peut avancer
avec Claude DUTERME qu’ « elle se réfère de plus en plus ces dernières années à une
dimension plus construite, une action volontaire au sein de l'entreprise; la gestion de

11 LAUDON K. et LAUDON L. Management des systèmes d’information, p.13.

12 Robert, REIX, Systèmes d’information et management des organisations.

13 ANGOT, H., Système d’information de l’entreprise.


9

l'information et dans sa version la plus élaborée la recherche de consensus autour de ce


qu'on appelle la culture d'entreprise14 ». Pour certains universitaires réputés du domaine des
théories organisationnelles, la communication et l'organisation sont indissociables. Ainsi,
selon Norbert WIENERT « Tout organisme est cohésionné dans son action grâce à la
possession des moyens qui permettent d'acquérir, d'utiliser, de retenir et de transmettre
l'information 15». L'organisation doit donc accorder une place centrale à la communication
parce que la structure, l'étendue et l'ampleur des activités des organisations sont presque
entièrement déterminées par les techniques de communication.

2. Les principaux enjeux de la communication interne

Force est de constater que notre société est en pleine mutation avec des changements qui,
en plus d’être nombreux, s’opèrent à une vitesse incroyable. La communication interne prend
donc tout son sens actuellement. Elle est un des piliers essentiels de l’entreprise en général et
en particulier de l’administration scolaire. Nous allons, de ce fait, aborder les principaux et
nouveaux enjeux de cette fonction. En quoi la communication interne est-elle essentielle et
stratégique aujourd’hui ?

2.1. La communication interne : un domaine stratégique pour


l’administration scolaire

Les évolutions technologiques, psychologiques et sociales ont exercé une force sur la
communication qu’elle a changée avec le temps. En effet, la communication interne est au
service de l’administration scolaire, donc logiquement de ses dirigeants, mais ce n’est plus
une simple boîte à outils dont on ouvrait le couvercle quand on en avait besoin. La
communication interne fait maintenant partie des décisions stratégiques, elle a en théorie
autant de poids que les autres départements des écoles. La communication interne a pour rôle
d'encourager les compétences d'écoute, de faire circuler l'information, de promouvoir l'esprit
de coopération et de famille, en un mot de développer le sens du collectif au sein de l’école.
Sans une réelle communication interne, l'administration scolaire se transforme en champs
libre des rumeurs, parfois incontrôlables et nuisibles. Il y' a alors beaucoup de bruit, mais peu
de fruits.

14 Claude, DUTERME (2002), La communication interne en entreprise: l'Approche de Palo


Alto et l'analyse des organisations, Editions De Boeck Université, p.9.

15Norbert WIENERT (1948), Cybernetics or control and communication in animal and


machine, p.161.
10

Comme nous venons de le voir, la communication interne a aujourd’hui toute sa place


dans les établissements scolaires. La fonction s’est professionnalisée avec des formations
dédiées, des exigences de recrutement bien spécifiques, une utilité reconnue. Cependant, il est
difficile de concevoir clairement les missions du communicant interne (administrateur), pour
un non initié. La première mission du communicant interne est de connaitre son
établissement. Il est au centre de l’activité, il peut être en lien avec tout le monde, tous les
métiers, de l’administration aux salariés et aux élèves tout en bas de l’échelle. Par ailleurs, il
est le porte- parole en interne des décisions stratégiques, des objectifs et des enjeux de
l’entreprise. Pour cela, il doit connaitre parfaitement le projet global et local, il doit
également être visionnaire et anticiper les réactions et répercussions des différentes décisions.
Enfin, de par son rôle de communicant il est un des principaux représentants des valeurs et de
la culture de son établissement, il doit donc en être totalement imprégné. Pour faire simple,
l’administrateur doit tout connaître, le plus en profondeur possible, pour optimiser au
maximum ses actions au sein de l’école. Désormais la communication interne accompagne le
changement, prévient les conflits et les désamorce. Les avancées technologiques ont permis
de partager de l’information beaucoup plus rapidement, et à beaucoup plus grande échelle.
Tout est possible, ceci permet d’envoyer toutes sortes de contenus, d’avoir une véritable
réactivité entre l’administrateur, les enseignants et les élèves. Cette réactivité permet d’éviter
les dissonances d’informations, les enseignants, élèves et les chefs d’établissement
notamment sont au courant dès la sortie de la nouvelle. Ces évolutions technologiques
permettent également le travail collaboratif et des échanges facilités. Il est possible de créer
des groupes de travail internationaux, des évènements relayés par visioconférence… La
communication interne prend donc une nouvelle ampleur grâce aux multiples possibilités qui
lui sont offertes. Néanmoins c’est aussi une pression supplémentaire, le moindre manque de
réactivité est sévèrement puni par les salariés, les élèves ou la direction. Les contenus doivent
être aussi attractifs que ceux de la communication externe, avec souvent moins de moyens.
De ce fait le communicant interne ne doit pas remplacer les sujets de fonds par une multitude
de brève par souci de réactivité, il ne doit pas devenir un professionnel du montage vidéo au
détriment de la stratégie sur le long terme… La gestion de ces changements demande donc de
systématiquement mettre en balance les pour et les contre de ces évolutions technologiques.

2.2. Quelques spécificités de la communication interne auprès des


administrateurs
11

La tâche de communiquer n’est pas une chose aisée et rend ainsi le métier de
l’administrateur difficile au vue de toutes les exigences que cela requiert. Le traitement de
l’information est devenu central, l’analyse des activités est maintenant beaucoup plus fine, la
résolution d’une grande partie des problèmes rencontrés dans l’activité de l’équipe est faite
directement par l’administrateur. En tant que premier communicant, le directeur doit
connaître son rôle, ses tâches et les outils à utiliser pour créer un climat de confiance, de
travail, de collaboration. En 1916, Henri Fayol, un des précurseurs du management, résumait
en 5 points principaux les fonctions de l’encadrement : « planifier, organiser, commander,
coordonner, contrôler16 ». Ainsi le chef d’établissement a désormais pour tâche d’animer, de
définir des objectifs, de piloter et planifier, de former et développer les compétences des
collaborateurs, d’informer, d’observer les résultats. Il doit comme manager accompagner les
enseignants, les élèves, et autres collaborateurs, être solidaire de ceux-ci, les motiver, être à
l’écoute… Il n’est plus un simple contremaitre, il est maintenant au cœur des relations
humaines, avec son équipe mais aussi avec sa hiérarchie. Il demeure un observateur actif,
porte-parole de son équipe et diffuseur d’informations.

Dans une situation relative au bon fonctionnement d’une école, le chef d’établissement
doit avoir les compétences d’organiser les activités relatives à la planification, à la gestion des
ressources humaines, pédagogiques, financières et à la gestion du patrimoine en vue de
produire une gestion de qualité et surtout atteindre ses objectifs. Pour cela :

 Il devra avoir la compétence de planifier ses activités pour une administration efficace
de son école telles : le plan d’opérations, la gestion du personnel, les imprévus, la
rentrée scolaire, le temps scolaire, le partenariat, les dossiers administratifs, les
conflits ;

 Il devra réagir par des propositions concrètes aux productions du professeur lors de
ses observations de classes dans les unités pédagogiques de sa cellule de base et tenir
correctement ses documents pédagogiques ;

 Il devra avoir la compétence d’élaborer un budget annuel et de tenir correctement la


comptabilité et le livre de caisse pour une gestion rationnelle des fonds de l’école ;

 Il devra avoir la compétence de gérer rationnellement les ressources et le patrimoine


de l’école ;

16 Jean-Pierre BEAL et al., Entre management et marketing : communication interne, 2011, p.58.
12

 Le chef d’établissement devra avoir la compétence de planifier ses activités pour une
administration efficace de son école.

En somme, il faut dire que ces différentes tâches exigent de l’administrateur une
compétence non négligeable en matière de communication au sein de l’établissement. Ceci
étant, il doit expliquer, faire accepter et transformer ces informations « en actes cohérents et
opérationnels, en adéquation avec la stratégie définie au plus haut niveau 17 ». Une de ses
fonctions principales est donc de distribuer la bonne parole, une bonne information, et de
faire en sorte que ses collaborateurs soient au fait des différents évènements liés à la vie de
l’établissement. Ils doivent pouvoir s’approprier les objectifs énoncés, les valeurs véhiculées
par la marque qu’ils représentent etc. Cette appropriation n’est possible que, si le directeur a
communiqué efficacement les informations. Comme outil managérial, la communication est
de manière spécifique le dernier maillon dans la chaîne de communication.

De tout ce qui précède, la communication interne est donc le rouage essentiel de la vie
d’un établissement scolaire. Elle participe de tous les domaines de cette vie qu’elle soit orale,
écrite, interne ou externe. La communication interne est essentielle au bon fonctionnement de
l’école, car elle permet : d’informer et transmettre des informations; de questionner et
obtenir des renseignements; de résoudre des problèmes; de prendre une décision; de
communiquer une directive ou un objectif; d’établir des règles; d’exprimer ses idées; de
donner du feed-back; de motiver; de développer des liens et des relations.

Mais, elle est difficile, souvent partielle et par voie de conséquence, inefficace et source
d’incompréhension, parfois de conflits. Une stratégie de communication bien construite est
source de paix sociale. Pour cela, cette stratégie s’attachera à faire circuler l’information de
manière rationnelle et efficace avec et entre tous les acteurs de l’établissement (personnel et
élèves). Quelles sont donc les procédures et stratégies à utiliser pour communiquer
efficacement ?

17 Jean-Pierre, BEAL et al., Entre management et marketing : communication interne, 2011, p.59.
13

CHAPITRE II : QUELLES PROCEDURES ET STRATEGIES POUR LA GESTION


DE LA COMMUNICATION AU SEIN DE L’ETABLISSEMENT SCOLAIRE

Si la communication au sein de l’établissement reste incontournable, il faut se dire qu’elle


demeure tout de même exigeante de sorte que son absence peut paralyser tout le
fonctionnement de l’établissement. En effet, plusieurs moyens, techniques, structures,
stratégies sont mis en œuvre pour réussir la communication. Il conviendrait de passer en
revue le rôle de l’administration dans la gestion communicationnelle. L’administration est
chargée : de réunir et de conserver toute documentation relative à l’établissement, de gérer la
bibliothèque, d'élaborer l'organe d'information de l’école, d'étudier et de mettre en place des
moyens d'information, de diffuser auprès des enseignants, élèves et autres partenaires des
documents nécessaires à leur information, d'assurer le suivi des relations au sein de
l’établissement.

1. Les procédures pour communiquer efficacement

Plusieurs procédures peuvent être utilisées pour communiquer efficacement. Nous


retenons ici quatre étapes essentielles dans ce processus proposées par le Projet d ’Appui au
Secteur de l’Education (PASE)18 :

 Se préparer à communiquer : Cette étape exige que l’administrateur sache l’objet


de sa communication, ce qu’il veut dire, bref, communiquer quoi ? Mais aussi il doit
savoir la raison qui le pousse à communiquer, avoir un groupe cible à qui
communiquer notamment les élèves, le personnel enseignant, administratif, technique

18 Projet d ’Appui au Secteur de l’Education (PASE), La gestion d’une école, Kinshasa 2010.
14

et autre. Cela exige aussi de lui des compétences dans la communication de sorte
qu’il doit savoir comment communiquer.

 Découvrir son interlocuteur : Ayant déjà son groupe cible, son interlocuteur, à qui il
doit communiquer, il importe pour le chef d’établissement de répondre aux questions
suivantes : Quelle est sa personnalité ? Quels sont ses besoins ? Quels avantages
peut-il tirer de cette communication ? Communiquer comment ?

En effet, une connaissance de l’interlocuteur qui n’est autre que les enseignants, les
élèves, les autres personnels, facilite la communication et permet de mieux répondre
aux besoins et attentes de celui-ci. Ainsi, il doit pour passer une information voir
l’intérêt que revêt l’information pour son interlocuteur et le sens qu’il pourrait
éventuellement lui donner.

 Transmettre le message : Il s’agit pour l’administrateur d’exprimer le message de


façon concise et concrète et d’expliquer le message en soulignant les avantages et les
désavantages de chaque élément et leurs raisons d’être.

 Solliciter ou donner du feedback et conclure : Il s’agit de demander la


reformulation ou vérifier la compréhension du message ; reformuler le message et
conclure le message. Cela exige de parler et d’écouter pleinement et véritablement
sans juger les autres et en prenant en compte les intérêts et les attitudes du récepteur.
Tout ceci ne peut se réaliser que par la mise sur pied d’un plan stratégique, ainsi, il
faut user des moyens et outils nécessaires.

2. Stratégies de mise en jeu

Il existe plusieurs outils, pour transmettre le message parmi lesquels nous retiendrons
quelques uns.

a) Les réunions.

Les réunions avec le personnel sont importantes. En effet, aucun agent ne peut donner le
meilleur de lui même sans un environnement propice à cet effet. Les réunions ont alors pour
objectif de permettre une personnalisation de l'information et une ébauche de communication.
C’est surtout l’administration qui convoque des réunions qui sont des séances d'échanges et
de réflexion sur le fonctionnement de l'école. De ces réunions procèdent les grandes décisions
de l'établissement.
15

En effet, une réunion ne s’improvise, elle se prépare. Il faut pour cela, d’abord
répondre aux questions ci-après : Communiquer quoi ? Communiquer à qui ? Communiquer
pourquoi ? Communiquer comment ?

Ensuite, convoquer la réunion ; cette convocation contiendra le lieu précis, l’heure exacte,
la date et l’ordre du jour précis ; elle sera brève (pouvant être lue en moins de 3 minutes), ce
qui permettra aux participants à leur tour de se préparer. Quant au déroulement, il dépend de
la nature de la réunion ; par exemple : discussion, information, débat, décision, élection, etc.
Mais la procédure commune reste telle que résumer par Charles MACCIO19 :

L’accueil présentation des participants la présentation des objectifs la présentation


de l’objet de la réunion le traitement du thème la conclusion.

En définitive, les réunions sont la modalité première du dialogue et de la communication.


Il faut qu’elles deviennent un moyen privilégié d’échange instaurant une communication, non
seulement du haut vers le bas, mais aussi du bas vers le haut. Elles doivent également
favoriser la communication horizontale entre les agents. Les réunions tenues à l’école
assurent un certain nombre de fonctions : tenir les agents au courant de tout ce qui se passe à
l’école et recueillir leurs opinions, créer une bonne atmosphère de travail, facteur
fondamental pour la constitution d’un ensemble ou d’un tout positif, fournir une soupape de
sécurité grâce aux discussions ouvertes. Ne l’entend-on pas aussi souvent, des gens dire que
nous avons parfois envie de dire haut ce que nous pensons au plus profond de nous mêmes ;
mais le cadre adéquat n'existe pas. Cette situation se répercute sur le déroulement normal de
nos activités et pose du même coup la problématique de l'intérêt accordé à la communication
interne à l’école. Il y a donc un frein à la diffusion de l'information opérationnelle et
motivationnelle.

b) Les supports écrits.

Les tableaux d’affiche : C’est un panneau d’affichage ou valve. Il constitue un bon


moyen de communication, d’une part grâce à la permanence de l’information qu’il présente,
d’autre part parce qu’elle permet une lecture ou une appropriation collective de l’information.
Ainsi, pour être plus efficace, le tableau d’affichage doit être facilement accessible.

19 Charles MACCIO, Des réunions efficaces, p.103.


16

Les notes de service : Elles peuvent être manuscrites, polycopiées, distribuées ou


transmises de l’un à l’autre. Pour être efficace, il est préférable d’adopter une formulation
précise, brève et claire, allant tout droit au fait. En faire un usage modéré.

La correspondance administrative : Tout d’abord une correspondance, c’est le fait


d’entrer en contact, en communication avec quelqu’un. Transférée dans le domaine de
l’administration, on parle de la correspondance administrative. On distingue plusieurs types
de correspondances administratives, notamment :

 La circulaire : une lettre administrative à laquelle recourt une autorité pour donner
une instruction à un service donné ;

 La note de service : une information précise émise par l’administrateur concernant la


bonne marche de son service ;

 Le communiqué : une note de service mais destinée à une large diffusion, affichée
aux valves à l’attention de toute la communauté ;

 La lettre : est un écrit que l’on adresse à quelqu’un pour lui faire savoir une chose.

c) Matériel audiovisuel et supports visuels

 PowerPoint: pour maintenir l'intérêt du public en éveil, l’administrateur peut utiliser


ce support visuel pour illustrer sa communication ;

 Diaporama : les diapositives n'ont plus autant de succès que dans le temps ;

 Bannières : l’école peut disposer de quelques bannières arborant le nom et le logo


de celle-ci. Les bannières sont installées pour transmettre des informations aux élèves
enseignants et autres ;

 Site web : il permet d’informer sur, les noms et titres des enseignants, des élèves et
des membres de l’administration ;

 Intranet : L'Intranet regroupe des informations spécifiques sur le travail du


personnel et élèves ;

 Forum électronique : un espace sur le site web, où le personnel peut échanger de


l'information, poser des questions, partager des expériences similaires et s'entraider.
17

Pour conclure la communication interne dans l’administration scolaire a aujourd’hui un


pléthore de moyens pour effectuer ses missions au mieux. Le succès des supports mis à
disposition des salariés est grandissant et les outils toujours plus innovants. Cependant, dans
la réalité, la transmission d’un message n’est pas aussi simple. Plusieurs éléments peuvent
influencer le contenu du message et son interprétation.

CHAPITRE III : CONSEQUENCES DU MODE DE COMMUNICATION SUR


L’ADMINISTRATION SCOLAIRE ET QUELQUES LEVIERS D’AMELIORATION
« La communication interne n'a d'efficacité que si elle est accompagnée par une
politique de relation humaine concordante et par un appui du management de l'entreprise. A
défaut de cette connexion, la communication interne s'apparente à une simple politique
d'information descendante dont les effets seraient limités 20 ». Une communication n’est donc
efficace que lorsqu’elle a atteint son but qui consiste à influencer dans un certain sens le
comportement du récepteur. Il faut que : le message atteigne le récepteur et que ce dernier le
reçoive entièrement ; qu’il comprenne le message ou lui donne la même signification que son
émetteur ; le récepteur réagisse, confirmant ainsi la réception et manifestant l’effet produit sur
lui par le message.

1. Les obstacles à la communication au sein de l’administration scolaire

Certains obstacles peuvent venir entraver l’efficacité de la communication. C’est


pourquoi il est important de les connaître pour essayer de s’améliorer. Il existe plusieurs
obstacles liés à non efficacité de la communication. Voici quelques obstacles :

 Au message : mauvais ordre du message, utilisation d’un langage non adapté ;

20D'ALMEIDA Nicole et LIBAERT, Thierry, La communication interne de l'entreprise, Paris, 2e édition,


Dunod, p.7.
18

 au canal de transmission et au contexte ou à l’environnement : les bruits, la distance


entre les interlocuteurs, le niveau d’équipement ou la qualité de matériel ou support ;

 à l’émetteur : l’émetteur est influencé par sa position, ses filtres, ses croyances, ses
objectifs, son décodage et sa compréhension de la situation;

 au récepteur : manque d’intérêt, préjugés, équation personnelle, dispositions


physiques et psychologiques, cadre de référence, niveau de formation, sa position, ses
filtres, ses croyances, ses objectifs, son décodage et sa compréhension de la situation ;

 au feedback ou rétroaction : malentendus, confusions, interprétation erronée ;

 à l’absence de remédiation ;

 supports de communication choisis non adaptés.

ANY GBAYERE Sahou21 énumère quant à lui quatre difficultés principales liées à la
communication :

 Les difficultés liées à la relation Staff line c’est-à-dire entre les responsables
hiérarchiques et les responsables fonctionnels ;

 Des difficultés dues à la distorsion par les bruits divers. Elles sont d’ordre sémantique,
psychologique et intellectuel ;

 Les difficultés dues au dit et au non dit ;

 Les difficultés dues au sujet.

De toute évidence, la communication ne peut pas passer lorsque l’émetteur et le récepteur


utilisent des symboles ou des mots qui ont différentes significations ; ont différentes valeurs
culturelles ; prennent des décisions à la majorité de voix plutôt que de rechercher un
consensus ; mêlent des sentiments aux dissensions ; développent des sentiments d’insécurité ;
ont des sentiments de supériorité ; font preuve de droit acquis.

2. Quelques leviers d’amélioration

21 ANY GBAYERE Sahou, Communication interne dans les organisations, p.63-64.


19

Comme nous venons de le voir précédemment, les obstacles à la communication sont


nombreux. Il convient maintenant d’analyser en profondeur ces obstacles pour déterminer
quels sont les principaux leviers d’amélioration, ceci dans le but d’améliorer la
communication à destination de l’administration scolaire.

Tout d’abord, une bonne conception de la communication interne, une véritable


collaboration avec la communication interne et les supports de communication sont des pistes
d’amélioration. L'information doit être considérée comme la pierre angulaire de l'édifice
communicationnel de l'administration scolaire. Ceci parce que son absence ou son altération
porte préjudice à toute action de développement tant politique, social qu'économique. Comme
le souligne Tocqueville : « Sans idées communes, il n y a pas d'actions communes, et sans
actions communes, il existe encore des hommes, mais non un corps social22 ».

E. Dupuy et I. Raynaud23 distinguent par exemple douze principes de communication


pouvant impulser la responsabilisation et l'engagement du personnel, de l’administrateur et
autres : la lucidité, la volonté réelle, la transparence, la simplicité, la rapidité, la durée, la
ténacité, le développement de la communication, l'adaptation, l'engagement, la séduction,
l'anticipation. L’administrateur pourra faire usage de ces différents principes pour bien
communiquer au sein de son établissement. Cela se manifeste à trois niveaux. D'abord par la
participation à la définition des objectifs, la délégation des pouvoirs et la mise en œuvre des
décisions. Ensuite, par le développement de l'expression et de la prise de responsabilités au
niveau de chaque salarié ou personnel. Enfin, par la négociation, le partage et l'association du
personnel dans les travaux de l'organisation et du projet éducatif de l’établissement.

Allant dans le même sens, François ELDIN24, suggère que pour bien communiquer, le
chef d’établissement doit essentiellement :

 Savoir écouter et gérer son information ;

 Savoir s’intéresser et profiter des aux autres ;

 Savoir se mettre à la place des autres ;

22 Tocqueville cité par Roquette Michel-Louis, La communication sociale, Dunod, Paris, P.79.

23 E. Dupuy et I. Raynaud, La communication interne, vers l'entreprise transparente, Ed d'Organisations, Paris,


p.52.

24 François ELDIN, Le management de la communication, p.70.


20

 Savoir s’exprimer et valoriser les autres ;

Etant donné le nombre important des barrières à la communication, le Chef


d’établissement doit l’améliorer en prenant en compte les différents principes ci-dessus:

• Il doit communiquer à temps pour éviter les supputations et les rumeurs ;

• Il doit connaître l’objectif qu’il poursuit en communication ;

• Il doit connaître le récepteur ;

• Le message que véhicule sa communication doit être clairement formulé : spécifique,


sans passion ni exagération ;

• Son message doit être le plus complet possible, sinon les récepteurs tenteront de
combler les parties manquantes ;

• Il doit considérer de quelle manière le message est le mieux transmis. Ceci est aussi
essentiel que le contenu du message lui-même.

La communication constitue souvent le principal outil qui permet de dénouer les


situations critiques. Chaque interlocuteur dans la situation joue un rôle déterminant dans la
communication. Avant d’entrer en communication, il est important d’être conscient de la
situation particulière et des objectifs recherchés. Ainsi, si celui qui entame la communication
a des buts clairs et précis, conscients et rationnels, son message risque davantage d’être bien
perçu.

CONCLUSION

« La communication est essentielle à l’Homme. Elle lui permet d’exister au sein de son
environnement social et de progresser par ses échanges d’expériences avec les autres »25.
Elle est tout aussi essentielle à l’administration scolaire. Elle intervient à tous les niveaux de
son fonctionnement interne et contribue à la formation des attitudes, des comportements et de
la motivation de son personnel. L’évolution technologique réalisée au cours de l’histoire a
contribué largement au développement de la communication entre les hommes : imprimerie,
presse, téléphone, radio, internet. Comme nous avons pu le voir au premier chapitre, la

25 Ibidem, p.271.
21

communication interne est plus que jamais stratégique et indispensable à l’administration


scolaire.

Jamais il n’a été aussi facile de communiquer avec les autres alors que la
communication entre les êtres, jamais ne semble avoir été aussi difficile. L’analyse des
différents obstacles nous ont permis de voir jusqu’à quel point il est difficile de réussir à
communiquer. Le processus est en marche, mais de nombreux efforts restent encore à fournir.
Les évolutions du métier de communicant interne sont en partie liées aux nouveaux besoins
exprimés par l’ensemble du corps salarial. Si la communication est souvent vécue comme un
mal nécessaire, c'est aussi parce que la gestion du personnel est une difficulté majeure dans
les organisations. En effet, les hommes sont rationnels et affectifs et on ne peut prévoir lequel
de ces deux aspects sera mobilisé dans une situation. Les réactions et les comportements ont
une part d'imprévisible. Dans certains cas les interlocuteurs mobiliseront des états du moi
adulte ou parent, dans d'autres, des états enfant. Afficher une volonté de communication est le
point de départ d'un dispositif qui devra se structurer en tout point de l'organisation au sein de
l’administration scolaire. Les outils et techniques sont des moyens au service d'une telle
politique. Sans cette politique communicationnelle, ils risquent de se sédimenter au gré des
modes et des évolutions des supports de communication, et de devenir rapidement aux yeux
des salariés, des symboles d'opacité plus que des éléments de transparence.

Ainsi, le système de la communication interne doit être pertinent, fiable, précis et


rapide. Si de tels critères sont réunis, l'entreprise peut en tirer trois avantages principaux :

 La diffusion d'une information pertinente permettant à chacun de comprendre


l'entreprise, de s'adapter en permanence aux aléas, d'être autonome et efficace à son
travail ;

 L'échange, l'enrichissement réciproque, la coordination et l'interactivité entre


personnes ou entités ;

 L'adhésion à une ambition, des valeurs, des projets communs et la solidarité de


tous26.

S'il est vrai que la communication interne et l’administration scolaire sont minées par
quelques problèmes, ce serait se méprendre que d'occulter les autres aspects du

26 Philippe, BEON, Comment développer la communication interne, P.9.


22

fonctionnement général de cette administration. Ils pourront constituer des pistes de


recherche futures car nous sommes conscients de n'avoir pas épuisé le sujet.

En définitive, les différentes stratégies, les outils, les pistes, les techniques que nous
préconisons ne relève pas des positions doctrinaires que l’administrateur peut adapter à la
suite de ses lectures. Celui-ci doit être avant tout persuadé que les travailleurs ont un potentiel
à exploiter et de participation. Nous dirons donc, que la communication est et demeure un
atout incontournable au sein de l’administration scolaire et que par ailleurs une bonne gestion
et organisation de celle-ci basées sur des procédures et des stratégies précises, favorisent des
échanges et maintiennent au sein de la communauté scolaire. La communication interne doit
de ce fait être active et la valorisation du capital humain, effective. A ce sujet, Firmin
GOUBA déclarait fort ceci : « (...) Sans de bonnes relations, sans une compréhension
mutuelle, il n y a pas d'harmonie, fondement de la nature humaine27 ». C'est tout dire.

BIBLIOGRAPHIE

Anthony de SOUZA, Le leadership, être leader, Nairobi, COLLECTION, Ethique sociale,


1994, 190p.

ANY GBAYERE Sahou, Communication interne dans les organisations, Abidjan Ed


CONFORS, 2005, 335p.

BEAL Jean-Pierre et al., Entre management et marketing : communication interne, Paris,


Demos Editions, 2011, 230p .

BEON Philippe, Développer sa communication interne, Paris, Nathan, 1995, 126p.

CORNU Daniel, Ethique de l’information, PUF, Collection Que SAIS JE, N 3252,
1997,127p.

D'ALMEIDA Nicole et Thierry LIBAERT, La communication interne de l'entreprise, Paris,


2e édition, Dunod, 2000, 128p.
27 Firmin GOUBA, Cours de Relations Publiques et Marketing, 2005-2006, MAST II
23

DETRIE Philippe et Catherine, MESLIN-BROYEZ, La communication interne au service


du management, Paris, Liaisons, 2002, 238p.

DUPUY E., et al., La communication interne : vers une entreprise transparente, Paris,
Editions d'Organisation, 1996, .

DUTERME Claude, La communication interne en entreprise - L'approche de Palo Alto et


l'analyse des organisations, Bruxelles, De Boeck Université, 2002, 172p.

ELDIN François, Le management de la communication, Monréal, l’Harmattan, 1998, 290p.

FAVATIER Jean, Séminaire sur la communication interne et le management, Paris, octobre


2003, 58p.

GOUBA Firmin, Cours de Relations Publiques et Marketing, 2005-2006, MAST II, UO.

MACCIO Charles, Des réunions efficaces, Lyon, Chronique sociale, 1986, 248p.