Vous êtes sur la page 1sur 12

PROVINCE DES ILES LOYAUTÉ

DÉCLARATION DE POLITIQUE GÉNÉRALE

PRONONCÉE DEVANT L´ASSEMBLÉE DE PROVINCE


AU NOM DE L´ÉXÉCUTIF DE LA MANDATURE 2019-2024

PAR

MONSIEUR JACQUES ZANEHNO LALIE,


PRÉSIDENT DE LA PROVINCE DES ILES LOYAUTÉ

MARDI 16 JUILLET 2019

-1-
Messieurs les autorités coutumières,
Monsieur le commissaire délégué en province des îles loyauté,
Messieurs les maires,
Mesdames et Messieurs les conseillers provinciaux, chers collègues,
Messieurs les secrétaires généraux de la collectivité,
Mesdames et Messieurs les directeurs de l’administration,
Mesdames et Messieurs les représentants des médias,
Mesdames et Messieurs,

La présente déclaration de politique générale est une première dans l’histoire de la provincialisation. Elle
constitue la démonstration d´une volonté politique de gestion collégiale de notre collectivité. En effet, elle
est l’expression d’un programme synthétisé de nos groupes politiques, et sera notre feuille de route
concertée.

Dans la continuité d’une gestion saine et dans la perspective de notre accession à la pleine souveraineté
en 2020, il nous importe d´envisager d´autres leviers et modes d´organisation innovante, pour pallier les
carences identifiées dans notre bilan partagé. Ce bilan, commandé par l´ancien exécutif, offre des
possibilités de réformes et de changements qui permettront d´améliorer les conditions de vie de notre
population.

Ce mandat de cinq ans sera donc consacré prioritairement, à l´instar de l´image des poteaux de la case
ancrée dans ses racines et s´élevant vers son destin, à la construction d’une société plus résiliente qui
nous ressemble.
Nos politiques s’axeront autour de 4 piliers :
La Jeunesse sera placée au centre des priorités pour un développement de leur bien-être et une
préparation active au devenir de notre Nation.
L’enseignement constituera un pilier fondamental à améliorer afin que nos enfants disposent d’un
environnement et de conditions appropriés à la réussite scolaire.
Une économie durable, intégrée et insérée dans son environnement régional sera impulsée et structurée
afin de fixer nos populations chez elles.
Enfin, nous porterons les mesures nécessaires à l’amélioration des conditions de vie de tous les
loyaltiens.

-2-
Pour y arriver, nous multiplierons les effets des dynamiques politiques engagées pour notre Province,
notamment par la mise en place d’un partenariat proactif, associant les coutumiers et les églises.

Ainsi, je m´engage à vos côtés et avec votre soutien, sur un schéma d´aménagement cohérent du
territoire provincial qui nous projettera vers l´avenir.

Une gestion plus politique de l´institution


Notre province doit être le reflet d’une institution moderne en équilibre permanent entre le monde
coutumier et le monde religieux, et entre la tradition et la modernité.
Lors de mon discours d’élection, j’ai prôné une réorganisation de l´administration et de nos satellites pour
une gestion plus politique de l´institution. Cette réorganisation sera notamment marquée par la création
d’un bureau de l’assemblée en charge principalement de toute l’activité légistique des commissions et
assemblées. Administration support, ce bureau servira au renforcement du pouvoir délibératif et
décisionnel des conseillers provinciaux. Cette nouvelle organisation leur permettra également de pouvoir
mener plus aisément leur action politique au sein des instances institutionnelles et auprès de notre
population. Ainsi, le pouvoir exécutif sera recentré au sein de la présidence.
De manière générale, nous réformerons la méthode de portage des politiques publiques, car au-delà de
la priorité donnée à l’aspect financier de la performance, l’approche générale du secteur public sera
désormais celle d’une culture du résultat.
D´ailleurs, pour être en contact permanent avec nos administrés, un bureau de réclamations et de
concertations sera mis en place sur l’ensemble des îles.
Quant à la communication, elle veillera en permanence à informer, faire découvrir et valoriser nos actions.
Ensemble, engageons-nous pour une Province sereine aux portes de l’accession à la pleine souveraineté
de notre Pays, Kanaky-Nouvelle-Calédonie.

Pour le bien-être d’une jeunesse active et responsable


Pour nos jeunes, ils sont souvent stigmatisés de tous les maux de la société. Pour autant, leur mobilisation
durant la dernière campagne référendaire a été largement soulignée et félicitée. Nos institutions se
doivent d´être plus à l’écoute de ses jeunes afin qu’ils puissent contribuer démocratiquement au
développement de leur bien-être et de celui de leur Pays. Représentant près de 42 % de la population
loyaltienne, nos jeunes constituent un enjeu d’avenir, car c’est la génération de l’après 1988. Ils ont sur

-3-
leurs épaules l’héritage des négociations politiques, engagées par leurs pairs, mais aussi la responsabilité
d’intégrer une souveraineté.
Aidons-les à s’émanciper par eux-mêmes. Aidons-les à rechercher cet idéal, à rechercher ce bonheur qui
fera de chacun, une personne émancipée et épanouie dans son Pays … Pour soutenir cette jeunesse
active et responsable, nos politiques publiques s’imprégneront de cet état d´esprit quel que soit le secteur,
et favoriseront l´épanouissement de nos Femmes et de nos Hommes.
Ainsi, nous intensifierons nos actions publiques en faveur de notre jeunesse, au travers de programme
global d’insertion valorisant le travail humain pour l’économie locale, pour une gestion efficiente des
dispositifs existants. En effet, la formation professionnelle de notre capital humain est un des leviers
incontournables pour notre développement économique. Il faut absolument des jeunes femmes et des
jeunes hommes formés.
Nous développerons le sport par la mise en place d’un schéma de cohérence des équipements sportifs
et sociaux éducatifs, par la mutualisation des moyens entre collectivités, afin de favoriser le travail en
réseau, autour de ce public comme les pôles d’excellence sportives ou les chantiers d’insertion en tribu
ou encore la formation par le service civique tant en milieu tribal qu’urbain.
En matière d’agriculture, nous mettrons en place d’autres dispositifs dynamisant la production agricole
locale qui doivent tendre à court terme vers la réduction des produits importés et à long terme vers la
souveraineté alimentaire.
Concernant les métiers des arts et de la culture, non seulement nous renforcerons les moyens pour nos
artistes loyaltiens pour qu´ainsi ils puissent créer de la valeur ajoutée et, nous valoriserons également la
transmission des savoirs traditionnels.
S’agissant des métiers du tourisme, nous mettrons en place des chantiers d’insertion pour aménager
des points de vue touristique, des sentiers botaniques, ou encore des pistes de randonnées, dans
l’objectif d’offrir un panel de services de proximité tant aux touristes qu’aux guides de randonnées formés
par la province.

Autant de leviers convergents, que nous actionnerons dans les meilleurs délais, afin de les inscrire dans
un plan politique triennal à compter de ce jour.
Ainsi, la jeunesse sera le « leitmotiv » de nos politiques publiques par un meilleur accompagnement dans
l’accès à la connaissance, ou l’accès à la formation professionnelle dans un parcours personnalisé, pour
une insertion globale et globalisante réussie dans son environnement social, culturel et coutumier.
Nous mettrons en place des indicateurs pour évaluer son impact dans nos politiques publiques
plurisectorielles.

-4-
A l’instar de la cyber tribu de Luecila à l´échelle de la Province, nous agirons pour un déploiement efficace
du réseau téléphonique et de l´internet à très haut débit, afin qu’ils constituent des outils économiques
fiables et sociaux.

Pour un nouveau système éducatif, vecteur de réussite pour tous


En matière d’éducation, en dépit de grands progrès, le manque de réussite qualifiée touche plus
particulièrement nos enfants.
Des états généraux de l’enseignement seront organisés afin d’aboutir à une charte de l’éducation
commune aux îles. Aux fins de l’épanouissement et de la réussite scolaire de nos enfants, nous
redynamiserons et responsabiliserons la communauté éducative. D’ailleurs, pour une meilleure efficacité
du geste professionnel, nous prioriserons la formation et la qualification des enseignants. Nous les
solliciterons davantage, pour une participation plus active, dans l’accompagnement et au-delà de la
période scolaire.
Pour un système éducatif moteur de réussite pour tous, la province s’inscrira dans des méthodes
pédagogiques revisitées, dans un meilleur équipement en matériel numérique, un meilleur accès à
l’internet, un soutien de la recherche et de l’enseignement privé. En outre, la gratuité des services à l’école
sera davantage recherchée.
L’enseignement constitue un des éléments donnant lieu à l’apprentissage de la vie en société, mais aussi
à l’intégration des connaissances, tout en tenant compte de l’environnement culturel de l’enfant. Ainsi,
nous poursuivrons notre partenariat avec le centre Hnëxujia pour la promotion d’une école
multidimensionnelle et nous l’accompagnerons auprès de l’Université de la Nouvelle-Calédonie.

Au niveau des lycées, nous nous inscrirons dans un plan de valorisation de l’enseignement professionnel,
afin que de nouvelles filières soient créées, en cohérence avec les besoins du marché, et pour la
promotion d’un module de développement de l’entreprenariat.

Au niveau de l’enseignement supérieur, nous réviserons les critères d’attribution des bourses afin d’en
faire bénéficier un plus grand nombre, tout en mettant un dispositif de suivi individuel.

La formation professionnelle doit profiter à celles et à ceux qui n’ont pas pu ou pas voulu intégrer la filière
universitaire afin, que chaque jeune, trouve sa place dans la société que nous construisons.
Dans cette perspective, nous nous engageons à offrir une diversité de formations en alternances, en
favorisant notamment les métiers de la mer, de la terre et de la culture. Le développement de partenariats

-5-
avec des organismes d’enseignement devra donc être recherché, afin que notre population s’insère dans
le monde du travail, dans le monde économique. Le déploiement du service civique dans tous les secteurs
d’activité pourrait illustrer cette nouvelle dynamique. Un partenariat avec le programme européen
ERASMUS+ qui présente l’avantage de s’adresser également aux demandeurs d’emploi de plus de 26
ans. En lien avec la réorganisation des services de la province, les missions de l’EPEFIP seront
renforcées afin de jouer un rôle central dans la recherche, l’organisation et la promotion des formations
professionnelles.
En termes d’insertion professionnelle, l´EPEFIP sera également pilote de la mise en place d’outils de
suivi, permettant de s’assurer de l’efficacité de nos politiques publiques en la matière.

Pour impulser une économie durable intégrée et insérée dans son environnement naturel
En dépit d’investissements conséquents, le développement économique tarde à se mettre en place en
province des îles Loyauté. Pour impulser aux îles, une économie durable intégrée et insérée dans son
environnement, notre axe politique principal en matière sera résilient avec la Nature.

Effectivement, sortir du tout nickel constitue un véritable défi. En travaillant en synergie avec les acteurs
locaux, nous favoriserons le terroir économique favorable pour atteindre notamment notre souveraineté
alimentaire, qui est une solution aux maux de la dépendance des produits importés et de ses effets
induits. Il nous faut penser de manière circulaire, transposons notre conception économique à l´économie
circulaire, de façon à ce que chaque action soit bénéfique pour le suivant de la chaine de production, et
qu´en formant cette chaine solide, nous atteindrons cette résilience attendue.

Dans ce cadre, nous réformerons la SODIL et ses pôles d´activités afin qu’elle accompagne véritablement
le développement économique tant attendue aux îles. Pour cela, nous allons restructurer la filière de
promotion touristique, afin de rendre la destination Iles Loyauté plus attractive. Le touriste, dès son entrée
en Nouvelle-Calédonie à Tontouta, doit pouvoir se rendre directement sur Wé, Wadrila ou Tadine. Ainsi,
ensemble, nous combattrons pour que Wanaham devienne un aéroport international de relais afin que
l´on puisse offrir plus de perspectives à notre secteur touristique, et ouvrir notre ciel à des lignes
internationales avec le relais inter îles.

Nous favoriserons les projets développant le tourisme authentique et l´éco-tourisme de luxe, mais
également les projets répondant aussi aux attentes du tourisme de croisière. L’impulsion de cette
dynamique devra être complétée par une offre de services pour fixer nos populations.

-6-
Nous nous engageons à stimuler davantage la production locale, un axe de développement qui est
prioritaire, car l´agriculture traditionnelle pèse dans la balance économique, elle se compte en centaines
de millions par an : 13 milliards à l’échelle Pays selon une étude de l’I.A.C.

Pour asseoir un développement viable, nous devons favoriser la création d’entreprises et d’emplois pour
lesquels les citoyens calédoniens seront prioritaires. Cela passera tout d’abord par la création d’une zone
franche. En effet, cette démarche innovatrice s’inscrit dans la continuité de projets similaires dans
certaines régions du Pacifique, et nous ferons évoluer le cadre réglementaire relatif aux projets sur terres
coutumières. Nos autorités coutumières seront d´ailleurs des forces de propositions, aux côtés des
politiques, et en ce sens, un principe de consentement préalable à tout projet sera formalisé.
En parallèle, dans le cadre de la structuration de notre tissu économique, un accompagnement appuyé
des entreprises individuelles et collectives sera mis en place. Ainsi, nous renforcerons le volet
« accompagnement » notamment par un partenariat avec les professionnels dans toutes nos îles. Cela
passera par la réorganisation de la case de l’entreprise.
En complément, nous établirons et diffuserons un guide de l’entreprenariat adapté aux spécificités des
îles pour une meilleure visibilité des démarches à entreprendre.
Les secteurs organisés en filières seront soutenus, tout comme ceux qui s’inscriront dans une véritable
démarche de développement durable en misant sur des secteurs d´avenir qui nous correspondent mieux,
comme ceux de l´économie bleue et de l´économie verte. Nous adapterons nos activités pour atténuer
l’impact sur notre environnement.

En matière financière, nous fiabiliserons et dynamiserons des partenariats avec les banques, l’ADIE,
INITIATIVE NC ou encore l´ICAP.
Enfin, dans le but de donner une meilleure visibilité commerciale à ces activités, un label « Made in Iles
Loyauté », sera un véritable atout au niveau mondial. Il sera mis en place en fonction des secteurs
d’activités et ciblera des marchés de niche à fort potentiel économique tels que le miel, la vanille, le santal
ou encore le corail pour ne citer que ceux-là.

Pour une préservation et une valorisation de l´environnement naturel de nos territoires


L´homme appartient à la terre et nous en sommes les gardiens pour nos enfants. Nous œuvrerons pour
une préservation et une valorisation de l´environnement naturel de nos territoires.
Les Iles Loyauté constituent un HotSpot de biodiversité reconnue mondialement. Un trésor que nous
protégerons et conserverons pour nos générations futures. Cependant, nous avons besoin de poursuivre

-7-
notre développement tout en préservant notre environnement naturel pour une meilleure gestion de notre
ressource, notamment en eau. Les grandes Nations, via l´Accord de Paris, se sont mises d´accord sur 2
grands volets de résilience des droits de la Nature, celui de l´ Adaptation qui définit notre capacité à
s´adapter à l´environnement et, celui de l´ Atténuation qui réduit notre impact sur l´environnement. Nous
travaillerons simultanément sur ces 2 volets, afin de proposer une stratégie cohérente répondant aux
problématiques mondiales du dérèglement climatique.

Le volet Adaptation sera consacré au soutien et à la valorisation des savoirs traditionnels tant sur le plan
médicinal, que sur les pratiques ancestrales comme la gestion de l´eau, la construction d´habitat
traditionnel, la gestion des cultures ou encore les techniques de gestion de la ressource issue de la mer.
Nos anciens nous ont fait la démonstration du bon sens et nous adapterons leurs savoirs aux techniques
modernes pour une gestion efficiente de notre environnement. Nos principales actions seront notamment
portées sur la valorisation de l´économie circulaire pour que le déchet soit une véritable ressource pour
exemple pour la construction pour ne citer que cela.

Le volet Atténuation s´inscrira dans le schéma de transition énergétique de la Nouvelle-Calédonie qui


tend vers le soutien à la diversification des projets de production d´énergies renouvelables comme celle
du coprah, du photovoltaïque ou encore de l´éolien, pour une autonomie énergétique de notre Province
d´ici 2030. La promotion d’une démarche écologique individuelle sera également menée en ce sens.

Enfin, nous finaliserons le code de l´environnement et nous engagerons le programme de sensibilisation


environnementale concertée avec les autorités coutumières, la population en insistant sur les plus jeunes
pour une meilleure prise de conscience de la fragilité de notre écosystème pour le préserver
collectivement. A ce sujet, les moyens alloués à la surveillance de nos territoires seront renforcés.
L´incident récent sur IAAI met en exergue l´impérieuse nécessité de travailler ensemble, en totale
synergie avec nos autorités coutumières, garantes des pratiques et des règles coutumières dans le
principe de subsidiarité. D´ailleurs, j´apporte tout mon soutien pour que la lumière soit faite sur le sujet et
que IAAI retrouve sa dignité.

Pour que la culture soit un vecteur de développement économique


Historiquement, la Nouvelle-Calédonie connaît de nombreux clivages, créant une fracture sociale qui ne
cesse de se creuser parallèlement au renforcement des inégalités. Les nombreuses identifications issues
de l’histoire parviennent difficilement à construire une identité partagée. L’Accord de Nouméa a justement

-8-
inscrit que « L’avenir est le temps de l’identité dans un destin commun ». L’erreur de la majorité au pouvoir
est d’assimiler les différentes communautés et le peuple kanak de ce pays, dans une identité unique et
commune. Le destin commun ne peut se réaliser que dans la concrétisation d’une identité partagée à
l’image de la diversité culturelle. La culture et les signes identitaires serviront à établir cette identité. Le
travail en réseau est une des forces de nos gens aux îles en particulier. Ces réseaux d’identités partagées
sont à réactiver, afin de sortir de l’insularisme et du communautarisme.

La culture et la coutume sont les deux piliers sur lesquels se posent et se construisent l’identité îlienne.
Pour que la culture soit un vecteur de développement économique, la création de l´Agence provinciale
de la Culture participera à cette consolidation des réseaux, d´abord ilienne puis du pays. Cela
encouragera l´émergence d´une industrie créative, qui apportera une touche innovante au tissu
économique.

Pour un système de santé maîtrisé et axé sur la prévention


Améliorer les conditions de vie de nos populations sera également une priorité dans nos politiques
publiques. L’accès et l’offre aux soins notamment sont des axes que je souhaite pouvoir améliorer avec
tout votre soutien durant notre mandature.
En effet, avec un des taux de diabète les plus élevés parmi les pays de la région du Pacifique, notamment
la présence de maladies chroniques récurrentes et prononcées dans beaucoup de familles des îles, en
particulier chez les plus jeunes, la faiblesse de notre système de santé est éloquente. Nous adapterons
les recommandations du plan DO-KAMO à nos réalités quotidiennes, car une société en devenir doit être
une société constituée de femmes et d’hommes en bonne santé. Nous favoriserons une meilleure qualité
d’accessibilité aux soins.

D’autre part, nous encouragerons l’utilisation de notre pharmacopée traditionnelle et le meilleur accès
aux thérapies innovantes notamment dans l’ethno pharmacie. Et nous veillerons à protéger nos savoirs
afin de combattre la bio piraterie.

L’absence d’hôpital en province des îles ainsi que l’absence d’accès aux soins spécifiques obligent, trop
fréquemment, les familles à devoir se déplacer régulièrement dans le grand Nouméa engendrant des
contraintes financières lourdes.
Chaque année, la collectivité provinciale doit supporter budgétairement des coûts financiers afin de
permettre l’accès à des soins décents. Je rappelle que la santé est une compétence de la Nouvelle-

-9-
Calédonie. En dépit de nos nombreux efforts, notamment en termes de mutualisation des coûts de
fonctionnement et d’investissement, la province des îles Loyauté a souvent supporté seule ces charges
financières.
Ce déséquilibre au détriment de notre population ne peut perdurer, alors que la province participe
financièrement à de multiples structures d’intérêt territorial. Chaque collectivité devra assurer la
responsabilité et la charge des compétences qui lui sont dévolues. Ainsi, l’amélioration des services de
soins, la rénovation des infrastructures existantes et le soutien au développement de professions
médicales seront privilégiés. L’entretien des équipements et l’amélioration des dispositifs d’aide à la prise
en charge des soins seront recherchés. Pour faciliter les démarches administratives en matière de santé
et de protection sociale, l’installation d’un guichet unique sera sollicitée.

Enfin, je souhaite proposer des politiques publiques innovantes visant à mieux maîtriser les dépenses
financières, tout en accompagnant les dispositifs existants. Pour ce faire, nous participerons à notre
niveau au redressement des comptes sociaux. Au-delà de la réforme de la gouvernance en matière de
santé et de protection sociale, la fusion de l’AMG et de la couverture CAFAT sera demandée pour le bien-
être de notre population.

Pour un gain du pouvoir d’achat et une solidarité retrouvée


L’amélioration des conditions de vie de notre population passe également par un gain de pouvoir d’achat
et une solidarité retrouvée.
Bien que des mesures structurelles aient été prises pour développer la concurrence au niveau Pays, cela
reste insuffisant. En effet, des projets plus structurants seront menés en province des îles, dont la
population est affectée plus lourdement du fait de son enclavement et des coûts liés aux transports. Par
ailleurs, les actions de solidarité seront renforcées pour le bien-être de tous.

Nous nous fixons donc comme objectif pour cette mandature de réunir les conditions favorables à la
création d’une centrale d’achats afin de diminuer les coûts pour les entreprises et la population. En effet,
nous sommes encore trop largement dépendants des importations.
Enfin, un chantier à l’échelle de la Nouvelle-Calédonie sera proposé afin de diminuer le coût du travail
tout en augmentant le SMG et le SMAG.

Quant aux actions de solidarité, elles seront renforcées par le développement d’un partenariat avec les
églises et les autorités coutumières afin de coordonner nos efforts. Dans ce cadre, nous encouragerons

- 10 -
à la consommation locale par une réglementation coutumière. Le soutien vis-à-vis de nos anciens
perdurera notamment via le dispositif relatif au minimum vieillesse. Une meilleure coordination sera
également recherchée entre le dispositif solidarité transport et le dispositif continuité pays.

La prise en compte de la condition et des droits de la femme et de la famille dans notre dynamique
sociétale constitue un enjeu majeur, malgré les avancées réalisées ces dernières décennies. Ainsi, nos
politiques en la matière demeurent parmi nos priorités. Le schéma provincial de la famille, adopté lors de
la précédente mandature, sera notamment mis en œuvre. Par ailleurs, pour la réalisation et le
fonctionnement d’une maison de la femme à Maré, la participation financière de la Nouvelle-Calédonie
est sollicitée et engagée.

Enfin, nous soutiendrons les structures associatives dans la recherche de financements pour la
réalisation de leurs projets.

Pour que nos infrastructures soient au service d’une mise en œuvre concertée des
différentes politiques publiques
La politique de rééquilibrage issue des accords successifs, a permis aux îles Loyauté de sortir
progressivement de son isolement, grâce à la modernisation de ses infrastructures et de la mise en place
de dispositifs aidés pour faciliter les déplacements des résidents et des biens. Néanmoins, le chemin à
rattraper est encore fastidieux. Pour que nos infrastructures soient au service d’une mise en œuvre
concertée des différentes politiques publiques, nous proposerons des actions structurantes afin de
diminuer les coûts de construction tout en proposant une architecture plus en lien avec notre
environnement local et endémique.
Hormis le fait de rendre efficientes, nos plateformes aéroportuaires et portuaires provinciales, nous
mènerons tous les travaux et démarches nécessaires pour concrétiser notre projet d’aéroport
international de relais.

Enfin, en s´inscrivant dans un véritable schéma global des transports et de la mobilité, nous soutiendrons
tout dispositif visant une mobilité à moindre coût des personnes.
Pour l’habitat, la province a enregistré près de 2 milliards de demandes avec seulement 400 millions de
crédits pour y répondre. Ces opérations de construction de logement individuel en accession à la
propriété, et en rénovation, pour les populations à faible revenu et revenu intermédiaire, sont
insuffisantes.

- 11 -
Dans le cadre de la restructuration de la SPL, qui privilégiera les entreprises locales, ses missions seront
redimensionnées, pour la mise en œuvre d’opérations complémentaires de plus grande envergure. Pour
ce faire, un partenariat renforcé sera activé avec la SECAL, mais également avec la SIC et le FSH.

Enfin, pour fiabiliser et promouvoir nos entreprises locales, nos services les accompagneront pour la mise
en application des nouvelles règles en matière de marchés publics.

Ainsi, la mise en œuvre concertée de toutes ces politiques constituera les fondations de notre société, de
notre case. Néanmoins, une évaluation à mi-chemin devra être menée afin de s’assurer de sa solidité.
En me choisissant comme poteau central, mes chers collègues savent qu´ils peuvent tous compter sur
ma volonté et ma détermination pour nous conduire vers cet avenir ambitieux et souverain.

Je vous remercie.
Oleti atra qatr
Ci oreone hmaiai
Oleti ganhma
Meci vaga efa.
et Vive Kanaky Nouvelle-Calédonie.

[ Seul le prononcé fait foi ]

- 12 -

Vous aimerez peut-être aussi