Vous êtes sur la page 1sur 52

II) LE TRANSPORT PAR PIPELINES

On désigne par pipeline une conduite composée de tubes assemblés et permettant


de transporter un fluide sur une grande distance.

C'est aux États-Unis en 1865 que fut utilisée, pour la première fois, une conduite
pour évacuer la production d'un gisement.

Depuis lors, l'emploi de ce mode de transport des hydrocarbures liquides ou gazeux


s'est généralisé, d'abord aux États-Unis, puis dans le reste du monde.

À l'heure actuelle, le réseau mondial en service atteint plus de 1 million de


kilomètres de conduites, dont près des trois quarts sont utilisées pour le transport du
pétrole brut et le reste pour le transport des produits finis.

Toumi Taieb, Ingénieur Spécialiste en Pipelines & Expert en risques pétroliers 1


2
Toumi Taieb ; Ingénieur Spécialiste en Pipelines , Expert dans les risques pétroliers
Le transport des hydrocarbures par pipeline est utilisé dans les trois cas suivants :
a) Pour le pétrole brut :
 Le pipeline est utilisé pour transporter les produits extraits des champs de
production jusqu’aux ports pour y être ensuite chargés par les bateaux .
Exp :les pipelines de TRAPSA ou de CTKCP.

 Le pipeline intervient aussi pour permettre l’alimentation des raffineries en


brut à partir des ports de déchargement

b) Pour les produits raffinés :

Le pipeline fait également partie du système de transport et de distribution des


produits raffinés en reliant en aval les raffineries aux centres de stockage et de
distribution des produits pétroliers .
Exp: C’est le cas du pipeline de la SOTRAPIL .
Toumi Taieb, Ingénieur Spécialiste en Pipelines & Expert en risques pétroliers 3
1) Les étapes de conception d’un pipeline

L’étude du trafic

L’objet de cette étape est de définir la capacité du pipeline en projet:

 En prenant en considération le trafic potentiel qui s’offre au pipeline à


court, moyen et long terme,

 Selon l’horizon de saturation préconisé et qui tient compte de la


duré de vie du pipeline de l’ordre de 30 à 40 ans.

Notons que le calcul du débit de dimensionnement prend généralement en


considération un taux d’utilisation maximum de 85% (15% du temps annuel est
réservé aux travaux d’entretien du pipeline)

Toumi Taieb, Ingénieur Spécialiste en Pipelines & Expert en risques pétroliers 4


Exemple 1 :
Déterminer le débit de dimensionnement d’un pipeline prévu pour
l’approvisionnement en produits pétroliers d’une zone de consommation
dont la consommation actuelle est de 500 mille m3 par an et dont le taux
d’évolution annuel est de 3.5 %/an.
On considère pour ce pipeline un horizon de saturation de 30 ans.

La capacité maximal annuel serait égal à :500 000x(1,035)30≈1400 000m3

 Le débit de dimensionnement sera pris égal au débit de saturation soit 1400


000/(365x24x0.85)=189 m3/H.

 Alors que le débit de démarrage du pipeline ( si on considère qu’il faut trois ans
pour la réalisation) serait égal à :
500 000 (1.035)3/(365x24x0.85)=75m3/H, soit un taux d’utilisation de 40%.

Toumi Taieb, Ingénieur Spécialiste en Pipelines & Expert en risques pétroliers 5


Exemple 2 :
On veut réaliser un pipeline pour transporter la production d’un
gisement de brut ayant le profil de production suivant :
De l’année 1 à l’année 3:1 MT/an
De l’année 4à l’année 10 : 2.5 MT/an
Le niveau de production tombera dès le 11eme année à 0.8 MT/an.

Déterminer le débit de dimensionnement et apprécier l’évolution du


taux d’utilisation.
Le débit de dimensionnement correspond au niveau de la production
maximale égale à 2.5 MT obtenu à partir de l’année 4 , soit :
2500 000 /(365*24*0.85)=336m3/H.

A partir de la onzième année, le débit moyen de fonctionnement de


pipeline baissera à 107 m3/H ce qui correspond à un taux d’utilisation
d’àpeine 32 % .
Toumi Taieb, Ingénieur Spécialiste en Pipelines & Expert en risques pétroliers 6
Les spécifications des produits transportés

La conception des pipelines dépendent des caractéristiques des produits transportés

 Il faut d’abord connaitre les paramètres clés qui interviennent dans la


détermination des pertes de charge en ligne et donc dans le dimensionnement du
pipeline , à savoir; la densité(d) et la viscosité cinématique (γ).

 Il est également nécessaire de connaitre les autres spécifications des produits


transportés et ce dans l’objectif de prévoir les moyens et instruments a mettre en
place (notamment dans le cas de pipeline multi-produit ) au niveau des terminaux du
pipeline pour:

 Lui assurer les conditions d’exploitation et de maintenance requises


 Préserver la qualité et la quantité des produits transportés

Toumi Taieb, Ingénieur Spécialiste en Pipelines & Expert en risques pétroliers 7


Classification des gisements

On distingue différents gisements d’hydrocarbures :


 Gisements de gaz : hydrocarbures très légers contenant plus de 90 % de
méthane.
 Gisements de pétrole léger : le brut est visqueux et se rapproche du
gazole, c’est le cas, notamment , des gisements sahariens, exemple: zarzaitine
 Gisements de pétrole équilibré : le brut contient à la fois des
hydrocarbures légers et lourds, c’est le cas, par exemple, des gisements du
Moyen-Orient.
 Gisements de pétrole lourd : le brut ne contient que des hydrocarbures
lourds et ne coule pratiquement pas à la température ambiante, c’est le cas,
par exemple, des gisements d’Amérique du sud.

Toumi Taieb, Ingénieur Spécialiste en Pipelines & Expert en risques pétroliers 8


Classification des pétroles brut

Suivant leur origine, les pétroles bruts, de composition très variable, ont été classés
ainsi :
 Les paraffiniques : ils donnent des carburants riches et des lubrifiants de haute
qualité.
 Les naphténiques : ils donnent des huiles lubrifiantes de faible viscosité.
 Les aromatiques : plus rares mais conférant un indice de performance élevé pour
le kérosène (carburant aviation).

 Les oléfiniques : ils donnent des combustibles lourds et des lubrifiants.

 Les mixtes : ce sont les bruts du Moyen-Orient qui sont un mélange des types
précédents.

Toumi Taieb, Ingénieur Spécialiste en Pipelines & Expert en risques pétroliers 9


Traitement du pétrole

DISTILLATION TRANSFORMATION RAFFINAGE

Gaz liquéfiés

Essence
Distillation
Reforming Essences spéciales
atmosphérique
Kérosène

Gazole

Fioul domestique
Cracking
Fioul léger

Fioul lourd

Distillation Huiles
sous vide
Bitumes

Toumi Taieb, Ingénieur Spécialiste en Pipelines & Expert en risques pétroliers10


Principales Caractéristiques du pétrole brut

 Masse volumique, densité à 15°C/4°C  Soufre total en % de poids


(15°C par rapport à l’eau à 4°C) ou en d°
 Soufre mercaptans en % de poids
API= (141.5/densité relative)-131.5
Hydrogène sulfuré en % poids
Viscosité en cst à 0°C ou 20 °C
Acidité en mg de KOH/g (KOH =
Point d’écoulement ou point de potasse)
congélation en °C
 Cendres en % poids
 Teneur en eau en % de volume
 Paraffines en % pds
Teneur en sédiments en % de volume
 Asphaltènes en % pds
Tension de Vapeur Reid TVR à 37,8°C NaCl en mg/l
en g/cm² Nickel, Vanadium, Sodium

Toumi Taieb, Ingénieur Spécialiste en Pipelines & Expert en risques pétroliers 11


Tableau des Principales caractéristiques des bruts Tunisiens

Caractéristiques Zarzaitine melange AShtart


Densité à 15°C 0.813 0,8 76
API 42.5 30
Viscosité à 37.8°C 3,3 cSt 11,9 cSt
Point de trouble
Point d’écoulement -18 °C +6 °C
Tension vapeur TVP à 37.8 °C en Kpa / 14

Teneur en souffre %poids 0.08 0.99


Teneur en souffre mercaptans mg/kg 7 5
Teneur en paraffines % poids / 8
Teneur en asphaltènes %poids / /
Teneur NaCl mg/kg / 0.5
Eau et sédiments % V 0.05
Toumi Taieb, Ingénieur Spécialiste en Pipelines & Expert en risques pétroliers 12
Classification des produits finis

On peut classer ainsi les produits finis :

 Les produits très légers : gaz de pétrole (propane, butane…)

 Les produits légers ou distillats : Essences, Kérosène, Gas oil, Fioul


domestique…

 Les produits lourds ou résidus lourds : Fioul lourd, bitume…

Toumi Taieb, Ingénieur Spécialiste en Pipelines & Expert en risques pétroliers 13


Principales Spécifications:
Les spécifications de l’essence sans plomb: la norme tunisienne 04.54

Propriétés Limites
Minimum Maximum
Indice d’octane RON 95 99
Teneur en plomb - 5mg/l
Teneur en benzène 4%
Masse volumique 720 KG/m3 780 kg/m3
Teneur en souffre - 150mg/kg
Teneur en gommes - 5 mg/100 ml
Corrosion à la lame de cuivre Classe 1
(3h à 50°)
Couleur Clair et limpide
Pression de vapeur à 37.8°C
-Période hivernale 50 Kipa 80 Kpa
Période estivale 45 kpa 65 Kpa
Pourcentage évaporé à 70°C 20 % 50
Pourcentage évaporé à 100 °C 40 % 71
Pourcentage évaporé à 150°C 75 %
Point final d’ébullition 210 14
Toumi Taieb, Ingénieur Spécialiste en Pipelines & Expert en risques pétroliers
Le choix du produit de dimensionnement

Dans le cas de pipeline multi produit les caractéristiques des produits et notamment
sa masse volumique et sa viscosité qui interviennent dans le calcul des pertes de
charges et donc dans le dimensionnement de la conduite changent d’un produit à
l’autre

Même dans le cas de pipeline de transport de brut , on peut être amenés à


transporter dans la même conduite des produits issues de différents gisements avec
des caractéristiques sensiblement différentes .

Ainsi et afin d’assurer au pipeline les performances définies lors de sa conception,


le dimensionnement s’effectue en considérant le produit correspondant à la
viscosité et la masse volumique les plus fortes : Produit de dimensionnement (le
gas oil dans le cas du cas du pipeline multi produit)

Toumi Taieb, Ingénieur Spécialiste en Pipelines & Expert en risques pétroliers 15


L’étude de tracé

Avant d’entamer l’étude de tracé à adopter pour le projet de pipeline, il est


nécessaire de connaitre les emplacements exacts des points de départ et d’arrivée du
pipeline qui sont généralement choisis en tenant compte des lieux des installations
de chargement et de déchargement.

Dans certains cas le choix de l’emplacement du terminal nécessite l’étude de


plusieurs alternatives de site avant d’aboutir au site le plus propice

Exemple1: cas du pipeline devant transporter la production de plusieurs


gisements

Exemple 2: cas d’un pipeline devant alimenter en produits finis une zone de
consommation donnée.

Toumi Taieb, Ingénieur Spécialiste en Pipelines & Expert en risques pétroliers 16


Étape 1 : Étude préliminaire sur cartes et photographies aériennes

Cette étude consistera à identifier toutes les alternatives de tracé


envisageables à priori.

Étape 2 : Reconnaissance sur terrain.

Lors de cette étude toutes les variantes retenues seront analysées et


comparées en prenant en considération les paramètres suivants :
La longueur du tracé
L’altimétrie du terrain,

Toumi Taieb, Ingénieur Spécialiste en Pipelines & Expert en risques pétroliers 17


Le nombre des points dits particuliers ; (traversées des routes, de
pistes, de chemins de fers, de conduites souterraines)

Le nombre et l’importance des points spéciaux : (traversées d’oueds)

La nature et la vocation du terrain : urbain ou rural

Pour les terrains agricoles : la nature et l’importance des cultures,

La nature du sol : rocheux, marécageux, sablonneux,,


Les contraintes d’ordre foncières,

Toumi Taieb, Ingénieur Spécialiste en Pipelines & Expert en risques pétroliers 18


L’étude d’impact du projet sur l’environnement.

Les Textes de référence


Loi n° 88-91 du 2/08/1988 portant création de l’Agence Nationale de Protection de
l’Environnement (ANPE), modifiée par la loi n°14-2001 du 30/01/2001.
Le décret n°362-91 du 31/03/1991 modifié par le décret N°1991 11/07/2005réglementant
les procédures d’élaboration et d’approbation des études d'impact .
 La loi 95-50 du 26/12/1995 relative aux travaux d’établissement , de pose et d’exploitation
des pipelines

L’objet de l’étude
L’objet d’une telle étude est:
d’identifier et d’analyser les impacts potentiels susceptibles d’être générés par le
projet sur l’environnement, aussi bien pendant la période de réalisation que durant
son exploitation
De prévoir et de proposer les mesures à mettre en place pour les atténuer,
Le choix de l’alternative la plus avantageuse s’effectue sur le plan économique mais
aussi sur le plan de son impact sur l’environnement .
Toumi Taieb, Ingénieur Spécialiste en Pipelines & Expert en risques pétroliers 19
L’Étude de sécurité

Cette étude comprend en général les prestations suivantes :

 Une évaluation des risques d’accidents potentiels susceptibles d’intervenir au


niveau de l’installation qu’ils soient d’origine interne ou externe ;
 Une évaluation des mesures techniques et organisationnelles à mettre en place
pour réduire les risques pour les travailleurs, et les zones urbanisées avoisinantes ;
 La liste des mesures à mettre en place conformément aux exigences de la
réglementations et normes de référence dans le secteur concerné
 Evaluation des performances des barrières de sécurité techniques et
organisationnelles permettant la maîtrise des risques, en liaison avec les scénarios
d’accidents identifiés

Toumi Taieb, Ingénieur Spécialiste en Pipelines & Expert en risques pétroliers 20


Les études topographiques

Les études topographiques sont généralement réalisées pour le tracé définitif du


pipeline et ont essentiellement pour objet d’établir les plans topographiques de pose.
Ces travaux comprennent essentiellement:
a)les opérations préalables de piquetage et de matérialisation du tracé au moyen de
piquets repères qui seront placés dans l'axe du tracé.

b)levé topographique et établissement des plans de pose avec localisation et report :

 Des constructions diverses et obstacles de surface


 Des réseaux d'infrastructures aériennes ( voies de chemin de fer, routes,
courants d’eau, caniveaux )
 Des ouvrages souterrains (câbles électriques et téléphoniques, conduites
d’eau et des eaux usées ….)
 Les relevés bathymétriques
 Les plans topographiques des points de passage spéciaux et particuliers,

Toumi Taieb, Ingénieur Spécialiste en Pipelines & Expert en risques pétroliers 21


Les opérations foncières et servitudes de passage

Ces opérations qui revêtent un importance capital dans la gestion du projet de pipeline
ont pour objet de disposer tout le long du tracé du pipeline des servitudes nécessaires
pour:

Réaliser les travaux de pose des pipelines et installations annexes: bande de


servitude dite faible (acquise pour la durée du chantier) dont la largeur est fonction du
diamètre de la conduite (10 à 12 mètres pour un pipeline de 10’’

 Surveiller , entretenir et intervenir à chaque nécessité sur le pipeline : bande de


servitude dite forte (acquise pour la durée de vie de l’ouvrage ) dont la largeur est
fonction du diamètre de la conduite (environ 5m pour un pipeline de 10’.

L’acquisition de ces servitudes fera l’objet de conventions qui seront conclues avec les
propriétaires des terrains traversés par le tracé et ce après négociation de la valeur de la
servitude forte et de l’indemnisation des dommages occasionnés pendant les travaux .

Toumi Taieb, Ingénieur Spécialiste en Pipelines & Expert en risques pétroliers 22


Il est à rappeler que la loi 95-50 du 12/06/1995 modifiant et complétant la loi 82-
60 stipule que pour les canalisations d’intérêt public destinés au transport des
hydrocarbures, les terrains privés nécessaires à la pose et à l’exploitation des
canalisations sont grevés de servitudes d’utilité provisoire ou permanente .

Les cahiers des charges pour les travaux de pose doivent prévoir des dispositions
particulières obligeant l’entreprise chargée de la construction du projet de
respecter les limites de ces servitudes durant les travaux et de remettre en état les
lieux à la fin du chantier

Toumi Taieb, Ingénieur Spécialiste en Pipelines & Expert en risques pétroliers 23


L’étude de dimensionnement des pipelines

Rappel des normes :

a) La norme Tunisienne :NT:109.02


Cette norme a pour principal objet de fixer les règles techniques essentielles pour la
conception, la construction, l'entretien, et l'exploitation des pipelines afin que ces
ouvrages présentent le niveau de sécurité minimum exigé pour assurer la protection des
personnes, des biens et de l'environnement naturel.

Toumi Taieb, Ingénieur Spécialiste en Pipelines & Expert en risques pétroliers 24


Les principales dispositions de cette norme:
1) Classement du tracé du pipeline en trois catégories :

Catgorie1: domaine public et urbain


Catégorie 2 : terrain rural et semi désertique
Catégorie 3 : terrain rural et semi désertique

2) Les dispositions à respecter pour définir les spécifications des tubes et précise
notamment les taux de contraintes à prendre en considération pour le calcul de la
pression maximale et de l’épaisseur des tubes pour chacune des trois catégories de
terrain du tracé du pipeline.

3) Les essais à effectuer en usine pour les tubes et accessoires et notamment :


Les essais pour le contrôle en usine du coefficient de joint
Les épreuves hydrauliques

4) Les règles à respecter pour la pose du pipeline

5) La procédure à respecter pour les épreuves à réaliser sur terrain pour le contrôle de
l’étanchéité du pipeline
Toumi Taieb, Ingénieur Spécialiste en Pipelines & Expert en risques pétroliers 25
b) La Norme API 5L

La presque totalité des tubes utilisés dans les installations pétrolières répondent aux
spécifications de la Norme API 5L qui définissent :

 Les modes de fabrication,


 La composition chimiques des aciers
 Les propriétés mécaniques requises,

 Les conditions des épreuves hydrostatiques,

 Les poids, dimensions et tolérance d’usinage

 Les normes d’assemblage et de soudure


 Les méthodes d’inspection
 Le marquage d’identification

Toumi Taieb, Ingénieur Spécialiste en Pipelines & Expert en risques pétroliers 26


Les procèdes de fabrication
Les principaux procèdes de fabrication des tubes :

a) Tubés étirés sans soudure (seamless)


Dans le cas de ce procédé le tube est forgé sans aucune ligne de jonction. Il est
obtenu par mandrinage à chaud d’un lingot de métal. La norme autorise une
opération de finissage à froid pour conférer à l’opération ; la forme , les
dimensions et les procédés mécaniques désirés.

b) Tubes soudés electriquement (electric welded)


Le tube est obtenu à partir d’une feuille de métal enroulée comporte une ligne
d’assemblage longitudinale
La soudure est réalisé par procédé électrique à l’arc:
•Par resistance (ERW)
•Ou par induction sans métal d’apport

c) Tubes soudés automatiquement sans flux (Submerged Arc Weld)


Toumi Taieb, Ingénieur Spécialiste en Pipelines & Expert en risques pétroliers 27
La composition chimiques des aciers

Les éléments d’addition:


Les aciers sont, à la base, des alliages de fer et de carbone. C'est essentiellement la
teneur en carbone qui confère à l'alliage les propriétés du métal qu'on appelle « acier ».

Plus on a de carbone, plus l'acier est dur. C’est ainsi qu’au départ les aciers sont classés
en :
aciers extra doux : %C < 0,15 % ;
aciers doux : 0,15 % < %C < 0,2 % ;
aciers durs : 0,4 % < %C < 0,6 % ;
aciers extra durs : 0,6 % < %C.

Ce classement a été quasiment abandonné de nos jours.


En effet avec des éléments d'alliage et un traitement thermique approprié, on arrive
à améliorer sensiblement les propriétés mécaniques de l’acier. en particulier :

Toumi Taieb, Ingénieur Spécialiste en Pipelines & Expert en risques pétroliers 28


 Certains éléments facilitent la trempabilité, ce qui permet le formage à froid. C’est le
cas du nickel (Ni) et du chrome à basse teneur (Cr)

 Certains éléments renforcent l'acier, en piégeant les impuretés et en évitent la


fragilisation (durcissement structural) : molybdène (Mo), titane (Ti), niobium (Nb),
tungstène (W) ;

 Certains éléments permettent de résister à la corrosion (rouille) : chrome à haute


teneur(Cr).

Les impuretés:
présentes dans les ingrédients de haut fourneau qui serviront à produire l'acier ainsi que
dans les aciers de récupération.: le soufre (S) et le phosphore (P) le plomb (Pb) et l'étain
(Sn) et d'autres éléments à bas point de fusion comme l'arsenic (As), l'antimoine (Sb).

Les éléments d'accompagnement


Permettent d’obtenir en final un acier conforme à la spécification. C'est le cas
d'éléments comme l'aluminium, le silicium, le calcium.

Toumi Taieb, Ingénieur Spécialiste en Pipelines & Expert en risques pétroliers 29


La Soudabilité de l’acier:
La soudabilité d'un acier (aptitude à se souder facilement) est inversement
proportionnelle à sa teneur en carbone, C'est ce qui explique, en partie, l'apparition des
aciers faiblement alliés dont une partie du carbone est remplacée par des éléments
comme le manganèse (Mn), le chrome (Cr), le nickel (Ni), le molybdène (Mo).
Le tableau ci-dessous montre la teneur en poids recommandé et la teneur
maximum pour certains éléments .
Element Composition

Taux optimal Taux maxi (%)


généralement
recommandé (%)
Carbone (C) 0.06 to 0.25 0.35
Manganese (Mn) 0.35 to 0.80 1.40
Silicium (SI) 0.10 or less 0.30
Soufre (S) 0.035 or less 0.05
Phosphore (P) 0.030 or less 0.04
Toumi Taieb, Ingénieur Spécialiste en Pipelines & Expert en risques pétroliers 30
L’Equivalent carbone

L’Équivalent carbone (CE) est une valeur empirique en % poids, qui reflète les
effets combinés des différents éléments d'alliage utilisés dans la fabrication des aciers
ramenée à une quantité équivalente de carbone.
Cette valeur peut être calculée en utilisant la formule suivante :
CE = C + Mn / 6 + (Cr + Mo + V) / 5 + (Ni + Cu) / 15

Ainsi en faisant varier la teneur en carbone et celui des autres éléments d'alliage il est
possible d’obtenir les niveaux de résistance souhaitées par un traitement thermique
approprié.

Une meilleure soudabilité et résilience à basse température peuvent


être également obtenus en agissant sur l’Equivalent carbone.

Le taux maximum de CE généralement recommandé est de 0.4

Toumi Taieb, Ingénieur Spécialiste en Pipelines & Expert en risques pétroliers 31


Les propriétés mécaniques requises,

Les propriétés mécaniques courantes des aciers sont :


• La résistance à la traction: appelée aussi résistance à la rupture Rr ou Rm, exprimé
enMPa
• La limite d'élasticité: E également en MPa.
• L'allongement à la rupture: qui s'exprime en pourcentage ; symbole A%.
• La dureté qui s'exprime par un nombre sans dimension associé à la méthode de
mesure H (hardness):, les principales sont Brinell (HB), Vickers (HV), Rockwell
(HRc) et Shore (H Shore).
• La résillience qui exprime la propriété de résistance au choc par mesure de
l'énergie absorbée sur une éprouvette entaillée. Le symbole de la résilience est K ;
selon que l'entaille est en « V » ou en « U », le symbole respectif est KV ou KU.
L'unité est le J/cm2.
Toumi Taieb, Ingénieur Spécialiste en Pipelines & Expert en risques pétroliers 32
Le dimensionnement du pipeline

Choix du diamètre de la conduite


Le tracé adopté donne à l’hydraulicien le profil du pipeline et sa longueur,
L’étude de marché (du trafic) permet de fixer le débit de dimensionnent.
Le choix du diamètre optimal dépendra des deux facteurs suivants :

1. La perte de charge en ligne donnée par la formule :

Q2
H  63700 * L *  * (1)
D5
λ =coefficient de friction de la conduite, dépend du nombre de Reynolds et des
caractéristiques de la conduite et notamment de la rugosité relative ε/D des parois selon
la formule de Colebroock-White
 
0, 25

2
  5,74  

 log   0,9


  3,7 * D Re 

Toumi Taieb, Ingénieur Spécialiste en Pipelines & Expert en risques pétroliers 33


Le nombre de Reynolds se calcule comme suit: Re =35 367Q/ γD
Q= Débit de pompage en m3/H
D=diamètre intérieur du pipeline en cm
H= perte de charge unitaire en kgp/cm2 et par km
γ en centistoke et D en cm

Le calcul du coefficient de friction suppose la connaissance du coefficient de la


rugosité relative ε/D qui peut être estimé en utilisant le diagramme de Moody.

On peut attribuer à ε les valeurs approximatifs suivants pour des conduites en acier
soudé :
Conduites neuves : 0.03 à0.1mm
Moyennement rouillées : 0.1 à 0.4mm
Usées :0.4à 3mm

Toumi Taieb, Ingénieur Spécialiste en Pipelines & Expert en risques pétroliers 34


Toumi Taieb, Ingénieur Spécialiste en Pipelines & Expert en risques pétroliers 35
2. La puissance à installer au niveau de la station de pompage : P=kQH(2)

Il ressort des relations (1) et (2) que plus le diamètre des tubes est grand plus les
pertes des charges sont faibles et plus la puissance à installer est réduite.

Ce qui se traduit par des charges en énergie plus faibles pour les stations de
pompage.

Mais d’un autre coté plus le diamètre est grand et plus le coût de réalisation du
pipeline est élevé.

Ainsi le choix du diamètre du pipeline sera déterminé après analyse et


comparaison économique de plusieurs alternatives de diamètres techniquement
possibles.

Toumi Taieb, Ingénieur Spécialiste en Pipelines & Expert en risques pétroliers 36


Exemple :
On veut réaliser un pipeline qui aura pour longueur 100KM et qui servira pour le
transport d’un produit de densité égale à 0.850 et de viscosité 5 cst à un débit de 110
m3/H.

Choix du diamètre :
On peut analyser la faisabilité technique de l’alternative de diamètre 6’’

En se référant à la formule (1) de calcul de la perte de charge dans une conduite on


remarque que pour un débit donné et un diamètre donné la perte de charge est une
grandeur constante qui s’exprime généralement en m/km ou en kgp/cm2 ou en bar.

La perte de charge totale de la conduite sera obtenue en multipliant la perte de charge


unitaire par la longueur de la conduite.
La perte de charges unitaire obtenue en appliquant les formules précédentes est
égale à 12.7 m/km, soit : 1.08 kgp/cm2/km,

Et la perte de charge totale=1.08x100=108 kgp/cm2.

Toumi taieb :Ingénieur Spécialiste en


37
Pipelines & Expert en risques pétroliers
Par conséquent pour que le débit soit assuré il faudra que la pression de
refoulement au départ du pipeline soit supérieure à 108 kgp/cm2.
On fixe la pression de refoulement au départ de la station de pompage=108+3=111
kgp/cm2.
On observe que dans un pipeline la pression est maximale au refoulement de la station de
pompage et décroît linéairement jusqu’à l’extrémité ou jusqu’à la station de pompage
suivante.

Pref Gradient hydraulique diamètre 6'',e=5,6, L=100 Km


120

100

80

60

40

20

0 PK
pk 0 10 20 30 40 50 60 70 80 90

Toumi Taieb, Ingénieur Spécialiste en Pipelines & Expert en risques pétroliers 38


Choix de l’épaisseur

L’épaisseur de la conduite doit être suffisante pour assurer aux tubes une résistante
mécanique suffisante permettant d’éviter toute déformation pouvant être générée par
la pression.

La norme NT.109.02 applicable pour la sécurité des conduites de transport des


hydrocarbures liquides , permet de calculer l’épaisseur de la conduite en fonction de la
pression maximale de service et des propriétés mécaniques du métal de fabrication
comme suit :
e=pD/2αtx

• α=coefficient de joint=1 pour les tubes sans soudure, ≥0.6 pour les tubes
soudés
• e=épaisseur minimale en mm (épaisseur nominale –la tolérance)
• D=diamètre extérieure (diamètre nominale +tolérance)
• p=pression maximale de service
• t=résistance à la rupture du métal de fabrication ou limite élastique du métal de
fabrication,
Toumi Taieb, Ingénieur Spécialiste en Pipelines & Expert en risques pétroliers 39
x=coefficient de travail admis pour l’acier fixé par la norme NT.109.02 selon la
catégorie de terrain comme suit :

Catégorie de Coefficient x
terrain
Par rapport à la limite Par rapport à la
d’élasticité(E)p(ppp6/// charge à la rupture(R)
pae999
1 (zone urbaine) 0.675 0.470
2(semi urbaine) 0.750 0.590
3(désertique) 0.820 0.650

Toumi Taieb, Ingénieur Spécialiste en Pipelines & Expert en risques pétroliers 40


Choix de la nuance d’acier

La limite d’élasticité et la charge à la rupture étant des caractéristiques de l’acier de


fabrication des tubes

La norme API 5L donne les valeurs de ses caractéristiques pour les différentes
nuances d’acier ( tableau N°3 de la norme API 5L)

Ainsi le calcul de l’épaisseur effectué en considérant les deux alternatives de nuance


d’acier (grade B et X56 ) conduit aux résultats récapitulés dans le tableau ci-dessous :

Toumi Taieb, Ingénieur Spécialiste en Pipelines & Expert en risques pétroliers 41


Toumi Taieb, Ingénieur Spécialiste en Pipelines & Expert en risques pétroliers 42
Nuance acier Grade B X52
Diamètre extérieur en cm 16.83 16.83
Diamètre extérieur 16.95 16.95
+tolérance (+0.75%)
Limité d’élasticité E 2410 3860
Résistance à la rupture R 4130 4890
Coefficient de joint 0.85 0.85
Catégorie de terrain 1 1
x/R 0.675 0.675
x/E 0.47 0.47
Epaisseur /R en mm 6.8 4.2
Epaisseur/E en mm 5.7 4.8
Toumi Taieb, Ingénieur Spécialiste en Pipelines & Expert en risques pétroliers 43
La démarche généralement adoptée pour la détermination de l’épaisseur consiste à :

 choisir pour le diamètre retenue et pour une nuance d’acier donnée une valeur
d’épaisseur standard indiquée dans les catalogues des fabricants ,

 Calculer dans ce cas la pression maximale admissible par les tubes (PMS)

 Vérifier ensuite que la pression maximale de service reste inferieur à la PMS :

Le tableau ci après récapitule les résultats de cette démarche dans le cas d’un
pipeline de diamètre 6 ‘’ de nuance X52

Toumi Taieb, Ingénieur Spécialiste en Pipelines & Expert en risques pétroliers 44


Epaisseur en mm 5.2 5.6
6tolérance -12.5 % -12.5 %
Épaisseur après tolérance en mm 4.6 4.2
Diamètre nominal en mm 168.3 168.3
Diamètre après tolérance 169.6 169.6
Limité d’élasticité E en bars 3860 3860
Résistance à la rupture R 4890 4890
Coefficient de joint 0.85 0.85
Coefficient de tracé/E 0.675 0.675
Coefficient de tracé/R 0.470 0.470
PMS/E en bars 120 130
PMS/R en bars 106 115
PMS retenu 106 115

Epaisseur minimal retenu : 5.6 mm pour le quel la PMS ˃ Pression maximale de


service
Toumi Taieb, Ingénieur Spécialiste en Pipelines & Expert en risques pétroliers 45
Gradient hydraulique diamètre 6'' ,e=5,56, L=150 KM
120
Pref
100

80

60

40

20

0
0 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 110 120 130 140 150

-20

PK
-40

-60

Toumi taieb :Ingénieur Spécialiste en


46
Pipelines & Expert en risques pétroliers
Analyse de l’alternative 6’’,150 KM
1) Solution : installation d’une station intermédiaire
La solution de diamètre 6’’ peut être acceptable techniquement
même dans le cas d’une longueur de 150 KM si on installe une
station intermédiaire répondant aux critères suivants:
Emplacement PK:100

Refoulement= 51 kg/cm2

Toumi taieb :Ingénieur Spécialiste en


47
Pipelines & Expert en risques pétroliers
Gradient hydraulique diamètre 6'' ,e=5,56, L=150 KM avec
Pref station intermédiare
120

100

80

60

40

20

0 PK
0 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 110 120 130 140 150

Toumi taieb :Ingénieur Spécialiste en


48
Pipelines & Expert en risques pétroliers
2) Solution :renforcement de l’épaisseur.
Perte de charge totale=1.08x150=162 kgp/cm2.
 pression de refoulement au départ de la station de pompage=162+3=165 kgp/cm2.

Nuance acier X52


Diamètre extérieur en cm 16.83
Diamètre extérieur +tolérance (+0.75%) 16.95
Limité d’élasticité E 3860
Résistance à la rupture R 4890
Coefficient de joint 0.85
Catégorie de terrain 1
x/R 0.675
x/E 0.47
Epaisseur /R en mm 6.3
Epaisseur/E en mm 7.2
Toumi taieb :Ingénieur Spécialiste en Pipelines & Expert en risques pétroliers 49
Nuance acier X52
Epaisseur en mm 7.9
6tolérance -12.5 %
Épaisseur après tolérance en mm 4.2
Diamètre nominal en mm 168.3
Diamètre après tolérance 169.6
Limité d’élasticité E en bars 3860
Résistance à la rupture R 4890
Coefficient de joint 0.85
Coefficient de tracé/E 0.675
Coefficient de tracé/R 0.470
PMS/E en bars 190
PMS/R en bars 168
PMS retenu 168
Toumi taieb :Ingénieur Spécialiste en Pipelines & Expert en risques pétroliers 50
2) Solution :Diamètre 8’’
La perte de charges unitaire =0.3 kgp/cm2/km,.
Perte de charge totale=0.3x150=45 kgp/cm2.

 pression de refoulement au départ de la station de pompage=45+3=48kgp/cm2.


Choix de l’épaisseur
Nuance acier X52
Diamètre extérieur en cm 16.83
Diamètre extérieur +tolérance (+0.75%) 16.95
Limité d’élasticité E 3860
Résistance à la rupture R 4890
Coefficient de joint 0.85
Catégorie de terrain 1
x/R 0.675
x/E 0.47
Epaisseur /R en mm 2.0
Epaisseur/E en mm 2.1
Toumi taieb :Ingénieur Spécialiste en Pipelines & Expert en risques pétroliers 51
Gradient hydraulique diamètre 8'' L=150 KM
60

Pref
50

40

30

20

10

0 PK
0 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 110 120 130 140 150

Toumi taieb :Ingénieur Spécialiste en Pipelines & Expert en risques pétroliers 52