Vous êtes sur la page 1sur 12

- 27/05/80 - 2

transcription : Frédéric Astier

Plage 2 : 46’44 -

... Je dirais, et même déjà bébé, même avant de parler. Vous me


direz ? il y a pas de comparaison ?, il y a pas de comparaison, il n’y a
pas lieu à faire une comparaison. Il ne parle pas, il ne se dit pas : "je
suis dans une prison", ou "mon père dirige une prison" ?. Ce qu’il
éprouve, c’est une certaine constellation très très impressionnante,
qui est celui d’une puissance sur un endroit noir et fermé. Et peu
importe que, il ne compare pas, au besoin il ne sache même pas qu’il
y a d’autres endroits. Mais je dis, ça va de soi : tout petit déjà, il ne
vit pas simplement son père comme père, il vit son père sous la
puissance-père, et, E T - ça étant indissociable - père ET gardien de
prison. Bon, est-ce ça compte ? Ensuite, dans la mesure où Masoch
personnellement développe, à certains moments, un véritable délire,
ce délire, il consiste en quoi ?
Ce délire, ce n’est pas simplement un délire, c’est aussi une
politique. Il vit dans l’Empire Austro-hongrois, Masoch. Toute sa vie,
c’est une espèce de réflexion, mais de réflexion active et de
participation au problème des minorités dans l’Empire autrichien. Et
qu’est-ce que c’est que ses thèmes obsessionnels ? Ses thèmes
obsessionnels, c’est l’amour courtois, avec les épreuves que l’amour
s’impose et le rôle des femmes dans les minorités. Comme quoi les
mouvements de minorités, Masoch est un de ceux qui l’ont dit le plus
profondément, les mouvements de minorités sont profondément
animés par des femmes. Y a tout cela qui se mêle, dans, et pour
constituer cet espèce de masochisme qui délire les minorités, qui
délire le Moyen Âge au niveau de l’amour courtois, et qui délire le
monde des prisons. Je dis si vous ramenez ça à un problème de
Masoch enfant par rapport à son père et sa mère, alors autant dire y
a plus rien à dire quoi, c’est grotesque, c’est grotesque. Je vous
demande chaque fois que vous êtes devant, soit devant la
transcription écrite, soit devant l’audition orale de quelque chose de
délirant, vous verrez que, ce qui est investit, c’est fondamentalement,
c’est-à-dire ce qui investit par le désir, c’est fondamentalement un
champ historico mondial. Et j’appellerai lignes de fuites, les lignes qui
relient le délirant à telle direction, ou à telle direction du champ
historico mondial.

Alors si c’est comme ça, j’essaye juste de dire processus. Mais


peut-être est-ce un peu plus clair ? Quelque chose nous arrive,
quelque chose nous emporte. Toute la question d’une analyse qui ne
serait pas une psychanalyse, c’est quoi ? Qu’est-ce que c’est ? Mais
qu’est-ce que c’est, c’est : quelles lignes traces-tu ? Je veux dire pour
moi l’analyse, ça ne peut être, ça n’est ni une interprétation, ni une
opération de signifiance, c’est un tracé cartographique. Si vous ne
trouvez pas les lignes qui composent quelqu’un, y compris ses linges
de fuites, vous ne comprenez pas les problèmes qu’il pose ou qu’il se
pose. Or en effet des lignes de fuites, vous comprenez, c’est pas
uniforme. La manière dont quelqu’un... une ligne de fuite même, c’est
une opération ambiguë, je dis c’est ça le processus, c’est ça ce qui
nous emporte. Évidemment ça veut dire que pour moi les lignes de
fuites, c’est ce qu’il y a de créateur chez quelqu’un.

Les lignes de fuites, c’est pas des lignes qui consistent à fuir, bien
que ça consiste à fuir, mais c’est vraiment la formule que j’aime
beaucoup d’un prisonnier américain qui lance le cri : ?Je fuis, je ne
cesse pas de suivre, mais en fuyant je cherche une arme ?. Je
cherche une arme, c’est-à-dire je crée quelque chose. Finalement la
création c’est la panique, toujours, je veux dire, c’est sur les lignes de
fuites que l’on crée, parce c’est sur les lignes de fuites que l’on n’a
plus aucune certitude, lesquelles certitudes se sont écroulées. Alors je
dis bien, voilà.

Le processus, mais, et là je pense répondre plus directement enfin


à ta question. Je dirais, précisément parce que ces lignes ne
préexistent pas au tracé qu’on en fait. Je dirais à la fois ces lignes ne
préexistent pas au tracé qu’on en fait et puis toutes les lignes ne sont
pas des lignes de fuites. Y a d’autres types de lignes. Alors une année
ici, on s’était consacré à ça, je crois qu’on a passé pas loin d’un an à
étudier les sortes de lignes qui composent quelqu’un, qui composent
quelqu’un au sens individu ou groupe, dans un champ social ou dans
un champ historico mondial. À la limite on distinguait comme
plusieurs types de lignes. On s’était beaucoup intéressé à une
nouvelle splendide, parce que là aussi le délire n’est pas loin, une
nouvelle très belle de Fitzgerald, où il distingue, lui il a tout un
langage, tout un vocabulaire, où il distingue les grandes cassures, les
petites fêlures et les vraies ruptures. Et finalement on vit de ça. Et il
essaye de montrer, il montre très bien que ces trois sortes de lignes,
moi, je crois qu’il y a toujours chez tous les gens ces trois sortes de
lignes, mais les unes qui avortent, les autres qui ... Alors c’est
presque une analyse des lignes, presque au sens de ligne de la main,
sauf que c’est pas dans la main ces lignes. Moi je comprendrais rien à
quelqu’un si je peux pas le traduire dans une espèce de dessin
linéaire. Avec, il faudrait trois couleurs, au moins trois couleurs, en
fait beaucoup plus, et tracer les lignes dans lesquelles il se trouve, et
comment il se débrouille. Je dirais oui, vous comprenez, toutes ces
lignes alors qui s’embrouillent, qui s’embrouillent terriblement, je
proposais de les appeler des lignes de segmentarité dure.
Et on a tous des lignes de segmentarité dure. Il s’agit pas de dire
les unes sont mauvaises et les autres bonnes, il s’agit de se
débrouiller avec toutes ces lignes. Des lignes de segmentarité dure,
pour moi, c’est des choses que tout le monde connaît bien, mais déjà
y a plein de cas comme ça. Y a des cas très très différents dans ce
premier paquet de lignes. Nous sommes, moi je voudrais vraiment
presque arriver à me concevoir et à concevoir les autres comme
uniquement des paquets de lignes abstraites. Alors ça représente rien
ces lignes, mais elles fonctionnent, elles fonctionnent. Et pour moi la
schizo-analyse, c’est uniquement cela : c’est la détermination des
lignes qui composent un individu ou un groupe, le tracé de ces lignes.
Or ça concerne tout l’inconscient. Ces lignes elles ne sont pas
immédiatement données, ni dans leur importance respective ni dans
leurs avances. C’est pour ça que plutôt qu’une histoire, je rêve d’une
géographie, c’est-à-dire d’une cartographie, faire la carte de
quelqu’un. Alors oui, je dis qu’est-ce que c’est que la segmentarité
dure ? Et bien oui on est segmentarisé de partout. On est
segmentarisé de partout, c’est une première sorte de ligne qui nous
traverse. Je veux dire : on est d’abord segmentarisé
immédiatement : le travail, le loisir, les jours de la semaine, le jour,
la nuit, vous voyez. C’est une ligne à segment. Le travail, le jour de
vacance, le dimanche, enfin du type métro, boulot, etc. Une espèce
de segmentarité. Y a toute une bureaucratie de la segmentarité. Y a
le bureau, on va, quand vous allez d’un bureau à un autre pour avoir
le moindre papier, on voit bien ce que c’est que la segmentarité
sociale. On vous envoie d’un segment à un autre.

Mais aussi y a une segmentarité encore plus troublante, plus


difficile. C’est dire que déjà la ligne, je pourrais pas dire y a une ligne
de segmentarité, et c’est pas la même pour chacun. Ca c’est
tellement variable pour chacun d’après les métiers, d’après les modes
de vie. On est segmentarisé comme des vers quoi, mais on peut pas
dire que c’est pas bien, ça dépend, ça dépend ce que vous en tirez,
mais c’est une première composante de vos lignes. Un segment, un
autre segment, un autre segment, ? ah là je rentre ?, ?ah je suis chez
moi, la journée est finie ?, ?ah qu’on vienne pas m’embêter ?. Passer
d’un segment à un autre. Y a ceux, remarquez déjà, y a ceux qui ont
assez peu, où cette ligne est comme, affaiblie, affaiblie. Ils sont très
séduisants ceux-là, qui ont une segmentarité très affaiblie. On a
l’impression qu’ils sont trop mobiles, qu’ils passent d’un segment à
l’autre beaucoup plus vite que d’autres, qu’ils ont une segmentarité
beaucoup plus souple. Bon. Mais je dis en gros, y a dans ce domaine
de la segmentarité y a déjà tout un paquet de lignes, et pas une
seule parce que, vous comprenez que, elle est très orientée du point
de vue du temps la ligne de segmentarité.
Notamment c’est d’après les segmentarités que se fait la triste
évolution de la vie par exemple. On vieillit, jeune, vieux. C’est une
autre segmentarité, vous voyez qu’elles se recoupent toutes ces
segmentarités, homme, femme. Là les hommes, là les femmes. C’est
segmentarisé tout ça, jeune, vieux. Alors bon, ? Ah j’étais jeune, je
ne le suis plus ? Ah j’avais du talent, le talent, qu’est-ce qu’il est
devenu ? ? Vous reconnaissez le ton, mais c’est pas du tout un ton
plaintif chez lui le ton de Fitzgerald, (pour ceux qui aiment ?). Qu’est-
ce que c’est que ces phénomènes de perte de jeunesse, perte de
beauté, perte de talent, qui se fait sur cette ligne ? Et comment on va
pouvoir le supporter ça ? C’est là, il y a toujours des (ruptures) des
cassures sur cette ligne. On passe d’un segment à un autre par une
sorte de cassure. Il y a des gens qui supportent, c’est déjà très
différent cette ligne pour chacun ou pour les groupes. Les groupes
mais, ils donnent tout un statut déjà à cette première ligne.

Et puis il y a une autre sorte de ligne. On sait bien que, en même


temps, c’est pas que la première soit une apparence, mais on sait
bien que en même temps il se passe d’autres choses. Qu’il n’y a pas
simplement les hommes là et les femmes là. Qu’il y a la manière dont
les hommes sont des femmes, la manière dont les femmes sont des
hommes dans des trucs beaucoup plus... Alors une ligne beaucoup
plus, comment dire, à la lettre, beaucoup plus moléculaire. Une ligne
où c’est beaucoup moins apparemment tranché que. Quelqu’un fait
un geste, hein, quelqu’un dans le cadre de sa profession fait un geste
et j’ai comme une impression de malaise. Les romanciers, ils ont
toujours beaucoup joué là-dessus, j’ai une impression de malaise, je
me dis tient, et ce geste, il est pas adapté, d’où ça vient, il paraît un
peu incongru, il vient d’ailleurs, il vient d’un autre segment. Là se fait
comme une espèce de brouillage de segment.

C’est plus une ligne de segmentarité pré-établie en quelque sorte,


c’est une ligne de segmentation fine en train de se faire, des petites
poussées, des petits trucs, une petite grimace. Qui vient d’où ?
Bizarre. Une ligne qui ne procède plus par cassure, une espèce de
binarité, dualisme : homme-femme, riche-pauvre, jeune-vieux, mais
qui procède par, comment par, Fitzgerald dit par ?petites fêlures ?.
Des petites fêlures comme une assiette, qui ne se cassera que, à
l’issue des petites fêlures, mais c’est pas le même chemin celui de la
grande cassure et celui des petites fêlures. Alors finalement on
s’aperçoit qu’on a vieilli sur la première ligne, alors que vieillir est une
espèce de processus qui s’est continué longtemps sur la seconde
ligne. Le temps des deux lignes n’est pas le même. Voilà un second
type de lignes, qui à son tour est très divers, c’est un second paquet
de lignes. Et puis il y a des lignes encore une fois d’un autre type, les
lignes de fuites. Les lignes que l’on crée, et sur lesquelles on crée.
Parfois on se dit ?mais... ?, elles sont comme ensablées, elles sont
comme bouchées, parfois elles se dégagent, elles passent par de
véritables trous, elles ressortent, parfois elles sont foutues, foutues,
les deux autres types de lignes les ont mangé, et puis elles peuvent
toujours être reprises. Qu’est-ce que c’est que ce troisième type de
lignes ? Supposons que ce soit ... Je dis faire une schizo-analyse de
quelqu’un, ce serait arriver à déterminer ces lignes et le processus de
ces lignes.

Or pour répondre enfin à la question, une chose très simple :


appelons schizophrénie le tracé des lignes de fuites. Et ce tracé des
lignes de fuites est strictement coextensif au champ historico
mondial. Moi, petit bourgeois français qui suis pas sorti de mon pays,
qu’est-ce que je délire encore une fois, je délire l’Afrique et l’Asie, à
charge de revanche. Et pourquoi ? Parce que c’est ça le délire, c’est
ça le délire. Et y a pas besoin d’être fou pour délirer. Alors si j’appelle
ça le processus, c’est ce flux qui m’emporte dans le champ historico
social d’après des vecteurs. Appelez ça le voyage à la manière de
Laing et Cooper, j’y vois pas d’inconvénient - car en effet, je peux
aussi bien délirer la Préhistoire, je peux très bien avoir à faire avec la
Préhistoire. De toute manière, c’est ça qu’on délire.

Alors qu’est-ce qui arrive ? Moi je dis chaque type de lignes a ses
dangers. Moi je crois que le danger propre à la ligne de fuite et aux
lignes de fuites à ces lignes de délire, c’est quoi ? C’est en effet une
espèce de véritable effondrement. Qu’est-ce que c’est
l’effondrement ? Et bien le danger propre aux lignes de fuites, et il est
fondamental, il est, c’est le plus terrible des dangers, c’est que la
ligne de fuite tourne en ligne d’abolition, de destruction. Que la ligne
de fuite qui normalement et en tant que processus est une ligne de
vie et doit tracer comme de nouveaux chemins de la vie, tourne en
pure ligne de mort. Et finalement, y a toujours cette possibilité-là. Y a
toujours cette possibilité-là, que la ligne de fuite cesse d’être une
ligne de création et tourne en rond, comme se mettre à tournoyer sur
elle-même et s’enfonce dans ce qu’on appelait une année un trou
noir, c’est-à-dire devienne ligne de destruction pure et simple. Je
disais, c’est ça qui, à mon avis, explique un certain nombre de
choses.

- Ça explique par exemple la production du schizophrène en tant que


entité clinique. Le schizophrène en tant que malade, et je crois que le
schizophrène est fondamentalement et profondément malade, c’est
ça : c’est celui qui saisit par le processus, emporté par son processus,
par un processus, et bien il ne tient pas le coup. Il ne tient pas le
coup, c’est trop dur. C’est trop dur. Vous me direz, il faudra encore
dire pourquoi, qu’est-ce qui s’est passé ? Au besoin, au besoin rien ne
s’est passé. Je veux dire rien ne s’est passé parce qu’il n’y a rien. Il y
a un texte merveilleux de Chestov à propos du fameux écrivain russe
Tchekov. Chestov n’aime pas Tchekov, à tort, il l’aime pas, il le
déteste même. Il dit la raison pour laquelle il n’aime pas Tchekov. Il
dit ?Vous comprenez quand vous lisez Tchekov, vous avez toujours
l’impression que quelque chose s’est passé et vous pouvez même pas
dire quoi ?. À savoir tout se passe comme si Tchekov avait tenté
quelque chose, qui exigeait même pas un effort considérable, et puis
comme s’il s’était foulé le pied quoi. Et qu’il en ressort incapable de
quoi que ce soit. Que pour lui, pour lui, Tchekov, le monde est fini et
qu’il n’est plus qu’amertume.

Qu’est-ce qui s’est passé ? Qu’est-ce qui s’est passé pour que
quelqu’un craque ? Vous me direz craquer à la manière de Tchekov,
c’est pas mal hein, oui mais. Peut-être qu’on peut avoir une tout
autre vision de Tchekov. Mais qu’est-ce qui se passe quand quelqu’un
craque effectivement, qu’est-ce qu’il n’a pas pu supporter ? En tout
cas je dis, c’est là et c’est à ce niveau : qu’est-ce que quelqu’un n’a
pas pu supporter ? Et bien c’est ce quelque chose qu’il n’a pas pu
supporter qui marque il me semble, le tournant de la ligne de fuite,
qui cesse d’être créatrice et qui devient ligne de mort pure et simple.
Il y a deux manières de devenir ligne de mort. C’est de devenir ligne
de mort pour les autres, et souvent les deux sont très liées, et ligne
de sa propre mort. Et finalement pourquoi c’est lié ça, c’est
compliqué, mais je prends des cas, comment se fait-il que, par
exemple, je prends des cas là, toujours littéraires, qu’est-ce qui se
passe, qu’est-ce qui se passe dans des cas célèbres, comme Kleist.
Kleist, qui vraiment écrit par un processus.

Ce processus lui donne toute sorte de signes très


schizophréniques : le bégaiement, les stéréotypies, les contractures
musculaire, tout ça. Mais tout ça nourrit pendant longtemps un style.
Et un style, c’est pas simplement quelque chose d’esthétique, un
style, vous vivez comme vous parlez, ou plutôt vous parlez comme
vous vivez. Un style c’est un mode de vie. Avec tout ça il invente un
style, une espèce de, de style, qui fait qu’une phrase de Kleist est
reconnaissable entre toutes. Qu’est-ce qui se passe ? Tout ça, ça
débouchera sur une idée alors très délirante, qui était là dès le début
chez Kleist, à savoir : comment se tuer à deux ? Comment se tuer à
deux ? Qu’est ce qui fait pour que sa ligne de fuite, il traverse
l’Allemagne, on voit très ce que c’est que le processus dans le cas de
Kleist, il saute à cheval et il traverse l’Allemagne. C’est le grand
mouvement romantique allemand. Bien, vous me direz, c’est pas
seulement ça le processus, d’accord c’est pas seulement ça le
processus, disons que ça c’est déjà le signe géographique du
processus. Il y a des gens qui restent sur place et qui sont saisis par
le processus.

Il me semble évident que les personnages de Beckett, ils vivent


intensément ce qu’on pourrait appeler le processus. On ne peut pas,
il me semble, on interprète très difficilement Beckett en termes de
personnes, de personnologie ou en termes de structure. C’est une
affaire de processus là aussi. Et bien quelque chose tourne mal, ça
veut dire quoi ? Ca veut dire le processus tourne vraiment, lui qui
aurait dû, mais qu’est-ce que veut dire la formule ? qui aurait dû :
être une ligne de vie, c’est-à-dire de création. Qui aurait dû être une
espèce de chance supplémentaire donnée à la vie, qui tourne en
entreprise mortifère. Comment se tuer à deux, une mort exaspérée à
la manière de Kleist, ou bien une mort paisible. Qu’est-ce qui fait que
Virginia Wolf s’enfonce dans son lac, là, et se noie comme ça ? Donc
c’est pas du tout une mort exaspérée, c’est que. D’une certaine
manière y en a marre. Elle qui tenait en effet un processus
prodigieux.

Qu’est-ce qui se passe ? Alors, je dis, sous les formes exaspérées,


c’est comme ça si vous voulez, si j’essaye de donner un contenu
concret, vécu, vivant, à la notion de fascisme. J’ai essayé de dire
plusieurs fois à quel point pour moi, le fascisme et le totalitarisme,
c’était pas du tout la même chose. C’est que le fascisme, ça paraît un
peu mystique ce que je dis, mais il me semble que ça l’est pas. Le
fascisme, c’est typiquement un processus de fuite, une ligne de fuite,
qui tourne alors immédiatement en ligne mortuaire, mort des autres
et mort de soi-même. Je veux dire, qu’est-ce que ça veut dire ? Tous
les fascistes l’ont toujours dit. Le fascisme implique
fondamentalement, contrairement au totalitarisme, l’idée d’un
mouvement perpétuel sans objet ni but. Mouvement perpétuel sans
objet ni but, d’une certaine manière, c’est, on peut dire, c’est ça un
processus. En effet, le processus, c’est un mouvement qui n’a ni objet
ni but. Qui n’a qu’un seul objet : son propre accomplissement, c’est-
à-dire l’émission des flux qui lui correspondent.

Mais, voilà qu’il y a fasciste lorsque ce mouvement sans but et sans


objet, devient mouvement de la pure destruction. Étant entendu
quoi ? Étant entendu que, on fera mourir les autres, et que sa propre
mort couronnera celle des autres. Je veux dire quand je dis ça paraît
tout à fait mystique, ce que je dis là sur le fascisme, en fait les
analyses concrètes, il me semble, le confirment très fort. Je veux dire
un des meilleurs livres sur le fascisme, que j’ai déjà cité, qui est celui
d’Arendt, arendt (épelé), qui est une longue analyse, même des
institutions fascistes, montre assez que le fascisme ne peut vivre que
par une idée d’une espèce de mouvement qui se reproduit sans cesse
et qui s’accélère. Au point que dans l’histoire du fascisme, plus la
guerre risque d’être perdue pour les fascistes, plus se fait
l’exaspération et l’accélération de la guerre, jusqu’au fameux dernier
télégramme d’Hitler, qui ordonne la destruction de l’habitat et la
destruction du peuple.

Ça commencera par la mort des autres, mais il est entendu que


viendra l’heure de notre propre mort. Et ça le ? de Goebbels dès le
début le disait, on peut toujours dire propagande, mais ce qui
m’intéresse c’est pourquoi la propagande était orientée dans en sens
dès le début. C’est complètement différent d’un régime totalitaire à
cet égard. Et une des raisons pour lesquelles, il me semble, une des
raisons, là, historique importante, c’est pourquoi est-ce qu’encore
une fois, les Américains, et même l’Europe, a pas fait une alliance
avec le fascisme. Et bien on pouvait leur faire confiance, c’est pas la
moralité ni le soucis de la liberté qui les a entraîné. Donc pourquoi ils
ont préféré s’allier à la Russie, et au régime stalinien, dont on peut
dire tout ce qu’on veut, et c’est un régime que l’on peut
appeler totalitaire, mais c’est pas un régime de type fasciste et c’est
très différent. C’est évidemment que le fascisme n’existe pas, cette
exaspération du mouvement, et que cette exaspération du
mouvement ne pouvait pas donner de garanties suffisantes, enfin ...
Et la méfiance à l’égard du fascisme au niveau des gouvernements et
au niveau des États qui ont fait l’alliance pendant la Guerre, c’est il
me semble. Si vous voulez, c’est là où il y a toujours un fascisme
potentiel là lorsqu’une ligne de fuite tourne en ligne de mort. Alors
presque, c’est pour ça que vous comprenez, la distinction que je
ferais entre schizophrénie comme processus et schizophrène comme
entité clinique. C’est que la schizophrénie comme processus c’est,
l’ensemble de ces tracés de lignes de fuites. Mais la production de
l’entité clinique, c’est lorsque précisément quelque chose ne peut pas
être tenu sur les lignes de fuites. Quelque chose est trop dur, quelque
chose est trop dur pour moi. Et à ce moment-là ça va tourner en
ligne, soit en ligne d’abolition soit en ligne de mort.

Prenez une chose, une expérience objective aussi simple que celle de
la musique, la musique que vous écoutez. En quoi est-ce qu’on peut
parler d’un fascisme potentiel dans la musique, si l’on peut parler
d’un fascisme potentiel ? C’est que, il me semble que la musique c’est
le processus à l’état pur. C’est par là que de tous les arts, se serait
sans doute l’art, il me semble, le plus adéquat, le plus
immédiatement adéquat. Pour saisir sous la peinture un processus de
la peinture, il faut beaucoup plus d’effort. C’est-à-dire les flux, saisir
les flux de la peinture, c’est beaucoup plus difficile, que de saisir
immédiatement le flux sonore de la musique. Et là encore, je dirais
pour moi que la musique, ce n’est pas affaire de structure, ni même
de forme, c’est affaire de processus. Tiens, je pense tout d’un coup
pour faire des rapprochements qu’un des musiciens qui a le plus
pensé la musique en termes de processus, c’est Cage. Bon et bien je
veux dire, la musique, elle est processus et d’une certaine manière,
elle est amour de la vie fondamentalement.

Elle est même création de la vie. Or est-ce que c’est par hasard
que, en même temps je dois dire le contradictoire, que la musique
nous inspire à certains moments, et qu’il n’y a pas de musique qui
nous inspire pas ça à certains moments, une très bizarre, très bizarre
désir, qu’il faut appeler d’abolition, un désir d’extinction, un désir
d’extinction sonore, une mort paisible. Et que dans l’expérience
musicale la plus simple, et là je ne privilégie pas une musique sur
telle autre, je pense que c’est vrai de toute musique, que c’est vrai de
la pop musique, que c’est vrai de la musique classique, que c’est vrai
de... que c’est les deux à la fois et l’un pris dans l’autre, une création
vitale sous forme de ligne de fuite ou sous forme de processus, et
greffée là-dessus, risquant constamment de se convertir le processus,
une espèce de désir d’abolition, de désir de mort. Et que la musique
emporte aussi bien ce désir de mort qu’elle ne charrie le processus. Si
bien qu’à ce niveau c’est vraiment une partie très très incertaine que
chacun de nous joue sans le savoir. Jamais personne n’est sûr que ça
ne sera pas son tour de craquer, qui peut le dire ? Et encore une fois
il ne craquera pas sous de très fortes secousses visibles. Il craquera
peut-être au moment où, d’un certain point de vue ça va mieux. On
sait pas, on sait pas.

Simplement je dis que la psychiatrie et la psychanalyse, il me


semble, ne rendent pas service, chaque fois qu’ ils proposent à ces
phénomènes des interprétations, que l’on peut appeler des
interprétations puériles. Ça déshonore les gens. Ça déshonore les
gens. Il se trouve que les gens, ils sont contents, ils supportent
d’écouter ça, c’est leur affaire puisque ça marche. C’est leur affaire,
mais je trouve que c’est être déshonoré que d’accepter d’écouter des
heures et des heures - du moins il faut beaucoup souffrir pour le
supporter, d’entendre pendant des heures et des heures, tout ça ;
c’est parce que : t’es pas d’accord avec ton père et ta mère, tout ça
c’est parce que y a quelque chose qui s’est passé du côté du père,
c’est parce que... Que ce soit en termes de structure, que ce soit en
termes d’image de personne, encore une fois, personnologie ou
structure, ça me paraît tellement, tellement semblable, alors que
quand même, nous avons il me semble l’élémentaire dignité de
tomber malade ou de devenir fou au besoin, sous de bien d’autres
pressions et bien d’autres aventures que ça.

Alors voilà oui, en ce sens je réponds bien sûr, si j’ai bien compris
la question : l’idée de la schizophrénie comme processus, implique
que ce processus côtoie sans cesse la production d’une espèce de
victime du processus. On peut être à chaque instant, victime d’un
processus qu’on porte en soi. Et par processus encore une fois,
j’invoque, parce que pour, parce que là ça devient un langage
commun, qu’il nous appartienne à tous, j’invoque de grands noms
comme Kleist, Rimbaud, etc. Bien, Rimbaud, que dire de Rimbaud,
qu’est-ce que c’est cet homme ? Il fout le camp en Éthiopie, c’est-à-
dire il prolonge sa ligne de fuite, mais il la prolonge de quelle
manière ? Là-dessus, cet espèce de reniement de tout son passé,
c’est quelque chose qui n’est plus supportable pour lui. Qu’est-ce que
ça va devenir ? Comment, qu’est-ce qu’il devient ? C’est sur cette
ligne-là qu’il y a un véritable devenir, encore une fois. Or ce devenir,
ça peut devenir aussi un devenir mortifère. Alors s’il y a une leçon,
c’est qu’il s’agit pas seulement de débrouiller les lignes qui composent
quelqu’un, il s’agit au niveau de chaque paquet de lignes qui
composent quelqu’un, d’essayer, par n’importe quel moyen que, ça
ne tourne pas en ligne de mort.

Moi, c’est la... or, il n’y a pas de solution, y a pas de solution


miracle. Je crois juste que, il y a une espèce de complaisance qui est
extrêmement redoutable, la complaisance au discours
psychanalytique fait notre déshonneur. Ca supprime finalement, ça
supprime, il y a longtemps que le romancier Lawrence le disait, lui qui
avait une espèce de réaction fraîche à la psychanalyse. Il disait : mais
tout ça c’est dégoûtant - tout ça, c’est pas du tout, Lawrence, vous
comprenez, il est très fort, parce que c’est pas quelqu’un à qui l’on
puisse dire : ? Ah tu es choqué par la sexualité ?, il était pas très
choqué par la sexualité, il est même à la tête d’une espèce de
découverte et de singulières découvertes de la sexualité. Mais il a
l’impression que la psychanalyse c’est dégoûtant. Qu’est-ce qu’il veut
dire ? Puisque ça ne veut pas dire, quand même, c’est pas Lawrence
qui dirait : je proteste contre l’idée que tout soit sexuel, au contraire
ça ne me gêne pas ! Il dit : " Mais, vous vous rendez compte de ce
qu’ils font de la sexualité, vous vous rendez compte" ? "Mais c’est une
honte" ? il dit. : Il dit : La sexualité ? ça a rapport avec quoi ? Bien il
dit la même chose que ce que je viens de dire du processus. Il dit, la
sexualité, c’est évident que ça a affaire avec le soleil. Ça a affaire
avec délirer le monde, ça a à faire, et pas du tout qu’on se fasse une
conception, là, romantique de la sexualité, c’est comme ça, c’est
comme ça, qu’est-ce que vous voulez. Ce qu’on aime, le type par
exemple de femme ou d’homme que l’on poursuit, ce qu’on en
attend. C’est bien au-delà des personnes ça. Ca délire le monde en
effet, ça peut-être aussi bien une oasis qu’un désert que tout ce que
voulez. En tout cas l’idée même que tout ça se ramèneàŒdipe, c’est-
à-dire à une constellationpère-mère, et même si on y ajoute loi, il y a
quelque chose de scandaleux, c’est déshonorant toutça. C’est évident
que c’est pas ça la sexualité. Quand le Président Schreber dit à la
lettre : J’ai les rayons du soleil dans le cul ?. Il sent, il sent les rayons
du soleil. Il les sent comme ça. Bon, et bien si on essaye d’expliquer
ses rapports à son père, je trouve qu’on ne risque pas d’y
comprendre quelque chose. À ce moment-là, tout ce qu’est la
sexualité alors... Quand Lawrence proteste contre la psychanalyse, il
dit : "Mais ils ne voient rien d’autre que le sale petit secret ?". Un
petit secret minable, vraiment minable cette histoire de vouloir tuer
son père et de vouloir coucher avec sa mère, c’est minable.

Alors on aura beau l’interpréter en structure, ça reste minable,


parce que ça l’est. Vous vous rendez compte ? Quel enfant a fait ça ?
Non mais. Jamais, jamais, c’est une idée de tordu ça, au nom de la
sexualité. Je veux dire, il faut réagir contre la psychanalyse et contre
la psychiatrie psychanalisante, au nom de la sexualité. C’est tout à
fait autre chose, parce que dans la sexualité il y a un véritable
processus, et là aussi qui peut tourner à la mort, qui peut tourner à...
Alors, bien, tout cela que je voulais dire. Alors je continue, c’est pour
ça que une année, je m’étais tellement... (Intervention d’un auditeur)

... Écoute, y a qu’une chose qui n’est pas bien dans ce que tu dis,
dans ton intervention, c’est la manière dont tu as répété beaucoup ? -
c’est vrai, c’est vrai, c’est vrai ? Moi je dis jamais ? c’est vrai, parce
que, en un certain sens ça ne se pose plus à ce niveau. Mais c’était
comme une manière dont tu te réconfortais en me disant ? ah et puis
c’est pas comme tu dis, c’est comme je dis ?. Voire ! Voilà moi ce que
je répondrais : c’est que ... (interruption suite) ... Et tu as dit ? C’est
vrai, c’est vrai... ? - ce qui montrait que tu tenais à cette idée. Alors
si tu tiens à cette idée, moi j’ai, je veux dire, je fais deux réponses à
la fois, mais ces réponses, je tiens à l’une comme à l’autre. Et la
première hélas, a l’air insolente, mais elle l’est pas du tout.

C’est que, à un certain niveau, quand on dit quelque chose que l’on
pense justement, plus ce qu’on dit répond à ce qu’on pense, moins on
peut invoquer une vérité quelconque, puisqu’on en est pas sûr, et
c’est même une seule chose c’est lorsqu’on a perdu les certitudes
qu’on peut dire quelque chose, donc c’est pour ça que... alors je
dirais si quelqu’un me dit comme toi, mais ce n’est que ma première
réponse, si quelqu’un me dit : « ah bien non, pour moi, je n’arrive
pas à penser qu’une ligne de fuite, par exemple, soit essentiellement
vitale et créatrice, j’arrive pas à le croire, je le sens pas comme ça »,
je dirais tout au plus qu’elle a deux têtes : vie et mort, et que tout se
décide à ce moment-là, mais qu’il y a aucune raison de privilégier le
pôle vital sur le pôle mortuaire. Là, ma réponse ce serait, bon, bien,
d’accord, vas dans cette direction, c’est la tienne, je ne peux rien
dire, je peux rien dire. Tout en moi s’offusque à cette idée, mais je ne
peux rien dire. Il n’y a pas lieu d’essayer de montrer que c’est moi
qui a raison si quelqu’un sent autrement que moi.
Le "Je sens" ? je veux dire, il y a un "Je sens" ? philosophique. Le
"Je sens " ? c’est pas seulement J’ai l’impression, c’est qu’il y a un "Je
sens" philosophique qui est comme une espèce de fond des concepts.
Ça veut dire "Bon, bien, ce concept, il ne te plaît pas, même
vitalement, une fois dit que les concepts ont une vie.
Mais en même temps, ma seconde raison, c’est presque - alors
c’est pas un désir de convaincre qui que ce soit, c’est un désir, du
coup - je me dis au moins que ça serve à quelque chose si y a
quelqu’un qui n’est pas d’accord. Qu’est-ce que je répondrais, pour
moi-même ? Pour moi-même, je répondrais ceci avec beaucoup de
gémissements, parce que au point où on en est, si vous voulez, c’est
vraiment les affects. On est pas au niveau simplement des concepts,
on est en plein dans un domaine particulier que j’essayais un peu de
faire pressentir à propos de Leibnitz, à savoir des affects du concept.

Il n’y a pas des concepts qui soient neutres ou innocents. Un


concept est chargé de puissance affective. Or moi quand j’entends
l’idée que la mort puisse être un processus, c’est tout mon cœur, tous
mes affects qui saignent. Car, et c’est pour ça que j’exclue que mort
et vie aient le même statut sur les lignes de fuites, et je ne parlerai
jamais par exemple d’un caractère bipolaire, qui serait vie et mort.
Parce que la mort c’est le contraire d’un processus, là il faudrait
définir processus mieux que je ne l’ai fait, mais je m’en tiens juste à
des résonances affectives exprès.
Pour moi la mort, c’est l’interruption d’un processus. C’est pour ça
que, jamais je ne comprendrai les phénomènes de mort ou de
préparation de mort dans un processus en tant que tel. C’est même
pour ça que pour moi, processus et vie, processus et ligne vitale, ne
font strictement qu’un.
Et ce que j’appelle ligne de fuite, c’est ce processus en tant que
ligne de création vitale. Si on me dit là-dessus, il a nécessairement
pour corrélat la mort, ça peut se comprendre de deux façons
tellement ça devient compliqué. Or les deux façons peuvent presque
théoriquement se rapprocher l’une de l’autre à l’infini, affectivement,
elles s’opposent absolument.

Et je dis que dans ce cas-là, les affects ont plus d’importance


encore que les concepts. À savoir, si je dis : la mort est inséparable
de ce processus défini comme ligne vitale, je peux le comprendre
sous la forme : la mort ferait partie du processus, ce que, en moi, je
refuse de, par goût, pas par... tout s’offense à cette idée, tout
s’offense en moi, et c’est même une idée qui me fait horreur. Ou bien
je comprends tout autre chose, à savoir : mais on a jamais gagné, et
chaque instant cette ligne vitale risque d’être interrompue et le, non
pas le processus, mais sa coupure radicale, c’est précisément la mort.
Or ça, en effet, je ne peux pas le garantir, qu’elle ne sera pas
interrompue par la mort. Ce que je peux demander, ce qui est tout à
fait différent, c’est que tout soit mis en œuvre pour qu’elle ne soit pas
interrompue par une mort volontaire. C’est-à-dire, j’appelle mort
volontaire, sous quelque forme que ce soit, un culte de la mort. Et
par culte de la mort, j’entends aussi bien le fascisme. On reconnaît le
fasciste au cri, encore une fois : Vive la mort ?. Toute personne qui
dit ?Vive la mort ? est un fasciste. Donc, ce culte de la mort peut être
représenté par le fasciste, mais peut être représenté au besoin par de
toutes autres choses, à savoir, une certaine complaisance suicidaire,
un certain narcissisme suicidaire, par les entreprises suicidaires.
Toutes les entreprises suicidaires font partie et impliquent une espèce
de champs de mort, de culte de la mort.

Alors au point où on en est, j’essayerais même pas de te dire... (fin


de la bande)