Vous êtes sur la page 1sur 4

N° 290 \1er trimestre 2011

Chasse & droit

Le maire et la chasse sur sa commune :


quelques aspects juridiques
ANNIE CHARLEZ
ONCFS, Chef de la Mission Conseil Juridique,
Paris.

E
n ce qui concerne le Code géné-
ral des collectivités territoriales,
ancien Code des communes,
cette place est également limitée.
En fait, actuellement, le rôle du maire en
matière de chasse et de destruction des
animaux nuisibles est clairement régle-
menté dans trois domaines principaux :
s l’exploitation de la chasse sur les biens
communaux ; © ONCFS
s la création d’une ACCA sur la commune
et lors de l’enquête publique qui la
précède ;
De nombreux élus locaux – notamment les maires –
s la destruction des nuisibles par le biais, pensent qu’ils ont un rôle important à jouer pour
notamment, de battues communales ; réglementer la chasse sur le territoire de la commune
s la sécurité publique et particulièrement qu’ils administrent ou dans le fonctionnement de
l’usage des armes à feu sur le territoire
communal.
la société de chasse locale. Or, le droit cynégétique
tel qu’il est circonscrit dans le livre IV du Code de
Le territoire de chasse l’environnement laisse une faible place au maire de
communal la commune où se situe une association de chasse,
L’exploitation de la chasse comme nous allons le voir…
sur les biens communaux
n’est pas libre de louer sans respecter les avec ou sans contrepartie, en fonction
Cette exploitation peut se faire gratuite- conditions fixées par le Code civil. En cas généralement de la superficie des biens
ment au profit des habitants de la com- de litige, c’est le juge administratif qui est communaux ou des traditions locales
mune, sous plusieurs formes. compétent pour traiter le dossier, ainsi applicables en la matière.
Tout d’abord, le conseil municipal peut que le rappelle le Tribunal des conflits par
décider de laisser les habitants de la com- décision en date du 4 novembre 1991, L’exploitation de la chasse
mune chasser librement sur l’ensemble dès lors que la décision attaquée est celle à titre onéreux
des propriétés communales, sans autre prise par délibération du conseil munici-
limitation que celle du respect de la régle- pal exécutée par le maire de la commune. Pour autant, la commune peut décider
mentation applicable dans le départe- Par ailleurs, le Conseil d’État rappelle, de louer le droit de chasse sur ses biens
ment. Il s’agit là de l’application la plus dans une décision en date du 14 sep- et pour cela faire par exemple opposition
simple de l’article 542 du Code civil, qui tembre 1994, que : « S’il est loisible à à l’apport de son droit de chasse à
prévoit que les habitants de la commune l’autorité compétente, pour déterminer les l’ACCA créée sur la commune. Dans ce
peuvent bénéficier de l’usage des biens conditions d’utilisation des biens commu- cas, le Conseil d’État précise que : « Les
communaux1. Cette disposition est plus naux ou sectionnaux, de donner à bail le dispositions de l’article 4 de la loi du
particulièrement mise en œuvre dans les droit de chasse sur ces biens, elle ne 10 juillet 19642 ne s’opposent pas à ce
départements où règne encore la chasse saurait, sans méconnaître l’égale vocation qu’un conseil municipal invite le maire à
dite « banale ». de l’ensemble des habitants de la com- formuler une demande de retrait des
Cependant, le maire et son conseil mune ou des ayants droit de la section à terrains faisant partie du domaine privé de
peuvent souhaiter que la chasse soit gérée bénéficier de ces biens, réserver l’usage la commune du territoire de chasse d’une
correctement et non pas laissée sans gratuit du droit de chasse à une personne
1
contrôle. C’est pourquoi, le plus souvent, physique ou morale déterminée, en l’ab- Code civil – Biens communaux – Droits des habitants –
Article 542 créé par Loi 1804-01-25 promulguée le
le droit de chasse sur les biens commu- sence de toute justification tirée de l’inté- 4 février 1804 : « Les biens communaux sont ceux à la
naux peut être apporté à titre gratuit ou à rêt public. » propriété ou au produit desquels les habitants d’une ou
plusieurs communes ont un droit acquis. »
un prix modique à l’association de chasse La commune peut également décider
communale. Mais dans ce cas, le maire d’apporter son droit de chasse à l’ACCA 2
Devenu l’article L.422-13 du Code de l’environnement.

46 > Chasse & droit


N° 290 \1er trimestre 2011

association communale de chasse agréée constitutive de l’ACCA, ainsi que celui qui
auprès du président de l’association, puis fait part de la liste des terrains qui sont
décide de louer ces terrains à une société soumis à l’action de l’ACCA et l’arrêté du
de chasse de droit privé. » préfet qui prononce l’agrément de l’ACCA.
Il est clair que, dans ces circonstances, Toute cette procédure, nécessaire
le prix fixé doit être celui du marché puisqu’il s’agit de réglementer l’usage du
puisque les habitants de la commune droit de propriété, implique de nom-
bénéficieront du produit de la location breuses mesures de publicité qui sont
demandée ; à moins qu’ils ne soient tous donc sous le contrôle et la certification du
admissibles dans l’association sans restric- maire. Mais son rôle dans le fonctionne-
tion. En revanche, cette possibilité ne ment même de l’ACCA peut être actif
concerne pas les propriétaires n’habitant dans le cas où la commune est proprié-
pas la commune, qui ne sont pas cités taire d’un domaine privé chassable. En
par l’article du Code civil. effet, dans ce cas, c’est le maire qui repré-
La commune peut, soit louer ses biens sente la commune avec l’aval du conseil
par adjudication aux enchères publiques, municipal et qui fait la demande prévue
soit louer à l’amiable le droit de chasse par l’article L.422-21-III du Code de l’envi-
sur ses biens (par amodiation), et passer ronnement, ce qui lui permet de partici-
dans les deux cas un bail de chasse de L’arrêté préfectoral fixant la période per à l’assemblée générale de l’ACCA et
droit commun avec l’adjudicataire ou le annuelle de chasse doit être affiché en éventuellement d’être élu comme pro-
locataire. Elle n’est pas tenue de passer mairie et rester consultable librement priétaire non chasseur au conseil d’admi-
durant toute cette période.
par un cahier des charges tel qu’il en © R. Rouxel/ONCFS
nistration. Toutefois, cette dernière
existe un en droit local d’Alsace-Moselle, démarche comporte un certain nombre
et peut donc se contenter de prendre le de risques politiques non négligeables.
modèle proposé par l’ONCFS dans sa Par ailleurs, le maire n’intervient plus
brochure sur le bail de chasse. dans la commune intéressée et le maire dans la validation annuelle du permis de
certifie l’accomplissement de cette chasser et le visa qu’il délivrait a été sup-
La création d’une ACCA mesure de publicité (articles R.222-14 et primé par la loi du 26-07-2000 relative à
15 du Code de l’environnement). Si l’avis la chasse, afin d’alléger les formalités pour
La décision de création selon est défavorable, le préfet n’est pas tenu de les chasseurs. Il n’intervient pas davantage
la procédure B le suivre et a toute légitimité pour mener dans la procédure de fixation des
à bien les formalités de création. périodes de chasse, mais le rôle de certi-
La loi prévoit deux procédures de créa- fication de l’affichage décrit ci-dessus pour
tion d’une ACCA sur une commune : La procédure de création les ACCA se retrouve également pour les
s soit le département est inscrit par arrêtés préfectoraux fixant les périodes de
arrêté ministériel sur la liste des départe- Le maire intervient également dans la chasse et les modalités annuelles de des-
ments à ACCA obligatoires dans toutes constitution de l’ACCA quelle que soit la truction des nuisibles, ainsi que la liste des
les communes (procédure A) ; procédure utilisée (A ou B). Tout d’abord, espèces nuisibles pour le département. Il
s soit l’ACCA est créée à l’initiative des il est chargé de certifier l’accomplissement est également important en cas de sus-
habitants de la commune selon la procé- des mesures de publicité relatives au pension de la chasse par le préfet, pour
dure B dite aussi « au coup par coup ». lancement de l’enquête publique (article gel prolongé par exemple…
C’est dans ce second cas que le maire va R.222-19) en vue de la création de l’ACCA.
avoir un rôle important dans le déclen- Puis, une fois que le dossier d’enquête La chasse et la destruction
chement de la procédure de création. est rempli par le commissaire enquêteur des animaux classés nuisibles
En effet, le lancement de la procédure ou la commission d’enquête, il est déposé
est réalisé par une demande formée par à la mairie de la commune pour être La chasse
60 % des propriétaires de la commune communiqué à tous les intéressés, en
représentant 60 % du territoire rural de la même temps qu’un registre côté et para- En ce qui concerne la chasse, le maire
commune. Cette demande est remise au phé est ouvert pour recevoir les observa- procède à l’affichage de l’arrêté préfectoral
maire de la commune qui la transmet au tions et réclamations des propriétaires et fixant la période annuelle de chasse et
préfet, avec son avis sur ce projet. Dans détenteurs de droit de chasse. veille à ce que l’affiche reste visible et
ce cas, le maire à ce que l’on appelle une L’avis du dépôt du dossier d’enquête consultable librement pendant toute
« compétence liée » et a donc l’obligation fait l’objet de nouvelles mesures de publi- cette période. Il peut également accepter
de transmettre le dossier au préfet. Il n’a cité, par affichage notamment, certifiées que soient affichées les dates de battues
pas le droit de bloquer l’initiative à son par le maire. Le dépôt du dossier en mai- au grand gibier, à titre d’information pour
niveau de responsabilité et, s’il ne trans- rie a lieu pendant dix jours durant lesquels les autres utilisateurs de la nature et pour
met pas le dossier, commet ce que l’on les habitants peuvent formuler leurs des raisons de sécurité évidentes.
appelle un excès de pouvoir qui sera observations, notamment en ce qui
sanctionné par le tribunal administratif. concerne leur désir de s’opposer à Les battues de destruction
Le préfet peut donner une suite favo- l’apport de leur droit de chasse à l’ACCA
rable ou non à la demande qui lui est ou signaler le regroupement de leurs Elles sont de deux sortes :
présentée. Il tiendra compte, bien terres avec d’autres propriétaires sous s celles prévues par le Code général
entendu, de l’avis donné par le maire forme d’un bail ou d’une association. des collectivités territoriales et le Code de
dans sa transmission du dossier. Dans le C’est également sous le contrôle du l’environnement ;
cas d’un avis favorable, le préfet prend un maire et sa certification qu’est réalisé l’affi- s celles qui relèvent du seul Code de
arrêté qui est affiché pendant un mois chage de la convocation de l’assemblée l’environnement par délégation du préfet.

Chasse & droit > 47


N° 290 \1er trimestre 2011

En ce qui concerne les premières, qui Ces battues « déléguées » interviennent « Article L.2211-1 :
visent la régulation des espèces classées dans les communes situées à proximité - Le maire concourt par son pouvoir de
nuisibles, le rôle du maire est principal des massifs forestiers où les cultures sont police à l’exercice des missions de
dans l’organisation des battues commu- menacées périodiquement de destruc- sécurité publique
nales en application du Code général des tion par les sangliers. Article L.2212-1 :
collectivités territoriales et plus spéciale- Enfin, le maire peut recevoir également - Le maire est chargé, sous le contrôle
ment de l’article L.2122-21-9°. Celui-ci délégation du préfet pour ordonner des administratif du représentant de l’État
prévoit que : battues, sous le contrôle et la responsabilité dans le département, de la police
« Sous le contrôle du conseil municipal technique du lieutenant de louveterie, municipale, de la police rurale et de
et sous le contrôle administratif du repré- dans les communes où existent des l’exécution des actes de l’État qui y
sentant de l’État dans le département, le formes d’élevage professionnel menacées sont relatifs. »
maire est chargé, d’une manière générale, périodiquement par les renards. Article L.2212-3 :
d’exécuter les décisions du conseil muni- La liste des communes concernées par - La police municipale des communes
cipal et, en particulier : ces opérations administratives est établie riveraines de la mer s’exerce sur le
[…] 9° De prendre, à défaut des pro- par arrêté du préfet. rivage de la mer jusqu’à la limite des
priétaires ou des détenteurs du droit de eaux. »
chasse, à ce dûment invités, toutes les Les déclarations de piégeage Le maire est cependant limité dans son
mesures nécessaires à la destruction des intervention par les atteintes que ses déci-
animaux nuisibles, de requérir, dans les Le maire intervient aussi dans le cadre sions peuvent apporter, notamment en ce
conditions fixées à l’article L.427-5 du de la destruction des nuisibles par les qui concerne la chasse, au droit de
Code de l’environnement, les habitants particuliers, pour l’enregistrement par ses propriété.
avec armes et chiens propres à la chasse services des déclarations de piégeage des La décision de principe en la matière
de ces animaux, à l’effet de détruire ces populations animales. est l’arrêt rendu par le Conseil d’État (CE,
derniers, de surveiller et d’assurer l’exécu- Là encore, il a compétence liée pour 13-09-1995, commune de Cellieu), par
tion des mesures ci-dessus et d’en dresser cet enregistrement et ne dispose pas d’un lequel la Haute Assemblée a validé l’arrêté
procès-verbal. pouvoir d’appréciation ; il a l’obligation de d’un maire qui avait interdit la chasse à
Par décret du 25-05-2001 n° 2001-450, recueillir la déclaration sur le registre ad moins de 200 mètres des habitations, en
le ministre chargé de la chasse a modifié hoc, contrairement à ce que certains ont raison des altercations fréquentes qui
les dispositions applicables à ces battues pu croire. Le maire de la commune où est opposaient les riverains aux équipes de
administratives communales et limité pratiqué le piégeage appose le tampon chasseurs.
l’intervention des maires à la fois aux de la mairie sur cette déclaration. Il en La Fédération départementale des chas-
seules espèces dont la liste est fixée par remet un exemplaire au déclarant qui le seurs de la Loire avait attaqué l’arrêté
un arrêté du 30 septembre 1988 et, en conserve par-devers lui. Le maire en devant le Tribunal administratif de Lyon,
outre, déclarées nuisibles par le préfet conserve un exemplaire pour publication qui l’avait déboutée par jugement en date
dans son département. à l’emplacement réservé aux affichages du 24-04-1991. Le juge, pourtant vigilant
Avec cette modification, le maire ne officiels. Cet affichage a pour but l’infor- en ce qui concerne les libertés publiques
peut donc plus ordonner de battues de mation des habitants de la commune sur et la protection du droit de propriété, avait
destruction d’espèces protégées telles l’emplacement de la zone de piégeage. relevé l’atteinte à l’ordre public justifiant
que le loup, son pouvoir est cantonné aux une mesure exceptionnelle d’interdiction,
seules espèces qui peuvent faire l’objet La sécurité publique même si elle portait atteinte à l’un des
d’une destruction par les particuliers. droits d’usage du droit de propriété, le
L’intervention du maire est subordon- En la matière, le maire tient son pouvoir droit de chasse. Le Conseil d’État par déci-
née à une mise en demeure préalable du des articles 2211-1 et 2212-1 et suivants sion du 13 septembre 1995 confirmait la
particulier défaillant par LRAR et après du Code général des collectivités territo- décision en soulignant que :
qu’un délai ait été respecté mettant en riales. Ce pouvoir s’exerce sur la totalité du « si la police de la chasse est en vertu
évidence la carence du particulier. territoire de la commune sur laquelle il des dispositions de l’article L.220-1 du
La battue est placée sous l’autorité du est, en vertu de son mandat électif, officier nouveau Code rural (article L.420-2 du
lieutenant de louveterie du secteur. Elle de police judiciaire. Quelques articles Code de l’environnement), de la compé-
peut être sollicitée par des habitants de la sont essentiels dans la détermination du tence du préfet, le maire n’a en l’espèce,
commune victimes de dégâts causés par pouvoir des maires et son étendue compte tenu des atteintes déjà portées à
les espèces classées nuisibles et mal territoriale : la sécurité des habitations de la commune
régulées.
Si le maire refuse d’intervenir, il peut Le maire peut recevoir
dans ce cas engager la responsabilité de délégation du préfet pour
la commune, mais celle-ci ne sera retenue ordonner l’organisation
de battues aux sangliers,
que si les particuliers ont alerté le maire sous le contrôle et
et que ce dernier n’est pas intervenu alors la responsabilité technique
que c’était nécessaire (cf. CAA de Mar- du lieutenant de louveterie.
seille du 11-12-2006 n° 05MA00792). © L. Barbier/ONCFS
Pour les secondes, décidées en applica-
tion de l’article L.427-7 du Code de l’envi-
ronnement, le maire peut recevoir délé-
gation du préfet pour ordonner
l’organisation de battues aux sangliers,
sous le contrôle et la responsabilité tech-
nique du lieutenant de louveterie.

48 > Chasse & droit


de C., ni excédé les pouvoirs de police
qu’il tient des dispositions de l’article
L.131-2 du Code des communes (L.2211-2
du Code général des collectivités territo-
riales), ni pris une mesure disproportion-
née par rapport aux risques encourus par
les habitants en élargissant de 150 à 200
mètres le périmètre interdit à la chasse
autour des habitations. »
Ce pouvoir du maire est également
étendu à la zone littorale, lieu de la chasse
maritime (article L.2212-3). Toutefois, là
encore, l’intervention doit être nécessitée Sur certaines communes littorales, un arrêté municipal restreint la chasse sur le DPM
par une atteinte flagrante à la sécurité et en été, période de forte fréquentation touristique. Ce type de mesure doit cependant
ne peut remettre en cause le droit qu’ont demeurer limité dans le temps et dans l’espace.
© J. Bazus/ONCFS, SD 44
les membres des associations de chasse
maritime d’exercer leur loisir sur les lots de
chasse qui leur sont amodiés par l’autorité certains secteurs de la commune aux l’exécution des travaux nécessaires aux
administrative. véhicules dont la circulation sur ces voies frais du responsable (article L.541-3 du
C’est ainsi qu’un arrêté pris par un maire ou dans ces secteurs est de nature à com- Code de l’environnement) et verbaliser les
d’une commune littorale de Bretagne, par promettre soit la tranquillité publique, soit délinquants en sa qualité d’officier de
lequel l’usage des armes à feu sur le la qualité de l’air, soit la protection des police judiciaire sur l’étendue de sa
Domaine public maritime était interdit, a espèces animales ou végétales, soit la commune.
été annulé, car il ressortait des déclara- protection des espaces naturels, des pay-
tions du maire que le but poursuivi était, sages ou des sites ou leur mise en valeur En conclusion
non pas la sécurité publique, mais à des fins esthétiques, écologiques, agri-
l’interdiction de la chasse (TA de Rennes, coles, forestières ou touristiques ». Le maire dispose d’un certain nombre
26-12-1990, préfet des Côtes-du-Nord). Cette intervention ne peut concerner de pouvoirs qui touchent au droit de la
Le maire a l’obligation, lorsqu’il prend l’ensemble des voies de circulation de la chasse ou de la destruction des nuisibles
une telle mesure, de la limiter dans le commune, c’est ainsi que la Cour admi- et ces pouvoirs sont importants. Cepen-
temps et dans l’espace selon une jurispru- nistrative d’appel de Bordeaux rappelle dant, ils sont limités en ce qui concerne
dence constante du Conseil d’État ; faute par arrêt du 28 mai 2002 que « le maire l’exercice de la chasse au sens large, le
de quoi, sauf circonstances exception- ne peut, pour assurer la protection des préfet étant en fait le maître d’œuvre en
nelles, il commet un excès de pouvoir. espaces naturels, interdire l’accès de véhi- la matière.
Cette sécurité ne s’arrête pas au seul cules que sur certaines voies ou dans Les pouvoirs du maire ne sont le plus
usage des armes à feu, car le maire peut certains secteurs de la commune ; qu’il souvent que la conséquence de l’exercice
également intervenir en ce qui concerne suit de là qu’en interdisant de façon géné- d’autres compétences plus générales ;
la circulation de véhicules à moteurs sur rale et permanente la circulation des nous ne citerons pour mémoire que ses
les chemins ruraux et pour garantir la véhicules à moteur sur toute l’étendue du fonctions d’officier de police judiciaire sur
santé publique des habitants de la territoire de la commune non desservi par le territoire de la commune, qui pour-
commune. une voie bitumée, le maire d’Ance a outre- raient même l’amener à relever des infrac-
Tout d’abord, aux termes de l’article passé les pouvoirs qu’il tient de cette dis- tions à la police de la chasse. Q
L.2213-4 du Code général des collectivités position (article L.2213-4 du CGCT) ; »
territoriales : « Le maire peut, par arrêté Quant aux mesures sanitaires, le maire
motivé, interdire l’accès de certaines voies peut intervenir auprès des chasseurs qui 3
Article L.226-1 : « Constituent une mission de service
public qui relève de la compétence de l’Etat la collecte,
ou de certaines portions de voies ou de laisseraient les déchets provenant du la transformation et l’élimination des cadavres d’animaux
dépeçage de la venaison sur place, sans ou lots de cadavres d’animaux d’élevage de plus de 40
précaution (article L.541-2 du Code de kilogrammes morts en exploitation agricole, outre-mer,
Le maire peut sanctionner les chasseurs ainsi que, en tous lieux, des catégories de cadavres d’ani-
l’environnement) . En effet, ces déchets maux et de matières animales dont la liste est fixée par
qui abandonneraient les déchets
provenant du dépeçage de la venaison doivent, soit être enterrés s’ils sont de décret, pour lesquelles l’intervention de l’État est néces-
faible poids (40 kg maximum), soit, saire dans l’intérêt général. (…) »
sur place, sans précaution.
Article L.226-3 : « Il est interdit de jeter en quelque lieu
©J.-L. Hamann/ONCFS conformément au Code rural, être livrés que ce soit les sous-produits animaux. Les propriétaires
au service de l’équarrissage3 ; ce qui doit ou détenteurs de tous cadavres d’animaux doivent
confier ces derniers à un établissement agréé en vue de
être le cas pour les chasses de grands leur élimination par incinération ou co-incinération. Les
gibiers au cours desquelles de nombreux propriétaires ou détenteurs de matières animales doivent
animaux sont tués. Rappelons que les confier ces dernières à un établissement agréé en vue de
leur élimination ou de leur utilisation. (…) ».
chasseurs deviennent propriétaires de la Article L.226-4 : « Par dérogation à l’article L.226-2, dans
venaison qu’ils ont tuée et qu’ils sont donc les zones de pâturage estival en montagne et en cas de
responsables de l’élimination des déchets force majeure, ou en cas de nécessité d’ordre sanitaire,
constatées par l’autorité administrative, il est procédé à
produits. l’élimination des cadavres d’animaux par incinération ou
Les chasseurs qui laisseraient sur place par enfouissement. L’élimination sur place des cadavres
mentionnés à l’article L.226-1 relève du service public de
ces déchets sont passibles des sanctions l’équarrissage. Il peut également être procédé à l’enfouis-
prévues par l’article R.541-76 du Code sement des cadavres d’animaux familiers et de sous-
pénal, et le maire peut en sa qualité d’au- produits de gibiers sauvages. Les conditions et les lieux
d’incinération et d’enfouissement sont définis par arrêté
torité titulaire du pouvoir de police, après du ministre chargé de l’agriculture et, le cas échéant, des
mise en demeure, assurer d’office autres ministres intéressés. »

Chasse & droit > 49