Vous êtes sur la page 1sur 2

(J -0

II PETER BERGER/THOMAS LUCKMANN PRÉFACE III

Il y a certes diverses interprétations possibles du «Berger A cette opposition lancinante nous avions pris l'habitude
et Luckmann », mais avant toutes choses il nous purge de la de répondre par la sotte distinction: «ou... ou ». D'où l'aspect
tendance paranoïaque (para noien) qui est la nôtre. Ainsi au roboratif d'une analyse qui entend montrer leur synergie. «La,::ii!i5,..
début de la démarche cette invitation à situer la compréhension ré~ d.e If!, }.âe CVlillirlieuDr M...prfsente... à moi comme un
sociologique « quelque part à mi-chemin entre celle de l'homme
~~jn~!.s~~~~~ u~..T~~ue je parta?,;:,;'.~S~esAAlre~"
de la rue et celle du philosophe» (the sociological understanding of Elémentaire n'est-ce pas? Encore 1'àù"f-if que l'on sache tirer les
« reality» and « knowledge » falls somewhere in the middle between that conséquences épistémologiques d'un tel bon sens; en particulier
of the man in the street and that of thephilosopher). Il Y a là une amère
9:~lles-is&l.\es de la conjonction de l'artificialité. objective,\ de
grandeur qui peut nous permettre de savoir rendre compte W ebe~. E n
d'une éthique (ethos) quotidienne sans tomber dans les travers
(D~r _~h;:im' et de la signification subjective propre à ~
d'une morale bien parcimonieuse. Amère grandeur ai-je dit, car èê~s
source 'èI:~ns la logique du «contradictoriel» (S.
. \Lupasco,
.

la sociologie du quotidien, de l'imaginaire ql.}iprend"'sj (L


elle nous apprend qu'avant tout nous sommes redevables à une
G.J2.w:anà)
. trouvera dans ce livre de quoi légitime~a 1 l'
«connaissance commune» (commonsense
knowledge),et que nous démarche.
devons nous effacer devant celle-ci qui est l'ultimaratio de notre
Donc conjonction plus que distinction. On retrouve cette
discipline.
tension paradoxale dans l'entreprise théorique même mise en
Mais il ne s'agit pas là d'un simple état d'âme, car une telle œuvre par les auteurs. D'une part, en guise de garde-fou en
disposition d'esprit permet de saisir toute la force de ce que" quelque sorte, il est rappelé que les «formulations théoriques
.d'une manière neutre, on peut appeler l'interactionisme n'épuisent pas ce qui est réel », ou encore que le fait« d'exagérer
sym~_olique. Il convient de comprendre le symbolisme dans la l'importance de la pensée théorique dans la société et dô:ns
plus large acception du terme: ce qui permet la correspondance l'histoire est une erreur inhérente aux théoriciens ». Avertisse-
avec un environnement à la fois naturel et social. «La réalité ment utile qui permet de relativiser une histoire intellectuelle
comme donnée» (realityasgiven) ouvre de vastes perspectives en qui à force de pureté scientifique risque de devenir autiste. La
parfaite congruence avec.!' it temps. C'est à partir de là connaissance ne se réduit pas à la science; et il est bon qu'une
que l'on peut penser la réversi ilitê~e feed-back, des divers pensée digne de ce nom sache prendre en compte toutes les
éléments de cet ensemble e-P6n appelle société. Une formes de la connaissance sociale sans se prononcer normative-

t phrase des auteurs résume bien le propos: «l'univers


que est conçu comme matrice de toutes les significations ». Lieu
symboli-
ment sur leur validité ou leur non-validité. D'autre part,
P. Berger et T. Luckmann sont loin de se prononcer pour une
. de fécondation et de croissance, elle offre un stock de abdication de l'esprit. Bien au contraire. Au-delà de la
connaissances disponibles qu'il suffit de se partager. C'est là sécurisation des systèmes ou des dogmes, la «reconnaissance

~~
t '
d'ailleurs q l~

bien engen
t
rer dè1a
gie des professeurs Berger et Luckmann
est la plus prcSspective
~ elle montre

ynamique.
que le statique peut très

Ainsi est dépassé le fameux


/.i.J::.; pont aux ânes de la structure et de l'histoire qui obnubila
modérée» des relativités qui constituent nos sociétés est un
appel à l'aventure de la pensée. Ne serait-ce que parce que c'est
une tâche sans fin que d'avoir à se confronter à des situations
dont il faut toujours et à nouveau créer le modèle.
l' 1. pendant fort longtemps la pensée française. Pour nous aider cependant dans cette démarche stochasti-----
14 PETER BERGEWTHOMAS LUCKMANN LE PROBLEME DE LA SOCIOLOGIE... 15
.. "'"

plus pénétrante de son problème central et ses concepts- intellectuel général, et à l' «humew» associée à son
clés, parmi lesquels evrait mentionner en particu- ~ti-idéalisme nietzschéen, en dépit des
lier les concepts d' idéologie» ~es servant d'armes différences de contenu assez semblables à celui de Marx
aux intérêts sociaux) et e« usse~~pensée quant à la forme, a ajouté de nouvelles perspectives sur
qui est aliénée de l'êtresocîm-reer-aû penseur). la pensée humaine comme instrument de combat pour la
La sociologie de la connaissance a été particulière- survie et le pouvoir (7). Nietzsc.!!e a développé sa
ment fascinée par les conce ts marxistes jumelés 1\~~ propre théorie de la «fausse conscience» dans ses ana-
rrJ1rruCt~~ructur" {Unterbau-Ueber[)âûf. lyses de la~ignification sociale de l'illusion et de
ëjëSi"""'i1!~rriêüIrérem~t que la controverse a fait l'auto-illusion, en tant que conditions nécessaires de
rage à propos de l'interprétation correcte de la propre la vie. Le concept nietzschéen de «ressentiment» comme
pensée de Marx. Le marxisme ultériew a tenté d'identi- facteur générateur de certains types de pensée humaine a
fier l'infrastructwe avec la structure tout cowt dont
été directement repris parSçb~ler. Plus généralement,
la superstructwe était alors censée être la réflexion cependant, on peut dire que la sociologie de la connais-,
directe (chez Lénine, par exemple). Il est très clair,
aujourd'hui, que cela représente mal la pensée de Marx,
dans la mesure où le caractère essentiellement mécanique NI~tzsc J a appelé nne
~résenw
. à juste titre l' spécmque
.pplie"lion «~rt de de ~
méfiance»
ce que i '"
plutôt que dialectique de ce type de déterminisme écono- L'historic' ~ articulier celui exprimé par les
mique semble suspect. ,Ç.e gui intéressait Marx était la
œuvres d IheIll~ilth ,.~~~~~e~~~~...La
pe~~~bl!Jl)aine
"--àu sens
créée par l'activi0humaiI?~{le
large-Y- et par les relàtiohs'
travail,
sociales"" 'découlant
sociologie~o
'.

. e (9). Le thème dominant,


del'âCtivité'. "'"l./illfrasf;'~ètûre. '~fhi":.. suî).erstructure 'èm~ a 1 ~s accablant d~' la relati:i~ des
pèrspecbvef' sw les evenements humams)1'est-a-dlI"e le
'son t ffiieyx"" co~prTsès'" qu~~d-;;~'l~~' ~~,it-~~~me ,r(;i-
pect~v~m~~~,., l'activité humaine et le m2Bd~pro.?~.~tp~I~,. ~ê~S~~e ~~~table histo~té.
A

'j'msistance\. h~~~~'is'r;"
~~
~;n"';;~~rnan.t""'7~ilité
~ll~-
cette actIvIté (6). De toutes façons, le" schema fond,~- d':pne comppehenslOn de la sItuatIOn histonque en dehors
mental â'infi~âst:rûCture et de superstructure a été p~~s de ses propres termes powrait aisément être traduite en
..., en charge sous des formes variées 1l~I!o<4a~ociologie de tant qu'accent mis sur la situation sociale de la pen-
., la connaissance; à commencer pa("Sêl1eler.\ et toujours
avec une compréhension de la rela\ton Biîr1iculière entre sée. ~,r~~,~,M"~1?~flE,!Wl.§.~.!)j.ê..i&xiÇ,i§.0§.k~,~~~".«
~tioo..."sj1!!~ti,Q,.~lJe,» (Standortsgeb un den elt,~a déte-
la pensée et une réalité sous-jacènf:ê autre que la
~"" d,ans .la vie» (Sitz im Lében) powraient être
pensée. La fascination du schéma a prévalu en dépit du directe~rnaaülls""êh termes de référence à la «situa-
fait que la majeure partie de la sociologie de la con- tion sociale» de la pensée. Plus généralement,. l'héri-I
naissance a été explicitement formulée en opposition au tage historiciste de la sociologie de la connaissance a'-
marxisme et qu~ les différents points de vue ont été prédisposé cette dernière à s'intéresser à l'histoire et .
adoptés à partir de celui-ci quant à la nature de la
relation entre les deux composantes du schéma. à l'utilisation d'une m~cw.\;;s~!ill~~l~T.;ent
- un fait, accidentelfement,
hii>.!2riq~ ~ I~
qui a également détermme
\\
\r
Les .idées nietzschéennes ont été moins explicitement
sa marginalité dal}..s7>le::~lÎlieusociologique américain. \,
prolong'ées par la sociologie de la connaissance, mais
L'intérêt, chez ~dê)}, pour la sociologie de la
elles appartiennent en grande p~Jie à son ~n
connaissance, et po!n:t~:fe'squestions sociologiques en