Vous êtes sur la page 1sur 4

David VIEL – Le 18 07 2019

Le travail

Je souhaite rétablir la vérité


sur la notion de travail
ou le fait de travailler (« d’être » une personne ; « là »)

Sans objet (ça)


impossible
d’être « là »
ou de ressortir de cet état de « fin » (je ne plaisante pas) ;
si ça vous échappe,
dans ce qui vous est donné à faire,
vous êtes déjà « mort »
ou plus « là » (sans que personne vous le reconnaisse,
puisque ça « marche » comme ça ;
en d’autres termes votre personne sera sacrifiée
pour que le monde puisse continuer à tourner ;
à s’alimenter).

Je peux assurer,
qu’il n’y a pas besoin de payer une personne
pour qu’elle travaille,
du fait d’être « en vie ».
Non dans le sens,
de pouvoir la posséder
ou l’exploiter,
mais belle et bien dans le sens,
et le fait,
que si elle ne travaille pas,
elle finira mal.

En une personne,
il y a des forces
qu’elle peut contrôler
à travers ce qui deviendra sa vie (vécu).

Lorsque je vois une personne se vanter,


tirer une fierté mal placé,
du fait de travailler
vis à vis de celles qui ne travaillent pas,
c’est se faire des idées,
sur le fait,
ou le sens,
d’être courageux.

David VIEL – Le 18 07 2019


Pour moi,
les plus courageux,
ce ne sont pas ceux,
qui ont un travail
mais belle et bien ceux,
qui sont « là »,
en étant sans argent
et/ou sans travail.

D’une,
parce qu’ils ne peuvent rien faire
(impossible de se projeter)
et de deux,
ils ont aucune reconnaissance sociale
mais belle et bien le monde (ça)
sur le dos
sans que ça ressorte.
Et pour moi,
ils ont du mérite ;
celui que ceux qui ont « emploi »
n’ont pas.

Aller faire ce lien en vous,


en étant sans rien
et/ou sans « valeur » (avenir).

Ceux qui ont le poste,


ne sont pas les plus méritant,
mais belle et bien ceux,
qui réagissent le « mieux »
à cette peur de la « rue » (« ruine »).
Sans le réaliser,
eux-mêmes
ils répondent positivement,
à cette suggestion,
de « perte »
vis à vis de ce qui ressort,
pour eux,
comme étant un « gain »
ou un gage de « sécurité ».

Ils se calent,
totalement et entièrement,
sur le système,
qui leur « offre » un avenir
en donnant de leur temps (ça)
et de leur énergie (de soi)
pour faire ce lien en leur personne
= faire tourner,
ce qui est devenu le monde 

David VIEL – Le 18 07 2019


(leur ordinaire).
Et les personnes au « centre »
et/ou « responsable » de ce monde (de ça)
peuvent ainsi « léviter » (rêver leurs vies) ;
ça leur Revient,
ou le monde les supporte (sans même le réaliser).

Je peux assurer qu’une personne d’elle-même


ira travailler.
Il n’y a pas besoin de payer une personne,
et par extension de payer pour avoir une chose.
Si la personne fait rien,
elle tournera mal ;
et personne,
veut mal tourner (ça).
Si la personne a plus
que c’est raisonnable,
pareil …
Elle tournera mal,
et/ou ça n’ira pas ;
et personne veut ça (mal tourner).

Le mal,
est seulement nécessaire,
pour permettre à certain-e-s
d’avoir « + ».
Non pour le réaliser,
mais voir les autres,
l’Autre
réellement leur Revenir,
leur « profiter »,
les servir
= leur sourire, être sans opposition et/ou plus « là » (puisque ouvrir les yeux et/ou leur gueule
pourraient leur coûter « cher » = « + »)

À travers tout achat,


il y a la notion de besoin (ça)
pour faire ce lien
= être « dedans »
et/ou en avoir besoin,
pour se faire « marcher » ;
être « là »
et pas ailleurs (en être « là »,
en soi
et/ou en fait ; de fait).

Sans ça,
il n’y aurait pas de Je ;
personne
et/ou « rien » (pas de lende-main).

David VIEL – Le 18 07 2019


Quel que soi la notion de faire,
il y a l’emploi des deux mains
- Gauche
- Droite

Pôle nord
Pôle sud
= de ça
et de soi,
à travers l’objet,
que la personne est censée
avoir saisi,
pour faire l’à-faire (ce lien).
Je rappelle que la personne
attire (provoque) la matière
qui est devenu son sujet !
Non pour le réaliser,
mais belle et bien « renforcer » son sort (Je).

Une personne est OBLIGÉE de travailler,


sinon elle tournera mal,
et/ou elle ressemblera à rien.
Non pour l’exploiter (en « profiter »)
mais qu’en retour,
plus rien soit PAYANT.
Pourquoi ?
Parce que, pareil !
Elle a concrètement aucun intérêt,
à avoir + que de raison (et ça,
elle doit le réaliser,
à condition de sortir du modèle,
qui est encore pour elle,
le monde et/ou la vie).
Avoir plus que de raison
et la personne tournera mal.
Et personne au fond !
Veut mal tourner (ça).

Titre + Intro

Le travail

Le travail et/ou la dimension travail (sociale)

David VIEL – Le 18 07 2019