Vous êtes sur la page 1sur 17

Classement des Radars

20
Plan du chapitre
 Radar monostatique et bistatique
 Radar primaire et secondaire
 Radar pulsé ou à onde continue
 Radar Imageur ou non‐imageur

10
21
Radar monostatique, bistatique
 Radar classique : radar monostatique
 Emetteur et Récepteur partagent une électronique et une antenne commune. 
 Permet de réduire l'encombrement et les coûts de synchronisation entre 
l'émetteur et le récepteur.
 En contrepartie, seul le signal rétrodiffusé par la cible est reçu par le radar. 
 Radar bistatique : Emetteur et récepteur séparés
 Possibilité de positionner l'émetteur et le récepteur à volonté permet d'explorer 
d'autres configurations de réflexion permettant d'augmenter le volume 
d'informations sur la cible. 
 Utilisation d'une configuration bistatique demande une bonne synchronisation 
entre l'émetteur et le récepteur.
 Configuration multistatique : Un émetteur et plusieurs récepteurs

22
Radar primaire et secondaire
 Radar primaire : le signal hyperfréquence émis est réfléchis 
par la cible puis reçue par le radar même qui en est l'origine. 
 L’écho de cette cible provient directement du signal émis par le radar.
 Intérêt principal: la cible qu'il éclaire reste passive.
 Radar secondaire : la cible qu'il éclaire génère (de façon 
active) les signaux de réponse. 
 Il transmet un signal hyperfréquence. 
 La cible est équipée d'un transpondeur qui les reçoit et les traite. 
 Ensuite, sur une fréquence différente, le transpondeur met en forme 
et émet un message de réponse qui peut être reçu et décodé par 
notre radar secondaire.
 Cette réponse peut être l'altitude, un code d'identification, ou encore 
un rapport de problème à bord comme une panne totale des 
radiocommunications.

11
23
Radar primaire et secondaire
 Radar primaire : informations de direction, de hauteur et de distance de la 
cible, 
 Radar secondaire : informations supplémentaires telles son identification ou 
encore son altitude.
 Radars secondaires : puissance émise plus faible. 
 Pe : tient compte du trajet de l'onde aller et retour dans le cas du radar primaire, mais 
uniquement d'un « aller simple » dans le cas du radar secondaire.
 Puissance nécessaire < 1000 fois pour même portée. 
 Emetteur plus simple, plus petit, et moins cher. 
 Le récepteur peut être moins sensible.
 SSR : secondary surveillance radar est composé de deux éléments : 
 une station sol interrogatrice et 
 un transpondeur embarqué dans l'avion. 
 Avantages du SSR : 
 détermination de l'identité et de l'altitude, en plus de la distance et de l'azimut.
 Beaucoup moins sujet aux parasites que le radar primaire.
 Les inconvénients du SSR sont :
 Il ne convient pas à la surveillance au sol, à cause de la perte de précision introduite par le 
délai de traitement du transpondeur

24
Impulsions ou Onde continue
 Radars à impulsions 
 Emettent des impulsions de signal hyperfréquence à forte puissance. 
 Chaque impulsion suivie d'un temps de silence plus long que 
l'impulsion elle‐même
 Permet la mesure de la direction, distance, hauteur ou altitude
 Radars à onde continue
 Génération d’un signal hyperfréquence continu. 
 Le signal réfléchi est reçu et traité
 Mesure de vitesse, de position

12
25
Imageurs  ou non‐imageurs
 Un radar imageur donne une image de l'objet observé. 
 Cartographie la Terre, les autres planètes, les astéroïdes et les autres 
objets célestes. 
 Militaires : classification des cibles.
 Marine ou aviation civiles 

 Non imageur 
 Les cinémomètres radars 
 Les altimètres. 

Equation Radar

13
27
Plan du chapitre

 Propagation des ondes radar

 Surface équivalente radar et furtivité

 Equation Radar

 Effets des différentes pertes sur la distance détectable

 Exercices

28
Propagation des ondes radar
 La présence du sol et de l'atmosphère modifie les 
performances du radar. 
 Il faut tenir compte 
 des ondes réfléchies par la surface terrestre, 
 de la réfraction et 
 de l'atténuation provoquées par le passage dans les couches 
atmosphériques.

14
29
Propagation des ondes radar
 Effet du sol : Il faut tenir compte de l'effet des ondes 
réfléchies par la surface de la Terre. Ces ondes peuvent 
 arriver en phase avec l'onde directe et dans ce cas, elles viennent 
renforcer celle‐ci, 
 mais elles peuvent aussi arriver avec une phase telle que 
l'interférence soit destructive. 
 Effet de la courbure de la terre : la portée pratique est limitée 
à la zone optique. La distance maximale dmax à laquelle un 
objet situé à une hauteur H peut être vu depuis une antenne 
située à une hauteur h vaut : 

 k  4/3 décrit l'effet de réfraction atmosphérique, R = 6366km.

30
Propagation des ondes radar
 Effet de la réfraction atmosphérique
 L'indice de réfraction de l'air diminue légèrement avec l'altitude
 Cette diminution est liée à la décroissance de la pression. 
 Soit un milieu soit constitué de couches successives d'épaisseur ΔEi 
homogènes, caractérisées par leur indice de réfraction ni décroissant 
lorsque i croit. Descartes donne : 

 provoque une légère courbure du trajet des ondes vers la Terre
 Erreur sur la position de la cible
 Augmentation effective de la portée du radar

15
31
Propagation des ondes radar

32
Propagation des ondes radar

 Effet de l'atténuation atmosphérique 
 Les principaux absorbants des ondes radar dans l'atmosphère sont 
l'oxygène et la vapeur d'eau. 
 La présence de gouttelettes d'eau ou de cristaux de glace va 
fortement augmenter l'absorption atmosphérique particulièrement 
aux plus hautes fréquences. 
 La meilleure solution pour ne pas être trop gêné est de 
travailler à fréquence suffisamment basse pour que la 
longueur d'onde soit nettement supérieure au diamètre des 
particules : dans ces conditions, l'onde est peu atténuée et les 
particules sont en quelques sorte invisibles.

16
33

34
Surface Equivalente Radar
 La SER : propriété physique inhérente des objets indiquant 
l’importance relative de la surface de réflexion d'un faisceau 
électromagnétique qu’ils provoquent. 
 Fonction de la forme de l’objet, de la nature de ses matériaux 
constitutifs ainsi que de la longueur d’onde, des angles 
d’incidence et de réflexion du rayonnement.
 Une cible de SER σ se comporte comme si elle captait  σ fois 
la densité d'énergie dans la quelle elle est baignée et la 
réémettait de manière omnidirectionnelle. 
 Influence sur la susceptibilité d’être détecté par un radar
 En anglais RCS : Radar Cross Section

17
35
Surface Equivalente Radar
 SER : comparaison du signal reflété par la cible avec le signal 
reflété par une sphère parfaitement lisse de section = 1m2 
  = Surface projetée x Réflectivité x Directivité
 Réflectivité : % de puissance rerayonnée 
 Directivité : rapport entre la puissance rayonnée vers le radar et la 
puissance rayonnée par une source isotrope

36
Surface Equivalente Radar

18
37
Surface Equivalente Radar
 SER s’exprime aussi en dBsm : dB relatif à 1m2; par exemple 
10m2 = 10dBsm

38
Surface Equivalente Radar
 SER : dépend fortement de f 
 + f grand ==> + SER importante
 Détection des petites cibles avec des f élevées.

19
39
Furtivité
 But  : diminuer la SER
 Pas l’invisibilité
 C’est la discrétion
 Ne pas être vu à temps
 Comment ?
 Modification des profils 
 Utilisation de matériaux composites 
 Kevlar
 Fibres de carbone
 Passivité
 Nouveau diminuer la STR :
 surface thermique radar
 Car visible par infra rouge

40
Furtivité

20
41
Equation Radar
 L'équation du radar est un bilan des puissances sur le trajet 
aller‐retour d'une onde émise.
 Elle fait intervenir les caractéristiques de : 
 L’émetteur 
 Le récepteur
 Les antennes d’émission et de réception
 La cible
 L’environnement  

42
Equation Radar
 Notation et Rappels: 
 Pt : Puissance transmise 
 Radar impulsion : puissance crête
 Radar continu : puissance moyenne
 Pr : puissance reçue
 Gain d’une antenne : 
 A : surface de l’ouverture de l’antenne
 : efficacité de l’antenne
 Ae : Surface effective de l’antenne
 Gt : gain de l’antenne de transmission
 Gr : gain de l’antenne de réception
 Pour commencer on suppose :
 Pas de désalignement de l’antenne (max en face de la cible)
 Pas de problème de dépolarisation
 Pas de perte atmosphérique
 Pas de désadaptation

21
43
Equation Radar
 Densité de puissance sur la cible avec antenne isotrope

 Pour une antenne directive

 Puissance ré‐emise par la cible

 Densité de puissance au niveau du radar

 Puissance reçue par le radar

 En remplaçant Aer par son expression    

44
Equation Radar
 Si Gt = Gr = G (radar monostatique)

 Une forme de l’Equation Radar

 Si on note 
 Si,min : puissance minimale détectable par le récepteur 
 Rmax : distance maximale de détection

22
45
Equation Radar
 Pertes du système :
 Atténuations internes dans les circuits de l'émetteur et du récepteur. 
Typiquement, elles sont de l’ordre de 1 à 2 dB,
 pertes dues aux fluctuations de la surface équivalente,
 pertes dues au faisceau : dans l’équation du radar, on a supposé le 
gain de l’antenne constant, or ce gain varie pendant le balayage dont 
il faut tenir compte. Cette perte est de l’ordre de 1,5 dB
 Au total environ 10dB
 Clutter (tout objet qui génère des échos de retour parasites)
 Diminution de la distance minimale 

46
Equation Radar
 Radar à impulsion avec n : nombre d’impulsions reçues par la 
cible durant son éclairement, dépend de 
 Ouverture à 3dB de l’antenne (B)
 Taux de répétition : Tr
 Vitesse de rotation de l’antenne

 La détection est faite sur l’énergie reçue par toutes les impulsions
 Effet de « moyennage »
 Amélioration de la distance détectable 

23
47
Portée maximale en présence de bruit
 Origines: internes (mouvement des électrons) et externes 
(captés par l’antenne), passives et actives. 
 Bruit externe 
 Bruit atmosphérique : il est généré par les perturbations 
atmosphériques (orage). Il est négligeable au‐dessus de 50MHz.
 Bruit solaire : il est généré par le soleil. Il augment avec le carré de la 
fréquence. Sa contribution aux fréquences radar est négligeable
 Reste négligeable 
 Interne : 
 Tous les composants électroniques surtout récepteur
 Plus la puissance du signal désiré est faible, plus il est difficile de le 
discerner du bruit (tenter d’entendre un murmure près d’une route 
encombrée est similaire).

48
Portée maximale en présence de bruit

 La capacité d’un radar à surmonter ces nuisances définit son 
rapport signal sur bruit (SNR) : plus le SNR est grand, plus le 
radar peut séparer efficacement une cible des signaux 
parasites alentour.

24
49
Equation radar
 Qualité de la sortie d’un récepteur ==> Rapport signal à bruit 
S/N : 

 Facteur de bruit

50
Equation Radar

 avec Si = Si,min ==>    

 On obtient 

 Radar : + S/N grand ==> + probabilité de détection 
 16dB ==> 99,99% de détection

25
51
Conclusion
 La portée du radar est proportionnelle 
 à l’énergie du signal émis
 à la surface équivalente de la cible.
 Le choix de la fréquence affecte les paramètres suivants :
 Dimension : plus la fréquence est élevée, plus la dimension est petite
 Puissance émise : plus facile pour les fréquences basses
 Grand gain implique des fréquences élevées
 Moins de pertes pour les fréquences basses
 Bruit : faible dans la bande 1‐10 GHz
 La polarisation affecte :
 La réflexion sur le terrain
 La SER des cibles

52
Exercice
 Exercice :Un radar à impulsions émet une puissance crête Pe 
= 1MW à une fréquence de 3GHz. Son antenne a un gain de 
40dB. Un avion de SER = 10m2 se trouve à une distance de 
100km. Déterminez successivement : 
 1) la densité de puissance reçue par l'avion ;
 2) la puissance totale re‐rayonnée par l'avion ;
 3) la densité de puissance rétrodiffusée au niveau du radar ;
 4) la puissance captée par l'antenne du radar.

26