Vous êtes sur la page 1sur 50

RAPPORT DE STAGE :

3ème année Ingénierie des Automatismes et


Informatique industrielle

Réalisation d’un pupitre de visualisation pour


la chaudière 16 Tonnes.

OLANGA OSSILA Caitline Doria 1er Aout-1er Septembre 2018

Encadré par Mr. MENDENE Gabin CDS Electricité Automatisme

1
Nom du stagiaire : OLANGA OSSILA Caitline Doria.
Option : Automatismes et Informatique Industrielle.
Entreprise : Société des Brasseries du Gabon
Date : 1er Aout – 1er Septembre.
Sujet : Réalisation d’un pupitre de visualisation pour la chaudière 16
tonnes.

Introduction:
Ce stage marque la fin de ma 3eme année de formation dans la filière
Automatisme et Informatique industrielle, sous la responsabilité de
Monsieur MENDENE Gabin. Il représente surtout la possibilité de
mettre en pratique les connaissances acquises durant ces trois
dernières années; d’acquérir des méthodes de travail ainsi que la
possibilité d’avoir une responsabilité en entreprise. Il m’a permis de
découvrir le milieu professionnel. J’ai donc effectué un stage sur une
période de un mois à la SOBRAGA Société des Brasseries du Gabon
plus précisément à l'usine de production de Libreville délocalisée
à Owendo.
La SOBRAGA est réputé pour la bonne qualité de sa formation ainsi
que ses installations à la pointe de la technologie. Mon objectif a été
de m’accoutumer à mon nouvel environnement de travail, aux
conditions du terrain et renforcé mes acquis en termes d’expérience.

2
Remerciements :
 Je tiens à remercier, Mr Fabrice BONATTI pour m’avoir permis
d’effectuer ce stage.

 Mr Christopher TATY (responsable automatisme usine) mon


maitre de stage qui m’a apporté son expérience, ses précieux
conseils et sa disponibilité tout au long de ce stage pour la
réalisation de ce projet.

 Mr Gabin MENDENE (chef service électricité automatisme


usine) pour tous ses conseils qu’il a pu me donner chaque jour
et durant les différentes présentations que j’ai pu effectuer.

 Mr Hervé YOUSSOUF (Directeur usine) pour sa disponibilité lors


des différents entretiens et de m’avoir accueilli au sein de
l’entreprise SOBRAGA.

 Mr ESSONE André et tous les membres du service électrique


embouteillage qui m’ont aussi prodigué leurs conseils et pour
l’accueil au sein de ce service.

 Et je tiens également à remercier toute l’équipe du service


Electricité et Automatismes pour le soutien qu’ils m’ont
apporté, leur ouverture d’esprit, et leur bonne humeur.

 Madame Berthe OURA et Madame Patricia BOUGUENDZA.

3
Table des matières :
Remerciements………………………………………………………………………………………………………….............3

Table des matières…………………….………………………………………………………………………………………….4

Chapitre I 5
Présentation de la société 5
Chapitre II 8
Thème du stage 8
Chapitre III 9
Présentation du système étudié 9
Chapitre IV 15
Schémas du circuit électrique de la chaudière 16 tonnes 15
Chapitre V 28
Programme 28
I. Déclaration des variables 29
II. Grafcet…………………………………………………………………………………………………………...29
III. LogicielStep7…………………………………………………………………………………………………….29
1. Configuration…………………………………………………………..…………………………………30
2. Alimentation………………………………………..…………………………………………………….32
3. CPU…………………………………………………………..………………………………………………..32
Chapitre VI 42
i. Synoptique du pupitre 42
Conclusion generale…………………………..………………………………………………………………………………………49

Bibliographie…………………………………………………………………………………………………………………………………..50

4
Chapitre I :
Présentation de la société :

Figure 1: usine d'Owendo

Société des Brasseries du Gabon, a été fondée en 1966 sur l'impulsion


de Pierre Castel et du gouvernement gabonais.
La Sobraga est aujourd'hui un acteur majeur du secteur des boissons
au Gabon et la sixième entreprise gabonaise en termes de chiffres
d'affaires en 2015.

Figure 2:Le Directeur Général, Monsieur Fabrice BONATTI

5
La Sobraga distribue environ 38 marques de boissons alcoolisées et
non-alcoolisées ainsi que d'eau minérale. Elle est connue pour sa
bière phare, la Régab, et produit également sous licence la Castel
Beer depuis 1970, la 33 Export et la Guinness. Elle détient les droits
pour la production et la commercialisation des produits Coca-Cola au
Gabon (Fanta, Coca-Cola, Sprite) et produit également ses propres
sodas comme le D'jino. La Sobraga distribue les eaux
minérales Andza, Akewa ou Aning'eau.

Figure 3:convoyeur de bouteille de l'usine

La SOBRAGA poursuit son importante politique d’investissement dans


ses six sites de productions qui maillent le territoire national. Une
première usine est construite sur la commune de Libreville. Suivent
une usine à Franceville en 1971, une à Port-Gentil en 1972, une
à Oyem en 1976 et une à Mouila en 1983. En 1987, l'usine de
Libreville est délocalisée à Owendo. Des investissements qui
permettent d’inscrire la production de boissons au Gabon dans un
6
processus d’amélioration continue de la qualité, capable de faire face
aux produits importés qui cherchent à pénétrer le marché

Produire Gabonais, produire bien et produire propre ! C’est en


somme le défi que relève la Société des Brasseries du Gabon. Le
succès de cette politique industrielle, c’est le choix d’avoir misé sur la
qualité de boissons produites localement, avec une politique
d’investissements constants sur l’outil de production. Depuis
l’installation de la première brasserie du pays en 1966 à Libreville la
Sobraga n’a cessé d’investir massivement pour agrandir ses
installations, moderniser sa technologie, et garantir une qualité de
boisson arrimée aux plus hauts standards internationaux en vigueur.
Certifiée ISO 9001 : 2008, la société passe avec brio ses audits de suivi
depuis 2009, et prépare les certifications internationales sécuritaires
et environnementale.

Chapitre II :
Thème du stage: Réalisation d’un pupitre de
visualisation pour la chaudière 16 tonnes.

1. SUJET DE STAGE : « Programmer un pupitre siemens pour


visualisation des états des entrées et sorties et messages
d’alarmes de la chaudière à vapeur 16T (Caitline Doria OLANGA
OSSILA) »

Cahier de charge :

7
1. Prendre connaissance du fonctionnement de la chaudière
2. Etudier le schéma électrique de la machine.
3. Proposer un choix d’équipement pour réaliser
l’asservissement voulu.
4. Programmer l’asservissement dans les unités concernées.

Objectif :
L’objectif du stage est de mettre en place un système automatisé qui
récupère les informations d’une chaudière, et les affiche sur un
pupitre de visualisation pour faciliter l’interface homme-machine.

Description :
L’actuel pupitre de visualisation ne nous donne pas assez
d’informations sur l’état de fonctionnement de la chaudière.
C’est donc d’une part dans un souci d’innovation et d’autre part dans
un souci de permettre aux différents utilisateurs de communiquer
avec la machine, que l’on doit concevoir un pupitre de visualisation.
L’environnement standard de programmation à la SOBRAGA est celui
de SIEMENS.
SIEMENS nous apporte une interface de programmation (langage à
contact de préférence) et un logiciel de conception de pupitre.
Différents utilisateurs pourront utiliser le pupitre. Il s’agit de réaliser
un bon outil de supervision et d’assurer le bon fonctionnement de la
chaudière un des acteurs majeurs de la chaine de production.

Moyens utilisés :

8
Les moyens utilisés sont les logiciels Step7 et Wincc flexible de
siemens.
Encadrants de stage :
Monsieur MENDENE Gabin Chef de service Electricité- Automatisme.

Chapitre III :
Présentation du système étudié :
La chaudière 16 tonnes :

Figure 4:synoptique d'une chaudière

La chaudière industrielle qui a fait l’objet de notre étude est de la


marque LOOS INTERNATIONAL de type UL-S. Elle produit de la vapeur
jouant ainsi un rôle important dans la pasteurisation des bouteilles.
9
Le bruleur de fuel :

Figure 5:synoptique du bruleur


Dans le cas des brûleurs au fuel, on trouve essentiellement
des brûleurs pulsés, c'est-à-dire où un ventilateur assure
l'alimentation en air de combustion voire l'évacuation des fumées.
Le brûleur fuel a pour fonction de mélanger, dans des proportions
correctes, l'air comburant et le fuel pour permettre la combustion.
L'alimentation en air est assurée par un ventilateur qui puise l'air
ambiant de la chaufferie.
L'alimentation en fuel est assurée par une pompe qui puise dans le
réservoir. La pompe a également pour mission de maintenir, via un
régulateur, une pression suffisante au fuel pour permettre sa
pulvérisation. L'électrovanne libère le combustible au moment
déterminé par la programmation. Le gicleur assure la pulvérisation du
fuel en des milliards de gouttelettes et le réglage du débit nominal de
fuel. On parle donc de "brûleur à pulvérisation".

10
Le brûleur fuel :

1.Moteur.

2.Boîte de contrôle.

3.Transformateur.

4.Electrodes.

5.Ventilateur.

6.Volute.

7. Déflecteur.

8.Gicleur.

9.Réchauffeur.

11
10. Cellule photosensible.

11. Electrovanne.

12. Pompe et régulateur de pression.

Le réchauffeur de fuel :
En augmentant la température du combustible avant sa pulvérisation,
le réchauffeur a pour objectif :

 de diminuer la viscosité du fuel et donc d'améliorer sa


pulvérisation et donc sa combustion,

 d'atténuer les variations de viscosité du fuel liées à la


température de stockage et aux caractéristiques du fuel acheté.

L’alimentation en air :
L'air nécessaire à la combustion est amené dans le brûleur au moyen
d'un ventilateur centrifuge. Ce ventilateur doit assurer le débit d'air
nécessaire à la combustion en vainquant la résistance que
rencontrent l'air jusqu'à la flamme, la résistance que rencontrent la
flamme et les fumées dans la chambre de combustion.
Le ventilateur tournant à vitesse constante, un registre d'air permet
de régler le débit d'air garantissant une combustion correcte pour
une situation donnée (il faut 10 ou 12,5 m³ d'air pour brûler 1 litre de
fuel). Ce registre peut être installé à l'aspiration ou au refoulement du
ventilateur.

12
Si le brûleur ne possède ne possède qu'une seule allure et donc
fonctionne à un seul niveau de puissance, le volet garde une position
fixe parce que la quantité de fuel éjectée par le gicleur est constante :
le bon rapport entre air de combustion et combustible ne change pas.
Par contre si le brûleur possède deux allures ou est modulant, la
position du clapet est adapté pour maintenir la bonne quantité d'air
au niveau de combustible injectée.

La tête de combustion :
La tête de combustion du brûleur est constituée d'un embout ou
gueulard qui guide la flamme. Celle-ci est allumée au moyen
d'électrodes alimentées en haute tension, créant un arc électrique.

La flamme est maintenue en position grâce au déflecteur ; le flux d'air


autour de ce dernier crée une dépression qui maintient la flamme en
position.

13
Le réglage de la tête de combustion, c'est-à-dire des distances (a et b)
entre le gicleur, le déflecteur et l'embout, est essentiel au bon
fonctionnement du brûleur en répartissant les débits d'air primaire
(passant au centre du déflecteur) et d'air secondaire (passant à la
périphérie).

Cellule photorésistante :
Elle assure la détection de la flamme de fuel, en réagissant
directement avec la lumière émise par la flamme.
Cette réaction instantanée permet la commande rapide du système
de sécurité.
Dispositif de sécurité :
Un contrôle continu de la flamme du brûleur est nécessaire pour
arrêter ce dernier immédiatement en cas de défaut :

 si la flamme n'apparaît pas quand le combustible est libéré,

 si la flamme disparaît en cours de fonctionnement,

14
 si une flamme parasite apparaît alors que le brûleur est en
phase de démarrage.

De plus, le défaut doit être signalé par une alarme, qui avertit un
technicien chargé du dépannage.
Le but est d'éviter de pulvériser du fuel dans une chaudière sans le
brûler. On risquerait d'inonder le foyer (et même la chaufferie) et
l'allumage intempestif pourrait provoquer une explosion.

Chapitre IV: Schémas du circuit électrique de


la chaudière 16 tonnes :

Le schéma électrique nous permet d’avoir une bonne lecture sur les
communications existantes entre les différents composants de la
machine. Avant de commencer l’analyse il a fallu tout d’abord
apprendre les différentes règles sur la lecture d’un schéma électrique
comme celle des références des pages afin de s’assurer de faire les
liens entre les différentes sorties se trouvant sur une page A et les
entrées se trouvant sur la page B. Une fois l’acquisition des
différentes règles, nous avions pu passer à l’analyse du schéma
électrique de la chaudière, et ainsi de comprendre les liaisons entre
l’automate et les actions effectuées par la machine.

15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
Chapitre V : Programme

I. Déclaration des variables :


Dans notre cas nous ne ferons que ressortir les différents états de la
chaudière 16 tonnes de ce fait nous n’aurons que des entrées tout ou
rien au niveau de notre automate.

Symboles : Désignations : Type

Arret Bouton arrêt Booléen

K281 Clapet d’air Booléen

K284 Défaut bruleur Booléen

K56 Disjoncteur bruleur Booléen

S51 Clapet ouvert Booléen

S52 clapet fermé Booléen

K13 Commande bruleur Booléen

KA Vanne gaz Booléen


allumage1 et 2

KB Vanne fuel Booléen

B59 Détecteur de Booléen


flamme

K5 Moteur bruleur Booléen


28
K230 Chaine de sécurité Booléen
fuel

K46 Réchauffeur de fuel Booléen

II. Grafcet de la chaudière:


II.1 Grafcet niveau 1 :

29
III. Logiciel Step7 :
Step7 permet l’accès de base aux automates siemens. Il permet
de programmer individuellement un automate (en différents
langages). Il prend également en compte le réseau des
automates, ce qui permet d’accéder à tout automate du réseau
(pour) le programmer), et éventuellement aux automates de
s’envoyer des messages entre eux.

1. Configuration prévue
La configuration effectuée permet de déterminer l'agencement
des modules dans le support.

30
31
2. Alimentation :
Bien que l’insertion du module d’alimentation dans la
configuration soit optionnelle nous avons choisi de
prendre une alimentation de 5 A. Il peut aussi
fonctionner en 24 V directement.

3.CPU :
La CPU est sélectionnée et insérée à l'emplacement n°2 il
s’agit de la CPU-314.

32
33
34
35
36
37
38
39
40
41
Chapitre VI : Synoptique du pupitre :
1. winnCC flexible :
WinCC est le logiciel phare de Siemens permettant de
créer des interfaces homme-machine sur pupitre (IHM)
ou sur écran.

42
43
Sur cette première vue du pupitre nous pouvons observer en
temps réelle tout ce qui se passe à l’intérieur de la chaudière
pré ventilation, pré flamme, flamme…

2. Les séquences de fonctionnement du brûleur de la chaudière :


Les séquences de fonctionnement d'un brûleur sont les suivantes :

 Pré ventilation ou pré balayage : mise en marche du moteur du


ventilateur pour amorçage du tirage de la cheminée, évacuation
éventuelle de gaz dans le circuit des fumées. Pour les brûleurs
de plus de 300 kW, le pré balayage s'effectue à l'aide du
ventilateur et dure au minimum 30 secondes. Pour les brûleurs
de moins de 300 kW, le pré balayage peut se faire par tirage
naturel vers la cheminée, avec une durée minimale de
5 secondes.

 Préallumage : simultanément mise sous tension du


transformateur.

 Mise à feu : quelques secondes après, ouverture de


l'électrovanne du fioul.

44
 Post-allumage : pour permettre à la flamme de se stabiliser,
l'étincelle est maintenue un court instant après l'apparition de
la flamme.

45
 Régime de fonctionnement : après l'apparition de la flamme,
mise hors tension du circuit d'allumage.

 Arrêt : dès satisfaction des besoins calorifiques, arrêt du brûleur


par mise hors tension du moteur du ventilateur et de
l'électrovanne.

46
Sur cette deuxième vue nous pouvons observer les étapes en
temps réelle, ainsi que la signalisation des différents états de la
chaudière signaler par des voyants.

47
Exemple: suite à un problème au niveau de la chaudière
pendant la combustion (étape 6), notre pupitre nous informe
d’un défaut au niveau de la chaudière, qu’elle est en arrêt et
que la chaine de sécurité est activée.

Conclusion Générale:
48
Durant cette période de stage, il m’a été confié de réaliser un pupitre
de visualisation, une interface homme-machine pour la chaudière 16
tonnes. En effet j’ai eu des difficultés de suivi du processus de
fonctionnement de la chaudière.
Afin de réaliser ce projet, plusieurs solutions ont été proposées. Le
choix de la solution la mieux adapté s’est effectué en concertation
avec mon encadrant. Travailler sur ce projet a été une mission
d’envergure de par le caractère sensible de la chaudière. Le bilan
concernant les objectifs du stage est plutôt positif. En ce qui
concerne mon expérience personnelle, je suis pleinement satisfaite
de ce stage. J’ai eu la chance de me retrouver au sein d’une équipe
dynamique, ce qui a grandement facilité la tâche. Travailler dans le
service Electricité et automatismes m’a permis d’avoir une grande
polyvalence dans mes actions sur le terrain. J'ai pu aborder les
domaines aussi varié que les services généraux, la qualité, la
métrologie et l’embouteillage.

REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUE

49
 Documentation formation, manuel SIEMENS S7
Maintenance.

 Documentation formation, manuel SIMATIC HMI WinCC


flexible 2008

 Documentation technique, schéma câblage électrique


chaudière 16 tonnes.

 Documentation technique, synoptique de la machine.

50