Vous êtes sur la page 1sur 23

Soupape d’équilibrage et de freinage

Soupape de freinage.

Définition :
Les soupapes de freinage, ont pour fonction de
contrôler une charge motrice reliée à la machine à
commander.

-Le système est à tiroir clapet.


-Le pilotage est externe par -X-.
-La soupape possède un système de décompression.

Ces particularités confèrent au dispositif les


qualités suivantes :

-Le système est étanche à l’arrêt.


-L’ouverture de la soupape se fait sous basse
pression.
-L’appareil est progressif à l’ouverture.

Description

8 L’appareil comprend un tiroir à clapet -1- dont la


fonction est double :

1 1- il est étanche à l’arrêt par appui du clapet


sur son siège et assure l’immobilisation de la
charge pendue en position sans fuite.
2 2- Il régule la descente du vérin sur ses fentes
de progressivité en contrôlant la charge menante.

4 Dans le tiroir clapet -1- une petite bille -2- est


maintenue en position fermée sur son siège par un
léger ressort -8- lorsque l’appareil est au repos. Ce
système va constituer ce qu’on nomme le
décompresseur.

6 Sous la bille de décompression -2-, vient prendre


appui l’extrémité du piston de déverrouillage -4-
piloté extérieurement par le canal -x-. L’huile de
5 pilotage traverse un filtre -6- en métal fritté, le
gicleur de stabilisation -5- est protégé contre les
colmatages.

Origine http://www.bucherhydraulics.com/

Soupape de freinage à tiroir de régulation.

Branchement et fonctionnement :
Figure1 :

Hydraulique Page 1
Soupape d’équilibrage et de freinage

Figure2 :

La figure2 représente le branchement d’une soupape de freinage pour le contrôle d’une


charge motrice placée à l’extrémité d’un vérin monté verticalement.

Hydraulique Page 2
Soupape d’équilibrage et de freinage

a) position arrêt :

Le distributeur 4voies/3positions à commande électrique est en -H- (en position repos) : les
orifices -A- et -B- communique avec le réservoir.
De ce fait, en examinant les manomètres placés sur le circuit, on constate les valeurs
suivantes :

M1 : 80 bars créés par la charge


M2, M3 : 0 bar
Le tiroir clapet est maintenu fermé sur son siège par l’action du ressort -3- taré à environ 20b
auquel s’ajoute la pression statique de la charge. Dans les mêmes conditions, la bille -2- est
fermée sur son siège par le ressort -8- et la pression de la charge.

Le système est étanche et garantie le blocage de la charge en position sans fuite.

b) Descente du piston du vérin.

Le distributeur 4voies 3positions à commande électrique est excité en position croisée


(-P- vers -B- et -A- vers -T-)

La pression augmente coté -S2- du vérin et simultanément dans le canal -x- de pilotage de la
soupape de freinage. Lorsque celle-ci arrive à vaincre la faible raideur du ressort -8-, le piston
de déverrouillage lève la bille -2- de son siège et met en communication la boite du ressort -3-
avec le réservoir. La pression chute pratiquement à zéro au-dessus du tiroir clapet -1-. Cette
partie du cycle de fonctionnement s’appelle la phase de décompression. Le tiroir clapet n’est
pas encore ouvert et la pression de pilotage continue à monter dans le canal -x-.

Lorsque celle-ci devient plus forte que le ressort -3- (environ 20bars), le piston de pilotage -4-
prend appui sous le tiroir clapet -1- et lève celui-ci de son siège, à ce moment-là, le passage
du fluide est autorisé de -C- vers -A- dans la soupape de freinage et le vérin amorce son
mouvement de descente.

Le fluide est contrôlé sur les fentes de progressivité du tiroir clapet -1- et assure le contrôle de
la charge motrice -C- placée à l’extrémité du vérin. La vitesse de descente du piston dépend
uniquement du débit admis dans la section -S2- du piston.

Pendant la descente du piston, nous lisons sur les manomètres les valeurs suivantes :
M1= 120b (valeur de la charge -C- plus 20 x 2)
M2 = 20b (valeur du ressort -3-)
M3 = 0b

Si l’on modifie la valeur de la charge à 30b, par exemple, nous lisons sur les manomètres les
valeurs suivantes :

M1 = 70b (valeur de la charge -C- plus 20 x 2)


M2 = 20b (valeur du ressort -3-)
M3 = 0b
On vérifie aisément que le bilan énergétique est plus favorable que dans le cas d’une soupape
d’équilibrage car la pression de pilotage reste constante à 20b environ quelle que soit la
charge à contrôler.

Hydraulique Page 3
Soupape d’équilibrage et de freinage

Soupape antichoc et soupape de freinage combinés :

2 3 5
6 4
x A
1

Figure3 :
Soupape de freinage et antichoc Sun hydraulics

La figure3 représente un exemple de technologie et de fonctionnement d’une soupape


antichoc et de freinage combinés, dans sa conception à action directe.

a) Description :

L’appareil se présente sous la forme d’une cartouche comprenant les éléments suivants :
-Un clapet anti-retour -1- avec son léger ressort de rappel -2-.
-Un piston à action différentielle -3- ajusté coulissant dans le corps de la cartouche -5-. Ce
tiroir possède deux sections actives :

-Une section -S1- en liaison avec l’orifice -B- branché sur l’alimentation du vérin coté charge
à contrôler.

-Une section -S2- en liaison avec l’orifice -x- de pilotage branché sur le coté opposé de la
charge à contrôler (pilotage externe).

L’ensemble de la cartouche est muni de joints assurant l’étanchéité du système au repos et en


régulation.

b) Fonction antichoc :

La fonction antichoc figure4 est assurée à l’arrêt du système par l’action de la pression -Pb-
agissant sur la section -S1- du tiroir -3-. Lorsque la force hydraulique engendrée sûr -S1-
dépasse la valeur -F- du ressort -4- le piston -3- se déplace vers la gauche entraînant le clapet
-1- lorsqu’il est en contact de la butée de réglage -6- le tiroir -3- s’écarte du clapet -1- et
autorise le passage du fluide de -B- vers -A-. On protège ainsi le vérin de toutes surcharges
accidentelles à l’arrêt de celui-ci.

Hydraulique Page 4
Soupape d’équilibrage et de freinage

S2

S1

Figure4 :

Fonctionnement en antichoc

Hydraulique Page 5
Soupape d’équilibrage et de freinage

c) Fonctionnement rentrée tige :

Le fluide issu de la pompe franchit librement la soupape de -A- vers -B- en ouvrant le clapet
anti-retour -1- à la valeur de la pression de charge plus celle du léger ressort -2-.
Le vérin rentre et l’huile cotée fond du récepteur s’achemine vers le réservoir.

Figure5 :

Fonctionnement en montée

Hydraulique Page 6
Soupape d’équilibrage et de freinage

d) fonctionnement sortie tige contrôlée :

S2

S1

Figure6 :

Fonctionnement de descente contrôlée.

Le fluide issu de la pompe s’achemine côté fond du récepteur. Une pression de pilotage -Pp-
prend naissance et agit sur la section -S2- du tiroir de régulation -3-. À cet instant la force
créée par la charge -PC- s’applique sur la section -S1- et s’ajoute à celle créée par la pression
de pilotage sur la section -S2-. Lorsque celle-ci dépasse la raideur du ressort -4- le piston de
régulation -3- se déplace vers la gauche entraînant le clapet -1- qui vient en contact avec la

Hydraulique Page 7
Soupape d’équilibrage et de freinage

butée de réglage -6- dès lors le tiroir -3- s’écarte du clapet -1- et autorise le passage du fluide
de -B- vers -A-. Le vérin sort en contrôlant sa charge motrice.

Soupape de freinage de fabrication Rexroth :

Figure7 :

Origine Rexroth http://www.boschrexroth.

Hydraulique Page 8
Soupape d’équilibrage et de freinage

Description :

La soupape de freinage représentée par la figure7 se compose essentiellement du corps -1- du


clapet principal -2- du tiroir auxiliaire -3- du piston de pilotage -4- du piston de traction -5- et
du gicleur d’amortissement de commande-6-.

Elle assure les fonctions suivantes :


-Clapet de non retour piloté, sans fuite
-Régule le débit sortant (B→A) en fonction du débit qui alimente le récepteur.
-Valve by-pass, parce que le débit est libre de (A→B).
-Soupape anti choc lorsqu’elle est équipé du limiteur de pression à action directe.

Contrôle de la charge (rentrée du vérin) :


Le solénoïde -a- de l’électro distributeur est
alimenté et positionne le tiroir en (flèches
croisées) le fluide s’écoule de P→B et de
A→T

Le débit sortant du vérin traverse la soupape


de -B- vers -A- pour retourner au réservoir
Le débit de la pompe hydraulique alimente la
section annulaire du vérin et l’orifice de
pilotage -x- de la soupape de freinage.

Le rapport pression de pilotage à l’orifice -x- /


la pression de charge à l’orifice -B- est de 1/20
Se qui signifie que lorsque la pression dans la
chambre annulaire du vérin atteint 1/20ème de
la pression de charge, pré ouverture du clapet
principal s’effectue, le tiroir auxiliaire -3- se
trouvant à l’intérieur du clapet principal -2- se
soulève de son siège. Provoquant
simultanément l’interruption de l’alimentation
sous pression de la chambre -8- et la
décomprime au réservoir. La force qui
maintien clapet principal -2- plaqué sur son
siège n’est plus liée à la pression de la charge
qui règne à l’orifice -B- mais uniquement à
celle de son ressort de rappel.

La position du piston de pilotage -4- est


maintenant la suivante la face avant s’appuie
sur le clapet principal -2- et bute sur le piston
Figure8: de traction -5- . La pression qui règne à
l’orifice -x- nécessaire au pilotage, pour
l’ouverture du clapet principal -2-, est influencé principalement par la force du ressort logé
dans la chambre -9-

En fonction de la course du piston de pilotage -4- cette pression varie de 20bar en début
d’ouverture pou atteindre 50bars pour l’ouverture complète.

Hydraulique Page 9
Soupape d’équilibrage et de freinage

Remarque :

Deux vérins montés en parallèle à guidage


forcé ne peuvent pas être équipés de deux
valves d’équilibrage à clapet séparées, car un
synchronisme et, par suite, des pressions
égales ne seraient garanties.

La solution consiste à équiper chaque vérin


d’un clapet anti-retour piloté avec drainage
externe (type SL) et de disposer une seule
soupape de freinage sur la même conduite.

Attention
Pour garantir le bon fonctionnement il est
indispensable que les C-A-R pilotés soient
ouverts avant la soupape de freinage.
Pour cet exemple on dispose de 20bar
maximum de pression de pilotage, parce que
le tiroir de régulation de la soupape de
freinage commence à s’ouvrir à partir de
20bar

Figure9 :

La figure10 représente un clapet anti-retour


piloté avec clapet de décompression. Ces
appareils sont des appareils de sécurité ils
sont généralement montés sur l’organe de

5 2 position. Afin d’éviter toute interposition de


canalisation.

Le libre passage s’effectue de l’orifice -A-


vers l’orifice -B-. Il est bloqué de -B- vers A-

Il se compose essentiellement du corps -1- du


1
clapet -2- du ressort de rappel -3-, du piston
de pilotage -4-, du clapet de décompression
-5- qui assure la pré ouverture.
Pour que la valve puisse être ouverte par le
piston de pilotage -4- il est nécessaire que la
pression de pilotage remplisse les conditions
d’équilibre de pression qui agissent sur tous
les éléments constitutifs du clapet.
Figure10 :

Hydraulique Page 10
Soupape d’équilibrage et de freinage

Conditions d’équilibre à l’ouverture :


Équation d’équilibre à l’ouverture :

-S1=section annulaire
-S2=section piston
Px -S3=section du clapet
-S4=section piston de pilotage
-S5=section clapet de décompression
-S6=section tige de poussée
-S7=section annulaire piston de
pilotage (S4-S6)
Py
Pendant la décompression
Pp PA S 6  Pch S5  Py S 7S 4 S 2 S1S5

Sans décompression
Pp PA S 6  Pch S3  Py S 7S 4 S 2 S1S3

Pendant le mouvement
Pp Pch S 6  Py S 7S 4 S 2 S1S 6

Exemple :
S1=100cm², S2=200cm², S3=3,46cm²,
S4=10,17cm², S5=0,7cm², S6=1,13cm²
S7=S4-S6=9,04cm²
Pch=100bar, PA=3b, Py=1b

Figure11 :

Pression de pilotage au moment de l’ouverture du clapet de décompression


[(3x1.13) + (9.04x1) + (100x0.7)] / [10.17 - (200/100x0.7)] = 9.4bar

Pression coté tige


PS1= Pch + (PXxS2/S1)
PS1= 100 + (9.4x200/100) = 118.8bar

Pression de pilotage au moment de l’ouverture du clapet sans décompression


[(3x1.13) + (9.04x1) + (100x3.46)] / [10.17 - (200/100x3.46)] = 110.3bar

Pression coté tige


PS1= Pch + (PXxS2/S1)
PS1= 100 + (110.3x200/100) = 320.6bar

Pendant le mouvement
Pp=[(100x1.13)+(9.04x1)]/[10.17-(200/100x1.13)]=15.43bar

Pression coté tige


PS1= Pch + (PXxS2/S1)
PS1= 100 + (15.43x200/100) = 130.85bar

Hydraulique Page 11
Soupape d’équilibrage et de freinage

Conclusion
Lorsque le contrôle d’une charge entraînante est réalisé au moyen d’un limiteur de débit et le
blocage de la charge est effectué par un clapet-anti-retour piloté il faut être particulièrement
attentif aux effets multiplicateurs de pression créée par la pression de pilotage et le rapport des
sections du vérin.

Pour simplifier

Si le limiteur de débit est placé après le clapet anti retour il faut utiliser un appareil drainé
externe comme représenté par la figure11.

Si le limiteur de débit est implanté entre le vérin et le clapet anti retour il faut utiliser un
appareil drainé interne comme représenter par la figure12.

Figure12 :

Hydraulique Page 12
Soupape d’équilibrage et de freinage

Soupape de freinage de fabrication Montanhydraulik

Figure13 :

Origine Montanhydraulik http://www.glueckauf-hydraulik.de/

Principe de fonctionnement de la soupape de freinage Montanhydraulik :

Position blocage

En position repos les clapets anti-retour sont maintenus plaqué sur leur siège respectif par les
ressorts de rappel -FR1- pour le clapet principal et un léger ressort pour le clapet de
décompression -S4-. Ce qui interdit l’écoulement du fluide de l’orifice -B- vers, l’orifice -A-.
Le piston de régulation est repoussé en arrière par le ressort -FR2-. Libérant le passage vers le
clapet anti-retour, pour permettre l’écoulement de l’orifice -A- vers l’orifice -B-.

80 NG 30 62 NG 20

Face Av tiroir régulation S1= 7.07cm² S1= 3.14cm


Section d’équilibrage S2= 6.97cm² S2= 3.03cm²
Section C-A-R S3= 4.15cm² S3= 4.15cm²
Section clapet décomp S4= 0.28cm² S4= 0.28cm²
Section piston de pilote S5= 9.08cm² S5= 6.16cm²
S5+S2-S1=S6 S6= 8.98cm² S6= 6.05cm²
Cx= 100mm Cx= 88mm
Cy= 16mm Cy= 14mm
Cz= 60mm Cz= 44mm
FR1=Øext37mm, Øfil5mm, Lg=73mm, Nb5 FR1=Øext28mm, Øfil4mm, Lg=50mm, Nb6
FR2=Øext43mm, Øfil6mm, Lg=123mm, Nb7 FR2=Øext32mm, Øfil5mm, Lg=100mm, Nb6

Hydraulique Page 13
Soupape d’équilibrage et de freinage

Position régulation (début d’ouverture)

Figure14 :

L’écoulement de l’orifice -B- vers l’orifice -A-, est contrôlé par le tiroir de régulation, qui se
déplace vers la gauche en direction des clapets anti-retour de blocage. Dans un premier temps,
il provoque l’ouverture du clapet anti-retour de décompression -S4- dès lors le fluide passe le
long de la tige de poussée du clapet de décompression au travers du clapet principal, et
alimente via le canal percé dans le tiroir de régulation la section d’équilibrage -S2-.

Les forces hydrauliques agissant sur le tiroir de régulation s’équilibrent car les sections -S1- et
-S2- sont quasiment identiques.

Dans un second temps le tiroir de régulation déverrouille le clapet principal, autorisant ainsi le
passage de -B- vers -A-. L’écoulement du fluide est maintenant contrôlé par les fentes de
progressivités usinées dans le tiroir de régulation. La section de passage varie en fonction de
la course du tiroir.

La pression de pilotage agit sur la section -S5- du piston de pilotage et comprime dans un
premier temps le ressort -FR2- puis lorsque la face avant du tiroir de régulation appuie sur le
clapet principal -S3- la force du ressort -FR1- s’ajoute, la pression pilote est maintenant liée à
la somme des forces des deux ressorts FR1 + FR2.

Ressort du piston de régulation : Øext= 43mm, Øfil= 6mm, long=123mm, Nb de spires 7


Ressort du clapet anti-retour : Øext= 37mm, Øfil= 5mm, long=73mm, NB de spires 5
Course du tiroir pour aller en début d’ouverture Cy =16mm
Compression du ressort du piston de régulation pour aller en début d’ouverture Cx=100mm
=16mm+(123mm-100mm)=39mm
Compression du ressort du clapet anti-retour pour aller en début d’ouverture Cz=60mm
= (73mm-60mm)=13mm

Force du ressort du piston de régulation à l’ouverture : (39x8000x64)/ (8x7x373)= 142daN


Force du ressort du clapet anti-retour à l’ouverture : (13x8000x54)/ (8x5x323)= 49daN
Force totale (pression nulle à l’orifice -B-), à l’ouverture : 142+49= 191daN
Pression de pilotage en début d’ouverture : 191/9.08= 21 bar.

Hydraulique Page 14
Soupape d’équilibrage et de freinage

Les résultats trouvés indiquent qu’il faut environ 21 bars de pression de pilotage pour
décoller le clapet principal -S3- de son siège sans tenir compte du frottement des joints
d’étanchéité.
Course du tiroir de régulation 36mm
142/39=3.64daN/mm Ft=3.64x(23+36)= 215daN
49/13=3.77daN/mm Ft=3.77x(20+13)= 124daN
Pression de pilotage maximum
(215+124)/9.08≈ 38bars
Pression de pilotage minimum
3.64x23= 9bars.

Figure15 :

Pression de pilotage/course du tiroir de régulation

Influence des pressions de charge, et de retour.

Equation d’équilibre à l’ouverture

Pression de pilotage = [FR1 + FR2 + ((S1-S2) x Pb) + (S6 x Pa)] / S5


Avec écoulement = 142 + 49 + ((7.07 - 6.97) x 100) + (8.98 x 4) / 9.08 = 26bars

On va considérer maintenant que le ressort de rappel du tiroir de régulation est cassé


Avec écoulement = 49 + ((7.07 - 6.97) x 100) + (8.98 x 4) / 9.08 = 10.5bars.
Seulement 10.5bars sont nécessaire à la commande du début d’ouverture du clapet principal
avec une pression à l’orifice -B- de 100bars, et 4bars à l’orifice -A-.
Si ces pressions diminuent en fonction des conditions de fonctionnement il faudra encore
moins de pression de pilotage.

Hydraulique Page 15
Soupape d’équilibrage et de freinage

Contrôle de charge motrice par soupapes de freinage

Dépose de la superstructure d’une grue automobile

L’opération est réalisée en deux phases :

1ère la flèche est descendue jusqu’au sol par le vérin de manœuvre la vitesse de rentrée
(descente) est contrôlée par la soupape de freinage 80/NG30. Lorsque la roue placée au
sommet de la flèche touche le sol le mouvement est arrêté, l’axe de verrouillage de
l’équipement sur la charpente est maintenant retiré.

2ème la descente de la superstructure s’opère en sortant le vérin de manœuvre. La vitesse de


sortie est contrôlée par la soupape de freinage 62/NG20. Lorsque la position basse est atteinte
le mouvement est interrompu et bloqué par le clapet anti retour de la soupape de freinage.

Figure16 :

Hydraulique Page 16
Soupape d’équilibrage et de freinage

La manœuvre étant exceptionnelle est délicate la vitesse de manœuvre est réduite la pression
maximale atteint 350bars coté section annulaire lorsque l’équipement est au sol.

Nous allons calculer :

1ère calcul de la pression de pilotage pour rentrer le vérin à charge nulle et à petite vitesse.

Équation d’équilibre à l’ouverture :

En posant SA/SP = X
Pp = [S6 x Pm4 + FR1 + FR2 + {(S1-S2) x (Pch – ΔP)}] / [S5 + (X x (S2-S1))]
Pp = [142 + 49 + (8.98 x Pm4) - (10 x (7.07-6.97))] / [9.08 + (0.645 x (6.97 - 7.07))] = 24bars
La pression qui alimente la section annulaire (m2)
Pm2 = Pp - ΔP = 14bars (en tenant compte des 4 bars de contre pression à l’orifice -A- de la
soupape d’équilibrage 80/NG 30.

2ème calcul de la pression en -Pm2- pour rentrer le vérin à charge nulle et à petite vitesse, avec
le ressort de rappel du tiroir de régulation cassé.

Pp = [49 + (8.98 x Pm4) + [-10 x (7.07-6.97))] / [9.08 - (0.645 x (6.97 - 7.07))]


Pp = 9bars.
Pb = Pp - ΔP = -1bar si la pression à l’orifice -A- de la soupape d’équilibrage 80/NG 30
diminue il faudra encore moins de pression de pilotage.

3ème calcul de la pression en -Pm2- pour rentrer le vérin avec une pression de charge égale à
100bars, à petite vitesse et avec le ressort de rappel du tiroir de régulation cassé.
Le retour d’huile au réservoir s’effectue sous une pression de 1.5bars, à l’orifice -A-
-Pm4- = 1.5bars

Pp = [S6 x Pm4 + FR1 + FR2 + {(S1-S2) x (Pch – ΔP)}] / [S5 + (X x (S2-S1))]


Pp = [49 + (8.98 x 1.5) + {(7.07-6.97) x (100 -10)}] / [9.08 + (0.645 x (6.97 - 7.07))] = 8bar
Pp = 8bars.
Pb = Pp - ΔP = -2 bars

4ème calcul de la pression d’ouverture du clapet anti retour de la soupape de freinage 62/NG20
Force du ressort du clapet anti-retour à l’ouverture : (13*8000*4^4) / (8*6*24^3) = 40daN
Pression d’ouverture du clapet P = F/Sc 40.4/4.5 = 9bars

5ème calcul de la course du tiroir de régulation de la soupape de freinage -80/NG30- avec une
pression de pilotage de 9bars et le ressort du de régulation cassé et une pression Pm4 nulle.

Course du tiroir de régulation en fonction de la force du piston de pilotage


9.08 x 9 = 81daN
81 / (49/13) = 21mm

Le tiroir de régulation de la soupape de freinage -80/NN30- à un débit de -B- vers -A- de


220l/mn sous une ΔP de 30bars. La pression crée par la charge entraînante varie de 30bars à
70bars en passant par un maximum de 120bars environ.

Le débit maximum expulsé par le vérin est égal à :220 120 30 440l / mn
Hydraulique Page 17
Soupape d’équilibrage et de freinage

Lorsque celui-ci atteint le maximum de 440l/mn la pression de retour qui règne en Pm4 a
tendance à repousser le tiroir de régulation dans le sens de la fermeture. Il se produit donc un
pseudo contrôle de la charge mais avec une vitesse excessive. Le débit ainsi évacué par la
section piston -SP- du vérin est supérieur au débit de remplissage de la section annulaire un
vide partiel est ainsi créé dans le volume annulaire -SA- du vérin.

Il y aura donc chute de l’équipement lorsque l’axe de verrouillage sera retiré.

Remèdes

-By passer les soupapes de freinage par des clapets anti retour largement dimensionné afin
d’éliminer toutes les pertes de charge nuisibles au fonctionnement.

-Monter des prises de pression pour surveiller la pression directement dans les chambres du
vérin afin d’interdire toutes manœuvre en cas de pressions négatives.

Il est donc très important de réaliser une analyse fonctionnelle approfondie du schéma ainsi
que des composants qui le constituent car une succession de petit désordre peuvent engendrer
de sérieux accidents.

Rien ne laissé entrevoir que le ressort du tiroir de régulation de la soupape -80/NG30- serait
défectueux et que la pression d’ouverture du clapet de la soupape -62/NG20- était aussi
importante (3bars en standard dans la fiche technique du constructeur).

Hydraulique Page 18
Soupape d’équilibrage et de freinage

Soupape de freinage à tiroir de régulation.

La figure17 représente une soupape de


freinage dont le piston de pilotage est
équilibré par rapport à la pression de sortie à
l’orifice -A- Son utilisation est
recommandée pour contrôler les charges
motrices lorsque le vérin est utilisé en
montage différentiel.

La pression de pilotage est directement liée


à la force du ressort de rappel du tiroir de
régulation quelle que soit la pression qui
règne en -A-

Figure17 :

http://www.bucherhydraulics.com/

Hydraulique Page 19
Soupape d’équilibrage et de freinage

Branchement d’un vérin en diférentiel avec contrôle de charges motrices

Figure18 :

La figure18 représente le schéma


hydraulique d’un vérin branché en
diferentiel avec contrôle des charges
motrices par soupapes de freinages
Figure19 :
La soupape de freinage montée du
coté de la section annulaire est
particulière de façon a ètre insensible à la pression qui règne à l’orifice -A- lorsque le vérin se
déploie. Son piston de pilotage est équilibré hydrauliquement afin de remplir cette fonction.

Hydraulique Page 20
Soupape d’équilibrage et de freinage

Sortie du vérin avec une charge menante

Figure20 :

Hydraulique Page 21
Soupape d’équilibrage et de freinage

Fonctionnement d’une soupape de freinage de conception en cartouche

Figure21 :

Origine Moog Hydrolux http://www.moog.com/

Hydraulique Page 22
Soupape d’équilibrage et de freinage

Le clapet logique -2- est du type à sections différentielles avec fentes de progressivité au
repos il est plaqué sur son siège usiné dans la chemise -3- l’ensemble est étanche au repos

Au repos la cartouche est fermée sans fuite


le pilotage -x- est décomprimé au réservoir
par l’intermédiaire de l’électro distributeur
qui met en communication A et B vers T.
FR
L’alimentation du solénoïde’a’ déplace le
tiroir vers la droite ; mettant les orifices P
vers B et A vers T en communication.

Une pression -Pp- égale à la force du


ressort -FR- s’établit dans la chambre -SP-
du vérin et sous le piston de pilotage -SPp-

Le piston de pilotage se déplace vers le


haut provoquant la purge de la section -Sx-
l’équilibre du clapet logique est
interrompu, les forces d’ouvertures sont
supérieures à celles de fermetures. La
cartouche s’ouvre et autorise le passage de
-B- vers -A- la charge descend (sortie tige)
le mouvement est contrôlé par les fentes de
progressivité usinées dans le nez de la
cartouche.

La vitesse de sortie dépend uniquement du


débit qui alimente la section -SP- du vérin

Toute tendance à l’excès de vitesse


engendre une chute de la pression -Pp- et
le déplacement du tiroir pilote -SPp- vers
le bas la purge de la section -Sx- est alors
interrompue la pression -Px- augmente les
forces de fermeture de la cartouche
deviennent supérieures, entraînant le clapet
Figure22 : logique vers le bas réduisant ainsi la
section de passage de se fait la vitesse du
vérin est contrôlée.

Avec une pression de charge de 100b, un rapport de section SP/SA = 2, un rapport


SB/Sx = 50/150 et un ressort de rappel -FR- taré à 20b nous lirons :

Pp = 20b
Pb = 20 x 2/1 + 100 = 140b
Px = 140 x 50 / 150 = 46.66b

« Si des erreurs se sont glissées dans le document merci de les signaler ».

Hydraulique Page 23