Vous êtes sur la page 1sur 4

Chapitre 1

L’esprit et la dynamique
de l’entrepreneuriat

Positionnement du chapitre dans le programme


Thème Sens et portée de l’étude – Compétences

1. ENTREPRENDRE ET DIRIGER L’entrepreneuriat renvoie à une dynamique d’action et à un


engagement dans un projet collectif.
1.1. Entreprendre et gérer
Entreprendre n’est pas une simple succession d’opérations
– La logique entrepreneuriale : une juridiques et de gestion. Entreprendre consiste en premier
opportunité et une démarche lieu à repérer des opportunités de développement, puis à
prendre les risques nécessaires pour créer l’activité
nouvelle correspondante ou dynamiser une activité
existante. La logique entrepreneuriale implique donc une
capacité à anticiper, à se projeter et à innover. Elle
suppose également la mise en œuvre d’un projet
entrepreneurial cohérent articulant contraintes,
compétences et ressources.
Compétences :
– Caractériser la logique entrepreneuriale mise en œuvre
dans les entreprises.
– Identifier et analyser les enjeux liés à cette logique.

Objectifs pédagogiques du chapitre


1. La logique entrepreneuriale
1.1. Qu’est-ce qu’un entrepreneur ? 1. Définir les caractéristiques de l’entrepreneur
2. Distinguer les deux aspects de l’entrepreneur :
innovateur et organisateur
1.2. Quels sont les objectifs de l’entrepreneur ? 1. Montrer que la création d’entreprise est un
objectif de l’entrepreneur
2. Montrer que la survie de l’entreprise passe par
son développement
2. La mise en œuvre d’un projet entrepreneurial
2.1. Quelles sont les étapes nécessaires ? Montrer les conditions de la création d’entreprise
2.2. Comment élaborer un plan d’affaires ? 1. Identifier les parties du plan d’affaires
2. Montrer les organisations susceptibles
d’accompagner l’entrepreneur

1 Thème 1 : Entreprendre et diriger


Chapitre 1 : L’esprit et la dynamique de l’entrepreneuriat
1. La logique entrepreneuriale
La logique entrepreneuriale est un état d’esprit qui caractérise l’entrepreneur. Elle peut
également être portée par des salariés dans l’entreprise : ainsi, elle relève des mêmes
caractéristiques que pour l’entrepreneur.

1.1. Qu’est-ce qu’un entrepreneur ?

A. Définition de l’entrepreneur
L’entrepreneur est un individu qui investit des moyens (financiers, matériels, humains) pour
mener un projet économique dans le but de réaliser des profits et d’assurer la survie de
l’entreprise sur le long terme.
Les entrepreneurs tels que Bill Gates (Microsoft), Michel-Édouard Leclerc (groupe
E. Leclerc), Alain Afflelou (groupe Afflelou), Lakshmi Mittal (groupe Arcelor Mittal) ou
Jacques Benoît (Delta Plus) ont des profils et des personnalités très variés. Ils ont cependant
des caractéristiques communes, que l’on retrouve chez tous les entrepreneurs.
Ils se démarquent tout d’abord par leur capacité d’innovation et de créativité. Ils sont capables
de prendre des risques pour permettre des gains futurs. Ils savent également saisir les
opportunités qui se présentent.

B. L’entrepreneur : innovateur ou organisateur


Deux conceptions de l’entrepreneur s’affrontent : l’entrepreneur innovateur ou l’entrepreneur
organisateur.
La première conception, développée par Joseph Schumpeter, considère que l’entrepreneur est
un innovateur capable d’identifier et de créer de nouvelles opportunités permettant le
développement d’une entreprise. Il a une capacité d’imagination et d’invention forte qu’il met
au service de la firme.
À l’opposé, Jean-Baptiste Say attribue à l’entrepreneur un rôle d’organisateur. Il coordonne
les ressources de façon à accroître et optimiser la production de l’entreprise.
Ces deux visions de l’entrepreneur sont complémentaires et les deux rôles sont généralement
concomitants dans chaque entrepreneur. Cependant, l’innovateur est celui qui caractérise le
mieux la logique entrepreneuriale et qui implique une capacité à anticiper, à se projeter et à
innover. La prise de risque est l’un des traits prépondérants de son caractère.

1.2. Quels sont les objectifs de l’entrepreneur ?

L’entrepreneur crée ou développe une entreprise existante.

A. Créer une entreprise


Pour créer une entreprise, plusieurs possibilités s’offrent à l’entrepreneur :
– création pure : l’entreprise n’existait pas, elle est créée par l’entrepreneur ;
– reprise : l’entrepreneur rachète une entreprise existante (on peut être amené à revendre une
entreprise pour différentes raisons : départ en retraite des propriétaires dirigeants, difficultés
financières, changement stratégique du groupe qui se sépare d’une branche d’activité…) ;

Thème 1 : Entreprendre et diriger 2


Chapitre 1 : L’esprit et la dynamique de l’entrepreneuriat
– réactivation d’entreprise : l’entreprise existe déjà mais elle n’est plus développée ;
l’entrepreneur va lui donner un nouvel essor ;
– essaimage : le salarié d’une entreprise crée sa propre structure, avec le soutien de son
entreprise d’origine, qui lui procure souvent une partie de son chiffre d’affaires de départ.

B. Développer une entreprise existante


Une fois l’entreprise créée ou reprise, l’entrepreneur continue d’exercer ses compétences
d’innovation et de créativité pour développer son entreprise. Le développement de la firme
peut passer par des stratégies variées. Il se concrétise par la croissance de l’entreprise ou le
rachat d’autres entreprises, le développement de franchises commerciales…

2. La mise en œuvre d’un projet entrepreneurial

2.1. Quelles sont les étapes nécessaires ?

La mise en œuvre d’un projet entrepreneurial se déroule en plusieurs étapes.

A. Trouver une idée de création d’entreprise


Avoir une idée de création d’entreprise, ce n’est pas nécessairement avoir une idée
révolutionnaire. Il faut tout d’abord avoir une idée qui colle à son époque (dans le domaine du
développement durable, adaptée aux seniors…). Il peut s’agir simplement d’adapter un
concept existant ailleurs à un nouveau marché.

B. Surmonter les contraintes du projet


Pour finaliser son projet, le créateur doit identifier et surmonter l’ensemble des contraintes qui
y sont liées. Elles sont de quatre ordres :
– contraintes propres au produit et à la prestation : un produit industriel ne génère pas les
mêmes contraintes qu’un service, certains produits peuvent avoir des volumes de stockage
très importants (camions, outillage), tandis que des services nécessitent des investissements
aux normes (restauration) ;
– contraintes de marché : selon l’état du marché (lancement, croissance, maturité…), le
contexte de la création ne répondra pas aux mêmes conditions ;
– contraintes légales : incontournables pour le créateur, elles diffèrent selon le produit
(médicaments, bibliothèque…) ;
– contraintes de moyens : les moyens à réunir seront plus ou moins importants selon les autres
contraintes.

C. Mobiliser les ressources et compétences nécessaires au projet


Compte tenu des différentes contraintes identifiées, le créateur d’entreprise va devoir réunir
les ressources nécessaires, et notamment les fonds lui permettant de démarrer son activité. Il
doit également disposer des compétences humaines pour faire fonctionner et animer son
entreprise.

3 Thème 1 : Entreprendre et diriger


Chapitre 1 : L’esprit et la dynamique de l’entrepreneuriat
2.2. Comment élaborer un plan d’affaires ?

A. Le contenu du plan d’affaires ou business plan


Le plan d’affaires est un document qui résume la réflexion sur le projet de création
d’entreprise. Il doit permettre de convaincre les banquiers et les investisseurs de financer la
création. Il donne une vision synthétique de l’activité et ses contours pour les cinq premières
années.
Pour obtenir des financements, le créateur peut s’adresser aux banques mais aussi à des
business angels (investisseurs providentiels), qui sont des groupements d’investisseurs privés.

B. Les aides à la création d’entreprise


Pour réaliser le plan d’affaires et les différentes études nécessaires à son élaboration,
l’entrepreneur peut se faire aider par différents organismes, publics ou privés.
Parmi les organismes publics, on peut citer :
– la CCI (Chambre de commerce et d’industrie) ;
– la Chambre des métiers ;
– la Chambre d’agriculture ;
– Pôle emploi (ex ANPE) ;
– l’APEC (Agence pour l’emploi des cadres) ;
– l’APCE (Agence pour la création d’entreprise)…
Concernant les organismes privés, il est possible de faire appel à des experts-comptables, des
avocats d’affaires, des cabinets de conseils, etc.
Il existe également des structures associatives comme les réseaux de chefs d’entreprise
bénévoles.

Thème 1 : Entreprendre et diriger 4


Chapitre 1 : L’esprit et la dynamique de l’entrepreneuriat