Vous êtes sur la page 1sur 59

i

REPUBLIQUE DU RWANDA
MINISTERE DE L’EDUCATION

INSTITUT SUPERIEUR D’AGRICULTURE


ET D’ELEVAGE (ISAE)
FACULTE D’AGRICULTURE
Département de Productions végétales

EFFET DE L’ASSOCIATION CULTURALE SUR LES


MALADIES BACTERIENNES DES LEGUMINEUSES
DANS LA REGION D’UMUTARA.

Mémoire présenté par :

NDUWUMUREMYI Athanase
En vue de l’obtention du Grade
d’Ingénieur Agronome A0
Option : Protection des végétaux

Directeur :
Ir. NKIKABAHIZI Modeste (MSc)
Busogo, Mars 2008
i

Dédicaces

A ma famille

A tous mes amis et connaissances

Ce mémoire est dédié.

NDUWUMUREMYI Athanase
ii

Remerciements
Le présent travail est l’œuvre de plusieurs personnes auxquelles nous tenons à
exprimer nos vifs et sincères remerciements.
D’abord nous rendons grâce à Dieu Tout Puissant qui nous prête la vie et
l’intelligence.
Nos profonds remerciements s’adressent particulièrement à l’Ingénieur Modeste
NKIKABAHIZI pour avoir accepté de diriger ce mémoire. Sa rigueur scientifique,
sa profonde expérience, ses remarques et conseils très pertinents nous ont
permis de réaliser ce travail. Nous remercions très vivement le corps professoral
de l’ISAE-Busogo qui nous a bien encadré durant toute notre formation.

Nous gardons une dette de reconnaissance envers Prof. Dr NDUWAMUNGU


Jean, mon grand frère, pour m'avoir accordé un soutient tant moral que matériel
tout au long de mes études et particulièrement au cours de ce travail. Mr
MBONYINTWARI Aphrodise trouve ici mes remerciements le plus sincères.
Que mes frères, mes sœurs et ma belle sœur, particulièrement Mme
MUKAMUGOYI Donatha, trouvent ici le fruit de leurs encouragements.

Nous tenons également à remercier les familles amies pour leurs


encouragements qu’ils n’ont jamais cessé de manifester à notre égard. Nous
témoignons également un soutien considérable de nos collègues de promotion
par leur collaboration, échange et intégration sociale.
Enfin, que tous ceux qui, de près ou de loin, ont contribué à la réalisation de ce
travail trouvent ici nos sincères remerciements.

NDUWUMUREMYI Athanase
iii

Tables de matière
Dédicaces..............................................................................................................................i
Remerciements....................................................................................................................ii
Tables de matière................................................................................................................iii
Liste des figures ................................................................................................v
Liste des tableaux................................................................................................................vi
Liste des sigles et abréviations..........................................................................................vii
Résumé.............................................................................................................................viii
Abstract...............................................................................................................................ix
CHAPITRE I. INTRODUCTION GENERALE.................................................................1
1.1 Objectifs------------------------------------------------------------------------------------------2
1.1.1 Objectifs global -------------------------------------------------------------------------------2
1.1.2 Objectifs Spécifiques ------------------------------------------------------------------------3
1.2 Hypothèses --------------------------------------------------------------------------------------- 3
1.3 Résultats attendus--------------------------------------------------------------------------------3
CHAPITRE II : GENERALITES SUR LE HARICOT, LE SOJA ET LE MAÏS..............4
2.1 Culture du haricot-------------------------------------------------------------------------------- 4
2.1.1 Description de la culture du haricot---------------------------------------------------------4
2.1.2 Les maladies bactériennes du haricot-------------------------------------------------------4
2.1.2.1 Bactériose à halo (causé par : Pseudomonas syringae pv. Phaseolicola)------------4
2.1.2.2 Bactériose commune (causé par : Xanthomonas campestris pv. Phaseoli)----------5
2.1.2.3 Taches bactériennes brunes (causé par : Pseudomonas syringae pv. Syringae)----6
2.1.3 Situation des maladies bactériennes des légumineuses dans notre région-------------7
2.2 Culture du Soja-----------------------------------------------------------------------------------7
2.2.1 Description de la culture de soja------------------------------------------------------------7
2.2.2 Maladies bactériennes du Soja---------------------------------------------------------------7
2.2.2.1 Bactériose du soja (causé par : Pseudomonas syringae pv. Glycinea)........7
2.2.2.2 Feu bactérien (causé par : Pseudomonas syringae pv. Tabaci)....................8
2.2.3 Exigence de la culture du soja---------------------------------------------------------------9
2.2.4 Comportement de la culture du soja face au stress biotiques et abiotiques----------10
2.2.4.1 Les stress biotiques....................................................................................10
2.2.4.2 Stress abiotique..........................................................................................10
2.3 Culture du maïs---------------------------------------------------------------------------------11
2.3.1 Description de la culture du maïs----------------------------------------------------------11
2.3.2.2 Le maïs avec les mauvaises herbes............................................................11
2.3.2.3 Résistance naturelle du maïs .....................................................................11
CHAPITRE III : LES SYSTEMES CULTURAUX..........................................................12
3.1 Culture pure (Monoculture)-------------------------------------------------------------------12
3.1.1 Avantages de la culture pure ---------------------------------------------------------------12
3.1.2 Inconvénients de la culture pure-----------------------------------------------------------12
3.1.3 Situation de la monoculture dans la région d’Umutara---------------------------------13
3.2. Cultures associées ----------------------------------------------------------------------------13
3.2.1 Les types d’association de cultures--------------------------------------------------------13
3.2.2 Les avantages de l’association culturale--------------------------------------------------14
3.2.3 Inconvénients de l’association culturale--------------------------------------------------16
3.2.3.1 Compétitions..............................................................................................16
iv

3.2.3.2 Préparation du terrain et semis...................................................................16


3.3 La rotation des cultures -----------------------------------------------------------------------16
3.3.1 Importance de la rotation des cultures----------------------------------------------------17
3.4 Densité des cultures ---------------------------------------------------------------------------17
3.5 Les contraintes liés au système de culture dans la région d’Umutara ------------------17
3.5.1 Contraintes abiotiques ou environnementales -------------------------------------------18
3.5.2 Contraintes biotiques -----------------------------------------------------------------------18
3.5.3 Contraintes socio-économiques------------------------------------------------------------19
CHAPITRE IV : MATERIELS ET METHODES............................................................21
4.1 Localisations du site expérimental-----------------------------------------------------------21
4.1.1Umutara Nord---------------------------------------------------------------------------------21
4.1.1.1 Relief et climat du District de Nyagatare...................................................21
4.1.1.2 Sites expérimentaux dans la zone Nord de l’Umutara...............................21
4.1.2 Umutara du Sud------------------------------------------------------------------------------21
4.1.2.1 Relief et climat...........................................................................................21
4.1.2.2 Sites expérimentaux dans la zone du sud de l’Umutara............................22
4.2 Matériels utilisés-------------------------------------------------------------------------------22
4.2.1 Matériels végétal ----------------------------------------------------------------------------22
4.3 Méthodologie ----------------------------------------------------------------------------------22
4.3.1 Installation de l’essai -----------------------------------------------------------------------22
4.3.2 Technique culturales------------------------------------------------------------------------- 23
4.3.2.1 Préparation du terrain---------------------------------------------------------------------23
4.3.3 Culture----------------------------------------------------------------------------------------- 24
4.3.3.1 Système de culture.....................................................................................24
4.3.3.2 Densités de semis.......................................................................................24
4.4 Paramètres agronomiques observés----------------------------------------------------------25
4.4.1 Effet de l’association culturale sur la croissance des cultures (vigueur)-------------25
4.4.2 Sévérité des maladies -----------------------------------------------------------------------25
4.4.4 Effet de l’association sur le rendement des cultures associées------------------------25
4.4.6 Evaluation participative sur les techniques culturales----------------------------------26
4.4.6.1 Méthodologie utilisé pour l’évaluation participative.................................26
Nous avons utilise des différentes couleurs : vert, rouge, rose et orange-------------------26
4.5 Traitement des données -----------------------------------------------------------------------26
CHAPITRE V : RESULTATS ET DISCUSSION............................................................27
5.1 Effet de l’association culturale sur la croissance des cultures associées----------------27
5.2 Effet de l’association culturale sur la sévérité des maladies bactériennes des
légumineuses------------------------------------------------------------------------------------ 28
5.3 Effet de l’association culturale sur l’incidence des maladies----------------------------33
5.4 Effet de l’association culturale sur le rendement------------------------------------------38
5.4.1 Le LER pour le système traditionnel (semis en vrac)-----------------------------------38
5.4.2 Le LER pour le système Mbili (2 :2)------------------------------------------------------38
5.4.3 Le LER pour le système 2 :1---------------------------------------------------------------38
5.5 Evaluation participative sur l’association culturale ---------------------------------------39
5.5.1 Les critères d’évaluation--------------------------------------------------------------------39
5.5.2 Résultat de l’évaluation --------------------------------------------------------------------39
CONCLUSION ET RECOMMANDATIONS..................................................................40
v

BIBLIOGRAPHIE.............................................................................................................43
Annexes..............................................................................................................................46
Annexe 1. Les LER pour les différentes systèmes de cultures..............................46
Annexes 2. Echelle de cotation des maladies........................................................47
Annexe 3 : Carte de la région d’Umutara..............................................................48
Annexe 4 : Questionnaire pour l’évaluation participative-------------------------------------48

Liste des figures


Figure 1: Bactériose à halo du haricot.................................................................................5
Figure 2: Bactériose commune du haricot...........................................................................5
vi

Figure 3:Taches graisseuses (causé par Pseudomonas syringae pv. Phaseolicola) sur
gousses de haricot................................................................................................................6
Figure 4:Taches bactériennes brunes (causé par Pseudomonas syringae pv.syringae) sur
feuilles de haricot.................................................................................................................6
Figure 5: Bactériose du soja: causé par Pseudomonas syringae pv.glycinea.....................8
Figure 6:Feu bactérien du soja (causé par : Pseudomonas syringae pv.tabaci)...................9
Figure 7:Schéma du dispositif expérimental......................................................................23
Figure 8 : Sévérité des maladies bactériennes de légumineuses en association avec le
maïs après la germination..................................................................................................30
Figure 9: Sévérité des maladies bactériennes de légumineuses en association avec du
maïs à 50% de la formation des gousses ..........................................................................31
Figure 10: Sévérité des maladies bactériennes de légumineuses en association avec le
maïs avant la récolte ..........................................................................................................33
Figure 11: Incidence des maladies bactériennes de légumineuses en association avec du
maïs après la germination .................................................................................................34
Figure 12: Incidence des maladies bactériennes des légumineuses en association avec du
maïs à 50% de la formation des gousses ...........................................................................36
Figure 13: Incidence des maladies bactériennes de légumineuses en association avec du
maïs avant la récolte ..........................................................................................................37

Liste des tableaux


Tableau 1:ANOVA pour les effets de l'association culturale sur la vigueur après la
germination........................................................................................................................27
Tableau 2: ANOVA pour les effets de l'association culturale sur la vigueur à 50%
formation de gousses.........................................................................................................28
Tableau 3: ANOVA pour les effets de l'association culturale sur la sévérité des maladies
bactériennes après la germination......................................................................................29
Tableau 4: ANOVA pour les effets de l'association culturale sur la sévérité des maladies
bactériennes à 50% formation des gousses........................................................................30
Tableau 5 :ANOVA pour les effets de l'association culturale sur la sévérité des maladies
bactériennes avant la récolte..............................................................................................32
vii

Tableau 6: ANOVA pour les effets de l'association culturale sur l'incidence des maladies
bactériennes de légumineuses après la germination .........................................................33
Tableau 7: ANOVA pour les effets de l'association culturale sur l'incidence des maladies
bactériennes de légumineuses à 50% de la formation de gousses ...................................35
Tableau 8 : ANOVA pour les effets de l'association culturale sur l'incidence des maladies
bactériennes avant la récolte .............................................................................................36

Liste des sigles et abréviations

AGCD : Administration générale de la Coopération en développement


(Coopération Belge)
CIAT : Centre International de l’Agriculture Tropicale
DIMBOA : Acide Hydroxamique (2,4-dihydroxy-7-méthoxy-2H-1,4-
benzoxazin-2(4H)
GPS: Geographic Positioning System
ISAR: Institut des Sciences Agronomiques du Rwanda
LER: Land Equivalent ratio
PR–10 SAM22 : Protéine de la famille « bet v-1 like », produit par le soja en
réponse d’une attaque d’un nématode
STKI : Inhibiteurs de sérines protéase du soja
TSBF: Tropical Soil Biology and fertility
viii

Résumé

L’association culturale diminue l’incidence et la sévérité des maladies des


cultures; elle peut aussi améliorer la productivité en général. L’association
maïs/haricot est une pratique habituelle dans la région d’Umutara. L’adoption de
la nouvelle technologie de « révolution verte » avec la faible utilisation des
produits phytosanitaires pourrait accentuer la sévérité et l’incidence des maladies
bactériennes des légumineuses dans la région. Ceci nous a poussé à
entreprendre cette étude.

Notre étude avait deux principaux objectifs: déterminer l’espèce de légumineuses


à associer au maïs qui montre la réduction de la sévérité et l’incidence de
maladies bactériennes et dégager une technique d’association culturale
appropriée pour la région d’Umutara.
ix

L’essai était composé par différents traitements des techniques culturales


(association en vrac, Association 2 :2, Association 2 :1 et la monoculture) et des
cultures différentes (soja, haricot et maïs).

Les résultats montrent une résistance de la culture du soja aux maladies


bactériennes des légumineuses. L’association 2 :1 a montré une influence
significative sur la sévérité et l’incidence des maladies bactériennes de
légumineuses (haricot et soja) dans la région d’Umutara. La technique
d’association culturale (2 :1) augmente également le rendement car le LER est
supérieur à 1 dans tous les traitements. La technique d’association culturale peut
être adoptée dans la région d’Umutara pour diminuer la sévérité et l’incidence
des maladies et améliorer le rendement.

Mot clés : Technique culturale, association culturale, maïs, soja, haricot, sévérité
et incidence des maladies bactériennes des légumineuses.

Etudiant: NDUWUMUREMYI Athanase Directeur:Ir NKIKABAHIZI Modeste (MSc)

Abstract

Intercropping can reduce the incidence and the severity of plant diseases and
improve the overall productivity. The intercropping of maize with beans has long
been practiced in the region. The adoption of green revolution and the reduced
use of pesticides can increase the incidence and effect of bacterial diseases of
legumes in Umutara region, which has inspired us to undertake this study.

Our study had two major objectives: to determine suitable species of legumes
which could be intercropped with maize for decreasing bacterial diseases and to
assess which farming system to adopt in Umutara region. The trail experiment
was composed by various treatments of farming systems (Rwandan traditional
intercropping, Mbili system (2: 2), 2:1intercropping system and non intercropping
or sole system) and different species of plant (Soybean, Bean and maize).
x

After variance analysis, in comparison of bean and soybean on incidence and the
severity of bacterial diseases, the results prevail a resistance of soybean on
bacterial diseases legumes. The 2:1 intercropping system of soybean or bean
and maize influence significantly the incidence and effect of bacterial diseases in
Umutara region. Intercropping of maize and legumes increase total yield, LER >2
for both 2:2 and 2:1 intercropping and LER>1 for Rwandan traditional
intercropping. This shows that this farming system can be adopted by farmers of
Umutara region to reduce the severity of bacterial diseases and to increase the
yield.

Key words: Farming system, intercropping, maize, soybean, bean and bacterial
diseases of legumes.

Student: Athanase NDUWUMUREMYI Supervisor: Ir Modeste NKIKABAHIZI (MSc)


1

CHAPITRE I. INTRODUCTION GENERALE

La principale activité productive pour la majorité des ménages rwandais est


l’agriculture qui occupe 88.6% de la population active (MINECOFIN, 2003). Le
système de culture traditionnel combiné avec la progression de la croissance
démographique augmente la rareté des terres cultivables, leur surexploitation,
les maladies des cultures et la faible restitution des éléments nutritifs au sol.
Tous ces facteurs provoquent la diminution alimentaire dans la région. Les
aliments de base au Rwanda sont la banane, les tubercules, suivis des
légumineuses et des céréales, notamment le sorgho et le maïs. Les haricots et le
maïs sont les principales cultures qu’on plante en association (FAO, 1998). La
pratique des associations de cultures entraîne des modifications
microclimatiques qui peuvent nuire à certains ravageurs et/ou pathogènes
(Mémento, 2002).

L’appauvrissement des sols est aussi le résultat d’une poussée démographique


croissante limitant l’étendue et la durée des jachères (Badiane & Delgado, 1995 ;
World Bank, 1995). Dans la plupart des pays subsahariens, la pauvreté de la
population, l’insécurité alimentaire et des conditions environnementales extrêmes
compromettent la génération et l’adoption de nouvelles technologies de
production. Pour inverser cette tendance, trois conditions essentielles sont à
satisfaire :
 Favoriser le développement du secteur des petites exploitations agricoles
en améliorant les infrastructures routières, l’accès à l’éducation, au crédit,
aux intrants, aux marchés et aux services de vulgarisation ;
 Améliorer la fertilité des terres arables, et
 Intensifier et diversifier l’utilisation des terres avec des produits à haute
valeur commerciale (Sanchez et Leakey, 1997).

Les Rwandais ont l’habitude de cultiver le haricot en association avec le maïs,


sans toutefois savoir qu’il y a d’autres légumineuses socio- économiquement
2

importantes. C’est le cas par exemple du soja. Le soja est une plante résistant
aux stress biotiques qui sont nombreux et ont pour origine les virus, les
organismes phytophages et les pathogènes. Afin d’y faire face, les plantes
mettent en place un système de défense faisant intervenir une chaîne de
réactions. Par contre la culture du haricot est très attaquée par un grand nombre
de maladies et ravageurs (Steiner, 1985). Les rwandais associent également
des cultures, surtout le haricot et le maïs, sans connaître l’importance de cette
technique sur la limitation de certaines maladies et ravageurs. Selon la politique
agricole (la révolution verte), on a recommandé la culture pure ou la monoculture
du maïs dans la région d’Umutara. C’est ainsi que les agriculteurs de ladite
région se demandent comment ils peuvent avoir la production du haricot et du
maïs en même temps. On a aussi recommandé la culture du soja comme culture
de rotation après la culture du maïs mais les fermiers de la région se demandent
pourquoi le soja est préféré contre le haricot. Dans la région d’Umutara, un des
systèmes de culture les plus dominants est celui à base du maïs qui est, après le
riz, la deuxième céréale la plus importante du monde (National Academy of
Sciences, 1996). Les contraintes des productions agricoles dans la région
d’Umutara sont multiples et variées. Elles sont à la fois biotiques, abiotiques et
socio-économiques. C’est dans ce cadre que nous avons entrepris cette étude
sur l’effet de l’association culturale sur l’incidence des maladies
bactériennes de légumineuses dans la région d’Umutara.

Ce travail est subdivisé en trois parties: la première partie est une introduction, la
deuxième est consacrée à la revue bibliographique, et la troisième se rapporte
aux matériel et méthodes ainsi qu’à l’analyse des résultats et leur discussion.
Une conclusion et quelques recommandations clôturent le travail.

1.1 Objectifs

1.1.1 Objectifs global


Contribuer à la détermination d’une espèce de légumineuse pouvant être utilisée
en culture associée avec le maïs et contribuer à la détermination d’un système
cultural adaptée à la région d’Umutara.
3

1.1.2 Objectifs Spécifiques


 Etudier si le soja est plus tolérant aux maladies bactériennes des
légumineuses que le haricot dans les conditions éco- climatiques
d’Umutara;
 Déterminer la part de la culture en association (légumineuses / céréales)
dans la diminution de certaines maladies bactériennes de légumineuses;
 Déterminer la meilleure association culturale (légumineuses / céréales)
pouvant être adéquate pour la région d’umutara.

1.2 Hypothèses
 Les cultures de soja et du haricot, en association avec le maïs, ont le
même niveau de tolérance aux maladies bactériennes des légumineuses;

 L’association des cultures (légumineuses/céréales) peut diminuer la


sévérité et l’incidence des maladies bactériennes des légumineuses.

1.3 Résultats attendus


Après l’étude, les fermiers de la région d’Umutara seront capables d’identifier
l’espèce de légumineuses à associer avec le maïs (céréale). L’importance de
promouvoir la culture du soja dans la région sera également claire et les fermiers
sauront mieux l’importance d’utiliser la culture du soja et du haricot en alternance
avec le maïs. En outre, le document servira aux services agricoles de la région
quant aux effets de l’association des cultures sur l’augmentation du rendement et
dans la lutte intégrée contre les maladies, les ravageurs et les mauvaises
herbes.
4

CHAPITRE II : GENERALITES SUR LE HARICOT, LE SOJA ET LE MAÏS

2.1 Culture du haricot

2.1.1 Description de la culture du haricot


Le haricot est une plante originaire de l’Amérique centrale et du Sud. Il est cultivé
dans les pays tempérés, tropicaux et subtropicaux pour l’alimentation humaine.
On en mange les feuilles, les gousses ainsi que les graines. La tige du haricot
est utilisée comme fourrage (Mémento, 2002).

2.1.2 Les maladies bactériennes du haricot


Les haricots connaissent trois sortes de maladies bactériennes:
 La bactériose à halo (causé par Pseudomonas syringae pv. Phaseolicola);
 La bactériose commune (causé par Xanthomonas campestris pv.
Phaseoli) et
 Les taches bactériennes brunes (causé par Pseudomonas syringae pv.
Syringae).

2.1.2.1 Bactériose à halo (causé par : Pseudomonas syringae pv.


Phaseolicola)

Selon l’AGCD (1989), la bactérie produit sur les feuilles des petits points
nécrotiques sur les feuilles, entourés d'un halo chlorotique circulaire aboutissant
à une chlorose plus ou moins généralisée du limbe. Chez les cultivars sensibles,
l'infection évolue souvent systémiquement. Les nouvelles feuilles ont des
dimensions réduites, souvent déformées, partiellement ou totalement
chlorotiques, parfois jaune brillant. Les gousses ont des taches vert foncé,
graisseuses, devenant partiellement brun rougeâtre, circulaires. Les infections
précoces sont généralement fatales aux plantes des cultivars sensibles. Les
altitudes élevées où les basses températures favorisent le développement des
symptômes et où les pluies abondantes assurent une dissémination rapide de la
maladie. La bactérie est transmise par la semence.
5

La maladie est effectivement


contrôlée par l'utilisation de cultivars
résistants qui existent dans le
matériel local. Les pulvérisations à
l'oxychlorure de cuivre (2.000g
m.a/ha) aident à réduire l'impact de
la maladie (AGCD, 1989).

Figure 1: Bactériose à halo du haricot


Source : AGCD, 1989

2.1.2.2 Bactériose commune (causé par : Xanthomonas campestris pv.


Phaseoli)

La maladie débute par des petites taches d'aspect imbibé d'eau, visibles à la
face inférieure des feuilles. Ces taches deviennent grandes et se fusionnent et
se nécrosent. Avec l'âge, ces lésions se dessèchent avec une chute de quelques
feuilles causées par une forte attaque et la plante entière peut aussi être flétrit.
Les gousses attaquées montrent des tâches graisseuses très similaires à celles
causées par la bactériose à halo. La maladie peut évoluer systémiquement et
entraîner le flétrissement des cultivars très sensibles. Contrairement à la
Bactériose à halo, des températures élevées et des basses altitudes sont
favorable au développement de la bactériose commune est plus fréquente et
plus dommageable pour autant que l'environnement soit suffisamment humide.
La maladie est transmise par les semences, et la pluie est le principal agent de
dissémination de la bactérie dans un champ.
Les mesures de contrôle sont
semblables à celles recommandées
pour la bactériose à halo (AGCD,
1989).

Figure 2: Bactériose commune du haricot


Source : AGCD, 1989
6

2.1.2.3 Taches bactériennes brunes (causé par : Pseudomonas syringae


pv. Syringae)

La maladie est caractérisée par de petites taches imbibées d'eau sur la face
inférieure des feuilles pendant le temps humide. Elles évoluent en taches
nécrotiques brun foncé, de formes irrégulières et de dimensions restreintes. Ces
symptômes sont difficilement discernables des symptômes initiaux de la
bactériose commune, ils n'évoluent cependant pas en plages nécrotiques et les
taches âgées sont très fréquemment trouées en leur centre, ce qui donne à la
feuille un aspect criblé assez typique. Les gousses attaquées montrent des
taches nécrotiques, parfois en anneaux ou des déformations chez certains
cultivars. La bactérie est dispersée par le vent aussi bien en période pluvieuse
(aérosol, impact des gouttes d'eau) qu'en période sèche (en suspension dans
l'air). Son spectre d'hôtes est très large et ce sont vraisemblablement les
populations épiphytes sur les adventices qui constituent la principale source
d'infection des cultures. Le faible connaissance concernant cette bactériose ne
permet pas la définition de mesures de contrôle spécifiques, celles
recommandées pour les autres bactérioses devraient aussi être d'appliquer
(AGCD, 1989).

Figure 3:Taches graisseuses Figure 4:Taches bactériennes


(causé par Pseudomonas brunes (causé par Pseudomonas
syringae pv. Phaseolicola) sur syringae pv.syringae) sur feuilles
gousses de haricot de haricot
Source : AGCD, 1989 Source : AGCD, 1989
7

2.1.3 Situation des maladies bactériennes des légumineuses dans notre


région
Les maladies le plus rependus sont : le mildiou causé par des champignon, et
les bactérioses, ainsi que des maladies virale. Comme tout les maladies
observés dans la région tropicale, les pertes du rendement occasionnées par les
maladies bactériennes sont estimées entre 20 et 100% (Rocafremi, 2002).

2.2 Culture du Soja

2.2.1 Description de la culture de soja


La plante de soja, dénommée Glycine Max, est originaire de Chine et appartient
à la famille des Légumineuses. Plante à double usage, le soja a des variétés très
libres qui produisent beaucoup de graines et une biomasse feuillue qui réagit
avec le nitrogène qui se trouve dans l’air. Cela fait que ces variétés ne sont pas
seulement bénéfiques pour la consommation humaine mais aussi pour le sol ce
qui fait que les autres types de plantes cultivés en alternance avec le soja
connaissent un accroissement de rendement de 30%. La plante de soja
commence à fleurir après environ cinq semaines suivant la plantation. Chaque
gousse de soja contient 2 à 3 graines. Le grain est de couleur jaune-crème,
marron ou une mixture. Les graines sont de forme ronde ou ovale (TSBF –CIAT,
2007).

2.2.2 Maladies bactériennes du Soja


Selon l’ AGCD (1989), la culture du soja connaît peu de maladies par rapport au
haricot, les maladies bactériennes du soja sont au nombre de deux :
 LA BACTERIOSE DU SOJA (causé par : Pseudomonas syringae pv.
Glycinea) et
 LE FEU BACTERIEN (causé par : Pseudomonas syringae pv. Tabaci)

2.2.2.1 Bactériose du soja (causé par : Pseudomonas syringae pv.


Glycinea)

Selon l’ AGCD (1989), les symptômes foliaires débutent par de petites taches
anguleuses, d'aspect aqueux, jaunes à brun clair. Les tissus du centre des
taches se dessèchent en prenant une coloration brune foncée à noire et sont
8

entourés d'une bordure jaune à jaune verdâtre. En conditions favorables au


développement de l'épidémie, la confluence des lésions aboutit à la nécrose de
portions parfois étendues du limbe. Par grand vent ou pluies violentes, le centre
des nécroses tombe, donnant à la feuille un aspect déchiré. Des attaques
sévères entraînent une défoliation prématurée des plantes. La même bactérie
peut provoquer une pourriture des semences, un flétrissement ou une
malformation des plantules, ainsi que des lésions brunes foncées à noires sur les
gousses. Des températures fraîches et une humidité élevée sont particulièrement
favorables au développement des épidémies. Les foyers d'infections naissent à
partir de semences infectées ou de débris de plantes contaminées sur le sol ou
dans le sol.
Source : AGCD, 1989

Pour réduire les dommages dus à la


bactériose du soja, il est conseillé de
ne pas planter des cultivars trop
sensibles dans les écologies
propices aux épidémies et de ne pas
semer les graines provenant de
champs fortement infectés.

Figure 5: Bactériose du soja:


causé par Pseudomonas syringae
pv.glycinea

Les débris de culture doivent être détruits ou enfouis profondément. Il faut


respecter une rotation avec des cultures autres que les légumineuses et éviter
de parcourir les champs de soja lorsque le feuillage est encore humide.

2.2.2.2 Feu bactérien (causé par : Pseudomonas syringae pv. Tabaci)

Le feu bactérien du soja se reconnaît par ses taches foliaires brunâtres,


arrondies, de quelques millimètres de diamètre, entourées d'un large halo
jaunâtre distinctement marqué. Par temps humide, ces lésions s'agrandissent et
confluent en zones nécrotiques étendues, elles aussi bordées d'un halo jaune
caractéristique, qui sèchent et se déchirent en vieillissant. Moins fréquent que la
9

bactériose, le feu bactérien peut cependant causer d'importants dégâts sur


certains cultivars de soja. Le même agent pathogène peut aussi attaquer le
tabac et le haricot (AGCD, 1989).

La bactérie survit dans les semences et les débris de cultures infectées. Elle est
dispersée par la pluie et un engorgement en eau des tissus foliaires lors
d'averses violentes prédispose les plantes à l'infection.

Pour réduire la sévérité des attaques


du feu bactérien. Les mesures de
contrôle recommandées pour la
bactériose du soja sont aussi à
appliquer.

Figure 6:Feu bactérien du soja (causé par : Pseudomonas syringae


pv.tabaci)
Source : AGCD, 1989

2.2.3 Exigence de la culture du soja

Comme tout les légumineuses le soja par son pouvoir de fixer l’azote
atmosphérique, n’exige pas un terrain avec du N en quantité élevée, par contre il
exige la fertilisation phosphatée. La floraison du soja est retardée par la longueur
de la période d'éclairement et accélérée par des jours plus courts, les différences
de durée d'éclairement régulent de façon efficace la floraison et la venue à
maturité aux latitudes tempérées. Toutefois, les variations saisonnières de la
durée du jour diminuent avec la latitude, ce qui a pour effet que la durée du jour
dans les zones tropicales varie peu, et ne dépasse jamais 14 heures. Avec des
journées aussi courtes, vient à maturité précocement, ce qui donne des plantes
de petite stature, à bas rendement, quoique l'on constate une certaine variabilité
génétique permettant un développement tardif (Miyasaka et al., 1970).
10

2.2.4 Comportement de la culture du soja face au stress biotiques et


abiotiques

Le soja connaît des protéines défensives végétales, certaines protéines


végétales, produites dans des conditions particulières, présentent un pouvoir
allergène. De récentes publications montrent aussi la présence d’autres
allergènes chez le soja, comme des protéases ou des inhibiteurs de trypsines.

2.2.4.1 Les stress biotiques


Les stress biotiques sont nombreux et ont pour origine les virus, les organismes
phytophages et les pathogènes. Afin d’y faire face, les plantes mettent en place
un système de défense faisant intervenir une chaîne de réactions. Les protéines
défensives végétales produites font office de rempart contre les nuisibles. Dans
le cas du soja, il s’agit d’inhibiteurs de protéase. En effet, les nuisibles sécrètent
des protéases et, en réponse, un « burst oxydatif » (BO) s’établit conduisant aux
transferts de signaux chimiques notamment par l’intermédiaire de l’éthylène. La
diffusion d’éthylène dans la plante permet d’acquérir une résistance globale face
aux nuisibles en sécrétant des protéines de défense souvent allergènes.
En ce qui concerne le soja, il a été montré que la sécrétion de protéine PR–10
SAM22 de la famille « bet v-1 like », est la réponse d’une attaque d’un
nématode. Les « bet v-1 like » sont connues pour leurs fortes allergénicités,
responsables notamment de la sensibilité au pollen du bouleau. Cela implique
alors un potentiel allergène à cette protéine SAM22. Le soja secrète également
des inhibiteurs de sérines protéase (STKI) pour se défendre des larves
d’insectes. La remarquable stabilité de STKI aux fortes températures et aux PH
acides est certainement impliquée dans son rôle d’allergène alimentaire
(Khaodhiar et al, 2008).

2.2.4.2 Stress abiotique


Pour de stress abiotiques, la sécheresse, le froid et la salinité sont des stress
abiotiques qui imposent aux plantes des changements métaboliques globaux.
Exemple : l’induction des acides phosphatases « purple » (PAP) par les stress
de la salinité chez le soja. Les acides phosphatases « purple » sont
11

communément trouvées chez les plantes comme le soja. Cependant, leurs


propriétés ne sont pas encore bien comprises. Une étude montre l’expression
qu’un nouveau gène GmPAP3 serait induit par le stress osmotique. Le stress au
NaCl provoque la traduction du gène, aussi bien pour les variétés sauvages
(Glycine soja), que pour les variétés cultivées (Glycine max). La synthèse des
protéines PAP ainsi induite conduit à un stress oxydatif (avec formation de H2O2).
En réponse à ce stress oxydatif, le soja forme des protéines allergènes comme
la thiol protéase (Gly m Bd 30K). (Khaodhiar et al, 2008)

2.3 Culture du maïs

2.3.1 Description de la culture du maïs


Le maïs est une plante tropicale herbacée annuelle de la famille des Poacées,
largement cultivée comme céréale pour ses grains riches en amidon, mais aussi
comme plante fourragère(Gay, 1999).

2.3.2.2 Le maïs avec les mauvaises herbes


Le maïs est sensible à la concurrence des plantes adventices très diverses qui
peuvent considérablement affecter le rendement. Les méthodes de lutte
reposent d’une part sur les façons culturales, s’agissant contrairement aux autres
céréales d’une culture sarclée, d’autre part sur le désherbage chimique. Le
sarclage mécanisé se pratique dans la première phase de croissance végétative,
mais est relativement coûteux(Gay, 1999).

2.3.2.3 Résistance naturelle du maïs


Les jeunes plants de maïs accumulent une substance particulière, l’acide
hydroxamique (2.4-dihydroxy-7-méthoxy-2H- 1.4-benzoxazine-2(4H)-un ou
DIMBOA) qui crée une résistance naturelle contre toute une série d’ennemis de
la plante : insectes, champignons et bactéries pathogènes. On trouve cette
substance, le DIMBOA, également chez les espèces apparentées, notamment le
blé. Le DIMBOA confère aux jeunes plants de maïs une résistance relative à la
pyrale (famille des Crambidae). Toutefois, cette résistance décline rapidement
dès que la plante a dépassé le stade six feuilles.
12

Lorsque le maïs est attaqué par des larves phytophages comme la chenille de la
pyrale, il émet des molécules volatiles qui attirent des insectes parasitoïdes
prédateurs du ravageur (Gay, 1999).

CHAPITRE III : LES SYSTEMES CULTURAUX

L’association et la rotation des cultures ces sont des systèmes culturales


ancestrale et assez répandue dans les pays de l’Afrique. A l’instar des
associations culturales, les rotations culturales sont pratiquées pour des raisons
d’amélioration de la fertilité et de diversification des revenus.

3.1 Culture pure (Monoculture)


La définition de la culture pure a été donnée par Charles en 1976. Elle clarifie le
terme comme une seule espèce et une seule variété (graminée ou légumineuse)
cultivées seules dans le champ. La monoculture postule l’occupation
permanente du sol ainsi qu’une homogénéité des plantes cultivées. Dans ce
système, le choix des variétés est basé sur le rendement et leur adaptation à la
mécanisation.

3.1.1 Avantages de la culture pure


Charles (1976) propose un certain nombre d'avantages de la culture pure. Parmi
ceux-ci nous retiendrons :
 Moins de problèmes pour lutter contre les adventices dans la culture ;
 Pas de problème d'exploitation lié aux différentes précocités des
espèces ;
 Planification aisée des apports des fertilisants ;
 Le choix variétal est plus facile à faire en fonction de l’objectif poursuivi.

3.1.2 Inconvénients de la culture pure


Beaucoup de ravageurs et maladies se multiplient plus rapidement dans une
monoculture que dans des cultures associées. Dans une monoculture, la
dispersion des insectes est plus facile et plus rapide (Shetty et al, 1987).
13

La culture pure est une pratique culturale qui aboutit à une sensibilité de la plante
vis à vis des ravageurs et elle exige, pour maintenir une fertilité acceptable, une
utilisation abondante d’eau, d’engrais chimique et d’autres intrants: le fait de
maintenir une seule espèce de plante sur un seul endroit aboutit à la sélection de
ravageurs très redoutables et à une diminution de la diversité biologique. Le
danger de la monoculture dans une agriculture intensive est illustré par de
nombreux exemples de développent dramatique d’épidémies :
Helminthosporium maydis sur le maïs aux Etats-Unis et de Puccinia striiformis
sur le froment en Europe occidentale (Pierrard, 1993).

3.1.3 Situation de la monoculture dans la région d’Umutara


Dans la région d’Umutara où le maïs constitue l’une des principales cultures, les
rendements sont obtenus au dépens de l’épuisement des réserves nutritives du
sol. Dans les systèmes actuels de culture du maïs, les restitutions volontaires
réelles n’existent presque pas; elles sont plutôt naturelles avec quelques rares
apports de fumure organique, avec sans jachères et la rotations culturales. La
culture continue du maïs entraîne une dégradation rapide du sol, une
prolifération des maladies, d’insectes et des adventices comme le striga.

3.2. Cultures associées


Implanter deux ou plusieurs cultures simultanément sur une même parcelle, au
cours de la même saison, est la pratique la plus courante chez les paysans des
zones subsahariennes. Les cultures associées occupent une place importante
dans les systèmes de production agricole des pays subsahariens. Elles sont
pratiquées dans toutes les zones de culture souvent sur des superficies
considérables. Au Mali, les enquêtes ont montré que la fréquence des cultures
associées est plus élevée que celle des cultures pures (Shetty et al, 1987). Elles
sont également pratiquées sur des superficies considérablement plus grandes
que celles des cultures pures.

3.2.1 Les types d’association de cultures


Les différents types d’association rencontrés sont fonction des zones agro
-climatiques (pluviométrie, sols etc.) et des habitudes alimentaires des
14

populations. Les associations les plus fréquemment rencontrées en Afrique


centrale concernent surtout les associations :
 Céréales/légumineuses,
 Légumineuse / légumineuse,
 Bananier/ légumineuse et
 Tubercules/légumineuse
Parmi les associations céréales/légumineuses observées, l’association
maïs/haricots est de loin la plus pratiquée par les producteurs.

Traditionnellement, les semences de maïs/haricots sont mélangées et semées


en vrac. Dans ces conditions, la concurrence inter-spécifique est trop importante
et ne favorise pas un bon développement et une bonne production des deux
espèces. D’autres paysans décalent la date de semis des deux espèces. Dans
ce système, le maïs qui constitue la culture principale est semé en premier lieu.
Le semis du haricot intervient au moment du premier sarclage soit 3 à 4
semaines après le semis du maïs. La concurrence interspécifique est moins forte
que dans le cas de semis simultané des deux espèces. De façon traditionnelle,
les associations sont pratiquées sans ordre bien défini avec une prédominance
du semis dans le même poquet. Des semis en lignes ou poquets alternés sont
également pratiqués. L’absence d’ordre défini rend difficiles les opérations
d’entretien et de récolte des cultures.

3.2.2 Les avantages de l’association culturale

L’importance des cultures associées a été longtemps reconnue en agriculture


pluviale. L’association des cultures peut non seulement offrir un avantage
substantiel au niveau du rendement total, mais aussi une plus grande stabilité
des rendements au cours de plusieurs saisons (Willey, 1979). Dans des cultures
associées, les insectes ont besoin de beaucoup plus de temps pour rechercher
les plantes hôtes; c’est le cas, par exemple des foreurs de tiges. On a constaté
que dans une culture associée de maïs avec du haricot, les attaques des foreurs
15

de tiges sont moins graves. Un autre avantage des cultures associées est que le
sol est utilisé plus efficacement( Hulet et Gosseye, 1986).

En outre, les cultures qui sont associées peuvent utiliser préférentiellement des
couches différentes du sol, ou avoir des exigences nutritives différentes. Les
avantages majeurs des associations culturales concernent :

 Une meilleure utilisation des ressources ;


 Bénéficier de l’effet protecteur face aux maladies ou répulsif face aux
ravageurs de certaines espèces.;
 Mieux couvrir le sol de façon à le rendre moins facilement envahissable
par les mauvaises herbes et moins sensible à l'érosion.
 Le mieux profiter de l’azote puisé dans l’air par les espèces appartenant à
la famille des légumineuses (haricot, soja, ...) et qui est libéré dans le sol
au fur et à mesure de la décomposition des racines ;
 Une plus grande stabilité des rendements ;
 Une diversification des cultures et une amélioration du revenu de
l’exploitation.
Les cultures associées occupent une place importante dans les systèmes de
production agricole des pays de l’Afrique. Elles sont pratiquées dans toutes les
zones de culture souvent sur des superficies considérables. Au Mali, les
enquêtes ont montré que la fréquence des cultures associées est plus élevée
que celle des cultures pures (Shetty et al, 1987). En effet l'association de
légumineuses offert une meilleure gestion de la matière organique et une
meilleure couverture du sol et, , par conséquent, diminue l’ envahissement par
les mauvaises herbes, réduction de l'érosion; amélioration de l'activité
microbiologique du sol, qui se traduit en un «travail biologique du sol »; réduction
de l'incidence des adventices, des ravageurs et des maladies; enfin, élimination
de certaines adventices nuisibles lors du labour pour mettre en place les cultures
annuelles (EMBRAPA-CPAC, 1992).
16

Les associations permettraient aussi un meilleur contrôle des mauvaises herbes


et des maladies (Bulson et al, 1997 ; Hauggaard-Nielsen et al, 2001). Ainsi, le
rendement de l’association céréale - légumineuse est généralement plus élevé
que la moyenne des rendements en culture pure (Corre-Hellou, 2005) et la
teneur en protéines de la céréale en association est significativement améliorée
(Bulson et al, 1997 ; Jensen, 1996).

3.2.3 Inconvénients de l’association culturale

3.2.3.1 Compétitions
Traditionnellement, les semences de mais et de haricot sont mélangées et
semées dans le même en vrac. Dans ces conditions, la concurrence inter-
spécifique est trop importante et ne favorise pas un bon développement et une
bonne production des deux espèces. De façon traditionnelle, les associations
sont pratiquées sans ordre bien défini avec une prédominance du semis dans le
même poquet. Des semis en lignes ou poquets alternés sont également
pratiqués. L’absence d’ordre défini rend difficiles les opérations d’entretien et de
récolte des cultures (Shetty et al, 1987).

3.2.3.2 Préparation du terrain et semis


Lors de l’évaluation participative, les pays de la région d’Umutara ont révélés que
la technique de l’association des cultures est très intéressant, Malgré leurs
intérêts de la diversification de récolte, il est très fatiguant et prennent beaucoup
du temps pour la préparation du terrain et le semis.

3.3 La rotation des cultures


La rotation des cultures est le pivot de tout système agricole durable. Elle offre la
méthode la plus efficace de lutte contre les ravageurs, les maladies et les
problèmes de mauvaises herbes, et d’entretien et d’enrichissement du sol. La
rotation des cultures peut limiter les flambées de mauvaises herbes favorisées
par un milieu de monoculture. Ses bienfaits comprennent notamment
l’accroissement de l’activité des micro-organismes du sol qui en retour peut
accroître la disponibilité des nutriments dont le phosphore. En effectuant une
17

rotation des cultures, on peut généralement augmenter les rendements de 10 à


15 % comparativement à la monoculture (Frick et Johnson, 2006).

La bonne rotation des cultures dépend du site, de l’agriculteur, de l’historique du


champ et de l’ensemble de l’exploitation agricole, mais une ligne à suivre en
matière de lutte aux mauvaises herbes est d’inclure le degré de diversité qui
vous convient dans l’alternance des cultures (Camara, 2000).

3.3.1 Importance de la rotation des cultures


Une bonne rotation est un outil efficace de lutte contre les mauvaises herbes, les
maladies et les carences en nutriments, et d’amélioration de la vigueur des
cultures. La rotation parfaite équilibre les besoins des cultures et du sol, le
calendrier des perturbations et les intérêts de l’agriculteur.

3.4 Densité des cultures


La couverture du sol peut être augmentée en augmentant la densité de culture.
En dépit d’une perception populaire que les densités faibles réduisent les risques
d’échec de la culture pendant les années de sècheresse, Payne (1997) a montré
que l’accroissement de la densité de semis a augmenté le rendement même
dans des conditions de faible fertilité. La couverture du sol peut être augmentée
aussi par l’introduction d’une culture en association. L’augmentation de la
production est attribuée à une plus grande efficacité de l’évapo-transpiration
(Nouri et Reddy, 1990 ; Grema et Hess, 1994). Les semis denses augmentent,
quant à eux, les risques de verse et de maladies cryptogamiques.

3.5 Les contraintes liés au système de culture dans la région d’Umutara


Les contraintes de la production agricole dans les zones subsahariennes dont le
Rwanda et la région d’Umutara fait partie, sont multiples et variées et concernent
essentiellement les contraintes abiotiques ou environnementales (sol, eau,
éléments nutritifs), les contraintes biotiques (maladies, insectes, adventices) et
les contraintes socio-économiques.
18

3.5.1 Contraintes abiotiques ou environnementales


Elles portent essentiellement sur les contraintes édaphiques et climatiques. Les
contraintes édaphiques ou contraintes liées au sol concernent la pauvreté des
sols en éléments fertilisants (N et P), une faible teneur en matière organique, une
acidité prononcée et une faible capacité d’échange cationique. Les pressions sur
les terres agricoles pluviales augmentent avec l’augmentation de la double
demande en nourriture. Ces pressions résultent de la poussée démographique.
Les ressources naturelles (sol, eau, nutriments) restent les mêmes, mais
l’amélioration de la gestion devient de plus en plus un passage obligé si nous
devons inverser la dégradation des ressources naturelles et développer un
système de production durable pour les exploitations agricoles des
communautés rurales. La reconnaissance croissante de la pauvreté des sols
comme le principal facteur limitant la production des cultures chez les fermiers
des pays subsahariens suscite un intérêt dans l’utilisation des données
provenant des études de fertilisation passées pour identifier des options
susceptibles d’améliorer la production agricole (Bekunda et Bationo, 1999).

Les facteurs climatiques sont essentiellement dominés par les pluies, les vents et
les températures. Dans la région d’Umutara, l’irrégularité des pluies, leur
mauvaise répartition dans le temps et dans l’espace et une forte demande
évaporative constitue l’un des facteurs limitant la production agricole. Dans cet
région, la pluviométrie a une incidence notable sur le potentiel productif des
cultures. Les faibles ressources en eau peuvent être valorisées par des pratiques
culturales appropriées. En effet, la bonne couverture végétale constitue une
composante essentielle dans la réduction de l’évaporation d’eau du sol des
surfaces nues. Par exemple, les cultures associées avec des légumineuses
comme le haricot et le soja permettent de mieux valoriser les ressources en eau
par une bonne couverture du sol par les légumineuses.

3.5.2 Contraintes biotiques


Les contraintes biotiques qui occasionnent des pertes substantielles de
rendement concernent les maladies, les insectes, les adventices et le faible
potentiel productif des variétés locales. Les maladies le plus rependus sont : le
19

mildiou causé par des champignon, et les bactérioses, ainsi que des maladies
virale. Les pertes de rendement occasionnées par cette maladie sont estimées
entre 20 et 100% (ROCAFREMI, 2002).

Les chenilles mineuses de tige sont des ravageurs importants de céréales dans
les zones subsahariennes. Dans ces zones, le complexe des insectes de
céréales est dominé par la chenille mineuse d’épis. (Bhatnagar, 1987 ; Ndoye et
Gahukar, 1989). Elle occasionnerait 10 à 20% de pertes, voire une perte quasi
totale des récoltes (Gahukar et al, 1986 ).

Les adventices occasionnent des pertes de rendement de l’ordre de 30% dans


les pays en voie de développement (Lagoke et al, 1988). Le fermier africain
utilise environ 40 % de son temps à l’entretien des parcelles alors que le fermier
des pays industrialisés utilise moins de 10 % de son temps pour contrôler les
adventices (Lagoke et al, 1988). L’utilisation des herbicides qui a fait ses preuves
dans les pays industrialisés constitue une stratégie de lutte acceptable
seulement dans les systèmes d’exploitation basés sur des cultures de rentes.
L’inadéquation entre le prix de production agricole et celui des herbicides limite
l’utilisation des pesticides dans les systèmes de culture traditionnels. Le
problème du striga comme adventice est spécifique en ce sens qu’il constitue
une contrainte majeure à la production de céréales même dans un champ propre
selon le degré de pauvreté et d’utilisation des parcelles et aussi compte tenu de
son degré d’association avec la culture hôte. Les pertes de rendement dues au
Striga sont estimées entre 1 et 80 % selon le degré d’infestation des parcelles
(Konaté, 1986).

3.5.3 Contraintes socio-économiques


Dans les pays subsahariens, la pauvreté, l’insécurité alimentaire compromettent
la génération et l’adoption de nouvelles technologies. Dans la plupart de ces
pays, les fortes croissances démographiques vont de paire avec une faible
productivité agricole. Généralement, le bas niveau des revenus limite la capacité
des producteurs à investir dans les nouvelles technologies. Les contraintes
20

socio-économiques se résument essentiellement au faible pouvoir d’achat des


producteurs, à l’inadéquation entre le prix des intrants agricoles et celui de la
production et aux difficultés d’accès aux équipements et aux crédits agricoles qui
limitent l’adoption de nouvelles technologies de production.

La problématique de l’approvisionnement du monde rural en équipements et


intrants agricoles se pose à la fois en terme de disponibilité au moment opportun
et leur coût trop élevé par rapport au prix de la production.
CHAPITRE IV : MATERIELS ET METHODES

4.1 Localisations du site expérimental

4.1.1Umutara Nord
La zone du nord de la région d’Umutara est constituée par le District de
Nyagatare de la Province de l'Est. Ses limites sont l'Ouganda au nord, la
Tanzanie à l'est, les Districts de Gatsibo (Province de l'Est) au sud et Gicumbi
(Province du Nord) à l'ouest.

4.1.1.1 Relief et climat du District de Nyagatare

Le District est situé dans la vallée basse dont l'altitude est de 1513 m. Le District
de Nyagatare connaît une petite quantité de pluies et des températures élevées.
Il est caractérisé par deux saisons: une longue saison sèche qui varie entre 3 et
5 mois avec un excédent annuel de la température variant entre 25,3°C et
27,7°C.

4.1.1.2 Sites expérimentaux dans la zone Nord de l’Umutara

Dans la région du Nord de l’Umutara, nous avons pris deux sites expérimentaux,
qui se trouvent dans le secteur de Katabagemu (coordonnée GPS : Alt. 1482 N/A
30.32567 S/N 1.42267).

4.1.2 Umutara du Sud


L’Umutara du sud est composé par le District de Gatsibo. Sa superficie est de
1585, 3 Km2. Il est constitué par la fusion de l’ancien District de Humure et
Rwimitereri, de 7 secteurs de l’ancien District de Ngarama, de 4 secteurs de
l’ancien District de Kahi, de 3 secteurs de l’ancien District de Rebero, de 2
secteurs de l’ancien District de Rwamiko et de 5 secteurs de l’ancien District de
Gabiro.

4.1.2.1 Relief et climat


La région de Gatsibo se trouve dans une dépression granitique dont l’altitude
moyenne est de 1550 m. Le District de Gatsibo s’étend sur le plateau et la
savane de l’Est du pays. Le District de Gatsibo est caractérisé par deux
principales saisons : une longue saison sèche et la saison de pluie qui est courte
et influence négativement la disponibilité hydraulique pour les activités agro-
sylvo-pastorales. La température moyenne annuelle varie entre 20,3°C et
21,7°C.

4.1.2.2 Sites expérimentaux dans la zone du sud de l’Umutara


Le choix des sites a été fait au hasard, mais le choix a été mené dans les
secteurs dont l’accessibilité est facile. Les champs expérimentaux ont été
installés à Rwimitereri (coordonnée GPS :Alt 1572 N/A 30.34625S/N 1.80119 et
Rugarama (coordonnée GPS :Alt. 1418N/A 30.44231S/N 1.69725) .

4.2 Matériels utilisés

4.2.1 Matériels végétal


Nous avons associé le maïs avec le haricot et le soja. Les variétés utilisées sont
des cultivars qui se sont montrés très productifs dans la région d’Umutara. Pour
le maïs nous avons utilisé le ZM607, le Peka6 pour le soja et le BRB194 pour le
haricot.

4.3 Méthodologie

4.3.1 Installation de l’essai


Du fait que les sites étaient dispersés, nous avons fait recours à un dispositif
expérimental en blocs complètement randomisés. Le dispositif avait neuf
traitements avec quatre répétitions, c'est-à-dire que chaque site a reçu une
répétition.
Les traitements sont les suivants :
To= Maïs + Soja (en vrac)
To*= Maïs + Haricot (en vrac)
T1= Maïs +Soja (2lignes:2lignes)
T1*= Maïs + Haricot (2lignes:2lignes)
T2= Maïs +Soja (1lignes:2lignes)
T2*= Maïs + Haricot (1ligne:2lignes)
T3= Soja (Monoculture)
T4= Haricot (Monoculture)
T5=Maïs (monoculture)

T0 T0* T2 T4 T1 T5 T1* T2* T3

T1 T5 T3 T0 T1* T2* T0* T4 T2

T3 T1* T5 T2* T0 T1 T4 T2 T0*

T2 T2* T0 T1* T3 T4 T1 T0* T5

Figure 7:Schéma du dispositif expérimental

Ce schéma représente le dispositif d’une seule site, ce qui signifie que chaque
site constitué une répétition. Les blocs sont dispersés. Les dimensions de la
parcelle sont : L=6 m, l=6m, c'est-à-dire que la superficie d’une parcelle
élémentaire est de 36 m2 et la superficie totale de la plantation est de 36 m 2*9
(sept traitements plus deux traitements qui constituent les témoins)*4 =1296m2.
Nous avons appliqués des écartements recommandés par le CIAT-TSBF dans
les essais expérimentale pour l’évaluation de la fertilité du sol. Les écartements
entre les plants sont de 75*5 cm pour le soja, 40*10 pour le haricot et de 75*25
cm pour le maïs.

4.3.2 Technique culturales

4.3.2.1 Préparation du terrain


Le champ d’expérimentation a été préparé au labour profond pour ameublir le sol
tout en éliminant les mauvaises herbes. Pour faciliter la décomposition et une
meilleure minéralisation, l’application de la fumure organique a été effectuée lors
de la préparation du sol comme il est recommandé qu’il faut incorporer le fumier
dans le sol au moins une à deux semaines avant la mise en place de la culture
(Henk, 2001). L’application de la fumure organique était homogène dans toute la
parcelle (30 kg/parcelle).

4.3.3 Culture

4.3.3.1 Système de culture


Nous avons planté les cultures suivant les différents systèmes de culture afin de
comparer leurs effets sur l’incidence des maladies bactériennes du haricot et du
soja. Par les mêmes systèmes culturaux nous avons pu évaluer l’abondance des
mauvaises herbes dans les champs après la récolte. Les systèmes utilisés sont
les suivants :
 Monoculture : la monoculture est faite sur les lignes avec respect des
espacements spécifiques de chaque culture.
 Association : la culture sur les lignes avec respect de l’écartement
spécifique de la culture, et le Système traditionnel (semis en vrac). Ici on
mélange toutes les cultures sans aucun respect des écartements ou
d’espacement.

4.3.3.2 Densités de semis


La couverture de la canopée peut être augmentée en augmentant la densité. En
dépit d’une perception populaire que les densités faibles réduisent les risques
d’échec de la culture pendant les années de sècheresse, Payne (1997) a montré
que l’accroissement de la densité de semis par hectare peut augmenter le
rendement et l’efficacité de l’évapotranspiration (ET) même dans des conditions
de faible fertilité. La densité de semis utilisé est différente selon le système de
culture appliqué, on avait le système traditionnel, c'est-à-dire culture en vrac, le
système de culture en ligne, le système Mbili (2 :2, deux lignes de légumineuse
et deux lignes de céréale) et le système de culture en deux lignes contre une
ligne (2 :1, deux lignes de légumineuse et une ligne de céréale. On a utilisé
également des écartements différents suivant le système de culture : 75 X 05 cm
pour la monoculture du soja et 40 X 10cm pour la monoculture du haricot (TSBF
–CIAT, 2007). Le système Mbili et le 2 :1, comme recommandé par le TSBF, on
a espacé de 33cm entre les lignes avec une écartement de 50cm entre les
plants du maïs(TSBF –CIAT, 2007).

4.4 Paramètres agronomiques observés

4.4.1 Effet de l’association culturale sur la croissance des cultures


(vigueur)
La vigueur des plants est un indicateur non négligeable dans l’évaluation de l’état
de santé et de la production de cultures. Nous avons utilisé l’échelle qu’on utilise
dans des institution de recherche agronomique comme l’ISAR et CIAT pour
évaluer la vigueur des plants, allant de 1 = très bonne….9 = très pauvre.
Pour évaluation la vigueur des cultures dans les différents traitements, nous
avons fait deux tours dans toutes les parcelles, c'est-à-dire après la germination
et à la formation des gousses (50%).

4.4.2 Sévérité des maladies


Pour évaluer la sévérité de maladies, conformément à l’échelle de Cobb, nous
avons fait recours à l’utilisation de l’échelle de cotation des maladies : Par
l’estimation de la surface occupée par des lésions sur la totalité de la feuille.
L’échelle que nous avons adapté est celle de l’ISAR (de 1=pas de symptômes
visible des maladies, et de 9=symptôme des maladies très sévères).

4.4.3 Incidence des maladies


L’évaluation de l’incidence des maladies a été faite par le comptage des plants
malades et exprimé en pourcentage des plants attaqués par rapport aux plants
sains.

4.4.4 Effet de l’association sur le rendement des cultures associées


Pour évaluer l’impact des associations culturales sur les rendements et la
productivité globale du système de culture, nous avons utilisé le ‘’ Land
Equivalent Ratio (LER)’’ pour comparer les traitements.
P : Pure
M :Mixte
Source : Mead and Willey, 1980
L’association culturale est dite efficace ou rentable quand le LER est supérieur à
1 et supérieur à 2 on conclut que la pratique de l’association culturale est très
rentable. C’est sur cette base, que nous avons évalué la rentabilité de
l’association de cultures.

4.4.6 Evaluation participative sur les techniques culturales


L’évaluation des techniques de culture (systèmes culturaux) a été faite entre la
période de formation des gousses et la récolte. Cette évaluation avait comme but
d’initier les fermiers à participer dans les activités de recherche en matière
agricole dans la région d’Umutara.

4.4.6.1 Méthodologie utilisé pour l’évaluation participative

Nous avons utilise des différentes couleurs : vert, rouge, rose et orange
Vert : pour dire bon (les hommes)
Rose : pour dire bon( les femmes)
Rouge : pour dire mauvais (les hommes)
Orange : pour dire mauvais (les femmes)
Le questionnaire se trouve dans l’annexe 4 de ce document.

4.5 Traitement des données


La collecte des données était fait en trois phases :
 A la germination,
 A la formation des gousses et
 Avant la récolte.
La saisie et l’analyse des données ont été faites à l’aide des logiciels Agres et
Excel.
CHAPITRE V : RESULTATS ET DISCUSSION

5.1 Effet de l’association culturale sur la croissance des cultures associées


La vigueur des plants est un indicateur non négligeable dans l’évaluation de l’état
de santé et de la production des cultures. Elle peut donc nous aider à estimer la
productivité de la culture. Les résultats d’analyse de la variance sont les
suivants :

Tableau 1:ANOVA pour les effets de l'association culturale sur la vigueur


après la germination
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------
-
Source df SS MS F PROB

TOT 31 60.875000 1.963710 4.3987


Rep 3 1.125000 0.375000 0.8400
Trt 7 50.375000 7.196429 16.1200 0.000 **
Err 21 9.375000 0.446429 1.0000

T 3 48.125000 16.041667 35.9333 0.000 **


C 1 0.000000 0.000000 0.0000 1.000 NS
TC 3 2.250000 0.750000 1.6800 0.202 NS
Err 21 9.375000 0.446429 1.0000
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------
-
CV = 10.02%
Moyenne=3.8125

L’analyse de la variance nous montre une différence hautement significative


entre les traitements et entre les types de techniques de culture utilisés, mais la
vigueur entre les cultures et l’interaction entre les techniques de culture et les
cultures n’ont pas de différence significative. L’association des cultures a une
très grande importance sur la vigueur des cultures associées (le cas des
céréales + légumineuse) par le fait que des légumineuses améliorer la fertilité du
sol par le pouvoir de fixer l’azote atmosphérique.

Après la séparation des moyenne nous avons obtenus des Groupes A constitué
par le T2, le Groupe B composés par le T1 et le Groupe C constitués par le T3 et
le T4. Le groupe A a montré une très grande influence sur la vigueur de culture
suiviè par le groupe B, et en fin le groupe C qui a une mauvaise vigueur.

Tableau 2: ANOVA pour les effets de l'association culturale sur la vigueur à


50% formation de gousses
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------
Source df SS MS F PROB
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------
TOT 31 64.000000 2.064516 1.7170
Rep 3 0.750000 0.250000 0.2079
Trt 7 38.000000 5.428571 4.5149 0.003 **
Err 21 25.250000 1.202381 1.0000

T 3 37.000000 12.333333 10.2574 0.000 **


C 1 0.500000 0.500000 0.4158 0.526 NS
TC 3 0.500000 0.166667 0.1386 0.936 NS
Err 21 25.250000 1.202381 1.0000
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------
CV = 32.66%
Moyenne=3.7500

Résultats de l’ANOVA montre que pour les effets de l’association culturale


observés après la germination. Donc les différences sont nettes pour les
différents types de techniques utilisés et pas de différence significative entre les
cultures, ainsi que pour l’interaction entre techniques et cultures. Hauggaard-
Nielsen (2003) affirme que les associations des cultures diminueraient les
risques de lixiviation des nitrates par rapport à des cultures de légumineuses.
Ainsi, les cultures associées peuvent être vigoureuses par rapport aux cultures
pures. La séparation des moyennes a révélée une distinction entre les
traitements comme suit : les traitements T1 et le T2 composent le groupe A qui
est le plus meilleur, les T3 et T4 sont dans le groupe B qui est mediocre.

5.2 Effet de l’association culturale sur la sévérité des maladies


bactériennes des légumineuses
Nous avons coté les maladies par l’utilisation de l’échelle de Cobb et en adaptant
celle utilisée par l’ISAR. Les résultats de l’analyse statistique sont compilés
dans les tableaux suivants :
Tableau 3: ANOVA pour les effets de l'association culturale sur la sévérité
des maladies bactériennes après la germination

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------
-
Source df SS MS F PROB
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------
-
TOT 31 62.000000 2.000000 6.4615
Rep 3 0.000000 0.000000 0.0000
Trt 7 55.500000 7.928571 25.6154 0.000 **
Err 21 6.500000 0.309524 1.0000

T 3 5.250000 1.750000 5.6538 0.005 **


C 1 45.125000 45.125000 145.7885 0.000 **
TC 3 5.125000 1.708333 5.5192 0.006 **
Err 21 6.500000 0.309524 1.0000
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------
-
CV = 22.36%
Moyenne=2.5000

Les observations et cotations des maladies après la germination nous ont révélé
des différences significatives entres les traitements, les types de techniques ainsi
qu’entre les cultures. La séparation des moyennes a manifestée une différence
remarquable entre les traitements ; le groupe A (T2) est le plus meilleur des
traitements, et en fin le groupe B (T1,T3,T4).
Sévérité des maladies bactériennes observée après la
germination

7
6
5
4 Haricot
3 Soja
2
1
0
Ass en vrac Ass2:2 Ass2:1 Mono
Techniques culturales

Figure 8 : Sévérité des maladies bactériennes de légumineuses en


association avec le maïs après la germination
La culture du soja a une très grande résistance aux différentes maladies et
ravageurs par rapport à la culture du haricot. Le soja connaît des protéines
défensives végétales qui le permet de se défendre contre un grand nombre des
maladies et ravageurs (Khaodhiar, et al, 2008). Selon notre observation, la
culture du soja a montré une résistance sur les maladies bactériennes des
légumineuses.

Tableau 4: ANOVA pour les effets de l'association culturale sur la sévérité


des maladies bactériennes à 50% formation des gousses
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------
-
Source df SS MS F PROB
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------
-
TOT 31 43.875000 1.415323 1.7613
Rep 3 2.125000 0.708333 0.8815
Trt 7 24.875000 3.553571 4.4222 0.004 **
Err 21 16.875000 0.803571 1.0000

T 3 10.125000 3.375000 4.2000 0.018 *


C 1 12.500000 12.500000 15.5556 0.001 **
TC 3 2.250000 0.750000 0.9333 0.442 NS
Err 21 16.875000 0.803571 1.0000
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------
-
CV = 25.94%
Moyenne=3.5625

Après l’analyse de la variance des observations faites à 50% de la formation des


gousses, nous avons pu distinguer une différence hautement significative entre
les cultures et les traitements. Les techniques d’association culturale ont une
différence significative sur la sévérité des maladies des cultures en pratique. La
pratique des associations de cultures entraîne des modifications
microclimatiques qui peuvent nuire à certains ravageurs et/ou pathogènes
(Mémento, 2002). La séparation des moyennes nous a révélée deux groupe
différentes ; le groupe A et le groupe B, dans le groupe A se trouve T2, et le T1
alors que dans le groupe B se trouve le T3 et T4.

Sévérité des maladies observées à 50% de formation des


gousses

6
Cotations des maladies

5
4
Soja
3
Haricot
2
1

0
Ass en vrac Ass2:2 Ass2:1 Mono
Techniques cutlurales

Figure 9: Sévérité des maladies bactériennes de légumineuses en


association avec du maïs à 50% de la formation des gousses

Comme des observations faites après la germination, la culture de soja lors des
observations à 50% de la formation des gousses, a également montré une
résistance aux maladies bactériennes plus que la culture du haricot.
La figure 10 nous montre l’importance des techniques culturales sur la sévérité
des maladies bactériennes des légumineuses en association avec les céréales.
L’association 2 :1 (deux lignes des légumineuses + une ligne de céréales), peut
avoir une influence sur la réduction de la sévérité des maladies bactériennes des
légumineuses. Ceci peut être justifié par l’action synergique des cultures
associées et un meilleur système de valorisation des ressources du milieu
(synergie) que les cultures pures, qu’il s’agisse de l’azote ou de la lumière.

Tableau 5 :ANOVA pour les effets de l'association culturale sur la sévérité


des maladies bactériennes avant la récolte
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------
-
Source df SS MS F PROB
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------
-
TOT 31 63.218750 2.039315 9.1974
Rep 3 1.593750 0.531250 2.3960
Trt 7 56.968750 8.138393 36.7047 0.000 **
Err 21 4.656250 0.221726 1.0000

T 3 1.843750 0.614583 2.7718 0.067 NS


C 1 52.531250 52.531250 236.9195 0.000 **
TC 3 2.593750 0.864583 3.8993 0.023 *
Err 21 4.656250 0.221726 1.0000
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------
-
CV = 10.24%
Moyenne=4.3438

L’analyse de la variance des données obtenues avant la récolte nous montre une
différence hautement significative entre les traitements et les cultures ainsi
qu’une différence significative entre l’interaction entre les techniques et les
cultures, mais il n’y a pas de différence entre les techniques culturales. La
séparation des moyennes nous a donnée un vue d’ensemble sur la sévérité des
maladies bactériennes des légumineuses, car nous avons obtenues deux
groupes qui sont le groupe A et le groupe B : dans le groupe A se trouve le T2
,T4 et le T3 ; dans le groupe B se trouve seulement le T1.

Sévérité des maladies observées avant la récolte

7
Cotations des maladies

6
5
4 Soja
3 Haricot
2
1
0
Ass en vrac Ass2:2 Ass2:1 Mono
Techniques culturales
Figure 10: Sévérité des maladies bactériennes de légumineuses en
association avec le maïs avant la récolte

La culture du soja montre toujours une meilleure résistance aux maladies


bactériennes par rapport au haricot. Et des recherches précédentes ont révélés
une résistance prononcée de la culture du soja par ses protéines défensives
végétales.

5.3 Effet de l’association culturale sur l’incidence des maladies


L’incidence des maladies signifie la quantité des plants malades par rapport aux
plants sains. Lors de notre recherche le comptage des plants malades a été
exprimé en % de tous les plants dans les parcelles utiles. L’analyse des résultats
y relatifs est présentée dans le tableau suivant.

Tableau 6: ANOVA pour les effets de l'association culturale sur l'incidence


des maladies bactériennes de légumineuses après la
germination
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------
-
Source df SS MS F PROB
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------
-
TOT 31 481.875000 15.544355 7.7954
Rep 3 21.625000 7.208333 3.6149
Trt 7 418.375000 59.767857 29.9731 0.000 **
Err 21 41.875000 1.994048 1.0000

T 3 27.625000 9.208333 4.6179 0.012 **


C 1 378.125000 378.125000 189.6269 0.000 **
TC 3 12.625000 4.208333 2.1104 0.129 NS
Err 21 41.875000 1.994048 1.0000
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------
-
CV = 35.68%
Moyenne=4.9375

Les résultats sur l’incidence des maladies lors de la première observation (après
la germination) nous montrent une différence hautement significative entre les
traitements, les techniques culturales et les cultures. L’interaction entre les
techniques culturales et les cultures ne montre pas de différence significative. La
séparation des moyennes nous a donnée le groupe A et le groupe B, dans le
groupe A qui est le meilleur des traitements on y trouve le T1,T4 et dans le
groupe B on y voit le T2 et T3.

Incidence des maladies bactériennes de légumineuses en


association avec du maïs après la germination
% des plants malades

12
10.25
10 9.25
7.75
8
6.25
Soja
6
Haricot
4
1.5 1.75 2
2 0.75
0
Ass en vrac Ass2:2 Ass2:1 Mono

Techniques culturales

Figure 11: Incidence des maladies bactériennes de légumineuses en


association avec du maïs après la germination
La figure 12 montre une incidence des maladies bactériennes plus élevée sur la
culture du haricot. L’effet de techniques culturales sur l’incidence des maladies
est clair car les cultures en ligne, en respectant l’écartement, ont montré une
faible incidence comparativement aux cultures en vrac (absence d’ordre défini
qui rend difficiles les opérations d’entretien). La monoculture à son tour a une
très grande influence sur l’incidence des maladies bactériennes par le manque
de barrières physiques à la propagation des maladies dans les cultures pures.

Tableau 7: ANOVA pour les effets de l'association culturale sur l'incidence


des maladies bactériennes de légumineuses à 50% de la formation de
gousses
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------
-
Source df SS MS F PROB
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------
-
TOT 31 1177.718750 37.990927 7.4978
Rep 3 30.343750 10.114583 1.9962
Trt 7 1040.968750 148.709821 29.3489 0.000 **
Err 21 106.406250 5.066964 1.0000

T 3 99.343750 33.114583 6.5354 0.003 **


C 1 892.531250 892.531250 176.1471 0.000 **
TC 3 49.093750 16.364583 3.2297 0.043 *
Err 21 106.406250 5.066964 1.0000
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------
-
CV = 27.02%
Moyenne=10.4063

Selon le tableau 7 de l’ANOVA, tous les facteurs ont montré une différence
hautement significative, sauf le cas des effets combinés des deux facteurs
étudiés sur l’incidence des maladies bactériennes observées à 50% de la
formation des gousses, qui a révélé une différence significative.
Incidence des maladies bactériennes des légumineuses en
association avec du maïs à 50% formation des gousses

25
% des plants malades

19.75
20 16.75
14.5
15 11.75 Soja
10 Haricot
5.25 6.25
5 4
5

0
Ass en vrac Ass2:2 Ass2:1 Mono
Techniques culturales

Figure 12: Incidence des maladies bactériennes des légumineuses en


association avec du maïs à 50% de la formation des gousses

A 50% de la formation des gousses, la culture de soja continue à manifester une


faible incidence des maladies par rapport à la culture du haricot. La figure 13
nous donne un résumé de la moyenne de pourcentage des plants malades par
chaque culture et les différentes techniques culturales. La technique
d’association 2 :1 a montré une très faible incidence, ceci est justifié par le fait
que l’association 2 :1 permet une bonne aération avec la pénétration de la
lumière dans les cultures.

Tableau 8 : ANOVA pour les effets de l'association culturale sur l'incidence


des maladies bactériennes avant la récolte
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------
-
Source df SS MS F PROB
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------
-
TOT 31 1277.875 41.221774 12.6604
Rep 3 41.125 13.708333 4.2102
Trt 7 1168.375 166.910714 51.2633 0.000 **
Err 21 68.375 3.255952 1.0000

T 3 77.125 25.708333 7.8958 0.001 **


C 1 1058.0 1058.00 324.9433 0.000 **
TC 3 33.25 11.083333 3.4040 0.037 *
Err 21 68.375 3.255952 1.0000
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------
-
CV = 15.73%
Moyenne=14.0625

L’analyse de la variance des données obtenues avant la récolte a révélé une


différence hautement significative entre les traitements, les techniques culturales
et les cultures, ainsi qu’une différence significative pour l’interaction entre les
techniques culturales et les cultures. Après la séparation des moyennes nous
avons pu identifier le groupe A et le groupe B, le groupe A constitue par le T2 T4
et le groupe B composé par le T1 et T3.

Incidence des maladies bactériennes de légumineuses en


association avec du maïs avant la récolte
25 23
21
% des plants malades

20 18.25
17

15 Soja
10.24 Haricot
10 8 8
7

0
Ass en vrac Ass2:2 Ass2:1 Mono
Techniques culturales
Figure 13: Incidence des maladies bactériennes de légumineuses en
association avec du maïs avant la récolte

Cette figure nous montre la faible incidence des maladies bactériennes de la


culture du soja en comparaison de celle observée chez le haricot. Comme nous
avons dit sur la sévérité des maladies des légumineuses, des recherches
précédentes ont montré que la culture de soja connaît une résistance prononcée
par des protéines défensives végétales. La technique d’association 2 :1 s’est
révélée plus efficace pour la réduction de l’incidence des maladies par la
valorisation des ressources du milieu (synergie) que les cultures pures, qu’il
s’agisse de l’azote ou de la lumière.

5.4 Effet de l’association culturale sur le rendement

Des cultures associées ont montré que ce système valorisait mieux les
ressources du milieu (synergie) que les cultures pures, qu’il s’agisse de l’azote
ou de la lumière. Les associations des cultures diminueraient les risques de
lixiviation des nitrates par rapport à des cultures de légumineuses. Ainsi,
l’association d’une céréale avec une légumineuse peut permettre l’augmentation
du rendement des céréales (Hulet and Gosseye, 1986). C’est à partir de ces
références que nous avons évalué l’avantage de mélanger les cultures et les
résultats obtenus sont satisfaisants.

5.4.1 Le LER pour le système traditionnel (semis en vrac)


Selon la formule : LER = (RdtM as / RdtM pu + RdtN as / RdtN pu), notre
évaluation de la productivité des cultures associées a abouti aux résultat
suivants : pour la culture du haricot, le LER est égal à 1.425 ce qui signifie que
l’association est avantageuse. Pour le soja on a trouvé un LER égal à 1.573 qui
justifie également l’importance de l’association maïs-Soja sur la productivité dans
les conditions d’un système traditionnel.

5.4.2 Le LER pour le système Mbili (2 :2)

La même formule a été utilisée pour évaluer le système Mbili et les résultats
obtenus sont les suivants : LER pour le haricot est de 1.86, ici le système est
rentable. Alors que pour le Soja le LER est de 2.112 ; l’association en système
Mbili est très rentable car, le LER est supérieur à 2.

5.4.3 Le LER pour le système 2 :1

La procédure était la même pour l’évaluation de l’impact de l’association des


cultures en système 2 :1. Les résultats obtenus sont les suivants : Le LER pour
l’association haricot-maïs est de 2.054 et le LER pour l’association Soja- maïs
était de 2.061. On peut affirmer que le système 2 :1 est très rentable car, deux
types d’association ont abouti à un LER supérieur à 2. Dans ces systèmes de
culture, les plantes sont bien aérées.

5.5 Evaluation participative sur l’association culturale

L’implication des fermiers dans le processus de génération et d’évaluation des


technologies de production agricole a été longtemps ignorée ou volontairement
négligée. Il est important de corriger cette lacune en impliquant d’avantage les
utilisateurs des résultats de recherche dans le processus de génération et de
transfert de technologies. L’un des avantages de cette approche est l’obtention
rapide des feed-back sur les technologies de production proposées. C’est dans
ce cadre que dans notre recherche nous avons fait intervenir les fermiers de la
région d’Umutara dans l‘évaluation des technologies. Les évaluations ont été
faites après la formation des gousses.

5.5.1 Les critères d’évaluation

Avant de commencer notre évaluation les fermiers ont fixé les critères
d’évaluation à suivre pour leur permettre de comparer les différentes techniques
culturales. Ces critères étaient : la vigueur, la main d’œuvre, la résistance aux
maladies et autres stress.

5.5.2 Résultat de l’évaluation


Après l’évaluation, 96% des fermiers hommes et 98% des fermiers femmes qui
étaient présents dans l’exercice ont affirmés que la culture du soja est plus
résistante aux maladies des légumineuses par rapport au haricot. Aussi 84%
des hommes ont choisis l’association 2 :1, 9% ont choisis l’association 2 :2 et 7%
préférés l’association traditionnelle. Le groupe des femmes étaient un peu
différentes aux hommes car 68% préférés l’association 2 :1, 31% ont choisis le
technique traditionnelle, et 1% a choisie l’association 2 :2. En ce qui concerne le
coût de la main d’œuvre, 92% des hommes et 100% des femmes ont conclus
que la technique traditionnelle est moins coûteuse.
CONCLUSION ET RECOMMANDATIONS
Pour lever les contraintes majeures de production que rencontrent les fermiers
de la région d’Umutara, nous avons mené une étude dans les domaines de
l’agronomie et des techniques culturales et la défense des cultures.
L’analyse statistique des résultats obtenus ainsi que l’évaluation faite par les
paysans producteurs nous a permet de tirer les conclusions et recommandations
suivantes :
Au point de vue technique culturale qui pourrait être pratiquée dans la région
d’Umutara, nous avons constaté que l’association du maïs avec le soja est très
appropriée par le degré de l’amélioration du sol et la résistance aux stress, ainsi
que pour son importance dans l’alimentation humaine et animale dans la région
d’Umutara. L’association 2 :1 (c’est-à-dire deux lignes de légumineuses + une
ligne de maïs) s’est révélé être une bonne technique, soit sur le point de la
résistance aux maladies et le rendement satisfaisant car son LER est supérieur à
2. Cette technique a également montré une faible incidence quant aux
mauvaises herbes.

On peut ainsi conclure que dans les conditions climatique de la région


d’Umutara, l’association culturale de maïs et du soja a une très grande influence
sur la production agricole, car toutes les observations faites et des analyses ont
mis en évidence la distinction de la culture du soja par rapport au haricot, mais
on ne peut pas proposer qu’on rejette la culture du haricot par son importance
non négligeable dans notre alimentation par sa richesse en protéines.
Cependant, les résultats d’une seule expérience pendant une seule saison
culturale ne peuvent pas nous permettre d’avoir une conclusion définitive.

A la lumière des résultats de cette étude, nous pouvons dégager quelques


suggestions et recommandations :
- que des essais similaires puissent être entrepris pour tirer une conclusion
définitive.
- Il faut également entreprendre une étude sur la profitabilité de la culture du soja
comparativement au haricot dans la région d’Umutara.
- on recommande aux services agricoles en collaboration avec les institutions de
recherche et d’extension agricole dans la région d’Umutara, de faire participer les
fermiers dans les activités d’évaluation des technologies en agriculture et aux
fermiers de faciliter le transfert des technologies.
BIBLIOGRAPHIE

1. AGCD - Coopération Belge, 1989, Maladies et ravageurs des cultures de la


région des grands lacs d'Afrique Centrale (No. 24). (AGCD - Coopération Belge,
1989, 232 p.)
2. B. Frick, E. Johnson, 2006 .La rotation des cultures en agriculture biologique,
ferme expérimentale de Scot, Coordonnatrice pour les Prairies Centre
d’agriculture biologique du Canada ; Saskatchewan, Canada.

3. Bekunda M.A. ; Bationo A. et Ssali H. 1999. Soil fertility management in Africa : a


review of selected research trials. In Replenishing Soil Fertility in Africa. SSSA
Special Publication Number 51.63-73.

4. Bhatnagar, V.S. 1987. Conservation and encouragement of natural enemies of


insects pests in dryland subsistance farming: problems, progress and prospects
in the subsahelian zone. Ins. Sci. Appl. 8, 791-795).

5. Bulson H. A. J., Snaydon R. W., Stopes C. E. 1997. Effects of plant density on


intercropped wheat and field beans in an organic farming system. Journal of
agricultural science, 128, 59-71

6. Camara M. 2000. Dates de semis et perceptions paysannes dans les zones de


Cinzana, Baramandougou et Koporo pen. Mémoire de fin de cycle de IPR/IFRA
Katibougou, Mali.

7. Carsky, R.J., Singh, L. and Ndikawa, R. 1994. Suppression of Striga


hermonthica on sorghum using a cowpea intercrop. Experi-mental Agriculture
30:349-358.

8. Charles J-P. 1976. Expérience acquise en Suisse dans le domaine des


associations et des mélanges graminées-légumineuses en comparaison avec les
cultures pures. Fourrages n° 66, p.77-92. 1976. 16 p.

9. Corre-Hellou G. 2005. Acquisition de l’azote dans des associations pois-orge


(Pisum sativum L.– Hordeum vulgare L.) en relation avec le fonctionnement du
peuplement. Thèse de doctorat de l’université d’Angers, 709.

10. District de Gatsibo, 2007. Le plan de développement du District de Gatsibo


2008-2012.

11. EMBRAPA. 1992. Relatório Técnico Anual, 1988-1991. Sete Lagoas, MG, Brésil,
EMBRAPA-CNPMS.247pages

12. Hauggaard-Nielsen H., Ambus P., Jensen E. S. 2003. The comparison of


nitrogen use and leaching in sole cropped versus intercropped pea and barley.
Nutrient Cycling in Agroecosystems, 65 (3),289-300.
13. Henk Waaijenberg., 2001.Le jardin potager sous les tropiques, Agronus
fondation. Wageningen, Pays-Bas.
14. Hulet, H.,and P. Gosseye. 1986. Effect of intercropping cowpea on dry matter
and grain yield of millet in the semi-arid zones of Mali. P. 396. InI. Haque et al.
(ed.) Potential of forage legume in farming systems of sub-saharan Africa.
Proceeding of a workshop held at ILCA, Addis Ababa, Ethiopia. 16-19 Sept.
1985.

15. J.P. Gay, 1999, Maïs, mythe et réalité, éd. Atlantica, page 116 (ISBN 2-84394-
128-8)

16. Jensen E. S. 1996. Grain yield, symbiotic N2 fixation and interspecific


competition for inorganic N in pea-barley intercrops. Plant Soil, 182, 25-38.

17. Khaodhiar L., Ricciotti H., Li L., Pan W., Scickel M., Zhou J., Blackburn G.,
“Daidzein-rich isoflavone aglycones are potentially effective in reducing hot
flashes in menopausal women”, Menopause, January 2008, Vol 15, Pages 125-
134.

18. Konaté, A. 1986. Striga in Mali. Pages 58-61, in: Proceedings of the FAO/OAU
All African Governement Consultation on striga control, 20-24 October 1986.
Maroua, Cameroun.

19. Lagoke, S.T.O. 1988. Striga in Nigéria. Pages 68-75, in: Proceedings of the
FAO/OAU All African Governement Consultation on striga control, 20-24 October
1986. Maroua, Cameroun.

20. MINECOFIN, 2003 Indicateur de développement, Kigali, Rwanda

21. Miyasaka, S., Guimarães, G., Kiihl, R.A.S., Lovadini, L.A.C. et Dematte, J.D.
1970. Variedades de soja indiferentes ao fotoperiodismo e tolerantes à baixas
temperaturas. Bragantia, 29: 169-173.

22. National Academy of Sciences 1996. Lost Crops of Africa. Volume I Grains.
National Academy Press Washington, DC, 1996

23. Ndoye, M. et Gahukar, R.T. 1989. Les insectes ravageurs du mil à chandelles
dans le Sahel. African Journal of Plant protection 4 (2): 1-43.

24. Nouri, M., and K.C. Reddy. 1990. Utilisation de l’eau par le mil et le niébé en
association et en culture pure. In M.V.K. Sivakumar et al. (ed.) Soil water balance
in the soudano-sahélian zone. Proceedings of an international workshop,
Niamey, Niger. 18-19 febr. 1991. IAHS Publ. 199. Int. Assoc. of Hydrological
Sciences, Wallingford, UK.
25. Oswald, A., Ransom, J.K., Abayo, G., Kroschel, J. and Sauerborn, J. 1997.
Intercropping - an option for Striga control. In: Proceedings of the 16th Biennial
Weed Science conference for Eastern Africa, Kampala 15-18 September 1997.
Adipala, E., Tusiime, G. and Okori, P. (Eds.), pp. 261-266.
26. Payne, W.A, 1997. Managing yield and water use of pearl millet in the sahel.
Agron. J. 89:481-490.
27. PIERRARD, G, 1993. Les méthodes alternatives à la lutte contre les ennemis
des cultures. Communication présentée au séminaire national sur l’impact de
l’utilisation des pesticides sur l’environnement et la santé humaine :cas du Niger.
Niamey, 21-25 juin 1993.

28. Rapport du Sénat sur « la qualité de l’eau et assainissement en France », mars


2003. L’atrazine, annexe 47, Paris, Framce.

29. ROCAFREMI, 2002. Sélection et Mise à Disposition des Paysans de Variétés et


de Semences Appropriées. Des Résultats du Projet P1 : 1991-1996

30. Shetty, S.V.R., B. Keïta, A. Coulibaly et I. Kassambara, 1987. Cultures associées


au Mali: progrès de la recherche agronomique. In les Cultures Associées au
Mali. Communications présentées au Séminaires sur les cultures associées au
Mali Bamako.
31. TSBF –CIAT, 2007, Le guide du fermier sur la culture du soja à double usage,
Tropical Soil Biology and Fertility Institute of the International Centre Tropical
Agriculture (TSBF –CIAT), Nairobi, Kenya.
32. Willey, R.W, 1979. Intercropping: Its importance and research needs.Part 1.
Competition and yield advantages. Fld. Crops Abstr. 32 (1): 1-10.

33. Willey, R.W, 1979. Intercropping - Its importance and research needs. Part 2.
Agronomy and research approaches. Field Crop Abstracts 32:73-85.
Annexes

Annexe 1. Les LER pour les différentes systèmes de cultures


Le LER pour le système Mbili(2:2)
Soja Maïs Haricot Maïs
1480 12852 1930 8294
1420 11029 1590 9102
1508 10293 1740 10934
1860 8923 1890 9281
Moyennes 1567 10774.25 1787.5 9402.75

0.913 1.199 0.814 1.046


1.199 1.046
LER 2.112 1.86

Le LER pour le système 2:1


Soja Maïs Haricot Maïs
1640 10284 2340 9918
1580 11266 1850 10280
1734 9364 2108 9384
1805 7829 2005 10292
Moyennes 1689.75 9685.75 2075.75 9968.5

0.984 1.077 0.945 1.109


1.077 1.109
LER 2.061 2.054

Le LER pour le système traditionnelle


Soja Maïs Haricot Maïs
1570 7348 1230 6485
1530 6354 1608 6926
1370 7564 1405 5748
1403 4563 1803 7362
Moyennes 1468.25 6457.25 1511.5 6630.25

0.855 0.718 0.688 0.737


0.718 0.737
LER 1.573 1.425
Annexes 2. Echelle de cotation des maladies

Echelle de cotation caractéristique de la bactériose communes des légumineuses


Annexe 3 : Carte de la région d’Umutara

Annexe 4 : Questionnaire pour l’évaluation participative

Site :..........................................
District :.....................................
Secteur :....................................
Cellule :....................................
Village :....................................
Association ou
Coopérative :.....................................
Nombre des membres effectifs :.......
Nombre des hommes :......
Nombres des femmes :..........
Nombres des hommes présents :....
Nombres des femmes présentés:....
Nombres de couleurs :........
Vert :........
Rouge :.......
Rose :......
Orange :........