Vous êtes sur la page 1sur 46

Les normes IAS/IFRS

 Présentation du programme
Introduction

 Section 1 : Le processus d’adoption des normes


comptables internationales
 Section 2 : Le cadre conceptuel de l’IASB
 Section 3 : Exercice corrigé
Chapitre 1 : Les états financiers
(IAS1)
 Section 1 : Les composantes de l’IAS1 et les principes à respecter
 Section 2 : Le bilan
 Section 3 : Le compte de résultat et l’état de résultat global
 Section 4 : L’état des variations des capitaux propres
 Section 5 : Le tableau de flux de trésorerie
 Section 6 : Les notes annexes
 Section 7 : Exercice corrigé
Chapitre 2 : Actifs non courants
 Section 1 : Les immobilisations corporelles et la dépréciation des
immobilisations (IAS36)
 Section 2 : Les immobilisations incorporelles (IAS38)
 Section 3 : Les actifs financiers (IAS32 ; IAS39 ; IFRS9)
 Section 4 : Les immeubles de placement (IAS 40)
 Section 5 : Les contrats de location (IAS 17)
 Section 6 : Les contrats de construction (IAS 11)
 Section 7 : Exercice corrigé
Chapitre 1. Etats financiers (IAS 1)
Un jeu complet d’états financiers comprend :
- l’état de la situation financière (bilan) ;
- l’état de résultat global ;
- l’état des variations des capitaux propres ;
- l’état de flux de trésorerie :
- les notes.
SECTION 1 : LES COMPOSANTES DE L’IAS 1 ET
LES PRINCIPES A RESPECTER.
L’objectif de la présente norme est de prescrire
une base de présentation des états financiers à
usage général, afin qu’ils soient comparables
tant aux états financiers de l’entité pour les
périodes antérieures qu’aux états financiers
d’autres entités.
L’IAS 1 énonce les dispositions générales
relatives à la présentation des états financiers,
des lignes directrices concernant leur structure
et les dispositions minimales en matière de
contenu. Les principes ont été déjà définis dans
le cadre conceptuel mais la norme ISA 1 les
décrit à nouveau.
► Image fidèle : Les états financiers doivent
présenter une image fidèle de la situation
financière, de la performance financière et des
flux de trésorerie d’une entité. La présentation
d’une image fidèle nécessite une représentation
fidèle des effets de transactions, autres
événements et conditions selon les définitions et
les critères de comptabilisation des actifs, des
passifs, des produits, et des charges exposées
dans le cadre conceptuel.
Une entité dont les états financiers sont
conformes aux IFRS doit procéder à une
déclaration explicite et sans réserve de cette
conformité dans les notes. Des états financiers ne
doivent être déclarés conformes aux IFRS que
s’ils sont conformes à toutes les dispositions des
IFRS.
► Continuité d’exploitation : Les états
financiers doivent être établis sur une base de
continuité d’exploitation sauf si la direction a
l’intention, ou n’a pas d’autre solution réaliste, de
liquider l’entité ou de cesser son activité. Lorsque
la direction prend conscience, à l’occasion de
cette appréciation, d’incertitudes significatives
liées à des évènements ou des conditions
susceptibles de jeter un doute important sur la
capacité de l’entité à poursuivre son activité, ces
incertitudes doivent être indiquées.
► Méthode de la comptabilité d’engagement :
Une entité doit établir ses états financiers selon la
méthode de la comptabilité d’engagement, sauf pour
les informations relatives aux flux de trésorerie.
Lorsque la méthode de la comptabilité d’engagement
est utilisée, les éléments sont comptabilisés en tant
qu’actifs, passifs, capitaux propres, produits et
charges lorsqu’ils satisfont aux définitions et aux
critères de comptabilisation pour ces éléments définis
dans le cadre conceptuel.
► Permanence de la présentation : La
présentation et la classification des postes dans les
états financiers doivent être conservées d’une période
à l’autre, à moins :
o qu’il soit apparent, à la suite d’un changement important de
la nature des activités de l’entité ou à un examen de la
présentation de ses états financiers, qu’une autre
présentation ou classifications serait plus adéquate eu égard
aux critères de sélection et d’application des méthodes
comptables selon la norme IAS 8 ;
o ou qu’une norme ou une interprétation impose une
modification de la présentation.
► Importance significative : Chaque catégorie
significative d’éléments similaires doit faire l’objet
d’une présentation séparée dans les états financiers.
Les éléments de nature ou de fonction dissemblables
sont présentées séparément, sauf s’ils sont
significatifs.
► Compensation : Les actifs, passifs, produits, et
charges ne doivent pas être compensés sauf si cette
compensation est imposée ou autorisée par une
norme ou une interprétation.
► Informations comparatives : Sauf autorisation
ou disposition contraire d’une norme ou d’une
interprétation, des informations comparatives au titre
de la période précédente doivent être présentées pour
tous les montants figurant dans les états financiers.
Des informations comparatives sous forme narrative
et descriptive doivent être incluses lorsque cela est
nécessaire à la bonne compréhension des états
financiers de la période.
SECTION 2 : LE BILAN
Il n’y a pas de présentation obligatoire du bilan.
Cependant, le bilan doit être présenté en
distinguant actifs et passifs courants et non
courants ou à défaut actifs et passifs court
terme et long terme. Certains postes doivent
obligatoirement figurer au bilan.
I. DISTINCTION ENTRE COURANTS ET NON COURANTS

Une entité doit présenter séparément au bilan


les actifs courants et non courants, et les passifs
courants et non courants, sauf lorsqu’une
présentation selon le critère de liquidité apporte
des informations fiables et plus pertinentes.
Lorsque cette exception s’applique, tous les
actifs et passifs doivent être généralement
présentés par ordre de liquidité.
Actifs courants
Un actif doit être classé en tant qu’actif courant
lorsqu’il satisfait à l’un des critères suivants :
 on s’attend à ce qu’il soit réalisé, ou il est destiné à
la vente ou à la consommation, dans le cadre du
cycle normal de l’exploitation de l’entité :
 il est détenu principalement aux fins d’être négocié ;
 on s’attend à ce qu’il soit réalisé dans un délai de
douze mois après la date de clôture ;
 il s’agit de trésorerie ou d’équivalent de trésorerie
(tels que définis dans la norme IAS7), sauf s’il ne
peut être changé ou utilisé pour régler un passif
pendant au moins douze mois à compter de la date
de clôture.
Tous les autres actifs doivent être classés
en tant qu’actifs non courants. Il s’agit par
exemple des immobilisations et des créances de
longue durée.
Passifs courants
Un passif doit être classé en tant que passif
courant lorsqu’il satisfait à l’un des critères
suivants :
 l’entité s’attend à régler le passif au cours de son
cycle d’exploitation normal ;
 il est détenu principalement aux fins d’être négocié
 il doit être réglé dans les douze mois âpres la date
de clôture
 l’entité ne dispose pas d’un droit inconditionnel de
différer le règlement du passif pour au moins douze
mois à compter de la date de clôture.
Tous les autres passifs doivent être classés en
passifs non courants. C’est le cas par exemple
des emprunts dont l’échéance excède 12 mois.
II. INFORMATIONS A PRESENTER AU BILAN

Au minimum, le bilan doit comporter des


postes présentant les montants suivants :
 (a) immobilisations corporelles
 (b) immeubles de placement
 (c) immobilisations incorporelles
 (d) actifs financiers (à l’exclusion des montants indiqués (e), (h) et (i)) ;
 (e) participations comptabilisées selon la méthode de la mise en équivalence ;
 (f) actifs biologiques
 (g) clients et autres débiteurs ;
 (i) trésorerie et équivalents de la trésorerie ;
 (j) fournisseurs et autres créditeurs ;
 (k) provisions
 (l) passifs financiers (à l’exclusion des montants indiqués selon (j) et (k) ;
 (m) passifs et actifs d’impôt différé, tels que définis dans la norme IAS 12. « Impôts sur le résultat »
 (n) passifs et actifs d’impôt différé, tels que définis dans la norme IAS12 :
 (o) intérêts minoritaires, présentés au sein des capitaux propres ;
 (p) capital émis et réserves attribuables aux porteurs de capitaux propres de la société mère.
III. MODELE DE BILAN CONFORME A LA NORME IAS 1
Actif Montant Passif Montant
Actifs non courants Capitaux propres
Immobilisations incorporelles Capital émis
Immobilisation corporelles Réserves et résultats
Titres de participations Passifs non courants
Prêts Emprunt
Actifs courants Provisions
Stocks Passifs courants
Créances clients et autres créances Dettes fournisseurs
Trésorerie Provisions
Emprunts et découverts
Total Total
SESTION 3 LE COMPTE DE RESULTAT ET
L’ETAT DE RESULTAT GLOBAL
Les entreprises doivent publier deux niveaux de
résultat, le résultat net et le résultat global.
La norme IAS 1 prévoit deux options de
présentations : un seul état financier
nommé « état de résultat global », ou deux états
financiers, le compte de résultat et l’état de
résultat global. Le résultat peut être présenté en
classant les charges par nature ou par
destination.
I. DISTINCTION ENTRE COMPOSANTES DU RESULTAT NET
ET AUTRES COMPOSANTES DU RESULTAT GLOBAL

Plusieurs normes du référentiel IFRS prévoient


que certains produits et charges soient
comptabilisés directement en capitaux propres,
c’est-à-dire ne transitent pas par le résultat.
Ces produits et charges constituent les autres
composantes du résultat global(ou les gains et
pertes comptabilisés directement en capitaux
propres, selon la terminologie proposée par
l’ANC en France). Cela qui signifie qu’ils ne
font pas partie du résultat net mais entrent dans
le résultat global. Il s’agit :
 Des variations des écarts de réévaluation d’actifs corporels et incorporels (IAS 16) ;
 Des pertes et les gains actuariels sur engagements de retraite (IAS 19) ;
 Des pertes et les gains liés à la conversion des états financiers libellés en devises
(IAS 21) ;
 Des pertes et les gains liés à la réévaluation des actifs financiers disponibles à la
vente (IAS 39) ;
 Des pertes et les gains liés aux opérations de couverture de flux de trésorerie (IAS
39).
Les autres produits et charges sont considérés
comme des composantes du résultat net.
II. PRESENTATION DU COMPTE DE RESULTAT OU DE L’ETAT
RESULTAT GLOBAL PAR NATURE DE CHARGES

Une entité doit présenter une analyse des


charges en utilisant une classification reposant
soit sur la nature des charges, soit sur leur
destination (fonction) au sein de l’entité, en
choisissant la méthode qui fournit des
informations fiables et plus pertinentes.
A. METHODE DES CHARGES PAR NATURE
La première forme d’analyse est appelée
méthode des charges par nature. Elle consiste à
regrouper les charges du compte de résultat
selon leur nature (par exemple, dotation aux
amortissements, achats de matières premières,
frais de transport, avantages du personnel,
dépenses de publicité), et à ne pas les réaffecter
aux différentes fonctions de l’entité. Cette
méthode peut être simple à appliquer car elle
ne nécessite aucune affectation des charges aux
différentes fonctions.
B. METHODE DES CHARGES PAR DESTINATION (FONCTION)
La deuxième forme d’analyse est appelée
méthode des charges par destination ou
fonction du « cout des ventes ». Elle consiste à
classer les charges selon leur fonction dans le
coût des ventes ou, par exemple, dans le coût
des activités commerciales ou administratives.
Selon cette méthode, une entité présente au
moins son coût de vente séparément des autres
dépenses. Cette méthode peut fournir des
informations plus pertinentes pour les
utilisateurs que la classification des charges par
nature mais l’affectation des coûts aux
différentes fonctions peut nécessiter des
affectations arbitraires et implique une part de
jugements considérable.
Les entités classant les charges par fonction
doivent fournir des informations
supplémentaires sur la nature des charges, y
compris les dotations aux amortissements et les
charges liées aux avantages du personnel.
Le choix entre la méthode des charges par
fonction et la méthode des charges par nature
dépend de facteurs à la fois historiques et liés
au secteur d’activité ainsi qu’à la nature de
l’entité. Ces deux méthodes fournissent une
indication des coûts pouvant être soumis à des
variations directes ou indirectes en fonction du
niveau des ventes ou de la production de
l’entité. Comme chacune des deux méthodes de
présentation comporte des avantages selon les
types d’entités, la présente norme impose à la
direction de sélectionner la présentation la plus
pertinente et la plus fiable. Toutefois, puisqu’il
est utile d’avoir des informations sur la nature
des charges pour prédire les flux de trésorerie
futurs, la présentation d’informations
supplémentaires est imposée lorsque la
méthode des charges par fonction est utilisée.
L’entité doit indiquer soit au compte de résultat
soit dans l’état des variations des capitaux
propres, soit encore dans les notes, le montant
des dividendes comptabilisés au titre de
distributions aux porteurs de capitaux propres
au cours de la période, ainsi que le montant
correspondant par action.
III. SYNTHESE : LES DIFFERENTES PRESENTATIONS DU
COMPTE DE RESULTAT OU DE L’ETAT DE RESULTAT
GLOBAL.
A. PRESENTATION DU COMPTE DE RESULTAT OU DE L’ETAT DE
RESULTAT GLOBAL PAR NATURE DE CHARGES
Nous présentons un état de résultat global
unique présenté par nature de charges,
première option proposée par IAS 1
Etat de résultat global par nature de charges
Eléments Montant
Ventes
Variation de stocks des produits finis (production stockée) +
Revenu de locations +
Consommation de MP -
Charges externes -
Impôts et taxes -
Charges de personnel -
Dotations aux amortissements et aux provisions -
Autres produits +
Résultats financier -
Impôts sur les bénéfices -
Résultat net
Réévaluation des immobilisations corporelles +
Variation des écarts de conversion +
Total des autres composantes du résultat global +
Résultat global
B. PRESENTATION DU COMPTE DE RESULTAT OU DE L’ETAT DE
RESULTAT GLOBAL PAR DESTINATION
Nous proposons un état de résultat global unique présenté par
destination

Etat de résultat global par destinations


Eléments Montant
Ventes
Couts des produits vendus -
Frais de commercialisation -
Frais de recherche -
Frais d'administration général -
Autres produits +
Résultats financiers -
Impôts sur les bénéfices -
Résultat net
Réévaluation des immobilisations corporelles +
Variation des écarts de conversion +
Total des autres composantes du résultat global +
Résultat global
Exercice 2
 Production de l’exercice : 140 pièces.
 Couts de production : 100 FCFA par pièces (dont 60 pour les
matières premières et 40 pour les salaires).
 Stock initial produits finis : 0.
 Ventes de l’exercice : 100 pièces.
 Prix de vente : 130 FCFA par pièces.
Présentez le compte de résultat :
1. Avec un classement des charges par nature ;
2. Avec un classement des charges par destination/fonction
Solution
1. Compte de résultat par nature de charge

CDR par nature


Eléments Montant
Ventes 13 000
Variation de stocks des produits finis 4 000
Consommation de MP -8 400
Charges de personnel -5 600
Impôts sur les bénéfices -1 000
Résultat net 2 000
Réévaluation des immobilisations corporelles +
Variation des écarts de conversion +
Total des autres composantes du résultat global +
Résultat global 2 000

2. Compte de résultat par destination


CDR par destinations
Eléments Montant
Ventes 13 000
Couts des produits vendus -10 000
Impôts sur les bénéfices -1 000
Résultat net 2 000
Réévaluation des immobilisations corporelles +
Variation des écarts de conversion +
Total des autres composantes du résultat global +
Résultat global 2 000

SECTION 4 L’ETAT DES VARIATIONS DES


CAPITAUX PROPRES
Il n’existe pas de norme propre décrivant les
variations des capitaux propres. Seule l’IAS 1
traite de l’état des variations des capitaux
propres.
I. OBJECTIF

À partir du 1er janvier 2009, le seul objectif de


l’état de variation des capitaux propres est de
présenter les transactions de l’entité avec ses
actionnaires. Les charges et les produits qui ne
transitent pas par le résultat mais par les
capitaux propres, comme les écarts de
conversion, les écarts de réévaluation, les écarts
actuariels liés aux engagements de retraite sont
présentés dans l’état du résultat global comme
« autres éléments du résultat global».
II. CONTENU

L’entité doit présenter un état des variations


des capitaux propres présentant :
 le résultat global total de la période ;
 les montants des transactions avec les propriétaires agissant en
cette qualité.
L’entité doit indiquer, soit dans l’état des
variations des capitaux propres, soit dans les
notes, le montant des dividendes
comptabilisés au titre des distributions aux
propriétaires au cours de la période, ainsi que
le montant correspondant par action.

SECTION 5 : LE TABLEAU DE FLUX DE


TRESORERIE
Le tableau de flux de trésorerie est obligatoire
et fait partie de la norme IAS 1. Son contenu
est décrit dans la norme IAS 7.
SECTION 6 LES NOTES (ANNEXE)
L’annexe est le cinquième document de synthèse. Il
n’existe pas de norme propre aux notes. Les notes
sont traitées dans chacune des normes IAS /IFRS et
des interprétations, sans faire l’objet d’une norme
spécifique. Elle permet d’améliorer l’information
auprès des actionnaires et d’atteindre le principe
d’image fidèle.
SECTION 7. EXERCICES AUTOCORRIGES
Exercices 3 : Présentation du compte de résultat par nature, par
destination selon la norme IAS1

Enonce
 Vente de 200 000 unités de produits finis à 200F l’unité.
 Production de 150 000 unités de produits finis en N
 Stock initial de produits finis au 01/01/N : 75 000 unités à 100 F
 Achats de 195 000 composants à 50 F l’unité. Il faut un composant par unité de
produit fini. Le stock initial de composants était de 10 000 unités à 50 F.
 Charges de personnel : 8 000 000 F dont 5 600 000 F concernent le personnel de
production, 1 400 000 F le personnel commercial et 1 000 000 F le personnel
administratif.
 Dotation aux amortissements du matériel industriel : 600 000 F
 Loyer du siège social : 100 000 F
 Frais de transport des produits vendus 2 F par unité vendue.
 Les stocks sont valorises en premier entre, premier sorti.

Présentez le compte de résultat :


1. Avec un classement des charges par nature ;
2. Avec un classement des charges par
destination.
Exercice 4 : Présentation du bilan selon la norme IAS 1
Enonce : La société ATBK est une société de droit
gabonais qui établit ses états financiers selon les règles du
PCGO, mais qui est concernée par le passage aux normes
IFRS.
Bilan de la SA ATBK (avant affectation) au 31/12/N (en kFCFA)
Actif immobilisé Capitaux propres
Immobilisations incorporelles 200 Capital social 600
Immobilisations corporelles 800 Réserves 300
Immobilisations financières 450 Résultat de l'exercice 90
Provisions pour litiges 30
Actif circulant Dettes
Socks de marchandises 250 Dettes financières 500
Créances clients 400 Dettes fournisseurs 400
VMP 100 Dettes fiscales et sociales 300
Disponibilités 20
Total 2 220 Total 2 220
Informations complémentaires
(1) Les immobilisations financières sont constituées de titres de
participations pour 400 et d’un prêt accorde à une filiale pour un
montant de 50. Ce prêt doit être rembourse dans 6 mois.
(2) Les créances clients ont une échéance inferieure 12 mois.
(3) Les provisions pour litiges concernent un litige avec un salarié. La
décision du tribunal est attendue dans 3 mois.
(4) Les dettes financières comportent 100 F de découverts.
(5) Les dettes fournisseurs ont une échéance inférieure à 12 mois.
(6) Aucune distribution de dividendes n’est prévue.
Présenter le bilan de la société ATBK selon la présentation
courant/non courant requise par la norme IAS1.

Vous aimerez peut-être aussi