Vous êtes sur la page 1sur 120

fonction

linge
La

dans
les établissements
de santé
Éléments d’approche méthodique

Troisième édition
Année 2010
BLANCHISSERIE PROFESSIONNELLE

Electrolux fait
confiance
à ses Hommes
Vous pouvez
leur faire confiance

RCS TROYES 592 880 587 - Photographe Gaël Van Dongen tous droits exclusifs Electrolux Laundry Systems France

La relation client Electrolux,


une question d’Hommes
Rassemblés dans un réseau historique, présent sur toute la
France, les Hommes du réseau Andromède, experts en
blanchisserie, sont les Ambassadeurs pour la pérennité de la
relation client. Porté par le développement durable qui replace
l’Homme au centre du progrès, Electrolux accompagne
ces Hommes au cœur du développement technique,
économique, social et culturel pour la satisfaction client.

www.laundrysystems.electrolux.fr
Avant
propos

Le guide de la fonction linge a été élaboré à partir des réflexions d’un groupe d’ex-
perts réunis sous l’égide du ministère de la santé. Il s’adresse aux responsables des
établissements de santé.

Ce guide constitue un référentiel pour les établissements de santé qui font l’objet
d’une réflexion sur la fonction ligne. Il doit permettre aux décideurs et profession-
nels de la fonction linge, de trouver les solutions les mieux adaptées à leur situa-
tion. L’obligation d’une réflexion globale et territoriale avant toute décision de
refaire est un point central dans l’élaboration de ce guide.

La nécessité de maîtriser la fonction linge, à l’heure d’une maîtrise globale des


dépenses de santé, des enjeux économiques, de la mise en place des pôles, de la
T2A, stimule la connaissance des coûts. La démarche de l'externalisation ou la
coopération inter hospitalière dans le traitement de la fonction linge sont large-
ment développées dans ce guide. Ces choix qui permettent à l'hôpital de se recen-
trer sur ces missions de base axées vers les fonctions de soins, doivent être guidés
par l’obligation de résultats économiques et de qualité prouvés, pouvant être éga-
lement obtenus par la structure intégrée.

Un certain nombre d’accidents graves se sont produits dans les blanchisseries.


Dans la plupart des cas ces accidents ont eu lieu dans un contexte de travaux et/ou
de changement d’équipement et ont concerné les opérateurs travaillant dans les
blanchisseries. Il est donc nécessaire de bien veiller à sécuriser l’ensemble de la
chaîne de production en respectant l’ensemble des consignes de sécurité.

Ce guide est un outil d’aide à la décision, Il intègre les réflexions, l’expérience et


les travaux menés ces dernières années dans les établissements de santé publics
et privés.

J’exprime mes remerciements à l’ensemble des membres du groupe de travail qui,


par leur expérience, ont contribué à l’élaboration de ce document dont l’utilisa-
tion devrait permettre de renforcer le niveau de connaissance et le niveau de sécu-
rité des établissements de santé.

Annie Podeur
Directrice Générale de l’Organisation des Soins

LA FONCTION LINGE DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ 1


Sommaire

Première partie

LA FONCTION LINGE : APPROCHE ANALYTIQUE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.15

Chapitre 1 • Eléments d’analyse qualitative . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.16


1.1 – La typologie des articles textiles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.16
1.2 – L’évolution des articles textiles et des prestations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.17
1.3 – Les articles à usage unique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.21
1.4 – Les approvisionnements. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.22
• A – UNIHA . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.22
• B – Guide de l’achat public . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.23
1.5 – Le marquage et la traçabilité du linge . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.27
1.6 - La durée de vie des articles et le rapport qualité/prix . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.30
1.7– Les recommandations et les normes relatives aux textiles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.33
1.8 – La réglementation REACH . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.35
• A – les obligations réglementaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.35
• B – les substances problématiques dans le secteur textile . . . . . . . . . . . . . . . . p.38
• C – les labels prenant en compte la santé-sécurité du consommateur. . . . . . . p.43

Chapitre 2 • Eléments d’analyse quantitative . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.44


2.1 – Le comptage au kg ou à la pièce . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.44
2.2 – La maitrise de l’inflation des consommations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.44
2.3 – La gestion des “stocks” . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.46
2.4 – Les pertes et les destructions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.47

Chapitre 3 • Eléments d’analyse économique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.50


3.1 – Les tableaux de bords . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.50
3.2 – La connaissance et l’analyse des coûts . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.55
3.3 – Le prix de revient et la facturation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.56
3.4 – La comparaison des coûts . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.57

LA FONCTION LINGE DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ 3


Deuxième partie
LA FONCTION LINGE : APPROCHE ORGANISATIONNELLE . . . . . . . . . . . . . . . . . p.59

Chapitre 4 • Les principales sections fonctionnelles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.60


4.1 – La collecte du linge sale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.60
4.2 – Le transport du linge sale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.61
4.3 – Le pesage et le comptage du linge sale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.61
4.4 – Le stockage du linge sale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.61
4.5 – Le tri du linge sale ou propre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.61
4.6 – Le lavage-essorage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.62
4.7 – Le pré-séchage et le séchage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.63
4.8 – Le transport et la manutention du linge humide propre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.63
4.9 – La finition du linge plat . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.63
4.10 – La finition des VT et du linge en forme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.64
4.11 – La finition du linge séché . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.64
4.12 – La finition de l’habillement des résidents et des patients . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.64
4.13 – Le conditionnement et le stockage du linge propre. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.64
4.14 – La distribution du linge propre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.65
4.15 – Le stockage du linge neuf . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.65
4.16 – Le raccommodage et le marquage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.65
4.17 – La maintenance des bâtiments et des équipements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.65
4.18 – Autres sections . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.66
• L’informatique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.66
• Le stockage et la distribution des produits lessiviels et chimiques. . . . . . . . . . p.66
• La gestion et le nettoyage des chariots . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.66
• Les distributeurs automatiques de vêtements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.66

Troisième partie
PROBLEMATIQUE DU TRAITEMENT DU LINGE : QUELLE STRATEGIE ? ....... p.69
Chapitre 5 • Les seuils de productivité dans le traitement du linge ..................... p.70
5.1 – Détermination de seuils de viabilité financière et de productivité/rentabilité ................ p.70
• 5.1.1 - Finition en sécheuses-repasseuses (articles GP et PP) .......................... p.70
• 5.1.2 - Finition en tunnels de finition (linge en forme) ................................... p.70
• 5.1.3 - Finition avec séchoirs ......................................................................... p.70
• 5.1.4 - Finition avec matériel de pressing ...................................................... p.71
5.2 - Conclusions et recommandations ............................................................................... p.71

Chapitre 6 • Grandes options et choix ............................................................................... p.72


6.1 - Bien faire .................................................................................................................... p.72
6.2 - “Faire seul” ................................................................................................................ p.72
6.3 - “Faire avec” - la coopération inter hospitalière ............................................................ p.73
• 6.3.1 - Les structures de coopérations envisageables ..................................... p.74
• 6.3.2 - Conclusions sur la logique du “faire avec” ........................................ p.79
6.4 - “Faire faire” ................................................................................................................ p.79
• 6.4.1 L’externalisation confrontée eu droit de la commande publique ............p.80
• 6.4.2 avantages et inconvénients de l’externalisation .................................... p.84
• 6.4.3 examen particulier de la formule de location/entretien du linge ............p.85
6.5 - Résumé de la démarche .............................................................................................. p.85

Chapitre 7 • Le montage et la programmation d’un projet ...................................... p.86


7.1 – Le choix du marché public .......................................................................................... p.86
7.2 - Le bail emphytéotique hospitalier ................................................................................ p.88
7.3 - Le programme ............................................................................................................ p.89
7.4 - Le montage financier .................................................................................................. p.91

4 LA FONCTION LINGE DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ


28
79 28 2
5 55 79
V PUBLIDEC - 05 8V
FORMATIONS ET CONSEIL
EN BLANCHISSERIE & FONCTION LINGE

Formations diplômantes
CAP de blanchisserie (EATEI) ;
GESTIONNAIRE DE LA FONCTION LINGE
EN ETABLISSEMENT DE SANTE (niveau III, code NSF 240t)
qui permet l'accès au grade de Technicien Supérieur Hospitalier

Formations de base et perfectionnements


connaissance des textiles, achats textiles,
actualisation des connaissances, lavage, finition, hygiène,
maintenance, organisation, gestion,
management, qualité, accréditation, RABC…

Audits et accompagnement
diagnostic, faisabilité, organisation, restructuration, démarche qualité,
méthode RABC…

10 r ue Claude Gelée - 88026 EPINAL CEDEX


Téléphone : 0820 20 30 38 - Télécopie : 03.29.64.01.88
E - m a i l : f l e v r e y @ vo s g e s . c c i . f r - t a r n a u l t @ vo s g e s . c c i . f r
S i te s : w w w.au di t- fo r m ati o n - blan ch i ss e r i e .c o m - w w w.vo sge s .cc i .f r
Quatrième partie

LE CONTEXTE DE LA BLANCHISSERIE ............................................................................ p.93

Chapitre 8 • Les ressources humaines en blanchisserie .............................................. p.94


8.1 – Les emplois et les compétences .................................................................................. p.94
8.2 – La formation .............................................................................................................. p.95
8.3 – Les fiches métiers ....................................................................................................... p.98
8.4 – Les postes de travail ................................................................................................... p.99
8.5 – Méthode de calcul des effectifs .................................................................................. p.99
8.6 – Les éléments de motivation ...................................................................................... p.102
Chapitre 9 • La gestion des risques .................................................................................... p.104
9.1 – La prévention des risques ......................................................................................... p.104
9.2 – Le document unique : une obligation ....................................................................... p.104
9.2 – Les travaux en blanchisserie : guide des bonnes pratiques de sécurité ....................... p.105
9.3 – Le plan de prévention ............................................................................................... p.105
9.5 – La maîtrise du risque infectieux ................................................................................ p.106
9.6 – Le risque juridique pour l’employeur ......................................................................... p.107

Chapitre 10 • Les démarches qualités ............................................................................... p.108


10.1 - La qualité des prestations et la “relation client” ...................................................... p.108
10.2 - La certification des établissements de santé ............................................................ p.108
10.3 - La norme RABC ...................................................................................................... p.109
10.4 - La certification ISO 9001 ....................................................................................... p.109
10.5 – La certification de services ...................................................................................... p.110
10.6 – La gestion documentaire ........................................................................................ p.111
10.7 – Les indicateurs qualité ............................................................................................ p.111
10.8 – tableau comparatif ................................................................................................. p.112

Chapitre 11 • L’environnement ........................................................................................... p.113


11.1 – La pollution des eaux ............................................................................................. p.113
11.2 – Diminution des ressources en eau ......................................................................... p.116
11.3 – Pollution des sols et sous-sols ................................................................................. p.116
11.4 – Génération de déchets ........................................................................................... p.117
11.5 – Diminution des ressources énergétiques ................................................................. p.118
11.6 – Nuisances sur le voisinage et les milieux naturels .................................................... p.118
11.7 – Pollution atmosphérique ........................................................................................ p.119
11.8 – Les installations classées pour la protection de l’environnement (ICPE) .................... p.119
11.9 – La blanchisserie « durable » .................................................................................... p.122

Récapitulatif des principaux ratios .................................................................................... p.123

6 LA FONCTION LINGE DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ


Une gamme complète, un service spécialisé …
… Faîtes appel Le
à dechoix
vrais professionnel
professionnels!
de ll’entretien
entre du textile
Pour tous vos projets en entretien
du textile, faîtes appel à de vrais
pprofessionnels : qualité de l’étude,
du conseil
c et de la prescription, de
l’installation et de la maintenance...
l’ins
laissez-nous vous accompagner dans
laiss
votre projet et reposez-vous sur la
votr
fiabilité et la qualité de grandes marques
fiabi
reconnues.
reco
Lavage et séchage, lavage aseptique,
Lava
sécheuses-repasseuses, sécheuses-
séch
repasseuses-plieuses et finition,
repa
découvrez notre gamme complète.
déc

> LE S
SPÉCIALISTE
SPÉCIALIS
ISTE
STE D
DU
U MATÉRIEL FROID GRANDE
GRAND
NDE
ECCU
CUISINE ET ENTRETIEN DU TEXTILE
EBERHARDT FRÈRES DISTRIBUTEUR EXCLUSIF POUR LA FRANCE • 18 rue des Frères Eberts
BP 30083 • F-67024 STRASBOURG CEDEX 1 • Tél. : 03 88 65 71 71 • Fax : 03 88 39 28 58 www.eberhardt-pro.fr

<EJ<D9C<
GIyJ<IMFEJ EFKI< GC8EßK< 

<8L <E<I>@< <EM@IFEE<D<EK


<ZfcXY K\ok`c\ :Xi\ $ /# il\ Ifl^\k$[\$C`jc\ $ 0)++) @jjp$c\j$Dflc`e\Xlo Z\[\o $ K„c% '( +' 0* 0* .' $ =Xo '( +' 0* 0* /+
nnn%\ZfcXY%Zfd
ANNEXES

1ère PARTIE
Chapitre 1
Annexe 01 • Fiches techniques d’articles textiles ............................................................... p.126
Chapitre 3
Annexe 01 • Découpage de la fonction linge à l’hôpital ..................................................... p.139
Annexe 02 • Ratios / indicateurs ....................................................................................... p.141
Annexe 03 • Exemple de tableau de bord ......................................................................... p.142
Annexe 04 • Exemple de calcul de prix de revient ............................................................. p.143
Annexe 05 • Recueil de données / base de données logistique des CHU ........................... p.148

2e PARTIE
Chapitre 4
Annexe 01 • Extrait du guide URBH « La fonction linge dans les maisons de retraite
et les centres d’hébergements de longs et moyens séjours » .............................................. p.151
Annexe 02 • Distribution de linge propre ........................................................................... p.170

3e PARTIE
Chapitre 5
Annexe 01 • Fiches métiers spécifiques à la blanchisserie du répertoire des métiers............ p.182
Chapitre 7
Annexe 01 • Eléments indicatifs relatifs à la composition du programme .......................... p.191

4e PARTIE
Chapitre 9
Annexe 01 • Extrait du guide URBH-CTTN IREN « pour l’application en blanchisserie
de l’évaluation des risques pour la sécurité et la santé des travailleurs » ............................ p.196
Annexe 02 • Extrait du guide FOBLATEX « travaux en blanchisserie,
guide des bonnes pratiques de sécurité »........................................................................... p.212
Annexe 03 • Exemple de formulaires pour l’élaboration d’un plan de prévention écrit ....... p.231
Annexe 04 • Extrait du guide COTEREHOS « hygiène appliquée
à la fonction linge dans les établissements de santé » ........................................................ p.237
Chapitre 10
Annexe 01 • Certification des établissements de santé
Chapitre 11 ................................................................................................................................... p.268
Annexe 01 • Classification des activités suivant la nomenclature des ICPE ...........................p.270

8 LA FONCTION LINGE DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ


PRINCIPAUX SIGLE UTILISÉS

ADEME ............................. Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie


AOP .................................. Appel d’Offres sur Performances
ASH .................................. Agent des Services Hospitaliers
AS ..................................... Aide Soignant(e)
ARS .................................. Agence Régionale de Santé
BIH . .................................. Blanchisserie Inter hospitalière
CE ..................................... Marquage CE : Communauté Européenne
CLIN .................................. Comité de Lutte contre les Infections Nosocomiales
CMP .................................. Code des Marchés Publics
CRAMA ............................ Caisse Régionale d’Assurance Maladie de la Région Aquitaine
CSP ................................... Code de la Santé Publique
CTTN / IREN ..................... Centre Technique de la Teinture et du Nettoyage /
Institut de la Recherche sur l’Entretien et le Nettoyage
DSSI .................................. Direction du Service de Soins Infirmiers
EPI .................................... Equipement de Protection Individuelle
GCS .................................. Groupement de Coopération Sanitaire
GIE .................................... Groupement d’Intérêt Economique
GIP .................................... Groupement d’Intérêt Public
GP ..................................... Linge Grand Plat
GPEM ............................... Groupement Permanent d’Etudes des Marchés
HACCP .............................. « Hazard Analysis, Critical Control Points » =
Analyses des Risques et Maîtrise des Points Critiques
HAS .................................. Haute Autorité de Santé
ICPE .................................. Installation Classée pour la Protection de l’Environnement
ISO ................................... « International Standard Organization »
Organisation Internationale de la Normalisation
LE ..................................... Laveuse-Essoreuse
LP ..................................... Linge Propre
LS ..................................... Linge Saleb fru

PC ..................................... Polyester – Coton (polycoton)


PP ..................................... Linge Petit Plat
PTD ................................... Programme Technique DétailléB FRU
SIH .................................... Syndicat Inter hospitalier

SR ..................................... Séchage / Repassage


URBH ................................ Union des Responsables de Blanchisseries Hospitalières
UU .................................... Article à Usage Unique
VT ..................................... Vêtement de Travail (tenue du personnel)

LA FONCTION LINGE DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ 9


L’élaboration de ce guide a été réalisé sous l’égide de :
La DIRECTION GÉNÉRALE DE L’ORGANISATION DES SOINS (DGOS),
a été assuré par :
L’UNION DES RESPONSABLES DE BLANCHISSERIES HOSPITALIERES (URBH)
Présidée par :
Thierry DESENZANI
Représentée par :
Laurence DUPREZ-BRULE (coordinateur)
Florent BACHELIN
Thierry BORGNE
Virginie DEBOURCES
Remi HANSER
Pascale LAMBERT

Et l’appui technique :
De Synergie Homme Entreprise en la personne de Bernard Mercuzot
De l’IFTH en la personne de Matthieu Houdeville

EDITEUR
Associés en Edition - 201 avenue Pierre-Brossolette - 92120 Montrouge
Tél. 01.42.5331.07 - Fax 01.42.53.61.00 - E-mail : entretien.magazine@wanadoo.fr - www.entretien-magazine.fr

Imprimerie
Imprimerie de Champagne - ZI les Franchises - 52200 Langres
Dépôt légal - Septembre 2010

10 LA FONCTION LINGE DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ


INDEX DES ANNONCEURS

ADIEX MECHIN ................................................................................ p 31


ANDROMEDE ..................................................................................... p 5
ASSOCIÉS EN ÉDITION ............................................................... 3e Couv
CAP INGELEC .................................................................................... p 31
CCI DES VOSGES ................................................................................ p 5
CHRISTEYNS SA ............................................................................... p 20
COFITEX ........................................................................................... p 26
CTTN-IREN ........................................................................................ p 25
DANUBE INTERNATIONAL .............................................................. p 13
EBERHARDT & FRÈRES ...................................................................... p 7
ECOLAB .............................................................................................. p 7
ELECTROLUX LAUNDRY SYSTEMS FRANCE .............................. 2e Couv
GIRBAU ....................................................................................... 4e Couv
GRANJARD & FILS ............................................................................ p 31
GROUPE MULLIEZ FLORY ................................................................ p 26
JENSEN FRANCE ............................................................................... p 32
KANNEGIESSER FRANCE ................................................................. p 14
MATEURO FRANCE .......................................................................... p 13
MAXI PRESS ..................................................................................... p 19
PRIMUS ............................................................................................ p 19
ROLAND VLAEMYNCK TISSEUR ..................................................... p 20
SANCHEZ INDUSTRIE ....................................................................... p 25
SCLESSIN PRODUCTIONS ................................................................ p 14
SCOFOB ............................................................................................ p 26
SODILEC ........................................................................................... p 25
STEFANY EMBALLAGES ET SERVICES ............................................ p 32
SYNERGIE HOMMES ENTREPRISES ................................................. p 25
T.E.R. ................................................................................................. p 26
ZARGAL ............................................................................................ p 20

LA FONCTION LINGE DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ 11


PRÉSENTATION DE L’URBH
(Union des Responsables de Blanchisserie Hospitalière)

L'URBH est une association professionnelle reconnue qui regroupe près de 300 professionnels de la
fonction linge hospitalière dans plus de 250 établissements publics, de santé et d'hébergement répartis
sur l’ensemble du territoire français.
L’URBH a pour objectif de promouvoir la blanchisserie hospitalière en contribuant à l’élaboration et la
diffusion des connaissances nécessaires au développement de ce métier.

En effet, l’URBH a compris depuis de nombreuses années que pour pouvoir évoluer dans un environ-
nement complexe, le partage de l’expérience et de l’expertise est plus que jamais nécessaire, et que
la solidarité est indispensable.

L’URBH est à l’origine de nombreuses publications (guides de bonnes pratiques, guide de la fonction
linge…), participe à des conférences, est présente sur des salons, intervient comme formateur à l’École
des Hautes Études en Santé Publique, et représente la profession dans des groupes de travail nationaux
auprès du ministère de l’éducation nationale ou du ministère de l’environnement, voir dans des projets
européens.

Elle propose à ses adhérents :


• Des journées d’études annuelles qui allient professionnalisme, technicité et convivialité.
• Un site internet « www.urbh.net »
• L’accès à une liste de diffusion
• Un journal d’information « l’Écho »

Quelques chiffres sur la blanchisserie hospitalière (source enquête CTTN-IREN 2010)


En Europe, 80 % des établissements hospitaliers publics externalisent la fonction linge.
En France, seul 20 % des établissements hospitaliers publics externalisent intégralement leur fonction
linge. Cette particularité démontre la performance et la réactivité de nos blanchisseries publiques hos-
pitalières.
La blanchisserie hospitalière représente 32 % de part de marché (entretien des textiles en France) en
volume.
Elle traite 1 505 tonnes de linge par jour sur 995 structures soit en moyenne 1.5 tonnes de linge par
jour et par structure.
Elle emploie 12 000 personnes.
Taille des blanchisseries hospitalières en France :

12 LA FONCTION LINGE DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ


EURO 

   
       

MAT    


    #
 $!
÷ %   
÷ &     
÷ '
   
÷ (  
÷ ) *

+     
  ! !
 ÷ (,&-.)//
     
     ÷ +-).0').
 
            ÷ +(00(1

    

      ÷ /(2(1)
÷ 34('-

 
  

    
  
  
÷ ) *


  
   ! " ## """"
EURO

     


       

MAT 
   
 
   ! "
#$  %&$ '()%)
 *+,,,$ '()%)
   
   

En matière de blanchisserie professionnelle nous sommes les seuls à vous proposer


des solutions technologiques durables. Si vous vous reposiez sur nous ?
Fort de ses 60 ans d’expérience, DANUBE International vous propose aujourd’hui les solutions
technologiques les plus abouties du marché afin de lutter contre la contamination du linge à
l’hôpital, dans les maisons de retraite ou les centres de soins. En produisant une gamme de
produits la plus écologique possible, une fois de plus nous innovons et rejoignons des
préoccupations qui aujourd’hui, plus que jamais, sont aussi les vôtres.

DANUBE International
Parc d’Activités de Sologne - BP 19 - 41600 Lamotte-Beuvron - FRANCE
Tél. 02 54 88 05 76 - Fax 02 54 96 89 04 - E-mail : info@danube-international.com
Web : www.danube-international.com - www.danube.fr
LE SUCCÈS DE LA TECHNOLOGIE JET SE POURSUIT
Rinçage et extraction de l’eau combinés en une seule unité

Le PowerTrans a établi un nouveau standard mondial du nombre de cases vides lors des changements
en termes de construction de tunnels de lavage. de couleur.
Le PowerTrans JET est technologie nouvelle qui a • flexibilité maximum des configurations de rinçage
gagné une grande réputation en tant qu’équipement avec des paramètres d’essorage et de rinçage
idéal pour les blanchisseries de moyenne capacité. constant, précis et reproductibles.
• consommation significativement plus basse, • La philosophie du tunnel JET Kannegiesser
inatteignable au moyen des technologies plus combinant rinçage et extraction de l’eau permet
conventionnelles d’obtenir une machine compacte occupant
un minimum d’espace au sol.
• productivité augmentée grâce à la suppression
des zones de rinçage à contre-courant et réduction

21 rue des Peupliers - ZA du Petit Nanterre • B2 • 92752 Nanterre Cedex


Tel. 01 55 66 94 20 • Fax 01 55 66 94 25 • E-mail : info@kannegiesser.fr
Services techniques • Tél. 01 55 66 94 30 • Fax 01 55 66 94 35
ère partie

1 La fonction linge :
approche analytique

Chapitre 1
Eléments d’analyse qualitative
Chapitre 2
Eléments d’analyse quantitative
Chapitre 3
Eléments d’analyse économique

L’expression « fonction linge », fréquemment utili-


sée par de nombreux acteurs du monde hospita-
lier, recouvre, en fait, un éventail de prestations et
d’activités, variables selon la taille et l’organisation
des établissements, ainsi que selon l’appréciation
de chacun. Il apparaît donc nécessaire de procé-
der à la définition de cette fonction, d’en fixer ces
contours et d’aborder ces problématiques.

C’est l’objet de cette première partie.

LA FONCTION LINGE DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ 15


Chapitre 1

ÉLÉMENTS D’ANALYSE QUALITATIVE

• INTRODUCTION ► Fournir à des patients, dans les situations d’urgence ou


de dépannage, ou aux plus démunis, certains articles,
La fonction linge est l’ensemble des moyens d’un établis-
comme linge de toilette, pyjamas, chemise de nuit, etc.
sement hospitalier, qui permettent d’assurer les presta-
► Offrir des solutions de qualité pour le traitement des
tions, internes ou externes, relatives à l’approvisionne-
effets personnels des patients en hospitalisation de longue
ment, à l’entretien et à la distribution aux différents
durée, ce point étant particulièrement important pour les
utilisateurs des articles de linge et d’habillement, qu’ils
maisons de retraite et/ou de cure médicale, pour les éta-
soient réutilisables ou à usage unique (UU), entretenus ou
blissements de soins de longue durée et pour les établisse-
non.
ments de soins en santé mentale.
La fonction linge doit satisfaire les besoins qualitatifs et
La fonction linge peut être découpée en quatre sous-fonc-
quantitatifs des services utilisateurs dans un cadre écono-
tions:
mique déterminé.
► Entretien des textiles: l’ensemble des activités de traite-
Cette fonction transversale recouvre un éventail de presta-
ment et d’entretien du linge de la réception du linge sale
tions et d’activités variables selon la taille et l’organisation
jusqu’au stockage du linge à la sortie des équipements de
de l’établissement
finition.
Il n’existe toutefois pas actuellement, dans l’organisation
► Préparation à la livraison: l’ensemble des activités de
des hôpitaux, de « service » qui à proprement parler, ras-
conditionnement, emballage, tri, regroupement… effec-
semblerait sous une même responsabilité l’ensemble des
tuées à partir du stockage après finition.
activités liées à la « fonction linge ». Certaines activités –
► Approvisionnements: l’ensemble des activités liées aux
suivant les organisations propres à chaque établissement -
procédures de commande, de réception, de stockage, de
peuvent dépendre d’autres secteurs; comme par exemple:
fabrication, de sortie de stock et de mise en circuit des arti-
la collecte du linge sale, la distribution du linge propre,
cles textiles entretenus.
l’entretien, la maintenance, ou les approvisionnements.
► Collecte & livraison: l’ensemble des activités réalisées
Cependant, il est souhaitable de regrouper ces activités
pour la collecte du linge sale à partir de l’unité consom-
afin d’avoir une cohérence et une maîtrise globale de l’ac-
matrice et pour la livraison du linge propre « préparé »
tivité pour un meilleur « service client ».
jusqu’aux points de livraison finale.
Les principales MISSIONS de la fonction linge sont les sui-
vantes:
► Fournir les produits et prestations nécessaires à l’hôtelle-
rie : linge de literie, linge de maison,… tant pour les CHAPITRE 1
patients que pour les personnels des services.
ÉLÉMENTS D’ANALYSE QUALITATIVE
►Assurer les meilleures conditions d’hygiène et de protec-
tion aux patients et personnels vis-à-vis des risques infec-
tieux, grâce à des produits parfaitement adaptés à leurs
1.1 • LA TYPOLOGIE
missions : tenues professionnelles, habillement et linge
opératoire, habillement de protection.
DES ARTICLES TEXTILES
Cet objectif implique des précautions:
• Au niveau du traitement lui-même, qui doit garantir la L’ensemble des articles de la fonction linge peuvent être
destruction des micro-organismes du linge souillé, classés en deux familles: le LINGE HÔTELIER et l’HABIL-
• Au niveau du transport et du stockage, qui doivent pré- LEMENT DU PERSONNEL. Chaque famille correspondant
venir l’apport et le développement de germes dans les cir- au compte 602663302 LINGE et au compte 602663202
cuits du linge. HABILLEMENT de la grille des comptes de la comptabilité
hospitalière.

16 LA FONCTION LINGE DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ


• Première partie - Chapitre 1
Le linge hôtelier: 1.2 • L’ÉVOLUTION DES ARTICLES
► Articles de literie : housses à matelas, couvre-matelas, TEXTILES ET DES PRESTATIONS
draps, draps housse, alèzes diverses, oreillers et traversins,
housses d’oreillers et de traversins, couvertures, couvre-
Les principales évolutions sur les produits sont:
lits, carré « double-nappe » et « molletons » (anciennes
► La progression du polyester pur ou en mélange avec le
« couches » et anciens « langes » utilisés fréquemment
coton pour augmenter la durée de vie et la défroissabilité
comme articles de literie ou de protection dans les services
► La généralisation de l’usage unique pour le secteur opé-
« enfants »)
ratoire, l’incontinence et le renforcement de l’hygiène
►Articles de toilette : serviettes de toilette tissages absor-
dans les utilisations les plus sensibles
bants (nid-d’abeilles, gaufré…) ou éponge, gants de toi-
► Le remplacement du PVC par des enductions polyuré-
lette, tapis de bain, peignoirs…
thanes sur les housses à matelas, les oreillers, les traversins
► Articles dits « de maison » : serviette de table, bavoirs
pour allier imperméabilité, confort et facilité d’entretien
enfant, bavoirs adulte, essuie-verre, nappes…
► La généralisation de la tunique et du pantalon pour les
► Articles d’entretien des surfaces: bandeaux de ménage,
tenues professionnelles en remplacement des blouses. Le
lavettes, franges, gazes, articles d’essuyage…
change est plus fréquent: journalier. La couleur retenue est
► Articles d’ameublement : rideaux, double rideaux,
souvent blanche.
occultation, housses…
► Le développement de la réversibilité des modèles per-
► Articles de conditionnement : sacs à linge, housses,
mettant d’économiser des manipulations en finition (taie
filets…
d’oreiller, tenues opératoires, chemises de malade,
►Articles d’habillement à destination des Patients:
→ En long séjour: ensemble des articles d’habillement à
blouses de protection, pyjama…).
► Le développement de produit en microfibre pour l’en-
destination des patients hébergés pour des longues durées
→ En court séjour: chemises ouvertes, pyjamas, chemises
tretien des sols et des surfaces
► La progression de la part de marché du drap-housse
de nuit…
« maille » en substitution du drap classique « tissé » du
L’habillement du personnel:
dessous
► Tenues professionnelles: tous les modèles de tenues pro-
fessionnelles utilisés dans l’établissement, toutes fonctions
et secteurs confondus (bloc opératoire compris)
►Articles de protection du personnel: tous les articles non
L’évolution des prestations passe par des ques-
cités, ayant une fonction de protection par rapport à l’hy-
tionnements:
giène, à la sécurité ou aux intempéries (blouses ou sur ► Choix du repassage ou du séchage ?
blouses de protection, chaussures, parkas, passe - cou- Les Hôpitaux Québécois contraints par des mesures bud-
loirs, lunettes, masques, coiffes, tabliers…). gétaires « draconiennes » ont dû trouver des solutions
Les articles et les prestations de la fonction linge évoluent « draconiennes »: le repassage en calandres et une grande
pour s’adapter aux nouvelles contraintes économiques, partie du pliage du linge ont été supprimés pour une pres-
écologiques ou normatives, et aux nouvelles exigences tation d’articles de type séchage et livraison « en vrac ».
d’hygiène et de confort. Si cette révolution a bien été acceptée par les utilisateurs
c’est notamment grâce à l’introduction de nouveaux arti-
Récapitulatif des différents textiles cles comme le drap du dessous en « maille », apportant
Famille du linge Famille de l’habillement réellement, de meilleures prestations pour le patient et le
personnel. Mais aussi en raison de la prise en compte dans
Linge opératoire Habillement opératoire le bilan avantages/inconvénients de la nécessité impé-
Linge de literie Habillement du personnel rieuse d’effectuer, en réponse aux mesures restrictives, ces
transferts des budgets économisés par la Fonction Linge
Linge de toilette Habillement de protection vers les unités de soins.
Nos propres contraintes budgétaires n’ayant heureuse-
Linge de maison Habillement des patients
ment pas encore l’ampleur de celles auxquelles ont été
de court séjour
confrontées les Québécois, cette solution ne semble ni
Linge d’entretien Habillement des patients applicable ni souhaitable actuellement dans nos établisse-
des surfaces de long séjour ments, tout du moins dans son intégralité.
Car au-delà d’une généralisation du système exacerbant
Linge pour incontinent les inconvénients en terme de volumes, de présentation,
de finition, de contrôle… il apparaît comme vraiment inté-
Linge d’ameublement
ressant de s’interroger sur:

LA FONCTION LINGE DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ 17


• L’utilité de repasser et de plier certains petits articles les dépenses globales relatives à la gestion de l’habille-
• L’utilité de repasser certains articles, le pliage pou- ment Mais il faut nécessairement, travailler sur les deux
vant être effectué sur des plieuses indépendantes à organisations envisageables:
engagement manuel ou même automatique dans un • Une solution avec contrôle du retour sale et de la dis-
avenir proche tribution des articles propres par l’intermédiaire de
• La possibilité d’un élargissement du conditionne- convoyeurs automatisés. Bonne maîtrise mais coût
ment « en vrac », plus productif, déjà en développe- élevé d’investissement et de fonctionnement!
ment pour répondre notamment à la généralisation de • Une solution basique sans contrôle: les tenues sont
l’entretien centralisé des articles d’entretien des sur- distribuées par taille comme par exemple les tenues
faces. Et avec des postes de travail optimisés et pou- opératoires. Pas de maîtrise et risques de disparitions
vant aussi être automatisés à terme si les volumes importantes mais coût de fonctionnement et d’investis-
deviennent importants l’intérêt de n’avoir besoin que sement moindres!
d’une calandre au lieu de deux ou trois en prenant en
compte des évolutions de matériel ou de n’en avoir ► Traitement du linge personnel des patients?
aucune dans le cas par exemple d’une petite structure Nos établissements sont pour la majorité d’entre eux ame-
sous-traitant déjà ses draps à l’extérieur nés à traiter le linge de nos patients en séjour de longue
Dans tous les cas, un tel questionnement sur le niveau de durée (maisons de retraite, service de SLD, enfants poly-
prestation en général, c’est-à-dire sur la qualité de finition handicapés, services de psychiatrie…). Ce linge est en
« repassé ou séché » dans ce cas précis, doit être appro- grande partie composé d’articles procurés par les familles,
fondi en amont de tout plan de restructuration, rénovation, sauf dans le cas des personnes démunies. Bien que des
réinvestissement… afin d’évaluer catégorie par catégorie recommandations leur soient données par l’établissement
et article par article le « juste » qualité requise. Et pour les pour ce qui concerne les articles souhaités, la grande
petites structures, le « tout séché » peut être un moyen de majorité des produits entrants dans cette catégorie reste
maintenir une majeure partie de l’activité en interne dans difficilement maîtrisable par les responsables de la fonc-
des bonnes conditions qualitatives et économiques. tion linge. Nous nous trouvons, en général, en présence de
produits de qualités très diverses, souvent fragiles, qui ne
► Séjour hôtelier ou non? peuvent pas faire l’objet des mêmes traitements industriels
Nous parlons de nos prestations hôtelières mais sont elles que les autres et qui nécessitent plutôt des prestations de
comparables à celles offertes lors d’un séjour dans un proximité.
hôtel? A l’évidence non, notamment vis-à-vis de la fourni- Ces prestations s’apparentent à celles qui sont effectuées
ture du linge de toilette qui est loin d’être généralisée dans en « pressing », à la différence près qu’elles relèvent plutôt
nos établissements. Mais les exigences d’hygiène et de - compte tenu de la nature particulière des salissures - d’un
confort hôtelier devraient nous y amener. Le surcoût? Il est nettoyage à l’eau que d’un nettoyage à sec. Elles doivent
réel mais ne pourrait-il pas être financé par des économies être, de ce fait, confiées à des secteurs adaptés, soit sur les
générées par des mesures de meilleure maîtrise de l’utili- lieux de séjour des patients, soit dans des zones spéciali-
sation et de la consommation? Un challenge, un contrat à sées des unités de traitement industriel. Dans les deux cas,
proposer à nos services! un savoir faire indéniable est requis, ainsi qu’une main
► Identification ou pas? d’œuvre importante.
Historiquement les tenues du personnel font l’objet d’une Il s’agit ainsi toujours de prestations beaucoup plus oné-
identification permanente à l’agent ou éventuellement au reuses que pour les autres familles de textile. Elles sont, de
service. Avec le plus souvent, une exception pour les ce fait, considérées, à juste titre, comme pouvant peser sur
tenues opératoires qui sont banalisées. Mais de plus en les résultats d’ensemble de la fonction linge. Ne pouvant
plus de responsables de la Fonction Linge essayent d’ima- toujours pas être bien différencié lors des bilans et compa-
giner ou ont mis en place pour quelques pionniers des raisons économiques, il faut reconnaître que le traitement
solutions inversant la proportion d’articles identifiés et de ce linge n’a pas toujours dans le passé suffisamment fait
banalisés. l’objet de notre attention. La qualité de la prestation
Sans ici entrer dans l’analyse détaillée des avantages/ n’étant pas alors à la hauteur du professionnalisme reven-
inconvénients des deux systèmes, il semble que cette diqué par ailleurs.
question doit être maintenant posée et étudiée précisé- Un seul choix possible pour la prise en charge de cette
ment au début de toute réflexion avant restructuration, « réelle » spécificité hospitalière montrer notre « réel » pro-
réinvestissement… car il semble tout à fait possible et des fessionnalisme hospitalier sur ces traitements plus com-
exemples le confirment, d’élaborer sur le principe de la plexes, en assurant une prestation de qualité et réussir par
banalisation majoritaire des solutions améliorant la qualité ailleurs à faire prendre en compte dans les bilans écono-
de prestation offerte à nos agents mais aussi en réduisant miques les coûts plus élevés s’y rapportant et une factura-

18 LA FONCTION LINGE DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ


Partout dans le monde Fonction linge et hygiène,
prévention du risque infectieux...
Un défi supplémentaire que l’expertise Primus sait relever.
Face au manque de personnel, à la compression budgétaire, il n’est pas facile de respecter une législation de plus en plus abondante.
Notre appréhension de la gestion du risque infectieux dans la fonction linge inclue : la prise en compte de vos besoins, organisation,
type de linge de vos résidents ; une évaluation dans votre établissement ; des simulations de solutions d’infrastructure...
dans le respect de vos budgets.
Primus vous offre aussi des garanties concrètes :
Certification “ISO 9001:2000 (Qualité) et 14001:2004 (Environnement)”.
Conformité aux normes RABC, RoHS et WEEE.

La fonction linge
Contactez-nous
pour recevoir, fait partie des soins...
sans engagement,
le Guide Primus Rencontrez un expert
Expertise
en hygiène.

Zone propre Zone sale


• Des solutions globales Blanchiserie intégrée Primus France. Ingénierie, construction,
Une vraie barrière, La réponse aseptique.
• Une gamme complète de laveuses conseil, installation, maintenance
essoreuses (frontales, aseptiques), de matériels de blanchisserie.
séchoirs, sécheuses repasseuses. 4 rue Jacques Monod ZI Est
• Des prix très compétitifs 69120 Vaulx en Velin
• Un réseau technique national de proximité Tél. 04 78 79 55 75 - Fax 04 72 04 62 72
• Des délégations régionales d’expertise E-mail info@primuslaundry.fr

www.primuslaundry.fr La prime qualité...

Hightech Membranes ^ ÇVœ“«>˜Þ°`i

MAXI-PRESS Elastomertechnik GmbH


Contact en France / M. Michel Chaize // Tél.: 06 76 56 70 66
Fax: 00 49 661 679328 29 // Email: mchaize@maxi-press.com MAXI-PRESS.com
la maîtrise du cir
circuit
irrcuit du linge.
ge.
O6G<6A
O6G< igVkV^aaZ
6A iggVkV^aaZ YZej^h eajh YZ )% Vchh YVch aZ
aZ bdcYZ YZ aV hVci‚#
O6G<6A
O6G<6A V b^h Vj ed^ci idjiZ
idjiZ jcZ \VbbZ
\Vbb bZ YZ bVi‚g^Zah gVi^dccZah
gVi^dccZah YZhi^c‚h
YZZhi^c‚h
| aV XdaaZXiZ
XdaaZXXiZ Yj a^c\Z hVaZ!
hVaZ! | aV bVcjiZci^dc
bVcjiZcci^dc Zc WaVcX]^hhZg^Z!
WaVcX]^hhZg^Z! V^ch^ fj¼|
f aV
Y^hig^Wji^dc
Y^hig^Wji^ddc Yj a^c\Z egdegZ
egdegZ YVch aZh
aZh ]e^iVjm

e^iVjm Zi aZh
aZh bV^hdch YZ gZigV^iZ#
gZiggV^iZ#

simple
Surr simple demande,
cevez notre
recevez notre
documentation.
ocumentation.

Z.A. Activeum
Activeum - 4, rue Geor
Georges
ges Guynemermer - CS 49312 Altorf
Altorf - 67129 - Molsheimm Cede
Cedexx
Tél. 03 88 50 82 07
0 -F
Fax
ax 03 88 49 10 43 - E-mail : zargal@zargal.fr
zargal@zar
zargal.fr

La fourniture directe
de sacs à linge et housses pour chariots
par un authentique tisseur

La sérénité...

Métier électronique produisant la toile 100% polyester fibres continues


(haute ténacité) et discontinues, diverses contextures.

Les nouvelles toiles


OX’STATEX (antistatique)
BAC’STATEX (bactériostatique)
...soyez
...soyez sûr
ûr que v
votre
otre linge est la
lavé
avé
par nos soins!
ins!
Sac à linge
toutes formes,
toutes dimensions, Housses intérieures et extérieures
tous systèmes pour tous modèles de chariots.
de fermetures.

Christeyns
Christ France S.A. t 31
eyns France Maladrie t PB 2421 t 44124 V
31,, rue de la Maladrie Verou
erou C
Cédex,
édex, rance t T +33 2 40 80 27 27 t F +33 2 40 03
x, FFrance 3 09 73
E info@christeyns.be t W
info@christeyns.be WWW.CHRISTEYNS.COM
WW.CHRISTE
TEYNS.COM
N’hésitez pas à nous contacter:
Roland Vlaemynck Tisseur - B.P. 122 - 62202 Boulogne-sur-Mer
Tél. 03 21 10 23 80 - Fax: 03 21 10 23 90 - rvlaemynck@wanadoo.fr
• Première partie - Chapitre 1
tion en interne ou en externe au « juste » prix de ces pres- souillé et du linge propre et, qu’il ne livre pas en armoire
tations. dotation « étanche »!
Le secteur privé et quelques ESAT (établissement et service Cet emballage ne peut-il être réservé à certains services, à
d’aide par le travail) commencent à « s’intéresser » à ce certains patients ou situations nécessitant un niveau
type de linge et crée des usines spécifiques pour le traite- d’asepsie plus élevé qu’habituellement ? En substitution
ment et la prise en charge de ces articles. parfois de la stérilisation du linge subsistant encore et qui
représente alors une prestation de « sur qualité ».
► Entretien des locaux et blanchissage: Il est évident que cet emballage est indispensable lorsque
le rapprochement! les conditions de transport ou de stockage de linge dans
Nous vivons depuis quelques années la disparition pro- l’unité de soins ne sont pas maîtrisées.
gressive mais inéluctable du linge de bloc opératoire réuti- Mais, ce choix de l’emballage ne peut être valide que dans
lisable, champs et casaques. En parallèle, nous traitons de le cadre d’un processus d’assurance de qualité hygiénique
plus en plus d’articles de nettoyage et d’essuyage des sols bien défini et bien maîtrisé.
(bandeaux, franges, gazes) et des surfaces (lavettes, chif- A chacun d’étudier ces orientations et d’effectuer les meil-
fonnettes). leurs choix mais à tous la nécessité de se poser la question
Les contraintes d’hygiène se renforcent et conduisent nos et de ne pas économiser la réflexion préalable.
établissements hospitaliers à développer ces articles qui
sont lavés en blanchisserie après chaque utilisation. Ces
produits peuvent représenter entre 5 et 10 % de l’ensem-
ble des articles à traiter. Il convient d’être correctement 1.3 • LES ARTICLES
dimensionné en capacité de séchage et d’effectuer des A USAGE UNIQUE (UU)
choix judicieux en ce qui concerne le mode de distribu-
tion, de conditionnement, de gestion de ces articles. Des A chaque besoin, son produit. Les articles à usage unique
distributeurs automatiques d’article de nettoyage de sol et sont complémentaires aux articles textiles réutilisables. Il
de surface commencent à voir le jour. convient de réaliser une étude éclairée avant tout choix.
La comparaison des articles à usage unique avec les arti-
► Emballage du linge ou pas? cles réutilisables, doit être effectuée à l’aide des princi-
Certains blanchisseurs hospitaliers ont déjà mis en place paux critères suivants:
ou souhaitent s’orienter vers un emballage généralisé du ► Maîtrise de l’utilisation : le remplacement
linge avant expédition. Nos hygiénistes, il est vrai, sont très réutilisable/usage unique peut générer des dérapages
demandeurs et à l’évidence il s’agit bien d’une protection inflationnistes, surtout pour les petits articles, ou occulter
de la qualité hygiénique de nos prestations. En effet le des besoins en compléments textiles « non prévus »
risque le plus important dans nos usines est certainement ► Rigueur dans les calculs économiques, qui doivent
la recontamination manu portée durant la finition, la pré- prendre en compte tous les paramètres, en particulier:
paration… et toutes manipulations avant utilisation et une • Les charges fixes non récupérables, notamment les
protection comme l’emballage sous film plastique empê- amortissements et frais financiers en cours
chant celle-ci ne peut être que bénéfique et apporter une • Les charges variables, qui ne sont pas directement
garantie supplémentaire sur la qualité des prestations proportionnelles aux diminutions de textiles à traiter et
offertes à nos clients internes et externes. peuvent évoluer par « seuils », et conduire, de ce fait,
Mais est-il vraiment nécessaire de la systématiser car cette à réviser l’organisation existante.
protection génère un coût important même quand elle • Les prestations « annexes » permettant de chiffrer
peut être automatisée en quasi-totalité pour les blanchis- réellement les hypothèses en « Toutes Dépenses
series les plus importantes ? Si nos hygiénistes semblent Incluses ».
souvent le souhaiter ils affirment aussi par ailleurs que les ► Approche réaliste des coûts d’élimination des déchets.
infections nosocomiales ayant pour origine le linge sont Souvent avancé, cet argument doit cependant être relati-
peu nombreuses et le linge de ce fait ne leur semble pas visé.
comme devant mobiliser l’essentiel bien sûr limités des ► Difficulté de revenir en arrière, une fois le traitement
moyens. réorganisé et le réutilisable abandonné au profit de l’usage
Il est vrai que les prestataires privés emballent effective- unique.
ment la totalité de leur linge et savent promouvoir com- ► Et à l’évidence: évaluation des avantages et inconvé-
mercialement cet avantage certain… mais ils oublient nients (au besoin par des tests de substitution conduits
aussi souvent de préciser que cela leur est obligatoire du méthodiquement) vis-à-vis:
fait qu’ils n’utilisent pas, comme dans l’hospitalier en • Du confort des personnels utilisateurs et des patients
général, des camions spécifiques pour le transport du linge • De l’amélioration de l’hygiène.

LA FONCTION LINGE DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ 21


1.4 • LES APPROVISIONNEMENTS Depuis fort longtemps, la fabrication de la majorité de nos
articles textiles, hospitaliers notamment, a été délocalisée
Le présent guide se plaçant dans l’optique d’une fonction
dans des pays avec un coût de main d’œuvre moins élevé:
linge globalisée, il va sans dire que l’approvisionnement
Maghreb et anciens pays de l’Est notamment. Plus récem-
de l’ensemble des articles de linge et d’habillement, réuti-
ment, les délocalisations se font en Asie. Ces évolutions
lisables ou UU, entretenus ou non, devrait être confié à un
ont permis à nos prix d’achat de diminuer, sauf rares
responsable unique, au minimum pour tout ce qui
exceptions. Cette baisse des coûts unitaires nous a permis
concerne l’analyse des besoins et les conseils techniques.
de compenser l’inflation des besoins. Mais ce phénomène
Procéder autrement risque de conduire à un manque de
d’éloignement s’accompagne indéniablement d’une aug-
cohérence dans la définition des besoins et des moyens à
mentation du niveau des risques vis-à-vis du respect des
mettre en œuvre pour y répondre.
délais de livraison, de la qualité attendue et de l’hygiène
■ COMPÉTENCES mais aussi de l’environnement. Or les clauses de nos dos-
Les principales compétences à demander à ce responsable siers de consultation, au-delà d’une indemnisation a pos-
sont essentiellement celles de tout acheteur public éclairé: teriori sont loin de réellement nous protéger vis-à-vis des
► Très bonne connaissances techniques et commerciales désagréments sérieux pouvant être générés par des retards
des produits et fournisseurs du secteur concerné ou malfaçons importantes. Les délais de livraison réels
► Capacité à élaborer des fiches techniques précises par étant de 4 à 5 mois, avons-nous les moyens de ne pas
produit, permettant l’élaboration de cahiers de charges accepter une marchandise non conforme? Nous devons
rigoureux donc essayer de bien prendre en compte cette évolution
► Parfaite maîtrise des procédures de marchés publics dans notre manière de rédiger nos dossiers et d’analyser
► Aptitude à organiser des contrôles méthodiques des pro- les offres qui nous sont proposées, à partir de nos propres
duits approvisionnés: expériences à partager et des informations recueillies
• En base : par rapprochement systématique (en auprès de nos partenaires fournisseurs textiles
interne) avec les fiches techniques et échantillons
contractuels (soigneusement conservés) : vérification
des détails de confection, grammages, couleurs,
dimensions, textures, quantités, etc. A • ACHATS NATIONAUX:
• En complément : par interventions d’organismes LE GCS UNI HA
externes de contrôle ou laboratoires spécialisés.
■ QUALITÉ & TRAÇABILITÉ Dans un contexte de fortes tensions budgétaires, de globa-
La mise en œuvre d’une démarche qualité, complétée par lisation des marchés et des échanges, de moins en moins
des formations adaptées, permettra d’optimiser l’équilibre soumis à des déterminismes seulement nationaux, les
entre les contrôles internes et externes. Afin d’améliorer Centres hospitaliers universitaires (CHU) ont décidé à
constamment la qualité des produits, il est de plus en plus l’unanimité, en avril 2005, d’engager le regroupement de
souhaitable d’organiser leur traçabilité, ainsi que celle des leurs achats. Il s’agissait pour eux de capitaliser les béné-
fournisseurs, ce qui permettra, pour chaque article en cir- fices des démarches entreprises et de les pousser plus
culation, d’identifier la commande et de remonter ainsi avant.
jusqu’au lot considéré. Depuis 2000, les CHU ont mis en œuvre, en commun,
plusieurs projets innovants et structurants, afin de moder-
■ STANDARDISATION
niser et de rendre plus efficients leurs achats et leur logis-
Le responsable des approvisionnements devra s’efforcer
tique.
de standardiser les articles textiles utilisés dans l’hôpital
Ils ont en particulier su saisir très rapidement les opportu-
afin de réduire les coûts globaux d’achat et d’approvision-
nités des nouvelles technologies de l’information, avec:
nement.
• la création d’un site unique de dématérialisation des
L’utilisation d’articles non standards allonge les délais de
marchés publics, accessible à l’ensemble de leurs four-
fabrication et donc de livraison et augmente les coûts.
nisseurs,
Par ailleurs plusieurs phénomènes récents viennent influer
• le déploiement d’une solution d’e-procurement, qui
notablement sur nos approvisionnements : la mise en
devrait déboucher sur la constitution de la première
place d’une structure d’achat au niveau national (UNIHA),
place de marché orientée santé en Europe,
la création de groupements régionaux qui se substituent
• le développement de l’interopérabilité des échanges
aux groupements d’achats départementaux et d’une délo-
dématérialisés avec leurs fournisseurs tout au long de
calisation généralisée de nos sources d’approvisionne-
la chaîne d’achat et d’approvisionnement, mais aussi
ments au niveau mondial.
avec le Trésor public et les administrations de santé.
■ DÉLOCALISATION DE LA FABRICATION Le projet vise à optimiser les achats, en termes de prix

22 LA FONCTION LINGE DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ


• Première partie - Chapitre 1
comme de qualité, et à dégager des gains financiers et de sive des palettes de livraison et la planification des fré-
productivité. Ceux-ci bénéficieront prioritairement aux quences de livraison.
services de soins et notamment à la mise en place de dis- Le gain annuel réalisé a été bien supérieur aux prévisions
positifs logistiques, qui soulageront les soignants de cer- qui s'élevaient à 10 % pour les vêtements de travail.
taines tâches et leur permettront de se concentrer sur les Nous vous proposons quelques fiches techniques en
soins. annexe 01.
Il s’agit plus globalement d’un ambitieux projet de mana-
gement, puisqu’il vise à réorganiser les processus d’achat
et logistiques. B • GUIDE DE L’ACHAT
Les CHU représentent une part non négligeable du mon-
PUBLIC DURABLE:
tant total des achats: 20 % pour l’ensemble de l’hospitali-
sation et 35 % pour les seuls établissements publics. Cette
ACHAT DE VÊTEMENTS
part de marché est appelée à augmenter, avec l’élargisse- Ce guide réalisé par le groupe d’étude des marchés déve-
ment, en cours, à certains des plus importants centres hos- loppement durable - GEM DD - en juillet 2009 a pour
pitaliers. objectif d’aider les acheteurs publics à intégrer des objec-
Les CHU ont été rejoints par les plus grands CH soit près tifs de développement durable dans leurs marchés relatifs
de 52 établissements au total, à ce jour. à l’achat de vêtements (marché de fournitures).
Les responsables de fonction linge, sont concernés par les Il apporte une aide à l’écriture des documents constitutifs
segments suivants: d’un marché, mais également des éléments d’information
Filière Fonction Linge: portant sur:
Achats Textiles - le contexte et les impacts de la filière des produits textiles
- Linge Grand Plat pour l’habillement
- Linge Petit Plat - sur les réponses aux questions les plus fréquemment
- Vêtements de travail posées s’agissant de l’achat public durable de vêtements
Produits lessiviels - sur les textes pertinents et certains aspects particuliers
- Lessive en poudre d’une démarche d’achat public durable de vêtements
Consommable et Fournitures
Maintenance Le code des marchés publics, dans son article 5, fait obli-
Investissement matériel gation aux acheteurs publics qui y sont soumis de prendre
Ces trois derniers segments ne sont pas encore opéra- en compte des objectifs de développement durable lors de
tionnels. la détermination des besoins à satisfaire (nature et étendue).
Filière Hygiène et protection du corps: Comme cette obligation affecte la définition de besoins,
Hygiène corporelle elle concerne l’amont de la procédure proprement dite de
Incontinence passation d’un marché, c’est-à-dire elle doit s’appliquer
Tenue Prof et Articles d’Hygiène à Usage Unique dans la phase préalable à tout appel à concurrence ou à
Hygiène des locaux toute négociation non précédée d’un appel à la concur-
Le groupement de coopération sanitaire Union des hôpi- rence.
taux pour les achats (GCS Uni HA), a obtenu Dans cette phase de réflexion préalable, la personne
511 000 euros de gain annuel sur le segment des vête- publique doit s’interroger sur la possibilité d’intégrer dans
ments de travail. son futur marché (spécifications techniques, conditions
S'agissant des vêtements de travail, les 41 établissements d’exécution) ou dans la procédure de passation (sélection
adhérents à ce segment ont obtenu un gain estimé à des candidatures, critères d’attribution des offres) des exi-
19,65 %. Ainsi, leurs dépenses sont passées de 2,6 mil- gences en termes de développement durable
lions d'euros pour 2007 (avant le regroupement au sein Cette réflexion peut conduire aussi bien à modifier la
Uni HA) à 2,09 millions d'euros pour 2009. nature du besoin, en l’orientant vers des prestations qui
Pour atteindre cet objectif, la première phase a consisté à intègrent des caractéristiques précises en termes de déve-
recenser les besoins et modes de consommation des vête- loppement durable, que l’étendue du besoin en visant,
ments de travail dans les établissements ce qui a conduit à notamment, à redimensionner le volume des prestations.
réduire le nombre de modèles de tenues de 169 à 29. Uni L’intégration d’objectifs de développement durable au
HA souligne l'importance d'instaurer une collaboration besoin ne doit pas avoir pour effet de soustraire
avec les fournisseurs, notamment en amont dans le pro- les marchés aux règles fondamentales de la commande
cessus de standardisation des tenues et de création de publique, ce qui suppose, notamment, que la
fiches techniques. Le GCS observe également que des réflexion préalable comprenne également une analyse
économies ont été réalisées par la standardisation progres- soignée de la capacité des opérateurs économiques à

LA FONCTION LINGE DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ 23


répondre aux exigences de développement durable expri- • l’article 53 permet d’utiliser des critères d’attribu-
mées par le pouvoir adjudicateur. tion en termes de performances environnemen-
tales et d’insertion professionnelle des personnes
Une fois intégrés à la démarche, les objectifs de dévelop- en difficulté, si ceux-ci sont justifiés par l’objet du
pement durable peuvent être traduits formellement au tra- marché. Ces critères doivent être établis en fonc-
vers de plusieurs dispositions du code des marchés tion des exigences spécifiées lors de la définition
publics. des besoins et visent à valoriser les offres dont les
► Lors de la rédaction du cahier des charges: possibilité performances vont au-delà du respect de ces exi-
de définir, dans les documents de la consultation, des gences. Des variantes peuvent être valorisées selon
exigences en matière de qualité environnementale des ce moyen. Des critères relevant de l’exécution du
vêtements. L’acheteur public peut définir ses besoins marché (délai de livraison, délai d’exécution, sécu-
soit en s’appuyant sur des spécifications techniques rité d’approvisionnement, service après-vente,
existantes telles les normes techniques, soit en les for- assistance technique) peuvent également être rete-
mulant lui-même en termes de performances ou d’exi- nus dans un marché de vêtements
gences fonctionnelles. Dans ce dernier cas, les ache- • le prix des différentes prestations qui concourent
teurs publics peuvent se référer, en tout ou partie, à des à l’élaboration d’un vêtement est largement fonc-
écolabels dont plusieurs existent au niveau mondial tion de la qualité de ces prestations, y compris de
pour les produits textiles. leur qualité environnementale et sociale, et ne
► Les acheteurs publics peuvent, conformément aux représente qu’un élément du coût global du vête-
dispositions de l’article 14, intégrer des considérations ment. Le critère du « coût global d’utilisation »
sociales ou environnementales dans les conditions prévu à l’article 53 permet ainsi de compléter l’ap-
d’exécution du marché. Celles-ci doivent être prévues proche par le seul prix d’achat afin d’intégrer les
dans l’avis d’appel public à la concurrence, ou dans éléments qui vont peser sur les coûts liés à l’utilisa-
les documents de la consultation, être liées à l’objet du tion des vêtements (durée de vie, facilité d’entre-
marché et être évaluables en toute objectivité. À titre tien, valorisation en fin de vie).
d’exemple, on peut mentionner des dispositions desti- • lorsque le pouvoir adjudicateur se fonde sur plu-
nées à favoriser l’insertion des publics en difficulté sieurs critères pour attribuer le marché, il peut
(accès à l’emploi des personnes qui en sont éloignées, autoriser les candidats à présenter des variantes.
réinsertion des personnes détenues), la qualité écolo- Les variantes sont proposées avec l’offre de base
gique et le volume des emballages, la récupération ou (article 50) et doivent donc être évaluées avec les
la réutilisation des emballages, la livraison des mar- mêmes critères d’attribution que ceux définis pour
chandises… l’offre de base. Ainsi, parmi les critères d’attribu-
► La présentation de variantes est un autre moyen d’in- tion, il convient de s’assurer qu’au moins un per-
tégrer des objectifs de développement durable dans un mette d’évaluer l’aspect sur lequel l’acheteur
marché public sans que le pouvoir adjudicateur ait public a autorisé la présentation de variantes.
nécessairement à spécifier de manière précise ses exi- Ouvrir la possibilité de présenter des variantes peut
gences en la matière. En effet, l’autorisation des s’avérer intéressant lorsqu’une solution environne-
variantes paraît particulièrement recommandée mentale innovante est recherchée comme, par
lorsque l’acheteur public souhaite bénéficier d’offres exemple, la reprise en fin de vie des vêtements fai-
intégrant des objectifs de développement durable, sant l’objet du marché.
alors même qu’il ne maîtrise pas les techniques ou
caractéristiques correspondant à son besoin. Quelques réponses aux questions les plus fré-
► Lors de la réservation des marchés: l’article 15 per- quemment posées
met de réserver certains marchés ou certains lots d’un
marché de vêtements à des entreprises ou structures Qu’est-ce qu’un achat durable de vêtements?
employant une majorité de personnes handicapées ne C’est un achat qui prend en compte:
pouvant exercer une activité professionnelle dans des - l’aptitude à l’emploi des vêtements et la traçabilité des
conditions normales. produits ainsi que leur coût global l’environnement sur
► Lors de la sélection des candidatures : l’article 45 l’ensemble du cycle de vie des vêtements
relatif à la présentation des candidatures permet d’exa- - la santé des personnes, tant celle des travailleurs engagés
miner le savoir faire des candidats en matière de ges- dans la fabrication que celle des personnes portant les
tion environnementale. vêtements, le respect des droits fondamentaux des per-
► Lors du choix de l’offre économiquement la plus sonnes engagées dans la filière de production et l’équité
avantageuse: dans les échanges commerciaux

24 LA FONCTION LINGE DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ


Depuis plus de 20 ans,
la société Sanchez
FONCTION LINGE
conçoit, réalise et fabrique Techniques de blanchisserie
Les process de lavage

des produits adaptés à vos besoins.


■ Hygiène - RABC

Une équipe à votre écoute... ■ Maîtrise de l’énergie

Validation de procédés :
tél 02 31 62 64 88 - bandes contrôles,

fax 02 31 62 99 63
mail : sanchezsarl@wanadoo.fr - bandes multi-salissures
■ Prendre soin du linge des résidents
boulevard G. Timmerman
14140 Livarot ■ CAP Blanchisserie
www.sanchez-industrie.com ■ Licence Pro Blanchisserie

STAGES INTER OU INTRA


Contenu adapté au besoin
AUDITS ET CONSEILS
BP 41 – Avenue Guy de Collongue – 69131 ECULLY Cedex
Tel : 04 78 33 08 61 – Fax : 04 78 43 34 12
E-Mail : formation@cttn-iren.fr – www.cttn-iren.com
(Loi de 1948) sans but lucratif, sous la tutelle du Ministère de l’Industrie

5 - 7 rue des Filoirs • BP 57


28800 BONNEVAL
Tel 02 37 96 27 30 • Fax 02 37 96 23 44
Email : contact@synhomen.fr

RABC - QUALITÉ
SÉCURITÉ DU TRAVAIL
ENVIRONNEMENT

AUDIT - CONSEIL - FORMATION


10, a ve nue d es ma rgue rites 9 13 60 V ILLEM OISSON / OR GE
TEL: 01 69 25 09 44 - FAX: 01 69 25 04 24
E ma il: s co fo b @wa na do o. fr - Site : w ww.sc o fo b. fr

SPECIALISEE EN BLANCHISSERIE
DEPUIS PLUS DE 20 ANS
IN G E N I ER I E
Etude et conseils
Maîtrise d'oeuvre
Organisation
Assistance technique
Assistance à Maîtrise d’ouvrage
Au d i t / d i a g n o s t i c

Q UA L I T E
Au d i t / D i a g n o s t i c
F o r ma t i o n
A c c o mp a g n e m e n t à l a m i s e e n p l a c e d e s s y s t è m e s
R AB C e t / o u I S O 9 0 0 1
Suivi des objectifs

FO RM AT IO N
Stages Inter et Intra
F o r ma t i o n p a r t h è m e
P r é p a r a t i o n a u C AP e t B P
Préparation aux examens
• Première partie - Chapitre 1
À quoi reconnaît-on qu’une offre de vêtements est dura- Oui. Depuis quelques années, de nombreuses initiatives
ble? ont été prises en vue de développer des filières de produc-
Il n’existe pas, à l’heure actuelle, de signe de qualité qui tion d’agriculture biologique de coton. Même si elle repré-
couvre de façon cohérente et complète les aspects envi- sente encore une faible part de l’offre de coton, l’offre de
ronnementaux et sociaux qui concourent à faire d’une coton biologique est en hausse constante.
offre économique de vêtements une offre durable. Toutefois, il convient de s’assurer, de l’importance de
De façon générale, de plus en plus d’entreprises de la l’éventuel surcoût lié à l’origine biologique du coton et de
filière textile s’engagent aujourd’hui à assurer pleinement la capacité de l’offre, dans les marchés représentant un
leur responsabilité sociale et environnementale. Malgré volume important, à fournir du coton d’origine biologique
plusieurs développements, il n’existe pas de référentiel en quantités suffisantes. La définition d’un lot spécifique et
accessible, approuvé par les pouvoirs publics, établi avec limité au coton biologique peut constituer une stratégie
la participation de l’ensemble des parties intéressées et d’achat adaptée à un apprentissage progressif de l’état et
permettant une évaluation objective de ces pratiques. de l’évolution de l’offre.
L’acheteur public doit donc traiter chacun des aspects du
développement durable de façon séparée.
1.5 • LE MARQUAGE
Quelles caractéristiques environnementales l’acheteur ET LA TRAÇABILITÉ
public peut-il rechercher dans un marché de vêtements? Le marquage et la traçabilité du linge contribuent à une
Le cycle de vie d’un vêtement est susceptible de générer meilleure gestion.
d’importants impacts environnementaux au travers de la La traçabilité du linge est utile: le gain financier peut être
consommation d’eau, d’énergie et des nombreuses émis- important. Une petite étude menée sur 12 grosses blan-
sions nocives : émission de substances polluantes dans chisseries hospitalières a montré que le montant des pertes
l’eau et l’air, émission de gaz à effet de serre, production de linge atteint 47 % du budget d’achat textile des établis-
de déchets, etc. sements. Les textiles disparus représentent une somme
S’agissant des impacts environnementaux liés au proces- d’argent équivalente à 4,1 % du budget de fonctionne-
sus de fabrication des vêtements, l’acheteur public peut ment des blanchisseries!
prescrire des exigences qui vont concourir à les limiter (voir tableau ci-dessous)
dans la mesure où ces exigences sont liées à son besoin et
n’ont pas d’effet discriminatoire vis-à-vis des candidats
potentiels. Le Marquage du linge (niveau 1):
Dans la fabrication de vêtements, les caractéristiques envi- Chaque article textile (linge hôtelier ou habillement),
ronnementales sont, le plus souvent, indissociables des même banalisé, doit être identifié à l’établissement ou à la
caractéristiques portant sur la sécurité sanitaire et les apti- structure d’achat nationale ou régionale (exemple : pro-
tudes à l’emploi des vêtements. Ainsi, les colorants priété des hôpitaux de France). Cela contribue à une
azoïques sont visés par le présent document à la fois au bonne gestion et constitue un élément de dissuasion vis-à-
titre du social (protection de la santé des personnes) et de vis des disparitions. Pour la grande majorité des articles,
la protection de l’environnement. Il est recommandé de cette prestation est à faire réaliser par le fournisseur, capa-
limiter l’utilisation de certaines substances, nocives à la fois ble de l’offrir à moindre coût: il est en effet possible d’ob-
pour l’environnement et la santé publique. tenir des inscriptions tissées sur des séries relativement fai-
bles (de l’ordre de 500 pièces) ou encore des applications
L’acheteur public peut-il exiger que le coton utilisé dans par thermo fixation de transferts achetés par l’établisse-
la fabrication des vêtements soit issu de l’agriculture bio- ment. Pour ce qui concerne les petits articles (gants de toi-
logique? lette, par exemple), une réflexion est à conduire sur l’op-

Définition des trois niveaux d’identification


CATEGORIE Exemples d'Articles Niveau d’identification

LINGE HÔTELIER Linge de toilette (gants, serviettes) Niveau 1

LINGE DE CORPS Slips, Culottes, Maillots de corps,


Combinaison, Chaussettes Niveau 1 ou Niveau 2

LINGE HABILLEMENT Robes, Pantalons, Chemise, Chemisiers Niveau 1 ou Niveau 2 ou Niveau 3

LA FONCTION LINGE DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ 27


portunité de les marquer, compte tenu du coût relatif du rait disposer, et quelles analyses sont vraiment indispensa-
marquage. bles pour faire progresser la connaissance de son activité!
La traçabilité du linge (niveau 2 ou 3): L’outil est tellement puissant qu’il faut réfléchir avant de
La traçabilité est l’information permettant le suivi de pro- l’utiliser: les questions à se poser sont simples mais diffi-
duits, d’individus, de processus, de flux, pour en connaître ciles à prioriser:
l’évolution depuis leur origine jusqu’à leur fin de vie. • quelle information désire-t-on obtenir pour atteindre
En blanchisserie, elle s’applique généralement aux vête- quel objectif?
ments professionnels et linge de patients et de résidents. • quelles entités souhaite-t-on tracer: les individus, les
Mais compter manuellement tous les vêtements qui articles, le nombre de lavage, la durée de production,
entrent en blanchisserie et qui en sortent est pratiquement le poids du linge lavé?
impossible à réaliser. • souhaite-t-on limiter les pertes de linge, contrôler les
Pour obtenir les informations désirées et les mettre en rela- poids de linge sale à l’entrée de la blanchisserie, à la
tion, il est d’abord nécessaire de marquer les produits, sortie de la blanchisserie?
d’identifier à qui ils appartiennent: • faut-il tracer les chariots de linge?
• à un établissement Répondre à ces questions permet de diagnostiquer les dif-
• à tel service dans tel établissement ficultés que rencontre la blanchisserie mais aussi de déter-
• à tel employé du service miner à quels endroits de la blanchisserie ou de l’établis-
Tous les établissements hospitaliers et les maisons de sement de santé il faudra lire les articles : vouloir tout
retraite, pour ne pas perdre les articles et les attribuer aux tracer est impossible.
personnes qui en ont besoin ont donc commencé par mar- Lire en de multiples endroits est coûteux en postes de lec-
quer les articles textiles au moyen d’étiquettes nomina- ture et en postes de travail!
tives, imprimées puis cousues sur le vêtement. Un poste de lecture des codes barres, c’est un PC avec une
Une deuxième évolution a simplifié la tâche des agents de douchette laser, la connexion avec un serveur central qui
blanchisserie en permettant leur thermocollage sur l’arti- regroupera les différentes informations recueillies et devra
cle. Mais il n’est guère facile de faire de la traçabilité sans les stocker et les gérer. Bref ce sont aussi des applications
disposer d’un ordinateur et d’outils permettant d’enregis- informatiques à acheter et à mettre en réseau.
trer et de restituer automatiquement les informations col- Si l’étiquette code-à-barres textile a l’avantage d’être dans
lectées. une matière fine et souple type polyester coton qui s’intè-
gre bien sûr les vêtements, en revanche sa lecture néces-
La traçabilité par code à barres
site une gestuelle qui prend du temps. Le code-barres tex-
Une majorité d’établissements utilisent aujourd’hui la tra-
tile est devenu un outil universel et les fournisseurs
çabilité par code-barres.
proposent des codes barres de plus en plus petits, qui res-
Les équipements nécessaires sont:
tent parfaitement lisibles, et qui peuvent servir pour iden-
- un système de création d’étiquettes : la plupart sous
tifier tous types de vêtements même les plus petits: chaus-
forme de logiciels installés sur PC. Le système est capable
settes, mouchoirs, sous vêtements, etc. Inconvénient: plus
de générer une étiquette code-barres unique qui permet
le code-barres est petit plus sa lecture demande une bonne
de différencier l’article de n’importe quel autre.
précision de lecture (en résumé il faut souvent s’y repren-
- un système d’impression sur étiquette textile, étiquette
dre à plusieurs fois).
prédécoupée ou brute à découper, pré-imprimée ou
L’étiquette code barres est un outil formidable mais évi-
vierge, thermocollable ou repositionnable (pourvue d’une
demment elle a ses limites, c’est pourquoi d’autres sup-
colle spécifique permettant de positionner l’étiquette sans
ports sont utilisés et au premier chef la puce RFID.
la fixer définitivement).
- un système de collage à chaud au moyen de presse spé-
La traçabilité par puce RFID
cifique
La RFID ou Radio Frequency Idendification est une
- une base de données informatique dans laquelle les
méthode pour mémoriser et récupérer les données à dis-
informations pourront être enregistrées: le nom dès l’affec-
tance en utilisant des « radio étiquettes » comprenant une
tation du porteur du vêtement, les articles de son trous-
antenne associée à une puce électronique. Ce dispositif
seau, le nombre de changes dont dispose un membre du
permet de recevoir et de répondre aux requêtes radio
personnel, etc.
émises sur une fréquence bien précise depuis un émetteur-
Le nombre d’informations que l’on peut introduire dans une
récepteur.
base de données n’est pas limité, par contre il est préférable
En blanchisserie, cette radio-étiquette a besoin d’être pro-
d’entrer les données utiles en fonction du projet que l’on
tégée dans une coque résistante afin de résister aux pro-
souhaite en faire. C’est un peu la difficulté de ces systèmes:
duits chimiques et aux chocs mécaniques (lavage, écrase-
on ne sait pas toujours de quelles informations on souhaite-
ment dans la presse hydraulique, chaleur).

28 LA FONCTION LINGE DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ


• Première partie - Chapitre 1
Les premières puces utilisées étaient en basse fréquence • La gestion de la circulation du vêtement (enregistre-
ce qui limitait la distance de lecture entre l’article textile et ment de l’arrivée du vêtement en blanchisserie et enre-
l’antenne de lecture. Le taux de non-lecture était élevé. gistrement du vêtement à son départ de la blanchisse-
Avec la mise sur le marché des puces Haute Fréquence rie ou plus simplement de son passage en
(13,56 MHz), la distance de lecture et la fiabilité de la lec- blanchisserie)
ture ne sont pas de 100 % mais elle est très élevée et suffit • Le tri automatique des vêtements par établissements,
pour des applications de production. point de livraisons, porteurs ou taille sur des
Une troisième génération de puces en est à la phase du convoyeurs automatisés
prototype, ce sont les puces UHF, Ultra Haute Fréquence • La mise en paquet individuel automatisée (emballé
(800-900 MHz). Avantage, elles sont à lectures multiples ou non, étiqueté ou non) des tenues d’un même ser-
et la distance de lecture est plus grande ce qui permet des vice ou porteur
applications nouvelles dans tous les domaines. • La distribution automatisée par le biais de vestiaires
Les antennes mises au point permettent de lire un sac de informatisés
linge contenant de très nombreux articles et de réaliser
une centaine de lectures de toutes les puces RFID du sac Le second concerne les vêtements des patients hospitalisés
en un seul passage! Cette vitesse de lecture permet de fia- sur une longue durée ou des résidents de maison de
biliser la lecture à 100 %. Certes dans la technologie HF, retraite apporte une vraie valeur ajoutée à la prestation.
toutes les puces proposées sont aujourd’hui dites multi- Cette traçabilité va dans le sens d’un meilleur service et
read, à lecture multiple simultanée, mais leur distance de d’une prise en compte du respect de la personne dans sa
lecture et leur vitesse de lecture sont moins grandes. Mais globalité. En effet, le vêtement est souvent le seul objet qui
elles peuvent convenir pour des applications en blanchis- reste la possession du résident qui a tout perdu: maison,
serie telles que le tunnel de lecture ou leur emploi sur les meubles, conjoints, animaux), il a une valeur sentimentale
convoyeurs de tri des vêtements. (souvent cadeau de la famille) et permet de conserver
L’inconvénient de la puce RFID, quelle que soit sa techno- l'identité du résident.
logie c’est qu’elle a une certaine épaisseur et qu’il faut la Les bénéfices sont:
placer sous un patch thermocollant ou l’intégrer dans les • La gestion du vestiaire (ou trousseau) du patient
coutures du vêtement dès la confection. La taille des puces • La gestion de la circulation du vêtement (enregistre-
est de plus en plus petite. ment au dépôt linge sale (RFID uniquement) ou plus
En effet, pour les personnes qui portent les vêtements, il est simplement de son passage en blanchisserie)
important que la traçabilité de leurs vêtements ne consti- • Le tri automatique des vêtements et donc reconstitu-
tue pas une gêne! tion du vestiaire d’une personne par établissements,
Les avantages des puces RFID par rapport aux codes à service, étage ou personne dans des casiers équipés de
barres sont: voyants lumineux
• leur durabilité (elle est supérieure à la durée de vie • La mise en paquet individuel (emballé ou non, éti-
du vêtement), le fait qu’elle peut être réaffectée à un queté ou non) des vêtements d’un même patient
autre article, la facilité de lecture (il suffit de déposer le
vêtement sur une antenne de table pour que la puce La traçabilité concerne également d’autres articles ou
soit lue) produits gérés en blanchisserie:
• la lecture à distance sans avoir besoin de manipuler • Le linge plat
l’article Compte tenu de son coût, la mise en place de traçabilité
• la polyvalence des applications qu’on peut lui assi- sur le linge plat ne s’est pas développée.
gner. Cependant des recherches sont actuellement en cours sur
l’identification de ce linge à moindre coût. Les objectifs
Applications de la traçabilité du linge sont – entre autre - de mieux gérer le linge en circulation,
en blanchisserie de réduire les disparitions de linge, et d’automatiser la sai-
Le code à barres et les puces RFID partagent de nombreux sie des distributions
domaines d’application. Le premier c’est évidemment le
suivi des tenues professionnelles. L’étiquette code à barres • Sac à linge
ou la puce RFID est souvent complétée par des informa- Pour connaître l’origine du linge collecté, tous articles
tions en clair sur le nom du porteur. Une autre étiquette confondus, le type de linge et le poids collecté, l’utilisation
indique l’établissement et le service. de la puce RFID insérée sur un sac de collecte est l’outil
Les bénéfices sont: idéal. Cela suppose d’avoir mis en place un tri sélectif
• La gestion du magasin de vêtements neufs dans les établissements avec des couleurs de sac diffé-
• La gestion du vestiaire (ou trousseau) du personnel rentes. Cette opération n’est pas impossible avec le code-

LA FONCTION LINGE DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ 29


Identification et RFID
La RFID se divise en deux branches : l’identification « à contacts » et l’identification « sans contacts ». Dans le cas
de l’identification avec contact, il s’agit de lire un circuit mémoire (logique cablée) ou une carte à puce (microcon-
trôleur). La carte à puce est bien connue dans les applications carte bancaire et les badges d’accès.
L’identification sans contact se divise en trois branches :
• la vision optique directe de l’identifiant au moyen d’une caméra, d’un lecteur laser (douchette). C’est le cas
du code barres.
• la liaison infrarouge qui nécessite également une lecture directe
• les liaisons radiofréquences. Celles-ci permettent la communication entre l’identifiant et le lecteur sans
nécessité de visibilité directe. Il est également possible de gérer la présence simultanée de plusieurs identi-
fiants dans le champ d’action du lecteur.
Les liaisons radiofréquences se divisent elles-mêmes en trois catégories :
• la RFID passive : le transpondeur utilise un effet physique : transpondeur 1 bit (EAS)
• la RFID active : le transpondeur comprend un circuit intégré et un émetteur. Dans le cas des étiquettes RFID,
le circuit intégré ne renvoie qu’un état (un numéro), mais il peut aussi renvoyer des informations stockées
(e-passport, Smart cards).
Un système RFID se compose d’une puce mais aussi d’une antenne miniaturisée et mises sous une coque plastique
résistante nécessaire pour les applications en blanchisserie, mais aussi d’un lecteur extérieur, qui est une sorte d’in-
terrogateur à distance. Seul le lecteur est actif. Il émet un signal à une fréquence donnée qui va activer la puce
RFID, laquelle renvoie son identification numérique.

barres mais elle est plus facile avec la puce. En effet, il suf- Et demain?
fit de placer le sac dans le champ d’une antenne (plate ou La puce RFID a un grand avenir car elle se prête bien à
sous forme de raquette). L’intérêt est de pouvoir renseigner toutes sortes d’applications encore à inventer.
les établissements sur ce qu’ils consomment, par service. • Tri automatique du linge avant lavage: Un opérateur
Ce système est surtout utilisé par les blanchisseries inter- jette chaque article dans le tunnel de lecture de puce,
hospitalières qui ont beaucoup de clients différents. l’un après l’autre. Les articles sont triés automatique-
Une autre application permet de renseigner la blanchisse- ment en fonction de leur programme de lavage puis
rie sur la qualité du pré-tri effectué dans les établissements. orientés par jet d’air sur des tapis afin de constituer des
À chaque fois qu’une pièce est mal triée, la base de don- lots pour un lavage homogène.
nées spécifique est renseignée. Cela permet ensuite de • des raquettes de lecture des puces RFID qui permet-
faire remonter l’information sur l’efficacité du pré-tri, au tent de faire un inventaire des articles textiles en stock
quotidien, par établissement (certains étant moins ver- en un temps record.
tueux que d’autres).
1.6 • LA DURÉE DE VIE DES ARTICLES
• Filet de lavage ou article pour le nettoyage des sols ET LE RAPPORT QUALITÉ / PRIX
On peut limiter la disparition des articles de nettoyage des La durée de vie d’un produit se définit comme suit:
sols en les traçant avec un identifiant type puce RFID. A ► Sur le plan théorique: c’est le nombre de lavages théori-
noter également que des distributeurs automatiques d’arti- quement atteint, en moyenne, avant destruction:
cles pour l’entretien de sols existent. • Environ 150 lavages pour les articles en PC
• Environ 50 lavages pour les articles en coton
• Armoire de linge propre ou roll ► Sur le plan réel: c’est une estimation reconstituée selon
Comment éviter la disparition des armoires, des rolls? Cer- un historique, portant sur plusieurs années, des mises en
taines blanchisseries voient leurs armoires disparaître et circuit, destructions comptabilisées, rotations, etc.
cela à un coût non négligeable, aussi est-il fortement
recommandé de tracer des moyens de distribution. Il faut Les chiffres réels sont souvent bien inférieurs aux chiffres
bien avouer que cette traçabilité est encore peu utilisée, théoriques, du fait des destructions sauvages et dispari-
mais qu’elle a un grand avenir. En général on fixe une tions, en particulier pour les petits articles. Lors d’une ana-
puce RFID sur le côté ou en dessous de l’armoire ou du lyse du rapport qualité/prix dans un processus d’achat, il
roll. Cette puce est lue avec un lecteur portable ou avec un importe donc de bien prendre en compte cette durée de
lecteur placé dans le sol en sortie de sas. vie réelle: rien ne sert, en effet, d’investir dans une qualité

30 LA FONCTION LINGE DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ


3H ÄIYL WYVMLZZPVUULSSL KLW\PZ 

Route de Feurs - 42360 Panissières - Tél : 04 77 28 68 68 - Fax : 04 77 28 76 14


contact@granjard.fr - w w w . g r a n j a r d . f r
Blanc et bleu mais vert avant tout.
La blanchisserie automatisée éco-responsable

JENSEN FRANCE SAS


2 Village d‘Entreprises · Av. de la Mauldre
78680 Epone - France
T 01 39 29 76 00 · F 01 39 29 76 36
E info-fr@jensen-group.com · www.jensen-group.com

Housses / Feuilles
SOLUBLE • BIODÉGRADABLE

Coiffes / Sacs
Hoods / Sheets
POLYÉTHYLÈNE

Covers / Bags
Emballages médicaux
Pharmaceutiques / Alimentaires
Blanchisseries / Industries
Pakaging for
Medical / Pharmaceutical / Food
Laundries / Industy purposes

En 2008, S.E.S. a intégré de nouvelles machines destinées


à l’extrusion de gaines et films pour les Blanchisseries Hospitalières
avec une priorité : la Qualité…

Ces gaines ou films peuvent être microperforés ou macroperforés avec une technique inédite
permettant l’évacuation de toutes les pastilles, qualité glissante ou non-glissante.

En stock permanent : laizes à partir de 450 mm jusqu’à 900 mm.


S.E.S. c’est aussi :
1er fabricant indépendant du sac soluble pour
le linge contaminé. STÉFANY EMBALLAGES SERVICES
Leader en housses à usage unique prédécoupées ZI de Courtanne - 43260 Saint-Pal-de-Mons - France
Tél. 04 71 66 83 68 • Fax 04 71 61 90 24
en rouleaux pour chariots type : Cabris et Rolls.
www.ses43.fr • www.sacs-solubles.com • www.sacs-zip.com
• Première partie - Chapitre 1
supérieure, susceptible d’augmenter la durée de vie théo- + moins de re-contamination par voie aérienne dans
rique d’un produit l’unité de soin
(ce qui est souvent difficile a démontré…), si l’on constate, 2. automatisation de la distribution des vêtements
par ailleurs, qu’il disparaît après quelques utilisations… • distributeur automatique = moins de manipulation des
vêtements + moins de re-contamination par voie
Exemple de durée de vie d’articles textiles aérienne dans l’unité de soins (cf.: les vêtements pro-
sur un établissement type CH pres ne « traînent » plus partout : étagère, fond d’un
articles textiles durée de vie en placard, sur un bureau…)
nombre de lavage • permet de connaître la rotation des vêtements = vérifier
que pour un porteur donné le vêtement est bien changé
alèse 50
quotidiennement et lavé selon les protocoles d’entretien
couvre lit 70 = intervention si besoin pour inciter le personnel hospi-
drap enfant bleu 50 talier à changer quotidiennement de vêtement
drap adulte 70
L’introduction de la radiofréquence dans la logistique du
serviette table 50
traitement et de la distribution du vêtement de travail:
taie d'oreiller 70 • permet d’atteindre l’objectif du change quotidien
taie traversin 70 • de mesurer si l’objectif est atteint
• de mettre en place des actions correctives ciblées si
torchon 20
besoin (exemple : rappeler à l’ordre un porteur qui
bavoir adulte barrière 70 garde sa tenue de travail plusieurs jours d’affilés)
couche bébé 10 • de respecter les normes d’hygiène du milieu hospitalier
En terme de démarche qualité, on peut maintenant prou-
couverture adulte 30
ver que les agents hospitaliers changent leur tenue chaque
drap housse adulte 50 jour.
gant de toilette 5
serv éponge 50*70 blanche 40 1.7 • NORMES RELATIVES
drap de bain 130*70 jaune 40 AUX TEXTILES
pantalon pyjama 50 Certains textiles utilisés dans les hôpitaux rentrent dans le
veste pyjama 50 champ d’application de normes qu’il faut prendre en
compte lors des achats.
chemise de nuit 50
■ COMPORTEMENT AU FEU
chemise malade adulte 40
Un seul texte existe (décret b° 2000-164 du 23/03/2000).
chemise malade imprimée adulte 40 Pour les articles de literie garnis suivants: oreillers, traver-
surblouse manche longue 50 sins, couettes, édredons, couverture ou couvre-lit mate-
lassé, ouatinés.
chemise malade enfant 30
Il ne s’applique pas aux couvertures et dessus de lit clas-
tunique de bloc 40 siques.
pantalon de bloc 40 Ce texte impose que les articles mis sur le marché passent
avec succès les essais réalisés selon la norme EN 12952
parties 1 et 2.
En quoi la traçabilité améliore l’hygiène et participe à la
La référence au classement M1 peut cependant être utili-
lutte contre les infections nosocomiales.
sée dans le cas des rideaux, tentures, voilage et couver-
tures par exemple ou être imposés par une commission de
RFID (identification par radio fréquence) = traçabilité
sécurité.
Traçabilité =
Une extension de l’application de la norme EN12952 est
1. automatisation du traitement des vêtements
prévue dans une directive du 10/12/2004 sur les draps,
• tri automatique par taille, par unité de soins, par agent
alèzes, et couvertures. Il existe également des éléments
hospitalier = diminution des interventions manuelles
dans l’article U 23 du règlement de sécurité des ERP.
sur le vêtement et donc des contaminations manu por-
tées ■Les EPI
• emballage avec étiquetage automatique (nom, date de Le marché des EPI est extrêmement normé, et pour cause,
péremption) = moins de manipulation des vêtements puisque nous parlons ici de la sécurité des hommes. Deux

LA FONCTION LINGE DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ 33


directives régissent l’utilisation des EPI: versible à la santé
• la directive européenne 89/656/CEE qui décrit l’uti- Les EPI ainsi certifiés et homologués par un organisme
lisation des EPI et la 89/686/CEE qui dresse les disposi- notifié, porteront le sigle CE. Les normes relatives aux vête-
tions relatives à leur conception. ments de protection, y compris la protection de la main et
• La directive 89/656/CEE. Cette directive régit les du bras sont élaborées au sein des groupes de travail du
conditions d’utilisation des Équipement de Protection comité technique 162. Les EPI sont soumis aux exigences
Individuel. Elle a été retranscrite dans le Code du Tra- générales: EN 340, 510, 1149-1 et 2, ISO 11610.
vail français.
• Un EPI est destiné à protéger contre un risque ou un Directive Cadre: 89/391/CEE. Cette directive-cadre cou-
danger spécifique vre tous les risques lies à la santé et à la sécurité du travail.
• Un EPI est soumis à des règles strictes (conception, Elle comporte des principes généraux sur:
mise à disposition, utilisation) • la prévention des risques professionnels
La directive 89/656/CEE stipule l’obligation des • la protection de la sécurité et de la santé
employeurs et également des employés: • l’élimination des facteurs de risque et d’accident
Obligation des employeurs: • des dispositions pour la mise en œuvre de ces prin-
• Mettre à disposition gratuitement et de manière person- cipes.
nelle, les EPI nécessaires et appropriés au travail à réaliser. • L’employeur doit en particulier:
Vérifier le bon choix de l’EPI, sur la base d’analyse • éviter les risques
• des risques à couvrir et de performances offertes par • évaluer les risques qui ne peuvent être évités
l’EPI • déterminer les mesures de protection à utiliser
• Veiller à l’utilisation effective des EPI • choisir le matériel de protection à utiliser
• Vérifier la conformité des EPI mis à disposition • consulter les travailleurs et/ou les représentants dans
• Informer les personnes chargées de la mise en œuvre le cadre des questions touchant à la sécurité et à la
ou de la maintenance des EPI santé au travail.
• Assurer le bon fonctionnement et un état hygiénique Sources: Ministère de l’Intérieur,
satisfaisant par les entretiens, réparations et remplace- Règlement et Normalisation en matière d’EPI
ment nécessaires des EPI Site du Synamap: www.synamap.fr
• Informer les utilisateurs des risques contre lesquels
l’EPI les protègent, des conditions d’utilisation, des ins- ■ ARTICLES CHIRURGICAUX
tructions ou consignes de l’EPI et, de leurs conditions (Champs, casaques, tenues de bloc):
de mise à disposition, ► EN 13795 avec ses 3 parties pour définir les prescriptions
• Former et entraîner les utilisateurs au port de l’EPI d’une perméabilité, de résistance, d’épluchage des tissus à
Obligation des employés: la fabrication, mais aussi
Selon l’article L 230-3 de la directive: Il incombe à chaque Après les lavages ISO 22612: résistance à la pénétration
utilisateur de prendre soin en fonction de sa formation et de la poussière contaminée.
selon ses possibilités de sa sécurité et de sa santé sans pour ► ISO 22610 : résistance à la pénétration bactérienne à
cela affecter la responsabilité de l’employeur. Le refus de l’état humide.
porter un moyen de protection individuelle expose le sala- ► Directive Européenne 93/42/CEE sur les dispositifs médi-
rié aux sanctions prévues et approuvées par le règlement caux « marquage CE ». Elle définit un certain nombre
intérieur. « d’exigences essentielles » pour les fabricants sur l’habil-
Directive Conception et Qualité des EPI: 89/686/CEE lement et l’ensemble du linge opératoire à usage unique
La directive européenne 89/686/CEE décrit les dispositions ou réutilisable. L’ensemble du linge est en classe 1 le
relatives à la conception des EPI tandis que la 89/656/CEE niveau de risque le moins élevé sauf les champs dits
concerne leur utilisation. La directive Conception et Qua- « abdominaux » directement en contact avec la plaie qui
lité des EPI: 89/686/CEE détermine par catégorie d’EPI les eux sont en classe 2a.
procédures de certification et les règles techniques aux-
quelles ils doivent répondre pour bénéficier de la libre cir-
■ Résistance à la chaleur et aux flammes
culation dans la CEE.
► EN 348 - Détermination du comportement des maté-
• Catégorie 1, pour les EPI protégeant contre les
riaux en contact avec de petites projections de métal.
risques minimes
► EN 366 - Évaluation de matériaux et ensembles de maté-
• Catégorie 2, pour les EPI protégeant contre les
riaux exposés à une source de chaleur radiateur
risques intermédiaires
► EN 367 - Détermination de la transmission de chaleur à
• Catégorie 3, pour les EPI protégeant contre les dan-
l’exposition des flammes.
gers mortels ou pouvant nuire de manière grave et irré-

34 LA FONCTION LINGE DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ


• Première partie - Chapitre 1
► EN 469 - Exigences et méthodes d’essai pour les vête- rapportant à l’utilisation de substances (produits lessiviels)
ments de protection pour la lutte contre l’incendie (pom- et aux obligations liées à la présence de certaines subs-
piers). tances dans les articles lorsqu’il est en charge de l’impor-
► EN 470-1 et 470-1/A1 - Utilisation de vêtements pendant tation et de la distribution d’articles (linge, vêtements…).
le soudage et les techniques connexes.
► EN 531 - Protection des travailleurs de l’industrie expo- 1.2 • Aperçu des différentes obligations
sés à la chaleur (hors pompiers et soudeurs). L’une des principales composantes de REACH est l’enre-
► EN 532 - Protection contre la chaleur et les flammes gistrement des substances, qui oblige les fabricants et
(propagation de flamme limitée). importateurs de substances à fournir des informations spé-
► EN 702 - Protection contre la chaleur et la flamme, déter- cifiques à l’Agence Européenne des Produits Chimiques
mination de la transmission thermique par contact à tra- (ECHA), sous la forme d’un dossier d’enregistrement. Ces
vers les vêtements de protection ou leurs matériaux. Résis- informations concernent les dangers des substances et les
tance aux produits chimiques liquides risques éventuels posés par leur utilisation. Les fabricants
► EN 368 - Résistance a la pénétration. et les importateurs de certaines substances dangereuses
► EN 369 - Résistance des matériaux à la permettions par doivent évaluer la nature et l’étendue exactes de ces
les liquides. risques dans le cadre d’une « évaluation de la sécurité chi-
► Protection contre les intempéries, le vent et le froid mique ». Certaines substances très dangereuses nécessi-
► EN 342 - Protection contre le froid. tent une autorisation avant de pouvoir être utilisées. L’uti-
► EN 343 - Protection contre les intempéries. lisation de certaines substances peut également faire
■ Normes diverses
l’objet de certaines restrictions.
► EN 471 - Vêtements de signalisation a haute visibilité. 1.3 • Description des obligations « substances »
► EN 472 - Imperméabilité (tissus homologues).
1.3.1 L’enregistrement
► EN 15797 - Tenue aux lavages industriels.
Les substances fabriquées ou importées sur le territoire de
la communauté européenne à plus de 1 tonne par an doi-
1.8 • LA RÉGLEMENTATION REACH vent être enregistrées. Certaines substances sont exemptées
d’enregistrement, généralement car elles sont déjà enca-
La gestion des substances dangereuses, en particulier dans
drées par d’autres réglementations plus restrictives. Les
les articles (au sens de la réglementation REACH), est régie
substances qui ne sont pas enregistrées conformément à la
par deux importants textes européens : le règlement
réglementation ne peuvent plus être mises sur le marché.
REACH et la directive sur la sécurité générale des produits.
Cette obligation d’enregistrement exigent des fabricants et
Ces réglementations sont particulièrement importantes
des importateurs qu’ils produisent des données sur les
pour des articles tels que des articles textiles qui contien-
substances qu’ils fabriquent ou importent, qu’ils utilisent
nent un nombre important de substances.
ces données pour évaluer les risques liés à ces substances
Le présent document présente ces deux réglementations,
et qu’ils élaborent et recommandent des mesures appro-
liste les substances problématiques susceptibles d’être pré-
priées de gestion des risques.
sentes dans des articles textiles et décrit deux labels pre-
Ces informations sont soumises à l'Agence européenne
nant en compte cette problématique des substances
des produits chimiques (ECHA) dans un dossier d’enregis-
préoccupantes dans les articles textiles.
trement. Ce dossier contient un dossier technique et, pour
les substances produites ou importées à plus de 10 tonnes
A • LES OBLIGATIONS RÉGLEMENTAIRES
par an, un rapport sur la sécurité chimique.
Le dossier technique contient des informations sur l’iden-
1 • Le règlement REACH tité du fabricant ou de l’importateur et des informations sur
1.1 • Introduction la substance telle que fabrication, utilisation, conseil pour
Le règlement REACh (règlement 1907/2006) est entré en l’utilisation en toute sécurité, classification et étiquetage.
vigueur le 01/07/2007. Ce règlement vise à améliorer la Le rapport sur la sécurité chimique comprend une évalua-
protection de la santé humaine et de l'environnement à tion de la sécurité chimique de la substance et, si la subs-
travers une meilleure connaissance et une meilleure ges- tance est dangereuse ou préoccupante, une évaluation de
tion des substances chimiques. Ce règlement fixe des obli- l’exposition et une caractérisation des risques. Ces évalua-
gations pour les chimistes, fabricants et importateurs de tions permettent de définir des scénarii d’exposition pour
substances, mais également aux utilisateurs de ces subs- les différents usages de la substance. Ces scénarii d’expo-
tances, ainsi qu’aux fabricants, importateurs et distribu- sition seront annexés à la fiche de données de sécurité et
teurs d’articles contenant certaines substances. Le blan- devront être respectées par les utilisateurs en aval.
chisseur est donc concerné par les obligations se L’obligation d’enregistrement est entrée en vigueur le

LA FONCTION LINGE DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ 35


1er juin 2008. Néanmoins, certaines substances ont pu donnée. Les autorisations ne peuvent être accordées que
bénéficier d’un pré-enregistrement, permettant de dispo- si les risques que représente la substance pour la santé
ser d’un régime transitoire pour les délais d’enregistre- humaine ou l’environnement sont valablement maîtrisés
ment. et uniquement s’il est démontré que les avantages socio-
Le pré-enregistrement économiques l’emportent sur les risques pour la santé et
La période de pré-enregistrement s’est déroulée de juin à l’environnement et s’il n’y a pas de substitution possible.
décembre 2008. 143000 substances ont été pré-enregis- Les demandes d’autorisation sont déposées par les fabri-
trées par 65000 entreprises. cants ou importateurs de la substance, ou par l’utilisateur
Ces substances bénéficient du régime transitoire suivant: en aval de la substance.
• Décembre 2010 : date limite d’enregistrement des
substances produites ou importées à plus de 1000 t/an,
ou à plus de 1 t/an si la substance est classée Cancéri- 1.3.3 • Les obligations liées à l’utilisation
gène, Mutagène, ou Toxique à la Reproduction de des produits lessiviels
catégorie 1 ou 2 (substances dites CMR), ou à plus de Le blanchisseur est considéré par le règlement REACh
100 t/an si la substance est Très toxique pour les orga- comme un utilisateur en aval, car il utilise des substances
nismes aquatiques (substance classée R50/53) en tant que telles (acide péracétique) ou dans des prépara-
• Juin 2013: Date limite pour les substances produites tions (poudre lessivielle).
ou importées à plus de 100 t/an Les principales obligations de l’utilisateur en aval sont les
• Juin 2018: Date limite pour les substances produites suivantes:
ou importées à plus de 1 t/an • Suivre les instructions données dans les fiches de
Le pré-enregistrement perme également de participer aux données de sécurité ainsi que dans les scénarios d’ex-
forums d’échange d’informations sur les substances (FEIS). position joints à certaines de ces fiches. L’utilisateur en
Ces forums permettent de mutualiser les informations et de aval doit respecter les mesures de gestion des risques
partager les coûts liés à l’enregistrement. préconisées et respecter d’éventuelles restrictions
d’usage. Si l’utilisation de la substance n’est pas prévue
par un scénario d’exposition, vous pouvez communi-
1.3.2 • L’autorisation quer avec votre fournisseur en vue de faire en sorte
Les substances les plus problématiques vis-à-vis de la qu’elle le soit, ou vous devrez éventuellement élaborer
santé humaine et de l’environnement devront être substi- vous-même un rapport sur la sécurité chimique.
tuées par des substances ou des technologies moins dan- • Contacter ses fournisseurs s’il possède de nouvelles
gereuses. informations sur les dangers de la substance ou de la
Ces substances, considérées comme extrêmement préoc- préparation, ou bien s’il pense que les mesures de ges-
cupantes (SVHC: Substances of Very High Concern), sont tion des risques ne sont pas adéquates.
les substances qui ont les propriétés suivantes: Actuellement, les fiches de données de sécurité contien-
• CMR 1 & 2: substances Cancérigènes, Mutagènes ou nent des informations sur les précautions à prendre pour
toxiques pour la Reproduction, de catégorie 1 ou 2, l’utilisation des substances, notamment dans la rubrique
• PBT : substances persistantes, bioaccumulables et 7 : « précautions de manipulation, d’emploi et de
toxiques, stockage ». Ces informations ne sont pas spécifiques à une
• vPvB: substances très persistantes et très bioaccumu- utilisation. Les scénarii d’exposition, que devront respec-
lables ter les utilisateurs en aval, seront eux bien spécifique à
• les substances qui suscitent un niveau de préoccupa- telle ou telle utilisation. Pour une même substance, il
tion équivalent, telles que les perturbateurs endocri- pourra y avoir plusieurs scénarii. Par exemple, pour
niens. l’acide péracétique: utilisation industrielle comme agent
Ces substances sont listées dans deux documents: la liste de réticulation dans l’industrie chimique, utilisation indus-
des susbtances candidates à l’autorisation puis dans l’an- trielle comme agent de blanchiment en blanchisserie.
nexe XIV du règlement REACh. L’utilisateur en aval doit vérifier que son usage est pris en
Lorsqu’une substance extrêmement préoccupante est compte et doit respecter le scénario tel qu’il est décrit.
incluse à l’annexe XIV du règlement REACh, elle est sou- En dehors de ces obligations, un des risques au fur et à
mise à autorisation. L’utilisation, sur le territoire de l’Union mesure de l’implémentation du règlement est la dispari-
Européenne, des substances soumises à autorisation est tion de certaines substances car elles n’auront pas été pré-
interdite, sauf pour certaines utilisations expressément enregistrées, ainsi que la disparition des substances sou-
autorisées par la Commission Européenne. mises à autorisation. Pour limiter les risques de rupture
Pour continuer à utiliser une substance de l’annexe XIV, il d’approvisionnement, un dialogue permanent avec les
faut donc demander une autorisation, pour une utilisation fournisseurs est nécessaire.

36 LA FONCTION LINGE DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ


• Première partie - Chapitre 1
1.4 • Description des obligations « Articles » liées Cette obligation s’applique dès qu’une substance est ins-
au règlement REACH crite à la liste candidate.
Les principales obligations du règlement REACH s’appli- Mise en application
quent aux substances en tant que telles ou dans des prépa- Le respect de ces deux obligations de notification et de
rations. Cependant, des risques existent également pour communication pouvant être rendu complexe du fait du
certaines substances contenues dans des articles. Pour nombre de substances et du nombre d’articles concernés,
encadrer ces risques, des obligations pour les substances une des solutions de mise en conformité avec ces deux
contenues dans les articles ont été introduites dans le exigences est de fabriquer, importer ou distribuer unique-
règlement. ment des articles exempts de ces substances extrêmement
Les obligations liées aux substances présentes dans les arti- préoccupantes de la liste candidate.
cles sont la notification, la communication, les restrictions
et l’enregistrement. 1.4.3 • Les restrictions
Des restrictions sont mises en place lorsque la fabrication,
l’utilisation ou la mise sur le marché de substances entraî-
1.4.1 • La notification
nent pour la santé humaine ou l’environnement un risque
La notification concerne la présence de substances extrê-
inacceptable.
mement préoccupantes dans les articles. Un producteur
Ces restrictions sont listées dans l’annexe XVII. Dans un
ou importateur d’articles est tenu de notifier à l’Agence
premier temps, l’annexe XVII a repris l’ensemble des res-
Européenne des Produits Chimiques (ECHA), à compter de
trictions déjà existantes dans la directive 76/769, soit 53
juin 2011, la présence de substances extrêmement préoc-
restrictions, par exemple interdiction d’utilisation du tri-
cupantes de la liste candidate, si:
chloroéthane pour le nettoyage des tissus, interdiction de
• La substance est présente dans des articles produits
mise le marché de textiles en contact direct et prolongé
et/ou importés dans une concentration supérieure à
avec la peau contenant des colorants azoïques interdits.
0,1 % masse/masse (w/w).
Cette annexe sera complétée, notamment s’il est montré
• La quantité totale de substance présente dans tous les
que l'utilisation de substances extrêmement préoccu-
articles produits et/ou importés, qui contiennent plus
pantes dans des articles présente un risque pour la santé
de 0,1 % masse/masse (w/w), est supérieure à 1 tonne
humaine ou pour l'environnement qui n'est pas valable-
par an.
ment maîtrisé.
Aucune notification n'est toutefois requise si l'une des
Les restrictions peuvent être totales, mais sont plus généra-
conditions suivantes est remplie:
lement spécifiques, autrement dit, elles ne s’appliquent
• Le producteur ou l'importateur peut exclure l'expo-
qu’à une catégorie d’articles ou de process. Il convient
sition des êtres humains et de l'environnement à la
donc d’étudier le détail de chaque restriction afin de déter-
substance dans des conditions normales ou raisonna-
miner si cette dernière s’applique. Les restrictions s’appli-
blement prévisibles d'utilisation, y compris l'élimina-
quant aux articles textiles classiques sont détaillées dans la
tion
partie suivante.
•La substance a déjà été enregistrée pour cette utilisa-
tion (à savoir l'utilisation qui justifie la présence de la
substance dans l'article) par une autre entreprise. 1.4.4 • L’enregistrement de substances contenues
dans les articles
1.4.2 • La communication Les substances destinées à être relarguées des articles sont
La deuxième obligation concernant la présence de subs- également, sous condition, soumises à enregistrement. Les
tances extrêmement préoccupantes dans les articles est la articles de ce type sont, par exemple, les tissus micro-
communication. Cette dernière s’impose à tout fournis- encapsulés ou des bougies parfumées.
seur d’article et pas seulement au producteur ou à l’impor- L’enregistrement des substances relarguées est exigé si
tateur. Elle s’applique aux substances extrêmement préoc- 1- La substance est destinée à être libérée des articles pro-
cupantes de la liste candidate présentes dans des articles à duits et/ou importés dans des conditions normales ou rai-
plus de 0,1 %. Dans ce cas, le fournisseur d’article doit sonnablement prévisibles d’utilisation.
fournir systématiquement au destinataire professionnel de 2- La quantité totale de substance présente dans tous les
l’article des informations suffisantes dont il dispose pour articles produits et/ou importés, à partir desquels elle est
permettre l'utilisation de l’article en toute sécurité et com- destinée à être rejetée, est supérieure à 1 tonne par an.
prenant, au moins, le nom de la substance. Dans le cas où Néanmoins, si la substance a déjà été enregistrée pour
l’article est fourni à un consommateur, ce dernier a le droit cette utilisation, l’enregistrement n’est pas exigé.
de demander si l’article contient des substances extrême- 1.5 Les sanctions encourues en cas de non-conformité
ment préoccupantes de la liste candidate. Le fournisseur a Les sanctions sont définies par la réglementation de
obligation de répondre dans les 45 jours. chaque pays. Pour la France, elles sont définies dans l’or-

LA FONCTION LINGE DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ 37


donnance 2009-229 du 26 février 2009 qui modifie le • les codes de bonne conduite en matière de sécurité ou
code de l’environnement et précisées par le décret de santé;
n° 2010-150 du 17 février 2010 relatif au contrôle des pro- • l'état actuel de la connaissance ou de la technique;
duits chimiques et biocides. • la sécurité à laquelle les consommateurs peuvent s'at-
L’ordonnance indique les autorités en charge du respect tendre.
du règlement REACH. De nombreux organismes sont en Il convient donc à chaque acteur de définir, pour un pro-
charge du contrôle, néanmoins pour le blanchisseur, les duit donné, l’ensemble des critères à prendre en compte.
principaux seront les douanes, les fraudes, les DRIRE, ainsi Lorsque les producteurs ou les distributeurs constatent
que les inspecteurs du travail. qu'un produit est dangereux, ils doivent prévenir les auto-
L’ordonnance précise également les sanctions encourues rités compétentes et collaborer, le cas échéant, avec elles.
en cas de manquement aux exigences principales de
REACH. Les principaux manquements, tels que la mise sur 2.3 • Système RAPEX
le marché d’une substance n’ayant pas été enregistrée, ou Lorsque les services de contrôle d’un pays identifient des
l’utilisation d’une substance soumise à autorisation sans produits qui présentent un risque grave pour la santé et la
avoir d’autorisation, ou le non-respect d’une restriction, sécurité, ils alimentent le système RAPEX, qui permet limi-
sont punis pénalement, de deux d’emprisonnement et ter ou d’empêcher la diffusion de produits dangereux dans
75000 € d’amende. les autres états membres. Les alertes émises sont publiques
Les sanctions pour des défauts moindres, sont précisées et publiées sur le site de la commission européenne.
dans le décret. Par exemple, le défaut de notification est
puni par une contravention de 5e classe (1500 €). 2.4 • Interprétation pour les articles textiles
L’application de cette directive est relativement complexe,
car elle oblige les industriels à se poser les questions des
2. • La Directive sur la sécurité risques des articles, en fonction des caractéristiques pro-
générale des produits pres de chaque article: composition, utilisation… Pour les
articles textiles, certaines substances problématiques
2.1 • Description connues ne sont pas interdites spécifiquement. C’est le cas
Cette directive s'applique en l’absence de réglementations par exemple des colorants allergènes ou cancérigènes. Les
européennes spécifiques régissant la sécurité de certaines industriels doivent donc se poser la question des risques
catégories de produits, ou lorsque ces réglementations que pose la présence de telles substances dans leurs arti-
spécifiques présentent des lacunes. La directive impose cles.
une obligation générale de sécurité aux producteurs et aux
distributeurs, elle met également en place un système d’in- B • LES SUBSTANCES PROBLÉMATIQUES
tervention rapide, le système RAPEX. DANS LE SECTEUR TEXTILE
La fabrication d’un article textile passe par de nombreuses
2.2 • Obligation générale de sécurité
étapes de process. Au cours de plusieurs de ces étapes, des
La directive impose une obligation générale de sécurité
produits chimiques sont utilisés. Parmi ces derniers, cer-
pour tout produit mis sur le marché et destiné aux consom-
tains sont connus pour poser des problèmes vis-à-vis de la
mateurs ou susceptible d'être utilisé par eux.
santé humaine ou de l’environnement. Les chapitres sui-
Les producteurs et les distributeurs sont tenus de mettre sur
vants présentent les principales substances ou familles de
le marché des produits sûrs. Les distributeurs doivent éga-
substances problématiques. Les risques, les articles
lement suivre la sécurité des produits mis sur le marché et
concernés, ainsi que la réglementation sont précisés pour
fournir les documents nécessaires assurant la traçabilité
chaque critère.
des produits.
Un produit sûr est celui qui ne présente aucun risque, ou 1. • Les pesticides
qui ne présente que des risques réduits et acceptables à
l'égard d'une protection élevée pour la santé et la sécurité Les pesticides sont des composés utilisés contre certains
des personnes. En l’absence de réglementation spécifique, organismes vivants, notamment lors de la culture des
la conformité d’un produit est appréciée selon: fibres naturelles, telles que le coton et la laine.
• les normes nationales non obligatoires (transposant
d’autres normes européennes pertinentes), les recom- 1.1 • Risque
mandations de la Commission (établissant des orienta- Les pesticides sont utilisés pour leurs propriétés destruc-
tions sur l'évaluation de la sécurité des produits); trices envers les plantes ou les animaux. Fréquemment, les
• les normes de l'État membre de production ou de com- pesticides ont également des effets néfastes sur la santé
mercialisation; humaine. Certains sont classés Cancérigènes, Mutagènes

38 LA FONCTION LINGE DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ


• Première partie - Chapitre 1
ou Toxiques à la reproduction (substances dites CMR), 2.2 • Articles concernés
d’autres sont considérés comme des perturbateurs endo- Ces colorants sont relativement anciens et ont été essen-
criniens. tiellement développées pour la teinture des fibres cellulo-
Les personnes les plus exposées sont les travailleurs en siques (coton, viscose, lin…), la laine, la soie et le poly-
charge de l’épandage de ces pesticides. Par contre, bien amide. Il est bien moins fréquent de constater leur usage
que des quantités importantes soient utilisées au niveau du sur des fibres plus récentes comme le polyester ou l’acry-
champ, les quantités présentes sur les fibres et a fortiori sur lique. Les principaux fabricants actuels de ces colorants
des articles textiles manufacturés sont peu importantes. sont la Chine et l’Inde, d’où le risque de présence de ces
colorants sur les articles textiles issus de la grande impor-
1.2 • Articles concernés tation. L’abandon de ces colorants en Europe permet de
Les articles textiles concernés par une présence éventuelle garantir une conformité quasi systématique de toute la
de pesticides sont les fibres naturelles, en particulier le production textile de l'Union Européenne.
coton et la laine. Cependant les concentrations en pesti-
cides ne sont jamais très importantes. 2.3 • Réglementation
REACH – Annexe XVII des restrictions – Entrée 43
1.3 • Réglementation Les colorants libérant une ou plusieurs des 22 amines aro-
Il n’existe pas de réglementation spécifique encadrant la matiques cancérigènes listées, à plus de 30 mg/kg « ne
présence de pesticides dans les articles textiles. peuvent être utilisés dans les articles en tissu et en cuir sus-
Certains sont par contre interdits par les labels Oeko-Tex® ceptibles d’entrer en contact direct et prolongé avec la
et l’écolabel européen. peau humaine ou la cavité buccale ».
De plus les articles ne répondant pas à cette condition, ne
2. • Les colorants azoïques interdits peuvent être mis sur le marché.
Les colorants azoïques (comprenant une double liaison La réglementation donne les normes à utiliser pour le
azote) sont très utilisés dans l’industrie textile, ils représen- contrôle de conformité (voir le tableau ci-dessous).
tent plus de la moitié des colorants utilisés. Parmi ceux-ci
certains sont problématiques car ils peuvent au cours de
leur dégradation libérer des amines aromatiques cancéri-
3. • Les colorants allergènes
gènes.
Certains colorants sont problématiques, sans qu’ils soient
2.1 • Risque dégradés, notamment certains sont allergènes et d’autres
Lors de la dégradation des colorants dans l’organisme cancérigènes.
humain, la liaison azoïque peut être rompue par des
enzymes. La rupture de la liaison azoïque libère dans l’or- 3.1 • Risque
ganisme des amines aromatiques. Certaines des amines Les colorants allergènes sont susceptibles d’entraîner de
aromatiques utilisées pour la fabrication des colorants, fortes réactions au contact de la peau sur les personnes
telle que la benzidine, étant cancérigènes, l’utilisation de sensibilisées à la substance active. Ces réactions étant non
colorants à base de ces amines crée un risque de libération systématiques, le potentiel allergisant est difficile à déter-
dans l’organisme d’une substance cancérigène. miner et se fait généralement par retour de cas d’allergies.

Matière Référence Titre

Cuir CEN ISO/TS 17234:2003 Cuir - Essais chimiques - Dosage de certains colorants azoïques dans les cuirs teints

Textiles EN14362-1:2003 Textiles - Méthodes de détermination de certaines amines aromatiques


dérivées de colorants azoïques - Partie1: détection de l'utilisation de certains
colorants azoïques accessibles sans extraction

Textiles EN14362-2:2003 Textiles - Méthodes de détermination de certaines amines aromatiques dérivées de


colorants azoïques - Partie 2 : détection de l'utilisation de Certains colorants
azoïques accessibles par l'extraction des fibres

La deuxième norme textile s’applique pour les articles en polyester, pour lesquels la méthode d’extraction est différente.

LA FONCTION LINGE DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ 39


3.2 • Articles concernés Ces colorants proviennent de plusieurs classes de colo-
Les colorants allergènes répertoriés sont essentiellement rants: acides, basiques (ou cationiques), directs, dispersés,
des colorants de la classe des colorants dit « dispersé ». solvant. Il est donc possible de les trouver sur tout type de
Ces colorants sont utilisés pour la teinture des fibres poly- fibre. Tous les articles textiles teints sont donc concernés.
ester et acétate. Les articles concernés sont donc les arti-
cles dans ces matières, tels que drap de lit teint en polyco- 4.3 • Réglementation
ton, pantalon teint en polycoton. Il n’existe pas de réglementation spécifique encadrant la
présence des colorants cancérigènes dans les articles tex-
3.3 • Réglementation tiles.
Il n’existe pas de réglementation spécifique encadrant la Néanmoins, pour les articles pour lesquels l’exposition
présence des colorants allergènes dans les articles textiles. humaine est importante (notamment les articles en contact
Néanmoins, pour les articles pour lesquels l’exposition direct avec la peau), l’obligation de sécurité, imposée par
humaine est importante (notamment les articles en contact la directive générale sur la sécurité des produits, peut ame-
direct avec la peau), l’obligation de sécurité, imposée par ner à s’assurer de l’absence de ces substances.
la directive générale sur la sécurité des produits, peut ame- Certains colorants cancérigènes sont par contre interdits
ner à s’assurer de l’absence de ces substances. par les labels Oeko-Tex ® et l’écolabel européen.
Certains colorants allergènes sont par contre interdits par
les labels Oeko-Tex ® et l’écolabel européen (voir le 5. • pH de l’extrait aqueux
tableau ci-dessous). Le pH d’une solution détermine son caractère acide ou
alcalin. Dans le cas des articles textiles, de nombreuses
4. • Les colorants cancérigènes substances utilisées lors de la production sont susceptibles
de déplacer le pH si elles ne sont pas éliminées.

4.1 • Risque 5.1 • Risque


Les colorants cancérigènes sont susceptibles d’entraîner Le critère du pH de l’extrait aqueux traduit de façon géné-
des risques de cancer à long terme. rale la présence de composés chimiques résiduels sur un
support textile. Ces composés résiduels sont susceptibles
4.2 • Articles concernés d’entraîner une modification du pH, à l’origine de phéno-
Certains colorants sont classés cancérigènes par la régle- mènes d’irritations de la peau de l’utilisateur, Il y a donc un
mentation européenne sur la classification des substances. risque lorsque le pH de l’extrait aqueux est trop acide ou

CAS N° Nom CAS N° Nom

2475-45-8 C.I. Disperse Blue 1 730-40-5 C.I. Disperse Orange 3

12222-97-8 C.I. Disperse Blue 102 C.I. Disperse Orange 37 (= 76)

12223-01-7 C.I. Disperse Blue 106 2872-52-8 C.I. Disperse Red 1

61951-51-7 C.I. Disperse Blue 124 2872-48-2 C.I. Disperse Red 11

C.I. Disperse Blue 26 3179-89-3 C.I. Disperse Red 17

2475-46-9 C.I. Disperse Blue 3 119-15-3 C.I. Disperse Yellow 1

12222-75-2 C.I. Disperse Blue 35 2832-40-8 C.I. Disperse Yellow 3

3179-90-6 C.I. Disperse Blue 7 C.I. Disperse Yellow 39

23355-64-8 C.I. Disperse Brown 1 C.I. Disperse Yellow 49

2581-69-3 C.I. Disperse Orange 1 6373-73-5 C.I. Disperse Yellow 9

Liste des colorants allergènes – Oeko-Tex ® Standard 100 – Edition 01/2010.

40 LA FONCTION LINGE DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ


• Première partie - Chapitre 1
trop basique. Un pH se situant en dehors d’une fourchette stabilisation dimensionnelle, apprêts raidissant, utilisation
4 - 7,5 est susceptible d’entraîner des irritations. de liants en impression ou teinture pigmentaire. Les arti-
De tous les critères examinés, c’est celui qui conduit le cles ayant subi ces traitements sont donc susceptibles de
plus fréquemment à des situations de non-conformité, libérer des concentrations plus ou moins importantes de
révélant ainsi des opérations insuffisantes de rinçage lors formaldéhyde.
de l’étape d’ennoblissement.
6.3 • Réglementation
5.2 • Articles concernés Il n’existe pas de réglementation spécifique française ou
Un mauvais pH étant lié à des rinçages insuffisants pour européenne encadrant le dégagement du formaldéhyde
éliminer les substances résiduelles, l’ensemble des articles des articles textiles.
sont concernés. Néanmoins, les articles en coton, du fait Le dégagement de formaldéhyde est encadré par les labels
des traitements de blanchiment ou de mercerisage sont Oeko-Tex® et l’écolabel européen.
plus à risques.

5.3 • Réglementation 7. • Organo-étains


Il n’existe pas de réglementation spécifique encadrant le Les organo-étains sont utilisés comme biocides et comme
pH de l’extrait aqueux des articles textiles. auxiliaires technologiques dans l’industrie des plastiques.
Néanmoins, pour les articles pour lesquels l’exposition
humaine est importante (notamment les articles en contact 7.1 • Risque
direct avec la peau), l’obligation de sécurité, imposée par Parmi cette famille de substance, le tributylétain est un
la directive générale sur la sécurité des produits, peut ame- perturbateur endocrinien, certains composés du dibutylé-
ner à s’assurer que la fourchette pH est respectée. tain sont classés toxiques pour la reproduction de catégo-
Le label Oeko-Tex® fixe des limites (4-7,5 pour les articles rie 2.
textiles en contact avec la peau) pour le pH de l’extrait
aqueux. 7.2 • Articles concernés
Dans les textiles, le tributylétain peut provenir d’une utili-
6. • Formaldéhyde
sation de cette substance comme agent biocide sur les
Le formaldéhyde n’est pas directement utilisé dans les pro- fibres ou les étoffes. Pour cette utilisation, tous les articles
cédés de fabrication textile, mais provient de la dégrada- peuvent être concernés, bien que cette utilisation soit res-
tion de certains traitements. treinte.
D’autres organo-étains, dibutylétain, dioctylétain, peuvent
6.1 • Risque être utilisés comme auxiliaires dans la production de PVC
Le formaldéhyde est un gaz irritant et est suspecté cancé- ou de polyuréthanne. Les articles textiles contenant ces
rigène. Le dégagement de formaldéhyde est donc suscep- matériaux, par exemple une alèse enduite polyuréthanne
tible d’entraîner des irritations. ou PVC peuvent être concernés

6.2 • Articles concernés 7.3 • Réglementation


Son émission est liée à la dégradation progressive de cer- REACH – Annexe XVII des restrictions – Entrée 20, para-
tains composés: les dérivés urée-formol sont les plus cités. graphes 4,5 & 6.
Les traitements à l’origine de dégagement de formaldé- Les restrictions se mettent en place selon l’échéancier sui-
hyde sont les suivants: apprêts infroissables, traitements de vant:

Nom Limite A partir de

Composés du tributylétain (TBT) et


du triphénylétain (TPhT) 0,1% d’étain dans tous les articles Juillet 2010

Composés du dibutylétain (DBT) 0,1% d’étain dans tous les articles sauf exemptions,
par exemple tissu enduit PVC pour extérieur Janvier 2012

Composés du dioctylétain (DOT) 0,1% d’étain dans les articles textiles


en contact avec la peau, tels que gants, chaussures Janvier 2012

LA FONCTION LINGE DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ 41


8. • Perfluoro Octyl Sulfonates 10. • Phtalates
Le PFOS (perfluoro octyl sulphonate) et ses sels sont des Les phtalates sont principalement utilisés comme plasti-
composés chimiques intermédiaires lors de la synthèse fiant des plastiques, en particulier du PVC. Certaines phta-
d'agents fluorés destinés à la réalisation de traitements lates posent des problèmes vis-à-vis de la santé humaine.
oléofuges ou antitaches sur textiles.
10.1 • Risque
8.1 • Risque Quatre phtalates, parmi les plus utilisés, le DEHP, le DBP,
Le PFOS et ses sels posent des problèmes environnemen- le DIBP et le BBP sont classés toxiques à la reproduction
taux du fait de leur propriétés persistantes et bioaccumu- de catégorie 2.
lables. En outre, le PFOS est classé toxique pour la repro-
duction de catégorie 2, et cancérigène de catégorie 3. 10.2 • Articles concernés
8.2 Articles concernés Dans les articles textiles, les phtalates proviendront d'en-
Les articles concernés sont les articles recevant un traite- ductions ou d'impressions plastiques, par exemple des
ment oléofuge ou antitache avec un apprêt fluoré. Toute- articles enduits en PVC ou en PU, des articles avec des
fois, tous les apprêts fluorés ne sont pas fabriqués par la impressions type plastisol, des articles sérigraphiés. Les
voie de synthèse responsable de la fabrication de PFOS. articles auxquels peut être confronté le blanchisseur sont
par exemple des alèses enduites en PVC ou PU. Les arti-
8.3 • Réglementation cles concernés contiennent fréquemment des phtalates
REACH – Annexe XVII des restrictions – Entrée 53. toxiques à la reproduction.
La quantité de PFOS des textiles enduits ne doit pas dépas-
ser 1 µg/m2 de matériau enduit. 10.3 • Réglementation
Il existe une restriction (annexe XVII de REACH) concer-
9. • Cadmium nant 6 phtalates. Cette restriction s’applique aux jouets et
Le cadmium est un métal lourd qui est notamment utilisé articles de puéricultures.
pour stabiliser ou colorer les matières plastiques. Il n’existe pas de restrictions pour les autres articles. Par
contre les 4 phtalates toxiques à la reproduction (DEHP,
9.1 • Risque DBP, DIBP, BBP) sont listés sur la liste candidate et sont
Le cadmium en poudre est classé Cancérigène (catégorie donc soumis à communication et éventuelle notification,
2) et est suspecté d’être Mutagène et toxique pour la repro- si leur concentration dépasse 0,1 %.
duction (catégorie 3).
11. • Nickel
9.2 • Articles concernés Le nickel est un métal lourd. Dans le textile, on peut le
Le cadmium peut-être utilisé pour stabiliser le PVC ou retrouver dans les accessoires métalliques.
pour colorer les plastiques. Les articles concernés sont
donc les articles contenant des éléments plastiques, tels 11.1 • Risque
que des boutons en plastiques sur une chemise, des Le contact avec du Nickel peut provoquer des allergies de
enductions colorés sur une alèse. contact. Cette allergie est relativement fréquente.

9.3 • Réglementation 11.2 • Articles concernés


REACH – Annexe XVII des restrictions – Entrée 23. Le nickel peut être utilisé dans les alliages métalliques.
Cette restriction fixe des interdictions d’utilisation: Dans le textile, on peut le retrouver dans les boutons, les
• interdiction d’utiliser le cadmium et ses composés pour boucles de ceintures, les rivets…
colorer le PVC, le PU, le PE, le polypropylène… et
interdiction de la mise sur le marché de ces articles 11.3 • Réglementation
• interdiction d’utiliser le cadmium pour stabiliser cer- REACH – Annexe XVII des restrictions – Entrée 27.
tains produits finis, fabriqués à partir de polymères et La restriction interdit l’utilisation d’accessoires contenant
de copolymères de chlorure de vinyle, notamment: du Nickel libérant plus de 0,5 µg/cm2 de peau en
• Vêtements et accessoires du vêtement, y compris contact/semaine.
gants; La restriction fait référence aux normes suivantes pour le
• Tissus imprégnés, enduits, recouverts ou stratifiés; et contrôle de conformité:
interdiction de la mise sur le marché de ces articles. • NF EN 1811 (février 1999) Méthode d'essai de réfé-
La directive fixe également une limite maximale dans les rence pour la libération du nickel par les produits qui
articles visés de 100 ppm. sont destinés à venir en contact direct et prolongé avec

42 LA FONCTION LINGE DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ


• Première partie - Chapitre 1
la peau (indice de classement: A 06-221) cles textiles. Pour chaque critère, il existe une ou plusieurs
• NF EN 12472 (mars 2006) Méthode de simulation de limites, en fonction de la classe du certificat. Il existe 4
l'usure et de la corrosion pour la détermination du classes: la classe 1 pour les articles « Bébés », la classe 2
nickel libéré par les objets revêtus pour les articles en contact peau, la classe 3 pour les arti-
La deuxième norme est utilisée, préalablement à la pre- cles textiles en contact limité ou sans contact avec la peau,
mière, si l’élément métallique est revêtu, par exemple si il la classe 4 pour l’ameublement. En fonction de l’utilisa-
est peint ou vernis. tion, le blanchisseur doit donc se référer à des articles de
Classe 1 ou 2.
12 • Diméthyl fumarate Étendue de l’utilisation
Cette substance biocide est allergène. Elle a depuis peu été 9000 fabricants situés dans 80 pays sont aujourd’hui cer-
utilisée pour prévenir certains articles des risques de moi- tifiés.
sissures. Substances prises en compte
Le label prend en compte l’ensemble des substances sou-
12.1 • Risque mises à restriction par le règlement REACH (colorants
Le diméthyl fumarate est un allergène de contact. Les per- azoïques interdits, cadmium), les substances de la liste
sonnes sensibles réagissent fortement à partir de concen- candidate qui pourraient être présentes dans des articles
trations faibles, de l’ordre de 0,5 mg/kg. textiles (phtalates, certains agents ignifuges), ainsi que les
substances qui ne sont pas spécifiquement citées par la
12.2 • Articles concernés réglementation mais qui peuvent s’avérer problématiques
Cette substance a été utilisée sous forme de sachet anti- (colorants allergènes, pesticides).
moisissure, souvent en complément de sachets de silica
gel pour en accroître l’efficacité. Les articles pour lesquels 2. Ecolabel européen
le plus grand nombre de cas a été détecté sont les articles
d’ameublement (fauteuils, canapés) ainsi que le chaussant Description
(chaussures, bottes). Un écolabel est un label qui permet de distinguer un pro-
duit plus respectueux de l’environnement. Les critères de
12.3 • Réglementation l’écolabel européen textile sont définis dans la décision de
Décision du 17/03/2009 (2009/251/CE, prorogé par la commission du 9 juillet 2009 établissant les critères
2010/153/CE). d’attribution du label écologique communautaire aux pro-
Cette décision européenne interdit la mise sur le marché duits textiles.
de produits contenant du diméthyle fumarate (>0,1 mg/kg) Étendue de l’utilisation
et impose un retrait et rappel des produits déjà sur le mar- 400 produits sont certifiés. La grande différence par rap-
ché. port à un label purement lié aux substances nocives pré-
En outre, l’AFSSET prépare un dossier pour mettre en place sentent sur les articles est que l’écolabel prend en compte
une restriction sur le diméthyl fumarate. l’ensemble du cycle de vie de l’article, et fixe des objectifs
afin de réduire l’ensemble des impacts environnementaux
de l’article. Par conséquent, plusieurs audits peuvent être
C • LES LABELS PRENANT EN
nécessaires.
COMPTE LA SANTÉ-SÉCURITÉ Substances prises en compte
DU CONSOMMATEUR L’écolabel prend en compte à la fois les substances utili-
Les labels sont des signes distinctifs, d’utilisation volon- sées ou émises au cours du process et les substances qui
taire, qui apportent une garantie vis-à-vis du cahier des peuvent être présentent sur les articles. Les substances
charges du label. L’utilisation de labels prenant en compte telles que les colorants azoïques interdits, les colorants
les substances problématiques est un moyen possible pour allergènes ou cancérigènes, le formaldéhyde sont enca-
obtenir un certain niveau de garantie des articles vis-à-vis drés par l’écolabel.
des substances prises en compte par le label.

1. Label Oeko-tex ®
Le label Oeko-tex® Standard 100 est le label textile, pre-
nant en compte les substances nocives, le plus utilisé.
Description
Ce label prend en compte de manière exhaustive les subs-
tances préoccupantes que l’on peut retrouver dans les arti-

LA FONCTION LINGE DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ 43


Chapitre 2

ÉLÉMENTS D’ANALYSE QUANTITATIVE

2.1 • COMPTAGE AU KG méthode d’analyse basée sur des quantités par familles et
OU A LA PIÈCE catégories d’utilisateurs et d’articles.
Elle est alors autant applicable pour évaluer une situation
existante que pour se projeter dans une réorganisation à
Les prévisions relatives aux besoins quantitatifs sont géné-
venir.
ralement effectuées de manière très imparfaite. Intervien-
Par ailleurs, à l’évidence, toute démarche visant à recher-
nent, la plupart du temps, certains éléments comme:
cher la maîtrise des consommations ou la maîtrise des
► Des estimations globales, déterminées à partir d’extrapo-
dépenses à travers une facturation des prestations ne peut
lations approximatives de situations existantes
s’appuyer que sur des quantités par articles et non sur des
► Une prise en compte de « pressions » exercées, parfois
kg de linge même comptabilisés
sans justifications précises, par les services utilisateurs, qui
par famille.
annoncent des « manques de linge »
► Des calculs basés sur des ratios (incertains) énonçant des
besoins en kilos de linge par jour et par discipline 2.2 • LA MAÎTRISE DE L’INFLATION
► Des comparaisons non argumentées avec des établisse- DES CONSOMMATIONS
ments prétendument comparables.
Les constats effectués dans les établissements hospitaliers
Il apparaît donc nécessaire d’orienter ces approches vers (sauf dans le domaine de l’hospitalisation de longue durée
une recherche plus précise d’informations. Et celle-ci ne et dans les établissements de santé mentale) ont
saurait être basée que sur: montré que les quantités de linge traitées augmentent
► Une comptabilité par articles et non en kg régulièrement chaque année, tandis que le recours à
► Une différenciation des quantités par familles de finition, l’usage unique se développe simultanément.
les plus consommatrices en moyens humains. On se trouve donc en présence d’une inflation régulière
La notion de poids de linge, bien que constituant la plupart de la consommation.
du temps la base des approches traditionnelles, n’est en Les constatations effectuées, lors de la création de nou-
effet pas satisfaisante pour définir les besoins. Cette notion veaux outils de production ou de restructurations qui
est trop souvent imprécise en n’indiquant pas s’il s’agit de offrent des capacités de production plus importantes,
linge sale et linge propre. Alors que les écarts peuvent être montrent le plus souvent une augmentation très sensible
importants, le linge souillé pouvant être chargé d’humidité des volumes produits par rapport aux précédents et au-
– jusqu’à 4/5 fois le poids de l’article sec en ce qui delà des prévisions établies. Tout semble donc se passer
concerne les produits d’essuyage des sols, du mobilier… comme si « l’offre » créait le besoin.
et le poids sale comprenant, la plupart du temps égale- Cette tendance inflationniste a pu se justifier, il y a
ment, les volumes de linge recyclés plusieurs fois (rela- quelques années, par la nécessité de procéder à des
vage, traitement, décatissage…). Et surtout elle ne prend « mises à niveau » importantes et nécessaires en termes
pas en compte, en globalisant des prestations extrême- d’hygiène, de qualité des prestations, de réponse aux
ment diversifiées, les différences importantes de traitement besoins exprimés, d’amélioration des conditions de travail
et donc d’équipements, de main-d’œuvre, de coûts… des personnels, de rationalisation économique.
selon les articles. Il s’agit donc plutôt de s’orienter sur une En revanche, elle ne peut plus se justifier aujourd’hui que

44 LA FONCTION LINGE DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ


• Première partie - Chapitre 1
Exemple de règles de change du linge
(extrait du « Guide des bonnes pratiques de la fonction linge » au CHU de Nice)
Désignation articles Usage(s) adapté(s) Prix d’achat Comment les obtenir ?

Drap saumon 1. Lit des patients 4€ Contrat linge


2. Sur les brancards

Alèse Lit de certains patients qui nécessitent 2€ Contrat linge


de la manutention

Taie d’oreiller 1. Lit des patients 1.2 € Contrat linge

2. Pour poser les bras et les jambes dans


les salles de blocs opératoires

Chemise malade Pour le change des patients 3€ Contrat linge

Serviette de toilette Pour essuyer les patients 1.5 € Contrat linge

Couverture Lit des patients 20 € Sur demande à la blanchisserie

Oreiller Lit des patients 7€ Sur demande à la blanchisserie

Blouse de protection Comme sur blouse pour la protection 7€ Contrat linge


du personnel, des visiteurs

par l’impact réel de la lutte renforcée contre les infections assurées, permettra de sensibiliser les utilisateurs sur les
et des recommandations des hygiénistes, par le souci avantages qu’ils peuvent retirer de ces approches et d’ins-
constant d’amélioration de la qualité hôtelière, ou par la taurer ainsi une vraie rationalisation de l’utilisation des
réduction des durées d’hospitalisation. articles.
Mais les augmentations constatées dans nos établisse- Cette recherche de rationalisation de l’utilisation peut être
ments résultent-elles toutes de ces évolutions encore illustrée par l’examen de l’un des actes les plus courants
nécessaires ? Des orientations établies, des choix précis dans l’hôpital: la préparation du lit du malade.
sont-ils à la base de ces constatations? En d’autres termes Il apparaît a priori illusoire de s’interroger et, peut être, de
pouvons-nous réellement les justifier? Nous ne pouvons se mettre en cause… sur un acte aussi banal, qui ne parait
qu’en douter ! Il s’avère donc nécessaire de rechercher exiger qu’un peu de bon sens. Et pourtant, on observe des
une meilleure maîtrise de l’aspect quantitatif des consom- pratiques très différentes, qui varient selon les établisse-
mations, afin de ne plus subir cette inflation, aux causes ments, les services. Une étude de la composition du lit,
mal maîtrisées et dont l’intérêt n’est pas vérifié. effectuée avec les différents acteurs concernés, devrait per-
mettre de définir des standards plus précis et mieux adap-
La manière dont sont utilisés les articles est un facteur tées aux patients et aux situations.
important à prendre en compte dans une analyse globale C’est le rythme de change, qui conditionne directement la
de la fonction linge. Un article est distribué pour satisfaire consommation. Or ce dernier est laissé la plupart du
des besoins définis: c’est la fonction principale. Mais il est temps à l’appréciation de chaque équipe et évolue en
fréquent qu’il serve à répondre à des besoins annexes ou fonction des habitudes du service, du budget textiles ou
a des situations particulières, notamment pour ce qui des possibilités de traitement de la blanchisserie, avec une
concerne les petits articles (exemple: les couches et langes part trop importante laissée à l’interprétation de chacun.
pour bébés, qui sont souvent utilisés a des fins diffé- Il en résulte une grande diversité de consommation, allant
rentes…). du rythme de change insuffisant (au détriment de l’hy-
Il conviendra donc de rechercher, en concertation avec les giène, mais dans une logique « d’habitudes d’écono-
services, toutes les utilisations faites pour certains articles mies ») à des changes trop fréquents, sans différenciation
et de remonter ensuite précisément au besoin initial, des types de patients.
pour lequel existe certainement une réponse optimisée à Et pourtant, une étude concertée des besoins, recoupée
la fois sur le plan économique et sur celui de la réelle satis- avec des pratiques optimisées ayant fait leurs preuves ail-
faction de ce besoin (voir tableau ci-dessus). leurs, doit permettre la mise en place de procédures pré-
cises, adaptées à chaque type de patient et à chaque situa-
L’élaboration de recommandations et procédures écrites, tion, ce qui permettrait de progresser dans le sens de la
dont la bonne diffusion et la mise en œuvre correcte seront maîtrise et de la responsabilisation des personnels.

LA FONCTION LINGE DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ 45


Exemple de règles de change du linge
(extrait du « Guide des bonnes pratiques de la fonction linge » au CHU de Nice)
Désignation des articles Nombre par lit Patient dépendant Patient autonome,
alité permanent ou infecté peu alité

Fréquence de change

Drap saumon 1 dessous Tous les jours Tous les jours


1 dessus Tous les jours Tous les jours
1 en dessus de lit Tous les 2 jours Tous les 3 jours

Taie 1 Tous les 2 jours Tous les 3 jours

Chemise de malade 1 Tous les jours Tous les 3 jours

Oreiller 1 A la sortie du patient A la sortie du patient

Couverture 1 si besoin A la sortie du patient A la sortie du patient


• change en cas de souillures, transpiration, après la préparation de l’opéré
• Pas de change le jour de la sortie du patient

Cette démarche est applicable à l’ensemble des articles reste encore aux responsables de rechercher la maîtrise de
« linge & habillement ». la gestion des stocks et des disparitions.
Mais il est vrai que la Fonction Linge ne peut intervenir à
ce niveau de la « consommation » que comme « prescrip-
teur » et qu’il est difficile d’imposer de l’extérieur de telles 2.3 • LA GESTION DES STOCKS
règles, consignes… sans une adhésion motivée des utilisa- En l’absence de définitions précises et normalisées dans ce
teurs. Et une adhésion de principe seule, pouvant être obte- domaine, ce qui ne peut qu’apporter des risques de confu-
nue par exemple dans le cadre des travaux d’un groupe de sions dans la compréhension, il nous semble au préalable
travail, d’une Commission Linge… n’est pas suffisante pour nécessaire de préciser et de proposer l’utilisation des
que les recommandations établies soient effectivement termes ci-après:
appliquées sur le terrain. L’implication naturelle et profes- ► Stock comptable : C’est le stock total constitué par les
sionnelle pour respecter un protocole soignant vital n’est approvisionnements comptabilisés à leur entrée au maga-
bien sûr pas la même que pour une procédure sin
visant à une « juste » utilisation du linge. Le seul « levier » ► Stock de roulement: c’est la totalité des articles (propres
mobilisateur valide pour impliquer les soignants dans une et sales) de linge et d’habillement dont dispose l’établisse-
meilleure utilisation qualitative et quantitative du linge est ment, tous lieus confondus: en collecte et distribution, en
certainement l’aspect financier. traitement, en stockage et en utilisation.
Or la mise en place de la T2A, d’un fonctionnement par ►Stock circulant : c’est la totalité des articles (propres et
pôles avec des budgets et la contractualisation attenante sales) qui se trouvent en collecte, en traitement (y compris
doit permettre d’aller dans ce sens et d’instaurer une impu- les en-cours de distribution), en distribution et en utilisa-
tation analytique de l’ensemble des prestations de linge et tion.
habillement. C'est-à-dire d’une facturation à l’article de ► Flux optimisé: c’est le principe d’organisation des cir-
l’ensemble du linge et de l’habillement que chaque pôle cuits qui permet de maîtriser et de réduire au maximum le
aura consommé. La Fonction Linge intervient bien alors stock circulant.
réellement comme un prestataire de service interne ou Pour satisfaire aux besoins sur une semaine, on considère
comme un fournisseur qui facture ses prestations mais qui qu’une organisation en flux optimisé implique que le stock
se doit d’apporter également à ses « clients » internes et circulant pour un article déterminé soit d’une semaine
externes des outils d’analyse de leurs consommations pour l’ensemble des articles non stériles. Pour déterminer
(quantités et budgets), des conseils, des procédures et le nombre d’articles à mettre en circulation pour satisfaire
recommandations pour les aider à mieux maîtriser leur un besoin, on va donc multiplier le besoin pour 24 heures
consommation et ainsi leur budget. par 7. ► Stock dormant: c’est l’ensemble des articles pro-
Ce suivi nécessite la mise en place de logiciel des gestions pres qui sont stockés, dans leurs différents lieux d’utilisa-
des expéditions de linge, de facturation avec prise en tion: lingeries, services utilisateurs… Il est variable selon
compte - si besoin - des « retours de linge ». les établissements, mais les reconstituions qui ont été
S’il est envisageable de pouvoir mettre fin à l’aspect infla- effectuées montrent qu’il peut représenter, en moyenne,
tionniste de la consommation de linge de cette manière il jusqu’à une semaine de besoins, tous articles confondus.

46 LA FONCTION LINGE DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ


• Première partie - Chapitre 1
Ce qui précède peut être illustré par le schéma suivant: de dotation à lui seul ne peut empêcher que se constituent
Se posent alors plusieurs questions: des réserves de précautions non maîtrisées, alors qu’un
Faut-il fonctionner à flux tendu ou, au contraire, multiplier stock autorisé et régulé pourrait permettre une meilleure
les stockages de sécurité ou de confort? optimisation des volumes circulants.
Le flux optimisé n’est-il pas le juste milieu?
Comment réguler le stock circulant et limiter le stock dor-
mant?
Il est souvent affirmé qu’il n’y aurait de salut que dans une 2.4 • LES PERTES ET DESTRUCTIONS
politique résolue de flux tendu, qui implique la quasi-dis-
parition des stocks dormants. Bien que ce vœu soit légi- Il s’agit là d’un sujet particulièrement sensible, puisqu’il
time, il est nécessaire de le relativiser: met en évidence deux points désagréables à évoquer: des
• Un excès de stock de roulement, conséquence failles de gestion et un manque de civisme.
directe de l’existence de stocks dormants, se traduit ► Évacuons rapidement le problème des destructions.
effectivement en termes d’investissements, mais leur Elles doivent être « officielles » et comptabilisées: les arti-
impact est relativement limité, puisqu’ils ne se pro- cles ne sont pas inusables et leur élimination du circuit
duisent qu’une fois. s’impose après un nombre moyen de traitements qui peut
• De plus, de nombreuses expériences tentées sur ce d’ailleurs varier en fonction de la qualité de ce dernier ou
sujet n’ont pu permettre de faire cesser ces pratiques après constatation de défauts rédhibitoires.
de réserves de précautions. Restent les destructions « non comptabilisées », dont les
Il apparaît donc plus efficace de faire porter prioritaire- raisons ne sont en général pas connues.
ment les efforts sur la recherche d’une organisation ration- ► Le problème des « pertes » et « disparitions » est plus
nelle avec: délicat: vêtements de travail, serviettes et linge de toilette
• Un raccourcissement des circuits et suppression des ou de maison… peuvent facilement être emportés sans
étapes intermédiaires (il est à noter, au passage, que qu’il soit aisé de s’y opposer. La réduction de ces phéno-
cela ne milite pas à l’évidence en faveur de la créa- mènes est difficile à mettre en œuvre et les solutions
tion de lingeries relais…). seraient brevetées depuis longtemps… si elles étaient
• La mise en place d’un système de régulation du stock connues.
dans l’unité pour limiter le stock dormant et optimiser Le compte de chaque pièce – du moins des plus volatiles
le stock circulant. - à l’aide d’un identifiant, l’enregistrement de ses passages
Vis-à-vis de ce dernier point plusieurs solutions existent et à différents points du circuit constituerait une solution.
s’appuient sur la réalisation d’un inventaire régulier dans Pour satisfaisante qu’elle soit, sur le plan intellectuel, cette
les unités. Mais la mise en œuvre diffère selon que cet approche se heurte à trop de problèmes techniques –
inventaire soit pris en charge par le personnel de l’unité ou même si des solutions techniques semblent être envisa-
par celui de la Fonction Linge. geables dans un avenir proche. Dans tous les cas, les
La première moins coûteuse est conditionnée par le res- investissements devraient être « raisonnables » eut égard
pect de sa mise en œuvre systématique et par la commu- aux coûts d’achat de nos articles textiles en constante
nication aussi bien des quantités supplémentaires néces- baisse.
saires pour reconstituer un stock de sécurité que des L’inventaire périodique apparaît également comme un
quantités en stock excessives. Et l’expérience montre que moyen relativement efficace de maîtrise. Mais il est lourd
cela ne fonctionne bien souvent que dans le sens du sup- et difficile à mettre en place, notamment dans les gros éta-
plément et plus rarement dans le sens de la diminution. blissements, et ne peut avoir de réels effets que s’il est
La seconde méthode beaucoup plus efficace malgré son rendu crédible par une bonne réalisation et, surtout, par la
coût évident est de plus en plus pratiquée dans nos établis- mise en œuvre immédiatement des actions correctrices
sements pour assurer cette régulation. qu’il aura permis d’identifier. Moins lourde à mettre en
Mais la distribution du linge propre selon le système dit du œuvre, l’estimation périodique des articles circulants
complément de dotation en armoire n’est-elle pas la plus constitue également un bon moyen de maîtrise.
simple en assurant directement la régulation? La solution reste, pour l’instant, la mise en œuvre d’un
En effet, contrairement aux autres formules, qui impli- contrôle plus rigoureux des secteurs particulièrement
quent un stock dans l’unité et la nécessité d’une régulation concernés, ainsi que la sensibilisation et la responsabilisa-
par inventaire dans l’unité, le système du complément de tion individuelle des personnels hospitaliers. Et la encore
dotation en armoire est censé le rendre inutile. la mise en place des budgets par pôle et facturation interne
Mais en réalité, l’expérience montre trop souvent que, des prestations seraient certainement un levier pour mobi-
malgré un climat de confiance et de garantie de livraison, liser les énergies et motiver les utilisateurs à une résorption
jugée à juste titre comme condition nécessaire, ce système de ce phénomène malheureusement grandissant.

LA FONCTION LINGE DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ 47


Evaluation des disparitions de linge en nombre sur plusieurs sites hospitaliers
Etablissements 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10

nbre de lits 1 735 2 950 1 965 1 500 2 100 1 182 1 000 852 355 400

tonnage annuel 3 491 3 260 3 004 1 894 1 644 1 121 1 120 1 047 433 308

nbre de draps achetés par an 9 000 20 000 15 000 12 000 6 000 15 300 8 000 2 500 1 000 1 200

nbre de drap/par lit/ par an 5 7 8 8 3 13 8 3 3 3

tonnage/ lit/ an 2 013 1 105 1 529 1 263 783 948 1 120 1 229 1 222 770

réforme annuelle en draps 5 248 5 500 6 955 6 000 2 400 2 340 3 972 930 795 450

% réforme 58% 28% 46% 50% 40% 15% 50% 37% 80% 38%

estimation des disparitions


annuelles en draps 3 752 15 000 7 000 6 000 2 600 9 235 2 418 1 535 450 750

% perte 42% 75% 47% 50% 43% 60% 30% 61% 45% 63%

nbre d'alèses achetées par an 5 000 0 9 000 4 000 3 000 4 280 2 000 2 600 800 600

réforme annuelle en alèses 2 120 7 531 3 300 1 000 1 292 1 163 703 462 428

% réforme 42% 84% 83% 33% 30% 58% 27% 58% 71%

estimation des disparitions


annuelles en alèses 2 880 1 300 700 1 400 1 260 962 1 180 250 172

% perte 58% 14% 18% 47% 29% 48% 45% 31% 29%

nbre de chemise de malade


achetées par an 5 000 8 000 5 160 4 000 4 000 5 500 2 000 1 800 600 800

réforme annuelle en chemises 6 000 2 955 3 000 1 500 943 884 950 350

% réforme 0% 75% 57% 75% 17% 44% 53% 58%

estimations des disparitions


annuelles en chemises 2 127 2 000 2 000 1 000 1 600 3 243 1 937 740 250

% perte 43% 25% 39% 25% 59% 97% 41% 42%

nbre d'éponges 50 * 70
achetées par an 3 000 4 000 15 000 0 8 000 8 000 1 500 1 100 1 500 1 000

réforme annuelle en éponges 548 500 3 929 2 500 310 34 264 500 358

% réforme 18% 13% 26% 4% 2% 24% 33% 36%

estimation des disparitions


annuelles en éponges 2 452 3 500 9 000 3 500 7 042 1 067 435 600 642

% perte 82% 88% 60% 88% 71% 40% 40% 64%

nbre de taie d'oreiller


achetées par an 5 000 5 000 6 150 3 000 6 000 6 500 2 000 700 800 600

réforme annuelle
en taies d'oreiller 1 833 3 000 3 289 1 300 2 000 914 917 530 400 363

% réforme 37% 60% 53% 43% 33% 14% 46% 76% 50% 61%

estimation des disparitions


annuelles en taies 3 167 2 500 2 500 1 700 2 000 6 006 1 085 250 180 237

% perte 63% 50% 41% 57% 33% 92% 54% 36% 23% 40%

48 LA FONCTION LINGE DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ


• Première partie - Chapitre 1
Evaluation des pertes annuelles en euros pour un établissement
ESTIMATION DES DISPARITIONS estimation des % des disparitions par estimation du coût
DE LINGE « disparitions de linge » rapport au linge des pertes HT
sur 12 mois mis en circulation sur 12 mois

Alèse -1 260 58% -3 074,40

Bavoir adulte -38 21% -137,94

Bavoir enfant -578 53% -387,26

Chemise malade -3 243 95% -9 566,85

Chemise malade enfant -205 146% 0,00

Couche bébé -1 123 80% -381,82

Couverture adulte 180*220 -619 103% -4 890,10

Couverture bébé 75*100 -54 68% 0,00

Couverture enf. 130*180 5 58,25

Couvre lit -795 114% -10 366,80

Drap Adulte -9 235 71% -31 029,60

Drap bébé -77 26% -83,93

Drap de Bain 130*70 -1 431 98% -2 575,80

Drap enfant -515 187% -561,35

Drap housse enf. 60*120 12 0,00

Gant de toilette -25 646 96% -3 333,98

Molleton -1 199 75% -2 613,82

Pantalon pyjama 42 -9%

Serviette de table -2 927 109% -1 375,69

Serviette de toilette 50*70 -7 042 79% -5 985,70

Taie de traversin -746 54% -1 029,48

Taie d'oreiller -6 006 81% -6 186,18

Tapis de bain -181 151% -284,17

Torchon -4 678 109% -2 198,66

Veste pyjama -93 20% -423,15

-86 428,43

LA FONCTION LINGE DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ 49


Chapitre 3

ÉLÉMENTS D’ANALYSE ÉCONOMIQUE

Et toi t’as quel prix au kg? Une phrase fréquemment enten- chaque pilote se doit de construire son propre tableau de
due lors des rencontres entre blanchisseurs hospitaliers et bord, en choisissant les indicateurs qui semblent les plus
une interrogation régulière de la part de nos directions qui adaptés à la situation précise de son activité, à son niveau
s’inquiètent légitimement de la performance de leurs sec- de responsabilité et à ses objectifs.
teurs logistiques. Toutefois la création d’un tableau de bord efficace néces-
Un sujet qui traduit le besoin régulier de mesurer sa per- site, tout comme la mise en place d’une comptabilité ana-
formance et de la comparer avec celle des autres, dans un lytique même simple, un travail important de réflexion
secteur d’activité industriel, de plus en plus concurrentiel. préalable et de mise en place, notamment en ce qui
Cependant, ces comparaisons hâtives effectuées a partir concerne le recueil des données. C’est pourquoi pour faci-
de données disparates sont discutables. Conscients de liter cette réflexion et ce travail d’élaboration nous vous
leurs limites, beaucoup se résignent à n’utiliser les coûts proposons ici quelques définitions, quelques orientations
que pour des analyses internes, sans objectif comparai- et éléments méthodologiques, généraux ou plutôt spéci-
sons externes voir de microéconomie. fiques à nos Fonction Linge hospitalières.
Il est vrai que les importants gains de productivité consta- Mais dans ce chapitre nous avons volontairement écarté
tés dans nos blanchisseries ces dernières années ont per- de notre champ de réflexion tout ce qui concerne la qua-
mis à chacun de se rassurer sur l’amélioration – en valeur lité de la prestation en ne traitant que des aspects relatifs à
absolue – de nos performances, en reléguant « à plus la gestion industrielle et économique de notre activité.
tard » le relatif et le comparatif.
Mais les changements actuellement de nos organisations DÉFINITIONS ET INDICATIONS GÉNÉRALES
(loi HPSP, création des pôles, développement des GCS) sti- ■ TABLEAU DE BORD
mulent à nouveau ces dynamiques de connaissance et Un tableau de bord de gestion est un échantillon réduit
d’analyse des coûts. Les affectations de dépenses sont affi- d'indicateurs permettant à un gestionnaire de suivre l'évo-
nées, les prix de revient sont calculés. Mais pour être com- lution des résultats, les écarts par rapport à des valeurs de
parables ces analyses doivent nécessairement être effec- référence (objectifs fixés, normes internes ou externes,
tuées sur des bases communes. références statistiques), etc., le plus possible en temps réel,
en se concentrant sur ceux qu'il considère comme les plus
3.1 • LES TABLEAUX DE BORDS significatifs.
• Le tableau de bord de bord doit être adapté au niveau
de responsabilité, au champ d’action que maîtrise son
A l’évidence la Fonction Linge d’un établissement hospi-
utilisateur
talier a besoin d’un pilote. Et à l’évidence, un « bon
La conception d’un tableau de bord s’appuie nécessaire-
pilote » pour piloter efficacement son activité, doit pouvoir
ment sur un système d’information plus ou moins com-
s’appuyer sur les indications pertinentes fournies par un
plexe et détaillé, avec des sources de données internes ou
tableau de bord bien étudié.
externes à la Fonction Linge, fiables et fréquemment mises
Il ne semble pas recevable qu’un modèle unique de
à jour.
tableau de bord puisse convenir à toutes les configurations
Comme pour une comptabilité analytique, il s’agit de
des diverses « Fonctions Linges » de nos établissements. Et
rechercher dans l’élaboration du recueil des données un

50 LA FONCTION LINGE DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ


• Première partie - Chapitre 3
compromis entre un niveau de complexité coûteux et Pour notre activité, le type de tableau de bord que doit réa-
quelquefois injustifié pour des indicateurs finalement peu liser le pilote est bien un tableau de bord de gestion mais
pertinents et une simplification excessive pour des indica- plus précisément celui d’une activité industrielle et de plus
teurs pouvant être essentiels de son activité. dans un cadre hospitalier publique, ce qui implique:
Il est souhaitable que la réflexion à l’origine de la concep- • Qu’un tableau de bord fonction linge se résume essen-
tion de son tableau de bord le pilote prenne en compte tiellement à suivre la performance de l’activité, en
plus globalement les besoins en termes d’indicateurs de reliant la production de « prestations » avec les « res-
l’ensemble de l’organisation et aboutisse à une organisa- sources » consommées correspondantes
tion arborescente des données permettant au final, au-delà Et cela à travers des ratios « ressources/prestations » ou
de celui du pilote, d’élaborer selon les besoins identifiés: inversement et en utilisant soit les volumes, majoritaire-
• des tableaux de bords plus ou moins synthétiques pour ment, soit éventuellement les dépenses.
chaque niveau hiérarchique de l’encadrement Toutefois certains établissements de coopération ayant
• des tableaux de bords plus ou moins synthétiques spé- une autonomie plus importante en termes de gestion
cialisés par catégories d’indicateurs pour les plus (commerciale, financière…) pourront introduire de nou-
importants d’entre eux veaux indicateurs notamment financiers.
Avant d’essayer de déterminer les indicateurs les plus per-
■ INDICATEUR tinents, les plus significatifs, il s’agit donc en premier lieu
Un indicateur est un paramètre ou une combinaison de de définir les catégories de prestations et de ressources les
paramètres qui représente l’état ou l'évolution d’un sys- plus importantes et pour lesquelles il sera nécessaire d’or-
tème, il est choisi en fonction des leviers d'action qui ganiser un efficace recueil des données.
seront utilisés pour prendre d’éventuelles mesures correc-
tives et donc en fonction de décisions à prendre dans le ■ QUELLES PRESTATIONS? QUELLES RESSOURCES?
futur. Pour que nos indicateurs puissent être également utilisés
• Les évolutions d’un indicateur réellement pertinent en externe, pour effectuer des comparaisons avec d’autres
doivent toujours permettre au pilote d’agir et le plus établissements, avec des valeurs « standards » de la pro-
souvent à court ou moyen terme. fession… il faut que les bases de comparaison soient iden-
Un indicateur devant permettre de suivre des évolutions, tiques et s’appuient sur un « découpage de référence » de
des écarts… il est donc très souvent un ratio, un taux, un l’activité et des prestations correspondantes.
pourcentage ou encore une moyenne mais rarement un • Les prestations à suivre doivent être déterminées pour
chiffre brut qui par nature ne prend pas en compte une chaque sous-fonction et non globalement
référence ou un contexte donné. Le découpage proposé dans ce guide annexe 01 (égale-
Trois catégories d’indicateurs peuvent être retenues en ment utilisé par la « base de données logistique des CHU »
fonction de leur utilisation: et cohérent avec la « base d’Angers ») a pour vocation à
• Les indicateurs d’alerte ou d’alarme être une « référence » et a été retenu avec les sous-fonc-
de type « tout ou rien » et très « opérationnels » ils tions Entretien, Préparation, Approvisionnement, Collecte
signalent par une mesure d’écarts un dysfonctionne- & Livraisons.
ment, un état anormal et impliquent des actions cor- • L’objectif de comparaison implique que, très stricte-
rectives, à très court terme le plus souvent. usage ment, ne soient pris en compte que les prestations et
interne uniquement. les ressources identifiées comme faisant partie de
• Les indicateurs de performance chaque sous fonction, tel qu’elle a été définie
permettent le suivi dans le temps de l’activité par rap- Le tableau en page suivante indique pour chaque sous-
port à des objectifs, des normes, des standards et per- fonction, les ressources et les prestations qui apparaissent
mettent d’orienter les décisions, les plans d’action dans comme étant les plus importantes à suivre avec ci-dessous
le but de corriger, d’optimiser… à court ou moyen le descriptif et les commentaires correspondants.
terme. usage interne et externe (comparaison avec
d’autres établissements, standards de la profession…) • ENTRETIEN DES TEXTILES
mais seulement si les bases de comparaison sont simi- La sous fonction entretien des textiles représente l’ensem-
laires. ble des activités de traitement et d’entretien du linge de la
• Les indicateurs de tendances réception du linge sale jusqu’au stockage (chariots,
permettent de déceler les évolutions de « fond » et stockage dynamique, tapis…) du linge (emballe ou non) à
d’anticiper les décisions, les plans d’action straté- la sortie des équipements de finition. Il s’agit du noyau
giques à moyen ou long terme. usage interne unique- minimum commun à toutes les prestations Linge & Habil-
ment. lement.
SPÉCIFICITÉS DE LA FONCTION LINGE Il s’agit ici de suivre les prestations en volumes produits en

LA FONCTION LINGE DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ 51


poids ou quantités, globalement ou par catégories d’arti- Par exemple: il ne sert à rien de suivre sa production avec
cles ou secteurs de production ou même par articles si ce des compteurs par article pour du « petit plat » si le temps
niveau le plus détaillé est également retenu. Les niveaux de travail n’est suivi que globalement pour l’ensemble des
de détail pouvant être associés à des tableaux de bord dif- articles.
férents (niveau d’encadrement, arborescence par niveau • Les ressources a prendre en compte sont celles les plus
du détail d’analyse souhaité). importantes, les plus significatives pour la sous fonction
• Organiser efficacement et précisément le recueil des mais aussi celles pour lesquelles le pilote peut agir et a
données de production est essentiel à la constitution court ou moyen terme
de tout tableau de bord efficace
Ainsi amortissements, frais financiers, frais de
Et dans ce cas précis il vaut mieux « pécher » par un excès gestion/structure… peuvent représenter une part très
de précision que l’inverse. importante de nos prix de revient mais ne sont pas intéres-
Mais ces données de production ne pourront être utiles en sants dans le cadre d’un tableau de bord de notre activité.
termes de d’analyse de la performance (ratios « presta- Pour la sous-fonction principale entretien, les ressources
tions/ressources ») que si nous sommes en mesure de pou- les plus significatives à prendre en compte sont finalement
voir leur faire correspondre les ressources consommées, peu nombreuses:
notamment celles de personnel. • Les heures de travail des équipes, qui représentent les
Ainsi, le niveau de précision des informations pouvant être dépenses majoritaires
recueilli sur les temps de travail consommés sur nos postes • Les principaux consommables de l’activité: eau, gaz,
de travail détermine donc le niveau de détail nécessaire vapeur, électricité, produits lessiviels et chimiques
pour les données de production. essentiellement

52 LA FONCTION LINGE DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ


• Première partie - Chapitre 3
■ PRÉPARATION A LA LIVRAISON l’unité consommatrice jusqu’à la blanchisserie industrielle
La sous fonction préparation à la livraison représente l’en- et/ou de proximité et la livraison du linge propre préparé,
semble des activités de conditionnement, emballage, tri, de la blanchisserie industrielle et/ou de proximité
regroupement… effectuées pour les établissements ou jusqu’aux points de livraison finale.
points livraison de regroupement éventuels et ensuite pour Comme pour la préparation, quantités et poids ne sont pas
les services ou points de collecte/livraison finale, à partir vraiment représentatifs pour suivre les prestations de cette
du stockage après finition. Les activités de cette sous-fonc- activité. Le nombre de points de collecte et de livraison ou
tion ne sont que rarement prises en charge par l’établisse- le nombre de chariots ou armoires distribué le sont beau-
ment qui réalise des prestations pour un autre établisse- coup plus, tout en pouvant être comptabilisés aussi facile-
ment mais le sont par l’établissement qui sous – traite tout ment. De manière similaire les charges de personnel sont
ou partie de son linge et doivent donc être isolées et être les plus importantes et à prendre en compte comme res-
prises en compte ou, pas selon le cas. sources principales de l’activité.
Ici pour suivre les prestations, choisir les poids et quantités En résumé, il apparaît donc facilement que notre recueil
semble moins pertinent que de retenir le nombre de de données se résume essentiellement à suivre précisé-
« point de distribution » ou de « contenants » (chariots, ment nos « prestations », nos « productions », en poids et
armoires…) préparés. Et comme cette activité est quasi- quantités blanchis mais aussi en nombre de points livrés
exclusivement et fortement consommatrice de personnel, ou préparés, en nombre de conditionnements préparés et
pour suivre les ressources ce sont les temps de travail de en parallèle notre consommation en « ressources princi-
cette activité qu’il faut bien sûr prendre en compte. pales », en « personnel » avec les temps de travail consom-
més correspondants aux productions. S’ajoutent à ces
■ APPROVISIONNEMENT TEXTILE deux axes principaux du recueil de données sur lesquels
La sous-fonction approvisionnement représente l’ensem- nous devons investir le plus de moyens pour pouvoir éta-
ble des activités liées aux procédures de commande, de blir un tableau de bord centré sur la performance, la
réception, de stockage, de fabrication, de sortie de stock et nécessité de suivre également nos consommations de
de mise en circuit des articles textiles entretenus en blan- linge et nos principaux consommables les dépenses varia-
chisserie industrielle et/ou de proximité. Cette sous-fonc- bles les plus importantes après le personnel.
tion permet de différencier les prestations dites de blan- Mais au-delà de la mesure de la performance, sous l’angle
chissage et de location réalisées pour l’extérieur ou sous – « ressource/prestations », qui doit rester l’objectif principal
traiter à l’extérieur. d’un tableau de bord de notre activité, d’autres indicateurs
Pour suivre cette activité, il est nécessaire de travailler au complémentaires seront également utiles:
niveau détaillé des volumes par article ou éventuellement • Ratios de consommations de ressources/objectif déter-
par catégories d’articles et avec des quantités plutôt que miné: exemple mensualités de personnel (mensualités
des poids. payées/mensualités budgétées)
Les prestations seront suivies grâce aux quantités pro- • Ratios d’évolution de l’activité: tonnage ou quantités
duites et pour l’habillement le nombre de personnes habil- produites sur une période donnée année en
lées est aussi une donnée pouvant représenter la produc- cours/même période de l’année précédente
tion de la prestation habillement. • Ratios divers relatifs à l’absentéisme
Les ressources consommées sont pour cette sous-fonction • Ratios de disponibilité des équipements (temps réel de
le linge et l’habillement, les « textiles ». Les volumes d’ar- fonctionnement/plage horaire théorique de fonction-
ticles mis en service/sorties du stock semblent les éléments nement)
les plus représentatifs à suivre pour mesurer la perfor- • Ratios de suivi de non qualité (relavage, traitement,
mance, être alerté sur des dysfonctionnements et prévoir reprises…)
les évolutions en terme de consommations textiles.
Les montants dépensés pourraient être également utilisés ■ PROPOSITION D’INDICATEURS
mais dans ce cas, comme plus généralement En annexe 02, vous trouverez des propositions de
• Il semble pertinent de privilégier l’utilisation de données ratios/indicateurs qui semblent pertinents à prendre en
en volumes plutôt qu’en montant: notre maîtrise sur le compte avec évaluation de l’intérêt selon le niveau de
prix n’est pas souvent effective et les données en mon- détail, les destinataires, la fréquence de suivi ainsi qu’une
tants ne nous sont connues souvent qu’avec un différé classification par type d’indicateurs et d’objectifs.
important, pénalisant la réactivité du tableau de bord.
Un exemple de tableau de bord est proposé en annexe 3
■ COLLECTE & LIVRAISON pour facilité la réflexion et les choix menant à l’élabora-
La sous fonction collecte & livraison représente l’ensem- tion de son propre tableau de bord et de ceux de ses col-
ble des activités réalisées pour: la collecte du linge sale de laborateurs.

LA FONCTION LINGE DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ 53


■ LE RECUEIL DES DONNÉES DE PRODUCTION ET DES ratios de productivité à la journée, la semaine, le mois,
TEMPS DE TRAVAIL pour la ligne de production ou par cumul pour l’ensemble
■ Les temps de travail de la production) et les ratios de disponibilité des équipe-
Un suivi précis des temps de travail consommés globale- ments. Sur ce document seront aussi notés les transferts
ment et par sous-fonctions, activités/secteurs, lignes de d’agents entre secteurs et les temps d’arrêt machine.
production et postes est nécessaire pour établir les ratios Ces relevés nécessitent que les équipements soient équi-
de performance des tableaux de bord du responsable et pés de compteurs de pièces ou pour les postes manuels
des collaborateurs. Mais ces données seront également qu’une comptabilisation soit effectuée par l’agent lui-
utiles pour la gestion prévisionnelle des effectifs et leur même.
répartition par secteurs ainsi que pour la comptabilité ana- Pour suivre les temps productifs des postes d’engagement
lytique. qui nécessitent un degré de précision et donc de fré-
En fonction des utilisations il faut distinguer différentes quence de relevé supplémentaire pour les temps de pro-
manières de comptabiliser, plus ou moins précisément, les duction, il faut nécessairement des compteurs de temps
temps de travail qui sont explicitées dans le tableau ci-des- qui permettent alors d’éviter les relevés manuels trop
sous: contraignants. Malheureusement nos équipements sont
Organiser de tels relevés des temps de travail avec les pro- rarement équipés de tels compteurs ; ceux présents ne
ductions correspondantes est beaucoup plus simple qu’il comptabilisent souvent que des temps de mise sous ten-
n’y parait au premier abord. sion mais pas la présence effective d’un agent à un poste.
Pour suivre les temps réels pour chaque ligne de produc- Il faut donc exiger ces compteurs auprès de nos fournis-
tion/machine l’utilisation d’un document simple sur lequel seurs d’équipements lors de nos achats ou les faire installer
l’agent de maîtrise enregistre à chaque changement du « facilement » par nos équipes maintenance. L’agent pré-
nombre d’agents une plage horaire de fonctionnement à sent au poste active alors une commande et la désactive
effectif contant avec en parallèle un relevé des compteurs lorsqu’il le quitte. Le cumul de la journée donnée par ce
de production mais pour l’ensemble des articles et la jour- compteur est alors utilisé pour les calculs des ratios de pro-
née complète uniquement est suffisant pour établir les ductivité à l’engagement.

Les différents
TEMPS DE TRAVAIL
à prendre en compte en fonction de l'utilisation

Le temps théorique de la ligne de T Le temps réel correspond au temps de travail Le temps productif correspond au temps T
production correspond au temps de E réellement consommé par la ligne de durant lequel les agents sont bien présents E
travail légal(1) des agents affectés par M production. aux postes ET réellement productifs. M
le planning sur cette ligne Il est égal au temps théorique diminué des T Il est égal au temps réel diminué des
P P
temps significatifs durant lesquels les agents E courtes périodes durant lesquels les agents
S S
ne sont plus présents sur les postes de la M ne sont pas réellement productifs (3).
ligne de production concernée (2) P
T P
S
H R
E O
R
O D
E
Ce temps théorique est à utiliser R Ce temps de réel est celui là utiliser en U
E
pour les prévisions, la planification I terme de performance notamment Ce temps productif est celui là utiliser en C
L
des effectifs nécessaires à la Q globalement ou par ligne de production. Il terme de performance pour la productivité T
production mais est insufisamment U permet de calculer la "productivité agent"', des postes d'engagement par pièces (ex: I
précis en terme d'analyse de la E l'important ratio k g produit par heure de nombre de drap engagés/heure) F
performance travail agent

EXEMPLE: Sous fonction ENTRETIEN / Activité ou secteur LINGE PLAT / Ligne de production GRAND PLAT

Pause
Pauses organisées= (20'+10'+10')*4 =
2h40'
Pannes +
Panne 1/2h et manque de drap 1/2h =
Ruptures
(30'+30')*4=
Le planning affecte 4 agents à la 4h00
ligne de production "grand plat" (3
postes d'engagement et 1 poste de Temps réel - temps productif = temps perdus
réception) avec l'horaire 7h00 - 15h20 Durant 1h00 un agent affecté à un poste Temps
Transferts avec dysfonctionnements, petits arrêts…=
d'engagement a été "transféré" en renfort sur la perdus
(pause repas=1H00) 1h00 TR [(15h20'-7h00-1h00)*3 - (20'+10'+10')*3 -
ligne de production du linge en forme= 40'
(30'+30')*3-1h00] - TP=
Temps
Théorique
de la Temps Réel Temps
ligne de de la Productif des
production ligne de postes
Le TT / temps théorique de la ligne production Le TP / temps productif des 3 postes d'engagement
de production= Le TR / temps réel de la ligne de production= d'engagement relevés par compteurs
29H20'
(15h20' - 7h00 -1h00)*4= Temps théorique - total "non présence"= 21H40' (voir explication au § suivant) = 15H10'

(1) temps de présence - pauses non comptabilisées en tant que temps de travail (tout ou partie du temps de repas notamment)= temps de présence payé

(2) pauses comptabilisées sur le temps de travail, temps d'arrêt de la ligne de production (pannes, ruptures d'approvisionnement… > 5 mn ), solde négatif des éventuels temps de transferts d'agents vers ou à partir
d'autres lignes de production.
(3) dysfonctionnements et pannes de courtes durées (<= 5mn) durant lesquels les agents ne sont pas productifs, les postes d'engagement ne sont pas alimentés…

54 LA FONCTION LINGE DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ


• Première partie - Chapitre 3
Au-delà de la nécessité de ces relevés pour alimenter le de les considérer comme négligeables et de ne pas les
tableau de bord du responsable, la gestion de ces relevés, inclure.
de leur saisie en fin de journée dans une feuille de calcul • Une approche plus « spécifique » contraignante, mais
Excel par exemple avec calcul des ratios de productivité plus précise, s’appuyant sur les données d’une base de
en temps réel enrichissent les tâches de la maîtrise, l’impli- coûts par activité, mais cette fois généralement partiels,
quent sur les résultats de productivité et représente finale- alimentée par des établissements qui, engagés dans le
ment un réel outil de motivation et d’émulation. Le res- temps, respectent les contraintes d’une méthode spéci-
ponsable de secteur quittera son poste « satisfait » lorsqu’à fique, notamment pour l’affectation des charges.
l’issue de la saisie des données de production de la jour- Cette approche, s’appuyant sur des bases homogènes et
née ses ratios seront « performants » et saura utiliser ces des règles strictes, est plus pertinente et permet des com-
résultats pour animer son équipe. À l’inverse tout résultat paraisons plus détaillées mais ne peut s’appliquer qu’entre
en dessous de la « norme » sera interprété comme une les seuls adhérents de la base. Par ailleurs, si elle ne s’ap-
« alerte » à analyser pour déceler et corriger des dysfonc- puie que sur des coûts partiels elle ne permet pas la com-
tionnements notamment humains plus difficilement déce- paraison avec des offres externes basées sur des prix uni-
lables que ceux matériels. taires. La base des coûts d’activité d’Angers, appliquant la
méthode du Guide de la Comptabilité Analytique Hospi-
talière, fonctionne sur ce principe.
3.2 • LA CONNAISSANCE Il semble pertinent d’utiliser en parallèle ces deux
ET L’ANALYSE DES COÛTS approches.
Que cela soit dans un objectif d’amélioration interne ou
de comparaison externe, il faut définir précisément - de la ■ Les analyses
même manière que nous l’avons fait pour les activités - les Les activités sont maintenant bien définies ainsi que les
catégories de dépenses que nous souhaitons prendre en charges devant être prises en compte. Quelles utilisations
compte. pouvons-nous avoir de ces données? Quelles Analyse des
coûts?
■ Les catégories de dépenses ► En interne
De la même manière, aucune comparaison n’est envisa- • suivi de l’évolution globale des coûts et par catégories
geable si les types de dépenses considérées diffèrent. de dépenses, de l’activité et des sous-activités →
Pour être en mesure de faire des comparaisons avec l’ex- recherche de la maîtrise et de la réduction des
térieur de ces coûts par activité, deux orientations complé- dépenses engagées pour produire les prestations Linge
mentaires impliquant une prise en compte complète ou & Habillement
partielle des charges, peuvent être explorées: • suivi du coût de l’unité d’œuvre, c'est-à-dire ici du prix
• Une approche plus « universelle » peu contraignante, au kg. Ce dernier pouvant être considéré, avec une
mais sommaire, s’appuyant sur des coûts complets par approche « coût complet », comme un prix de revient
activité élaborés hors méthode spécifique. Cette → recherche de la performance interne de l’activité,
approche permet un premier niveau d’analyse si les de l’optimisation des moyens de production
données de coûts complets par activité, les volumes • Suivi des dépenses Linge & Habillement par journée
par activité et sous-activité sont fiables et partagent une d’hospitalisation → recherche de la maîtrise et de la
définition commune des activités considérées. Elle per- réduction des dépenses engagées en Linge & Habille-
met d’envisager des comparaisons avec des offres ment par les services de soins.
externes basées sur des prix unitaires. Elle permet éga- • En externe
lement de calculer des prix de revient par article dans • uniquement dans le cadre d’une approche « coût com-
un but de facturation interne ou externe. plet », des comparaisons avec des établissements exté-
Mais cette approche se heurte à l’écueil classique des rieurs peuvent être envisagées, sur la base des prix au
méthodes basées sur des coûts complets, la difficulté de kg ou également des coûts complets d’activité de ces
repartir avec une réelle pertinence les charges dites de derniers. Mais seulement si les données d’activité et
structure (DG, DF, DRH…) c’est-à-dire les charges indi- des coûts peuvent être considérées comme fiables et
rectes qui ne peuvent être affectées que sur la base clé de avec une définition commune des activités et sous-
répartition conventionnelle et discutable, avec des orien- activités concernées.
tations pouvant être très différentes selon les établisse- • dans le cadre d’une approche « coûts partiels », des
ments. comparaisons entre les établissements adhérents à une
Il nous semble qu’une intégration de ces charges de struc- base données des coûts par activité peuvent être effec-
ture, hors application d’une méthode commune, risquerait tuées et permettre d’établir des « référentiels » de coûts
d’introduire des distorsions plus dommageables que le fait par activité et sous-activités.

LA FONCTION LINGE DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ 55


3.3 • LE PRIX DE REVIENT coût des unités d’œuvre puis établir le prix de revient de
ET LA FACTURATION l’article.
La mise en place d’une telle comptabilité analytique des
■ Le prix de revient:
prix de revient nécessite un investissement initial non
Le prix de revient d’un article correspond au coût d’achat
négligeable mais, conçue à minima au départ, cette comp-
+ coût de production + coût de distribution + coût d’ad-
tabilité pourra être améliorée par la suite, une fois le pro-
ministration et de gestion
cessus bien maîtrisé et les outils en place.
Pour définir des prix de revient à l’article, il faut connaître
Un exemple de calcul de prix de revient est proposé en
l’ensemble des dépenses, les quantités d’articles traités et
annexe 04.
choisir une méthode d’analyse.
La méthode des sections homogènes semble la plus adap-
■ La facturation:
tée à la blanchisserie. En voici les grands principes:
Les dépenses de Linge & Habillement d’un établissement
• 1. On distingue les sections principales (elles partici-
se calculent grâce:
pent directement à la fabrication du produit: exemple
• au coût de la prestation (kg ou pièce)
le lavage) et les sections auxiliaires (elles travaillent
• au volume de prestation consommé
pour les autres sections: exemple la maintenance) Le
L’attention se focalise - aujourd’hui - surtout sur le coût de
découpage en section doit s’appuyer sur les sous-fonc-
la prestation. Or, c’est un paramètre ou il reste peu de
tions précédemment citées.
marge de progrès car les blanchisseries hospitalières posi-
• 2. Pour chaque section, on choisit une unité d’œuvre
tionnées sur un marché fort concurrentiel maîtrisent géné-
(kg ou pièces exemple: le kg pour le lavage et le nom-
ralement leurs coûts.
bre de pièces pour le calandrage).
En revanche, peu de travaux ont été entrepris sur les
• 3. On distingue les charges directes (directement impu-
volumes consommés et pourtant c’est en diminuant les
table à une section), des charges indirectes (imputable
quantités de linge utilisées que les dépenses de la fonction
à des sections par des clés de répartition).
linge vont baisser.
• 4. On choisit ses clés de répartition (main d’œuvre, sur-
Ce travail sur les volumes ne peut se faire qu’avec les
face…)
« consommateurs » en imposant des fréquences de
• 5. On ventile les charges dans les sections.
changes des lits et qu’avec les pôles par la mise en place
• 6. On répartit les sections auxiliaires sur les sections
de facturation interne incitant à la maîtrise des coûts et
principales
donc la baisse des consommations.
On obtient ainsi le coût pour chaque section. Connaissant
Bien évidemment, il est indispensable d’automatiser ces
les unités d’œuvre par section, on peut alors calculer le
facturations et d’investir dans l’outil informatique.

Bases d’Angers 2008 - Présentation Agrégée


Comparaison à tous les établissements de l'échantillon
ECHANTILLON (Coût de l'unité d'œuvre)

REGROUPEMENT DE COMPTES COUT MOYENNE MEDIANE INTERVALLE QUARTILES


DE L'UO INF. SUP. 1er 3e

PERSONNEL 0,660 0,699 0,067 1,289 0,494 0,833

HABILLEMENT-LINGE 0,111 0,097 0,000 0,259 0,061 0,143

BLANCHISSAGE À L'EXTÉRIEUR 1,025 1,199 0,000 2,172 0,673 1,392

EAU-ENERGIE-COMBUSTIBLES 0,120 0,119 0,000 0,286 0,070 0,150

AMORTISSEMENTS 0,065 0,048 0,000 0,184 0,012 0,104

AUTRES CHARGES DIRECTES 0,073 0,054 0,000 0,236 0,021 0,086

CHARGES INDUITES 0,051 0,037 0,000 0,224 0,011 0,063

REMBOURSEMENTS FRAIS DE PERSONNEL 0,020 0,010 0,000 0,078 0,002 0,026

TOTAL GENERAL 1,513 1,433 0,634 2,380 1,139 1,768


UNITÉS D'OEUVRE : KILO DE LINGE LAVÉ 1 230 875
699,136 498,000

** Chiffre à l'extérieur de l'intervalle de confiance

56 LA FONCTION LINGE DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ


• Première partie - Chapitre 3
3.4 • LA COMPARAISON DES COÛTS s’adresse à l’ensemble des CHU adhérents ou pas de la
base des coûts d’Angers et ne concerne que les activités
Tout établissement qui souhaite s’engager dans une
dites « logistiques ». Ses grilles de recueil sont adaptables
démarche d’analyse des coûts de sa Fonction Linge se
et évolutives mais la cohérence avec la base « mère » doit
doit, dans un souci de cohérence notamment dans le
être conservée.
cadre de comparaison externe, d’utiliser une méthode et
En 2005 la Conférence des Directeurs a souhaité faire évo-
des orientations communes à l’ensemble des établisse-
luer la base logistique dans le but d’améliorer et de com-
ments
pléter le recueil des données et d’aboutir ainsi à des résul-
La seule possibilité existante aujourd’hui, qui permette de
tats plus fiables et moins discutables de par
tenter des comparaisons entre fonctions logistiques est la
l’homogénéisation des réponses obtenues. Les associa-
base des coûts par activité d’Angers couvrant l’ensemble
tions professionnelles ont été sollicitées pour participer à
d’un établissement hospitalier et sa déclinaison unique-
ce chantier dont l’URBH pour la Fonction Linge. À l’au-
ment pour les fonctions « logistiques » des CHU. Cette
tomne 2006 un nouveau recueil de données était établi,
base des coûts par activité a été créée en 1997, compte
tel qu’il est diffusé depuis aux CHU et tel qu’il figure en
aujourd’hui près de 140 adhérents dont plus de la moitié
annexe 05. Ce document s’appuie sur la définition de la
des CHU. Elle s’appuie sur le Tome 2 du Guide la Comp-
Fonction Linge et des sous-fonctions/sous-activités de ce
tabilité Analytique Hospitalière et est gérée par le CHU
guide.
d’Angers.
Chaque système n’est qu’un compromis entre le niveau de
pertinence souhaité, qui augmente parallèlement à la
La base des coûts « Logistiques » a été créée à l’initiative
finesse des données recueillies, et le niveau de complexité
de la Conférence des Directeurs Généraux de CHU. Elle
et des ressources, requis pour obtenir la précision recher-
s’appuie sur la méthodologie de la base des coûts par acti-
chée, qui doit rester possible et acceptable
vité d’Angers qui en assure également la gestion. Mais elle

LA FONCTION LINGE DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ 57


e partie

2 La fonction linge :
approche
organisationnelle

Chapitre 4
Les principales sections
fonctionnelles

LA FONCTION LINGE DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ 59


Chapitre 4

LES PRINCIPALES SECTIONS FONCTIONNELLES


Maillon essentiel de la chaîne du linge, la blanchisserie a • Le tri du linge sale ou propre (selon l’organisation adop-
la charge de mettre à la disposition des services utilisa- tée)
teurs, dans des conditions définies qualitativement et • Le lavage-essorage
quantitativement, les articles de linge et d’habillement qui • Le pré séchage et le séchage
sont nécessaires à la bonne exécution de leurs missions. • Le transport et la manutention du linge humide propre
Elle doit donc assurer le traitement complet des articles • La finition du linge plat
sales en provenances du ou des établissement(s) qu’elle • La finition des VT et du linge en forme
dessert, depuis leur collecte jusqu’à leur redistribution, • Le pliage du linge séché
dans un état autant que possible identique à leur état ori- • La finition de l’habillement des résidents
ginel, dans les meilleures conditions de rapidité, de qua- • Le conditionnement et le stockage du linge propre
lité, d’hygiène et à des coûts performants. • La distribution du linge propre
Outre cette activité essentielle, la blanchisserie assure éga-
lement: ■ Sections auxiliaires de la production
• Un certain nombre de conseils techniques au niveau • Le stockage du linge neuf
de la gestion globale de la fonction linge, notamment • Le raccommodage et le marquage
en matière de choix des textiles. • La maintenance des équipements et des bâtiments
• La gestion des stocks de linge et d’habillements et, fré- • La gestion informatique
quemment, des stocks d’articles Usage Unique (U. U.). • Le stockage et la distribution des produits lessiviels
La blanchisserie est constituée de sections fonctionnelles
de base et auxiliaires de la production dont le lecteur trou-
vera ci-dessous un descriptif comportant des recomman-
dations. 4.1 • LA COLLECTE DU LINGE SALE
Il convient de rappeler que ces tâches peuvent relever,
■ Section de base de la production selon l’organisation spécifique adoptée, soit de la blan-
• La collecte du linge sale chisserie elle-même, soit d’autres services.
• Le transport du linge Le linge sale peut, dans les petits établissements, être
• Le pesage et le comptage du linge sale directement acheminé par chariots depuis les services uti-
• Le stockage du linge sale lisateurs vers la blanchisserie.

60 LA FONCTION LINGE DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ


•• Deuxième partie - Chapitre 4
Mais les établissements plus importants requièrent des Le stockage sur convoyeurs aériens peut se justifier pour
lieux intermédiaires de regroupement, à partir desquels est les blanchisseries importantes, mais représente des coûts
organisé le transport vers la blanchisserie. Il en est a fortiori élevés en investissements. La capacité de stockage aérien
de même pour une Blanchisserie Inter Hospitalière (BIH). doit représenter au moins l’équivalent d’une journée de
Dans tous les cas, il est fortement conseillé d’effectuer cette collecte, le reste (notamment en début de semaine) étant
collecte 6 jours par semaine. En outre, et pour respecter les stocké en chariots, en attente de libération de capacité sur
règles d’hygiène, le linge sale doit être évacué des services les convoyeurs aériens. Le principe général de l’organisa-
chaque jour et ne pas stationner plus de 2 jours consécutifs tion du stockage aérien est celui du « premier entré – pre-
dans les lieux de regroupement. Les week-ends prolongés mier sorti » afin de minimiser les durées d’attente (risques
imposent donc un ramassage durant le week-end. de fermentation). Une boucle de recyclage peut toutefois
être prévue, afin de permettre des traitements d’urgence de
telle ou telle catégorie.
4.2 • LE TRANSPORT DU LINGE
Dans la plupart des établissements publics de santé, le
transport du linge sale et du linge propre sont séparés pour 4.5 • LE TRI DU LINGE SALE
des raisons d’hygiène: camions et chariots différents. OU PROPRE
Avec l’arrivée des tunnels de lavage des chariots, il est pos- ■ Le tri effectué au niveau du linge sale en blanchisserie:
sible dorénavant d’effectuer les deux avec les mêmes C’est le système choisi par la quasi-totalité des blanchisse-
moyens de transport. ries, tant publiques que privées. Il s’agit d’une organisation
Bien entendu, les chariots et l’intérieur des camions doi- bien connue, de procédures de travail élaborées et exécu-
vent être désinfectés à la blanchisserie après le décharge- tées depuis très longtemps
ment du linge sale et avant le chargement du linge propre Avantages
(voir schéma de principe de la blanchisserie page précé- L’ouverture systématique des sacs contenant les articles à
dente). Les nouveaux tunnels de lavage permettent de traiter permet d’écarter les objets insolites et/ou dange-
laver et désinfecter les chariots avec des cycles de lavage reux, et de préparer avec précision des charges homo-
de 8 mn environ, chargements et déchargements automa- gènes pour le lavage.
tiques compris. Contrairement aux idées reçues, les agents affectés à ces
taches sont souvent volontaires, avec un absentéisme qui
n’est pas supérieur à celui des agents qui travaillent en sec-
4.3 • LE PESAGE ET LE COMPTAGE
teurs propres.
DU LINGE SALE Le système est éprouvé, et les équipements offerts par le
Le pesage du linge sale apporte une donnée importante marché lui sont particulièrement bien adaptés.
pour la gestion de la blanchisserie. Inconvénients
Il est aisément obtenu lors de la préparation des charges des La manipulation du linge sale doit être considérée comme
machines de lavage, qui sont enregistrées au fur et à mesure un geste hautement septique. À ce risque de contamina-
et utilisables à tout moment, par lecture informatique. tion du personnel, s’ajoute celui d’accidents d’exposition
Le comptage est de moins en moins pratique sur le linge au sang (dus à la présence inévitable d’objets insolites,
sale, car c’est une pratique qui demande beaucoup de coupants ou piquants).
temps/agent. Il peut cependant se révéler utile pour une
BIH s’il est réalisé à l’aide de cadres de comptage avec ■ Le tri effectué sur linge propre apparaît donc, au moins
enregistrement informatique. théoriquement, comme la réponse idéale.
Avantages
C’est un moyen radical d’éviter les risques de transmission
4.4 • LE STOCKAGE DU LINGE SALE d’infections et d’accidents d’exposition au sang lors des
Généralement livré dans des sacs de couleurs différentes manipulations de linge sale.
selon les catégories (pour un pré-tri dans les services), le Inconvénients
stockage s’effectue: Il impose d’organiser, dans les services utilisateurs, un pré-
• soit dans les chariots de transport, tri beaucoup plus rigoureux que dans les solutions habi-
• soit sur convoyeurs aériens automatisés. tuelles. Il nécessite d’installer une essoreuse centrifuge en
En aucun cas, le linge sale ne doit être stocké directement aval du tunnel de lavage, du fait de la présence dans le
au sol. linge d’objets qui pourraient endommager la membrane
Le stockage sur chariots est applicable pour des blanchis- d’une essoreuse à pression. Les temps d’essorage ayant été
series de taille relativement petite. Il en résulte un encom- abaissés sur les dernières générations d’essoreuse, cette
brement au sol important. nécessité ne constitue plus un inconvénient.

LA FONCTION LINGE DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ 61


Il provoque une perte de rendement sur les cycles de Chargement et déchargement entièrement automatisés,
lavage, due à la difficulté d’ajuster précisément les charges réduisant la pénibilité des tâches correspondantes.
(ordre de grandeur de cette perte: jusqu'à 20 %, dans cer- Inconvénients
tains cas). Les quantités de linge à traiter doivent être suffisamment
La manipulation du linge propre, est plus pénible que celle importantes. Le tunnel de lavage peut difficilement traiter
du linge sale, car elle s’effectue sur le linge mouillé, donc le linge de résidents ainsi que certains à parts.
plus lourd.
Il convient de prendre des précautions lors de ces manipu- ■ Les laveuses-essoreuses existent dans des gammes avec
lations afin que le linge propre ne soit pas recontaminé. des capacités de plus en plus importantes.
Contrainte particulière Ces machines sont principalement destinées au traitement
Cette option conduit a implanté le tri au cœur de la blan- du linge délicat notamment de l’habillement des résidents
chisserie, entre le lavage et la finition. Cette implantation et doivent toujours être de type aseptique en milieu hospi-
s’avère souvent impossible par manque de place dans les talier.
blanchisseries existantes qui ont été conçues avec un tri au Une nouvelle technologie dite de nettoyage à l’eau est
niveau du linge sale. apparue il y a quelques années. Cette technologie emploie
Le choix entre ces deux solutions, radicalement diffé- des machines particulièrement adaptées au traitement de
rentes, se fera selon des critères d’amélioration des condi- l’habillement des résidents et remplace avantageusement
tions de travail et d’augmentation de la sécurité en matière le nettoyage à sec. Ces machines peuvent fonctionner en
d’hygiène. lavage classique, pour leur capacité nominale, ou en
Au vu du succès des premières expériences, développées, lavage à faible volume d’eau pour environ 50 % de cette
il est vrai, dans des unités importantes (CHU de Tours, CH capacité nominale.
de Pontoise, de Roubaix et de Niort), il apparaît souhaita- Avantage
ble de se poser la question du tri sur le linge propre au Souplesse d’utilisation, ce qui permet de traiter les petites
moment où un établissement envisage une restructuration charges et d’optimiser la productivité des tunnels de
ou une construction. À noter qu’après plusieurs années lavage. Cette souplesse sera améliorée en combinant plu-
d’expérience, le CH de Niort envisage un éventuel retour sieurs machines de capacités différentes.
à la méthode de tri au sale. Inconvénients
Bien entendu, ce choix doit être accompagné d’actions de Consommations d’eau et d’énergie relativement élevées.
formation volontaristes puisqu’il implique de profondes Celles-ci peuvent être atténuées en incorporant un système
adaptations des pratiques habituelles. de récupération d’eau. Le chargement et le déchargement
■ Les installations du tri et le stockage du linge trié que ce sont généralement manuels sur les modèles aseptiques.
soit au niveau du sale ou celui du propre peuvent être très
variés allant du plus simple (tri dans des chariots) au plus Les recommandations apparaissent clairement à travers ce
sophistiqué, avec plate-forme de tri et convoyeur de qui précède:
stockage de slings, le tout, géré par ordinateur. Ces sys- • Le lavage en tunnel rassemble suffisamment d’avan-
tèmes de convoyage nécessitent des investissements très tages de productivité et d’économies d’exploitation
importants. Il convient de s’assurer qu’ils sont en adéqua- pour qu’il soit fortement recommandé pour la quasi-
tion avec la production à réaliser. totalité des prestations dès lors que les quantités à trai-
ter ont atteint les seuils nécessaires.
• L’association de quelques laveuses essoreuses (LE) de
4.6 • LE LAVAGE-ESSORAGE petites capacités apportera le complément nécessaire
■ Les tunnels de lavage existent dans des gammes avec pour traiter, avec la souplesse voulue, les linges déli-
des capacités variables. cats ou vêtements qui correspondent à des charges fai-
Avantages bles et diversifiées.
Capacité importante de production, avec une certaine
modularité, en fonction de la taille et du nombre de com- Est-il préférable d’associer au tunnel de lavage un
partiments. Moindre consommation d’eau, d’énergie et de essorage par presse ou un essorage par centrifu-
produits lessiviels. geuse ?
Des économies d’eau peuvent être réalisées en rempla-
çant le blanchiment à l’eau de javel par celui à l’eau oxy-
■ L’essorage par presse conduit à l’obtention de galettes
gène ou celui à l’acide péracétique.
contenant encore environ 50 % de poids d’eau.
Des économies d’énergie peuvent être obtenues en
Elles sont bien adaptées à des productions importantes,
réchauffant l’eau d’admission par les eaux usées en utili-
notamment en linge grand plat (GP).
sant un échangeur thermique.

62 LA FONCTION LINGE DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ


•• Deuxième partie - Chapitre 4
Avantage Le blanchiment à l’eau oxygénée est le mode qui à l’heure
Transport aisé et possibilité de stockage des galettes actuelle présente le meilleur compromis technique et éco-
Inconvénients nomique.
Nécessite de faire transiter le linge par des démêloirs, sauf Le blanchiment avec le mélange eau oxygénée / acide
pour le linge GP, si un dispositif de mise à l’unité est prévu péracétique est séduisant techniquement car il permet le
à l’engagement des sécheuses-repasseuses (SR). lavage à basse température mais il coûte actuellement très
Risques d’écrasement du linge et de formation de plis, cher (5 fois plus que l’eau oxygénée).
avec des pressions élevées (jusqu’à 57 bars).
Coût de maintenance élevé en cas de changements répé-
tés des membranes.
4.7 • LE PRÉ SÉCHAGE ET LE SÉCHAGE
Le pré séchage avant finition et le séchage du linge s’effec-
■ L’essorage par centrifugeuse s’est beaucoup développé tuent soit en séchoirs rotatifs, si le linge a été lavé en LE,
au cours des dernières années et continue à progresser soit en séchoirs-démêloirs (qui peuvent être alimentés en
techniquement. Les dernières générations d’essoreuse gaz direct) en aval d’un tunnel de lavage.
centrifuge atteignent des facteurs G de 800 et des temps de Dans les premiers, le chargement et le déchargement sont
cycle 120 secondes. Elles sont donc dorénavant compati- manuels, dans les seconds, ils sont automatiques.
bles avec n’importe quel tunnel de lavage. Il est à noter qu’après un essorage centrifuge, le démêlage
Cette option est particulièrement opportune dans le cas de devient inutile.
mélanges d’articles, notamment lorsque l’option de tri sur
linge propre a été retenue, ainsi que pour les vêtements de
travail (VT) en général.
4.8 • LE TRANSPORT ET
Avantages LA MANUTENTION DU LINGE PROPRE
Meilleur respect du linge (surtout pour les VT), et des Quatre solutions se présentent:
accessoires (puces, systèmes de fermeture des sacs…). Per- • Le transport par chariots, de préférence à fonds remon-
met d’éviter le démêlage. tants, est adopté pour les petites unités (maximum 3 à
Inconvénient 4 tonnes/jour)
La sortie en vrac du linge ne permet pas d’installer un stock • Le transport par tapis permet de faire directement
tampon en aval de l’essoreuse. aboutir le linge à chaque poste de travail au secteur de
Les recommandations, au vu des équipements actuelle- finition. Ces tapis de transfert sont motorisés. Cette
ment disponibles, sont les suivantes: option présente l’important inconvénient de rendre
• Pour une production spécialisée de linge GP, PP et presque impossible les circulations entre la section des
éponges, l’essoreuse à pression est bien adaptée. séchoirs démêloirs et la section finition, sauf à créer
• L’essoreuse centrifugeuse est bien adaptée pour une des tapis aériens, avec les importants surcoûts que cela
production spécialisée de VT et linge en forme en implique.
général et elle est indispensable lorsque le linge est trié • Le transport par convoyeurs aériens automatisés n’est
au niveau du propre ou lorsque le tunnel traite toutes applicable que pour les grosses unités. Cette solution
les catégories de linge. demande des études préalables poussées, compte tenu
• Les performances atteintes pour les essoreuses centri- de ses fortes incidences économiques.
fuges permettent toutefois de penser qu’elles prendront • Le transport pneumatique, dernier né, pourrait dans
une place de plus en plus importante dans les pro- l’avenir supplanter le précédent.
chaines années.

■ Au niveau du choix de la méthode de lavage


4.9 • LA FINITION DU LINGE PLAT
La question actuelle est la suivante: Selon les seuils atteints, une ou plusieurs chaînes de fini-
tion peuvent être installées: 1 chaîne Grand Plat (GP) et 1
Quel mode de blanchiment choisir? À l’eau de javel,
chaîne Petit Plat (PP) ou 1 chaîne mixte GP/PP
à l’eau oxygénée ou mélange de base d’acide péracé-
Une chaîne de finition GP comprend:
tique
• un robot de mise a l’unité,
• une engageuse latérale ou frontale avec possibilité de
Blanchiment à l’eau de javel postes d’engagement déportées reliées à l’engageuse
Ce mode de blanchiment est en perte de vitesse car il pré- par des convoyeurs de stockage qui peuvent séparer
sente des inconvénients qui deviennent majeurs mainte- les alèses des draps,
nant: consommation d’eau et pollution plus importantes • une sécheuse-repasseuse,
que dans les autres modes de blanchiment. • une plieuse,

LA FONCTION LINGE DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ 63


• un ou deux empileurs (pour séparer draps et alèses), Est-il préférable de livrer le linge en forme sur cintre
• éventuellement un système de détection des tâches et ou plié?
défauts Le pliage manuel est à réduire au strict minimum.
Dans ce contexte, le linge en forme est plié mécanique-
■ Une chaîne de finition PP comprend: ment ou distribué sur cintre.
• une défripeuse, Le linge en forme distribué sur cintre, nécessite l’achat de
• une sécheuse-repasseuse, cintres soit jetables, soit nécessitant une gestion des
• une plieuse et un empileur à plusieurs voies ou d’une retours et engendre des volumes à manipuler supérieurs.
plieuse à volets par voies. En conséquence, le linge en forme banalisé qui est distri-
bué sous forme de dotation, doit être livré plié.
■ Une chaîne de finition mixte comprend: Les vêtements de travail personnalisés peuvent être livrés
• une engageuse mixte GP/PP, pliés, à condition qu’ils soient emballés individuellement
• une sécheuse-repasseuse, ou par porteur afin d’être protégés lors des opérations de
• un pliage GP/PP, recherche des vêtements dans les services.
• un empileur GP, Dans le cas d’utilisation de distributeur automatique de
• un empileur PP par voie. vêtements de travail, ces derniers sont livrés sur cintre.

■ Les sécheuses-repasseuses peuvent être équipés d’une


chaudière au gaz permettant un meilleur rendement éner- 4.11 • LE PLIAGE DU LINGE SÉCHÉ
gétique et une meilleure autonomie. Pour effectuer ce pliage on dispose dorénavant de plieuses
autonomes telles que:
• les plieuses éponges avec ou sans tri des articles pliés,
• les plieuses à couvertures et dessus de lit.
Rappelons que le pliage manuel doit être limité au strict
4.10 • LA FINITION DES VÊTEMENTS minimum
DE TRAVAIL ET DU LINGE EN FORME
Selon les seuils atteints, une ou plusieurs chaînes de fini-
tion peuvent être installées: 4.12 • LA FINITION DE L’HABILLEMENT
1 chaîne linge en forme banalisé et 1 chaîne vêtements de DES RÉSIDENTS
travail (VT) personnalisés ou 1 chaîne mixte banalisé / per- Pour plus de précision se reporter au Guide de la fonction
sonnalisé. linge dans les maisons de retraite et les centres d’héber-
■ Une chaîne de finition pour le linge en forme et pour gement de longs et de moyens séjours (annexe n° 01).
les VT peut comprendre:
• un ou plusieurs postes de mise sur cintre,
• un tunnel de finition (qui peut être alimenté au gaz 4.13 • LE CONDITIONNEMENT
direct),
ET LE STOCKAGE DU LINGE PROPRE
• un ou plusieurs automates de pliage,
• un système de convoyeurs aériens destiné à transporter C’est dans cette zone, située entre la finition et la distribu-
les cintres avec leur vêtement depuis les postes de mise tion, que le linge propre est emballé et stocké.
sur cintre jusqu’aux automates de pliage en passant ■ Afin de protéger le linge durant son stockage son embal-

par le tunnel de finition. Il peut comprendre aussi un lage sous film plastique perforé est recommandé par les
système de tri automatique des vêtements pouvant hygiénistes. Cet emballage présente cependant des incon-
aller jusqu’au porteur. vénients: le linge emballé doit être sec et non recontaminé
Le tri automatique nécessite que les vêtements soient équi- par des manipulations préalables.
pés de code à barres ou de puce radiofréquence. Il nécessite des coûts d’investissements (fardeleuses) et de
consommables importants (film polyéthylène).
■ Comme pour les convoyeurs de linge sale, les Il génère des volumes importants au niveau des déchets.
convoyeurs de linge en forme incluant un tri automatique Une solution intermédiaire réside dans la protection du
nécessitent des investissements lourds. Il convient donc, chariot de linge propre par une housse à UU.
avant d’acquérir de telles installations, de bien mesurer le ■ Lorsque la surface au sol le permet, il convient d’utiliser

retour sur investissements. pour le linge propre, banalisé et distribué sous forme de
Chaque établissement apportera à cette question sa propre dotation, un stockage dynamique gravitaire.
réponse, en prenant en considération les éléments de Les piles de linge emballées ou non sont placées, en sor-
recommandations suivants: tant des traitements de finition, sur des plateaux eux-

64 LA FONCTION LINGE DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ


•• Deuxième partie - Chapitre 4
mêmes posés sur des rampes à rouleaux. Elles sont ensuite avec des prestataires privés qui proposent depuis long-
reprises sur le côté opposé des rampes lors de la prépara- temps cette prestation complète de lit à lit. Il s’agit là d’une
tion des armoires de dotations. Ce système respecte le première approche sur cette activité qui fait l’objet de peu
principe « premier entré - premier sorti ». d’écrit. Le document sûrement perfectible se veut avant
tout un outil de réflexion.

4.14 • LA DISTRIBUTION
DU LINGE PROPRE 4.15 • LE STOCKAGE DU LINGE NEUF
Parmi les différentes activités de la Fonction Linge Hospi- Le taux de renouvellement lié aux destructions et dispari-
talière, certains processus sont bien maîtrisés depuis des tions impose un réapprovisionnement régulier en linge
années alors que d’autres font l’objet de nombreuses ques- neuf.
tions sur les choix à privilégier. Le linge neuf est stocké sommairement dans un local situé
C’est le cas notamment de l’activité Distribution du linge à proximité de la zone de collecte du linge sale, puis inté-
propre et le document placé en annexe 2 de ce guide se gré régulièrement dans le circuit, comme si c’était du linge
propose d’apporter les éléments de réflexion nécessaire à sale, en fonction des besoins.
chacun pour maîtriser au mieux cette fonction logistique
qui demande organisation et rigueur.
4.16 • LE RACCOMMODAGE ET LE
Il faut cependant relativiser la complexité de cette activité,
qui au demeurant reste simple. Par contre la diversité des MARQUAGE
cas particuliers à prendre en compte peut la faire paraître ■ Le raccommodage est une fonction que la majorité des
complexe ou tout au moins rend son analyse plus difficile. blanchisseries réduisent maintenant au strict minimum
Cette activité ayant fait l’objet d’un document à part, il compte tenu de ses coûts élevés par comparaison à ceux
était difficile de l’intégrer dans ce nouveau guide de la des articles neufs. Il est réservé aux articles coûteux ou
Fonction Linge sans en dénaturer le sens ou compliquer sa spécifiques (casaques opératoires, sacs à linge sale, VT,
lecture. etc.) selon leur degré d’usure.
L’U.R.B.H. a donc pris le parti de mettre ce document en
intégralité en annexe 2. ■ Le marquage (on l’a vu en première partie, paragraphe
Cette annexe sur la distribution du linge traite différents 1.5.3) est indispensable à une bonne gestion du linge.
thèmes: Transports, préparations à l’expédition. Pour le linge banalisé, il est maintenant effectué presque
Les principes types de la distribution: dotation journalière totalement par les fournisseurs d’articles textiles, qui ont
fixe, dotation à la demande, dotation journalière modula- atteint des niveaux de coûts compétitifs.
ble, complément de dotation. Pour les VT personnalisés, il existe des logiciels qui per-
Les matériels de distribution: les armoires à linge, les rolls, mettent l’édition des étiquettes d’identification, assurant
quelques éléments de comparaison, systèmes de trans- aussi la gestion des stocks de vêtements neufs et récupérés
ports, les camions, les tracteurs thermiques ou électriques, ainsi que le suivi des trousseaux et peuvent servir de base
le transport automatisé (les tortues). de données aux convoyeurs de tri.
Les principes d’organisation de la distribution: Le marquage des VT personnalisés doit donc être effectué
• Équipe de distribution, circuit propre, circuit sale en blanchisserie.
• Tenues professionnelles: distribution automatisée, dis- Pour le marquage de l’habillement des résidents, se repor-
tribution par dotation, distribution par armoires ter au Guide de la fonction linge dans les maisons de
casiers. retraite et les centres d’hébergement de longs et de
• La préparation à la livraison moyens séjours (annexe n° 01).

Les approches économiques


Annexes:
• Exemples d’analyse de la distribution du linge
4.17 • LA MAINTENANCE DES
Il est important de noter que cette activité n’est pas tou- ÉQUIPEMENTS ET DES BÂTIMENTS
jours sous l’autorité de la fonction linge et souvent sous Pour un bon fonctionnement des équipements (taux de
traitée (au moins en partie) à d’autres fonctions de l’établis- disponibilité opérationnelle TDO > 95 %) leur mainte-
sement. nance doit être assurée par la blanchisserie et non pas par
Dans ce cas, la chaîne de la prestation de lit à lit peut être les services techniques de l’hôpital pour lesquels les ser-
rompue et générer une mauvaise lecture du processus en vices généraux seront fatalement relégués au second plan
place. Une bonne lecture de ce processus de distribution par rapport aux « services de soins ».
est particulièrement importante en cas de comparaison Elle peut aussi être externalisée sauf cas particulier où c’est

LA FONCTION LINGE DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ 65


le fournisseur unique des matériels de la blanchisserie qui viels sont regroupés dans un local spécifique où sont ins-
assure la maintenance. À ce jour, les expériences qui ont tallés les pompes doseuses ainsi que le système de prépa-
été tentées dans ce domaine ont rarement été satisfai- ration de la solution mère.
santes. Deux sortes de lessive sont utilisées:
Pour la détermination du nombre d’agents de mainte- • Lessive en poudre,
nance, on peut se baser sur le ratio d’1 agent pour 3 tonnes • Lessive liquide.
de linge traité. La lessive en poudre est plus économique que la lessive
Faute des compétences nécessaires, la maintenance des liquide mais elle demande la préparation d’une solution
systèmes informatiques industriels est souvent confiée aux mère ou l’installation d’un distributeur de doses.
fournisseurs / installateurs de ces systèmes, aidés en cela La mise en œuvre de la lessive liquide est plus facile.
par la télémaintenance qui permet de résoudre la majorité Il est impératif que ce local respecte toutes les mesures de
des problèmes. sécurité requises (rétention des produits, douche de sécu-
rité, ventilation…).

4.18 • AUTRES SECTIONS ■ LA GESTION ET LE NETTOYAGE DES CHARIOTS


■ LA GESTION INFORMATIQUE La sous-utilisation et la disparition des chariots utilisés
Le recours à l’informatique, outil indispensable à une pour transporter le linge sale et/propre représentent un
bonne gestion et à une bonne maîtrise des consomma- coût non négligeable. Pour réduire ces pertes, certains res-
tions, est maintenant devenu incontournable, ainsi qu’il a ponsables d’unités tracent ces produits. Des logiciels et
été indiqué dans la première partie. identifiant permettent dorénavant de gérer le parc de cha-
Plusieurs recommandations peuvent être avancées, riots (sortie, retour, situation et nettoyage).
compte tenu du fait que de nombreux établissements ont
connu des difficultés à maîtriser ce point: ■ LES DISTRIBUTEURS AUTOMATIQUES
Il importe tout d’abord d’analyser en profondeur l’adéqua- DE VÊTEMENTS
tion entre les objectifs recherchés et l’architecture à mettre Le service le plus aboutit en matière de vêtements profes-
en place, afin de ne pas aboutir à un système trop ambi- sionnel est la distribution des vêtements banalisés par
tieux, qui ira à l’encontre du but recherché tout en appor- taille, par catégorie, ou les vêtements personnalisés aux
tant des informations inutiles. personnes auxquelles ils ont été attribués.
Une distinction doit être faite entre: Cette distribution repose sur le principe de droit à retirer
• l’informatique de production, propre aux équipements un vêtement propre, à condition d’avoir rendu son vête-
mise en place et en général figée, ment sale.
• l’informatique de gestion proprement dite. Pour réaliser cet exploit, il faut insérer des puces RFID
Peuvent être considérés comme une base de réflexion les dans chaque vêtement devant faire l’objet de cette distri-
principaux objectifs ci-après (liste à adapter en fonction bution et mettre en place un système de distribution auto-
des spécificités de chaque établissement): matisée.
• information permanente sur la production particulière Il en existe de deux sortes vestiaires informatisés: ceux qui
à chacun des secteurs de la blanchisserie, distribuent l’article sur cintre et ceux qui distribuent le
• gestion du stock de roulement et du stock circulant, vêtement plié (tunique et pantalon).
• calcul automatique des dotations, par intégration de Pour distribuer l’article sur cintre, l’installation ressemble
certaines données d’activités, telle que nombre d’en- à ce qui existe dans les pressings : il faut disposer d’un
trées et de journées d’hospitalisation, convoyeur et accrocher le cintre de chaque vêtement sur
• statistiques d’activités, d’évolution des consomma- une case dont l’emplacement est repéré par le système
tions, informatique.
• établissement de tableaux de bord, À la sortie une porte de distribution comprenant un bras va
• gestion de la facturation externe (pour une BIH) ou des aller chercher le vêtement et le faire sortir par la porte. Sur
imputations internes par service. la façade de la porte: un écran tactile, un lecteur de carte
• Etc… (à puce ou autre). Avant de pouvoir distribuer des vête-
Un interfaçage de l’informatique de gestion de la blanchis- ments il faut constituer une base de données avec des por-
serie avec l’ensemble du système informatique de l’hôpital teurs et des vêtements et leur en attribuer un certain nom-
est à rechercher systématiquement. bre à chacun. Une carte d’identification (comme la carte
Vitale) permet au système de reconnaître le porteur et de
■ LE STOCKAGE ET LA DISTRIBUTION savoir s’il a droit à un vêtement ou s’il a consommé tout
DES PRODUITS LESSIVIELS son vestiaire.
En général le stockage et la distribution des produits lessi- Ce vestiaire impose de mettre en place un dispositif de

66 LA FONCTION LINGE DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ


•• Deuxième partie - Chapitre 4
récupération des vêtements sales. Il s’agit d’une trappe carte à puce qui lui permet de s’identifier. Il la fait lire par
dans lequel l’agent va déposer sa tenue après usage. un poste informatique équipé d’un écran tactile, et il fait sa
En fait cette trappe est une antenne de lecture en 3 dimen- demande de vêtement.
sions: elle va informer le système que l’agent a rendu un S’il a un crédit il peut retirer un vêtement: la case conte-
vêtement. Le système crédite alors l’agent d’un vêtement. nant des articles pliés à sa taille s’ouvre automatiquement.
Dès que son crédit est positif, il peut retirer un vêtement Pour le retour, une trappe de retour doit être placée à
propre. proximité de l’armoire. Avantage du système par vête-
L’intérêt est d’encadrer la consommation des agents et de ments pliés: la compacité de l’armoire qui peut être logée
limiter la disparition des articles. On s’aperçoit que les dans un tout petit local.
budgets d’achats de vêtements sont disproportionnés par Inconvénient, ces systèmes de distribution sont chers. Ils
rapport à la durée de vie potentielle des articles. sont souvent installés à destination d’un public particulier:
Pour les vêtements pliés, tout le système est logé dans une les personnels des services très actifs, les personnels tem-
armoire mobile de distribution. Le blanchisseur vient rem- poraires, en formation, ou en contrats à durée déterminée.
plir l’armoire de distribution constituée de multiples Mais il est très possible de généraliser ce mode de distri-
casiers dont chaque case est repérée par une antenne. Il bution qui semble aussi fortement progresser dans le
suffit de lire les vêtements et de les déposer dans les cases. domaine de la location-entretien.
Quand l’agent vient chercher un vêtement il dispose d’une

LA FONCTION LINGE DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ 67


e partie

3 Problématique
du traitement du linge :
quelle stratégie

Chapitre 5
Les seuils de productivité
dans le traitement du linge
Chapitre 6
Grandes options et choix
Chapitre 7
Le montage d’un projet
de restructuration

LA FONCTION LINGE DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ 69


Chapitre 5

LES SEUILS DE PRODUCTIVITÉ


DANS LE TRAITEMENT DU LINGE

5.1 • DÉTERMINATION DES SEUILS marges de tolérances évoquées plus haut aux quantités
DE VIABILITÉ FINANCIÈRE journalières suivantes:
• Quantité minimale d’articles GP à traiter par jour pour
L’enquête menée par l’URBH a été effectuée auprès des
justifier l’investissement dans un train spécialisé GP:
principaux fournisseurs d’équipement présents sur le mar-
370 X 2 X 6 X 0.95
≈ 4200 articles GP/jour
ché. Ces derniers ont procédé à des constats de perfor-
mances et de productivité auprès de blanchisseries hospi-
• Quantité minimale d’articles GP à traiter par jour pour
talières dans lesquelles ils avaient installé les matériels. Les
justifier l’investissement dans un train mixte GP/PP
résultats qui ont été vérifiés et confirmés par les utilisa-
(temps partagé à 50 % GP et 50 % PP): 250 X 3 X 6 X
teurs, permettent d’établir pour chaque catégorie un seuil
0.50 X 0.95
≈ 2100 articles GP/jour
de viabilité financière, en dessous duquel il n’apparaît pas
raisonnable d’investir, ou de maintenir le traitement de la
catégorie concernée au sein de l’établissement.
5.1.2 • FINITION AVEC
5.1.1 • FINITION AVEC SÉCHEUSES– TUNNEL DE FINITION (LINGE EN FORME)
REPASSEUSES (ARTICLES GP ET PP)
Pour cette catégorie d’articles, les équipements proposés
Il n’est tout d’abord pas apparu décisif de faire la distinc-
sur le marché sont calibrés sur des capacités nominales
tion entre les articles « Grand Plat » (GP) et « Petit Plat »
qui sont des multiples de 400: 400, 800, 1200, 1600 ou
(PP), dans la mesure où le marché offre des matériels
2000 pièces/heure, selon le nombre de postes de mise sur
mixtes.
cintre.
Ces derniers conduisent toutefois à des productivités:
Compte tenu des capacités humaines des agents chargés
• Inférieures à celles d’équipements spécialisés, pour ce
de l’engagement, on peut tabler sur des productivités qui
qui concerne les articles GP,
sont des multiples de 320 à 350 pièces/heure par poste.
• Équivalentes à celles des équipements spécialisés, pour
La productivité étant directement proportionnelle au nom-
ce qui est relatif aux articles PP.
bre de poste de mise sur cintre, le seuil de viabilité finan-
Ce sont donc les quantités d’articles GP à traiter qui doi-
cière sera celui qui correspond à un équipement à un seul
vent guider les choix.
poste, soit donc:
Les analyses et mesures effectuées ont montré que l’on
320 pièces/heures (ou un multiple de ce dernier).
pouvait atteindre les productivités suivantes:
• Pour un équipement spécialisé GP avec 2 postes d’en-
■ Seuil journalier correspondant
gagement par l’ourlet, avec mise à l’unité: entre 370 et
Quantité minimale d’articles à traiter par jour pour justifier
400 pièces / heure / poste,
l’investissement dans un tunnel de finition (à 1 poste de
• Pour un équipement mixte GP/PP à 3 postes avec enga-
mise sur cintres):
gement des articles GP sur pinces par les coins: entre
320 X 6 X 0.95 ≈ 1800 articles/jour.
250 et 270 pièces / heure / poste.
5.1.3 • FINITION AVEC SÉCHOIRS
■ Seuils journaliers correspondants
Sur la base de 6 heures de travail effectif par jour et en Cette catégorie comprend certains articles qui ne peuvent
appliquant un taux de fonctionnement du matériel de 0.95 être conditionnés et/ou pliés que manuellement (draps –
1
, les seuils ainsi établis correspondent toujours avec les housses, sacs à linge sale, par exemple) et d’autres pour
lesquels le marché propose des équipements appropriés
1 Ce taux est communément appliqué en milieu industriel et corres-
de pliage:
pond au taux de disponibilité d’un matériel.

70 LA FONCTION LINGE DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ


••• Troisième partie - Chapitre 5
• Plieuses « éponges » pour les draps de bain, serviettes, 5.2 • CONCLUSIONS ET RECOMMAN-
alèses absorbantes, langes, etc. DATIONS TIRÉES DE LA DÉTERMINA-
• Plieuses pour couvertures.
TION DES SEUILS
Bien entendu, pour les articles qui ne peuvent être condi-
tionnés et/ou pliés que manuellement, il n’existe aucun La détermination des seuils de viabilité financière, telle
seuil de viabilité financière. qu’effectuée ci-dessus, confirme que chaque grande caté-
Pour les articles qui peuvent être pliés mécaniquement, il gorie a sa problématique spécifique.
ne faut pas hésiter à investir. En effet, pour ces matériels de Ces seuils apportent aussi la preuve que des raisonne-
pliage, qui nécessitent des investissements relativement ments globaux, effectués, par exemple, sur la base de
peu élevés, on peut atteindre des temps de retour sur poids toutes catégories d’articles confondues, risquent de
investissements intéressants même si ces matériels ne conduire à des conclusions erronées.
fonctionnent pas en continu. Ils permettent également de présenter un certain nombre
de recommandations et d’éléments d’aide à la décision
5.1.4 • FINITION AVEC pour tout établissement qui, après avoir redéfini ses
MATÉRIELS DE PRESSING besoins, s’interroge sur les meilleures solutions à adopter
pour l’évolution de sa fonction linge. Sous réserve des
Les articles concernés pour ce mode de finition sont les
nuances et adaptations qui doivent accompagner toute
vêtements des résidents, qui représentent entre 0,8 et
utilisation de seuils ou de ratios généraux appliqués à une
1,2 kg/jour / résident à traiter.
situation particulière, les bases de réflexion peuvent être
Le choix entre les différents matériels de finition (table à
résumées dans le tableau reproduit ci-dessous.
repasser, mannequin, cabine de finition) dépend de la
On voit donc, à travers ces grands principes de base, appa-
qualité de finition que l’on veut obtenir et non pas d’hypo-
raître la justification des raisonnements par catégories de
thétique seuil de viabilité financière.
finition, qui vont permettre à un établissement de distin-
D’autre part, au niveau du lavage, compte tenu de la diver-
guer:
sité des articles textiles (laine, « Damart », etc.) et de la
• Les catégories qui relèvent du maintien des traitements
nature des salissures – due à une forte proportion d’incon-
en interne, qui justifieront de conserver activités et
tinents – la technique du nettoyage à l’eau en laveuse-
emplois dans l’établissement,
essoreuse adaptée s’impose.
• Les catégories sur lesquelles il conviendra de s’interro-
Enfin, ces articles, qui le plus souvent appartiennent main-
ger et qui conduiront, lorsque les seuils de viabilité
tenant aux résidents, nécessitent une prestation de proxi-
financière ne seront pas atteints, à des mises en
mité (voir guide de la fonction linge dans les établisse-
réseaux de moyens avec des établissements voisins…
ments d’hébergement).
Pour toutes ces raisons, le traitement de cette catégorie
d’articles textiles doit être maintenu en interne, au plus
proche des résidents.

Articles Matériels de finition Traitement en interne


Articles plats (GP et PP) Sécheuse-repasseuse Si le nombre de GP à traiter est > 2100

Linge en forme Tunnel de finition Si le nombre d’articles de linge en forme est > 1800

Séchoirs - pliage manuel Possibilité dans tous les cas

Articles séchés Séchoirs + pliage mécanique Possibilité dans la mesure où la blanchisserie


traite les catégories précédentes

Vêtements des résidents Matériels de pressing Possibilité dans tous les cas

LA FONCTION LINGE DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ 71


Chapitre 6

GRANDES OPTIONS ET CHOIX


Tout établissement hospitalier, à l’heure de reconsidérer ► Développer la coopération hospitalière chaque fois
l’ensemble de sa fonction linge et son organisation, est en qu’elle peut se mettre en place,
face d’une problématique qui peut être schématisée de la Pour atteindre ces objectifs, trois voies se présentent, qui
façon suivante : dépendent de la situation particulière de l’établissement et
qui, rappelons-le, sont à étudier catégorie par catégorie.

6.2 • « FAIRE SEUL »


■ Que peut-on « FAIRE SEUL »?
► Dans tous les cas: le traitement des catégories pour les-
quelles n’existent pas d’effet de seuil:
• Les articles d’habillement personnel des résidents, qui
justifient un traitement de proximité,
• Les articles séchés qui ne peuvent être conditionnés
et/ou pliés que manuellement
Pour chaque situation, la réflexion entre la logique de ► Seulement dans certains cas: le traitement des catégories
« FAIRE SEUL », du « FAIRE AVEC » ou du « FAIRE FAIRE » pour lesquelles sont définis, de manière fiable, des seuils
doit être engagée, afin de dégager la solution la plus de viabilité financière:
opportune pour l’établissement. • Grand plat (GP) lorsque leur nombre atteint 2100 arti-
Les développements qui suivent et qui abordent ces 3 cles par jour de traitement,
logiques, n’ont pas vocation à se substituer à une étude de • linge en forme lorsque la quantité atteint 1800 articles
faisabilité qui ne peut être effectuée qu’au cas par cas en par jour de traitement,
fonction de la spécificité de chaque situation. • linge séché / plié mécaniquement dans la mesure où la
Ces développements ont néanmoins pour objectif d’ap- blanchisserie traite les catégories précédentes.
porter aux décideurs hospitaliers les éléments nécessaires
à cette réflexion. Deux hypothèses peuvent ainsi être envisagées:
1) Certains établissements, notamment les plus importants
atteindront facilement les seuils ci-dessus pour l’ensemble
6.1 • BIEN FAIRE des catégories, ce qui leur permettra de justifier de « FAIRE
C’est à la fois: SEUL » pour l’intégralité de leur fonction linge.
► Prendre en considération l’ensemble des éléments 2) En revanche, d’autres établissements ne pourront attein-
d’analyse qualitative et quantitative développés dans la dre seuls ces seuils. Ils pourront être conduits à traiter des
première partie, parmi lesquels: articles de linge et d’habillement d’autres établissements.
• connaissance éclairée et complète de sa situation Cette démarche devra alors s’inscrire dans une démarche
actuelle, de ses points forts et de ses points faibles, de coopération interhospitalière (logique du « FAIRE
• comparaisons avec des établissements similaires, AVEC » traitée en 4.3 ci-dessous).
• adéquation entre les besoins et les moyens de produc-
tion, ■ Les avantages du « FAIRE SEUL »?
• consommations et performances économiques, ► L’établissement maîtrise l’ensemble de la fonction et son
• qualité et respect des règles d’hygiène évolution dans tous ses aspects, notamment là où les
enjeux sont importants (garanties hygiéniques) et lorsque
► Changer d’habitudes, en abandonnant les résonnements les solutions externes ne sont pas évidentes (traitement de
globaux au profit de la recherche de réponses adaptées qualité pour le linge des patients hébergés).
aux réels besoins par catégorie, ► Cette solution préserve l’emploi.
► Rechercher l’optimisation entre la satisfaction quantita-
tive de besoins redéfinis avec rigueur, la qualité des pres- ■ Les inconvénients du « FAIRE SEUL »?
tations, le respect des règles d’hygiène, la rationalisation ► La maîtrise des demandes de linge exprimées par les ser-
de l’organisation et les performances économiques, vices généralement plus difficile car les consommations

72 LA FONCTION LINGE DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ


••• Troisième partie - Chapitre 6
relatives aux prestations ne sont pas affectées directement • Les CHT doivent, autant que possible, être des
sur une ligne budgétaire unique comme elles le sont dans démarches volontaires et appropriées
le cas d’une facture externe. Et si une gestion rigoureuse de • Les CHT doivent avoir et partager le même projet (par-
la « demande » doit être mise en place, elle peut être mal tage de personnels, d’équipements, d’activités…).
comprise dans l’établissement qui attend, sans compter, • L’ensemble des acteurs doit avoir la volonté de bien
tout ce qui est considéré comme un outil mis à son service faire, de décloisonner et de surmonter les obstacles.
« sans compter ». • La réflexion doit porter sur la mise en commun de fonc-
tions logistiques, en s’efforçant d’une part, de répondre
► L’établissement doit supporter les investissements ini- au mieux aux besoins des services et, d’autre part d’op-
tiaux et le renouvellement de l’outil de production. Une timiser l’offre existante.
politique spécifique d’investissement, basée sur une • Les porteurs de la démarche doivent avoir une
logique économique ou industrielle, doit être mise en approche globale pertinente et stratégique; c’est une
place mais elle peut être quelquefois difficile à concilier composante essentielle de la mise en œuvre d’une
avec les priorités d’investissements médicales au cœur de CHT.
l’activité. Le Directeur général de L’ARS peut demander à un ou plu-
sieurs établissements de santé de conclure une convention
de CHT si cette décision est motivée : elle sera prise
6.3 • « FAIRE AVEC » lorsque la qualité et la sécurité des soins le justifient ou
LA COOPÉRATION qu’un déséquilibre financier important est constaté. En
INTER HOSPITALIÈRE aucun cas, les établissements ne doivent craindre ces
Les établissements hospitaliers dont les quantités d’articles regroupements car ils se feront toujours dans l’intérêt du
à traiter n’atteignent pas les seuils requis de viabilité finan- patient, des personnels et de l’efficience de l’établisse-
cière peuvent s’orienter vers des mises en commun de ment.
moyens. Cette coopération interhospitalière doit répondre
aux exigences de la loi n° 2009-879 du 21 juillet 2009 COMMUNAUTÉ HOSPITALIÈRE DE TERRITOIRE (CHT):
portant réforme de l’hôpital. • Convention entre établissements publics de santé
De même, un établissement qui peut disposer de marges essentiellement
de production par rapport à ses stricts besoins doit-il s’in- • Approuvée par le Directeur Général de l’ARS. Celui-ci
terroger sur l’opportunité de proposer aux établissements peut demander la constitution d’une convention,
voisins d’étudier les principes d’une formule de coopéra- d’une CHT, d’un GCS ou d’une fusion, notamment en
tion. Celle-ci étant susceptible grâce aux économies cas de déséquilibre financier des établissements de
d’échelle réalisées, de générer des économies notables santé concernés.
pour lui-même et pour les établissements voisins tout en • Stratégie commune et gestion en commun de fonctions
pouvant offrir à ces derniers, la possibilité de répondre à et activités par délégation ou transfert de compétences
de fortes contraintes d’investissement.
La loi conforte les groupements de coopérations sanitaires La convention définit:
(GCS) entre « des établissements de santé de droit public • Le projet commun, les compétences ou activités délé-
ou de droit privé, des établissements médico-sociaux, des guées ou transférées, les cessions et échanges de biens
professionnels médicaux libéraux à titre individuel ou • Les mises en cohérence
sous forme de société collective, ainsi que des centres de • Les modalités de coopération (gestion, RH…)
santé ou autres professionnels de santé autorisés à y adhé- • Les compositions des conseils de surveillance, direc-
rer par le directeur de l’ARS ». toire et organes représentatifs
La nouvelle loi rend possible le regroupement d’établisse- • L'établissement siège
ments en CHT. Elle a créé ou renouvelle en profondeur • Les crédits pour l’accompagnement des coopérations
deux outils de coopération : les communautés hospita- (CHT et GCS)
lières de territoire (CHT) pour les établissements publics et
les groupements de coopération sanitaires (GCS) concer- GROUPEMENT DE COOPÉRATION SANITAIRE (GCS):
nant tous les types d’établissements. Ces outils de coopé- Les objectifs du GCS sont de:
ration doivent permettre aux établissements d’améliorer • Organiser ou gérer des activités administratives, logis-
leur efficience et la qualité de leurs pratiques, par la tiques, techniques, médico-techniques, d’enseigne-
mutualisation de leurs moyens. ment ou de recherche
• Réaliser ou gérer des équipements d’intérêt commun
Concernant les Communautés Hospitalières de Territoires, • Permettre des interventions communes des profession-
cinq conditions sont importantes. nels médicaux ou non médicaux

LA FONCTION LINGE DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ 73


Le GCS 6.3.1 • LES STRUCTURES
• est à but non lucratif DE COOPÉRATION ENVISAGEABLES
• comporte au moins un ES
Dans le domaine du traitement du linge, le choix de la
• est représenté par une personne morale de droit public
structure de coopération est étroitement dépendant de la
dans le cas d’une coopération public/public,
nature juridique des partenaires, et de l’objet des missions.
• est représenté par une personne morale de droit privé
dans le cas d’une coopération public/privé,
Selon l’article L6131-2 du code de la santé publique
• répond à une convention constitutive approuvée par le
Modifié par Loi n°2009-879 du 21 juillet 2009 - art. 23 (V)
DGARS
Aux fins mentionnées à l’article L. 6131-1, le directeur
• est géré par un administrateur
général de l’agence régionale de santé peut demander à
• a pour instance de décision l’AG des membres
des établissements publics de santé:
Il peut avoir le statut d’E.S. et comporte alors un conseil de
• 1° De conclure une convention de coopération;
surveillance.
• 2° De conclure une convention de communauté hos-
pitalière de territoire, de créer un groupement de coo-
Dossier d’éligibilité au financement par le FMESPP de
pération sanitaire ou un groupement d’intérêt public;
projets relatifs aux préfigurations de CHT ou de GCS
• 3° De prendre une délibération tendant à la création
titulaires d’autorisations de soins.
d’un nouvel établissement public de santé par fusion
Les établissements candidats devront déposer auprès de
des établissements concernés.
l’ARH un dossier comportant les éléments suivants:
Nature du projet: Le directeur général transmet sa demande au conseil de
• Préfiguration d’une CHT ou d’un GCS titulaire d’auto- surveillance, au directoire et à la commission médicale
risations de soins des établissements concernés, en apportant toutes préci-
Nature et identification des structures parties au projet: sions sur les conséquences économiques et sociales et sur
• nom et catégorie des structures concernées le fonctionnement de la nouvelle organisation des soins.
• numéros finess Si sa demande n’est pas suivie d’effet, après concertation
• identification de l’établissement porteur du projet le cas avec le conseil de surveillance de ces établissements, le
échéant directeur général de l’agence régionale de santé peut
Coordonnées des établissements: prendre les mesures appropriées, notamment une diminu-
• adresse des établissements tion des dotations de financement mentionnées à l’article
• coordonnées des référents sur le projet (mèl, numéro de L. 162-22-13 du code de la sécurité sociale, pour que,
téléphone) selon les cas, les établissements concluent une convention
Description succincte des structures: de coopération, créent un groupement d’intérêt public ou
• activité des établissements créent un groupement de coopération sanitaire. Dans ce
• nombre de lits et places dernier cas, le directeur général de l’agence régionale de
• effectifs rémunérés santé fixe les compétences obligatoirement transférées au
• chiffre d’affaire groupement parmi celles figurant sur une liste établie par
Description du projet décret en Conseil d’État.
• objectifs généraux de la coopération déjà identifiés
(offre de soins, ressources humaines, fonctions sup- Lorsque la demande du directeur général de l’agence
ports, système d’information…) régionale de santé mentionnée au premier alinéa de l’arti-
• engagement des professionnels dans le projet cle L. 6131-2 n’est pas suivie d’effet, celui-ci peut égale-
• moyens mis en œuvre (ex: ETP consacrés au projet) ment prononcer la fusion des établissements publics de
• échéancier de réalisation santé concernés conformément à:
Financement du projet Article L6131-4 Modifié par LOI n° 2009-879 du 21 juillet
• valorisation du projet et montant de l’aide totale 2009 - art. 23 (V)
demandée, assortie des résultats de la mise en concur-
rence des sociétés de conseils sur la base du cahier des Article R 6134-1
charges Dans le cadre des missions définies à l’article L. 6112-1 et
Engagement des établissements sous réserve de garantir la continuité du service public hos-
• les établissements devront fournir une lettre d’engage- pitalier, les établissements publics de santé peuvent enga-
ment à participer à la démarche de mutualisation dans ger des actions de coopération internationale, avec des
laquelle s’inscrit ce projet (et notamment à communi- personnes de droit public et de droit privé intervenant
quer à l’ANAP via les ARH les outils et méthodes éla- dans le même domaine que le leur. En application de l’ar-
borés dans le cadre des travaux) ticle L. 6134-1, chaque action de coopération fait l’objet

74 LA FONCTION LINGE DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ


••• Troisième partie - Chapitre 6
d’une convention de coopération qui respecte le contrat lité ressort de l’article L 251-1 du commerce qui dispose:
d’objectifs et de moyens mentionné à l’article L. 6114-2 du « Le but du groupement est de faciliter ou de développer
code de la santé publique. Cette convention précise l’activité économique de ses membres, d’améliorer ou
notamment les modalités d’échange et de formation des d’accroître les résultats de cette activité. Il n’est pas de réa-
personnels médicaux et non médicaux. liser des bénéfices pour lui-même. Son activité doit se rat-
tacher à l’activité économique de ses membres et ne peut
6.3.1-1 • Le Syndicat interhospitalier avoir qu’un caractère auxiliaire par rapport à celle-ci ».
Depuis le 1er janvier 2005, aucun syndicat interhospitalier La notion d’activité économique apparaît, sur le principe,
ne peut être créé. Les syndicats interhospitaliers existants peu compatible avec l’activité des hôpitaux. On relèvera
devront opter pour une autre forme juridique dans les 3 toutefois que dans le domaine sanitaire, quelques GIE ont
années à compter du 21 juillet 2009. Cela signifie qu’après été constitués ces dernières années sans pour autant que
le 21 juillet 2012, il n’y aura plus aucun syndicat interhos- leur objet tende vers cette finalité.
pitalier Pour le Conseil d’État, l’objet susceptible d’être conféré à
un GIE par un établissement public de santé est limité,
6.3.1.2 • L’association sur le fondement de la loi du dans la mesure où:
1er juillet 1901 « un groupement d’intérêt économique dont serait mem-
Ce mode de coopération, non approprié au domaine de la bre un établissement public de santé ou un établissement
blanchisserie hospitalière, ne répond pas, de surcroît, aux participant au service public hospitalier ne pourrait être
exigences de la loi n° 2009-879 du 21 juillet 2009 portant autorisé à assurer les missions essentielles d’un établisse-
réforme de l’hôpital. Il est donc considéré caduque ment de santé sans que soient méconnues les dispositions
qui imposent un cadre statutaire à ces deux catégories
6.3.1.3 • Le groupement d’intérêt d’établissements ».
économique (GIE) Ainsi, le GIE ne peut se voir déléguer l’essentiel de la mis-
■ Présentation du régime général applicable aux GIE sion du service public hospitalier, c’est-à-dire les missions
(La nouvelle version du code du commerce prenant effet à de diagnostic, de surveillance et de soins (Article L 6111-
compter du 1er janvier 2010 n’apporte pas de modification 1 du code de la santé publique modifié par LOI n° 2009-
concernant les articles de référencement ci-après) 879 du 21 juillet 2009 - art. 1 (V)
Le GIE est défini aux articles L 251 -1 à L 251-23 du code Il est à noter que le GIE ne semble pas approprié dans le
du commerce, qui dispose: domaine de la blanchisserie. On observe surtout que les
Deux ou trois personnes physiques ou morales peuvent établissements publics de santé recourent au GIE dans
constituer entre elles un groupement d’intérêt écono- deux domaines principaux : l’exploitation des équipe-
mique pour une durée déterminée. ments lourds et l’informatique.
Cet article précise l’objet du GIE:
Le but du groupement est de faciliter ou de développer ► Le GIE présente un risque lié aux règles financières
l’activité économique de ses membres, d’améliorer ou applicables
d’accroître les résultats de cette activité. Il n’est pas de réa- L’article L 251-6 du code du commerce dispose que: (texte
liser des bénéfices pour lui-même. inchangé en 2010)
Son activité doit se rattacher à l’activité économique de « Les membres du groupement sont tenus des dettes de
ses membres et ne peut avoir qu’un caractère auxiliaire celui-ci sur leur patrimoine propre. Toutefois, un nouveau
par rapport à celle-ci. membre peut, si le contrat le permet, être exonéré des
dettes nées antérieurement à son entrée dans le groupe-
Trois conditions peuvent être apportées ment. La décision d’exonération doit être publiée. Ils sont
► Le champ d’intervention du GIE solidaires, sauf convention contraire avec le tiers cocon-
Le Conseil d’État a posé une limite au recours au GIE en tractant. Les créanciers du groupement ne peuvent pour-
matière de coopération hospitalière dans son avis du suivre le paiement des dettes contre un membre qu’après
1er août 1995 en indiquant: « il y a lieu de considérer que avoir vainement mis en demeure le groupement par acte
le groupement d’intérêt économique n’est pas un mode extrajudiciaire ».
de coopération susceptible de réunir exclusivement des Le GIE se caractérise par la solidité financière de ses mem-
établissements publics de santé ». bres sur leur patrimoine propre. Cela vaut indépendam-
Cette précision n’est pas neutre dans le domaine de la ment de la part détenue par chacun des membres : l’un
blanchisserie hospitalière. d’entre eux peut être tenu par un créancier au paiement de
la totalité de la dette contractée par le groupement.
► Le GIE a une finalité économique Si une dérogation est néanmoins prévue par le code de
En principe, le GIE a une finalité économique. Cette fina- commerce, elle n’est pas ponctuelle. Elle ne peut en effet

LA FONCTION LINGE DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ 75


résulter que d’une convention conclue avec chaque • Les GIP en matière d’administration territoriale et
créancier, et est donc aléatoire. d’aménagement du territoire
• Les GIP tourisme
■ Règles de fonctionnement • Les GIP “déchets industriels spéciaux”
Comme les autres groupements, le GIE repose sur un Il est très difficile de dresser une liste des domaines dans
contrat constitutif, dont la rédaction appelle attention. Il y lesquels un GIP peut ou non être créé. Le législateur en
a peu de mentions obligatoires. La liberté contractuelle décide la création ponctuellement, au gré des réformes
prévaut. législatives et des besoins sectoriels.
Cette convention n’a pas de connotation sanitaire. Elle On soulignera cependant que le principal vecteur qui
doit, pour donner existence juridique au groupement, être guide le législateur est la réalisation d’un partenariat entre
publiée au registre du commerce. personnes morales de droit public et de droit privé, pour
Le GIE fonctionne comme une structure totalement pri- la coordination d’activités d’intérêt général.
vée: comptabilité, achats, statuts des personnels. Tel peut précisément être le cas de la blanchisserie hospi-
talière.

6.3.1.4 • Le groupement d’intérêt public (GIP) ■ Création


Il existe deux catégories de groupement d’intérêt public
■ Présentation du régime général applicable aux GIP (GIP):
Les Groupements d’intérêt public sont apparus avec la loi • le groupement d’intérêt public crée par la loi
82-610 du 15 juillet 1982. • le groupement d’intérêt public crée par une convention
À partir de ce texte fondateur, l’objet des GIP s’est consi- constitutive
dérablement diversifié, au travers de nombreuses lois. En ► Dans le premier cas, les principales règles applicables
particulier, la loi 87-571 du 23 juillet 1987 sur le dévelop- au groupement sont déterminées par un texte législatif.
pement du mécénat a opéré un grand tournant dans l’ex- Autrement dit, ces règles sont imposées et les membres du
tension législative des GIP. GIP disposent de peu de marge de manœuvre
L’Article 22 Modifié par Ordonnance 2000-549 2000-06- Il est à noter que le GIP par détermination de la loi repose
15 art. 7 JORF 22 juin 2000, dispose: également sur une convention constitutive qui lui confère
« Des groupements d’intérêt public dotés de la personna- la personnalité morale. La convention constitutive est
lité morale et de l’autonomie financière peuvent être publiée par arrêté ministériel.
constitués entre deux ou plusieurs personnes morales de ► Dans le second cas, les membres disposent d’une cer-
droit public ou de droit privé comportant au moins une taine liberté pour préciser les principes de fonctionnement
personne morale de droit public pour exercer ensemble, du groupement déterminés dans la convention constitu-
pendant une durée déterminée, des activités dans les tive, qu’ils établissent eux-mêmes. Cette liberté est tout de
domaines de la culture, de la jeunesse et de l’action sani- même encadrée, dans la mesure où la convention consti-
taire et sociale, ainsi que pour créer ou gérer ensemble des tutive est tenue de respecter un certain nombre de règles
équipements ou des services d’intérêt commun néces- juridiques dans son contenu. Le contenu relève de la com-
saires à ces activités ». mune intention des parties, et implique l’accord préalable
de l’ensemble des membres pour la mise en place du GIP.
■ Objet Quel que soit le mode de création du GIP, celui-ci peut
Le GIP rassemble des membres qui veulent poursuivre des établir un règlement intérieur précisant les règles de fonc-
activités d’intérêt commun. tionnement.
Le texte créant le groupement (loi ou convention) indique Dans le domaine sanitaire, il existe de nombreux GIP
précisément l’objet de celui-ci. créés par des établissements de santé gérant en commun
Un GIP ne peut donc être créé que s’il s’inscrit dans une certaines activités comme la restauration, la blanchisserie
catégorie de groupements d’intérêt public existante et ins- ou l’informatique. Dans ce cas, le GIP constitue une struc-
tituée par le législateur, et dont les conditions ont été pré- ture de coopération sanitaire mise en place par voie
cisées par le pouvoir réglementaire. conventionnelle.
Depuis la loi du 23 juillet 1982, le Parlement a consacré,
par plusieurs lois spéciales, de nouveaux recours à la for- ■ Membres
mule du GIP, en s’inspirant à chaque fois du modèle de Le GIP rassemble des membres, personnes morales de
1982. À ce jour, on peut regrouper les GIP en 5 grandes droit public ou de droit privé. Ainsi seules des personnes
catégories: morales peuvent participer à un GIP, les personnes phy-
• Les GIP à vocation de formation ou de recherche siques étant exclues. Lorsque le GIP est créé par la loi,
• Les GIP à objet social et sanitaire celle-ci indique les membres composant le groupement.

76 LA FONCTION LINGE DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ


••• Troisième partie - Chapitre 6
Lorsque le GIP est créé par la voie conventionnelle, c’est sidiaire. Le plan de recrutement de ces personnels doit être
le contrat constitutif qui dresse la liste des membres du approuvé par le conseil d’administration et est soumis au
groupement. veto suspensif du commissaire du gouvernement. Les per-
sonnels propres du GIP sont des contractuels de droit
■ Statut juridique public en vertu de la jurisprudence Berkani.
Le Tribunal des Conflits a souligné que le GIP était une per- De fait, le GIP doit, à titre prioritaire; recourir à des per-
sonne morale de droit public. sonnes relevant de ses membres, principalement mis à sa
disposition, éventuellement détachés auprès de lui.
■ Instances Il est à noter que la loi ou la convention constitutive selon
Le GIP est administré par une assemblée générale, un le mode de création du groupement précise les conditions
conseil d’administration et un directeur. Les règles de d’intervention des personnels au sein du GIP
fonctionnement de ces instances sont régies par le prin-
cipe de la “majorité publique”. Les obligations des parte- 6.3.1.5 • Le groupement de coopération
naires en ce qui concerne les dettes éventuelles sont pro- sanitaire (GCS)
portionnelles aux droits statutaires de chacun. Il n’existe
donc pas de solidarité financière. ■ Objet
Enfin, les droits de chacun au sein des instances du GIP ne Le GCS a pour objet de faciliter, d’améliorer ou de déve-
sont pas obligatoirement proportionnels aux financements lopper l’activité de ses membres.
ou participations des membres. L’Article L 6133-1 Modifié par LOI n° 2009-879 du 21 juil-
let 2009 - art. 23 (V) du code de la santé publique permet
■ Durée et retrait à cette structure d’assurer toutes les activités relevant des
Le GIP est constitué pour une durée déterminée (la durée missions de ses membres.
moyenne d’un GIP varie entre 5 et 15 ans) prévue par la L’article précise l’objet du GCS, à cet effet il peut:
loi ou la convention en fonction du mode de création du « Permettre les interventions communes de professionnels
groupement. La dissolution doit s’effectuer dans les médicaux et non médicaux exerçant dans les établisse-
mêmes formes que la constitution. L’arrivée du terme est ments ou centres de santé membres du groupement ainsi
cause de dissolution du groupement. L’adhésion et le que des professionnels libéraux membres du groupement.
retrait sont possibles dans le respect des textes créant le Réaliser ou gérer des équipements d’intérêt commun; il
GIP. Le contrôle du GIP est assuré par un commissaire du peut, le cas échéant, être titulaire à ce titre de l’autorisation
gouvernement et, s’agissant des comptes, par la chambre d’installation d’équipements matériels lourds mentionnée
régionale des comptes. à l’article L. 6122-1 ».
Par ailleurs, le GCS, même s’il n’est pas un établissement
■ Aspects financiers de santé, peut être autorisé par le directeur de l’ARH, à la
Le GIP peut disposer ou non d’un capital. Le GIP créé par demande des établissements membres, à exercer les mis-
voie conventionnelle est doté d’un budget annuel, consti- sions d’un établissement de santé définies par le chapitre
tué par les participations des membres. Le groupement ne à l’article 1er du présent livre.
doit réaliser ni bénéfice ni perte. Les participations dans le Par dérogation à l’article L6122-3 Modifié par Ordon-
groupement peuvent être fournies: nance n° 2010-49 du 13 janvier 2010 - art. 6 (V)
• soit en numéraire. Il s’agit alors de contributions finan- L’autorisation ne peut être accordée qu’à:
cières des membres aux recettes du budget du groupe- 1° Un ou plusieurs médecins, éventuellement associés
ment. pour leur exercice professionnel ou pour la mise en com-
• soit en nature, sous forme de mise à disposition gratuite mun de moyens nécessaires à cet exercice;
de matériels ou de locaux. Les membres s’accordent 2° Un établissement de santé;
lors de l’élaboration de la convention constitutive et du 3° Une personne morale dont l’objet porte, notamment,
règlement intérieur sur le mode de valorisation de ces sur l’exploitation d’un établissement de santé, d’une acti-
interventions. vité de soins ou d’un équipement matériel lourd mention-
Un tel mécanisme permet de financer des investissements, nés à l’article L. 6122-1 ou la pratique des activités propres
ceux-ci pouvant être réalisés grâce à un emprunt effectué aux laboratoires de biologie médicale.
par le groupement. Cette autorisation ne peut être cédée avant le début des
travaux, l’installation de l’équipement matériel lourd et la
■ Statut des personnels mise en œuvre de l’activité de soins ou de la structure de
Le GIP possède la qualité d’employeur. Mais cette qualité soins alternative à l’hospitalisation.
fait l’objet d’une atténuation. En effet, le GIP ne peut Toute cession est soumise à la confirmation de l’autorisa-
recourir à l’emploi de salariés propres que de manière sub- tion au bénéfice du cessionnaire par l’agence régionale de

LA FONCTION LINGE DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ 77


l’hospitalisation de la région dans laquelle se trouve l’auto- ■ Création du GCS
risation cédée. Selon le texte législatif actuel, un GCS fait l’objet d’une
Quelle que soit la forme de gestion ou d’exploitation adop- convention constitutive qui doit être approuvée par le
tée par la personne titulaire de l’autorisation, celle-ci en directeur de l’agence régionale de l’hospitalisation et
demeure le seul responsable, notamment au regard des publiée par ces soins. Cette publication confère au GCS la
obligations relatives à l’organisation et à la sécurité des soins personnalité morale. Ce type de structure n’a donc pas de
portée nationale. La tutelle est le directeur de l’ARH.
■ Membres du GCS
Les dispositions relatives aux membres du GCS sont pré- ■ Statuts du GCS
vues à l’article Article L6133-1. Modifié par Loi n° 2009- En revanche, le GCS est une personne morale de droit
879 du 21 juillet 2009 - art. 23 (V), en ces termes: (Article privé « lorsqu'’il est exclusivement constitué d’établisse-
complètement modifié) ments ou de personnes privées ». Dans les autres cas, le
« Le groupement de coopération sanitaire de moyens a GCS peut se constituer sous la forme de personne morale
pour objet de faciliter, de développer ou d’améliorer l’ac- de droit privé.
tivité de ses membres.
Un groupement de coopération sanitaire de moyens peut ■ Aspects financiers
être constitué pour: Le GCS peut être constitué avec ou sans capital. (En
• 1° Organiser ou gérer des activités administratives, matière sanitaire, l’expérience démontre que la plupart
logistiques, techniques, médico-techniques, d’ensei- des groupements sont constitués sans capital).
gnement ou de recherche; Il dispose d’un budget annuel prévisionnel et d’une comp-
• 2° Réaliser ou gérer des équipements d’intérêt com- tabilité publique ou privée selon sa nature.
mun; il peut, le cas échéant, être titulaire à ce titre de Comme pour le GIP, les participations des membres sont
l’autorisation d’installation d’équipements matériels possibles en numéraire (contribution financière) ou en
lourds mentionnée à l’article L. 6122-1; nature (mises à disposition gratuite de locaux ou de maté-
• 3° Permettre les interventions communes de profes- riels ou par l’intervention de personnels). Elles représen-
sionnels médicaux et non médicaux exerçant dans les tent les recettes de la structure.
établissements ou centres de santé membres du grou-
pement ainsi que des professionnels libéraux mem- ■ Comptabilité
bres du groupement. Le GCS de droit public est soumis à une comptabilité de
Ce groupement poursuit un but non lucratif ». droit public (décret n° 62-1587 du 29 décembre 1962 por-
tant règlement général sur la comptabilité publique – Arti-
En outre, l’Article L6133-2. Modifié par Loi n° 2009-879 cle consolidée au 24 janvier 2010).
du 21 juillet 2009 - art. 23 (V) précise: L’agent comptable est nommé par arrêté du ministre
« Un groupement de coopération sanitaire de moyens chargé du budget. L’administrateur a la qualité d’ordonna-
peut être constitué par des établissements de santé publics teur des recettes et des dépenses.
ou privés, des établissements médico-sociaux mentionnés La comptabilité de droit privé est la règle pour le GCS de
à l’article L. 312-1 du code de l’action sociale et des droit privé. Les comptes sont certifiés annuellement par un
familles, des centres de santé et des pôles de santé, des commissaire aux comptes. Le résultat peut être réparti
professionnels médicaux libéraux exerçant à titre indivi- dans les conditions définies par la convention constitutive.
duel ou en société. Il doit comprendre au moins un établis- À défaut, le résultat excédentaire est affecté en tout ou par-
sement de santé. tie à la constitution de réserves à la couverture de charges
D’autres professionnels de santé ou organismes peuvent de fonctionnement de l’exercice suivant ou au fonctionne-
participer à ce groupement sur autorisation du directeur ment des dépenses d’investissement. Le résultat déficitaire
général de l’agence régionale de santé. est reporté ou prélevé sur les réserves.
Lorsque, en application de l’article L. 6321-2, un réseau de Le régime comptable est donc totalement différent en
santé est constitué en groupement de coopération sani- fonction du statut juridique du GCS. La comptabilité
taire de moyens, ce groupement peut être composé des publique présente l’avantage d’offrir plus de sécurité juri-
personnes mentionnées à l’article L. 6321-1 ». dique que la comptabilité privée (règle de séparation de
Ces dispositions autorisent ainsi une conception relative- l’ordonnateur et du comptable). Mais elle soumet le grou-
ment large des membres du GCS. Après sa constitution, le pement à plus de lourdeur administrative.
GCS peut admettre de nouveaux membres, par décision
de l’assemblée générale. Un membre du GCS peut se reti- ■ Le régime des biens
rer à l’expiration d’un exercice budgétaire, dans le respect Les biens appartenant à un GCS de droit public sont sou-
des procédures prévue par la convention constitutive. mis au code général de la propriété des personnes

78 LA FONCTION LINGE DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ


••• Troisième partie - Chapitre 6
publiques. Les règles de droit civil sont applicables aux ment intérieur relatif au fonctionnement du groupe-
biens propriété d’un GCS de droit privé. ment. Elle est compétente pour fixer les règles relatives
à la direction du GCS.
■ Les personnels • Le GCS signe un contrat d’objectifs et de moyens (Arti-
L’ordonnance du 4 septembre 2003 (Version consolidée cle L6114-1 Modifié par LOI n° 2009-879 du 21 juillet
au 10 décembre 2004) a supprimé l’impossibilité par le 2009 - art. 6). « L’agence régionale de santé conclut
GCS d’être employeur. avec chaque établissement de santé ou titulaire de l’au-
L’article L6133-1, (Modifié par Ordonnance n° 2003-850 torisation prévue à l’article L. 6122-1 un contrat plu-
du 4 septembre 2003 - art. 18 JORF 6 septembre 2003) du riannuel d’objectifs et de moyens d’une durée maxi-
code de la santé publique précise que le GCS peut permet- male de cinq ans. Lorsqu’il comporte des clauses
tre les interventions communes des professionnels médi- relatives à l’exécution d’une mission de service public,
caux et non médicaux exerçant dans les établissements le contrat est signé pour une durée de cinq ans ».
membres, des professionnels salariés du groupement, • Un rapport d’activité du GCS est transmis annuelle-
ainsi que des professionnels médicaux libéraux membres ment à l’agence régionale de l’hospitalisation.
du groupement.
Le même article renvoie à la convention constitutive pour 6.3.2 • CONCLUSION
préciser les conditions d’intervention des personnels dans SUR LA LOGIQUE DU « FAIRE AVEC »
le cadre du GCS, sans donner d’autres indications. La coopération interhospitalière présente l’avantage indé-
Il y a donc deux modalités d’intervention des personnels niable du partage des coûts d’investissements et de fonc-
au sein du GCS: tionnement, mais nécessite une réflexion préalable sur la
• Soit ils sont employés par les établissements membres. faisabilité juridique, technique et financière de la struc-
Dans ce cas, les personnels demeurent régis par leur ture.
statut ou leur contrat de travail en tant que salariés de L’évolution récente de la jurisprudence en matière de
leur établissement de rattachement membre du GCS. concurrence et de marchés publics, l’application de la fis-
La convention constitutive du GCS prévoit les condi- calité, les risques économiques qu’ont pu générer cer-
tions de leurs interventions au sein du groupement et taines conventions, imposent, avant la conclusion de tout
ces interventions seront valorisées au titre de leurs par- projet de coopération entre établissement de santé une
ticipations en nature au GCS. analyse approfondie sur les modalités à retenir.
• Soit ils sont employés par le GCS. Le GCS peut Les développements de ce chapitre plaident donc pour la
employer directement du personnel qu’il rémunère. constitution, chaque fois que possible, d’une personne
Outre les personnels contractuels propres, le GCS peut juridique tierce qui est seule de nature à garantir la sécurité
disposer d’agents détachés ou mis à disposition. juridique et financière de l’action de coopération entre
établissements de santé, voire entre des établissements de
■ Synthèse des principales règles
santé et d’autres personnes morales publiques ou privées.
de fonctionnement du GCS Il convient en matière de coopération de développer des
• Structure de droit public ou de droit privé selon la stratégies juridiques de réponse afin de tenter de dégager
nature des membres (art L. 6133 -1), avec des consé- une pratique qui soit la plus conforme possible à la léga-
quences sur le régime des achats, la comptabilité, le lité. Celle-ci revient à rester dans une stricte logique de
statut des personnels, la fiscalité coopération: l’activité concernée est déléguée à la com-
• S’agissant de la création, de la durée et du retrait du munauté réunie des établissements; elle se traduit par la
GCS prévus articles L.6133-1 à L.6133-3 du code de la constitution d’un service commun et peut conduire à une
santé publique - Modifié par LOI n° 2009-879 du exonération de mise en concurrence.
21 juillet 2009 - art. 23 (V), la souplesse est de règle. Cette “stratégie” est celle qui a été développée par la
• Un GCS fait l’objet d’une convention constitutive qui Direction des Hôpitaux dans la circulaire DH/AF 3/SI 5 n°
doit être approuvée et publiée par le directeur de 99-225 du 14 avril 1999 relative aux modalités d’interven-
l’Agence Régionale de l’Hospitalisation. tion des structures régionales d’informatique hospitalière.
• La durée d’un GCS est, sauf mention contraire, indéter- Cette circulaire rappelle que la coopération signifie faire
minée. ensemble ce que chacun pourrait faire isolément. Qu’en
• Instances souples: Le GCS comprend une assemblée conséquence l’activité est déléguée à la communauté réu-
générale dont la composition est déterminée dans la nie des établissements et qu’elle se traduit par la constitu-
convention constitutive et un administrateur désigné tion d’un service commun. Dès lors, les partenaires situent
par l’assemblée générale. les relations membres – structure exclusivement sur le ter-
• L’assemblée générale est habilitée à prendre toute déci- rain de la coopération.
sion intéressant le groupement. Elle établit un règle- Deux préconisations sont formulées dans la circulaire

LA FONCTION LINGE DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ 79


DH/AF 3/SI 5 n° 99-225 du 14 avril 1999 relative aux Attention s’il s’agit bien du Décret n° 2006-975 du 1er août
modalités d’intervention des structures régionales d’infor- 2006 portant code des marchés publics, Version consoli-
matique hospitalière précitée. En premier lieu, il convient dée au 1er mai 2006.
d’éviter que la coopération n’aboutisse à un achat de ser- « Les marchés publics sont les contrats conclus à titre oné-
vices. Ceci implique que les partenaires assurent donc reux entre les pouvoirs adjudicataires définis à l’article 2
ensemble le financement de la structure. et des opérateurs économiques publics ou privés, pour
En conséquence, la notion de prix payé en échange de répondre à leurs besoins en matière de travaux, de fourni-
prestations est à écarter. En second lieu, il est nécessaire de tures ou de services ».
favoriser les mécanismes de décisions collectives ayant De fait, la qualification de la prestation de blanchisserie en
vocation à permettre à l’ensemble des membres d’orienter marché public de service ne fait aucun doute, lorsque le
l’activité de la structure. même article précise:
► Préconisations relatives à la structure de coopération « Les marchés publics de services sont les marchés
L’objet de la structure de coopération doit explicitement conclus avec des prestataires de services qui ont pour
mettre en évidence que les partenaires coopèrent et ne objet la réalisation de prestations de services »
font pas faire par un tiers. Il ne doit donc exister aucune
convention bilatérale entre la structure et les membres. La qualification de la convention en marché public
L’absence d’acte juridique liant les partenaires évite qu’il implique par voie de conséquence le respect des obliga-
puisse être requalifié par un juge de marché public. tions de publicité et de mise en concurrence définies par
Enfin, il importe de souligner que pour rester fidèle à la le code.
logique de la coopération et du principe de spécialité, la
structure de coopération doit traiter toute l’activité consi- L’article 1-II du Décret du 1er août 2006 version consolidée
dérée des adhérents et rien que celle-ci. Cette logique du 1er mai 2006 portant code des marchés publics dispose
implique comme principale conséquence que la structure en effet en ces termes:
de coopération n’a pas vocation à être prestataire de ser- « Les marchés publics et les accords-cadres soumis au
vices pour des entités juridiques autres que ses membres. présent code respectent les principes de liberté d’accès à
En d’autres termes, toute activité exercée auprès de la commande publique, d’égalité de traitement des candi-
« tiers » est à écarter, sauf à ce que ces derniers deviennent dats et de transparence des procédures. Ces principes per-
eux-mêmes membres de la structure. mettent d’assurer l’efficacité de la commande publique et
la bonne utilisation des deniers publics. Ces obligations
sont mises en œuvre conformément aux règles fixées par
6. 4 • « FAIRE FAIRE » le présent code ».
Cette rubrique concerne l’externalisation d’une ou plusieurs Il résulte de cette définition que le choix du pouvoir adju-
catégories d’articles, soit parce que la coopération interhos- dicateur de recourir à un prestataire extérieur, qu’il soit
pitalière n’a pu se mettre en place, soit parce que l’établis- public ou privé, est strictement encadré par les disposi-
sement préfère travailler sur un mode conventionnel. tions du code des marchés publics.
Ce choix du « Faire Faire » implique, au terme d’une pro- Les modalités de publicité et de mise en concurrence sont
cédure de mise en concurrence le recours à des presta- déterminées par le montant et l’objet du marché.
taires « blanchisseurs » externes, qui peuvent être des Les problèmes de droit commun (marché à procédure
structures privées ou publiques. adaptée et appel d’offres) peuvent être présentés de cette
Enfin, la logique « conventionnelle » peut également se façon ( voir tableau suivante) :
décliner au travers d’une solution tierce, consistant en une
formule de « location entretien » du linge. En résumé, 2 types de procédure
peuvent être engagés:
6.4-1 • L’EXTERNALISATION CONFRONTÉE
► Le marché à procédure adaptée
AU DROIT DE LA COMMANDE PUBLIQUE
Le régime des marchés à procédure adaptée est défini à
l’article 28 du Code des marchés publics. Modifié par
■ Le choix de la procédure Décret n° 2008-1356 du 19 décembre 2008 - art. 1
L’externalisation de la prestation « blanchisserie » doit être « Lorsque leur valeur estimée est inférieure aux seuils men-
appréhendée au regard des obligations de publicité et de tionnés au II de l’article 26, les marchés de fournitures, de
mise en concurrence. services ou de travaux peuvent être passés selon une pro-
cédure adaptée, dont les modalités sont librement fixées
L’article 1er du Décret du 1er août 2006 portant code des par le pouvoir adjudicateur en fonction de la nature et des
marchés publics dispose: caractéristiques du besoin à satisfaire, du nombre ou de la
localisation des opérateurs économiques susceptibles d’y

80 LA FONCTION LINGE DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ


••• Troisième partie - Chapitre 6
90000 € HT < 193000 € HT

Marché à formalisme allégé (art 30)


Procédure
MAPA (art 28) Appel Offres (art.33 et 57)

Publicité Publicité adaptée (art.40 II) BOAMP ou JAL BOAMP + JOUE


(art.40) (affichage Presse, Internet, Publication) (+ publication spécialisée)

répondre ainsi que des circonstances de l’achat. Le pou- 1er décembre 1986:
voir adjudicateur peut négocier avec les candidats ayant • le prix proposé par la personne publique doit être déter-
présenté une offre. Cette négociation peut porter sur tous miné en prenant en compte l’ensemble des coûts
les éléments de l’offre, notamment sur le prix ». directs et indirects concourant à la formation du prix
de la prestation.
► L’appel d’offres • la personne publique prestataire ne doit pas bénéficier
Le régime de la procédure d’appels d’offres est défini à l’ar- d’un avantage découlant des ressources ou des
ticle 33 du Code des marchés publics 2009 (CMP 2009). moyens qui lui sont attribués au titre de sa mission de
« L’appel d’offres est la procédure par laquelle le pouvoir service public.
adjudicateur choisit l’attributaire, sans négociation, sur la • la personne publique prestataire doit pouvoir justifier
base de critères objectifs préalablement portés à la par ses documents comptables ou tout autre moyen
connaissance des candidats ». d’information approprié de la réalité de ses coûts.
La procédure de l’appel d’offres est définie aux articles 57 Ces conditions rappellent les obligations relevant du droit
à 64 du CMP. de la concurrence, et notamment l’interdiction des sub-
ventions croisées entre les activités exercées dans le cadre
► La procédure dite « allégée » des missions de service public et celles exercées dans le
Si cette procédure était applicable, les autres n’auraient champ de la concurrence. En termes concrets, les prin-
pas lieu d’être citées. (Info : Cellule marché du CH Sud cipes fixés par le Conseil d’État impliquent la tenue, de la
Gironde). part de l’établissement public « prestataire », d’une comp-
tabilité analytique permettant d’individualiser les coûts de
■ Le choix du prestataire : un opérateur économique ses différentes activités et de vérifier que l’activité exercée
privé ou public dans le champ concurrentiel intègre tous les coûts directs
En règle générale, le cocontractant d’une personne et indirects qui lui sont afférents.
publique est une personne, physique ou morale, de droit Enfin, au-delà de ces précisions jurisprudentielles, il
privé. importe également de rappeler les dispositions de l’article
Dans le domaine spécifique de la blanchisserie hospita- R 6145-48 du Code de la santé publique, qui dispose:
lière, il convient toutefois de s’interroger sur la possibilité « Dans le cas où la tarification des prestations de services
qu’aurait un établissement public de santé de répondre à est fixée par l’établissement, les tarifs opposables aux tiers,
un appel d’offres, en tant que prestataire de service. à l’exception de ceux afférents aux services exploités dans
Le Conseil d’état vient de préciser à ce sujet que « aucun l’intérêt des personnels, ne peuvent en aucun cas être infé-
texte ni aucun principe n’interdit, en raison de sa nature, à rieurs aux coûts de revient des prestations, calculés à partir
une personne publique, de se porter candidate à l’attribu- de la comptabilité analytique mise en œuvre conformé-
tion d’un marché public ou d’un contrat de délégation de ment à l’article R. 6145-7 ».
service public » (Avis n° 222208 du 8 novembre 2000, Sté
Jean-Louis Bernard Consultants). ► La confrontation des activités subsidiaires et du prin-
Deux limites doivent toutefois être évoquées sur ce point, cipe de spécialité
qui tiennent d’une part aux conditions dans lesquelles l’éta- - L’encadrement juridique des activités subsidiaires au
blissement public de santé peut répondre, et, d’autre part, regard du code de la santé publique
au respect des principes de subsidiarité et de spécialité. L’article L.6145-7 du code de la santé publique définit
strictement le cadre dans lequel les établissements publics
► Les limites fixées par le Conseil d’État de santé peuvent fournir des prestations de service à titre
Dans son avis sus-visé du 8 novembre 2000, le Conseil subsidiaire.
d’État précise, dans le même esprit, les conditions aux- « Sans porter préjudice à l’exercice de leurs missions, les
quelles doivent répondre un marché ou une délégation de établissements publics de santé peuvent : à titre subsi-
service publique entre personnes publiques pour être diaire, assurer des prestations de service, valoriser les acti-
conformes aux dispositions de l’ordonnance du vités de recherche et leurs résultats, exploiter des brevets

LA FONCTION LINGE DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ 81


et des licences dans le cadre de services industriels et com- Elle a pour conséquence de fragiliser, en cas de conten-
merciaux » tieux, l’attribution d’un marché public de service par un
Ces dispositions ont été précisées par l’art. R.6145-48 du établissement public à un autre établissement public de
même code: santé, et ce quelles que soient les conditions financières de
« Les prestations de services que les établissements la convention.
publics de santé peuvent assurer à titre subsidiaire, ainsi Les établissements publics de santé sont appelés à d’autant
que le prévoit l’article L. 6145-7, sont développées dans plus de prudence sur cette question, que d’autres éléments
la limite des moyens matériels et humains indispensables s’inscrivent dans cette logique.
à l’exécution des missions définies aux articles L. 6111-1 Au-delà des jurisprudences classiques en matière de prin-
et L. 6112-1 ». cipe de spécialité (CE, 13 décembre 1939, Séguinaud,
Rec. CE p. 588; CE, 28 septembre 1984, Conseil Régional
La circulaire DH/AF 3/SI 5 N° 99-225 du 14 avril 1999 de l’ordre des architectes de Bourgogne, Rec. CE p 309;
relative aux modalités d’intervention des structures régio- CE, 23 octobre 1985, Commune de Blaye-les-Mines,
nales d’informatique hospitalière, complétée et précisée ADJA 1986, p. 48, obs. Moreau ; CE, 13 février 1985,
par lettre circulaire du 7 juillet 2000, rappelle que l’acti- Commune de Larrau, req. N° 45682, rec. CE tables,
vité subsidiaire doit « rester accessoire de l’activité princi- p. 634), on soulignera également la position du Conseil
pale » et que « les ressources qu’elle mobilise doivent d’État sur le thème de la concurrence des collectivités
demeurer dans une proportion réduite de celles consom- publiques.
mées par l’activité principale ». Elle précise que si « cette Ainsi, dans son rapport public 2002, la Haute juridiction
proportion ne peut être déterminée de manière certaine, il a-t-elle souligné en ces termes:
est prudent de considérer qu’elle ne doit pas excéder « Compte tenu tant de la sensibilité du sujet que des pro-
20 % de l’ensemble de l’activité ». Il est de bonne gestion blèmes bien réels que pose le problème de la concurrence
de considérer que ces dispositions s’appliquent à l’ensem- des personnes publiques aux personnes privées, le temps
ble des activités subsidiaires développées par les établisse- ne paraît d’ailleurs pas venu d’une remise en cause des
ments publics de santé. principes de spécialité et de liberté du commerce et de l’in-
dustrie, tels qu’interprétés avec beaucoup de souplesse
► Le rappel du principe de spécialité des établissements par la jurisprudence et toujours appliqués jusque dans les
publics de santé années les plus récentes comme il a été indiqué plus haut,
En ce qui concerne le respect du principe spécialité, la et il ne paraît pas souhaitable de laisser se développer une
Cour Administrative d’Appel de Nantes a rappelé que la sorte de banalisation pure et simple de l’intervention
fourniture de prestations de blanchisserie ne relevait pas publique marchande ». (Rapport public 2002, Collectivi-
des missions conférées au service public hospitalier en tés publiques et concurrence, Études et documents n° 53,
application des dispositions du code de la santé publique, La Documentation Française, p. 264).
« sans que puissent y faire obstacle les dispositions de l’ar-
ticle L.6145-7 du même code ». ■ Conclusion sur la coopération conventionnelle et les
« Considérant, alors même que le Centre Hospitalier hélio- relations entre établissements publics de santé
marin de Roscoff participe à la mission de service public Les conditions de la coopération hospitalière, envisagée
définie à l’article L.6111-2 susvisé du Code de la Santé sous l’angle de la simple convention, ont été profondé-
Publique, que la prestation de traitement de linge assurée ment bouleversées au cours des dernières années.
par le Centre Hospitalier de Morlaix ne peut être regardée Lorsqu’un établissement public, qui dispose d’un équipe-
comme relevant des prestations de services qui peuvent ment particulier (équipements lourds, équipement logis-
être assurées à titre subsidiaire, dans le respect de leurs tique), conclut une convention avec un tiers en vue de
missions, par les établissements publics de santé, dès lors l’optimisation de cet équipement, les recettes obtenues
que le marché litigieux confié à cet établissement public dans le cadre de l’exécution de la convention sont des
administratif est une activité qui est sans rapport avec ses recettes subsidiaires qui peuvent gager les dépenses sup-
missions principales ; que par la suite, la décision par plémentaires hors encadrement budgétaire. Cette disposi-
laquelle le Centre Hospitalier de Morlaix a décidé de tion permet notamment de couvrir, pour une part, les
conclure ce marché avec le Centre hélio-marin de Roscoff amortissements et frais financiers liés à l’acquisition de
est intervenue en méconnaissance des dispositions préci- l’équipement, ainsi que les dépenses variables liées à l’ex-
tées de l’article L.6145-7 du Code de la Santé Publique et ploitation de l’équipement pour le compte d’un tiers.
est entachée d’illégalité ». Pour autant, la démarche d’une coopération convention-
(CA Nantes, 2e Chambre, 29 mars 2000, affaire n° 97 nt nelle doit aujourd’hui être appréhendée avec une grande
00451, Centre Hospitalier de Morlaix) prudence.
Cette décision n’a pas été portée devant le Conseil d’État. Il résulte en effet de ces développements que les conven-

82 LA FONCTION LINGE DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ


••• Troisième partie - Chapitre 6
tions conclues par les établissements publics de santé dans l’établissement concerné, de l’étendue du marché et de la
le domaine de la blanchisserie se trouvent fragilisées, et ce clientèle potentielle), le maintien d’un régime fiscal spéci-
quelles que soient les conditions auxquelles elles ont été fique serait susceptible d’entraîner des distorsions de
conclues. Que la convention ait été conclue en dehors de concurrence, quelle que soit la qualité du bénéficiaire
toute mise en concurrence ou bien au terme d’une procé- (hôpital public, clinique privée, médecin libéral, etc.).
dure de marché public, certaines « zones d’ombre », C’est pourquoi, la vente de prestations de blanchisserie,
comme par exemple les clauses relatives à la durée et à la qui s’effectue dans le champ concurrentiel, suit le droit fis-
reconduction du contrat, à la mise en concurrence, au cal applicable aux entreprises, notamment en matière de
principe de spécialité ou bien encore à la fiscalité peuvent TVA (article 256 B du code général des impôts), d’impôts
être de nature, par exemple en cas de contestation par une sur les sociétés (IS) et de taxe professionnelle (TP à main-
société privée concurrente et lésée, à aboutir à l’annula- tenir ou non du fait de la suppression annoncée). En effet,
tion de la convention. les activités subsidiaires qui s’effectuent dans le secteur
Au-delà de ces risques contentieux, il importe également marchand ne sont pas des activités effectuées en tant
et surtout, de préciser que l’éventuelle annulation par un qu’autorité publique.
juge de la convention, risquerait d’avoir des conséquences
économiques et organisationnelles non négligeables, tant ■ Impôt sur les sociétés
pour l’établissement bénéficiaire que pour le prestataire. L’article 206 du code général des impôts, Modifié par LOI
La disparition de la convention (qu’elle résulte d’une n° 2009-1674 du 30 décembre 2009 - art. 34 (V), stipule:
annulation, d’une non-reconduction, ou bien encore « Sous réserve des dispositions des articles 8 ter, 239 bis
d’une dénonciation) peut ainsi mettre l’établissement AA, 239 bis AB et 1655 ter, sont passibles de l’impôt sur
bénéficiaire dans une situation où il ne disposerait plus de les sociétés, quel que soit leur objet, les sociétés ano-
la prestation ou des équipements indispensables à l’exécu- nymes, les sociétés en commandite par actions, les socié-
tion du service public. tés à responsabilité limitée n’ayant pas opté pour le régime
S’agissant de l’établissement « prestataire, cette disparition fiscal des sociétés de personnes dans les conditions pré-
de la convention aurait pour conséquence soit une majo- vues au IV de l’article 3 du décret n° 55-594 du 20 mai
ration des charges de fonctionnement de l’établissement, 1955 modifié, les sociétés coopératives et leurs unions
soit un déficit des activités subsidiaires. Il lui appartiendrait ainsi que, sous réserve des dispositions des 6° et 6° bis du
alors donc de compenser, souvent en catastrophe, soit a 1 de l’article 207, les établissements publics, les orga-
perte de recettes par la recherche de nouveaux clients ou nismes de l’État jouissant de l’autonomie financière, les
par une diminution des autres charges de l’établissement, organismes des départements et des communes et toutes
soit l’augmentation de charges par l’octroi de crédits sur autres personnes morales se livrant à une exploitation ou à
l’enveloppe régionale. des opérations de caractère lucratif ».
Pour l’ensemble de ces raisons, les établissements doivent Lorsqu’ils vendent leur production (en dehors de l’activité
envisager une réelle réflexion préalable au choix existant de soins proprement dite), les établissements publics de
entre la coopération conventionnelle et la coopération santé se livrent donc, quels que soient le mode de finan-
structurelle. cement adopté et l’affectation des profits, à des opérations
■ Rappel des contraintes inhérents à tout prestataire de nature industrielle et commerciale. Le résultat soumis à
« opérateur économique » l’impôt sur les sociétés est déterminé selon les règles pré-
Que l’opérateur économique soit un opérateur privé, ou vues à l’article 209 du code général des impôts (CGI),
bien qu’il s’agisse d’un établissement public de santé, les Modifié par Décret n° 2008-294 du 1er avril 2008 - art. 1,
obligations qui suivent doivent être prises en compte lors en ne tenant compte que des produits et charges se rappor-
de la phase de soumission à la procédure de marché tant à l’activité imposable.
public.
► La fiscalité ■ Taxe sur la valeur ajoutée
Les cessions de fournitures ou de services à des tiers par un Le Conseil d’État est venu préciser les règles fiscales appli-
établissement de santé, quand bien même ces fournitures cables lorsque la prestation de service était effectuée par
ou services seraient produits en priorité et principalement une personne publique:
pour l’établissement de santé, ne relèvent pas des missions « Il résulte de ces dispositions ainsi que de celles de l’article
de service public. Dès lors, ces cessions ne peuvent pré- 256 B du code général des impôts que les établissements
tendre au régime fiscal des établissements de santé et publics, lorsqu’ils exercent une activité susceptible d’en-
notamment des établissements publics de santé. trer en concurrence avec celle d’entreprises privées, et
Par ailleurs, si la délivrance de ces prestations s’effectue notamment lorsqu’ils l’exercent en exécution d’un contrat
dans le champ concurrentiel (dont l’étendue géogra- dont la passation était soumise à des obligations de publi-
phique s’apprécie en fonction de la zone de chalandise de cité et de mise en concurrence, sont tenus à des obliga-

LA FONCTION LINGE DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ 83


tions fiscales comparables à celles auxquelles sont sou- ment dites, ainsi que les activités qui constituent l’acces-
mises ces entreprises privées. Le régime fiscal applicable soire ou le prolongement indispensable de cette activité.
aux personnes publiques n’est donc pas, par lui-même, de Les cessions constituent, quant à elles, une activité profes-
nature à fausser les conditions dans lesquelles s’exerce la sionnelle, exercée à titre habituel dans un but lucratif. Elles
concurrence ». (CE, Avis n° 222208 du 8 novembre 2000, sont donc taxables à la taxe professionnelle en application
Sté Jean-Louis Bernard Consultants). de l’article 1447 du CGI, Modifié par LOI n° 2009-1673
L’assujettissement à la TVA permet la récupération de la du 30 décembre 2009 - art. 2 (V), quelles que soient les
TVA sur les investissements et les acquisitions. « Confor- personnes qui en assurent la production.
mément aux dispositions de l’article 256 B du CGI, les En ce qui concerne les modalités d’imposition, les instal-
ventes effectuées, dans le secteur concurrentiel, par une lations utilisées pour l’exercice de l’activité sont imposa-
personne morale de droit public sont obligatoirement bles, dans les conditions prévues aux articles 1467 et 1469
imposables à la TVA. La taxe supportée au titre des du CGI, articles modifiés par LOI n° 2009-1673 du
dépenses relatives au système de production ne peut pas 30 décembre 2009 - art. 2 (V), pour les immobilisations
être déduite intégralement, s’agissant d’une dépense utili- dont le contribuable est propriétaire ou locataire dans le
sée à la fois pour une activité située hors du champ de la cadre d’un contrat de location simple ou de crédit-bail.
TVA et pour une activité taxable ». Cependant, dès lors que les immobilisations sont utilisées
La part de la TVA déductible doit être déterminée confor- à la fois pour les besoins d’une activité imposable et d’une
mément aux dispositions des articles 271 du CGI et 207 activité exonérée, seule la fraction de la valeur locative,
bis de son annexe 11, en fonction de la proportion de calculée sous la responsabilité du contribuable, en propor-
l’équipement à la réalisation des opérations imposables. tion de l’affectation des locaux et matériels à l’activité
Pour le calcul de cette proportion, les établissements imposable, est à retenir dans la base d’imposition. De
publics de santé peuvent retenir le pourcentage résultant même, seule la fraction des salaires correspondant à l’uti-
du rapport “production vendue imposable à la TVA” sur lisation du personnel pour les besoins de l’activité impo-
« production totale ». sable est incluse dans la base.
Cette clé de répartition est définie par le redevable sous sa Ces précisions étant de nature à modifier l’équilibre éco-
responsabilité et doit, en tout état de cause, être représen- nomique de certains projets, les gestionnaires hospita-
tative de l’utilisation de la dépense mixte pour les besoins liers sont invités à étudier avec précision, avant tout enga-
des activités hors du champ et dans le champ de la TVA. gement, les modalités de rédaction et de financement de
En contrepartie, ces rémunérations sont assujetties: leurs installations, la rédaction des contrats relatifs à ces
• à la taxe d’apprentissage opérations ainsi que la constitution des prix de revient et
(articles 224, 226, 226 bis, 227, 227 bis, 230 Modifiés par les modalités de révision des tarifs.
Décret n° 2008-294 du 1er avril 2008, 225 Modifié par
Loi n° 2009-1437 du 24 novembre 2009, 228 Modifié par 6.4-2 • AVANTAGES ET INCONVÉNIENTS
LOI n° 2008-776 du 4 août 2008, 228 bis Modifié par DE L’EXTERNALISATION
Décret n° 2009-389 du 7 avril 2009 du code général des ■ Les avantages du « FAIRE FAIRE »
impôts) • ce choix permet à l’hôpital de se recentrer sur ses mis-
• à la participation à la formation continue sions de base axées vers les fonctions de soins.
(Article 235 ter C à 235 ter G, articles modifiés par Décret • Les budgets de la section d’investissement n’ont plus à
n° 2008-294 du 1er avril 2008 du code général des supporter les charges de groupe 4 (amortissements et
impôts) frais financiers) pour ce qui concerne la blanchisserie.
• à la participation à l’effort de construction Ce point est d’ailleurs relativisé, puisque ces charges
(Article 235 bis du code général des impôts) représentent un pourcentage relativement faible de
l’ensemble du budget d’exploitation.
■ Taxe professionnelle • L’établissement peut trouver à l’extérieur des compé-
L’Article 1449 du CGI, Modifié par LOI n° 2009-1673 du tences qu’il n’a su ou pu acquérir ou conserver.
30 décembre 2009 - art. 2 (V), dispose: • Il est parfois plus facile d’imposer des obligations de
« Sont exonérés de la cotisation foncière des entreprises: résultats à un prestataire extérieur qu’à soi-même
Les collectivités territoriales, les établissements publics et
les organismes de l’État, pour leurs activités de caractère ■ Les inconvénients du « FAIRE FAIRE »
essentiellement culturel, éducatif, sanitaire, social, sportif • L’établissement doit organiser une mise en concur-
ou touristique, quelle que soit leur situation à l’égard de la rence dans le respect des dispositions du nouveau
taxe sur la valeur ajoutée ». code des marchés publics.
Le « I » de l’article 1449 du CGI n’exonère de la taxe pro- • Le choix d’une procédure dite « allégée » de l’article 30
fessionnelle que les activités de soins aux malades propre- du CMP, Modifié par Décret n° 2008-1355 du

84 LA FONCTION LINGE DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ


••• Troisième partie - Chapitre 6
19 décembre 2008 - art. 20, qui autorise la négociation priétaire de l’ensemble de ce stock, dont il assure le renou-
avec les candidats permet toutefois d’optimiser la vellement et la gestion.
démarche d’externalisation avec le prestataire. Le linge et l’habillement fournis aux établissements clients
• Si l’établissement n’a plus à gérer lui-même les ser- sont loués, les coûts des prestations comprenant à la fois:
vices, il lui reste la charge de gérer les contrats qu’il a • le prix du stock, de sa gestion et de son renouvellement
conclus avec ses prestataires. • les coûts de l’entretien, (toutes dépenses incluses)
• Le fait, pour une entreprise, d’investir pour satisfaire les • Les coûts de collecte, de transport et de distribution
besoins spécifiques d’un établissement la conduit à Bien entendu, et sauf pour ce qui concerne les vêtements
intégrer dans ses coûts – et donc dans ses contrats – les de travail, la location impose la banalisation des articles
telles que développées ci-dessus.
risques liés à l’éventualité d’une rupture ou d’un non- entre les différents clients. La location / entretien de linge
Les prestations complètes d'entretien des articles sont alors complétées par l'achat et la
renouvellement de ces contrats à l’issue de la période constitue
gestion ducertainement une formule
stock d'articles nécessaires particulièrement
aux établissements per-(autre
desservis, le prestataire
établissement public ou société privée) devient propriétaire de l'ensemble de ce stock,
prévue. formante, quile renouvellement
dont il assure dispense etenla gestion.
outre, en cours de traitement,
• Selon la situation géographique de l’établissement, il Ltâches
e linge et fastidieuses
des prestations l'habillement fournis(et auxcoûteuses)
établissements clients sont loués, les coûts
de répartition des des
comprenant à la fois:
- le prix du stock, de sa gestion et de son renouvellement
n’est pas toujours aisé de trouver des prestataires - les coûts
articles en defonction des clients. Les effets “de masse” per-
- Les coûts de collecte, de transport et de distribution
l'entretien, (toutes dépenses incluses)
potentiels, ce qui ne favorise pas l’efficacité de la mise mettent, de surcroît, de procéder aux acquisitions de linge
Bien entendu, et sauf pour ce qui concerne les vêtements de travail, la location impose la
en concurrence. et d’habillement
banalisation des articles dans entreles
les meilleures
différents clients. conditions écono-
La location / entretien de linge
constitue certainement une formule particulièrement performante, qui dispense en outre,
• L’externalisation implique, de manière irréversible, la miques.
en cours de traitement, des tâches fastidieuses (et coûteuses) de répartition des articles
en fonction des clients. Les effets ''de masse'' permettent, de surcroît, de procéder aux
perte de compétences internes. acquisitions de linge et d'habillement dans les meilleures conditions économiques.

• Elle est susceptible de créer des contraintes sociales,


avec pertes d’emploi et gestion des réclamations de 6.56. 5•: RESUME
RÉSUMÉ DE LA DÉMARCHE
DE LA DEMARCHE

personnel.
• Elle pose le problème de la propriété et de l’utilisation
Grand plat Linge en forme Linge Linge séché, Vêtements de
du patrimoine et des équipements en service au Petit plat séchéet plié Conditionné résidents
mécaniquement et/ou plié
moment de la décision et en fin de contrat. manuellement

Seuil atteint ?
6.4-3 • EXAMEN PARTICULIER DE LA FORMULE DE
LOCATION / ENTRETIEN DU LINGE NON OUI

Cette formule constitue une variante aux deux options


Possibilité de coopération
« FAIRE AVEC » et « FAIRE FAIRE », telles que développées interhospitalière

ci-dessus.
NON OUI
Les prestations complètes d’entretien des articles sont alors
Possibilité
complétées par l’achat et la gestion du stock d’articles Possibilité Possibilité
de FAIRE FAIRE de FAIRE AVEC de FAIRE SEUL
nécessaires aux établissements desservis, le prestataire
(autre établissement public ou société privée) devient pro-

LA FONCTION LINGE DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ 85


Chapitre 7

LE MONTAGE ET LA PROGRAMMATION
D’UN PROJET

La décision étant prise de procéder à une restructuration ce qui permet le panachage de ces derniers et de choi-
de la blanchisserie existante ou à la construction d’une sir, pour chaque lot, les solutions les mieux adaptées.
nouvelle unité, des règles précises vont s’imposer à son Inconvénients:
initiateur, en tant que maître d’ouvrage, et notamment: • allongement des délais
• le Code des marchés publics (CMP) • multiplication des intervenants
• la Loi n° 85-704 du 12 juillet 1985 (dite "Loi MOP") et • (possibilité de perte de qualité)
ses divers Décrets d’application
• le Code de la santé publique 7.1.2 • La procédure
• le code du Travail
de conception-réalisation
La faculté offerte aux établissements publics de santé de
recourir à la procédure de conception réalisation a été
7.1 • LE CHOIX DU MARCHE PUBLIC étendue avec l’entrée en vigueur de l’ordonnance du
Le Code des marchés publics (CMP) offre, en principe, la 4 septembre 2003.
possibilité de choisir entre les trois procédures suivantes; La procédure de conception - réalisation est définie par
l’article 37 du Code des marchés publics. Les ouvrages
7.1.1 • La procédure de la maîtrise d’œuvre visés sont ceux mentionnés à l’article 1er de la loi n° 85-
La procédure traditionnelle reste celle de la maîtrise d’œu- 704 du 12 juillet 1985 relative à la maîtrise d’ouvrage
vre. publique et à ses rapports avec la maîtrise d’œuvre privé.
Le groupement est composé, en principe, d’un architecte Il s’agit pour l’essentiel d’ouvrages de bâtiment ou d’infra-
(conformément aux dispositions de la loi n° 77-2 du 3 jan- structure, ainsi que d’équipements industriels destinés à
vier 1977 sur l’architecture, consacrant l’obligation pour leur exploitation.
les maîtres d’ouvrage de recourir à un architecte, tout du Dans la mesure où la conception-réalisation porte, par
moins en ce qui concerne le projet architectural des définition, à la fois sur la réalisation des études et sur l’exé-
constructions soumises à permis de construire), d’un cution des travaux, il faut pouvoir y recourir pour des
bureau d’études techniques et, le plus souvent, d’un spé- motifs d’ordre technique qui rendent nécessaire l’associa-
cialiste des blanchisseries. tion de l’entrepreneur aux études de l’ouvrage.
Compte tenu de la technicité spécifique inhérente à ce Cette procédure de conception – réalisation est également
type de projet, le bureau d’études techniques peut être le visée par l’article 18-1 de la loi n° 85-704 du 12 juillet
mandataire du groupement. 1985 modifiée. Les conditions d’application de l’article
Les marchés de maîtrise d’œuvre peuvent, en vertu des 18-1 précité ont ensuite été précisées par le décret n° 93-
dispositions de l’article 74 du Code des marchés publics, 1270 du 29 novembre 1993.
être passés selon deux procédures différentes:
la procédure adaptée (au-dessous des seuils fixés au II de L’article 1er de ce décret dispose:
l’article 26 du Code des marchés publics) « Lorsqu’en application du 1 de l’article 18 de la loi du
le concours restreint (si le montant du marché est égal ou 12 juillet 1985 susvisée, le maître d’ouvrage confie par
supérieur aux seuils visés ci-dessus). contrat à un groupement de personnes de droit privé ou,
À ces deux possibilités s’ajoutent la procédure de l’appel pour les seuls ouvrages d’infrastructure, à une personne
d’offres et le marché négocié, sous certaines conditions. de droit privé, une mission portant à la fois sur l’établisse-
Avantages: ment des études et l’exécution des travaux, il passe un
• procédure connue et bien encadrée, qui permet au contrat dit de conception-réalisation. Il ne peut recourir
maître d’ouvrage de maîtriser son opération à toutes au contrat de conception-réalisation que si l’association
les étapes de l’entrepreneur aux études est nécessaire pour réaliser
• possibilité d’acquérir les équipements en lots séparés, l’ouvrage, en raison de motifs techniques liés à sa destina-

86 LA FONCTION LINGE DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ


••• Troisième partie - Chapitre 7
tion ou à sa mise en œuvre technique. Sont concernées programme ministériel « HÔPITAL 2007 », visant à accé-
des opérations dont la finalité majeure est une production lérer et optimiser les opérations de travaux dans les hôpi-
dont le processus conditionne la conception, la réalisa- taux.
tion et la mise en œuvre ainsi que des opérations dont les Ce document qui élabore une comparaison entre une
caractéristiques intrinsèques (dimensions exception- méthode classique d’opération et la conduite d’un projet
nelles, difficultés techniques particulières) appellent une en conception-réalisation, souligne notamment que pour
exécution dépendant des moyens de la technicité des un montage classique d’opération, l’expérience montre
entreprises ». que:
• le processus de maturation des études de conception
Ces dispositions font également apparaître une exigence conduit à minimiser les risques fonctionnels, avec
de complexité puisque le pouvoir adjudicateur ne pourra pour corollaire un risque de dérive temporelle;
recourir à un marché de conception réalisation que si • le risque de dérive de l’engagement financier est impor-
deux conditions cumulatives sont satisfaites: tant du fait de la réalisation tardive de la contractuali-
• les motifs sont liés à la destination ou à la mise en sation sur l’estimation de l’opération (stade APD) et de
œuvre technique de l’ouvrage, l’impossibilité de disposer d’une connaissance précise
• les opérations concernées ont pour finalité majeure, du coût des travaux avant le stade de l’appel d’offres
une production dont le processus conditionne la de travaux;
conception, la réalisation et la mise en œuvre ainsi que • le risque de défaillance d’une entreprise dans le cas de
des opérations, dont les caractéristiques, telles que des marchés en lots séparés n’est pas négligeable et est
dimensions exceptionnelles ou des difficultés tech- directement porté par le maître d’ouvrage.
niques particulières, exigent de faire appel aux moyens A contrario, le document précise que dans le cas d’un
et à la technicité propres des opérateurs économiques. montage en conception-réalisation, on constate les spéci-
Le champ d’application de ces dispositions reste contro- ficités suivantes:
versé et difficile à interpréter. • en confiant à un groupement unique la conception et
Sur ce point, la circulaire n° 95-58 du 9 août 1995, tou- la réalisation de l’ouvrage, le nombre d’interlocuteurs
jours en vigueur, qui a tenté d’expliciter les conditions de et de procédures se trouve limité au profit d’une meil-
recours à la procédure de conception-réalisation, pré- leure efficacité de la gestion de l’opération;
voyait la possibilité de recourir à cette procédure pour: • la collaboration entre le concepteur et le constructeur
« Certains ouvrages dont la fonction essentielle est consti- favorise l’émergence de solutions globalement plus
tuée par un processus de production d’exploitation qui intéressantes pour le maître d’ouvrage;
conditionne sa conception et sa réalisation, comme, par • la compression des études de conception augmente le
exemple, (...), les blanchisseries, (...), lorsque ces ouvrages risque d’une insuffisance dans la définition des
constituent l’essentiel de l’opération; » besoins, ainsi que le risque de conflit avec les futurs
Ces contraintes et incertitudes juridiques ont toutefois été utilisateurs du fait d’une concertation nécessairement
levées par l’ordonnance du 4 septembre 2003 qui déroge limitée
aux dispositions des articles 7 et 18 de la loi MOP et insère • le risque de dérive des coûts et des délais est réduit du
l’article L6148-7 dans le Code de la santé publique. Cet fait d’une contractualisation plus en amont que dans
article dispose: une procédure classique qui inclut tous les aléas impu-
« Un établissement public de santé ou une structure de tables au concepteur;
coopération sanitaire dotée de la personnalité morale • le risque de dérive de coût en phase travaux est inver-
publique peut confier à une personne ou à un groupe- sement proportionnel à la précision et à la stabilité du
ment de personnes, de droit public ou privé, une mission programme;
portant à la fois sur la conception, la construction, l’amé- • le risque de défaillance du concepteur-réalisateur est
nagement, l’entretien et la maintenance de bâtiments ou négligeable.
d’équipements affectés à l’exercice de ses missions ou sur On note donc que:
une combinaison de ces éléments. » • la procédure conduit à la passation d’un marché de tra-
C’est donc avec l’entrée en vigueur de ces nouvelles dis- vaux (cf. article 69 du CMP) lancé sur la base du pro-
positions que la procédure de conception-réalisation a été gramme de l’opération (cf. article 11 du CMP) ce qui
facilitée pour les EPS, puisqu’il devenait possible d’y implique que les données, contraintes, besoins et exi-
recourir quelle que soit la nature de l’opération, afin de gences de l’opération constituant le programme soient
bénéficier de ses avantages à la fois en terme de rapidité, exhaustifs, et précis dans leur description;
mais surtout d’économie par rapport à une opération clas- • le programme est, dans ce type de procédure, la pièce
sique de travaux. technique de rang hiérarchique le plus élevé, sa qua-
Cette évolution législative a été effectuée dans le cadre du lité est primordiale dans la réussite du projet

LA FONCTION LINGE DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ 87


• l’estimation de l’opération établie au stade programme écrit, à participer au dialogue. Cette invitation comporte
doit être particulièrement fiable et donner toutes un certain nombre de documents et de prescriptions obli-
garanties au maître d’ouvrage sur la faisabilité de gatoires.
l’opération au regard de ses capacités financières; Le dialogue peut alors s’ouvrir avec les candidats sélec-
• en aucun cas l’appel d’offres ne peut être déclaré tionnés. Il a pour objet de définir les moyens propres à
infructueux par la personne responsable du marché (la satisfaire au mieux les besoins de la personne publique.
procédure négociée n’est pas possible), il peut être Tous les aspects du marché peuvent être discutés avec les
déclaré sans suite; candidats. Ces derniers adaptent leurs offres en fonction
• le contenu de l’offre, d’un niveau de rendu au moins du dialogue.
APS (article 69 du CMP), doit inclure toutes, précisions Durant le dialogue, il est indispensable de veiller au strict
sur les éléments ayant des impacts sur les projets en respect du secret commercial et des procédés industriels
vue de leur analyse; afin d’assurer l’égalité des concurrents.
• le contenu des offres et leur analyse fonctionnelle, Ainsi, les procédés et les prix proposés par les candidats ne
financière, technique et architecturale doivent permet- peuvent être divulgués durant les discussions.
tre à la PRM d’opérer le choix de la meilleure offre; Le pouvoir adjudicateur, lorsqu’il estime que la discussion
• la notion traditionnelle de maîtrise d’œuvre garante des est arrivée à son terme en informe les candidats et les
intérêts du maître d’ouvrage et de la bonne exécution invite à remettre leur offre finale. Il procède au choix de
des marchés de travaux n’existe plus dans ce type de l’offre économiquement la plus avantageuse en fonction
montage; des critères de sélection annoncés en début de procédure.
• il est nécessaire qu’un intervenant tiers (Assistant Tech- Durant la réalisation de cette procédure, l’élaboration de
nique à la Maîtrise d’Ouvrage interne ou externe à la propositions par les candidats pour le dialogue peut entraî-
structure) assure la part administrative et de contrôle ner des coûts importants. Afin de ne pas décourager les
traditionnellement incluse dans la mission de maîtrise futurs candidats, il est de l’intérêt des acheteurs de prévoir
d’œuvre ; cette question importante fait l’objet d’un le versement de primes, dont le montant sera proportion-
développement spécifique dans le présent guide ». nel à l’effort demandé. Une telle mesure vise à favoriser la
mise en œuvre d’une réelle concurrence et à inciter le plus
7.1.3 • La procédure du dialogue compétitif grand nombre d’opérateurs économiques à participer à
Depuis 2004, la procédure du dialogue compétitif rem- cette procédure.
place celle de l’appel d’offres sur performance. Cette nou- Le dialogue compétitif favorise l’innovation et permet
velle procédure a été remaniée par la réforme du code des d’obtenir, lorsqu’il est bien préparé, d’excellents résultats.
marchés publics en 2006. Cependant cette procédure est beaucoup plus longue et
La procédure du dialogue compétitif est prévue à l’article complexe que les procédures classiques. Elle peut égale-
36 du Code des marchés publics. Elle se définit comme ment être plus coûteuse (rémunération des candidats).
étant « une procédure dans laquelle le pouvoir adjudica- Le dialogue compétitif doit donc être utilisé avec pru-
teur conduit un dialogue avec les candidats admis à y par- dence et uniquement dans les conditions énumérées à l’ar-
ticiper en vue de définir ou de développer une ou plu- ticle 36 du Code des marchés publics.
sieurs solutions de nature à répondre à ses besoins et sur
la base de laquelle ou desquelles les participants au dia- 7.2 • LE BAIL EMPHYTÉOTIQUE
logue sont invités à remettre une offre ».
HOSPITALIER
La procédure (décrite à l’article 67 du Code des marchés
publics) commence par le lancement d’un avis d’appel Le bail emphytéotique hospitalier a été créé par l’ordon-
public à la concurrence (dans les conditions prévues à l’ar- nance du 4 septembre 2003, complétée par la directive
ticle 40 du Code des marchés publics). Le pouvoir adjudi- européenne du 31 mars 2004 portant coordination des
cateur définit ses besoins et ses exigences dans cet avis et, procédures de passation des marchés publics de travaux,
le cas échéant, dans un projet partiellement défini ou dans de fournitures et de services, et par l’ordonnance du
un programme fonctionnel. Les candidats vont élaborer 17 juin 2004 relative au contrat de partenariat.
leurs offres sur la base de ces documents. Le bail emphytéotique hospitalier est un contrat de droit
C’est à l’avis d’appel public à la concurrence, ou à défaut, public, fondé sur le partage des risques et qui permet à la
aux documents de la consultation de définir les modalités personne publique, au sein d’un même contrat, d’associer
du dialogue. les opérations de conception, réalisation, maintenance,
Dès la réception des candidatures, le pouvoir adjudicateur exploitation et financement.
procède à la sélection des candidats et les en informe par L’article L. 6148-2 du Code de la santé publique dispose:
écrit. « Un bien immobilier appartenant à un établissement
Les candidats sélectionnés sont simultanément invités, par public de santé (...) peut faire l’objet d’un bail emphytéo-

88 LA FONCTION LINGE DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ


••• Troisième partie - Chapitre 7
tique prévu à l’article L. 451-1 du Code rural, en vue de Toutefois, la mise en œuvre du bail emphytéotique hospi-
l’accomplissement, pour le compte de l’établissement ou talier est relativement lourde en raison de la procédure de
de la structure, d’une mission concourant à l’exercice du passation à respecter.
service public dont ils sont chargés ou en vue de la réali- L’article L.6148-5 du Code de la santé publique indique
sation d’une opération d’intérêt général relevant de leur en effet que le bail emphytéotique hospitalier est passé à
compétence. Ce bail emphytéotique est dénommé bail l’issue d’une procédure de publicité et de mise en concur-
emphytéotique administratif. » rence.
Ce même article précise que le bail peut également être Autrement dit, le bail emphytéotique hospitalier n’est pas
conclu si le bien constitue une dépendance du domaine un contrat conclu intuitu personae, et l’hôpital doit mettre
public, sous réserve que cette dépendance demeure hors en œuvre une procédure de publicité permettant la pré-
du champ d’application de la contravention de voirie. sentation de plusieurs offres concurrentes.

L’article L. 6148-5 du Code de la santé publique indique


les clauses qui doivent, à peine de nullité, figurer dans le 7.3 • LE PROGRAMME
bail. Selon l’article 2 de la loi MOP, mentionnée ci-dessus,
Les caractéristiques du bail emphytéotique sont détermi- l’élaboration du programme constitue l’une des obliga-
nées par l’article L.451-1 du code rural, qui le définit tions incontournables de tout maître d’ouvrage public:
comme le bail qui « confère au preneur un droit réel sus- « Il lui appartient, après s’être assuré de la faisabilité et de
ceptible d’hypothèque ; ce droit peut être cédé et saisi l’opportunité de l’opération envisagée, d’en déterminer la
dans les formes prescrites pour la saisie immobilière. Ce localisation, d’en définir le programme, d’en arrêter l’en-
bail doit être consenti pour plus de dix-huit années et ne veloppe financière prévisionnelle, d’en assurer le finance-
peut dépasser quatre-vingt-dix-neuf ans; il ne peut se pro- ment, de choisir le processus selon lequel l’ouvrage sera
longer par tacite reconduction ». réalisé et de conclure, avec les maîtres d’œuvre et entre-
Ainsi, le bail emphytéotique hospitalier consiste, pour un preneurs qu’il choisit, les contrats ayant pour objet les
établissement public de santé à conclure un contrat de études et l’exécution des travaux.
longue durée compris entre dix-huit et quatre-vingt-dix- Lorsqu’une telle procédure n’est pas déjà prévue par d’au-
neuf ans, concernant un bien immobilier faisant partie du tres dispositions législatives ou réglementaires, il appar-
domaine hospitalier. L’originalité de ce contrat administra- tient au maître de l’ouvrage de déterminer, eu égard à la
tif réside dans le fait qu’il investit le preneur, par déroga- nature de l’ouvrage et aux personnes concernées, les
tion aux règles de la domanialité publique, d’un droit réel modalités de consultation qui lui paraissent nécessaires.
immobilier sur des dépendances domaniales. À l’issue du Le maître de l’ouvrage définit dans le programme les
contrat, les biens concernés sont restitués à l’hôpital objectifs de l’opération et les besoins qu’elle doit satisfaire
public bailleur, qui devient propriétaire des constructions ainsi que les contraintes et exigences de qualité sociale,
et des aménagements réalisés par le preneur sur l’immeu- urbanistique, architecturale, fonctionnelle, technique et
ble loué. économique, d’insertion dans le paysage et de protection
Lorsque le Bail emphytéotique hospitalier comprend une de l’environnement, relatives à la réalisation et à l’utilisa-
opération de construction, comme en l’espèce, un contrat tion de l’ouvrage. »
de construction lie le preneur (qui assure la maîtrise de II est également utile de se reporter à la circulaire
l’ouvrage) et le constructeur. Ce contrat permet de transfé- DHOS/E4/2006/4252 du 20 septembre 2006 relative au
rer les risques de construction au constructeur. contrôle des investissements des établissements publics de
Conformément aux dispositions de l’article L.6148-2 du santé. Cette circulaire précise le cadre renouvelé et les
Code de la santé publique, un bail emphytéotique hospi- conditions du contrôle par les agences régionales de santé
talier ne peut être consenti qu’en vue: des programmes d’investissement des établissements
• De l’accomplissement, pour le compte de l’établisse- publics de santé.
ment public de santé, d’une mission concourant à Selon la procédure administrative choisie, le programme
l’exercice du service public dont il est chargé; présentera un contenu différent:
• De la réalisation d’une opération d’intérêt général rele- • La procédure traditionnelle: le Programme Technique
vant de la compétence de l’établissement public de Détaillé (PDT):
santé. La loi MOP ne décrit pas en détail la composition du pro-
En résumé, la solution du bail emphytéotique hospitalier gramme. Mais il est d’usage de le composer des six chapi-
permet au centre hospitalier d’assurer le préfinancement, tres suivants:
la construction et la gestion de la blanchisserie hospita- • note de présentation sur le projet
lière sur un terrain propriété de l’hôpital. L’établissement • dossier sur « les données »
en acquiert la propriété à l’issue du contrat de bail. • dossier sur « les besoins »

LA FONCTION LINGE DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ 89


• dossier sur « les contraintes » Le projet cherchera à privilégier les techniques permettant
• dossier sur « les exigences » de réduire les consommations et les rejets. On préconisera
• note financière les procédés de lavage:
La procédure de conception-réalisation et la procédure de • peu consommateurs d’eau (moins de 6 litres par kg de
dialogue compétitif: linge pour un tunnel de lavage, moins de 15 litres pour
Comme nous l’avons vu, ces deux procédures sont désor- une laveuse-essoreuse)
mais distinctes. Les programmes qui leurs sont attachés se • utilisant des lessives sans phosphates
différencient également: • privilégiant le lavage basse température
• La procédure de conception réalisation et le bail Il sera par ailleurs nécessaire de s’interroger sur la néces-
emphytéotique hospitalier requièrent un programme sité de maintenir une production de vapeur. Tous les maté-
détaillé, qui décrit totalement le projet et contient des riels de finition fonctionnent aujourd’hui au gaz (séchoirs
spécifications précises relatives aux matériels et aux et tunnels de finition depuis longtemps, sécheuses repas-
travaux (rédaction dite « exigentielle »). Le programme seuses depuis quelques années), et l’on trouve aujourd’hui
constitue un élément clef de la réussite de l’opération. des solutions permettant de ne plus recourir à la vapeur
• Au contraire, un projet partiellement défini suffît pour haute pression pour le lavage: réchauffeurs d’eau ou géné-
la procédure de dialogue compétitif. Le programme rateurs de vapeur basse pression (< 0,5 bar). Ces solutions,
décrit les objectifs et performances à atteindre, en lais- outre qu’elles permettent de s’affranchir des contraintes
sant aux concurrents le libre choix des moyens à met- liées à la réglementation des appareils à vapeur, permet-
tre en œuvre pour y parvenir (rédaction dite « perfor- tent de générer des économies importantes.
mancielle »). La récupération des énergies est également un sujet qu’il
En annexe 01 sont proposés des éléments indicatifs relatifs sera nécessaire de traiter dans le cadre des études de fai-
à la composition du programme. sabilité. On peut aujourd’hui, en installant des échangeurs
thermiques, récupérer les buées des matériels de finition
■ L’étude de faisabilité pour préchauffer l’eau utilisée au lavage, en complément
La réalisation d’une étude de faisabilité approfondie est de ce qui est déjà fait en sortie des tunnels de lavage.
indispensable à ce stade. Elle peut s’effectuer soit préala- Pour le pré traitement des rejets et la neutralisation du pH,
blement à la phase de programmation proprement dite, préconiser l’utilisation du CO2 plutôt que celle de l’acide
soit simultanément. sulfurique, qui nécessite néanmoins une installation plus
Elle permettra: simple et moins coûteuse.
• d’analyser le bilan complet de la situation actuelle,
• de redéfinir précisément les besoins La santé et la sécurité des personnels.
• d’analyser en détail les différents scénarios possibles Si l’automatisation des tâches est d’abord une source
d’évolution sur les plans fonctionnels, technique et importante de gains de productivité (un agent produisait
économique, en moyenne 25 kg par heure il y a trente ans, il en produit
• de retenir un scénario à privilégier, pour lequel des esti- 50 aujourd’hui), elle doit aussi permettre l’amélioration
mations à coût global (investissements et bilans prévi- des conditions de travail.
sionnels d’exploitation) seront établies et validées, Les matériels doivent être sélectionnés avec soin: on pré-
• de vérifier que l’opération peut être réalisée sans sur- conisera les postes de travail réglables, et pouvant s’adap-
coûts, voire même avec des gains de productivité, ter aux opérateurs, ainsi que tous les matériels à engage-
• d’établir les éléments nécessaires à la préparation des ment déporté qui permettent, par la création de stocks
redéploiements de personnel résultant de l’analyse des tampon entre l’engagement et la machine, de garantir une
postes de travail et effectifs budgétaires à prévoir. production fluide et une productivité constante tout en
L’étude de faisabilité devra prendre en compte les évolu- laissant plus d’autonomie à l’opérateur.
tions les plus récentes et valider la pertinence de leur mise Chaque fois que c’est possible, on préconisera les solu-
en œuvre dans le cadre du projet. tions qui limitent les manutentions.
Les matériels bruyants et ceux qui dégagent de la chaleur
Trois sujets demanderont une attention particulière de la seront si possible encloisonnés, et l’on apportera un soin
part du maître d’ouvrage et de son assistant lorsqu’ils réa- particulier aux matériaux utilisés et aux dispositifs tech-
liseront l’étude de faisabilité et rédigeront le programme: niques permettant de réduire les nuisances.
• la protection de l’environnement, Les dispositifs permettant d’assurer la sécurité devront être
• la santé et la sécurité des personnels, étudiés avec le plus grand soin, et il sera nécessaire de pré-
• la gestion voir la formation du personnel à la mise en service de la
nouvelle blanchisserie.
La protection de l’environnement

90 LA FONCTION LINGE DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ


••• Troisième partie - Chapitre 7
Les exigences en matière de santé et sécurité au travail, ce qui concerne leurs aspects juridiques, budgétaires,
qu’elles concernent le bâtiment ou les matériels de blan- comptables et financiers.
chisserie, doivent figurer de manière explicite dans le pro- Remarque : l’attention doit être fortement attirée sur les
gramme, et le Maître d’Ouvrage doit missionner un risques juridiques et financiers des montages dits "inno-
bureau de contrôle pour valider ces aspects. vants". La validité de ces montages doit être appréciée au
regard:
La gestion • du droit en vigueur. Les dispositions législatives et
Le système d’information de la blanchisserie doit être réglementaires principalement concernées sont celles
pensé dès la phase de programmation. Il doit permettre: qui sont relatives aux marchés publics (droit d’origine
• de disposer en temps réel d’un ensemble de données interne et d’origine communautaire), à la maîtrise
sur le fonctionnement de la blanchisserie pour pouvoir d’ouvrage publique, à la sous-traitance et à la doma-
piloter efficacement l’outil industriel: fonctionnement nialité publique. Cependant, il ne faut pas écarter l’hy-
des machines, consommations, production, temps de pothèse que certains aspects de ces contrats se heur-
travail et productivité, tent à d’autres dispositions comme la loi bancaire, les
• de traiter ces données en fonction des besoins de ges- règles de la comptabilité publique, voire le statut des
tion, des objectifs fixés, des problèmes rencontrés. fonctionnaires.
• de leur impact budgétaire (en section d’exploitation
Le système d’information doit faciliter la communication comme en section d’investissement) et financier. Cer-
entre tous les acteurs de la fonction linge: acteurs internes tains de ces contrats ne pèsent qu’en section d’exploi-
à la blanchisserie (production, maintenance, logistique, tation, ce qui est parfois analysé comme un avantage:
administration), mais aussi entre les clients et la blanchis- ceux-ci ne permettent pas de relancer un cercle ver-
serie. tueux en investissement, du fait de l’absence d’amor-
Le système d’information doit enfin permettre un suivi tissement, ce qui est un inconvénient majeur. D’autres
comptable précis, permettant de connaître les coûts réels. contrats se traduisent par une majoration du coût de
financement (taux d’intérêts moins favorables en rai-
son de “ratio Cooke”, frais de gestion, fiscalité).
7.4 • LE MONTAGE FINANCIER • des obligations contractuelles qu’ils font naître à l’en-
Comme pour les procédures administratives, le montage contre de l’hôpital et de la compatibilité de ces obliga-
du financement de l’opération peut s’envisager selon plu- tions avec les principes régissant le service public et
sieurs modes, qui obéissent tous à des règles strictes pour notamment le principe de mutabilité.

LA FONCTION LINGE DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ 91


e partie

4 Le contexte
de la blanchisserie

Chapitre 8
Les ressources humaines
en blanchisserie
Chapitre 9
La gestion des risques
Chapitre 10
Les démarches qualités
Chapitre 11
L’environnement

LA FONCTION LINGE DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ 93


Chapitre 8

LES RESSOURCES HUMAINES


EN BLANCHISSERIE
Ce chapitre aborde d’une manière globale les principaux sources humaines, dont principalement:
domaines relatifs à la gestion des ressources humaines • L’adéquation grade/fonction
dans notre secteur d’activité. • La maîtrise des évolutions / emplois (GPE Gestion pré-
Une importance toute particulière doit être accordée aux visionnelle des emplois)
ressources humaines; en effet, outre l’aspect social et la • L’optimisation des postes de travail
notion de “bien-être au travail”, il est indispensable de ne • L’analyse du process et des postes clés
pas négliger le facteur humain car la motivation du per- • Le suivi de la productivité agent
sonnel est souvent étroitement liée aux résultats de l’acti- • Le suivi du climat - management du personnel
vité et par conséquent à la rentabilité de nos unités de pro-
duction.
Les coûts liés au personnel est la catégorie de dépenses la
8.1 • LES EMPLOIS ET
plus importante en blanchisserie. Toute maîtrise des coûts LES COMPÉTENCES
passe donc nécessairement par celle de l’effectif. Les (Adéquation grade/fonction)
dépenses de personnel représentent environ 50 % des Il est primordial, pour le manager, de pouvoir ajuster les
dépenses (hors transport). compétences disponibles aux différents postes de travail
À noter que la diversité des catégories de linge à traiter, la de la Blanchisserie.
vétusté et l’obsolescence des matériels, les modalités de La démarche de rédaction de Référentiels de Compétence
livraisons (le type de conditionnement, le nombre de sites n’étant pas encore aboutie pour les métiers de la Blanchis-
à desservir…) peuvent faire varier la taille des équipes serie Hospitalière, par souci de simplification, nous subs-
dans de fortes proportions et par conséquent les coûts. tituons ici les compétences aux correspondances statu-
Ainsi, la rentabilité de notre activité nécessite un suivi très taires (grades).
rigoureux de divers éléments liés à la gestion des res- Remarques : les grades dont peuvent bénéficier certains

Adéquation de l'organigramme de l'unité / grades des agents


Fonction - Emploi Grade - Compétences
Responsable de la Fonction Linge / Agent chef, Technicien Supérieur, Ingénieur
Responsable de Production (fonction de la taille de la structure)
Administratif Adjoint administratif, Adjoint des cadres,
Attaché d'administration
Technicien Qualité, Sécurité, Environnement Agent chef à Technicien Supérieur Hospitalier
Responsable Relations Clients Agent chef à Technicien Supérieur Hospitalier
Agent d'encadrement d'un atelier Agent de Maîtrise /
comprenant une ou plusieurs unités Agent chef
Agent Gestion Textile Informatisée Ouvrier Professionnel, Maître ouvrier
Agent de production assurant la coordination Maître ouvrier
d'une équipe ou occupant un poste de haute technicité
Agent de production Ouvrier Professionnel

Une partie des compétences associées à chaque emploi figure dans la rubrique "Savoir-faire" du répertoire des métiers - Fiches métiers en Annexe:
• Responsable Fonction Linge
• Responsable de production (Encadrement Blanchisserie)
• Agent Gestion Textile Informatisée (Lingère - Couturière)
• Agent de Production (Agent de blanchisserie)

94 LA FONCTION LINGE DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ


•••• Quatrième partie - Chapitre 8
agents ne reflètent pas toujours l’entendue de leurs com- Une licence est également proposée à l’Université de
pétences (grade obtenu par ancienneté ou a contrario Lyon :
emploi tenu sans une reconnaissance statutaire correspon- • Licence professionnelle Gestion de la Production
dant *). industrielle Option Blanchisserie Industrielle
Idéalement, le schéma de base permettant une bonne adé- En constante évolution de part l’automatisation des pro-
quation entre les fonctions et les grades devrait être le sui- cess, le développement des protocoles d’hygiène - norme
vant (voir tableau ci-contre). RABC, les nouvelles contraintes environnementales…
notre métier à besoin de personnels de plus en plus quali-
fiés. Ainsi, les qualifications requises peuvent s’étendent
8.2 • LA FORMATION jusqu’au diplôme d’Ingénieur.
Ce paragraphe présente les pré requis indispensables au Voir tableau Fiches Métier "Pré requis indispensables"
recrutement (Formations de base - pré-requis) ainsi que les
différents besoins en formations “Tout au long de la vie” À noter que peu de lycées forment à notre métier.
(Formations complémentaires - connaissances). LP Les HUISSELETS
Il vous guidera en vous donnant diverses possibilités de Avenue du Maréchal De Lattre de Tassigny
formations et les procédés y afférents, outils nécessaires -25206 MONTBÉLIARD
pour maîtriser les évolutions professionnelles en fonction Tél. 03.81.99.91.00 Fax 03.81.99.31.13
des emplois occupés. lp.huisselets.montbeliard@ac-besancon.fr

A. Formation initiale Lycée Marie-Laurencin


formations de base - pré-requis Lycée des Métiers de la Mode et des Arts
La blanchisserie hospitalière est une activité de type indus- 1 avenue Jean Monnet, BP 80041 - 63201 RIOM Cedex
trielle. Tél. 0473646960 Fax 0473646965
Les agents recrutés par notre activité proviennent de la Site: www.marie-laurencin.com
filière textile, idéalement, ils sont titulaires des diplômes contact@marie-laurencin.com
professionnels de l’Éducation Nationale suivants:
• Certificat d’Aptitude Professionnel EATEI (Entretien des Lycée des Métiers Charles-Goulden
Articles Textiles en Entreprises Industrielles) dit "CAP 2 rue de la piscine - 67240 BISCHWILLER
Blanchisserie" Tél. 03.88.63.58.44 Fax 03.88.53.90.99
• Certificat d’Aptitude Professionnel Métiers du pressing
• Baccalauréat Professionnel (Brevet Professionnel) Lycée Jean-Lurçat
Métiers du pressing et de la Blanchisserie 4 rue Ludovic Arrachat - 69008 LYON
Obtenus par cursus scolaire classique ou par apprentis- Tél. 04.72.78.01 Fax 04.78.75.06.54
sage.
Lycée Toulouse-Lautrec
* Des concours sont alors organisés pour y remédier. Les délais sou- 15 rue Charles Portal BP 80314 - 81027 ALBI Cedex 9
vent longs pour les agents concernés nécessitent un management
actif pour gommer les inégalités ressenties et éviter les frustrations - Tél. 05.63.49.19.29 Fax 05.63.49.19.28
paragraphe 8.7 “Eléments de motivation”. 0810003N@ac-toulouse.fr

Exemple d’après Fiches Métier "Pré requis indispensables"


Fonction - Emploi Grade - Compétences
Responsable de la Fonction Linge / Bac +2 à Bac +5
Responsable de Production Promotion interne (fonction de la taille de la structure)
Administratif Bac à Bac + 2
Technicien Qualité, Sécurité, Environnement Bac à Bac + 2
Responsable Relations Clients Bac à Bac + 2
Agent d’encadrement d’un atelier comprenant plusieurs unités CAP à Bac
Agent Gestion Textile Informatisée
Agent de production assurant la coordination d’une équipe CAP
ou occupant un poste de haute technicité
Agent de production

LA FONCTION LINGE DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ 95


Lycée Professionnel Val de Bièvre  L’agent peut, en utilisant son Droit Individuel à la For-
15 rue d’Arcueil - 94250 GENTILLY mation (DIF) être acteur de son parcours de formation.
Tél.: 0149869929
Exemples de textes réglementaires de référence:
Lycée Professionnel Europe • loi n° 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obli-
71, avenue de l’Europe - BP 20 - 51673 REIMS gations des fonctionnaires
Tél. 0326852833 Fax 0326857364 • loi n° 86-33 du 9 janvier 1986 portant dispositions sta-
tutaires relatives à la fonction publique hospitalière
Lycée Professionnel Du Rebberg • loi n° 2007-148 du 2 février 2007 de modernisation de
1 rue de Verdun - BP 1033 - 68050 MULHOUSE Cedex la fonction publique
Tél. 0389317440 Fax 0389542610 • décret N° 2008-824 du 21 août 2008 relatif à la forma-
ce.0680041A@ac-strasbourg.fr tion professionnelle tout au long de la vie des agents de
la fonction publique hospitalière
Cette filière n’est pas développée car rares sont les jeunes La formation tout au long de la vie comprend principale-
qui manifestent une réelle envie de travailler dans le sec- ment les actions suivantes (extrait art 1 du décret n° 2008-
teur de la blanchisserie. Souvent contraints par leur 824 du 21 août 2008):
conseiller d’orientation, les classes sont principalement • Actions de formation professionnelle initiale théorique
occupées par des jeunes n’envisageant pas poursuivre par et pratique
une carrière professionnelle. • Actions de développement des connaissances et des
Ainsi, la blanchisserie, souvent utilisée comme cellule de compétences
reclassement, hérite de personnel issu de nombreuses Les catégories qui composent ce type d’action visent à
filières. Les agents postés n’ont pour la plupart aucun assurer:
diplôme ou sont titulaires de CAP sans rapport direct avec • a) l’adaptation immédiate au poste de travail
notre activité. • b) l’adaptation à l’évolution prévisible des emplois 
Le personnel ayant des profils divers et variés, l’instaura- actions éligibles au DIF
tion par l’encadrement d’une culture d’Entreprise est ren- • c) le développement et l’acquisition de nouvelles
due plus difficile et nécessite des adaptations permanentes connaissances et compétences  actions éligibles
du management. au DIF
L’accroissement des connaissances liées à notre domaine • Les actions de préparation aux concours et examens
d’activité s’effectue alors principalement par la voie de la professionnels  actions éligibles au DIF
formation continue. • Les actions de conversion
• Les actions de bilans de compétences  actions éligi-
B. • Formation continue ou Formation bles au DIF
professionnelle tout au long de la vie - • Les actions de validation des acquis de l’expérience 
Formations complémentaires - connaissances actions éligibles au DIF

La formation continue ou “formation professionnelle tout Plus de détails…


au long de la vie” assure l’adaptation des agents à leur(s) ■ Actions de formation professionnelle initiale théorique

poste(s) “tout au long de leur carrière”. et pratique


Elle a pour objectif de: La formation professionnelle initiale concerne:
• favoriser le développement des compétences, faciliter • Les actions d’intégration ayant pour objectif de faire
l’accès aux différents niveaux de qualification profes- connaître à un nouvel agent son environnement de tra-
sionnelle, contribué à l’intégration et à la promotion vail et ses spécificités.
sociale, • Les actions de professionnalisation permettant de déve-
• permettre d’exercer avec efficacité les fonctions lopper et d’approfondir les compétences profession-
confiées pour satisfaire les besoins des usagers et pour nelles de l’agent après sa titularisation. Elles compren-
une réalisation optimum des missions du service, nent généralement une partie théorique complétée de
• favoriser la mobilité et la réalisation des aspirations per- stages pratiques qui sont adaptés à la situation profes-
sonnelles. sionnelle de l’agent.
 Le manager peut, par ce biais, maîtriser l’évolution du
personnel en fonction des postes à développer. ■ Actions de développement des connaissances et des

Sources d’informations, la formation continue constitue compétences


également un levier au développement de la motivation Elles recouvrent deux types de formations: les formations
du personnel. réglementaires et les formations non qualifiantes.

96 LA FONCTION LINGE DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ


•••• Quatrième partie - Chapitre 8
Les formations réglementaires mêmes avantages qu’un titre de l’éducation nationale.
En fonction des secteurs d’activités et de l’organisation de Dans notre profession, un seul titre existe :"Gestionnaire
la Blanchisserie, certaines formations peuvent être néces- de la fonction linge en établissement de santé" délivré par
saires, exemples (liste non exhaustive): la CCI des Vosges (Tél.0820203038).
Tous secteurs: SST (sauveteur secouriste du travail) forma-
tion obligatoire (code du travail) / le médecin détermine le ■ Actions de conversion
nombre d’agent par secteur devant avoir cette formation. Elles permettent aux agents qui ne peuvent plus exercer
PSC1 (secours civique) formation non obligatoire leur métier d’origine de suivre des formations d’adapta-
Secteur transports: Cariste (+ habilitation), Permis Poids tions ou de reconversion professionnelle vers de nou-
lourd, FCOS, FIMO (ou attestation selon la date de déli- veaux métiers.
vrance du permis).
Secteur maintenance: Électrique, Conducteur générateur ■ Actions de bilans de compétences (art 25 à 27 du décret
de vapeur, Gaz (+ habilitation) n° 2008-824 du 21 août 2008)
Il a pour objectif d’analyser les compétences profession-
Les formations non qualifiantes nelles et personnelles ainsi que les aptitudes de l’agent
Elles contribuent à l’amélioration des connaissances pro- demandeur. Il peut aider à définir un projet professionnel
fessionnelles. Les principaux besoins sont répertoriés dans ou un projet de formation.
les “Fiches Métier - Connaissances” (voir Annexe), ils
regroupent entre autres: ■ Validation des Acquis et de l’Expérience (VAE) (art 28
• La technologie des textiles et des matériels, du décret n° 2008/824 du 21 août 2008)
• La connaissance de Produits utilisés et des Logiciels Cet acte officiel reconnaît les acquis de l’expérience soit
dédiés, pour accéder à une formation soit pour obtenir, en totalité
• Les exigences d’Hygiène et de Sécurité (Mise en place ou en partie un diplôme ou titre.
Méthode RABC, Manutention - Port de charges…), Pour la blanchisserie, il est possible de s’inspirer des cor-
• Les démarches, méthodes et outils de la Qualité, respondances suivantes:
• Les techniques générales d’organisation et de manage- Activité Diplôme ou titre
ment. Agent de production CAP Entretien des articles
• Collecte réception et textiles en entreprise
Tous ces domaines peuvent être développés par nos parte-
tri du linge sale industrielle
naires techniques ou par des organismes extérieurs.
• Lavage
• Finition
■ Actions de préparation aux concours et examens pro- • Conditionnement et
fessionnels (art 22 à 24 du décret n° 2008-824 du 21 août Distribution
2008) Gestion des approvisionnements Bac Pro Métiers du pressing
Elle permet aux agents de suivre des cours pour accéder à Identification et de la blanchisserie
un nouveau grade ou cadre d’emploi par la voie des Démarche qualité
concours ou examens professionnels. Encadrement, Gestionnaire de la fonction
Exemples de formations diplomates en blanchisserie Gestion linge en établissement de
• Les préparations aux diplômes de l’Éducation Nationale santé, Ingénieur D.P.E

(listés au paragraphe 8.2.1 formation initiale) sont envisa-


geables avec la collaboration de nos partenaires de Forma- Remarque: ingénieur D.P.E
tion. L’examen conduisant à la délivrance du titre d’ingénieur
Ex: le CAP diplômé par l’État (DPE) permet à des ingénieurs de fonc-
Cette formation s’effectue souvent en alternant du travail tion d’obtenir un titre d’ingénieur diplômé.
personnel et des regroupements avec le formateur. La validation s’effectue sur entretien puis, en cas de réus-
Le programme est classique avec des domaines généraux site, soutenance des mémoires. Les épreuves permettent
(mathématiques, sciences physiques, français…) et des de vérifier que le (la) candidat(e) dispose bien des compé-
domaines technologiques associés au métier (triage, tences propres à l’ingénieur, transversales ou liées à la spé-
lavage, séchage, repassage…) mais également dans des cialisation postulée et d’une culture scientifique et tech-
domaines annexes (air comprimé, vapeur ou lecture de nique de haut niveau.
plan). La liste des spécialités est fixée par arrêté (dernier en date
• En dehors des titres Éducation nationale, il existe des du 19 août 2005) notamment:
titres homologués en rapport avec la classification des • Automatique et informatique industrielle,
diplômes (de 1 à 5). • Bâtiment et /ou travaux publics, Biologie appliquée,
Ces titres permettent, une fois obtenus de prétendre aux • Chimie,

LA FONCTION LINGE DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ 97


• Eau et environnement, Électronique, Électrotechnique, contribue ainsi à maintenir un bon climat au sein de
Énergétique, l’unité de production.
• Génie industriel, Génie physique, Génie de procédés,
Gestion de production,
• Hygiène et sécurité, 8.3 • LES FICHES MÉTIERS
• Informatique, Vous trouverez en annexe 01 au chapitre 5 les principales
• Logistique, fiches Métiers spécifiques à la blanchisserie. Ces fiches
• Matériaux, Mécanique, Mesures et instrumentation, synthétiques contiennent des informations essentielles
• Télécommunication et réseaux. pour le manager. Elles peuvent servir:
• d’élément de base à la rédaction de fiche de postes,
Au regard de ces nombreux dispositifs, la formation rubriques:
continue (sous réserve de validation du Plan de Forma- • Activités,
tion par la DRH) constitue pour le manager et pour le • Savoir-faire (compétences),
personnel, un véritable outil de progrès. • Connaissances (principaux besoins en formation conti-
Pour le personnel, source d’opportunités, elle contribue à nue).
la valorisation du travail exécuté. • de document de référence à l’harmonisation de l’orga-
Pour le manager, elle permet d’impliquer sans contrainte nigramme de l’unité, rubriques:
majeure, les agents dans une démarche de Qualité Totale. • Correspondances statutaires,
Elle favorise également, l’ouverture entre les agents et • Pré requis (Formation Initiale).

Exemples d’amélioration de postes de travail


Poste de travail Avancée technologique (automatisation / ergonomie)
Réception / accrochage linge sale • Poste de travail réglable en hauteur,
• Basculeur de rolls
Désinfection des chariots • Tunnel de désinfection avec chargement /
déchargement automatique des chariots
Tri du linge • Système alvéolaire à hauteur des agents
• chargement automatique des slings
Lavage / essorage / séchage • Alimentation et sortie automatiques des tunnels de lavage (le lavage en
tunnel supprime les opérations manuelles de déchargement
et de chargement des machines à laver)
• Ecran de pilotage tactile
• Dosage automatisé des produits lessiviels
Séchoir démêloirs • Alimentation par système pneumatique
Finition Grand Plat • Robot démêloir (suppression des opérations de démêlage du linge)
• Poste de travail réglable en hauteur
• Engagement déporté
Finition Linge en Forme • Poste de travail réglable en hauteur
• Ecran de pilotage tactile
• Pliage et tri automatique des vêtements
Pliage divers • Plieuse automatique ou semi-automatique éponges
• Plieuse semi-automatique couvertures
Regroupement / Distribution • Evacuation automatique des piles de linge par tapis
• Stockeur automatique
• Informatisation des livraisons
GTI (Gestion Textile Informatisée) • Identification des articles (dont logiciel de gestion des articles)
Responsable de Production • Gestion de Production Assistée par Ordinateur
Maintenance • Nettoyage automatique et centralisé des filtres à peluches
• GMAO

98 LA FONCTION LINGE DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ


•••• Quatrième partie - Chapitre 8
• d’outil de management, rubriques: A titre indicatif
• Passerelles pour informer le personnel des différentes Poste Poste Préconisations
possibilités d’évolution de carrière,
Main d'œuvre indirecte
• Tendances d’évolution (pressenties au niveau national)
Personnel d'encadrement
pour anticiper des principaux changements influant
Responsable de
sur les postes de travail
la Fonction linge 1
Responsable de production 1 si tonnage> 5
8.4 • LES POSTES DE TRAVAIL Responsable administratif 1 si tonnage > 5
Technicien qualité
Depuis plusieurs années nos procédés de traitement
sécurité environnement 1 si tonnage > 5
connaissent des évolutions majeures en matière d’auto- Relations clients 1 si 5 < tonnage < 10
matisation et d’ergonomie. +1 par tranche de 10 t
Ces dernières sont principalement motivées par: Agent GTI 1 par tranche de 2.5 t
• 1) La recherche de gains économiques, Main d'œuvre directe
• 2) Les développements des démarches d’amélioration
Agent d'encadrement 1 par zone Finition &
continue et des normes d’hygiène (méthode RABC), Préparation des lots à
• 3) Le souci d’amélioration des conditions de travail. laver si tonnage > 5
Vous trouverez dans le tableau (p. 98) quelques exemples Référent Agent 1 au secteur Linge en
d’améliorations de postes de travail de production Forme / Linge à Sécher
Ainsi, avec un process optimisé: 1 au secteur Linge Plat
• 1) Le ratio agent moyen est augmenté (Réf. Chapitre 5 si tonnage > 10
“Les seuils de productivité dans le traitement du linge” Agents de production
& Annexes - “Récapitulatif des principaux ratios”), Zone préparation des lots à laver
paragraphe 8.5 “Méthode de calcul des effectifs”. Réception / accrochage linge sale 1
⇨ Des gains économiques sont mesurés. Désinfection des chariots 1 en fonction de l'organisation
• 2) Le travail des agents de production est valorisé: le Tri du linge 1 par tranche de 2.5 t
manager peut aisément impliquer son personnel dans Lavage 1
des actions d’amélioration continue, paragraphe 8.6 Zone Finition
“Éléments de motivation”. Exemple: actions de traça- Grand Plat 1 dépend du matériel
bilité et d’autocontrôle nécessitées par diverses d’engagement
démarches qualité (cf. Chapitre 10). Petit Plat 1 par tranche de 250 kg de PP
Remarque: certains autocontrôles qualitatifs (articles Linge en Forme 1 par tranche de 600 kg de LF
tâchés ou déchiré) peuvent aujourd’hui être détectés Séchoir 1
Pliage éponge 1 pour 500 kg d'éponges
automatiquement par le matériel de production.
Pliage manuel 1 pour 110 kg de couvertures
• 3) La pénibilité des postes de travail est réduite. Réception 1 par tranche de 5 tonnes
⇨ La motivation du personnel est accrue, paragraphe Distribution 1 pour 80 chariots en rotation
8.6 “Élément de motivation”.
Les équipes de développement de nos principaux parte-
naires techniques contribuent à l’amélioration de la qua-
cess et des postes clés doit être réalisée par le manager).
lité de nos prestations et de nos conditions de travail.
Le nombre global de postes doit être majoré de 20 % à
Elles recherchent, de façon permanente, la meilleure
25 % pour pallier à l’absentéisme total : remplacement
adaptation entre le matériel et nos besoins. Pour exemple:
congés, maladie, RTT (En page 101 un exemple de
l’engagement automatique des draps est actuellement en
tableau de bord de suivi des effectifs et de l’absentéisme).
cours d’étude.
En période de congés, il convient de remplacer les postes
Les prochaines évolutions permettront de réduire encore
à main-d’œuvre directe et si besoin le personnel affecté à
le nombre de manipulations du linge.
la Gestion Textile Informatisée (ex. lors des campagnes de
"puçage").
8.5 • MÉTHODE DE CALCUL DES Les congés doivent être planifiés à l’avance en vue d’orga-
EFFECTIFS niser les secteurs de production (le personnel d’encadre-
Le mode de calcul des effectifs est étroitement lié à l’orga- ment doit être constamment représenté).
nisation interne de chaque Blanchisserie ainsi qu’à son Remarque : pour des raisons de sécurité, liées à la
niveau d’automatisation. conduite des machines, un effectif minimum de 50 % de
Ces effectifs sont modulables en fonction du parc machine personnels qualifiés au poste de travail (titulaire ou
et des ratios présentés en annexes (une analyse fine du pro- contractuel de longue durée) est préconisé.

LA FONCTION LINGE DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ 99


Calcul d’effectif de production • Forme : 3500 pièces/jour
(au travers d’un exemple) • Eponge : 1 800 pièces/jour
• Linge divers en pliage manuel (couvertures,
Hypothèses : bavoirs…) : 3500 pièces/jour
• Blanchisserie traitant 7.4 tonnes de linge en moyenne • Linge de résident : 300 kg/jour
par jour. Dans le cadre de cet exemple - blanchisserie de 7,4 t/jour
• Ouverture du lundi au vendredi soit 5 jours /semaine. – les besoins en ETP sont de 21.9 (production pure) pour
• Horaire de travail des agents 7 heures par jour soit 17.5 postes de travail.
35h/semaine (dont 6h15 de travail effectif/ pause À cela il faut ajouter:
repas de 30 minutes + pause café de 10 minutes + • L’encadrement
temps habillage/déshabillage de 5 minutes sur le • La maintenance
temps de travail) • La préparation des commandes
• GP : 5000 pièces /jour • La fonction « lingerie »
• PP : 3250 pièces/jour • Le transport

Exemple de méthode de calcul des effectifs


Poste de travail ratios Heures de travail Calcul du nombre Détermination de
(à partir du de postes de travail l’amplitude horaire
ratio moyen) de (1 poste = 6,25 h) de fonctionnement
du secteur

Réception et Entre 1000 kg 7400/1150 = 6.43 6.43/6.25 = 1.03


accrochage des sacs et 1300 kg/h soit 1 6.25 heures

Tri du linge Entre 370 kg/h 7400/390 = 18.97 18.97/6.25 = 3.04


et 410 kg/h soit 3 6.25 heures

Gestion du lavage Entre 800 kg et 7400/950 = 7.79 7.79/6.25 = 1.25


(tunnel + 3 laveuses 1 100 Kg/h
+ 3 séchoirs industriels
+ 3 séchoirs artisanaux) soit 1.25 8 heures

Pliage et tri du Entre 20 et 300/30 = 10 10/6.25 = 1.6


linge résident 40 kg/h Soit 1.6 6.25 heures

Pliage automatisé Entre 500 et 1800/600 = 3 3/6.25 = 0.48


des éponges 700 p/h soit 0.5 3 heures

Pliage manuel divers Entre 200 et 3500/225 = 15.55 15.55/6.25 = 2.49


250 p/h Soit 2.5 6.25 heures

Engagement linge GP Entre 370 p/h 5000/385 = 12.98 h 12.98/6.25=2.07 7 heures avec
(robot de mise à l’unité et 400 P/h Soit 2 remplacement au poste
+ engagement latéral) durant les pauses

Engagement linge PP Entre 380 et 3500/400 = 8.75 h 8.75/6.25 = 1.4


420 p/h Soit 1.4 6.25 h

Réception linge plat 1 agent pour GP/PP 1 7 heures avec


si la géographie remplacement au poste
des lieux le permet Soit 1 durant les pauses

Engagement linge Entre 220 et 3500/250 = 14 14/6.25 = 2.24 7 heures avec remplacement
en forme 280 p/h au poste durant les pauses +
(sans préparation) Soit 2.25 affectation d’opérateurs
« rapides »

Réception linge 1 agent 1 7 heures avec remplacement


en forme Soit 1 au poste durant les pauses

total 17.5 postes de travail

Absentéisme total 25%

Besoin en ETP 21.9 ETP

100 LA FONCTION LINGE DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ


Tableau de bord de suivi des effectifs et de l’absentéisme
2009 janvier février mars avril mai juin juillet août septembre octobre novembre décembre total moyenne
nbre jours travaillés (y compris jours fériés) A 21 20 22 22 20 21 23 21 23 22 21 23 259 21,6
nbre d'agents 38 38 39 37 37 38 39 41 37 37 37 37 37,9
nbre d'ETP B 37,4 37,4 37,9 35,9 35,9 36,9 37,9 39,9 35,9 35,9 35,9 35,9 36,9
nbre de jours de travail C 2 5 5 26 38
supplémentaires en renforts
nombre de jours non travaillés D 13 13 24 14 17 10 19
par certains agents (fériés) *
nbre de jours théoriques de travail E= A*B+C-D 774,4 753 838,8 776,8 694 774,9 857,7 837,9 808,7 789,8 743,9 832,7 9482,6 790,2
CA en jours H 75 56 72 81 86 86 177 265 88 68 102 134 1290 107,5
RTT en jours I 2 5 8 5 6 9 1 5 2 43 4,8
C Maladie en jours J 20 38 25 17 12 34 31 21 58 45 19 40 360 30,0
CLD en jours K 42 40 44 44 40 42 46 42 46 44 42 46 518 43,2
AT en jours L 6 7 23 36 12,0
C exceptionnel en jours M 3 1 3 3 1 1 1 2 15 1,9
C maternité en jours N 14 14 14,0
C paternité en jours O 0
Formation en jours P 4 4 4 4 3 4 5 28 4,0
Grève en jours Q 1 1 1 3 1,0
absentéisme total en jours (hors CA et RTT) R= I+J+K+L+M+N+O+P+Q 80 85 75 64 60 79 77 63 109 97 74 111 974 81,2
% d'absentéisme
(uniquement CA et RTT) S= (H+I)/E 9,94% 8,10% 9,54% 11,07% 13,26% 12,26% 20,64% 31,63% 11,01% 9,24% 13,98% 16,09% 13,90%
% d'absentéisme
(hors CA et RTT) T=R/E 10,33% 11,29% 8,94% 8,24% 8,65% 10,19% 8,98% 7,52% 13,48% 12,28% 9,95% 13,33% 10,26%
% absentéisme total U= S+T 20,27% 19,39% 18,48% 19,31% 21,90% 22,45% 29,61% 39,15% 24,48% 21,52% 23,93% 29,42% 24,16%
poids de linge lavé en kg V 147 827 144 263 152 723 159 269 144 573 146 036 152 049 133 871 149 560 149 371 146 349 157 954 1 783 845 148 654
productivité théorique en Kg/jour/agent W=V/E 191 192 182 205 208 188 177 160 185 189 197 190 188
Nbre de jours réels de travail (1 jour =7 heures) G=E-H-I-R+F/7 619,8 605,9 684,6 630,5 545,7 598,2 604,5 513,8 616,0 618,9 567,4 598,4 7203,7
productivité réelle
(absentéisme compris) en Kg/jour/agent X=V/G 239 238 223 253 265 244 252 261 243 241 258 264 247
*Le travail des jours fériés est basé sur le volontariat. De ce fait, sont décomptés des jours non travaillés par certains agents.

LA FONCTION LINGE DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ


101
•••• Quatrième partie - Chapitre 8
Dans ce cadre, les nouveaux arrivants, reçoivent systéma- Chaque semaine, favorise la communication
tiquement, une formation renforcée à la sécurité ainsi • Analyse les dysfonctionnements de la semaine précé-
qu’un accueil et une formation adaptée à leur poste de tra- dente et apporte des actions d’améliorations visibles
vail. par le personnel
Ces formations sont conjointement dispensées par le Res- • Réorganise les secteurs / contraintes exceptionnelles
ponsable Sécurité et le Responsable de Production. • Identifie, remercie, félicite les agents méritants - indivi-
Les "nouveaux" sont ensuite assistés par des "tuteurs" duellement ou par secteur - oralement et éventuelle-
jusqu’à ce que leurs compétences soient validées par le ment par affichage.
Responsable de Production et le Responsable Sécurité. Les données de base utilisées doivent toujours être
Rappel: les dépenses liées au personnel représentent envi- mesurables : résultats microbiologiques conformes,
ron 50 % des coûts d’exploitation (hors transports). productivité / secteur respectée…
Ainsi, la gestion de notre activité nécessite une gestion • Réalise des séances d’information (niveau de producti-
rigoureuse des effectifs en accord avec la production réa- vité, présentations et explications portants sur les
lisée. actions d’amélioration, prévisions d’organisation,
Les ressources disponibles doivent être systématiquement consignes S +1…)
utilisées et satisfaire les ratios de productivité.
À cette fin, la mise en place et le suivi des tableaux de bord
Chaque mois, analyse les informations
(kg et nombre d’articles à traiter, prévisions d’absence,
• Restitue et commente les principaux indicateurs des
maladies, accidents de Travail.) constitue un outil indis-
tableaux de bord (indice de satisfaction Clients, pro-
pensable.
ductivité…)
• S’ouvre à des visites / audits extérieurs
8.6 • LES ÉLÉMENTS DE MOTIVATION • Transmet et commente les remerciements reçus par les
Clients - éventuellement par affichage.
Le travail sur machine confronte chaque jour les agents à • Analyse les suggestions du personnel (ex. recueille
des tâches routinières, c’est pourquoi afin d’éviter - ou du préalablement les informations par la mise en place
moins retarder - l’usure professionnelle, le manager doit d’une boîte à idée…)
avoir la volonté de motiver ses agents au quotidien.
Pour cela, il doit instaurer un esprit d’équipe tout en pro- À l’année, intéresse les agents à leur poste de travail
mouvant le développement des connaissances et des • Réalise un plan d’investissements prenant en compte
compétences de chacun de ses agents. l’ergonomie des postes de travail
Aux vues des précédents paragraphes, grand nombre de • Organise des actions d’amélioration des connaissances
leviers lui permettent de réussir ce challenge. professionnelles en partenariat avec des organismes
Vous trouverez ci-après, en complément, quelques extérieurs
recettes simples et pratiques servant de base à un manage- • Etablit, communique les objectifs collectifs (ex. déve-
ment “positif” permettant la création d’un climat serein et loppement de la traçabilité et contribution du person-
productif au sein de tout établissement professionnel. nel à la rédaction de documents - procédures, proto-
Remarque: coles, tableaux d’enregistrement…).
Dans notre système où la rémunération ne peut pas être un • Lors des entretiens individuels, consulte l’agent sur
élément principal de motivation, un accent doit être porté l’amélioration des conditions de travail, prend note
sur les valeurs d’entreprise et la reconnaissance quoti- des souhaits d’évolution, propose et valide les objectifs
dienne des tâches effectuées. d’amélioration (ex. élargissement de mission: gestion
Les valeurs défendues peuvent être les suivantes: disponi- de consommables, réalisation d’autocontrôles qualita-
bilité, esprit d’équipe, employabilité, implication, res- tifs…)
pect… • Soutient et promouvoir le personnel méritant par “la
Toutes ces valeurs doivent être transmises unanimement reconnaissance statutaire”
aux agents par le manager et l’équipe d’encadrement. Tout agent impliqué dans ses missions est implicite-
ment en attente d’une reconnaissance statutaire.
Ainsi, l’équipe d’encadrement Des possibilités annuelles existent pour reconnaître un
Au quotidien, facilite le contact positif travail de qualité.
• Respecte les agents • augmentation significative de la notation (soumis à la
• Est à l’écoute de son personnel Direction de l’établissement)
• Reste aimable et courtois (même en cas de difficultés • avancement anticipé d’échelon (soumis aux commis-
avec un/des agent(s)) sions paritaires)

102 LA FONCTION LINGE DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ


•••• Quatrième partie - Chapitre 8
• avancement de grade (soumis aux commissions pari- • 5) Attente des résultats
taires) • 6) Attente d’une ouverture de poste: estimée à 2 ans
• primes (en fonction des établissements) minimum pour obtenir la correspondance statutaire
L’implication du manager est indispensable : un rapport adéquate au futur organigramme.
étayé doit être transmis à la Direction de l’établissement.
Dans le cadre des Ressources humaines, il convient au
quotidien, d’employer les capacités individuelles au
À long terme, anticipe la future organisation de son acti- bénéfice collectif:
vité (dont cohérence de l’organigramme): • 1) utiliser et mettre en valeur les qualités de chaque
• Facilite le travail du personnel par la rationalisation des agent,
articles à traiter • 2) gommer les "défauts" par des objectifs individuels
• Initie les formations qualifiantes (concours et examens adéquats,
professionnels) nécessaires à l’organisation future. • 3) créer avec la diversité des ressources et des compé-
Remarque, les délais suivants doivent être intégrés: tences une équipe volontaire et performante.
• 1) Demande au service délégué par la Direction
• 2) Acceptation par la Direction La motivation du personnel est principalement induite
• 3) Intégration au Plan de Formation / Affichage de l’avis par la motivation permanente et connue du manager et
de concours de son équipe d’encadrement. Sans cette dynamique et
• 4) Formation / Concours cette volonté, l’unité ne pourra évoluer.

LA FONCTION LINGE DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ 103


Chapitre 9

LA GESTION DES RISQUES

La sécurité fait désormais partie des principales préoccu- 9.2 • LE DOCUMENT UNIQUE:
pations des entreprises. UNE OBLIGATION
La Haute Autorité de Santé a intégré la notion de gestion
Comme on l’a vu dans les chapitres précédents, la blan-
des risques dans la certification des établissements de
chisserie constitue une activité de production de type
santé V2010.
industrielle placée dans l’univers de la santé. Elle peut, soit
Il convient de prévoir les risques qu’encourent les biens et
être intégrée dans un Centre Hospitalier, soit être inter-hos-
surtout les employés ; d’autant plus que les textes vont
pitalière et bénéficier d’un statut juridique de coopération.
dans le sens d’une plus grande responsabilisation de l’em-
(groupement d’intérêt public, économique ou groupe-
ployeur.
ment de coopération sanitaire).
En France, c’est à l’employeur que revient la responsabilité
9.1 • LA PRÉVENTION DES RISQUES d’assurer la santé et de préserver la sécurité de ses person-
La prévention des risques contribue à une meilleure com- nels. Il doit élaborer et mettre en place une démarche glo-
préhension des dangers potentiels et autres risques réels bale de prévention fondée sur:
rencontrés, mais vise également à améliorer véritablement • l’application des principes généraux de prévention,
les conditions de travail. • l’identification des dangers et l’évaluation des risques,
Les principes généraux de prévention, consistent à: • la mise en place d’une organisation et de moyens adap-
• éviter les risques; tés,
• évaluer les risques qui ne peuvent être évités; • la formation et l’information des agents et des actions
• combattre les risques à la source; de prévention des risques professionnels.
• adapter le travail à l’homme (conception des postes de Il doit transcrire et mettre à jour au moins annuellement
travail, choix des équipements et des méthodes de tra- dans un document unique les résultats de l’évaluation des
vail et de production), l’objectif étant notamment de risques de l’établissement.
limiter le travail monotone ou cadencé; Les actions de prévention mises en œuvre doivent garantir
• tenir compte de l’état d’évolution de la technique; un meilleur niveau de protection de la sécurité et de la
• remplacer ce qui est dangereux par ce qui ne l’est pas santé des personnels et des usagers, et être intégrées par
ou ce qui l’est moins; tous dans l’ensemble des activités de l’établissement.
• planifier la prévention en y intégrant, dans un ensemble Le document unique s’inscrit dans cette démarche et
cohérent: répond à une obligation du code du travail (décret du
- la technique, 5 novembre 2001). L’employeur qui ne remplit pas cette
- l’organisation du travail, obligation s’expose à des sanctions de classe 5.
- les conditions de travail, L’URBH et le CTTN-IREN se sont associés pour rédiger un
- les relations sociales, guide sur l’évaluation des risques pour la sécurité et la
- l’influence des facteurs ambiants; santé des travailleurs en blanchisserie que le lecteur trou-
• prendre des mesures de protection collective et leur vera en annexe 01: « pour l’application en blanchisserie
donner la priorité sur les mesures de protection indivi- de l’évaluation des risques pour la sécurité et la santé des
duelle; travailleurs »
• donner des instructions appropriées aux salariés. La méthode proposée dans ce guide peut se généraliser à
La prévention doit également porter sur les agissements tout type d’activité.
de harcèlement moral ou sexuel. Néanmoins, elle s’adresse plus spécifiquement à la blan-

104 LA FONCTION LINGE DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ


•••• Quatrième partie - Chapitre 9
chisserie. Les exemples (fictifs) sélectionnés pour illustrer elles peuvent faire appel, représente un nombre total
les propos sont par ailleurs issus de la blanchisserie. d’heures de travail prévisible égal au moins à 400 heures sur
Si la blanchisserie est intégrée dans un Centre Hospitalier, une période inférieure ou égale à douze mois, que les tra-
la méthode d’évaluation utilisée en blanchisserie devra vaux soient continus ou discontinus. Il en est de même dès
être en harmonie avec celle de l’établissement, de lors qu’il apparaît, en cours d’exécution des travaux, que le
manière que celui-ci puisse produire au final, un docu- nombre d’heures de travail doit atteindre 400 heures;
ment unique qui, bien que décliné en activités ou services, 2) Quelle que soit la durée prévisible de l’opération,
soit clair, lisible et exploitable notamment pour la rédac- lorsque les travaux à accomplir sont au nombre des tra-
tion du Plan de Prévention. vaux dangereux figurant sur une liste fixée, respective-
ment, par arrêté du ministre chargé du travail et par arrêté
9.3 • LES TRAVAUX EN BLANCHISSERIE: du ministre chargé de l’agriculture.
GUIDE DES BONNES PRATIQUES DE Travaux dangereux imposant nécessairement un plan
SÉCURITÉ de prévention
Un certain nombre d’accidents graves se sont produits L’arrêté du 19 mars 1993 (JO du 27 mars 1993) fixe la liste
dans les blanchisseries. Dans la plupart des cas, ces acci- des travaux dangereux pour lesquels il est établi un plan de
dents ont eu lieu dans un contexte de travaux et/ou de prévention, quel que soit le nombre d’heures travaillées:
changement d’équipement et ont concerné les opérateurs • travaux exposant à des rayonnements ionisants;
travaillant dans les blanchisseries. • travaux exposant à des substances et préparations
C’est dans ce contexte, que sous l’égide de FOBLATEX, un explosives, comburantes, extrêmement inflammables,
certain nombre d’entreprises et de bureaux d’études inter- facilement inflammables, très toxiques, toxiques,
venant dans le secteur de la blanchisserie industrielle et nocives, cancérogènes, mutagènes, toxiques vis-à-vis
hospitalière ont constitué un groupe de travail afin de de la reproduction, au sens de l’article R. 231-51 du
réfléchir en commun aux moyens de limiter au minimum code du travail devenu l’article R. 4411-3;
les risques évoqués ci-dessus, notamment en élaborant un • travaux exposant à des agents biologiques pathogènes;
guide des bonnes pratiques en matière de sécurité que les • travaux effectués sur une installation classée faisant
différents intervenants s’engageraient à respecter l’objet d’un plan d’opération interne;
Le lecteur trouvera en annexe 02 un extrait du guide • travaux de maintenance sur les équipements de travail,
FOBLATEX « travaux en blanchisserie-guide des bonnes autres que les appareils et accessoires de levage qui
pratiques de sécurité ». doivent faire l’objet de vérification périodique;
• travaux de transformation sur les ascenseurs, monte-
charge, escaliers mécaniques, trottoirs roulants et ins-
9.4 • LE PLAN DE PRÉVENTION tallations de parcage automatique de voitures;
Article R. 4512-6 du code du travail: • travaux de maintenance sur des installations à très
plan de prévention haute ou très basse température;
Dans tous les cas d’intervention d’entreprises extérieures • travaux comportant le recours à des ponts roulants ou
au sein d’une entreprise utilisatrice, quel que soit le nom- grues ou transtockeurs;
bre d’heures travaillées et la nature des travaux effectués, • travaux comportant le recours aux treuils et appareils
l’entreprise utilisatrice doit organiser au préalable une ins- assimilés mus à la main, installés temporairement au
pection commune des lieux d’interventions avec toutes les dessus d’une zone de travail ou de circulation;
entreprises extérieures qui seront appelées à intervenir. • travaux exposant au contact avec des pièces nues sous
Important: cette concertation entre l’entreprise utilisa- tension supérieure à la T.B.T: Très basse tension;
trice et les entreprises extérieures doit permettre d’iden- • travaux nécessitant l’utilisation d’équipements de tra-
tifier et d’analyser les risques d’interférences entre les vail auxquels est applicable l’article R. 233-9 du code
activités, les installations, et de mettre en place des du travail, devenu l’article R. 4323-17 (seuls les travail-
mesures de prévention. leurs désignés utilisent l’équipement de travail en
question, la maintenance et la modification de cet
Article R. 4512-7 du code du travail: équipement de travail ne peuvent être réalisées que
plan de prévention écrit par les seuls travailleurs affectés à ce type de tâche);
• travaux du bâtiment et des travaux publics exposant les
Cet article du code du travail détermine les deux cas dans
travailleurs à des risques de chute de hauteur de plus
lesquels le plan de prévention doit nécessairement être
de 3 mètres;
établi par écrit avant le commencement des travaux:
• travaux exposant à un niveau d’exposition sonore quo-
1) Dès lors que l’opération à réaliser par les entreprises exté-
tidienne supérieure à 90 dB (A) ou à un niveau de
rieures, y compris les entreprises sous-traitantes auxquelles
pression acoustique de crête supérieure à 140 dB;

LA FONCTION LINGE DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ 105


• travaux exposant à des risques de noyade; Le linge fait partie de la prestation hôtelière d’un établisse-
• travaux exposant à un risque d’ensevelissement; ment de santé et reste une préoccupation en termes d’hy-
• travaux de montage, démontage d’éléments préfabri- giène au quotidien. Une prestation de qualité est néces-
qués lourds; saire, dès la prise en charge du linge au lit du patient
• travaux de démolition; jusqu’au traitement en blanchisserie et la restitution à
• travaux dans ou sur des cuves et accumulateurs de l’établissement de santé.
matière en atmosphère confinée; Le linge ayant une forte capacité à fixer les micro-orga-
• travaux en milieu hyperbare; nismes (bactéries, virus, champignons et parasites) l’amé-
• travaux nécessitant l’utilisation d’un appareil à laser lioration de l’hygiène dans la fonction linge est un enjeu
d’une classe supérieure à la classe 3 A; prioritaire. Les conditions de traitement, de transport et de
• travaux de soudage oxyacétylénique exigeant le stockage du linge doivent être maîtrisées sur le plan de la
recours à un permis de feu. condition microbiologique La norme EN 14065 et la
méthode RABC sont des méthodes de référence en blan-
■ Contenu du plan de prévention chisserie pour atteindre cette maîtrise.
Les chefs d’entreprise doivent procéder en commun à une Diverses études démontrent la contamination du linge lors
inspection et à une analyse des risques pouvant résulter de de son utilisation (tenue professionnelle, literie du patient),
l’interférence entre les diverses activités, les installations et la prolifération de ces germes sur le linge sale et la possi-
les matériels (article R. 237-7 du code du travail devenu bilité de transmission par le linge, en particulier par du
l’article R. 4512). linge « propre » mal traité. C’est pourquoi, dans le cadre
Lorsque ces risques existent, les employeurs arrêtent d’un de la lutte contre les infections nosocomiales, les services
commun accord, avant le début des travaux, le plan de d’hygiène et les CLIN font évoluer leurs recommandations
prévention qui doit définir les mesures prises par chaque vis-à-vis de la fonction linge.
entreprise pour prévenir ces risques; Un guide intitulé « Hygiène appliquée à la Fonction Linge
Les dispositions suivantes doivent apparaître: dans les Établissements de santé », réalisé par la COTERE-
• définition des phases d’activité dangereuses, moyens HOS (Comité Technique Régional de l’Environnement
de prévention spécifiques; Hospitalier / DRASS Rhône Alpes) a fait le recensement de
• adaptation des matériels, installations et dispositifs, à ces préconisations en 1999. Il représente, sans aucun
la nature des opérations à effectuer, définition des doute, le travail le plus détaillé et le plus abouti dans ce
conditions d’entretien; domaine. Au-delà des avis entre hygiénistes, qui peuvent
• instructions à donner aux salariés; certainement encore diverger et évoluer sur certains points,
• organisation mise en place pour assurer les premiers ou des difficultés de mise en œuvre de certaines préconi-
secours, description du dispositif mis en place par l’en- sations, il présente des recommandations précises, cou-
treprise utilisatrice; vrant l’ensemble des circuits de la fonction linge. De très
• conditions de la participation des salariés d’une entre- larges extraits de ce document figurent en annexe 04.
prise aux travaux réalisés par une autre pour assurer la Les tendances que l’on perçoit en matière d’hygiène
coordination nécessaire au maintien de la sécurité. actuellement sont les suivantes:
• La liste des postes occupés par les salariés susceptibles • développement des précautions lors de la manipula-
de relever de la surveillance médicale renforcée doit tion du linge propre afin de ne pas le recontaminer
être fournie par chaque entreprise concernée et figurer • développement de la protection du linge propre avant
dans le plan de prévention. son utilisation
Le lecteur trouvera en annexe 03 un exemple de formu- • développement des moyens de lavage/désinfection des
laires pour l’élaboration d’un plan de prévention écrit. chariots utilisés pour le transport du linge (tunnel de
lavage pour chariots)
• renforcement des systèmes de ventilation en blanchis-
9.5 • MAÎTRISE serie afin que les locaux septiques, qui sont par ailleurs
DU RISQUE INFECTIEUX. considérés maintenant comme des locaux à pollution
Tout patient hospitalisé est exposé au risque de contracter spécifique, soient effectivement en dépression par rap-
une infection associée aux soins. La lutte contre les infec- port aux locaux propres
tions constitue un enjeu national. Les patients, les profes- • limitation des temps de stockage des « en-cours » de
sionnels et les visiteurs sont exposés à ce risque. C’est linge humide notamment durant les week-ends et les
pourquoi une politique d’amélioration continue et coor- jours fériés
donnée de maîtrise du risque infectieux doit être définie et • développement des contrôles bactériologiques systé-
se mettre en place dans les établissements de santé (certi- matiques.
fication V2010) et leurs prestataires associés. On rappellera à ce sujet, la définition des trois niveaux de

106 LA FONCTION LINGE DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ


•••• Quatrième partie - Chapitre 9
propreté communément adoptés pour le linge: (utilisatrice et intervenante) reste responsable de l’applica-
• linge stérile tion des règles à son propre personnel.
• linge de qualité microbiologique maîtrisée (moins de La responsabilité du chef d’entreprise (ou de son délé-
12 unités formant colonie/25 cm2 de tissu et aucun gataire) sera recherchée quand, par sa faute person-
germe nosocomial) nelle, il commet une infraction aux règles d’hygiène et
• linge propre (moins de 12 unités formant de sécurité.
colonie/25 cm2 de tissu).
■ Les infractions au Code pénal
Le Code pénal permet de poursuivre simultanément le ou
9.6 • LE RISQUE JURIDIQUE les auteurs des infractions, qu’il s’agisse de personnes phy-
POUR L’EMPLOYEUR siques ou de personnes morales.
Depuis 1992, le législateur a ajouté la notion de responsa- Un certain nombre d’infractions qui constituent des
bilité pénale à celle de responsabilité civile de l’em- atteintes involontaires à la vie et à l’intégrité physique sont
ployeur. qualifiées de délits. On peut citer:
La responsabilité civile : une personne physique ou • l’homicide involontaire par “maladresse, imprudence,
morale voit sa responsabilité civile engagée dès lors inattention, négligence ou manquement à une obliga-
qu’elle a causé un dommage à autrui par sa faute ou par la tion de sécurité ou de prudence imposée par la loi ou
faute des personnes dont elle répond. Ainsi, l’employeur les règlements” (article 221-6)
est civilement responsable des fautes commises par ses • les blessures involontaires quand l’incapacité totale de
salariés, dans les fonctions auxquelles il les a employés. travail qui en résulte est supérieure à trois mois (arti-
Pour les accidents du travail et les maladies profession- cle 221-19).
nelles, les bases légales de la réparation civile sont pré- • le délit de mise en danger d’autrui (nouveau code civil
vues, de manière spécifique, par une loi du 9 avril 1898. article 223-1) qui a été introduit dans le but de prévenir
Ce système d’indemnisation prévoit une réparation, non les accidents du travail, en réprimant les manquements
intégrale, forfaitaire et automatique dès lors qu’un acci- graves même en l’absence de dommages.
dent du travail ou une maladie professionnelle sont recon-
nus. En complément, la victime peut invoquer l’existence ■ En résumé:
d’une faute inexcusable de l’employeur lui permettant La responsabilité pénale peut être mise en cause quand il
d’obtenir en cas de succès une majoration de son indem- y a:
nisation. • Manquement à la sécurité au travail
La responsabilité pénale: pour les infractions en matière • Atteinte à l’environnement
de santé et sécurité au travail, la responsabilité pénale peut • Harcèlement
être engagée sur le fondement du Code du travail ou sur • Non respect des principes de marchés publics
celui du Code pénal. • Utilisation des travailleurs clandestins, travail non
déclaré
■ Les infractions au code du travail • Accident dû à la qualité du produit
La responsabilité pénale repose sur une seule per- Les responsables peuvent être:
sonne, généralement le chef d’entreprise. Il doit veiller • Le chef d’entreprise
personnellement au respect strict et constant, dans son • Les personnes qui ont reçu délégation
entreprise, des règles édictées par le Code du travail. • L’entreprise elle-même
En pratique, il ne peut pourtant être présent partout. Les sanctions peuvent prendre la forme:
Pour pallier cette difficulté, la jurisprudence l’autorise • D’amendes
à transférer ses pouvoirs – et ainsi ses responsabilités – • D’emprisonnement
à un préposé doté d’une délégation de pouvoir. • De peines restrictives de droit
Aucun texte réglementaire ne prévoit ni n’organise la Pour se protéger, il faut:
délégation de pouvoir. Le juge apprécie, pour chaque • Établir formellement la délégation de pouvoir, préciser
cas, la réalité matérielle de la délégation invoquée en ses limites et alerter la hiérarchie en cas de difficultés
fonction, notamment, de la compétence, de l’autorité • Se former et s’informer
et des moyens dont dispose le délégataire. Si aucun • Former et informer ses équipes
formalisme particulier n’est exigé pour établir une • Faire l’analyse des risques
délégation, l’écrit peut être conseillé. • Mettre en place des mesures de prévention des risques
En cas d’intervention d’une entreprise extérieure, le chef • Formaliser les procédures
de l’entreprise utilisatrice doit assurer la coordination des • Prendre une assurance personnelle incluant une pro-
mesures de prévention. Toutefois chaque chef d’entreprise tection juridique

LA FONCTION LINGE DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ 107


Chapitre 10

LES DÉMARCHES QUALITÉS

D’une manière générale, mener une « démarche qualité », sements. Une formation préalable paraît alors nécessaire.
c’est chercher à satisfaire les besoins des « clients ». Pour Ces référents pourraient ainsi améliorer la communication
atteindre cet objectif, toute « entreprise » doit déterminer, entre les unités et la fonction linge, diffuser et recueillir
mettre en œuvre et maîtriser tout ce qui est nécessaire en l’information (exigences, consignes, besoins, difficultés,
terme d’organisation, moyens et méthodes. etc.), et faciliter une plus grande implication des unités vis-
Afin de remplir totalement son rôle dans l’hôpital, la fonc- à-vis de la fonction linge.
tion linge se doit évidemment de mettre en place des Au-delà de cette relation quotidienne, la mise en place
démarches qualités. d’une « commission - linge » pourrait s’avérer opportune.
L’objet de ce chapitre est de faire le point sur les différents Elle pourrait procéder à des enquêtes sur le terrain, analy-
types de démarches qui peuvent exister en blanchisserie ser les difficultés éventuelles, rechercher les améliorations
hospitalière. possibles, établir des consignes sur la gestion la consom-
mation et l’utilisation du linge, recueillir les avis des utili-
sateurs lors des procédures d’achats, etc.
10.1 • LA QUALITÉ DE LA PRESTATION Une telle commission pourrait rassembler des cadres soi-
LINGE ET LA “RELATION CLIENT “ gnants représentant les différentes spécialités, des hygié-
Qu’est-ce qu’une prestation linge de qualité ? Question nistes, des hôtelier(e)s référent(e)s et responsable de la
qui peut avoir des réponses différentes selon le contexte, fonction linge.
mais on peut citer ici les 4 principaux objectifs: L’organisation de visites de l’unité de production serait
• 1) Satisfaire les besoins qualitatifs (confort, couleur, également utile au développement de relations construc-
odeur…) exprimés par les patients, tives entre cette dernière et les utilisateurs.
• 2) Satisfaire les besoins quantitatifs exprimés par les ser- Enfin, il serait souhaitable, dans le cadre de la nouvelle
vices utilisateurs, gouvernance et la constitution des pôles, de contractuali-
• 3) Satisfaire les besoins « hygiène » exigés par les ser- ser efficacement la relation client / fournisseur en mettant
vices d’hygiène des hôpitaux et les CLIN, en place un système de facturation interne à la pièce des
• 4) Satisfaire les besoins « logistiques » (mode de livrai- prestations de linge.
son du linge propre et de collecte du linge sale…)
exprimés par les services utilisateurs,
Afin de bien identifier les attentes de ces différents
10.2 • LA CERTIFICATION DES
« clients », il faut développer la relation entre l’unité de ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ
traitement et les services utilisateurs. Même si le patient Introduite au sein du système de santé français par l’ordon-
est, bien évidemment, concerné en premier lieu par une nance n° 96-346 du 24 avril 1996 portant réforme hospi-
part importante des prestations, ce sont les services utilisa- talière, la procédure de certification des établissements de
teurs qui sont les véritables interlocuteurs et qui vont pou- santé a pour objectif de porter une appréciation indépen-
voir faire remonter les besoins des patients hospitalisés. dante sur la qualité des prestations d’un établissement par
Plus il existera d’outils d’échanges avec les services utili- rapport à un référentiel intitulé « Manuel de certification
sateurs, plus la prestation pourra être de qualité. des établissements de santé ».
C’est pourquoi, il est grandement recommandé que les Elle consiste en une auto-évaluation suivie d’une visite
services disposent d’un contact, ou référent, qui serait réalisée par des professionnels de santé extérieurs à l’éta-
directement concerné par l’interface avec la fonction blissement et intègre un dispositif de suivi qui vise à enga-
linge: AS ou ASH, aides hôtelier(e)s dans certains établis- ger les professionnels de l’établissement dans une
démarche qualité durable.

108 LA FONCTION LINGE DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ


•••• Quatrième partie - Chapitre 10
La certification est obligatoire et concerne tous les établis- 10.3 • LA NORME RABC
sements de santé, publics et privés. Elle concerne égale-
Le linge ayant une forte capacité à fixer les micro-orga-
ment les groupements de coopération sanitaire entre éta-
nismes, la maîtrise de l’hygiène dans la fonction linge est
blissements de santé et les syndicats interhospitaliers
un enjeu prioritaire. Pour cela, un outil existe: la norme
détenteurs d’une autorisation d’activité de soins.
RABC qui signifie Risk Analysis and Biocontamination
La certification des établissements n’est pas un examen ou
Control, soit en français, analyse des risques et maîtrise de
un concours que passe chaque établissement mais plutôt
la bioncontamination.
un travail de fond mobilisant l’ensemble de ses personnels
Il s’agit de la norme NF EN 14065 de mai 2003, intitulée
autour d’un objectif commun: mieux travailler ensemble
« Textiles traités en Blanchisserie – Système de maîtrise de
pour assurer une prise en charge de qualité. En effet, la
la biocontamination ».
prise en charge satisfaisante du patient implique l’action
coordonnée de nombreux services cliniques, médico-
Cette méthode, comparable à la méthode HACCP appli-
techniques, logistiques et administratifs.
quée en restauration collective, s’articule autour de 7 prin-
La procédure de certification est naturellement en
cipes fondamentaux:
constante évolution de façon à s’adapter en permanence
• Analyser les dangers microbiologiques associés aux
aux exigences des citoyens en matière de qualité et de
processus, au produit et au personnel.
sécurité des soins. Mise en place en 2005, la 2e itération
• Déterminer des points de maîtrise pour les dangers
de la procédure de certification (V2-V2007) prendra fin en
identifiés.
2010 pour les visites initiales. En janvier 2010 débuteront
• Définir le niveau cible et la tolérance pour chaque
les premières visites de la 3e itération de la procédure, la
point de maîtrise.
V2010.
• Mettre en place un système de surveillance des points
Si la Version 1 de la certification avait vocation à initier la
de maîtrises.
démarche et si la Version 2 avait privilégié une médicali-
• Prévoir des actions correctives en cas de dépassement
sation de la démarche, la Version 3 a été pensé et déve-
des limites critiques.
loppé pour mettre en œuvre une certification à la fois plus
• Établir des procédures de vérification du système
continue et efficiente.
RABC.
La version 2010 représente donc une importante évolu-
• Établir et maintenir à jour la documentation garantis-
tion du dispositif de certification. L’objectif est d’offrir au
sant la traçabilité
système de santé un dispositif qui apporte une réponse
La mise en place d’une démarche qualité selon la norme
pertinente et équilibrée aux attentes des usagers, des pro-
RABC fait d’ailleurs partie des éléments d’appréciation de
fessionnels de santé et des pouvoirs publics:
la Haute Autorité de Santé lors des visites des experts-visi-
• la certification doit délivrer une information accessible
teurs. C’est pourquoi, une démarche qualité selon la
et claire à destination des usagers,
norme RABC est vivement recommandée.
• elle doit créer les conditions d’un intérêt à agir des pro-
Deux autres documents accompagnent cette norme. Il
fessionnels de santé;
s’agit du Référentiel de Bonnes pratiques (BP G07-223 de
• elle doit enfin assurer son rôle dans la régulation des
novembre 2004) qui détaille les conditions préalables à la
établissements de santé par la qualité,
mise en place d’une méthode RABC et du Guide d’appli-
cation (GA G07-224 de décembre 2004) qui apporte
La Haute Autorité de Santé (HAS), chargée de la mise en
quelques précisions sur la méthodologie pour appliquer
œuvre de la certification, est un organisme d’expertise
les 7 principes fondamentaux décrits ci-dessus.
scientifique, consultatif, public et indépendant. Pour en
Enfin, un guide d’application a été élaborée par l’URBH et
savoir plus, www.has-sante.fr.
est disponible sur le site internet www.urbh.net
L’annexe 1 reprend les références applicables directement
à la fonction linge extraites du « Manuel de Certification »
de la version 2 (2007) et version 3 (2010). D’autres critères 10.4 • LA CERTIFICATION ISO 9001
peuvent plus ou moins concerner la Blanchisserie, mais ne
La démarche de certification suivant la norme ISO 9001
sont pas retranscrits dans ce guide, en particulier par rap-
(version 2008) est une démarche volontaire et librement
port à l’évaluation des prestations logistiques.
décidée pouvant être conduite par n’importe quel type
Note:
d’entreprise. S’engager dans une démarche de certifica-
La dénomination « accréditation des établissements de
tion ISO 9001, c’est un moyen d’aller de l’avant, avec de
santé » n’existe plus depuis la loi 13 août 2004, remplacée
la rigueur et une méthode, reconnue au niveau internatio-
par « la certification des établissements de santé ». Le terme
nal.
« accréditation » est désormais réservé à une autre procé-
En effet, de nos jours le client est au cœur des activités qui
dure concernant les médecins et les équipes médicales.
se créent. La norme ISO n’invente rien qui n’existe déjà,

LA FONCTION LINGE DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ 109


elle a surtout le mérite de classer et de clarifier ce que tout environnement interne dans lequel les personnes peuvent
responsable doit mettre en œuvre, pour bien entreprendre, pleinement s’impliquer dans la réalisation des objectifs de
pour agir et vivre. l’organisme.
La norme ISO n’est rien d’autre qu’un mode de manage- ■ Implication du personnel
ment qui exige quelques conduites appropriées, et qui Les personnes à tous les niveaux sont l’essence même d’un
assure ce que toute entreprise souhaite logiquement: un organisme et une totale implication de leur part permet
client toujours satisfait et par voie de conséquence une d’utiliser leurs aptitudes au profit de l’organisme.
qualité de service qui évolue favorablement. ■ Approche processus
La norme ISO repose sur un des moyens classiques de Un résultat escompté est atteint de façon plus efficiente
maîtriser une activité, à savoir l’application de la roue de lorsque les ressources et activités afférentes sont gérées
Déming (appelé aussi cycle PDCA de l’anglais Plan, Do, comme un processus.
Check, Act). Il s’agit d'enchaîner 4 étapes fondamentales ■ Management par approche système
qui permettent de développer la prévention afin de réduire Identifier, comprendre et gérer des processus corrélés
le besoin de corrections. comme un système contribue à l’efficacité et l’efficience
de l’organisme à atteindre ses objectifs.
■ Approche factuelle pour la prise de décision
Les décisions efficaces se fondent sur l’analyse de données
et d’informations.
■ Relations mutuellement bénéfiques avec les fournis-
seurs
Un organisme et ses fournisseurs sont interdépendants et
des relations mutuellement bénéfiques augmentent les
capacités des deux organismes à créer de la valeur.
Les démarches de certification ISO 9001 sont encouragées
et reconnues par la Haute Autorité de Santé, car en cas de
reconnaissance externe de la qualité par un organisme
Plan (Prévoir): c'est définir ce qu'on veut obtenir et com- certifié, le secteur ainsi reconnu ne nécessite pas d’être
ment l'obtenir. visité par les experts-visiteurs lors de la certification des
Do (Déployer): c'est mettre en place les moyens prévus et établissements de santé. En revanche, les interfaces avec
les hommes nécessaires pour mettre en œuvre les actions les autres secteurs non certifiés doivent être examinées.
pour atteindre les objectifs et maîtriser les processus dans
les conditions souhaitées.
Check (vérifier, contrôler, mesurer): c'est vérifier que ce 10.5 • LA CERTIFICATION DE SERVICES
que l'on a fait est conforme à ce qui avait été planifié. La France est le premier pays européen à s’être doté d’une
Act (Ajuster): c'est rechercher et analyser des possibilités législation spécifique (loi N° 94-442 du 3 juin 1994) rela-
de progrès puis les mettre en œuvre. tive à la qualité dans les services, permettant ainsi la Cer-
tification de Services. Il s’agit d’une démarche volontaire
L’obtention du certificat ISO 9001 validant cette démarche qui permet à tout prestataire de faire certifier par un orga-
qualité est obtenu après un audit réalisé par un organisme nisme tiers les caractéristiques de son service.
certificateur, agréé et indépendant, qui s’assure que la Cet organisme apporte la preuve que le service du presta-
structure est organisée conformément aux 8 principes de taire répond bien à des exigences décrites dans un référen-
management de la qualité suivants: tiel. Les caractéristiques choisies sont celles qui répondent
■ Orientation Client le mieux aux attentes des clients, et doivent être objectives
Les organismes dépendent de leurs clients, il convient et contrôlables (Exemple : respect de l’hygiène, délai de
donc qu’ils en comprennent les besoins présents et futurs, réponse à une réclamation…).
qu’ils satisfassent leurs exigences et qu’ils s’efforcent d’al- Ce référentiel est élaboré par une entreprise ou une profes-
ler au-devant de leurs attentes. sion, puis validé par un comité au sein duquel est repré-
■ Amélioration continue senté l’ensemble des parties intéressées (prestataires, utili-
Il convient que l’amélioration continue de la performance sateurs, pouvoirs publics). Ce référentiel doit apporter un
globale d’un organisme soit un objectif permanent de l’or- « plus » au client par rapport au service généralement
ganisme. fourni. Une fois validé par le comité de certification, il fait
■ Leadership l’objet d’une publication sous la forme d’un avis au Jour-
Les dirigeants établissent la finalité et les orientations de nal Officiel de la République Française.
l’organisme. Il convient qu’ils créent et maintiennent un La Certification de Services est une certification d’engage-

110 LA FONCTION LINGE DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ


•••• Quatrième partie - Chapitre 10
ments de service. Elle s’adresse plus particulièrement aux est souvent plus efficace qu’un long discours.
consommateurs. C’est pourquoi, elle concerne plutôt des Enfin, les instructions de travail, procédures… ne doivent
secteurs dits métiers tels que les services à la personne, les pas être une « liste de vœux » de ce vous voudriez qu’il
services de l’automobile, l’assurance… arrive. Elles doivent refléter parfaitement la réalité.
La Certification ISO 9001 est une certification de moyens En parallèle, il faut assurer la gestion de ces documents,
et s’inscrit dans une relation contractuelle entre les clients c’est-à-dire définir les règles à suivre en particulier en ce
(patients et services de soins) et leurs fournisseurs (blan- qui concerne l’identification, la validation et la diffusion
chisseurs). de ces documents.
Aussi, si l’aventure de la certification vous tente, le référen- Enfin, il faut conserver et protéger les enregistrements des
tiel le plus pertinent en Blanchisserie est bien la norme ISO différentes tâches effectuées, afin d’apporter des
9001. « preuves » aux experts-visiteurs de la Haute Autorité de
Santé ou / et aux auditeurs externes des organismes certi-
ficateurs.
10.6 • LA GESTION DOCUMENTAIRE
Pour mener à bien une démarche qualité, il faut disposer
de documents. Le but n'est pas de tout écrire, mais de dis- 10.7 • LES INDICATEURS QUALITÉ
poser d'une documentation simple, utile et évolutive qui Afin de suivre de façon factuelle une démarche qualité, il
apporte une valeur ajoutée réelle. Il faut définir la « juste est conseillé de mettre en place des indicateurs. Dans le
documentation » en fonction de la taille, de la complexité tableau ci-dessous, sont recensés des exemples d’indica-
et des compétences du personnel. La documentation peut teurs qualité utilisés en Blanchisserie Hospitalière, avec
être sous forme écrite ou informatique. leur mode de calcul « classique ». Le plus important c’est
Un excès de détail dans la documentation ne contribue de maintenir le mode de calcul dans le temps, afin de pou-
pas forcément à une meilleure maîtrise de l’activité. Il faut voir juger de l’évolution de cet indicateur au travers d’un
mettre à disposition les informations nécessaires pour que tableau de bord. En ce qui concerne l’objectif, il est à
tout le monde puisse effectuer son travail correctement. adapter à la situation et ne doit pas être considéré comme
Plusieurs types de présentation peuvent être utilisés: logi- une référence applicable à tous, mais comme un exemple
grammes, photos, graphiques… Une série d’illustrations d’objectif « possible »

Indicateur Mode de calcul « classique » Objectif « possible »


Taux de relavage Poids linge relavé / tonnage hebdomadaire <3%
Taux de disponibilité matériel Temps d’arrêt machines /
temps de fonctionnement théorique > 95 %
Résultats des contrôles Nombre de colonies et types de germes par < 12 UFC / 25 cm2 et
bactériologiques sur le linge méthode de gélose (cf Guide RABC) Absence de germes hospitaliers
Taux de respect des dotations Quantité produite pour un article / > 90 %
quantité théorique dotations
Taux de retard de livraison Nombre de tournées en retard / <5%
nombre total de tournées de livraison
Taux de rupture de stock Nombre de vêtement manquants / <5%
de vêtement de travail nombre de vêtements neufs mis en service
Evaluation des fournisseurs Nombre de fournisseurs sans non-conformités
(retard, erreurs de livraison,…) / nombre total de fournisseurs > 80 %
Taux d’absentéisme Nombre d’agents absents hors absence planifiée
(CA, RTT, formation,..) / nombre total d’agents <5%
Taux de formation Nombre de jours de formation / nombre total d’agents > 0.5 jours
Taux de satisfaction Clients Résultats des enquêtes de satisfaction auprès > 80 %
des clients avec un retour minimum de 40 %
Nombre de réclamations Nombre de réclamations -
Nombre de non-conformités Nombre de non-conformités -

LA FONCTION LINGE DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ 111


10.8 • TABLEAU COMPARATIF
Ci-dessous un tableau comparatif des différentes complémentaires et visent un même objectif, l’améliora-
démarches qualité abordées auparavant. Une conclusion tion continue de la qualité du service rendu, par la maî-
s’impose, c’est que toutes ces « démarches qualité » sont trise de la qualité microbiologique du linge.

Certification des Méthode Certification Certification


établissements de santé RABC ISO 9001 de Services
Type de démarche Obligatoire Volontaire Volontaire Volontaire
Référentiel Manuel de certification de Norme NF Norme ISO 9001 Référentiel selon
la Haute Autorité de Santé EN 14065 réglementation
Type de contrôle Auto-évaluation et visite par Auto-évaluation et Audit externe Audit externe
des experts-visiteurs audit externe possible obligatoire tous les ans obligatoire
Durée de validité 4 ans si pas de visite ciblée Certificat valable 3 ans Certificat valable 3 ans Variable selon
le référentiel
Niveau de reconnaissance Français Européen Mondial Français

112 LA FONCTION LINGE DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ


•••• Quatrième partie - Chapitre 11
Chapitre 11

L’ENVIRONNEMENT

À une époque où la nécessité de préserver les ressources pollution des effluents issus du lavage. Il s’agit donc de res-
naturelles se fait de plus en plus aiguë, il apparaît néces- pecter le principe du « juste nécessaire ».
saire que l’activité blanchisserie s’inscrive dans le contexte La composition comme la concentration des effluents
actuel de protection de l’environnement. En proposant à issus des blanchisseries varient en fonction des cycles de
nos clients des articles réutilisables, notre métier est par lavage, du type de linge lavé et des produits utilisés.
nature une « éco-prestation ». Un effluent de blanchisserie c’est:
D’ailleurs, il est important de rappeler que le traitement • alternance de chaud (lavage) et froid (rinçage)
industriel est moins consommateur d’eau (-64 %), d’éner- • alternance de pH alcalin (lavage) et acide (rinçage)
gie (-73 %) et de produits chimiques (-90 %) que le lavage • alternance de milieu oxydant (lavage et javellisation) et
domestique. (Source 2006) de milieu réducteur (neutralisation)
Dans un effluent de blanchisserie, l’apport de la charge
À ce niveau, il est important de rappeler la définition du polluante est souvent très principalement issu de la salis-
mot « Environnement »: il s’agit du milieu dans lequel une sure du linge, mais une connaissance des caractéristiques
entreprise fonctionne incluant l’air, l’eau, le sol, les res- des produits et des auxiliaires peut permettre de réduire
sources naturelles, la flore, la faune, les être humains et l’impact des rejets de façon très significative.
leurs inter-relations. Ces effluents se caractérisent généralement par une tem-
Aussi, les principaux impacts qu’une Blanchisserie peut pérature élevée (30° à 70°), un pH basique (9 à 12), la pré-
avoir sur son environnement, sont détaillés dans les cha- sence de matière en suspension (100 à 270 mg/l), de
pitres suivants: (DCO) (500 à 2 100 mg/l) avec un rapport DCO/DBO5
• Pollution des eaux, voisin de 2,5 et des points de phosphores et d’azote pou-
• Diminution des ressources en eaux, vant respectivement dépasser 70 mg/l et 20 mg/l.
• Pollution des sols et sous-sol, Les caractéristiques physico-chimiques des rejets bruts
• Génération de déchets, issus des blanchisseries sont de nature à avoir un impact
• Diminution des ressources énergétiques, négatif sur le réseau d’assainissement public.
• Nuisances sur le voisinage et les milieux naturels, • le PH alcalin qui est susceptible de présenter un risque
• Pollution atmosphérique. pour les ouvrages et le personnel d’exploitation,
Enfin, les Installations Classées pour la Protection de l’En- • la présence de MES (peluche de linge) qui peuvent se
vironnement (ICPE) et leurs différents régimes (Autorisa- déposer dans les canalisations et les obstruer,
tion, Enregistrement et Déclaration) sont abordés dans un • la température élevée qui peut perturber le traitement
chapitre spécifique. biologique de la station d’épuration collective,
Pour finir, un chapitre aborde les actions possibles à mettre • la concentration importante en détergents anioniques
en œuvre afin de positionner véritablement la Blanchisse- peut provoquer un phénomène de moussage et ainsi
rie dans le développement durable. gêner l’exploitation des ouvrages de traitement des
eaux usées.

11.1 • POLLUTION DES EAUX ■ Les pré-traitements préconisés avant rejet dans le
Parce qu’elles utilisent de grandes quantités d’eau et pro- réseau d’assainissement sont les suivants:
duits de lavage à base de détergents et de phosphates, les • refroidissement des effluents soit par la mise en place
blanchisseries ont souvent été considérées comme géné- d’échangeurs de chaleur au niveau du rejet global de
ratrices de pollution, alors qu’aujourd’hui certains choix l’unité, soit par l’intégration d’un échangeur au niveau
permettent de limiter cette pollution. du tunnel de lavage pour baisser la température à
En effet, on peut limiter la pollution des eaux en privilé- moins de 30°.
giant les process de lavage réduisant les dosages de pro- • dégrillage et tamisage
duits lessiviels et limitant l’utilisation de composés à base • bassin d’homogénéisation et de régulation du débit si
de chlore et de phosphate, mais il faudra toujours gérer la nécessaire
• poste de neutralisation du pH. L’utilisation du gaz (gaz

LA FONCTION LINGE DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ 113


carbonique) doit être privilégiée au détriment de station d’épuration des eaux usées (STEP) située en aval.
l’acide sulfurique (H2 SO4) car le gaz présente une L’autorisation est obligatoire, alors que la convention est
courbe de neutralisation à pente douce ce qui permet possible mais pas obligatoire, la convention de déverse-
une régulation plus précise et pas de pollution en cas ment ne peut en aucun cas se substituer à une autorisation
de fuite accidentelle. de déversement.
• poste d’auto contrôle des rejets avec mesure du débit,
pH et température et un préleveur automatique • L’autorisation de déversement est un acte administratif
d’échantillon et obligatoire pris sur décision unilatérale de la collec-
L’agence de l’eau peut aider à financer ces installations tivité à laquelle appartiennent les ouvrages d’assainis-
sous condition de contractualiser le déversement des sement. Elle fixe les caractéristiques que doivent pré-
rejets dans le réseau public (convention de déversement). senter les eaux usées (si possible en cohérence avec les
Pour bénéficier de ces aides, il faut contacter l’agence de services de police des eaux et l’inspection des installa-
l’eau de votre bassin, préparer un dossier technique des- tions classées). Elle a pour base le règlement d’assainis-
criptif, puis entreprendre les études et travaux qu’après sement de la collectivité, et renvoie éventuellement à
accord de la commission des aides de l’agence de l’eau. une convention de déversement.
En tout état de cause, le pré-traitement doit permettre de • La convention de déversement est un document facul-
respecter les seuils fixés par l’arrêté du 2 février 1998 (rac- tatif contractuel multipartite (entreprise, collectivité,
cordement à une station d’épuration collective) et/ou par délégataire…) de droit privé qui définit les droits et
l’arrêté préfectoral pour les installations classées pour la devoirs de chacun. C’est un partenariat. Chacun s’en-
protection de l’environnement (ICPE) soumises à autorisa- gage à communiquer avec l’ensemble des partenaires
tion, mais doit aussi être compatible avec le dispositif d’as- et à les prévenir de toute pollution accidentelle ou de
sainissement public. tout changement de situation. Elle contractualise et
Enfin, la dilution des effluents est interdite. En aucun cas fixe les modalités d’application techniques, juridiques
elle ne doit constituer un moyen de respecter les valeurs et financières complémentaires à la mise en œuvre des
seuils de rejets. dispositions prises par l’autorisation de déversement
(contrôle des rejets, pré-traitement à réaliser, échéan-
Paramètres Valeurs seuils cier de réalisation des travaux…).
Température (°C) < 30 °C
pH 5,5 – 8,5
MES 600 mg/l
DBO5 800 mg/l
DCO 2000 mg/l
Azote total (N) 150 mg/l
Phosphore total (PT) 50 mg/l
AOx (organohalogénés) 1 mg/l
Plomb, Cuivre, Chrome ou Nickel 0,5 mg/l
Zinc 2 mg/l

L’arrêté préfectoral d’autorisation peut fixer des disposi-


tions plus exigeantes que celles prescrites dans l’arrêté du
2 février 1998.
Enfin, selon le Code de la santé publique - article L.1331- ■ La Loi sur L’eau et les milieux aquatiques (LEMA) du

10, tout déversement d’eaux usées autre que domestiques, 30 décembre 2006
dans le réseau de collecte public des eaux usées, doit être 1) La redevance pollution:
préalablement autorisé par la collectivité à laquelle appar- Avant la LEMA, les entreprises raccordées payaient à
tiennent les ouvrages qui seront empruntés par ces eaux l’Agence de l’eau une redevance « pollution » assise sur la
usées avant de rejoindre le milieu naturel. L’autorisation pollution brute déversée dans le réseau.
fixe, suivant la nature du réseau ou des traitements mis en Désormais, les entreprises raccordées paient une rede-
œuvre, les caractéristiques que doivent présenter ces eaux vance « pollution de l’eau d’origine non domestique »
usées pour être reçues. assise sur la pollution nette rejetée au milieu naturel et
Ces seuils peuvent donc être également modifiés dans tenant compte de l’efficacité de la collecte et du rende-
l’autorisation de déversement et/ou la convention de ment épuratoire de la station d’épuration collective.
déversement en fonction de la capacité de traitement de la

114 LA FONCTION LINGE DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ


•••• Quatrième partie - Chapitre 11
Les pollutions résultant des usages industriels sont calcu- Pour répondre à cette échéance, la France a lancé l’Action
lées: Nationale RSDE dans chaque région.
• soit forfaitairement par application de coefficients for- • Première campagne de mesures lancée en 2002, enca-
faitaires par type d’activité pour toutes les matières pol- drée par la circulaire du 4 février 2002. Suite à l’ana-
luantes contenues dans les effluents lyse des données récoltées, définition de listes de subs-
• soit par mesure directe, au moyen d’analyse des élé- tances à rechercher par secteurs d’activités, en
ments polluants à partir d’une campagne générale de partenariat avec les fédérations professionnelles.
mesures sur site à l’initiative du redevable ou de • Seconde campagne engagée par application de la cir-
l’agence de l’eau. culaire du 5 janvier 2009. Il s’agit d’une action de
Le montant de la redevance « pollution de l’eau d’origine recherche et, le cas échéant, de réduction ciblée sur
non domestique » est obtenu en multipliant l’assiette (pol- des substances, déclinées par secteur d’activité. Elle
lution produite mesurée ou estimée) par le taux de base de demande à l’inspection des installations classées de
chaque paramètre de pollution et par le coefficient de décliner par arrêté préfectoral complémentaire les 2
zone. Les taux de base ainsi que le coefficient de zone dif- étapes suivantes:
fèrent selon les agences de l’eau. ➢ Étape 1 : surveillance initiale des substances attri-
Lorsque les effluents sont prétraités ou lorsqu’on est rac- buées à la branche d’activité de l’ICPE (6 analyses
cordé au réseau d’assainissement collectif, il est plus inté- avec un pas de temps mensuel)
ressant d’avoir une facturation établie sur la base d’une ➢ Étape 2: surveillance pérenne avec analyses trimes-
pollution réelle plutôt que forfaitaire. Les économies réali- trielles pendant au moins 2 ans ½ sur les substances
sées peuvent être relativement importantes. réellement détectées dans les rejets lors de la surveil-
2) La redevance pour modernisation des réseaux de col- lance initiale et étude technico-économique présen-
lecte: tant les possibilités de réduction et/ou suppression
La LEMA crée une redevance pour modernisation des avec échéancier de réalisation.
réseaux de collecte payée à l’Agence de l’eau par l’établis- Pour chacune de ces étapes, des aides financières sont dis-
sement raccordé. Elle est fonction soit du volume d’eau ponibles auprès de l’Agence de l’eau, mais les dossiers
rejeté, soit du volume d’eau prélevé sur le réseau d’eau doivent être envoyés avant la réalisation d’analyses.
potable. La liste des substances concernées pour la Blanchisserie
Redevance = assiette (en m3) x Tarif (en centimes d’€ / m3) Industrielle est la suivante (cf. secteur 12.2 Blanchisseries
de l’annexe 1 de la circulaire du 5 janvier 2009):
■ La redevance assainissement:
La redevance assainissement ne doit pas être confondue
Nonylphénols
avec les précédentes redevances qui sont versées à
Cadmium et ses composés
l’Agence de l’eau pour la protection de l’environnement.
Mercure et ses composés
Elle correspond aux coûts de maintenance et de fonction-
Diphényléther polybromés (BDE
nement de la station d’épuration.
47,99,100,154,153,183,209)
La tarification de l’assainissement des eaux usées suit
Tributylétain cation
quelques règles suivantes:
Dibutylétain cation
• la tarification n’est pas nécessairement identique d’une
Monobutylétain cation
collectivité à l’autre,
Mercure et ses composés
• la redevance assainissement est soit intégrée dans la
Tétrachloroéthylène (pour les sites relevant de la rubrique 2345)
facture d’eau de façon distincte du coût de l’alimenta-
Trichloroéthylène (pour les sites relevant de la rubrique 2345)
tion en eau potable, soit facturée directement par le
Anthracène
gestionnaire de la station d’épuration séparément de la
Chloroforme
facture d’alimentation en eau potable.
Fluoranthène
Naphtalène
■ La réduction des Rejets de Substances Dangereuses
Nickel et ses composés
dans l’Eau (RSDE)
Plomb et ses composés
La directive européenne 2000/60/CE dite « DCE » fixe,
Chrome et ses composés
comme objectifs ambitieux, l'atteinte du bon état et/ou
Cuivre et ses composés
potentiel chimique et écologique des milieux aquatiques,
Zinc et ses composés
ainsi que la non-dégradation de l'état des masses d'eau à
Tétrachlorure de carbone
l'échéance 2015.Elle implique également une réduction
2,4,6 trichlorophénol
voire une suppression des émissions de certaines subs-
2 chlorophénol
tances dangereuses.

LA FONCTION LINGE DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ 115


■ Abréviations concernant l’eau: • l’optimisation des réglages du matériel de lavage,
- AOX: composés organohalogénés absorbables sur char- • l’optimisation du cadencement de lavage en évitant les
bon actif : ce paramètre caractérise toutes les matières changements brusques dans les catégories lavées qui
organiques en liaison avec un halogène (F, CI, Br, I). Ces poussent à une surconsommation d’eau,
substances sont surveillées puisque très peu biodégrada- • la généralisation des produits lessiviels et procédés de
bles et cumulables. La majeure partie des AOX provient de lavage moins consommateurs, en préférant un blan-
l’interaction hypochlorite de sodium (Javel) avec la chiment oxygéné plutôt que chloré,
matière organique. • la protection des nappes d’eaux souterraines des
- DBO5: Demande Biochimique en Oxygène sur 5 jours: risques de pollution en isolant les réseaux d’eaux
elle permet d’apprécier la quantité de matières organiques industrielles grâce à des équipements de disconnexion
biodégradables en cinq jours présente dans l’eau. C’est la ou tout autre équipement présentant des garanties
quantité d’oxygène nécessaire aux micros organismes équivalentes.
aérobies de l’eau pour dégrader la matière organique qui La filtration pour la réutilisation de l’eau en circuit fermé
est mesurée sur une période de cinq jours. est une tendance pour l’avenir, mais réutiliser 100 % de
- DCO : Demande chimique en oxygène : Elle permet l’eau n’est pas un objectif économique réalisable
d’apprécier la concentration en matières organiques, bio- aujourd’hui en raison des investissements nécessaires.
dégradables ou non, dans l’eau au travers de la quantité Néanmoins, recycler jusqu’à 85 % semble possible. Cette
d’oxygène nécessaire pour leur oxydation chimique. Les tendance pose quand même le problème de la concentra-
salissures, les tensioactifs, les neutralisants, les assouplis- tion des polluants dans les effluents.
sants… génèrent de la DCO
Le rapport DCO / DBO5 donne une estimation de la bio- ■ La Loi sur L’eau et les milieux aquatiques (LEMA) du
dégradabilité de la matière organique d’un effluent: 30 décembre 2006
• DCO / DBO5 < 2: l’effluent est facilement biodégrada- La LEMA crée une redevance pour prélèvements sur la res-
ble, source en eau afin d’inciter à faire des économies. Elle est
• 2 < DCO / DBO5 < 3: l’effluent est biodégradable avec payée à l’Agence de l’eau en fonction du volume d’eau
des souches sélectionnées prélevé. Son tarif est modulé en fonction de son usage et
• DCO / DBO5 > 3: l’effluent n’est pas biodégradable. surtout de sa rareté dans la zone concernée.
- MES: Matières en suspension Redevance = assiette (en m3) x Tarif (en centimes d’€ / m3)
- pH : Potentiel Hydrogène. Le pH permet d’indiquer le
caractère acide ou basique d’un milieu (pH < 7: milieu
acide // pH > 7: milieu basique // pH = 7: milieu neutre)
11.3 • POLLUTION DES SOLS
- PT: Phosphore total: ce paramètre est très contrôlé pour ET SOUS-SOLS
des raisons environnementales, car le phosphore joue un Afin d’éviter toute pollution des sols et sous-sols suite à un
rôle d’engrais pour les matières végétales et est à l’origine déversement accidentel de produits chimiques utilisés en
des phénomènes d’eutrophisation. Blanchisserie, il faut:
• Stocker les produits chimiques susceptibles de créer
11.2 • DIMINUTION une pollution des sols ou des eaux en rétention. La
DES RESSOURCES EN EAUX capacité de rétention doit être au moins égal à la plus
L’activité des blanchisseries est très exigeante en quantité grande des 2 valeurs suivantes: (cf.Article 10 de l’ar-
pour son approvisionnement en eau. Les blanchisseries rêté du 2 février 1998)
sont amenées à s’approvisionner en eau du réseau public, - 100 % du plus grand réservoir stocké,
en eau de nappe et éventuellement en eau de surface en - ou 50 % de la capacité globale des réservoirs associés.
effectuant les traitements indispensables. Pour le stockage des récipients de capacité inférieure ou
égale à 200 litres, la capacité de rétention doit être au
Les ressources en eau doivent absolument être préservées moins égale à 20 % de la capacité totale, sans être infé-
par: rieure à 600 litres ou à la capacité totale lorsque celle-là
• l’identification des postes consommateurs d’eau et en est inférieure à 600 litres.
surveillant à fréquence rapprochée ces consomma- Le stockage en rétention s’applique pour tout stockage fixe
tions d’eau dans l’optique de maîtrise de toutes ou temporaire. La capacité de rétention doit être étanche
dérives, aux produits qu’elle pourrait contenir et résister à l’action
• l’utilisation des technologies de lavage réduisant les mécanique et chimique des fluides. Il en est de même
consommations d’eau en privilégiant les systèmes de pour son dispositif d’obturation qui doit être maintenu
récupération d’eau, fermé en permanence.

116 LA FONCTION LINGE DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ


•••• Quatrième partie - Chapitre 11
• Contrôler périodiquement l’étanchéité des dispositifs On peut distinguer dans la classification réglementaire des
de rétention, ainsi que les niveaux de remplissage de déchets:
ces dispositifs, • D'un côté les Déchets Non Dangereux (DND) qui ne
• Sécuriser les postes de dépotages des produits dange- nécessitent pas de traitement particulier:
reux en aménageant des aires étanches et reliées à des ➢ Déchets Industriels Banals (DIB)
rétentions adaptées, ➢ Déchets Ménagers (DM) ou Ordures
• Établir des consignes d’intervention en cas de déverse- Ménagères (OM)
ment accidentel de produits chimiques. • De l'autre côté les Déchets Dangereux (DD), composés
De plus, les services de secours Incendie exigent de plus de plusieurs catégories:
en plus souvent de prévoir un bassin de confinement des ➢ Déchets Industriels Spéciaux (DIS),
eaux d’extinction dès la construction de la Blanchisserie, ➢ Déchets d’activité de soins à risque infectieux
afin de préserver le sol et les sous-sols de toute pollution (DASRI)
en cas d’incendie. ➢ Déchets Toxiques en Quantités Dispersées (DTQD),
➢ Déchets d'Équipements Électriques et Électroniques
(DEEE)…
11.4 • GÉNÉRATION DE DÉCHETS
Selon le Code de l’environnement, un déchet est le résidu À l’intérieur de ces catégories, chaque établissement peut
d'un processus de production, de transformation ou d'uti- envisager d’aller plus loin dans le tri des déchets. Cette
lisation, ainsi que toute substance, matériau, produit ou décision dépend de la volonté de l’établissement, mais
plus généralement tout bien meuble abandonné ou que aussi et surtout de l’existence de filières externes capables
son détenteur destine à l'abandon. de prendre en charge sélectivement les déchets triés et de
Les textes relatifs à la gestion des déchets sont principale- les valoriser ou de les recycler dans des centres spéciali-
ment regroupés dans le Code de l'environnement: livre V, sés. Ainsi l’AP-HP a mis en place 53 filières de
titre IV « déchets », le Code de la santé publique: articles recyclage/valorisation, tandis que l’hôpital d’Haguenau a
R. 1335-1 à 14, et le Code général des collectivités territo- mis en place 21 filières, celui de Saumur 19 filières.
riales: articles R. 2224-13 à 29. La gestion des déchets et de ses filières d’élimination ou de
L’hôpital est responsable de l’élimination des déchets qu’il valorisation n’est pas seulement un problème sanitaire,
produit depuis la loi du 15 juillet 1975, et depuis le c’est aussi un problème économique puisque la gestion
18 novembre 1996 il doit mettre en œuvre un plan régio- des déchets représente entre 0,2 et 0,5 % du budget global
nal d’élimination des déchets à risques des activités de d’un hôpital.
soins (DASRI). Améliorer son organisation, collecte, tri, circuit de valori-

Quelques exemples de déchets générés en Blanchisserie

Catégorie Désignation Déchets Méthode d’élimination


Déchets ménagers et domestiques (DM) Déchets de bureaux et des sanitaires : Valorisation énergétique
papiers, gobelets plastiques,…
Linge usé Valorisation énergétique
Emballages plastiques Valorisation énergétique ou par recyclage
Déchets Non Dangereux (DND) Palettes en bois
Cartons Valorisation par recyclage
Ferrailles
Conteneurs souillés par les produits
lessiviels et chimiques
Huiles usagées
Déchets Dangereux (DD) Bombes aérosols Valorisation par recyclage
Piles, batteries
Cartouches imprimantes
Néons

LA FONCTION LINGE DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ 117


sation, accords avec des prestataires devrait permettre miser les pertes thermiques engendrées par les réseaux
d’améliorer le fonctionnement de ces circuits et d’en faire vapeurs et de condensats. De plus, le gaz naturel présente
baisser le coût global. de meilleur rendement de combustion, des émissions
atmosphériques moins polluantes et des coûts d’entretien
Il faut noter que le volume des déchets est dépendant: réduits par rapport à des chaudières au fioul. Le gain est
• des pratiques internes des différents producteurs de estimé à environ 25 %.
déchets La deuxième solution est d’utiliser un process de lavage dit
• de la politique d’achats menée par l’établissement « basse température » afin de diminuer la consommation
(achats en gros ou à l’unité ; jetable ou réutilisable ; d’énergie. Les fournisseurs ont mis aujourd’hui sur le mar-
nombre de fournisseurs ; harmonisation des réfé- ché des concepts qui permettent de laver entre 55 et 65 °C
rences, prise en compte du label écologique) d’où un gain d’au moins 30 % sur l’énergie, moyennant
En 2008, la MEAH, mission nationale d’expertise et d’au- une facture de produits lessiviels plus élevée. Le gain glo-
dit hospitaliers, a mis en ligne (www.meah.sante.gouv.fr) bal, avec les économies d’eau réalisées également, est
un résumé de la réglementation qui s’intitule: La gestion cependant avéré.
des déchets dans les établissements de Santé: Panorama La troisième possibilité est de récupérer l’énergie consom-
réglementaire et propositions pratiques de mise en œuvre. mée dans le matériel de production. On peut identifier 3
postes qui présentent un important potentiel de récupéra-
Au niveau de la maîtrise opérationnelle, quelques règles tion:
essentielles s’imposent: • les eaux de lavage,
• le brûlage à l’air libre est interdit, • les buées des sécheuses-repasseuses,
• le stockage des déchets dangereux (DD) avant élimina- • les buées des séchoirs.
tion doit être réalisé sur des cuvettes de rétention Les solutions de récupération d’énergie consistent alors à
étanches. mettre en œuvre des échangeurs de chaleur type eau/eau
• le suivi des quantités et type de déchets générés doivent pour les eaux de lavage et air/eau pour les buées de
être mis en place (registre de suivi des déchets) séchage, avec à chaque fois l’objectif de réchauffer l’eau
• la conservation des bordereaux de suivi des déchets du process de lavage.
dangereux (BSDD). Ce formulaire (Cerfa N° 12571) a Enfin, le dernier axe de développement actuel pour les
pour but de regrouper de nombreuses informations sur fabricants de matériels est de proposer une Blanchisserie
la provenance et la destination des déchets, leurs sans vapeur. Le principe est de supprimer la chaudière
caractéristiques, comme leur transport et leur entrepo- centrale en la remplaçant par un générateur d’eau chaude
sage. Ce bordereau assure la traçabilité des déchets branché au plus près du matériel de lavage.
dangereux et constitue une preuve de leur élimination La suppression de la chaudière présente de multiples
pour le producteur responsable. avantages:
• pas d’achat de la chaudière et d’une importante instal-
lation de tuyauteries, de traitement de l’eau de chau-
11.5 • DIMINUTION DES RESSOURCES dière…
ÉNERGÉTIQUES • pas de pertes dans les réseaux ou par défaut de main-
En Blanchisserie le poste Énergie constitue aujourd’hui tenance,
une part croissante des coûts de fonctionnement pouvant • démarrage selon les besoins des matériels,
représenter environ 5 % des dépenses. Dès lors, il devient • gain de place,
intéressant de conjuguer réduction de l’impact sur l’envi- • économie d’énergie importante.
ronnement et optimisation des consommations énergé-
tiques afin de diminuer les coûts de production. De nom-
breuses solutions sont aujourd’hui disponibles sur le
11.6 • NUISANCES SUR LE VOISINAGE
marché, mais il est certain que, prévoir de moins consom- ET LES MILIEUX NATURELS
mer dès la conception d’une nouvelle installation permet- Toutes les précautions doivent être apportées afin d’inté-
tra d’accéder à une solution optimisée. grer une Blanchisserie harmonieusement dans son envi-
Bien entendu, la première stratégie est d’utiliser du maté- ronnement local pour limiter les nuisances olfactives,
riel qui consomme le moins d’énergie possible. On peut sonores et visuelles sur le voisinage et les milieux naturels.
noter le développement de matériels de production au gaz Il est donc recommandé:
direct (séchoirs rotatifs, tunnels de finition et sécheuses- • d’intégrer la dimension paysagère pour toute nouvelle
repasseuses) ce qui permet de décentraliser l’énergie au implantation ou construction,
cœur de la machine. Ce concept permet d’éliminer le • d’entretenir régulièrement les bâtiments et leurs abords,
réseau de distribution de vapeur permettant ainsi d’écono- • de limiter au maximum les activités bruyantes, en res-

118 LA FONCTION LINGE DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ


•••• Quatrième partie - Chapitre 11
pectant les horaires d’ouverture autorisés et les valeurs Sont concernées, les installations exploitées ou détenues
d’émergences autorisées variables selon la période et par toute personne physique ou morale, publique ou pri-
le niveau de bruit ambiant (arrêté du 23 janvier 1997) vée, qui peuvent présenter des dangers ou des inconvé-
résumées dans le tableau ci-dessous: nients soit pour la commodité du voisinage, soit pour la
santé, la sécurité, la salubrité publique, soit pour l'agri-
culture, soit pour la protection de la nature et de l'envi-
ronnement.
Les installations soumises à cette réglementation sont défi-
nies par une nomenclature publiée au journal officiel dont
les rubriques sont classées en deux parties:
) • la première partie, sur les substances classées par
nature de risque: 1000
• la deuxième partie sur les branches d’activités: 2000
Par ailleurs, le niveau de bruit en limite de propriété de En fonction de ces critères, les activités sont soumises à
l’installation industrielle ne doit pas excéder 70 dB(A) la déclaration ou à autorisation.
journée et 60 dB(A) la nuit, sauf si le bruit résiduel est supé- Concernant le cas particulier des blanchisseries, cette acti-
rieur à cette limite. vité figure aux rubriques N° 2340 et 2345 de la nomencla-
ture, qui définit, selon la présence ou non d’un nettoyage
à sec, les conditions de déclaration ou demande d’autori-
11.7 • POLLUTION ATMOSPHÉRIQUE sation en fonction de la capacité de lavage de linge (en
L’activité Blanchisserie n’est pas particulièrement pol- tonne) par jour. (Voir tableau ci-dessous)
luante au regard de l’air. L’annexe 01 présente la classification d’autres activités
Néanmoins, il faut surveiller les rejets de poussières et les pouvant éventuellement se trouver en Blanchisserie, sui-
rejets de combustion des chaudières, pour lesquels des vant la nomenclature des installations classées pour la pro-
seuils peuvent être fixés conformément à l’arrêté du tection de l’environnement.
25 juillet 1997 relatif aux prescriptions générales applica-
bles aux installations classées pour la protection de l’envi- ■ Qui est chargé de l’application de la législation des
ronnement soumises à déclaration sous la rubrique 2910 ICPE?
(cf. Annexe 01). Au niveau national, c’est le Ministère de l’Écologie, de
De plus, une attention particulière doit être portée sur les l’Énergie, du Développement Durable et de l’Aménage-
quantités de CO2 rejetées par les activités de transport ment du Territoire (MEEDDAT), assisté du Conseil Supé-
associées à la fonction linge. Il est recommandé d’optimi- rieur des Installations Classées (organisme consultatif,
ser les tournées en terme de fréquence et de dimensionne- paritaire), qui a la responsabilité de cette réglementation.
ment des véhicules utilisés. Au niveau régional, la Direction Régionale de l’Environne-
ment, de l’Aménagement et du Logement (DREAL) pilote
les politiques de développement durable résultant notam-
11.8. • LES INSTALLATIONS CLASSÉES ment des engagements du Grenelle Environnement ainsi
POUR LA PROTECTION DE L’ENVIRON- que celles du logement et de la ville. Les DREAL rempla-
NEMENT (ICPE) cent les DIREN, les DRE et les DRIRE dont elles reprennent
La législation des installations classées pour la protection les missions.
de l’environnement organise les contrôles des installations C’est donc sous l’autorité du préfet de région et des préfets
polluantes et dangereuses (loi n° 76-663 du 19 juillet de département, que l’inspection des installations classées
1976). met en œuvre cette réglementation, instruit la demande

Niveau de bruit ambiant Emergence admissible pour Emergence admissible pour la


(incluant le bruit de l’installation) la période allant de 7h à 22h période allant de 22h à 7h ainsi
sauf dimanche et jours fériés que les dimanches et jours fériés
Supérieur à 35 dB(A)
6 dB(A) 4 dB(A)
Inférieur ou égal à 45 dB(A)
Supérieur à 45 dB(A) 5 dB(A) 3 dB(A)
Ces valeurs sont applicables pour les Zones à Emergence Réglementée, c’est-à-dire pour des habitations existantes ou des zones
constructibles en limite de propriété.

LA FONCTION LINGE DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ 119


N° Rubrique Activité Régime
Blanchisseries, laveries de linge à l'exclusion du nettoyage à sec
visé par la rubrique 2345
2340 La capacité de lavage de linge étant :
1) supérieure à 5 t/j Autorisation
2) supérieure à 500 kg/j, mais inférieure ou égale à 5 t/j Déclaration
Nettoyage à sec pour l’entretien des textiles ou vêtements
La capacité nominale totale des machines présentes dans l’installation étant :
2345 1) supérieure à 50 kg Autorisation
2) inférieure ou égale à 50 kg Déclaration

d’autorisation et en contrôle l’application. Elle détient des nistratif la désignation d’un Commissaire Enquêteur (ou
pouvoirs de police et peut dresser un procès-verbal. d’une commission d’enquête). Le dossier est alors soumis
à enquête publique par voie d’arrêté.
■ Le dossier de déclaration Celle-ci est annoncée au public par voie d’affichage dans
La déclaration relative à une installation doit être adressée, les communes concernées et par publication dans la
avant sa mise en service, au Préfet de Département où est presse (deux journaux locaux ou régionaux) aux frais du
située l’exploitation. Ce dossier administratif du déclarant demandeur.
doit mentionner entre autres qualités, adresse du signa- Pendant toute la durée de l’enquête (un mois au minium),
taire de la déclaration, emplacement de l’installation le public peut faire part au Commissaire Enquêteur de ses
concernée, nature et volume des activités, cartes et plans appréciations, suggestions et contre-propositions quant au
pour localiser et visualiser l’entreprise. dossier, soit verbalement (lors des permanences de celui-
L’installation soumise à déclaration doit respecter les pres- ci), soit par correspondance, soit en les consignant sur le
criptions générales établies sur la base d’arrêtés types rédi- registre d’enquête présent en mairie siège de l’exploitation.
gés par le Ministère pour chaque activité, et reprises au Parallèlement, le Préfet consulte, pour avis (dans un délai
niveau départemental par des arrêtés de prescriptions de quarante-cinq jours), les services administratifs (DDE –
générales. Direction Départementale de l’Equipement, DDAF –
Plusieurs arrêtés ministériels fixant les prescriptions géné- Direction Départementale de l’Agriculture et de la Forêt,
rales sont parus au Journal Officiel et au Bulletin Officiel. sécurité civile, DREAL – Direction Régionale de l’Environ-
Ces arrêtés s’imposent de plein droit aux installations nou- nement, de l’Aménagement et du Logement…) ainsi que
velles et précisent les délais d’application aux installations les conseils municipaux des communes concernées par le
existantes rayon d’affichage.
À la clôture de l’enquête, le Commissaire Enquêteur
■ La procédure de demande d’autorisation convoque le demandeur dans les 8 jours et lui commu-
Le dossier d’autorisation est très complet et doit se compo- nique les observations écrites et orales. Le pétitionnaire a
ser obligatoirement: alors 12 jours pour présenter son mémoire en réponse. Le
• d’une description des caractéristiques de l’installation, Commissaire Enquêteur rédige un rapport d’enquête, dans
de cartes et plans pour localiser l’établissement et son lequel il relate le déroulement de l’enquête et examine les
environnement observations du public, ainsi que ses conclusions moti-
• d’une étude d’impact, vées.
• d’une étude de danger, À l’issue de l’enquête publique en mairie, le dossier d’ins-
• d’une notice Hygiène et Sécurité, truction accompagné du registre d’enquête, de l’avis du
• d’un résumé non technique. Commissaire Enquêteur, du mémoire en réponse du péti-
Les installations visées par l’autorisation sont soumises à tionnaire, des avis des conseils municipaux, des avis des
une procédure lourde comprenant une enquête publique services concernés, est transmis à l’inspecteur des installa-
et une étude par le Conseil Départemental d’Hygiène. tions classées qui doit rédiger un rapport de synthèse et un
L’enquête est destinée à fournir aux tiers tous les éléments projet de prescriptions en vue d’être présenté aux mem-
d’information nécessaires sur l’installation afin qu’ils puis- bres du Conseil Départemental d’Hygiène pour avis.
sent formuler leur opinion. Elle est organisée sous l’auto- Ce dernier, après avoir recueilli l’avis du Conseil Départe-
rité du Préfet qui demande au Président du Tribunal Admi- mental d’Hygiène (composé de représentants de l’État, des

120 LA FONCTION LINGE DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ


•••• Quatrième partie - Chapitre 11
collectivités territoriales, d’usagers, d’associations et de techniques pour prévenir ces inconvénients sont bien
personnalités compétentes), a alors trois mois pour statuer connues. De ce constat et de la volonté de maintenir un
sur la demande et délivrer ou non l’autorisation d’exploiter. haut niveau de protection de l’environnement est née
Le permis de construire ne peut être accordé qu’après la l’idée de créer un régime d’installation intermédiaire entre
clôture de l’enquête publique. l’autorisation (procédure lourde justifiée pour des établisse-
L’instruction du dossier dure, la plupart du temps, au mini- ments d’une certaine taille) et la déclaration (procédure très
mum 8 mois. simple et sans possibilité d’opposition de la part de l’État).
Aux termes de la procédure d’autorisation, des prescrip- Ce régime doit permettre d’optimiser les moyens finan-
tions techniques d’aménagement et d’exploitation sont ciers et humains des entreprises et de l’administration pour
imposées à l’établissement par arrêté préfectoral. garantir le même haut niveau de protection de l’environ-
nement.
■ Prescriptions techniques à respecter Les grands principes de la réforme:
Les prescriptions techniques à respecter par l’exploitant • Capacité de refus
sont contenues dans son arrêté d’autorisation ou dans son Le régime est bien un régime d’autorisation préalable par
arrêté de prescriptions générales ou spéciales. Cette déci- le préfet. La procédure prévoit donc la constitution d’un
sion du Préfet notifiée à l’exploitant est la combinaison de dossier, son instruction et la délivrance ou le refus d’un
plusieurs éléments pris en considération par l’Inspection arrêté d’enregistrement.
des Installations Classées: • Des prescriptions standardisées
• informations fournies par l’exploitant dans son dossier Le régime est basé sur l’existence préalable de prescrip-
d’autorisation (mesures envisagées pour réduire les tions générales nationales permettant de garantir la maî-
pollutions et nuisances mises en évidence dans l’étude trise de l’impact sur l’environnement des installations. Ces
d’impact) prescriptions permettront à l’exploitant de connaître, a
• meilleures technologies disponibles à un coût écono- priori, les contraintes environnementales liées à ses instal-
miquement acceptable lations et de les intégrer dès la conception.
• caractéristiques particulières de l’environnement (prise • Une consultation du public rénovée et simplifiée
en compte de la proximité d’habitations, de la qualité La consultation du public sera assurée par la mise à dispo-
du milieu de rejet) sition en mairie du dossier et d’un registre permettant le
• prescriptions techniques ministérielles applicables à la recueil des remarques. L’information sur cette consultation
catégorie d’installation concernée. sera faite par les moyens habituels (affichage, etc. ..) et par
En plus des prescriptions à respecter développées dans les Internet.
paragraphes précédents (eau, air, déchets…) on retrouve • Une souplesse d’adaptation à des contextes locaux
en plus les thématiques suivantes: sensibles
• Prévention des risques technologiques: accès et circu- Le régime d’enregistrement prévoit que la demande peut
lation dans le site, installations électriques, protection être instruite comme une autorisation (étude d’impact,
contre la foudre, prévention des pollutions acciden- étude des dangers, consultations des services, enquête
telles, règles de gestion des substances dangereuses, publique) lorsque le contexte local le justifie en particulier
organisation des secours… en zone sensible.
• Surveillance des émissions et de leurs effets: fixation • La justification de la conformité
de la nature et de la périodicité des contrôles, à réaliser Pièce maîtresse du dossier, elle est également la grande
au titre de l’auto surveillance (surveillance des rejets et nouveauté de ce régime. La justification de conformité
des effets sur l’environnement) conduira l’exploitant à justifier les moyens (techniques,
procéduraux, de surveillance…) qu’il va mettre en place
■ Le Nouveau régime d’Enregistrement pour garantir le respect des obligations définies non seule-
La loi n° 2009-179 du 17 février 2009 pour l’accélération ment par les prescriptions générales mais également par
des programmes de construction et d’investissement les plans et programmes qui impactent son installation
public et privé a habilité le Gouvernement à créer un (PPA, PRQA, Zone naturelle, etc.). Cette justification sera
régime d’autorisation simplifiée : le régime d’enregistre- analysée par l’inspection des installations classées préala-
ment. Cette ordonnance a été présentée au Conseil des blement à la délivrance de l’enregistrement par le préfet.
ministres du 10 juin 2009. • Des délais plus courts
Depuis plusieurs années, la procédure d’autorisation est Sauf nécessité de reclassement en procédure d’autorisa-
apparue trop lourde par rapport à ce qui est réellement tion, l’instruction du dossier d’enregistrement sera de 4 à 5
nécessaire et ce qui est pratiqué dans les autres pays euro- mois, alors que le délai est de l’ordre de l’année pour une
péens pour des installations présentant des risques ou des autorisation.
inconvénients importants mais pour lesquelles les mesures • Les délais de mise en place

LA FONCTION LINGE DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ 121


La réalisation des arrêtés de prescriptions générales et la de coût global doit dorénavant prévaloir sur tout autre
modification de la nomenclature installations classées concept, ce qui place tout responsable de blanchisserie en
pourraient être couverts en 2010 en ce qui concerne les position pour être force de proposition dans les politiques
activités de Blanchisserie Industrielle. L’URBH est partie de développement durable à venir au sein des établisse-
prenante pour l’élaboration de ces prescriptions natio- ments de santé.
nales qui ne seront applicables qu’aux nouvelles installa-
tions. S’engager pour la protection de l’environnement néces-
site:
• D’intégrer la dimension environnementale dans la poli-
11.9 • LA BLANCHISSERIE “DURABLE“ tique générale en utilisant des pratiques et des techno-
Le concept de développement durable s’est répandu dans logies à faible impact environnemental,
notre société à une vitesse considérable, engendrant des • De connaître et d’appliquer la réglementation régissant
changements profonds d’approche. C’est notamment le les ICPE en général et la blanchisserie en particulier.
cas dans les blanchisseries hospitalières, domaine où les • D’identifier et d’évaluer les impacts sur l’environne-
exigences du développement durable se confrontent aux ment (eau, énergies, déchets…) en fonction de la sen-
exigences d’hygiène, de sécurité et de maîtrise des coûts. sibilité des milieux récepteurs,
• D’impliquer tous les acteurs de la blanchisserie dans
Intégrer les enjeux du développement durable dans les leurs tâches quotidiennes,
pratiques professionnelles des acteurs de santé, intégrer • D’optimiser le cycle du linge en sélectionnant les
des critères de « performance développement durable » matières textiles à faibles impacts sur l’environnement,
dans le management, amplifier les programmes de forma- en préservant sa durée de vie lors du lavage et en favo-
tion et les actions de sensibilisation, sont les objectifs de la risant sa valorisation finale.
convention signée mardi 27 octobre 2009 par le Ministère Afin d’orchestrer ces différentes actions, il est souhaitable
de l’Écologie, de l’Énergie, du Développement Durable et de mettre en œuvre un système de management environ-
de l’Aménagement du Territoire (MEEDDAT) avec la Fédé- nemental. Il s’agit d’une démarche qui vise à mieux gérer
ration Hospitalière de France (FHF). Les établissements de les contraintes réglementaires, améliorer la confiance des
santé représentent plus d’un million de salariés, plus de parties intéressées (clients, salariés, riverains…) et surtout
60 millions de mètres carrés de locaux et plus de 15 mil- un moyen d’optimiser les coûts et de maîtriser les risques
liards d’euros d’achats. Un français sur deux se rend dans pour le personnel et l’environnement. Il est ensuite possi-
un établissement de santé chaque année : ces établisse- ble de faire reconnaître cette démarche par une certifica-
ments ont donc une capacité d’entraînement considérable tion environnementale ISO 14001.
sur les politiques publiques locales, sur les sous-traitants et Au niveau des achats, il est possible de formuler des exi-
sur l’ensemble de la société. Leur engagement résolu dans gences minimales lors des appels d’offres en utilisant le
des démarches de promotion du développement durable cas échéant des signes de reconnaissances existants tels
représente un enjeu majeur pour l’atteinte des objectifs que l’écolabel européen, le label NF Environnement, le
ambitieux du Grenelle Environnement. label Oeko Tex 100, l’Eco-cert…
Enfin, lors d’une construction ou d’une rénovation d’une
C’est un chantier passionnant qui nous attend où il devient blanchisserie, il est possible d’intégrer des critères Haute
indispensable d’analyser les innovations proposées en Qualité Environnementale ce qui permet d’exploiter une
tenant compte non seulement de leur qualité technique installation moins gourmande en énergie grâce à l’utilisa-
intrinsèque, mais aussi de leur mise en œuvre sur site, de tion de matériaux et technologies durables.
leur durée de vie et de leur coût d’exploitation. Le concept

122 LA FONCTION LINGE DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ