Vous êtes sur la page 1sur 5
Luxation latérale Ces traumatismes représentent 18 61 %des accidents survenant en denture permanente, is atteignent 62 73 % en denture tem- poraire.Intéressant les tisus dentaires, parodontaux et osseux, leur guérison est trés complexe, car elle nécessite la réparation de toutes ces structures (fig. 8). Figure 8.1 La luxation laterale provoque des dommagessévéres au liga ‘ment parodontal, au tissu pulpait. On observe souvent une fracture alveolaie. | - Diagnostic 1 - Signes cliniques La dent apparsit déplacée lateralement et fermement bloquée dans sa nouvelle postion fig. 82).Lacouronne dentaire est sou- went forcée en postion lingual ou palatine et cclusion peut étze perturbée. existe le plus souvent, une fracture alveolaire Gar loliecns) cliniquement évidente. La dent est souvent immobile, com= bloquée dans son alvéole. On observe un saignement au ri dusillon gingival. La palpation digitale du sillon vestibulare, mettre en évidence apex de la dent luxée. Figure 8.2 La dent parait déplacee lateralement et bloquée dan rrouvelle postion Le testa la percussion donne souvent un son métallique e parfois douloureux Les tests de sensibilité pulpaire sont le plus souvent négatifs 2 - Signes radiographiques IL faut pratiquer la combinaison de plusieurs cliches (i. $3 et 84}. Les cliches rétroalvéolaires renseignent sur le volume pulpaire etle stade devolution radiculare. Toutefois, angulation ortho gonale donne moins de renseignements sur le déplacement que les clichés décentrés (8 207, en raison de la surimposition ces structures minéralisées (os et dent} Llincidence occlusale donne des renseignements importants su le déplacement. Ainsion observe un épaississement du ligament pparodontal dans la région de V'apex lorsque ce demier e déplace vestibulairement. Enfin le cliché lateral permet d observer une évertuelle fracture Ge a ame osseuse vestibulaire. a 8 Traumatismes dentaires Toxation lateral Figures 83 et 84 Lncidence raciopraphique occlusale dome de meileus renseignements sur le deplacerent que incidence retroalveolare. i - Traitement I consiste avant rout dans le repositionnerent de la dent dans sa position alvéolaire initiale et la contention doit durer le temps nécessare ala guérison des structures endommagees. Les techniques de repositionnement nécessitent parfois des for- ces importantes et sont, en soi, traumatisantes. Lanesthésie sous orbitaie est parfois nécessare Le repositionnement peut s‘effectuer selon deux techniques Y® technique le repositionnement digital: est la méthode ia plus douce. Le praticen se place derrire son patient: De Findex dune mai. i peut palper le silon vestibulaie et sentir apex de la dent luxée. Il prend appui avec Index de autre main sur la surface palatine de la dent déplacée et avec une 96 pression ferme, libére la dent de son blocage osseux. Un cla: quement survient le plus souvent - 28 technique : le repositionnement a aide d'un davier: dans ce as, la racine est dégagée de son blocage osseux par une légere extrusion et repositionnée en arrigre dans sa position iitiale, Il faut faire une compression manuelle des lames osseuses alvéolaire vestibulaire et palatine, afin de permetire un reposi tionnement correct et une guerison du ligament parodontal. La muqueuse gingivale peut nécessiter des points de suture afin de saadapter au collet de la dent. Un cliche radiographique objective la position de la dent dans son alvéole et verifie les rapports os/dent. Une contention est nécessaire pendant 3 a 4 semaines, Toute: fois la prise dun cliché radiographique est nécessaire avant son retvat. En effet, le taumatisme peut avoir eu pour conséquence tune perte osseuse temporaire due & une activité ostéoclasique accrue. On peut observer une raréfaction osseuse entrainant une mobilité de la dent. La contention doit alors étre maintenue 3.8.4 semaines supplementaices Le repositionnement orthodontique est préconisé lorsque le patient consulte apres 48 heures (fig. 85 et 86) Figure 86 Vue clinique apres 6 mos. Il - Suivi | semaine, 1 mois, tous les 3 mois pendant 1 an. Le patient doit étre suivi durant une période diau moins 5 ans. Lots du suivi dun traumatisme de luxation, il peut survenir que la dent présente tous es signes cliniques dune nécrose pulpaire (dyschromie coronaire, tests de sensibilité négatifs). ccompa- agnés dune radioclarté apicale (resorption apicale transitoire) (Andreasen, 1986 ; Cohenea et al, 2003). Ces phénoménes sont transitoires et la dent récupére ses fonctions vitales (Gazelius et a, 1988), Dans les cas ol le praticien est certain que son patient se pré- sentera aux consultations de rappel, il préférera attendre et reévaluer. Dans le cas contraire, le traitement endodontique ‘est effectué (Andreasen, 1988), IV - Pronostic Ce traumatisme entraine un grand pourcentage de nécrose pul- paire et plus spécialement pour es dents a apex fermné (Andreasen fet Vestergaard-Pederson, 1985 ; Nikoul et a, 2008). et dans les cas de déplacement supérieur 8 2mm. Cette nécrose pulpaire est souvent associée a des résorptionsradiculaires de type inflamma toire. La seule thérapeutique possible est « lapexification » quand la dent est immature (Cevk, 1992; Barnett, 2002) i. 87 4 8.13) consultation et le traumatisme 3 jours: vue clinique. Figure 87 Enfant de 9 ans: lwation sévere de 21 et 22. Deal entre la Plusieurs complications peuvent survenir: = la nécrose pulpaire survient dans 10 % pour les dents imma~ tures & 75 % des cas pour les dents matures; - obliteration canalaire dans 70 % des cas pour les dents im- matures (Andreasen etal, 1987 ; Miyashin et al. 1990 : 1991): - la perte osseuse alvéolaire est observée dans 10% des cas avec création dune lésion parodontale ; -les résorptions de surface sont fréquentes. On peut égale- ment observer des résorptions inflammatoires et des résorp~ tions de remplacement. Figures 88 et 89 12 cliché occlusal objective un déplacement impor- tantde [apex en vestibulaire Le cliche etroalveolaie veleimmatunite des racines Le repositionnement a été effectue par traitement ODF. 7