Vous êtes sur la page 1sur 47

~ 0 ~Sciences commerciales et sciences des gestions

Université d’Oran Faculté des sciences économiques


Domaine LMD

Rapport de stage
Gestion des stocks
Entreprise Portuaire d’Arzew

Présenté par : Mr FAKIH

- Melle OUACEL Kheira


.
- Melle LARBI Malika

* Année Universitaire 2012 – 2013 *


~1~

Remerciement :

Avant tout je tient d’abord a remercier le bon


dieu, qui m’a donné la force, le courage et la volonté
pour effectuer ce modeste travail et qui m’a guidé vers
le bon chemin et la lumière du savoir. Mes chers parents
et toute ma famille qui m’ont aidé jusqu'à ce moment.

Mon remerciement et ma gratitude à mes


encadreurs en particulier Mr FAKIH pour leurs précieux
conseils qui avait une utilité pour ce travail.

Je remercie par la même occasion tous les


enseignants de département des sciences commerciales
qui ont contribué à ma formation et qui m’ont permis
d’atteindre mon objectif.

Ainsi que tous mes amis qui nous ont encouragés dans
les moments difficiles.

A vous aussi

Merci
~2~

Sommaire :
Introduction…………………………………………………………4
Présentation de l’entreprise…………………………………5
Gestion d es stocks - (approche Théorique)………….12
Chapitre I :
1-Les Stocks de l'Entreprise……………………………………………11
2-Approvisionnement……………………………………………………16
2-1 Définition ……………………………………………………………….………..16
2-2 Structuration de la fonction…………………………………….……..…18
2-3 Procédure…………………………………………………………………………19
2-4 Critère Globale d’Efficacité – le Coût Annuel…………………….21
Chapitre II :
1- Les Stocks - Rôles - Classification - Codification …….…23
1-2 Définitions………………………………………………………………………..23
1-3 Rôles…………………………………………………………………………………23
1-4 Classification…………………………………………………………………….24
1-5 Codification…………………………………………………………………..….27
2 - Gestion des stocks ………………………………………..………29
2-1 Approche théorique …………………………………………………….….29
2-2 Le modèle de WILSON ……………………………………………….…….30
2-3 les modèles probabilistes ……………………………………….……….30
Gestion des stocks - (approche Pratique) :…….…….33
Chapitre III :
1-Stock de commande :………………………………………………..33
2-Stock de sécurité :……………………………………………..………33
3- Procédure gestion des stocks …………………………………..34
3-1 réceptions des marchandises ……………………………….………….34
3-2 valorisations des articles réceptionnent : ……….……………….34
3-3 Sortie des marchandises : …………………………………….………….34
3-4 retours en stock des fournitures : …………………….………………34
3-5 commandes de fournitures : ……………………………….……………35
3-6 inventaires : ………………………………………………………………….…35
3-7 la vérification - les registres et les documents utilisent…...35
3-8 gestions informatiques des stocks …………………………………..36
4-Méthodes……………………………………………………………….…36
4-1 Gestion par niveau ……………………………………………………………37
4-2 Gestion par cycle ………………………………………………………………37
~3~

5-Comparaison des méthodes ………………………………………..……38


5-1 méthodes de gestion par niveau ……………………………….…..…38
5-2 méthodes de gestion par cycle……………………………………….…38
6-Compatibilité-Matières ……………………………………………………..39
6-1 Compatibilité-Matières en quantités ……………………………….39
6-2 Compatibilité-Matières en valeurs ……………………………….….39
Annexe………………………………………………………………….40
Conclusion…………………………………………………………….45
Bibliographie………………………………………………………..46
~4~

Introduction :

Mon stage s’est déroulé au sein de l’entreprise portuaire d’Arzew, gérant deux ports
celui d’Arzew et de Bethioua et spécialisée dans l’exploitation de l’outillage et installations
portuaires en addition a diverse autres activités.

L’entreprise est un organisme financièrement indépendant qui produit ou fait


circuler les biens et services sur un marché dans le but d’en dégager des bénéfices. Elle ne
peut atteindre ce but que si elle diminue au minimum ses charges et augmente au
maximum ses produits. Son stock représente environ 20 à 60% de ses actifs ; ce qui
engendre donc un besoin important d’investissement et immobilise la trésorerie. Un sur-
stockage entraîne des coûts très importants suite à l’immobilisation des capitaux ; ainsi que
des ruptures de stocks engendrent un coût de pénurie à ne pas négliger. Gérer son
stock permet à l’entreprise d’arbitrer entre ces deux contraintes et satisfaire la demande
des clients de l’entreprise à moindre coût.

Notre travail s’articulera autour de deux parties. La première est la présentation de


l’entreprise portuaire d’Arzew. Et la deuxième est la mise en œuvre du processus de gestion
des stocks avec premièrement une approche théorique puis une approche pratique.
~5~

Présentation de l’entreprise :
L’E.P.A est une entreprise publique économique, société par actions, au capital social de
2.600.000.000.000,00 DA. L’ensemble des actions est détenu par la SGP SOGEPORTS. Son
siège social est situé au 07, Rue Larbi Tebessi B.P. N-46 –Arzew- Wilaya d’Oran- ALGERIE.
L’entreprise portuaire d’Arzew gère deux ports : le port d’Arzew et le port de Bethioua :

Les ports d’Arzew et de Bethioua constituent la porte de sortie principale des hydrocarbures
exportés d’Algérie. Disposant d’un site idéalement positionné, les deux ports ont des
capacités très importantes de production favorisées par la présence d’installations très
fonctionnelles et adaptées au trafic dont ils ont la charge.

Activités :
L’exploitation de l’outillage et des installations portuaires.

 L’exécution des travaux d’entretien, d’aménagement


 Les opérations d’acconage et de manutention des marchandises.
 Les opérations de pilotage, remorquage et lamanage.
 L’exercice de la police et de la sécurité portuaire dans les limites géographiques
domaine public portuaire.
 La gestion du port de pèche a travers la filiale EGPP dont le capital est détenu a 100%
par l’EPA.

LE REMORQUAGE : l’EPA dispose d’une flotte de 13 remorqueurs de haute mer, équipés de


moteurs de forte puissance de (1700 C.V à 4120 C.V) et d’une force de traction de 23t à 48
tonnes.
LE PILOTAGE : Le pilotage maritime consiste à assister le capitaine du navire en apportant
une compétence locale et une expérience pour assure le passage du navire de la mer au
port et effectuer la manœuvre avec ou sans remorqueurs.
LA MANUTENTION :
Le port fonctionne en permanence de jour comme de nuit. Les opérations de manutention
s’opèrent durant des vacations organisées.

Le Port d’Arzew
La création du port d’Arzew remonte a l’poque romaine. Les vestiges de Portus Magnus
encore intactes témoignent de ce prolongement dans l’histoire. Se situant dans une des
baies les mieux protégées du bassin méditerranéen.
Le port d’Arzew a connu divers travaux d’extension et de modernisation de ses
infrastructures. En perpétuel développement, il est devenu, avec le démarrage des unîtes
pétrochimiques, un port spécialisé dan le trafic des hydrocarbures, tout en maintenant une
activité commerciale hors hydrocarbures appréciable.
~6~

ORGANIGRAMME DU PORT D’ARZEW

Président-directeur
général Secrétaire
PDG

Direction générale de Secrétaire


l’Armement
DGA

Direction Direction Direction Direction de Direction Direction Direction de


des d’exploit de ressources technique développe remorquage
ressources ation et capitaineri financières ment
humaines du e DT DR
manuten DRF DD
DRH
tion DC

DEM

Département financière Département comptable

DEPT.F DEPT.C
Secrétaire Secrétaire

Service Service Service Comptab Compta


investisse recouvre trésorerie ilité bilité
ment de ment générale analytiq
budget ue
~7~
~8~

Gestion de L’EPA :

1-La direction générale :

La direction générale définit les objectifs précis les orientations générales,


coordonne et exerce un contrôle sur l’ensemble des activités de l’entreprise. Dans sa tâche
la direction générale s’affirme sur une direction générale adjointe et sept (07) direction
fonctionnelles.
2- Structures administratives et financières :

a) Direction ressources humaines « DRH » :

Cette direction à pour mission :


 L’élaboration la mise en place et le suivi des outils et procédures relatifs à la gestion
et le développement des ressources humaines de l’entreprise.
 L’animation, la coordination et le contrôle de l’ensemble de l’action liée aux
ressources humaines et des affaires administratives.
 La gestion et le suivi des affaires contentieuses et des ressources de l’entreprise.

Structure :
Elle se compose de trois départements :
1-département ressources humaines.
2-département affaires juridiques et sociales.
3-département des affaires générales et logistiques.

b) Direction ressources financières « DRF » :

Attributions : la direction des ressources financières à pour fonction d’assurer la gestion de


l’opération financières exigée par la réglementation en vigueur.
Elle élabore les grandes lignes de la politique de l’entreprise en matière de gestion
financière, budgétaire et comptable. Elle élabore les procédures et système de gestion et
d’organisation et contrôle la mise en place de ces procédures pour assurer l’application par
différentes directions de la politique financière, elle est chargée de la gestion du budget de
l’entreprise.

Structure :
Elle se compose de deux départements :
1-départements finances.
2-départements comptabilité.
~9~

c) Direction développement « DD » :

Attributions :
La direction de développement est chargée des fonctions d’élaboration des études
technico-économiques dans le cadre du plan de développement de l’entreprise de
l’élaboration et du suivi des marchés conclus par l’entreprise de la tenus ainsi et du
développement des réseaux informatiques.

Structure :
Elle se compose de trois départements :
1-département études et développement.
2-département des marchés.
3-département communication et informatique.

3- Structures opérationnelles :

a) Direction technique « DT » :

Attributions :
La direction technique est chargée de l’exécution des travaux d’entretien d’aménagement,
de renouvellement de la superstructure portuaire, de l’élaboration des programmes de
travaux d’entretien, d’aménagement et de création d’infrastructures portuaires en liaison
avec l’administration des travaux public, ainsi que des approvisionnements en pièces
d »tachées pour la maintenance de l’ensemble des équipements de l’entreprise.

Structure :
Elle se compose de :
 Une cellule technique composée de deux ingénieurs (électrotechniques, génie maritime ou
génie civil) et d’un agent dessinateur archiviste chargée.
D’initier, d’étudier le programme de rénovation de réhabilitation et de développement de
l’ouvrage, d’infrastructures de superstructures et du bâtiment et d’assurer le suivi des
relations des trois départements qui le composent :
1-département approvisionnement.
2-département maintenance.
3-département travaux.
~ 10 ~

b) Direction exploitation et manutention « DEM » :

La direction exploitation et manutention est chargée de la gestion des opérations liées au


transit des marchandises (manutention et entreposage), du domaine portuaire des
installations spécialisées mis à la disposition des usagers de la facturation des prestations
fournies et de l’analyse statistiques des activités portuaires.

Structure :
Elle se compose de deux départements :
1-département manutention et entreposage.
2-département gestion du domaine ; facturation et statistique.

c) Direction capitainerie « DC » :

Attribution :
La direction de la capitainerie et chargée de l’ensemble des actions relatives à la navigation
au pilotage, à lamanage et de stationnement des navires à l’intérieur des limites portuaires
et l’application de la réglementation en manière de police et de sécurité.

Structure :
Elle se compose de deux départements :
1-département police et sécurité.
2-département opérations portuaires.

d) Direction remorquage « DR » :

Attribution :
La direction remorquage est chargée de la fonction d’assistance aux navires lors de l’entrée
et de la sortie du port, des opérations de remorquage en haute mer de la maintenance et de
la réparation des remorqueurs.
Elle est chargée de la gestion technique des remorqueurs et la gestion administrative du
personnel navigant et sédentaire de sa direction.
Elle participe à l’élaboration des projets de tarification relative aux prestations de
remorquage.

Structure :
Elle se compose de deux départements :
1-département maintenance navale.
2-département armement.
~ 11 ~

Gestion des stocks - (approche Théorique) :


Chapitre I :
1- Les Stocks de l'Entreprise :

Pour réaliser ses activités, l'entreprise met en œuvre deux catégories de moyens
matériels :

 bas équipement : tels que terrains, bâtiments, machines, installations en engins. Ce son:
là des moyens de travail permanents, utilisés par l'entreprise sous la même forme à long
terme. Ces équipements sont pris en compte par la comptabilité générale sous le terme
d'immobilisation et leur valeur est une fonction continue décroissante du temps
(processus l'amortissement),

 des matières : tels que métaux, produits chimiques, pièces d'usure des machines. Ce
sont des moyens de travail temporaires, transformés, détruits ou revendus par
l'entreprise à court terme. Ces matières sont prises en compte par la comptabilité
générale sous le terme d'achats et de stocks, et leur valeur est une fonction discontinue
du temps égale à leur valeur d'origine depuis leur acquisition par l'Entreprise jusqu'au
moment de leur utilisation et nulle - comptablement parlant - dès l'instant de cette
utilisation car transférée dans un autre compte.

Les stocks représentent la deuxième immobilisation par ordre d'importance pour les
entreprises. Venant immédiatement après les investissements en terrains, bâtiments et
équipements, le montant des stocks devrait faire l'objet d'études et de concertations Or, on
constate trop souvent qu'ils sont traités sans les soins qu'ils devraient recevoir, et le résultat
ne se fait pas attendre : trop souvent on les trouve gonflés de façon injustifiée tout en
présentant simultanément des manques sur certains articles. L'importance des stocks
surprend beaucoup de personnes, comme nous allons le voir à travers quelques exemples.
Nous remarquons tout d'abord que l'entreprise possède un grand nombre de catégories
de stocks. Depuis les matières premières jusqu'aux produits finis. Nous allons en énumérer
quelques uns en suivant la classification par destination :

Les Marchandises :
On appelle marchandises les articles achetés pour être revendus en l'état comme le
font les entreprises commerciales, grossistes, revendeurs, détaillants. Les marchandises, ne
subissant aucune modification, ont en général une durée de stockage beaucoup plus courte
que les autres articles. Ils se caractérisent par une rotation plus rapide en il n'y a pas de
cycle de transformation.
Les matières premières :
Ce sont des articles achetés en vue de leur transformation lors des fabrications :
Minerais pour le sidérurgiste,
Ronds d'acier pour le fabriquant utilisant des machines outils,
Gaz Naturel pour les complexes GNL,
Pétrole pour les raffineries etc...
~ 12 ~

Au point de vue de leur stockage et de leur manutention, les matières premières


exigent des installations spécialisées telles que silos (blé), bacs (pétrole), sphères (GPL) etc.
Les matières premières présentent souvent des contraintes de quantité et de délai de
livraison.
Les matières consommables :
Au sens strict, il s'agit: des matières consommées lors de la fabrication mais ne se
retrouvent pas dans les produits. Par exemple : huiles et graisses, chiffons, fournitures de
bureau etc. Leurs lieux de stockage sont souvent nombreux et souvent les dépôts ne sont
pas comptabilisés.
Les matières d'entretien :
Il s'agit ici spécialement des articles utilisés par les différents corps de métiers de la
fonction maintenance. Souvent, on gère ces matières de façon très approximative, ce qui
risque de conduire à des gaspillages d'une impotence insoupçonnée.

Les pièces de rechange pour les équipements de l'entreprise:


Les machines installées dans le complexe s'usent et il faut les entretenir. Il faut
remplacer périodiquement: certaines pièces. L'entreprise stocke des pièces de rechange
pour éviter des délais de réapprovisionnement et des arrêts prolongés de production.
Avec une bonne gestion d'exploitation, les consommations de ces articles sont faibles et la
demande ressemble souvent à une loi de Poisson. Le complexe stocke aussi certaines pièces
de rechange pour faire face à des pannes accidentelles. Ces pièces sont appelées pièces de
sécurité. La constitution des lois de pièces au moment de la mise en route de
l'investissement: est traité plus loin.

Les produits fabriqués mais non finis :


Ces articles appelés aussi produits intermédiaires, ont pour caractéristiques d'être
fabriqués par l'entreprise, puis stockés pour être utilisés dans d'autres fabrications.

Les en cours de fabrication :


Ce stock est réparti dans tous les ateliers : il est constitué par l'ensemble des
matières premières en cours l'usinage et par les pièces sorties pour le montage des sous-
ensembles et ensembles. La gestion de ce stock est très particulière, il n'y a pas de
problèmes d'appro, mais un problème de contrôle des niveaux et des flux. Ce type de
préoccupation est traité dans ordonnancement des travaux.

Les emballages :
On recouvre de ce nom tout ce qui sert au Conditionnement des produits. Les
emballages sont dits perdus lorsqu’ils ne sont pas repris.

Les produits finis :


C'est le stock des produits proposés à la vente. La gestion de ce stock dépend
souvent du commercial.

Les produits résiduels :


Ces produits sont plus souvent connus sous le nom de déchets, de rebuts, de résidus.
Parfois l'entreprise doit les transformer avant de les rejeter pour éviter une pollution.
~ 13 ~

On voit que les stocks sont souvent indispensables bien qu'ils représentent des
sommes élevées. Ils se trouvent éparpillés dons l'entreprise sous des responsabilités
différentes. Leur possession coûte très chère et elle empêche, en bloquant la trésorerie ainsi
immobilisée, de pratiquer des investissements qui pourraient être très rentables Il est
Indispensable de réduire leur niveau sans présenter de trop nombreux ces de pénurie qui
provoquent des désordres à la production.

Nous pouvons remarquer que, premièrement le produit fini d'une entreprise peut
devenir une matière première d'une entreprise opérant en aval dans le processus de
transformation d'une ressource naturelle en un produits de consommation comme le
montre le tableau de la page suivante.

La deuxième remarque concerne la diversité et le nombre de matières différentes


nécessaires au fonctionnement d'une entreprise, et notamment à la variété et au nombre
des matières consommables, non seulement par les Grandes mais aussi par les Petites et
Moyennes Entreprises.

On peut imaginer les difficultés qualitatives et quantitatives quant à la résolution des


situations d'organisation en de gestion relatives aux matières.

Les matières utilisées par l'entreprise sont généralement acquises auprès des
fournisseurs, exception toutefois pour certaines d'entre elles qui obtiennent directement
leurs matières premières en exploitant une richesse naturelle (mine, carrière, gisements)
Une activité essentielle de la fonction approvisionnement est une activité d'achat dont la
procédure de base est concrétisée par le schéma suivant :

Cette procédure de base met en évidence deux support d'information en sous-


entend l'existence de deux délais :

La demande d'Achat qui exprime le besoin de l'utilisateur (spécifications techniques,


quantité et délai). Le délai souhaité pour la satisfaction du besoin (DSB) varie suivant la
mission et l'activité de l'utilisateur (quelques Jours à quelques mois),

La commande d'Achat qui concrétise l'accord réalisé entre le fournisseur et la


structure Appro (spécifications techniques, qualité, quantité prix et délai de livraison
convenu qui. lui, varie suivant la situation du marché). Ce délai de livraison constitue
généralement: la parole principale du Délai Total d'Achat (DTA) délai qui s'étend de la date
d'émission de la demande d'achat à la date de la réception par l'utilisateur.

L'existence de ces deux délais (DSB & DTA), dont les origines sont tout à fait différentes,
entraine la possibilité de plusieurs cas, nécessitant la mise en place de procédures d'achat
différentes :
~ 14 ~

FOURNISSEURS FONCTION SERVICES


EXTERIEURS APPRO UTILISATEURS

-2- -1-
Négociation Demande
Commande D’Achat

-3- -4-
Livraison Réception
Articles Articles

 La première éventualité, celle dans laquelle la matière dont a besoin le service


utilisateur n'a pas été prévue, soit parce qu'elle était Imprévisible, soit parce
qu'elle a été volontairement écartée (très chère, utilisation peu probable, sans
conséquence sur la production). dans cette éventualité c'est la procédure d'Achat
Direct qui est mise en Ouvre, le Délai de Satisfaction du Besoin étant en
conséquence égal au délai total d'Achat : DSB = STA

 La deuxième éventualité, celle dans laquelle la matière dont a besoin l'utilisateur


a été prévue avec DSB > DTA Cette éventualité possède deux variantes :
DSB > UTA & Besoin peu fréquent: + Procédure achat direct
DSB > DTA & Besoin assez fréquent + procédure achat Pour STOCK

 La troisième éventualité, celle dans laquelle la matière dont a besoin l'utilisateur


a été prévue avec : DSB < DTA + Procédure achat pour STOCK
~ 15 ~

Procédure
Non prévue Achat DBS ↔ DTA
Direct

Mat
Matière

Besoin Procédure
Prévue Peu Achat
Fréquent Direct

DBS > DTA

Besoin
Assez
Fréquent
Procédure
Achat Pour
DBS < DTA
STOCK
~ 16 ~

2-Approvisionnement :

2-1 Définition :

L'approvisionnement est une technique ou méthode permettant de livrer un bien, ou


un service, à un tiers.

On peut considérer que l'approvisionnement est distingué en deux flux distincts : physique
et administratif (informationnel).

Le flux administratif est nécessaire à l'envoi et à la réception de données, ordres,


commandes, factures...
Le flux physique est l'art d'acheminer le bien vers le demandeur, par bateau, avion, camion,
chemin de fer...

L'approvisionnement répond à toutes contraintes environnantes. La règle première est de


livrer de la marchandise, au bon moment, au bon prix, et au meilleur coût selon le choix du
demandeur.

Le terme anglais, procurement, est souvent utilisé pour mettre en évidence une gestion plus
fine de l'approvisionnement, selon l'objectif :
- orienté coût,
- orienté vers la sécurisation de l'approvisionnement.

Les exigences sur les approvisionnements se traduisent par le choix de fournisseurs.


~ 17 ~
SERVICE
UTILISATEUR

Bon de demande de fourniture,


Retour en stock Ou bon de travaux,
Ou Note interne,
Note interne, Ou Bon de demande de mise en stock.
Ou bon de retour

DEPARTEMENT
APPRO
Bon de Sortie Stock

Réapprovisionnement SERVICE GESTION


du stock STOCKS
Demande d’achat

Bon de réception
SERVICE
ACHAT
Bon de livraison +
Consultation Marché facture
des fournisseurs

Bon de Commande

LIVRAISON

MAGASINS

PROCEDURE GENERALE DES


APPROVISIONNEMENTS
~ 18 ~

2-2 Structuration de la fonction approvisionnement :

L’analyse précédente met en évidence l’impérieuse nécessité pour l’entreprise


d’effectuer et d’actualiser des études rigoureuses tant de ses besoins prévisionnels de
matière et de pièce de rechange que de son marché fournisseur, de manière a appliquer des
politiques optimales d’approvisionnement concrétisé par le Répertoire Général des
Matières d’Approvisionnement (RGMA) et le Répertoire General des Matières Stockées
(RGMS).

L’expérience montre, tant pour des raisons techniques (satisfaction des besoins dans
un délai inferieur du DTA) que pour des raisons économiques (optimisation de la fréquence
des achats), que la constitution des stocks est nécessaire. Ceux-ci entrainent que certaines
activités spécifiques à leurs sujets soient assurées. C’est pour cela que la fonction Appro doit
accomplir un ensemble des taches ayant des caractéristiques différentes et peuvent être
réparties entre quatre (4) sous-fonctions principales:

 Sous-fonction ACHATS : elles a pour mission d’obtenir des fournisseurs les matières
et produits nécessaires au fonctionnement des services de l’entreprise en tenant
compte des spécifications techniques, des quantités et de délai exigées par les
missions et les contraintes de ces services et cela dans des conditions optimales de
cout et de payement.
 Sous-fonction MAGASINS : elle a pour mission de réceptionner les matières livrées
par les fournisseurs, de les conserver dans des conditions optimales en attente de
leur utilisation, de les distribuer aux utilisateurs en exécution de leur demande.
 Sous-fonction COMPATIBILITE-MATIERES : elle a pour mission d’enregistrer en
quantités et en valeur tous les mouvements affectant les stocks en magasins dans le
but à déterminer le niveau et la valeur de ces stocks.
 Sous-fonction GESTIONDES STOCKS : elle a pour mission, à partir des informations
élaborées par la compatibilité-matière et en application des règles de gestion des
stocks, de fournir un niveau de service satisfaisant aux utilisateurs (disponibilité des
articles), et de minimiser les fonds immobilisés en stocks. Bien sur ces deux missions
sont contradictoires. c’est là ou repose tout l’art de la gestion des stocks !!!

FONCTION
Approvisionnement

S/FONCTION S/FONCTION S/FONCTION S/FONCTION


Achat Magasins Gestion Stocks Compta-matières
~ 19 ~

2-3 procédures Approvisionnement :

La procédure Approvisionnement assure entre les sous-fonctions appro et les


services utilisateurs un ensemble de relations, dont l’essentiel est décrit par le schéma
suivant.

 le point de départ est la constatation, par les services utilisateur du besoin de matière.
Ce service (maintenance) consulte le RGM qui lui indique :

Commande Demande
d’achat d’achat

Marché des GESTION MAGASINS


fournisseurs STOCKS
ACHATS

COMPTABILITE
MATIERES

Demande Bon de Sortie


d’Achat Stock

Registre
Général
Matières

SERVICE
LIVRAISON UTILISATEUR DISTRIBUTION
~ 20 ~

 Si l’article dont il a besoin est normalement tenu en stock, auquel cas il déclenchera la
procédure de sortie stock (Bon de Sortie Stock)
 Ou bien si l’article n’est pas prévu en stock, auquel cas il déclenchera d’achat direct (DA :
demande d’achat), soit réfléchir sur une éventuelle mise en stock (DMS : demande de
mise de mise en stock)

 Dans le premier cas (matière en stock), l’utilisateur émet un BSS qui est transmis au
Service Compatibilité-Matières qui assure :

 Que le BSS est acceptable (différents approbations)


 Que le BSS est exécutable parce qu’il existe une quantité disponible suffisante en stock.
 Le BSS est compatibilité et transmis au service Magasins qui effectue la distribution.

 Dans le second (matière non en stock), l’utilisateur crée un support d’information DA


(Demande d’Achat). Cette DA est transmise au service Achat (recherche, sélection,
négociation, avec le fournisseur, établissement de la commande). Sous réserve de
modalités particulières à chaque entreprise, un contrôle de réception se fait par le
demandeur (spécialiste) puis la livraison est effectuée.

Compte tenu des informations élaborées par la Compatibilité-Matières (quantité &


valeur) sur le niveau des stocks de chaque matière aussi bien que sur les consommations, le
service Gestion des Stocks déclenche, au moment opportun et pour la quantité optimale, le
réapprovisionnement du stock. Dans ce but il émet un DA pour Stock qui est transmise au
service des Achats (recherche fournisseur, etc...)
~ 21 ~

2-4 Critère Globale d’Efficacité – le Coût Annuel :

Le coût total annuel des matières et produits est la somme de quatre catégories de coûts
représentés par le schéma suivant :

Coût passation
des Commandes

Coût de Gestion Coût de


des stocks possession Stock

Coût Total Annuel Coût des


des Stocks Défaillances

Coût d’Achat des


matières

Le coût de passation des commandes : ce coût correspond au coût de fonctionnement du


service Achats : personnel, équipements, locaux, courrier, frais généraux. Cette catégorie de
coût concerne la totalité des matières en produits acquis par l'entreprise.

Le coût de possession des stocks : (↔ 25 %) qui ne vaut évidemment que pour les
matières qui transitent par les magasins, Ce coût comprend deux parties :

- la première partie du coût de possession des stocks est relative au contenu des stocks,
c'est-à-dire aux matières stockées elles-mêmes. Ce coût comprend les frais financiers qui
découlent de la trésorerie immobilisée dans les stocks, Et des coûts de dépréciations
quantitatives (écarts d'inventaire), qualitatives (détérioration des matières stockées), et
économiques (obsolescence éventuelle des matières stockées) ↔ 20%

- la seconde partie du coût de possession des stocks correspond au coût de


fonctionnement: des services magasins, Compatibilité-Matières et Gestion des stocks ↔ 5%

Le coût des défaillances : ce coût correspond à la valorisation des conséquences de la


non-disposition des matières aux moments où elles sont nécessaires, c'est-à-dire des
conséquences du non restes: du Délai de Satisfaction des Besoins (DSB). On distingue deux
types de défaillances :

- celles qui relèvent des matières normalement stockées : ruptures de stocks


~ 22 ~

- celles qui relèvent des matières qui ne transitent pas par les stocks : retards d'achat

Ces défaillances de matières, qui sont une composante très importante du critère
d'efficacité de la fonction Approvisionnements, peuvent être considérées :

- du point de vue de leur fréquence,


- du point de vue de leur durée,

- du point de vue de leur impact sur les résultats de l'entreprise.

Du point de vue de leur durée, les défaillances conduisent à organiser des


procédures de dépannage. Qui peuvent être soit du domaine administratif (procédure
d'Achat Urgent), domaine technique (utilisation d'une matière analogue en remplacements
de la matière défaillante) du point de vue de leur impact sur les résultats de l'entreprise, il
convient de distinguer les cas suivants :

- le premier cas est celui de matières dont la défaillance n'a pratiquement aucune
conséquence sur les activités essentielles de l'Entreprise, comme par exemple
l'indisponibilité de courte durée d'un équipement surdimensionné,

- le deuxième cas est celui de matières dont la défaillance interrompt des activités
essentielles de l'Entreprise d'une façon irrémédiable, tel l'arrêt de fonctionnement d'un
équipement non doublé. Dans ce cas la perte de production ne sera pas récupérée et le coût
de défaillance est égal à la valeur ajoutée de la production perdue,

- le troisième cas, le plus fréquent et le plus difficile à valoriser est celui de matières ou de
produits dont la défaillance entraîne des retards de production et de vente et/ou des coûts
supplémentaires (manutention, augmentation des rebuts, pénalités de retard.)
~ 23 ~

Chapitre II :

1 - Les Stocks - Rôles - Classification - Codification :

1-1 définitions :

Un stock est une réserve constituée en vue d’une utilisation ultérieure. L’existence de ce
stock a pour résultat évident de rendre indépendants, du moins dans une certaine mesure,
deux événements indépendants:

ENTREE SORTIE

Achats
Achats Utilisation
Date Di Date di
Quantité Qi STOCKS Quantité qi

 L’éventement d’entrée en stock de la réalisation d’une opération d’achat à une date


Di et pour quantité Qi.
 L’événement de sortie de stock permettant une utilisation et plus généralement la
satisfaction d’un besoin à une date di et pour une quantité qi.

1-2 Rôles :
1-2-1 Rôles des stocks :

Il découle des observations précédentes, que le stock peut jouer quatre rôles :

1-2-2 Rôle technique :


Le but et de donner satisfaction aux besoins des utilisateurs dans un délai inferieur au Délai
Total d’Achat DTA). C’est a partir de cet impératif que l’on a d’ailleurs découvert la nécessité
du concept de stock. Ce rôle peut être quantifié et contrôlé sur la base de ruptures de
stocks.
1-2-3 Rôle économique :
Le but est de donner satisfaction aux besoins des utilisateurs à un cout optimal.
1-2-4 Rôle régulateur :
Entre deux flux aléatoires de même moyenne. Il peut être quantifié par un taux de rotation
du stock.
1-2-5 Rôle spéculatif :
Le stock, rendant la contrainte du besoin relativement indépendante de la décision de
l’achat, permet de prendre cette décision en fonction des opportunités instantanées ou
~ 24 ~

prospectives du marché. Ce rôle est, à l’évidence, capital lorsque l’entreprise utilise des
quantités importantes de matières acquises sur un marché international : cuivre, laine,
coton, blé, sucre, café, ... ces décisions spéculatrices sont difficiles et hasardeuses.

1-3 Classification des stocks :

Les stocks posent naturellement un certain nombre de questions d’organisation :


 Les matières en stocks doivent être conservées : cela pose la question des magasins,
de leurs localisations, de leur disposition interne, de leur équipement de stockage et
de manutention.
 Les matières en stocks doivent être gérées : cela pose la question de la gestion des
stocks, de ses règles, de ses procédures, des responsabilités qu’elle entraine et de
leur attribution dans la structure de l’entreprise.
 Les matières en stocks - et leur mouvement - doivent être connues : cela pose la
question de la compatibilité-matières en quantité et en valeur, de ses méthodes, de
ses procédures et de son contrôle.

Pour atteindre ces objectifs il est utile d’effectuer tout d’abord une classification
pour laquelle il est proposé ci-après un certain nombre de critères tels que : stade de
stockage, valeur, taux de rotation etc.

Stade de stockage : ce premier critère est illustré par le schéma suivant et met en évidence
trois stades principaux :

Marché des
Fournisseurs

Stocks Matières Stocks Matières


Premières Consommable

OPERATION
Stocks 1
d’en-
OPERATION
cours
n

STOCKS
PRODUITS FINIS

LIVRAISON AUX
CLIENTS
~ 25 ~

 Les stocks de matières : ils jouent un rôle régulateur entre le flux de livraisons (donc
des achats) par les Fournisseurs et le flux de la fabrication ou des operateurs de
maintenance. Ils peuvent être regroupés par familles (mécanique, électricité,
instrumentation, vannerie... etc.)
 Les stocks d’en-cours : qui eux jouent un rôle régulateur entre les opérations
successives de la fabrication (c’est là la cible majeure de l’optique «zéro stock»).
 Les stocks de produits finis : ils jouent un rôle régulateur entre le flux des expéditions
(donc des ventes) et le flux de la fabrication.

L’analyse des stocks et leurs classification suivant ce premier critère fournit des
informations utiles pour :
 l’organisation de l’ordonnancement, du lancement et du contrôle d’avancement de
la fabrication (ou des opérations de maintenance).
 Elaborer une stratégie optimale de stockage sous contrainte, c’est-a-dire pour
déterminer la meilleure répartition entre les différents stades de stockage, du
budget total des stocks.

Valeur des stocks : ce deuxième critère est celui de la valeur des stocks. Le point de
départ de l’application de ce critère est un inventaire, dans lequel les différentes matières
sont classées dans l’ordre décroissant de la valeur de leur stock. Ce classement a
généralement une distribution voisine de celle de Pareto et est représentée par le
graphique suivant:

100 %

Valeur
Cumulée
des
articles

A B C
0% 100 %

Nombre cumulé des articles %


~ 26 ~

La distribution de Pareto est d'une application très générale dans l'Organisation de


l'entreprise - sous le nom de méthode ABC ou loi des 80/20 - notamment: dans le domaine
des approvisionnements et dans celui des ventes.

L'analyse ABC consiste à classer les postes à étudier (par exemple las articles stockés
dans un magasin) par ordre de valeur décroissante et ensuite d'exprimer graphiquement:
- en ordonnée : les pourcentages (%) des valeurs cumulées des articles par ordre
d'importance décroissante.
- en abscisse : les pourcentages du nombre des articles cumulés correspondants.

Pratiquement, lorsqu'on analyse cette distribution de Pareto, on constate que " cette
population d'articles " peut être divisée en trois (3) grandes classes : A, B, C. :

- la classe A : elle comprend aux environs de 10 % des articles qui représentent à peu près
80 % de la valeur du stock,
- la classe B : elle comprend aux environs de 15 % des articles qui Représentent à peu prés
15 % de la valeur du stock,
- la classe C : elle comprend aux environs de 75 % des articles qui représentent à peu près 5
% de la valeur du stock.

Cette analyse permet de distinguer les articles en catégories selon leur valeur, dans
le but d'optimiser la gestion par un traitement différentiel des trois catégories. Par
exemple Il est intéressant de concentrer la gestion sur les 10 % (classe A) des articles qui
représentent les 80 % de la valeur du stock.

En résumé l'analyse des stocks suivant le critère de valeurs permet d'adapter les
méthodes et les procédures de comptabilité et de gestion aux caractéristiques économiques
des stocks, nous étudierons Plus loin une application du concept ABC dans la gestion des
stocks.

Taux de rotation : ce troisième critère est celui du taux de rotation des stocks qui sont défini
par le quotient de la consommation annuelle par le niveau moyen des stocks :

𝐶𝑜𝑛𝑠𝑜𝑚𝑚𝑎𝑡𝑖𝑜𝑛 𝐴𝑛𝑛𝑢𝑒𝑙𝑙𝑒
𝑡𝑎𝑢𝑥 𝑎𝑛𝑛𝑢𝑒𝑙 𝑑𝑒 𝑟𝑜𝑢𝑙𝑒𝑚𝑒𝑛𝑡 =
𝑆𝑡𝑜𝑐𝑘 𝑚𝑜𝑦𝑒𝑛

Le Taux de rotation peut être calculé à partir des quantités pour un article et, pour
une famille d'articles (mécanique) à partir des valeurs. Il possible et souvent conseillé de
calculer aussi bien le taux de rotation de stock réel que prévisionnel.

L'analyse et la classification des stocks suivant le critère du Taux de rotation permet


d'établir un tableau de bord de la Gestion des stocks reflétant, généralement par familles
d'articles, l'évolution des Taux de rotation, et également d'interpréter cette évolution.
~ 27 ~

Il n'est pas raisonnable de proposer des normes de Taux de rotation des stocks
valables pour touts les entreprises. En revanche. Dans une Entreprise donnée et dans le
cadre de la planification à moyen terme. Il est souhaitable de fixer des objectifs de rotation
qui constituent les repères du Tableau de Bord de la gestion des stocks.

Le calcul des Taux annuels de rotation des stocks à un instant donné met en évidence
trois (3) classes de stocks :

- une première classe rassemble les stocks dont le taux annuel de rotation est élevé (2-4). Il
s'agit des stocks actifs.
- une deuxième classe rassemble des stocks dont le TR est de l'ordre de 1. Il convient alors
d'analyser ces stocks pour y distinguer les stocks de sécurité et les stocks Dormants
- une troisième classe rassemble les stocks dont le TR est très faible Il convient alors
d'analyser et d'y distinguer les stocks de sécurité (pour les équipements dont les articles
sont à faible probabilité d'avarie) et les stocks mort (rossignols).

Ce type d'analyse permet de prendre :


- des mesures pour liquider les Stocks Morts dans les moins mauvaises conduisons
possibles,
- en temps utile les mesures les plus aptes à résorber les stocks dormants (utilisation
prioritaire, transformation ou cession)

Autres critères de classification : l'analyse et la classification des stocks peuvent être


effectuées d'après d'autres critères :
- caractéristiques des matières : nature, forme, volume, poids, dimensions .Cette
classification permet de choisir les équipements de stockage et de manutention les mieux
adaptés.
- destination des matières stockées : matières premières, outillage produits semi-finis
consommables, pièces de rechange spécifiques emballage, fournitures de bureau etc.…

Cette classification permet d'éclairer la question de la localisation des stocks (stock


central, régional, ou local) et de préciser l'attribution des responsabilités de la Gestion des
stocks:

1-4 Codification:

Une dernière question d'ordre général relative aux stocks est celle de la codification
qui s'exprime par l'attribution à chaque matière stockée ou non stockée d'un code qui se
substitue, Ou tout du moins accompagne, sa désignation " en clair " Ce code doit être clair
net, précis et évolutif La classification sert à identifier facilement les articles et la
codification consiste à attribuer un numéro de code à une désignation. Cette désignation est
soumise aux impératifs suivants :

- le numéro de code n'est attribué que sur la base d'une désignation.


- le but de la codification est de designer les matières et les produits dans un langage qui
soit le plus condensé possible,
~ 28 ~

- le numéro de code doit être biunivoque :


o à un numéro de code doit correspondre un article et un seul.
o à un article doit correspondre un numéro de code et un seul (numérique,
alphabétique, alphanumérique, à barres).
- le numéro de code doit être définitif,
Chaque article en stock est caractériser de façon unique en compréhensible par tous.
Ce numéro de code pourrait entre composé de 9 chiffres :

A1 A2 A3 B1 B2 C1 C2 C3 C4
Classe
Fournisseur
N° séquentiel

A1A2A3 = classe
A1 = famille
A2 = groupe
A3 = sous-groupe

B1B2 = code fournisseur

C1C2C3C4 = numéro séquentiel


~ 29 ~

2- Gestion des stocks :

2-1 Approche théorique :

Les modèles l'approche théorique de la Gestion des stocks se propose de formuler


des règles de principes, et, dans ce but, fait appel à un modèle qui favorise les relations
entre les différentes variables. La structure générale d'un modèle de gestion des stocks est
donnée pur le schéma suivant qui fait appel à trois catégories de variables :

Hypothèses

Date : G

Coût total Annuel


MODELE Des Matières
CTM

Quantité : Q
Variables
Objectifs
Variables
d’action Consommation : C

Délai d’Achat : DTA

Coût unitaire : u

Etc.…

Données
~ 30 ~

Variables d'action : on cherche à déterminer, ici, la date D des opérations


d'approvisionnement du stock et de la quantité Q à approvisionner,

Données : on doit déterminer les valeurs numériques par une étude quantitative du
phénomène, notamment par des méthodes statistiques. Ici, il s'agit de la consommation C,
de délai d'achat DTA etc.

Variables-objectifs : on cherche à les optimiser. Ici, il s'agit du coût annuel des matières
CTM.

Nous pouvons avancer qu'il existe deux (2) modèles de Gestion des stocks :

Les modèles déterministes : toutes les données sont supposées exactement déterminées
pendant la période d'application du modèle : c'est le cas du modèle de WILSON.

Les modèles probabilistes : certaines données (essentiellement la consommation C en le


délai l'œil d'achat DTA) sont exprimées par des lois de probabilité.

2-2 Le modèle de WILSON :

Le modèle de WILSON est un modèle déterministe assez ancien puisqu'il a été


formulé aux USA aux alentours de 1930. Il est intéressant pour au moins trois (3) raisons :
 il constitue un bon exemple de modélisation,
 il est encore utilisé,
 il constitue l'ossature de modèles plus évolués.

Les hypothèses et les données du modèle de WILSON sont que :


 le modèle ne prend en compte qu'une seule manière,
 toutes les données sont déterminées et constantes pendant la période d'application
du modèle, soit en principe une année.
 la quantité achetée est constante, soit Q unités à chaque commande,
 la consommation est continue et égale à C unités par mois :
 le cout de revient d'achat est indépendant de la quantité achetée, soit U dinars par
unité achetée.
 le cout de possession du stock est proportionnel à la valeur moyenne du stock, au
taux annuel m,

2-3 les modèles probabilistes :

Les hypothèses de départ sont :

 le modèle s'applique à une seule matière (article),


 Le stock est approvisionné de telle façon qu'il soit égal à Si unités au début de
chaque période,
 Le délai total d’achat est égal à DTA en mois,
 Enfin il n’y a pas de défaillance (pas de pénurie) du stock.
~ 31 ~

Compte tenu des hypothèses et des données ci-dessus, la quantité en stock évolue
suivant le schéma suivant :

Stock

So Q Q Q

Sa

Temps
D2 D1

A partir du stock initial S0, la consommation est assurée et comte tenu des
hypothèses, la quantité en stock évolue suivant une droite de pente (-C) jusqu'à devenir
nulle à la date D1.
L’hypothèse suivant laquelle il n’y a pas de défaillance impose qu’une livraison ait lieu,
idéalement, à la date D1, portant en stock au niveau Q.

Pour cela, il est nécessaire qu’une commande ait été déclenchée à la date D2,
décalée en amont de la date D1 du délai d’Achat DTA. A cette date D2 , il est clair que la
quantité en stock égale Sa = C . DTA, quantité habituellement désignée par Stock d’Alerte.

 Le coût de possession est égal à M dinars par période et par unité stockée,
 Le coût de défaillance (pénurie) est égal à D dinars par période et par unité
manquante,
 La consommation c suit une loi de probabilité continue dont la fonction de densité
est p(c)

Il s'agit de déterminer à quel niveau doit se situer le stock initial compte tenu d'une
consommation (demande) aléatoire, de délai de livraison incertain pouvant entrainer des
risques de rupture. En fonction de la demande, deux natures de coûts sont envisageables :
~ 32 ~

Imaginons qu'entre les bornes de la période T, au cours de laquelle évolue notre


stock, la violation de celui-ci puisse être considérée linéaire. Deux situations se présentent :

- Stock initial supérieur : la demande pendant la période T : le stock initial est suffisant pour
répondre à la demande c et à la fin de la période T, on aura un reliquat de S i - c),
- Stock initial inférieur à la demande pendant la période T : le stock Si est insuffisant et l'on
aura enregistré à la fin de la période Tune défaillance (pénurie) de (c - Si).

Smoy
c
Si

Si - c

(a) – stock initial suffisant

Smoy
c Si

T2

T1
c -Si

(b) – stock initial insuffisant


~ 33 ~

Chapitre III : Gestion des stocks - (approche Pratique) :

1-Stock de commande :
En pratique la consommation en le délai total d'achat sont des données aléatoires.
En conséquence l'évolution du stock dans le temps constitue elle-même un phénomène
aléatoire ce qui entraîne la probabilité d'apparition de défaillance (pénurie). Pour tenir de
cet aspect des choses, on introduit le concept de stock de commande (Sc), Stock qui des
égal :
𝑆𝑐 = 𝐶𝑚𝑜𝑦 ∙ 𝐷𝑇𝐴𝑚𝑜𝑦 + 𝑆𝑠
Où :
𝑆𝑐 = 𝑠𝑡𝑜𝑐𝑘 𝑑𝑒 𝑐𝑜𝑚𝑚𝑎𝑛𝑑𝑒
𝐶𝑚𝑜𝑦 = 𝑐𝑜𝑛𝑠𝑜𝑚𝑚𝑎𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑚𝑜𝑦𝑒𝑛𝑛𝑒
𝐷𝑇𝐴𝑚𝑜𝑦 = 𝑑é𝑙𝑎𝑖 𝑡𝑜𝑡𝑎𝑙 𝑑′ 𝑎𝑐ℎ𝑎𝑡 𝑚𝑜𝑦𝑒𝑛
𝑆𝑠 = 𝑠𝑡𝑜𝑐𝑘 𝑑𝑒 𝑠é𝑐𝑢𝑟𝑖𝑡é

2-Stock de sécurité :
Pour déterminer le stock de sécurité il existe trois (3) méthodes :

Méthode probabiliste : On cherche le niveau de stock de sécurité qui rend minimale la


somme du cout de possession de ce stock et de l'espérance mathématique du cout de
défaillance (pénurie). Bien sûr l'application de cette méthode rencontre les difficultés de
l'évaluation de l'impact économique de la pénurie.

Méthode statistique : on détermine le niveau de stock de sécurité par un arbitrage entre le


coût de ce stock et la probabilité de défaillance correspondante fixée à l'avance par les
responsables en fonction du service souhaitable du service rendu par le stock, cette
méthode fait appel à deux modalités :

 Barème d'estimation définissant une échelle de cotation et un coefficient de


pondération pour chaque critère :

Consommation stable peu variable assez variable très variable


annuelle
Délai d’achat stable peu variable assez variable très variable
conséquences nulles (coût) faible (coût) moyennes (coût) Importantes arrêt
défaillances
possibilités immédiates assez faciles assez difficiles Impossibles
remplacement et faciles
risque forts moyens faibles nuls
détérioration
encombrement très grande grande superficie moyenne petite superficie
stock alerte superficie superficie
~ 34 ~

 Un groupe d'estimation réunissant les responsables Intéressés par l'achat, le


stockage et l'utilisation de chaque famille de matière devrait faire de ce barème un
outil primordial pour prendre les décisions du niveau du stock de sécurité.

3- Procédure gestion des stocks :

3-1 réceptions des marchandises :

Le service achat (l’Acheteur) remet la marchandise accompagne la " facture " établie en
deux (02) exemplaires au magasinier.
 Le magasinier contrôle la marchandise avec la facture et met au rayon magasin les
fournitures.
 Le magasinier certifie conforme la marchandise et établit " Un bon de réception " en
trois exemplaires.
 Le Bon de réception est enregistré sur " le registre des entrées " et sur " la Fiche de
stocks "
 Les deux exemplaires du " Bon de réception " plus la facture originale dûment signé
accompagnée de la copie bleu du bon de commande sont transmis à la D.F.C. pour
règlement.
 Une copie du Bon de réception, une copie de la facture ainsi que la copie du bon de
commande sont archivés au niveau du service Approvisionnement.

3-2 valorisations des articles réceptionnent :

Etablissement du coût réel de chaque réception des articles en tenant compte des différents
frais d'approche. Il sert au calcul du prix moyen pondéré.

3-3 Sortie des marchandises :

Le Chef magasinier reçoit de la structure concernée " Une demande. De fourniture " établie
en deux (02) exemplaires (Blanc + Vert) signée Par un agent habilité :
- Directeur
- Chef de Département
- Chef de Service
- Agent désigné et autorisé.

3-4 retours en stock des fournitures :

L'utilisateur remplit " un bon de retour en stock " en trois (03) exemplaires (Carnet
disponible au niveau du service).

Le Fichiste enregistre sur la " Fiche de stocks " le retour et joint une photocopie du bon
retour (Blanc).

L’exemplaire blanc est archivé par le Chef magasinier, le Vert et bleu restent à la souche.
~ 35 ~

3-5 commandes de fournitures :

Le magasinier établit une " demande d'achat " en deux exemplaires Il la remet au Chef de
Service pour signature.

Le Chef de Service transmet un exemplaire de la demande d'achat au service achats. Le


second exemplaire est classé par ordre chronologique dans un classeur en attendant la
réception de la marchandise.

3-6 inventaires :

Pour la procédure relative à l'inventaire des stocks, il est mis en place trois commissions :
 Deux (02) pour le comptage
 Une (01) pour l'inventaire des stocks chargée d’exploiter les résultats des deux
commissions précédentes.

L'opération d'inventaire des stocks doit se faire selon les étapes suivantes :

1er Etape : les Papillons de comptage à trois volets (Blanc, Bleu et Rouge).

Les renseignements utiles à l'opération des inventaires (désignation du produit, référence et


numéros de fichier) sont portés sur les papillons, par les services " approvisionnement "

2ème Etape : L'opération de comptage par les deux commissions consiste à quantifier
respectivement les papillons Blanc et Bleus.

3ème Etape : La commission des inventaires de stocks récupère les papillons traités et
procède à une confrontation afin de renseigner le troisième papillon (Rouge) et à un 3ème
comptage dans le cas ou les quantités mentionnées sur les papillons blanc et Bleu différent.

4ème Etape : Après exploitation de l'ensemble des papillons, une opération


d'assainissement des différents comptes de stocks est effectuée par un pointage
systématique de toutes les écritures comptables (Bons de réception et états de sorties
mensuelles).

5ème Etape : Après la mise à jour du fichier des stocks. La Commission détermine les écarts
définitifs (positifs et négatifs) sur la base des papillons de comptage réservés à la
commission des inventaires des stocks.

3-7 la vérification - les registres et les documents utilisent :

1/ " Les états de consommation mensuels " sont vérifiés toutes les fins de mois avec les
chiffres comptabilisés par la D.F.C.

2/ " les états d'inventaire physique " arrêtés annuellement sont contrôlés avec des chiffres
comptabilisés par la D.F.C les écarts éventuels sont analysés, expliqués puis régularisés.
~ 36 ~

Les registres utilisés :

1 - " Le registre des entrées " est tenu à partir des " bons de réception " il est arrêté
mensuellement, les totaux sont récapitulés en dernière page
.
2 - " Le registre des sorties "
Dans ce livre sont enregistrés " Les bons de sorties " avec leur codification comptable
 Une récapitulation des sorties mensuelles: est jointe aux états mensuels des sorties
valorisées destinées à la D.F.C ; une copie est classée également avec les états gardés
par le service.
 Carnet de bons de sorties en trois exemplaires:

- Un (01) exemplaire vert intéressé.


- Un (01) exemplaire blanc (enregistrement informatique et manuel).
- Un (01) exemplaire reste à la souche.

3-8 gestions informatiques des stocks:

Elle se fait parallèlement à la gestion manuelle;


a) Enregistrement des " demandes d'Achats " des magasins
b) Gestion des entrées en stocks (Bons d’entrée)
c) Gestion des sorties en stocks (Bon de sorties)
d) Gestion des réintégrations dans les stocks (Bon de retour)
e) Inventaires des stocks (mensuels et annuels)

Documents utilisés :

Entrée marchandises dans les magasins :

- Bon d’exécration
- Fiche de stocks

Sorties marchandises des magasins :

- Bon de commande fournitures


- Bon de sortie magasin
- Etat mensuel des sorties
- consommation mensuelles des fournitures et matières par compte et par section de
gestion
- Consommation mensuelles des divers
- Bon de retour en stock

4-Méthodes:
Les méthodes utilisées pour la gestion des stocks se rattachent à deux types :

 La méthode de gestion par niveau,


 La méthode de gestion par cycle.
~ 37 ~

4-1 Gestion par niveau :

Compatibilité-Matières Gestion des Stocks

𝑆𝐷 𝑆𝐷 = 𝑆𝐷 ± 𝑀𝑣𝑡 𝑆𝐷 − 𝑆𝐶 ≤0 𝐴𝑐ℎ𝑎𝑡 𝑄 = 𝑄∗ + (𝑆𝐶 − 𝑆𝐷 )

>0
𝑃𝑟𝑜𝑐ℎ𝑎𝑖𝑛 𝑚𝑜𝑢𝑣𝑒𝑚𝑒𝑛𝑡

4-2 Gestion par cycle :


à chaque mouvement à chaque cycle gestion
Compatibilité-Matières des stocks

𝑆𝐷 𝑆𝐷 = 𝑆𝐷 ± 𝑀𝑣𝑡 𝑆𝐷 − 𝑆𝐶 𝐴𝑐ℎ𝑎𝑡 𝑄 = 𝑄∗ + (𝑆𝐶 − 𝑆𝐷 )


≤0

𝑃𝑟𝑜𝑐ℎ𝑎𝑖𝑛 𝑚𝑜𝑢𝑣𝑒𝑚𝑒𝑛𝑡

𝑃𝑟𝑜𝑐ℎ𝑎𝑖𝑛 𝐶𝑦𝑐𝑙𝑒 >0

5-Comparaison des méthodes :

5-1 méthodes de gestion par niveau :

 Ce sont des méthodes qui peuvent être qualifiées de permanentes Le contrôle du


niveau de stock se fait à chaque mouvements : gestion serrée,
 ce sont des méthodes qui peuvent être qualifiées d'unitaires. chaque article est géré
indépendamment des autres. Ce qui peut être un inconvénient pour les achats par
famille.

5-2 méthodes de gestion par cycle :

 Ce sont des méthodes qui peuvent être qualifiées de discontinues. Le contrôle du


niveau de stock se fait périodiquement: gestion moins serrée mais allégement dans
le travail,
 ce sont des méthodes qui peuvent être qualifiées de collectives. Chaque famille est
contrôlée avec la même période Ce qui a l'avantage de permettre une vue
d'ensemble de la situation de chaque famille, donc à une meilleure programmation
~ 38 ~

6-Compatibilité-Matières :

La Compatibilité-Matières a pour objectifs d'enregistrer les mouvements qui


affectent les stocks, notamment les entrées et les sorties, de façon à déterminer les niveaux
de ces stocks.

6-1 Compatibilité-Matières en quantités :

La Compatibilité-Matières en quantités a pour but de tenir à jour le niveau du stock


et cela dans l'unité physique convenable, appelée unité de stockage : poids, volume,
surface, longueur ou objet. Cette unité peut être parfois différentes de celle utilisée dans
les relations avec les fournisseurs en qui figurent sur les bons de et en de réception. Par
exemple. Des profilés peuvent être achetés à la tonne et comptabilisés au mètre linéaire.

Pour remplir ce rôle, la Compatibilité-Matières en quantités détermine successivement:


 le stock existant,
 le stock disponible.

Stock existant Stock existant Entrée de la Sortie de la


en fin de = en fin de + période T+1 + période T+1
période T+1 période T

Dans cette équation il faut préciser que :

Les entrées peuvent être : livraison des fournisseurs réintégrations de matières,


transferts d’autres magasins.

Les sorties : bons de sortie stock pour les utilisateurs, transfert vers d'autres
magasins.

Stock Stock Reste Reste


disponible = existant + à - à
livrer distribuer

«Reste à livrer» quantité restant à livrer par les adoucisseurs en exécution des bons de
commande Passées.
«Reste à distribuer» les BSS en rupture de rock, les Bons de stock Réservé (BSR).

L'organisation de la Compatibilité-Matières en quantités est proche de celle d'une


comptabilisé classique. Elle met en œuvre deux sortes de moyens :
 moyens de saisie des données :
- doubles des commandes d'achat pour stock,
- bons de réception des livraisons effectuées par les fournisseurs,
~ 39 ~

- bons de sortie émis par les utilisateurs


- bons de transfert inter unités

 moyens de traitement des données:


- répertoire général des matières en stock (RGM),
- fiche de stock

Le traitement des données se fait généralement par ordinateur.

Pour en terminer avec ta Compatibilité-Matières, il faut se rappeler qu'il est


nécessaire et même obligatoire d'effectuer des contrôles l'inventaire. Celui-ci est
généralement réalisé suivant la méthode de l'inventaire tournant, consistante à effectuer
cet inventaire par famille de matières (une famille par mois). L'opération inventaire consiste
à déterminer la quantité physique en magasin et à la confronter avec la quantité comptable.

6-2 Compatibilité-Matières en valeurs :

La Compatibilité-Matières en valeur a deux (2) rôles :


 à chaque fin d'exercice elle détermine la valeur des stocks pour l'Actif du Bilan, et
aussi pour donner des éléments à la Gestion des stocks (budget par famille. taux
global de rotation des stocks)
 déterminer la valeur de la consommation par imputations (compatibilité analytique).

Pour déterminer ces valeurs, il est nécessaire de déterminer les coûts unitaires. Pour
cela il faut satisfaire plusieurs conditions :
 les stocks sont un élément de l'actif du bilan et ont un impact sur les résultats, donc
sur l'impôt sur les bénéfices. L'administration fiscale impose certaines contraintes à
la valorisation des stocks,
 les stocks sont une richesse de l'entreprise,
 les stocks et les consommations sont des facteurs d'activité de l'entreprise qu'il faut
contrôler,

Dans la pratique on utilise la méthode du Coût Moyen Pondéré qui satisfait exactement les
conditions fiscales :

(𝑣𝑎𝑙𝑒𝑢𝑟 𝑠𝑡𝑜𝑐𝑘 𝑒𝑛𝑡𝑟é𝑒 + 𝑣𝑎𝑙𝑒𝑢𝑟 𝑑𝑒 𝑙 ′ 𝑒𝑛𝑡𝑟é𝑒)


𝐶𝑀𝑃 =
(𝑄𝑢𝑎𝑛𝑡𝑖𝑡é 𝑠𝑡𝑜𝑐𝑘 𝑎𝑣𝑎𝑛𝑡 𝑒𝑛𝑡𝑟é𝑒 + 𝑄𝑢𝑎𝑛𝑡𝑖𝑡é 𝑒𝑛𝑡𝑟é𝑒)
~ 40 ~

Annexes :
~ 41 ~
~ 42 ~
~ 43 ~
~ 44 ~
~ 45 ~

Conclusion :

Ainsi, j’ai effectué mon stage de fin d’étude de la Licence Professionnelle en Gestion des
stocks au sein de l’entreprise Portuaire d’Arzew. Lors de ce stage d’un mois, j’ai pu mettre
en pratique mes connaissances théoriques acquises durant ma formation, de plus, je me
suis confronté aux difficultés réelles du monde du travail et du management d’équipes.

Après ma rapide intégration dans l’équipe, j’ai eu l’occasion de réaliser plusieurs tâches qui
ont constitué une mission de stage globale.

Chacune de ces tâches, utiles au service et au bon déroulement de l’activité de l’entreprise,


se sont inscrites dans la stratégie de celle-ci . Je garde du stage un excellent souvenir, il
constitue désormais une expérience professionnelle valorisante et encourageante pour mon
avenir.

Je pense que cette expérience en entreprise m’a offert une bonne préparation à mon
insertion professionnelle car elle fut pour moi une expérience enrichissante et complète qui
conforte mon désir d’exercer mon futur métier de « comptable ».

Enfin, je tiens à exprimer ma satisfaction d’avoir pu travaillé dans de bonnes conditions


matérielles et un environnement agréable.
~ 46 ~

Bibliographie :
1. J. Gerbier, Organisation et fonctionnement de l'entreprise, traité fondamental, les
Editions Lavoisier, Paris, 1993

2. Sonatrach - PGR, Système Maintenance, SHPGR, Arzew, 1978

3. Sonatrach - PGR, sous-systèmes gestion des stocks, SHPGR, Arzew, 1980

4. Sonatrach - PGR, sous-systèmes Achats, SHPGR, Arzew, 1980

5. Afnor. La gestion Informatisée des stocks, les Editions Afnor, Paris, 1981

6. U. Boitel et C, Hazard, Guide de la maintenance, les éditions Nathan, Paris, 1987

7. Y. Lavina, Audit de la maintenance, les éditions organisation, Paris, 1992

8. INMA, garde de la maintenance, les éditions Inma, Alger, 1989

9. G, Khovanski, Eléments de normographe, les Editions Mir, Moscou, 1979