Vous êtes sur la page 1sur 8

TP 1 : prototypage rapide d’un

réducteur

Objectif du TP :

La fabrication additive est une technique très récente connue sous le nom
d’ « impression 3D » ou encore « prototypage rapide ». Le processus commence par la
création d’un modèle CAO qui serai converti est transmis par la suite à l’imprimante 3D
pour construire un objet tridimensionnelle.
A travers ce TP, vous allez apprendre à franchir toutes les étapes de cette technique,
de la CAO jusqu’à le prototypage.
I- Présentation du réducteur
Un réducteur mécanique a pour but de modifier le rapport de vitesse ou/et le couple
entre l’axe d’entrée et l’axe de sortie d’un mécanisme.
La première étape d’une impression 3D consiste à réaliser un modèle à l’aide d’un
logiciel de CAO (Conception Assistée par Ordinateur).

II- Prototype
Un prototype peut être défini comme un modèle qui représente un produit ou un système.
Ce modèle est habituellement utilisé pour les tests de fonctionnalité et la visualisation du
produit.
Le prototype est essentiel dans le développement des produits. Il joue un rôle majeur dans
l’avancement de la technologie.

1- Prototypage rapide
Prototypage rapide est un procédé de fabrication des prototypes d’ingénierie dans un délai
minimum sur la base d’un modèle CAO de la pièce.

2- Technologie Impression 3D FDM


La technologie FDM (Fused Deposition Modeling) construit les pièces 3D par le dépôt
successif de fil de polymère fondu couche par couche. Elle agit particulièrement sur les
polymères, et présente des avantages de réduction du coût, de simplicité d’utilisation et de
sécurité.
La technique FDM est parmi les plus populaires dans la catégorie des imprimantes 3D
personnelles. Elle est aussi utilisée dans la production à petite série pour des applications
professionnelles de haut niveau. Ce TP sera réaliser par une imprimante 3D de type FDM
(Dépôt de Matière).

3- Lexique de l’impression 3D
Extrudeuse : Un terme propre à l’impression 3D de type FDM (dépôt de fil fondu). Il
s’agit de la tête d’impression par laquelle sort le plastique fondu (tout comme l’encre pour
une imprimante classique).
Fichier STL : le format STL est un format d’échange standard pour les imprimantes 3D.
Dans le fichier STL sont enregistrées toutes les données de votre modèle 3D permettant à
votre imprimante de comprendre où et comment déposer les couches de matériau.
Filament: c’est le consommable de l’impression 3D dite FDM. Il s’agit usuellement
d’une bobine de filament de matériau (généralement à base de plastique) qui est
progressivement fondu à travers l’extrudeuse afin de modéliser couche par couche l’objet
désiré.
Gcode : Format de fichier comportant les instructions et la configuration à utiliser avec
l’imprimante 3D (déplacements, vitesse, hauteur de couche..).
Epaisseur de couche (LayerHeight) : Désigne la finesse de chaque couche de matière
déposée. Une succession de couches très fines (0.2mm) apporte un rendu parfaitement lisse à
votre pièce finale. En revanche votre impression durera plus longtemps que si vous imprimez
avec des couches de 0,1.
Contour : Dépôt initial de matière autour de votre pièce à imprimer. Le contour est
déposé avant l’impression de votre pièce afin de s’assurer d’un débit régulier et propre au
démarrage de votre impression 3D.

4- Etapes de préparation pour le prototypage


1. Modélisation géométrique : modéliser le composant sur un outil CAO pour définir son
volume fermé.
2. Tessellation du modèle géométrique : le modèle CAO est convertie en un format STL.
3. Processus de tranchage avec Slic3r : Après la conversion du fichier CAO en format
STL, vient l’étape du tranchage. Slic3r est un programme qui permet la découpe de
l’objet 3D en tranches transversales en fonction des paramètres d’impression désirées.
4. Commander la machine avec Pronterface : c’est un logiciel qui permet d’envoyer du
G-code à une machine via une interface graphique. C’est donc le logiciel que vous
utiliserez pour l’étape de l’impression.

III- Application
Dans cette partie, vous allez apprendre comment préparer la pièce modélisée en CAO
à l’impression 3D par la machine FDM.
1) La première étape c’est de modéliser la pièce sous Catia comme ci-dessous :
Dans la suite, on va présenter les différentes étapes de l’impression en utilisant un
pignon comme ci-dessous.

2) Une fois la modélisation géométrique sous Catia v5 (ou bien sous un autre logiciel de
CAO) est faite, nous devons la convertir en format .stl. Pour ceci, allez à Fichier ->
Enregistrer sous, pour dans le menu déroulant on choisit le format STL, comme il est
montré sur la figure :

3) Une fois le fichier stl est enregistré, on passe à l’étape de tranchage par Slicer .A
l’ouverture de Slicer, la fenêtre suivante s’affiche. Plusieurs paramètres sont à régler
sur Slicer selon plusieurs critères que l’utilisateur définit au préalable. Dans ce TP,
nous nous intéressons aux paramètres suivants :
 L’onglet « configuration d’impression » (Print Settings)
Epaisseur de couche (Layer hight) : ce paramètre définit la hauteur de la matière que
la machine dépose lors de construction de chaque couche. Une épaisseur grande
signifie un temps d’impression réduit. On va utiliser ici 0,4 mm.
Motif de remplissage (Fill pattern) : Slicer propose plusieurs modèles de
remplissage, quatre communs : rectiligne (rectilinear), ligne (line), et nid d’abeille
(honeycomb), et trois variantes plus exotiques. Il y a plusieurs considérations lors du
choix d’un motif de remplissage : résistance de l’objet, le temps et la matière, la
préférence personnelle. On choisira le modèle rectiligne.

Honeycomb, Concentric, Line, Rectilinear, Hilbert Curve, Archimedean Chords, Octagram Spiral
 L’onglet « imprimante et filament » (Printer and Filament)
Diamètre et Température : le premier paramètre définit le diamètre du fil utilisé,
alors que le deuxième définit la température requise pour faire fondre le matériau et le
déposer. Dans ce TP, on utilisera un filament du PLA de 1,75 mm de diamètre avec
une température de fusion de 190°C.
4) Une fois tous les paramètres sont réglés, on peut commencer le tranchage. On clique
donc sur le bouton Slice, une fenêtre s’ouvre pour nous laisser chercher le fichier stl à
importer, puis on clique sur ouvrir.

Slicer commence l’opération du tranchage, et la fin, il affiche un message indiquant


que l’opération a été bien effectuée.

Suite à cette étape, le fichier Gcode est généré. On peut s’assurer de ça en vérifiant le
dossier où le fichier stl a été enregistré,

On passe maintenant à l’impression par Pronterface.

5) l’ouverture de Pronterface, la fenêtre suivante s’ouvre. Notez que les différentes zones
sont numérotées pour faciliter l'explication.
1

3 4

 Zone 1:
Lorsque le fichier Gcode est près, on branche l’imprimante 3D avec le PC. On clique
sur Connect pour connecter l’imprimante. Les informations relatives à l’imprimante sont
donc affichées dans la zone 4.

Après, on cherche le fichier Gcode à travers le bouton load file (charger un fichier). Il
s’affiche dans la zone 3. Comme la figure suivante montre, une fois on ouvre le fichier
Gcode du pignon, des informations concernant le déplacement de la buse ainsi que la quantité
du filament qui sera utilisé et la durée d’impression estimée.
Un double clic sur la zone 3 permet de voir le style de remplissage choisi au préalable
dans Slicer.
 Zone 2 :
On choisit, selon le type du matériau, la température de la buse et du plateau à partir
des deux menus déroulants Heater (buse) et bed (plateau). Les deux boutons
Set doivent être activés. Pour le bouton Check temp (vérifier température), il sert à
vérifier si la température désirée pour la buse et le plateau est atteint ou non.
 La zone 5 :
Cette zone sert comme une commande pour le mouvement du plateau. Avant de
commencer l’impression, le plateau doit être réglé d’une façon à ce qu’il soit le plus
près possible de la buse, pour ceci, on clique sur
A ce stade, on peut lancer l’impression en cliquant sur le bouton Print.