Vous êtes sur la page 1sur 142

Les signes précurseurs des entreprises en difficultés

et de la fraude détectés par l’analyse


l analyse financière

Présenté par :
Mr. Achraf MAALOUL
Expert comptable
Plan

1
• Introduction

2
• Etapes préalables à ll’analyse
analyse financière

3
• Démarche de l’analyse financière

4
• Conclusion

5
• Etude de cas pratique

2
Plan

1
• Introduction

2
• Etapes préalables à ll’analyse
analyse financière

3
• Démarche de l’analyse financière

4
• Conclusion

5
• Etude de cas pratique

3
Introduction

“It
It takes 20 years to build a reputation and five minutes to
ruin it. If you think about that, you’ll do things
differently.”
Warren Buffett (L
(L’homme
homme le plus riche au monde en 2008
et classé le troisième en 2016)

4
Introduction

Soucis de
l’auditeur

Entreprises en
difficultés Fraude
économiques

Facteur Juridique : Sanction CAC : 1000 à 10 000 dinars en cas de non


déclanchement de la procédure d’alerte. (article 594 du C.C. tel que promulgué
par la loi n°2016-36 du 29 Avril 2016 relative aux procédures collectives).
Facteurs externes : T.C. faible de 1,5 % 2011
2011-2015
2015 et de 1% en 2016, transition
démocratique…
5
Introduction

 Fermeture des entreprises


p ((Source : APII)) :
- 4 319 entreprises manufacturières entre 2005 et Juin 2016
(textile-habillement et cuir / les industries mécaniques et
électriques) : manque de compétitivité, difficultés d’obtention de
liquidités et l’accès aux marchés financiers ;
- 1 868 entreprises entre 2011 et 2015 et ;

 Environnement dématérialisé : l’auditeur est tenu d’analyser plus


que de vérifier : analyser les états financiers, analyser le système
qui produit les pièces électroniques, prise en compte de plus en
plus de la notion de risque.

6
Plan

1
• Introduction

2
• Etapes préalables à ll’analyse
analyse financière

3
• Démarche de l’analyse financière

4
• Conclusion

5
• Etude de cas pratique

7
Entreprises en difficultés (EED) : Notion

 La défaillance intervient lorsque ll’exploitation


exploitation ne peut plus faire
face à son passif exigible au moyen de son actif disponible (J.F.
MALECOT)  problème de liquidité.
liquidité
 Elle se reflète, alors, par le manque de rentabilité, c’est-à-dire son
incapacité à engendrer des bénéfices et donc à s’autofinancer (H.
OOGHE)
 incapacité d’attirer de nouveaux fonds propres.
 chercher de nouvelles lignes de crédit.
crédit
 charges financières importantes.

8
E.E.D. : Discontinuité financière
Valeur ajoutée trop
Charges trop élevées
Charges faible
financières
Rentabilité
insuffisante
Investissement Manque
excessif d’autofinancement
Manque de
liquidités
Endettement
croissant

Solvabilité entamée

Méfiance des
prêteurs

Illiquidité critique

Discontinuité Ooghe et Van Wymeersh


9
financière (1996) 
E.E.D. : Indicateurs

Indicateurs

Autres
A t
Normes
Réglementaires indicateurs :
professionnelles
KPI

Note
Loi 2016-36 :
CSC : article ISA 570 : dd’information
information
+ décret
dé 2018-
2018
388 paragraphe A2 III-2010 de la
463
CNCC

10
E.E.D. : Indicateurs réglementaires

 L’article 388 du C.S.C. prévoit que : « Si les comptes


ont révélé que les fonds propres de la société sont
devenus en deçà de la moitié de son capital en raison
des pertes, le conseil d’administration ou le directoire
d it dans
doit d l
les quatre
t mois
i de
d l’approbation
l’ b ti d
des
comptes,
p provoquer
p q la réunion de l’AGE… »

11
E.E.D. : Indicateurs réglementaires
Décret gouvernemental n°2018-463 :
• Critères
C i è financiers
fi i : équilibres
é ilib financiers
fi i (article
( i l 4)
• Critères économiques : départ d’un cadre-clés ou un
marché
hé important,
i dé
dépassement technologique
h l i …
• Critères spéciaux de notification
- l'inspection de travail
- Les services de la caisse nationale de sécurité sociale
- Les services de la comptabilité publique et de recouvrement
- Les services du contrôle fiscal
- Les banques et les institutions financières

12
E.E.D. : Indicateurs réglementaires
Décret gouvernemental n°2018-463 : Critères financiers : tous les
critères qqui se rapportent
pp aux équilibres
q financiers de l'entreprise
p et
qui comportent notamment ce qui suit :
 la perte du tiers du capital au sens de l'article 418 du code de
commerce,
commerce
 la baisse continue de la capacité d'autofinancement et au niveau du
résultat d'exploitation,
 la baisse du chiffre d'affaires de l'entreprise, ce qui menace la
continuité de l'exploitation,
 le retard répétitif du paiement des salaires,
salaires des cotisations de la
caisse nationale de sécurité sociale et des dettes y compris les dettes
fiscales, bancaires et des clients avec des difficultés d'exécution,
 le
l déséquilibre
dé é ilib de d la
l structure
t t fi
financière
iè de d l'entreprise
l' t i de
d sorte
t que
les fonds propres de la société et les passifs non courants ne
couvrent pas les actifs non courants.

13
EED: Indicateurs prévus par les normes professionnelles

ISA 570 :
 Indicateurs financiers : FR négatif, recours excessif à des emprunts à
C.T., flux de trésorerie d’exploitation négatifs, ratios-clés financiers
défavorables…

 Indicateurs opérationnels : perte de marché important, pénuries de


M.P. essentielles…

 Autres indicateurs : non-respect


non respect dd’obligations
obligations législatives,
changement dans la législation…

14
E.E.D. : Autres indicateurs

Indicateurs-clés de p
performance : KPI :
 Ventes par gammes de produit ;

 Taux de désabonnement ;

 Ratio de saisonnalité ;

 Rentabilité commerciale par catégorie ;

 Rendement des surfaces ;

 « Food cost » et « Beverage cost » (secteur hôtelier)…

15
Obligation mise à la charge du commissaire aux comptes quant à
la notification des signes précurseurs (art 420 du Code de Commerce)

Obligation rentrant dans le cadre de


sa mission permanente : CAC

Découverte de faits menaçant


Situation régulière
la continuité de l’exploitation
Demande d ddes éclaircissements
l i i par
écrit au dirigeant de l’entreprise
Défaut de Réponse Réponse écrite et
réponse ou insuffisante suffisante
ffi
dans les 8 jours
Soumission de la question au conseil d’administration de
ll’entreprise
entreprise ou au conseil de surveillance et en cas dd’urgence:
urgence:
convocation de l’assemblée générale des actionnaires et ce dans
un délai ne dépassant pas un mois de la date de Mettre fin à
réception de la réponse ou l’expiration du délai de réponse. l’obligation d’alerte

Régularisation de la situation Présentation d’un rapport au président du tribunal


avec une copie à la CSEE et ce dans un délai de 1
mois (Art 420 CC)
Persistance des mêmes menaces
16
16
E.E.D. : Relation entre les E.E.D. et la fraude

La crise constitue un facteur aggravant le risque de fraude. En effet, toutes les


composantes du triangle de la fraude sont présentes :

 Pression : Nécessité de répondre aux attentes des actionnaires…

 Opportunité : Faiblesses au niveau du SCI : Des effectifs réduits,


insuffisamment qqualifiés ; des situations d’urgence
g à répétition…
p

 Justification : La pérennité et la récupération des investissements.

17
Fraudes : Types et impact financier

Selon une étude menée par ll’ACFE


ACFE (2016), la fraude portant sur
la présentation d’états financiers falsifiés, et malgré qu’elle est
la moins fréquente des fraudes commises, elle présente
l’impact
p le pplus important.
p

Fréquence des Perte moyenne


Type de fraude cas (en USD)

La présentation d’états 9,6 % 975.000


financiers falsifiés

La corruption 35,4 % 200.000

Le détournement d’actifs 83,5 % 125.000


18
Fraudes : Types et impact financier

S l
Selon l
la même
ê ét d
étude, l
les f d
fraudes commises
i par l
les
propriétaires/cadres supérieurs valent plus que 10 fois les

fraudes commises par les employés.

Perte moyenne
Auteur de la fraude ( USD)
(en

Employé
p oyé 65.000

Gestionnaire 173.000

Propriétaire/cadre supérieur 703.000


19
Fraudes : Méthodes de détection
E< 100 employés E>100 employés
Notification 29 6%
29,6% 43 5%
43,5%
Revue des gestionnaires 14,5% 12,7%
Audit interne 12,0% 18,6%
Rapprochement des comptes 8,3% 4,4%
Autres 7,7% 4,3%
Par accident 7,3% 4,8%
Audit externe 6,4% 2,6%
Examen des documents 5 4%
5,4% 3 1%
3,1%
Signalé par une autorité 3,5% 1,9%
publique
Surveillance/Monitoring 2,2% 1,9%
Confession 1,8% 1,0%
Contrôle des technologies de 1 3%
1,3% 1 1%
1,1%
l'information
20
Fraudes : Comment ?
. Manipulation des E.F.

Amélioration de la situation Dégradation de la situation


financière financière
A gmentation des prod
Augmentation produits
its A gmentation des charges
Augmentation
Diminution des charges Diminution des produits
Augmentation des actifs Augmentation des passifs
Diminution
i i i desd passifsif Diminution
i i i des d actifsif

• Différer ou anticiper
p une opération
p
• Enregistrer une opération fictive
• Omettre une opération
• Sur ou sous évaluer une opération
• Omettre ou modifier une information
21
Fraudes : Comment ?

Techniques de manipulation des E.F. les plus utilisées en Tunisie %


Estimation des provisions 66%
Évaluation des stocks 48%
Mauvaise classification des dépenses 41%
Appréciation des amortissements 25%
Mauvaise rectification des erreurs antérieures 7%
Changement de méthodes comptables 5%
Changement du périmètre de consolidation 2 5%
2,5%
Couverture des provisions par des réserves 2,5%

22
Fraudes : Pourquoi ?
Sté non cotées Sté cotées

Minimiser l’impôt 49% 7%


Obtenir des crédits bancaires 36% 0%
É it les
Éviter l pertes
t ett effacer
ff les
l difficultés
diffi lté 0%
15%
financières
Servir les intérêts p
personnels des dirigeants
g 12% 7%
Écarter un associé non désiré 10% 0%
Atteindre les objectifs prévus 8% 0%
Maintenir le cours boursier 0% 35%
S’introduire
S introduire en Bourse 0% 5%
Minimiser les dividendes 0% 2,5%
S i les
Servir l intérêts
i é ê desd actionnaires
i i de d référence
éfé 0% 2 5%
2,5%
23
Fraudes : Indicateurs

 L’audit de la fraude est difficile mais le plus difficile est de la détecter


 Besoin d’indicateurs surtout dès la deuxième année du mandat (Red
flag…).

 Les signaux d’alarme ne signifient pas nécessairement qu’une fraude est


commise.
i IlsIl indiquent
i di t plutôt
l tôt que le
l risque
i qu’une
’ f d « puisse
fraude i » se
produire est beaucoup plus grand puisqu’il peut s’agir d’omission ou
erreur pour incompétence du comptable, manque d’expérience…

Ces indicateurs constituent un signal qu’une


chose est différente de ce qui est prévu.
prévu
24
Examen analytique
 Certains auditeurs accordent trop de confiance aux tests de
substance.

Avant d’entamer la vérification


des comptes comptables, il y a
lieu de réaliser un diagnostic de
la santé de l’entité auditée.
auditée.

 Besoin d’une procédure d’audit pertinente permettant de réaliser


un diagnostic pertinent en un minimum de temps.
25
Examen analytique

Types des procédures d’audit :


 Inspection des enregistrements et des documents ;

 Inspection des actifs corporels ;

 Observation physique ;

 Demande dd’information
information ;

 Confirmation des tiers ;

 Contrôle arithmétique ;

 Réexécution des contrôles ;

 Examen analytique.

26
Types d’examen analytique

Examen analytique Analyse


préliminaire
éli i i financière

Examen analytique (de


représentation ; test de
substance)
ISA 520
Examen analytique de
cohérence

Le degré de confiance accordé à l’examen analytique dépend de :


1- Sources des informations (internes ou externes et leur obtention de plusieurs
sources ou non)) ;
2- Conditions d’établissement des E.F. (S.C.I. efficace ou non) ;
27
3- Si les informations portant sur les années précédentes ont été auditées ou non.
Techniques d’examen analytique

 Revue de vraisemblance : comptes clients créditeurs


(autres que les retenues de garantie) provenant de la non
constatation des ventes, des comptes fournisseurs débiteurs
((non constatation des achats),
), compte
p client sans libellé
 Comparaison des données absolues : information
i i è
intrinsèque (i
(immobilisations
bili i corporelles,
ll capitaux
i
propres…) ;
 Analyse des tendances (horizontale et verticale) ;
 Comparaison des données relatives : ratio…
ratio
28
Méthodes d’analyse financière

 Verticale ;

 Horizontale ;

 Par les ratios ;

 Par les scores…

Méthode efficace + minim


minimum
m de temps

29
Sources d’informations
 Internes :
 Etats financiers ;
 Rapport de gestion ;
 Rapports
pp financiers internes établis ppour des besoins
administratifs…

 Externes :
 Informations provenant de l’environnement commercial ;
 I f
Informations
ti provenantt des
d marchés hé financiers
fi i ;
 Revues, magasines et flash économique ;
 C
Correspondance
d avec les
l tiers
i et fournisseurs
f i ;
 Bases de données (BNB, INSEE…) ;
 Sites spécialisés : actu-sectorielles…
30
Références de comparaison

 Les
L chiffres
hiff dud secteur d’activité
d’ i i é ;

 Les informations
i f i provenant des
d exercices
i antérieurs
i ;

 Les prévisions de l’entité auditée ;

 Les prévisions de l’auditeur (son historique) ;

 Les prévisions en utilisant des informations non


financières…

31
Plan

1
• Introduction

2
• Etapes préalables à ll’analyse
analyse financière

3
• Démarche de l’analyse financière

4
• Conclusion

5
• Etude de cas pratique

32
Retraitement des états financiers

Retraitement des postes d’actifs :


 Annulation des non valeurs : charges reportées, écarts de conversion…
 Prise en compte de certaines valeurs : effets escomptés et non échus…
 Reclassement des postes : stocks et clients à plus d'un an  ANC

Retraitement des postes de passifs :


 Dividendes à payer : reclassement du résultat de ll’exercice
exercice  C.P.
C P et P.C.
PC ;
 Provisions pour risques et charges : distinguer le courant du non courant ;
 Avances clients et dettes d’exploitation : distinguer le courant du non courant ;
 Prise en compte de certaines valeurs : escompte effets + avance factor  P.C…

Retraitement des postes de l’état de résultat:


 Personnel extérieur : Autres charges d’exploitation  Charges de personnel ;
 Subventions d’exploitation : Autres produits d’exploitation  Revenus ;
 Annulation du chiffre d’affaires des sous-traitants : sur-estimation des pperformances ;
 Annulation des charges des sous-traitants.
33
Indicateurs généraux

Indicateurs généraux de difficultés :


 Baisse conjoncturelle de la demande + niveau élevé de concurrence (matériel
q );
informatique…)
 Environnements politique (≠ industries polluantes, protections douanières…) et
social ((détérioration du ppouvoir d’achat…)) défavorables ;
 La démission d’administrateurs-clefs ;
 Immobilisations incorporelles
p et corporelles
p ppresque
q totalement
amorties (incapacité de renouveler l’outil de production) ;
 Liquidités insuffisantes avec des concours bancaires élevés ;
 Des capitaux propres qui représentent moins de 1/3 du capital social ;
 Endettement élevé…

34
Indicateurs généraux

Indicateurs g
généraux de fraude :
Données sociaux :
 Litiges entre les actionnaires de l’entité ;
 Absence de tenue de l’assemblée générale depuis plusieurs années ;
 Participation significative des dirigeants dans le capital de ll’entité
entité ;
 Manque d’intégrité de la direction ;
 Changement
Ch t fréquent
fé t de
d la
l direction,
di ti des d membres
b du d conseil
il d’administration
d’ d i i t ti
 Procédures inappropriées d’embauche, de rémunération ou de licenciement du
personnel…

35
Indicateurs généraux
Indicateurs généraux de fraude :
Données comptables :
 Notes aux E.F. non détaillées  intention de camoufler les changements de
méthodes
éth d ett politiques
liti comptables,
t bl opérations
é ti avec les
l entités
tité liées,
lié conditions
diti
restrictives d’un contrat d’emprunt, défaut de remboursement d’un emprunt…

 Mauvais classement et archivage des pièces comptables ;

 Etablissement des états financiers avec retard ;

 Existence d’engagements hors bilan ;

 Inexistence des livres légaux ou leur mise à jour ;

 Non établissement du rapport de gestion puisqu’il fourni le détail de l’activité ;

 Possibilité d’accès non autorisé à la comptabilité…


36
Indicateurs généraux

Indicateurs généraux de fraude :


Organisation de l’entité
l entité :
 Domination de la direction de l’entité par une seule personne ;
 Existence
E it d dirigeants
de di i t communs pour deux
d fili l d’un
filiales d’ même
ê groupe ;
 Dispersion des emplacements d'affaires accompagnée d’une gestion
décentralisée et un système de reporting interne faible.
 Organisation confuse caractérisée par un désordre au niveau des liens
hiérarchiques et de l’organigramme général ;
 Séparation insuffisante des tâches incompatibles ;
 Attention insuffisante accordée, par la direction, aux activités de contrôles
interne et externe…

37
Indicateurs généraux

Indicateurs ggénéraux de fraude :


Relation avec l’auditeur externe :
 Relation tendue de la direction avec l’auditeur prédécesseur ;
 Réticence au niveau de la communication des informations ;
 Retard au niveau de la constatation des ajustements proposés par les auditeurs ;
 Exigence déraisonnable de la direction à l'auditeur pour l’achèvement de la mission
 Intervention de la direction dans la pportée du travail de l'auditeur tel que
q la sélection
du personnel de l’entité à consulter lors de la mission d'audit ;
 Refus des dirigeants
g de laisser les auditeurs s’entretenir avec les ppersonnes-clés en
dehors de leur présence ;
 Changement fréquent des auditeurs financiers…

38
Indicateurs généraux

Indicateurs ggénéraux de fraude :


Autres indicateurs :
 Prévisions financières agressives et irréalistes des dirigeants ;
 Absence d’élaboration des budgets ou d’analyse des écarts avec les
réalisations ;
 Historique connu d’infraction aux lois ;
 Inexistence de manuel des procédures,
procédures mis en place et mis à jour ;
 Existence de plusieurs faiblesses au niveau du SCI ;
 Disposition du dirigeant d’une entité qui entretient des relations commerciales
avec l’entité auditée…

39
L’analyse horizontale

 Etude de l’évolution des postes des E.F.


dans le temps (3 à 5 ans).

 Détection des variations au cours du passage du temps.

 Expression des résultats en graphique et %  Tendances.

40
L’analyse horizontale (suite)

Tenir compte de :
 Variation au niveau des ventes ;
 Résultat d’exploitation : (augmentation des ventes non
accompagnée par une augmentation du résultat ) ;
 Variation des locations, intérêts (variation des emprunts) ;
 Variation
i i desd dividendes
di id d (une
( di i i peut indiquer
diminution i di que
l’entité passe par des difficultés) ;
 Variation de l’impôt (respect des principes fiscaux et taux
d imposition)…
d’imposition)
41
L’analyse horizontale (suite)

1.Variations significatives :

Situation normale :

 Immobilisations incorporelles et corporelles : acquisitions ou cessions importantes


suite au changement des lignes ou volume

 Stocks : meilleure gestion : introduction d’une application de gestion de stock…

 Clients : changement de politique de recouvrement…

 Liquidités
q : meilleure ggestion des disponibilités
p ((caisse est égale
g à zéro, pplacement
des fonds), une chronique passagère…

 Revenus : nouveau pproduit,, nouveau marché,, augmentation


g des pprix…

 Charges : variation des prix de matières premières (énergie), variation du taux de


g , augmentation
change, g de la masse salariale...

42
L’analyse horizontale (suite)
1.Variations significatives :

F d :
Fraude

 Evolution inexpliquée des immobilisations corporelles  capitalisation erronée des


charges
h surtout
t t sii cette
tt évolution
é l ti n’est
’ t pas accompagnée
é par une expansion
i ded
l’activité ;

 A
Augmentation
i d
des ventes + évolution
é l i similaire
i il i d
des créances
é clients
li 
comptabilisation de ventes fictives.

2. Absence de variation :

 Possibilité d’existence d’une manipulation : revenus en baisse + stabilité des


immobilisations incorporelles et corporelles  possibilité de dépréciation d’actifs.

 L’explication des variations entre les chiffres réalisés et ceux budgétisés doit être un
élément standard du C.I. présent au niveau des entités, si non, faiblesse.
43
L’analyse horizontale (suite)
 Bénéfice <-> ventes : augmentation C.A.  le résultat augmente avec un
niveau similaire
similaire.
1995 1996 1997 1998 1999 2000 99/00 V%

CA
C.A. 9 18
9,18 13 28
13,28 20 27
20,27 31 26
31,26 40 11
40,11 100 78
100,78 60 677
60,677 151%

Bénéfice 0,520 0,584 0,105 0,703 0,893 0,979 0,086 10%

 Coûts des ventes <-> ventes réalisées : en l’absence d’une variation


importante du stock,
stock la variation des coûts des ventes doit être similaire à
celle des ventes ;
 Endettement <-> charges financières : l’endettement engendre une
augmentation
i des
d charges
h fi
financières
iè surtout pour les
l premières
iè années é ;
 Variation des dividendes : diminution des dividendes  stratégie
d’extension ou difficultés…

44
L’analyse verticale

 Etude quantitative des rubriques du bilan/actif total et des rubriques de

l’état de résultat /ventes par exercice.

 Comparaison des entreprises de tailles différentes dans le même

secteur d’activité.

 Indication du ppoids relatif de chaque


q rubrique
q du bilan et de l’état de

résultat :

- L’industrie : immobilisations corporelles, stock…

- Commerce : stock, clients…

45
L’analyse verticale (suite)
 Poids important du stock <-> total du bilan  articles obsolètes ou à

rotation lente  difficultés au niveau des ventes. A compléter par l’étude

du ratio de rotation des stocks qui peut déceler des ventes non

comptabilisées (seulement les achats sont constatés) ;

 Hausse
H d la
de l marge brute
b t + récession
é i économique
é i  indicateur
i di t d fraude
de f d

(ventes fictives ou la sous-estimation des coûts des Mses vendues) ;

 Changement de la composition des charges d’exploitation non

accompagnée par un changement au niveau de la composition du C.A.


C A (%

charges de personnel, % des dotations aux amortissements…) peut révéler

des cas de manipulations comptables…


46
L’analyse verticale (suite)
Exemple : Chiffre d’affaires de 800 000 DT
Actifs Capita propres et passifs
Capitaux
Immobilisations corporelles 520 000 Capital social 300 000

P ti i ti
Participations 30 000 Réserves
Ré 80 000
Stocks 620 000 Résultats reportés (120 000)
Clients
C e ts et comptes
co ptes rattachés
attac és 1200 000 Résultat
ésu tat de l'exercice
e e c ce ((135
35 000)

Liquidités et équivalents de 35 000 Total Capitaux propres 125 000


liquidités
Passifs non courants 335 000
Fournisseurs 370 000
Autres passifs 495 000
Total des actifs 1 325 000 Total des capitaux propres et 1 325 000
passifs

47
L’analyse verticale (suite)
Figure : Evolution des postes d’actifs durant la période 2009-2011
3%
100%
11% Liquidités et
1%
0% équivalents de
90%
31% 25% liquidités
80% 22% Autres actifs courants
0%
0%
70% 1%
Clients et comptes
60%
32% rattachés
50%
Stocks
40% 0% 71%
66%
30%
Immobilisations
20%
36% corporelles

10% Immobilisations
1% 0% 0% incorporelles
0%
2009 2010 2011

48
L’analyse verticale et horizontale

Cas pratique

analyse horizontale et verticale

49
L’analyse verticale (suite)
Bil
Bilan Analyse verticale Analyse horizontale

1ère année 2ème année Variation Variation en %


Actifs
Immobilisations 60 18% 60 14% 0 0%
Stocks 75 23% 150 35% 75 100%
Clients et C.R. 150 45% 200 47% 50 33%
Liquidités et équi
équi. L.
L 45 14% 15 4% -30
30 -67%
67%
Total 330 100% 425 100% 95 29%

Capitaux propres et passifs


Capitaux propres 175 53% 150 35% -25
25 -14%
14%
Dettes à long termes 60 18% 60 14% 0 0%
Passifs courants 95 29% 215 51% 120 126%
Total 330 100% 425 100% 95 29%

Etat de résultat Analyse verticale Analyse horizontale

1ère année 2ème année Variation Variation en %


Revenus 250 100% 450 100% 200 80%
Coût des ventes 125 50% 300 67% 175 140%
Marge brute 125 50% 150 33% 25 20%
F i de
Frais d distribution
di t ib ti 50 20% 75 17% 25 50%
Frais administratifs 60 24% 100 22% 40 67%
Résultat d'exploitation 15 6% -25 -6% -40 50 -267%
L’analyse par les ratios

Formule

Interprétation
p financière

Indicateurs de défaillance

Indicateurs de risque de fraude

Techniques de manipulations comptables

E emple
Exemple
51
L’analyse par les ratios
Les ratios peuvent être classer en quatre principales catégories :

Ratios
i de Ratios de
rentabilité ou l’équilibre
de résultats financier

Ratios
Ratios de
d’activité ou
structure
de gestion

52
L’analyse par les ratios : importance

 Mettre en relief certaines corrélations qui ne sont pas parfaitement


perceptibles à l’examen des données en valeur absolue ;

 Faciliter l’appréciation des évolutions en fournissant une


information synthétique et relative sur les performances réalisées par
l’entité pendant une période donnée ;

 Réaliser
Ré li l comparaisons
les i d
dans l’
l’espace au niveau
i d entités
des tité d’un
d’
même secteur d’activité ;

 Procéder à des comparaisons avec les ratios de référence…

53
Ratios de rentabilité
Ratios de Ratios de
rentabilité ou de l’équilibre
résultats financier

Ratios d’activité Ratios de


ou de gestion structure

Mesurer les performances économiques et financières de l’entité et


exprimer
p son aptitude
p à rémunérer ses capitaux
p et réaliser des bénéfices

• Ratio de marge brute


.

• Ratio de marge nette


.

• Ratio de rentabilité économique ou des investissements


.

• Ratio de rentabilité de l’actif


.

• Ratio de rentabilité financière ou des capitaux


p p
propres
p
.
54
Ratio de marge brute
Ratios de Ratios de
rentabilité ou de l’équilibre
résultats financier

Ratios d’activité Ratios de


ou de gestion structure

 « Marge brute/C.A.H.T. » : mesurer la performance de ll’entité


entité sans tenir
compte de sa politique financière et l’incidence de la fiscalité.

 Etat
Et t de
d résultat
é lt t M.
M de
d référence
éfé ett non celui
l i autorisé
t i é <-> sii modèle
dèl autorisé
t ié
+ absence de comptabilité analytique  intention de fausser l’interprétation.

 Stratégie concurrentielle (Porter) ;

 Secteur d’activité (matrice BCG) ;

 Coût des marchandises vendues = Achat de marchandises + Frais


accessoires d
d’achat
achat de marchandises comptabilisés par nature dans les
comptes autres qu’achats + S.I. de marchandises – S.F. de marchandises.

55
Ratio de marge brute
Ratios de Ratios de
rentabilité ou de l’équilibre
résultats financier

Ratios d’activité Ratios de


ou de gestion structure

 Ill est normalement stable en l’absence


l b d changement
de h significatif
i ifi if

 une fluctuation importante peut constituer l’un des chefs de redressement


pour le rejet de la comptabilité par l’administration fiscale.

Fluctuation importante
p :

 Variation raisonnable : variation du cours de change (sté totalement


exportatrices / prix de M.P.
M P (baril de pétrole).
pétrole)

 Si non  Anomalie.

56
Ratio de marge brute
Ratios de Ratios de
rentabilité ou de l’équilibre
résultats financier

Ratios d’activité Ratios de


ou de gestion structure

Faible ratio  Difficultés : prix de vente non étudiés, faible pouvoir de


négociations des prix d achat…  évolution des charges d
d’achat d’exploitation
exploitation >
P. d’exploitation  effet ciseau.
Indicateurs de difficultés économiques :
 Augmentation des cas de faillite des concurrents ;
 Secteur au niveau de la phase de maturité ou de déclin ;
 Forte possibilité de changement au niveau du secteur (changement de la
technologie de base face à l’évolution des besoins de la clientèle…) ;
 Frais de recherche et développement assez importantes ;
 Rigidité des prix de ventes (produits réglementés, l’entité n’a aucune autre
solution que de minimiser ses coûts…) ;
 Apparition de nouveaux concurrents locaux ou étrangers ;
 Perte de franchise ou de licence ;
 Contrats d’achat ou de vente à terme accusant des pertes prévisibles…

57
Ratio de marge brute
Ratios de Ratios de
rentabilité ou de l’équilibre
résultats financier

Ratios d’activité Ratios de


ou de gestion structure

Faible ratio  Fraude


d

Indicateurs de manipulations du résultat à la baisse :

 La participation financière du gérant dans l’entité est importante (paiement


minimum d’impôt
p avec l’obtention d’un salaire important)
p );

 La constatation de provisions importantes ;

 L’omission
L’ i i de d la
l note
t aux états
ét t financiers
fi i portant
t t sur les
l méthodes
éth d
comptables (politiques d’amortissement) ;

 Fourniture des informations restreintes/limitées au niveau des notes aux E.F. ;

 Retard au niveau de la clôture des travaux comptables…

58
Ratio de marge brute
Ratios de Ratios de
rentabilité ou de l’équilibre
résultats financier

Ratios d’activité Ratios de


ou de gestion structure

Faible ratio  Fraude


Techniques de manipulations du résultat à la baisse :
 Constatation d’une partie du C.A. de l’exercice en cours au niveau de
l’exercice suivant ;
 Augmentation des taux d’amortissement pratiqués et ce par la diminution
des durées d’utilisation estimées des immobilisations surtout corporelles ;
 Constatation des frais de gestion exagérés (management fees) et ce pour le
cas des sociétés de groupe.
 Constatation d d’immobilisations
immobilisations en comptes de charges surtout lorsque
l’entité est dans l’obligation de respecter un budget préétabli ;
 Double constatation des factures d’achats ou création de factures et
comptes fournisseurs fictifs accompagnée par le décaissement du règlement
et ce en l’absence de création de fiche fournisseur (Factures établies sur
excel ou word avec l’utilisation d’un cachet)…)

59
Ratio de marge brute
Ratios de Ratios de
rentabilité ou de l’équilibre
résultats financier

Ratios d’activité Ratios de


ou de gestion structure

Ratio élevé :
Situation normale : amélioration suite à la hausse des prix de vente
(monopole), meilleure gestion de stock et moins de déchet.
Fraude : période de crise  pour l’obtention de (nouveaux emprunts,
participation de nouveaux investisseurs (les entités cotées).
Indicateurs de manipulation du résultat à la hausse :
 L'intérêt excessif de la direction pour maintenir ou augmenter le cours
boursier ou la tendance des bénéfices de l'entité ;
 Rémunération des dirigeants basée en grande partie sur une partie variable
(résultat d’exploitation…) ;
 L’adoption
L adoption de nouvelles méthodes de comptabilisation des ventes (Cas
Microsoft) ;
 Une rentabilité importante par rapport à celle réalisée par les concurrents
surtout
t t en cas de
d saturation
t ti du d marchéhé ;
60
Ratio de marge brute
Ratios de Ratios de
rentabilité ou de l’équilibre
résultats financier

Ratios d’activité Ratios de


ou de gestion structure

Ratio élevé : Indicateurs de manipulation


p du résultat à la hausse ((suite)) :
 L’évolution des créances clients à un rythme similaire des ventes (ventes
fictives) ;
 L’inexistence de plafonnement des créances clients ;
 Une faible augmentation des provisions pour clients douteux par rapport à
ll’augmentation
augmentation des créances clients ;
 L’existence de pertes exceptionnelles (pour solder les comptes clients fictifs
utilisés) ;
 Faible niveau des flux de trésorerie provenant des activités d’exploitation
alors que l’état de résultat affiche un résultat largement bénéficiaire ;
 Des retours excessifs de marchandises au niveau du début de N N+1 1;
 Réalisation de ventes avec des entités liées  ventes à des prix > marché ;
 L’existence des ventes de troc  pas de provision sur cette créance puisque
ce client et lui-même un fournisseur (ayant des dettes).
61
Ratio de marge brute
Ratios de Ratios de
rentabilité ou de l’équilibre
résultats financier

Ratios d’activité Ratios de


ou de gestion structure

Ratio élevé : Techniques de manipulation du résultat à la hausse :


 C.A. fictif surtout pour une activité de prestation de services (pressions
budgétaires, rémunération basée sur le résultat d’exploitation…).
Cependant, ces ventes doivent être annulées en N+1 et détectées par :
- une évolution
é l ti importante
i t t des
d créances
é clients
li t surtout
t t au niveau
i de
d
l’exercice suivant puisqu’elles ne seront pas réglées ;
- Une augmentation
g disproportionnée
p p des frais de distribution ((frais de
transport, commissions des vendeurs…) avec les ventes ;
 Comptabilisation du C.A. avant sa réalisation (surtout pour le cas des
entités liées) ;
 Omission de constatation des retours de marchandises. Détection par :
- l’augmentation
g du niveau de stock à la fin de la ppériode suite aux retours
de marchandises et l’opération d’inventaire physique ;
- revue substantielle des ventes au niveau du premier trimestre de
ll’exercice
exercice suivant puisque les retours de marchandises sont généralement
constatés au niveau du début de la période suivante ;
62
Ratio de marge brute
Ratios de Ratios de
rentabilité ou de l’équilibre
résultats financier

Ratios d’activité Ratios de


ou de gestion structure

Ratio élevé : Techniques de manipulation du résultat à la hausse :

 Report de la constatation des achats à l’exercice suivant ou les dissimuler :


la diminution du coût des marchandises vendues constitue l’un des
indicateurs les plus révélateurs de la non comptabilisation des achats  la
marge brute est normalement trop élevée ;

 La capitalisation des charges (activation des frais de recherche et


développement…)
pp );

 La constatation de rabais des fournisseurs non justifiés  l’auditeur


financier doit obtenir tous les contrats établis entre ll’entité
entité et ses
fournisseurs (pas de négociation verbale) ;

 La prolongation de la durée d’utilité des immobilisations…


63
Ratio de marge brute
Ratios de Ratios de
rentabilité ou de l’équilibre
résultats financier

Ratios d’activité Ratios de


ou de gestion structure

Exemples
 « MicroStrategy
Mi S », l’un
l’ des
d leaders
l d mondiaux
di dans
d les
l plates-formes
l f
logicielles des entreprises, a procédé à la présentation des E.F. falsifiés au
titre des exercices 1997, 1998 et 1999 par la comptabilisation du C.A.
provenant des contrats dont le service n’a pas même été offert.
L’ajustement du C.A. a été de 66 millions de dollars (après intervention de
la SEC). )
 « Microsoft » constate, généralement, jusqu’à 25% des revenus provenant
des logiciels de Windows et ce durant quatre années puisqu’elle promet ses
clients d d’effectuer
effectuer des mises à niveau et des modules complémentaires.
complémentaires
Avec le lancement du système Vista en 2008, elle a changé la méthode de
comptabilisation en constatant de la totalité du C.A. au niveau de la période
d
dans l
laquelle
ll le
l logiciel
l i i l a été
é é vendu.
d Durant
D l troisième
le i iè trimestre
i d
de
l’année 2008, la société a réalisé une évolution de son C.A. de 65%
provenant des ventes du système d’exploitation Vista d’une part et de
l’accélération de la comptabilisation des revenus d’autre part.
64
Ratio de marge brute
Ratios de Ratios de
rentabilité ou de l’équilibre
résultats financier

Ratios d’activité Ratios de


ou de gestion structure

Exemples

 « Enron »,, spécialisée


p dans la transmission et la distribution d’électricité et
de gaz dans tous les Etats-Unis, a fait faillite en 2001 suite à des pertes
provenant des opérations spéculatives sur le marché de ll’électricité
électricité et qui
ont été maquillées à travers des manipulations comptables. La société
comptabilisait par exemple,
comptabilisait, exemple immédiatement des ventes à terme de gaz ou
d’électricité dont la livraison était différée mais sans comptabiliser les

dépenses afférentes
ffé t à ces transactions.
t ti P conséquents,
Par é t ces revenus
générés sans coût ne pouvaient que conduire à d’énormes profits.

65
Ratio de marge nette
Ratios de Ratios de
rentabilité ou de l’équilibre
résultats financier

Ratios d’activité Ratios de


ou de gestion structure

 « Résultat net (après impôt)/C.A.H.T. » : bénéfice net par unité


monétaire
é i de d vente
 Ratio élevé  une rentabilité nette suffisante.
 Faible ratio  ll’activité
activité de ll’entité
entité n’est
n est pas assez rentable.
rentable
 Augmentation du ratio : hausse du prix de vente, meilleur contrôle des
coûts, introduction de produits plus rentables, baisse du taux d’imposition
d l’entreprise…
de l’ i
 Diminution du ratio : augmentation des frais relatifs à l’administration et à
la distribution ((lancement d’une ggrande campagne p g ppublicitaire…)…
)

Cycle de vie des produits commercialisés


Phase Lancement Croissance Maturité Déclin
faible ou négatif : mieux confortable : profit diminution du profit :
Rentabilité coûts de acceptation du produit par maximum dégradation des ventes
l
lancement
t l marché
le hé

66
Ratio de marge nette (suite)
Ratios de Ratios de
rentabilité ou de l’équilibre
résultats financier

Ratios d’activité Ratios de


ou de gestion structure

Remarque : Interpréter ratio de marge brute + marge nette : se confronter à


des difficultés économiques même avec une marge brute rassurante (entités
nouvellement crées/fortement endettées) : redevances leasing et charges
financières importantes.
I di t
Indicateurs d difficultés
de diffi lté financières
fi iè :
 Augmentation de certaines charges telles que les salaires (conflits sociaux);
 Augmentation des charges administratives > que celle du rythme des ventes
 Evolution importante des charges financières…
Techniques de fraude les plus récurrentes :
 Constatation des immobilisations corporelles au niveau du compte
« Entretien et réparations » : difficulté de distinction. <-> Capitalisation de
ces charges
g p pour augmenter
g le résultat ;
 Capitalisation des frais de publicité : la publicité concerne un produit qui
sera commercialisé durant plusieurs exercices.
 Comptabilisation
C t bili ti de d factures
f t fi ti
fictives portant
t t sur les
l frais
f i de
d réceptions…
é ti
67
Ratio de rentabilité économique
Ratios de Ratios de
rentabilité ou de l’équilibre
résultats financier

Ratios d’activité Ratios de


ou de gestion structure

 « BAII/Total des actifs » : « Return on Investment » :mesure la rentabilité de


l’ensemble
l’ bl des
d capitaux
it investis
i ti sans tenir
t i compte
t de
d la
l structure
t t financière.
fi iè
= Marge brute de l’entité * Rotation des actifs :

- soit
i faible
f ibl rentabilité
bili é commerciale
i l + forte
f rotation
i des
d actifs
if (grande
( d distribution)
di ib i ) ;

- soit faible rotation des actifs + forte rentabilité commerciale (industrie).

 Ratio élevé : entité rentable à condition que ceci ne provient pas en grande partie
d’un niveau important d’amortissement de l’outil de production + des
dépréciations constatées sur les stocks et les créances clients.

 Faible ratio : l’entité peut être confrontée à des difficultés économiques à moins
que cette dégradation provienne de l’acquisition d’un nouvel outil de production.

 Ratio < 0 : manque de rentabilité (résultat négatif)  difficultés

68
Ratio de rentabilité de l’actif
Ratios de Ratios de
rentabilité ou de l’équilibre
résultats financier

Ratios d’activité Ratios de


ou de gestion structure

 « Résultat net (après impôt)/Total des actifs » : « Return on Assets » :


présente
é t la l rentabilité
t bilité nette
tt des actifs indépendamment
i dé d t de
d la
l structure
t t
financière  concentrer rapidement l'attention de la direction sur les actifs
nécessaires à ll'exploitation
exploitation : décider ou non ll’externalisation
externalisation de la gestion des
actifs et des opérations commerciales connexes à des entités plus spécialisées.
 Ce ratio dépend largement du secteur dd’activité
activité :
- industries lourdes entités à forte intensité capitalistique  dénominateur
important ;
- services : faible intensité capitalistique.
 R
Ratio él é : meilleure
élevé ill utilisation
ili i de l’ if  situation
d l’actif i i rassurante.
 Ratio faible : mauvaise utilisation de l'actif et/ou des charges administratives
et financières assez importantes.
69
Ratio de rentabilité de l’actif (suite)
Ratios de Ratios de
rentabilité ou de l’équilibre
résultats financier

Ratios d’activité Ratios de


ou de gestion structure

 Ce ratio utilise le résultat net <-> ratio de rentabilité économique


utilise le résultat avant intérêt et impôt : Même avec un ratio de
rentabilité de l’actif relativement faible, la situation peut être
rassurante alors qque ce n’est ppas le cas ppour le ratio de rentabilité
économique.
 L
L’étude
étude de ce ratio peut être complétée par une comparaison avec le
taux d’intérêt et le coût du capital afin de déterminer si l’entité est
en difficultés
diffi l é ou non.

70
Ratio de rentabilité financière
Ratios de Ratios de
rentabilité ou de l’équilibre
résultats financier

Ratios d’activité Ratios de


ou de gestion structure

 « Résultat net (après impôt)/Capitaux propres » : « Return on


q y » : 10% au minimum : il p
Equity présente la p
performance des dirigeants
g
dans l’utilisation des apports des investisseurs et à les rémunérer
(dividendes, réserves).
Faible ratio :
 Situation normale : augmentation du capital (vérifier les PV des AGE) ;
 Situation de défaillance :
- Peut
P t résulter
é lt d’une
d’ opération
é ti du d coup d’accordéon
d’ dé ;
- Un taux d’intérêt de la banque est plus rentable pour les actionnaires que
d’investir et de courir le risque.
 Indicateurs de difficultés :
- Arrêt ou retard de distribution des dividendes ;
- Diminution des résultats ;
- Capitaux propres négatifs ou inférieurs aux exigences réglementaires ;
- Capitaux propres très insuffisants face à une forte croissance ;
- Suppression des subventions publiques…
71
Ratio de rentabilité financière
Ratios de Ratios de
rentabilité ou de l’équilibre
résultats financier

Ratios d’activité Ratios de


ou de gestion structure

Faible ratio :
 Situation de fraude :
Politique d
d’affectation
affectation de résultat : la non distribution des résultats même si
ces derniers sont bénéficiaires va engendrer la diminution de ce ratio :
certains
t i actionnaires
ti i majoritaires
j it i dé i t octroyer
désirant t l partt des
la d minoritaires
i it i
procède à ce montage et ce en privant ces derniers d’obtenir les dividendes
pendant deux exercices consécutifs. Pour le 3ème
è exercice, les actionnaires
majoritaires peuvent décider une distribution à hauteur du minimum légal
(30%) tout en retardant la date de tenue de l’A.G. portant sur l’affectation
du résultat du troisième exercice. (Article 140 du CSC)

72
Ratio de rentabilité financière
Ratios de Ratios de
rentabilité ou de l’équilibre
résultats financier

Ratios d’activité Ratios de


ou de gestion structure

Ratio élevé :

 Situation normale :

 Fraude : Pour maintenir artificiellement un ROE sain : procéder à


l’accroissement de l'endettement et le rachat d'actions financé par les
liquidités accumulées (de l’endettement)  Aider à maintenir le
ROE à un niveau acceptable même si la rentabilité opérationnelle se
dégrade.

73
Ratios de l’équilibre financier
Ratios de Ratios de
rentabilité ou de l’équilibre
résultats financier

Ratios d’activité Ratios de


ou de gestion structure

Mesurer l’équilibre financier et confronter la liquidité


des actifs par rapport à l’exigibilité
F.R. =des dettes :
Capitaux
ppermanents - ANC

B.F.R. = Stocks + Liquidité


Créances – Passifs immédiate =
courants (non Liquidités/Passifs
bancaires) courants

Equilibre
financier

Liquidité relative
T.N. = FR - BFR
= (Actifs courants –
Stocks)/Passifs courants

Liquidité
générale = Actifs
courants/Passifs
courants

74
Ratios de l’équilibre financier
Ratios de Ratios de
rentabilité ou de l’équilibre
résultats financier

Ratios d’activité Ratios de


ou de gestion structure

 Continuité = rentabilité + liquidité : si les performances sont importantes sans

d une politique de recouvrement adéquate  situation de


disposer d’une

défaillance/cessation de paiement.

 « Les risques de crédit et de liquidité constituent des éléments d’attention

particulière de la part des CAC, et ce même dans le cas d’entreprises qui,

jusqu’alors n’étaient pas considérées comme particulièrement fragiles ».

CNCC (2012)
Cycle de vie
Phase Démarrage Croissance Maturité Déclin
Trésorerie rentabilité incertaine amélioration de la meilleure rentabilité + liquidité
rentabilité + besoins excédent de fonds positive
+ besoins de d’investissements en (besoins mais <
fi
financement t +/ immobilisations 
+/- dd’investissement
investissement phase de
déséquilibre financier. limités). maturité
importants
75
Fonds de roulement : « A.C. – Dettes à C.T. »
Ratios de Ratios de
rentabilité ou de l’équilibre
résultats financier

Ratios d’activité Ratios de


ou de gestion structure

 M
Marge ded sécurité
é ité <-> aux créances
é i é
irrécouvrables,
bl dépréciation
dé é i ti de d stocks...
t k
 FR = 0 : la solvabilité assurée mais reste fragile : degré de transformation
des A.C.T. ((en cas de faillite d’un client…)) <-> caractère certain des P.C.T.
 FR > 0 : excédent de sécurité de liquidités mais il faut tenir compte des
délais des rotations des actifs et passifs (qui tourne moins vite) ;
 FR < 0 : déséquilibre
dé é ilib financier
fi i  une partie ti des
d immobilisations
i bili ti estt
financée par des ressources à C.T. (concours bancaires…)  charges
financières assez importantes, soit des délais de règlement des fournisseurs
assez importants permettant d'avoir une position plus ou moins confortable.
Néanmoins, dans le cas d'une entreprise en difficultés, les délais de
règlement
g des fournisseurs connaissent une courbe décroissante.
Cependant, l’entité peut assurer sa solvabilité même avec un FRN négatif si
les A.C.T. tournent plus vite que les P.C.T. (la transformation des A.C.T. en
monnaie est plus rapide que le règlement des dettes (grande distribution).
distribution)

76
Fonds de roulement (suite)
Ratios de Ratios de
rentabilité ou de l’équilibre
résultats financier

Ratios d’activité Ratios de


ou de gestion structure

 Cet indicateur doit être apprécié par rapport à d’autres indicateurs (BFR et TN).

 Il peut être apprécié par rapport au Chiffre d’affaires : la moyenne pour les entités
industrielles est de 1 à 3 mois du C.A.

 S’interroger sur l’origine de cette variation. Par exemple, une évolution du FRN
constitue un bon indicateur mais provient-elle d’une amélioration des capitaux
propres (augmentation du capital, modification de la politique de distribution des
dividendes…) ou des dettes à L.T. (contracter de nouveaux emprunts à L.T.…) ou
une diminution de l’ANC (cession d’immobilisations, modification de la politique
d’amortissement…).

 « Un ratio anormalement élevé pourrait indiquer que des passifs ont été
dissimulés ». Colby M. (2013)

77
Besoin en fonds de roulement
Ratios de Ratios de
rentabilité ou de l’équilibre
résultats financier

Ratios d’activité Ratios de


ou de gestion structure

 « Stocks + Créances – Passifs courants (non bancaires) » ou « (Actifs


courants – Liquidités et éq.) – (P.C. – Concours bancaires) ».

  rapprochement
h t entre
t les
l éléments
élé t cycliques
li (
(ressources d’ l it ti ett
d’exploitation
besoins d’exploitation).

 Dépend principalement de la nature d’activité et la phase d’exploitation :


cycle d’exploitation long (BFR important) <-> cycle d’exploitation court :

- industrie : BFR important

- commerce : BFR faible voire négatif

- services : BFR important surtout en phase de croissance (peu de


stocks+encours
k clients+
li peu de
d crédit
édi fournisseurs).
f i )
78
Besoin en fonds de roulement
Ratios de Ratios de
rentabilité ou de l’équilibre
résultats financier

Ratios d’activité Ratios de


ou de gestion structure

BFR > 0 : l’entité doit recourir au FR (excès de ressources à L.T.) ou au concours


bancaires (ressources complémentaires) :

- Situation normale : pour les sociétés industrielles (cycle d'exploitation long) :


délais paiement des coûts <-> délais de l'encaissement des créances.

- situation de difficultés : rotation lente des stocks, recouvrement inefficace des


créances, mauvais choix des fournisseurs...  qui provient de :

- diminution du FR (accumulation des pertes)

- exigences des tiers (fournisseurs,...) pour être payés plus rapidement.

BFR = 0 : l’entité n’a ppas à financier un besoin d’exploitation.


p

BFR < 0 : position confortable (grandes surfaces : les clients paient au comptant alors
que les fournisseurs vendent à crédit).

79
Trésorerie nette
Ratios de Ratios de
rentabilité ou de l’équilibre
résultats financier

Ratios d’activité Ratios de


ou de gestion structure

 TN = FR – BFR ou Emplois de trésorerie - Ressources de trésorerie.

 TN < 0 : manque chronique de liquidité + fragilité de l’entité suite au


remboursement des emprunts surtout dans le cas d’une entreprise en
difficultés.  Recours aux concours bancaires et par conséquent, des
charges financières assez importantes seront supportées.

 TN = 0 : l’entité dispose des disponibilités limitées à ces besoins.

 TN > 0 : les disponibilités couvrent suffisamment les besoins de ll’entité


entité.

 Tenir compte des fluctuations saisonnières d’activité (Tourisme, carrière…)


 situation normale pour une entité qui a dépassé la phase de croissance.
Si phase de croissance  cessation de paiement même si elle est rentable et
ce suite à la non obtention des capitaux nécessaires.
80
Relation FR, BFR et TN
Ratios de Ratios de
rentabilité ou de l’équilibre
résultats financier

Ratios d’activité Ratios de


ou de gestion structure

BFR positif
 FRN > BFR  TN > 0 : FRN couvre le l BFR + excédent
éd d trésorerie
de é i
permettant d’effectuer des placements rémunérateurs et/ou sous-emploi de
capitaux. Mais il peut exister des difficultés de règlement si les échéances
de certaines ressources de trésorerie sont plus proches que les termes de
certains emplois de trésorerie.
 FRN < BFR et FRN > 0  TN < 0 : BFR ne peut être entièrement financé
par des ressources à LMT  il est fait appel à des concours bancaires
(étape de forte croissance de leur activité engendrant une forte évolution de
BFR mais qui ajustent avec retard leurs FR au BFR)  Dépendance à
leur BFR,
l’égard des banques.
 FRN < BFR et FR < 0 : les concours bancaires sont destinés à couvrir une
partie des actifs immobilisés, les BFR et la trésorerie  rentabilité
insuffisante + graves difficultés qu’il faut rechercher les origines,
notamment, dans les structures de financement.

81
Relation FR, BFR et TN
Ratios de Ratios de
rentabilité ou de l’équilibre
résultats financier

Ratios d’activité Ratios de


ou de gestion structure

BFR négatif
 FRN > 0  T > 0 : génération de ressources supplémentaires qui ss’ajoutent
ajoutent
aux ressources permanentes constituées par le FRN positif. La somme de
ces deux types de ressources constitue la trésorerie  excédent de
liquidités i t t  à examiner
li idité important i en vue ded déceler
dé l les l éventuels
é t l sous-
emplois de capitaux.
 FRN < 0  T > 0 : g génération de ressources ppermettant de financer le
cycle d’exploitation et de couvrir une partie de l’actif immobilisé par les
crédits fournisseurs et les avances de la clientèle (Les grandes surfaces :
ventes au comptant <-> règlement des fournisseurs à crédits).
 FRN < 0  T < 0 : insuffisance de couvrir une partie de l’actif immobilisé
par les ressources permanentes  Recours aux concours bancaires.

Situation 1 Situation 2 Situation 3 Situation 4 Situation 5 Situation 6

BFR+ FR+ BFR+ FR+ FR- TN- TN+ FR+ FR- BFR- FR- BFR-

82
TN+ TN- BFR+ BFR- TN+ T-
Ratio de liquidité générale
Ratios de Ratios de
rentabilité ou de l’équilibre
résultats financier

Ratios d’activité Ratios de


ou de gestion structure

 A.C./P.C.
A C /P C = (VE.+VR.+VD)/DCT
(VE +VR +VD)/DCT : mesurer si ll’entité
entité est capable de faire
face à ses échéances à C.T. et il doit être en moyenne = > 1

 Ratio > 1 : FRN positif et l’entité est à l’abri des problèmes financiers.

 Ratio = 1 : possibilité de difficultés de trésorerie (absence de marge de


sécurité.

 Ratio
atio < 1 : manque . .  ss’exposer
a que de F.R. e pose à u
unee ssituation
tuat o de cessat
cessation
o de
paiement.

 Ratio
R ti en baisse
b i continue
ti ( t
(entreprises
i diffi lté )  risque
en difficultés) i d cessation
de ti
de paiement.

83
Ratio de liquidité générale
Ratios de Ratios de
rentabilité ou de l’équilibre
résultats financier

Ratios d’activité Ratios de


ou de gestion structure

Remarques :

 A interpréter avec l’analyse de la rotation des clients,


fournisseurs et stocks :

 Tenir compte du degré de liquidité des actifs et d


d’exigibilité
exigibilité des
passifs puisque ce ratio présente l'inconvénient de n'exprimer
qu'un équilibre calculé à un moment donné. Or, il peut varier
dans de fortes proportions dans le courant d’un même exercice,
notamment dans les entités dont l’activité est saisonnière.

84
Ratio de liquidité relative
Ratios de Ratios de
rentabilité ou de l’équilibre
résultats financier

Ratios d’activité Ratios de


ou de gestion structure

 VR.+VD /DCT : Fournir une idée si les actifs les plus liquides couvrent les
dettes à court terme (exclure les stocks : actif courant peu liquide +
manipulations comptables).
 Le ratio de liquidité relative est « satisfaisant si > 70% » + jugement.
 Ce ratio dépend de la nature d’activité de l’entité :
- Ratio < 1 : faible mais reste acceptable
p si la rotation des stocks et des
clients > rotation des dettes fournisseurs.
- Ratio > 1 : indique que les stocks sont,
sont en partie,
partie financés par des dettes à
MLT ou encore la trésorerie est très importante  mauvaise utilisation des
ressources.
ressources

85
Ratio de liquidité immédiate
Ratios de Ratios de
rentabilité ou de l’équilibre
résultats financier

Ratios d’activité Ratios de


ou de gestion structure

 Liquidités/P.C. : il mesure dans quelle proportion les éléments d’actif


les plus liquides couvrent les dettes venant à échéance à C.T.

 Ratio él é : 1.
R ti élevé 1 sous-utilisation
tili ti desd ressources. Mais
M i 2.
2 peutt indiquer
i di
des conditions favorables de solvabilité à CT si les autres actifs à CT
ne présentent pas une liquidité suffisante ;

 Faible atio : 1.. Co


aible ratio Condition
d t o dé
défavorable.
avo ab e. Mais
a s 2.. peut indiquer
d que uunee
bonne utilisation par la détention de créances et de stocks présentant
une liquidité
li idité compatible
tibl avec l’exigibilité
l’ i ibilité des
d dettes
d tt à CT.
CT + l’entité
l’ tité
peut avoir des lignes de crédit qui ne sont pas encore totalement
épuisées.
86
Ratio de liquidité immédiate
Ratios de Ratios de
rentabilité ou de l’équilibre
résultats financier

Ratios d’activité Ratios de


ou de gestion structure

Entreprise en difficultés : ratio généralement assez faible  recours aux


concours bancaires.
bancaires Tenir compte de la volatilité des actions cotées en bourse et
qui sont tenus compte lors du calcul de ce ratio puisqu’une dégradation du
marché financier peut impacter considérablement la valeur de ce ratio.
I di
Indicateurs d difficultés:
de diffi l é
 Flux de trésorerie provenant de l’exploitation faibles ou
négatifs
g accompagnés
p g d’une marge
g nette faible sur pplusieurs années ;
 Recours excessif aux mécanismes de financement : escompte et affacturage ;
 Des concours bancaires importants ;
 Comptes bancaires débiteurs qui se transforment en découverts permanents ;
 Conditions de crédit fournisseurs plus restrictives ;
 Augmentation des chèques de garantie accordés aux fournisseurs ;
 Augmentation des délais de recouvrement des créances clients ;
 Augmentation
g massive des frais financiers (p
(préavis, …)) ;
 Changement de législations étrangères concernant le rapatriement des fonds
87
Ratio de liquidité immédiate
Ratios de Ratios de
rentabilité ou de l’équilibre
résultats financier

Ratios d’activité Ratios de


ou de gestion structure

Fraude : Augmentation de la marge brute + diminution de la rotation des clients


+ faible augmentation de la liquidité  ventes fictives. Selon Persons (1995), un
faible niveau de liquidité
q ppeut engendrer
g une ppression sur les dirigeants
g ppour
établir des E.F. frauduleux.
Indicateurs de fraude :
 Flux de trésorerie provenant de l’exploitation faibles ou négatifs
accompagnée d’une marge nette relativement élevée ;
 Absence d’inventaire physique des disponibilités ;
 Non établissement des états de rapprochement bancaires ;
 Etats de rapprochement bancaires contenants plusieurs suspens ;
 Changement fréquent des comptes bancaires ;
 Existence de divers comptes
p clients ppassagers
g ;
 Comptes clients non justifiés…
88
Ratios de liquidité
Ratios de Ratios de
rentabilité ou de l’équilibre
résultats financier

Ratios d’activité Ratios de


ou de gestion structure

N.B. :
 L’interprétation
p de ces trois ratios de liquidité
q peut être faussée p
p par un
décalage possible de temps entre la date de transformation de créances et la
date d
d’exigibilité
exigibilité des dettes ;

 Fluctuations saisonnières d’activité ;

 Capacité de l’entité à recourir aux concours bancaires puisque cette dernière


ne puise pas généralement la totalité de la facilité de caisse accordée 
utilisation totale de cette facilité à la date de clôture  améliorer la situation.

 Cycle de vie de l’entité ;

 Les ratios de liquidité peuvent être manipuler à travers :


- l’utilisation totale des ligne de crédit à court terme +
- non paiement des fournisseurs à la clôture de l’exercice
89
Ratios d’activité ou de gestion
Ratios de Ratios de
rentabilité ou de l’équilibre
résultats financier

Ratios d’activité Ratios de


ou de gestion structure

.
Rotation des stocks :
Coût des ventes/Stock moyen

Rotation des Rotation des


créances
é clients
li t : actifs : CAHT/Total des
CATTC/Clients et comptes
actifs
rattachés

Délai de Rotation des


recouvrement des immobilisations
créances : (Clients et corporelles :
CAHT/Immo. Corp. nettes
comptes rattachés/CATTC)*360

Rotation des dettes Délai de règlement


fournisseurs : Achat à des fournisseurs :
(Fournisseurs Achat à
crédit TTC/Fournisseurs
crédit/TTC)*360
90
Rotation de stocks
Ratios de Ratios de
rentabilité ou de l’équilibre
résultats financier

Ratios d’activité Ratios de


ou de gestion structure

 Ventes/stocks moyens : mesurer la rapidité avec laquelle les stocks se transforment


en créances et en liquidités et de juger si l’entité maintient un niveau de stocks trop
élevé ou faible. (tenir compte du secteur d’activité).

 Numérateur P.F. = le coût des produits vendus au lieu du CAHT (pour éliminer les
éventuelles fluctuations des prix de ventes).

 Dénominateur : stock moyen = moyenne du stock initial et du stock final (E.F.). 


(Croissance linéaire sans tenir compte de toutes les fluctuations de l’année).

 Ratio élevé  1.capital improductif est faible (produits pharmaceutiques) / ou 2.


stockage insuffisant  rupture de stock  manque à gagner  perte de clients…

 Faible ratio  1. situation normale pour certains stocks : vin, fromage / ou 2.


niveau de stocks trop élevé (difficultés) : stocks désuets ou par une baisse des
ventes suite à un phénomène conjoncturel + coûts de maintien (stockage) élevés.
91
Rotation de stocks
Ratios de Ratios de
rentabilité ou de l’équilibre
résultats financier

Ratios d’activité Ratios de


ou de gestion structure

 Le stock reflète la croissance des ventes : si les ventes augmentent,


augmentent les
stocks devraient augmenter pour répondre aux exigences des ventes.
Néanmoins, un stock qui évolue à un rythme plus rapide que les ventes
peutt indiquer
i di l’ i t
l’existence d’ ti l obsolètes,
d’articles b lèt à rotation
t ti lente
l t ou des
d stocks
t k
surestimés.
 La durée du stockage g = durée de livraison p pour les p
produits finis et la
durée de commande pour les matières premières. Si la durée > ce délai :
- stock « dormant » depuis plusieurs exercices et/ou appartenant à des
clients inactifs ainsi que des articles à rotation lente.
lente
- série de certains articles a été abandonnée ou devenue obsolète du fait de
l’obsolescence technologique ou de l’effet de la mode  des coûts non
compensés par des revenus.
- « des changements dans les activités de l’entité qui ont pu entraîner la
désuétude
désué ude ou la faible
b e rotation
o o des sstocks
oc s »..

92
Rotation de stocks
Ratios de Ratios de
rentabilité ou de l’équilibre
résultats financier

Ratios d’activité Ratios de


ou de gestion structure

Indicateurs de difficultés
ff :

 Augmentation des défauts de qualité ;

 Augmentation du taux de retours des marchandises ;

 Apparition de nouveaux produits substituables ;

 Conjoncture économique défavorable ;

 Diminution du carnet clients…

93
Rotation de stocks
Ratios de Ratios de
rentabilité ou de l’équilibre
résultats financier

Ratios d’activité Ratios de


ou de gestion structure

Indicateurs de fraude :
 Niveau
Ni d rotation
de i de
d stockk largement
l ≠ de
d celui
l i du
d secteur d’activité
d’ i i é ;
 Changement de méthode de valorisation (mention au niveau des E.F.) ;
 Absence d d’inventaire
inventaire physique ;
 Inventaire physique sans respect des procédures nécessaires ;
 Absence de suivi de stock (registre, logiciel…) et/ou absence de
confrontation des différents documents (bon de commande client, bon de
livraison, facture…) ;
 Existence de plusieurs faiblesses au niveau du SCI relatif au stock (sécurité,
accès aux dépôts de stockage…) ;
 Une forte augmentation des stocks non accompagnée par une évolution
similaire
i il i des
d provisions
ii pour dépréciation
dé é i ti ;
 Le S.F. représente une large proportion du C.A. (ventes non déclarées) ;
 Procédures inappropriées pour les retours de marchandises…

94
Rotation de stocks
Ratios de Ratios de
rentabilité ou de l’équilibre
résultats financier

Ratios d’activité Ratios de


ou de gestion structure

 Ratio de rotation de stock <-> ratio de marge brute : une rotation élevée
du stock + diminution de la marge  montage frauduleux par la
facturation des ventes à des entités constituées p
par ces derniers et
bénéficiant de remises exceptionnelles.

Techniques de fraude :

 Prise en compte lors de l’opération de l’inventaire physique du stock


vendu ou appartenant à d’autres tiers ; +

 Dénombrement des emballages vides (stock de produit liquide) ;+

 Double comptage du stock ;+

 Ignorance de ll’état
état du stock (endommagé, obsolète…)…+

95
Rotation de stocks
Ratios de Ratios de
rentabilité ou de l’équilibre
résultats financier

Ratios d’activité Ratios de


ou de gestion structure

Techniques de fraude :

 Utilisation de taux changes pour les achats qui sont ≠ de ceux figurant au
niveau de la déclaration de la douane (opérations d
d’importation)
importation) ;

 Utilisation des indicateurs erronés pour l’attribution des coûts (part de loyer
d local
du l l à intégrer
i té au niveau
i d coût
du ût du
d produit…)
d it ) ; +/-
+/

 L’intégration de charges non justifiées ; +

 Déplacement temporaire d’une partie du stock avant le commencement des


travaux d’I.Ph. ou/ bourrage des canaux afin justifier la réalisation les
ventes fictives (sociétés commerciales et industrielles). Pour les entités de
services,, il suffit de modifier les tableaux de suivi des travaux.-

96
Rotation de stocks
Ratios de Ratios de
rentabilité ou de l’équilibre
résultats financier

Ratios d’activité Ratios de


ou de gestion structure

Techniques de fraude :
 Valorisation des stocks obsolètes à leur coût au lieu d’utiliser la
p une évolution des ventes ppour N+1. « Cisco
VRN et ce en anticipant
Systems », spécialisée dans le matériel réseau et les serveurs, et pour
les quatre trimestres de 2000,
2000 le ratio de rotation de stock est
de 16,9%//16%//17,8% et 21,3%  une nette évolution au cours du
4 Tr.

Le 1er Tr. 2001,, ce ratio est ppassé à 37,5%


,  l’entité a été amenée,,
au 3 Tr. 2001, à constater une charge de 2,25 milliards $ au titre de
l dépréciation
la dé é i ti ded stock.+
t k+
97
Rotation des créances clients
Ratios de Ratios de
rentabilité ou de l’équilibre
résultats financier

Ratios d’activité Ratios de


ou de gestion structure

 C
C.A.TTC/Clients
A TTC/Clients : La capacité de ll’entité
entité à recouvrer ses créances : ce
ratio permet de comparer la politique commerciale avec le délai réel de
remboursement des créances.
 Examen du niveau de liquidités qui doit varier proportionnellement avec le
niveau des ventes et ce en tenant compte des politiques de remboursement
des créances.
 Ratio élevé <-> secteur : mauvaise politique de recouvrement ;
 Faible ratio <-> secteur : meilleure politique de recouvrement.
 En cas de ventes aux sociétés appartenant au même groupe  ce ratio peut
varier significativement d’une année à une autre et sans que l’entité souffre
de problème de liquidités suite au soutien accordé par les entités liées 
financement en compte courant soumis à un intérêt de 8% (intérêt qui
devient taxable fiscalement).
 Diminution de ce ratio  difficultés économiques.
économiques

98
Rotation des créances clients
Ratios de Ratios de
rentabilité ou de l’équilibre
résultats financier

Ratios d’activité Ratios de


ou de gestion structure

Indicateurs de difficultés :

 La perte d’un client important ;

 Un fort pouvoir de négociation de la clientèle (mode et durée de


règlement)
è l t) ;

 Augmentation des frais de contentieux ;

 Augmentation des litiges avec les clients (difficultés de


recouvrement qualité…)
recouvrement, qualité ) ;

 Mise en place de nouvelles incitations pour les clients…

99
Rotation des créances clients
Ratios de Ratios de
rentabilité ou de l’équilibre
résultats financier

Ratios d’activité Ratios de


ou de gestion structure

Indicateurs de fraude :
 La société mère ou une filiale du groupe est l’un des principaux clients ;
 Une p partie importante
p des ventes est effectuée p
pour le compte
p d’une entité
non auditée ou se situant dans un pays ayant une culture d’affaires
différente (la procédure de confirmation externe peut être biaisée)
 Ventes importantes pour des entités dont les propriétaires sont inconnus ;
 Recours important aux intermédiaires commerciaux ;
 Forte capacité de dominer le secteur d’activité ce qui permet à l'entité de
dicter les conditions aux clients (pratique de bourrage des canaux) ;
 Forte augmentation des créances clients non accompagnée par une
évolution similaire des provisions pour dépréciation ;
 Forte augmentation des provisions pour créances de clients douteux…

100
Rotation des créances clients
Ratios de Ratios de
rentabilité ou de l’équilibre
résultats financier

Ratios d’activité Ratios de


ou de gestion structure

Techniques de fraude :
 Créer des comptes clients fictifs + imputer des règlements des clients réels
et portant sur des ventes récentes au niveau des comptes clients fictifs 
les soldes de ces derniers seront nuls  lors de la revue, l’auditeur va
constater qu’il s’agit de nouvelles créances  pas de risques.
 En cas de ventes fictives  ce ratio augmente en N mais en N N+11 et suivant,
ce ratio va subir une diminution importante et ce puisque même si les
ventes varient proportionnellement, les comptes clients vont augmenter à
cause des créances non réglées et qui d d’origine
origine des comptes clients fictifs
utilisés en contre partie des ventes fictives.  il est préférable d’interpréter
ce ratio tout en tenant compte de son évolution durant un intervalle de trois
ans au minimum.
i i

101
Rotation des créances clients
Ratios de Ratios de
rentabilité ou de l’équilibre
résultats financier

Ratios d’activité Ratios de


ou de gestion structure

Techniques de fraude :
 Non constatation des retours de marchandises (défauts techniques d’un
nouveau produit d’électroménager, téléphone...)  maintenir un niveau de
ventes conforme aux attentes des actionnaires. Mais p puisque
q la réputation
p
du défaut va se répandre parmi les consommateurs  diminution des
ventes accompagnée par une augmentation créances clients (qui auraient du
être annulées)  ce ratio va subir une chute importante.
importante  « un taux de
rotation faible peut indiquer la présence de comptes irrécouvrables ».
L’entité américaine des équipements de télécommunication « Lucent
technologies
h l i » a frauduleusement
f d l reconnu 1,148
1 148 milliard
illi d $ de
d ventes et 470
millions $ de bénéfices avant impôts au cours de l’exercice 2000. « Lucent
» a procédé à la pratique de « Bourrage des canaux de distribution » pour
augmenter ses ventes  cette entité a reconnu les ventes à ses distributeurs,
qui n'ont peut-être pas demandé et vendu ses produits.

102
Délai de recouvrement des créances
Ratios de Ratios de
rentabilité ou de l’équilibre
résultats financier

Ratios d’activité Ratios de


ou de gestion structure

 (Clients et comptes rattachés/CATTC)


rattachés/CATTC)*360360 : il Indique ll’efficacité
efficacité avec
laquelle l’entité a recouvré ses créances.
 Indication sur durée moyenne entre la date de facturation et celle de
paiement
i t par les
l clients.
li t Degré
D é de d respectt par l’entité
l’ tité de
d sa politique
liti d
de
crédit (Ex : les créances ne doivent pas dépasser 40% du C.A. réalisé avec
le client).
 Un délai de recouvrement trop court  engendrer la perte des clients.
 Un délai de recouvrement long  augmenter les ventes mais augmenter
des frais de financement + risque de créances douteuses / irrécouvrables.
irrécouvrables
 Fluctuations saisonnières + part des règlements au comptant : si la majorité
des règlements est réalisée au comptant (consommation sur place…), un
d l i de
délai d recouvrement des d créances court peut indiquer
i di l i
l’existence d
de
mauvaises créances  constater une provision pour dépréciation des
créances même si ces créances ne dépassent pas les douze mois (Ex : foire).

103
Délai de recouvrement des créances
Ratios de Ratios de
rentabilité ou de l’équilibre
résultats financier

Ratios d’activité Ratios de


ou de gestion structure

Si ce délai augmente, sans qu’il y ait changement au niveau de la politique de


recouvrementt  évolution
é l ti des
d « mauvaises
i créances
é » quii doivent
d i t être
êt
provisionnées  engendrer des problèmes de liquidités pour l’entité.

Si ce délai
dél i diminue
di i ( h
(changement d politique
de li i d recouvrement))  raisonnable
de i bl
(position de force <-> à ses clients). Cependant, si ce délai subi une chute qui n’est
pas dû à une modification
difi ti de d la
l politique
liti d recouvrementt  ventes
de t fictives
fi ti en
contre partie de comptes débiteurs divers et non comptes clients.

« Sunbeam
S b », spécialisée
é i li é dans
d l fabrication
la f b i ti ded l’électroménager,
l’él t é a embauché
b hé en 1996
un nouveau directeur (surmonter ses difficultés). Après une importante
restructuration le stock a évolué de 50% en 1997.
restructuration, 1997 Les ventes ont augmenté de
18,7% (l’entité a obligé ses revendeurs à acquérir plus de produits qu'ils ne
pouvaient eux-mêmes
eux mêmes écouler),
écouler) alors que les créances ont évolué de 38,5%
38 5% et ce en
passant de 21,7% à 25,3% des ventes.
104
Rotation des dettes fournisseurs
Ratios de Ratios de
rentabilité ou de l’équilibre
résultats financier

Ratios d’activité Ratios de


ou de gestion structure

 « Achats à crédit TTC/Fr » : Degré de rotation des achats par rapport à la


totalité des dettes fournisseurs. Les approvisionnements doivent être TTC pour
être en harmonie avec les dettes fournisseurs (TTC).
 E.R. autorisé = achats de l’exercice en marchandises et en approvisionnements
 E.R.
E R référence
éfé = les
l approvisionnements
ii t peuventt être
êt extraits
t it dud tableau
t bl d
du
passage des charges par destination aux charges pat nature.
 Pour les dettes fournisseurs moyennes = début et de fin d’exercice.
 Ratio faible : confiance de ses fournisseurs en l’absence de situations de
conflits.
 Ratio élevé : difficultés financières.

105
Rotation des dettes fournisseurs (suite)
Ratios de Ratios de
rentabilité ou de l’équilibre
résultats financier

Ratios d’activité Ratios de


ou de gestion structure

ff
Indicateurs de difficultés :
 Importance du pouvoir de négociation des fournisseurs (produit irremplaçable,
coût élevé du changement du fournisseur…) ;
 Perte d’un fournisseur principal ;
 Existence de risque élevé de rupture d’approvisionnement (ce qui engendre une
augmentation des prix d’achat) ;
 Difficultés d’approvisionnement dues à l’existence de sources restreintes ;
 Risque de perte des sous-traitants (secteur textile) ;
 Exigence des fournisseurs de livraison contre paiement au comptant ;
 Les membres de la direction ont accordé des garanties personnelles aux
fournisseurs de l’entité ;

106
Rotation des dettes fournisseurs (suite)
Ratios de Ratios de
rentabilité ou de l’équilibre
résultats financier

Ratios d’activité Ratios de


ou de gestion structure

Indicateurs de fraude / Achats :


 Absence de procédures formelles pour les achats (trois différents devis…) 
constater des achats fictifs et dont les factures peuvent être établies sur un
tableur comme l’excel ou word et en utilisant différents cachets ; -
 Report de la constatation des achats à N+1 ou les dissimuler. -
 Réalisation d’opérations d’importations avec des fournisseurs résidents de
pays qualifiés comme paradis fiscaux ou de haut risque ; -
 Comptes fournisseurs non justifiés ou accusant des soldes provenant des
périodes précédentes ;-/+
 Double constatation des factures d d’achats
achats (frais généraux ou prestations de
services) + création de factures et comptes fournisseurs fictifs (absence de
création de fiche fournisseur) : la comptabilisation de fausses factures d’achats
de marchandises ou de matières nécessite en général la falsification des autres
documents liés à cette facture (bon de commande, bon de réception…)
 Rabais non justifiés :obtenir toutes les conventions entité <-> fournisseurs…

107
Délai de règlement des dettes
Ratios de Ratios de
rentabilité ou de l’équilibre
résultats financier

Ratios d’activité Ratios de


ou de gestion structure

 (Fournisseurs Achat à crédit/TTC)*360


 Taille de l’entité, sa réputation, sa position par rapport à ses fournisseurs, la
fréquence et ll’importance
importance des commandes ainsi que des valeurs unitaires des
articles achetés.
 Si la durée > moyenne du secteur  1.situation
1 situation favorable + allège le BFR si
elle a bien été consenti par les fournisseurs (solvabilité convenable et des
commandes régulières) /ou 2.
2 en raison de difficultés de trésorerie,
trésorerie ll’entité
entité a
retardé ses règlements.
 Si la durée < moyenne du secteur  1.situation
1 situation défavorable (manque de
solvabilité de l'entité) / ou 2. situation de trésorerie aisée : l’entité paie plus
rapidement ses fournisseurs moyennant, par exemple, ll’escompte
escompte de règlement.

108
Délai de règlement des dettes
Ratios de Ratios de
rentabilité ou de l’équilibre
résultats financier

Ratios d’activité Ratios de


ou de gestion structure

 La loi n°2009-69 du 12 Août 2009 relative au commerce de distribution


comprend une mesure portant sur le plafonnement des délais de paiement et ce
pour protéger les fournisseurs :
- « 30 j à compter de la date de livraison pour les produits alimentaires,
- 90 j à compter de la date de la livraison pour les meubles et les articles
électroménagers,
- 60 j à compter de la date de la livraison pour les autres produits ».
Remarques :
 Interpréter simultanément le délai de règlement des fournisseurs <-> délai de
recouvrement des créances puisque si ce dernier est > au délai de règlement des
fournisseurs  cela peut augmenter la pression sur la liquidité de ll’entité
entité.
 Interpréter simultanément délai de règlement des fournisseurs <-> ratios de
liquidité :
- Délai
Dél i de
d règlement
è l t des
d fournisseurs
f i f ibl + ratio
faible ti ded liquidité él é 
li idité élevé
situation rassurante : ce délai est faible suite à l’obtention de l’entité des
escomptes auprès de ses fournisseurs.
- Si ces deux ratios sont faibles  défiance des fournisseurs

109
Rotation des immobilisations corporelles
Ratios de Ratios de
rentabilité ou de l’équilibre
résultats financier

Ratios d’activité Ratios de


ou de gestion structure

 C.A.H.T./Total des immobilisations corporelles nettes : il mesure


l’efficacité d’utilisation des immobilisations corporelles : si les actifs
immobilisés sont pleinement utilisés ou s’il y a un excédent inutile dont la
liquidation
q pourrait libérer des liquidités.
p q

Faible ratio : indique que l’entreprise est suréquipée ou qu’elle sous-utilise sa


capacité d i  l’entité
i é productive l’ i é n’est
’ pas capablebl de
d liquider
li id ses produits.
d i
 Indicateurs de difficultés :
- Secteur d d’activité
activité en maturité ou en déclin ;
- Concurrence rivale ;
- Forte possibilité de changement au niveau du secteur tel que le
changement de la technologie de base face à l’évolution des besoins de la
clientèle ;
- Frais de recherche et développement assez importantes…
importantes

110
Rotation des immobilisations corporelles
Ratios de Ratios de
rentabilité ou de l’équilibre
résultats financier

Ratios d’activité Ratios de


ou de gestion structure

Ratio élevé : 1. exploitation efficiente de l’outil de production. 2. Si évolution


importante  peut indiquer l’existence de manœuvre frauduleuse qui peut
consister par exemple à vendre une immobilisation à une entité « ad hoc »
qui est exclue du p
q périmètre de consolidation sachant q que cette vente ppeut
être conditionnée par une clause de rachat à un prix fixé initialement.
Indicateurs de fraudes :
• Absence
Ab d’i
d’inventaire
i physique
h i d immobilisations
des i bili i / rapprochements
/ou h ;
• Absence de codification des immobilisations ;
• Inexistence de tenue d d’un
un fichier des immobilisations ;
• Inexistence des critères de distinction : immobilisations, charges et stocks ;
• Inexistence des critères de transfert des « immobilisations en cours » vers
les comptes d’immobilisations nécessaires ;
• Inexistence de budget d’investissement (procédures, approbation…) ;
• Composition assez compliquée des coûts des immobilisations…
immobilisations
111
Rotation des immobilisations corporelles
Ratios de Ratios de
rentabilité ou de l’équilibre
résultats financier

Ratios d’activité Ratios de


ou de gestion structure

Techniques de fraude pour maintenir un ratio élevé :


 Report du reclassement des immobilisations en cours qui satisfont à la
définition d’une immobilisation incorporelle ou corporelle pour N+1 ;
 Non constatation des coûts de démantèlement
démantèlement, d’enlèvement et de
restauration du site (qui doivent être déduits de la valeur résiduelle selon le
SCE et constatés comme un actif séparé selon les IFRS) ;
 L’inscription d’une partie des immobilisations au niveau des comptes de
charges tels que « entretien et réparations » alors qu’il s’agit de grosse
réparation
p (pour minimiser l’impôt
(p p et/ou le respect
p des limites budgétaires
g ;
 Comptabilisation des frais d’installation au niveau des charges ;
 Attribution de V.R. à des immobilisations qui ne les ont pas eu auparavant ;
 Constatation des dépréciations des immobilisations non étudiées en les
justifiant par le dépassement technologique ;
 Comptabilisation des immobilisations au niveau de la période postérieure…
postérieure

112
Rotation des immobilisations corporelles
Ratios de Ratios de
rentabilité ou de l’équilibre
résultats financier

Ratios d’activité Ratios de


ou de gestion structure

Exemple :

 La société américaine de services internet « America


Online (AOL) » (1994) a procédé à la capitalisation agressive
d’importants frais de publicité  ce qui a induit les investisseurs en
erreur, qui croyaient que la société avait été rentable.

 En
E 1995,
1995 la
l société
iété a doublé
d blé la
l période
é i d d’amortissement.
d’ ti t Ce
C
changement à lui seul a gonflé les profits de 48,1 millions de dollars
(le résultat déclaré est un bénéfice de 29,8 millions de dollars alors
qu’il s’agit réellement d'une perte de 18,3 million de dollars).

113
Rotation des actifs
Ratios de Ratios de
rentabilité ou de l’équilibre
résultats financier

Ratios d’activité Ratios de


ou de gestion structure

 C.A.H.T. /A.R.T. : Indicateur sur la manière avec laquelle l’outil de travail


est valorisé.
Ratio élevé  1. l’entité a des chances d’être rentable /ou 2. l’entité souffre
des investissements nécessaires.
nécessaires
Faible ratio  sous-utilisation de la capacité de production  existence de
difficultés au niveau des ventes réalisées.
Diminution du ratio :
 Difficultés suite à la diminution de la part de marché et/ou sur-capacité de
production.
production
 Fraude :
- Diminution du C.A. ;
- Capitalisation inappropriée des charges (« Worldcom ») ;
- Existence de créances irrécouvrables, de stocks obsolètes, de dépréciation
d’immobilisations
d immobilisations… et qui nn’ont
ont pas été provisionnés
provisionnés…
114
Rotation des actifs (suite)
Ratios de Ratios de
rentabilité ou de l’équilibre
résultats financier

Ratios d’activité Ratios de


ou de gestion structure

 La société « Gateway », spécialisée dans la fabrication des ordinateurs et


cotée à la bourse de Wall Street, a procédé à la vente à des consommateurs
ayant un risque élevé. Les ventes à ce type de clients ont passé de 3,3% à
7,3%
, de la totalité des ventes en 2000. En 2001,, l’entité a annulé 100
millions de dollars de ces créances. En Novembre 2003, la « SEC » a
annoncé la publication de cette entité des E.F. falsifiés en 2000.

 Ce ratio peut être affecté notamment par les méthodes d’évaluation des
stocks, les méthodes d’amortissement des immobilisations retenues et les
autres estimations comptables.
comptables
 Pour mieux interpréter les ratios de rotation des éléments courants, il
convient de les comparer
p entre eux. Plus la rotation des stocks est lente,
plus le délai de règlement des fournisseurs doit être important afin de
permettre à l’entité d’utiliser cette ressource pour financer ses stocks. Une
bonne gestion implique un délai de recouvrement des créances < délai de
règlement des fournisseurs.
115
Ratios de structure
Ratios de Ratios de
rentabilité ou de l’équilibre
résultats financier

Ratios d’activité Ratios de


ou de gestion structure

 Relever la structure financière ;

 Evaluer les conditions de l’équilibre financier ;

 Informer sur le type de financement de l’actif ;

 Apprécier la sécurité des créanciers.

116
Ratios de structure
Ratios de Ratios de
rentabilité ou de l’équilibre
résultats financier

Ratios d’activité Ratios de


ou de gestion structure

Ratios de structure Ratios de structure du


de ll’actif
actif passif

Ratio d’immobilisation : Ratio d’autonomie financière


Immobilisations à long terme : S.N.R./Capitaux
corporelles nettes ou immobilisés/Actif total permanents

Ratio d’âge des


Taux d’endettement : Dettes
immobilisations : Amortissements totales/Actif réel total
cumulés/Valeur brute des immobilisations

Ratio des stocks : Stocks/Actif Total

Ratio des créances : Clients et


comptes
t rattachées/Actif
tt hé /A tif total
t t l

117
Ratios de structure de l’actif
Ratios de Ratios de
rentabilité ou de l’équilibre
résultats financier

Ratios d’activité Ratios de


ou de gestion structure

Ratio d’immobilisation = I.C.N./Actif total


 Intensité capitalistique
capitalistiq e du
d secteur
secte r d’activité
d’acti ité :
- société de services : très faible ;
- société industrielle : important (terrain, construction, matériel…)
 Possibilité d’influer sur ses valeurs : politique d’amortissement puisque les valeurs
sont prises nettes d’amortissements, location, la sous-traitance…
 Ce ratio doit être stable sauf si l’entité est phase de lancement et de croissance 
variation importante de ce ratio surtout en période de maturité constitue une
situation peu fréquente et peut constituer un signe dd’alerte
alerte indiquant ll’existence
existence
d’une anomalie :
 « Worldcom », spécialisée dans le secteur de télécommunication, a procédé à la
capitalisation des reversements effectués pour les opérateurs locaux au lieu de les
constater en charges d’exploitation et ce pour 3,8 milliards $ (3 milliards de $ en
2001 et 800 million $ durant le 1er Tr.
Tr 2002).
2002) Suite aux travaux dd’audit
audit, le montant
total des manipulations a été levé à 11 milliards $ (07/2002).
118
Ratios de structure de l’actif
Ratios de Ratios de
rentabilité ou de l’équilibre
résultats financier

Ratios d’activité Ratios de


ou de gestion structure

Ratio d’âge des immobilisations = Amort cumulés/V.B.I. : marque le degré de


vieillissement du matériel 50% max
 Plus les immobilisations sont âgées  plus l’entité aura des difficultés si sa
capacité
i é d’autofinancement
d’ fi f ibl  problèmes
est faible blè dde renouvellement
ll dde son
outil de production.
 L’importance
L’i t des
d immobilisations
i bili ti constitue
tit une barrière
b iè de d sortie
ti du
d domaine
d i
d’activité  aggrave davantage sa situation financière :
 Ratio élevé + ll’absence acquisition de nouvelles immobilisations 
absence dd’acquisition
difficultés (surtout pour les secteurs innovants).
 Faible ratio : sur
sur-équipement amortissement assez faibles 
équipement ou des taux dd’amortissement
sous-activité, ce qui peut engendrer un résultat déficitaire suite aux coûts
structurels élevés.

119
Ratios de structure de l’actif
Ratios de Ratios de
rentabilité ou de l’équilibre
résultats financier

Ratios d’activité Ratios de


ou de gestion structure

Ratio d’âge des immobilisations : Indicateurs de fraude amortissement :


 Variation inattendue des dotations aux amort.
amort <-> aux années précédentes ;
 Inexistence d’un état récapitulatif du tableau d’amort. au niveau des E.F. ;
 Taux d’amortissement établis sans consultation des responsables techniques ;
 Absence des procès-verbaux de mise en service des immobilisations ;
 Absence d’un état détaillé des immobilisations avec codification…
Techniques de Fraude sur amortissement :
 Revue des durées de vie des immobilisations ;
 Changement de la méthode d’amortissement (linéaire vers celle variable) ;
 Non prise en compte de la règle de prorata temporis…
« Waste Management », géant américain du transport et de gestion de déchets, a
diminué les dotations aux amortissements et ce en prolongeant la durée de vie
économique de ses camions d’une manière arbitraire. Le total des
manipulations (baisse des dotations aux amortissements, capitalisation des
charges ) a atténué 1,7
charges…) 1 7 milliards de dollars et ce durant la période 1992-1997.
1992-1997

120
Ratios de structure de l’actif
Ratios de Ratios de
rentabilité ou de l’équilibre
résultats financier

Ratios d’activité Ratios de


ou de gestion structure

Ratio de stocks = stocks/Actif Total


 Poids des stocks dans ll’actif
actif : dépend des caractéristiques de ll’activité
activité. Ce
ratio est élevé pour les entités de distribution et celles ayant un cycle de
production long.
 L’instabilité des niveaux du stock peut fausser l’interprétation de ce ratio
puisque ces niveaux fluctuent à cause de l’évolution des marchés et même
des décisions fixées p par l’entité elle-même ((valeur du stock minimum,
réduire le volume d’activité…). Phase de crise économique  les stocks
sont généralement pléthoriques alors qu’au niveau d’une période de
surchauffe  ils sont assez réduits.
 Certaines entités sont amenées à procéder à un sur-stockage préventif
(hausse des prix d’approvisionnement de métaux (bourse Londres) ou
matières
tiè premières
iè d produits
de d it agricoles
i l (b
(bourse Chi
Chicago)))) ou de d
déstockage et ce face à des comportements de spéculations.
 A compléter par le rapport entre le C.A. <-> stock : si le niveau de stock est
légèrement inférieur au C.A.  ventes non comptabilisées.
121
Ratios de structure de l’actif
Ratios de Ratios de
rentabilité ou de l’équilibre
résultats financier

Ratios d’activité Ratios de


ou de gestion structure

Ratio des créances : Clients et comptes rattachées/Actif total


 Politique de l’entité en matière de délais de règlement accordés aux clients :
 Faible ratio : entités placées en contact direct avec une clientèle de
particuliers
ti li (règlement
(è l t au comptant)
t t)
 Ratio élevé : entités industrielles et de distribution en gros (crédits inter-
entités).
)
Ratio de liquidités : Liquidités et équivalents de liquidités/Actif total
 Les indications fournies par ce ratio sont fragiles (exemple : augmentation
d disponibilités
des di ibili é durant
d l quinze
les i d i jours
derniers j d l’exercice).
de l’ i )
 Niveau de disponibilités relativement élevé : un bon signe d’équilibre
financier ou l’existence de ressources improductives.
p
 Niveau de disponibilités faible : signe de difficultés probables en matière de
règlement ou une gestion rigoureuse de liquidités.

122
Ratios de structure du passif
Ratios de Ratios de
rentabilité ou de l’équilibre
résultats financier

Ratios d’activité Ratios de


ou de gestion structure

Ratio de l’autonomie financière à L.T. = S.N.R./Capitaux permanents : est-ce


que l’entité est autonome financièrement (son indépendance financière),
 Evaluer l’indépendance financière de l’entité + capacité d’endettement à
M L T Ce
M.L.T. C ratio
i peut être
ê complété
lé é par le
l ratio
i d’autonomie
d’ i financière
fi iè (capitaux
( i
propres/Total des capitaux propres et passifs) qui mesure l’importance du
financement propre par rapport à ll’endettement
endettement.
 Ratio > à 50% : l’entité est en bonne situation puisque les établissements
financiers ne souhaitent pas, généralement, ss’engager
engager plus que les propriétaires
de l’entité.
 Faible ratio : l’entité dépend
p de ses bailleurs de fonds  difficultés financières.
 Ratio élevé : capacité de recours aux emprunts et de surmonter facilement les
périodes de crise économique.

123
Ratios de structure du passif
Ratios de Ratios de
rentabilité ou de l’équilibre
résultats financier

Ratios d’activité Ratios de


ou de gestion structure

Taux d’endettement = D.T./A.R.T. : s'informer plus sur la situation financière


et son évolution ainsi que le % de l’actif total financé par des dettes.

 Il dépend en grande partie du secteur d


d’activité
activité : faible pour le secteur
commercial et de services et élevé pour le secteur industriel). Ainsi, les
banquiers exigent un taux de 40% au maximum.
maximum

 Ce ratio peut être complété, aussi, par le rapport des charges


financières/C.A. afin de dégager l’importance des charges supportées par
l’entité et confirmer le taux d’endettement (maximum 2% du C.A.).

  Demander le détail du dossier juridique : examen des P.V. des réunions


du conseil, les conventions d’emprunt ou de location pour évaluer s’il y a
des passifs/engagements qui n’ont pas été divulgués de façon adéquate.
124
Ratios de structure du passif
Ratios de Ratios de
rentabilité ou de l’équilibre
résultats financier

Ratios d’activité Ratios de


ou de gestion structure

Taux d’endettement

Faible ratio : bonne autonomie et une solvabilité rassurante : les créanciers


sont mieux protégés en cas de liquidation de ll’entité
entité mais il peut indiquer
un manque d’investissement.

Ratio élevé : charges financières fixes élevées  problèmes financiers. « Les


utilisateurs des E.F. ont tendance à se méfier des sociétés lourdement
endettées»  transfert du risque des actionnaires et dirigeants vers les
détenteurs de dettes  gestion excessive à la hausse des bénéfices afin de
fournir un signe positif aux institutions financières.

125
Ratios de structure du passif
Ratios de Ratios de
rentabilité ou de l’équilibre
résultats financier

Ratios d’activité Ratios de


ou de gestion structure

Taux d’endettement : Indicateurs de difficultés financières :


 Difficultés
Diffi lté à payer les
l annuités
ité des
d emprunts t dans
d l échéances
les é hé ;
 Faible pouvoir pour la négociation du rééchelonnement des emprunts venant à
échéance ;
 Charges financières importantes : un taux d’intérêt élevé indique que le
banquier considère l’entité à risque élevé ;
 Augmentation massive des frais financiers (préavis,
(préavis …)) ;
 Incapacité d’obtenir de nouveaux financements pour rester compétitif si le
secteur se base sur les innovations ;
 Garanties personnelles des dirigeants accordées aux établissements financiers ;
 Retrait du soutien financier des établissements financiers…
Indicateurs de fraude : Possibilité de détournements de fonds si :
 Absence d’investissements ;
 Chèques en suspens ;
 Inexistence des contrats d’emprunts…
126
Ratios de structure du passif
Ratios de Ratios de
rentabilité ou de l’équilibre
résultats financier

Ratios d’activité Ratios de


ou de gestion structure

Taux d’endettement : Techniques de fraude pour maintenir un faible ratio :


 Externaliser
E li l dettes
les d d
dans d structures de
des d défaisance
déf i  tenir i compte
des engagements de l’entité qui sont souvent hors bilan (Enron).  tenir
compte du FRN puisque ce dernier augmente lors de la dissimulation des
passifs.
 Pour dissimuler les emprunts obtenus : procéder à la constatation de
ll’encaissement
encaissement préalable de ll’emprunt
emprunt en contrepartie dd’une
une vente fictive.
fictive
Par la suite, le décaissement (des échéances) sera constaté en contrepartie
d’opération d’achat fictive.
 Recourir
R i au reclassement
l t de
d lal dette
d tt financière
fi iè au niveau
i d capitaux
des it
propres ou au niveau des dettes d’exploitation  l’auditeur financier doit
prendre en compte le ratio de rotation des fournisseurs.
 Obliger une entité « ad hoc » à contracter un emprunt qui est garantie par la
société mère. Par la suite, cette dernière procède à une augmentation de son
capital par ll’apport
apport de ll’entité
entité « ad hoc » des fonds obtenus de la banque.

127
Ratios de structure du passif
Ratios de Ratios de
rentabilité ou de l’équilibre
résultats financier

Ratios d’activité Ratios de


ou de gestion structure

Taux dd’endettement
endettement :
 Afin de s’emprunter sans que cela n’apparaisse dans ses comptes,
« Enron » a procédé à la vente du gaz à elle même à travers la création des
milliers
illi d sociétés
de iété écrans
é : elle
ll leur
l vendait
d it du
d gaz qu’elle
’ ll s’engageait
’ it à
racheter et ce en créant une dette potentielle qu’elle ne comptabilisait pas
dans son bilan + elle ne comptabilisait pas les dépenses qui allaient être
nécessaires à l’achat et à la livraison de gaz. En respectant les règles
comptables lors de la consolidation des comptes par exemple, « Enron »
aurait dû éliminer toutes les opérations effectuées avec ses filiales (ces
opérations étant considérées comme des opérations intra-groupe).
 « Adelphia Communications » avait frauduleusement, entre 1999 et 2001,
exclu de ses E.F.
E F consolidés annuels et trimestriels plus de 2,3
2 3 milliards de
dollars d’emprunts bancaires et ce en constatant ces passifs dans les livres
de sociétés affiliées non consolidées de « Adelphia ».

128
Interprétation de l'auditeur

1. Pertinence des moyennes du secteur d’activité (moyennes assez générales ≠


ll’entité
entité auditée) ainsi que des décisions de la direction (changement de
méthodes comptables, extension des lignes de production…) ;
2. Caractère saisonnier ou non de l’activité ;
3 Demande
3. D d d’informations
d’i f ti portant
t t les
l événements
é é t exceptionnels
ti l ou non
récurrents survenus  prendre leurs impact lors de l’analyse (vente d’une
immobilisation, incendie, conclusion d’un contrat de partenariat…).
4 Possibilité
4. P ibilité de d clôture
lôt d l’exercice
de l’ i comptable
t bl par un évènement
é è t important
i t t
qui est de nature à modifier sensiblement la structure de l’entité :
- acquisition de nouveaux équipements  modification au niveau des
capitaux
i permanents et desd immobilisations.
i bili i
- recevoir, à la fin de l’année, un règlement important d’un client principal
 augmentation importante de la rotation des créances clients.
- acquérir un stock de marchandises important suite à une remise
exceptionnelle de l’un des fournisseurs  ralentissement au niveau de la
rotation des stocks.

129
Interprétation de l'auditeur

 Les résultats des comparaisons : écart favorable, écart défavorable et aucun


écart significatif  ss’intéresser
intéresser surtout aux écarts défavorables et tenter de
découvrir les points tournants susceptibles de révéler l’évolution future. Il
essaie d’en déterminer les causes et d’en évaluer l’incidence future.
C
Cependant,
d il doit
d i s’interroger,
’i aussi,
i sur les
l écarts
é f
favorables
bl ou l’absence
l’ b
d’écart puisqu’ils peuvent être la résultante des E.F. falsifiés.
 L’auditeur serait capable,
p , après
p l’analyse,
y , d’expliquer
p q certaines relations
complexes entre les composantes des E.F. :
- Le C.A. réalisé, sa tendance, sa déviation par rapport à la capacité de
ll’entité
entité et ses causes,
causes les soldes des comptes clients (recouvrement) ;
- Le coût des ventes, sa tendance, le niveau de rentabilité ainsi que la
relation entre le niveau de stock et le coût des ventes ;
- La rotation des stocks, les provisions constatées, soldes comptes
fournisseurs et achats…

130
Interprétation de l'auditeur
 L'évaluation des résultats doit inclure les enquêtes et les procédures
supplémentaires : exemple,
exemple si le directeur commercial indique que
l'augmentation des ventes est due à une nouvelle campagne publicitaire,
p relatif au frais de ppublicité afin
l’auditeur financier doit examiner le compte
de s’assurer qu’une campagne a eu lieu. Si la dépense publicitaire est
similaire à l'année précédente, la relation n'est pas raisonnable et la fraude
peut survenir.
 Utilisation simultanée de plusieurs ratios puisque l’auditeur peut même se
retrouver en présence de signaux contradictoires pour une même réalité : les
ratios d’endettement et de F.R. mesurent le risque d’insolvabilité : si les deux
sont élevés  le risque est élevé (endettement) + situation est confortable
(FR)  l’analyse doit être globale et non mécaniquement ratio par ratio 
p
effet de l’expérience de l’auditeur.

131
Impact de l'analyse financière
 Stratégie d’audit :

L’E.A.P. ne permet pas, à lui seul, de fixer la stratégie globale


dd’audit
audit mais il doit être complété par le risque lié au contrôle
afin de la déterminer.

 Seuil de signification :

Il dépend du critère choisi par l’auditeur (Résultat, C.A., …),


mais
i face
f aux risques
i id ifié l’auditeur
identifiés, l’ di serait
i plus
l prudent
d
et n’acceptera qu’un seuil de signification assez faible.

132
Impact de l'analyse financière

 Etendue des travaux :


- Composition de l’équipe d’audit : équipe expérimentée, spécialiste…

- Calendrier des tra


travaux
a : tests et in
inventaires
entaires inopinés
inopinés, augmentation
a gmentation des tests
substantifs…

- Collecte des éléments probants : caractère suffisant et adéquat ;

- P.A.S. : Entretiens, évaluation du système d’information, CAAT…

 Opinion de l’auditeur : L’E.A.P. permet seulement à l’auditeur d’identifier et


dd’évaluer
évaluer les risques au niveau des E.F.
E F + La majorité des éléments probants
sont persuasifs et non concluants  A corroborer par des P.A.C. afin
dd’exprimer
exprimer son opinion sur les E.F.
EF

133
Impact de l'analyse financière

ISA 701 : QCA

ISA 570 : Paragraphe : Incertitude significative liée à la continuité de


l’ l it ti
l’exploitation : « Nous
N attirons
tti l’ tt ti sur la
l’attention l note
t 6 des
d états
ét t financiers,
fi i
qui indique que la société a subi une perte nette de ZZZ au cours de
l’exercice clos le 31 décembre 20X1 et que, à cette date, les passifs
courants de la société excédaient de YYY le total de ses actifs. Comme il
est indiqué à la note 6, cet événement ou situation, conjugué aux autres
questions exposées dans la note 6, indique l’existence d’une incertitude
significative susceptible de jeter un doute important sur la capacité de la
société à poursuivre son exploitation. Notre opinion n’est pas modifiée à
l'égard de cette question. »
134
Impact de l'analyse financière

Ancienne structure du rapport


 Rapport sur les
l états
é financiers
fi i
 Paragraphe d’introduction (entité, EF audités, période auditée…)
 Destinataire
 Responsabilité de la Direction
 Responsabilité
p de l’auditeur
 Fondement de l’opinion modifiée (si applicable)
 Opinion
 Paragraphes d’observation ou paragraphes sur d’autres points
 Rapport sur d’autres obligations légales et règlementaires
 Signature
i
 Date du rapport
 Adresse de ll’auditeur
auditeur

135
Impact de l'analyse financière
Nouvelle structure du rapport

Section Instructions
Titre Indiquer clairement qu’il s’agit du rapport d’un auditeur indépendant.
Destinataire
Obligatoire lorsque le rapport inclut une section sur d’autres obligations
Rapport sur
légales et réglementaires
l’audit des EF

Mentionner : « avec réserve » ou « défavorable » ou en « Impossibilité


Opinion
d’exprimer une opinion »
Fondement de Mentionner : « avec réserve » ou « défavorable » ou en « Fondement de
l’opinion l’impossibilité d’exprimer une opinion »
Incertitude A inclure en cas d’application appropriée du principe comptable de
g
significative liée continuité d’exploitation
p malgré
g l’existence d’incertitudes significatives
g
à la continuité (avec communication d’informations adéquates)
de l’exploitation
Observations Selon les conditions de ISA 706. Soit directement avant, soit directement après
la section sur les questions clés de l’audit. (selon jugement). A ne pas
confondre avec les questions clés de l’audit. 136
Impact de l'analyse financière

Nouvelle structure du rapport

Section Instructions
Questions clés de Obligatoire pour les sociétés cotées. A ne pas inclure en cas d’impossibilité
l’ dit
l’audit d’exprimer
d’ i une opinion
i i afinfi d’éviter
d’é it les
l confusions
f i aux utilisateurs
tili t (ISA
705 A 26)
Autres La section doit rappeler la responsabilité de la direction et de l’auditeur,
informations (ISA rappeler que l’opinion ne couvre pas les autres informations et énoncer la
720) conclusion. A ne pas inclure également en cas d’impossibilité d’exprimer une
opinion.
Autres points Selon conditions de ISA 706. (compréhension de l’audit, des responsabilités…)
Responsabilités de Le titre doit inclure les personnes responsables de la surveillance du processus
la Direction ppour d’information financière lorsqu’elles
q diffèrent de celles responsables
p de la
les états financiers préparation des états financiers
Responsabilités de Possibilité de présenter certaines responsabilités dans une annexe au rapport ou
l’auditeur ppour mentionnés par
p un renvoi vers un site d’une autorité compétente
p conformément
l’audit des états aux dispositions de la norme ISA 700
financiers 137
Communications
Type de mission Type de risques identifiés A qui communiquer Référence
Etablissement
Et bli t de
d La fraude
L f d mett en périlé il les
l BCT Article
A ti l 35 loi
l i 2001-65
2001 65
crédit intérêts de l’établissement voir loi 2016-48
de crédit et des déposants

Mission d’alerte La fraude non corrigée CSEE auparavant et le Loi 2016-36


menace la continuité président de TPI
d’exploitation actuellement

APE ou d’un La fraude met en péril les CMF Article 3 § 6 nouveau


OPCVM intérêts de la société ou de loi 94-117 et article
l’OPCVM, les actionnaires 51 code des OPCVM
ou les porteurs de parts

Toutes sociétés Blanchiment d’argent Commission Loi 2015-26


tunisienne des
analyses financières
Toutes sociétés Toutes fraudes OECT Article 3 code des
d i professionnels
devoirs f i l

138
Plan

1
• Introduction

2
• Etapes préalables à ll’analyse
analyse financière

3
• Démarche de l’analyse financière

4
• Conclusion

5
• Etude de cas pratique

139
Conclusion
Limites de l’analyse financière :
1 Taille
1. T ill et âge
â ded l’entité d secteur  l’utilisation
l’ i é <-> moyenne du l’ ili i des d normes
sectorielles devient non pertinente.
2. Informations sectorielles non suffisamment détaillées.
3. Comparaison entre plusieurs entités nécessite une similarité au niveau des
méthodes comptables choisies.
4. Jugement professionnel qui peut différer d’un auditeur à un autre (effet de
l’expérience).
5. Possibilité de la manipulation
p des informations de bases p
pour le calcul des
ratios financiers par des dirigeants malhonnêtes et ce pour orienter
l’attention de l’auditeur sur des domaines au lieu q
que d’autres.

140
Conclusion

L’E.A.P. fournit une assurance raisonnable et constitue un test efficace et efficient


lorsque :
 Les tests de détail ne sont pas efficaces pour la détection des erreurs dans
certaines
i assertions
i ;
 La relation est plausible et prévisible ;
 L’information est disponible et fiable ;
 Et la prévision est précise.

Lorsque ces quatre conditions ne sont pas réunies, l’assurance tirée de l’E.A.
ppeut être insuffisante à cause des limites qqui accompagnent
p g la mise en œuvre
des P.A. et relatives à l’importance relative des éléments examinés, à la
qualité du C.I., à la précision des procédures d’E.A.P. …

141
Plan

1
• Introduction

2
• Etapes préalables à ll’analyse
analyse financière

3
• Démarche de l’analyse financière

4
• Conclusion

5
• Etude de cas pratique

142