Vous êtes sur la page 1sur 140

Année universitaire 2016-2017

La transmission synaptique

Nicola Kuczewski
Centre de Recherche en Neuroscience de Lyon
nicola.kuczewski@univ-lyon1.fr
Rappel des principes de base de neurophysiologie

Les neurones sont des cellules spécialisées dans :


-La réception
-L’intégration (élaboration)
-La transmission

Des stimuli:
-Chimiques (ex. neurotransmetteurs, molécules olfactives et gustatives...
-Physiques (ex. lumière, ondes sonores, pression, chaleur..)

Quel que soit le stimulus, celui-ci est converti en signal électrique (message nerveux)
par le neurone
Genèse de l’activité électrique
[Na+]ext=145 mM [K+]ext=5 mM [Cl-]ext=125 mM [Ca2+]ext=5 mM
1-Polarisation de la membrane 2 K+
+ + +
+ + + +
+ +
Extracellulaire +
+ ++ + + + + + + + + + + ++
+
+ + + + + + + + + + ++
Membrane neuronale
+ +
+
+
3 Na+
Intracellulaire + + [Na+]int=12 mM [K+]int=140 mM [Cl-]int=15 mM [Ca2+]ext=0,0001 mM
+
La polarisation est due à des transporteurs membranaire d’ions
La membrane neuronale est polarisée ( ex. pompe sodium potassium : 2 K+ vers l’intérieur 3 Na+ vers l’extérieur)
Potentiel membranaire (Vm) Création d’un gradient de concentration pour différents ions
≈ -60 ÷ -70 mV

2- Ouverture/ fermeture des canaux membranaires


+ +
+ + +
+ + +
+ + + +
+ + + + +
+ + ++ + +
+ ++
+ + + Potentiel membranaire
+ + + + + ++ + + + + + Potentiel membranaire
(Vm)
≈ -60 ÷ -70 mV + + + + + + + + + + + (Vm)
+ + ≈ +40 mV
+ +
+ +
+ +
+ + ++
+ ++
+ +
La membrane cellulaire présente des canaux L’ouverture de ces canaux produit des
dont la perméabilité est sélective pour les différents ions modifications temporaires du Vm
Récepteurs ionotropiques

Deux mécanismes principaux:

1) L’activation des récepteurs membranaires par le stimulus


( ex. récepteurs activés par : les neurotransmetteurs ;
Récepteurs metabotropiques
la lumière, les molécules olfactives…) Stimulus

a g
b

2) La modification du potentiel de membrane

Canaux dépendant du voltage


(l’ouverture est produite lorsque le Vm dépasse une certaine valeur)

Vm= -60 mV Vm= +40 mV

Exemple: canaux sodiques et calciques dépendant du voltage


Stimulus (chimique ou physique)

Activation de récepteurs canaux

Conversion du stimulus en signal électrique

Vm
Potentiel Post Synaptique Excitateur (PPSE)

Temps (ms)

PA
La modification du Vm est proportionnelle à l’intensité du stimulus

Seuil d’activation des canaux sodiques voltage dépendant

Au delà d’un certain seuil, la dépolarisation active des canaux dépendant du voltage (Na+ et K+).
Genèse du Potentiel d’Action (PA)
Le PA est l’unité de codage de l’information neuronale

Réponse d’un neurone du cortex visuel primaire à la stimulation visuelle


Le PA propage dans les processus neuronaux (principalement l’axone)
jusqu'à la synapse

Ici le signale électrique est transmis


au neurone post-synaptique

Soit directement

Soit après reconversion en signal

chimique, le neurotransmetteur (NT)


L’activité électrique est mise en évidence par l’électrophysiologie cellulaire

Courants excitatrices Courants inhibitrices

Voltage imposé

Dépolarisation du Vm Hyperpolarisation du Vm

Courant imposé
La synapse
Le site neuronal qui permet la transmission du signal électrique
du neurone présynaptique au neurone postsynaptique

Neurone présynaptique Neurone postsynaptique


qui envoie le signal qui reçoit le signal

Dans la majorité de cas la partie présynaptique est localisée dans l’axone


La partie post synaptique peut être localisée

Dans les dendrites Dans le soma Dans l’axon


Synapse axo-dendritique Synapse axo-somatique Synapse axo-axonique

La localisation postsynaptique affecte l’intégration du signal


et sa capacité de donner lieu ou empêcher la genèse du PA
La synapse dendro- dendritique du bulbe olfactif

Dendrite de la CM

+ -

Dendrite de la CG

MC :Cellule mitrale 1-auto excitation dendritique


2-excitation de la GC
CG :Cellule granulaire
3-inhibition récurent de la CM
Deux modalités de transmission synaptique

-Électrique

Une continuité spatiale entre le neurone présynaptique et le


neurone postsynaptique permet au signal électrique de propager
directement entre les neurones

-Chimique

Une discontinuité spatiale entre le neurone présynaptique et le


neurone postsynaptique nécessite que le signal électrique soit converti
en signal chimique (le neurotransmetteur) pour pouvoir propager
dans le neurone postsynaptique
La synapse électrique

La continuité spatiale est due à des jonctions serrées (gap junctions) entre les neurones
qui sont constituées par des hémi-canaux(protéines apparentées à la famille des connexines,CX)
Les synapses électriques sont présentes dans des populations
neuronales spécifiques (qui présentent aussi des synapses chimiques)

Ex :
Cellules horizontales de la rétine

Neurones du locus coeruleus

Cellules à panache externe du bulbe olfactif

Neurones du noyau olivaire inférieur

Neurones thalamiques réticulaires

Interneurones du cervelet

Interneurones GABAergiques corticaux


Synapses électriques dans les Interneurones GABAergiques corticaux

Loi d’Hom

U=RI

Vm=RmI

FS= Fast spiking neurons (interneurones GABAergiques)

Pyr= neurones pyramidaux Estrin and Galarreta 2005


Particularités de la synapse électrique

PA présynaptique

1-Rapidité

2-Transmission analogique
La dépolarisation post synaptique est proportionnelle
à la dépolarisation présynaptique.
Ne nécessite pas du PA

3-Bidirectionnalité
Fonction de la synapse électrique
Participe à la synchronicité de l’activité électrique de la population neuronale connectée

Neurone

Neurone

PA PA PA PA

Long et al 2002
Neurones du noyau olivaire inférieur
Dans le néocortex les interneurones de la même classe sont connectés
par des synapses électriques et chimiques

Neurone pyramidale
Synapse chimique

Synapse électrique Synapse chimique

Estrin and Galarreta 2005


Synchronisation des interneurones de la même classe par la synapse électrique

Estrin and Galarreta 2005


La synapse chimique

Terminaison présynaptique

2 –Le potentiel d’action


dépolarise la terminaison

3-La dépolarisation ouvre


les canaux Ca2+ dépendant du 1-Le neurotransmetteur est
voltage présent dans le vésicules

4- Entrée de ions Ca2+

5- Le Ca2+ provoque la fusion


des vésicules de NT

10- Endocytose des vésicules.


6- Libération du NT Recapture et/ou dégradation du NT

Elément postsynaptique
7- Le NT active les récepteurs 8- Ouverture
post-synaptiques des canaux 9- Modification du potentiel
membranaire du neurone
Le neurotransmetteurs
Quatre classes de neurotransmetteurs (structure chimique)

I Amino acides :
Glutamate
Acide γ-aminobutyrique (GABA)
Aspartate
Glycine

II Amines :
Dopamine (DA)
Histamine (HIST)
Noradrénaline (NA)
Sérotonine (5-HT)
Acétyle Choline

III Acétylcholine (ACh)

IV Purines
Adénosine triphosphate (ATP)
Classification en fonction des effets cellulaires

Excitateurs : qui amènent à une dépolarisation du potentiel membranaire


Acétylcholine
Aspartate
Glutamate
ATP

Inhibiteurs : qui amènent à une hyperpolarisation du potentiel membranaire


ou s’opposent à l’action dépolarisante de neurotransmetteur excitateurs

GABA
Glycine

Les monoamines dans le SNC exercent


principalement une action neuromodulatrice
en modifiant les propriétés membranaires
et en affectant les effets des autres neurotransmetteur sur le Vm

5-HT permeable aux cations a une action dépolarisante en agissant sur les récepteurs 5-HT3
Dans le SNC la transmission aminergique est cholinergique est organisé
principalement en noyaux de projections

BF : Prosencéphale Basale (mais neurones cholinergiques dans le striatum)


LC : Locus Coeruleus
VTA : Aire tegmentale ventrale
Synthèse des neurotransmetteurs

Les NT sont synthétisés dans la terminaison nerveuse et chargés dans les vésicules de sécrétions
par des transporteurs spécifiques
Dans la vésicule de sécrétion

Amines : DA-ß-hydroxylase
Neurones NA
Catécholamines (NA et DA) : DBH

Aromatic acid NA
Tyrosine
hydroxylase(TH) decarboxilase
AADC
Tyrosine DOPA DA DA
Aromatic acid
Tyrptophane decarboxilase
hydroxylase AADC Neurones DA
Tryptophane 5-HTP 5-HT

Acétylcholine :
Synthèse des neurotransmetteurs

Les NT sont synthétisés dans la terminaison nerveuse et chargés dans les vésicules de sécrétion
par des transporteurs spécifiques

Amino acides :
Glutamate et GABA GABA oxoglutarate Glutamatergic acid
transaminase decarboxilase
Cycle de Krebs GABA-T GAD
Glucose α-ketoglutarate Glutamate GABA

Glutamine Glutaminase

La protéine GAD est utilisée en immunohistochimie pour mettre en évidence les synapses
GABAergiques
Transporteurs vésiculaires

Tous les transporteurs utilisent le gradient H+ produit par la proton ATPase pour échanger les
protons avec une molécule de NT

Transporteur NT

NT
H+ H+
H+
H+

Vesicular monoamine transporter (VMT) : DA , 5-HT, NA, Hist


Vesicular inhibitory amino acid transporter (VIAAT, VGAT) : GABA, Glycine
Vesicular glutamate transporter (vGlut) : Glutamate
Vesicular cholinergic transporter (vAChT) : Acétylcholine

VGlut est utilisé en immunohistochimie pour mettre en évidence les synapses


Glutamatergiques
Certains neurones co-expriment et libèrent plusieurs NT
Ex. les terminaisons cholinergiques corticales libèrent de l’ACh et du GABA sur les interneurones

Technique : optogénétique

Saunders et al 2015
Certains neurones co-expriment et libèrent plusieurs NT
Technique : optogénétique
Consiste à utiliser des protéines membranaires exogènes qui sont sensibles à la lumière (opsines)
Exemple :
Channelrhodopsine (algue) Halorhodopsine (bactérienne)

Dépolarisant Hyperpolarisant
Les opsines sont exprimées dans les neurones dont nous voulons contrôler l’activité

PA produits par la stimulation lumineuse


Certains neurones co-expriment et libèrent plusieurs NT
Ex. les terminaisons cholinergiques corticales libèrent de l’ACh et du GABA sur les interneurones

La ChR2 (associé à la EYFP) est exprimée de manière sélective dans les neurones cholinergiques

La stimulation lumineuse (bleu) de tranches de cortex permet d’étudier l’action


de la stimulation cholinergique sur les interneurones corticaux

Enregistrement électrophysiologiques
des interneurones sur tranches de cortex

Saunders et al 2015
Certains neurones co-expriment et libèrent plusieurs NT

Ex. les terminaisons cholinergiques corticales libèrent de l’ACh et du GABA sur les interneurones

Mesure des courants ioniques produits par la stimulation des fibres cholinergiques

Stim.
optogénetique

- 0 mV potentiel d’inversion
- 70 mV potentiel d’inversion
de la transmission glutamatergique et
de la transmission GABAergique
cholinergique
NBQX +CPP antagonistes de
la transmission glutamatergique Transmission inhibitrice
MEC MLA, DHBE antagonistes de due à la stimulation
la transmission cholinergique
des fibres cholinergiques
Transmission excitatrice due
à la libération d’ACh Saunders et al 2015
Certains neurones co-expriment et libèrent plusieurs NT

Ex. les terminaisons cholinergiques corticales libèrent de l’ACh et du GABA sur les interneurones

Mesure des courants ioniques produits par la stimulation des fibres cholinergiques

- 0 mV potentiel d’inversion
de la transmission glutamatergique et Transmission inhibitrice
cholinergique est bloquée par un antagoniste
Transmission inhibitrice de la transmission GABAergique
due à la stimulation
des fibres cholinergiques

Saunders et al 2015
Certains neurones co-expriment et libèrent plusieurs NT

Ex. les terminaisons cholinergiques corticales libèrent de l’ACh et du GABA sur les interneurones

VGAT
GABA Le GABA est transporté dans les vésicules par VGAT
(gêne Slc31a1)

H+ H+ H+
H+

Les terminaisons cholinergiques corticales expriment VGAT

Souris KO du gêne Slc31a1 dans les neurones cholinergiques

Sauvage KO
Saunders et al 2015
Certains neurones co-expriment et libèrent plusieurs NT

Conclusion

Les terminaisons synaptiques cholinergiques


libèrent deux NT au niveau des interneurones GABAergiques

L’ ACh qui a une action dépolarisante

Le GABA qui a une action hyperpolarisante

Saunders et al 2015
Certains neurones co-expriment et libèrent plusieurs NT

Cellules amacrines de la rétine : GABA + ACh

Fibres moussues hippocampe : GABA +glutamate ( premier 3 semaines post natale)

Fibres dopaminergiques du striatum : DA +glutamate

Neurones cholinergiques du striatum : ACh +glutamate

Neurones de l’habenula : GABA +glutamate

Quel rôle ?
Neuropeptides
Synthétisés dans le Golgi et transportés dans l’axone (mais libérés aussi par les dendrites)

Contenus dans de vésicules de sécrétion larges et denses (dense core vescicle,DCV)

Sont co-exprimés avec le neurotransmetteur, ils ont une action neuromodulatrice


Neuropeptides

Courants GABAergiques synaptiques

Thyrotropin-releasing hormone (THR) module l’activité GABAergique dans l’hypothalamus


Van den Pol 2012
Fusion des vésicules de NT
La fusion à lieu dans une zone spécifique de la terminaison synaptique: Active Zones

AZ

PSD
AZ : Active Zone
PSD : Post Synaptic Density

L’ AZ est riche en protéines denses nécessaires à la liaison (docking) et amorçage (priming)


des vésicules de NT
Ces protéines augmentent aussi la densité des canaux Ca2+ dans l’AZ
Le Calice de Held un modèle d’étude de la terminaison synaptique

GBC :Globular bushy cells


Impliqué dans la localisation des sons
MNTB: medial nucleus of the trapezoid body

La dimension particulièrement important du Calice de Held ( ~0,1 µm2) facilite l’analyse structurelle et
électrophysiologique
Seulement une partie des vésicules se trouvent dans la zone active

« Pool » de réserve
Redily releaseble pool
AZ (RRP)

AZ AZ

PSD
AZ

AZ

AZ

AZ Une minorité de vésicules de NT


se trouvent dans la zone active

Actives zones dans le Calix of Held


Schneggenburger at 2012
plusieurs sites de libération du NT (AZ)
Les vésicules hors de la zone active font partie d’un pool de réserve

« Pool » de réserve

Readily Releasable Pool


Ensemble de vésicules de
neurotransmetteur ancrées à la
membrane prêtes à être libérées
Les protéines SNARE sont nécessaires
à l’ancrage et à la fusion membranaire des vésicules
SNARE : n-ethylmaleimide-sensitive factor attachment protein receptor

v-SNARE vésiculaire : Synaptobrevin ou VAMP

t-SNAREs membranaires :
Syntaxin
SNAP25
La sensibilité au Ca2+ est due à la protéine Synaptotagmin

Vésicule

Active zone

C2A et C2B domaines qui lient le Ca2+


Chapman 2002
Les SNARE interagissent avec les protéines de l’AZ

Sudhof 2013
La fonctionnalité des protéines SNARE est empêchée par le toxine botulique et
la toxine tétanique
Clostridium botulinum
Bactérie anaérobique du sol
Production de la toxine par les spores en conditions anaérobiques

Au niveau intestinale chez les jeunes enfants

Ingestion d’aliments mal conservés

Infection suite à blessures

Clostridium tetani :
Bactérie anaérobique du sol (retrouvée aussi dans les fèces animales)
Infection suite à blessures

Les deux toxines ont une structure similaire

Leur action toxique est due au clivage des protéines SNARE


Lex deux toxines ont des effets opposés sur la contraction musculaire
Toxine botulique (BoNT): produit une faiblesse musculaire
Toxine tétanique (TeNT) : spasmes (contractions involontaires) musculaires

Les deux toxines rentrent dans la terminaison axonales au niveau de la jonction neuromusculaire

La BoNT agit dans la synapse neuromusculaire des motoneurones


La TeNT est retro-transportée jusqu’aux interneurones inhibiteurs de la moelle épinière
L’augmentation de Ca2+ est due à l’activation des canaux calciques
dépendants du voltage (VDCC) qui sont proches du site de libération

Ca2+

La diffusion intracellulaire de Ca2+ est limitée par des protéines


plasmatiques (calcium binding proteins ) Schneggenburger at 2012

La densité de VDCC est augmenté dans l’AZ

RIM

Sudhof 2013
La libération du NT est proportionnelle à la [Ca2+] dans la terminaison synaptique

Modèle d’étude : le Calyx of Held dans le système auditive

1. La concentration présynaptique de Ca2+


est déterminée par l’expérimentateur grâce à des
chélateur de Ca2+ sensibles à la lumière

2. La modification de la concentration présynaptique


de Ca2+est mesurée par imagerie calcique

3. La réponse post-synaptique associé à la modification


présynaptique de Ca2+ est détermine par
l’électrophysiologie

Schneggenburger & Neher 2000


La technique du « calcium uncaging » permette de contrôler la concentration de Ca2+

Flash de lumière UV

Ca2+
Ca2+

Calcium libre
Chélateur calcique

La proportion de Ca2+ libéré est proportionnelle à l’intensité de la lumière

Un chélateur calcique est chargé dans la terminaison présynaptique

DM-nitrophen (photo sensible)

Schneggenburger & Neher 2000


L’ imagerie calcique permette de déterminer les variations de concentration de Ca2+
Utilise des senseurs calciques :
des molécules qui changent leur émission de fluorescence en présence de Ca2+

Stimulation lumineuse Fluorescence


faible Fluorescence
forte

Fluorescence

Time (sec)
Exemple de réponse Ca2+ neuronale
Calcium uncaging + imagerie calcique + electrophysiologie

DM-nitrophen + Fura2 dans la pipette pésynaptique

Schneggenburger & Neher 2000


La réponse post synaptique (la libération de NT) est proportionnelle à la [Ca2+]
présynaptique (mais cette proportionnalité est supra-linéaire)
à intensités différentes
Combien de vésicules de NT sont libérées
lors de l’augmentation de Ca2+ présynaptique ?
Ca2+ présynaptique

Quelle est la réponse postsynaptique

EPSC postsynaptique produite par la libération d’une vésicule ?

Miniature EPSC(mEPSC)

Des éventements spontanés de petite amplitude


sont détectés sur le neurone postsynaptique
Un mEPSC est supposé être du à la libération
d’une vésicule de NT

Le nombres des vésicules participant aux différents réponses postsynaptique


peut être estimé est corrélé à l’augmentation de Ca2+ présynaptique
Schneggenburger & Neher 2000
La réponse post synaptique (la libération de NT) est proportionnelle à la [Ca2+]
présynaptique (mais cette proportionnalité est supra-linéaire)

Ca2+ présynaptique

EPSC postsynaptique

0.1

Schneggenburger & Neher 2000


Modifiée depuis Meir et al 1999
L’expérience de Schneggenburg a une limité principale:
Les mécanismes qui produisent la modification présynaptique de Ca2+ ne sont pas physiologiques

La libération de Ca2+ par « uncaging » est probablement homogène dans la terminaison

La où la libération physiologique est produite par une entré calcique localisé

La cinétique de la modification de la [Ca2+] lors de la libération artificielle est probablement


diffèrent de celle produite par le PA
Neurones du Purkinji connectées, en culture
Enregistrement somatique
(postsynaptique)

Enregistrement terminaison axonale


(présynaptique)
Terminaison

Technique électrophysiologique du « dynamic clamp »:


Consiste à simuler une modification physiologique du potentiel membranaire
en enregistrant, au même temps, les courantes ioniques associées

PA physiologique PA artificiel

Diaz-Rojas et al 2015
Neurones du Purkinji connectées, en culture
Enregistrement somatique Diaz-Rojas et al 2015

(postsynaptique)

Enregistrement terminaison axonale


(présynaptique)
Terminaison

des PA de différents
amplitudes

et des réponses post-synaptiques


de différents amplitudes

produisent de courantes Ca2+


de différents amplitudes

Permet de corréler la modification physiologique de Ca2+ avec la réponse post synaptique


des PA de différents
amplitudes

et des réponses post-synaptiques


de différents amplitudes

produisent de courantes Ca2+


de différents amplitudes

Diaz-Rojas et al 2015

Montre une relation exponentielle entre le Ca2+ présynaptique et la réponse postsynaptique


( la libération du NT)
A quoi est elle due cette relation exponentielle?
A quoi est elle due cette relation exponentielle?

Au moins en partie au faite que la liaison du Ca2+ à la synaptotagmin est coopérative

Sudhof 2013
Recyclage des vésicules synaptiques (endocytose)
Méthodes d’étude du recyclage vésiculaire

1 2

pH 5,5

Styryl Dyes

Utilisation de protéines fluorescentes sensibles au pH (pHluorin)


Animaux transgéniques exprimant:
Synaptotagmin-GFP
Synaptobrevin-GFP
Vglut-GFP
Utilisation de colorants extracellulaires
GFP= green fluorescent protein
amphipathiques (Styryl Dyes)

récapturés après fusion Imagerie en temps réel


Kavavali and Jorgensen 2014
2 Utilisation de protéines fluorescentes sensibles au pH (pHluorin)

Axones de neurones en culture


pHluorin

~100 sec sont nécessaires pour que le milieu des vésicules soit acidifié après libération
Burrone et al 2007
3 Mesure électrophysiologique de la variation de la capacitance membranaire

I
Cm=ϵ surface membranaire

La modification du Vm est affectée


par la capacitance membranaire Cm

La fusion vésiculaire augmente la Cm

La mesure des modifications de Cm


met en évidence la fusion et le recyclage
vésiculaire
3 Mesure électrophysiologique de la variation de la capacitance membranaire

Libération et recyclage dans le calice de Held

Sun and Wu 2001

Dépolarisation Dépolarisation

présynaptique présynaptique

- Le temps de recyclage est proportionnel à la quantité de vésicules fusionnées

-Pour de libérations importantes le temps de recyclage est de l’ordre de quelque dizaine des seconds
4 Méthode « flash and freeze »

Stimulation optogénetique Congélation rapide Microscopie électronique

Stimulation optogénétique de la transmission synaptique


congélation du tissu à différents intervalles après stimulation

Libération

Watanabe et al 2013
Après fusion le nombre des vésicules liées à la membrane diminue

Mobilisation très lente?????


~10 seconds sont nécessaires pour rétablir le nombre initial Watanabe et al 2013
Un recyclage ultrarapide est mise en évidence par la recapture de ferritine présente dans l’espace
extracellulaire

Watanabe et al 2013
Deux types de endocytoses semblent exister

Endocytose ultrarapide (ms)

Endocytose plus lente (sec)

Phluorin imaging Cm présynaptique


Rôle de la clathrine dans l’endocytose des vésicules
Clathrine protéine structurelle
Rôle de la clathrine dans l’endocytose des vésicules
Clathrine protéine structurelle

La clathrine est nécessaire à l’endocytose « lente »

Saheki and De Camilli 2016

La clathrine n’intervient pas dans les


phénomènes d’endocytose ultrarapide

La clathrine est nécessaire à la formation


de nouvelles vésicules
à partir des endosomes
Wanatabe et al 2014
Résumé libération et endocytose

Endocytose
Ultrarapide
???
Récepteurs postsynaptiques

Récepteurs inotropes Récepteurs métabotropes


Protéine G

Neurotransmetteur

Récepteurs-canal activés par le NT


Protéines à 7 domaines transmembranaires
liés aux protéines G intracellulaires

G
Activation canaux

Messager secondaire

Multiples actions cellulaires


Le même NT peut activer des récepteurs inotropes et métabotropes

Ionotrope Métabotropes
AMPA
mGluR 1-8
Glutamate (α-amino-3-hydroxy-5-methyl-4-isoxazolepropionic acid)
NMDA
(N-methyl-D-aspartate receptor)

GABA GABAA GABAB

ACh nAChR mAChR 1-5


Récepteurs nicotiniques Récepteurs muscariniques

5-HT 5-HT3 5-HT1,2,,4,5,6,7

DA D 1-5

NA α 1-2 β 1-3
Transmission inotrope

Neurotransmetteur

Flux ionique

La direction du flux ionique est déterminé par:

-La perméabilité sélective des canaux pour les différents ions

-Le potentiel d’inversion des ions perméables


-Le potentiel membranaire
Transmission inotrope
Les courants ioniques dépendent de la sélectivité et perméabilité du canal activé
ainsi que du potentiel d’inversion des ions impliqués et du Vm

Potentiel d’inversion: Deux forces motrices pour les ions


1- Force osmotique ( gradient de concentration)

Change en fonction des [ ]

2- La force électromotrice

- - - - - - - -
-------- -------- +++++++ +++++++
Vm Vm
+++++++ +++++++ --------
--------
- - - -
- -
Change en fonction du Vm
Transmission inotrope

Le potentiel d’’inversion d’un ion X est le Vm pour le quel la force électromotrice contrebalance
la force osmotique

Force osmotique Force électromotrice

- - - -

+++++++ +++++++
= -------- --------
Vm

- -
-

Le flux net du ion X est nul


Transmission inotrope

Le potentiel d’’inversion d’un ion X est le Vm pour le quel la force électromotrice contrebalance
la force osmotique

Equation de Nerst
Potentiel d’équilibre
Que se passe-t-il lorsque les deux canaux sont activés en concomitance ?

pNa= perméabilité au Na2+ pK= perméabilité au K+


Équation de Goldman–Hodgkin–Katz
Les récepteurs glutamatergiques AMPA sont perméables aux ions Na2+ et K+
Dans des conditions de repos Vm ~ -70 mV Eglut ~ 0 mV
La transmission glutamatergique est dépolarisante et excitatrice (favorise le déclenchement des PA)

Courants excitatrices Dépolarisation du Vm

Les récepteurs GABAA sont perméables aux ions Cl-


ECl ~ -80 mV
La transmission GABAA est hyperpolarisante et inhibitrice (s’oppose au déclenchement des PA)
Courants inhibitrices Hyperpolarisation du Vm
Dans certaines conditions le Vm peut être est plus négatif que ECl

Exemple ECl =-60 mV et Vm = -70 mV

Courent excitatrices Dépolarisation du Vm

La transmission GABAA est dépolarisante. Est-elle excitatrice ?


La transmission GABAA peut être dépolarisante est inhibitrice
Désensibilisation des récepteurs synaptiques

Zhu et Gouaux 2016

Plested 2016

La majorité des récepteurs ionotropes désensibilisent rapidement une fois activés par le NT
La réponse postsynaptique produite par l’activation des récepteurs ionotropes
dépend de plusieurs facteurs

Le nombre de récepteurs activés

Nombre de récepteurs total

Quantité de NT libéré

La perméabilité des récepteurs aux différent ions

Le potentiel d’inversion des ions perméables

Le potentiel membranaire postsynaptique

La cinétique de désensibilisation des récepteurs


Transmission métabotrope
Récepteurs métabotropes
Protéine G
Transmission métabotrope
Récepteurs métabotropes
Protéine G

Gαs Activation adénylate cyclase cAMP

Gαi/o Inhibition adénylate cyclase cAMP

Gαq Activation PLC IP3 + DAG

Gβγ Régulation canaux K+ (GIRK) et VDCC de type N


Le même NT peut activer des récepteurs métabotropes liés à différentes protéines G

Exemple : récepteurs muscariniques

Les effets neuronaux sont différents en fonction du récepteur activé


Rôle de la transmission muscarinique dans la plasticité synaptique à long terme
Plasticité synaptique :
une modification persistante de la réponse synaptique suite à un éventement déclenchant

Origlia et al 2006
La plasticité synaptique corticale nécessite l’activation des mAChR
Quels récepteurs ?

Souris KO pour les mAChR paires et les mAChR impaires

Protocole d’induction de la LTP Protocole d’induction de la LTD

La LTP nécessite l’activation des La LTD nécessite l’activation des


mAChR pairs mAChR impairs
Transmission cholinergique et plasticité synaptique

L’ACh en activant des récepteurs métabotropes liés à différentes protéines G


produit des effets neuronales différents (voir opposées)
Le même récepteur métabotrope peut avoir des actions multiples
Exemple: récepteur GABAB

Action directe sur les canaux membranaires par la sous-unité b

GABA

GABAB1 GABAB2
Canal K+ Canal Ca2+

K+ a g Ca2+
b

mV

-activer le canal potassique, produisant un courant hyperpolarisant

- réduire les courantes calciques, inhibant la libération de neurotransmetteurs


Exemple: récepteur GABAB
Activation des vois de signalisation intracellulaires par la sous-unité α

GABA

GABAB1 GABAB2
PLC

+ b
a
g

DAG +IP3

PLC= phospholipase C
Interaction entre transmission inotrope et métabotrope
Le GABA peut sortir de la fente synaptique pour activer des terminaisons voisines (spill over)
Récepteur GABAB

Inhibition des canaux Ca 2+


Récepteur GABAA présynaptiques

Réduction de libération du NT

Canal K+ Terminaison
GABAergique Terminaison
glutamatergique
Canal Ca2+

GABA

Glutamate - -
Entrée Ca 2+ Entrée Ca 2+

Sortie K+
+
IPSP
+ Activation des canaux K+
postsynaptiques EPSP
(courant inhibiteur lent)

mV
Récepteurs présynaptiques (autorécepteurs)

Des récepteurs métabotropes présynaptiques sont activés par les NT.


Leur action est principalement un rétrocontrôle négatif qui réduit la libération de NT

Récepteurs m2, α2, GABAB réduction de la perméabilité des VDCC

Cryan and Kaupmann 2005


Les autorécepteurs
Des récepteurs du NT qui sont localises sur la terminaisons présynaptique ( ex. GABABR)

Ils exercent principalement une action de rétrocontrôle négatif en réduisent la libération du NT


Récepteurs présynaptiques

Les récepteurs D2 sembleraient capables de réduire la synthèse de dopamine


ainsi que la décharge des neurones dopaminergiques

De Mei et al 2009
Les récepteurs présynaptiques noradrénergiques sont cibles thérapeutiques
des traitements antidépressives

Hypothèse monoaminergique de la dépression:

Est due à une dysfonction du système monoaminergique (NA, 5-HT, DA)

Le substance pharmacologiques qui vident les stocks monoaminergique


peuvent induire des dépression

Les antidépresseurs efficaces agissent en favorisant la neurotransmission monoaminergique


Dépression
Traitement:

Antagoniste α2 ( augmentation de la libération de NA. Ex.Mirtazapine)

NE=Norepinephrine= noradrénaline (NA)

Les récepteurs α2 localisées au niveau présynaptique réduisent la libération de NA

Les antagonistes α2 empêchent ce rétrocontrôle négatif

Augmentation libération NA
Dépression
Traitement:

Les α2 inhibent aussi la la libération


de 5HT au niveau corticale

Les antagonistes α2 augmentent aussi


le tonus sérotoninergique

Stephen M Stahl
Psychopharmacologie essentielle
Densité postsynaptique (PSD)

Matrice protéinique

Transmission GABAergique Transmission glutamatergique


Synapses symétriques Synapses asymétriques
sur arbre dendritiques sur épines dendritiques

Densité postsynaptique épaisse

School of Anatomy and Human Biology -


The University of Western Australia
Synapse glutamatergique
La densité postsynaptique PSD

Akula et al 2016

Agrégat protéinique maintenu par des filaments d’actine (~460 types de protéines)
Protéines d’adhésion cellulaire (ex.Neuroligin, N-cadherin)
Protéines d'échafaudage ( ex. PSD 95)
Protéines de signalisation (ex. CaMKII)
La protéine PSD-95 est spécifique des synapse glutamatergique

Marquage immunologique
PSD 95

Mise en évidence des synapses glutamatergiques

Acris, site web

Rôle :

Stabilisation des différents protéines


de la PSD

Recrutement des récepteurs AMPA


à la synapse
Les récepteurs des NT sont renouvelés de manière dynamique à la synapse

Différente stabilité en fonction du récepteur : NMDA> GABAA>AMPA (~30 min)

Diffusion latérale

Opazo and Choquet 2011

La motilité et stabilisation des récepteurs à la synapse sont ajustées par différents stimuli :
Activité neuronale
Hormones
Toxines
Synapses GABAergiques

La Gephyrin est la principale protéine d'échafaudage des synapses GABAergiques


Élimination des NT de la fente synaptique (reuptake)
Élimination des NT de la fente synaptique (recapture ou dégradation )

Chaque NT a son transporteur spécifique :

Glutamate : glutamate aspartate transporter (GLAST1-5 ou EAAT )

GABA : GABA transporter (GAT1-3)

DA : dopamine transporter (DAT)

NA : norepinephrine transporter (NET)

5HT : serotonine transporter (SERT)


Les inhibiteurs des transporteurs de la sérotonine sont utilises comme antidépresseurs
Les cellules gliales participent à la recapture du glutamate

Flipper e Nuvola site web

Quel fonction?

1- Réduire la cytotoxicité du glutamate par une recapture rapide?


Les cellules gliales participent à la recapture du glutamate

Quel fonction?

2- Source énergétique pour les astrocytes ?


Les cellules gliales participent à la recapture du glutamate

Quel fonction?

3- participation au couplage neurovasculaire ?


L’ACh est éliminée de l’espace extracellulaire par dégradation

Cholinestérases (AChE) ACh Choline + acétyle


Les inhibiteurs des cholinestérases sont les principaux ciblés thérapeutique
dans la maladie d’Alzheimer

Symptômes:

Perte de mémoire
Progression de la pathologie

Altérations du comportement émotionnel

Anhédonie

Déficits dans la production du langage

Irritabilité et agitation

Hallucinations Déficits moteurs

Démence
La maladie d’Alzheimer est due à une

dégénérescence de la structure du SNC produite par la morte neuronale


Les neurones cholinergiques du prosencéphale basale sont parmi les premiers cellules affectées

Whitehouse et al 1982
Système cholinergique

Neuromodulateur

Modification du traitement de l’information neuronale

«Gating » de l’information
Vigilance
sensorielle

Focaliser l’activité cérébrale sur des tâches cognitives spécifiques


Hypothèse cholinergique de la maladie d'Alzheimer

Dégénération du système cholinergique


(pathologique ou expérimentale)

Déficits cognitifs

Déficits attentionnels Déficits de mémoire


Hypothèse cholinergique de la maladie d'Alzheimer

Les déficits cognitives sont principalement due à la dégénérescence du système cholinergique

Approche thérapeutique: booster la transmission cholinergique en bloquant la dégradation d’ACh

Inhibiteurs des cholinestérases:

Rivastigmine

Galantemine

http://peaknootropics.com

L’hypothèse cholinergique est au jour d’aujourd'hui dépassée

Cependant les inhibiteurs des cholinestérases son toujours utilises en clinique

Ils son efficaces pour réduire le symptômes précoces


mais ils n’empêchent pas la progression de la maladie
La complexité des processus lies à la transmission synaptique offre une ample possibilité d’action
pharmacologique sur la synapses
+ Augmentation de la transmission synaptique

Action des drogues - Réduction de la transmission synaptique

Action des
droguedes
Précurseurs s NT s des NT

Actionde
Inhibiteurs des droguedes
la synthèse s NT
Inhibition d’auto-récepteurs qui
Action des
inhibent droguedu
la libération s NT
Action
Bloqueurs des drogue
du remplissage s
de vésicules
ActionActivation
des drogued’auto-récepteurs qui
s
inhibent la libération du NT
Stimulateurs
Action desde la drogue
libérationsdu NT

Inhibiteurs de la libération du NT Inhibiteurs de la dégradation


Action des drogue s Action des drogue
du NT
s

Action des
Stimulateurs desdrogue s
récepteurs
Action des drogue
Bloqueurs de la recapture
s du NT
Action des
Inhibiteurs des drogue
récepteurss

Amphétamines (psychostimulant) Cocaïne (psychostimulant)


Modification dynamique de l’efficacité de la transmission synaptique

Efficacité synaptique : la capacité du PA de produire une réponse synaptique

L’efficacité de la transmission synaptique dépende de l’activité récente de la synapse

Sommation temporelle postsynaptique

Voir cours Mme Amat

La plasticité synaptique à court terme


Plasticité synaptique à court terme
Facilitation

EPSP

Potentiels d’action présynaptiques

Aussi appelé paired pulse potentiation, PPT( potentialisation produite par stimulation apparié)
Plasticité synaptique à court terme
Dépression

stimulation
présynaptique

Aussi appelé paired pulse depression, PPD( dépression produite par stimulation apparié)
Site d’expression de la plasticité synaptique à court terme

Mécanismes
Pré-synaptiques
(facilitation et dépression)

Mécanismes
Post-synaptiques
(dépression)
Mécanismes pré-synaptiques (facilitation)
Modification de la disponibilité de Ca2+

Le Ca 2+ qui entre dans la terminaison


pré-synaptique par les canaux calciques PA
dépendent du voltage (VDCCs) est
responsable de la libération du neurotransmetteur

VDCC

Dépolarisation

Ca 2+
La facilitation synaptique est produite lorsque une
activité présynaptique à haute fréquence
augment le Ca2+ synaptique

PA

VDCC

Ca 2+

1er PA 2em PA

PA

Ca2+

EPSP
Mécanismes aboutissant à une augmentation de disponibilité de Ca2+

Mécanisme 1: un élargissement des PAs se produit pendant une activité à haute fréquence
ce qui induit une augmentation de Ca 2+ dans la terminaison pré-synaptique

L’élargissement des PAs résulte de


l’inactivation des canaux potassiques
pendant l’activité à haute fréquence
(Canaux K-type A)
Pré-synaptique

Post-synaptique Debanne 2004


Les canaux K responsables de l’hyperpolarisation sont inactivés

Na+ Na+
Na+ Na+

K+ K+
Si le PA suivant arrive avant la de-inactivation
des canaux K+, la repolarisation est retardée
Vm en mV

+ 40
Na+

- 40
K+

- 80
Temps (ms)

Na+ ext Na+ Na+

Retour au potentiel de repos.

K+ int Inactivation des canaux K+ K+

Les canaux K+ nécessitent un certain temps pour pouvoir être à nouveau activés (période réfractaire)
Mécanismes aboutissant à une augmentation de disponibilité de Ca2+

Mécanisme 2: Le Ca 2+ produit par les premiers PAs est tamponné par des protéines
du cytoplasme
( Calcium binding protein ; ex. Calbinding-D28K; parvalbumine)
1 er potentiel d’action 2 em potentiel d’action

PA PA

2 em EPSP
1 er EPSP

Les CBPs sont saturées. Tout le Ca 2+ participe à la


Calcium binding protein (CBP) Une partie du Ca 2+ est séquestré par les CBPs
libération du neurotransmetteur
Mécanismes pré-synaptiques (facilitation)
Mécanisme 3:
Un partie du Ca 2+ n’arrive pas à être extrudée avant l’arrivée des PAs suivantes
(Ca 2+ résiduel)

1ier potentiel d’action Le Ca 2+ entré par les VDCCs est


PA
extrudé par les transporteurs du Ca 2+
Ca 2+ ATPase
Na+-Ca 2+ échangeur ( 3 Na+ par 1 Ca 2+ )

ER
mitochondrie
+
Mitocondre
Na
Ca2+

EPSP
+ 2+
Na -Ca excanger
échangeur 2+
Ca ATPase
Mécanismes aboutissant à une augmentation de disponibilité de Ca2+
Mécanisme 3:
Un partie du Ca 2+ n’arrive pas à être extrudée avant l’arrivée des PAs suivantes
(Ca 2+ résiduel)

PA

En fonction de la vitesse d’extrusion du


Ca 2+, il peut y en rester dans la terminaison au
moment de l’arrivée du PA suivant
ER
+
Mitocondre
Na mitochondrie
2+
Ca

+ 2+
Na -Ca excanger 2+
Ca ATPase
échangeur
Mécanismes aboutissant à une augmentation de disponibilité de Ca2+
Mécanisme 3:
Un partie du Ca 2+ n’arrive pas à être extrudée avant l’arrivée des PAs suivantes
(Ca 2+ résiduel)

2ème potentiel d’action PA


L’entrée de Ca 2+ déclenchée par le PA suivant
va se sommer au Ca 2+ résiduel, augmentant ainsi
la libération du neurotransmetteur par rapport
à celle produite par le PA précédent.

ER
mitochondrie
+
Mitocondre
Na
Ca2+
EPSP
+ 2+
Na -Ca excanger
échangeur 2+
Ca ATPase
Mécanismes pré-synaptiques (dépression)

Mécanisme1:
L’inactivation de canaux Na+ réduit les PAs pré-synaptiques
Na+

Ouvert

Réduction des PAs


pré-synaptiques
Inactivité

Fermé Na+
inactivé

Dépression de la
transmission post-synaptique
Période
réfractaire

Fermé
activable
Mécanismes pré-synaptiques (dépression)

Mécanisme2: Déplétion du neurotransmetteur

Readily Releasable Pool


Ensemble de vésicules de
neurotransmetteur ancrées la
membrane prêtes à être
libérées
Mécanisme2:
Déplétion du neurotransmetteur

1er PA PA

La libération du neurotransmetteur
est proportionnelle au Readily Releasable Pool
Reserve pool

Readily Releasable Pool avant le 1er PA EPSP


Mécanismes pré-synaptiques (dépression)
Mécanisme2: Déplétion du neurotransmetteur

Si le 2em PA arrive avant que le pool soit restauré

2em PA PA

La libération de neurotransmetteur
Reserve pool est réduite

Le Readily Releasable Pool est réduit après


EPSP
la libération
Mécanismes pré-synaptiques (dépression transmission GABAergique)

Mécanisme 4: Activation des auto-récepteurs métabotropiques GABAB

GABA

GABAB1 GABAB2
Canal Ca2+

a g Ca2+
b

L’activation du récepteur par le GABA détache la sous-unité b de la protéine G qui


va agir sur le canal calcique et inhiber l’entrée de Ca 2+
Mécanisme 4: Activation des auto-récepteurs métabotropiques

L’activation des récepteurs GABAB, qui sont activés par le GABA libéré pendant le 1er PA,
réduit la probabilité de libération de GABA pendant le 2ème PA

1st Stimulus
2nd Stimulus
1st stimulus 2nd stimulus

GABAA
Cl-

GABAB

50 pA
100 ms

Réduction du GABA libéré par le deuxième PA

L’activation des récepteurs GABAB active une voie de signalisation intracellulaire aboutissant
à l’inactivation de canaux calciques pré-synaptiques
Mécanismes pré-synaptiques (dépression)

Mécanisme 4: Activation des auto-récepteurs métabotropiques

L’activation des récepteurs GABAB, qui sont activés par le GABA libéré pendant le 1er PA,
réduit la probabilité de libération de GABA pendant le 2ème PA

1st Stimulus
2nd Stimulus
1st stimulus 2nd stimulus

GABAA
Cl-

GABAB Crt

50 pA CGP 35348
100 ms Antagoniste des
récepteurs GABAB

Cette forme de plasticité est réduite en bloquant le récepteurs GABAB


Mécanismes post-synaptiques (dépression)

Mécanisme1 :
Désensibilisation des récepteurs post-synaptiques

Les récepteurs activés par le neurotransmetteur


libéré pendant le 1er PA sont désensibilisés

Moins des récepteurs peuvent être activés


suite au 2ème PA
Plasticité synaptique à court terme
Rôle fonctionnel

Plusieurs mécanismes de plasticité à court terme peuvent Climbing fiber (cervelet)

coexister dans la même synapse

La plasticité à court terme change en fonction


des différentes conditions environnementales:

Le type de synapse Parallel fiber (cervelet)

La fréquence d’activation

Facteurs modulateurs

Shaffer collateral (hippocampe)

La plasticité à court terme permet de modifier de


manière dynamique les propriétés computationnelles
de la transmission synaptique
Plasticité synaptique à court terme
Rôle fonctionnel
(Filtrage de l’information neuronale)

PA présynaptiques

Seuil pour la génération des PA

Facilitation (high pass filter)

La plasticité à court terme permet


de filtrer les signaux qui passent du
PA post-synaptiques
neurone pré-synaptique au neurone
Seuil pour la génération des PA
post-synaptique en fonction de
Depression (low pass filter)
la fréquence de décharge
et
du type de synapse
PA post-synaptiques
Plasticité synaptique à court terme
Rôle fonctionnel
(Filtrage de l’information neuronale)

Climbing fiber (cervelet)

Low-pass filter (activité du neurone pré-synaptique < 10 Hz)

Parallel fiber (cervelet)

High-pass filter (activité du neurone pré-synaptique > 20 Hz)

Shaffer collateral (hippocampe)

Band-pass filter (2 Hz > activité du neurone pré-synaptique < 30 Hz)