Vous êtes sur la page 1sur 4

>> La preuve par 21 Laurent Fignon

Laurent FIGNON Cols et victoires d’étape Puissance réelle watts/kg Puissance étalon 80 kg temps Cols Etape
Tour de France 1983 Peyresourde. En difficulté, distancé par Pascal Simon et Delgado. 300 4,55 323 00:26:10 4
1er-23 ans Puy de Dôme CLM 380 5,76 402 00:42:31 1
Team Renault-Elf-Gitane Alpe d’Huez.Mesure sur la fin du col. Avec Van Impe et Delgado 395 5,98 421 00:24:10 5
Avoriaz CLM. Sur 9 km. Effort total 36’s.Conserve maillot jaune. 366 5,55 385 00:24:46 1
moyenne 360 5,5 383 00:29:24

Tour d’Italie 1984 Val Gardena.Aattaque dans portion raide (4,8 km à 6,8%) 397 6,02 420 00:12:48 1
2ème-24 ans Campolongo 1er. Après longue échappée, sur 4,97 km à 5,84% 378 5,73 400 00:12:25 4

Tour de France 1984 La Ruchère CLM 1er.Devant Herrera. Mesure sur 10 km, total de 42’ 429 6,5 454 00:26:51 1
1er-24 ans Alpe d’Huez. 2ème, lutte intense avec Hinault dès Laffrey. 348 5,27 369 00:23:23 3
La Plagne 1er. Exceptionnelle montée à la fin d’une longue étape 386 5,85 410 00:46:01 3


Joux Plane. Mesure sur la fin du col (5,2 km 1227m-1691m) 359
Crans Montana 1er 405
5,44
6,14
382
429
00:18:20
00:25:13
5
2 « L
moyenne 385 5,8 409 00:27:58
Opération au tendon d’Achille en 1985
Tour d’Espagne 1986 Sierra Nevada. Pino 385 w soit 2 minutes de moins que Fignon 332 5,03 350 00:28:38
7ème-26 ans pédales automatiques à partir de 1987

Tour d’Espagne 1987 Cerler. Bon Tour d’Espagne. 1er à Avila en solitaire. X
3ème-27 ans Navacerrada.Sur 4,6 km (1485-1858). Longue étape de 5h 356 5,39 378 00:15:09 3

Tour de France 1987 Alpe d’Huez. Bonne montée. Arrive juste derrière Herrera 372 5,64 400 00:43:00 4
7ème-27 ans La Plagne 1er. Victoire d’étape au sprint devant Fuerte 348 5,27 369 00:55:30 3
Team Systeme U Joux Plane 356 5,39 379 00:39:30 5

Tour d’Italie 1989 Tre Cime Di Lavaredo. 2ème derrière Herrera. Effort total 25’ 389 5,89 417 00:10:10
1er-29 ans Monte Generoso CLM. Pas dans un bon jour, pluie. Herrera 28’30s 402 6,09 426 00:30:15 1

Tour de France 1989 Cauterets. Effort court 406 6,15 430 00:11:38 3
2ème-29 ans Superbagnères. Lâche Lemond dans le dernier km et prend le jaune. 396 6 419 00:28:50 4
Izoard. Il perd 13s dans la montée vers la vieille ville de Briançon. 381 5,77 408 00:24:38 2
Alpe d’Huez. Il lâche Lemond à 4 km du sommet 379 5,74 409 00:42:15 3
Saint Nizier 1er. En solitaire à Villard après une attaque Saint Nizier 391 5,92 413 00:33:38 1
moyenne. Perd le Tour au CLM final sur les Champs Elysées 387 5,9 412 00:32:20
Chute au Tour d’Italie et méforme sur le Tour de France qu’il abandonne

Tour de France 1991 Somport. Montée au train par le peloton 337 5,11 346 00:40:40 2
6ème-31 ans Val Louron.7h,5 cols, Fignon souffre derrière Chiappucci et Indurain 350 5,3 362 00:20:30 5
Team Castorama Alpe d’Huez. N’a jamais monté aussi vite Huez, étape courte. 400 6,06 424 00:40:57 3
moyenne 362 5,5 377 00:34:02

Tour de France 1992 Marie Blanque. 15min24s pour 4,05 km (575m-1035m) 409 6,2 435 00:20:00 1
23ème-32 ans Sestrières. Termine à plus de 7’ de Chiappucci. 9,9 km à 6,26 %. 340 5,15 360 00:28:08 5
Team Gatorade Alpe d’Huez. Gruppetto après attaque dans le col du Galibier X 4

SON EXPLOIT : 1984, LA PLAGNE 46min01s à 410 watts étalon


SON MEILLEUR TOUR DE FRANCE : 1989, 412 watts étalon 80 kg Suspect Miraculeux Mutant

« L’autre histoire »



Laurent Fignon

Dans son livre, Nous étions jeunes et insouci- positif au Grand Prix d’Eindhoven quelques jours
Quand
il intègre l’équipe Renault, Laurent ants, publié en 2009, il maintient être innocent plus tard. Il est à nouveau suspendu. Laurent
Fignon comprend que le dopage est présent
et accuse deux laboratoires belges d’avoir Fignon oublie de parler du plus important : que
partout dans le cyclisme, y-compris dans son
truqué les résultats. faisaient ces amphétamines à portée de sa
équipe. Quand Laurent Fignon a-t-il com-
À la fin de cette année 1987, riche en péripéties main ? En 1992, il s’exile en Italie et rejoint

mencé à se doper ? Il ne l’a pas dit. Il a médicamenteuse, Laurent Fignon expérimente l’équipe Gatorade de Gianni Bugno, dirigée par
raconté qu’au Tour de Colombie 1984, alors pour le Grand Prix des Nations un nouveau Gianluigi Stanga assistée de Claudio Corti et suiv-
qu’il est dans sa troisième année chez les pros, produit, dont il taira le nom. Mal lui en prend, ie médicalement par le Docteur Conconi. Stanga
il « dispose» avec trois équipiers de quelques car il est complètement bloqué. En 1988, incite rapidement Fignon à prendre de l’EPO
grammes de cocaïne. Pas pour se doper. Juste branle-bas de combat. À l’approche du Tour de et fera lui aussi l’objet d’une enquête policière
pour s’amuser. Il s’amuse si bien qu’il est France, la mise en place de contrôles inopinés en 2001. Claudio Corti incite lui aussi Fignon à
dans une forme exceptionnelle et remporte la est évoquée. Laurent Fignon est un des plus prendre de l’EPO. Quant au docteur Conconi, il
dernière étape. Tous les colombiens tournent véhéments pour dénoncer cette infamie : « Je a mis les transfusions sanguines à la mode en
aussi à la coke et personne n’est déclaré positif. suis absolument contre les contrôles préven- préparant Francesco Moser au record du monde
En 1987, il se fait contrôler positif aux tifs. Nous nous faisons déjà contrôler en course. de l’heure. Fignon affirme n’avoir pas pris
amphétamines au Grand Prix de Wallonie. Pourquoi pas la nuit dans notre lit, pourquoi pas d’EPO. On peut le croire. Les risques encourus
L’événement est fâcheux pour l’image du jeune à l’entraînement ? Il ne faut pas exagérer. (...) n’en valaient pas la peine pour un coureur en
champion. Avec Cyrille Guimard, ils ressortent Si ce contrôle d’avant-Tour est instauré, je n’irai fin de carrière. Devenu consultant, Laurent
de derrière les fagots une excuse éculée : une jamais. Jamais, jamais. » Le double vainqueur Fignon n’a pas fait de l’antidopage son sujet de
personne mal intentionnée aurait tendu un bidon du Tour ira finalement. Pour abandonner rapide- prédilection. Il a souvent été fort complaisant,
frelaté au coureur. Dans L’Equipe, Jean-Marie ment. L’année suivante, pas vraiment remis de par exemple avec Lance Armstrong et Alberto
Leblanc, journaliste et futur directeur du Tour son Tour de France perdu pour 8 secondes, il Contador. Gravement malade, il balance pourtant
de France s’insurge, révolté qu’on essaye ainsi avoue un moment de faiblesse : il a pris des une grenade à fragmentation en juillet 2009 : «
de mener tout le monde « en bateau » . Fignon amphétamines à l’entraînement pour se don- Ça me paraît aujourd’hui dépassé de vouloir faire
prend un mois de suspension avec sursis. ner du courage. Pas de chance, il est contrôlé croire aux gens qu’on n’a jamais rien pris. »

32 Plus de détails sur : www.alternativedition.com

32-35 FIGNON PREUVE.indd 32 09/05/13 16:18


non Laurent Fignon Virage 18
ape
4 w Laurent Fignon remporte le Tour de France à 23 ans dès sa première d’étape à La Plagne sur le Tour de France et une 3ème place au
1 participation en 1983 avec 383 watts de moyenne. Sa meilleure performance est Tour d’Espagne.
5 réalisée à l’Alpe d’Huez où il parvient à suivre le grimpeur Belge Van Impe. w Il retrouve son meilleur niveau en 1989 avec 412 watts de moyenne sur le
1 w L’année suivante, il est irrésistible sur le Tour de France avec 409 watts de Tour de France (2ème derrière Lemond) et une victoire sur le Tour d’Italie.
moyenne. Il bat Hinault de plus de 10 minutes. w La suite de sa carrière est de nouveau en dent de scie. Chute au Giro puis
w En 1985, les ennuis de santé arrivent, il doit se faire opérer du tendon abandon au Tour de France en 1990.
1
4 d’Achille. Il grimpe l’Alpe d’Huez en 40min57s en 1991 pour terminer 6ème du Tour de
w En 1987, il montre quelques signes de retour en forme avec une victoire France.»
1
3
3
5
2 « La belle histoire »
w Né le 12 août 1960 à Paris, Laurent fait son grand retour. Fignon écrase décès accidentel de son coéquipier et ami Pascal
Fignon remporte la première ce Tour avec six victoires d’étapes. Jules novembre l’affecte particulièrement.
course à laquelle il participe en Il s’impose pour la deuxième w En 1988, il remporte Milan-San Remo puis
1976. Deux ans plus tard, il année consécutive. Après avoir termine 3ème de Paris-Roubaix. Mais dans le
3 est champion d’Île-de-France remporté la Semaine cycliste Tour de France, il est à la dérive : lâché par
junior. internationale et les prologues ses coéquipiers dans le chrono par équipes, il
4
3 w Guimard l’embauche de l’Etoile de Bessèges abandonne quelques jours plus tard. Une victoire
5 pour la saison 1982 au puis de la Route du Sud, la dans le Tour de la Communauté Européenne est
sein de l’équipe Renault success-story de Laurent une maigre consolation.
dont le leader est Bernard Fignon s’enraye au printemps w En 1989, il réédite l’exploit de gagner Milan-
1 Hinault. Immédiatement, il 1985. Il doit se faire opérer du San Remo, en solitaire qui plus est. Il conquiert
s’impose sur le Critérium tendon d’Achille. définitivement les faveurs du public italien en
3 International. Dans la foulée, il w En 1986, il crée l’équipe s’imposant sur le Tour d’Italie. Sur le Tour, il
4 épaule Bernard Hinault pour sa Système U avec Guimard. Même livre bataille à Greg LeMond qui fait un étonnant
2 victoire sur le Tour d’Italie. L’année s’il remporte la Flèche wallonne, sa come-back après son accident de chasse. Avec 50
3
1 suivante, sur le Tour d’Espagne, il est première grande classique, il peine à secondes d’avance au matin du contre-la-montre
encore le meilleur lieutenant de Bernard retrouver son coup de pédale. Après une final qui se termine sur les Champs-Elysées, il
Hinault. Ce dernier forfait pour le Tour, Fignon saisit victoire dans le chrono par équipes, il quitte le Tour a course quasiment gagnée. Mais c’est sans
sa chance et enfile le maillot jaune à l’Alpe d’Huez, de France, fiévreux. Plus tard dans la saison, il se compter sur une blessure à la selle qui l’empêche
2 avant de remporter le dernier chrono. Il l’emporte à fracture la clavicule. de trouver la bonne position. Avec 8 secondes
5 Paris à moins de 23 ans. w 1987 le voit terminer 3ème du Tour d’Espagne. d’avance, LeMond terrasse Fignon qui ne s’en
3 w Il prend la 2ème place d’un Giro 1984 où Moser Mais pendant le Tour de France, il lui faut mobiliser remettra jamais vraiment. Fignon retrouve le
est largement favorisé par les événements. C’est tout son orgueil pour arracher une victoire d’étape sourire en dominant le Grand Prix des Nations dont
donc l’esprit revanchard qu’il devient champion à La Plagne et se maintenir à la 7ème place du il bat le record.
1
5 de France puis prend le départ du Tour de France. classement général final. Dans le Grand Prix des w Les deux années suivantes, il n’accroche à son
4 Il ne se laisse pas impressionné par Hinault qui Nations, il est humilié en perdant 12 minutes. Le palmarès que le Critérium International, les 6 Jours
de Grenoble et une étape du Tour des Pouilles,
ainsi qu’une 6ème place dans le Tour 91.
w Il tente une dernière fois de se relancer en
s’exilant en 1992 dans l’équipe italienne Gatorade.
Dans un dernier sursaut d’orgueil, Fignon s’impose
dans l’étape du Tour de France qui relie Strasbourg
à Mulhouse en passant par le Ballon d’Alsace, au
terme d’une échappée en solitaire de 100 km.
C’est son dernier exploit.
w Il s’investit ensuite dans l’organisation de
courses et lance une gamme de vélos à son nom.
Il gagne définitivement le cœur du public grâce à
ses commentaires avisés en tant que consultant
sur Eurosport puis sur France Télévisions.
w La lutte contre le cancer, qu’il révèle
publiquement et affronte crânement sera son
dernier combat. Il décède le 31 août 2010 à Paris.

Palmarès
sur les grands Tours :
w Tour de France : 10 participations, vainqueur
(1983, 1984), 2ème (1989), 6ème (1991), 7ème
(1987), 23ème (1992), 4 abandons (1986, 1988,
1990, 1993)
w Tour d’Espagne : 3 participations, 3ème
(1987), 7ème (1983, 1986)
w Tour d’Italie : 6 participations, vainqueur
(1989), 2ème (1984), 15ème (1982), 37ème
(1992), 2 abandons (1990, 1991)

33

32-35 FIGNON PREUVE.indd 33 09/05/13 16:18


>> La preuve par 21 Laurent Fignon

«Difficile de nuire La chronique d’Antoine Vayer

à l’image qu’on diffuse»

à
Colmar et à Pontarlier, le vélo de la télé fait son cinéma. fait. Parle-t-on au chauffeur de l’autobus qui conduit? Chez nous, on ap-
Le 14, c’est la Saint-Barteau, nouveau consultant sur pelle les directeurs sportifs pendant les directs. Ce n’est pas pour parler
France Télévision (1), vainqueur du Trophée des espoirs à dope et les fairechier, ce n’est pas le sens de notre fonction.» Patrick
Cerisy-Belle-Étoile en Normandie à dix-sept ans. Il a aussi Chassé travaille avec son «E Street Band», des consultants anciens cou-
fait bingo le jour de la fête nationale à Marseille en 1989 reurs. Il vient de perdre Barteau, mais a conservé Fignon, double vain-
quand il était «pro». On prétend même que si c’est à ce «petit prince» de queur du Tour et nouvel organisateur courageux de Paris-Nice. Fignon
l’époque qu’on avait confié la topette en 1984, quand il portât le maillot représente le sang neuf des organisateurs, en conflit larvé avec l’usine
jaune quatorze jours, il l’aurait ramené jusqu’à Paris. Remarquez, c’est à qu’est la Société du Tour. Fignon sait que le déroulement du Tour 2001
lui qu’on a eu l’excellente idée de confier un micro cette fois sur la chaîne sera crucial à la survie de son épreuve à lui de début d’année gagnée par
publique pour la fleurir un peu (2). Il n’a pas tout perdu. Bonne fête Vin- Frigo… L’autre acolyte, c’est Jef Bernard. En 1987, il était devenu la
cent ! Commencent trois journées de distribution de bons points pour les coqueluche des médias en mettant à la nuit le 2e du contre-la-montre du
moins nantis avant la montagne. Les leaders savent où ils en sont les uns mont Ventoux. En haut du mont chauve, il fut accueilli genre commedia
par rapport aux autres. Le sort des sans grade est déjà scellé. Certaines d’el arte par Tapie, propriétaire de l’équipe de Jef, et par Chancel, alors
défenses immunitaires sont au plus bas. Premières maladies, premières grand chancelier chroniqueur de la télé. Chancel pleurera sur la ligne :
tendinites et «pétages de plombs». L’abandon «C’est mon fils spirituel! » Jugé trop jeune et trop
affectif dans son enfance de son papa qui per- arrogant par ses pairs, tout le peloton se liguera le
met de pédaler si fort, ou celui du km 121 lendemain matin contre lui, «montera une cabane»
par épuisement, est toujours traumatisant. et lui fera perdre ce qui lui était promis, la gloire,
Mine de rien, depuis Dunkerque, le rythme a le maillot, l’argent. Il ne s’en est jamais vraiment
été très rapide, pour certains épuisant. C’est remis. Patrick Chassé compte sur eux pour «ne pas
beaucoup plus dur qu’avant. Ils le ressentent faire lesspeakers et essayer d’effacerle décalage
et savent également qu’ils ne vont pas finir. entre ce qu’on sait et cequ’on voit pour laisse les
Autant «lâcher la purée» dans cette trilogie gens apprécier et juger». Exemple quand l’un dit:
pour cueillir des lauriers. Se montrer. Être vu «J’ai jamais vu un gars monter le col Pordoi sur le
à la télé, au véloftstory. Faire parler le jour- Giro grand plateau, ou, c’est la première fois qu’il
naliste, speaker, commentateur, vendeur de finit dans les trente d’un contre-la montre en étant
foire, consultant. Tout est assez dilué à la té- second», il penseque c’est suffisamment éloquent.
lévision. C’est l’art du faux self-control. La «On a un point de vue informatif. On n’a pas hélas
frontière entre le mensonge et la maîtrise de de reportage, pas de place pour le débat.» Concer-
la puissance. On ne dit souvent que ce pour nant l’enthousiasme, il dit ne pas avoir moins de
quoi on a intérêt. L’âne frotte l’âne. Difficile plaisir: «C’est différent. On tourne maintenant pas
de ne pas encenser l’image qu’on paie si cher. mal de choses à la dérision.» La télé a tué le secret,
Patrick Chassé, trente-six ans, est le com- la magie de l’imagination. La voile ne sera plus la
mentateur sur Eurosport. Il couvre les courses voile quand en permanence des caméras seront em-
toute l’année. Après un moment de flottement barquéssur le tour du monde. La dérision est sans
en 1999, il a fait le point sereinement sur son métier : «Depuis 1998, c’est doute le seul choix restant pour s’occuper du dérisoire, un ersatz du bon-
vrai qu’on a l’impression d’être un peu montreurs d’ours. Je me souviens heur ancien, d’avant l’autocritique. «Qui nescit dissimulare , nescit reg-
qu’à mes débuts c’était plus un jeu qu’un métier. On jouait au Zitrone. nare», celui qui ne sait pas dissimuler ne sait pas régner.
Après 1998, on avait la sensation de duper tout le monde. Tout cela ne
me pose plus de problème. J’y ai réfléchi. Je me considère comme un
journaliste de presse écrite qui fait la page 3 de l’Équipe, le film de la (1) Des téléspectateurs contrepéteurs se plaignent des couleurs de la 2.
course, qui la fait vivre.» Eurosport achète les images du service public (2) Il anime l’émission Vestiaires qui suit le direct.
qui sont transmises partout en Europe, commentées en direct, coupées
aux mêmes moments dans chaque pays par les mêmes publicités europée-
nnes: «Le dopage avec le direct est un hors sujet. C’est du factuel qu’on 1-07-2001 L’Humanité

34 Plus de détails sur : www.alternativedition.com

32-35 FIGNON PREUVE.indd 34 09/05/13 16:18


non « Il a dit... Laurent Fignon Virage 18

• 1995 « Chez Gatorade, on avait cinq médecins. (..) En France, ça paraissait • 2007 À propos de Michael Rasmussen : « On dirait qu’il ne respire pas
toujours un peu louche. » (L’Equipe, 20/07/1995) (...) [ou alors] une fois en haut et une fois en bas. » (France 2, rapporté par
• 1998 « Il faut arrêter de dire : on arrêtera le dopage. On n’y arrivera pas. cyclismag.com - 22/07/2007)
Cela ne vaut pas que pour le vélo, mais pour les autres sports aussi, où il n’y a • 2009 Suite à l’annonce de son cancer des voies digestives : « En 1991 (...)
de toute façon pas grand-chose de fait sur le sujet. La tricherie existe partout Indurain gagne son premier Tour. Est-ce qu’il était à l’EPO ? Je suppose. (...)
dans la société (…)». (Le Monde, cité par Sylvie Voet dans le De la poudre aux Ca s’est généralisé en 1993. » (Le Journal du Dimanche, 14/06/2009)
yeux, page 105) • « Je n’ai pas honte de ce que j’ai fait. J’ai fait ce que j’avais à faire, sans
• 2005 À propos de la révélation par le journal L’Equipe du dopage de Lance exagération. J’ai fait le métier. Et dans notre métier, il y a la triche. » (Le
Armstrong dans le Tour de France 1999 : « Cette histoire est trop vieille. 1999? Journal du Dimanche, 14/06/2009)
J’en ai rien à foutre. Ca va servir à quoi ? » (Libération, 24/08/2005) • Pour justifier sa décision de parler : « Si le dopage a toujours existé, on est
• 2006 À propos du contrôle positif de Floyd Landis lors du Tour de France: finalement tous responsables, chacun à son niveau, de ce qui est arrivé en
« Je suis extrêmement triste d’apprendre qu’un vainqueur du Tour ait été 1998 avec Festina (…). » (L’Equipe, 01/07/2009)
pris positif et que la face du Tour aurait été changée s’il n’avait pas été là. » • Sur Lance Armstrong : « Je ne sais pas ce qu’il a fait, mais je ne vois pas
(lequipe.fr, 27/07/2006) pourquoi il n’aurait pas fait comme les autres... » (L’Equipe, 01/07/2009)

w 1998 Alain Vernon, journaliste : « Pour avoir couvert cinq


Tours de France, j’ai compris que le mensonge est une
...ils ont dit de lui »
seconde nature dans ce milieu, affirme-t-il. Lors de mon les autres ont fait la même chose. Et qu’on arrête de parler de dopage. Je suis
enquête, je pensais que certains accepteraient de donner leur avis. Mais triste, Laurent ne méritait pas ça. » (Laurent Fignon - La dernière échappée,
seuls parlaient ceux qui en avaient fini avec le vélo et n’en attendaient plus Jean-Paul Vespini, 2010)
rien. J’avais approché Laurent Fignon, qui courait encore; il m’a répondu w 2010 Raphaël Géminiani, ancien coureur après la mort de Laurent Fignon :
qu’il n’avait rien à dire aux journalistes qui posaient ce genre de questions. » « Je ne comprends pas que l’on puisse systématiquement parler de dopage
(L’Express 23/07/1998) dès qu’un cycliste a le cancer. C’est aussi un homme comme les autres, est-
w 2008 Thierry Adam, journaliste : « Disons que Fignon ne refuse pas le débat, ce que tous ceux qui ont eu un cancer ont fait du vélo et se sont dopés ? Bien
je le trouve plutôt honnête sur la question. On peut en parler, il ne défend pas sûr que non. » (Laurent Fignon - La dernière échappée, Jean-Paul Vespini,
bêtement ses idées. Il n’est pas langue de bois sur le dopage. » (Tempêtes sur 2010)
le Tour, Pierre Ballester, 2008) w 2012 Cyrille Guimard : « Laurent n’a jamais rien ingurgité d’autre qu’un peu
w 2009 Bernard Hinault, ancien coéquipier à propos du livre Nous étions de cortisone et évidemment quelques amphétamines lors des critériums. »
jeunes et insouciants : « Ce n’est pas parce qu’il a fait des bêtises que tous (Dans les secrets du Tour de France - p228)

SA REVUE DE PRESSE
“Laurent Fignon, l’idole du Tour .” - Télé Star, 01.07.1989
“Bravo Fignon ! ”- Le Pèlerin, 1984, n° 5304, 29 juillet, p 21
“Laurent Fignon : le coureur d’avant-garde.”- France-Soir magazine, 10.11.1984
“Fignon, An 1 du nouveau vélo.” - Libération, 23.07.1984
“Fignon, l’intellectuel du peloton.” - Le Figaro TV, 20.06.1987

« Son avis sur ses performances »


années 90, quand l’EPO, les hormones de individus en machines à pédaler.
Des époques croissance, puis les transfusions sanguines, Fignon lui-même était écoeuré par
impossibles à ont versé le vélo dans l’époque cynique de
tous les excès, née de la métamorphose des
cette réalité. Ces deux « mondes » n’ont,
pour moi, rien en commun. Attention donc
comparer corps par le sang et la génétique, accouchée
dans l’horreur des pires prédictions du
aux amalgames et aux « compressions » du
temps qui désorientent. L’orgie absolue de
Comme le dit Cyrille Guimard, « les bio-pouvoir. Un changement de taille venait dopage scientifique des dernières générations
coureurs se sont toujours ‘’soignés’’ », en effet de s’opérer : jamais jusqu’alors a anéanti tous les repères et les palmarès,
manière pudique d’introduire dans le langage des produits stimulants, quels qu’ils soient, encageant les Géants de la route dans des
courant le mot « dopage » sans jamais n’avaient transformé des bourrins en purs- années de plomb. Le non-sens absolu ;
oublier que les tentatives d’amélioration sangs ! Entendez-moi bien: de Coppi à l’horreur intégrale. La formule de l’écrivain
des performances sont liées à la naissance Hinault, en passant par Anquetil ou Merckx, Philippe Bordas reste, selon moi, la plus
du cyclisme, à ses excès. Laurent Fignon, et même du temps de Fignon et de LeMond, pertinente pour expliquer cette mutation :
lui-même, me l’a confessé. Le double jamais la science n’avait sur-vitaminé des « Les dopages étaient dérisoires, les exploits
vainqueur du Tour était un habitué des doses sous-champions capables de rivaliser avec énormes. Que penser de ce dopage devenu
de cortisone (pour les grandes épreuves) et eux ! Jusqu’aux années-EPO, les êtres énorme, de ces exploits dérisoires ? »
des amphétamines (pour les critériums ou d’exception étaient en quelque sorte certifiés Jean-Emmanuel Ducoin, journaliste et
les entraînements). L’aveu signifie-t-il pour conformes. Le dopage était alors « artisanal» écrivain, co-auteur avec Laurent Fignon
autant que nous devions classer le Parisien et globalement « empirique ». Depuis le de « Nous étions jeunes et insouciants »
parmi les pires tricheurs? Je ne le crois pas. milieu des années 90, ce n’est plus le cas. (Grasset, 2009). Dernier livre :
Laurent n’a pas été un acteur des dérives des La froideur des laboratoires a transformé les « Go Lance ! » (Fayard, juin 2013).

35

32-35 FIGNON PREUVE.indd 35 09/05/13 16:18